prise de décisions ( Voir ) Chiffres Le comptable agréé au coeur de la prise de décisions au-delà des

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "prise de décisions ( Voir ) Chiffres Le comptable agréé au coeur de la prise de décisions au-delà des"

Transcription

1

2 prise de décisions Le comptable agréé au coeur de la prise de décisions Cette brochure est aussi disponible en format électronique. Visitez la section «Publications» de notre site au ( Voir ) Chiffres au-delà des

3 Table des matières Les comptables agréés du Québec page 4 La mission des comptables agréés page 5 Mission des CA page 5 Vision des CA page 5 L i n formation décisionnelle page 5 Les services offerts par les comptables agréés page 6 Les services liés à l'expertise comptable page 6 Les autres services page 6 Les types de missions des comptables agréés page 7 Les missions de certification page 7 Les autres missions page 7 Les comptables agréés MAGIE page 8 Les CA en entreprise page 8 Les CA dans la fonction publique page 8 Les CA dans l enseignement page 8 Les champs d expertise particuliers des CA page 8 Les sociétés de comptables agréés page 9 Fellow de l Ordre des comptables agréés du Québec page 9 Les honoraires d un comptable agréé page 10 Honoraires conditionnels page 10 Quelques statistiques page 11 3

4 agréés Les comptables agréés du Québec En raison de leur fo r ma t ion et de leur ex p é r ie nc e, les comptables agréés développent une vision globale du fo nc t io n ne me nt des org a n i s a t io ns. Grâce à leur expertise unique, ils sont à même d offrir des solutio ns no v a t r ices aux pro b l è mes complexes que re nc o nt re nt ces org a n i s a t io ns pour amélio rer leur perfo r ma nc e. Les comptables agréés sont des experts en certific a t ion et des conseillers d'affa i res avisés. Certains se perfectio n ne nt da ns des do ma i nes tels la juric o m p t a b i - lité, la fiscalité, la fina nce ou les techno l o g ies de l info r ma t ion. D'autres enc o re développent une expertise en ge s t ion et de v ie n ne nt des décideurs de pre m ie r plan au sein des ent reprises et des org a n i s a t io ns publiques. Leurs valeurs en ma t i è re d'intégrité, d'objectivité et d ind é p e nda nce les disting u e nt. Pour décro c her leur titre, les comptables agréés do i v e nt acquérir une fo r ma t ion univers i t a i re de de u x i è me cycle et effectuer un s t a ge de deux ans au sein d un cabinet. Ils do i v e nt aussi réussir l'évalua t ion unifo r me p a nc a na d ie n ne des comptables agréés (EFU), re c o n nue à travers le mo nde comme l une de s plus ex ige a ntes da ns son ge n re. Tous les CA du Québec sont me m b res de l Ordre de s comptables agréés, org a n i s me do nt la miss ion pre m i è re est de pro t é ger l intérêt du p u b l ic en exe r ç a nt un contrôle sur l adm i s s io n et la compétence de ses me m b re s. Une fo i s a dmis au sein de la prof e s s ion, les CA sont t e nus de garder à jour leurs conna i s s a nces et leurs compétences tout au long de leur carrière et d exe rcer la prof e s s ion en re s p e c t a nt les dispositio ns du Code des prof e s s i o n s, de la Loi sur les comptables agréés, du Code de déontologie des comptables a g r é é s et de no m b reux autres règleme nt s. Les comptables agréés que compte le Québec sont actifs à tous les paliers et da ns tous les secteurs de l écono m ie. Environ 40 % d ent re eux exe rc e nt en cabinet alors que 60 % œuvre nt en ent rep r i s e, da ns la fo nc t ion publique et l ens e ig ne me nt. Ils sont ma j o r i t a i re me nt fra nc o p ho nes (76 %) et c o nc e ntrés da ns les régio ns de Mo ntréal (64 %) et de Québec (13 %). Les femmes re p r é s e nt e nt 32 % du total des CA, mais comptent pour 60 % des nouveaux me m b res de la prof e s s io n. ( Voir ) deschiffres 4 au-delà

5 mission La mission des comptables agréés La mondialisation de l'économie et l'omniprésence des technologies de l'information ont passablement modifié le travail des comptables agréés. Pour mieux refléter le rôle qu'ils jouent maintenant dans l'économie, les CA ont mis à jour leur mission et redéfini leur vision en fonction de ces nouvelles réalités. Mission des CA «Notre mission consiste à faciliter la prise de décisions et à améliorer la performance organisationnelle grâce à notre expertise en gestion financière, en certification et dans d autres domaines spécialisés. Nous agissons avec intégrité et objectivité, et nous nous engageons à rechercher l excellence et à servir l intérêt public.» Vision des CA «Nous serons les chefs de file en matière de création, de validation et d interprétation des informations qui servent à mesurer et à améliorer la performance organisationnelle, et nous représenterons le choix qui s impose pour tous ceux qui ont besoin de services de ge s t ion fina nc i è re, de certific a t ion et d autres services spécialisés.» L information décisionnelle Ce qui caractérise les comptables agréés, quoi qu'ils fa s s e nt et où qu'ils œuvre nt, c'est leur ex p e r t i s e en matière d'information utile à la prise de décisions. La profession de CA a mis de l'avant le concept d'information décisionnelle pour désigner le champ commun à toutes les activités que mènent les CA. La notion d'information à valeur ajoutée axée sur la prise de décisions d'affaires englobe tant la gestion financière et la certification que les autres domaines spécialisés dans lesquels œuvrent les CA. 5

6 Les services offerts par les comptables agréés Les services liés à l'expertise comptable La Loi sur les comptables agréés accorde aux CA l exclusivité de l exercice de la comptabilité publique, c'est-à-dire, et sauf exceptions, «[ ] le fait pour une personne de s engager, moyennant rémunération, dans l art ou la science de la comptabilité ou dans la vérification des livres ou comptes [ ]». Tout CA, à un moment de sa carrière, œuvre à titre d expert-comptable et plus particulièrement de vérificateur. Telle qu elle est définie dans le Code de déontologie des comptables agréés, l'expertise comptable est le fait d'offrir au public des services qui consistent à améliorer la qualité de l information financière, comptable ou décisionnelle, ou le contexte dans lequel elle est présentée en vue d aider les décideurs. Ces services comprennent : la prestation de services de comptabilité, dans la mesure où elle comporte des travaux de synthèse ou d analyse, des conseils, de la consultation ou des travaux d interprétation, les missions de compilation, à l exclusion de la tenue de livres; les services de certification, notamment les missions de vérification et d examen ainsi que les rapports dérivés; les services en matière de fiscalité; les services en matière de juricomptabilité; les services de planification financière. Les autres services En plus de l expertise comptable, les CA offrent une gamme complète de conseils et de services pour les organisations et les particuliers : les conseils en matière de gestion; les services ayant trait à l insolvabilité; le traitement de l information; l administration du bien d autrui; les conseils en technologies de l information; le courtage d affaires; la liquidation testamentaire et l administration de successions; la consultation en matière d assurance; l évaluation; la préparation de déclarations fiscales et autres déclarations ou documents statutaires personnels. ( Voir ) deschiffres 6 au-delà

7 types de missio ns Les types de missions des comptables agréés Les missions de certification Une mission de certific a t ion portant sur de s états fina nc iers ou sur des info r ma t io ns fina n- c i è res autres que des états fina nc iers est fo ndée sur les no r mes de vérific a t ion généra l e- me nt re c o n nues ou sur les no r mes d exa me n g é n é ra l e me nt re c o n nu e s. D autres missio ns de c e r t i f ic a t ion portant sur des info r ma t io ns no n f i na nc i è re s, aux fins desquelles auc u ne no r me de vérific a t ion ou d exa men n a été établie, s o nt fo ndées sur les no r mes de certific a t io n. D a ns les missio ns de certific a t ion, de u x niveaux d assura nce peuvent être fournis sous la fo r me d une conc l u s ion portant sur un éléme nt déterminé qui int é resse le lecteur. Le niveau élevé d assura nce est fourni da ns le c a dre d une mission de vérification et le niveau modéré d assurance, à l issue d une mission d examen. La mission de vérification De tous les types de missio ns, c est la missio n de vérific a t ion qui apporte aux états fina nc ie r s le plus haut degré de crédibilité. Le vérific a t e u r ne gara ntit pas que les états fina nc iers sont r igo u re u s e me nt exacts et n ex p r i me pas d opin ion sur l efficacité de la ge s t ion de l ent re p r i s e. Sa mission est de s assurer que les états fina n- c iers pro duits par la dire c t ion d une ent re p r i s e o nt été dressés da ns le respect des princ i p e s comptables généra l e me nt re c o n nus (PCGR). D a ns son rapport, le vérificateur ex p r i me une o p i n ion qui do n ne à l utilisateur l assura nc e ra i s o n nable que ces états sont exempts d inexa c- t i t udes importantes à la date ind i q u é e. La mission d'exa m e n La mission d'exa men pro c u re un degré d assura nce mo i ns élevé qu'une vérific a t ion puisque l é t e ndue du travail du CA est mo i ndre. Le CA p ro c è de à un «exa me n» de l'info r ma t io n o b t e nue auprès de la dire c t ion en se limitant à évaluer si ces info r ma t io ns sont plausibles et c o h é re ntes avec ce qu il connaît de l ent re p r i s e et de son secteur d activité. Le rapport qui découle de ce type de mission porte le nom de Rapport de mission d exa m e n. Les autres missions D a ns les autres missio ns, le CA ne fo r mule pas de conc l u s ion sur l éléme nt cons idéré. Il fa i t part de la na t u re du travail effectué sur l éléme nt en cause et des résultats fa c t u e l s o b t e nu s. Auc u ne assura nce n est fo u r n ie qua nt à la fiabilité d un éléme nt donné. La plus connue est la mission de compilation. La mission de compilation D a ns une mission de compilation, le comptable agréé ne fait qu'utiliser les do n n é e s mises à sa disposition par la dire c t ion pour dresser les états fina nc ie r s. Il n'essaie pas d'obtenir d'info r ma t ion pro b a nt e, ni même de procéder à un examen. Toutefois, les règles de c o nduite prof e s s io n nelle int e rd i s e nt au comptable agréé d'associer son nom à de s états fina nc iers do nt il sait ou de v rait savoir qu ils sont erronés ou fa l l a c ie u x. 7

8 MAGIE Les comptables agréés MAGIE Les me m b res en affa i re s, au go u v e r ne me nt, en indu s t r ie et en ens e ig ne me nt (MAG I E ) c o m p t e nt pour plus de la moitié de s comptables agréés au Québec. Bie n q u a y a nt comme ncé leur vie prof e s s io n ne l l e en cabinet, ils font carrière comme entrepreneurs, décideurs, conseillers ou professeurs. Les CA en entreprise Parce que les finances des entreprises sont aujourd hui scrutées à la loupe, beaucoup d efforts sont mis sur le contrôle et la rigueur des pratiques. Les CA en affaires et en industrie apportent valeur ajoutée et crédibilité à la gestion des entreprises grâce à leurs compétences et à leur engagement de respecter le Code de déontologie. Ils gèrent les finances et la trésorerie, élaborent des politiques financières et administratives, a na l y s e nt l'info r ma t ion, fo u r n i s s e nt un l e a dership stratégique et assure nt la ge s- tion de systèmes informatiques. Plusieurs comptables agréés occupent des postes-clés dans les organisations, que ce soit à titre de directeur, de président, de trésorier ou de contrôleur. Les CA dans la fo n c t i o n publique L'expertise des CA est essentielle à tous les p a l iers go u v e r ne me ntaux pour guider la planification financière et assurer le contrôle des finances. Outre les vérificateurs généraux provincial et fédéral, qui sont toujours des comptables agréés, les différents m i n i s t è re s, les sociétés d'état et divers organismes emploient des CA comme hauts fo nc t io n na i re s, vérificateurs int e r nes ou a nalystes fina nc ie r s. Certains de v ie n ne nt m i n i s t res et sous-ministres et sont en mesure de proposer et de mettre en œuvre des solutions nouvelles pour accroître la performance des institutions publiques. Les CA dans l enseignement De nombreux comptables agréés apportent une contribution précieuse à la société en e ns e ig na nt aux futurs leaders ce qu'ils doivent savoir sur la comptabilité et la fiscalité d une part, mais aussi sur les finances, les affaires, les valeurs et l'éthique, d autre part. Ce sont eux qui perme t t e nt aux scie nc e s comptables de pro g resser da ns des do ma i ne s no v a t e u r s. expertise Les champs d expertise particuliers des CA Compte tenu de la vaste gamme de services offerts par les CA, beaucoup développent une ex p e r t i s e da ns certains do ma i nes partic u l ie r s. Par exe m p l e, pour mieux répondre aux attentes spécifiques en juricomptabilité et en techno l o g ies de l info r ma t ion, l'ordre des comptables agréés du Québec décerne les t i t res de CA EJC et de CA TI aux comptables agréés qui réponde nt à certaines ex ige nces rigo u re u s e s. Les porteurs de ces titres sont re c o n nus partout au Cana da da ns leur champ de spécialité puisqu un p rocessus d'agréme nt rigo u reux et objectif atteste de leurs compétences et de leur ex p é r ie nc e. 8 ( Voir ) deschiffres au-delà

9 sociétés Les sociétés de comptables agréés En 2003, l Ordre des comptables agréés du Québec adoptait un règlement permettant aux CA de s'associer avec d autres professionnels au sein de sociétés par actions (SPA) et de sociétés en nom collectif à responsabilité limitée (SENCRL), en plus de la société en nom collectif (SENC) admise jusqu alors. Pour l Ordre, la protection de l intérêt public est demeurée la préoccupation première dans l élaboration de ce règlement. Pour ce faire, deux types de sociétés ont été définis, obéissant chacun à des règles particulières : les sociétés dites «de comptables agréés», offrant des services de certification ou se présentant exclusivement comme des sociétés de CA, et les sociétés dites «de professionnels», qui n offrent pas de services de certification. Ces deux types de sociétés permettent de combler les attentes grandissantes des clients des comptables agréés puisqu il leur est possible d offrir une gamme de services dans un seul cabinet et de faire bénéficier le client d une mise en commun d expertises diverses. Il est important de souligner que le professionnel demeure toujours personnellement responsable de ses fautes et de celles des personnes qu il supervise, peu importe qu il exerce au sein d une société de CA ou d une société de professionnels ou qu il s agisse d une SENC, d une SENCRL ou d une SPA. FCA F e l l o w de l Ordre des comptables agréés du Québec La distinction de Fellow et le titre FCA constituent une reconnaissance des réalisations de comptables agréés qui se sont illustrés par leur prof e s s io n na l i s me, ou qui ont t é mo igné d un eng a ge me nt re ma rq ua b l e dans les affaires de la profession ou dans leur communauté. Au Québec, environ 400 CA se sont vu décerner le titre envié de FCA. 9

10 Les honoraires d un comptable agréé Tout me m b re de l Ordre des comptables agréés du Québec doit demander des honoraires justes et raisonnables. Pour ce faire, il tient compte des facteurs suivants dans la fixation de ses honoraires : le temps consacré à l'exécution du service professionnel; la difficulté et l'importance du service; la prestation de services inhabituels ou exigeant une compétence ou une célérité exceptionnelle; son expérience ou son expertise; l importance de la responsabilité assumée. Un comptable agréé info r me son clie nt de s coûts approx i matifs et prévisibles de ses s e r v ices et ne peut pas ex iger d'avance le p a ie me nt complet de ses ho no ra i re s. En plus de fournir à son clie nt toutes les ex p l ic a t io ns n é c e s s a i res à la bonne compréhe ns ion de sa note d'ho no ra i re s, le CA s assure que celle-ci s e ra assez détaillée pour perme t t re d ide nt i- f ier les services prof e s s io n nels re ndu s. Honoraires conditionnels Un comptable agréé peut, dans certaines situations, convenir d honoraires conditionnels, c est-à-dire offrir ou s engager à fournir un service professionnel moyennant des honoraires payables uniquement lorsqu un résultat déterminé sera obtenu ou encore des honoraires établis en fonction de résultats obtenus pour, entre autres, les actes professionnels suivants : une demande de remboursement d impôts ou de taxes; l assistance dans le cadre d appels ou la préparation d avis d opposition à des cotisations ou à des nouvelles cotisations en matière d impôts ou de taxes; des services de recrutement de cadres de direction; des services de planification financière personnelle. De tels honoraires ne peuvent cependant être convenus dans le cas de missions de certification (vérification ou examen) et de compilation. De plus, lorsqu il demande des honoraires conditionnels, un CA doit convenir par écrit avec le client du mode d établissement des honoraires avant le début de l exécution du contrat. 10 ( Voir ) deschiffres au-delà

11 statistiques Quelques statistiques R é g i o n s Répartition des membre s Répartition des cabinets de CA A b i t i b i - T é m i s c a m i ng u e 1 % 2 % Est du Québec 2 % 4 % C a nt o ns de l'est 5 % 5 % Laval, Laure nt ide s, Lana ud i è re 15 % 18 % Ma u r ic ie et Cent re - du - Q u é b e c 2 % 4 % Mo nt é r é g ie (inc l ua nt Long u e u i l ) 16 % 16 % Mo nt r é a l 40 % 35 % O u t a o ua i s 4 % 3 % Q u é b e c 13 % 11 % S a g u e na y L a c - S a i nt - Je a n 2 % 2 % S e c t e u rs d'activité Po u rcentage des membre s A f fa i res et indu s t r ie 49 % C a b i ne t 40 % F o nc t ion publique fédérale et pro v i nc ia l e 8 % E ns e ig ne me nt 3 % Dans cette brochure, le masculin est employé à titre épicène. 11

12

Les comptables agréés : au cœur de votre réussite

Les comptables agréés : au cœur de votre réussite Les comptables agréés : au cœur de votre réussite Les comptables agréés : au cœur de votre réussite Cette brochure est aussi disponible en format électronique. Visitez la section «Produits et services

Plus en détail

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 POLITIQUE 2500-024 TITRE : ADOPTION : Conseil d'administration Résolution : CA-2008-01-15-08 ENTRÉE EN VIGUEUR : 15 janvier 2008 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 2. LA FORMATION

Plus en détail

ALLOCUTION D ISABELLE COURVILLE PRÉSIDENTE DU CONSEIL BANQUE LAURENTIENNE LORS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DES ACTIONNAIRES DE LA BANQUE LAURENTIENNE

ALLOCUTION D ISABELLE COURVILLE PRÉSIDENTE DU CONSEIL BANQUE LAURENTIENNE LORS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DES ACTIONNAIRES DE LA BANQUE LAURENTIENNE ALLOCUTION D ISABELLE COURVILLE PRÉSIDENTE DU CONSEIL BANQUE LAURENTIENNE LORS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DES ACTIONNAIRES DE LA BANQUE LAURENTIENNE 1 er avril 2015 NOTES DE L ALLOCUTION PRONONCÉE PAR MADAME

Plus en détail

Textes de référence : articles L. 225-37, L. 225-68, L. 225-102-1, L. 225-185, L. 225-197-1, L. 823-19 et L. 823-20 du code de commerce

Textes de référence : articles L. 225-37, L. 225-68, L. 225-102-1, L. 225-185, L. 225-197-1, L. 823-19 et L. 823-20 du code de commerce Recommandation AMF n 2012-02 Gouvernement d entreprise et rémunération des dirigeants des sociétés se référant au code AFEP-MEDEF - Présentation consolidée des recommandations contenues dans les rapports

Plus en détail

Code de déontologie en vigueur à compter du 9 décembre 2010

Code de déontologie en vigueur à compter du 9 décembre 2010 Tableau comparatif des modifications apportées au Code de déontologie des comptables agréés Code de déontologie en vigueur jusqu au 7 décembre 2010 CHAPITRE I DEVOIRS ET OBLIGATIONS ENVERS LE PUBLIC SECTION

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

CODE DE BONNE CONDUITE

CODE DE BONNE CONDUITE CODE DE BONNE CONDUITE CONCERNANT LES INTERACTIONS AVEC LES PROFESSIONNELS DE SANTÉ Déclaration de l ensemble des membres du COCIR Le COCIR se consacre à l avancement de la science médicale et à l amélioration

Plus en détail

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour

Plus en détail

Tour Bureaux Rosny 2 112, Avenue du Général de Gaulle 93118 ROSNY CEDEX Boîte aux lettres n 89 Tél. :01.48.12.67.52 Email : apl93@oga93.

Tour Bureaux Rosny 2 112, Avenue du Général de Gaulle 93118 ROSNY CEDEX Boîte aux lettres n 89 Tél. :01.48.12.67.52 Email : apl93@oga93. N 1 ASSOCIATION AGREEE PARIS ILE-DE-FRANCE POUR LES PROFESSIONS LIBERALES --------------------------------------- APL93 ----------------------------------------- Tour Bureaux Rosny 2 112, Avenue du Général

Plus en détail

B U L L E T I N D ' A D H E S I O N A retourner par courrier à : CENTREXPERT Les Propylées - 2 allée des Atlantes - 28000 Chartres

B U L L E T I N D ' A D H E S I O N A retourner par courrier à : CENTREXPERT Les Propylées - 2 allée des Atlantes - 28000 Chartres B U L L E T I N D ' A D H E S I O N A retourner par courrier à : CENTREXPERT Les Propylées - 2 allée des Atlantes - 28000 Chartres Je soussigné (e) Nom, Prénom Adresse agissant pour le compte de l'entreprise

Plus en détail

L'expert comptable et le mandat de vérification

L'expert comptable et le mandat de vérification L'expert comptable et le mandat de vérification 1- Les associations de comptables professionnels du Canada. 1.0 Les caractéristiques d'une profession Les connaissances spécialisées et le cheminement éducatif

Plus en détail

Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation

Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation La Banque mondiale a entrepris de revoir ses politiques de passation des marchés et des contrats dans le cadre de ses

Plus en détail

Résumé des modifications à la règle d indépendance visée au Code de déontologie des comptables professionnels agréés*

Résumé des modifications à la règle d indépendance visée au Code de déontologie des comptables professionnels agréés* Résumé des modifications à la règle d indépendance visée au Code de déontologie des comptables professionnels agréés* L article 36.4 du Code de déontologie des comptables professionnels agréés, entré en

Plus en détail

204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées

204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées 204 Indépendance 204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées Supprimé: relatives à des Le membre ou le cabinet qui réalise une mission ou participe à une

Plus en détail

diversifier - Développer - Pérenniser

diversifier - Développer - Pérenniser diversifier - Développer - Pérenniser SOMMAIRE 1/ BMCE Capital Gestion Privée Mot du Directeur Général Une société issue d un groupe bancaire de dimension internationale Une gestion patrimoniale bénéficiant

Plus en détail

Note 1 relative à l organisation de l examen d admission au stage d expert-comptable

Note 1 relative à l organisation de l examen d admission au stage d expert-comptable Note 1 relative à l organisation de l examen d admission au stage d expert-comptable La loi du 22 avril 1999 relative aux professions comptables et fiscales donne à tout détenteur d un diplôme repris à

Plus en détail

ANNEXES AU FORMULAIRE AFIN D ÊTRE AUTORISÉ À EXERCER LA PROFESSION DE COMPTABLE PROFESSIONNEL AGRÉÉ EN SOCIÉTÉ POINT

ANNEXES AU FORMULAIRE AFIN D ÊTRE AUTORISÉ À EXERCER LA PROFESSION DE COMPTABLE PROFESSIONNEL AGRÉÉ EN SOCIÉTÉ POINT ANNEXES AU FORMULAIRE AFIN D ÊTRE AUTORISÉ À EXERCER LA PROFESSION DE COMPTABLE PROFESSIONNEL AGRÉÉ EN SOCIÉTÉ POINT RÉPONDANT Article 6 Un répondant peut, au nom des membres d'une société, remplir les

Plus en détail

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service?

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? La pauvreté peut prendre différentes formes et nécessite donc de disposer d un éventail de réponses

Plus en détail

Plan d activités de 2015-16

Plan d activités de 2015-16 Plan d activités de 2015-16 Introduction Le vérificateur général du Nouveau-Brunswick (VGNB) est un bureau indépendant qui sert l Assemblée législative du Nouveau-Brunswick. La vérificatrice générale aide

Plus en détail

La nouvelle réglementation. Adhérez dès aujourd hui. Contacts PRO BTP

La nouvelle réglementation. Adhérez dès aujourd hui. Contacts PRO BTP La nouvelle réglementation Les solutions santé de PRO BTP Adhérez dès aujourd hui Contacts PRO BTP 2 La nouvelle réglementation 3 DSN obligatoire en mai 2015 pour certaines entreprises Rappel des obligations

Plus en détail

LE GROUPEMENT DES EXPERTS ET CONSULTANTS DE COTE D IVOIRE

LE GROUPEMENT DES EXPERTS ET CONSULTANTS DE COTE D IVOIRE LE GROUPEMENT DES EXPERTS ET CONSULTANTS DE COTE D IVOIRE Loi n 60-315 du 21 septembre 1960 relative aux associations Présentation générale et contribution aux Ateliers sur le commerce des services Groupement

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS SUR L ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE OBLIGATOIRE

FOIRE AUX QUESTIONS SUR L ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE OBLIGATOIRE Mise en garde À jour au 21 janvier 2013, cette foire aux questions a été préparée uniquement à des fins d information. Son contenu est toutefois sujet à modification d ici l implantation du régime le 1

Plus en détail

Un allié déterminant pour un service gagnant

Un allié déterminant pour un service gagnant Un allié déterminant pour un service gagnant Un allié déterminant pour un service gagnant impact client, la meilleure façon de favoriser le développement de votre service à la clientèle. Depuis plus de

Plus en détail

RECOMMANDATION N 95-01

RECOMMANDATION N 95-01 RECOMMANDATION N 95-01 COMMUNE A LA COB ET AU CNC RELATIVE AUX METHODES À METTRE EN OEUVRE PAR LES EXPERTS CHARGES D ÉVALUER LES ACTIFS IMMOBILIERS DES SOCIÉTÉS CIVILES DE PLACEMENT IMMOBILIER (Bulletin

Plus en détail

Comment surveiller un changement profond :

Comment surveiller un changement profond : : présenter votre plan de basculement aux IFRS dans le rapport de gestion Le basculement des normes canadiennes d information financière aux Normes internationales d information financière (les «IFRS»)

Plus en détail

POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN

POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN Adoptée par le Conseil d administration Le 28 avril 1998 (résolution no 0099) et modifiée par le Conseil d administration

Plus en détail

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS 1. OBJET La présente politique a pour but de préciser l encadrement de l acquisition

Plus en détail

Conditions générales des ventes mobilières

Conditions générales des ventes mobilières Source: DNID - site web: www.ventes-domaniales.fr Conditions générales des ventes mobilières I. CONDITIONS GÉNÉRALES Les ventes sont soumises aux conditions du cahier des charges générales dont seules

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Josée St-Pierre, Ph.D. Directrice

Josée St-Pierre, Ph.D. Directrice Éditorial La complexité accrue de l environnement dans lequel travaillent les PME, et la nouvelle réalité économique à laquelle elles font face exercent des pressions de plus en plus importantes sur leur

Plus en détail

CHAPITRE III: L ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE

CHAPITRE III: L ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE CHAPITRE III: L ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.1 : L ENSEIGNEMENT SOUS-SECTION 3.1.1 : LES ÉTUDES DE PREMIER CYCLE PROCÉDURE RELATIVE À L ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DES ENSEIGNEMENTS AU PREMIER CYCLE

Plus en détail

La Charte des consultants Janvier 2007

La Charte des consultants Janvier 2007 La Charte des consultants Janvier 2007 LUCIE : La Charte des consultants v1-janvier 2007 pages 1/13 Table des matières Procédure d'adhésion...2 Le rôle du parrain...4 Règlement de la cotisation...5 Nombre

Plus en détail

FASCICULE POUR TRAVAILLEUR AUTONOME

FASCICULE POUR TRAVAILLEUR AUTONOME FASCICULE POUR TRAVAILLEUR AUTONOME Exploiter une entreprise consiste à exercer une activité en vue de réaliser un bénéfice. Ceci inclut l exploitation d un commerce ou d une entreprise de fabrication

Plus en détail

Entraîner votre équipe à atteindre des résultats optimaux

Entraîner votre équipe à atteindre des résultats optimaux Entraîner votre équipe à atteindre des résultats optimaux Recrutement Professionnels Solutions RH Services en entreprise Entraîner votre équipe à atteindre des résultats optimaux L époque du travail individuel

Plus en détail

Découvrez l avantage Raymond James

Découvrez l avantage Raymond James Découvrez l avantage Raymond James En choisissant Raymond James, vous obtenez plus que les services d un conseiller financier d expérience soucieux de répondre à vos besoins. Vous bénéficiez des nombreuses

Plus en détail

RÈGLEMENT RÉGISSANT LE CONTRAT DE SERVICE PROFESSIONNEL

RÈGLEMENT RÉGISSANT LE CONTRAT DE SERVICE PROFESSIONNEL RÈGLEMENT RÉGISSANT LE CONTRAT DE SERVICE PROFESSIONNEL 2015 www.iccrc-crcic.ca Version : 2015-001 Dernière modification : 28 juillet 20 Page 2 de 12 Table des matières MODIFICATIONS DE SECTIONS... 3 SECTION

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF DE L ADAP

PROJET ASSOCIATIF DE L ADAP PROJET ASSOCIATIF DE L ADAP RAPPEL HISTORIQUE C est au travers de l histoire de l ADAP et notamment les raisons qui ont motivé sa création, les transformations de son activité et de son fonctionnement

Plus en détail

Cap Performance Les outils de la performance

Cap Performance Les outils de la performance Cap Performance Les outils de la performance Les outils incontournables de la performance! Le CRO et la CRCC Paris ont sélectionné des outils simples et essentiels qui permettent : de respecter intelligemment

Plus en détail

Règlement modifiant le Règlement relatif à la délivrance et au renouvellement du certificat de représentant

Règlement modifiant le Règlement relatif à la délivrance et au renouvellement du certificat de représentant Projet de règlement Loi sur la distribution de produits et services financiers (chapitre D-9.2, a. 200 par. 1 à 5, 6, 7 et 9 et a. 203 par.1, 3 à 6 ) Règlement modifiant le Règlement relatif à la délivrance

Plus en détail

B-005-D-1 INCLUSION DE L ÉDUCATION DE L ENFANCE EN DIFFICULTÉ

B-005-D-1 INCLUSION DE L ÉDUCATION DE L ENFANCE EN DIFFICULTÉ DIRECTIVE ADMINISTRATIVE B-005-D-1 INCLUSION DE L ÉDUCATION DE L ENFANCE EN DIFFICULTÉ Date d émission : le 25 mars 2000 Dates de révision : le 24 mars 2007, le 2 juin 2010, le 25 août 2014 Page 1 de 6

Plus en détail

Stratégie Gestion formation continue universitaire 1

Stratégie Gestion formation continue universitaire 1 Stratégie Gestion formation continue universitaire 1 Service formation continue Université de Genève 1ère édition: janvier 2007 mise à jour: avril 2014 S t rat é g i e e t g e s t i o n Visées stratégiques

Plus en détail

Guide d'achat d'assurance vie et santé

Guide d'achat d'assurance vie et santé Guide d'achat d'assurance vie et santé L'achat d'une assurance étape par étape Section : Je prépare ma rencontre avec un conseiller Table des matières INTRODUCTION... 3 JE PRÉPARE MA RENCONTRE AVEC UN

Plus en détail

Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public

Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public Août 2013 En bref Introduction En avril 2013, le Conseil des normes comptables («CNC») et

Plus en détail

Politique de communication du Conseil administratif

Politique de communication du Conseil administratif 15 janvier 2008 Politique de communication du Conseil administratif Document édité par la commune de Plan-les-Ouates Objectif de la politique de communication La politique du Conseil administratif a pour

Plus en détail

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE Introduction 1. L économie et la société bénéficient des performances de haute qualité des experts-comptables qui contribuent à l imputation et à

Plus en détail

Depuis 1977, pour un avenir en toute confiance

Depuis 1977, pour un avenir en toute confiance Les outils de pilotage de la TPE Comment les concevoir, les aligner et les déployer sur les facteurs clés de succès? Définition Objectifs Limites Tableau de bord de la TPE Ce que l on va dire Systèmes

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À HULL SERVICE DE LA BIBLIOTHÈQUE POLITIQUE RELATIVE À LA DOCUMENTATION REÇUE EN DONS

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À HULL SERVICE DE LA BIBLIOTHÈQUE POLITIQUE RELATIVE À LA DOCUMENTATION REÇUE EN DONS UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À HULL SERVICE DE LA BIBLIOTHÈQUE POLITIQUE RELATIVE À LA DOCUMENTATION REÇUE EN DONS LE 17 JUILLET 2000 TABLE DES MATIÈRES 1. BUTS ET OBJECTIFS 3 Pages 2. DÉFINITION 3 3. PRINCIPES

Plus en détail

MANDAT ET CHARTE DU COMITÉ D AUDIT. Mandat du comité d audit établi par le conseil d administration

MANDAT ET CHARTE DU COMITÉ D AUDIT. Mandat du comité d audit établi par le conseil d administration MANDAT ET CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I Mandat du comité d audit établi par le conseil d administration 1. Le conseil d administration (le conseil) est responsable de la gérance de La Société Canadian Tire

Plus en détail

CONSERVER AU SEIN D'UN SERVICE LES CONNAISSANCES DES PARTANTS

CONSERVER AU SEIN D'UN SERVICE LES CONNAISSANCES DES PARTANTS Les fiches En Lignes fiche n 37-1 CONSERVER AU SEIN D'UN SERVICE LES CONNAISSANCES DES PARTANTS Sommaire : Créer les conditions de la capitalisation et du transfert...p 3 Capitaliser les connaissances

Plus en détail

P R O J E T CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSEURS HEC MONTRÉAL

P R O J E T CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSEURS HEC MONTRÉAL P R O J E T CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSEURS DE HEC MONTRÉAL Adopté par l Assemblée des professeurs et l APHEC le De façon à alléger la lecture du texte, le genre masculin est utilisé pour désigner

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

Certification des compétences

Certification des compétences TRAVAIL TEMPORAIRE Certification des compétences par Denis Lullier et Marc-Olivier Jouan En 1999, le FAF-TT a conduit un projet de validation des compétences professionnelles qui s inscrit dans l expérimentation

Plus en détail

Projet de stratégie financière pour l OMS

Projet de stratégie financière pour l OMS CONSEIL EXÉCUTIF EB136/36 Cent trente-sixième session 24 décembre 2014 Point 12.1 de l ordre du jour provisoire Projet de stratégie financière pour l OMS Rapport du Secrétariat 1. En mai 2014, la Soixante-Septième

Plus en détail

RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS. Qui sont les clients de

RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS. Qui sont les clients de RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS Qui sont les clients de fonds distincts? Qui sont les clients de fonds distincts? Comme presque tous les conseillers en sécurité financière, vous avez des clients qui s attendent

Plus en détail

Grille de compétences des détenteurs de permis de comptabilité publique

Grille de compétences des détenteurs de permis de comptabilité publique Grille de compétences des détenteurs de permis de comptabilité publique Introduction et table des matières page 1 Introduction Élaborée en concertation par les trois ordres comptables (CMA, CA et CGA),

Plus en détail

Commentaires de la Banque Nationale

Commentaires de la Banque Nationale Commentaires de la Banque Nationale Livre blanc de l OCRCVM Modifications apportées aux règles concernant l obligation de mise à niveau des compétences et le versement direct de commissions Le 29 avril

Plus en détail

Le travail intérimaire comparé aux autres formes d emploi

Le travail intérimaire comparé aux autres formes d emploi Le travail intérimaire comparé aux autres formes d emploi Rapport final Mars 2015 Pour le compte de: Eurociett UNI Europa Projet n VS/2013/0389 With financial support from the European Union Document

Plus en détail

CABINET CLEON MARTIN BROICHOT & ASSOCIES

CABINET CLEON MARTIN BROICHOT & ASSOCIES CABINET CLEON MARTIN BROICHOT & ASSOCIES RAPPORT DE TRANSPARENCE Etabli en application de l art. R. 823-21 du Code de commerce Exercice clos au 31 août 2014 cabinet CLEON MARTIN BROICHOT & Associés 7 rue

Plus en détail

Instructions relatives à la révision LBA et CoD 2015

Instructions relatives à la révision LBA et CoD 2015 ARIF / Juin 2015 Page 1 sur 7 Instructions relatives à la révision LBA et CoD 2015 A.- Généralités 1. Contenu Le présent document contient un certain nombre de renseignements et d instructions pour les

Plus en détail

FORMATION TERTIAIRE DROIT DES SOCIETES COMMERCIALES ET DU GROUPEMENT D INTERET ECONOMIQUE NOTE DE COURS

FORMATION TERTIAIRE DROIT DES SOCIETES COMMERCIALES ET DU GROUPEMENT D INTERET ECONOMIQUE NOTE DE COURS 1 NOTE DE COURS ORGANISATIONS ET FONCTIONNEMENT DE LA SA ET DE LA SARL SECTION 2 : ORGANISATIONS ET FONCTIONNEMENT DE LA SA ET DE LA SARL Six principaux points seront successivement abordés : - L organe

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

Charte du comité de vérification Révisée en décembre 2012

Charte du comité de vérification Révisée en décembre 2012 Charte du comité de vérification Révisée en décembre 2012 BUT La principale fonction du Comité de vérification (le «comité») de TransForce Inc. (la «Société») consiste à aider le conseil d administration

Plus en détail

Sommaire I. PREAMBULE 4 II. OBJET DE LA CHARTE 4 III. CHAMP D APPLICATION 5

Sommaire I. PREAMBULE 4 II. OBJET DE LA CHARTE 4 III. CHAMP D APPLICATION 5 Charte Internationale des Valeurs Sociales Fondamentales du groupe JCDecaux Édition 2013 Sommaire I. PREAMBULE 4 II. OBJET DE LA CHARTE 4 III. CHAMP D APPLICATION 5 IV. ENGAGEMENTS 6 4.1. Droit de négociation

Plus en détail

30 ans de LPP: entre risques et espoirs, un chemin imprévu. Prof. Dr Jacques-André Schneider

30 ans de LPP: entre risques et espoirs, un chemin imprévu. Prof. Dr Jacques-André Schneider 30 ans de LPP: entre risques et espoirs, un chemin imprévu Prof. Dr Jacques-André Schneider Thèmes Introduction 30 ans: un long chemin vers une harmonisation organisationnelle Le rôle de l expert qui évolue

Plus en détail

DCG 9. Introduction à la comptabilité ANNALES 2014

DCG 9. Introduction à la comptabilité ANNALES 2014 DCG 9 Introduction à la comptabilité ANNALES 2014 DCG 9 Introduction à la comptabilité ANNALES 2014 Charlotte DISLE Agrégée d économie et gestion Membre du CERAG Maître de conférences à l IAE de Grenoble

Plus en détail

Le fractionnement d un revenu de retraite

Le fractionnement d un revenu de retraite SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE STRATÉGIE PLACEMENTS ET FISCALITÉ N o 15 Le fractionnement d un revenu de retraite Il est maintenant possible de fractionner le revenu de retraite

Plus en détail

Renforcez votre entreprise grâce à l expertise d Applied

Renforcez votre entreprise grâce à l expertise d Applied : : A P P L I E D S U P P O R T : : Renforcez votre entreprise grâce à l expertise d Applied Maximisez votre investissement technologique LE SUCCÈS DE VOTRE ENTREPRISE DÉPEND DE LA PERFORMANCE DE VOS CAPACITÉS

Plus en détail

Imagine Canada. Réponses aux questions pour les consultations prébudgétaires. Comité permanent des finances de la Chambre des communes

Imagine Canada. Réponses aux questions pour les consultations prébudgétaires. Comité permanent des finances de la Chambre des communes Imagine Canada Réponses aux questions pour les consultations prébudgétaires Comité permanent des finances de la Chambre des communes Août 2012 Question 1 Compte tenu du climat d'austérité budgétaire actuel

Plus en détail

Treizième rapport annuel au Premier ministre sur la fonction publique du Canada

Treizième rapport annuel au Premier ministre sur la fonction publique du Canada Treizième rapport annuel au Premier ministre sur la fonction publique du Canada Kevin G. Lynch Greffier du Conseil privé et secrétaire du Cabinet Pour l année finissant le 31 mars 2006 Catalogage avant

Plus en détail

1-Audit fiscal : I/Définition et objectifs de l audit fiscal :

1-Audit fiscal : I/Définition et objectifs de l audit fiscal : 1-Audit fiscal : I/Définition et objectifs de l audit fiscal : Toute mission d'audit, quelle qu'en soit sa nature, suppose une démarche et une méthodologie permettant d'atteindre son objectif avec le maximum

Plus en détail

Capacité Capital Caution Caractéristiques financières Caractère

Capacité Capital Caution Caractéristiques financières Caractère Capacité Capital Caution Caractéristiques financières Caractère Les 5 C du crédit Comprendre l admissibilité au crédit À B2B Banque, nous savons que vous vous efforcez d offrir à vos clients les bonnes

Plus en détail

POLITIQUE DE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE «JEUNES ET ADULTES»

POLITIQUE DE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE «JEUNES ET ADULTES» Code : 2900-02-15-01 POLITIQUE X DIRECTIVE RÈGLEMENT PROCÉDURE POLITIQUE DE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE «JEUNES ET ADULTES» Date d approbation : 17 mars 2015 Service dispensateur : Services

Plus en détail

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie Par Serge Lamarche, vice-président, Service à la clientèle, ADP Canada Dénicher des employés qualifiés dans le secteur du commerce de

Plus en détail

Document d information. Règlement sur l exercice de la profession de dentiste en société et modifications au Code de déontologie

Document d information. Règlement sur l exercice de la profession de dentiste en société et modifications au Code de déontologie Document d information Règlement sur l exercice de la profession de dentiste en société et modifications au Code de déontologie Introduction Le présent document énumère les principales conditions et modalités

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION GROUPEMENT D EMPLOYEURS SPORT ANIMATION LOISIRS TOURISME DORDOGNE

STATUTS DE L ASSOCIATION GROUPEMENT D EMPLOYEURS SPORT ANIMATION LOISIRS TOURISME DORDOGNE STATUTS DE L ASSOCIATION GROUPEMENT D EMPLOYEURS SPORT ANIMATION LOISIRS TOURISME DORDOGNE ARTICLE 1 : CONSTITUTION DENOMINATION Entre les adhérents aux présents statuts il est créé une association dénommée

Plus en détail

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 FÉVRIER 2016 Mot du directeur général Avec son Plan d action de développement durable 2015-2020, SOQUIJ est fière de contribuer aux efforts de l administration

Plus en détail

Présentation du service compta en ligne

Présentation du service compta en ligne Présentation du service compta en ligne Vos besoins changent,nos missions aussi... Internet : pour collaborer Objectifs de ce diaporama Vous présenter l offre de service en ligne Réfléchir à son utilité

Plus en détail

Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil L offre en établissements d hébergement pour personnes âgées en 2011

Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil L offre en établissements d hébergement pour personnes âgées en 2011 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Sabrina VOLANT (DREES) Etudes

Plus en détail

Sondage sur la satisfaction de la clientèle Secteur des services intégrés, ministère des Pêches et des Océans

Sondage sur la satisfaction de la clientèle Secteur des services intégrés, ministère des Pêches et des Océans Sondage sur la satisfaction de la clientèle Secteur des services intégrés, ministère des Pêches et des Océans Rapport final le 19 janvier 2001 RAPPORT FINAL Table des matières RÉSUMÉ... I 1. INTRODUCTION...1

Plus en détail

déployer une énergie appréciable pour placer les étudiants dans les meilleures conditions de stages possibles.

déployer une énergie appréciable pour placer les étudiants dans les meilleures conditions de stages possibles. ÉTUDE SUR LES BESOINS EN FORMATION CLINIQUE ET EN FORMATION CONTINUE DES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ DES COMMUNAUTÉS FRANCOPHONES EN SITUATION MINORITAIRE Sommaire Le Consortium national de formation en

Plus en détail

Rédiger une note de synthèse sur un texte ou un dossier de caractère administratif. Le dossier complet figure en Annexe 3

Rédiger une note de synthèse sur un texte ou un dossier de caractère administratif. Le dossier complet figure en Annexe 3 Synthèse Rédiger une note de synthèse sur un texte ou un dossier de caractère administratif. Le dossier complet figure en Annexe 3 Copie notée : 15/20 Objet : Le patrimoine numérique : enjeux et perspectives

Plus en détail

CHAMBRE SYNDICALE DE LA REPARTITION PHARMACEUTIQUE

CHAMBRE SYNDICALE DE LA REPARTITION PHARMACEUTIQUE CHAMBRE SYNDICALE DE LA REPARTITION PHARMACEUTIQUE ACCORD DE CLASSIFICATIONS Entre les parties : La Chambre Syndicale de la Répartition Pharmaceutique - C.S.R.P., Syndicat professionnel inscrit au Registre

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA FORMATION CONTINUE OBLIGATOIRE DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE

RÈGLEMENT SUR LA FORMATION CONTINUE OBLIGATOIRE DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE RÈGLEMENT SUR LA FORMATION CONTINUE OBLIGATOIRE DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE Loi sur la distribution de produits et services financiers (L.R.Q., c. D-9.2, a. 202.1, par. 2 et a. 312) SECTION

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ. Personnel

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ. Personnel MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières

Plus en détail

VOS RÊVES. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. VOTRE CONSEILLER DSFRI : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE.

VOS RÊVES. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. VOTRE CONSEILLER DSFRI : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. VOS RÊVES. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. VOTRE CONSEILLER DSFRI : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. Avant de mettre votre téléphone en mode silencieux pour votre rencontre, vous le déposez sur le bureau pour faire

Plus en détail

Foyer International S.A. Eléments Clés

Foyer International S.A. Eléments Clés 2015 Foyer International S.A. Eléments Clés L Assurance Vie en Libre Prestation de Services : Solutions sur mesure au service d une clientèle internationale exigeante En tant que filiale à 100% du Groupe

Plus en détail

UN MONDE D ENGAGEMENT

UN MONDE D ENGAGEMENT UN MONDE D ENGAGEMENT PROJET ÉDUCATIF Le collège Édouard-Montpetit est un établissement d enseignement supérieur public et laïc qui fait partie du réseau des collèges d enseignement général et professionnel

Plus en détail

VALFINANCE PATRIMOINE

VALFINANCE PATRIMOINE VALFINANCE PATRIMOINE fondé par Valérie ANDRES, est un Cabinet de Gestion de Patrimoine indépendant qui accompagne : Les entrepreneurs Les familles Les professions libérales Les cadres dirigeants dans

Plus en détail

UNE VISION COMMUNE 2 PLAN STRATÉGIQUE : 2016-2018

UNE VISION COMMUNE 2 PLAN STRATÉGIQUE : 2016-2018 PLAN STRATÉGIQUE 2016-2018 UNE VISION COMMUNE 2 PLAN STRATÉGIQUE : 2016-2018 À ses débuts, le Centre d excellence de l Ontario en santé mentale des enfants et des adolescents (le Centre) était une petite

Plus en détail

RAPPORT DU PRESIDENT SUR LE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE ET LES PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE

RAPPORT DU PRESIDENT SUR LE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE ET LES PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE Cie Agricole de la Crau RAPPORT DU PRESIDENT SUR LE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE ET LES PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE Mesdames, Messieurs, En application des dispositions de l article L.225-37 du Code de

Plus en détail

Indications et outils à l intention des comités d audit

Indications et outils à l intention des comités d audit Indications et outils à l intention des comités d audit L organisation des Comptables professionnels agréés (CPA Canada) a publié de nouveaux documents en vue d aider les comités d audit à mieux surveiller

Plus en détail

DIRECTEUR DU PROJET D APPUI À LA GOUVERNANCE INSTITUTIONNELLE (PAGI)

DIRECTEUR DU PROJET D APPUI À LA GOUVERNANCE INSTITUTIONNELLE (PAGI) REPUBLIQUE DE MADAGASCAR GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT TERMES DE RÉFÉRENCE POUR LE RECRUTEMENT DU DIRECTEUR DU PROJET D APPUI À LA GOUVERNANCE INSTITUTIONNELLE (PAGI) I. Contexte et Justification

Plus en détail

Charte éthique de la Fegems

Charte éthique de la Fegems Charte éthique de la Fegems Préambule Une Charte éthique, pour quoi faire? La Charte affi rme la philosophie de la Fegems, les valeurs éthiques communes qui fondent ses attitudes et ses actions. Affi rmer

Plus en détail

Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016

Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016 Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016 L Institut canadien des évaluateurs (ICE) soumet les recommandations

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Chargé (e) de projets industriels OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Chargé (e) de projets industriels OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C* Dernière modification : 08/11/2012 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Chargé (e) de projets industriels I OBJECTIF

Plus en détail

La surveillance des risques pour l entreprise (SRE)

La surveillance des risques pour l entreprise (SRE) La surveillance des risques pour l entreprise (SRE) Demande d admission APERÇU DU COURS Le nouveau cours d une journée de l IAS intitulé «La surveillance des risques pour l entreprise» permettra aux administrateurs

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2010 Ce fichier nu m é r i q u e ne peut être repr o d u i t, représe

Plus en détail

À la base de ce chapitre, on retrouve la question du type de rapport à émettre lorsque les pcgr ne sont pas respectés

À la base de ce chapitre, on retrouve la question du type de rapport à émettre lorsque les pcgr ne sont pas respectés RAPPORT DU VÉRIFICATEUR SUR DES ÉTATS FINANCIERS ÉTABLIS SELON DES RÈGLES COMPTABLES AUTRES QUE LES PRINCIPES COMPTABLES GÉNÉRALEMENT RECONNUS 1 État de la question par : D.-Claude Laroche Professeur agrégé

Plus en détail

Rapport annuel PRP. Rapport annuel 2012-2013 de la Loi sur la protection des renseignements personnels

Rapport annuel PRP. Rapport annuel 2012-2013 de la Loi sur la protection des renseignements personnels Rapport annuel PRP Rapport annuel 2012-2013 de la Loi sur la protection des renseignements personnels Bureau de l'accès à l'information et de la protection des renseignements personnels d'eacl Revision

Plus en détail

Sondage annuel 2010 sur le profil des travailleurs autonomes en technologies de l information et des communications au Québec

Sondage annuel 2010 sur le profil des travailleurs autonomes en technologies de l information et des communications au Québec Sondage annuel 2010 sur le profil des travailleurs autonomes en technologies de l information et des communications au Québec Introduction Depuis 17 ans, l Association québécoise des informaticiennes et

Plus en détail