Mandarins et commissaires : l'enjeu de Yan'an

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mandarins et commissaires : l'enjeu de Yan'an"

Transcription

1 Mandarins et commissaires : l'enjeu de Yan'an Roland Lew 1 Dans la mythologie maoïste, la période de Yan'an, surtout celle des années de la lutte anti-japonaise ( ), est présentée comme le moment fondateur, le creuset où viennent se mélanger et se recomposer harmonieusement les divers ingrédients qui rendent possible l'étroite union du peuple et du parti communiste, clé du succès de Étape cruciale, indispensable même pour comprendre la victoire, mais à condition de lui restituer ses contours effectifs, d'en analyser les mulptiples dimensions, certaines rien moins que glorieuses. Si une bonne partie du futur triomphe se joue là, c'est aussi la nature autoritaire, sinon despotique, du pouvoir maoïste qui se révèle durant cette décennie si souvent exaltée. Longtemps nous avons eu une vision positive, voire saint-sulpicienne, de l'œuvre accomplie dans la lointaine région du Shaanxi. Le livre de Mark Selden, The Yenan way in revolutionary China (Cambridge [Mass.], Harvard University Press, 1971), traçait un tableau sympathique et riche d'informations, mais partial, de ce qui était décrit comme une société fraternelle, 1. A propos de Guilhem Fabre, Genèse du pouvoir et de l'opposition en Chine. Le printemps de Y an an : Paris, L'Harmattan, pages. FF 130,00. Roland Lew est enseignant au département de Sciences politiques de l'université Libre de Bruxelles. Études chinoises, vol. IX, n 2 (automne 1990)

2 ou s'efforçant de le devenir dans un contexte de dénuement et au milieu d'une guerre particulièrement éprouvante. Depuis l'après-mao l'on assiste à une «révision générale des verdicts» qui atteint, comme il se doit, l'image glorieuse des temps héroïques de la lutte anti-japonaise, trop glorieuse en regard des informations qui arrivent désormais à foison, dévoilant les zones d'ombre, chargées même de noirceur et de sang, recouvrant des pages que l'on croyait bien remplies, bien connues. Pas nécessairement ignorées, ces pages n'étaient pas toujours étudiées avec la rigueur, la froideur voulues. A une époque, la nôtre, où l'on assiste à un perpétuel va-et-vient entre une nouvelle vision simplificatrice souvent l'exact opposé des schémas du passé et une pensée de la complexité plus délicate à manier, plus exigeante pour celui qui s'efforce de la mettre en œuvre, le regard porté sur la Chine maoïste, ses origines, son déroulement, hésite entre la disqualification et une conception élargie, mieux informée, peut-être renouvelée. Une meilleure perception, plus aiguë, du «moment Yan'an» est indispensable à une compréhension d'ensemble du maoïsme. * C'est un épisode sombre, point inconnu des chercheurs, que G. Fabre analyse de façon documentée et dans un style souvent incisif, tout en fournissant pour la première fois au public francophone une anthologie de textes importants publiés par les intellectuels critiques en Le livre arrache à leur relative obscurité ces quelques mois de semi-liberté qui furent le printemps des intellectuels de 1942, et la rapide répression de ce dernier par les communistes. Circonscrit dans le temps et d'impact limité, l'événement a valeur d'instant de vérité sur les rapports entre le PCC et la société et pas seulement les intellectuels qu'il anime et administre L'invasion massive par les Japonais secoue la Chine et provoque une énorme mobilisation patriotique dans les villes ; elle favorise, dans certaines régions rurales, la revitalisation d'un communisme alors affaibli. Nombre d'intellectuels urbains rejoignent les bases rouges dans le Nord pour participer à la lutte aux côtés de ceux qui semblent les plus déterminés à la mener et contribuer à l'édification d'une société nouvelle, plus juste, plus sensible à la vie des masses déshéritées. Ils sont prêts, dans ce contexte, 172

3 à se reconvertir, à quitter l'habit de l'intellectuel moderne qu'ils viennent à peine de revêtir pour endosser l'uniforme du militant. Le séjour à Yan'an leur apporte une dose de dépaysement, quelques surprises, et un bon lot de déceptions. D'un seul coup ils accèdent à une meilleure connaissance des profondeurs du pays et à un contact direct avec le communisme chinois. C'est le début d'une longue histoire, accumulant ces déboires et ces frustrations qui ne cesseront de rythmer les relations tumultueuses entre monde intellectuel et PCC. La déconvenue vient vite : ce monde fraternel l'est nettement moins qu'annoncé, et surtout moins égalitaire. De «plus égaux que d'autres» s'y repèrent aisément, les «hommes à cheval», ces cadres du parti qui, non contents d'utiliser ce moyen de locomotion de riche dans une région pauvre, s'approprient un bien encore plus exceptionnel : les femmes des villes... (pp. 39 sq.). Derrière cette désillusion non avouée se cache un obscur combat, celui qui oppose, silencieusement, les intellectuels issus des villes (ou même, plus généralement, les citadins) aux autochtones essentiellement paysans en vue d'occuper les postes de cadres (à l'échelon moyen : les sommets sont solidement tenus en main par la vieille garde maoïste ou par des chefs ralliés à Mao). Si les premières années sont propices aux militants arrivés «d'ailleurs», dès le début des années quarante la méfiance des dirigeants à leur égard pousse ces derniers à encourager une rapide promotion des paysans (pp. 45 sq.). Dans cette lutte des éduqués contre la piétaille, le succès va aux enfants du terroir. C'est là une question de docilité, ou de nombre : la montée du PCC exige un encadrement de plus en plus fourni, et le flux migratoire des citadins n'y suffit plus. Bataille et plus encore lourd dilemme : la promotion sociale des intellectuels implique un choix. S'intégrer dans le moule du PCC et monter dans la hiérarchie ont comme contrepartie le renoncement au statut d'intellectuel créatif, critique, statut illustré par l'exemple prestigieux de Lu Xun 2. Bref, devenir un militant discipliné, obéissant, ou s'exprimer indépendamment des impératifs du pouvoir et risquer le courroux du parti. 2. Cf. l'échange de lettres entre Xu Maoyong et Lu Xun datant de 1936, peu de temps avant la mort de l'écrivain, dont on trouvera la traduction pp. 133 sq. 173

4 En , pendant un bref laps de temps, les intellectuels ont le sentiment qu'il est possible de combiner les deux fonctions. Ils répondent d'ailleurs à l'invite de responsables communistes conscients du malaise intellectuel et inquiets de leur passivité. De l'écrit-parabole rédigé par la poétesse Ding Ling, «L'hôpital», publié en septembre 1941 dans la page culturelle du quotidien Libération, au texte virulent de Wang Shiwei, «Le lys sauvage» 3, paru les 1 er et 2 mars 1942 dans le même quotidien officiel (il n'y en a pas d'autres), la critique, au départ voilée, allusive, se fait dénonciation ouverte des hypocrisies d'un monde inégalitaire et expression du mal de vivre des intellectuels. Cette transgression d'un code implicite de bonne conduite, d'autolimitation de la parole autorisée, entraîne une prompte réplique des autorités mises en question, et du grand chef lui-même : ce sont les célèbres «Interventions aux causeries sur la littérature et l'art» (mai 1942), dans lesquelles Mao fixe «une définition de la réalité et le monopole de la représentation» (p. 77) par et pour le PCC. C'est, estime G. Fabre, le «véritable acte de naissance d'un despotisme représentatif qui s'adjuge le mouvement d'une époque» (p. 89). Le Timonier en voie d'être canonisé (c'est le maoïsme et pas seulement son dirigeant qui est consacré) marque une nette ligne de séparation entre intellectuels au service du parti, donc bien accueillis, et intellectuels critiques, exposés à l'opprobre ou destinés à servir de cible lors des rudes campagnes de «rectification». Élus silencieux ou pestiférés réduits au silence : le dilemme est dramatique. Mao ne le formule pas aussi crûment, même si son langage est très «rabelaisien», mais les intellectuels séjournant à Yan'an ont vite compris. La plupart font marche arrière. Wang Shiwei, l'une des rares exceptions, refuse de faire son autocritique (p. 91), à la différence de Ding Ling qui prend son pinceau pour se distancier de son propre texte de 1941 et, plus vigoureusement, vilipender en juin 1942 le récalcitrant auteur du «Lys sauvage» (pp. 102 sq.). C'est sur lui que s'abat la meute des confrères ambitieux ou apeurés ; c'est lui qui subit les attaques souvent sordides, ou mensongères il est qualifié de «trotskyste», terme infamant et, comme on sait, mortellement 3. Traduit avec la collaboration d'éric Trombert, pp

5 dangereux dans l'univers stalino-maoïste 4. Il est accablé par le rouleau compresseur de la «rectification», machine à laminer toute opposition, alors en phase expérimentale avant de devenir la lourde et parfois cruelle routine abondamment utilisée des décennies durant. Il ne cède pas, ou insuffisamment. Mis à l'écart, arrêté, il sera liquidé en 1947 (peut-être) par Li Kenong, qui n'est point un petit cadre agissant de sa seule initiative, comme Mao a tenté de le faire croire plus tard, mais bien, comme le montre G. Fabre, rien moins que le patron de la Sécurité, le premier des policiers de Yan'an (pp. 117 et 118). En quelques mois la vague de timide liberté est écrasée. Elle renaîtra quinze ans plus tard avec les Cent Fleurs, à nouveau manipulée et vite détruite. Il faudra attendre encore quatre lustres le «Mur de la démocratie», 1979 pour que surgissent les premières oppositions véritablement en position d'extériorité par rapport au PCC, incarnant un début d'autonomie de la société face au parti-état, ce pesant et rétrograde groupe social dominant de la République Populaire de Chine. * La répression des intellectuels à Yan'an n'a pas eu un grand impact en dehors de la région concernée : la lutte antijaponaise prime sur tout. Le PCC a encore ses heures de triomphe devant lui. A faire redéfiler le film de cette tragédie locale, on ne peut cependant qu 'être frappé par sa dimension exemplaire. Le PCC s'y exhibe pleinement. Non point «méchant», dur, ou anti-intellectuel par principe, mais tout simplement, plus fondamentalement, d'une nature particulière : d'une essence autre que celle attendue, espérée par les intellectuels. Moins anti-intellectuel qu'on ne l'a dit ou qu'il ne s'affiche parfois, le PCC exprime, brutalement à l'occasion, la distinction de fond entre intellectuels-militants et intellectuels-critiques. Plus d'une décennie après la fuite éperdue des militants communistes traqués dans les villes par l'allié Chiang Kai-chek mué, à l'époque d'un autre printemps (celui de 1927), en adversaire féroce, le PCC s'est coulé dans un registre nouveau, un projet original : renonçant au rôle d'encadrement d'une avant-garde ouvrière comme dans les années vingt, il anime 4. Cf. la traduction du «Journal de lutte», pp. 191 sq. 175

6 désormais un parti-état aux limites extensibles au fur et à mesure des succès. Placé à la tête d'un pouvoir étatique, dynamique, expansif, radical, c'est un corps par nature coupé, protégé du reste du monde social. Le révolutionnaire militant, le «fonctionnaire» radical peut être d'origine sociale «éduquée» ou exercer des fonctions de clerc, il ne peut assumer la vocation «haute» que s'attribuent une certaine tradition et une certaine exigence intellectuelle. On retrouve là une problématique, voisine de celle mise en lumière par Gramsci, sur la continuité entre intellectuels organiques, porte-parole et gestionnaires directs d'un milieu social, et grands intellectuels, situés socialement mais capables d'opérer une distanciation critique, et donc à même de faire œuvre créatrice. Ceux-ci nécessairement en moins grand nombre que ceux-là. Cette analyse ici très schématisée semble plus pertinente que celle souvent entendue, et d'un mépris voyant, encline aussi à marquer la «distinction» qui sépare radicalement les petits intellectuels (semi-intellectuels militants, tel Mao, précisément) des grands intellectuels (espace culturel large, vision critique, à la limite, pensent certains, surplombant le monde social) les intellectuels à la Lu Xun, et plus le Lu Xun de chair et d'esprit que celui célébré par la propagande maoïste. À partir de Yan'an l'intellectuel-militant sait qu'il peut prétendre à un fort bel avenir comme armature du parti-état, pourvu qu'il accepte d'être assujetti et d'assujettir à son tour le monde social. À l'inverse, un destin funeste ne peut qu'accabler celui qui s'obstine à incarner la figure, relativement originale en Chine, de l'intellectuel critique, hors des rets du pouvoir, à l'abri de la fascination qu'exerce celui-ci, libre, autant que se peut, de sa perception et de sa réflexion. De 1942 à nos jours, la réaction du monde intellectuel à ce dilemme a été plus ambiguë qu'on ne l'a dit, y compris pendant le printemps de révolte de Car si la perte d'identité, celle d'un espace intellectuel propre (dans les deux sens du terme), l'abandon d'une activité créatrice distanciée, l'enfouissement d'un «souci de soi» indispensable pour sentir et refléter les attentes des autres, ont pesé sur nombre d'individus talentueux, sensibles, honnêtes, la monnaie offerte en échange de cette capitulation/ reconversion a brillé d'un éclat d'or souvent irrésistible. Il s'agissait de conquérir une place importante dans le dispositif du pouvoir ; de progres- 176

7 sivement refouler les cadres «rouges» et ignares dans ce qui n'a cessé d'être une lutte sourde et prolongée en vue de structurer la nouvelle élite. Mao a souvent fait pencher la balance en faveur des «rouges», présentés, ici ou là, comme des déclassés en voie de reclassement social. Mais la défaite n'était jamais définitive. Etl'après-Maoétait est peut-être toujours prometteur pour l'expertise, du moins sa fraction technicienne. De toute façon, ce qui était en jeu dans la relation du PCC et des intellectuels, ce n'était rien moins qu'un renouvellement de la fonction traditionnelle du mandarin, sa modernisation, sa résurrection comme cadre d'un parti-état : le passage de la bureaucratie de type ancien, inopérante face aux énormes problèmes de la Chine du xx" siècle, à celle du gestionnaire, du bureaucrate (sans connotation péjorative) moderne, force dynamique au départ, rouage décisif d'un processus de bouleversement social et économique. On peut constater l'écart, l'abîme, entre le discours les proclamations de libération sociale du PCC, et sa réalité vraie, mise à nu. Ou encore, mesurer la distance croissante entre le projet effectif, autoritaire, mobilisateur, et la progressive pétrification bureaucratique. On peut moins critiquer les incohérences du parti-état, affecter de ne pas avoir perçu sa logique nécessairement hiérachique, inégalitaire, sa tendance au cloisonnement social et à l'usage manipulateur, fantasmagorique, d'une «lutte de classes» détachée des goupes sociaux en présence. La reconnaissance de ces réalités est indéniable chez les intellectuels chinois qui se sont frottés au PCC, plus encore chez ceux qui savent que le communisme chinois n'est rien d'autre qu'un de leurs rejetons, une des composantes et non des moindres de la nébuleuse intellectuelle chinoise. Capacité d'impulser des transformations considérables et puissance de contrôle social : ce sont là deux aspects inséparables découlant du projet maoïste, ou si l'on préfère de la version sinisée du marxisme-léninisme, lui-même version russifiée du marxisme... Cette double dimension est précocement évidente, et elle ne l'est pas seulement dans l'épisodedu printemps 1942, longtemps mal connu. Le PCC ne déploie, au demeurant, pas d'autre logique que celle de l'autoritarisme inclus dans la structure et les contraintes fonctionnelles d'un parti-état selon les moments bienveillant, plus rèche ou franchement intolérant. Seule sa liturgie, et encore, projette un message différent, et plutôt pour un lointain futur. Après tout, même dans les 177

8 intentions «libérales» de la «nouvelle démocratie» censée séduire la bourgeoisie, le rôle de pilotage du parti et de l'état est clairement manifesté. En quelque sorte, on peut parler d'aveuglement intéressé dans la relation des intellectuels au PCC. Séduits par la possibilité d'une reconversion, les intellectuels ne pouvaient faire ce qu'ils faisaient qu'en ignorant ce qu'ils étaient en tant que groupe social : des candidats au pouvoir, et plus rarement des individus désireux en tant qu'individus d'exprimer des sentiments, des perceptions, de se situer dans une continuité ou une discontinuité culturelle. Peu intellectuel, sinon peu intelligent, dans son face-à-face avec le PCC, le lettré chinois moderne l'est moins par défaut de clairvoyance que par méconnaissance de la matérialité du lien qui l'unit à ce double de lui-même, transfiguré et dégradé, qu'est le cadre-militant. De ce point de vue, l'analyse sans complaisance du milieu intellectuel, de ceux qui se sont donnés la tâche de la pensée critique, de leurs intérêts, de leurs ambiguïtés (par rapport au talent, à la déviance dans le milieu...), est tout aussi essentielle qu'une compréhension de la nature du PCC, au delà du camouflage idéologique, des justifications, de la bonne ou de la mauvaise conscience des uns et des autres. Essentielle et salubre. Comment le monde intellectuel pourrait-il faire l'économie de l'analyse de ceux qui analysent, du regard tranchant sur ceux qui tranchent si volontiers sur les... autres? Le courage remarquable de Wang Shiwei et de quelques individualités en 1942 ne dispense pas d'apprécier le comportement de la majorité. Il ne dispense pas de peser ce qui découlait d'une crainte légitime face au risque de répression, dès que le PCC eut exhibé ses dents acérées, et ce qui était une certaine idée, un habitas, de l'intellectuel, membre d'une élite se concevant comme nécessairement partie prenante des «hauteurs de commandement». Souvent trompé, a-t-on dit, mais jamais désespéré dans sa quête de légitimation par le pouvoir ou d'accès au pouvoir tout court. Un long chemin reste à parcourir avant que l'intellectuel chinois plus encore que ses homologues d'occident ne se pose la question d'une place différente que celle autoproclamée de pilote, de maître savant et juste. Et à l'inverse de ce que l'on entend souvent affirmer, il est indispensable que des secteurs importants du reste de la société, issus donc de la majorité, revendiquent au moins des parcelles d'autonomie pour que les intellectuels, ou une partie 178

9 d'entre eux, jouent ce rôle d'avant-garde, de porte-voix, d'expression d'une conscience plus générale, plus déterminée qu'eux, rôle plus souvent revendiqué que pratiqué. C'est peut-être parce que cette maturation sociale reste insuffisante aujourd'hui en Chine que la trajectoire démocratique des intellectuels est marquée par tant d'errance et d'inconséquence... Quoi qu'il en soit, on ne peut déceler, à l'époque de Yan'an, aucune forme de société civile échappant à l'état, située à l'écart du pouvoir, capable d'exprimer ou de mener une action autonome. À ceux qui rêvaient d'un autre destin que celui dicté par un parti-etat déjà rigide, le PCC lançait un précoce rappel à l'ordre et imposait les voies d'un ordre nouveau et contraignant. S'il est un autre espoir, il appartient plutôt au présent qu'à ce passé en voie d'être perçu, au fur et à mesure que la société devient plus agissante, comme une vieille histoire, pour ne pas dire une préhistoire à laquelle font encore semblant de s'accrocher à Pékin quelques vieillards en fin de course. 179

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

L estime de soi. Conférencier : Éric Lefebvre, psychologue monpsy@sec.cableamos.com

L estime de soi. Conférencier : Éric Lefebvre, psychologue monpsy@sec.cableamos.com L estime de soi Cet ingrédient essentiel à l épanouissement de nos jeunes Conférencier : Éric Lefebvre, psychologue monpsy@sec.cableamos.com D abord, la pyramide des besoins de Maslow Estime de soi ou

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

LA GESTION DE L INQUIÉTUDE

LA GESTION DE L INQUIÉTUDE LA GESTION DE L INQUIÉTUDE RESSENTIE FACE À UNE ÉVALUATION Révision : 2008-09, NN GESTION DE L INQUIÉTUDE RESSENTIE FACE À UNE ÉVALUATION 1. EXPLICATION DE CETTE INQUIÉTUDE C est décidé, l officiel en

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 RÔLES DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION INFORMER

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

La démocratisation de l enseignement supérieur en Chine

La démocratisation de l enseignement supérieur en Chine La démocratisation de l enseignement supérieur en Chine Université du Hebei L enseignement supérieur chinois se transforme au rythme du développement économique depuis une vingtaine d années. D une façon

Plus en détail

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire Enseignement : INTRODUCTION A LA SOCIOLOGIE 2 : CONCEPTS, METHODES, ET ENJEU ACTUELS Excellent Bon Moyen Insuffisant Comment évaluez-vous la préparation et l'organisation des séances? 6 (30%) 11 (55%)

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Plaidoyer pour une éthique du «placement»

Plaidoyer pour une éthique du «placement» Plaidoyer pour une éthique du «placement» Pascal Poli Gériatre, Fondation Le Bon Sauveur d Alby (Albi), Groupe de réflexion «Éthique et Sociétés - Vieillesse et vulnérabilités», Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

La culture : quatrième pilier du développement durable

La culture : quatrième pilier du développement durable La culture : quatrième pilier du développement durable S'appuyant sur le travail mené de longue date par la Commission de culture de CGLU, sur la Déclaration universelle de l'unesco sur la diversité culturelle

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES

METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES Les questions suivantes sont destinées à vous aider à vous situer et vous faire quelques propositions d'amélioration. 1. Pour quelles raisons ai-je choisi cette formation?

Plus en détail

GUIDE SUR LA FIN DE VIE DES BATEAUX DE PLAISANCE À DESTINATION DES ÉCOLES DE VOILE ET CENTRES DE FORMATION DE NAVIGATION

GUIDE SUR LA FIN DE VIE DES BATEAUX DE PLAISANCE À DESTINATION DES ÉCOLES DE VOILE ET CENTRES DE FORMATION DE NAVIGATION GUIDE SUR LA FIN DE VIE DES BATEAUX DE PLAISANCE À DESTINATION DES ÉCOLES DE VOILE ET CENTRES DE FORMATION DE NAVIGATION TOUS DROITS RÉSERVÉS Ce document ne peut pas être copié, reproduit ou modifié entièrement

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

RAPPORT DU JURY DU CONCOURS INTERNE D ADJOINT ADMINISTRATIF DE 1 ERE CLASSE SESSION 2011. Session 2011

RAPPORT DU JURY DU CONCOURS INTERNE D ADJOINT ADMINISTRATIF DE 1 ERE CLASSE SESSION 2011. Session 2011 Besançon, le 21 octobre 2011 Rectorat Division des examens et concours D.E.C. 1 RAPPORT DU JURY DU CONCOURS INTERNE D ADJOINT ADMINISTRATIF DE 1 ERE CLASSE SESSION 2011 Session 2011 EPREUVE ECRITE LE :

Plus en détail

Difficultés et opportunités de TIC en Afrique centrale

Difficultés et opportunités de TIC en Afrique centrale Kigali 3rd EuroAfriCa-ICT Awareness Workshop Difficultés et opportunités de TIC en Afrique centrale «cas de la RD CONGO» Par Benjamin MURHESA CIBALONZA IT Manager / Radio Maendemeo Bukavu DR Congo 1 Introduction

Plus en détail

28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris. Une démarche de recherche action dans un service associatif

28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris. Une démarche de recherche action dans un service associatif 28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris Une démarche de recherche action dans un service associatif 1 I. Le contexte institutionnel du processus d évaluation et

Plus en détail

De Mathieu Doiret OpinionWay. CFE CGC Baromètre Stress Vague 13 octobre 2009

De Mathieu Doiret OpinionWay. CFE CGC Baromètre Stress Vague 13 octobre 2009 De Mathieu Doiret OpinionWay CFE CGC Baromètre Stress Vague 13 octobre 2009 Méthodologie Méthodologie Objectifs : L objectif principal assigné à cette étude est de mesurer le degré de stress perçu par

Plus en détail

Problématique. À propos du «réveil religieux» dans le Québec du XIXe siècle : où se loge le vrai débat? - Louis Rousseau. par Catherine Séguin

Problématique. À propos du «réveil religieux» dans le Québec du XIXe siècle : où se loge le vrai débat? - Louis Rousseau. par Catherine Séguin À propos du «réveil religieux» dans le Québec du XIXe siècle : où se loge le vrai débat? - Louis Rousseau par Catherine Séguin Problématique Cette note critique répond à un article de René Hardy «À propos

Plus en détail

Le Capitaine de l Equipe

Le Capitaine de l Equipe Le Capitaine de l Equipe Le poste de capitaine de l équipe n est pas très compris par beaucoup d entraîneur. L étude suivante concerne surtout une équipe d adultes ou d adolescents. Notre champs d intervention

Plus en détail

Prof. Dr. Christoph Stückelberger

Prof. Dr. Christoph Stückelberger Être responsable - devant Dieu et l autre Cours aux Universités protestantes en RD Congo: Bukawu, Goma, Kinshasa, Nov 2010 Prof. Dr. Christoph Stückelberger Professeur d éthique à l Université de Bâle

Plus en détail

La théorie des mouvements dans les formules Jean-François Nicaud Version initiale de Février 2013 jeanfrancois.nicaud@laposte.net

La théorie des mouvements dans les formules Jean-François Nicaud Version initiale de Février 2013 jeanfrancois.nicaud@laposte.net La théorie des mouvements dans les formules Jean-François Nicaud Version initiale de Février 2013 jeanfrancois.nicaud@laposte.net Article rédigé avec epsilonwriter puis copié dans Word La théorie des mouvements

Plus en détail

GESTION INFORMATISEE DE FILES D ATTENTE

GESTION INFORMATISEE DE FILES D ATTENTE GESTION INFORMATISEE DE FILES D ATTENTE Eviter les pièges et les fausses bonnes idées Des bornes d'accueil avec des sélections multiples présentées faussement comme étant des écrans tactiles De nombreuses

Plus en détail

SYSTÈME DE GESTION DE L APPRENTISSAGE (SGA) EST-CE QUE LA PLATEFORME MOODLE EST SANS RISQUE?

SYSTÈME DE GESTION DE L APPRENTISSAGE (SGA) EST-CE QUE LA PLATEFORME MOODLE EST SANS RISQUE? SYSTÈME DE GESTION DE L APPRENTISSAGE (SGA) EST-CE QUE LA PLATEFORME MOODLE EST SANS RISQUE? Moodle est un projet mondial à code source libre élaboré littéralement par des centaines de programmeurs. S

Plus en détail

«Formation Management»

«Formation Management» «Formation Management» n Les fondements du management n Donner du sens n Bâtir la confiance n Prendre en compte les besoins individuels n Entretenir la motivation n Le management situationnel n Le management

Plus en détail

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette Rapport de stage Mer et Monde Frédérique Morissette Comment décrire en quelques mots cette merveilleuse expérience qu à été mon stage au Sénégal? Impossible selon moi, je devrais écrire des pages et des

Plus en détail

Partie 1 Présentation des concours

Partie 1 Présentation des concours Partie 1 Présentation des concours Décrypter l épreuve d anglais Tremplin 1 Passerelle 1 SKEMA 1 Mieux comprendre les écoles Qui passe Tremplin 1, Passerelle 1 et SKEMA 1? Tous les étudiants titulaires

Plus en détail

SAVEZ-VOUS QUEL STYLE DE COACHING VOUS CONVIENT? VOICI QUELQUES REPERES AVANT DE DECIDER DE SE FAIRE COACHER

SAVEZ-VOUS QUEL STYLE DE COACHING VOUS CONVIENT? VOICI QUELQUES REPERES AVANT DE DECIDER DE SE FAIRE COACHER SAVEZ-VOUS QUEL STYLE DE COACHING VOUS CONVIENT? VOICI QUELQUES REPERES AVANT DE DECIDER DE SE FAIRE COACHER LE COACHING, C'EST QUOI? Il faut savoir déjà, que le coaching est issu d une pratique millénaire,

Plus en détail

Cartagena : La mutinerie

Cartagena : La mutinerie Traduction réalisée par Bruno Cathala pour www.ludocortex.fr Cartagena : La mutinerie Un jeu pour 2 à 4 pirates à partir de 10 ans. Auteur: Michael Rieneck. Editeur: Winning moves. Matériel: Un plateau

Plus en détail

Le Programme de formation L éducation préscolaire. Information aux parents

Le Programme de formation L éducation préscolaire. Information aux parents Le Programme de formation L éducation préscolaire Information aux parents Septembre 2000 Votre enfant entre à la maternelle cette année. Cette première étape du parcours scolaire, que l'on appelle aussi

Plus en détail

Contrôle. De nombreuses entreprises contrôlent toujours l exactitude des factures selon les documents papier. Contrôle des visas

Contrôle. De nombreuses entreprises contrôlent toujours l exactitude des factures selon les documents papier. Contrôle des visas Contrôle Contrôle des visas Pages 3/2006 Pages romandes Contrôler et viser des factures électroniquement De nombreuses entreprises contrôlent toujours l exactitude des factures selon les documents papier

Plus en détail

Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel

Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel Démarche de valorisation du stage dans l élaboration du projet de l étudiant Définition : C est une démarche complémentaire du suivi de stage existant

Plus en détail

Àl été 2002, le bureau national de l Association des bibliothécaires français a

Àl été 2002, le bureau national de l Association des bibliothécaires français a À PROPOS du bibliothécaire Àl été 2002, le bureau national de l Association des bibliothécaires français a souhaité proposer à l ABF de se doter d un code de déontologie, à l instar des 27 pays qui en

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

Classement et identification des grandes Écoles de pensée

Classement et identification des grandes Écoles de pensée Classement et identification des grandes Écoles de pensée De 1900 à nos jours, de nombreuses écoles de pensée se sont succédées avec des périodes de recouvrement. Si les écoles de pensée sont bien identifiées,

Plus en détail

Le consommateur devient un Promo sapiens : une plus grande conscience des prix lorsqu il y a beaucoup de promotions sur le point de vente

Le consommateur devient un Promo sapiens : une plus grande conscience des prix lorsqu il y a beaucoup de promotions sur le point de vente Le consommateur devient un Promo sapiens : une plus grande conscience des prix lorsqu il y a beaucoup de promotions sur le point de vente La communication en magasin purement tournée vers la promotion

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Chapitre 1 I:\ Soyez courageux!

Chapitre 1 I:\ Soyez courageux! Chapitre 1 I:\ Soyez courageux! Pour ne rien vous cacher, le langage d'assembleur (souvent désigné sous le terme "Assembleur", bien que ce soit un abus de langage, puisque "Assembleur" désigne le logiciel

Plus en détail

RÉSUMÉ 9. Résumé. Le concept de la «demande» appliqué à l éducation

RÉSUMÉ 9. Résumé. Le concept de la «demande» appliqué à l éducation RÉSUMÉ 9 Résumé Le concept de la «demande» appliqué à l éducation La demande est rapidement devenue une partie importante du discours sur la réforme éducative dans le monde entier. C est un concept controversé.

Plus en détail

AEC en Techniques d éducation à l enfance

AEC en Techniques d éducation à l enfance (JEE.0K) 322-101-MV Introduction à la profession Ce cours permet à l étudiant d explorer la profession d éducatrice à l enfance dans son ensemble et de bien cerner le contexte des services de garde au

Plus en détail

E-LECLERC LEVALUATION DU SITE WEB. A. Evaluation «subjective» du site web. 1. Choix du site web. 2. Présentation le site A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4

E-LECLERC LEVALUATION DU SITE WEB. A. Evaluation «subjective» du site web. 1. Choix du site web. 2. Présentation le site A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4 LEVALUATION DU SITE WEB E-LECLERC A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4 A. Evaluation «subjective» du site web 1. Choix du site web J ai choisi de réaliser l évaluation «subjective» sur le site web : www.e-leclerc.com,

Plus en détail

Quelle évolution pour le prix de l essence?

Quelle évolution pour le prix de l essence? Quelle évolution pour le prix de l essence? Jean-Baptiste Noé www.jbnoe.fr L essence augmente. Comme les prix d ailleurs. Il semble que cela soit une constante de l histoire : les prix augmentent et le

Plus en détail

L E T T R E S D U P. C. A. A U F. L. N. ( j u i l l e t a o û t 1 9 5 6 ) à la Direction du Front de Libération Nationale

L E T T R E S D U P. C. A. A U F. L. N. ( j u i l l e t a o û t 1 9 5 6 ) à la Direction du Front de Libération Nationale L E T T R E S D U P. C. A. A U F. L. N. ( j u i l l e t a o û t 1 9 5 6 ) PARTI COMMUNISTE ALGERIEN COMITE CENTRAL Le 12 juillet 1956 à la Direction du Front de Libération Nationale Chers Frères, Au cours

Plus en détail

Séminaire de formation euro-arabe Coopération et action pour la participation démocratique des jeunes

Séminaire de formation euro-arabe Coopération et action pour la participation démocratique des jeunes DDCP-YD/JP- SOUTH (2013) 3 Budapest, 28 octobre 2013 Séminaire de formation euro-arabe Coopération et action pour la participation démocratique des jeunes 29 novembre 6 décembre 2013 Centre européen de

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 Cadre 47/2 : enchaînements dans le carré central La direction technique de la fédération vous propose une série de fiches dédiées au cadre 47/2. Les situations de jeu proposées

Plus en détail

27-29 octobre 2010. Statistiques de la criminalité, information du public, information aux publics. Christophe SOULLEZ

27-29 octobre 2010. Statistiques de la criminalité, information du public, information aux publics. Christophe SOULLEZ 3 e conférence internationale sur l observation de la criminalité 27-29 octobre 2010 Statistiques de la criminalité, information du public, information aux publics Christophe SOULLEZ Chef de l Observatoire

Plus en détail

Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès?

Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès? Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès? D un côté, les intéressés n ont pas toujours bonne presse et de l autre, les employeurs peuvent parfois voir d un œil des plus suspicieux

Plus en détail

Conseil et formation

Conseil et formation Conseil et formation Pour répondre efficacement aux sollicitations de nos clients, nous avons bâti une relation «cousue-main» avec une équipe de consultants expérimentés indépendants dont la richesse se

Plus en détail

1. Projet de lecture. Français 20-2. Médias : La pub. Cahier de l élève. Nom :

1. Projet de lecture. Français 20-2. Médias : La pub. Cahier de l élève. Nom : 1. Projet de lecture Médias : La pub Français 20-2 Cahier de l élève Nom : La pub DESCRIPTION DU PROJET Tu vas lire des annonces publicitaires pour être en mesure de discuter des moyens utilisés par les

Plus en détail

Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant?

Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant? «Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant?» Intervention de Madame Mireille Colin, formatrice et psychopraticienne. Pourquoi

Plus en détail

Open Data & informations publiques : les principaux aspects juridiques

Open Data & informations publiques : les principaux aspects juridiques Benjamin Jean www.inno³.fr bjean@inno3.fr Open Data & informations publiques : les principaux aspects juridiques Benjamin Jean Consultant au Cabinet Gilles Vercken Consultant et formateur pour Inno³ PLAN

Plus en détail

Comment réaliser une enquête par questionnaire?

Comment réaliser une enquête par questionnaire? Comment réaliser une enquête par questionnaire? 1. L objectif d une enquête : L enquête de satisfaction est un baromètre qui permet de prendre le pouls de la clientèle. Simple et peu coûteuse, elle révèle

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

M2 MPRO - INITREC : INITiation à la RECherche

M2 MPRO - INITREC : INITiation à la RECherche M2 MPRO - INITREC : INITiation à la RECherche Année 2014-2015 Responsables : Cédric Bentz (CNAM) Claudia D'Ambrosio (Ecole Polytechnique) Objectifs de l'ue Apprendre à lire et à comprendre un article de

Plus en détail

Une école prête à accueillir des enfants de 4 ans

Une école prête à accueillir des enfants de 4 ans Une école prête à accueillir des enfants de 4 ans à plein temps, en milieu défavorisé. 2013 Nathalie Guimont, consultante en éducation Introduction Comment bien se préparer à accueillir, à l école maternelle,

Plus en détail

Note au professeur. 1. Historique et contexte. 2. Processus du Jeu de Rôle

Note au professeur. 1. Historique et contexte. 2. Processus du Jeu de Rôle Note au professeur. 1. Historique et contexte Nous avons décidé de créer un Jeu de Rôle (JDR) comme un outil d éducation environnementale sur les zones humides. Nous croyons que l éducation environnementale

Plus en détail

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Les facteurs de succès de l entreprise Francis DAVID Présentation Parcours Professionnel

Plus en détail

DISCOURS DE SON EXCELLENCE MONSIEUR BEDOUMA ALAIN YODA MINISTRE D ETAT, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DE LA COOPERATION REGIONALE, A LA

DISCOURS DE SON EXCELLENCE MONSIEUR BEDOUMA ALAIN YODA MINISTRE D ETAT, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DE LA COOPERATION REGIONALE, A LA DISCOURS DE SON EXCELLENCE MONSIEUR BEDOUMA ALAIN YODA MINISTRE D ETAT, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DE LA COOPERATION REGIONALE, A LA CEREMONIE D OUVERTURE DES TRAVAUX DE LA SIXIEME SESSION DE

Plus en détail

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques En 2013, le Conseil des arts du Canada a publié le Document d'information : Révision des programmes de subventions de fonctionnement

Plus en détail

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Communiqué de presse Paris le 18 juin 2014 L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Baromètre 2014 AGEFA- PME/Ifop

Plus en détail

Les bases du management

Les bases du management Les bases du management 04/10/2010 1 L approche systémique 04/10/2010 2 UN SYSTHEME 04/10/2010 3 La Systémique Une approche systémique ne prétend jamais à l exhaustivité ni à l objectivité. Elle conçoit

Plus en détail

CFE CGC. Vague 14 Mai 2010. De : Charlotte Le Gaillard Mai 2010 OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél : 01 78 94 90 00

CFE CGC. Vague 14 Mai 2010. De : Charlotte Le Gaillard Mai 2010 OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél : 01 78 94 90 00 CFE CGC Baromètre Stress Vague 14 De : Charlotte Le Gaillard OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél : 01 78 94 90 00 Méthodologie Méthodologie Objectifs : L objectif principal assigné

Plus en détail

Chapitre 1 : la comptabilité de caisse

Chapitre 1 : la comptabilité de caisse La comptabilité de caisse www.comptanat.fr Chapitre 1 : la comptabilité de caisse À l'origine de la comptabilité de caisse se trouve l'idée que, pour limiter les risques de détournement, seule une personne

Plus en détail

Le concept de leadership

Le concept de leadership Le concept de leadership Qu est ce qu un leadership? Le leadership d'un individu est, au sein d'un groupe ou d'une collectivité, la relation de confiance qui s'établit entre lui et la majorité des membres

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Formation. Position. Les défis

Formation. Position. Les défis Position Formation Outre le partenariat social, la formation est l un des plus importants facteurs du succès de l économie suisse. Elle a aussi un rôle clé lorsqu il s agit de combattre la pénurie de main-d

Plus en détail

Master 2 T2M. Instructions pour la rédaction des notes d entreprise

Master 2 T2M. Instructions pour la rédaction des notes d entreprise Master 2 T2M Instructions pour la rédaction des notes d entreprise I Dispositions générales Selon le pays où vous êtes en stage, un enseignant de la langue concernée sera chargé de suivre votre stage et

Plus en détail

Les composantes de la réussite scolaire

Les composantes de la réussite scolaire Les composantes de la réussite scolaire Cognitives Culturelles Physiologiques Psychologiques Sociologiques Que devons-nous privilégier dans cette notion polysémique? Sa mesure (évaluations, signalements,

Plus en détail

COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET

COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET De manière superficielle, le terme «orienté objet», signifie que l on organise le logiciel comme une collection d objets dissociés comprenant à la fois une structure de

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

PV CHSCT. Le procès-verbal est un document administratif, une pièce officielle. Le procès-verbal à pour objet de prendre actes des,

PV CHSCT. Le procès-verbal est un document administratif, une pièce officielle. Le procès-verbal à pour objet de prendre actes des, PV CHSCT Le procès-verbal est un document administratif, une pièce officielle. Le procès-verbal à pour objet de prendre actes des, Informations transmises au CHSCT, Avis émis par le CHSCT lors des consultations

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour le développement. Conférence-débat à l Université de Kinshasa

Programme des Nations Unies pour le développement. Conférence-débat à l Université de Kinshasa Programme des Nations Unies pour le développement DISCOURS Conférence-débat à l Université de Kinshasa «L IMPACT DE L AUTONOMISATION DE LA FEMME SUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA RDC» M me Priya Gajraj, Directeur

Plus en détail

Osez parler en public

Osez parler en public Préface «La parole n a pas été donnée à l homme; il l a prise», nous dit Louis Aragon. J ajouterais: encore faut-il savoir comment la prendre. L outil que vous avez entre les mains vous propose un mode

Plus en détail

JEU DE DÉS V3.1 : ALLEZ PLUS HAUT!

JEU DE DÉS V3.1 : ALLEZ PLUS HAUT! JEU DE DÉS V3.1 : ALLEZ PLUS HAUT! un jeu de Pierre Charriot Des amis se sont lancés un défi : être capable d'escalader le plus haut possible une chaîne de montagne. Mais, attention, nous n'avons pas affaire

Plus en détail

Enseigner par tâches complexes

Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes pour permettre aux élèves d'acquérir les compétences du socle commun et favoriser la différenciation pédagogique. 1. Pourquoi enseigner par

Plus en détail

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES conférence de presse lundi 23 avril 2007 I. La revalorisation de l enseignement

Plus en détail

upepf Formules usuelles employées dans les certificats de travail

upepf Formules usuelles employées dans les certificats de travail INFO upepf union du personnel du domaine des epf Formules usuelles employées dans les certificats de travail Les certificats de travail contiennent davantage d informations qu il n y paraît à première

Plus en détail

Ficoba. Le Parc des Expositions du Gipuzkoa

Ficoba. Le Parc des Expositions du Gipuzkoa Le Parc des Expositions du Gipuzkoa «Pour bien préparer un Salon» Justification des Salons - Le SALON est l outil de marketing le plus utilisé après la propre force de vente. - Contacter un visiteur à

Plus en détail

Avec l histoire de la mise en œuvre par la D re Megan Ward, du Bureau de santé de la région de Peel

Avec l histoire de la mise en œuvre par la D re Megan Ward, du Bureau de santé de la région de Peel Utiliser l outil d évaluation de l applicabilité et de la transférabilité des données probantes du Centre de collaboration nationale des méthodes et outils Avec l histoire de la mise en œuvre par la D

Plus en détail

Modalités de participation

Modalités de participation Modalités de participation Introduction Les Prix MIT Technology Review Innovateurs de moins de 35 ans sont une initiative de la revue de l Institut Technologique du Massachusetts (MIT), qui depuis plus

Plus en détail

Rédiger un rapport technique

Rédiger un rapport technique Rédiger un rapport technique Prof. N. Fatemi Plan Introduction Présentation écrite Programmation du travail Rédaction Conseils génériques Références 2 Introduction Objectifs du cours Savoir étudier un

Plus en détail

Le besoin et l exigence

Le besoin et l exigence CHAPITRE 1 Le besoin et l exigence Avant de nous embarquer dans l ingénierie des besoins proprement dite, il est important de définir les mots besoins et exigences dans un double contexte : d une part,

Plus en détail

Elsa Pelestor répond à nos questions

Elsa Pelestor répond à nos questions Elsa Pelestor répond à nos questions Elsa Pelestor est professeur(e) des écoles à l école Jean Moulin de Cavaillon. Elle est l auteur(e) de l article Premiers pas, premières questions paru dans le n 466

Plus en détail

«ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN»

«ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN» ATELIER 1 FORMATION-ACTION «ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN» 20-10 -2014 Formatrice : Myriam GAYOT myriam.gayot@mg-rh.fr MGRH - «être Manager au quotidien» 1 20/10/2014 Objectifs de l atelier 1 Visualiser le

Plus en détail

KIT BÉNÉVOLES COMMENT GÉRER LES RELATIONS AVEC LA PRESSE. l association qui lutte contre la leucémie. www.laurettefugain.org

KIT BÉNÉVOLES COMMENT GÉRER LES RELATIONS AVEC LA PRESSE. l association qui lutte contre la leucémie. www.laurettefugain.org l association qui lutte contre la leucémie COMMENT GÉRER LES RELATIONS AVEC LA PRESSE KIT BÉNÉVOLES soutenir mobiliser aider la recherche médicale sur les leucémies et les maladies du sang autour des Dons

Plus en détail

CFE CGC Baromètre Stress Vague 15 Novembre 2010

CFE CGC Baromètre Stress Vague 15 Novembre 2010 CFE CGC Baromètre Stress Vague 15 Novembre 2010 De : Charlotte Le Gaillard et Pauline Misset Novembre 2010 OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél : 01 78 94 90 00 Méthodologie Méthodologie

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

- Le Coaching - C est un processus d accompagnement individuel permettant d aider la personne à atteindre le ou les objectifs qu elle s est fixés.

- Le Coaching - C est un processus d accompagnement individuel permettant d aider la personne à atteindre le ou les objectifs qu elle s est fixés. Le Coaching 1 Qu estce que le coaching? C est un processus d accompagnement individuel permettant d aider la personne à atteindre le ou les objectifs qu elle s est fixés. Grâce à un questionnement précis,

Plus en détail

PROJET LIBERTÉ- NATION

PROJET LIBERTÉ- NATION 15 OCTOBRE 2014 L AN 2030 LA RÉPUBLIQUE FÉDÉRALE DU QUÉBEC PROJET LIBERTÉ- NATION POLITIQUE FICTION? Synopsis Me Guy Bertrand Promotion du produit (le Pays québécois : RFQ) : par un Plan de marketing et

Plus en détail

Poker. A rendre pour le 25 avril

Poker. A rendre pour le 25 avril Poker A rendre pour le 25 avril 0 Avant propos 0.1 Notation Les parties sans * sont obligatoires (ne rendez pas un projet qui ne contient pas toutes les fonctions sans *). Celles avec (*) sont moins faciles

Plus en détail

Dossier complémentaire pour l analyse de cas

Dossier complémentaire pour l analyse de cas Niveaux d analyse Les facteurs à prendre en compte : L institution Les valeurs de l Institution sont éloignées/proches des valeurs de l étudiant L enseignant pense qu il est possible de faire évoluer les

Plus en détail

UN MONDE D ENGAGEMENT

UN MONDE D ENGAGEMENT UN MONDE D ENGAGEMENT PROJET ÉDUCATIF Le collège Édouard-Montpetit est un établissement d enseignement supérieur public et laïc qui fait partie du réseau des collèges d enseignement général et professionnel

Plus en détail

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

Métier et profession

Métier et profession infirmière : profession ou métier? Descriptif : Le passage du métier à la profession, dont les éléments structurant sont ici passés en revue, est un enjeu qui marque autant l histoire d une corporation

Plus en détail

Nom du Document : ARBITRER ENTRE L ACHAT D UN FONDS DE COMMERCE OU ARTISANAL L ACQUISITION DE TITRES D UNE SOCIETE FICHE CONSEIL

Nom du Document : ARBITRER ENTRE L ACHAT D UN FONDS DE COMMERCE OU ARTISANAL L ACQUISITION DE TITRES D UNE SOCIETE FICHE CONSEIL ARBITRER ENTRE L ACHAT D UN FONDS DE COMMERCE OU ARTISANAL ET L ACQUISITION DE TITRES D UNE SOCIETE FICHE CONSEIL Page : 1/5 Est-il plus intéressant d acheter un fonds de commerce ou les titres d une société?

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

COMPTE RENDU DE CEREMONIE DE CLOTURE

COMPTE RENDU DE CEREMONIE DE CLOTURE ASSOCIATION LIAISON DES FEMMES NONGTAABA DU BURKINA (ALFNB) Récépissé n 2006-121 /MATD/ Burkina Faso Unité Progrès Justice SG/DGLPAP/DOASOC Tél :70 47 18 91 ou 75 94 55 94 COMPTE RENDU DE CEREMONIE DE

Plus en détail