CREODEV technical auditors of international projects training session 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CREODEV technical auditors of international projects training session 2013"

Transcription

1 CREODEV technical auditors of international projects training session 2013

2 Qu est ce qu un audit de projet CREODEV? AUDIT : Donner une opinion sur le résultat atteint suite à la mise en œuvre d un projet. Un audit est toujours conduit par un expert indépendant. Il apporte ainsi une garantie «raisonnable» auprès des autorités nationales et de la Commission Européenne en ce qui concerne le jugement final de la mise en œuvre du projet. 2

3 Qu est ce qu un audit de projet CREODEV? Les auditeurs vérifient si el projet a bien été mis en œuvre en accord avec les lois, conditions et spécifications existantes (pas comme vous souhaiteriez qu il soit mais comme il a été décidé antérieurement). 3

4 Qu est ce qu un audit de projet CREODEV? Les audits sont menés fin d établir la validité and la fiabilité de l information et aussi afin d apporter une évaluation du système de contrôle interne. Le but de l audit est de donner une opinion sur le projet audité. L audit est basé sur le travail fait sur la base de contrôle. Suite à des contraintes pratiques, un audit cherche à donner uniquement une assurance «raisonnable» sur la mise en œuvre d un projet sans erreur. Les échantillons statistiques sont souvent utilisés pour les audits. La méthode d échantillonnage est nécessaire afin de pouvoir donner des résultats solides. 4

5 Qu est ce qui n est PAS un audit de projet? Un audit n est pas une évaluation : Une évaluation cherche à évaluer la pertinence, l utilité, l efficacité d une action atteignant les objectifs du projet (savoir si le projet atteint ou pas les objectifs demandés). L audit, lui, cherche à savoir si le projet a été correctement exécuté. Un audit n est pas une surveillance de projet : La surveillance implique systématiquement et régulièrement la collecte de données (mener des études, enregistrer les données ). Le but est de maintenir et améliorer les procédures. 5

6 La meilleure combinaison pour les projets UE/FED? Les trois (audit+évaluation+surveillance) Des audits indépendants systématiques dans le cadre de secteurs ciblés et projets de grande envergure (>15M ) Evaluations comme vu dans les accords financiers Surveillance quand c est nécessaire afin d assurer les standards de qualité et les besoins du rapport 6

7 Principaux types d audits Audit techniques : Avoir des contrats conclus en accord avec les règles? Est-ce que les travaux ont été menés comme spécifié dans le contrat? Est-ce que les spécifications techniques sont respectées? Est-ce que le niveau minimal de qualité requise est atteint en ce qui concerne les matériaux, procédures et travail? Est-ce que les paiements ont été faits en accord avec le travail exécuté? Système audit (organisationnel) : Est-ce que les travaux sont menés en accord avec les documents contractuels et les standards professionnels? Est ce que Manière de simplifier, éviter les risques de conflit parmi les parties Audit financier : Est-ce que les paiements sont faits comme convenus sur le contrat (somme, délais ) Est-ce que les garanties ont été correctement gérées? Autres types d audit comme l audit légal (suspicion de fraude ) etc. 7

8 Pourquoi les audits techniques? Pour soutenir la qualité des travaux Pour donner des assurances (que les factures, sujettes à de futurs audits financiers, représentent le travail réel correctement mené) Pour prévenir de futurs dépassement de budget, de délais ou des plaintes Pour prévenir rapidement de problèmes internes qui pourront être résolus de manière plus efficace par la suite L expérience générale montre que : Les problèmes de travaux, une fois apparus, ont tendance à augmenter avec le temps Sans corrections rapides, les travaux deviennent de plus en plus mauvais 8

9 Quand faire des audits techniques? En général : Les audits techniques et organisationnels sont plus pertinents en début de projet. Ils apparaissent comme des leçons apprises qui permettront de mener à bien les travaux via des améliorations. Les audits financiers sont plus pertinents en fin de projet. Ils apparaissent comme des assurances financières pour les paiements. 9

10 Composants d un audit technique Vérifier la régularité de l offre / contrat Vérifier les travaux et leurs correspondances avec les spécifications techniques Vérifier le système de contrôle qualité Vérifier la qualité de l organisation et la supervision des travaux (aspect système de l audit) Evaluer les méthodes de travaux existants et si nécessaire, proposer des améliorations d organisation afin d atteindre les standards professionnels appropriés Vérifier la qualité des paiements intermédiaires et la cohérence entre les schémas, les travaux menés et la quantité reportée sur les factures AUDIT CREODEV 10

11 Méthodes d échantillonnage Il est impossible (et trop coûteux) de vérifier si chacun des unités de travaux menés (et payés) ont été faits en accord avec le contrat L échantillonnage est nécessaire. C est la seule manière de donner une assurance suffisante sur le respect des travaux (à un prix et délai raisonnables) Méthodes d échantillonnage : Le sens commun n est jamais assez Besoin d introduire des méthodes d échantillonnage aléatoires Standards d échantillonnage techniques pour l audit des projets routiers 11

12 Echantillonnage : le besoin d une approche aléatoire Atteindre des conclusions basées sur la généralisation des résultats d audit est possible seulement si l échantillon a été pris aléatoirement. Les capacités statistiques sont nécessaires afin de procéder au calcul des intervalles de confiance, déviations qui sont la base de l analyse de risque. 12

13 Echantillonnage : le besoin d une approche aléatoire Exemple : Quand un auditeur donne son assurance raisonnable sur une unité de travaux qui correspond aux spécifications techniques, il doit aussi expliquer la confiance statistique qu il a dans les conclusions. Dans une annexe technique, il doit justifier ce qu il entend par raisonnable. Par exemple pour démontrer qu il est sur à 95% que les erreurs possibles sont à moins de 2% des spécifications visées. 13

14 Intensité d échantillonnage et analyse de risque Pour cet exemple, il y a 95% de probabilité d avoir moins de 2% d erreur Est-ce un risque acceptable pour vous? Avons-nous besoin de moins de risques? Une probabilité située entre 95% et 98%? Combien cela coûtera-t-il? Est-ce raisonnable de dépenser plus de ressources dans les audits afin de réduire les risques? Risque existe, ne pas l'ignorer. Mesurer. Décider s'il est acceptable ou inacceptable haut / bas et faire un rapport à ce sujet 14

15 Echantillonnage : le besoin d une approche aléatoire Sans échantillonnage aléatoire il n y a pas de généralisation possible des conclusions Si un audit particulier montre une erreur/un problème sans une analyse de risque détaillée, nous ne pouvons pas savoir/conclure si cela se produira ailleurs. L approche aléatoire vous permet d éviter d atteindre de mauvaises conclusions 15

16 Echantillonnage : le besoin d une approche aléatoire Erreur statistique type 1 : Conclure qu il y a un problème où il n y en a pas Statistical error Type II: to conclude that there is not a problem where actually there is one. 16

17 Organiser des audits techniques Complémentarité/cohérence avec les audits financiers Peu/un seul projet d envergure? Contrat d audit ad hoc Plusieurs projets? Un contrat d audit plus important couvrant l ensemble des projets Choisi pour être fait au cas par cas comme un équilibre entre les cibles et la disponibilité des ressources (humaines, financières, temps ) 17

18 Cas de l union Européenne et du Fonds Européen de développement

19 Qui fait quoi lors des audits de l UE? Le rôle / la responsabilité de l UE Les audits sont des outils cherchant à améliorer la qualité du projet. Généralement les audits de travaux de projets incluent l audit des contractants et des contrats des ingénieurs en charge. Avec un financement FED : L Autorité Nationale a la responsabilité finale de garantir la qualité des projets ce qui implique un outil efficace pour mener les audits Les audits apportent une assurance à l Autorité Nationale sur la performance de l Autorité ayant mis en œuvre le projet (ministère technique ) L Autorité Nationale délègue à l Autorité ayant mis en œuvre le projet ou à la Commission la tâche de conclure et suivre les contrats d audit. 19

20 Qui fait quoi lors des audits de l UE? Le rôle / la responsabilité de l UE La Commission est responsable de la bonne gestion des fonds de coopération de l Union Européenne. C est pour cela qu elle doit avoir son propre point de vue. Si nécessaire, elle peut demander un audit indépendant ad hoc au projet. Besoin d inclure dans les Accords Financiers des Dispositions Techniques et Financières une déclaration que l UE peut conclure elle-même par une évaluation et/ou un audit des contrats. Les bases légales : Article 26.3, annexe IV des accords de Cotonou et Article 9 de la Décision du Conseil des Ministres ACP/UE 2 /2002 du 7 octobre

21 Suivi des résultats d audit L Autorité Nationale informera l Autorité de mise en œuvre et la Délégation des résultats des audits menés. Le suivi est nécessaire pour assurer que les résultats d audit serviront à améliorer la qualité du projet. Si nécessaire, la Délégation informera DEVCO et / ou OLAF au cas par cas pour des audits particuliers (résultats touchant certaines préoccupations). La Délégation doit inclure dans l EAMR annuel, les informations touchant aux domaines transversaux trouvés dans les rapports d audit et leur suivi. 21

22 CREODEV LTD Audit and international consultancy company Reliance building Providence PO Box 249 Victoria Mahé Seychelles Registration tax revenue commission Seychelles n Office phone:

Autorité d Audit Audits des Systèmes, Opérations et Comptes

Autorité d Audit Audits des Systèmes, Opérations et Comptes Autorité d Audit Audits des Systèmes, Opérations et Comptes Formateurs : Marie-Paule VERSAEVEL MONTAY et Nadja BUSEYNE EURASTER - France Bruxelles Novembre 2014 This training has been organised by EIPA-Ecorys-PwC

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe

Plus en détail

Message du président du Conseil des normes d audit et de certification concernant l audit dans les marchés émergents

Message du président du Conseil des normes d audit et de certification concernant l audit dans les marchés émergents Message du président du Conseil des normes d audit et de certification concernant l audit dans les marchés émergents 277 Wellington Street West Toronto, Ontario M5V 3H2 Phone: 416 977 3222 Fax: 416 204

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 530 SONDAGES EN AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 530 SONDAGES EN AUDIT Introduction NORME INTERNATIONALE D AUDIT 530 SONDAGES EN AUDIT (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application

Plus en détail

RESUME DES NORMES ISO

RESUME DES NORMES ISO RESUME DES NORMES ISO Travail réalisé par : Selma FERKOUS O8301 ISO 19011 : La norme internationale ISO 9011, se focalise sur le management de programmes d audit, la réalisation d audits internes ou externes

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE Formulaire de description de poste

COMMISSION EUROPÉENNE Formulaire de description de poste COMMISSION EUROPÉENNE Formulaire de description de poste Version descriptive du poste 1 (Active) Poste no.211517 in DEVCO.E.4.DEL.Central African Republic.005 Valable à partir de 28/03/2014 jusqu'à Titulaire

Plus en détail

Pour commander cliquez ici : http://www.pacteurope.eu/repenser-le-lobbying-europeen/

Pour commander cliquez ici : http://www.pacteurope.eu/repenser-le-lobbying-europeen/ Avec le Traité de Lisbonne et les nouvelles pratiques des Institutions, le lobbying devient plus complexe, plus opaque, plus ad hoc et plus juridique. Chaque dossier est doté d un «environnement institutionnel

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT ISA 610. Utilisation des travaux des auditeurs internes

NORME INTERNATIONALE D AUDIT ISA 610. Utilisation des travaux des auditeurs internes NORME INTERNATIONALE D AUDIT ISA 610 Utilisation des travaux des auditeurs internes This International Standard on Auditing (ISA) 610, Using the Work of Internal Auditors, published by the International

Plus en détail

PROJET DE CONCEPTION (6GIN333)

PROJET DE CONCEPTION (6GIN333) PROJET DE CONCEPTION (6GIN333) Cours #7 Hiver 2012 Ordre du jour Gestion des risques Introduction Concepts & définitions Processus d analyse Outils & méthodes Résultats Pause de 15 minutes Suivit des coûts

Plus en détail

Validation des processus de production et de préparation du service (incluant le logiciel)

Validation des processus de production et de préparation du service (incluant le logiciel) Validation des processus de production et de préparation du service (incluant le logiciel) Traduction non officielle du document Réponses et décisions de EK-Med 3.9 B 18 publié sur le site Web de l organisme

Plus en détail

Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund

Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund Statuts du Comité d audit A. Mandat La fonction principale du Comité d audit (le «Comité») est d aider le Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund (la «Société»)

Plus en détail

Japanese SOX. Comment répondre de manière pragmatique aux nouvelles obligations en matière de contrôle interne

Japanese SOX. Comment répondre de manière pragmatique aux nouvelles obligations en matière de contrôle interne Japanese SOX Comment répondre de manière pragmatique aux nouvelles obligations en matière de contrôle interne Avant-propos Au cours des dernières années, les législateurs à travers le monde ont émis de

Plus en détail

QMS-AUD-01 Audits internes. 1.1 Objectif Assurer la conformité du système de gestion de la qualité (SGQ) par des audits internes.

QMS-AUD-01 Audits internes. 1.1 Objectif Assurer la conformité du système de gestion de la qualité (SGQ) par des audits internes. QMS-AUD-01 Audits internes 1 Domaine et application 1.1 Objectif Assurer la conformité du système de gestion de la qualité (SGQ) par des audits internes. 1.2 Domaine d application Tous les aspects du SGQ

Plus en détail

Loi de 1988 relative aux Organismes de Placement Collectif à Valeur Mobilière (OPCVM) Partie I

Loi de 1988 relative aux Organismes de Placement Collectif à Valeur Mobilière (OPCVM) Partie I Loi de 1988 relative aux Organismes de Placement Collectif à Valeur Mobilière (OPCVM) Partie I I. Introduction Sommaire II. III. IV. Objectif de l investissement Les investisseurs Les différentes stratégies

Plus en détail

La politique de gestion contractuelle a préséance sur la présente politique d achat.

La politique de gestion contractuelle a préséance sur la présente politique d achat. POLITIQUE D ACHAT Date d émission : 4 octobre 2011 Date d entrée en vigueur : 4 octobre 2011 Service émetteur : Service de la trésorerie Numéro de référence : 01.221 / J-77-2C INTRODUCTION En 1995, la

Plus en détail

Commission européenne Direction générale du développement et de la coopération - EuropeAid

Commission européenne Direction générale du développement et de la coopération - EuropeAid Commission européenne Direction générale du développement et de la coopération - EuropeAid Guide pratique des procédures applicables aux devis-programmes (approche projet) Version 4.1 Mars 2013 TABLE DES

Plus en détail

Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation

Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation Rôle dans le système de gestion de la qualité Qu est ce que l évaluation? Pourquoi réaliser une L évaluation est un élément important des 12 points essentiels.

Plus en détail

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la planification du recrutement et des ressources. Rapport final

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la planification du recrutement et des ressources. Rapport final BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ Vérification de la planification du recrutement et des ressources Division de la vérification et de l évaluation Rapport final Le 3 mars 2011 Table des matières Sommaire... i 1.0

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt. Organisation du système de contrôle de 1 er niveau. LOT n 2. Cahier des charges Programme INTERREG VA des 2 Mers

Appel à manifestation d intérêt. Organisation du système de contrôle de 1 er niveau. LOT n 2. Cahier des charges Programme INTERREG VA des 2 Mers Appel à manifestation d intérêt Organisation du système de contrôle de 1 er niveau LOT n 2 Cahier des charges Programme INTERREG VA des 2 Mers 1- Eléments de contexte La Région Nord Pas de Calais est,

Plus en détail

ISO 17799 : 2005/ISO 27002. Bonnes pratiques pour la gestion de la sécurité de l information. White Paper

ISO 17799 : 2005/ISO 27002. Bonnes pratiques pour la gestion de la sécurité de l information. White Paper White Paper ISO 17799 : 2005/ISO 27002 Bonnes pratiques pour la gestion de la sécurité de l information Éric Lachapelle, CEO Veridion René St-Germain, Président Veridion Sommaire Qu est-ce que la sécurité

Plus en détail

Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour 2011

Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour 2011 Cote du document: EB 2010/101/R.41 Point de l'ordre du jour: 17 b) Date: 9 novembre 2010 Distribution: Publique Original: Anglais F Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour

Plus en détail

Attendu que. Attendu que. La Partie italienne a exprimé sa disponibilité à financer la réalisation du projet susnommé;

Attendu que. Attendu que. La Partie italienne a exprimé sa disponibilité à financer la réalisation du projet susnommé; PROTOCOLE D ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE ITALIENNE ET LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE TUNISIENNE CONCERNANT LE PROJET FONDS D ETUDES ET D EXPERTISE Le Gouvernement de la République Italienne,

Plus en détail

Pour le Code international de gestion du cyanure

Pour le Code international de gestion du cyanure INSTITUT INTERNATIONAL DE GESTION DU CYANURE Critères de qualifications des auditeurs Pour le Code international de gestion du cyanure www.cyanidecode.org Novembre 2012 Le Code international de gestion

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt. Organisation du système de contrôle de 1 er niveau. LOT n 1

Appel à manifestation d intérêt. Organisation du système de contrôle de 1 er niveau. LOT n 1 Appel à manifestation d intérêt Organisation du système de contrôle de 1 er niveau LOT n 1 Cahier des charges Programme INTERREG France-Wallonie-Vlaanderen 1- Eléments de contexte La Région Nord-Pas de

Plus en détail

Convention de délégation de tâches < x > Programmation 2014-2020 CADRE REGLEMENTAIRE : < FONDS >, < PROGRAMME(S) >,

Convention de délégation de tâches < x > Programmation 2014-2020 CADRE REGLEMENTAIRE : < FONDS >, < PROGRAMME(S) >, <AUTORITE DE GESTION> Version finale : Trame commune [FEDER/FSE] 2014-2020 Convention de délégation de tâches < x > Programmation 2014-2020 CADRE REGLEMENTAIRE : < FONDS >, < PROGRAMME(S) >, Entre < l

Plus en détail

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France Séminaire des 12 et 13 février 2013 Danièle LAJOUMARD, Inspecteur général des Finances C.I.A (Certified Internal

Plus en détail

Formation PME Etude de marché

Formation PME Etude de marché Formation PME Etude de marché Fit for Business (PME)? Pour plus de détails sur les cycles de formation PME et sur les business-tools, aller sous www.banquecoop.ch/business L étude de marché ou étude marketing

Plus en détail

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Depuis la création de Syngenta en 2000, nous avons accordé la plus haute importance à la santé, à la sécurité et à l environnement (SSE) ainsi qu

Plus en détail

Version 5 mars 2015 RENOVATION ENERGETIQUE *******

Version 5 mars 2015 RENOVATION ENERGETIQUE ******* REFERENTIEL DE CERTIFICATION RENOVATION ENERGETIQUE Version 5 mars 2015 RENOVATION ENERGETIQUE ******* Organisme Certificateur CERTIBAT 45 rue Boissière 75116 PARIS Tel : 01 82 73 15 29 www.certibat.fr

Plus en détail

Audit des contrôles de base du Centre canadien d hygiène et de sécurité au travail

Audit des contrôles de base du Centre canadien d hygiène et de sécurité au travail Audit des contrôles de base du Centre canadien d hygiène et de sécurité au travail Janvier 2015 Bureau du contrôleur général Pourquoi est-ce important Aux termes de la Loi sur la gestion des finances publiques,

Plus en détail

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions TABLE DES MATIERES... 1 INTRODUCTION... 2 1 FINANCEMENT ET FINANCEMENT MINIMUM... 3 1.1 FINANCEMENT... 3 1.2 FINANCEMENT DE PLAN... 3 1.3 FINANCEMENT MÉTHODE

Plus en détail

ADVANCING PARTNERS & COMMUNITIES

ADVANCING PARTNERS & COMMUNITIES RESSOURCES ET ORIENTATION DE SOUS-SUBVENTION ADVANCING PARTNERS & COMMUNITIES ORIENTATION DU SOUS-BENEFICIAIRE SUR LE PLAN DE SUIVI DE LA PERFORMANCE Advancing Partners & Communities Advancing Partners

Plus en détail

Norme ISA 402, Facteurs à considérer pour l audit d entités faisant appel à une société de services

Norme ISA 402, Facteurs à considérer pour l audit d entités faisant appel à une société de services IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 402, Facteurs à considérer pour l audit d entités faisant appel à une société de services Le présent document a

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DE QUALIFICATION ET D ATTRIBUTION DES ATTESTATIONS D IDENTIFICATION

RÉFÉRENTIEL DE QUALIFICATION ET D ATTRIBUTION DES ATTESTATIONS D IDENTIFICATION RÉFÉRENTIEL DE QUALIFICATION ET D ATTRIBUTION DES ATTESTATIONS D IDENTIFICATION Edition du 06/02/2014 Organisme de Qualification de l Ingénierie 104, rue Réaumur - 75002 Paris Tél. : 01.55.34.96.30 - Fax

Plus en détail

CAC/GL 53-2003 SECTION 1 PRÉAMBULE

CAC/GL 53-2003 SECTION 1 PRÉAMBULE DIRECTIVES SUR L APPRÉCIATION DE L ÉQUIVALENCE DE MESURES SANITAIRES ASSOCIÉES À DES SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES DENRÉES ALIMENTAIRES 1 SECTION 1 PRÉAMBULE CAC/GL 53-2003 1. Il n est

Plus en détail

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION QSE_DOC_015 V4.0 RÈGLEMENT DE CERTIFICATION Systèmes de management Tél. : 01 41 98 09 49 - Fax : 01 41 98 09 48 certification@socotec.com Sommaire Introduction 1. Déroulé d une prestation de certification

Plus en détail

Lignes directrices sur les audits de conformité dissociés des audits d états financiers

Lignes directrices sur les audits de conformité dissociés des audits d états financiers ISSAI 4100 Les Normes internationales des institutions supérieures de contrôle des finances publiques (ISSAI) sont publiées par l Organisation internationale des institutions supérieures de contrôle des

Plus en détail

Journée des administrateurs des laboratoires de l INSIS. Tarification auditable des prestations plateformes et services des UR CNRS I DSFIM

Journée des administrateurs des laboratoires de l INSIS. Tarification auditable des prestations plateformes et services des UR CNRS I DSFIM Journée des administrateurs des laboratoires de l INSIS Tarification auditable des prestations plateformes et services des UR Sommaire Les enjeux Les objectifs Les principes La méthode Le rôle des acteurs

Plus en détail

Qualité de service Télécom Réunion ETSI-AFUTT

Qualité de service Télécom Réunion ETSI-AFUTT Qualité de service Télécom Réunion ETSI-AFUTT Problématique Qualité de la FACTURATION Octobre 2003 Facturation : Problématique Un vieux problème Plus ou moins maîtrisé par les opérateurs entrants Brouillé

Plus en détail

DONNER VIE À LA GESTION DU RISQUE AU SEIN DE VOTRE ORGANISME NATIONAL DE SPORT

DONNER VIE À LA GESTION DU RISQUE AU SEIN DE VOTRE ORGANISME NATIONAL DE SPORT DONNER VIE À LA GESTION DU RISQUE AU SEIN DE VOTRE ORGANISME NATIONAL DE SPORT Table des matières Découverte... 4 Descriptions des phases... 6 Aires fonctionnelles... 9 Matrice des phases... 12 Phase initiale...

Plus en détail

Bureau du Conseil privé Examen de l assurance de la gestion des voyages et des frais d accueil

Bureau du Conseil privé Examen de l assurance de la gestion des voyages et des frais d accueil Bureau du Conseil privé Examen de l assurance de la gestion des voyages et des frais d accueil Division de la vérification et de l évaluation Rapport final Le 4 mars 2011 Table des matières Sommaire...

Plus en détail

DIRECTIVE DIRECTIVE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE

DIRECTIVE DIRECTIVE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE DIRECTIVE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE DIRECTIVE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE Avis au lecteur sur l accessibilité : Ce document est conforme

Plus en détail

Cahier des charges pour la réalisation d un audit externe du programme GUS / OFS

Cahier des charges pour la réalisation d un audit externe du programme GUS / OFS Département fédéral de l intérieur (DFI) Office Fédéral de la Statistique OFS Etat-major Cahier des charges pour la réalisation d un audit externe du programme GUS / OFS Table des matières 1 Généralités

Plus en détail

MODULE 4 - GESTION DES ACTIFS

MODULE 4 - GESTION DES ACTIFS MANUEL DE FINANCIÈRE POUR LES BÉNÉFICIAIRES DE FONDS EUROPÉENS DESTINÉS AUX ACTIONS EXTÉRIEURES - Histoire vraie J'ai travaillé pour l'ong «DALITMUNDIA» en tant que chef d'équipe en charge de plusieurs

Plus en détail

Surveillance des régimes de retraite Note d orientation CER 4 du Cadre d évaluation des risques

Surveillance des régimes de retraite Note d orientation CER 4 du Cadre d évaluation des risques Surveillance des régimes de retraite Note d orientation CER 4 du Cadre d évaluation des risques Activité d envergure : Le 31 juillet 2014 Table des matières 1. Introduction... 3 2. Mesures propres aux

Plus en détail

3.7. Les sondages dans la révision (6 septembre 1996) 91

3.7. Les sondages dans la révision (6 septembre 1996) 91 c est-à-dire des relations qui sont inattendues ou contradictoires avec des éléments probants obtenus par d autres voies, le réviseur devra procéder à leur étude. Cette étude commencera habituellement

Plus en détail

Guide pratique de gestion des marchés en régie et des devisprogrammes

Guide pratique de gestion des marchés en régie et des devisprogrammes Commission européenne EuropeAid Office de Coopération Guide pratique de gestion des marchés en régie et des devisprogrammes financés par le Fonds européen de développement (FED) Version 1.0 - Février 2004

Plus en détail

Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence

Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence Vérification environnementale Association Québécoise de Vérification Environnementale CONTEXTE ET ENJEU La préservation de l environnement devient

Plus en détail

Commission européenne EuropeAid Office de Coopération

Commission européenne EuropeAid Office de Coopération Commission européenne EuropeAid Office de Coopération Guide pratique des procédures applicables aux devis-programmes financés par le Fonds européen de développement (FED) et le budget général des Communautés

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 56 e réunion Distr. : restreinte 12 février 2013 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/11/070 DELIBERATION N 09/029 DU 2 JUIN 2009, MODIFIÉE LE 7 JUIN 2011, RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE

Plus en détail

POLITIQUE DE REFERENCEMENT DE TIERS

POLITIQUE DE REFERENCEMENT DE TIERS POLITIQUE DE REFERENCEMENT DE TIERS 1 Responsabilité juridique et responsabilité sociale Des tiers, avec lesquels Euromedic entretient des relations d affaires, peuvent avoir un impact important sur Euromedic,

Plus en détail

Réclamations de la Clientèle

Réclamations de la Clientèle Réclamations de la Clientèle Fiche processus: Traitement des réclamations de la clientèle Vue d'ensemble Domaine Gestion de fortune et gestion de la société Nom du processus Traitement des réclamations

Plus en détail

CONVENTION ASSURANCE QUALITÉ (QAA) FONCTION NÉGOCIANT

CONVENTION ASSURANCE QUALITÉ (QAA) FONCTION NÉGOCIANT 1. Préambule 1.1 Généralités La présente convention d assurance qualité (QAA) définit les exigences posées aux fournisseurs REHAU en matière d assurance qualité. La QAA REHAU constitue des règles destinées

Plus en détail

Why Software Projects Escalate: The Importance of Project Management Constructs

Why Software Projects Escalate: The Importance of Project Management Constructs Why Software Projects Escalate: The Importance of Project Management Constructs Why Software Projects Escalate: The Importance of Project Management Constructs 1. Introduction 2. Concepts de la gestion

Plus en détail

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE DOCUMENT PRÉLIMINAIRE Principes universels de base de bonne gouvernance du Mouvement olympique et sportif 1. Vision, mission et stratégie p. 2 2. Structures, règlementations et processus démocratique p.

Plus en détail

APPEL D OFFRES. Correspondant Notre référence Votre référence Date info@icci.be EV/svds le 10 septembre 2015

APPEL D OFFRES. Correspondant Notre référence Votre référence Date info@icci.be EV/svds le 10 septembre 2015 APPEL D OFFRES Correspondant Notre référence Votre référence Date info@icci.be EV/svds le 10 septembre 2015 Concerne : Développement par un cabinet de révision d un programme de travail et d un rapport

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l écologie, du développement durable, et de l énergie

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l écologie, du développement durable, et de l énergie RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l écologie, du développement durable, et de l énergie PROJET D ARRETE relatif aux modalités d application de l audit énergétique prévu par le chapitre III du titre III

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CNRS

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CNRS Direction de l audit interne www.cnrs.fr NE DAI 0 0 00 CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CNRS INTRODUCTION La présente charte définit la mission, le rôle et les responsabilités de la Direction de l audit interne

Plus en détail

Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA (2015)

Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA (2015) Public Works and Government Services Canada Canadian General Standards Board Travaux publics et Services gouvernementaux Canada Office des normes générales du Canada Norme relative au système de gestion

Plus en détail

et le Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget,

et le Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget, Arrêté Conjoint du Ministre de la Communication Porte parole du Gouvernement et du Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget, N 2491.12 du 2 Doulkeada 1433 (19

Plus en détail

étude de rémunérations

étude de rémunérations étude de rémunérations dans la finance de marché Les salaires des métiers de la Moe et de la Moa AVEC NOUS, VOTRE TALENT PREND DE LA VALEUR 1 Sommaire Le mot des dirigeants Présentation METIERS DE LA MOE

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Union africaine Union africaine E/ECA/COE/34/2 Commission économique pour l Afrique Comité d experts Trente-quatrième réunion Union africaine Comité d experts

Plus en détail

Food. Notes de Doctrine IFS, Version 2

Food. Notes de Doctrine IFS, Version 2 Food Notes de Doctrine IFS, Version 2 Mars 2013 PrÉAMBULE Les notes de doctrine sont constituées de toutes les clarifications à caractère normatif apportées par l IFS depuis la publication de l IFS Food

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS

ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS Le 12 septembre 2013 Introduction ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS PRINCIPE DIRECTEUR N O 2 DE L ACFM NORMES MINIMALES DE SURVEILLANCE DES COMPTES Le présent Principe directeur fixe

Plus en détail

DIRECTIVE 2009/65/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL

DIRECTIVE 2009/65/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL L 302/32 Journal officiel de l Union européenne 17.11.2009 DIRECTIVES DIRECTIVE 2009/65/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 juillet 2009 portant coordination des dispositions législatives, réglementaires

Plus en détail

Journée des administrateurs des laboratoires CNRS INSIS

Journée des administrateurs des laboratoires CNRS INSIS Journée des administrateurs des laboratoires CNRS INSIS Tarification auditable des prestations plateformes et services des UR Nadine Paul, SFC Toulouse Audit de tarification de plateforme un dossier d

Plus en détail

Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006

Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006 Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006 Introduction : Dans le but d accroître la transparence et la comparabilité des rapports

Plus en détail

THÉORIE DU CHANGEMENT, THÉORIE DE LA MESURE

THÉORIE DU CHANGEMENT, THÉORIE DE LA MESURE Atelier ivoirien sur l évaluation d impact pour la prise de décision dans les secteurs sociaux THÉORIE DU CHANGEMENT, THÉORIE DE LA MESURE Marianne Bertrand Université de Chicago / J-PAL 22-26 juin 2015

Plus en détail

Ministère de l intérieur --------

Ministère de l intérieur -------- Ministère de l intérieur -------- Examen professionnel d ingénieur principal des systèmes d information et de communication du ministère de l intérieur Session 2013 Meilleure copie Sujet n 1 - Réseaux

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 700 FONDEMENT DE L OPINION ET RAPPORT D AUDIT SUR DES ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 700 FONDEMENT DE L OPINION ET RAPPORT D AUDIT SUR DES ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 700 FONDEMENT DE L OPINION ET RAPPORT D AUDIT SUR DES ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre

Plus en détail

Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs. Avril 2014

Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs. Avril 2014 Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs Avril 2014 Lors de son installation, en mars 2010, Didier Migaud, Premier président, a souligné que la Cour devait s appliquer à elle-même

Plus en détail

Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise.

Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise. Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise. LES DISPOSITIFS DE GESTION DES RISQUES ET DE CONTRÔLE INTERNE L objet de ce rapport est de rendre compte aux

Plus en détail

Les principes et les thèmes PRINCE2

Les principes et les thèmes PRINCE2 31 Chapitre 3 Les principes et les thèmes PRINCE2 1. Les principes de la méthode PRINCE2 Les principes et les thèmes PRINCE2 Les principes de la méthode PRINCE2 définissent un cadre de bonnes pratiques

Plus en détail

PROCESSUS DE FACTURATION DES FOURNISSEURS BROOKFIELD SGI. May 2015

PROCESSUS DE FACTURATION DES FOURNISSEURS BROOKFIELD SGI. May 2015 PROCESSUS DE FACTURATION DES FOURNISSEURS BROOKFIELD SGI May 2015 APERÇU Travaux publics et services gouvernementaux Canada (TPSGC) a sélectionné Brookfield Solutions Globales Intégrées LP (Brookfield

Plus en détail

Commission de Régulation de l Electricité et de l Eau (CREE)

Commission de Régulation de l Electricité et de l Eau (CREE) Commission de Régulation de l Electricité et de l Eau (CREE) 1 1. Les missions de la CREE 2. La régulation 3. Cadre légal et réglementaire (principes tarifaires) 4. Plan d Action Stratégique 5. Les outils

Plus en détail

INITIATIVE DE LA CEDEAO SUR LES NORMES ET ETIQUETTES

INITIATIVE DE LA CEDEAO SUR LES NORMES ET ETIQUETTES INITIATIVE DE LA CEDEAO SUR LES NORMES ET ETIQUETTES TERMES DES REFERENCES Pour Le développement des Normes Minimales de Performance Energétique pour les Climatiseurs et Réfrigérateurs dans la Région CEDEAO

Plus en détail

Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA (2009)

Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA (2009) Public Works and Travaux publics et Government Services Services gouvernementaux Canada Canada Canadian General Standards Board Office des normes générales du Canada Norme relative au système de gestion

Plus en détail

La protection ti des données dans l UE

La protection ti des données dans l UE Chambre de Commerce de Luxembourg, 25 mai 2011 La protection ti des données dans l UE Commission Européenne Justice 1 Le cadre européen de protection des données Le rôle de l Union européenne La Directive

Plus en détail

Charte d audit interne

Charte d audit interne Charte d audit interne 25 novembre 2014 La publication de cette charte s inscrit dans la démarche préconisée par l article 2 «Principe général de transparence» de l ANI Modernisation et fonctionnement

Plus en détail

CREODEV GROUPE CREOLIA. CREODEV, propose un service d experts et d auditeurs techniques internationaux de haut niveau

CREODEV GROUPE CREOLIA. CREODEV, propose un service d experts et d auditeurs techniques internationaux de haut niveau CREODEV GROUPE CREOLIA CREODEV Audit et Consultance International CREODEV, propose un service d experts et d auditeurs techniques internationaux de haut niveau Une expérience éprouvée auprès de l Union

Plus en détail

Administration canadienne de la sûreté du transport aérien

Administration canadienne de la sûreté du transport aérien Administration canadienne de la sûreté du transport aérien Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA Octobre 2009 La présente norme est assujettie aux demandes

Plus en détail

NBN Academy. ISO 14001: compréhension des enjeux et des apports de la version 2015. Alain Maes UWE 9/10/2015. Alain Maes

NBN Academy. ISO 14001: compréhension des enjeux et des apports de la version 2015. Alain Maes UWE 9/10/2015. Alain Maes NBN Academy ISO 14001: compréhension des enjeux et des apports de la version 2015 Alain Maes UWE 9/10/2015 Les participants Alain Maes - Formateur NBN Academy et BVT - Senior consultant ECN et BDO - Lead

Plus en détail

Révision ISO/IEC 17021

Révision ISO/IEC 17021 Révision ISO/IEC 17021 Version 2006 Version 2011 Évaluation de la conformité Exigences pour les organismes procédant à l'audit et à la certification des systèmes de management Adaptations et modalités

Plus en détail

Nouvelle Politique sur la gestion des projets du Conseil du Trésor et son application aux projets de sites contaminés

Nouvelle Politique sur la gestion des projets du Conseil du Trésor et son application aux projets de sites contaminés Nouvelle Politique sur la gestion des projets du Conseil du Trésor et son application aux projets de sites contaminés N. Monteiro, Programme des sites contaminés du Nord, AADNC, Gatineau (Québec) M. Punt,

Plus en détail

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017»

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017» «Approuvé» Par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN «Astana EXPO-2017» du 29 août 2013 Protocole N 6 avec des amendements introduits par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN

Plus en détail

Le coaching : mode passée ou passage obligé? Michel Gendron, associé Président-directeur directeur général

Le coaching : mode passée ou passage obligé? Michel Gendron, associé Président-directeur directeur général Le coaching : mode passée ou passage obligé? Michel Gendron, associé Président-directeur directeur général INTRODUCTION MCOR_CF-AC_COA_3050 2 Mon propos d aujourd hui Définir Distinguer Appliquer aux enjeux

Plus en détail

LAPHO Plan d accessibilité pluriannuel Normes d accessibilité intégrées Date de révision et n o : 11252014.000 Date : 25 novembre 2014 Page 1 de 9

LAPHO Plan d accessibilité pluriannuel Normes d accessibilité intégrées Date de révision et n o : 11252014.000 Date : 25 novembre 2014 Page 1 de 9 Hunter Douglas Canada LP Politique des ressources Date : 25 novembre 2014 Page 1 de 9 1 POLITIQUE 1.01 Hunter Douglas Canada LP («l entreprise») établira, mettra en œuvre et maintiendra un plan d accessibilité

Plus en détail

Introduction à l ISO/IEC 17025:2005

Introduction à l ISO/IEC 17025:2005 Introduction à l ISO/IEC 17025:2005 Relation avec d autres normes de Management de la Qualité Formation Assurance Qualité LNCM, Rabat 27-29 Novembre 2007 Marta Miquel, EDQM-CoE 1 Histoire de l ISO/IEC

Plus en détail

EUROPEAID/ 119860/C/SV/multi. LOT N 11 : Macro Economie, Finances publiques et aspects réglementaires Requête N 2008/148573/Version 1

EUROPEAID/ 119860/C/SV/multi. LOT N 11 : Macro Economie, Finances publiques et aspects réglementaires Requête N 2008/148573/Version 1 EUROPEAID/ 119860/C/SV/multi LOT N 11 : Macro Economie, Finances publiques et aspects réglementaires Requête N 2008/148573/Version 1 TERMES DE REFERENCE Contrat cadre bénéficiaires Assistance technique

Plus en détail

Q et R. Questions et réponses sur le financement privé de second rang

Q et R. Questions et réponses sur le financement privé de second rang Q et R Questions et réponses sur le financement privé de second rang En quoi consiste le financement de premier et de second rang pour notre coopérative? Le financement de premier rang de votre coopérative

Plus en détail

Q et R. Questions et réponses sur le financement de second rang. En quoi consiste le financement de second rang?

Q et R. Questions et réponses sur le financement de second rang. En quoi consiste le financement de second rang? Q et R Questions et réponses sur le financement de second rang En quoi consiste le financement de second rang? Le financement de second rang est un emprunt hypothécaire que contracte votre coopérative

Plus en détail

ZODIAC AEROSPACE Page 1 sur 7

ZODIAC AEROSPACE Page 1 sur 7 Plaisir, le 18 décembre Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise DISPOSITIFS DE GESTION DES RISQUES ET DE CONTRÔLE INTERNE Cette partie du rapport s appuie sur le cadre de référence

Plus en détail

FIT EUROPE CODE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE

FIT EUROPE CODE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE CODE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE Considérant le rôle majeur que jouent les traducteurs et les interprètes dans la facilitation et la promotion de la communication et de la compréhension internationales,

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 DÉVELOPPEMENT LOCAL MENÉ PAR LES ACTEURS LOCAUX POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période

Plus en détail

EXPERT FINANCIER POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE. Poste de rattachement hiérarchique : Chef de service Conseil et Expertise Financière

EXPERT FINANCIER POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE. Poste de rattachement hiérarchique : Chef de service Conseil et Expertise Financière Direction Finances EXPERT FINANCIER J CHARGE DU CONTRÔLE INTERNE DU FONDS SOCIAL EUROPEEN (FSE) ET DE CONSEIL EN GESTION POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction Finances Poste de

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE SPÉCIALE DU PROTECTEUR DU CITOYEN: Gestion de la crise de listériose associée aux fromages québécois SOMMAIRE

RAPPORT D'ENQUÊTE SPÉCIALE DU PROTECTEUR DU CITOYEN: Gestion de la crise de listériose associée aux fromages québécois SOMMAIRE RAPPORT D'ENQUÊTE SPÉCIALE DU PROTECTEUR DU CITOYEN: Gestion de la crise de listériose associée aux fromages québécois LE CONTEXTE SOMMAIRE Le 19 août 2008, le ministère de la Santé et des Services sociaux

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 PROCÉDURES A METTRE EN ŒUVRE PAR L'AUDITEUR EN FONCTION DE SON ÉVALUATION DES RISQUES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 PROCÉDURES A METTRE EN ŒUVRE PAR L'AUDITEUR EN FONCTION DE SON ÉVALUATION DES RISQUES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 PROCÉDURES A METTRE EN ŒUVRE PAR L'AUDITEUR EN FONCTION DE SON ÉVALUATION DES RISQUES SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-3 Réponses globales... 4-6 Procédures d'audit

Plus en détail