ONDES. Partie I. , on négligera les effets de bord. L espace entre les conducteurs sera assimilé au vide sauf explicitation contraire.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ONDES. Partie I. , on négligera les effets de bord. L espace entre les conducteurs sera assimilé au vide sauf explicitation contraire."

Transcription

1 Spé ψ 1-13 Devoi n 6 ONDES Des données et un fomulaie sont donnés à la fin du sujet Les câbles coaxiaux sont utilisés comme moyen de tansmission d infomations. Ils sont conçus pou tansmette des signaux sans top d atténuation et pou assue une potection conte les petubations extéieues. On les utilise notamment pou les câbles d antenne de télévision, pou tansmette des signaux audio-numéiques, ainsi que pou les inteconnexions dans les éseaux infomatiques. Un signal qui se popage dans un câble coaxial peut subi plusieus modifications. Il peut ête défomé (milieu dispesif), atténué (milieu dissipatif). Il peut aussi subi des éflexions au niveau des connexions. Ce sujet abode la modélisation du câble coaxial et les phénomènes de éflexion d ondes losque le câble est connecté su une chage. Un câble coaxial est fomé de deux tès bons conducteus de même longueu l, l un entouant l aute. L un est un conducteu massif de ayon R 1, appelé l âme du conducteu. L aute est un conducteu cylindique ceux de ayon intéieu R et de ayon extéieu R 3, appelé la gaine du conducteu. L espace inte-conducteu compote un isolant. On a : R 1 =,5 mm, R = 1,5 mm, l = 1 m. Patie I ONDE ELECTROMAGNETIQUE ET PEDANCE DU CABLE COAXIAL : Dans la mesue où les champs électomagnétiques ne pénètent pas dans les conducteus pafaits, on assimilea le câble coaxial à deux sufaces pafaitement conductices, cylindiques, coaxiales. Le conducteu (1) a un ayon R 1, le conducteu () a un ayon R (figue 1). Ces deux conducteus ont même longueu l. u que l R, on négligea les effets de bod. L espace ente les conducteus sea assimilé au vide sauf explicitation contaie. R R 1 z On note ( u, uθ, u z ) la base en coodonnées cylindiques. I-1) Détemination de l onde électomagnétique : On se place ici dans le cade généal de la théoie de l électomagnétisme. On considèe le câble comme infini suivant l axe des z. Une onde électomagnétique se popage à l intéieu du câble dans la égion R 1 < < R, assimilable à du vide. Elle est définie pa son champ électique E (, z, = cos( ωt kz) e où α est une constante positive. α α On lui associe le champ électique complexe E (, z, = exp( i ( ωt kz) ) e. On a E, z, t = Re E, z, t où Re signifie patie éelle. ( ) ( ) ( ) figue 1 Spé ψ 1-13 page 1/8 Devoi n 6

2 De même, il existe un champ magnétique B (, z, B (, z, avec B (, z, = Re B (, z,. ( ) auquel on associe le champ complexe : a) L onde est-elle plane? Est-elle pogessive? Si oui, pécise sa diection de popagation. b) On note E l amplitude maximale du champ électique dans le câble coaxial. Pécise E, z, t en fonction de E,, z, k, ω, t et R 1. l unité de E et expime ( ) c) Rappele les quate équations de Maxwell dans le vide et pécise en quelques mots le contenu physique de chacune d elles. d) À pati des équations de Maxwell, etouve l équation de popagation véifiée pa le champ électique. En déduie la elation de dispesion liant k et ω. Le milieu est-il dispesif? e) Détemine en fonction de E,, z, k, ω, t et R 1, l expession du champ magnétique com- B, z, t associé à cette onde, à une composante pemanente pès (indépendant du temps). plexe ( ) Justifie pouquoi on peut considée cette composante comme nulle. I-) Puissance tanspotée. a) On désigne pa π le vecteu de Poynting associé à cette onde électomagnétique. Détemine l expession de π en fonction de E,, z, k, ω, t, R 1 et µ. b) Détemine l expession de la puissance moyenne tanspotée P pa la câble en fonction de E, R 1, R, c et µ. Application numéique : en déduie l amplitude E du champ électique sachant que la puissance moyenne tanspotée est de 1 W. I-3) Étude de l inteface = R 1. a) Rappele l équation de passage du champ électique à la tavesée d une suface chagée. Pa application de cette elation de passage, et en emaquant que le champ électique est nul à l intéieu du conducteu (1), en déduie l expession de la densité sufacique de chage su le conducteu (1), en fonction de E, ε, k, ω, z et t. b) Rappele l équation de passage du champ magnétique à la tavesée d une nappe de couant. Pa application de cette elation de passage, et en emaquant que le champ magnétique est nul dans le conducteu (1), en déduie que le conducteu intéieu est pacouu pa une densité sufaci- que de couant J S1 qu on expimea en fonction de E, µ, c, ω, k, t et z. On emaquea que contenu dans le plan tangent au conducteu puisqu il s agit d un couant sufacique. J S1 est I-4) Détemination de l impédance caactéistique du câble coaxial : a) En un point de cote z donnée, pa un calcul de ciculation, détemine la difféence de potentiel u(z, = 1 (z, (z, ente l âme et la gaine, en fonction de E, R 1, R, k, z, ω et t. A, z, t B, z, t est On admetta éventuellement que le potentiel vecteu ( ) dont déive ( ) poté pa le vecteu u z. b) Pou z donné, détemine le couant i(z, véhiculé pa l âme du câble coaxial, en fonction de E, R 1, k, z, ω, t, µ et c. c) On définit l impédance caactéistique du câble pa de µ, c, R 1 et R, puis de µ, ε, R 1 et R. (, ) (, ) Spé ψ 1-13 page /8 Devoi n 6 C u z t =. Expime c en fonction i z t d) Compte tenu de l isolant sépaant l âme de la gaine, de pemittivité elative ε = 3,1, on a, en patique :

3 1 µ R π ε ε C = ln R1 Αpplication numéique : détemine la valeu de c.. Patie II PROPAGATION ET REFLEXION DES ONDES DANS LE CABLE COAXIAL : La gaine est maintenant eliée à la masse ( = ), et l âme, potée au potentiel 1 (z, = (z,, est pacouue pa un couant i(z,. On adopte le modèle bifilaie local de la potion de câble coaxial de longueu dz de la figue où λ et γ désignent espectivement l inductance linéique et la capacité linéique du câble coaxial. i(z, i(z + dz, λdz v(z, γdz v(z + dz, II-1) Équations de popagation a) À quelle(s) condition(s) su les matéiaux peuton modélise ainsi la potion de câble coaxial? b) Explicitez le système d équations aux déivées patielles véifié pa les fonctions (z, et i(z,. c) En déduie les deux équations aux déivées patielles, découplées, véifiées pa la fonction (z, d une pat, puis pa la fonction i(z, d aute pat. Expime la céléité associée, en fonction de λ et γ. Quelle est la fome la plus généale de la fonction (z,? II-) Phénomène de éflexion en bout de câble : On s intéesse au cas d ondes sinusoïdales de pulsation ω. On posea z, t z, t z, t z, t cos t kz z, t = cos ω t + kz + ψ. ( ) = ( ) + ( ) avec ( ) = ( ω + ϕ ) et ( ) ( ) I R I À ces ondes éelles, on associe les ondes complexes ( z, = I ( z, + R ( z, avec I ( z, = exp i( ωt kz ) et (, ) exp ( ) R z t = i ωt + kz où i e ϕ i e ψ =. R = et Le câble est elié à généateu basses féquences, qui délive en z =, une tension sinusoïdale, de sote que l onde totale en z = est sinusoïdale. Le choix de l oigine des temps nous pemet, t cos t, t = exp iω t. de pose ( ) = ( ω ) à laquelle on associe la fome complexe ( ) ( ) a) Le câble est en cout-cicuit, ou efemé su une ésistance nulle (R = ) à l extémité située en z =l. Explicite la condition limite ( l, véifiée pa la fonction (, ) En déduie le système de deux équations à deux inconnues véifié pa Puis expime et en fonction de O, k et l. b) On définit le coefficient de éflexion pa cout-cicuit (R = ). = R I ( l, ( l, figue z t en z =l. et.. Détemine dans le cas du c) Le câble est en cicuit ouvet, ou efemé pa une ésistance infinie (R = + ) à son extémité située en z = l. Explicite, tès bièvement, su une gandeu physique bien appopiée, la condition limite en z =l. On admetta dans ce cas que = 1. Spé ψ 1-13 page 3/8 Devoi n 6

4 d) Le câble est maintenant chagé à son extémité en z =l, pa une ésistance R. En admettant que le coefficient de éflexion est éel, justifie qu il existe au moins une valeu citique de R notée R C pou laquelle il n y a pas d onde éfléchie. Comment qualifie-t-on ce fonctionnement? Dans la suite du poblème, on admetta que R C = C déteminé à la question I-4-d. Patie III ÉTUDE EXPERENTALE : Un généateu basses féquences, banché à l entée du câble en z =, délive, comme onde incidente, une tension péiodique «caé», ente les niveaux et. L aute extémité du câble est efemée su une ésistance R. En plus des phénomènes de popagation et de éflexion éventuelle de l onde, il y a un lége phénomène d atténuation. On supposea que la valeu de la ésistance R n a aucune influence tant su la duée de popagation que su l amotissement dû au chemin pacouu. On admet de plus qu il n y a pas de éflexions multiples. À l aide d un oscilloscope, on obseve en z = la supeposition de l onde incidente délivée pa le généateu et de l onde éfléchie (figue 3). Les oscillogammes de la figue 4 ont été éalisés pou difféentes valeus de R. III-1)) Donne une valeu appochée de l impédance intene du généateu basses féquences que vous avez utilisé en tavaux patiques. III-) Cas d un cout-cicuit R =. L extémité z =l est en cout-cicuit : R =. a) On schématise l onde incidente, à l entée du câble en z =, pa la figue ci-conte : En penant en compte les phénomènes de éflexion, d amotissement et de popagation, et sachant que le etad dû à la popagation est inféieu à T/4, où T est la péiode de l onde incidente, schématise la fome des ondes éfléchie et totale notées R (, et TOT (, au point z =. I (, figue 3 b) En utilisant l oscillogamme coespondant à R =, détemine une valeu appochée de la vitesse de popagation le long du câble. Celle-ci est-elle en accod avec la valeu de ε indiquée pécédemment? c) On définit le coefficient d amotissement, noté K, au cous de la popagation globale, comme le appot du module de l amplitude de l onde éfléchie une fois evenue en z = su le module de l amplitude de l onde incidente émise en z =. détemine une valeu appochée de K. t III-3) Cas généal R : a) À pati des autes oscillogammes de la figue 4, détemine les valeus des coefficients de éflexion pou les difféentes valeus de R, à savoi : Ω, 4 Ω, 6 Ω et 8 Ω. b) Pou quelle valeu paticulièe R C de R, n y a-t-il pas d onde éfléchie? Ceci est-il en accod avec les ésultats obtenus dans les paties pécédentes? Pouquoi n y a-t-il pas de éflexion multiples? Spé ψ 1-13 page 4/8 Devoi n 6

5 figue 4 Spé ψ 1-13 page 5/8 Devoi n 6

6 Patie I PROPAGATION D UN SOLITON Avetissement : la finalité de la pésente patie dépassant le cade du égime hamonique, la notation complexe ne deva plus ête utilisée. I-1) Modèle à constantes localisées On considèe (figue 5) une ligne électique en échelle, composée de maillons identiques, de longueu ξ, composés de condensateus de capacité C et d auto inductance L. Si l on note ( la tension à l instant t au point d abscisse x, on peut die qu il y a popagation d une onde électique avec la vitesse v = ξ/τ dans le sens de l axe des abscisses si : la tension à l instant t au point d abscisse z ξ est en avance d un temps τ = ξ/v et s écit (t + τ) ; la tension à l instant t au point d abscisse z + ξ est en etad d un temps τ = ξ/v et s écit (t τ) ; d dt. a) Expime la difféence de potentiel (t + τ) ( en fonction de L et de I ( t + τ) d dt. b) Expime ( (t τ) en fonction de L et de I ( t ) (t + τ) ( (t τ) I(t + τ) I( c) Expime, à pati de la loi des nœuds, le développement (t + τ) + (t τ) ( en d fonction de L et de J ( t ) dt puis explicite J( en fonction de C et de (. Conclue en temes de potentiels. Ne pas développe le calcul de la déivée de J( afin de conseve la généalité de l écitue losque la capacité C devient dépendante de (, comme pésenté à la question 3. z ξ PROPAGATION L L J( C C z figue 5 z + ξ x I-) Étude en égime linéaie : cas d un signal hamonique a) À pati des ésultats obtenus ci-dessus, taduie la loi des nœuds en temes de potentiels. t = Acos ω t en soit une Détemine alos une condition su la pulsation pou que la fome ( ) ( ) solution Rappels : cos ( α + β ) + cos ( α β ) = cos ( α) cos( β ) et 1 cos( ) sin ( / ) ϕ = ϕ. b) La popagation se fait-elle avec ou sans dispesion? Est-il possible de econnaîte un type de filtage paticulie (passe-bas, passe-haut ou passe-bande)? c) En posant L = λ ξ et C = γ ξ, etouve la vitesse de phase v obtenue dans l hypothèse du modèle à constantes épaties où ξ tend ves zéo ; plus exactement si ξ << v/ω, soit encoe si ωτ << 1. d) On voudait dans cette hypothèse, éalise une ligne de longueu égale à 1m, capable de cée, en bout de ligne, un etad de 1 µs, avec des maillons de 1 cm, chacun compotant un condensateu de capacité égale à 5 pf. Quelle doit ête la valeu de l auto-inductance L d un maillon? I-3) Étude en égime non linéaie cas paticulie de soliton L objet de la pésente question est de défini, dans le cas de capacités Γ dépendant de la tension qui leu est appliquée (figue 6) une éventuelle solution assuant la popagation sans défoma- Spé ψ 1-13 page 6/8 Devoi n 6

7 tion d une impulsion (figue 7) ayant pou équation ( ( t ) = / ch / θ. Le paamète θ est homogène à un temps, sa valeu pécise estant à défini. PROPAGATION E P + (t + τ) E P + ( E + (t τ) I(t + τ) I( L L J( C C x ξ x figue 6 x + ξ x Avetissement : Le couant tansvesal J( s expime sous la fome J ( chage déposée su l amatue du condensateu potée au potentiel (. Dans la mesue où cette chage évolue en fonction d un potentiel dépendant du temps, on peut en conclue que dq d d J ( =. Ainsi, écie J ( = Γ pésuppose que la capacité du condensateu soit définie pa Γ =. Il impote donc d dt dt dq d de ne pas confonde cette capacité dite «dynamique» Γ avec la capacité définie pa la elation C = Q /. Cette confusion n est dq = où Q est la dt pemise que dans le cas où C est indépendante de la tension. t/ Concètement, il existe des diodes appelées «vaicap» qui, figue 7 polaisées en invese, pa une tension continue E P supeposée à ( su la ligne électique considéée, se compotent comme des capacités de valeu Γ dépendant de la tension (, d où la fome de leu symbole (figue 6). dq C Celles-ci sont telles que Γ = = où = ( epésente la tension à l instant t, α d 1+ C l écat ente la tension suppotée pa la diode (E P + ) et la tension de polaisation (E P ) étant supposé petit. soit numéique- Typiquement : C = 5 pf, C =,66 ; E P = et α =,33. C Alos, si demeue petit devant C, on peut admette que Γ = α 1+ C C ment Γ =. 1+,5 ( ) S t t t dt. a) Explicite la pimitive = ( + τ ) + ( τ) ( ) Les calculs sont allégés si l on écit : cette impulsion ( t ) = ( t θ ) d dt θ 1 tanh / sa déivée = tanh ( t / θ) 1 tanh ( t / θ) ( /1 t Spé ψ 1-13 page 7/8 Devoi n 6

8 t dt = θ tanh t / θ + Cte. sa pimitive ( ) ( ) Réduie l expession de S sachant que ( α + β ) + ( α β) ( α ) = ( α) ( β) tanh tanh tanh tanh tanh En evenant à la question 1-c, elie S à L et J(, puis à L, Γ et (. Conclue en expimant le poduit tanh ( τ / θ) R =. 1 tanh t / θ tanh τ / θ ( ) ( ) P ( α) ( ) ( ) tanh 1 1 tanh tanh α β = LΓ / θ en fonction du appot b) Explicite la capacité Γ. L expime en elation avec la tension ( apès avoi substitué au teme tanh (t/θ) la fonction convenable de (/, caactéistique de l impulsion considéée. Dans cette nouvelle expession de Γ, élimine tanh (τ/θ) au pofit de son équivalent sinh ( τ / θ) C Γ = pou détemine 1 sinh / 1+,5 + ( τ θ ). Pocéde enfin pa identification avec la fomule ( ) C en fonction de L, θ et τ ainsi que sinh (τ/θ) en fonction de. c) Des deux ésultats pécédents, extaie l expession de θ en fonction du appot /(LC ). d) On choisit L = mh. On souhaite tansmette sans défomation un signal de hauteu =,1. Quelle valeu doit-on attibue au paamète θ? Calcule la lageu tempoelle t de la patie du signal supéieue à /1 (figue 7). Los de l émission d un tain d impulsions, si l on souhaite espace chaque impulsion (bi d un temps égal à t, quel débit, expimé en kbits/seconde, obtiendait-on? $$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$ CONSTANTES PHYSIQUES : µ = 4π 1 7 H m 1 1 ε 1 = F m c = m s π 1 ot ( ot ( A) ) = gad ( div( A) ) A u, uθ, u Dans la base cylindique ( z ) FOULAIRE (,, ) 1 (,, ) (,, ) f θ z f θ z f θ z gad ( f ) = u + uθ + u θ z ( A (,, z) ) A (,, z) A (,, z) 1 θ 1 θ θ θ div( A) = + + θ z 1 A ( Aθ ) A A 1 ( Aθ ) A ot ( A) = u + uθ + u θ z z θ 1 f 1 f f f = + + θ z 1 Aθ 1 A A = A A + u + Aθ A u A θ θ + u θ θ Spé ψ 1-13 page 8/8 Devoi n 6 z

PROBLEME DE PHYSIQUE

PROBLEME DE PHYSIQUE SESSION 211 PSIP28 C O N C O U R S C O M M U N S P O LY T E C H N I Q U E S EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PSI PHYSIQUE 2 Duée : 4 heues NB : Le candidat attachea la plus gande impotance à la claté, à la

Plus en détail

Exercices : 19 - Champ électrostatique

Exercices : 19 - Champ électrostatique 1 Execices : 19 - Champ électostatique Sciences Physiques MP 2015-2016 Execices : 19 - Champ électostatique A. Calculs de champ et de potentiel 1. Théoème de supeposition Une sphèe de ayon b pote une chage

Plus en détail

Cours d électromagnétisme EM15-Champ magnétique

Cours d électromagnétisme EM15-Champ magnétique Cous d électomagnétisme EM15-Champ magnétique Table des matièes 1 Intoduction 2 2 Action d un champ électomagnétique su une paticule chagée 2 2.1 Foce de Loentz.................................. 2 2.2

Plus en détail

Chapitre VIII Ondes électromagnétiques et fibres optiques

Chapitre VIII Ondes électromagnétiques et fibres optiques Chapite VIII Ondes électomagnétiques et fibes optiques I Les Ondes Electomagnétiques II Les lois de l optique géométique III La fibe optique : un guide de lumièe I Les Ondes Electomagnétiques I.1 Le champ

Plus en détail

Chap. 6 PROBLEMES D'ELECTROMAGNETISME

Chap. 6 PROBLEMES D'ELECTROMAGNETISME Chap. 6 PROBLEMES D'ELECTROMAGNETISME Poblème 1 Condensateu en égime vaiable (extait de l'examen S3SMPE 2002-2003) On considèe un condensateu plan à amatues ciculaies, de ayon a, distantes de d, alimenté

Plus en détail

CIRCUITS COUPLES PAR MUTUELLE INDUCTANCE

CIRCUITS COUPLES PAR MUTUELLE INDUCTANCE CIRCUITS COUPLES PAR UTUELLE INDUCTANCE Philippe ROUX 4 CIRCUITS RLC COUPLES PAR UTUELLE INDUCTANCE PARTIE : PRESENTATION DES CIRCUITS COUPLES ) LES FLUX DES CHAPS AGNETIQUES DANS DEUX BOBINAGES COUPLES

Plus en détail

Spé 2008-2009 Devoir n 8 OPTIQUE

Spé 2008-2009 Devoir n 8 OPTIQUE Spé 8-9 Devoi n 8 OPTIQUE ETRALE PSI 8 A Pou que deux ondes poduisent des inteféences, il faut qu elles soient cohéentes, c est-à-die igoueusement synchones Pou obteni expéimentalement cette condition

Plus en détail

Construire une image médicale

Construire une image médicale Vol. 10 hive pintemps 2015 6 Autefois, on passait des adiogaphies. Maintenant, on va aussi passe un examen pa scanne : la technique s appelle la tomodensitométie axiale. Dans les deux cas, ce sont des

Plus en détail

L3 PAPP Physique Quantique et applications UE A302 Chapitre VII PLAN Moment cinétique de spin Addition de moments cinétiques

L3 PAPP Physique Quantique et applications UE A302 Chapitre VII PLAN Moment cinétique de spin Addition de moments cinétiques L3 PAPP Physique Quantique et applications UE A3 Chapite VII PLAN Moment cinétique de spin Addition de moments cinétiques I) Expéience de ten et Gelach (9) ) L expéience ) Valeus numéiques 3) Matices de

Plus en détail

LPHY 1113 B & D, Physique générale 1 - Leçon 4 (Mécanique, Eric Deleersnijder, www.ericd.be) L4.1. Leçon 4: Frottement

LPHY 1113 B & D, Physique générale 1 - Leçon 4 (Mécanique, Eric Deleersnijder, www.ericd.be) L4.1. Leçon 4: Frottement LPHY 1113 B & D, Physique généale 1 - Leçon 4 (Mécanique, Eic Deleesnijde, www.eicd.be) L4.1 1. Intoduction (Benson 6.1) Leçon 4: Fottement On pose su une table hoizontale un objet de masse m. Si l'objet

Plus en détail

ANTENNES INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE TOULOUSE CORRECTIONS DES TRAVAUX DIRIGES. 4 ème Année Informatique et Réseau

ANTENNES INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE TOULOUSE CORRECTIONS DES TRAVAUX DIRIGES. 4 ème Année Informatique et Réseau INSTITUT NATIONAL DS SCINCS APPLIQUS D TOULOUS 4 ème Année Infomatique et Réseau ANTNNS CORRCTIONS DS TRAVAUX DIRIGS Alexande Boye alexande.boye@insa-toulouse.f http://www.alexande-boye.f Antennes Octobe.

Plus en détail

Chapitre 3 LE MOMENT CINÉTIQUE : UN EXEMPLE DE SYSTÈME QUANTIQUE

Chapitre 3 LE MOMENT CINÉTIQUE : UN EXEMPLE DE SYSTÈME QUANTIQUE Chapite 3 LE MOMENT CINÉTIQUE : UN EXEMPLE DE SYSTÈME QUANTIQUE Se epote à la bibliogaphie pou le détail des démonstations et la desciption de l expéience de Sten et Gelach. 3.1 Définitions a- Considéons

Plus en détail

Equation de la Chaleur en Axisymétrique & en 3D

Equation de la Chaleur en Axisymétrique & en 3D P.-Y. Lagée, Equation de la Chaleu en Axi & en 3D Equation de la Chaleu en Axisymétique & en 3D Dans ce chapite nous faisons un bilan d énegie pou établi l équation de la chaleu en axisymétique. On pouait

Plus en détail

CHAPITRE 1 L ÉLECTROSTATIQUE

CHAPITRE 1 L ÉLECTROSTATIQUE L électostatique Chapite 1 CHAPITE 1 L ÉLECTOSTATIQUE 1.1 Intoduction La chage est une popiété de la matièe qui lui fait poduie et subi des effets électiques et magnétiques. On distingue : - l'électostatique

Plus en détail

CONCOURS INTERNE POUR LE RECRUTEMENT D INGENIEUR(E)S DES TRAVAUX DE LA METEOROLOGIE SESSION 2015

CONCOURS INTERNE POUR LE RECRUTEMENT D INGENIEUR(E)S DES TRAVAUX DE LA METEOROLOGIE SESSION 2015 CONCOURS INTERNE POUR LE RECRUTEMENT D INGENIEUR(E)S DES TRAVAUX DE LA METEOROLOGIE SESSION 2015 ************************************************************************************************* EPREUVE

Plus en détail

Actionneurs Electriques

Actionneurs Electriques Plan Actionneus éluctants Actionneus électodynamiques Actionneus électomagnétique Actionneus hybides ou éluctants polaisés Actionneus classiques 1 Actionneus éluctants ou machine à éluctance vaiable Pas

Plus en détail

Chapitre 4 : Le potentiel électrique

Chapitre 4 : Le potentiel électrique Chapite 4 : Le potentiel électique Execices E1. On donne q =30Cet V =10 8 V. (a) Dans cet execice, oute la éféence à l éclai, on ne founit aucun détail su la façon de déplace la chage ente le nuage et

Plus en détail

Lycée Clemenceau. PCSI 1 - Physique. PCSI 1 (O.Granier) Lycée. Clemenceau. Le champ magnétique. Le théorème d Ampère.

Lycée Clemenceau. PCSI 1 - Physique. PCSI 1 (O.Granier) Lycée. Clemenceau. Le champ magnétique. Le théorème d Ampère. Lcée lemenceau S 1 - hsique Lcée lemenceau S 1 O.Ganie Le champ magnétique Le théoème d Ampèe Olivie GRANER Lcée lemenceau S 1 - hsique Énoncé du théoème d Ampèe Le théoème d Ampèe est «l équivalent» du

Plus en détail

TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences

TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences E.N.S. de Cachan Département E.E.A. M2 FE 3 e année Physique appliquée 2011-2012 TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences Exercice n o 1 : Interférences à deux ondes, conditions de cohérence

Plus en détail

1 Réflexion et réfraction

1 Réflexion et réfraction 1 Réflexion et réfraction 1.1 Rappel sur la propagation dans les milieux linéaires isotropes Equations de Maxwell dans les milieux Dans un milieu diélectrique sans charges libres (ni courants libres) les

Plus en détail

Introduction au cours de physique (1)

Introduction au cours de physique (1) Introduction au cours de physique () Exercices : Petites variations, valeurs moyennes Calculs de petites variations Méthode De manière générale : il est souvent plus simple de faire une différentiation

Plus en détail

Physique. chassis aimant. Figure 1

Physique. chassis aimant. Figure 1 Physique TSI 4 heures Calculatrices autorisées 2013 Les résultats numériques seront donnés avec un nombre de chiffres significatifs compatible avec celui utilisé pour les données. On s intéresse ici à

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC MATHEMATIQUES 2. Durée : 4 heures

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC MATHEMATIQUES 2. Durée : 4 heures SESSION 2003 PCM2007 EPEUVE SPECIFIQUE FILIEE PC MATHEMATIQUES 2 Durée : 4 heures L utilisation des calculatrices est autorisée. Les deux problèmes sont indépendants *** N.B. : Le candidat attachera la

Plus en détail

Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediene. Faculté de Physique. Pr. DJELOUAH Hakim

Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediene. Faculté de Physique. Pr. DJELOUAH Hakim Univesité des Sciences et de la Technologie Houai Boumediene Deuxiième Année des Fiilliièes Sciienttiifiiques des Uniivesiittés ett des Ecolles d Ingéniieus Faculté de Physique ELECTROMAGNETISME Cous &

Plus en détail

IMPRIMANTE A TICKETS

IMPRIMANTE A TICKETS CPGE / Sciences Industielles pou l Ingénieu DS2 IMPRIMANTE A TICKETS Un hoodateu est un appaeil automatisé qui délive un ticket autoisant le stationnement, pou une duée limitée, à un client ayant payé

Plus en détail

Chapitre 5 Les condensateurs 1. Définitions

Chapitre 5 Les condensateurs 1. Définitions hapite 5 Les condensateus. Définitions a. ondensateu. Si on elie chacune des bones + et - d une pile (ou aute souce de difféence de potentiel) à un conducteu, on obtient un condensateu. Les deux conducteus

Plus en détail

Année universitaire 2012/2013

Année universitaire 2012/2013 Année univesitaie 1/13 Examen Electomagnétisme PEIP Aix-Maseille Univesité 15 janvie 13 5 poblèmes - ecto veso / Duée e l épeuve heues alculettes stanas autoisées / Fomulaie Page A4 autoisée 1. (4pts Quate

Plus en détail

ETUDE DES E VI V B I RATIO I N O S

ETUDE DES E VI V B I RATIO I N O S ETUDE DES VIBRATIONS 1 Chapitre I - Présentation et définitions 2 Les objectifs à atteindre: 1) Savoir décrire le modèle de l'oscillateur harmonique et savoir l'appliquer à l'étude des systèmes physiques

Plus en détail

A. Étude d une installation électrique domestique

A. Étude d une installation électrique domestique Banque «go Véto» - 3 PHYSIUE Duée : 3 h 3 L usage d une calculatice est autoisé pou cette épeuve Il sea tenu le plus gand compte dans la notation de la qualité de la édaction Si, au cous de l épeuve, un

Plus en détail

Quantité de mouvement Les systèmes de masse variable

Quantité de mouvement Les systèmes de masse variable 3 ème os DYNAMIQUE Théoie Quantité de mouvement Les systèmes de masse vaiable Intoduction À pati du Moyen Âge, on s'est endu compte que la vitesse ne suffisait pas à explique toutes les caactéistiques

Plus en détail

Les fibres optiques :

Les fibres optiques : Les fibes optiques : Supplément d électomagnétisme appliqué Pa Piee-Andé Bélange Univesité Laval, Canada Table des matièes Anatomie d une fibe optique Un matéiau fot complexe...3 La fabication d une fibe

Plus en détail

E S UE3 A C. Physique et biophysique. Toute la physique en 1 volume. Dounia Drahy

E S UE3 A C. Physique et biophysique. Toute la physique en 1 volume. Dounia Drahy P MÉDECINE PHARMACIE DENTAIRE SAGE-FEMME UE3 A C Physique et biophysique Dounia Dahy E S Toute la physique en 1 volume Rappels de cous + de 300 QCM et execices Tous les coigés détaillés Table des matièes

Plus en détail

Devoir de Sciences Physiques n 1 pour le 09-09-2015

Devoir de Sciences Physiques n 1 pour le 09-09-2015 1 DM1 Sciences Physiques MP 20152016 Devoir de Sciences Physiques n 1 pour le 09092015 Problème n o 1 Capteurs de proximité E3A PSI 2013 Les capteurs de proximité sont caractérisés par l absence de liaison

Plus en détail

Physique des Ondes : Propagation d ondes électrocinétiques dans un câble coaxial

Physique des Ondes : Propagation d ondes électrocinétiques dans un câble coaxial Travaux pratiques Série 2 Physique des Ondes : Propagation d ondes électrocinétiques dans un câble coaxial Objectifs du TP : Mesurer la vitesse de propagation d un signal dans un câble coaxial. Observer

Plus en détail

puits artésien ou en nappe captive (TD1, exercice 1)

puits artésien ou en nappe captive (TD1, exercice 1) Hydogéologie_mise à jou/mp-es / Pilippe Belleudy octobe 4 puits atésien ou en nappe captive (TD, execice ) Détemine le débit d'un puits en nappe captive compte tenu des infomations suivantes : fonctionnement

Plus en détail

SCIENCE DES MATERIAUX DE L ELECTROTECHNIQUE

SCIENCE DES MATERIAUX DE L ELECTROTECHNIQUE Floin CIUPRINA Petu V. NOŢINGHER SCIENCE DES MATERIAUX DE L ELECTROTECHNIQUE TRAVAUX PRATIQUES ET EXERCICES UNIVERSITATEA POLITEHNICA BUCUREŞTI Facultatea de Electotehnică Floin CIUPRINA Petu NOŢINGHER

Plus en détail

PHYSIQUE. Lampe à incandescence et bilans thermiques. Partie I - Lampe à incandescence en régime permanent

PHYSIQUE. Lampe à incandescence et bilans thermiques. Partie I - Lampe à incandescence en régime permanent PHYSIQUE Lampe à incandescence et bilans thermiques Partie I - Lampe à incandescence en régime permanent IA - Détermination de la température du filament Le filament d une ampoule à incandescence est constitué

Plus en détail

OPTIQUE ONDULATOIRE. 1. Les équations de propagation de E r et B r en vide: r r. r E (1) t 1

OPTIQUE ONDULATOIRE. 1. Les équations de propagation de E r et B r en vide: r r. r E (1) t 1 OPTIQUE ONDULATOIRE Le caactèe ondulatoie de la luièe a été énoncé pou la peièe fois pa C. Huygens (678). Il a été ensuite lageent développé pa A. Fesnel (8) et elié plus tad, en 876, à l électoagnétise

Plus en détail

FINANCE Mathématiques Financières

FINANCE Mathématiques Financières INSTITUT D ETUDES POLITIQUES 4ème Année, Economie et Entepises 2005/2006 C.M. : M. Godlewski Intéêts Simples Définitions et concepts FINANCE Mathématiques Financièes L intéêt est la émunéation d un pêt.

Plus en détail

Chapitre 6: Moment cinétique

Chapitre 6: Moment cinétique Chapite 6: oment cinétique Intoduction http://www.youtube.com/watch?v=vefd0bltgya consevation du moment cinétique 1 - angula momentum consevation 1 - Collège éici_(360p).mp4 http://www.youtube.com/watch?v=w6qaxdppjae

Plus en détail

où «p» représente le nombre de paramètres estimés de la loi de distribution testée sous H 0.

où «p» représente le nombre de paramètres estimés de la loi de distribution testée sous H 0. 7- Tests d austement, d indépendance et de coélation - Chapite 7 : Tests d austements, d indépendance et de coélation 7. Test d austement du Khi-deux... 7. Test d austement de Kolmogoov-Sminov... 7.. Test

Plus en détail

INITIATION A LA MESURE ----

INITIATION A LA MESURE ---- INITIATION A LA MSUR ---- Le but de ce TP est : - de mesue la foce électomotice et la ésistance intene d'une pile, - d'évalue, en tenant compte des incetitudes de mesue et des caactéistiques de l'appaeil

Plus en détail

CHAPITRE 1 L ÉLECTROSTATIQUE

CHAPITRE 1 L ÉLECTROSTATIQUE L électostatque Chapte 1 CHAPITRE 1 L ÉLECTROSTATIUE 1.1 Intoducton La chage est une popété de la matèe qu lu fat podue et sub des effets électques et magnétques. On dstngue : - l'électostatque qu est

Plus en détail

ns n I. Champ tournant, rotation synchrone, rotation asynchrone TGC LE MOTEUR ASYNCHRONE (MAS) 1/9

ns n I. Champ tournant, rotation synchrone, rotation asynchrone TGC LE MOTEUR ASYNCHRONE (MAS) 1/9 TGC LE MOTEUR ASYNCHRONE (MAS) 1/9 I. Champ tounant, otatioynchone, otation asynchone On appelle champ tounant un champ magnétique animé d'un mouvement de otation. On peut en cée un en faisant toune un

Plus en détail

COMPRESSEUR DE CLIMATISATION AUTOMOBILE SANDEN 508

COMPRESSEUR DE CLIMATISATION AUTOMOBILE SANDEN 508 TSI Sciences Industielles GM DL N 1 COMPRESSEUR DE CLIMATISATION AUTOMOBILE SANDEN 508 1.MISE EN SITUATION : L étude ci-apès pote su un compesseu de climatisation de véhicule automobile de maque SANDEN.

Plus en détail

CONSTANTES DIELECTRIQUES

CONSTANTES DIELECTRIQUES 9 E7 CONTANTE DIELECTRIQUE I. INTRODUCTION Dans cette expéience, nous étuieons es conensateus et nous éiveons les popiétés e iélectiques tels que l'ai et le plexiglas. II. THEORIE A) Conensateus et iélectiques

Plus en détail

ELECTRICITE. 1. Electrostatique. Electricité

ELECTRICITE. 1. Electrostatique. Electricité ELECTRICITE 1. Electostatique 1.1 Chage électique La matièe est globalement neute, mais si l'on fotte un bâton de vee avec une peau de chat ou un bâton de bakélite avec de la soie - deux pami beaucoup

Plus en détail

Devoir Surveillé n 2

Devoir Surveillé n 2 Devoir Surveillé n 2 Les candidat(e)s veilleront à exposer leurs réponses avec clarté et rigueur, rédiger avec soin dans un français correct et reporter dans la marge les numéros des questions traitées.

Plus en détail

Exemples d antennes (9)

Exemples d antennes (9) Exemples d antennes (9) II. Le pincipe des images : Pemet de considée le cas de souces placées au dessus d un sol qui peut ête assimilé à un conducteu pafait (en BF : σ >> ωε ). a) Cas d une antenne filaie

Plus en détail

Feuille d'exercices : Diusion thermique

Feuille d'exercices : Diusion thermique Feuille d'exercices : Diusion thermique P Colin 2014/2015 1 Diusion thermique dans une barre * On considère une barre cylindrique de longueur l et de section S constituée d un matériau de conductivité

Plus en détail

Exercices de Mécanique

Exercices de Mécanique Eecices de écanique Cinéatique : epèes, bases, tajectoies et ouveents éthode 1. Une base locale (coe la base clindique) est définie : - en un point de l espace («localeent», donc!) - pa appot à tois diections

Plus en détail

CONVERSION DE PUISSANCE

CONVERSION DE PUISSANCE Spé y 2004-2005 Devoi n 6 CONVERSION DE PUISSANCE Une alimentation de d odinateu de bueau est assez paticulièe, elle doit founi des tensions de +5, +12, 5 et 12 volts avec une puissance moyenne de quelques

Plus en détail

Masse de Jupiter. 2) On a répertorié dans un tableau les périodes T et les rayons r de trois satellites de Jupiter :

Masse de Jupiter. 2) On a répertorié dans un tableau les périodes T et les rayons r de trois satellites de Jupiter : Masse de upite Execice : Cet execice a pou but de détemine la masse de upite en étudiant le mouement de cetains de ses satellites que son Euope, Ganymède et Callisto. On donne G = 6,67 10-11 N.m.kg -.

Plus en détail

TP-cours n 7 : Câble coaxial

TP-cours n 7 : Câble coaxial TP-cours n 7 : Câble coaial Matériel disponible : Câble coaial enroulé de 100m, GBF Centrad, adaptateurs BNC-banane, boite à décade de résistances. I Équation de propagation dans le câble coaial I.1 Introduction

Plus en détail

STATIQUE. Actions mécaniques extérieures = Actions Mécaniques de contact + Actions Mécaniques à distance

STATIQUE. Actions mécaniques extérieures = Actions Mécaniques de contact + Actions Mécaniques à distance STTIQUE 1.- Quel est l objectif de la statique? Pou étudie les conditions d équilibe des solides indéfomables. Remaques : - Un solide est considéé indéfomable tant que les défomations estent faibles. -

Plus en détail

Exemples de champs électrostatiques

Exemples de champs électrostatiques Exemples de champs électostatques A. Exemples smples A.. Chage ponctuelle unque Le champ électque et le potentel absolu en un pont M nduts pa une chage ponctuelle q placée en O sont : q E 4 π u et V q

Plus en détail

Recueil d annales en Mathématiques. Terminale S Enseignement obligatoire. Intégrales

Recueil d annales en Mathématiques. Terminale S Enseignement obligatoire. Intégrales Recueil d annales en Mathématiques Terminale S Enseignement obligatoire Frédéric Demoulin Dernière révision : 3 juin 2 Document diffusé via le site www.bacamaths.net de Gilles Costantini 2. frederic.demoulin

Plus en détail

Performances d'un système frigorifique domestique avec stockage par chaleur latente

Performances d'un système frigorifique domestique avec stockage par chaleur latente Pefomances d'un système figoifique domestique avec stockage pa chaleu latente Kamel AZZOUZ 1*, Denis LEDUCQ 1, Jacques GUILPART 1, Dominique GOBIN 2 1 CEMAGREF Unité de Recheche Génie des Pocédés Figoifiques,

Plus en détail

Devoir surveillé de Sciences Physiques n 2 du 08-10-2015 Durée : 4 heures

Devoir surveillé de Sciences Physiques n 2 du 08-10-2015 Durée : 4 heures 1 DS2 Sciences Physiques MP 2015-2016 Devoir surveillé de Sciences Physiques n 2 du 08-10-2015 Durée : 4 heures Problème n o 1 Propagation de signaux électriques X PC 2006 On considère une ligne électrique

Plus en détail

PHYSIQUE - MATHÉMATIQUES

PHYSIQUE - MATHÉMATIQUES SESSION 2013 SECOND CONCOURS ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE PHYSIQUE - MATHÉMATIQUES Durée : 4 heures L usage des calculatrices de poche à alimentation autonome, sans imprimante et sans document d accompagnement

Plus en détail

Propriétés thermoélastiques des gaz parfaits

Propriétés thermoélastiques des gaz parfaits Themodynamque - Chapte opétés themoélastques des gaz pafats opétés themoélastques des gaz pafats LES CONNAISSANCES - Gaz pafat à l échelle macoscopque Défnton : Le gaz pafat assocé à un gaz éel est le

Plus en détail

9. Émettre des ondes électromagnétiques

9. Émettre des ondes électromagnétiques 9. Émette des ondes électomagnétiques Le dipôle oscillant est la souce d ondes électomagnétiques la plus simple. Son étude détaillée nous pemetta d abode les caactéistiques essentielles des antennes. Los

Plus en détail

La mécanique des fluides est l étude du comportement des fluides (liquides et gaz) et des forces internes associées.

La mécanique des fluides est l étude du comportement des fluides (liquides et gaz) et des forces internes associées. I- PREAMBULE : La mécanique des fluides est l étude du compotement des fluides (liquides et gaz) et des foces intenes associées. Elle se divise en statique des fluides, l étude des fluides au epos, qui

Plus en détail

Séance de TP n 2 du jeudi 10 décembre 2009. Manipulation Pré-requis Montages liés. Electrocinétique, modulation d amplitude diagramme de bode

Séance de TP n 2 du jeudi 10 décembre 2009. Manipulation Pré-requis Montages liés. Electrocinétique, modulation d amplitude diagramme de bode Tavaux Patiques Pépaation à l agégation intene de Sciences Physiques 009-010 Séance de TP n du jeudi 10 décembe 009 Manipulation Pé-equis Montages liés Etude d un cicuit passif passe bas application à

Plus en détail

Problèmes de dynamique du point, avec énergie

Problèmes de dynamique du point, avec énergie Polèmes de dynamique du point, aec énegie I 5 Dans le plan hoiontal ( Oy) d'un éféentiel galiléen, un moile modélisé pa un point matéiel P de masse m est asteint à se déplace su le cecle de cente O et

Plus en détail

NOMBRES COMPLEXES Cours

NOMBRES COMPLEXES Cours NOMBRES COMPLEXES Cous I. DEFINITIONS D UN NOMBRE COMPLEXE. Fome algébique. Repésetatio gaphique. Fome polaie 4. Fome tigoométique 5. Relatios fodametales ete les difféetes défiitios 6. Exemples II. PROPRIETES

Plus en détail

CHAPITRE II MAGNETOSTATIQUE

CHAPITRE II MAGNETOSTATIQUE Chapite : Magnétostatique CAPTRE MAGNETOTATQUE Une chage électique immobile cée un champ électique seulement; Une chage en mouvement (un couant) cée un champ électique et un champ magnétique. Définition

Plus en détail

Equipement Electrique

Equipement Electrique Equipement Electique TEEM 1 èe Année Equipement Electique, TEEM 1 ee année, uno FRAÇO 1 ntoduction 2 Le pogamme * Champ magnétique, flux, induction électomagnétique, chages électiques et foces * La machine

Plus en détail

En voiture! I. Détection des chocs frontaux et protection des passagers : l airbag

En voiture! I. Détection des chocs frontaux et protection des passagers : l airbag En voiture! Ce problème propose d étudier plusieurs phénomènes physiques mis en oeuvre dans un véhicule automobile. La première partie étudie la détection de chocs frontaux pour déclencher l ouverture

Plus en détail

CHAMP MAGNÉTIQUE EN RÉGIME STATIONNAIRE

CHAMP MAGNÉTIQUE EN RÉGIME STATIONNAIRE CAMP MAGNÉTIQUE EN ÉGIME STATIONNAIE Mgnétoésistnce En 7 Albet Fet et Pete Günbeg se sont vus décene le pix Nobel de Physique pou l mgnétoésistnce génte (GM) Ils ont monté qu une fine couche d un mtéiu

Plus en détail

R r. ε ε. Oscilloscope. Bouchon 50 Ω

R r. ε ε. Oscilloscope. Bouchon 50 Ω TP ONDES DE TENSION LE LONG D'UNE LIGNE COAXIALE Objectifs : - S accoutumer à la technologie d un coaxial et à son comportement en fréquence élevée - Mettre en évidence certaines propriétés générales d

Plus en détail

1.1. Remplacer le début des phrases suivantes par : «La tension aux bornes d un(e)» ou «L intensité du courant dans un(e)».

1.1. Remplacer le début des phrases suivantes par : «La tension aux bornes d un(e)» ou «L intensité du courant dans un(e)». BTS 2003 Le problème porte sur l impression de tickets de caisse du système de distribution de cartes d entrée de piscine. Dans la première partie, on étudiera l impression thermique de tickets de caisse,

Plus en détail

L'atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique

L'atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique L'atome et la mécanique de Newton : Ouvetue au monde quantique Lod Kelvin affime en 1892 que "tous les concepts de la physique sont déteminés, et qu'il n'y a plus qu'à touve quelques décimales supplémentaies

Plus en détail

Généralités sur les fonctions numériques

Généralités sur les fonctions numériques 7 Généralités sur les fonctions numériques Une fonction numérique est, de manière générale, une fonction d une variable réelle et à valeurs réelles. 7.1 Notions de base sur les fonctions Si I, J sont deux

Plus en détail

USAGE DES COMPLEXES DANS LES CIRCUITS ÉLECTRIQUES

USAGE DES COMPLEXES DANS LES CIRCUITS ÉLECTRIQUES Avant propos : usage des nombres complexes est incontournable en ce qui concerne l étude des circuits électriques aussi bien du point de vue énergétique (2 hemins de l énergie, bilan de puissance, puissance

Plus en détail

PHYSIQUE I. Partie I - Phénomène de polarisation de la lumière

PHYSIQUE I. Partie I - Phénomène de polarisation de la lumière PHYSIQUE I Le problème s intéresse à différents aspects de la polarisation de la lumière Les applications de ces phénomènes sont multiples et les dispositifs associés sont des composants de base dans les

Plus en détail

III.1 Quelques rappels théoriques sur les interférences à 2 ondes.

III.1 Quelques rappels théoriques sur les interférences à 2 ondes. III TP 3 : Intérférences à deux ondes dans le domaine hyperfréquence. 22 Introduction Le but de ce TP est d étudier le phénomène d interférences dans le domaine des ondes hyperfréquences 2. Il s agit donc

Plus en détail

TRAVAUX DIRIGÉS DE M 6

TRAVAUX DIRIGÉS DE M 6 D M 6 Coection PCSI 1 013 014 RVUX DIRIGÉS DE M 6 Execice 1 : Pemie vol habité (pa un homme) Le 1 avil 1961, le commandant soviétique Y Gagaine fut le pemie cosmonaute, le vaisseau spatial satellisé était

Plus en détail

Corps remorqué dans l eau

Corps remorqué dans l eau ACCUEIL Corps remorqué dans l eau Frédéric Elie, août 2007 La reproduction des articles, images ou graphiques de ce site, pour usage collectif, y compris dans le cadre des études scolaires et supérieures,

Plus en détail

ÉCOLE POLYTECHNIQUE Promotion 2009. CONTRÔLE DU COURS DE PHYSIQUE PHY311 Lundi 12 juillet 2010, durée : 2 heures

ÉCOLE POLYTECHNIQUE Promotion 2009. CONTRÔLE DU COURS DE PHYSIQUE PHY311 Lundi 12 juillet 2010, durée : 2 heures ÉCOE POYTECHNIQUE Promotion 2009 CONTRÔE DU COURS DE PHYSIQUE PHY311 undi 12 juillet 2010, durée : 2 heures Documents autorisés : cours, recueil de problèmes, copies des diapositives, notes de PC Indiquer

Plus en détail

Circuit fixe dans un champ magnétique variable

Circuit fixe dans un champ magnétique variable Circuit fixe dans un champ magnétique variable Calcul d un flux On peut montrer, dans le cadre de la mécanique des fluides, que le champ de vitesse pour un fluide visqueux incompressible, de coefficient

Plus en détail

Cours n 4 : Du LASER continu au LASER femtoseconde

Cours n 4 : Du LASER continu au LASER femtoseconde Cours n 4 : Du LASER continu au LASER femtoseconde Manuel Joffre www.enseignement.polytechnique.fr/profs/physique/manuel.joffre/dea/ Le LASER : un oscillateur optique Bouclage Amplification Amplification

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures SESSION 2013 PCP1003 EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC PHYSIQUE 1 Durée : 4 heures N.B. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction. Si

Plus en détail

Systèmes dynamiques. Chapitre 1

Systèmes dynamiques. Chapitre 1 Chapitre 1 Systèmes dynamiques 1) Placement financier On dépose une quantité d argent u 0 à la banque à l instant t 0 = 0 et on place cet argent à un taux r > 0. On sait qu en vertu de la loi des intérêts

Plus en détail

Objectifs : Connaître la constitution d un condensateur, analyser son fonctionnement et connaître les lois d associations de condensateurs.

Objectifs : Connaître la constitution d un condensateur, analyser son fonctionnement et connaître les lois d associations de condensateurs. hapite 6 : LES ONDENSTERS Objectifs : onnaîte la constitution d un condensateu, analyse son fonctionnement et connaîte les lois d associations de condensateus. I onstitution et symbole : Le condensateu

Plus en détail

F O R C E C E N T R A L E C O N S E R V A T I V E. A P P L I CA T I O N A U X O R B I T E S C I R C U L A I R E S

F O R C E C E N T R A L E C O N S E R V A T I V E. A P P L I CA T I O N A U X O R B I T E S C I R C U L A I R E S MECA NI QUE L yc ée F.B UISS N PTS I MUVEMENT D UNE PARTICULE SUMISE A UNE F R C E C E N T R A L E C N S E R V A T I V E. A P P L I CA T I N A U X R B I T E S C I R C U L A I R E S PRELUDE Dans ce chapite,

Plus en détail

Préparation à l agrégation de Sciences-Physiques ENS Physique. Ondes II

Préparation à l agrégation de Sciences-Physiques ENS Physique. Ondes II Préparation à l agrégation de Sciences-Physiques ENS Physique Ondes II R. Journeaux Électricité, électronique, optique (De Boeck, 1997) R. P. Feynman Cours de physique volume 2 (chapitre 24) P. Lorrain,

Plus en détail

Système d ouverture de porte de TGV

Système d ouverture de porte de TGV Le sujet se compose de : TD MP-PSI REVISION CINEMATIQUE Système d ouvetue de pote de TGV 6 pages dactylogaphiées ; 2 pages d annexe ; 2 pages de document éponse Objet de l étude Le tanspot feoviaie, concuencé

Plus en détail

11.5 Le moment de force τ (tau) : Production d une accélération angulaire

11.5 Le moment de force τ (tau) : Production d une accélération angulaire 11.5 Le moment de foce τ (tau) : Poduction d une accéléation angulaie La tige suivante est soumise à deux foces égales et en sens contaie: elle est en équilibe N La tige suivante est soumise à deux foces

Plus en détail

Récupération d énergie

Récupération d énergie Récupération d énergie Le sujet propose d étudier deux dispositifs de récupération d énergie soit thermique (problème 1) soit mécanique (problème 2) afin de produire une énergie électrique. Chaque problème

Plus en détail

PROBLÈME 1 : Étude de l'eau en physique

PROBLÈME 1 : Étude de l'eau en physique Banque «Agro» A - 0304 PHYSIQUE Durée : 3 h 30 L usage d une calculatrice est autorisé pour cette épreuve L usage d abaques et de tables est interdit pour cette épreuve Les trois problèmes sont indépendants

Plus en détail

Problème 1 LUNETTE ASTRONOMIQUE ACHROMATIQUE La vergence V dune lentille mince est donnée par la relation algébrique suivante

Problème 1 LUNETTE ASTRONOMIQUE ACHROMATIQUE La vergence V dune lentille mince est donnée par la relation algébrique suivante DM 7 pou le avil 01 OPTIQUE MÉCANIQUE Poblème 1 LUNETTE ASTRONOMIQUE ACHROMATIQUE La vegence V dune lentille mince est donnée pa la elation algébique suivante : 1 V = n 1) 1 ) R 1 R où n est l indice de

Plus en détail

concours externe de recrutement de professeurs certifiés et concours d accès à des listes d aptitude (CAFEP)

concours externe de recrutement de professeurs certifiés et concours d accès à des listes d aptitude (CAFEP) SESSION DE 2005 concours externe de recrutement de professeurs certifiés et concours d accès à des listes d aptitude (CAFEP) section : mathématiques deuxième composition de mathématiques (épreuve de remplacement)

Plus en détail

Partie A : Principe du moteur asynchrone (37%)

Partie A : Principe du moteur asynchrone (37%) Les trois parties A, B et C de cette épreuve sont indépendantes. Partie A : Principe du moteur asynchrone (37%) Aucune connaissance préalable du moteur asynchrone n est nécessaire pour l étude de cette

Plus en détail

1. Description. 2. Dessin technique en coupe du mélangeur. La pièce 2 est une sphère.

1. Description. 2. Dessin technique en coupe du mélangeur. La pièce 2 est une sphère. Sciences Industielles TD - Enoncé Cinématique chaînes femées. Desciption MELNGEUR Le mécanisme dont le schéma cinématique est donné ci-dessous epésente un mélangeu. Un moto-éducteu non epésenté entaîne

Plus en détail

Devoir Surveillé n 3

Devoir Surveillé n 3 Devoir Surveillé n 3 Les candidat(e)s veilleront à exposer leurs réponses avec clarté et rigueur, rédiger avec soin dans un français correct et reporter dans la marge les numéros des questions traitées.

Plus en détail

Équations différentielles en physique

Équations différentielles en physique Fiche Mathématiques pour la Physique - Équations différentielles en physique - MPSI 1 Lycée Chaptal - 2012 Équations différentielles en physique On ne considère en physique en prépa (quasiment) que des

Plus en détail

ANTENNES INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE TOULOUSE SUPPORT DE COURS ENONCE DE TRAVAUX DIRIGES. 5 ème Année Réseau et Télécom

ANTENNES INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE TOULOUSE SUPPORT DE COURS ENONCE DE TRAVAUX DIRIGES. 5 ème Année Réseau et Télécom INSTITUT NATIONAL DS SCINCS APPLIQUS D TOULOUS 5 ème Année Réseau et Télécom ANTNNS SUPPORT D COURS NONC D TRAVAUX DIRIGS Alexande Boye alexande.boye@insa-toulouse.f www.alexande-boye.f Antennes Octobe

Plus en détail

Superposition de signaux sinusoïdaux

Superposition de signaux sinusoïdaux Superposition de signaux sinusoïdaux I TP interférences obtenues par la superposition de deux ondes ultrasonores...3 1 Modélisation d une courbe sous Regressi...3 2 Mesure de l amplitude de l onde résultant

Plus en détail

²Chapitre-2 Ondes lumineuses

²Chapitre-2 Ondes lumineuses ²Chapite- Ondes luineuses Les ondes luineuses sont des ondes életoagnétiques, est à die les gandeus qui se popagent sont un hap életique E et un hap agnétique B. Le aatèe ondulatoie de la luièe a été énoné

Plus en détail