L HISTOIRE DU SYSTÈME ÉDUCATIF FRANÇAIS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L HISTOIRE DU SYSTÈME ÉDUCATIF FRANÇAIS"

Transcription

1 Chapitre 1 L HISTOIRE DU SYSTÈME ÉDUCATIF FRANÇAIS Antoine Prost, dans son Histoire de l enseignement en France (Armand Colin, coll. U), fait remarquer qu on ne peut comprendre le processus de création d un système éducatif qu en l examinant au regard «de la société qui l engendre et qu elle contribue à façonner». Et de citer le célèbre sociologue Durkheim, père fondateur de la sociologie française qui, dans «Éducation et sociologie» (1934), écrivait : «lorsqu on étudie historiquement la manière dont se sont formés et développés les systèmes d éducation, on s aperçoit qu ils dépendent de la religion, de l organisation politique, du degré de développement des sciences, de l état de l industrie, etc. Si on les détache de toutes ces causes historiques, ils deviennent incompréhensibles». Dans ce premier chapitre, nous allons vous présenter deux siècles de construction de l actuel système éducatif français. Nous n avons évidemment pas la prétention, en si peu de pages, et pour une présentation historique d une telle envergure, de faire un véritable travail d historien, au sens où les auteurs précédemment cités l entendent. C est pourquoi nous ne pouvons que vous conseiller, si cette dimension du sujet vous intéresse fortement, de compléter cette lecture inévitablement réductrice par celle d ouvrages historiques à proprement parler (voir bibliographie page 20). La difficulté fut de décider d une date de démarrage de ce survol historique. Fallait-il remonter jusqu à Charlemagne, voire avant? Après tout, le système éducatif français procède, dans sa constitution actuelle, d éléments qui lui viennent de décisions prises à ces époques reculées, et même avant. Par souci de simplification, autant que parce que l école française d aujourd hui est le fruit de politiques dont les plus significatives datent du début du XIX e siècle, nous avons convenu d ouvrir le champ de cette brève étude historique à l aube des années

2 1 GENÈSE DU SYSTÈME ÉDUCATIF FRANÇAIS ( ) Les révolutionnaires avaient chassé l Église des écoles, détruit de nombreux édifices scolaires religieux et rêvé d une école du peuple entièrement contrôlée et prise en charge par la Nation. Or, au sortir de ces années de terreur, l État ne disposait ni des hommes, ni des moyens financiers nécessaires. L ENSEIGNEMENT PRIMAIRE Le Consulat prend acte de l impossibilité, pour l État, d assurer seul la charge de l enseignement primaire. La loi du 11 floréal an X (11 mai 1802) en confie donc la charge aux communes. Un peu plus tard, le gouvernement impérial, conscient que cette mesure ne suffit pas, décide d encourager les initiatives privées, ce qui permet le retour de l Église dans ce domaine. Plus tard, le ministre François Guizot crée, par une ordonnance du 26 février 1835, une inspection de l enseignement primaire, puis un réseau d inspections académiques : désormais, les instituteurs, qu ils exercent en école communale ou privée, sont tous contrôlés par des fonctionnaires d État. Cette évolution est couronnée par la loi Falloux du 15 mars 1850 qui octroie à un «conseil académique» le soin de dresser les «listes d aptitude pour la fonction d instituteur», renforce l inspection, soumet toutes les écoles primaires à une plus grande tutelle de l État. Entre 1810 et 1850, le nombre d élèves de l enseignement primaire a été multiplié par quinze, mais ne concerne encore que enfants sur plus de quatre millions en âge d aller à l école primaire. L ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Jusqu à plus de cent élèves par classe L objectif de tendre vers 100 % d enfants scolarisés en école primaire fut long à atteindre. Pour s en rapprocher, compte tenu du trop petit nombre d écoles créées, on n hésita pas à constituer des classes pouvant compter jusqu à cent élèves! On estime qu en 1830, en moyenne, les classes de l enseignement primaire des grandes villes comptaient soixante élèves. Dans les campagnes, il était fréquent que les classes soient «géminées», c est-à-dire regroupent les enfants de l ensemble des niveaux de l enseignement scolaire confiés à un seul instituteur. Napoléon voulait que l enseignement secondaire soit le premier pilier (l autre étant l enseignement supérieur) d un édifice scolaire destiné à former les élites du pays. q La création des lycées publics La loi du 11 floréal an X crée les lycées publics qui doivent tous comporter un internat. Au nombre de 45 dans une première étape, ces établissements sont administrés par des proviseurs et contrôlés par une institution nouvelle : l Inspection générale. Parallèlement, l État encourage les initiatives privées en autorisant la création d «écoles secondaires» 10

3 communales ou particulières (religieuses par exemple), mais fortement contrôlées par l État, au point qu on peut considérer que l enseignement privé d alors n est pas libre. Par un décret impérial du 10 mai 1806, Napoléon crée un corps «chargé de l enseignement et de l éducation publics dans tout l Empire» et, en 1821, l agrégation qui, en 1830, devient un concours national de recrutement d enseignants spécialisés. q Un doublement des effectifs Après la chute de l Empire, ce monopole de l État concernant l enseignement secondaire fut confirmé sous la Restauration, puis par la Monarchie de juillet. Cependant, dès les années 1830, cette tutelle de l État est de plus en plus mal acceptée, notamment par l Église qui réclame le droit de gérer des écoles secondaires librement tout en continuant d en créer. Cette demande fut partiellement satisfaite par la loi Falloux du 15 mars Durant la période considérée, les effectifs d élèves scolarisés dans les établissements secondaires ont doublé (la progression fut donc beaucoup plus lente que dans le primaire), passant de environ en 1815 à près de en 1850, soit 2 % à peine de la population scolarisable. Parallèlement, le nombre des bacheliers passe de 2000 en 1810 à 4000 en À noter : l année 1848 verra également la naissance de l enseignement agricole (voir fiche 11). L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR Napoléon prôna un «cursus» allant des lycées jusqu à la vie active en passant par un enseignement supérieur composé d universités (pour la préparation aux hautes carrières médicales, juridiques, littéraires, artistiques, scientifiques ) et d «écoles spéciales» (les ancêtres de nos actuelles «grandes écoles») pour les carrières du commerce, militaires, politiques, de l enseignement, etc. q La formation des élites Cette organisation, qui a survécu au régime impérial, présentait aux yeux du pouvoir et des classes dominantes l avantage de former efficacement les élites dont le pays avait besoin. Le développement de ce système d enseignement supérieur s est accompagné d une grande volonté de contrôle centralisé avec l instauration d un véritable monopole de l État sur la majeure partie des établissements. L objectif était non seulement de Napoléon Premier et les grandes écoles Une légende tenace attribue à Napoléon Premier la paternité des grandes écoles. Or, s il en a indéniablement encouragé le développement, c est au XVIII e siècle donc sous l Ancien Régime que l on assista à une expansion véritablement significative de ce genre d établissements : écoles spéciales des Ponts et Chaussées en 1715, d Artillerie en 1720, des Mines en 1783, etc. Ainsi, avant la Révolution, la France s était dotée d un petit nombre d établissements supérieurs de taille restreinte, dispensant un enseignement très centré sur les besoins professionnels. s assurer que ces établissements dispensent les formations dont le pays avait véritablement besoin, mais aussi de réduire le risque qu ils puissent devenir le creuset d une quelconque forme de contestation du pouvoir en place. 11

4 2 L ÉMERGENCE DE L ÉCOLE RÉPUBLICAINE ( ) Les révolutionnaires de 1789 en avaient rêvé. Les républicains de la deuxième moitié du XIX e siècle l ont fait : les années furent avant tout celles de l émergence d une école laïque, obligatoire et gratuite, mais aussi celles d un enseignement supérieur autonome par rapport au second degré. DE LA LOI FALLOUX AUX LOIS FERRY La loi Falloux du 15 mars 1850 n avait donné que partiellement satisfaction à ceux qui, du côté de la droite catholique, réclamaient une liberté absolue en matière scolaire. Le gouvernement pensait que ni l État et les communes d une part, ni l Église d autre part, ne disposaient à eux seuls de moyens suffisants pour se charger de toute l école. Par ailleurs, on désirait créer une situation d équilibre politique. q Une multiplication des établissements Cette loi fut donc un modèle de compromis, donnant aux congrégations et aux particuliers plus de possibilités de libre initiative en matière de création d établissements scolaires, mais sans supprimer l école publique. On assista à un important développement des écoles confessionnelles et à l émergence d écoles privées laïques. Cet effort était cependant freiné par la difficulté à trouver des personnels compétents, tout particulièrement dans l enseignement secondaire. Il était en outre inégalement réparti dans le pays, laissant aux marges de la scolarité près d un million d enfants en âge d aller à l école primaire. q Une réforme en profondeur au début des années 1880 Le gouvernement du second Empire se montra soucieux de contenir la puissance du parti «clérical-légitimiste» qui s opposait à lui. Il était en outre soucieux de généraliser l école primaire, et désireux d une forte extension du secondaire et du supérieur. Il revint donc au ministre Victor Duruy de porter cette politique (par la loi du 10 avril 1867), consolidée, après la guerre de 1870, par les républicains parvenus au pouvoir. Jules Ferry, trois fois ministre entre février 1879 et novembre 1883, fut chargé de porter une grande réforme de l ensemble du système éducatif. Toute une série de lois vinrent rendre l école obligatoire de 7 à 13 ans, imposèrent de profondes réformes des programmes et de La fin de l enseignement religieux obligatoire «L enseignement religieux ne fera plus partie des matières obligatoires de l enseignement primaire. L instruction religieuse sera donnée en dehors des heures de classe aux enfants des écoles primaires publiques par les ministres des différents cultes, conformément au vœu des familles. Le conseil départemental pourra, sur l avis des conseils municipaux, autoriser les ministres du culte qui en feront la demande à donner l instruction religieuse dans les locaux scolaires.» Source : Loi du 21 décembre 1880 instituant les externats de jeunes filles. Journal Officiel du 22 décembre

5 l organisation scolaire allant dans le sens d une généralisation du principe de laïcité, permirent un important développement des Écoles normales en vue de faciliter le recrutement et la formation d enseignants, firent de la scolarisation des filles une nouvelle priorité, créèrent le principe de gratuité de la scolarité primaire, le certificat d études primaires en 1882, etc. Tout ceci fut ensuite consacré par la loi de séparation de l Église et de l État du 9 décembre q L essor de l école laïque Le résultat ne se fit pas attendre : entre 1850 et 1914, le nombre d enfants fréquentant des écoles primaires publiques laïques est passé de 1,9 à 4,6 millions, celui des écoles congréganistes s est effondré, passant de à 50000, tandis que celui des écoles privées laïques doublait, passant de à un million. Dans l enseignement secondaire : on assista à un triplement du nombre d élèves entre 1850 et 1914, mais la croissance fut équilibrée entre établissements publics et confessionnels. LA NAISSANCE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR Jusque vers 1860, ce qu on nommait «l université» incluait la majeure partie des enseignements secondaires et supérieurs. Il fallut attendre le second Empire libéral pour que, progressivement, un véritable enseignement supérieur se constitue, bien différencié du secondaire, principalement porté par quelques grands universitaires qui, tels Marcellin Berthelot, Claude Bernard, Louis Pasteur, Ernest Renan, Victor Cousin, réclamaient «un petit nombre de grands foyers d études» supérieures, avec «des professeurs éminents et beaucoup d élèves». q La création des premières licences C est sous la houlette du ministre Victor Duruy que furent prises les premières mesures significatives : forte augmentation des moyens octroyés, relance des facultés de sciences, des bibliothèques universitaires, création (en 1868) de l École pratique des hautes études pour développer la recherche universitaire, etc. Plus tard s ajoutèrent une politique généreuse de bourses et, surtout, une rationalisation de l organisation des études supérieures par les décrets des 25 décembre 1880, 28 et 29 juillet 1886 qui refondent les examens, créent les premières spécialisations des licences (lettres, histoire, philosophie, sciences, droit), de nouveaux diplômes (tels les diplômes d études supérieures), ajoutent une réforme de l agrégation et la multiplication de ses spécialités, lancent une politique L ÉVOLUTION DE LA POPULATION ÉTUDIANTE Vers 1850 environ 4000 Vers 1865 environ Vers 1885 environ Vers 1895 environ Source : Histoire de l enseignement en France, Antoine Prost, Colin, coll. U, active de formation et de recrutement d enseignants du supérieur, prévoient un gros effort en matière de logements étudiants (alors nommés «palais universitaires») et de rénovation des bâtiments universitaires, etc. 13

L ENSEIGNEMENT SECONDAIRE SUPÉRIEUR DU XIX e SIÈCLE À 1960 ENVIRON

L ENSEIGNEMENT SECONDAIRE SUPÉRIEUR DU XIX e SIÈCLE À 1960 ENVIRON 1 L ENSEIGNEMENT SECONDAIRE SUPÉRIEUR DU XIX e SIÈCLE À 1960 ENVIRON Jean-François CHARLES, adjoint au chef du Service de l enseignement secondaire supérieur, Espace, 1991, n 11-12, pp. 8-11 (Publication

Plus en détail

L évolution de la formation des professeurs du secondaire des disciplines générales à l école normale supérieure de Libreville (Gabon)

L évolution de la formation des professeurs du secondaire des disciplines générales à l école normale supérieure de Libreville (Gabon) Galedi Nzey L évolution de la formation des professeurs du secondaire des disciplines générales à l école normale supérieure de Libreville (Gabon) INTRODUCTION Au Gabon, avant 1981, la formation de tous

Plus en détail

CODE DE LA LAICITE. Chapitre III : Laïcité et enseignement

CODE DE LA LAICITE. Chapitre III : Laïcité et enseignement CODE DE LA LAICITE Chapitre III : Laïcité et enseignement L éducation dispensée par l école, son rôle, son statut, sont et restent les éléments centraux du débat engagé en faveur d une laïcisation de la

Plus en détail

CHRONIQUE. C hronique internationale. La formation pratique des enseignants : le cas français. L organisation de l enseignement en France

CHRONIQUE. C hronique internationale. La formation pratique des enseignants : le cas français. L organisation de l enseignement en France Didier Paquelin Université Laval La formation pratique des enseignants : le cas français C hronique internationale L organisation de l enseignement en France Le système éducatif français s organise de

Plus en détail

Introduction. Eric BUSSIÈRE. Professeur à l Université Paris IV-Sorbonne

Introduction. Eric BUSSIÈRE. Professeur à l Université Paris IV-Sorbonne Introduction Eric BUSSIÈRE Professeur à l Université Paris IV-Sorbonne L histoire de l intégration européenne couvre depuis quelques années des champs qui l éloignent de la démarche strictement institutionnelle

Plus en détail

Filles - Garçons Mêmes formations, mêmes métiers? Un peu d histoire 1

Filles - Garçons Mêmes formations, mêmes métiers? Un peu d histoire 1 Filles - Garçons Mêmes formations, mêmes métiers? Document enseignant Aujourd hui les femmes et les hommes ont le droit d exercer toutes les professions. Ceci est relativement récent. Dans la fonction

Plus en détail

Deux mots Une communauté La notre

Deux mots Une communauté La notre Cours de Licence 2 - ICL 2A 01 c : Notions de base en sciences de l'information et de la communication adaptées au contexte interculturel Deux mots Une communauté La notre Dossier de travail Se basant

Plus en détail

Hommage à Benoit Poulin

Hommage à Benoit Poulin Hommage à Benoit Poulin Benoit Poulin est né le 18 juin 1947 à Cabano, dans le Témiscouata. Il est le troisième d une famille de sept enfants, soit cinq garçons et deux filles. Son père, Lionel, est professeur

Plus en détail

Historique Dans la société algérienne en mutation, l Université d Alger 1 constitue l épine dorsale du développement du pays.

Historique Dans la société algérienne en mutation, l Université d Alger 1 constitue l épine dorsale du développement du pays. Historique Dans la société algérienne en mutation, l Université d Alger 1 constitue l épine dorsale du développement du pays. Elle forme fonctionnaires, enseignants, cadres et chercheurs pour tous les

Plus en détail

Saisine : Ministre de l Enseignement supérieur et de la Recherche (17 mai 2011). AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE

Saisine : Ministre de l Enseignement supérieur et de la Recherche (17 mai 2011). AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE Luxembourg, le 9 août 2011. Objet: Projet de loi n 6283 - modifiant la loi du 12 août 2003 portant création de l Université du Luxembourg ; - modifiant le Code de la Sécurité Sociale ; - modifiant la loi

Plus en détail

Confédération Française de l'encadrement-cgc

Confédération Française de l'encadrement-cgc Les classes moyennes www.cfecgc.org Confédération Française de l'encadrement-cgc Les problématiques d éducation On peut dresser un premier constat : «l environnement familial et le voisinage scolaire pèsent

Plus en détail

Rentrée universitaire en Bretagne Points d'actualité Lundi 20 septembre 2010-11h30 UBO - Salle des conseils / Faculté des sciences - BREST

Rentrée universitaire en Bretagne Points d'actualité Lundi 20 septembre 2010-11h30 UBO - Salle des conseils / Faculté des sciences - BREST 1/10 Dossier de presse Rentrée universitaire en Bretagne Points d'actualité Lundi 20 septembre 2010-11h30 UBO - Salle des conseils / Faculté des sciences - BREST Sommaire Introduction p 2 fiche n 1 La

Plus en détail

DOSSIER de PRESSE. Intervenants en langues étrangères dans le 1er degré. Contenu

DOSSIER de PRESSE. Intervenants en langues étrangères dans le 1er degré. Contenu DOSSIER de PRESSE Intervenants en langues étrangères dans le 1er degré Contenu Présentation générale Des intervenants en langues étrangères, depuis quand? Quel statut? Quelle rémunération? Le Job idéal?

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-30 I du 19 décembre 2013. Situation de Mme Sophie DION au regard du régime des incompatibilités parlementaires

Commentaire. Décision n 2013-30 I du 19 décembre 2013. Situation de Mme Sophie DION au regard du régime des incompatibilités parlementaires Commentaire Décision n 2013-30 I du 19 décembre 2013 Situation de Mme Sophie DION au regard du régime des incompatibilités parlementaires Le Conseil constitutionnel a été saisi le 3 décembre 2013 par le

Plus en détail

Circulaire du 12 mars 2015. relative à l application des exceptions au principe «silence vaut acceptation» dans les relations NOR : RDFF1501796C

Circulaire du 12 mars 2015. relative à l application des exceptions au principe «silence vaut acceptation» dans les relations NOR : RDFF1501796C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la décentralisation et de la fonction publique Circulaire du 12 mars 2015 relative à l application des exceptions au principe «silence vaut acceptation» dans les relations

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSEE LE MERCREDI 28 OCTOBRE 2015 À L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

En France, les mathématiques attendent plus de femmes. 1 L enseignement supérieur et la recherche publique

En France, les mathématiques attendent plus de femmes. 1 L enseignement supérieur et la recherche publique matapli89 2009/5/20 19:33 page 29 #29 En France, les mathématiques attendent plus de femmes par Laurence Broze et Véronique Lizan, femmes & mathématiques Les 20 ans de l association femmes et mathématiques

Plus en détail

Décisions de Gilles de Robien. Relancer l Education prioritaire

Décisions de Gilles de Robien. Relancer l Education prioritaire Décisions de Gilles de Robien Relancer l Education prioritaire Des objectifs clairs pour l ensemble des établissements de l éducation prioritaire Les décisions suivantes concernent l ensemble des écoles

Plus en détail

PROTOCOLE SOMMAIRE 20 AVRIL 2012 I - DÉVELOPPER DES RÉSEAUX ET DES RELAIS PAGE 071

PROTOCOLE SOMMAIRE 20 AVRIL 2012 I - DÉVELOPPER DES RÉSEAUX ET DES RELAIS PAGE 071 PROTOCOLE ENTRE LE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE ET DES ANCIENS COMBATTANTS ET LE MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE POUR LE DÉVELOPPEMENT ET LA PROMOTION DE L ESPRIT DE DÉFENSE 20 AVRIL

Plus en détail

4.04 Division des politiques et des services de protection du consommateur

4.04 Division des politiques et des services de protection du consommateur Chapitre 4 Section Ministère des Services aux consommateurs et aux entreprises 4.04 Division des politiques et des services de protection du consommateur (Suivi des vérifications de l optimisation des

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE COALITION 2016. 21 mars 15 avril

DOSSIER DE PRESSE COALITION 2016. 21 mars 15 avril DOSSIER DE PRESSE COALITION 2016 21 mars 15 avril COALITION 2016 L exercice «Coalition» valide, chaque année, la formation des stagiaires de l Ecole de guerre à la planification et à la conduite d une

Plus en détail

Numéro 6 11 Janvier 2007

Numéro 6 11 Janvier 2007 Numéro 6 11 Janvier 2007 MOT DE LA PRESIDENTE Chers adhérents, chers amis, Qu il me soit permis avant toute chose, en mon nom ainsi qu au nom de tous les membres du bureau de vous souhaiter à toutes et

Plus en détail

Histoire de l Adolescence ( 1850 1914 ), Agnès Thiercé, Histoire de l éducation, Belin, 1999

Histoire de l Adolescence ( 1850 1914 ), Agnès Thiercé, Histoire de l éducation, Belin, 1999 Histoire de l Adolescence ( 1850 1914 ), Agnès Thiercé, Histoire de l éducation, Belin, 1999 Flore Berlingen Sciences Po, Conférence d Histoire Si son domaine de prédilection est l adolescence, ce n est

Plus en détail

PROJET DE LOI C-23 LOI SUR L INTÉGRITÉ DES ÉLECTIONS MÉMOIRE PRÉSENTÉ AU COMITÉ PERMANENT DE LA PROCÉDURE ET DES AFFAIRES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES

PROJET DE LOI C-23 LOI SUR L INTÉGRITÉ DES ÉLECTIONS MÉMOIRE PRÉSENTÉ AU COMITÉ PERMANENT DE LA PROCÉDURE ET DES AFFAIRES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES PROJET DE LOI C-23 LOI SUR L INTÉGRITÉ DES ÉLECTIONS MÉMOIRE PRÉSENTÉ AU COMITÉ PERMANENT DE LA PROCÉDURE ET DES AFFAIRES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES Mémoire de la Fédération canadienne des enseignantes

Plus en détail

CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS VISANT À LA MODERNISATION ET AU DÉVELOPPEMENT DE L APPRENTISSAGE EN RÉGION LORRAINE

CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS VISANT À LA MODERNISATION ET AU DÉVELOPPEMENT DE L APPRENTISSAGE EN RÉGION LORRAINE CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS VISANT À LA MODERNISATION ET AU DÉVELOPPEMENT DE L APPRENTISSAGE EN RÉGION LORRAINE VU l article L 118-1 du code du travail, VU la loi n 2005-32 du 18 janvier 2005 de programmation

Plus en détail

Rapport de stage. Archives communales de Pully. du 25 juin au 13 juillet et du 13 août au 12 octobre 2007. Jérémie Rochat. Rapport de stage - Partie A

Rapport de stage. Archives communales de Pully. du 25 juin au 13 juillet et du 13 août au 12 octobre 2007. Jérémie Rochat. Rapport de stage - Partie A Rapport de stage Archives communales de Pully du 25 juin au 13 juillet et du 13 août au 12 octobre 2007 1/7 Table des matières Table des matières... 2 L'environnement de mon stage... 3 Pully... 3 Les archives...

Plus en détail

La démocratisation de l enseignement supérieur en Chine

La démocratisation de l enseignement supérieur en Chine La démocratisation de l enseignement supérieur en Chine Université du Hebei L enseignement supérieur chinois se transforme au rythme du développement économique depuis une vingtaine d années. D une façon

Plus en détail

Le cas des migrants tunisiens

Le cas des migrants tunisiens Projet MIREM (Migration de retour au Maghreb) Action collective de soutien à la réintégration des migrants de retour dans leur pays d origine Réponses aux questionnements soulevés au cours de la première

Plus en détail

COMITÉ CONSULTATIF DE LA CONVENTION-CADRE POUR LA PROTECTION DES MINORITÉS NATIONALES

COMITÉ CONSULTATIF DE LA CONVENTION-CADRE POUR LA PROTECTION DES MINORITÉS NATIONALES Strasbourg, le 17 février 2010 GVT/COM/I(2010)001 COMITÉ CONSULTATIF DE LA CONVENTION-CADRE POUR LA PROTECTION DES MINORITÉS NATIONALES Commentaires du Gouvernement des Pays-Bas sur le premier avis du

Plus en détail

SÉQUENCE D APPRENTISSAGE OU ACTIVITÉ. Cette séquence concerne les élèves de CM1 et CM2, voire de l entrée au collège.

SÉQUENCE D APPRENTISSAGE OU ACTIVITÉ. Cette séquence concerne les élèves de CM1 et CM2, voire de l entrée au collège. FICHE PÉDAGOGIQUE CYCLE 3 N 150 Février 2013 HISTOIRE RUBRIQUE l histoire de l école en France DOMAINES D ACTIVITÉS histoire, instruction civique et TUIC OBJECTIFS ET COMPÉTENCES * Objectifs * : en privilégiant

Plus en détail

LA MEDECINE DU TRAVAIL Conditions d accès. Médecine du travail et de prévention

LA MEDECINE DU TRAVAIL Conditions d accès. Médecine du travail et de prévention LA MEDECINE DU TRAVAIL Conditions d accès Médecine du travail et de prévention février 2006 1 Les trois voies d accès : Les conditions requises pour exercer la médecine du travail sont énumérées à l article

Plus en détail

Déclaration du Regroupement pour la défense et la promotion de l école publique

Déclaration du Regroupement pour la défense et la promotion de l école publique Déclaration du Regroupement pour la défense et la promotion de l école publique Le gouvernement doit mettre fin au financement public des écoles privées LE REGROUPEMENT : Alliance des professeures et professeurs

Plus en détail

Jeu de rôles : création de services d aide juridique pour les victimes de violence sexuelle et sexiste

Jeu de rôles : création de services d aide juridique pour les victimes de violence sexuelle et sexiste 12 Type d exercice : Public : Durée : Application en contexte Toute personne participant aux processus de traitement de la violence sexuelle et sexiste (ex. : personnels ministériels, OSC, personnels de

Plus en détail

à Master recherche observatoire régional #42 Synthèse régionale août 2014

à Master recherche observatoire régional #42 Synthèse régionale août 2014 observatoire régional #42 Synthèse régionale août 2014 à Master recherche Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master recherche promotion 2011 1 046 diplômés de M2 recherche en

Plus en détail

rue Pierre-Cornu Berck-Plage Berck Dossier IA62001345 réalisé en 2009

rue Pierre-Cornu Berck-Plage Berck Dossier IA62001345 réalisé en 2009 hôpital marin dit maison Cornu pour garçons, puis hôpital Bouville 1, puis sanatorium ou clinique orthopédique Lemaire, enfin centre de post-cure et de réadaptation fonctionnelle dit centre La Mollière

Plus en détail

Mode d emploi des indicateurs

Mode d emploi des indicateurs INDICATEURS RETENUS ET MODE D EMPLOI Projet IPPE Construction d indicateurs de la participation des parents dans l enseignement obligatoire Version définitive Mode d emploi des indicateurs Ce mode d emploi

Plus en détail

Saisine : Ministre de la Justice (19 mai 2015) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE

Saisine : Ministre de la Justice (19 mai 2015) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE Luxembourg, le 30 juin 2015 Objet : Projet de loi n 6820 portant modification: 1) de la loi du 29 mars 2013 relative à l organisation du casier et aux échanges d informations extraites du casier judiciaire

Plus en détail

La directrice des Archives de France. Mesdames et Messieurs les préfets

La directrice des Archives de France. Mesdames et Messieurs les préfets La directrice des Archives de France à Mesdames et Messieurs les préfets - à l attention de Mesdames et Messieurs les directeurs des archives départementales - à l attention de Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

EVOLUTION DU CHAMP DE LA FORMATION EN TRAVAIL SOCIAL AU MALI

EVOLUTION DU CHAMP DE LA FORMATION EN TRAVAIL SOCIAL AU MALI EVOLUTION DU CHAMP DE LA FORMATION EN TRAVAIL SOCIAL AU MALI Sidiki TRAORE Professeur Directeur Général de l Institut National de Formation des Travailleurs Sociaux INFTS Bamako,Mali INTRODUCTION Deux

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1128380L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1128380L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement du Royaume de Norvège sur l

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Dix-huit leçons sur la société industrielle

Dix-huit leçons sur la société industrielle Dix-huit leçons sur la société industrielle Fiche 70 RAYMOND ARON Cet ouvrage (Gallimard, 1962, 375 p.) est la reprise de cours professés en Sorbonne en 1955 et 1956. Les quatre premières leçons présentent

Plus en détail

Formation et emploi des jeunes dans les pays méditerranéens

Formation et emploi des jeunes dans les pays méditerranéens Formation et emploi des jeunes dans les pays méditerranéens Fiche pays système d éducation et de formation : Algérie Yusuf Kocoglu, Lead, Université du Sud Toulon-Var Décembre 2014 Rapport commandité par

Plus en détail

Saisine : Ministre de l Éducation nationale, de l Enfance et de la Jeunesse (2 février 2016) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE

Saisine : Ministre de l Éducation nationale, de l Enfance et de la Jeunesse (2 février 2016) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE Luxembourg, le 25 avril 2016 Objet: Projet de loi n 6957 portant modification 1. de la loi modifiée du 10 juin 1980 portant planification des besoins en personnel enseignant de l enseignement postprimaire

Plus en détail

Goastellec Gaële, Leresche Jean-Philippe, Ramuz Raphaël, Pekari Nicolas, Adangnikou Noël

Goastellec Gaële, Leresche Jean-Philippe, Ramuz Raphaël, Pekari Nicolas, Adangnikou Noël www.snf.ch Wildhainweg 3, case postale 8232, CH-3001 Berne Division Carrières Bourses Evaluation du Programme des bourses du Fonds national suisse (FNS) Résumé du rapport Goastellec Gaële, Leresche Jean-Philippe,

Plus en détail

Le meilleur des cours Personnalisés. www.idealog.ma. Tél. 05 24 457 957-06 44 53 76 81

Le meilleur des cours Personnalisés. www.idealog.ma. Tél. 05 24 457 957-06 44 53 76 81 www.idealog.ma Le meilleur des cours Personnalisés En Entreprise Pour l Hôtellerie Pour Étrangers Préparation examens Tél. 05 24 457 957-06 44 53 76 81 www.idealog.ma www.idealog.ma COURS en ENTREPRISE

Plus en détail

RAPPORT AU PREMIER MINISTRE

RAPPORT AU PREMIER MINISTRE RAPPORT AU PREMIER MINISTRE Le présent décret vise à porter le recrutement par concours externe des professeurs lycée professionnel au niveau du master. La mise en œuvre de cette réforme nécessite la modification

Plus en détail

Premier crédit et fidélité du client

Premier crédit et fidélité du client Premier crédit et fidélité du client Mardi 26 octobre 2004 Marc Roesch Dans les rapports d activités des IMF on trouve presque toujours un graphique présentant l évolution du nombre d adhérents ou du nombre

Plus en détail

Les jeunes agriculteurs «professionnels» ont reçu un enseignement agricole de bon niveau

Les jeunes agriculteurs «professionnels» ont reçu un enseignement agricole de bon niveau FORMATION Les jeunes agriculteurs «professionnels» ont reçu un enseignement agricole de bon niveau Solange RATTIN SCEES Bureau de l information statistique L enseignement technologique et professionnel

Plus en détail

Licence Mathématiques

Licence Mathématiques Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Mathématiques Université Joseph Fourier - Grenoble - UJF Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

Convention entre l État du Grand-Duché de Luxembourg et les communautés religieuses établies au Luxembourg. Préambule

Convention entre l État du Grand-Duché de Luxembourg et les communautés religieuses établies au Luxembourg. Préambule Convention entre l État du Grand-Duché de Luxembourg et les communautés religieuses établies au Luxembourg Préambule Considérant que les communautés religieuses bénéficiant des conventions professent une

Plus en détail

6. Les retraites. Enseignants titulaires du second degré public 9 800 départs à la retraite en 2013. 61,7 ans et 61,5 ans

6. Les retraites. Enseignants titulaires du second degré public 9 800 départs à la retraite en 2013. 61,7 ans et 61,5 ans 6. Les retraites A. Les départs à la retraite des personnels du secteur public en 213 111 B. Un nombre de départs à la retraite tendanciellement en diminution depuis 23 112 C. Le nombre de retraités de

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/2013/13 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 26 septembre 2013 Français Original: anglais Cinquième session Panama,

Plus en détail

Conclusions de la journée de mobilisation pour l apprentissage du 19 septembre 2014

Conclusions de la journée de mobilisation pour l apprentissage du 19 septembre 2014 Conclusions de la journée de mobilisation pour l apprentissage du 19 septembre 2014 La Grande conférence sociale des 7 et 8 juillet 2014 a rappelé le rôle de l apprentissage pour l intégration des jeunes

Plus en détail

Assemblée des Départements de France Note relative aux enjeux financiers d une éventuelle fusion Départements-Régions

Assemblée des Départements de France Note relative aux enjeux financiers d une éventuelle fusion Départements-Régions Assemblée des Départements de France Note relative aux enjeux financiers d une éventuelle fusion Départements-Régions La fusion des Départements et des Régions -parfois des Départements avec certaines

Plus en détail

Tu Vi 3.0 est disponible!

Tu Vi 3.0 est disponible! Tu Vi 3.0 est disponible! Ce document contient une présentation des principales nouveautés de Tu Vi 3.0, ainsi que la procédure à suivre pour effectuer la mise à jour de la version 2.x vers la version

Plus en détail

situation à 6 mois des titulaires d un DUT 2012

situation à 6 mois des titulaires d un DUT 2012 n o 14 2014 situation à 6 mois des titulaires d un DUT 2012 TAUX DE POURSUITE D ÉTUDES 77,3% TAUX D EMPLOI 17% TAUX DE RECHERCHE D EMPLOI 4,5% TAUX D INACTIVITE 1,2% OBSERVATOIRE Etude réalisée avec le

Plus en détail

Le cours d histoire dans l enseignement secondaire Pour une éducation à la citoyenneté

Le cours d histoire dans l enseignement secondaire Pour une éducation à la citoyenneté Marcella Colle-Michel, Inspectrice honoraire d histoire www.ihoes.be Pour une éducation à la citoyenneté En Belgique, l histoire est un cours obligatoire. Commencé à l école fondamentale, il se poursuit

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e INSTITUT DE FORMATION DE L ÉDUCATION NATIONALE

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e INSTITUT DE FORMATION DE L ÉDUCATION NATIONALE MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 3909 1623 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 166 110 28 22 août mai 2009 2015 S o m m a i r e INSTITUT DE

Plus en détail

QUESTIONNAIRE du Plan d action international de Madrid sur le vieillissement 31 juillet 2015

QUESTIONNAIRE du Plan d action international de Madrid sur le vieillissement 31 juillet 2015 QUESTIONNAIRE La résolution 24/20 du Conseil des droits de l homme a prié l Experte Indépendante chargée de promouvoir l exercice par les personnes âgées de tous les droits de l homme d analyser les incidences

Plus en détail

SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE

SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE 1 SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE Sommaire Loi du 4 juillet 2008 sur la jeunesse (telle qu elle a été modifiée)... 3 SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE 3 Loi du 4 juillet

Plus en détail

La réforme de la normalisation comptable française : simple modernisation ou rupture profonde? Grégory HEEM

La réforme de la normalisation comptable française : simple modernisation ou rupture profonde? Grégory HEEM La réforme de la normalisation comptable française : simple modernisation ou rupture profonde? Grégory HEEM Maître de conférences Université de Nice Sophia-Antipolis Laboratoire GREDEG UMR 6227 CNRS Références

Plus en détail

Chronique Assurances et gestion des risques. par Gilles Bernier 1

Chronique Assurances et gestion des risques. par Gilles Bernier 1 Chronique Assurances et gestion des risques par Gilles Bernier 1 Il me fait plaisir de confirmer que la Chaire en assurance L Industrielle-Alliance de l Université Laval a répondu favorablement à l invitation

Plus en détail

Interview de Daniel Attias professeur de français à l université d Oulu

Interview de Daniel Attias professeur de français à l université d Oulu Interview de Daniel Attias professeur de français à l université d Oulu par Sylve Gautier, proviseur du Lycée Roosevelt de Reims Politique générale du gouvernement à l égard de l Université en Finlande

Plus en détail

Le lancement de la DFCG Provence au Féminin a eu lieu le 19 novembre 2015 au Musée National de la Marine à Toulon

Le lancement de la DFCG Provence au Féminin a eu lieu le 19 novembre 2015 au Musée National de la Marine à Toulon Le lancement de la DFCG Provence au Féminin a eu lieu le 19 novembre 2015 au Musée National de la Marine à Toulon Marie Hélène PEBAYLE, administratrice de la DFCG, a lancé la DFCG au Féminin en Provence

Plus en détail

Accessibilité handicapés. Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées

Accessibilité handicapés. Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées Accessibilité handicapés Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées Introduction Les établissements de l Enseignement catholique

Plus en détail

Cartes sur table. Pour une éducation. en phase. avec la jeunesse. Quatre propositions concrètes

Cartes sur table. Pour une éducation. en phase. avec la jeunesse. Quatre propositions concrètes Cartes sur table Pour une éducation en phase avec la jeunesse Quatre propositions concrètes AVERTISSEMENT La mission de la Fondation Jean-Jaurès est de faire vivre le débat public et de concourir ainsi

Plus en détail

- - 39 TABLEAU COMPARATIF. Textes des propositions de loi. Proposition de loi n 391 (1996-1997) relative à l obligation de scolarité.

- - 39 TABLEAU COMPARATIF. Textes des propositions de loi. Proposition de loi n 391 (1996-1997) relative à l obligation de scolarité. - - 39 TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi n 391 (1996-1997) relative à l obligation de scolarité Proposition de loi tendant à renforcer le contrôle de l obligation scolaire Ordonnance n 59-45 du 6 janvier

Plus en détail

PROJET DE LOI ------- ÉTUDE D IMPACT. I - Situation de référence et objectifs de l accord ou convention :

PROJET DE LOI ------- ÉTUDE D IMPACT. I - Situation de référence et objectifs de l accord ou convention : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes NOR : MAEJ1002191L PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre la France et la Suisse en vue d éviter

Plus en détail

Visite AVEPRO de la faculté de» Théologie catholique Université catholique de Lille 11-12 mai 2011

Visite AVEPRO de la faculté de» Théologie catholique Université catholique de Lille 11-12 mai 2011 Visite AVEPRO de la faculté de» Théologie catholique Université catholique de Lille 11-12 mai 2011 Rapport du groupe d experts (P. Olivier Artus, coordinateur ; Prof. Isabelle Bochet, Prof. Françoise Vinel)

Plus en détail

Entre le statut et le statu quo, il y a tout à inventer

Entre le statut et le statu quo, il y a tout à inventer Entre le statut et le statu quo, il y a tout à inventer La question d un statut pour les directeurs d école est souvent évoquée. L enquête réalisée par le SNUipp fait apparaître que cette préoccupation

Plus en détail

Les modalités de l examen d entrée en première année sont profondément modifiées par le conseil d administration de l établissement

Les modalités de l examen d entrée en première année sont profondément modifiées par le conseil d administration de l établissement Direction de la Communication 27, rue Saint-Guillaume 75337 Paris cedex 07 Communiqué de presse Lundi 19 octobre 2009 Les modalités de l examen d entrée en première année sont profondément modifiées par

Plus en détail

Enseignement fondamental. Le présent règlement s adresse à tous les élèves et à leurs parents ou à la personne légalement responsable.

Enseignement fondamental. Le présent règlement s adresse à tous les élèves et à leurs parents ou à la personne légalement responsable. Enseignement fondamental Article 1 : Déclaration de principe Le présent règlement s adresse à tous les élèves et à leurs parents ou à la personne légalement responsable. Il est rédigé en lien avec les

Plus en détail

Guide pour l étudiant de Paris X

Guide pour l étudiant de Paris X UNIVERSITÉ PARIS X - NANTERRE Guide pour l étudiant de Paris X Séjour d études en Asie Université Paris X Nanterre, 200 avenue de la République 92001 Nanterre cedex, France VOTRE SÉJOUR D ÉTUDES Vous souhaitez

Plus en détail

MASTER «ENSEIGNEMENT ET FORMATION EN HOTELLERIE RESTAURATION»

MASTER «ENSEIGNEMENT ET FORMATION EN HOTELLERIE RESTAURATION» MASTER «ENSEIGNEMENT ET FORMATION EN HOTELLERIE RESTAURATION» Institut Universitaire de Formation des Maîtres Midi-Pyrénées École interne de l université de Toulouse II le Mirail Siège Social : 56, avenue

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MDE-2013-83

Décision du Défenseur des droits n MDE-2013-83 Décision du Défenseur des droits n MDE-2013-83 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision n MDE-2013-83 du 22 avril 2013 relative la scolarisation d un enfant porteur de handicap Domaine(s) de compétence

Plus en détail

Evaluation des enseignants Tableau comparatif

Evaluation des enseignants Tableau comparatif Evaluation des enseignants Tableau comparatif Vous trouverez ci dessous un tableau comparatif concernant le décret lié à l'appréciation de la valeur professionnelle et à l'avancement des enseignants, accompagné

Plus en détail

Les sociétés face à leur passé. Mémoire, patimoine et histoire.

Les sociétés face à leur passé. Mémoire, patimoine et histoire. Les sociétés face à leur passé. Mémoire, patimoine et histoire. On observe aujourd hui une fascination de nos sociétés pour leur passé. Les mutations de plus en plus rapides des sociétés contemporaines

Plus en détail

Formation et emploi des jeunes dans les pays méditerranéens

Formation et emploi des jeunes dans les pays méditerranéens Formation et emploi des jeunes dans les pays méditerranéens Fiche pays système d éducation et de formation : Tunisie Yusuf Kocoglu, Lead, Université du Sud Toulon-Var Décembre 2014 Rapport commandité par

Plus en détail

Les migrations polynésiennes en France

Les migrations polynésiennes en France Les migrations polynésiennes en France n mars 1999*, 13 000 personnes nées en Polynésie française résidaient en France métropolitaine. Ce nombre est en forte croissance. C est avant tout une population

Plus en détail

Projet Humanitaire été 2012 Construction de maisons dans le sud de l Inde

Projet Humanitaire été 2012 Construction de maisons dans le sud de l Inde Projet Humanitaire été 2012 Construction de maisons dans le sud de l Inde L Inde Population 1,241,491,960 habitants Superficie 3 287 000 km² Densité 350.4 habitants / km² Capitale Delhi Monnaie Roupie

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE INDUSTRIE, ÉNERGIE ET ÉCONOMIE NUMÉRIQUE Décret n o 2012-279 du 28 février 2012 relatif à l Institut

Plus en détail

Loi modifiée du 12 mai 2009 portant création d une École de la 2 e Chance. Texte coordonné au ***

Loi modifiée du 12 mai 2009 portant création d une École de la 2 e Chance. Texte coordonné au *** Loi modifiée du 12 mai 2009 portant création d une École de la 2 e Chance. Texte coordonné au *** Chapitre I. Statut et missions Art. 1 er. (Loi du 27 aout 2014) Il est créé dans le cadre de l enseignement

Plus en détail

DELIBERATIONS DU CONSEIL DE PARIS :

DELIBERATIONS DU CONSEIL DE PARIS : STATUT DES PROFESSEURS DE LA VILLE DE PARIS DELIBERATIONS DU CONSEIL DE PARIS : 10 et 11 décembre 1990 8 juillet 1991 17 novembre 1997 13 et 14 décembre 1999 24 et 25 septembre 2001 9 juillet 2002 29 et

Plus en détail

par Marianne Tilot (Sous la coordination du comité de lecture du CPCP)

par Marianne Tilot (Sous la coordination du comité de lecture du CPCP) par Marianne Tilot (Sous la coordination du comité de lecture du CPCP) E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles CPCP asbl - décembre 2008 CPCP - Centre Permanent pour la Citoyenneté

Plus en détail

Un instrument d éducation : La formation des enseignants

Un instrument d éducation : La formation des enseignants Devenir enseignant-e Choisir le métier d'institutrice ou d'instituteur dans le canton de Vaud en 1950 et en 1970 Laure Neuenschwander, anc. Assistante prof. J.-Chr. Bourquin 1 Devenir enseignant-e : La

Plus en détail

Analyse de l'enquête sur les variations des effectifs de master de mathématiques et la mise en place de la masterisation

Analyse de l'enquête sur les variations des effectifs de master de mathématiques et la mise en place de la masterisation Analyse de l'enquête sur les variations des effectifs de master de mathématiques et la mise en place de la masterisation Société Mathématique de France Décembre 2010 Ce document est une brève analyse des

Plus en détail

Naissance de la démocratie américaine

Naissance de la démocratie américaine Chapitre 1 Naissance de la démocratie américaine Marie-Jeanne Rossignol, professeur à l université Paris Diderot Ce texte est la version remaniée du «Point sur» de la Documentation photographique n 8038,

Plus en détail

Délibération n 2009-403 du 14 décembre 2009

Délibération n 2009-403 du 14 décembre 2009 Délibération n 2009-403 du 14 décembre 2009 Religion- fonctionnement des services publics - Recommandation La réclamante est musulmane et porte le foulard. Elle souhaite effectuer une formation professionnelle

Plus en détail

J aimerais, si vous le voulez bien, ouvrir cette conférence de la Présidence française en la plaçant sous le signe de la volonté.

J aimerais, si vous le voulez bien, ouvrir cette conférence de la Présidence française en la plaçant sous le signe de la volonté. Conférence PFUE «Inclusion sociale : une approche européenne de la scolarisation des élèves handicapés» 29 octobre 2008 Ouverture par Jean-Louis Nembrini, DGESCO Madame la vice-présidente du Conseil général

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Déplacement de Najat Vallaud-Belkacem, et Hélène Geoffroy,

DOSSIER DE PRESSE Déplacement de Najat Vallaud-Belkacem, et Hélène Geoffroy, DOSSIER DE PRESSE Déplacement de Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l Éducation nationale de l Enseignement supérieur et de la Recherche, et Hélène Geoffroy, secrétaire d État chargée de la Ville Strasbourg

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSÉE LE MERCREDI 8 DECEMBRE 2010 A L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

PIERRE DEYON et l enseignement de l allemand dans l académie de Strasbourg

PIERRE DEYON et l enseignement de l allemand dans l académie de Strasbourg PIERRE DEYON et l enseignement de l allemand dans l académie de Strasbourg par Gérald CHAIX Rédigée en 1985, alors qu il est encore recteur de l académie de Strasbourg, où il a été nommé en juillet 1981,

Plus en détail

COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES. du mercredi 28 /03/2012

COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES. du mercredi 28 /03/2012 République de Côte d Ivoire Union - Discipline Travail Porte- parolat du Gouvernement COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES du mercredi 28 /03/2012 Le mercredi 28 mars 2012, un Conseil des Ministres s est

Plus en détail

Depuis vingt-cinq ans, une population de plus en plus diplômée mais avec des disparités selon le milieu social encore importantes

Depuis vingt-cinq ans, une population de plus en plus diplômée mais avec des disparités selon le milieu social encore importantes Depuis vingt-cinq ans, une population de plus en plus diplômée mais avec des disparités selon le milieu social encore importantes Magali Beffy, Delphine Perelmuter* Pour l année scolaire 2007-2008, les

Plus en détail

UCL. Qualité de vie et santé en milieu étudiant. Équipe santé. Service d aide aux étudiants

UCL. Qualité de vie et santé en milieu étudiant. Équipe santé. Service d aide aux étudiants chartesanté-2 24/06/04 21:43 Page 1 Équipe santé Qualité de vie et santé en milieu étudiant CHARTE Recueil des principes fondamentaux pour promouvoir la santé et la qualité de vie en milieu étudiant. Service

Plus en détail

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange 5 6 avril 2004 Compte Rendu La conférence s est tenue le 5 et 6 avril 2004 à Doha. Elle a été inaugurée par S.E. Royale Sheikh/ Hamad

Plus en détail

1789 : déclaration des Droits de l homme et du citoyen : remise en cause de la toute puissance de l église et rupture avec le régime monarchique

1789 : déclaration des Droits de l homme et du citoyen : remise en cause de la toute puissance de l église et rupture avec le régime monarchique La rupture 1789 : déclaration des Droits de l homme et du citoyen : remise en cause de la toute puissance de l église et rupture avec le régime monarchique Article X Nul ne doit être inquiété pour ses

Plus en détail

Comité de suivi Transfert de la bande des 700 Mhz Changement de norme de la TNT 21 mai 2015

Comité de suivi Transfert de la bande des 700 Mhz Changement de norme de la TNT 21 mai 2015 Comité de suivi Transfert de la bande des 700 Mhz Changement de norme de la TNT 21 mai 2015 Contact presse : Franca Vissière franca.vissiere@anfr.fr 06 09 48 79 43 Le Gouvernement a décidé de transférer

Plus en détail

Quelques remarques générales sur l utilisation du jeu en classe

Quelques remarques générales sur l utilisation du jeu en classe Quelques remarques générales sur l utilisation du jeu en classe Les caractéristiques principales qu un jeu didactique devrait avoir pour une utilisation efficace dans l enseignement sont les suivantes

Plus en détail