L HISTOIRE DU SYSTÈME ÉDUCATIF FRANÇAIS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L HISTOIRE DU SYSTÈME ÉDUCATIF FRANÇAIS"

Transcription

1 Chapitre 1 L HISTOIRE DU SYSTÈME ÉDUCATIF FRANÇAIS Antoine Prost, dans son Histoire de l enseignement en France (Armand Colin, coll. U), fait remarquer qu on ne peut comprendre le processus de création d un système éducatif qu en l examinant au regard «de la société qui l engendre et qu elle contribue à façonner». Et de citer le célèbre sociologue Durkheim, père fondateur de la sociologie française qui, dans «Éducation et sociologie» (1934), écrivait : «lorsqu on étudie historiquement la manière dont se sont formés et développés les systèmes d éducation, on s aperçoit qu ils dépendent de la religion, de l organisation politique, du degré de développement des sciences, de l état de l industrie, etc. Si on les détache de toutes ces causes historiques, ils deviennent incompréhensibles». Dans ce premier chapitre, nous allons vous présenter deux siècles de construction de l actuel système éducatif français. Nous n avons évidemment pas la prétention, en si peu de pages, et pour une présentation historique d une telle envergure, de faire un véritable travail d historien, au sens où les auteurs précédemment cités l entendent. C est pourquoi nous ne pouvons que vous conseiller, si cette dimension du sujet vous intéresse fortement, de compléter cette lecture inévitablement réductrice par celle d ouvrages historiques à proprement parler (voir bibliographie page 20). La difficulté fut de décider d une date de démarrage de ce survol historique. Fallait-il remonter jusqu à Charlemagne, voire avant? Après tout, le système éducatif français procède, dans sa constitution actuelle, d éléments qui lui viennent de décisions prises à ces époques reculées, et même avant. Par souci de simplification, autant que parce que l école française d aujourd hui est le fruit de politiques dont les plus significatives datent du début du XIX e siècle, nous avons convenu d ouvrir le champ de cette brève étude historique à l aube des années

2 1 GENÈSE DU SYSTÈME ÉDUCATIF FRANÇAIS ( ) Les révolutionnaires avaient chassé l Église des écoles, détruit de nombreux édifices scolaires religieux et rêvé d une école du peuple entièrement contrôlée et prise en charge par la Nation. Or, au sortir de ces années de terreur, l État ne disposait ni des hommes, ni des moyens financiers nécessaires. L ENSEIGNEMENT PRIMAIRE Le Consulat prend acte de l impossibilité, pour l État, d assurer seul la charge de l enseignement primaire. La loi du 11 floréal an X (11 mai 1802) en confie donc la charge aux communes. Un peu plus tard, le gouvernement impérial, conscient que cette mesure ne suffit pas, décide d encourager les initiatives privées, ce qui permet le retour de l Église dans ce domaine. Plus tard, le ministre François Guizot crée, par une ordonnance du 26 février 1835, une inspection de l enseignement primaire, puis un réseau d inspections académiques : désormais, les instituteurs, qu ils exercent en école communale ou privée, sont tous contrôlés par des fonctionnaires d État. Cette évolution est couronnée par la loi Falloux du 15 mars 1850 qui octroie à un «conseil académique» le soin de dresser les «listes d aptitude pour la fonction d instituteur», renforce l inspection, soumet toutes les écoles primaires à une plus grande tutelle de l État. Entre 1810 et 1850, le nombre d élèves de l enseignement primaire a été multiplié par quinze, mais ne concerne encore que enfants sur plus de quatre millions en âge d aller à l école primaire. L ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Jusqu à plus de cent élèves par classe L objectif de tendre vers 100 % d enfants scolarisés en école primaire fut long à atteindre. Pour s en rapprocher, compte tenu du trop petit nombre d écoles créées, on n hésita pas à constituer des classes pouvant compter jusqu à cent élèves! On estime qu en 1830, en moyenne, les classes de l enseignement primaire des grandes villes comptaient soixante élèves. Dans les campagnes, il était fréquent que les classes soient «géminées», c est-à-dire regroupent les enfants de l ensemble des niveaux de l enseignement scolaire confiés à un seul instituteur. Napoléon voulait que l enseignement secondaire soit le premier pilier (l autre étant l enseignement supérieur) d un édifice scolaire destiné à former les élites du pays. q La création des lycées publics La loi du 11 floréal an X crée les lycées publics qui doivent tous comporter un internat. Au nombre de 45 dans une première étape, ces établissements sont administrés par des proviseurs et contrôlés par une institution nouvelle : l Inspection générale. Parallèlement, l État encourage les initiatives privées en autorisant la création d «écoles secondaires» 10

3 communales ou particulières (religieuses par exemple), mais fortement contrôlées par l État, au point qu on peut considérer que l enseignement privé d alors n est pas libre. Par un décret impérial du 10 mai 1806, Napoléon crée un corps «chargé de l enseignement et de l éducation publics dans tout l Empire» et, en 1821, l agrégation qui, en 1830, devient un concours national de recrutement d enseignants spécialisés. q Un doublement des effectifs Après la chute de l Empire, ce monopole de l État concernant l enseignement secondaire fut confirmé sous la Restauration, puis par la Monarchie de juillet. Cependant, dès les années 1830, cette tutelle de l État est de plus en plus mal acceptée, notamment par l Église qui réclame le droit de gérer des écoles secondaires librement tout en continuant d en créer. Cette demande fut partiellement satisfaite par la loi Falloux du 15 mars Durant la période considérée, les effectifs d élèves scolarisés dans les établissements secondaires ont doublé (la progression fut donc beaucoup plus lente que dans le primaire), passant de environ en 1815 à près de en 1850, soit 2 % à peine de la population scolarisable. Parallèlement, le nombre des bacheliers passe de 2000 en 1810 à 4000 en À noter : l année 1848 verra également la naissance de l enseignement agricole (voir fiche 11). L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR Napoléon prôna un «cursus» allant des lycées jusqu à la vie active en passant par un enseignement supérieur composé d universités (pour la préparation aux hautes carrières médicales, juridiques, littéraires, artistiques, scientifiques ) et d «écoles spéciales» (les ancêtres de nos actuelles «grandes écoles») pour les carrières du commerce, militaires, politiques, de l enseignement, etc. q La formation des élites Cette organisation, qui a survécu au régime impérial, présentait aux yeux du pouvoir et des classes dominantes l avantage de former efficacement les élites dont le pays avait besoin. Le développement de ce système d enseignement supérieur s est accompagné d une grande volonté de contrôle centralisé avec l instauration d un véritable monopole de l État sur la majeure partie des établissements. L objectif était non seulement de Napoléon Premier et les grandes écoles Une légende tenace attribue à Napoléon Premier la paternité des grandes écoles. Or, s il en a indéniablement encouragé le développement, c est au XVIII e siècle donc sous l Ancien Régime que l on assista à une expansion véritablement significative de ce genre d établissements : écoles spéciales des Ponts et Chaussées en 1715, d Artillerie en 1720, des Mines en 1783, etc. Ainsi, avant la Révolution, la France s était dotée d un petit nombre d établissements supérieurs de taille restreinte, dispensant un enseignement très centré sur les besoins professionnels. s assurer que ces établissements dispensent les formations dont le pays avait véritablement besoin, mais aussi de réduire le risque qu ils puissent devenir le creuset d une quelconque forme de contestation du pouvoir en place. 11

4 2 L ÉMERGENCE DE L ÉCOLE RÉPUBLICAINE ( ) Les révolutionnaires de 1789 en avaient rêvé. Les républicains de la deuxième moitié du XIX e siècle l ont fait : les années furent avant tout celles de l émergence d une école laïque, obligatoire et gratuite, mais aussi celles d un enseignement supérieur autonome par rapport au second degré. DE LA LOI FALLOUX AUX LOIS FERRY La loi Falloux du 15 mars 1850 n avait donné que partiellement satisfaction à ceux qui, du côté de la droite catholique, réclamaient une liberté absolue en matière scolaire. Le gouvernement pensait que ni l État et les communes d une part, ni l Église d autre part, ne disposaient à eux seuls de moyens suffisants pour se charger de toute l école. Par ailleurs, on désirait créer une situation d équilibre politique. q Une multiplication des établissements Cette loi fut donc un modèle de compromis, donnant aux congrégations et aux particuliers plus de possibilités de libre initiative en matière de création d établissements scolaires, mais sans supprimer l école publique. On assista à un important développement des écoles confessionnelles et à l émergence d écoles privées laïques. Cet effort était cependant freiné par la difficulté à trouver des personnels compétents, tout particulièrement dans l enseignement secondaire. Il était en outre inégalement réparti dans le pays, laissant aux marges de la scolarité près d un million d enfants en âge d aller à l école primaire. q Une réforme en profondeur au début des années 1880 Le gouvernement du second Empire se montra soucieux de contenir la puissance du parti «clérical-légitimiste» qui s opposait à lui. Il était en outre soucieux de généraliser l école primaire, et désireux d une forte extension du secondaire et du supérieur. Il revint donc au ministre Victor Duruy de porter cette politique (par la loi du 10 avril 1867), consolidée, après la guerre de 1870, par les républicains parvenus au pouvoir. Jules Ferry, trois fois ministre entre février 1879 et novembre 1883, fut chargé de porter une grande réforme de l ensemble du système éducatif. Toute une série de lois vinrent rendre l école obligatoire de 7 à 13 ans, imposèrent de profondes réformes des programmes et de La fin de l enseignement religieux obligatoire «L enseignement religieux ne fera plus partie des matières obligatoires de l enseignement primaire. L instruction religieuse sera donnée en dehors des heures de classe aux enfants des écoles primaires publiques par les ministres des différents cultes, conformément au vœu des familles. Le conseil départemental pourra, sur l avis des conseils municipaux, autoriser les ministres du culte qui en feront la demande à donner l instruction religieuse dans les locaux scolaires.» Source : Loi du 21 décembre 1880 instituant les externats de jeunes filles. Journal Officiel du 22 décembre

5 l organisation scolaire allant dans le sens d une généralisation du principe de laïcité, permirent un important développement des Écoles normales en vue de faciliter le recrutement et la formation d enseignants, firent de la scolarisation des filles une nouvelle priorité, créèrent le principe de gratuité de la scolarité primaire, le certificat d études primaires en 1882, etc. Tout ceci fut ensuite consacré par la loi de séparation de l Église et de l État du 9 décembre q L essor de l école laïque Le résultat ne se fit pas attendre : entre 1850 et 1914, le nombre d enfants fréquentant des écoles primaires publiques laïques est passé de 1,9 à 4,6 millions, celui des écoles congréganistes s est effondré, passant de à 50000, tandis que celui des écoles privées laïques doublait, passant de à un million. Dans l enseignement secondaire : on assista à un triplement du nombre d élèves entre 1850 et 1914, mais la croissance fut équilibrée entre établissements publics et confessionnels. LA NAISSANCE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR Jusque vers 1860, ce qu on nommait «l université» incluait la majeure partie des enseignements secondaires et supérieurs. Il fallut attendre le second Empire libéral pour que, progressivement, un véritable enseignement supérieur se constitue, bien différencié du secondaire, principalement porté par quelques grands universitaires qui, tels Marcellin Berthelot, Claude Bernard, Louis Pasteur, Ernest Renan, Victor Cousin, réclamaient «un petit nombre de grands foyers d études» supérieures, avec «des professeurs éminents et beaucoup d élèves». q La création des premières licences C est sous la houlette du ministre Victor Duruy que furent prises les premières mesures significatives : forte augmentation des moyens octroyés, relance des facultés de sciences, des bibliothèques universitaires, création (en 1868) de l École pratique des hautes études pour développer la recherche universitaire, etc. Plus tard s ajoutèrent une politique généreuse de bourses et, surtout, une rationalisation de l organisation des études supérieures par les décrets des 25 décembre 1880, 28 et 29 juillet 1886 qui refondent les examens, créent les premières spécialisations des licences (lettres, histoire, philosophie, sciences, droit), de nouveaux diplômes (tels les diplômes d études supérieures), ajoutent une réforme de l agrégation et la multiplication de ses spécialités, lancent une politique L ÉVOLUTION DE LA POPULATION ÉTUDIANTE Vers 1850 environ 4000 Vers 1865 environ Vers 1885 environ Vers 1895 environ Source : Histoire de l enseignement en France, Antoine Prost, Colin, coll. U, active de formation et de recrutement d enseignants du supérieur, prévoient un gros effort en matière de logements étudiants (alors nommés «palais universitaires») et de rénovation des bâtiments universitaires, etc. 13

HISTORIQUE ET EVOLUTION DU METIER D ENSEIGNANT

HISTORIQUE ET EVOLUTION DU METIER D ENSEIGNANT INTRODUCTION L école primaire est le lieu les professeurs des écoles exercent leur métier. L école primaire comporte l école maternelle et l école élémentaire. Elle est le lieu des premiers apprentissages,

Plus en détail

Le droit local. Définition du droit local. Un peu d histoire...

Le droit local. Définition du droit local. Un peu d histoire... 1 Des jours fériés que nous envient d autres régions de France, un régime de Sécurité sociale plus intéressant qu ailleurs, des cours de religion assurés à l École, des ministres du Culte - prêtres, pasteurs,

Plus en détail

Le train à vapeur : Les premières lignes de chemin de fer françaises sont construites dans les années 1830.

Le train à vapeur : Les premières lignes de chemin de fer françaises sont construites dans les années 1830. Quels progrès techniques voit-on apparaitre au XIXème siècle? Une première phase de la Révolution Industrielle. 1769 : James Watt invente la machine à vapeur. La machine à vapeur est l une des plus importantes

Plus en détail

DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE

DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE 209 DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE Pierre Caspard Service d Histoire de l Éducation, France. En février 2013, Antoine Prost a reçu des mains du ministre de l Éducation nationale français,

Plus en détail

LES ARCHIVES SCOLAIRES AUX ARCHIVES DEPARTEMENTALES

LES ARCHIVES SCOLAIRES AUX ARCHIVES DEPARTEMENTALES LES ARCHIVES SCOLAIRES AUX ARCHIVES DEPARTEMENTALES I. HISTORIQUE DE LA CONSERVATION Les instructions de tri La conservation des archives de l enseignement fut organisée dès 1932 : une circulaire du ministère

Plus en détail

GT 14 personnels d orientation

GT 14 personnels d orientation GT 14 personnels d orientation Fiche 4 Recrutement et formation des psychologues de l éducation nationale Les deux catégories de professionnels chargés, chacun en ce qui les concerne, de mobiliser leur

Plus en détail

Table des matières. La France et Paris dans le marché universitaire mondial... 33

Table des matières. La France et Paris dans le marché universitaire mondial... 33 Table des matières Préface de Victor Karady... 7 Introduction... 17 Chapitre i La France et Paris dans le marché universitaire mondial... 33 La «seconde patrie du monde instruit»... 34 Un marché universitaire

Plus en détail

ELEMENTS POUR UNE HISTOIRE DES TEXTES CONCERNANT LE PLACEMENT ET L EMBAUCHE DES TRAVAILLEURS.

ELEMENTS POUR UNE HISTOIRE DES TEXTES CONCERNANT LE PLACEMENT ET L EMBAUCHE DES TRAVAILLEURS. ELEMENTS POUR UNE HISTOIRE DES TEXTES CONCERNANT LE PLACEMENT ET L EMBAUCHE DES TRAVAILLEURS. (article L.311-1 à L321-12 et L.330-1 à L.330-9 du Code du travail) (extraits des Cahiers du Chatefp n 2-3,

Plus en détail

Statuts du Lycée français Victor Hugo de Sofia

Statuts du Lycée français Victor Hugo de Sofia Chapitre I: Dénomination, Forme juridique et Durée Art. 1. La dénomination de l'école est Lycée français Victor Hugo de Sofia (l'école). Art. 2. L'École est un établissement d'enseignement français qui

Plus en détail

N 3216 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 3216 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 3216 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 28 juin 2006. PROPOSITION DE LOI visant à intégrer le culte musulman

Plus en détail

CHAPITRE IV. ENSEIGNEMENT SECONDAIRE TECHNIQUE

CHAPITRE IV. ENSEIGNEMENT SECONDAIRE TECHNIQUE CHAPITRE IV. ENSEIGNEMENT SECONDAIRE TECHNIQUE ORGANISATION GÉNÉRALE ÉTUDES ET PÉDAGOGIE GÉNÉRALITÉS PROMOTION EXAMENS ET DIPLÔMES ÉLÈVES (voir: Chapitre III. Enseignement secondaire) PERSONNEL (voir:

Plus en détail

REPUBLIQUE ET FAIT RELIGIEUX DEPUIS 1880

REPUBLIQUE ET FAIT RELIGIEUX DEPUIS 1880 REPUBLIQUE ET FAIT RELIGIEUX DEPUIS 1880 «La grande idée, la notion fondamentale de l Etat laïque, c est-àdire la délimitation profonde entre le temporel et le spirituel, est entrée dans nos mœurs de manière

Plus en détail

L enseignement scolaire en France

L enseignement scolaire en France DOSSIERS DE L ENSEIGNEMENT SCOLAIRE L enseignement scolaire en France 2012 2012 EDUSCOL. EDUCATION.FR/ DOSSIERS Sommaire Les grands principes Les domaines de compétence Les enseignants Le socle commun

Plus en détail

Portefeuille Global des Projets du Programme d Urgence

Portefeuille Global des Projets du Programme d Urgence Portefeuille Global des Projets du Programme d Urgence 2009-2012 PROGRAMME D URGENCE Ensemble pour l école de la réussite 2009-2012 ESPACE 1 ESPACE 2 ESPACE 3 ESPACE 4 Rendre effective l obligation de

Plus en détail

Présentation du programme Éthique et culture religieuse. Par Diane Leblanc et Estelle Mercier Conseillères pédagogiques

Présentation du programme Éthique et culture religieuse. Par Diane Leblanc et Estelle Mercier Conseillères pédagogiques Présentation du programme Éthique et culture religieuse Par Diane Leblanc et Estelle Mercier Conseillères pédagogiques Repères historiques 1964 1995 1996 1998 1999 1999 2000 2005 Création du ministère

Plus en détail

BUREAU DE LA DEMOCRATIE, DES DROITS HUMAINS ET DU TRAVAIL Rapport International 2009sur la liberté religieuse 26 octobre 2009

BUREAU DE LA DEMOCRATIE, DES DROITS HUMAINS ET DU TRAVAIL Rapport International 2009sur la liberté religieuse 26 octobre 2009 Sénégal BUREAU DE LA DEMOCRATIE, DES DROITS HUMAINS ET DU TRAVAIL Rapport International 2009sur la liberté religieuse 26 octobre 2009 La liberté religieuse est inscrite dans la Constitution, et les autres

Plus en détail

Loi du 30 octobre 1886 sur l organisation de l enseignement primaire.

Loi du 30 octobre 1886 sur l organisation de l enseignement primaire. Loi du 30 octobre 1886 sur l organisation de l enseignement primaire. Le Sénat et la Chambre des députés ont adopté, Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit : TITRE 1 er Dispositions

Plus en détail

la Formation des Professeurs Physique et Sportive an Sénégal

la Formation des Professeurs Physique et Sportive an Sénégal UNIVERSITE LYON II UER INSTITUT DE FORMATION AUX PRATIQUES PSYCHOLOGIQUES, SOCIOLOGIQUES ET EDUCATIVES. TH 85 1 Alain MONSELLIER la Formation des Professeurs Physique et Sportive an Sénégal d'education

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e. S o m m a i r e EAUX DE BAIGNADE. BANQUE DE DONNéES CONCERNANT LES élèves

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e. S o m m a i r e EAUX DE BAIGNADE. BANQUE DE DONNéES CONCERNANT LES élèves MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 725 1623 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 55 110 22 2 mai avril 2009 2013 S o m m a i r e S o m m a i r

Plus en détail

Dossier de candidature 2015-2016 MASTER 2 MEEF. LAUREATS CONCOURS EXTERNES 2015 Etudiants stagiaires en contrat provisoire

Dossier de candidature 2015-2016 MASTER 2 MEEF. LAUREATS CONCOURS EXTERNES 2015 Etudiants stagiaires en contrat provisoire Dossier de candidature 2015-2016 MASTER 2 MEEF MASTER Sciences Humaines et Sociales Mention Education, Enseignement et Formation Diplôme d État OBJECTIFS! Enseigner et éduquer en école, collège ou lycée

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AUX CRITÈRES RÉGISSANT L ADMISSION ET L INSCRIPTION DES ÉLÈVES PRÉSCOLAIRE, PRIMAIRE ET SECONDAIRE

POLITIQUE RELATIVE AUX CRITÈRES RÉGISSANT L ADMISSION ET L INSCRIPTION DES ÉLÈVES PRÉSCOLAIRE, PRIMAIRE ET SECONDAIRE POLITIQUE POLITIQUE RELATIVE AUX CRITÈRES RÉGISSANT L ADMISSION ET L INSCRIPTION DES ÉLÈVES PRÉSCOLAIRE, PRIMAIRE ET SECONDAIRE Responsabilité Direction générale adjointe aux affaires administratives Direction

Plus en détail

L Administration Centrale comprend une Direction Générale, des Directions et des Services Centraux.

L Administration Centrale comprend une Direction Générale, des Directions et des Services Centraux. L Administration Pénitentiaire, créée le 27 Octobre 1959, n était qu un service dépendant du Ministère de la Justice 1. Passée par une Direction Centrale 2, une Direction Générale se trouve actuellement

Plus en détail

DECRETS. 29 safar 1430 25 février 2009 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 13

DECRETS. 29 safar 1430 25 février 2009 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 13 29 safar 1430 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 13 3 DECRETS Décret exécutif n 09-93 du 26 Safar 1430 correspondant au 22 février 2009 portant statut particulier des fonctionnaires appartenant

Plus en détail

1 3 Les manuels scolaires :

1 3 Les manuels scolaires : Alençon, le 13 novembre 2003 INSPECTION ACADEMIQUE DE L ORNE Division de l organisation Scolaire et de la Scolarité LA GRATUITE INTRODUCTION : Fruit de la réflexion conduite au sein du groupe de travail

Plus en détail

LA MARCHANDISATION DE L ÉDUCATION : PROBLÉMATIQUES DE L OFFRE PRIVÉE DANS LES CYCLES PRIMAIRE ET SECONDAIRE

LA MARCHANDISATION DE L ÉDUCATION : PROBLÉMATIQUES DE L OFFRE PRIVÉE DANS LES CYCLES PRIMAIRE ET SECONDAIRE LA MARCHANDISATION DE L ÉDUCATION : PROBLÉMATIQUES DE L OFFRE PRIVÉE DANS LES CYCLES PRIMAIRE ET SECONDAIRE Questionnaire 1. Existe-t-il un ou plusieurs textes fondant la distinction entre l enseignement

Plus en détail

Voyage d étude aux Pays-Bas du 31 mai au 10 juin 2010

Voyage d étude aux Pays-Bas du 31 mai au 10 juin 2010 Voyage d étude aux Pays-Bas du 31 mai au 10 juin 2010 Isabelle Lieveloo, IA-IPR Lettres, Académie de Montpellier Introduction Ce voyage d étude qui s est déroulé du 31 mai au 10 juin m a permis de rencontrer

Plus en détail

LA RÉVOLUTION ÉDUCATIVE EN ANGLETERRE

LA RÉVOLUTION ÉDUCATIVE EN ANGLETERRE LA RÉVOLUTION ÉDUCATIVE EN ANGLETERRE Avant la formation en mai 2010 du premier gouvernement de coalition en Grande Bretagne depuis 1945, il existait déjà dans le système éducatif anglais (voir la note

Plus en détail

DEVENIR ENSEIGNANT! Ce qu il faut savoir Mai 2013

DEVENIR ENSEIGNANT! Ce qu il faut savoir Mai 2013 DEVENIR ENSEIGNANT! Ce qu il faut savoir Mai 2013 Les métiers... Quel métier choisir? Vous voulez transmettre des savoirs et des valeurs Vous avez un esprit ouvert et tourné vers les autres Vous recherchez

Plus en détail

Coût : 650 frais de scolarité (chèque à l ordre de l Institut Saint- Cassien) + 70 frais d inscription (chèque à l ordre de AFPICL) non remboursable.

Coût : 650 frais de scolarité (chèque à l ordre de l Institut Saint- Cassien) + 70 frais d inscription (chèque à l ordre de AFPICL) non remboursable. 2808 Avenue des Moulins BP 3031 34034 MONTPELLIER Cedex Tel : 04 67 03 49 99 Fax : 04 67 03 99 94 Messagerie : cfp-ifp-montpellier@orange.fr 63, Avenue des Roches 13007 MARSEILLE Tél. : 04.91.99.40.80

Plus en détail

ABCDAIRE THEMATIQUE DOSSIER LAICITE

ABCDAIRE THEMATIQUE DOSSIER LAICITE ABCDAIRE THEMATIQUE DOSSIER LAICITE A Alsace-Moselle Jusqu en 1870, les départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle étaient soumis au même régime cultuel que le reste du pays : celui du Concordat,

Plus en détail

* Les références entre crochets renvoient à la bibliographie en fin d ouvrage.

* Les références entre crochets renvoient à la bibliographie en fin d ouvrage. Introduction En France, après les années de croissance forte et continue qui ont vu s étendre la protection sociale de la population, on est entré, depuis le milieu des années 1970, dans une période où

Plus en détail

LOI QUALIFICADA D EDUCATION

LOI QUALIFICADA D EDUCATION LOI QUALIFICADA D EDUCATION TITRE I.- PRINCIPES GENERAUX Article 1 1. Tout le monde a droit à recevoir une éducation de base qui lui permette de développer sa propre personnalité, de se former en tant

Plus en détail

le Concordat et le statut local Alsace-Moselle.

le Concordat et le statut local Alsace-Moselle. le Concordat et le statut local Alsace-Moselle. L actualité rend nécessaire de débattre aujourd hui plus qu hier du sujet de la laïcité en Moselle et en Alsace. Dressons d abord un rapide état des lieux

Plus en détail

I LE CONTEXTE LEGISLATIF ET REGLEMENTAIRE

I LE CONTEXTE LEGISLATIF ET REGLEMENTAIRE Au printemps 2013, le Président de la République a souhaité, dans le cadre du choc de simplification, que soit renversé le principe en vigueur depuis la publication de la loi du 12 avril 2000, dite loi

Plus en détail

6 Les missions de l enseignement scolaire

6 Les missions de l enseignement scolaire Les dossiers de l enseignement scolaire 2009 L enseignement scolaire en France Sommaire 4 Les grands principes 5 L organisation de la scolarité 6 Les domaines de compétence 6 Les missions de l enseignement

Plus en détail

Le Marché de l Assurance au LIBAN

Le Marché de l Assurance au LIBAN Le Marché de l Assurance au LIBAN Monsieur Assaad Mirza Président de l ACAL 1 Première partie : Evolution du Marché A) Genèse et essor Les premiers contrats d assurance ont été introduits par le développement

Plus en détail

REGLEMENT DEPARTEMENTAL

REGLEMENT DEPARTEMENTAL REGLEMENT DEPARTEMENTAL des Transports Scolaires Département de l Indre D.G.A/R.T.P.E. Service Départemental des Transports Hôtel du Département CS20639 36020 Châteauroux Cedex REGLEMENT DEPARTEMENTAL

Plus en détail

Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales

Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales www.jeanclaudegaudin.net Juillet 2006 Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales Une polémique a récemment surgi à propos du financement de l enseignement privé par les

Plus en détail

Objet : Tri et conservation des documents produits ou reçus par les directions régionales et départementales des renseignements généraux.

Objet : Tri et conservation des documents produits ou reçus par les directions régionales et départementales des renseignements généraux. Ministère de l Intérieur Direction générale de la police nationale Ministère de la Culture et de la Communication Direction des archives de France NOR/INT/C/01/00224/C AD 2001-1 Le ministre de l Intérieur

Plus en détail

Thierry VASSE IEN Enseignement Pré-élémentaire et Politiques Educatives Territoriales Inspection Académique de la Vendée

Thierry VASSE IEN Enseignement Pré-élémentaire et Politiques Educatives Territoriales Inspection Académique de la Vendée Semaine Maternelle NIMES Octobre 2011 Thierry VASSE IEN Enseignement Pré-élémentaire et Politiques Educatives Territoriales Inspection Académique de la Vendée Spécificité historique d un partenariat à

Plus en détail

FRANCE. b) Enseignement primaire et enseignement secondaire inférieur

FRANCE. b) Enseignement primaire et enseignement secondaire inférieur FRANCE 1) LE SYSTÈME ÉDUCATIF a) L enseignement préscolaire En France, les enfants de 3 à 6 ans vont à l école maternelle une institution mixte tenant à la fois du jardin d enfant et de la petite école

Plus en détail

De l Association des professeurs de mathématiques (APM)

De l Association des professeurs de mathématiques (APM) De l Association des professeurs de mathématiques (APM) Nicole Hulin, Université Pierre-et-Marie-Curie - Paris VI Naissance des associations de professeurs Les professeurs ont constitué des associations

Plus en détail

MASTER MEEF (METIERS DE L ENSEIGNEMENT DE L EDUCATION ET DE LA FORMATION) Diplôme d Etat. - 2 nd degré - Pratiques et ingénierie de formation

MASTER MEEF (METIERS DE L ENSEIGNEMENT DE L EDUCATION ET DE LA FORMATION) Diplôme d Etat. - 2 nd degré - Pratiques et ingénierie de formation DOSSIER D INSCRIPTION 2015-2016 MASTER MEEF (METIERS DE L ENSEIGNEMENT DE L EDUCATION ET DE LA FORMATION) Diplôme d Etat MENTIONS : - 1 er degré - 2 nd degré - Pratiques et ingénierie de formation Université

Plus en détail

POINT RELAIS N 1 CACHAN. 1) Questions à choix multiples (5 points pour chaque réponse juste) :

POINT RELAIS N 1 CACHAN. 1) Questions à choix multiples (5 points pour chaque réponse juste) : POINT RELAIS N 1 Christian Oster est né à Paris en 1949. Il a écrit des livres pour la jeunesse, des romans, des polars. 1) Il a eu le prix Médicis pour son roman «Mon grand appartement» en? 1969 1999

Plus en détail

décide I. BUT La commune n'est pas liée par la décision de la Commission cantonale des bourses et des prêts d'honneur.

décide I. BUT La commune n'est pas liée par la décision de la Commission cantonale des bourses et des prêts d'honneur. PRESCRIPTIONS CONCERNANT L OCTROI DE BOURSES ET DE PRETS D ETUDES ET D APPRENTISSAGE (VERSION 2014) Le Conseil Municipal de Monthey, considérant - que le principe du droit aux études est universellement

Plus en détail

N ADELI : enfin sûr de l'identité professionnelle des psychologues. Chaque Psychologue, comme les professions médicales et les auxiliaires médicaux

N ADELI : enfin sûr de l'identité professionnelle des psychologues. Chaque Psychologue, comme les professions médicales et les auxiliaires médicaux N ADELI : enfin sûr de l'identité professionnelle des psychologues. Chaque Psychologue, comme les professions médicales et les auxiliaires médicaux doit faire enregistrer ses diplômes auprès de la Direction

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

Primature. République d Haïti. Office de Management et des Ressources Humaines (OMRH)

Primature. République d Haïti. Office de Management et des Ressources Humaines (OMRH) République d Haïti Primature Office de Management et des Ressources Humaines (OMRH) Les règles de prévention des conflits d intérêts dans la fonction publique Haïtienne Responsabilité Générale de l OMRH

Plus en détail

Projet d établissement de l Ecole de la Maillebotte

Projet d établissement de l Ecole de la Maillebotte Ecole Communale de la Maillebotte Square des Nations Unies,7 1400 Nivelles Tel : 067 84 47 77 Fax : 067 22 12 31 agnes.vermeyen@nivelles.be www.maillebotte.be Projet d établissement de l Ecole de la Maillebotte

Plus en détail

Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations»

Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations» Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations» Point d étape de la négociation PPCR 10 Mars 2015 Discours d ouverture de Marylise LEBRANCHU Mesdames et Messieurs, Nous

Plus en détail

Table des matières. Introduction... Sommaire... 3. THEME N o 1. L ADMINISTRATION DE L EDUCA- TION... 5

Table des matières. Introduction... Sommaire... 3. THEME N o 1. L ADMINISTRATION DE L EDUCA- TION... 5 125 Table des matières Principaux sigles et abréviations... 2 Introduction... Sommaire... 3 THEME N o 1. L ADMINISTRATION DE L EDUCA- TION... 5 I. Niveau national : l administration centrale... 5 Organigramme

Plus en détail

LE PRESIDENT DU FASO, PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES

LE PRESIDENT DU FASO, PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES DECRET Nº 2008-236/ PRES/PM/MEBA/MESSRS/MASSN/MATD du 08 mai 2008 portant organisation de l enseignement primaire. JO N 21 DU 22 MAI 2008 LE PRESIDENT DU FASO, PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES VU la

Plus en détail

Le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport

Le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport Le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport La mission première du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport est de s assurer que des services éducatifs de qualité sont dispensés au Québec.

Plus en détail

SYLLABUS 2015-2016 LICENCE SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES HISTOIRE L3

SYLLABUS 2015-2016 LICENCE SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES HISTOIRE L3 Contact Accueil Scolarité : Valérie Séris Responsable pédagogique : Sandrine VICTOR Coordonnées CUFR Jean-François Champollion, Campus d'albi Place Verdun F 81012 Albi Cedex 9 Téléphone : 05 63 48 19 81

Plus en détail

La Formation des Enseignants. Contribution dans le cadre de la concertation «Refondons l Ecole»

La Formation des Enseignants. Contribution dans le cadre de la concertation «Refondons l Ecole» La Formation des Enseignants Contribution dans le cadre de la concertation «Refondons l Ecole» 1 Avant-propos Le président de la République a fait de la refondation de l Ecole une priorité de son action.

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE EN MASTER Spécialité «JOURNALISME» ANNÉE UNIVERSITAIRE 2014/2015. École de Journalisme et de Communication d Aix-Marseille

DOSSIER DE CANDIDATURE EN MASTER Spécialité «JOURNALISME» ANNÉE UNIVERSITAIRE 2014/2015. École de Journalisme et de Communication d Aix-Marseille DOSSIER DE CANDIDATURE EN MASTER Spécialité «JOURNALISME» ANNÉE UNIVERSITAIRE 2014/2015 École de Journalisme et de Communication d Aix-Marseille Photo Adresse d envoi des dossiers : EJCAM Scolarité 21,

Plus en détail

FICHE DESCRIPTIVE I - IDENTIFICATION II - CONTEXTE III - CONTENU IV - CONDITIONS D ACCES ET D UTILISATION V - RENSEIGNEMENTS COMPLEMENTAIRES

FICHE DESCRIPTIVE I - IDENTIFICATION II - CONTEXTE III - CONTENU IV - CONDITIONS D ACCES ET D UTILISATION V - RENSEIGNEMENTS COMPLEMENTAIRES REGISTRES D ETAT CIVIL D AUBERVILLIERS NAISSANCES ET MARIAGES (1792-1885) - DECES (1792-1905) TABLES DECENNALES (1792-1902) FICHE DESCRIPTIVE I - IDENTIFICATION II - CONTEXTE III - CONTENU IV - CONDITIONS

Plus en détail

LE PRERECRUTEMENT DES INSTITUTEURS DE L ENSEIGNEMENT PUBLIC

LE PRERECRUTEMENT DES INSTITUTEURS DE L ENSEIGNEMENT PUBLIC LE PRERECRUTEMENT DES INSTITUTEURS DE L ENSEIGNEMENT PUBLIC Vincent Lang To cite this version: Vincent Lang. LE PRERECRUTEMENT DES INSTITUTEURS DE L ENSEIGNEMENT PUBLIC. 2006. HAL Id: hal-00311505

Plus en détail

Qui est le roi? LA REVOLUTION EN IMAGES. (Eléments de repérage pour comprendre la Révolution francaise en classe de quatrième)

Qui est le roi? LA REVOLUTION EN IMAGES. (Eléments de repérage pour comprendre la Révolution francaise en classe de quatrième) LA REVOLUTION EN IMAGES (Eléments de repérage pour comprendre la Révolution francaise en classe de quatrième) Qui est le roi? GENDRY Mickael, collège Le Volozen, Quintin, Côtes d'armor. Consigne n 1: Qui

Plus en détail

Loi du 11 floréal an X (1 e mai 1802)

Loi du 11 floréal an X (1 e mai 1802) Loi du 11 floréal an X (1 e mai 1802) La loi du 11 floréal an X spécifie que l'enseignement comporte trois degrés : primaire, secondaire, spécial et qu'il est dispensé dans quatre catégories d'établissements

Plus en détail

Année scolaire 2015-2016

Année scolaire 2015-2016 Année scolaire 2015-2016 Groupe Scolaire SEN-Amâna Dossier de candidature AMÂNA Existe-t-il d'autre récompense à l'excellence sinon l'excellence? 85 Avenue Marie Curie 77600 Bussy Saint Georges Tel : 00

Plus en détail

Adoptée : En vigueur : Amendement :

Adoptée : En vigueur : Amendement : SCOLARISATION À LA MAISON Adoptée : En vigueur : Amendement : 9 novembre 2010 (CC-2010-463) 9 novembre 2010 TABLE DES MATIÈRES 1. DISPOSITIONS GÉNÉRALES.. 3 1.1 Objet et but de la politique 3 1.2 Champ

Plus en détail

Cauchy et l Analyse algébrique. Cours du 3 février 2015

Cauchy et l Analyse algébrique. Cours du 3 février 2015 Cauchy et l Analyse algébrique Cours du 3 février 2015 Contexte historique en France : incidence européenne - Révolution française (1789-1804) - 1789 : Assemblée nationale/ Prise de la Bastille Monarchie

Plus en détail

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES ANNÉE 2010-2011 TABLE DES MATIÈRES Page I. PRÉAMBULE 3 II. ANALYSE DE LA SITUATION 3 III. LES OBJECTIFS QUANTITATIFS 5 IV. LES MESURES ENVISAGÉES

Plus en détail

FICHE DE RENSEIGNEMENTS

FICHE DE RENSEIGNEMENTS FICHE DE RENSEIGNEMENTS Nom : Nom marital (éventuellement) : _ Prénoms : (souligner le prénom usuel) ETAT-CIVIL Situation familiale : Célibataire Marié(e) Nombre d'enfants : N INSEE : /_/ / / / / / / /

Plus en détail

Commune de Sierre. Règlement concernant l octroi de bourses d études et de prêts d honneur

Commune de Sierre. Règlement concernant l octroi de bourses d études et de prêts d honneur Commune de Sierre Règlement concernant l octroi de bourses d études et de prêts d honneur Règlement communal concernant l octroi de bourses d études et de prêts d honneur Le Conseil municipal de Sierre

Plus en détail

L éducation au Bénin : «Nous étions aveugles, maintenant, nous commençons à y voir clair!»

L éducation au Bénin : «Nous étions aveugles, maintenant, nous commençons à y voir clair!» L éducation au Bénin : «Nous étions aveugles, maintenant, nous commençons à y voir clair!» Richard Gerster* Le nombre des élèves augmente rapidement au niveau primaire. Au Bénin, un pays d Afrique de l

Plus en détail

LA SCOLARITÉ EN FRANCE

LA SCOLARITÉ EN FRANCE P.R.I.P.I Programme Régional pour l Intégration des Populations Immigrées C.A.S.N.A.V Centre Académique pour la Scolarisation des Nouveaux Arrivants et des enfants du Voyage LA SCOLARITÉ EN FRANCE Document

Plus en détail

Réforme relative au permis de construire et aux autorisations d urbanisme

Réforme relative au permis de construire et aux autorisations d urbanisme Avril 2006 Note d information juridique Agence d Urbanisme du Territoire de Belfort Centre d Affaires des 4 As BP 107-90002 Belfort Cedex Tél : 03 84 46 51 51 - Fax : 03 84 46 51 50 Courriel : autb@autb.asso.fr

Plus en détail

Lancement du Digest Innocenti 9 "L'Enregistrement à la naissance: un droit pour commencer"

Lancement du Digest Innocenti 9 L'Enregistrement à la naissance: un droit pour commencer UNICEF Innocenti Research Centre Piazza SS. Annunziata, 12 50122 Florence, Italy Tel. 39055-20330 (switchboard) Tel. 39055-2033354 (direct) Fax. 39055-244817 E-mail: pmccormick@unicef.org Website: www.unicef.org/irc

Plus en détail

Politique de scolarisation à la maison

Politique de scolarisation à la maison Code : 2521-02-12-01 POLITIQUE X DIRECTIVE RÈGLEMENT PROCÉDURE Politique de scolarisation à la maison Date d approbation : 12 juin 2012 Service dispensateur : Date d entrée en vigueur : 13 juin 2012 Services

Plus en détail

Décret n 2008-517 du 20 mai 2008

Décret n 2008-517 du 20 mai 2008 Décret n 2008-517 du 20 mai 2008 Décret n 2008-517 du 20 mai 2008 fixant les modalités d organisation et de fonctionnement des Agences régionales de Développement. RAPPORT DE PRESENTATION En application

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE LA POSTE ET DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE LA POSTE ET DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE LA POSTE ET DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA FORMATION AVIS DE RECRUTEMENT

Plus en détail

R - INSTRUCTION PUBLIQUE. SCIENCES. LETTRES ET ARTS. 1 R 1 - Lois, décrets, édits, rapports, règlements, correspondance (1842-1899, 1932)

R - INSTRUCTION PUBLIQUE. SCIENCES. LETTRES ET ARTS. 1 R 1 - Lois, décrets, édits, rapports, règlements, correspondance (1842-1899, 1932) R - INSTRUCTION PUBLIQUE. SCIENCES. LETTRES ET ARTS 1 R ENSEIGNEMENT 1 R 1 - Lois, décrets, édits, rapports, règlements, correspondance (1842-1899, 1932) 1842-1932 1 R 2 - Enseignement. Notes, correspondance,

Plus en détail

Ali BONGO ONDIMBA, Président de la République Chef de l Etat

Ali BONGO ONDIMBA, Président de la République Chef de l Etat «Restaurer la confiance entre l Administration et les administrés. L égalité de tous devant la loi, l existence et l action des structures d inspection et de contrôle crédibles, doivent résolument ramener

Plus en détail

PLAN ACADEMIQUE DE FORMATION 2015-2016

PLAN ACADEMIQUE DE FORMATION 2015-2016 PLAN ACADEMIQUE DE FORMATION 2015-2016 CAHIER DES CHARGES DE L APPEL D OFFRE DAFIP Académie d Aix-Marseille 1 La formation de TOUS les personnels de notre académie est un levier essentiel de la refondation

Plus en détail

Le cadre général. du chantier 1 LES ACTEURS EN PRÉSENCE. A Le maître de l ouvrage CHAPITRE

Le cadre général. du chantier 1 LES ACTEURS EN PRÉSENCE. A Le maître de l ouvrage CHAPITRE CHAPITRE 1 Le cadre général du chantier 1 LES ACTEURS EN PRÉSENCE Cinq intervenants ou groupe d intervenants peuvent être distingués. A Le maître de l ouvrage Le maître de l ouvrage (ou maître d ouvrage)

Plus en détail

AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES

AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES POPULATION REFERENCE BUREAU AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES SCÉNARIO DE LA PRÉSENTATION UNE PRÉSENTATION > La présentation commencera par

Plus en détail

Pratiques psychologiques Le psychologue du travail. Licence 1. Psychologie

Pratiques psychologiques Le psychologue du travail. Licence 1. Psychologie Pratiques psychologiques Le psychologue du travail Licence 1. Psychologie Nadra Achour-2014 ISSHT-Université Tunis-El Manar Introduction Qu est ce qu un psychologue du travail? Ses champs d intervention?

Plus en détail

GT 14 Les psychologues de l éducation nationale

GT 14 Les psychologues de l éducation nationale GT 14 Les psychologues de l éducation nationale GT 14 Les psychologues de l éducation nationale Fiche 5 Le corps des psychologues de l éducation nationale 1. Spécialités et lieux d exercice Les membres

Plus en détail

SERIE R INSTRUCTION PUBLIQUE SCIENCES, LETTRES ET ARTS

SERIE R INSTRUCTION PUBLIQUE SCIENCES, LETTRES ET ARTS SERIE R INSTRUCTION PUBLIQUE SCIENCES, LETTRES ET ARTS 1 R Instruction publique 1 R 1 Ecole primaire : pétition pour un local sain (1791) ; arrêté du district relatif au traitement de l instituteur (1793)

Plus en détail

Titre : Cahier de doléances de la communauté de Bargeme Date :mars 1789 Nature : document papier Cote : 1 B 2464

Titre : Cahier de doléances de la communauté de Bargeme Date :mars 1789 Nature : document papier Cote : 1 B 2464 Références des documents Titre : Cahier de doléances de la communauté de Bargeme Date :mars 1789 Nature : document papier Cote : 1 B 2464 Intégration pédagogique Niveau de classe concernée : quatrième,

Plus en détail

Loi concernant le régime linguistique dans l'enseignement L. 30-07-1963 M.B. 22-08-1963

Loi concernant le régime linguistique dans l'enseignement L. 30-07-1963 M.B. 22-08-1963 Lois 04329 p.1 Loi concernant le régime linguistique dans l'enseignement L. 30-07-1963 M.B. 22-08-1963 modifications : L. 26-07-1971 (M.B. 24-08-71) L. 27-07-1971 (M.B.22-10-71) L.10-07-1973 (M.B. 14-07-73)

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Psychologie de l Université de Nîmes Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et des diplômes En

Plus en détail

Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale ****

Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale **** Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale **** 1 «DONNER AUX FEMMES LES MOYENS DE VIVRE EN MEILLEURE SANTE» 2 Introduction 1. Etat des lieux de la santé des femmes au Bénin 2.Causes essentielles

Plus en détail

2. Le Droit Individuel à la Formation (DIF)

2. Le Droit Individuel à la Formation (DIF) La société de la connaissance et l apprentissage tout au long de la vie : 2. Le Droit Individuel à la Formation (DIF) Le Luxembourg doit s engager plus concrètement dans la voie ouverte par l Union Européenne

Plus en détail

Rapport annuel 2013 Comité d audit de l ONAFTS

Rapport annuel 2013 Comité d audit de l ONAFTS Rapport annuel 2013 Comité d audit de l ONAFTS Office national d'allocations familiales pour travailleurs salariés Rapport annuel 2013 du Comité d audit de l ONAFTS Conformément à la Charte du Comité d

Plus en détail

HISTOIRE : les progrès au XIX e siècle

HISTOIRE : les progrès au XIX e siècle cherche recherche recherche recherche recherche recherche recherche recherche recherche recherche recherche recherche recherche recherche recherche recherche HISTOIRE : les progrès au XIX e siècle DOC

Plus en détail

0.974.273.2 Accord de coopération technique et scientifique entre la Confédération suisse et le Gouvernement de la République Unie de Tanzanie

0.974.273.2 Accord de coopération technique et scientifique entre la Confédération suisse et le Gouvernement de la République Unie de Tanzanie Texte original 0.974.273.2 Accord de coopération technique et scientifique entre la Confédération suisse et le Gouvernement de la République Unie de Tanzanie Conclu le 21 octobre 1966 Entré en vigueur

Plus en détail

Agnès D ANGIO-BARROS Éric ANCEAU 7 janvier 2014. Les Mardis de l École des chartes

Agnès D ANGIO-BARROS Éric ANCEAU 7 janvier 2014. Les Mardis de l École des chartes Agnès D ANGIO-BARROS Éric ANCEAU 7 janvier 2014 Les Mardis de l École des chartes Plan général I Les grandes dates de la vie de Morny II Les biographies antérieures III L apport des sources accessibles

Plus en détail

Toiles @ penser. Cahiers d éducation permanente de. La Pensée et les Hommes. La laïcisation de l art. Cahier n 2006-07-016

Toiles @ penser. Cahiers d éducation permanente de. La Pensée et les Hommes. La laïcisation de l art. Cahier n 2006-07-016 Toiles @ penser Cahiers d éducation permanente de La Pensée et les Hommes La laïcisation de l art Cahier n 2006-07-016 Connaissez-vous nos publications? Toiles@penser Cahier n 2006-07-016 Nous publions

Plus en détail

LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. mode d emploi

LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. mode d emploi LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE mode d emploi Découvrir la Fonction Publique Territoriale Trois fonctions publiques en France Il existe en France trois fonctions publiques : la Fonction Publique d Etat

Plus en détail

En voici, entre autres, les raisons principales, car il s agit de dénoncer :

En voici, entre autres, les raisons principales, car il s agit de dénoncer : ARGUMENTAIRES TECHNIQUES POUR REFUSER DE RATIFIER EN L ETAT L ORDONNANCE SUR L ACCESSIBILITE Seconde version suite à la publication de textes réglementaires La publication, entre autres, de l Arrêté du

Plus en détail

Visa Connect 111, avenue Victor Hugo 75784 PARIS Cedex 16

Visa Connect 111, avenue Victor Hugo 75784 PARIS Cedex 16 ! " # $! #%!! & '!( )*!+,-.+-/0-, 1 2!* #!#/3,4!! 2% 5#4 67 54!4"! 4! 3',8++9(!3!#',+++9(!! :$4!!! Visa Connect 111, avenue Victor Hugo 75784 PARIS Cedex 16 Merci de remplir tous les champs du bon de commande

Plus en détail

sur les bourses et les prêts d études (RBPE)

sur les bourses et les prêts d études (RBPE) Règlement du 8 juillet 2008 Entrée en vigueur : 01.09.2008 sur les bourses et les prêts d études (RBPE) Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu la loi du 14 février 2008 sur les bourses et les prêts

Plus en détail

7 juin 2010 Journal Officiel de la République Démocratique du Congo Première partie - n spécial

7 juin 2010 Journal Officiel de la République Démocratique du Congo Première partie - n spécial Première partie 51 ème année Numéro spécial JOURNAL OFFICIEL de la République Démocratique du Congo Cabinet du Président de la République Kinshasa - 7 juin 2010 PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE Loi organique

Plus en détail

Les objectifs du colloque

Les objectifs du colloque Les objectifs du colloque Avec la création de la charge de secrétaire d État à la marine, en 1669, «la marine se fit plus bureaucratique 1», nous dit Michel Vergé-Franceschi. Sous l impulsion des premiers

Plus en détail

La gouvernance des universités québécoises : des instruments à la mission

La gouvernance des universités québécoises : des instruments à la mission La gouvernance des universités québécoises : des instruments à la mission Première tranche de vécu : l année précédent mon départ de l université, le directeur de mon département obtient du rectorat l

Plus en détail

La Missive des Archives N 10. Inauguration du bureau télégraphique d Ozoir la Ferrière le 4 juin 1883. La poste à cette époque se situait, place de

La Missive des Archives N 10. Inauguration du bureau télégraphique d Ozoir la Ferrière le 4 juin 1883. La poste à cette époque se situait, place de La poste : La Missive des Archives N 10 Inauguration du bureau télégraphique d Ozoir la Ferrière le 4 juin 1883 La poste à cette époque se situait, place de l église dans la maison de Monsieur CAROUZET,

Plus en détail

Utilisation du site de test par les élèves de Terminale pour se

Utilisation du site de test par les élèves de Terminale pour se 1 Utilisation du site de test par les élèves de Terminale pour se familiariser aux fonctionnalités d APB dapb Création dossier APB Formulation des vœux Suivez ma flèche! 1 Consulter le guide du candidat.

Plus en détail