État de l art du Cloud Computing et adaptation au Logiciel Libre. Maurice Audin

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "État de l art du Cloud Computing et adaptation au Logiciel Libre. Maurice Audin"

Transcription

1 État de l art du Cloud Computing et adaptation au Logiciel Libre Maurice Audin 2009

2 Typographie Les termes suivis d un astérisque (*) seront définis dans le glossaire. License Ce document est sous license Creative Commons By-NC-SA

3 Table des matières Introduction 6 Le cloud Intérêt du cloud Le logiciel libre Objectifs Définition des concepts C est quoi? Usages du cloud Les autres Caractéristiques Mode de fonctionnement typique Offres commerciales Historique Offres Points négatifs du cloud Problèmes éthiques Inconvénients politiques Forfaits actuellement proposés Stress test Solutions libres Côté client

4 4.2 Services de base Applications Plateforme Infrastructure Virtualisation Concept Solutions majeures Étude du framework Vertebra Fonctionnement Interface Intérêts Mise en place Pré-requis Serveur frontal Machines virtuelles Compatible libre? Communication XMPP Message passing Comparaison des deux méthodes Conclusion Load Balancing 42 4

5 9.1 Gestion dynamique des machines virtuelles Load balancing, HAProxy et round-robin Conclusion Conclusion 48 Glossaire 52 Table des figures 53 Bibliographie 54 5

6 Introduction Le cloud computing, ou informatique dans les nuages, est un paradigme assez récent. La première énonciation de ce concept date de 1960 (John McCarthy), mais sa réelle mise en application a pris place au début des années 2000 et le web 2.0 (1999 pour Google et Yahoo). Le cloud consiste en une communication entre le serveur frontal et un ensemble de machines virtuelles qui hébergent une ou plusieurs applications. Ainsi, le visiteur a accès à des applications dont l exécution ne dépend pas du serveur web, et qui n influent donc théoriquement pas sur son temps de réponse. La contre-partie est que le client n a pas directement accès à ses données. Il dépend donc totalement du fournisseur et doit lui faire entièrement confiance pour ce qui est de leur confidentialité et de leur sauvegarde. Le problème est donc de savoir : quels sont les avantages réels du cloud du point de vue du fournisseur ; quelles sont les solutions techniques disponibles et leur méthode de tarifications ; quelles sont les critiques (éthiques et légales) liées au cloud computing et comment y remédier. Le cloud La définition du cloud computing, ou informatique dans les nuages, de Wikipedia est la suivante : L informatique dans les nuages (en anglais, cloud computing) est un concept majeur faisant référence à l utilisation de la mémoire et des capacités de calcul des ordinateurs et des serveurs répartis dans le monde entier et liés par un réseau, tel Internet. Le cloud (Cf. figure 1) permet donc de fournir un ensemble d applications sans utiliser la mémoire, la puissance de calcul et la capacité de stockage d un seul serveur. Le visiteur se connecte sur le site du client des services de cloud, utilise les applications qui lui sont proposées sans avoir conscience qu il accède à des machines (virtuelles ou non) différentes, et utilisent les applications proposées pour éventuellement stocker des données personnelles sur des serveurs distants. De plus, le client n a pas d accès direct à ses données. Il existe un autre type de cloud, dit privé, qui est similaire mais limité à un réseau privé, il ne sera donc pas traité séparément. 6

7 Figure 1 Fonctionnement du cloud Interêt du cloud De la même façon que la virtualisation(*), un système de cloud permet une grande évolutivité. On peut facilement et sans danger pour les applications déjà disponibles rajouter des machines au cloud pour une plus grande réactivité ou pour fournir des applications supplémentaires. De plus, s il est fait avec des machines virtuelles (ce qui est toujours le cas), le cloud permet une réduction réelle des coûts (plusieurs dizaines de milliers d entreprises gérées sur serveurs pour prendre l exemple de Salesforce.com). De plus, les ressources utilisées sont mieux rentabilisées (plus de 10 ou 20 % des ressources utilisées...). D un point de vue de la sécurité, les données étant centralisées, elles sont plus faciles à protéger mais le client perd le contrôle sur elles. De plus, si une application présente une faille, seul le système qui l accueille pourra être mis en danger. Ainsi, toutes les autres applications ainsi que la machine frontale sont protégées. Les données et les applications étant hébergées et souvent sauvegardées sur des machines distantes, on peut y accéder de manière permanente et de n importe quel endroit et être assuré de leur pérennité. 7

8 Enfin, le cloud peut reposer entièrement sur des technologies libres comme par exemple : Xen ou KVM pour les machines virtuelles ; Système GNU/Linux pour les OS (Debian) ; Serveur web libre (Apache) ; Serveur d applications libre (framework dépendant du langage utilisé) ; Base de données MySQL ; Firefox comme explorateur. Le logiciel libre Le but de ce document étant d étudier la possibilité et l intérêt du cloud computing dans une société développant du logiciel libre, il faut d abord définir cette notion. Le mouvement du logiciel libre a débutté au début des années 80 à l initiative de Richard Stallman qui lance la Free Software Foundation. Selon Stallman, un logiciel est dit libre s il permet les quatres libertés fondamentales : 0. La liberté d exécution quelqu en soit le but. 1. La liberté d étudier le fonctionnement du programme et de le modifier pour qu il se conforme à ses besoins. 2. La liberté de redistribuer le programme dans un but d entraide. 3. La liberté d améliorer ou simplement de modifier le programme et de pouvoir redistribuer les versions modifiées au profit de la communauté. Un logiciel offrant ces quatre libertés est dit libre, sinon, il est dit privateur. Selon la license proposée par le projet GNU (le système d exploitation lancé par Stallman et qui utilise actuellement le noyau Linux), un logiciel sous license libre doit le rester, c est à dire que les versions modifiées et redistribuées doivent garder une license libre (ce n est pas le cas de la license BSD). Le terme de Free est ambigu car il signifie à la fois libre et gratuit. Sa réelle signification est libre, ce qui veut dire que l on peut faire commerce du logiciel (vendre les binaires compilés d un programme par exemple), de même que fournir un service payant basé sur l utilisation de logiciel libre. Parmis les noms les plus connus du monde du libre, on peut citer le système GNU/- Linux (et ses distributions réputées telles que Debian, Ubuntu ou Red Hat), l explorateur Firefox (produit et développé par la société Mozilla et qui rattrape petit à petit Internet Explorer, son concurrent privateur développé par Microsoft), le lecteur multimédia VLC, ou le serveur web Apache (largement majoritaire sur le marché de l hébergement). 8

9 Les intérêts de l utilisation de logiciels libres sont nombreux. Pour un particulier, ils fournissent l assurance, même s il ne peut pas lui-même le vérifier, que les développeur ne cherchent pas à introduire des fonctions malveillantes dans leur code. Ils permettent aussi une évolution constante, que ce soit au niveau des performances, de l ergonomie ou de la sécurité, grâce à une communauté très active. Pour des professionnels, un logiciel libre est une assurance de pérennité car il ne dépend pas ou peu de l état financier d une société. De plus, malgré la croyance populaire, un logiciel libre ne présente pas plus de problèmes de sécurité qu un logiciel privateur. En effet, la posibilité, y compris pour la société qui utilise ce type de logiciel, de pouvoir étudier le code source permet une meilleure réactivité face à d éventuelles failles, de même que la possibilité de le modifier et donc de corriger ces failles. En ce qui concerne le cloud, la majorité (voir la totalité) des solutions sont privatrices ou Open Source au mieux (le client ne dispose que de la liberté 0). Il est donc intéressant d étudier si une proposition entièrement libre est envisageable. Objectifs Plusieurs objectifs ont motivé la création de ce document : Donner une explication claire du concept de cloud computing, de son utilité et de ses inconvénients ; fournir les données concernant les offres commerciales qui existent actuellement ; définir les technologies et les logiciels à utiliser pour une offre de cloud, faire des comparatifs pour régler certaines concurences entre eux ; Expliquer la mise en place de ce service avec les outils choisis. 9

10 1 Définition des concepts 1.1 C est quoi? Le cloud computing est (si on cherche à dépasser l effet buzz word ) un paradigme de programmation qui permet de concevoir les ressources (comprendre machines virtuelles, le cloud ) comme des services accessibles par internet. Le cloud permet de gérer la relation entre les programmes sur l ordinateur et sur le web. L utilisateur n a pas conscience du cloud en utilisant ce type de services, de même qu il n a aucun contrôle dessus. On trouve généralement un ou plusieurs des concepts suivants dans un cloud : Infrastructure as a service (IaaS), une plateforme de virtualisation ; Platform as a service (PaaS), pour faciliter le déploiement d applications ; Software as a service (SaaS), permettant l accès à des applications sur le web. On peut en fait diviser le cloud computing en deux catégories bien distinctes (même si un fournisseur peut proposer les deux) : Stockage Les données du client sont sauvegardées sur plusieurs serveurs, par exemple Amazon Simple Storage Service (ou Amazon S3), souvent accompagné de copies de sauvegardes (voir la section inconvénients politiques). Ce type de cloud permet, si l on a stocké des applications sur le serveur d y accéder et de les exécuter, et ressemble alors à un système de fichier partagé (de type AFS(*)), accessible depuis son explorateur internet. Logiciels Sur ce point, le cloud computing est similaire au Software as a Service si ce n est que le propriétaire du logiciel n est pas forcément le propriétaire du matériel. On peut distinguer alors deux philosophies. Amazon vend du temps sur une machine virtuelle, avec ses offres Elastic Compute Cloud (Amazon EC2) et Simple Storage Service (S3), alors que Microsoft, avec Microsoft Azure, et Google, avec Google App Engine, proposent l utilisation de leurs langages et de leurs biblothèques, ce qui rend la maintenance plus aisée (elle ne dépend plus des besoins du client), mais beaucoup moins flexible pour le client. 10

11 Le cloud dépend des composants suivants (Cf. la section solutions libres) : Client Logiciel permettant à un internaute de se connecter au cloud. Généralement, un explorateur internet suffit, mais d autres moyens peuvent être utilisés suivant les services proposés par l hébergeur ou par l acheteur du service de cloud. Service Protocoles proposés par l hébergeur ou par le client (paiement, mapping, chat, mail,...) Application Les applications sont soit proposées de base par l hébergeur, soit développées par le client. Chacune d elles dispose d une ou plusieurs machines virtuelles. Plate-forme Système d hébergement des applications. Stockage Moyen de stockage mis à disposition du client. La plupart des hébergeurs proposent une base de données SQL sur laquelle le client n a pas d accès direct, ce qui peut être changé (avec un gain considérable de liberté). Il est aussi envisageable de lui fournir un système de stockage classique (système de fichier accessible en FTP par exemple). Infrastructure Il s agit du serveur frontal. 1.2 Usages du cloud Les usages d un cloud dépendent du point de vue adopté. Un cloud se destine d une part au client, une entreprise ou autre (gouvernement, association,...), qui administre un système de cloud, et d autre part aux employés ou aux clients de cette entreprise, qui sont les utilisateurs de ce système. Pour l entreprise, le cloud va permettre de fournir un ensemble d applications à ses employés, et celà où qu ils se trouvent. On pourra trouver, par exemple, une messagerie, un agenda, un système de messagerie instantanée, voire un système de vote, de partage de documents,... (applications proposées par défaut ou développées par le client du service). C est donc une extension de son service informatique. Il peut aussi être utilisé comme moyen de vendre un logiciel développé en faisant payer l accès au cloud. Enfin, il peut servir de moyen de sauvegarde de ses données. Pour l utilisateur, le cloud est un moyen d accéder aux services fournis par cette entreprise. Que ce soit un service gratuit (dans le cas d un employé) ou payant (dans le cas d un client utilisant un accès acheté), il peut avoir accès à ces services quel 11

12 que soit l ordinateur qu il utilise (plus besoin d installer des logiciels équivalents à ceux proposé sur chacun de ses ordinateurs), sans soucis de versions car l application fonctionne de manière identique sous GNU/Linux, Mac, Windows ou tout autre système disposant d un explorateur internet (Freerunner, iphone, Android, Blackberry, PDA,...). 1.3 Les autres Le cloud computing peut facilement être confondu avec d autres paradigmes. S il ne faut pas les confondre, il faut aussi avoir conscience que ces concepts sont parfois liés. Voici les principaux exemples de ces autres paradigmes et leur relation avec le cloud. Le grid computing Dans un système de grid, un super-ordinateur contrôle un ensemble de systèmes et leur répartit des calculs à effectuer dans un but unique (calcul scientifique, analyse sismique,...). Dans la plupart des cloud, on trouve toujours un système de grid mais dans lequel l application n est pas unique et où le super-ordinateur a pour but de pointer vers le système correspondant à la demande et non de répartir le calcul. L utility computing L utility computing est simplement en une délocalisation d un système de calcul ou de stockage. Il est évidemment utilisé dans un cloud mais n implique pas forcément un réseau de calcul ou de stockage comme le cloud. L autonomic computing Paradigme dans lequel un système informatique est capable de s auto-administer en s adaptant à des changements imprévisibles. Il peut être composé de systèmes d auto-configuration, d auto-réparation (détection et correction d erreurs), d auto-optimisation (contrôle et répartition des ressources) et d autoprotection (détection et protection contre des attaques). L autonomic computing n a à priori rien à voir avec le cloud computing mais un cloud comprend généralement des élément autonomes (auto-optimisation par exemple). 1.4 Caractéristiques Le but d un cloud est de créer un système totalement décentralisé (par exemple BitTorrent ou Skype), même si la plupart se basent encore sur des grids ou des utilities et sont donc encore centralisés. Les offres commerciales permettent de faire payer au client en fonction des ressources utilisées (forfait basés sur l électricité ou sur le matériel utilisé) 12

13 Comme le client n a pas de contrôle direct sur le matériel, il peut rapidement y avoir une sur-utilisation des ressources disponibles, même si une bonne bande passante permet théoriquement le même temps de réponse qu un système centralisé clasique. sont des data- La plupart des architectures utilisées pour le cloud computing centers et des serveurs avec plusieurs niveau de virtualisation. 1.5 Mode de fonctionnement typique De manière général, un cloud présente les éléments suivants, certains étant optionnels mais améliorent sa qualité (réactivité), Cf. figure 2 : Proxy HTTP Point d entrée des demandes, gère le SSL(*). Cache HTTP Permet de répondre plus rapidement à une requête en plaçant une partie du contenu dans un cache. Serveur frontal Gère les requêtes en lançant des machines virtuelles adéquates ou en communiquant avec des machines virtuelles adéquates déjà lancées. Machines virtuelles Ensemble de serveurs (serveurs Ruby avec framework(*) web par exemple) accueillant chacune une application. Elles doivent pouvoir être lancées rapidement et indépendemment pour répondre le mieux possibles aux demandes des visiteurs. Base de données SQL ou système de stockage Base de données pour chaque application, avec duplication et téléchargement pour le client (la base de donnée peut être externe au cloud ), système de stockage présentant les mêmes avantages. Cache mémoire Cache mémoire pour les applications web permettant un accès rapide (par exemple à des fragments de pages). Chaque machine virtuelle (Debian, Cf. figure 3) accueille un environnement spécifique au langage utilisé par le client. Une application utilise une ou plusieurs machine virtuelle suivant sa complexité. Le système de fichier peut être en lecture seule (les données étant stockées ailleurs, il suffit de pouvoir exécuter l application présente sur la machine virtuelle). L environnement doit accueillir un serveur d applications lui aussi spécifique au langage utilisé qui accueillera le serveur web. 13

14 Figure 2 Fonctionnement détaillé 14

15 Figure 3 VM Enfin, le serveur accueille l application du client. Dans un souci de généricité, on peut concevoir que l ensemble des applications soient stockés sur un serveur de stockage et que la machine virtuelle y accède au moment de l exécution (par AFS par exemple). Ainsi, on peut créer des images de machines virtuelles typiques, valables pour un grand nombre d applications, et plus légères d un point de vue taille. 15

16 2 Offres commerciales 2.1 Historique La première énonciation de l idée de cloud John McCarthy. (sans le nom), date de 1960, et de Computation may someday be organized as a public utility. (Les ressources informatiques deviendront un jour d utilité publique) John McCarthy Le mot cloud est apparu au début des années 90 pour désigner des réseaux disposant d un mode de transfert asynchrone, et l expression cloud computing il y a une dizaine d années et a pris de plus en plus d importance. Salesforce.com fut le premier hébergeur de cloud en 1999, suivi en 2002 par Amazon qui proposa un ensemble d hébergement d application, de stockage et d offre d emploi (Le Mechanical Turk). Amazon développa ses services en 2005 (Amazon Web Services) et en 2006 (Elastic Compute Cloud ou EC2). Ce dernier fut le premier service de cloud réellement accessible (selon Jeremy Allaire, PDG de Brightcove, autre fournisseur de SaaS). En 2007, Google, IBM et des universités lancèrent un projet de recherche sur le cloud qui permit de lui faire gagner en popularité et en consistance. C est en 2009 que la réelle explosion du cloud survint avec l arrivée sur le marché de sociétés comme Google (Google App Engine), Microsoft (Microsoft Azure), IBM (IBM Smart Business Service), Sun (Sun Cloud) et Canonical Ltd (Ubuntu Enterprise Cloud). 16

17 2.2 Offres Voici les prix de quelques fournisseurs de services de cloud computing à la date du 7 décembre 2009) : (valables Amazon Stockage (S3 et EC2) ; Applications fournies ; De 0,17 $ le Go pour les 10 premiers To à 0,10 $ le Go pour plus 150 To. Google App Engine Stockage ; Applications fournies, possibilité de développer en Java et Python ; 0,10 $ par heure d utilisation de CPU, 0,15 $ par Go. Microsoft Azure Stockage ; Applications fournies, possibilité de développer en.net ; Voir la section sur les forfaits. 3Tera Stockage ; Possibilité de développer des applications (tous langages confondus) ; $ par mois pour 8 CPUs, 16 Go de RAM, 6 To de stockage. Appistry Stockage ; Application de base, possibilité de développer en.net, Java et C++ ; Système de cloud interne. Cassatt Répartition dynamique des ressources de calcul ; Solution de système de cloud interne. Joyent Stockage ; Possibilité de développer en Rails et PHP ; De 125 à 250 $ par mois pour 1 Go. Legal Cloud Déploiement de services et de stockage rapide ; Déstiné aux entreprises d avocats. Skytap Possibilité de développer en Java ; A partir de 500 $ par mois. 17

18 AgathonGroup Stockage, Ruby, PHP ; 50 $ par mois pour 0,25 CPU, 384 Mo de RAM, 15 Go de stockage ; 380 $ par mois pour 3 CPU, Mo de RAM, 180 Go de stockage ; 980 $ par mois pour 8 CPUs, Mo de RAM, 480 Go de stockage. ElasticHosts Stockage ; Possibilité de développer (tous langages confondus) ; De 0.04 par heure à 29 par mois ; comparatif. Flexiscale Stockage ; Possibilité de développer (tous langages confondus) ; 96 pour 1 Go de RAM, 1 CPUs, 200 Go de stockage. GoGrid Stockage 1,52 $ par heure pour 6 CPUs, 8 Go de RAM, 480 Go de stockage RackspaceCloud Stockage 10,95 $ par mois pour 10 Go de stockage et 256 Mo de RAM ; 21,90 $ par mois pour 20 Go de stockage et 512 Mo de RAM ; 43,80 $ par mois pour 40 Go de stockage et Mo de RAM ; 87,60 $ par mois pour 80 Go de stockage et Mo de RAM ; 175,20 $ par mois pour 160 Go de stockage et Mo de RAM ; 350,40 $ par mois pour 320 Go de stockage et Mo de RAM ; 700,80 $ par mois pour 620 Go de stockage et Mo de RAM. NewServers Stockage Possibilité de développer en Java 0,11 $ par heure pour 1 CPU, 1 Go de RAM, 36 Go de stockage 0,17 $ par heure pour 2 CPUs, 2 Go de RAM, 146 Go de stockage 0,25 $ par heure pour 4 CPUs (1 x E5405), 4 Go de RAM, 250 Go de stockage 0,38 $ par heure pour 8 CPUs (2 x E5405), 8 Go de RAM, 1 To de stockage 0,53 $ par heure pour 4 CPUs (1 x E5450), 4 Go de RAM, 600 Go de stockage 18

19 Aptana Stockage ; Possibilité de développer en Rails et PHP ; 35 $ par mois pour 256 Mo de RAM et 5 Go de stockage ; 72 $ par mois pour 512 Mo de RAM et 10 Go de stockage ; 137 $ par mois pour 1024 Mo de RAM et 15 Go de stockage ; 267 $ par mois pour 2048 Mo de RAM et 25 Go de stockage. Heroku Stockage Possibilité de développer en Ruby 15 $ par mois pour 50 Mo de stockage. 50 $ par mois pour 500 Mo de stockage. 200 $ par mois pour 1 CPU et 500 Go de stockage. 400 $ par mois pour 5 CPUs et 1 To de stockage $ par mois pour 20 CPUs et 2 To de stockage. 19

20 3 Points négatifs du cloud 3.1 Problèmes éthiques La principale critique du cloud computing est que le client ne possède pas physiquement le stockage de ses données et laisse donc le contrôle total au fournisseur. Le London Times a par exemple comparé cette technique aux systèmes centralisés des années (connexion depuis un dumb-terminal à un superordinateur ). En effet, le client ne peut pas installer de nouveaux logiciels et a besoin de l autorisation du fournisseur pour la plupart des tâches d administration. De plus, en cas de problèmes techniques de la part du fournisseur, le client n a plus aucun moyen d accéder à ses données. Sur le même ton, Richard Stallman condamne cette technologie par laquelle l utilisateur confie aveuglément ses données privées à un fournisseur qui peut alors le piéger en le forçant à utiliser des logiciels privateurs et en augmentant ses forfaits. Just like non-free software, software as a service is incompatible with your freedom. (Comme les logiciels privateurs, les logiciels comme services ne sont pas compatibles avec votre liberté) Richard M. Stallman En effet, il est impossible, pour les utilisateurs et dans la plupart des cas pour le client lui-même, de pouvoir vérifier l attitude réelle des machines virtuelles qui accueillent les applications car ils n y ont pas accès. Le problème des logiciels privateurs qu énonce Stallman est que l utilisateur, par l usage de ces logiciels, doit avoir une confiance aveugle envers le développeur. Dans le cas du cloud computing, il doit accorder la même confiance non seulement au développeur mais aussi à l hébergeur, ce qui rend le cloud encore plus dangeureux que le logiciel propriétaire. 20

21 3.2 Inconvénients politiques Le cloud computing apporte de nombreux débats politiques qui forcent les hébergeurs à s adapter constemment à de nouvelles réglementations, devant la plupart du temps limiter l accès à certaines zones (Amazon EC2 Availability Zone). Aux États-Unis, les systèmes de cloud se confrontent par exemple au Patriot Act, qui interdit aux société les proposant de stocker certaines données sur des serveurs hors du territoire américain, de même qu il leur faut bloquer par défaut certaines requêtes (par exemple en ce concerne le système bancaire ou celui de santé). On peut supposer que des sociétés comme Google ou Microsoft arriveront facilement à s accomoder de ces législations, mais la plupart des hébergeurs se retrouvent dans des positions difficiles (comme par exemple l organisation bancaire internationnale SWIFT, qui veut mettre en place un datacenter en Suisse mais ne peut y faire traiter que les données bancaires européenne). De plus, des réglementations comme le Stored Communications Act (encore aux États Unis), permettent aux gouvernements d avoir un accès direct aux messages de leur concitoyens et sont donc rebutés par des hébergements dans d autres pays. 3.3 Forfaits actuellement proposés Comme vu plus haut, les facturations des service de cloud sont aléatoires et assez floues. En effet, et cela concerne surtout les société proposant du cloud Open Source, le nombre de clients et d utilisateurs est difficile (voire impossible) à obtenir, les tarifs sont fixés sur des bases peu fiables et ne permettent pas pour un client d évaluer clairement le prix réel qu il aura à payer. Le problème est que deux types de facturations sont disponibles, la facturation par nombre d utilisateurs et la facturation par ressources utlisées. 21

22 Facturation par ressources utilisées La plupart des hébergeurs proposent des facturations basées sur les ressources utilisées. Le client va donc payer par nombre d heures utilisées sur une machine virtuelle, où, parfois, chaque heure commencée est facturée. De plus, la plupart demande un paiement supplémentaire en fonction du nombre de téléchargement (au Go, avec le même genre de piège pour les Go commencés que pour les heures). Dans le cas extrême, Microsoft Azure, on trouve même les prix suivants (qui s appliquent tous) : 0,12 dollar l heure d utilisation du CPU ; 0,15 dollar le Go de stockage (par mois) ; 0,01 dollar pour transactions de stockage ; 0,10 dollar par connexion ; 0,15 dollar par Go de transfert ; 9,99 dollars pour une base de données SQL (99,99 $ pour la version Business) ; 0,10 dollar par connexion à la base de données ; 0,15 dollar par Go de transfert avec la base de donnée ; 0,15 dollar par opérations de message (DBus et jetons d accès inclus). Facturation par utilisateur Une partie des fournisseurs de cloud fournit une facturation par nombre d utilisateurs. L inconvénient de cette méthode (pourtant transparente) est qu elle ne prend pas en compte les ressources utilisées. En effet, un client mettant en place plusieurs dizaines, voir plusieurs centaines d applications, payera le même prix au mois qu un client ne disposant que des services de bases et ne demandant quasiment pas de ressources (s il a le même nombre d utilisateurs). Pour l hébergeur, cette solution n est pas viable car un client peut facilement le faire devenir déficitaire si son nombre d applications devient trop important. Ainsi, les modes de paiements actuellement mis en place ne sont clairement pas satisfaisants. Prenons l exemple d une société ayant besoin d un système de cloud pour envoyer 100 Go de données en heures, elle devra payer $ en utilisant le service d Amazon EC2 (0,34 x ,10 x 100). Chez Microsoft, le prix sera de 1 230,19 $, sans prendre en compte les messages DBus et en supposant que les données ont été transférées en une seule fois (0,12 x ,15 x ,10 x 1 + 0,15 x ,99 + 0,10 x 1). Enfin, chez Google, il sera de $ (0,15 x ,10 x ). 22

23 Les tarifs qui précèdent sont des évaluations rapides de ce que devra payer la société, mais ils ne prennent pas en comptes de nombreux paramètres difficiles à évaluer (nombre de connections total pour envoyer les données, nombre d appel à la base de données, utilisation des CPUs, etc). On peut cependant voir la complexité pour une entreprise d évaluer ses factures sur un moyen ou long terme ainsi que de définir l hébergeur qui lui sera le plus rentable en fonction de ses besoins. 3.4 Stress test Une récente étude à montré que les plus grands systèmes de cloud (ceux d Amazon, de Microsoft et de Google) présentent des variations du temps de réponse d un facteur 20, suivant l heure d accès. Cette même étude met en évidence de graves problèmes liés à ces variations. Par exemple, le système de Google ne permet pas d opérations dépassant 30 secondes. De plus, les systèmes de monitoring(*) ne permettent pas d étudier précisemment les origines de ces ralentissements. Ainsi, la promesse des hébergeurs de fournir un accès au moins aussi rapide à un cloud qu à un système autre peut rapidement se révéler fausse en cas de grande utilisation. En effet, le stress test a révélé des taux d erreurs montant jusqu à 12%, comme on peut le voir sur leurs résultats : http ://backoffice.ajb.com.au//images/news/amazonunswerrors.gif. http ://backoffice.ajb.com.au//images/news/googleunswerrors.gif. 23

24 4 Solutions libres La plupart des hébergeurs proposent des solutions basées sur des logiciels Open Source. Cependant, il est regrettable de constater un manque évident de transparence au niveau des forfaits proposés. Dans l optique de fournir un service basé sur des logiciels libres, il faut maintenant s intéresser aux différents outils disponibles pour chacun des composants du cloud. Evidemment, l ensemble du code produit doit être publié sous license libre (GPL v.3, License BSD), et ne s appuyer que sur des protocoles et des bibliothèques libres. 4.1 Côté client On ne peut évidemment pas forcer un client à utiliser un logiciel libre pour accéder au service fourni, mais des solutions libres peuvent lui être proposées. Pour pouvoir accéder aux applications hébergées, il suffit d un explorateur internet (Firefox, Konqueror, Epiphany,...). Pour ce qui est de la mise en place de ses applications, un simple envoi des sources ou des binaires peut s effectuer par FTP et une interface de test et de mise en production peut être envisageable (écriture ou envoi des sources, compilation, test sur une adresse privée). 4.2 Services de base Un ensemble de services de base est souvent fourni avec l hébergement d un cloud. Parmis les plus courants, on trouve une messagerie (par exemple basée sur Postfix, Procmail, Fetchmail, SpamBayes, Courier-imap, Mutt et SquirrelMail), un système d identité (OpenID), de paiement (Paypal, mais non-libre...), une messagerie instantannée (XMPP) et de recherche. 4.3 Applications L utilisateur peut accéder aux services du cloud par des applications autres que l explorateur. De même que pour l explorateur, des solutions libres peuvent lui être proposées. Pour les applications de bases, on peut citer : Messagerie : Thunderbird, Kmail,... Identité : OpenID Enabled Chat : Pidgin, Gajim, Kopete,... Le reste dépend des applications proposées par le client (client FTP pour du transfert, lecteur audio/vidéo,...). 24

Hébergement MMI SEMESTRE 4

Hébergement MMI SEMESTRE 4 Hébergement MMI SEMESTRE 4 24/03/2015 Hébergement pour le Web Serveurs Mutualités Serveurs Dédiés Serveurs VPS Auto-Hébergement Cloud Serveurs Mutualités Chaque Serveur héberge plusieurs sites Les ressources

Plus en détail

La tête dans les nuages

La tête dans les nuages 19 novembre 2010 La tête dans les nuages Démystifier le "Cloud Computing" Jean Bernard, Directeur, Gestion des services Radialpoint SafeCare Inc. Au sujet de Radialpoint Radialpoint offre des solutions

Plus en détail

de survie du chef de projet

de survie du chef de projet KIT de survie du chef de projet 01 1 2 3 4 5 6 04 03 07 07 03 03 LE SERVEUR LE CLIENT TECHNOLOGIE WEB CLIENT LE SERVEUR WEB TECHNIQUES & CADRE DE TRAVAIL APPLICATIONS 101 LE SERVEUR Un serveur informatique

Plus en détail

Chapitre 4: Introduction au Cloud computing

Chapitre 4: Introduction au Cloud computing Virtualisation et Cloud Computing Chapitre 4: Introduction au Cloud computing L'évolution d'internet Virt. & Cloud 12/13 2 Définition Le cloud computing est une technologie permettant de délocaliser les

Plus en détail

Architectures informatiques dans les nuages

Architectures informatiques dans les nuages Architectures informatiques dans les nuages Cloud Computing : ressources informatiques «as a service» François Goldgewicht Consultant, directeur technique CCT CNES 18 mars 2010 Avant-propos Le Cloud Computing,

Plus en détail

Technologies du Web. Créer et héberger un site Web. Pierre Senellart. Page 1 / 26 Licence de droits d usage

Technologies du Web. Créer et héberger un site Web. Pierre Senellart. Page 1 / 26 Licence de droits d usage Technologies du Web Créer et héberger un site Web Page 1 / 26 Plan Planification Choisir une solution d hébergement Administration Développement du site Page 2 / 26 Cahier des charges Objectifs du site

Plus en détail

Formation owncloud Thierry DOSTES - Octobre 2013 1

Formation owncloud Thierry DOSTES - Octobre 2013 1 1 2 3 4 5 IasS (Infrastructure as a Service) : l entreprise gère les OS des serveurs et les applicatifs tandis que le fournisseur administre le matériel serveur, les couches de virtualisation, le stockage

Plus en détail

Informatique en nuage Cloud Computing. G. Urvoy-Keller

Informatique en nuage Cloud Computing. G. Urvoy-Keller Informatique en nuage Cloud Computing G. Urvoy-Keller Sources de ce documents Next Stop, the cloud Objectifs de l'étude : Comprendre la popularité des déploiements de services basés sur des clouds Focus

Plus en détail

Etude des outils du Cloud Computing

Etude des outils du Cloud Computing Etude des outils du Cloud Computing Sommaire : Présentation générale.. 2 Contexte... 2 Définitions. 2 Avantage.. 2 Inconvénients. 3 Types d offres de service Cloud.. 3 Comparaison des services Cloud 4

Plus en détail

Fiche Technique Windows Azure

Fiche Technique Windows Azure Le 25/03/2013 OBJECTIF VIRTUALISATION mathieuc@exakis.com EXAKIS NANTES Identification du document Titre Projet Date de création Date de modification Fiche Technique Objectif 25/03/2013 27/03/2013 Windows

Plus en détail

Cloud Computing : Généralités & Concepts de base

Cloud Computing : Généralités & Concepts de base Cloud Computing : Généralités & Concepts de base Les 24èmes journées de l UR-SETIT 22 Février 2015 Cette oeuvre, création, site ou texte est sous licence Creative Commons Attribution - Pas d Utilisation

Plus en détail

VMWare Infrastructure 3

VMWare Infrastructure 3 Ingénieurs 2000 Filière Informatique et réseaux Université de Marne-la-Vallée VMWare Infrastructure 3 Exposé système et nouvelles technologies réseau. Christophe KELLER Sommaire Sommaire... 2 Introduction...

Plus en détail

IBM WebSphere MQ File Transfer Edition, Version 7.0

IBM WebSphere MQ File Transfer Edition, Version 7.0 Transfert de fichiers administré pour architecture orientée services (SOA) IBM, Version 7.0 Solution de transport polyvalente pour messages et fichiers Transfert de fichiers haute fiabilité basé sur la

Plus en détail

Systèmes Répartis. Pr. Slimane Bah, ing. PhD. Ecole Mohammadia d Ingénieurs. G. Informatique. Semaine 24.2. Slimane.bah@emi.ac.ma

Systèmes Répartis. Pr. Slimane Bah, ing. PhD. Ecole Mohammadia d Ingénieurs. G. Informatique. Semaine 24.2. Slimane.bah@emi.ac.ma Ecole Mohammadia d Ingénieurs Systèmes Répartis Pr. Slimane Bah, ing. PhD G. Informatique Semaine 24.2 1 Semestre 4 : Fev. 2015 Grid : exemple SETI@home 2 Semestre 4 : Fev. 2015 Grid : exemple SETI@home

Plus en détail

Veille Technologique. Cloud-Computing. Jérémy chevalier

Veille Technologique. Cloud-Computing. Jérémy chevalier E6 Veille Technologique Cloud-Computing Jérémy chevalier Table des matières DESCRIPTION :...2 Introduction :...2 Définition du Cloud :...2 Exemple de serveur proposant la solution de Cloud :...2 Les spécificités

Plus en détail

Projet 2A STI : Supervision et audit de la sécurité système dans un réseau

Projet 2A STI : Supervision et audit de la sécurité système dans un réseau Projet 2A STI : Supervision et audit de la sécurité système dans un réseau Jeremy Briffaut,??? 8 septembre 2014 1 Objectifs Ce projet vous permettra de mettre en pratique vos connaissances acquises dans

Plus en détail

Le Cloud Computing et le SI : Offre et différentiateurs Microsoft

Le Cloud Computing et le SI : Offre et différentiateurs Microsoft Le Cloud Computing désigne ces giga-ressources matérielles et logicielles situées «dans les nuages» dans le sens où elles sont accessibles via Internet. Alors pourquoi recourir à ces centres serveurs en

Plus en détail

Vous êtes nombreux à débuter en hacking et à chercher plus d informations concernant la programmation.

Vous êtes nombreux à débuter en hacking et à chercher plus d informations concernant la programmation. Vous êtes nombreux à débuter en hacking et à chercher plus d informations concernant la programmation. Tux, la mascotte officielle de Linux Être débutant est absolument normal comme je le dis toujours

Plus en détail

Guide d installation de SugarCRM Open Source version 4.5.1

Guide d installation de SugarCRM Open Source version 4.5.1 Guide d installation de SugarCRM Open Source version 4.5.1 Version 1.0.2 Mentions légales Mentions légales Ce document est susceptible de modification à tout moment sans notification. Disclaimer / Responsabilité

Plus en détail

Les dessous du cloud

Les dessous du cloud Les dessous du cloud Brice Lopez Administrateur Réseaux et Systèmes Experiences Numériques - Janvier 2014 Brice Lopez Les dessous du cloud 11 janvier 2014 1 / 22 Intro Le cloud? Brice Lopez Les dessous

Plus en détail

CNAM 2010-2011. Déploiement d une application avec EC2 ( Cloud Amazon ) Auteur : Thierry Kauffmann Paris, Décembre 2010

CNAM 2010-2011. Déploiement d une application avec EC2 ( Cloud Amazon ) Auteur : Thierry Kauffmann Paris, Décembre 2010 CNAM 2010-2011 Déploiement d une application avec EC2 ( Cloud Amazon ) Auteur : Thierry Kauffmann Paris, Décembre 2010 Déploiement d une application dans le cloud. 1. Cloud Computing en 2010 2. Offre EC2

Plus en détail

IBM Tivoli Storage Manager

IBM Tivoli Storage Manager Maintenir la continuité des affaires grâce à une gestion efficace et performante du stockage IBM Tivoli Storage Manager POINTS FORTS Accroît la continuité des affaires en réduisant les temps de sauvegarde

Plus en détail

«clustering» et «load balancing» avec Zope et ZEO

«clustering» et «load balancing» avec Zope et ZEO IN53 Printemps 2003 «clustering» et «load balancing» avec Zope et ZEO Professeur : M. Mignot Etudiants : Boureliou Sylvain et Meyer Pierre Sommaire Introduction...3 1. Présentation générale de ZEO...4

Plus en détail

Fonctions. Solution professionnelle pour le stockage de données, la synchronisation multi- plateformes et la collaboration

Fonctions. Solution professionnelle pour le stockage de données, la synchronisation multi- plateformes et la collaboration Fonctions Synchronisation dynamique des fichiers : mise à jour automatique des documents sur tous les équipements Partage et collaboration : partage simple des fichiers entre employés, clients et partenaires

Plus en détail

Guide utilisateur Guide d utilisation. Connexion à la plateforme Cloud... 3 Utiliser l interface... 4. Structuration de l'interface...

Guide utilisateur Guide d utilisation. Connexion à la plateforme Cloud... 3 Utiliser l interface... 4. Structuration de l'interface... 1 Table des matières Connexion à la plateforme Cloud... 3 Utiliser l interface... 4 Structuration de l'interface... 4 Le tableau de bord (Dashboard)... 5 Les machines virtuelles... 6 Propriétés... 6 Actions...

Plus en détail

TAI049 Utiliser la virtualisation en assistance et en dépannage informatique TABLE DES MATIERES

TAI049 Utiliser la virtualisation en assistance et en dépannage informatique TABLE DES MATIERES TAI049 Utiliser la virtualisation en assistance et en dépannage informatique TABLE DES MATIERES 1 DECOUVERTE DE LA VIRTUALISATION... 2 1.1 1.2 CONCEPTS, PRINCIPES...2 UTILISATION...2 1.2.1 Formation...2

Plus en détail

Etude des outils du Cloud Computing

Etude des outils du Cloud Computing Etude des outils du Cloud Computing Sommaire : Présentation générale.. 2 Définitions. 2 Avantage.. 2 Inconvénients. 3 Types d offres de service Cloud.. 3 Comparaison des services Cloud 4 Conclusion 5 Présentation

Plus en détail

VIRTUALISATION ET CLOUD COMPUTING. Année Universitaire : 2015-2016

VIRTUALISATION ET CLOUD COMPUTING. Année Universitaire : 2015-2016 VIRTUALISATION ET CLOUD COMPUTING Enseignant : Mohamed MANAA Année Universitaire : 2015-2016 Plan La virtualisation Qu'est-ce que la virtualisation? Pourquoi virtualiser? Terminologies Techniques de virtualisation

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES D IMPLANTATION

CAHIER DES CHARGES D IMPLANTATION CAHIER DES CHARGES D IMPLANTATION Tableau de diffusion du document Document : Cahier des Charges d Implantation EVRP Version 6 Etabli par DCSI Vérifié par Validé par Destinataires Pour information Création

Plus en détail

QU EST CE QUE LE CLOUD COMPUTING?

QU EST CE QUE LE CLOUD COMPUTING? En France, on parle plus volontiers d «informatique en nuage» 1 pour décrire ce concept. Apparu au début des années 2000, le cloud computing constitue une évolution majeure de l informatique d entreprise,

Plus en détail

ARCHITECTURE ET SYSTÈMES D'EXPLOITATIONS

ARCHITECTURE ET SYSTÈMES D'EXPLOITATIONS ARCHITECTURE ET SYSTÈMES D'EXPLOITATIONS Axel François bureau C19 (2eme étage) cours disponibles en pdf sur : www.iut-arles.up.univ-mrs.fr/francois 1 PLAN En Cours : qu'est-ce qu'un ordinateur? à quoi

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES D IMPLANTATION D EvRP V3

CAHIER DES CHARGES D IMPLANTATION D EvRP V3 CAHIER DES CHARGES D IMPLANTATION D EvRP V3 Tableau de diffusion du document Document : Cahier des Charges d Implantation EVRP V3 Version 42 Etabli par Département Accompagnement des Logiciels Vérifié

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 09 : CC : Cloud Computing Sommaire Introduction... 2 Définition... 2 Les différentes

Plus en détail

Installation d'un serveur Forefront Threat Management Gateway 2010 (TMG 2010)

Installation d'un serveur Forefront Threat Management Gateway 2010 (TMG 2010) Installation d'un serveur Forefront Threat Management Gateway 2010 (TMG 2010) Par LoiselJP Le 01/05/2013 1 Objectifs Ce document décrit le plus succinctement possible une manière, parmi d'autres, d installer

Plus en détail

SUGARCRM Sugar Open Source Guide d Installation de French SugarCRM Open Source Version 4.2

SUGARCRM Sugar Open Source Guide d Installation de French SugarCRM Open Source Version 4.2 SUGARCRM Sugar Open Source Guide d Installation de French SugarCRM Open Source Version 4.2 Version 1.0.5 Mentions légales Mentions légales Ce document est susceptible de modification à tout moment sans

Plus en détail

Sommaire. 1 Introduction 19. 2 Présentation du logiciel de commerce électronique 23

Sommaire. 1 Introduction 19. 2 Présentation du logiciel de commerce électronique 23 1 Introduction 19 1.1 À qui s adresse cet ouvrage?... 21 1.2 Comment est organisé cet ouvrage?... 22 1.3 À propos de l auteur... 22 1.4 Le site Web... 22 2 Présentation du logiciel de commerce électronique

Plus en détail

Fiche produit. Septembre 2010. Kiwi Pro en quelques mots

Fiche produit. Septembre 2010. Kiwi Pro en quelques mots Septembre 2010 Fiche produit La solution Kiwi Pro a été spécialement conçue pour répondre aux besoins les plus exigeants en terme de fiabilité et de performance, avec une capacité de traitement optimale

Plus en détail

Etude d Exchange, Google Apps, Office 365 et Zimbra

Etude d Exchange, Google Apps, Office 365 et Zimbra I. Messagerie Exchange 2013 2 1) Caractéristiques 2 2) Pourquoi une entreprise choisit-elle Exchange? 2 3) Offres / Tarifs 2 4) Pré requis pour l installation d Exchange 2013 3 II. Google Apps : 5 1) Caractéristiques

Plus en détail

Cloud et SOA La présence du Cloud révolutionne-t-elle l approche SOA?

Cloud et SOA La présence du Cloud révolutionne-t-elle l approche SOA? Cloud et SOA La présence du Cloud révolutionne-t-elle l approche SOA? Jean-Marc Pierson pierson@irit.fr IRIT, Université de Toulouse Agenda! Le Cloud! Le SOA! Quelle différence!?! Cloud et SOA! Mise en

Plus en détail

Le Cloud Computing. Stockez et accédez à tous vos documents et données depuis n importe où. Mai 2014

Le Cloud Computing. Stockez et accédez à tous vos documents et données depuis n importe où. Mai 2014 Le Cloud Computing Stockez et accédez à tous vos documents et données depuis n importe où Mai 2014 SOMMAIRE - Qu est ce que le cloud computing? - Quelle utilisation? - Quelle utilité? - Les déclinaisons

Plus en détail

e need L un des premiers intégrateurs opérateurs Cloud Computing indépendants en France

e need L un des premiers intégrateurs opérateurs Cloud Computing indépendants en France e need L un des premiers intégrateurs opérateurs Cloud Computing indépendants en France Sommaire Cloud Computing Retours sur quelques notions Quelques chiffres Offre e need e need Services e need Store

Plus en détail

ETNA Projet de Fin d Étude 2005-2007 RimElse Cahier des charges. c Copyleft 2006, ELSE Team

ETNA Projet de Fin d Étude 2005-2007 RimElse Cahier des charges. c Copyleft 2006, ELSE Team ETNA Projet de Fin d Étude 2005-2007 RimElse Cahier des charges c Copyleft 2006, ELSE Team 18 avril 2006 Table des matières 1 Introduction 2 2 Présentation du projet 3 2.1 Une distribution Évolulable..................

Plus en détail

Présentation de Jabber. par Kedare (Mathieu Poussin)

Présentation de Jabber. par Kedare (Mathieu Poussin) Présentation de Jabber par Kedare (Mathieu Poussin) Jabber : Kezako? Jabber est un système standard et ouvert de messagerie instantanée pouvant être sécurisée, de notification de présence, de collaboration

Plus en détail

Open-cloud, où en est-on?

Open-cloud, où en est-on? Open-cloud, où en est-on? Illustration sous licence CC-by-nc Ivan Walsh Par Philippe Scoffoni http://philippe.scoffoni.net philippe@scoffoni.net Cette présentation est placée sous licence Creative Common

Plus en détail

Bonjour. Yohan PARENT, Cyprien FORTINA, Maxime LEMAUX, Hyacinthe CARTIAUX

Bonjour. Yohan PARENT, Cyprien FORTINA, Maxime LEMAUX, Hyacinthe CARTIAUX Bonjour I.Le contexte II.Le cloud computing III.L'expérimentation des solutions libres sur Grid'5000 1.Eucalyptus 2.OpenNebula 3.OpenStack IV.Tableau Comparatif V.Conclusion I.Le contexte 1)Le projet

Plus en détail

Introduction a la Virtualisation

Introduction a la Virtualisation Introduction a la Virtualisation Techniques de virtualisation, dangers, Cloud Computing Julien Garet, SMI - Lille INRIA 7 septembre 2011 Qu'est-ce que la virtualisation? Dénition Historique Diérents types

Plus en détail

Procédure pas à pas de découverte de l offre. Service Cloud Cloudwatt

Procédure pas à pas de découverte de l offre. Service Cloud Cloudwatt Procédure pas à pas de découverte de l offre Service Cloud Cloudwatt Manuel Utilisateur 03/07/2014 Cloudwatt - Reproduction et communication sont interdites sans autorisation 1/45 Contenu 1. Introduction...

Plus en détail

Après avoir réalisé les phases préparatoires, démarré le serveur et mis le DVD Rom dans le serveur, vous arrivez sur :

Après avoir réalisé les phases préparatoires, démarré le serveur et mis le DVD Rom dans le serveur, vous arrivez sur : Installation 1. Serveur ESX4 L installation d un serveur ESX ne présente aucune difficulté et est beaucoup plus simple et rapide (10 à 15 minutes) que l installation d un serveur Windows ou Linux. Dans

Plus en détail

Pourquoi utiliser SharePoint?

Pourquoi utiliser SharePoint? Pourquoi utiliser SharePoint? Partage de Fichiers Accès distant aux informations Mise à jour permanente Gestion électronique de documents (GED) Notifications / Alertes Workflow / Flux de travail Extranet

Plus en détail

Fiche Technique. Cisco Security Agent

Fiche Technique. Cisco Security Agent Fiche Technique Cisco Security Agent Avec le logiciel de sécurité de point d extrémité Cisco Security Agent (CSA), Cisco offre à ses clients la gamme de solutions de protection la plus complète qui soit

Plus en détail

Installer Joomla. Étape 1 : choix de la langue d installation

Installer Joomla. Étape 1 : choix de la langue d installation CHAPITRE 4 Installer Joomla L installation de Joomla se déroule en sept étapes : 1. choix de la langue d installation ; 2. vérification des prérequis ; 3. présentation de la licence publique générale GNU

Plus en détail

Séminaire Partenaires Esri France 6 et 7 juin 2012 Paris. ArcGIS et le Cloud. Gaëtan LAVENU

Séminaire Partenaires Esri France 6 et 7 juin 2012 Paris. ArcGIS et le Cloud. Gaëtan LAVENU Séminaire Partenaires Esri France 6 et 7 juin 2012 Paris ArcGIS et le Cloud Gaëtan LAVENU Agenda Qu'attendent nos clients du Cloud Computing? Les solutions de Cloud ArcGIS dans le Cloud Quelles attendent

Plus en détail

Mise en place d un firewall d entreprise avec PfSense

Mise en place d un firewall d entreprise avec PfSense Mise en place d un firewall d entreprise avec PfSense JA-PSI Programmation & Sécurité informatique http://www.ja-psi.fr Par Régis Senet http://www.regis-senet.fr regis.senet [at] supinfo.com Le 13/06/2009

Plus en détail

WebFTP Un client Web sécurisé pour FTP

WebFTP Un client Web sécurisé pour FTP WebFTP Un client Web sécurisé pour FTP Jirung Albert SHIH, Shih@math.Jussieu.fr Université Paris 7 JRES 2001 Introduction Nous allons dans ce document présenter une solution mise en œuvre sur le réseau

Plus en détail

IBM Tivoli Monitoring

IBM Tivoli Monitoring Surveiller et gérer les ressources vitales et les mesures sur diverses plates-formes à partir d une seule console IBM Tivoli Monitoring Points forts Surveille de manière proactive Aide à réduire les coûts

Plus en détail

Postes de travail dans le Cloud

Postes de travail dans le Cloud Postes de travail dans le Cloud Votre solution miracle pour la fin de vie de Windows XP LIVRE BLANC Sommaire Résumé analytique.... 3 Migration incrémentielle des postes de travail.... 3 Scénarios d utilisation

Plus en détail

Etude des outils du Cloud Computing

Etude des outils du Cloud Computing Etude des outils du Cloud Computing Sommaire : Présentation générale....2 Définitions. 2 Avantage 2 Critères de sécurité du cloud...3 Inconvénients. 4 Types d offres de service Cloud.. 4 Différent types

Plus en détail

ZABBIX est distribué sous licence GNU General Public License Version 2 (GPL v.2).

ZABBIX est distribué sous licence GNU General Public License Version 2 (GPL v.2). Nom du projet : Zabbix Description : ZABBIX est un logiciel open source créé par Alexei Vladishev. Zabbix permet de surveiller le statut de divers services réseau, serveurs et autres matériels réseau.

Plus en détail

Rapidité, économies et sécurité accrues : comment améliorer la souplesse, le coût total de possession (TCO) et la sécurité grâce à une planification

Rapidité, économies et sécurité accrues : comment améliorer la souplesse, le coût total de possession (TCO) et la sécurité grâce à une planification Rapidité, économies et sécurité accrues : comment améliorer la souplesse, le coût total de possession (TCO) et la sécurité grâce à une planification des tâches sans agent Livre blanc rédigé pour BMC Software

Plus en détail

Zimbra. S I A T. T é l : ( + 2 1 6 ) 7 1 7 9 9 7 4 4. F a x : ( + 2 1 6 ) 7 1 7 9 8 3 6 3

Zimbra. S I A T. T é l : ( + 2 1 6 ) 7 1 7 9 9 7 4 4. F a x : ( + 2 1 6 ) 7 1 7 9 8 3 6 3 Zimbra Zimbra est un logiciel serveur collaboratif qui permet à ses utilisateurs de stocker, organiser et partager rendez-vous, contacts, courriels, liens, documents et plus. Zimbra est un logiciel développé

Plus en détail

BaseDPsy 6.0 (PsyTablet) Logiciel de gestion des dossiers cliniques et de gestion financière pour psychothérapeutes de toute discipline.

BaseDPsy 6.0 (PsyTablet) Logiciel de gestion des dossiers cliniques et de gestion financière pour psychothérapeutes de toute discipline. BaseDPsy 6.0 (PsyTablet) Logiciel de gestion des dossiers cliniques et de gestion financière pour psychothérapeutes de toute discipline. Base de données développée Par Alain Barbeau www.basedpsy.com alainbarbeau@basedpsy.com

Plus en détail

MACHINE VIRTUELLE VSPHERE. Projet Personnalisé Encadré 1

MACHINE VIRTUELLE VSPHERE. Projet Personnalisé Encadré 1 MACHINE VIRTUELLE VSPHERE Projet Personnalisé Encadré 1 Aymeric Blerreau 15/11/2013 1 TABLE DES MATIÈRES 2 Description... 2 3 Contexte... 3 3.1 Contexte... 3 3.2 Objectifs... 3 3.3 Solution envisageable...

Plus en détail

Dynamic Computing Services solution de backup. White Paper Stefan Ruckstuhl

Dynamic Computing Services solution de backup. White Paper Stefan Ruckstuhl Dynamic Computing Services solution de backup White Paper Stefan Ruckstuhl Résumé pour les décideurs Contenu de ce White Paper Description de solutions de backup faciles à réaliser pour des serveurs virtuels

Plus en détail

Cloud Computing et SaaS

Cloud Computing et SaaS Cloud Computing et SaaS On a vu fleurir ces derniers temps un grands nombre de sigles. L un des premiers est SaaS, Software as a Service, sur lequel nous aurons l occasion de revenir. Mais il y en a beaucoup

Plus en détail

Le Cloud Open-Mind! Emilien Macchi

Le Cloud Open-Mind! Emilien Macchi Le Cloud Open-Mind! 1 Sommaire Introduction Comprendre Swift Comprendre Glance Comprendre Nova Déploiement Divers 2 OpenStack Introduction 3 Qu est-ce-qu OpenStack? Projet OpenSource ambitieux Catégorie

Plus en détail

WHITE PAPER. Protéger les serveurs virtuels avec Acronis True Image

WHITE PAPER. Protéger les serveurs virtuels avec Acronis True Image Protéger les serveurs virtuels avec Acronis True Image Copyright Acronis, Inc., 2000 2008 Les organisations liées aux technologies de l information ont découvert que la technologie de virtualisation peut

Plus en détail

Chapitre 2 : Abstraction et Virtualisation

Chapitre 2 : Abstraction et Virtualisation Virtualisation et Cloud Computing Chapitre 2 : Abstraction et Virtualisation Objectifs Présenter la notion de niveaux d abstraction séparés par des interfaces bien définies Description des avantages et

Plus en détail

Symantec Endpoint Protection 12.1.5 Fiche technique

Symantec Endpoint Protection 12.1.5 Fiche technique Symantec Endpoint Protection 12.1.5 Fiche technique Fiche technique : Sécurité des terminaux Présentation Outre les attaques massives à grande échelle qu ils perpétuent, les logiciels malveillants ont

Plus en détail

HAUTE DISPONIBILITE & CONTINUITÉ DE SERVICE MULTI PLATES FORMES. Simple & Performant. www.quick software line.com

HAUTE DISPONIBILITE & CONTINUITÉ DE SERVICE MULTI PLATES FORMES. Simple & Performant. www.quick software line.com HAUTE DISPONIBILITE & CONTINUITÉ DE SERVICE MULTI PLATES FORMES Haute disponibilité pour Serveurs Ouverts (Windows, UNIX, AIX, Linux, VMware (Windows, UNIX, AIX, Linux, VMware ) Généralités Quelques définitions

Plus en détail

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc L intégration de la gestion des identités et des accès avec l authentification unique Objectif : Renforcer la politique de sécurité et améliorer la productivité

Plus en détail

PLATE-FORME DE CLOUD COMPUTING SLAPOS. Intégration d applications

PLATE-FORME DE CLOUD COMPUTING SLAPOS. Intégration d applications PLATE-FORME DE CLOUD COMPUTING SLAPOS Intégration d applications Alain Takoudjou Kamdem Alain.takoudjou@lipn.univ-paris13.fr LIPN Université Paris 13 Vichy 2014 Présentation du cloud computing Le Cloud

Plus en détail

Introduction a la Virtualisation

Introduction a la Virtualisation Qu'est-ce que la virtualisation? Introduction a la Virtualisation Techniques de virtualisation, dangers, Cloud Computing Julien Garet, SMI - Lille INRIA 7 septembre 2011 Infrastructure cible Qu'est-ce

Plus en détail

en version SAN ou NAS

en version SAN ou NAS tout-en-un en version SAN ou NAS Quand avez-vous besoin de virtualisation? Les opportunités de mettre en place des solutions de virtualisation sont nombreuses, quelque soit la taille de l'entreprise. Parmi

Plus en détail

Vers une IT as a service

Vers une IT as a service Vers une IT as a service 1 L évolution du datacenter vers un centre de services P.2 2 La création d une offre de services P.3 3 La transformation en centre de services avec System Center 2012 P.4 L évolution

Plus en détail

Accès au serveur SQL. Où ranger les accès au serveur SQL?

Accès au serveur SQL. Où ranger les accès au serveur SQL? 150 requête SQL, cela aura un impact sur un nombre limité de lignes et non plus sur l ensemble des données. MySQL propose une clause originale en SQL : LIMIT. Cette clause est disponible avec les différentes

Plus en détail

La gestion du poste de travail en 2011 : Panorama des technologies

La gestion du poste de travail en 2011 : Panorama des technologies La gestion du poste de travail en 2011 : Panorama des technologies François Clémence C.R.I Université Paul Verlaine Metz UFR Sciences Humaines et Arts clemence@univ-metz.fr Olivier Mathieu C.R.I Université

Plus en détail

DOCUMENTATION MISE A JOUR ANTIBIOGARDE. V4.0 en v4.1

DOCUMENTATION MISE A JOUR ANTIBIOGARDE. V4.0 en v4.1 DOCUMENTATION MISE A JOUR ANTIBIOGARDE V4.0 en v4.1 Version d Antibiogarde 4.1 Version du document 1.0 Date dernière mise à jour du document 15/06/2010 Retrouvez cette doc à jour sur : http://www.antibiogarde.org/activation/

Plus en détail

Table des matières. Préface à la première édition française...xiii. Préface...xv. Partie I S amuser et être productif avec Linux...

Table des matières. Préface à la première édition française...xiii. Préface...xv. Partie I S amuser et être productif avec Linux... Table des matières Préface à la première édition française...xiii Préface...xv Partie I S amuser et être productif avec Linux...1 1. Introduction à Linux...3 À propos de ce livre... 5 Qui utilise Linux?...

Plus en détail

Cloud computing Votre informatique à la demande

Cloud computing Votre informatique à la demande Cloud computing Votre informatique à la demande Thomas RULMONT Définition du Cloud Computing L'informatique dans le nuage (en anglais, cloud computing) est un concept ( ) faisant référence à l'utilisation

Plus en détail

Qu est ce qu une offre de Cloud?

Qu est ce qu une offre de Cloud? 1 Qu est ce qu une offre de Cloud? Vos Interlocuteurs : Fréderic DULAC Directeur Frederic.dulac@businessdecision.com 2 Sommaire 1. Cloud : Définition et Typologie 2. Cloud : Les avantages 3. Exemple offre

Plus en détail

Créer un serveur Esxi

Créer un serveur Esxi Créer un serveur Esxi Par LoiselJP Le 27/05/2013 1 Sommaire 1 Sommaire... 2 2 Objectif... 3 3 Avant-propos... 4 Esxi sur machine Virtualbox... 4 4 Récupérer l OS du serveur ESXI... 6 5 Prérequis... 8 6

Plus en détail

Introduction pratique au Développement orienté Modèle Pierre Parrend, Mars 2005

Introduction pratique au Développement orienté Modèle Pierre Parrend, Mars 2005 MDA : Un Tutoriel Introduction pratique au Développement orienté Modèle Pierre Parrend, Mars 2005 1 Sommaire Table des matières 1 Sommaire 1 2 Introduction 2 2.1 A qui s adresse ce tutoriel......................

Plus en détail

Projet Professionnel Encadré 1 er Semestre

Projet Professionnel Encadré 1 er Semestre BTS SIO 1 Leclerc Axel INFOSUP Lyon 2014-2015 Projet Professionnel Encadré 1 er Semestre Nature de l activité : Contexte : L association Maison des Ligues (M2L) a constaté que de nombreuses données numériques

Plus en détail

Square-IT-Consulting. Présentation

Square-IT-Consulting. Présentation Square-IT-Consulting Présentation Janvier 2013 Square-IT-Consulting Groupe Square-IT-Services Square IT Services est une société de services en ingénierie informatique à forte valeur ajoutée, créée en

Plus en détail

«Clustering» et «Load balancing» avec Zope et ZEO

«Clustering» et «Load balancing» avec Zope et ZEO «Clustering» et «Load balancing» avec Zope et ZEO IN53 Printemps 2003 1 Python : généralités 1989 : Guido Van Rossum, le «Python Benevolent Dictator for Life» Orienté objet, interprété, écrit en C Mêle

Plus en détail

NVU, Notepad++ (ou le bloc-note), MySQL, PhpMyAdmin. HTML, PHP, cas d utilisation, maquettage, programmation connaissances en HTML, PHP et SQL

NVU, Notepad++ (ou le bloc-note), MySQL, PhpMyAdmin. HTML, PHP, cas d utilisation, maquettage, programmation connaissances en HTML, PHP et SQL Prise en main de NVU et Notepad++ (conception d application web avec PHP et MySql) Propriétés Intitulé long Formation concernée Matière Présentation Description Conception de pages web dynamiques à l aide

Plus en détail

Les premiers pas d utilisation

Les premiers pas d utilisation Suite infrastructure cloud Les premiers pas d utilisation 1 SOMMAIRE : Les premiers pas Les principes de l interface La création de votre premier serveur Le démarrage L administration de votre serveur

Plus en détail

Guide d utilisation. Manuel d utilisation et d installation du système d exploitation UBUNTU 10.04.3 et d'installation d'un serveur LAMP.

Guide d utilisation. Manuel d utilisation et d installation du système d exploitation UBUNTU 10.04.3 et d'installation d'un serveur LAMP. Manuel d utilisation et d installation du système d exploitation UBUNTU 10.04.3 et d'installation d'un serveur LAMP. -- 1 -- Lycée Bahuet Table des matières Avant propos... - 5 - Démarrage d Ubuntu...

Plus en détail

Cahier de charges Projet 24

Cahier de charges Projet 24 Cahier de charges Projet 24 Répartition automatique de surcharge sur serveur web virtualisé Etudiants : KAOUACHI Youssef ELFELLAH Amine Encadré par : M. HAYEL Yezekael Année universitaire : 2008/2009 I-

Plus en détail

Etude d architecture de consolidation et virtualisation

Etude d architecture de consolidation et virtualisation BOUILLAUD Martin Stagiaire BTS Services Informatiques aux Organisations Janvier 2015 Etude d architecture de consolidation et virtualisation Projet : DDTM Table des matières 1. Objet du projet... 3 2.

Plus en détail

WINDOWS Remote Desktop & Application publishing facile!

WINDOWS Remote Desktop & Application publishing facile! Secure Cloud & Solutions Accès BOYD CLOUD acces informatiques & BYOD sécurisé MYRIAD-Connect facilite votre travail en tous lieux et à tous moments comme si vous étiez au bureau. Conçu pour vous simplifier

Plus en détail

Introduction à l informatique

Introduction à l informatique Introduction à l informatique Julien Tesson Université Paris-Est Créteil UFR Droit 2012 J. Tesson, Informatique - UFR Droit. 2012 1 / 28 Présentation Julien Tesson Maitre de conférence (Informatique) Mail

Plus en détail

Fiche Produit. Serveur de sauvegarde dédié Kiwi Pro

Fiche Produit. Serveur de sauvegarde dédié Kiwi Pro Révision d avril 2012 Fiche Produit Serveur de sauvegarde dédié Kiwi Pro La solution Kiwi Pro a été spécialement conçue pour répondre aux besoins les plus exigeants en terme de fiabilité et de performance,

Plus en détail

GESTION DU RÉSEAU DANS LES ENVIRONNEMENTS DISTRIBUÉS. Défis et Opportunités pour l Entreprise

GESTION DU RÉSEAU DANS LES ENVIRONNEMENTS DISTRIBUÉS. Défis et Opportunités pour l Entreprise GESTION DU RÉSEAU DANS LES ENVIRONNEMENTS DISTRIBUÉS Défis et Opportunités pour l Entreprise I. INTRODUCTION Le développement des réseaux ne se limite pas à leur taille et à leurs capacités, il concerne

Plus en détail

Manuel du logiciel PrestaTest.

Manuel du logiciel PrestaTest. Manuel du logiciel. Ce document décrit les différents tests que permet le logiciel, il liste également les informations nécessaires à chacun d entre eux. Table des matières Prérequis de PrestaConnect :...2

Plus en détail

Cloud computing 2012-13

Cloud computing 2012-13 Cloud computing 2012-13 Laurent Wargon laurent@wargon.org de Marne-la-Vallée 1/48 Laurent Wargon Objectifs du cours Évaluer la pertinence du Cloud computing pour les organisations et savoir conduire un

Plus en détail

Travail collaboratif. Glossaire

Travail collaboratif. Glossaire Glossaire Ajax Traduction anglaise : Ajax (Asynchronous JavaScript And XML) AJAX est un combiné de différents langages de développement Web comme XHTML, JavaScript ou XML, il est fréquemment utilisé pour

Plus en détail

Le stockage. 1. Architecture de stockage disponible. a. Stockage local ou centralisé. b. Différences entre les architectures

Le stockage. 1. Architecture de stockage disponible. a. Stockage local ou centralisé. b. Différences entre les architectures Le stockage 1. Architecture de stockage disponible a. Stockage local ou centralisé L architecture de stockage à mettre en place est déterminante pour l évolutivité et la performance de la solution. Cet

Plus en détail

Mise en place d une machine virtuelle avec vsphere

Mise en place d une machine virtuelle avec vsphere Mise en place d une machine virtuelle avec vsphere 15/11/2013 Par Aymeric BLERREAU Dans le cadre de l obtention du BTS SIO SISR Services Informatiques aux Organisation option Solution d Infrastructure,

Plus en détail