«Accueil Ecoute des Jeunes en Souffrance : Lisibilité et Pilotage des dispositifs en Région PACA»

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Accueil Ecoute des Jeunes en Souffrance : Lisibilité et Pilotage des dispositifs en Région PACA»"

Transcription

1 «Accueil Ecoute des Jeunes en Souffrance : Lisibilité et Pilotage des dispositifs en Région PACA» SÉMINAIRE DRJSCS PACA, et FESJ 28 novembre 2013 à Aix-en-Provence OUVERTURE Marc Leray, Président de l Deux mots en préambule pour situer comment la dynamique de notre association croise l évolution des textes de références des PAEJ. Je vous propose un historique en 4 étapes : 1983 : Premières initiatives d accueil de jeunes face aux exclusions et à l errance : Paris, Lilles puis La Rochelle et bien d autres : 1 ère Circulaire PAJ : Point Accueil Jeunes, signée par le Ministère des Affaires Sociales : 2 ème Circulaire PEC : Point Ecoute Jeunes, signée par le Ministère de la Santé : En juin, se créée notre association sous le nom de PJARF (Point Accueil Jeunes Association Recherche Formation) : - pour mieux comprendre et prendre en compte les difficultés contemporaines des jeunes ; - pour favoriser l échange et l élaboration des pratiques professionnelles à partir de recherches / actions et de séminaires de formation : 3 ème Circulaire PAEJ : Point Accueil Ecoute Jeunes. Unification des deux dispositifs, signée conjointement par les Ministères des Affaires Sociales et de la Santé. À en croire le rapport IGAS qui vient de sortir (novembre 2013), 1200 dispositifs seraient financés sur la ligne PAEJ : Le 24 mars 2012, PJARF devient : Association Nationale Point Accueil Ecoute Jeunes. Venons-en maintenant, à la conjoncture qui a conduit la Direction Régionale de la Cohésion Sociale PACA, l et la FESJ à organiser conjointement ce séminaire. 1/5

2 Merci d avoir pris l initiative de ce séminaire, et de nous inviter à contribuer à vos travaux en ce moment crucial vécu autant par les administrations que par les acteurs de terrain. Crucial, parce que nous ne sommes pas encore sorti d une période délicate qui dure depuis 3-4 ans et qui a vu se conjuguer l hésitation des politiques publiques en faveur de la jeunesse avec une baisse drastique (-50%) des moyens alloués aux dispositifs de proximité. Une série de conséquences concrètes en découlent : - Un démaillage du territoire lié au recul ou à la disparition des dispositifs de proximité, - Mais plus grave encore, le repli de chacun sur ses strictes compétences a porté un coup fatal à la dynamique des acteurs au travers de laquelle se construisent la cohérence et la complémentarité des actions. Mais de nouvelles perspectives s ouvrent. En effet, les conditions actuelles du débat politique sont plus favorables du fait : 1. De l affirmation par le gouvernement d une «priorité jeunesse» traduite par les travaux du Comité Interministériel Jeunesse (CIJ) ; 2. De la bonne lisibilité de nos dispositifs par les ministères qui en ont la charge : la cohésion sociale, la santé, l organisation des soins et leur collaboration sur la base d une interministérialité ; 3. Du travail fait depuis 3 ans par les associations nationales constituées en interréseaux -FESJ-ANMDA ; 4. Du rapport fin 2013 de la mission IGAS qui recommande la distinction et l articulation des PAEJ et des MDA. Un contexte favorable, même si c est sur un fond de contraintes budgétaires. Car l expérience de terrain nous enseigne que, ce qui est décisif n est jamais seulement le financement, mais la détermination, et l engagement des acteurs. Une action prend sa portée moins de son financement que de son portage par une dynamique d acteurs au pluriel. Merci également du titre que vous avez forgé pour ce séminaire. Sans flagornerie aucune, je veux vous dire que je le trouve excellent et fort à propos : - Excellent, parce qu il pose les bonnes questions : lisibilité et pilotage ; - Fort à propos, parce qu aujourd hui c est le moment : 1) de rendre lisibles et complémentaires les dispositifs de proximité ; 2) de construire un pilotage capable de réguler les déséquilibres existants dans notre organisation sociale ; 3) d adapter les équipements aux caractéristiques locales afin d offrir des services de proximité les plus ajustés aux besoins des publics et des territoires. 2/5

3 Aussi, je souhaite apporter la contribution de l en faisant travailler ce titre, en proposant de vous dire ce que chacun de ces termes nous évoque. LA LISIBILITE Lire quoi? : Les différences de ce qu apporte chaque dispositif ; Pourquoi? : Pour rendre effective la complémentarité de l action de chacun. LE PILOTAGE Piloter quoi? : La mise en œuvre des différentes politiques publiques aux différents niveaux des territoires : État, Régions, Départements, Intercommunalités, Communes. Pourquoi? : Pour corriger les déséquilibres, réguler le poids des institutions, réduire les clivages ou les segmentations au bénéfice d un service effectivement rendu au public de façon plus coordonnée et plus cohérente. ACCUEIL ECOUTE DES JEUNES EN SOUFFRANCE Qu est-ce qui fait la pertinence des PAEJ? Et en quoi leur action est-elle complémentaire de celle des autres? Jeunes et souffrance, ce sont des termes lisibles mais pas catégorisables d emblée. Pour accueillir et écouter : - Les jeunes, qui ne vont pas tous mal ; - Et, la souffrance, quelle que soit sa forme. Il faut des dispositifs qui, sans délai, prennent le temps de les accueillir et de les écouter. Un dispositif, c est un montage qui permet : - De «retenir» les institutions pour qu elles ne s emparent pas trop vite de ce qu elles identifient, au nom de leur compétence, comme une réponse à donner, un problème à traiter ; - De «retenir» les professionnels pour qu ils ne s embarquent pas trop vite dans la technicité de leur spécialité ; Les «retenir» pour faire la place, pour mettre au centre l expression des jeunes. Car en répondant trop vite, ou en rejetant d emblée, ce que l on rate c est l accroche du jeune. 3/5

4 Jeunes et souffrance s expriment de façon plus ou moins lisible. L expression du jeune indique systématiquement la qualité du lien qu il entretient avec les autres, quelques fois des incidences somatiques et parfois une pathologie psychique. On parle alors de santé au sens de la définition exhaustive et multifactorielle de l OMS. Si ce terme de «santé» peut être utile en certaines occasions, il a peu de pertinence dans la pratique auprès des jeunes. Il peut même être source de confusion, voire de clivage. En effet, tout le monde se préoccupe de la «santé», mais fort heureusement pas de la même place et pas de la même façon. Ce sont ces différences qu il s agit de rendre lisibles. Notre organisation administrative actuelle aborde la «santé» avec ses institutions sociales d un côté, et médicales de l autre. Nous retrouvons là ce que problématise le titre de ce séminaire. En effet, rendre lisible ce qu apportent de différent ces deux secteurs et ce comment s articulent leur complémentarité, constitue la seule façon d éviter la confusion, les clivages ou les oppositions. Ainsi, on prend bien la mesure de la nécessité de définir précisément la lisibilité des dispositifs et leur pilotage. Ces deux secteurs, social et médical, sont donc requis pour accueillir et écouter les jeunes et la souffrance : Sur quel enjeu? - L enjeu du social, c est l inscription dans le lien, la socialisation ; - L enjeu du médical, c est le soin, mais plus encore, l accès aux soins. Pour préciser encore plus et gagner en lisibilité, cernons les besoins du public : - Le besoin social, c est la reconstruction, le ré-accrochage, la redynamisation du lien social intergénérationnel car la solidarité est au fondement de la cohésion sociale ; - Le besoin médical, c est rendre accessible le soin pour traiter le problème afin qu il compromette, le moins possible, une qualité de vie individuelle et sociale. Les soins répondent à un problème médical, et pas à la question de l existence. Et même en cas de pathologie, l existence ne peut se réduire aux soins. La complémentarité, c est que le social permet, non seulement : - De rendre accessible le soin : on ne soigne pas quelqu un malgré lui ; - Mais également de soutenir l observance, par la qualité de l insertion sociale. Il y a donc une nécessité absolue, à ce que notre organisation administrative mobilise ces deux secteurs, social et médical, pour accueillir les jeunes et la souffrance. 4/5

5 Comment articuler ces deux secteurs? C est par la limite de l action de chacun de ces deux secteurs, que s articule leur complémentarité. Le point de limite, c est le point de l articulation possible pour autant que cette limite ne soit pas lue, interprétée négativement, comme incompétence, défaillance, inconsistance Ce positionnement n est pas naturel, il est même contraire à ce qui est attendu et demandé aux institutions et aux professionnels, c est ce qui fait : - La nécessité d un pilotage, pour réguler le concert des acteurs pour qu il ne vire pas à la cacophonie ; - La nécessité des dispositifs décalés des logiques institutionnelles du social et du médical, pour : o Supporter, au sens de permettre, l expression du jeune et de la souffrance ; o Pour avoir le temps et la possibilité de ne pas répondre avant que l expression se développe et que la question ait le temps de s élaborer pour se formuler. Ces dispositifs, ces montages décalés, démarqués des logiques organisationnelles, permettent de reconstruire le lien entre le non-catégorisable d emblée : le jeune, la souffrance et, le catégorisable d emblée : les spécialités institutionnelles et professionnelles. C est exactement ce à quoi servent : - Les PAEJ dans le champ social, en accueillant à partir de l initiative associative que prennent les professionnels pour trouver en proximité le contact avec les publics (jeunes, parents, professionnels), pour permettre, par l écoute, l expression de ce que les jeunes ont à dire ou pas. Expression du jeune d abord, avant de penser lui répondre, plutôt l accompagner à trouver des réponses certes avec notre appui mais au-delà de nous ; - Les MDA dans le champ sanitaire, pour faciliter de façon plus institutionnelle et plus spécialisée l accès aux soins médicaux. Et en termes de lisibilité des MDA, il ne faut pas craindre de parler du sanitaire, puisque c est de là qu elles sont issues, qu elles tirent l essentiel des moyens pérennes de leur action et qu elles doivent trouver une articulation avec lui. Dans leur champ respectif, les PAEJ sont à l inscription sociale, ce que les MDA sont à l accès aux soins. Ainsi, on peut définir les PAEJ comme «un dispositif d intervention sur le lien social, au point où il menace de se rompre.» Le décalage de la logique d action du PAEJ se situe donc du côté de la désinstitutionalisation, déspécialisation, déstigmatisation. Les MDA ont moins de marge de manœuvre avec l exercice de leur spécialité. La dynamique d action du PAEJ repose sur la mobilité et l adaptabilité pour être en contact avec les jeunes et avec le partenariat, c est-à-dire les ressources dont les jeunes disposent dans leur quotidien sur leur territoire. Je vous remercie de votre attention. 5/5

Maladies psychiques et Pratiques de l accompagnement

Maladies psychiques et Pratiques de l accompagnement Sous l égide de la Fondation Notre Dame APPEL A PROJET 2015 Maladies psychiques et Pratiques de l accompagnement A la suite d un premier appel à projet lancé par la Fondation en 2014 et compte tenu du

Plus en détail

Appui conseil pour les organisations sociales et solidaires

Appui conseil pour les organisations sociales et solidaires Appui conseil pour les organisations sociales et solidaires PRESENTATION DU PROJET Coup de Pousse est une agence de Conseil orientée vers les petites et moyennes organisations agissant dans le secteur

Plus en détail

Lancement du chantier Eurartisanat. Monsieur François REBSAMEN Ministre du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social

Lancement du chantier Eurartisanat. Monsieur François REBSAMEN Ministre du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social Lancement du chantier Eurartisanat Monsieur François REBSAMEN Ministre du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social 22 mai 2015 DISCOURS Seul le prononcé fait foi Monsieur

Plus en détail

Le Guide de compétences Licences Université Jean Monnet Saint-Etienne

Le Guide de compétences Licences Université Jean Monnet Saint-Etienne Le Guide de compétences ou comment traduire des diplômes en compétences professionnelles - Contexte - Pour qui, pourquoi? - La démarche suivie - Méthodologie Le Guide de Compétences Mieux nous faire comprendre

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX

RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX 1 RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX La santé des élèves constitue un enjeu d'importance pour l'ecole : son incidence sur les apprentissages et la réussite scolaire,

Plus en détail

Conclusions et recommandations du colloque Forum Belge pour la Sécurité Urbaine du 31 mars 2003 à St Gilles

Conclusions et recommandations du colloque Forum Belge pour la Sécurité Urbaine du 31 mars 2003 à St Gilles Conclusions et recommandations du colloque Forum Belge pour la Sécurité Urbaine du 31 mars 2003 à St Gilles Au terme de cette journée, il nous a paru important de dégager, sur base des différentes interventions,

Plus en détail

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION Marcel JAEGER - Directeur Général, IRTS Montrouge / Neuilly sur Marne Je ne vais traiter que du projet d établissement ou de service, et non pas

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des. femmes. Ouverture du colloque

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des. femmes. Ouverture du colloque 1 Intervention de Marisol Touraine Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Ouverture du colloque «Observance, autonomie, responsabilité» Lundi 1 er juin 2015 Seul le prononcé

Plus en détail

En croisant ces constats et ces enjeux, la région Centre a arrêté dans le cadre du schéma régional des formations 5 orientations:

En croisant ces constats et ces enjeux, la région Centre a arrêté dans le cadre du schéma régional des formations 5 orientations: PROTOCOLE D ACCORD ENTRE LE SECRETARIAT D ETAT A LA SOLIDARITE ET LA REGION CENTRE POUR LA MISE EN PLACE D UN PLAN DES METIERS DANS LE SECTEUR SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL I : Contexte: Le schéma régional des

Plus en détail

Organisation, management des équipes et participation des professionnels CHAPITRE 4

Organisation, management des équipes et participation des professionnels CHAPITRE 4 Organisation, management des équipes et participation des professionnels CHAPITRE 4 L expression et la participation des personnes concernées sont des sujets consensuels, mais leur mise en œuvre effective

Plus en détail

PALLIER AU MANQUE DE STAGE. OU SACRIFIER UNE PROFESSIONNALISATION DE QUALITE?

PALLIER AU MANQUE DE STAGE. OU SACRIFIER UNE PROFESSIONNALISATION DE QUALITE? COMMUNIQUE DU 29 JUIN 2015 PALLIER AU MANQUE DE STAGE. OU SACRIFIER UNE PROFESSIONNALISATION DE QUALITE? Préambule : C est dans le contexte des Etats Généraux du travail social, initiés en 2013 et qui

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Encadrement d'ateliers de pratique théâtrale de l Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Vague D 2014-2018 Campagne

Plus en détail

Prenons également en considération certains éléments notoires de notre étude comme :

Prenons également en considération certains éléments notoires de notre étude comme : Mesdames et Messieurs, Au regard d une analyse de la situation des aidants sur le plan national, au regard des rencontres avec les principaux acteurs de l accompagnement des aidants familiaux en Maine

Plus en détail

Collectif de la téléphonie sociale et en santé (TeSS) Services d aide à distance. Charte

Collectif de la téléphonie sociale et en santé (TeSS) Services d aide à distance. Charte Collectif de la téléphonie sociale et en santé (TeSS) Services d aide à distance Charte 1. Préambule 1.1. Contexte A notre époque où les outils de communication et d information sont de plus en plus nombreux,

Plus en détail

QUATRIEME SESSION DU COMITE DE PILOTAGE (Yaoundé, Palais des Congrès, 30 juillet 2015) DISCOURS D OUVERTURE DE S.E.M. Emmanuel NGANOU DJOUMESSI

QUATRIEME SESSION DU COMITE DE PILOTAGE (Yaoundé, Palais des Congrès, 30 juillet 2015) DISCOURS D OUVERTURE DE S.E.M. Emmanuel NGANOU DJOUMESSI COOPERATION CAMEROUN UNION EUROPEENNE PROGRAMME D APPUI A LA SOCIETE CIVILE (PASC) QUATRIEME SESSION DU COMITE DE PILOTAGE (Yaoundé, Palais des Congrès, 30 juillet 2015) DISCOURS D OUVERTURE DE S.E.M.

Plus en détail

compagnie Diagnostic réalisé par roxane prince

compagnie Diagnostic réalisé par roxane prince compagnie Diagnostic réalisé par roxane prince 29/02/2016 Edito Edito, A l ère sociale et collaborative, les entreprises, pour être compétitives, se doivent de réduire les coûts et les délais, d améliorer

Plus en détail

Promotion de l Alternance intégrative dans les formations en travail social en LIMOUSIN

Promotion de l Alternance intégrative dans les formations en travail social en LIMOUSIN Promotion de l Alternance intégrative dans les formations en travail social en LIMOUSIN Bilan d étape mars 2009 1. Rappel des objectifs 2. Bilan organisationnel et quantitatif 3. Bilan qualitatif 4. Propositions

Plus en détail

Discours de Madame Roselyne BACHELOT-NARQUIN Ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative. CONFÉRENCE de PRESSE

Discours de Madame Roselyne BACHELOT-NARQUIN Ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative. CONFÉRENCE de PRESSE Discours de Madame Roselyne BACHELOT-NARQUIN Ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative CONFÉRENCE de PRESSE «Présentation du nouveau site grippe aviaire» -Jeudi 16 octobre

Plus en détail

Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen Basse Normandie

Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen Basse Normandie Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen BasseNormandie Dans son projet de développement stratégique 20122016 adopté par le Conseil d Administration du 4 novembre

Plus en détail

Les Contrats éducatifs

Les Contrats éducatifs Les Contrats éducatifs locaux en 2010 31 CEL (39 en 2009) 110 500 de participation de l Etat 103 porteurs pour 270 actions 31 collectivités et 72 associations A - La subvention d Etat Dispositif 2010 -

Plus en détail

Charte d Entreprise. 1. UN ENGAGEMENT AU SERVICE DES HOMMES Des «Hommes» au service des «Hommes»

Charte d Entreprise. 1. UN ENGAGEMENT AU SERVICE DES HOMMES Des «Hommes» au service des «Hommes» Charte d Entreprise 1. UN ENGAGEMENT AU SERVICE DES HOMMES Des «Hommes» au service des «Hommes» Pour répondre à cet engagement fondamental, notre choix s est porté naturellement vers le recrutement de

Plus en détail

Comité aviseur femmes en développement de la main-d œuvre

Comité aviseur femmes en développement de la main-d œuvre Comité aviseur femmes en développement de la main-d œuvre Avis sur le Projet de politique de l éducation des adultes dans une perspective de formation continue présenté au ministre d État à l Éducation

Plus en détail

FICHE PRATIQUE LE DELEGUE DU PERSONNEL

FICHE PRATIQUE LE DELEGUE DU PERSONNEL FICHE PRATIQUE LE DELEGUE DU PERSONNEL Consternant mais réel constat dans le secteur associatif : la représentation du personnel dans nos structures reste anecdotique, en dépit des obligations légales

Plus en détail

PROJET DE SERVICE. association d aide à domicile

PROJET DE SERVICE. association d aide à domicile PROJET DE SERVICE Adhérent labellisé par réseau d'aide à domicile le 1 association d aide à domicile Adhérent labellisé par réseau d'aide à domicile le Conformément à la loi du 02 janvier 2002 rénovant

Plus en détail

Fiche Pratique CNDS Construire un Projet Territorial Concerté

Fiche Pratique CNDS Construire un Projet Territorial Concerté Fiche Pratique CNDS Construire un Projet Territorial Concerté I - Définition du Projet Territorial Concerté - PTC Le "Projet Territorial Concerté" est une démarche de coopération et de mutualisation des

Plus en détail

FORMATION L ENFANT ET LE JEU

FORMATION L ENFANT ET LE JEU FORMATION L ENFANT ET LE JEU Le jeu est au cœur du métier de l animateur car il est un moyen de connaître, de comprendre et d accompagner l enfant dans son développement. Les enjeux éducatifs liés au jeu

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

I. Allocution d ouverture. de Roger DEHAYBE Administrateur général de l Agence intergouvernementale de la Francophonie

I. Allocution d ouverture. de Roger DEHAYBE Administrateur général de l Agence intergouvernementale de la Francophonie I. Allocution d ouverture de Roger DEHAYBE Administrateur général de l Agence intergouvernementale de la Francophonie ALLOCUTION DE ROGER DEHAYBE Administrateur général de l Agence intergouvernementale

Plus en détail

Contribution du SNICS à la Grande Conférence Santé

Contribution du SNICS à la Grande Conférence Santé Paris, le 20 novembre 2015 Contribution du SNICS à la Grande Conférence Santé Le Premier Ministre a initié la Grande conférence de santé, en lien avec les ministres en charge de la santé, de l enseignement

Plus en détail

Formation Préparatoire aux Fonctions de Directeur territorial adjoint

Formation Préparatoire aux Fonctions de Directeur territorial adjoint Mission de Formation des Cadres Tout au Long de la Vie Formation Préparatoire aux Fonctions de Directeur territorial adjoint Présentation du dispositif 1 Formation préparatoire aux fonctions de directeur

Plus en détail

4 ème Congrès de l Association des Cours constitutionnelles ayant en partage l usage du français

4 ème Congrès de l Association des Cours constitutionnelles ayant en partage l usage du français 4 ème Congrès de l Association des Cours constitutionnelles ayant en partage l usage du français Allocution de Son Excellence Monsieur Abdou DIOUF Secrétaire général de la Francophonie Paris, le 13 novembre

Plus en détail

FORMATION POUR LES MEDIATEURS SOCIAUX

FORMATION POUR LES MEDIATEURS SOCIAUX LES FORMATIONS 2013 FORMATION POUR LES MEDIATEURS SOCIAUX La médiation sociale est définie comme «un processus de création et de réparation du lien social et de règlements des conflits de la vie quotidienne,

Plus en détail

ANNEXE VII : NOTICE D ACCOMPAGNEMENT. Demande de Validation des Acquis de l Expérience pour le diplôme d Etat de moniteur éducateur

ANNEXE VII : NOTICE D ACCOMPAGNEMENT. Demande de Validation des Acquis de l Expérience pour le diplôme d Etat de moniteur éducateur ANNEXE VII : NOTICE D ACCOMPAGNEMENT Demande de Validation des Acquis de l Expérience pour le diplôme d Etat de moniteur éducateur MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DE L EDUCATION

Plus en détail

Animation de la vie sociale

Animation de la vie sociale Animation de la vie sociale Pour un projet social répondant aux critères d agrément Document à l usage des gestionnaires des structures Département des Interventions Sociales Document réalisé par les Pôles

Plus en détail

Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020

Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020 Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020 L Uriopss Rhône-Alpes créée en 1948 est une association loi 1901 qui regroupe et soutient les organismes privés non lucratifs

Plus en détail

accès internet, boîte mail dédiée au CHSCT,...). Entre les entreprises qui ne respectent pas le cadre et celles qui vont au

accès internet, boîte mail dédiée au CHSCT,...). Entre les entreprises qui ne respectent pas le cadre et celles qui vont au FICHE REPÈRES POUR LES CHSCT Un cadre unique pour une hétérogénéité des pratiques accès internet, boîte mail dédiée au CHSCT,...). Entre les entreprises qui ne respectent pas le cadre et celles qui vont

Plus en détail

Discours de Marylise LEBRANCHU. Signature du protocole d accord sur la prévention des risques psycho-sociaux dans la fonction publique

Discours de Marylise LEBRANCHU. Signature du protocole d accord sur la prévention des risques psycho-sociaux dans la fonction publique Discours de Marylise LEBRANCHU Signature du protocole d accord sur la prévention des risques psycho-sociaux dans la fonction publique Mardi 22 octobre 2013 Mesdames et Messieurs, Nous voici réunis pour

Plus en détail

Taxe d apprentissage. «Faire d une passion, son métier»

Taxe d apprentissage. «Faire d une passion, son métier» 2012 Taxe d apprentissage «Chefs d entreprises, entrepreneurs : vous possédez une fibre sociale et sportive, et vous souhaiteriez mettre en valeur l engagement citoyen de votre entreprise. Faites confiance

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF. Octobre 2009

PROJET ASSOCIATIF. Octobre 2009 APAJH 78 Association Pour Adultes et Jeunes Handicapés des Yvelines 11, rue Jacques Cartier 78280 GUYANCOURT 01.61.37.08.00-01.61.37.08.01 - APAJH-YVELINES@wanadoo.fr site internet : www.apajh78.org PROJET

Plus en détail

LIVAROT COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE LIVAROT. INAUGURATION DE LA SALLE MULTISPORTS samedi 22 octobre 2011 à 11 h

LIVAROT COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE LIVAROT. INAUGURATION DE LA SALLE MULTISPORTS samedi 22 octobre 2011 à 11 h LIVAROT COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE LIVAROT INAUGURATION DE LA SALLE MULTISPORTS samedi 22 octobre 2011 à 11 h Président de la Communauté de communes du Pays de Livarot et Maire de la Commune de

Plus en détail

Présentation du projet associatif

Présentation du projet associatif Présentation du projet associatif Notre projet associatif : une volonté politique, une longue démarche participative Face aux transformations profondes et rapides de la société française dans son ensemble

Plus en détail

Association Tutélaire des Majeurs. Protégés du Rhône *** PROJET ASSOCIATIF

Association Tutélaire des Majeurs. Protégés du Rhône *** PROJET ASSOCIATIF Association Tutélaire des Majeurs Protégés du Rhône *** PROJET ASSOCIATIF L ATMP intervient depuis bientôt 40 ans au service des personnes socialement fragilisées qui ne peuvent plus pourvoir seules à

Plus en détail

Plan régional en faveur de l égalité

Plan régional en faveur de l égalité Plan régional en faveur de l égalité entre les personnes handicapées et les personnes valides Avec l'adoption du Plan handicap, la Région Rhône-Alpes s'engage à favoriser l'égalité entre personnes handicapées

Plus en détail

Retour sur le Débat prospectif élargi

Retour sur le Débat prospectif élargi Retour sur le Débat prospectif élargi l évolution des lignes et des termes du débat Ivry sur Seine le 20 mars 2015 Avertissement : cette note est la production collective d un groupe de 7 personnes impliquées

Plus en détail

Appui à la mise en place (ou à l amélioration) d un dispositif interne de suivi évaluation

Appui à la mise en place (ou à l amélioration) d un dispositif interne de suivi évaluation Appui à la mise en place (ou à l amélioration) d un dispositif interne de suivi évaluation Finalité : Place dans le cycle du projet : Favoriser le pilotage de projets au cours de leur mise en œuvre. 1

Plus en détail

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 POLITIQUE 2500-024 TITRE : ADOPTION : Conseil d'administration Résolution : CA-2008-01-15-08 ENTRÉE EN VIGUEUR : 15 janvier 2008 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 2. LA FORMATION

Plus en détail

Recommandations du comité de suivi de la réforme de la formation des enseignants.

Recommandations du comité de suivi de la réforme de la formation des enseignants. REUSSIR L ANNEE DE FORMATION EN ALTERNANCE Recommandations du comité de suivi de la réforme de la formation des enseignants. Daniel Filâtre Président du comité La professionnalisation de la formation initiale

Plus en détail

Comment utiliser les techniques d accroche?

Comment utiliser les techniques d accroche? Comment utiliser les techniques d accroche? A l issue de la lecture de ce support, vous serez capable de : Prendre en compte les objectifs et les composantes de la prise de contact, Mettre en place les

Plus en détail

Commentaires de la Banque Nationale

Commentaires de la Banque Nationale Commentaires de la Banque Nationale Livre blanc de l OCRCVM Modifications apportées aux règles concernant l obligation de mise à niveau des compétences et le versement direct de commissions Le 29 avril

Plus en détail

Inauguration Jeudi 27 septembre 2012 Galerie Commerciale du CHR de la Citadelle

Inauguration Jeudi 27 septembre 2012 Galerie Commerciale du CHR de la Citadelle Inauguration Jeudi 27 septembre 2012 Galerie Commerciale du CHR de la Citadelle En collaboration avec : Depuis le 17 septembre dernier, la galerie commerciale du CHR de la Citadelle accueille «Le Comptoir

Plus en détail

GUIDE DE l enquête sociale dans les CPAS. Version mai 2015 L enquête sociale

GUIDE DE l enquête sociale dans les CPAS. Version mai 2015 L enquête sociale GUIDE DE l enquête sociale dans les CPAS Version mai 2015 L enquête sociale GUIDE DE L ENQUETE SOCIALE en neuf pas... Une enquête sociale, qu est-ce que c est? Une enquête sociale, pourquoi? Qui fait l

Plus en détail

DEMANDE DE VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE

DEMANDE DE VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE MINISTERE CHARGE DES AFFAIRES SOCIALES re DEMANDE DE VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE Diplôme d Etat d'aide Médico-Psychologique fonctions d encadrement NOTICE D ACCOMPAGNEMENT DU LIVRET 2 Cette notice

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

CNRS CONCOURS INTERNE RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ. Quelques conseils

CNRS CONCOURS INTERNE RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ. Quelques conseils CNRS CONCOURS INTERNE RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ Quelques conseils 1 LA FINALITE, LA «PHILOSOPHIE» D UN RAPPORT D ACTIVITE Le rapport d activité a pour fonction de convaincre le jury que vous êtes

Plus en détail

Message de la Directrice générale de l UNESCO, Irina Bokova, à l occasion du 48 e anniversaire de la création du Groupe des 77 et la Chine

Message de la Directrice générale de l UNESCO, Irina Bokova, à l occasion du 48 e anniversaire de la création du Groupe des 77 et la Chine Message de la Directrice générale de l UNESCO, Irina Bokova, à l occasion du 48 e anniversaire de la création du Groupe des 77 et la Chine Lu par M. Qian Tang, Sous-Directeur général pour l éducation Paris,

Plus en détail

EXPERIMENTATION DU LIVRET DE COMPETENCES

EXPERIMENTATION DU LIVRET DE COMPETENCES EXPERIMENTATION DU LIVRET DE COMPETENCES La circulaire du 28 décembre 2009 lance l expérimentation du livret de compétences prévue par l article 11 de la loi relative à l orientation et à la formation

Plus en détail

Séminaire Tri- national en travail social «Etre acteur dans son environnement local Développement local et travail communautaire»

Séminaire Tri- national en travail social «Etre acteur dans son environnement local Développement local et travail communautaire» Séminaire Tri- national en travail social «Etre acteur dans son environnement local Développement local et travail communautaire» Du 12 au 17 avril 2015 à Poitiers L IRTS Poitou- Charentes est engagé depuis

Plus en détail

L ILLETTRISME EN MOTS ET EN CHIFFRES

L ILLETTRISME EN MOTS ET EN CHIFFRES DISPOSITIF D ACCOMPAGNEMENT DES JEUNES DE 16 A 25 ANS EN SITUATION D ILLETTRISME L ILLETTRISME EN MOTS ET EN CHIFFRES Situation de personnes de plus de 16 ans ayant été scolarisées en France au moins 5

Plus en détail

- 7 mars 2003 - Mesdames, Messieurs, Chers amis américains,

- 7 mars 2003 - Mesdames, Messieurs, Chers amis américains, 1 Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire Colloque mécénat : financement privé et public de la culture en France et aux Etats-Unis Mesdames, Messieurs, Chers amis

Plus en détail

Restitution des deux ateliers de travail.

Restitution des deux ateliers de travail. Restitution des deux ateliers de travail. Animés par Nicolas Camphuis, directeur du CEPRI et Louis Hubert, directeur de la stratégie territoriale Agence de l eau Seine-Normandie. Nicolas Camphuis : Il

Plus en détail

Synthèse le Certificat de Branche de Moniteur d Atelier (CBMA)

Synthèse le Certificat de Branche de Moniteur d Atelier (CBMA) Synthèse le Certificat de Branche de Moniteur d Atelier (CBMA) Les formations dites de «moniteur d atelier» jusqu alors dispensées par les organismes de formation en Travail social ou l Afpa, ne répondaient

Plus en détail

PILOTAGE BANCAIRE COMPTABLE. Un tableau de bord incontournable SYLVIE GRILLET-BROSSIER FRANÇOISE TISSOT RICHARD VINADIER

PILOTAGE BANCAIRE COMPTABLE. Un tableau de bord incontournable SYLVIE GRILLET-BROSSIER FRANÇOISE TISSOT RICHARD VINADIER PILOTAGE COMPTABLE BANCAIRE Un tableau de bord incontournable SYLVIE GRILLET-BROSSIER FRANÇOISE TISSOT RICHARD VINADIER SOMMAIRE Principales abréviations... 11 Préface de Jean-Paul Caudal... 13 Directeur

Plus en détail

LA GTEC ou GPEC territoriale : De quoi parle-t-on? Objectifs. La GPEC en quelques dates clés

LA GTEC ou GPEC territoriale : De quoi parle-t-on? Objectifs. La GPEC en quelques dates clés LA GTEC ou GPEC territoriale : De quoi parle-t-on? ATELIERS REGIONAUX DE L ORIENTATION Atelier 6 : Diagnostic et GPEC sur l espace territorial 23 NOVEMBRE 2010 Objectifs Remettre en perspective le cheminement

Plus en détail

Congrès mondial du tourisme social, São Paulo, 10 octobre 2014 Séance de clôture / Intervention d Yves Godin, Secrétaire général de l OITS

Congrès mondial du tourisme social, São Paulo, 10 octobre 2014 Séance de clôture / Intervention d Yves Godin, Secrétaire général de l OITS Congrès mondial du tourisme social, São Paulo, 10 octobre 2014 Séance de clôture / Intervention d Yves Godin, Secrétaire général de l OITS Monsieur le Directeur du SESC de São Paulo, Mesdames et Messieurs

Plus en détail

FORMATIONS THEMATIQUES 2016 Pour les professionnels Enfance- Petite Enfance

FORMATIONS THEMATIQUES 2016 Pour les professionnels Enfance- Petite Enfance FORMATIONS THEMATIQUES 2016 Pour les professionnels Enfance- Petite Enfance Tarif : Formation 1 jours (7H) : 115 / personne Formation (2 x 7 h = 14 h) : 230 / personne Formation 3 jours (3 x 7 h = 21 h)

Plus en détail

ACCES DES ASSOCIATIONS & FONDATIONS

ACCES DES ASSOCIATIONS & FONDATIONS ACCES DES ASSOCIATIONS & FONDATIONS AUX ANTENNES DE FRANCE TELEVISIONS Le Conseil supérieur de l audiovisuel a adopté le 4 janvier 2011 le rapport au Premier ministre élaboré par une commission de réflexion,

Plus en détail

Discours de FREDERIK BERNARD, Maire de Poissy. Inauguration de la Mission locale

Discours de FREDERIK BERNARD, Maire de Poissy. Inauguration de la Mission locale Discours de FREDERIK BERNARD, Maire de Poissy Inauguration de la Mission locale 25 septembre 2013 1 Monsieur le Conseiller régional, Mesdames messieurs les élus, Monsieur le Directeur, Mesdames et messieurs

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL. Notre grande cause à nous, c est faire naître votre

RAPPORT ANNUEL. Notre grande cause à nous, c est faire naître votre RAPPORT ANNUEL Lauréat au palmarès 2010 France Initiative pour la bonne appropriation de la démarche qualité et la très forte implication de la plateforme à tous les niveaux du réseau dans les groupes

Plus en détail

Optimisation des coûts, contrôle des risques et innovation

Optimisation des coûts, contrôle des risques et innovation Optimisation des coûts, contrôle des risques et innovation TROUVEZ LE BON ÉQUILIBRE AVEC DES SOLUTIONS LOGICIELLES ET DES PRESTATIONS DE CONSEIL POUR LA GOUVERNANCE OPÉRATIONNELLE PRENEZ UNE LONGUEUR

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE A- LA REGLEMENTATION

LE DOCUMENT UNIQUE A- LA REGLEMENTATION Fédération Autonome de la Fonction Publique Territoriale Cette fiche est consacrée au «Document Unique». Le Document Unique d évaluation des risques professionnels est : le premier outil de gestion des

Plus en détail

POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN

POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN Adoptée par le Conseil d administration Le 28 avril 1998 (résolution no 0099) et modifiée par le Conseil d administration

Plus en détail

Constats pertinents au domaine de la petite enfance suite à une consultation auprès de parents au Canada (avril 2010)

Constats pertinents au domaine de la petite enfance suite à une consultation auprès de parents au Canada (avril 2010) L accueil et l accompagnement du parent dans les communautés francophones en contexte minoritaire : Constats pertinents au domaine de la petite enfance suite à une consultation auprès de parents au Canada

Plus en détail

BOURSE VACANCES 2013

BOURSE VACANCES 2013 BOURSE VACANCES 2013 Tu as entre 15 et 25 ans et tu souhaites réaliser tes premières vacances entres amis, le service jeunesse peut t aider dans la concrétisation de ce projet. Viens vite te renseigner!

Plus en détail

CONSEIL CITOYEN DE BEAUSEJOUR COMPTE RENDU N 2

CONSEIL CITOYEN DE BEAUSEJOUR COMPTE RENDU N 2 CONSEIL CITOYEN DE BEAUSEJOUR COMPTE RENDU N 2 La deuxième réunion du conseil citoyen de Beauséjour a eu lieu le mardi 31 mars 2015 à 18h30, à maison de quartier. Cette deuxième réunion a réuni 15 personnes

Plus en détail

Lieu d Accueil et S.H.E.D. Solutions d Hébergement Educatif Diversifiées

Lieu d Accueil et S.H.E.D. Solutions d Hébergement Educatif Diversifiées Lieu d Accueil et S.H.E.D. Solutions d Hébergement Educatif Diversifiées 25 Chemin de villeneuve 69130 ECULLY Tél 04.78.33.71.00 Fax 04.78.33.71.09 lieudaccueil@adsea69.fr Depuis son renouvellement d habilitation

Plus en détail

2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression.

2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression. Roland CHARNAY, professeur honoraire de mathématiques en IUFM, chercheur associé à l'inrp «Apprentissage des tables : quelques étapes du CE1 au CM2» Roland Charnay pose un certain nombre de points de repères

Plus en détail

GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE

GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE Pour les employeurs, à partager avec leurs collaborateurs! Le rôle du tuteur dans l entreprise est primordial. Le tuteur est chargé d accueillir, d aider, d informer et de

Plus en détail

Ce livre vous propose de faire connaissance avec les différents

Ce livre vous propose de faire connaissance avec les différents BIEN S INFORMER POUR MIEUX CHOISIR Ce livre vous propose de faire connaissance avec les différents organismes spécialisés dans l aide à l emploi et à l insertion : l Agence nationale pour l emploi (ANPE),

Plus en détail

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire avec des paramédicaux du chu d Amiens La Communication et la Relation d aide: une compétence de l infirmière Situation: mise en place du

Plus en détail

COOPERATION CAMEROUN UNION EUROPEENNE PROGRAMME D APPUI A LA SOCIETE CIVILE (PASC)

COOPERATION CAMEROUN UNION EUROPEENNE PROGRAMME D APPUI A LA SOCIETE CIVILE (PASC) COOPERATION CAMEROUN UNION EUROPEENNE PROGRAMME D APPUI A LA SOCIETE CIVILE (PASC) ATELIER DE CLOTURE DE LA PHASE OPERATIONNELLE Yaoundé, CCIMA 26 27 août 2015 ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. GILBERT DIDIER

Plus en détail

Partie I. Points de repères et recommandations pour conduire sa formation

Partie I. Points de repères et recommandations pour conduire sa formation Partie I Points de repères et recommandations pour conduire sa formation 1/ A qui s adresse le BAFD? Le Brevet d Aptitude aux Fonctions de Direction (BAFD) a pour finalité de «développer, dans le cadre

Plus en détail

Transcription Webémission Évaluation au service de l apprentissage

Transcription Webémission Évaluation au service de l apprentissage Transcription Webémission Évaluation au service de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses années, les enseignants

Plus en détail

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis 1 Axes prioritaires d interventions économiques de la Chambre de commerce de Lévis Préambule Regroupant près de 140 000 habitants et plus de 65 000 travailleurs, le territoire de la Ville de Lévis profite

Plus en détail

Catalogue de formation 2015. Ensemble, Innover et Agir pour l inclusion sociale

Catalogue de formation 2015. Ensemble, Innover et Agir pour l inclusion sociale Catalogue de formation 2015 Nous choisir, c est choisir d agir pour l inclusion sociale UNE METHODOLOGIE INCLUSIVE TOURNEE VERS L ACTION Une capitalisation d expériences grâce au réseau FACE national et

Plus en détail

Catalogue de formations 2016

Catalogue de formations 2016 Quand on travaille pour demain et pour l incertain on agit avec raison (Blaise Pascal) PRO - CONSEIL 3 Consultant formateur Nos compétences Analyse de votre budget Comprendre le budget de la commune Prospective

Plus en détail

N 13 LE DOCUMENT UNIQUE

N 13 LE DOCUMENT UNIQUE Fiche Info Prévention & Sécurité N 13 LE DOCUMENT UNIQUE REGLEMENTATION Médecine préventive - Nombreux sont les élus qui ont été contactés par des entreprises privées ou ont entendu parler du «document

Plus en détail

Thierry APOTHELOZ, Socialiste

Thierry APOTHELOZ, Socialiste Questions à l'intention des candidates et candidats au Conseil d'etat Thierry APOTHELOZ, Socialiste Si vous étiez en charge du DIP: 1. Quelle serait votre priorité en matière d'éducation pour la future

Plus en détail

L accompagnement dans les maladies rares

L accompagnement dans les maladies rares L accompagnement dans les maladies rares Marie-Pierre BICHET Vice présidente de l Alliance Maladies Rares Poitiers 3 mars 2016 L accompagnement dans les maladies rares Vivre avec une maladie rare c est

Plus en détail

Projet Social 2015 2018

Projet Social 2015 2018 Projet Social 2015 2018 Groupe Technique Local du 16 octobre 2014 RÉSUMÉ Espace Mosaïque 27 rue de Benon 17170 Courçon Tél. : 05 46 01 94 39 Mail : cs.courcon@wanadoo.fr Site : www.espacemosaique.fr Site

Plus en détail

Devenir une force au servir du plus faible Proposition de mécénat

Devenir une force au servir du plus faible Proposition de mécénat Devenir une force au servir du plus faible Proposition de mécénat Contribuer à former des jeunes au métier d ambulancier Contact : Catherine Scordia - Direction des formations c.scordia@ordredemaltefrance.org

Plus en détail

CHARTE DU BÉNÉVOLAT. «Les exclus» de René LENOIR

CHARTE DU BÉNÉVOLAT. «Les exclus» de René LENOIR CHARTE DU BÉNÉVOLAT «Que chacun, dans son lieu de vie et de travail, participe à cette lutte pour l intégration de tous dans une société de solidarité et de fraternité». «Les exclus» de René LENOIR Les

Plus en détail

Handicap et emploi : qu en pensent les Français?

Handicap et emploi : qu en pensent les Français? Etude CSA pour CED* Handicap et emploi : qu en pensent les Français? Plus de 4 Français sur 5 se disent à l aise à l idée de travailler aux côtés d une personne en situation de handicap Le 25 septembre

Plus en détail

RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE

RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE 139 139 DÉFINITIONS 139 Le suivi 140 L évaluation 143

Plus en détail

«Le handicap comme vecteur d innovation sociale en milieu professionnel»

«Le handicap comme vecteur d innovation sociale en milieu professionnel» AMORCE organise régulièrement des colloques parlementaires sous la présidence d un ou plusieurs élus. Chaque table ronde est animée par des parlementaires de sensibilité différente. La participation d

Plus en détail

BIENVENUE A L ECOLE DE LA PHILANTHROPIE

BIENVENUE A L ECOLE DE LA PHILANTHROPIE GUIDE D INTERVENTION DU PHILANTHROPE Préparer votre temps d échange avec les Petits Philanthropes Fondée en 2011 avec le soutien des Fondations Edmond de Rothschild, cette association se donne pour objectif

Plus en détail

Inauguration et dénomination des cours de tennis Gérard Trélohan

Inauguration et dénomination des cours de tennis Gérard Trélohan Inauguration et dénomination des cours de tennis Gérard Trélohan Intervention de Gérard Allard, Maire de Rezé Samedi 19 septembre 2015 Bonjour à toutes et à tous, Je vous remercie de votre présence pour

Plus en détail

Les touristes chinois : comment bien les accueillir?

Les touristes chinois : comment bien les accueillir? 39 ÉDITIONS ATOUT FRANCE Les touristes chinois : comment bien les accueillir? Guide pratique à l usage des professionnels du tourisme français Marketing touristique ATOUT FRANCE 1 Préface 111 millions

Plus en détail

Mobiliser son CA pour maximiser son apport : les déterminants de la participation. Québec, 14 octobre 2014

Mobiliser son CA pour maximiser son apport : les déterminants de la participation. Québec, 14 octobre 2014 Mobiliser son CA pour maximiser son apport : les déterminants de la participation Québec, 14 octobre 2014 Objectifs et déroulement Objectifs : Réfléchir sur ses pratiques et diagnostiquer le niveau d engagement

Plus en détail

Titre 1 : Les partenaires. Titre 2 : Exposé des motifs

Titre 1 : Les partenaires. Titre 2 : Exposé des motifs Convention entre le Réseau National des Écoles Supérieures du Professorat et de l Éducation (R-ESPÉ) et le collectif des Associations partenaires de l École de la République (CAPE) Convention de partenariat

Plus en détail

Pourquoi une fonction contrôle de gestion?

Pourquoi une fonction contrôle de gestion? Introduction Pourquoi une fonction contrôle de gestion? On constate une mutation profonde au cours des 30 dernières années dans l environnement et la pratique des entreprises, autour de deux points centraux

Plus en détail