COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD"

Transcription

1 ANALYSE DE LA SITUATION DE LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD Document du 26 janvier 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Pierre BEJJAJI Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES wwwstratorial-financesfr 193 rue de Bercy Tour Gamma A PARIS Tél : Fax : cours Becquart Castelbon BP VOIRON cedex Tél : Fax : Page 1

2 LE BUDGET PRINCIPAL Page 2

3 RETROSPECTIVE Page 3

4 en k CA Beaune Côté Sud Consolidation des comptes de la communauté CA BEAUNE COTE SUD Δmoy ou moyenne Produits de fonctionnement +8,7% Contributions directes +9,1% TEOM +3,4% Autres recettes fiscales n/a Produit des services +23,5% Reversements de fiscalité n/a DGF -1,8% Autres dotations et versements de l'etat +19,7% Subventions et participations des partenaires +34,4% Autres recettes +24,7% Charges de fonctionnement +7,2% Charges à caractère général +11,6% Charges de personnel nettes des remboursements +23,5% Autres charges de gestion courante n/a Reversements de fiscalité -6,7% FNGIR n/a Péréquation horizontale n/a Autres dépenses +17,5% Charges d'intérêts +73,2% Travaux en régie n/a Epargne Brute n/a Remboursement du capital +38,2% Epargne Nette n/a Les produits de fonctionnement ont augmenté en moyenne de 8,7% par an, en lien avec la prise de nouvelles compétences Ce dynamisme est soutenu par l évolution des contributions directes et les produits des services (compétence petite enfance) Les dépenses connaissent une évolution un peu moins rapide que les produits Elles confirment la montée en puissance de la CA à travers l organisation des compétences qu elle assume Si l année 2013 s est traduit par une très forte augmentation de l épargne, 2014 se traduit par une réduction à un niveau cependant plus élevé qu au cours des années passées Page 4

5 CA BEAUNE COTE SUD en k Moyenne Dépenses d'investissement Dont dépenses d'équipement Recettes d'investissement Besoin de financement des investissements Epargne brute Variation de dette Variation du fonds de roulement Epargne nette Emprunts nouveaux Variation du fonds de roulement FdR au 31/ En-cours de dette au 31/ Ratio de capacité de désendettement 3,6 n/a 4,4 12,1 2,4 2,0 1,8 2,3 Le besoin de financement moyen sur la période est couvert à 66% par l épargne brute dégagée en fonctionnement, qui a permis un abondement du fonds de roulement En 2014, l épargne brute couvre cependant 85% du besoin de financement Endettement global de 746k par an sur la période La légère diminution de l épargne brute entraîne une augmentation du ratio de capacité de désendettement, qui reste à un niveau très satisfaisant avec 2,3 années à la fin 2014 Page 5

6 COMMENTAIRES GENERAUX L analyse financière rétrospective de la Communauté d Agglomération Beaune Côte et Sud met en évidence une situation financière favorable Le niveau de l épargne brute reste très satisfaisant (2,37M ) malgré une baisse en 2014 liée à l effet ciseaux avec une augmentation des dépenses (+3,9%) plus dynamique que celle des recettes (1,4%) L absence de recours à l emprunt pour financer les investissements permet de limiter le niveau du ratio de capacité de désendettement qui s établit à un niveau satisfaisant (2,3 années) à la fin 2014 Pour autant au regard de la baisse des concours financiers de l Etat à venir, il convient d être particulièrement vigilant pour l avenir et de limiter l effet de ciseaux de la section de fonctionnement pour conserver une capacité financière suffisamment importante pour supporter les investissements futurs Page 6

7 HYPOTHESES RETENUES POUR LE SCENARIO PROSPECTIF Page 7

8 FOCUS SUR LES CONTRIBUTIONS DIRECTES EVOLUTION DU PANIER DE RESSOURCES DE LA FISCALITE PROFESSIONNELLE En milliers d'euros Evolution moyenne COTISATION FONCIERE DES ENTREPRISES (CFE) 2,5% COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTEE (CVAE) 2,0% IMPOSITION FORFAITAIRE SUR LES ENTREPRISES DE RESEAUX (IFER) 1,0% TAXE SUR LES SURFACES COMMERCIALES (TASCOM) 1,0% TOTAL IMPOTS ECONOMIQUES 2,2% TAXE D'HABITATION 2,5% TAXE SUR LE FONCIER NON BATI 0,0% TAXE ADDITIONNELLE SUR LE FONCIER NON BÂTI 0,0% TOTAL IMPOTS MENAGES 2,5% RÔLES SUPPLEMENTAIRES 904 TOTAL RESSOURCES FISCALES Les hypothèses prises par le cabinet sont relativement optimistes au regard du dynamisme démographique et de l évolution des modalités de fixation du coefficient de revalorisation des valeurs locatives Page 8

9 LA REDUCTION DES CONCOURS FINANCIERS DE L ETAT SUR LA PERIODE Page 9

10 LE DEFICIT DE L ETAT EN 2015 ET LA TENTATION LOGIQUE DE RECOURIR A LA REDUCTION DES DOTATIONS AUX COLLECTIVITES Dépenses Recettes LFI 2014 PLF 2015 Variation 368,3 Mds 292,6 Mds Déficit 75,7 Mds Dépenses de l'etat hors dette et pensions 209,92 208,58-0,6% PSR collectivités territoriales 56,86 53,20-6,4% PSR union européenne 20,22 21,04 4,1% Dépenses hors dette et pensions 287,00 282,82-1,5% Déficit prévisionnel 2015 du budget de l Etat (légèrement corrigé ) L Etat est engagé auprès des collectivités locales pour environ 67Mds (concours financiers + dégrèvements) Page 10 Intérêts de la dette 46,65 44,34-5,0% Pensions 45,44 45,80 0,8% Total charges dette + pensions 92,09 90,14-2,1% Total dépenses de l Etat 379,09 372,96-1,6% Aucune marges de manœuvre

11 UN OBJECTIF DE REDUCTION DES DEPENSES DE L ETAT LIE A LA REDUCTION DES CONCOURS FINANCIERS DE L ETAT Concours financiers aux collectivités locales Transferts aux collectivités locales / dépenses de l'etat LFI ,86 53,20 49,53 45,86 Ecart à ,67-7,34-11,00 Total des dépenses de l'etat hors charges de la dette et pensions 287,00 282,81 280,65 275,48 Ecart à ,19-6,35-11,52 La baisse des dépenses de l Etat en valeur prévue entre 2015 et 2017 sera principalement liée à la réduction de ses concours financiers aux collectivités (11,52 Mds contre 11 Mds ) hypothèse liée au fait que l Etat estime que les collectivités territoriales disposent de marges de manœuvre pour réduire leurs dépenses Page 11

12 LA CREATION D UN OBJECTIF INDICATIF D EVOLUTION DE LA DEPENSE PUBLIQUE LOCALE (ARTICLE 11 LPPFP) Le projet de loi de programmation pluriannuelle des finances publiques associe étroitement les collectivités territoriales à l effort de redressement des comptes publics A cet effet, l article 11 introduit un objectif indicatif d évolution de la dépense publique locale (ODEDEL) S il pose comme principe l association des collectivités à l élaboration des modalités de leur contribution au redressement des finances publiques, l article 11 définit également, en pourcentage d évolution annuelle et à périmètre constant, les évolutions suivantes : Dépense locale Dépenses de fonct 1,20% 0,50% 1,90% 2,0% 2,80% 2,0% 2,20% 1,90% Taux d'évolution de la dépense locale en valeur Cet objectif reste toutefois non contraignant et vient compéter les outils de pilotage des finances publiques existants, à l instar de l ONDAM (Assurance Maladie) Il fera par ailleurs l objet d un bilan préalable au débat d orientation des finances publiques, en Comité des Finances Locales qui émettra à ce titre un avis A compter de 2016, le Gouvernement présentera la décomposition de l objectif de dépense par catégories de collectivités (Article 28) Page 12

13 QUELS IMPACTS DU PACTE DE RESPONSABILITE POUR LA PERIODE ? Après le prélèvement de 1,5Md institué par la Loi de finances pour 2012, la loi de programmation pluriannuelle des finances publiques prévoit un prélèvement supplémentaire de 11Mds sur 3 ans ( ), ce qui se traduira par une réduction des concours financiers de 3,67Mds par an Participation au rétablissement des comptes publics En Mds Rappel Montant de la réduction de la DGF -1,5-5,17-8,83-12,50 Ecart annuel -1,5-3,67-3,67-3,66 La prise en charge par le bloc communal (communes + EPCI) en 2015 s établira à 56% du total de 3,67 Mds, soit 2,1Mds, le solde étant assumé par les départements et les régions Page 13

14 MODALITES DE REPARTITION DE L EFFORT DE REDUCTION ENTRE LES TROIS CATEGORIES DE COLLECTIVITES En 2015, la répartition de l effort entre les trois catégories de collectivités (Bloc communal, départements et régions) s effectue comme en 2014, au prorata de leur poids dans le total des recettes totales des collectivités territoriales Répartition de l'effort entre les catégories de collectivités territoriales Catégories de collectivités En Md En % du total Bloc communal 2,071 56,4% Départements 1,148 31,3% Régions 0,451 12,3% Total 3, ,0% La répartition au sein du bloc communal est prévue au prorata des parts respectives des communes et des EPCI à fiscalité propres dans le total des recettes réelles de fonctionnement du bloc communal Ces parts ont été appréciées au titre de 2011 et ont fait l objet d un arrondi Répartition de l'effort au sein du bloc communal Répartition de l'effort En Md En % du total Communes 1,450 70,0% EPCI 0,621 30,0% Total 2, ,0% Clé de répartition identique à celle de 2014 Page 14

15 MODALITES DE REPARTITION DE L EFFORT DE REDUCTION ENTRE LES TROIS CATEGORIES DE COLLECTIVITES (art 132 LFI 2014) Plusieurs hypothèses ont été évoquées au sein du Comité des finances locales dont celle retenue qui consiste à répartir pour 2014 l effort entre les trois catégories de collectivités (Bloc communal, départements et régions) au prorata de leur poids dans le total des recettes totales des collectivités territoriales Répartition de l'effort entre les catégories de collectivités territoriales Catégories de collectivités En Millions d'euros En % du total Bloc communal ,0% Départements ,7% Régions ,3% Total ,0% A noter que les départements bénéficieront d une recette transférée sous la forme des frais de gestion de la TFB (827M en 2014) La répartition au sein du bloc communal est prévue au prorata des parts respectives des communes et des EPCI à fiscalité propres dans le total des recettes réelles de fonctionnement du bloc communal Ces parts ont été appréciées au titre de 2011 et ont fait l objet d un arrondi Répartition de l'effort au sein du bloc communal Répartition de l'effort En Millions d'euros En % du total Communes ,0% EPCI ,0% Total ,0% Page 15

16 MODALITES DE CALCUL DE LA REDUCTION DE LA DGF POUR LES COMMUNES ET LES EPCI POUR 2015 (3) La référence aux «derniers comptes de gestion disponibles» permet d envisager pour 2015 la prise en compte des comptes de gestion 2013 Si tel était le cas et selon une première estimation permet d aboutir à la simulation des taux applicables : 1,83% pour les communes (0,74% en 2014) 2,59% pour les EPCI (1,05% en 2014) Détermination du taux de prélèvement si référence aux comptes de gestion 2013 Communes EPCI Total Recettes réelles de fonctionnement nettes des atténuations de produits des communes en Md 79,02 23,98 103,00 Montant de la réduction en Mds 1,450 0,621 2,071 Taux de réduction -1,83% -2,59% -2,02% L application du taux aux recettes corrigées des collectivités aboutit un montant qui se déduit de la dotation forfaitaire des communes et de la dotation d intercommunalité des EPCI Page 16

17 LES IMPACTS DE LA REDUCTION DE LA DGF SUR LA CABCS Dotation d'intercommunalité Écrêtement lié au redressement des finances publiques Total Ecrêtement Dotation d'intercommunalité nette de l'écrêtement au redressement des comptes publics Dotation de compensation Dotation globale de fonctionnement Le montant de la dotation d intercommunalité diminue de près de 90% entre 2014 et 2017 Une projection de la baisse des dotations de l Etat entre 2014 et 2017 permet d anticiper une baisse de 2M entre 2014 et 2017 Page 17

18 PROSPECTIVE Scénario de base : Estimation des impacts de la progression des charges de gestion et de la raréfaction des concours financiers de l Etat sur le niveau de l épargne Prise en compte d un niveau d investissement à compter de 2015 qui correspond à la moyenne constatée lors de la période passée (2015 intégrant les restes à réaliser de 2014) Page 18

19 en k CA Beaune Côté Sud Consolidation des comptes de la communauté Page 19 EVOLUTION DU NIVEAU DE L EPARGNE SYNTHESE Δmoy ou moyenne Produits de fonctionnement +0,1% Contributions directes +1,4% TEOM +2,5% Taxe de séjour n/a Produit des services, du domaine et ventes diverses +1,5% Reversements de fiscalité n/a DGF -9,1% Autres dotations et versements de l'etat -1,9% Subventions et participations des partenaires -0,8% Autres recettes -29,5% Charges de fonctionnement +1,2% Charges à caractère général +2,5% Charges de personnel nettes des remboursements +0,5% Autres charges de gestion courante n/a Autres dépenses 0% FNGIR n/a Péréquation horizontale n/a Autres dépenses +3,5% Charges d'intérêts +13,5% Epargne Brute -50,2% Remboursement du capital +17,6% Epargne Nette n/a Evolution des ressources de +0,1% limitée par la réduction des concours financiers de l Etat Les charges de fonctionnement progressent de 1,2% Augmentation plus rapide des dépenses que des recettes créant un effet de ciseaux qui réduit très fortement le niveau de l Epargne nette qui devient négative dès 2017 Ce scénario n est pas envisageable en tant que tel La communauté doit mettre en œuvre des mesures incitatives de limitation de l évolution des charges ou d augmentation des recettes

20 PROSPECTIVE Scénario 1 : Hypothèses identiques à celui du scénario de base Détermination de l effort à consentir pour maintenir la capacité d investissement de la communauté de la CABCS Page 20

21 EVOLUTION DU NIVEAU DE L EPARGNE L ampleur des marges de manœuvre à dégager est de 800K en 2015 et le double à l horizon SYNTHESE en k Δmoy ou moyenne Épargne Brute -27,6% Marges de manœuvre n/a Épargne brute avec marges de manœuvre -2,4% Remboursement du capital +4,7% Epargne Nette -3,9% Page 21 Le niveau de l épargne nette atteint 1,6M environ à l horizon 2020, niveau qui est plus de 20% inférieur à celui de 2014 Le maintien d un niveau d épargne élevé est la condition indispensable pour assumer une capacité d investissement saine c est-à-dire sans recours non maîtrisé à l emprunt La CABCS pourra neutraliser l effet de ciseaux de la section de fonctionnement en freinant l augmentation de ses dépenses et en dégageant des ressources nouvelles qui représenteraient globalement un surplus de 800 k en 2015, puis 200k par an jusqu en 2019 et 100k en 2020

22 FINANCEMENT DE L INVESTISSEMENT en k SYNTHESE Δmoy ou moyenne Dépenses d'investissement Recettes d'investissement Besoin de financement des investissements Epargne brute Variation de dette Variation du fonds de roulement La communauté pourrait assumer un niveau moyen de dépenses d investissement à compter de 2016 identique au montant moyen des années Epargne nette Emprunts nouveaux Variation du fonds de roulement FdR au 31/ En-cours de dette au 31/ Ratio de capacité de désendettement 3,1 2,3 2,6 3,3 4,0 3,3 2,9 2,5 Besoin de financement annuel moyen de 1,9M financé par de nouveaux emprunts, par la CAF nette dégagée en fonctionnement, et par la mobilisation du fonds de roulement Fonds de roulement maintenu à hauteur de 1,5M sur la période Avec les marges de manœuvre dégagées la communauté est en mesure de couvrir les deux tiers de son besoin de financement via l épargne nette et 1/3 par le recours à l emprunt nouveau, ce qui permettrait un maintien de la dette sur la période Page 22

23 LE BUDGET ANNEXE TRANSPORT Page 23

24 SYNTHESE en k Δmoy ou moyenne Produits de fonctionnement 15,51% Autres recettes fiscales 12,43% Dont versement transports 12,43% Produit des services 4,45% Subventions et participations des partenaires 17,23% Dont participation CABCS 16,68% Dont participation communes -100,00% Dont participation Département 17,50% Charges de fonctionnement 15,49% Charges à caractère général 19,16% Charges de personnel nettes des remboursements 9,99% Autres charges de gestion courante -100,00% Autres dépenses 6,95% Charges d'intérêts 14,76% Epargne Brute 15,77% Remboursement du capital 21,86% Epargne Nette 12,39% Dépenses d'investissement Dont dépenses d'équipement Recettes d'investissement Besoin de financement des investissements Epargne brute Variation de dette Variation du fonds de roulement Epargne nette Emprunts nouveaux Variation du fonds de roulement FdR au 31/ En-cours de dette au 31/ Ratio de capacité de désendettement 3, ,1 1,5 1,8 1,3 5,1 2,0 Page 24

25 COMMENTAIRES Les produits de fonctionnement du BA Transport connaissent une croissance rapide sur la période Ils sont fortement marqués par la dépendance aux subventions du Département (54% en moyenne) et du budget principal Le VT représente également une part significative des ressources (26% en moyenne sur la période) La part des produits des services est quant à elle très faible Les charges de fonctionnement augmentent un peu plus rapidement que les produits, une tendance qui se confirme en fin de période Ce sont les charges à caractère général et de personnel qui expliquent cette hausse L épargne brute se maintient à un niveau relativement faible tout au long de la période malgré les participations versées par la CABCS La dette résiduelle représente près de 460k à la fin de l exercice 2014 Le ratio de capacité de désendettement s établit quant à lui à 2 années S agissant des perspectives, une augmentation du versement transport permettrait de réduire l implication du budget principal Page 25

26 en k SYNTHESE Δmoy ou moyenne Produits de fonctionnement +1,4% Autres recettes fiscales +2,0% Dont versement transports +2,0% Produit des services, du domaine et ventes diverses n/a Subventions et participations des partenaires +1,2% Dont participation CABCS n/a Dont participation Département 0% Charges de fonctionnement +2,0% Charges à caractère général +2,0% Charges de personnel nettes des remboursements +2,0% Autres charges de gestion courante n/a Autres dépenses +2,0% Charges d'intérêts n/a Epargne Brute -13,4% Remboursement du capital -0,1% Epargne Nette -35,1% Dépenses d'investissement Dont dépenses d'équipement Recettes d'investissement Besoin de financement des investissements Epargne brute Variation de dette Variation du fonds de roulement Epargne nette Emprunts nouveaux Variation du fonds de roulement Page 26 FdR au 31/ En-cours de dette au 31/ Ratio de capacité de désendettement 3,9 2,0 3,6 3,7 4,0 4,4 4,7 5,0

27 BUDGET ANNEXE REGIE DE L EAU Page 27

28 Analyse rétrospective du budget de l'eau Evolution annuelle moyenne Recettes d'exploitation* 2,91% 758,07 991,35 663,12 742,39 780,88 845,56 900,42 -Dont vente d'eau aux abonnés 4% 536,20 544,32 558,74 581,58 636,64 676,58 681,49 -Dont redevance pour pollution d'origine domestique 21% 42,64 73,99 80,60 98,77 106,40 123,07 134,97 -Dont autres taxes et redevances 6% 14,81 14,81 13,90 33,96 33,68 16,07 20,89 -Dont autres recettes -15% 164,44 358,22 9,88 28,08 4,16 29,85 63,08 Dépenses d'exploitation* 9,47% 368,29 385,57 431,39 497,39 504,39 571,60 633,88 -Dont achat d'eau 43% 24,61 26,83 14,53 12,87 31,84 11,37 -Dont services extérieurs -100% 75,50 79,89 1,82 4,10 123,59 117,45 -Dont régie sous traitance 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 6,07 -Dont publicité -100% 3,48 0,57 0,80 1,79 1,47 2,05 212,10 -Dont redevance aux agences de l'eau -100% 122,63 98,19 102,46 28,09 25,91 28,17 -Dont redevance pollution -100% 0,49 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 -Dont autres charges à caractère général -100% 21,27 47,32 145,56 159,32 47,36 64,26 -Dont charges de personnel 8% 103,69 114,94 148,86 160,98 147,86 154,30 163,76 -Dont autres charges de gestion courante -100% 0,01 0,00 0,00 5,90 0,00 5,90 -Dont charges financières 31% 16,60 14,83 14,09 10,49 8,61 59,27 83,36 - Dont autres dépenses 0,00 3,01 3,28 113,86 117,75 128,85 174,66 CAF brute -6,14% 389,78 605,77 231,73 244,99 276,49 273,96 266,54 Remboursement du capital 14% 55,59 28,72 28,53 38,30 16,56 89,16 123,95 CAF nette -13,23% 334,19 577,05 203,20 206,69 259,93 184,79 142,59 Dépenses d'investissement 508,43 214,34 698,75 171,59 782,08 699,29 426,51 566,45 Recettes d'investissement 49,22 3,36 45,03 73,99 25,29 28,78 95,80 72,26 Besoin de financement 459,21 210,98 653,71 97,59 756,79 670,52 330,70 494,18 Variation de dette 238,17-55,59-28,72-28,53-38,30-16, ,84-123,95 CAF brute 327,04 389,78 605,77 231,73 244,99 276,49 273,96 266,54 Variation du fonds de roulement 106,00 123,21-76,66 105,61-550,09-410, ,09-351,59 Fonds de roulement au 31 décembre 181,97 123,2 100,35 205,96-344,14-754, ,36 795,77 En-cours de dette au 31/12 455,30 426,58 398,05 359,75 343, , ,08 Ratio de capacité de désendettement 1,2 0,7 1,7 1,5 1,2 8,4 8,2 Page 28

29 Prospective du budget de la régie de l'eau Δmoy ou en k moyenne Recettes d'exploitation +1,4% Dont vente d'eau aux abonnés +6,2% Dont redevance pour pollution d'origine domestique -100,0% 135 -Dont autres taxes et redevances -100,0% 21 -Dont autres recettes 63 Charges d'exploitation +0,3% Charges de personnel -0,1% Frais généraux +3,4% Charges financières +18,1% Autres dépenses -100,0% 175 Epargne de gestion +8,1% Intérêts de la dette +18,1% Epargne Brute +3,7% Remboursement du capital +23,1% Epargne Nette n/a Dépenses d'investissement Recettes d'investissement Besoin de financement des investissements Epargne brute Variation de dette Variation du fonds de roulement Epargne nette Emprunts nouveaux Variation du fonds de roulement Le prix de l eau devrait être revu à la hausse de près de 45% pour que la CABCS soit en mesure de supporter le volume d investissement de la période lié à l entretien et au renouvellement du réseau Une priorité sera donnée aux travaux qui bénéficieront de l Aide de l Agence de l eau FdR au 31/ En-cours de dette au 31/ Ratio de capacité de désendettement 15,2 8,2 8,7 11,3 14,9 16,9 17,9 21,4 Page 29

30 BUDGET ANNEXE EAU AFFERMAGE Page 30

31 ANALYSE RETROSPECTIVE budget annexe eau affermage (en k ) Evolution annuelle moyenne Recettes d'exploitation* -8,06% 1 106, , ,78 632,29 677,57 777,51 668,69 - Dont ventes d'eau -5% 867,09 863, ,91 629,75 676,46 599,21 641,41 - Dont redevance pollution -100% 84,36 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 - Dont autres recettes -25% 155,32 603,53 606,87 2,55 1,11 178,31 27,27 Dépenses d'exploitation* 0,80% 388,37 374,41 236,17 319,62 307,73 335,82 407,29 - Dont charges de personnel -3% 150,47 145,37 122,31 120,04 122,32 124,19 126,68 - Dont sous-traitance générale 12% 38,34-10,76 0,00 0,00 0,00 19,31 - Dont achat d'eau -100% 81,02 50,42 79,45 87,18 81,20 78,21 - Dont redevance pollution -100% 57,22 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 77,32 - Dont intérêts de la dette 21% 36,49 20,41 11,46 6,68 4,97 40,45 112,46 - Dont autres dépenses 24% 24,83 168,98 22,96 105,73 99,24 73,64 90,83 CAF brute -15,51% 718, , ,61 312,67 369,83 441,70 261,39 Remboursement du capital 9% 126,13 125,91 112,59 552,25 73,37 116,64 210,61 CAF nette -33,60% 592,27 966, ,02-239,58 296,46 325,06 50,78 Dépenses d'investissement 1 218,30 320,85 300,53 834,44 892, , , ,40 Recettes d'investissement 375,25 14,32 232,35 148,22 227,59 260, ,71 510,53 Besoin de financement 843,05 306,52 68,18 686,23 664, , ,13 823,87 Variation de dette 202,07-126,13-125,91-112,59-552,25-73, ,36-210,61 CAF brute 682,20 718, , ,61 312,67 369,83 441,70 261,39 Variation du fonds de roulement 41,22 285,75 898,70 779,80-904, , ,93-773,09 Fonds de roulement au 31 décembre 1 365,29 308, , , ,26 533, ,03 919,94 En-cours de dette au 31/ , , ,95 718,69 645, , ,07 Ratio de capacité de désendettement 2,1 1,3 0,8 2,3 1,7 7,4 11,7 Page 31

32 en k Δmoy ou moyenne Synthèse du scénario Recettes d'exploitation +13,7% Dont redevances +14,5% Dont autres recettes 27 Charges d'exploitation +8,9% Dont charges de personnel +0,8% Dont sous-traitance générale +6,0% Dont intérêts de la dette +25,4% Dont autres dépenses n/a 91 Epargne de gestion +21,5% Intérêts de la dette +25,4% Epargne Brute +19,6% Remboursement du capital +24,4% Epargne Nette n/a Dépenses d'investissement Recettes d'investissement Besoin de financement des investissements Epargne brute Variation de dette Variation du fonds de roulement Epargne nette Emprunts nouveaux Variation du fonds de roulement FdR au 31/ En-cours de dette au 31/ Ratio de capacité de désendettement 12,6 11,7 12,1 7,3 9,8 13,1 15,6 17,8 Dans ce scénario, Il a été retenu une augmentation des recettes qui pourra se traduire par une hausse de la surtaxe eau potable et/ou l institution d une part fixe afin de ne pas déséquilibrer très fortement le budget Page 32

33 BUDGET ANNEXE REGIE DE L ASSAINISSEMENT Page 33

34 ANALYSE RETROSPECTIVE (en k ) Evolution annuelle moyenne Recettes d'exploitation* -4,78% Dont redevance assainissement collectif 3,49% Dont autres taxes et redevances Dont autres produits des services -17,72% Dont autres recettes -30,13% Dépenses d'exploitation* 13,10% Dont achat d'eau 9,30% Dont services extérieurs 13,30% Dont régie sous traitance 50,38% Dont publicité -0,66% Dont redevance aux agences de l'eau Dont autres charges à caractère général 30,94% Dont charges de personnel 4,61% Dont charges financières 10,82% Dont autres dépenses 195,76% CAF brute -15,02% Remboursement du capital -1,42% CAF nette -18,15% Dépenses d'investissement Recettes d'investissement Besoin de financement Variation de dette CAF brute Variation du fonds de roulement Fonds de roulement au 31 décembre En-cours de dette au 31/ Ratio de capacité de désendettement 1,2 2,6 3,7 3,0 2,7 4,3 5,4 Page 34

35 en k Synthèse du scénario Δmoy ou moyenne Recettes d'exploitation +0,7% Produits redevances +0,8% Prime d'épuration -1,0% Charges d'exploitation +1,4% Charges de personnel -0,1% Charges courantes +1,0% Charges d'intérêt de la dette +6,9% Epargne de gestion +1,0% Intérêts de la dette +6,9% Epargne Brute -0,4% Remboursement du capital +12,7% Epargne Nette -18,0% Dépenses d'investissement Recettes d'investissement Besoin de financement des investissements Le volume d investissements sur la période pourrait être absorbé par le budget par le biais d une légère hausse de tarif Des diagnostics des réseaux vont être menés dès 2015 et pourront donner lieu à des travaux de maintien en état et/ou d amélioration sur la période à venir Epargne brute Variation de dette Variation du fonds de roulement Epargne nette Emprunts nouveaux Variation du fonds de roulement FdR au 31/ En-cours de dette au 31/ Ratio de capacité de désendettement 5,4 4,5 4,4 5,9 6,1 7,1 7,9 Page 35

36 BUDGET ANNEXE ASSAINISSEMENT AFFERMAGE Page 36

37 ANALYSE RETROSPECTIVE (en k ) Evolution annuelle moyenne Dépenses d'exploitation* +11,9% Dont achats non stockés -36,1% Dont services extérieurs +58,6% Dont sous-traitance générale +1,7% Dont Dont publicité +55,7% Dont autres charges à caractère général -4,6% Dont charges de personnel +5,4% Dont Charges financières +20,1% Dont Autres dépenses -5,0% Recettes d'exploitation* +4,0% Dont autres taxes et redevances -26,2% Dont redevance assainissement collectif +5,9% Dont autres recettes Autres produits de gestion courante Autres recettes -1,1% CAF brute +0,9% Remboursement du capital -30,9% CAF nette -175,6% Dépenses d'investissement Recettes d'investissement Besoin de financement Variation de dette CAF brute Variation du fonds de roulement Fonds de roulement au 31 décembre En-cours de dette au 31/12 N/A Ratio de capacité de désendettement N/A 2,7 9,1 9,7 11,4 13,1 8,7 10,2 Page 37

38 en k Δmoy ou moyenne Synthèse du scénario Recettes d'exploitation +8,2% Produits des redevances domestique et industrielle +9,2% Prime d'épuration +1,5% Charges d'exploitation +2,2% Charges de personnel +1,7% Charges à caractère général +2,0% Charges financières +2,6% Autres -100,0% 2 La situation financière du budget annexe pourrait être maintenue grâce à une augmentation des recettes d environ 1M à l horizon 2020 Epargne de gestion +9,4% Intérêts de la dette +2,6% Epargne Brute +11,5% Remboursement du capital +6,1% Epargne Nette +18,9% Dépenses d'investissement Recettes d'investissement Besoin de financement des investissements Epargne brute Variation de dette Variation du fonds de roulement Epargne nette Emprunts nouveaux Variation du fonds de roulement FdR au 31/ En-cours de dette au 31/ Ratio de capacité de désendettement 7 10,16 6,87 6,21 6,06 6,19 6,56 7,56 Page 38

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS Le 4 février 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES www.stratorial-finances.fr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy

Plus en détail

57 ème CONGRES DE L ASSOCIATION DES MAIRES DE L ISERE A GRENOBLE PLF : PRINCIPALES CONSEQUENCES FINANCIERES POUR LES COLLECTIVITES LOCALES

57 ème CONGRES DE L ASSOCIATION DES MAIRES DE L ISERE A GRENOBLE PLF : PRINCIPALES CONSEQUENCES FINANCIERES POUR LES COLLECTIVITES LOCALES 57 ème CONGRES DE L ASSOCIATION DES MAIRES DE L ISERE A GRENOBLE PLF : PRINCIPALES CONSEQUENCES FINANCIERES POUR LES COLLECTIVITES LOCALES Jean-Pierre COBLENTZ et l équipe de Stratorial Finances Contacts

Plus en détail

AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS

AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS Le 21 NOVEMBRE 2014 Jean-Pierre COBLENTZ Rozenn LE CALVEZ STRATORIAL FINANCES wwwstratorial-financesfr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy 75012

Plus en détail

KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune

KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune Présentation du 10 juin 2014 François Saint Martin Anne-Laure Caumette Rappel des objectifs de l étude confiée à KPMG Disposer

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

Commune de Nieppe. Audit de début de mandat Présentation dans le cadre du conseil municipal 26/11/2014. Jacques Dufour - associé

Commune de Nieppe. Audit de début de mandat Présentation dans le cadre du conseil municipal 26/11/2014. Jacques Dufour - associé Commune de Nieppe Audit de début de mandat Présentation dans le cadre du conseil municipal 26/11/2014 Jacques Dufour - associé Aurélie Serrano Maxime Gallet Objet de la mission La ville de Nieppe a confié

Plus en détail

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma?

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? 1 EXFILO cabinet de conseil en finances publiques locales Ce document a été réalisé par les consultants du cabinet EXFILO, conseil en finances

Plus en détail

Analyse financière prospective 2010-2014 Mars 2011

Analyse financière prospective 2010-2014 Mars 2011 COMMUNAUTE DE COMMUNES DU DIOIS Analyse financière prospective 2010-2014 Mars 2011 KPMG Secteur public droit suisse. Tous droits réservés. Imprimé en France. 1 Points généraux droit suisse. Tous droits

Plus en détail

Les deux derniers mandats des communes et des groupements. Sommaire

Les deux derniers mandats des communes et des groupements. Sommaire Sommaire Les finances des communes en 215......................... p. 3 Les finances des groupements à fiscalité propre en 215........... p. 6 Quelles projections financières sur le mandat 214-219?..........

Plus en détail

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail

Connaissance partagée des politiques fiscales et financières de l ensemble intercommunal. Mise à jour de la rétrospective de la Communauté de Communes

Connaissance partagée des politiques fiscales et financières de l ensemble intercommunal. Mise à jour de la rétrospective de la Communauté de Communes Communauté de communes Tarn et Dadou Connaissance partagée des politiques fiscales et financières de l ensemble intercommunal Mise à jour de la rétrospective de la Communauté de Communes Présentation du

Plus en détail

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015 Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014 Débat d Orientation Budgétaire 2015 Le budget 2015 sera le premier de ce nouveau mandat 2014-2020 Il est construit sur le Plan de mandat financier en

Plus en détail

Mairie de Portets Audit financier Rapport de mission Projet

Mairie de Portets Audit financier Rapport de mission Projet Mairie de Portets Audit financier Rapport de mission Projet KPMG Secteur public 12 décembre 2014 Sommaire page 1. Analyse financière rétrospective 2008-2013.. 3 2. Analyse financière prospective.. 23 Conclusion.

Plus en détail

Trésorerie de Felletin

Trésorerie de Felletin ANALYSE FINANCIERE ET FISCALE DE LA COMMUNE DE FELLETIN 211//213 Trésorerie de Felletin INTRODUCTION L analyse financière rétrospective, réalisée en avril 214, concerne la période de gestion des exercices

Plus en détail

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Conseil Municipal du 26 février 2015 Table des matières Préambule I - Analyses et perspectives économiques 2015 a) Contexte international et national b) L impact

Plus en détail

Evolution des équilibres financiers au fil de l eau. (sans nouveaux investissements) 24/02/2015. Communauté de Communes du Pays d Astrée

Evolution des équilibres financiers au fil de l eau. (sans nouveaux investissements) 24/02/2015. Communauté de Communes du Pays d Astrée Communauté de Communes du Pays d Astrée Prospective financière 2014 2020 Présentation en Conseil Communautaire Février 2015 Evolution des équilibres financiers au fil de l eau (sans nouveaux investissements)

Plus en détail

Trésorerie de SERIGNAN

Trésorerie de SERIGNAN ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SERIGNAN Trésorerie de SERIGNAN OCTOBRE 212 SOMMAIRE Introduction... 3 Principaux constats... 3 A) Composantes des charges et des produits réels de fonctionnement...

Plus en détail

Tableau d équilibre du budget 2016 de la MGP (résumé de la note jointe)

Tableau d équilibre du budget 2016 de la MGP (résumé de la note jointe) Tableau d équilibre du budget 2016 de la MGP (résumé de la note jointe) L esquisse du budget 2016 de la MGP présente un montant d épargne brute de 65 M. * * * Cet autofinancement est dégagé grâce à un

Plus en détail

Panorama financier 2 0 1 1

Panorama financier 2 0 1 1 Panorama financier 2 1 1 des communautés de communes Les communautés sont appelées à connaître dans les années qui viennent de nombreux bouleversements : effets de la réforme fiscale de 29, implications

Plus en détail

PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES

PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES contact : Sophie Blanc - responsable administrative 04 75 89 80 80 - fax : 04 75 89 80 98 - La Chastelanne 07260 Joyeuse administration@pays-beaumedrobiefr

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de 10 000 habitants

Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de 10 000 habitants Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de 10 000 Au 1 er janvier 2005, la France métropolitaine compte 35 684 communes de moins de 10 000 regroupant 30,7 millions d, soit 51 % de la population

Plus en détail

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) -

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - - Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010 ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE () SICTOBA Mai 2010 Pascal HEYMES Stratorial Finances Agence de Montpellier 2, rue des Arbousiers 34070 MONTPELLIER Tél. : 04 99 61 47 05 - Fax : 04 99 61 47 09 www.stratorial-finances.fr

Plus en détail

Formation au profit des Responsables et cadres exerçant dans les Collectivités Locales. Analyse Financière des collectivités locales

Formation au profit des Responsables et cadres exerçant dans les Collectivités Locales. Analyse Financière des collectivités locales Formation au profit des Responsables et cadres exerçant dans les Collectivités Locales Analyse Financière des collectivités locales Maison de l Elu, Marrakech 23 May 2012 Présenté par: M. Hassan Ameur

Plus en détail

LES FINANCES LOCALES EN 2013 Publication réalisée par ARKEA Banque Entreprises et Institutionnels,

LES FINANCES LOCALES EN 2013 Publication réalisée par ARKEA Banque Entreprises et Institutionnels, LES TENDANCES NOTE FINANCIERES DE CONJONCTURE 2014 DES GRANDES COLLECTIVITES LOCALES LES FINANCES LOCALES EN 2013 Publication réalisée par ARKEA Banque Entreprises et Institutionnels, ARKEA / SFL-FORUM

Plus en détail

Ville de Saint-Péray. Analyse financière de la ville de Saint-Péray 2008-2020. Juillet 2014

Ville de Saint-Péray. Analyse financière de la ville de Saint-Péray 2008-2020. Juillet 2014 Ville de SaintPéray Analyse financière de la ville de SaintPéray 20082020 Juillet 2014 1 Fiche d identité de la commune DONNEES 2013 Le territoire de Saint Peray L appréciation de la richesse financière

Plus en détail

Fiche n 1 : Les ratios de niveau SITUATION FINANCIERE : commune de SAINT-REMY-LES-CHEVREUSE

Fiche n 1 : Les ratios de niveau SITUATION FINANCIERE : commune de SAINT-REMY-LES-CHEVREUSE Fiche n 1 : Les ratios de niveau SITUATION FINANCIERE : commune de SAINT-REMY-LES-CHEVREUSE 1 Département : Yvelines Poste : 785 Instruction comptable : M14 N INSEE : 575 Population avec double comptes

Plus en détail

2013 : les prémices d une nouvelle donne pour les finances locales

2013 : les prémices d une nouvelle donne pour les finances locales Présentation CERC Ile de France, le 7 novembre 2013 Paris 2013 : les prémices d une nouvelle donne pour les finances locales Thomas Rougier Martine Ly Directeur des Etudes Directrice Territoriale IdF Direction

Plus en détail

Mairie de Fenouillet Audit de début de mandat

Mairie de Fenouillet Audit de début de mandat ABCD SECTEUR PUBLIC Mairie de Fenouillet Audit de début de mandat Conseil Municipal du 24 juin 2014 Anne-Laure Caumette Rappel des objectifs de l étude confiée à KPMG Disposer d une analyse objective et

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

ACTUALITÉ DES FINANCES DES DÉPARTEMENTS

ACTUALITÉ DES FINANCES DES DÉPARTEMENTS ACTUALITÉ DES FINANCES DES DÉPARTEMENTS Présentation par M. LEBRETON, Président de l ADF 9 octobre 2012 1 Glossaire des sigles AIS: Allocations individuelles de solidarité APA: Allocation personnalisée

Plus en détail

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014 ( 20 000 habitants) Juin 2014 Sommaire Les petites en France 3 Les volumes d intervention 4 Les principales ressources courantes 5-6 L épargne brute 7 Les dépenses d investissement 8 L encours de dette

Plus en détail

LES TENDANCES FINANCIERES 2015 DES GRANDES COLLECTIVITES LOCALES

LES TENDANCES FINANCIERES 2015 DES GRANDES COLLECTIVITES LOCALES LES TENDANCES FINANCIERES 2015 DES GRANDES COLLECTIVITES LOCALES Publication réalisée par ARKEA Banque Entreprises et Institutionnels, en partenariat avec l Juin 2015 EDITO Dans un contexte de réforme

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROSPECTIVE FINANCIERE DE LA COMMUNE SAINT JULIEN EN GENEVOIS 20 octobre 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Rozenn LE CALVEZ STRATORIAL FINANCES wwwstratorial-financesfr Les Tours Gamma - Tour A 193 rue de Bercy

Plus en détail

Centre des Finances Publiques de LA FERTE ALAIS

Centre des Finances Publiques de LA FERTE ALAIS ANALYSE FINANCIERE DE MOIGNY SUR ECOLE EXERCICES 2009 à 2011 Centre des Finances Publiques de LA FERTE ALAIS PRÉSENTATION DE LA COLLECTIVITÉ Moigny-sur-Ecole est une commune composée de 1 316 habitants

Plus en détail

Commune de Plan d Aups Sainte Baume

Commune de Plan d Aups Sainte Baume Commune de Plan d Aups Sainte Baume Audit de début de mandat Le 23 juillet 2014 Restitution publique Ce document ne peut se lire et s interpréter qu en liaison avec les commentaires apportés oralement

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE LA VERNAZ

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE LA VERNAZ SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE LA VERNAZ Cette étude, réalisée en novembre 2009, porte sur le budget principal de la commune et concerne les années 2004 à 2008. Les données sont exprimées en euros.

Plus en détail

Ville de Beaucourt. Analyse financière rétrospective 2005-2012. Conseil municipal du 18 juin 2013

Ville de Beaucourt. Analyse financière rétrospective 2005-2012. Conseil municipal du 18 juin 2013 Ville de Beaucourt Analyse financière rétrospective 2005-2012 Conseil municipal du 18 juin 2013 Sommaire Page Fiscalité 2 Budget de fonctionnement 7 Soldes intermédiaires de gestion 13 Investissements

Plus en détail

Rapport financier - Exercice 2013

Rapport financier - Exercice 2013 Rapport financier - Exercice 2013 Sommaire Le budget réalisé en 2013 // Résultat de l'exercice 2013 page 4 // Origine des recettes page 4 // Destination des dépenses page 4 Les grands équilibres financiers

Plus en détail

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche Audit de début de mandat Commune de Saint-Nom la Bretèche Analyse de la situation financière à fin 2013 Septembre 2014 CALIA Conseil Siège 24 rue Michal 75013 PARIS Antenne de Lyon Tour Part Dieu 129 Rue

Plus en détail

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014 Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 COMPTE ADMINISTRATIF 2009 Des résultas de gestion satisfaisants mais une marge de manœuvre

Plus en détail

Trésorerie de BEAUCAIRE en collaboration avec le service CEPL-PFDL de la Trésorerie générale du Gard

Trésorerie de BEAUCAIRE en collaboration avec le service CEPL-PFDL de la Trésorerie générale du Gard ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE BELLEGARDE Trésorerie de BEAUCAIRE en collaboration avec le service CEPL-PFDL de la Trésorerie générale du Gard PRESENTATION DE LA COMMUNE La Commune de Bellegarde compte

Plus en détail

LA LOI DE FINANCES POUR 2012. Le solde général du budget de l Etat. Exécution 2010

LA LOI DE FINANCES POUR 2012. Le solde général du budget de l Etat. Exécution 2010 LA LOI DE FINANCES POUR 2012 Le solde général du budget de l Etat (en milliards d euros) Exécution 2010 Prévisions 2011 PLF 2012 Dépenses 422,60 Md 361,90 Md 366,00 Md Recettes nettes 271,80 Md 270,00

Plus en détail

Mission d audit financier de début de mandat

Mission d audit financier de début de mandat Ville de Louveciennes Mission d audit financier de début de mandat Synthèse 23 octobre 2014 Vos interlocuteurs : MAZARS Secteur public 61, rue Henri Regnault 92075 La Défense Cedex Thierry GREGOIRE Senior

Plus en détail

DISPOSITIONS RELATIVES AU PROJET DE LOI DE FINANCES 2014 ASSOCIATION DES PETITES VILLES DE FRANCE

DISPOSITIONS RELATIVES AU PROJET DE LOI DE FINANCES 2014 ASSOCIATION DES PETITES VILLES DE FRANCE DISPOSITIONS RELATIVES AU PROJET DE LOI DE FINANCES 2014 ASSOCIATION DES PETITES VILLES DE FRANCE Paris, le 22 octobre 2013 Présentation animée par Jean-Pierre COBLENTZ Support réalisé par l équipe de

Plus en détail

Baisse de l autofinancement et des investissements : un défi pour l action publique locale

Baisse de l autofinancement et des investissements : un défi pour l action publique locale Serge Bayard Président du conseil d administration La Banque Postale Collectivités Locales Jean-Pierre Balligand Président du Comité d orientation des finances locales La Banque Postale Thomas Rougier

Plus en détail

BUDGETS PRIMITIFS 2015

BUDGETS PRIMITIFS 2015 BUDGETS PRIMITIFS 215 Communauté d Agglomération de la Vallée de la Marne 1/ Budget principal 2/ Assainissement 17/2/215 1 Contexte Un environnement territorial contraint dans un contexte économique tendu

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM Budget Primitif 2014 Conseil Municipal du 18 décembre 2013 Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM «Actes» budgétaires Mandat 2008-2014 La préparation budgétaire 2014 clôture l exercice pluriannuel 2008 Début

Plus en détail

Note de synthèse Débat d orientation budgétaire Ville du Croisic

Note de synthèse Débat d orientation budgétaire Ville du Croisic 2014 Note de synthèse Débat d orientation budgétaire Ville du Croisic 06/02/2014 Budget principal SOMMAIRE 1 Principes P 3 A - Principes généraux P 3 B - Retraitements comptables P 4 2 Indicateurs économiques

Plus en détail

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013)

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) ACCOMPAGNANT LE PROJET DE LOI DE FINANCES DE L ANNEE 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 I. LA SITUATION

Plus en détail

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 3 1.1 Les indicateurs de la santé financière d'une

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL Compte Administratif 2014 SECTION DE FONCTIONNEMENT DEPENSES CA 2013 CA 2014 Alloué Réalisé Alloué Réalisé 011 Charges à caractère général 445 615 424 289,55 448 291 411 184,65 012 Charges

Plus en détail

Exercices 2011 à 2013

Exercices 2011 à 2013 ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE PLOUGUERNEAU Exercices 211 à 213 Avril 214 Centre des Finances Publiques de LANNILIS PRESENTATION DE LA COLLECTIVITÉ Cette étude porte sur les exercices 211 à 213 et

Plus en détail

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 Le 18 novembre 2014 L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 Départements Finances / Intercommunalité et territoires Claire GEKAS & Alexandre HUOT

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014 Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés Septembre 2014 Synthèse du diagnostic financier de l Agglo du Pays d Aubagne et de l Etoile

Plus en détail

BILAN 2011. - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 2010 et 2009

BILAN 2011. - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 2010 et 2009 BILAN 211 - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 21 et 29 - Les dépenses de fonctionnement sont en baisse et les recettes augmentent - Ainsi la capacité d autofinancement

Plus en détail

Les finances locales en 2014 : actualité, enjeux et perspectives. 9 janvier 2014

Les finances locales en 2014 : actualité, enjeux et perspectives. 9 janvier 2014 Les finances locales en 2014 : actualité, enjeux et perspectives 9 janvier 2014 Le casse-tête chinois Baisse des dotations Péréquation Volatilité de l assiette fiscale Dépenses contraintes Renouvellement

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

2) Les principales évolutions des montants (budget principal + budgets annexes)

2) Les principales évolutions des montants (budget principal + budgets annexes) DDOPF cr 25/03/2016 Observations Compte Administratif 2015 - Séance du 28/03/2016 (à partir des documents CA 2014 et CA 2015) A NOTER, à compter de 2015, la ville dispose de 4 budgets annexes assujettis

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Département des Bouches-du-Rhône. Rapport Financier. Shutterstock

Département des Bouches-du-Rhône. Rapport Financier. Shutterstock Département des Bouches-du-Rhône Rapport Financier 2014 Shutterstock LA DETTE PROPRE Rapport financier 2014 La dette propre Au 31 décembre 2014, l encours de dette représente 517, contre 369 en 2013. Le

Plus en détail

LEVET COMMUNE DE LEVET

LEVET COMMUNE DE LEVET LEVET COMMUNE DE LEVET Conseil Municipal du 4 juin 2015 Le Compte Administratif présenté aujourd hui découle de la gestion de l exercice 2014 : il constitue notre socle de gestion pour l avenir. Compte

Plus en détail

Dette et portrait financier

Dette et portrait financier L ENDETTEMENT L administration municipale a principalement recours à l emprunt à long terme pour financer ses immobilisations. Pour l essentiel, le profil de l endettement est grandement influencé par

Plus en détail

Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise

Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise Table des matières 1 Analyse financière de l hôpital d Albertville-Moûtiers... 2 1.1 Analyse de l évolution et résultat... 2 1.2 Analyse de la structure

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et des intercommunalités Bilan 2 14 et projections 215-217 214 : une forte baisse de l épargne brute et des investissements qui cristallisent

Plus en détail

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES La participation des communes au plan d économies initié par l Etat va modifier substantiellement les équilibres financiers des collectivités locales et notamment

Plus en détail

REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET NOUVEAU PANIER

REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET NOUVEAU PANIER Février 2010 REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET NOUVEAU PANIER DE RESSOURCES POUR LES COLLECTIVITES LOCALES 1 RE PARTIE PRESENTATION DES GRANDS PRINCIPES Depuis le 1 er janvier 2010, les entreprises

Plus en détail

Vue d ensemble POIDS DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES. Source : Insee, comptes nationaux, base 2005.

Vue d ensemble POIDS DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES. Source : Insee, comptes nationaux, base 2005. Vue d ensemble En 2012, en France, la croissance économique est nulle. En euros constants, le produit intérieur brut (PIB), après une progression de 1,7 % en 2010 et de 2,0 % en 2011, stagne. Les recettes

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Commune de Pierre-Olivier Hofer Directeur associé Ludivine Louette Consultante Toulouse, le 20 mai 2014 E14-0514 EXFILO Tél : 01.83.62.86.35 Fax : 01.83.62.86.34

Plus en détail

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Éditorial Le budget primitif 2015 s inscrit dans un contexte économique et social contraint. Face à cette situation,

Plus en détail

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace Avis 17 juin 2015 Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace 17 juin 2015 2 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

Loi de Finances 2016 et Loi de Finances rectificatives pour 2015 Conformément à la LPFP 2014-2019. Janvier 2016

Loi de Finances 2016 et Loi de Finances rectificatives pour 2015 Conformément à la LPFP 2014-2019. Janvier 2016 Loi de Finances 2016 et Loi de Finances rectificatives pour 2015 Conformément à la LPFP 2014-2019 Janvier 2016 Document préparé par le cabinet Fidelia Consulting 36, rue Julienne David 44850 Saint-Mars

Plus en détail

Centre des finances publiques d OULLINS

Centre des finances publiques d OULLINS ANALYSE FINANCIERE COMMUNE DE VERNAISON Centre des finances publiques d OULLINS PRESENTATION DE LA COLLECTIVITÉ La commune est située dans l arrondissement de Lyon. Elle compte 4 519 habitants. Vernaison

Plus en détail

Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal

Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal Commune de Wasquehal Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal Thierry Boudjemaï Manager, secteur public Aurélie Serrano Consultante sénior Objet de la synthèse Par lettre

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006

ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006 VILLE DE PLOEMEUR 31 octobre 2005 Service Financier ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006 En application de l article L 2312-1 du Code Général des Collectivités Territoriales, un débat d orientations

Plus en détail

I. LA LOI DE FINANCES POUR 2016

I. LA LOI DE FINANCES POUR 2016 DEBAT D ORIENTATION BUDGETAIRE 2016 Ville d Ecommoy I. LA LOI DE FINANCES POUR 2016 DGF : Pour poursuivre le plan d économies de 50 milliards d euros fixé par la loi du 29 décembre 2014 de programmation

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE PLOUGUERNEAU

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE PLOUGUERNEAU ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE PLOUGUERNEAU Exercices 212 à 214 Centre des Finances Publiques de LANNILIS Mars 215 SOMMAIRE I) LA FORMATION DE L'AUTOFINANCEMENT...4 A) Composantes des charges et des

Plus en détail

Le projet de loi de finances pour 2015 avant discussion en séance publique

Le projet de loi de finances pour 2015 avant discussion en séance publique Département Finances Dossier suivi par Nathalie BRODIN, Claire GEKAS Lundi 13 octobre 2014 Le projet de loi de finances pour 2015 avant discussion en séance publique SOMMAIRE OBJECTIF DE REDUCTION DU DEFICIT

Plus en détail

Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré

Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré Le service Finances de la CAN a élaboré cette fiche à partir des documents transmis par les communes en juillet 2014 : - Compte Administratif

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE. Le Président Bordeaux, le 12 janvier 2007

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE. Le Président Bordeaux, le 12 janvier 2007 CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE Le Président Bordeaux, le 12 janvier 2007 Références à rappeler : JNG/RN/RODI1 064 043 483 Monsieur le Maire, Par lettre du 25 avril 2005, vous avez été informé

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE

LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE 1 LES OBJECTIFS DE LA REFORME DE LA TP - favoriser la compétitivité des entreprises françaises - en particulier

Plus en détail

Audit financier et fiscal

Audit financier et fiscal Audit financier et fiscal Eléments synthétiques tiques extraits de l auditl Juin 2008 Territoires & Conseil 12 rue de Castiglione 75001 Paris Territoires-et-conseil@wanadoo.fr Tél.: 01.53.34.07.17 1 La

Plus en détail

LES SUITES DE LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE : LES PROPOSITIONS DES ASSOCIATIONS DE MAIRES ET DE PRESIDENTS D EPCI

LES SUITES DE LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE : LES PROPOSITIONS DES ASSOCIATIONS DE MAIRES ET DE PRESIDENTS D EPCI le 9 avril 2010 LES SUITES DE LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE : LES PROPOSITIONS DES ASSOCIATIONS DE MAIRES ET DE PRESIDENTS D EPCI Le présent document a pour objet de proposer les aménagements nécessaires

Plus en détail

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

LES PACTES FINANCIERS ET FISCAUX COMMUNES INTERCOMMUNALITE ET LA MUTUALISATION

LES PACTES FINANCIERS ET FISCAUX COMMUNES INTERCOMMUNALITE ET LA MUTUALISATION LES PACTES FINANCIERS ET FISCAUX COMMUNES INTERCOMMUNALITE ET LA MUTUALISATION 1 PRESENTATION Le présent document a été réalisé par le Cabinet Michel Klopfer, conseil indépendant dont le capital appartient

Plus en détail

Trébeurden Synthèse financière

Trébeurden Synthèse financière Jeudi 27 juin 2013 Trébeurden Synthèse financière Yvan Pellé Réunion publique Méthodologie (1) 2 Charges courantes ( personnel, fluides, entretien, contrats..) Excédent brut courant Produits courants (impôts,

Plus en détail

ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2016

ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2016 FINANCES, ADMINISTRATION GENERALE Rapport n 16.08.222 Non soumis au vote ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2016 Conformément à l article L 4312-1 du code général des collectivités territoriales «Dans un délai de

Plus en détail

Trésorerie des MATELLES

Trésorerie des MATELLES ANALYSE FINANCIERE DE ST MATHIEU DE TREVIERS Trésorerie des MATELLES Présentée le 17/1/212 PRESENTATION DE LA COLLECTIVITÉ La commune de Saint-Mathieu de Tréviers se situe au cœur du Languedoc, à vingt

Plus en détail

ASSOCIATION DES MAIRES DE L ISERE PROJET DE LOI DE FINANCES 2015 : PRINCIPALES CONSEQUENCES FINANCIERES POUR LE BLOC COMMUNAL

ASSOCIATION DES MAIRES DE L ISERE PROJET DE LOI DE FINANCES 2015 : PRINCIPALES CONSEQUENCES FINANCIERES POUR LE BLOC COMMUNAL ASSOCIATION DES MAIRES DE L ISERE PROJET DE LOI DE FINANCES 2015 : PRINCIPALES CONSEQUENCES FINANCIERES POUR LE BLOC COMMUNAL Intervention de Stéphane GUERIN Support réalisé par l équipe de Stratorial

Plus en détail

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Séance de Conseil Municipal du 26 février 2015 DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Le contexte De beaux équipements (médiathèque, CLSH, espace culturel Armorica, espace loisirs sportifs) MAIS

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE

ANALYSE FINANCIERE DE ANALYSE FINANCIERE DE CRESSENSAC Trésorerie de Martel PRESENTATION DE LA COMMUNE La présente analyse financière a été réalisée au cours du mois de juillet 2010; elle porte sur les exercices 2005 à 2009.

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Le Code Général des Collectivités Territoriales prévoit dans les communes de plus de 3 500 habitants, les départements, les régions et les EPCI la tenue d un débat

Plus en détail

Avis du Conseil Economique Social et Environnemental sur le rapport N 1 du Conseil Régional du 27 mai 20 11 intitulé :

Avis du Conseil Economique Social et Environnemental sur le rapport N 1 du Conseil Régional du 27 mai 20 11 intitulé : REGION LANGUEDOC-ROUSSILLON CONSEIL ECONOMIQUE, SOCIAL & ENVIRONNEMENTAL Session plénière du 25 mai 2011 Avis adopté à l unanimité (-10 abstentions / Groupe CGT) Le Président Gérard MAURICE Avis du Conseil

Plus en détail

PRESENTATION DES BUDGETS. Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances

PRESENTATION DES BUDGETS. Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances PRESENTATION DES BUDGETS DE LA VILLE DE MEYLAN Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances Un budget construit sous le signe de fortes contraintes et en adéquation avec les réformes en

Plus en détail