'le6n,jj d np ~SB-pJOU ne "ep:j np a,l/ea el'sue X!P ap snld s!ndaa. ~ue~uowaj J!e-U!ald ap sajnaej6 ap aj!eu!pjoej~xa au!ow!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "'le6n,jj d np ~SB-pJOU ne "ep:j np a,l/ea el'sue X!P ap snld s!ndaa. ~ue~uowaj J!e-U!ald ap sajnaej6 ap aj!eu!pjoej~xa au!ow!"

Transcription

1

2

3 'Jtlqntf AJJa!L/.l Jed 's~e~/ns'j S~Ua3'J snld sap uo!~e~uas'jd 'sa,jjaano3,p sal ~ua!ld!~/nw san6olo,l/3je sal "anb!un na!l B3 BP apje6aanes el nua~qo J!OAe s~jdtf 'sue , SU!OW ne ~ue~uowaj J!e-U!ald ap sajnaej6 ap aj!eu!pjoej~xa au!ow!j~ed un a/~a'j 'le6n,jj d np ~SB-pJOU ne "ep:j np a,l/ea el'sue X!P ap snld s!ndaa "Jna!J~dns anb!l/l!io~/ed ne alals Jnal ap aseq el Jns~~nq!Jue 'J!e U!ald ua sa~"ej6 saj'!lew!ue suo/lejn6!j sap Sa~"JaSU03lUOS 1:10 ua~dojna lsano-pns np Sal!S sal!wjed e9:j np a~/1e" asseq el ap uo/les!/e301 o~olld "ne9,1, 9~!W!1 U9 '9~3UOI snld uo!~e~~6~j\ el9p Jed9~nbJew '9IeJ~U93 9UOZ el9dn330 9nb!Jo~S!II~Jd 9~!S 91 "S~9d~p 9P UO!~elnWn33e,/ 's9nb!6oi0~1i3je.led S~//93S S96!~S9J\ 9P uo!~ej\j9suo3 el S!WJ9d!SSne 'ej\e 9//3 "9u!ewnll ul('!~edn330,/, 93!dóJd 93eds9 un ~!ejllo 'n9s!je:j 9P 9JpUe~W np 9X9/1UO3 "auua!u~lepbew apo!j~d ej ~ J!ua1Jedde ~uel\nod awwo:> a~!lqnd aj~v ~ 'J!e U!ald ua xna4:>oj neauued un Jns a~i\jasuo:> 'ajnl\ejb aj~!wajd el ~uawaleu!! ~u!l\ap alla,nb 'Jna!J~dns anb!4~!io~led np sjnasse4:> sap sua!p!~onb s~arqo sal Jns ~a sa~~ojb sau!e1ja:> ap s!ojed sal Jns sa~i\jasuo:> sajnl\ejb ~a sajn~u!ad 'su!ssap sal ~ue~ ~!enbol\~ al13 "adojn3,1 a~no~ suep ~a uo!b~j el suep aj!o~s!40~ojd el ~uejnp sa~s!le~j su!ewn4 saj~v,p no xnew!ue,p sanb!~ew~4:>s suo!~ejnb!! sap 'abejnu!ej puo!ojd uos ~a a:>ueb~i~ uos 'aia~s uos Jed '~!enbu!~s!p as ajl\nro a~~aj 'eqj ai a~ar as lanbal suep al\na/! puejb ai 'ojnoa np pjoq ne '~uowe ua w)j Ov ~ 'o:>noze~ ap abell!1\ np s~jd lel\ -a4:> un,p ajnl\ejb el ~l\alaj ~!el\e I! '~Q~ snld sue X!a 81J8J\nO:»'p 8J~!W8Jd 81 'Z86 I. 9J\!J el Jns 9~n~!S '9Ie!J\n//e 96eld el 'SJOle,nbsnr "e '~u9nllle UOS 9P S9J~~WOI!'1 S.l9!UJ9p S91 suep 1e9 S9p 9//9!3!I!l.Ie 9~~UOW 9Un enboj\ojd OJnOa, JnS 96e.lJeq un,p UO!~3n.l~SUO3 e1 "9113ne6 9P 96ed...sa~al\no:>?p sa~uap -?:>?Jd sas ap aun alladdej!nl Ja!ln:>!~ed ala~s Jnal.a~s!4:>s ap ale:>!~al\!ojed aun Jns sajnl\ej6 sap Jed a?j!ue ~sa 'xnel\ej~ sap anb!6oi0?4:>je!i\!ns np alqesuodsaj 'epueqa~ uoslan ap uo!~ua~~e,1 '~I ap saj~~w ap sau!e~ua:> sanblanb V.le6n~od np ~sa-pjou np xna~s!4:>s ~a sanb!~!uej6 SU!BJ "Ja~ sal asjal\ej~!nb eqj np a?llel\ BI suep a6ejjeq puej6 un,p uo!~:>nj~suo:> el ap ~nq?p ai a:>uouue SUO!sOldxa,p a!j?s aun 'Z66L u 3

4 Au cours de Ia premiêre intervention réalisée en décembre 1999, une paroi verticale profusément gravée apparait lors du dégagement des sédiments qui contiennent des vestiges d' occupation du site datant de plusieurs phases du Paléolithique supérieur. Th Aubry. 1993, Ia menace du barrage La découverte, dans Ia vallée du Côa, de gravures équivalentes à ce cheval préhistorique motive Nelson Rebanda et son équipe à poursuivre leurs prospections. Courant 1993, de nouvelles roches gravées sont trouvées à proximité. L'année suivante, une descente du niveau de Ia retenue du barrage de Pocinho, qui pénetre dans les premiers kilometres de Ia vallée du Côa, permet à I'équipe de prendre conscience de I'ampleur de cet ensemble archéologique. Allant contre le silence de ses supérieurs hiérarchiques, Nelson Rebanda avertit A. Martinho Baptista, M. Varela Gomes et Mila Simões de Abreu, les seuls spécialistes de I'art rupestre du pays, afin qu'ils se prononcent sur I'importance d'une telle découverte. Car, si rien n'est fait, ce patrimoine inédit est voué à disparaitre dans la"retenue d'eau du barrage en cours de construction. 1995, Ia vallée est sauvée La révélation de I'existence des gravures par les médias à Ia fin de 1994 ouvre une lutte entre deux conceptions de développement économique pour cette région de I'intérieur du Portugal, dépeuplée par I'immigration vers le littoral ou vers I'étranger. Dans un premier temps, les défenseurs de I'option barrage semblent triompher : Ia méthode d'attribution stylistique de représentation gravée présente de nombreuses failles, aggravées par les résultats obtenus par Ia datation ASM de micro fragments de matiere organique contenus dans les traits. Ceux-ci s'averent d'un âge compris entre 170 et 7000 ans : bien trop récent pour stopper Ia construction d'un ouvrage d'art! Cependant, ces résultats, obtenus par deux spécialistes commandités par EDP, I'entreprise responsable de Ia construction et de I'exploitation du futur barrage, sont critiqués par les archéologues qui se sont associés dans une lutte commune (Zilhão, 1995) mais aussi par les spécialistes de Ia datation par le carbone 14. La présentation de "dates" réussit un instant à faire vaciller I'opinion du grand public mais pas celle des politiques. En 1995, c'est Ia surprise : le gouvernement décide I'abandon définitif du projet debarrage et Ia conservation dans leu r milieu naturel des 265 r~ches gravées connues alors sur les derniers 17 km du Côa. Combien auraient parié un an plus tôt que le gouvernement nouvellement élu aux législatives choisirait cette solution dispendieuse et lourde de responsabilité à long terme, au détriment de I'intérêt économique immédiat de production électrique?

5 Le doute concernant Ia datation paléolithique des gravures commence à se dissiper avec Ia remise au gouvernement d'un rapport archéologique comprenant les premiers relevés des gravures mais aussi Ia mise en évidence d'une fiche occupation de Ia région pendant le Paléolithique supérieur. Ce document sert de base au dossier qui permet I'inscription, des 1998, de I'art de Ia vallée du Côa sur Ia liste du patrimoine mondial de l'unesco (délai record pour ce genre de classification!) Un site préhistorique recouvre les gravures En 1999, nouvelle surprise! Une descente temporaire du niveau du barrage de Pocinho, ouvrage achevé à Ia fin des années 1970 sur le fleuve Douro, regle de maniere définitive Ia datation. Ia question de L'acces à des terrains de Ia limite du versant et de Ia plaine alluviale du Côa, submergés en temps normal par une faible hauteur d'eau, permet alors Ia réalisation d'un sondage archéologique. En quelques jours est découvert ce que personne n'osait espérer pour démontrer objectivement I'âge des gravures de plein air du Côa, et établir une relation objective entre elles et les vestiges d'habitat découverts dans Ia région. II s'agit d'une paroi verticale ornée de 84 figures superposées, recouverte par des sédiments qui contiennent des outils taillés en pierre carac- téristiques du Paléolithique supérieur. La date de réalisation des figures piquetées et superposées ne peut donc être qu'antérieure à celle des occupations humaines qui recouvrent plus de 2/3 de Ia paroi gravée : les tracés sont donc bien issus d'un âge remontant au moins au Paléolithique supérieur ans d'âge minimum Le niveau du Côa remonte à Ia fin de 1999, mais les études pour exploiter les données accumulées lors de cette courte intervention sur le site de Fariseu se poursuivent. On pourrait penser que les gravures sont postérieures au Paléolithique supérieur et que les sédiments et les outils taillés ont pu glisser postérieurement vers le panneau. I1 n'en est rien. L'analyse géologique, conduite par Farid Sellami, permettant de reconstituer les processus alluviaux et colluviaux de mise en place des dépôts, établit I'absence de déplacement en masse des sédiments et des vestiges archéologiques sur le versant. Les résultats obtenus par thermoluminescence par OSL sont concordants et confirment I'âge remontant au Paléolithique des outillages en pierre taillée. supérieur établi à partir Les résultats obtenus s'échelonnent entre et ans pour les différentes couches en relation avec Ia paroi gravée et définissent et un âge minimum de ans à Ia réalisation des gravures de Apres Ia fouil/e, Ia surface roçheuse verticale apparait.c ornée de plus de 80 figurations entremêlées de chevaux, bouquetins, aurochs, cerfs, biches et isards, gravées par piquetage ou par rainurage profond. Grâce au recouvrement sédimentaire, les traits ont gardé Ia fraicheur qu'ils avaient au moment de leur réalisation. Photo (Ç) Th Aubry.

6 Ci-dessus. Position, le long de Ia stratigraphie et en relat;on avec Ia paroi gravée, des résultats obtenus par les procédés TL et OSL sous Ia responsabilité de Norbert Mercier et Hélene Valladas. Th Aubry. C;-contre. Lors d'une nouve/le ba;sse du n;veau de /'eau en septembre et octobre 2005, deux secteurs de fou;/les sont ouverts : /'un à /'emplacement du sondage de 1999, /'autre à /'extrém;té de /'a;re déf;n;e, par des sondages géophys;ques et à Ia tar;ére, comme potent;e/lement favorable à Ia conservat;on de vest;ges. Photo (C) Th Aubry.,.. à ~ Ia partie inférieure de Ia rache 1 de Fariseu. D'apres Ia séquence d'intersection des traits, cet âge minimum est probablement applicable à I'ensemble des gravures de toute Ia hauteur du panneau. Un art contemporain de celui des grottes Malgré Ia démonstration définitive de I'utilisation de panneaux rocheux en plein air comme support de décors par les groupes paléolithiques, et I'ampleur des découvertes qui se multiplient des deux cotés de Ia frontiere entre le Portugal et l'espagne, (plus de 5000 figures actuellement inventoriées par le Centro Nacional de Arte Rupestre dans Ia seule vallée du Côa, le Douro et les affluents adjacents), I'image de I'art paléolithique reste liée aux monde souterrain. Les données que nous avons accumulé depuis

7 "AJqntt sojolld "666L ua ~61l6~p nllauulld np UO!~llnU -!~UO:l 111 SUIlP 's~uaw!p~s sal snos ~!Il.lllddll ~.lnu!il.l s!nd ~~anb!d u!~anbnoq ap a.ln6!j aun "a.l~uo:l-!.') '666L ap a6epuos np SJOI s~/ljasqo xna:l :la/le Ja/~JJO3 sal Ja JaJedWO3 sal J!o/lnod ap uye s~uuoi -/!Jueq3~ Ja SJ!J3~p Juos sjuaw!p~s sa7 'xnea sap a~juow el!1 }!Jn3~suO3 Juawase/lua,/ ap J!e} np sue OZ' ap SU!OW ua s~sod~p Juos as 'ajj~w un assed~p!nb 'ajna!j~dns a!j.led el ap SUl} salqes Ja SUOW!I sa7 'aseq ap aq30j el ajpu!aue,p Jue/le s~6e6~p Juos SJ9d~p ap Jnass!ed~,p sajj~w S!OJJ ap snld 'JnaJ3as nea/lnou ai suea 'snssap-!:j,w DOE SU!OW ne Jns ajpua~9,s ~uawalla!~ -ua~od ~uaanad sau!ewn4 suo!~edn:>:>o sal 'W OE SU!OW ne Jns snu!~uo:> ~uos 666L ua a9aej6 a4:>oj el ap ~:>e~uo:> ne s9~:>a~9p sanb!4dej6!~ej~s xneaa -!U sal anb J!lqe~9,p s!wjad ~f9p ~uo snou 'POOZ ua 'JepeJ un,p ap!e,1 ~ ~a aj~!je~ el ~ sa6epuos saa l anb!ljdej6 ~~!A!~:>e,1 :>aae UO!~elaJ Jnal ~a a~!s a:> Jns sau!ewnlj S~~!A!~:>e sei ~~~ ~UO sa.llano l a~ -uetjodw! snl~ a:>ejjns aun Sl!-~uadn:>:>o l ~UeSJaA ai Jns ~nelj snld s~~:>a~~p ~~~ ~Ua!eAe s~aej6 xneau -ued sap QO ~I 'a:>uej~ua~j el ap leae Jna~:>as ne S~~!W!I SI!-~UOS au!ewnlj uo!~edn:>:>o,1 ap sa6!~saa sal:,w 9 ap SU!OW ap a6epuos un suep sa~s!le~j SUO!~eAJasqo sal Ja~~ldwo:> Jnod aj!essa:>~u ~sa all!no! allaanou aun "666l s~jde sall!no! sap ~uaw -aj~!ln6~j ajpuajdaj ap alj:>~dwe snou olju!:> d ap a6ejjeq np enue~aj el Jed ~UeWeJAno:>eJ e, asuap ~UaWaW'J~a a~!s Un L enb!4~!io~led np sjnesse43 ep sednoj6 sei Jed se~s!i!~n enb!loqwas uo!ssejdxe,p se~uej~u!p sewjoj ep ~Q~nld 1!-~!6e,s L njeds!p ~ue!ejne s!ew (e3uej~ ~e eu6eds3,1 ep pjou) pjou ne snld!ssne ~~~ selle-~uo,1 no L seuoj6 ep sed e~s!xe,u I! 1:)0 suo!6~j sei suep enb se~s!le~j ~~~ selle-~uo,u ejq!1 J!e,1 ~ suo!~e~ues~jdej sei : SUO!~ -senb selleanou ep ~UeJAnO suo!~e~e~su03 se:).euue~u~jad eu!e43 el ep pjou ne,nb epnj!ssne ~~~ s!ewef e,u ~ew!13 el 'ej!e!3ei6 wnw!xew Je!uJep el ~uejnp ewvw 'enb ~uenb!pu! enb!j~q! elnsu!u~d el ep pns np Jne!J~dns enb!4~!10~led np se~!s sei Jns se~ean03~p seunej sei ~e senb!~ew!13-0~led SUO!~ -n~!~su03ej sel.enb!6010~6 ~e enb!~ew!13 ~ueweu -UOJ!AUe,p sej~!ln3!~ed SUO!~!PU03 ep e3uenb~su03 el elqwes uo!~eajesu03 Jnel 'se3 xnep sei SUBa.sele~~!Jed suo!~e~ues~jdej sep eu!ej -odwe~u03 ue!q ~se J!e U!eld ue esne430j e3ejjns ep uo!~es!i!~n,l: seuoj6 sep ~e,1 ep enb!6010uoj43 ~uewe6uoiojd un sed ~uen~!~su03 eu J!e u!eld ep se~aej6 suo!~e~ues~jdej se3 enb ~uenb!pu! sue OL

8

9 'sbnh lnbd SOlolld 'U!lanbnoq un,p no ~P!IIJa3 un,p al~/dwo3u! ajn6!1 aun,p al~l BIIUOP 'SJa!lBW!UB SI!IOW SJna!Snld IUBl./od anbbld 'gla 5 'sdwalu!jd np lnq~p alia Ja"!IIJ IUBpuad a,gw pjbs!j al./od anb aj~!u!j3 no aqjbq BI JalUas~JdaJ ua!q no ajn6!1 BI ap la!laj ai JamUa33B,p IUBuaWJad anb!lidbj6 UO!IUaIlUO3 aun {l ajpuodsajjo3 I!BJJnod au!1i3~j ap Sa/~IIBJBd SI!BJI Z' sap a6bss!ldwaj U!I a7 'a~/noj auanbbld aun Jns a~s!lb~j 'anbubw al~l BIIUOP 'pjbs!-p no U!lanbnoq '~P!IIJa3 ap ajn6!:j 'y Ia E 'au6!s no laldwo3u! 1!IBJn6!1 1!IOW 'Z' Ia t 'y all3no3 BI SUBP Sal./allnO3~p sa~"bj6 SaIS!1I3S ap sauanbbld 'aluap~3~jd a6bd Ia ajiuo3-!.?

10 Les plaquettes de schiste découvertes parmi les vestiges d'occupation du Paléolithique supérieur sont minutieusement retirées, puis systématiquement examinées afin d'identifier d'éventuels tracés fins sur leur surface. Th Aubry. II ne manque qu'une nouvelle autorisation de baisse du niveau du barrage de Pocinho pour tenter de répondre à ces questions. Elle est finalement accordée pour septembre et octobre Sur les deux secteurs ouverts en limite du site, Ia séquence sédimentaire est similaire et les vestiges d'occupations d'une phase finale du Magdalénien caractérisée par des pointes à dos courbes, dénommées pointes aziliennes dans le nord de l'espagne et au sud de Ia France, apparaissent dans Ia couche 4. Notre premiere surprise est Ia densité des vestiges d'art mobilier. Deux plaquettes gravées avaient bien été trouvées en 1999, mais naus n'imaginions pas en exhumer plus de 50 sur les 15 m2 ou Ia couche 4 a été atteinte. Cette densité permet d'évaluer le potentiel du site à plusieurs centaines de pieces. II ne s'agit pas de fragments provenant de panneaux gravés, mais de plaquettes de schiste arrachées par le gel puis ramassées par les hommes préhistoriques pour être gravées. Les animaux : os et gravures Des restes de faune furent découverts en association avec ces plaquettes gravées. Le lapin, I'animal le plus présent, ne semble jamais figuré sur les plaquettes, au détriment des figures de cervidés, caprinés et une possible représentation humaine. La détermination de I'espece de poisson (P. Béarez), une grande alose, dont les restes furent recueillis pendant Ia fouille indique que le site était au moins occupé pendant le printemps, au moment ou cette espete littorale remontait le cours des fleuves sur une distante supérieure aux 150 km qui séparent actuellement le site de l'atlantique. Ces poissons migrateurs pouvaient être facilement capturés lors de leur reproduction sur des frayeres correspondant à Ia plage qui longeait le méandre de Fariseu, avant Ia remontée artificielle du Côa. Ils fournissaient en abondance une ressource alimentaire pouvant être séchée ou fumée. Un des os du secteur aval du site est datá d'environ

11 "~l!el/nos aja!j ne luepuodsajjo:j oj~wnu aj zajanb!pu! SnOA JanbaJ Jns (vl "d) anb!6ojo~i/:jjif a!j!ejq!1 ej ap apuewwo:j ap uoq aj JaS!J!ln zajj!naa 'snssap-!:j s~:juaj~j~j Sa6eJAnO sal J!Ualqo Jnod "llve:lz} :7 9E: "auuosse:jje:; 'd31f9 'I666l 1:> 6-L 'awgdwe:;-jaaelne.l 'JeuOlleUJalul anbol/o:; np sal:>lf} aljewi'! Jed ~y!pow aljesáec/ a1- ajq!j Jle,! ~ anbltll!/o~jed lje,1 U! 'I/elJnlJoc/} eg:; np a~l/ea e/ ap ajq!/ J!e,! ~ anb!i/i!/o~/ed lje,! ap anb!ljo}o~i/:>je alxaluo:> a1 'zooz ':L Ak/8n'v' -8Z - 'a/qluodslp uon '99 smál/daz ui 'nnasije:j ap e:>!lj9/oanbje u91:>elsa e/ :(/eljnljoc/ 'eg:; zo:j ap eaon e/ia) eg:; ap al/ea /a ua a/qanw owsyej9n 'E:OOZ ':L Ak/8n'v' '"w Z3JO 'v'j.jk/'v'9 "l08lze:} 5 9Z 'aljll!1 'aljll!1 ap ~llsjaa!un '9ll 1n'v'k/3 'I900Z 1das 'auuoqs!1 'SIlJlJuO:; ""X} /I/A uoisslwwo:; c/c/s/n '900Z-l00Z /euuanbulnb ue/!8 "ua~dojna JnaIJ~dns anbll/ll/o~/ec/ a1 '900Z (p~) "c/.l3k//on ui 'n(900z-l00z} /eljnljoc/ np JnaIJ~dns anbll/ll/o~/ec/ a1n '900Z '"N OH:;/8 'v'k//3k/k/3:j ':L Ak/8n'v' -/.Z - 'a/q!uods!p uon 'Ál!nbllu'v' ui 'n(/eljnlj c/} Áal/eA eg:; ai/i UI alls lje /elaljed :Jltll!/oa/ed J!e-uado pawjyuo:j ISJIJ : nasije:jn '("d's) '/e Ia 'N k/3/:;k/3w '~~ "d ej ~ J9l.1odaJ snoa z9j/jn9a 'snssep-j3 em8.lbj.ljuelqo.lnod "509'8 '/eljnljoc/ 91 "9!6010~4:)JV,p SJ9!SSOa "86L Smd HIOJ\"rfS N3 HnOd "euue!ueaej6 ejmln:j el ~ 'nes!je:j ep 9AeJ6 neeu -ued el Jed e9~ues9jdej 'eç:) np e911ea el ep enb!4dej6 ese4d el JessnodeJ ue!q ~ue!ejjnod suo!~eajesqo se:) 'sue 009 Bl ep sjno~uele xne 11 Jed e9~ep (v) epuejd e610 ep e~!s np uo!~edn:j:jo eun Jns s!ll!en:jej e~!z -tjenb ue s:j!d ep 9~!w9J1Xe,1 :JeAe oujejul op epeue:) ep l e4:joj el ep (sej!eln6ue!j~ s~:jedw!) se6e~enb!d sei ~uejedwo:j ue sejnaej6 sep e!6010uoj4:j el Jes!:J9Jd ep elq!ssod ~se I! '~uepuede:) 'enb!4~!io9ied np sese4d sei se~no~ ~uepued ~e se~!s sej~ne sei sno~ Jns sejej ~uos S9AeJ6 sje!l!qow SU!OW9~ sei '~ues9jd ~,nbsnr "e~esel".j el ep Jne!J9~u!.I ep sej~sn:jel sej!e:jle:j sei s!ndep!ssne s!ew 's!e6ntjod lejou!1 np sej!e:jle:j suo!~ewjoj sei s!ndep 'sej~~woi!)j 09l ep snld Jns xel!s ep senb!~ew9~sas s~uewe:jeld -9P sei Jed 'Jne!J9dns enb!4~!io9ied np 6uOI ne ~no~ 'e:juep!a9 ue S!W ej~~ ~ueaned sednoj6 sej~ne,p :JeAe s~:je~uo:j sep 'leuo!69j e:jedse ~e:j ep ~Iep-n'v' "epn~!~le,p sej~~w 009 ep snld ~e Oll ej~ue s!jdwo:j s~:ju!~s!p senb!6olo:j9 seu!ewop sep ~ ~uewep -!dej Jep9:J:Je,p ~ewjed e9~uep!:j:je e!4dej6odo~ el "senb!jo~s!49jd sewwo4 sei Jed uo!69j eue:j ep uo!~e~!oldxe,p s9~!lepow sep suo!~n~!~suo:jej sjne!snld JesodoJd ep s!wjed e senb!4~!1 se6!~ -sea sep epn~9,1 "ell!noj ep ~e[qo,1 ~!ej ~uo 6 'Jne!J -9dns enb!4~!io9ied el ~uepued e911ea el ep uo!~ed -n:j:jo,p se~!s ep se:j!pu!,p seu!ez!p sjne!snld!wjed "~ueweuue!p!~onb S9~!Old -xe se:jedse,p u!es ne JeAnOJ~ es ep ~se J!e U!eld ep senb!4~!lo~led SeWS!4deJ6 sep ~~!Jeln:J!~ed el euue!3ue Snld ejo3ue UO!lelep eun a!6010!1i1:jje,p s!e6nl.lod lnj!lsuu ap an6olo!1i1:jje 'AJqn'\1 AJJa!4.L.ses!JdJns selleanou ep e~nop unone sues eajes~j nes!je;j ep e~!s el ~3.enb!4~!IO~led np sewwo4 sep ellejn~lno ~~!SJeA!p el Je4 -ojdde,p se~!p~u! S~~!I!q!ssod sep ejuo snou (Sl!~ -no,p uo!~eo!jqe! 'e4o~d 'esse40) S~~!A!~Oe sej~ne,p se6!~sea sei oeae uou no e~!oj~~ uo!~e!oosse ue (!ojed Jns no seuenbeld Jns sejnaej6) enb!loqwas uo!ssejdxe,1 ep se6eu6!ow~~ ep e~eanoo~p el.~uea!nsjnod es e~llea el ep se~!s s~uej~u!p sei Jns sell!no! sal.a~l\ej6!ojed el ~uajl\no:jaj!nb s~uaw!p~s sap sue 000 9L ap lew!u!w a6~,1 ~ ajna!j~~ue ua!q aj~v ~!ejjnod sajnl\ej6 sap uo!~es!le~j el anb Jas -uad ass!el L a4:jno:j el suep s~:jedw! sap ~uetjod!ojed ap s~uaw6ejj ap atjal\no:j~p el su!owue~n.a~!s np au!ewn4 uo!~edn:j:jo,p xneal\!u sal ~a L a4:joj el ap s~sodjadns sa6ejnu!ej no sa6e~anb -!d sap anb!4dej6 ase4d el aj~ua a~:jexa anb!6ol0u -OJ4:J uo!~elaj el Jas!:J~Jd ~!ssn~j sed :Juop suol\e,u snon.a~ll!noj auoz el ap seqaj~uo:j ua s~/\jasuo:j aj~v ~ua!ejjnod!nb 'sue 000 L L ~a OOv 8L aj~ua l.l Jed s~~ep xna:j anb sua!:jue snld sanb!6olo~4:jje xneal\!u slan~ual\~,p ajpu!aue,p s!wjad sed ~uawasnajna4 -Iew e,u nea,1 ap neal\!u np saj~~w Z ap a~ua:jsap el 'au~:j loh,1 ap ~uawajjne4:j~j ai ap~:j~jd!nb uo!~e!:jei6 aj~!ujap el ap ap!ojj ase4d aj~!ujap el suep Ja:Jeld sal ap ~awjad a~llel\ el ap sasna4:j -OJ s!ojed sap Jns sau!j SUO!S!:JU! Jed sa~:jej~ sajn6!j sasnajqwou ap ~a Ja!l!qow tje ~a:j ap sj!~ej -n6!j sj!~ow sap aj~ua anb!~s!iá~s uos!ejedwo:j el.a~llel\ el ap sa~!s saj~ne,p Jns ~a nas!je:l ap s~ualel\!nb~ xneal\!u sap suep 666L ua sa~l\al~jd sa~jjne4:j sjaáoj ap sajja!d sap l.l Jed Uo!~e~ep el ap s~e~lns~j sal :Jal\e ~a 'xal!s ua sa~u!od ap adá~ awvw ai Jed sa~s!j~~ -:JeJe:J'le6ntJOd np aj~ua:j np suo!~edn:j:jo saj~ne,p Jns snua~qo ~e~lns~j sal :Jal\e pjo:j:je ua 'sue 009 OL

VALLÉE DU CÔA. Un art préhistorique unique

VALLÉE DU CÔA. Un art préhistorique unique 00-00-Coa 10/07/06 10:00 Page 2 Silhouette humaine ou représentation d un rapace nocturne de face (?). Les impacts au centre de la face gravée indiquent que la plaquette a été réutilisée comme masse ou

Plus en détail

2013 # 5. SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE ARIÈGE-PYRÉNÉES Actes du Congrès IFRAO, Tarascon-sur-Ariège, septembre 2010 L ART PLÉISTOCÈNE DANS LE MONDE

2013 # 5. SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE ARIÈGE-PYRÉNÉES Actes du Congrès IFRAO, Tarascon-sur-Ariège, septembre 2010 L ART PLÉISTOCÈNE DANS LE MONDE SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE ARIÈGE-PYRÉNÉES Actes du Congrès IFRAO, Tarascon-sur-Ariège, septembre 2010 2013 # 5 http://www.palethnologie.org ISSN 2108-6532 sous la direction de Jean CLOTTES L ART PLÉISTOCÈNE

Plus en détail

THIERRY AUBRY (Parque Arqueológico do Vale do Côa, Instituto Português de Arqueologia) thaubry@sapo.pt

THIERRY AUBRY (Parque Arqueológico do Vale do Côa, Instituto Português de Arqueologia) thaubry@sapo.pt Modalités d exploitation des ressources lithiques régionales et des silex d origines lointaines sur les sites du Paléolithique supérieur de la Vallée du Côa (Portugal) quels indices de productions spécialisées?.

Plus en détail

Définition : Un logiciel de traitement de texte permet en particulier Merci de visitez le site web : www.9alami.com

Définition : Un logiciel de traitement de texte permet en particulier Merci de visitez le site web : www.9alami.com I N T R O D U C T I O N W O R D e s t u n l o g i c i e l d e t r a i t e m e n t d e t e x t e t r è s p e r f o r m a n t q u i n o u s p e r m e t d de o ccurméee nr ta u n C e d o c u m e n t p e u

Plus en détail

2. Qu'est-ce qu'un barrage souterrain

2. Qu'est-ce qu'un barrage souterrain 2. Qu'est-ce qu'un barrage souterrain 2-1. Concept du barrage souterrain Le barrage souterrain est un système consistant à retenir des eaux souterraines par un parafouille (corps du barrage) mis en place

Plus en détail

2013 # 5. SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE ARIÈGE-PYRÉNÉES Actes du Congrès IFRAO, Tarascon-sur-Ariège, septembre 2010 L ART PLÉISTOCÈNE DANS LE MONDE

2013 # 5. SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE ARIÈGE-PYRÉNÉES Actes du Congrès IFRAO, Tarascon-sur-Ariège, septembre 2010 L ART PLÉISTOCÈNE DANS LE MONDE SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE ARIÈGE-PYRÉNÉES Actes du Congrès IFRAO, Tarascon-sur-Ariège, septembre 2010 2013 # 5 http://www.palethnologie.org ISSN 2108-6532 sous la direction de Jean CLOTTES L ART PLÉISTOCÈNE

Plus en détail

Capacité Capital Caution Caractéristiques financières Caractère

Capacité Capital Caution Caractéristiques financières Caractère Capacité Capital Caution Caractéristiques financières Caractère Les 5 C du crédit Comprendre l admissibilité au crédit À B2B Banque, nous savons que vous vous efforcez d offrir à vos clients les bonnes

Plus en détail

Sépultures du Paléolithique au Mésolithique

Sépultures du Paléolithique au Mésolithique Sépultures du Paléolithique au Mésolithique Je vais aujourd hui évoquer rapidement l état des connaissances sur les sépultures et les rites funéraires. Tout d abord, il convient de préciser que si on reconnaît

Plus en détail

Essais de traçage dans le bassin versant de Birohe, Gitega. Rapport N 1

Essais de traçage dans le bassin versant de Birohe, Gitega. Rapport N 1 Essais de traçage dans le bassin versant de Birohe, Gitega Rapport N 1 Hanovre, Août 2013 Auteurs: Dr. Sara Vassolo, Torsten Krekeler Commissionné par: Ministère Fédéral pour la Coopération Économique

Plus en détail

Description du modèle de potentiel archéologique. 14A.1 Vue d ensemble

Description du modèle de potentiel archéologique. 14A.1 Vue d ensemble 14A Description du modèle de potentiel archéologique 14A.1 Vue d ensemble Les méthodes classiques de reconnaissance pédestre associées aux sondages souterrains représentent la manière la plus précise et

Plus en détail

http://www.lens.ch/fr/index.php?view=article&cat... Bisse d'aziè Départ du bisse d'aziè

http://www.lens.ch/fr/index.php?view=article&cat... Bisse d'aziè Départ du bisse d'aziè Bisses abandonnés Bisse d'aziè Départ du bisse d'aziè Depuis la Table de l'avocat, on repère aisément le tracé d'un bisse qui part d'aziè, au lieu-dit Louchelette, à une altitude de 2200 m. environ. Il

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Na t i ons U ni e s E / C N. 1 7 / 20 0 1 / PC / 1 7 Conseil économique et social D i s t r. gé n é r a l e 2 ma r s 20 0 1 F r a n ç a i s O r ig i n a l: a n gl a i s C o m m i s s io n d u d é v el

Plus en détail

Dossier PME. Positionnement salarial

Dossier PME. Positionnement salarial Dossier PME Positionnement salarial Imaginons la situation suivante: l'entreprise X, active dans le secteur des services, compte 40 collaborateurs et est située en région bruxelloise. La société se développe

Plus en détail

Inrap / Les étapes de l archéologie préventive

Inrap / Les étapes de l archéologie préventive Les étapes de l archéologie préventive LE DIAGNOSTIC Lorsque l on aménage un terrain à des fins publiques ou privées (pour construire une route ou un immeuble par exemple), le sol est remanié. Bien avant

Plus en détail

Classe(s) : Seconde, première

Classe(s) : Seconde, première Le fantôme Classe(s) : Seconde, première Utilisation d un logiciel de tracé de courbes. Fonctions définies sur un intervalle. Fonctions associées. 1) Objectifs Mathématiques : - Fonctions polynômes du

Plus en détail

PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES

PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES (1) Chapitre 4 : Radioactivité, décroissance radioactive Pré requis : La structure de l atome et de son noyau vue en nde et en 1 ère S (composition, ordre de grandeur

Plus en détail

2013 # 5. SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE ARIÈGE-PYRÉNÉES Actes du Congrès IFRAO, Tarascon-sur-Ariège, septembre 2010 L ART PLÉISTOCÈNE DANS LE MONDE

2013 # 5. SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE ARIÈGE-PYRÉNÉES Actes du Congrès IFRAO, Tarascon-sur-Ariège, septembre 2010 L ART PLÉISTOCÈNE DANS LE MONDE SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE ARIÈGE-PYRÉNÉES Actes du Congrès IFRAO, Tarascon-sur-Ariège, septembre 2010 2013 # 5 http://www.palethnologie.org ISSN 2108-6532 sous la direction de Jean CLOTTES L ART PLÉISTOCÈNE

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

f.ja+t:jt.jt+ 1!-+-asstnd a.ji1f/ a:j atpfjp a( '.Jna+:Ja/ auna( to+ ty

f.ja+t:jt.jt+ 1!-+-asstnd a.ji1f/ a:j atpfjp a( '.Jna+:Ja/ auna( to+ ty ~eda.jjot.jap~+.jnodaffp~mot.jxjo spaas Je+t.JalJ/at.J.Ja!1noff uou alj/sft.jeff.joj f uop un +Sa a.ji1f/ a:; a.jo:jt.ja a.jt/a.j Ja a.jf/ 'a.jf/ f.ja+t:jt.jt+ 1!-+-asstnd a.ji1f/ a:j atpfjp a( '.Jna+:Ja/

Plus en détail

I/ Le principe de la datation absolue est basé sur la décroissance radioactive de certains éléments chimiques : (doc2 page 172)

I/ Le principe de la datation absolue est basé sur la décroissance radioactive de certains éléments chimiques : (doc2 page 172) B. La datation absolue, en donnant accès à l âge des roches et des fossiles permet de mesurer les durées des phénomènes géologiques. Elle permet aussi de situer dans le temps l échelle relative des temps

Plus en détail

La boucle de l Oise à Cergy. Source : Musée départemental de l éducation : «Géographie du Val d Oise».

La boucle de l Oise à Cergy. Source : Musée départemental de l éducation : «Géographie du Val d Oise». La boucle de l Oise à Cergy. Source : Musée départemental de l éducation : «Géographie du Val d Oise». 4 Intégration du Val d Oise dans la région Situé au nord-ouest de la région Ile de France, le Val

Plus en détail

PROSPECTION ELECTRIQUE DANS LA REGION DE MAHALEOTSE-TOLIARY Ramanantsoa A. 1, Rasoamiaramanana R. 1, Rasolondrazao L. 1

PROSPECTION ELECTRIQUE DANS LA REGION DE MAHALEOTSE-TOLIARY Ramanantsoa A. 1, Rasoamiaramanana R. 1, Rasolondrazao L. 1 Résumé PROSPECTION ELECTRIQUE DANS LA REGION DE MAHALEOTSE-TOLIARY Ramanantsoa A. 1, Rasoamiaramanana R. 1, Rasolondrazao L. 1 Nous avons effectué une campagne géophysique en juillet 1999, dans la région

Plus en détail

SUIVI SCIENTIFIQUE DES NICHOIRS A CHAUVES-SOURIS SUR LA METROPOLE NICE COTE D AZUR

SUIVI SCIENTIFIQUE DES NICHOIRS A CHAUVES-SOURIS SUR LA METROPOLE NICE COTE D AZUR SUIVI SCIENTIFIQUE DES NICHOIRS A CHAUVES-SOURIS SUR LA METROPOLE NICE COTE D AZUR Direction de l Environnement et de l Energie-Métropole Nice Côte d Azur Aout 2013 Introduction En 2011, 2012 et début

Plus en détail

Découvertes archéologiques d'importance pour Genève à l'esplanade Saint-Antoine

Découvertes archéologiques d'importance pour Genève à l'esplanade Saint-Antoine Découvertes archéologiques d'importance pour Genève à l'esplanade Saint-Antoine 28 août 2012, 11h15 Esplanade Saint-Antoine PROGRAMME 11h15 Allocutions de: Monsieur François Longchamp, conseiller d Etat

Plus en détail

Les rondelles. 1h30 72

Les rondelles. 1h30 72 Sites préhistoriques de la vallée de la Vézère Actions éducatives Second degré Programme 2015 Cycle 4 Parcours découverte Les rondelles 1h30 72 De petites rondelles en os, ivoire de mammouth...parfaitement

Plus en détail

Niveau cinquième : Ouvrage & Habitat. V I O I P A. e P. e 2. s n t

Niveau cinquième : Ouvrage & Habitat. V I O I P A. e P. e 2. s n t N è : O & H.» E V I T I» S O E V P I «T I N S O I O T P A «LL'H'HAABBIITTATION U Rl M L G 10 0-2 9 0 0 2 A l! è l l l lè L' P 2» «' L P 3 l L P 5 S P 6 -j ' L 7 P? D - -L 9 P -L 11 P l -L P 13 l 'l -L

Plus en détail

TITRE : La mare pédagogique

TITRE : La mare pédagogique TITRE : La mare pédagogique Académie de Poitiers Coordonnées de l établissement Nom et adresse de l établissement : collège du Marchioux, 35 rue du Marchioux, BP 181 79205 Parthenay cedex RAR : non Téléphone

Plus en détail

ASSOCIATION CRESUS ETUDE AUPRES DE PERSONNES EN. - Sondage de l'institut CSA - SITUATION DE SURENDETTEMENT. N 0900198 Mars 2009

ASSOCIATION CRESUS ETUDE AUPRES DE PERSONNES EN. - Sondage de l'institut CSA - SITUATION DE SURENDETTEMENT. N 0900198 Mars 2009 ASSOCIATION CRESUS ETUDE AUPRES DE PERSONNES EN SITUATION DE SURENDETTEMENT - Sondage de l'institut CSA - N 0900198 Mars 2009 2, rue de Choiseul BP 6571 75065 Paris cedex 02 CSA Politique-Opinion Tél.

Plus en détail

TURFI BOURSE. Voici le sommaire : DEFINITION SUPPORT ET RESISTANCE LE DOUBLE CREUX LA TETE EPAULE TRIANGLE LES MOYENNES MOBILES LE MACD

TURFI BOURSE. Voici le sommaire : DEFINITION SUPPORT ET RESISTANCE LE DOUBLE CREUX LA TETE EPAULE TRIANGLE LES MOYENNES MOBILES LE MACD TURFI BOURSE L objectif de cet ouvrage est de vous présenter comment analyser une courbe de réussite sur une sélection. Nous verrons les configurations types, les tendances et leur rupture, nous ferons

Plus en détail

JE RÉALISE. Poser de la. fibre de verre. Niveau

JE RÉALISE. Poser de la. fibre de verre. Niveau JE RÉALISE Poser de la fibre de verre Niveau Revêtement mural personnalisable et résistant, la fibre de verre est une solution idéale en rénovation. C est un excellent support à peindre aux motifs de tissage

Plus en détail

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département.

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département. COMPTES ANNUELS - Immeuble à destination spécifique loué à une société placée en procédure de sauvegarde - Modalités d'évaluation et de dépréciation de l'immeuble - EC 2011-05 Mots clés Comptes annuels,

Plus en détail

REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 1952. par EMILIA MAS SON

REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 1952. par EMILIA MAS SON REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 952 par EMILIA MAS SON. C'est pendant sa campagne de 952 à Enkomi que M. Porphyrios Dikaios a trouvé un petit fragment de

Plus en détail

Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB

Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB Pêche sportive et chasse Juin 2009 * Veuillez considérer la présente directive

Plus en détail

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE Source du Par (82 c) : la source la plus chaude d Europe continentale Premier plan : corps cellulaire d un neurone. 1,5 semaine Cours Approche

Plus en détail

COMMUNE DE GORGIER. Madame la Présidente, Mesdames et Messieurs, 1. Préambule

COMMUNE DE GORGIER. Madame la Présidente, Mesdames et Messieurs, 1. Préambule COMMUNE DE GORGIER RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL CONCERNANT LA DEMANDE DE CREDIT DE Fr. 32'700.- POUR LE REMPLACEMENT D'UN COLLECTEUR D'EAUX USEES AU CHEMIN DE LA PAYAZ Madame la Présidente,

Plus en détail

I. Vous devez commencez par prendre l espérance de vie du vendeur.

I. Vous devez commencez par prendre l espérance de vie du vendeur. Vous voulez déterminer une rente viagère d un bien libre de toute occupation, une valeur d un bien occupé la vie durant du vendeur et la rente viagère correspondante : Vous devez intégrer de multiples

Plus en détail

ÉPREUVE ÉCRITE TECHNIQUES D'ORGANISATION ET DE GESTION APPLIQUEES AUX ACTIVITES BANCAIRES

ÉPREUVE ÉCRITE TECHNIQUES D'ORGANISATION ET DE GESTION APPLIQUEES AUX ACTIVITES BANCAIRES E20 TOG CORRIGE ÉPREUVE ÉCRITE TECHNIQUES D'ORGANISATION ET DE GESTION APPLIQUEES AUX ACTIVITES BANCAIRES Le présent corrigé est donné à titre indicatif. Note aux correcteurs D autres réponses sont possibles.

Plus en détail

Aménagement aquatique du tributaire et de l émissaire du lac Grignan situé dans la réserve faunique des Chic-Chocs de la MRC de la Haute-Gaspésie.

Aménagement aquatique du tributaire et de l émissaire du lac Grignan situé dans la réserve faunique des Chic-Chocs de la MRC de la Haute-Gaspésie. Aménagement aquatique du tributaire et de l émissaire du lac Grignan situé dans la réserve faunique des Chic-Chocs de la MRC de la Haute-Gaspésie. Marc Fleury Biologiste 341, rue Saint-Jean-Baptiste Est,

Plus en détail

Demande d autorisation pour l installation d un dispositif d Assainissement Non Collectif

Demande d autorisation pour l installation d un dispositif d Assainissement Non Collectif Service Public d Assainissement Non Collectif 36, Grande Rue- 71340 IGUERANDE Mobile : 06.43.28.22.30. Tél. : 03.85.25.94.20. Commune de : Date de réception du dossier en mairie : Dossier transmis au SPANC

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE + ALTERN,

DOSSIER DE PRESSE + ALTERN, DOSSIER DE PRESSE ECO-ANCRAGE + ALTERN, Le nouveau pack environnemental 1 SOMMAIRE 1- SIGNATURE Group, l union des expertises au service des infrastructures p. 3 2- Le nouveau pack environnemental SIGNATURE,

Plus en détail

Guide. l Archéologue * * L archéologue met au jour et étudie les traces laissées par l Homme depuis son apparition.

Guide. l Archéologue * * L archéologue met au jour et étudie les traces laissées par l Homme depuis son apparition. 2 Guide de l Archéologue * * L archéologue met au jour et étudie les traces laissées par l Homme depuis son apparition. 3 Comment repère-t-on un site? Comment repère-t-on un site? La prospection aérienne

Plus en détail

Définition : «interconnection» et «networks». nterconneconnexion des années 60 des années 70 ARPANET des années 80 les années 90 Aujourd'hui

Définition : «interconnection» et «networks». nterconneconnexion des années 60 des années 70 ARPANET des années 80 les années 90 Aujourd'hui I N T R O D U C T I O N D I n t e r n e t e s t l e p l u s g r a n d r é s e a u a u m o n d e a v e c d e s c e n t a i n e s d e m i l l i o n s da o r d i n a t e u r é s e a u x c o n n e c t é sa

Plus en détail

THEME 1 : La Terre dans l univers, la vie et l évolution du vivant : une planète habitée Document 1 - Grotte Cosquer dernière glaciation

THEME 1 : La Terre dans l univers, la vie et l évolution du vivant : une planète habitée Document 1 - Grotte Cosquer dernière glaciation Document 1 - Grotte Cosquer La grotte Cosquer, ornée de gravures et de peintures rupestres d intérêt comparable à celles de Lascaux ou de la Combe d Arc, est unique en Provence. Elle comporte deux séries

Plus en détail

Le gaz de schistes : sa genèse Une vieille histoire géologique

Le gaz de schistes : sa genèse Une vieille histoire géologique Le gaz de schistes : sa genèse Une vieille histoire géologique La genèse du gaz de schistes se confond avec la genèse du pétrole, du gaz naturel et du charbon. Dans tous ce cas, ces matériaux se sont formés

Plus en détail

el? lso orreles ol lenbe1 luepued sdluel ol lso +tlcojjo lte^ell ap ogrnp el

el? lso orreles ol lenbe1 luepued sdluel ol lso +tlcojjo lte^ell ap ogrnp el LL Op r.tlnlutut 'U ne zl op Lunurutu ne so^rlncasuoc sojnal.l ojlg lrop uarprlonb sode: e1 :snld lo sue I L op rluerddy (sue g;. rlueldde,l ts sajnoll t ;) sanrlncgsuoc sojnoq ]so uorprlonb sodel et :

Plus en détail

ETUDE DES GISEMENTS D OR PAR PROSPECTION ELECTRIQUE ET ELECTROMAGNETIQUE DANS LA COMMUNE DE BRIEVILLE, MADAGASCAR

ETUDE DES GISEMENTS D OR PAR PROSPECTION ELECTRIQUE ET ELECTROMAGNETIQUE DANS LA COMMUNE DE BRIEVILLE, MADAGASCAR ETUDE DES GISEMENTS D OR PAR PROSPECTION ELECTRIQUE ET ELECTROMAGNETIQUE DANS LA COMMUNE DE BRIEVILLE, Résumé MADAGASCAR Rajaomahefasoa R.E 1, Rakotondramano H S 1, Andriamirado L.C 1,2, Rasolomanana E.H

Plus en détail

CATALOGUE DES VISITES ANIMÉES DE LA MAISON DE LA PIERRE ET DU CIMENT AINSI QUE LES JOURNÉES ORGANISÉES AVEC NOS PARTENAIRES.

CATALOGUE DES VISITES ANIMÉES DE LA MAISON DE LA PIERRE ET DU CIMENT AINSI QUE LES JOURNÉES ORGANISÉES AVEC NOS PARTENAIRES. CATALOGUE DES VISITES ANIMÉES ET DES ATELIERS DE GROUPES DÉCOUVREZ LE CATALOGUE DES VISITES ET ATELIERS DE LA MAISON DE LA PIERRE ET DU CIMENT AINSI QUE LES JOURNÉES ORGANISÉES AVEC NOS PARTENAIRES. En

Plus en détail

Exercices sur les vecteurs

Exercices sur les vecteurs Exercice Exercices sur les vecteurs ABCD est un parallélogramme et ses diagonales se coupent en O () Compléter par un vecteur égal : a) AB = b) BC = c) DO = d) OA = e) CD = () Dire si les affirmations

Plus en détail

RAPPORT SUR L EXPLORATION MINIERE DANS LA ZONE DE BAOULE-BANIFING, REPUBLIQUE DU MALI RAPPORT FINAL

RAPPORT SUR L EXPLORATION MINIERE DANS LA ZONE DE BAOULE-BANIFING, REPUBLIQUE DU MALI RAPPORT FINAL RAPPORT SUR L EXPLORATION MINIERE DANS LA ZONE DE BAOULE-BANIFING, REPUBLIQUE DU MALI RAPPORT FINAL MARCH 2003 L AGENCE JAPONAISE MINIERE DES METAUX L AGENCE JAPONAISE POUR LA COOPERATION INTERNATIONALE

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Génie logiciel, système d'information de l Université Paris Descartes Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

A) Fiche narrative. Le site de la Falaise (DbEj-13)

A) Fiche narrative. Le site de la Falaise (DbEj-13) La période du Sylvicole telle que documentée en Haute-Côte-Nord : les sites de la Falaise (DbEj-13), de Pointe-à-Crapaud (DbEi-2) et du Cap-de-Bon-Désir (DbEi-8) A) Fiche narrative Les travaux menés depuis

Plus en détail

Des actions pour protéger les mares

Des actions pour protéger les mares Des actions pour protéger les mares L intérêt porté aux mares temporaires est récent et résulte d une prise de conscience provoquée par leur destruction accélérée aux cours des dernières décennies. Celle-ci

Plus en détail

La cartographie des habitats de la RNN de Saint-Quentin-en-Yvelines, L inventaire des zones humides de l Etablissement public Paris-Saclay,

La cartographie des habitats de la RNN de Saint-Quentin-en-Yvelines, L inventaire des zones humides de l Etablissement public Paris-Saclay, FICHE DE SYNTHESE Contexte : Les zones humides sont des milieux rares à l échelon national (4% du territoire) et fortement menacés par les activités anthropiques. La publication, en France en 1994, de

Plus en détail

Le pierrier du Getzbach par Etienne Juvigné et Jean-Marie Groulard

Le pierrier du Getzbach par Etienne Juvigné et Jean-Marie Groulard 1 Le pierrier du Getzbach par Etienne Juvigné et Jean-Marie Groulard Remarques préliminaires 1..Une route forestière traverse le pierrier ; elle permet donc de l observer de part et d autre. Les personnes

Plus en détail

LABEL BBCA REFERENTIEL DE LABELLISATION DES BATIMENTS

LABEL BBCA REFERENTIEL DE LABELLISATION DES BATIMENTS LABEL BBCA REFERENTIEL DE LABELLISATION DES BATIMENTS NEUFS V2 - EXTRAITS 07/04/2016 OBJET DU DOCUMENT 2 PRINCIPES DU LABEL 2 LES PRINCIPES DE L ANALYSE EN CYCLE DE VIE DES BATIMENTS 4 PERIMETRE DU LABEL

Plus en détail

e point en recherche Profils de la charge de consommation d énergie et d eau dans les collectifs d habitation introduction Programme de recherche

e point en recherche Profils de la charge de consommation d énergie et d eau dans les collectifs d habitation introduction Programme de recherche l Décembre 25 e point en recherche Série technique 5-119 Profils de la charge de consommation d énergie et d eau dans les collectifs d habitation introduction La recherche permet de commencer à comprendre

Plus en détail

ANNEXE 1 RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX 1 ASSOCIATION DES ARCHÉOLOGUES PROFESSIONNELS DU QUÉBEC (AAQ) CODE D ÉTHIQUE ET DES NORMES PROFESSIONNELLES

ANNEXE 1 RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX 1 ASSOCIATION DES ARCHÉOLOGUES PROFESSIONNELS DU QUÉBEC (AAQ) CODE D ÉTHIQUE ET DES NORMES PROFESSIONNELLES ANNEXE 1 RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX 1 ASSOCIATION DES ARCHÉOLOGUES PROFESSIONNELS DU QUÉBEC (AAQ) CODE D ÉTHIQUE ET DES NORMES PROFESSIONNELLES Ce code fait partie intégrante du règlement de l'association des

Plus en détail

2 Renforcer les infrastructures de mise en valeur du territoire insulaire

2 Renforcer les infrastructures de mise en valeur du territoire insulaire 2 Renforcer les infrastructures de mise en valeur du territoire insulaire 2-4 Maîtrise du foncier : Objectifs o reconstituer et sécuriser le maximum de titres de propriété (par actes notariés opposables

Plus en détail

La datation directe des peintures préhistoriques par la méthode du carbone 14 en spectrométrie de masse par accélérateur. Hélène Valladas (L.S.C.E.

La datation directe des peintures préhistoriques par la méthode du carbone 14 en spectrométrie de masse par accélérateur. Hélène Valladas (L.S.C.E. La datation directe des peintures préhistoriques par la méthode du carbone 14 en spectrométrie de masse par accélérateur Hélène Valladas (L.S.C.E.) La méthode du carbone 14 Depuis son développement à la

Plus en détail

POLITIQUE D UTILISATION ET DE PROMOTION DU CHRYSOTILE

POLITIQUE D UTILISATION ET DE PROMOTION DU CHRYSOTILE POLITIQUE D UTILISATION ET DE PROMOTION DU CHRYSOTILE Politique d utilisation et de promotion du chrysotile L histoire de la ville de Thetford Mines tient ses origines de l exploitation minière, et continue

Plus en détail

Annexe 4. Pollution mazout/diesel-intervention du DPC. Instructions à l attention des experts agréés

Annexe 4. Pollution mazout/diesel-intervention du DPC. Instructions à l attention des experts agréés Annexe Pollution mazout/diesel-intervention du DPC Instructions à l attention des experts agréés Echantillonnage au terme de l excavation Les échantillonnages doivent porter, d une part, sur les parois

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

Les géothermies en France

Les géothermies en France Les géothermies en France Christian BOISSAVY Président de l Association Française des Professionnels de la géothermie CAP 15 - Paris - Mercredi 30 Avril 2014 La géothermie et la perception du public Des

Plus en détail

2013 # 5. SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE ARIÈGE-PYRÉNÉES Actes du Congrès IFRAO, Tarascon-sur-Ariège, septembre 2010 L ART PLÉISTOCÈNE DANS LE MONDE

2013 # 5. SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE ARIÈGE-PYRÉNÉES Actes du Congrès IFRAO, Tarascon-sur-Ariège, septembre 2010 L ART PLÉISTOCÈNE DANS LE MONDE SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE ARIÈGE-PYRÉNÉES Actes du Congrès IFRAO, Tarascon-sur-Ariège, septembre 2010 2013 # 5 http://www.palethnologie.org ISSN 2108-6532 sous la direction de Jean CLOTTES L ART PLÉISTOCÈNE

Plus en détail

LES CENTRALES EOLIENNES

LES CENTRALES EOLIENNES LES CENTRALES EOLIENNES FONCTIONNEMENT Les éoliennes utilisent l énergie cinétique du vent (énergie éolienne) pour la transformer en énergie électrique. Elles produisent une énergie renouvelable (et même

Plus en détail

INITIATION AU SYSTEME D EXPLOITATION WINDOWS 2000

INITIATION AU SYSTEME D EXPLOITATION WINDOWS 2000 INITIATION AU SYSTEME D EXPLOITATION WINDOWS 2000 Introduction : Initiation à la Micro- Informatique 1. Matériel 2. Périphériques a) Le clavier b) La souris c) L écran d) L unité centrale e) L imprimante

Plus en détail

Banquettes de Posidonie: l expérience de la Corse

Banquettes de Posidonie: l expérience de la Corse Banquettes de Posidonie: l expérience de la Corse Gianluigi Cancemi Office de l Environnement de la Corse (Direction Déléguée aux Espaces Terrestres et Marins) En 2008: Erosion du littoral et suivi des

Plus en détail

reco Limites pratiques permettant de diminuer les risques dus aux manutentions manuelles de produits ou colis palettisés au-delà de 1,80 m

reco Limites pratiques permettant de diminuer les risques dus aux manutentions manuelles de produits ou colis palettisés au-delà de 1,80 m reco du comité Technique National des Services, Commerces et Industries de l Alimentation Limites pratiques permettant de diminuer les risques dus aux manutentions manuelles de produits ou colis palettisés

Plus en détail

18926 Contacts : François Kraus Tél : 01 72 34 94 64 francois.kraus@ifop.com. Technologie Dentaire POUR. Enquête auprès des dentistes libéraux

18926 Contacts : François Kraus Tél : 01 72 34 94 64 francois.kraus@ifop.com. Technologie Dentaire POUR. Enquête auprès des dentistes libéraux 18926 Contacts : François Kraus Tél : 01 72 34 94 64 francois.kraus@ifop.com POUR Technologie Dentaire Enquête auprès des dentistes libéraux Rapport complet 22 octobre 2010 Sommaire Pages -1- La méthodologie...

Plus en détail

LES DIVISIONS HYDROGRAPHIQUES DU BRÉSIL PAR JULIA SANTOS SILVA

LES DIVISIONS HYDROGRAPHIQUES DU BRÉSIL PAR JULIA SANTOS SILVA LES DIVISIONS HYDROGRAPHIQUES DU BRÉSIL PAR JULIA SANTOS SILVA 1. LA DIVISION HYDROGRAPHIQUE NATIONALE Selon la loi fédérale n. 9.433/97, la gestion de l'eau au Brésil doit être décentralisée, intégrée

Plus en détail

ISOLER AVEC ZERO.3 LES POINTS CLÉS DU MUR MANTEAU ZERO.3

ISOLER AVEC ZERO.3 LES POINTS CLÉS DU MUR MANTEAU ZERO.3 ISOLER AVEC ZERO.3 L isolation thermique par l extérieur (appelée également mur-manteau) se réfère à l isolation de la paroi externe d un édifice afin d'en améliorer l'efficacité thermique. Les dalles

Plus en détail

RÉSULTATS D ANALYSE DES POISSONS CAPTURÉS EN 2013

RÉSULTATS D ANALYSE DES POISSONS CAPTURÉS EN 2013 RIVIÈRE CHAUDIÈRE RÉSULTATS D ANALYSE DES POISSONS CAPTURÉS EN 2013 ÉCHANTILLONNAGE À la suite de l accident ferroviaire de Lac-Mégantic, quatre campagnes d échantillonnage ont été effectuées en 2013 afin

Plus en détail

Gestion de l eau et Fracturation Hydraulique 1/12

Gestion de l eau et Fracturation Hydraulique 1/12 Gestion de l eau et Fracturation Hydraulique 1/12 Fracturation Hydraulique et Gestion de l eau Agenda 1. Cycle de l eau 2. Préservation du sous-sol (Nappes Phréatiques) 3. Risque de pollution par les fluides

Plus en détail

L'EAU SOURCE DE VIE, SOURCE D'ENERGIE CYCLES NATUREL ET INFLUENCE DE L'EAU DANS LE BASSIN DU RHÔNE JUSQU'AU LEMAN

L'EAU SOURCE DE VIE, SOURCE D'ENERGIE CYCLES NATUREL ET INFLUENCE DE L'EAU DANS LE BASSIN DU RHÔNE JUSQU'AU LEMAN Bull. Murithienne 112 (1994): 17-21 173' ASSEMBLÉE ANNUELLE DE L'ASSN VERBIER, 22-26 SEPTEMBRE 199

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Economie - Gestion de l Université du Littoral Côte d'opale - ULCO Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des

Plus en détail

Origine et évolution morphologique du cheval

Origine et évolution morphologique du cheval Origine et évolution morphologique du cheval Introduction : L histoire du cheval a commencé au début de l ère tertiaire, il y a 60 millions d années bien avant l apparition de l homme. Des fossiles de

Plus en détail

Extraction, séparation et identification d espèces chimiques

Extraction, séparation et identification d espèces chimiques Extraction, séparation et identification d espèces chimiques Préambule : Depuis la plus haute Antiquité, l homme utilise des colorants, des parfums et des arômes. Ceux-ci ont d abord été extraits de produits

Plus en détail

Du côté des antennes du Monte Tesoro

Du côté des antennes du Monte Tesoro Du côté des antennes du Monte Tesoro Cette promenade va nous mener de Brembilla à Costa Valle Imagna, cela en passant par Laxolo Berbenno et Ponte Giurino, localité de laquelle la pente sera raide pour

Plus en détail

Mon Carnet d Explorateur

Mon Carnet d Explorateur Mon Carnet d Explorateur Nom :... Prénom :... Âge :... Surnom d explorateur :... avec TOM & Léa Bienvenue Comment Jouer Le Roc-aux- abrite un trésor de la préhistoire : une frise sculptée, gravée et peinte,

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ 2013

RAPPORT D ACTIVITÉ 2013 RAPPORT D ACTIVITÉ 2013 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 I. PRESENTATION DU FAFCEA... 3 II. L ACTIVITE EN 2013... 5 FORMATION... 6 1) LE BUDGET DU FAFCEA... 6 Les dépenses de formation par secteur en 2013... 8 A.

Plus en détail

EVALUATION DES RISQUES D'EBOULEMENTS ROCHEUX: BILAN ET PERSPECTIVES

EVALUATION DES RISQUES D'EBOULEMENTS ROCHEUX: BILAN ET PERSPECTIVES EVALUATION DES RISQUES D'EBOULEMENTS ROCHEUX: BILAN ET PERSPECTIVES Coordonnateur du projet: D. Hantz, LIRIGM, Université Joseph Fourier Participants LIRIGM (Laboratoire Interdisciplinaire de Recherches

Plus en détail

Evaluation de la population de Coquilles Saint-Jacques Pecten maximus dans la zone de prospection dite «Poweo».

Evaluation de la population de Coquilles Saint-Jacques Pecten maximus dans la zone de prospection dite «Poweo». Département Halieutique Manche Mer-du-Nord Laboratoire Ressources Halieutiques de Port-en-Bessin Station de Normandie Avenue du Général de Gaulle, BP 32 14520 PORT-EN-BESSIN Eric FOUCHER Décembre 2008

Plus en détail

Enquête de satisfaction et de suivi des bénéficiaires du Projet Emploi Jeune et Développement des compétences (PEJEDEC)

Enquête de satisfaction et de suivi des bénéficiaires du Projet Emploi Jeune et Développement des compétences (PEJEDEC) CONTEXTE & OBJECTIFS Enquête de satisfaction et de suivi des bénéficiaires du Projet Emploi Jeune et Développement des compétences (PEJEDEC) Rapport de synthèse Janvier 2015 Au sortir de deux décennies

Plus en détail

ENQUETE SUR L EMPLOI DES TRAVAILLEURS HANDICAPES

ENQUETE SUR L EMPLOI DES TRAVAILLEURS HANDICAPES ENQUETE SUR L EMPLOI DES TRAVAILLEURS HANDICAPES 2009 Une étude sur l emploi des travailleurs handicapés au sein des établissements de la Branche de l hospitalisation privée sanitaire et médico-sociale

Plus en détail

inspecteur en environnement et salubrité dans les cas d insalubrité morbide

inspecteur en environnement et salubrité dans les cas d insalubrité morbide Point de vue d un d inspecteur en environnement et salubrité dans les cas d insalubrité morbide présent senté par Dany Moisan Inspecteur en environnement et salubrité Division de la gestion du territoire

Plus en détail

1. Aide à l animateur : La création d un acompte se fait au niveau de l enregistrement de la DP dans le processus de la dépense. Un acompte constitue

1. Aide à l animateur : La création d un acompte se fait au niveau de l enregistrement de la DP dans le processus de la dépense. Un acompte constitue 1 2 3 4 1. Aide à l animateur : La création d un acompte se fait au niveau de l enregistrement de la DP dans le processus de la dépense. Un acompte constitue un paiement partiel, qui rémunère un service

Plus en détail

Prise en compte des ZONES HUMIDES

Prise en compte des ZONES HUMIDES DOSSIERS LOI SUR L'EAU au titre de l article L.214 3 du code de l environnement régimes DECLARATION ou AUTORISATION DOSSIERS ICPE au titre de l'article L.511 1 du code de l'environnement Prise en compte

Plus en détail

Utilisation sécurisée des PEMPs Conseils Relatifs à l Évaluation de l état des Sols

Utilisation sécurisée des PEMPs Conseils Relatifs à l Évaluation de l état des Sols Introduction La stabilité de toutes les PEMPs dépend des conditions des sols sur lesquels elles sont placées. Ceci s applique tout autant à celles qui nécessitent l utilisation de stabilisateurs qu à celles

Plus en détail

BUREAU D'ETUDES POUR L'AMENAGEMENT ET TOURISTIQUE DU PARC. par L.CREMILLE

BUREAU D'ETUDES POUR L'AMENAGEMENT ET TOURISTIQUE DU PARC. par L.CREMILLE BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES SERVICE GÉOLOGIQUE NATIONAL B.P. 6009 45018 Orléans Cedex Tél.: (38) 63.00.12 BUREAU D'ETUDES POUR L'AMENAGEMENT ET TOURISTIQUE SPORTIF AMENAGEMENT DU PARC

Plus en détail

Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN, avec la collaboration de Renaud TURC

Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN, avec la collaboration de Renaud TURC Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN, avec la collaboration de Renaud TURC LA COPROPRIÉTÉ Éditions d Organisation, 1998, 2000, 2002 De Particulier à Particulier, 1998, 2000, 2002 ISBN : 2-7081-2793-4 Le règlement

Plus en détail

VIEUX-ROÜEN-SUR-BRESLE (SEINE MARITIME)

VIEUX-ROÜEN-SUR-BRESLE (SEINE MARITIME) p. BASSOMPIERRE ALIMENTATION EN EAU POTABLE DES COMMUNES DE HODENG-AU-BOSC ET VIEUX-ROÜEN-SUR-BRESLE (SEINE MARITIME) Paris, le 18 Décembre 1959 B. R.G.M. Paris (XVe), le 18 Décembre 1959 74, rue de la

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

AXE 4 SOUTENIR LA TRANSITION VERS FICHE THEMATIQUE 4-1 : GEOTHERMIE UNE ECONOMIE A FAIBLES EMISSIONS EN CO2 DANS L ENSEMBLE DES SECTEURS

AXE 4 SOUTENIR LA TRANSITION VERS FICHE THEMATIQUE 4-1 : GEOTHERMIE UNE ECONOMIE A FAIBLES EMISSIONS EN CO2 DANS L ENSEMBLE DES SECTEURS AXE 4 SOUTENIR LA TRANSITION VERS UNE ECONOMIE A FAIBLES EMISSIONS EN CO2 DANS L ENSEMBLE DES SECTEURS FICHE THEMATIQUE 4-1 : GEOTHERMIE Version adoptée à la CE du 07/12/15 1 Priorité d investissement

Plus en détail

Série FAS préparer et réussir son examen Quizz N 6 : QCM SSIAP1

Série FAS préparer et réussir son examen Quizz N 6 : QCM SSIAP1 www.formation-agent-securite.net (FAS) Série FAS préparer et réussir son examen Quizz N 6 : QCM SSIAP1 Dans ce document : Synthèse des questions QCM Feuille de réponses Réponses Ce QCM vous est offert

Plus en détail

Directives d Assurance Qualité à l usage des Fournisseurs QSL. Contrat obligatoire Industrie/Equipements/Services (version 09/2004)

Directives d Assurance Qualité à l usage des Fournisseurs QSL. Contrat obligatoire Industrie/Equipements/Services (version 09/2004) Directives d Assurance Qualité à l usage des Fournisseurs QSL Contrat obligatoire Industrie/Equipements/Services (version 09/2004) Directives d Assurance Qualité à destination des fournisseurs QSL (Contrat

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle. Revues des pratiques effectuées en 2010-2011

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle. Revues des pratiques effectuées en 2010-2011 Bureau du vérificateur général du Canada Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle Revues des pratiques effectuées en 2010-2011 Janvier 2011 Revue des pratiques et vérification interne

Plus en détail

FÉCONDITÉ 4. Soumaïla MARIKO et Ali MADAÏ BOUKAR

FÉCONDITÉ 4. Soumaïla MARIKO et Ali MADAÏ BOUKAR FÉCONDITÉ 4 Soumaïla MARIKO et Ali MADAÏ BOUKAR Les informations collectées au cours de l EDSN-MICS-III sur l'histoire génésique des femmes permettent d'estimer les niveaux de la fécondité, de dégager

Plus en détail

Gérer son patrimoine. Édition. Organiser son épargne pour réussir ses projets

Gérer son patrimoine. Édition. Organiser son épargne pour réussir ses projets Gérer son patrimoine Édition 2013 Organiser son épargne pour réussir ses projets Gérer son patrimoine 1 2 Placer son épargne pour financer ses projets 05 Se constituer une épargne de précaution Acquérir

Plus en détail

LA PROBLEMATIQUE DES FUITES D EAU DU BARRAGE HAMMAM-GROUZ (AlgÅrie)

LA PROBLEMATIQUE DES FUITES D EAU DU BARRAGE HAMMAM-GROUZ (AlgÅrie) Larhyss Journal, ISSN 1112-3680, nä 05, Juin 2006, pp.41-48 Ä 2006 Laboratoire de Recherche en Hydraulique Souterraine et de Surface LA PROBLEMATIQUE DES FUITES D EAU DU BARRAGE HAMMAM-GROUZ (AlgÅrie)

Plus en détail