'le6n,jj d np ~SB-pJOU ne "ep:j np a,l/ea el'sue X!P ap snld s!ndaa. ~ue~uowaj J!e-U!ald ap sajnaej6 ap aj!eu!pjoej~xa au!ow!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "'le6n,jj d np ~SB-pJOU ne "ep:j np a,l/ea el'sue X!P ap snld s!ndaa. ~ue~uowaj J!e-U!ald ap sajnaej6 ap aj!eu!pjoej~xa au!ow!"

Transcription

1

2

3 'Jtlqntf AJJa!L/.l Jed 's~e~/ns'j S~Ua3'J snld sap uo!~e~uas'jd 'sa,jjaano3,p sal ~ua!ld!~/nw san6olo,l/3je sal "anb!un na!l B3 BP apje6aanes el nua~qo J!OAe s~jdtf 'sue , SU!OW ne ~ue~uowaj J!e-U!ald ap sajnaej6 ap aj!eu!pjoej~xa au!ow!j~ed un a/~a'j 'le6n,jj d np ~SB-pJOU ne "ep:j np a,l/ea el'sue X!P ap snld s!ndaa "Jna!J~dns anb!l/l!io~/ed ne alals Jnal ap aseq el Jns~~nq!Jue 'J!e U!ald ua sa~"ej6 saj'!lew!ue suo/lejn6!j sap Sa~"JaSU03lUOS 1:10 ua~dojna lsano-pns np Sal!S sal!wjed e9:j np a~/1e" asseq el ap uo/les!/e301 o~olld "ne9,1, 9~!W!1 U9 '9~3UOI snld uo!~e~~6~j\ el9p Jed9~nbJew '9IeJ~U93 9UOZ el9dn330 9nb!Jo~S!II~Jd 9~!S 91 "S~9d~p 9P UO!~elnWn33e,/ 's9nb!6oi0~1i3je.led S~//93S S96!~S9J\ 9P uo!~ej\j9suo3 el S!WJ9d!SSne 'ej\e 9//3 "9u!ewnll ul('!~edn330,/, 93!dóJd 93eds9 un ~!ejllo 'n9s!je:j 9P 9JpUe~W np 9X9/1UO3 "auua!u~lepbew apo!j~d ej ~ J!ua1Jedde ~uel\nod awwo:> a~!lqnd aj~v ~ 'J!e U!ald ua xna4:>oj neauued un Jns a~i\jasuo:> 'ajnl\ejb aj~!wajd el ~uawaleu!! ~u!l\ap alla,nb 'Jna!J~dns anb!4~!io~led np sjnasse4:> sap sua!p!~onb s~arqo sal Jns ~a sa~~ojb sau!e1ja:> ap s!ojed sal Jns sa~i\jasuo:> sajnl\ejb ~a sajn~u!ad 'su!ssap sal ~ue~ ~!enbol\~ al13 "adojn3,1 a~no~ suep ~a uo!b~j el suep aj!o~s!40~ojd el ~uejnp sa~s!le~j su!ewn4 saj~v,p no xnew!ue,p sanb!~ew~4:>s suo!~ejnb!! sap 'abejnu!ej puo!ojd uos ~a a:>ueb~i~ uos 'aia~s uos Jed '~!enbu!~s!p as ajl\nro a~~aj 'eqj ai a~ar as lanbal suep al\na/! puejb ai 'ojnoa np pjoq ne '~uowe ua w)j Ov ~ 'o:>noze~ ap abell!1\ np s~jd lel\ -a4:> un,p ajnl\ejb el ~l\alaj ~!el\e I! '~Q~ snld sue X!a 81J8J\nO:»'p 8J~!W8Jd 81 'Z86 I. 9J\!J el Jns 9~n~!S '9Ie!J\n//e 96eld el 'SJOle,nbsnr "e '~u9nllle UOS 9P S9J~~WOI!'1 S.l9!UJ9p S91 suep 1e9 S9p 9//9!3!I!l.Ie 9~~UOW 9Un enboj\ojd OJnOa, JnS 96e.lJeq un,p UO!~3n.l~SUO3 e1 "9113ne6 9P 96ed...sa~al\no:>?p sa~uap -?:>?Jd sas ap aun alladdej!nl Ja!ln:>!~ed ala~s Jnal.a~s!4:>s ap ale:>!~al\!ojed aun Jns sajnl\ej6 sap Jed a?j!ue ~sa 'xnel\ej~ sap anb!6oi0?4:>je!i\!ns np alqesuodsaj 'epueqa~ uoslan ap uo!~ua~~e,1 '~I ap saj~~w ap sau!e~ua:> sanblanb V.le6n~od np ~sa-pjou np xna~s!4:>s ~a sanb!~!uej6 SU!BJ "Ja~ sal asjal\ej~!nb eqj np a?llel\ BI suep a6ejjeq puej6 un,p uo!~:>nj~suo:> el ap ~nq?p ai a:>uouue SUO!sOldxa,p a!j?s aun 'Z66L u 3

4 Au cours de Ia premiêre intervention réalisée en décembre 1999, une paroi verticale profusément gravée apparait lors du dégagement des sédiments qui contiennent des vestiges d' occupation du site datant de plusieurs phases du Paléolithique supérieur. Th Aubry. 1993, Ia menace du barrage La découverte, dans Ia vallée du Côa, de gravures équivalentes à ce cheval préhistorique motive Nelson Rebanda et son équipe à poursuivre leurs prospections. Courant 1993, de nouvelles roches gravées sont trouvées à proximité. L'année suivante, une descente du niveau de Ia retenue du barrage de Pocinho, qui pénetre dans les premiers kilometres de Ia vallée du Côa, permet à I'équipe de prendre conscience de I'ampleur de cet ensemble archéologique. Allant contre le silence de ses supérieurs hiérarchiques, Nelson Rebanda avertit A. Martinho Baptista, M. Varela Gomes et Mila Simões de Abreu, les seuls spécialistes de I'art rupestre du pays, afin qu'ils se prononcent sur I'importance d'une telle découverte. Car, si rien n'est fait, ce patrimoine inédit est voué à disparaitre dans la"retenue d'eau du barrage en cours de construction. 1995, Ia vallée est sauvée La révélation de I'existence des gravures par les médias à Ia fin de 1994 ouvre une lutte entre deux conceptions de développement économique pour cette région de I'intérieur du Portugal, dépeuplée par I'immigration vers le littoral ou vers I'étranger. Dans un premier temps, les défenseurs de I'option barrage semblent triompher : Ia méthode d'attribution stylistique de représentation gravée présente de nombreuses failles, aggravées par les résultats obtenus par Ia datation ASM de micro fragments de matiere organique contenus dans les traits. Ceux-ci s'averent d'un âge compris entre 170 et 7000 ans : bien trop récent pour stopper Ia construction d'un ouvrage d'art! Cependant, ces résultats, obtenus par deux spécialistes commandités par EDP, I'entreprise responsable de Ia construction et de I'exploitation du futur barrage, sont critiqués par les archéologues qui se sont associés dans une lutte commune (Zilhão, 1995) mais aussi par les spécialistes de Ia datation par le carbone 14. La présentation de "dates" réussit un instant à faire vaciller I'opinion du grand public mais pas celle des politiques. En 1995, c'est Ia surprise : le gouvernement décide I'abandon définitif du projet debarrage et Ia conservation dans leu r milieu naturel des 265 r~ches gravées connues alors sur les derniers 17 km du Côa. Combien auraient parié un an plus tôt que le gouvernement nouvellement élu aux législatives choisirait cette solution dispendieuse et lourde de responsabilité à long terme, au détriment de I'intérêt économique immédiat de production électrique?

5 Le doute concernant Ia datation paléolithique des gravures commence à se dissiper avec Ia remise au gouvernement d'un rapport archéologique comprenant les premiers relevés des gravures mais aussi Ia mise en évidence d'une fiche occupation de Ia région pendant le Paléolithique supérieur. Ce document sert de base au dossier qui permet I'inscription, des 1998, de I'art de Ia vallée du Côa sur Ia liste du patrimoine mondial de l'unesco (délai record pour ce genre de classification!) Un site préhistorique recouvre les gravures En 1999, nouvelle surprise! Une descente temporaire du niveau du barrage de Pocinho, ouvrage achevé à Ia fin des années 1970 sur le fleuve Douro, regle de maniere définitive Ia datation. Ia question de L'acces à des terrains de Ia limite du versant et de Ia plaine alluviale du Côa, submergés en temps normal par une faible hauteur d'eau, permet alors Ia réalisation d'un sondage archéologique. En quelques jours est découvert ce que personne n'osait espérer pour démontrer objectivement I'âge des gravures de plein air du Côa, et établir une relation objective entre elles et les vestiges d'habitat découverts dans Ia région. II s'agit d'une paroi verticale ornée de 84 figures superposées, recouverte par des sédiments qui contiennent des outils taillés en pierre carac- téristiques du Paléolithique supérieur. La date de réalisation des figures piquetées et superposées ne peut donc être qu'antérieure à celle des occupations humaines qui recouvrent plus de 2/3 de Ia paroi gravée : les tracés sont donc bien issus d'un âge remontant au moins au Paléolithique supérieur ans d'âge minimum Le niveau du Côa remonte à Ia fin de 1999, mais les études pour exploiter les données accumulées lors de cette courte intervention sur le site de Fariseu se poursuivent. On pourrait penser que les gravures sont postérieures au Paléolithique supérieur et que les sédiments et les outils taillés ont pu glisser postérieurement vers le panneau. I1 n'en est rien. L'analyse géologique, conduite par Farid Sellami, permettant de reconstituer les processus alluviaux et colluviaux de mise en place des dépôts, établit I'absence de déplacement en masse des sédiments et des vestiges archéologiques sur le versant. Les résultats obtenus par thermoluminescence par OSL sont concordants et confirment I'âge remontant au Paléolithique des outillages en pierre taillée. supérieur établi à partir Les résultats obtenus s'échelonnent entre et ans pour les différentes couches en relation avec Ia paroi gravée et définissent et un âge minimum de ans à Ia réalisation des gravures de Apres Ia fouil/e, Ia surface roçheuse verticale apparait.c ornée de plus de 80 figurations entremêlées de chevaux, bouquetins, aurochs, cerfs, biches et isards, gravées par piquetage ou par rainurage profond. Grâce au recouvrement sédimentaire, les traits ont gardé Ia fraicheur qu'ils avaient au moment de leur réalisation. Photo (Ç) Th Aubry.

6 Ci-dessus. Position, le long de Ia stratigraphie et en relat;on avec Ia paroi gravée, des résultats obtenus par les procédés TL et OSL sous Ia responsabilité de Norbert Mercier et Hélene Valladas. Th Aubry. C;-contre. Lors d'une nouve/le ba;sse du n;veau de /'eau en septembre et octobre 2005, deux secteurs de fou;/les sont ouverts : /'un à /'emplacement du sondage de 1999, /'autre à /'extrém;té de /'a;re déf;n;e, par des sondages géophys;ques et à Ia tar;ére, comme potent;e/lement favorable à Ia conservat;on de vest;ges. Photo (C) Th Aubry.,.. à ~ Ia partie inférieure de Ia rache 1 de Fariseu. D'apres Ia séquence d'intersection des traits, cet âge minimum est probablement applicable à I'ensemble des gravures de toute Ia hauteur du panneau. Un art contemporain de celui des grottes Malgré Ia démonstration définitive de I'utilisation de panneaux rocheux en plein air comme support de décors par les groupes paléolithiques, et I'ampleur des découvertes qui se multiplient des deux cotés de Ia frontiere entre le Portugal et l'espagne, (plus de 5000 figures actuellement inventoriées par le Centro Nacional de Arte Rupestre dans Ia seule vallée du Côa, le Douro et les affluents adjacents), I'image de I'art paléolithique reste liée aux monde souterrain. Les données que nous avons accumulé depuis

7 "AJqntt sojolld "666L ua ~61l6~p nllauulld np UO!~llnU -!~UO:l 111 SUIlP 's~uaw!p~s sal snos ~!Il.lllddll ~.lnu!il.l s!nd ~~anb!d u!~anbnoq ap a.ln6!j aun "a.l~uo:l-!.') '666L ap a6epuos np SJOI s~/ljasqo xna:l :la/le Ja/~JJO3 sal Ja JaJedWO3 sal J!o/lnod ap uye s~uuoi -/!Jueq3~ Ja SJ!J3~p Juos sjuaw!p~s sa7 'xnea sap a~juow el!1 }!Jn3~suO3 Juawase/lua,/ ap J!e} np sue OZ' ap SU!OW ua s~sod~p Juos as 'ajj~w un assed~p!nb 'ajna!j~dns a!j.led el ap SUl} salqes Ja SUOW!I sa7 'aseq ap aq30j el ajpu!aue,p Jue/le s~6e6~p Juos SJ9d~p ap Jnass!ed~,p sajj~w S!OJJ ap snld 'JnaJ3as nea/lnou ai suea 'snssap-!:j,w DOE SU!OW ne Jns ajpua~9,s ~uawalla!~ -ua~od ~uaanad sau!ewn4 suo!~edn:>:>o sal 'W OE SU!OW ne Jns snu!~uo:> ~uos 666L ua a9aej6 a4:>oj el ap ~:>e~uo:> ne s9~:>a~9p sanb!4dej6!~ej~s xneaa -!U sal anb J!lqe~9,p s!wjad ~f9p ~uo snou 'POOZ ua 'JepeJ un,p ap!e,1 ~ ~a aj~!je~ el ~ sa6epuos saa l anb!ljdej6 ~~!A!~:>e,1 :>aae UO!~elaJ Jnal ~a a~!s a:> Jns sau!ewnlj S~~!A!~:>e sei ~~~ ~UO sa.llano l a~ -uetjodw! snl~ a:>ejjns aun Sl!-~uadn:>:>o l ~UeSJaA ai Jns ~nelj snld s~~:>a~~p ~~~ ~Ua!eAe s~aej6 xneau -ued sap QO ~I 'a:>uej~ua~j el ap leae Jna~:>as ne S~~!W!I SI!-~UOS au!ewnlj uo!~edn:>:>o,1 ap sa6!~saa sal:,w 9 ap SU!OW ap a6epuos un suep sa~s!le~j SUO!~eAJasqo sal Ja~~ldwo:> Jnod aj!essa:>~u ~sa all!no! allaanou aun "666l s~jde sall!no! sap ~uaw -aj~!ln6~j ajpuajdaj ap alj:>~dwe snou olju!:> d ap a6ejjeq np enue~aj el Jed ~UeWeJAno:>eJ e, asuap ~UaWaW'J~a a~!s Un L enb!4~!io~led np sjnesse43 ep sednoj6 sei Jed se~s!i!~n enb!loqwas uo!ssejdxe,p se~uej~u!p sewjoj ep ~Q~nld 1!-~!6e,s L njeds!p ~ue!ejne s!ew (e3uej~ ~e eu6eds3,1 ep pjou) pjou ne snld!ssne ~~~ selle-~uo,1 no L seuoj6 ep sed e~s!xe,u I! 1:)0 suo!6~j sei suep enb se~s!le~j ~~~ selle-~uo,u ejq!1 J!e,1 ~ suo!~e~ues~jdej sei : SUO!~ -senb selleanou ep ~UeJAnO suo!~e~e~su03 se:).euue~u~jad eu!e43 el ep pjou ne,nb epnj!ssne ~~~ s!ewef e,u ~ew!13 el 'ej!e!3ei6 wnw!xew Je!uJep el ~uejnp ewvw 'enb ~uenb!pu! enb!j~q! elnsu!u~d el ep pns np Jne!J~dns enb!4~!10~led np se~!s sei Jns se~ean03~p seunej sei ~e senb!~ew!13-0~led SUO!~ -n~!~su03ej sel.enb!6010~6 ~e enb!~ew!13 ~ueweu -UOJ!AUe,p sej~!ln3!~ed SUO!~!PU03 ep e3uenb~su03 el elqwes uo!~eajesu03 Jnel 'se3 xnep sei SUBa.sele~~!Jed suo!~e~ues~jdej sep eu!ej -odwe~u03 ue!q ~se J!e U!eld ue esne430j e3ejjns ep uo!~es!i!~n,l: seuoj6 sep ~e,1 ep enb!6010uoj43 ~uewe6uoiojd un sed ~uen~!~su03 eu J!e u!eld ep se~aej6 suo!~e~ues~jdej se3 enb ~uenb!pu! sue OL

8

9 'sbnh lnbd SOlolld 'U!lanbnoq un,p no ~P!IIJa3 un,p al~/dwo3u! ajn6!1 aun,p al~l BIIUOP 'SJa!lBW!UB SI!IOW SJna!Snld IUBl./od anbbld 'gla 5 'sdwalu!jd np lnq~p alia Ja"!IIJ IUBpuad a,gw pjbs!j al./od anb aj~!u!j3 no aqjbq BI JalUas~JdaJ ua!q no ajn6!1 BI ap la!laj ai JamUa33B,p IUBuaWJad anb!lidbj6 UO!IUaIlUO3 aun {l ajpuodsajjo3 I!BJJnod au!1i3~j ap Sa/~IIBJBd SI!BJI Z' sap a6bss!ldwaj U!I a7 'a~/noj auanbbld aun Jns a~s!lb~j 'anbubw al~l BIIUOP 'pjbs!-p no U!lanbnoq '~P!IIJa3 ap ajn6!:j 'y Ia E 'au6!s no laldwo3u! 1!IBJn6!1 1!IOW 'Z' Ia t 'y all3no3 BI SUBP Sal./allnO3~p sa~"bj6 SaIS!1I3S ap sauanbbld 'aluap~3~jd a6bd Ia ajiuo3-!.?

10 Les plaquettes de schiste découvertes parmi les vestiges d'occupation du Paléolithique supérieur sont minutieusement retirées, puis systématiquement examinées afin d'identifier d'éventuels tracés fins sur leur surface. Th Aubry. II ne manque qu'une nouvelle autorisation de baisse du niveau du barrage de Pocinho pour tenter de répondre à ces questions. Elle est finalement accordée pour septembre et octobre Sur les deux secteurs ouverts en limite du site, Ia séquence sédimentaire est similaire et les vestiges d'occupations d'une phase finale du Magdalénien caractérisée par des pointes à dos courbes, dénommées pointes aziliennes dans le nord de l'espagne et au sud de Ia France, apparaissent dans Ia couche 4. Notre premiere surprise est Ia densité des vestiges d'art mobilier. Deux plaquettes gravées avaient bien été trouvées en 1999, mais naus n'imaginions pas en exhumer plus de 50 sur les 15 m2 ou Ia couche 4 a été atteinte. Cette densité permet d'évaluer le potentiel du site à plusieurs centaines de pieces. II ne s'agit pas de fragments provenant de panneaux gravés, mais de plaquettes de schiste arrachées par le gel puis ramassées par les hommes préhistoriques pour être gravées. Les animaux : os et gravures Des restes de faune furent découverts en association avec ces plaquettes gravées. Le lapin, I'animal le plus présent, ne semble jamais figuré sur les plaquettes, au détriment des figures de cervidés, caprinés et une possible représentation humaine. La détermination de I'espece de poisson (P. Béarez), une grande alose, dont les restes furent recueillis pendant Ia fouille indique que le site était au moins occupé pendant le printemps, au moment ou cette espete littorale remontait le cours des fleuves sur une distante supérieure aux 150 km qui séparent actuellement le site de l'atlantique. Ces poissons migrateurs pouvaient être facilement capturés lors de leur reproduction sur des frayeres correspondant à Ia plage qui longeait le méandre de Fariseu, avant Ia remontée artificielle du Côa. Ils fournissaient en abondance une ressource alimentaire pouvant être séchée ou fumée. Un des os du secteur aval du site est datá d'environ

11 "~l!el/nos aja!j ne luepuodsajjo:j oj~wnu aj zajanb!pu! SnOA JanbaJ Jns (vl "d) anb!6ojo~i/:jjif a!j!ejq!1 ej ap apuewwo:j ap uoq aj JaS!J!ln zajj!naa 'snssap-!:j s~:juaj~j~j Sa6eJAnO sal J!Ualqo Jnod "llve:lz} :7 9E: "auuosse:jje:; 'd31f9 'I666l 1:> 6-L 'awgdwe:;-jaaelne.l 'JeuOlleUJalul anbol/o:; np sal:>lf} aljewi'! Jed ~y!pow aljesáec/ a1- ajq!j Jle,! ~ anbltll!/o~jed lje,1 U! 'I/elJnlJoc/} eg:; np a~l/ea e/ ap ajq!/ J!e,! ~ anb!i/i!/o~/ed lje,! ap anb!ljo}o~i/:>je alxaluo:> a1 'zooz ':L Ak/8n'v' -8Z - 'a/qluodslp uon '99 smál/daz ui 'nnasije:j ap e:>!lj9/oanbje u91:>elsa e/ :(/eljnljoc/ 'eg:; zo:j ap eaon e/ia) eg:; ap al/ea /a ua a/qanw owsyej9n 'E:OOZ ':L Ak/8n'v' '"w Z3JO 'v'j.jk/'v'9 "l08lze:} 5 9Z 'aljll!1 'aljll!1 ap ~llsjaa!un '9ll 1n'v'k/3 'I900Z 1das 'auuoqs!1 'SIlJlJuO:; ""X} /I/A uoisslwwo:; c/c/s/n '900Z-l00Z /euuanbulnb ue/!8 "ua~dojna JnaIJ~dns anbll/ll/o~/ec/ a1 '900Z (p~) "c/.l3k//on ui 'n(900z-l00z} /eljnljoc/ np JnaIJ~dns anbll/ll/o~/ec/ a1n '900Z '"N OH:;/8 'v'k//3k/k/3:j ':L Ak/8n'v' -/.Z - 'a/q!uods!p uon 'Ál!nbllu'v' ui 'n(/eljnlj c/} Áal/eA eg:; ai/i UI alls lje /elaljed :Jltll!/oa/ed J!e-uado pawjyuo:j ISJIJ : nasije:jn '("d's) '/e Ia 'N k/3/:;k/3w '~~ "d ej ~ J9l.1odaJ snoa z9j/jn9a 'snssep-j3 em8.lbj.ljuelqo.lnod "509'8 '/eljnljoc/ 91 "9!6010~4:)JV,p SJ9!SSOa "86L Smd HIOJ\"rfS N3 HnOd "euue!ueaej6 ejmln:j el ~ 'nes!je:j ep 9AeJ6 neeu -ued el Jed e9~ues9jdej 'eç:) np e911ea el ep enb!4dej6 ese4d el JessnodeJ ue!q ~ue!ejjnod suo!~eajesqo se:) 'sue 009 Bl ep sjno~uele xne 11 Jed e9~ep (v) epuejd e610 ep e~!s np uo!~edn:j:jo eun Jns s!ll!en:jej e~!z -tjenb ue s:j!d ep 9~!w9J1Xe,1 :JeAe oujejul op epeue:) ep l e4:joj el ep (sej!eln6ue!j~ s~:jedw!) se6e~enb!d sei ~uejedwo:j ue sejnaej6 sep e!6010uoj4:j el Jes!:J9Jd ep elq!ssod ~se I! '~uepuede:) 'enb!4~!io9ied np sese4d sei se~no~ ~uepued ~e se~!s sej~ne sei sno~ Jns sejej ~uos S9AeJ6 sje!l!qow SU!OW9~ sei '~ues9jd ~,nbsnr "e~esel".j el ep Jne!J9~u!.I ep sej~sn:jel sej!e:jle:j sei s!ndep!ssne s!ew 's!e6ntjod lejou!1 np sej!e:jle:j suo!~ewjoj sei s!ndep 'sej~~woi!)j 09l ep snld Jns xel!s ep senb!~ew9~sas s~uewe:jeld -9P sei Jed 'Jne!J9dns enb!4~!io9ied np 6uOI ne ~no~ 'e:juep!a9 ue S!W ej~~ ~ueaned sednoj6 sej~ne,p :JeAe s~:je~uo:j sep 'leuo!69j e:jedse ~e:j ep ~Iep-n'v' "epn~!~le,p sej~~w 009 ep snld ~e Oll ej~ue s!jdwo:j s~:ju!~s!p senb!6olo:j9 seu!ewop sep ~ ~uewep -!dej Jep9:J:Je,p ~ewjed e9~uep!:j:je e!4dej6odo~ el "senb!jo~s!49jd sewwo4 sei Jed uo!69j eue:j ep uo!~e~!oldxe,p s9~!lepow sep suo!~n~!~suo:jej sjne!snld JesodoJd ep s!wjed e senb!4~!1 se6!~ -sea sep epn~9,1 "ell!noj ep ~e[qo,1 ~!ej ~uo 6 'Jne!J -9dns enb!4~!io9ied el ~uepued e911ea el ep uo!~ed -n:j:jo,p se~!s ep se:j!pu!,p seu!ez!p sjne!snld!wjed "~ueweuue!p!~onb S9~!Old -xe se:jedse,p u!es ne JeAnOJ~ es ep ~se J!e U!eld ep senb!4~!lo~led SeWS!4deJ6 sep ~~!Jeln:J!~ed el euue!3ue Snld ejo3ue UO!lelep eun a!6010!1i1:jje,p s!e6nl.lod lnj!lsuu ap an6olo!1i1:jje 'AJqn'\1 AJJa!4.L.ses!JdJns selleanou ep e~nop unone sues eajes~j nes!je;j ep e~!s el ~3.enb!4~!IO~led np sewwo4 sep ellejn~lno ~~!SJeA!p el Je4 -ojdde,p se~!p~u! S~~!I!q!ssod sep ejuo snou (Sl!~ -no,p uo!~eo!jqe! 'e4o~d 'esse40) S~~!A!~Oe sej~ne,p se6!~sea sei oeae uou no e~!oj~~ uo!~e!oosse ue (!ojed Jns no seuenbeld Jns sejnaej6) enb!loqwas uo!ssejdxe,1 ep se6eu6!ow~~ ep e~eanoo~p el.~uea!nsjnod es e~llea el ep se~!s s~uej~u!p sei Jns sell!no! sal.a~l\ej6!ojed el ~uajl\no:jaj!nb s~uaw!p~s sap sue 000 9L ap lew!u!w a6~,1 ~ ajna!j~~ue ua!q aj~v ~!ejjnod sajnl\ej6 sap uo!~es!le~j el anb Jas -uad ass!el L a4:jno:j el suep s~:jedw! sap ~uetjod!ojed ap s~uaw6ejj ap atjal\no:j~p el su!owue~n.a~!s np au!ewn4 uo!~edn:j:jo,p xneal\!u sal ~a L a4:joj el ap s~sodjadns sa6ejnu!ej no sa6e~anb -!d sap anb!4dej6 ase4d el aj~ua a~:jexa anb!6ol0u -OJ4:J uo!~elaj el Jas!:J~Jd ~!ssn~j sed :Juop suol\e,u snon.a~ll!noj auoz el ap seqaj~uo:j ua s~/\jasuo:j aj~v ~ua!ejjnod!nb 'sue 000 L L ~a OOv 8L aj~ua l.l Jed s~~ep xna:j anb sua!:jue snld sanb!6olo~4:jje xneal\!u slan~ual\~,p ajpu!aue,p s!wjad sed ~uawasnajna4 -Iew e,u nea,1 ap neal\!u np saj~~w Z ap a~ua:jsap el 'au~:j loh,1 ap ~uawajjne4:j~j ai ap~:j~jd!nb uo!~e!:jei6 aj~!ujap el ap ap!ojj ase4d aj~!ujap el suep Ja:Jeld sal ap ~awjad a~llel\ el ap sasna4:j -OJ s!ojed sap Jns sau!j SUO!S!:JU! Jed sa~:jej~ sajn6!j sasnajqwou ap ~a Ja!l!qow tje ~a:j ap sj!~ej -n6!j sj!~ow sap aj~ua anb!~s!iá~s uos!ejedwo:j el.a~llel\ el ap sa~!s saj~ne,p Jns ~a nas!je:l ap s~ualel\!nb~ xneal\!u sap suep 666L ua sa~l\al~jd sa~jjne4:j sjaáoj ap sajja!d sap l.l Jed Uo!~e~ep el ap s~e~lns~j sal :Jal\e ~a 'xal!s ua sa~u!od ap adá~ awvw ai Jed sa~s!j~~ -:JeJe:J'le6ntJOd np aj~ua:j np suo!~edn:j:jo saj~ne,p Jns snua~qo ~e~lns~j sal :Jal\e pjo:j:je ua 'sue 009 OL

THIERRY AUBRY (Parque Arqueológico do Vale do Côa, Instituto Português de Arqueologia) thaubry@sapo.pt

THIERRY AUBRY (Parque Arqueológico do Vale do Côa, Instituto Português de Arqueologia) thaubry@sapo.pt Modalités d exploitation des ressources lithiques régionales et des silex d origines lointaines sur les sites du Paléolithique supérieur de la Vallée du Côa (Portugal) quels indices de productions spécialisées?.

Plus en détail

Définition : Un logiciel de traitement de texte permet en particulier Merci de visitez le site web : www.9alami.com

Définition : Un logiciel de traitement de texte permet en particulier Merci de visitez le site web : www.9alami.com I N T R O D U C T I O N W O R D e s t u n l o g i c i e l d e t r a i t e m e n t d e t e x t e t r è s p e r f o r m a n t q u i n o u s p e r m e t d de o ccurméee nr ta u n C e d o c u m e n t p e u

Plus en détail

2013 # 5. SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE ARIÈGE-PYRÉNÉES Actes du Congrès IFRAO, Tarascon-sur-Ariège, septembre 2010 L ART PLÉISTOCÈNE DANS LE MONDE

2013 # 5. SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE ARIÈGE-PYRÉNÉES Actes du Congrès IFRAO, Tarascon-sur-Ariège, septembre 2010 L ART PLÉISTOCÈNE DANS LE MONDE SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE ARIÈGE-PYRÉNÉES Actes du Congrès IFRAO, Tarascon-sur-Ariège, septembre 2010 2013 # 5 http://www.palethnologie.org ISSN 2108-6532 sous la direction de Jean CLOTTES L ART PLÉISTOCÈNE

Plus en détail

Inrap / Les étapes de l archéologie préventive

Inrap / Les étapes de l archéologie préventive Les étapes de l archéologie préventive LE DIAGNOSTIC Lorsque l on aménage un terrain à des fins publiques ou privées (pour construire une route ou un immeuble par exemple), le sol est remanié. Bien avant

Plus en détail

Niveau cinquième : Ouvrage & Habitat. V I O I P A. e P. e 2. s n t

Niveau cinquième : Ouvrage & Habitat. V I O I P A. e P. e 2. s n t N è : O & H.» E V I T I» S O E V P I «T I N S O I O T P A «LL'H'HAABBIITTATION U Rl M L G 10 0-2 9 0 0 2 A l! è l l l lè L' P 2» «' L P 3 l L P 5 S P 6 -j ' L 7 P? D - -L 9 P -L 11 P l -L P 13 l 'l -L

Plus en détail

el? lso orreles ol lenbe1 luepued sdluel ol lso +tlcojjo lte^ell ap ogrnp el

el? lso orreles ol lenbe1 luepued sdluel ol lso +tlcojjo lte^ell ap ogrnp el LL Op r.tlnlutut 'U ne zl op Lunurutu ne so^rlncasuoc sojnal.l ojlg lrop uarprlonb sode: e1 :snld lo sue I L op rluerddy (sue g;. rlueldde,l ts sajnoll t ;) sanrlncgsuoc sojnoq ]so uorprlonb sodel et :

Plus en détail

Les rondelles. 1h30 72

Les rondelles. 1h30 72 Sites préhistoriques de la vallée de la Vézère Actions éducatives Second degré Programme 2015 Cycle 4 Parcours découverte Les rondelles 1h30 72 De petites rondelles en os, ivoire de mammouth...parfaitement

Plus en détail

La datation directe des peintures préhistoriques par la méthode du carbone 14 en spectrométrie de masse par accélérateur. Hélène Valladas (L.S.C.E.

La datation directe des peintures préhistoriques par la méthode du carbone 14 en spectrométrie de masse par accélérateur. Hélène Valladas (L.S.C.E. La datation directe des peintures préhistoriques par la méthode du carbone 14 en spectrométrie de masse par accélérateur Hélène Valladas (L.S.C.E.) La méthode du carbone 14 Depuis son développement à la

Plus en détail

Une opération d aménagement touristique durable. Figure 1 : vue d un Mont-Saint-Michel au caractère maritime rétabli

Une opération d aménagement touristique durable. Figure 1 : vue d un Mont-Saint-Michel au caractère maritime rétabli Une opération d aménagement touristique durable Figure 1 : vue d un Mont-Saint-Michel au caractère maritime rétabli Pourquoi un tel projet? «Le rétablissement du caractère maritime du Mont- Saint-Michel

Plus en détail

Définition : «interconnection» et «networks». nterconneconnexion des années 60 des années 70 ARPANET des années 80 les années 90 Aujourd'hui

Définition : «interconnection» et «networks». nterconneconnexion des années 60 des années 70 ARPANET des années 80 les années 90 Aujourd'hui I N T R O D U C T I O N D I n t e r n e t e s t l e p l u s g r a n d r é s e a u a u m o n d e a v e c d e s c e n t a i n e s d e m i l l i o n s da o r d i n a t e u r é s e a u x c o n n e c t é sa

Plus en détail

2013 # 5. SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE ARIÈGE-PYRÉNÉES Actes du Congrès IFRAO, Tarascon-sur-Ariège, septembre 2010 L ART PLÉISTOCÈNE DANS LE MONDE

2013 # 5. SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE ARIÈGE-PYRÉNÉES Actes du Congrès IFRAO, Tarascon-sur-Ariège, septembre 2010 L ART PLÉISTOCÈNE DANS LE MONDE SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE ARIÈGE-PYRÉNÉES Actes du Congrès IFRAO, Tarascon-sur-Ariège, septembre 2010 2013 # 5 http://www.palethnologie.org ISSN 2108-6532 sous la direction de Jean CLOTTES L ART PLÉISTOCÈNE

Plus en détail

2013 # 5. SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE ARIÈGE-PYRÉNÉES Actes du Congrès IFRAO, Tarascon-sur-Ariège, septembre 2010 L ART PLÉISTOCÈNE DANS LE MONDE

2013 # 5. SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE ARIÈGE-PYRÉNÉES Actes du Congrès IFRAO, Tarascon-sur-Ariège, septembre 2010 L ART PLÉISTOCÈNE DANS LE MONDE SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE ARIÈGE-PYRÉNÉES Actes du Congrès IFRAO, Tarascon-sur-Ariège, septembre 2010 2013 # 5 http://www.palethnologie.org ISSN 2108-6532 sous la direction de Jean CLOTTES L ART PLÉISTOCÈNE

Plus en détail

f.ja+t:jt.jt+ 1!-+-asstnd a.ji1f/ a:j atpfjp a( '.Jna+:Ja/ auna( to+ ty

f.ja+t:jt.jt+ 1!-+-asstnd a.ji1f/ a:j atpfjp a( '.Jna+:Ja/ auna( to+ ty ~eda.jjot.jap~+.jnodaffp~mot.jxjo spaas Je+t.JalJ/at.J.Ja!1noff uou alj/sft.jeff.joj f uop un +Sa a.ji1f/ a:; a.jo:jt.ja a.jt/a.j Ja a.jf/ 'a.jf/ f.ja+t:jt.jt+ 1!-+-asstnd a.ji1f/ a:j atpfjp a( '.Jna+:Ja/

Plus en détail

2. Qu'est-ce qu'un barrage souterrain

2. Qu'est-ce qu'un barrage souterrain 2. Qu'est-ce qu'un barrage souterrain 2-1. Concept du barrage souterrain Le barrage souterrain est un système consistant à retenir des eaux souterraines par un parafouille (corps du barrage) mis en place

Plus en détail

I/ Le principe de la datation absolue est basé sur la décroissance radioactive de certains éléments chimiques : (doc2 page 172)

I/ Le principe de la datation absolue est basé sur la décroissance radioactive de certains éléments chimiques : (doc2 page 172) B. La datation absolue, en donnant accès à l âge des roches et des fossiles permet de mesurer les durées des phénomènes géologiques. Elle permet aussi de situer dans le temps l échelle relative des temps

Plus en détail

CHARTE INTERNATIONALE SUR LA PROTECTION ET LA GESTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE (1996)

CHARTE INTERNATIONALE SUR LA PROTECTION ET LA GESTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE (1996) CHARTE INTERNATIONALE SUR LA PROTECTION ET LA GESTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE (1996) Ratifiée par la 11e Assemblée Générale de l'icomos, à Sofia, Octobre 1996. INTRODUCTION Cette charte vise

Plus en détail

LES FOUILLES DE LA ZAC DEMENITROUX

LES FOUILLES DE LA ZAC DEMENITROUX LES FOUILLES DE LA ZAC DEMENITROUX Le site archéologique de la rue Déménitroux a été découvert en juin 2000 lors de la construction par la S.A. H.L.M. pour Paris & sa région d immeubles locatifs. Alerté

Plus en détail

A) Fiche narrative. Le site de la Falaise (DbEj-13)

A) Fiche narrative. Le site de la Falaise (DbEj-13) La période du Sylvicole telle que documentée en Haute-Côte-Nord : les sites de la Falaise (DbEj-13), de Pointe-à-Crapaud (DbEi-2) et du Cap-de-Bon-Désir (DbEi-8) A) Fiche narrative Les travaux menés depuis

Plus en détail

Première partie : Historique, état des connaissances des ensembles funéraires provençaux et perspectives (G. S.).

Première partie : Historique, état des connaissances des ensembles funéraires provençaux et perspectives (G. S.). Sommaire Avant propos Préface de Jean Guilaine Remerciements Introduction Première partie : Historique, état des connaissances des ensembles funéraires provençaux et perspectives (G. S.). 1.1 La période

Plus en détail

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

Exercices sur les vecteurs

Exercices sur les vecteurs Exercice Exercices sur les vecteurs ABCD est un parallélogramme et ses diagonales se coupent en O () Compléter par un vecteur égal : a) AB = b) BC = c) DO = d) OA = e) CD = () Dire si les affirmations

Plus en détail

accueil pour tous au musée de préhistoire d Île-de-France nemours seine-et-marne.fr fo

accueil pour tous au musée de préhistoire d Île-de-France nemours seine-et-marne.fr fo accueil pour tous au musée de préhistoire d Île-de-France nemours seine-et-marne.fr fo RETOUR SUR 600 000 ANS D HISTOIRE Nemours Photo : Lucia Guanaes Le musée, situé dans un monument d architecture contemporaine

Plus en détail

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol.

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol. LES ESCALIERS I. DÉF I NIT I O N Un escalier est un ouvrage constitué d'une suite de marches et de paliers permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Ses caractéristiques dimensionnelles sont

Plus en détail

BATS SUR LES SITES CONTAMINÉS

BATS SUR LES SITES CONTAMINÉS Environnement Région de l Ontario Direction générale Canada de la protection de l environnement BATS SUR LES SITES CONTAMINÉS Programme des sites contaminés - Sites Fédéraux Ce bulletin fait partie d'une

Plus en détail

Le pierrier du Getzbach par Etienne Juvigné et Jean-Marie Groulard

Le pierrier du Getzbach par Etienne Juvigné et Jean-Marie Groulard 1 Le pierrier du Getzbach par Etienne Juvigné et Jean-Marie Groulard Remarques préliminaires 1..Une route forestière traverse le pierrier ; elle permet donc de l observer de part et d autre. Les personnes

Plus en détail

Présentation par le collectif local Non au Gaz de Schiste - Le mercredi 25 avril 2012

Présentation par le collectif local Non au Gaz de Schiste - Le mercredi 25 avril 2012 Présentation par le collectif local Non au Gaz de Schiste - Le mercredi 25 avril 2012 1 I. Ordre du jour I. Point sur le gaz de schiste dans le monde II. Les hydrocarbures en France III. Les Hydrocarbures

Plus en détail

La Prospection Archéologique

La Prospection Archéologique Dossier de Presse E x p o s i t i o n La Prospection Archéologique l exemple de Curçay-sur-Dive du 1er juillet au 31 août : tous les jours de 15h à 18h sauf le mardi du 1er septembre au 30 juin : mercredi,

Plus en détail

un très vieux parent!

un très vieux parent! Le parcours des objets,... de la fouille au musée! Dessin : Sonia Souvenir CEDARC Tous les objets présentés dans le musée ont été découverts lors de fouilles archéologiques. Ils ont été dégagés de la terre,

Plus en détail

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es 1 D er m ato ses f r éq u en tes M o ti f s d e c o n su l tati o n : D er m at o ses f r éq u en tes D er m at o ses p l u s r ar es 2 D er m ato ses f r éq u en tes: D er m at i te at o p i q u e E r

Plus en détail

INFORMATION : sur l image vous pouvez lire«( )pour la datation du monu ( ) cernes de croissance (dendrochrono ( )»

INFORMATION : sur l image vous pouvez lire«( )pour la datation du monu ( ) cernes de croissance (dendrochrono ( )» MISSION DU PIEU : Enigme 1 : De quand date le pieu? ACCES : 10 ème photo de l exploration zone INFORMATION : sur l image vous pouvez lire«( )pour la datation du monu ( ) cernes de croissance (dendrochrono

Plus en détail

BONNES PRATIQUES. détection des chaleurs. www.medria.fr

BONNES PRATIQUES. détection des chaleurs. www.medria.fr BONNES PRATIQUES détection des chaleurs www.medria.fr Cher client, Nous vous remercions pour la confiance que vous nous avez accordée en choisissant le HeatPhone. Nous vous invitons à lire attentivement

Plus en détail

Capture et stockage du CO2 (CCS)

Capture et stockage du CO2 (CCS) European Technology Platform for Zero Emission Fossil Fuel Power Plants (ZEP) Capture et stockage du CO2 (CCS) Une solution majeure pour combattre le changement climatique 50% de réduction des émissions

Plus en détail

luawauuojjaua.] dp padsaj ;a aiiuoucoa JijuejeB jnod ai6jaua,p nad juawwosiioj tnb ja 'aijiei jna] ;tos anb ajjanb sajiaipa]]od sap suiosaq s^uaja^ip

luawauuojjaua.] dp padsaj ;a aiiuoucoa JijuejeB jnod ai6jaua,p nad juawwosiioj tnb ja 'aijiei jna] ;tos anb ajjanb sajiaipa]]od sap suiosaq s^uaja^ip luawauuojjaua.] dp padsaj ;a aiiuoucoa JijuejeB jnod ai6jaua,p nad juawwosiioj tnb ja 'aijiei jna] ;tos anb ajjanb sajiaipa]]od sap suiosaq s^uaja^ip xne saidepe 'sadedt^a anbiouaq; abeqjaqsap ap saïua^sas

Plus en détail

REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 1952. par EMILIA MAS SON

REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 1952. par EMILIA MAS SON REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 952 par EMILIA MAS SON. C'est pendant sa campagne de 952 à Enkomi que M. Porphyrios Dikaios a trouvé un petit fragment de

Plus en détail

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE 1 CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE Quels sont les arguments qui permettent de renforcer le modèle? 2 3 I. UNE CONFIRMATION DE L EXPANSION DU PLANCHER OCÉANIQUE A.LES

Plus en détail

La boucle de l Oise à Cergy. Source : Musée départemental de l éducation : «Géographie du Val d Oise».

La boucle de l Oise à Cergy. Source : Musée départemental de l éducation : «Géographie du Val d Oise». La boucle de l Oise à Cergy. Source : Musée départemental de l éducation : «Géographie du Val d Oise». 4 Intégration du Val d Oise dans la région Situé au nord-ouest de la région Ile de France, le Val

Plus en détail

PROSPECTION ELECTRIQUE DANS LA REGION DE MAHALEOTSE-TOLIARY Ramanantsoa A. 1, Rasoamiaramanana R. 1, Rasolondrazao L. 1

PROSPECTION ELECTRIQUE DANS LA REGION DE MAHALEOTSE-TOLIARY Ramanantsoa A. 1, Rasoamiaramanana R. 1, Rasolondrazao L. 1 Résumé PROSPECTION ELECTRIQUE DANS LA REGION DE MAHALEOTSE-TOLIARY Ramanantsoa A. 1, Rasoamiaramanana R. 1, Rasolondrazao L. 1 Nous avons effectué une campagne géophysique en juillet 1999, dans la région

Plus en détail

Choix des réfrigérants : un nouveau rapport apporte des éclaircissements sur l éco-efficacité des systèmes de réfrigération de supermarchés

Choix des réfrigérants : un nouveau rapport apporte des éclaircissements sur l éco-efficacité des systèmes de réfrigération de supermarchés Choix des réfrigérants : un nouveau rapport apporte des éclaircissements sur l éco-efficacité des systèmes de réfrigération de supermarchés Depuis que l UE s est engagée à réduire les émissions de gaz

Plus en détail

ETUDE DE LA CAPACITE DE DISSIPATION D UNE STRUCTURE DE PROTECTION MULTICOUCHE CONTRE LES CHUTES DE BLOCS ROCHEUX

ETUDE DE LA CAPACITE DE DISSIPATION D UNE STRUCTURE DE PROTECTION MULTICOUCHE CONTRE LES CHUTES DE BLOCS ROCHEUX Journées Nationales de Géotechnique et de Géologie de l'ingénieur - JNGG' 2006 Lyon (France) ETUDE DE LA CAPACITE DE DISSIPATION D UNE STRUCTURE DE PROTECTION MULTICOUCHE CONTRE LES CHUTES DE BLOCS ROCHEUX

Plus en détail

Institut Géographique National Laboratoire COGIT LE RISQUE

Institut Géographique National Laboratoire COGIT LE RISQUE Institut Géographique National Laboratoire COGIT LE RISQUE Jean-François GLEYZE Janvier 2002 ! "" Sommaire!!" #!"! $!!!!! #!! %!& '%!&! (!! ) *!!!!+ " " "" %!!# "" " #, & # " $ % " &! #$ -.'/ &" $ / &"

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

ffikffi '/////i/t(ék VIVRE ENSEMBLE @ E JIT Apprendre... réapprendre à un défi une lutte une alternative

ffikffi '/////i/t(ék VIVRE ENSEMBLE @ E JIT Apprendre... réapprendre à un défi une lutte une alternative un défi une lutte une alternative Apprendre... réapprendre à VIVRE ENSEMBLE '/////i/t(ék o & u @ E JIT ffikffi ât COMMUNAUTE DE LA POUDRIERE rue de la Poudrière, Go looo BRUXELLES TEL. ( o2l512.90.22 ffiffi

Plus en détail

ENQUETE AUTOUR DE LA CATHEDRALE NORD NIVEAU DE DIFFICULTE 2 (5P-6P) NOM ET PRENOM DE L ENQUETEUR : DATE DE L ENQUETE :

ENQUETE AUTOUR DE LA CATHEDRALE NORD NIVEAU DE DIFFICULTE 2 (5P-6P) NOM ET PRENOM DE L ENQUETEUR : DATE DE L ENQUETE : ENQUETE AUTOUR DE LA CATHEDRALE NORD NIVEAU DE DIFFICULTE 2 (5P-6P) NOM ET PRENOM DE L ENQUETEUR : DATE DE L ENQUETE : 1. DANS LA PEAU D UN ARCHEOLOGUE Tu vas te glisser dans la peau d un archéologue pour

Plus en détail

Cours international sur la prospection de l'uranium

Cours international sur la prospection de l'uranium Cours international sur la prospection de l'uranium par P.M.C. Barretto Dans le cadre de son programme d'assistance technique aux pays en développement, l'agence internationale de l'énergie atomique a

Plus en détail

Schéma d Aménagement et de Gestion et de des. Bureau humides la» CLE

Schéma d Aménagement et de Gestion et de des. Bureau humides la» CLE Schéma d Aménagement et de Gestion et de des Gestion Eaux de Eaux du bassin du bassin du Loir du Loir Demi-journée d information et d échange sur la thématique «zones Bureau humides la» CLE Le 25 avril

Plus en détail

Prise en compte des cavités naturelles ou anthropiques pour le dimensionnement des fondations

Prise en compte des cavités naturelles ou anthropiques pour le dimensionnement des fondations Journée technique du CFMS Groupe de Travail "Fondations d éoliennes" Prise en compte des cavités naturelles ou anthropiques pour le dimensionnement des fondations (ANTEA - Thierry PIRRION) 1 Sommaire 1.

Plus en détail

http://www.lens.ch/fr/index.php?view=article&cat... Bisse d'aziè Départ du bisse d'aziè

http://www.lens.ch/fr/index.php?view=article&cat... Bisse d'aziè Départ du bisse d'aziè Bisses abandonnés Bisse d'aziè Départ du bisse d'aziè Depuis la Table de l'avocat, on repère aisément le tracé d'un bisse qui part d'aziè, au lieu-dit Louchelette, à une altitude de 2200 m. environ. Il

Plus en détail

Communiqué de presse. Découverte d un paepae à Nahoe

Communiqué de presse. Découverte d un paepae à Nahoe P O L Y N É S I E F R A N Ç A I S E MINISTÈRE DE LA CULTURE, DE L ARTISANAT, DE LA FAMILLE, en charge de la condition féminine Papeete, le 29 mars 2013 La chargée de communication Communiqué de presse

Plus en détail

Aménagement aquatique du tributaire et de l émissaire du lac Grignan situé dans la réserve faunique des Chic-Chocs de la MRC de la Haute-Gaspésie.

Aménagement aquatique du tributaire et de l émissaire du lac Grignan situé dans la réserve faunique des Chic-Chocs de la MRC de la Haute-Gaspésie. Aménagement aquatique du tributaire et de l émissaire du lac Grignan situé dans la réserve faunique des Chic-Chocs de la MRC de la Haute-Gaspésie. Marc Fleury Biologiste 341, rue Saint-Jean-Baptiste Est,

Plus en détail

BASE DE DONNEES ICONOGRAPHIQUE DE la vallée de la Vézère

BASE DE DONNEES ICONOGRAPHIQUE DE la vallée de la Vézère BASE DE DONNEES ICONOGRAPHIQUE DE la vallée de la Vézère PROVENANCE COTE PHOTO (Auteur, Année, Numéro) AUTEUR CREDIT PHOTO (COPYRIGHT) STATUT JURIDIQUE (Propriété et droits) NATURE DU DOCUMENT VIGNETTE

Plus en détail

CATALOGUE DES VISITES ANIMÉES DE LA MAISON DE LA PIERRE ET DU CIMENT AINSI QUE LES JOURNÉES ORGANISÉES AVEC NOS PARTENAIRES.

CATALOGUE DES VISITES ANIMÉES DE LA MAISON DE LA PIERRE ET DU CIMENT AINSI QUE LES JOURNÉES ORGANISÉES AVEC NOS PARTENAIRES. CATALOGUE DES VISITES ANIMÉES ET DES ATELIERS DE GROUPES DÉCOUVREZ LE CATALOGUE DES VISITES ET ATELIERS DE LA MAISON DE LA PIERRE ET DU CIMENT AINSI QUE LES JOURNÉES ORGANISÉES AVEC NOS PARTENAIRES. En

Plus en détail

LES DIVISIONS HYDROGRAPHIQUES DU BRÉSIL PAR JULIA SANTOS SILVA

LES DIVISIONS HYDROGRAPHIQUES DU BRÉSIL PAR JULIA SANTOS SILVA LES DIVISIONS HYDROGRAPHIQUES DU BRÉSIL PAR JULIA SANTOS SILVA 1. LA DIVISION HYDROGRAPHIQUE NATIONALE Selon la loi fédérale n. 9.433/97, la gestion de l'eau au Brésil doit être décentralisée, intégrée

Plus en détail

Demande d autorisation pour l installation d un dispositif d Assainissement Non Collectif

Demande d autorisation pour l installation d un dispositif d Assainissement Non Collectif DIRECTION DE L EQUIPEMENT RURAL ET DE L AGRICULTURE Service d Assistance à l Assainissement Demande d autorisation pour l installation d un dispositif d Assainissement Non Collectif GÉNÉRALITÉS Demandeur

Plus en détail

FICHE D'INVENTAIRE (Fiche pratique n 1) Les normes internationales du CIDOC/ ICOM

FICHE D'INVENTAIRE (Fiche pratique n 1) Les normes internationales du CIDOC/ ICOM FICHE D'INVENTAIRE (Fiche pratique n 1) Les normes internationales du CIDOC/ ICOM Le Comité international pour la documentation (CIDOC) a travaillé plusieurs années au sein de l'icom pour arrêter les données

Plus en détail

Géothermie. 1. La ressource

Géothermie. 1. La ressource Géothermie Le but est de prélever ou d extraire l énergie accumulée dans la terre, qu elle soit stockée dans l eau des aquifères ou directement dans les terrains pour l amener à la surface pour l'utiliser

Plus en détail

ANNEXE 1 RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX 1 ASSOCIATION DES ARCHÉOLOGUES PROFESSIONNELS DU QUÉBEC (AAQ) CODE D ÉTHIQUE ET DES NORMES PROFESSIONNELLES

ANNEXE 1 RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX 1 ASSOCIATION DES ARCHÉOLOGUES PROFESSIONNELS DU QUÉBEC (AAQ) CODE D ÉTHIQUE ET DES NORMES PROFESSIONNELLES ANNEXE 1 RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX 1 ASSOCIATION DES ARCHÉOLOGUES PROFESSIONNELS DU QUÉBEC (AAQ) CODE D ÉTHIQUE ET DES NORMES PROFESSIONNELLES Ce code fait partie intégrante du règlement de l'association des

Plus en détail

À FORMATION DU PÉTROLE À PARTIR D UNE ROCHE MÈRE PLANCTONIQUE

À FORMATION DU PÉTROLE À PARTIR D UNE ROCHE MÈRE PLANCTONIQUE Géosciences Aux débuts de la prospection en Pennsylvanie en 1860, les méthodes étaient "hautement scientifiques". (À l ombre des derricks, Morris, éditions Dupuis, 1997) Depuis, la consommation de pétrole

Plus en détail

PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES

PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES (1) Chapitre 4 : Radioactivité, décroissance radioactive Pré requis : La structure de l atome et de son noyau vue en nde et en 1 ère S (composition, ordre de grandeur

Plus en détail

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 1 Objectifs de travail L objet de ce document est d expertiser la place occupée, en 2010, par les fictions américaines dans les

Plus en détail

Théorie des Langages

Théorie des Langages Théorie des Langages Automates Claude Moulin Université de Technologie de Compiègne Printemps 2013 Sommaire 1 Automate fini 2 Automate et langages réguliers 3 Automate à pile Automate fini déterministe

Plus en détail

Visiter Vieux-la-Romaine c est remonter aux premiers La Maison à la Cour en U est un site en cours de restauration

Visiter Vieux-la-Romaine c est remonter aux premiers La Maison à la Cour en U est un site en cours de restauration 1 Visitez Le musée : accueillant, spacieux, lumineux et conçu pour accueillir tout type de public, le musée propose une immersion dans la culture gallo-romaine grâce à des maquettes, des reconstitutions,

Plus en détail

LA GROTTE DU TROU AL'WESSE (PROVINCE DE LIÈGE) FOUILLES ET DÉCOUVERTES DE 1993

LA GROTTE DU TROU AL'WESSE (PROVINCE DE LIÈGE) FOUILLES ET DÉCOUVERTES DE 1993 NOTAEPRAElllSTORICAE, 13, 1994 21 LA GROTTE DU TROU AL'WESSE (PROVINCE DE LIÈGE) FOUILLES ET DÉCOUVERTES DE 1993 F. COLLIN, Ph. MASY & M. TINANT La grotte du Trou AlWesse est située sur la rive droite

Plus en détail

L'ASCE vous propose une nouvelle section «découverte de la spéléologie» avec des sorties d'initiation dans plusieurs grottes...

L'ASCE vous propose une nouvelle section «découverte de la spéléologie» avec des sorties d'initiation dans plusieurs grottes... L'ASCE vous propose une nouvelle section «découverte de la spéléologie» avec des sorties d'initiation dans plusieurs grottes... Plus patrimoniales que sportives, chacune de ces grottes proposées (décrites

Plus en détail

Description du modèle de potentiel archéologique. 12A.1 Vue d ensemble

Description du modèle de potentiel archéologique. 12A.1 Vue d ensemble 12A Description du modèle de potentiel archéologique 12A.1 Vue d ensemble Les méthodes classiques de reconnaissance pédestre associées aux essais souterrains représentent la manière la plus précise et

Plus en détail

Guide pratique. Assainissement Non Collectif Etude de sol et de filière

Guide pratique. Assainissement Non Collectif Etude de sol et de filière Assainissement Non Collectif Etude de sol et de filière Guide pratique Guide pratique (études de sol et de filière) proposé par le Conseil Général de l Orne - SATTEMA 1 Guide pratique 1. Préambule Le présent

Plus en détail

Le Tableau de Bord du SAGE Vienne

Le Tableau de Bord du SAGE Vienne Le Tableau de Bord du SAGE Vienne - Décembre 2008 - Etablissement Public du Bassin de la Vienne 3 place du 11 novembre 87220 FEYTIAT Tél. : 05.55.06.39.42 Fax. : 05.55.30.17.55 epbv@epbv.fr www.eptb-vienne.fr

Plus en détail

Introduction. La caractérisation du périphyton: approche récente pour évaluer l eutrophisation des lacs.

Introduction. La caractérisation du périphyton: approche récente pour évaluer l eutrophisation des lacs. Introduction La caractérisation du périphyton: approche récente pour évaluer l eutrophisation des lacs. Lien démontré entre l abondance du périphyton et l importance des apports en P, principalement liés

Plus en détail

2013 # 5. SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE ARIÈGE-PYRÉNÉES Actes du Congrès IFRAO, Tarascon-sur-Ariège, septembre 2010 L ART PLÉISTOCÈNE DANS LE MONDE

2013 # 5. SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE ARIÈGE-PYRÉNÉES Actes du Congrès IFRAO, Tarascon-sur-Ariège, septembre 2010 L ART PLÉISTOCÈNE DANS LE MONDE SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE ARIÈGE-PYRÉNÉES Actes du Congrès IFRAO, Tarascon-sur-Ariège, septembre 2010 2013 # 5 http://www.palethnologie.org ISSN 2108-6532 sous la direction de Jean CLOTTES L ART PLÉISTOCÈNE

Plus en détail

Ajustement des mesures d'oxygbne de la sonde CTDO (Conductivity, Temperature, Depth, Oxygen) aux mesures chimiques Winkler

Ajustement des mesures d'oxygbne de la sonde CTDO (Conductivity, Temperature, Depth, Oxygen) aux mesures chimiques Winkler MEMOIRES DE STAGE lljt OCEANOGRAPHIE Ajustement des mesures d'oxygbne de la sonde CTDO (Conductivity, Temperature, Depth, Oxygen) aux mesures chimiques Winkler Gad1 RICHARD Stage effectue au Centre ORSTOM

Plus en détail

L apport des fouilles archéologiques extensives.

L apport des fouilles archéologiques extensives. L apport des fouilles archéologiques extensives. L exemple de la fouille de Leslouc h à Plouédern. Par Stéphane Blanchet Ingénieur de Recherche à l I.N.R.A.P. (Institut national de recherches archéologiques

Plus en détail

De l usage des datations C14 et de leur présentation

De l usage des datations C14 et de leur présentation De l usage des datations C14 et de leur présentation Lorsqu on travaille sur les derniers millénaires de la Préhistoire et la Protohistoire, les datations au radiocarbone sont généralement nombreuses et

Plus en détail

Rédaction du publipostage Prospection des restaurateur spécialisés dans la nouvelle cuisine

Rédaction du publipostage Prospection des restaurateur spécialisés dans la nouvelle cuisine Aubenas Le I0 avriln De I'assistante) de gestion À Étoise Chatle Rédaction du publipostage Prospection des restaurateur spécialisés dans la nouvelle cuisine Suite à votre demande, je vous propose les critères

Plus en détail

Gisements et production

Gisements et production Plan du cours Page 1 Thème Gisements et production Source Pétrole et gaz naturel, pages 24-25, 26-27 Objectif Les élèves apprendront que la porosité désigne le pourcentage de trous (pores) dans la roche.

Plus en détail

LES ROCHES. 1. Introduction : a) Les roches dans la nature : Cours de géographie 3 ème artistique de transition et qualification G.

LES ROCHES. 1. Introduction : a) Les roches dans la nature : Cours de géographie 3 ème artistique de transition et qualification G. LES ROCHES 1. Introduction : a) Les roches dans la nature : Cours de géographie 3 ème artistique de transition et qualification G. Cuvelier page 1 b) Les roches, matériaux de construction : Cours de géographie

Plus en détail

ARCACHON. Arcachon est une commune du sud-ouest de la France souspréfecture du départament de la Gironde en region de l

ARCACHON. Arcachon est une commune du sud-ouest de la France souspréfecture du départament de la Gironde en region de l ARCACHON Arcachon est une commune du sud-ouest de la France souspréfecture du départament de la Gironde en region de l Aquitaine. Partie intégrante de l'ancienne province de Gascogne, elle s'inscrit dans

Plus en détail

La caractérisation risation hydromorphologique des masses d eaud

La caractérisation risation hydromorphologique des masses d eaud La caractérisation risation hydromorphologique des masses d eaud Photo : J.MOY Analyse globale des perturbations et mesures de restauration au niveau du bassin Loire-Bretagne La morphologie des cours d

Plus en détail

EXCURSION GEOLOGIQUE PALEONTOLOGIE ET VOLCANISME EN ARDECHE PAYSAGES GEOLOGIQUES DU MONT D 'OR LYONNAIS

EXCURSION GEOLOGIQUE PALEONTOLOGIE ET VOLCANISME EN ARDECHE PAYSAGES GEOLOGIQUES DU MONT D 'OR LYONNAIS EXCURSION GEOLOGIQUE PALEONTOLOGIE ET VOLCANISME EN ARDECHE PAYSAGES GEOLOGIQUES DU MONT D 'OR LYONNAIS LES 11 ET 12 AVRIL 2007 Sortie de terrain en Ardèche 1 ère S : objectifs Déterminer les grandes catégories

Plus en détail

VOYAGE EN PETIT AVION CHARTER 7 JOURS / 6 NUITS

VOYAGE EN PETIT AVION CHARTER 7 JOURS / 6 NUITS JOUR 1 : WINDHOEK Désert du Namib Arrivée à l'aéroport international de où vous rencontrerez notre représentant qui vous remettra votre dossier de voyage Départ en vol charter avec un Cessna C210, le poids

Plus en détail

Fiches d'information. Formation sur l'entretien des planchers pour la prévention des glissades et chutes de plain-pied

Fiches d'information. Formation sur l'entretien des planchers pour la prévention des glissades et chutes de plain-pied - + Fiches d'information Formation sur l'entretien des planchers pour la prévention des glissades et chutes de plain-pied Technologique document Six fiches résumant les informations pertinentes aux différentes

Plus en détail

Économise de l énergie

Économise de l énergie Arrête l infiltration d eau de pluie Économise de l énergie Améliore la résistance aux inondations Crème de protection pour façades Crème de protection pour façades Stormdry Lorsque la façade est humide,

Plus en détail

SUR LA NATURE ET U ÉPAISSEUR DES ALLUVIONS QUATERNAIRES DANS LE DASSIN DE VIZILLE

SUR LA NATURE ET U ÉPAISSEUR DES ALLUVIONS QUATERNAIRES DANS LE DASSIN DE VIZILLE SUR LA NATURE ET U ÉPAISSEUR DES ALLUVIONS QUATERNAIRES DANS LE DASSIN DE VIZILLE (VALLÉE DE LA ROMANCHE, ISÈRE) par Robert MICHEL et Jean ROTHÉ On possède peu de renseignements sur la nature et l'épaisseur

Plus en détail

LE POINT DE VUE DE FNE

LE POINT DE VUE DE FNE LE POINT DE VUE DE FNE Voir à ce sujet les articles suivants : - «Pour une eau vivante : la fin des barrages?» de la Lettre eau N 2 (juin 1996) - «Rapport de la Commission Mondiale des Barrages : les clés

Plus en détail

CHAPITRE 14 LA MACHINERIE THERMIQUE DE LA TERRE

CHAPITRE 14 LA MACHINERIE THERMIQUE DE LA TERRE CHAPITRE 14 LA MACHINERIE THERMIQUE DE LA TERRE En proposant sa théorie de la mobilité horizontale des continents, Wegener s'était heurté au problème de la détermination des forces capables de déplacer

Plus en détail

ecrm: Segmentation client

ecrm: Segmentation client ecrm: Segmentation client Un point stratégique pour un marketing multi-canal amélioré Cabestan Livre Blanc Introduction C'est un adage connu de toutes les directions marketing. Proposer un produit sur

Plus en détail

Première évaluation d'une analyse d'impact de la Commission européenne

Première évaluation d'une analyse d'impact de la Commission européenne Première évaluation d'une analyse d'impact de la Commission européenne Propositions de la Commission définissant les modalités permettant d'atteindre en 2020 l'objectif de réduction des émissions de CO

Plus en détail

Management Environnemental de Chantier Vers une certification ISO 14001 du chantier de la déviation de Pézenas

Management Environnemental de Chantier Vers une certification ISO 14001 du chantier de la déviation de Pézenas Management Environnemental de Chantier Vers une certification ISO 14001 du chantier de la déviation de Pézenas www.dirmed.fr A la source Politique ministérielle Lois Grenelle Généraliser à toutes nos productions

Plus en détail

Escola Tècnica Superior d Enginyers de Camins, Canals i Ports de Barcelona Univesitat Politècnica de Catalunya

Escola Tècnica Superior d Enginyers de Camins, Canals i Ports de Barcelona Univesitat Politècnica de Catalunya 3. Identification du sol. 3.1. Généralités. On a procédé à faire une identification du sol en ce qui concerne ses propriétés, indices et son état initial. Ceci pour identifier, sur un profil de 5 m de

Plus en détail

La robustesse des installations nucléaires au regard de l aléa sismique Volet aléa sismique D. BAUMONT IRSN/DEI/SARG/BERSSIN

La robustesse des installations nucléaires au regard de l aléa sismique Volet aléa sismique D. BAUMONT IRSN/DEI/SARG/BERSSIN La robustesse des installations nucléaires au regard de l aléa sismique Volet aléa sismique D. BAUMONT IRSN/DEI/SARG/BERSSIN Sommaire Contexte tectonique et sismologique de la France Métropolitaine Règle

Plus en détail

Voiron. 18, 19et 20. à o. octobre 2013 TOURNEE AUTEURS. des

Voiron. 18, 19et 20. à o. octobre 2013 TOURNEE AUTEURS. des à 18, 19 20 2013 UN UU l C Cèl C Cl â-d P Pl P-l-Pl P-- é - -l-- -C ---C ---l --- -Nl-- ll l. 5 é à lé é l'é 3 l : Cl Zl, l',, l' l, Cl q, l' éâ. l, l lé é à, l ' l. l : ll l q l é ll l q l l. U ll q è

Plus en détail

Bonnes pratiques en matière de gestion des risques d inondation par débordement

Bonnes pratiques en matière de gestion des risques d inondation par débordement Bonnes pratiques en matière de gestion des risques d inondation par débordement Audrey Lahousse, Attachée Direction des Cours d Eau non navigables (DCENN-DGO3) Rappel : Inondation par débordement de cours

Plus en détail

AFSP. L atelier des fac-similés du Périgord DOSSIER DE PRESSE

AFSP. L atelier des fac-similés du Périgord DOSSIER DE PRESSE AFSP L atelier des fac-similés du Périgord DOSSIER DE PRESSE 2015 Sommaire AFSP L Atelier des Fac-similés du Périgord Les corps de métiers Un savoir-faire inégalé dans le monde L AFSP et Lascaux IV Les

Plus en détail

Conditions de prêt pour l exposition d objets archéologiques

Conditions de prêt pour l exposition d objets archéologiques >> Agathe MULOT Gaëlle HAROUARD Régisseurs des collections 03 90 58 55 76 agathe.mulot@pair-archeologie.fr gaelle.harouard@pair-archeologie.fr Conditions de prêt pour l exposition d objets archéologiques

Plus en détail

Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB

Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB Pêche sportive et chasse Juin 2009 * Veuillez considérer la présente directive

Plus en détail

La valeur, la vulnérabilité, la menace et le besoin de protection des grottes suisses (Géotopes spéléologiques)

La valeur, la vulnérabilité, la menace et le besoin de protection des grottes suisses (Géotopes spéléologiques) SOCIETE SUISSE DE SPELEOLOGIE SCHWEIZERISCHE GESELLSCHAFT FÜR HÖHLENFORSCHUNG SOCITETA SVIZZERA DI SPELEOLOGIA KOMMISSION FÜR DOKUMENTATION COMMISSION DE DOCUMENTATION Concept pour l évaluation de La valeur,

Plus en détail

Utilisation du caméscope numérique SONY Handycam DCR-SR58E

Utilisation du caméscope numérique SONY Handycam DCR-SR58E 1- Présentation : Utilisation du caméscope numérique SONY Handycam DCR-SR58E Collèges Numériques Cette notice est téléchargeable sur : http://vendee.e-lyco.fr 1/15 2- Description de l appareil : Zoom Avant

Plus en détail

CHAPITRE 3 : TABLEAUX DE CORRESPONDANCE POSTES / COMPTES

CHAPITRE 3 : TABLEAUX DE CORRESPONDANCE POSTES / COMPTES Journal Officiel de l OHADA N 10 4 ème Année 221 AA CHAPITRE 3 : POSTES / COMPTES SECTION 1 : Système normal BILAN-ACTIF ACTIF N os DE COMPTES À INCORPORER DANS LES POSTES Réf. POSTES Brut Amortissements/

Plus en détail

6. L'IMPACT DES ASPECTS ENVIRONNEMENTAUX ET DES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX SUR LA SITUA TION FINANCIERE DE L' ENTREPRISE: LE RAPPORT

6. L'IMPACT DES ASPECTS ENVIRONNEMENTAUX ET DES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX SUR LA SITUA TION FINANCIERE DE L' ENTREPRISE: LE RAPPORT 6. L'IMPACT DES ASPECTS ENVIRONNEMENTAUX ET DES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX SUR LA SITUA TION FINANCIERE DE L' ENTREPRISE: LE RAPPORT TABLE DES MATIERES Bruno DE KLERCK Reviseur d' entreprises Collaborateur

Plus en détail

Consensus Scientifique sur. les. Fluorures

Consensus Scientifique sur. les. Fluorures page 1/5 Consensus Scientifique sur Source : IPCS (2002) les Fluorures Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Les aliments et l'eau de boisson contiennent généralement au moins un peu de fluorures. On

Plus en détail

LA PEINTURE DANS LES GROTTES DE LASCAUX. par: Denise FaucherF

LA PEINTURE DANS LES GROTTES DE LASCAUX. par: Denise FaucherF LA PEINTURE DANS LES GROTTES DE LASCAUX par: Denise FaucherF LA PEINTURE DANS LES GROTTES DE LASCAUX TABLE DES MATIÈRES Premier signe sensible de l homme et de l art..........................2 L époque

Plus en détail