LE RÈGLEMENT. du 20 Thermidor an VI. et les premiers insignes de grades des Officiers généraux

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE RÈGLEMENT. du 20 Thermidor an VI. et les premiers insignes de grades des Officiers généraux. ---------------------"

Transcription

1 LE RÈGLEMENT du 20 Thermidor an VI et les premiers insignes de grades des Officiers généraux Le règlement du 20 thermidor an IV (7 août 1798) tient une place importante dans l'histoire des insignes de grades des officiers généraux, puisque c'est à lui que ceux-ci doivent les "feuilles de chêne", qui sont devenues leur attribut particulier depuis le Directoire et qu'ils ont conservées, au moins sur leurs képis, jusqu'à nos jours. Si les spécialistes connaissent bien les dispositions de ce texte, ils en ignorent le plus souvent la véritable origine, les rapportant à un prétendu "règlement de l'an VII". C'est ainsi, par exemple, que le dénommé Georges Six ("Georges Six, Les Généraux de la Révolution et de l'empire, Paris, Bordas Editions, 1948"), dans un chapitre qu'il a consacré aux uniformes et insignes de grades des généraux de la Révolution et de l'empire. Quelques pages plus loin, il est vrai, il écrit : << Ce décret dit de l'an VII, qui est probablement le même que celui du 20 thermidor an VI, visé par une décision du 27 messidor an VIII - et qui ne figure pas au Journal militaire...>>. Bien d'autres historiens contemporains et non des moindres, ont pareillement attribué à ce "règlement de l'an VII" les dispositions du règlement du 20 thermidor an VI. Publications et édition. - Si ce règlement est à ce point méconnu, c'est avant tout, comme l'a constaté Georges Six, parce qu'il n'a pas été publié dans le Journal militaire. Mais M. B.-C. Gournay, éditeur de ce périodique, conscient des omissions qu'il avait faites au cours de la publication de ses premiers tomes, les a réparées en publiant de l'an VIII à l'an XIII, en sept parties, un Supplément à la collection du Journal militaire contenant tout ce qui peut avoir été omis dans cet ouvrage, depuis et y compris le mois de juillet 1789 jusqu'à la fin de l'an X (Ce supplément n'accompagne pas dans toutes les bibliothèques la collection du Journal militaire). Dans la 6ème partie, pages 311 à 317, on trouve le texte du "Règlement concernant les uniformes des généraux et officiers des états-majors des armées de la République française" du 20 thermidor an VI, signé par le Ministre de la Guerre, Schérer, mais le texte n'est accompagné d'aucune planche. Une note précise d'ailleurs : "Les planches seules forment un volume, qu'on ne pourrait ajouter à ce Supplément sans en augmenter beaucoup le prix." Ce règlement a été également édité en un fascicule séparé du format 20 x 26 cm. pour le texte qui comporte seize pages. A la dernière page, en-dessous de la signature de Schérer, on trouve l'indication : "De l'imprimerie de Ballard, Imprimerie du Département, rue des Mathurins" mais ni la date du règlement ni celle de l'édition ne figurent nulle part. Toutefois, l'exemplaire de la bibliothèque du Ministère de la Guerre porte sur la page de titres l'inscription au crayon "An VII", faite on ne sait par qui, mais qui explique sans doute la date attribuée partant d'auteurs à ce règlement. Le texte est accompagné de treize planches d'un format total de 25,5 x 69 cm. avec les marges, que quatre pliures permettent d'insérer dans la couverture du fascicule. Les illustrations de ces planches, du format 21 x 46 cm. à l'intérieur du cadre, ont été magnifiquement dessinées par Chailliot et gravées par Godefroy. Les règlements antérieurs sur l'uniforme des généraux. Si l'uniforme des généraux n'a été prescrit dans ses détails que par le Règlement du 2 septembre 1775, dont le Carnet de la Sabretache a publié récemment une reproduction intégrale, le principe d'un "habillement uniforme" et les principales caractéristiques de cet uniforme se trouvaient déjà dans l'ordonnance royale du 1er février 1744.

2 Le grand Règlement du 1er octobre 1786 s est ensuite occupé, au chapitre X, de l uniforme des officiers généraux, qui a été à nouveau l objet d une décision royale le 14 mai Au début de la Révolution, avant la chute de la royauté, l uniforme a été modifié par une Instruction provisoire du 1er avril La Convention, par un décret du 4 avril 1793, posa ensuite le principe d une modification dans les insignes de grades des généraux, puis l Arrêt du 26 prairial an II (14 juin 1794) décrivit l uniforme provisoire des officiers généraux. Enfin, avant le Règlement qui nous occupe, le Directoire s était déjà préoccupé de l uniforme des généraux par l Arrêté du 10 pluviôse an IV (30 janvier 1796). Les broderies de grades de l *Ancien Régime Alors que les officiers des corps de troupes ont porté des épaulettes comme marques distinctives de leurs grades à partir de 1759, les officiers généraux, dès qu ils reçurent un «habillement uniforme», furent distingués des autres officiers comme les uns des autres, par des broderies bordant leurs habits. Sur les manches et les poches, la bordure de broderie était simple pour les maréchaux de camp et double pour les lieutenants généraux, principe de distinction des grades des généraux qui a été conservé jusqu à nos jours sur les képis et les casquettes brodés des officiers généraux. Cette broderie est figurée sur la planche I annexée au Règlement du 2 septembre 1775 qui n en donne pas de description, la qualifiant seulement de «broderie de filés d or passé sans paillettes, clinquants, lames, bouillons en or frisé» : c est la broderie dite «en volutes». L Ordonnance du 1er février 1744 avait déjà prévu que l habit des généraux serait bordé d une «broderie en forme de galon», les manches et les poches portant, suivant le grade, un simple ou un double rang de broderie. Aucune planche n accompagne le texte de cette ordonnance qui indique seulement que la broderie sera «conformément à l échantillon qui restera annexé à la minute de l Ordonnance». Malheureusement, comme c est trop souvent le cas, aucun échantillon n accompagne plus cette minute conservée aux Archives de la Guerre. Il n est cependant pas douteux qu il s agissait déjà de la broderie en volutes, mais dont le modèle n avait pas été figuré dans l Ordonnance, ce qui conduisit à une assez grande fantaisie. Dans une lettre au duc de Choiseul, le 16 octobre 1766, le marquis du Muy signalait que certains officiers généraux ont élargi cette broderie, que d autres en ont diminué la largeur, que d autres enfin l ont enrichie «en y mettant des paillettes, de la frisure et des bouillons» ou en y ajoutant «une baguette qui borde mieux, mais qui n était pas dans le modèle». Si certains généraux avaient dépassé les limites de ces fantaisies et s étaient encore plus écartés du modèle réglementaire, nul doute que le marquis du Muy n aurait pas manqué de le relever. Sur son portrait peint en 1761 par Tischbein le chevalier Le Pelletier, lieutenantgénéral des Armées du Roi porte d ailleurs un habit dont les broderies ne peuvent que se rapporter au modèle de l Ordonnance de On peut constater qu elles sont du même type général que celles du Règlement de Par la suite, le Règlement du 1er octobre 1786 a conservé la broderie d or en volutes, dont sa planche II donne un dessin identique à celui de la planche I du Règlement de 1775, puis la Décision du 14 mai 1788 a prescrit que «la broderie du grand uniforme et celle du petit subsisteront telles qu elles ont été réglées», enfin l Instruction provisoire du 1er avril 1791 a précisé que «l habit sera bordé de broderie pareille au dessin prescrit par le Règlement du 1er octobre 1786». Les broderies de branches de chêne. En revanche, dans le Règlement du 20 thermidor an VI, les broderies de l uniforme des officiers généraux sont constituées par des branches de chêne avec leurs fruits. C est d ailleurs par les planches de Challiot et de Godefroy que l on peut en connaître le dessin, car le texte lui-même du règlement n y fait aucune allusion.

3 On peut se demander cependant si l adoption de ces branches de chêne est bien due à ce règlement et on à un texte antérieur. Jusqu à l Instruction du 1er avril 1791, il est certain que la broderie en volutes a été conservée sur l uniforme des généraux ; de son côté, l Arrêté du 10 pluviôse an IV prescrivait que «l Uniforme des officiers généraux restera tel qu il est aujourd hui». Il ne changeait donc rien à l Arrêté de la Convention Nationale du 26 prairial an II qui décidait qu «il sera attaché sur le collet, les parements et les pattes un ruban façonné en broderie d or le tout conforme au modèle». Malheureusement, dans ce cas encore, aucun modèle, dessin ou échantillon, n accompagne plus la minute de cet Arrêté, conservée aux Archives Nationales (cote : AFII, 224). Ainsi, le document qui aurait permis de connaître en toute certitude la forme et le dessin de ce ruban a disparu. On peut alors se demander s il s agit encore du type de broderie en volutes ou d un ruban déjà brodé de branches de chêne. Si cette hypothèse doit être examinée, c est parce que Malibran, après avoir décrit l uniforme de l arrêté de l an II, ajoute : «Le Musée des Invalides expose l habit de Bonaparte à Marengo qui est conforme à ce type si ce n est que les guirlandes de feuilles de chêne sont réellement brodées sur l habit au lieu d être figurées par un ruban appliqué». Mais cet auteur n apporte ni explication, ni justification de son opinion sur la nature du ruban de l an II. M. Jean Brunon, au contraire, ne doute pas que ce ruban «est directement inspiré par la broderie d or en volutes» des officiers généraux de l ancien régime. Il fonde son opinion sur les portraits de l époque et avant tout sur une photographie des Collections Raoul et Jean Brunon, vieille de plus de cinquante ans, qui représente un habit de général du type , mais dont on ignore malheureusement qui le porta et quel est son actuel propriétaire. Ces arguments sont convaincants et conduisent à admettre que les broderies en volutes ont été conservées jusqu en 1798 et que c est seulement à cette date que les branches de chêne ont fait leur apparition sur l uniforme des généraux. Le responsable et les raisons de cette adoption ne semblent pas connus. Les portraits d époque où, d après M. Jean Brunon, on retrouve la broderie en volutes avec largeurs variables ou réduites même parfois à un mince galon, ne permettent pas de supposer, par ailleurs, que le règlement ait simplement confirmé une mode antérieure. Comme preuve de l usage des feuilles de chêne par certains généraux dès l ancien régime, on a bien invoqué un portrait de Louis-Antoine de Gontaut, duc de Biron ( ), dont l habit et la veste sont brodés de feuilles de chêne. Mais ce portrait, dû à Joseph Désiré Court ( ) n est pas contemporain de son modèle et rien ne prouve qu il ait été exécuté d après une œuvre de l époque. Il ne constitue donc pas un témoignage probant. Les autres marques distinctives de grades des officiers généraux. Le Règlement du 20 thermidor an VI, dans son article 11, dispose que les grades des généraux sont distingués par le dessin de la broderie de l habit, par le baudrier, par l écharpe et le panache. Alors que le Règlement du 1er vendémiaire an XII réservera aux seuls généraux en chef le privilège de porter l épée de commandement et le baudrier, celui de l an VI les attribuait à tous les généraux. L épée était du même modèle pour tous les grades : celle des généraux en chef s en distinguait cependant par une inscription en or sur la lame «Général commandant en chef».

4 Quant aux baudriers, tous construits sur le même modèle, ils différaient par la couleur et par le dessin de la broderie, identique toutefois pour les généraux de division et de brigade. Le baudrier du général en chef avait un fond blanc avec une bordure rouge, celui du général de division avait un fond rouge brodé sur écarlate et celui du général de brigade était bleu céleste. L écharpe constituait aussi une innovation de ce règlement. En soie bleu céleste pour les généraux de brigade, en soie nacarat pour ceux de division, elle était formée de trois bandes de soie, respectivement nacarat, blanche et bleue pour les généraux en chef. L Arrêté de l an IV, cependant, avait déjà attribué aux généraux une ceinture, bleue de ciel pour ceux de brigade et écarlate pour ceux de division, l une et l autre avec une frange tricolore. La ceinture des généraux en chef était rouge et blanche et ornée d une frange d or.- Le panache sur le chapeau est une création de l'époque révolutionnaire : avec l Arrêté du 26 prairial an II, il était tricolore pour tous les grades. Depuis l origine de la règlementation de l uniforme, d ailleurs, les chapeaux des officiers généraux n ont jamais comporté encore aucun insigne distinctif de grade, bien qu à certaines époques, ils ont pu être garnis d un plumet blanc ou noir. Suivant le Règlement de 1775, les officiers généraux, commandants de régiments ou de corps particuliers, pouvaient en porter l uniforme : à eux seuls était alors permis de mettre un plumet blanc à leu chapeau «pour qu on les puisse distinguer». Cette disposition fut conservée dans le Règlement de 1786 qui autorisait également les officiers généraux, préférant le chapeau uni au chapeau bordé d un galon d or, de le porter avec un plumet blanc. La Décision de 1788 réservait au grand uniforme le chapeau bordé d or et au petit uniforme le chapeau uni garni d un plumet noir. L instruction de 1791, enfin, rappelait la suppression de l usage des chapeaux à plumets blancs ou noirs et affectait au grand uniforme le chapeau uni bordé d un petit galon de soie noire. C est l Arrêté du 10 pluviôse an IV qui, le premier, a utilisé les cours du panache comme marque distinctive supplémentaire des grades des officiers généraux : sur les chapeaux des généraux en chef un panache rouge surmontait trois follettes tricolores, sur ceux des généraux de division le panache était tricolore et les follettes ponceau et sur ceux des généraux de brigade, panache et follettes étaient tricolores. Ces dispositions de couleurs ont déjà été modifiées par le Règlement du 20 thermidor an VI : une aigrette blanche soutenue par un pied bleu, surmontait trois plumes d autruche rouges pour les généraux en chef ; l aigrette était par moitié verticalement blanche et bleue sur des plumes rouges pour les généraux de division ; l aigrette était blanche et rouge sur trois plumes d autruche bleues pour les généraux de brigade. Les mêmes couleurs pour les aigrettes et les plumes ont été conservées par le Règlement du 1er vendémiaire an XII, mais, d après Rousselot, ces volumineux panaches, «très incommodes, surtout par grand vent», ont été rapidement supprimés. Ainsi les nouveaux insignes institués par le Règlement de l an VI pour la distinction des grades des officiers généraux ont eu des fortunes diverses : le baudrier, après avoir été réservé en l an XII aux seuls généraux en chef, n a pas tardé à tomber en désuétude ;

5 les panaches du chapeau ont bientôt été délaissés, puis supprimés ; le principe en a été partiellement repris ultérieurement avec les plumes blanches pour la distinction des maréchaux et des généraux commandants en chef, les autres généraux portant des chapeaux à plumes noires ; l écharpe, devenue ceinture, a subsisté jusqu à la guerre de 1914, après avoir été supprimée de 1907 à 1911, puis elle a été rétablie en avril 1935 jusqu à la guerre de 1939 ; les broderies de feuilles ou plus exactement de branches de chêne ornent toujours les képis et casquettes des généraux et le principe du double rang de broderies pour les généraux de division, institué en 1744 pour les lieutenants-généraux, a été constamment conservé. C est à cet égard que le Règlement du 20 thermidor an VI présente un tel intérêt pour l histoire des uniformes de l Armée française. Georges DILLEMANN

«AVENTURE POUR UN UNIFORME» Voyage d étude de deux vêtements de Plantavit de la Pause à Pézenas.

«AVENTURE POUR UN UNIFORME» Voyage d étude de deux vêtements de Plantavit de la Pause à Pézenas. . «AVENTURE POUR UN UNIFORME» Voyage d étude de deux vêtements de Plantavit de la Pause à Pézenas. par Emmanuel Nivon interprète historique et chercheur en culture matérielle Montréal, CANADA Amateur d

Plus en détail

GUIDE PROVISOIRE AUTOMNE 2011 - UNIFORME D INSTRUCTION MARINE DES CADETS DE LA MARINE POUR LES CORPS DE CADETS SEULEMENT

GUIDE PROVISOIRE AUTOMNE 2011 - UNIFORME D INSTRUCTION MARINE DES CADETS DE LA MARINE POUR LES CORPS DE CADETS SEULEMENT GUIDE PROVISOIRE AUTOMNE 2011 - UNIFORME D INSTRUCTION MARINE DES CADETS DE LA MARINE POUR LES CORPS DE CADETS SEULEMENT 1. L uniforme d instruction marine des cadets de la Marine est conçu pour être porté

Plus en détail

Livret de compte. Métairie 1785-1806

Livret de compte. Métairie 1785-1806 Livret de compte Métairie 1785-1806 Un carnet, 17, 5 cm x 11, 5 cm, couverture renforcée d'une feuille de parchemin de récupération (traces d'écriture recto/verso) et d'une sous-couche de feuille-carton.

Plus en détail

Des robes artisanales qui viennent droit du cœur. Le hanbok

Des robes artisanales qui viennent droit du cœur. Le hanbok Des robes artisanales qui viennent droit du cœur Le hanbok 8 9 Le hanboket son histoire Hanbok signifie littéralement vêtement coréen et désigne le costume traditionel que les habitants de la péninsule

Plus en détail

ELEMENTS POUR UNE HISTOIRE DES TEXTES CONCERNANT LE PLACEMENT ET L EMBAUCHE DES TRAVAILLEURS.

ELEMENTS POUR UNE HISTOIRE DES TEXTES CONCERNANT LE PLACEMENT ET L EMBAUCHE DES TRAVAILLEURS. ELEMENTS POUR UNE HISTOIRE DES TEXTES CONCERNANT LE PLACEMENT ET L EMBAUCHE DES TRAVAILLEURS. (article L.311-1 à L321-12 et L.330-1 à L.330-9 du Code du travail) (extraits des Cahiers du Chatefp n 2-3,

Plus en détail

Les origines du dépôt légal

Les origines du dépôt légal Intervention Eric Le Roy FIAF 2015 Le dépôt légal en France Histoire et perspectives INTRODUCTION Le dépôt légal des films sur support photochimique existe en France depuis le décret de 1977, qui l a placé

Plus en détail

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F OMPI SCT/S1/2 ORIGINAL : anglais DATE : 26 octobre 2001 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ PERMANENT DU DROIT DES MARQUES, DES DESSINS ET MODÈLES INDUSTRIELS ET DES INDICATIONS

Plus en détail

Méthodologie du dossier. Epreuve d histoire de l art

Méthodologie du dossier. Epreuve d histoire de l art Méthodologie du dossier Epreuve d histoire de l art Fiche d identité de l oeuvre Nature de l oeuvre : Huile sur toile Auteur Eugène Delacroix (1798-1863) Titre : La liberté guidant le peuple : le 28 juillet

Plus en détail

Les Femmes Créoles de Joseph Savart

Les Femmes Créoles de Joseph Savart 1 Les Femmes Créoles de Joseph Savart Un tableau du musée Victor Schœlcher 2 Analyse de l œuvre : 1. Que représente le tableau? 2. Les différentes lignes du tableau 3. Les plans : le cadre d architecture

Plus en détail

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789)

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) Avant la Révolution*, la France est une monarchie avec à sa tête un monarque, le Roi de France. Lorsque Louis XIII décède en

Plus en détail

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX HISTOIRE DES ARTS CLASSE : 4 ème Période historique : XIXème siècle Moment choisi : le retour à la monarchie ; les Trois Glorieuses Thématique : Arts, Etats et pouvoir (œuvre engagée) Sujet : Comment un

Plus en détail

DÉCORATION DE LA LÉGION D HONNEUR - GRADE CHEVALIER

DÉCORATION DE LA LÉGION D HONNEUR - GRADE CHEVALIER DÉCORATIONS FRANÇAISES DE L AMIRAL HENRI RIEUNIER (DÉBUT DE LA 2 ème PARTIE DE LA LISTE DES DÉCORATIONS) DÉCORATION DE LA LÉGION D HONNEUR - GRADE CHEVALIER Napoléon III Brevet de l ordre impérial de la

Plus en détail

Costumes au 17eme. Cette aide de jeu est tirée en partie du jeu «Le roi est mort, vive le roi» de l équipe Hauts et Cour. Merci!

Costumes au 17eme. Cette aide de jeu est tirée en partie du jeu «Le roi est mort, vive le roi» de l équipe Hauts et Cour. Merci! Costumes au 17eme Cette aide de jeu est tirée en partie du jeu «Le roi est mort, vive le roi» de l équipe Hauts et Cour. Merci! Dans l Ombre de Saint-Lys ne met pas en scène de très hautes noblesses. Le

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : INTE1505052A Intitulé du texte : Projet d arrêté fixant les tenues uniformes, équipements, insignes et attributs des sapeurspompiers. Ministère à l origine

Plus en détail

Distinctions honorifiques du Grand-Duché de Luxembourg

Distinctions honorifiques du Grand-Duché de Luxembourg Distinctions honorifiques du Grand-Duché de Luxembourg SOMMAIRE Les grands ordres luxembourgeois 3 L ordre du Lion d or de la maison de Nassau 4 L ordre de Mérite civil et militaire d Adolphe de Nassau

Plus en détail

Fins, réguliers, diam ext 31mm Épais, grossiers, diam 36 mm

Fins, réguliers, diam ext 31mm Épais, grossiers, diam 36 mm Sabres de cavalerie légère, dits à la chasseur. Différence entre les Modèles de l'an IX & An XI Introduction : Faisant suite à la période agitée de la révolution, le directoire, puis le consulat vont tenter

Plus en détail

Un état descriptif de 1776 nous permet de mesurer la qualité de la conservation du bâtiment conçu par Mathurin Cherpitel.

Un état descriptif de 1776 nous permet de mesurer la qualité de la conservation du bâtiment conçu par Mathurin Cherpitel. L Hôtel du Châtelet L Hôtel du Châtelet Dès le 18 ème siècle, l Hôtel du Châtelet est considéré comme une des plus belles demeures de Paris par les voyageurs qui en font la description à la fin du siècle.

Plus en détail

Décret n 96-450 du 27 juin 1996

Décret n 96-450 du 27 juin 1996 Décret n 96-450 du 27 juin 1996 Portant réglementation de l'ordre national de Madagascar et des autres distinctions honorifiques (J.O. du 15.07.96, p. 1524), modifié par décret n 98-1047 du 11 décembre

Plus en détail

Résumé non nominatif d une décision de sanction administrative en matière de délit d initié (04 04 2006)

Résumé non nominatif d une décision de sanction administrative en matière de délit d initié (04 04 2006) Résumé non nominatif d une décision de sanction administrative en matière de délit d initié (04 04 2006) 1. Exposé des faits Les actions de la société Y sont admises à la négociation sur un marché réglementé

Plus en détail

ARCHIVES DEPARTEMENTALES DE L'AUDE

ARCHIVES DEPARTEMENTALES DE L'AUDE ARCHIVES DEPARTEMENTALES DE L'AUDE SOUS-SERIE 4 Q CONSERVATION DES HYPOTHEQUES Répertoire numérique CARCASSONNE INTRODUCTION Les archives hypothécaires offrent aux chercheurs en histoire économique et

Plus en détail

Les références militaires sur la colonne de la Grande Armée

Les références militaires sur la colonne de la Grande Armée OUTIL D EXPLOITATION De nombreux motifs du décor de la Colonne se rapportent à des aspects militaires. En effet Napoléon est avant tout un soldat, plus précisément un officier d'artillerie, formé dès 10

Plus en détail

REGLEMENTATION DES PORTES-DRAPEAUX

REGLEMENTATION DES PORTES-DRAPEAUX REGLEMENTATION DES PORTES-DRAPEAUX Créé par arrêté ministériel du 26 juillet 1961, le diplôme d honneur de porte-drapeau est refondé par l arrêté du 13 octobre 2006, publié au journal officiel du 20 octobre

Plus en détail

Série R (Affaires militaires, guerre) Garde nationale et autres corps spéciaux

Série R (Affaires militaires, guerre) Garde nationale et autres corps spéciaux ARCHIVES DÉPARTEMENTALES DE LA HAUTE-VIENNE Série R (Affaires militaires, guerre) Garde nationale et autres corps spéciaux (1804-1940) Répertoire numérique détaillé de la sous-série 4 R Par M. Catherine

Plus en détail

AGASC / BUREAU INFORMATION JEUNESSE 06700 Saint Laurent du Var Tel : 04.93.07.00.66 bij@agasc.fr www.agasc.fr. Word: Les tableaux.

AGASC / BUREAU INFORMATION JEUNESSE 06700 Saint Laurent du Var Tel : 04.93.07.00.66 bij@agasc.fr www.agasc.fr. Word: Les tableaux. Word: Les tableaux Introduction 6 ième partie Il est préférable par moments de présenter de l'information sous forme de tableau. Les instructions qui suivent démontrent comment créer un tableau et comment

Plus en détail

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans été 1914 Nancy et la Lorraine dans la guerre exposition 15/02-21/09/2014 au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans 1 3 2 4 5 6 7 9 8 1870-1914 : une guerre attendue? Août 1914 : partis pour un été

Plus en détail

L'emblème de l'association des Scouts du Canada

L'emblème de l'association des Scouts du Canada L'emblème de l'association des Scouts du Canada CAHIER DE NORMES Adopté par le conseil national le 18 avril 1999 1. APERÇU HISTORIQUE 2. LES ÉLÉMENTS DE L'EMBLÈME 3. LES COULEURS 4. LES NORMES D'UTILISATION

Plus en détail

- QUESTIONNAIRE HISTORIQUE

- QUESTIONNAIRE HISTORIQUE - QUESTIONNAIRE HISTORIQUE HISTOIRE DES GARDES POMPES ET DU BATAILLON 1) De quel pays, Du Périer a-t-il rapporté la pompe à incendie pour laquelle il a obtenu un privilège royal en 1699? Hollande 2) Quel

Plus en détail

Module bureautique. Logiciel de traitement de texte : openoffice.org Writer (niveau 2) Espace Cyber-base de la médiathèque de Haguenau 1

Module bureautique. Logiciel de traitement de texte : openoffice.org Writer (niveau 2) Espace Cyber-base de la médiathèque de Haguenau 1 Module bureautique Logiciel de traitement de texte : openoffice.org Writer (niveau 2) Espace Cyber-base de la médiathèque de Haguenau 1 Sommaire I. La barre d'outils : Affichage 2 II. Personnaliser la

Plus en détail

Guide pratique de la copropriété

Guide pratique de la copropriété ANCC Association Nationale de la Copropriété et des Copropriétaires 13 rue Littré 75006 PARIS Téléphone : 01.42.22.14.14 Télécopie : 01.42.22.69.69 Guide pratique de la copropriété Ce guide a été réalisé

Plus en détail

Archivage Tribunal d instance Conseil de prud hommes

Archivage Tribunal d instance Conseil de prud hommes Archivage Tribunal d instance Conseil de prud hommes Instruction commune de la SJ et de la AF du 6 octobre 2008 concernant la modification de la circulaire SJ. 03 13 du 10 septembre 2003 relative aux archives

Plus en détail

L arrêté consulaire du 16 juillet 1802 rétablissant l esclavage à la Guadeloupe : du mystère à l illégalité

L arrêté consulaire du 16 juillet 1802 rétablissant l esclavage à la Guadeloupe : du mystère à l illégalité L arrêté consulaire du 16 juillet 1802 rétablissant l esclavage à la Guadeloupe : du mystère à l illégalité Par Jean-François NIORT CAGI-GREHDIOM (UAG) SHG Jérémy RICHARD CERHIIP (Aix-Marseille III) et

Plus en détail

REGISTRE DE LA MÉMOIRE DU MONDE. LE BREVET BENZ DE 1886 (Allemagne)

REGISTRE DE LA MÉMOIRE DU MONDE. LE BREVET BENZ DE 1886 (Allemagne) REGISTRE DE LA MÉMOIRE DU MONDE LE BREVET BENZ DE 1886 (Allemagne) Réf. : n 2010-61 PARTIE A INFORMATIONS ESSENTIELLES 1 RÉSUMÉ La motorisation individuelle, qui a presque 150 ans d histoire, a donné naissance

Plus en détail

Manuel d éclairage photo

Manuel d éclairage photo Fil Hunter Steven Biver Paul Fuqua Manuel d éclairage photo Traduit et adapté de l anglais par René Bouillot Groupe Eyrolles, 2009, pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-67312-8 L état de surface

Plus en détail

DIESBACH 1721-1792. par André Jouineau & Jean-Louis Vial. Enfin en 1721 il passe dans la famille de Diesbach où il restera jusqu'à la Révolution.

DIESBACH 1721-1792. par André Jouineau & Jean-Louis Vial. Enfin en 1721 il passe dans la famille de Diesbach où il restera jusqu'à la Révolution. DIESBACH 1721-1792 par André Jouineau & Jean-Louis Vial Origine et historique Régiment suisse levé par la capitulation du 1er janvier 1690 par Jean Baptiste (1646-1702) chevalier de Salis- Soglio qui servait

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

INSUFFISANCES ET IRREGULARITES COURANTES DANS LES COMPTES DE GESTION DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIFS

INSUFFISANCES ET IRREGULARITES COURANTES DANS LES COMPTES DE GESTION DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIFS Thème INSUFFISANCES ET IRREGULARITES COURANTES DANS LES COMPTES DE GESTION DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIFS Par M. Philippe THEUMOUBE Magistrat Conseiller Maître CC/CS INTRODUCTION Définition

Plus en détail

Corps de cadets 1786 Louis-Joseph Papineau

Corps de cadets 1786 Louis-Joseph Papineau Corps de cadets 1786 Louis-Joseph Papineau 1 Les différentes tenues 2 Aide-mémoire Uniforme d Exercice en Campagne (UEC) C5 Cet uniforme est maintenant disponible pour les cadets de l'armée et ces derniers

Plus en détail

CATALOGUE. Articles Associatifs

CATALOGUE. Articles Associatifs CATALOGUE 2011 Articles Associatifs Médailles ANSORAA avec ruban tricolore 53 Bronze 54 Argent 55 Vermeil 56 Or 56 Or 55 Vermeil 54 Argent 53 Bronze Vermeil 59 Médailles CANSOFF avec ruban 57 - Bronze

Plus en détail

Projet de loi n o 58. Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec

Projet de loi n o 58. Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 58 Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec Présentation Présenté

Plus en détail

La Porterie du palais ducal 1511/1512

La Porterie du palais ducal 1511/1512 La Porterie du palais ducal 1511/1512 Construite sous le règne du duc Antoine, la Porterie était l unique entrée du palais. D après les registres de compte de l époque, elle fut achevée vers 1511-1512.

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA

ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA Après ces projets dont notre Président nous permet d espérer la réalisation

Plus en détail

Plans et cartes, miroir de l époque des rois absolus 1/2 : contrôler le «pré carré»

Plans et cartes, miroir de l époque des rois absolus 1/2 : contrôler le «pré carré» Le territoire à la carte Fiche n 3 La cartographie, une source pour l historien Plans et cartes, miroir de l époque des rois absolus 1/2 : contrôler le «pré carré» Problématique Cartes et plans peuvent-ils

Plus en détail

LES RELAIS DE POSTE EN ILLE ET VILAINE

LES RELAIS DE POSTE EN ILLE ET VILAINE LES RELAIS DE POSTE EN ILLE ET VILAINE A l'origine, il s'agit d'un établissement situe sur les routes ayant un intérêt stratégique pour fournir des chevaux aux Chevaucheurs de l'ecurie du Roi. Lorsque

Plus en détail

CAHORS. Palais d Arnaud de Via

CAHORS. Palais d Arnaud de Via 1 Pierre GARRIGOU GRANDCHAMP Société Archéologique du Midi de la France & Société Française d Archéologie CAHORS Palais d Arnaud de Via Un monument insigne du début du XIV e siècle L administration pénitentiaire

Plus en détail

Le travail a été réalisé avec des tablettes par les élèves des classes de 4ème 1 et 4ème 2.

Le travail a été réalisé avec des tablettes par les élèves des classes de 4ème 1 et 4ème 2. Classe de Quatrième, Histoire La révolution française en images Comprendre le déroulement de la révolution française à travers des images Consigne : décrire avec des mots, le plus précisément possible,

Plus en détail

PORTEFEUILLE du COLONEL Étienne MARTIN, BARON de BEURNONVILLE

PORTEFEUILLE du COLONEL Étienne MARTIN, BARON de BEURNONVILLE PORTEFEUILLE du COLONEL Étienne MARTIN, BARON de BEURNONVILLE Nous avons souvent eu l occasion de passer en revue armes ou équipements militaires de la période qui nous passionne, le 1er Empire. Aujourd

Plus en détail

Document N 8 Document de travail, n engage pas le Conseil Le logement des retraités : mobilité et adaptation au vieillissement

Document N 8 Document de travail, n engage pas le Conseil Le logement des retraités : mobilité et adaptation au vieillissement CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document N 8 Document de travail, n engage pas le Conseil Le logement des retraités :

Plus en détail

Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit.

Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit. Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit. I - AVANT-PROPOS II - DÉFINITION DE L ÉPREUVE DU BACCALAURÉAT III - QU EST-CE QUE DÉMONTRER

Plus en détail

Patrimoine Architectural et Archéologique

Patrimoine Architectural et Archéologique Patrimoine Architectural et Archéologique Université de Strasbourg / Master 2 Couleur, Architecture - Espace Recherche et analyse de la coloration historique et architecturale Adresse du site: 3 rue du

Plus en détail

Le cadre général de la loi du 21 Germinal An XI

Le cadre général de la loi du 21 Germinal An XI Le cadre général de la loi du 21 Germinal An XI par Eric Fouassier 1 Mars 2003 La pharmacie sous l Ancien Régime et la Révolution Avant la Révolution, la réglementation de la profession pharmaceutique

Plus en détail

3.7. Les sondages dans la révision (6 septembre 1996) 91

3.7. Les sondages dans la révision (6 septembre 1996) 91 c est-à-dire des relations qui sont inattendues ou contradictoires avec des éléments probants obtenus par d autres voies, le réviseur devra procéder à leur étude. Cette étude commencera habituellement

Plus en détail

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés Le Conseil national de la comptabilité réuni en formation de Section des entreprises le 28 octobre 1994,

Plus en détail

Chapitre 3 : Principe des tests statistiques d hypothèse. José LABARERE

Chapitre 3 : Principe des tests statistiques d hypothèse. José LABARERE UE4 : Biostatistiques Chapitre 3 : Principe des tests statistiques d hypothèse José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan I. Introduction

Plus en détail

Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20)

Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20) PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20) Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec

Plus en détail

DECRET N 2014-288. fixant les attributions du Ministre de la Défense Nationale ainsi que l organisation générale de son Ministère.

DECRET N 2014-288. fixant les attributions du Ministre de la Défense Nationale ainsi que l organisation générale de son Ministère. MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONALE ------------- DECRET N 2014-288 fixant les attributions du Ministre de la Défense Nationale ainsi que l organisation générale de son Ministère. LE PREMIER MINISTRE, CHEF

Plus en détail

DORS/96-195 LOI SUR LES MARQUES DE COMMERCE

DORS/96-195 LOI SUR LES MARQUES DE COMMERCE Règlement sur les marques de commerce (DORS/96-195) Loi habilitante : Marques de commerce, Loi sur les Règlement à jour en date du 25 janvier 2011 Note: Voir les dispositions d'entrée en vigueur et les

Plus en détail

Tissage avec de la texture

Tissage avec de la texture Projet de destination Tissage avec de la texture Carton aggloméré Recollections, 30.4 cm x 30.4 cm (12 po x 12 po) Bâtonnets Creatology Laine Coats and Clark, mélange néon vif Laine Red Heart, jaune éclatant

Plus en détail

Quelque chose pour réfléchir... et puis pour y collaborer

Quelque chose pour réfléchir... et puis pour y collaborer Quelque chose pour réfléchir... et puis pour y collaborer Fait sur mesure pour les écoles, Trop jeunes est un projet pédagogique qui veut attirer l attention de nos jeunes sur ce monde qui tourne de plus

Plus en détail

Dignitaire Romain PC0125

Dignitaire Romain PC0125 Gaulois PC0104 Tunique marron 60 x 60 cm Ceinture 1m Bouclier en mousse 50 x 40 cm Casque en mousse Glaive en mousse 45 cm Taille unique 4-12 ans : tunique ajustable grâce à la ceinture et casque extensible

Plus en détail

SERVICE FOND NANKIN À FIGURES

SERVICE FOND NANKIN À FIGURES Porcelaines Porcelaines et Royales françaises Impériales et Impériales Royales françaises SERVICE FOND NANKIN À FIGURES ASSIETTE DU SERVICE FOND NANKIN À FIGURES, ornée au centre d une allégorie simulant

Plus en détail

SPECIFICATION DES CONDITIONS DE PORT DES TENUES DES SAPEURS-POMPIERS

SPECIFICATION DES CONDITIONS DE PORT DES TENUES DES SAPEURS-POMPIERS ANNEXE I SPECIFICATION DES CONDITIONS DE PORT DES TENUES DES SAPEURS-POMPIERS PERSONNELS MASCULINS : TENUES DE CATEGORIE 1 (GALA, SOIREE, DINER, COCKTAIL... ) Tenue N Personnel Saison Conditions de port

Plus en détail

Tribunal administratif

Tribunal administratif Nations Unies AT/DEC/1089 Tribunal administratif Distr. limitée 30 janvier 2003 Français Original: anglais TRIBUNAL ADMINISTRATIF Jugement No 1089 Affaire No 1197 : ROMAN Contre : Le Secrétaire général

Plus en détail

lors des enquêtes «Cadre de vie et sécurité» de 2011 à 2013 REPÈRES Décembre 2013 n

lors des enquêtes «Cadre de vie et sécurité» de 2011 à 2013 REPÈRES Décembre 2013 n de la résidence principale décrites par les ménages s étant déclarés 24 victimes sur deux ans REPÈRES institut national des hautes études de la sécurité et de la justice Décembre 2013 n ISSN 2265-9323

Plus en détail

TP Réaliser un dépliant publicitaire

TP Réaliser un dépliant publicitaire TP Réaliser un dépliant publicitaire Enfin un peu de pratique! Si besoin est, toutes les techniques utilisées seront expliquées en détail dans la correction. Nettoyez vos souris, faites craquer vos doigts

Plus en détail

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES SERVICE DES RETRAITES DE l ETAT - 0810 10 33 35 - www.pensions.bercy.gouv.fr - Edition du 1 er mai 2013 En application de l article L. 40 du code des

Plus en détail

La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent

La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent Tout avocat peut être confronté, dans le cadre de son exercice professionnel, à la question du blanchiment

Plus en détail

Instruction complémentaire 44-102 Placement de titres au moyen d un prospectus préalable

Instruction complémentaire 44-102 Placement de titres au moyen d un prospectus préalable Instruction complémentaire 44-102 Placement de titres au moyen d un prospectus préalable PARTIE 1 GÉNÉRALITÉS 1.1 Lien entre la Norme canadienne et la législation en valeurs mobilières 1.2 Responsabilité

Plus en détail

Débat sur la conscription Plan de leçon

Débat sur la conscription Plan de leçon Description : Dans cette leçon, les élèves se familiariseront avec le débat sur la conscription qui a eu lieu au Canada en 1917. Les élèves sont répartis en trois groupes (fermiers anti-conscription, Canadiens

Plus en détail

Protocole et organisation des cérémonies commémoratives

Protocole et organisation des cérémonies commémoratives Protocole et organisation des cérémonies commémoratives Organisation et déroulement actualisé en 2014 Les cérémonies publiques sont organisées sur ordre du gouvernement. Le maire est responsable du déroulement

Plus en détail

OPINION DISSIDENTE DE M. WOLFRUM

OPINION DISSIDENTE DE M. WOLFRUM OPINION DISSIDENTE DE M. WOLFRUM [Traduction] 1. J ai voté en faveur des points 1 à 3 et du point 5 du dispositif de l arrêt, mais contre le point 4 dudit dispositif. Je considère la caution de 8 millions

Plus en détail

Fiche n 1. Le traitement comptable du risque de non recouvrabilité, la comptabilisation des dépréciations des créances et des admissions en non valeur

Fiche n 1. Le traitement comptable du risque de non recouvrabilité, la comptabilisation des dépréciations des créances et des admissions en non valeur Fiche n 1 Le traitement comptable du risque de non recouvrabilité, la comptabilisation des dépréciations des créances et des admissions en non valeur Direction générale des fi nances publiques 1 I. OBJET

Plus en détail

ALBUM DES COSTUMES CPA La Prairie Version octobre 2013

ALBUM DES COSTUMES CPA La Prairie Version octobre 2013 1 Maillot (25) 4 6 ans 4 10 ans 5 12 ans 1 Petit ad 3 Méd ad Gantières: 5 TPetit 9 Petit 8 Medium 3 Large 18 Quantité : 18 Robe courte multicolore : 6 8 ans 7 10 ans Quantité : 10 Jupe-culotte Orange 1

Plus en détail

La liberté guidant le peuple sur les barricades

La liberté guidant le peuple sur les barricades La liberté guidant le peuple sur les barricades Eugène DELACROIX 1830 Une étrange lumière Le soleil brille à travers la fumée de la poudre. Les écrits nous disent que nous sommes en début de matinée et

Plus en détail

CATÉGORIES OBJECTIVES

CATÉGORIES OBJECTIVES FICHE PRATIQUE CATÉGORIES OBJECTIVES L ESSENTIEL OCTOBRE 2013 Tout régime de protection sociale d entreprise (santé, prévoyance et retraite supplémentaire) doit notamment revêtir un caractère collectif

Plus en détail

notamment au Soudan en 1885 et en Afrique du Sud au tournant du 20e siècle.

notamment au Soudan en 1885 et en Afrique du Sud au tournant du 20e siècle. 1 Les archives de la Première Guerre mondiale au Canada : un survol Marcelle Cinq-Mars, archiviste, Bibliothèque et Archives Canada Introduction La Grande Guerre fut pour le Canada la première expérience

Plus en détail

Exposition Camps d internement du Limousin (1940-1944)

Exposition Camps d internement du Limousin (1940-1944) COMMUNIQUE DE PRESSE Exposition Camps d internement du Limousin (1940-1944) Du 11 mars au 20 avril 2013 au musée Edmond-Michelet Destinés à l origine à regrouper les étrangers «indésirables», les camps

Plus en détail

Brevet des collèges Métropole, Antilles-Guyane, Réunion. Durée : 2 heures

Brevet des collèges Métropole, Antilles-Guyane, Réunion. Durée : 2 heures Métropole, Antilles-Guyane, Réunion Durée : 2 heures Toutes les réponses doiventêtre justifiées, sauf si une indication contraire est donnée. ACTIVITÉS NUMÉRIQUES 12 points Exercice 1 Un dé cubique a 6

Plus en détail

La Presse des Tranchées.

La Presse des Tranchées. La Presse des Tranchées. Importance du phénomène Il dut y avoir au moins 500 journaux des tranchées et très certainement plus, car les journaux de «14» étaient de si mauvaise qualité et de si faible tirage

Plus en détail

Rationalisation de la diffusion du droit sur internet par l État

Rationalisation de la diffusion du droit sur internet par l État P RE MIER MI NI ST RE CONSEIL D ORIENTATION DE L ÉDITION PUBLIQUE ET DE L INFORMATION ADMINISTRATIVE Rationalisation de la diffusion du droit sur internet par l État Analyse et recommandations Formation

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, TROISIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, TROISIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 10 mars 2015 N de pourvoi : 13-19.445 ECLI:FR:CCASS:2015:C300275 Non publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président Me Blondel, Me Le

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION SOMMAIRE

RECUEIL DE LEGISLATION SOMMAIRE MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 1393 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 70 11 septembre 1964 SOMMAIRE Règlement grand-ducal du 15 août 1964

Plus en détail

GARANTIE LEGALE CONTRE LES VICES CACHES

GARANTIE LEGALE CONTRE LES VICES CACHES GARANTIE LEGALE CONTRE LES VICES CACHES 24/11/2014 Le vendeur doit à l acheteur la garantie que le bien vendu est exempt de vices le rendant impropre à l usage auquel il est destiné ou diminuant tellement

Plus en détail

Perfectionnement au logiciel de traitement de texte Word (2000) : les tableaux

Perfectionnement au logiciel de traitement de texte Word (2000) : les tableaux FUNDP CeFIS Département Éducation et Technologie rue de Bruxelles, 61 B-5000 Namur (Belgique) Tél : 081 725060 Fax : 081 725064 Télex : 59 222 FAC NAM B E-mail : cefis@fundp.ac.be URL : http://www.det.fundp.ac.be/cefis/

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

Un plan départemental de prévention des déchets pour réduire nos déchets

Un plan départemental de prévention des déchets pour réduire nos déchets Un plan départemental de prévention des déchets pour réduire nos déchets Le Conseil Général s est engagé auprès de l Agence De l Environnement et de la Maîtrise d Energie pour réduire la production de

Plus en détail

La célèbre photo du Che avec cigare (1963) est de René Burri (1933-2014).

La célèbre photo du Che avec cigare (1963) est de René Burri (1933-2014). La célèbre photo du Che avec cigare (1963) est de René Burri (1933-2014). Par Michel Porcheron La photo est une photo de Ernesto Che Guevara. Manifestement une des plus connues, fameuses. Depuis 1963 elle

Plus en détail

Waterloo Les bases d une reconstitution

Waterloo Les bases d une reconstitution En juin prochain, une ambitieuse reconstitution de la bataille de Waterloo sera organisée sur le site même de la défaite de Napoléon. Des milliers de reconstitueurs passionnés viendront de tous les coins

Plus en détail

AVIS N 37 / 2000 du 14 décembre 2000.

AVIS N 37 / 2000 du 14 décembre 2000. AVIS N 37 / 2000 du 14 décembre 2000. N. Réf. : 10 / A / 2000 / 036 OBJET : Projet d arrêté royal autorisant la Société du Logement de la Région de Bruxelles-Capitale et les sociétés immobilières de service

Plus en détail

FONCTIONNEMENT DU MINISTÈRE AVIS DE CONCOURS

FONCTIONNEMENT DU MINISTÈRE AVIS DE CONCOURS FONCTIONNEMENT DU MINISTÈRE AVIS DE CONCOURS Circulaire Congé Administration centrale Service déconcentré du travail, de l emploi et de la formation professionnelle MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS

Plus en détail

11. Tests d hypothèses (partie 1/2)

11. Tests d hypothèses (partie 1/2) 11. Tests d hypothèses (partie 1/2) MTH2302D S. Le Digabel, École Polytechnique de Montréal H2015 (v1) MTH2302D: tests d hypothèses 1/30 Plan 1. Introduction 2. Hypothèses et erreurs 3. Tests d hypothèses

Plus en détail

La Missive des Archives N 10. Inauguration du bureau télégraphique d Ozoir la Ferrière le 4 juin 1883. La poste à cette époque se situait, place de

La Missive des Archives N 10. Inauguration du bureau télégraphique d Ozoir la Ferrière le 4 juin 1883. La poste à cette époque se situait, place de La poste : La Missive des Archives N 10 Inauguration du bureau télégraphique d Ozoir la Ferrière le 4 juin 1883 La poste à cette époque se situait, place de l église dans la maison de Monsieur CAROUZET,

Plus en détail

Dimensions ISO 216 (mm mm)

Dimensions ISO 216 (mm mm) Formats de papier Quels sont les formats de papier L'ISO 216 est une norme internationale qui définit les formats de papier, elle est appliquée et utilisée dans la plupart des pays du monde. Cette norme

Plus en détail

LE MINISTRE DE L INTERIEUR, DE LA SECURITE INTERIEURE ET DES LIBERTES LOCALES MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS MONSIEUR LE PREFET DE POLICE

LE MINISTRE DE L INTERIEUR, DE LA SECURITE INTERIEURE ET DES LIBERTES LOCALES MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS MONSIEUR LE PREFET DE POLICE DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DLPAJ/ECT/4B/AM/S- NOR INT/D/02/00133/C Paris, le 3 JUIN 2002 LE MINISTRE DE L INTERIEUR, DE LA SECURITE INTERIEURE ET DES LIBERTES LOCALES A

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS IV SORBONNE ECOLE DOCTORALE II Histoire Moderne et Contemporaine

UNIVERSITE PARIS IV SORBONNE ECOLE DOCTORALE II Histoire Moderne et Contemporaine UNIVERSITE PARIS IV SORBONNE ECOLE DOCTORALE II Histoire Moderne et Contemporaine [...][...][...][...][...][...][...][...][...][...] (N d enregistrement attribué par la bibliothèque) THESE pour obtenir

Plus en détail

Dossier de MécénatM du Palais du Gouverneur militaire de Strasbourg

Dossier de MécénatM du Palais du Gouverneur militaire de Strasbourg Dossier de MécénatM du Palais du Gouverneur militaire de Strasbourg Mot du Gouverneur militaire de Strasbourg Classé en partie depuis 1931, l'hôtel du Gouverneur militaire de Strasbourg est un lieu exceptionnel

Plus en détail

2. DROIT DE PREEMPTION P.

2. DROIT DE PREEMPTION P. SOMMAIRE 1. PLANIFICATION P. 2 - Un PLU est exécutoire même en l absence de publication au recueil des actes administratifs de la délibération l approuvant 2. DROIT DE PREEMPTION P. 2 - L avis des domaines

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 319103 Mentionné dans les tables du recueil Lebon M. Vigouroux, président Mme Agnès Fontana, rapporteur M. Dacosta Bertrand, commissaire du gouvernement SCP BOULLOCHE ; SCP PEIGNOT, GARREAU,

Plus en détail

Propriétaire Adresse Occupant. Epoques de construction 1910-1912. Etat de conservation. Renseignements bibliographiques

Propriétaire Adresse Occupant. Epoques de construction 1910-1912. Etat de conservation. Renseignements bibliographiques Déporîement Charente-Maritime Commune Arrondissement Canton Monument Gare S.N..C.F* Situation exacte Utilisation actuelle Gare Propriétaire Adresse Occupant Nature de la protection proposée Classement

Plus en détail

ATELIER RETRAITE 2014 SEANCE D ACTUALISATION

ATELIER RETRAITE 2014 SEANCE D ACTUALISATION ATELIER RETRAITE 2014 SEANCE D ACTUALISATION I- La réforme des retraites 2014 1 - Les mesures impactant les actifs et les employeurs Les cotisations retraite La durée d assurance / taux plein Le départ

Plus en détail