LE RÈGLEMENT. du 20 Thermidor an VI. et les premiers insignes de grades des Officiers généraux

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE RÈGLEMENT. du 20 Thermidor an VI. et les premiers insignes de grades des Officiers généraux. ---------------------"

Transcription

1 LE RÈGLEMENT du 20 Thermidor an VI et les premiers insignes de grades des Officiers généraux Le règlement du 20 thermidor an IV (7 août 1798) tient une place importante dans l'histoire des insignes de grades des officiers généraux, puisque c'est à lui que ceux-ci doivent les "feuilles de chêne", qui sont devenues leur attribut particulier depuis le Directoire et qu'ils ont conservées, au moins sur leurs képis, jusqu'à nos jours. Si les spécialistes connaissent bien les dispositions de ce texte, ils en ignorent le plus souvent la véritable origine, les rapportant à un prétendu "règlement de l'an VII". C'est ainsi, par exemple, que le dénommé Georges Six ("Georges Six, Les Généraux de la Révolution et de l'empire, Paris, Bordas Editions, 1948"), dans un chapitre qu'il a consacré aux uniformes et insignes de grades des généraux de la Révolution et de l'empire. Quelques pages plus loin, il est vrai, il écrit : << Ce décret dit de l'an VII, qui est probablement le même que celui du 20 thermidor an VI, visé par une décision du 27 messidor an VIII - et qui ne figure pas au Journal militaire...>>. Bien d'autres historiens contemporains et non des moindres, ont pareillement attribué à ce "règlement de l'an VII" les dispositions du règlement du 20 thermidor an VI. Publications et édition. - Si ce règlement est à ce point méconnu, c'est avant tout, comme l'a constaté Georges Six, parce qu'il n'a pas été publié dans le Journal militaire. Mais M. B.-C. Gournay, éditeur de ce périodique, conscient des omissions qu'il avait faites au cours de la publication de ses premiers tomes, les a réparées en publiant de l'an VIII à l'an XIII, en sept parties, un Supplément à la collection du Journal militaire contenant tout ce qui peut avoir été omis dans cet ouvrage, depuis et y compris le mois de juillet 1789 jusqu'à la fin de l'an X (Ce supplément n'accompagne pas dans toutes les bibliothèques la collection du Journal militaire). Dans la 6ème partie, pages 311 à 317, on trouve le texte du "Règlement concernant les uniformes des généraux et officiers des états-majors des armées de la République française" du 20 thermidor an VI, signé par le Ministre de la Guerre, Schérer, mais le texte n'est accompagné d'aucune planche. Une note précise d'ailleurs : "Les planches seules forment un volume, qu'on ne pourrait ajouter à ce Supplément sans en augmenter beaucoup le prix." Ce règlement a été également édité en un fascicule séparé du format 20 x 26 cm. pour le texte qui comporte seize pages. A la dernière page, en-dessous de la signature de Schérer, on trouve l'indication : "De l'imprimerie de Ballard, Imprimerie du Département, rue des Mathurins" mais ni la date du règlement ni celle de l'édition ne figurent nulle part. Toutefois, l'exemplaire de la bibliothèque du Ministère de la Guerre porte sur la page de titres l'inscription au crayon "An VII", faite on ne sait par qui, mais qui explique sans doute la date attribuée partant d'auteurs à ce règlement. Le texte est accompagné de treize planches d'un format total de 25,5 x 69 cm. avec les marges, que quatre pliures permettent d'insérer dans la couverture du fascicule. Les illustrations de ces planches, du format 21 x 46 cm. à l'intérieur du cadre, ont été magnifiquement dessinées par Chailliot et gravées par Godefroy. Les règlements antérieurs sur l'uniforme des généraux. Si l'uniforme des généraux n'a été prescrit dans ses détails que par le Règlement du 2 septembre 1775, dont le Carnet de la Sabretache a publié récemment une reproduction intégrale, le principe d'un "habillement uniforme" et les principales caractéristiques de cet uniforme se trouvaient déjà dans l'ordonnance royale du 1er février 1744.

2 Le grand Règlement du 1er octobre 1786 s est ensuite occupé, au chapitre X, de l uniforme des officiers généraux, qui a été à nouveau l objet d une décision royale le 14 mai Au début de la Révolution, avant la chute de la royauté, l uniforme a été modifié par une Instruction provisoire du 1er avril La Convention, par un décret du 4 avril 1793, posa ensuite le principe d une modification dans les insignes de grades des généraux, puis l Arrêt du 26 prairial an II (14 juin 1794) décrivit l uniforme provisoire des officiers généraux. Enfin, avant le Règlement qui nous occupe, le Directoire s était déjà préoccupé de l uniforme des généraux par l Arrêté du 10 pluviôse an IV (30 janvier 1796). Les broderies de grades de l *Ancien Régime Alors que les officiers des corps de troupes ont porté des épaulettes comme marques distinctives de leurs grades à partir de 1759, les officiers généraux, dès qu ils reçurent un «habillement uniforme», furent distingués des autres officiers comme les uns des autres, par des broderies bordant leurs habits. Sur les manches et les poches, la bordure de broderie était simple pour les maréchaux de camp et double pour les lieutenants généraux, principe de distinction des grades des généraux qui a été conservé jusqu à nos jours sur les képis et les casquettes brodés des officiers généraux. Cette broderie est figurée sur la planche I annexée au Règlement du 2 septembre 1775 qui n en donne pas de description, la qualifiant seulement de «broderie de filés d or passé sans paillettes, clinquants, lames, bouillons en or frisé» : c est la broderie dite «en volutes». L Ordonnance du 1er février 1744 avait déjà prévu que l habit des généraux serait bordé d une «broderie en forme de galon», les manches et les poches portant, suivant le grade, un simple ou un double rang de broderie. Aucune planche n accompagne le texte de cette ordonnance qui indique seulement que la broderie sera «conformément à l échantillon qui restera annexé à la minute de l Ordonnance». Malheureusement, comme c est trop souvent le cas, aucun échantillon n accompagne plus cette minute conservée aux Archives de la Guerre. Il n est cependant pas douteux qu il s agissait déjà de la broderie en volutes, mais dont le modèle n avait pas été figuré dans l Ordonnance, ce qui conduisit à une assez grande fantaisie. Dans une lettre au duc de Choiseul, le 16 octobre 1766, le marquis du Muy signalait que certains officiers généraux ont élargi cette broderie, que d autres en ont diminué la largeur, que d autres enfin l ont enrichie «en y mettant des paillettes, de la frisure et des bouillons» ou en y ajoutant «une baguette qui borde mieux, mais qui n était pas dans le modèle». Si certains généraux avaient dépassé les limites de ces fantaisies et s étaient encore plus écartés du modèle réglementaire, nul doute que le marquis du Muy n aurait pas manqué de le relever. Sur son portrait peint en 1761 par Tischbein le chevalier Le Pelletier, lieutenantgénéral des Armées du Roi porte d ailleurs un habit dont les broderies ne peuvent que se rapporter au modèle de l Ordonnance de On peut constater qu elles sont du même type général que celles du Règlement de Par la suite, le Règlement du 1er octobre 1786 a conservé la broderie d or en volutes, dont sa planche II donne un dessin identique à celui de la planche I du Règlement de 1775, puis la Décision du 14 mai 1788 a prescrit que «la broderie du grand uniforme et celle du petit subsisteront telles qu elles ont été réglées», enfin l Instruction provisoire du 1er avril 1791 a précisé que «l habit sera bordé de broderie pareille au dessin prescrit par le Règlement du 1er octobre 1786». Les broderies de branches de chêne. En revanche, dans le Règlement du 20 thermidor an VI, les broderies de l uniforme des officiers généraux sont constituées par des branches de chêne avec leurs fruits. C est d ailleurs par les planches de Challiot et de Godefroy que l on peut en connaître le dessin, car le texte lui-même du règlement n y fait aucune allusion.

3 On peut se demander cependant si l adoption de ces branches de chêne est bien due à ce règlement et on à un texte antérieur. Jusqu à l Instruction du 1er avril 1791, il est certain que la broderie en volutes a été conservée sur l uniforme des généraux ; de son côté, l Arrêté du 10 pluviôse an IV prescrivait que «l Uniforme des officiers généraux restera tel qu il est aujourd hui». Il ne changeait donc rien à l Arrêté de la Convention Nationale du 26 prairial an II qui décidait qu «il sera attaché sur le collet, les parements et les pattes un ruban façonné en broderie d or le tout conforme au modèle». Malheureusement, dans ce cas encore, aucun modèle, dessin ou échantillon, n accompagne plus la minute de cet Arrêté, conservée aux Archives Nationales (cote : AFII, 224). Ainsi, le document qui aurait permis de connaître en toute certitude la forme et le dessin de ce ruban a disparu. On peut alors se demander s il s agit encore du type de broderie en volutes ou d un ruban déjà brodé de branches de chêne. Si cette hypothèse doit être examinée, c est parce que Malibran, après avoir décrit l uniforme de l arrêté de l an II, ajoute : «Le Musée des Invalides expose l habit de Bonaparte à Marengo qui est conforme à ce type si ce n est que les guirlandes de feuilles de chêne sont réellement brodées sur l habit au lieu d être figurées par un ruban appliqué». Mais cet auteur n apporte ni explication, ni justification de son opinion sur la nature du ruban de l an II. M. Jean Brunon, au contraire, ne doute pas que ce ruban «est directement inspiré par la broderie d or en volutes» des officiers généraux de l ancien régime. Il fonde son opinion sur les portraits de l époque et avant tout sur une photographie des Collections Raoul et Jean Brunon, vieille de plus de cinquante ans, qui représente un habit de général du type , mais dont on ignore malheureusement qui le porta et quel est son actuel propriétaire. Ces arguments sont convaincants et conduisent à admettre que les broderies en volutes ont été conservées jusqu en 1798 et que c est seulement à cette date que les branches de chêne ont fait leur apparition sur l uniforme des généraux. Le responsable et les raisons de cette adoption ne semblent pas connus. Les portraits d époque où, d après M. Jean Brunon, on retrouve la broderie en volutes avec largeurs variables ou réduites même parfois à un mince galon, ne permettent pas de supposer, par ailleurs, que le règlement ait simplement confirmé une mode antérieure. Comme preuve de l usage des feuilles de chêne par certains généraux dès l ancien régime, on a bien invoqué un portrait de Louis-Antoine de Gontaut, duc de Biron ( ), dont l habit et la veste sont brodés de feuilles de chêne. Mais ce portrait, dû à Joseph Désiré Court ( ) n est pas contemporain de son modèle et rien ne prouve qu il ait été exécuté d après une œuvre de l époque. Il ne constitue donc pas un témoignage probant. Les autres marques distinctives de grades des officiers généraux. Le Règlement du 20 thermidor an VI, dans son article 11, dispose que les grades des généraux sont distingués par le dessin de la broderie de l habit, par le baudrier, par l écharpe et le panache. Alors que le Règlement du 1er vendémiaire an XII réservera aux seuls généraux en chef le privilège de porter l épée de commandement et le baudrier, celui de l an VI les attribuait à tous les généraux. L épée était du même modèle pour tous les grades : celle des généraux en chef s en distinguait cependant par une inscription en or sur la lame «Général commandant en chef».

4 Quant aux baudriers, tous construits sur le même modèle, ils différaient par la couleur et par le dessin de la broderie, identique toutefois pour les généraux de division et de brigade. Le baudrier du général en chef avait un fond blanc avec une bordure rouge, celui du général de division avait un fond rouge brodé sur écarlate et celui du général de brigade était bleu céleste. L écharpe constituait aussi une innovation de ce règlement. En soie bleu céleste pour les généraux de brigade, en soie nacarat pour ceux de division, elle était formée de trois bandes de soie, respectivement nacarat, blanche et bleue pour les généraux en chef. L Arrêté de l an IV, cependant, avait déjà attribué aux généraux une ceinture, bleue de ciel pour ceux de brigade et écarlate pour ceux de division, l une et l autre avec une frange tricolore. La ceinture des généraux en chef était rouge et blanche et ornée d une frange d or.- Le panache sur le chapeau est une création de l'époque révolutionnaire : avec l Arrêté du 26 prairial an II, il était tricolore pour tous les grades. Depuis l origine de la règlementation de l uniforme, d ailleurs, les chapeaux des officiers généraux n ont jamais comporté encore aucun insigne distinctif de grade, bien qu à certaines époques, ils ont pu être garnis d un plumet blanc ou noir. Suivant le Règlement de 1775, les officiers généraux, commandants de régiments ou de corps particuliers, pouvaient en porter l uniforme : à eux seuls était alors permis de mettre un plumet blanc à leu chapeau «pour qu on les puisse distinguer». Cette disposition fut conservée dans le Règlement de 1786 qui autorisait également les officiers généraux, préférant le chapeau uni au chapeau bordé d un galon d or, de le porter avec un plumet blanc. La Décision de 1788 réservait au grand uniforme le chapeau bordé d or et au petit uniforme le chapeau uni garni d un plumet noir. L instruction de 1791, enfin, rappelait la suppression de l usage des chapeaux à plumets blancs ou noirs et affectait au grand uniforme le chapeau uni bordé d un petit galon de soie noire. C est l Arrêté du 10 pluviôse an IV qui, le premier, a utilisé les cours du panache comme marque distinctive supplémentaire des grades des officiers généraux : sur les chapeaux des généraux en chef un panache rouge surmontait trois follettes tricolores, sur ceux des généraux de division le panache était tricolore et les follettes ponceau et sur ceux des généraux de brigade, panache et follettes étaient tricolores. Ces dispositions de couleurs ont déjà été modifiées par le Règlement du 20 thermidor an VI : une aigrette blanche soutenue par un pied bleu, surmontait trois plumes d autruche rouges pour les généraux en chef ; l aigrette était par moitié verticalement blanche et bleue sur des plumes rouges pour les généraux de division ; l aigrette était blanche et rouge sur trois plumes d autruche bleues pour les généraux de brigade. Les mêmes couleurs pour les aigrettes et les plumes ont été conservées par le Règlement du 1er vendémiaire an XII, mais, d après Rousselot, ces volumineux panaches, «très incommodes, surtout par grand vent», ont été rapidement supprimés. Ainsi les nouveaux insignes institués par le Règlement de l an VI pour la distinction des grades des officiers généraux ont eu des fortunes diverses : le baudrier, après avoir été réservé en l an XII aux seuls généraux en chef, n a pas tardé à tomber en désuétude ;

5 les panaches du chapeau ont bientôt été délaissés, puis supprimés ; le principe en a été partiellement repris ultérieurement avec les plumes blanches pour la distinction des maréchaux et des généraux commandants en chef, les autres généraux portant des chapeaux à plumes noires ; l écharpe, devenue ceinture, a subsisté jusqu à la guerre de 1914, après avoir été supprimée de 1907 à 1911, puis elle a été rétablie en avril 1935 jusqu à la guerre de 1939 ; les broderies de feuilles ou plus exactement de branches de chêne ornent toujours les képis et casquettes des généraux et le principe du double rang de broderies pour les généraux de division, institué en 1744 pour les lieutenants-généraux, a été constamment conservé. C est à cet égard que le Règlement du 20 thermidor an VI présente un tel intérêt pour l histoire des uniformes de l Armée française. Georges DILLEMANN

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX HISTOIRE DES ARTS CLASSE : 4 ème Période historique : XIXème siècle Moment choisi : le retour à la monarchie ; les Trois Glorieuses Thématique : Arts, Etats et pouvoir (œuvre engagée) Sujet : Comment un

Plus en détail

Méthodologie du dossier. Epreuve d histoire de l art

Méthodologie du dossier. Epreuve d histoire de l art Méthodologie du dossier Epreuve d histoire de l art Fiche d identité de l oeuvre Nature de l oeuvre : Huile sur toile Auteur Eugène Delacroix (1798-1863) Titre : La liberté guidant le peuple : le 28 juillet

Plus en détail

Un état descriptif de 1776 nous permet de mesurer la qualité de la conservation du bâtiment conçu par Mathurin Cherpitel.

Un état descriptif de 1776 nous permet de mesurer la qualité de la conservation du bâtiment conçu par Mathurin Cherpitel. L Hôtel du Châtelet L Hôtel du Châtelet Dès le 18 ème siècle, l Hôtel du Châtelet est considéré comme une des plus belles demeures de Paris par les voyageurs qui en font la description à la fin du siècle.

Plus en détail

ELEMENTS POUR UNE HISTOIRE DES TEXTES CONCERNANT LE PLACEMENT ET L EMBAUCHE DES TRAVAILLEURS.

ELEMENTS POUR UNE HISTOIRE DES TEXTES CONCERNANT LE PLACEMENT ET L EMBAUCHE DES TRAVAILLEURS. ELEMENTS POUR UNE HISTOIRE DES TEXTES CONCERNANT LE PLACEMENT ET L EMBAUCHE DES TRAVAILLEURS. (article L.311-1 à L321-12 et L.330-1 à L.330-9 du Code du travail) (extraits des Cahiers du Chatefp n 2-3,

Plus en détail

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789)

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) Avant la Révolution*, la France est une monarchie avec à sa tête un monarque, le Roi de France. Lorsque Louis XIII décède en

Plus en détail

La liberté guidant le peuple sur les barricades

La liberté guidant le peuple sur les barricades La liberté guidant le peuple sur les barricades Eugène DELACROIX 1830 Une étrange lumière Le soleil brille à travers la fumée de la poudre. Les écrits nous disent que nous sommes en début de matinée et

Plus en détail

- QUESTIONNAIRE HISTORIQUE

- QUESTIONNAIRE HISTORIQUE - QUESTIONNAIRE HISTORIQUE HISTOIRE DES GARDES POMPES ET DU BATAILLON 1) De quel pays, Du Périer a-t-il rapporté la pompe à incendie pour laquelle il a obtenu un privilège royal en 1699? Hollande 2) Quel

Plus en détail

Fins, réguliers, diam ext 31mm Épais, grossiers, diam 36 mm

Fins, réguliers, diam ext 31mm Épais, grossiers, diam 36 mm Sabres de cavalerie légère, dits à la chasseur. Différence entre les Modèles de l'an IX & An XI Introduction : Faisant suite à la période agitée de la révolution, le directoire, puis le consulat vont tenter

Plus en détail

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans été 1914 Nancy et la Lorraine dans la guerre exposition 15/02-21/09/2014 au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans 1 3 2 4 5 6 7 9 8 1870-1914 : une guerre attendue? Août 1914 : partis pour un été

Plus en détail

Les symboles français

Les symboles français Fiche Pédagogique Les symboles français Par Karine Trampe Sommaire : Tableau descriptif 2 Fiche élève. 3-4 Fiche professeur.5-6 Transcription.7 Sources. 8 1 Tableau descriptif Niveau A2 Descripteur CECR,

Plus en détail

Adobe Illustrator Logiciel de dessin vectoriel et de Cartographie Assistée par Ordinateur

Adobe Illustrator Logiciel de dessin vectoriel et de Cartographie Assistée par Ordinateur Adobe Illustrator Logiciel de dessin vectoriel et de Cartographie Assistée par Ordinateur I- Ouverture d une nouvelle feuille de travail Fichier / Nouveau (ou ctrl + N) Indiquer dans la fenêtre qui s ouvre

Plus en détail

L arrêté consulaire du 16 juillet 1802 rétablissant l esclavage à la Guadeloupe : du mystère à l illégalité

L arrêté consulaire du 16 juillet 1802 rétablissant l esclavage à la Guadeloupe : du mystère à l illégalité L arrêté consulaire du 16 juillet 1802 rétablissant l esclavage à la Guadeloupe : du mystère à l illégalité Par Jean-François NIORT CAGI-GREHDIOM (UAG) SHG Jérémy RICHARD CERHIIP (Aix-Marseille III) et

Plus en détail

CATALOGUE DE COSTUMES CPA Terrebonne

CATALOGUE DE COSTUMES CPA Terrebonne CATALOGUE DE COSTUMES CPA Terrebonne POUR INFORMATION CONTACTEZ Chantal Pépin au (450) 961-1162 ou 514-591-0201 ou COURRIEL chantal.pepin7@videotron.ca Novembre 2014 /1 3 Camisoles 6 ans 10 Shorts noirs

Plus en détail

Brevet des collèges, correction, Métropole, 28 juin 2011

Brevet des collèges, correction, Métropole, 28 juin 2011 Brevet des collèges, correction, Métropole, 28 juin 2011 Activités numériques 12 points Exercice 1 Un dé cubique a 6 faces peintes : une en bleu, une en rouge, une en jaune, une en vert et deux en noir.

Plus en détail

www.imprimermonlivre.com

www.imprimermonlivre.com 0 www.imprimermonlivre.com Composition d une couverture avec Word L objectif de ce guide est de vous proposer un mode opératoire pour créer une couverture avec Word. Nous vous rappelons toutefois que Word

Plus en détail

Exposition Camps d internement du Limousin (1940-1944)

Exposition Camps d internement du Limousin (1940-1944) COMMUNIQUE DE PRESSE Exposition Camps d internement du Limousin (1940-1944) Du 11 mars au 20 avril 2013 au musée Edmond-Michelet Destinés à l origine à regrouper les étrangers «indésirables», les camps

Plus en détail

Jean Dubuffet AUTOPORTRAIT II - 1966

Jean Dubuffet AUTOPORTRAIT II - 1966 Jean Dubuffet AUTOPORTRAIT II - 1966 MON VISAGE A LA MANIERE DE JEAN DUBUFFET OBJECTIFS - utiliser son expérience sensorielle visuelle pour produire une œuvre picturale. - réaliser une œuvre s'inspirant

Plus en détail

Chapitre 3 : Principe des tests statistiques d hypothèse. José LABARERE

Chapitre 3 : Principe des tests statistiques d hypothèse. José LABARERE UE4 : Biostatistiques Chapitre 3 : Principe des tests statistiques d hypothèse José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan I. Introduction

Plus en détail

Fiche n 1. Le traitement comptable du risque de non recouvrabilité, la comptabilisation des dépréciations des créances et des admissions en non valeur

Fiche n 1. Le traitement comptable du risque de non recouvrabilité, la comptabilisation des dépréciations des créances et des admissions en non valeur Fiche n 1 Le traitement comptable du risque de non recouvrabilité, la comptabilisation des dépréciations des créances et des admissions en non valeur Direction générale des fi nances publiques 1 I. OBJET

Plus en détail

AGASC / BUREAU INFORMATION JEUNESSE 06700 Saint Laurent du Var Tel : 04.93.07.00.66 bij@agasc.fr www.agasc.fr. Word: Les tableaux.

AGASC / BUREAU INFORMATION JEUNESSE 06700 Saint Laurent du Var Tel : 04.93.07.00.66 bij@agasc.fr www.agasc.fr. Word: Les tableaux. Word: Les tableaux Introduction 6 ième partie Il est préférable par moments de présenter de l'information sous forme de tableau. Les instructions qui suivent démontrent comment créer un tableau et comment

Plus en détail

««MODE ANNEES 40 40»

««MODE ANNEES 40 40» EDITION SPECIALE ««MODE ANNEES 40 40»» Sommaire Les années 40 23 Les femmes 34 - Les tenues : robes et tailleurs 34 - Le maquillage 45 - La coiffure 56 - Les chaussures 78 - Les bas 78 - Les bijoux 78

Plus en détail

un chapeau claque en soie noire de Maison G. Benoist à Nantes présenté dans sa boîte d origine A 2 un sac à main en croco marron 40/50

un chapeau claque en soie noire de Maison G. Benoist à Nantes présenté dans sa boîte d origine A 2 un sac à main en croco marron 40/50 VENTE DROUOT SALLE 21 MAI 2010 A 1 un chapeau claque en soie noire de Maison G. Benoist à Nantes présenté dans sa boîte d origine 40/60 A 2 un sac à main en croco marron 40/50 A 3 un sac à main en croco

Plus en détail

Paysage de nuages. Objectif. Matériel. Vue d ensemble. Résultats didactiques. Durée. Niveau

Paysage de nuages. Objectif. Matériel. Vue d ensemble. Résultats didactiques. Durée. Niveau Objectif Aider les élèves à identifier certaines caractéristiques des nuages. Permettre aux élèves d observer les nuages, de les décrire avec un vocabulaire simple et de comparer leurs descriptions avec

Plus en détail

Le cadre général de la loi du 21 Germinal An XI

Le cadre général de la loi du 21 Germinal An XI Le cadre général de la loi du 21 Germinal An XI par Eric Fouassier 1 Mars 2003 La pharmacie sous l Ancien Régime et la Révolution Avant la Révolution, la réglementation de la profession pharmaceutique

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA

ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA Après ces projets dont notre Président nous permet d espérer la réalisation

Plus en détail

Résultats de la vente de DessiNs anciens et ModeRNes

Résultats de la vente de DessiNs anciens et ModeRNes Résultats de la vente de DessiNs anciens et ModeRNes 12 novembre 2012 Hôtel Drouot, Paris 1 VENTE Lundi 12 novembre 2012 Hôtel Drouot EXPERT Cabinet de BAYSER 69 rue Sainte-Anne 75002 Paris Tél. : +33

Plus en détail

El Tres de Mayo, GOYA

El Tres de Mayo, GOYA Art du visuel / «Arts, ruptures, continuités» Problématique : «Comment l expression du sentiment surgit-elle dans l art au XIX è siècle?» El Tres de Mayo, GOYA Le Tres de Mayo, Francisco Goya, huile sur

Plus en détail

REGISTRE DE LA MÉMOIRE DU MONDE. LE BREVET BENZ DE 1886 (Allemagne)

REGISTRE DE LA MÉMOIRE DU MONDE. LE BREVET BENZ DE 1886 (Allemagne) REGISTRE DE LA MÉMOIRE DU MONDE LE BREVET BENZ DE 1886 (Allemagne) Réf. : n 2010-61 PARTIE A INFORMATIONS ESSENTIELLES 1 RÉSUMÉ La motorisation individuelle, qui a presque 150 ans d histoire, a donné naissance

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

Baccalauréat ES Amérique du Nord 4 juin 2008

Baccalauréat ES Amérique du Nord 4 juin 2008 Baccalauréat ES Amérique du Nord 4 juin 2008 EXERCICE 1 Commun à tous les candidats f est une fonction définie sur ] 2 ; + [ par : 4 points f (x)=3+ 1 x+ 2. On note f sa fonction dérivée et (C ) la représentation

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPB1511507D Intitulé du texte : Décret modifiant les décrets n 2010-509 et n 2010-518 Ministère à l origine de la mesure : Finances et comptes publics

Plus en détail

Histoire de la marque PTT et du logo La Poste

Histoire de la marque PTT et du logo La Poste Histoire de la marque PTT et du logo La Poste Sous la monarchie, la «Poste aux lettres» adopte la lettre «P» comme marque distinctive, pour se singulariser de la «Poste aux chevaux», qui n était chargée

Plus en détail

CLARISWORKS 5. ÉTAPE 1 Créer un document. Lancer l application. (Windows 95 ou 98) Créer un document en utilisant le traitement de texte

CLARISWORKS 5. ÉTAPE 1 Créer un document. Lancer l application. (Windows 95 ou 98) Créer un document en utilisant le traitement de texte ÉTAPE 1 Créer un document Lancer l application Mettre l ordinateur en route. Double cliquer sur l icône ClarisWorks 5 qui se trouve sur le bureau ou cliquer sur Démarrer Programmes ClarisWorks5 Vous arrivez

Plus en détail

Ecran : Processeur : OS : Caméra : Communication : Mémoire : Connectique : Audio : Batterie : Autonomie : Dimensions : Poids : DAS :

Ecran : Processeur : OS : Caméra : Communication : Mémoire : Connectique : Audio : Batterie : Autonomie : Dimensions : Poids : DAS : SMARTPHONE - DUAL-CORE - NOIR 3483072425242 SMARTPHONE - DUAL-CORE - BLEU XXXX SMARTPHONE - DUAL-CORE - BLANC 3483072485246 SMARTPHONE - DUAL-CORE - ROSE 3483073704131 SMARTPHONE - DUAL-CORE - ROUGE XXXX

Plus en détail

Prise en main par Guy BIBEYRAN Chevalier médiéval époque XIII / XIV siècle métal 75mm Atelier Maket Référence AM75-010 Sculpteur: Benoit Cauchies

Prise en main par Guy BIBEYRAN Chevalier médiéval époque XIII / XIV siècle métal 75mm Atelier Maket Référence AM75-010 Sculpteur: Benoit Cauchies Prise en main par Guy BIBEYRAN Chevalier médiéval époque XIII / XIV siècle métal 75mm Atelier Maket Référence AM75-010 Sculpteur: Benoit Cauchies Cette prise en main est destinée à ceux qui voudraient

Plus en détail

Les Allemands sont entrés en Moravie. Ils y sont arrivés à cheval, à moto, en voiture, en camion mais aussi en calèche, suivis d unités d infanterie

Les Allemands sont entrés en Moravie. Ils y sont arrivés à cheval, à moto, en voiture, en camion mais aussi en calèche, suivis d unités d infanterie 1 Les Allemands sont entrés en Moravie. Ils y sont arrivés à cheval, à moto, en voiture, en camion mais aussi en calèche, suivis d unités d infanterie et de colonnes de ravitaillement, puis de quelques

Plus en détail

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés Le Conseil national de la comptabilité réuni en formation de Section des entreprises le 28 octobre 1994,

Plus en détail

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.»

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.» Métonymie : image désuète de l instrument servant à écrire. Représentation traditionnelle et glorieuse du travail de l écrivain. Allusion à une époque révolue. Idée de durée, de permanence. edoublée dans

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 65 du 18 décembre 2014. PARTIE PERMANENTE État-Major des Armées (EMA) Texte 7

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 65 du 18 décembre 2014. PARTIE PERMANENTE État-Major des Armées (EMA) Texte 7 BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES Édition Chronologique n 65 du 18 décembre 2014 PARTIE PERMANENTE État-Major des Armées (EMA) Texte 7 INSTRUCTION N 523515/DEF/DCSSA/RH/GRM/MITHA fixant pour les militaires

Plus en détail

AMortagne-sur-Sèvre, c'est l'ensemble

AMortagne-sur-Sèvre, c'est l'ensemble A MORTAGNE-SUR-SÈVRE (85 - VENDÉE) AUTOUR DE TROIS PEINTRES CONTEMPORAINS AMortagne-sur-Sèvre, c'est l'ensemble des classes des écoles maternelle et primaire qui est concerné par la création artistique.

Plus en détail

Objectifs. Identifier les effets différents que l on peut ressentir en observant une image

Objectifs. Identifier les effets différents que l on peut ressentir en observant une image Degré : 4P «Sous l océan» Buts Donner une intention précise à son œuvre Distinguer les couleurs chaudes des couleurs froides Appliquer les couleurs en fonction de son intention Associer un sentiment ou

Plus en détail

Fiche de préparation. Intitulé de séquence : le portrait

Fiche de préparation. Intitulé de séquence : le portrait Fiche de préparation Cycle III Niveau de classe : CM Intitulé de séquence : le portrait Domaines étudiés : arts du langage, arts visuels Champs disciplinaires : français/ langage oral, lecture, écriture

Plus en détail

Chapitre 6 : coloniser de nouveaux milieux

Chapitre 6 : coloniser de nouveaux milieux Chapitre 6 : coloniser de nouveaux milieux Comment font les végétaux pour s installer dans un nouveau milieu alors qu ils ne peuvent pas se déplacer? I/ L installation des végétaux dans un nouveau milieu

Plus en détail

Fête de la science Initiation au traitement des images

Fête de la science Initiation au traitement des images Fête de la science Initiation au traitement des images Détection automatique de plaques minéralogiques à partir d'un téléphone portable et atelier propose de créer un programme informatique pour un téléphone

Plus en détail

DUN-LE-PALESTEL DUN-LE-PALESTEL. Généralité de Moulins, sénéchaussée de Guéret

DUN-LE-PALESTEL DUN-LE-PALESTEL. Généralité de Moulins, sénéchaussée de Guéret Généralité de Moulins, sénéchaussée de Guéret 1 BAUGY Michel 1872 1873 CULLERRE Stanislas 1844 1861 DELAFONT 1601 1664 DELAFONT 1703 1726 DELAFONT Claude 1727 1774 DELAFONT Claude 1765 1774 DELAFONT Antoine

Plus en détail

MIRABEAU-SALLE à MANGER- DE COENE FRERES-COURTRAI-RENGGER & GRUNFELDER-TOURNAI 1964- A VENDRE-RAPPORT-FRANCAIS

MIRABEAU-SALLE à MANGER- DE COENE FRERES-COURTRAI-RENGGER & GRUNFELDER-TOURNAI 1964- A VENDRE-RAPPORT-FRANCAIS MIRABEAU-SALLE à MANGER- DE COENE FRERES-COURTRAI-RENGGER & GRUNFELDER-TOURNAI 1964- A VENDRE-RAPPORT-FRANCAIS Aux Amis et Documentalistes du design des meubles De Coene Courtrai 1900-1975 Monsieur, Madame,

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT LES NOUVEAUX BLEUS BUDGÉTAIRES ET LES PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES Les documents

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision de recommandations - article 25 de la loi organique Domaine(s) de compétence de l Institution : Défense des droits

Plus en détail

SOCIETE NATIONALE DES MEILLEURS OUVRIERS DE FRANCE Organisatrice du concours national «Un des Meilleurs Apprentis de France»

SOCIETE NATIONALE DES MEILLEURS OUVRIERS DE FRANCE Organisatrice du concours national «Un des Meilleurs Apprentis de France» SOCIETE NATIONALE DES MEILLEURS OUVRIERS DE FRANCE Organisatrice du concours national «Un des Meilleurs Apprentis de France» 16 rue Saint-Nicolas 75012 PARIS Tél. : 01 43 42 33 02 Mail : secretariat@mof.fr

Plus en détail

UFR de Sciences Economiques Année 2008-2009 TESTS PARAMÉTRIQUES

UFR de Sciences Economiques Année 2008-2009 TESTS PARAMÉTRIQUES Université Paris 13 Cours de Statistiques et Econométrie I UFR de Sciences Economiques Année 2008-2009 Licence de Sciences Economiques L3 Premier semestre TESTS PARAMÉTRIQUES Remarque: les exercices 2,

Plus en détail

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Secret de la défense nationale Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Textes source : Articles 413-5, 413-7, 413-9 à 413-12,

Plus en détail

QUELQUES CONSEILS POUR SE COSTUMER EN ROMAIN OU ROMAINE

QUELQUES CONSEILS POUR SE COSTUMER EN ROMAIN OU ROMAINE QUELQUES CONSEILS POUR SE COSTUMER EN ROMAIN OU ROMAINE La femme romaine : La femme porte une tunique de lin ou de laine pourvue de manches longues. De couleur blanche, elle est souvent portée sans rien

Plus en détail

Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs

Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs Les rois de France viennent régulièrement chasser à Versailles à partir du XVI ème siècle. Henri IV y amène son fils, le futur Louis XIII. Devenu

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-414 QPC du 26 septembre 2014. Société Assurances du Crédit mutuel

Commentaire. Décision n 2014-414 QPC du 26 septembre 2014. Société Assurances du Crédit mutuel Commentaire Décision n 2014-414 QPC du 26 septembre 2014 Société Assurances du Crédit mutuel (Contrat d assurance : conséquences, en Alsace-Moselle, de l omission ou de la déclaration inexacte de l assuré)

Plus en détail

Numéro du rôle : 1364. Arrêt n 84/99 du 15 juillet 1999 A R R E T

Numéro du rôle : 1364. Arrêt n 84/99 du 15 juillet 1999 A R R E T Numéro du rôle : 1364 Arrêt n 84/99 du 15 juillet 1999 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative aux articles 12 et 124, 3, du Code des impôts sur les revenus 1964, posée par la Cour d appel

Plus en détail

INFORMATIKA FRANCIA NYELVEN

INFORMATIKA FRANCIA NYELVEN Informatika francia nyelven középszint 1312 ÉRETTSÉGI VIZSGA 2015. május 15. INFORMATIKA FRANCIA NYELVEN KÖZÉPSZINTŰ GYAKORLATI ÉRETTSÉGI VIZSGA JAVÍTÁSI-ÉRTÉKELÉSI ÚTMUTATÓ EMBERI ERŐFORRÁSOK MINISZTÉRIUMA

Plus en détail

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 1 Berne, mai 2007 Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 2 Pourquoi la CSIAS en tant qu association privée peut-elle établir des normes en matière d aide sociale? La CSIAS est l association professionnelle

Plus en détail

La méthode des scores, particulièrement de la Banque de France

La méthode des scores, particulièrement de la Banque de France La méthode des scores, particulièrement de la Banque de France Devant la multiplication des défaillances d entreprises au cours des années 80 et début des années 90, la Banque de France a produit des travaux

Plus en détail

Choisir entre le détourage plume et le détourage par les couches.

Choisir entre le détourage plume et le détourage par les couches. Choisir entre le détourage plume et le détourage par les couches. QUEL CHOIX D OUTILS ET QUELLE METHODE, POUR QUEL OBJECTIF? Il existe différentes techniques de détourage. De la plus simple à la plus délicate,

Plus en détail

Constitution du Québec

Constitution du Québec PREMIÈRE SESSION TRENTE-HUITIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 191 Constitution du Québec Présentation Présenté par M. Daniel Turp Député de Mercier Éditeur officiel du Québec 2007 1 NOTES EXPLICATIVES

Plus en détail

Ce projet de loi fixe un plafond pour le budget de la Défense et un plancher pour le budget de l Aide internationale.

Ce projet de loi fixe un plafond pour le budget de la Défense et un plancher pour le budget de l Aide internationale. NOTES EXPLICATIVES Ce projet de loi crée les Forces d autodéfense du Québec. Il vise à modifier la politique québécoise de défense nationale dans le sens d une renonciation au droit de belligérance, sauf

Plus en détail

PROBABILITÉS CONDITIONNELLES

PROBABILITÉS CONDITIONNELLES PROBABILITÉS CONDITIONNELLES A.FORMONS DES COUPLES Pour la fête de l école, les élèves de CE 2 ont préparé une danse qui s exécute par couples : un garçon, une fille. La maîtresse doit faire des essais

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2014-1008 du 4 septembre 2014 relatif aux contrats comportant des engagements donnant lieu à constitution

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 188 4 septembre 2009. S o m m a i r e

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 188 4 septembre 2009. S o m m a i r e MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 3081 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 188 4 septembre 2009 S o m m a i r e Règlement grand-ducal du 26 août

Plus en détail

Le pistolet de la Gendarmerie Impériale Modèle an 9, daté1811

Le pistolet de la Gendarmerie Impériale Modèle an 9, daté1811 Les Gendarmes de l Empire Le pistolet de la Gendarmerie Impériale Modèle an 9, daté1811 Pistolet an 9, daté de 1811 - collection Jérôme Napoléon & Thomas Napoléon, photo reproduction interdite Le pistolet

Plus en détail

Modifiée par : instruction n 1361/DEF/EMAT/LOG/ASH 20049/DEF/DCCAT/LOG/REG du 13 juillet 2006.

Modifiée par : instruction n 1361/DEF/EMAT/LOG/ASH 20049/DEF/DCCAT/LOG/REG du 13 juillet 2006. 1 ETAT-MAJOR DE L ARMEE DE TERRE : bureau logistique. DIRECTION CENTRALE DU COMMISSARIAT DE L ARMEE DE TERRE : sous-direction logistique ; bureau réglementation. INSTRUCTION N 10300/DEF/EMAT/LOG/ASH -

Plus en détail

ACCORD DES ADJECTIFS DE COULEUR Exercice d introduction

ACCORD DES ADJECTIFS DE COULEUR Exercice d introduction Exercice d introduction Testons tes connaissances. Sylvain le smiley nous décrit la voiture de ses rêves mais il semble éprouver quelques difficultés à l écrit. Entoure les adjectifs de couleur (il y en

Plus en détail

GESTION DE STOCKS AVEC CIEL GESTION COMMERCIALE

GESTION DE STOCKS AVEC CIEL GESTION COMMERCIALE GESTION DE STOCKS AVEC CIEL GESTION COMMERCIALE La gestion de stocks est complexe. Deux questions illustrent cette complexité : Première question : en supposant que le stock d un article comprenne 2 unités

Plus en détail

TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX. Le vice-président, juge des référés

TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX. Le vice-président, juge des référés 27/07 2011 16:36 FAX 0556995879 TRIBUNAL AOMIN BORDEAUX (g) 003/007 N _ TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX bm R ÉPU BLIQ U E FRANÇAISE M. M, Chemin Vice-président Juge des référés Audience du 27 juillet

Plus en détail

Note sur les procédures et moyens mis en œuvre par Bibliothèque et Archives nationales du Québec pour garantir la conservation, la restitution et l

Note sur les procédures et moyens mis en œuvre par Bibliothèque et Archives nationales du Québec pour garantir la conservation, la restitution et l Note sur les procédures et moyens mis en œuvre par Bibliothèque et Archives nationales du Québec pour garantir la conservation, la restitution et l accessibilité des archives décembre 2010 - 1-1. Mise

Plus en détail

TD : Codage des images

TD : Codage des images TD : Codage des images Les navigateurs Web (Netscape, IE, Mozilla ) prennent en charge les contenus textuels (au format HTML) ainsi que les images fixes (GIF, JPG, PNG) ou animée (GIF animée). Comment

Plus en détail

Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France

Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France Origine, composition des fonds d archives C est la loi Jourdan du 15 septembre 1798 qui substitue

Plus en détail

DECRET N 2014-288. fixant les attributions du Ministre de la Défense Nationale ainsi que l organisation générale de son Ministère.

DECRET N 2014-288. fixant les attributions du Ministre de la Défense Nationale ainsi que l organisation générale de son Ministère. MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONALE ------------- DECRET N 2014-288 fixant les attributions du Ministre de la Défense Nationale ainsi que l organisation générale de son Ministère. LE PREMIER MINISTRE, CHEF

Plus en détail

tableau : Louis Auguste de Bourbon, duc du Maine

tableau : Louis Auguste de Bourbon, duc du Maine tableau : Louis Auguste de Bourbon, duc du Maine rue du Palais Trévoux Dossier IM01000652 réalisé en 1991 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel Jourdan

Plus en détail

Initiation aux macro-commandes Excel 2007

Initiation aux macro-commandes Excel 2007 -1- Initiation aux macro-commandes Excel 2007 -2- Avertissement Ce document accompagne le cours qui a été conçu spécialement pour les stagiaires des cours de Denis Belot. Le cours a été réalisé en réponse

Plus en détail

FICHE DE PRESENTATION DE LA LEÇON. PREMIERE PARTIE : L ORIENT ANCIEN AU IIIe MILLENAIRE AVANT JC

FICHE DE PRESENTATION DE LA LEÇON. PREMIERE PARTIE : L ORIENT ANCIEN AU IIIe MILLENAIRE AVANT JC FICHE DE PRESENTATION DE LA LEÇON Ziggourat d Ur en Irak aujourd hui (source : internet). PREMIERE PARTIE : L ORIENT ANCIEN AU IIIe MILLENAIRE AVANT JC Comment sont organisées les premières civilisations

Plus en détail

Pourquoi venir en classe verte dans l Oise? Parce que notre département proche de Paris possède un patrimoine historique très riche et varié.

Pourquoi venir en classe verte dans l Oise? Parce que notre département proche de Paris possède un patrimoine historique très riche et varié. Pourquoi venir en classe verte dans l Oise? Parce que notre département proche de Paris possède un patrimoine historique très riche et varié. Quelques exemples de visites et découvertes : Chantilly (22

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE 1. Objet Champ d application Hungry Minds Un pas plus loin SA offre à ses clients un éventail complet de services en matière de communication (stratégie conseil création production).

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT1412044R Intitulé des textes : projet d ordonnance relative à la réforme du taux d intérêt légal et projet d arrêté fixant les catégories de prêts

Plus en détail

Dossier Technique Le Stylo Parchemin

Dossier Technique Le Stylo Parchemin Lucien L. 3 3 Collège marie Curie Dossier Technique Le Stylo Parchemin Année 2011-2012 - - 1/13 - - Sommaire - I- Introduction... p3 II- L analyse du besoin... p3 III- L étude de marché Contexte du projet...

Plus en détail

90 rue Jean-Jaurès Creil Dossier IA60001641 réalisé en 2006

90 rue Jean-Jaurès Creil Dossier IA60001641 réalisé en 2006 Ancienne fonderie de zinc Allary, puis usine de serrurerie (usine de coffres-forts) Fichet, puis garage de réparation automobile, puis dépôt d'autobus, puis entrepôt commercial 90 rue Jean-Jaurès Creil

Plus en détail

Connaissance et pratiques du «jeu du foulard» et autres jeux d apnée ou d évanouissement chez les enfants âgés de 6 à 15 ans

Connaissance et pratiques du «jeu du foulard» et autres jeux d apnée ou d évanouissement chez les enfants âgés de 6 à 15 ans Connaissance et pratiques du «jeu du foulard» et autres jeux d apnée ou d évanouissement chez les enfants âgés de 6 à 15 ans Une étude Ipsos Public Affairs / A.P.E.A.S Janvier 01 Nobody s Unpredictable

Plus en détail

Algorithmique et Programmation Projets 2012/2013

Algorithmique et Programmation Projets 2012/2013 3 Dames 3. Objectif Il s agit d écrire un programme jouant aux Dames selon les règles. Le programme doit être le meilleur possible. Vous utiliserez pour cela l algorithme α β de recherche du meilleur coup

Plus en détail

COORDINATION ENTRE LES REGIMES DE SECURITE SOCIALE EN

COORDINATION ENTRE LES REGIMES DE SECURITE SOCIALE EN COORDINATION ENTRE LES REGIMES DE SECURITE SOCIALE EN VIGUEUR DANS LES DEPARTEMENTS METROPOLITAINS OU D OUTRE MER OU DE SAINT-BARTHELEMY ET SAINT-MARTIN ET LES REGIMES DE SECURITE SOCIALE EN VIGUEUR A

Plus en détail

Introduction 5. Gestion des intervenants 6. Gestion des chantiers 10

Introduction 5. Gestion des intervenants 6. Gestion des chantiers 10 Introduction 5 Gestion des intervenants 6 Description 6 Importer un intervenant depuis de le carnet d adresse 7 Ajouter un intervenant 8 Modifier un intervenant 8 Supprimer un intervenant 8 Identifiant

Plus en détail

Les régimes de retraite de la branche 26

Les régimes de retraite de la branche 26 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 juin 2010-9 h 30 «L épargne retraite individuelle et collective» Document N 3 Document de travail, n engage pas le Conseil Les régimes de retraite

Plus en détail

ROZES René, Alexandre

ROZES René, Alexandre ROZES René, Alexandre Etat civil : Né le 23 décembre 1922 à Nuits-Saint-Georges (Côte-d Or). Famille : Fils de Alexandre Joseph Rozes, Commis des Postes (né le 13 mars 1896 à Premeaux, Côted Or) et de

Plus en détail

Rapport du jury de l examen professionnel de chargé d études documentaires principal

Rapport du jury de l examen professionnel de chargé d études documentaires principal Secrétariat Général Direction des Ressources Humaines Sous-direction du recrutement et de la mobilité Bureau des recrutements par concours RM 1 Rapport du jury de l examen professionnel de chargé d études

Plus en détail

A l heure de Pâques Equipe rouge : Les «monsieur et madame» branchés

A l heure de Pâques Equipe rouge : Les «monsieur et madame» branchés A l heure de Pâques Equipe rouge : Les «monsieur et madame» branchés Temps de Préparation : 2 h environ RECAPITULATIF Monsieur moustache : Œuf noir pulvérisé au flocage noir, moustache pâte amande orange

Plus en détail

BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS. L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage?

BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS. L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage? BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage? Car c est une impression d orage à venir que laisse la première

Plus en détail

La création d un livre pour enfants Projet pour le site Web Page par page : La création d un livre pour enfants de la Bibliothèque nationale du Canada

La création d un livre pour enfants Projet pour le site Web Page par page : La création d un livre pour enfants de la Bibliothèque nationale du Canada La création d un livre pour enfants Projet pour le site Web Page par page : La création d un livre pour enfants de la Bibliothèque nationale du Canada Les enfants sont exposés aux livres illustrés tôt

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPE1504726A Intitulé du texte : Arrêté portant modification de la convention type relative aux opérations de transfert de données fiscales effectuées

Plus en détail

Tests paramétriques de comparaison de 2 moyennes Exercices commentés José LABARERE

Tests paramétriques de comparaison de 2 moyennes Exercices commentés José LABARERE Chapitre 5 UE4 : Biostatistiques Tests paramétriques de comparaison de 2 moyennes Exercices commentés José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif?

Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif? Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif? Kim McPhail et Anastasia Vakos* L e système canadien de transfert des paiements de grande valeur (STPGV) sert à effectuer les paiements

Plus en détail

D'UN THÉORÈME NOUVEAU

D'UN THÉORÈME NOUVEAU DÉMONSTRATION D'UN THÉORÈME NOUVEAU CONCERNANT LES NOMBRES PREMIERS 1. (Nouveaux Mémoires de l'académie royale des Sciences et Belles-Lettres de Berlin, année 1771.) 1. Je viens de trouver, dans un excellent

Plus en détail

La pratique du coaching en France. Baromètre 2010

La pratique du coaching en France. Baromètre 2010 SFCoach : crée du lien entre le monde du travail et les professionnels de l accompagnement La pratique du coaching en France Baromètre 2010 Fondée en 1996 22, Bd Sébastopol 75004 Paris Association 1901

Plus en détail

Conseils au masculin, l harmonie des couleurs et des proportions selon Byraub

Conseils au masculin, l harmonie des couleurs et des proportions selon Byraub Conseils au masculin, l harmonie des couleurs et des proportions selon Byraub Extraits de l excellent blog du célèbre tailleur BYRAUD rue d Alger à Paris -1. Site : http://bespoke.blog.lemonde.fr/ «Si

Plus en détail

GUIDE POUR AGIR. Comment identifier ses. SAVOIR-FAIRE et. ses QUALITÉS J ORGANISE MA RECHERCHE. Avec le soutien du Fonds social européen

GUIDE POUR AGIR. Comment identifier ses. SAVOIR-FAIRE et. ses QUALITÉS J ORGANISE MA RECHERCHE. Avec le soutien du Fonds social européen GUIDE POUR AGIR Comment identifier ses SAVOIR-FAIRE et ses QUALITÉS J ORGANISE MA RECHERCHE Avec le soutien du Fonds social européen Identifier ses savoir-faire et ses qualités, pour quoi faire? Vous ne

Plus en détail

Conditions générales SOUSCRIPTION EN LIGNE DU CONTRAT D ASSURANCE HABITATION

Conditions générales SOUSCRIPTION EN LIGNE DU CONTRAT D ASSURANCE HABITATION Conditions générales SOUSCRIPTION EN LIGNE DU CONTRAT D ASSURANCE HABITATION SOMMAIRE 1 ère PARTIE - INFORMATIONS LÉGALES 3 2 ème PARTIE - CHAMP D APPLICATION DES CONDITIONS GÉNÉRALESDE SOUSCRIPTION EN

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/GE.20/2008/3 12 février 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS EUROPÉENS Réunion

Plus en détail