IMAGERIE DES NUAGES DE GAZ TOXIQUE OU COMBUSTIBLE : SECOND SIGHT TC

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "IMAGERIE DES NUAGES DE GAZ TOXIQUE OU COMBUSTIBLE : SECOND SIGHT TC"

Transcription

1 IMAGERIE DES NUAGES DE GAZ TOXIQUE OU COMBUSTIBLE : SECOND SIGHT TC 1. Introduction Le groupe Bertin est spécialisé dans la conception et la fourniture de systèmes innovants pour l industrie, la défense et la santé. Bertin Technologies a développé un système de télédétection optique de gaz utilisant l imagerie infrarouge multi spectrale, qui permet de visualiser en temps réel le nuage de gaz et son évolution. Cette technologie a été développée initialement en partenariat avec la DGA, pour répondre au besoin d alerte et de détection précoce d une menace chimique. Suite à cette demande, une version civile a été déclinée, avec pour but à la fois la surveillance de sites industriels de type Seveso et la surveillance de sites publics de type métro, tunnels, sous terrains... Cette version civile a donc pour but de proposer aux industriels, aux collectivités locales et à la sécurité civile un nouveau moyen d améliorer la protection des populations. Ce système permet d adresser les risques liés à la propagation anormale d un gaz pouvant générer des dégâts (explosion, contamination chimique, pollution ) sur les populations exposées. C est dans cette perspective que Bertin mène bon nombre d actions afin de promouvoir cette nouvelle technologie, le but ultime étant de permettre aux industriels et à l Etat d élever un peu plus son niveau de protection contre un éventuel accident. 2. Caractéristiques principales du système Second Sight TC utilise une technologie de caméra infrarouge non refroidie à base de matrice de micro bolomètres. Ce type de technologie est particulièrement bien adapté pour des systèmes autonomes de surveillance en fonctionnement permanent sur de longues durées. Le système acquiert des images séquentiellement au travers de filtres spécifiques, afin d effectuer une analyse multi spectrale de la scène. Les algorithmes traduisent alors ces données numériques en images 2D directement compréhensibles par un opérateur standard. Les principales caractéristiques de Second Sight TC sont : Fonctionnement continu (jour et nuit) Visualisation 2D du nuage en temps réel : o Mise à jour de la mesure < 2 secondes o Alarme < 5 secondes 3 versions de caméra : o Portée de surveillance de 500m / 1000m / 2000 m o Champs de vision de 60 / 30 / 12 Sensibilité fonction des gaz, par exemple : o 5000 ppm.m pour le méthane ou le butane o 500 ppm.m pour le 1,3-butadiène o 40 ppm.m pour l hexafluorure de soufre (SF 6 )

2 Capacité à détecter l ensemble des gaz à effet de serre (quelques exemples : Dioxyde de soufre, Ammoniac, Benzène, hydrocarbures, SF 6, toxiques industriels, oxyde d éthylène ) Déploiement en réseau (plusieurs caméras reliées au poste de surveillance) ce qui permet de couvrir de larges zones industrielles avec une grande fiabilité Figure 2 : Second Sight TC en réseau Le système peut être interrogé à distance à l aide d une interface homme machine sur PC portable. Plusieurs Second Sight TC pourront être déployées sur un site, et être reliées via Ethernet à un poste de supervision central, comme schématisé sur la figure ci-dessus. 3. Essais réels Le procédé de détection a fait l objet d un retour d expérience important, et notamment dans des environnements (conditions atmosphériques, températures, fonds de scène naturels ou industriels, présence d individus ou de véhicules ) représentatifs des différents contextes d exploitation du système. Second Sight TC a été testé sur plusieurs sites pétrochimiques. Ces essais ont permis de valider sa robustesse de fonctionnement en milieu industriel sur de longues périodes de surveillance, ainsi que sa capacité de détection de plusieurs types de gaz toxiques ou explosifs rencontrés fréquemment en milieu pétrochimique. La vidéo jointe à ce document correspond à des tests réalisés sur un site pétrochimique, il s agit ici d une purge volontaire de gaz propylène. Le nuage de gaz est visualisé en fausses couleurs correspondant aux concentrations mesurées, avec par ordre croissant de concentrations le vert, le jaune et enfin le rouge.

3 Figure 3 : Image extraite de la vidéo propylène.wmv 4. Actions de l année passée Le développement d un partenariat commercial avec General Monitors et AutoChim en France a été un axe fort de la volonté de Bertin de renforcer sa présence dans le domaine de la sécurité industrielle. En effet, ces entreprises sont déjà fortement présentes dans ce domaine et Bertin souhaitait mettre à profit de leur connaissance du marché pour promouvoir ce système de visualisation de nuages de gaz. Ces partenariats ont pour le moment donné lieu à l organisation de formations des équipes à ce nouveau produit afin qu ils puissent promouvoir cette technologie en France et à l étranger. Une série d essais a été menée chez différents industriels du domaine de la pétrochimie française pour sécuriser leur installation ainsi que des infrastructures utilisées par les populations (type voies ferrées, autoroutes, zone commerciales, zone industrielles ). Ces essais devraient selon toute vraisemblance se conclure par l acquisition par ces sociétés du système. Aussi une démarche d obtention de norme pour le marché Nord Américain a été menée en Le but était bien sûr de se donner les moyens de se développer sur le marché outre atlantique, et ainsi acquérir une reconnaissance opérationnelle du système de visualisation et donc offrir encore plus de crédibilité à cette technologie en matière de sécurité industrielle. 5. Marchés visés : la réduction du risque industriel pour les populations Les actions à venir pour la promotion de ce produit sont nombreuses et ont pour but de mieux protéger les populations et d améliorer la sécurité industrielle. Les marchés visés sont les suivants : Les principaux sites Seveso en France

4 Les collectivités locales souhaitant augmenter le niveau de sécurité (fuite de gaz pouvant générer des explosions, contaminations ou pollution sur une zone habitée) Les industriels du secteur de la pétrochimie/gaz (Oil&Gas) qui sont susceptibles de vouloir améliorer le niveau de surveillance de leurs installations dans le but de prévenir et d anticiper les conséquences d une hypothétique fuite. Les organes de la sécurité civile (type pompiers) qui peuvent être amenés à surveiller ou inspecter une zone en temps réel pour détecter et analyser la présence d un gaz dans un lieu (zone sous terraine type métro, immeuble ). C est auprès de ces structures étatiques ou industrielles que les équipes de Bertin vont mener un grand nombre d actions dans les mois qui viennent. La participation à de nombreux salons (comme Gastech en Mai 2009) va venir par exemple nous aider à informer industriels et étatiques sur les capacités de ce système. 4. Principe de la détection Le système travaille avec une caméra infrarouge capable de détecter les rayonnements thermiques de longueur d onde comprise entre 8 et 14µm (micromètre). Dans cette gamme de longueur d onde : tous les objets à la température ambiante émettent du rayonnement infrarouge et c est dans cette gamme que le flux infrarouge est maximal, l air présente une absorption très faible, c est ce que l on appelle une fenêtre de transmission de l atmosphère, et enfin, presque tous les gaz absorbent une partie du rayonnement infrarouge, par exemple, quasiment tous les COV (Composés Organiques Volatils) possèdent une ou plusieurs raies d absorption qui se situent dans cette bande de longueur d onde. Second Sight TC utilise donc le fond de scène comme source infrarouge, et un algorithme de traitement d images permet de mettre en évidence la présence d un nuage de gaz sur la ligne de visée. L évaluation de la quantité de gaz présente est réalisée par traitement numérique des images infrarouges triplement différentiel : dans les domaines spatial, spectral, et temporel. La différentiation spatiale permet notamment de s affranchir de l émission infrarouge du nuage de gaz afin de ne tenir compte que de sa transmission. Notamment cette caractéristique maintient la capacité de détection même lorsque le gaz est à la température ambiante. La différentiation spectrale exploite la signature spectrale du gaz, qui est analysée grâce à l utilisation successive de plusieurs filtres : Le filtre de référence qui, éliminant la raie d absorption du gaz, permet de caractériser le fond de scène. Le filtre de mesure qui, incluant la zone d absorption du gaz, permet d obtenir un signal modifié par l éventuelle présence du gaz. La comparaison des deux images permet d obtenir un coefficient correspondant à la concentration du nuage de gaz intégrée sur la distance d observation.

5 Enfin, le couplage des différentiations spatiale, spectrale et de leur cohérence temporelle permet de s affranchir des fausses alertes et autres détections intempestives, afin d atteindre le niveau de fiabilité nécessaire pour une surveillance 24 heures sur Conclusion Les essais réalisés avec Second Sight TC montrent que cette technologie permet notamment de répondre à des exigences de surveillance à distance et en continu d une zone à risque, et ce pour différents environnements d exploitation. La capacité à visualiser en temps réel le nuage détecté, qui en règle générale est invisible à l œil nu, est un atout à la fois pour localiser la menace ou le risque, mais aussi suivre son évolution, facilitant ainsi l interprétation et la gestion de la situation. La compacité du système Second Sight TC, sa simplicité de mise en œuvre et d entretien, et son faible coût de possession, rend cette technologie attractive à la fois pour des problématiques, de sécurité civile, mais aussi pour la surveillance de sites industriels à des fins de sécurité : plate forme de production, raffinerie, stockage de produits toxiques ou inflammables.

Partie 1. Demande d autorisation d exploiter. Résumé non technique

Partie 1. Demande d autorisation d exploiter. Résumé non technique POWEO TOUL PRODUCTION Partie 1 Demande d autorisation d exploiter Résumé non technique DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER UNE NOUVELLE INSTALLATION DE PRODUCTION D ELECTRICITE 48-AO0102-APS/G.06/0001

Plus en détail

Detcon Inc. Détectez la Différence. www.detcon.com. ISO 9001: 2000 Certified. detcon inc.

Detcon Inc. Détectez la Différence. www.detcon.com. ISO 9001: 2000 Certified. detcon inc. PO Box 8067 The Woodlands, TX 77387 888-367-4286 (toll free) 281-367-4100 281-292-2860 (fax) sales@detcon.com Detcon Inc. Détectez la Différence detcon inc. Catalog #CB-0207FR www.detcon.com ISO 9001:

Plus en détail

PLAN DE PRÉVENTION. 1 Entreprise utilisatrice... Nature :... Lieu :... Début des travaux :... Fin des travaux :...

PLAN DE PRÉVENTION. 1 Entreprise utilisatrice... Nature :... Lieu :... Début des travaux :... Fin des travaux :... PLAN DE PRÉVENTION Objectif : Le plan de prévention permet de limiter les risques liés à la coactivité des personnes présentes sur le lieu d une intervention. Il est réalisé à l issue d une visite préalable

Plus en détail

Procédé de détection de gaz par imagerie infrarouge

Procédé de détection de gaz par imagerie infrarouge Procédé de détection de gaz par imagerie infrarouge Après les détecteurs de gaz ponctuels et linéaires, voici un procédé de détection qui donne enfin une image du nuage. 1 Introduction L actualité récente

Plus en détail

DÉBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ÉNERGETIQUE

DÉBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ÉNERGETIQUE DÉBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ÉNERGETIQUE CONTRIBUTIONS PRÉLIMINAIRES DE LA FF3C AUX RÉFLEXIONS DU GROUPE DE CONTACT DES ENTREPRISES DE L ÉNERGIE Préambule La distribution d énergies hors réseaux (carburants

Plus en détail

A. TOUZANI, Maroc. Key words: RÉSUMÉ

A. TOUZANI, Maroc. Key words: RÉSUMÉ L apport des outils spatiaux dans la mise à niveau de la cartographie rurale et urbaine en Afrique. Exemple, la formation poste graduée en technologie spatiale au CRASTE-LF A. TOUZANI, Maroc Key words:

Plus en détail

Fiabilité et pertinence des données Floating Car Data. dans le cas d études de trafic routier

Fiabilité et pertinence des données Floating Car Data. dans le cas d études de trafic routier Fiabilité et pertinence des données Floating Car Data dans le cas d études de trafic routier Introduction Les études de trafic nécessitent des données d entrées, et notamment : - Des données de comptage

Plus en détail

Exercice du Plan Particulier d Intervention (P.P.I.) Butagaz Arnage. Mercredi 24 juin 2015

Exercice du Plan Particulier d Intervention (P.P.I.) Butagaz Arnage. Mercredi 24 juin 2015 Exercice du Plan Particulier d Intervention (P.P.I.) Butagaz Arnage Mercredi 24 juin 2015 Contact presse : Tél : 02.43.39.71.74/02.43.39.70.22/06.07.40.52.54 www.sarthe.gouv.fr Suivez l actualité de l'état

Plus en détail

Nitrate d ammonium et catastrophe industrielle à Toulouse

Nitrate d ammonium et catastrophe industrielle à Toulouse Nitrate d ammonium et catastrophe industrielle à Toulouse Risque majeur étudié : risque industriel Niveau : 2 nde professionnelle (fiche testée par des élèves de 2 nde MIP métiers des industries de procédés)

Plus en détail

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm. février 2013 Année 2012-2013 DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.fr Test de connaissances 1. Quelle est la caractéristique des

Plus en détail

Service Prévention des Risques Professionnels. 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09

Service Prévention des Risques Professionnels. 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09 CAISSE RÉGIONALE D ASSURANCE MALADIE RHÔNE -ALPES Service Prévention des Risques Professionnels 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09 FT 1022 OCTOBRE

Plus en détail

EPREUVES D ADMISSION

EPREUVES D ADMISSION CONCOURS GENERAL DES LYCEES SESSION 2003 SCIENCES ET TECHNIQUES INDUSTRIELLES GENIE ELECTRIQUE (Classe de terminale STI) ELECTROTECHNIQUE EPREUVES D ADMISSION TP3 Automatismes 1. Mise en situation. Un

Plus en détail

CAMPAGNE DE MESURE DE LA QUALITE DE L AIR AUX ABORDS DE LA RN126 CASTRES-SOUAL

CAMPAGNE DE MESURE DE LA QUALITE DE L AIR AUX ABORDS DE LA RN126 CASTRES-SOUAL CAMPAGNE DE MESURE DE LA QUALITE DE L AIR AUX ABORDS DE LA RN126 CASTRES-SOUAL Dans le cadre du projet d aménagement de la liaison routière RN126 Castres-Soual, la Direction Départementale de l Equipement

Plus en détail

Qualité et sécurité ferroviaire : de la sécurité à la fiabilité

Qualité et sécurité ferroviaire : de la sécurité à la fiabilité Qualité et sécurité ferroviaire : de la sécurité à la fiabilité Président : René Amalberti, Conseiller santé MACSF, président du groupe opérationnel du Prédit «Qualité et sécurité des systèmes de transport»

Plus en détail

évaluation Commune du Robert 2014 à janvier 2015 mesures du dioxyde d azote novembre

évaluation Commune du Robert 2014 à janvier 2015 mesures du dioxyde d azote novembre ASSOCIATION RÉGIONALE DE SURVEILLANCE DE LA QUALITÉ DE L AIR évaluation de la qualité de l air mesures du dioxyde d azote par tubes passifs Commune du Robert novembre 2014 à janvier 2015 Parution : Avril

Plus en détail

DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 15 décembre 2015

DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 15 décembre 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 15 décembre 2015 N/Réf. : CODEP-CAE-2015-046250 Monsieur le Directeur de l établissement AREVA NC de La Hague 50 444 BEAUMONT-HAGUE CEDEX

Plus en détail

Arrêté du 15/09/09 relatif à l entretien annuel des chaudières dont la puissance nominale est comprise entre 4 et 400 kilowatts

Arrêté du 15/09/09 relatif à l entretien annuel des chaudières dont la puissance nominale est comprise entre 4 et 400 kilowatts Arrêté du 15/09/09 relatif à l entretien annuel des chaudières dont la puissance nominale est comprise entre 4 et 400 kilowatts (JORF n 253 du 31 octobre 2009) NOR : DEVE0918467A Vus Le ministre d Etat,

Plus en détail

CONFINEMENT ET RÉTENTION DES EAUX PLUVIALES SUR REMBLAI EN SOLS POLLUÉS

CONFINEMENT ET RÉTENTION DES EAUX PLUVIALES SUR REMBLAI EN SOLS POLLUÉS CONFINEMENT ET RÉTENTION DES EAUX PLUVIALES SUR REMBLAI EN SOLS POLLUÉS CONTAINMENT AND RETENTION OF STORM WATER CONTAMINATED LAND FILL Pierre GENDRIN 1, Katy SARDAIN 2 1 GEOROUTE Ingénierie, France 2

Plus en détail

Bilan des émissions pour la Ville de Paris Rendu 2010 (Données de Base année 2007)

Bilan des émissions pour la Ville de Paris Rendu 2010 (Données de Base année 2007) Bilan des émissions pour la Ville de Paris Rendu 2010 (Données de Base année 2007) AIRPARIF réalise des bilans annuels d émissions dans le cadre des missions qui lui sont confiées par son Conseil d Administration.

Plus en détail

ENTRAÎNEMENT EN CONDITIONS RÉELLES DE GESTION DES INCIDENTS NRBC ET MATIÈRES DANGEREUSES FORMER PRÉPARER AGIR

ENTRAÎNEMENT EN CONDITIONS RÉELLES DE GESTION DES INCIDENTS NRBC ET MATIÈRES DANGEREUSES FORMER PRÉPARER AGIR Leaders mondiaux dans les systèmes de formation aux incidents NRBC/Matières Dangereuses ENTRAÎNEMENT EN CONDITIONS RÉELLES DE GESTION DES INCIDENTS NRBC ET MATIÈRES DANGEREUSES FORMER PRÉPARER AGIR INTRODUCTION

Plus en détail

PipePatrol. Système de détection et de localisation de fuites

PipePatrol. Système de détection et de localisation de fuites PipePatrol Système de détection et de localisation de fuites Le système de détection de fuite interne le plus sensible disponible Fiabilité exceptionnelle grâce à la «reconnaissance des signatures de fuite»

Plus en détail

Contexte. Quelle démarche pour vous raccorder à notre réseau de transport de gaz naturel?

Contexte. Quelle démarche pour vous raccorder à notre réseau de transport de gaz naturel? Quelle démarche pour vous raccorder à notre réseau de transport de gaz naturel? 1.0 1 er mars 2010 1 er mars 2010 Création Page 2 sur 8 Sommaire 1 VOTRE PROJET... 3 2 NOTRE RESEAU... 3 3 CONTACTS... 4

Plus en détail

Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) EXPLOSION SUR LES LIEUX DE TRAVAIL

Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) EXPLOSION SUR LES LIEUX DE TRAVAIL Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) EXPLOSION SUR LES LIEUX DE TRAVAIL Introduction La présente fiche traite du risque d explosion susceptible d

Plus en détail

THERMOGRAPHIE Nouvelles caméras thermiques testo 876 et testo 882 VOIR PLUS

THERMOGRAPHIE Nouvelles caméras thermiques testo 876 et testo 882 VOIR PLUS Information Presse Octobre 2010 THERMOGRAPHIE Nouvelles caméras thermiques testo 876 et testo 882 VOIR PLUS Les caméras thermiques scannent les équipements de production et les bâtiments afin de transformer

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

Profil d études détaillé. Section : Electromécanique Finalité : Climatisation et techniques du froid

Profil d études détaillé. Section : Electromécanique Finalité : Climatisation et techniques du froid Section : Electromécanique Finalité : Climatisation et techniques du froid Page1/6 1. Introduction L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant. Celui-ci trouvera

Plus en détail

Conditions techniques pour le raccordement des producteurs aux réseaux publics d électricité en France Les prescriptions administratives Résumé

Conditions techniques pour le raccordement des producteurs aux réseaux publics d électricité en France Les prescriptions administratives Résumé Conditions techniques pour le raccordement des producteurs aux réseaux publics d électricité en France Les prescriptions administratives Résumé Philippe Cruchon Secrétariat d État à l industrie, Service

Plus en détail

Procédure: L acces aux espaces confines

Procédure: L acces aux espaces confines Table des matières 1 Objectif...1 2 Champ d application...1 3 Définitions...1 4 Flowchart...1 5 Procére...1 5.1 Méthode...1 5.2 Mesures de gaz...2 5.3 Surveillance au trou d homme...3 5.4 Le soudage, le

Plus en détail

Des solutions Frigoporteurs / Caloporteurs pour Réfrigération / Chauffage / EnR Greenway, une innovation durable

Des solutions Frigoporteurs / Caloporteurs pour Réfrigération / Chauffage / EnR Greenway, une innovation durable Des solutions Frigoporteurs / Caloporteurs pour Réfrigération / Chauffage / EnR Greenway, une innovation durable Sommaire 1. Innovation Greenway L être humain et les ressources naturelles Pourquoi changer?

Plus en détail

Détecteur de fuite de gaz, sans fil

Détecteur de fuite de gaz, sans fil Détecteur de fuite de gaz, sans fil Introduction Le détecteur de fuite de gaz sans fil de SEPTAM détecte un mélange d air et de gaz combustible (gaz naturel, méthane, propane et butane). Sur détection

Plus en détail

RESUME DU PLAN REGIONAL POUR LA QUALITE DE L AIR

RESUME DU PLAN REGIONAL POUR LA QUALITE DE L AIR RESUME DU PLAN REGIONAL POUR LA QUALITE DE L AIR Février 2010 1. CONTEXTE La Loi sur l Air et l Utilisation Rationnelle de l Energie (LAURE) n 96-1236 du 30 décembre 1996 et son décret d application du

Plus en détail

Siemens SA Dulle-Grietlaan 17 B-9050 Gentbrugge Phone +32 (0)9 272 73 40 Fax +32 (0)9 272 73 50 www.siemens.be www.siemens.

Siemens SA Dulle-Grietlaan 17 B-9050 Gentbrugge Phone +32 (0)9 272 73 40 Fax +32 (0)9 272 73 50 www.siemens.be www.siemens. Siemens SA Dulle-Grietlaan 17 B-9050 Gentbrugge Phone +32 (0)9 272 73 40 Fax +32 (0)9 272 73 50 www.siemens.be www.siemens.com/homesecurity Ce document fournit une description générale des options techniques

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Direction générale des entreprises

MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Direction générale des entreprises 1 sur 6 28/03/2008 17:10 Texte non paru au Journal officiel 1144 MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Direction générale des entreprises Direction de l action régionale, de la qualité

Plus en détail

BADORIS - Document de synthèse relatif à une Barrière Technique de Sécurité (B.T.S.) Détecteur de flamme DRA-12-125696-06440A

BADORIS - Document de synthèse relatif à une Barrière Technique de Sécurité (B.T.S.) Détecteur de flamme DRA-12-125696-06440A BADORIS - Document de synthèse relatif à une Barrière Technique de Sécurité (B.T.S.) Détecteur de flamme DRA-12-125696-06440A Document de synthèse relatif à une Barrière Technique de Sécurité (B.T.S.)

Plus en détail

Une représentation 3D et très haute définition de la Qualité de l Air Une approche des pollutions à une échelle micro pour une meilleure gestion de

Une représentation 3D et très haute définition de la Qualité de l Air Une approche des pollutions à une échelle micro pour une meilleure gestion de Une représentation 3D et très haute définition de la Qualité de l Air Une approche des pollutions à une échelle micro pour une meilleure La qualité de l air à différentes échelles La qualité de l air peut

Plus en détail

LE BON CHOIX. UN PARTENARIAT INTELLIGENT. Des services pertinents

LE BON CHOIX. UN PARTENARIAT INTELLIGENT. Des services pertinents Des services pertinents UN PARTENARIAT INTELLIGENT Nous avons plus de 100 ans d expérience dans l'innovation en matière d'imagerie et de technologies de l information destinées aux soins de santé. Notre

Plus en détail

Sécurité industrielle 70%

Sécurité industrielle 70% Sécurité industrielle 70% de PPRT approuvés (285 sur 407 PPRT à l échelle nationale). L objectif du Ministère de l Ecologie est d approuver 95% des PPRT à fin 2014. La gestion de la sécurité et son amélioration

Plus en détail

Programme Pédagogique National du DUT «hygiène-sécuritéenvironnement

Programme Pédagogique National du DUT «hygiène-sécuritéenvironnement Programme Pédagogique National du DUT «hygiène-sécuritéenvironnement» Présentation des semestres 1/7 Tableau A : tableau synthétique des modules et des Unités d'enseignement (UE) par semestre UE Thème+

Plus en détail

Guide des réseaux convergents à lignes groupées SIP destiné aux responsables des TI. Document de présentation technique d Allstream

Guide des réseaux convergents à lignes groupées SIP destiné aux responsables des TI. Document de présentation technique d Allstream Guide des réseaux convergents à lignes groupées SIP destiné aux responsables des TI Document de présentation technique d Allstream Table des matières Introduction 3 Architecture de réseau SIP 4 Avantages

Plus en détail

LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MICROPOLLUANTS DANS LES EAUX USÉES

LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MICROPOLLUANTS DANS LES EAUX USÉES LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MICROPOLLUANTS DANS LES EAUX USÉES Novembre 2014 Le terme micropolluants désigne des substances, d origine naturelle ou synthétique, susceptibles d avoir une action toxique

Plus en détail

La réglementation. en Région Bruxelles-Capitale. Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB

La réglementation. en Région Bruxelles-Capitale. Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB La réglementation climatisation PEB en Région Bruxelles-Capitale Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB SOMMAIRE LE CONTEXTE CHIFFRES CLES DE LA CLIMATISATION A BRUXELLES

Plus en détail

Information sur la protection face au risque d arc électrique

Information sur la protection face au risque d arc électrique Information sur la protection face au risque d arc électrique Chatillon sur Chalaronne, Mai 2014 Introduction De plus en plus fréquemment, la problématique de protection oculaire et faciale des sapeurs

Plus en détail

(Photo: Inondations a Madagascar à la suite du cyclone Bingiza en provenance de l Océan Indien, février 2011)

(Photo: Inondations a Madagascar à la suite du cyclone Bingiza en provenance de l Océan Indien, février 2011) 1 (Photo: Inondations a Madagascar à la suite du cyclone Bingiza en provenance de l Océan Indien, février 2011) INTRODUCTION Madagascar est le pays d Afrique le plus exposé aux chocs climatiques. Il est

Plus en détail

Architecture d entreprise gouvernementale 3.0

Architecture d entreprise gouvernementale 3.0 Avis au lecteur sur l accessibilité : Ce document est conforme au standard du gouvernement du Québec SGQRI 008-02 (SGQRI 008-03, multimédia : capsules d information et de sensibilisation vidéo) afin d

Plus en détail

DISPOSITIF D APPEL POUR TRAVAILLEUR ISOLE ENSEMBLE SECURISONS VOTRE AVENIR

DISPOSITIF D APPEL POUR TRAVAILLEUR ISOLE ENSEMBLE SECURISONS VOTRE AVENIR DISPOSITIF D APPEL POUR TRAVAILLEUR ISOLE ENSEMBLE SECURISONS VOTRE AVENIR 2 TEXTES RELATIFS AUX TRAVAILLEURS ISOLES Code du travail Art R237-10 du décret du 20/02/92 : le chef de l entreprise intervenante

Plus en détail

1. LE SAUVETAGE-SECOURISME DU TRAVAIL

1. LE SAUVETAGE-SECOURISME DU TRAVAIL ANNEXE 2b MODULE de FORMATION SST Complémentaire de l unité d enseignement «Prévention et secours civiques de niveau 1 (PSC 1)» Ce module de formation complémentaire est destiné aux salariés ayant suivi

Plus en détail

Une excellente année pour l immobilier et le crédit?

Une excellente année pour l immobilier et le crédit? 2016 Une excellente année pour l immobilier et le crédit? Le marché de l immobilier est reparti! Oui! Le nombre de transactions atteint en 2015 - en hausse de 17% par rapport à 2014 selon les prévisions

Plus en détail

Formation à distance pour les examens professionnels fédéraux en informatique

Formation à distance pour les examens professionnels fédéraux en informatique Formation à distance pour les examens professionnels fédéraux en informatique Brevet fédéral d informaticienne en technique des systèmes et réseaux TIC Brevet fédéral d informaticienne de gestion 1. :

Plus en détail

La nouvelle dimension dans la détection incendie: Sinteso TM de Siemens

La nouvelle dimension dans la détection incendie: Sinteso TM de Siemens s La nouvelle dimension dans la détection incendie: Sinteso TM de Siemens Un seul mot d ordre pour la protection des personnes et des biens: Siemens Quand protection incendie rime avec qualité de vie L

Plus en détail

Instrum : BTS1 1-a Capteur, transmetteur et environnement Cours n 12 Atex ATEX (Atmosphères Explosives) Page 1 sur 5

Instrum : BTS1 1-a Capteur, transmetteur et environnement Cours n 12 Atex ATEX (Atmosphères Explosives) Page 1 sur 5 Atex ATEX (Atmosphères Explosives) Page 1 sur 5 1 Définition d'une Atex Une atmosphère explosive (ATEX) est un mélange avec l air, dans les conditions atmosphériques, de substances inflammables sous forme

Plus en détail

DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE 1 AUyz

DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE 1 AUyz DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE 1 AUyz Caractère et vocation de la zone Il s agit d une zone destinée à l accueil d activités économiques, notamment d activités commerciales, tertiaires, de services

Plus en détail

Les détecteurs de fumée sauvent des vies.

Les détecteurs de fumée sauvent des vies. Les détecteurs de fumée sauvent des vies. La plupart des victimes d incendies se font suprendre la nuit, pendant leur sommeil. Les victimes ne périssent en général pas par les flammes, 90 % d entre elles

Plus en détail

Protection du service de lignes groupées SIP aux fins de la poursuite des activités

Protection du service de lignes groupées SIP aux fins de la poursuite des activités Protection du service de lignes groupées SIP aux fins de la poursuite des activités Document de présentation technique d Allstream 1 Table des matières L importance des lignes groupées SIP 1 La question

Plus en détail

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Processus Activité Attitudes / comportements Capacités Connaissances Définition de l idée Utilise des méthodes et des techniques d évaluation

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Arrêté du 17 octobre 2007 modifiant l arrêté du 2 mai 2002 modifié relatif aux prescriptions

Plus en détail

AgroDome. La solution innovante pour le stockage des cultures. www.duol-france.com

AgroDome. La solution innovante pour le stockage des cultures. www.duol-france.com AgroDome La solution innovante pour le stockage des cultures www.duol-france.com SOLUTION INNOVANTE Doul a développé une solution innovante dans le domaine du stockage des cultures - Agrodome. AgroDome

Plus en détail

L impératif de l innovation : la conception agile dans le secteur de l automobile

L impératif de l innovation : la conception agile dans le secteur de l automobile L impératif de l innovation : la conception agile dans le secteur de l automobile Le secteur de l automobile est l un des plus importants au monde. Il dépense plus de 100 milliards de dollars par an en

Plus en détail

Fontenay-aux-Roses, le 24 juillet 2014. Monsieur le Président de l Autorité de sûreté nucléaire

Fontenay-aux-Roses, le 24 juillet 2014. Monsieur le Président de l Autorité de sûreté nucléaire Fontenay-aux-Roses, le 24 juillet 2014 Monsieur le Président de l Autorité de sûreté nucléaire Avis/IRSN N 2014-00290 Objet : Institut Laue-Langevin - Réacteur à haut flux (INB n 67) Mise en service partielle

Plus en détail

LES SOLUTIONS GAZ DE CAT

LES SOLUTIONS GAZ DE CAT LES SOLUTIONS GAZ DE CAT 97 MW Cat fonctionnant au Gaz de Mine de Charbon en Nouvelle-Galles du sud, Australie DES SOLUTIONS ÉNERGÉTIQUES INTELLIGENTES De la production combinée de chaleur et d électricité

Plus en détail

ANALYSE MULTI SPECTRALE - PLATE FORME 21

ANALYSE MULTI SPECTRALE - PLATE FORME 21 ANALYSE MULTI SPECTRALE - PLATE FORME 21 JANVIER 2011 RÉUNION DE PRESENTATION N OUVELLES APPLIC ATIO N S TEC HNO L OGI QUE S EN MATIÈRE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE Jean Claude BARRÉ, TCC SAS Présentation

Plus en détail

CEA/SACLAY DEPARTEMENT DES TECHNOLOGIES DES SYSTEMES INTELLIGENTS SERVICE ARCHITECTURES ET CONCEPTION

CEA/SACLAY DEPARTEMENT DES TECHNOLOGIES DES SYSTEMES INTELLIGENTS SERVICE ARCHITECTURES ET CONCEPTION Laboratoire Systèmes de Vision Embarqués CEA/SACLAY DEPARTEMENT DES TECHNOLOGIES DES SYSTEMES INTELLIGENTS SERVICE ARCHITECTURES ET CONCEPTION RT LIST DTSI - LSVE CEA/SACLAY 91191 GIF-SUR-YVETTE CEDEX

Plus en détail

ECOLE D ARZEW (EAZ) SECURITE INDUSTRIELLE

ECOLE D ARZEW (EAZ) SECURITE INDUSTRIELLE ECOLE D ARZEW (EAZ) INDEX THEMES DUREE PERIODE ZSEC 01 ZSEC 02 EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS EN ENTREPRISE ANALYSE DES ACCIDENTS DE TRAVAIL PAR METHODE DE L ARBRE DES CAUSES 05 Jours 05 Jours ZSEC

Plus en détail

CQP Animation d équipe option maintenance. Référentiel de compétences

CQP Animation d équipe option maintenance. Référentiel de compétences CQP Animation d équipe option maintenance Référentiel de compétences Le CQP Animation équipe présente deux options : Production Maintenance Ce document présente le CQP Animation d équipe option maintenance

Plus en détail

"le développement durable vise à concilier efficacité économique, respect de l'environnement et équité sociale" DÉVELOPPEMENT DURABLE

le développement durable vise à concilier efficacité économique, respect de l'environnement et équité sociale DÉVELOPPEMENT DURABLE "le développement durable vise à concilier efficacité économique, respect de l'environnement et équité sociale" DÉVELOPPEMENT DURABLE 30 Exemples de bonnes pratiques Développement durable 31 Saut technologique

Plus en détail

Haute école spécialisée bernoise Technique et informatique Technique automobile. Laboratoire de mécatronique

Haute école spécialisée bernoise Technique et informatique Technique automobile. Laboratoire de mécatronique Laboratoire de mécatronique Utilisation du véhicule avec la vision du développement durable Les quatre points suivants sont parmi les plus importants à prendre en compte : Consommation d énergie : - Consommation

Plus en détail

Ouverture au monde quantique

Ouverture au monde quantique Ouverture au monde quantique I Les forces newtoniennes Les forces d interaction gravitationnelle et électrostatique ont une propriété commune : leur 1 valeur est proportionnelle à, où r représente la distance

Plus en détail

Détection localisation de fuites : concept résistif

Détection localisation de fuites : concept résistif 1 Détection localisation de fuites : concept résistif Introduction La détection localisation de fuites liquides préoccupe de plus en plus l industrie. Il convient de dire que juste pour l eau potable,

Plus en détail

Activité expérimentale

Activité expérimentale STi2D STL Thème Santé Activité expérimentale Les dangers du laser pour les yeux THÈME du programme : SANTÉ Sous thème : prévention et soin. Type d activité : Activité documentaire (1,5h) Les dangers du

Plus en détail

Catalogue des formations - FMG CONSEIL FORMATION 2015-2016

Catalogue des formations - FMG CONSEIL FORMATION 2015-2016 MANAGEMENT ET TRAITEMENT DES RISQUES EN ENTREPRISE Catalogue des formations - FMG CONSEIL FORMATION 2015-2016 L INGENIEUR OU RESP. ENVIRONNEMENT I FMG CONSEIL FORMATION I 2015-2016 Maîtriser les normes

Plus en détail

Accompagnement. à la certification MASE

Accompagnement. à la certification MASE Accompagnement à la certification MASE Le MASE pour quoi? Historique du MASE Novembre 1992, l explosion à la raffinerie TOTAL de la Mède sur l étang de Berre provoque 6 morts. Les grands acteurs industriels

Plus en détail

Travailleur isolé. Cependant pour des travaux très dangereux, la notion de travailleur isolé peut s entendre pour des périodes de quelques minutes

Travailleur isolé. Cependant pour des travaux très dangereux, la notion de travailleur isolé peut s entendre pour des périodes de quelques minutes Conseils prévention Santé au travail Travailleur isolé Crée le 20/09/2012 par Frédérique Sierra 1 Définition du travailleur isolé (INRS, ED 985, travail isolé) Une personne devra être considérée comme

Plus en détail

RESEAU DE FORMATION INITIALE MARIE CURIE

RESEAU DE FORMATION INITIALE MARIE CURIE ANNEXE III DISPOSITIONS SPÉCIFIQUES RESEAU DE FORMATION INITIALE MARIE CURIE [BÉNÉFICIAIRE UNIQUE] III.1 Définitions Outre les définitions figurant à l article II.1, les définitions suivantes s appliquent

Plus en détail

Un vaste projet d étude du polluant atmosphérique Ozone sur la bordure littorale Atlantique.

Un vaste projet d étude du polluant atmosphérique Ozone sur la bordure littorale Atlantique. Un vaste projet d étude du polluant atmosphérique Ozone sur la bordure littorale Atlantique. La bordure littorale atlantique évoque instinctivement l air pur. Toutefois, comme les autres régions plus continentales,

Plus en détail

Polluants mesurés. Emissions de NOx en Champagne-Ardenne ATMO Champagne-Ardenne A2005-M2010-Secten-v1. Réf : ES-BAZ- 11/01-ED/EC.

Polluants mesurés. Emissions de NOx en Champagne-Ardenne ATMO Champagne-Ardenne A2005-M2010-Secten-v1. Réf : ES-BAZ- 11/01-ED/EC. Evaluation du dioxyde d azote et du benzène en proximité trafic à Bazancourt Synthèse des résultats des campagnes de mesures 2011 Récapitulatif 2010-2011 Réf : ES-BAZ- 11/01-ED/EC Nbr pages : 12 ATMO Champagne-Ardenne

Plus en détail

Assemblée des Premières Nations. Document d information technique : Plan de gestion des produits chimiques du Canada

Assemblée des Premières Nations. Document d information technique : Plan de gestion des produits chimiques du Canada Assemblée des Premières Nations Document d information technique : Plan de gestion des produits chimiques du Canada 2012-2013 1 Contexte Les Chefs en assemblée de l Assemblée des Premières Nations (APN)

Plus en détail

La sécurité au bloc opératoire

La sécurité au bloc opératoire 51 e Congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s anesthésistes diplômé(e)s d état (IADE) 2009 2009 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés La sécurité au bloc opératoire

Plus en détail

Objet du travail. Lieu. Organe à traiter. Nature des travaux. Horaire. Rondes de contrôle (date et horaire) Ronde 1 Ronde 2 Horaires de

Objet du travail. Lieu. Organe à traiter. Nature des travaux. Horaire. Rondes de contrôle (date et horaire) Ronde 1 Ronde 2 Horaires de entreprise utilisatrice Entreprise utilisatrice (donneur d ordre) Entreprise intervenante (ou service) Objet du travail Lieu Organe à traiter Nature des travaux Soudage Disqueuse Découpage Brasage Début

Plus en détail

HABITAT : De la forêt vers un habitat moderne et bioclimatique

HABITAT : De la forêt vers un habitat moderne et bioclimatique HABITAT : De la forêt vers un habitat moderne et bioclimatique Augmenter la part du bois alpin dans la construction afin de favoriser la filière bois alpine, relocaliser l économie forestière Union Régionale

Plus en détail

Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée

Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée Si les conditions physiques telles que l âge, les antécédents, mais aussi des facteurs sociaux, psychiques et culturels influencent

Plus en détail

Contenu de la présentation. 1. Historique et évolution future 2. Structure du projet d Annexe 6 3. Les exigences pour bâtiments industriels

Contenu de la présentation. 1. Historique et évolution future 2. Structure du projet d Annexe 6 3. Les exigences pour bâtiments industriels Contenu de la présentation Projet d Annexe 6 Bâtiments industriels Yves Martin, Chef de Laboratoire, CSTC Antenne Normes Prévention Incendie http://www.normes.be/feu 2. Structure du projet d Annexe 6 3.

Plus en détail

[CERTIFICATION QUALITE EN 9100]

[CERTIFICATION QUALITE EN 9100] Certification EN9100 [CERTIFICATION QUALITE EN 9100] Demande d accompagnement sur une action collective «Certification qualité EN9100 porté par la filière Normandie AéroEspace. Contexte de la mission...

Plus en détail

ORDRE DE MISSION Date de Commande : N de Dossier :

ORDRE DE MISSION Date de Commande : N de Dossier : : Heure FA Un exemplaire (1 ère page seulement) est à nous retourner signé L autre exemplaire est à conserver ORDRE DE MISSION Date de Commande : N de Dossier : Date du RDV : Situation RENDEZ VOUS du RDV

Plus en détail

LE TRAVAIL EN ESPACE CLOS

LE TRAVAIL EN ESPACE CLOS LE TRAVAIL EN ESPACE CLOS INTRODUCTION Les dangers dans un espace clos : Occasionnent souvent des accidents graves ou mortels Travail à chaud Conditions de travail 60 % des victimes sont des travailleurs

Plus en détail

1. CONTEXTE : 2. CADRE GENERAL DE L APPEL A PROJETS :

1. CONTEXTE : 2. CADRE GENERAL DE L APPEL A PROJETS : Appel à projets Bâtiments Aquitains Basse Consommation REGLEMENT 1. CONTEXTE : Réduire la consommation d énergie est une nécessité pour répondre aux défis du changement climatique et à l épuisement des

Plus en détail

FORMATION ET HABILITATION N 1

FORMATION ET HABILITATION N 1 FORMATION ET HABILITATION N 1 Objectifs : - décoder les différents types d habilitations - s informer sur l organisation des formations à la prévention des risques électriques Mise en situation : Alors

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP du 2ème groupe (5ème catégorie) sans locaux à sommeil. (Arrêté du 25/06/1980 modifié Arrêté du 22/06/1990 modifié)

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP du 2ème groupe (5ème catégorie) sans locaux à sommeil. (Arrêté du 25/06/1980 modifié Arrêté du 22/06/1990 modifié) NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP du 2ème groupe (5ème catégorie) sans locaux à sommeil. (Arrêté du 25/06/1980 modifié Arrêté du 22/06/1990 modifié) La présente notice descriptive (article R.123-22 du

Plus en détail

10 Cycles frigorifiques

10 Cycles frigorifiques 14 mars 2003 Introduction 277 10 10.1 Introduction Dans la section 9.1, on a considéré des machines thermiques constituées de quatre processus distincts, mettant en œuvre soit des dispositifs à circulation

Plus en détail

Avis relatif au volet Air de l étude d impact du réseau de transport public du Grand Paris. Document final. Octobre 2012

Avis relatif au volet Air de l étude d impact du réseau de transport public du Grand Paris. Document final. Octobre 2012 Surveillance de la qualité de l air en Île-de-France Avis relatif au volet Air de l étude d impact du réseau de transport public du Grand Paris Document final Octobre 2012 AIRPARIF - Surveillance de la

Plus en détail

Maîtrise des pertes en eau sur le réseau d eau potable

Maîtrise des pertes en eau sur le réseau d eau potable Maîtrise des pertes en eau sur le réseau d eau potable Pour la gestion durable de l eau La réduction des volumes de pertes en eau sur le réseau représente, pour le sevice de l eau, un enjeu majeur qui

Plus en détail

ANALYSEUR DE POUSSIÈRES TEOM FDMS

ANALYSEUR DE POUSSIÈRES TEOM FDMS FICHE PRODUIT - Le est le premier et seul analyseur de poussières mesurant en continu la volatilisation des poussières sur le filtre de collection. Il peut donc calculer en temps réel un facteur de correction

Plus en détail

Des mesures d ozone sur la façade Atlantique?

Des mesures d ozone sur la façade Atlantique? La bordure littorale atlantique évoque instinctivement l air pur. Toutefois, comme les autres régions plus continentales, elle n est pas forcement épargnée par des pointes de pollution à l ozone. L alternance

Plus en détail

LE PROJET DE PRELEVEMENT KILOMETRIQUE

LE PROJET DE PRELEVEMENT KILOMETRIQUE Avis de l Union Wallonne des Entreprises UNION WALLONNE DES ENTREPRISES Chemin du Stockoy, 1-3 à 1300 WAVRE Tél. + 32 (0) 10 47.19.41 - Fax : + 32 (0) 10 45 33 43- E-mail : samuel.saelens@uwe.be 1. Introduction

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA GESTION DES ACCÈS SUR LES SITES ET LES ÉQUIPEMENTS EXPLOITÉS PAR L'AMT

POLITIQUE RELATIVE À LA GESTION DES ACCÈS SUR LES SITES ET LES ÉQUIPEMENTS EXPLOITÉS PAR L'AMT LES SITES ET LES ÉQUIPEMENTS EXPLOITÉS PAR L'AMT ADOPTÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 7 FÉVRIER 2014 PAR VOIE DE RÉSOLUTION N O 14-CA(AMT)-15 Politique relative à la gestion des accès sur les sites

Plus en détail

Les gaz à effet de serre en Ile-de-France : par qui sont-ils émis?

Les gaz à effet de serre en Ile-de-France : par qui sont-ils émis? Les gaz à effet de serre en Ile-de-France : par qui sont-ils émis? L inventaire et le cadastre des émissions franciliennes, réalisés par AIRPARIF (et actualisés dans le cadre du Plan de protection de l

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Arrêté du 15 septembre 2006 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments

Plus en détail

LE SAVIEZ-VOUS? DEMARCHE ATEX UNE ZONE DE FLAMME PEUT ENVAHIR UN VOLUME DIX FOIS SUPÉRIEUR À CELUI DE L ATMOSPHERE EXPLOSIVE INITIALE.

LE SAVIEZ-VOUS? DEMARCHE ATEX UNE ZONE DE FLAMME PEUT ENVAHIR UN VOLUME DIX FOIS SUPÉRIEUR À CELUI DE L ATMOSPHERE EXPLOSIVE INITIALE. 1 2 LE SAVIEZ-VOUS? UNE ZONE DE FLAMME PEUT ENVAHIR UN VOLUME DIX FOIS SUPÉRIEUR À CELUI DE L ATMOSPHERE EXPLOSIVE INITIALE. 3 SOURCE INRS 4 Identification des atmosphères explosives Faire l inventaire

Plus en détail

Actualité AIRP RIF. Quel impact sur la qualité de l air d un échangeur routier urbain? Le cas de l échangeur de Bagnolet

Actualité AIRP RIF. Quel impact sur la qualité de l air d un échangeur routier urbain? Le cas de l échangeur de Bagnolet Un impact sur l air 4m à la ronde p 2 p 3 p 5 Pollution maximale au sein même de l échangeur L impact du boulevard Périphérique w w w. a i r p a r i f. a s s o. f r IRP RIF N 25 - vril 25 ctualité S U

Plus en détail

RENCONTRE AVEC LES PRODUCTEURS D ELECTRICITE Lundi 19 février 2007 DIAGNOSTIC DE L ETAT L ET PERSPECTIVES

RENCONTRE AVEC LES PRODUCTEURS D ELECTRICITE Lundi 19 février 2007 DIAGNOSTIC DE L ETAT L ET PERSPECTIVES RENCONTRE AVEC LES PRODUCTEURS D ELECTRICITE Lundi 19 février 2007 ENVIRONNEMENT, HYGIENE ET SECURITE AU NIVEAU DU SECTEUR DE L ELECTRICITE ET DU GAZ DIAGNOSTIC DE L ETAT L ACTUEL ET PERSPECTIVES Par :

Plus en détail

Comité de Suivi de Site

Comité de Suivi de Site Site de Clermont le 23 juin 2014 Organisation, formation Alignement des structures et organisations avec celles définies par le groupe BASF et le Responsible Care Analyse des risques Remise de l EDD révisée

Plus en détail

Application du système Wifi et application avec le robot Spykee

Application du système Wifi et application avec le robot Spykee Eugénie Masclef Victoria Lenne Jérôme Tanghe 1SSI Thème : Avancées scientifiques et réalisations techniques Comment transmettre des données numériques sans fil? Application du système Wifi et application

Plus en détail