Association canadienne de santé publique Résolutions et motions 1995

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Association canadienne de santé publique Résolutions et motions 1995"

Transcription

1 Association canadienne de santé publique Résolutions et motions 1995 Une déclaration de principe, six résolutions et quarte motions ont été présentées et mises aux votes lors de l Assemblée générale annuelle (AGA) de l Association canadienne de santé publique à Charlottetown (Ile du Prince Edouard) le 24 juin Voici les résultats des délibérations de l AGA RÉSOLUTION NO 1 Déclaration de principe sur l exercice du métier de sage-femme canadienne de santé publique approuve la déclaration de principe sur l exercice du mé-tier de sage-femme sous toute réserve que les inexactitudes soient corrigées mais, toutefois, sans modifications majeures. AVEC LES AMENDEMENTS 1995 RÉSOLUTION NO 2 Mines ATTENDU QUE les mines antipersonnel 1 sont des armes odieuses qui tuent aveuglément, qu il n est pas possible de les cibler, qui peuvent être déclenchées par des adultes, des enfants ou des animaux, sur lesquelles les cessez-le-feu n ont aucune prise et qui peuvent continuer de mutiler et de tuer des dizaines d années après la fin des hostilités, et attendu que les personnes qui risquent le plus d en être les victimes sont les gens pauvres des régions rurales qui vivent loin des infrastructures médicales nécessaires pour les soigner, ATTENDU QUE les mines terrestres ont des effets dévastateurs à tous les niveaux de la société individuel, familial, communautaire et national et que les pays doivent non seulement faire face aux besoins de soins médicaux et de rééducation immédiats des victimes des mines terrestres mais aussi à leurs très graves conséquences à long terme sur la reconstruction économique d après guerre et sur l intégration sociale des réfugiés et des personnes déplacées, 2 ATTENDU QU en règle générale les mines terrestres tuent ou infligent de très graves blessures résultant en des amputations ou traumatiques ou chirurgicales, et que l explosion de ces mines se traduit par des plaies profondes où pénètrent des saletés et des bactéries favorisant l étendue rapide de l infection, et que les personnes qui survivent à l explosion d une mine terrestre ont besoin d antibiotiques, de grandes quantités de sang, de longs séjours hospitaliers, de longues thérapies de rééducation physique et de prothèses coûteuses, 3 ATTENDU QUE comme exemples spécifiques de l aspect inhumain des mines terrestres, on peut citer le cas de plusieurs pays dont : 1) le Cambodge où les mines terrestres sont à l origine des amputés que compte la population de ce pays et sont considérées comme le troisième plus grand danger pour la santé publique de ce pays; rien qu en 1990, les mines ont tué Cambodgiens et causé amputations; 4 2) un Cambodgien sur 236 est un amputé. 5 La Somalie, où en , soixante-quinze pour cent des victimes des mines terrestres ont été des enfants; 6 3) la Pologne où en 1977 encore, de 30 à 40 personnes étaient tuées tous les ans par des mines posées pendant la deuxième Guerre mondiale, en dépit du fait que l on ait déjà désamorcé plus de 25 millions de mines, 7 ATTENDU QUE de nombreuses régions du monde ne disposent pas des installations nécessaires au traitement et à la rééducation des victimes des mines, ATTENDU QUE, dans plus de 60 pays au monde, on estime à 100 millions le nombre de mines terrestres encore enfouies dans le sol, et que ces mines tuent ou mutilent plus de personnes par mois, et que l on sait que certaines entreprises ou agences gouvernementales dans 48 pays sont des fabricants de mines terrestres et que des milliers de nouvelles mines sont posées tous les jours, à un rythme supérieur à celui des opérations de déminage, 8 ATTENDU QUE l on utilise de plus en plus de mines terrestres en dépit de l entrée en vigueur en 1983 du Landmines Protocol, annexé à la Convention of Prohibitions or Restrictions on the Use of Certain Conventional Weapons which may be Deemed to be Excessively Injurious or to Have Indiscriminate Effects des Nations Unies et que le Protocole, dont le but était de réduire le mal causé par ces mines sur la population civile, a été décrit comme «un échec total», 9 et que les Nations Unies tiendront une Conférence de ré-examen de la Convention et du

2 Protocole en septembre 1995, et que le Canada est signataire de la Convention et de ses Protocoles, ATTENDU QUE la communauté internationale, y compris le Canada, a ratifié plusieurs Conventions interdisant le recours aux balles expansives ou explosives (1899), aux gaz toxiques (1925), aux armes biologiques (1972) et tout dernièrement aux armes chimiques (1992), ATTENDU QUE le 30 novembre 1993, les États-Unis ont reconduit pour une période de trois ans le moratoire sur la vente, l exportation ou le transfert à l étranger de mines terrestres antipersonnel et que la France, la Belgique et les Pays-Bas en ont aussi interdit les exportations, et, ATTENDU QU au Canada, il n existe aucune interdiction légale frappant les exportations canadiennes ou les achats par le Canada de mines terrestres, canadienne de santé publique exhorte le gouvernement du Canada à déclarer immédiatement un moratoire sur la production, l exportation, la vente et le transfert de mines terrestres antipersonnel, sur les pièces les composant et sur la technologie connexe, au Canada ou par des entreprises canadiennes, y compris leur exportation ou leur transfert aux É.-U., exhorte le gouvernement du Canada à demander une interdiction globale portant sur l utilisation, la production, l accumulation, la vente, le transfert ou l exportation de mines terrestres antipersonnel ainsi que la destruction des stocks accumulés, demande que le Canada augmente sa participation et son soutien aux programmes unilatéraux et multilatéraux comme ceux portant sur les activités humanitaires de déminage et l aide aux victimes d explosion de mines, transmette à ses membres toute l information nécessaire pour qu ils saisissent l ampleur de ce problème et le définisse comme l une des questions les plus dérangeantes pour la santé publique et pour le développement au cours de cette décennie, étudie la possibilité de se joindre à Mines Action Canada (MAC), la coalition d organismes qui collabore à la Campagne internationale visant à interdire les mines terrestres, et que l Association prenne toutes les mesures qui s imposent. Références 1. Une mine terrestre antipersonnel est : un engin explosif conçu pour tuer ou blesser des personnes qui entrent en contact avec son dispositif de mise à feu (par pression directe sur le dispositif ou en déclenchant le fil de détente rattaché au dispositif ou par tout autre moyen semblable); un engin ou une pièce d artillerie qui, bien que n ayant pas nécessairement été conçu au départ pour tuer ou blesser les personnes qui entrent en contact avec, ou qui déclenchent, le mécanisme, est déployé de telle sorte à en arriver à ce résultat; tout engin qui comporte un mécanisme anti-maniement ou anti-choc conçu pour tuer ou blesser des gens. McGrath, Rae, directeur du groupe consultatif sur les mines, Safe Mines and Sub-Munitions. Document d orientation présenté à la IIe Conférence internationale des ONG sur les mines terrestres, Genève, mai A Deadly Legacy. Human Rights Watch and Physicians for Human Rights, New York, 1993, p A Deadly Legacy. p A Deadly Legacy. p International Humanitarian Law, Landmines: Time for Action. Comité international de la Croix Rouge, Genève, p A Deadly Legacy. p. 143 et p A Deadly Legacy. p A Deadly Legacy. p A Deadly Legacy. p RÉSOLUTION N O 3 Infrastructure de santé publique ATTENDU QUE la promotion de la santé et la prévention de la ma-ladie menée de pair avec une politique publique saine sont de plus en plus considérées comme les éléments déterminants du maintien de la santé à long terme, et que le système de santé publique est l infrastructure chargée de la prévention de la maladie et de la promotion de la santé, ATTENDU QUE l on identifie 1 l apparition et la réapparition de certaines infections comme un problème majeur à l avenir qui exi-gera le renforcement des infrastructures de la santé publique, 2 et, ATTENDU QUE l on craint que les initiatives de réforme des soins de santé en cours partout au Canada n attaquent et n érodent l intégrité des infrastructures de la santé publique, 2 canadienne de santé publique procède à une étude pour évaluer la situation dans laquelle se trouvent à l heure actuelle les administrations et les pouvoirs publics responsables de la santé publique des provinces et des territoires du Canada, facilite l élaboration d un plan national de communication et de défense des intérêts de la santé publique qui comprenne la mise de l avant d un mo-dèle de cadre général des infrastructures de santé publique. 2

3 Références 1. Procès-verbal et recommandations du Expert Working Group on Emerging Infectious Disease Issues Canada Communicable Disease Report, décembre 1994; Addressing Emerging Infectious Disease Threats A Prevention Strategy for the United States CDC, US Department of Health and Human Services, Par infrastructure de santé publique, on entend l administration et les pouvoirs publics responsables de la santé, dans chacune des provinces et territoires RÉSOLUTION N O 4 Inspecteurs sanitaires ATTENDU QUE les inspecteurs sanitaires jouent un rôle essentiel dans la lutte contre les maladies transmissibles et un rôle de plus en plus important dans la lutte contre les risques environnementaux et dans la promotion de la santé, et, ATTENDU QUE l on assiste au Canada à un mouvement visant à dépla-cer, hors des infrastructures de la santé publique, les professionnels de la santé environnementale pour les intégrer dans des organismes d inspection et d habilitation, et que l on craint que cela ne se traduise par une diminution de l efficacité des services afférant à la lutte contre la maladie et à la promotion de la santé, canadienne de santé publique procède à une évaluation de la situation actuelle des services responsables de la santé environnementale dans toutes les régions du Canada, s efforce d étudier la localisation actuelle et les changements de localisation des inspecteurs sanitaires partout au Canada, et qu elle étudie également les évaluations de l incidence de la localisation sur la situation qui en résulte pour la santé publique, s efforce de collaborer avec l Institut canadien des inspecteurs en hygiène publique pour définir une position au sujet des sites administratifs, mette de l avant cette position auprès des gouvernements provinciaux/territoriaux et auprès des autres organismes responsables de la prestation des services de santé publique RÉSOLUTION N O 5 Cotisations des membres de l ACSP ATTENDU QUE dans la conjoncture économique actuelle, les salaires des membres de l Association canadienne de santé publique ont été soit gelés soit réduits, et, ATTENDU QUE les frais de cotisation des membres de l ACSP continuent d augmenter, QU IL SOIT DÈS LORS RÉSOLU QUE le Conseil d administration de l Association canadienne de santé publique soit instamment priée de ne pas envisager de nouvelle augmentation à la cotisation des membres de l ACSP, jusqu à ce que la moyenne des salaires dans le secteur de la santé publique commence à augmenter avec le coût de la vie RÉSOLUTION N O 6 Utilisation sans risque des seringues ATTENDU QU un nouveau type de seringue, qui s auto-détruit après une seule utilisation, est maintenant disponible, ce qui élimine la possibilité de sa ré-utilisation, et que le coût de cette seringue auto-destructible est comparable à celui des seringues jetables et que pourtant on croit souvent, à tort, que les seringues ré-utilisables coûtent moins cher que les seringues autodestructibles ainsi, une étude faite au Bangladesh a montré que le prix des seringues réutilisables est, par injection, de quatre fois supérieur à celui des seringues auto-destructibles lorsque l on comptabilise le matériel et la stérilisation, ATTENDU QUE les pratiques d injection sans risque peuvent être grandement renforcées par l utilisation de seringues auto-destructibles qui mettent fin au partage des seringues, permettent de disposer d une seringue aseptisée sans avoir à dépendre de la stérilisation et réduisent le coût unitaire des injections, ATTENDU QUE le partage des seringues est responsable de la pro-pagation de maladies, et comme les études l ont montré, que l utilisation de seringues sales ou le partage de seringues chez les uti-lisateurs de drogues sont parmi les principales causes de propagation du VIH, de l hépatite et d autres pathogènes à diffusion par voie sanguine, 1,3,5 et, qu en outre, à New Haven dans le Connecticut, aux É.-U., plus de 60 p. 100 des cas de sida déclarés ont été causés par une injection de drogue, 5 ATTENDU QU une stérilisation inefficace met en péril les programmes de vaccination comme cela a été dit publiquement lors d une réunion récente du Programme élargi de vaccination (PÉV) Région Pacifique Ouest OMS où l on a conclu que «les erreurs dans les pratiques de stérilisation et d injection, y compris dans celles appliquées par le

4 PÉV, continuent de poser un grave pro-blème pour les services de santé de nombreux pays» 2 une déclaration que l on a entendu à chacune des réunions régionales depuis 1980, mais peu d améliorations ont été faites jusqu ici d où le risque de remettre en question la confiance dans les programmes de vaccination, comme le fait bien ressortir une déclaration commune faite récemment par l OMS et l UNICEF 7 qui dit que «l immunisation est en danger» et qui reprend les engagements de 51 pays à respecter les pratiques d injection sans danger, ATTENDU QU une stérilisation efficace repose sur la formation adéquate et fiable des travailleurs ainsi que sur une bonne discipline de leur part, et que le maintien du matériel dans des conditions stériles au cours des prestations de services sur le terrain fait pro-blème comme l a indiqué une étude de l OMS sur l innocuité des injections dans laquelle on constate que 74 p. 100 des travailleurs de la santé ne savaient pas, ou n ont pas pu dire, si les seringues et les aiguilles étaient stérilisées d une injection à l autre, 1 ATTENDU QUE les seringues conventionnelles jetables sont réuti-lisées comme l indique une étude qui montre qu une seringue peut être réutilisée jusqu à 230 fois, 3 et, comme l indique également une étude de l OMS sur l innocuité des injections 1 qui montre que pour des raisons d économies 88 p. 100 des travailleurs de la santé ont ré-utilisé des seringues jetables et que cette réutilisation sans danger est fonction de la formation, de la volonté et de la discipline de la personne qui les ré-utilise, ATTENDU QUE le nombre d injections se multiplie dans le monde entier et que les pratiques d injection sans risque sont d une importance vitale tant ici qu à l étranger, et qu une étude montre que 25 p. 100 des médicaments sont administrés par injection aux personnes qui consultent les dispensaires de santé, 1 et, que l on sait qu en Afrique 3 les traitements médicaux sous forme d injections sont plus populaires car étant perçus par la population comme plus efficaces que n importe quelle autre forme de médication, ATTENDU QUE chaque année, l UNICEF assure 500 millions d injections au titre de la vaccination, et bien que l UNICEF s emploie à ce que, d ici 1997, 95 p. 100 de ces injections ne présentent plus aucun risque, soit une augmentation de 25 p. 100 par rapport à la situation actuelle, cela signifie que 5 p. 100 de ces injections (soit approximativement injections par semaine) présenteraient toujours des risques, 7 ATTENDU QUE l on prévoit que les programmes de vaccination vont augmenter le nombre d injections faites en vue de garantir une meilleure couverture vaccinale, comme le montre un document qui dit que «étant donné la perspective d ajout de vaccinations supplémentaires dans le cadre du PÉV, y compris trois injections de vaccin contre l hépatite B et possiblement une seconde dose de vaccin antirougeoleux, le nombre de vaccinations des nouveau-nés pourrait encore augmenter de 80 p On s attend aussi à ce que le nombre d injections administrées dans le cadre du PÉV augmente en fonction de l élargissement de la couverture vaccinale contre le tétanos au bénéfice des femmes en âge de procréer,» 2 et, ATTENDU QUE monsieur Peter Evans a déclaré dans une communication faite à la Conférence Technet de 1993 (OMS/PÉV/LHIS/93.1) 6 que : «avec la mise au point de la seringue autodestructible qui permet de garantir la sécurité des pratiques d injection, l utilisation des aiguilles et des seringues conventionnelles jetables devrait être découragée»; «les programmes qui choisissent d utiliser des seringues jetables mais ne peuvent pas garantir que les seringues et les aiguilles seront effectivement jetées après un seul usage ne devraient fournir aux intéressés que des seringues auto-destructibles»; «les programmes demandant à l UNICEF de les approvisionner en seringues jetables ne recevront plus que des seringues auto-destructibles lorsque la disponibilité de ces dernières se sera généralisée»; et, «comme les programmes de vaccination systématique sont habitués à réutiliser leurs seringues et leurs aiguilles, il convient de fournir des seringues auto-destructibles dans le cadre de campagnes ou d efforts visant à accélérer l immunisation afin d empêcher que les seringues d usage unique déjà utilisées ne soient pas accidentellement réutilisées dans les programmes de vaccination systématique», canadienne de santé publique adopte une politique visant à favoriser l utilisation des seringues de type auto-destructible dans tous les programmes dont l Association est responsable ou qu elle subventionne, préconise auprès de Santé Canada et des ministères de la Santé des provinces et des territoires l utilisation de seringues autodestructibles dans tous les programmes de vaccinations multiples et d échange d aiguilles. Références 1. OMS Atelier sur trois études nationales concernant la sécurité des injections. Technet News 1993; déc:93(2).

5 2. OMS Élimination des pratiques erronées d injection et de stérilisation au sein du PÉV dans la région du Pacifique Ouest. Quatrième réunion du groupe consultatif technique sur le PÉV et l éradication de la poliomyélite dans la région du Pacifique Ouest, Ho Chi Minh, juin 1993 : WPR/PÉV/RPT/1/ Berkley S. Parenteral Transmission of HIV in Africa. AIDS 1991; 5(suppl 1): ICDDR. Injectable contraceptives: the use of reusable versus disposable needles and syringes. MCH/FP Project Briefing Paper No. 4, Bangladesh Consumer Report. Can clean needles slow the AIDS epidemic? July Evans P. Auto-destruct disposable syringes and needles. Technet Conference Document. Apr 1993: ref TNAB OMS/UNICEF Joint Statement on Safety of Injections October MOTION N O 1 Appui au projet de loi sur le contrôle des armes à feu ATTENDU QUE la province de l Alberta a des taux de décès causés par des armes à feu supérieurs à la moyenne et un des taux les plus élevés au pays pour ce qui des hospitalisations pour des blessures par armes à feu, ATTENDU QUE de nombreux crimes, décès et blessures sont le résultat de gestes impulsifs plutôt que prémédités, ATTENDU QUE l accès facile aux armes à feu a été identifié comme un important facteur de risque par rapport à ces gestes impulsifs, et, ATTENDU QUE les mesures de contrôle des armes à feu constituent un élément important de toute politique publique favorisant la santé et de toute stratégie visant à assurer la sécurité des collectivités, canadienne de santé publique exhorte les ministres de la Justice provinciaux et territoriaux à appuyer le projet de loi sur le contrôle des armes à feu dont débat à l heure actuelle la Chambre des Communes et, qu en outre, l Association exhorte également le ministre de la Justice à maintenir sa position sur le renforcement de la législation de contrôle des armes à feu au Canada, maintienne son appui au contrôle des armes à feu en étant membre de la Coalition pour le contrôle des armes à feu, continue d exprimer publiquement son appui à la législation de contrôle des armes à feu en tant que mesure permettant d améliorer la santé motion n o 2 Importance de l approche de santé publique pour améliorer la santé de la population ATTENDU QUE les déterminants de la santé sont nombreux, qu ils varient et qu ils sont pour la plupart extérieurs au système de soins de santé, ATTENDU QUE l approche proposée par la santé publique pour la lutte contre la maladie et les progrès de la santé a fait la preuve de son efficacité et de sa rentabilité au cours des 150 dernières années, ATTENDU QU il est nécessaire d aborder de nombreux problèmes du point de vue de la santé de la population, en identifiant et en agissant sur les inégalités comme sur les possibilités de gains de santé, ATTENDU QUE les ministres de la Santé fédéral, provinciaux et territoriaux, à l occasion de leur conférence de septembre 1994 à Halifax, ont adopté le cadre proposé dans Stratégies d amélioration de la santé de la population, Investir dans la santé des Canadiens, canadienne de santé publique exhorte tous les ministres de la Santé provinciaux et territoriaux à s assurer que tous les pouvoirs publics responsables de la santé conçoivent et mettent en place des plans et des politiques ayant pleinement recours à la démarche préconisée par la santé publique pour diminuer le fardeau des maladies et des blessures, pour réduire les risques pour la santé, pour enrichir les connaissances, pour promouvoir la santé et favoriser le mieux-être de l ensemble de la population, en prêtant une attention particulière aux personnes désavantagées, recommande à la ministre de la Santé fédérale d avoir pleinement recours au cadre de santé de la population présenté dans Stratégies d amélioration de la santé de la population, Investir dans la santé des Canadiens, et adopté à la conférence des ministres de la Santé en septembre 1994 à Halifax MOTION N O 3 Groupe de travail sur les programmes et la politique relatives au tabagisme ATTENDU QUE le tabac est la plus importante cause de maladies et de décès prématurés au Canada et que, plus que n importe quelle autre intervention, l élimination du tabagisme permettrait d amélio-rer la santé des Canadiens,

6 ATTENDU QUE la déclaration de principe sur le tabagisme approuvée par l Association canadienne de santé publique en 1988 requiert une mise à jour à la lumière des progrès faits récemment au niveau des connaissances et en raison des changements intervenus aux plans économique et politique, ATTENDU QUE l efficacité du mouvement de lutte contre le taba-gisme (comme on peut la mesurer à partir de la prévalence du taba-gisme surtout chez les jeunes) a diminué au cours des dernières années, et ATTENDU QUE les membres de l ACSP représentent un important groupe, pluridisciplinaire et représentatif de l ensemble du pays, qui pourrait être mobilisé et agir comme un puissant levier pour contrer les reculs subis par le mouvement de lutte contre le tabagisme, canadienne de santé publique mette sur pied un groupe de travail sur les programmes et la politique relatives au tabagisme dont le mandat sera, d une part, de mettre à jour la déclaration de principe de 1988 et, d autre part, de rendre compte au Conseil d administration chaque an de l efficacité des activités lancées par l ACSP pour lutter contre le tabagisme. Les membres de ce groupe de travail devront être représentatifs d une gamme pluridisciplinaire de professions, de toutes les régions géographiques et des deux langues officielles, s assure que le programme scientifique de chacune de ses conférences annuelles comprenne un volet consacré à la lutte contre le tabagisme, conformément à la résolution adoptée par les membres de l ACSP à leur assemblée générale annuelle de MOTION N O 4 Stratégie de réduction de la demande de tabac ATTENDU QUE la Banque mondiale a récemment estimé à 400 milliards de dollars par an 1 la perte économique mondiale due au tabagisme, ATTENDU QUE la réduction de la consommation de tabac au Canada est considérée hautement prioritaire et pour s assurer que des fonds suffisants soient octroyés tant à la recherche qu aux programmes visant cet objectif de réduction, ATTENDU QUE le recouvrement des frais est un principe accepté en matière de réglementation environnementale et que l on juge souhaitable d appliquer le même type de mesures dans la lutte contre le tabagisme, ATTENDU QUE de nombreux autres états appliquent déjà ou s apprêtent à appliquer des mesures de recouvrement des frais sur les produits du tabac et les fabricants de ces produits, 2 ATTENDU QUE l on a évalué à 900 millions de dollars les profits réa-lisés en 1994 par l industrie canadienne du tabac, soit une augmentation de 30 p. 100 par rapport à l année précédente, 3 ATTENDU QUE les coûts économiques résultant du tabagisme au Canada ont été estimé à 10 milliards par an, 4 ATTENDU QUE l impôt sur le revenu des corporations imposé aux fabricants de tabac canadiens a été progressivement réduit, 5 ATTENDU QUE le 8 février 1994, le Premier ministre du Canada a annoncé l imposition aux fabricants de tabac d une surtaxe temporaire de trois ans sur le revenu des corporations au titre de la promotion de la santé, dont on estime qu elle rapportera approximativement 60 millions de dollars par an et que l ensemble de cette somme servira à financer une nouvelle initiative connue sous le nom de Tobacco Demand Reduction Strategy (TDRS) pour défrayer les coûts des programmes et initiatives de lutte contre le tabagisme, 6 et, ATTENDU QUE le gouvernement du Canada a récemment annoncé qu une partie des fonds de ladite TDRS serait versée dans un fonds consolidé, 7 canadienne de santé publique demande au gouvernement du Canada de restorer l ensemble du financement de la TDRS provenant de la surtaxe, de maintenir l imposition de cette surtaxe pour une période indéterminée, et d obtenir de nouvelles compensations de l industrie du tabac pour recouvrir l ensemble des coûts résultant de l impact économique du tabagisme sur la société canadienne. Références 1. Bamum H. The economic burden of the global trade in tobacco. Tobacco Control 1994;3: Minnesota sues tobacco industry. Alleges cigarette conspiracy. Globe and Mail, Toronto, 18 août 1994, B10. Bal DG, Kizer KW, Felten PG, Mozar HN, Niemeyer D. Reducing tobacco consumption in California. Development of a statewide anti-tobacco use campaign. JAMA 1994;264: Tobacco Tax and Health Promotion Act 1988 (Proposition 99). Sims J. Tobacco Use in Florida. Consequences and Costs. Cancer Control 1994;1: Coalition on Smoking or Health, State legislated actions on tobacco issues Washington DC. Muck AW, Sheam R, Walker N, Swanson M. Progress on smoking control in Western Australia. Br Med J 1994;308: Tobacco Control Act (Western Australia) 1990.

7 Victory in Victoria. Anti-tobacco legislation is passed. Int Cancer News 10 avril 1988: 15. Tobacco Act (Victoria) 81/1987. Roemer R. Legislative action to combat the world tobacco epidemic. 2nd ed. OMS Genève Chapitre 3 : Control of advertising and sales promotion Rothmans Inc. Annual Report 1994, Toronto. Imasco. Annual Report 1994, Montréal. Lauzon L-P. L industrie du tabac Analyse socioéconomique. Département des sciences comptables, Université du Québec à Montréal, Organisation panaméricaine de la Santé. Tobacco or Health. Status in the Americas (Scientific Publication No. 536.) Washington DC, 1992, Lauzon 1994, op cit. 6. Tobacco Demand Reduction Strategy: Year one review and update. Santé Canada, janvier Lettre de A Juneau. SMA de la Direction générale de la politique, de la pla-nification et de l information, Santé Canada, 2 mars Funding cuts of $64 million were announced.

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada.

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada. Énoncé de position LA PLANIFICATION NATIONALE DES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ POSITION DE L AIIC L AIIC croit qu une planification réussie des ressources humaines de la santé au Canada passe par un

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

Objectif 3 : Confinement et certification

Objectif 3 : Confinement et certification Objectif 3 : Confinement et certification CONFINEMENT ET CERTIFICATION Principaux objectifs Indicateurs de réalisation Principales activités Certifier l éradication et le confinement de tous les poliovirus

Plus en détail

Les maladies chroniques et les soins infirmiers : Résumé des enjeux

Les maladies chroniques et les soins infirmiers : Résumé des enjeux Les maladies chroniques et les soins infirmiers : Résumé des enjeux Quel est l enjeu «Les maladies chroniques constituent le principal problème de morbidité à l échelle mondiale et un obstacle majeur au

Plus en détail

Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation

Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation M. Peter Mesheau Ministre des Finances Gouvernement du Nouveau-Brunswick Le 17 octobre 2001

Plus en détail

Réponse de la Fédération canadienne des municipalités au projet de cadre réglementaire d Environnement Canada pour la gestion des eaux usées

Réponse de la Fédération canadienne des municipalités au projet de cadre réglementaire d Environnement Canada pour la gestion des eaux usées Réponse de la Fédération canadienne des municipalités au projet de cadre réglementaire d Environnement Canada pour la gestion des eaux usées Le 31 janvier 2008 Depuis 1901 Since 1901 24, rue Clarence Ottawa

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

RÉSUMÉ DES BAISSES D IMPÔTS ET DES CHANGEMENTS FISCAUX

RÉSUMÉ DES BAISSES D IMPÔTS ET DES CHANGEMENTS FISCAUX PRB 06-40F RÉSUMÉ DES BAISSES D IMPÔTS ET DES CHANGEMENTS FISCAUX FÉDÉRAUX INTRODUITS ENTRE 1998 ET 2005 Alexandre Laurin Alexandre Martin Division de l économie Le 28 août 2006 PARLIAMENTARY INFORMATION

Plus en détail

PROJET DE LOI 27 DU NOUVEAU BRUNSWICK LOI SUR L ASSURANCE MÉDICAMENTS SUR ORDONNANCE ET MÉDICAMENTS ONÉREUX

PROJET DE LOI 27 DU NOUVEAU BRUNSWICK LOI SUR L ASSURANCE MÉDICAMENTS SUR ORDONNANCE ET MÉDICAMENTS ONÉREUX Le 16 décembre 2013 PROJET DE LOI 27 DU NOUVEAU BRUNSWICK LOI SUR L ASSURANCE MÉDICAMENTS SUR ORDONNANCE ET MÉDICAMENTS ONÉREUX Le 10 décembre 2013, le projet de loi 27, la Loi sur l assurance médicaments

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

MRC DU HAUT SAINT-FRANÇOIS MUNICIPALITÉ DU CANTON DE HAMPDEN Le 04 octobre 2010

MRC DU HAUT SAINT-FRANÇOIS MUNICIPALITÉ DU CANTON DE HAMPDEN Le 04 octobre 2010 PROVINCE DE QUÉBEC MRC DU HAUT SAINT-FRANÇOIS MUNICIPALITÉ DU CANTON DE HAMPDEN Le 04 octobre 2010 PROCÈS-VERBAL de la séance ordinaire du Conseil municipal de la Municipalité du Canton de Hampden tenue

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 Sommaire de gestion Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 L'Association canadienne du commerce des valeurs mobilières (ACCVM) est reconnaissante

Plus en détail

Coalition canadienne pour la santé publique au 21 e siècle

Coalition canadienne pour la santé publique au 21 e siècle Coalition canadienne pour la santé publique au 21 e siècle Refermer «l écart Naylor» Contribution de la Coalition canadienne pour la santé publique au XXI e siècle au Comité permanent des finances c/o

Plus en détail

Une population en santé pour une économie plus robuste

Une population en santé pour une économie plus robuste Une population en santé pour une économie plus robuste Association médicale canadienne : Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le contexte des consultations prébudgétaires de 2011 Présenté

Plus en détail

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE 2 0 1 3 INTRODUCTION La première stratégie manitobaine de promotion de l allaitement maternel a été conçue à l automne 2006 afin de mettre

Plus en détail

Association canadienne de la construction. Mémoire prébudgétaire 2015

Association canadienne de la construction. Mémoire prébudgétaire 2015 Association canadienne de la construction Mémoire prébudgétaire 2015 Synopsis L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises de construction non résidentielle au Canada.

Plus en détail

commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes

commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes 2009 Rapport du commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes PRINTEMPS Message du commissaire Chapitre 1 La protection de l habitat du poisson Chapitre 2 La Loi de

Plus en détail

Document de travail Régime de responsabilité et d indemnisation pour le transport ferroviaire

Document de travail Régime de responsabilité et d indemnisation pour le transport ferroviaire 1 Document de travail Régime de responsabilité et d indemnisation pour le transport ferroviaire À la suite de la tragédie survenue à Lac-Mégantic, le gouvernement s est engagé à prendre des mesures ciblées

Plus en détail

INVESTIR POUR UN MONDE SANS PALUDISME

INVESTIR POUR UN MONDE SANS PALUDISME INVESTIR POUR UN MONDE SANS PALUDISME Des progrès extrêmement importants ont été réalisés ces dernières années dans la lutte contre le paludisme, mais ces avancées sont fragiles et réparties de façon inégale.

Plus en détail

Une approche selon la réduction des méfaits pour les utilisateurs de drogues injectables (UDI) Position adoptée en janvier 2005

Une approche selon la réduction des méfaits pour les utilisateurs de drogues injectables (UDI) Position adoptée en janvier 2005 1 Le partenariat des organismes communautaires du Nouveau-Brunswick liés au sida ÉNONCÉ DE POSITION Une approche selon la réduction des méfaits pour les utilisateurs de drogues injectables (UDI) Position

Plus en détail

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 WHA63/200/REC/ WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins... 9 WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 La Soixante-Troisième Assemblée mondiale de la

Plus en détail

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ 52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL Washington, D.C., ÉUA, du 30 septembre au 4 octobre 2013 CD52/DIV/9 (Fr.)

Plus en détail

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Symposium international sur les services bancaires postaux John Anderson 613-290-0016 andersjs1@gmail.com «Ils sont des millions à ne pas avoir

Plus en détail

De meilleurs soins :

De meilleurs soins : De meilleurs soins : une analyse des soins infirmiers et des résultats du système de santé Série de rapports de l AIIC et de la FCRSS pour informer la Commission nationale d experts de l AIIC, La santé

Plus en détail

Situation sur le plan comptable 4 e trimestre 2013

Situation sur le plan comptable 4 e trimestre 2013 Taux d imposition des sociétés et législation / Numéro 4 / Le 9 janvier 2014 Services de gestion et de comptabilisation des impôts Situation sur le plan comptable 4 e trimestre 2013 Le présent bulletin

Plus en détail

En bonne compagnie : conserver les revenus de placement dans votre société par Jamie Golombek

En bonne compagnie : conserver les revenus de placement dans votre société par Jamie Golombek Octobre 2014 En bonne compagnie : conserver les revenus de placement dans votre société par Jamie Golombek Les revenus de placement gagnés au sein de votre société sont imposés en fonction du type de revenu

Plus en détail

Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale

Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale SOIXANTE-CINQUIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A65/35 Point 18.2 de l ordre du jour provisoire 29 mars 2012 Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale Rapport du Secrétariat 1.

Plus en détail

La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs. Les revenus de l État sont à la baisse

La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs. Les revenus de l État sont à la baisse La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs En moyenne, chaque personne au Québec reçoit (de tous les paliers gouvernementaux) l équivalent de près

Plus en détail

31MAI2010:JOURNÉEMONDIALESANSTABAC. Une fille branchée? Non, un cancer de la gorge. Protégeons les femmes de la fumée du tabac et de la publicité.

31MAI2010:JOURNÉEMONDIALESANSTABAC. Une fille branchée? Non, un cancer de la gorge. Protégeons les femmes de la fumée du tabac et de la publicité. 31MAI2010:JOURNÉEMONDIALESANSTABAC Une fille branchée? Non, un cancer de la gorge. Protégeons les femmes de la fumée du tabac et de la publicité. Protégeons les femmes de la fumée du tabac et de la publicité.

Plus en détail

Conférence internationale et Assemblée constitutive Réseau Education et Solidarité (RES) (Paris, 14 et 15 mai 2009)

Conférence internationale et Assemblée constitutive Réseau Education et Solidarité (RES) (Paris, 14 et 15 mai 2009) Conférence internationale et Assemblée constitutive Réseau Education et Solidarité (RES) (Paris, 14 et 15 mai 2009) Intervention de M. Assane Diop Directeur exécutif Secteur de la Protection sociale Bureau

Plus en détail

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

Choix équitable. Assurer l abordabilité et l accessibilité des médicaments

Choix équitable. Assurer l abordabilité et l accessibilité des médicaments Choix équitable Assurer l abordabilité et l accessibilité des médicaments Choix équitable : assurer l abordabilité et l accessibilité des médicaments Choix équitable : assurer l abordabilité et l accessibilité

Plus en détail

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 Comité préparatoire de la Conférence des Parties chargée d examiner le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires en 2010 NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 15 mai 2009 Français Original : anglais Troisième

Plus en détail

Introduction. Le Canada est un pays qui donne son plein rendement.

Introduction. Le Canada est un pays qui donne son plein rendement. le 23 mars 2004 «tout au long de notre histoire, les Canadiens ont été animés par une idée bien simple : que nous avons la responsabilité de faire en sorte que nos enfants et nos petits-enfants aient une

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

Entreprises étrangères travaillant en France

Entreprises étrangères travaillant en France Entreprises étrangères travaillant en France QUELLES SONT LEURS OBLIGATIONS? Si les entreprises sont établies sur le territoire de l Union européenne, elles peuvent «librement» effectuer des travaux en

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

Budget 2014-2015. Mémoire. Blaine Higgs, ministre des Finances. soumis à. Front commun pour la justice sociale. du Nouveau-Brunswick inc.

Budget 2014-2015. Mémoire. Blaine Higgs, ministre des Finances. soumis à. Front commun pour la justice sociale. du Nouveau-Brunswick inc. Budget 2014-2015 Mémoire soumis à Blaine Higgs, ministre des Finances Front commun pour la justice sociale du Nouveau-Brunswick inc. Janvier 2014 1 1. Introduction Le Front commun pour la justice sociale

Plus en détail

Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité

Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité Ministère des Finances Communiqué Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité Le Plan d action économique de 2015

Plus en détail

Les 28 avantages et 4 inconvénients de l incorporation Luc Audet, avocat, 2006 À jour au 31 mars 2006

Les 28 avantages et 4 inconvénients de l incorporation Luc Audet, avocat, 2006 À jour au 31 mars 2006 Les 28 avantages et 4 inconvénients de l incorporation Luc Audet, avocat, 2006 À jour au 31 mars 2006 A. Introduction Au Québec, il existe trois modes d exploitation d une entreprise à but lucratif : l

Plus en détail

Le Québec, terre de traduction

Le Québec, terre de traduction Le Québec, terre de traduction S il est un endroit au monde où les traducteurs ont un marché établi, c est bien le Canada. Et le Québec, au sein du Canada, jouit d une situation encore plus privilégiée.

Plus en détail

Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 PFA POUR DÉCISION

Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 PFA POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION DOUZIÈME QUESTION À L

Plus en détail

Dictionnaire de données de la Base de données du Système national d information sur l utilisation des médicaments prescrits, octobre 2013

Dictionnaire de données de la Base de données du Système national d information sur l utilisation des médicaments prescrits, octobre 2013 Dictionnaire de données de la Base de données du Système national d information sur l utilisation des médicaments prescrits, octobre 2013 Normes et soumission de données Notre vision De meilleures données

Plus en détail

pas de santé sans ressources humaines

pas de santé sans ressources humaines Résumé Une vérité universelle : pas de santé sans ressources humaines + alliance mondiale pour les personnels de santé Résumé Objectif Le présent rapport est destiné à éclairer les débats du troisième

Plus en détail

Examen de l accréditation des organisations non gouvernementales dotées du statut d observateur auprès de la Conférence des Parties à la

Examen de l accréditation des organisations non gouvernementales dotées du statut d observateur auprès de la Conférence des Parties à la Conférence des Parties à la Convention-cadre de l OMS pour la lutte antitabac Quatrième session Punta del Este (Uruguay), 15-20 novembre 2010 Point 7.4 de l ordre du jour provisoire FCTC/COP/4/22 Rev.1

Plus en détail

VÉRIFICATION COMPTE À FINS DÉTERMINÉES DES RÉCLAMATIONS CONTRE L IRAQ

VÉRIFICATION COMPTE À FINS DÉTERMINÉES DES RÉCLAMATIONS CONTRE L IRAQ AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET COMMERCE INTERNATIONAL BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL VÉRIFICATION DU COMPTE À FINS DÉTERMINÉES DES RÉCLAMATIONS CONTRE L IRAQ SEPTEMBRE 2003 Direction de la vérification ( SIV )

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

Aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce, accès aux médicaments et droits humains Maroc

Aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce, accès aux médicaments et droits humains Maroc Aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce, accès aux médicaments et droits humains Maroc Résumé Avril 2006 1. Le Maroc a pris des mesures ambitieuses pour améliorer l accès

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

La Diplomatie indienne en marche

La Diplomatie indienne en marche La Diplomatie indienne en marche SANJHA PRAYAAS SABKA VIKAS: EFFORT PARTAGÉ PROGRÈS POUR TOUS SANJHA PRAYAAS SABKA VIKAS: SHARED EFFORT PROGRESS FOR ALL Le Président des Etats-Unis d Amérique, Barack Obama,

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

JORDANIE. Personnes relevant de la compétence du HCR

JORDANIE. Personnes relevant de la compétence du HCR RAPPORT GLOBAL 2012 JORDANIE Présence du HCR en 2012 Nombre de bureaux 1 Effectifs totaux 222 Internationaux 23 Nationaux 77 JEA 3 VNU 7 Autres 112 Faits marquants Aperçu L environnement de protection

Plus en détail

Mandat de gestion relatif à la délégation des activités assurantielles maladie et AT/MP de la CANSSM à la CNAMTS

Mandat de gestion relatif à la délégation des activités assurantielles maladie et AT/MP de la CANSSM à la CNAMTS Version 15 en date du 23 février 2015 Mandat de gestion relatif à la délégation des activités assurantielles maladie et AT/MP de la CANSSM à la CNAMTS Conclu entre La Caisse Nationale d Assurance Maladie

Plus en détail

Comparaisons internationales de la dette

Comparaisons internationales de la dette Annexe 2 Comparaisons internationales de la dette Faits saillants Selon les statistiques officielles publiées par le Fonds monétaire international (FMI) et l Organisation de coopération et de développement

Plus en détail

Renforcement des systèmes de santé

Renforcement des systèmes de santé SOIXANTE-QUATRIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A64/13 Point 13.4 de l ordre du jour provisoire 7 avril 2011 Renforcement des systèmes de santé Tendances et défis actuels Rapport du Secrétariat POUR

Plus en détail

Click to edit Master title style

Click to edit Master title style Le Service des délégués commerciaux MAECI: Orientation et rôle Investissement étranger direct (IED) Anderson Blanc Délégué commercial Click to edit Master title style Investissement & Innovation Coordonnateur

Plus en détail

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Ministère de l Énergie Printemps 2015 Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Fiche d information Déclaration de principes provinciale, 2014 La Déclaration de principes provinciale de 2014

Plus en détail

10 e budget Flaherty COMPTE RENDU D ÉLÉMENTS DIGNES DE MENTION POUR L INDUSTRIE TOURISTIQUE. Dépôt du budget fédéral 2014-2015

10 e budget Flaherty COMPTE RENDU D ÉLÉMENTS DIGNES DE MENTION POUR L INDUSTRIE TOURISTIQUE. Dépôt du budget fédéral 2014-2015 Volume 1. Numéro 10 12 février 2014 10 e budget Flaherty Dépôt du budget fédéral 2014-2015 COMPTE RENDU D ÉLÉMENTS DIGNES DE MENTION POUR L INDUSTRIE TOURISTIQUE Mardi, le ministre des Finances Jim Flaherty

Plus en détail

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face La professionnalisation des gestionnaires de chaîne logistique de santé publique pour de meilleurs résultats en matière de santé Livre blanc n 1 Coalition pour les Produits de Santé de la Procréation Défis

Plus en détail

asdf Deuxième Assemblée mondiale sur le vieillissement Madrid (Espagne) 8-12 avril 2002 madrid

asdf Deuxième Assemblée mondiale sur le vieillissement Madrid (Espagne) 8-12 avril 2002 madrid Madrid (Espagne) 8-12 avril 2002 Promouvoir la santé et le bien-être des personnes âgées : actif «Nous sommes témoins d une révolution silencieuse qui bien au-delà de la sphère démographique a des incidences

Plus en détail

Mardi 2 mai 2000 ASSEMBLÉE LÉGISLATIVE DU MANITOBA PROCÈS-VERBAL PREMIÈRE SESSION, TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE TREIZE HEURES TRENTE

Mardi 2 mai 2000 ASSEMBLÉE LÉGISLATIVE DU MANITOBA PROCÈS-VERBAL PREMIÈRE SESSION, TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE TREIZE HEURES TRENTE ASSEMBLÉE LÉGISLATIVE DU MANITOBA PROCÈS-VERBAL N 19 PREMIÈRE SESSION, TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE PRIÈRE TREIZE HEURES TRENTE M me la ministre BARRETT dépose : les rapports trimestriels de la Société

Plus en détail

ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT

ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT Points clefs tirés de l étude de l Agence d Evaluation des Technologies et des Modes d Intervention en Santé(AETMIS) ETMIS 2009 Préface

Plus en détail

NE PAS DISTRIBUER LE PRÉSENT COMMUNIQUÉ AUX AGENCES DE TRANSMISSION AMÉRICAINES ET NE PAS LE DIFFUSER AUX ÉTATS-UNIS

NE PAS DISTRIBUER LE PRÉSENT COMMUNIQUÉ AUX AGENCES DE TRANSMISSION AMÉRICAINES ET NE PAS LE DIFFUSER AUX ÉTATS-UNIS NE PAS DISTRIBUER LE PRÉSENT COMMUNIQUÉ AUX AGENCES DE TRANSMISSION AMÉRICAINES ET NE PAS LE DIFFUSER AUX ÉTATS-UNIS NEUF DES PLUS GRANDES INSTITUTIONS FINANCIÈRES ET CAISSES DE RETRAITE CANADIENNES PRÉSENTENT

Plus en détail

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI note nº 08 NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI 1. Résumé SOUTIEN AUX PME ET À LEURS EMPLOYÉS PENDANT LA CRISE La crise financière et économique mondiale érige un certain nombre d obstacles

Plus en détail

LE CHEMINEMENT COMPLEXE D UN VACCIN

LE CHEMINEMENT COMPLEXE D UN VACCIN LE CHEMINEMENT COMPLEXE D UN VACCIN Chaîne de production, exigences réglementaires et accès aux vaccins International Federation of Pharmaceutical Manufacturers & Associations LE CHEMINEMENT COMPLEXE D

Plus en détail

ANNULATION DE LA DETTE EXTÉRIEURE POUR LES PAYS TOUCHÉS PAR LA MALADIE À VIRUS EBOLA

ANNULATION DE LA DETTE EXTÉRIEURE POUR LES PAYS TOUCHÉS PAR LA MALADIE À VIRUS EBOLA ANNULATION DE LA DETTE EXTÉRIEURE POUR LES PAYS TOUCHÉS PAR LA MALADIE À VIRUS EBOLA Janvier 2015 Annulation de la dette extérieure pour les pays touchés par la maladie à virus Ébola ANNULATION DE LA

Plus en détail

DANS LE CADRE DE SA CONSULTATION SUR

DANS LE CADRE DE SA CONSULTATION SUR MÉMOIRE DE L ORDRE DES MÉDECINS VÉTÉRINAIRES DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE L AGRICULTURE, DES PÊCHERIES ET DE L ALIMENTATION DANS LE CADRE DE SA CONSULTATION SUR LE PROJET DE LOI N O 97 (Loi visant

Plus en détail

PRODUITS MORTELS LES PESTICIDES DANS LE COTON

PRODUITS MORTELS LES PESTICIDES DANS LE COTON Pe s t i c i d e A c t i o n N e t w o r k U K PRODUITS MORTELS LES PESTICIDES DANS LE COTON Résumé exécutif et Recommendations 5 St Peter s St London N1 8JD Royaume Uni t: +44 (0)20 7359 0440 f: +44 (0)20

Plus en détail

DEUXIÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DE L ENREGISTREMENT DES FAITS D ÉTAT CIVIL

DEUXIÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DE L ENREGISTREMENT DES FAITS D ÉTAT CIVIL DEUXIÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DE L ENREGISTREMENT DES FAITS D ÉTAT CIVIL Durban, Afrique du Sud 6-7 Septembre 2012 Thème «Amélioration de l infrastructure institutionnelle et humaine

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

A. Particuliers. activités B. Sociétés Ajout d un quatrième palier à. Lutte contre l évasion fiscale. économiques RRQ et financiers

A. Particuliers. activités B. Sociétés Ajout d un quatrième palier à. Lutte contre l évasion fiscale. économiques RRQ et financiers A. Particuliers Faits saillants o Hausse progressive de la contribution des parents aux services de garde o Amélioration de la gouvernance des fonds fiscalisés o Faits Capital saillants régionale et ayant

Plus en détail

PRINCIPES DEVANT GUIDER LA TRANSFORMATION DES SOINS DE SANTÉ AU CANADA

PRINCIPES DEVANT GUIDER LA TRANSFORMATION DES SOINS DE SANTÉ AU CANADA PRINCIPES DEVANT GUIDER LA TRANSFORMATION DES SOINS DE SANTÉ AU CANADA Juillet 2011 PRINCIPES DEVANT GUIDER LA TRANSFORMATION DES SOINS DE SANTÉ AU CANADA Juillet 2011 PRÉAMBULE L Association médicale

Plus en détail

Fonds pour la recherche en Ontario

Fonds pour la recherche en Ontario Chapitre 4 Section 4.10 Ministère de la Recherche et de l Innovation Fonds pour la recherche en Ontario Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2009 Contexte

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/55/595 et Corr.1 et 2)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/55/595 et Corr.1 et 2)] Nations Unies A/RES/55/67 Assemblée générale Distr. générale 31 janvier 2001 Cinquante-cinquième session Point 107 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la Troisième

Plus en détail

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO concernant le suivi de la mise en œuvre des engagements de CONFINTEA VI Le 19 janvier 2012 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne

Plus en détail

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Trousse d information L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Novembre 2004 L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé L approche populationnelle

Plus en détail

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB En juin 2012, le conseil d administration de l AFANB a décidé d entreprendre une démarche de révision du plan stratégique qui mènera au dépôt d un plan stratégique

Plus en détail

Click to edit Master title style

Click to edit Master title style Le Service des délégués commerciaux Click to edit Master title style Le Service des délégués commerciaux : un aperçu 2011 Click to edit Master subtitle style 1 Le Service des délégués commerciaux du Canada

Plus en détail

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Excellences, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Quelles méthodes, quels instruments pour

Plus en détail

APPEL À DÉCLARATIONS D INTÉRÊT : Organismes de promotion de la santé mentale et du logement et de prévention de l itinérance

APPEL À DÉCLARATIONS D INTÉRÊT : Organismes de promotion de la santé mentale et du logement et de prévention de l itinérance APPEL À DÉCLARATIONS D INTÉRÊT : Organismes de promotion de la santé mentale et du logement et de prévention de l itinérance La Commission de la santé mentale du Canada (la Commission) a mis en place un

Plus en détail

Assurance médicaments 2.0

Assurance médicaments 2.0 PRINCIPES ET PRIORITÉS Assurance médicaments 2.0 Avant-propos Objectif Pour renouveler les discussions nationales sur un cadre pancanadien d assurance médicaments, il faut présenter des preuves claires

Plus en détail

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Planification d urgence La sécurité s'exprime par plusieurs aspects : maintien de la tranquillité et de l'ordre public, sauvegarde de la sécurité

Plus en détail

Nomination des membres du Comité consultatif indépendant d experts de la Surveillance

Nomination des membres du Comité consultatif indépendant d experts de la Surveillance CONSEIL EXÉCUTIF EB126/25 Cent vingt-sixième session 30 décembre 2009 Point 7.2 de l ordre du jour provisoire Nomination des membres du Comité consultatif indépendant d experts de la Surveillance Rapport

Plus en détail

QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»?

QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»? Neuf questions pour les partis politiques : les réponses du Parti Québécois QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»? Depuis 2009, l immense majorité des contribuables québécois doivent

Plus en détail

PLAN D ACTION DE LA TABLE RONDE SUR LA SÉCURITÉ DES SOINS À DOMICILE. Produit Février 2015

PLAN D ACTION DE LA TABLE RONDE SUR LA SÉCURITÉ DES SOINS À DOMICILE. Produit Février 2015 Produit Février 2015 Il faut un système intégré pour obtenir une sécurité intégrée. Il s en serait fallu de si peu pour que JJ passe un dernier Noël à la maison! Un peu plus de temps pour une conversation

Plus en détail

Réduire les hospitalisations évitables :

Réduire les hospitalisations évitables : Réduire les hospitalisations évitables : Une politique pour rentabiliser les dépenses de soins de santé Introduction L échec dans le domaine de la prévention et dans l accès adapté et satisfaisant aux

Plus en détail

Droits et obligations des travailleurs et des employeurs

Droits et obligations des travailleurs et des employeurs Droits et obligations des travailleurs et des employeurs La Loi sur la santé et la sécurité du travail (LSST) vise à assurer des conditions de santé et de sécurité minimales dans les entreprises québécoises.

Plus en détail

Facilité de crédit aux fins d investissement (FCI)

Facilité de crédit aux fins d investissement (FCI) Le plus important fournisseur de solutions d assurance-vie au Canada en matière de planification successorale et fiscale Facilité de crédit aux fins d investissement (FCI) Tirer parti d une FCI pour générer

Plus en détail

Fluoration de l eau. 11-231-02F_fluroation_eau_courte.indd 1. Position du directeur national de santé publique

Fluoration de l eau. 11-231-02F_fluroation_eau_courte.indd 1. Position du directeur national de santé publique Fluoration de l eau 11-231-02F_fluroation_eau_courte.indd 1 Position du directeur national de santé publique 11-10-20 16:51 LE directeur NATIONAL de SANTÉ PubLIQuE RECOMMANdE L INSTAuRATION IMMÉdIATE de

Plus en détail

VERS UNE NOUVELLE VISION NATIONALE

VERS UNE NOUVELLE VISION NATIONALE VERS UNE NOUVELLE VISION NATIONALE Les occasions et les restrictions du Canada face au transport mondial des marchandises Rapport du Comité sénatorial permanent des transports et des communications Juin

Plus en détail

AAnnexe A. Détails sur les programmes d éducation des adultes et les services connexes en Ontario

AAnnexe A. Détails sur les programmes d éducation des adultes et les services connexes en Ontario AAnnexe A Détails sur les programmes d éducation des adultes et les services connexes en Ontario 60 L Ontario apprend : Le renforcement de notre système d éducation des adultes En juin 2004, de l information

Plus en détail

Document de travail de l ACPM. Propositions visant à modifier le Règlement sur la surveillance du pari mutuel 2014

Document de travail de l ACPM. Propositions visant à modifier le Règlement sur la surveillance du pari mutuel 2014 Document de travail de l ACPM Propositions visant à modifier le Règlement sur la surveillance du pari mutuel 2014 Recommandations Les documents de travail jouent un rôle important dans l élaboration du

Plus en détail

Introduction FISCALITÉ

Introduction FISCALITÉ Introduction 51 Impôt sur le revenu 53 Exercer une activité au Canada par l intermédiaire d une filiale 54 Exercer une activité au Canada par l intermédiaire d une succursale 56 Mesures de contrôle des

Plus en détail

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées.

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées. Nom Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/49 14/2/12 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 2 : 2.2 Examen de questions

Plus en détail

LES SECRETS DU SUCCÈS

LES SECRETS DU SUCCÈS Investir - Pour un Québec résolument moderne et innovateur Colloque organisé par le Conseil du patronat du Québec Montréal, le jeudi 11 novembre 2004 POINTS SAILLANTS DU COLLOQUE LES SECRETS DU SUCCÈS

Plus en détail

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON 20-14 Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON Chaque personnel navigant est responsable de la mise à jour des ses vaccins. 1 - VACCINATION OBLIGATOIRE La vaccination contre la fièvre jaune (vaccination anti-amarile)

Plus en détail

Activité des programmes de médicaments

Activité des programmes de médicaments Chapitre 4 Section 4.05 Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Activité des programmes de médicaments Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.05 du Rapport annuel

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2011-2012

Consultations prébudgétaires 2011-2012 Présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes 12 août 2011 Sommaire Dans le cadre des consultations prébudgétaires du Comité permanent des finances de la Chambre des communes, le

Plus en détail