(Dakar, du 18 au 21 avril 2005) LA PLACE DE LA STATISTIQUE DANS LES ACTIVITES DE LA BCEAO : PRODUCTION ET UTILISATIONS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "(Dakar, du 18 au 21 avril 2005) LA PLACE DE LA STATISTIQUE DANS LES ACTIVITES DE LA BCEAO : PRODUCTION ET UTILISATIONS"

Transcription

1 BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L AFRIQUE DE L OUEST SEMINAIRE D INFORMATION ORGANISE PAR PARIS21 POUR LES CONSULTANTS FRANCOPHONES SUR LA STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE DANS LES PAYS DE L AFRIQUE DE L OUEST (Dakar, du 18 au 21 avril 2005) LA PLACE DE LA STATISTIQUE DANS LES ACTIVITES DE LA BCEAO : PRODUCTION ET UTILISATIONS COMMUNICATION DE MONSIEUR ANTONIN S. DOSSOU, DIRECTEUR DE LA RECHERCHE ET DE LA STATISTIQUE A LA BCEAO

2 INTRODUCTION La complexité croissante de l environnement économique et social contemporain fait de l information statistique un élément incontournable pour la prise de décision et la planification car elle permet non seulement de connaître une situation, de la décrypter, mais aussi d évaluer et d apprécier les effets des actions entreprises et des politiques suivies. Ainsi, en politique, en économie ou dans la vie quotidienne, la statistique occupe une place prépondérante, car les informations sollicitées d elle sont indispensables pour la connaissance des aspirations réelles des populations, la bonne conduite des affaires, et la connaissance de l environnement macroéconomique. A cet égard, à l instar des autres acteurs économiques, pour assurer leur efficacité et renforcer leur crédibilité, les banques centrales doivent posséder un système d'information complet et cohérent leur permettant de disposer de données économiques et financières fiables et actuelles. Elles se doivent également de transmettre au public et à tous leurs partenaires les informations fiables et pertinentes sur leur action, afin de respecter l obligation de transparence. Les banques centrales sont ainsi devenues un acteur majeur dans le développement des systèmes statistiques nationaux. La présente communication décrit la place de la statistique dans les activités d une banque centrale, et singulièrement de la BCEAO. A ce titre, elle rappelle les principales fonctions statistiques des banques centrales modernes et présente la place de la statistique dans les activités de la BCEAO. I LES FONCTIONS STATISTIQUES D UNE BANQUE CENTRALE Les activités statistiques exercées par la banque centrale répondent à un certain nombre d enjeux liés à la complexité croissante de l interdépendance entre les différentes sphères de l économie. A cet égard, l exercice de ces activités vise des objectifs précis Les enjeux de l activité statistique des banques centrales La mondialisation de l'économie et le développement des marchés financiers ont donné une responsabilité particulière aux banques centrales dans la conduite des politiques économiques et la recherche de la stabilité macroéconomique et financière, garante d'une croissance saine et durable. Il est admis aujourd'hui que les banques centrales peuvent assurer plus efficacement leur responsabilité si elles ont pour objectif final la stabilité des prix et disposent d'une forte crédibilité dans la conduite de leur action. Pour ce faire, elles doivent se servir d informations de plus en plus précises et variées sur des économies de plus en plus complexes et interdépendantes. Pour les statisticiens de banque centrale, les défis sont donc importants. Ils doivent mettre à la disposition des décideurs, dans des délais de plus en plus rapprochés, des informations pertinentes et fiables. Ils doivent également produire des données monétaires et financières de plus en plus détaillées, permettant aux autres acteurs de la vie économique de fonder et d'ajuster leur action. Pour relever ces défis, dans un monde globalisé et rendu de plus en plus virtuel par le développement des nouvelles technologies, les banques centrales doivent respecter certains principes de base dont les plus importants sont :

3 - développer de fortes synergies avec les autres partenaires du système statistique. En particulier, s'ouvrir davantage aux instituts nationaux de statistique. En effet, d'importantes informations gérées par les banques centrales ne sont souvent pas disponibles auprès des services publics de statistique. Il s'agit notamment de données relatives aux interventions de la banque centrale sur les marchés de capitaux à court terme (change, escompte, interbancaire, open market), à son rôle de dépositaire et de gestionnaire de titres publics, aux réserves de change, aux systèmes et moyens de paiement et à l'activité prudentielle. Par ailleurs, la banque centrale assure un rôle important de service public, en collectant et en mettant à la disposition des agents économiques et du public des données monétaires et financières ; - continuer à veiller à la qualité des informations collectées auprès du système bancaire et à produire et publier des statistiques monétaires et financières fiables. A cet effet, les banques centrales doivent intervenir directement auprès des établissements de crédit, notamment en leur imposant des normes et des règles en matière de système d'information ; - développer leur coopération avec les institutions servant de dépositaire central et de banque de règlement sur les marchés financiers. Ces structures sont devenues des sources importantes d'informations financières qui doivent être traitées et mises à la disposition du public. La banque centrale paraît à cet égard l'acteur le mieux placé du système statistique pour remplir cette mission Les objectifs de l activité statistique dans une banque centrale La banque centrale intervient dans le système statistique à la fois comme utilisateur et producteur, mais aussi comme diffuseur de statistiques. L'importance de chacune de ces fonctions varie selon le niveau de développement du pays considéré et l'état de ses traditions statistiques. L activité statistique exercée par la banque centrale vise principalement trois objectifs Fournir des informations sur le domaine réservé des banques centrales En tant qu'autorité monétaire responsable de la supervision et du contrôle du système financier, les banques centrales sont souvent les mieux placées dans le système statistique pour collecter et produire les données monétaires et financières. En effet, leur rôle d'émetteur et de gestionnaire de la monnaie fiduciaire, leurs interventions sur les marchés de capitaux à court terme (change, escompte, marché interbancaire), leur rôle réglementaire en matière de stabilité des marchés de capitaux et des systèmes de paiement et, surtout, leur activité prudentielle à l'égard des banques commerciales sont à la base de la plupart des statistiques financières au sens large (statistiques monétaires, bancaires, comptes nationaux financiers, centrales de bilans et, à l'exception des pays anglo-saxons, balance des paiements et position extérieure). En revanche, dans la sphère réelle, le rôle des banques centrales est plus limité. A part la Banque Centrale de Belgique, peu d'entre elles ont officiellement une activité significative en terme de production de statistiques du secteur réel. Cependant, presque toutes collectent directement des données conjoncturelles issues d'enquêtes statistiques auprès de divers agents économiques (entreprises, ménages, etc.). Les résultats de ces enquêtes sont généralement utilisés par les banques centrales pour leurs propres besoins et font rarement l'objet de diffusion.

4 Renforcer la crédibilité des banques centrales Pour assurer leur crédibilité et l'efficacité des politiques monétaires qu'elles conduisent, les banques centrales doivent renforcer leur indépendance. Aussi, ne doiventelles pas être complètement dépendantes de sources extérieures pour apprécier la situation de leur objectif final, à savoir la stabilité des prix. C'est dans cette perspective qu'un grand nombre de banques centrales choisit de mettre en place un dispositif interne de collecte des prix sur les marchés de biens et services, afin de les confronter avec les données officielles produites par les instituts nationaux de statistique. Par ailleurs, la politique monétaire mise en œuvre par la banque centrale peut être plus efficace si ses partenaires et le public sont largement informés des fondements de son action et des résultats enregistrés. Cette exigence de transparence nécessite une publication régulière de statistiques pertinentes et fiables, permettant au public d'être informé et de juger l'action de la banque centrale Pallier les insuffisances des instituts nationaux de statistique Les instituts nationaux de statistique ne disposent pas toujours des ressources suffisantes pour faire face aux demandes particulières des utilisateurs de statistiques macroéconomiques, au premier rang desquels se trouvent les banques centrales. Dans ce contexte, les banques centrales peuvent décider de collecter elles-mêmes certaines informations qui leur sont nécessaires, surtout lorsqu elles ne sont pas produites par ailleurs. En effet, les banques centrales peuvent plus rapidement dégager les moyens adéquats pour satisfaire leurs besoins en matière de statistiques. Elles peuvent ainsi commanditer des enquêtes statistiques spécifiques sur des sujets souvent très variés (pauvreté, agriculture, etc.) Les difficultés de l activité statistique dans une banque centrale Dans la conduite de leurs activités en matière de production statistique, les banques centrales sont, en général, confrontées à un certain nombre de contraintes dont les plus notables sont : 1- La déontologie : les banques centrales sont à la fois responsables de la conduite de la politique monétaire et productrices de la plupart des statistiques qui permettent de juger de l'efficacité de leur action. Elles doivent donc constamment veiller à entretenir une séparation nette entre les fonctions de production statistique et celles d'études et d'analyses. 2- Le respect des normes internationales : les méthodes d'élaboration de la plupart des statistiques macroéconomiques (comptabilité nationale, balance des paiements, statistiques monétaires et financières, statistiques de finances publiques, etc.) sont déterminées par des organismes internationaux (FMI, ONU, OCDE, BIT, etc.) aux travaux desquels les banques centrales sont, en général, associées. Ces normes doivent être respectées, pour assurer la comparabilité des données produites et leur utilisation par le plus grand nombre. 3- La coordination avec les autres composantes du système statistique : l'activité statistique des banques centrales est en priorité tournée vers leurs besoins opérationnels, à la différence des instituts nationaux de statistique, qui assurent avant tout une fonction de service public de la statistique. Les banques centrales doivent donc veiller à limiter leur champ d'action aux domaines ou elles sont le plus efficaces et laisser les services statistiques

5 publics jouer leur rôle. En tant qu'acteur clé du système statistique, la banque centrale doit coordonner son action avec les autres composantes du système, dans le but d'obtenir des informations pertinentes au meilleur rapport qualité-coût. II LA PLACE DE LA STATISTIQUE DANS LES ACTIVITES DE LA BCEAO Les statistiques occupent une place primordiale dans les activités de la BCEAO à l instar des banques centrales modernes. Cette importance se reflète dans les activités statistiques menées par l Institut d Emission L activité statistique à la BCEAO L activité statistique de la BCEAO à travers le système statistique des pays de l UMOA, s effectue suivant les trois dimensions ci-après : - en tant qu utilisateur de statistiques, la BCEAO collecte les données produites par d autres structures nationales ou internationales, pour formuler et mettre en œuvre la politique monétaire ; - comme producteur de statistiques monétaires, bancaires et financières, eu égard à son rôle d Autorité monétaire, responsable de la supervision du système financier, ainsi que des données de balance des paiements et d indicateurs avancés de l inflation, en liaison avec la poursuite de l objectif de stabilité des prix ; - enfin, la BCEAO joue un rôle important de diffusion de statistiques socioéconomiques provenant des pays de l UMOA L utilisation de données statistiques par la BCEAO Les données externes utilisées par la BCEAO servent généralement à la formulation et à la mise en œuvre de la politique monétaire. Elles ont trait aux grands agrégats macroéconomiques (comptes nationaux, commerce extérieur, finances publiques, etc.), aux données conjoncturelles (indice des prix, enquêtes de conjoncture) et à l environnement international. Ces données sont notamment utiles pour la programmation monétaire qui permet à la BCEAO de déterminer l'équilibre entre la demande et l'offre de monnaie. Ces données permettent en outre d'évaluer la conjoncture économique et financière interne et externe, afin d'éclairer la conduite de la politique monétaire et de mesurer son impact sur l'économie réelle. La collecte de ces informations se fait auprès des structures nationales en charge de la production statistique, notamment les Instituts Nationaux de la Statistique (INS), ainsi que des institutions internationales telles que le FMI et la Banque Mondiale. L ensemble des informations collectées par la Banque Centrale est centralisé dans des bases de données statistiques, ce qui en facilite l'exploitation La production de données statistiques par la BCEAO La production de statistiques par la BCEAO couvre principalement les données monétaires et financières, ainsi que les statistiques de balance des paiements. La Banque Centrale dispose également d'un dispositif de suivi de la conjoncture mis en place pour ses besoins internes.

6 Les statistiques monétaires sont produites par l Institut d émission selon une périodicité mensuelle. Les principales données publiées sont les suivantes : - la situation de la Banque Centrale : elle retrace le bilan de l'action monétaire de la Banque Centrale ; - la position nette du gouvernement (PNG) : elle récapitule le bilan des opérations entre le système bancaire et le Trésor public ; - la situation monétaire intégrée : elle donne la quantité de monnaie disponible dans l'économie ainsi que ses contreparties ; - la situation de la base monétaire qui indique le montant de monnaie centrale disponible dans l'économie. En matière de statistiques bancaires, les données relatives aux bilans des banques sont publiées annuellement. Les statistiques correspondant à la centrale des risques (principaux crédits octroyés par secteur) sont publiées mensuellement tandis que celles décrivant les conditions de banque (taux de base bancaire minimum et maximum) sont trimestrielles. La production de la balance des paiements par la BCEAO a démarré depuis la fin des années 60 dans le cadre d'un comité de balance des paiements regroupant l'ensemble des structures concernées (Instituts Nationaux de Statistique, Directions des Douanes, Ministères des Finances, structures chargées de la gestion de la dette extérieure, etc.). L'élaboration des balances des paiements des pays de l'umoa nécessite l'utilisation d'un grand nombre de données économiques et financières. La plupart de ces données proviennent des organismes et institutions membres du comité de balance des paiements. Cependant, certaines données sont collectées par l'intermédiaire d'enquêtes statistiques relativement lourdes, conduites auprès de divers agents économiques (banques commerciales et entreprises essentiellement). Enfin, comme la plupart des banques centrales, la BCEAO a mis en place pour ses besoins internes un dispositif de suivi de la conjoncture. Ce dispositif comprend un mécanisme avancé de suivi des prix, ainsi que des enquêtes de conjoncture qualitatives (opinions des chefs d'entreprises) et quantitatives (chiffres d'affaires du commerce, production industrielle, suivi des conditions de banque) La diffusion de données statistiques par la BCEAO La BCEAO a historiquement accordé une place importante à la diffusion des statistiques socio-économiques des Etats membres de l UMOA, dans la mesure où elle est restée pendant longtemps, la seule institution supranationale de l'union. En tant qu'institution responsable de la politique monétaire commune, la BCEAO a une vision cohérente et globale de la situation économique des pays membres de l'union Monétaire Ouest Africaine. Par ailleurs, la diffusion au plan international des statistiques des pays de l'umoa a été, pendant longtemps, assurée par les organisations internationales, notamment le FMI et la Banque Mondiale. Pour pallier cette insuffisance, la BCEAO a mis en place des publications destinées au public, dans le but d'assurer la plus large diffusion possible des statistiques socioéconomiques des pays de l'umoa. Ces publications sont :

7 - les Notes d'information et Statistiques (NIS), à périodicité mensuelle, qui diffusent essentiellement des statistiques monétaires et financières, ainsi que certaines données socioéconomiques produites par les systèmes statistiques nationaux ; - le Rapport Annuel, qui comprend une annexe statistique présentant une large sélection de données sur les économies de l'umoa (secteur réel, prix, finances publiques, balance des paiements, monnaie et crédit, secteurs sociaux) ; - les bilans des banques et l'annuaire des banques qui paraissent annuellement. Cette large diffusion des informations répond au souci de la BCEAO de respecter les principes de transparence des politiques monétaires et financières édictés par le FMI. Pour renforcer l'accès du public aux informations qu'elle diffuse, le site de la BCEAO ( accorde une place importante aux statistiques. A ce titre, la BCEAO publie à intervalles réguliers une série d informations relatives à la politique monétaire, à la situation économique et monétaire des Etats membres de l'umoa, ainsi qu à sa situation comptable Organisation de l activité statistique à la BCEAO Pour conduire efficacement l activité statistique, nécessaire à la l exercice de la politique monétaire, la BCEAO, Institut d Emission des huit Etats membres de l UEMOA, a mis en place une organisation assurant une totale synergie entre les Directions Nationales, présentes dans chacun des pays, et le Siège. Les Directions Nationales sont notamment chargées de la collecte des données de base auprès du système financier et des autres agents économiques, ainsi que de leur traitement préliminaire, nécessaires à l élaboration des statistiques monétaires, de la balance des paiements et au suivi de la conjoncture économique. Le Siège assure la coordination de cette activité de production de statistiques, met à la disposition des Directions Nationales les informations complémentaires et procède à la validation des données. La fonction de diffusion des données est également conduite par les Directions Nationales et le Siège. Dans ce cadre, la Direction de la Recherche et de la Statistique au Siège et les Services de la Recherche et de la Statistique des Directions Nationales jouent un rôle de point focal, en assurant la centralisation et la diffusion des statistiques produites par la BCEAO Perspectives des activités statistiques à la BCEAO Depuis le début des années 90, la Banque Centrale des Etats de l'afrique de l'ouest a entamé un processus de réforme et de modernisation du système financier de l'umoa. Dans ce cadre, le système financier de l'umoa s'est progressivement diversifié au fil des années et comprend aujourd'hui l'ensemble des structures et organismes nécessaires au fonctionnement d'une économie moderne (marché financier régional, systèmes et moyens de paiement, marché des titres publics, marché monétaire, etc.). Dans le même temps, la modernisation et la libéralisation des règles et procédures de la BCEAO se sont poursuivies, afin d assurer la gestion monétaire par le marché. Ces évolutions se sont traduites par un accroissement substantiel des besoins statistiques de la BCEAO. Ainsi, dans les prochaines années, les actions de la BCEAO s'orienteront suivant les axes ci-après :

8 - améliorer la connaissance du fonctionnement des économies des pays de l'umoa. A cet égard, la BCEAO rationalisera et développera son système de collecte et de traitement de données statistiques, en synergie avec les instituts nationaux de statistique, les institutions régionales et internationales. La coopération avec les autres partenaires du système statistique constituera ainsi un axe majeur pour les années à venir ; - renforcer le suivi conjoncturel des économies de l'umoa, en mettant un accent particulier sur l'amélioration de la qualité des enquêtes de conjoncture et des modèles d'analyse de leurs résultats ; - moderniser les méthodes et pratiques statistiques, afin de les rendre conformes aux normes internationales. Ainsi, l'entrée en vigueur, depuis août 2001, du nouveau manuel de statistiques monétaires et financières du FMI, conduira la BCEAO à une revue de ses méthodes d'élaboration de statistiques monétaires et financières ; - renforcer la transparence et la crédibilité de l'action de la BCEAO, en mettant en place une politique de diffusion moderne, basée sur l'utilisation de technologies multimédias ; - assurer l'adéquation et la cohérence des statistiques monétaires et financières aux niveaux national et supranational, conformément à son statut de banque centrale commune à huit Etats ; - apporter sa contribution aux politiques de lutte contre la pauvreté, en produisant des données statistiques permettant d'éclairer les principaux aspects monétaires et financiers de la pauvreté.!!! Au total, eu égard à la place primordiale qu occupe la statistique dans ses activités, la BCEAO pourrait jouer un rôle important dans la mise en œuvre de la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique dans les pays de l UEMOA. -=-=-=-=-=-=-=-=-

BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ----------------------

BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ---------------------- BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ---------------------- Direction de la Recherche et de la Statistique APPUIS

Plus en détail

Plan de la présentation. 1 Fonctions statistiques d une banque centrale. Introduction. 1.1 - Enjeux de l activité statistique. statistique (suite)

Plan de la présentation. 1 Fonctions statistiques d une banque centrale. Introduction. 1.1 - Enjeux de l activité statistique. statistique (suite) Plan de la présentation LA PLACE DE LA STATISTIQUE DANS LES ACTIVITES DE LA Introduction Les fonctions s d une banque centrale Antonin S. DOSSOU Directeur de la Recherche et de la Statistique - La Statistique

Plus en détail

FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL. Adopté par le Comité intérimaire le 26 septembre 1999

FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL. Adopté par le Comité intérimaire le 26 septembre 1999 FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL Code de bonnes pratiques pour la transparence des politiques monétaire et financière : Déclaration de principes Introduction Adopté par le Comité intérimaire le 26 septembre

Plus en détail

SEMINAIRE CONTINENTAL DE L'ABCA

SEMINAIRE CONTINENTAL DE L'ABCA SEMINAIRE CONTINENTAL DE L'ABCA (Le Caire, du 9 au 11 mai 2016) STABILITE FINANCIERE : NOUVEAUX DEFIS POUR LES BANQUES CENTRALES - EXPERIENCE DE L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UMOA) Présentation de

Plus en détail

SUJET :BANQUE MONDIALE ET FMI PLAN D ETUDE :

SUJET :BANQUE MONDIALE ET FMI PLAN D ETUDE : SUJET :BANQUE MONDIALE ET FMI PLAN D ETUDE : INTRODUCTION PARTIE I : LES CRITIQUES SUBIES PAR LE FMI ET LA BANQUE MONDIALE (pourquoi reformer) PARTIE II: LES REFORMES PRECONISER POUR UNE MEILLEURE ADEQUATION

Plus en détail

PRESENTATION DE L AGENCE UMOA- Titres

PRESENTATION DE L AGENCE UMOA- Titres PRESENTATION DE L AGENCE UMOA- Titres I CREATION DE L AGENCE UMOA-Titres A. Le contexte Les interventions des Etats sur le marché financier régional se sont sensiblement accrues ces dernières années, en

Plus en détail

Problématique des politiques publiques au Bénin: défis et perspectives. Richard Georges SINSIN

Problématique des politiques publiques au Bénin: défis et perspectives. Richard Georges SINSIN Problématique des politiques publiques au Bénin: défis et perspectives Richard Georges SINSIN 1 Objectifs de la présentation Permettre aux participants : de mieux comprendre les politiques publiques mises

Plus en détail

Introduction. Le système financier Marocain. Ministère de l'économie et des Finances. Définition : http://www.votreguide.ma.

Introduction. Le système financier Marocain. Ministère de l'économie et des Finances. Définition : http://www.votreguide.ma. Le système financier Marocain Introduction Définition : -Le système financier comprend les institutions financières, les marchés financiers et l ensemble des règlements qui régissent la circulation de

Plus en détail

(Quels résultats dans les services publics pour mieux affronter les défis du développement économique et social?)

(Quels résultats dans les services publics pour mieux affronter les défis du développement économique et social?) Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Observatoire des Fonctions Publiques Africaines Gouvernement de la République du Bénin VERS UNE ADMINISTRATION ET UNE

Plus en détail

Systèmes financiers et financement de l économie

Systèmes financiers et financement de l économie Systèmes financiers et financement de l économie Plan du cours I. Généralités sur les systèmes financiers. II. Les besoins et les capacités de financement. III. Le financement bancaire et le développement

Plus en détail

Rapporteur : Louis VILLARET RAPPORT 1.2 ADMINISTRATION GENERALE EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES : RESEAU REVMED PARTICIPATION AU RESEAU REVMED, RESEAU MEDITERRANEEN DE COLLECTIVITES POUR L EVALUATION

Plus en détail

MECANISMES D EMISSION DES EMPRUNTS PUBLICS

MECANISMES D EMISSION DES EMPRUNTS PUBLICS MINISTERE D ETAT, MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union - Discipline - Travail DIRECTION GENERALE DU TRESOR ET DE LA COMPTABILITE PUBLIQUE DIRECTION DE LA DETTE PUBLIQUE

Plus en détail

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère Tom Pfeiffer Partner Audit Deloitte Sacha Thill Senior Consultant Operations Excellence & Human Capital Deloitte Soucieuses du bien-être et du développement

Plus en détail

CADRES DE POLITIQUE MONETAIRE EN AFRIQUE DANS UN CONTEXTE DE MUTATION DU PAYSAGE FINANCIER : EXPERIENCE DE LA BCEAO

CADRES DE POLITIQUE MONETAIRE EN AFRIQUE DANS UN CONTEXTE DE MUTATION DU PAYSAGE FINANCIER : EXPERIENCE DE LA BCEAO CADRES DE POLITIQUE MONETAIRE EN AFRIQUE DANS UN CONTEXTE DE MUTATION DU PAYSAGE FINANCIER : EXPERIENCE DE LA BCEAO Séminaire Continental ABCA, mai 2015 xx 1 PLAN 1 Evolution du cadre de politique monétaire

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION

POLITIQUE DE COMMUNICATION POLITIQUE DE COMMUNICATION Mise à jour en juillet 2010 POLITIQUE DE COMMUNICATION 1. MISE EN CONTEXTE... 2 2. FONDEMENTS DE LA POLITIQUE DE COMMUNICATION... 2 3. MISSION DU MINISTÈRE... 2 4. VALEURS...

Plus en détail

Atelier thématique «Stratégies de développement durable»

Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Par Christian BRODHAG École nationale supérieure des mines de Saint-Etienne (France) brodhag@emse.fr Le thème stratégie de développement durable

Plus en détail

L ASSEMBLEE NATIONALE POPULAIRE A DELIBERE ET ADOPTE,

L ASSEMBLEE NATIONALE POPULAIRE A DELIBERE ET ADOPTE, REPUBLIQUE DU CONGO Travail * Démocratie * Paix --------------- LOI N 27/82 DU 07/07/1982 SUR LA STATISTIQUE L ASSEMBLEE NATIONALE POPULAIRE A DELIBERE ET ADOPTE, LE PRESIDENT DU COMITE CENTRAL DU PARTI

Plus en détail

PROJET DE RENFORCEMENT DES CAPACITES EN FORMULATION, NEGOCIATION ET MISE EN ŒUVRE DES POLITIQUES COMMERCIALES " HUB & SPOKES"

PROJET DE RENFORCEMENT DES CAPACITES EN FORMULATION, NEGOCIATION ET MISE EN ŒUVRE DES POLITIQUES COMMERCIALES  HUB & SPOKES PRÉSENTATION TYPE D'UN CAS D'EXPÉRIENCE BURKINA FASO PROJET DE RENFORCEMENT DES CAPACITES EN FORMULATION, NEGOCIATION ET MISE EN ŒUVRE DES POLITIQUES COMMERCIALES " HUB & SPOKES" Date de la soumission

Plus en détail

LA MOBILISATION DES RESSOURCES INTERNES PAR LE TRESOR PUBLIC

LA MOBILISATION DES RESSOURCES INTERNES PAR LE TRESOR PUBLIC LA MOBILISATION DES RESSOURCES INTERNES PAR LE TRESOR PUBLIC De par ses attributions, le Trésor joue le rôle de caissier et de banquier dans la gestion des ressources publiques. Il est l agent financier

Plus en détail

Bulletin du FMI. La reprise de l Afrique de l Ouest menacée par la crise en Côte d Ivoire

Bulletin du FMI. La reprise de l Afrique de l Ouest menacée par la crise en Côte d Ivoire Bulletin du FMI AFRIQUE DE L OUEST La reprise de l Afrique de l Ouest menacée par la crise en Côte d Ivoire Bulletin du FMI en ligne 17 mars 2011 Marché à Monrovia (Libéria) : la crise qui persiste en

Plus en détail

Efficiente : elle évalue le rapport entre les moyens mis en œuvre et les résultats de l action publique.

Efficiente : elle évalue le rapport entre les moyens mis en œuvre et les résultats de l action publique. EVALUER LES POLITIQUES PUBLIQUES Les collectivités locales interviennent dans des champs de plus en plus étendus, depuis les services publics de la vie quotidienne jusqu aux politiques les plus complexes.

Plus en détail

Luxembourg. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Luxembourg. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Luxembourg Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Cartographie de compétences d un entrepreneur

Cartographie de compétences d un entrepreneur Cartographie de compétences d un entrepreneur Mission générale L entrepreneur définit la stratégie générale de l entreprise et supervise sa mise en œuvre Principales activités L entrepreneur fixe les objectifs

Plus en détail

Séminaire sur le partage des bonnes expériences et des défis en matière de e-gouvernance/e-administration

Séminaire sur le partage des bonnes expériences et des défis en matière de e-gouvernance/e-administration Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Original: Anglais Séminaire sur le partage des

Plus en détail

(SGDD) Unité du Système général de. diffusion des données. Département des statistiques du FMI. Janvier 2004

(SGDD) Unité du Système général de. diffusion des données. Département des statistiques du FMI. Janvier 2004 Le Système général g de diffusion des données (SGDD) Unité du Système général de diffusion des données Département des statistiques du FMI Janvier 2004 partement des statistiques 2 Le Système général g

Plus en détail

DIMENSION N 3: CONCEVOIR DES PRODUITS, SERVICES, MODÈLES DE PRESTATIONS ET DISTRIBUTION QUI RÉPONDENT AUX BESOINS ET PRÉFÉRENCES DES CLIENTS

DIMENSION N 3: CONCEVOIR DES PRODUITS, SERVICES, MODÈLES DE PRESTATIONS ET DISTRIBUTION QUI RÉPONDENT AUX BESOINS ET PRÉFÉRENCES DES CLIENTS DIMENSION N 3: CONCEVOIR DES PRODUITS, SERVICES, MODÈLES DE PRESTATIONS ET CANAUX DE DISTRIBUTION QUI RÉPONDENT AUX BESOINS ET PRÉFÉRENCES DES CLIENTS Série de Mise enoeuvre des NormesUniversellesde Gestion

Plus en détail

AVIS DE VACANCE DE POSTE TEMPORAIRE. Titre fonctionnel P-3 Économiste. Département/Division/Section RITD-ATPC

AVIS DE VACANCE DE POSTE TEMPORAIRE. Titre fonctionnel P-3 Économiste. Département/Division/Section RITD-ATPC UNITED NATIONS NATIONS UNIES Réf. No. HRSS/15/08/1262 AVIS DE VACANCE DE POSTE TEMPORAIRE Classe Titre fonctionnel P-3 Économiste Département/Division/Section RITD-ATPC Groupe professionnel Affaires Économiques

Plus en détail

Le bureau du recrutement et des concours

Le bureau du recrutement et des concours Cette brochure présente les conditions d inscription ainsi que les nouvelles épreuves applicables dès 2013 au concours d attaché d administrations parisiennes. Dans un souci pédagogique, divers indications

Plus en détail

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens.

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. Paris, le 15 juillet 2011 Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. L ABE (Autorité Bancaire Européenne) et les autorités de supervision nationales, dont l Autorité de contrôle

Plus en détail

Principales stratégies pour les années 1999-2001

Principales stratégies pour les années 1999-2001 L ISO en bref L ISO est l Organisation internationale de normalisation. Elle est composée des organismes nationaux de normalisation de pays grands et petits, industrialisés et en développement, de toutes

Plus en détail

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE ET EVOLUTION DU DISPOSITIF DE SUPERVISION DANS LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE ET EVOLUTION DU DISPOSITIF DE SUPERVISION DANS LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE Secrétariat Général Boîte Postale 1917 - Yaoundé République du Cameroun TELEX BANETAC 8343 KN Tél. (237) 223.40.30 (237) 223.40.60 Fax. (237) 223.82.16 12ème ASSEMBLEE

Plus en détail

DIRECTEUR DU PROJET D APPUI À LA GOUVERNANCE INSTITUTIONNELLE (PAGI)

DIRECTEUR DU PROJET D APPUI À LA GOUVERNANCE INSTITUTIONNELLE (PAGI) REPUBLIQUE DE MADAGASCAR GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT TERMES DE RÉFÉRENCE POUR LE RECRUTEMENT DU DIRECTEUR DU PROJET D APPUI À LA GOUVERNANCE INSTITUTIONNELLE (PAGI) I. Contexte et Justification

Plus en détail

SECTION DE MATURITE PLAN D ETUDE-CADRE ECONOMIE ET DROIT

SECTION DE MATURITE PLAN D ETUDE-CADRE ECONOMIE ET DROIT 13. c LYCEE JEAN-PIAGET NEUCHATEL SECTION DE MATURITE PLAN D ETUDE-CADRE ECONOMIE ET DROIT Objectifs généraux Les relations des hommes vivant en société, la façon dont ils utilisent les ressources à leur

Plus en détail

UNE AGENCE EUROPÉENNE DES DROITS FONDAMENTAUX?

UNE AGENCE EUROPÉENNE DES DROITS FONDAMENTAUX? UNE AGENCE EUROPÉENNE DES DROITS FONDAMENTAUX? L AEDH a pris connaissance avec intérêt de la décision du Conseil européen de Bruxelles d élargir le mandat de l Observatoire européen des phénomènes racistes

Plus en détail

Révision des enquêtes sur les mouvements de capitaux (projet investmentbop) Banques

Révision des enquêtes sur les mouvements de capitaux (projet investmentbop) Banques Information préliminaire Statistique Zurich, le 19 septembre 2013 Révision des enquêtes sur les mouvements de capitaux (projet investmentbop) Banques Table des matières Page 1. Aperçu 2 2. Objectifs de

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe 4.1 définir L innovation selon l insee, l innovation est un changement significatif de nature technique, commerciale, organisationnelle, structurelle ou de logique

Plus en détail

La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle

La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle par B. Ahier* La radioexposition professionnelle dans le parc mondial de centrales nucléaires n a cessé de diminuer depuis le début

Plus en détail

Organisé par la CONFEJES, du 17 au 21 septembre 2012 RAPPORT GENERAL

Organisé par la CONFEJES, du 17 au 21 septembre 2012 RAPPORT GENERAL FORMATION DES FORMATEURS EN ENTREPRENARIAT POUR LES CADRES DU MINISTERE DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA CULTURE (CADRES DE LA DIRECTION GENERALE DE LA JEUNESSE ET DE L AGENCE BURUNDAISE POUR L EMPLOI

Plus en détail

Innovations des statistiques officielles

Innovations des statistiques officielles MINISTERE DU PLAN ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ------------------- CENTRE NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES DIRECTION DES STATISTIQUES ECONOMIQUES ---------------- SERVICE DES STATISTIQUES

Plus en détail

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit MISSION DES AUDITS Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit Novembre 2011 Sommaire Objectifs de la fiche d organisation fonctionnelle 3 Domaine d application 3 Responsable

Plus en détail

Les instruments juridiques de la Banque centrale européenne

Les instruments juridiques de la Banque centrale européenne Les instruments juridiques de la Banque centrale européenne Légende: Examen des différents instruments juridiques dont dispose la Banque centrale européenne. Source: Bulletin mensuel de la BCE. dir. de

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Novembre 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE

INTRODUCTION GENERALE INTRODUCTION GENERALE Contrôle de Gestion I. Le Contrôle de Gestion 1. Définition Le contrôle de gestion est une forme de contrôle organisationnel. C est une forme de contrôle adaptée aux structures d

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/CN.3/2008/13 Conseil économique et social Distr. générale 12 décembre 2007 Français Original : anglais Commission de statistique Trente-neuvième session 26-29 février 2008 Point 3 l) de

Plus en détail

SOMMAIRE PRÉAMBULE... 3 I - L ÉVALUATION : UN OUTIL AU SERVICE DE L ACTION... 4 II - LA DÉONTOLOGIE DE L ÉVALUATION... 6

SOMMAIRE PRÉAMBULE... 3 I - L ÉVALUATION : UN OUTIL AU SERVICE DE L ACTION... 4 II - LA DÉONTOLOGIE DE L ÉVALUATION... 6 CHARTE DE L ÉVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES 1 SOMMAIRE Pages PRÉAMBULE... 3 I - L ÉVALUATION : UN OUTIL AU SERVICE DE L ACTION... 4 II - LA DÉONTOLOGIE DE L ÉVALUATION... 6 III - LE DISPOSITIF D ÉVALUATION

Plus en détail

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des dispositions de Bale II et Bale III dans l UMOA. Lieu : Salle

Plus en détail

----------- ----------- UNITE-PROGRES-JUSTICE CINQUIEME LEGISLATURE ----------- LOI N 008-2013 /AN

----------- ----------- UNITE-PROGRES-JUSTICE CINQUIEME LEGISLATURE ----------- LOI N 008-2013 /AN BURKINA FASO IV E REPUBLIQUE ----------- ----------- UNITE-PROGRES-JUSTICE CINQUIEME LEGISLATURE ----------- ASSEMBLEE NATIONALE LOI N 008-2013 /AN PORTANT CODE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES FINANCES

Plus en détail

Utilisez Solvabilité II comme une opportunité d amélioration : le projet du groupe Unipol

Utilisez Solvabilité II comme une opportunité d amélioration : le projet du groupe Unipol Utilisez Solvabilité II comme une opportunité d amélioration : le projet du groupe A propos du groupe : Gruppo Finanziaro S.p.A. est une holding et une société de services, cotée à la Bourse de Milan.

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE EN AFRIQUE DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA)

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE EN AFRIQUE DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE EN AFRIQUE DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INTRODUCTION Lors de sa 23 ème réunion ordinaire tenue à Abuja le 18 janvier 2000, le Conseil des

Plus en détail

1-Audit fiscal : I/Définition et objectifs de l audit fiscal :

1-Audit fiscal : I/Définition et objectifs de l audit fiscal : 1-Audit fiscal : I/Définition et objectifs de l audit fiscal : Toute mission d'audit, quelle qu'en soit sa nature, suppose une démarche et une méthodologie permettant d'atteindre son objectif avec le maximum

Plus en détail

Saisine F 1284. L'industrie du cinéma en France présente plusieurs singularités par rapport aux autres secteurs de l'économie :

Saisine F 1284. L'industrie du cinéma en France présente plusieurs singularités par rapport aux autres secteurs de l'économie : Saisine F 1284 Engagements de la Fédération Nationale des Distributeurs de Films, de la Fédération Nationale des Cinémas Français, de la Chambre Syndicale des Producteurs de Films et du Syndicat des Producteurs

Plus en détail

«EXPERIENCE DE LA BCEAO EN MATIERE DE COLLECTE, DE NORMALISATION ET DE FIABILISATION DES DONNEES DES ENTREPRISES DE LA CENTRALE DES BILANS»

«EXPERIENCE DE LA BCEAO EN MATIERE DE COLLECTE, DE NORMALISATION ET DE FIABILISATION DES DONNEES DES ENTREPRISES DE LA CENTRALE DES BILANS» «DONNEES DES ENTREPRISES NON FINANCIERES : EXPERIENCES INTERNATIONALES CROISEES» (Rabat, le 30 mars 2012) «EXPERIENCE DE LA BCEAO EN MATIERE DE COLLECTE, DE NORMALISATION ET DE FIABILISATION DES DONNEES

Plus en détail

mis à jour le 2 juin 2014

mis à jour le 2 juin 2014 mis à jour le 2 juin 2014 Réponses aux questions fréquemment posées sur le passage au 6 ème Manuel de balance des paiements et de la position extérieure globale (BPM6) et sur la disponibilité des données

Plus en détail

LE MARCHE DE LA MONNAIE

LE MARCHE DE LA MONNAIE LE MARCHE DE LA MONNAIE 1 Monnaie : Formes et Fonctions 2 La Création de Monnaie 3 La Banque Centrale 4 Théories Economiques et Monnaie 5 L Inflation 1 1 La monnaie : formes et fonctions Monnaie = ensemble

Plus en détail

Position de la COFACE sur le rôle des pensions alimentaires dans la lutte contre la pauvreté des familles monoparentales

Position de la COFACE sur le rôle des pensions alimentaires dans la lutte contre la pauvreté des familles monoparentales Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Confederation of Family Organisations in the European Union Position de la COFACE sur le rôle des pensions alimentaires dans la lutte contre

Plus en détail

Séminaire Technique International «Le développement rural en Méditerranée» 4-5 février 2014, Alger RECOMMANDATIONS

Séminaire Technique International «Le développement rural en Méditerranée» 4-5 février 2014, Alger RECOMMANDATIONS Séminaire Technique International «Le développement rural en Méditerranée» 4-5 février 2014, Alger RECOMMANDATIONS Le séminaire technique international sur «Le développement rural en Méditerranée», organisé

Plus en détail

Conseil d administration 319 e session, Genève, 16-31 octobre 2013 GB.319/INS/14/2

Conseil d administration 319 e session, Genève, 16-31 octobre 2013 GB.319/INS/14/2 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 319 e session, Genève, 16-31 octobre 2013 GB.319/INS/14/2 Section institutionnelle INS Date: 2 septembre 2013 Original: anglais QUATORZIÈME QUESTION

Plus en détail

Conseil national de la statistique

Conseil national de la statistique MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ------------- BURKINA FASO Unité - Progrès - Justice Conseil national de la statistique ELABORATION DU SCHEMA DIRECTEUR DE LA STATISTIQUE 2010-2015 VISION ET ORIENTATIONS

Plus en détail

Amélioration de l environnement des affaires dans la région Sud de la Méditerranée

Amélioration de l environnement des affaires dans la région Sud de la Méditerranée Amélioration de l environnement des affaires dans la région Sud de la Méditerranée Exemples d observatoires économiques par Mickaël LE PRIOL 24 juin 2014 Projet EBESM 2 Le Crocis (Paris, Ile-de-France,

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)?

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)? Stratégie nationale de de la Stratégie de de la de la République de Guinée Equatoriale. 2003-2008 Séminaire de présentation de la Stratégie de de la de la Guinée Equatoriale. Malabo, 25 janvier 2005 Présentation

Plus en détail

Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso. Jorgen Schytte/StillPictures

Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso. Jorgen Schytte/StillPictures Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso Jorgen Schytte/StillPictures 3 Collecte des données Questions traitées dans ce chapitre Quels outils utiliser pour recueillir des données sur l économie

Plus en détail

La cotation Banque de France à travers la crise et la sortie de crise. 14 avril 2011

La cotation Banque de France à travers la crise et la sortie de crise. 14 avril 2011 La cotation Banque de France à travers la crise et la sortie de crise 14 avril 2011 La connaissance des entreprises par la Banque de France La cotation pour les entreprises et les banques GEODE pour les

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU COORDONNATEUR DU PROJET DE MISE EN PLACE DES DISPOSITIFS NATIONAUX D EVALUATION

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU COORDONNATEUR DU PROJET DE MISE EN PLACE DES DISPOSITIFS NATIONAUX D EVALUATION TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU COORDONNATEUR DU PROJET DE MISE EN PLACE DES DISPOSITIFS NATIONAUX D EVALUATION Novembre 2008 1. Contexte La gestion des systèmes d éducation et de formation

Plus en détail

Module I COMPRENDRE L ENJEU, POLITIQUE, PRINCIPES ET CONTEXE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS DU DEVELOPPEMENT

Module I COMPRENDRE L ENJEU, POLITIQUE, PRINCIPES ET CONTEXE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS DU DEVELOPPEMENT LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS DU DEVELOPPEMENT Module I COMPRENDRE L ENJEU, POLITIQUE, PRINCIPES ET CONTEXE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS DU DEVELOPPEMENT 1 Les valeurs à partager pendant l

Plus en détail

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005 du 07 mai 2002

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

Avec la collaboration de : Avec le soutien de : ECOLES DE SAINT CYR COETQUIDAN

Avec la collaboration de : Avec le soutien de : ECOLES DE SAINT CYR COETQUIDAN Une compétition entre 15 équipes de 4 étudiants issus des filières gestion de la région Bretagne, organisée par l Ordre des Experts-Comptables de Bretagne, en collaboration avec les Ecoles de Saint-Cyr

Plus en détail

INDICE DE PRIX DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE (IPPI)

INDICE DE PRIX DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE (IPPI) Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne INDICE DE PRIX DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE (IPPI) Méthodologie et lien avec l indice de la production industrielle (IPI) Atelier sur les

Plus en détail

DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES

DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES (version proposée par l IRECUS) CONTEXTE S inscrivant dans le cadre de l Année internationale des coopératives, le Sommet international des coopératives

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE. 2014 à 2016. Planification stratégique Consortium en foresterie Version avril 2014 Page 1

PLANIFICATION STRATÉGIQUE. 2014 à 2016. Planification stratégique Consortium en foresterie Version avril 2014 Page 1 PLANIFICATION STRATÉGIQUE 2014 à 2016 Version avril 2014 Page 1 1. INTRODUCTION La forêt occupe une place importante pour la région de la Gaspésie et des Îles-de-la- Madeleine. Par conséquent, les besoins

Plus en détail

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE Introduction 1. L économie et la société bénéficient des performances de haute qualité des experts-comptables qui contribuent à l imputation et à

Plus en détail

AUDIT DES EXERCICES 2014, 2015 ET 2016 DES COMPTES DU PFCTAL/OCAL TERMES DE REFERENCE

AUDIT DES EXERCICES 2014, 2015 ET 2016 DES COMPTES DU PFCTAL/OCAL TERMES DE REFERENCE SECRETARIAT EXECUTIF DE L ORGANISATION DU CORRIDOR ABIDJAN-LAGOS PROJET DE FACILITATION DU COMMERCE ET DU TRANSPORT SUR LE CORRIDOR ABIDJAN-LAGOS (PFCTAL) DON IDA N H549-TG AUDIT DES EXERCICES 2014, 2015

Plus en détail

LA POLITIQUE AGRICOLE COMMUNE APRES 2013 - OUTILS DE GESTION DES RISQUES -

LA POLITIQUE AGRICOLE COMMUNE APRES 2013 - OUTILS DE GESTION DES RISQUES - RMI(11)9833:8 Bruxelles, le 20 avril 2012 LA POLITIQUE AGRICOLE COMMUNE APRES 2013 - OUTILS DE GESTION DES RISQUES - Réaction des agriculteurs et des coopératives agricoles de l'ue aux propositions législatives

Plus en détail

3 ème CONGRES DU RIZ EN AFRIQUE

3 ème CONGRES DU RIZ EN AFRIQUE 3 ème CONGRES DU RIZ EN AFRIQUE ALLOCUTION DU Dr Oumar NIANGADO Délégué de la Fondation YAOUNDE/CAMEROUN, 21-24 OCTOBRE 2013 Mesdames/Messieurs les Ministres (etc.) Permettez-moi tout d abord, au nom du

Plus en détail

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales Introduction! Dans un contexte de mondialisation croissante des affaires et de forte demande de création de valeur de la part des dirigeants, l acheteur doit non seulement parfaitement maîtriser ses techniques

Plus en détail

Quels outils de gestion financière locale? : pour plus d instruments de gestion et moins de normes juridiques

Quels outils de gestion financière locale? : pour plus d instruments de gestion et moins de normes juridiques Quels outils de gestion financière locale? : pour plus d instruments de gestion et moins de normes juridiques Mesdames et Messieurs ; A partir des interventions développées jusqu à présent, il me paraît

Plus en détail

Synthèse. Élaboration, rédaction et animation du projet d établissement ou de service. Recommandations. de bonnes pratiques professionnelles

Synthèse. Élaboration, rédaction et animation du projet d établissement ou de service. Recommandations. de bonnes pratiques professionnelles Synthèse Recommandations de bonnes pratiques professionnelles Élaboration, rédaction et animation du projet d établissement ou de service OBJET Les propositions de cette recommandation visent à : définir

Plus en détail

U IO EUROPÉE E. Bruxelles, le 6 février 2012 (OR. en) 2009/0035 (COD) PE-CO S 79/11 DRS 133 COMPET 624 ECOFI 896 CODEC 2464 OC 99

U IO EUROPÉE E. Bruxelles, le 6 février 2012 (OR. en) 2009/0035 (COD) PE-CO S 79/11 DRS 133 COMPET 624 ECOFI 896 CODEC 2464 OC 99 U IO EUROPÉE E LE PARLEME T EUROPÉE LE CO SEIL Bruxelles, le 6 février 2012 (OR. en) 2009/0035 (COD) PE-CO S 79/11 DRS 133 COMPET 624 ECOFI 896 CODEC 2464 OC 99 ACTES LÉGISLATIFS ET AUTRES I STRUME TS

Plus en détail

Note conceptuelle. Atelier de renforcement de la capacité nationale et de lancement de la plateforme électronique sur des semences WASIX

Note conceptuelle. Atelier de renforcement de la capacité nationale et de lancement de la plateforme électronique sur des semences WASIX Note conceptuelle Atelier de renforcement de la capacité nationale et de lancement de la plateforme électronique sur des semences WASIX A. Introduction Le Programme Semencier Ouest Africain (en anglais,

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr.: Générale 3 octobre 2001 Français Original: Anglais E/CN.7/2001/15 Commission des stupéfiants Reprise de la quarante-quatrième session Vienne, 12-14 décembre

Plus en détail

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS)

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Février 2005 1 I. INTRODUCTION La réalisation d une SNDS en général et d

Plus en détail

COUVERTURE DES RISQUES FINANCIERS DE L ETAT

COUVERTURE DES RISQUES FINANCIERS DE L ETAT ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSION ET PROGRAMME EXERCICE 2012 COMPTE DE COMMERCE COUVERTURE DES RISQUES FINANCIERS DE L ETAT MAI 2013 COMPTE DE COMMERCE COUVERTURE DES RISQUES FINANCIERS

Plus en détail

AVIS DE RECRUTEMENT UN COMPTABLE CLIENTS GROUPEMENT INTERBANCAIRE MONETIQUE DE TERMES DE REFERENCE. OBJET : Recrutement d un Comptable Clients.

AVIS DE RECRUTEMENT UN COMPTABLE CLIENTS GROUPEMENT INTERBANCAIRE MONETIQUE DE TERMES DE REFERENCE. OBJET : Recrutement d un Comptable Clients. Lot P 10, Ouest Foire, Route de l Aéroport - BP : 8853 Dakar Yoff Tél : (221) 33 869 95 95 Fax : (221) 33 820 54 65 Email: gim-uemoa@gim-uemoa.org - Site Web: www.gim-uemoa.org AVIS DE RECRUTEMENT UN COMPTABLE

Plus en détail

RÉPARTITION DES SIFIM

RÉPARTITION DES SIFIM Distr. GÉNÉRALE CES/AC.68/2000/9 8 février 2000 FRANÇAIS Original : ANGLAIS COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS EUROPÉENS ORGANISATION DE COOPÉRATION

Plus en détail

Page de garde - SRa 10/2010 Copyright AD Plus

Page de garde - SRa 10/2010 Copyright AD Plus 1 2 3 Ordre d jour Les surveillances et mesures Rappel des étapes niveau 2 Lancement niveau 3 Les surveillances et mesures Présentation des tableaux de bord par chaque exploitant Reprendre la politique

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

Chapitre 2 Le Commercial au sein du Système d'information mercatique

Chapitre 2 Le Commercial au sein du Système d'information mercatique Chapitre 2 Le Commercial au sein du Système d'information mercatique NRC - Gestion de Clientèle - 1ère année Document Étudiant Jean-Alain LARREUR 1.0 Table des matières Introduction 3 I - Le système d'information

Plus en détail

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 6 POLITIQUE DE COMMUNICATION

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 6 POLITIQUE DE COMMUNICATION COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 6 1.0 PRÉAMBULE La Commission scolaire de la Beauce-Etchemin reconnaît l importance du rôle des communications dans la poursuite de sa mission et dans

Plus en détail

PROGRAMME PANAFRICAIN DANS LE DOMMAINE COOPERATIF (PANACOOP)

PROGRAMME PANAFRICAIN DANS LE DOMMAINE COOPERATIF (PANACOOP) PROGRAMME PANAFRICAIN DANS LE DOMMAINE COOPERATIF (PANACOOP) Le projet d Intervention Panafricaine dans le domaine Coopératif (INPACOOP) est un projet qui émanait de la volonté du gouvernement du Canada

Plus en détail

ACCÈS À LA FINANCE ET RÉGLEMENTATION DE LA MICROFINANCE AU CAMBODGE. S.E. CHEA SEREY BANQUE NATIONALE DU CAMBODGE 18 février 2014

ACCÈS À LA FINANCE ET RÉGLEMENTATION DE LA MICROFINANCE AU CAMBODGE. S.E. CHEA SEREY BANQUE NATIONALE DU CAMBODGE 18 février 2014 1 ACCÈS À LA FINANCE ET RÉGLEMENTATION DE LA MICROFINANCE AU CAMBODGE S.E. CHEA SEREY BANQUE NATIONALE DU CAMBODGE 18 février 2014 2 1. RÉCENT DÉVELOPPEMENTS DE LA MICROFINANCE AU CAMBODGE, PARTENAIRE

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX

RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX 1 RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX La santé des élèves constitue un enjeu d'importance pour l'ecole : son incidence sur les apprentissages et la réussite scolaire,

Plus en détail

Carrefour. de l économie

Carrefour. de l économie 2006/9A année 10 Carrefour. de l économie «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.» Une nouvelle identité pour le SPF Economie

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

Niveau du poste Titre du poste Représentant à Bangui du Fonds fiduciaire européen pour la République Centrafricaine ("Fonds Bêkou")

Niveau du poste Titre du poste Représentant à Bangui du Fonds fiduciaire européen pour la République Centrafricaine (Fonds Bêkou) Ref. Ares(2015)2852973-07/07/2015 COMMISSION EUROPÉENNE Formulaire de description de poste Version descriptive du poste (Active) Poste no. Titulaire du poste Nom Profil du poste Position du poste AGENT

Plus en détail

Les préconisations par type de situation

Les préconisations par type de situation Les préconisations par type de situation Le tableau qui suit a été élaboré en mai 2007 à la suite d une étude sur la situation économique et financière des associations d aide aux personnes à domicile.

Plus en détail

PLAN : Introduction. Conclusion

PLAN : Introduction. Conclusion Bilan social PLAN : Introduction 1- Définition 2-Historique 3-Objectifs 4-Contenu 5-Principaux indicateurs d un BS 6-Les étapes de réalisation d un BS 7-Exploitation & limites 8- Valorisation des tableaux

Plus en détail

FORAGE ORBIT GARANT INC. État consolidé des résultats et du résultat étendu

FORAGE ORBIT GARANT INC. État consolidé des résultats et du résultat étendu États financiers Troisième trimestre terminé le 31 mars 2010 État consolidé des résultats et du résultat étendu PRODUITS TIRÉS DE CONTRATS 28 808 727 27 694 738 76 867 648 76 916 747 COÛT DES PRODUITS

Plus en détail