RELEVÉ DE NOTES DU SÉMINAIRE SERVICE CIVIQUE DU 23 SEPTEMBRE 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RELEVÉ DE NOTES DU SÉMINAIRE SERVICE CIVIQUE DU 23 SEPTEMBRE 2014"

Transcription

1 PRÉFET DE LA RÉGION RHONE-ALPES Direction Régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale Pôle Développement Social Territorial Service Jeunesse, Éducation Populaire et Vie Associative. RELEVÉ DE NOTES DU SÉMINAIRE SERVICE CIVIQUE DU 23 SEPTEMBRE 2014 Ouverture du séminaire par A. PARODI, directeur régional Jeunesse, Sports et Cohésion Sociale : Ce séminaire s inscrit dans le travail à mettre en œuvre au sujet du service civique et surtout de son accessibilité en mettant en exergue l accès pour tous et à la citoyenneté. Au démarrage du service civique, il a pu être indiqué qu il n était pas destiné aux non diplômés. Il apparaît donc important de travailler la question. L objectif présidentiel est fixé avec jeunes qui se seront engagés dans un service civique d ici L objectif quantitatif doit être tenu, mais aussi, l objectif qualitatif. Même si le taux de jeunes sans diplôme, ou relevant de ZUS (zones urbaines sensibles) n est pas nul, il doit s améliorer. Le service civique est au cœur des préoccupations des contrats de ville, même si les villes peu touchées par les ZUS se sentent moins concernées. Le service civique permet d aborder la jeunesse de manière positive, il doit permettre aux jeunes de se sentir citoyen, de reprendre confiance et de sublimer leur situation, notamment les jeunes les plus en difficultés (décrocheurs ou jeunes ayant une difficulté liée à une image dégradée). Pour les jeunes décrocheurs, un travail doit s engager avec les établissements scolaires pour permettre un service civique comprenant une formule avec un temps scolaire et un temps de service civique. Pour mémoire, lors de l Assemblée générale d Unis Cité, un jeune décrocheur apportait son témoignage. Par ailleurs, dans le plan jeunesse, le service civique est un axe central du plan. Dans une période parfois sombre, il convient de souligner et valoriser ce qui marche. 98 % des jeunes qui ont fait un service civique le recommanderaient à un ami. Il convient d inscrire dans ce dispositif les jeunes les plus en difficultés, comme pour les emplois d avenir, dans une logique d équité, d accessibilité, de conduite de projet, de tutorat. Le service civique ne doit pas correspondre à des propositions d actions pour les bac + 5, type ingénieur, mais il doit permettre une possible progression. Dans les structures, il faut inventer l engagement à plusieurs autour d un groupe hétérogène, plutôt qu accueillir un seul jeune en difficulté. Les pistes concrètes pour le service civique doivent être réfléchies avec le soutien du conseil régional, des collectivités. Intervention de Madame Sarah BOUKAALA, conseillère régionale, élue à la jeunesse : Depuis 2011, il est mené un travail en collaboration avec les services de l État sur le service civique. Il existe deux manières de voir le service civique : - Le service civique réservé à une petite élite qui correspond à un sous-salariat du secteur associatif, - Le service civique qui correspond à une formidable expérience pour les jeunes, qui s inscrit dans un tremplin pour l engagement, l insertion et permet aux jeunes d avoir une expérience de mobilité. C est, en collaboration avec les services de l État, que le Conseil Régional s engage pour un service civique de qualité avec : o Une reconnaissance du statut : par l attribution de la carte M RA (530 jeunes l ont demandée), la carte réduction TER Illico, les formations BAFA/BAFD, les formations du réseau SAVARA. o Un travail avec le réseau associatif et la mise en place de la plateforme CRAJEP.

2 Au niveau du conseil régional, un travail est mis en œuvre avec les services de Philippe MEIRIEU sur qui devrait permettre aux jeunes ayant accompli une mission de service civique d identifier, reconnaitre et faire reconnaitre les compétences acquises sur Intervention de Madame Hélène PAOLETTI, directrice de l Agence de Service Civique : Mme PAOLETTI souligne l importance du travail des services de l État, du conseil régional et des associations pour les jeunes. Le service civique n est pas destiné aux jeunes diplômés mais à tous. 30 % des jeunes n ont pas le bac et le service civique compte 58 % de filles. Il est nécessaire d avoir un équilibre qui corresponde à la société des jeunes. Pour tendre vers cet équilibre, nous pouvons collectivement nous appuyer sur les fondamentaux du service civique à savoir des missions non excluantes, un engagement de tous les jeunes et le travail à plusieurs. Le rapport de François CHEREQUE rappelle l objectif de jeunes en service civique en 2017 avec un objectif de qualité dont l accessibilité. Monsieur PARODI mentionne l idée de rassemblements de volontaires en 2015 avec : - Un rassemblement en avril à Valence, - Un rassemblement sur Lyon à une date ultérieure, après l été. Ces rassemblements correspondront aux 5 ans du service civique et la présence de Monsieur CHEREQUE pourrait être envisagée. MP Nectoux précise l origine du projet : ATD ¼ Monde et l Atelier des Friches ont conduit une expérience autour de l accueil de volontaires qui n auraient pas pu trouver une place pour s engager dans le service civique s ils n avaient pas eu cette collaboration particulière. De cette expérience est née la volonté de réfléchir avec d autres à cette question. Ainsi, un groupe de travail a partagé son expérience et son questionnement sur l accueil de jeunes éloignés. Ce partage d expériences est à porter à la connaissance de l ensemble des associations et collectivités, aujourd hui, afin d aller plus loin dans l accueil de volontaires éloignés du dispositif. Le déroulé de la journée : - Le matin : o Table ronde avec des témoignages de structures et des témoignages de jeunes (sous formes d enregistrements). La table ronde est animée par la MRIE qui a conduit des travaux sur la place des jeunes. - L après-midi : o Trois ateliers avec retour des propositions et pistes de travail. TABLE RONDE : Atelier des Friches, volontaire ATD ¼ Monde, Ville de Grenoble, Association de sauvegarde de l enfance et de l adolescence de Savoie, Mission locale d Albertville, avec une animation et des questions par la MRIE. Les interventions des structures ont été ponctuées par des témoignages enregistrés de volontaires, qui sont données sous l intitulé «témoignages des volontaires» dans la restitution globale du séminaire. Comment est-ce qu on se rencontre (jeune et structure) autour du service civique? Comment on s engage? L atelier des friches (petite structure) est une association dont le but est la mise en valeur de la nature en ville par l art ; les habitants participent aux installations. Il apparaissait que la structure avait des difficultés à aller au contact du public et que ce temps de difficulté a coïncidé avec le contact d une jeune qui a candidaté pour faire un Service Civique (SC) et la rencontre d ATD ¼ Monde. Ainsi, une équipe s est constituée autour de 2 volontaires d ATD, deux jeunes arrivés par le biais d ATD ¼ Monde et une personne ayant fait une demande spontanée. La rencontre avec les jeunes a fait l objet de plusieurs temps (individuel, collectif, informel) mais également des temps collectifs avec une formation où toute l équipe était impliquée (association + volontaires service civique). Il y a eu également pendant une semaine un temps particulier afin de prendre «possession des lieux, se connaître, se reconnaître et rencontrer les jeunes de la cité». 2

3 L entretien avec les jeunes? Il s est agi d un temps d échange sur les attentes de la mission et sur les attentes du jeune sur la mission. Pour la ville de Grenoble, il s agit d une volonté politique. L idée d accueillir 50 jeunes est assortie d une mixité sociale en plusieurs temps de rencontre. La ville de Grenoble est le référent du jeune, la structure : le tuteur. Le dossier de candidature du jeune comprend la description de toutes les missions possibles, le recrutement se fait en lien avec le tuteur. Même si les missions sont différentes, la 1 ère rencontre ne change pas. En effet, un jeune n a pas de vision concrète de la mission. Aussi, depuis 2013, il est mis en place une rencontre sur le lieu de la mission et ce qui importe est l intérêt du jeune pour la mission. Pour la mission locale d Albertville : il s agit d une action dans le cadre du raccrochage en lien avec la Sauvegarde de l Enfance et de l Adolescence. La durée des missions est de 6 mois et 8 à 10 jeunes sont accueillis. Les activités portent sur la rénovation, la restauration de patrimoine. Les volontaires sont connus par les partenaires sociaux (PJJ, centres sociaux ), mais pas par la mission locale. Dans un 1 er temps, les partenaires ont été informés collectivement pour l accueil de jeunes ; de plus, des entretiens individuels ont été assurés pour l accueil des jeunes de 16 à 21 ans. L accueil de jeunes de 16 ans nécessite un encadrement et un tutorat importants. La Sauvegarde de l Enfance assure des interventions auprès des jeunes en difficulté. Un travail a été élaboré entre les missions locales et la Sauvegarde afin d apporter une possibilité de solution pour le jeune. Il apparaît qu il est important pour les jeunes de ne pas être seul, visiblement c est le cas aussi pour les structures. Se mettre à plusieurs contribue à apporter de la force? Le faire ensemble : élément central du service civique? Comment on a réfléchi à la mission, comment on l adapte? La mission : élément central? Pour la mission locale : il s agit du 4 ème chantier où collectivement, on grandit avec les jeunes. Les modules sont adaptés pour permettre des choses concrètes et que les jeunes acquièrent des compétences qui leur serviront ultérieurement. Le module sur le projet professionnel et la confiance en soi se réalise en demi-groupe. Les jeunes partent trois jours à l extérieur. La démarche mise en œuvre est la suivante : 6 semaines de chantier (fort) ; 6 semaines chez un bailleur. Entre chaque séquence : intégration avec l UCPA dans le cadre de tourisme solidaire pour préparer le centre UCPA. Les modules : accès au code de la route, bilans de santé, liens avec le planning familial, liens avec les agriculteurs. Ce sont des temps où les jeunes progressent beaucoup. Pour la ville de Grenoble : le service civique n est pas que pour les jeunes diplômés, il n est pas que pour les jeunes non diplômés. Cela fait sens de trouver de la mixité. Pour les structures qui accueillent des jeunes les plus éloignés, un travail vise à reprendre des fondamentaux (arriver à l heure, assurer des missions techniques) ; il est important alors de disposer d un panel de missions (qui ne disposent pas toutes d agréments). L atelier des friches : au départ, la structure avait un besoin autour de la médiation, l attente était suffisamment large et s est déclinée en plusieurs étapes : aller à la rencontre du public : il s est avéré que ce n est pas forcément ce qui convenait le mieux. Aussi, grâce à l équipe de volontaires, la mission a été recadrée et réorientée ; cela a permis de répondre aux besoins d indépendance des jeunes et a permis également l adaptation de la mission aux besoins du quartier. Ce qui marche pour les jeunes «les plus éloignés» : c est le bouche à oreille. Ce n est pas facile de dire «je veux être volontaire.» La volonté ne veut pas dire qu on peut s engager dans une équipe. La rencontre ne doit pas être un entretien, mais un appui fort. Dans la mission avec l atelier des friches, ce qui a marché, c est que le tuteur «s est mouillé» avec les jeunes, tant physiquement que dans le positionnement. Il s agit 3

4 d un engagement réciproque, de progression de mission où le jeune peut apporter une touche sur cette mission et où la structure a laissé sa place, cet espace au jeune. Etre volontaire, c est déjà une partie du chemin. Comment on balise ce chemin? Comment on rencontre un jeune qui n a pas encore envisagé d être volontaire? Comment faire et vivre des choses ensemble? La question de l utilité et de l envie est importante pour les volontaires mais également pour les professionnels et les structures. L utilité correspond à une attente générale. Elle doit permettre aux jeunes de s en emparer. A l atelier des friches, les jeunes ont «reconstruit» leur mission. L utilité est dans les deux sens (structure et jeune). Pour la ville de Grenoble : il y a une rencontre avec le jeune au début de la mission et au bout de 6 mois. La mission doit être flexible, adaptée pour que les jeunes soient utiles, acquièrent des compétences. Les jeunes sont fiers d avoir «fait», d avoir tenu jusqu au bout. Il n est pas demandé à tous la même chose, fixé les mêmes objectifs. C est important de s adapter, de laisser cette place mais c est également parfois compliqué à gérer et à faire comprendre à chacun. Pour la Sauvegarde : le questionnaire passé aux jeunes dans le cadre du séminaire montre le «bout de chemin» que les jeunes sont capables d assurer. L utilité est testée aussi par l absence : comment gérer l absence dans le service civique? Dans le témoignage, il est indiqué : à quoi on sert? et les remarques : «j en ai marre» interrogent sur le «j en ai marre de quoi? de quoi je suis fier?» Quelles sont les difficultés, qu est-ce qui a été mis en place? qu est-ce qui n a pas réussi? Mission locale : Le travail en binôme ainsi que le tutorat sont très importants. Ce qui a été mis en place : un travail de régulation entre les partenaires avec un point individuel sur le jeune afin de croiser les regards plus un moment d écoute chaque jour entre le conseiller de la mission locale et l éducateur de la Sauvegarde afin d apporter si nécessaire une réaction rapide et éviter que les difficultés et les «soucis» s amplifient la nuit chez le jeune. Il faut varier les missions pour les jeunes et pour les adultes? Ville de Grenoble : Les jeunes doutent d eux et de nous. Ils ont parfois des parcours chaotiques et le rôle de la structure est de croire en le jeune à sa place. Il faut «aller les chercher». Il est mis en place une semaine d intégration en début de mission. Une formation de 3 jours consécutifs par 3 fois permet des liens permanents avec les tuteurs. Les jeunes testent les adultes des structures. Il apparaît des difficultés, dans un groupe, quand un jeune est absent et que les autres sont présents. Le principe d équité se trouve mis à mal. Il convient particulièrement d être dans la communication avec les jeunes, les voir régulièrement. Parfois, ce sont les tuteurs qui ont un «coup de blues». Le référent du volontaire et le référent tuteur sont formés. Un travail en amont vise à la sensibilisation. Le rôle de la structure est d être présente quand le tuteur a des doutes. Le tuteur référent sur la mission est autonome. Toutefois, si la situation est trop compliquée avec le jeune, c est la Ville de Grenoble qui prend le relais. Atelier des Friches : l équipe n est pas nombreuse. Quand un jeune décide de partir, cela a un impact sur l équipe, les tuteurs. Les difficultés sont partagés avec les tuteurs, l équipe, le conseil d administration de l association. Le cadre est posé à plusieurs niveaux. Dans un dialogue avec le jeune, il y a un espace pour questionner, comprendre ensemble : «tu quittes la mission, mais dans quel délai? Quelles sont les raisons de l abandon?» Il faut redéfinir la mission et la finir de façon satisfaisante pour le jeune et pour l équipe. ATD ¼ Monde : quand le jeune a décidé de rompre le service civique : il est rappelé que l on ne rompt pas un contrat comme cela ; en effet, deux personnes signent le contrat. Le temps nécessaire à une prise de recul a été organisé, trouvé, permis (celui du doute, du maintien du lien, de la décision). Il est rappelé l utilité du jeune quand il a envie de rompre. Quand le jeune est absent, il est important de l informer de l avancée de la mission. 4

5 Qu est-ce que cela apporte à la structure? Mission locale : il est très important de ne pas lâcher les jeunes après le service civique. La mission locale a mis en place un suivi renforcé, travaille sur les compétences et le savoir-être. Comment continuer à accompagner et assurer un accompagnement renforcé afin d aider le jeune à rebondir. Il est très important de ne pas lâcher les jeunes. Le travail au plus près des éducateurs permet un regard croisé afin de ne pas considérer le jeune uniquement sur l aspect du projet professionnel. Il faut tenir compte du jeune dans sa globalité. Ce partenariat demeure au-delà du SC. La Sauvegarde : il fait connaître le service, cela a des retombées sur le quartier. Le travail en lien avec la mission locale, pour les jeunes, favorise l accès aux dispositifs de droit commun. Ville de Grenoble : après le service civique : il convient de travailler sur les liens, le maillage sur la situation du jeune pour qu après le service civique, ce ne soit pas un vide pour le jeune et que des professionnels prennent le relais. L impact du service civique n est pas immédiat, s inscrit dans un parcours de vie écorchée. Il faut plus de temps. Il est important de créer des maillages pour que le jeune ne soit pas lâché. Atelier des friches : il est plus difficile pour les petites structures de suivre les jeunes, mais il est nécessaire d assurer un suivi. Les effets du service civique consistent en un «raccrochage» dans la vie. Avec ATD ¼ Monde, pendant la mission, il a été important d apporter des observations écrites, d analyser le service civique, son importance et les limites de la mission. Ses échanges ont été repris lors de la dernière semaine et ont permis à chacun et collectivement de se rendre compte du chemin parcouru. Notamment, il est apparu important d avoir des projets longs mais aussi plus courts qui restent, qui sont visibles, palpables. Ca rend compte aussi de ce que l on a appris sur soi-même, comment on a évolué. Volonté et engagement? Qu est-ce que cela apporte à chacun dans cette aventure? L importance des temps de recul pour chacun? Atelier des friches : une des grandes utilités du service civique : cela a permis une réflexion sur l association entre membres de l association et avec les autres ainsi qu une interrogation complète du service civique. ATD ¼ Monde : le service civique comprend du formel et de l informel. Il s agit aussi d un espace de liberté pour l association, pour le jeune ; cela se distingue du monde professionnel, du monde scolaire. Echanges avec la salle : MIETE : La place du handicap dans le service civique? CRAJEP : Dans le cadre du service civique, les personnes en situation de handicap sont avec les autres. Le service civique s adresse à tous les jeunes, tous les milieux, toutes les origines. Il reste un travail à faire pour le rendre encore plus accessible. ML : Il y a des jeunes qui ont une orientation MDPH (maison départementale du handicap) en mission de service civique. ADJD : Le service civique : accessible à tous. La sélection se réalise déjà sur dossier pour une association, ce qui amène à éliminer des jeunes. En entretien, les jeunes qui parlent moins bien sont moins retenus pour la mission. Il faut réfléchir sur la mission de service civique au sein de la structure comme un temps d apprentissage. Mission locale Grenoble : Le service civique est un moment où le jeune construit son avenir, sa vie. Un travail est mené sur les jeunes mineurs, des interrogations se font jour sur «faut-il porter le jeune à bout de bras», sur la 5

6 façon d accompagner la rupture, l errance. Il y a une préparation avant le service civique. Une réflexion à mener sur le dernier mois de la mission : quelles propositions pour les mineurs à faire aux parents? Ville de Grenoble : il faut accepter que le jeune ait envie d arrêter et accepter d anticiper la rupture de contrat que la décision vienne du jeune ou de la structure. Il faut accompagner cette rupture par la structure. Pour les mineurs, la ville de Grenoble réfléchit à un accompagnement par un conseiller budget. Unis Cité rappelle l importance du faire, de bien s entourer et insiste sur la notion d équipe. «on avance quand on parle». Hélène PAOLETTI : l agence de service civique va valoriser ce travail. Sur la question du handicap, l agence est sensible, effectivement, il reste des progrès à faire en ce sens car les jeunes en situation de handicap envisagent encore moins le service civique, il faut que l idée du service civique devienne possible. La solution pour les structures passe par le partenariat (avec dérogation). Se posent les questions suivantes : Comment on annonce le service civique? Comment on fait pour que les jeunes s y retrouvent? Il faut mettre la pression : par exemple, une structure envisage l accueil de 5 jeunes : OK mais 2 jeunes sans le bac. L indemnité peut être suspendue. Pour les mineurs : travailler le rapport à l argent. Compte-rendu rédigé par G. FAIVRE-SALVOCH Le 02/10/14 6

www.rhonealpes.fr Rhône-Alpes

www.rhonealpes.fr Rhône-Alpes www.rhonealpes.fr Accueillir et accompagner des jeunes en contrat d engagement de service civique Rhône-Alpes Alors que la jeunesse doit rester l âge des projets et des rêves, aujourd hui, dans notre région,

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mobilisation contre le décrochage scolaire Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mercredi 8 janvier 2014 SOMMAIRE Introduction : la Nation mobilisée contre le

Plus en détail

Les grandes fonctions du tuteur

Les grandes fonctions du tuteur Agence Erasmus+ Jeunesse & Sport Les grandes fonctions du tuteur Ce document rend compte de travaux effectués en ateliers par les participants lors des sessions de formation de tuteurs SVE organisées depuis

Plus en détail

L Etat dans l Eure SERVICE CIVIQUE UNIVERSEL. Edito de René BIDAL, Préfet de l Eure. Juin 2015

L Etat dans l Eure SERVICE CIVIQUE UNIVERSEL. Edito de René BIDAL, Préfet de l Eure. Juin 2015 L Etat dans l Eure Juin 2015 SERVICE CIVIQUE UNIVERSEL Edito de René BIDAL, Préfet de l Eure A compter du 1er juin, le Service Civique devient universel : tout jeune de 16 à 25 ans qui voudra s'engager

Plus en détail

Service Civique. Service civique. Esprit

Service Civique. Service civique. Esprit Service civique Esprit Contact : Nathalie Chaverot servicecivique@la-guilde.org Tel : 01 43 26 97 52 www.la-guilde.org www.service-civique.gouv.fr La loi du 10 mars 2010 a créé l engagement de Service

Plus en détail

Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ»,

Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ», Partenaires fondateurs DOSSIER DE PRESSE Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ» «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ», Construisons ensemble des voies nouvelles pour un sport utile à tous

Plus en détail

L Académie des Dalons

L Académie des Dalons L L est un projet expérimental d insertion sociale et professionnelle dans un dispositif global de soutien de jeunes en difficulté. Il s adresse aux volontaires âgés de 18 à 25 ans qui, sans formation

Plus en détail

Journée de formation - Service Civique

Journée de formation - Service Civique Journée de formation - Service Civique Accueillir et accompagner un jeune en engagement de Service Civique «Le tuteur, un rôle fondamental pour le respect de l esprit du Service Civique, et la réussite

Plus en détail

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015 Maison de l Enfance et de la Jeunesse 2 route de Keroumen 29480 Le Relecq Kerhuon 02 98.28.38.38 02.98.28.41.11 E-Mail : mej@mairie-relecq-kerhuon.fr Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans)

Plus en détail

Je veux faire mon service civique au Conseil Général du Bas-Rhin

Je veux faire mon service civique au Conseil Général du Bas-Rhin Je veux faire mon service civique au Conseil Général du Bas-Rhin Le Conseil Général souhaite vous accorder une place importante dans la vie publique en encourageant vos capacités de responsabilité et d

Plus en détail

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes)

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat Conseil Municipal des Enfants à Thionville Livret de l électeur et du candidat Elections du vendredi 18 novembre 2011 Mot du Maire Le Conseil Municipal des Enfants fait sa rentrée. Il joue un rôle essentiel

Plus en détail

Newsletter n 3 du 24/10/2014 www.capemploi54.fr. Votre partenaire privilégié pour l'emploi des travailleurs handicapés

Newsletter n 3 du 24/10/2014 www.capemploi54.fr. Votre partenaire privilégié pour l'emploi des travailleurs handicapés Newsletter n 3 du 24/10/2014 www.capemploi54.fr Votre partenaire privilégié pour l'emploi des travailleurs handicapés Le mot du Directeur L Edito du Directeur Cette 18e édition de la Semaine pour l emploi

Plus en détail

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse P R O J E T E D U C AT I F Association Espace Jeunesse I N T R O D U C T I O N Ce projet éducatif expose les orientations éducatives de l Association ESPACE JEUNESSE, chargée par la municipalité du Séquestre

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE

DOSSIER DE CANDIDATURE UFR ESTHUA, Tourisme et Culture DOSSIER DE CANDIDATURE année universitaire 201 2015 2016 Licence Parcours SPORTS et LOISIRS (Saumur) EQUITATION - OPTION 1 IFCE (Brevet Professionnel / Diplôme d Etat Jeunesse,

Plus en détail

Séminaire «L éducation non formelle, un projet pour les habitants dans la cité»

Séminaire «L éducation non formelle, un projet pour les habitants dans la cité» Séminaire «L éducation non formelle, un projet pour les habitants dans la cité» Organisé dans le cadre du IX Congrès International des Villes Educatrices Le Mercredi 13 septembre 2006 A l Ecole Normale

Plus en détail

Mon mémento Page 3. 1/ Pourquoi ce mémento? Page 4. 2/ Pourquoi s évaluer? Page 4. 3/ Comment utiliser ce mémento? Page 5

Mon mémento Page 3. 1/ Pourquoi ce mémento? Page 4. 2/ Pourquoi s évaluer? Page 4. 3/ Comment utiliser ce mémento? Page 5 «STAJ PRATIC BAFA» KIT PEDAGOGIQUE «STAJ PRATIC BAFA» MEMENTO ANIMATEUR Sommaire : Mon mémento Page 3 1/ Pourquoi ce mémento? Page 4 2/ Pourquoi s évaluer? Page 4 3/ Comment utiliser ce mémento? Page 5

Plus en détail

APPEL A PROJET 2015 FONDS INTERMINISTERIEL DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE HORS VIDEOPROTECTION(FIPD)

APPEL A PROJET 2015 FONDS INTERMINISTERIEL DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE HORS VIDEOPROTECTION(FIPD) PREFET DE LA VIENNE Direction Départementale de la Cohésion Sociale APPEL A PROJET 2015 FONDS INTERMINISTERIEL DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE HORS VIDEOPROTECTION(FIPD) [Référence : stratégie nationale

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

Les Chantiers de jeunes bénévoles

Les Chantiers de jeunes bénévoles Les Chantiers de jeunes bénévoles (instruction n 01-241 JS) I PREAMBULE Le chantier de jeunes bénévoles permet à des jeunes, à travers la réalisation collective d une activité utile, un apprentissage de

Plus en détail

Une première expérience professionnelle avant 18 ans!

Une première expérience professionnelle avant 18 ans! l e ssentiel Une première expérience professionnelle avant 18 ans! L information jeunesse en RHÔNE-ALPES S ommaire Quelques conseils... p. 2 Les jobs les plus accessibles... p. 3 Vos droits... p. 4 Les

Plus en détail

Dialogue citoyen et co-construction. Vers une nouvelle gouvernance

Dialogue citoyen et co-construction. Vers une nouvelle gouvernance Dialogue citoyen et co-construction Vers une nouvelle gouvernance 5 grandes finalités Fabriquer des politiques publiques, plus justes, plus adaptées, plus efficaces, plus innovantes et mieux comprises.

Plus en détail

Première partie. 1.2 Définir une ZUS. Indiquer les critères qui permettent à un quartier de bénéficier de l appellation ZUS.

Première partie. 1.2 Définir une ZUS. Indiquer les critères qui permettent à un quartier de bénéficier de l appellation ZUS. Vous êtes stagiaire au centre social de Champbenoist, un quartier de la ville de Provins en Seine et Marne, plus particulièrement rattaché à la référente famille. Un CADA est partenaire du centre social.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Forum de l emploi solidaire -

DOSSIER DE PRESSE Forum de l emploi solidaire - DOSSIER DE PRESSE Relations Presse : Abrasive Karine Michaud Tel : 04 26 00 25 16 E-mail : contact@abrasive.fr Communiqué de presse 17 octobre 2014 Forum de l emploi solidaire : une journée pour découvrir

Plus en détail

Sociale et solidaire, l association qui contribue au développement social et de l emploi pour améliorer les conditions de vie des habitants.

Sociale et solidaire, l association qui contribue au développement social et de l emploi pour améliorer les conditions de vie des habitants. Sociale et solidaire, l association qui contribue au développement social et de l emploi pour améliorer les conditions de vie des habitants. Association d habitants et d acteurs du territoire (collectivités,

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CESER

CONTRIBUTION DU CESER CONTRIBUTION DU CESER à l élaboration du Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles Cette contribution a été élaborée par la Commission «Éducation Formation» qui a tenu quatre

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Réforme de la politique de la ville Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Restitution de l atelier n 3 : Intitulé : Les communes et agglomérations concernées par

Plus en détail

Une association qui entreprend au service de l intérêt général

Une association qui entreprend au service de l intérêt général Une association qui entreprend au service de l intérêt général Des métiers au service du lien social L UFCV, UNE ASSOCIATION QUI ENTREPREND AU SERVICE DE L INTÉRÊT GÉNÉRAL 1907 Naissance de l Union Parisienne

Plus en détail

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine La plateforme de propositions de la FNASEPH Le Grenelle de la formation et de l accès à la vie sociale des Jeunes Handicapés Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine De la scolarisation aux

Plus en détail

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances RAPPORT COMMISSION PERMANENTE DU CONSEIL GENERAL DU 26 MARS 2013 Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances Conformément aux textes en vigueur

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Françoise TRUFFY, Présidente de la CDAPH 94. Bonjour,

Françoise TRUFFY, Présidente de la CDAPH 94. Bonjour, Françoise TRUFFY, Présidente de la CDAPH 94 Bonjour, Je me présente : J ai une formation de base d ergothérapeute et d infirmièreassistante sociale spécialisée en psychiatrie et comme pour faire, j ai

Plus en détail

Service Civique Eric Forti Délégué Général Ligue de l enseignement Val-d Oise

Service Civique Eric Forti Délégué Général Ligue de l enseignement Val-d Oise Service Civique Eric Forti Délégué Général Ligue de l enseignement Val-d Oise Le Service Civique Cadre général Qu est ce que le Service civique? C est la possibilité de s engager : pour des jeunes de 16

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

Référentiel des missions de Service Civique Guide à destination des structures souhaitant accueillir des volontaires en Service Civique

Référentiel des missions de Service Civique Guide à destination des structures souhaitant accueillir des volontaires en Service Civique Référentiel des missions de Service Civique Guide à destination des structures souhaitant accueillir des volontaires en Service Civique 1/21 Sommaire Le Service Civique en bref...3 1) Qu est-ce qu une

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

1Touchée ces vingt dernières années par la fermeture d importantes entreprises

1Touchée ces vingt dernières années par la fermeture d importantes entreprises Rester dynamique dans un contexte atypique 1Touchée ces vingt dernières années par la fermeture d importantes entreprises industrielles, la Saône-et-Loire est aujourd hui un département en décroissance.

Plus en détail

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Discours d ouverture du Forum des Associations 2009 Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Mesdames et Messieurs les élus, Mesdames et Messieurs les responsables associatifs,

Plus en détail

Manager dans la restauration

Manager dans la restauration Manager dans la restauration 2007 Je décide de poursuivre mes études en BTS Je réussis mon bac professionnel Je suis parti en stage en entreprise en Europe : une première pour moi! 3 2009 Je réalise enfin

Plus en détail

Ces différentes déclinaisons ont aussi pour but de former l enfant :

Ces différentes déclinaisons ont aussi pour but de former l enfant : La municipalité d Amboise a mené une réflexion afin d améliorer la qualité de l accueil périscolaire du matin et du soir, au sein des écoles maternelles et élémentaires de la commune. A partir de cette

Plus en détail

Chambre de métiers et de l artisanat de la Haute-Garonne LIVRET DU MAITRE D APPRENTISSAGE. Les clés pour réussir votre mission

Chambre de métiers et de l artisanat de la Haute-Garonne LIVRET DU MAITRE D APPRENTISSAGE. Les clés pour réussir votre mission Chambre de métiers et de l artisanat de la Haute-Garonne LIVRET DU MAITRE D APPRENTISSAGE Les clés pour réussir votre mission 2 L APPRENTISSAGE, UN PARCOURS «GAGNANT - GAGNANT» Côté entreprise : C est

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

«Stage découverte» Une semaine en entreprise Le livret Bienvenue chez XXXX

«Stage découverte» Une semaine en entreprise Le livret Bienvenue chez XXXX «Stage découverte» Une semaine en entreprise Le livret Bienvenue chez XXXX Le stagiaire : Le maître de stage : Le correspondant Ressources Humaines : Dates du stage : Inclure ici le logo de Sommaire -

Plus en détail

Recruter et intégrer des seniors

Recruter et intégrer des seniors Recruter et intégrer des seniors Fiche 5 Enjeux Le recrutement de seniors correspond à des enjeux spécifiques pour les entreprises, que cette action relève d une politique affichée de lutte contre les

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9 Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) 371.9 Un travail collectif : Renseignements aux parents d élèves ayant des besoins spéciaux ISBN 0-7711-3999-9 1. Éducation

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

Comment SE PRÉPARER. à la validation des acquis de son expérience

Comment SE PRÉPARER. à la validation des acquis de son expérience GUIDE POUR AGIR Comment SE PRÉPARER à la validation des acquis de son expérience JE BÂTIS MON PROJET PROFESSIONNEL Avec le soutien du Fonds social européen Pourquoi se préparer à la validation des acquis

Plus en détail

La formation professionnelle continue en 2013

La formation professionnelle continue en 2013 La formation professionnelle continue en 2013 UNIFORMATION : OPCA de l économie sociale La contribution «Formation» Les dispositifs de la formation professionnelle continue : Financement du plan de formation

Plus en détail

LES STAGIAIRES. 1. Qui sont les «stagiaires» au sens de la réglementation?

LES STAGIAIRES. 1. Qui sont les «stagiaires» au sens de la réglementation? LES STAGIAIRES 1. Qui sont les «stagiaires» au sens de la réglementation? La loi relative à l enseignement supérieur a défini enfin ce qu est un stage en milieu professionnel: il s agit d une «période

Plus en détail

Licence professionnelle Lean manufacturing

Licence professionnelle Lean manufacturing Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Lean manufacturing Université Claude Bernard Lyon 1 - UCBL Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

Exemples de démarches d évaluation de l utilité sociale

Exemples de démarches d évaluation de l utilité sociale Exemples de démarches d évaluation de l utilité sociale Hélène Duclos Trans-Formation 1 er février 2013 - Brest Auto-évaluation de l utilité sociale d une structure Auto-évaluation dans le cadre d un accompagnement

Plus en détail

Observatoire de l Enfance, de la Jeunesse et de l Aide à la Jeunesse. Audition au Sénat Lundi 11 mai 2015

Observatoire de l Enfance, de la Jeunesse et de l Aide à la Jeunesse. Audition au Sénat Lundi 11 mai 2015 Observatoire de l Enfance, de la Jeunesse et de l Aide à la Jeunesse Audition au Sénat Lundi 11 mai 2015 Plan Comment écouter les enfants vivant dans la pauvreté? Ce que l on en apprend? Comment traduire

Plus en détail

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d école des enfants est un moment privilégié durant lequel les enfants deviennent acteurs au sein de leur école, en faisant des propositions

Plus en détail

Fiche pratique. A qui s adresse les emplois d avenir? Quels employeurs?

Fiche pratique. A qui s adresse les emplois d avenir? Quels employeurs? Fiche pratique A qui s adresse l'emploi d'avenir? Quels employeurs? Quel type de contrat de travail? Quelle durée de contrat dans le cas du CDD? Quels engagements? Quel suivi? Quel financement du contrat?

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR PRÉAMBULE

RÈGLEMENT INTÉRIEUR PRÉAMBULE PRÉAMBULE RÈGLEMENT INTÉRIEUR Le présent règlement intérieur a pour objet de préciser les modalités de fonctionnement du conseil des sages et de déterminer les obligations de ses membres. Il fait référence

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale LE CRÉS DU CENTRE-DU-QUÉBEC SE VEUT UN LIEU DE CONCERTATION ET D HARMONISATION, UN LIEU DE PLANIFICATION DU DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL, UN LIEU D INTERFACE ET D ARRIMAGE

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DÉPARTEMENTALES. Pour les Maisons d assistants maternels (MAM)

RECOMMANDATIONS DÉPARTEMENTALES. Pour les Maisons d assistants maternels (MAM) RECOMMANDATIONS DÉPARTEMENTALES Pour les Maisons d assistants maternels (MAM) Edition 2008 2013 CDAJE 38 Commission départementale de l accueil des jeunes enfants CDAJE 38 1 Par dérogation à l article

Plus en détail

SERVICE ENFANCE-JEUNESSE REGLEMENT INTERIEUR. 11-17 ans

SERVICE ENFANCE-JEUNESSE REGLEMENT INTERIEUR. 11-17 ans SERVICE ENFANCE-JEUNESSE REGLEMENT INTERIEUR «POINT ACCUEIL JEUNES DE LA VILLE DE BEAUGENCY» 11-17 ans Le Point Accueil Jeunes est géré par le Service Enfance-Jeunesse de la ville de Beaugency représenté

Plus en détail

Diplôme d Université

Diplôme d Université Formation Continue Diplôme d Université Gérer et Développer votre Association I.A.E de Lyon - Université Jean Moulin - Lyon 3 6, cours Albert Thomas - BP 8242-69355 Lyon cedex 08 Tél. : 04 78 78 71 88

Plus en détail

L éducation populaire en Alsace

L éducation populaire en Alsace L éducation populaire en Alsace Actions et partenariats (avec les collectivités L ÉTÉ DE L ÉDUCATION POPULAIRE 1 L éducation populaire en Alsace ( Sommaire Édito de Philippe Richert, Président du Conseil

Plus en détail

s engage aux côtés de 6 associations dans le domaine de la solidarité dédiée à l enfance

s engage aux côtés de 6 associations dans le domaine de la solidarité dédiée à l enfance s engage aux côtés de 6 associations dans le domaine de la solidarité dédiée à l enfance L enfance au cœur de nos actions. La Fondation 29 Haussmann a retenu pour thème la lutte contre la rupture du lien

Plus en détail

La fonction publique en France

La fonction publique en France MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE édition 2013 La fonction en France Des métiers au service des citoyens les essentiels Dans la fonction, tous les agents

Plus en détail

La Préparation Opérationnelle à l Emploi Collective

La Préparation Opérationnelle à l Emploi Collective Un appui au recrutement de vos futurs salariés intérimaires La Préparation L essentiel de la POEC A la différence de la POE Individuelle, la POE n est pas conditionnée au dépôt préalable d une offre d

Plus en détail

TITRE DE VOTRE PROJET :...

TITRE DE VOTRE PROJET :... PREFET DE L AIN Nous vous invitons à prendre contact avec l un des référents mentionnés à l annexe 7 pour l accompagnement et le suivi de votre projet. Nous vous invitons à prendre connaissance avec attention

Plus en détail

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs LIVRET D ACCUEIL le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs 23, rue du docteur potain 75019 Paris 01 53 38 62 50 Portraits des membres du groupe d expression du SAVS par Catel

Plus en détail

Le cahier des charges du 2 ème appel à projets d Alter Incub Rhône-Alpes, l incubateur régional d entreprises sociales, précise le contexte dans

Le cahier des charges du 2 ème appel à projets d Alter Incub Rhône-Alpes, l incubateur régional d entreprises sociales, précise le contexte dans Le cahier des charges du 2 ème appel à projets d Alter Incub Rhône-Alpes, l incubateur régional d entreprises sociales, précise le contexte dans lequel s inscrit Alter Incub ainsi que les modalités et

Plus en détail

Rencontres Solidaires en Rhône-Alpes Edition 2010. «L économie sociale et solidaire, une invitation à vivre autrement!»

Rencontres Solidaires en Rhône-Alpes Edition 2010. «L économie sociale et solidaire, une invitation à vivre autrement!» Edition 2010 «L économie sociale et solidaire, une invitation à vivre autrement!» Après trois premières éditions qui ont rassemblé plus de 25 000 rhônalpins, la Région Rhône-Alpes lance, en partenariat

Plus en détail

Guide pour l élaboration du bilan nominatif du volontaire en Service Civique

Guide pour l élaboration du bilan nominatif du volontaire en Service Civique Guide pour l élaboration du bilan nominatif du volontaire en Service Civique Sommaire 1. Objectif du bilan nominatif de Service Civique...2 2. Méthode d élaboration du bilan nominatif de Service Civique...2

Plus en détail

Sommaire. Recruter et intégrer des seniors

Sommaire. Recruter et intégrer des seniors Fiche 5 Bonnes pratiques des entreprises en matière de maintien et de retour en activité professionnelle des seniors. Guide pour l action Recruter et intégrer des seniors Recruter des seniors, c est d

Plus en détail

E D I T O L A L E T T R E N 3 0. De l intérêt d un syndicat employeur

E D I T O L A L E T T R E N 3 0. De l intérêt d un syndicat employeur E D I T O Sommaire P1 L édito P2 Révision des classifications et rémunérations minimales : Accord à l unanimité P3 Suite révision des classifications P4 Accord sur la sécurisation de l emploi et le temps

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE 1 - LA DEFINITION DES OBJECTIFS DE LA SEQUENCE : - Ai-je bien identifié l objectif de la séquence? - Est-il clairement situé dans la progression générale

Plus en détail

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Rappel méthodologique Contexte & objectifs 1 2 Semaine pour l emploi des personnes handicapées : après avoir longtemps centré le regard

Plus en détail

Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire

Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire Pour adultes handicapés mentaux de la Meuse serésienne rue Hainchamps 77 siège social: a.s.b.l. Cesahm 4100 Seraing rue du Sewage 9 à 4100

Plus en détail

"Allô Parents Marseille" Parents d adolescents, Des professionnels à votre écoute.

Allô Parents Marseille Parents d adolescents, Des professionnels à votre écoute. "Allô Parents Marseille" Parents d adolescents, Des professionnels à votre écoute. QuickTime et un décompresseur TIFF (non compressé) sont requis pour visionner cette image. " Mieux faire connaître ce

Plus en détail

Point sur la démarche de renouvellement de projet du Centre Social et Culturel "La Colline"

Point sur la démarche de renouvellement de projet du Centre Social et Culturel La Colline Compte-rendu du CONSEIL d ADMINISTRATION du Mardi 31 mars 2015 Présents : Excusés : Absents : Mesdames BEAUDENON, BEAUFORT-LANCELIN, COIFFIER, CUBERA, FRAIGNEAU, GAILLARD, HATTRAIT, OUDIN, PREVOT, ZAYANI

Plus en détail

AGENDA 21 de Morne-à-l eau

AGENDA 21 de Morne-à-l eau AGENDA 21 de Morne-à-l eau Compte-rendu du COPIL 2 Vendredi 12 juillet 2013 Introduction M. Edmond Marcel : Bonjour mesdames et messieurs, ce comité de pilotage est un comité de préparation du Forum 21

Plus en détail

Maréchal Ardans-Vilain. Denis. "Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique." Programme. Michel Petiot.

Maréchal Ardans-Vilain. Denis. Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique. Programme. Michel Petiot. Canton Meudon - Chaville élections départementales Denis Cécile Maréchal Ardans-Vilain Alice Carton Michel Petiot Programme "Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique."

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES RELATIF AU PORTAGE DU LABEL CENTRE DE RESSOURCE ET D INFORMATION DES BENEVOLES (CRIB) DE L ORNE

APPEL A CANDIDATURES RELATIF AU PORTAGE DU LABEL CENTRE DE RESSOURCE ET D INFORMATION DES BENEVOLES (CRIB) DE L ORNE LE PREFET DE L ORNE Alençon, le janvier 014 APPEL A CANDIDATURES RELATIF AU PORTAGE DU LABEL CENTRE DE RESSOURCE ET D INFORMATION DES BENEVOLES (CRIB) DE L ORNE Contexte : Pour répondre aux besoins croissants

Plus en détail

GUIDE POUR AGIR. Comment identifier ses. SAVOIR-FAIRE et. ses QUALITÉS J ORGANISE MA RECHERCHE. Avec le soutien du Fonds social européen

GUIDE POUR AGIR. Comment identifier ses. SAVOIR-FAIRE et. ses QUALITÉS J ORGANISE MA RECHERCHE. Avec le soutien du Fonds social européen GUIDE POUR AGIR Comment identifier ses SAVOIR-FAIRE et ses QUALITÉS J ORGANISE MA RECHERCHE Avec le soutien du Fonds social européen Identifier ses savoir-faire et ses qualités, pour quoi faire? Vous ne

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSEE LE MERCREDI 1 ER AVRIL 2015 À L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

Management de la distribution

Management de la distribution NOUVELLE FORMATION RENTRÉE 2013 Master 2 Alternance Contrat PRO À LYON Management de la distribution C est quoi l IMMD? 30 130 ans d existence enseignants professionnels 4SITES à Roubaix, Lille, Paris,

Plus en détail

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 ARTICLE 1 : CONTEXTE Dans le prolongement de son Agenda 21 qui s intègre dans une logique de développement durable,

Plus en détail

Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE MISSION FORMATION «POLE ALTERNANCE»

Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE MISSION FORMATION «POLE ALTERNANCE» GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier MISSION FORMATION CONTINUE ET APPRENTISSAGE «POLE ALTERNANCE» LE CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM

CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM 1 ère partie Déclaration d intention JEAN-PAUL HAUTIER ADMINISTRATEUR PROVISOIRE ET DIRECTEUR DE LA RECHERCHE DE L ENSAM DIRECTEUR ES QUALITE DE

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

Programme Bourses Diversité et Réussite

Programme Bourses Diversité et Réussite Donner à chacun les meilleures chances de réussir Programme Bourses Diversité et Réussite La Fondation INSA de Lyon Ensemble développons notre vocation L INSA de Lyon tire sa force de l intégration de

Plus en détail

Liberté, égalité, citoyenneté : un Service Civique pour tous

Liberté, égalité, citoyenneté : un Service Civique pour tous Liberté, égalité, citoyenneté : un Service Civique pour tous Rapport sur l avenir du Service Civique, remis par Monsieur François CHEREQUE, Président de l Agence du Service Civique A Madame Najat VALLAUD-BELKACEM,

Plus en détail

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie Mots-clés de l aide à l autonomie Compensation Aide ou ensemble d aides de toute nature apportées à une personne subissant des altérations substantielles et durables de son état physique, intellectuel

Plus en détail

ETUDE SUR LES CONDITIONS D EMPLOI DE SERVICES A LA PERSONNE

ETUDE SUR LES CONDITIONS D EMPLOI DE SERVICES A LA PERSONNE ETUDE SUR LES CONDITIONS D EMPLOI DE SERVICES A LA PERSONNE PARUTION : JANVIER 2008 Etude sur les conditions d emploi de services à la personne UN SECTEUR EN FORTE CROISSANCE Le secteur des services à

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Dossier de candidature B.A.F.A CITOYEN 2015

Dossier de candidature B.A.F.A CITOYEN 2015 Dossier de candidature B.A.F.A CITOYEN 2015. Pièces à joindre : Dossier dûment rempli Justificatif de domicile prouvant la domiciliation sur territoire Roussillonnais depuis plus de 3 mois Un Curriculum

Plus en détail

LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE

LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE Renforcer l'autonomie des populations et la protection de leur environnement le partenariat continu pour apporter un

Plus en détail