«Aidants proches et professionnels de santé au domicile. Quelle place pour chacun?»

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Aidants proches et professionnels de santé au domicile. Quelle place pour chacun?»"

Transcription

1 Véronique Vercheval «Aidants proches et professionnels de santé au domicile. Quelle place pour chacun?» G. Aubouy XVIII journée de gériatrie CHU Dinant-Godinne-24/3/2015.

2 Présentation de l exposé 1. Situation de Mr et Mme L. 2. Que disent les textes légaux? 3. Difficultés rencontrées par les AP et les professionnels 4. Partenariat au domicile 5. Eléments de conclusion 6. Et pour le futur?

3 Situation de coordination à domicile Mr et Mme L. (75 ans). Propriétaires d une maison en ville. Un fils unique qui vit aux USA. Couple aidé depuis des années par MT AF et AM (AS). Mr souffre d une démence frontale qui s aggrave + Mme reçoit l annonce cancer gorge à un stade avancé Réseau informel «mis à mal» par les comportements de Mr, Mme épuisée, gère le quotidien, tâches ménagères (lever à 5h pour des lessives ), tensions psychologiques avec son mari AS Recours à une coordination d aide et de soins MT plaide pour un placement de Mr mais Mme refuse Couple «limite» financièrement, Mme décline les solutions de répit Mise en place d 1 infirmière + AS Mutuelle, CPAS, transports

4 Situation de coordination à domicile Mobilisation du réseau de professionnels: nbes réunions à domicile mais situation «sans issue» Mr refuse de quitter son domicile (peur de l inconnu) Mme aussi au départ (raisons affectives) mais peu à peu paraît d accord Hospitalisations «à répétition» de Mr quand Mme n en peut plus, hôpital propose lui aussi un placement Santé de Mme décline +++ (mauvais pronostic) hospitalisation Mr, incapable de rester seul à domicile en permanence, l est pour «raisons sociales» De retour à domicile, suspicion de violences au sein du couple Placement commun? Vente de la maison, déchirement de Mme (d origine hongroise, le couple a fui le bloc soviétique, ont refait leur vie en Belgique, souhait de laisser la maison à leur fils ) Laisser Mr «cheminer», alors que la santé de Mme se dégrade de + en + et sans certitude qu au final, il accepte cette idée d un placement?

5 Quelles réponses pour le couple? Besoins de Mr Surveillance santé, hospitalisations Réponse professionnelle Réponse professionnelle Besoins de Mme Médecin traitant Médecin traitant Surveillance santé, hospitalisations AS mutuelle + AS Suivi social, + CPAS démarches de placement Transports bénévoles/ Transports bénévoles/ Suivis médicaux et non-urgents non-urgents hôp, RDV Inf 7/7 Suivis médicaux et hôp, RDV Hygiène, incontinence, intégrité corporelle, habillage, médicaments AVJ AF 3x/sem AF 3x/sem AVJ Entretien du domicile AM 1x/sem AM 1x/sem Entretien du domicile??? Répit angoisse??? Ecoute, soutien psychologique Suspicion violence Respect Senior Respect Senior Suspicion violence

6 Textes légaux des professionnels du domicile Coordination d aide et de soins à domicile (RW): Répond à toute demande de personne (bénéficiaire, entourage, professionnel) sur les possibilités de maintien/retour à domicile Assiste le B et son entourage MR/MRS Relaie les besoins du B et de son entourage + maintien de son bien-être Conventions: service destiné au soutien de l entourage

7 Coordination (suite) «Représentant»: Représentant légal ou judiciaire du B, ou le mandataire délégué par lui «Entourage: «Toute personne intervenant à titre non professionnel, avec pour objectif la continuité/qualité du maintien à domicile, désigné par le B, dont l AP» «Réseau d aide/soins domicile»: MT, services/prestataires d aides et de soins à domicile et l entourage ( )»

8 Services d aides aux familles et aux personnes âgées (SAFPA RW) «AP»: Personne qui apporte régulièrement son aide à un bénéficiaire, à son domicile, hors cadre professionnel Services dispensent une aide à la vie quotidienne «en concertation avec l environnement familial et de proximité» L aide peut être étendue à l AP (guidance, info, soutien en matière d hygiène, rôle éducatif, tâches administratives ) Cette aide doit permettre à AP d améliorer/faciliter l aide apportée à son proche Aide aux AP aide «directe» (ex: entretien de son habitation)

9 Soins infirmiers (AR n 78) L'infirmier a pour rôle : D informer le patient et sa famille Peut, comme le MT, former l entourage du patient à dispenser certains actes de nursing, moyennant: Une autorisation nominative Pour une durée déterminée Détaillant les prestations techniques Sur base d un procédure de soins établie par le MT/inf

10 Quelles difficultés rencontrées à Aidant: domicile? «Sidération» à l annonce du diagnostic occultation infos complémentaires données au même moment (aides, limites ) QUI va les lui rappeler ensuite? (Besoin d INFORMATION est prégnant) Oscillation entre les épisodes de «crise» et impossibilité de considérer l ampleur de la situation «Turn-over» du personnel Manque de disponibilité de certains services (AF, GAD ) Coût global du maintien à domicile

11 Quelles difficultés rencontrées à Aidant: domicile? Relation avec l aidé: «imposition» de son rôle d AP ambivalence, culpabilité voire hostilité Nécessité de la reconnaissance de son expertise: tant de la part des professionnels («je ne suis pas une machine», méconnaissance de ses difficultés) que de l aidé («Il ne se rend pas compte de tout ce qui est mis en place, de l orgaistaion») Besoin d ECOUTE, de SOUTIEN Cultiver un «répit» : Au quotidien ET pour réfléchir à ses besoins ses attentes. Ses limites («je passe la main quand») Reste la question du COMMENT

12 Quelles difficultés rencontrées à Professionnels: domicile? Tentés par la «routine», «plaquer» des solutions toute faites souvent signe d un malaise professionnel Méconnaissance des solutions alternatives au domicile (court séjour, centre de jour, initiatives répit ) Manque de places dans ces structures Méconnaissance de certains dispositifs professionnels (art 7 décret SAFPA besoin d info) Frustration, communication parfois difficile avec l entourage (Cahier de liaison: «Vous appelez cela nettoyé?!»)

13 Quelles difficultés rencontrées à domicile? Coordination d aide et de soins: Axées indirectement» sur les AP Demandes +++, situations «méta-complexes», parfois limites du domicile Rarement appelés «en prévention» : interviennent lors de crises (hospitalisation, chute, dispute familiale, épuisement de l AP ) Coordonne des professionnels d horizons divers à domicile difficulté pour l AP de cerner le cadre, les limites de chacun (ex: AF: prestations «en heures inconfrtabels, soirées/we: centrées sur actes essentiels pour l aidé) AP: «multitâche» et sans limites

14 Quel partenariat à domicile? Niveau sociétal: Reconnaissance du statut d AP Projets/innovation sociale (Protocole 3 INAMI, répit à domicile, habitat kangourou ) Mise en place Cellule Alzheimer (RW): Plan axes: Communication uniforme et centralisée Accessibilité des opérateurs locaux Promotion accompagnement de qualité pour l aidant et l aidé Transfert de compétences réorganisation de la 1 ligne de soins «Re»définition de métiers existants (services sociaux, coordinations )?

15 Quel partenariat à domicile? Aidants proches: ASBL AP, travail avec les professionnels de 1 et de 2 lignes «Cheville ouvrière» du maintien à domicile Expertise «intuitive» à partager, interlocuteur à part entière Bénéfices liés au rôle d AP (source de gratification) Ressource à exploiter? Besoins cernés réponses existent (associatif groupe de parole, professionnelles répit ) Poursuivre travail spécifique autour des besoins propres de l AP quelle orientation vers quels professionnels de 2 ligne?

16 Quel partenariat à domicile? Professionnels: Domicile: chaque situation est par essence «unique» Mission de relais des besoins non-couverts politique Coordination: Prise en charge holistique de la personne (physique, social, psychologique, environnement de vie, ressources ) besoins/demandes plan «personnalisé» Travail en réseau: croiser les regards, sortir des certitudes Adapter les outils existants: décrets, dispositions légales (art 7-SAFPA), génogramme Formation: LA pierre d achoppement, où se rencontrent professionnels et AP

17 Eléments de conclusion Nécessité d allier expertise et proximité (! l éthique) Situation: unique, elle voit l agencement d un réseau (professionnels et proches) varié, activé à bon escient, il permet d anticiper les difficultés A condition de savoir où s adresser Temps et dialogue communication authentique (incluant la prise en charge et les imites) confiance Diversité: à la fois riche et déroutante fondamentaux «Qui fait qui? Dans quel cadre?» Mise en tension AP (limites élastiques) et professionnels (cadrés) Travail en réseau : ressource, mais le domicile = «prison» (aidé et AP) solutions «alternatives» prennent tout leur sens

18 Et pour le futur? Pouvoirs publics Soutien aux professionnels de 1 ligne d aide et de soins Contexte politique et budgétaire Repenser les métiers Clés Outils + formations (de base/continues) Aidants professionnels amenant outils/soutien pour permettre aux familles une compréhension éclairée de ce que vivent leurs proches Voix du patient en perte d autono mie Aidants proches reconnus comme meilleurs garants pour inscrire accompagnement dans la continuité de l histoire de vie

19 Et pour le futur? Génération «papy-boom»/ «sandwiche» va vieillir à aider en plus des proches qu elle épaule déjà quelle réponse politique, professionnelle? Ignorer la «fragilité» de l AP, c est oblitérer son avenir médico-psychologique et celui de l aidé. Maintien à domicile + augmentation de l espérance de vie santé publique «nouveaux» concepts (fragilité), s ajoutant à ceux de «maladies chroniques» ( recours accru aux services de santé ) et de «déclin fonctionnel» (nouveaux besoins: réadaptation fonctionnelle, psycho gériatrie, )

20 Et pour le futur? Consultations médicales Hospitalisa tions Maladies chroniques Prises en charge complexes Promotion de la santé Prévention Dépistage Surveillance Fragilité Déficits fonctionnels Soins informels Aide et soins à domicile Institutionn alisation

21 Des questions, remarques?.. Merci pour votre attention

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire avec des paramédicaux du chu d Amiens La Communication et la Relation d aide: une compétence de l infirmière Situation: mise en place du

Plus en détail

PRÉPARER LE RETOUR AU DOMICILE DU PATIENT : VOLET SOCIAL, VOLET SOIGNANT

PRÉPARER LE RETOUR AU DOMICILE DU PATIENT : VOLET SOCIAL, VOLET SOIGNANT PRÉPARER LE RETOUR AU DOMICILE DU PATIENT : VOLET SOCIAL, VOLET SOIGNANT FORMATION RÉGIONALE DES AIDES SOIGNANTES VENDREDI 20 MARS 2015 Florine MAGRIN Assistante sociale CHRU Besançon Odile ROMANET Cadre

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

Modalités d exercice en soins palliatifs

Modalités d exercice en soins palliatifs Modalités d exercice en soins palliatifs Dr Marie DELERUE DANEL Unité de soins palliatifs- Equipe mobile de soins palliatifs Hôpital Saint Vincent de Paul LILLE GHICL Diplôme universitaire de soins palliatifs

Plus en détail

DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF. Amandine Potier Psychologue 3C Besançon

DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF. Amandine Potier Psychologue 3C Besançon DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF Amandine Potier Psychologue 3C Besançon I Un dispositif d annonce : pourquoi? Le 28 novembre 1998 à Paris ont lieu les premiers états généraux de patients

Plus en détail

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE?

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? Item 142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? I/ Introduction 1 On rappelle la définition des soins palliatifs, par la S.F.A.P.

Plus en détail

HAD ET RESEAUX DE SOINS Béatrice JAUD, Coordinatrice des Soins

HAD ET RESEAUX DE SOINS Béatrice JAUD, Coordinatrice des Soins Béatrice JAUD, Coordinatrice des Soins 31 mai 2013 HAD Nantes & région mai 2013-BJAUD 2 n SOMMAIRE: - LE DISPOSITIF REGLEMENTAIRE - HOPITAL A DOMICILE: Présentation Objectif Les conditions d admission

Plus en détail

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par ANNEXE 6 CONVENTION TYPE RELATIVE AUX MODALITES DE COOPERATION ENTRE UN ETABLISSEMENT DE SANTE ET UN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES DANS LE CADRE D UNE FILIERE DE SOINS GERIATRIQUES

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX

RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX 1 RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX La santé des élèves constitue un enjeu d'importance pour l'ecole : son incidence sur les apprentissages et la réussite scolaire,

Plus en détail

TABLE RONDE DU 21/11/2001

TABLE RONDE DU 21/11/2001 TABLE RONDE DU 21/11/2001 Devenir parents est une aventure qui se construit au quotidien avec ses enfants. Dans notre société, les modifications récentes de la structure familiale comme les familles monoparentales

Plus en détail

Les soins palliatifs et d accompagnement. Mise en œuvre dans l établissement

Les soins palliatifs et d accompagnement. Mise en œuvre dans l établissement Mise en œuvre dans l établissement Une obligation légale La loi n 99-477 du 9 juin 1999 garantit, dans son premier article, le droit d accès aux soins palliatifs «Toute personne malade, dont l état le

Plus en détail

Prenons également en considération certains éléments notoires de notre étude comme :

Prenons également en considération certains éléments notoires de notre étude comme : Mesdames et Messieurs, Au regard d une analyse de la situation des aidants sur le plan national, au regard des rencontres avec les principaux acteurs de l accompagnement des aidants familiaux en Maine

Plus en détail

M Dury A Chemorin, Offres aux aidants familiaux :

M Dury A Chemorin, Offres aux aidants familiaux : Offres d accompagnement et de soutien destinées aux aidants familiaux : L expérience d une consultation mémoire de proximité M. DURY 1 A. CHEMORIN 2 S. DEBATTY 3 L. AUFRERE 4 M. E. FILIPE 5 P. MENECIER

Plus en détail

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE 5, avenue Louis-Blériot 63100 Clermont-Ferrand Tél. 0 820 200 444 Ou 04 73 36 00 37 Fax 04 73 42 98 77 contact@clinidom.fr www.clinidom.fr Finess 63 000 811 8

Plus en détail

Mardi 24 mai 2011. CLIC, Réseaux, MAI. CLIC et développement de la coordination

Mardi 24 mai 2011. CLIC, Réseaux, MAI. CLIC et développement de la coordination Mardi 3 ème rencontre nationale des Réseaux de santé Personnes Agées CLIC, Réseaux, MAI CLIC et développement de la coordination Intervention : Yvelise ABECASSIS, présidente A.N.C.CLIC - Association Nationale

Plus en détail

Voix et voies de l annonce en Cancérologie

Voix et voies de l annonce en Cancérologie Voix et voies de l annonce en Cancérologie Professeur BOLLA Michel Clinique Universitaire de Cancérologie Radiothérapie CHU Grenoble Voix et voies de l annonce en Cancérologie -Parcours du patient Approche

Plus en détail

RELATION D AIDE ET SOUTIEN DES AIDANTS FAMILIAUX. Une formation expérimentale à destination des professionnels soin à domicile en soins palliatifs :

RELATION D AIDE ET SOUTIEN DES AIDANTS FAMILIAUX. Une formation expérimentale à destination des professionnels soin à domicile en soins palliatifs : RELATION D AIDE ET SOUTIEN DES AIDANTS FAMILIAUX Une formation expérimentale à destination des professionnels soin à domicile en soins palliatifs : Journée Régionale de Soins Palliatifs Cité des Congrès

Plus en détail

Charte de partenariat du CLIC Métropole Nord Ouest Renseignements et informations : Monsieur Olivier MILOWSKI, Directeur, CLIC Métropole Nord Ouest, 100 rue du Général Leclerc 59350 SAINT ANDRE Téléphone

Plus en détail

Les Aidants proches et la loi Vous avez dit reconnaissance?

Les Aidants proches et la loi Vous avez dit reconnaissance? Les Aidants proches et la loi Vous avez dit reconnaissance? Bruxelles, 8 mai 2014 A. Tasiaux Centre Vulnérabilités et Sociétés alexandra.tasiaux@unamur.be Plan Introduction 1. Genèse de l étude sur les

Plus en détail

PRIOR Pays de la Loire Plateforme Régionale d Information et d Orientation pour les Maladies Rares / (Handicaps Rares) Pr D Bonneau CHU Angers

PRIOR Pays de la Loire Plateforme Régionale d Information et d Orientation pour les Maladies Rares / (Handicaps Rares) Pr D Bonneau CHU Angers PRIOR Pays de la Loire Plateforme Régionale d Information et d Orientation pour les Maladies Rares / (Handicaps Rares) Pr D Bonneau CHU Angers Contexte Maladies Rares Handicaps rares Prévalence < 1/2000

Plus en détail

L HOSPITALISATION A DOMICILE EN ILE DE FRANCE

L HOSPITALISATION A DOMICILE EN ILE DE FRANCE L HOSPITALISATION A DOMICILE EN ILE DE FRANCE ASSOCIATION PARTICIPANT AU SERVICE PUBLIC HOSPITALIER 15 Quai de Dion Bouton 92816 PUTEAUX Cedex www.santeservice.asso.fr Qu est-ce que l hospitalisation à

Plus en détail

SITUATION FAMILIALE COMPLEXE EN SOINS DE SUITE ET DE READAPTATION : COMMENT ACCOMPAGNER?

SITUATION FAMILIALE COMPLEXE EN SOINS DE SUITE ET DE READAPTATION : COMMENT ACCOMPAGNER? SITUATION FAMILIALE COMPLEXE EN SOINS DE SUITE ET DE READAPTATION : COMMENT ACCOMPAGNER? Modifiez le style des sous-titres du masque Muriel MAZIN, Conseillère en économie sociale et familiale Centre Médical

Plus en détail

6.3 - Séq.2 / Jeu de rôle («ABCD») / Étude de cas / paramédicaux et équipes professionnelles

6.3 - Séq.2 / Jeu de rôle («ABCD») / Étude de cas / paramédicaux et équipes professionnelles 01 Cas n o 1 Thème : Annonce d une mauvaise nouvelle : Madame S. FICHE À REMETTRE AU «PROFESSIONNEL» Vous êtes aide-soignante dans un établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes. Mme S.

Plus en détail

TEMPS D ACCOMPAGNEMENT SOIGNANT DANS LE DISPOSITIF D ANNONCE CHU DE CLERMONT-FERRAND

TEMPS D ACCOMPAGNEMENT SOIGNANT DANS LE DISPOSITIF D ANNONCE CHU DE CLERMONT-FERRAND TEMPS D ACCOMPAGNEMENT SOIGNANT DANS LE DISPOSITIF D ANNONCE CHU DE CLERMONT-FERRAND HISTORIQUE Lois Création des RCP Création des consultations LOIS Ce sont les Etats Généraux de 1998 des malades du cancer

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

2015-09-29. Réorganisation en santé : apprenez comment parler aux décideurs. Votre influence dans le nouveau réseau. Le pouvoir en santé

2015-09-29. Réorganisation en santé : apprenez comment parler aux décideurs. Votre influence dans le nouveau réseau. Le pouvoir en santé Réorganisation en santé : apprenez comment parler aux décideurs Votre influence dans le nouveau réseau Conférence présentée par Mathieu Santerre Associé et formateur agréé Conférence présentée par Mathieu

Plus en détail

Plaidoyer pour une éthique du «placement»

Plaidoyer pour une éthique du «placement» Plaidoyer pour une éthique du «placement» Pascal Poli Gériatre, Fondation Le Bon Sauveur d Alby (Albi), Groupe de réflexion «Éthique et Sociétés - Vieillesse et vulnérabilités», Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

SYNTHESE. AXE 1. Informer le patient, lui permettre d être au cœur des décisions qui le concernent

SYNTHESE. AXE 1. Informer le patient, lui permettre d être au cœur des décisions qui le concernent PLAN NATIONAL 2015-2018 pour le développement des soins palliatifs et l accompagnement en fin de vie SYNTHESE RAPPEL DES 4 AXES AXE 1. Informer le patient, lui permettre d être au cœur des décisions qui

Plus en détail

Définition, missions, fonctionnement des EHPAD Dr Sylvie HAULON Gériatre Chef de Service Hôpital Emile ROUX Hôpitaux universitaires Henri Mondor Problématiques Comment prendre en charge la dépendance de

Plus en détail

Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares»

Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares» Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares» (mars 2007) Ministère de la Santé et des Solidarités DHOS Bureau O4 1 Table des matières 1. DESCRIPTION DU CENTRE DE COMPETENCES...4 1.1 L'EQUIPE

Plus en détail

L accompagnement dans les maladies rares

L accompagnement dans les maladies rares L accompagnement dans les maladies rares Marie-Pierre BICHET Vice présidente de l Alliance Maladies Rares Poitiers 3 mars 2016 L accompagnement dans les maladies rares Vivre avec une maladie rare c est

Plus en détail

Le polyhandicap. Les positions politiques de l Unapei : Les Essentiels de l Unapei

Le polyhandicap. Les positions politiques de l Unapei : Les Essentiels de l Unapei Le polyhandicap Les Essentiels de l Unapei Les positions politiques de l Unapei : «La personne polyhandicapée est actrice de son parcours de vie et investie du pouvoir d agir sur son propre destin. Qu

Plus en détail

APYDOM. Service d aide à domicile. 7jours/7. aux personnes âgées ou handicapées. Rester chez soi, c est possible. Directrice : Nadine Tourlourat

APYDOM. Service d aide à domicile. 7jours/7. aux personnes âgées ou handicapées. Rester chez soi, c est possible. Directrice : Nadine Tourlourat APYDOM Service d aide à domicile aux personnes âgées ou handicapées 7jours/7 Agence : 4, rue de cerçay 94440 Villecresnes Directrice : Nadine Tourlourat La société Créée en septembre 2007, APYDOM est une

Plus en détail

CENTRES D AIDES MEDICALES, SOCIALES ET PSYCHOLOGIQUES

CENTRES D AIDES MEDICALES, SOCIALES ET PSYCHOLOGIQUES I. LES CENTRES MEDICO- PSYCHOLOGIQUES (CMP) CENTRES D AIDES MEDICALES, SOCIALES ET PSYCHOLOGIQUES Ces centres ont été créés avec trois objectifs fondamentaux pour la psychiatrie communautaire : Promotion

Plus en détail

UNE REPONSE AU DEFI MAJEUR DU SIECLE

UNE REPONSE AU DEFI MAJEUR DU SIECLE LES SOLUTIONS GERONTECHNOLOGIES: LES SOLUTIONS GERONTECHNOLOGIES: UNE REPONSE AU DEFI MAJEUR DU SIECLE Présntation de Sensatys (1/2) Présentation de Sensatys (1/2) Sensatys est une société de service active

Plus en détail

EVALUATION DE LA QUALITE DE VIE D UN GROUPE DE PATIENTS PORTEURS DE LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE

EVALUATION DE LA QUALITE DE VIE D UN GROUPE DE PATIENTS PORTEURS DE LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE EVALUATION DE LA QUALITE DE VIE D UN GROUPE DE PATIENTS PORTEURS DE LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE Pierre ALEXANDRE Kinésithérapeute Cadre de santé. Service central de rééducation Fonctionnelle Pr. Ch.HERISSON

Plus en détail

SITUATION PROFESSIONNELLE N 11 :

SITUATION PROFESSIONNELLE N 11 : SITUATION PROFESSIONNELLE N 11 : Vous êtes en PFMP à l ESAT (Etablissement et Service d Aide par le Travail) l EPI sur Avignon. Vous êtes en relation avec des jeunes adultes handicapés provenant de structures

Plus en détail

Dr Thierry VIMARD. Madame Pascale PERDON. Réseau L Estey Bordeaux.

Dr Thierry VIMARD. Madame Pascale PERDON. Réseau L Estey Bordeaux. Soins Palliatifs à domicile, l'indispensable réunion de concertation pluridisciplinaire. Congrès de Montréal. Mai 2013. Atelier C6. Dr Thierry VIMARD. Madame Pascale PERDON. Réseau L Estey Bordeaux. ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Les Services de Maintien à domicile : une mission de service public? Mardi 19 novembre 2013 CPAS de Liège

Les Services de Maintien à domicile : une mission de service public? Mardi 19 novembre 2013 CPAS de Liège Les Services de Maintien à domicile : une mission de service public? Mardi 19 novembre 2013 CPAS de Liège Plan Introduction Contexte général Contexte liégeois Présentation des services du Maintien à domicile

Plus en détail

Les sorties d hospitalisation des personnes âgées

Les sorties d hospitalisation des personnes âgées 28 Les sorties d hospitalisation des personnes âgées Méthodologie 1) Enquête exploratoire (février 2006 à janvier 2007) sur le retour à domicile des personnes âgées après hospitalisation 2) Analyse - Bilan

Plus en détail

Objectifs de cet atelier

Objectifs de cet atelier LES ATELIERS DE REGAIN La dynamique de groupe 2 Objectifs de cet atelier Finalité : développer la capacité d'un groupe de personnes à collaborer pour formuler son propre avenir et y parvenir en contexte

Plus en détail

LA PERSONNE DE CONFIANCE

LA PERSONNE DE CONFIANCE Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins du 8 octobre 2010 Dr Irène KAHN-BENSAUDE LA PERSONNE DE CONFIANCE Introduction L article 1111-6 du code de la santé publique,

Plus en détail

Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : annonce et accompagnement du diagnostic

Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : annonce et accompagnement du diagnostic Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : annonce et accompagnement du diagnostic Septembre 2009 Cadre juridique Accompagnement du diagnostic Prérequis à l annonce du diagnostic Cas particuliers Annonce

Plus en détail

Champs de pratiques du travail social au Luxembourg II Octobre 2013 Nadine Medinger

Champs de pratiques du travail social au Luxembourg II Octobre 2013 Nadine Medinger Champs de pratiques du travail social au Luxembourg II Octobre 2013 Nadine Medinger 1. Les établissements à séjour continu (Cipa, maisons de soins) 2. Les logements encadrés 3. Les établissements à séjour

Plus en détail

L Infirmière Coordinatrice en Pneumologie. 22/06/2010 Onco 28 Annie Perrier 1

L Infirmière Coordinatrice en Pneumologie. 22/06/2010 Onco 28 Annie Perrier 1 L Infirmière Coordinatrice en Pneumologie Annie Perrier 1 PARCOURS PATIENT Répond au cadre réglementaire tel que défini par le Plan Cancer RCP DISPOSITIF D ANNONCE MISE EN PLACE DU TTT SUIVI et ACCOMPAGNEMENT

Plus en détail

Filières et réseaux de gériatrie. Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca

Filières et réseaux de gériatrie. Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca Filières et réseaux de gériatrie Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca Population âgée en forte augmentation Augmentation de l espérance de vie à

Plus en détail

Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale

Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale Sandrine Thomas, cadre de santé Dr Léila KARAOUI, PH Service de réanimation néonatale Centre Hospitalier de Meaux Bref historique

Plus en détail

I - La loi poursuit deux objectifs principaux : renforcer la prévention et améliorer le dispositif d alerte et de signalement

I - La loi poursuit deux objectifs principaux : renforcer la prévention et améliorer le dispositif d alerte et de signalement DOSSIER : LA LOI DU 5 MARS 2007 REFORMANT LA PROTECTION DE L ENFANCE Elaborée au terme d une très large concertation, la loi n 2007-293 du 5 mars 2007 réformant la protection de l enfance poursuit trois

Plus en détail

LES FORMATIONS 2016. Médiateurs sociaux Encadrants d équipes Directions Élus, professionnels de l action sociale

LES FORMATIONS 2016. Médiateurs sociaux Encadrants d équipes Directions Élus, professionnels de l action sociale PROFESSIONNALISER LES ACTEURS DE LA MÉDIATION SOCIALE LES FORMATIONS 2016 Médiateurs sociaux Encadrants d équipes Directions Élus, professionnels de l action sociale w w w. f r a n c e m e d i a t i o

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE AU DOMICILE : SPECIFICITES ET IMPLICATIONS

LA PRISE EN CHARGE AU DOMICILE : SPECIFICITES ET IMPLICATIONS LA PRISE EN CHARGE AU DOMICILE : SPECIFICITES ET IMPLICATIONS Introduction Laurie MARINO LA PRATIQUE DU PSYCHOLOGUE A DOMICILE : une pratique récente Il y a peu de traces de celle-ci avant les années 70

Plus en détail

GERER LE POSSIBLE en Soins Palliatifs la nuit, à domicile. La collaboration interprofessionnelle. Atelier A

GERER LE POSSIBLE en Soins Palliatifs la nuit, à domicile. La collaboration interprofessionnelle. Atelier A GERER LE POSSIBLE en Soins Palliatifs la nuit, à domicile. La collaboration interprofessionnelle. Atelier A Référents: Mmes Sonia Vrtacic, infirmière spéc. en oncologie et SP, membre de l EMSP Voltigo,

Plus en détail

Regards croisés sur le maintien dans l emploi et la prise en charge à domicile des malades Alzheimer jeunes

Regards croisés sur le maintien dans l emploi et la prise en charge à domicile des malades Alzheimer jeunes Regards croisés sur le maintien dans l emploi et la prise en charge à domicile des malades Alzheimer jeunes Dr V Langlois-Gey, MDPH 87 Dr L. Moreau, Conseil Général 87 11 ème journée ALOIS «Alzheimer et

Plus en détail

LE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE

LE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE LE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE Comment faire appel à un psychologue? Demande du patient Orientation par un professionnel A quel moment de la prise en charge peut-on le solliciter? A tout moment de la maladie

Plus en détail

I. Rôle et fonction de l éducateur :

I. Rôle et fonction de l éducateur : La Résidence Sociale Jeune a été créée en 2002 pour recevoir des jeunes de 18 à 25 ans et plus. Elle offre 20 logements autonomes à loyers modérés. La Résidence Sociale est gérée par le PACT 04. L ADSEA

Plus en détail

RECOMMANDATIONS NATIONALES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DU CANCER DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ

RECOMMANDATIONS NATIONALES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DU CANCER DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ RECOMMANDATIONS NATIONALES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DU CANCER DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ Mesure 40 du plan cancer Novembre 2005 Introduction Le dispositif d annonce est une mesure

Plus en détail

L approche d un réseau de santé lors de l entrée en EHPAD: Cas cliniques

L approche d un réseau de santé lors de l entrée en EHPAD: Cas cliniques LA PLACE DE L EHPAD DANS LA FILIÈRE GÉRIATRIQUE L approche d un réseau de santé lors de l entrée en EHPAD: Cas cliniques Un réseau de santé, c est quoi Les circulaires 2007-88 du 8 mars 2077, 2007-17 du

Plus en détail

La formation des demandeurs d emploi en Limousin

La formation des demandeurs d emploi en Limousin La formation des demandeurs d emploi en Limousin EXPERIENCE La Région Limousin avait depuis 2005 engagé un partenariat avec les ASSEDIC pour coordonner l offre de formation aux demandeurs d emploi et leur

Plus en détail

Construire et organiser son réseau

Construire et organiser son réseau Journées Santé Travail 23 & 24 octobre 2012 Construire et organiser son réseau «Maintien dans l emploi» pour une optimisation de sa démarche partenariale précoce Séverine CHARTRAIN, Responsable du SAMETH

Plus en détail

Le diabète de type 2. 1. Contexte

Le diabète de type 2. 1. Contexte Le diabète de type 2 1. Contexte Le diabète de type 2 est une maladie caractérisée par une hyperglycémie chronique, c est-à-dire par un taux trop élevé de sucre dans le sang. Cette maladie survient généralement

Plus en détail

CHARTE DES CMS. www.avasad.ch

CHARTE DES CMS. www.avasad.ch CHARTE DES CMS www.avasad.ch ÉDITORIAL Vous avez entre les mains la nouvelle charte des Centres médico-sociaux (CMS). Ce document de référence, validé par le Conseil d Etat le 13 avril 2011, fonde la relation

Plus en détail

REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE

REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE Direction Générale Adjointe de la Solidarité Direction Enfance-Famille Service des projets, de la tarification et du contrôle des établissements REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE

Plus en détail

HAD/SAMU QUELLE INTERFACE POUR LA PRISE EN CHARGE DES PATIENTS EN SOINS PALLIATIFS? Dr Cathy GERLES AURILLAC. Congrès CHADA 20/11/2014

HAD/SAMU QUELLE INTERFACE POUR LA PRISE EN CHARGE DES PATIENTS EN SOINS PALLIATIFS? Dr Cathy GERLES AURILLAC. Congrès CHADA 20/11/2014 HAD/SAMU QUELLE INTERFACE POUR LA PRISE EN CHARGE DES PATIENTS EN SOINS PALLIATIFS? Dr Cathy GERLES AURILLAC Congrès CHADA 20/11/2014 HAD Aurillac 1 RETOUR d EXPERIENCE Étude d une collaboration RESAPAC

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL SSIAD

LIVRET D ACCUEIL SSIAD Centre Hospitalier LE FAOUET 36, rue des Bergères 56320 LE FAOUET Tél.: 02 97 23 35 18 Standard : 02 97 23 08 99 LIVRET D ACCUEIL SSIAD SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE Page1/8 SOMMAIRE I. Organisation

Plus en détail

LE DISPOSITIF D ANNONCE

LE DISPOSITIF D ANNONCE LE DISPOSITIF D ANNONCE 1 Objectifs Mis en oeuvre par la Ligue contre le Cancer suite aux Etats Généraux des malades de 1998 Introduit dans le premier Plan Cancer (2003-2007) Accompagner et soutenir l'annonce

Plus en détail

Service de LIVRET D ACCUEIL SOINS À DOMICILE. du Bassin d Arcachon Sud. www.agglo-cobas.fr

Service de LIVRET D ACCUEIL SOINS À DOMICILE. du Bassin d Arcachon Sud. www.agglo-cobas.fr LIVRET D ACCUEIL Service de SOINS À DOMICILE du Bassin d Arcachon Sud EDITO L association «Service de Soins à Domicile du Bassin d Arcachon Sud» s est fixé pour objectif de veiller à contribuer au maintien

Plus en détail

Nouvelles logiques de travail à l hôpital : opportunité pour la profession infirmière?

Nouvelles logiques de travail à l hôpital : opportunité pour la profession infirmière? Nouvelles logiques de travail à l hôpital : opportunité pour la profession infirmière? Vers une synergie entre la direction du département infirmier et la direction des ressources humaines : pistes de

Plus en détail

SOUTENIR LA DYADE AIDÉ-AIDANT : QUI SONT NOS PARTENAIRES?

SOUTENIR LA DYADE AIDÉ-AIDANT : QUI SONT NOS PARTENAIRES? SOUTENIR LA DYADE AIDÉ-AIDANT : QUI SONT NOS PARTENAIRES? Des services et du soutien dans les communautés pour les personnes touchées par la maladie d Alzheimer/maladies apparentées RÉDIGÉ PAR Mme Magalie

Plus en détail

Appel à candidature. Plateformes de services médico-sociaux en faveur des personnes âgées en risque de perte d autonomie. Document n ARS/AAC/DAMS

Appel à candidature. Plateformes de services médico-sociaux en faveur des personnes âgées en risque de perte d autonomie. Document n ARS/AAC/DAMS Appel à candidature Plateformes de services médico-sociaux en faveur des personnes âgées en risque de perte d autonomie Document n ARS/AAC/DAMS Contexte Les besoins à satisfaire et les orientations du

Plus en détail

CONSEILS AUX AIDANTS : ADOPTER LA BONNE ATTITUDE et PRESERVEZ VOUS

CONSEILS AUX AIDANTS : ADOPTER LA BONNE ATTITUDE et PRESERVEZ VOUS CONSEILS AUX AIDANTS : ADOPTER LA BONNE ATTITUDE et PRESERVEZ VOUS 1. Bien communiquer avec la personne atteinte de la maladie d Alzheimer Même si la personne malade semble se désintéresser de son entourage,

Plus en détail

Accompagner le changement dans le secteur médicosociale: Rôle et place de la formation

Accompagner le changement dans le secteur médicosociale: Rôle et place de la formation Accompagner le changement dans le secteur médicosociale: Rôle et place de la formation Journées allocation de ressources 3 et 4 avril 2014 La CNSA, en bref Établissement public créé par la loi du 30 juin

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS À DOMICILE ET EN EHPAD. Plan L ÉVALUATION. Charge en soins. Les Soins palliatifs au domicile

SOINS PALLIATIFS À DOMICILE ET EN EHPAD. Plan L ÉVALUATION. Charge en soins. Les Soins palliatifs au domicile SOINS PALLIATIFS À DOMICILE ET EN EHPAD Dr Nathalie Nisenbaum Réseau Arc en Ciel Mars 2013 Plan Les soins palliatifs au domicile Les réseaux de soins palliatifs Un cas clinique Les soins palliatifs en

Plus en détail

Accompagnement des personnes âgées à domicile:

Accompagnement des personnes âgées à domicile: Accompagnement des personnes âgées à domicile: Réseaux de santé gérontologiques et centres locaux d information et de coordination gérontologiques, deux acteurs complémentaires et incontournables IFSI

Plus en détail

Projet médico-social 2013-2017

Projet médico-social 2013-2017 Projet médico-social 2013-2017 C E N T R E H O S P I T A L I E R R É G I O N A L D O R L É A N S Hôpital Porte Madeleine 1, rue Porte Madeleine BP 2439 45032 Orléans cedex 1 Le service social de par ses

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF DE L ADAP

PROJET ASSOCIATIF DE L ADAP PROJET ASSOCIATIF DE L ADAP RAPPEL HISTORIQUE C est au travers de l histoire de l ADAP et notamment les raisons qui ont motivé sa création, les transformations de son activité et de son fonctionnement

Plus en détail

JALMALV «Jusqu A La Mort, Accompagner La Vie» : pourquoi?

JALMALV «Jusqu A La Mort, Accompagner La Vie» : pourquoi? «Jusqu A La Mort, Accompagner La Vie» : pourquoi? : un mouvement né il y a près de trente ans, en réaction aux conditions de fin de vie souvent inhumaines des années 1980 > Les progrès considérables de

Plus en détail

Cahier des charges. DISPOSITIF DE MAINTIEN ET D ACCCOMPAGNEMENT A DOMICILE (DMAD) DISPOSITIF D ACCOMPAGNEMENT AU RETOUR en FAMILLE (DARF)

Cahier des charges. DISPOSITIF DE MAINTIEN ET D ACCCOMPAGNEMENT A DOMICILE (DMAD) DISPOSITIF D ACCOMPAGNEMENT AU RETOUR en FAMILLE (DARF) Cahier des charges DISPOSITIF DE MAINTIEN ET D ACCCOMPAGNEMENT A DOMICILE (DMAD) DISPOSITIF D ACCOMPAGNEMENT AU RETOUR en FAMILLE (DARF) I. DEFINITION Le Département s est engagé dans une démarche de création

Plus en détail

C H M A D. Service d Hospitalisation à Domicile. Centre Hospitalier de Montereau Fault Yonne. 1 bis, rue Victor Hugo B.P. 101. 77875 Montereau Cedex

C H M A D. Service d Hospitalisation à Domicile. Centre Hospitalier de Montereau Fault Yonne. 1 bis, rue Victor Hugo B.P. 101. 77875 Montereau Cedex C H M A D Service d Hospitalisation à Domicile Centre Hospitalier de Montereau Fault Yonne 1 bis, rue Victor Hugo B.P. 101 77875 Montereau Cedex Secrétariat: 01 64 31 67 71 Médecin coordonnateur : 01 64

Plus en détail

Maison du développement Kérantour 22 740 Pleudaniel 02 96 55 50 15

Maison du développement Kérantour 22 740 Pleudaniel 02 96 55 50 15 Maison du développement Kérantour 22 740 Pleudaniel 02 96 55 50 15 Le Comité d entraide de la Presqu île est une association créée en 1977 qui permet aux personnes âgées, handicapées ou malades de continuer

Plus en détail

Position adoptée lors de la session du Conseil national de l Ordre des infirmiers du 14 septembre 2010

Position adoptée lors de la session du Conseil national de l Ordre des infirmiers du 14 septembre 2010 Position adoptée lors de la session du Conseil national de l Ordre des infirmiers du 14 septembre 2010 De l infirmier du travail à l infirmier spécialisé en santé au travail : reconnaître l infirmier comme

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

Repères 2014 : l essentiel

Repères 2014 : l essentiel Atouts Prévention Rhône-Alpes Repères 2014 : l essentiel POUR Ensemble, les caisses de retraite s engagent Le label Pour bien-vieillir permet d identifier les actions de prévention proposées par vos caisses

Plus en détail

Juridique, questions à Gilles Devers, avocat : congés, responsabilités, décès, prescription...

Juridique, questions à Gilles Devers, avocat : congés, responsabilités, décès, prescription... Juridique, questions à Gilles Devers, avocat : congés, responsabilités, décès, prescription... Soumis par Gilles Devers 02-04-2012 Dernière mise à jour : 10-05-2012 Coordination Nationale Infirmière -

Plus en détail

L annonce diagnostique

L annonce diagnostique L annonce diagnostique Docteur Jean-Philippe CAMDESSANCHÉ Neurologie C.H.U. Hôpital Nord Saint-Etienne Saint-Etienne CHU Introduction Trop peu de temps consacré durant les études médicales, Mise en adéquation

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE PEDIATRIQUE D AQUITAINE RESILIAENCE

CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE PEDIATRIQUE D AQUITAINE RESILIAENCE CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE PEDIATRIQUE D AQUITAINE RESILIAENCE (Recherche, Enseignement, Soins, Information, Lutte et Initiatives pour les Adolescents et les ENfants atteints de CancEr). 1. CARACTERISTIQUES

Plus en détail

ELEMENTS DE CONTEXTE. Qui sommes-nous?

ELEMENTS DE CONTEXTE. Qui sommes-nous? Cahier des charges - Appel à propositions Mise en œuvre de prestations d assistance technique à la mise en œuvre de la formation professionnelle dans les petites et moyennes entreprises du travail temporaire

Plus en détail

Plan Personnalisé de Santé

Plan Personnalisé de Santé Plan Personnalisé de Santé Le PPS est rédigé par l infirmière coordinatrice en concertation avec la personne et/ou son aidant référent RPA et les différents intervenants. Validé par le médecin traitant,

Plus en détail

Liste des actions et activités soumises à l appel à candidatures

Liste des actions et activités soumises à l appel à candidatures Liste des actions et activités soumises à l appel à candidatures Action 1 : Améliorer l accessibilité à l offre de soins pour les personnes âgées et personnes en situation de handicap isolées notamment

Plus en détail

Intégration des services, gestion de cas, et M.A.I.A.

Intégration des services, gestion de cas, et M.A.I.A. L évolution programmée de l accompagnement des malades Alzheimer et de leurs familles: la Maison pour l Autonomie et l Intégration des malades Alzheimer ( M.A.I.A. ) Stéphanie FACHE, Pilote local, Expérimentation

Plus en détail

PRESENTATION «PARCOURS DE SANTE DE LA PERSONNE ÂGEE DANS LE VITRYAT» Jeudi 01 octobre 2015 Eric CLOZET, Jean-Philippe MAURELET ARS CA

PRESENTATION «PARCOURS DE SANTE DE LA PERSONNE ÂGEE DANS LE VITRYAT» Jeudi 01 octobre 2015 Eric CLOZET, Jean-Philippe MAURELET ARS CA PRESENTATION «PARCOURS DE SANTE DE LA PERSONNE ÂGEE DANS LE VITRYAT» Jeudi 01 octobre 2015 Eric CLOZET, Jean-Philippe MAURELET ARS CA Ordre du jour Rappels du contexte et de la phase diagnostic Présentation

Plus en détail

Santé - Cohésion sociale

Santé - Cohésion sociale Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 79 ASSISTANT SOCIAL Code : SCS05 Intitulé RIME : Assistant socio-éducatif FPESCS05 Il est chargé du suivi individualisé des agents. Il participe

Plus en détail

La maladie d Alzheimer est une maladie neurodégénérative

La maladie d Alzheimer est une maladie neurodégénérative CENTRE HOSPITALIER BÉZIERS dossier de presse janvier 2014 le dispositif alzheimer au centre hospitalier de béziers Contacts presse Françoise PERIDONT Directrice Communication Anne-Claire ITIé Chargée de

Plus en détail

REFERENTIEL INTERMINISTERIEL

REFERENTIEL INTERMINISTERIEL REFERENTIEL INTERMINISTERIEL DE L INSPECTEUR SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL (DOCUMENT DE BASE : HORS RIME) Le présent référentiel interministériel s inscrit dans le contexte juridique en vigueur, qui prévoit

Plus en détail

Médecin scolaire dans l enseignement post-obligatoire Cahier des charges

Médecin scolaire dans l enseignement post-obligatoire Cahier des charges DEPARTEMENT DE LA FORMATION, DE LA JEUNESSE ET DE LA CULTURE Service de l enseignement spécialisé et de l appui à la formation (SESAF) Unité de promotion de la santé et de prévention en milieu scolaire

Plus en détail

L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations»

L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations» L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations» Avant projet de Plan d action EY 2012 Introduction La CES, ses deux organisations européennes

Plus en détail

La prise en charge des personnes âgées

La prise en charge des personnes âgées La prise en charge des personnes âgées Le projet ADMR L ADMR met en place et gère des services de maintien à domicile afin de répondre aux besoins de la population locale : personnes seules, familles,

Plus en détail

SErvices Spécialisés pour une Vie Autonome à Domicile

SErvices Spécialisés pour une Vie Autonome à Domicile L équipe du SESVAD à votre disposition : Une directrice Un adjoint de direction Une assistante de direction Une secrétaire Un ouvrier des services logistiques Une chef de service Un médecin Deux infirmières

Plus en détail

SANTE SERVICE BAYONNE ET REGION Association Loi 1901 220 salariés essentiellement AS et IDE 500 Patients LE TRAVAIL AU DOMICILE LE TRAVAIL AU DOMICILE

SANTE SERVICE BAYONNE ET REGION Association Loi 1901 220 salariés essentiellement AS et IDE 500 Patients LE TRAVAIL AU DOMICILE LE TRAVAIL AU DOMICILE Christophe HODY Responsable des Ressources Humaines et de la Qualité Santé Service Bayonne et Région http://www.santeservicebayonne.com SANTE SERVICE BAYONNE ET REGION Association Loi 1901 220 salariés

Plus en détail

MAISON DES ADOLESCENTS PROGRAMME 2005 2009

MAISON DES ADOLESCENTS PROGRAMME 2005 2009 MAISON DES ADOLESCENTS PROGRAMME 2005 2009 Région BRETAGNE Département Ille Et Vilaine I La maison des adolescents Date d ouverture : 4 septembre 2006 Nom : Maison des adolescents Nom du responsable :

Plus en détail

COMMUNICATION LORS DE TRANSFERTS ENTRE HÔPITAL ET MRS D UN RÉSIDENT PORTEUR DE BMR

COMMUNICATION LORS DE TRANSFERTS ENTRE HÔPITAL ET MRS D UN RÉSIDENT PORTEUR DE BMR COMMUNICATION LORS DE TRANSFERTS ENTRE HÔPITAL ET MRS D UN RÉSIDENT PORTEUR DE BMR Symposium 19 novembre 2015 D. Favay (CPAS Charleroi), C. Guillaume (ISPPC), J. Janiczek (ISPPC), C. Laveaux (CHU Tivoli)

Plus en détail

Les enseignants spécialisés et les psychologues de l éducation nationale des réseaux d aides spécialisées aux élèves en difficulté (RASED)

Les enseignants spécialisés et les psychologues de l éducation nationale des réseaux d aides spécialisées aux élèves en difficulté (RASED) Fiche 1 Les enseignants spécialisés et les psychologues de l éducation nationale des réseaux d aides spécialisées aux élèves en difficulté (RASED) I. Des missions confortées Les enseignants spécialisés

Plus en détail