Le laboratoire Laerdal, leader du marché du matériel de simulation adhère à ce projet et se propose d en être le principal partenaire.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le laboratoire Laerdal, leader du marché du matériel de simulation adhère à ce projet et se propose d en être le principal partenaire."

Transcription

1 Page 1 sur 12 Introduction Il y a 75 ans..les premiers simulateurs aéronautiques arrivaient. Aujourd hui ils sont :. Une obligation réglementaire pour les compagnies aériennes Maintien des compétences individuelles et en équipe Certification des équipements et des procédures Un moyen de sélection et de formation Test sur simulateur systématique à l embauche Entraînement aux procédures exceptionnelles (gestion des pannes ) seul et en équipe Une économie sur les coûts d exploitation Le prix d un simulateur = le 1/4 du prix d un avion Le simulateur évite l immobilisation d un avion Or, force est de constater que les pilotes et les médecins ont des problèmes tout à fait équivalents dans certains domaines, au moins dans celui d avoir la responsabilité de vies humaines (1). Se basant sur ce constat, de nombreux pays ont déjà adopté la simulation comme outils indispensable à la formation de leur personnel médical et paramédical. Les pionniers furent le Canada, puis les Etats Unis. Certains allant jusqu à incorporer la simulation dans le cursus universitaire. La Médecine d Urgence est une nouvelle spécialité universitaire qui sera enseignée lors d un diplôme d études supérieures complémentaires. Pour renforcer l attractivité de cette nouvelle spécialité très technique, son enseignement se doit d être innovant, attractif et sans risque pour le patient. Compte tenu de la renommée et du dynamisme de son Service d Urgences, il est important que le Groupe Hospitalo-universitaire Cochin Saint Vincent de Paul se lance dans un projet de Centre de Recherche et de d Enseignement par la Simulation en Médecine d Urgence : le MEDESIM. Ce centre aurait un double objectif. Celui de répondre et d optimiser une formation en Médecine d Urgence, aujourd hui trop théorique et donc trop risquée pour les patients. Le second objectif serait de valider cet enseignement par des travaux de recherche. Le laboratoire Laerdal, leader du marché du matériel de simulation adhère à ce projet et se propose d en être le principal partenaire. Nous avons déjà reçu le soutien de plusieurs personnalités du monde de l Urgence et tenons à les remercier pour leurs encouragements. Merci au Docteur Telion et au Professeur Carli du SAMU de Paris, au professeur Plaisance, chef de service des urgences de Lariboisière ainsi qu au Professeur Pourriat, Chef des Urgences de l Hôtel Dieu et au Professeur Bruno Riou, chef des Urgences de La Pitié Salpétrière.

2 Page 2 sur 12 Un constat : La formation en Médecine d Urgence est essentiellement théorique Les études médicales en France reposent sur un enseignement théorique débutant par l anatomie et le fonctionnement normal du corps humain suivi de l étude des pathologies : leurs mécanismes, leurs diagnostics et leurs traitements. L apprentissage de la pratique se fait ensuite, dans la plupart des cas, au lit du malade, avec un temps d observation puis un temps de gestes encadrés, le plus souvent par un senior, avant de pouvoir acquérir une autonomie. La Médecine d Urgence est une nouvelle discipline universitaire dont l apprentissage fait appel à un nombre important de gestes techniques qui doivent être réalisés efficacement et rapidement. 1. L enseignement actuel de la Médecine d Urgence pour le personnel médical: L enseignement actuel de la Médecine d Urgence à Paris V pour les étudiants hospitaliers a subi une évolution récente à l image de celui de DCEM 1 (Deuxième Cycle d Etudes Médicales 1 ère année). Cet enseignement, destiné à préparer les étudiants à la pratique de garde aux urgences (Certificat de Médecine d Urgence et de Gardes), était composé de cours théoriques sur les défaillances d organes. Cet enseignement a évolué il y a quelques années vers un mode plus interactif avec des ateliers reprenant la plupart des gestes d urgence nécessaires : pose de plâtres, sutures, arrêt cardiorespiratoire, agitation, douleurs. Beaucoup plus proche du terrain qu auparavant, par son caractère très réaliste, cet enseignement est très apprécié des étudiants, mais nécessite une très forte mobilisation du personnel enseignant, chaque atelier devant être répété autant de fois qu il y a de groupes. Pour les médecins thésés, l apprentissage de la Médecine d Urgence est essentiellement basé sur des cours théoriques dispensés lors de la Capacité d Aide Médicale Urgente. Parallèlement, un passage progressif dans différents lieux d exercice (SMUR, Réanimations, Blocs opératoires, Salle de Travail) va permettre à l étudiant, dans un premier temps d observer puis, dans un second temps, de l apprentissage de gestes techniques. Dans le futur enseignement du Diplôme d Etudes Supérieur Complémentaire de Médecine d Urgence (DESC), la liste des connaissances théoriques et des habiletés techniques à acquérir a déjà été fixée (Annexe 1). L enseignement de Médecine d Urgence reste donc très théorique malgré une adaptation progressive à la réalité du terrain. Pour la plupart des gestes d urgence, le passage se fait en effet directement de la théorie au patient. Le recours à la simulation, qui va du logiciel informatique aux modèles interactifs de mannequins reste, le plus souvent, marginal, alors même que ce recours pourrait être vu comme une étape intermédiaire avant le contact avec le patient.

3 Page 3 sur 12 2) La place de la simulation dans l enseignement de la Médecine d Urgence a. Les différents types de simulateurs existant Il existe différents niveaux de simulation utilisés à des degrés divers dans l enseignement actuel de la médecine : Les simulateurs «low tech» : - Certains Instituts de Formation en Soins Infirmiers disposent de bras de perfusion permettant d apprendre la pose de cathéters intraveineux (asepsie et séquence de gestes) - Certains mannequins sont parfois utilisés lors de la formation des étudiants en médecine : c est le cas dans le projet ECOS (Examen Clinique Objectif Structuré) initié à Rouen qui permet de reproduire des interrogatoires et /ou des examens cliniques selon les situations. Recours à des acteurs lors de mises en situation : Des acteurs ou des personnes simulant une situation de crise peuvent être utilisés dans les cas suivants : - expériences de gestion de crises (annonce de mauvaises nouvelles etc ) - simulation de Médecine de Catastrophe par le SAMU de Paris (utilisation de locaux désaffectés avec des militaires de la sécurité civile, en civil et maquillés). Simulations par ordinateurs : «Screen Based Computer» Ce type d enseignement est classique en ACLS (Advanced Cardiac Life Support) ou ATLS (Advanced Trauma Life Support) ou encore dans le simulateur d Anesthésie Loco-Régionale en trois dimensions (Abbott ). Ces différents types de simulations permettent initialement un rappel théorique puis une approche pratique tout en restant devant un écran d ordinateur. Des simulateurs de tâches complexes D autres simulateurs sont plus sophistiqués. C est le cas des simulateurs de tâches complexes par exemple : les simulateurs d endoscopie, notamment les endoscopies bronchiques, parfois high-tech, reproduisant toutes les étapes de la fibroscopie jusqu aux biopsies. Les mannequins simulateurs Ces mannequins simulateurs sont les simulateurs les plus élaborés qui existent en médecine. Ils permettent des simulations multi-tâches techniques (intubation, pose de drains ) et non techniques (travail d équipe, gestion de crise ).

4 Page 4 sur 12 b. Les défauts avancés pour les simulateurs existant Leur coût : les mannequins d endoscopie coûtent de à euros, les mannequins multi-tâches vont de à euros. Le manque de réalisme : même dans le cas des simulateurs les plus avancés, un manque de réalisme est parfois reproché (pas de modification cutanée, difficultés pour l audition claire de râles pulmonaires, difficultés pour la reconnaissance des médicaments injectés ) Le risque d apprentissage négatif car les situations simulées par les mannequins ne sont pas infinies et ne peuvent donc reproduire toute la réalité. Le simulateur est parfois perçu comme un examen par les étudiants, ce qui peut générer un obstacle à l apprentissage. Enfin, l Evidence Based Medicine (EBM) reste peu étoffée. Même si la principale méta analyse publiée (2) sur la simulation en Médecine d Urgence conclut à une tendance positive quant à l utilisation de simulateurs dans la formation et ce, malgré un manque d essais robustes montrant un bénéfice clinique ou pédagogique. c. Les avantages de l utilisation de simulateurs La simulation est d abord et avant tout sans risque pour le patient En pédagogie, le simulateur permet l utilisation de techniques d apprentissages originales, beaucoup plus adaptées à l adulte que ne le sont les cours magistraux en utilisant un apprentissage contextuel basé sur l expérience (la pratique clinique) et la pratique réflexive (l analyse de l application de ses connaissances dans une situation donnée et des conséquences). La simulation permet une standardisation de l apprentissage clinique. L apprentissage sur simulateur d un geste technique diminue le temps de réalisation de ce geste (3 et 4) et diminue les complications liées au geste (4). Elle permet de reproduire des événements rares à l infini. La simulation permet l apprentissage du travail en équipe. Le simulateur peut être utilisé comme outil d évaluation. La simulation est un outil de recherche, la faiblesse de l EBM permettra de monter des projets de recherche pour valider son utilisation. De nombreux autres sujets de recherche seront développés ci-dessous.

5 Page 5 sur 12 d. Pourquoi la simulation en pédagogie médicale est elle aujourd hui si importante? -Comme nous l avons vu précédemment, la simulation remplit plusieurs des critères caractérisant un bon outil pédagogique : la reproductibilité, la valeur éducative, la validité. Mise en forme : Puces et numéros De plus, la place de la simulation en pédagogie médicale ne cesse de croître à travers le monde : elle passe de 0 centre en 1994 à 400 centres environ en 2003 (5) Cette tendance, qui touche aussi bien la formation des étudiants et des internes que la formation continue, procède de nombreux facteurs : - l importance reconnue d un environnement pédagogique semblable au contexte clinique, - les avantages d un apprentissage par résolution de problèmes, - ou encore la meilleure compréhension de la pédagogie de l adulte.(6) D autres facteurs, liés à l évolution des pratiques médicales, jouent également un rôle dans ce processus : - la complexité croissante des techniques médicales diagnostiques et thérapeutiques, - la réduction du temps de travail avec des répercussions probables sur le temps consacré à l enseignement clinique par les seniors, - la diminution du nombre de patients hospitalisés et donc "disponibles" pour l enseignement, - ainsi que les questions d ordre éthique soulevées par l apprentissage de procédures invasives d emblée sur de "vrais" patients. (7 et 8). - Enfin, d importantes publications consacrées aux erreurs médicales et aux stratégies de réduction des risques en médecine ont souligné l importance de la simulation comme outil d amélioration de la sécurité du patient.(9-11) Bien que l impact de la simulation sur la qualité des soins et la sécurité des patients n ait pas encore été démontré par de larges études, les données de la littérature sur la validité et l efficacité pédagogique des simulateurs s accumulent, en particulier en anesthésie et en chirurgie (5). Certaines spécialités ont même franchi un pas important en utilisant la simulation comme moyen d évaluation et de certification lors de procédures à hauts risques comme le stenting carotidien(12). Conscients de la nécessité de favoriser l apprentissage pratique des gestes d urgence, nous souhaitons mettre à la disposition de tous les acteurs de la Médecine d Urgence le MEDESIM (centre d enseignement de la médecine d urgence par la simulation)

6 Page 6 sur 12 Le MEDESIM 1) Le centre de simulation en Médecine d Urgence a) Descriptif du centre de simulation i. Rôle d un centre de simulation Le centre de simulation permet la mise en application des compétences théoriques des intervenants de la Médecine d Urgence par la simulation de situations rencontrées en Médecine d Urgence (médecine ou traumatologie). La mise en situation sur un mannequin représente une étape intermédiaire entre l apprentissage théorique et les soins aux patients. Ce type de simulateur est capable de reproduire un grand nombre de paramètres physiologiques et pathologiques. Il permet également la réalisation de gestes techniques invasifs. Le simulateur sera utilisé comme instrument d évaluation des connaissances et des pratiques. Enfin de nombreux travaux de recherche seront entrepris. ii. Principes pédagogiques en simulation médicale Même si le type d enseignement prodigué dans le simulateur peut grandement varier en fonction du public cible et des objectifs d apprentissage, les principes pédagogiques de base demeurent les mêmes. Il s agit d un enseignement basé sur un cycle d apprentissages pratiques intégrant analyse d expérience et réflexion sur la performance («experiential learning cycle») (13). Un article récent a montré que la simulation sans débriefing n avait aucun bénéfice pédagogique (14). Chaque cycle comprend donc : 1) Expérience pratique dans le simulateur (filmée par caméra vidéo). 2) Visionnement de la vidéo avec analyse de la performance guidée par le feedback d un instructeur. 3) Réflexion sur la pratique et la performance permettant l acquisition et l intégration des nouvelles connaissances. 4) Mise en pratique des acquis lors d une nouvelle expérience dans le simulateur.

7 Page 7 sur 12 iii. Les points forts d un centre de simulation C est un concept pédagogique original permettant : - l application concrète des étapes d enseignement du cercle d apprentissage. - une approche globale de la formation selon des objectifs fixés. - Le développement des compétences techniques mais aussi non techniques, comme : travail d équipe, communication, planification et anticipation. - De regrouper sur un même site toutes les étapes d apprentissage des gestes et soins d urgence. - De prendre en charge un groupe d élèves, le former de façon homogène, l évaluer, suivre sa progression et motiver les performances individuelle et collectives. - De favoriser et rendre plus efficace la formation continue. - D avoir la possibilité de se trouver face à des cas rares, exceptionnellement observés en pratique clinique d urgence, d anesthésie ou de réanimation. Savoir les reconnaître et les traiter. - De former des formateurs de la manière la plus réaliste possible pour qu ils forment à leur tour et mettent en place les meilleures équipes de personnels de santé - D intégrer efficacement dans le projet, pratiques et matériel de formation actuels. iv. Publics cibles 1) Equipes de soins aigus (principalement les acteurs de la Médecine d Urgence hospitalière ou pré hospitalière mais aussi d autres acteurs impliqués en anesthésie, soins intensifs, médecine interne, bloc opératoire, salle d accouchement, etc.) Entraînement des individus et des équipes aux procédures de gestion des crises ou CRM (Crisis Resource Management). (15-17) Entraînement des soignants à des situations cliniques critiques où la présence d individus et d équipes entraînés peut faire la différence.(11) Acquisition de gestes techniques par les internes de nombreuses spécialités (cf. ci-dessus) ainsi que les étudiants en médecine en stage et les élèves infirmiers. 2) Etudiants en médecine : Années pré cliniques Support d apprentissage de disciplines comme la physiologie ou la pharmacologie.(5) Intégration dans certains séminaires de compétences cliniques (ex : cardiologie, circulation, respiration, geste techniques, urgences, etc.). Années cliniques Utilisation par les responsables de certains enseignements (urgences médicales et chirurgicales, médecine interne, chirurgie, ).(18; 19) Formation des étudiants durant leur internat (ex : stages en anesthésie, soins intensifs, Médecine d Urgence, etc.) (20) 3) Formation en soins infirmiers Intégration dans le programme de formation de base des infirmiers.(5;21) Outil de formation des infirmiers travaillant en Médecine d Urgence soins intensifs et anesthésie.

8 Page 8 sur 12 v. Localisation du MEDESIM, Le MedeSim sera localisé dans la faculté Paris V, rue des Saint-Pères, Paris VIème arrondissement. vi. Organisation des locaux Il comprend : une salle de simulation, une salle de contrôle, une à deux salles de débriefing. Le centre dispose aussi d une pièce de rangement / vestiaire Exemple de centre de simulation : Toronto (Ontario, Canada) vii. Matériel nécessaire Le matériel nécessaire pour le fonctionnement du centre de simulation est listé en annexe 2. viii. Ressources humaines et fiches de poste du centre Les différents intervenants d un centre de simulation sont : - Les médecins : supervision, enseignement, promotion, recherche, développement. - Les techniciens : déroulement des scénarii, entretien et réparation du mannequin, participation à l enseignement. Mise en forme : Puces et numéros

9 Page 9 sur 12 b. Fonctionnement du centre de simulation Les principales situations d urgence font chacune l objet d un ou de plusieurs scénarii. Ces scénarii sont validés par le comité scientifique du centre de simulation. Pendant la simulation, chaque scénario est mis en scène par un technicien qui anime le mannequin (paroles, bruits, paramètres vitaux, réactions, etc ). A partir de la salle de contrôle, il assure aussi le bon déroulement de la séance de simulation ainsi que son enregistrement. L enregistrement de la séance permet son analyse a posteriori lors d un débriefing. (critique constructive du niveau des connaissances théoriques, de leur application, des comportements individuels et de l organisation du travail en équipe., suivi éventuellement d une évaluation normative). i. Description des différents mannequins et de leurs fonctionnalités Il existe actuellement trois modèles de mannequins disponibles sur le marché dont deux sont commercialisés par METI (Medical Education Technologies, Sarasota, USA) et un par Laerdal. Outre l utilisation d un système d exploitation sous Mac pour METI (contre PC pour Laerdal), les mannequins METI intègrent des modèles de contrôle plus physiologiques contre un contrôle plus manuel des Laerdal, nécessitant donc de bonnes connaissances médicales. Les deux modèles METI sont le HPS et le ECS : HPS (Human Patient Simulator), actuellement le simulateur le plus sophistiqué, en particulier pour l anesthésiologie (expiration réelle de CO2, analyseur de gaz d anesthésie, monitoring de la curarisation (TOF), possibilité d être monitorisé avec un moniteur standard disponible dans les unités de soins, ainsi qu un programme de reconnaissance des médicaments administrés). Son principal inconvénient est son coût qui reste important et probablement dissuasif (prix d environ 200'000 $US). (21) Le ECS (Emergency Care Simulator) est la dernière version de chez METI. plus centrée sur les urgences vitales et plus facilement «transportable». avec moins de fonctionnalités, ce qui limite son utilisation en anesthésie. Son prix en revanche est compétitif avec le Sim Man de Laerdal et est d environ 50'000 EUR. (22) SimMan de Laerdal est un simulateur parfois qualifié de réalisme intermédiaire en raison de l absence de modèle physiologique dans son software. (23) Ce qui implique un certain degré de connaissances médicales chez l opérateur / instructeur (ajustement manuel du comportement du mannequin en fonction de l évolution du scénario). Quelques détails sont également moins réalistes que sur l HPS tels que pupilles fixes non réactives ou paupières qui ne clignent pas. Il fonctionne uniquement avec son propre moniteur qui est inclus dans le prix du mannequin. Au moins équivalent à l ECS dans ses fonctionnalités, son prix est très compétitif puisqu il est d environ 42'000 EUR. Caractéristiques plus détaillées en annexe 3.

10 Page 10 sur 12 ii. Le choix du mannequin Le MedeSim s équipera initialement d un SimMan pour plusieurs raisons : - Son prix d achat - La plus grande utilisation du mannequin Laerdal en France. (Annexe 4) - Le prix d entretien annuel du HPS représente le prix d achat de Sim Man - Les scénarii préprogrammés et personnalisés permettent une formation standardisée des élèves. Le formateur peut à tout moment reprendre le contrôle sur le scénario pré-établi, permettant ainsi une formation souple et adaptée aux attentes spécifiques de certains élèves. - La plateforme de simulation avancée est simple d utilisation, avec de nombreux modules optionnels (disponibles en Annexe 5), pour s'adapter aux besoins de formations de chacun, notamment les modules NRBC, Polytraumatisé. - Une collaboration est envisagée pour la montée du centre avec Toronto et Genève qui disposent d un SimMan. - Un travail avec ces centres et Laerdal permettra de mettre en commun les nouveaux scénarii. - Enfin une collaboration est envisagée pour les projets de recherche avec ces deux centres. iii. Les scénarii Les scénarii guident le technicien dans l animation du mannequin. Ils sont adaptés à la Médecine d Urgence et au niveau de chaque intervenant. Laerdal fournit des scénarii avec le mannequin (annexe 6). Certains des scénarii sont utilisables pour la Médecine d Urgence. D autres scénarii doivent être créés. La liste des scénarii qui nous paraît pertinente et qui sera proposée au comité scientifique est en annexe 7. La création de chaque scénario doit aller de pair avec la proposition de scores d évaluation qui devront être validés (test alpha de Cronbach) Quoi qu il en soit, les scénarii devront être adaptés aux modifications du programme de l enseignement en DESC de Médecine d Urgence. Pour l instant, la SFMU a fixé la liste de ces gestes (annexe 4). Dans ce tableau, la colonne de droite représente l ensemble des gestes qui peuvent être simulés sur le Sin Man ; la colonne de gauche recense les gestes à connaître en Médecine d Urgence d après La SFMU (Société Française de Médecine d Urgence). 60% à 70% de tous les gestes pratiqués en Médecine d Urgence (incluant la traumatologie, l obstétrique ) peuvent être pratiqués sur le mannequin simulateur. La session de simulation comprend : - Parfois un bref rappel théorique - un briefing : - description de la session - premier contact avec la salle de simulation - La simulation en soi. - Un temps de débriefing. iv. Descriptif des sessions de formation

11 Page 11 sur 12 Le personnel présent : par session : - au minimum : 1 technicien. - au maximum : un médecin, 1 facilitateur (infirmier ou interne) et un technicien Durée d une session : la durée d une session est d une heure par scénario. 6 à 10 personnes peuvent être testées à chaque session, la simulation dure au maximum 20 minutes. Le débriefing dure 40 minutes. Une journée de formation (dans le cadre d un Enseignement Post Universitaire ou de Formation Médicale Continue par exemple) compte deux passages sur le simulateur. 2. Perspectives de Recherche en simulation. Comme nous l avons dit précédemment, l Evidence Based Medicine, si elle est plutôt en faveur des simulateurs, reste peu fournie. Cela ne fait qu augmenter les possibilités de recherche sur la simulation. Nous proposerons, à titre d exemple : Validation du simulateur comme outil d apprentissage, en particulier évaluation de son impact sur les pratiques cliniques : comparaison de deux groupes d étudiant avec deux méthodes pédagogiques différentes. Etude du simulateur comme outil d évaluation des compétences cliniques : les tests que les étudiants passent actuellement sont-ils une évaluation suffisante de leurs compétences ou des tests sur mannequins ne sont-ils pas une forme complémentaire d évaluation? Analyse comportementale des individus et des équipes confrontées à des situations critiques complexes. Analyse des facteurs humains impliqués dans la gestion des risques et évaluation des aides à la prise de décision en situations aiguës (algorithmes décisionnels, guidelines, supports décisionnels informatisés (Palm), etc.) 3) Mise en place opérationnelle du MEDESIM a. Le partenariat avec Laerdal : Pour mener à bien ce projet nous avons choisi de monter un partenariat avec le laboratoire Laerdal, leader du marché de la Simulation, notamment grâce à son mannequin SimMan. Compte tenu des coûts à l achat et de la volonté de ne prendre aucun risque pouvant nuire à la mise en place du projet, les mannequins Sim Man seront loués en leasing. Pour maintenir une prestation de service optimale au Centre d Enseignement un correspondant Laerdal sera notre interlocuteur pour toutes questions de maintenance, d organisation et de gestion des formations. De plus, dans le cadre du contrat de leasing, tout au long de la première année d utilisation, un technicien de chez Laerdal sera présent lors de chaque séance de simulation assurant l animation du mannequin et la formation de l équipe. Un contrat de partenariat sera signé entre les différents acteurs du MEDESIM dès accord pour la mise en place du Centre.

12 Page 12 sur 12 b. Le financement du projet : l EEC Le financement reste le point central du dossier. Des demandes de bourses ont été déposées mais il nous a paru nécessaire de commencer au plus tôt le projet sans attendre celles-ci. Pour ce faire, il a été décidé d utiliser une structure intégrée à Paris V : l Ecole Européenne de Chirurgie, réputée pour sa Formation Médicale Continue : notamment en simulation chirurgicale (apprentissage de techniques nouvelles chirurgicales que cadavre, utilisation de Robots-Chirurgiens (Da Vinci ), etc Cette structure est en fait l interface nécessaire entre le financement privé et les intervenants du centre de simulation (formateurs, location de mannequin, entretien de mannequin ). Elle réalisera, aussi, le travail de secrétariat nécessaire au fonctionnement du centre. c. Le calendrier Année Mois Actions ème trimestre Fin de sélection du matériel Projet de travaux, soumission Programmation des différents scénarii 4ème trimestre Fin des travaux du centre de simulation Montée du centre de simulation Simulation d une journée-type de simulation er trimestre Ouverture aux élèves du centre de simulation (Année 2008 : labo Laerdal présent) Conclusion : Le projet de création d un Centre de Recherche et d Enseignement par la Simulation en Médecine d Urgence est un challenge et une opportunité en termes de pédagogie et de recherche au moment où le nouveau cursus du Diplôme d Etudes Supérieures Complémentaire de Médecine d Urgence reçoit ses premiers étudiants. L apprentissage des gestes d urgence des futurs spécialistes sera validé par une évaluation lors de simulations. Le comportement en équipe, son esprit d initiative et de team- leader pourra être testé par des barèmes fixes sans nuire à la santé de patients. A une autre échelle, la formation médicale continue de tous les acteurs de la Médecine d Urgence pourra être validée lors de séances dans ce centre. Pour un hôpital, un groupe hospitalier, une discipline universitaire ou même une région ou un partenaire privé, un investissement dans des technologies novatrices comme la simulation représente un bonus de premier plan en terme d image. L effort représenté par la recherche de financements de ce centre de simulation sera récompensé non seulement par l amélioration de la pédagogie mais surtout par une excellence des soins en Médecine d Urgence. Les différentes étapes de l amélioration de cet enseignement feront l objet de validations par des études puis de communications participant ainsi à l essor d une toute nouvelle discipline universitaire. Nous estimons donc que ce projet permettra à l Assistance Publique Hôpitaux de Paris de se positionner comme formateur de référence dans la médecine d Urgence tant du point de vue national qu international, facilitant ainsi les partenariats de recherche et les avancées médicales.

S entraîner pour mieux soigner. Programme de simulation des Hôpitaux et de l Université de Genève (SimulHUG)

S entraîner pour mieux soigner. Programme de simulation des Hôpitaux et de l Université de Genève (SimulHUG) S entraîner pour mieux soigner Programme de simulation des Hôpitaux et de l Université de Genève (SimulHUG) S entraîner avec SimulHUG Les HUG donnent la possibilité aux professionnels de la santé de s

Plus en détail

ÉVALUATION ET AMÉLIORATION DES PRATIQUES. Développement professionnel continu. Simulation en santé. Fiche technique méthode

ÉVALUATION ET AMÉLIORATION DES PRATIQUES. Développement professionnel continu. Simulation en santé. Fiche technique méthode ÉVALUATION ET AMÉLIORATION DES PRATIQUES Développement professionnel continu Simulation en santé Fiche technique méthode Cette fiche technique décrit la participation des professionnels à une session de

Plus en détail

La simulation en santé au sein des Instituts de Formation du CHIVA

La simulation en santé au sein des Instituts de Formation du CHIVA La simulation en santé au sein des Instituts de Formation du CHIVA Christine STERVINOU Directrice des soins, IFSI-IFAS Solange GONCALVES cadre de santé chargé de formation 1 la simulation en santé Le terme

Plus en détail

simulation c est [parfois] formidable

simulation c est [parfois] formidable La simulation c est [parfois] formidable Thierry PELACCIA Faculté de médecine de Strasbourg SAMU - CESU 67 La simulation c est [parfois] formidable Thierry PELACCIA Faculté de médecine de Strasbourg SAMU

Plus en détail

Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité

Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité Dr Franck Lagneau Service d anesthésie-réanimation CHU Henri MONDOR, Créteil Deux manières d aborder le sujet Apprentissage

Plus en détail

Dossier de Presse. Inauguration de l Institut Toulousain de Simulation en Santé. Mercredi 4 novembre 2015. Pavillon U 2000 Hôpital PURPAN

Dossier de Presse. Inauguration de l Institut Toulousain de Simulation en Santé. Mercredi 4 novembre 2015. Pavillon U 2000 Hôpital PURPAN Dossier de Presse Inauguration de l Institut Toulousain de Simulation en Santé Pavillon U 2000 Hôpital PURPAN Mercredi 4 novembre 2015 1 Un centre à visée régionale, nationale, voire internationale L apprentissage

Plus en détail

DIU d Imagerie Interventionnelle pour les Manipulateur

DIU d Imagerie Interventionnelle pour les Manipulateur DIU d Imagerie Interventionnelle pour les Manipulateur INTRODUCTION L activité de radiologie interventionnelle a pris aujourd hui une place essentielle au sein des services d imagerie. Les patients sont

Plus en détail

ENSEIGNEMENT SUR SIMULATEUR P.A.R

ENSEIGNEMENT SUR SIMULATEUR P.A.R ENSEIGNEMENT SUR SIMULATEUR P.A.R SCENARIO TRAUMA THORACIQUE ETUDIANTS HOSPITALIERS POLE T5 - ARC URGENCES Date : le 18/12/2010 Version 2.0 Rédigé : Dr Ph Decléty Vérification : Dr J Picard Validation

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

Développer le travail collaboratif IDE / AS par la formation en simulation

Développer le travail collaboratif IDE / AS par la formation en simulation Développer le travail collaboratif IDE / AS par la formation en simulation Catherine Dupuy-Maribas, Catherine Millet, Marie-Jeanne Pommier, Sophie Prissette Plan! Présentation de l IFSI! Historique du

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955 Jacky TESSIER, premier directeur de l Institut de Formation en Soins Infirmiers d Allonnes, nous a laissé son témoignage à propos du «cheminement de la formation initiale du personnel soignant sur près

Plus en détail

Pertinence de l enseignement par ateliers de simulation de la prise en charge des détresses vitales de l enfant. Dr Tran Tu-Anh

Pertinence de l enseignement par ateliers de simulation de la prise en charge des détresses vitales de l enfant. Dr Tran Tu-Anh Pertinence de l enseignement par ateliers de simulation de la prise en charge des détresses vitales de l enfant Dr Tran Tu-Anh Rationnel - Les étudiants en médecine débutent souvent aux SAU sans expérience

Plus en détail

L externat en médecine générale L exemple de Paris V

L externat en médecine générale L exemple de Paris V L externat en médecine générale L exemple de Paris V Mémoire DIU Pédagogie Médicale 2010 Dr Olivier Benainous CCA médecine générale Dr Mirna Salloum Urgentiste 1 Sommaire I. Externat en médecine générale

Plus en détail

Organisme de formation : n 11 92 19791 92. Déclaration d activité enregistrée auprès du Préfet de région Ile de France

Organisme de formation : n 11 92 19791 92. Déclaration d activité enregistrée auprès du Préfet de région Ile de France ASCORA RISQUES MANAGEMENT CONSEIL AUDIT FORMATION 2015 Une démarche unique, globale et intégrée de management des risques créatrice de valeur Des prestations essentiellement effectuées au sein de votre

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

GESTION D équipe ET CONDUITE DE PROJETS Certificate of Advanced Studies (CAS) - 2016

GESTION D équipe ET CONDUITE DE PROJETS Certificate of Advanced Studies (CAS) - 2016 GESTION D équipe ET CONDUITE DE PROJETS Certificate of Advanced Studies (CAS) - 2016 Renforcer ses compétences dans le domaine de la gestion d équipe et de l interdisciplinarité - Augmenter son expertise

Plus en détail

Programme National pour la Sécurité des Patients

Programme National pour la Sécurité des Patients Programme National pour la Sécurité des Patients Isabelle Martin Marie-France Angelini Tibert Cellule de coordination des vigilances et des risques liés aux soins Nathalie Lugagne Delpon responsable pôle

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Formations Management

Formations Management Formations Management MANAGEMENT ET COMMUNICATION Ecole du Management : Cycle Animateur d équipe Ecole du Management : Cycle Maîtrise Ecole du Management : Cycle Coordinateur Technique Animateur (trice)

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

Les défis de la formation face aux nouvelles exigences de qualité et de sécurité des URDM

Les défis de la formation face aux nouvelles exigences de qualité et de sécurité des URDM Les défis de la formation face aux nouvelles exigences de qualité et de sécurité des URDM Plan de la présentation Partie 1 : Répondre au besoin d une relève pour une main-d œuvre qualifiée dans les URDM

Plus en détail

Sébastien Lédé Infirmier anesthésiste. JLAR 2 avril 2015 1

Sébastien Lédé Infirmier anesthésiste. JLAR 2 avril 2015 1 Sébastien Lédé Infirmier anesthésiste JLAR 2 avril 2015 1 Déclaration d aucun conflit d intérêt JLAR 2 avril 2015 2 Plan de la présentation Place du mémoire IADE dans le nouveau cursus Rôle du directeur

Plus en détail

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1 glossaire Les définitions succinctes, présentées dans ce glossaire, sont, en grande partie, tirées des chapitres du Manuel. Elles sont en harmonie avec les références relatives au Processus de Bologne.

Plus en détail

Année universitaire 2011-2012

Année universitaire 2011-2012 Executive MBA Paris Chicago - Moscou Année universitaire 2011-2012 Donnez-vous les moyens d exprimer votre potentiel et de faire vivre vos projets. Pris par vos responsabilités managériales et focalisés

Plus en détail

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace!

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! 5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! Edition 2010 Des formations -s & -s Nouveauté rentrée 2010 : Réduction de l offre : Le socle + 4 déclinaisons spécifiques www.management-progression.fr

Plus en détail

PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37

PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37 PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37 Patient(e)s atteint(e)s d un cancer du sein BINOIT NATHALIE ROUSSEAU SOPHIE 17 JUIN 2014 Pourquoi ce projet? Le cancer : une maladie chronique? Les soins de support

Plus en détail

LA SIMULATION: INTERETS EN FORMATIION MEDICALE CONTINUE. C Assouline

LA SIMULATION: INTERETS EN FORMATIION MEDICALE CONTINUE. C Assouline LA SIMULATION: INTERETS EN FORMATIION MEDICALE CONTINUE C Assouline Principes «Human error is the price we pay for intelligence» 3 buts principaux de la simulation : détecter les erreurs éviter les erreurs

Plus en détail

"Formation et évaluation de la compétence du pharmacien clinicien expérience suisse"

Formation et évaluation de la compétence du pharmacien clinicien expérience suisse "Formation et évaluation de la compétence du pharmacien clinicien expérience suisse" Journées Franco-Suisses de Pharmacie Hospitalière 23 avril 2015, Mâcon Dr Vera Jordan-von Gunten Pharmacien d hôpital,

Plus en détail

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor Semestre automne printemps Répétition Lieu de période de formation pratique Institution : Nom de l'étudiant-e : Service : Promotion : Site de formation : Période du / au : PFP 3 PFP 4 ÉVALUATION DES COMPÉTENCES

Plus en détail

Le centre d excellence d infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation

Le centre d excellence d infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation Le centre d excellence d en soins infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation Odette Roy, inf., MSc., MAP, PhD. Adjointe à la directrice des soins infirmiers et de la prestation sécuritaire des

Plus en détail

Référentiel de certification

Référentiel de certification Référentiel de certification Diplôme d Ambulancier 1/14 1. CARACTERISTIQUES DE LA SPECIALITE 2. CERTIFICATS PROFESSIONNELS UNITAIRES (CPU) 3. VOIES D ACCES A LA CERTIFICATION 4. DISPOSITIF D EVALUATION

Plus en détail

La sécurité une affaire de culture et d'équipe!

La sécurité une affaire de culture et d'équipe! La sécurité une affaire de culture et d'équipe! Influences de l équipe sur la sécurité des soins 01 Résultats de l enquête ENEIS 2010 EIG survenus pendant l hospitalisation Entre 270 000 et 390 000 EIG

Plus en détail

Un centre de simulation : pourquoi et comment? Conférence Management, CHU Toulouse Anne-Claude Allin 9 avril 2014

Un centre de simulation : pourquoi et comment? Conférence Management, CHU Toulouse Anne-Claude Allin 9 avril 2014 Un centre de simulation : pourquoi et comment? Conférence Management, CHU Toulouse Anne-Claude Allin 9 avril 2014 Plan de présentation 2 Vous avez dit simulation? La simulation est une technique d enseignement

Plus en détail

Module 6 Enseigner et apprendre l EBM lors d un audit clinique

Module 6 Enseigner et apprendre l EBM lors d un audit clinique Module 6 Enseigner et apprendre l EBM lors d un audit clinique Bienvenue au Module 6 du cours EBM formation des formateurs. Dans ce module, vous apprendrez comment traduire un audit clinique en question

Plus en détail

Facilitateur du changement. une formation certifiante d excellence pour augmenter l efficacité de vos interventions

Facilitateur du changement. une formation certifiante d excellence pour augmenter l efficacité de vos interventions Facilitateur du changement une formation certifiante d excellence pour augmenter l efficacité de vos interventions 1 CHANGER La créativité n emprunte jamais des chemins connus, préparons-nous au changement

Plus en détail

MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPECIALISATION ANESTHESIOLOGIE

MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPECIALISATION ANESTHESIOLOGIE MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPECIALISATION ANESTHESIOLOGIE 1. Objectifs généraux La Maîtrise universitaire d études avancées en médecine clinique (en anglais Master of

Plus en détail

3 principes fondamentaux pour un management efficace : 5 formations indispensables pour les managers

3 principes fondamentaux pour un management efficace : 5 formations indispensables pour les managers 3 principes fondamentaux pour un management efficace : A chaque objectif opérationnel un objectif managérial La motivation des collaborateurs : préoccupation centrale La relation Manager / collaborateur

Plus en détail

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger!

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Programme de formation Méthode pédagogique Le parcours «Chef d entreprise, votre métier c est diriger!» se compose de 18 journées de formation collective

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Formation continue en URGENTOLOGIE

Formation continue en URGENTOLOGIE Université Hassan 1 er Institut Supérieur des sciences de la Santé Campus Universitaire, Route de Casablanca, B.P. 539, Settat www.uh1.ac.ma Haute Ecole de Namur- Liège-Luxembourg Catégorie paramédicale

Plus en détail

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Ensemble pour le développement de la chirurgie ambulatoire Recommandations organisationnelles Outils et guides Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Mai 2013 Le document source est téléchargeable

Plus en détail

Certification des Etablissements de Santé en France

Certification des Etablissements de Santé en France Certification des Etablissements de Santé en France Pouvait-on faire sans elle en France? Peut-elle faire mieux? Les enjeux et les perspectives de la procédure 2014 Plan de l intervention 1. Partie 1 :

Plus en détail

INSTITUT REGIONAL DE FORMATIONS SPECIALISEES EN SANTE HOUPHOUET BOIGNY INSTITUT DE FORMATION D INFIRMIERS PUERICULTEURS 416 chemin de la Madrague Ville 13314 MARSEILLE Cedex 15 Tél : 04 91 96 67 18 Réanimation

Plus en détail

Finalités de l ouvrage

Finalités de l ouvrage Introduction Il est commun de souligner que la fonction ressources humaines a subi des évolutions rapides et profondes depuis les années qui ont suivi la seconde guerre mondiale. Le rôle du DRH n a cessé

Plus en détail

Formations IT & SAP. Pour utilisateurs finals Pour équipes projets. www.infopole.fr. BVD-CS - Page 1

Formations IT & SAP. Pour utilisateurs finals Pour équipes projets. www.infopole.fr. BVD-CS - Page 1 Formations IT & SAP Pour utilisateurs finals Pour équipes projets www.infopole.fr BVD-CS - Page 1 Sommaire Infopole, centre de formation Les formations standardisées Formations SAP pour demandeurs d emploi

Plus en détail

Module des Technologies de l'information et de la Communication en Education

Module des Technologies de l'information et de la Communication en Education CENTRES REGIONAUX DES METIERS DE L EDUCATION ET DE LA FORMATION Module des Technologies de l'information et de la Communication en Education Unité Centrale de la Formation des Cadres Juillet 2012 Introduction

Plus en détail

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS**

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** PRESENTATION DE LA FORMATION DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** * CAFERUIS : Certificat d aptitude aux fonctions d encadrement et de responsable d unité d intervention sociale **

Plus en détail

Cycle Management de Projet

Cycle Management de Projet Cycle Management de Projet Tunis 2013 Résultats attendus de la formation Les entreprises pour devenir plus performantes et faire face à la concurrence doivent intégrer la gestion par projets en transversal.

Plus en détail

Institut de Formation d Aides-Soignants Joseph LEPERCQ PROJET PEDAGOGIQUE FORMATION AIDE-SOIGNANT 2013-2014

Institut de Formation d Aides-Soignants Joseph LEPERCQ PROJET PEDAGOGIQUE FORMATION AIDE-SOIGNANT 2013-2014 Institut de Formation d Aides-Soignants Joseph LEPERCQ PROJET PEDAGOGIQUE FORMATION AIDE-SOIGNANT 2013-2014 Alexandra CURT - Estelle GARCIA - Formatrices Sylvie CLARY - Directrice 1 - LE PROJET PEDAGOGIQUE...

Plus en détail

Formations dédiées aux acteurs du logement social

Formations dédiées aux acteurs du logement social Gestion et communication de crise Formations dédiées aux acteurs du logement social Arjuna est un cabinet conseil dédié, depuis 1993, à la gestion et la communication de crise. Lors des formations qu ils

Plus en détail

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION MISSIONS ESSENTIELLES : Le cadre de santé des filières infirmière, de rééducation et médico-techniques, exerce l ensemble de ses missions sous l

Plus en détail

Programme Cisco Networking Academy (CNA) Accord Académie Régionale - Académie Locale. De: (Nom du Legal Main Contact [LMC] de l académie Régionale)

Programme Cisco Networking Academy (CNA) Accord Académie Régionale - Académie Locale. De: (Nom du Legal Main Contact [LMC] de l académie Régionale) Programme Cisco Networking Academy (CNA) Accord Régionale - Locale Date: A: Nom de l établissement: De: (Nom du Legal Main Contact [LMC] de l académie Régionale) L Régionale «Réseau CERTA» et ont convenu

Plus en détail

MODULE 5 Enseigner et apprendre l EBM lors de colloques cliniques

MODULE 5 Enseigner et apprendre l EBM lors de colloques cliniques MODULE 5 Enseigner et apprendre l EBM lors de colloques cliniques Bienvenue au Module 5 du cours EBM formation des formateurs. Dans ce module, vous apprendrez comment enseigner la médecine fondée sur les

Plus en détail

Les outils du manager commercial

Les outils du manager commercial OBJECTIFS Améliorer sa force de conviction et asseoir son leadership sur son équipe de collaborateurs mais aussi dans sa relation-clientèle Saisir l importance de la dimension relationnelle comportementale

Plus en détail

Annexe descriptive au diplôme

Annexe descriptive au diplôme Annexe descriptive au diplôme La présente annexe descriptive au diplôme (supplément au diplôme) suit le modèle élaboré par la Commission Européenne, le Conseil de l Europe et l UNESCO /CEPES. Elle vise

Plus en détail

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Esther Waeber-Kalbermatten Cheffe du Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Mandat d expertise

Plus en détail

La création d un environnement virtuel pour l apprentissage au Loyalist College

La création d un environnement virtuel pour l apprentissage au Loyalist College La création d un environnement virtuel pour l apprentissage au Loyalist College L occasion d innover Le Loyalist College, situé à Belleville, crée depuis 2006 des simulations pour l apprentissage en utilisant

Plus en détail

LE Diplôme d Etudes Spécialisées en médecine générale. DES MG oct 14 FD/ Dpt MG 1

LE Diplôme d Etudes Spécialisées en médecine générale. DES MG oct 14 FD/ Dpt MG 1 LE Diplôme d Etudes Spécialisées en médecine générale DES MG oct 14 FD/ Dpt MG 1 DMG-besancon.org Une adresse électronique nom.prénom@... prénom.nom @... DES MG oct 14 FD/ Dpt MG 2 La formation pratique

Plus en détail

qualité DES SOINS ET CONSEILS

qualité DES SOINS ET CONSEILS qualité DES SOINS ET CONSEILS Certificate of Advanced Studies (CAS) - 2016 Développer des compétences relatives à la qualité des soins et aux conseils Concept général Le CAS «Qualité des Soins et Conseils»

Plus en détail

Plateformes de simulation pour la formation des professionnels de Santé Antoine TESNIERE, MD, PhD

Plateformes de simulation pour la formation des professionnels de Santé Antoine TESNIERE, MD, PhD Plateformes de simulation pour la formation des professionnels de Santé Antoine TESNIERE, MD, PhD Laboratoire universitaire médical d enseignement numérique et de simulation antoine.tesniere@ilumens.org

Plus en détail

INGENIERIE DE LA GESTION DES RISQUES A TRAVERS LA COMPETENCE 7 IFSI NORD FELIX GUYON

INGENIERIE DE LA GESTION DES RISQUES A TRAVERS LA COMPETENCE 7 IFSI NORD FELIX GUYON INGENIERIE DE LA GESTION DES RISQUES A TRAVERS LA COMPETENCE 7 IFSI NORD FELIX GUYON 1 Construction en transversalité sur 3 ans C 7 : Analyser la qualité et améliorer sa pratique professionnelle LED Éducation

Plus en détail

COLLOQUE TIC SANTE2015 ACTEURS DE SANTE, TOUS CONNECTES! 3 et 4 février 2015. E Pour une culture numérique partagée

COLLOQUE TIC SANTE2015 ACTEURS DE SANTE, TOUS CONNECTES! 3 et 4 février 2015. E Pour une culture numérique partagée COLLOQUE TIC SANTE2015 ACTEURS DE SANTE, TOUS CONNECTES! E Pour une culture numérique partagée 3 et 4 février 2015 ETAPE FINALE DU Cap Conférences GMF à Levallois Perret Association FORMATICSanté Session

Plus en détail

Management de projet

Management de projet Management de projet 1. Résultats du training > Maîtrise de solutions s pour réduire le cycle de développement de nouveaux projets et en augmenter les performances. > Acquisition des compétences indispensables

Plus en détail

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION STONA Laurent ls@bepecaser.org L DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION Évaluer, c est donner une valeur. Puisque toute formation vise des objectifs, tout acte de formation ou de sensibilisation nécessite

Plus en détail

Bienvenue aux Soins Intensifs Pédiatriques

Bienvenue aux Soins Intensifs Pédiatriques SIP Août 2010 Route : 354 Bienvenue aux Soins Intensifs Pédiatriques Août 2010 1 Table des matières 1. Présentation du service p 3 2. Pathologies les plus courantes aux SIP. P 5 3. Objectifs de stage p

Plus en détail

Audioprothésiste. L audioprothésiste procède, sur prescription médicale, à l appareillage des déficients auditifs.

Audioprothésiste. L audioprothésiste procède, sur prescription médicale, à l appareillage des déficients auditifs. CP Concours Prépa Santé Optimum : 896 h/an Access : 720 h/an de septembre à mai Audioprothésiste Le Métier d Audioprothésiste L audioprothésiste procède, sur prescription médicale, à l appareillage des

Plus en détail

Ecole de Management pour les Médecins des Hôpitaux (EMAMH) de l Assistance Publique Hôpitaux de Paris

Ecole de Management pour les Médecins des Hôpitaux (EMAMH) de l Assistance Publique Hôpitaux de Paris DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES Département du Développement Professionnel Continu Médical Ecole de Management pour les Médecins des Hôpitaux (EMAMH) de l Assistance Publique Hôpitaux de Paris Dr Stéphane

Plus en détail

OFFRE EN STAGE SIP POUR LES ETUDIANT(E)S D ANNEE PROPEDEUTIQUE SANTE ET LES ETUDIANTS BACHELOR FILIERE SOINSINFIRMIERS

OFFRE EN STAGE SIP POUR LES ETUDIANT(E)S D ANNEE PROPEDEUTIQUE SANTE ET LES ETUDIANTS BACHELOR FILIERE SOINSINFIRMIERS OFFRE EN STAGE SIP POUR LES ETUDIANT(E)S D ANNEE PROPEDEUTIQUE SANTE ET LES ETUDIANTS BACHELOR FILIERE SOINSINFIRMIERS Filière : APS et Bachelor en soins infirmier Nom de l institution : CHUV Nom de l

Plus en détail

RECRUTEMENT. Orchidée vous apporte son expérience et ses outils pour vous aider à recruter vos futurs collaborateurs.

RECRUTEMENT. Orchidée vous apporte son expérience et ses outils pour vous aider à recruter vos futurs collaborateurs. RECRUTEMENT Orchidée vous apporte son expérience et ses outils pour vous aider à recruter vos futurs collaborateurs. Nous sommes au service des clients et des candidats afin de mettre en adéquation les

Plus en détail

ANNEXE 1 REFERENTIEL DE FORMATION ANIMATEUR DE JEUNES SAPEURS-POMPIERS

ANNEXE 1 REFERENTIEL DE FORMATION ANIMATEUR DE JEUNES SAPEURS-POMPIERS ANNEXE 1 REFERENTIEL DE FORMATION ANIMATEUR DE JEUNES SAPEURS-POMPIERS 1 Finalité de la formation Le référentiel de formation a pour objet de décrire le parcours à suivre par l apprenant pour acquérir

Plus en détail

Année propédeutique santé Présentation générale du programme

Année propédeutique santé Présentation générale du programme Année propédeutique Sante 2014-2015 DCA/sbe révision Août 2014 Année propédeutique santé s Présentation générale du programme Introduction et finalités de l année propédeutique santés L objectif de cette

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

ExEcutivE certificate Cloud ComPutInG

ExEcutivE certificate Cloud ComPutInG Executive Certificate Cloud Le premier cursus certifiant Cloud : Architecture et Gouvernance L apport incontestable de l association d une grande école d ingénieurs avec un expert international de la formation

Plus en détail

Description Master General Management

Description Master General Management Description Master General Management L intérêt de ce master, qui s appuie sur un partenariat entre d un côté l école d ingénieur Polytech Annecy Chambéry et de l autre l Institut de Management de l Université

Plus en détail

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2 Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré ESPE Lille Nord de France Année 2014-2015 Cette note de cadrage a pour but d aider les collègues

Plus en détail

REFERENTIEL D AGREMENT DES CENTRES DE FORMATION

REFERENTIEL D AGREMENT DES CENTRES DE FORMATION REFERENTIEL D AGREMENT DES CENTRES DE FORMATION DPMC- ADM- SPO Page - 1-16/07/2009 Généralités Le DPMC est l organisme désigné par la CPNE, en charge du contrôle des compétences pour la délivrance du CQP

Plus en détail

de la gestion des lits à l ordonnancement

de la gestion des lits à l ordonnancement de la gestion des lits à l ordonnancement Mardi 24 janvier 2012 Dr. Yvon Goarin membre du Directoire Mme Nadia Antignac responsable de l ordonnancement Agenda Présentation de l établissement Les enjeux

Plus en détail

2 - Quels sont les intérêts des exercices?

2 - Quels sont les intérêts des exercices? FICHE N 29 : LES ENTRAÎNEMENTS - EXERCICES DE SIMULATION 1 - Qu est-ce qu un exercice? Les exercices servent à mettre en œuvre de manière pratique les dispositions prévues dans le PCS en se substituant

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

"Sous réserve de validation des modifications"

Sous réserve de validation des modifications "Sous réserve de validation des modifications" Niveau : MASTER année Domaine : Mention : DROIT ECONOMIE GESTION SCIENCES DU MANAGEMENT M2 Spécialité : CONTROLE DE GESTION 120 ES Volume horaire étudiant

Plus en détail

chaire management des pôles et des services en milieu hospitalo-universitaire

chaire management des pôles et des services en milieu hospitalo-universitaire chaire management des pôles et des services en milieu hospitalo-universitaire formation management des pôles en milieu hospitalier session 2014-2015 en réponse au décret n 201-656 du 11 juin 2010 formation

Plus en détail

EXECUTIVE CERTIFICATE CLOUD COMPUTING

EXECUTIVE CERTIFICATE CLOUD COMPUTING EXECUTIVE CERTIFICATE CLOUD COMPUTING EN PARTENARIAT AVEC LE PREMIER CURSUS CERTIFIANT CLOUD COMPUTING : ARCHITECTURE ET GOUVERNANCE L apport incontestable de l association d une grande école d ingénieurs

Plus en détail

LE MANAGEMENT PUBLIC : NOUVELLES APPROCHES, MÉTHODES ET TECHNIQUES. Sous la direction des Professeurs Martial Pasquier et Jean-Patrick Villeneuve

LE MANAGEMENT PUBLIC : NOUVELLES APPROCHES, MÉTHODES ET TECHNIQUES. Sous la direction des Professeurs Martial Pasquier et Jean-Patrick Villeneuve MASTER OF Ouvert aux participant-e-s extérieur-e-s MPAPUBLIC ADMINISTRATION LE MANAGEMENT PUBLIC : NOUVELLES APPROCHES, MÉTHODES ET TECHNIQUES Sous la direction des Professeurs Martial Pasquier et Jean-Patrick

Plus en détail

Brevet de technicien supérieur Conception et Réalisation en Chaudronnerie Industrielle

Brevet de technicien supérieur Conception et Réalisation en Chaudronnerie Industrielle Brevet de technicien supérieur Conception et Réalisation en Chaudronnerie Industrielle ACTIVITÉS ET TÂCHES PROFESSIONNELLES Les activités professionnelles décrites ci-après, déclinées à partir des fonctions

Plus en détail

Diplôme d Université «ENTREPRENEURIAT :

Diplôme d Université «ENTREPRENEURIAT : U N I V E R S I T É P A R I S 1 P A N T H É O N - S O R B O N N E Institut d Administration des Entreprises de Paris Diplôme d Université «ENTREPRENEURIAT : DIRIGER, CREER OU REPRENDRE UNE ENTREPRISE»

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

Institut de FORMATION

Institut de FORMATION Institut de FORMATION plaquette.indd 1 28/11/2012 20:52:47 edito L INSTITUT DE FORMATION J.LEPERCQ Fondé en 1946, l institut de formation est un établissement situé dans le centre ville, à taille humaine

Plus en détail

Pourquoi un tel essor du développement personnel?

Pourquoi un tel essor du développement personnel? Pourquoi un tel essor du développement personnel? Ces dernières années, on ne peut que constater l'émergence de nouvelles méthodes dont le but principal est l'épanouissement individuel. Le développement

Plus en détail

Compte Rendu 8 ème Colloque FINE Europe à Lisbonne Octobre 2010

Compte Rendu 8 ème Colloque FINE Europe à Lisbonne Octobre 2010 Compte Rendu 8 ème Colloque FINE Europe à Lisbonne Octobre 2010 Rapporteur : A Santucci qui représentait FINE Belgique de par son mandat au sein de FINE Belgique «Relations Internationales» a eu un rôle

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

Direction Générale de la Santé DOCUMENT FORMATEUR. Prévention et Secours Civiques niveau 1 (PSC 1)

Direction Générale de la Santé DOCUMENT FORMATEUR. Prévention et Secours Civiques niveau 1 (PSC 1) DOCUMENT FORMATEUR Prévention et Secours Civiques niveau 1 (PSC 1) Pédagogie Appliquée aux Emplois de Formateur en Prévention et Secours Civiques (PAE PSC) Référentiel interne de formation et de certification

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

Formation Inter et Intra 2012

Formation Inter et Intra 2012 Formation Inter et Intra 202 2 formules au choix et adaptées à vos besoins bien choisir sa formation Nous mettons à votre disposition une offre de formation variée et adaptée à votre activité avec des

Plus en détail

Référentiel de formation des aides-soignants

Référentiel de formation des aides-soignants Référentiel de formation des aides-soignants Documents de référence La formation Arrêté du 22 octobre 2005 modifié relatif à la formation conduisant au diplôme d Etat d aide-soignant Annexes I : référentiel

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT Fiche descriptive d un programme d éducation thérapeutique à l auto-sondage intermittent Thème du programme: l amélioration et la conservation de son

Plus en détail

C- Évaluation des performances RH I/ Raison d être et nature de l évaluation

C- Évaluation des performances RH I/ Raison d être et nature de l évaluation C- Évaluation des performances RH I/ Raison d être et nature de l évaluation A- Raison d être Connaître et préparer une relève adéquate ; Mesurer la contribution de chaque employé à l organisation Pouvoir

Plus en détail

CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE "Saadna Mohamed Abdenour" Sétif

CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE Saadna Mohamed Abdenour Sétif CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE "Saadna Mohamed Abdenour" Sétif 2 e Forum Paramédical International 08 et 09 Décembre 2010 LE CADRE PARAMEDICAL «LE MANAGER» Mr S. ARIF Service de CCI CHU Sétif Deuxièmes

Plus en détail