Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC"

Transcription

1 Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) EXAMEN DE CERTIFICATION & 25 mars 2010 CORRIGÉ Unité de valeur 1 Droit et fiscalité du patrimoine Durée : 2 heures - Coefficient : 1 Documents à disposition : Néant 1 ère partie : 30 QCM Siège social : 5, rue Tronchet PARIS Tél Fax

2 1/ Les souscriptions au capital de sociétés non cotées : A. Ouvrent droit à une réduction d impôt au taux de 25 % avec un plafond de (couple) ; si le plafond est dépassé, le montant excédentaire est reporté sur les trois années suivantes. B. Ouvrent droit à une réduction d impôt au taux de 25 % avec un plafond de (couple) ; si le plafond est dépassé, le montant excédentaire est reporté sur les cinq années suivantes. C. Ouvrent droit à une réduction d impôt au taux de 25 % avec un plafond de (couple) ; si le plafond est dépassé, le montant excédentaire est reporté sur les quatre années suivantes. 2/ Les titres reçus en contrepartie de la souscription en numéraire ou en nature au capital d une PME ouvrent doit à une réduction d'impôt au titre de l'isf : A. A hauteur de 75 % des sommes investies sans plafonnement. B. A hauteur de 50 % des sommes investies avec un plafonnement de la réduction à C. A hauteur de 75 % des sommes investies avec un plafonnement de la réduction à / Marié sous le régime légal actuel, l époux reçoit en donation de ses parents un terrain constructible et y fait construire une maison. A qui appartient-elle? A. La maison est un bien propre de l époux qui devra récompense à la communauté en cas de dissolution du régime. B. La maison est un bien commun et la communauté devra récompense à l époux en cas de dissolution du régime. C. La maison est un bien commun, la communauté ne devant aucune récompense à l époux en cas de dissolution du régime. D. La maison est un bien propre de l époux et la communauté n aura droit à aucune récompense en cas de dissolution du régime. 4/ La plus-value de cession d'un immeuble par un particulier bénéficie d'un abattement en fonction de la durée de détention : A. 3 % par an au-delà de la troisième année de détention. B. 5 % par an au-delà de la deuxième année de détention. C. 10 % par an au-delà de la cinquième année de détention. 2

3 5/ A quelle condition un couple avec deux enfants dont l'aîné est handicapé, peut-il avantager ce dernier afin de le protéger au-delà de la quotité disponible? A. C'est impossible car le deuxième enfant doit au moins disposer de sa réserve. B. C est possible à la condition que le benjamin renonce par avance à son action en réduction. C. C est possible si le testament stipulant ces dispositions a fait l'objet d'une homologation judiciaire. 6/ Le régime matrimonial primaire : A. S impose à tous les couples mariés vivant en France. B. Etait le régime en vigueur avant C. Est un régime séparatiste. D. Peut-être modifié à tout moment devant notaire, après 2 ans de mariage. 7/ Pour un couple marié sous le régime de la communauté légale, est un bien commun : A. Un compte bancaire au nom d un seul des époux. B. Un immeuble dont l un des époux a hérité. C. Un meuble acquis par l un des époux avant le mariage. 8/ En cas de décès de l un des partenaires de PACS, le partenaire survivant : A. Hérite automatiquement de la totalité des biens en l absence d enfant. B. N est pas considéré comme un hériter mais peut recueillir tout ou partie de la succession si un testament a été rédigé en sa faveur. C. Ne peut opter que pour 100% de la succession en usufruit en cas d existence d enfant de lits différents. D. Est soumis aux mêmes règles de succession que dans le cadre du régime matrimonial de communauté légale, mais doit s acquitter des droits de succession afférents aux étrangers. 9/ Le jugement de séparation de corps est transformé de plein droit en jugement de divorce : A. A la demande de l un des conjoints si la séparation a duré au moins 2 ans. B. A la demande conjointe des époux si la séparation a duré au moins 2 ans. C. A la demande de l un des conjoints si la séparation a duré au moins 4 ans. D. A la demande conjointe des époux si la séparation a duré au moins 4 ans. 3

4 10/ En matière d ISF, l Administration peut exercer son droit de contrôle : A. Sur les trois dernières années dans tous les cas. B. Sur les six dernières années lorsque les déclarations n ont pas été souscrites. C. Sur les dix dernières années dans tous les cas. 11/ La donation entre futurs époux consentie par contrat de mariage est : A. Librement révocable à tout moment. B. Irrévocable même si les époux divorcent, sauf en cas d ingratitude ou d inexécution des conditions dans lesquelles elle a été consentie. C. Peut être remise en cause par les enfants du défunt au titre de l action en réduction si la donation dépasse la quotité disponible. D. Devient caduque en cas de changement de régime matrimonial. 12/ L'ISF est : A. Exclu du dispositif du bouclier fiscal. B. Intégré dans le dispositif du bouclier fiscal à hauteur de son montant calculé avant plafonnement. C. Intégré dans le dispositif du bouclier fiscal à hauteur de son montant net payé. 13/ Dans quel délai, le successible peut-il accepter ou renoncer à une succession? A. Le successible bénéficie d un délai de 6 mois à compter du décès pour notifier sa décision. B. Le successible bénéficie d un délai de 3 mois pour demander l établissement d un inventaire et, à l achèvement de celui-ci, bénéficie d un délai de 40 jours pour notifier sa décision. C. Sans option du successible dans les 4 mois après l ouverture de la succession, il hérite automatiquement. 14/ M. X décède et laisse sa femme avec deux enfants, qui ont chacun un enfant. Les héritiers réservataires sont : A. Ses 2 enfants. B. Sa femme et ses 2 enfants. C. Sa femme, ses 2 enfants et ses petits enfants. D. Les personnes qu il a désignées par testament. 4

5 15/ Le mandataire successoral judiciaire : A. Peut de plein droit accomplir tous les actes de gestion et de dispositions nécessaires à l administration de la succession. B. Est désigné par le Notaire pour rédiger les actes de succession. C. Est forcément un membre de la famille. D. Est désigné par le Juge en cas de mésentente ou d inertie des héritiers. 16/ La solidarité fiscale en matière d IR : A. N est valable que pour les couples mariés sous les régimes de communauté. B. S impose à tous les couples mariés ainsi qu aux partenaires de PACS. C. N est applicable que pour le régime matrimonial de communauté universelle, la dette fiscale étant une dette propre, même en cas de déclaration commune. D. N est applicable qu au titre des impôts locaux, si le bail ou la propriété du bien est commun. 17/ Mme Y. a quitté le foyer conjugal pour vivre avec M. X. Celui-ci dispose d un patrimoine de 2 M. Elle possède pour sa part un patrimoine d 1 M. Au titre de l ISF, doit-elle? A. Effectuer une déclaration commune avec son concubin pour un montant de 3 M. B. Effectuer une déclaration commune avec son mari. C. Opter librement mais de manière irrévocable entre une déclaration avec son mari et une déclaration avec son concubin. D. Opter librement, chaque année, entre une déclaration avec son mari et une déclaration avec son concubin. 18/ Quelles sont les caractéristiques du «bouclier fiscal»? A. Les impôts directs et indirects payés par un foyer fiscal ne peuvent excéder 50 % de ses revenus. B. Les impôts indirects payés par un foyer fiscal ne peuvent excéder 50 % de ses revenus. C. Les impôts directs payés par un foyer fiscal ne peuvent excéder 60 % de ses revenus. D. Les impôts directs et les prélèvements sociaux payés par un foyer fiscal ne peuvent excéder 50 % de ses revenus. 19/ Un conjoint détient des biens en usufruit à la suite de son option pour l usufruit légal dans le cadre du règlement de la succession de son époux. Sur quelle valeur doit-il être imposé à l I.S.F? A. Sur la valeur de l usufruit. B. Sur aucune valeur. C. Sur la valeur de la nue-propriété. D. Sur la valeur en pleine propriété. 5

6 20/ Les moins-values constatées sur des cessions de valeurs mobilières : A. Sont déductibles des plus-values constatées les cinq années suivantes, quel que soit le montant des cessions réalisées. B. Sont déductibles des plus-values constatées les dix années suivantes, quel que soit le montant des cessions réalisées. C. Sont déductibles des plus-values constatées les dix années suivantes, à condition que le montant des cessions réalisées dépasse le seuil de / M. Rupert, 62 ans, a vendu la nue-propriété d un bien d une valeur en pleine propriété d 1 M à un ami d'enfance. Au regard de l ISF, il doit? A. Déclarer ce bien pour une valeur de 1 M. B. Déclarer ce bien pour une valeur de C. Déclarer ce bien pour une valeur de D. Ne rien déclarer. 22/ M. Robin est marié et a 3 enfants mineurs. Il héberge sous son toit depuis quelques années la sœur de sa femme et un ami âgé de 46 ans et titulaire de la carte d invalidité. De combien de parts est constitué le foyer fiscal de M. Robin? A. 5,5 parts. B. 6,5 parts. C. 5 parts. D. 4 parts. 23/ L abus de droit par fraude à la loi : A. Est constitué par la volonté de contourner une règle fiscale contraignante. B. Permet de qualifier des dispositions ou agissements du fisc, qui caractérisent un excès de pouvoir vis-à-vis du contribuable. C. Permet de requalifier certains actes dont le caractère fictif est reconnu. D. Est constitué par un mensonge juridique destiné à tromper le Fisc. 24/ Dans le cadre d une donation faite au bénéfice des enfants de son conjoint : A. Seuls les dons manuels sont possibles, dans la limite de si le donateur est âgé de moins de 65 ans. B. Les enfants du conjoint du donateur sont fiscalement considérés comme des nonparents, les droits de donation sont donc de 60 %. C. Les enfants du donateur peuvent toujours s opposer aux donations aux enfants de son nouveau conjoint. D. Le mariage entraîne une adoption simple de fait, les enfants du conjoint bénéficient du barème applicable aux transmissions en ligne directe. 6

7 25/ Depuis le 1 er janvier 2009, le plafond des dépenses annuelles de travaux déductibles de l IR réalisées dans des immeubles des secteurs sauvegardés ou situés dans une zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager : A. S élève à B. S élève à C. S élève à D. Est illimité. 26/ Le cumul entre L Eco-prêt à taux zéro et le crédit d impôt «développement durable» est possible : A. Oui. B. Non. C. A titre exceptionnel pour l année D. A titre exceptionnel pour les années 2009 et 2010, sous condition de ressources. 27/ En cas d engagement collectif de conservation de titres de sociétés, dite Loi DUTREIL, les transmissions par succession ou donation d une société ayant une activité industrielle, commerciale, artisanale, agricole ou libérale, peuvent être exonérées d ISF à hauteur de : A. 34 %. B. 50 %. C. 75 %. D. 100 %. 28/ Depuis le 1 er juin 2008, le délai de reprise en matière d ISF par l administration fiscale en cas d absence de déclaration, omission d un bien, ou de nécessité de recherches ultérieures est : A. De 6 ans. B. De 10 ans. C. Illimité. D. De 3 ans plus l année en cours. 29/ En cas de démembrement de propriété d un bien immobilier : A. C est l usufruitier qui supporte la taxe foncière. B. C est le nu-propriétaire qui supporte la taxe foncière. C. L usufruitier et le nu-propriétaire supportent la taxe foncière en proportion de la valeur de l usufruit au moment du paiement de la taxe. D. Le nu-propriétaire doit prendre à sa charge les gros travaux et la taxe foncière. 7

8 30/ M. Constant a souscrit dans le passé un contrat de capitalisation d une valeur nominale de 4 M. Il avait une valeur de 5,16 M au 31/12/09. Au titre de l ISF, M. Constant : A. Ne tient pas compte de son contrat de capitalisation. B. Déclarera le contrat pour sa valeur au 31/12/09 soit 5,16 M. C. Déclarera le contrat pour sa valeur nominale soit 4 M. D. Déclarera la valeur du contrat de capitalisation l année de son échéance. 8

9 Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) EXAMEN DE CERTIFICATION & 25 mars 2010 CORRIGÉ Unité de valeur 1 Droit et fiscalité du patrimoine Durée : 2 heures - Coefficient : 1 Documents à disposition : Néant 2 nde partie : 10 Questions ouvertes Siège social : 5, rue Tronchet PARIS Tél Fax

10 Question n 1 Quelles sont les incidences fiscales du divorce sur la plus-value réalisée sur la cession de la résidence principale? Un conjoint, qui a quitté la résidence principale dans le cadre d une procédure de divorce, bénéficie, lors de la vente de ce bien, du régime fiscal d exonération de la plus-value sur la cession de celle-ci, si l ancien logement est toujours occupé par l autre ex-conjoint. Cette disposition est valable jusqu à la mise en vente de la maison, dans la mesure où le délai entre la mise en vente et la vente effective ne dépasse pas 2 ans. 10

11 Question n 2 Expliquez les notions de tutelle, curatelle et sauvegarde de justice. Tutelle : lorsque le majeur, de par ses capacités mentales ou corporelles, nécessite d être représenté par un tuteur dans les actes de la vie civile et en particulier pour tous les actes d administration et de disposition de ses biens. Curatelle : lorsque le majeur a seulement besoin d être conseillé ou contrôlé dans les actes de la vie civile, ce qui signifie que le curateur n exerce son contrôle que pour les actes de disposition des biens de la personne protégée et il n a en revanche pas à s immiscer dans l administration des biens de cette personne. Sauvegarde de justice : mesure de protection juridique temporaire destinée à protéger une personne majeure et/ou tout ou partie de son patrimoine si elle n'a plus la capacité de le faire seule et qu'aucun moyen moins contraignant ne suffit à défendre ses intérêts. Le majeur placé sous sauvegarde de justice conserve sa capacité et donc l'exercice de ses droits. 11

12 Question n 3 Qu est-ce qu un mandat posthume? Il permet à une personne de désigner de son vivant un mandataire ayant pour mission : - d administrer tout ou partie du patrimoine successoral transmis à son décès - pendant une durée de 2 à 5 ans (inaptitude ou bas âge des héritiers ou nécessité de gérer des biens professionnels) 12

13 Question n 4 Votre cliente, Mme Calmette, a entendu parler d un plafonnement des niches fiscales. Elle se demande ce que cela signifie. Pouvez-vous lui expliquer brièvement? Dans le but de réduire les avantages fiscaux qu il octroyait jusqu à maintenant, le législateur va imposer à partir de l imposition sur les revenus 2010 et pour tout investissement réalisé à partir du 1er janvier 2010, un nouveau plafonnement des avantages fiscaux procurés par un certain nombre d investissements. Les niches fiscales concernées par le plafonnement ne peuvent procurer globalement une réduction du montant de l IR supérieure à % du revenu imposable du contribuable (contre % du revenu imposable en 2009). Cela concerne notamment les amortissements Robien et Borloo, les réductions d'impôts notamment sur les investissements en dispositif SCELLIER, loi MALRAUX, LMNP résidences hôtelières, en outre-mer, les souscriptions au capital de certaines PME, FIP, FCPI... Les monuments historiques sont exclus du plafonnement. Le plafonnement est de ou 15% du revenu global pour tout investissement dans les DOM TOM 13

14 Question n 5 En matière de succession, quels sont les droits : - des enfants de chacun des conjoints d une famille recomposée, - des enfants communs aux époux, - des ex-conjoints? Quelles solutions peut on envisager pour harmoniser les droits de chacun des ayants droit? Au décès d'un des parents d une famille recomposée, les héritiers sont les seuls enfants du défunt. Les enfants de son conjoint ne sont pas considérés comme héritiers, quand bien même ils ont vécu sous le même toit pendant des années. Il est certes toujours possible de leur réserver une part de l'héritage par testament (dans la limite de la quotité disponible), mais elle sera lourdement taxée. En adoptant l'enfant de son conjoint, le beau-parent peut lui conférer les mêmes droits successoraux qu'à ses propres enfants. Les enfants communs aux deux époux hériteront de chacun de leur père et mère, dont ils sont les héritiers réservataires. Quant aux ex-conjoints, ils ne bénéficient naturellement pas de droits successoraux. 14

15 Question n 6 Mr et Mme Béclère, mariés, ont accueilli sous leur toit leur fille Marine, 22 ans, étudiante en Sciences Politiques, mariée avec Simon, 27 ans, intermittent du spectacle et leur petitefille Clara de 1 an et demi. Mr et Mme Béclère vous demandent s il existe une ou plusieurs options pour gérer fiscalement cette situation? En général, les enfants mariés sont fiscalement indépendants du foyer de leurs parents. 1 ère option Ils peuvent cependant demander à y être rattachés si l un des époux est âgé de moins de 25 ans dans le cas où il poursuit ses études supérieures (21 ans dans les autres cas). Bien que ce rattachement n apporte pas de part supplémentaire dans le calcul du quotient familial, le foyer fiscal des Béclère pourrait alors bénéficier sur son revenu imposable d un abattement de par personne à charge rattachée, soit un abattement de x 3 = ème option C est le non-rattachement du foyer de Marine au foyer fiscal des parents. Cette option peut éventuellement être avantageuse dans la mesure où le rattachement implique la prise en compte des revenus de Simon pour le calcul de l IR du foyer des Béclère. Il serait donc intéressant de comparer les 2 options en calculant l IR potentiel, afin de choisir la meilleure solution. 15

16 Question n 7 Mr Pierre est seul propriétaire du logement qu il habite avec son épouse. Il a deux enfants d un premier mariage. Il souhaiterait qu ils puissent récupérer ce bien dès son décès mais il a entendu parler du droit viager du conjoint sur le logement. Que pouvezvous lui dire? Quels conseils pouvez-vous lui donner? Ses deux enfants ne pourront en aucun cas récupérer immédiatement ce bien car durant un an à compter du décès, le conjoint survivant bénéficie d'un droit d'occupation temporaire gratuit. Passé ce délai, la loi institue au profit du survivant, un droit viager sur le logement et sur les meubles le garnissant. Ce droit viager lui permet d'utiliser le logement sa vie durant et de le louer si le besoin s'en fait sentir. Ce droit joue lorsque le logement appartient exclusivement au défunt ou aux deux époux et qu il constitue la résidence principale du conjoint survivant au moment du décès. L époux survivant doit en faire la demande dans l année du décès. Pour priver son conjoint de ce droit, Mr Pierre doit obligatoirement faire établir un testament authentique. Question n 8 16

17 Mr Dubary a totalement rénové début 2009 un appartement pour un montant de Cet appartement a été loué en juillet 2009 et lui procure un revenu de 850 par mois. Que pouvez-vous lui conseiller pour amortir ses dépenses? Les recettes provenant du bien de Mr Dubary n excédant pas par an, celui-ci relèvera de plein droit du régime micro-foncier. Ce régime permet d appliquer un abattement forfaitaire de 30% au titre des charges afférentes au logement. En 2009, Mr Dubary pourra donc déduire de ses revenus fonciers 850 x 6 x 0,3 = et ne déclarer que au titre des revenus fonciers. Cependant, Mr Dubary a effectué des travaux de rénovation dans le but de louer son logement, pour une somme conséquente. Celui-ci a donc tout intérêt à opter pour le régime réel et déclarer ses revenus fonciers sur la déclaration n 2044, afin de déduire le maximum de charges et obtenir un déficit foncier. Les déficits fonciers provenant des frais, charges et des travaux de réparation et d'entretien seront imputables, dans la limite de , sur le revenu global de l année et permettra de réduire son impôt. L excédent sera reportable sur les revenus fonciers des 10 années suivantes. Il faut savoir, que le contribuable peut opter pour le régime réel d imposition, mais une fois exercée, l option est globale et s applique obligatoirement pour une période de 3 ans durant laquelle elle est irrévocable. A l issu de cette période, le contribuable peut y renoncer en se plaçant sous le régime micro-foncier, à condition que les conditions d application soient toujours réunies. 17

18 Question n 9 Etablir un état comparatif des conditions, avantages et inconvénients de la création d une SELARL et d une SCP pour une profession libérale (sous forme de tableau). voir schéma ci-dessous 18

19 Question n 10 Une cliente vous demande : «A la suite du décès de mon père, ma mère a hérité de l'usufruit d'un portefeuille de valeurs mobilières dont je suis nue-propriétaire. Quels sont les droits de chacune d'entre nous sur ce portefeuille?» Votre mère dispose donc de la moitié de ce portefeuille en pleine propriété. Sur l'autre moitié, elle est usufruitière et vous êtes nue-propriétaire. Quels sont mes droits et quels sont les siens? C'est la jurisprudence qui est la plus explicite sur ce point notamment par l'arrêt de la Cour de cassation du 12 novembre 1998 (Cass. civ., , n , Mme Baylet) qui pose les principes en la matière. Cet arrêt autorise l'usufruitier à conserver la propriété de ces titres ou à les vendre sans l'accord du nu-propriétaire. L'usufruitier est tenu d'en restituer l'équivalent en nature ou en valeur à l'extinction de l'usufruit (son décès). Mais, s'il a pratiqué une mauvaise gestion qui a déprécié la valeur du portefeuille, le nupropriétaire s'en trouvera lésé. Ce dernier conserve toutefois la possibilité d'être informé par l'usufruitier de la composition et de la valeur du portefeuille. En matière fiscale, la plus-value est imposable entre les mains du nu-propriétaire, il est toute fois admis que la plus-value soit imposable au nom du seul usufruitier à condition que l usufruitier nu-propriétaire formule conjointement une option expresse, irrévocable en ce sens auprès de l établissement financier teneur de compte. Cette option n est autorisée que pour les portefeuilles démembrés d une succession. 19

EXAMEN DE CERTIFICATION. Unité de valeur 1. Droit et fiscalité du patrimoine. Durée : 2 heures. Coefficient : 1. Documents à disposition : Néant

EXAMEN DE CERTIFICATION. Unité de valeur 1. Droit et fiscalité du patrimoine. Durée : 2 heures. Coefficient : 1. Documents à disposition : Néant Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) EXAMEN

Plus en détail

Sommaire. La famille. L immobilier. Le couple. La gestion des biens du couple. La séparation. La gestion des biens des mineurs et des incapables

Sommaire. La famille. L immobilier. Le couple. La gestion des biens du couple. La séparation. La gestion des biens des mineurs et des incapables Sommaire La famille Le couple 1. Union 12 2. Mariage, Pacs, concubinage : que choisir? 13 La gestion des biens du couple 3. Biens meubles et immeubles 15 4. Régime primaire 17 5. Choix du régime matrimonial

Plus en détail

Investissement immobilier

Investissement immobilier Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC* *Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) EXAMEN

Plus en détail

Programme ESSEC Gestion de patrimoine

Programme ESSEC Gestion de patrimoine Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Fiscalité de l immobilier Plusieurs niveaux de fiscalité (investissement

Plus en détail

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal Du constat au conseil Intervenants Félix CICERON, Directeur de l ingénierie patrimoniale, Expert& Finance José SOTO, Directeur des partenariats

Plus en détail

Programme de la certification «Conseil en Investissement Immobilier Certifié CGPC»

Programme de la certification «Conseil en Investissement Immobilier Certifié CGPC» Programme de la certification «Conseil en Investissement Immobilier Certifié CGPC» Le programme de cette épreuve est un sous-ensemble de l examen de certification CGPC/CFP. 1 / 6 BLOC 1 A-ENVIRONNEMENT

Plus en détail

> Abréviations utilisées

> Abréviations utilisées Aide-mémoire fiscalité des particuliers 2015 > Abréviations utilisées BNC : bénéfices non commerciaux IR : impôt sur le revenu NP : nue-propriété PFL : prélèvement forfaitaire libératoire PVI : plus-value

Plus en détail

Donations, successions. Droits de mutation à titre gratuit

Donations, successions. Droits de mutation à titre gratuit Donations, successions Droits de mutation à titre gratuit Août 2012 Henry Royal 1 Tél : 01 47 68 96 92 contact@royalformation.com www.royalformation.com Territorialité I. - Exonérations des droits de mutation

Plus en détail

Fiscalité Tout ce qu il faut savoir sur l ISF

Fiscalité Tout ce qu il faut savoir sur l ISF Conférence débat Mercredi 14 mai 2014 Fiscalité Tout ce qu il faut savoir sur l ISF L Impôt Sur la Fortune (ISF) est un impôt annuel dû par les personnes physiques dont le patrimoine net (actif - passif),

Plus en détail

PARTICULIERS FISCALITÉ

PARTICULIERS FISCALITÉ PARTICULIERS FISCALITÉ 2014 SOMMAIRE CE QUI CHANGE EN 2014 p.4 1 - IMPÔT SUR LE REVENU p.6 2 - IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE p.7 3 - REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS p.7 4 - PLUS-VALUES DE CESSION DE

Plus en détail

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008?

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Lundi 8 octobre 2007 Nancy Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Frédéric Gros Directeur Nancy Élise Moras Ingénieur patrimonial

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

PARTICULIERS FISCALITÉ

PARTICULIERS FISCALITÉ PARTICULIERS FISCALITÉ 2015 SOMMAIRE CE QUI CHANGE EN 2015 p.4 1 - IMPÔT SUR LE REVENU p.6 2 - IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE p.8 3 - REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS p.9 4 - PLUS-VALUES DE CESSION DE

Plus en détail

Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC

Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) EXAMEN

Plus en détail

Conférence Association des savoirs à Dunkerque

Conférence Association des savoirs à Dunkerque Conférence Association des savoirs à Dunkerque 1 Allianz parmi les leaders mondiaux Chiffres clés 2012 Allianz 1er assureur européen par sa capitalisation boursière Allianz SE : 58,6 M. AXA : 44,3 M Zürich

Plus en détail

Donation de droits démembrés

Donation de droits démembrés Ed. Francis Lefebvre DEMEMBREMENT DE PROPRIETE SECTION 2 Donation de droits démembrés Les démembrements de propriété entre usufruitier et nu-propriétaire sont le plus souvent subis. Le décès d un conjoint

Plus en détail

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011)

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) En l absence d un accord sur le projet de réforme du patrimoine, le Gouvernement a convoqué une commission mixte paritaire afin d établir

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en Banques et Finances Commissaire aux Comptes et Professeur de droit fiscal OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER www.editions-organisation.com/livres/denos

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015.

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015. L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015 intervenante: Karine SALVAT CONSEILLER en INVESTISSEMENT FINANCIER 1 Objectif

Plus en détail

FLASH SPECIAL. Décembre 2012

FLASH SPECIAL. Décembre 2012 FLASH SPECIAL Décembre 2012 LOIS DE FINANCES DE FIN D ANNEE 2012 La fin d année 2012 aura été riche en actualité fiscale: Une loi de finances pour 2013 dont les vifs débats avaient commencé dès l été 2012

Plus en détail

COMMENT REDUIRE SON IMPOT SUR LE REVENU?

COMMENT REDUIRE SON IMPOT SUR LE REVENU? COMMENT REDUIRE SON IMPOT SUR LE REVENU? 24 novembre 2009 1 PLAN DE L INTERVENTION Introduction 1 ère partie : La Loi Scellier 2 ème partie : La Loi Girardin Industriel 3 ème partie : La souscription au

Plus en détail

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux Personnes et familles Vie familiale / vie à deux les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux www.notaires.paris-idf.fr Vie familiale, vie à deux LES CONTRATS DE MARIAGE ET LES RÉGIMES MATRIMONIAUX

Plus en détail

Panorama des principaux crédits et réductions d impôt en faveur des particuliers

Panorama des principaux crédits et réductions d impôt en faveur des particuliers SYNTHESE Fiscal Textes et références Article 199 terdecies- 0 A du Article 885-O V bis du Article 200 du Article 199 tervicies du Article 199 sexvicies du Article 199 septvicies du Article 199 sexdecies

Plus en détail

Succession L un de vos proches est décédé

Succession L un de vos proches est décédé Succession L un de vos proches est décédé Qui hérite? Dans quelle proportion? Quel en est le coût? Votre notaire est là pour vous aider et vous assister dans les opérations successorales que vous aurez

Plus en détail

SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR

SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR Outil d'optimisation fiscale très performant par rapport à la détention directe d'un patrimoine, la société civile permet de choisir

Plus en détail

L IMPÔT SUR LA FORTUNE

L IMPÔT SUR LA FORTUNE L IMPÔT SUR LA FORTUNE Cet impôt a succédé à l'«impôt sur les grandes fortunes» (IGF) créé en 1982. Créé par la loi de finances pour 1989, il reprend les mécanismes et la philosophie de l'igf, supprimé

Plus en détail

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 1 FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 2 Fiscalité 2014 SOMMAIRE I. Imposition des revenus II. Optimisation de l impôt sur le revenu III. Imposition des plus-values IV.

Plus en détail

Fiscalité, placements. réductions d impôt

Fiscalité, placements. réductions d impôt Fiscabanque Fiscalité, placements & réductions d impôt À jour des dispositions de la loi de finances 2011 2014 Actualisé sur Internet Gervais Morel avec la participation de David Ecochard Sommaire I Sommaire

Plus en détail

L Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF)

L Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) L Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Plus en détail

NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013

NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013 NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013 La présente note doit être considérée comme un résumé des aspects fiscaux du Fonds d Investissement de Proximité («FIP») dénommé «FIP ARKEON Pré-cotation

Plus en détail

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 - Mesures concernant le patrimoine - Mesures concernant l assurance vie - Zoom sur quelques dispositions du Projet de Loi de Finances

Plus en détail

LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION

LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION MAJ 23/04/12 Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION Une donation peut imposer au donataire une ou plusieurs obligations (charge), ou prévoir une résolution de l

Plus en détail

Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte

Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte Exposé sur les successions du 26 février 2015 Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte «Les formalités bancaires formalités diverses et déclaration fiscale de succession»

Plus en détail

ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions

ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions L ISF : Un barème très élevé Seuil d imposition : 1 300 000. Tranche Taux Calcul < 800 000 0% Assiette x 0 Entre 800 000 et 1 300 000 0,50% (A x

Plus en détail

Loi de finances pour 2011. Loi de finances rectificative pour 2010. Loi de financement de la sécurité sociale pour 2011

Loi de finances pour 2011. Loi de finances rectificative pour 2010. Loi de financement de la sécurité sociale pour 2011 Lois budgétaires pour 2011 Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 Loi de financement de la sécurité sociale pour 2011 1 Qui sommes nous? Service d ingénierie patrimoniale au

Plus en détail

PLAFONNEMENT DES EFFETS DU QUOTIENT FAMILIAL

PLAFONNEMENT DES EFFETS DU QUOTIENT FAMILIAL 2041 GT N 50883#13 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. PLAFONNEMENT

Plus en détail

CONSEILS -EN- PATRIMOINE. Étude ISF. A l attention de Monsieur et Madame XXXXXXXX

CONSEILS -EN- PATRIMOINE. Étude ISF. A l attention de Monsieur et Madame XXXXXXXX CONSEILS -EN- PATRIMOINE Étude ISF A l attention de Monsieur et Madame XXXXXXXX 10 Préambule Ermont, le XXXXXX Évaluer, déclarer son Impôt de Solidarité sur la Fortune dans de bonnes conditions demeurent

Plus en détail

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 Actualisation du flash sur les dispositions présentées à la presse le 12/04/2011 Le PLFR 2011 sera examiné par

Plus en détail

Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation

Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation Animé par : Benoît Baron, Rédacteur en chef - L AGEFI ACTIFS Intervenants : Grégoire SALIGNON Directeur de l ingénierie

Plus en détail

OPTIMISATION FISCALE DE L INVESTISSEMENT START UP

OPTIMISATION FISCALE DE L INVESTISSEMENT START UP La Note Juridique automne 2014 OPTIMISATION FISCALE DE L INVESTISSEMENT START UP Investir au capital d une société start-up est risqué mais nécessaire au développement de l activité des entreprises françaises.

Plus en détail

LA DONATION ENTRE VIFS

LA DONATION ENTRE VIFS Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LA DONATION ENTRE VIFS La donation entre vifs est l acte par lequel le donateur se dépouille actuellement et irrévocablement d un bien ou d un droit au profit

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Octobre 2012 Sommaire 1. IMPOT SUR LE REVENU... 2 2. TAXATION DES REVENUS DU CAPITAL AU BAREME PROGRESSIF... 3 3. TAXATION DES PLUS-VALUES

Plus en détail

Le couple. et l argent

Le couple. et l argent LES FICHES PRATIQUES DE FINANCES & PÉDAGOGIE Le couple Mariage, PACS, ou concubinage, la vie à deux implique le plus souvent des choix mais aussi des obligations. Alors, qu en est-il en matière de gestion

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE DIRECTION DES SERVICES ADMINISTRATIFS SERVICE POPULATION ET CITOYENNETE SECTEUR ETAT CIVIL INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE Annexe du décret n 2002 1556 du 23 décembre 2002 Ce document est destiné

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 91 DU 27 OCTOBRE 2009 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 B-27-09 INSTRUCTION DU 16 OCTOBRE 2009 REFORME DU REGIME DE DEDUCTION DES CHARGES DE GROSSES REPARATIONS

Plus en détail

Procédure relative à la protection juridique des majeurs vulnérables

Procédure relative à la protection juridique des majeurs vulnérables Procédure relative à la protection juridique des majeurs vulnérables 1/ Objet et domaine d application date de mise à jour : 31 juillet 2012 - harmoniser les pratiques et améliorer la coordination entre

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES

LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES FR 52-09 LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES GROUPE DE SOCIÉTÉS : RÉGIME DES SOCIÉTÉS MÈRES ET FILIALES Suppression de la possibilité de

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Octobre 2012 2012 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire Projet de loi de finances 2013 I - Mesures concernant directement l assurance-vie II - Autres mesures relatives à la fiscalité du patrimoine

Plus en détail

«Succession, comment ça marche?»

«Succession, comment ça marche?» «Succession, comment ça marche?» JARVILLE Jeudi 19 mars 2015 Serge CONSTANT Notaire à NANCY Président de la Chambre des Notaires PLAN I. Comment est composée la succession? Cela dépend de la situation

Plus en détail

LES STATUTS DES CONJOINTS DE COMMERCANTS ET D ARTISANS.

LES STATUTS DES CONJOINTS DE COMMERCANTS ET D ARTISANS. LES STATUTS DES CONJOINTS DE COMMERCANTS ET D ARTISANS. Hôtel Consulaire Nouveau-Port 20293 BASTIA Tél : 04.95.54.44.44 Fax : 04.95.54.44.47 DIRECTION DES SERVICES AUX ENTREPRISES CCI Bastia Haute Corse

Plus en détail

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE Introduction L impôt de solidarité sur la fortune est un impôt annuel dû par les personnes physiques détenant un patrimoine net supérieur à 790 000 au 1 er janvier

Plus en détail

Les SCPI. François Longin 1 www.longin.fr

Les SCPI. François Longin 1 www.longin.fr Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire i «L investissement t immobilier» Les SCPI François Longin 1 www.longin.fr Généralités sur les SCPI SCPI Borloo Plan Processus d investissement (sélection

Plus en détail

Donation temporaire d usufruit, une nouvelle manière de donner adaptée. Mardi 26 février 2013. Fondation Ecole Centrale de Paris

Donation temporaire d usufruit, une nouvelle manière de donner adaptée. Mardi 26 février 2013. Fondation Ecole Centrale de Paris Donation temporaire d usufruit, une nouvelle manière de donner adaptée au contexte fiscal actuel Mardi 26 février 2013 Fondation Ecole Centrale de Paris Banque Transatlantique SOMMAIRE Nouveau contexte

Plus en détail

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale Lettre d'information - Septembre - Octobre 2007 MESURES FISCALES ET PATRIMONIALES EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT ENTREPRISES 1. Défiscalisation des heures supplémentaires 2. Parachutes

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Février 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Investissement dans les PME & réduction ISF / IR : l administration durçit sa doctrine II Contrat d assurance vie, acceptation du bénéfice

Plus en détail

7. Comment éviter que votre patrimoine ne revienne à votre belle-famille?

7. Comment éviter que votre patrimoine ne revienne à votre belle-famille? 7. Comment éviter que votre patrimoine ne revienne à votre belle-famille? 7.1. De quoi s agit-il? Si vous organisez un planning patrimonial et successoral, vous essayerez sans doute que votre patrimoine

Plus en détail

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise 1 Une réduction d impôt sur le revenu est applicable en cas de souscription, avant le 31 décembre 2012, au capital d une petite et moyenne

Plus en détail

LA FISCALITE DES SUCCESSIONS

LA FISCALITE DES SUCCESSIONS LA FISCALITE DES SUCCESSIONS La succession est assujettie à une fiscalité et peut générer des droits de succession. Les droits de succession sont calculés sur l actif net recueilli par chaque héritier

Plus en détail

26 Contrat d assurance-vie

26 Contrat d assurance-vie 42 26 Contrat d assurance-vie est un contrat par lequel un assureur s engage à verser un capital en cas de vie ou de décès de l assuré, au profit du souscripteur ou d un tiers, moyennant une prime. Placement

Plus en détail

Les Patrimoniales 2013

Les Patrimoniales 2013 Les Patrimoniales 2013 La nouvelle fiscalité dans votre stratégie patrimoniale Nathalie ROUVIERE Crédit Agricole Banque Privée Bruno DUCASTEL Amundi Gestions Spécialisées page 1 La gestion de patrimoine

Plus en détail

Personnes et familles. Vie à deux. www.notaires.paris-idf.fr

Personnes et familles. Vie à deux. www.notaires.paris-idf.fr Personnes et familles LE DIVORCE Vie à deux LA PRESTATION COMPENSATOIRE www.notaires.paris-idf.fr Vie à deux LE DIVORCE - LA PRESTATION COMPENSATOIRE Au fil du temps, le divorce a été simplifié et pacifié.

Plus en détail

Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012

Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012 Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012 REFORME FISCALE CALENDRIER Réforme présentée en Conseil des Ministres le 4 juillet 2012 (audit de la Cour des comptes réalisé) Date à laquelle

Plus en détail

Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012

Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012 Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012 Présentation par l Ordre des avocats de Narbonne 1 Partie 1 : La fiscalité des particuliers

Plus en détail

Réduire son impôt de solidarité sur la fortune en faisant un don

Réduire son impôt de solidarité sur la fortune en faisant un don Cette plaquette a été mise à jour par le Centre Français des Fonds et Fondations et par France générosités en mars 2012. Ont participé à la rédaction de la plaquette initiale publiée en mai 2008 : Isabelle

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

Analyse Patrimoniale

Analyse Patrimoniale K PATRIMOINE Tertia II 5 rue Charles Duchesne 13290 Aix en Provence Les Milles Tel : 04 42 29 11 60 Fax : 04 42 38 12 19 Analyse Patrimoniale Mme et M. Exemple La présente étude a été élaborée sur la base

Plus en détail

NOTE D INFORMATION SUR LA FISCALITE DU FIP HEXAGONE PATRIMOINE 1 AVERTISSEMENT

NOTE D INFORMATION SUR LA FISCALITE DU FIP HEXAGONE PATRIMOINE 1 AVERTISSEMENT NOTE D INFORMATION SUR LA FISCALITE DU FIP HEXAGONE PATRIMOINE 1 AVERTISSEMENT Il faut considérer la présente note comme un descriptif des caractéristiques fiscales (en vigueur à ce jour) du Fonds d Investissement

Plus en détail

Les jeudis du patrimoine

Les jeudis du patrimoine Les jeudis du patrimoine Quelles solutions pouvez-vous envisager pour réduire votre impôt sur le revenu? Le 29 novembre 2012 19h30 07/12/2012 1 Présentation des héros du jour Couple : Sophie et Marc, 2

Plus en détail

Plus-values immobilières des particuliers

Plus-values immobilières des particuliers > Fiscalité patrimoniale Fiscalité personnelle Plus-values immobilières des particuliers Abattement pour durée de détention Abattement identique pour tous les biens >> Abattement pour durée de détention

Plus en détail

Personnes et familles. transmettre. la donation. www.notaires.paris-idf.fr

Personnes et familles. transmettre. la donation. www.notaires.paris-idf.fr Personnes et familles transmettre www.notaires.paris-idf.fr Transmettre «Donner c est donner». La donation est un acte important car le donateur transmet immédiatement et définitivement la propriété des

Plus en détail

Thèmes de Formation. Les fondamentaux techniques et commerciaux. Technique et commercial : les indissociables

Thèmes de Formation. Les fondamentaux techniques et commerciaux. Technique et commercial : les indissociables Thèmes de Formation Thématiques de formation délivrées par Michel Brillat, Directeur de la Formation et de l Ingénierie Patrimoniale, CGP Entrepreneurs Pour ce faire, le minimum «syndical» à savoir PEL,

Plus en détail

ISF 2012. Comment le déclarer et l optimiser

ISF 2012. Comment le déclarer et l optimiser Après la réforme de l ISF opérée l année dernière par la loi de finances rectificative pour 2011 du 29 juillet 2011, laquelle a notamment allégé le montant de l impôt et simplifié les obligations déclaratives,

Plus en détail

Réduire son impôt de solidarité sur la fortune en faisant un don

Réduire son impôt de solidarité sur la fortune en faisant un don Réduire son impôt de solidarité sur la fortune en faisant un don Rappel des principes en matière d ISF et des réductions d impôts envisageables Rappels sur l ISF La loi n 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur

Plus en détail

PATRIMOINE ET GESTION

PATRIMOINE ET GESTION PATRIMOINE ET GESTION EN 2 0 1 5, M A ÎTRISEZ VOTRE ISF! B e n j a m i n C H R I S T M a g a l i K R U G A r n a u d C A R O N A r n a u d L A L L E M A N D 1 1 R u e P r é s i d e n t C a r n o t 1 2

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013)

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

ACTUALITES FISCALES. Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel

ACTUALITES FISCALES. Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel ACTUALITES FISCALES Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel Dans sa décision n 2013-685 DC du 29 décembre 2013, le Conseil Constitutionnel a censuré plusieurs mesures fiscales prévues

Plus en détail

Actualité fiscale et patrimoniale

Actualité fiscale et patrimoniale novembre 2014 Actualité fiscale et patrimoniale Me Pascal JULIEN SAINT-AMAND Notaire, ancien avocat fiscaliste, Docteur en Droit Réseau notarial ALTHÉMIS 79, rue Jouffroy d Abbans 75017 Paris Tél : 01.44.01.25.00

Plus en détail

POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété

POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété Tout actif peut faire l objet d une donation. L intérêt d associer le mécanisme de la donation et celui

Plus en détail

Panorama de l actualité fiscale. Séminaire APL 30 Octobre 2012

Panorama de l actualité fiscale. Séminaire APL 30 Octobre 2012 Panorama de l actualité fiscale Séminaire APL 30 Octobre 2012 Plan I. Introduction Chronologie des évènements II. Projet de loi de finance 2013 Impôt sur le Revenu Fiscalité des revenus du capital Fiscalité

Plus en détail

Chantal Zanga Martial JAYTENER. Allianz FinanceConseil Gestion Privée

Chantal Zanga Martial JAYTENER. Allianz FinanceConseil Gestion Privée Chantal Zanga Martial JAYTENER Allianz FinanceConseil Gestion Privée La défiscalisation Comment ne pas subir sa fiscalité? Comment choisir parmi toutes les offres de défiscalisation? Sommaire : les différentes

Plus en détail

La fiscalité des particuliers 2014-2015 SOMMAIRE GÉNÉRAL

La fiscalité des particuliers 2014-2015 SOMMAIRE GÉNÉRAL La fiscalité des particuliers 2014-2015 La fiscalité des particuliers 2014-2015 Sommaire 1. Les nouveautés 2015 2. Principes d'imposition et généralités 3. Définir le périmètre du foyer fiscal 4. Déterminer

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013

LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013 LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013 LES PRINCIPALES MESURES PATRIMONIALES DE LA LOI DE FINANCES POUR 2013 ET DE LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012 La présente lettre a pour

Plus en détail

Jusqu au 1 er janvier 2007, le Pacte civil de solidarité (PACS) est demeuré soumis aux inconvénients de la

Jusqu au 1 er janvier 2007, le Pacte civil de solidarité (PACS) est demeuré soumis aux inconvénients de la Promotion Réal du MASTER II DE DROIT NOTARIAL sous la direction de Philippe Delmas Saint-Hilaire Professeur à l Université Montesquieu Bordeaux IV Bordeaux, décembre 2011 LE STATUT DES BIENS DANS LES COUPLES

Plus en détail

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012 Le projet de Loi de finances pour 2013 présenté en Conseil des Ministres vendredi 28 septembre 2012 constitue la première pierre de l architecture de la politique fiscale du Gouvernement. Il vient bouleverser

Plus en détail

Étude Patrimoniale Document de collecte d informations. Votre conjoint. Vous. Vos proches. Date de l entretien... DOSSIER

Étude Patrimoniale Document de collecte d informations. Votre conjoint. Vous. Vos proches. Date de l entretien... DOSSIER Date de l entretien.... DOSSIER Vous Votre conjoint Prénom.... Prénom.... Nom.... Nom.... Date de naissance... Date de naissance.... Situation familiale marié(e) célibataire divorcé(e) veuf(ve) union libre

Plus en détail

Pratique des techniques bancaires

Pratique des techniques bancaires Aurélien GIRAUD Pratique des techniques bancaires Banque et fiscalité du particulier Édition 2012, 2012 ISBN : 978-2-212-55293-5 Chapitre 3 Le compte titres ordinaire GÉNÉRALITÉS Le compte titres ordinaire

Plus en détail

Avant-propos... 1. Partie 1 L état du marché et la défiscalisation immobilière. 1 L immobilier en 2008/2009... 7

Avant-propos... 1. Partie 1 L état du marché et la défiscalisation immobilière. 1 L immobilier en 2008/2009... 7 Avant-propos... 1 Partie 1 L état du marché et la défiscalisation immobilière 1 L immobilier en 2008/2009... 7 Connaître les cycles... 7 Un marché sous influence... 9 Évolution des prix sur 2008/2009...

Plus en détail

1. Lois de Finances rectificatives 2011... 2. 1.1. LFR 2011 adoptée le 6 juillet 2011 : Fiscalité du Patrimoine... 2. 1.1.1. Réforme de l ISF...

1. Lois de Finances rectificatives 2011... 2. 1.1. LFR 2011 adoptée le 6 juillet 2011 : Fiscalité du Patrimoine... 2. 1.1.1. Réforme de l ISF... version6.2.1.0 Dernières évolutions 1. Lois de Finances rectificatives 2011... 2 1.1. LFR 2011 adoptée le 6 juillet 2011 : Fiscalité du Patrimoine... 2 1.1.1. Réforme de l ISF... 2 1.1.2. Donations et

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 PLAFONNEMENT GLOBAL (CGI. art. 2000 A) Montant du plafonnement global des niches fiscales CGI. art. 2000 A Le montant du

Plus en détail

GUIDE CONSEIL IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE 2015

GUIDE CONSEIL IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE 2015 GUIDE CONSEIL IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE 2015 À la Banque Privée du Crédit Agricole, votre patrimoine est un projet d avenir. Et ce projet repose avant tout sur une relation de confiance et d échanges.

Plus en détail

Nouvelles dispositions en matière

Nouvelles dispositions en matière Nouvelles dispositions en matière de fiscalité du patrimoine Mise à jour Août 2011 Gérard DORIER, Inspecteur principal des impôts Gwenael SAINTILAN, Avocat 1 SOMMAIRE 2 I. Impôt sur le revenu 1. Souscription

Plus en détail

Guide fiscal 2012 Des outils pour faire le point sur les dernières mesures Nouvelle loi de finances

Guide fiscal 2012 Des outils pour faire le point sur les dernières mesures Nouvelle loi de finances cic.fr Guide fiscal 2012 Des outils pour faire le point sur les dernières mesures Nouvelle loi de finances 2 Guide fiscal 2012 Pour faire le point sur la fiscalité Des revenus Pour faire le point sur la

Plus en détail

POLE EPARGNE RETRAITE PREVOYANCE 05.34.31.71.96

POLE EPARGNE RETRAITE PREVOYANCE 05.34.31.71.96 POLE EPARGNE RETRAITE PREVOYANCE 05.34.31.71.96 Loi Duflot La loi Duflot est le nouveau dispositif gouvernemental en faveur de l immobilier locatif applicable dans le cadre de la loi de finances 2013.

Plus en détail

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de finances rectificative pour 2012 n 201-958 du 16 août 2012 Intervention au Medef Lyon-Rhône 6 septembre 2012 Nathalie

Plus en détail

Le régime des monuments historiques

Le régime des monuments historiques Cabinet Fiscal Urios André, docteur en droit, Conseil fiscal et patrimonial, conseil en investissement et transactions immobilières Le régime des monuments historiques Le régime des monuments historiques

Plus en détail

Les plus values à la cessation d activité

Les plus values à la cessation d activité Les plus values à la cessation d activité Les quatre régimes d exonération des plus values Plus-values professionnelles - cas général Depuis le 1er janvier 2006, le bénéfice de l exonération est réservé

Plus en détail

Déclaration d ISF 2011 : des nouveautés applicables dès cette année

Déclaration d ISF 2011 : des nouveautés applicables dès cette année Chronique fiscale Déclaration d ISF 2011 : des nouveautés applicables dès cette année Après la réforme de l ISF opérée par la loi de finances rectificative pour 2011 du 29 juillet 2011 (JO du 30 juillet),

Plus en détail