Les dérivés climatiques et naturels : de nouvelles opportunités pour les investisseurs

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les dérivés climatiques et naturels : de nouvelles opportunités pour les investisseurs"

Transcription

1 Les dérivés climaiques e naurels : de nouvelles opporuniés pour les invesisseurs Juille 21 Jean-Claude AUGROS Professeur Universié Claude Bernard LYON I Insiu de Science Financière e d Assurances (ISFA) Michel QUERUEL Doceur en Sciences de gesion Responsable de la Srucuraion de Risques Alernaifs CDC IXIS Capial Markes Jean Claude Augros, diplômé de l enseignemen supérieur agronomique (Ingénieur E.N.S.I.A.), doceur d Ea e agrégé des faculés de sciences de gesion, es professeur de finance à l Universié Claude Bernard (Lyon 1) où il a dirigé successivemen l U.F.R. de Mahémaiques Appliquées, de Gesion e d Economie puis l Insiu de Science Financière e d Assurances (I.S.F.A.). Il es égalemen direceur D.E.A. e de la formaion docorale en sciences acuarielle e financière de l I.S.F.A. Il es enfin membre d honneur de l associaion des acuaires diplômés de l ISFA. Michel Quéruel, iulaire d une maîrise de mahémaiques, DESS d ingénierie mahémaique de l I.S.F.A. e doceur en sciences de gesion, es responsable de la srucuraion de risques alernaifs à CDC IXIS Capial Markes. Il a éé lauréa, en 1997, prix de hèse de l Associaion Française de Finance.

2 Les dérivés climaiques e naurels : de nouvelles opporuniés pour les invesisseurs Face à l accroissemen de la volailié des marchés financiers, observé au cours de la dernière décennie, les invesisseurs on commencé à prêer un inérê grandissan au concep de gesion alernaive, c es-à-dire d une gesion don les performances ne son pas direcemen liées à l évoluion des marchés radiionnels d acions, de dees, de change ou de maières premières. Tandis que la gesion classique repose sur un simple pari à la hausse des suppors d invesissemen radiionnels, les sraégies de gesion alernaive prennen en compe, par l inermédiaire de echniques ou d insrumens spécifiques, un nombre de variables de valorisaion beaucoup plus large elles que la volailié, la endance baissière, la qualié crédi, la liquidié, l écoulemen emps ou encore la probabilié de réalisaion d un événemen spécifique comme une fusion-acquisiion ou une opéraion de resrucuraion capial. Ces sraégies de gesion alernaive, imporées des pays anglo-saxons e plus connues sous des appellaions à caracère exoique elles que : judgemenal/discreionary rading, sysem rading, rend following, merger/risk arbirage, long/shor equiy, specialis credi, disressed securiies, even driven, corporae resrucuring, spin offs, carve-ous, on ouefois monré leur limie lors de l effondremen aux Eas Unis des Commodiies Trading Advisory (CTA) e des fon muli CTA dû, noammen, à la chue de l euro e à celle des valeurs echnologiques. Tou en s efforçan d améliorer la renabilié de leurs invesissemens par la muliplicaion des echniques de gesion, les invesisseurs on égalemen cherché, plus récemmen, à diversifier leurs sources de risques. Cee voloné des enreprises, e ou pariculièremen celle des compagnies d assurances, de gérer de manière élargie le risque de leurs acifs e/ou de leurs passifs es à l origine de l émergence d une nouvelle classe d acifs, les dérivés climaiques e d assurances (C&A). Tandis que les premiers permeen aux enreprises de se couvrir conre les conséquences négaives des aléas climaiques, comme celles es, noammen, aux variaions anormales de la empéraure, les secon permeen aux compagnies d assurances de ransférer sur les marchés financiers cerains risques naurels s à des évènemens exrêmes. Ces nouveaux prois dérivés on donné lieu, dès l année 1999, à la créaion de nouveaux fon d invesissemen promis à un imporan développemen. Ce aricle a pour objecif de mere en évidence l inérê des dérivés climaiques e d assurances dans le cadre d une sraégie d invesissemen. Après une présenaion succince des C&A, les perspecives de développemen de ce nouveau segmen de marché son examinées. Il es ensuie monré commen ces acifs permeen d améliorer la diversificaion d un porefeuille d invesissemen. Enfin, une dernière parie expose les echniques de gesion des fon spécialisés en dérivés C&A. 1. Les dérivés C&A : une nouvelle classe d acifs originaux Les dérivés climaiques e d assurances reprennen la forme des dérivés financiers radiionnels els que les opions, les swaps, les obligaions La nouveaué de ces nouveaux prois réside dans la naure suppor qui peu êre soi un événemen naurel, comme un remblemen de erre, soi la mesure d une variable climaique, comme la empéraure, le volume des précipiaions ou la viesse ven, 1

3 Une obligaion «caasrophe» présene ous les aribus d une obligaion radiionnelle : valeur nominale, aux nominal fixe ou, plus généralemen, variable Comme le souscripeur d une obligaion classique, celui d une obligaion «caasrophe» reçoi donc un coupon régulier an qu un sinisre majeur, don les caracérisiques on éé prédéerminées, ne se proi pas. Dès que le sinisre inervien, l émeeur, en principe une compagnie d assurance ou un réassureur, inerromp le paiemen coupon. Par ailleurs, le conra d émission peu égalemen prévoir que, dans ce cas, l émeeur n a pas à rembourser le capial, en oalié ou en parie seulemen. L économie réalisée par l émeeur vien alors compenser les peres subies lors sinisre. Les dérivés climaiques, qui prennen généralemen la forme d opions, son pluô souscris pour couvrir le risque de pere d acivié ou de résula suscepible d êre subi par les enreprises fai de cerains phénomènes climaiques. L opéraion la plus courane concerne un disribueur d énergie don les venes de gaz peuven êre affecées par un hiver rop clémen. L acha d une opion, un call par exemple, sur la empéraure moyenne de la saison consiue pour lui un excellen insrumen de couverure, le payoff qu il es suscepible d encaisser à l échéance de l opion, si le clima lui es défavorable, venan compenser ses peres d exploiaion. Ce payoff es déerminé à parir de la différence enre la empéraure moyenne consaée ex pos e la empéraure «d exercice» fixée dans le conra. Pour obenir la valeur payoff en uniés monéaires, il convien de muliplier le payoff exprimé en uniés de empéraure par la valeur «ick» fixé par les usages e exprimé dans cee unié monéaire 1. La naure même des sous-jacens différencie les dérivés C&A des dérivés habiuellemen négociés sur les marchés financiers. En effe, ceux-ci ne son pas négociables. Personne ne peu acheer ou vendre l ensoleillemen ou l enneigemen. Personne ne peu non plus empêcher ou déclencher, grâce à de l argen, un événemen naurel el qu un remblemen de erre. On ne peu pas davanage acheer la garanie d un éé chaud ou d un hiver rigoureux. Cee remarque élémenaire es essenielle car, comme nous le verrons ulérieuremen, l évaluaion de ce ces acifs en dépend. Si ce cadre d évaluaion, où l arbirage es impossible, es habiuel pour les assureurs, il l es beaucoup moins pour les financiers habiués à arbirer sans cesse enre des acifs e leurs dérivés. Il mérie donc d êre souligné lorsque l on s inéresse à ces acifs poin de vue des invesisseurs. A la différence des risques financiers les plus courans, comme le risque des acions, ou ceux de change ou de aux d inérê, les risques climaiques ou ceux liés à une caasrophe naurelle son des risques physiques géographiquemen localisés dans des régions différenes. Cee dispersion géographique des risques ne perme pas oujours de regrouper les inérês d une même caégorie e ainsi de compenser des inérês divergens comme on peu le faire avec un risque financier classique. Ceci explique en parie pourquoi jusqu à présen, le proje de créaion d un marché organisé n a pas reçu de la par des aceurs marché un souien suffisan. Le marché demeure pour l insan un marché de gré à gré pour une aure raison qui ien à la spécificié des opéraions de couverure réalisées par les enreprises. Si les marchés de gré à gré offren l avanage de permere l élaboraion d opéraions sur mesure adapées aux besoins des enreprises, ils présenen naurellemen l inconvénien d exposer les acheeurs de conras au risque de défaillance de leur conreparie. 1 Le proi le plus couran, habiuellemen désigné sous l appellaion de «call», es en réalié un call spread ou call «cappé». En d aures ermes, il s agi de l associaion de l acha d un call de prix d exercice K 1 e de la vene d un call de prix d exercice K 2 (avec K 1 < K 2 ). Les aures prois phares des dérivés climaiques, désignés sous l appellaion de «swap» ou de «collar» consisen en réalié en l acha d un call simulanémen à la vene d un pu de prix d exercice égal (cas swap) ou différen (cas d un collar). L inérê d un swap ou d un collar es d avoir à payer une prime nulle ou réie. Enfin, un srangle, consisan en l acha simulané d un call e d un pu perme, lorsque, par exemple, le sous-jacen es la empéraure, la couverure simulanée conre une saison rop chaude ou une saison rop froide. 2

4 2. Les dérivés C&A : un segmen de marché en plein essor Les dérivés climaiques e ceux d assurances procédan sensiblemen même concep, il es couran d associer ces deux caégories de prois. Leur développemen respecif répond ouefois à des besoins différens de leurs uilisaeurs. Les dérivés climaiques, s adresse à oues les enreprises don l acivié peu êre affecée par une variaion inaene des condiions climaiques. La première opéraion sur ces prois a éé iniiée par Enron en En négocian le premier proi dérivé don le sous-jacen éai la empéraure, cee compagnie d énergie américaine a ainsi souhaié couvrir son résula conre un hiver rop clémen. La dérégulaion marché américain de l énergie a foremen incié les compagnies d énergie américaine, dans un soucis de renabilié e de compéiivié accrue, à gérer dynamiquemen leurs risques climaiques. Ces compagnies, naurellemen exposées à ce ype de risques, on ainsi Evoluion nombre d'opéraions largemen conribué au développemen marché des dérivés climaiques. Celui ci s es rapidemen développé comme le monre le graphique ci conre. Les compagnies d énergie consiuen encore à l heure acuelle l esseniel des aceurs marché américain en erme de volume de ransacions. En oure, par la mise 5 en place d eniés de rading, elles Fin 97 Fin 98 Fin 99 2 paricipen aujourd hui acivemen à l accroissemen de la liquidié Source Risk 9/2 marché. Le développemen marché des dérivés climaiques es promis à un développemen considérable dans la mesure où l on esime qu à ce jour 2 à 25% PNB, an américain qu européen, son exposés aux aléas climaiques. Les enreprises concernées von des compagnies d énergie aux saions de ski, en passan par celles de l habillemen e de l alimenaion, chacun de ces seceurs pouvan êre exposé à un ou plusieurs risques comme en émoigne le ableau ci dessous. Enreprises Agriculure Agro-Alimenaire, commerce de déail Assurance Bâimens e ravaux publics Energie Texile, habillemen Tourisme, loisir Transpor Principales exposiions Soleil, pluie, gel Soleil, Tempéraure Sécheresse, pluie Gel, pluie Tempéraure Tempéraure Ensoleillemen, pluie, neige, Neige, gel, pluie, De même qu à parir des années 8 les enreprises se son aachées à gérer les risques de aux e de change, celles ci adopen aujourd hui une gesion plus globale de l ensemble de leurs risques, ceraines choisissan désormais de couvrir égalemen les risques climaiques. Par effe de conagion, on peu supposer qu elles seron de plus en plus nombreuses à se 3

5 couvrir, ce qui laisse supposer une vériable explosion des marchés d insrumens de couverure de ces risques. Le développemen marché des dérivés d assurances, en général, e des obligaions caasrophes, en pariculier, répond à une préoccupaion de gesion des risques propres aux compagnies d assurance e de réassurance. Si, radiionnellemen, ce son bien les assureurs qui accepen de prendre en charge ces risques, progressivemen les compagnies on resseni la nécessié de se dessaisir d une parie d enre eux, jugean que le niveau qu elles éaien conraines de supporer dépassai largemen leur capacié financière. Les raisons de ce phénomène son muliples. Il s explique d abord par l augmenaion de la richesse mondiale e l accroissemen marché de l assurance. Le coû des biens assurés a ainsi éé muliplié par 3 en 2 ans. Parallèlemen, de nouveaux pays se son ouvers à leur our à l assurance e le specre des prois assurés n a cessé de s élargir. Face à l insuffisance nooire de leur capacié financière, les assureurs on d abord choisi de se ourner vers les réassureurs radiionnels. Cee démarche monre aujourd hui ses limies fai de l exisence d un nombre limié de compagnies de réassurance e de leur capacié financière égalemen insuffisane. En effe, la capacié mondiale de la réassurance se limie, aujourd hui, à environ 25 milliar de dollars. De plus la naure similaire des exposiions des différens réassureurs coni à l exisence d un risque sysémique don les effes pourraien êre sensibles en cas de défaillance d une compagnie de réassurance. Le risque de conreparie es donc réel. En comparaison avec la aille considérable des marchés financiers (2 milliar de dollars pour le seul marché des obligaions coée, celui de la réassurance apparaî donc relaivemen faible. Le ransfer des risques de l assurance vers les marchés financiers rouve ainsi une par de légiimié, la diversificaion e le rendemen aracif que ces prois peuven procurer jusifian, par ailleurs, l inérê des invesisseurs pour ces prois. La première opéraion de irisaion d un risque caasrophique a éé iniiée en 1994 par USAA, une grande compagnie d assurances américaine, e depuis le marché n a cessé de progresser comme le révèle le graphique ci-conre. Les dernières caasrophes e noammen les empêes de décembre 1999, on rappelé à nombre d assureurs, la réalié de leurs exposiions. Les émissions concernen à ce jour des risques de remblemen de erre, de empêe, d ouragan (hurricane) e de yphon. en millions USD Monan annuel des émissions de "Ca Bon" Source Goldman Sachs Ce marché en plein développemen a besoin, parallèlemen aux agences de noaions (Moodys, S&P, Fich, ), d une série d aceurs indépendans spécialises de la mesure des risques caasrophes. Ces sociéés son aujourd hui au nombre de rois (RMS, Eqeca, AIR). Fores des compéences qu elles on acquises anérieuremen dans la mesure des risques insriels, celles-ci on éen leur domaine d acivié à ce marché naissan. Les analyses qu elles réalisen son indispensables à l efficacié marché. Elle permeen aux agences de 4

6 noaions de s appuyer sur une analyse echnique objecive e aux invesisseurs une mesure indépendane risque. L appor de ces sociéés perme de réire l asymérie d informaion exisan enre les assureurs e les invesisseurs. La noaion des obligaions perme ensuie aux invesisseurs de comparer ce risque à celui des obligaions «corporae» de raing équivalen e, ainsi, de mieux appréhender le couple renabilié-risque de ce nouveau véhicule d invesissemen. 3. Une nouvelle voie de diversificaion, un rendemen aracif De oue évidence, le rendemen de cee nouvelle classe d acifs n es pas corrélé avec celui des acifs habiuellemen négociés sur les marchés financiers. Deux raisons expliquen cee absence de corrélaion. La première ien à la naure physique risque sous-jacen. En effe, une baisse des marchés d acions ne risque pas de provoquer un remblemen de erre La seconde es e à la naure même proi financier. En effe, celui ci prend généralemen la forme d une opion ou d une obligaion à aux variable. Aussi la sensibilié de ces acifs aux aux d inérê es donc relaivemen faible. Les aures indicaeurs de marché n influen pas davanage sur leur prix. Sans que l on puisse encore faire éa d une rès grande expérience dans le domaine des obligaions caasrophes e alors que, jusqu à ce jour, aucune émission n a éé appelée suie à un sinisre majeur, il es cependan possible, au ravers de quelques siuaions de marché, de vérifier l indépendance de cee classe d acifs par rappor aux aures comparimens marché financier. La figure ci-dessous, comparan la renabilié d un panier d obligaions caasrophes (a) avec celle des placemens radiionnels au cours 3 ème rimesre 1998, illusre bien ce phénomène. On peu ainsi vérifier que, ran cee période, le porefeuille d obligaions caasrophes n a pas éé affecé par les baisses des différens marchés e a rapporé le coupon couru aen. Evoluion des différens indices de marché au cours roisième rimesre 1998 S&P 5 Nasdaq Comp % -11.5% Small Cap Socks (Russell 2) European Equiies Japanese Equiies (Nikkei 225) -2.9% -2.7% -18.1% Emerging Marke Deb (1-Year+) BB Composie Real esae (Wilshire REIT Index) -11.4% -1.7% -.9% 1.8% en base annuelle 3-Monh UST 1.5% GS Ca Bond Baske (a) 2.7% 5-Year UST 6.5% -25% -2% -15% -1% -5% % 5% Source Goldman Sachs L avanage des dérivés C&A en maière de diversificaion es égalemen révélé lors de la consrucion d un porefeuille efficien. En effe, la nouvelle fronière efficiene résulan de l inrocion de ces acifs dans un porefeuille obligaaire se siue largemen au dessus de 5

7 celle définie à l aide de porefeuilles d obligaions radiionnelles. La représenaion ci dessous des différenes classes d obligaions 2 dans un plan «renabilié-risque», représené ici par le couple «spread au dessus Libor-espérance de pere annuelle», illusre bien l inérê de ces ires en erme de diversificaion e de rendemen espéré. 14% Spread au dessus de LIBOR 12% 1% B- Corporae Exension de la fronière efficiene Russie 8% 6% Porefeuille de risques Ven e remblemen de erre US 4% Tremblemen de erre Japon Brésil Hurricane US BB Corporae Tremblemen de erre US 2% Typhoon Mexique Clima % % 1% 2% 3% 4% 5% Espérance annuelle de pere Source Goldman Sachs A l inérê de la diversificaion que procure les dérivés C&A s ajoue celui d un rendemen poeniel aracif. L exemple ci dessous, donné à ire d exemple, compare le rendemen espéré d une obligaion caasrophe (Namazu Re) avec celui d une obligaion corporae de raing équivalen. L arai de ce ype d invesissemen apparaî alors clairemen. Namazu Re (BB raed) Corporae Ba-raed Spread (over libor) 4.5 % 2.% Espérance de pere.75%.75% Espérance de spread 3.75% 1.25% Pour une espérance de pere annuelle équivalene (.75%), l espérance spread de l obligaion caasrophe au dessus de Libor es ici rois fois supérieure à celle de l obligaion corporae. La décomposiion de la prime d une obligaion caasrophe monre qu en réalié celleci ne consiue pas seulemen la juse rémunéraion risque caasrophe. L analyse spread de ces obligaions sur le schéma ci-dessous perme d idenifier la naure des aures primes rapporées par ces acifs. 2 L obligaion climaique figuran sur cee figure consise en la juxaposiion d une obligaion radiionnelle e d une composane climaique à caracère opionnel. 6

8 Prix echnique Tiers 1 Prime de risque Tiers 2 Prime de nouveaué Tiers 3 Prime d illiquidié Prime commerciale Le prix echnique ou iers 1 es la parie spread desinée à couvrir l espérance mahémaique de pere des coupons fuurs e principal, le monan de la pere espérée éan déerminé par la probabilié d occurrence de la caasrophe. La prime de risque (iers 2) reflèe l aversion de l invesisseur pour le risque e correspond au monan don ce dernier a besoin en plus prix echnique pour porer ce risque. Enfin le iers 3 regroupe un ensemble de rémunéraions supplémenaires difficiles à quanifier : la prime de liquidié rémunère le fai que le ire soi difficile à céder ; la prime de nouveaué a pour effe de récompenser l effor d invesissemen dans un proi nouveau. Enfin la prime commerciale rai le jeu de l offre e de la demande qui aujourd hui es pluô en faveur des invesisseurs. S il es manifese que les dérivés C&A son en mesure d améliorer la diversificaion d un porefeuille, force es d admere que la réalisaion de cee diversificaion es largemen faciliée par l exisence de fon spécialisés dans ces nouveaux acifs. L invesissemen dans cee caégorie d acifs nécessie, en effe, une experise pariculière que seuls les gérans de ces fon son en mesure de posséder. En oure, la diversificaion praiquée à l inérieur même d un fon spécialisé en dérivés C&A réi le risque lié au recours à ces acifs e perme aux invesisseurs d augmener la diversificaion de leur porefeuille ou en y consacran un monan de capiaux correspondan au niveau sricemen souhaié. 4. Une gesion radiionnelle La gesion d un fon C&A consise à inclure dans un même porefeuille des obligaions caasrophes, de rée relaivemen longue (plusieurs année, e des dérivés climaiques don la rée de vie es beaucoup plus coure (quelques moi. Malgré la naure innovane de ces nouveaux prois, la gesion d un el fon reprend les echniques de la gesion radiionnelle. La première caracérisique de cee gesion repose sur le principe, cher aux assureurs, d une diversificaion maximale. Celle-ci s opère selon rois axes : - suivan la naure risque : remblemen de erre, ouragan, empêe, empéraure, pluie, ven, neige - suivan la localisaion géographique risque. A ce jour rois grandes régions monde fon l obje d émissions, à savoir : l Europe, l Amérique nord e le Japon. - suivan le sens des posiions (acheeur/vendeur) e le ype d opéraion (call, pu, swap, srangle, collar, ) Cee diversificaion s accompagne d une sélecion d opporuniés en erme de aille e de prix. Au oal, une diversificaion rigoureuse perme au géran de ne pas faire de pari pariculier sur l évoluion de elle ou elle variable physique. La présence dans le porefeuille de composanes opionnelles liées à ces variables perme cependan au géran, grâce à un 7

9 posiionnemen plus efficien dans le plan espérance-risque, d améliorer la renabilié fon par rappor à celle d un porefeuille obligaaire radiionnel. La qualié de la gesion d un fon dépend égalemen de l efficacié des ouils d évaluaion mis à la disposiion des gesionnaires. Ces ouils jouen, en effe, un rôle esseniel pour la fixaion de la fourchee de prix (bid-ask) régulièremen proposée par les gesionnaires aux inervenans marché e, in fine, pour la sélecion des opporuniés d invesissemen qui s offren à eux. Une applicaion rop rapide des modèles classiques de la finance peu cependan conire à une évaluaion erronée des dérivés climaiques. Il en es ainsi, par exemple, de l uilisaion de la formule de Black e Scholes (1973) pour évaluer une opion sur la empéraure. En effe, cee formule classique de la finance moderne repose sur le principe de consrucion d un porefeuille d arbirage sans risque composé de l acif sous-jacen e de l opion écrie sur ce acif. En maière de dérivés climaiques, le sous-jacen n éan pas négociable, la consiuion d un el porefeuille d arbirage n es pas possible. Tandis que l applicaion de la formule de Black e Scholes équivau à un calcul d espérance dans l univers risque neure, le recours à ce changemen d univers de probabilié n es pas applicable dans le cas de l évaluaion des dérivés climaiques. Force es donc d admere que celle-ci doi reposer sur les principes radiionnels de l assurance e noammen sur l éude saisique risque. S agissan de l évaluaion des dérivés climaiques, la concepion d un modèle de simulaion de la empéraure es essenielle. Le phénomène de reour vers la empéraure moyenne, qui caracérise l évoluion de cee mesure physique, incie à modéliser l évoluion de la empéraure à l aide d un processus courammen uilisé en finance pour représener l évoluion des aux d inérê, un processus avec reour à la moyenne en l occurrence. Dans une éude récene, Dornier e Quéruel (2) on ouefois mis en évidence les conséquences d une ransposiion rop hâive des modèles de ce ype. Nous reprenons ici les principales conclusions de cee éude. Le caracère saisonnier comporemen clima milie en fai pour l uilisaion processus de Hull e Whie (H&W 199) qui consiue une version généralisée modèle de Vasicek (1977). Dans le cadre de ce modèle, l évoluion aux d inérê insanané es défini par le processus suivan : dr ( ) = )[ m r( )] d + σ ( ) dw ( ) où r (), désigne le aux d inérê insanané à la dae, a (), la force de rappel, m, la valeur vers laquelle reourne le processus, σ (), la volailié processus e W (), un mouvemen brownien sandard. A la différence modèle de Vasicek dans lequel la volailié e la force de rappel son des consanes, ces variables son ici des foncions emps. En revanche, la valeur, m, vers laquelle revien le processus es une consane comme dans le modèle de Vasicek. On démonre facilemen (cf. annexe 1) que l espérance processus pour une dae fuure quelconque es alors bien représenée par cee consane m. S agissan de la empéraure, il es apparu assez naurel à plusieurs aueurs de suivre l exemple précéden e, selon une première inuiion, de modéliser l évoluion de la empéraure à l aide d un processus voisin. Celui-ci s écri : où : dt ( ) = )[ θ ( ) T ( )] d + γ ( ) dw ( ) [1] 8

10 T (), désigne la empéraure à la dae, θ (), la valeur moyenne hisorique de la empéraure à la dae (corrigée de la endance au réchauffemen), a (), la force de rappel, γ (), la volailié processus, e W (), un mouvemen brownien sandard. Dans cee modélisaion, la variable θ (), représenan la moyenne hisorique de la empéraure, es une foncion emps censée prendre en compe l évoluion saisonnière de la empéraure. Cee foncion peu êre esimée par des méhodes saisiques habiuelles. Elle es ensuie injecée dans le modèle qui devien alors un insrumen de simulaion de la empéraure. Hélas, l espérance de la empéraure fuure donnée par cee modélisaion ne coïncide pas avec la valeur moyenne hisorique, θ (), mesurée ex ane e uilisée pour définir le processus. Ce résula fâcheux provien fai que la variable θ () n es pas, comme dans H&W, une consane mais bien une foncion emps. En effe, à parir processus précéden, on déi facilemen (cf. annexe 2), après inégraion, l espérance de la empéraure fuure. Celle ci es donnée par l expression suivane : E[ T ( )] = e T() + e θ ( e s On consae qu il n exise effecivemen aucune raison pour que cee espérance soi égale à θ (), sauf dans le cas ou θ () es définie par une consane. Afin d apprécier l imporance de l erreur que le gesionnaire peu commere en uilisan la modélisaion précédene, Dornier e Quéruel on choisi l exemple suivan relaif à la empéraure observable à Chicago. Le graphique ci dessous représene le relevé hisorique de la empéraure observée dans cee grande ville américaine. Tempéraure Hisorique sur Chicago e sa moyenne déerminise 1 Tempéraure en F /1/8 1/4/8 1/7/8 1/1/8 1/1/81 1/4/81 1/7/81 1/1/81 1/1/82 1/4/82 1/7/82 1/1/82 Dae 9

11 Sur la base de ces observaions les aueurs on ensuie esimé la foncion θ () nécessaire à la définiion processus. A parir d une foncion sinusoïdale ils on ainsi défini la foncion θ () reproisan le plus fidèlemen la endance d évoluion e la saisonnalié de la empéraure. Les paramères de volailié e de force de rappel on éé égalemen esimés de elle sore que le processus reproise les valeurs de l échanillon avec un maximum de vraisemblance. Une fois le processus d évoluion de la empéraure défini e ses paramères esimés, celui-ci peu êre uilisé à des fins de simulaion de la empéraure fuure puis à l esimaion de l espérance mahémaique payoff des dérivés climaiques e par là même à leur évaluaion. La figure ci-dessous représene l écar, E[ T( ) ] θ ( ), obenu enre la empéraure espérée fournie par le modèle e la valeur moyenne hisorique donnée par la foncion θ () injecée dans le modèle, e ce pour un horizon d un an. Différence enre la moyenne déerminise e la moyenne simulée 6 4 Différence en F dae 1/1983 1/1987 1/1991 1/1995 dae 1/1983 1/1987 1/1991 1/1995 Le graphique précéden monre qu il exise une différence de +5 à 6 F enre les deux mesures e que cee différence ne end pas vers zéro. Le processus n effecue donc pas un reour vers θ () mais vers une aure foncion, ce qui coni à biaiser l évaluaion d un dérivé climaique, pouvan enraîner des conséquences financières imporanes pour les invesisseurs dans ces prois. Si l inuiion de la modélisaion précédene es correce, en revanche, sa formulaion mahémaique ne l es pas. La première amélioraion à apporer à ce modèle consise simplemen à appliquer le processus de H&W/Vasicek direcemen à la empéraure moins sa moyenne. Ce processus a alors une espérance nulle e donc consane au cours emps. Les hypohèses d applicaion processus de H&W/Vasicek son alors réunies. Le processus ainsi corrigé s écri : dt ( ) = dθ ( ) + )[ θ( ) T ( )] d + γ '( ) dw ( ) [2] Afin de monrer les implicaions d une faible erreur dans la définiion processus uilisé pour simuler l évoluion de la empéraure, on considère, à ire d exemple, l évaluaion sur Chicago d un call sur HDD 3 (Heaing Degree-Day) pour la période allan 1 er novembre 3 [ 65 F Moyenne Tempéraure jour i ; ] HDD = Max Jourdela période 1

12 2 au 31 mars 21. Le prix d exercice K 1 es fixé à 5 1 HDD e le noionnel à 1 USD/HDD. Par ailleurs, le call es cappé à 2 $ (K 2 = 7 1 HDD). Supposons que pour évaluer ce call on simule l évoluion de la empéraure, d une par, avec le modèle de base défini par l équaion [1] puis, d aure par, avec le modèle corrigé [2] inégran le erme d erreur d θ (). Tandis que, dans le premier cas, la empéraure espérée pour l échéance de l opion ressor à HDD, dans le second cas, elle s élève à HDD, soi une différence de 18 HDD. En oure, l écar ype processus es plus faible dans le premier modèle que dans le second. Cee différence n es pas sans conséquence sur l évaluaion de l opion don le prix echnique (payoff espéré hors prime de risque 4 ) s éabli à $ avec le premier modèle e $ avec le second, la différence de $ représenan alors 21% de la prime donnée par le premier modèle. Néanmoins la spécificié processus de empéraure ne peu sans doue pas êre complèemen appréhendée avec un modèle aussi simplise. Les séries chronologiques e pariculièremen les processus auo-régressifs son sans doue mieux adapés pour cela. Enfin, la naure de l aléa empéraure doi êre pris en compe au niveau des résis modèle en uilisan des disribuions aures que gaussiennes si nécessaire. Conclusion Ces quelques écueils echniques inhérens à la mise en place d un nouveau marché ne sauraien occuler le poeniel de développemen de l invesissemen dans cee nouvelle classe d acifs. La demande croissane de couverure de la par des enreprises e des réassureurs e l appéi croissan des invesisseurs pour ce nouvel ouil de diversificaion son auan de faceurs milian pour une croissance rapide e coninue de ce marché. Celui-ci ne peu cependan s affranchir d un accroissemen de la liquidié. A ce égard, le développemen des fon dédiés aux dérivés C&A, en favorisan l invesissemen dans cee classe d acifs, consiue un faceur favorable à l augmenaion de la liquidié. Celle ci rese en parie condiionnée par une réflexion approfondie e récurrene sur la qualié des données climaiques e sur les echniques d évaluaion uilisées. Ceraines régions monde, comme l Amérique sud ou le coninen Africain, ne disposan pas de données climaiques fiables resen à l écar de ce processus e coninuen à subir les conséquences des aléas naurels sans opporuniés de couverure. Dans ces pays une réflexion es engagée pour rouver un palliaif à cee absence de données fiables. Enfin, dans le domaine de la modélisaion, des effors son encore à réaliser de manière à apporer des réponses adapées au problème de l évaluaion de ces acifs avec la mise en place de modèles sandar universellemen reconnus, à l image de celui de Black e Scholes uilisé pour l évaluaion des opions sur acions. 4 La prime de risque reenue par les inervenans se siue généralemen auour de 3 % de la volailié payoff. 11

13 Annexes 1. Le processus de Hull e Whie es défini par l équaion suivane : dr ( ) = )[ m r( )] d + σ ( ) dw ( ) On pose : Y( ) = e [ m r( )] A l aide lemme d Iô, il vien : dy( ) = e dr( ) + )[ m r( )] e En remplaçan dr () par son expression on a : s a s a ( ) ( ) dy( ) = e σ ( ) dw ( ) Sachan que Y ( ) = m r(), en inégran de à e en remplaçan Y () par son expression, on obien celle de r() don l espérance s écri : E[ r( )] = m [ m r()] e e Lorsque a es une consane posiive, end vers l infini lorsque s accroî e E [ r( )] end vers sa moyenne m. Le processus es bien de ype mean revering avec reour vers m. 2. Soi le processus suivan : dt ( ) = )[ θ ( ) T ( )] d + γ ( ) dw ( ) [1] On pose : X( ) = e [ θ ( ) T( )] En différenian à l aide lemme d Iô, il vien : as d { θ '( ) + )[ θ ( ) T( )] d dt( )} dx ( ) = e Où θ '( ) représene la dérivée de θ () par rappor à. En remplaçan dt par son expression, on obien : On inègre de à : dx ( ) = e [ θ' ( ) d γ ( ) dw ( )] 12

14 X ( ) = X () + e θ '( γ ( e s s dw ( En inégran par parie le second erme de l équaion précédene e en remplaçan X() par son expression, on obien : T ( ) = e T () + e θ ( e + e γ ( e Références s s dw( Le dernier erme de l expression précédene éan gaussien, en prenan l espérance de T(), il vien : E[ T ] = e T() + e θ ( e s ATALON P., «On Modelling and Pricing Weaher Derivaives», Working Paper, Universiy KTH, 2. BLACK F. e SCHOLES M., «The Pricing of Opions and Corporaes Liabiliies», Journal of Poliical Economy, Vol. 81, 1973, p DISCHEL B., «Opions Pricing Black & Scholes Won Do», Ocober 1998, hp:// Weaher Risk An Energy and Power Risk managemen Magazine and Risk, Magazine Special Repor, Ocober, (inerne). DOHERTY S. and McINTYRE R., «An Example from he UK», Energy, June DORNIER F. e QUERUEL M., «Cauion o he Wind», Risk, Supplemen Weaher Risk, Aoû 2, p HULL J. and WHITE A., «Pricing Ineres Rae Derivaive Securiies», Review of Financial Sudies, 3, 4 (199), p NELKEN I., «Weaher Derivaives Pricing and Hedging», VASICEK O., «An Equilibrium Characerizaion of he Term Srucure», Journal of Financial Economics, Vol. 5, 1977, p

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU SOMMAIRE ARTICLE 1 - Définiion du aux de renabilié ARTICLE 2 - Seuil minimum de renabilié ARTICLE 3 - Evaluaion de la recee acualisée

Plus en détail

de rentiers en cours de service

de rentiers en cours de service Les Allocaion normes d acifs IFRS d un en assurance régime de reniers en cours de service 27 e journée de séminaires acuariels ISFA Lyon e ISA-HEC Lausanne Frédéric PLANCHET Pierre THEROND 3 décembre 2004

Plus en détail

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar Le découplage des courbes de rendemen en euro e en dollar Benoî MOJON Direceur des Éudes monéaires e financières Fulvio PEGORARO Direcion des Éudes monéaires e financières Cee lere présene le résula de

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

Procédé thermocyclique de régulation de température

Procédé thermocyclique de régulation de température - 1 - Innovaion echnologique dans le domaine de la régulaion de empéraure, le procédé hermocyclique foncionne selon un principe unique en son genre qui n a rien en commun avec les régulaions par hermosa

Plus en détail

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1.

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1. Les premières consaaions sur l inapiude des produis indusriels à assurer les foncions qu ils éaien censés remplir pendan un emps suffisan remonen à la seconde guerre mondiale. En France cee prise de conscience

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux ECO434, Ecole polyechnique, 2e année PC 5 Flux de Capiaux Inernaionaux e Déséquilibres Mondiaux Exercice 1 : Flux de capiaux dans le modèle de croissance néoclassique Le modèle es en emps coninu. On considère

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

ELECTRICITE. Chapitre 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou

ELECTRICITE. Chapitre 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou ELECRICIE Analyse des signaux e des circuis élecriques Michel Piou Chapire 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Ediion //24 able des maières POURQUOI E COMMEN?... 2 INERE DE LA NOION DE VALEUR MOYENNE....2

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

Université d été Solvabilité 2 Juillet 2011

Université d été Solvabilité 2 Juillet 2011 LES INDICATEURS OPERATIONNELLES LIÉS À L ORSA Version 1.0 Universié d éé Solvabilié 2 Juille 2011 Frédéric PLANCHET Acuaire Associé fplanche@winer-associes.fr Marc JUILLARD Acuaire mjuillard@winer-associes.fr

Plus en détail

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE UNIVERSITE DE TUNIS Faculé des sciences économiques e de gesion de Tunis MODELE DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE Ezzeddine MBAREK 2010 1 INTRODUCTION Le modèle que je propose

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE PRESENTATION DES INDICES... 2 LA GAMME D INDICES : L INDICE TUNINDEX ET LES INDICES SECTORIELS... 3 REGLE GENERALE RELATIVE A LA COMPOSITION DES INDICES... 3 REGLE

Plus en détail

UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES

UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES 15e Colloque de l Associaion de Compabilié Naionale Novembre 2014 Pierre-Alain Pionnier OCDE Indicaeurs phares de l OCDE pour une croissance

Plus en détail

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014 REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un Bu Une Foi Commission de Régulaion du Seceur de l Elecricié DECISION N 21-3 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 21-214 LA COMMISSION DE REGULATION

Plus en détail

`«`Xƒ`à`dG á`ä`«`g ádƒ æÿg º«d»Yɪ G áeé dg ácöûdg á«fé«h ábé H SICAV SG VALEURS

`«`Xƒ`à`dG á`ä`«`g ádƒ æÿg º«d»Yɪ G áeé dg ácöûdg á«fé«h ábé H SICAV SG VALEURS هيي ة التوظيف الجماعي للقيم المنقولة الشركة العامة بطاقة بيانية SICAV SG VALEURS OPCVM DE LA SOCIÉTÉ GÉNÉRALE OPCVM conforme aux normes GIPS (Global Invesmens Sandards) Fiche Signaléique SG VALEURS Averissemen

Plus en détail

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE 1 Origines e principes de base de l analyse echnique 2 Les ouils de l analyse graphique radiionnelle 3 Les ouils de l analyse saisique A) LES ORIGINES ET

Plus en détail

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim I APPROCHE DE LA FIABILITE PAR LES PROBABILITES : Définiion selon la NF X 6 5 : la fiabilié es la caracérisique d un disposiif exprimée par la probabilié que ce disposiif accomplisse une foncion requise

Plus en détail

Thème 3: Les instruments financiers

Thème 3: Les instruments financiers Thème 3: Les insrumens financiers Inroducion Evaluaion e compabilisaion des acions Evaluaion e compabilisaion des obligaions Cas pariculiers de la gesion des ires - acions propres Thème 3: Les insrumens

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

1 Le hacheur série. 30 mars 2005

1 Le hacheur série. 30 mars 2005 e hacheur série A. Campo 30 mars 2005 1 e hacheur série 1.1 Généraliés e hacheur es un disposiif permean d obenir une ension coninue de valeur moyenne réglable à parir d

Plus en détail

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus Les normes IFRS en assurance Solvency II, IFRS : l impac des modèles d acifs reenus 31 e journée de séminaires acuariels ISA-HEC Lausanne e ISFA Lyon Pierre THÉROND pherond@winer-associes.fr 18 novembre

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX Obje de la séance 9: défini le risque de aux e présener

Plus en détail

Théorème de Cauchy-Lipschitz et applications. Lefeuvre thomas & Ginguené franck 30 mars 2012

Théorème de Cauchy-Lipschitz et applications. Lefeuvre thomas & Ginguené franck 30 mars 2012 Théorème de Cauchy-Lipschiz e applicaions Lefeuvre homas & Ginguené franck 30 mars 01 1 Table des maières 1 Théorème du poin fixe 3 1.1 Énoncé.......................................... 3 1. Démonsraion.....................................

Plus en détail

Bien que l investissement des entreprises françaises ait tardé à se redresser

Bien que l investissement des entreprises françaises ait tardé à se redresser Le prix du foncier n aurai pas d effe direc sur l invesissemen en acifs producifs Yaëlle Hauseux Berrand Marc Déparemen de la conjoncure David Audenaer Charles-Marie Chevalier Déparemen des éudes économiques

Plus en détail

4. "SEPO" - UNE MÉTHODE POUR L'AUTO- ÉVALUATION ET POUR LES PROJETS-PILOTE

4. SEPO - UNE MÉTHODE POUR L'AUTO- ÉVALUATION ET POUR LES PROJETS-PILOTE D/ Baobab: Cours de gesion des projes page 46 4. "" - UN MÉTHD UR L'AUT- ÉVALUATIN T UR L RJT-ILT 4.1 Inroducion (angl.:w) es un ouil pour l'auoévaluaion e pour les projes-piloe. Il a éé élaboré lors de

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

4.9 Calcul de la maçonnerie portante soumise à une charge verticale

4.9 Calcul de la maçonnerie portante soumise à une charge verticale La radioacivié évenuellemen émise dans les consrucions es due, principalemen, à la présence de Radium (Ra 226) e/ou Thorium (Th 232) dans le sous-sol e dans les maériaux uilisés. Parmi ceux-ci, le béon

Plus en détail

TRAITEMENT DU SIGNAL

TRAITEMENT DU SIGNAL Spé y -4 Devoir n TAITMNT D SIGNAL Parie I OMPOTMNT DYNAMIQ D N LAM D QATZ On considère une lame de quarz, cylindrique, de secion S consane, d axe Ox (de veceur uniaire r u X ), don les deux faces e en

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE : UNE APPROCHE MULTIDIMENSIONNELLE DE LA NOTION DE LIQUIDITÉ

PREMIÈRE PARTIE : UNE APPROCHE MULTIDIMENSIONNELLE DE LA NOTION DE LIQUIDITÉ PREMIÈRE PARTIE : UNE APPROCHE MULTIDIMENSIONNELLE DE LA NOTION DE LIQUIDITÉ INTRODUCTION À LA PREMIERE PARTIE «Because liquidiy, like pornography, is easily recognized bu no easily defined, we begin our

Plus en détail

Calcul économique et risque. Comment intégrer le risque dans le calcul économique?

Calcul économique et risque. Comment intégrer le risque dans le calcul économique? Calcul économique e risque Commen inégrer le risque dans le calcul économique? Chrisian Gollier Universié de Toulouse (IDEI e LERNA) Février 25 Résumé : Dans ce aricle, j explique pourquoi il es raisonnable

Plus en détail

CONVERSION DE PUISSANCE

CONVERSION DE PUISSANCE Spé y 2003-2004 Devoir n 5 CONVERSION DE PUISSANCE Parie I EUDE D UN CAPEUR DE POSIION ANGULAIRE A / ÉUDE D'UN CIRCUI MAGNÉIQUE Considérons le disposiif schémaisé sur la figure, composé de deux bobines

Plus en détail

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation Groupe Sain Joseph La Salle Cenre de Formaion NOUVEAUTÉ renrée 2016 LICENCE COMMERCE, VENTE & MARKETING Formaion en alernance + d infos sur nore sie : www.sjodijon.com Groupe Scolaire Sain Joseph La Salle

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

au taux d intérêt court. Pour cette raison, on applique souvent des modèles explicites

au taux d intérêt court. Pour cette raison, on applique souvent des modèles explicites Chapire 5 Modèles d Inensié Les deux approches dans la modélisaion de risque de crédi approche srucurel e approche d inensié ne son pas compaibles : dans les modèles d inensié, l exisence de l inensié

Plus en détail

Un modèle intégré de la demande totale d énergie Application à la province de Québec RÉSUMÉ

Un modèle intégré de la demande totale d énergie Application à la province de Québec RÉSUMÉ Un modèle inégré de la demande oale d énergie Applicaion à la province de Québec par JeanThomas Bernard Tiulaire de la Chaire en économique de l'énergie élecrique Déparemen d'économique Universié Laval

Plus en détail

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009 L évaluaion immobilière Michel Baroni 27/11/2009 Méhodes exisanes Méhodes des comparables Dépend de la base de données; méhode hédonique évenuellemen possible Méhodes de capialisaion Dépend de la base

Plus en détail

Les nouveautés d Excel 2016

Les nouveautés d Excel 2016 EXCEL 2016 Office 2016 - Excel, Word, PowerPoin e Oul ook Les nouveaués d Excel 2016 Uiliser la sélecion muliple dans les filres à segmen Les segmens, uilisés dans des ableaux de données ou des ableaux

Plus en détail

INSTRUMENTATION ELECTRIQUE OSCILLOSCOPE NUMERIQUE GENERATEUR BASSE FREQUENCE UTILISE EN SINUSOIDAL Etude théorique

INSTRUMENTATION ELECTRIQUE OSCILLOSCOPE NUMERIQUE GENERATEUR BASSE FREQUENCE UTILISE EN SINUSOIDAL Etude théorique 1 INSUMENAION ELEIQUE OSILLOSOPE NUMEIQUE GENEAEU BASSE FEQUENE UILISE EN SINUSOIDAL Eude héorique 1 Noions élémenaires 1.1 Masse e erre : Lorsqu on mesure une ension, on mesure en fai une différence de

Plus en détail

PTSI PT AUTOMATIQUE. Constituants des systèmes

PTSI PT AUTOMATIQUE. Constituants des systèmes PTSI PT AUTOMATIQUE des sysèmes Table des maières 1 LA CHAINE FONCTIONNELLE 1 1.1 STRUCTURE FONCTIONNELLE... 1 1.2 CHAINE D ENERGIE... 1 1.3 CHAINE D INFORMATION... 2 2 LES ACTIONNEURS 3 2.1 LES VERINS

Plus en détail

Académie de Poitiers TPE 2011-2012 3/8

Académie de Poitiers TPE 2011-2012 3/8 1 ère composane : émarche personnelle e invesissemen du candida au cours de l élaboraion du TPE (noe enière sur 8 poins) Iems officiels ompéences officielles Niveau d exigence 1. Recherche documenaire

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

Retour aux bases de la photographie Partie 1 L' EXPOSITION

Retour aux bases de la photographie Partie 1 L' EXPOSITION Parie 1 - Secion 1.5 Reour aux bases de la phoographie Parie 1 L' EXPOSITIO Secion 1.5 Synhèse Exposiion Indices de Luminaion IL (EV) 1 Synhèse des valeurs Rappel des échelles normalisées des différens

Plus en détail

EADI Association Européenne d Instituts de Développement

EADI Association Européenne d Instituts de Développement EADI Associaion Européenne d Insius de Développemen 11eme Conférence Générale Bonn, 21-24 sepembre 2005 GEMDEV Séances parallèles V Souenabilié de la dee exérieure e insabilié : le cas des pays à faible

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

GENERATEURS DE HAUTE TENSION

GENERATEURS DE HAUTE TENSION ours de A. Tilmaine HAPITRE VII GENERATEURS DE HAUTE TENSION Les généraeurs de haue ension son uilisés dans : a) les laboraoires de recherche scienifique ; b) les laboraoires d essai, pour eser les équipemens

Plus en détail

Les déclencheurs électroniques STRE23SE se montent indifféremment sur les compacts NS 400 et NS 630 de type N, H ou L.

Les déclencheurs électroniques STRE23SE se montent indifféremment sur les compacts NS 400 et NS 630 de type N, H ou L. 14/1/6 Quesion : Commen régler correcemen le déclencheur élecronique STRE23SE? Réponse : Les déclencheurs élecroniques STRE23SE se monen indifféremmen sur les compacs NS 4 e NS 63 de ype N, H ou L. Le

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

Evolution de la valeur de l'entreprise

Evolution de la valeur de l'entreprise Correcion de l exercice 4 du cours Managemen Bancaire : «Eude du modèle de Meron» I) Valeur de l enreprise Quesion : dans quel cas (pariculier) es il possible d observer la valeur de l enreprise? Si l

Plus en détail

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES AUX D INERE UNIVERSIE d EVRY Séance 4 Philippe PRIAULE Plan de la Séance Les modèles sochasiques de déformaion de la courbe des aux: Approche déaillée Le modèle de Black: référence

Plus en détail

RAPPORT SUR LA SITUATION DES FINANCES PUBLIQUES. par Paul CHAMPSAUR et Jean-Philippe COTIS

RAPPORT SUR LA SITUATION DES FINANCES PUBLIQUES. par Paul CHAMPSAUR et Jean-Philippe COTIS RAPPORT SUR LA SITUATION DES FINANCES PUBLIQUES par Paul CHAMPSAUR e Jean-Philippe COTIS - AVRIL 2010 Par leres de mission en dae du 15 février 2010, le Présiden de la République a demandé à M. Paul CHAMPSAUR,

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien Universié Paris VI Maser : Modèles sochasiques, applicaions à la finance (MM065) TD 20-2 : Modèles de marchés - Mouvemen brownien. Taux de change. Soi (Ω, P(Ω), P) un espace probabilisé fini non redondan

Plus en détail

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance ème édiion du congrès inernaional pluridisciplinaire Du au 20 mars 2009 Modélisaion e quanificaion de sysèmes vieillissans pour l opimisaion de la mainenance LAIR William,2, MERCIER Sophie, ROUSSIGNOL

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce documen a éé mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Naionale des Sujes d Examens de l enseignemen professionnel. Base Naionale des Sujes d'examens de l'enseignemen professionnel

Plus en détail

CAHIER DE RECHERCHE : 2008-02 E2. Relation entre notation sociale et structure financière des. entreprises : une étude empirique.

CAHIER DE RECHERCHE : 2008-02 E2. Relation entre notation sociale et structure financière des. entreprises : une étude empirique. CAHIER DE RECHERCHE : 2008-02 E2 Relaion enre noaion sociale e srucure financière des enreprises : une éude empirique. GIRERD-POTIN Isabelle, LOUVET Pascal, GARCES-JIMENEZ Sonia Unié Mixe de Recherche

Plus en détail

Les outils de gestion

Les outils de gestion Les ouils de gesion Beida Mohammed Ferha aleb Amar Ingénieurs d éa en informaique Opion : Sysèmes d Informaion (SI) el: +3 (0) 76 7 36 69 Fax: +3 (0) 3 58 93 Email: mohamed@moolki.com bilal_ini@yahoo.fr

Plus en détail

LE MODELE DE MARCHE ALEATOIRE DANS L ECONOMIE FINANCIERE DE 1863 A 1976. Franck JOVANOVIC

LE MODELE DE MARCHE ALEATOIRE DANS L ECONOMIE FINANCIERE DE 1863 A 1976. Franck JOVANOVIC 1 LE MODELE DE MARCHE ALEATOIRE DANS L ECONOMIE FINANCIERE DE 1863 A 1976 Franck JOVANOVIC L objecif de ce aricle es de monrer commen l uilisaion du modèle de marche aléaoire pour représener les variaions

Plus en détail

Résumé. Mots clés : soutenabilité, politique budgétaire, dette publique, déficit Classification JEL : H62, E61, H63

Résumé. Mots clés : soutenabilité, politique budgétaire, dette publique, déficit Classification JEL : H62, E61, H63 La souenabilié de la poliique budgéaire dans la zone Uemoa (union économique e monéaire oues-africaine) : essai d évaluaion héorique e empirique. Felwine Sarr *, LEO, Universié d Orléans, janvier 2005

Plus en détail

02 mars 2009 28 août 2009. Ingénieur Sup Galilée Spécialité Mathématiques Appliquées et Calcul Scientifique

02 mars 2009 28 août 2009. Ingénieur Sup Galilée Spécialité Mathématiques Appliquées et Calcul Scientifique Rappor de sage Equipe Coordinaion Reporing & erformances 02 mars 2009 28 aoû 2009 Ingénieur Sup Galilée Spécialié Mahémaiques Appliquées e Calcul Scienifique Maser 2, Universié aris 13 Modélisaion de l

Plus en détail

La concession de la LGV SEA entre Tours et Bordeaux

La concession de la LGV SEA entre Tours et Bordeaux La concession de la LGV SEA enre Tours e Bordeaux Conférence AFFI UIC / Paris / 6 mars 2012 G. GUIAVARC H Chef du service Monage & Gesion des Grands Projes Direcion des Grands Projes Définiion du PPP Pour

Plus en détail

Diagnostics Prévisions et Analyses Économiques N 75 Juin 2005

Diagnostics Prévisions et Analyses Économiques N 75 Juin 2005 Diagnosics Prévisions e Analyses Économiques N 75 Juin 005 Les indicaeurs de la poliique monéaire 1 L orienaion de la poliique monéaire, c es-à-dire la quesion de savoir si l environnemen monéaire souien

Plus en détail

Solutions auto-similaires et espaces de données initiales. 2 ), l équation de Schrödinger. Introduction. Fabrice Planchon

Solutions auto-similaires et espaces de données initiales. 2 ), l équation de Schrödinger. Introduction. Fabrice Planchon Soluions auo-similaires e espaces de données iniiales pour l équaion de Schrödinger Fabrice Planchon Résumé. On démonre que pour des peies données iniiales dans Ḃ 1, (R3 ), l équaion de Schrödinger non

Plus en détail

Délégation de la gestion de portefeuille : choix d investissement et des frais de gestion dans un cadre en temps continu

Délégation de la gestion de portefeuille : choix d investissement et des frais de gestion dans un cadre en temps continu HEC Monréal A liée à l Universié de Monréal Délégaion de la gesion de porefeuille : choix d invesissemen e des frais de gesion dans un cadre en emps coninu par Tarek Masmoudi Déparemen de Finance Thèse

Plus en détail

Temporisation et monostable Contrôleurs de rotation XSA-V

Temporisation et monostable Contrôleurs de rotation XSA-V Temporisaion e monosable Conrôleurs de roaion XSA-V Manuel didacique Version Française TE Sommaire Chapire Page Temporisaion - Lecure des hisogrammes 3. Définiion 3.2 Bu 3.3 Principe de foncionnemen 3.3.

Plus en détail

Cas d'étude : Eco-quartier Villeneuve à Chambéry

Cas d'étude : Eco-quartier Villeneuve à Chambéry Cas d'éude : Eco-quarier Villeneuve à Chambéry Nom du proje : Adresse du proje : Nom e ype de propriéaire : Conac : Eco-quarier Villeneuve ZAC du Coeau F-Cognin SCDC, Gesionnaire de réseau 193 Rue du pré

Plus en détail

aviva.fr Aviva Senséo Médical PRÉVOYANCE INDIVIDUELLE Notice Note d information Assurance et Epargne Long Terme

aviva.fr Aviva Senséo Médical PRÉVOYANCE INDIVIDUELLE Notice Note d information Assurance et Epargne Long Terme aviva.fr Aviva Senséo Médical PRÉVOYANCE INDIVIDUELLE Noice Noe d informaion Assurance e Epargne Long Terme Aviva Senséo Médical Noice Aviva Senséo Médical... 1 à 11 SOMMAIRE ARTICLE 1 ARTICLE 2 Préambule

Plus en détail

ACTUALITÉ Maroc Telecom

ACTUALITÉ Maroc Telecom ACTIONNAIRES & INVESTISSEURS JUIN 2015 Raba, Le 1 er juille 2015 ACTUALITÉ Maroc Telecom Mobile Pospayé Enrichissemen des Forfais Mobiles Pariculiers e Maîrisés à parir du 1 er juin 2015 Maroc Telecom

Plus en détail

EVALUATION : LA GÉNÉRATION ÉLECTRIQUE EN AÉRONAUTIQUE

EVALUATION : LA GÉNÉRATION ÉLECTRIQUE EN AÉRONAUTIQUE EVALUATION : LA GÉNÉRATION ÉLECTRIQUE EN AÉRONAUTIQUE Temps impari = 1 heure ; Tous documens auorisés excepé la copie du voisin(e) Lire ou l énoncé avan de commencer. Le besoin en énergie élecrique à bord

Plus en détail

QUELS CONTRATS PRENDRE EN COMPTE

QUELS CONTRATS PRENDRE EN COMPTE QUELS CONTRATS PRENDRE EN COMPTE POUR LE CALCUL DES EFFECTIFS ET CELUI DE LA MASSE SALARIALE(*)? (*) Le calcul de la masse salariale indique à l enreprise l assiee de sa paricipaion, c es-à-dire la somme

Plus en détail

RELATIONS FONCTIONNELLES. I Généralités

RELATIONS FONCTIONNELLES. I Généralités Universié d'angers : LSEN relaions foncionnelles p. Parie A : Proporionnalié RELATIONS FONCTIONNELLES I Généraliés / Définiion : Soien deux suies de nombres réels : (x ;x ;x ;x 4 ) e (y ;y ;y ;y 4 ). Ces

Plus en détail

Estimation composite par régression pour l Enquête sur la population active du Canada avec plan de sondage à renouvellement de panel

Estimation composite par régression pour l Enquête sur la population active du Canada avec plan de sondage à renouvellement de panel Techniques d enquêe, juin 00 35 Vol. 7, N o, pp. 35 48 Saisique Canada, N o 00 au caalogue Esimaion composie par régression pour l Enquêe sur la populaion acive du Canada avec plan de sondage à renouvellemen

Plus en détail

Économie internationale

Économie internationale ECOLE POLYTECHNIQUE Recueil Programme d approfondissemen Économie Économie inernaionale Texes de conrôles des connaissances proposés les années anérieures Déparemen d Économie Promoion 006 Année 3 Période

Plus en détail

CHAPITRE 4 LA VAR MONTE CARLO... 2

CHAPITRE 4 LA VAR MONTE CARLO... 2 CHAPITRE 4 LA VAR MONTE CARLO... I. PRINCIPE... A. Quel modèle uiliser?... B. Algorihme de simulaion... 3 II. EXEMPLE D APPLICATION... 4 A. Travail préliminaire... 4 B. Simulaion des rajecoires... 6 Algorihme...

Plus en détail

Gestion Actif Passif et Solvabilité

Gestion Actif Passif et Solvabilité Gesion Acif Passif e Solvabilié Charles Descure & Crisiano Borean Generali France 7/9 Boulevard Haussmann 759 Paris Tel. : +33 58 38 86 84 +33 58 38 86 64 Fax. : +33 58 38 8 cdescure@generali.fr cborean@generali.fr

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

Pricing des produits dérivés de crédit dans un modèle

Pricing des produits dérivés de crédit dans un modèle Pricing des produis dérivés de crédi dans un modèle à inensié Nordine Bennani & Cyril Sabbagh Table des maières 1 Présenaion générale des dérivés de crédi 3 1.1 Inroducion...................................

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

1. INTRODUCTION 2 2. L'INDUSTRIE DU PAPIER COUCHÉ SANS BOIS 3 3. HISTORIQUE DE LECTA 6 4. INFORMATIONS COMMERCIALES 7

1. INTRODUCTION 2 2. L'INDUSTRIE DU PAPIER COUCHÉ SANS BOIS 3 3. HISTORIQUE DE LECTA 6 4. INFORMATIONS COMMERCIALES 7 sommaire. INTRODUCTION. L'INDUSTRIE DU PAPIER COUCHÉ SANS BOIS 3 3. HISTORIQUE DE LECTA 6 4. INFORMATIONS COMMERCIALES 7 5. LES SITES INDUSTRIELS LECTA 9 6. LA STRATÉGIE LECTA DU PAPIER COUCHÉ SANS BOIS

Plus en détail

Amp Miser Bandes de transport à économies d énergie

Amp Miser Bandes de transport à économies d énergie bandes de ranspor e de process Bandes de ranspor à économies Calculez désormais en ligne vos économies www.ampmiser.com poenielles! Siegling oal beling soluions Bandes de ranspor à économies Opimiser la

Plus en détail

MODELISATION ET ANALYSE DE LA SERIE CHRONOLOGIQUE DE PRODUCTION D EAU DE CONSOMMATION PAR LISSAGE EXPONENTIEL

MODELISATION ET ANALYSE DE LA SERIE CHRONOLOGIQUE DE PRODUCTION D EAU DE CONSOMMATION PAR LISSAGE EXPONENTIEL Courrier du Savoir N 18, Mars 2014, pp.09-14 MODELISATION ET ANALYSE DE LA SERIE CHRONOLOGIQUE DE PRODUCTION D EAU DE CONSOMMATION PAR LISSAGE EXPONENTIEL A. MESSAMEH, N. LOUDJANI, M. T.BOUZIANE Laboraoire

Plus en détail

Conditions Générales Valant Note d Information. Assurance Vie

Conditions Générales Valant Note d Information. Assurance Vie Condiions Générales Valan Noe d Informaion Assurance Vie DISPOSITIONS ESSENTIELLES DU CONTRAT 1. Epargne évoluion es un conra individuel d assurance sur la vie de ype mulisuppors, exprimé en euros e/ou

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

Que vaut l analyse technique en intra-journalier? L exemple du MACD

Que vaut l analyse technique en intra-journalier? L exemple du MACD Que vau l analyse echnique en inra-journalier? L exemple du MACD Paolo MAZZA Mikael PETITJEAN Résumé L objecif de cee éude es de mesurer, à l aide de données inra-journalières, la performance d un indicaeur

Plus en détail

Cahier technique n 202

Cahier technique n 202 Collecion Technique... Cahier echnique n 22 Les singulariés de l harmonique 3 J. Schonek Les Cahiers Techniques consiuen une collecion d une cenaine de ires édiés à l inenion des ingénieurs e echniciens

Plus en détail

A la Recherche des Facteurs Déterminants de l Intégration Internationale des Marchés Boursiers : une Analyse sur Données de Panel

A la Recherche des Facteurs Déterminants de l Intégration Internationale des Marchés Boursiers : une Analyse sur Données de Panel A la Recherche des Faceurs Déerminans de l Inégraion Inernaionale des Marchés Boursiers : une Analyse sur Données de Panel AROURI Mohamed El Hedi EconomiX Universié Paris X Nanerre Bâ G, 200, av. de la

Plus en détail

Question 1: Analyse et évaluation des obligations

Question 1: Analyse et évaluation des obligations Quesion 1: Analyse e évaluaion des obligaions (31 poins) Vous ravaillez dans le déparemen des invesissemens obligaaires pour une compagnie d assurance-vie. Vous avez créé le ableau ci-dessous conenan des

Plus en détail

PHYSIQUE. Partie préliminaire

PHYSIQUE. Partie préliminaire PHYSIQUE Les différenes paries de ce problème son dans une large mesure indépendanes Seules les argumenaions précises e concises seron prises en compe en réponse aux quesions qualiaives Parie préliminaire

Plus en détail

FONCTIONNEMENT AUTOMATE

FONCTIONNEMENT AUTOMATE FONCTIONNEMENT AUTOMATE IUT MULHOUSE Bernard Reeb foncionnemen auomae - 1/1 I. CONSTITUTION D'UN AUTOMATE Les auomaes son le plus souven de ype modulaire : une unié cenrale compléée d'un bac pou recevoir

Plus en détail

L oscilloscope numérique

L oscilloscope numérique L oscilloscope numérique Ce documen résume le principe de foncionnemen d un oscilloscope numérique e déaille les réglages possibles du modèle uilisé en séance de ravaux praiques. 1 Principe de foncionnemen

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

~ = Les redresseurs se divisent en deux grands groupes : On classe les divers redresseurs en trois catégories : Les redresseurs semicommandés

~ = Les redresseurs se divisent en deux grands groupes : On classe les divers redresseurs en trois catégories : Les redresseurs semicommandés Le redressemen c'es la ransformaion de l'énergie élecrique alernaive du réseau en énergie coninue. Symbole : ~ = Les redresseurs se divisen en deux grands groupes : les redresseurs demi onde, à une alernance

Plus en détail

Document d études. direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques FLUX DE TRAVAILLEURS AU COURS DU CYCLE CONJONCTUREL

Document d études. direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques FLUX DE TRAVAILLEURS AU COURS DU CYCLE CONJONCTUREL Documen d éudes direcion de l'animaion de la recherche, des éudes e des saisiques Numéro 167 Décembre 2011 FLUX DE TRAVAILLEURS AU COURS DU CYCLE CONJONCTUREL Yves DUBOIS 1 Jean-Olivier HAIRAULT 2 Thomas

Plus en détail

Quelle structure de dépendance pour un générateur de scenarios économiques en assurance? Impact sur le besoin en capital

Quelle structure de dépendance pour un générateur de scenarios économiques en assurance? Impact sur le besoin en capital Quelle srucure e épenance pour un généraeur e scenarios économiques en assurance? Impac sur le besoin en capial - Kamal ARMEL (Telecom Breagne EURIA) - Aymric KAMEGA (Universié Lyon, Laboraoire SAF, Winer

Plus en détail

Sous-évaluation des prix d options par le modèle de Black & Scholes.

Sous-évaluation des prix d options par le modèle de Black & Scholes. Sous-évaluaion des prix d opions par le modèle de Black & Scholes. Mise en évidence par une dynamique combinan mouvemen brownien e processus à saus. Marc Debersé ocobre 6 Résumé S il es bien connu que

Plus en détail

LES CAPTEURS. Energie. Acquérir et coder une information. Capteur

LES CAPTEURS. Energie. Acquérir et coder une information. Capteur CPG / ciences Indusrielles pour l Ingénieur C83 Les capeurs L CAPTUR Le domaine indusriel a besoin de conrôler de rès nombreux paramères physiques (longueur, force, poids, pression, déplacemen, posiion,

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51. novembre 2005

DOCUMENT DE TRAVAIL FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51. novembre 2005 DOCUMENT DE TRAVAIL LA QUALITÉ DE L EMPLOI L EN FRANCE : TENDANCE ET CYCLE FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51 novembre 2005 «LE DESCARTES I» 29, PROMENADE MICHEL SIMON 93166 NOISY-LE-GRAND CEDEX TÉL.

Plus en détail