Jeunesse en région / Colloque de l ARF / Arcachon le 8 décembre 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Jeunesse en région / Colloque de l ARF / Arcachon le 8 décembre 2011"

Transcription

1 Jeunesse en région / Colloque de l ARF / Arcachon le 8 décembre 2011 Intervention Jean-Claude Richez, coordonnateur de la mission observation : évaluation de l Injep. Mon propos sera double, c est ce qui m a été demandé: revenir sur les enjeux tels qu ils viennent d être décrits par mes collègues à travers les expériences dans le champ dans les régions, leurs pratiques et interpeller en amont le travail qui vous allez engager cet après-midi dans le cadre de vos ateliers. Je vais essayer de m y tenir. Je voudrais cependant auparavant récapituler ce qui vient de nous être dit savamment par mes collégues. Les quatre piliers d une politique de jeunesse Je retiendrais quatre axes de réflexion à partir desquelles nous pouvons examiner ce que les pratiques de régions peuvent avoir d innovantes aujourd hui : 1) Les modalités de socialisation des jeunes se sont profondément modifiées. Leur socialisation ne se fait plus de façon privilégiée dans le cadre d institutions mais à travers la munltiplication d expériences, Régis Cortesero parle même, reprenant des auteurs anglo-saxons d auto-socialisation. Le jeune est acteur de sa socialisation, ce qui appelle son autonomie. La responsabilité des pouvoirs publics est de sécuriser leurs parcours. Sécuriser le parcours des jeunes de la formation vers l emploi est l ojectif majeur affiché par le Conseil régional qui nous accueille. 2) Investir dans la jeunesse dans le sens proposé aujourd'hui rappelé par Francine Labadie. Investir dans la jeunesse est un pilier du développement, de l inclusion sociale et de la cohésion sociale fondée sur la connaissance. Cet investissement passe par la prise en compte de l éducation comme enjeu stratégique. L investissement dans le capital humain est une condition essentielle pour obtenir une croissance inclusive et soutenable avec des hauts niveaux de production (Francine Labadie). 3) Sortir des logiques politiques verticales, descendantes, hérarchisées pour développer des logiques de gouvernance à savoir de coordination et de coproduction des politiques de jeunesse dans le sens donné à ce mot par la commission générale de terminologie (22 avril 2009) qui rappelle que la gouvernance s apprécie surtout d après des critéres tels que la transparence, la participation et le partage des responsabilités. 4) Fonder ses politiques sur le principe d équité, d un traitement juste, d une répartition équitable basée sur la juste mesure. Les logiques d équité prennent en compte les inégalités d opportunités. Notons pour mémoire que ce principe entre en résonnance immédiate avec ce que l on a pu appeler avec le tryptique respect, égalité, solidarité que mettent en évidence la plupart des sondages autour des valeurs des jeunes. Le principe d équité s inscrit dans une logique d Etat social. Celui-ci cherche à prévenir et à fournir aux individus toutes les ressources les capabilités- qui leur permettent de faire leurs choix de vie et de construire leurs parcours (Francine Labadie).

2 Le rôle stratégique des régions Dans la plupart des grands pays d Europe les régions aujourd hui jouent un rôle central dans la conception et la mise en oeuvre des politiques de jeunesse. La compétence jeunesse reléve au Royaume-Uni des parlements régionaux ; dans le cadre de la dévolution, en Allemagne des Länder sur la base du principe de subsidiarité ; aux régions autonomes en Espagne ; des communautés flamandes et wallonnes en Belgique ; des régions en Italie La France est l un des rares pays qui a conservé, jusqu à il y a encore peu de temps, un régime très centralisé des politiques de jeunesse. Aujourd hui, les politiques nationales demeurent centralisées dans les champ de l éducation et de l emploi, les autres politiques relèvent de compétences partagées avec les collectivités territoriales. Il y a de ce point de vue une véritable exception française. Les Conseils régionaux ont cependant été amenés depuis quelques années à se saisir des questions de jeunesse parce qu elles sont au coeur des dynamiques territoriales dont elles ont la responsabilité. Comme le souligne le Conseil régional Midi Pyrénées: La trajectoire du lycée à l emploi regarde l essentiel des compétences de la région. Outre celle des lycées les questions de jeunesse font appel à au moins quatre des grandes compétences des régions telles qu elles sont arrêtées aujourd hui: celle du développement économique, celle de l aménagement du territoire, celle des transports et celle de la formation. A détailler cette liste ne manquent à la région que les compétences en matière de logement et d orientation pour que soit couvert effectivement l ensemble du parcours d un jeune du lycée à lemploi. Un certain nombre de régions d ailleurs n ont pas attendu pour prendre en compte les questions de logement des jeunes dont le Président Rousset vient de rappeller qu il pensait qu elle devrait être une compétence des régions. Aujourd hui la plupart des Conseils régionaux font de la jeunesse l une de leurs priorités. Celles-ci naturellement se déclinent de façon très différentes, conditionnées à des degrés divers par la prégnance -quant à leur conception- des modéles anciens, nombre de politiques régionales restent encore prisonniéres de politiques pensées d abord en terme de dispositifs. Elles sont aussi largement déterminées par le contexte social, culturel, historique de chaque région. Nous prendrons quatre exemples. Pour la Bretagne joue sans aucun doute une forte identité culturelle qui, de longue date, a généré des logiques de coopération entre acteurs. Rhône-Alpes est fortement porté par une forte culture industrielle très tournée vers l innovation qui nécessite une main d oeuvre hautement qualifiée et en permanence à niveau pour nombre de secteurs. Sur la Lorraine continue à peser le traumatisme de la fin des industries minières et sidérurgiques ou encore textile pour les vallées vosgiennes qui ont longtemps été la marque d une grande partie du pays générant une véritable culture de l insertion économique des jeunes dont le lorrain Bertrand Schwartz, inventeur des missions locales est le produit. Dans une région comme l Auvergne, très enclavée, les problématiques de mobilité et de contention du déclin démographique- apparaissent comme centrales. Le nouveau régime de socialisation Le nouveau régime de socialisation confére la responsabilité aux politiques de sécuriser le parcours d autonomie des jeunes. C est à cette condition que les initiatives pack autonomie des jeune font véritablement sens. Elles impliquent également qu elles prennent en compte le

3 jeunes sous tous ses aspects. Ainsi le Pack autonomie pour les jeunes du Conseil régional du Pays de Loire décline un panel relativement large comprenant accès au logement, à la culture, aux loisirs, au permis de conduire, à la première mutuelle. De même le Pack autonomie en Bourgogne décline mobilité (aide au permis de conduire) / logement / santé). Le Sas-orientation active pour l emploi des jeunes s inscrit également dans cette logique en visant un accompagnement renforcé et sécurisé vers l insertion professionnelle pour les ans comprenant un Pack autonomie (à hauteur de 300 euros) et une allocation d orientation (à hauteur de 1020 euros). Dans une logique d autonomie l accès au logement joue un rôle essentiel, il permet à la fois la dé-cohabitation avec les parents et est une des conditions de la mobilité. Même si celle-ci n est pas de la compétence des régions nombre d entre-eux ont pris à bras le corps cette question du logement jeune. Le nouveau régime de socialisation implique que l on prenne en compte le jeune comme capable, comme acteur ce qui donne sens aux politiques de participation. La plupart des régions ont dans un premier temps, pour certaine déjà depuis plusieurs mandatures des Conseils régionaux de jeunes. Ils n ont parfois pas répondu aux attentes le plus souvent pour avoir oublié que la démocratie participative dont relévent les Conseils de jeune, ne se met en oeuvre de façon spontanée et que tout autant que la démocratie représentative elle a besoin d être outillée, dotée d un appareil technique. Le développement de politiques de participation ne sauraient être par ailleurs réduite aux Conseils même si elles en sont pour nous une forme par excellence. Dans le prolongement d expériences de Conseil de jeune parallélement ou de façon alternative des régions se sont engagées dans des expériences de participation autrement comme les Forum jeunes en Rhône-Alpes, la Conférence régionale de la jeunesse en région Centre ou encore un processus complexe de consultaion autour du pack autonomie en Pays de Loire. Une politique de partcipation passe nécessairement, et c est quelque part ce qui en assoie la légitimité, par la multiplication dans toutes les institutions d espace de participation des jeunes. De même que le Conseil régional de Poitou Charente impose en quelque sorte une clause emploi jeunesse dans Investir dans la jeunesse et dans l éducation Plusieurs régions se sont engagés, au delà des politiques de dispositifs, dans l élaboration de véritables plans d investissement dans la jeunesse. Nous retiendrons ici deux exemples: le Pacte pour l emploi des jeunes en Poitou-Charentes, le Plan régional pour la jeunesse en Bourgogne. Le Pacte pour l emploi des jeunes en Poitou-Charentes s organise autour de quatre axes: l emploi, la formation, l apprentissage et le service civique: - Emploi, pas d aide publique de la région sans contrepartie en terme d emplois qui introduit par là une sorte de clause jeunesse - Formation qui se décline en engagements première chance, ouvertures de places supplémentaires en formation professionnelle - Apprentissage, objectif chiffré de 2000 apprentis supplémentaires d ici 2014, 3000 ayant été ouverts depuis 2005

4 - service civique, aide à la mobilité, prime de civisme et inscrption dur le pass formation régional Le Plan régional pour la jeunesse s organise autour de quatre volets: l orientation, la formation, l emploi et le logement. A travers ce plan La région poursuit un double objectif: soutenir le développement de tous les jeunes dans les domaines fondamentaux de l orientation, de la formation, de l emploi, du logement; ouvrir les politiques régionales aux jeunes les plus fragiles, tant dans le secteur rural, qu urbain. Le Limousin avec sa Charte d engagement en faveur de la jeunesse adoptée en 2010, le Conseil régional de Bretagne avec la Charte d engagement pour les jeunes (2011), l Alsace avec le Projet régional pour la jeunesse d Alsace (2011) sont engagés dans des démarches similaires d une approche élargie et globalisée des questions de jeunesse prenant également en compte aussi bien en compte les questions d emploi, d insertion, de formation. Il est dommage qu elles ne soient le plus souvent pas articulées fortement avec les questions de mobilté et surtout d éducation. Celle-ci reste le plus souvent cantonnée à des approches essentiellement scolaires et de formation initiale. De ce point de vue la région innove fortement en mettant en inscrivant à l agenda politique la question de la formation et de l éducation tout au long de la vie en créant une viceprésidence qui lui est tout spécialement dédiée, en s engageant dans la mise en place d un service régional de la formation avec comme objectif le développement prsonnel et collectif. Substituer aux logiques de gouvernement des logiques de gouvernance Nous retiendrons ici deux expériences qui s inscrivent tout à fait dans une logique de bonne gouvernance : LOR Jeune, l observatoire lorrain de la jeunesse, le B15 jeunesse du Conseil régional de Bretagne et l Agence régionale jeunesse en Alsace LOR Jeune se définit comme un laboratoire d idées, un lieu d observation régional et un réseau d acteurs (...) outil d aide à la décision et de prospective au service de la région, de ses partenaires et de tous les jeunes lorrains. Le laboratoire n est pas seulement comme collecteur de données statistiques mais comme un véritable espace de mutualisation entre l ensemble des acteurs, outil d intelligence collective au service de l ensemble des acteurs. D autres régions se sont également engagés dans cette voie, notamment la région Languedoc- Rousillon. Elle est aussi en discussion d autres régions. Ce type d initiative ne prend cependant tout son sens que si il est effectivement conçu comme outil de mise en commun et de coproduction entre l ensemble des acteurs jeunesse du territoire. Le B 15 jeunesse (B pour Bretagne), créé en 2010, rassemble autour de la table le Conseil régional, les quatre départements bretons et dix agglomérations. Il vient prendre place dans une forte dynamique territoriale régionale s enracinant certes dans l histoire, mais fortement impulsé politiquement à partir de 2004 avec les Assises régionales des territoires et du Contrat pour la Bretagne. Il est conçu comme un Lieu de convergence et dans certains cas de coordination des politiques de jeunesse. Afin de mieux impulser une politique transversale jeunesse l Alsace a créé une Agence régionale jeunesse. L Agence réunit douze personnes en équipes-projet, des agents en

5 charge du programme jeunesse qui sont nommés dans les directions régionales et y restent rattachés (avec le projet régionalpour la jeunesse comme mission principale). Le projet est doté en propre d une enveloppe de 3M d euros, de budgets rattachés à chaque direction spécifique (global 9 M d euros) et de financements européens (PEJA)3. Le projet s articule autour de trois axes: les jeunes acteurs de leur devenir, l accès à la citoyenneté et le soutien des talents. Le Conseil régional Midi Pyrénées a de son côté mis l accent sur la coordination des politiques tant en interne qu en externe. Est confié au vice-président en charge de la jeunesse d assurer la coordination entre tous les vice-présidents concernés par les politiques de jeunesse mais aussi d assurer la coordination avec les partenaires extérieurs. C est une voie similaire qui est suivi par le Conseil régional de Picardie quand il se fixe pour objectif de fédérer l ensemble des compétences jeunesse dans la région pour une prise en charge des 0 / 25 ans et engage une vaste démarce de concertation transversale : La concertation est pilotée directement par le président de la région qui a constitué un comité de pilotage politique. La DGA chargée du pôle service à la population intervient comme directrice de projet et ont été organisés 9 ateliers autour des grands axes retenus avec 9 animateurs internes, nommés parmi les grandes directions et 9 animateurs externes pour ouvrir le champ de la concertation à tous les acteurs du territoire: associations,communes, conseils régionaux.... Nous avons souligné que la transparence est un principe constitutif de la gouvernance. Elle appelle notamment l explicitation des objectifs des politiques mise en oeuvre et la mise en débat. Dans ce sens il est essentiel que l ensemble de la politique de jeunesse fasse l objet d un document de référence et qu il soit débattu tant par l éxécutif que par l assemblée délibérante. C est ce qu a fait le Conseil régional du Limousn en 2010 avec sa Charte d engagement en faveur de la jeunesse en 2010 et le Conseil régional de Bretagne avec la Charte d engagement pour la jeunesse en Quatre questions pour une grille de travail En conclusion je voudrais proposer quatre questions pour les ateliers de cet après-midi qui de façon plus large peuvent servir de grille de lectures des politiques de jeunesse en région. 1) En quoi et comment ma politique de jeunesse prend t-elle en compte le nouveau régime de socialisation des jeunes, fait place et prend en compte leurs initiatives, encourage leur participation, favorise leur autonomie, sécurise leurs parcours? 2) En quoi et comment ma politique de jeunesse prend t-elle en charge de façon globale, articulée et fonctionelle l ensemble du parcours du jeune du lycée à l emploi sous tous ses aspects, investi effectivement dans l éducation dans sa dimension formelle mais aussi non formelle et informelle, favorise les allers retour entre l emploi et l école dans une logique d éducation tot au long de la vie, la prise en compte des savoirs et compétences développées hors du cadre scolaire? 3) En quoi et comment ma politique de jeunesse s inscrit dans une logique de coopération et de de coproduction entre l ensemble des acteurs, différents échelons des collectivités territoriales mais aussi les associations, les entreprises, les jeunes la société civile- mais aussi l Etat et met en oeuvre pas seulement des critéres d organisation et d efficience mais aussi et

6 surtout de transparence, de participation et de responsabilité? 4) En quoi et comment ma politique de jeunesse met-elle en oeuvre le principe d équité, estelle juste? Quelques éléments en conclusion A partir des pratiques dans lesquelles sont engagées les différentes régions et différentes prises de positions de l Association des régions de France quelques pistes peuvent être dégagées pour avancer. Tout d abord, sans que cela remette en cause le cadre actuel, dans un souci de plus grande cohérence s impose la revendication d une compétence Orientation, formation et emploi ainsi ue celle du logement jeune qui est inséparable dans une logique d autonomie.. L intérêt est certes, à cadre institutionnel inchangé, de se donner les moyens de la maîtrise d un ensemble cohérent d enjeux qui convergent tous vers la construction de parcours professionnels mieux sécurisés. On peut dire qu il s agit d une première forme de transversalisation ( mais qui reste d essence sectorielle). Une telle approche appelle cependant un certain nombre de remarques. On passe d un monopole à l autre, celui hier exercé par l Etat à celui qui serait exercé par la région (translation vers le bas, certes au plus près des activités économiques et de la vie des personnes). Surtout on reste dans une logique gestionnaire ou bureaucratique avec des préoccupations organisationnelles avant tout et une approche descendante de l action publique, dont on a vu dans exposé de Francine Labadie qu elle n était pas pertinente au regard de l enjeu de la place des jeunes dans la société qui appelle une approche vraiment transversale et politique. Par ailleurs sortir de la logique de guichet comme le propose Philippe Meirieu suppose de sortir de la logique de dispositifs qui domine aujourd hui dans les régions, elle n est pas seulement le fait de l Etat. Positionner enfin les régions comme ensemblier : on ne peut qu être d accord si c est la première marche d une approche politique mais attention à ne pas développer des logiques hégémoniques de la région sur les autres collectivités. On doit rester dans la perspective «on est plus intelligent à plusieurs que tout seul et on met en cohérence nos stratégies dans une perspective d action collective où chacun dans la partition a une note à jouer».

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011 Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Préambule : Les Groupes d Entraide Mutuelle (GEM), régis par les articles L. 114-1-1 et

Plus en détail

Octobre 2014 BILAN D ACTIVITE DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM)

Octobre 2014 BILAN D ACTIVITE DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM) Octobre 2014 BILAN D ACTIVITE DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM) ANNEE 2013 Bilan d activité des groupes d entraide mutuelle (GEM) Année 2013 Sommaire Introduction... 3 I] Les GEM créés et financés

Plus en détail

APFP. Les Pays, moteurs de stratégies de développement territorial et de gouvernance locale. Contribution de l Association de

APFP. Les Pays, moteurs de stratégies de développement territorial et de gouvernance locale. Contribution de l Association de Mars 2012 cahier d acteurs Association de Promotion et de Fédération des Pays APFP APFP Pays / Territoires de projet Contribution de l Association de Promotion et de Fédération des Pays dans le cadre des

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CESER

CONTRIBUTION DU CESER CONTRIBUTION DU CESER à l élaboration du Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles Cette contribution a été élaborée par la Commission «Éducation Formation» qui a tenu quatre

Plus en détail

Pour une politique volontariste de l emploi et de la formation dans les associations de solidarité

Pour une politique volontariste de l emploi et de la formation dans les associations de solidarité Pour une politique volontariste de l emploi et de la formation dans les associations de solidarité Dans le champ de l action sociale, médico-sociale et de la santé, le secteur associatif représente environ

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

Chaire Attractivité et Nouveau Marketing Territorial

Chaire Attractivité et Nouveau Marketing Territorial Chaire Attractivité et Nouveau Marketing Territorial Dossier de presse Contact Chaire : Joël Gayet Mobile : 00 33 6 09 51 15 70 Jgayet.chaire anmt@sciencespo aix.fr Contact Sciences Po Aix : Noëlline Souris

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse P R O J E T E D U C AT I F Association Espace Jeunesse I N T R O D U C T I O N Ce projet éducatif expose les orientations éducatives de l Association ESPACE JEUNESSE, chargée par la municipalité du Séquestre

Plus en détail

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Union européenne Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Une nouvelle politique de cohésion en réponse aux défis

Plus en détail

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE Préambule PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE La réussite éducative se définit comme la recherche du développement harmonieux de l enfant et du jeune. Elle est plus large

Plus en détail

...... en quelques mots 1

...... en quelques mots 1 ... en quelques mots 1 Un nouveau Projet d'entreprise pourquoi faire? Le Projet d'entreprise 2006-2009 a porté l ambition de faire de l Assurance Maladie un assureur solidaire en santé reconnu en tant

Plus en détail

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e Regards croisés s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e N 49-25 juillet 2014 Serge Lavagna Secrétaire national de la CFE-CGC Protection sociale ÉDITO Contact : Mireille Dispot Expert protection sociale

Plus en détail

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 Institués dès 2000 par l AdCF, au lendemain de la naissance des premières communautés d agglomération issues de la loi Chevènement, le Club des agglomérations et la

Plus en détail

Renforcer la mobilisation du droit commun

Renforcer la mobilisation du droit commun Dossier ressources Comprendre le droit commun pour le renforcer dans les quartiers Dans son article 1 er, la loi pour la ville et la cohésion urbaine précise : «La politique de la ville mobilise et adapte,

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

gérants d immeubles agents immobiliers syndics de copropriétés marchands de biens experts immobiliers

gérants d immeubles agents immobiliers syndics de copropriétés marchands de biens experts immobiliers L i m m o b i l i e r v o u s o u v r e t o u t e s s e s p o r t e s gérants d immeubles agents immobiliers syndics de copropriétés marchands de biens experts immobiliers Bienvenue à l UNIS De plus en

Plus en détail

Référence à l Axe de la Charte du Pays : Faire de la qualité de vie un atout du développement durable

Référence à l Axe de la Charte du Pays : Faire de la qualité de vie un atout du développement durable Contrat de territoire2007 203 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour le logement et lutter globalement contre la vacance FICHE

Plus en détail

Développement des compétences, construction des parcours, prévention de la pénibilité et de l usure professionnelle, égalité professionnelle,

Développement des compétences, construction des parcours, prévention de la pénibilité et de l usure professionnelle, égalité professionnelle, Des secteurs professionnels et des territoires investis sur les conditions de travail et la qualité de vie au travail L Serge DELTOR Directeur de l ARACT LR Délégué régional de l ANACT Aider les secteurs

Plus en détail

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Pourquoi encourager la création de Centres Intercommunaux d Action Sociale est une réponse pertinente aux difficultés sociales auxquelles

Plus en détail

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 La CONFEMEN a adhéré à l initiative «l Éducation avant tout» du Secrétaire général

Plus en détail

Médiation des relations inter-entreprises industrielles et de la sous-traitance

Médiation des relations inter-entreprises industrielles et de la sous-traitance Médiation des relations inter-entreprises industrielles et de la sous-traitance Septembre 2010 1 SOMMAIRE 1. Présentation de la Médiation des relations inter-entreprises industrielles et de la soustraitance

Plus en détail

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mobilisation contre le décrochage scolaire Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mercredi 8 janvier 2014 SOMMAIRE Introduction : la Nation mobilisée contre le

Plus en détail

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL Plan : Introduction I.- Le Dialogue Social européen et son cadre La négociation européenne : - pour l entreprise - pour les partenaires sociaux Les

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie MARDI Contact presse Ministère de la Culture et de la Communication Délégation à l information et à

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE»

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE» Confédération Européenne des Syndicats 1 Union des Confédérations de l Industrie et des Employeurs d Europe UNICE/UEAPME 2 Centre Européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d

Plus en détail

C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S

C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S P r é a m b u l e Proximité Singularité de la personne Universalité du service De nombreux territoires ruraux et urbains se situent en

Plus en détail

Problématique : la mutualisation comme solution pour le maintien des services publics en milieu rural

Problématique : la mutualisation comme solution pour le maintien des services publics en milieu rural Évaluation de la politique de soutien du CPER 2007-2013 de la région Centre aux Maisons des services publics, Relais services publics et leur articulation avec les autres entrées de service sur le territoire

Plus en détail

Présentation du Programme PHARE

Présentation du Programme PHARE Présentation du Programme PHARE Le programme PHARE : des gains pour la qualité de l offre de soins Le contexte du programme PHARE Les achats hospitaliers représentent 18 Md, second poste de dépenses des

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME)

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) Latifa ECHIHABI (Directeur Général, ANPME, 10, rue Ghandi, BP : 211, Rabat,

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013 La preuve par Principaux enseignements du bilan des PRT et du recensement des projets télémédecine 2013 Le recensement Télémédecine 2013 01 Synthèse du recensement Télémédecine 2013 02 Répartition et maturité

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines 1/ Les constats les plus marquants sont : - l absentéisme de courte durée qui continue d évoluer fortement et qui met sous

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Limousin Avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN objectif compétitivité régionale et emploi 2007 2013 Axe 3 «cohésion

Plus en détail

MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ SOCIAL

MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ SOCIAL ÉDUCATION FORMATION UDGET INSERTION ORMATION MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ 2012 EDUCATION INSERTION SOCIAL MESSAGE DE LA PRÉSIDENTE Florence RAINEIX Directrice générale de la Fédération

Plus en détail

ISF et intermédiation : Collecte 2009

ISF et intermédiation : Collecte 2009 ISF et intermédiation : Collecte 2009 juillet 2009 1 Contexte et méthodologie Contexte: L AFIC et l AFG ont conduit une enquête pour suivre l impact des mesures dites «ISF PME», et en particulier, pour

Plus en détail

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France)

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Résumé du rapport réalisé par EUROPA pour la DATAR DATAR EUROPA Etude sur les maisons des services publics en Europe Résumé du rapport

Plus en détail

Résultats du sondage

Résultats du sondage Résultats du sondage L agence française du programme européen «Jeunesse en action» (PEJA), dans le cadre de ses petits déjeuners «Prêt à l emploi!», a diffusé un questionnaire exclusif, réalisé en ligne

Plus en détail

Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe

Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe Un cadre d action commun des partenaires sociaux européens du secteur de l électricité I. Introduction

Plus en détail

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN 2013 Cécile BAZIN Marie DUROS Amadou BA Jacques MALET Octobre 2014 INTRODUCTION Pour la septième année consécutive, l Association des Régions de

Plus en détail

LES OBJECTIFS DU PAT

LES OBJECTIFS DU PAT LES OBJECTIFS DU PAT Le PAT s inscrit dans le cadre des axes de développement approuvés par l assemblée générale fédérale pour l olympiade 2012/2016. Il est le moyen de mettre en synergie l ensemble des

Plus en détail

Axes de travail et plan d action 2015

Axes de travail et plan d action 2015 19 novembre 2014 Axes de travail et plan d action 2015 SOMMAIRE Introduction... 3 Partager l information sur les métiers, l emploi et la formation professionnelle en LR ; être plus utile et plus accessible...

Plus en détail

Présentation du Programme PHARE. Direction générale de l offre de soins - DGOS

Présentation du Programme PHARE. Direction générale de l offre de soins - DGOS Présentation du Programme PHARE Les achats hospitaliers, levier majeur de performance pour les établissements Achats hospitaliers : 18 Milliards d euros en 2009 Non médicaux 42% Achats Hospitaliers Médicaux

Plus en détail

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 ARTICLE 1 : CONTEXTE Dans le prolongement de son Agenda 21 qui s intègre dans une logique de développement durable,

Plus en détail

«Rencontres des Transmusicales» 5 décembre 2015

«Rencontres des Transmusicales» 5 décembre 2015 La réforme territoriale, quelle place pour la culture dans la recomposition des territoires? Réforme des collectivités territoriales Europe Acte 3 de la décentralisation Points d étapes et actualités «Rencontres

Plus en détail

Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations»

Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations» Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations» Point d étape de la négociation PPCR 10 Mars 2015 Discours d ouverture de Marylise LEBRANCHU Mesdames et Messieurs, Nous

Plus en détail

LE GUIDE DE L'AGENT IMMOBILIER DE FAMILLE. www.imogroup.com FINANCEMENT GESTION PROMOTION VENTE LOCATION ACHAT

LE GUIDE DE L'AGENT IMMOBILIER DE FAMILLE. www.imogroup.com FINANCEMENT GESTION PROMOTION VENTE LOCATION ACHAT RÉSEAU NATIONAL D'AGENCES IMMOBILIÈRES INDÉPENDANTES ACHAT VENTE GESTION LOCATION PROMOTION FINANCEMENT LE GUIDE DE L'AGENT IMMOBILIER DE FAMILLE N É O, L ' A G E N T I M M O B I L I E R D E F A M I L

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN NOUS SOMMES DES PROFESSIONNELS DU DSU Nous sommes des professionnels du développement territorial ou local, du développement social urbain,

Plus en détail

FINANCEMENT NATIONAL DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA MODERNISATION DE L APPRENTISSAGE

FINANCEMENT NATIONAL DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA MODERNISATION DE L APPRENTISSAGE ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSION ET PROGRAMME EXERCICE 2012 COMPTE D AFFECTATION SPECIALE FINANCEMENT NATIONAL DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA MODERNISATION DE L APPRENTISSAGE MAI 2013

Plus en détail

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015 Maison de l Enfance et de la Jeunesse 2 route de Keroumen 29480 Le Relecq Kerhuon 02 98.28.38.38 02.98.28.41.11 E-Mail : mej@mairie-relecq-kerhuon.fr Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans)

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI PLAN REGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI Lors de son assemblée

Plus en détail

Le cadre institutionnel transfrontalier du Grand Genève

Le cadre institutionnel transfrontalier du Grand Genève Le cadre institutionnel transfrontalier du Grand Genève Nicolas LEVRAT Professeur à la Faculté de droit et directeur du Global studies Institute de l Université de Genève 1 L évolution des fonctions des

Plus en détail

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes)

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

Le management territorial à l ère des réseaux

Le management territorial à l ère des réseaux Collection service public dirigée par Geneviève Jouvenel Jean-Yves Prax Le management territorial à l ère des réseaux, 2002 ISBN : 2-7081-2802-7 TABLE DES MATIÈRES Guide de lecture.........................................................

Plus en détail

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Déposé à la Commission de l aménagement du territoire de l Assemblée nationale du Québec Dans le cadre

Plus en détail

ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE. Atelier de 14h30 16h00

ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE. Atelier de 14h30 16h00 ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE Atelier de 14h30 16h00 Objectifs Identifier les zones en difficultés afin d éviter des fermetures De maintenir des effectifs suffisants dans les CFA

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Publication UNGANA 1096 CIDR Tous droits de reproduction réservés Centre International de Développement et de Recherche PROMOTION DE DEVELOPPEMENT LOCAL ET D APPUI AU PROCESSUS DE DECENTRALISATION AU TOGO

Plus en détail

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques?

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Rencontre professionnelle 4 Ont participé à cet atelier : David ALCAUD,

Plus en détail

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Principes européens et code de conduite Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Une proposition du réseau IRENE Préambule Le réseau IRENE réunit des praticiens, experts, chercheurs,

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF ENSEMBLE, AGIR, INTERPELLER

PROJET ASSOCIATIF ENSEMBLE, AGIR, INTERPELLER PROJET ASSOCIATIF ENSEMBLE, AGIR, INTERPELLER «ENSEMBLE» : La fidélité au manifeste universel du mouvement EMMAUS est fondatrice et respectueuse justement du ENSEMBLE. Nous prônons le FAIRE ENSEMBLE comme

Plus en détail

LES OUTILS EUROPÉENS DE PROTECTION SOCIALE EN BREF

LES OUTILS EUROPÉENS DE PROTECTION SOCIALE EN BREF LES OUTILS EUROPÉENS DE PROTECTION SOCIALE EN BREF La présente publication est soutenue financièrement par le programme de l Union européenne pour l emploi et la solidarité sociale PROGRESS (2007-2013)

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

Rappel du mandat. d'en déduire un programme d'expérimentations innovantes et exemplaires à démarrer dès 2005. !!!!

Rappel du mandat. d'en déduire un programme d'expérimentations innovantes et exemplaires à démarrer dès 2005. !!!! Direction Générale Formation Education Contribution du groupe de travail sur l «Action prioritaire 3» du Plan Régional de Développement de la Formation Professionnelle «Conception et mise en place progressive

Plus en détail

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE 1 APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE Nous, signataires, acteurs culturels en Bretagne, individuels et associations, demandons aux élus et institutionnels de soutenir

Plus en détail

PRDFP. 2011-2015 Le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles. cohérence. Concertation. Innovation.

PRDFP. 2011-2015 Le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles. cohérence. Concertation. Innovation. cohérence ÉGALITÉ DES CHANCES/DYNAMIQUE ÉCONOMIQUE Concertation Innovation Innovation www.regionreunion.com Concertation cohérence 2011-2015 Le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations

Plus en détail

Bienvenue à Loire-Centre. Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre

Bienvenue à Loire-Centre. Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre Bienvenue à Loire-Centre Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre Présentation Le Groupe BPCE 2 Un groupe puissant et solide Les groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne se sont unis pour créer

Plus en détail

La fréquentation touristique en Gironde

La fréquentation touristique en Gironde La fréquentation touristique en Gironde Données de cadrage actualisées DONNÉES SOURCES : BASE DE DONNÉES RÉGIONALE CRT AQUITAINE - 2010 Avril 2012 SOMMAIRE Méthodologie Les caractéristiques des séjours

Plus en détail

CONVENTION-CADRE MULTIPARTENARIALE. relative à l Education au Développement Durable 2009-2012

CONVENTION-CADRE MULTIPARTENARIALE. relative à l Education au Développement Durable 2009-2012 CONVENTION-CADRE MULTIPARTENARIALE relative à l Education au Développement Durable 2009-2012 novembre 2009 Les partenaires Rectorat de l Académie de la Guadeloupe Direction de l Agriculture et de la Forêt

Plus en détail

Bovins viande. Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013. Total élevages. Nbre de veaux pesés en VA0. Nbre de veaux pesés en VA4

Bovins viande. Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013. Total élevages. Nbre de veaux pesés en VA0. Nbre de veaux pesés en VA4 Bovins viande Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013 Chif Régions Nbre de Nbre de Nbre de troupeaux troupeaux troupeaux adhérents adhérents suivis en en VA4 en VA0 engraissement Nbre de troupeaux

Plus en détail

Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie

Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie Position et propositions d amendements de l UNIOPSS Octobre 2004 Mme Marie-Anne Montchamp, secrétaire d'état aux

Plus en détail

La mobilité. Au service des Outre-mer

La mobilité. Au service des Outre-mer La mobilité Au service des Outre-mer L Agence de l Outre-mer pour la Mobilité (LADOM) est une agence d Etat au service des originaires et résidents des collectivités d outre-mer. LADOM a pour mission première

Plus en détail

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010 Référentiel métier de Directeur(trice) des soins Ce référentiel intègre à la fois le métier Directeur(trice) des soins en établissement et celui de Directeur(trice) des soins en institut de formation paramédicale.

Plus en détail

ANGERS Le 12 novembre 2009. L'économie et les finances solidaires. - le réseau des CIGALES - les finances solidaires - à quoi sert mon épargne?

ANGERS Le 12 novembre 2009. L'économie et les finances solidaires. - le réseau des CIGALES - les finances solidaires - à quoi sert mon épargne? ANGERS Le 12 novembre 2009 L'économie et - le réseau des CIGALES - - à quoi sert mon épargne? - Aujourd'hui, est-ce que je sais à quoi sert mon épargne? Me produire des intérêts (réponse factuelle) Financer

Plus en détail

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer Inspection générale des affaires sociales RM2014-090R Inspection générale de l administration N 14-122/14-077/01 L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer SYNTHESE Établie par Michel

Plus en détail

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat (FSPOEIE) constitue

Plus en détail

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Vanina BOUSQUET InVS St MAURICE 20 Mai 2014 Journée plénière de la FEDORU SOMMAIRE Etat des lieux des remontée de RPU Etat des lieux des structures régionales

Plus en détail

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF CHARTE BUDGET PARTICIPATIF PREAMBULE Depuis 2001, la Ville de Paris a associé les Parisiens de façon accrue à la politique municipale, en s appuyant notamment sur les conseils de quartier, les comptes

Plus en détail

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse Institut de la jeunesse Madrid Les débuts de toute chose sont toujours petits. Cicéron La

Plus en détail

Cahier des charges. Décembre 2012 MAPA 2013-001. Parc naturel régional du Haut-Jura. Maison du Parc du Haut-Jura. 29, le village 39 310 LAJOUX

Cahier des charges. Décembre 2012 MAPA 2013-001. Parc naturel régional du Haut-Jura. Maison du Parc du Haut-Jura. 29, le village 39 310 LAJOUX Accompagnement dans l élaboration de la stratégie de communication du Parc naturel régional du Haut-Jura Marché de Prestation de Service Marché A Procédure Adaptée MAPA 2013-001 Cahier des charges Décembre

Plus en détail

"La santé des étudiants en 2009"

La santé des étudiants en 2009 Dossier de Presse "La santé des étudiants en 2009" 6ème Enquête Nationale Communiqué de presse. p 2 L USEM et les mutuelles étudiantes régionales.......... p 4 Présentation de l enquête santé... p 5 Méthodologie

Plus en détail

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire 1 Intervention de Marisol TOURAINE Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Maison de Santé Pluridisciplinaire Magny-en-Vexin Vendredi 20 février 2015 Seul le prononcé fait

Plus en détail

Pour un redressement des finances publiques fondé sur la confiance mutuelle et l engagement de chacun

Pour un redressement des finances publiques fondé sur la confiance mutuelle et l engagement de chacun Pour un redressement des finances publiques fondé sur la confiance mutuelle et l engagement de chacun Présentation du rapport - 16 avril 2014 Nous sommes partis d un double constat : la dégradation des

Plus en détail

Quelle image avez-vous de la Belgique?

Quelle image avez-vous de la Belgique? Quelle image avez-vous de la Belgique? Saviez vous que?. Sont d origine belge. Le saxophone. La marque de montres Ice watch. La chaine de fast food Quick. l ile de Porquerolles au large de Toulon appartenait

Plus en détail

Panorama des formations post-baccalauréat en Transport et Logistique

Panorama des formations post-baccalauréat en Transport et Logistique Panorama des formations post-baccalauréat en Transport et Logistique AFITL - 3 mai 2006 L objectif poursuivi Offrir aux membres de l AFITL (ou à quiconque se promène sur son site Internet) un recensement

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

Objet : Contrat Local Initiatives Climat (CLIC) : Charte climat du pays Sud Charente

Objet : Contrat Local Initiatives Climat (CLIC) : Charte climat du pays Sud Charente Objet : Contrat Local Initiatives Climat (CLIC) : Charte climat du pays Sud Charente Monsieur le Président explique que dans le cadre de l animation du Contrat Local Initiatives Climat, le Syndicat mixte,

Plus en détail

LE MARCHÉ DE L EMPLOI CADRE DANS L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

LE MARCHÉ DE L EMPLOI CADRE DANS L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE LE MARCHÉ DE L EMPLOI CADRE DANS L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2013-78 NOVEMBRE 2013 Analyse de 12 600 offres publiées par l Apec en 2012. Quatre fonctions très recherchées.

Plus en détail

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE ADDITIF EXPLICATIF 1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE Organisation de deux «secteurs» clairement identifiés dans leurs objectifs et missions. Sous la responsabilité d un pilotage unique, ces deux «secteurs»

Plus en détail

PLAN DE MOBILISATION. sur l apprentissage et la formation des demandeurs d emploi POUR LA RENTRÉE 2015. Dossier de presse

PLAN DE MOBILISATION. sur l apprentissage et la formation des demandeurs d emploi POUR LA RENTRÉE 2015. Dossier de presse PREMIER MINISTRE PLAN DE MOBILISATION POUR LA RENTRÉE 2015 sur l apprentissage et la formation des demandeurs d emploi Hôtel de Matignon Mardi 12 mai 2015 Dossier de presse Pour plus d'informations : www.gouvernement.fr

Plus en détail

Bonsoir, Mesdames et Messieurs,

Bonsoir, Mesdames et Messieurs, Bonsoir, Mesdames et Messieurs, Tout d abord je souhaiterais remercier les organisateurs de ce symposium, la Division de la Population des Nations Unies et la Fondation Roselli, pour leur invitation de

Plus en détail

Form. tion. Magazine. spécial emploi. Le magazine de la formation de la chambre régionale de métiers et de l'artisanat de haute-normandie

Form. tion. Magazine. spécial emploi. Le magazine de la formation de la chambre régionale de métiers et de l'artisanat de haute-normandie Form tion Magazine Le magazine de la formation de la chambre régionale de métiers et de l'artisanat de haute-normandie spécial emploi Région Haute-Normandie Édito P 3 P 4 P 6 P 7 P 8 P 10 P 11 Engagé dans

Plus en détail

statuts Mutuelle substituée par la Mutuelle Nationale Territoriale Mutuelle régie par le livre II du code de la Mutualité - Numéro SIREN 444 042 303

statuts Mutuelle substituée par la Mutuelle Nationale Territoriale Mutuelle régie par le livre II du code de la Mutualité - Numéro SIREN 444 042 303 statuts 2014 Adoptés par l Assemblée générale constitutive du 11 septembre 2002 Modifiés par les Assemblées générales des 9 décembre 2003, 25 juin 2005, 24 juin 2006, 23 juin 2007, 22 septembre 2009, 16

Plus en détail

D 4. Handicap COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS

D 4. Handicap COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS D 4 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Les spécificités urbanistiques du territoire vélizien soulignent l enjeu de l accessibilité de la ville aux personnes à mobilité

Plus en détail

Ministère des sports. Le ministre des sports

Ministère des sports. Le ministre des sports Ministère des sports Direction des sports Mission sport et développement durable Personnes chargées du dossier : Arnaud JEAN Tél. : 01 40 45 96 74 Mel: arnaud.jean@jeunesse-sports.gouv.fr Fabienne COBLENCE

Plus en détail