Chapitre 1 La généalogie des nouveaux dirigeants

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre 1 La généalogie des nouveaux dirigeants"

Transcription

1 Chapitre 1 La généalogie des nouveaux dirigeants Stéphanie Dameron Commencer un ouvrage sur les nouveaux dirigeants par une étude de leur formation, de leurs parcours et des influences qu ils ont subies ou recherchées permet de poser les bases de ce qui pourrait être le profil de ces dirigeants. Comprendre leurs filiations intellectuelles, leur cheminement, parfois complexes, ou au contraire très balisé, permet de dresser le contour de leur personnalité. Il s agit ici de répondre à trois questions : les dirigeants d aujourd hui sont-ils des clones des dirigeants d hier? Existe-t-il des parcours et des formations consacrés? Quelles sont les influences intellectuelles de ces élites? Commentaire [U1]: Suppression d une partie de la phrse (pb de sens) 1 Formation : du dirigeant ingénieur au dirigeant gestionnaire «Dis-moi quelle école tu as fait, je te dirais qui tu es». La tradition française donne beaucoup de poids aux formations d élites, dites des grandes écoles, et, même à la retraite, un polytechnicien s identifiera et sera toujours identifié de manière forte à son école d origine. Nos dirigeants, membres éminents de l élite de notre société moderne, ne dérogent pas à la règle ; ils sont issus des écoles les plus prestigieuses et leur parcours servira de modèle à des générations futures. Réciproquement, la puissance et le prestige de telle ou telle école pourront être mesurés par le nombre de dirigeants qu elle a formé, suivant notamment une logique de reproduction et d entraide que ne renierait pas Bourdieu. Dans cette course à la production des élites, le nec plus ultra est de former les dirigeants du CAC 40, ce cercle très fermé des 40 premières capitalisations boursières en France. Un nombre réduit de grandes écoles demeure le lieu privilégié pour avoir une chance de rentrer dans ce cénacle ; que ce soit en 2004 ou en 2008, 45% des dirigeants des 40 plus grandes entreprises françaises sont diplômés de Polytechnique ou d HEC. De même, l ENA reste un tremplin pour accéder aux plus hautes fonctions non seulement publiques mais également privées, avec 25% des dirigeants du CAC 40 ayant suivi cette formation. Cependant, nous assistons depuis quelques années à un vrai bouleversement dans la hiérarchie des formations d élites, jusque là dominée par les écoles d ingénieurs, et très largement par la plus prestigieuse d entre elles, Polytechnique. Pour analyser ces évolutions, comparons les formations des patrons du CAC 40 en avril 2008 et quatre ans auparavant, avec un regard particulier sur les nouveaux dirigeants que nous avons rencontrés. En quatre ans, trois changements clés ont eu lieu et marquent une tendance qui semble être de fond : la montée en puissance des écoles de gestion au détriment des écoles d ingénieurs, l internationalisation des dirigeants et le début d une certaine diversification des parcours avec l apparition, encore timide, des doctorats.

2 Tableau 1 : Comparaison des formations des 12 dirigeants interrogés et de l ensemble des dirigeants du CAC 40 en 2004 et 2008 Formations Nombre de «nouveaux dirigeants» Pourcentage des «nouveaux Nombre de patrons du CAC 40 en Pourcentage des patrons de 2008 Pourcentage des patrons de 2004 dirigeants» 2008 Diplôme de gestion 6 50% 12 30% 20% - dont HEC 4 33% 8 20% 15% - dont Essec dont Escp dont Master Dauphine 1 Diplôme d écoles d ingénieurs 5 42% 14 35% 52,5% - dont Polytechnique 2 17% 10 25% 30% IEP 4 dont 3 10% 15% suivi de l ENA Autres - dont doctorat 1 8% % 12,5% - dont études à l étranger 6 - dont autodidacte (niveau Bac ou en dessous) 2 ENA 10 25% 25% Formation compl. MBA aux US ou Insead 2 Droit (Licence ou Master) 3 Détaillons ces «nouveaux» parcours : Malgré la persistance de la prégnance des écoles d ingénieurs, l influence de ces formations diminue au profit des écoles de gestion ; les écoles d ingénieurs avaient diplômé plus de la moitié des dirigeants du CAC 40 en 2004, et, si elles dominent encore aujourd hui, elles ne représentent plus que le tiers des dirigeants. La nouvelle génération témoigne de la montée en puissance des formations en gestion avec une forte domination d HEC. Les 12 «nouveaux dirigeants» interrogés sont plus fréquemment issus d écoles de gestion que d ingénieurs : 6 ont fait des études de gestion, parmi eux 5 ont succédé à des dirigeants ayant une formation d ingénieurs, généralement l Ecole Polytechnique. En passant de huit à douze dirigeants du CAC 40, les grandes écoles de gestion progressent de 50% en quatre ans. Même les grandes entreprises industrielles, traditionnellement berceau des polytechniciens

3 appartenant au corps des Mines, ont désormais à leur tête des «gestionnaires», comme Lafarge avec Bruno Lafont, diplômé d HEC, ou encore Saint Gobain et Pierre-André de Chalendar, diplômé de l ESSEC. C est le profil de l élite française qui est en train de se transformer, de l ingénieur au manager. Cette montée en puissance des écoles de gestion s accompagne également d une baisse de la représentativité de l IEP Paris chez les patrons du CAC 40. S il y a autant d Enarques qu en 2008, leur profil a en effet changé, il y a plus de diplômés d HEC (4 sur les 10 énarques) que de l IEP Paris (3 sur les 10 énarques, alors qu ils étaient 6 en 2004). Les quatre dernières années marquent l apparition de dirigeants non français, 12% d entre eux sont d origine étrangère, attestant ainsi de l internationalisation croissante des entreprises du CAC 40. Jusqu en 2004, les formations et la nationalité des patrons du CAC 40 restent strictement francofrançaises, excepté Lindsay Owen-Jones, à l époque patron de l Oréal, diplômé d Oxford et de l Insead. En 2008, six des quarante dirigeants ont suivi des formations à l étranger et cinq d entre eux sont d origine étrangère, dont deux non européens 1. Pour deux des cinq entreprises concernées, c est le reflet récent de fusions-acquisition à un niveau international : Patricia Russo pour Alcatel-Lucent, Lakshami Mittal pour Arcelor Mittal. Pour José Luis Duran, espagnol, ou encore Carlo Bozotti, de nationalité italienne, leur ascension interne est le reflet de l internationalisation des groupes Carrefour et STMicroelectronics. José Luis Duran est rentré dans une filiale espagnole du groupe au début des années 90 et Carlo Bozotti travaillait dans une entreprise italienne de semi conducteurs rachetée en 1989 par ce qui allait devenir STMicroélectronics. Axel Miller, belge, est quant à lui représentatif de la fusion de banques belge et française qui a donné naissance au groupe Dexia. Paradoxalement, les business schools américaines n apparaissent pas ou très peu dans ce palmarès du CAC 40. Mais il faudrait aller voir de plus près où ces grands dirigeants sont allés suivre des séminaires «executive» dans les années précédant leur prise de fonction, où ont été formés les consultants qui les conseillent et où enseignent les professeurs qu ils lisent ou sollicitent 2. Enfin, une certaine diversification, encore timide, des formations des patrons du CAC 40 demande à être confirmée. En 2008, un quart des patrons ont un parcours scolaire qui sort du cursus traditionnel des grandes écoles, alors que cela ne concernait qu un huitième d entre eux en Deux d entre eux ayant pris leur fonction après janvier 2006 ont comme principale formation un doctorat, Georges Pauget du Crédit Agricole l a soutenu en économie, tandis que Gérard Le Fur de Sanofi- Aventis est docteur en pharmacie. 1 Nous pourrions également citer Carlos Ghosn, le patron de Renault-Nissan, d origine libanaise, qui parle cinq langues couramment, mais du point de vue de sa formation, c est un pur produit des grandes écoles françaises, formé par les jésuites au Liban, il est diplômé de Polytechnique et du corps des Mines. 2 «Prospective 2015 des établissement d enseignement à la gestion. Cinq scénarios pour agir.» Rapport Fnege 2005.

4 Nous assistons donc bien à une évolution de nos dirigeants, plus gestionnaires de formation, plus internationaux ; ils restent cependant encore très ancrés dans le sérail des grandes écoles françaises. 2 Parcours : l internationalisation des dirigeants Le dirigeant constitue souvent un modèle pour ses collaborateurs ambitieux. Son parcours peut être perçu comme représentatif d une «voie royale» pour accéder aux plus hautes fonctions ; il met en exergue les métiers considérés comme étant au cœur du modèle économique de l entreprise concernée. A partir de l analyse du parcours des 12 nouveaux dirigeants rencontrés, quatre constats peuvent être effectués. Les dirigeants étudiés ont généralement fait leur carrière au sein du même groupe, après une courte expérience dans des cabinets ministériels pour près de la moitié d entre eux. En ce sens, il est encore à l heure actuelle difficile de parler de marché international du dirigeant pour les sociétés du CAC 40 : le parcours classique reste celui de la promotion interne, une excellente vision des différents rouages de l entreprise concernée constituant encore la compétence clef recherchée, une bonne connaissance du fonctionnement des cabinets ministériels français étant un plus. Une perception plus cynique dirait aussi qu il faut être adoubé par son prédécesseur et avoir fait la preuve de son allégeance aux «anciens» pour prétendre accéder à ce poste, et encore, la moitié de ces nouveaux dirigeants sont, en mai 2008, toujours sous la tutelle de leur ancien mentor qui préside le conseil d administration ou le conseil de surveillance. L accession à la direction générale s appuie ainsi sur la construction de sa légitimité auprès de toutes les composantes du groupe et plus particulièrement auprès du futur ancien dirigeant ; avoir l opportunité de travailler assez tôt avec la direction générale est considéré comme une «chance» qu a eue par exemple José Luis Duran en oeuvrant pour la cotation de la filiale espagnole. Bruno Lafont, dirigeant de Lafarge, ou encore Christophe de Margerie, sont des exemples types de ces parcours ancrés au sein du même groupe, parcours qui leur donne une connaissance intime de l entreprise dirigée. Seuls trois dirigeants parmi les douze étudiés ont connu durablement d autres entreprises, et chacun constitue en soi un cas particulier. L histoire de Christian Streiff est symbolique du pouvoir de certains anciens dirigeants dans le processus de nomination de leur successeur : pendant 25 ans chez Saint Gobain, Christian Streiff était pressenti pour prendre la succession de Jean-Louis Beffa, il prendra finalement la direction de PSA après un passage éclair chez EADS. Gilles Pelisson, neveu du co-fondateur d Accor, est allé faire ses armes à la direction d Eurodisney et de Bouygues Télécom avant de retourner aux plus hautes fonctions chez Accor, ayant construit sa légitimité dans d autres organisations. Enfin, Xavier Huillard, n a «que» onze années dans le groupe Vinci avant d en prendre la direction, mais a effectué toute sa carrière dans l industrie du bâtiment, et cette prise de pouvoir est la conséquence d une lutte parricide dont les médias se sont fait l écho. Commentaire [U2]: Retrait d une partie de la phrase Commentaire [U3]: idem

5 S ils ont rarement changé d entreprises au cours de leur carrière, ces nouveaux dirigeants ont en revanche tous été très mobiles géographiquement. Une forte exposition internationale, notamment à travers la direction de filiales, ou a minima une direction internationale, est le parcours quasi systématiquement suivi par les dirigeants étudiés. «L'apprentissage du métier de manager se fait d'abord à l'international» témoigne ainsi Benoît Potier. Ils ont passé plusieurs années dans au moins deux pays étrangers pour 8 d entre eux. Les continents européen et américain sont les deux destinations qui ont été les plus fréquentées dans le parcours des dirigeants actuels. L Asie reste encore mal connue par cette génération de dirigeants, seuls deux d entre eux ont dirigé des filiales dans cette région du monde. Gageons que dans quelques années, la proportion sera inversée ; certains préconisent ainsi de «faire un tour par la Chine et l Inde». Cette sensibilité internationale, cette ouverture sur le monde -«je me considère comme citoyen du monde» nous dira Gilles Pélisson- est plus qu un atout, c est devenu une obligation au regard de l exposition a minima européenne des entreprises du CAC 40, suivant le constat de Patrick Kron. Face à cet enjeu, les dirigeants doivent maîtriser au moins l anglais ; certains sont d ailleurs de véritables polyglottes, comme Gérard Bayol de Dexia qui maîtrise parfaitement six langues. Selon ce dernier, cette ouverture internationale sert à «relativiser la manière dont on appréhende les problèmes», à s adapter aux enjeux et prismes de compréhension des différentes cultures, adaptation absolument essentielle à une internationalisation réussie. Troisième constat, si les expériences opérationnelles demeurent fortement souhaitées, le fait de passer par une direction financière devient un atout non négligeable ; c est le cas pour plus du tiers des dirigeants étudiés. La complexité croissante des enjeux financiers explique en partie cette valorisation de la compétence financière ; il faut désormais pouvoir convaincre les analystes et jongler avec les techniques financières, contrôler la rentabilité des multiples entités qui composent l entreprise dans le monde et répondre au mieux aux exigences d un actionnariat plus volatil. L exemple de José Luis Duran chez Carrefour est le plus frappant ; ce dernier a toujours occupé des fonctions financières et n a jamais dirigé un magasin. Pourtant c était jusqu alors un passage obligé pour accéder à des postes de direction générale, cet ancrage opérationnel était même un élément fort de la culture du groupe. Enfin, pour ceux qui ont un parcours atypique, il y a souvent une rencontre, un point de bifurcation dans leur carrière, qui leur a permis de se faire remarquer. Notamment, l opportunité, la «chance» dira José Luis Duran, de se faire connaître de la direction générale, au cours d une présentation particulièrement brillante qui leur permet de mettre en avant leurs réalisations. C est le cas notamment de Jean-Pascal Tricoire, issu d une école d ingénieur peu connue, à préparation intégrée, qui rencontre pour la première fois la direction de Schneider Electric en 1999 ; il présente, devant notamment Henri Lachmann, alors président du groupe, les activités chinoises de l entreprise. A la suite de cette

6 présentation, Henri Lachmann demande à le voir et lui propose la direction des activités de Schneider en Afrique du Sud. La carrière de Jean-Pascal Tricoire prend alors une nouvelle dimension. 3 Influences et réseaux : mentor modèle versus mentor conseil Les dirigeants du CAC 40 se connaissent tous, ayant fréquenté les mêmes écoles, faisant souvent partie de «think tanks», évoluant à leur aise dans les cabinets ministériels et les conseils d administration. Cependant, comme le fait remarquer Christophe de Margerie, il existe peu d entraide manifeste, organisée, ou de synergies exploitées, notamment dans les démarchages et développements internationaux. Commentaire [U4]: un retrait Au-delà des réseaux, derrière un grand patron, il y a souvent un homme d influence et de l ombre, une figure sans visage, ce que d aucuns appellent un mentor. Ils n aiment pas être cités, sont consultés souvent, rétribués rarement car c est une relation quasi filiale qui se crée avec le dirigeant. Ces hommes connus, comme Claude Bébéar, ou méconnus, tel Armand Braun, jouent le rôle de conseiller, de confident et de visionnaire, quand ils ne sont pas des modèles à suivre. Deux types de mentor semblent ainsi se dessiner. Le premier est celui auquel on veut tout particulièrement ressembler, le second est celui auquel on vient demander systématiquement conseil. Dans le premier cas, celui du mentor «modèle», la relation est fondée sur une forme de reconnaissance, où le mentor est une source d identification par émulation : le dirigeant cherche à ressembler à ce qui lui semble être une personnalité extraordinaire : «En Pierre Richard, j ai reconnu, comme dans Croisset, un visionnaire, une personnalité extraordinaire.» nous dira Gérard Bayol. La rencontre peut littéralement produire un choc affectif, «Je suis tombé sur un homme exceptionnel ( ), il m a ébloui. Il a du me trouver pas trop bête, il m a embauché dans la demi-heure. Il m a tout passé dans la première heure d entretien. J ai tout compris, enfin, il m a tout donné. Je ne sais pas comment, c est du non verbal.» dira Xavier Huillard parlant de Jean-François Roverato. La relation est complexe, fondée sur une faute originelle : le parricide. Le dirigeant mentoré est en effet destiné à remplacer le dirigeant mentor ; cette succession annoncée peut se faire dans une forme de respect mutuel, c est le cas de Henri de Castries chez Axa, qui reste très proche de son mentor Claude Bébéar, ou alors échouer et se terminer dans la douleur, par la répudiation du «fils» prodigue, c est l histoire malheureuse de Christian Streiff au pied de la marche suprême de Saint Gobain. Dans le second cas, celui du mentor «conseil», la relation, si elle est plus simple à gérer pour le «mentoré», est beaucoup plus difficile à analyser car bien souvent, non pas cachée, mais réservée au cercle étroit de l intimité, où une personnalité hors du commun peut être à la fois l oreille et l esprit, celle qui va permettre au dirigeant de prendre une autre mesure, à la fois d une situation, mais aussi -et surtout- de lui-même. C est la perception par le dirigeant du monde qui est interrogée dans les propos

7 du mentor ; ce dernier le conduit, parfois dans un dialogue maïeutique, à formuler des synthèses qui guideront son action. La difficulté ici est moins du côté du dirigeant que de celui qui le conseille. Par nature, il doit rester dans l ombre, accepter de ne pas être associé aux succès de celui ou ceux qu il oriente. Certains mentors mènent cependant en parallèle un parcours personnel d intellectuels reconnus et consultés par les médias, c est le cas par exemple d Alain Minc. Associée à l exigence d anonymat, la rétribution monétaire du temps consacré est également délicate à évaluer. Cette relation ne peut s accommoder des honoraires de consultants : ils sont plus que des conseillers, ils peuvent également être des confidents, des proches, de ceux qui connaissent cette part de misère qui est celle de tout homme mais que le dirigeant occulte. Si la relation s inscrit généralement dans la durée, ce type de mentor peut également être un théoricien dont les propos et les écrits ont considérablement influencé le dirigeant : «ils avaient conceptualisé les nouvelles formes de management ( ) je les ai entendus sur l estrade et cela a été une révélation. D ailleurs, je vis encore dessus.» Dans tous les cas, c est une alchimie spécifique et encore peu étudiée. Xavier Huillard la résume ainsi : «Un homme qui m a appris des choses et un autre qui m a aidé à conceptualiser la chose». Commentaire [U5]: de qui s agit il? Commentaire [U6]: Qui? Conclusion Gestionnaires et internationaux, les nouveaux parcours des dirigeants mettent l accent sur les enjeux actuels de nos grandes entreprises : plus internationales, confrontées à des problématiques humaines et managériales complexes telle que la gestion de la diversité ou la multi-polarisation des marchés, et plus orientées vers des problématiques financières face à des actionnariats plus volatils. Cette nouvelle génération est en ce sens différente de la précédente. Toutefois, ces dirigeants s appuient sur un cercle très étroit, encore mal connu, de conseillers et mentors, souvent constitués de dirigeants de l ancienne génération. Leur accession au poste de direction a ainsi été largement adoubée par les anciens dirigeants et il existe encore un parcours consacré, même s il a changé de nature.

8 ANNEXES Les diplômes des patrons du Cac 40 au 25 avril 2008 (adapté d une première étude du Journal du Net, janvier 2006) Nom du dirigeant Société Formation 1 Formation 2 Complément Gilles Pélisson Accor Essec MBA de Harvard Business School Institut d Etudes Jean-Cyril Spinetta Air France-KLM Politiques de Paris ENA Ecole Centrale des Arts Benoît Potier Air Liquide Insead et Manufactures université de Georgetown avec un Patricia Russo Alcatel-Lucent diplôme de sciences politiques et d'histoire Patrick Kron Alstom Ecole Polytechnique Corps des Mines Henri de Castries AXA HEC ENA Licence de droit Baudouin Prot BNP Paribas HEC ENA Martin Bouygues Bouygues Baccalauréat Paul Hermelin Cap Gemini Ecole Polytechnique ENA José Luis Duran Georges Pauget Axel Miller Carrefour Crédit Agricole Dexia ICADE (Sciences économiques et management en Espagne) Doctorat en sciences économiques Licence de Droit à l université libre de Bruxelles - Avocat Louis Gallois EADS HEC ENA Pierre Gadonneix Xavier Fontanet Electricité De France Essilor International Ecole Polytechnique Ecole des Ponts et Chaussées Didier Lombard France Télécom Ecole Polytechnique Jean-François Cirelli Franck Riboud Gaz de France Groupe Danone Jean-Paul Agon L'Oréal HEC Institut d Etudes ENA Politiques de Paris Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne Bruno Lafont Lafarge HEC ENA Arnaud Lagardère Lagardère Diplômé en sciences économiques de l université Paris- Dauphine Bernard Arnault LVMH Ecole Polytechnique Michel Rollier Lakshmi Mittal Patrick Ricard Michelin Mittal Steel Pernod-Ricard Institut d Etudes Politiques de Paris un diplôme d'études commerciales de l'université de Calcutta en 1970 Sans diplôme. Il a arrêté ses études en troisième Christian Streiff PSA Ecole des Mines François-Henri Pinault Maurice Lévy PPR Publicis Groupe HEC Ingénieur en informatique Ecole Nationale Supérieure du Pétrole et des Moteurs Carlos Ghosn Renault Ecole Polytechnique Ecole des Mines Licencié ès Sciences économiques et Docteur en économie d entreprise de la Business School de l Université d Harvard Licence de droit

9 Pierre-André de Chalendar Saint-Gobain Essec ENA Gérard Le Fur Sanofi-Aventis Doctorat en pharmacie Ecole supérieure Jean-Pascal Tricoire Schneider Electric d électronique de l ouest Institut d Etudes Daniel Bouton Société Générale ENA Politiques de Paris graduated in Electronic Engineering at the University of Pavia in Carol Bozzoti STMicroelectronics 1976, having written his thesis on very highvoltage switching transistors. Gérard Mestrallet Suez Ecole Polytechnique ENA Christophe de Margerie Total ESCP Guillaume Poitrinal Unibail-Rodamco HEC Pierre Verluca Vallourec Ecole Polytechnique diplôme de Génie chimique à l'ecole Nationale Supérieure des Industries Chimiques de Nancy. diplôme d'etudes Comptables Supérieures Véolia Henri Proglio HEC Environnement DESS de droit public Xavier Huillard Vinci Ecole Polytechnique Corps des Ponts de l'université Paris I Ecole Nationale Jean-Bernard Lévy Vivendi Ecole Polytechnique Supérieure des Télécommunications * Ecole Nationale Supérieure d'electrotechnique, d'electronique, d'informatique, d'hydraulique et des Télécommunications

Deuxième baromètre Hopscotch de l e-réputation. Jérôme Lascombe / 01 58 65 00 00 / jlascombe@hopscotch.fr

Deuxième baromètre Hopscotch de l e-réputation. Jérôme Lascombe / 01 58 65 00 00 / jlascombe@hopscotch.fr Deuxième baromètre Hopscotch de l e-réputation Jérôme Lascombe / 01 58 65 00 00 / jlascombe@hopscotch.fr 19 octobre 2010 Jerome Lascombe Entrepreneur de la communication et du web: Hopscotch, Blogspirit,

Plus en détail

CAC 40 : LES ENTREPRISES FEMINISEES

CAC 40 : LES ENTREPRISES FEMINISEES OBSERVATOIRE SKEMA DE LA FEMINISATION DES ENTREPRISES FRANÇAISES CAC 40 : LES ENTREPRISES FEMINISEES RESISTENT-ELLES MIEUX A LA CRISE BOURSIERE? Professeur Michel Ferrary SKEMA Business School 1 Michel

Plus en détail

Grands patrons, grandes écoles : la fin de l endogamie?

Grands patrons, grandes écoles : la fin de l endogamie? Grands patrons, grandes écoles : la fin de l endogamie? Hervé Joly To cite this version: Hervé Joly. Grands patrons, grandes écoles : la fin de l endogamie? : Etude sur le recrutement des comités exécutifs

Plus en détail

Radiographie des comités exécutifs du CAC 40 au 31.12.2009 1

Radiographie des comités exécutifs du CAC 40 au 31.12.2009 1 Observatoire politico-économique des structures du Capitalisme Radiographie des comités exécutifs du CAC 40 au 31.12.2009 1 François-Xavier Dudouet, Eric Grémont, Hervé Joly, Antoine Vion METHODOLOGIE

Plus en détail

Le CAC 40, parité, diversité : Synthèse de l enquête de République & Diversité, en partenariat avec le CRAN

Le CAC 40, parité, diversité : Synthèse de l enquête de République & Diversité, en partenariat avec le CRAN Le CAC 40, parité, diversité : Synthèse de l enquête de République & Diversité, en partenariat avec le CRAN - Octobre 2012 - Commanditaires et définitions Commanditaires de l enquête Cette enquête a été

Plus en détail

Les profits des entreprises du

Les profits des entreprises du Les profits des entreprises du CAC 40 Des hausses de profits déconnectées de la réalité économique David Meyer collaborateur de la Direction Fédérale sur les questions économiques 1 Méthodologie Les données

Plus en détail

Observatoire Skema de la féminisation des entreprises

Observatoire Skema de la féminisation des entreprises Observatoire Skema de la féminisation des entreprises Edition 2009 Pr Michel Ferrary Michel.Ferrary@skema.edu - Etat des lieux de la féminisation de françaises - Trois facteurs explicatifs de la féminisation

Plus en détail

Grands patrons : à combien se monte leur retraite?

Grands patrons : à combien se monte leur retraite? Grands patrons : à combien se monte leur retraite? Méthodologie Les éventuels régimes de retraite spécifiques dont bénéficient les cadres dirigeants varient selon les entreprises. Certaines sociétés provisionnent

Plus en détail

Annuaire 2005 des Patrons du CAC 40

Annuaire 2005 des Patrons du CAC 40 Observatoire politico-économique des structures du Capitalisme Annuaire 2005 des Patrons du CAC 40 opesc@opesc.org Page 1 sur 8 Avertissements L Annuaire des Patrons du CAC 40 présente, pour une année

Plus en détail

Ingénieur d une vie meilleure

Ingénieur d une vie meilleure 2008 5 e é d i t i o n Ingénieur d une vie meilleure Les 7 prix 2008 un projet industriel son œuvre l innovation ingénieur confirmé ou à une équipe pour la mise au point d une innovation technique conduisant

Plus en détail

La communication financière sur la norme IAS 36

La communication financière sur la norme IAS 36 La communication financière sur la norme IAS 36 (dépréciations d actifs)* Étude de l impact de la crise sur les états financiers 2008 des sociétés du CAC 40 Édito Le département Evaluation & Stratégie

Plus en détail

Chiffres & textes clés. Les administrateurs salariés dans les entreprises du CAC 40

Chiffres & textes clés. Les administrateurs salariés dans les entreprises du CAC 40 Chiffres & textes clés Les administrateurs salariés dans les entreprises du CAC 40 EMLYON I.F.G.E. - CHIFFRES & TEXTES CLÉS Les administrateurs salariés dans les entreprises du CAC 40 Quelle est l ampleur

Plus en détail

Quelle évolution pour le prix de l essence?

Quelle évolution pour le prix de l essence? Quelle évolution pour le prix de l essence? Jean-Baptiste Noé www.jbnoe.fr L essence augmente. Comme les prix d ailleurs. Il semble que cela soit une constante de l histoire : les prix augmentent et le

Plus en détail

Discours de M. Sauvadet, Ministre de la Fonction publique. Mesdames, Messieurs,

Discours de M. Sauvadet, Ministre de la Fonction publique. Mesdames, Messieurs, Discours de M. Sauvadet, Ministre de la Fonction publique Mesdames, Messieurs, J ai tout d abord une bonne nouvelle à vous avancer, une bonne nouvelle pour la Fonction publique, c est l adoption par l

Plus en détail

DESS Modélisation et Analyse Statistique de l Information - MASI

DESS Modélisation et Analyse Statistique de l Information - MASI DESS Modélisation et Analyse Statistique de l Information - MASI La population de diplômés de l IUP Modélisation et Analyse Statistique de l Information est de 13 pour l année 2003, moins nombreuse que

Plus en détail

LE REPORTING DE RESPONSABILITE SOCIALE D'ENTREPRISE ET SON UTILISATION. Agence d objectifs IRES

LE REPORTING DE RESPONSABILITE SOCIALE D'ENTREPRISE ET SON UTILISATION. Agence d objectifs IRES LE REPORTING DE RESPONSABILITE SOCIALE D'ENTREPRISE ET SON UTILISATION Trravaux coorrdonnés parr Olivierr Chabrrol l ((Syndex)) ett Marrtti iall Cozetttte ((CFIIE--consei il)) Syntthèse des ttrravaux Févrri

Plus en détail

«Moi je m apprends et j apprends à créer l outil pour moi»

«Moi je m apprends et j apprends à créer l outil pour moi» Jamet Pierre 1Ai Retour de final d Auto-Apprentissage de l année 1Ai : «Moi je m apprends et j apprends à créer l outil pour moi» Introduction J ai pu grâce, au travail effectué en auto-apprentissage de

Plus en détail

2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression.

2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression. Roland CHARNAY, professeur honoraire de mathématiques en IUFM, chercheur associé à l'inrp «Apprentissage des tables : quelques étapes du CE1 au CM2» Roland Charnay pose un certain nombre de points de repères

Plus en détail

Les informations sociales dans les rapports annuels Troisième année d application de la loi NRE

Les informations sociales dans les rapports annuels Troisième année d application de la loi NRE Les informations sociales dans les rapports annuels Troisième année d application de la loi NRE Premiers éléments à partir des sociétés cotées au CAC 40 Marseille - Septembre 2005 1 Présentation générale

Plus en détail

Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV

Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV Le Projet des Étoiles est l un des projets à moyen terme du CELV axé sur les nouvelles

Plus en détail

Maîtrise Sciences de Gestion

Maîtrise Sciences de Gestion Maîtrise Sciences de Gestion La population de diplômés de l IUP Sciences de Gestion est de 64 pour l année 003 pour les deux options confondues, contrôle de gestion audit et ingénierie comptable et financière,

Plus en détail

Gabriel Croissance. Ensemble pour aller plus loin

Gabriel Croissance. Ensemble pour aller plus loin Gabriel Croissance Titre de créance présentant un risque de perte en capital Le prospectus d émission des titres de créances complexes proposés a été approuvé par la BaFin, régulateur Allemand, en date

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Centre International de Développement et de Recherche Principes de management collectif Publication UNGANA 1304 CIDR Tous droits de reproduction réservés SE Séquence 1: Les stades de développement d'une

Plus en détail

Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012)

Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012) Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012) La semaine des mathématiques a été l occasion de présenter aux élèves des parcours de mathématiciennes

Plus en détail

Fiche 3. Le mentorat et l accompagnement en gestion : des atouts pour le développement de talents féminins

Fiche 3. Le mentorat et l accompagnement en gestion : des atouts pour le développement de talents féminins Fiche 3 Le mentorat et l accompagnement en gestion : des atouts pour le développement de talents féminins Chaire Claire-Bonenfant Femmes, Savoirs et Sociétés Université Laval Cette recherche a été réalisée

Plus en détail

Rapport de stage. Travail présenté à Mer et Monde. Par Yohann Lessard

Rapport de stage. Travail présenté à Mer et Monde. Par Yohann Lessard Rapport de stage Travail présenté à Mer et Monde Par Yohann Lessard Université Laval Le 25 octobre 2014 Formation préparatoire Nos formatrices étaient Amélie et Raphaelle. Nous avons abordé plusieurs thèmes,

Plus en détail

L, une filière d excellence

L, une filière d excellence lycée Marcelin Berthelot L, une filière d excellence «Je voudrais faire «Sciences Po», des études de droit, une école de commerce, ai-je intérêt à faire une 1 ère L?» La voie littéraire permet aujourd

Plus en détail

LE TANDEM DIRIGEANT-ENTREPRISE : QUELLE RELATION ENTRE PROFIL DES DIRIGEANTS ET PERFORMANCE BOURSIÈRE?

LE TANDEM DIRIGEANT-ENTREPRISE : QUELLE RELATION ENTRE PROFIL DES DIRIGEANTS ET PERFORMANCE BOURSIÈRE? LE TANDEM DIRIGEANT-ENTREPRISE : QUELLE RELATION ENTRE PROFIL DES DIRIGEANTS ET PERFORMANCE BOURSIÈRE? ÉTUDE RÉALISÉE PAR DORVAL FINANCE SUR LES SOCIÉTÉS DU CAC 40 SUR UNE PÉRIODE DE 10 ANS [ MARS 2005

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

L ÉXPÉRIENCE ESTHÉTIQUE À L ÉCOLE : POINTS DE VUE D ARTISTES

L ÉXPÉRIENCE ESTHÉTIQUE À L ÉCOLE : POINTS DE VUE D ARTISTES L ÉXPÉRIENCE ESTHÉTIQUE À L ÉCOLE : POINTS DE VUE D ARTISTES Myriam Lemonchois Université de Montréal Selon Dewey (2010), l expérience esthétique est l expression et l organisation de nos désirs en fonction

Plus en détail

- ni des difficultés rencontrées pour la mise en place de ce système totalement nouveau pour toutes les

- ni des difficultés rencontrées pour la mise en place de ce système totalement nouveau pour toutes les 1 Monsieur le Président de la Confrasie. Monsieur le Directeur du bureau Asie Pacifique de l Agence Universitaire de la Francophonie Mesdames et Messieurs les Recteurs de la Confrasie. Mesdames et Messieurs,

Plus en détail

Féminisation et performances des entreprises

Féminisation et performances des entreprises Observatoire Skema de la féminisation des entreprises Féminisation et performances des entreprises 2011 Pr Michel Ferrary Michel.Ferrary@skema.edu Pourquoi se poser la question du lien entre féminisation

Plus en détail

Commentaires de la Banque Nationale

Commentaires de la Banque Nationale Commentaires de la Banque Nationale Livre blanc de l OCRCVM Modifications apportées aux règles concernant l obligation de mise à niveau des compétences et le versement direct de commissions Le 29 avril

Plus en détail

Elsa Pelestor répond à nos questions

Elsa Pelestor répond à nos questions Elsa Pelestor répond à nos questions Elsa Pelestor est professeur(e) des écoles à l école Jean Moulin de Cavaillon. Elle est l auteur(e) de l article Premiers pas, premières questions paru dans le n 466

Plus en détail

Confédération Française de l'encadrement-cgc

Confédération Française de l'encadrement-cgc Les classes moyennes www.cfecgc.org Confédération Française de l'encadrement-cgc Les problématiques d éducation On peut dresser un premier constat : «l environnement familial et le voisinage scolaire pèsent

Plus en détail

Partie I La fonction managériale : connaissance et compréhension du métier Mini-sommaire

Partie I La fonction managériale : connaissance et compréhension du métier Mini-sommaire Partie I La fonction managériale : connaissance et compréhension du métier Mini-sommaire 1 La raison d être du manager face aux évolutions du contexte 2 La complexité de la fonction managériale 3 Les rôles,

Plus en détail

Évaluation du séminaire de méthodologie pour les étudiants en étalement

Évaluation du séminaire de méthodologie pour les étudiants en étalement Mireille Houart Juillet 2013 Évaluation du séminaire de méthodologie pour les étudiants en étalement 1. Contexte En 2012-2013, suite à la réforme et à la demande de la Faculté de médecine, un séminaire

Plus en détail

LES 24 HEURES CHRONO DE L ENTREPRENEURIAT

LES 24 HEURES CHRONO DE L ENTREPRENEURIAT LES 24 HEURES CHRONO DE L ENTREPRENEURIAT 2011/2014 Enquête auprès des anciens ou actuels doctorants Cifre ayant participé à une des éditions des 24H Chrono de l entrepreneuriat organisées par l ANRT et

Plus en détail

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2010

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2010 La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2010 Julien LE ROUX Direction de la Balance des paiements Service des Titres Au 31 décembre 2010, la capitalisation

Plus en détail

Le collectif jeune cinéma : un acteur de la vie du cinéma expérimental et. différent

Le collectif jeune cinéma : un acteur de la vie du cinéma expérimental et. différent Emmanuelle Corson Janvier 2007 Année universitaire 2006/2007 Le collectif jeune cinéma : un acteur de la vie du cinéma expérimental et différent Cours de Production et diffusion audiovisuelle et cinématographique

Plus en détail

Une ambiance de travail studieuse orientée vers la réussite des élèves

Une ambiance de travail studieuse orientée vers la réussite des élèves Une ambiance de travail studieuse orientée vers la réussite des élèves 1. Pourquoi faire une classe préparatoire? 2. Les prépas «ENS Cachan» D1 et D2 Débouchés Organisation des études Contenu des formations

Plus en détail

Je suis ravie et fière d être parmi vous aujourd hui à l occasion des 10 ans de la CNSA.

Je suis ravie et fière d être parmi vous aujourd hui à l occasion des 10 ans de la CNSA. Discours de Ségolène NEUVILLE, Secrétaire d État chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l exclusion, à l occasion du 10 ème anniversaire de la Caisse nationale de solidarité pour l autonomie

Plus en détail

Rapport Financier Semestriel

Rapport Financier Semestriel Rapport Financier Semestriel EXERCICE 2013 DU 1 ER JANVIER AU 30 JUIN Date : 23/09/2013 Version : 1.0 SOMMAIRE 1. Commentaires généraux sur l activité... 3 2. Comptes semestriels consolidés... 5 2.1. Faits

Plus en détail

-=-=- Alain Coulon, Chef du service : Stratégie de l enseignement supérieur et de la recherche (DGESIP)

-=-=- Alain Coulon, Chef du service : Stratégie de l enseignement supérieur et de la recherche (DGESIP) Conférence organisée par le CIEP, Sèvres, le 5 mai 2009 «LES SYSTEMES D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : COMPARAISONS INTERNATIONALES, COOPERATIONS UNIVERSITAIRES, POLITIQUE D ATTRACTIVITE» -=-=- Alain Coulon,

Plus en détail

DIVERSITÉ Ensemble, valorisons nos différences

DIVERSITÉ Ensemble, valorisons nos différences DIVERSITÉ Ensemble, valorisons nos différences Promouvoir la Diversité en luttant contre toute forme de discrimination et en valorisant chaque individu dans le respect des différences Pourquoi? Dans un

Plus en détail

Rapport de fin de séjour Bourse Explo RA sup

Rapport de fin de séjour Bourse Explo RA sup UNIVERSITE CLAUDE BERNARD Rapport de fin de séjour Bourse Explo RA sup Stage de 3 mois à la fac d ingénierie de l université de Porto Gabriel MESTRE 2013 Je suis actuellement étudiant en 2eme année d un

Plus en détail

«Management et Direction de Projets»

«Management et Direction de Projets» Centrale Paris & Cegos Vos partenaires pour un nouvel élan dans votre carrière MASTERE SPECIALISE «Management et Direction de Projets» Bienvenue! René Palacin Responsable pédagogique MS Management et Direction

Plus en détail

CARRIERE : LES SIRENES DU CHANGEMENT

CARRIERE : LES SIRENES DU CHANGEMENT CE DOCUMENT EST VOTRE LIVRET PARTICIPANT Lisez la première partie, puis complétez la 2 e. Reportez en début de 3 e partie les éléments clés de votre stratégie de mobilité 1 CETTE PREMIERE PARTIE EST A

Plus en détail

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2009

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2009 La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2009 Julien LE ROUX Direction de la Balance des paiements Service des Titres À la fi n de l année 2009, les non-résidents

Plus en détail

La protection de vos revenus à votre pension est d une

La protection de vos revenus à votre pension est d une AVEZ-VOUS PROTÉGÉ La pension est certainement le souci majeur de beaucoup d entre vous. C est en tout cas ce que nous avons pu constater de la grande enquête de Vivium réalisée en collaboration avec Moneytalk.

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droit privé de l Université de Cergy-Pontoise - UCP Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et des

Plus en détail

Les salariés et le changement : conduite, adhésion, résistances

Les salariés et le changement : conduite, adhésion, résistances pour Les salariés et le changement : conduite, adhésion, résistances Juin 2010 Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l'étude A La perception globale du changement B Le vécu du changement au

Plus en détail

Profil financier du CAC 40

Profil financier du CAC 40 Profil financier du CAC 4 Présentation du 23 juin 29 23 JUIN 29 1 Avertissement/préambule Les informations présentées dans le «Profil financier du CAC 4» sont issues des rapports annuels des sociétés du

Plus en détail

LA PLACE DE L INGÉNIEUR DANS L ENTREPRISE

LA PLACE DE L INGÉNIEUR DANS L ENTREPRISE 1 LA PLACE DE L INGÉNIEUR DANS L ENTREPRISE «Forum Entreprises» des Associations des étudiants et diplômés ingénieurs et informaticiens de l Université de Liège Bruno DEFRASNES Ingénieur civil 3 mars 2010

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont stabilisés pour à

Plus en détail

L interculturel, compétence d avenir

L interculturel, compétence d avenir L interculturel, compétence d avenir par Marc Raynaud, directeur-associé d InterGénérationnel Juin 2020. Alors que les générations s entre-choquent dans la société, Ingo, CEO de 34 ans, à la tête du plus

Plus en détail

Rapport du président du jury

Rapport du président du jury 1 IRA de LILLE Rapport du président du jury Concours 2013 Le registre des inscriptions ayant été ouvert en novembre 2013, le concours 2013/2014, dont les épreuves écrites et orales ont eu lieu en 2014,

Plus en détail

L insertion professionnelle des Masters de l Université Toulouse 1 Capitole par composante

L insertion professionnelle des Masters de l Université Toulouse 1 Capitole par composante Observatoire de la Vie Etudiante L insertion professionnelle des Masters de l Université Toulouse 1 Capitole par composante Résultats de l enquête sur le devenir des diplômés 2009 de master au 1 er décembre

Plus en détail

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2008

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2008 La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 2008 François SERVANT Direction de la Balance des paiements Service des Titres Au 31 décembre 2008, les non-résidents détenaient

Plus en détail

La Banque et l Assurance

La Banque et l Assurance GACO 1 Groupe B La Banque et l Assurance Dossier Métier PPP Guillerm Floriane et Le Bail Emilie 04/11/2013 Nous partons de concepts assez larges, en effet la banque et l'assurance regroupent de nombreux

Plus en détail

Observatoire Skema de la féminisation des entreprises

Observatoire Skema de la féminisation des entreprises Observatoire Skema de la féminisation des entreprises Edition 2015 Pr Michel Ferrary Michel.Ferrary@skema.edu Observatoire Skema de la féminisation des entreprises Depuis 2008, l Observatoire analyse l

Plus en détail

Paroles «d anciens» des écoles européennes

Paroles «d anciens» des écoles européennes 1) Présentation : Prénom, nom, nationalité(s), école/université fréquentée actuellement. Alice G., Belge, née à Munich. J ai passé toute ma scolarité à l école européenne de Munich (à part la maternelle).

Plus en détail

Barrière Emmanuel MST 1 MPE. Rapport de stage. Stage du 24 au 28 Février 2003. Crèche LA MAISON DE KIRIKOU à Angoulême P.1

Barrière Emmanuel MST 1 MPE. Rapport de stage. Stage du 24 au 28 Février 2003. Crèche LA MAISON DE KIRIKOU à Angoulême P.1 Barrière Emmanuel MST 1 MPE Rapport de stage Stage du 24 au 28 Février 2003 Crèche LA MAISON DE KIRIKOU à Angoulême P.1 J ai réalisé cette semaine de stage à la Maison de Kirikou à Angoulême, et après

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Droit français - Droit italien de l Université Paris Ouest Nanterre La Défense Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

Evaluation des enseignants Tableau comparatif

Evaluation des enseignants Tableau comparatif Evaluation des enseignants Tableau comparatif Vous trouverez ci dessous un tableau comparatif concernant le décret lié à l'appréciation de la valeur professionnelle et à l'avancement des enseignants, accompagné

Plus en détail

Formations et diplômes. Champ "Droit"

Formations et diplômes. Champ Droit Formations et diplômes Synthèse des évaluations Champ "Droit" Université Toulouse 1 Capitole UT1 (déposant) Institut d'études politiques de Toulouse Université Toulouse III - Paul Sabatier UPS Campagne

Plus en détail

Quels outils de gestion financière locale? : pour plus d instruments de gestion et moins de normes juridiques

Quels outils de gestion financière locale? : pour plus d instruments de gestion et moins de normes juridiques Quels outils de gestion financière locale? : pour plus d instruments de gestion et moins de normes juridiques Mesdames et Messieurs ; A partir des interventions développées jusqu à présent, il me paraît

Plus en détail

Introduction générale

Introduction générale Introduction générale Le concept de «littérature africaine» évoque généralement celui de «folklore», l un et l autre ayant été, dès leur apparition, l objet de nombreuses controverses au sujet de leurs

Plus en détail

Parler à votre client du programme de recommandation de prêts SMART. Ressources au service du représentant Primerica

Parler à votre client du programme de recommandation de prêts SMART. Ressources au service du représentant Primerica Parler à votre client du programme de recommandation de prêts SMART Ressources au service du représentant Primerica Table des matières Pour les clients qui n ont pas bénéficié d une analyse des besoins

Plus en détail

Master Economie (Economics)

Master Economie (Economics) Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Economie (Economics) Université Toulouse 1 Capitole - UT1 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

L agence Saguez & Partners annonce, un partenariat avec Strate Ecole de Design

L agence Saguez & Partners annonce, un partenariat avec Strate Ecole de Design DESIGN ACT - L ÉCOLE EN AGENCE Ouverture Janvier 2017 // Ancienne Halle Alstom // Grand Paris // Saint Ouen /// 300 m 2 L agence Saguez & Partners annonce, un partenariat avec Strate Ecole de Design L

Plus en détail

Avant d être des notions abstraites faisant l objet d analyses savantes, la gestion et le leadership relèvent d actions foncièrement humaines.

Avant d être des notions abstraites faisant l objet d analyses savantes, la gestion et le leadership relèvent d actions foncièrement humaines. Préface «On m a parfois défini comme un entrepreneur ou un leader culturel. Il est vrai que j aime entreprendre, convaincre, entraîner et diriger. Pour ce qui est du qualificatif culturel, je l assume

Plus en détail

Peut-on encore devenir propriétaire en France?

Peut-on encore devenir propriétaire en France? Peut-on encore devenir propriétaire en France? 1 locataire sur 2 se résigne à ne jamais le devenir Pour la première fois en 2010, le logement devenait la quatrième préoccupation des Français derrière l

Plus en détail

Audience de l enquête

Audience de l enquête 17 octobre 8 Les ingénieurs des Ponts vus par leur environnement : enquête miroir L AIPC a conduit, parallèlement au SNIGREF, une enquête auprès des ingénieurs du corps des ponts en activité (resp. GREF)

Plus en détail

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT SESSION 2009 SOMMAIRE I.Introduction 1 Pages II. Présentation de l entreprise 2 III. l organigramme de la société 3 IV. Description d un thème comptable

Plus en détail

Dossier de presse Paris, 16 juin 2005

Dossier de presse Paris, 16 juin 2005 Dossier de presse Paris, 16 juin 2005 Communiqué de presse 16 juin 2005 Fusion de Stock at Stake (membre du groupe Ethibel) et Vigeo : naissance du Groupe Vigeo, première agence européenne de mesure de

Plus en détail

Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante

Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante Juin 2012 INTRODUCTION L'association «Savoirs, Émancipation, Vie Étudiante»

Plus en détail

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Paris, le 25 octobre 2012 Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Volet 1 : Mythes et réalités en comparaison internationale Volet 2 : Comment mieux accompagner la prise de risque

Plus en détail

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque!

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! 4 Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! Objectifs : En cette 4 ème catéchèse, nous voulons faire découvrir que, par le baptême, Jésus nous a rassemblé e s dans la communauté

Plus en détail

Gilles Huguet. Réunion de familles. Publibook

Gilles Huguet. Réunion de familles. Publibook Gilles Huguet Réunion de familles Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et

Plus en détail

Rapport du comité d'experts

Rapport du comité d'experts Section des Unités de recherche Rapport du comité d'experts Unité de recherche : Pôle de recherche en économie et gestion, UMR 7176 de l'ecole Polytechnique mars 2008 Section des Unités de recherche Rapport

Plus en détail

Mobilités professionnelles

Mobilités professionnelles Mobilités professionnelles Note de synthèse Mai 2009 CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI Laurence GAUNE Contact TNS Sofres : Département Stratégies d opinion Eric CHAUVET / Raphaël RAYNAUD : 01 40 92 45

Plus en détail

Retour sur le Débat prospectif élargi

Retour sur le Débat prospectif élargi Retour sur le Débat prospectif élargi l évolution des lignes et des termes du débat Ivry sur Seine le 20 mars 2015 Avertissement : cette note est la production collective d un groupe de 7 personnes impliquées

Plus en détail

ENTRETIENS, VIE EN ENTREPRISE, VIE DE TOUS LES JOURS 5 CONSEILS EN OR POUR AVOIR LA SWISS ATTITUDE

ENTRETIENS, VIE EN ENTREPRISE, VIE DE TOUS LES JOURS 5 CONSEILS EN OR POUR AVOIR LA SWISS ATTITUDE Travailler- en- Suisse.ch ENTRETIENS, VIE EN ENTREPRISE, VIE DE TOUS LES JOURS 5 CONSEILS EN OR POUR AVOIR LA SWISS ATTITUDE A lire absolument si vous voulez avoir une approche professionnelle sur le marché

Plus en détail

Création d un diagramme de constellation

Création d un diagramme de constellation CADRE CANADIEN D ANALYSE DES INCIDENTS Création d un diagramme de constellation 2012 Institut canadien pour la sécurité des patients Tous droits réservés. Une permission est accordée par les présentes

Plus en détail

Université de Sherbrooke. Rapport de stage. Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage. Par : Anthony Labelle, stagiaire

Université de Sherbrooke. Rapport de stage. Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage. Par : Anthony Labelle, stagiaire Université de Sherbrooke Rapport de stage Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage Par : Anthony Labelle, stagiaire Laboratoire du Pr Spino Université de Sherbrooke T1 Revu par : Pr Claude Spino

Plus en détail

MCFV- RENCONTRE-DEBAT «CREATION D ENTREPRISE» AGECA 07/12/2014 LES INTERVENANTS. TRUONG Olivier Quang-Tri

MCFV- RENCONTRE-DEBAT «CREATION D ENTREPRISE» AGECA 07/12/2014 LES INTERVENANTS. TRUONG Olivier Quang-Tri MCFV- RENCONTRE-DEBAT «CREATION D ENTREPRISE» AGECA 07/12/2014 LES INTERVENANTS TRUONG Olivier Quang-Tri TRUONG Olivier Quang-Tri est diplômé de l ESCP, d un Master à l INSEAD et à HEC. Il est docteur

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

Relation banques et clients Comment regagner durablement la confiance des clients? 9 Avril 2013

Relation banques et clients Comment regagner durablement la confiance des clients? 9 Avril 2013 Relation banques et clients Comment regagner durablement la confiance des clients? 9 Avril 2013 Objectifs et méthodologie de l étude L objectif de cette troisième édition est de mesurer le niveau de confiance

Plus en détail

Accueil dans l université

Accueil dans l université L université dans laquelle j ai effectuée mon échange universitaire en S5 est Kyung Hee University dans la ville de Séoul en Corée du Sud. J ai choisi cette université pour en premier lieu le pays qui

Plus en détail

Document provisoire susceptible de modifications. Dernière mise à jour : 7 juillet 2011. La «mastérisation» de la formation des enseignants

Document provisoire susceptible de modifications. Dernière mise à jour : 7 juillet 2011. La «mastérisation» de la formation des enseignants 1 Université de Paris-Sorbonne (Paris IV) UFR d Histoire Préparations aux concours externes du Capes-Cafep d Histoire-Géographie et de l Agrégation d Histoire et MASTER Document provisoire susceptible

Plus en détail

Paroles «d anciens» des écoles européennes

Paroles «d anciens» des écoles européennes Paroles «d anciens» des écoles européennes 1) Présentation : Prénom, nom, nationalité(s), école/université fréquentée actuellement. Paulo R. Nationalités : Italienne et Brésilienne Université actuelle

Plus en détail

Promoteur : Pierre Arsenault, responsable et gestionnaire du Centre d accès communautaire internet (CACI)

Promoteur : Pierre Arsenault, responsable et gestionnaire du Centre d accès communautaire internet (CACI) Initiative A2 : École La Relève de Saint-Elzéar Promoteur : Pierre Arsenault, responsable et gestionnaire du Centre d accès communautaire internet (CACI) Intervenante : Édith Arsenault, conseillère pédagogique

Plus en détail

PREMIÈRES JOURNÉES NATIONALES D ACTION CONTRE L ILLETTRISME. Discours de Mme George Pau-Langevin, Ministre des outre-mer. - Lundi 8 septembre 2014

PREMIÈRES JOURNÉES NATIONALES D ACTION CONTRE L ILLETTRISME. Discours de Mme George Pau-Langevin, Ministre des outre-mer. - Lundi 8 septembre 2014 PREMIÈRES JOURNÉES NATIONALES D ACTION CONTRE L ILLETTRISME Discours de Mme George Pau-Langevin, Ministre des outre-mer - Lundi 8 septembre 2014 - SEUL LE PRONONCÉ FAIT FOI L illettrisme : un handicap

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

Accueillir, faire connaissance

Accueillir, faire connaissance Formation/action de l Institut Catholique de Paris Recension de méthodes et techniques d animation Accueillir, faire connaissance 1. Constitution du groupe 1.1 Jeu «Aveugle et son guide» Des binômes constitués

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

Analyse des accords Egalité Professionnelle signés dans les entreprises et les branches professionnelles

Analyse des accords Egalité Professionnelle signés dans les entreprises et les branches professionnelles MàJ Février 2008 Analyse des accords Egalité Professionnelle signés dans les entreprises et les branches professionnelles 1. Obligation de négocier sur l égalité professionnelle (loi du 9 mai 2001 renforcée

Plus en détail

les metiers de la comptabilité une publication Orientations

les metiers de la comptabilité une publication Orientations les metiers de la comptabilité une publication Orientations Les cabinets prennent le dessus Sur les 400 000 personnes employées par le secteur, plus de la moitié travaillent dans les services financiers

Plus en détail

Avant-propos. Le management des connaissances

Avant-propos. Le management des connaissances Avant-propos Le management des connaissances Aujourd hui, l économie de la connaissance est bien une réalité. Elle est reconnue par la l Union européenne comme enjeu majeur de croissance durable. Des études

Plus en détail