ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait"

Transcription

1 LE SOL forts Sol sensible à l érosion Part du parcellaire labourable faible Accès limité ou difficile aux parcelles pâturées Peu d engrais organiques (effluents d élevage) disponibles sur l exploitation Utilisation des effluents d élevage sur une faible surface de l exploitation (cultures annuelles essentiellement) Achats de fertilisant P et K PARCELLAIRE Sol pas sensible à l érosion Majorité du parcellaire labourable Accès facile aux parcelles pâturées FERTILISATION Disponibilité en engrais organiques (effluents d élevage) sur l exploitation Utilisation des effluents d élevage sur la totalité de l exploitation ou prioritairement sur les parcelles en cultures et les parcelles à stocks puis sur les autres surfaces fourragères pâturées (surfaces couvertes au moins tout les 2 ans) Absence d achats de fertilisant P et K Calcul de la dose d azote minéral chimique acheté / SAU (hors parcours) : Dose d azote minéral chimique acheté / SAU Dose d azote minéral chimique acheté élevé / SAU faible AMENDEMENTS Utilisation d amendements non autorisés en Utilisation d amendements autorisés agriculture biologique (chaux vive) (annexe I en agriculture biologique (annexe I du du règlement CE 889 / 2008) règlement CE 889 / 2008) SEMENCES Utilisation de semences traitées Utilisation de semences non traitées (ou bio) Cultures de graminées pures Cultures d association graminées / légumineuses ou de légumineuses pures

2 LE SOL forts Parcelles sales Utilisation de désherbants chimiques Systématiques MAÎTRISE DE L ENHERBEMENT Parcelles propres Je composte mes fumiers Désherbage mécanique (herse étrille, bineuse, etc.) Ponctuels Pour les bordures Pour l intégralité de la parcelle MAÎTRISE DES MALADIES ET DES PARASITES Utilisation de fongicides ou d insecticides Utilisation de produits autorisés en AB chimiques (annexe II du cahier des charges) Systématiques Ponctuels Parcelles en monoculture Rotation courte (2 ans) Rotation sans prairie temporaire de longue durée (> 4 ans) Utilisation du semis direct ou des techniques simplifiés avec désherbages chimiques systématiques Lutte biologique ASSOLEMENT Utilisation d engrais verts Présence de légumineuses, de protéagineux Rotation avec prairies temporaires de longue durée (> 4 ans) ITINERAIRES CULTURAUX Suivi régulier des parcelles (céréales, fourrages, ) pour une intervention au bon stade (semis, herse étrille, etc.)

3 LE TROUPEAU forts ALIMENTATION Exploitation non autonome : en fourrages en concentrés Exploitation autonome : en fourrages en concentrés Achats extérieurs d aliments > 50% des besoins en MS (matière sèche) du troupeau Quantité de fourrages grossiers achetés par an : Tonnes Quantité de concentrés (céréales, tourteaux, etc.) achetés par an : Tonnes Consommation de concentrés >200 à 220 g/litre (système maïs)* >230 à 250 g/litre (système herbe)* >270 à 300 g/litre (système foin classique)* Résultats moyens en production laitière optima économiques et techniques (respectivement : 150 à 170 g/l ;200 à 220 g/l ;250 à 280 g/l) Utilisation d aliments OGM Production laitière intensifiée (> litres / ha SAU) [Objectif difficilement atteignable en AB] Problèmes / qualité bactériologique du lait Consommation de concentrés < 200 à 220 g/litre (système maïs)* < 230 à 250 g/litre (système herbe)* < 270 à 300 g/litre (système foin classique)* Résultats moyens en production laitière optima économiques et techniques (respectivement : 150 à 170 g/l ;200 à 220 g/l ;250 à 280 g/l) Utilisation d aliments non OGM Production laitière Production laitière < litres / ha [Objectif atteignable en AB] Pas de problème / qualité bactériologique du lait Production de viande Production d animaux maigres, non finis (vaches de réforme non finies, etc.) Gestion du renouvellement Utilisation de la synchronisation des chaleurs pour l IA Production d animaux finis (vaches de réforme finies, génisses grasses, etc.) % d achats de génisses de Gestion des génisses en autorenouvellement. renouvellement > 10% du cheptel adulte Taux de renouvellement < 20% Taux de renouvellement > 20%

4 LE TROUPEAU forts Présence d un cheptel bovins (exemple : atelier de repousses de broutards, ) maintenu en agriculture conventionnelle Mixité Bio / Conventionnel Conversion de l ensemble des activités de l exploitation en agro-bio Prophylaxie / Soins vétérinaires Traitements sanitaires systématiques Pas de Traitements sanitaires (anti-parasitaires, ) systématiques (anti-parasitaires, ) Plus de 3 traitements antibiotiques / vache / an Peu de connaissances de méthodes d observation du troupeau (détection de problèmes alimentaires, sanitaires, ) Pâturage limité (< 25% des besoins du troupeau) Moins de 3 traitements antibiotiques / vache / an Connaissance et/ou utilisation de méthodes alternatives (homéopathie, phytothérapie, etc.) PÂTURAGE Pratique de méthodes d observation du troupeau (détection de problèmes alimentaires, sanitaires, ) Optimisation du pâturage (> 40% des besoins du troupeau)

5 LES BÂTIMENTS forts Animaux à l attache durant la période hivernale Densité animale en bâtiment trop importante aire accessible / vache : < 6 m 2 pour les vaches laitières aire accessible / autres bovins : < 1,5 m 2 pour les animaux < 100 kg vif < 2,5 m 2 pour les animaux < 200 kg vif < 4,0 m 2 pour les animaux < 350 kg vif < 5,0 m 2 pour les animaux < 400 kg vif < 5,0 m 2 pour les animaux < 500 kg vif < 6,0 m 2 pour les animaux < 600 kg vif < 7,0 m 2 pour les animaux < 700 kg vif < 8,0 m 2 pour les animaux < 800 kg vif < 9,0 m 2 pour les animaux < 900 kg vif < 10 m 2 pour les taureaux reproducteurs Utilisation de produits désinfectants et de nettoyage non autorisés en agro-bio (annexe VII du règlement CE 889 / 2008) Animaux non maintenus à l attache durant la période hivernale Densité animale en bâtiment adaptée aire accessible / vache : > 6 m 2 pour les vaches laitières aire accessible / autres bovins : > 1,5 m 2 pour les animaux < 100 kg vif > 2,5 m 2 pour les animaux < 200 kg vif > 4,0 m 2 pour les animaux < 350 kg vif > 5,0 m 2 pour les animaux < 400 kg vif > 5,0 m 2 pour les animaux < 500 kg vif > 6,0 m 2 pour les animaux < 600 kg vif > 7,0 m 2 pour les animaux < 700 kg vif > 8,0 m 2 pour les animaux < 800 kg vif > 9,0 m 2 pour les animaux < 900 kg vif > 10 m 2 pour les taureaux reproducteurs Utilisation de produits désinfectants et de nettoyage autorisés en agro-bio (annexe VII du règlement CE 889 / 2008)

6 MES PARTENAIRES ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT A MON PROJET CONTRAINTES ATOUTS forts Mes fournisseurs actuels ne me proposent pas d intrants labellisés AB (alimentation, semences, ) Mes partenaires techniques ne me proposent pas d accompagnements : suivi des cultures (fourrages et céréales) suivi de l alimentation du troupeau Mon entreprise de collecte ne me propose pas de plus value pour mes bovins viande biologiques Mon entreprise de collecte ne me propose pas de plus value pour mon lait certifié AB Mes fournisseurs actuels me proposent des intrants labellisés AB (alimentation, semences, ) Mes partenaires techniques me proposent un accompagnement : suivi des cultures (fourrages et céréales) suivi de l alimentation du troupeau Mon entreprise de collecte me propose une plus value pour mes bovins viande biologiques Mon entreprise de collecte me propose une plus value pour mon lait certifié AB

Mise à jour : Février 2013

Mise à jour : Février 2013 Tableau comparatif des grands critères de la règlementation européenne en agriculture biologique et du cahier des charges Mise à jour : Février 2013 Tableau comparatif des grands critères de la règlementation

Plus en détail

Exploitation individuelle 1.5 UMO. Système bovin viande. Vaches allaitantes Limousine. Système spécialisé en Veaux d'aveyron et du Ségala

Exploitation individuelle 1.5 UMO. Système bovin viande. Vaches allaitantes Limousine. Système spécialisé en Veaux d'aveyron et du Ségala Cas-type 71.1 Système spécialisé en Veaux d'aveyron et du Ségala En Ségala, la forte densité des exploitations et l'accés difficile et coûteux au foncier concourent au Conjoncture : 21 développement de

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE ELEVAGE DE VOLAILLES

GUIDE PRATIQUE ELEVAGE DE VOLAILLES ID-SC-178- GUIDE PRATIQUE ELEVAGE DE VOLAILLES GUIDE PRATIQUE ELEVAGE DE VOLAILLES REFERENCES REGLEMENTAIRES : Conversion = art. 17 RCE 834/2007 et art. 36, 37 et 38 RCE 889/2008 Mixité= art.11 RCE 834/2007

Plus en détail

Rapport de stage Bac Pro CGEA Systèmes d élevage

Rapport de stage Bac Pro CGEA Systèmes d élevage Rapport de stage Bac Pro CGEA Systèmes d élevage Diagnostics de l exploitation Dans cette partie, vous devez réaliser un diagnostic, c est-à-dire que vous devez expliquer ce qui est bien et ce qui ne l

Plus en détail

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conjoncture retenue pour la construction des cas-types Prix de la viande bovine Conjoncture 1 er trimestre 2012 Prix des

Plus en détail

GUIDE DU PRODUCTEUR DE LAIT

GUIDE DU PRODUCTEUR DE LAIT Filière Epoisses La production de lait destiné à l AOP Epoisses répond à des règles précises et originales qui participent au renforcement du lien au terroir d origine et à l amélioration de la qualité

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE PRODUCTIONS ANIMALES HERBIVORES

GUIDE PRATIQUE PRODUCTIONS ANIMALES HERBIVORES ID-SC-175 GUIDE PRATIQUE PRODUCTIONS ANIMALES HERBIVORES 11.07.11 GUIDE PRATIQUE PRODUCTIONS ANIMALES HERBIVORES REFERENCES REGLEMENTAIRES : Règles communes sur la production animale = Art.14 du RCE 834/2007

Plus en détail

Quel système pour maximiser les résultats r économiques des exploitations d élevage allaitant ou laitier? Opt INRA

Quel système pour maximiser les résultats r économiques des exploitations d élevage allaitant ou laitier? Opt INRA Quel système pour maximiser les résultats r économiques des exploitations d élevage allaitant ou laitier? Opt INRA outil d aide à la décision par programmation linéaire Veysset P., Lherm M., Bébin D. Opt'INRA

Plus en détail

Bovin viande biologique

Bovin viande biologique Bovin viande biologique Les points clefs Les fondements de l agriculture biologique Le lien au sol : les productions animales doivent contribuer à l équilibre des systèmes. Ainsi, l élevage hors sol est

Plus en détail

Version abrégée des exigences bio 2015 2.2.1

Version abrégée des exigences bio 2015 2.2.1 Version abrégée des exigences bio 2015 2.2.1 Dispositions générales Obligatoire pour la production, la transformation et la commercialisation des produits végétaux et animaux ( sauf aquaculture ) issus

Plus en détail

Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne)

Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne) Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne) Les références technicoéconomiques : une nécessité Besoin exprimé par les acteurs de terrain Pour mieux

Plus en détail

Références systèmes Bovins lait

Références systèmes Bovins lait Chambres d'agriculture -Contrôles laitiers- CAIAC- Institut de l'elevage. Références systèmes Bovins lait Régions centre et Allier Détail des cas-types Tableau récapitulatif des principaux résultats Référentiel

Plus en détail

Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais

Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais Les Chambres d agriculture de l Allier et du Puy-de-Dôme organisent des formations collectives d analyse des résultats économiques afin

Plus en détail

IMPLANTER OU MAINTENIR DES BANDES ENHERBÉES EN BORDURE DE COURS D EAU ET DE PLAN D EAU RÉHABILITER LES TÊTES DE FORAGE NON CONFORMES

IMPLANTER OU MAINTENIR DES BANDES ENHERBÉES EN BORDURE DE COURS D EAU ET DE PLAN D EAU RÉHABILITER LES TÊTES DE FORAGE NON CONFORMES IMPLANTER DES CULTURES INTERMÉDIAIRES PIÈGES À NITRATES (CIPAN) Afin d'éviter le lessivage des nitrates en excès après la récolte, il est indispensable d implanter une CIPAN (moutarde, phacélie, seigle

Plus en détail

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS CLBV AQMP02 CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS 2 UMO sur 39 ha avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait et engraissement de 40 génisses Ce système se rencontre principalement dans

Plus en détail

PCAE. INVESTISSEMENTS ELIGIBLES (Opérations 4.1 et 4.4 du PDR Centre Val de Loire pour les appels à projets 2016)

PCAE. INVESTISSEMENTS ELIGIBLES (Opérations 4.1 et 4.4 du PDR Centre Val de Loire pour les appels à projets 2016) Toutes filières PCAE INVESTISSEMENTS ELIGIBLES (Opérations 4.1 et 4.4 du PDR Centre Val de Loire pour les appels à projets 2016) Thème Critères Types d investissements concernés Observations Diagnostics

Plus en détail

FORMATION EFFICACITE NEO ZELANDAISE ET SYSTEMES HERBAGERS FINISTERIENS. ITINERAIRE 10 jours de formation sur place 15 jours absents

FORMATION EFFICACITE NEO ZELANDAISE ET SYSTEMES HERBAGERS FINISTERIENS. ITINERAIRE 10 jours de formation sur place 15 jours absents FORMATION EFFICACITE NEO ZELANDAISE ET SYSTEMES HERBAGERS FINISTERIENS ITINERAIRE 10 jours de formation sur place 15 jours absents ❶ ❷ ❸ ❹ ❻ ❺ 7 1 Un compte rendu chronologique en photo Un groupe chaleureux

Plus en détail

Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures

Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures Etude d un cas type ROSACE 1 Travail réalisé par Richard d Humières, élève AgroParisTech, stagiaire au Pôle économie et

Plus en détail

Conduite du colza en Bretagne

Conduite du colza en Bretagne Conduite du colza en Bretagne Saint Gouéno, 16 juin 2011 Réalisé par JL.Giteau, A.Guillermou, L.Quéré, JP.Turlin (CA Bretagne), J.Raimbault (Cetiom) Place du colza dans nos systèmes de production Surfaces

Plus en détail

Nouvelle Politique Agricole Commune 2014-2020

Nouvelle Politique Agricole Commune 2014-2020 - Conférence Bio Interbev - Cournon, le 01 octobre 2014 1 Nouvelle Politique Agricole Commune 2014-2020 Y. CAREL - Pôle Economie Systèmes de production - Conférence Bio Interbev - Cournon, le 01 octobre

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie Maître d œuvre : Chambres d Agriculture de Bretagne Partenaires : INRA, Cetiom, CRA des Pays de la Loire, Union Eolys, semenciers Durée du programme

Plus en détail

Après-midi technique à l EARL de la Rue. Tournesol. A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013. - le Mildiou :

Après-midi technique à l EARL de la Rue. Tournesol. A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013. - le Mildiou : - le Mildiou : - le Sclérotinia : Semer sur des parcelles bien ressuyées Eviter les mouillères Détruire les repousses Arracher manuellement toute plante contaminée prévenir la DRAAF < 01/07 en cas d attaque

Plus en détail

Version abrégée des exigences bio 2010

Version abrégée des exigences bio 2010 Version abrégée des exigences bio 2010 Extrait du Classeur de fiches techniques "Agriculture biologique" http://www.srva.ch/scripts/publications/publications.php?id_page=119&type=16 Réalisation : FiBL,

Plus en détail

Agriculture biologique. Christophe MANSON, Mission Economique de Bucarest

Agriculture biologique. Christophe MANSON, Mission Economique de Bucarest Agriculture biologique en Bulgarie et Roumanie Christophe MANSON, 1 2 3 4 5 6 SOMMAIRE Réglementation Production Consommation Commerce extérieur Politique du Gouvernement Conclusions Bulgarie Réglementation

Plus en détail

Comment choisir les espèces?

Comment choisir les espèces? 16 Disposer d un gazon en adéquation avec l environnement pédo-climatique, avec l utilisation de la prairie (pâturage et/ou fauche), sa durée, et le type de bovins (lait ou viande) sont des éléments à

Plus en détail

Renseignements sur l'exploitation

Renseignements sur l'exploitation enseignements sur l'exploitation aison sociale : n pacage : Adresse : n SIET : Commune : S.A.U. : Surface en cultures : Surface en prairies : NOM - Prénom du responsable : téléphone : fax : portable :

Plus en détail

Version abrégée des exigences bio 2007 Fiche technique

Version abrégée des exigences bio 2007 Fiche technique Version abrégée des exigences bio 2007 Fiche technique Extrait du Classeur de fiches techniques " Agriculture Biologique " http://www.srva.ch/scripts/publications/publications.php?id_page=119&type=16 Réalisation

Plus en détail

Alimenter les équins avec de l herbe en Limousin

Alimenter les équins avec de l herbe en Limousin Optimiser ses pratiques pour s adapter à la conjoncture en production équine 8 è journée du Réseau Économique de la Filière Équine - 23 avril 2015 Alimenter les équins avec de l herbe en Limousin MATHIEU

Plus en détail

Version abrégée des exigences bio 2015

Version abrégée des exigences bio 2015 Version abrégée des exigences bio 2015 pour : Ordonnance Bio Extrait du classeur de fiches techniques «Agriculture biologique» Réalisation : FiBL, Institut de recherche de l'agriculture biologique. Adaptation

Plus en détail

Productions bovines et équines biologiques Principales dispositions réglementaires

Productions bovines et équines biologiques Principales dispositions réglementaires Pour plus d'informations reportez-vous à la fiche «Conversion à l'ab» Conversion La période de conversion est la période de transition entre l'agriculture conventionnelle et l'agriculture biologique. Durant

Plus en détail

LUTTE CONTRE LES POLLUTIONS DIFFUSES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA COISE : MISE EN PLACE DE 2 OUTILS AU GAEC DU MANIPAN

LUTTE CONTRE LES POLLUTIONS DIFFUSES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA COISE : MISE EN PLACE DE 2 OUTILS AU GAEC DU MANIPAN LUTTE CONTRE LES POLLUTIONS 1 DIFFUSES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA COISE : MISE EN PLACE DE 2 OUTILS AU GAEC DU MANIPAN MARC THIZY JUSTINE LAGREVOL Journée ARRA Eau et Agriculture 5 Novembre 2013 Le Bassin

Plus en détail

3.2 Plan simplifié du site (identification des bâtiments d élevage et leur typologie)

3.2 Plan simplifié du site (identification des bâtiments d élevage et leur typologie) 3.2 Plan simplifié du site (identification des bâtiments d élevage et leur typologie) 3 3.3 Environnement du site (Extrait photo aérienne) 4 3.4 Synoptique Eau 5 6 3.1 Contexte environnemental et sensibilités

Plus en détail

Maîtrise de l énergie, GES et qualité de l air. Bilan et perspectives

Maîtrise de l énergie, GES et qualité de l air. Bilan et perspectives Maîtrise de l énergie, GES et qualité de l air Bilan et perspectives Les missions Sensibilisation, communication, formation Acquisition de références Olivier THIERCY Conseillers en maîtrise de l énergie

Plus en détail

DAIRYMAN aux Pays-Bas

DAIRYMAN aux Pays-Bas DAIRYMAN aux Pays-Bas Frans Aarts, Wageningen-UR 15 October 2013 Le secteur laitiers Néerlandais: Une place importante Une production intensive 65% des surfaces agricoles dédiées à la production laitière

Plus en détail

AVANT-PROPOS... LISTE DES TABLEAUX... LISTE DES FIGURES...

AVANT-PROPOS... LISTE DES TABLEAUX... LISTE DES FIGURES... AVANT-PROPOS... LISTE DES TABLEAUX... LISTE DES FIGURES... CHAPITRE 1. PRODUCTION, UTILISATION, CLASSIFICATION ET BUDGETS DE CULTURE...1 Djiby Sall Guy Durivage Marcel Frenette LA PRODUCTION ET L UTILISATION...3

Plus en détail

Logiciels et services AEI - ARSOE de DOUAI

Logiciels et services AEI - ARSOE de DOUAI 7 G e s t i o n d e L a b o r at o i r e d e S e m e n c e s B o v i n e s Outil informatique à destination des techniciens de Laboratoires de Semences Bovines permettant de gérer la taurellerie, la production

Plus en détail

Bio et local : c est l ideal

Bio et local : c est l ideal 01 Bio et local : c est l ideal Bio π Les produits vendus localement nécessitent moins d emballages. π En consommant bio et local, vous contribuez à la réduction des transports et à la préservation de

Plus en détail

!" #$%& "' ( # ) * +,

! #$%& ' ( # ) * +, !" #$%& "' ( # ) * +, 1 !" % # " %'# " # $#%$ # #" $ % " $ '# % '$)$ '# "% ' #-., %$# '$ )$ %'# "-.$% %%')$ * #&%+ '# ')$ '# " #&%# # #&% #%'&%(% #%)'# " L environnement devient un enjeu de plus en plus

Plus en détail

Guide Poules Pondeuses

Guide Poules Pondeuses Guide Poules Pondeuses Réglementations en vigueur : Règlement (CE) N 834/2007 du 28 Juin 2007 Règlement (CE) N 889/2008 du 5 Septembre 2008 CCF Production biologique homologué par arrêté du 5 Janvier 2010

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système Pommes de terre et légumes.

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système Pommes de terre et légumes. Système Pommes de terre et légumes. Caractéristiques Variantes de ce système : Il existe près de 150 exploitations de moins de 100 ha qui produisent de la pomme de terre, essentiellement pour une vente

Plus en détail

Les évolutions dans l application de la Directive Nitrates - Situtation au 1 er janvier 2014

Les évolutions dans l application de la Directive Nitrates - Situtation au 1 er janvier 2014 Les évolutions dans l application de la Directive Nitrates - Situtation au 1 er janvier 2014 L application de la Directive Nitrates en France est établie par un programme d actions national qui a fait

Plus en détail

Vers l'autonomie alimentaire des troupeaux

Vers l'autonomie alimentaire des troupeaux Elevage - Autonomie et économie - Complémentarité territoriale - Complémentarité sur l exploitation Vers l'autonomie alimentaire des troupeaux Un enjeu pour la cohérence et la pérennité Les aléas climatiques

Plus en détail

Cartes paiements directs

Cartes paiements directs A N N E X E Cartes paiements directs Carte 1 Surface agricole utile des exploitations ayant droit aux paiements directs 2000 ha par exploitation 1

Plus en détail

DREAL Bretagne. Directive nitrates 5 ème programme d'actions en Bretagne

DREAL Bretagne. Directive nitrates 5 ème programme d'actions en Bretagne DREAL Bretagne Directive nitrates 5 ème programme d'actions en Bretagne DREAL Bretagne Direction Régionale de l Environnement, de l Aménagement et du Logement BRETAGNE www.bretagne.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

DOMAINE DE LA BOUZULE

DOMAINE DE LA BOUZULE DOMAINE DE LA BOUZULE Un domaine expérimental pour imaginer et concevoir la ferme du futur ECOLE NATIONALE SUPÉRIEURE D AGRONOMIE ET DES INDUSTRIES ALIMENTAIRES AU SOMMAIRE La ferme durable de demain [3]

Plus en détail

L ELEVAGE DES HERBIVORES BIOLOGIQUES

L ELEVAGE DES HERBIVORES BIOLOGIQUES TS21(EC)V03fr_Herbivores 04/04/2013 L ELEVAGE DES HERBIVORES BIOLOGIQUES Guide pratique n 21 : Les Règles de production des animaux herbivores Selon Ecocert Organic Standard (EOS) 1 I. Champ d application

Plus en détail

Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables. Notice explicative. Les essentiels. Octobre 2012

Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables. Notice explicative. Les essentiels. Octobre 2012 Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables Notice explicative Octobre 2012 Les essentiels Depuis le 1 er septembre 2012, un nouveau programme d actions national s applique sur la totalité

Plus en détail

les consommations d énergie dans les systèmes bovins laitiers Repères de consommation et pistes d économie

les consommations d énergie dans les systèmes bovins laitiers Repères de consommation et pistes d économie S Y N T H È S E LORRAINE, ALSACE, CHAMPAGNE-ARDENNE les consommations d énergie dans les systèmes bovins laitiers Repères de consommation et pistes d économie Programme cofinancé par l Union européenne

Plus en détail

Annexe 4 : Le plafond de 170 kg N/ha/an

Annexe 4 : Le plafond de 170 kg N/ha/an 29 Annexe 4 : Le plafond de 170 kg N/ha/an Il est important de rappeler que cette quantité ne traduit pas un droit à épandre mais un plafond : la quantité réelle à épandre est déterminée à partir de l

Plus en détail

FRAB Midi-Pyrénées- Fédération Régionale des Agriculteurs Biologiques

FRAB Midi-Pyrénées- Fédération Régionale des Agriculteurs Biologiques Nicolas Soissons et Jean Marc Ponsan 32 230 TRONCENS Bovins lait, fromages, porcs plein air Le siège d exploitation, situé non loin de Marciac, comprend une SAU totale de 119 ha. Le cheptel bovin est composé

Plus en détail

) REFERENTIEL 2014 des réseaux d élevage Auvergne, Lozère, Aveyron Conjoncture 2013. Sommaire général : Avertissements

) REFERENTIEL 2014 des réseaux d élevage Auvergne, Lozère, Aveyron Conjoncture 2013. Sommaire général : Avertissements ) REFERENTIEL 2014 des réseaux d élevage Auvergne, Lozère, Aveyron Conjoncture 2013 Sommaire général : Avertissements Fiches techniques - bovins lait - bovins allaitants - cultures Fiches économiques -

Plus en détail

La Certification des Matières Fertilisantes et Supports de Culture par Bureau Veritas Certification et Qualité-France SAS

La Certification des Matières Fertilisantes et Supports de Culture par Bureau Veritas Certification et Qualité-France SAS La Certification des Matières Fertilisantes et Supports de Culture par Bureau Veritas Certification et Qualité-France SAS 15 novembre 2011 Qui sommes-nous? Le Groupe Bureau Veritas en bref Fondé en 1828,

Plus en détail

Raisonnement de la fertilisation des prairies

Raisonnement de la fertilisation des prairies Raisonnement de la fertilisation des prairies Un outil de caractérisation des pratiques de fertilisation : les indices de nutrition (analyses d herbe) Mise au point de l outil : l équipe ORPHEE de l INRA

Plus en détail

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Passer du conventionnel à l économe en 3 ans Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Contexte & Système d exploitation CONTEXTE Localisation Climat Beauce. Au sud de l Eure-et-Loir.

Plus en détail

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Carte de visite : 1 personne + 1 salarié 1/3 temps 85 ha 47 PMTVA (60 vaches nourrices) Signe particulier : Système naisseur en plein air. Des

Plus en détail

Historique. GAEC du Marigot : Francis ENJALBERT, Laurent LEMOUZY, Romaric PANSIN 12 270 LA FOUILLADE. Bovins lait, Agrotourisme, Diversification

Historique. GAEC du Marigot : Francis ENJALBERT, Laurent LEMOUZY, Romaric PANSIN 12 270 LA FOUILLADE. Bovins lait, Agrotourisme, Diversification GAEC du Marigot : Francis ENJALBERT, Laurent LEMOUZY, Romaric PANSIN 12 270 LA FOUILLADE Bovins lait, Agrotourisme, Diversification La ferme du Marigot est située sur la commune de La Fouillade, à proximité

Plus en détail

L Agriculture Biologique définition, organisation et développement

L Agriculture Biologique définition, organisation et développement L Agriculture Biologique définition, organisation et développement d Sommaire 1 - Présentation générale de l AB 2 - Techniques de production : témoignage de Catherine Godin 3 - Les débouchés en bio? 4

Plus en détail

Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône

Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône Photo : M Benmergui L agriculture biologique sur le territoire 14 exploitations en AB, 1.66% des exploitations 758 ha soit 1.5%

Plus en détail

DOSSIER PEDAGOGIQUE ATELIER D ÉVEIL SCIENTIFIQUE. «Eau, Nitrate et Agriculture durable» POUR L ÉCOLE FONDAMENTALE

DOSSIER PEDAGOGIQUE ATELIER D ÉVEIL SCIENTIFIQUE. «Eau, Nitrate et Agriculture durable» POUR L ÉCOLE FONDAMENTALE DOSSIER PEDAGOGIQUE ATELIER D ÉVEIL SCIENTIFIQUE POUR L ÉCOLE FONDAMENTALE «Eau, Nitrate et Agriculture durable» SYNTHESE DE L ATELIER L utilisation des nitrates : Synthèse Résume les différentes situations

Plus en détail

AMELIORER LA COMPOSITION DU LAIT

AMELIORER LA COMPOSITION DU LAIT AMELIORER LA COMPOSITION DU LAIT Cet appui comporte 2 étapes : Un diagnostic qui démarre par une mise à plat de la problématique de l éleveur (Quelle est sa perception de la situation, est il ou non satisfait?quelles

Plus en détail

Une exploitation avec litres de lait sur 71 hectares de SAU

Une exploitation avec litres de lait sur 71 hectares de SAU Une exploitation avec 250 000 litres de lait sur 71 hectares de SAU 2 Un système laitier spécialisé herbager - Autour de 4 000 litres de lait par ha de SFP Quota inférieur à 300 000 litres de lait Assolement

Plus en détail

Arrêté du NOR : Vu le code rural et de la pêche maritime, notamment ses articles D 617-1 et suivants, Arrêtent : Article 1 er

Arrêté du NOR : Vu le code rural et de la pêche maritime, notamment ses articles D 617-1 et suivants, Arrêtent : Article 1 er RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l'agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt Arrêté du modifiant l'arrêté du 20 juin 2011 arrêtant les seuils de performance environnementale relatifs à la certification

Plus en détail

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena)

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena) Mise en œuvre des outils L. VARVOUX (Terrena) Témoignage de Laurent Varvoux Service Agronomie Terrena Responsable relations Sol - Cultures Fertilisation Outils d Aide à la Décision Couverts végétaux Membre

Plus en détail

Chapitre 3 : Vers une agriculture durable

Chapitre 3 : Vers une agriculture durable Chapitre 3 : Vers une agriculture durable Au XXI siècle, on prévoit une population de 9 milliards d êtres humains. Nourrir la population est donc un défi majeur. Cf. cours de seconde : problèmes de la

Plus en détail

Caler un nouveau système fourrager lors d un passage en AB Présentation d un outil méthodologique

Caler un nouveau système fourrager lors d un passage en AB Présentation d un outil méthodologique Caler un nouveau système fourrager lors d un passage en AB Présentation d un outil méthodologique - Comment raisonner un nouvel équilibre sol / troupeau lors d un passage en AB? - Présentation à partir

Plus en détail

COUT DES FOURRAGES DANS LES ELEVAGES LAITIERS DE RHONE-ALPES

COUT DES FOURRAGES DANS LES ELEVAGES LAITIERS DE RHONE-ALPES COUT DES FOURRAGES DANS LES ELEVAGES LAITIERS DE RHONE-ALPES De la production jusqu à la gueule de l animal OBJECTIFS DE L ETUDE De nombreuses questions se posent sur la place nécessaire de l ensilage

Plus en détail

I. Analyse globale de l exploitation

I. Analyse globale de l exploitation LE PAUL Sophie I. Analyse globale de l exploitation Localisation Historique Activités de l exploitation Interactions entre les productions Mode de conduite Commercialisation Atouts et contraintes II. III.

Plus en détail

(Ré)concilier bétail et qualité des cours d eau Impact de l accès non contrôlé du bétail au cours d eau

(Ré)concilier bétail et qualité des cours d eau Impact de l accès non contrôlé du bétail au cours d eau (Ré)concilier bétail et qualité des cours d eau Impact de l accès non contrôlé du bétail au cours d eau Nicolas Mayon (PNHSFA) 8 e Rencontre entre Acteurs de la Rivière Houffalize 17 octobre 2014 Impacts

Plus en détail

Intérêts de la luzerne sous forme déshydratée - zootechnique et économique -

Intérêts de la luzerne sous forme déshydratée - zootechnique et économique - Intérêts de la luzerne sous forme déshydratée - zootechnique et économique - Intervenant : Samuel MAIGNAN Zootechnie : Intérêt nutritionnel de la luzerne déshydratée Intérêt nutritionnel de la luzerne

Plus en détail

Fumier de bovin viande

Fumier de bovin viande Les fumiers 139 Fiche N 55 du guide des produits organiques en Languedoc-Roussillon. Version actualisée le 05/11/2011 Fumier de bovin viande Résultats issus d 1 prélèvement fait par les Chambres d Agriculture

Plus en détail

Coût des fourrages du sol à l auge

Coût des fourrages du sol à l auge Coût des fourrages du sol à l auge Plan de l intervention Introduction Méthode de calcul Résultats et repères sur quelques cultures fourragères : - Maïs - Luzerne - Mélanges céréaliers Conclusion Introduction

Plus en détail

exploitant agricole Fermoscopie réalisée par le Gabnor Situation de la ferme dans son environnement Présentation de la ferme

exploitant agricole Fermoscopie réalisée par le Gabnor Situation de la ferme dans son environnement Présentation de la ferme exploitant agricole Une ferme céréalière 100% bio diversifiée dans la production de légumes de plein champ 12 OrléansLoiret 8 13 Loiret [45] Centre Blois 9 (45) Chartres Loir-et-Cher et-cher [41] (41)

Plus en détail

LES FERMES LAITIÈRES BIOLOGIQUES BAS-NORMANDES : DES SYSTÈMES TRÈS DIVERSIFIÉS. 39 fermes enquêtées Zoom sur 11 fermes Focus séchoir

LES FERMES LAITIÈRES BIOLOGIQUES BAS-NORMANDES : DES SYSTÈMES TRÈS DIVERSIFIÉS. 39 fermes enquêtées Zoom sur 11 fermes Focus séchoir Les fermes bio bas-normandes enquêtées montrent qu elles sont efficaces et qu elles génèrent de la richesse. LES FERMES LAITIÈRES BIOLOGIQUES BAS-NORMANDES : DES SYSTÈMES TRÈS DIVERSIFIÉS CAMPAGNE 2-22

Plus en détail

ENJEUX ÉNERGIE GAZ À EFFET DE SERRE EN VITICULTURE CLIMAGRI PACA

ENJEUX ÉNERGIE GAZ À EFFET DE SERRE EN VITICULTURE CLIMAGRI PACA ENJEUX ÉNERGIE GAZ À EFFET DE SERRE EN VITICULTURE CLIMAGRI PACA Journée technique viti oeno AREDVI Avignon le 17 février 2015 Le ClimAgri PACA en bref Qui? La Région PACA Quoi? Démarche ClimAgri Par qui?

Plus en détail

PARTICULARITES DE L ELEVAGE FRANCAIS Exemple de l élevage de Bruno Dufayet. Bruno DUFAYET, éleveur de salers

PARTICULARITES DE L ELEVAGE FRANCAIS Exemple de l élevage de Bruno Dufayet. Bruno DUFAYET, éleveur de salers PARTICULARITES DE L ELEVAGE FRANCAIS Exemple de l élevage de Bruno Dufayet Bruno DUFAYET, éleveur de salers ❶ Sur 4,1 millions de vaches allaitantes, 205 000 salers ELEVAGE ALLAITANT ELEVAGE LAITIER REPARTITION

Plus en détail

Intérêts nutritionnels et sanitaires des produits de l agriculture biologique

Intérêts nutritionnels et sanitaires des produits de l agriculture biologique Intérêts nutritionnels et sanitaires des produits de l agriculture biologique Denis Lairon,Directeur de recherche INSERM UMR 1260-INRA / 1025-INSERM Université de la Méditerranée Nutrition humaine Marseille,

Plus en détail

Tableau comparatif du cahier des charges Bio Cohérence et des grands critères de la réglementation européenne en agriculture biologique

Tableau comparatif du cahier des charges Bio Cohérence et des grands critères de la réglementation européenne en agriculture biologique Tableau comparatif du cahier des charges Bio Cohérence et des grands critères de la réglementation européenne en agriculture biologique Mise à jour : Mars 2015 Sommaire I. Principes généraux... 3 II. Grandes

Plus en détail

CIPEL Plan d action 2011-2020 Tableau de bord technique 2014

CIPEL Plan d action 2011-2020 Tableau de bord technique 2014 Objectifs du plan d action 2011-2020 Dans le domaine agricole, le plan d action vise principalement à réduire les apports en phosphore dans les eaux par ruissellement ou érosion et à limiter les apports

Plus en détail

Couverts DN et SIE. la Zone Vulnérable. groupes cultures juillet 2015. campagne 2014-2015. ZAR = Zone Action Renforcée = pour partie anciennes ZPPN

Couverts DN et SIE. la Zone Vulnérable. groupes cultures juillet 2015. campagne 2014-2015. ZAR = Zone Action Renforcée = pour partie anciennes ZPPN Couverts DN et SIE groupes cultures juillet 2015 la Zone Vulnérable campagne 2014-2015 ZAR ZAR = Zone Action Renforcée = pour partie anciennes ZPPN 1 la Zone Vulnérable Projet d extension : Bassin Seine

Plus en détail

Programme d alphabétisation fonctionnelle

Programme d alphabétisation fonctionnelle www.yaniwulli.org Programme d alphabétisation fonctionnelle de la fédération Yakaar Niani Wulli 2007 2010 Juillet 2007 A. Objectifs La fédération espère, avec ce programme d alphabétisation fonctionnelle,

Plus en détail

4 Cas Concrets en lait bio par les Réseaux d élevage de Bretagne

4 Cas Concrets en lait bio par les Réseaux d élevage de Bretagne Action n 1 4 Cas Concrets en lait bio par les Réseaux d élevage de Bretagne Maître d œuvre : Chambres d agriculture de Bretagne Durée du programme : 6 ème année sur les 6 ans du programme (2008-2014) Contexte

Plus en détail

Variabilité des coûts de production dans les élevages laitiers

Variabilité des coûts de production dans les élevages laitiers Variabilité des coûts de production dans les élevages laitiers Prix d équilibre? Coût de production? Prix de revient? Des méthodes différentes d analyse Le prix d équilibre Celui qui permet d équilibrer

Plus en détail

Petite Région Agricole Livradois Forez

Petite Région Agricole Livradois Forez Petite Région Agricole Livradois Forez Petite Région Agricole Livradois Forez Des activités Une zone riche en productions 86 communes ; 1217 exploitations dont 559 exploitations professionnelles. 52 900

Plus en détail

La fumure d entretien

La fumure d entretien Septième note inter régionale Rhône Méditerranée fertilisation de la vigne 2008-2009 Cette note a pour destinataires les conseillers viticoles et les vignerons de la région Rhône-Méditerranée. Elle a pour

Plus en détail

Diagnostic AUTONOMIE ALIMENTAIRE de l élevage caprin.

Diagnostic AUTONOMIE ALIMENTAIRE de l élevage caprin. Diagnostic AUTONOMIE ALIMENTAIRE de l élevage caprin. Ce document présente une méthode de conseil pour les éleveurs et conseillers caprins désireu de travailler sur la thématique de l autonomie alimentaire.

Plus en détail

La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage

La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage Filière blé panifiable Bio 6 Juin 2012 Matthieu BLIN Minoterie BLIN Jean-Pierre GAUME Agriculteur (53) Charlotte

Plus en détail

Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation

Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation La pression en azote issue des effluents d élevage est plafonnée à 170 / ha de SAU. Tous les fertilisants azotés d origine animale sont considérés,

Plus en détail

FUne alimentation équilibrée et un abreuvement de qualité sont

FUne alimentation équilibrée et un abreuvement de qualité sont Bien alimenter et abreuver FUne alimentation équilibrée et un abreuvement de qualité sont indispensables pour assurer un bon niveau de production et une bonne santé aux animaux du troupeau. Les fiches

Plus en détail

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants.

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Mesure n 1 Périodes d'interdiction d'épandage des fertilisants Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Types

Plus en détail

COÛT DE PRODUCTION DU LAIT

COÛT DE PRODUCTION DU LAIT RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA COÛT DE PRODUCTION DU LAIT Des repères pour la gestion de mon atelier en Nord-Pas-de-Calais-Picardie Le coût de production du lait est

Plus en détail

Élevage caprin et agriculture biologique

Élevage caprin et agriculture biologique Élevage caprin et agriculture biologique Impact sur les résultats techniques et économiques Christine GUINAMARD Institut de l élevage www.idele.fr 4 èmes Journées Techniques Caprines 3 et 4 avril 2013

Plus en détail

Les Fermobioscopies d Agrobio 35

Les Fermobioscopies d Agrobio 35 EARL le Feuil Isabelle et Pascal VASLET Saint-Etienne en Coglès Redon Production laitière 2014 2011 L HISTORIQUE 1934 1963 1988 1992 1994 1997 2011 2012 2013 20 mai 2013 Location de la ferme du Feuil par

Plus en détail

Sur 100 ha, 50 vaches allaitantes et 12 bœufs avec des cultures de vente

Sur 100 ha, 50 vaches allaitantes et 12 bœufs avec des cultures de vente Sur 100 ha, 50 vaches allaitantes et 12 bœufs avec des cultures de vente 3 Un système naisseur engraisseur de bœufs et veaux sous la mère avec cultures de vente Assolement Ces exploitations allient grande

Plus en détail

L essentiel de la filière. viande bovine française 2014

L essentiel de la filière. viande bovine française 2014 L essentiel de la filière viande bovine française 2014 Sommaire Cheptel Chiffres filière Systèmes d élevage & environnement Consommation CHEPTEL Lexique / Vocabulaire (définitions réglementaires (CE) n

Plus en détail

Références technico-économiques Agriculture Biologique. Région Lorraine. BOVIN LAIT et BOVIN VIANDE

Références technico-économiques Agriculture Biologique. Région Lorraine. BOVIN LAIT et BOVIN VIANDE Références technico-économiques Agriculture Biologique Région Lorraine BOVIN LAIT et BOVIN VIANDE Réseaux d acquisitions de références technico-économiques animés par les Chambres d agriculture de Lorraine

Plus en détail

GUIDE SUR LES PREALABLES A LA CONVERSION EN AGROBIOLOGIE. Production bovins laitiers

GUIDE SUR LES PREALABLES A LA CONVERSION EN AGROBIOLOGIE. Production bovins laitiers GUIDE SUR LES PREALABLES A LA CONVERSION EN AGROBIOLOGIE Production bovins laitiers Agathe DUAULT 3 ième année Ecole d Ingénieur de Purpan Juin 2012 MANUEL D UTILISATION DU GUIDE Ce guide a été conçu dans

Plus en détail

SÉANCES PLÉNIÈRES. 10 Avril 2008

SÉANCES PLÉNIÈRES. 10 Avril 2008 SÉANCES PLÉNIÈRES 10 Avril 2008 119 120 LA QUALITE : DU SOL AU LAIT Ekaitz Mazuste 1, Maité Goienetxe 1, Anne Haegelin 2 1 Association B.L.E., 32 rue de la Bidouze 64120 Saint-Palais 2 Pôle Scientifique

Plus en détail

Cas type NAISSEUR ENGRAISSEUR PARTHENAIS

Cas type NAISSEUR ENGRAISSEUR PARTHENAIS RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION RÉFÉRENCES Cas type NAISSEUR ENGRAISSEUR PARTHENAIS 150 ha - 120 vêlages - 2,0 UMO 211 UGB - 55 taurillons - 1,6 UGB/ha de SFP Race parthenaise

Plus en détail

Le bâtiment d élevage est au centre des préoccupations de chaque éleveur.

Le bâtiment d élevage est au centre des préoccupations de chaque éleveur. Le bâtiment d élevage est au centre des préoccupations de chaque éleveur. Il lui arrive parfois d être cité comme "responsable" dans la pénibilité du travail ou dans l expression de mauvais résultats techniques

Plus en détail