INTERACTIONS PROTEINE - PROTEINE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INTERACTIONS PROTEINE - PROTEINE"

Transcription

1 INTERACTIONS PROTEINE - PROTEINE 1. Introduction Les génomes de différentes espèces ayant été séquencés ces dernières années, la majorité des efforts de la communauté scientifique se porte aujourd hui sur l'analyse du produit des gènes, les protéines. En effet, la fonction biologique de la plupart de ces molécules codées par les gènes ne sont pas encore connus. L étude des protéines est appelée la protéomique. Comment accéder à la fonction (aux fonctions) d une protéine X? Analyse in silico : Recherche de protéines présentant des homologies de séquences avec cette protéine, recherche de domaines connus (de liaison à l ADN par exemple), Etudes biochimiques : recherche d une activité enzymatique Etudes de biologie cellulaire : Types cellulaires/compartiments dans lesquels la protéine X est présente Etudes de biologie structurale : recherche de domaines structuraux de fonction connue Etudes génétiques : inactivation du gène (KO, RNAi) suivie d étude du phénotype obtenu Etudes biologie moléculaire : quels sont les facteurs impliqués dans la régulation de ce gène? Comme les protéines fonctionnent le plus souvent (toujours?) en réseaux, l'identification des interactions entre protéines permet de mieux comprendre leur fonction (si la fonction du (des) partenaires de la protéine X est connue, cela nous donnera des informations sur sa propre fonction) et permettra éventuellement de découvrir de nouvelles cibles thérapeutiques. => Etude de l INTERACTOME 2 Recherche de partenaires protéiques à partir d une banque d ADNc Principe de ces techniques : Les partenaires protéiques de la protéine d intérêt (que nous appellerons la protéine appât) seront recherchés à partir de banques d ADNc. Ces ADNc seront transcrits puis traduits chez un hôte particulier (la nature de l hôte dépend de la technique choisie). L interaction sera révélée par différentes méthodologies décrites par la suite. Intérêt de ces techniques : une fois le partenaire identifié, on aura directement accès à son ADNc. Simplicité de mise en œuvre Inconvénients : Les interactions binaires pourront essentiellement être étudiées les interactions sont réalisées de façon artificielle dans un organisme qui n est pas celui auquel appartiennent normalement les protéines étudiées (problème de quantité relative de chacun des partenaires, de compartimentation de la cellule, de modifications post-traductionnelles, ). 1

2 Double hybride ou «piège à interaction». Cette technique est basée sur la capacité des domaines de liaison à l ADN (BD) et d activation de la transcription (AD) du facteur de transcription Gal4 à fonctionner de manière indépendante. Dans le système du double hybride, ces deux domaines sont séparés et chacun est fusionné aux protéines d intérêt (X et Y). Ainsi, c est l interaction entre les deux protéines X et Y qui permettra de reconstituer un facteur de transcription actif. Il y aura alors transcription de gènes rapporteurs. Gène rapporteur : gène non présent dans la souche de levure utilisée et dont l expression est facilement repérable. Ex : lacz : gène d E. coli, non présent chez S. cerevisiae facile à repérer grâce à son activité enzymatique. Autres rapporteurs utilisés : gènes d auxotrophie : HIS, ADE, URA. La séquence codant la protéine X (l appât) sera fusionnée à la séquence codant pour le domaine de liaison à l ADN de Gal4 -> clonée dans un plasmide La proie (protéine Y) correspondra soit à l ADNc de la protéine dont on veut tester son interaction avec la protéine X, soit une banque d ADNc si aucune expérience préliminaire n a encore été réalisée. Sa séquence sera fusionnée avec le domaine d activation de la transcription de Gal4. -> clonée dans un plasmide. Le gène rapporteur, précédé du promoteur portant les sites de liaison de Gal 4 (répétés 6x), est inséré dans le génome de la levure. Parmi les sites de liaison de Gal4, l UAS de Gal1 est souvent utilisé. UAS : Upstream Activated Sequence Les deux plasmides sont co-transformés dans la souche de levure appropriée présentant le gène rapporteur sous la dépendance d une UAS de Gal4 et déficiente pour les gènes d auxotrophie utilisés comme marqueurs de sélection. Les protéines X et Y n interagissent pas. Y Gal 4 AD Pas d expression Gal 4 BD X ARN Pol II Gène rapporteur Sites de liaison de Gal 4 Les protéines X et Y interagissent. Gal 4 BD X Y Gal 4 AD ARN Pol II Expression Gène rapporteur Si le gène rapporteur est LacZ, les colonies positives seront capables de pousser sur milieu galactose et, en présence de Xgal, les levures seront bleues. Sites de liaison de Gal 4 2

3 Xgal : Le X-gal, (5-bromo-4-chloro-3-indolyl-beta-D-galactopyranoside) est un dérivé du galactose, lié à un noyau indole. Il peut être hydrolysé par la β-galactosidase, produit du gène LacZ, en formant un composé bleu, ce qui permet de détecter la présence de cette enzyme. Xgal Les Plasmides : Origine de réplication procaryotes : puc ori, 2 ori Marqueurs de sélection bactérien : Amp r (gène de résistance à l ampicilline), Kan r (gène de résistance à la kanamicine) P ADH1 T ADH1 : Promoteur et terminateur de levure Gènes d auxotrophie (marqueur de sélection chez la levure) : LEU2 et TRP1 Les levures utilisées pour ce double hybride seront donc : Gal4 -, déficientes pour les gènes d auxotrophie utilisés (LEU2 et TRP1), et porteront le gène rapporteur (sous la dépendance de Gal4) inséré dans leur génome. Ces levures seront cultivées sur des boites en présence d un milieu de culture sans leucine, sans tryptophane et en présence de XGal. Avantages de cette technique : Plus sensible que la technique précédente. Inconvénients de cette technique : Nombreux faux positifs ou négatifs (faire des contrôles) Si on veut tester un grand nombre de partenaires, il faudra cribler un grand nombre de boîtes ce qui alourdi considérablement l expérimentation. 3 - Recherche de partenaires protéiques à partir d un extrait protéique : Coimmunoprécipitation (co IP) 3 1 : Principe général : La co immunoprécipitation est une technique qui consiste à isoler un complexe protéique en utilisant un anticorps dirigé contre un des membres du complexe. Avec elle seront isolés ses partenaires protéiques. Ces protéines seront alors identifiées. Bille de sépharose Protéine A Anticorps Protéine cible Partenaire 3

4 L anticorps utilisé sera de préférence un anticorps polyclonal, afin d éviter que l épitope reconnu par l anticorps ne soit masqué dans le complexe. L immunoprécipitation se fera en utilisant de la protéine A ou de la protéine G, couplée à des billes de sépharose. Le choix protéine A / protéine G dépend de l anticorps que l on va utiliser. Les protéines A et G sont des protéines d origine microbienne qui présentent la capacité de fixer les molécules d immunoglobuline de mammifère. Ces protéines sont couplées de façon covalente à des billes de sépharose. L interaction entre ces protéines et les immunoglobulines n est pas équivalente pour toutes les catégories d anticorps : Antibody Protein A Protein G W = interaction faible Human IgG S S S = interaction forte Goat IgG W S NB = pas d interaction Chicken IgG NB NB Si les Ig dont nous disposons pour faire l immunoprécipitation ne se fixent ni sur la protéine A, ni sur la protéine G, il est toujours possible de faire un «sandwich» : 3 2 : Méthodologie : Le matériel de départ est un extrait protéique. On peut éventuellement simplifier le système en faisant du fractionnement cellulaire. On va dans un premier temps ajouter l anticorps dirigé contre notre protéine puis des billes protéine A/ G. On va centrifuger et récupérer les billes que l on va laver afin de se débarrasser de toutes les interactions non spécifiques. Enfin, il faudra éluer les complexes des billes. Différentes techniques sont alors possibles en fonction du type d analyse que l on veut réaliser sur les co-immunoprécipitats (reprendre dans du tampon SDS/DTT et chauffer si on veut faire une séparation sur gel polyacrylamide dénaturant, élution par la force ionique, élution par un peptide compétiteur, élution par choc acide, ). Un contrôle est réalisé avec un Ac non relevant (généralement anti idiotype). 3 3 : Identification des protéines du complexe : Une fois les complexes isolés, elles devront être identifiées. Cependant, une étape de séparation des membres du complexe (par électrophorèse sur gel SDS-PAGE) est souvent utilisée comme étape préliminaire. Après coloration (généralement avec du bleu de coomassie), le gel sera découpé en bandes de tailles égales. Les protéines contenues dans les bandes découpées sont alors digérée à la trypsine (ou toute autre protéase spécifique). La masse précise de l ensemble des peptides obtenus est alors déterminée par spectrométrie Maldi ToF (ou autre spectrophotomètre de masse présentant ce type d ionisation). La comparaison avec des banques de données nous permet d identifier la protéine recherchée. Si des ambiguïtés restent à lever, un séquençage par LC/MS/MS est possible. 4

5 3 4 : Avantages/inconvénients : Avantages de la co IP : Le complexe s est formé in vivo avec de la protéine «endogène». L affinité Ag/Ac est généralement très forte, on peut donc utiliser des lavages à forte force ionique pour ne récupérer que les protéines partenaires fortement liées sans risquer de dissocier la liaison Ag /Ac. La liaison Ag/Ac est très spécifique. Inconvénient de la coip : Il faut avoir un Ac immunoprécipitant c'est-à-dire un anticorps reconnaissant la protéine appât au sein d un complexe avec à la fois une forte affinité et une grande spécificité. Si la quantité d appât est trop faible, la quantité de complexe isolée sera insuffisante pour l identification. Dans le cas de complexes de tailles très importantes, le/les épitope(s) peuvent être masqués. Pour cette technique également, il faudra réaliser différents contrôles et en particulier extrait +billes protéine A/G+Ac non spécifique. 3 5 : Alternatives à la Co Immunoprécipitation : exemple du pull down. Quand l immunoprécipitation n est pas possible (on n a pas d anticorps utilisable pour l immunoprécipitation ou la protéine appât est en quantité trop faible), on peut utiliser des variantes à cette technique que sont les chromatographies d affinité ou les «pull down» qui ne sont autre que des chromatographies d affinité pour lesquelles la phase stationnaire n est pas insérée dans une colonne mais est récupérée par centrifugation. Support solide Pour la purification d un complexe protéique associé à une protéine, on utilise un support solide constitué de billes de sépharose sur lesquelles on a greffé un ligand présentant une forte affinité avec la protéine X. Tag Protéine cible Partenaire Ces billes seront alors introduites dans une colonne. Ensuite on fait passer l extrait de protéine contenant la protéine X. Après différents lavages, l élution se fera le plus souvent à l aide d un compétiteur, d un gradient de force ionique ou dans un tampon dénaturant. Si la protéine appât ne possède pas naturellement de ligand connu, on utilisera une protéine X taguée. Ce tag sera éloigné de notre protéine grâce à un espaceur qui permettra l interaction quelque soit la taille et la géométrie du complexe. On a alors deux possibilités : soit on transfecte (transforme) nos cellules par un vecteur d expression portant l ADNc de la protéine appât fusionné avec une (ou plusieurs) étiquette(s), soit la protéine tagguée aura été au préalablement préparée. Dans ces cas-là, c est le ligand du tag qui sera fixé sur les billes. 5

6 L inconvénient de ces deux variantes est qu on ne travaille plus sur une protéine sauvage mais sur une protéine modifiée. La quantité de protéine appât est généralement plus importante que la protéine endogène ce qui peut engendrer des faux positifs. Ex. GST pull down, complexe formé in vitro. GST : glutathione Sulfo Transférase fusionné avec la protéine X. Fixation et lavage SDS-PAGE On veut tester la liaison de la protéine X avec la protéine Y: 1 - fusionner la protéine X avec la GST et marquer la protéine Y. 2 - fixer la protéine X sur des billes de glutathione sépharose 3 - ajouter la protéine Y en présence d une grande quantité de protéines Protéine X, fusionnée à la GST Bille de glutathione sépharose Protéine Y, radioactive Autoradiographie Coloration Protéines compétiteurs coomassie La même technique peut être utilisée pour aller «pêcher» des partenaires de la protéine X dans un extrait protéique complexe. Témoins : billes + extraits, billes + GST + extraits. Avantage de cette technique : simple et rapide Inconvénients : Fait en dehors du contexte cellulaire Souvent des «faux positifs», valider la validité de ces interactions par une autre technique, si possible «in vivo». Quelle que soit la technique utilisée, les interactions doivent ensuite être vérifiées in vitro et même de préférence in vivo afin de S assurer de la validité de l interaction Vérifier si cette interaction est directe ou indirecte. 4 Vérification des interactions protéine/protéine. Pour tester l interaction entre une protéine X et une protéine Y ou vérifier la validité d un partenaire, toutes les techniques permettant de rechercher des partenaires protéiques peuvent être utilisées. Cependant, dans le 6

7 cas de la vérification d une interaction, il faudra changer de type d expérience mais aussi inverser la nature de l appât et de la proie (si la protéine Y a été identifiée comme partenaire de la protéine X en utilisant cette dernière comme appât, la vérification se fera en prenant la protéine Y comme appât). 4.1 Colocalisation par immunofluorescence Rappels sur l immunofluorescence : L'immunofluorescence permet la détection et la localisation d'une ou plusieurs protéines grâce à l'utilisation d'anticorps. La réalisation d'un marquage passe par différentes étapes : (i) prétraitement (fixation et perméabilisation) du tissu ou des cellules, (ii) ajout de l'anticorps primaire puis lavages, (iii) ajout de l'anticorps secondaire spécifique de l anticorps primaire couplé à un fluorochrome puis lavages, (iv) révélation du signal fluorescent à l'aide d'un microscope de fluorescence ou par microscopie confocale. L'immunofluorescence est utilisée sur les cellules en culture (d'immunocytochimie) ou sur des coupes de tissus (immunohistochimie). I ii iii iv Utilisation de l immunofluorescence pour faire de la colocalisation de protéines : Pour que deux protéines puissent interagir in vivo, il faut qu elles se trouvent à proximité dans la cellule. Pour vérifier cela, l immunofluorescence sera réalisée de la même façon que décrite précédemment mais on met les deux anticorps primaires dirigés contre les deux protéines dont on veut tester la colocalisation puis les deux anticorps secondaires dirigés contre les deux anticorps primaires et portant des fluorochromes différents. Il est impératif que les deux anticorps primaires soient de type différent afin que l on puisse différencier les signaux des anticorps secondaires. L acquisition des deux signaux se fait indépendamment puis on superpose les deux images pour voir s il y a colocalisation. Exemple : Une protéine détectée avec un anticorps préparé dans la chèvre et la deuxième avec un anticorps préparé dans la souris. L anticorps secondaire révélant la première protéine est un anticorps anti anticorps de chèvre couplé à la Cy3 (fluorescence rouge) et l anticorps secondaire révélant la deuxième protéine est un anticorps anti anticorps de souris couplé au FITC (fluorescence verte). La superposition des deux images montre un signal jaune, ce qui nous permet de valider l hypothèse d une colocalisation de ces deux protéines. Avantages de cette technique : la visualisation de la colocalisation se fait in vivo sur des protéines endogènes. 7

8 Inconvénients : Il faut avoir des anticorps spécifiques des deux protéines à tester, les anticorps doivent pouvoir être différenciés (organismes à partir desquels ils ont été préparés différents ou isotypes différents). La concentration de chacune des protéines doit être suffisamment importante pour pouvoir être révélée par cette technique qui n est pas très sensible. Pour cette technique, l interaction n est pas prouvée, on montre juste que cette interaction est possible de part la localisation des partenaires. Cette expérience n est donc en aucun cas suffisante pour démontrer une interaction. 4.2 FRET (Föster Resonance Energy Transfer) Le FRET permet de détecter la proximité de deux molécules et donc de visualiser directement leur interaction par un transfert d énergie de fluorescence. Chacune de ces molécules porte un groupement fluorescent et la technique repose sur le transfert, par résonance, de l excitation de l un de ces groupements (le donneur) à l autre (l accepteur) sans émission d un photon. Le receveur excité libère un photon qui est détecté et indique que le donneur et le receveur sont à proximité l un de l autre car l efficacité du FRET est proportionnelle à la distance entre ces deux molécules. Pour cela, les deux partenaires de l interaction (protéines A et B) sont conjugués avec un couple de fluorophores de couleurs différentes. On excite ensuite le donneur A. Si l interaction entre A et B amène les fluorophores à faible distance l un de l autre, un signal de fluorescence nouveau (issu de l émission du receveur B) est développé. La présence de ce signal confirme la faible distance et donc l interaction entre A et B. Ces interactions peuvent être suivies en temps réel grâce à une caméra jointe au microscope à fluorescence. La famille des GFP (Green Fluorescent Protein) offre différentes paires de mutants utilisables pour ces expériences (exemple, le mutant EGFP (Enhanced GFP) et le mutant BFP (Blue Fluorescent Protein)). Avantage de cette technique : La visualisation de l interaction se fait dans les cellules vivantes 8

9 Inconvénients : on ne travaille pas sur des protéines endogènes. 9

Approches pour l'étude des interactions protéine-protéine

Approches pour l'étude des interactions protéine-protéine Approches pour l'étude des interactions protéine-protéine L importance des interactions protéine-protéine? 1-Le nombre de gènes dans les génomes ne suit pas la complexité des organismes : -E. coli ~ 4

Plus en détail

Méthodes et techniques de la biologie du développement

Méthodes et techniques de la biologie du développement Méthodes et techniques de la biologie du développement 1. Etude de l expression des gènes : Détecter les transcrits et les protéines au cours de l ontogenèse l outil anticorps 1.1. La RT-PCR La réaction

Plus en détail

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences de Rabat Laboratoire de Zoologie et de Biologie générale Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Histologie-Embryologie

Plus en détail

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours Biologie cellulaire Perfectionnement à la culture cellulaire durée : 4 jours ingénieurs, chercheurs et chefs de projet connaissances de base en culture cellulaire ou validation du module «initiation à

Plus en détail

TD de Biochimie 4 : Coloration.

TD de Biochimie 4 : Coloration. TD de Biochimie 4 : Coloration. Synthèse de l expérience 2 Les questions posées durant l expérience 2 Exposé sur les méthodes de coloration des molécules : Générique Spécifique Autres Questions Pourquoi

Plus en détail

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION Laboratoire de Physiologie Végétale Université de Neuchâtel (2005) Travaux pratiques METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA PAR AFFINITE AU GLUTATHION INTRODUCTION: Les protéines tiennent

Plus en détail

Ecole Centrale Paris Année 2009-2010 1 ère année. Cours «Biologie». Vendredi 28 mai 2010

Ecole Centrale Paris Année 2009-2010 1 ère année. Cours «Biologie». Vendredi 28 mai 2010 Ecole Centrale Paris Année 2009-2010 1 ère année. Cours «Biologie». Vendredi 28 mai 2010 Contrôle des Connaissances. 2 ème session) (Durée : 1h30, tous documents autorisés, ordinateur interdit) Important

Plus en détail

Licence-Master Bioinformatique Contrôle continu 06/03/06. Correction

Licence-Master Bioinformatique Contrôle continu 06/03/06. Correction Licence-Master Bioinformatique Contrôle continu 06/03/06 Correction -«Vraies» questions de cours -«fausses» questions de cours: questions pour voir si pouviez imaginer une réponse crédible qui n était

Plus en détail

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES L OUTIL IDEAL POUR TOUTES LES DETECTIONS IMMUNOCHIMIQUES pour toutes les techniques immunodosages (EIA/ELISA) dot/ westernblot immunohistochimie immunocytochimie cytométrie en flux quel que soit le système

Plus en détail

Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique

Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique Gen2Bio 2010 Saint-Malo, mardi 30 mars 2010 Un partenariat Demandeur PADAM In Cell Art Projet Anticorps monoclonaux Gen2Bio 2010 Saint-Malo,

Plus en détail

3: Clonage d un gène dans un plasmide

3: Clonage d un gène dans un plasmide 3: Clonage d un gène dans un plasmide Le clonage moléculaire est une des bases du génie génétique. Il consiste à insérer un fragment d'adn (dénommé insert) dans un vecteur approprié comme un plasmide par

Plus en détail

AVANT PROPOS. Il faut aussi bien connaître les méthodes de l embryologie moléculaire et savoir les utiliser.

AVANT PROPOS. Il faut aussi bien connaître les méthodes de l embryologie moléculaire et savoir les utiliser. AVERTISSEMENT Au fil de l ouvrage, les termes ou les notions importantes développés dans le livre de cours Bases cellulaires et moléculaires du développement (Ellipses, 2007), sont notés (I) ou (I, p.x).

Plus en détail

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA Amplification spécifique Détection spécifique Clonage dans des vecteurs Amplification in vitro PCR Hybridation moléculaire - hôte cellulaire

Plus en détail

Caractérisation des interactions protéine ligand par échange 1 H/ 3 H : Application au complexe entre la protéine hasf1 et l histone H3

Caractérisation des interactions protéine ligand par échange 1 H/ 3 H : Application au complexe entre la protéine hasf1 et l histone H3 ORSAY N D ORDRE : 8658 Université de Paris Sud U.F.R. Scientifique d Orsay THESE de DOCTORAT Présentée par : Guillaume Mousseau Pour obtenir le grade de DOCTEUR EN SCIENCES DE L UNIVERSITE PARIS XI ORSAY

Plus en détail

Technologie de l ADN recombinant. Complément de cours sur: «Les Méthodes d Etude de la Cellule»

Technologie de l ADN recombinant. Complément de cours sur: «Les Méthodes d Etude de la Cellule» Technologie de l ADN recombinant Complément de cours sur: «Les Méthodes d Etude de la Cellule» 1 Les techniques de l ADN Recombinant But: isoler des fragments d ADN de génomes complexes et les recombiner

Plus en détail

Université Victor Segalen Bordeaux 2 UFR Science de la Vie

Université Victor Segalen Bordeaux 2 UFR Science de la Vie Université Victor Segalen Bordeaux 2 UFR Science de la Vie Licence Professionnelle «Techniques et Applications en Biologie Cellulaire et Biologie Moléculaire» Examen 2006-2007 UE1 : «Technologies en Biologie

Plus en détail

Croissance bactérienne et expression des protéines

Croissance bactérienne et expression des protéines Croissance bactérienne et expression des protéines Stéphane Delbecq Laboratoire de Biologie Cellulaire et Moléculaire EA 4558 «vaccination antiparasitaire» Faculté de Pharmacie sdelbecq@univ-montp1.fr

Plus en détail

Réplication de l ADN

Réplication de l ADN Réplication de l ADN Réplication de l ADN: expériences historiques I] Expérience de Meselson et Stahl Replication de l ADN est semie-conservative Expérience de Meselson et Stahl :1958 -Cultive E.Coli sur

Plus en détail

METABOLISME DES VEGETAUX TD N 1

METABOLISME DES VEGETAUX TD N 1 METABOLISME DES VEGETAUX TD N 1 Exercice n 1 Les séquences nucléotidiques des gènes sont proches. 1 Production ATPase: On part de l'adnc de la levure pour savoir si la régulation se fait par la protéine

Plus en détail

Lettres: A, T, G, C. Mots: à 3 lettres (codons) Phrase: gène (information pour synthétiser une protéine). Ponctuation

Lettres: A, T, G, C. Mots: à 3 lettres (codons) Phrase: gène (information pour synthétiser une protéine). Ponctuation 2- Les molécules d ADN constituent le génome 2-1 La séquence d ADN représente l information génétique Lettres: A, T, G, C Mots: à 3 lettres (codons) Phrase: gène (information pour synthétiser une protéine).

Plus en détail

Chapitre 1 Acides aminés Protéines Méthodes d étude

Chapitre 1 Acides aminés Protéines Méthodes d étude Chapitre 1 Acides aminés Protéines Méthodes d étude Q1 - Parmi la liste des acides aminés cités ci-dessous, précisez ceux dont la chaîne latérale peut participer dans une structure peptidique, et à ph

Plus en détail

Régulation GAL4 chez S. cerevisiae. Annie Sainsard-Chanet

Régulation GAL4 chez S. cerevisiae. Annie Sainsard-Chanet Régulation GAL4 chez S. cerevisiae Annie Sainsard-Chanet Contrôle de l expression génique Mécanismes qui régulent, augmentent ou diminuent l expression d un gène donné suivant le milieu, le tissu, le stade

Plus en détail

Les anticorps : un outil pour la biologie moléculaire

Les anticorps : un outil pour la biologie moléculaire Master 2-Biotechnologies Parcours Cytologie Moléculaire Appliquée UE Immunoinformatique-Immunotechnologies Les anticorps : un outil pour la biologie moléculaire Ounissa AÏT AHMED Institut de Génétique

Plus en détail

RÉGULATION DE L EXPRESSION DES GÈNES

RÉGULATION DE L EXPRESSION DES GÈNES RÉGULATION DE L EXPRESSION DES GÈNES Comme nous l avons vu, le programme de transcription n est pas fixe. La cellule sait adapter ce programme aux conditions extérieures, au mieux de son économie. Chez

Plus en détail

Développement de proteines thérapeutiques et d'anticorps monoclonaux des phases R&D à la production de lots cliniques

Développement de proteines thérapeutiques et d'anticorps monoclonaux des phases R&D à la production de lots cliniques Développement de proteines thérapeutiques et d'anticorps monoclonaux des phases R&D à la production de lots cliniques Les Services de Recherche et de Production de Protéines Recombinantes Chaque programme

Plus en détail

A : Vrai : La biotechnologie est l'ensemble des techniques qui utilisent des microorganismes,

A : Vrai : La biotechnologie est l'ensemble des techniques qui utilisent des microorganismes, Ecurie du 1/02/12 1: AE A : Vrai : La biotechnologie est l'ensemble des techniques qui utilisent des microorganismes, des cellules animales, végétales ou leurs constituants à des fins industrielles (agro

Plus en détail

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes L immunoenzymologie Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic Basée e sur la très s grande spécificit cificité des anticorps pour leurs antigènes nes Test qualitatif Détection

Plus en détail

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 Sélectionner les propositions exactes Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 QCM 1 La plupart des techniques de biologie moléculaire repose sur le principe de complémentarité

Plus en détail

Chapitre 10 L isolement et la manipulation de gènes. Injection d ADN étranger dans une cellule animale

Chapitre 10 L isolement et la manipulation de gènes. Injection d ADN étranger dans une cellule animale Chapitre 10 L isolement et la manipulation de gènes Injection d ADN étranger dans une cellule animale Comment amplifier un gène d intérêt? Amplification in vivo à l aide du clonage d ADN L ensemble formé

Plus en détail

Microscopie Confocale. Principes de base & Applications en Biologie Cellulaire

Microscopie Confocale. Principes de base & Applications en Biologie Cellulaire Université Paris Descartes L3 - Licence Professionnelle «Industries chimiques et Pharmaceutiques Option Biotechnologie» Microscopie Confocale Principes de base & Applications en Biologie Cellulaire Bruno

Plus en détail

DEVOIR A LA MAISON. BMGG (temps recommandé : 2H00)

DEVOIR A LA MAISON. BMGG (temps recommandé : 2H00) Pour jeudi 12/02/2014 DEVOIR A LA MAISON BMGG (temps recommandé : 2H00) Calculatrice non autorisée Dictionnaire anglais/français autorisé. Clonage et PCR En 1983, Kary Mullis conçut l'idée de la réaction

Plus en détail

Quelques notions de génomique fonctionnelle: l exemple des puces à ADN

Quelques notions de génomique fonctionnelle: l exemple des puces à ADN Quelques notions de génomique fonctionnelle: l exemple des puces à ADN Frédéric Devaux Laboratoire de génétique moléculaire Ecole Normale Supérieure Le «dogme central» de la biologie moléculaire Transcription

Plus en détail

THEME 1 A EXPRESSION, STABILITE ET VARIATION DU PATRIMOINE GENETIQUE

THEME 1 A EXPRESSION, STABILITE ET VARIATION DU PATRIMOINE GENETIQUE THEME 1 A EXPRESSION, STABILITE ET VARIATION DU PATRIMOINE GENETIQUE CHAPITRE 3 L EXPRESSION DU PATRIMOINE GENETIQUE I. LA RELATION GENES-PROTEINES Les protéines interviennent dans le fonctionnement d

Plus en détail

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de Mabsolut-DEF-HI:Mise en page 1 17/11/11 17:45 Page1 le département prestataire de services de MABLife de la conception à la validation MAB Solut intervient à chaque étape de vos projets Création d anticorps

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

Méthodes d études. Chapitre 8 : Professeur Joël LUNARDI. UE1 : Biochimie Biologie moléculaire

Méthodes d études. Chapitre 8 : Professeur Joël LUNARDI. UE1 : Biochimie Biologie moléculaire Chapitre 8 : UE1 : Biochimie Biologie moléculaire Méthodes d études Professeur Joël LUNARDI Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Chapitre 8. 8. Méthodes

Plus en détail

FRAP & FLIP. Dossier technique. M1 VRV 2011 Université de Strasbourg

FRAP & FLIP. Dossier technique. M1 VRV 2011 Université de Strasbourg Adrien Paoli Aurore Strugala FRAP & FLIP Technique FRAP Technique FLIP Avantages & inconvénients Exemples d application Alternatives Adrien Paoli Aurore Strugala Introduction > Technique FRAP > Technique

Plus en détail

Laurent DUHAU Sanofi R&D

Laurent DUHAU Sanofi R&D Laurent DUHAU Sanofi R&D 2 avril 2014 Immunoconjugués Une nouvelle classe de médicaments en pleine expansion dans le domaine de l oncologie Etudes cliniques en cours en 2011/2013 Immunoconjugué: structure

Plus en détail

ASEP Prérentrée 2008-2009. Histologie Générale Techniques d imagerie cellulaire Histologie Générale, Techniques d imagerie cellulaire

ASEP Prérentrée 2008-2009. Histologie Générale Techniques d imagerie cellulaire Histologie Générale, Techniques d imagerie cellulaire Histologie Générale, Techniques d imagerie cellulaire A. La cellule Par Célian BERTIN Elle est l unité fondamentale de la vie. C est la plus petite quantité de matière vivante capable de subsister à l

Plus en détail

Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire ou pluricellulaire)

Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire ou pluricellulaire) 4- Organisation structurale et fonctionnelle des cellules Organismes unicellulaires Organismes pluricellulaires cellule Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire

Plus en détail

Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes

Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes Comparaison procaryotes/ 2TSbc Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes La majeure partie des connaissances de biologie moléculaire a d'abord débuté par l'étude des phénomènes chez

Plus en détail

Microscopie électronique en biologie

Microscopie électronique en biologie Microscopie électronique en biologie Objectif de la microscopie en biologie Imager des structures, Co-localiser les protéines ou certaines molécules Acquisition In vivo A haute résolution Microscopie électronique

Plus en détail

LE SUPPORT DE L INFORMATION 3 - MÉCANISME GÉNÉRAL DE LA BIOSYNTHÈSE DE L ADN : LA RÉPLICATION

LE SUPPORT DE L INFORMATION 3 - MÉCANISME GÉNÉRAL DE LA BIOSYNTHÈSE DE L ADN : LA RÉPLICATION LE SUPPORT DE L INFORMATION 3 - MÉCANISME GÉNÉRAL DE LA BIOSYNTHÈSE DE L ADN : LA RÉPLICATION En même temps que leur modèle, Watson et Crick proposaient des implications fondamentales à la structure secondaire

Plus en détail

ANALYSE DE PROTEINE DANS LES

ANALYSE DE PROTEINE DANS LES ANALYSE DE PROTEINE DANS LES CELLULES Assistants: K. Umebayashi G. Dewhurst A. Santos L. Pineau 1. Introduction Lors de cette expérience, nous avons réalisé l extraction de protéines à partir de deux souches

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

U.E. : «Biologie et Physiopathologie Moléculaires de la Cellule» (Pr. Hugues Chap) RAPPELS DE BIOCHIMIE ET BIOLOGIE MOLECULAIRE BIOCHIMIE

U.E. : «Biologie et Physiopathologie Moléculaires de la Cellule» (Pr. Hugues Chap) RAPPELS DE BIOCHIMIE ET BIOLOGIE MOLECULAIRE BIOCHIMIE 1 Université Paul Sabatier - Faculté de Médecine de Toulouse-Purpan Master 1 ère année Domaine Sciences de la Vie et de la Santé Option Biologie, Santé U.E. : «Biologie et Physiopathologie Moléculaires

Plus en détail

Eléments primordiaux de biologie moléculaire

Eléments primordiaux de biologie moléculaire Eléments primordiaux de biologie moléculaire Pourquoi s intéresser au matériel génétique? Base de l information génétique Tissu Cellule Noyau Organisme entier Lieu où est localisé l ADN Mol d ADN qui est

Plus en détail

Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition

Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition Acide aminé (AA) Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition Isabelle Quinkal INRIA Rhône-Alpes Septembre 2003 Petite molécule dont l enchaînement compose les protéines - on dit qu

Plus en détail

Département de biologie Page 1 sur 6

Département de biologie Page 1 sur 6 Département de biologie Page 1 sur 6 TP de Biologie Moléculaire : BIO 36 Marion Benoîst, Keith Dudley, Dominique Charmot Introduction Lors de ce TP vous allez cloner des molécules d ADN. L objectif est

Plus en détail

TD Immuno S5 2014-2015 Pr : Nadia. Dakka

TD Immuno S5 2014-2015 Pr : Nadia. Dakka TD Immuno S5 2014-2015 Pr : Nadia. Dakka 1 Anticorps monoclonaux Population homogène d anticorps issus d un «seul et unique» clone de cellules B Les anticorps monoclonaux sont des anticorps ne reconnaissant

Plus en détail

ANALYSE DES PROTEINES: IMMUNOHISTOCHIMIE, PROTEOMIQUE, MODIFICATIONS POST-TRADUCTIONNELLES

ANALYSE DES PROTEINES: IMMUNOHISTOCHIMIE, PROTEOMIQUE, MODIFICATIONS POST-TRADUCTIONNELLES ANALYSE DES PROTEINES: IMMUNOHISTOCHIMIE, PROTEOMIQUE, MODIFICATIONS POST-TRADUCTIONNELLES Quel avenir pour les techniques de détection «in situ» face au développement des techniques «haut débit» d analyse

Plus en détail

Aspects moléculaires du vivant : synthèse, structure, fonction et interactions (AMV) CBM (Département)

Aspects moléculaires du vivant : synthèse, structure, fonction et interactions (AMV) CBM (Département) Aspects moléculaires du vivant : synthèse, structure, fonction et interactions (AMV) Agnès DELMAS Coordinateur 02.38.25.76.42 AGNES.DELMAS http://cbm.cnrs-orleans.fr/spip.php?rubrique31 Aspects moléculaires

Plus en détail

TUTORAT UE spécifiques 2010-2011

TUTORAT UE spécifiques 2010-2011 FACULTE de PHARMACIE TUTORAT UE spécifiques 2010-2011 Méthodes d étude et d analyse du génome Eric Badia, Bernard Carcy Séance préparée par Alexandre Leboucher (ATM²), Astrid Robert (ATP) QCM n 1: Synthèse

Plus en détail

Master ICMV 1 ére année. TP UE S8

Master ICMV 1 ére année. TP UE S8 1 Master ICMV 1 ére année. TP UE S8 PRODUCTION ET SELECTION DE BACULOVIRUS RECOMBINANTS DANS DES CELLULES D INSECTES EN CULTURE Présentation générale : les baculovirus d insectes, vecteurs d expression

Plus en détail

8.3.3 Réactifs. La polymérase catalyse la synthèse de brins complémentaires d ADN.

8.3.3 Réactifs. La polymérase catalyse la synthèse de brins complémentaires d ADN. 8.3.3 Réactifs 1. AD polymérase: La polymérase catalyse la synthèse de brins complémentaires d AD. Des polymérases qui sont résistantes à la chaleur sont utilisées, telles que la Taq polymérase (Thermus

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2013 Sous-épreuve écrite de Biotechnologies Coefficient de la sous-épreuve : 4 Ce sujet est

Plus en détail

Vecteurs, cellules hôtes et méthodes de transfection utilisées pour la production de protéines recombinantes

Vecteurs, cellules hôtes et méthodes de transfection utilisées pour la production de protéines recombinantes Vecteurs, cellules hôtes et méthodes de transfection utilisées pour la production de protéines recombinantes Plan: Introduction: qu est ce qu une protéine recombinante? Rappels: construire un vecteur d

Plus en détail

Contrôle moléculaire des adaptations musculaires à l exercice

Contrôle moléculaire des adaptations musculaires à l exercice Contrôle moléculaire des adaptations musculaires à l exercice Professeur Frédéric CHARBONNIER Laboratoire de Neurobiologie des Réseaux Sensorimoteurs- CNRS/Université Paris Descartes Les travaux que je

Plus en détail

Les UV ( lampe de Wood, basée sur la fluorescence ultra violette).

Les UV ( lampe de Wood, basée sur la fluorescence ultra violette). Les UV ( lampe de Wood, basée sur la fluorescence ultra violette). Ce type de lumière a été découvert en 1801 par Ritten. Après des recherches par Stoke et Schumann entre 1862 et 1903 c'est en fin de compte

Plus en détail

ETUDES FONCTIONELLES SUR MODELES CELLULAIRES

ETUDES FONCTIONELLES SUR MODELES CELLULAIRES ETUDES FONCTIONELLES SUR MODELES CELLULAIRES - LES TECHNIQUES DE FRACTIONNEMENT TISSULAIRE ET CELLULAIRE - LA CYTOMETRIE EN FLUX - LES CULTURES CELLULAIRES Professeur Jean CAMBAR Laboratoire de Biologie

Plus en détail

Peu de peptides (petite protéine) Pas de hit en MS Mais signal suffisant pour fragmenter et donc identification MSMS

Peu de peptides (petite protéine) Pas de hit en MS Mais signal suffisant pour fragmenter et donc identification MSMS Séquence epérimentale d analyse MALDI Robot digester Digestion enzymatique «in gel» Dépôt sur cible MALDI : PAC acquisition MS Spectre de masse des peptides Recherche Mascot PMF Dépôt sur PAC acquisition

Plus en détail

Dosages à réactifs marqués

Dosages à réactifs marqués Dosages à réactifs marqués Principe = réaction Ag-Ac un des deux réactifs (Ag ou Ac) est marqué par un traceur Différentes méthodes selon que le traceur est radioactif (RIA), enzymatique (EIA) ou luminescent

Plus en détail

Compléments de Biologie Moléculaire et Cellulaire. 1 année de Licence

Compléments de Biologie Moléculaire et Cellulaire. 1 année de Licence Compléments de Biologie Moléculaire et Cellulaire 1 année de Licence Annexes des cours de biologie moléculaire et cellulaire afin de parfaire leur compréhension. Par Chringel 2011 LA MICROSCOPIE SOMMAIRE

Plus en détail

Techniques d étude des Gènes et de leur Régulation. A. Galmiche, 2011-2012

Techniques d étude des Gènes et de leur Régulation. A. Galmiche, 2011-2012 Techniques d étude des Gènes et de leur Régulation A. Galmiche, 2011-2012 1. Introduction et techniques de base 2. Détection des acides nucléiques et mesure de l expression des gènes: Hybridations PCR

Plus en détail

Expérience de Griffith, Avery, Mac Leod,...

Expérience de Griffith, Avery, Mac Leod,... Expérience de Griffith, Avery, Mac Leod,... En 1928, un microbiologiste anglais, Fred Griffith, qui recherchait un vaccin contre la pneumonie, démontra que des pneumocoques tués par la chaleur pouvaient

Plus en détail

Il s'agit d'une proposition de plan, tout autre plan intégrant les idées maîtresses énoncées ci-dessous étant également valable.

Il s'agit d'une proposition de plan, tout autre plan intégrant les idées maîtresses énoncées ci-dessous étant également valable. Rapport concernant le sujet d'écrit de biologie Traiter un sujet de ce type nécessite à la fois : une construction de l'exposé dégageant les idées maîtresses, avec un plan structuré apparent et comportant

Plus en détail

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010)

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010) Méthode OIV- -MA-AS315-23 Type de méthode : critères Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage (OIV-Oeno 427-2010) 1 Définitions des

Plus en détail

Biochimie I. Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1. Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst

Biochimie I. Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1. Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst Biochimie I Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1 Daniel Abegg Sarah Bayat Alexandra Belfanti Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst Laboratoire

Plus en détail

TSSIBG Immunoglobulines et récepteurs pour l'antigène des lymphocytes B et T

TSSIBG Immunoglobulines et récepteurs pour l'antigène des lymphocytes B et T 14/10/2013 MARIANI Natacha L2 TSSIBG G. Pommier 8 pages TSSIBG Immunoglobulines et récepteurs pour l'antigène des lymphocytes B et T Immunoglobulines (Ig/AC) Récepteurs pour l'antigène des lymphocytes

Plus en détail

Sommaire. Première partie Les concepts de base

Sommaire. Première partie Les concepts de base Sommaire Préface à la troisième édition... Préface à la deuxième édition... Avant-propos à la troisième édition... Avant-propos à la deuxième édition... Avant-propos à la première édition... XV XVII XIX

Plus en détail

L ELECTROPHORESE FPB - L3 BCP

L ELECTROPHORESE FPB - L3 BCP L ELECTROPHORESE FPB - L3 BCP Année 2009-2010 Daniela LENER IBMC Electrophorèse sur gel de polyacrylamide Les gels de polyacrylamide sont obtenus par polymérisation de molécules linéaires d acrylamide

Plus en détail

Biologie Appliquée. Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015. Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr

Biologie Appliquée. Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015. Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr Biologie Appliquée Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015 Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr 1 ELISA 2 3 4 [Ac] 5 6 7 8 9 Correction : Faire la moyenne D0-1 et D0-2 pour toute les valeurs

Plus en détail

BIOLOGIE. Durée : 4 heures. L usage de la calculatrice, d abaques et de tables est interdit pour cette épreuve.

BIOLOGIE. Durée : 4 heures. L usage de la calculatrice, d abaques et de tables est interdit pour cette épreuve. Concours B ENSA B-0112B BIOLOGIE Durée : 4 heures L usage de la calculatrice, d abaques et de tables est interdit pour cette épreuve. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble être

Plus en détail

Cours 3 - Cytométrie en flux - Tri cellulaire

Cours 3 - Cytométrie en flux - Tri cellulaire Biocell C. Alcaide 16/01/2012 Cours 3 - Cytométrie en flux - Tri cellulaire I - Cytometrie en flux Cytométrie en flux : Analyses quantitatives sur des cellules ou populations cellulaires C'est une technique

Plus en détail

ÉCOLES NORMALES SUPÉRIEURES ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES CONCOURS D ADMISSION SESSION 2013 FILIÈRE BCPST COMPOSITION DE BIOLOGIE

ÉCOLES NORMALES SUPÉRIEURES ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES CONCOURS D ADMISSION SESSION 2013 FILIÈRE BCPST COMPOSITION DE BIOLOGIE ÉCOLES NORMALES SUPÉRIEURES ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES CONCOURS D ADMISSION SESSION 2013 FILIÈRE BCPST COMPOSITION DE BIOLOGIE Épreuve commune aux ENS de Cachan, Lyon, Paris et de l ENPC Durée

Plus en détail

L'analyse protéomique et les sciences -omiques: des données massives à interpréter et sauvegarder

L'analyse protéomique et les sciences -omiques: des données massives à interpréter et sauvegarder L'analyse protéomique et les sciences -omiques: des données massives à interpréter et sauvegarder Christine CARAPITO, Alexandre BUREL, Patrick GUTERL, Alexandre WALTER, Jérôme PANSANEL, Fabrice VARRIER,

Plus en détail

Filière BCPST BIOLOGIE. Epreuve commune aux ENS de Paris, Lyon et Cachan. Durée : 6 heures

Filière BCPST BIOLOGIE. Epreuve commune aux ENS de Paris, Lyon et Cachan. Durée : 6 heures 74.01B SESSION 2007 Filière BCPST BIOLOGIE Epreuve commune aux ENS de Paris, Lyon et Cachan Durée : 6 heures L usage de calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome, non imprimantes et

Plus en détail

Discovering Nanofitins Les Nanofitines, substituts d anticorps

Discovering Nanofitins Les Nanofitines, substituts d anticorps Les Nanofitines, substituts d anticorps Journée Anticorps, Nantes, décembre 2012 Contact : Mathieu CINIER, mathieu@affilogic.com AFFILOGIC: start up sur le site de la faculté des sciences faculté des sciences

Plus en détail

Introduction à la microscopie confocale

Introduction à la microscopie confocale Introduction à la microscopie confocale Sylvette CHASSEROT-GOLAZ Unité CNRS UPR 2356, Strasbourg Principe de la microscopie confocale La microscopie confocale est l'une des percées les plus notables de

Plus en détail

5-1. Introduction 5-2. L appareil de traduction et son fonctionnement - Les ribosomes - Les ARNt - Les ARNt Synthétases

5-1. Introduction 5-2. L appareil de traduction et son fonctionnement - Les ribosomes - Les ARNt - Les ARNt Synthétases 5 - la traduction 5-1. Introduction 5-2. L appareil de traduction et son fonctionnement - Les ribosomes - Les ARNt - Les ARNt Synthétases 5-3. Les étapes de la synthèse protéiques -Initiation - Élongation

Plus en détail

LA TRANSCRIPTION. Introduction. I. Modalité générale de la transcription. II. Transcription chez les Procaryotes

LA TRANSCRIPTION. Introduction. I. Modalité générale de la transcription. II. Transcription chez les Procaryotes LA TRANSCRIPTION Introduction I. Modalité générale de la transcription II. Transcription chez les Procaryotes 1. L'ARN polymérase 2. Etapes de la transcription a. Initiation b. Elongation c. Terminaison

Plus en détail

Etude du transcriptome et du protéome en Neurooncologie

Etude du transcriptome et du protéome en Neurooncologie Etude du transcriptome et du protéome en Neurooncologie Principes, aspects pratiques, applications cliniques François Ducray Neurologie Mazarin, Unité Inserm U711 Groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière Etude

Plus en détail

Production d une protéine recombinante

Production d une protéine recombinante 99 Production d une protéine recombinante Lic. B. PIRSON Lic. J-M. SERONT ISICHt - Mons Production de la protéine recombinante GFP (Green Fluorescent Protein d Aequoria victoria) par une bactérie ( E.

Plus en détail

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage 2 HTS 3 Immunologie / Immunologie Informations Techniques 3 I 2 ELISA 96 Puits 3 I 4 ELISA 96 Puits en Barrettes 3 I 6 en Barrettes de 8 Puits 3 I 7 en Barrettes de 12 Puits 3 I 8 en Barrettes de 16 Puits

Plus en détail

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier Les OGM 5 décembre 2008 Nicole Mounier Université Claude Bernard Lyon 1 CGMC, bâtiment Gregor Mendel 43, boulevard du 11 Novembre 1918 69622 Villeurbanne Cedex OGM Organismes Génétiquement Modifiés Transfert

Plus en détail

La cytométrie de flux

La cytométrie de flux TD5 La cytométrie de flux Air sous-pression Signal de formation des gouttes Signal de charge des gouttes Cellules en suspension Liquide de Gaine Vibrateur Ultrason Dˇtecteur de Lumi re Arrt du Faisceau

Plus en détail

Microbiologie BIOL 3253. Étude de la structure microbienne: microscopie et préparation des échantillons

Microbiologie BIOL 3253. Étude de la structure microbienne: microscopie et préparation des échantillons Microbiologie BIOL 3253 Étude de la structure microbienne: microscopie et préparation des échantillons Les lentilles et la déviation de la lumière Quand un rayon lumineux passe d un milieu à un autre,

Plus en détail

Cytokines ; Chimiokines

Cytokines ; Chimiokines Cytokines ; Chimiokines I. Dans le but d étudier la régulation de la circulation des leucocytes dans l'organisme, des souris déficientes pour le récepteur CCR7 de chimiokine ont été générées par recombinaison

Plus en détail

EZRATY Benjamin Laboratoire Chimie Bactérienne, CNRS ezraty@ibsm.cnrs-mrs.fr. Cursus: 1994: Bac D. 1999: maîtrise microbiologie 2000: DEA

EZRATY Benjamin Laboratoire Chimie Bactérienne, CNRS ezraty@ibsm.cnrs-mrs.fr. Cursus: 1994: Bac D. 1999: maîtrise microbiologie 2000: DEA EZRATY Benjamin Laboratoire Chimie Bactérienne, CNRS ezraty@ibsm.cnrs-mrs.fr Cursus: 1994: Bac D 1999: maîtrise microbiologie 2000: DEA Mars 2004: thèse Avril 2004 Septembre 2005: Post-Doc Octobre 2005:

Plus en détail

État des lieux des biotech en France vision macroéconomique Pierre-Yves Arnoux

État des lieux des biotech en France vision macroéconomique Pierre-Yves Arnoux État des lieux des biotech en France vision macroéconomique Pierre-Yves Arnoux Leem Direction des Affaires scientifiques pharmaceutiques et médicales 11 décembre 2008 Le plan d études du Leem Les segments

Plus en détail

EXPRESSION IN VIVO DU GÈNE GFP SOUS LA FORME D UNE PROTÉINE DE FUSION

EXPRESSION IN VIVO DU GÈNE GFP SOUS LA FORME D UNE PROTÉINE DE FUSION Analele tiin ifice ale Universit ii Alexandru Ioan Cuza, Sec iunea Genetic i Biologie Molecular, TOM VII, 2006 EXPRESSION IN VIVO DU GÈNE GFP SOUS LA FORME D UNE PROTÉINE DE FUSION LUCIAN NEGUR 1*, ANCA

Plus en détail

Le séquençage selon la technique de Sanger

Le séquençage selon la technique de Sanger Séquençage de l ADN Définition Le séquençage de l ADN, est la détermination de la succession des nucléotides le composant. C est aujourd'hui une technique de routine pour les laboratoires de biologie.

Plus en détail

Aujourd hui, il y a plus de consortium, ce qui permet des avancées plus rapides.

Aujourd hui, il y a plus de consortium, ce qui permet des avancées plus rapides. GFMOM 20/01/2012 Cours 2 partie 2 T. Bourgeron II. LA CYTOGENETIQUE Nous allons étudier les anomalies chromosomiques des plus grossières aux plus fines. Ces anomalies peuvent être retrouvées dans la population

Plus en détail

Cytokines & Chimiokines

Cytokines & Chimiokines Cytokines & Chimiokines I. (D après Förster, R. et al. (1999) Cell 99:23) Dans le but d étudier la régulation de la circulation des leucocytes dans l organisme, des souris déficientes pour le récepteur

Plus en détail

Chapitre 5 : La transcription. Professeur Joël LUNARDI

Chapitre 5 : La transcription. Professeur Joël LUNARDI Chapitre 5 : La transcription UE1 : Biochimie Biologie moléculaire Professeur Joël LUNARDI Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Chapitre 5. La transcription

Plus en détail

Chapitre3 Clonage et expression hétérologue Vecteurs et cellules hôtes

Chapitre3 Clonage et expression hétérologue Vecteurs et cellules hôtes Chapitre3 Clonage et expression hétérologue Vecteurs et cellules hôtes Genie_Gen-3-ClonageExpression.pdf - Eléments dans la construction d un ADN recombinant - ADN à cloner = «insert» N importe quel fragment

Plus en détail

Filière SVI - S6 Module de Génétique et Biologie Moléculaire M21 Elément 2: Biologie Moléculaire l -Pr. Abdelkarim FILALI-MALTOUF

Filière SVI - S6 Module de Génétique et Biologie Moléculaire M21 Elément 2: Biologie Moléculaire l -Pr. Abdelkarim FILALI-MALTOUF Laboratoire de Microbiologie et Biologie Moléculaire Faculté des Sciences - Rabat Filière SVI - S6 Module de Génétique et Biologie Moléculaire M21 Elément 2: Biologie Moléculaire l -Pr. Abdelkarim FILALI-MALTOUF

Plus en détail

2D-Differential Differential Gel Electrophoresis & Applications en neurosciences

2D-Differential Differential Gel Electrophoresis & Applications en neurosciences 2D-Differential Differential Gel Electrophoresis & Applications en neurosciences Jean-Etienne Poirrier Centre de Neurobiologie Cellulaire et Moléculaire Centre de Recherches du Cyclotron Université de

Plus en détail

TAG, protéases et acides aminés modifiés

TAG, protéases et acides aminés modifiés TAG, protéases et acides aminés modifiés Les TAG Ce sont des protéines ou des peptides qui permettent la production, la détection, la stabilité et la purification aisée des protéines recombinantes lorsqu'elles

Plus en détail

Produire une protéine recombinante. Principes et Méthodes. de Biologie Moléculaire

Produire une protéine recombinante. Principes et Méthodes. de Biologie Moléculaire Produire une protéine recombinante Principes et Méthodes de Biologie Moléculaire Gabrielle Potocki-Veronese INSA-Laboratoire Biotechnologie-Bioprocédés Toulouse Equipe Ingénierie Enzymatique Moléculaire

Plus en détail