Les Meubles Daran : de l artisanal à la compétition internationale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les Meubles Daran : de l artisanal à la compétition internationale"

Transcription

1 Les Meubles Daran : de l artisanal à la compétition internationale Cas rédigé par Jocelyn Raymond, Université du Québec à Trois-Rivières La vue des grands espaces nous aide souvent à remettre nos problèmes en perspective. Rien de mieux que de rouler en automobile pour réfléchir sur les écueils qui nous préoccupent l esprit. Depuis longtemps, René Girard, co-fondateur et directeur général des Meubles Daran, profite de ces moments de solitude sur les routes de la Mauricie et du Centre-du-Québec pour tenter de résoudre les problèmes qui se présentent à lui. Aujourd hui, la route risque d être longue. L entreprise subit une perte de vitesse. Avec une ouverture toujours plus importante des marchés internationaux, le marché du meuble se métamorphose à vue d œil, ce qui peut rendre l avenir de cette organisation incertain. Il faut donc réagir et adapter notre façon de faire à cette nouvelle réalité. C est pourquoi M. Girard revoit mentalement le passé de l entreprise afin de déceler des éléments de réponse potentiels qui le guideront pour prendre la décision la plus appropriée. Retour en arrière René Girard a toujours aimé créer de ses mains. Pour lui, la chance ultime dans la vie était de pouvoir manipuler les matières afin d en faire ressortir les formes cachées en elles. Peu importe le matériau utilisé, Girard voulait laisser place à sa créativité. Dès son jeune âge, grâce aux nombreuses visites chez ses grands-parents et à son implication dans le mouvement scout, il avait eu l opportunité de travailler le bois, de manipuler ce matériau afin de le transformer à sa guise. Il était logique pour lui de poursuivre dans cette veine et de cultiver son plaisir pour le travail du bois. La nouvelle école qui venait d ouvrir ses portes à Victoriaville l attira grandement. En 1968, il s inscrivit donc à l École du meuble et du bois ouvré. Située dans une usine-école d une superficie de pieds carrés, les étudiants bénéficiaient pour faire leur apprentissage d un équipement moderne qui faisait souvent l envie de plusieurs industriels.

2 C est au cours de ces années de formation que René Girard fit la connaissance d un grand ami et de son futur partenaire, Normand Jacques. Fils et petit-fils d hommes d affaires influents de la région, il était souvent guidé par une vision plus pragmatique des choses, du futur. Celle-ci surpassait de beaucoup l approche artistique qui nourrit le travail de plusieurs ébénistes. Prenant en considération les forces de chacun et leur passion commune pour le travail du bois, Girard et Jacques s associent donc pour mettre en marche une petite entreprise; à leurs yeux, cette association ne pouvait que provoquer de bons résultats et se transformer en dividendes (monétaires et autres). Compte tenu de sa connaissance du milieu des affaires acquise à travers son histoire familiale, les aptitudes de Normand Jacques complémentaient parfaitement le tempérament artistique de son associé. En 1971, les Meubles Daran commencent leurs activités. Participant d une certaine façon au désir de l époque de retourner à la terre et à la vie rurale, de retrouver l essence de la vie en communion avec la nature, Normand Jacques et René Girard décident d implanter leur entreprise sur le Boulevard des Acadiens, à l entrée de Saint-Grégoire. Située sur la rive sud, à quelques kilomètres seulement de Trois-Rivières, cette petite municipalité offrait quand même des avantages autant stratégiques que monétaires aux nouveaux artisans-entrepreneurs. Aux coûts moindres d exploitation de l entreprise s ajoutaient des considérations qui relevaient plus de la conduite logistique des opérations : le caractère central de l emplacement géographique; la présence du nouveau pont Laviolette qui facilite les échanges avec Trois- Rivières et toutes les municipalités de la Mauricie et des autres régions de la rive nord du fleuve Saint-Laurent; le développement récent des infrastructures routières et, particulièrement, l apport de l autoroute Transcanadienne; la proximité de facilités portuaires et ferroviaires; etc. 2

3 Que ce soit consciemment ou non, René Girard et Normand Jacques avaient choisi un emplacement géographique qui ne pouvait s avérer que stratégique au plan des affaires. Ce lieu répondait aussi à leurs convictions idéologiques profondes qui se retrouvent toutes dans ce que l on a appelé l «esprit du retour à la terre». D ailleurs, influencés par l esprit de coopération et d échange qui caractérisait souvent les élans de la jeunesse de l époque ainsi que par des valeurs communautaires, Girard et Jacques visaient à mettre en place ce que l on nomme aujourd hui une gestion participative. Même si la petitesse de l entreprise au début lui donnait plutôt l allure d une coopérative de créateurs spécialisés dans le domaine du bois ouvré, les «participants» partageaient avec les deux fondateurs une certaine perception de l entreprise avec sa mission, sa vision et ses valeurs. La mission : offrir et confectionner du meuble de qualité, personnalisé, répondant aux besoins spécifiques des clients. La vision : se situer et se maintenir en tête de file des concepteurs de meubles au Québec. Les valeurs de l entreprise : être proche des clients; se rendre disponible, être à l écoute de leurs besoins; favoriser la fierté et le sentiment d appartenance des employés («participants»); bien s implanter dans la municipalité. Historique de l entreprise Au tout début, donc, Meubles Daran était surtout reconnu pour son approche artisanale du milieu des affaires. Le fonctionnement de l entreprise se comparait à celui d une coopérative. Partageant les infrastructures nécessaires à leur travail (local, machines, outils, ), les co-fondateurs de Meubles Daran et les «participants» (employés) s attardaient en premier lieu à répondre ponctuellement aux besoins de leurs nouveaux clients. Au cœur de cette démarche, l entreprise a pu grandir grâce à l excellence et au professionnalisme de leurs réalisations. 3

4 Dans la seconde moitié des années 1970, la forte réputation acquise au fil du temps permit donc à l organisation de croître et de s implanter plus fortement en tant qu entreprise à part entière dans son milieu. Tout en conservant une façon de faire plus artisanale, une petite production sérielle de meubles de rangement fut mise en branle. Les bonnes relations entretenues depuis la fin de leurs études avec les dirigeants et les professeurs de l École du meuble et du bois ouvré facilitaient la réussite de leur plan d action. Par le biais des stages de travail des étudiants, les Meubles Daran augmentèrent leur effectif en ayant la chance d embaucher parmi les meilleurs finissants des cohortes de l école de Victoriaville. Le souffle nouveau véhiculé par l arrivée de ces jeunes ébénistes aida l entreprise à grandir et à s imposer de plus en plus dans les différents milieux du marché du meuble, et ce, autant au Québec que dans l Est du Canada et les différents états américains de la Nouvelle-Angleterre. Afin de s assurer que les nouveaux venus puissent s intégrer facilement à l entreprise et participer à la vie déjà existante de l organisation, MM. Girard et Jacques nommèrent une petite équipe responsable des diverses questions reliées aux ressources humaines. Vu la petite taille de l organisation, la gestion des ressources humaines se faisait à l époque de façon beaucoup plus informelle. Leurs activités consistaient principalement à la préparation de l embauche, à l intégration et à l évaluation des employés pour assurer une répartition des effectifs qui sera optimale quant au rendement des travailleurs et à leur satisfaction professionnelle et, enfin, de voir à une bonne circulation de l information au sein de l entreprise afin de nourrir chez chacun le sentiment d appartenance à un groupe très uni, à une famille. Malheureusement, au début de la décennie suivante, une récession importante survient. Afin de conserver un rendement similaire dans les chiffres de production de l entreprise, le pragmatisme de Normand Jacques l amena à formuler la proposition suivante à son partenaire. Compte tenu que les prochaines années s annoncent plus difficiles, plus périlleuses, il est peut-être à l avantage de Meubles Daran de diversifier son catalogue. Selon eux, les consommateurs ayant moins de latitudes auront plutôt tendance à n acheter 4

5 que des choses qui semblent essentielles à leurs yeux. Lors d une de leurs rencontres d information avec les employés, René Girard et Normand Jacques proposèrent, avec succès, de débuter la production de séries d ameublement pour la cuisine et la salle à manger : tables, chaises, buffets, etc. Pour compléter cette démarche, l entreprise offrit dans un même élan une nouvelle gamme d armoires de cuisine. Tous pensèrent que c était l alternative la plus sûre pour se prémunir contre la période tumultueuse entrevue par de nombreux experts. Mais cette réorganisation de l entreprise découlant de la diversification du catalogue entraîna certains ajustements de la part des responsables de la gestion des ressources humaines. Afin de mieux répondre aux aléas provoqués par ce changement majeur, une nouvelle organisation du travail s avéra nécessaire. Par exemple, la reformulation des tâches définissant la plupart des postes présents à l époque au sein de l entreprise amena l équipe de GRH à mettre sur pied les services de formation adéquats pouvant permettre aux quelques 80 employés d atteindre le plus haut niveau de qualité professionnelle. Une main-d œuvre bien formée ne peut être qu un gage d excellence. Ce fut une réussite. En diversifiant ses produits, Meubles Daran profita d une demande assez régulière pour leur gamme d ameublement de cuisine de très grande qualité. Avec un carnet de commande qui se renouvelait à un bon rythme, l entreprise traversa cette mauvaise période sans trop s affaiblir. Au contraire, la renommée de leurs produits fit en sorte que l organisation connut une progression constante; au début des années 2000, la main-d œuvre de Meubles Daran comptait près de 125 employés. Description du marché du meuble Au Québec, l une des préoccupations des gouvernements a toujours été la question du développement régional. Il est essentiel de permettre aux forces économiques de s épanouir dans toutes les régions du territoire afin de dynamiser les capacités d innovation des entreprises québécoises. Pour ce, en 2002, le Ministère du Développement économique, de l Innovation et de l Exportation (MDEIE) a lancé le projet ACCORD (Action concertée de coopération régionale de développement). Grâce à la participation conjointe de l État et de la Société générale de financement du Québec 5

6 (SGF), les régions pouvaient déterminer les pôles de compétitivité de leur territoire, les forces socioéconomiques. Celles-ci présentaient par la suite aux différentes instances un plan d action et un plan stratégique visant à les rendre aptes à répondre avec justesse aux nouvelles réalités correspondant à une plus grande ouverture des marchés, c est-à-dire à relever le défi de la mondialisation. Le projet ACCORD, c est donner aux régions l opportunité et les moyens de développer ce qu elles font ou ce qu elles sont capables de faire de mieux. Il permet de miser sur l excellence et de placer les économies régionales dans un contexte international en leur donnant les moyens de compétitionner avec les meilleurs. (Source : «Les créneaux d excellence des régions dans la compétition mondiale : le projet ACCORD», Ministère du Développement économique, de l Innovation et de l Exportation) Par exemple, avec l aide financière de la SGF, les comités régionaux peuvent développer et financer des projets industriels en relation avec les créneaux d excellence. Ceci aide l État à concevoir une action territorialisée centrée sur les particularités de chacune des régions. L aide du gouvernement du Québec consiste aussi en la mise sur pied de certains partenariats interrégionaux. De la sorte, on veut favoriser la mise en commun des forces et des atouts complémentaires. Suite à cette démarche à l intérieur du projet ACCORD, le Centre-du Québec a pu déterminer les forces caractéristiques de son territoire. Les créneaux d excellence de la région se rapportent, pour n en nommer que quelques-uns, aux domaines de la production fromagère, des technologies de récupération et de valorisation des matières résiduelles et du travail des textiles techniques. À ceci s ajoute la qualification d associé en ce qui a trait à l industrie du meuble et du bois ouvré; dans un partenariat interrégional avec les régions de Lanaudière, de la Mauricie et de Chaudière-Appalaches, le Centre-du-Québec développe les forces qui lui permettront d acquérir et de conserver une position de choix face à la compétition mondiale dans le marché du meuble. La présence de nombreuses entreprises «phares» ainsi que la proximité d un bassin industriel spécialisé dans ce domaine a favorisé la détermination de ce créneau d excellence pour le Centre-du- Québec. Le rayonnement de l École nationale du meuble et de l ébénisterie et de son 6

7 Centre de transfert technologique a sûrement joué aussi lors de l octroi de ce titre d associé. Actualité de Meubles Daran Ces dernières années, plusieurs événements ont transformé le décor de Meubles Daran. Tout d abord, la mort prématurée de Normand Jacques en 2002 a fait de René Girard l unique directeur de l entreprise. Mais ce n est que pour un temps seulement. Le fils de son partenaire, Jean-Michel Jacques, se préparait déjà avant la mort de son père à venir s intégrer à l équipe de direction de l entreprise. M. Girard lui conserve sa place; il cherche même à lui donner la chance de participer aux différentes démarches en relation avec le projet ACCORD. Il se dit que si Jean-Michel n a que la moitié des aptitudes de son père pour les affaires, celui-ci apportera une contribution fort appréciable au déroulement des activités futures de l entreprise. Jean-Michel connaît d ailleurs les Meubles Daran depuis de nombreuses années. Jeune garçon, il venait rendre visite régulièrement à son père; il se familiarisait avec les gens qui oeuvraient en ces lieux. À 16 ans, juste avant d y obtenir un emploi d été, il pouvait vous entretenir sur les différents processus de production de l entreprise. C est à ce moment, vers 1996, que Jean-Michel décida de poursuivre dans les traces de son père en s inscrivant à l École québécoise du meuble et du bois ouvré (EQMBO). Pendant ces années d apprentissage, il prit entre autres choses connaissance des nouvelles méthodes de travail engendrées par l informatisation des processus : la fabrication assistée par ordinateur (FAO), le dessin assisté par ordinateur et la conception par ordinateur (DAO et le CAO). Mais son père souhaitait partager le travail avec son fils au sein de l équipe de direction de l entreprise. À la suggestion de celui-ci, Jean-Michel s inscrivit à l université en vue d obtenir un baccalauréat en administration. En 2004, il commença à travailler en collaboration avec M. Girard. Juste à temps pour faire face à l une des plus grandes menaces sur le marché du meuble. 7

8 Avec l ouverture mondiale du monde des affaires, l arrivée de la concurrence asiatique sur le marché du meuble, et plus particulièrement de la production chinoise, risque de provoquer une métamorphose majeure transformant plusieurs facettes de l industrie. En 2005 seulement, la Chine comptait plus de 3 millions de personnes oeuvrant dans plus de entreprises du secteur du meuble. Cette force majeure du marché mondial du meuble a d ailleurs exporté dans les trois premiers trimestres de 2005 pour plus de 8,5 milliards de dollars américains (Source : «Le marché du meuble en Chine», Ambassade de France en Chine Mission économique). Pour réussir à se maintenir à flot, à contrer une perte de vitesse de Meubles Daran et à éventuellement prospérer, René Girard était persuadé qu il fallait dès maintenant repenser les activités de l entreprise. Vu que la petite municipalité du Centre-du-Québec les avait toujours bien appuyé depuis leurs débuts, René Girard se croyait redevable envers Saint-Grégoire. Il sentait le besoin de faire preuve de loyauté. La communauté comptait beaucoup sur les activités des Meubles Daran pour continuer d insuffler un dynamisme certain à la vie de Saint- Grégoire. Même si plusieurs employés de l entreprise proviennent des communautés environnantes, principalement de Trois-Rivières, les commerçants du village bénéficient quand même des nombreuses retombées dues à la circulation quotidienne de ceux-ci. C est pourquoi, percevant que son entreprise est bien implantée dans ce milieu depuis le début des années 1970, M. Girard veut faire tout ce qui est en son pouvoir pour bien répondre à cette nouvelle menace. Il s agit, à ses yeux, d un défi qui pourra influencer le sort de la communauté tout entière. Que faire? Suite à une rencontre informelle à ce sujet avec ses collaborateurs, René Girard prend la route en solitaire afin de mieux réfléchir à cette question. Depuis qu il appréhende cette nouvelle situation, il cherche la façon adéquate de préparer son entreprise à mieux répondre aux contrecoups découlant de ce bouleversement du marché du meuble. 8

9 Attachant beaucoup d importance à ce prochain geste pour assurer l avenir de l entreprise, M. Girard a tendance à vouloir jouer une valeur sûre. Tout comme au début des années 1980, il pense que l ajout de certains produits à son catalogue peut avoir le même résultat et faire en sorte que l entreprise conserve sa position de choix sur le marché. Mais, compte tenu de la réalité du marché mondial du meuble en 2005, il est possible que cette décision entraîne une conclusion bien différente. Il hésite encore. Selon l affirmation de certains observateurs : Dans ce contexte, les entreprises les plus compétitives qui seront capables de mener à bien des stratégies innovatrices prenant en compte l emploi de nouveaux matériaux, l utilisation de designs forts, la compréhension des évolutions des comportements des consommateurs et celle des besoins de la distribution, pourraient parvenir à développer leur part de marché. (Source : «Le marché du meuble en France. Les fournisseurs dans le monde», IFA Industries françaises de l ameublement) En ce sens, Jean-Michel Jacques croit plutôt qu il serait avantageux de tendre vers une spécialisation de la production. Il proposa donc à M. Girard de choisir une seule gamme de produits et de mettre toutes les énergies de Meubles Daran pour se maintenir comme chef de file de ce créneau précis face à ses compétiteurs sur le marché québécois. Pour Jean-Michel Jacques, la confection d armoires de cuisine semble garantir un avenir meilleur. À ses yeux, le simple fait d offrir des armoires de cuisine haut de gamme à ses consommateurs permettra à l entreprise de se mettre à l abri des contrecoups provoqués par l arrivée en masse des produits asiatiques. Par contre, le choix de cette option entraînera sûrement des changements majeurs au sein de l entreprise et de sa culture organisationnelle. Après mûre réflexion, René Girard croit que l option proposée par Jean-Michel lui offre plus d assurance quant à l avenir de l entreprise. Il sait bien que de cette décision découleront de nombreux changements qui transformeront la conduite de Meubles Daran; mais, l argumentaire de Jean-Michel le conforte dans sa démarche. Avec l aide de ce dernier, il est confiant de mener à terme ce projet et de réussir à sauver l entreprise en lui permettant de conserver une position de choix face à la concurrence mondiale. 9

10 Par ses arguments, le jeune homme a aussi permis à M. Girard de prendre conscience des difficultés inhérentes à l implantation de tous ces changements. Retenons seulement, en guise d exemple, un problème majeur qui se présente aux dirigeants de Meubles Daran : il y a une polarisation de l âge de la main-d œuvre. Tandis qu une moitié des employés qui étaient déjà présents au début des activités de l entreprise ont maintenant plus de 50 ans, l autre moitié regroupe en majorité des jeunes qui commencent à faire leurs preuves. Comment faire alors pour bien intégrer les employés plus âgés au processus de changement et, ainsi, s assurer de conserver leur grande expertise? Que faire aussi pour favoriser l implication de la main-d œuvre plus jeune démontrant un dynamisme qui, souvent, peut s avérer bénéfique pour l organisation? Pour répondre à ce défi et à de nombreux autres se rattachant à la réorganisation de l entreprise, René Girard acquiesce aussi à la demande insistante de Jean-Michel et met sur pied un département dont la seule fonction véritable sera de gérer les ressources humaines. Ayant confiance aux aptitudes de gestion du jeune homme, il lui en confie la direction. Que suggérez-vous à Jean- Michel et à son équipe de faire pour accomplir avec succès la réorientation de Meubles Daran? D autres questions Quels sont les effets de ce choix sur la gestion des ressources humaines au sein de cette entreprise? Quels sont les gestes à poser qui permettront à l équipe de gestion des ressources humaines de mieux préparer la main-d œuvre à ce changement? Les difficultés que certaines régions dites éloignées rencontrent lorsqu il s agit d embaucher une main-d œuvre plus spécialisée peuvent-elles nuire au processus de spécialisation de Meubles Daran? 10

OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE

OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE Cette fi che est un outil d introduction au concept de la gestion interculturelle. Elle est destinée aux gestionnaires de PME afi

Plus en détail

LA CAISSE DESJARDINS DE QUÉBEC

LA CAISSE DESJARDINS DE QUÉBEC GUIDE À L USAGE DE L EMPLOYEUR LA CAISSE DESJARDINS DE QUÉBEC un partenaire incontournable dans l intégration réussie de votre main-d œuvre immigrante Visitez-nous au desjardins.com/caissedequebec Être

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2009-2013. Société du Parc industriel et portuaire de Bécancour

Plan d action de développement durable 2009-2013. Société du Parc industriel et portuaire de Bécancour Société du Parc industriel et portuaire de Bécancour Plan d action de développement durable 2009-2013 Favoriser une meilleure concertation des industries du territoire Octobre 2009 Avant propos La Société

Plus en détail

CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT - RÉGION DE LA CAPITALE-NATIONALE

CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT - RÉGION DE LA CAPITALE-NATIONALE CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT - RÉGION DE LA CAPITALE-NATIONALE Commentaires sur La Stratégie de développement durable de l Administration portuaire de Québec 5 février 2014 TABLE DES MATIÈRES Commentaires

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP.

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. MOBILIS PERFORMA PRÉSENTE LE PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN, UNE FORMATION ÉLABORÉE

Plus en détail

Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue

Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue Cette section vous propose une synthèse des questions les plus susceptibles d être posées en entrevue de sélection. Cette section peut vous aider lors de

Plus en détail

Préparé par : Mathieu Gagnon, BAA, MGP. 04 mars 2015 Document : 0315-MEM-STOLT-GM Révision 0

Préparé par : Mathieu Gagnon, BAA, MGP. 04 mars 2015 Document : 0315-MEM-STOLT-GM Révision 0 MÉMOIRE présenté au Bureau d audiences publiques sur l environnement dans le cadre du projet de construction d une installation de liquéfaction de gaz naturel à Préparé par : Mathieu Gagnon, BAA, MGP 04

Plus en détail

Cadre de gestion du fonds régional d investissement (FRIJ) en Chaudière-Appalaches

Cadre de gestion du fonds régional d investissement (FRIJ) en Chaudière-Appalaches Cadre de gestion du fonds régional d investissement (FRIJ) en Chaudière-Appalaches Document mis à jour en avril 2014 Table de matière 1. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX 3 1.1 PRÉSENTATION DU FONDS RÉGIONAL D INVESTISSEMENT

Plus en détail

Planification stratégique 2012-2015

Planification stratégique 2012-2015 DE CHAUDIÈRE-APPALACHES Planification stratégique 2012-2015 Reprendre du pouvoir sur sa vie. 23681_CRDCA_Planification 2012.indd 1 Description de la démarche La démarche de planification stratégique du

Plus en détail

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas :

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : Introduction Le CRM se porte-t-il si mal? Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : «75 % de projets non aboutis» «La déception du CRM» «Le CRM : des

Plus en détail

Commentaires de. l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document. Un regard neuf sur le patrimoine culturel

Commentaires de. l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document. Un regard neuf sur le patrimoine culturel Commentaires de l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document Un regard neuf sur le patrimoine culturel Dans le cadre de la consultation publique pour une révision de la

Plus en détail

LES PARTICULARITÉS DE LA COOPÉRATIVE DE SOLIDARITÉ

LES PARTICULARITÉS DE LA COOPÉRATIVE DE SOLIDARITÉ Vous envisagez de vous lancer en affaires sous la formule «Coopérative»? Une coopérative est une personne morale regroupant des personnes ou sociétés qui ont des besoins économiques, sociaux ou culturels

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE 45

PROJET PEDAGOGIQUE 45 PROJET PEDAGOGIQUE 45 1. OBJECTIFS GÉNÉRAUX a) L enseignement spécialisé secondaire professionnel a pour objectif de donner aux élèves une formation générale, sociale et professionnelle les amenant à s

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents?

Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents? > pour un meilleur rendement des organisations et des personnes Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents? L optimisation du capital

Plus en détail

agence-école LVB 2 en communication visuelle L Agence dans l école, l école dans l agence Un principe inédit : faire venir l entreprise dans l école.

agence-école LVB 2 en communication visuelle L Agence dans l école, l école dans l agence Un principe inédit : faire venir l entreprise dans l école. agence-école LVB 2 en communication visuelle L Agence dans l école, l école dans l agence Un principe inédit : faire venir l entreprise dans l école. établissement privé d enseignement supérieur technique

Plus en détail

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui.

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Mesdames et Messieurs, 1 Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Le but de ce moment d échange est de mieux faire connaissance. Il est aussi

Plus en détail

Être inspiré. Être prêt. Être meilleur. Plan d action pour transformer l éducation postsecondaire au Nouveau Brunswick

Être inspiré. Être prêt. Être meilleur. Plan d action pour transformer l éducation postsecondaire au Nouveau Brunswick Être inspiré. Être prêt. Être meilleur. Plan d action pour transformer l éducation postsecondaire au Nouveau Brunswick Rapport d étape sur le plan d action Mars 2010 Être inspiré. Être prêt. Être meilleur.

Plus en détail

Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi

Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi Éléments principaux de Passeport pour ma réussite Passeport pour ma réussite

Plus en détail

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE TABLE DES MATIÈRES Alternance travail-études au niveau collégial... 5 Rôles et responsabilités de chacun... 6 Avantages de l alternance travail-études... 7 Situations particulières...

Plus en détail

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Cabinet du ministre Communiqué de presse BUDGET 2013-2014 COMMUNIQUÉ N 2 BUDGET 2013-2014 Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Québec, le 20 novembre 2012 «Pour accélérer la croissance

Plus en détail

+Allocution sur les impacts et défis du numérique dans le secteur de l édition musicale Par Joëlle Bissonnette APEM jbissonnette@apem.

+Allocution sur les impacts et défis du numérique dans le secteur de l édition musicale Par Joëlle Bissonnette APEM jbissonnette@apem. +Allocution sur les impacts et défis du numérique dans le secteur de l édition musicale Par Joëlle Bissonnette APEM jbissonnette@apem.ca Dans le cadre du colloque «L articulation commerce-culture à l ère

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

Présentation du Programme de prévention et de soutien relié aux tags et aux graffitis

Présentation du Programme de prévention et de soutien relié aux tags et aux graffitis Présentation du Programme de prévention et de soutien relié aux tags et aux graffitis Pour contrer le problème du vandalisme par tags et graffitis, la Ville de Gatineau a mis sur pied un Programme de prévention

Plus en détail

RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement

RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement La recherche à l Université Sainte-Anne L Université Sainte-Anne, par son emplacement géographique,

Plus en détail

Mesdames et messieurs, chers actionnaires,

Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Allocution de monsieur Réal Raymond président et chef de la direction de la Banque Nationale du Canada Fairmont Le Reine Elizabeth Montréal, le 8 mars 2006 Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Permettez-moi

Plus en détail

AGENCEUR D INTÉRIEUR. Une équipe aux. multiples savoir-faire. un métier valorisant! www.deviensagenceur.fr

AGENCEUR D INTÉRIEUR. Une équipe aux. multiples savoir-faire. un métier valorisant! www.deviensagenceur.fr AGENCEUR D INTÉRIEUR un métier valorisant! Une équipe aux multiples savoir-faire www.deviensagenceur.fr L architecte, l architecte d intérieur, le décorateur, le designer et l agenceur d intérieur contribuent

Plus en détail

LES SECRETS DU SUCCÈS

LES SECRETS DU SUCCÈS Investir - Pour un Québec résolument moderne et innovateur Colloque organisé par le Conseil du patronat du Québec Montréal, le jeudi 11 novembre 2004 POINTS SAILLANTS DU COLLOQUE LES SECRETS DU SUCCÈS

Plus en détail

Fiche entreprise : E12

Fiche entreprise : E12 Fiche entreprise : E12 FONCTION ET CARACTÉRISTIQUES / PERSONNE INTERVIEWÉE La personne interviewée a une formation en génie mécanique et agit à titre de directrice de la production, ce qui inclut la responsabilité

Plus en détail

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser, éduquer,

Plus en détail

Compte-rendu de la rencontre politique tenue à la Maison du commerce de la Chambre de commerce du Saguenay, lundi le 1er décembre 2008.

Compte-rendu de la rencontre politique tenue à la Maison du commerce de la Chambre de commerce du Saguenay, lundi le 1er décembre 2008. Compterendu de la rencontre politique tenue à la Maison du commerce de la Chambre de commerce du Saguenay, lundi le 1er décembre 2008. Animateurs de la rencontre : Madame Nadine Daoud, présidente de la

Plus en détail

La diplomatie économique et la promotion économique du Maroc à l étranger

La diplomatie économique et la promotion économique du Maroc à l étranger Conseil National du Commerce Extérieur La diplomatie économique et la promotion économique du Maroc à l étranger Anticiper Partager Agir 2000 www.cnce.org.ma Sommaire INTRODUCTION 1. LE NOUVEAU CONTEXTE

Plus en détail

Principles Impératif Juillet 2009. Les principes de gestion et de «leadership» chez Nestlé

Principles Impératif Juillet 2009. Les principes de gestion et de «leadership» chez Nestlé Principles Impératif Juillet 2009 Les principes de gestion et de «leadership» chez Nestlé Principles Impératif Juillet 2009 Fonction émettrice Département des Ressources humaines Auteur/département émetteur

Plus en détail

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Dans cet atelier, nous verrons plusieurs façons d intervenir en tant que pair aidant. Anne-Marie Benoit présentera son travail

Plus en détail

ENTREVUE D EMBAUCHE : COMMENT S Y PRÉPARER?

ENTREVUE D EMBAUCHE : COMMENT S Y PRÉPARER? ENTREVUE D EMBAUCHE : COMMENT S Y PRÉPARER? 1 PRÉPARATION GÉNÉRALE : Bien connaître son C.V. et en amener des copies supplémentaires (si plusieurs employeurs ou si celui-ci l a perdu). Ne pas plier son

Plus en détail

Dernière chance de participer au concours de photo du Comité ZIP Les Deux Rives

Dernière chance de participer au concours de photo du Comité ZIP Les Deux Rives Dernière chance de participer au concours de photo du Comité ZIP Les... 1 sur 2 2008-09-18 13:54 Sujet : Dernière chance de participer au concours de photo du Comité ZIP Les Deux Rives De : Guy Guilbert

Plus en détail

Étude sur les efforts requis pour gérer les offices d habitation de moins de 100 logements Société d habitation du Québec

Étude sur les efforts requis pour gérer les offices d habitation de moins de 100 logements Société d habitation du Québec CONDENSÉ DÉCISIONNEL Étude sur les efforts requis pour gérer les offices d habitation de moins de 100 logements Société d habitation du Québec Le 11 avril 2014 d habitation de moins de 100 logements Condensé

Plus en détail

Guide pratique des réseaux sociaux professionnels virtuels. Des conseils pour tirer le meilleur parti de ces communautés en ligne

Guide pratique des réseaux sociaux professionnels virtuels. Des conseils pour tirer le meilleur parti de ces communautés en ligne Guide pratique des réseaux sociaux professionnels virtuels Des conseils pour tirer le meilleur parti de ces communautés en ligne 1 Sommaire 3 Introduction 4-6 Faites votre choix Une fiche d identité des

Plus en détail

Reconduire le programme AccèsLogis Québec et assurer un développement soutenu de logements sociaux et communautaires

Reconduire le programme AccèsLogis Québec et assurer un développement soutenu de logements sociaux et communautaires Reconduire le programme AccèsLogis Québec et assurer un développement soutenu de logements sociaux et communautaires Automne 2014 UN PROGRAMME PERTINENT ET NÉCESSAIRE Les besoins de logements abordables

Plus en détail

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE MÉMOIRE DEPOSE AU BUREAU D AUDIENCES PUBLIQUES SUR L ENVIRONNEMENT (BAPE) DANS LE CADRE DES AUDIENCES PUBLIQUES POUR LES PROJETS DE RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif

Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif La recherche du lauréat du prix Nobel de Sciences économiques James Heckman et sa pertinence pour les communautés francophones en milieu

Plus en détail

Guide d accompagnement à l intention des intervenants

Guide d accompagnement à l intention des intervenants TABLE RÉGIONALE DE L ÉDUCATION CENTRE-DU-QUÉBEC Campagne de promotion la de la lecture Promouvoir Guide d accompagnement à l intention des intervenants Présentation Le projet sur la réussite éducative

Plus en détail

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB En juin 2012, le conseil d administration de l AFANB a décidé d entreprendre une démarche de révision du plan stratégique qui mènera au dépôt d un plan stratégique

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Le secret est dans le mentorat!

Le secret est dans le mentorat! ACTUALITÉS Assurer la pérennité de son entreprise Le secret est dans le mentorat! Selon un sondage réalisé par Léger Marketing en novembre 2008, un tiers des jeunes Québécois de 16 à 24 ans espèrent pouvoir

Plus en détail

En fonction de sa proposition, Hydro-Québec s attend à ce que la nouvelle tarification soit effective au début de l année 2007.

En fonction de sa proposition, Hydro-Québec s attend à ce que la nouvelle tarification soit effective au début de l année 2007. NOTE AU LECTEUR Fondée en 1961, l Association provinciale des constructeurs d habitations du Québec (APCHQ) est une référence en matière de construction et de rénovation résidentielles. Regroupant quelque

Plus en détail

Application dans la formation des professionnels de l expertise comptable au Québec. Janie Bérubé, Annie Brisson et Patricia Michaud

Application dans la formation des professionnels de l expertise comptable au Québec. Janie Bérubé, Annie Brisson et Patricia Michaud Une démarche d'accompagnement pour une autoévaluation réflexive Application dans la formation des professionnels de l expertise comptable au Québec Janie Bérubé, Annie Brisson et Patricia Michaud Université

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

PLAN DE COURS MBA-8C18 Groupe 15. Volet A - Gestion des ressources humaines

PLAN DE COURS MBA-8C18 Groupe 15. Volet A - Gestion des ressources humaines Département d organisation et ressources humaines École des sciences de la gestion Université du Québec à Montréal «Créer de la valeur exige audace et engagement» PLAN DE COURS MBA-8C18 Groupe 15 Volet

Plus en détail

LA MISSION DE L APER EST DE REPRÉSENTER ET DE DÉFENDRE LES DROITS DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUÉBEC

LA MISSION DE L APER EST DE REPRÉSENTER ET DE DÉFENDRE LES DROITS DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUÉBEC LA MISSION DE L APER EST DE REPRÉSENTER ET DE DÉFENDRE LES DROITS DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUÉBEC SOUTIEN, DÉVELOPPEMENT, REPRÉSENTATION L APER EST LA

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

TRIUMF ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES ENTREPRISES CANADIENNES GRÂCE AUX SCIENCES ET À L INNOVATION. Consultations prébudgétaires 2014

TRIUMF ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES ENTREPRISES CANADIENNES GRÂCE AUX SCIENCES ET À L INNOVATION. Consultations prébudgétaires 2014 Canada s national laboratory for particle and nuclear physics Laboratoire national canadien pour la recherche en physique nucléaire et en physique des particules TRIUMF ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES ENTREPRISES

Plus en détail

VOUS AVEZ 50 ANS ET PLUS? METTEZ VOTRE EXPÉRIENCE À PROFIT, DANS LE SECTEUR D EMPLOI DE L ÉCONOMIE SOCIALE ET DE L ACTION COMMUNAUTAIRE!

VOUS AVEZ 50 ANS ET PLUS? METTEZ VOTRE EXPÉRIENCE À PROFIT, DANS LE SECTEUR D EMPLOI DE L ÉCONOMIE SOCIALE ET DE L ACTION COMMUNAUTAIRE! METTEZ VOTRE EXPÉRIENCE À PROFIT, DANS LE SECTEUR D EMPLOI DE L ÉCONOMIE SOCIALE ET DE L ACTION COMMUNAUTAIRE! VOUS AVEZ 50 ANS ET PLUS? www.csmoesac.qc.ca DANS LE SECTEUR D EMPLOI DE L ÉCONOMIE SOCIALE

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

PRÉSENTE. Alimentée par GUIDE DES CHAUFFEURS

PRÉSENTE. Alimentée par GUIDE DES CHAUFFEURS PRÉSENTE Alimentée par GUIDE DES CHAUFFEURS LA COURSE DU GRAND DÉFI PIERRE LAVOIE ÉDITION 2015 TABLE DES MATIÈRES Mission... 4 Contexte de l évènement... 4 Horaire... 5 La Course de nuit vendredi 8 mai...

Plus en détail

MOBILISATION ESTIVALE RAPPORT D ACTIVITÉ

MOBILISATION ESTIVALE RAPPORT D ACTIVITÉ MOBILISATION ESTIVALE RAPPORT D ACTIVITÉ Octobre 2012 1. DESCRIPTION DE L ACTIVITÉ La mobilisation estivale «Au boulot sans ma voiture Cet été, tout le plaisir est pour moi!» consistait en un événement

Plus en détail

Mémoire sur le projet de loi n o 36, Loi sur la Banque de développement économique du Québec

Mémoire sur le projet de loi n o 36, Loi sur la Banque de développement économique du Québec 2013 Mémoire sur le projet de loi n o 36, Loi sur la Banque de développement économique du Québec Présenté à la Commission de l économie et du travail, de l Assemblée nationale du Québec Présenté le 17

Plus en détail

2.1. AVANT LA FORMATION 2.1.1. ANALYSER COLLECTIVEMENT LE BESOIN

2.1. AVANT LA FORMATION 2.1.1. ANALYSER COLLECTIVEMENT LE BESOIN AVANT LA FORMATION 2.1. AVANT LA FORMATION L avant-formation est l étape initiale du processus de formation et son importance est cruciale pour la réussite du programme. C est en effet lors de ce moment

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Administration et gestion des entreprises de l Université de Versailles Saint- Quentin-en-Yvelines - UVSQ Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

LES HABILETÉS DE SAVOIR ÊTRE

LES HABILETÉS DE SAVOIR ÊTRE LES HABILETÉS DE SAVOIR ÊTRE Clémence Gauvin et Émilienne Laforge, professeures Module travail social Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue 2004-2005, modification mai 2006 Introduction La formation

Plus en détail

La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées?

La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées? La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées? Contexte Nous entendons dire : «La planification des RH constitue le fondement de la dotation en personnel sous la nouvelle

Plus en détail

Avis régional de la Commission jeunesse du Bas-Saint-Laurent

Avis régional de la Commission jeunesse du Bas-Saint-Laurent Avis régional de la Commission jeunesse du Bas-Saint-Laurent dans le cadre des audiences publiques de la Commission des transports du Québec à la suite de la demande de la compagnie Orléans Express visant

Plus en détail

Enjeux associés aux modifications du régime de l assurance-emploi en 2012-2013 pour la région de l Abitibi-Témiscamingue

Enjeux associés aux modifications du régime de l assurance-emploi en 2012-2013 pour la région de l Abitibi-Témiscamingue Enjeux associés aux modifications du régime de l assurance-emploi en 2012-2013 pour la région de MÉMOIRE présenté à la Commission nationale d examen sur l assuranceemploi Le 12 juillet 2013 Ce document

Plus en détail

GRAP. dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie

GRAP. dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie Illustration de deux cas d entreprises tirés de la recherche du Groupe régional d activités partenariales en économie sociale de l Estrie (GRAP-Estrie)

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO-

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- ALIMENTAIRE AU QUÉBEC RÉSULTATS D UNE CONSULTATION DES ACTEURS DU SECTEUR AGROALIMENTAIRE AU SUJET DE LEUR CONFIANCE ENVERS LEURS PERSPECTIVES FUTURES Préparé pour l Union

Plus en détail

Guide sur les mutuelles de formation. Règlement sur les mutuelles de formation

Guide sur les mutuelles de formation. Règlement sur les mutuelles de formation Guide sur les mutuelles de formation Règlement sur les mutuelles de formation ÉDITION AVRIL 2008 Dans le cadre d une entente de délégation prévue par la Loi sur le ministère de l Emploi et de la Solidarité

Plus en détail

Gestion commerciale LCA.8Z. Information : (514) 376-1620, poste 419

Gestion commerciale LCA.8Z. Information : (514) 376-1620, poste 419 Gestion LCA.8Z Information : (514) 376-1620, poste 419 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler 35 unités 1/3. Buts généraux du programme Ce programme

Plus en détail

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS DÉCLARATION AUX MÉDIAS POUR LA PUBLICATION DU Rapport annuel 2013-2014 par François Boileau Commissaire aux services en français de l Ontario Jeudi 10 juillet 2014 11 h 00 Salle des médias Édifice de l

Plus en détail

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion?

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion? Chantier sur la cohésion sociale et l inclusion dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés JUIN 2013 1) Mise en contexte Dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés à Saint-Camille, 4 chantiers

Plus en détail

L entretien hivernal des routes : concilier protection de l environnement et sécurité routière

L entretien hivernal des routes : concilier protection de l environnement et sécurité routière L entretien hivernal des routes : concilier protection de l environnement et sécurité routière Audrée Perreault, ing. Naomie Gagnon, ing. jr. Frédéric Champagne, ing. Ministère des Transports du Québec

Plus en détail

À l attention des parents (Le conseil étudiant travaillera à produire un questionnaire pour les élèves de l école.)

À l attention des parents (Le conseil étudiant travaillera à produire un questionnaire pour les élèves de l école.) À l attention des parents (Le conseil étudiant travaillera à produire un questionnaire pour les élèves de l école.) REMETTRE CE DOCUMENT AU SECRÉTARIAT DE L ÉCOLE OU NOUS LE FAIRE PARVENIR PAR COURRIEL

Plus en détail

LES ÉTAPES DE LA RECHERCHE D EMPLOI

LES ÉTAPES DE LA RECHERCHE D EMPLOI CARREFOUR JEUNESSE-EMPLOI RIVIÈRE-DU-NORD LES ÉTAPES DE LA RECHERCHE D EMPLOI Carrefour jeunesse emploi Rivière-du-Nord 2011-2012 Page 1 420, rue du Marché Saint-Jérôme Québec, J7Z 2B2 T. 450 431-55253

Plus en détail

Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013

Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013 Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013 INITIATIVE INTERNATIONALE D ISTANBUL SUR LE VIEILLISSEMENT DOCUMENT DE REFERENCE Au cours de la dernière

Plus en détail

Narration : Christian Reber : Jacques Marchand : Kathleen Gilmour : Nigel Roulet : Jacques Marchand :

Narration : Christian Reber : Jacques Marchand : Kathleen Gilmour : Nigel Roulet : Jacques Marchand : TRANSCRIPTION Conseils sur la présentation d une demande de subvention à la découverte du CRSNG Narration : Pour obtenir des fonds de recherche dans un milieu concurrentiel, vous devez présenter vos idées

Plus en détail

Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques. Rapport d étude Janvier 2012

Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques. Rapport d étude Janvier 2012 Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques Rapport d étude Janvier 2012 Dans le cadre de sa stratégie d action sur les changements climatiques, le Regroupement national

Plus en détail

Questions typiques d entrevue

Questions typiques d entrevue Questions typiques d entrevue 1- Parlez-moi de vous? Question la plus importante de l entrevue; pourrait être la seule. Soyez bref. Ne tombez pas dans le piège de donner tout en détail. Ne dépassez pas

Plus en détail

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire -

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Juin 2009 1 Objectifs Réalisée par CROP pour le compte de l Association québécoise d établissements

Plus en détail

LE PROJET D UN INSTITUT DE REVUE D UTILISATION DU MÉDICAMENT (IRUM) QUÉBÉCOIS

LE PROJET D UN INSTITUT DE REVUE D UTILISATION DU MÉDICAMENT (IRUM) QUÉBÉCOIS LE PROJET D UN INSTITUT DE REVUE D UTILISATION DU MÉDICAMENT (IRUM) QUÉBÉCOIS OORRDDRREE DDEESS PPHHAARRMAACCI IIEENNSS DDUU QQUUÉÉBBEECC Adopté par les membres du Bureau de l Ordre des pharmaciens Le

Plus en détail

Procédures de requête et de plainte

Procédures de requête et de plainte 7 Procédures de requête et de plainte Cet outil explique diverses démarches de requêtes ou de plaintes que des personnes peuvent avoir à effectuer dans certaines situations. Il vise à démystifier ces démarches

Plus en détail

Est-ce que les coopératives d habitations sont des résidences universitaires traditionnelles?

Est-ce que les coopératives d habitations sont des résidences universitaires traditionnelles? FAQ // coopératives d habitations étudiante Est-ce que les coopératives d habitations sont des résidences universitaires traditionnelles? Pas du tout! Mise à part qu elles soient dédiées à la population

Plus en détail

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE APERÇU Pour avoir

Plus en détail

Votre entreprise Le titre du poste que vous recherchez Le nom du candidat Exemple : Note concernant la candidate Tremblay (exemple)

Votre entreprise Le titre du poste que vous recherchez Le nom du candidat Exemple : Note concernant la candidate Tremblay (exemple) Votre spécialiste en acquisition de talents Symbiose Ressources humaines 514-448-5630 info@symbioserh.net Tabledesmatières NoteconcernantlacandidateTremblay(exemple)...1 Résumédelacandidature(exemple)...2

Plus en détail

Les programmes des Services éducatifs complémentaires. Juin 2006 R A. Services éducatifs particuliers et complémentaires

Les programmes des Services éducatifs complémentaires. Juin 2006 R A. Services éducatifs particuliers et complémentaires E Les programmes des Services éducatifs complémentaires X Juin 2006 T Services éducatifs particuliers et complémentaires R A OBJECTIF 3.1 Accompagner l élève, de façon continue, dans la construction de

Plus en détail

Faire parvenir les documents suivants à l agent de soutien du programme

Faire parvenir les documents suivants à l agent de soutien du programme Reconnaissances des acquis Crédits d équivalence et exemptions Prendre note : Il n y a aucun frais associés au processus d évaluation du dossier Tous les participants au programme doivent obtenir des crédits

Plus en détail

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Mémoire intitulé : «Le patrimoine bâti : une autre approche» Présenté par : Le Service d aide-conseil

Plus en détail

Recommandations du Forum jeunesse de l Île de Montréal en matière d économie et d emploi

Recommandations du Forum jeunesse de l Île de Montréal en matière d économie et d emploi Recommandations du Forum jeunesse de l Île de Montréal en matière d économie et d emploi DANS LE CADRE DES CONSULTATIONS PRÉBUDGETAIRES BUDGET 2014-2015 PRIORITÉ EMPLOI Ministère des Finances et de l Économie

Plus en détail

Étude de cas n o 1. Paul intègre un CELI à son portefeuille d épargne pour la retraite. Des solutions qui cliquent. Vers une meilleure retraite

Étude de cas n o 1. Paul intègre un CELI à son portefeuille d épargne pour la retraite. Des solutions qui cliquent. Vers une meilleure retraite Vers une meilleure retraite Étude de cas n o 1 Section header 1 Section header 2 Des solutions qui cliquent Étude de cas n o 1 Paul intègre un CELI à son portefeuille d épargne pour la retraite À l intention

Plus en détail

Mandat de stage. Éco-stage

Mandat de stage. Éco-stage Mandat de stage - Éco-stage Nom de l'organisme : Réseau québécois des groupes écologistes Domaine d intervention : Énergie Période de stage (printemps-été / automne): Automne 2011 (31 août au 29 novembre)

Plus en détail

SAINT-LUC TOURNAI ÉBÉNISTERIE. Enseignement Secondaire Professionnel

SAINT-LUC TOURNAI ÉBÉNISTERIE. Enseignement Secondaire Professionnel SAINT-LUC TOURNAI ÉBÉNISTERIE Enseignement Secondaire Professionnel 1 Sommaire Historique 5 Introduction 5 Deuxième Degré Professionnel 7 Formation en 3 ème 9 4 ème 11 Troisième Degré Professionnel 13

Plus en détail

Technologie 9 e année (ébauche)

Technologie 9 e année (ébauche) Conseil scolaire acadien provincial École secondaire du Sommet Élaboré par M. J. Saldaña T., BPhB, BEd, MSc Année scolaire 2014 2015 Technologie 9 e année (ébauche) DESCRIPTION DU COURS Pour réussir dans

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

Mémoire relatif au Règlement sur le dépannage et le remorquage des véhicules sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal

Mémoire relatif au Règlement sur le dépannage et le remorquage des véhicules sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal Mémoire relatif au Règlement sur le dépannage et le remorquage des véhicules sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal Présenté à La Commission du développement économique de la Communauté

Plus en détail

L État du commerce électronique dans l industrie du sport au Canada

L État du commerce électronique dans l industrie du sport au Canada L État du commerce électronique dans l industrie du sport au Canada Mars 2002 icongo, Inc 740, rue St Maurice, bureau 602 Montréal, (Québec) Canada H3C 1L5 Tél. : 514-866-2664 Télécopieur : 514-866-8404

Plus en détail