Circulaire CBFA_2008_06 du 11 mars 2008

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Circulaire CBFA_2008_06 du 11 mars 2008"

Transcription

1 Circulaire _2008_06 du 11 mars 2008 Application de l'article 15bis, 3, de la loi du 9 juillet 1975 relative au contrôle des entreprises d'assurances: acceptation par la de la prise en considération de certains éléments comme éléments constitutifs de la marge de solvabilité Champ d'application: Entreprises d'assurances auxquelles s'applique l'article 15bis, 3, de la loi du 9 juillet 1975 relative au contrôle des entreprises d'assurances. Résumé/Objectifs: L'article 15bis, 3, de la loi de contrôle assurances désigne les éléments qui ne peuvent être pris en considération comme composantes de la marge de solvabilité qu'avec l'accord de la. La a, par cette circulaire, apporté un certain nombre d'explications complémentaires pour l application des dispositions légales. Une attention particulière a été portée aux plus-values latentes nettes provenant de l'évaluation d'éléments d'actif. Il est demandé que ces plus-values n'aient pas de caractère exceptionnel, en d'autres termes qu'elles soient économiquement durables. Le régime prudentiel d'acceptation applicable à cette catégorie de plus-values est plus complexe et diffère selon la nature des actifs. Madame, Monsieur, I. Introduction 1. L'article 15bis, 3, de la loi de contrôle stipule que les éléments suivants, qui sont listés à l'article 15bis, 1 er, de la loi de contrôle, ne peuvent être pris en considération comme éléments constitutifs de la marge de solvabilité que sur demande et justification de l'entreprise et avec l'accord de la 1 : la moitié de la fraction non versée du capital social ou du fonds initial d une entreprise ; les rappels de cotisation que peuvent exiger les associations d assurances mutuelles qui n opèrent qu avec des cotisations variables ; les plus-values latentes nettes provenant de l évaluation d éléments d actif, dans la mesure où ces éléments n ont pas un caractère exceptionnel ; les frais d acquisition non amortis contenus dans les provisions techniques et les bénéfices futurs. 1 Ces éléments n'entrent en aucun cas en considération pour la constitution du fonds de garantie visé à l'article 15ter de la loi précitée.

2 _2008_06 du 11 mars / 7 2. La présente circulaire rappelle les exigences du législateur belge et précise la politique que la Commission suivra dorénavant en la matière. Elle explique notamment l'approche suivie par la Commission pour l'évaluation des éléments qu'il est possible d'interpréter de différentes manières. Les éléments précités seront évalués selon le régime comptable belge, à l'aune des critères d'évaluation généraux suivants : capacité d'absorption de pertes, tant dans l'hypothèse de la continuité de l'exploitation que dans celle de la liquidation, permanence et liquidité. II. Principes généraux 3. Pour déterminer le degré de couverture de la marge de solvabilité à constituer, les entreprises peuvent prendre en compte les éléments listés au point 1, moyennant l'obtention de l'accord de la. Pour se prononcer, la applique les principes généraux suivants : a) L'accord de la est valable un an maximum. La Commission doit être informée immédiatement de toute modification substantielle des éléments constitutifs de la marge de solvabilité ainsi que de la nouvelle situation de celle-ci. Eu égard au fait que les entreprises d assurances doivent à tout moment disposer d une marge de solvabilité suffisante, les demandes visant à pouvoir prendre en considération les éléments précités doivent être introduites sans délai auprès de la CFBA lorsque l entreprise prévoit d'avoir des difficultés pour couvrir la marge de solvabilité. b) Toute demande doit être justifiée à l'aide de données financières dont l ancienneté ne peut être supérieure à trois mois, sans préjudice des dispositions spécifiques ci-après. c) La évalue les chances de succès des opérations de rappel de capital ou de cotisations des membres destinées à renforcer la marge de solvabilité. d) La juge du caractère non exceptionnel des plus-values provenant de l évaluation d éléments d actif en fonction de leur durabilité économique. Pour déterminer les critères de prise en compte des plus-values sur titres dans la marge de solvabilité, la s est inspirée d expériences pertinentes. Les critères retenus reflètent son souci de développer un instrument de contrôle adapté aux objectifs du contrôle prudentiel et fidèle à la réalité économique sous-jacente. e) Les entreprises doivent démontrer que les éléments qu'elles demandent à pouvoir inclure dans la marge de solvabilité ne sont pas déjà pris en compte pour satisfaire à d'autres exigences prudentielles, comme la dispense de constituer une provision complémentaire en assurance vie et en assurance accidents du travail. f) L'approche fondée sur les risques réclame de porter une attention accrue aux entreprises qui ne sont en mesure de satisfaire aux exigences réglementaires en matière de marge de solvabilité que si la accepte qu'elles y incluent des éléments complémentaires. Il appartient en général à l'entreprise elle-même de vérifier en premier lieu si elle satisfait aux critères fixés, sans préjudice du droit de la d'évaluer globalement, en seconde ligne, la situation financière de l'entreprise. De plus, la conserve la possibilité de juger que les éléments proposés sont insuffisants pour répondre, à l'avenir également, aux exigences de solvabilité. La peut exiger que l'entreprise constitue, pour cette raison, une marge de solvabilité plus importante. Comme le prévoit l'article 26, 2, de la loi de contrôle, la peut également prendre d'autres mesures. La sera particulièrement attentive aux cas où la valeur de marché de la somme des éléments de l'actif (rubrique C du bilan) est inférieure à leur valeur comptable. 4. La présente circulaire est d'application pour toute demande introduite après sa publication sur le site web de la. III. Moitié de la fraction non versée du capital social ou du fonds initial 5. L article 15bis, 1 er, 8, de la loi de contrôle pose les conditions suivantes pour la prise en considération, comme élément constitutif de la marge de solvabilité, de la moitié de la fraction non versée du capital social ou du fonds initial : la partie versée du capital doit atteindre au moins 25 % du capital social ou du fonds initial ;

3 _2008_06 du 11 mars / 7 la moitié de la fraction non versée du capital ne peut excéder 50 % du montant le plus faible de la marge de solvabilité disponible ou de l exigence de marge de solvabilité et la fraction prise en considération doit être au moins égale, par contractant, à 5 % du fonds de garantie minimum absolu. 6. Lors de l examen de la demande, la vérifiera si les conditions légales précitées sont respectées et s'il est démontré, sur la base d informations pertinentes, que la situation financière des actionnaires n a pas évolué défavorablement. 7. La capacité financière des actionnaires est à mettre en perspective avec le taux de couverture de la marge de solvabilité et avec la situation financière globale de l entreprise. Si la situation financière est critique ou se dégrade, la Commission pourra imposer des coefficients de solvabilité plus stricts et exiger, par exemple, que la partie versée du capital atteigne plus de 25 % du capital social ou du fonds initial. IV. Rappels de cotisation 8. L article 15bis, 1 er, 9, de la loi de contrôle pose les conditions suivantes pour la prise en considération, comme élément constitutif de la marge de solvabilité non-vie, des rappels de cotisation qu une association d assurances mutuelles peut exiger au titre de l exercice : les rappels de cotisation ne peuvent excéder la moitié de la différence entre les cotisations maximales et les cotisations effectivement appelées ; les rappels de cotisation ne peuvent représenter plus de 50 % du montant le plus faible de l exigence de marge de solvabilité ou de la marge de solvabilité constituée et la possibilité et les conditions auxquelles des rappels de cotisations peuvent être exigés doivent être reprises expressément dans le contrat d assurance. 9. La Commission accepte qu'une association d assurances mutuelles qui n opère qu avec des cotisations variables prenne en considération, comme éléments constitutifs de la marge de solvabilité, la moitié de la différence entre les cotisations maximales exigibles au titre de l exercice et les cotisations effectivement appelées à condition que : les conditions posées par l article 15bis, 1 er, 9, de la loi de contrôle soient respectées ; l entreprise démontre que le coût de l opération de rappel reste en proportion avec le montant du rappel possible et l entreprise fournisse des informations pertinentes quant à la possibilité de réaliser effectivement l opération de rappel. V. Plus-values latentes provenant de l'évaluation d'éléments d'actif 10. Pour pouvoir être acceptées par la comme éléments constitutifs de la marge de solvabilité, les plus-values latentes nettes provenant de l évaluation d éléments d actif ne peuvent avoir un caractère exceptionnel (article 15bis, 1 er, 10, de la loi de contrôle). 11. Les actifs dont les plus-values latentes peuvent être prises en considération dans le cadre précité sont ceux qui relèvent du poste C. Placements, tel qu'inséré dans les bilans consolidés et non consolidés des entreprises d'assurances. 12. La politique suivie par la pour déterminer les plus-values latentes qui peuvent être prises en considération diffère selon que les actifs concernés sont des titres (point B1) ou des immeubles (point

4 _2008_06 du 11 mars / 7 B2). En outre, vu que l'article 15bis, 1 er, 10, de la loi de contrôle prescrit de ne retenir que les plusvalues latentes nettes, il convient également de déterminer les éléments à déduire des plus-values éligibles pour obtenir le montant net qui pourra être accepté comme élément constitutif de la marge de solvabilité (point B3). B1. Plus-values sur titres B1. a) Règle générale 13. Vu les principes généraux énoncés ci-dessus, la acceptera que les plus-values sur titres suivantes soient prises en compte comme éléments constitutifs de la marge de solvabilité : à concurrence de 90%, les plus-values latentes (nettes des moins-values latentes, cf. infra) sur titres cotés et non cotés à revenus variables ; les plus-values latentes (nettes des moins-values latentes, cf. infra) sur titres à revenus fixes, à condition que l entreprise puisse, par référence à sa politique de gestion actif/passif, démontrer qu elles sont durables. Cette politique intégrera la possibilité effective et réaliste que l entreprise utilise de telles plus-values pour le service de ses engagements d assurance. B1. b) Cas particuliers 14. Les entreprises dont la marge de solvabilité reconstituée 2 est couverte à moins de 100 % doivent introduire, à l'appui de toute demande visant à pouvoir prendre en compte des plus-values éligibles dans la marge de solvabilité, un dossier établissant le respect des conditions énoncées ci-après ( 17 à 22). L'entreprise communiquera également à la toute information utile à l'appréciation de sa situation financière, afin de permettre une application circonstanciée de la présente circulaire. 15. Le dossier susdit doit contenir toutes les informations nécessaires pour permettre à la d apprécier si les conditions énoncées dans la présente circulaire sont remplies. En outre, le commissaire de l entreprise doit confirmer l'exhaustivité, l'exactitude et la précision de ces informations, ainsi que leur caractère adéquat pour l'évaluation du dossier. Le commissaire devra également indiquer si les conditions énoncées ci-après sont remplies. Dans la négative, il devra désigner les conditions qui, à son avis, ne sont pas respectées et les raisons qui l'ont amené à porter cette appréciation. 16. Il y a lieu de distinguer les titres à revenus variables et les titres à revenus fixes. (i) Titres à revenus variables 17. Les règles d évaluation utilisées par l entreprise pour apprécier le caractère durable des plus-values donnant lieu à réévaluation et des moins-values doivent être suffisamment précises et cohérentes. 18. L entreprise doit démontrer que le cours auquel elle fait référence pour évaluer les plus-values est pertinent, par exemple en comparant le cours retenu à un cours moyen calculé sur une période estimée adéquate. Il ne peut s'être écoulé plus de deux mois entre la date à laquelle correspond le cours retenu et la date de la demande de l'entreprise de pouvoir prendre des plus-values en considération dans la marge de solvabilité. 19. La pourra également exiger que le cours retenu pour l évaluation des plus-values soit le cours le plus bas entre le cours boursier antérieur de maximum deux mois à la date de la demande et le cours moyen calculé sur les quatre dernières années ou sur une durée inférieure si les données ne sont pas disponibles. 20. Dans le cas particulier de titres non cotés, la valeur des entreprises dans lesquelles les titres sont détenus doit être établie sur la base d études dont la validité est vérifiée par un commissaire agréé. Les méthodes utilisées doivent être objectives et adaptées aux caractéristiques des titres concernés. 2 La marge de solvabilité reconstituée est la somme des éléments qui ne requièrent pas l'accord de la et des éléments qui ont fait l objet d une autorisation, à l exception des plus-values nettes sur titres.

5 _2008_06 du 11 mars / 7 (ii) Titres à revenus fixes 21. Les plus-values éligibles (nettes des moins-values latentes, cf. infra) ne peuvent excéder la plusvalue qui subsisterait si la maturité du titre était diminuée de l horizon de temps que l entreprise prend en considération pour l évaluation de son capital économique ou, par défaut, d'un an. 22. En sus, la pourra exiger que la maturité du titre soit diminuée de trois ans 3. B2. Plus-values sur immeubles 23. Les plus-values latentes sur immeubles seront justifiées par un rapport d'expertise établi selon les principes d'évaluation visés par l article 27, 2, de l arrêté royal du 17 novembre 1994 relatif aux comptes annuels des entreprises d assurances. Ce rapport d'expertise fournira une valeur de marché telle que définie à l article 10 du Règlement général. 24. Les méthodes les plus utilisées pour déterminer la valeur de marché peuvent être réparties en deux grandes catégories. Dans la première catégorie, la base du calcul de la valeur vénale est la valeur intrinsèque de l'immeuble : méthode des points de comparaison et méthode de la valeur intrinsèque. Dans la seconde catégorie, la base de ce calcul est la valeur de rendement futur : méthode axée sur le rendement et méthode des cash-flows actualisés. Ces méthodes sont expliquées en annexe. 25. La Commission ne peut marquer son accord que sur une valeur qui résulte d'une évaluation effectuée selon plus d'une des méthodes précitées. Il est recommandé de combiner les deux types de méthode, c'est-à-dire d'associer une évaluation s'appuyant sur la valeur intrinsèque et une évaluation basée sur la valeur de rendement. 26. Si la valeur d un immeuble a été estimée selon les modalités décrites ci-dessus, la plus-value latente qui en résulte peut être prise en considération comme élément constitutif de la marge de solvabilité. B3. Détermination du montant net pouvant être inclus dans la marge de solvabilité 27. L'article 15bis, 1 er, 10, de la loi de contrôle prévoit que seules les plus-values nettes peuvent être prises en considération comme éléments constitutifs de la marge de solvabilité. Pour obtenir le montant net qui pourra être accepté, le total des plus-values latentes faisant l'objet de la demande, et telles que déterminées sur la base des points B1 et B2 ci-dessus, sera diminué des éléments suivants : a) toutes les moins-values latentes sur les actifs figurant dans la rubrique C. Placements. Les moins-values latentes éventuelles devront être scrupuleusement identifiées par l'entreprise, dans chaque catégorie d'actif. Pour rappel, des moins-values latentes existent lorsque la valeur de marché d'un actif, déterminée selon une méthode adaptée (en fait celle retenue pour établir l état 3 de l annexe aux comptes annuels), est inférieure à la valeur pour laquelle cet actif est repris dans les comptes de l'entreprise, tels qu'établis conformément au droit comptable belge. A cet égard, il conviendra de se référer plus particulièrement au chapitre III de l'arrêté royal du 17 novembre 1994 relatif aux comptes annuels des entreprises d'assurances qui détermine, en fonction de l'actif considéré, les critères selon lesquels l'entreprise doit acter une réduction de valeur. A titre d'illustration, la valeur de marché de titres à revenus fixes peut être inférieure à leur valeur comptable sans qu'il soit nécessaire d'acter une réduction de valeur comptable dans la mesure où le remboursement à l'échéance de ces titres ne serait ni incertain ni compromis. Pour l'application de l'article 15bis, 1 er, 10, cette moins-value latente doit néanmoins être identifiée et portée en déduction des plus-values latentes éventuelles ; b) Des latences fiscales. Si des plus-values latentes sur actions, obligations et immeubles sont prises en considération dans le calcul de la marge constituée, l'entreprise doit, en cas de réalisation de ces plus-values, tenir compte de l'impôt auquel elles sont actuellement soumises. 3 Aux fins du calcul de la valeur actuelle des cash-flows futurs afférents aux maturités modifiées, l'entreprise utilisera le rendement actuariel du titre, lequel doit être calculé par référence à une date qui ne peut être antérieure de plus de deux mois à la date de la demande.

6 _2008_06 du 11 mars / La plus-value nette sur l'actif total constitue donc le montant maximum de plus-value qui peut être pris en compte dans la marge de solvabilité. 29. Lorsque l'entreprise présente un total de moins-values latentes supérieur au total des plus-values latentes, la se réserve le droit de prendre toute mesure de sauvegarde appropriée sur la base de l'article 26 de la loi de contrôle. Il sera tout particulièrement tenu compte du 2, alinéa 11, de cet article, qui prévoit que "la peut revoir à la baisse les éléments de la marge de solvabilité disponible, notamment si la valeur de marché de ces éléments s'est sensiblement modifiée depuis la fin du dernier exercice". Dans ce cadre, la aura notamment égard à la politique de gestion actif-passif de l'entreprise. VI. Frais d'acquisition non amortis contenus dans les provisions techniques 30. La loi de contrôle définit en son article 15bis, 1 er, 11, le montant de frais d acquisition non amortis contenus dans les provisions techniques qui peut être pris en considération comme élément constitutif de la marge de solvabilité vie. 31. Le montant qui peut être pris en considération est égal à la somme, pour tous les contrats, des valeurs de zillmerisation limitées, par contrat, à celles obtenues à l'aide d'un taux de zillmerisation égal à 0,08, diminuée de la somme des deux montants suivants : - les commissions et frais d'acquisition à amortir correspondants qui figurent à l'actif du bilan et - la somme, pour tous les contrats, des quotités remboursables en cas de diminution de la valeur actuelle des primes de réduction restant à échoir du chargement d'acquisition. 32. La Commission accepte la prise en compte, comme éléments constitutifs de la marge de solvabilité, des frais d acquisition non amortis contenus dans les provisions techniques nets du montant des frais d acquisition contenus dans la part des réassureurs dans les provisions techniques pour autant, d'une part, qu'ils répondent aux conditions posées par l article 15bis, 1 er, 11, de la loi de contrôle et, d'autre part, qu ils ne soient pas déjà utilisés pour obtenir la dispense de constituer une provision complémentaire en assurance vie. VII. Bénéfices futurs 33. Les bénéfices futurs des entreprises d assurance vie peuvent être pris en considération comme éléments constitutifs de la marge de solvabilité vie pourvu qu'il soit satisfait aux conditions posées à l article 15bis, 1 er, 12, de la loi de contrôle : a) le montant des bénéfices futurs doit être obtenu en multipliant le bénéfice annuel estimé par un facteur correspondant à la durée résiduelle moyenne des contrats. Ce facteur ne peut être supérieur à 6. De plus, le bénéfice annuel estimé ne peut excéder la moyenne arithmétique des bénéfices des cinq dernières années en ce qui concerne les opérations des branches 21, 22 et 23 telles que visées à l'annexe I de l'arrêté royal du 22 février 1991 portant règlement général relatif au contrôle des entreprises d'assurances ; b) les bénéfices futurs ne peuvent être pris en considération que pour un montant n'excédant pas 25 % du montant le plus faible de la marge de solvabilité disponible ou de l'exigence de marge de solvabilité ; c) il doit être remis un rapport actuariel confirmant la probabilité de ces bénéfices futurs ; d) la fraction des bénéfices futurs qui correspond aux plus-values latentes nettes et qui est déjà prise en considération comme élément constitutif de la marge de solvabilité ne peut pas être prise en compte et

7 _2008_06 du 11 mars / 7 e) le pourcentage de bénéfices futurs pris en considération doit avoir été progressivement réduit depuis A partir de 2010, les bénéfices futurs ne pourront plus être affectés à la marge de solvabilité. 34. La Commission accepte que les bénéfices futurs des entreprises d'assurance vie soient pris en considération comme éléments constitutifs de la marge de solvabilité après avoir vérifié le respect des conditions posées par l article 15bis, 1 er, 12, de la loi de contrôle. Une copie de la présente circulaire est adressée au(x) commissaire(s), réviseur(s) agréé(s), de votre établissement. Nous vous prions d agréer, Madame, Monsieur, l expression de nos sentiments distingués. Le Président, Jean-Paul SERVAIS. Annexe: - _2008_ Méthodes de calcul de la valeur de marché d'immeubles

Bruxelles, le 18 novembre 2004 CIRCULAIRE D. 249 AUX ENTREPRISES D ASSURANCES. Objet : transposition des directives :

Bruxelles, le 18 novembre 2004 CIRCULAIRE D. 249 AUX ENTREPRISES D ASSURANCES. Objet : transposition des directives : Contrôle prudentiel des entreprises d'assurances Bruxelles, le 18 novembre 2004 CIRCULAIRE D. 249 AUX ENTREPRISES D ASSURANCES Objet : transposition des directives : - 2002/12/CE du Parlement européen

Plus en détail

EXAMEN DE LA CONCORDANCE ENTRE L'IAS 1 ET LES DIRECTIVES COMPTABLES EUROPÉENNES

EXAMEN DE LA CONCORDANCE ENTRE L'IAS 1 ET LES DIRECTIVES COMPTABLES EUROPÉENNES XV/7030/98 FR EXAMEN DE LA CONCORDANCE ENTRE L'IAS 1 ET LES DIRECTIVES COMPTABLES EUROPÉENNES DIRECTION GÉNÉRALE XV Marché intérieur et services financiers -1- Le présent document est destiné à un usage

Plus en détail

Projet d avis relatif aux principes comptables généraux applicables aux instruments financiers dérivés * *

Projet d avis relatif aux principes comptables généraux applicables aux instruments financiers dérivés * * Projet d avis relatif aux principes comptables généraux applicables aux instruments financiers dérivés Table des matières 1. Introduction a. Absence de cadre conceptuel applicable au traitement comptable

Plus en détail

Bruxelles, le 6 novembre 2007. Madame, Monsieur, Introduction

Bruxelles, le 6 novembre 2007. Madame, Monsieur, Introduction Politique prudentielle banques et assurances Bruxelles, le 6 novembre 2007 Communication de la CBFA sur sa politique concernant les questions d externalisation de services de gestion de portefeuille de

Plus en détail

Version provisoire de la circulaire relative aux orientations sur le sous-module «risque de catastrophe en santé»

Version provisoire de la circulaire relative aux orientations sur le sous-module «risque de catastrophe en santé» boulevard de Berlaimont 14 BE-1000 Bruxelles tél. +32 2 221 38 12 fax + 32 2 221 31 04 numéro d entreprise: 0203.201.340 RPM Bruxelles www.bnb.be Circulaire Bruxelles, le jj mm 2015 Référence: NBB_2015_xx

Plus en détail

Opérations de prêts de titres et opérations de cession-rétrocession de titres

Opérations de prêts de titres et opérations de cession-rétrocession de titres Circulaire _2009_29 du 30 septembre 2009 Opérations de prêts de titres et opérations de cession-rétrocession de titres Champ d'application: Les entreprises d'assurances soumises à la loi du 9 juillet 1975

Plus en détail

/CIMA/PCMA/CE/SG/CIMA/2015 MODIFIANT ET COMPLETANT LE CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA

/CIMA/PCMA/CE/SG/CIMA/2015 MODIFIANT ET COMPLETANT LE CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA CONFERENCE I N T E R A F R I C A I N E D E S M A R C H E S D A S S U R A N C E S C O N S E I L D E S M I N I S T R E S D E S A S S U R A N C E S REGLEMENT N /CIMA/PCMA/CE/SG/CIMA/2015 MODIFIANT ET COMPLETANT

Plus en détail

Association canadienne du personnel administratif universitaire

Association canadienne du personnel administratif universitaire Association canadienne du personnel administratif universitaire Note d information concernant les états financiers Instruments financiers Novembre 2011 Objet Les universités et les collèges canadiens,

Plus en détail

Recommandation pour les " organismes d'assurance" 1 pour l'arrêté des comptes en période de crise financière - Arrêté au 31 décembre 2008

Recommandation pour les  organismes d'assurance 1 pour l'arrêté des comptes en période de crise financière - Arrêté au 31 décembre 2008 Conseil national de la comptabilité Paris le 15 Décembre 2008 Recommandation pour les " organismes d'assurance" 1 pour l'arrêté des comptes en période de crise financière - Arrêté au 31 décembre 2008 Dans

Plus en détail

Norme comptable relative aux Revenus

Norme comptable relative aux Revenus NC 03 Norme comptable relative aux Revenus Objectifs 01. Les produits d'une entreprise regroupent à la fois les revenus et les gains. Les revenus sont les produits provenant des activités qui s'inscrivent

Plus en détail

Règlement de gestion 1 MANAGED FUNDS (Branche 23) RÈGLEMENT DE GESTION

Règlement de gestion 1 MANAGED FUNDS (Branche 23) RÈGLEMENT DE GESTION 1 / 12 Règlement de gestion 1 MANAGED FUNDS (Branche 23) RÈGLEMENT DE GESTION Édition du 01/01/2016 SOMMAIRE I. DESCRIPTION... 2 II. GESTIONNAIRE DES FONDS DE PLACEMENT INTERNES... 2 III. CARACTÉRISTIQUES

Plus en détail

Recommandation relative à l adoption d une bonne politique de rémunération dans les établissements financiers

Recommandation relative à l adoption d une bonne politique de rémunération dans les établissements financiers Circulaire _2009_34 du 26 novembre 2009 Recommandation relative à l adoption d une bonne politique de rémunération dans les établissements financiers Champ d'application: Les principes énoncés dans la

Plus en détail

22. NOMENCLATURE ET FONCTIONNEMENT DES COMPTES

22. NOMENCLATURE ET FONCTIONNEMENT DES COMPTES 21. ELEMENTS CONSTITUTIFS ET EVALUATION 22. NOMENCLATURE ET FONCTIONNEMENT DES COMPTES 21. ELEMENTS CONSTITUTIFS ET EVALUATION 21.1 GENERALITES Les immobilisations incorporelles regroupent l'ensemble des

Plus en détail

CIRCULAIRE SOCIETES IMMOBILIERES

CIRCULAIRE SOCIETES IMMOBILIERES CANTON DE VAUD DEPARTEMENT DES FINANCES ADMINISTRATION CANTONALE DES IMPÔTS CIRCULAIRE SOCIETES IMMOBILIERES Disparition du statut spécial de l article 59 ter de la loi du 26 novembre 1956 sur les impôts

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMTPABLES

COMMISSION DES NORMES COMTPABLES COMMISSION DES NORMES COMTPABLES Avis CNC 2013/16 - Indications à publier dans l annexe en cas de non-utilisation des règles de l'évaluation à la juste valeur pour les instruments financiers Avis du 27

Plus en détail

Titre LETTRE AUX INSTITUTIONS DE L'ASSURANCE CHOMAGE N

Titre LETTRE AUX INSTITUTIONS DE L'ASSURANCE CHOMAGE N Titre LETTRE AUX INSTITUTIONS DE L'ASSURANCE CHOMAGE N Objet Origine Direction des Affaires Juridiques INSG0111 RESUME : La présente instruction a pour objet de concentrer sur un même document l'ensemble

Plus en détail

CICE : IMPACTS DES MODIFICATIONS DU CALCUL DE LA REDUCTION FILLON

CICE : IMPACTS DES MODIFICATIONS DU CALCUL DE LA REDUCTION FILLON N 86 - FISCAL n 16 - SOCIAL n 31 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 2 septembre 2015 ISSN 1769-4000 CICE : IMPACTS DES MODIFICATIONS DU CALCUL DE LA REDUCTION FILLON L essentiel Le crédit d'impôt

Plus en détail

SOUS-SECTION 2 RÉGIME D'IMPOSITION DES TITRES À REVENU FIXE DÉTENUS PAR LES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES ENTREPRISES D'INVESTISSEMENT [DB

SOUS-SECTION 2 RÉGIME D'IMPOSITION DES TITRES À REVENU FIXE DÉTENUS PAR LES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES ENTREPRISES D'INVESTISSEMENT [DB SOUS-SECTION 2 RÉGIME D'IMPOSITION DES TITRES À REVENU FIXE DÉTENUS PAR LES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES ENTREPRISES D'INVESTISSEMENT [DB 4A2372] Références du document 4A2372 Date du document 09/03/01

Plus en détail

Solution Epargne Handicap

Solution Epargne Handicap Contrat d assurance sur la vie Epargne Handicap Solution Epargne Handicap Notice d information Le contrat : SOLUTION EPARGNE HANDICAP est un contrat d assurance collective sur la vie à adhésion facultative

Plus en détail

RECOMMANDATION N 95-01

RECOMMANDATION N 95-01 RECOMMANDATION N 95-01 COMMUNE A LA COB ET AU CNC RELATIVE AUX METHODES À METTRE EN OEUVRE PAR LES EXPERTS CHARGES D ÉVALUER LES ACTIFS IMMOBILIERS DES SOCIÉTÉS CIVILES DE PLACEMENT IMMOBILIER (Bulletin

Plus en détail

Bruxelles, 18 décembre 2007. Madame, Monsieur,

Bruxelles, 18 décembre 2007. Madame, Monsieur, Politique prudentielle banques et assurances PB Bruxelles, 18 décembre 2007. CIRCULAIRE PPB-2007-15-CPB-CPA aux établissements de crédit et entreprises d investissement indiquant certaines attentes prudentielles

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ RECOMMANDATION DU 19 DÉCEMBRE 2008

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ RECOMMANDATION DU 19 DÉCEMBRE 2008 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ RECOMMANDATION DU 19 DÉCEMBRE 2008 Pour les "organismes d'assurance" 1 sur les modalités de reconnaissance des participations aux bénéfices différées actives dans les

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE DEPRECIATION DES PLACEMENTS DANS LE CODE DES ASSURANCES CIMA

LA GESTION DU RISQUE DE DEPRECIATION DES PLACEMENTS DANS LE CODE DES ASSURANCES CIMA LA GESTION DU RISQUE DE DEPRECIATION DES PLACEMENTS DANS LE CODE DES ASSURANCES CIMA I. PROPLEMATIQUE -------------------------------- Lorsqu une entreprise souhaite commercialiser un nouveau produit ou

Plus en détail

CIRCULAIRE CPA-2006-2-CPA AUX ENTREPRISES D ASSURANCES

CIRCULAIRE CPA-2006-2-CPA AUX ENTREPRISES D ASSURANCES Contrôle prudentiel des entreprises d'assurances Bruxelles, le 19 septembre 26 CIRCULAIRE CPA-26-2-CPA AUX ENTREPRISES D ASSURANCES OBJET : DISPENSE DE CONSTITUTION DE LA PROVISION COMPLÉMENTAIRE VISÉE

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie Ordonnance sur l assurance directe sur la vie (Ordonnance sur l assurance-vie, OAssV) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 29 novembre 1993 sur l assurance-vie

Plus en détail

Code général des impôts - Article 1586 sexies Legifrance

Code général des impôts - Article 1586 sexies Legifrance Page 1 sur 5 En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies. Pour gérer et modifier ces paramètres, cliquez icifermer Chemin : Code général

Plus en détail

1.2. Comment tirer parti de votre société?

1.2. Comment tirer parti de votre société? Des taux réduits s appliquent cependant à certaines PME, et ce, selon le même dispositif par tranches qu en matière d impôt des personnes physiques. Les taux réduits se présentent comme suit : Tr a n c

Plus en détail

Quality Assurance of Development Assistance GUIDE GÉNÉRAL DE COMPTABILISATION ET D AUDIT DES SUBVENTIONS TRANSMISES PAR LE BIAIS D ONG NATIONALES

Quality Assurance of Development Assistance GUIDE GÉNÉRAL DE COMPTABILISATION ET D AUDIT DES SUBVENTIONS TRANSMISES PAR LE BIAIS D ONG NATIONALES Quality Assurance of Development Assistance GUIDE GÉNÉRAL DE COMPTABILISATION ET D AUDIT DES SUBVENTIONS TRANSMISES PAR LE BIAIS D ONG NATIONALES Août 2007 Sommaire 1. Introduction... 3 2. La subvention

Plus en détail

ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I. Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2

ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I. Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2 ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2 Informations précontractuelles européennes normalisées en matière de crédit immobilier FICHE D INFORMATION STANDARDISÉE

Plus en détail

1. Principe et portée. Circulaire n 2015/01 du 09/01/2015 La décote

1. Principe et portée. Circulaire n 2015/01 du 09/01/2015 La décote Circulaire n 2015/01 du 09/01/2015 La décote 1. Principe et portée 2. Cas de non-application de la décote 3. Tableaux des durées d assurance requises, des coefficients de décote et des âges d annulation

Plus en détail

Relative au format des états financiers des organismes d assurance sous référentiel comptable international

Relative au format des états financiers des organismes d assurance sous référentiel comptable international CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION RECOMMANDATION N 2006-R-01 DU 30 JUIN 2006 Modifiant la recommandation 2005-R-01 Relative au format des états financiers des organismes d assurance

Plus en détail

ASSOCIATION INTERNATIONALE DES CONTRÔLEURS D ASSURANCE

ASSOCIATION INTERNATIONALE DES CONTRÔLEURS D ASSURANCE Norme nº 12 ASSOCIATION INTERNATIONALE DES CONTRÔLEURS D ASSURANCE NORME DE PUBLICATION D INFORMATIONS SUR LES RISQUES ET RESULTATS TECHNIQUES DES ASSUREURS VIE OCTOBRE 2006 La présente traduction a été

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances Direction de la sécurité sociale Sous-direction du Financement de la sécurité sociale Bureau 5D Recettes fiscales Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances

Plus en détail

RÈGLEMENT. N 2014-06 du 2 Octobre 2014 Relatif aux règles comptables applicables aux organismes de placement collectif immobilier

RÈGLEMENT. N 2014-06 du 2 Octobre 2014 Relatif aux règles comptables applicables aux organismes de placement collectif immobilier AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2014-06 du 2 Octobre 2014 Relatif aux règles comptables applicables aux organismes de placement collectif immobilier Règlement homologué par arrêté du 26 décembre

Plus en détail

Règlement concernant le fonds de rénovation immobilière; adoption; décision

Règlement concernant le fonds de rénovation immobilière; adoption; décision SYNODE D HIVER 4 et 5 décembre 2012 Point 10 Règlement concernant le fonds de rénovation immobilière; adoption; décision Propositions: 1. Le Synode approuve le règlement concernant le fonds de rénovation

Plus en détail

BULLETIN FISCAL 2011-121

BULLETIN FISCAL 2011-121 BULLETIN FISCAL 2011-121 Novembre 2011 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés

Plus en détail

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES REGLEMENT

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES REGLEMENT AUTORITE DES NORMES COMPTABLES REGLEMENT N 2015-11 du 26 novembre 2015 relatif aux comptes annuels des entreprises d assurance Règlement homologué par arrêté du 28 décembre 2015 publié au Journal Officiel

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS: modèle en milliers d'euros (EUR) *

COMPTES CONSOLIDÉS: modèle en milliers d'euros (EUR) * BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE Centrale des bilans COMPTES CONSOLIDÉS: modèle en milliers d'euros (EUR) * L utilisation de ce modèle n est pas obligatoire pour le dépôt des comptes consolidés auprès de la

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2009/3 Traitement comptable des subsides en capital dont l octroi et/ou le paiement sont échelonnés sur plusieurs années Avis du 11 février 2009 Mots clés Condition

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

Dénomination du fonds Le fonds est dénommé Smart Invest Bon Deep Value 90 Europe 1.

Dénomination du fonds Le fonds est dénommé Smart Invest Bon Deep Value 90 Europe 1. SMART INVEST BON Deep Value 90 Europe 1-REGLEMENT DE GESTION DU FONDS LIE AU PRODUIT SMART INVEST PORTFOLIO Exposition à 100% du montant net investi via un dépôt auprès de BNP Paribas Fortis Ce règlement

Plus en détail

La Commission bancaire, Vu le Code monétaire et financier ;

La Commission bancaire, Vu le Code monétaire et financier ; COMMISSION BANCAIRE ------ Instruction n 2003-02 modifiant l'instruction n 93-01 du 29 janvier 1993 relative à la transmission à la Commission bancaire de comptes annuels, de documents prudentiels ainsi

Plus en détail

Le taux de la réduction d'impôt diffère selon la zone de protection concernée. Il est égal à :

Le taux de la réduction d'impôt diffère selon la zone de protection concernée. Il est égal à : Cabinet Fiscal Urios André, docteur en droit, Conseil fiscal et patrimonial, conseil en investissement et transactions immobilières Le dispositif Malraux Le dispositif «Malraux» est un outil de défiscalisation

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne

Journal officiel de l'union européenne 20.3.2015 L 76/23 RÈGLEMENT D'EXÉCUTION (UE) 2015/462 DE LA COMMISSION du 19 mars 2015 définissant des normes techniques d'exécution concernant les procédures de délivrance de l'agrément prudentiel nécessaire

Plus en détail

Réduction d'impôt sur les rendements de participations à des sociétés de capitaux et sociétés coopératives

Réduction d'impôt sur les rendements de participations à des sociétés de capitaux et sociétés coopératives 5 Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions AFC Division principale de l impôt fédéral direct, de l impôt anticipé, des droits de timbre Impôt fédéral direct Berne,

Plus en détail

Loi n 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur du travail, de l'emploi et du pouvoir d'achat (1). Article 16

Loi n 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur du travail, de l'emploi et du pouvoir d'achat (1). Article 16 Loi n 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur du travail, de l'emploi et du pouvoir d'achat (1). Article 16 I. - Le I de l'article 885 I ter du code général des impôts est ainsi modifié : 1 Les trois alinéas

Plus en détail

Édition n 16 : Opérations de couverture

Édition n 16 : Opérations de couverture www.bdo.ca CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 16 : Opérations de couverture Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur

Plus en détail

C O N V E N T I O N. (a) ******************

C O N V E N T I O N. (a) ****************** C O N V E N T I O N (a) ****************** ENTRE LES SOUSSIGNES : - Monsieur le Président du Conseil Général des Bouches-du-Rhône, agissant au nom et pour le compte du Département, en vertu de la délibération

Plus en détail

A) ANALYSE DE LA RÉGLEMENTATION I. DOCUMENTS COMMUNICABLES

A) ANALYSE DE LA RÉGLEMENTATION I. DOCUMENTS COMMUNICABLES SOURCE : BO n 42 du 22 novembre 1979 Liberté d' accès aux documents administratifs. Circulaire n 79-390 du 14 novembre 1979 (Cabinet du ministre : Affaires générales et administratives) Texte adressé aux

Plus en détail

U IO EUROPÉE E. Bruxelles, le 6 février 2012 (OR. en) 2009/0035 (COD) PE-CO S 79/11 DRS 133 COMPET 624 ECOFI 896 CODEC 2464 OC 99

U IO EUROPÉE E. Bruxelles, le 6 février 2012 (OR. en) 2009/0035 (COD) PE-CO S 79/11 DRS 133 COMPET 624 ECOFI 896 CODEC 2464 OC 99 U IO EUROPÉE E LE PARLEME T EUROPÉE LE CO SEIL Bruxelles, le 6 février 2012 (OR. en) 2009/0035 (COD) PE-CO S 79/11 DRS 133 COMPET 624 ECOFI 896 CODEC 2464 OC 99 ACTES LÉGISLATIFS ET AUTRES I STRUME TS

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables

Plus en détail

Règlement du Commissariat aux Assurances N 15/03 du 7 décembre 2015 relatif aux entreprises d assurance et de réassurance, tel que modifié

Règlement du Commissariat aux Assurances N 15/03 du 7 décembre 2015 relatif aux entreprises d assurance et de réassurance, tel que modifié Texte consolidé, élaboré à des fins d information. Seuls les textes publiés au Mémorial font foi. Règlement du Commissariat aux Assurances N 15/03 du 7 décembre 2015 relatif aux entreprises d assurance

Plus en détail

Règlement de gestion du fonds Post Optima "STABILITY" Exposition à 100% de la prime nette investie via un dépôt auprès de BNP Paribas Fortis

Règlement de gestion du fonds Post Optima STABILITY Exposition à 100% de la prime nette investie via un dépôt auprès de BNP Paribas Fortis Règlement de gestion du fonds Post Optima "STABILITY" Exposition à 100% de la prime nette investie via un dépôt auprès de BNP Paribas Fortis Ce règlement de gestion est applicable au fonds Post Optima

Plus en détail

ACCORD D'ENTREPRISE RELATIF AU REGIME DE PREVOYANCE DES SOCIETES PEUGEOT S.A. ET PEUGEOT CITROEN AUTOMOBILES S.A.

ACCORD D'ENTREPRISE RELATIF AU REGIME DE PREVOYANCE DES SOCIETES PEUGEOT S.A. ET PEUGEOT CITROEN AUTOMOBILES S.A. ACCORD D'ENTREPRISE RELATIF AU REGIME DE PREVOYANCE DES SOCIETES PEUGEOT S.A. ET PEUGEOT CITROEN AUTOMOBILES S.A. Après avoir rappelé que: Deux accords de convergence des statuts des établissements Peugeot

Plus en détail

ACCORD SUR LA PARTICIPATION Caisse Régionale de Crédit Agricole Mutuel de Normandie

ACCORD SUR LA PARTICIPATION Caisse Régionale de Crédit Agricole Mutuel de Normandie ACCORD N 9 ACCORD SUR LA PARTICIPATION Caisse Régionale de Crédit Agricole Mutuel de Normandie Entre les soussignés : La Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Normandie, dont le siège est à Caen,

Plus en détail

prévues au 1. «3. L'exonération s'applique dans les mêmes conditions aux parts de fonds d'investissement de proximité définis par l'article L.

prévues au 1. «3. L'exonération s'applique dans les mêmes conditions aux parts de fonds d'investissement de proximité définis par l'article L. Article 16 I. - Le I de l'article 885 I ter du code général des impôts est ainsi modifié : 1 Les trois alinéas sont regroupés sous un 1 ; 2 Dans le premier alinéa, après les mots : «sa souscription au

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Recommandation n 2004-R.01 du 23 juin 2004. 2 Définition du périmètre du patrimoine d affectation d un PERP

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Recommandation n 2004-R.01 du 23 juin 2004. 2 Définition du périmètre du patrimoine d affectation d un PERP CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Recommandation n 2004-R.01 du 23 juin 2004 relative aux dispositions comptables afférentes aux PERP (plans d épargne retraite populaire) Sommaire 1 Règles de tenue de

Plus en détail

Relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises régies par le code des assurances

Relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises régies par le code des assurances COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2002-09 du 12 décembre 2002 Relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises régies par le code des assurances

Plus en détail

DEINOVE Société Anonyme Au capital social de 2.001.174 Euros Siège Social : 22, rue Léon Jouhaux 75010 Paris 492 272 521 R.C.S.

DEINOVE Société Anonyme Au capital social de 2.001.174 Euros Siège Social : 22, rue Léon Jouhaux 75010 Paris 492 272 521 R.C.S. DEINOVE Société Anonyme Au capital social de 2.001.174 Euros Siège Social : 22, rue Léon Jouhaux 75010 Paris 492 272 521 R.C.S. Paris RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE EN

Plus en détail

Journal officiel des Communautés européennes

Journal officiel des Communautés européennes L 275/39 DIRECTIVE 2000/46/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 18 septembre 2000 concernant l'accès à l'activité des établissements de monnaie électronique et son exercice ainsi que la surveillance

Plus en détail

Avis de la Direction du Programme, des Finances et des Services Linguistiques sur l Article 8 du projet d Accord d adhésion

Avis de la Direction du Programme, des Finances et des Services Linguistiques sur l Article 8 du projet d Accord d adhésion Strasbourg, le 23 septembre 2011 CDDH-UE(2011)17 Réunion extraordinaire du Comité Directeur pour les Droits de l Homme (CDDH) sur l adhésion de l Union européenne à la Convention européenne des droits

Plus en détail

La CRPN peut accorder des prêts destinés à financer exclusivement :

La CRPN peut accorder des prêts destinés à financer exclusivement : Destination de l aide au logement Article 1 : La CRPN peut accorder des prêts destinés à financer exclusivement : Prêts au affiliés actifs et retraités La construction d'un pavillon individuel ou l'achat

Plus en détail

Avis Section VI - Combinaison - de l annexe au règlement n 99-02 du 29 avril 1999 du CRC

Avis Section VI - Combinaison - de l annexe au règlement n 99-02 du 29 avril 1999 du CRC CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2002-13 du 22 octobre 2002 Avis Section VI - Combinaison - de l annexe au règlement n 99-02 du 29 avril 1999 du CRC Annexe au règlement n 99-02 du 29 avril 1999

Plus en détail

DÉCRET PORTANT MESURES DE SIMPLIFICATION APPLICABLES

DÉCRET PORTANT MESURES DE SIMPLIFICATION APPLICABLES DÉCRET PORTANT MESURES DE SIMPLIFICATION APPLICABLES AUX MARCHÉS PUBLICS Conformément aux orientations du Gouvernement en matière de simplification, le décret n 2014-1097 du 26 septembre 2014 portant mesures

Plus en détail

RÈGLES D ÉVALUATION IFRS

RÈGLES D ÉVALUATION IFRS UNIBRA Société anonyme Siège social : avenue des Arts, 40 à 1040 Bruxelles n d entreprise : 0402833179 RÈGLES D ÉVALUATION IFRS Les principes comptables et les règles d évaluation appliqués aux comptes

Plus en détail

Instruments financiers Couvertures. Chapitre 3865. Instruments financiers (diapo 1)

Instruments financiers Couvertures. Chapitre 3865. Instruments financiers (diapo 1) Instruments financiers Couvertures Chapitre 3865 Instruments financiers (diapo 1) Cette présentation vise à offrir un aperçu du chapitre 3865, «Couvertures», publié par le Conseil des normes comptables

Plus en détail

METTRE EN ŒUVRE UNE MESURE D EXÉCUTION FORCÉE

METTRE EN ŒUVRE UNE MESURE D EXÉCUTION FORCÉE Quelles sont les étapes obligées qu un justiciable doit franchir pour pouvoir contraindre un débiteur au paiement de sa dette? Si chaque État européen doit veiller à ce que tout justiciable bénéficie du

Plus en détail

Ordre des Experts Comptables de Tunisie

Ordre des Experts Comptables de Tunisie Ordre des Experts Comptables de Tunisie Note d orientation sur les diligences du Commissaire aux Comptes d un établissement de crédit en matière de l obligation mise à sa charge par l article 3 de la circulaire

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME N 7 LES IMMOBILISATIONS FINANCIERES

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME N 7 LES IMMOBILISATIONS FINANCIERES COLLEGE Réunion du lundi 14 janvier 2013 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME N 7 LES IMMOBILISATIONS FINANCIERES RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS

Plus en détail

CONTRAT TYPE ENTENTE RELATIVE AU REGROUPEMENT D'EMPLOYEURS AUX FINS DE L'ASSUJETTISSEMENT À DES TAUX PERSONNALISÉS ET AU CALCUL DE CES TAUX

CONTRAT TYPE ENTENTE RELATIVE AU REGROUPEMENT D'EMPLOYEURS AUX FINS DE L'ASSUJETTISSEMENT À DES TAUX PERSONNALISÉS ET AU CALCUL DE CES TAUX CONTRAT TYPE ENTENTE RELATIVE AU REGROUPEMENT D'EMPLOYEURS AUX FINS DE L'ASSUJETTISSEMENT À DES TAUX PERSONNALISÉS ET AU CALCUL DE CES TAUX ENTRE : LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL,

Plus en détail

RCSF du 26 novembre 2015 (Mém. n 224 du 02 décembre 2015, p.4827)

RCSF du 26 novembre 2015 (Mém. n 224 du 02 décembre 2015, p.4827) Règlement CSSF N 15-03 - Fonds d'investissement alternatifs Règlement CSSF N 15-03 arrêtant les modalités d'application de l'article 46 de la loi du 12 juillet 2013 relative aux gestionnaires de fonds

Plus en détail

La caisse de retraite des anciens membres du Conseil économique, social et environnemental

La caisse de retraite des anciens membres du Conseil économique, social et environnemental La caisse de retraite des anciens membres du Conseil économique, social et environnemental PRESENTATION La «Caisse des anciens membres du Conseil économique et social, de leurs veuves et orphelins mineurs»,

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes. Identification d une bonne pratique professionnelle relative à l autorévision

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes. Identification d une bonne pratique professionnelle relative à l autorévision le 8 novembre 2011 Décision 2011-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Identification d une bonne pratique professionnelle relative à l autorévision Au cours de sa séance du 3 novembre

Plus en détail

Contrat de VRP exclusif

Contrat de VRP exclusif Contrat de VRP exclusif Entre les soussignés La Société, Adresse : N o URSSAF : URSSAF Code NAF : Représentée par Monsieur agissant en qualité de d'une part, et Monsieur Né le, à Nationalité : N o d'immatriculation

Plus en détail

Traitement comptable d un portefeuille patrimonial

Traitement comptable d un portefeuille patrimonial COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis NFP 5 du 29 octobre 2008 Traitement comptable d un portefeuille patrimonial La Commission a été saisie par une fondation importante de deux questions. Cette fondation

Plus en détail

ARRÊTÉ ROYAL RELATIF À L'ALLOCATION POUR L AIDE AUX PERSONNES ÂGÉES

ARRÊTÉ ROYAL RELATIF À L'ALLOCATION POUR L AIDE AUX PERSONNES ÂGÉES ARRÊTÉ ROYAL RELATIF À L'ALLOCATION POUR L AIDE AUX PERSONNES ÂGÉES HISTORIQUE (*) Arrêté royal du 5 mars 1990 relatif à l'allocation pour l'aide aux personnes âgée (M.B. 05.04.90) (1) Arrêté royal du

Plus en détail

Décision unilatérale de l association Espoir 54 instituant un régime de frais de santé

Décision unilatérale de l association Espoir 54 instituant un régime de frais de santé Lettre remise en main propre contre émargement à chaque salarié ou envoyée par recommandé avec demande d avis de réception Décision unilatérale de l association Espoir 54 instituant un régime de frais

Plus en détail

PRÉSENTATION DU BILAN

PRÉSENTATION DU BILAN Chapitre 1: PRÉSENTATION DU BILAN Introduction L actif, le passif et le hors bilan sont présentés chacun sur un feuillet conformément au modèle en annexe. Les rubriques de l actif qui font l objet d amortissements

Plus en détail

2150000 Commission paritaire pour employés de l'industrie de l'habillement et de la confection

2150000 Commission paritaire pour employés de l'industrie de l'habillement et de la confection 2150000 Commission paritaire pour employés de l'industrie de l'habillement et de la confection Prime suite à une augmentation temporaire de travail... 2 Convention collective de travail du 7 novembre 2006

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie Ordonnance sur l assurance directe sur la vie (Ordonnance sur l assurance-vie, OAssV 1 ) 2 961.611 du 29 novembre 1993 (Etat le 22 décembre 2003) Le Conseil fédéral suisse, vu la loi du 18 juin 1993 3

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS PROJET OPPOSABLE A L'ADMINISTRATION JUSQU'A LA PUBLICATION DE L'INSTRUCTION DEFINITIVE Vous pouvez adresser vos remarques sur ce projet d'instruction, mis en consultation publique le 11/05/2010, jusqu'au

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI Arrêté du 11 décembre 2008 portant homologation du règlement n o 2008-12 du Comité de la réglementation

Plus en détail

Ordonnance Souveraine n 1.284 du 10 septembre 2007 portant application de la loi n 1.338 du 7 septembre 2007 sur les activités financières.

Ordonnance Souveraine n 1.284 du 10 septembre 2007 portant application de la loi n 1.338 du 7 septembre 2007 sur les activités financières. Ordonnance Souveraine n 1.284 du 10 septembre 2007 portant application de la loi n 1.338 du 7 septembre 2007 sur les activités financières. Vu l'article 68 de la Constitution ; ALBERT II PAR LA GRACE DE

Plus en détail

DIRECTIVES CONCERNANT L'ELABORATION ET L'UTILISATION DES BASES DE DONNEES NATIONALES EN MATIERE D'EVALUATION SERVANT D'OUTIL D'EVALUATION DES RISQUES

DIRECTIVES CONCERNANT L'ELABORATION ET L'UTILISATION DES BASES DE DONNEES NATIONALES EN MATIERE D'EVALUATION SERVANT D'OUTIL D'EVALUATION DES RISQUES WCO OMD DIRECTIVES CONCERNANT L'ELABORATION ET L'UTILISATION DES BASES DE DONNEES NATIONALES EN MATIERE D'EVALUATION SERVANT D'OUTIL D'EVALUATION DES RISQUES Table des matières Préambule Introduction Utilisation

Plus en détail

Circulaire d'information à toutes les institutions de prévoyance

Circulaire d'information à toutes les institutions de prévoyance AUTORITÉ CANTONALE DE SURVEILLANCE DES FONDATIONS ET DES INSTITUTIONS DE PRÉVOYANCE Rue du Stand 26 CP 3937 1211 Genève 3 Tél. 022 / 546.05.00 Fax 022 / 546.05.13 Circulaire d'information à toutes les

Plus en détail

relatif à la comptabilisation des quotas d émission de gaz à effet de serre dans les comptes individuels et consolidés

relatif à la comptabilisation des quotas d émission de gaz à effet de serre dans les comptes individuels et consolidés CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS n 2004-C du 23 mars 2004 du Comité d urgence relatif à la comptabilisation des quotas d émission de gaz à effet de serre dans les comptes individuels et consolidés

Plus en détail

L abandon de créances est donc consenti par les banques sous la double condition suivante :

L abandon de créances est donc consenti par les banques sous la double condition suivante : COMPTES INDIVIDUELS - COMPTES CONSOLIDES - IFRS - Protocole d'accord - Plan de sauvegarde - Abandon de créances avec clause de retour à meilleure fortune - Exercice de rattachement - EJ 2009-192 & EC 2010-09

Plus en détail

Le contribuable est d origine française.

Le contribuable est d origine française. Direction générale de la législation et du registraire des entreprises Direction principale des lois sur les impôts Note DESTINATAIRE : ***** EXPÉDITEUR : DIRECTION DE L INTERPRÉTATION RELATIVE AUX ENTREPRISES

Plus en détail

relatif à la comptabilisation des comptes et plans d'épargne-logement dans les établissements habilités à recevoir des dépôts d'épargne-logement

relatif à la comptabilisation des comptes et plans d'épargne-logement dans les établissements habilités à recevoir des dépôts d'épargne-logement CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2006-02 DU 31 MARS 2006 relatif à la comptabilisation des comptes et plans d'épargne-logement dans les établissements habilités à recevoir des dépôts d'épargne-logement

Plus en détail

NOTICE «Solvabilité II» Calcul de la solvabilité des groupes

NOTICE «Solvabilité II» Calcul de la solvabilité des groupes NOTICE «Solvabilité II» Calcul de la solvabilité des groupes (Version en date du 28/04/2016) TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction... 3 2. Calcul de la solvabilité des groupes... 3 2.1. Périmètre du groupe

Plus en détail

CONVOCATIONS MECELEC

CONVOCATIONS MECELEC CONVOCATIONS ASSEMBLÉES D'ACTIONNAIRES ET DE PORTEURS DE PARTS MECELEC Société anonyme au capital de 9 631 896 Siège social : Mauves, 07300 (Ardèche) 336 420 187 R.C.S. Aubenas. Les actionnaires de la

Plus en détail

Guide de bonnes pratiques pour la commercialisation des emprunts obligataires auprès des clients non professionnels

Guide de bonnes pratiques pour la commercialisation des emprunts obligataires auprès des clients non professionnels Le 13 octobre 2009 Guide de bonnes pratiques pour la commercialisation des emprunts obligataires auprès des clients non professionnels L Autorité des marchés financiers a constaté au cours de ces dernières

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE Décembre 2015

GUIDE PRATIQUE Décembre 2015 1 GUIDE PRATIQUE Décembre 2015 Mise en place de la complémentaire santé collective et obligatoire au 1 er janvier 2016 MISE EN PLACE DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE COLLECTIVE ET OBLIGATOIRE AU 1 er JANVIER

Plus en détail

RÉSILIATION DU CONTRAT DE TRAVAIL

RÉSILIATION DU CONTRAT DE TRAVAIL TITRE TROIS RÉSILIATION DU CONTRAT DE TRAVAIL Article Treize - Dénonciation du contrat de travail Toute résiliation du contrat de travail implique de part et d autre un préavis, sauf cas de faute lourde,

Plus en détail

Aide d Etat N 447/2000 France Régime cadre : fonds de prêts d honneur d aide à la création d entreprise.

Aide d Etat N 447/2000 France Régime cadre : fonds de prêts d honneur d aide à la création d entreprise. COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 23.05.2001 SG (2001) D/ 288747 Objet: Aide d Etat N 447/2000 France Régime cadre : fonds de prêts d honneur d aide à la création d entreprise. Monsieur le Ministre,

Plus en détail

Relatif aux comptes annuels des organismes de titrisation En cours d homologation

Relatif aux comptes annuels des organismes de titrisation En cours d homologation AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION Du RÈGLEMENT N 2016-02 du 11 MARS 2016 Relatif aux comptes annuels des organismes de titrisation En cours d homologation I - Eléments de contexte Le

Plus en détail

NOTICE «Solvabilité II» Évaluation interne des risques et de la solvabilité (ORSA)

NOTICE «Solvabilité II» Évaluation interne des risques et de la solvabilité (ORSA) NOTICE «Solvabilité II» Évaluation interne des risques et de la solvabilité (ORSA) (Version en date du 17/12/2015) TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction...3 2. Gouvernance de l ORSA...3 2.1. Approche générale...3

Plus en détail

7 bonnes raisons de choisir CAPIMED

7 bonnes raisons de choisir CAPIMED CAPIMED Service communication - 07/2014 Docteur, Stocklib goodluz Nous avons le plaisir de vous adresser le dossier d adhésion au régime de retraite facultatif CAPIMED, géré en capitalisation dans le cadre

Plus en détail

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Université de Moncton Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Actualisation du régime Rapport d étape Étape 2 - Niveau de prestations et options à considérer Décembre 2011 Table

Plus en détail

Ordre des Experts Comptables de Tunisie

Ordre des Experts Comptables de Tunisie Ordre des Experts Comptables de Tunisie Note d orientation sur les diligences du Commissaire aux Comptes en matière de rémunération des dirigeants (Application de l article 200 II 5 du Code des Sociétés

Plus en détail