Fer. lance. Quel dialogue social en France? ISO : cinq ans de. numéro

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fer. lance. Quel dialogue social en France? ISO 26 000 : cinq ans de. numéro"

Transcription

1 Fer de lance numéro 566 Juillet-août-septembre 2011 Le magazine des adhérents de la Fédération de la Métallurgie ISSN prix du n : 8 Quel dialogue social en France? ISO : cinq ans de réflexion pour donner aux entreprises l occasion de se pencher sur leur responsabilité sociétale À lire également dans ce numéro : n Quelle réforme pour la médecine du travail? n : bilan d une mandature n 1953 : les entreprises contribuent à l effort de construction >

2 Edito Nicolas, François, Martine... et les autres? Crédit photo : Corbis Et si l on s accordait sur le dialogue social? Plus de entreprises nous font confiance pour animer et développer leur dialogue social. Notre culture est paritaire et innovante. Elle nous permet de comprendre et de répondre aux attentes de chacun. Pour nous contacter : novalistaitbout.com Serait-ce la prochaine adaptation du film réalisé par Claude Sautet en 1974, Vincent, François, Paul... et les autres, ou l énumération de candidats plus ou moins déclarés à la prochaine élection de la présidence de la République? Vous l aurez compris, nous sommes bien, en cet automne 2011, dans l agitation qui précède la campagne. Qu en restera-t-il à la veille du premier tour le 22 avril prochain? Trop tôt pour le dire. La France, comme tous les pays de la zone Euro, s apprête à traverser l année 2012, sur fond de crise systémique assorti d un fort ralentissement de la croissance qui pourrait nous mener au bord d une possible récession. Prétendre sérieusement présider aux destinées d un pays comme le nôtre, dans une période dont nous sentons confusément qu elle nous réservera de désagréables surprises, suppose à tout le moins, stature, crédibilité et détermination. Sans mépriser personne, nous nous concentrerons sur celles et ceux capables de nous convaincre qu ils sont ou seront à même de restaurer la confiance nécessaire à la reprise de la croissance dans notre pays. Pourquoi? Parce qu elle est le gage de la réduction durable du chômage. La CFE-CGC exigera qu il en soit fait un objectif cardinal. Dans un éditorial intitulé Pas de démocratie vivace sans industrie, Dani Rodrik, professeur en économie politique internationale, déclarait dans La Tribune du 5/09/2011: L existence d une industrie forte est le gage d emplois stables. Preuve que l industrie constitue un enjeu électoral premier, le numéro du 30/06 au 6/07/2011 de l Usine nouvelle rend compte de l entretien qu il a eu avec François Hollande. Ce dernier livre ses premiers éléments, avec une promesse : si je suis élu, je passerai un contrat avec l industrie. S il est l élu, du PS s entend, nous lui proposerons, comme à tous ceux que nous consulterons, de passer un contrat avant et par écrit avec nous. Dans ce même numéro, les 23 mesures annoncées par le président de la République en clôture de son discours sur les états généraux de l industrie à Marignane en mars 2010, sont passées, une par une, au banc d essai. Conclusion, L affaire est au milieu du gué. Formule polie pour pointer qu entre discours et mise en œuvre, un gouffre existe. Pour l heure, nul doute que les chefs d Etat aborderont, lors de la prochaine réunion du G20 sous présidence française à Cannes les 3 et 4 novembre prochains, les moyens de réguler un peu mieux une économie au service de la finance pour tenter d en inverser la logique. Seront-ils assez courageux pour oser? Tobin or not Tobin*? Une voix européenne unique au sein du G20 peut-elle se faire entendre? Rien n est moins sûr! Pour mieux éclairer les visions des futurs candidats(es), nous irons à la rencontre de Nicolas, François, Martine... et les autres. Nous vous en rendrons compte, vous en serez juges! n Gabriel Artero, président. Augusto Da Silva / Graphix Images Prétendre sérieusement présider aux destinées d un pays comme la France (...), suppose, à tout le moins stature, crédibilité et détermination *La taxe Tobin, suggérée en 1972 par le lauréat du prix Nobel d économie James Tobin, consiste en une taxation des transactions monétaires internationales. Juillet-août-septembre

3 Juillet-août-septembre 2011 ISSN prix du n : 8 Fer de lance Le magazine des adhérents de la Fédération de la Métallurgie Quel dialogue social en France? numéro 566 Sommaire Edito Nicolas, François, Martine et les autres? 3 Ecouter Découvrir Informer POUR VOTRE PROTECTION SOCIALE, VOTRE PRÉVOYANCE COLLECTIVE ACCÉDEZ À UN RÉSEAU MUTUALISTE DE PROXIMITÉ L Union Nationale de Prévoyance de la Mutualité Française, partenaire de la fédération Métallurgie CFE-CGC, est à vos côtés pour vous conseiller et vous accompagner dans vos choix et vos négociations afin de mettre en place des régimes complémentaires santé et prévoyance collective. Appuyée sur un réseau de mutuelles partenaires et en relation avec vos mutuelles d entreprises, l UNPMF participe à la couverture santé et / ou prévoyance de 23 branches professionnelles parmi lesquelles, la coiffure, le secteur agricole, l habillement, les personnels de la Sécurité sociale, l aide à domicile, le tourisme social, N hésitez pas à nous contacter Par courriel : Sur notre site web : les industries électriques et gazières (IEG) et de plusieurs dizaines de grands groupes leaders de la métallurgie et de l aéronautique parmi lesquels : Safran, Dassault, Thomson, EADS, de la chimie (Rhodia, Alcan) du transport (Geodis-Calberson, Sernam, SNCF ). Au sein de la Mutualité Française, nous œuvrons aux côtés du mouvement syndical pour la défense des régimes obligatoires et pour l accès de tous à une protection sociale de haut niveau. Nous proposons à vos militants un dispositif unique de formation et l abonnement militant à la revue Santé et Travail. Assureur des garanties : Union Nationale de la Prévoyance de la Mutualité Française (U.N.P.M.F.) Union soumise aux dispositions du Livre II du Code de la Mutualité, enregistrée au Registre National des Mutuelles sous le numéro , agréée pour les branches 1, 2, 20, 21 et 22 - Siège social : 255, rue de Vaugirard Paris SIN AN1 G Marketing UNPMF - 01/11 ISO : cinq ans de réfl exion pour donner aux entreprises l occasion de se pencher sur leur responsabilité sociétale À lire également dans ce numéro : Quelle réforme pour la médecine du travail? : bilan d une mandature 1953 : les entreprises contribuent à l effort de construction > Directeur de la publication : Gabriel Artero Rédacteur en chef : Elisabeth Gaï Edition, diffusion et publicité : CFE-CGC Métallurgie - 33, avenue de la République Paris. Tél : Site Internet : Montant du capital : 5 107,04 e. Associés : FCMTM (225 parts de 15,24 e), SMIDEF (110 parts de 15,24 e). Tirage : exemplaires pour le compte de la Fédération CFE-CGC Métallurgie, 33, avenue de la République Paris Tél. : Fax : Numéro de commission paritaire : CPPAP : 1014S Dépôt légal : à parution. ISSN : Publicité : CFE-CGC Métallurgie, 33, avenue de la République Paris. Tél. : Création : Laurent Brugière, Scriptum. Réalisation : Dalton / Scriptum. Rédaction des pages : 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26 : Scriptum, 31, place Grandclément, Villeurbanne. Tél. : Relecture et corrections : CFE-CGC Métallurgie, Scriptum. Impression et routage : Imprimerie de Champagne, ZI les Franchises, Langres. Tél. : Ont participé à la rédaction de ce numéro : Gabriel Artero, Sylvie Blaise, Gilbert Brokmann, Elisabeth Gaï, Xavier Le Coq, Hélène Loizeau, Vincent Loizeau, Stéphane Rivière. Crédit photos : Archmen, Augusto Da Silva/ Graphix Images, CJ.comm - Le Mans, DR, Fotolia (Free photo, Graphies thèques, Irochka, Nimbus, NLshop, plumadaquila, Rygerszem, Scanrail, shockfactor), Scriptum. Nos annonceurs : Agefiph, assse, Inter Expansion, IPECA PRÉVOYACE, malakoff médéric Juillet-août-septembre Valoriser Dominique Jacquat : l étoffe d un coordonnateur 8 Brigitte Darius : le sens de l adaptation en plus 10 Savoir Quelle réforme pour la médecine du travail? 11 à lire et à voir 12 Agir Le phoning : une méthode efficace pour recruter des adhérents et accroitre la notoriété de la CFE-CGC 13 Partager : bilan d une mandature 16 Comprendre Quel dialogue social en France? 20 Raconter 1953 : les entreprises contribuent à l effort de construction 24 S ouvrir ISO : cinq ans de réflexion pour donner aux entreprises l occasion de se pencher sur leur responsabilité sociétale 26

4 écouter découvrir informer Baromètre Up Le Up dédié à Laurence Parisot, présidente du Medef pour avoir déclaré fin août à propos de la remise en cause du dispositif du chômage pour les cadres les plus aisés : Tout le monde serait perdant. Et d expliquer : Si on baissait les allocations versées aux cadres en cas de chômage, il faudrait symétriquement baisser leurs cotisations, sinon ce serait tout à fait injuste. Les cotisations des cadres font partie des recettes les plus importantes du régime, donc au total, tout le monde serait perdant. Ce n est pas Bernard Van Craeynest, président de la CFE-CGC qui la contredira. Les cadres alimentent 30 % du budget de l assurancechômage, et ne consomment qu environ 15 % a-t-il affirmé à ce propos. Down François Fillon en a déçu plus d un lors de sa dernière déclaration au sujet de la réforme des retraites. Trois mois après la fin de la retraite à 60 ans, il estime qu il faudra aller vers un âge de retraite commun, aller vers une convergence progressive de l organisation économique et sociale de la France et l Allemagne, car c est la clef de la survie et du développement de la zone euro et du contingent européen. Le Premier ministre souhaite s aligner sur la récente réforme allemande prévoyant de repousser de 65 à 67 ans l âge de la retraite aux environs de Entrée en vigueur en juin dernier, la réforme française des retraites, a déjà reculé l âge légal de 60 à 62 ans. Pourquoi rouvrir un débat qui présentait une réforme censée atténuer le problème du déficit budgétaire? Inconscience, incompétence ou suicide politique? Fotolia / Free photo La CFE-CGC dans une entreprise familiale! C est Sylvie Blaise, présidente du syndicat de la Métallurgie du Loiret, qui est à l origine de la création d une section CFE-CGC au sein de la société Jourdain. Implantée à Escrennes (45), cette PME familiale plus que centenaire est spécialisée dans la fabrication de matériel tubulaire (barrières, enclos, ). Numéro 1 mondial du matériel bovin, Jourdain est présente sur les cinq continents et emploie 191 personnes. Elle conçoit elle-même ses produits en ayant recours sur place à la découpe, à l emboutissage, au cintrage, au perçage et au soudage. Sylvie Blaise est enthousiaste à l idée de développer la CFE-CGC dans une entreprise où il fait si bon travailler. Le chiffre du trimestre - 55 Il s agit de l indice synthétique du moral des cadres français, descendu à son plus bas niveau historique cet été. Crise financière, crainte d une récession, dégradation du niveau de vie, n ont fait qu accentuer la perte d optimisme du personnel d encadrement en France. Près d un cadre sur deux déclare craindre que sa situation financière ne se dégrade dans les mois à venir. Source : Reuters. Elections IRCRA Le 15 octobre : votez et faites voter CFE-CGC! Le 15 octobre auront lieu les élections IRCRA, les caisses AGIRC des services de l automobile. Chacun d entre vous, qu il soit ou non salarié de ce secteur, connaît un vendeur, un chef d équipe ou un technicien, un responsable de station-service, un loueur, une auto-école, un contrôleur technique, une secrétaire commerciale... N hésitez pas à leur rappeler qu ils vont recevoir leur matériel de vote le 15 octobre et qu ils pourront voter par correspondance jusqu au 20 novembre. Votez et faites voter CFE-CGC! Des tracts sont à votre disposition sur le site CFE-CGC AUTO. CJ.comm - Le Mans Xoxoxox oxo Fotolia / Scanrail Licences 4 G G comme guerre pour la sauvegarde de l emploi Orange, SFR, Bouygues, Free ils ont tous sorti leur carnet de chèques. 936 millions en tout. Pourquoi? Pour obtenir la licence 4G dont le décret d appel à candidatures a été signé le 14 juin dernier. Une bonne nouvelle pour l Etat dont le budget est à sec. Peut-être n est-elle pas si bonne pour les salariés dont on sait que ces entreprises délocalisent leurs services de hotline dans des pays à moindre coût. La CFE-CGC aurait aimé que l emploi en France fasse partie des critères d attribution des licences. Estimant que la défense de l emploi devrait être une priorité nationale en cette période de hausse du chômage, la fédération de la Métallurgie a pris la décision de s associer à l action juridique engagée par le syndicat CFE-CGC de France Télécom Orange. Ce, afin de faire annuler le décret par le conseil d Etat. Pénibilité : les négociations ont commencé Les négociations sur la pénibilité ont commencé le 28 septembre dernier. Objectif : les avoir terminées avant la fin de l année L UIMM souhaite bâtir un accord pour les entreprises de 50 à 300 salariés qui pourrait reprendre : - l accord santé et sécurité de février 2003, - l article 10 de l accord séniors de décembre 2009, - les nouvelles obligations de la loi du 9 novembre Dans la perspective des négociations, la fédération CFE-CGC de la Métallurgie s est dotée d un groupe de travail dans le but d analyser la loi sur la réforme des retraites et plus particulièrement sur la pénibilité. En effet, la loi impose de nouvelles obligations de suivi des salariés, de prévention du risque étendu à la pénibilité. Les entreprises doivent identifier les situations de pénibilité en leur sein, négocier un accord ou mettre en place un plan d actions dédié d ici fin 2011, faute de quoi elles s exposent à une sanction financière (1% de la masse salariale). Le site web de la fédération vous tiendra informés des suites de cette négociation. Militantes, sportives et généreuses! Un bel exemple de l esprit CFE-CGC Le 11 septembre dernier, un petit groupe de militantes a participé à l édition 2011 de la course la Parisienne. Les sportives en herbe ont défendu les couleurs de la CFE-CGC et couru pour une bonne cause. La course était en effet organisée au profit de la lutte contre le cancer du sein. Bravo à elles! David contre Goliath En plein cœur de l été, la CFE-CGC s est opposée à la déclaration du groupe Montupet, propriétaire de la Fonderie du Poitou Aluminium à Ingrandes, annonçant vouloir réduire les salaires de la main d œuvre directe et indirecte. Une stratégie qui lui permettrait, à l entendre, de devenir compétitive par rapport à ses autres sites (Laigneville dans l Oise et Châteauroux dans l Indre). La CFE-CGC et l intersyndicale exigent le retrait du plan de compétitivité de Montupet qui se traduirait selon les syndicats par une baisse des salaires de 25 % pour les ouvriers et de 15 % pour les cadres. Depuis le 13 juillet, date de l annonce faite par la direction, l intersyndicale a multiplié les actions : rendez-vous avec le chef du cabinet du ministre de l Economie, des Finances et de l Industrie, rencontres du préfet de la Vienne et de Jean-Pierre Raffarin, sénateur de la Vienne jusqu à fin septembre Les salariés de la fonderie d Ingrandes ont reçu le soutien de nombreuses personnalités politiques telles que Marie-Georges Buffet, Ségolène Royal ou encore Arlette Laguillier. Après quatre semaines de grève, un rassemblement national de la filière automobile a eu lieu à Châteauroux le 29 septembre au siège de l un des établissements du groupe Montupet. La CFE-CGC ne lâchera rien dans ce combat qui ressemble à celui de David contre Goliath. 6 Fer de lance n 566 Juillet-août-septembre

5 Valoriser Dominique Jacquat l étoffe d un coordonnateur Récemment syndiqué, Dominique Jacquat n en est pas moins coordonnateur CFE-CGC chez Schneider Electric. Son parcours l explique tout comme son tempérament et sa furieuse manie d être là où on ne l attend pas. Dans le paysage syndical de l époque, les cadres n étaient pas représentés. Ça sentait le roussi. Je me suis dit qu il fallait faire quelque chose Derrière ses lunettes rectangulaires rouges et grises (le rouge est sa couleur préférée), Dominique Jacquat observe ce qui l entoure, tente de flairer l ambiance dans laquelle il sera plongé dans quelques minutes. Inquiet? Rarement. Juste curieux, attentif. A la manière d un amateur de tableaux de maîtres, il prend du recul pour mieux voir et comprendre, répond rarement dans la foulée de la question, se donne le temps, patiente et fait patienter pour plus de justesse, mesure ses propos. Sont-ce ses 54 ans qui lui procurent cette forme de sagesse? Pas si sûr. A bien y réfléchir, on l imagine volontiers comme cela depuis la naissance. Impossible de vérifier cependant car l homme est discret. S il donne volontiers des éléments de compréhension, il ponctue ses réponses par ça, ce n est pas la peine de l écrire. Dont acte. Ça sentait le roussi Ce que l on peut écrire en revanche, c est que son mandat de coordonnateur CFE-CGC chez Schneider Electric le passionne. Pourtant, lorsqu il a accepté cette mission en 2009, après une proposition des délégués syndicaux du groupe Schneider Electric, il avait peur de s ennuyer. Lui qui a parcouru le monde, et notamment la zone Asie/Pacifique, 15 ans durant. Ma nomination coïncide avec la crise économique et des élections professionnelles. Je n ai donc vraiment pas manqué d activité et c est encore vrai aujourd hui s amuse-t-il. Au programme de son début de mandat, la négociation de plusieurs accords GPEC avec la direction, en collaboration avec les délégués syndicaux CFE-CGC des différents sites et le délégué syndical central. Les projets présentés par le groupe à cette époque flirtent dangereusement avec des plans de sauvegarde de l emploi savamment organisés puisque emplois sont menacés en France. Une expérience qui lui rappelle le premier plan social qu il a eu à négocier en 2004, alors qu il venait tout juste de se syndiquer à la CFE-CGC. J étais chez France Transfo, une filiale de Schneider Electric. Dans le paysage syndical de l époque, les cadres n étaient pas représentés. Ça sentait le roussi. Je me suis dit qu il fallait faire quelque chose se souvient Dominique Jacquat. Intuition Poussé par ses collègues, épaulé par un ami qui souhaitait également s investir, il accepte de s engager. A condition que d autres les suivent, histoire de ne pas se retrouver, seul ou à deux, à porter un flambeau un peu lourd. La mayonnaise prend, pour la plus grande satisfaction de cet homme d équipe. Car c est aussi ce qui caractérise Dominique Jacquat : le groupe, qu il soit professionnel ou personnel. Dominique Jacquat est définitivement un homme de tribu. Pas une décision n est prise sans qu il ne consulte cette dernière, n entende tous les avis. En chef de file - il goûte assez peu l expression car la posture du chef le met mal à l aise -, il décide ensuite, en intégrant, dans sa réflexion, son intuition. C est elle qui généralement fait pencher la balance, d un côté ou d un autre et aussi le goût qu il a de relever des défis. Ainsi s est-il retrouvé, en 1996, à arpenter la zone Asie/Pacifique en tant qu ingénieur commercial alors qu il s orientait vers un poste de DRH chez Biographie express 1957 : naissance à Saint-Avold (57) : obtient son bac F3 en électrotechnique : fait son armée chez les pompiers de la base aérienne de Colmar. Schneider Electric après un parcours d ingénieur Hygiène et Sécurité. J ai demandé à réfléchir, j en ai discuté en famille et j ai dit oui. Je le sentais. Cela a été une expérience formidable. Et une découverte complète sur la façon de vivre et de travailler poursuit Dominique Jacquat. Les Asiatiques travaillent vite et bien. La notion de service est très importante pour eux. A l époque, en France, on ne savait pas faire admet-il. Questionnaire de Proust Votre principal trait de caractère? Battant Votre ville préférée? Hô-Chi-Minh Votre couleur favorite? Le rouge Votre occupation préférée? Etre avec ma famille et jouer au golf Le pays dans lequel vous aimeriez vivre? La France La qualité que vous préférez chez une femme? La franchise La qualité que vous préférez chez un homme? La franchise Ce que vous appréciez le plus chez un ami? La spontanéité et la franchise Votre maxime préférée? Ne jamais s avouer vaincu Quels sont vos personnages de l histoire favoris? Napoléon Le don de la nature que vous aimeriez avoir? Une super santé Votre état d esprit actuel? Zen Quelles sont les fautes qui vous inspirent le plus d indulgence? Joker Quel serait votre plus grand malheur? Un drame familial Comment aimeriez-vous mourir? A 93 ans en faisant l amour! : suit une formation en hygiène et sécurité : est recruté chez France Transfo en tant qu ingénieur sécurité : évolue au service RH pour s occuper de la formation et du recrutement des stagiaires et alternants : obtient un DESS en gestion des entreprises à l IAE de Metz Gagner du green 30 mois après sa prise de mandat en tant que coordonnateur, Dominique Jacquat ne regrette rien. Les dernières élections - en novembre n ont pas forcément donné les résultats qu il attendait mais au moins a-t-il posé des jalons. Si ses déplacements sont toujours d actualité, ils sont de plus courte durée et moins éloignés géographiquement. Quant à son parcours, il lui trouve une certaine logique et les négociations qu il a menées en Asie lui servent aujourd hui sur le plan social. Je continue néanmoins à me former pour maintenir mon employabilité annonce-t-il. L heure est cependant au développement syndical, à la multiplication des adhérents et des sections sur les différents sites de Schneider Electric. Dans ce contexte, l arrivée des salariés d AREVA D en début d année est une bonne nouvelle, la CFE-CGC y étant très bien implantée. Nous allons donner de la cohérence à l ensemble et travailler notre offre de services ajoute-t-il, se remémorant ce qu il a appris en Asie. Le regard porte loin comme s il percevait déjà le chemin à emprunter, les éventuelles ornières à éviter pour atteindre l objectif fixé. En bon amateur de golf qu il est, il prendra le temps nécessaire, évaluera, jaugera pour affiner la stratégie à appliquer. Et au moment du swing, son équipe sera prête. Prête à gagner du green! n 1996 : devient ingénieur commercial pour la zone Asie / Pacifique : adhère à la CFE-CGC, est élu au CE et mène la négociation du plan social : devient coordonnateur CFE-CGC : développe les adhésions et la présence de la CFE-CGC sur les différents sites Schneider Electric. 8 Fer de lance n 566 Juillet-août-septembre

6 Valoriser Responsable du système de management qualité chez Renault Trucks et déléguée syndicale, Brigitte Darius a su tracer sa voie. Bifurquant ici, trébuchant là, mais toujours en accord avec elle-même et avec le sourire. Sa grande force. Brigitte Darius le sens de l adaptation en plus J avais jusque-là grandi dans un milieu très protégé. Je n avais jamais côtoyé de gens qui avaient besoin de revendiquer pour obtenir de meilleures conditions de vie et de travail Questionnaire de Proust Ce que l on remarque le plus lorsqu on rencontre pour la première fois Brigitte Darius, c est son sourire. Large et sincère. Accueillant. Et du même coup, reposant. Car, si, bien sûr, on ne connaît pas vraiment la personne, on se sent comme à l abri, protégé des tourments du monde. La deuxième impression vient confirmer la première. Brigitte Darius est appréciée et connue de tous ou presque sur le site Renault Trucks de Bourg-en-Bresse qui compte près de salariés. Qu elle entre dans l usine ou qu elle traverse le parking de l entreprise, elle a toujours un mot courtois, un geste de salut, un sourire. En accord avec elle-même Une attitude politique liée à son mandat de déléguée syndicale et d élue au comité d entreprise? Sûrement Votre principal trait de caractère? Souriante Votre ville préférée? Paris Votre couleur favorite? Le noir Votre occupation préférée? Préparer un bon repas pour mes enfants ou mes amis Le pays dans lequel vous aimeriez vivre? La France La qualité que vous préférez chez une femme? L honnêteté La qualité que vous préférez chez un homme? L honnêteté Ce que vous appréciez le plus chez un ami? Sa présence Votre maxime préférée? Ce qui ne te tue pas te rend plus fort Quels sont vos personnages de l histoire favoris? Simone Veil et Gisèle Halimi Le don de la nature que vous aimeriez avoir? Etre une fée Votre état d esprit actuel? Sereine Quelles sont les fautes qui vous inspirent le plus d indulgence? Celles que l on commet lorsqu on apprend Quel serait votre plus grand malheur? Je ne peux pas en connaître de plus grand que celui que j ai connu Comment aimeriez-vous mourir? En dormant. pas. Brigitte Darius est beaucoup trop entière pour jouer la comédie. Un trait de caractère qui ne l a pas toujours servi mais au moins est-elle en accord avec elle-même. Comme ce jour où, bien qu en difficulté sur le plan financier, elle a quitté l entreprise qui avait absorbé celle dans laquelle elle travaillait alors même que les dirigeants lui demandaient de rester. Ils n avaient pas été très sympas avec moi lorsque je suis arrivée après l achat de l atelier de menuiserie dans lequel je travaillais. Au bout de deux mois, ils se sont aperçus que, peutêtre, je pouvais leur apporter quelque chose. Ils m ont demandé de rester mais j ai préféré les laisser se souvient-elle. A discuter avec elle, on prend soudain conscience que son parcours est un peu à cette image : je m investis pleinement, j agis en accord avec moi-même, je ne m appesantis pas sur mon sort et j avance sans regarder derrière moi. Matheuse Une philosophie de vie qu elle applique depuis qu elle a 7 ans. Depuis cette date de 1962 où l indépendance de l Algérie est reconnue, provoquant un exode massif des pieds-noirs vers le continent. Fonctionnaire de police, son père est muté au Havre. Le mot adaptation sonne dès lors comme une ritournelle pour Brigitte Darius qui découvre un monde qu elle n avait pas même imaginé et notamment la neige. Un an dans le nord de la France suffira à convaincre la famille Darius de migrer vers une ville plus chaude. Ce sera Marseille. Très entourée, Brigitte Darius grandit dans une ambiance joyeuse et aimante où l on parle fort et où les repas de famille sont plus qu une tradition. Plutôt matheuse, elle prépare et obtient son bac D à Lyon mais n ira pas plus loin. J ai choisi la filière scientifique pour faire plaisir à mes parents mais je voulais plutôt m orienter vers une carrière de styliste raconte-t-elle. Sauf qu à cette époque, ça ne fait pas très sérieux. J ai travaillé comme une dingue Mariée à 18 ans et mère à 20, 21,5 et 23 ans, elle se fait embaucher dans l usine de confection de lingerie Lejaby Rasurel à Rillieux-La-Pape dans le Rhône en Une expérience qui forgera sa conscience syndicale. J avais jusque-là grandi dans un milieu très protégé. Je n avais jamais côtoyé de gens qui avaient besoin de revendiquer pour obtenir de meilleures conditions de vie et de travail reconnaît-elle. Volontaire, audacieuse et bosseuse, Brigitte Darius a toujours trouvé du travail - quand bien même elle n avait que son bac en poche - tirant des enseignements techniques et humains de chaque expérience. Du secrétariat à l informatique, puis à la comptabilité, elle touche à tout. Jusqu à la gestion en propre d un point de vente Intermarché de m 2 à Mâcon après avoir managé une équipe de 100 personnes à la base alimentaire du même nom dans l Ain. Cela a été une expérience formidable mais difficile. J ai travaillé comme une dingue et le reste de ma vie était comme entre parenthèses lâche-t-elle le regard dans le vague. Avantage certain Si le travail l exclut un temps de la vie, c est pourtant lui qui la sauve lorsqu en 2005, alors qu elle a revendu son point de vente depuis 4 ans et travaille chez Renault Trucks à Bourgen-Bresse, son fils se tue en voiture. Je me suis rendue compte à cette période que s il n y a pas d humanité dans le monde du travail, c est le vide. Combattante, entourée, Brigitte Darius relèvera la tête. Au lieu de s abandonner à la douleur, elle choisit de se tourner vers les autres et se syndique à la CFE-CGC. Je voulais me syndiquer mais aussi continuer à travailler, à être professionnelle. La CFE-CGC me le permettait. J avais aussi besoin d être dans un syndicat qui respecte l entreprise et qui défend ses idées explique-t-elle sans se défaire de son sourire. Ancien patron - elle pense avoir été juste -, Brigitte Darius détient là un avantage certain dans la négociation sociale. Je connais bien les préoccupations d un patron. Je sais jusqu où on peut aller dans la revendication assure-t-elle. Ses sujets favoris concernent la parité hommes / femmes - elle aimerait voir plus d hommes dans cette commission pour lui donner du sens -, le stress au travail et le respect de l individu. Sur ce dernier point, elle devient soudain plus mordante : certaines organisations syndicales sont dans la confusion totale en lançant des attaques personnelles contre des managers. C est intolérable. Le rôle d un syndicat n est pas de casser du chef mais de défendre les salariés lorsque c est nécessaire et de négocier des avantages sociaux. La seconde d après, elle était souriante. n Biographie express 1955 : naissance à Mascara (Algérie) : arrive en métropole : obtient son bac D : travaille chez Lejaby Rasurel en tant qu ouvrière à la coupe : est recrutée chez Nasa Electronic au service Relations clients : est embauchée comme comptable à la base alimentaire Intermarché de Reyrieux (01) : manage une équipe de 100 personnes : ouvre un point de vente Intermarché à Mâcon : vend le supermarché et débute chez Renault Trucks Bourg-en-Bresse : perd son fils dans un accident de voiture : adhère à la CFE-CGC et est élue suppléante au CE : est nommée déléguée syndicale : est réélue au CE et prend le secrétariat de la section : s intéresse à la question du stress au travail et se bat pour le respect de l intégrité des personnes. 10 Fer de lance n 566 Juillet-août-septembre

7 Savoir Quelle réforme pour la médecine du travail? Longtemps débattus, les textes portant réforme de la médecine du travail aujourd hui appelée santé au travail ont été publiés au Journal Officiel le 24 juillet dernier. Fer de lance fait le point sur les principaux changements et sur les inquiétudes qu ils soulèvent. Fotolia / Irochka Personne ne discutait la nécessité de réformer la médecine du travail. Sur ce point, l unanimité était atteinte, tant du côté de l Etat, des employeurs que des syndicats de salariés. Sauf que les textes qui ont finalement été publiés au Journal Officiel le 24 juillet dernier sont loin de satisfaire tous les acteurs de ce secteur souvent mal connu et jugé peu attractif par les étudiants en médecine. Pluridisciplinarité Pour répondre à la carence de médecins du travail - ils sont aujourd hui mais plus de la moitié seront en droit de prendre leur retraite dans seulement quatre ans -, la loi du 20 juillet 2011 met l accent sur la prévention. Ainsi, les services de santé au travail ont vu leurs missions redéfinies. Le texte de loi affirme que les services de santé au travail ont pour mission exclusive d éviter toute altération de la santé des travailleurs du fait de leur travail. Autre mesure pour répondre au manque de médecins : la mise en place d équipes pluridisciplinaires. Composées d ergonomes, d infirmiers, de toxicologues, de psychologues, ces équipes seront animées et coordonnées par un médecin du travail. Sur ce point, Bernard Salengro, secrétaire national du pôle international et de la santé au travail à la CFE-CGC, est satisfait : Cela correspondait à une demande de la CFE-CGC. Le médecin du travail doit être en charge de l animation et de la coordination de l équipe pluridisciplinaire qui l entoure afin de contrebalancer l action du directeur sous la houlette de l employeur. Ces acteurs auront pour mission de mieux couvrir certains risques émergents comme la pénibilité, les risques psychosociaux et les troubles musculo-squelettiques. Un décret déterminera les règles liées à l organisation, au choix et au financement du service de santé au travail, ainsi qu aux modalités de surveillance de l état de santé des travailleurs de certaines catégories (salariés temporaires, stagiaires de la formation professionnelle, travailleurs saisonniers...). Gestion paritaire Sur le plan de la gouvernance, des évolutions sont également intervenues. Alors que le texte initial prévoyait de placer les services de santé au travail sous l autorité de l employeur, la CFE-CGC a obtenu qu ils soient gérés de manière paritaire. Ainsi, le conseil d administration des services comptera autant de représentants des employeurs que de représentants des salariés (les premiers étaient plus nombreux jusqu à la réforme). Si la présidence du conseil reste aux mains du patronat, le poste de trésorier échoue aux syndicats de salariés. Un bon point selon le secrétaire national qui estime que cela devrait améliorer la transparence financière. Subsistent cependant des points noirs. Ainsi, l indépendance des membres de l équipe pluridisciplinaire n est, selon Bernard Salengro, pas assurée puisqu ils ne bénéficient pas d un statut protecteur équivalent à celui du médecin du travail. Le numerus clausus des médecins formés n est, par ailleurs, pas adapté au manque criant de médecins apparu ces dernières années. Un aspect également souligné par le sociologue, Pascal Marichalar, doctorant à l Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, dont le sujet de thèse porte sur l autonomie et la subordination dans la médecine du travail. Dans un article publié dans le journal Le Monde du À lire et à voir La médecine du travail en chiffres Unique au monde, instituée par une loi de 1946, la médecine du travail couvre environ 16 millions de salariés du secteur privé grâce aux services autonomes des employeurs et aux services interentreprises. Elle emploie médecins dont plus de qui, en 2015, atteindront ou dépasseront l âge légal de départ à la retraite. Chaque médecin suit en moyenne 450 entreprises ce qui représente environ salariés. 6 juillet dernier, il juge les textes de la réforme très peu ambitieux. Enfin, Bernard Salengro relève que les services de santé au travail manquent d une coordination nationale autre que patronale et regrette l absence de contrôle sérieux de l inspection du travail. Si la texte de loi est bien voté et publié, il y a fort à parier que le débat va se poursuivre. n Pour le dernier trimestre de l année 2011, Fer de lance vous propose un livre de Philippe Claudel. L histoire d un homme missionné dans une entreprise pour comprendre ce qu il s y passe. Le numerus clausus des médecins formés n est pas adapté au manque criant de médecins apparu ces dernières années L Enquête Editions Stock - xx pages - xx,90 euros - Incroyable livre que celui de Philippe Claudel. Nous voilà conduits, sans préambule, aux frontières de la quatrième dimension. Tout commence au sortir d une gare sans nom, dans une ville inconnue. Un homme en sort. Il est l Enquêteur et a été missionné pour comprendre les raisons de la vague de suicides qui sévit dans l Entreprise. Voilà pour l aspect rationnel de ce livre. Après cela, rien de ce qui arrive à L Enquêteur ne semble se rapporter à un monde que l on connaît. Pourtant, à bien y réfléchir, c est une métaphore cruelle, angoissante, métallique, froide et déshumanisée du monde du travail que Philippe Claudel nous livre avec beaucoup de brio. S il force le trait, on se dit malgré tout que, par certains aspects, L Entreprise qu il décrit est celle de tous les salariés du monde ou presque : globalisée, omniprésente, consommant des salariés comme une voiture consomme de l essence, incohérente, démultipliée, dirigée par personne et par tout le monde à la fois tant ses ramifications sont profondes, inextricables, complexes. L Entreprise est une ogresse insatiable et L Enquêteur est une proie de plus dans un univers très codifié, ordonné, ne laissant aucune place à l imprévu, ni à la créativité. Un monde peu séduisant voire effrayant pour un livre étonnant à la réalité science-fictionnelle. 12 Fer de lance n 566 Juillet-août-septembre

8 Agir Le phoning : une méthode efficace pour recruter des adhérents et accroitre la notoriété de la CFE-CGC Militant CFE-CGC depuis 1971, retraité de PSA Mulhouse depuis 2005, Jean-Marie Grivel a mis au point une méthode de phoning efficace pour développer les sections syndicales CFE-CGC dans les entreprises. Fer de lance l a suivi en mai dernier dans l une des formations qu il dispense. 8% de nouvelles adhésions Jean-Marie Grivel entend et expose les principes du phoning : on appelle les salariés sur leur lieu de travail en fonction d une liste d interlocuteurs préalablement sélectionnés. Le guide d entretien - 10 à 15 questions fermées - qui fournit la toile de fond de la conversation, une fois validé, ne doit pas être modifié. Un suivi est nécessairement assuré et des statistiques de réponse éditées et analysées. Pour cela, nul besoin d un logiciel complexe et onéreux, Excel suffit. Démonstration. Et de décrocher le téléphone pour passer quelques coups de fil. Les Les résultats aux élections s en ressentent systématiquement premiers appels sont infructueux mais Jean-Marie Grivel persiste. Il fournit conseils et astuces, raconte son expérience, encourage et stimule. Que votre interlocuteur accepte de répondre à votre questionnaire et c est déjà la moitié du chemin parcouru! Un interlocuteur décroche. Jean-Marie Grivel se présente brièvement et déroule son questionnaire. Les réponses sont rapides. Dernière question : accepteriez-vous de rencontrer l un des représentants CFE-CGC dans l entreprise?. Après un court silence, la personne répond par l affirmative. Rendez-vous est pris. En moyenne, 8% des appels passés aboutissent à de nouvelles adhésions, parfois 10%. Les résultats aux élections s en ressentent systématiquement, notre notoriété s améliore et les militants qui s investissent se sentent véritablement boostés assure-t-il après moult opérations, tout en insistant sur le fait que le travail sur le terrain est la première pierre de la notoriété. n Les petits trucs pour réussir son phoning C est en étant régulièrement sondé au téléphone - qui pour lui vendre une cuisine ou une solution de financement forcément avantageuse - que Jean-Marie Grivel a eu l idée de mettre en place ce qu il est désormais convenu d appeler la formation phoning de la CFE-CGC. Recruter des adhérents J ai fait mes premiers essais dans des entreprises de la Métallurgie avec des professionnels du marketing. Au fur et à mesure, j ai bâti une méthode issue directement de l expérience terrain raconte-t-il avec un fort accent alsacien qui le rend immédiatement sympathique. En ce 26 mai 2011, la grande salle de réunion de la fédération de la Métallurgie bruisse de courtes conversations. Neuf militants de la section syndicale CFE-CGC de SFR attendent avec impatience de commencer l opération phoning. Objectifs pour eux : se familiariser avec la technique pour ensuite recruter des adhérents, améliorer l audience de la CFE-CGC chez le deuxième opérateur téléphonique de France et compléter les listes électorales. Autant dire un programme ambitieux. Si Jean-Marie Grivel connaît plus ou moins les attentes de son auditoire, il préfère poser de nouveau la question, histoire d être en phase avec ses stagiaires d un jour : qu attendez-vous de cette journée?. Un échange se noue, les remarques fusent : Trop peu de cadres au siège de SFR sont adhérents, Trop peu votent le jour J, Trop ne connaissent pas réellement la CFE-CGC Outil moderne de communication, le téléphone n est pas aisé pour tout le monde. La peur d être mal reçu, de l inconnu, de bafouiller ou encore de dire des bêtises, une certaine timidité aussi constituent souvent des freins pour qui doit utiliser son téléphone pour appeler des personnes inconnues. Il existe pourtant des solutions simples pour dépasser ces obstacles. 1/ Multiplier les appels selon le bon vieil adage soigner le mal par le mal. Décrocher et décrocher encore son combiné est le meilleur moyen de s habituer à l outil. Comme dans n importe quel apprentissage, plus vous téléphonerez, mieux vous vous sentirez. 2/ Effectuer plusieurs appels à la suite, sans se décourager. Si le premier procure un sentiment désagréable, ce dernier diminuera lors du deuxième appel, du troisième et ainsi de suite. 3/ Préparer les objections et arguments de fond : au fil des appels, les mêmes questions ou problématiques émergent. Préparer les arguments à l avance permet alors de faire chuter l appréhension. Le discours, maîtrisé, se fait alors plus fluide et plus convaincant. 4/ Privilégier l écoute et la parole actives. En d autres termes, ne récitez pas. Montrez-vous vraiment attentif à ce qui vous est dit. Ne contredisez pas votre interlocuteur. Ecoutez vous vous-même pour détecter ce qui pourrait traduire une certaine timidité ou hésitation. Beaucoup de détails sont perceptibles au téléphone (intonation, élocution, débit, souffle, silence, etc.) et vous donnent des informations sur la manière de conduire votre entretien. 14 Fer de lance n 566 Juillet-août-septembre

9 Partager : bilan d une mandature A la veille du 42 e congrès fédéral qui verra sans doute la réélection de Gabriel Artero, le président de la fédération de la Métallurgie revient sur sa première mandature complète. Fer de lance (FDL) : Sur le plan des accords collectifs négociés pour la branche de la Métallurgie, quel bilan tirez-vous de ces quatre années? Gabriel Artero (GA) : il y a eu deux temps distincts selon moi. D abord la période fin 2007 début 2009 durant laquelle nous avons clairement subi les conséquences de l affaire UIMM. Dès lors, nos interlocuteurs changent. L UIMM mettra du temps à se relever et à remettre à plat son fonctionnement. Du coup, en termes de négociation, peu de choses se passent, à l exception des minima sociaux qui restent un incontournable est marquée par un certain attentisme que la crise financière, qui se mue ensuite, en crise économique, va renforcer. Le secteur de la Métallurgie a beaucoup souffert de cette crise et ce n est pas fini. Dans ce contexte, nous négocions des mesures pour protéger l emploi début C est à partir de cette date que les relations avec l UIMM vont se rétablir. C est le deuxième temps que j évoquais tout à l heure. A partir de 2009, nous entamons un dialogue social riche et intéressant qui se soldera par une série d accords. J en veux pour preuves les premières mesures urgentes en faveur de l emploi, l égalité professionnelle, l emploi des salariés âgés dans la Métallurgie, l accord sur les voies et moyens du dialogue social dans la branche et celui sur sa modernisation, la GPEC, Le dernier accord que nous avons signé date de juillet dernier. Il porte sur la formation professionnelle. Nous avons enfin obtenu d avoir un seul et unique accord, revu et corrigé, car nombre de textes n étaient plus valables. Nous avons aujourd hui un accord beaucoup plus lisible. FDL : Et sur le plan, disons, plus défensif? GA : Là aussi, je crois pouvoir dire que nous avons été très actifs, aussi bien du temps de Luc Chatel que de celui de Christian Estrosi. Nous le sommes aujourd hui de plus en plus. En totale coordination avec nos équipes sur le terrain, nous intervenons sur différents dossiers comme c est le cas pour les fonderies du Poitou où il est fait chantage aux salariés d une réduction de salaire contre le maintien de l emploi. En raison de la crise, nous avons fait face régulièrement à ce type de dossier.. C est lourd mais c est ce que les salariés sont en droit d attendre d une organisation syndicale.nous avons très largement contribué à limiter la casse avec d autres bien sûr. S il fallait trouver une vertu à la crise, je dirais que nous avons enfin fait prendre conscience à tous les décideurs et politiques de ce pays qu il ne peut pas y avoir d économie forte sans industrie forte. Le discours qui consiste à dire vive la société de la connaissance, vive la société de services n est qu une utopie. Nous restons très vigilants quant à ce qui se passe dans la branche car si nous avons un peu regagné du terrain en terme d activité, il n en reste pas moins que la crise a eu pour conséquence une chute de l activité de 25%. Il ne peut pas y avoir d économie forte sans industrie forte. Le discours qui consiste à dire vive la société de la connaissance, vive la société de services n est qu une utopie FDL : Quel est selon vous l accord le plus significatif? GA : Sans doute celui concernant les mesures urgentes en faveur de l emploi dans la branche qui a permis d amortir les pertes d emploi. Elles se situent aux alentours des avec un solde net autour de 1,45 million aujourd hui. Certaines filières de la branche sont encore sur capacitaires, de l ordre de emplois. A côté de cela, des entreprises de la Métallurgie ont du mal à recruter les profils très spécifiques qu elles cherchent. Nous tirons ces constats de notre grande implication dans les Etats généraux de l automobile puis de l Industrie et de notre participation à la conférence nationale pour l industrie. La fédération de la Métallurgie est représentée dans 6 des 11 filières créées par la conférence nationale afin de faire valoir ses analyses et ses propositions. En termes de temps passé et même si c est notre mission, c est très important, sachant qu une filière peut ellemême se décomposer en sous commissions. Je pense que la CFE-CGC fait partie des trois organisations syndicales, avec la CFDT et la CGT, capables de suivre le rythme des échanges et réunions. FDL : Dans ce contexte, comment ont évolué les adhésions à la Métallurgie? GA : Malgré la crise et la déflation des effectifs dans les entreprises, nous avons continué à progresser. Nous constatons un solde net par an de +3% sur la période Pour être précis, nous avons fait adhérents durant ces quatre années contre radiations sur la même période. Nous comptabilisons plus de adhérents. C est assez remarquable et c est d abord et avant tout le résultat du travail des militants sur le terrain, même si la fédération y a contribué en termes de moyens et de conseils apportés. Point intéressant : les adhésions rajeunissent et se féminisent. Les résultats sont inégalement répartis mais ils dépendent des personnes et de leur capacité à regrouper autour d eux, à convaincre. Nous devons tout faire pour maintenir cette dynamique, et convaincre en particulier nos retraités de rester à nos côtés. FDL : Au cours de votre mandat, la loi sur la représentativité des organisations syndicales est intervenue, créant, en interne, quelques remous. Qu en reste-t-il et qu en est-il aujourd hui? GA : Un large débat en interne a en effet eu lieu, relatif à l avenir de notre organisation du fait de la loi du 20 août Ce débat nous a secoués et cela a été très consommateur de temps et d énergie. Nous avons cependant tenu nos engagements de présence lors des débats programmés et avons défendu nos positions. Deux ans après, à force de convictions et de démonstrations, je crois que nous avons fait clairement apparaître aux yeux du plus grand nombre que, jusqu en 2013, il n y a pas lieu de parler de positionnement généraliste. La jurisprudence qui s établit depuis confirme la légitimité et la pertinence de notre positionnement catégoriel. Notre objectif à tous est notre représentativité en Capitalisons sur ce que nous sommes. Le débat est maintenant clos et le développement notre crédo. Il sera toujours temps de débattre après Fer de lance n 566 Juillet-août-septembre

10 Partager : bilan d une mandature FDL : Il reste un point que nous n avons pas abordé : la fédération elle-même. Que pouvez-vous nous en dire? GA : 2009 a été l année de notre déménagement et cela a fait du bien à tout le monde. Aujourd hui, la fédération de la Métallurgie est propriétaire de ses locaux. Cela a été un chantier important, mais notre image en a été radicalement changée. Notre situation financière est saine et cela comptera dans les années à venir pour tenir notre objectif de représentativité. En termes de communication, nous avons réalisé de belles choses dont la refonte de notre site Internet, en ligne depuis le 25 juillet dernier. Nous avons multiplié les contacts avec les journalistes et constitué un réseau nous permettant de donner de l écho à nos positions. Il nous faut encore monter en puissance, notamment dans les réseaux sociaux mais nous y travaillons d arrache-pied. Ce mandat a aussi été l occasion d inciter les syndicats à se regrouper afin de mutualiser les moyens, de mieux résister, d être plus organisé et plus offensif sur le terrain du développement. A fin 2010, nous comptions 51 syndicats contre 58 à fin 2006, dont un grand nombre en croissance. Nos statuts, modifiés par deux fois au cours de ce mandat, prévoient désormais qu un syndicat territorial soit considéré comme tel à partir de 150 adhérents. En dessous de ce seuil, nous souhaitons que les syndicats concernés se regroupent. Nous avons aussi beaucoup regardé le fonctionnement des intercentres et avons adhéré à la fédération européenne de la Métallurgie. Cette dernière décision est importante car elle nous légitime auprès de l ensemble des autres organisations syndicales européennes de la Métallurgie. Nous ne sommes plus perçue comme un objet non identifié mais bien comme un acteur comptant dans le paysage syndical. A nous, dans ce nouveau champ, de faire valoir les intérêts des personnels de l encadrement. Notre situation financière est saine et cela comptera dans les années à venir pour tenir notre objectif de représentativité FDL : Avez-vous des regrets? GA : Peut-être le fait de n avoir pas pu me rendre sur le terrain comme je l aurais aimé. Cela dit, je suis plutôt satisfait même si j ai souvent le sentiment qu on n en a pas fait assez. n 18 Fer de lance n 566

11 Comprendre Souvent qualifié d inexistant en France - patronats et syndicats, fidèles à la tradition, préférant se harponner que discuter - le dialogue social s est vu redonné quelques couleurs avec la loi de 2007 relative à sa modernisation. Celle du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail a poursuivi dans cette voie. Mais que recouvre la notion de dialogue social? Qui en sont les acteurs? Dans le contexte de crise actuel, le dialogue social sert-il à quelque chose? De quelle qualité est-il? Quel dialogue social en France? Ils sont trois. Trois masses aux contours plus ou moins définis, à l identité plurielle : l Etat, le patronat, les syndicats de salariés. Schématiquement, le premier met en place des règles, des projets et des lois pour que les deux autres discutent ensemble, lorsqu ils n y parviennent pas spontanément. Tous contribuent, à leur manière, à ce qu il est convenu d appeler le dialogue social. Une notion couramment utilisée mais rarement définie avec précision. Dès lors, chaque acteur réputé y participer peut lui donner la signification qu il souhaite : de l information à la négociation en passant par la consultation et la concertation. Selon le niveau du dialogue, on devine déjà que l implication des acteurs pourra être variable et les malentendus fréquents. Désamour L organisation internationale du travail s est cependant penchée sur la question. Elle définit le dialogue social comme incluant tous les types Fotolia / Rygerszem de négociation, consultation ou simplement d échanges d informations entre les représentants des gouvernements, des employeurs et des travailleurs sur des questions présentant un intérêt commun relatives à la politique économique et sociale d un pays. Dont acte. Et dans les faits, qu en est-il? Le dialogue social existe-t-il? De quelle qualité est-il? D après Thomas Philippon, auteur du livre Le capitalisme d héritiers paru en 2007, les relations sociales au sein des entreprises en France sont de mauvaise qualité et expliqueraient, avec une organisation du travail inadaptée, le désamour qui existe aujourd hui entre les Français et le travail. Un point de vue qu avançait déjà une étude publiée par l ISSP (International Social Survey Programme) en Selon cette dernière, seuls 52% des Français jugeaient très bonnes ou assez bonnes les relations entre la direction et les employés, contre 66% en Espagne, 74% au Royaume-Uni et 85% en Allemagne. D autres auteurs, comme Philippe d Iribarne, ont pointé du doigt la logique de classement hiérarchique qui prévaut en France et valorise ceux issus des meilleures écoles en les intégrant virtuellement dans une sorte de caste supérieure. Sauf que, cette culture, que Philippe d Iribarne nomme la logique de l honneur, ne favorise en rien la recherche du compromis dans les relations sociales ni l acceptation que chaque partie peut avoir un avis différent et respectable. L auteur du livre La logique de l honneur. Gestion des entreprises et traditions nationales souligne par ailleurs le retard pris, dans le champ des relations sociales, par un certain nombre d entreprises françaises dont le mode de management tient plus de l organisation tayloriste que de celle basée sur le travail en équipe développée depuis 30 ans ailleurs. 1% de PIB par an Pourtant, c est bien le dialogue social, lorsqu il existe, qui a sauvé certaines entreprises du marasme de la crise ces trois dernières années. C est en tout cas ce qu affirme le centre des jeunes dirigeants tout en rappelant que le mauvais climat entre les salariés et leur patron coûte 1% de PIB par an à la France. Un chiffre estimé par la Banque mondiale. Les Pourtant, c est bien le dialogue social, lorsqu il existe, qui a sauvé certaines entreprises du marasme de la crise ces trois dernières années mesures de chômage partiel mises en place dans l industrie en sont un exemple. Chez Renault Trucks en région Rhône-Alpes, une majorité des salariés ont vu leur temps de travail réduit tout en conservant leur salaire à hauteur de 90 / 95%. Un résultat rendu possible grâce à une négociation entre la direction et les syndicats. Les cadres y ont d ailleurs contribué puisqu ils ont accepté, pour financer cette mesure, de redonner un jour de RTT. Très touché par la crise, le secteur de la Métallurgie a multiplié ce type de négociations ces trois dernières années. Le même constat a été fait en Europe. Ainsi, la commission européenne, dans un rapport sur les relations du travail en Europe publié le 3 mars 2010, souligne le rôle essentiel qu a joué le dialogue social pour réduire les pertes d emploi dues à la crise. Le rapport recense également que les fédérations patronales et syndicales de dixhuit états membres ont signé des accords spécifiques entre elles ou avec les pouvoirs publics ou encore ont participé à l élaboration de mesures politiques gouvernementales. Autre point marquant de ce rapport : c est dans les vieux pays d Europe que le dialogue social a joué un rôle de tampon c est-à-dire là où les conventions collectives sont les plus développées. Négociations fractionnées Fotolia / plumadaquila La crise a également renforcé une tendance constatée depuis vingt à trente ans : la décentralisation de la négociation collective. Ainsi, le pouvoir de décision en matière 20 Fer de lance n 566 Juillet-août-septembre

12 Comprendre Quel dialogue social en France? lle dialogue social n est que très peu enseigné dans les grandes écoles, de commerce ou d ingénieurs, il y a sans doute de quoi s inquiéter pour les années à venir Fotolia / NLshop L enseignement du dialogue social en France d emploi et de fixation des salaires se déplace de l interprofessionnel et des branches vers l entreprise. Entre 2007 et 2009, plus de la moitié des salariés couverts par un accord collectif l étaient par un accord d entreprise. C était le cas en France, en Irlande, en Grèce, au Luxembourg et en Roumanie où, par ailleurs, le niveau sectoriel joue un rôle très important, avec notamment la mise en place de standards minima. La crise n a donc pas que des conséquences négatives. Des voix s élèvent néanmoins contre le retour de vieux réflexes. Ainsi l économiste Jacques Freyssinet s inquiète. Dans une chronique publiée dans le numéro 299 de février 2011 du magazine Alternatives économiques, il constate qu après une mutation profonde du paysage syndical entre 2006 et 2008, grâce notamment, à la loi de 2007 portant sur la modernisation du dialogue social, la négociation multidimensionnelle, voulue par la loi, c est-à-dire celle qui consiste à prendre en considération divers domaines interdépendants avant de négocier sur un thème en particulier, tend à se déliter. Résultat : les négociations sont de nouveau fractionnées. Un bout ici, un autre morceau là. Dans ce contexte, c est la cohérence d ensemble qui en prend un coup regrette-t-il. Et quand on songe que le dialogue social n est que très peu enseigné dans les grandes écoles, de commerce ou d ingénieurs, il y a sans doute de quoi s inquiéter pour les années à venir. Ce, d autant plus que le militantisme syndical est un exercice plutôt rare dans les générations qui prendront la relève dans les dix prochaines années. Le développement syndical est donc plus que jamais un impératif. n Sources : Avis et rapports du conseil économique et social de novembre 2006 intitulé Consolider le dialogue social, Le capitalisme d héritiers de Thomas Philippon, Alternatives économiques n 305, septembre 2011, Metis, correspondances européennes du travail, www. clesdusocial.com, rapport du CJD Dialogue social : explorons ensemble de nouvelles voies, mai La logique de l honneur. Gestion des entreprises et traditions nationales de Philippe D iribarne. Durant l été 2011, Fer de lance a mené une enquête auprès des écoles de commerce et des écoles d ingénieurs les plus connues et apparaissant le plus fréquemment dans le classement des grandes écoles publié dans les magazines chaque année. Soit 30 écoles de commerce et 23 écoles d ingénieurs. Objectifs de la démarche : savoir si ces écoles, qui préparent les cadres de demain, ont un module d enseignement consacré au dialogue social. Sans prétendre être représentatifs, au sens statistique du terme, cette enquête a été réalisée en posant à chaque école les mêmes questions. Sur les 53 écoles interrogées, 17 ont répondu. Il en ressort clairement que lorsque le dialogue social est une matière enseignée, elle l est dans les écoles de commerce et non dans celles formant les ingénieurs. Appelé «Exercices de négociation syndicale» à l ESC Amiens, il se nomme «Galaxie sociale» à l ESC Brest, «Droit du travail, relations sociales et dialogue social» chez Audencia Nantes et «Négociations de spécialistes» chez Euromed Marseille. Parfois optionnel, cet enseignement représente entre 10 et 45 heures et est dispensé le plus souvent en deuxième ou en troisième année sur un cursus de trois années au total. Enfin, lorsqu une filière RH a été créée au sein de l école, les relations sociales constituent un chapitre important. Toutes n ont cependant pas une telle filière. Sans doute faut-il commencer par la porte de l enseignement pour donner du poids et de la crédibilité au dialogue social dans le monde du travail. La route est encore longue! La parole aux citoyens Fer de lance a souhaité recueillir l avis de citoyens, salariés lambda sur le dialogue social (1). Les mêmes questions leur ont été posées : qu est-ce que le dialogue social selon vous? Sert-il à quelque chose? Verbatim Le dialogue social est fonction des entreprises et des salariés. A mon sens, il n y a pas un seul et unique dialogue mais une multitude, les «acteurs» étant différents à chaque fois. Pour moi, lorsqu il y a dialogue social, c est qu il y a dysfonctionnement, incohérence. Le dialogue social a vocation à régler des situations conflictuelles où le mal est généralement fait et où au moins un des deux acteurs sera perdant. L intérêt du dialogue social est peut-être de limiter certains abus. Mais le résultat, selon moi, aboutit souvent au fait que le plus fort tire la couverture à lui plus qu il n en a besoin afin de montrer qu il a gagné. L effet de ces victoires nuit à une amélioration durable du dialogue social. Il pourrait prendre tout son sens s il devenait un échange constructif qui n aurait pas obligatoirement pour origine une situation de crise et où le résultat serait gagnant-gagnant. Julien, 28 ans, consultant formateur dans le domaine du développement commercial. Le dialogue social est un échange sur toutes les problématiques liées aux questions sociales. Il s organise dans une optique constructive. Je pense que, s il est bien réalisé, il sert à quelque chose, oui. Il me paraît important de toujours garder une dimension constructive au travers du dialogue. Dialoguer pour dialoguer n a que peu d intérêt mais dialoguer pour apprendre de l autre et trouver des solutions aux problèmes existants, là c est autre chose. Yoann, 29 ans, chef d entreprise dans le secteur du community management. Le dialogue social c est pour moi la capacité des partenaires sociaux à dialoguer ensemble pour construire des solutions partagées, la capacité des partenaires sociaux à être plus intelligents que leurs propres consignes internes. Je pense qu il sert à quelque chose. C est en cas de crise qu on s aperçoit qu il manque. Jean-Marc, 51 ans, directeur dans le secteur de la communication. Le dialogue social, c est la discussion qui doit s établir entre dirigeants d entreprises et salariés pour aboutir à des dispositions convenants aux deux parties. Fonction publique, grandes, petites structures, la représentation des salariés est loin d être la même selon le type d entreprises considéré. De plus, en France, les salariés sont très peu représentés par rapport à d autres pays européens comme l Allemagne ou les pays scandinaves. Il nous semble que la faible représentativité des salariés dans certains secteurs rend le dialogue social bien peu utile. D autant que, spécificité française, les demandes des deux parties sont tellement extrêmes qu elles peinent généralement à converger vers un compromis Nicolas et Florence, 38 et 36 ans, ingénieurs dans le secteur de l eau et de l assainissement. Le dialogue social est un dialogue de sourds en France. C est dommage car entreprises comme salariés auraient tout à y gagner si les deux parties acceptaient de faire un pas vers l autre. Julien, 28 ans, responsable administratif et financier dans le secteur du recyclage des bouteilles plastiques. (1) : les personnes interrogées ont entre 25 et 51 ans, occupent tout type de poste, ne travaillent pas nécessairement dans le secteur de la Métallurgie et ne sont pas forcément adhérents à la CFE-CGC. Leur témoignage a été recueilli via le réseau de la fédération de la Métallurgie. Ces verbatim ne prétendent en rien être représentatifs au sens statistique du terme. Ils donnent une indication sur le sens que portent des citoyens lambda au dialogue social, quelles que soient leur éducation, leur culture et leurs convictions. Fotolia / Graphies thèques 22 Fer de lance n 566 Juillet-août-septembre

13 Raconter Fotolia / Nimbus 1953 : les entreprises contribuent à l effort de construction Mes amis, au secours une femme vient de mourir gelée, cette nuit à trois heures sur le trottoir du boulevard Sébastopol Si la reconstruction de la France est à l œuvre dès 1946, il faudra attendre 1953 pour que l Etat se préoccupe de la question du logement. Aujourd hui encore, elle constitue l une des préoccupations majeures des Français. France, Déjà huit ans que la guerre est finie. Et sept ans que l appareil de production du pays se reconstitue sous l impulsion du premier Plan de Jean Monnet. Focalisé sur les industries lourdes - condition pour obtenir des subventions américaines dans le cadre du plan Marshall -, le premier Plan n intègre guère la question de l habitat. Les logements sont donc à la traîne, malgré des initiatives privées de syndicats patronaux dans le nord de la France pour loger leurs salariés. Le manque reste criant : 4 millions d habitations sont à construire ou à reconstruire. Terrible hiver 54 L arrivée de Pierre Courant, en remplacement d Eugène Claudius-Petit, au ministère de la Reconstruction et de l Urbanisme semble cependant changer la donne. Il fait voter une loi qui rend obligatoire, pour les entreprises de 10 salariés et plus, l investissement dans la construction de logements. Les entreprises verse- ront 1% de leur masse salariale pour participer à l effort de construction de logements sociaux. L objectif affiché est ambitieux : logements par an. Afin d atteindre ce chiffre, la législation foncière est révisée. Une loi donne donc aux collectivités publiques la possibilité d exproprier les terrains nécessaires à la réalisation de zones d habitations. La question des techniques de construction se pose. C est l époque de la mise en place de procédés normalisés. Les cahiers des charges commencent à intégrer des critères de confort comme l eau courante, le gaz et l électricité. Si ces évolutions sont encourageantes, il Les années 60 verront la construction de grands ensembles ainsi que l émergence, dès 1965, des villes nouvelles n en reste pas moins que la construction de logements n est pas à la hauteur des besoins, le baby-boom n arrangeant pas les choses de ce point de vue. Arrive le terrible hiver La France comme l Europe est congelée. En journée, il n est pas rare que le thermomètre ne dépasse pas les -10. Au Puy-en-Velay, le thermomètre atteindra même -28. Les fleuves se figent et les personnes sans logement ou mal logées meurent. Pour l abbé Pierre, député du Mouvement républicain populaire de 1945 à 1951, c en est trop. Il lance alors un appel à la radio : «Mes amis, au secours une La question du confort En 1946, un logement était occupé en moyenne par 3,1 personnes. Il comprenait 2,7 pièces. 5% des habitations seulement comprenaient des toilettes et une salle d eau. femme vient de mourir gelée, cette nuit à trois heures sur le trottoir du boulevard Sébastopol, serrant sur elle le papier par lequel, avant-hier, on l avait expulsée». 10 millions en situation de fragilité de logement Les énergies se mobilisent alors. De partout des dons affluent. Un hôtel ouvre même ses portes pour y accueillir les sans-logis. L Etat ne peut plus ne pas entendre. Il accepte de débloquer 10 milliards de francs pour la construction de logements d urgence. Deux ans plus tard et sous la pression de l Union nationale d aide aux sans-logis, regroupement de centaines de comités d aide nés de l appel de l abbé Pierre, une loi interdira les expulsions l hiver. Les années 60 verront la construction de grands ensembles ainsi que l émergence, dès 1965, des villes nouvelles. A travers elles, il s agit, pour les instances gouvernementales, de décongestionner la capitale - qui compte près de 8 millions d habitants en d en freiner la croissance et de favoriser essor industriel et démographique dans les autres régions de France. Près de 50 ans plus tard, la question du logement demeure. Elle s est même hissée aux premiers rangs des préoccupations des Français. Selon la Fondation Abbé Pierre, 10 millions de personnes seraient aujourd hui en situation de fragilité de logement (surpeuplement, impayés de loyers, hébergement chez des tiers ), 3,5 millions seraient très mal logées et seraient sans logement. Une situation due à la fois à la pénurie de logements il en manque toujours un million en France mais aussi à la situation économique et à l explosion des prix des loyers. En 2008, les statistiques du gouvernement sur ce sujet ont estimé que les ménages français avaient consacré 25% de leur budget à leur logement contre 20% en Et que dire de la situation des étudiants. L offre universitaire est plus qu insuffisante puisqu on estime qu elle représente une chambre pour treize étudiants n Sources : Le Monde magazine du 17 septembre 2011, Alternatives économiques n 299 (février 2011) et n 222 (février 2004), La construction de logements en chiffres Entre 1944 et 1949 : moins de logements construits 1950 : logements construits dont logements HLM 1953 : logements construits dont logements HLM. 24 Fer de lance n 566 Juillet-août-septembre

14 S ouvrir ISO : cinq ans de réflexion pour donner aux entreprises l occasion de se pencher sur leur responsabilité sociétale Officielle depuis le 1er novembre 2010, la norme ISO a fait l objet d un travail approfondi de la part de plus de quatre-vingt-dix pays et d une centaine d organisations depuis cinq ans. La CFE-CGC a contribué aux réflexions. Explications. Fotolia / shockfactor La norme ISO est un peu une émanation des associations de consommateurs. Ce sont elles qui ont demandé une norme de ce type. L ISO a été conçue pour décrire les principes que recouvre la responsabilité sociétale des entreprises. Elle fournit aux organisations qui veulent s en saisir des lignes directrices qui lui permettront de travailler sur un ensemble de thèmes explique Pierre-Yves Dorez, participant, pour le compte de la CFE-CGC, au comité miroir mis en place par l AFNOR pour apporter ses commentaires et suggestions sur la norme ISO en France. Comme toutes les normes, celle-ci n a rien d obligatoire. Le document conçu par l AFNOR pour la présenter la définit ainsi : la norme ISO est ( ) un outil commun international pour tout acteur voulant construire sa légitimité responsable. Rendre des comptes L AFNOR invite les organisations, qu elles soient des entreprises ou des collectivités, à articuler leur démarche autour de sept questions poursuit Pierre-Yves Dorez, par ailleurs délégué du personnel dans la société Whirlpool. Il s agit de la gouvernance, des droits de l Homme, des relations et des conditions de travail, de l environnement, de la bonne pratique des affaires, de tout ce qui concerne le consommateur et l engagement sociétal ajoute-t-il encore. A charge pour les organisations volontaires d identifier les domaines d action pertinents sur lesquels elles vont pouvoir se baser pour fixer leurs priorités et mettre en place ses propres actions. A charge aussi pour les syndicats de vérifier si la norme ISO est bien appliquée dans l organisation en question puisque les entreprises qui s engagent ont l obligation d accountability (de rendre des comptes ) à propos de l impact social et environnemental de leur activité. Tour de passe-passe Si un certain nombre d entreprises a d ores et déjà entamé une telle démarche, telle que IKEA ou encore la société Bosch à Vénissieux, et publié leur rapport, il n en reste pas moins qu on est sur du déclaratif reconnaît Pierre-Yves Dorez. C est pour cette raison que les organisations syndicales doivent elles aussi s emparer du sujet et suivre cela de près dans les entreprises. Elles ne pourront pas déclarer ce qu elles veulent si nous jouons pleinement notre rôle. Une assertion d autant plus vraie quand on songe au tour de passe-passe législatif opéré par le sénateur UMP de l Oise, Philippe Marini. Il a en effet réussi, par un amendement à la loi de «régulation bancaire et financière» du 22 octobre 2010, à faire disparaître une disposition figurant dans une autre loi, le Grenelle II. La dite disposition, contenue dans l article 225, prévoyait que les entreprises cotées en bourse publient les avis des représentants du personnel et des parties prenantes participant à des dialogues avec l entreprise sur ses démarches de responsabilité sociale. Vous y comptiez? N y pensez plus! n les organisations syndicales doivent (...) s emparer du sujet et suivre cela de près dans les entreprises Engagée depuis plusieurs années dans une démarche qualité trés exigeante, LA MACIF devient LE 1 ER AssUREUR à obtenir UNE CERTIFICATIoN de service EN AssURANCE dommages délivrée par AFNoR CERTIFICATIoN Cette certification repose sur 23 engagements dont la maîtrise est auditée chaque année. Découvrez ces 23 engagements sur macif.fr MACIF, LA solidarité EsT UNE FoRCE. 26 Fer de lance n /2011 Afnor Certification : 11, rue Francis de Pressensé La Plaine Saint-Denis Cedex. MUTUELLE ASSURANCE DES COMMERÇANTS ET INDUSTRIELS DE FRANCE ET DES CADRES ET SALARIÉS DE L INDUSTRIE ET DU COMMERCE. Société d assurance mutuelle à cotisations variables. Entreprise régie par le Code des assurances. Siège Social : 2 et 4, rue de Pied-de-Fond Niort.

15 COMPLÉMENTAIRE SANTÉ J ai envie d une garantie Santé que je construis sur-mesure! Gamme Performance Performance 1 + module C ou Performance 2 + module B? Avec Performance 1, 2, 3 et ses modules de renfort, construisez votre garantie Santé sur-mesure! Vous voulez bénéficier d une garantie complète pour toutes vos dépenses de santé. Vous souhaitez une bonne protection pour votre conjoint, vos enfants. IPECA-PRÉVOYANCE vous propose ses solutions santé pour répondre à vos besoins et à vos attentes. PRIX APPEL LOCAL Pour en savoir plus ou IPECA-PRÉVOYANCE INSTITUTION DE PRÉVOYANCE RÉGIE PAR LE TITRE III DU LIVRE IX DU CODE DE LA SÉCURITÉ SOCIALE. Votre partenaire au quotidien L œil et la plume Photo : Gettyimages

Alors pour les défendre, pour se défendre, mais aussi pour acquérir de nouveaux droits, pour plus de solidarité, prenez votre avenir en main!

Alors pour les défendre, pour se défendre, mais aussi pour acquérir de nouveaux droits, pour plus de solidarité, prenez votre avenir en main! Pourquoi adhérer? Emploi, formation professionnelle, protection sociale, convention collective, statut toutes ces questions sont au cœur de votre vie quotidienne. Pour être efficace, il faut être informé,

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT LYON

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT LYON TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT LYON Synthèse des débats rédigée par : 10 mai 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Lyon, le 10 mai 2012, un forum participatif

Plus en détail

efficace utile libre autonome1 solidaire Pour agir utile, et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! www.unsa.

efficace utile libre autonome1 solidaire Pour agir utile, et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! www.unsa. réformiste efficace www.unsa.org libre Pour agir utile, utile et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! solidaire autonome1 Depuis 1993, l UNSA a connu un fort développement

Plus en détail

Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012

Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012 Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012 Monsieur le Président du Conseil du commerce de France ;

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

C est la rentrée! n 4. Toujours plus d infos sur http://www.cfecgc-santesocial.fr

C est la rentrée! n 4. Toujours plus d infos sur http://www.cfecgc-santesocial.fr C est la rentrée! n 4 Toujours plus d infos sur http://www.cfecgc-santesocial.fr 1- Le Mag Santé-Social - 4ème trimestre 2014 L édito Lors du QUE VIVE LE DIALOGUE SOCIAL Dans son discours à l Assemblée

Plus en détail

Rapport du secteur organisation-vie syndicale 18 ème Congrès de l Union Départementale

Rapport du secteur organisation-vie syndicale 18 ème Congrès de l Union Départementale 1 Rapport du secteur organisation-vie syndicale 18 ème Congrès de l Union Départementale L emploi, les services publics, les salaires, les droits des salariés, des retraités, des sans papiers, des privés

Plus en détail

QUESTIONS REPONSES sur la REFORME

QUESTIONS REPONSES sur la REFORME QUESTIONS REPONSES sur la REFORME Age de départ à la retraite Je suis à la retraite. Est ce que je suis concerné par la réforme? Si vous êtes déjà à la retraite. Vous n êtes pas concerné par la réforme.

Plus en détail

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent Profondément humain Un peu d histoire pour éclairer le présent Créée depuis 1999 en région Rhône-Alpes par des mutuelles interprofessionnelles partageant les mêmes valeurs mutualistes de solidarité, de

Plus en détail

Livret d accueil. Sommaire. Présentation Pages 1 à 3. Nos services Pages 4 à 9. Vos intérêts Page 10

Livret d accueil. Sommaire. Présentation Pages 1 à 3. Nos services Pages 4 à 9. Vos intérêts Page 10 Fédération Indépendante du Rail et des Syndicats des Transports Livret d accueil Sommaire Présentation Pages 1 à 3 Nos services Pages 4 à 9 Vos intérêts Page 10 FiRST, notre histoire La Fédération Indépendante

Plus en détail

71 ème Congrès du syndicat national des directeurs généraux des collectivités territoriales

71 ème Congrès du syndicat national des directeurs généraux des collectivités territoriales MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE 71 ème Congrès du syndicat national des directeurs généraux des collectivités territoriales Discours de M. François Sauvadet, Ministre de la Fonction publique Jeudi 13

Plus en détail

L organisation syndicale

L organisation syndicale L organisation syndicale 1 Les questions sociales sont en Belgique de la compétence du gouvernement fédéral Les syndicats sont donc organisés à ce niveau. Il existe trois principaux syndicats en Belgique

Plus en détail

Flore-Aline Colmet Daâge*

Flore-Aline Colmet Daâge* NOTE n 153 - Fondation Jean-Jaurès - 23 janvier 2013 - page 1 Un enjeu clé pour dynamiser l emploi Flore-Aline Colmet Daâge* * Directrice d études, département «Opinion et stratégies d entreprise», Ifop

Plus en détail

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE OBSERVATOIRE ENQUÊTE ANALYSE ENTREPRISE CADRE EMPLOYéS PME ACTIVITé FORMATION EMPLOI CHEF D ENTREPRISE QUESTION SATISFACTION INTERROGATION SUJET DéVELOPPEMENT SENIOR VIE D ENTREPRISE évolution ACTIon FEMMES

Plus en détail

Les résultats des élections dans les fonctions publiques : chiffres et commentaires. Un dossier de clés du social

Les résultats des élections dans les fonctions publiques : chiffres et commentaires. Un dossier de clés du social Les résultats des élections dans les fonctions publiques : chiffres et commentaires Un dossier de clés du social SOMMAIRE 1/ Présentation 2/ Résultats globaux des comités techniques 3/ Fonction publique

Plus en détail

Guide de Préparation

Guide de Préparation Guide de Préparation au Webinaire animé par Jean-Guy Perraud Découvrez la Pyramide du Leadership du Dr. Thomas D. Zweifel Jean-Guy Perraud & Thomas D. Zweifel Webinaire Leadership 1 3 VERTUS FONDAMENTALES

Plus en détail

22 octobre 2009 Climat social dans les entreprises françaises en 2009. Résultats de l enquête de l Observatoire Cegos

22 octobre 2009 Climat social dans les entreprises françaises en 2009. Résultats de l enquête de l Observatoire Cegos 22 octobre 2009 Climat social dans les entreprises françaises en 2009 Résultats de l enquête de l Observatoire Cegos Méthodologie 2 Enquête menée entre le 7 et le 18 septembre 2009 auprès : D un échantillon

Plus en détail

Compte rendu. Jeudi 11 septembre 2014 Séance de 11 heures. Mission d information sur le crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi

Compte rendu. Jeudi 11 septembre 2014 Séance de 11 heures. Mission d information sur le crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi Compte rendu Mission d information sur le crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi Jeudi 11 septembre 2014 Séance de 11 heures Compte rendu n 21 SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2013-2014 Audition, ouverte

Plus en détail

Guide pratique de la formation syndicale

Guide pratique de la formation syndicale Guide pratique de la formation syndicale Jeunes CGT 63 rue de Paris Case 3-1 9316 Montreuil Cedex tél. : 01 48 18 84 13 / 81 80 courriel: jeunes@cgt.fr www.jeunes.cgt.fr Jeunes CGT 63 rue de Paris Case

Plus en détail

Dossier de presse. Enfin des lunettes pour tous! Paris, le 22 mai 2014. Que faut- il pour sortir le marché de l optique de son immobilisme?

Dossier de presse. Enfin des lunettes pour tous! Paris, le 22 mai 2014. Que faut- il pour sortir le marché de l optique de son immobilisme? Paris, le 22 mai 2014 Dossier de presse Enfin des lunettes pour tous! Que faut- il pour sortir le marché de l optique de son immobilisme? Attendre que les verriers, les mutuelles et les opticiens daignent

Plus en détail

LES QUINCAGENAIRES ONT DE L AVENIR

LES QUINCAGENAIRES ONT DE L AVENIR 1 LES QUINCAGENAIRES ONT DE L AVENIR En France, le salarié âgé est considéré comme étant moins performant. Tout au contraire, dans les autres pays européens et notamment en Allemagne, on a à cœur de multiplier

Plus en détail

Le GUIDE STAGIAIRE PERSONNEL DE DIRECTION

Le GUIDE STAGIAIRE PERSONNEL DE DIRECTION Le GUIDE STAGIAIRE PERSONNEL DE DIRECTION Édition 2015 Dès sa création, le Sgen-CFDT a fait le choix de se structurer en syndicat général, c'est à dire regroupant l'ensemble des catégories professionnelles

Plus en détail

Le report de l âge de la retraite

Le report de l âge de la retraite 4. Protection sociale Le report de l âge de la retraite Une des premières décisions du gouvernement issu des élections de 2012 aura été, conformément aux promesses de la campagne électorale présidentielle,

Plus en détail

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE http://mastermop.unblog.fr http://sciencespomanagement.unblog.fr Auteur : Lionel Honoré Professeur des Universités en Management Institut d Etupes Politiques de Rennes lionel.honore@sciencespo-rennes.fr

Plus en détail

Institutionnalisation et émergence du service de soins infirmiers

Institutionnalisation et émergence du service de soins infirmiers Institutionnalisation et émergence du service de soins infirmiers Quelques mois après la mise en place de la réforme hospitalière de juillet 1991, une enquête permet d évaluer les réactions des professionnels

Plus en détail

Le présent règlement intérieur complète et éclaire les statuts de Sud Chimie. Il s impose aux sections syndicales.

Le présent règlement intérieur complète et éclaire les statuts de Sud Chimie. Il s impose aux sections syndicales. REGLEMENT INTERIEUR SUD CHIMIE Règlement INTERIEUR Le présent règlement intérieur complète et éclaire les statuts de Sud Chimie. Il s impose aux sections syndicales. Il a été adopté par le 5ème congrès

Plus en détail

Les Comités hygiène, sécurité et conditions de travail. Edito se mettent en place dans la Fonction publique

Les Comités hygiène, sécurité et conditions de travail. Edito se mettent en place dans la Fonction publique Fonctions Publiques Informations Union des fédérations des fonctions publiques et assimilés N 11 du 15 septembre 2011 fpi [Edito] Les Comités hygiène, sécurité et conditions de travail Edito se mettent

Plus en détail

LES OUTILS DU COACHING (partie 2) Par Robert Gingras, CRHA, ACC

LES OUTILS DU COACHING (partie 2) Par Robert Gingras, CRHA, ACC LES OUTILS DU COACHING (partie 2) Par Robert Gingras, CRHA, ACC Voici une série de courts articles que j ai eu le plaisir de rédiger pour le journal La Voix de l Est sur le thème du COACHING : une profession

Plus en détail

PERSONNEL DE DIRECTION STAGIAIRE

PERSONNEL DE DIRECTION STAGIAIRE PERSONNEL DE DIRECTION STAGIAIRE Votre première affectation Votre position de stagiaire n est reconnue qu à compter de la nomination en délégation sur un emploi et ce pour deux ans à partir du 1 er septembre

Plus en détail

Rapport moral. Auteur : Olivier TECHEC Date : 22/05/2014 Réf : OT/CF. Assemblée Générale 24 et 25 juin 2014 à Rennes

Rapport moral. Auteur : Olivier TECHEC Date : 22/05/2014 Réf : OT/CF. Assemblée Générale 24 et 25 juin 2014 à Rennes Rapport moral Auteur : Olivier TECHEC Date : 22/05/2014 Réf : OT/CF Assemblée Générale Pour rompre avec les habitudes, plus qu un rapport moral, nous allons tâcher de vous soumettre un rapport qui donne

Plus en détail

LE TRAIT D UNION. du Jura. N 304 Mars 2011 SOMMAIRE

LE TRAIT D UNION. du Jura. N 304 Mars 2011 SOMMAIRE du Jura Directeur de Publication : Dominique BERNER Mensuel imprimé par nos soins Commission Paritaire 0614 S 05500 UD UL SYNDICATS- ISSN 0241 9505 LE TRAIT D UNION Prix : 0,15 N 304 Mars 2011 Dispensé

Plus en détail

Journée des Présidents de Section. Le 5 juin 2014

Journée des Présidents de Section. Le 5 juin 2014 Journée des Présidents de Section Le 5 juin 2014 Journée des présidents de sections 5 Juin 2014 9h30 Accueil des participants. 10h00 Ouverture de la journée Simon FORTEL, coordinateur National Accueil

Plus en détail

Sections communautaires d Unifor

Sections communautaires d Unifor Sections communautaires d Unifor Guide des membres potentiels Unifor offre une nouvelle manière d aider les travailleuses et travailleurs à améliorer leur vie par l action collective. Sections communautaires

Plus en détail

LES FORUMS Sur le risque professionnel

LES FORUMS Sur le risque professionnel LES FORUMS Sur le risque professionnel Organisés par la Mutuelle nationale des fonctionnaires des collectivités territoriales (MNFCT) «DIALOGUE SOCIAL ET SANTE AU TRAVAIL» Vendredi 30 octobre 2015 PARIS

Plus en détail

L ALTERNANCE DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR

L ALTERNANCE DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR JUILLET 2012 L ALTERNANCE DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR MÉTHODOLOGIE Les résultats présentés dans cette étude sont le fruit d une enquête qualitative réalisée en mai-juin 2011 pour mieux cerner la pratique

Plus en détail

D une grande conférence sociale à l autre

D une grande conférence sociale à l autre D une grande conférence sociale à l autre Une année de réformes par le dialogue Il y a un an, les forces économiques et sociales françaises et le Gouvernement faisaient ensemble un pari : inventer un «dialogue

Plus en détail

«Quel Syndicalisme pour Demain?»

«Quel Syndicalisme pour Demain?» «Quel Syndicalisme pour Demain?» Février 2010 OpinionWay Mathieu Doiret - 15 place de la République 75003 Paris 01 78 94 90 00 Méthodologie page 2 Méthodologie Étude réalisée auprès d un échantillon représentatif

Plus en détail

GOUVERNANCE ET AUTONOMIE DES UNIVERSITÉS ET CONSEQUENCES SUR LE SYSTÈME FRANÇAIS DE RECHERCHE ET D INNOVATION

GOUVERNANCE ET AUTONOMIE DES UNIVERSITÉS ET CONSEQUENCES SUR LE SYSTÈME FRANÇAIS DE RECHERCHE ET D INNOVATION Colloque FutuRIS du 21 juin 2007 QUELLES PERSPECTIVES POUR UN SYSTÈME FRANÇAIS de RECHERCHE et d'innovation en MUTATION? GOUVERNANCE ET AUTONOMIE DES UNIVERSITÉS ET CONSEQUENCES SUR LE SYSTÈME FRANÇAIS

Plus en détail

Union Générale des Fédérations de Fonctionnaires

Union Générale des Fédérations de Fonctionnaires Union Générale des Fédérations de Fonctionnaires La reconnaissance collective de la pénibilité dans la Fonction publique et la réforme 2010 des retraites La question de la pénibilité du travail comporte

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC JE SUIS UN AGENT PUBLIC MA PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? AGENTS PUBLICS, NOTRE PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? DEVRA-T-ON SE RÉSIGNER À TOUJOURS MOINS DE SOINS? Dépassements d honoraires, franchises,

Plus en détail

CONSEIL SUPÉRIEUR. de la FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Conseil supérieur de la FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE - 2011

CONSEIL SUPÉRIEUR. de la FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Conseil supérieur de la FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE - 2011 2 0 1 2 5 CONSEIL SUPÉRIEUR de la FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Conseil supérieur de la FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE - 2011 l édito du Président 3 L a fonction publique territoriale, et avec elle «son»

Plus en détail

Préambule. Gérants de Succursales de Maisons d'alimentation de Détail ou de Coopératives de Consommation. fait par FERREIRA Antoine

Préambule. Gérants de Succursales de Maisons d'alimentation de Détail ou de Coopératives de Consommation. fait par FERREIRA Antoine Synthèse sur l application du droit social aux Gérants non salariés issus des dispositions légales par la codification L.7322-1 et suite du Code du Travail. Gérants de Succursales de Maisons d'alimentation

Plus en détail

Les langues étrangères en travail social : Qu en est-il des étudiants en formation de niveau 3 et des cadres pédagogiques?

Les langues étrangères en travail social : Qu en est-il des étudiants en formation de niveau 3 et des cadres pédagogiques? Les langues étrangères en travail social : Qu en est-il des étudiants en formation de niveau 3 et des cadres pédagogiques? Quel est le cadre législatif? Quelles réticences? Est-ce un frein à la mobilité?

Plus en détail

N 5 - www.cfecgc-santesocial.fr

N 5 - www.cfecgc-santesocial.fr La revue trimestrielle de la CFE-CGC Santé- N 5 - www.cfecgc-santesocial.fr 1- Le Mag Santé- - 4 ème trimestre 2014 L édito Une année en chasse une autre. Faut-il le regretter ou s en réjouir? En cette

Plus en détail

Qualité et efficacité du dialogue social : Les propositions de l UNSA

Qualité et efficacité du dialogue social : Les propositions de l UNSA Qualité et efficacité du dialogue social : Les propositions de l UNSA Motion adoptée lors du Bureau national du 26/11/2014 L UNSA, organisation syndicale interprofessionnelle, est un acteur important du

Plus en détail

Baromètre Défis RH 2013

Baromètre Défis RH 2013 Baromètre Défis RH 2013 Petit-déjeuner conférence Etude Andrh Inergie pour Entreprise & Carrières Mardi 21 mai 2013 Pierre Havet Jean-Paul Coulange Luc Vidal Président Directeur des rédactions Directeur

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) AVENANT DU 24 SEPTEMBRE

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3062 Convention collective nationale IDCC : 2332. ENTREPRISES D ARCHITECTURE ACCORD DU 27 MARS 2014 RELATIF À

Plus en détail

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e Regards croisés s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e N 41-15 novembre 2013 Les complémentaires santé font encore «la Une» de l actualité de cet automne parlementaire. Serge Lavagna Secrétaire national

Plus en détail

Titre de la Table citoyenne

Titre de la Table citoyenne Titre de la Table citoyenne La dépendance Organisée par : Mutualité Française délégation départementale des Bouches-du-Rhône, URIOPSS PACA, PSP-Pôle Services à la Personne-PACA, CRESS PACA Date & Lieu

Plus en détail

www.culture-a-vie.com

www.culture-a-vie.com DOSSIER DE PRÉSENTATION Une solution contre la NON-TRAITANCE des personnes âgées Voir le clip www.non-traitance.com De l ambition culturelle et de loisirs pour les aînés Contact informations Carine Jondeau,

Plus en détail

Thèmes de formation en Droit du travail

Thèmes de formation en Droit du travail Thèmes de formation en Droit du travail Actualisation des connaissances en droit social (Formation organisée tous les ans) 2 Réagir face à un accident du travail ou une maladie professionnelle 2 Faut-il

Plus en détail

kit adhérent UNMS Union Nationale des Médecins Salariés Un syndicat Santé Social Cher adhérent, bienvenue dans votre syndicat

kit adhérent UNMS Union Nationale des Médecins Salariés Un syndicat Santé Social Cher adhérent, bienvenue dans votre syndicat UNMS kit adhérent Union Nationale des Médecins Salariés Un syndicat Santé Social Cher adhérent, bienvenue dans votre syndicat SOMMAIRE Pour accéder directement au contenu désiré, cliquez sur le titre ou

Plus en détail

DISSERTATION. I La stratégie des RH peut servir l objectif de compétitivité de la stratégie globale

DISSERTATION. I La stratégie des RH peut servir l objectif de compétitivité de la stratégie globale DISSERTATION INTRODUCTION L évolution du contexte économique, technique et socioculturel amène les entreprises à adopter une stratégie qui leur permettra d établir des axes de développement afin de rester

Plus en détail

LE PASSEPORT DE L'ADHÉRENT. syndical. Nos valeurs. Nos principes. Notre CV. Nos services. Le lexique

LE PASSEPORT DE L'ADHÉRENT. syndical. Nos valeurs. Nos principes. Notre CV. Nos services. Le lexique Nos valeurs Nos principes Notre CV Nos services Le lexique À qui s'adresser Confédération Française de l'encadrement CGC 59/63 rue du Rocher 75008 Paris Tél. 01 55 30 12 12 www.cfecgc.org La cotisation

Plus en détail

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire L analyse de la MNT sur le projet de décret Patrick DOS Vice-Président de la MNT Participation des employeurs

Plus en détail

Statuts de la. Communauté d universités et établissements. Université Sorbonne Paris Cité

Statuts de la. Communauté d universités et établissements. Université Sorbonne Paris Cité Document n 4 Statuts de la Communauté d universités et établissements Université Sorbonne Paris Cité Version 1-4 de travail du 10/03/2014 Post-CCOU du 06/03/2014 1 L Université Sorbonne Paris Cité regroupe

Plus en détail

Fédérateur de compétences

Fédérateur de compétences www.uimmauvergne.org L UIMM D AUVERGNE Fédérateur de compétences REPRÉSENTER I DÉFENDRE I ACCOMPAGNER LA MÉTALLURGIE EN AUVERGNE Les Chiffres clés Entreprises salariés Reṕartition des effectifs Source

Plus en détail

E D I T O L A L E T T R E N 3 0. De l intérêt d un syndicat employeur

E D I T O L A L E T T R E N 3 0. De l intérêt d un syndicat employeur E D I T O Sommaire P1 L édito P2 Révision des classifications et rémunérations minimales : Accord à l unanimité P3 Suite révision des classifications P4 Accord sur la sécurisation de l emploi et le temps

Plus en détail

Nous restons à votre disposition pour vous apporter toute précision complémentaire.

Nous restons à votre disposition pour vous apporter toute précision complémentaire. Marseille, le 9 juillet 2014. Objet : obligations des employeurs Madame, Monsieur, Dans le cadre de notre mission de conseil, nous souhaitions vous rappeler certaines obligations incombant aux employeurs

Plus en détail

UGICT - CGT Ingénieurs Cadres Techs La Lettre N 489 - Austérité n ayons pas peur des mots

UGICT - CGT Ingénieurs Cadres Techs La Lettre N 489 - Austérité n ayons pas peur des mots UGICT - CGT Ingénieurs Cadres Techs La Lettre N 489 - Austérité n ayons pas peur des mots N 489 - Semaine du 22 avril 2014 Austérité n ayons pas peur des mots Tout son poids dans la balance François Hollande

Plus en détail

Forum des syndicats / L impact des réformes en cours, prévues et prévisibles sur l emploi dans la fonction publique territoriale

Forum des syndicats / L impact des réformes en cours, prévues et prévisibles sur l emploi dans la fonction publique territoriale Forum des syndicats / L impact des réformes en cours, prévues et prévisibles sur l emploi dans la fonction publique territoriale Animateur : Henri TOULOUZE Secrétaire général de l Union Nationale des Syndicats

Plus en détail

des Salariés Hôtels Cafés Restaurants

des Salariés Hôtels Cafés Restaurants VOTRE DOSSIER DE PRÉVOYANCE Protection Sociale des Salariés Hôtels Cafés Restaurants Une volonté des partenaires sociaux : votre branche professionnelle bénéficie d un accord de prévoyance Cet accord paritaire

Plus en détail

Défendre et représenter les intérêts des entreprises de Services à la Personne

Défendre et représenter les intérêts des entreprises de Services à la Personne Défendre et représenter les intérêts des entreprises de Services à la Personne Rejoignez la 1 ère fédération de proximité d entreprises de Services à la Personne Dans les pas de Richard Binier qui a su

Plus en détail

UNSA RETRAITÉS INFOS. Lettre électronique adressée aux retraités de l UNSA. Sommaire. N 21 - Juin 2012

UNSA RETRAITÉS INFOS. Lettre électronique adressée aux retraités de l UNSA. Sommaire. N 21 - Juin 2012 UNSA RETRAITÉS INFOS Retraités Lettre électronique adressée aux retraités de l UNSA N 21 - Juin 2012 Sommaire Pour une réforme urgente de la perte d autonomie Les membres du CNRPA ont rencontré la Ministre

Plus en détail

Paroles «d anciens» des écoles européennes

Paroles «d anciens» des écoles européennes 1) Présentation : Prénom, nom, nationalité(s), école/université fréquentée actuellement. Lauriane T., Belge, étudie à l Université de Strasbourg (La Psychologie). 2) L (les) école(s) européenne(s) que

Plus en détail

créé, pourquoi pas moi? www.claee.org Elles ont

créé, pourquoi pas moi? www.claee.org Elles ont Elles ont créé, pourquoi pas moi? (garde d enfant) (patronne salon coiffure) - (patronne restaurant) (femme de ménage / vendeuse à la sauvette) www.claee.org DepliantCLAEE-Final.indd 1 1/02/11 22:16:36

Plus en détail

FICHE PRATIQUE LE DÉLÉGUÉ DU PERSONNEL

FICHE PRATIQUE LE DÉLÉGUÉ DU PERSONNEL FICHE PRATIQUE LE DÉLÉGUÉ DU PERSONNEL Consternant mais réel constat dans le secteur associatif : la représentation du personnel dans nos structures reste anecdotique, en dépit des obligations légales

Plus en détail

Projet de loi Modernisation du dialogue social. Suivi du projet par l UNSA. 25 mai 2015

Projet de loi Modernisation du dialogue social. Suivi du projet par l UNSA. 25 mai 2015 Projet de loi Modernisation du dialogue social Suivi du projet par l UNSA 25 mai 2015 La commission des affaires sociales de l Assemblée nationale a adopté le projet de loi relatif au dialogue social et

Plus en détail

Introduction. Figure 1 L effondrement du taux d emploi. Source : enquête «Emploi» (calcul de l auteur).

Introduction. Figure 1 L effondrement du taux d emploi. Source : enquête «Emploi» (calcul de l auteur). Introduction Contrairement à une idée répandue, la préretraite a encore cours en France aujourd hui : non sous la forme des préretraites publiques peu à peu disparues depuis le début des années 2000, mais

Plus en détail

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration 1 1/ Qu est ce qu un accord de branche? Un accord de branche est un acte juridique issu d'une négociation

Plus en détail

Notre fils qui a commencé à manquer d assiduité dans son travail à partir de la fin de la 4ème (jusque-là, nous n avions que des compliments).

Notre fils qui a commencé à manquer d assiduité dans son travail à partir de la fin de la 4ème (jusque-là, nous n avions que des compliments). Notre fils qui a commencé à manquer d assiduité dans son travail à partir de la fin de la 4ème (jusque-là, nous n avions que des compliments). Bien que la seconde ait été chaotique, il est passé en première

Plus en détail

L accès à l emploi et les seniors

L accès à l emploi et les seniors L accès à l emploi et les seniors Rapport d une étude menée entre octobre 2013 & mars 2014 Avec le soutien de Regionsjob, le Centre des Jeunes Dirigeants & le Medef Ile de France De L utilité de cette

Plus en détail

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES Un point sur la situation française I. L état des finances publiques La situation actuelle Le PIB 2160 milliards d euros en 2012 (source : FMI). Taux de croissance

Plus en détail

Maintenir des seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action

Maintenir des seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action Maintenir des seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action Enjeux Fiche 1 À partir du 1 er janvier 2010, les entreprises et les établissements employant au moins 50 salariés risquent

Plus en détail

A6 LA COM, QUELLE PLACE DANS VOS PROJETS?

A6 LA COM, QUELLE PLACE DANS VOS PROJETS? A6 LA COM, QUELLE PLACE DANS VOS PROJETS? Organisateur CAP COM Coordinateur Bernard DELJARRIE, Délégué général de CAP COM Animateur, Directeur de la Communication, Conseil Général du Bas-Rhin L un des

Plus en détail

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e Regards croisés s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e N 56-10 juin 2015 Serge Lavagna Secrétaire national de la CFE-CGC Protection sociale ÉDITO Contact : Mireille Dispot Expert protection sociale

Plus en détail

Juin 2015. Questions-Réponses. La représentativité patronale Fiche de décryptage. MEDEF Actu-Eco semaine du 16 au 20 juin 2014 1

Juin 2015. Questions-Réponses. La représentativité patronale Fiche de décryptage. MEDEF Actu-Eco semaine du 16 au 20 juin 2014 1 Juin 2015 Questions-Réponses sur La représentativité patronale Fiche de décryptage MEDEF Actu-Eco semaine du 16 au 20 juin 2014 1 La représentativité patronale : qu est-ce que c est? Pourquoi mesure-t-on

Plus en détail

VOTRE DOSSIER DE PRÉVOYANCE PROTECTION SOCIALE DES SALARIÉS. Hôtels Cafés Restaurants

VOTRE DOSSIER DE PRÉVOYANCE PROTECTION SOCIALE DES SALARIÉS. Hôtels Cafés Restaurants VOTRE DOSSIER DE PRÉVOYANCE PROTECTION SOCIALE DES SALARIÉS Hôtels Cafés Restaurants Quelques définitions pour mieux vous y retrouver Accord paritaire étendu Accord conclu par les partenaires sociaux d

Plus en détail

TRAVAUX DE LA COMMISSION DES DRH DE L URIOPSS ILE DE FRANCE. 1/ Position de la Commission des DRH de l URIOPSS Ile de France

TRAVAUX DE LA COMMISSION DES DRH DE L URIOPSS ILE DE FRANCE. 1/ Position de la Commission des DRH de l URIOPSS Ile de France TRAVAUX DE LA COMMISSION DES DRH DE L URIOPSS ILE DE FRANCE 1/ Position de la Commission des DRH de l URIOPSS Ile de France La rencontre des employeurs et des syndicats salariés dans les organisations

Plus en détail

Que pensez-vous des formes atypiques d emploi, notamment du portage salarial et de l auto-entreprenariat

Que pensez-vous des formes atypiques d emploi, notamment du portage salarial et de l auto-entreprenariat Entretien avec Ivan Béraud et Christian Janin Des formes d emploi à encadrer Pour une sécurisation des parcours professionnels La CFDT et la fédération Culture, Conseil, Communication (F3C) ne sont pas

Plus en détail

Fiche 1 : Age légal de départ à la retraite

Fiche 1 : Age légal de départ à la retraite Fiche 1 : Age légal de départ à la retraite LE PROJET DE LA DROITE DÉCRYPTÉ Travailler plus longtemps pour gagner moins L âge légal de départ à la retraite est porté à 62 ans. Les victimes de ce recul

Plus en détail

Voilà encore un flash très. 2 ème CAHIER Rencontres paritaires. Charte internet/intranet. Suivi du contrat de prévoyance

Voilà encore un flash très. 2 ème CAHIER Rencontres paritaires. Charte internet/intranet. Suivi du contrat de prévoyance N 175 1 er sup. 23 octobre 2002 Mensuel- 0,46 - ISSN 1165-8622 2 ème CAHIER Rencontres paritaires Charte internet/intranet Suivi du contrat de prévoyance Communiqué confédéral sur les retraites Mini Flash

Plus en détail

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Financement de la protection sociale : l avis des Français 1 Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Illustrations Marc Guerra On a beau nous parler sur tous les tons du trou de la Sécu

Plus en détail

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc Bilan économique Bilan économique 2009 BASSIN D EMPLOI VENDÉE EST Après une année 2009 éprouvante, l économie vendéenne semble enfin s engager sur le chemin de la reprise Après avoir débuté dans un climat

Plus en détail

LES REPONSES À VOS QUESTIONS. ZOOM Qu est-ce que la contribution au FNCIP-HT ACTUALITÉ AGENDA

LES REPONSES À VOS QUESTIONS. ZOOM Qu est-ce que la contribution au FNCIP-HT ACTUALITÉ AGENDA Le magazine des informations sociales de la Fédération Nationale de l Habillement LES REPONSES À VOS QUESTIONS Complémentaire santé : une nouvelle obligation pour les employeurs janvier février mars 2015

Plus en détail

Modernisation du marché du travail. Réunion UIMM Touraine du 25 septembre 2008

Modernisation du marché du travail. Réunion UIMM Touraine du 25 septembre 2008 Modernisation du marché du travail Réunion UIMM Touraine du 25 septembre 2008 Accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008 sur la modernisation du marché du travail étendu par arrêté du 23 juillet

Plus en détail

Fédération Nationale des Associations de Retraités de l Artisanat DOSSIER DE PRESSE. Contact

Fédération Nationale des Associations de Retraités de l Artisanat DOSSIER DE PRESSE. Contact Fédération Nationale des Associations de Retraités de l Artisanat DOSSIER DE PRESSE Contact FENARA 20, boulevard de Grenelle 75015 Tél. : 01 45 77 94 04 info@fenara.org www.fenara.org 1 PRÉSENTATION DE

Plus en détail

IPCS. RÉFLEXION PARITAIRE sur l intégration des jeunes dans nos entreprises industrielles

IPCS. RÉFLEXION PARITAIRE sur l intégration des jeunes dans nos entreprises industrielles RÉFLEXION PARITAIRE sur l intégration des jeunes dans nos entreprises industrielles IPCS Institution de Progrès et de Concertation sociale dans la Sidérurgie UEL MANAGEMENT POUR CONSTRUIRE UNE PERFORMANCE

Plus en détail

La revue trimestrielle de la CFE-CGC Santé-Social. Rejoignez-nous sur Facebook N 2. Toujours plus d infos sur www.cfecgc-santesocial.

La revue trimestrielle de la CFE-CGC Santé-Social. Rejoignez-nous sur Facebook N 2. Toujours plus d infos sur www.cfecgc-santesocial. La revue trimestrielle de la CFE-CGC Santé-Social N 2 Rejoignez-nous sur Facebook Toujours plus d infos sur www.cfecgc-santesocial.fr L édito Connaissez-vous le jeu du bonneteau? (Je donne d une main,

Plus en détail

Guide de planification de la transition d entreprise

Guide de planification de la transition d entreprise Guide de planification de la transition d entreprise Votre conseiller de confiance Depuis plus de 100 ans, des générations de Canadiens comptent sur le savoir-faire des conseillers PME CIBC pour gérer

Plus en détail