Bilan 2012 Gestion des matières résiduelles

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bilan 2012 Gestion des matières résiduelles"

Transcription

1 Bilan 2012 Gestion des matières résiduelles par Delphine Azoulay Chargée de projets - PGMR Janvier 2013

2 TABLE DES MATIÈRES 1 CONTEXTE 2 2 PORTRAIT GLOBAL REDUCTION A LA SOURCE REEMPLOI RECUPERATION ET RECYCLAGE RÈGLEMENT RELATIF À LA GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES MATIÈRES RECYCLABLES MATIÈRES COMPOSTABLES ENCOMBRANTS MÉTALLIQUES PRODUITS ÉLECTRONIQUES RÉSIDUS DOMESTIQUES DANGEREUX (RDD) ÉCOCENTRE TEMPORAIRE VALORISATION ELIMINATION 20 3 TAUX DE RECUPERATION GLOBAL 22 4 PRODUCTION DE MATIERES RESIDUELLES 23 5 CONCLUSION 24 1

3 Réduction Réemploi Récupération Recyclage Valorisation Élimination 1 CONTEXTE La nouvelle Politique québécoise de gestion des matières résiduelles a été adoptée en Cette politique vise à créer une société sans gaspillage qui cherche à maximiser la valeur ajoutée par une saine gestion de ses matières résiduelles, et son objectif fondamental est que la seule matière résiduelle éliminée au Québec soit le résidu ultime. Pour participer à l atteinte de cet objectif, la Politique prévoit la mise en œuvre de mesures qui permettront de répondre aux trois enjeux majeurs de la gestion des matières résiduelles: Mettre un terme au gaspillage des ressources; Contribuer à l atteinte des objectifs du plan d action sur les changements climatiques et de ceux de la stratégie énergétique du Québec; Responsabiliser l ensemble des acteurs concernés par la gestion des matières résiduelles. La Politique québécoise de gestion des matières résiduelles de avait notamment fixé un certain nombre d objectifs de récupération aux municipalités. La nouvelle Politique rehausse certains objectifs via son plan d action : Ramener à 700 kg par habitant la quantité de matières résiduelles éliminées, soit une réduction de 110 kg par habitant par rapport à 2008; Recycler 70 % du papier, du carton, du plastique, du verre et du métal résiduels; Recycler 60 % de la matière organique putrescible résiduelle; Recycler ou valoriser 80 % des résidus de béton, de brique et d asphalte; Trier à la source ou acheminer vers un centre de tri 70 % des résidus de construction, de rénovation et de démolition du secteur du bâtiment. Ces objectifs représentent une moyenne nationale à laquelle tous doivent contribuer. Le Plan de gestion des matières résiduelles (PGMR) de la Ville de Gatineau comportait trente-trois recommandations en vue d atteindre les objectifs de mise en valeur 2

4 des matières fixés par la Politique québécoise Tant la politique québécoise que le PGMR comprennent des mécanismes de suivi et d analyse des performances tels la diffusion quasi annuelle de bilans : le bilan paru en 2009, le bilan 2009 diffusé en 2010, le bilan 2010 et le bilan 2011 tous deux diffusés en Le présent bilan 2012, diffusé en 2013, permet de dresser l état de situation et d effectuer des recommandations. Ce cinquième bilan relate donc les performances de la gestion des matières résiduelles en 2012 et devrait constituer le dernier bilan mesurant les objectifs énoncés dans le PGMR En effet, le PGMR de la Ville de Gatineau doit être révisé en 2013 afin de planifier la gestion des matières résiduelles en conformité avec la nouvelle politique québécoise de gestion de ces matières. La Ville de Gatineau est en attente des lignes directrices qui doivent l encadrer dans la révision du PGMR. 2 PORTRAIT GLOBAL Selon le décret de population publié en janvier 2013 par le Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'occupation du territoire (MAMROT), la population totale pour l année 2012 est de habitants, répartie sur un territoire d une superficie de 344 km 2 : une hausse de 2,5% par rapport à Le nombre d unités de logements sur le territoire a aussi connu une légère croissance; le nombre total d unités desservies par le service municipal de collecte des matières résiduelles sur le territoire de la Ville s établit à unités, soit une hausse de 1,2 % par rapport à REDUCTION A LA SOURCE La réduction à la source consiste, dans une perspective de développement durable, à mieux et à moins consommer. Plus précisément, elle vise à dissuader l achat, l utilisation et la production de produits de courte durée, suremballés et non recyclables. Le déchet le plus facile à gérer, c est encore celui qui n est pas créé. 3

5 PRINCIPALES REALISATIONS 2012 Invitation aux citoyens, aux écoles et aux employés municipaux à participer à plusieurs défis durant la Semaine québécoise de réduction des déchets Récupération du thème «Réduire, c est agir» pour la diffusion de messages publicitaires dans le cadre de la Semaine québécoise de réduction des déchets, en octobre Journée sans eau embouteillée tenue en mars 2012 dans les bâtiments municipaux (sensibilisation). Adoption de l énoncé du volet écoresponsable de la politique d approvisionnement de la Ville de Gatineau ainsi que son plan d action PERSPECTIVES 2013 Participation à la Semaine québécoise de réduction des déchets RÉEMPLOI Le réemploi consiste à donner une seconde vie à une matière qui serait autrement destinée à l élimination. Utiliser sous une autre forme, donner, prêter, retaper, échanger et réparer ne sont là que quelques actions qui permettent le réemploi et qui reflètent un souci pour l environnement. Les rejets de certains sont les ressources des autres. Un réemploi tout naturel consiste à laisser sécher sur place l herbe coupée sur leur pelouse; elle constitue un excellent engrais naturel sans pesticides! Le réemploi des vêtements et des meubles usagés est bien présent à Gatineau; plusieurs bornes de récupération sont installées par des organismes indépendants dans les endroits publics, partout dans la Ville. Par contre, les matières récupérées ne sont pas comptabilisées dans les statistiques de la Ville. Le Bottin vert est aussi mis à jour et des inscriptions y sont faites régulièrement par la Ville. Cette banque de données aide les citoyens à mieux consommer (achat local, produits écologiques, etc.) et à mieux se départir de leurs matières résiduelles. 4

6 PRINCIPALES REALISATIONS 2012 Promotion du moteur de recherche internet Info D-Tri-Tus, qui permet aux citoyens de connaître la meilleure destination de disposition de leurs matières résiduelles; Refonte graphique et promotion du Bottin vert ; Promotion de l herbicyclage dans les communications relatives à la gestion des matières résiduelles. Une première campagne a été réalisée à l été 2012 sur ce thème; Organisation et promotion d une journée «vente débarras» la première fin de semaine de juin. PERSPECTIVES 2013 Refonte structurelle et informationnelle du Bottin vert Réaliser une application pour téléphones intelligents dédiée à la gestion des matières résiduelles (calendrier de collecte, INFO DTRITUS, Bottin vert, etc.) et revoir le logiciel permettant de connaître son jour de collecte sur le site Web de la Ville de Gatineau. Organiser une table de concertation avec des partenaires communautaires œuvrant dans le réemploi de certaines filières de matières, sur le territoire de la Ville de Gatineau. Suivre les opérations reliées à l entrepôt du réemploi dans le nouvel écocentre du carrefour environnemental (secteur Gatineau). 5

7 2 3 RÉCUPÉRATION ET RECYCLAGE Le recyclage et la récupération sont des concepts fréquemment confondus. Ils sont complémentaires et visent le même objectif : donner une seconde vie aux matières résiduelles. La récupération constitue la première phase du processus et se résume par la collecte des matières, le transport et le tri. Le recyclage est, quant à lui, la deuxième phase du processus, soit la transformation de l état premier des matières pour créer de nouvelles matières. Par exemple, la création de laines polaires à partir de bouteilles en plastique. Le recyclage permet de redonner vie à la matière tout en évitant l utilisation de nouvelles matières premières RÈGLEMENT RELATIF À LA GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES C est le 1 er janvier 2011 que le règlement est entré en vigueur sur le territoire de la Ville. La mise en application du règlement a eu comme impacts pour les citoyens, entre autres : Le passage de la collecte des ordures ménagères aux deux semaines (quantité maximale de 6 items par collecte); L interdiction de mettre aux ordures des matières recyclables, des résidus verts et du matériel informatique et électronique; L obligation pour les propriétaires de fournir des outils de collecte des matières recyclables; En 2012, 109 avis de courtoisie (contre 80 en 2011) ont été remis à des contrevenants au règlement. Cependant, aucun constat d infraction n a été donné en cette deuxième année d application du règlement. Rappelons que quiconque contrevient à l'une des dispositions du Règlement commet une infraction et est passible d'une amende minimale de 200 $ pour une première infraction. Cependant, l'officier responsable de l'application du règlement remettra au moins trois avis de courtoisie au contrevenant avant de donner un constat d'infraction. 6

8 CALENDRIER DES COLLECTES 2013 Encore cette année, une nouvelle version du calendrier des collectes a été réalisée et diffusée à la fois dans le site web de la Ville et en copies papier dans les bâtiments municipaux pour le début de l année De plus, une version pdf est téléchargeable afin que les citoyens puissent s en imprimer une version chez eux s ils le désirent MATIÈRES RECYCLABLES Le rendement de la collecte sélective est à la hausse depuis la mise en œuvre du PGMR et surtout depuis la livraison des bacs bleus (B.B) en 2008 et l introduction de la collecte pêlemêle des matières. L organisme Tricentris, partenaire de la Ville de Gatineau dans le recyclage de ses matières recyclables, a ouvert un nouveau centre de tri dans le carrefour environnemental en février 2012, augmentant sa capacité de traitement et modernisant les procédés de tri. En 2012, le taux de récupération des matières recyclables a été de 67 %! PERFORMANCE 2012 La Ville a atteint 67% de récupération en 2012, avec la collecte de tonnes de matières. Fait intéressant à noter, le taux de rejet de la collecte des matières recyclables est en baisse depuis trois ans, grâce à l amélioration des procédures au centre de tri et grâce aussi aux efforts de tri de tous les citoyens. Il s établit maintenant à environ 8 % du poids total des matières recyclables apportées au centre de tri. Les rejets sont envoyés à l enfouissement et sont considérés comme appartenant à Tricentris. Ils ne sont donc pas inclus dans le tonnage des ordures ménagères résidentielles. 7

9 Depuis l adoption de la nouvelle politique québécoise de gestion des matières résiduelles, 70 % des matières recyclables doivent être récupérées d ici De plus, il sera interdit au Québec, en 2013 d enfouir les papiers et cartons. La Ville de Gatineau devrait atteindre l objectif de 70 % de récupération des matières recyclables résidentielles d ici Dans ce bilan, afin de pouvoir comparer les années 2011 et 2012, la Ville a réajusté les tonnages des matières recyclables résidentielles de 2011 afin qu ils comprennent les rejets des matières recyclables. Figure 1 : Performance de la Ville de Gatineau pour les matières recyclables Changement de méthodologie PRINCIPALES REALISATIONS 2012 Campagne de sensibilisation sur le recyclage en continu; impression et diffusion de nouveaux aide-mémoires sur les matières recyclables Installation de 200 nouvelles poubelles deux voies dans plusieurs parcs, terrains sportifs et lieux publics de la Ville; 8

10 Révision en continu des installations de collecte sélective dans les bâtiments municipaux (en parallèle avec la collecte des matières compostables) et lors de tous les événements soutenus par Fêtes et festivals et certains petits événements communautaires; Livraison d environ bacs bleus à environ 2000 nouveaux foyers gatinois; Installation de quelques 75 conteneurs bleus de recyclage dans des immeubles comportant des multilogements; Mise à jour de l inventaire de l accessibilité à des outils de collecte des matières recyclables dans les multilogements non-desservis à la rue; Sensibilisation via la patrouille environnementale estivale. PERSPECTIVES 2013 Continuer à mettre en application le règlement relatif la gestion des matières résiduelles; proposer de renforcer l application du règlement (ex : donner des avis de courtoisie quand il y a plein de papier et carton dans les ordures ménagères) ; Augmenter la desserte et encourager la collecte des matières recyclables dans les multilogements (mettre en application la disposition visée du règlement); Poursuivre le déploiement de poubelles deux voies extérieures dans les aires publiques et en bordure de rue sur le territoire de la Ville; Réaliser un sondage permettant d identifier les freins et obstacles à la participation des citoyens au programme; Poursuivre les campagnes de communication et de sensibilisation relatives au recyclage, plus spécialement au cours de l été avec l aide des agents de sensibilisation de la patrouille environnementale. 9

11 2 3.3 MATIÈRES COMPOSTABLES Depuis le 1 er janvier 2012, la Ville embarque dans la 4 ème phase d implantation du programme de collecte des matières compostables. Les propriétaires des multilogements desservis à la cour qui le souhaitent peuvent commander des bacs bruns de 240 litres ainsi qu un bac de cuisine pour chaque unité de l immeuble d habitation. Rappelons que cette nouvelle collecte à trois voies s inscrit dans les orientations du ministère de l environnement et du développement durable du Québec qui, en mars 2011, adoptait sa politique québécoise de gestion des matières résiduelles qui prévoit l interdiction complète d enfouir des matières organiques à partir de PERFORMANCE 2012 Afin d atteindre son objectif de valorisation de 60% des matières compostables générées par ses citoyens, la Ville de Gatineau souhaite détourner tonnes métriques de matières organiques du site d enfouissement d ici 2015 et ce, annuellement. Cependant, comptetenu du défi que cela représente en termes de changements pour les citoyens, la Ville a établi des objectifs progressifs de récupération. La collecte des matières compostables en 2012 a permis de composter près de tonnes métriques de matières, soit tonnes de moins que prévu. La sécheresse de l été 2012 peut expliquer en grande partie cette stabilisation du tonnage. Figure 2 : Performance de la Ville de Gatineau pour les matières compostables 10

12 En date du 1 er janvier 2013, ce sont près de foyers qui sont actuellement desservis par le programme de collecte des matières compostables, soit une augmentation de 2% par rapport à Une étude du taux de participation à cette nouvelle collecte a été réalisée en juin 2011 et a permis de remarquer que 56% des citoyens participaient à la collecte des matières compostables, contre 45% en L évaluation du taux de participation se fera de nouveau en 2013, en même temps que la caractérisation des matières résiduelles résidentielles. Par la suite, la Ville réalisera une étude de caractérisation et du taux de participation au programme aux deux ans afin de pouvoir suivre l évolution de l acceptation de ses programmes. PRINCIPALES REALISATIONS 2012 Campagne de sensibilisation en continu via le site Web ainsi que des publicités dans les radios et journaux; Livraison d environ 1700 nouveaux bacs bruns sur tout le territoire; Poursuite de l implantation de la collecte dans les 31 bâtiments principaux ciblés en 2011 (Phase 3 d implantation); Aide et accompagnement aux établissements scolaires et CPE qui veulent participer au programme selon le principe utilisateur-payeur (Phase 3 d implantation) : 8 écoles participent ; 30 bacs bruns sont en circulation 4 CPE participent ; 5 bacs bruns sont en circulation Peu d institutions scolaires ont donc embarqué dans le programme de collecte des matières compostables, probablement à cause du coût du service offert par la Ville; Implantation depuis janvier 2012 de la collecte dans les multilogements desservis à la cour de 9 unités d occupation et plus (Phase 4 d implantation): Envoi d une lettre aux propriétaires les invitant à commandes des bacs bruns de 240 litres ainsi que des bacs de cuisine pour chaque unité d occupation Rencontre des propriétaires intéressés (inspecteurs) Environ 4% des unités d occupation desservies à la cour ont maintenant accès à des bacs bruns. 11

13 DISTRIBUTION DE COMPOST AUX CITOYENS La Ville de Gatineau a prévu, dans son contrat avec l usine de compostage Laflèche, de garder pour ses besoins une certaine quantité de compost. Ce compost a été distribué aux citoyens afin que ces derniers puissent bénéficier du résultat concret de leurs efforts de tri. Une distribution de compost a eu lieu la première fin de semaine de mai, sur le même principe qu en 2011, lors de la deuxième journée de distribution, en demandant aux gatinois de s inscrire au préalable et en multipliant les sites de distribution (4 sites dans les secteurs d Aylmer, d Hull, de Gatineau et de Masson-Angers). Les journées de distribution en quelques chiffres : Nombre de foyers qui pouvaient s inscrire Quantité de compost prévue Quantité de compost donnée Nombre de foyers inscrits Nombre de foyers qui sont réellement venus mètres cube 100 litres par foyer inscrit Le compost restant a été donné au Service des Travaux publics pour utilisation dans les plates-bandes et aménagements horticoles de la Ville. CAMPAGNE DE COMMUNICATION Il n y a pas eu une campagne de communication à proprement parler en Des rappels ont été faits à l occasion : Sensibilisation avant l été pour prévenir les nuisances telles que les mouches, les vers blancs et les odeurs. Rappels à l automne pour «mousser» la participation Rappels sur l interdiction des sacs en plastique pour la collecte des résidus verts (en 2011, -l année du changement du règlement qui interdit désormais les résidus verts aux ordures ménagères- peu de communication avait été faite sur le sujet, générant ainsi beaucoup d appels des citoyens) 12

14 PERSPECTIVES 2013 Continuer l implantation de la collecte des matières compostables dans les immeubles de 9 logis et plus, non desservis à la rue; Réaliser des projets-pilotes dans les multilogements pour tester d autres outils de collecte (la Ville est en attente d une réponse pour une subvention de la part de Recyc-Québec); Augmenter le taux de participation à la collecte et la quantité de matières récupérées; Réaliser un sondage permettant d identifier les freins et obstacles à la participation des citoyens au programme; Distribuer une quantité de compost issu du traitement des matières collectées aux citoyens gatinois intéressés; Poursuivre les campagnes de communication et de sensibilisation relatives au compostage, plus spécialement au cours de l été avec l aide des agents de sensibilisation de la patrouille environnementale; Implanter la collecte des matières compostables dans les centres communautaires et petites bibliothèques; Analyser la possibilité de construire une usine de compostage sur le territoire de la Ville ENCOMBRANTS MÉTALLIQUES Cette année, 50 tonnes d objets métalliques ont été récupérées par un entrepreneur externe qui ramasse les objets encombrants laissés en bordure de rues par les citoyens qui en font la demande par téléphone au Les substances réfrigérantes sont aussi récupérées des électroménagers qui en contiennent et ensuite valorisées. Le métal récupéré est vendu à des entreprises de recyclage de métaux. Cette baisse de quantités récupérées par la Ville (par rapport à 2010) peut être expliquée par le fait : qu en 2010, le poids des encombrants métalliques récupérés était estimé alors qu à partir de 2011, ces derniers sont réellement pesés. 13

15 que plusieurs regrattiers circulent dans les rues avant les collectes d encombrants métalliques et récupèrent les encombrants laissés en bordure de rue par les citoyens en prévision de leur collecte PRODUITS ÉLECTRONIQUES Les équipements informatiques et électroniques récupérés sont déposés par les citoyens à différents points de dépôts répartis dans chacun des secteurs du territoire de la Ville, et proviennent aussi du surplus d actif de la Ville de Gatineau. Le service de récupération et conditionnement de ce type de matériel a été fourni par Valoritec. Les quantités de produits récupérés en 2012 sont encore très élevées. Il est possible que les effets du passage au numérique en août 2011 (qui a incité beaucoup de citoyens à se départir de leur téléviseur désuet afin de se procurer des téléviseurs adaptés au nouveau mode de transmission numérique au Canada) se fassent encore ressentir. Mais, avant tout, cette hausse s explique par l interdiction de mettre aux ordures ménagères les équipements électroniques et informatiques depuis 2011 : les produits ne sont tout simplement pas ramassés et les éboueurs placent un avis de courtoisie sur le matériel pour informer les citoyens qu ils doivent les apporter dans les points de dépôt du programme municipal. Le Règlement sur la récupération et la valorisation des produits par les entreprises, imputant la responsabilité aux entreprises pour les produits électroniques qu elles mettent sur le marché et ce, jusqu'à la disposition finale de ces derniers en fin de vie utile, est en vigueur depuis le 14 juillet L organisme autorisé par Recyc-Québec pour appliquer ce Règlement est l Association pour le Recyclage des Produits Électroniques (ARPE-Québec). Ce dernier doit mettre en place sept points de dépôt pour la Ville de Gatineau. Les deux écocentres de la Ville (celui du secteur d Hull et celui du secteur de Gatineau, actuellement en construction) font partie de ces points de dépôt. Les coûts de récupération et de traitement ne sont plus assumés par la Ville de Gatineau depuis septembre 2012 pour les produits électroniques visés par la première phase d implantation du programme, soit tous les ordinateurs et leurs périphériques, téléviseurs, imprimantes, télécopieurs, etc. La totalité des produits électroniques (incluant les produits électroniques visés par la deuxième phase d implantation, soit les consoles de jeux, les lecteurs, enregistreurs, graveurs, serveurs, amplificateurs, appareils photo, etc.) sera traitée sans frais pour la Ville à compter du 14 juillet

16 La Ville continue à offrir le service de récupération de tous les produits électroniques aux gatinois via les autres points de dépôt répartis dans chaque secteur, en attendant de connaître la liste finale des points de dépôt choisis par l ARPE. PRINCIPALES REALISATIONS 2012 Élaboration et diffusion, à petite échelle, d un dépliant d information sur les produits électroniques aux citoyens; Collecte de 468 tonnes de produits électroniques en 2012, soit une hausse de 20% par rapport à 2011; Entente avec l ARPE pour la prise en charge sans frais de la valorisation des produits électroniques. Figure 3 : Récupération et valorisation des produits électroniques PERSPECTIVES 2013 Analyser la pertinence de fermer les points de dépôt actuellement dans chaque secteur (exception faite des deux écocentres) en prenant en considération les points de dépôt officiels choisis par l ARPE RÉSIDUS DOMESTIQUES DANGEREUX (RDD) Durant les mois d avril à octobre, tous les jeudis et vendredis soirs et les samedis, les citoyens ont pu se départir gratuitement de leurs RDD et de leurs pneus à l écocentre. Les RDD tels les piles et les téléphones cellulaires peuvent être déposés par les citoyens dans certains points de collecte (centres de services notamment). 15

17 Les RDD récupérés sont envoyés pour traitement et disposition sécuritaire à une entreprise de traitement des déchets dangereux. La quantité totale de RDD récupérée est représentée dans le graphique ci-dessous. Figure 4 : Récupération et traitement des Résidus Domestiques Dangereux Il est à noter que ces tonnages comprennent non seulement les RDD récupérés auprès des citoyens que ceux provenant des ateliers municipaux. On peut émettre l hypothèse que les citoyens apportent leurs RDD dans d autres points de dépôt que l écocentre, comme les quincailleries par exemple, qui ont des horaires d ouverture plus larges. PRINCIPALES REALISATIONS 2012 Entente avec l Association des Producteurs Responsables qui récupère les fluorescents et ballasts sans frais pour la Ville; Les batteries d automobiles et les bonbonnes de propanes ont été vendues à des recycleurs de métal au lieu d être traitées comme produits dangereux; Collectes de RDD spéciales dans le secteur Buckingham en mai et en octobre; Ajout de boîtes de récupération du programme Appelàrecycler dans certains bâtiments municipaux et à l écocentre pour récupérer les piles rechargeables; Ajout de contenants de collecte pour les piles usées dans certains bâtiments municipaux (postes de police et casernes). PERSPECTIVES 2013 Implantation d un nouveau mode de collecte pour la récupération des piles dans les bâtiments municipaux. 16

18 2 3.7 ÉCOCENTRE TEMPORAIRE L écocentre temporaire, ouvert d avril à octobre 2012 est situé au 860, boulevard de la Carrière, dans le secteur Hull. Une légère hausse de l achalandage a été confirmée cette année, en cette cinquième saison d ouverture de l écocentre temporaire (augmentation de 7% par rapport à 2011). On remarque également une hausse dans les tonnages de matières récupérées. La Ville récupère notamment à l écocentre : Le métal : ce dernier est recyclé par un fournisseur de la Ville; Les pneus et résidus domestiques dangereux : ces derniers sont traités par des fournisseurs spécialisés qui en disposent de manière sécuritaire ; Les produits électroniques (voir paragraphe ); Les matériaux secs : il est à noter que depuis juin 2012, la Ville a un contrat avec un nouveau centre de tri des matériaux de construction, rénovation et démolition. Ainsi, les matériaux secs se divisent en matériaux secs triés et non triés. Cela a évidemment eu un impact sur la grille de tarification en vigueur. D autre part, en raison d une hausse considérable des prix pour la Ville pour récupérer et recycler les matériaux secs non triés par rapport aux matériaux secs triés ainsi qu en raison d une grande contamination, une grande quantité de ces matériaux secs non triés, qui ont été récupérés hors des heures d ouverture de l écocentre, a due être acheminée à l enfouissement cette année. PRINCIPALES REALISATIONS 2012 Aménagement de silos de tri à l intérieur de l ÉCT. Meilleure comptabilisation des types d apports de matières par les citoyens à l écocentre Meilleure comptabilisation des visites qui sont gratuites mais qui ne demandent pas d utiliser la carte Accès Gatineau+ 17

19 PERFORMANCE 2012 Les quantités de matières (matériaux secs) apportés par les citoyens ont augmenté de 58% en 2012 par rapport à 2011; Les quantités de métaux ont augmenté de 25% par rapport à 2011; Les quantités de produits électroniques apportées à l écocentre ont augmenté de 20% par rapport à 2011; Les quantités de RDD et de pneus ont augmenté d environ 5% par rapport à 2011; Enfin, une hausse a été enregistrée au niveau des visites reçues à l écocentre cette année; cette hausse de 7 % est bien évidemment corrélée à l augmentation du tonnage global reçu et traité. Figure 5 : Récupération et valorisation des matières apportées à l'écocentre L écocentre est de plus en plus connu et utilisé par les gatinois. La promotion faite aux acheteurs de la carte accès Gatineau+ tarifée durant l année a porté fruit : plus de 70% des visites sont des visites gratuites grâce à cette carte. La campagne de communication et de publicité élaborée en 2009 pour informer les citoyens des services de l écocentre s est avérée très utile et pertinente encore en 2012 et nous permet durant toute l année de conscientiser les citoyens à la bonne gestion des matières résiduelles dans son ensemble. Les outils de communication demeurent disponibles à l année longue (dans les bibliothèques, les centre de services, les kiosques de 18

20 sensibilisation du service de l environnement, etc.) et sur place à l écocentre, aux citoyens et utilisateurs. PERSPECTIVES 2013 Préparer une nouvelle saison de l écocentre temporaire en 2013 pour une ouverture d avril à octobre; Mettre en route le nouvel écocentre, situé dans le carrefour environnemental et actuellement en cours de construction. Ce dernier devrait ouvrir ses portes au printemps 2013; Axer la campagne de communication sur le réseau d écocentres; Améliorer la procédure de comptabilisation des visites gratuites qui nécessitent la carte Accès Gatineau+ (afin de connaître la répartition des visites selon le type de matières apportées). 2 4 VALORISATION La Ville de Gatineau encourage seulement un type de valorisation «directe» des matières résiduelles, soit le compostage domestique. En effet les citoyens possédant et utilisant un composteur sont les maîtres d œuvre de la valorisation des matières compostables, puisqu elles ne sont pas récupérées, ni traitées par la Ville. Le programme de remboursement de la Ville permet donc aux citoyens de se procurer le modèle de composteur domestique de leur choix et rembourse 50 % du coût d achat jusqu à concurrence de 30 $. Une grande baisse des demandes de remboursement s est encore fait sentir cette année, due en grande partie à l arrivée des bio-bacs dans les foyers gatinois. 19

21 PRINCIPALES RÉALISATIONS 2012 Remboursement de 37 composteurs domestiques en 2012; le programme de remboursement continuera aussi en Figure 6 : Nombre de composteurs domestiques subventionnés 2 5 ÉLIMINATION L objectif ultime du PGMR est de réduire la quantité totale de matières envoyées à l enfouissement. Les divers règlements, programmes et actions entreprises doivent mener aux atteintes des objectifs de récupération de la nouvelle Politique québécoise de gestion des matières résiduelles fut le début de la collecte des ordures ménagères aux deux semaines pour les foyers desservis en bordure de rue. Le nombre maximum d articles pouvant être mis à la rue a été quant à lui maintenu à six, réduisant de ce fait de moitié la quantité maximale permise par collecte. Lors de ces collectes, les encombrants, les matériaux de construction (sauf les matières métalliques), de rénovation et de démolition mis en bordure de rue sont aussi amenés au site d enfouissement. Les matières destinées à l enfouissement sont envoyées par camion au LET de Lachute, à 130 km de l ÉCT de Gatineau. PERFORMANCE 2012 En 2012, la quantité d ordures ménagères envoyées à l enfouissement par les citoyens de Gatineau s élève à un peu plus de tonnes métriques. Il est à noter que les rejets des matières recyclables de la Ville ne sont plus considérés comme des ordures ménagères résidentielles en Dans ce bilan, afin de pouvoir comparer les années 2011 et 2012, la Ville a réajusté les tonnages des ordures ménagères résidentielles de 2011 afin qu ils ne comprennent plus les rejets des matières recyclables, considérés comme des rejets commerciaux. Ainsi, la méthodologie permettant des comparaisons entre 2011 et 2012, on peut noter une baisse de 2% par rapport à l année précédente. Étant donnée, en plus, l augmentation de la 20

22 population, nous pouvons donc considérer qu il y a une légère tendance à la diminution des quantités d ordures ménagères envoyées à l enfouissement. Figure 7 : Performance de la Ville de Gatineau pour les ordures ménagères Changement de méthodologie À cette quantité de matières résiduelles qui transitent par l Écocentre et Centre de Transbordement (ÉCT), il faut aussi ajouter la quantité de boues issues du traitement des eaux usées de l usine d épuration de Gatineau qui ont été enfouies aussi à Lachute. Cette quantité s élève à tonnes en Cette quantité est moins importante qu en 2011 (7 569 tonnes métriques). Il est à noter qu en 2011, la Ville a dû arrêter ses opérations quelques semaines supplémentaires par rapport aux autres années pour l entretien d un de ses digesteurs. Ainsi, plus de boues ont dû être enfouies. Environ 2800 tonnes de boues ont quant à elles été séchées, granulées et valorisées en amendement pour aménagement paysager. PRINCIPALES RÉALISATIONS 2012 Application de la règlementation relative à la gestion des matières résiduelles; Lancement d un appel de qualification pour une solution de valorisation des déchets ultimes en Outaouais. Aucune entreprise n a finalement déposé de soumission. 21

23 PERSPECTIVES 2013 La Ville de Gatineau envoie ses ordures ménagères au site d enfouissement de Sainte-Sophie à partir du 1 er janvier 2013, au lieu du site d enfouissement de Lachute. Cela représente malheureusement une hausse du kilométrage parcouru et donc des émissions de gaz à effet de serre subséquents; La Ville attend pour l été 2013 les résultats de la caractérisation des matières résiduelles dans les Institutions, Commerces et Industries (ICI) ainsi que les lignes directrices qui encadreront le prochain PGMR avant de poursuivre sa recherche de solution régionale pour les déchets ultimes. 3 TAUX DE RÉCUPÉRATION GLOBAL L objectif général de la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles est de mettre en valeur annuellement au moins 65 % des matières résiduelles qui peuvent être valorisées. Pour Gatineau, le taux de récupération et de mise en valeur annuel (ensemble des matières résidentielles valorisées/la quantité totale générée) de Gatineau est de 46 % en Figure 8 : Taux de récupération global 22

24 4 PRODUCTION DE MATIERES RESIDUELLES PERFORMANCE 2012 Le bilan des quantités de matières résiduelles produites par logement et par citoyen témoigne d une légère baisse des quantités de matières résiduelles gérées par la Ville, et d un meilleur tri afin de séparer les matières récupérables des matières à éliminer : les quantités éliminées diminuent et les quantités récupérées augmentent. Figure 9 : Production de matières résiduelles par citoyen à Gatineau Changement de méthodologie PERSPECTIVES POUR 2013 Réaliser une caractérisation des matières résiduelles résidentielles, et par la suite, la réaliser tous les deux ans; Commencement de la révision du PGMR durant l année; Adaptation aux objectifs de la nouvelle Politique québécoise de gestion des matières résiduelles. 23

25 5 CONCLUSION Les efforts collectifs des citoyens de la Ville de Gatineau ont permis de valoriser, en 2012, près de tonnes de matières résiduelles qui ont ainsi été détournées du site d enfouissement. Ce tonnage représente un taux de récupération atteignant 46 % de la totalité des matières résiduelles résidentielles générées sur le territoire au cours de l année Les objectifs de la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles ne sont pas encore atteints, sauf pour les matières recyclables en lien avec la Politique Cependant, comme les objectifs provinciaux ont changé avec la nouvelle politique, les citoyens de Gatineau devront continuer à améliorer le tri de leurs matières et ainsi contribuer à une meilleure gestion des matières résiduelles à Gatineau. On remarque, de plus, une stagnation au niveau du tonnage des matières recyclables et compostables. Le sondage que la Ville va réaliser en 2013 pour connaître les freins et obstacles à la participation aux programmes de collecte des matières recyclables et compostables devrait aider à orienter le prochain PGMR. 24

BILAN 2014 GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES

BILAN 2014 GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES BILAN GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES LE BILAN EN BREF BILAN GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES 1 Ramener POLITIQUE QUÉBÉCOISE DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES OBJECTIFS À ATTEINDRE D ICI LA FIN DE 2015

Plus en détail

Ces objectifs visent la récupération de :

Ces objectifs visent la récupération de : Projet de plan de gestion des matières résiduelles 2016-2020 Les enjeux sont importants. La Ville de Gatineau doit revoir son plan de gestion des matières résiduelles (PGMR) pour les années 2016 à 2020

Plus en détail

MÉMOIRE DE LA VILLE DE MASCOUCHE SUR LE PLAN MÉTROPOLITAIN DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES (PMGMR)

MÉMOIRE DE LA VILLE DE MASCOUCHE SUR LE PLAN MÉTROPOLITAIN DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES (PMGMR) MÉMOIRE DE LA VILLE DE MASCOUCHE SUR LE PLAN MÉTROPOLITAIN DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES (PMGMR) MÉMOIRE DÉPOSÉ À LA CONSULTATION DE LA COMMUNAUTÉ MÉTROPOLITAINE DE MONTRÉAL 1 MÉMOIRE DE LA VILLE

Plus en détail

Plan de gestion des matières résiduelles de la Communauté métropolitaine de Québec Rive-Nord

Plan de gestion des matières résiduelles de la Communauté métropolitaine de Québec Rive-Nord Plan de gestion des matières résiduelles de la Communauté métropolitaine de Québec Rive-Nord 2 Communauté métropolitaine de Québec Rive-Nord SOMMAIRE Le contexte et les objectifs La Communauté métropolitaine

Plus en détail

Caractérisation des matières résiduelles éliminées provenant du secteur résidentiel de la MRC de Memphrémagog

Caractérisation des matières résiduelles éliminées provenant du secteur résidentiel de la MRC de Memphrémagog Caractérisation des matières résiduelles éliminées provenant du secteur résidentiel de la MRC de Memphrémagog Monique Clément, B.Sc. DGE, Recycologue Document synthèse réalisé par la MRC de Memphrémagog

Plus en détail

PROJET DE PLAN DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES 2016-2020

PROJET DE PLAN DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES 2016-2020 PROJET DE PLAN DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES 2016-2020 Ville de Gatineau Adopté par la Ville de Gatineau Le 25 août 2015 PROJET DE PGMR 2016-2020 DE LA VILLE DE GATINEAU Rédaction + + Catherine Loriot,

Plus en détail

Ce qu il faut savoir pour faire une bonne gestion des matières résiduelles dans les ICI de la Mauricie

Ce qu il faut savoir pour faire une bonne gestion des matières résiduelles dans les ICI de la Mauricie Ce qu il faut savoir pour faire une bonne gestion des matières résiduelles dans les ICI de la Mauricie Les objectifs d ici 2015 : Ramener à 700 kg par habitant la quantité de matières résiduelles éliminées

Plus en détail

Appui à la planification et suivi d un projet pilote de collecte des matières putrescibles. Phase 1 : Ville de Québec Sommaire exécutif

Appui à la planification et suivi d un projet pilote de collecte des matières putrescibles. Phase 1 : Ville de Québec Sommaire exécutif Rapport final RT05-22607 Appui à la planification et suivi d un projet pilote de collecte des matières putrescibles Phase 1 : Ville de Québec Sommaire exécutif Mars 2009 Sommaire exécutif Contexte du

Plus en détail

Projet de Plan de gestion des matières résiduelles révisé

Projet de Plan de gestion des matières résiduelles révisé Projet de Plan de gestion des matières résiduelles révisé Portrait et diagnostic Nixon SANON Matane, 9 décembre 2014 1 PLAN 1- Contexte 2- Bilan PGMR 2006-2013 3- Politique québécoise de gestion des MR

Plus en détail

Pour une saine gestion des matières résiduelles dans les ICI du Bas-Saint-Laurent Marie-Eve Lagacé et Patrick Morin

Pour une saine gestion des matières résiduelles dans les ICI du Bas-Saint-Laurent Marie-Eve Lagacé et Patrick Morin Pour une saine gestion des matières résiduelles dans les ICI du Bas-Saint-Laurent Marie-Eve Lagacé et Patrick Morin Conseil régional de l environnement du Bas-Saint-Laurent Plan de la présentation 1. Gestion

Plus en détail

SOMMAIRE DU PROJET PLAN DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES CONJOINT 2016-2020. des MRC d Antoine-Labelle, des Laurentides et des Pays-d en-haut

SOMMAIRE DU PROJET PLAN DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES CONJOINT 2016-2020. des MRC d Antoine-Labelle, des Laurentides et des Pays-d en-haut SOMMAIRE DU PROJET PLAN DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES CONJOINT 2016-2020 des MRC d Antoine-Labelle, des Laurentides et des Pays-d en-haut UNE DÉMARCHE DE CONCERTATION POUR RÉDUIRE L ENFOUISSEMENT

Plus en détail

DES MATIÈRES RÉSIDUELLES AU DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET DURABLE

DES MATIÈRES RÉSIDUELLES AU DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET DURABLE DES MATIÈRES RÉSIDUELLES AU DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET DURABLE Plan de la présentation Mise en contexte de la Ville de Victoriaville ; Gestion des matières résiduelles ; Des projets des résultats ; Des

Plus en détail

Consultation publique sur le projet de Plan métropolitain de gestion des matières résiduelles 2015-2020

Consultation publique sur le projet de Plan métropolitain de gestion des matières résiduelles 2015-2020 Consultation publique sur le projet de Plan métropolitain de gestion des matières résiduelles 2015-2020 Mémoire de l Office municipal d habitation de Montréal Juin 2015 Rédaction : Nicolas Joly Directeur

Plus en détail

Les modes de gestion pour lesquels différentes alternatives ont été étudiées selon un processus d évaluation comparative, sont les suivants :

Les modes de gestion pour lesquels différentes alternatives ont été étudiées selon un processus d évaluation comparative, sont les suivants : 5-1 5 MODES DE GESTION ET MESURES DU PGMR Ce chapitre constitue le cœur du PGMR. Les modes de gestion pour lesquels différentes alternatives ont été étudiées selon un processus d évaluation comparative,

Plus en détail

Plan Directeur de Gestion des Matières Résiduelles. L agglomération de Longueuil offre à ses citoyens les moyens d agir

Plan Directeur de Gestion des Matières Résiduelles. L agglomération de Longueuil offre à ses citoyens les moyens d agir Plan Directeur de Gestion des Matières Résiduelles L agglomération de Longueuil offre à ses citoyens les moyens d agir i RÉSUMÉ DU PLAN DIRECTEUR DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES S inscrivant dans

Plus en détail

Bilan 2013 Gestion des matières résiduelles

Bilan 2013 Gestion des matières résiduelles Bilan 2013 Gestion des matières résiduelles par Catherine Loriot Chargée de projets PGMR Service de l environnement Février 2014 TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES...1 1 CONTEXTE...2 2 PORTRAIT GLOBAL...3

Plus en détail

Programme de reconnaissance ICI ON RECYCLE!

Programme de reconnaissance ICI ON RECYCLE! Programme de reconnaissance ICI ON RECYCLE! Marie-Ève Chaume Responsable du dossier des Matières résiduelles Conseil régional de l environnement de Montréal mechaume@cremtl.qc.ca 514-842-2890 poste 224

Plus en détail

ONDE- ENTS = = ÊTRE UN LEVIER DE LA MISE EN VALEUR DES MATIÈRES RÉSIDUEL LES AU PROFIT DU DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL.

ONDE- ENTS = = ÊTRE UN LEVIER DE LA MISE EN VALEUR DES MATIÈRES RÉSIDUEL LES AU PROFIT DU DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL. ONDE- ENTS MISSION PRENDRE EN CHARGE LA GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES GÉNÉRÉES PAR LA POPULATION TOUT EN ACCOMPAGNANT LES ACTEURS DANS UNE PERSPECTIVE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE. VISION ÊTRE UN LEVIER

Plus en détail

Actions Bien livrable Échéance Responsable

Actions Bien livrable Échéance Responsable Stratégie 1 : Respecter la hiérarchie des 3RV-E 1. Afin que la Loi sur la qualité de l environnement (LQE) soit claire en ce qui concerne la priorité accordée aux activités de gestion des matières résiduelles

Plus en détail

2006.2007 Rapport annuel sur les déchets solides

2006.2007 Rapport annuel sur les déchets solides les déchets solides Contenu Services de déchets solides... 1 Services de collecte... 1 Services de réacheminement... 1 Services d élimination des déchets... 1 Programme Nettoyons le Grand Sudbury et services

Plus en détail

Table des matières. 2 Introduction. 3 Les actions du Palais. 4 Première étape : Les objectifs. 5 Une démarche conjuguée : avant l événement

Table des matières. 2 Introduction. 3 Les actions du Palais. 4 Première étape : Les objectifs. 5 Une démarche conjuguée : avant l événement Table des matières 2 Introduction 3 Les actions du Palais 4 Première étape : Les objectifs 5 Une démarche conjuguée : avant l événement Le Palais des congrès de Montréal Le rôle de l organisateur 8 Une

Plus en détail

BILAN DES COLLECTES DE RÉSIDUS DOMESTIQUES DANGEREUX 2009

BILAN DES COLLECTES DE RÉSIDUS DOMESTIQUES DANGEREUX 2009 BILAN DES COLLECTES DE RÉSIDUS DOMESTIQUES DANGEREUX 2009 OCTOBRE 2009 Introduction Tel que prévu dans son plan d'action 2009 et afin de réduire le volume de résidus dangereux dirigés vers l enfouissement,

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2015-2020

Plan d action de développement durable 2015-2020 Plan d action de développement durable 2015-2020 «Durable Responsable Prospère Ensemble on fait avancer le développement durable au Québec!» La Société du Grand Théâtre de Québec a pour mission de promouvoir

Plus en détail

RÈGLEMENT CONSOLIDÉ NO 0602-000 RÈGLEMENT PORTANT SUR LA GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES

RÈGLEMENT CONSOLIDÉ NO 0602-000 RÈGLEMENT PORTANT SUR LA GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE SAINT-JÉRÔME RÈGLEMENT CONSOLIDÉ NO 0602-000 RÈGLEMENT PORTANT SUR LA GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES CONSIDÉRANT l'avis de motion numéro AM-6505/10-11-16 donné aux fins des

Plus en détail

BILAN DES COLLECTES DE RÉSIDUS DOMESTIQUES DANGEREUX 2010

BILAN DES COLLECTES DE RÉSIDUS DOMESTIQUES DANGEREUX 2010 BILAN DES COLLECTES DE RÉSIDUS DOMESTIQUES DANGEREUX 2010 NOVEMBRE 2010 Introduction Tel que prévu dans son plan d'action 2010 et afin de réduire le volume de résidus dangereux dirigés vers l enfouissement,

Plus en détail

LES DÉCHETS COMME SOURCE D ÉNERGIE

LES DÉCHETS COMME SOURCE D ÉNERGIE LES DÉCHETS COMME SOURCE D ÉNERGIE ARGUMENTAIRE EN FAVEUR DE LA GAZÉIFICATION AU PLASMA COMME PRINCIPAL MOYEN DE TRAITEMENT DES MATIÈRES RÉSIDUELLES DE L OUTAOUAIS La présente proposition a été élaborée

Plus en détail

7 MISE EN ŒUVRE 7.1 PARTAGE DES RESPONSABILITÉS

7 MISE EN ŒUVRE 7.1 PARTAGE DES RESPONSABILITÉS 7-1 7 MISE EN ŒUVRE L une des premières conditions de succès du plan de gestion est la coordination et la concertation entre tous les intervenants afin d assurer une mise en œuvre rapide et cohérente des

Plus en détail

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVIII e ÉDITION

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVIII e ÉDITION JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVIII e ÉDITION Projet de règlement no. 3 : Règlement sur la responsabilisation environnementale PRÉSENTATION Présenté par Monsieur Maxime Maheu-Moisan, membre du comité exécutif,

Plus en détail

COMBATTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE POUR UNE EUROPE DURABLE

COMBATTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE POUR UNE EUROPE DURABLE COMBATTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE POUR UNE EUROPE DURABLE Combattre le changement climatique pour une Europe durable: les socialistes luttent en faveur d un avenir équitable, propre, social et prospère

Plus en détail

Maison recyclée des Artisans du rebut global, Mont Arthabaska

Maison recyclée des Artisans du rebut global, Mont Arthabaska Une expérience réussie de valorisation des matières résiduelles Carline Ghazal, coordonnatrice du développement durable Service de l environnement, Ville de Victoriaville Webinaire 7 avril 2010 Maison

Plus en détail

PLAN D ACTION DE SÉCURITÉ POUR LE QUARTIER SAINT-JEAN-VIANNEY ET STRATÉGIE DE MISE EN ŒUVRE

PLAN D ACTION DE SÉCURITÉ POUR LE QUARTIER SAINT-JEAN-VIANNEY ET STRATÉGIE DE MISE EN ŒUVRE PLAN D ACTION DE SÉCURITÉ POUR LE QUARTIER SAINT-JEAN-VIANNEY ET STRATÉGIE DE MISE EN ŒUVRE VERSION FINALE COMITÉ LOCAL DE REVITALISATION INTÉGRÉE DU QUARTIER SAINT-JEAN-VIANNEY (RUI 2) 1 TABLE DES MATIÈRE

Plus en détail

2.3 Amélioration de la gestion environnementale de l Etat et sensibilisation

2.3 Amélioration de la gestion environnementale de l Etat et sensibilisation 2.3 Amélioration de la gestion environnementale de l Etat et sensibilisation Volet 1 Fournitures papier et matériel de bureau Domaine de l action Bureau, achats publics, énergie Nom de l action Amélioration

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 18 mars 2009 1 OBJET Prescriptions des principes relatifs à la protection de l environnement et au développement durable. 2 BUT La Société du Centre des congrès de Québec

Plus en détail

Foire aux questions. 1) À qui dois-je faire appel si un secteur de l'arrondissement manque d hygiène?

Foire aux questions. 1) À qui dois-je faire appel si un secteur de l'arrondissement manque d hygiène? Foire aux questions Afin de vous aider à trouver plus rapidement les informations que vous cherchez, nous avons élaboré ce document avec les questions les plus fréquemment posées. Dans le cas contraire,

Plus en détail

ANNEXE IV. Questionnaire sur la gestion des matières résiduelles générées par les industries, commerces et institutions

ANNEXE IV. Questionnaire sur la gestion des matières résiduelles générées par les industries, commerces et institutions ANNEXE IV Questionnaire sur la gestion des matières résiduelles générées par les industries, commerces et institutions QUESTIONNAIRE SUR LA GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES GÉNÉRÉES PAR LES INDUSTRIES,

Plus en détail

Ce règlement sur les taxes et compensations pour l année 2010 est une continuité du budget adopté par le Conseil.

Ce règlement sur les taxes et compensations pour l année 2010 est une continuité du budget adopté par le Conseil. PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE SHAWINIGAN Règlement SH-290 Règlement sur les taxes et compensations pour l année 2010 Note explicative Ce règlement sur les taxes et compensations pour l année 2010 est une

Plus en détail

REGLEMENT NUMÉRO 214-2012 CONCERNANT LA COLLECTE ET LE TRANSPORT DES MATIÈRES RÉSIDUELLES RÈGLEMENT REFONDU À JOUR AU 4 OCTOBRE 2013

REGLEMENT NUMÉRO 214-2012 CONCERNANT LA COLLECTE ET LE TRANSPORT DES MATIÈRES RÉSIDUELLES RÈGLEMENT REFONDU À JOUR AU 4 OCTOBRE 2013 PROVINCE DE QUÉBEC M.R.C. DES LAURENTIDES MUNICIPALITÉ DE SAINT-FAUSTIN-LAC-CARRÉ REGLEMENT NUMÉRO 214-2012 CONCERNANT LA COLLECTE ET LE TRANSPORT DES MATIÈRES RÉSIDUELLES RÈGLEMENT REFONDU À JOUR AU 4

Plus en détail

RÈGLEMENT CONCERNANT LA COLLECTE DES MATIÈRES RÉSIDUELLES ET L UTILISATION DU SITE DE L ÉCO-CENTRE

RÈGLEMENT CONCERNANT LA COLLECTE DES MATIÈRES RÉSIDUELLES ET L UTILISATION DU SITE DE L ÉCO-CENTRE Règlement 2010-497 PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE LA PAROISSE DU LAC-AUX-SABLES RÈGLEMENT CONCERNANT LA COLLECTE DES MATIÈRES RÉSIDUELLES ET L UTILISATION DU SITE DE L ÉCO-CENTRE CONSIDÉRANT QUE CONSIDÉRANT

Plus en détail

Présentation des nouveaux véhicules de collecte et point sur le nouveau service, deux mois après son lancement

Présentation des nouveaux véhicules de collecte et point sur le nouveau service, deux mois après son lancement Dossier de presse 4 décembre 2015 Présentation des nouveaux véhicules de collecte et point sur le nouveau service, deux mois après son lancement www.agglo-limoges.fr Contact presse - Hélène VALLEIX Communauté

Plus en détail

Usine de biométhanisation des matières résiduelles organiques (déchets des vivants)

Usine de biométhanisation des matières résiduelles organiques (déchets des vivants) Usine de biométhanisation des matières résiduelles organiques (déchets des vivants) Société d économie mixte de Rivière-du-Loup (SÉMER) créée en octobre 2009 Obligation réduire déchets enfouis Cadre réglementaire

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE MATAWINIE MUNICIPALITÉ DE SAINT-DONAT. Règlement 15-895

PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE MATAWINIE MUNICIPALITÉ DE SAINT-DONAT. Règlement 15-895 PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE MATAWINIE MUNICIPALITÉ DE SAINT-DONAT Règlement 15-895 Règlement régissant l utilisation des services de l écocentre Attendu que la Loi sur les compétences municipales et la Loi

Plus en détail

Expérimentation de l extension des consignes de tri des emballages ménagers en plastique

Expérimentation de l extension des consignes de tri des emballages ménagers en plastique DOSSIER DE PRESSE Expérimentation de l extension des consignes de tri des emballages ménagers en plastique Contact presse Corine BUSSON BENHAMMOU Responsable des relations presse Ville d Angers/Angers

Plus en détail

Étude régionale sur la valorisation des déchets ultimes de la région administrative de l Outaouais. Rencontre du 11 décembre

Étude régionale sur la valorisation des déchets ultimes de la région administrative de l Outaouais. Rencontre du 11 décembre Étude régionale sur la valorisation des déchets ultimes de la région administrative de l Outaouais Rencontre du 11 décembre Plan de la présentation Mise en contexte Encadrement législatif Bilan de gestion

Plus en détail

Recommandations de Gaz Métro

Recommandations de Gaz Métro Recommandations de Gaz Métro 30 juin 2015 Consultation publique - projet de plan métropolitain de gestion des matières résiduelles 2015-2020 30 juin 2015 Document présenté à la Communauté Métropolitaine

Plus en détail

Province de Québec Municipalité de Fassett RÈGLEMENT 2015-09. Résolution 2015-04-070

Province de Québec Municipalité de Fassett RÈGLEMENT 2015-09. Résolution 2015-04-070 Province de Québec Municipalité de Fassett RÈGLEMENT 2015-09 Résolution 2015-04-070 Adoption du règlement numéro 2015-09 relatif aux politiques de cueillette des ordures ménagères, des matières recyclables,

Plus en détail

Table des matières. Introduction 3. Qu est-ce qu un événement écoresponsable? 4. Gestion des matières résiduelles 6

Table des matières. Introduction 3. Qu est-ce qu un événement écoresponsable? 4. Gestion des matières résiduelles 6 Table des matières Introduction 3 Qu est-ce qu un événement écoresponsable? 4 Gestion des matières résiduelles 6 Astuces pour bien gérer les matières résiduelles 7 Transport 8 Alimentation et vaisselle

Plus en détail

INTRODUCTION. Arrêté no. 24 1/20

INTRODUCTION. Arrêté no. 24 1/20 INTRODUCTION Le plan d aménagement municipal se veut l'outil de travail de premier ordre qui permettra au village de Maisonnette de mieux planifier la façon dont va s'orienter le développement au cours

Plus en détail

PROJET DE PLAN DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES 2012-2017 SOMMAIRE DES RÉSULTATS D UN SONDAGE D OPINION SYNTHÈSE DES RÉSULTATS DU SONDAGE

PROJET DE PLAN DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES 2012-2017 SOMMAIRE DES RÉSULTATS D UN SONDAGE D OPINION SYNTHÈSE DES RÉSULTATS DU SONDAGE PROJET DE PLAN DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES 2012-2017 SOMMAIRE DES RÉSULTATS D UN SONDAGE D OPINION SYNTHÈSE DES RÉSULTATS DU SONDAGE LE 16 JANVIER 2013 MISE EN CONTEXTE ET MÉTHODOLOGIE DU SONDAGE

Plus en détail

Guide d accompagnement du

Guide d accompagnement du Guide d accompagnement du Plan de la présentation Mise en contexte Le nouveau règlement-cadre Tronc commun du règlement Performance des programmes Produits visés 2 Mise en contexte Qu est-ce que la responsabilité

Plus en détail

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR Taille et structure de l industrie Livraisons et commerce international Production Ressources humaines Recherche et développement Développement durable PRINCIPALES

Plus en détail

Faire af faire. avec Hydro-Québec

Faire af faire. avec Hydro-Québec Faire af faire avec Hydro-Québec Sommaire Mot de la directrice Acquisition... 1 Introduction... 2 Règles d éthique d Hydro-Québec... 3 La qualité à Hydro-Québec... 3 Processus d acquisition de biens et

Plus en détail

Solutions de gestion pour l environnement

Solutions de gestion pour l environnement Solutions de gestion pour l environnement Gamme complète de logiciels et de services d intégration Les Logiciels Maximum et l environnement Les Logiciels Maximum fournissent des logiciels et des services

Plus en détail

2014 DPE 1041 Avis sur le rapport annuel 2013 sur le prix et la qualité du service public de gestion des déchets à Paris. PROJET DE DÉLIBÉRATION

2014 DPE 1041 Avis sur le rapport annuel 2013 sur le prix et la qualité du service public de gestion des déchets à Paris. PROJET DE DÉLIBÉRATION Direction de la Propreté et de l Eau 2014 DPE 1041 Avis sur le rapport annuel 2013 sur le prix et la qualité du service public de gestion des déchets à Paris. PROJET DE DÉLIBÉRATION EXPOSÉ DES MOTIFS La

Plus en détail

EFFORT COLLECTIF À LA MRC DE JOLIETTE

EFFORT COLLECTIF À LA MRC DE JOLIETTE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Pour diffusion immédiate EFFORT COLLECTIF À LA MRC DE JOLIETTE AFIN DE RÉDUIRE NOS DÉCHETS RÉAMÉNAGEMENT COMPLET DES COLLECTES DES MATIÈRES RÉSIDUELLES PAR LA MRC DE JOLIETTE EN 2016

Plus en détail

Enfouissement et récupération Bilan 2013. Christian Noël, dga

Enfouissement et récupération Bilan 2013. Christian Noël, dga Enfouissement et récupération Bilan 2013 Christian Noël, dga 1. Présentation de la MRC 2. Chronologie de la prise en charge de la gestion des matières résiduelles 3. Tonnage des matières résiduelles enfouies

Plus en détail

Bilan des projets-pilote 2010

Bilan des projets-pilote 2010 atineau, le xx novembre 2010 Implantation de la collecte des matières compostables dans les écoles et centres de petite enfance Bilan des projets-pilote 2010 Réalisé par Azoulay Delphine, chargée de projets

Plus en détail

L adoption d une politique d économie d eau potable a été identifiée comme un moyen efficace pour réduire la consommation d eau potable.

L adoption d une politique d économie d eau potable a été identifiée comme un moyen efficace pour réduire la consommation d eau potable. POLITIQUE D ÉCONOMIE DE L EAU POTABLE OBJECTIFS 1. Objectif général À l automne 2002, le Québec s est donné une politique de l eau afin d assurer la protection de cette ressource unique, de gérer l eau

Plus en détail

Les centres de valorisation des matières organiques Un projet novateur pour une ville toujours plus verte

Les centres de valorisation des matières organiques Un projet novateur pour une ville toujours plus verte Les centres de valorisation des matières organiques Un projet novateur pour une ville toujours plus verte Présentation - Secteur ouest de l agglomération par la Ville de Québec Juin 2011 1 Description

Plus en détail

GESTION DES DECHETS. Des déchets d activités aux déchets ménagers

GESTION DES DECHETS. Des déchets d activités aux déchets ménagers GESTION DES DECHETS Des déchets d activités aux déchets ménagers Un déchet Qu est-ce que c est? Tout résidu d un processus de production, de transformation ou d utilisation; toute substance, matériau,

Plus en détail

Québec, le 6 novembre 2012

Québec, le 6 novembre 2012 Québec, le 6 novembre 2012 1 L'aquaresponsabilité municipale Une approche intégrée Englobe toutes les actions réalisées par une ville Pour garantir : la gestion responsable de la ressource eau sur son

Plus en détail

Rapport de caractérisation des matières résiduelles

Rapport de caractérisation des matières résiduelles 1 CSSS Cléophas-Claveau CLSC du Fjord (La Baie) des matières résiduelles Chargée de projets : Carine Blenny 397, rue Racine Est, C.P. 816, Chicoutimi (Qc) G7H 5E8 Téléphone: 418.545.9245 Télécopieur: 418.545.6767

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 2014-06 CONCERNANT LA CUEILLETTE ET LA DISPOSITION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES ET REMPLAÇANT LE RÈGLEMENT 21-2010

RÈGLEMENT NUMÉRO 2014-06 CONCERNANT LA CUEILLETTE ET LA DISPOSITION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES ET REMPLAÇANT LE RÈGLEMENT 21-2010 RÈGLEMENT NUMÉRO 2014-06 CONCERNANT LA CUEILLETTE ET LA DISPOSITION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES ET REMPLAÇANT LE RÈGLEMENT 21-2010 CONSIDÉRANT que le conseil juge, à propos de revoir la règlementation sur

Plus en détail

DÉVELOPPEMENT DURABLE. de la Commission des champs de bataille nationaux. Novembre 2010

DÉVELOPPEMENT DURABLE. de la Commission des champs de bataille nationaux. Novembre 2010 POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE de la Commission des champs de bataille nationaux Novembre 2010 Commission des champs de bataille nationaux / The National Battlefields Commission 390, avenue de Bernières,

Plus en détail

LIVRE DES RÈGLEMENTS EXTRAIT CONFORME DU PROCÈS-VERBAL MUNICIPALITÉ DE SAINTE-ANNE-DE-LA-POCATIÈRE

LIVRE DES RÈGLEMENTS EXTRAIT CONFORME DU PROCÈS-VERBAL MUNICIPALITÉ DE SAINTE-ANNE-DE-LA-POCATIÈRE RÈGLEMENT N 315 RÈGLEMENT RELATIF À LA COLLECTE DES MATIÈRES RÉSIDUELLES (DÉCHETS, MATIÈRES RECYCLABLES, MATIÈRES ORGANIQUES) ATTENDU QUE la municipalité de Sainte-Anne-de-la-Pocatière est une municipalité

Plus en détail

Synthèse du Programme Local de Prévention des Déchets de Chartres Métropole

Synthèse du Programme Local de Prévention des Déchets de Chartres Métropole Synthèse du Programme Local de Prévention des Déchets de Chartres Métropole Il n y a pas de petits gestes, si nous sommes 125 000 à les faire! PRÉAMBULE "La prévention de la production de déchets est l

Plus en détail

Ce règlement sur les taxes et compensations pour l année 2012 est une continuité du budget adopté par le Conseil.

Ce règlement sur les taxes et compensations pour l année 2012 est une continuité du budget adopté par le Conseil. PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE SHAWINIGAN Règlement SH-391 Règlement sur les taxes et compensations pour l année 2012 Note explicative Ce règlement sur les taxes et compensations pour l année 2012 est une

Plus en détail

POLITIQUE MUNICIPALE

POLITIQUE MUNICIPALE POLITIQUE MUNICIPALE POLITIQUE NUMÉRO : OBJET : ENV-2011-001 Utilisation et gestion du Fonds vert DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 31 mai 2011 RÉS. N O. : CM-2011-496 DATE DE RÉVISION : RÉS. N O. : SERVICE :

Plus en détail

Questionnaire sur la Gestion des matières résiduelles dans les industries, commerces et institutions (ICI) de la MRC de Lotbinière

Questionnaire sur la Gestion des matières résiduelles dans les industries, commerces et institutions (ICI) de la MRC de Lotbinière Questionnaire sur la Gestion des matières résiduelles dans les industries, commerces et institutions (ICI) de la MRC de Lotbinière Modification si besoin Nom établissement : Nom responsable : Téléphone

Plus en détail

DOCUMENT DE PRÉSENTATION PROJET DE PLAN MÉTROPOLITAIN DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES (PMGMR) 2016-2021 DE LA COMMUNAUTÉ MÉTROPOLITAINE DE QUÉBEC

DOCUMENT DE PRÉSENTATION PROJET DE PLAN MÉTROPOLITAIN DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES (PMGMR) 2016-2021 DE LA COMMUNAUTÉ MÉTROPOLITAINE DE QUÉBEC DOCUMENT DE PRÉSENTATION PROJET DE PLAN MÉTROPOLITAIN DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES (PMGMR) 2016-2021 DE LA COMMUNAUTÉ MÉTROPOLITAINE DE QUÉBEC (RIVE NORD) TABLE DES MATIÈRES 1 Un grand projet pour

Plus en détail

La Vie d'ange Vol.12_mars

La Vie d'ange Vol.12_mars La Vie d'ange Vol.12_mars 2013 Les 3 RV à l œuvre pour réduire la taille de la poubelle Réduction à la source Réemploi www.mrcroussillon.qc.ca Candiac Châteauguay Delson La Prairie Léry Mercier Saint-Constant

Plus en détail

JEUNE CONSEIL DE MONTREAL XXVIII e ÉDITION

JEUNE CONSEIL DE MONTREAL XXVIII e ÉDITION JEUNE CONSEIL DE MONTREAL XXVIII e ÉDITION Règlement no. 2015-01 : Règlement sur les stationnements et la mobilité urbaine PRÉSENTATION Présenté par Madame Marie-Eve Dostie, membre du comité exécutif,

Plus en détail

GAZIFÈRE UNE «ENTREPRISE CITOYENNE»

GAZIFÈRE UNE «ENTREPRISE CITOYENNE» GAZIFÈRE UNE «ENTREPRISE CITOYENNE» MÉMOIRE SUR LE PROJET DE POLITIQUE ENVIRONNEMENTALE DE LA VILLE DE GATINEAU PRÉSENTÉ À LA COMMISSION CONSULTATIVE PAR GAZIFÈRE LE 20 MAI 2008 INTRODUCTION Au Québec,

Plus en détail

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE PLN D CTION DE DÉVELOPPEMENT DURBLE Mars 2016 PLN D CTION DE DÉVELOPPEMENT DURBLE 2015-2020 vant-propos Mot du président-directeur général Institution publique à vocation commerciale, la Société du Palais

Plus en détail

Radars photographiques et surveillance aux feux rouges

Radars photographiques et surveillance aux feux rouges ASSOCIATION DES TRANSPORTS DU CANADA Radars photographiques et surveillance aux feux rouges CATÉGORIE : INGÉNIERIE EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE Au début des années 2000, le gouvernement du Québec avait envisagé

Plus en détail

AVIS DE PRÉSENTATION DONNÉ LE 13 NOVEMBRE 2006 RÈGLEMENT ADOPTÉ LE..15 JANVIER 2007 AVIS DE PROMULGATION DONNÉ LE.2 FÉVRIER 2007

AVIS DE PRÉSENTATION DONNÉ LE 13 NOVEMBRE 2006 RÈGLEMENT ADOPTÉ LE..15 JANVIER 2007 AVIS DE PROMULGATION DONNÉ LE.2 FÉVRIER 2007 PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-UBALDE MRC DE PORTNEUF RÈGLEMENT NUMÉRO 177 AYANT POUR OBJET DE RÉGLEMENTER LA VIDANGE DES FOSSES SEPTIQUES ET DES FOSSES DE RÉTENTION ET LA GESTION DES BOUES DE

Plus en détail

Province de Québec MRC de Drummond Paroisse de Sainte-Brigitte-des-Saults

Province de Québec MRC de Drummond Paroisse de Sainte-Brigitte-des-Saults Province de Québec MRC de Drummond Paroisse de Sainte-Brigitte-des-Saults Règlement no. 405/2015 Pour fixer les taux de taxes pour l exercice financier 2016 et les conditions de perception ATTENDU le contenu

Plus en détail

Critères de choix et enjeux Collecte et compostage des matières organiques

Critères de choix et enjeux Collecte et compostage des matières organiques Critères de choix et enjeux Collecte et compostage des matières organiques Françoise Forcier, ing., agr., M.Ing. fforcier@solinov.com 450.348.5693 Rencontre AOMGMR 7 décembre 2007 PLAN DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

Évolution des 48 pistes d action Forum citoyen 2013 et 2014

Évolution des 48 pistes d action Forum citoyen 2013 et 2014 Évolution des 48 pistes d action Forum citoyen 2013 et 2014 Sphère Votes 2013 Votes 2014 Avancement Suivi Stratégie No 1 : Protéger l eau potable et les eaux de baignade (Petite Floride, rivières Bécancour

Plus en détail

PROGRAMME DE VÉRIFICATION DES AVERTISSEURS DE FUMÉE

PROGRAMME DE VÉRIFICATION DES AVERTISSEURS DE FUMÉE PROGRAMME DE VÉRIFICATION DES AVERTISSEURS DE FUMÉE Janvier 2014 AVANT-PROPOS Vous trouverez dans ce document les grandes lignes qui permettront de clarifier les procédures qui sont mises en place pour

Plus en détail

Municipalité de Saint-Anicet. Plan d orientation stratégique et sa mise en œuvre années 2015-2018

Municipalité de Saint-Anicet. Plan d orientation stratégique et sa mise en œuvre années 2015-2018 Municipalité de Saint-Anicet Plan d orientation stratégique et sa mise en œuvre années 2015-2018 Les priorités Agir avec dynamisme dans la gestion des affaires de la Municipalité et obtenir des services

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 122-2009 CONCERNANT LA PRÉVENTION EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ INCENDIE

RÈGLEMENT NUMÉRO 122-2009 CONCERNANT LA PRÉVENTION EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ INCENDIE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE COOKSHIRE-EATON RÈGLEMENT NUMÉRO 122-2009 CONCERNANT LA PRÉVENTION EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ INCENDIE ATTENDU que la Ville de Cookshire-Eaton doit, en respect de son plan

Plus en détail

Guide du demandeur Mis à jour le 12 novembre 2015

Guide du demandeur Mis à jour le 12 novembre 2015 PROGRAMME DE RÉCUPÉRATION HORS FOYER Programme d aide financière pour la récupération des matières recyclables générées hors foyer Guide du demandeur Mis à jour le 12 novembre 2015 1. Description du programme

Plus en détail

DOSSIER PRESSE. Nouvelle signalétique et double certification pour les déchèteries communautaires 12 mars 2012 CONTACT PRESSE

DOSSIER PRESSE. Nouvelle signalétique et double certification pour les déchèteries communautaires 12 mars 2012 CONTACT PRESSE DOSSIER PRESSE Nouvelle signalétique et double certification pour les déchèteries communautaires 12 mars 2012 CONTACT PRESSE Muriel JARDRI Chargée de Communication Limoges Métropole 05 55 45 79 19 muriel_jardri@agglo-limoges.fr

Plus en détail

Mise en place d un programme de vidange systématique des installations septiques dans la MRC de Drummond

Mise en place d un programme de vidange systématique des installations septiques dans la MRC de Drummond Mise en place d un programme de vidange systématique des installations septiques dans la MRC de Drummond Journée d information sur l eau, 23 mars 2016, Victoriaville Plan de la présentation 1 - Présentation

Plus en détail

Rapport de caractérisation des matières résiduelles

Rapport de caractérisation des matières résiduelles 1 CSSS Cléophas-Claveau Centre d hébergement de Bagotville (La Baie) des matières résiduelles Chargée de projets : Carine Blenny 397, rue Racine Est, C.P. 816, Chicoutimi (Qc) G7H 5E8 Téléphone: 418.545.9245

Plus en détail

Centre. Formation. Acteurs. Locaux. Ouagadougou. Ouagadougou du 21 au 25 Février 2010

Centre. Formation. Acteurs. Locaux. Ouagadougou. Ouagadougou du 21 au 25 Février 2010 Centre Formation Acteurs Locaux Modèles de coopération publique - privée pour la gestion des déchets urbains --- Martin Yelkouni Université Senghor d Alexandrie Louis-Edouard Pouget Grand Lyon Ouagadougou

Plus en détail

Association des fournisseurs de l industrie de la Santé du Québec

Association des fournisseurs de l industrie de la Santé du Québec Association des fournisseurs de l industrie de la Santé du Québec DANS LA PROPOSITION D APPROVISIONNEMENTS-MONTRÉAL DE MODIFIER LE MODÈLE ACTUEL D APPROVISIONNEMENT EN PRODUITS MÉDICAUX ET CHIRURGICAUX

Plus en détail

Consultation publique sur l élaboration d un programme particulier d urbanisme (PPU) pour le secteur d emplois du Plateau Est

Consultation publique sur l élaboration d un programme particulier d urbanisme (PPU) pour le secteur d emplois du Plateau Est Consultation publique sur l élaboration d un programme particulier d urbanisme (PPU) pour le secteur d emplois du Plateau Est Mémoire présenté par la Société de transport de Montréal 3 FÉVRIER 2015 TABLE

Plus en détail

RÈGLEMENT N O 1723 RÈGLEMENT N O 1723 DÉCRÉTANT LES DIVERSES TAXES, IMPOSITIONS ET COMPENSATIONS POUR L EXERCICE FINANCIER 2016

RÈGLEMENT N O 1723 RÈGLEMENT N O 1723 DÉCRÉTANT LES DIVERSES TAXES, IMPOSITIONS ET COMPENSATIONS POUR L EXERCICE FINANCIER 2016 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE LAC-MÉGANTIC RÈGLEMENT N O 1723 RÈGLEMENT N O 1723 DÉCRÉTANT LES DIVERSES TAXES, IMPOSITIONS ET COMPENSATIONS POUR L EXERCICE FINANCIER 2016 ATTENDU QUE l avis de présentation

Plus en détail

LeSoleilSurMonOrdi.ca - Le Soleil - 17 octobre 2015 - Fini la «psychose du bac brun» http://lesoleil.newspaperdirect.com/epaper/showarticle.aspx?article=3e8277c7-d01e-45fb... Page 1 sur 2 17 octobre 2015

Plus en détail

Conférence de presse LUNDI 30 JUIN 2014

Conférence de presse LUNDI 30 JUIN 2014 Conférence de presse LUNDI 30 JUIN 2014 SOMMAIRE Communiqué de presse Page 3 Le contexte de la gestion des déchets sur le territoire du TCO.. Page 5 Les nouveaux services de proximité mis en place par

Plus en détail

Mémoire de l ARPE-Québec

Mémoire de l ARPE-Québec Mémoire de l ARPE-Québec Présenté à la dans le cadre du Projet de plan métropolitain de gestion des matières résiduelles 2015 2020 Septembre 2015 I Table des matières 1. Introduction... 1 2. À propos

Plus en détail

EXTRAIT du procès-verbal de la séance ordinaire du conseil d agglomération des Îles-de-la-Madeleine tenue le 11 mars 2014, à la mairie

EXTRAIT du procès-verbal de la séance ordinaire du conseil d agglomération des Îles-de-la-Madeleine tenue le 11 mars 2014, à la mairie Direction du greffe EXTRAIT du procès-verbal de la séance ordinaire du conseil d agglomération des Îles-de-la-Madeleine tenue le mars 204, à la mairie RÈGLEMENT NUMERO A-204-0 d imposition décrétant les

Plus en détail

ARTICLE2 : DÉFINITION DES DECHETS MENAGERS ET ASSIMILABLES

ARTICLE2 : DÉFINITION DES DECHETS MENAGERS ET ASSIMILABLES RÈGLEMENT DU SERVICE DE COLLECTE ET DE TRAITEMENT DES DECHETS 1 ARTICLE 1 : PRÉAMBULE Les prescriptions du présent règlement sont applicables à l usager effectif du service, notamment à toute personne

Plus en détail

Autres recettes de sources locales

Autres recettes de sources locales SÉANCE SPÉCIALE DU 22 DÉCEMBRE 2014 Procès-verbal de la séance spéciale du conseil de la municipalité de Saint-Ferdinand, tenue le 22 décembre 2014, à 19 heures, à la salle du conseil, 821 rue Principale.

Plus en détail

PREVENTION DES BIO DECHETS PAR LES PRODUCTEURS NON-MENAGERS

PREVENTION DES BIO DECHETS PAR LES PRODUCTEURS NON-MENAGERS PREVENTION DES BIO DECHETS PAR LES PRODUCTEURS NON-MENAGERS Le Compostage en restauration collective Nom de l initiative : Développement et accompagnement du compostage dans les lieux de restauration collective

Plus en détail

Mémoire déposé à l Office de consultation publique de Montréal

Mémoire déposé à l Office de consultation publique de Montréal Mémoire déposé à l Office de consultation publique de Montréal Dans le cadre des consultations publiques sur des projets de règlements autorisant la construction et l occupation de quatre centres de traitement

Plus en détail

et Valorisation des déchets

et Valorisation des déchets Animations Prévention et Valorisation des déchets Année scolaire 2015 2016 Nos enjeux liés à la réduction des déchets La réduction des déchets représente aujourd hui un véritable enjeu environnemental

Plus en détail

Dans le présent règlement, les mots et expressions suivantes signifient :

Dans le présent règlement, les mots et expressions suivantes signifient : 5.1 LA PRÉPARATION, LA COLLECTE ET LA DISPOSITION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES 5.1.1 Définitions Dans le présent règlement, les mots et expressions suivantes signifient : 1) Bac à récupération L expression

Plus en détail

Guide pour la production du plan d action annuel à l égard. handicapées

Guide pour la production du plan d action annuel à l égard. handicapées Guide pour la production du plan d action annuel à l égard des personnes handicapées à l intention des ministères, des organismes publics et des municipalités Document synthèse Édition 2011 RÉDACTION Mike

Plus en détail