économie solidaire déchets entreprises réemploi collectivités

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "économie solidaire déchets entreprises réemploi collectivités"

Transcription

1 économie solidaire déchets entreprises réemploi collectivités

2 La «ressourcerie» ou «recyclerie», nouvel outil de gestion des déchets page 3 Les expériences en cours Ressourceries et Recycleries du Nord-Pas-de-Calais et de Picardie page 7 Le «Réseau des Recycleries et Ressourceries». page 16 Comparaisons avec les Pays Bas, la Flandre, le Québec, la Wallonie. page 17 Ressourceries et Recycleries répondent-elles aux enjeux d une gestion durable des déchets? page 20 Le réemploi comme «indicateur de qualité» d une démarche de développement durable? page 30 Avertissement : la rédaction fait parfois appel à certains principes énoncés par le Cerdd dans son guide «15 principes pour l action», disponible gratuitemenyt au centre ou téléchargeable sur Rien ne se perd Bousiers et Bernard lhermitte recyclent et récupèrent. Le premier fait siens les déchets des autres et «féconde» le territoire. L autre trouve toujours où habiter à moindre coût.

3 L E mot «Ressourcerie» vient du Québec, inventif au plan linguistique, pionnier en matière d économie sociale. Celui de «Recyclerie» a été forgé par les Ateliers de la Bergerette à Beauvais. Dans les deux cas, les déchets sont vus comme des ressources à valoriser. Face au volume croissant de déchets (les déchets ménagers ont été multipliés par trois en 25 ans) et aux répercussions sensibles sur l environnement et la fiscalité, communes et intercommunalités s efforcent de répondre par une gestion globale et décentralisée. Ressourceries et Recycleries viennent s inscrire dans cette chaîne de gestion des déchets, proposent des solutions nouvelles pour l élimination des déchets ménagers encombrants et de certains DIB (Déchets Industriels Banals). Elles viennent compléter les déchetteries existantes, ou s articuler avec les nouvelles. A la fonction de récupération, de transformation d objets, de réparation et de revente à des particuliers, elles joignent de la sensibilisation et de l éducation, voire de la formation et du conseil, ainsi que des activités de collecte spécifique, de revente à des filières de recyclage Diverses parce qu adaptées aux systèmes d acteurs locaux, leur souplesse fait leur force. Ce qui fonde leur unité certaine, c est à la fois leur «cœur de métier», centré sur le réemploi de déchets et la sensibilisation citoyenne, et leur démarche d économie solidaire. Ressourceries et recycleries >> Page 3

4 Initiatives collectives locales, aux statuts d association «Loi de 1901» ou de coopérative (certaines se transforment actuellement en Société Coopératives d Intérêt Collectif), elles conjuguent trois vocations : une vocation de «service public» de collecte et de traitement de déchets, d information qui fait (ou devrait faire) l'objet de contractualisations avec les politiques publiques, une vocation «d'insertion sociale et professionnelle», elle aussi pouvant être contractualisée, une vocation «commerciale», de vente de produits ou de services aux particuliers, aux collectivités ou aux entreprises. L originalité de leur démarche économique solidaire tient au caractère indissociable de ces trois fonctions, qui «fait sens». Elle construisent leur développement commercial pour conforter leur viabilité économique, mais se veulent en même temps rentables aux plans social et environnemental. Elles travaillent «sur mesure» au niveau du territoire. Or, dans le domaine du déchet, les solutions mécanisées et de masse dominent. Les traitements quantitatifs conviennent aux groupes marchands du déchet, limités dans leurs mouvements par la rentabilité financière escomptée par leurs actionnaires (qui peuvent les quitter au gré du marché boursier). Les collectivités publiques, qui réalisent des investissements importants, donnent également la priorité au volume de déchets à traiter dans l incinérateur, dans le centre de compostage, et délaissent certaines préoccupations qui finissent cependant par émerger. Pour sa part, la démarche d économie solidaire se révèle pertinente pour assurer des services plus individualisés et diversifiés, dans des domaines où la qualité de la prestation dépend de la participation des citoyens, des commerçants, des consommateurs Elle affiche donc sa double originalité (métiers nouveaux du réemploi et démarche entrepreneuriale différente) et sa complémentarité avec les autres initiatives publiques et marchandes. Cet investissement du créneau du réemploi par des entreprises sociales, en lien étroit avec les politiques publiques, a été plus rapide aux Pays bas et en Flandre belge, au Québec. Dans ces pays, les politiques sont très volontaristes dans la filière, se fixent des objectifs pluriannuels, affichent des crédits d appui et contractualisent leur partenariat avec l économie sociale. La France est à un tournant en la matière Les Conseils régionaux et les deux ADEME Nord-Pasde-Calais et Picardie ont soutenu ces dernières années des expérimentations fructueuses, appuyé la création d un réseau de Ressourceries et Recycleries, sensibilisé les collectivités territoriales à l intérêt de ce nouvel outil, joué ainsi un rôle pionnier au niveau national. Au moment où les objectifs décennaux fixés par la Loi de 1992 sont arrivés à échéance, en juillet 2002, on peut espérer que le bilan de ces premières Ressourceries et Recycleries aura une traduction dans l élaboration prévue d une nouvelle Loi. Pour renforcer la place du réemploi dans une gestion globale du déchet, pour conforter le dialogue entre toutes les parties prenantes des Ressourceries et Recycleries à l échelle d un territoire, une «culture commune» de développement durable est précieuse. On examinera ici en quoi Ressourceries et Recycleries répondent aux principes du développement durable, vérifiant l hypothèse qu elles en constituent des «bonnes traductions pratiques». Pour ce faire, on partira d une présentation des unités du Nord Pas de Calais et de Picardie (page 7), de leur «Réseau», puis d une comparaison avec d autres pays. On analysera ensuite la filière à partir des enjeux d une «gestion durable des déchets» (Cf. page 20). Ressourceries et recycleries >> Page 4

5 Les déchets gérés par les collectivités locales? La Loi du 15 juillet 1975 définit le déchet comme ceci : «tout résidu d un processus de production, de transformation ou d utilisation, toute substance, matériau, produit ou plus généralement tout bien meuble abandonné ou que son détenteur destine à l abandon». Elle définit ainsi le principe «pollueur-payeur»: «Toute personne qui produit ou détient des déchets, dans des conditions de nature à porter atteinte à la santé de l homme et à l environnement, est tenue d en assurer ou d en faire assurer l élimination, dans des conditions propres à éviter les nuisances». Les producteurs de déchets sont donc responsables de leur élimination. La Loi transfère sur les communes la responsabilité des déchets des ménages, et, par extension, si elle le souhaite, celle des déchets des artisans et commerçants, déchets industriels banals (jusqu à une limite de volume). Les collectivités locales sont donc responsables de la «collecte et de l élimination des déchets des ménages et des espaces publics». Elles peuvent confier l exécution des opérations de collecte ou de traitement à des sociétés privées, mais elles en conservent la responsabilité. De quels déchets s agit il? Des déchets ménagers : «ordures ménagères» et déchets «encombrants» Des déchets issus de l activité des Services municipaux (espaces verts, bâtiments publics, nettoiement, assainissement ). Certains déchets non ménagers, venant des commerçants et artisans, en quantité faible et d une nature comparable à celle des ménages, les «déchets assimilés». En principe, les déchets des entreprises ou des administrations sont à leur charge, elles doivent payer une redevance spéciale à la collectivité si elles utilisent ses services. Toutes les communes et intercommunalités n ont cependant pas encore adopté cette redevance spéciale. Et dans la pratique, il est parfois difficile de distinguer certains de ces déchets des Ordures Ménagères. Le gisement des déchets municipaux est évalué dans les données disponibles de 2001 à 47 millions de tonnes. Il se décompose ainsi : déchets des ménages : 28 millions de tonnes, dont 6 millions de tonnes d «encombrants et déchets verts» et 22 millions d «Ordures Ménagères» (OM) au sens strict. «Déchets assimilés» : 5 millions des Déchets Industriels Banals (DIB) collectés avec les déchets des ménages. Déchets des collectivités : 14 millions de tonnes, dont 1 million de tonnes de déchets verts, 4 millions de tonnes de déchets de voirie et marchés, 9 millions de tonnes de boues des stations d épuration, en poids brut. De 1990 à 1999, la dépense relative aux déchets gérés par les municipalités a progressé de 6 % par an pour atteindre 4,3 milliards d euros en La production d Ordures Ménagères au sens strict (hors déchets non ménagers collectés par les collectivités) était, en 1998, d un peu plus d un kilogramme par habitant et par jour. Source. Les données chiffrées sont issues de «L environnement en France». Rapport de l IFEN, Institut Français de l Environnement, édition de Ressourceries et recycleries >> Page 5

6 Ressourceries et recycleries >> Page 6 les expériences en cours

7 Les unités de réemploi du Nord-Pas-de-Calais et de Picardie La «Ressourcerie» des Weppes, Communauté Urbaine de Lille La création de l entreprise. La Ressourcerie de Marquillies, première de l agglomération lilloise, est un projet porté par ADELIES, Association pour le Développement de l Emploi Local et des Initiatives d Economie Solidaire. Le Conseil d Administration de cette association est composé d élus locaux, d acteurs liées à l emploi et à la formation, d entreprises intervenant dans le traitement du déchet : Esterra, Triselec, Elise. Il est présidé par l élu local représentant la commune de Marquillies à la Communauté Urbaine. Son Président, Pascal Peperstraete, Conseiller municipal de Marquillies était «à la recherche d activités économiques insérantes» dans ce territoire miurbain, mi-rural du Sud-Ouest de la métropole lilloise. Il a participé en 1999 à un voyage d études au Québec pour un premier bilan du «Chantier de l Economie sociale» en matière Ressourceries et recycleries >> Page 7

8 de gestion des déchets. Il en est revenu convaincu de l opportunité de créer une Ressourcerie dans sa commune. La conjoncture était favorable. La Communauté Urbaine lançait son Appel d Offres pour la création d une nouvelle déchetterie à Marquillies et imposait dans son Cahier des Charges un taux de valorisation matière important. Un terrain et un hangar industriel étaient disponibles à proximité immédiate de cette installation communautaire et son propriétaire acceptait un bail commercial. Plusieurs acteurs des Weppes se révèlaient réceptifs. Paul Deffontaine, Vice Président de la Communauté Urbaine en charge des déchets, était ouvert à l expérimentation. Des négociations se sont engagées avec le titulaire du Marché, Esterra (anciennement TRU), sous l égide de la Communauté urbaine. Elles ont abouti à ce que la gestion de la déchetterie par Esterra se fasse en partenariat avec la Ressourcerie, en vue d une amélio- ration du tri des déchets et de leur valorisation. A l inauguration de la déchetterie, le Président de Lille Métropole Communauté Urbaine a pu saluer également la naissance de la Ressourcerie. Pour une déchetterie, le rayon d activité étant évalué à un équivalent de 15 minutes en voiture, la zone de chalandise de la Ressourcerie s est centrée de la même façon sur les onze communes voisines : Don, Fournes, Hantay, Herlies, Illies, La Bassée, Marquillies, Sainghin, Salomé, Wavrin, Wicres. Soit environ habitants au total. Les quatre fonctions de la «Ressourcerie» D abord la collecte, par apport volontaire, et à domicile. La collecte de déchets encombrants réemployables s effectue de deux façons : des citoyens sensibilisés déposent directement des objets à la Ressourcerie. Anecdotique pour l instant, la chose progresse. Surtout, la Ressourcerie participe à la gestion de la déchetterie voisine. Trois de ses salariés, sous la responsabilité d un encadrant d Esterra, y accueillent les usagers, les orientent vers les différents bacs, estiment la valorisation possible des objets, en isolent les éléments réemployables et les déposent dans un local marqué du sigle Ressourcerie. Le camion de la Ressourcerie récupère les objets triés, pour environ 50 tonnes en Le stockage est organisé sur la Ressourcerie, même si des investissements complémentaires sont nécessaires sur ce plan. Cette sous-traitance partielle consentie par Esterra (filiale de Vivendi et Suez), avec l aval de Lille Métropole Communauté Urbaine (LMCU), constitue un atout du projet. Elle est contractualisée pour cinq ans avec LMCU (en parallèle au contrat de concession établi avec Esterra à l issue du Marché Public de gestion des déchetteries du territoire), pour un montant de euros par an. En même temps, la Ressourcerie facture à Esterra chaque tonne «évitée», détournée de la déchetterie, un peu moins de 70 euros la tonne. Chez le particulier, la collecte s effectue sur rendezvous, sur la base d un phoning actif. Lors du contact téléphonique, la nature des objets et leur poids estimé sont consignés dans un registre, de même que le jour du rendez-vous. C est l occasion également de sensibiliser aux enjeux environnementaux et de solidarité du projet. Ressourceries et recycleries >> Page 8

9 Cette collecte est gratuite pour l usager. Au total, 120 tonnes sont ainsi récupérées à domicile. Les collectes sont passées de 166 pour la période d octobre 1999 à décembre 2000 à 296 pour la période de janvier à octobre 2001, soit un total de 462 tonnes pour 24 mois. Facturé au coût du marché accordé par la Communauté Urbaine à Esterra pour sa collecte mensuelle des encombrants (déduction faite des coûts d incinération et de mise décharge qu assurent Esterra), ce tonnage pourrait représenter une rentrée importante pour la Ressourcerie. La négociation est en cours. La Ressourcerie dispose de plusieurs atouts. Soustraire une partie des dépôts mensuels sur les trottoirs, pour le moins inesthétiques, est souhaitable. De même que réduire le gâchis de valeur d usage potentielle. Sensibiliser des citoyens, par les appels téléphoniques (une sélection d une centaine par mois) et au contact de «valoristes» motivés, a également son intérêt. Elle pourrait représenter un attrait supplémentaire pour l élimination de certains objets difficiles à transporter en voiture particulière, au moment où les décideurs sont tentés par une suppression de la collecte des encombrants, remplaçable par une incitation à l apport volontaire vers les déchetteries. À voir les files de voitures pleines de sacs en plastiques convergeant à certaines heures vers les «parcs à conteneurs» de la Région Wallonne là où les Intercommunales qui gèrent les déchets en régie publique ont adopté ce système, on peut penser qu un bilan écologique serait bienvenu en aide à la décision. Pour l heure, la mise en place d un numéro vert et d un phoning généralisé, rue par rue, avec une prise de rendez vous pour les «ré-employables» précédant la collecte mensuelle des encombrants, associées naturellement à une rémunération spécifique de la Ressourcerie, apporteraient à l évidence un plus. La remise en état La nature des objets récupérés par la Ressourcerie sont variés : meubles, vaisselle, petit électroménager, outillage, matériaux, vélos Ils sont reconditionnés en atelier et mis en vente. Ceux qui se révèlent inutilisables sont transférés en déchetterie (Esterra accepte le retour gratuit). Plusieurs ateliers fonctionnent : atelier menuiserie pour une remise en état et certaines transformations ; atelier peinture ; atelier de relookage ; atelier électronique pour tester les appareils. Les appareils sont vendus avec un échange garanti en cas de défection. Certains sont démontés et recyclés auprès de la filière industrielle au prix du marché. Dans l ensemble, l activité des ateliers est seconde par rapport aux activités de collecte, de vente et de sensibilisation. La vente Le «plancher de vente» est ouvert tous les samedis. En moyenne, la Ressourcerie reçoit 320 clients par mois, pour l essentiel à Marquillies. Les Boutiques de La Bassée et Bauvin vendent quelques objets exposés, effectuent surtout de la sensibilisation des citoyens au traitement des déchets, ainsi que de l accueil pour d autres services locaux (association intermédaire, CCAS ) et jouent un rôle important pour envoyer des clients à Marquillies. Ressourceries et recycleries >> Page 9

10 Environ euros d objets ont été vendus en 2001, avec une bonne progression, qui s est stabilisée au niveau supérieur en Le chiffre moyen d une facture est de 5 à 6 euros. La moitié du chiffre des ventes est réalisé dans la vaisselle et les petits objets, l autre moitié dans les meubles, l outillage et les matériaux de bricolage. Les ventes d intercalaires et de palettes de bois, expérimentées au début, ont été abandonnées, par manque d initiative commerciale en direction des entreprises concernées et incompatibilité de cohabitation entre les activités sur le site. Sensibilisation et formation La distribution de plaquettes d information au porte à porte, le phoning régulier, la publicité dans les journaux, les opérations de communications du type «portes ouvertes», «marché de Noël» jouent un rôle commercial (il est capital de réduire le temps de stockage pour des raisons d espace et de qualité des produits) mais aussi de sensibilisation (elles sont toutes centrées sur l environnement et l emploi). Pour renforcer le contenu pédagogique de l entreprise, sa liaison avec la communauté locale mobilisée, un chalet de bois va prochainement accueillir, dans de meilleures conditions qu aujourd hui, des groupes scolaires (un jeu de tri est apprécié), des associations, le «groupe parole» du CAL-PACT, etc. autour de 6 ordinateurs (et du logiciel qui a été créé par l équipe), pour évoquer le déchet, l environnement La Ressourcerie ambitionne de former, sur la base de son expérience, des agents des déchetteries de la Communauté urbaine au tri et au réemploi. Le Personnel. L effectif actuel est de 12 salariés dont un mi-temps : trois salariés au travail sur la déchetterie, sous la responsabilité d un encadrant salarié d Esterra ; cinq salariés chargés de la collecte, du conditionnement et de la vente et un encadrant technique ; un agent de développement, en charge pour l heure du projet pédagogique précédent ; une responsable administrative et financière ; et un salarié à mi temps, recruté pour la nouvelle boutique de Bauvin. Tous les salariés ont des Contrats à Durée Indéterminée. Un accord sur la Réduction du Temps de Travail a été signé pour l application des 35 heures avec le syndicat majoritaire chez Esterra, la CFDT. Six postes relèvent du dispositif «Nouveaux Services/Emplois Jeunes». Deux sont aidés par le Conseil Régional dans le cadre du dispositif Emploi-Environnement. Trois salariés étaient à Ressourceries et recycleries >> Page 10

11 l embauche bénéficiaires du Revenu Minimum d Insertion. Trois sont reconnus travailleurs handicapés par la COTOREP. Une formation à la menuiserie et à la plomberie a été assurée par l AFPA. Une formation à l informatique (gestion et accès à internet) est prévue par le GRETA. Une formation à la communication et à la créativité doit être prolongée. En demandant son adhésion au «Réseau des Recycleries et Ressourceries» en mai 2002, la Ressourcerie des Weppes souhaite participer à la déclinaison d un profil de poste de «Valoriste» et à l élaboration d un référentiel pour la mise en place de formations adaptées et la validation des acquis de ses salariés. Les moyens matériels. La Ressourcerie loue 2600 euros par mois son espace ( m 2 au total) et son bâtiment, un entrepôt de 700 m 2, qui comporte la zone de vente et de stockage interne. A proximité, deux locaux sont destinés à l administratif et à la salle de repos et de réunion. Le chalet de 70 m 2 accueille pour l instant des meubles. Une zone de stockage extérieur est utilisée pour les matériaux comme les carrelages, briques, tuiles, portes, sanitaires Des travaux sont prévus pour agrandir très sensiblement la zone de stockage et de vente interne et réorganiser les ateliers. Au total, euros ont été investis depuis le début pour l équipement : outillage (scie circulaire, perceuses, poste à soudure, testeurs électriques, machine à laver la vaisselle ), camion (qui a été décoré avec l école voisine), voiture de service, chariot élévateur, et équipement informatique du bureau. Les perspectives Viabilité économique Actuellement, les dépenses de fonctionnement ( euros en 2001) sont couvertes pour moitié par des ressources venant des activités, l autre moitié venant des «aides à l emploi», interventions publiques pour le service d insertion professionnel rendu. Sur les euros venant des activités en 2001, euros viennent de la vente aux particuliers et des 50 tonnes d objets réemployables de la déchetterie ; le reste, de la participation au travail de cette déchetterie. Les pistes de développement sont donc à chercher du côté de la valorisation et de l extension de la collecte des «encombrants réemployables» chez les particuliers, de l augmentation du nombre (et de la requalification) des produits offerts sur le plancher de vente, de la prospection de certaines filières de recyclage compatibles, de la recherche (avec d autres acteurs au niveau de la Métropole) de nouveaux points de vente. Valeur ajoutée sociale A voir la mobilisation du territoire autour de la Ressourcerie, à étudier les parcours de vie de ses salariés, cette valeur ajoutée est forte. Elle peut prendre diverses formes. Ainsi, cet été, la Ressourcerie participera à une action humanitaire, de collecte d équipements utiles pour un village du Cameroun frappé par une tornade, en apportant sa logistique. Valeur ajoutée environnementale Le taux de valorisation matière de la déchetterie de Marquillies associée à la Ressourcerie est, à l issue de la deuxième année d activité, un des meilleurs de la Communauté Urbaine. Ressourceries et recycleries >> Page 11

12 Par ailleurs, les projets de sensibilisation, d éducation à l environnement et de formation évoqués devraient aboutir au positionnement de la Ressourcerie dans son territoire des Weppes comme un vrai «Centre ressource» environnemental. Développement local L association Adélies est mobilisée pour d autres créations d activités. C est ainsi que le maraîchage biologique avec insertion professionnelle est engagé en Selon son Président Pascal Peperstraete, «A court terme, la Ressourcerie devrait se transformer en société coopérative, selon le nouveau statut de Société coopérative d Intérêt Collectif, et prendre son indépendance juridique de l association tout en restant partenaire. L Association continuera ainsi d aider les projets et de sensibiliser le territoire». A l échelle de celui des Weppes, la sédimentation d une telle culture de projet n est pas le moindre résultat de l aventure partenariale de la Ressourcerie. Association Loi de 1901 «Adélies Weppes» 601, rue du Faulx, MARQUILLIES Tel/Fax Référent : Stéphane GOLEM- BIEWSKI, agent de développement Moments forts Mai 1999: voyage d études au Québec sur «l économie sociale et le recyclage/réemploi de déchets». 1999: étude de faisabilité d une unité de réemploi dans les Weppes, création de l Association et début de l activité. Juin 2000 : démarrage du plateau de vente à Marquillies Juin 2001 : ouverture d une boutique à La Bassée Avril 2002 : ouverture d une boutique à Bauvin La Boutique de la Ressourcerie de Roubaix Association Loi de 1901 «La Cité du Réemploi» Ecloserie des Arts, 139, rue des Arts Roubaix Tel Président : Jacques Decool Directeur : Damien Vancoppenolle L activité vient de démarrer, avec l ouverture de la Boutique en avril Les objets acceptés par la Ressourcerie relève de l équipement de la maison (à part l électroménager) et de la brocante traditionnelle (meubles, décoration, bibelot, luminaires, jouets, livres, vaisselle, etc.). Esterra, gestionnaire des déchetteries de la Communauté Urbaine, pré-trie et livre à la Ressourcerie des objets provenant de trois d entre elles. Des containers spéciaux ont été mis en place. Ils sont relevés régulièrement et centralisés à Santes lors des rotations d Esterra. La «Cité du réemploi» est livrée une ou deux fois par semaine. Il s agit pour l instant de tonnages peu importants (environ 400 kilos et 4 m 3 par semaine). Pour la prise en charge de ce tonnage dévié de l enfouissement, la Cité du réemploi est rémunérée 61 euros la tonne. Une collecte par apport volontaire et à domicile commence. L intense campagne de communication d avril et mai 2002 a déclenché des appels de personnes désirant donner des objets, en les apportant elles-mêmes ou en proposant que la Cité du réemploi viennent les enlever. Ces collectes, deux par semaine, sont traitées au cas par cas. Remise en état Une personne est responsable techniquement du nettoyage, de la réparation, de la rénovation, du re-lookage des objets et de leur mise en valeur dans la boutique. Tous cependant mettent la main à la pâte, avec beaucoup de créativité. Vente La Cité du réemploi met en valeur des objets dans une boutique soigneusement décorée et agencée. Ils semblent que tous les publics s y sentent à l aise et que les prix pratiqués permettent à chacun de «s y retrouver». Sensibilisation et formation La sensibilisation du grand public à une meilleure gestion de déchets s est effectué durant ces deux premiers mois de fonctionnement par la presse, et sur site. Le porteur de projet, embauché comme Directeur de la Cité du Réemploi depuis avril 2001, a recruté trois nouvelles personnes. L activité se déroule pour l instant dans un local loué de 300 m 2, dont le tiers est consacré à la vente. La Cité du réemploi utilise pour l instant des véhicules loués au coup par coup pour les collectes sur rendez-vous, ce qui est amené à évoluer rapidement avec la montée en charge de la Ressourcerie. Ressourceries et recycleries >> Page 12

13 Les «Ateliers de la Bergerette» à Beauvais Association Loi 1901, «Les Ateliers de la Bergerette» ont été créés en 1984, à partir d une association d aide au Tiers- Monde, pour sensibiliser le public à la protection de l environnement, à la seconde vie des déchets, et favoriser les changements de comportement dans la consommation. Aujourd hui, on vient de partout en France étudier l expérience. Elle est implantée sur un site de m 2 (dont 1200 couverts), et propriétaire de ses locaux. Sur un territoire d'environ habitants, elle emploie 15 salariés (dont 3 «emplois jeunes»), et développe cinq activités : un centre d apport volontaire ; un service de collecte des encombrants ; des ateliers de tri et de valorisation ; un magasin de vente pour les objets remis en valeur ; un secteur éducation à l'environnement. Autogérée, l association applique l égalité des salaires à toute l équipe (un peu plus du SMIC). L organisation des activités s articule autour de trois commissions dont chacune est présidée par un salarié élu par les membres. Tout le monde est polyvalent et le temps de travail est réparti pour moitié entre les tâches communes (accueil, vente, ramassage) et les ateliers de valorisation. Des plannings négociés définissent le calendrier des tâches. Le «Centre d apport volontaire» est ouvert 6 jours sur 7 et les particuliers peuvent y déposer leurs objets ainsi que leurs déchets spéciaux, huiles, batteries et pneumatiques. Un local avec bac de rétention a été spécialement installé pour ce faire. Profitant de leur venue, une sensibilisation Les Ateliers de la Bergerette 8 rue de la Bergerette, BEAUVAIS Tél : Fax : Web : rette/sommaire.htm Personne référente : Etienne LEMAIRE Ressourceries et recycleries >> Page 13

14 «Payer quand c est la dernière solution pour ne pas polluer» à la gestion des déchets est effectuée. La Collecte des encombrants: Le porte à porte concerne 20 à 25 communes rurales du Beauvaisis qui représentent environ habitants. Les déchets verts et les gravats ne sont pas acceptés. Ce contrat est rémunéré par la collectivité. Le ramassage gratuit à domicile est réalisé sur rendez-vous. 8 à 10 foyers sont collectés en une journée deux fois par semaine. Les collectes de débarras sont effectuées sur devis. Le devis est effectué sur le site pour évaluer correctement le travail nécessaire. Une évaluation des objets qui peuvent être valorisés est également effectuée. Ce montant est soustrait du coût demandé. Ces différents modes de collecte permettent de récupérer environ 700 tonnes de déchets par an. Des activités de valorisation des objets et de la matière, par réemploi et recyclage, sont organisées. Le réemploi occupe une place prioritaire dans la hiérarchisation de la valorisation. Chaque salarié est responsable d'un ou plusieurs ateliers : vaisselle, électroménager, ameublement, textiles-mercerie, bâti - jardin, quincaillerie - outillage, livres, jouets, cycles, télévisions, luminaires, bureautique, cadres, motoculture. Le magasin «Recycl A Brac» est ouvert trois après-midi par semaine et le deuxième dimanche de chaque mois. Chaque atelier de valorisation dispose d'une zone de présentation des produits. A chaque ouverture, à 14 heures, des personnes attendent. Les clients sont aussi bien des consommateurs ordinaires que des professionnels (brocanteurs, artistes ). Leur motivation est le prix, mais aussi la recherche de pièces ou de matériaux. Chaque responsable fixe un chiffre d'affaires à réaliser pour son atelier en fonction de l'historique et de la répartition des ventes de l'année précédente. Aux Ateliers de la Bergerette, la sensibilisation du public au respect de l'environnement est une priorité. Ses animateurs attachent une importance particulière à l'information sur les produits présentés en magasin. Des conseils sont donnés aux clients pour les aider à choisir les appareils électroménagers ou de chauffage économes en énergie. L'ensemble des produits collectés est inspecté pour savoir si il peut être réemployé. Lorsque ce n'est pas le cas, il est démantelé, trié et conditionné pour les recycleurs industriels. Les différentes matières issues du tri génèrent soit des recettes, soit des dépenses. Ainsi, un canapé qui ne peut être remis en état est démonté pour récupérer le bois et la ferraille, le tissu est mis en benne pour la décharge. Il fait partie des objectifs environnementaux des Ateliers de la Bergerette de payer quand c'est la dernière solution pour ne pas polluer l'environnement. Le secteur «sensibilisation» comprend un service d'animation tout public, ainsi qu'un centre de documentation. La sensibilisation du public s'effectue au quotidien par l'ensemble des membres d'une équipe militante. L'atelier d'animation vise autant les établissements scolaires, les groupes de jeunes que les formateurs, les éducateurs et les citoyens. Ces activités passent par : la visite des Ateliers de la Bergerette, la fabrication de papier recyclé, des exposés et animations sur le thème des déchets et du recyclage, la reconstitution d'une mini-déchetterie avec animation, la participation à des journées d'action (comme les journées de l'environnement), la visite d'installations de recyclage, la mise en place d'expositions, des journées de formation, la participation à tout projet pédagogique concernant l'environnement et les déchets, la conception d'outils pédagogiques. Les Ateliers de la Bergerette sont membres du réseau national «Ecole et Nature» d'éducation à l'environnement. Une convention de partenariat a été passée avec la Communauté de Communes du Beauvaisis pour réaliser des actions de sensibilisation dans les écoles primaires (CE2, CM1 et CM2). L année dernière a vu l organisation d une nouvelle animation prometteuse sur «la consommation responsable». Des liens se sont également établis avec les Compagnons du Réseau R.E.P.A.S (Réseau d Echanges et de Ressourceries et recycleries >> Page 14

15 Pratiques Alternatives et Solidaires) pour transmettre le «mode coopératif» à des jeunes en formation. Le Centre de documentation vise à répondre à toute demande d'informations sur le problème des déchets. A défaut, il peut orienter le public vers les sources de documentation adéquates. Le fond documentaire comprend 350 livres et ouvrages, une quinzaine de titres de revues spécialisées, des supports vidéos et diapos sur le thème principal des déchets (origine, caractéristiques, problèmes de pollution et de nuisances, gestion, etc.) et sur des thèmes comme l'écologie, les énergies, la découverte de la nature, les mouvements alternatifs, l'histoire locale, le jardinage biologique, Le Budget annuel est de plus de euros par an, couvert à 59 % par les ventes en magasin, 6 % par les collectes à domicile, 5 % par la vente de matières premières secondaires (ferrailles 70 %, chiffons 25 %), 5 % par les animations. Les aides à l emploi, pour les «Emplois Jeunes», représentent 13 % des ressources. Autres unités de réemploi du Nord-Pas-de-Calais et de Picardie qui adhérent au réseau C2R. Anzin. 59 Statut juridique : Association loi 1901 Coordonnées 3, rue du Coron des Dix ANZIN. Tel : Fax : Président : Jean Marie Black Directeur : Jean Pierre Pagniez Effectif : 10, vers l emploi durable. Date de création : septembre A l origine, volonté forte de l association «Le Maillon» de développer une activité économique créatrice d emplois pour du public défavorisé. Activités : collecte et tri des produits potentiellement recyclables. Apport volontaire avec le service d une «déchetterie mobile» : cinq communes sont desservies dans différents points réguliers. Une sensibilisation est assurée en parallèle. Collecte à domicile sur rendez vous. Diagnostic en entreprises sur les produits ré-employables (re-dimensionnement et réparations possibles, respect des normes pour les palettes ). Collecte, «contrôle qualité» et réemploi de DIB (Déchets Industriels Banals) : intercalaires d aggloméré et d isorel, cartons de déménagement, réparation de palettes. Recyclage de certains produits (housses plastiques mises en balles). Réparation d appareils électroniques (téléviseurs, etc.). Les déchets non réemployables sont recyclés ou éliminés avec facturation à la collectivité. Chauffage bois en interne. ATRE. Saint Pol-sur-Ternoise, Pas-de-Calais Statut juridique : association Loi de1901, structure d insertion économique reconnue par le Conseil Général du Pas-de- Calais, non fiscalisé. Coordonnées : Artois Ternois Récupération Réemploi, 122 rue Canteraine, Saint Pol-sur- Ternoise. Tél : Fax : Mél : Président : Luc Clabaut Directeur : Christian Guénoux Effectif : 40 personnes réparties sur deux sites, des Contrats Emploi Solidarité et six emplois pérennes. Date de création : A été créée sous l impulsion de l Association Intermédiaire ETAPE. Activités : Ramassage et récupération d encombrants (meubles, bibelots, réfrigérateurs, vaisselles, parapluies, ) et textiles. Remise en état (cette activité est plutôt considérée comme un outil de formation pour les salariés) Collecte de déchets industriels. Recyclage de matières premières et réemploi pour certains déchets industriels. Vente. Tonnage de D.I.B. collecté : environ 450 tonnes. Tonnage de métaux collectés : environ 450 tonnes. Marché négocié avec la Communauté de Commune de St Pol et le SIVOM de Pernes, comprenant 2 collectes par an, plus l appel des particuliers (environ 500 appels). La convention comprend une aide de euros pour habi- Ressourceries et recycleries >> Page 15

16 tants pour deux collectes, soit 0,45 euros par habitants pour les 2 collectes. La commune de Saint-Polsur-Ternoise apporte sa participation à hauteur de euros par an. ATRE assure une collecte annuelle d encombrants de 24 kilos par habitant. La vente des encombrants récupérés rapporte euros par an. Sur la totalité des déchets récoltés, environ 300 tonnes sont destinées à l enfouissement. AIR Hébuterne, Pas-de- Calais Statut juridique : association Loi de 1901 Coordonnées : Artois Insertion Récupération, 7 bis rue neuve, Hébuterne. Tel : Président : Guy Lefèbvre Directrice : Nathalie Mayoux Effectif : 8 au total, la plupart en Contrat Emploi Solidarité, personnes en difficulté d insertion (chômeurs de longue durée, allocataires du RMI) Date de création : 1992 Activités : Récupération de matériaux recyclables (verre, ferraille, déchets verts), et encombrants. 10 % des produits en apport volontaire. 80 % en collecte en porte à porte. 10 % en contrat d entreprise. Ateliers de remise en état de certains biens et fabrication de petits objets sur commande en bois de récupération (nichoir, plumier, panier campagnard, etc.) Nouvelles Recycleries de Picardie La Communauté de Communes de Crève Cœur le Grand (60360, Oise), 18 communes pour 6 à habitants, a ouvert en juillet 2001 une déchetterie en raquette dont la base sert de locaux pour la Recyclerie. Le couple «Déchetterie- Recyclerie» est géré en Régie directe. La vente est autorisée, avec des règles comptables strictes et pesantes. L activité est cependant prometteuse et des actions de sensibilisation à l'environnement et à la gestion des déchets ont lieu dans les écoles. La Communauté de Communes du Plateau Picard ( habitants) a créé à Saint Just en Chaussée (60130, Oise) une Recyclerie avec une quinzaine de salariés, dont douze en insertion. Elle travaille en relation avec la déchetterie voisine, récupère les objets triés une fois par semaine. Une collecte est organisée sur appel. Un magasin est en construction. Le «Réseau des Recycleries et Ressourceries» Depuis quelques années, plusieurs entreprises se sont créées par adaptation du concept Québécois de Ressourceries dans le Nord- Pas-de-Calais et par essaimage de Recycleries à partir des Ateliers de la Bergerette en Picardie. Elles ont rencontré des unités de réemploi déjà existantes. Un Réseau inter-régional s est ainsi constitué, avec l appui des Conseils régionaux et des deux ADEME, celles du Nord-Pas-de- Calais et de Picardie. L association est née le 26 septembre Elle regroupe huit structures adhérentes (prochainement 12), et des porteurs de projets. Des initiatives sont prises pour faire connaître le concept, et sa réalité, accueillir des visites. La représentation des structures est assurée dans différents milieux. Le Ressourceries et recycleries >> Page 16

17 Réseau est notamment actif au sein de l APES, Assemblée Permanente de l Economie Solidaire du Nord-Pas-de-Calais et de l ARDES, Agence Régionale de Développement de ll Economie Solidaire de Picardie. Une dizaine de réunions de travail sont organisées dans l année à destination des structures adhérentes, autour de thèmes qui concernent directement les professionnels : le «classement» des établissements, auprès de la DRIRE, les règles des Marchés Publics, les relations contractuelles avec les clients, le marketing Les interventions de salariés d une structure dans d autres structures du Réseau sont favorisées. Des ateliers de réflexion et d échanges de savoir faire sur les différents types de valorisation sont organisés. Des démarches conjointes sont organisées auprès des collectivités locales, une aide à l élaboration d initiatives des politiques publiques en matière de réemploi est proposée. Sur les plans de la formation et de la gestion des ressources humaines, de l éducation à l environnement, de la Recherche et Développement, le Réseau s efforce de rendre service à des petites structures prises dans le quotidien de la gestion d une entreprise. L élément le plus prometteur de l année 2001 est, à la suite de l adoption de la charte présentée plus loin, la négociation avec chaque adhérent d «Engagements de Progrès». Le Réseau entretient des liens avec «Envie Développement», avec le «Relais» et avec les nombreux organismes d insertion qui veulent ajouter à leurs activités un service de réemploi. Il est en lien avec les Québécois et les Wallons. Réseau des Recycleries et Ressourceries Association Loi de 1901 Président : Etienne LEMAIRE Directrice : Sylvie CHAPPELET Tel : Mél : Comparaisons avec les Pays Bas, la Flandre, le Québec, la Wallonie. On observe des démarches entrepreneuriales, visant le réemploi de déchets, portées par l économie sociale et solidaire et fortement soutenues par des politiques publiques actives dans plusieurs pays. Aux Pays Bas depuis de nombreuses années, plus récemment en Flandre belge et au Québec. En Wallonie, la situation est comparable à celle de la France. Les structures de l économie sociale se fédèrent, avec l appui de la Région, mais les politiques publiques n ont pas, comme dans les trois exemples précédents, fait le choix d un Plan d actions pluriannuel. D autres pays sont actifs en matière de réemploi, mais leur démarche relève d abord de la solidarité ou du développement local, s inscrit moins dans une démarche globale de développement durable. Leur expérience est cependant riche d enseignement. Citons les «Coopératives sociales italiennes», ou les «Corporations de Développement Communautaire» aux USA. BKN, Pays Bas Des opérateurs du réemploi ont commencé à apparaître au début des années 80 en Hollande. Au départ, la démarche n'était pas structurée. Leurs projets étaient surtout militants et orientés vers la préservation de l'environnement, la lutte contre le gaspillage et la création d'emplois pour les publics les plus en difficulté. Après plusieurs années de développement, ces structures se sont professionnalisées et ont fait émerger le concept de «kringloop», littéralement «le rond vert», appuyé sur le recyclage, le réemploi, le développement durable. Aujourd hui, plus de 80 structures regroupant 120 magasins de vente (2 027 salariés) de produits d'occasion à travers toute la Hollande sont regroupées au sein du réseau BKN. Les activités reposent sur la collecte sur appel d'en- «120 magasins, 2000 salariés, 150 MF de CA, 3,5 millions de clients» Ressourceries et recycleries >> Page 17

18 combrants, le tri, la réparation et la vente des produits d'occasion dans des boutiques. Ces ramassages sont financés par les collectivités locales dans le cadre de la gestion des déchets. Les tournées s'effectuent au domicile des particuliers. Des filières ont été mises en place pour les produits non réparables pour la valorisation matière par recyclage après démantèlement. Le résidu est écoulé dans les déchetteries. Environ tonnes d'encombrants sont récupérés dont 71 % sont valorisés par ré-emploi et recyclage. Le chiffre d'affaires du réseau avoisine les 25 millions d euros (soit en moyenne euros par boutique) dont 70 % proviennent directement des ventes en magasin. Chaque année, ce sont 3,5 millions de clients qui effectuent un achat. Bedrijf den Kringloop Nederland, Broekstraat PZ ARNHEM Tel : KVK, Belgique Depuis le début des années 1990, les activités de réemploi et de recyclage ont bénéficié du transfert d'expérience des hollandais dans la mise en place d'un réseau dense d'acteurs en Flandre belge. Le concept de «Kringloop Centra» a été quasiment franchisé. Les autorités gouvernementales régionales flamandes ont mis en place un cadre approprié au développement de ces acteurs. Ces derniers bénéficient par ailleurs de soutiens techniques et financiers. Breughelstraat 31-33, 2018 ANVERS. Tél : Réseau des Ressourceries du Québec Le terme Ressourcerie est une marque de commerce enregistrée. Seuls les membres autorisés du Réseau des Ressourceries du Québec peuvent utiliser ce terme. Une Ressourcerie est une aire de réception, de mise en valeur et de mise en marché de matières résiduelles gérées par un organisme à but non-lucratif ayant, parmi ses objets, la protection de l'environnement. La principale activité vise la réduction, la réutilisation, le recyclagecompostage des matières de provenance domestique, industrielle, commerciale et institutionnelle. Elle rassemble et établit des partenariats avec les forces vives du milieu. Elle favorise la réinsertion sociale, l'adaptation de la maind'œuvre et la création d'emplois durables. Elle est active dans l'éducation et la sensibilisation. Elle consacre des ressources importantes aux matières non couvertes par la collecte sélective. Mis sur pied en 1995, le Réseau des Ressourceries vise à doter le Québec de 90 Ressourceries. Il a été le seul projet à caractère environnemental retenu par le «Chantier de l'économie sociale» lors du «Sommet de l'économie et de l'emploi» de De plus, le Gouvernement du Québec a promis, lors du dépôt de son Plan d'action sur les matières résiduelles en 1998, un investissement de 30 millions de dollars pour les Ressourceries et autres entreprises d'économie sociale en environnement. Le Réseau des Ressourceries du Québec est un organisme d'économie sociale en environnement. Ressourceries et recycleries >> Page 18

19 Il met à la disposition de ses membres une équipe d'expert-conseil qui offre divers services. Le Réseau des Ressourceries du Québec regroupe des partenaires de premier ordre : Chantier de l'économie sociale, Association des Centres Locaux de Développement du Québec, Réseau d'investissement Social du Québec, Ministère de l'industrie et du Commerce, Ministère des Relations Internationales. 4200, rue Adam Montréal, Québec, H1V 1S9. Tél. : Téléc : RES-sources La création en février 1999 de ce Réseau par 42 entreprises employant salariés à temps plein et 966 à temps partiel est un élément important de la mobilisation pour le réemploi de «déchets ressources» en Wallonie. «Dans la foulée des initiatives québécoises et françaises, RES-sources suggère une structuration et une reconnaissance légale des activités actuelles et futures des opérateurs de l économie sociale autour de Ressourceries». Une Ressourcerie est une aire de réception, de mise en valeur et de mise en marché de matières résiduelles gérées par une entreprise ou un consortium d entreprises d économie sociale poursuivant des objectifs sociaux et environnementaux. La principale activité vise la prévention de l apparition de déchets en privilégiant la réutilisation et le recyclage de matières usagées de provenance domestique, industrielle, commerciale et institutionnelle. Une Resssourcerie rassemble et établit des partenariats avec les forces vives du milieu (privé et public). Elle dessert une communauté locale ou régionale. Elle favorise la réinsertion sociale, l adaptation de la main d œuvre ainsi que la création d emplois viables. Parallèlement à son implication territoriale, la Ressourcerie développera son savoir faire par filière d activités. Afin d arriver à une professionnalisation des filières, les expériences seront partagées au sein de groupes de travail sec- toriels mis en place par le Réseau. RES-sources a lancé un label SOLID R et une charte. Des indicateurs ont été définis, qui permettent au Réseau de mesurer les progrès accomplis par les entreprises. Un organisme certificateur indépendant a été missionné, Ethibel. Réseau des Entreprises d Economie Sociale actives dans la récupération de déchets Avenue Cardinal Mercier, 53. B 5000 NAMUR Belgique. Tel : Fax :

20 des réponses aux enjeux du développement durable? Ressourceries et recycleries >> Page 20

Plan départemental de gestion des déchets du BTP

Plan départemental de gestion des déchets du BTP Direction régionale et départementale de l Équipement Bourgogne/Côte d'or Plan départemental de gestion des déchets du BTP Version synthétique Novembre 2002 Sommaire 1. OBJECTIF DE LA DEMARCHE... 2 2.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Engagement du SICTOM Pontaumur-Pontgibaud et du SICTOM des Combrailles pour un programme de prévention des déchets

DOSSIER DE PRESSE Engagement du SICTOM Pontaumur-Pontgibaud et du SICTOM des Combrailles pour un programme de prévention des déchets DOSSIER DE PRESSE Engagement du SICTOM Pontaumur-Pontgibaud et du SICTOM des Combrailles pour un programme de prévention des déchets 28.09.11 : Signature des conventions avec l ADEME Le meilleur déchet

Plus en détail

ASSOCIATION et Chantiers d Insertion par l Activité Economique. Michel Boudol Responsable Atelier DEEE

ASSOCIATION et Chantiers d Insertion par l Activité Economique. Michel Boudol Responsable Atelier DEEE ASSOCIATION et Chantiers d Insertion par l Activité Economique Michel Boudol Responsable Atelier DEEE 1 Créée en 1985 Implantée dans une ZUS de l agglomération Grenobloise Action Sociale, Environnementale

Plus en détail

Intervention de M. Marc René BAYLE, préfet du Cantal inauguration de la station de traitement des Lixiviats

Intervention de M. Marc René BAYLE, préfet du Cantal inauguration de la station de traitement des Lixiviats Seul le prononcé fait foi Intervention de M. Marc René BAYLE, préfet du Cantal inauguration de la station de traitement des Lixiviats porté par la communauté de communes du pays de Saint- Flour, le 6 juin

Plus en détail

Eléments de réflexion sur le financement d un service de gestion des déchets

Eléments de réflexion sur le financement d un service de gestion des déchets 1 Centre Formation Acteurs Eléments de réflexion sur le financement d un service de gestion des déchets Locaux Ouagadougou g Ouagadougou du 26 au 30 Octobre 2009 2 Problématique déchets Augmentation des

Plus en détail

Déchets ménagers Quelle sensibilisation?

Déchets ménagers Quelle sensibilisation? Déchets ménagers Quelle sensibilisation? prévention - communication Les Intercommunales wallonnes de gestion des déchets 1. Photographie 2. Campagnes communes de sensibilisation 3. Actions locales (IC)

Plus en détail

Déchets : outils et exemples pour agir

Déchets : outils et exemples pour agir ETAT DES LIEUX DES PRATIQUES ET PERCEPTION DES HABITANTS ET DES PETITS PRODUCTEURS EN MATIERE DE DECHETS DANGEREUX - SYMEVAD Monographie complète Symevad (Nord-pas-de-Calais et Nord) Année 1 du PDP : 2010

Plus en détail

L AGENDA 21 CHU DE BREST

L AGENDA 21 CHU DE BREST L AGENDA 21 CHU DE BREST Une démarche stratégique : pour quels objectifs? comment et avec qui? pour quels résultats? LE CONTEXTE NATIONAL Une démarche hospitalière brestoise qui respecte : L engagement

Plus en détail

TRAITEMENT DES DÉCHETS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS

TRAITEMENT DES DÉCHETS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS TRAITEMENT DES DÉCHETS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS UN CHANTIER D AVENIR Direction Départementale de l Equipement de la Sarthe Décembre 2002 DÉCHETS DU BTP : DE NOUVEAUX COMPORTEMENTS A ADOPTER Le

Plus en détail

Gaz de France et le développement durable

Gaz de France et le développement durable Gaz de France et le développement durable L engagement pour des territoires durables Groupe de pilotage «Entreprises Collectivités» Comité 21 20 juin 2006 Isabelle ARDOUIN DIRECTION DU DEVELOPPEMENT DURABLE

Plus en détail

LE CONTRAT DE CIVILITE

LE CONTRAT DE CIVILITE Logo LMCU PROJET LE CONTRAT DE CIVILITE Un contrat : pourquoi faire? Parce que la gestion des déchets est une responsabilité partagée : Particuliers, entreprises, commerçants, administrations ou collectivités,

Plus en détail

Le Réemploi du matériel informatique au service de l Insertion, de l Environnement et de la lutte contre la fracture numérique

Le Réemploi du matériel informatique au service de l Insertion, de l Environnement et de la lutte contre la fracture numérique Le Réemploi du matériel informatique au service de l Insertion, de l Environnement et de la lutte contre la fracture numérique AG2I / R2D2 : En Marin route de Pessan 32000 Auch (Gers en Gascogne) ZI du

Plus en détail

GRANDE SALLE DE SPECTACLE DE FLOIRAC ASSISTANCE TECHNIQUE A LA MAITRISE D OUVRAGE POUR L ATTEINTE DE LA CERTIFICATION HQE

GRANDE SALLE DE SPECTACLE DE FLOIRAC ASSISTANCE TECHNIQUE A LA MAITRISE D OUVRAGE POUR L ATTEINTE DE LA CERTIFICATION HQE GRANDE SALLE DE SPECTACLE DE FLOIRAC ASSISTANCE TECHNIQUE A LA MAITRISE D OUVRAGE POUR L ATTEINTE DE LA CERTIFICATION HQE REFERENTIEL NF BATIMENTS TERTIAIRES - DEMARCHE HQE NEUF NOTE SUR LA GESTION DES

Plus en détail

Gestion collective des déchets industriels de PLAINE ET SAONE cahier des charges pour une proposition d assistance.

Gestion collective des déchets industriels de PLAINE ET SAONE cahier des charges pour une proposition d assistance. Gestion collective des déchets industriels de PLAINE ET SAONE cahier des charges pour une proposition d assistance. I-] Contexte général. Le contexte réglementaire français en matière d élimination des

Plus en détail

NOTE TECHNIQUE Choix de la future filière de traitement des déchets ménagers et assimilés résiduels du Stéphanois et du Montbrisonnais

NOTE TECHNIQUE Choix de la future filière de traitement des déchets ménagers et assimilés résiduels du Stéphanois et du Montbrisonnais Saint-Étienne, le 17 juillet 2012 NOTE TECHNIQUE Choix de la future filière de traitement des déchets ménagers et assimilés résiduels du Stéphanois et du Montbrisonnais Préambule Le SYDEMER, SYndicat mixte

Plus en détail

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS Entre Valérie LÉTARD, Secrétaire d Etat auprès du Ministre de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de la Mer,

Plus en détail

Une offre complète à votre service. innovation - coopération mutualisation - services

Une offre complète à votre service. innovation - coopération mutualisation - services Une offre complète à votre service innovation - coopération mutualisation - services Un projet collectif dynamique et innovant o L association a pour objectif de développer et promouvoir la mutualisation

Plus en détail

Verre Avenir Chiffres, enjeux et missions

Verre Avenir Chiffres, enjeux et missions d o s s i e r d e p r e s s e 1 / 2 Verre Avenir Chiffres, enjeux et missions Verre Avenir Verre Avenir l organisme en charge de la promotion du verre d emballage «En 2010, les ventes de bouteilles se

Plus en détail

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Appel d offres Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Le GIM, chambre syndicale territoriale de l UIMM en région parisienne,

Plus en détail

Expositions disponibles au Sytevom

Expositions disponibles au Sytevom Expositions disponibles au Sytevom 7 expositions sont mises à disposition gracieusement à toutes personnes (collectivités, écoles, associations ) : - Les hommes et leurs déchets, un nouvel état d esprit

Plus en détail

La Communauté urbaine Marseille Provence assure la collecte, la valorisation et l élimination des déchets ménagers et assimilés pour l ensemble de

La Communauté urbaine Marseille Provence assure la collecte, la valorisation et l élimination des déchets ménagers et assimilés pour l ensemble de La Communauté urbaine Marseille Provence assure la collecte, la valorisation et l élimination des déchets ménagers et assimilés pour l ensemble de ses 18 communes membres. Collecte des déchets ménagers

Plus en détail

Le recyclage des emballages au Luxembourg

Le recyclage des emballages au Luxembourg Le recyclage des emballages au Luxembourg Sommaire La responsabilité des producteurs page 4 VALORLUX, organisme agréé page 6 Le Point Vert page 9 La prévention des déchets d emballages page 10 La responsabilité

Plus en détail

Synthèse du Programme Local de Prévention des Déchets de Chartres Métropole

Synthèse du Programme Local de Prévention des Déchets de Chartres Métropole Synthèse du Programme Local de Prévention des Déchets de Chartres Métropole Il n y a pas de petits gestes, si nous sommes 125 000 à les faire! PRÉAMBULE "La prévention de la production de déchets est l

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables FICHE ACTIONS Expo Nantes Atlantique ACTIONS GLOBALES Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES Sensibilisation des employés, des prestataires

Plus en détail

Vers un nouveau modèle de société

Vers un nouveau modèle de société Vers un nouveau modèle de société Qu est-ce que la transition énergétique? L énergie est partout dans notre vie quotidienne : pour chauffer nos logements, pour faire fonctionner nos équipements, pour faire

Plus en détail

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Fiche E8 Démarche d'exemplarité des agents, services et communes COMMUNAUTE URBAINE DE STRASBOURG Monographie complète Communauté Urbaine de

Plus en détail

PRÉSENTATION DE L ALLIANCE CLIMAT DANS LE CADRE DU PLAN ENERGIE CLIMAT TERRITORIAL DU DISTRICT DE BAMAKO

PRÉSENTATION DE L ALLIANCE CLIMAT DANS LE CADRE DU PLAN ENERGIE CLIMAT TERRITORIAL DU DISTRICT DE BAMAKO PRÉSENTATION DE L ALLIANCE CLIMAT DANS LE CADRE DU PLAN ENERGIE CLIMAT TERRITORIAL DU DISTRICT DE BAMAKO PLAN I. PRESENTATION 1. Réseau Carbone 2. Alliance Climat II. PARTENAIRES 1. Mairie du District

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

CHARTE DE GESTION DES DECHETS

CHARTE DE GESTION DES DECHETS Maître d Ouvrage 20, Rue Balzac 26000 VALENCE Opération Construction de 39 logements pour jeunes travailleurs Immeuble «Le cèdre bleu» Lieu-dit «Les Combes» - Rue Louis Saillant 38150 SALAISE-SUR-SANNE

Plus en détail

DOSSIER LA RESPONSABILITE SOCIETALE DE L ENTREPRISE P. C. S.

DOSSIER LA RESPONSABILITE SOCIETALE DE L ENTREPRISE P. C. S. DOSSIER LA RESPONSABILITE SOCIETALE DE L ENTREPRISE P. C. S. 1 La responsabilité sociétale des entreprises (RSE) est la déclinaison des principes du développement durable à l échelle de l entreprise. Les

Plus en détail

Une nouvelle ambition pour le tri et le recyclage, un nouveau tarif Point Vert en 2012.

Une nouvelle ambition pour le tri et le recyclage, un nouveau tarif Point Vert en 2012. Une nouvelle ambition pour le tri et le recyclage, un nouveau tarif Point Vert en 2012. Eco-Emballages met en œuvre à partir du 1 er janvier 2012 un nouveau tarif Point Vert. Il vise à augmenter le recyclage

Plus en détail

«Favoriser la mobilité interne et externe des salariés handicapés des entreprises adaptées»

«Favoriser la mobilité interne et externe des salariés handicapés des entreprises adaptées» ACTION TERRITORIALE 2011-2012 «Favoriser la mobilité interne et externe des salariés handicapés des entreprises adaptées» CAHIER DES CHARGES D ACCOMPAGNEMENT ET DE FORMATION Origine de la demande UNIFAF

Plus en détail

LA POSTE et COPACEL : un an de partenariat

LA POSTE et COPACEL : un an de partenariat Communiqué de presse Paris, le 6 mars 2014 LA POSTE et COPACEL : un an de partenariat Déjà 10 000 tonnes de papiers collectées 2400 entreprises clientes Objectif : 50 000 tonnes de papier collectées en

Plus en détail

les outils les enjeux les applications locales Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement connaître pour agir

les outils les enjeux les applications locales Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement connaître pour agir connaître pour agir Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement les enjeux les outils les applications locales Enjeux d une analyse environnementale et leviers d améliorations QU EST-CE

Plus en détail

Charte environnement. Nos engagements pour une industrie respectueuse de son environnement naturel et social

Charte environnement. Nos engagements pour une industrie respectueuse de son environnement naturel et social Charte environnement Nos engagements pour une industrie respectueuse de son environnement naturel et social Située à coté d un site naturel sensible, avec le recyclage au cœur de l histoire et de l activité

Plus en détail

Liste des sujets COO 2012-2013

Liste des sujets COO 2012-2013 Liste des sujets COO 2012-2013 Entreprise de gestion de benne et acheminement des déchets : Wall-E La société Wall-E est spécialisée dans la production, la gestion et l exploitation des bennes à ordure

Plus en détail

Fiche Bilan Final PLASTYL. Reportage photo sur l'entreprise : pages 5 & 6. Année 1 Année 2 Année 3 Variation. Taux de 100% 0,08

Fiche Bilan Final PLASTYL. Reportage photo sur l'entreprise : pages 5 & 6. Année 1 Année 2 Année 3 Variation. Taux de 100% 0,08 PLASTYL ILE-DE-FRANCE (78) Activité : Industrie du caoutchouc et des plastiques (Fabrication de films et feuilles en polystyrène) Effectif 2006 : 17 Chiffres d affaires 2006 : 5 000 K Euros Principales

Plus en détail

Charte qualité concernant la gestion des déchets de chantier du Lot 05/07/12

Charte qualité concernant la gestion des déchets de chantier du Lot 05/07/12 Charte Qualité Gestion des déchets de chantier du Lot Entre les représentants des organismes signataires de cette charte, il a été convenu et arrêté ce qui suit: Article 1 : Objectifs du partenariat :

Plus en détail

N 27 octobre 2015. Secrétariat de la CCMOSS 1/7

N 27 octobre 2015. Secrétariat de la CCMOSS 1/7 N 27 octobre 2015 Secrétariat de la CCMOSS 1/7 ACTUALITES Relèvement du seuil de 15 000 euros HT à 25 000 euros HT...3 D E F I N I T I O N Que sont les D3E?........3 R E G L E M E N T A T I O N Les marchés

Plus en détail

Lancement de l annuaire régional pour le réemploi

Lancement de l annuaire régional pour le réemploi DOSSIER DE PRESSE 25 septembre 2014 Lancement de l annuaire régional pour le réemploi Contacts presse: Magali Memponte : 01 40 13 40 72 / memponte@syctom-paris.fr Olivier Guillemain : 07 60 20 05 39 /

Plus en détail

Klépierre. Nos engagements pour un Développement Durable

Klépierre. Nos engagements pour un Développement Durable Klépierre Nos engagements pour un Développement Durable Notre vision Notre métier Nos valeurs Nos 10 engagements Editorial Notre Groupe est porté par une puissante dynamique. Si aujourd hui de solides

Plus en détail

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Mémoire intitulé : «Le patrimoine bâti : une autre approche» Présenté par : Le Service d aide-conseil

Plus en détail

PROLONGEZ LA DURÉE DE VIE DE VOTRE ORDINATEUR TRUCS ET ASTUCES FACILES

PROLONGEZ LA DURÉE DE VIE DE VOTRE ORDINATEUR TRUCS ET ASTUCES FACILES PROLONGEZ LA DURÉE DE VIE DE VOTRE ORDINATEUR TRUCS ET ASTUCES FACILES À PROPOS D INSERTECH UNE ENTREPRISE D INSERTION Entreprise d insertion à but non lucratif, en informatique Forme des jeunes adultes

Plus en détail

Étude de faisabilité d'un réseau de recycleries. Sur le département de la Seine Saint Denis Extrait de la restitution du 14.11.07

Étude de faisabilité d'un réseau de recycleries. Sur le département de la Seine Saint Denis Extrait de la restitution du 14.11.07 Étude de faisabilité d'un réseau de recycleries Sur le département de la Seine Saint Denis Extrait de la restitution du 14.11.07 1 Le concept de recyclerie-ressourcerie «Transformer les déchets en ressources»

Plus en détail

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi Chiffres Clés Juin 2015 Les personnes handicapées et l emploi L OBLIGATION D EMPLOI En 2012, 100 300 établissements employaient 361 700 travailleurs handicapés. La loi fixe à tout établissement privé ou

Plus en détail

LES MÉTAUX, RECYCLABLES ET RECYCLÉS, AU CŒUR DE L ÉCONOMIE CIRCULAIRE

LES MÉTAUX, RECYCLABLES ET RECYCLÉS, AU CŒUR DE L ÉCONOMIE CIRCULAIRE LES MÉTAUX, RECYCLABLES ET RECYCLÉS, AU CŒUR DE L ÉCONOMIE CIRCULAIRE LES DÉCHETS MÉTALLIQUES, UNE SOURCE STRATÉGIQUE D APPROVISIONNEMENT Pour l industrie métallurgique, le recyclage a toujours fait partie

Plus en détail

Présentation du site Valréna

Présentation du site Valréna SITOM SUD GARD Présentation du site Valréna Présentation du SITOM Sud Gard Créé en 1997 et comptant actuellement 81 communes, le syndicat prend en charge le traitement et la valorisation des déchets ménagers.

Plus en détail

Charte régionale de la commande publique responsable. La Région des Pays de la Loire poursuit son engagement

Charte régionale de la commande publique responsable. La Région des Pays de la Loire poursuit son engagement Charte régionale de la commande publique responsable La Région des Pays de la Loire poursuit son engagement Préambule Dès 1987 la Commission Mondiale sur l Environnement et le Développement des Nations

Plus en détail

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012»)

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Axes / Mesures / Sous-mesures Axe 1 : Contribuer à

Plus en détail

L obligation d emploi

L obligation d emploi L obligation d emploi 1 2 La réponse à l obligation d emploi dans le secteur privé La réponse à l obligation d emploi dans le secteur public La loi fixe à tout établissement privé ou public d au moins

Plus en détail

Le service aux habitants

Le service aux habitants Le service aux habitants La collecte sélective des emballages ménagers a été lancée dans notre collectivité en 2003. 100% de la population de la collectivité est desservie par la collecte sélective : Quasi-totalité

Plus en détail

Animation de la manifestation de remise des prix de la 10 ème édition du concours «Initiative au Féminin»

Animation de la manifestation de remise des prix de la 10 ème édition du concours «Initiative au Féminin» 1er réseau de financement des créateurs d entreprise 228 plateformes d accompagnement dans toute la France 16 200 entreprises et 38 500 emplois créés ou maintenus en 2014 CAHIER DES CHARGES Animation de

Plus en détail

SOMMAIRE DU PROJET PLAN DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES CONJOINT 2016-2020. des MRC d Antoine-Labelle, des Laurentides et des Pays-d en-haut

SOMMAIRE DU PROJET PLAN DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES CONJOINT 2016-2020. des MRC d Antoine-Labelle, des Laurentides et des Pays-d en-haut SOMMAIRE DU PROJET PLAN DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES CONJOINT 2016-2020 des MRC d Antoine-Labelle, des Laurentides et des Pays-d en-haut UNE DÉMARCHE DE CONCERTATION POUR RÉDUIRE L ENFOUISSEMENT

Plus en détail

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1)

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) LIENS FONCTIONNELS : - Direction Outremer (DIROM) -

Plus en détail

Ces objectifs visent la récupération de :

Ces objectifs visent la récupération de : Projet de plan de gestion des matières résiduelles 2016-2020 Les enjeux sont importants. La Ville de Gatineau doit revoir son plan de gestion des matières résiduelles (PGMR) pour les années 2016 à 2020

Plus en détail

Se positionner comme partenaire incontournable en matière de prévention et de sensibilisation

Se positionner comme partenaire incontournable en matière de prévention et de sensibilisation Se positionner comme partenaire incontournable en matière de prévention et de sensibilisation Pour se positionner comme partenaire en matière de sensibilisation, le BEP veut : Développer un programme de

Plus en détail

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE Charte du réseau «boutique métiers d art» PREAMBULE La FNAA, soutenue par des institutionnels publics, a lancé un réseau de

Plus en détail

Gestion des déchets de chantier, Les bonnes pratiques

Gestion des déchets de chantier, Les bonnes pratiques Gestion des déchets de chantier, Les bonnes pratiques Conférences thématiques 17 et 18 novembre 2014 1 Mot d introduction 2 Cadrage général de la gestion des déchets de chantiers, responsabilités des différents

Plus en détail

CONTRAT D EXPLOITATION DE LA DECHETTERIE. Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP)

CONTRAT D EXPLOITATION DE LA DECHETTERIE. Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP) CONTRAT D EXPLOITATION DE LA DECHETTERIE Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP) SOMMAIRE ARTICLE 1 OBJET DU MARCHE ARTICLE 2 LIEUX D EXECUTION DU SERVICE ARTICLE 3 LES OBLIGATIONS DU TITULAIRE

Plus en détail

19- LA COLLECTE ET LE TRAITEMENT DES DECHETS

19- LA COLLECTE ET LE TRAITEMENT DES DECHETS 19- LA COLLECTE ET LE TRAITEMENT DES DECHETS Rapport de présentation / Diagnostic Dossier de PLU approuvé 255 19.1 LES ORDURES MENAGERES ET EMBALLAGES MENAGERS RECYCLABLES La prestation de collecte des

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Des solutions économiques et innovantes pour vos déchets

Des solutions économiques et innovantes pour vos déchets Des solutions économiques et innovantes pour vos déchets rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. e n v i r o n n e m e n t IKOS Environnement, faire du déchet d aujourd hui l énergie et la

Plus en détail

Foire aux questions de la filière REP Papiers. Les questions

Foire aux questions de la filière REP Papiers. Les questions Foire aux questions de la filière REP Papiers Les questions Que fait EcoFolio, l éco-organisme des papiers, pour inciter les entreprises à éco-concevoir leurs produits? Conformément au cahier des charges

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE POUR LES RESPONSABLES D EMBALLAGES

GUIDE PRATIQUE POUR LES RESPONSABLES D EMBALLAGES GUIDE PRATIQUE POUR LES RESPONSABLES D EMBALLAGES Sommaire Introduction : la loi 2 1. votre entreprise est-elle concernée? 3 3 types de responsables d emballages 2. les obligations des entreprises 4 Le

Plus en détail

Un projet d'entreprise sociale et solidaire?

Un projet d'entreprise sociale et solidaire? Un projet d'entreprise sociale et solidaire? Programme Qu'est-ce qu'une entreprise sociale et solidaire? Objectif : repérer les éléments fondateurs de ce type de projets Les réponses de l'adress Objectif

Plus en détail

Comment l industrie du recyclage des papiers cartons participe-t-elle efficacement à l économie sociale de la France?

Comment l industrie du recyclage des papiers cartons participe-t-elle efficacement à l économie sociale de la France? Du mardi 27 novembre au vendredi 30 novembre 2012 Comment l industrie du recyclage des papiers cartons participe-t-elle efficacement à l économie sociale de la France? B E R N A R D R O T H É P R É S I

Plus en détail

MAISON DE L EMPLOI PERIGORD NORD

MAISON DE L EMPLOI PERIGORD NORD MAISON DE L EMPLOI PERIGORD NORD 2015 1 ORDRE DU JOUR Rapport d activité 2014 Les comptes 2014 Orientations & Budget prévisionnel 2015 Questions diverses 2 LE TERRITOIRE DE COMPETENCES 3 RAPPORT D'ACTIVITE

Plus en détail

Recycler mes lampes? Une idée lumineuse. En plus d être économiques, les lampes basse consommation se recyclent!

Recycler mes lampes? Une idée lumineuse. En plus d être économiques, les lampes basse consommation se recyclent! Recycler mes lampes? Une idée lumineuse En plus d être économiques, les lampes basse consommation se recyclent! Prévu par deux règlements européens relatifs à l éco-conception des lampes, le retrait progressif

Plus en détail

Ministère des Affaires étrangères et européennes. Direction de la politique culturelle et du français. Regards VII

Ministère des Affaires étrangères et européennes. Direction de la politique culturelle et du français. Regards VII Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la politique culturelle et du français Regards VII 3. Le recyclage de l électroménager Réalisation Thomas Sorin, CAVILAM Rédaction Lionel Favier,

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

Le Recyclage du POLYETHYLENE BASSE DENSITE en France

Le Recyclage du POLYETHYLENE BASSE DENSITE en France Le Recyclage du POLYETHYLENE BASSE DENSITE en France SOPAVE Société Anonyme créée en 1986 Filiale du groupe belge UMICORE Deux métiers complémentaires : RECYCLAGEdes films en polyéthylène ET TRANSFORMATION

Plus en détail

N O R D - P A S D E C A L A I S

N O R D - P A S D E C A L A I S NORD-PAS DE CALAIS NORD-PAS DE CALAIS Ensemble pour une éco-rénovation responsable de notre habitat Avant-propos Dans une région où le poids du parc de logements anciens publics et privés prédomine, l

Plus en détail

Approches territoriales AAPs et Aides

Approches territoriales AAPs et Aides Approches territoriales AAPs et Aides Stéphane LECOINTE ADEME - Direction Régionale Bretagne Chargé de missions déchets / économie circulaire stephane.lecointe@ademe.fr 02 99 85 87 10 L ADEME en quelques

Plus en détail

1 Mettre à niveau les réseaux et équipements collectifs de base

1 Mettre à niveau les réseaux et équipements collectifs de base 1 Mettre à niveau les réseaux et équipements collectifs de base 1-2 Traitement des déchets Objectifs o doter les collectivités d installations pérennes de traitement des déchets à des coûts raisonnables

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2013. Rapport présenté par Monsieur Didier Rosier, Président de la Communauté de Communes Pierre Sud Oise et adopté le..

RAPPORT ANNUEL 2013. Rapport présenté par Monsieur Didier Rosier, Président de la Communauté de Communes Pierre Sud Oise et adopté le.. RAPPORT ANNUEL 2013 SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE PUBLIC D ELIMINATION DES DECHETS Rapport présenté par Monsieur Didier Rosier, Président de la Communauté de Communes Pierre Sud Oise et adopté le..

Plus en détail

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace Aller plus loin 8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace 8) Certification ISO 14 001 8 La norme ISO 14001 et la certification Cette norme internationale vise à établir dans l organisme

Plus en détail

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Cluj-Napoca / Transylvanie http://www.institutfrancais-roumanie.com Appel à contribution

Plus en détail

CHARVET et l Environnement

CHARVET et l Environnement CHARVET et l Environnement L entreprise Charvet est située au bord du lac de Paladru, à deux pas du massif de la Chartreuse. Dans un territoire protégé, au milieu d une commune rurale, Charvet a depuis

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée

Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée Le réseau francilien de lutte contre les précarités énergétiques Fiche Action Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée Territoire concerné >> Ville des Mureaux (78) Date de mise

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Limousin Avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN objectif compétitivité régionale et emploi 2007 2013 Axe 3 «cohésion

Plus en détail

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVIII e ÉDITION

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVIII e ÉDITION JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVIII e ÉDITION Projet de règlement no. 3 : Règlement sur la responsabilisation environnementale PRÉSENTATION Présenté par Monsieur Maxime Maheu-Moisan, membre du comité exécutif,

Plus en détail

Emmaüs Norges-France CONTEXTE

Emmaüs Norges-France CONTEXTE Emmaüs Norges-France Nom : Communauté Emmaüs Norges Type de structure : communauté Nombre de personnes accueillies:110 compagnons Sur Norges, 11 salariés équipe encadrement, 20 contrats aidés CUI, environ

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR Dossier de presse, jeudi 20 décembre 2012 Contact presse : Préfecture de région : 01 82 52 40 25 communication@paris-idf.gouv.fr AP-HP : 01 40 27 37 22 - service.presse@sap.aphp.fr

Plus en détail

3. Relations clientèle et solidarité

3. Relations clientèle et solidarité 3. Relations clientèle et solidarité Maintenir une proximité forte avec ses clients via un dispositif d accueil animé par plus de 6 000 conseillers, construire des partenariats de médiation sociale pour

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse PLAN AUTISME 2013-2017 Synthèse Plan d actions régional Océan Indien En adoptant le 3ème Plan Autisme en mai 2013, la ministre des affaires sociales et de la santé répondait à une attente forte des personnes

Plus en détail

Résultats de l enquête 2014

Résultats de l enquête 2014 Gestion des déchets de verre plat/châssis usagés Menuisiers, poseurs de châssis et couvreurs belges Résultats de l enquête 2014 En partenariat avec Table des matières 1. Contexte... 3 2. Synthèse des résultats...

Plus en détail

Vendredi 26 avril 2013. ERDF accompagne l E2C78 et Bleu Oxygène pour favoriser l insertion professionnelle

Vendredi 26 avril 2013. ERDF accompagne l E2C78 et Bleu Oxygène pour favoriser l insertion professionnelle Vendredi 26 avril 2013 ERDF accompagne l E2C78 et Bleu Oxygène pour favoriser l insertion professionnelle Sommaire ERDF accompagne l insertion sociale 3 La convention partenariale qui unit la Direction

Plus en détail

Marchés publics, restauration collective et circuits courts

Marchés publics, restauration collective et circuits courts Marchés publics, restauration collective et circuits courts Réponse à l appel à propositions d actions de transfert des projets financés dans le cadre du Réseau rural français Intitulé du projet Marchés

Plus en détail

REMISE DES MANIFESTATION D'INTERET AVANT LE 4 DECEMBRE 2012

REMISE DES MANIFESTATION D'INTERET AVANT LE 4 DECEMBRE 2012 REGION POITOU-CHARENTES GESTION DE LA FUTURE RESERVE NATURELLE REGIONALE DU BOCAGE DES ANTONINS APPEL A MANIFESTATION D'INTERET CAHIER DES CHARGES REGION POITOU-CHARENTES 15 rue de l'ancienne Comédie 86000

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Extension de l école de la deuxième chance à Marseille

Extension de l école de la deuxième chance à Marseille Extension de l école de la deuxième chance à Marseille CONTEXTE La notion d Ecole de la Deuxième Chance La notion d école de la seconde chance fait suite à la parution, en 1995, d un Livre Blanc de la

Plus en détail

Agenda 21 Île-de-France. Le référentiel de l Eco-Région

Agenda 21 Île-de-France. Le référentiel de l Eco-Région Agenda 21 Île-de-France Le référentiel de l Eco-Région Un Agenda 21 pour renforcer l'eco-région 2008 Forum de lancement de l Agenda 21 Île-de-France Le choix d un agenda 21 interne : périmètre de l institution

Plus en détail

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse Récapitulatif de l étude Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse réalisé par Dr. Fredy Dinkel Carbotech AG, Bâle par ordre de PRS - PET-Recycling Schweiz Contact PRS - PET-Recycling Schweiz Naglerwiesenstrasse

Plus en détail

Cahier des charges. «Diagnostic territorial des actions de Productions Décentralisées d Electricité (PDE)» Document 2/3 : Format type

Cahier des charges. «Diagnostic territorial des actions de Productions Décentralisées d Electricité (PDE)» Document 2/3 : Format type Cahier des charges «Diagnostic territorial des actions de Productions Décentralisées d Electricité (PDE)» Document 2/3 : Format type Avertissement : les méthodes et ratios utilisés dans ce cahier des charges

Plus en détail

ARRETE N REGLEMENT DE LA COLLECTE DES DECHETS MENAGERS ET ASSIMILES

ARRETE N REGLEMENT DE LA COLLECTE DES DECHETS MENAGERS ET ASSIMILES Commune de ARRETE N REGLEMENT DE LA COLLECTE DES DECHETS MENAGERS ET ASSIMILES Le maire de la commune de.. Vu les directives européennes Vu la loi n 75-633 du 15 juillet 1975 Vu le code général des collectivités

Plus en détail