Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation"

Transcription

1 1 Numéro 201, juin 2013 Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation I) Immobilier : un premier trimestre en forte croissance Une partie de la croissance repose cependant sur l effet de base Au premier trimestre 2013, 29,2 milliards d de crédits nouveaux à l immobilier ont été versés aux ménages. Ces crédits affichent une hausse de 10,2% par rapport au premier trimestre Les crédits immobiliers ont donc renoué avec la croissance après un an de baisse continue. L ampleur de cette croissance doit cependant être relativisée car elle repose sur un effet de base dont il faut tenir compte. En effet, les crédits versés en février et mars 2012 avaient connu une chute vertigineuse en contrecoup de ceux du mois de janvier 2012 qui avaient bénéficié du déplacement des ventes de ceux qui souhaitaient échapper à la modification de l impôt sur les plus-values immobilières entrée en vigueur en février Les crédits du premier trimestre 2012, en net retrait, expliquent la forte croissance de ceux du premier trimestre L effet de base qui a joué au premier trimestre, devrait se poursuivre aux trimestres suivants. Tableau 1 - Nouveaux crédits immobiliers aux ménages, en millions d' Cumul de janvier à mars Année 10 Année 11 Année 12 mars-11 mars-12 Var. 12/11 mars-13 Var. 13/12 Ensemble des crédits % % dont PTZ % % dont PC-PAS % % dont PPEL % 304-1% dont Secteur Libre % % Source: BDF, estimations BPCE, Pôle Stratégie-DEVP. Le redressement des crédits immobiliers au premier trimestre 2013 permet à ces derniers de repasser la barre des 100 milliards (Banque de France, webstat 1 ) lorsque ceux-ci sont examinés sur une base annuelle. Avec une moyenne mensuelle de 9,7 milliards d au cours du premier trimestre, 2013 s inscrit d ores et déjà dans la dynamique des années qui ont franchi cette barre symbolique. Un tel redressement n allait pourtant pas de soi. L enquête mensuelle de la Banque de France auprès des établissements de crédits a montré qu un nombre non négligeable d entre eux, environ 25%, avaient constaté une baisse de la demande. La hausse observée des crédits versés ne peut provenir que d une demandé plus importante adressée aux autres banques ou alors de montants accordés plus élevés que par le passé. Quant aux conditions d octroi de crédits, une banque sur dix a indiqué les avoir resserrées au cours du premier trimestre Cette action n a pourtant eu aucun impact puisque les crédits nouveaux ont progressé. 1

2 Des taux d intérêt encore plus bas Au premier trimestre 2013, les taux des prêts immobiliers (période de fixation initiale des taux supérieure à un an), ont encore baissé. Ils se sont situés à 3,3% en mars, soit un recul de 15 points de base au cours des trois derniers mois. L analyse montre que cette baisse s est produite pour moitié en janvier et pour moitié en mars, les taux s étant stabilisés en février. Sur un an, les taux d intérêt ont reculé de 75 points de base. Les taux d intérêt sont aujourd hui au plus bas historique. Face à la baisse du pouvoir d achat des ménages, la baisse des taux est le principal moteur de la demande de crédits. Concernant les taux variables (période de fixation initiale des taux inférieure à un an), ils ont eux aussi poursuivi leur repli. Si celui-ci est plus limité sur un trimestre, cela n a pas été le cas au cours de la dernière année. Entre décembre 2012 et mars 2013, les taux variables ont reculé de 10 points de base, à 2,87%. Mais entre mars 2012 et mars 2013, ils ont baissé de 84 points de base (3,71% en mars 2012). L écart entre les taux fixes et les taux variables a peu évolué. Il s est maintenu entre 40 et 50 points de base. Le plancher actuel des taux variables, 2,87% en mars 2012, est 15 points en dessous du précédent point bas (décembre 2010). Des transactions dans l ancien qui remontent Le nombre de transactions immobilières dans l ancien a atteint au cours du premier trimestre Il est en chute de 20% par rapport au même trimestre de l année dernière. Une telle chute doit cependant être relativisée puisque le premier trimestre 2012 avait été gonflé par un transfert des ventes de propriétaires souhaitant échapper aux conséquences de la réforme des plus-values immobilières. Les statistiques des ventes des deuxième et troisième trimestres 2012 portent d ailleurs les stigmates dudit transfert. Les ventes ont progressé par la suite. Entre le troisième et le quatrième trimestre 2012, elles ont affiché une progression de 11%. Ce fut encore le cas au premier trimestre 2013, même si la hausse est plus modeste qu au trimestre précédent (+2,8%). Dans le neuf, logements ont été vendus, soit une baisse de 2,6% par rapport au même trimestre de La modération de la baisse surprend néanmoins par rapport au sentiment général. Si elle venait à se confirmer, elle traduirait une forte progression de l accession à la propriété au cours du trimestre. En effet, le retard pris dans la fixation des contours définitifs du 2

3 dispositif Duflot 2 fait porter sur l accession l essentiel du poids de la promotion privée. Sur un objectif affiché de ventes dans le locatif privé à travers le nouveau dispositif dès 2013, les promoteurs ont signalé ventes au premier trimestre, soit 10,4% de l objectif. Ce qui rend celui-ci hors de portée, à moins d un second semestre exceptionnel. Une baisse des prix dans l ancien qui tarde à s amplifier Les prix des logements anciens sont à nouveau à la baisse depuis un an. Cette baisse, tant attendue par les acquéreurs potentiels, tarde toutefois à s amplifier. Les prix moyens sur un an, mesurés par l indice Insee-Notaires, n ont baissé que de 1,3% au premier trimestre 2013, après un recul de 0,5% au quatrième trimestre Il y a donc une nette différence entre la tendance baissière actuelle et celle de A l époque, il n y avait pas eu de round d observation entre la baisse des prix et son amplification. Compte tenu de la panique qui s est emparée des propriétaires vendeurs, la baisse est passée de 2% à 5% en deux trimestres, puis à 7% au trimestre suivant. Dans la promotion immobilière, les prix au m² continuent de ralentir. Pour la première fois, au premier trimestre 2013, la hausse en glissement annuel est inférieure à 1%. La perspective d une baisse des prix du neuf, peut-être même dès cette année, est désormais réelle. Il faut se rappeler qu il y a encore un an, ces prix progressaient de 2,7%. 2 Deux points du dispositif ne sont pas arrêtés. Le premier concerne la liste des communes éligibles au dispositif Duflot. En effet, dans la zone B2, les préfets avaient jusqu à fin juin 2013 pour établir la liste définitive des communes éligibles au dispositif. L autre grande incertitude concerne les loyers. La loi prévoit qu ils soient de 20% inférieurs aux loyers du marché. Or, les observatoires qui doivent permettre de valider les loyers de marché n existent pas partout ou ne sont pas encore opérationnels. L inquiétude des investisseurs repose sur le pouvoir arbitraire laissé aux préfets qui peuvent fixer un loyer remettant en cause la rentabilité du projet. 3

4 II) Crédits de trésorerie : un premier trimestre difficile Les crédits à la consommation ne redécollent pas Au premier trimestre 2013, les nouveaux crédits de trésorerie 3 ont atteint 11,9 milliards d, en baisse de 4% par rapport au même trimestre de Une fois de plus, le recul des ventes d automobiles, -14,7% pour les immatriculations au premier trimestre 2013 par rapport au même trimestre de l année précédente, a pesé sur la production de crédits. Ce plongeon est d autant plus important que les immatriculations avaient déjà chuté au premier trimestre 2012 (-21,6% par rapport au même trimestre de 2011), offrant au premier trimestre 2013 d un effet de base favorable. La baisse des crédits à la consommation a davantage concerné les banques que les établissements spécialisés. Au cours du premier trimestre, la production de ces établissements, selon l Association des Sociétés Financières, n a baissé que de 3%. C est donc le recul plus important dans les banques qui porte l ensemble à -4%. La décomposition des crédits permet d ailleurs d identifier les financements qui ont le plus baissé. Ainsi, les financements affectés à l automobile tels qu ils sont recensés par des banques spécialisées, conformément à la baisse des immatriculations de véhicules, ont chuté de 9% (13,9% pour les ventes d automobiles neuves et 2,7% pour les automobiles d occasion). Les nouvelles utilisations de crédit revolving ont baissé de 4%. Il n y a donc guère que les prêts personnels (y compris les rachats de créances) et la location avec option d achat qui ont progressé sur le trimestre, +1,2% et +0,7% respectivement. Avec le nouveau recul des crédits à la consommation, nous nous acheminons vers une sixième année consécutive de baisse depuis le début de la crise. En effet, 2007 est la dernière année où ceux-ci ont augmenté. Les ménages semblent donc appliquer la rationalité économique de base, qui veut qu ils se désendettent en période de crise économique. Faute de pouvoir réduire leur endettement immobilier, compte tenu des niveaux de prix et de la durée des crédits, ils concentrent leurs efforts sur un moindre recours aux crédits à la consommation. 3 Cf. annexe ci-après. Il s agit des versements de crédits de trésorerie hors découvert et hors revolving. Contrairement aux crédits nouveaux, la série des encours est complète et détaille l ensemble des crédits à la consommation : découverts bancaires, revolving, Location avec Option d Achat, ventes à tempérament, prêts personnels et autres crédits. 4

5 Tableau 2 - Encours et variation d'encours de crédits à la consommation aux particuliers, en millions d' en millions d' T1 2012T1 2013T T1 2012T1 2013T1 Crédit sur le lieu de vente Crédit revolving Prêts personnels Autres crédits de trésorerie Location avec option d'achat Découverts bancaires Crédits titrisés Total crédit à la consommation Note: T i = trimestre i Encours Source: BDF-DSM, Estimations BPCE, Pôle Stratégie-DEVP. Variation d'encours sur un an Achevé de rédiger le 25 juin 2013 Auguste MPACKO PRISO 5

6 Annexe A) Sources des statistiques de crédits Les statistiques de crédits nouveaux (immobiliers et à la consommation) proviennent de l enquête BDF auprès des Institutions Financières Monétaires hors OPCVM monétaires conformément au règlement n 63/2002 de la BCE. L enquête est menée tous les mois auprès d un échantillon de guichets issus de deux strates de la population des déclarants potentiels, les banques généralistes et les autres établissements. Pour la strate des banques généralistes, la Banque de France sélectionne un échantillon de guichets par sondage à probabilités proportionnelles à la taille des guichets. Quant aux établissements spécialisés, la sélection de ceux qui participent à l enquête se fait par sondage à probabilités proportionnelles à la taille des établissements. La liste des établissements de crédits et de guichets sélectionnés est revue une fois par an en fonction du résultat du calcul de précision (l erreur de mesure ne doit pas dépasser 10 points de base dans 90% des cas). Pour ce qui concerne les crédits de trésorerie, il existe un problème de représentativité. Deux types de crédits de trésorerie ne sont explicitement pas concernés par cette enquête, le crédit renouvelable et les découverts bancaires. Or le premier type représentait 17% de l encours de crédits de trésorerie aux particuliers au premier trimestre 2010 alors que le second atteignait 4,5%. Par ailleurs, la méthode d échantillonnage de l enquête (cf. supra), notamment en ce qui concerne les établissements spécialisés (plus l établissement est gros, plus il a de chance de figurer dans l échantillon) n est pas nécessairement favorable aux crédits de trésorerie (le crédit de trésorerie ne pèse pas lourd par rapport à d autres types de crédits). Selon les données de 2008 et 2009, les montants estimés par l enquête des crédits de trésorerie représentent environ 60% de l ensemble des crédits de trésorerie. Les statistiques d encours de crédits proviennent de la Direction des Statistiques Monétaires de la Banque de France. B) Crédits nouveaux et encours de crédits Crédits Immobiliers Nouveaux aux ménages, en millions d' Cumul de janvier à mars Données mensuelles Année 10 Année 11 Année 12 mars-11 mars-12 Var. 12/11 mars-13 Var. 13/12 mars-11 mars-12 mars-13 Ensemble des crédits % % dont PTZ % % dont PC-PAS % % dont PPEL % 304-1% dont Secteur Libre % % Source: BDF, estimations BPCE, Pôle Stratégie-DEVP. Encours de crédits immobiliers aux ménages Encours en millions d' T1 2012T1 Glis. an. 12T1/11T1 2013T1 Glis. an. 13T1/12T1 PAP ,3% ,0% Prêts à taux zéro ,4% ,9% PC-PAS ,7% ,2% PPEL ,6% ,0% Secteur libre ,0% ,2% Total logement ,5% ,9% Note: T i = trimestre i Source: BDF-DSM, Estimations BPCE, Pôle Stratégie-DEVP. 6

7 Encours de crédits à la consommation aux particuliers Encours en millions d' T1 2012T1 Glis. an. 12T1/11T1 2013T1 Glis. an. 13T1/12T1 Crédit sur le lieu de vente ,2% ,0% Crédit revolving ,8% ,4% Prêts personnels ,1% ,7% Autres crédits de trésorerie ,1% ,8% Location avec option d'achat ,8% ,5% Découverts bancaires ,1% ,0% Crédits titrisés ,1% ,2% Total crédit à la consommation ,8% ,2% Note: T i = trimestre i Source: BDF-DSM, Estimations BPCE, Pôle Stratégie-DEVP. 7

La production de crédits immobiliers au premier trimestre augure une année exceptionnelle

La production de crédits immobiliers au premier trimestre augure une année exceptionnelle N 245, juin 2015 La production de crédits immobiliers au premier trimestre augure une année exceptionnelle I) Immobilier : un début d année sur les chapeaux de roues +39% au premier trimestre 2015 Au premier

Plus en détail

Le 2 ème trimestre 2013 et les tendances récentes

Le 2 ème trimestre 2013 et les tendances récentes Le 2 ème trimestre 2013 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Les marchés du neuf et de l ancien au 2 ème trimestre 2013 Les données caractéristiques du marché selon le type de marché

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2015 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2015 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2015 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

L effondrement des crédits immobiliers au premier trimestre pèsera sur la production de l année 2012

L effondrement des crédits immobiliers au premier trimestre pèsera sur la production de l année 2012 1 Numéro 177, juillet 2012 L effondrement des crédits immobiliers au premier trimestre pèsera sur la production de l année 2012 I) Immobilier : un premier trimestre en chute libre Chute de 39,4% des crédits

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 L ASF (Association Française des Sociétés Financières) regroupe l ensemble des établissements de crédit spécialisés :

Plus en détail

Les crédits au logement consentis aux ménages en 1998

Les crédits au logement consentis aux ménages en 1998 Les crédits au logement consentis aux ménages en Les crédits nouveaux à l habitat mis en force 1 en ont atteint 341,93 milliards de francs en données brutes 2, contre 307,9 milliards en 1997 (+ 11,1 %).

Plus en détail

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 En 1998, avec un chiffre d affaires proche de 109 milliards de francs, selon les estimations du ministère de l Équipement, des Transports

Plus en détail

et les tendances récentes

et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 215 Le 4 trimestre 215 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble Lensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement /CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Avril 2015

Observatoire Crédit Logement /CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Avril 2015 Observatoire Crédit Logement /CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Avril 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT Général au développement durable n 58 Juillet Conjoncture de l immobilier Résultats au premier trimestre OBSERVATION ET STATISTIQUES logement - CONSTRuCTION La conjoncture immobilière au premier

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF. L activité des établissements spécialisés en 2014

TABLEAU DE BORD ASF. L activité des établissements spécialisés en 2014 TABLEAU DE BORD ASF L activité des établissements spécialisés en 2014 Février 2015 Le financement des investissements des entreprises et des professionnels Le financement des investissements d équipement

Plus en détail

et les tendances récentes

et les tendances récentes Le 1 er trimestre 2016 Le 1 trimestre 2016 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble Lensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mars 2016

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mars 2016 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mars 2016 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes Sylvain Gouteron et Évelyne Fam Direction des Statistiques monétaires et financières Service des Analyses et Statistiques monétaires Du

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 599 Janvier 5 Conjoncture de l immobilier Résultats au troisième trimestre OBSERVATION ET STATISTIQUES logement - CONSTRuCTION La conjoncture immobilière

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

2009 : crise ou reprise?

2009 : crise ou reprise? Conférence de presse 2009 : crise ou reprise? Les indicateurs uniques Contact presse: Maël Bernier-Resch: 06.32.86.92.98 / 01.55.80.58.66 mael.bernier-resch@empruntis.com Les prix aujourd hui Les taux

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9%

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Paris, le 3 mai 2012. Prix de vente : +2,4%, avec une contribution positive de tous les

Plus en détail

Note de l Institut d émission

Note de l Institut d émission en Nouvelle-Calédonie entre 1999 et 26 AGENCE DE NOUMÉA Octobre 26 Note de l Institut d émission Établissement public Dotation 1 - SIRET 78 43 111 1 APE 651 A Siège social : 5 rue Roland Barthes 75598

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en novembre 2012 : +0,2% sur un mois, -2,2% en moyenne mobile sur trois mois 2. Marché du logement en novembre

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE PIB Consommation des ménages 102 début 2008 = 100 104 101 102 100 100 99 99 08 09 10 11 12 13 14 98 105 Investissements des entreprises

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Janvier 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

L Observatoire du Financement

L Observatoire du Financement Institut CSA Institut CSA Crédit Logement Crédit Logement JUIN 212-6 ème édition Observatoire Crédit Logement / CSA L Observatoire du Financement Crédit Logement Institut CSA des Marchés Résidentiels Sommaire

Plus en détail

économique PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES : QUE NOUS RÉSERVE 2011? DÉCEMBRE 2010 JANVIER 2011 Canada États-unis Les taux d'intérêt

économique PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES : QUE NOUS RÉSERVE 2011? DÉCEMBRE 2010 JANVIER 2011 Canada États-unis Les taux d'intérêt DÉCEMBRE JANVIER 211 économique PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES : QUE NOUS RÉSERVE 211? Au passage d une année à l autre, il est de mise de s interroger sur ce que nous réserve la nouvelle année. Après la solide

Plus en détail

Développements. Internationaux

Développements. Internationaux Développements Internationaux Pétrole et matières premières Le cours de l or noir a baissé à nouveau Au quatrième trimestre 2015, le cours du Brent a fluctué autour de 45 $ par baril en moyenne. L offre

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Paris, le 10 mars 2011 Résultats 2010 du GROUPE LA POSTE

Paris, le 10 mars 2011 Résultats 2010 du GROUPE LA POSTE COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 10 mars 2011 Résultats 2010 du GROUPE LA POSTE DES RESULTATS EN PROGRES UN MODELE STRATEGIQUE SOLIDE DES POSTIERS ASSOCIES A LA QUALITE DE SERVICE ET A LA PERFORMANCE Réuni

Plus en détail

L Observatoire. du Financement des Marchés Résidentiels. Institut CSA. Institut CSA. Institut CSA. Crédit Logement.

L Observatoire. du Financement des Marchés Résidentiels. Institut CSA. Institut CSA. Institut CSA. Crédit Logement. Institut CSA Institut CSA Crédit Logement Crédit Logement JUIN 215-9 ème édition Observatoire Crédit Logement / CSA L Observatoire Crédit Logement Institut CSA du Financement des Marchés Résidentiels Sommaire

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014 CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014 SYNTHÈSE DES CHIFFRES CLÉS Sources : FNAIM, CGEDD, SOeS, ECLN UN MARCHÉ PEU DYNAMIQUE ÉQUIVALENT À CELUI DE 2013 Quasi-stabilité

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 23 Avec près de 96 milliards d euros de crédits nouveaux à l habitat distribués, l année 23 marque une nouvelle étape dans le cycle de hausse débuté en

Plus en détail

Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010

Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010 COMMUNIQUE DE PRESSE - DIFFUSION IMMEDIATE Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010 Chiffre d affaires 2010 : 540 m - Réduction de l'activité en immobilier d'entreprise Hausse du carnet de

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

RÉUNION ANALYSTES LOCINDUS. Salle Tuileries (2274) Crédit Foncier 27 avril 2011

RÉUNION ANALYSTES LOCINDUS. Salle Tuileries (2274) Crédit Foncier 27 avril 2011 RÉUNION ANALYSTES LOCINDUS Salle Tuileries (2274) Crédit Foncier 27 avril 2011 SOMMAIRE Faits marquants de l année 2010 Le marché Activité commerciale 2010 Résultat annuel 2010 Evolution du cours de bourse

Plus en détail

L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014

L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014 L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

Total Passif 316,0 310,6

Total Passif 316,0 310,6 Acanthe Développement RESULTATS ANNUELS 2014 Faits Marquants Paris, le 24 Avril 2015 Patrimoine Immobilier 295 Millions d euros Résultat net consolidé (part du groupe) 1.533 K ANR 1,2882 / action Cours

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 24 ème rapport annuel L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES Tableau de bord présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université Paris Ouest - Jeudi 19 janvier 2012-1 Les faits marquants

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse

abcdefg Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 11 mars 2010 Appréciation de la situation économique et monétaire du 11 mars 2010 La Banque nationale

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 3 au 7 décembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 3 au 7 décembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 3 au 7 décembre 212 SOMMAIRE FRANCE 1. Prix des appartements anciens au 3 ème trimestre 212 : -,5% sur un an, première baisse depuis fin 29, tensions persistantes à Paris 2. Crédits

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

La part des banques dans le financement des entreprises

La part des banques dans le financement des entreprises Le financement bancaire des entreprises en Polynésie française AGENCE DE PAPEETE NUMERO 1 Janvier 08 Note expresse Établissement public Dotation 000 000 - SIRET 78 430 111 0 APE 651 A Siège social : 5

Plus en détail

EN NORD PAS-DE-CALAIS

EN NORD PAS-DE-CALAIS FÉVRIER 2015 LES ENTREPRISES EN NORD PAS-DE-CALAIS BILAN 2014 ET PERSPECTIVES 2015 Sommaire CONTEXTE CONJONCTUREL... 3 SYNTHÈSE... 4 INDUSTRIE... 5 RAPPEL DU CONTEXTE CONJONCTUREL RÉGIONAL 2013 ET 2014...

Plus en détail

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998

LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998 LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998 Les crédits de ce type mis en force au cours du premier semestre 1998 ont atteint 154,1 milliards de francs (données brutes non corrigées

Plus en détail

Le Bâtiment en Ile-de-France Troisième trimestre 2012 Activité atone perspectives en nette baisse

Le Bâtiment en Ile-de-France Troisième trimestre 2012 Activité atone perspectives en nette baisse DAEJ/CAB/2012/55 31 octobre 2012 Note pour le cahier de la Cellule Economique Le Bâtiment en Ile-de-France Troisième trimestre 2012 Activité atone perspectives en nette baisse 1- L activité des entreprises

Plus en détail

Présentation du Prêt à Taux Zéro (PTZ) 2016

Présentation du Prêt à Taux Zéro (PTZ) 2016 Présentation du Prêt à Taux Zéro (PTZ) 2016 Historique Le prêt à taux zéro renforcé, PTZ+, était entré en vigueur le 1 er janvier 2011. Il visait à favoriser l accession à la propriété. Réservé aux primo-accédants,

Plus en détail

Espagne: Une Reprise Fragile

Espagne: Une Reprise Fragile Focus OFP 28 Aout 2015 Frédéric Mackel (33) 1 85 08 13 73 f.mackel@oaksfieldpartners.com Timothée Sohm-Quéron t.sohm@oaksfieldpartners.com Chloe-Elizabeth Challier chloeelizabeth.challier@esade.edu Introduction

Plus en détail

Message accompagnant le projet de décision concernant l octroi d un crédit d engagement pour l aide au logement

Message accompagnant le projet de décision concernant l octroi d un crédit d engagement pour l aide au logement Message accompagnant le projet de décision concernant l octroi d un crédit d engagement pour l aide au logement Le Conseil d Etat du Canton du Valais au Grand Conseil Monsieur le Président, Mesdames et

Plus en détail

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens.

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. Paris, le 15 juillet 2011 Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. L ABE (Autorité Bancaire Européenne) et les autorités de supervision nationales, dont l Autorité de contrôle

Plus en détail

LES PRIX IMMOBILIERS

LES PRIX IMMOBILIERS LES PRIX IMMOBILIERS Bilan de l année 2014 Janvier 2015 Cimm Immobilier - Crédit Foncier - Crédit Logement - Crédit Mutuel - Gécina - SeLoger.com - SNPI - Sogeprom 1 LE NOMBRE DE RÉFÉRENCES TRAITÉES PAR

Plus en détail

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Alger, le 26 décembre 2013 Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Introduction L objet de cette note est d analyser les principales tendances financières et monétaires

Plus en détail

LOGEMENT : L ÉVOLUTION DU POUVOIR D ACHAT DES PRIMO-ACCÉDANTS

LOGEMENT : L ÉVOLUTION DU POUVOIR D ACHAT DES PRIMO-ACCÉDANTS LOGEMENT LOGEMENT : L ÉVOLUTION DU POUVOIR D ACHAT DES PRIMO-ACCÉDANTS Le «pouvoir d achat immobilier» des ménages est un concept important pour l analyse des marchés du logement. Dans cet article, Ingrid

Plus en détail

à la Consommation en Europe

à la Consommation en Europe Le Marché du Crédit à la Consommation en Europe Une étude SOFINCO Novembre 2007 Evry, le 29 novembre 2007 - Nicolas Pécourt 1 Le crédit à la consommation en Europe Périmètre Cette étude est un complément

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2015 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte BURKINA FASO Chiffres clés Taux de change : 1$ US Principales villes Population Taux de croissance de la population (2006-2010) Population urbaine (%du total 2010) PNB par habitant Croissance du PIB (réal

Plus en détail

Vers un nouvel atterrissage en douceur

Vers un nouvel atterrissage en douceur Trimestriel n 29 juillet 211 Vers un nouvel atterrissage en douceur Depuis le début de l année apparaissent des signes de tassement du marché résidentiel : recul des ventes, amorce de freinage des prix

Plus en détail

FRANCE Immobilier résidentiel Évolutions récentes et perspectives 2016

FRANCE Immobilier résidentiel Évolutions récentes et perspectives 2016 Trimestriel n 16/23 2 janvier 216 FRANCE Immobilier résidentiel Évolutions récentes et perspectives 216 Risque de légère inflexion en 216 L année 2 a été un «bon cru» pour l immobilier. Les ventes de logements

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Publication du Bulletin BCL 2014/1

Publication du Bulletin BCL 2014/1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Luxembourg, le 20 mars 2014 Publication du Bulletin BCL 2014/1 Le présent communiqué comporte un survol de la situation macroéconomique, une brève présentation des projections d inflation

Plus en détail

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier L évolution du marché des Fonds à fin Janvier Le marché des fonds de droit français débute cette nouvelle année sur une formidable progression de +4,6% de son niveau d encours, l équivalent de 35,7 milliards

Plus en détail

Communiqué de presse 24 avril 2014

Communiqué de presse 24 avril 2014 Communiqué de presse 24 avril 2014 Activité au 31 mars 2014 Hausse du taux d occupation moyen du Groupe à 96.9% contre 95.5% fin 2013 Loyers en hausse de +3.5% à périmètre homogène Gecina maintient sa

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PICARDIE

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PICARDIE TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PICARDIE SEPTEMBRE 2009 Tous les commentaires s appliquent à des données corrigées des variations saisonnières. Picardie Tendances régionales Numéro 20 Page 1 sur 8 Vue d ensemble

Plus en détail

Observatoire des Loyers de l Agglomération Parisienne

Observatoire des Loyers de l Agglomération Parisienne Observatoire des Loyers de l Agglomération Parisienne ÉVOLUTION EN 2012 DES LOYERS D HABITATION DU SECTEUR LOCATIF PRIVÉ DANS L AGGLOMÉRATION PARISIENNE Mai 2013 MÉTHODOLOGIE Comme chaque année, l'olap

Plus en détail

avs : la hausse de l espérance de vie impose des réformes

avs : la hausse de l espérance de vie impose des réformes 23 OCTOBRE 2011 FICHE THEMATIQUE: ASSURANCE VIEILLESSE ET SURVIVANTS avs : la hausse de l espérance de vie impose des réformes Le nombre croissant de retraités va placer l AVS face à un défi de taille

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR BANQUE PROFESSIONS IMMOBILIÈRES ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR BANQUE PROFESSIONS IMMOBILIÈRES ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR BANQUE PROFESSIONS IMMOBILIÈRES ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2012 Durée : 3 heures BTS Banque : Coefficient 2 BTS Professions Immobilières : Coefficient

Plus en détail

Après une année 2012 de fort ralentissement, voire de récession

Après une année 2012 de fort ralentissement, voire de récession FICHE PAYS PECO : LE DANGER RUSSE Marion Cochard Département analyse et prévision Après une année 2012 de fort ralentissement, voire de récession pour certains pays de la zone, la croissance a repris progressivement

Plus en détail

PREMIERES MESURES DE STIMULATION DE L ACTIVITE ECONOMIQUE

PREMIERES MESURES DE STIMULATION DE L ACTIVITE ECONOMIQUE DOSSIER DE PRESSE PREMIERES MESURES DE STIMULATION DE L ACTIVITE ECONOMIQUE SOMMAIRE I. Dispositifs en faveur de l investissement des ménages : Description des dispositifs o Le Prêt d Accès à la Propriété

Plus en détail

Lente amélioration de la conjoncture

Lente amélioration de la conjoncture Conjoncture économique - 1 e trimestre 214 USA JPN EUR PIB PIB et Baromètre PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Lente

Plus en détail

Une amélioration qui demande confirmation

Une amélioration qui demande confirmation JANVIER 2016 Une amélioration qui demande confirmation 2015 s avère plus favorable que prévu pour les TPE-PME de Rhône-Alpes. Contrairement aux années précédentes, les entreprises qui déclarent un chiffre

Plus en détail

ECO France Direction des Études Économiques

ECO France Direction des Études Économiques Direction des Études Économiques Note trimestrielle N 23 janvier 21 Perspectives 29-21 CROISSANCE & ÉPARGNE-CRÉDIT France : reprise incertaine de la demande domestique Le rebond de la croissance française

Plus en détail

Accalmie en vue après l emballement de 2010

Accalmie en vue après l emballement de 2010 Trimestriel n 27 janvier 211 Accalmie en vue après l emballement de 21 Le marché résidentiel s est redressé en 21 : hausse des ventes (+27% dans l ancien), reprise des prix, à 1% dans l ancien comme dans

Plus en détail

Conférence de presse 16 janvier 2013

Conférence de presse 16 janvier 2013 Conférence de presse 16 janvier 2013 Sommaire 1- Les attentes des Français en matière de logement par rapport à leur commune 2- Immoprêt : bilan 2013 et projets 2014 3- Marché : constats 2013 4 - Perspectives

Plus en détail

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail

4. s ituation financière des secteurs non financiers belges

4. s ituation financière des secteurs non financiers belges . s ituation financière des secteurs non financiers belges Dans un contexte de grande incertitude et de fragmentation des marchés financiers de la zone euro, les actifs financiers nets dont dispose la

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES CANADIENS PLUS JEUNES ONT FREINÉ LEUR ENDETTEMENT EN 2012, MAIS LES PLUS VIEUX ONT CONTINUÉ D EMPRUNTER

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES CANADIENS PLUS JEUNES ONT FREINÉ LEUR ENDETTEMENT EN 2012, MAIS LES PLUS VIEUX ONT CONTINUÉ D EMPRUNTER COMMENTAIRE Services économiques TD 13 février 13 LES CANADIENS PLUS JEUNES ONT FREINÉ LEUR ENDETTEMENT EN 1, MAIS LES PLUS VIEUX ONT CONTINUÉ D EMPRUNTER Faits saillants En 1, la dette des ménages canadiens

Plus en détail

RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE. En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création

RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE. En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 18 mars 2009 RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création 2010 : mise en marché d activités

Plus en détail

Depuis la crise de 2008-2009, l investissement des ménages en

Depuis la crise de 2008-2009, l investissement des ménages en Malgré la reprise du pouvoir d achat, la construction de logements continuerait de baisser en 2015 Camille Sutter Département de la conjoncture Violaine Faubert Éric Monnet Banque de France Depuis la crise

Plus en détail

Débat d Orientations Budgétaires 2016 Présentation

Débat d Orientations Budgétaires 2016 Présentation Commune d Angoulins Débat d Orientations Budgétaires 2016 Présentation Introduction La tenue du débat d orientation budgétaire est obligatoire dans les régions, les départements, les communes de plus de

Plus en détail

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2016-05-27. observatoire du crédit. Liens:

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2016-05-27. observatoire du crédit. Liens: Observatoire du crédit aux sociétés non financières boulevard de Berlaimont 14 BE-1000 Bruxelles Tel. +32 2 221 26 99 Fax +32 2 221 31 97 TVA BE 0203.201.340 RPM Bruxelles 2016-05-27 Liens: observatoire

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2013 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2013 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2013 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Les marchés du neuf et de l ancien au 4 ème trimestre 2013 Les données caractéristiques du marché selon le type de marché

Plus en détail

L évolution du marché des OPCVM à fin novembre

L évolution du marché des OPCVM à fin novembre L évolution du marché des OPCVM à fin novembre Après avoir enregistré une belle progression en octobre, le marché des fonds de droit français voit son encours se replier de -0,2%, l équivalent de 1,6 milliard

Plus en détail

USS Union syndicale suisse www.uss.ch. Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse

USS Union syndicale suisse www.uss.ch. Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse Écarts entre les salaires : les politiques peuvent et doivent agir Daniel Lampart, économiste en chef et premier secrétaire de l USS/fq

Plus en détail

Marché résistant en 2011 et en repli en 2012

Marché résistant en 2011 et en repli en 2012 Trimestriel n 31 janvier 212 Marché résistant en 211 et en repli en 212 L année 211 aura encore été un bon cru pour l immobilier résidentiel, mais avec un contraste entre neuf et ancien. Dans le logement

Plus en détail

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL L activité économique mondiale en 2013 s est caractérisée par une reprise progressive dans les pays avancés, bien qu à des degrés variables selon les pays. Dans

Plus en détail

TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL DE LA CONSTRUCTION NEUVE

TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL DE LA CONSTRUCTION NEUVE SERVICE ECONOMIQUE ET FINANCIER TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL DE LA CONSTRUCTION NEUVE 45 milliers de logements par trimestre MARCHE DU LOGEMENT NEUF FRANCE ENTIERE 120 40 35 30 25 20 15 10 110 100 90 80

Plus en détail

ORPI. septembre 2012

ORPI. septembre 2012 ORPI Conférence de presse de rentrée 18 septembre 2012 Bilan et faits marquants du premier semestre 2012 National La France : un marché au point mort Aucune chute brutale des prix à espérer De fortes tensions

Plus en détail

Le contexte économique général

Le contexte économique général n 7 2ème semestre Juillet-Décembre Le contexte économique général Après un début d année plus austère, s est doucement redressé au cours du second semestre avec des indicateurs de plus en plus favorables

Plus en détail

1 La situation économique et financière 10

1 La situation économique et financière 10 Sommaire 1 La situation économique et financière 10 1.1 La situation économique dans la zone euro 12 1.1.1 Les taux d intérêt à court terme 12 1.1.2 Les rendements des titres publics à long terme 13 1.1.3

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Juin 2014

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Juin 2014 L Tableau de bord mensuel Juin 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple = M est

Plus en détail

PARAMETRES DE MARCHE. Rapport au 30 Juin 2014. Paramètres de marché au 30 juin 2014

PARAMETRES DE MARCHE. Rapport au 30 Juin 2014. Paramètres de marché au 30 juin 2014 PARAMETRES DE MARCHE Rapport au 30 Juin 2014 Paramètres de marché au 30 juin 2014 Malgré la publication de chiffres de croissance du 1 er trimestre décevants en zone euro et, plus encore, aux Etats-Unis,

Plus en détail