Principales évolutions apportées aux Th&saurus Harmonisés en 2013.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Principales évolutions apportées aux Th&saurus Harmonisés en 2013."

Transcription

1 Informations médico-techniques & Année octobre Représentation, ressource et référence des Services de santé au travail interentreprises Les Informations Mensuelles Un journal d'informations pour les personnels des SSTI À l origine, le sigle C.I.S.M.E signifiait Centre d Information des Services de Médecine d Entreprise. La fonction d information est donc centrale dans les missions historiques du Cisme. Aujourd hui, cette mission demeure une priorité et se concrétise au quotidien par de très nombreux échanges téléphoniques ainsi que par la participation du personnel du Cisme à de nombreuses réunions organisées par les Services adhérents ou leurs associations régionales. Pour compléter ce dispositif et s adresser à l ensemble de la profession, le Cisme a mis à la disposition des SSTI des réunions d information, des ateliers d échanges, ainsi qu une communication écrite et des supports électroniques. A ce titre, onze fois par an, le Cisme adresse à l ensemble de ses adhérents son journal, les "Informations Mensuelles" (IM), qui paraît dans une nouvelle formule depuis le mois de décembre Ce mensuel d information met en relief les événements importants et les actions menées par le Cisme et par les SSTI. Il comprend différentes rubriques, dont une met en exergue les informations à caractère médico-technique. Les IM peuvent également faire l objet de numéros hors-série présentant, notamment, les productions des groupes ASMT (Action Scientifique en Milieu de Travail). Suite à cette réunion, les médecins relais des Services recevront régulièrement une information en provenance du Cisme qu ils pourront, s ils le jugent opportun, diffuser auprès de leurs collègues. Parmi les informations qui seront transmises à ce réseau, la partie "Médico-technique" des Informations Mensuelles leur sera adressée chaque mois ainsi que les numéros hors-série. Par ailleurs, dans le cadre de son mode de fonctionnement, le réseau des médecins relais des SSTI est invité à faire remonter au Cisme des informations collectées directement sur le terrain qui pourront, le cas échéant, faire l objet de publication dans ce mensuel. Le présent document présente les différents articles médico-techniques publiés depuis le mois de janvier 2014 dans les Informations Mensuelles du Cisme. Janvier :50 èmes Journées Santé-Travail Actions de communication pour impliquer l'entreprise. Février :17 èmes Journée Nationale de l'audition Comment les SSTI peuvent y participer? :ODICER Un indicateur sur les drogues en régions. :Thésaurus Harmonisés Livraison des nouvelles versions aux éditeurs de logiciels. :Thésaurus hamonisés Principales évolutions apportées aux Th&saurus Harmonisés en Mars :JST 2014 Appel à communication. :Livraison des premères MEEP aux éditeurs de logiciels Une aide à la traçabilité des expositions professionnelles pour plus d'une centaine de professions. Avril :Convention d Objectifs et de Gestion AT/MP Comment la nouvelle COT AT/MP a-t-elle été élaborée? :Livraison des Thésaurus Harmonisés De la nécessaire implémentation des dernières versions dans les solutions logicielles des SSTI. Mai :Réseau des médecins-relais des SSTI Une journée d information organisée le 24 juin 2014 à Paris. :51 èmes Journées Santé-Travail du Cisme Extension de l appel à communication. :De l'exercice de la médecine du travail Les différents critères pour obtenir la qualification en médecine du travail. Juin :Journée d'information des médecins-relais le 24 juin 2014 à Paris Le médecin-relais : nouveau vecteur d'échange et de partage entre les SSTI et le Cisme. :Journée Mondiale de la sécurité et de la Santé au travail Une édition 2014 consacrée au risque chimique. :Thésaurus hamonisés Livraison de la version 2 des thésaurus aux éditeurs de logiciels. :Thésaurus des Expositions Professionnelles Une nouvelle codification pour faciliter l'exploitation. :Nouveauté 2014 : Thésaurus et matrices emploiexpositions potentielles Des matrices utilisant les codes et libellés du Thésaurus des Expositions Professionnelles. :DéveloppementProfessionnel Continu Cadre juridique, organisation et financement du dispositif de DPC. :Education pour la Santé et Santé au travail Principes et ethique de l'éducation pour la Santé. :Pesticides et effets sur la Santé Une expertise collective de l'inserm. :Plan cancer Cancers d'origine professionnelle : favoriser le maintien et le retour dans l'emploi. :Commission Système d Information et groupes Thésaurus du Cisme De nouveaux membres pour garantir la représentation de l ensemble des utilisateurs. :Appel à communication des 51 èmes Journées Santé-Travail Mise en oeuvre opérationnelle du projet de Service. :Le programme Matgéné de l InVS Parallèlement aux MEEP du Cisme : une approche par substance. :MEEP et logiciels Santé au travail Vers une utilisation des MEEP au quotidien. :Circulaire Cnamts 1/2014 du 27 janvier 2014 Page 12. Diffusion d une nouvelle version du guide pour les CRRMP. :Les partenaires de la prévention Focus sur l'asip Santé. :La carte de Professionnel de Santé (CPS) PUn outil de sécurisation et de partage des données de Santé. : La Messagerie Sécurisée de Santé (MSSanté) Une messagerie pour des échanges de données sécurisées.

2

3 Informations Mensuelles 2014 Compilation Médico-Technique à l'attention des médecins-relais Janvier Représentation, ressource et référence des Services interentreprises de santé au travail

4 50 èmes Journées Santé-Travail du Cisme Actions de communication pour impliquer l entreprise Dans cette troisième partie de la restitution des Journées Santé-Travail 2013, consacrée aux actions des SSTI auprès des entreprises, retour sur la 2 de session, plus particulièrement centrée sur la communication et les actions permettant d impliquer l entreprise. Pour ce faire, focus sur deux présentations : 10 la newsletter du service Gist, outil qui se veut faire prendre conscience des risques professionnels aux responsables d entreprise, et une action centrée sur la prévention pour les aides à domicile, par le Service Ametra Santé au Travail. Le texte intégral des deux communications peut être retrouvé sur la page des JST La newsletter du GIST, un outil de PRISE DE CONSCIENCE DES RISQUES auprès des responsables d entreprise Par Natasha COLEY - GIST Un moyen dans la "relation adhérent" pour sensibiliser à la prise de conscience des risques A la suite de la création de son site internet en 2009, le GIST a réalisé sa première newsletter destinée à ses adhérents. Aujourd hui, cette lettre électronique est adressée tous les mois à près de abonnés (soit plus des 2/3 des adhérents du GIST) et s inscrit dans la communication globale du SSTI. Lors de la mise en œuvre du premier plan de communication en 2010 préconisant le développement de la "relation adhérent", ce moyen d information se doit de maintenir un lien actif (connexion sur le site du GIST et ses actualités) avec l adhérent. Au-delà de cette volonté d établir et rester en contact avec les entreprises, l objectif de l outil est de permettre aux responsables (directeurs, DRH, ou chefs d entreprise) de s approprier les sujets proposés pour mener des actions concrètes de prévention des risques ou d amélioration des conditions de travail au sein de leur établissement. A ce jour, le GIST a réalisé 44 lettres d information. Un outil simple et maîtrisé LA STRATEGIE DE CONTENU : Pour pérenniser et enrichir la relation avec les abonnés, il a fallu adopter une véritable stratégie de contenu. Comme ce vecteur d information électronique va toucher de nombreuses personnes en une seule fois, il convient, pour assurer un maximum de réussite, de proposer des sujets qui vont susciter l intérêt du plus grand nombre : le risque routier, le risque électrique, les troubles musculo-squelettiques, la prévention de la pénibilité, les risques psycho-sociaux, les conduites addictives, les nuisances sonores, etc sans pour autant négliger des thèmes plus pointus (nanotechnologies, perchloréthylène, etc) mais incontournables, ne concernant qu une poignée des entreprises. ORGANISER L INTERNE Pour que cet outil reste à la fois léger dans sa mise en œuvre et légitime, les sujets peuvent être proposés par tous. Le choix de ceux-ci est effectué par la direction et proposé, chaque mois, aux membres de la commission technique. La lettre fait aujourd hui consensus auprès du corps médical. La participation peut être large mais tempérée par la ligne éditoriale. Les modalités de validation sont simples mais bien verrouillées. Actions et résultats : un score satisfaisant --La lettre obtient un taux d ouverture de 25 % soit près de connexions uniques mensuelles et près de chargements de lettre en ouverture cumulée. On peut aussi souligner les statistiques de fréquentation du site qui 10 Informations Mensuelles Cisme Janvier 2014

5 ont doublé en presque 3 ans (de à visiteurs mensuels). Cette croissance du trafic s explique par plusieurs facteurs comme l amélioration du référencement ou la communication renforcée de l adresse du site auprès des adhérents, notamment sur les supports papier, etc. La newsletter constitue un de ces vecteurs de trafic et contribue à cette augmentation de la fréquentation. Quel est le bénéfice pour les entreprises? La lettre électronique périodique est proposée par de nombreux services et suscite de nombreuses interrogations. Comment évaluer l impact de la lettre en dehors du nombre de connexions? Est-ce que la lettre ne fait pas doublon avec d autres lettres d institutions? --Des chefs d entreprise ont témoigné de l utilité de cette lettre et du lien qu il maintient avec le SSTI en dehors des visites et sollicitations administratives. Tous ces responsables ne reçoivent pas les autres lettres de SSTI (sauf s ils ont réalisé une démarche volontaire d abonnement) et très peu d entre eux sont destinataires de lettres sur la santé au travail provenant d autres organismes œuvrant en matière de santé au travail : lors de l enquête GIST réalisée en avril 2013 auprès de 800 entreprises, moins de 1 responsable sur 10 connait l ANACT ou l OPPBTP. --En dehors des statistiques d ouverture ou de chargement de lettres, d autres indices permettent d évaluer la réussite de la newsletter : tracking des adresses IP fidèles, analyse des cibles de clics (sujets d actualité les plus fréquentés). Le nombre de désabonnement peut également constituer un critère d évaluation. Le retour des chefs d entreprises visités par les ASST peut également être pris en compte, sur le plan qualitatif. Un petit questionnaire de satisfaction est à ce jour à l étude avec les ASST. Conclusion La lettre électronique du GIST est reconnue comme un vecteur d information privilégié auprès des entreprises. L enquête sur les besoins des adhérents menée en 2013 auprès de près de 800 entreprises adhérentes au GIST a montré un très grand intérêt pour l information en matière de santé au travail (social, juridique, risques, sécurité, prévention, formations, éducation sanitaire). Aides à domicile : comment s engager dans une action de prévention innovante? Par Solange CAHN - Ametra Sante au Travail INTRODUCTION ET OBJECTIFS Le secteur des aides à domicile est très hétérogène, avec un fort recrutement et une sinistralité préoccupante. La population des aides à domicile, suivie par le Service de l AMETRA- MONTPELLIER, est de salariés, répartis sur une centaine d entreprises (à l exclusion des particuliers employeurs). L indice de fréquence des AT dans ce secteur est le double de la moyenne régionale tous secteurs confondus, et 80 % des AT sont représentés par les chutes et manutentions manuelles. 10 % des inaptitudes délivrées à l AMETRA sur une population d environ salariés, relèvent du secteur de l aide à domicile. Un groupe de travail pluridisciplinaire s est constitué, avec l appui de la Carsat Languedoc-Roussillon (LR), la Mission Nationale sur l aide à domicile, et la Direccte LR. Ce collectif, constitué au sein du Service AMETRA, d infirmières du travail (IST), de 2 médecins du travail, d un IPRP ingénieur ergonome, d une assistante sociale et d assistantes Santé Travail (AST), s est réuni à partir du 2 ème trimestre 2012, pour élaborer les axes d actions et les moyens à mettre en œuvre dans le respect des nouvelles dispositions du Code du Travail, relatives à la modulation de la périodicité de la visite périodique. Pour rendre la prévention des risques professionnels plus efficace dans ce secteur, l équipe pluridisciplinaire a privilégié les priorités suivantes : Optimiser l information et la sensibilisation des aides à domicile lors de la visite médicale. Tendre à réduire la sinistralité par : - Une diminution des TMS et des facteurs de RPS, afin de limiter l absentéisme. - Une revalorisation de l image de marque de cette profession, afin de s inscrire dans une professionnalisation de ce secteur. Favoriser la création d une fiche individuelle de prévention à certains facteurs de risques (pénibilité). Favoriser la désignation par l employeur, de salarié(s) compétent(s), pour s occuper des activités de protection et prévention des risques professionnels. En collaboration avec la Carsat LR sur les 100 adhérents AMETRA du sec- Informations Mensuelles Cisme Janvier

6 teur "aide à domicile", 85 entreprises ont pu faire l objet d une analyse pour l année Sur les salariés représentés, l indice de fréquence (IF) est de 80. Pour le département Hérault, sur 130 établissements, l IF est de 90, et pour les 279 établissements de la région LR, l IF est de 89, à comparer à l IF national de 79, à l IF tout secteur confondu de 46,5 pour la région LR, et de 36,2 au niveau national. 228 AT déclarés (sur salariés), ont déclenché jours d arrêts de travail. 80% sont consécutifs à des chutes et des manutentions manuelles. 41 accidents du trajet ont représenté jours d arrêt de travail, et 8 maladies professionnelles déclarées ont entrainé jours d arrêt de travail. Cette analyse doit être mise en rapport avec l IF du BTP, qui est de 83,5 en LR, sensiblement inférieur au secteur "aide à domicile". METHODOLOGIE Le groupe de travail s est appuyé sur des supports de sensibilisation aux principaux risques et sur des outils opérationnels élaborés par l AMETRA, la Carsat LR, la Mission Nationale, l INRS, et l IRCEM (Institution de Retraite Complémentaire des Employés de particuliers). Pour les entreprises Dans le cadre de l action pluridisciplinaire en milieu de travail, associée aux entretiens infirmiers, les AST réalisent les fiches d entreprise et l équipe pluridisciplinaire apporte son soutien technique à l élaboration ou à la mise à jour du DUERP. Pour les directeurs de structures "aide à domicile" Réunions des employeurs pour les sensibiliser aux enjeux de la prévention primaire et sur l espacement des visites médicales. Ces sessions d information s articulent sur un programme réalisé conjointement par l équipe pluridisciplinaire de l AMETRA-MONTPELLIER, la Carsat- LR et la DIRECCTE-LR. Pour les salariés *Information/sensibilisation individuelle Lors des différentes visites médicales, une information est délivrée par le Médecin du travail et/ou l IST et/ou l assistante médicale, à partir de 6 flyers, en ciblant les chutes et glissades, l activité physique et l hygiène, tout en s aidant d un questionnaire. Sessions collectives *Pour les responsables de secteur Les responsables de secteur sont désignés par les entreprises adhérentes après sollicitation de l équipe pluridisciplinaire. Les sessions collectives d information et sensibilisation sont organisées conjointement par l équipe pluridisciplinaire de l AMETRA-MONTPELLIER et la Carsat-LR. Pour les aides à domicile Organisation de sessions collectives d information et sensibilisation sur les risques professionnels et les bonnes pratiques par groupe de 15, 2 ans après la dernière visite médicale, suivies un an plus tard, d un entretien infirmier. Elles se dérouleront sur un rythme de 1 à 2 réunions par semaine tout au long de l année. Les convocations pour ces sessions seront émises par une secrétaire correspondante référente, qui fera l interface entre les cabinets médicaux et les associations "aide à domicile". Ces sessions collectives seront animées initialement par plusieurs membres de l équipe pluridisciplinaire pour bien maîtriser l outil vidéo interactif, puis par un seul membre de l équipe (une AST ou une IST). Les salariés seront informés qu en cas de nécessité, ils pourront solliciter à tout moment une visite auprès du médecin du travail. ACTIONS ET RESULTATS Pour les entreprises A fin 2012, 33 % des fiches d entreprises ont été réalisées par les AST, 42 % des entreprises ont réalisé ou mis à jour leur DUERP. L objectif affiché est de réaliser au minimum 80 % des fiches d entreprise, sur les 100 entreprises adhérentes à l AMETRA, et d accompagner 80 % de ces entreprises dans la finalisation ou la mise à jour de leur DUERP. Pour les directeurs de structures "aide à domicile" L action a pour finalité de faire prendre conscience aux directeurs de structures, de mettre en place une démarche de prévention, d adhérer et de se mobiliser autour de l action innovante proposée. Deux réunions ont regroupé, en mars et mai 2013, 33 directeurs sur les 100 structures adhérentes. Une troisième réunion est programmée début octobre 2013, après un phoning actif auprès des associations n ayant pas répondu aux sollicitations précédentes. Le ressenti auprès des directeurs, de cette information portant sur cette action innovante, a été très positif. Pour les salariés *Information /sensibilisation individuelle Il s agit d informer les intervenants sur les risques de leur métier et de leur faire connaître les bonnes pratiques sur les 3 risques principaux (risque de chutes et glissades, activité physique, hygiène). En mai 2013, 6 cabinets médicaux pilotes, dans le cadre des différentes visites médicales, ont réalisé 150 informations-cibles avec un taux de satisfaction élevé de la part des salariés. Celle-ci est d autant plus grande que l entreprise n a pas mis en place de plan de prévention et de formation professionnelle adaptée. L action a été étendue aux 17 autres cabinets concernés par le secteur des aides à domicile. Pour cela, l équipe pluridisciplinaire a sensibilisé les différents acteurs (médecins, IST, assistantes médicales) lors de réunions sur les 5 centres fixes de l AMETRA. L objectif est de pouvoir apporter une sensibilisation-information sur les 3 thématiques ciblées. 80 % des aides à domicile devront avoir reçu les messages de prévention, lors des différentes visites médicales. Sessions collectives *Pour les responsables de secteur L objectif est de faire connaître les bonnes pratiques et les outils, de faire prendre conscience de leur rôle-pivot notamment dans la communication "per ascensum et per descensum" (ascendante et descendante) sur les moyens préventifs à mettre en œuvre et d identifier les futurs référents en prévention, pour pouvoir les former à la mise en place d une démarche de prévention. Pour les aides à domicile L objet est de sensibiliser les intervenants sur les risques ciblés et d échan- 12 Informations Mensuelles Cisme Janvier 2014

7 ger sur les bonnes pratiques, sur les mesures de prévention ainsi que sur la nécessité de faire remonter, auprès des responsables de secteur et/ou des directeurs de structures, les difficultés rencontrées dans le cadre de leurs missions. DISCUSSION L équipe pluridisciplinaire a pris le parti d organiser des sessions collectives par groupe de 15 aides à domicile, suivies un an après, par un entretien infirmier. Malgré une incidence financière et organisationnelle pour les entreprises, il est apparu nécessaire de renforcer le message de prévention. Cet investissement initial pour l entreprise n est qu une anticipation sur l évolution d une tarification AT/MP actuellement collective, mais qui évoluera vers le taux individualisé, au vu de la forte sinistralité de ce secteur. CONCLUSION La professionnalisation de ce secteur en progression, est un enjeu primordial. L application des bonnes pratiques, l appropriation, par tous les acteurs, des outils de prévention, doivent éviter la désinsertion professionnelle, favoriser le bien-être au travail pour les aides à domicile, ainsi qu une meilleure qualité de service pour les bénéficiaires. C ette action de prévention primaire s inscrit dans un CPOM (Contrat Pluriannuel d Objectif et de Moyens). Dans le cadre d un espacement des visites périodiques accompagnées d actions pluridisciplinaires et dans le respect du Code du Travail, sous réserve d un agrément du Service, elle constitue une opportunité pour rendre les missions du Service de santé au travail, plus efficiente. Thésaurus harmonisés Livraison de la version 2 des thésaurus aux éditeurs de logiciels Les versions actualisées des quatre Thésaurus Harmonisés suivants ont été livrées aux éditeurs de logiciels. Ils bénéficient ainsi tous, à la même date, de la même version dite "version 2" : Thésaurus Harmonisé AMT version 2 en trois fichiers : cibles, actions et moyens Thésaurus Harmonisé Examens complémentaires version 2 Thésaurus Harmonisé Vaccins version 2 Thésaurus Harmonisé Prévention version 2 C es quatre Thésaurus ont bénéficié de la veille assurée par les Groupes Thésaurus du Cisme. Professionnels : votre rôle dans la veille et la mise à jour des thésaurus en 2014 Il ne suffit pas de construire des thésaurus partagés, il faut également les faire évoluer en fonction des avancées de la connaissance et des demandes des professionnels. Qu a-t-il été prévu en termes de mise à jour? Quelles sont les marges de manœuvre? Les thésaurus ne sont pas des nomenclatures figées. La plupart des thésaurus retenus bénéficient déjà d un processus de veille et de mise à jour, assuré par l institution à laquelle ils sont attachés (Anses, OMS, Insee). Les thésaurus ad hoc (Vaccins, AMT, Prévention) sont adaptés et mis à jour en fonction des remarques qui remonteront des Services qui les utilisent. Vous pouvez faire remonter vos remarques détaillées avec vos proposi- tions via le club utilisateurs attaché à votre logiciel-métier. Les clubs utilisateurs, qui sont représentés dans les groupes de travail, assurent le relais auprès du groupe Thésaurus chargé de la mise à jour. L autre possibilité est d entrer en contact avec les membres des groupes Thésaurus ou de la Commission Systèmes d Information, qui relaieront vos remarques auprès de l ensemble du groupe. Ces informations de contact sont disponibles dans le Guide des Thésaurus et sur les pages dédiées du site du Cisme. Vos propositions seront étudiées et, si le groupe les valide, incorporées dans les mises à jour. Il est prévu de mettre à disposition une version actualisée par an. W plus sur le site Informations Mensuelles Cisme Janvier

8

9 Informations Mensuelles 2014 Compilation Médico-Technique à l'attention des médecins-relais Février Représentation, ressource et référence des Services interentreprises de santé au travail

10 17 ème Journée Nationale de l'audition Comment les SSTI peuvent y participer? ODICER Un indicateur sur les drogues en régions L Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies (OFDT) a développé le site ODICER (Observation des Drogues pour l Information sur les Comportements En Régions). Il s agit d une base de données présentant plus de 200 indicateurs sur les addictions et les dépendances, en France métropolitaine et dans les départements d Outre-Mer. ODICER fournit des indicateurs qui peuvent être étudiés ensemble ou séparément et peuvent être interrogés dans le temps et dans l espace, sous forme de cartes, de tableaux ou encore de graphiques. L outil permet de retrouver et de visualiser, pour différents produits, des données qui peuvent remonter à 1997 pour les plus anciennes. Les données précisent, entre autres, les niveaux d usage, les informations sur l expérimentation des substances Le 13 mars 2014 se tiendra la 17 ème Journée Nationale de l Audition sur le thème "Acouphènes et hyperacousie, quelles solutions?". Cette manifestation est soutenue par le Ministère des Affaires Sociales et de la Santé et par celui des Personnes âgées et de l Autonomie. Elle a pour but d informer, de sensibiliser et de prévenir sur les risques liés à l audition. En effet, l audition représente un véritable enjeu de Santé publique tant elle impacte la qualité de vie sociale et professionnelle. Lors de l édition de la Journée Nationale de l Audition 2013, de nombreux Services de santé au travail se sont associés à la campagne nationale d information et de Santé publique, organisée par l association JNA. Ils se sont appuyés sur les ressources et les compétences de l association, afin de développer l information et la sensibilisation auprès des actifs. L audition demeure un véritable enjeu de Santé et de société tant elle impacte la qualité de vie et le bien vieillir. Aujourd hui, encore un français sur deux n a jamais fait tester son audition au cours de sa vie. Le tabou de l audition doit être levé. Lors de l édition 2014, l association JNA veut développer un message simple à relayer : "On est fait pour s entendre" La campagne d information et de prévention du jeudi 13 mars 2014 rappellera donc la nécessité de prendre en compte son audition et un focus sera réalisé sur les acouphènes et l hyperacousie. psychoactives, les interpellations, les accidents de la route, les décès par surdoses, les ventes de cigarettes ou de traitements de substitution aux opiacés. S adressant en priorité aux professionnels des secteurs sanitaires, social et de l application de la loi, cette base de données est accessible à l adresse suivante : Ces éléments viennent compléter les différentes sources qui alimentent la connaissance des besoins en Santé du bassin d emploi, pour répondre aux différentes missions, dont celle de prévenir la consommation de drogue et d alcool. La 17 ème Journée Nationale de l Audition se tiendra partout en France et proposera des tests de l audition, des conférences, des ateliers et des stands d information auxquels participeront les professionnels de l audition, médecins, audioprothésistes, entreprises, villes et collectivités et les organismes de prévention et de Santé. Comment participer? Pour vous accompagner dans votre démarche, l association JNA met à votre disposition un kit spécial Services de santé au travail, composé de documents et supports pédagogiques, dépliants d information, affiches, film documentaire, communiqué de presse, bouchons de protection auditive en mousse. Grâce au site et à la plate-forme Audio Infos Services : , les actifs et les médias de votre ville sont informés de votre action. Un kit de communication et des outils de communication médias sont également mis à votre disposition pour que vous puissiez réaliser votre propre campagne d information. Réponses concrètes L alcool et l'entreprise Parutions Editions Docis Informations Mensuelles Cisme Février

11 Thésaurus Harmonisés Livraison des nouvelles versions aux éditeurs de logiciels V ous manifestez tous un vif intérêt pour les Thésaurus et êtes nombreux à participer à leur utilisation et à leur adaptation à vos besoins. Les groupes Thésaurus, 14 hébergés au Cisme, vous ont entendu et ont élaboré une nouvelle version tenant compte de vos remarques. Ainsi, les versions 2 des Thésaurus Harmonisés de l Action en Milieu de travail (AMT), des Examens Complémentaires, des vaccins et de Prévention, dont la gestion et la veille sont assurées par le Cisme, ont été adressées aux éditeurs de logiciels le 6 décembre dernier. Le Thésaurus des Expositions Professionnelles dit version Beta 2 a, lui, été adressé aux éditeurs le 20 janvier 2014, en raison d un décalage dans les travaux d élaboration et de veille du groupe partenarial, hébergé à l Anses, groupe auquel le Cisme participe activement pour faire entendre vos besoins. Ce Thésaurus a été très nettement enrichi, afin de satisfaire notamment les utilisateurs dans les Services et a bénéficié, par ailleurs, d un recodage permettant de faciliter les exploitations ultérieures. La livraison du Thésaurus aux éditeurs est accompagnée d une lettre d accompagnement signée par la Présidente du groupe de travail et le Directeur Général de l Anses. Elle présente les modifications réalisées et en explique les raisons. Vous pouvez, d ores et déjà, demander l incorporation de ces versions dans vos logiciels. N hésitez pas à faire remonter vos remarques, qui seront prises en compte dans le cadre des travaux de veille pour élaborer la prochaine version livrée en novembre/décembre Pour cela, vous pouvez contacter les clubs utilisateurs, les membres des groupes Thésaurus ou les membres de la Commission Système d Information, ou, à défaut, le Docteur Letheux directement. Thésaurus Harmonisés Principales évolutions apportées aux Thésaurus Harmonisés en 2013 Les versions 1 des Thésaurus Harmonisés et Beta pour le Thésaurus des Expositions Professionnelles ont bénéficié d évolutions importantes, en particulier pour ce dernier, au cours de l année Le processus de veille et de mise à jour, à partir des remontées des utilisateurs des logiciels, est assuré par les groupes Thésaurus du Cisme et par le groupe de travail, hébergé à l Anses, auquel contribue activement le Cisme par l intermédiaire de son médecinconseil. Les acteurs des SSTI au cœur de la veille des Thésaurus Harmonisés et de leur évolution Les Thésaurus Harmonisés de l Action en Milieu de Travail, des Examens Complémentaires, de Prévention et des Vaccins, dont la veille est assurée par le Cisme, ont été mis à jour par les Groupes Thésaurus du Cisme. Ces groupes sont composés de professionnels de terrain exerçant en SSTI. Leurs membres sont représentatifs des différents logiciels utilisés dans les Services et des différentes professions (Directeurs, médecins du travail, IPRP, responsables informatique, ) et régions. Les personnels des Services, quant à eux, sont au cœur de la veille via les clubs utilisateurs ou par contact direct. En effet, les utilisateurs des Thésaurus Harmonisés font remonter leurs remarques détaillées, ainsi que leurs propositions auprès de leur club utilisateur, des membres des groupes Thésaurus ou du médecin-conseil du Cisme, qui se font le relais de leurs observations auprès des membres des groupes Thésaurus. L ensemble des propositions est ensuite étudié en réunion et, si elles sont validées par le Groupe en charge de la veille, incorporées dans les mises à jour. Concernant le Thésaurus des Expositions Professionnelles, les remontées de terrain, compilées par le groupe Thésaurus du Cisme, sont soumises au groupe de travail, hébergé à l Anses, composé de représentants institutionnels (Anses, Cnamts, Carsat, Centre de consultations de pathologies professionnelles, MSA, InVS, Centre anti-poisons, Cisme) et suivent le même chemin de validation pour être incorporées à la future version. Les modifications apportées aux Thésaurus Harmonisés version 2 Les groupes Thésaurus du Cisme ont assuré la veille et l évolution des Thésaurus Harmonisés, en vue d être en mesure de livrer une version 2. Cette veille a été réalisée à partir des remarques émanant des Services qui les utilisent, mais également à la lumière des évolutions de la science. Une nouvelle catégorie, "Echelles et Questionnaires", a été créée dans le Thésaurus des Examens Complémentaires. Seize nouveaux indices biologiques d exposition (IBE) figurant dans la dernière version du BIOTOX, mise à jour en 2013 par l INRS, ont également été incorporés au Thésaurus. Le libellé "analyse de la demande d intervention" a été adjoint au Thésaurus Harmonisé AMT Moyens. Les principales évolutions apportées aux Thésaurus des Expositions Professionnelles version Beta 2 Plus de libellés ajoutés au Thésaurus en 2013 En 2013, dans le cadre de la veille sur le Thésaurus des Expositions Professionnelles, le fichier a été enrichi de plus de libellés indispensables, qui prennent en compte les demandes des utilisateurs, ainsi que les évolutions réglementaires et scientifiques. 14 Informations Mensuelles Cisme Février 2014

12 Ainsi, deux nouvelles classes d expositions professionnelles ont, notamment, été ajoutées, "Lieu et local de travail" (197 libellés) et "Equipement, outil, machine et engin de travail" (1.169 libellés), en raison de la demande répétée et des besoins des préventeurs en Santé au travail. Un enrichissement des qualificatifs dans la partie Cisme du Thésaurus Pour chaque libellé, le Cisme livre une liste de qualificatifs qui renseignent les Agents Biologiques Pathogènes (ABP) les Cancérogènes Mutagènes et Reprotoxiques (CMR), la Surveillance Médicale Renforcée (SMR), le Suivi postexposition, le Suivi post-professionnel, les tableaux de maladies professionnelles, les Valeurs Limites d Exposition Professionnelle (VLEP), les numéro CAS, les Agents Chimiques Dangereux (ACD) et les Facteurs de pénibilité. Dans le cadre de la veille, l ensemble de ces qualificatifs a été révisé. Qualificatifs CMR, VLEP et n CAS relus par le Groupe ASMT Toxicologie L ensemble des qualificatifs de la partie "Agent chimique" du Thésaurus a bénéficié d une relecture de la part du groupe ASMT Toxicologie du Cisme. Cette relecture a, ainsi, permis d enrichir le nombre de qualificatifs CMR, VLEP et numéro CAS. Par ailleurs, un nouveau qualificatif a été ajouté au Thésaurus des Expositions Professionnelles version Beta 2, les VLCT (Valeurs Limites à Court Terme), qui viennent compléter les VLEP (Valeurs Limites d Exposition Professionnelle) déjà présentes. Qualificatifs ABP et CMR détaillés Les catégories Agents Biologiques Pathogènes (ABP) et Cancérogènes, Mutagènes et Reprotoxiques (CMR) ont été scindées chacune en deux catégories, à la demande du groupe Thésaurus, afin d être en cohérence avec les exigences réglementaires. Le qualificatif ABP différencie désormais les agents de catégorie 2 et ceux classés en 3 ou 4. De même, le qualificatif CMR individualise les CMR classés 1 et 2 (c est-à-dire classés en 1a et 1b selon le règlement de la CLP) et les CMR classés 3 (CMR 2 dans la CLP). Par ailleurs, le nombre de libellés présents dans la "short-list" a été diminué. La "short-list" ne comprend plus que libellés, contre près de dans la version Beta. Les Thésaurus Harmonisés vont continuer de bénéficier annuellement d une veille et une version 3 sera adressée aux éditeurs en fin d année. Ainsi chaque utilisateur peut participer à la veille en 2014, en faisant remonter ses demandes. Pour une mise en œuvre efficace, les Services sont invités à contacter les membres des groupes Thésaurus, les clubs utilisateur, ou, à défaut, le Docteur Letheux en charge de ce déploiement au Cisme. Thésaurus des Expositions Professionnelles Une nouvelle codification pour faciliter l exploitation A u cours des travaux du groupe projet à l Anses, des anomalies de codages ont été décelées. Il a donc été décidé de procéder à la recodification de l ensemble du Thésaurus des expositions professionnelles. Cette recodification n aura aucun d impact pour les utilisateurs des Services, au quotidien. Le code du Thésaurus des expositions professionnelles de la version Beta comprenait plusieurs incohérences dans son élaboration. La codification de la version Beta du Thésaurus des Expositions Professionnelles n était donc pas utilisable facilement car chaque code n était pas auto signifiant de la place du libellé dans le Thésaurus, et mettait en péril la pérennité de la table. En réponse, la version, dite version Beta 2, du Thésaurus des Expositions Professionnelles, a été entièrement recodée en utilisant une codification alphanumérique cohérente et auto signifiante, qui facilitera l exploitation de ce Thésaurus et garantira ainsi sa pérennité. Nouveauté 2014 : Thésaurus et matrices emploi-expositions potentielles Des matrices utilisant les codes et libellés du Thésaurus des Expositions Professionnelles Face au très faible nombre de matrices emploi-expositions partagées nationalement, et aux demandes répétées et pressantes des SSTI pour que le Cisme conçoive des matrices, le groupe ASMT Fiches Médico-Professionnelles et le Pôle Médico-Technique du Cisme ont élaboré des matrices emploi-expositions, réalisées à partir de l extraction des Fiches Médico-Professionnelles, et utilisant le Thésaurus des Expositions Professionnelles (TEP). Ces matrices proposent, pour chaque métier, identifié par son (ses) code(s) PCS-ESE, une liste des expositions professionnelles potentielles utilisant les libellés du Thésaurus des Expositions Professionnelles. Ces expositions sont issues des catégories du Thésaurus (agent chimique, agent biologique, roche et autre substance minérale, agent physique, facteur biomécanique, facteur organisationnel relationnel et éthique, produit ou procédé industriel, lieu et local de travail, équipement, outil, machine et engin de travail). Actuellement, les matrices d une cinquantaine de professions ont été réalisées et seront prochainement envoyées aux éditeurs de logiciel, pour qu ils les intègrent à leurs solutions logicielles. Le groupe ASMT Fiches Médico- Professionnelles poursuivra en 2014 son travail d élaboration de nouvelles matrices qui seront adressées par lots, aux éditeurs, au fur et à mesure de leur création. Elles seront actualisées annuellement et adressées à cette occasion aux éditeurs de logiciels. Informations Mensuelles Cisme Février

13 Développement Professionnel Continu Cadre juridique, organisation et financement du dispositif de DPC Rénovée en 2009 par la Loi HPST, l obligation de Développement Professionnel Continu incombe à tous les professionnels 16 de santé, médecins comme infirmiers. Retour sur la matinée technique du 16 janvier dernier, consacrée aux modalités du DPC. A pparu en 1979 dans le code de déontologie médicale, le devoir d entretien et de perfectionnement de leurs connaissances des médecins a depuis connu plusieurs mutations, notamment pour intégrer les idées d actions de formation continue et d évaluation des pratiques professionnelles, et s étendre à l ensemble des professionnels de santé. Aujourd hui connu sous le nom de "Développement Professionnel Continu", ce dispositif de mise à jour constante des connaissances des professionnels de santé implique entre autres acteurs la Haute Autorité de Santé et l Organisme Gestionnaire du DPC (OG-DPC), qui enregistre, contrôle, évalue et agréé les organismes de DPC et en publie la liste officielle. Principe Un professionnel de santé satisfait à son obligation de DPC dès lors qu il participe, au cours de chaque année civile, à un programme de DPC collectif annuel ou pluriannuel. (1) (2) : informations détaillées disponibles sur le site du Cisme. Le programme doit pour sa part être conforme à une orientation nationale ou régionale de DPC (1), comporter une des méthodes et des modalités validées par la HAS (2) et être mis en œuvre par un organisme de DPC enregistré. A noter, qu outre la notion de formation et de développement des connaissances, le système de DPC inclut également celle de l évaluation des pratiques professionnelles. A l issue du programme, le professionnel de santé reçoit de cet organisme une attestation dont un double est envoyé à l Ordre ou à toute instance chargée de s assurer du respect de l obligation de DPC. Obligations L obligation ainsi révisée est périodique, annuelle, et abandonne le système précédent dit de "Formation Médicale Continue" qui fonctionnait par accumulation de crédits FMC. Le DPC amène une toute nouvelle configuration du système. L obligation de financement incombe à l employeur (CSP, art. L : "les employeurs publics et privés sont tenus de prendre les dispositions permettant aux professionnels de santé salariés de respecter leur obligation de DPC"). Il est essentiel, dans chaque SSTI, de vérifier très exactement quel panel de salariés est concerné : l obligation de DPC incombe en effet aux médecins du travail, infirmiers, mais aussi, par exemple, diététiciens Une formation DPC peut cependant être mixe, et ainsi être suivie par plusieurs membres du personnel du Service. Si les médecins ont une liberté de choix en la matière, le texte précise que c est le choix de l organisme de formation, et non le choix du sujet de la formation qui est laissé à leur discrétion. Un médecin du travail ne saurait donc choisir une formation sur un sujet éloigné de la réalité de son besoin au regard de ce cadre réglementaire préexistant. Cette disposition de choix n existe par ailleurs pas pour les professions paramédicales. Contrôle L obligation de DPC est individuelle, inscrite dans les Code de la Santé Publique et Code de déontologie. Un médecin qui ne s y soumettrait pas s exposerait ainsi à une sanction disciplinaire de l Ordre, qui peut aller jusqu à la suspension d exercice. Cela ne signifie pas qu en tant que salarié, le médecin soit à l abri de toute autre règle de sanction propre à chaque salarié. La disposition diffère également pour les paramédicaux (infirmiers ) le Code de la Santé publique précisant que c est à l employeur et non à l ordre infirmier de sanctionner un infirmier qui ne suivrait pas le plan de formation du SSTI. noter qu un arrêté posant le bilan A des organismes de DPC reste à paraître. plus sur le site W N oubliez pas! Les 51 èmes Journées Santé-Travail du Cisme, qui porteront sur le thème de la mise en œuvre du projet de Service, vu sous l angle de l analyse, se dérouleront les : 21 & 22 octobre 2014 Au GRAND HÔTEL 2 rue Scribe PARIS Réservez vos dates! L appel à communication sera adressé entre le 3 et le 7 mars La date limite de réception des résumés des communications est fixée au 4 mai Informations Mensuelles Cisme Février 2014

14

15 Informations Mensuelles 2014 Compilation Médico-Technique à l'attention des médecins-relais Mars Représentation, ressource et référence des Services interentreprises de santé au travail

16 JST 2014 : appel à communication Les prochaines Journées Santé Travail du Cisme auront lieu les 21 et 22 octobre 2014, au Grand Hôtel à Paris. Elles auront pour thème la Mise en œuvre opérationnelle du projet de Service, sujet qui pourra être l occasion pour les SSTI d interroger leurs adhérents et de les associer à leurs communications. Le détail des thèmes et les consignes de rédaction sont à retrouver dans l appel à communication, détachable au centre de ce numéro. AGENDA 12 mars 2014 Cisme Conseil d administration 10 rue de la Rosière Paris 15 e 13 mars 2014 Cisme Journée d étude Salon Hoche 9 avenue Hoche Paris 15 e 13 mars 2014 Assemblée Générale Medinter Salon Hoche 9 avenue Hoche Paris 15 e 26 & 27 mars 2014 Cisme Commission Paritaire Nationale de Branche 10 rue de la Rosière Paris 15 e 24 & 25 avril 2014 Assemblée Générale du Cisme Toulouse 14 mai 2014 Séminaire Préventique Santé-Travail CNAM Paris 3 e 15 mai 2014 Ateliers du Cisme Caen Livraison des premières MEEP aux éditeurs de logiciels Une aide à la traçabilité des expositions professionnelles pour plus d une centaine de professions Les premières MEEP (Matrices Emploi Expositions Potentielles), élaborées par le groupe ASMT Fiches Médico-Professionnelles (FMP), ont été livrées aux éditeurs de logiciels au format Excel. Ces matrices proposent actuellement, pour 117 professions, le(s) code(s) PCS-ESE, ainsi qu une liste d expositions professionnelles potentielles regroupées en fonction des classes d expositions du Thésaurus des Expositions Professionnelles (agent chimique, agent biologique, roche et autre substance minérale, agent physique, facteur biomécanique, facteur organisationnel, relationnel et éthique, produit ou procédé industriel, lieu et local de travail, équipement, outil, machine et engin de travail) en utilisant les libellés et les codes de ce dernier. La mise à disposition de MEEP supplémentaires, auprès des éditeurs, se fera au fur et à mesure de leur élaboration. Au même titre que les Thésaurus Harmonisés, ces matrices bénéficieront d une veille et seront actualisées annuellement. Les MEEP vont progressivement être intégrées aux différentes solutions logicielles utilisées en SSTI et ainsi constituer une aide aux préventeurs, entre autres, dans la mission de traçabilité des expositions professionnelles. Nouveauté Groupe ASMT FMP --Corinne LETHEUX (Cisme - Paris) --Anne-Sophie BONNET (Pôle Santé Travail - Lille) --Valérie CASQUEVEAUX (AST Arras) --Aurélie CLERFEUILLE (AIST 39 - Dôle) --Catherine COULOMBEZ (ACMS - Suresnes) --Emmanuelle DUPUIS (Pôle Santé Travail - Lille) --Anne GAILLARD (Ardèche) --Gysèle OBADIA (SEMSI - Paris) --Elise RABRET (Hauts-de-Seine) --Maryline RAT DE COCQUARD (Bouches-du-Rhône) Informations Mensuelles Cisme Mars

17 afometra Education pour la Santé et Santé au travail Principes et éthique de l éducation pour la Santé Au sein de l approche globale de la Santé, la promotion de la Santé tient 12une place de plus en plus importante. Elle inclut l éducation pour la Santé, dont font partie l éducation thérapeutique et l éducation pour la prévention. L éducation pour la Santé doit permettre au citoyen d acquérir tout au long de sa vie les compétences et les moyens qui lui permettront de protéger voire d améliorer sa santé et celle de la collectivité. Elle se définit plus particulièrement comme une composante de l éducation générale et considère l être humain dans son unité, ne pouvant dissocier les dimensions biologiques, psychologiques, sociales et culturelles de la santé. Elle apparaît dans les débuts du XX ème siècle sous des aspects hygiénistes ou moralisateurs, puis évolue dans les années 40 vers une information individuelle, voire une propagande ascendante qui s oriente, ensuite, dans les années 80, vers une responsabilisation de l individu au vu des connaissances des sciences sociales et de l impact des comportements sur la Santé. Plus récemment, l éducation pour la Santé revêt un aspect plus souvent collectif, faisant appel à la responsabilisation et à l implication de l individu. Le champ de la Santé au travail et les médecins du travail et autres professionnels sont pleinement concernés par l éducation pour la Santé. En outre, plusieurs articles du Code du Travail font référence à la promotion de la Santé, à l éducation pour la Santé, au conseil sur la prévention des risques professionnels. Il s agit de l article R qui indique que l action en milieu de travail (AMT) comprend "L animation de campagnes d information et de sensibilisation aux questions de santé publique rapport avec l activité professionnelle", de l article R qui spécifie le rôle de conseil du médecin du travail notamment sur "La prévention et l éducation sanitaires dans le cadre de l établissement en rapport avec l activité professionnelle", de l article R "L'intervenant en prévention des risques professionnels participe, dans un objectif exclusif de prévention, à la préservation de la santé et de la sécurité des travailleurs et à l'amélioration des conditions de travail. Dans ce cadre, il assure des missions de diagnostic, de conseil, d'accompagnement et d'appui, et communique les résultats de ses études au médecin du travail" et de l article R qui explicite le rôle de conseil de l infirmier "Un entretien infirmier peut être mis en place pour réaliser les activités confiées à l'infirmier, ( ) participer aux actions d'information collectives conçues en collaboration avec le médecin du travail et validées par lui". A côté des connaissances en Santé au travail, l éducation pour la Santé requiert, de la part du professionnel de Santé, des compétences en communication, en pédagogie, en Santé au travail, et ne saurait être l application d un référentiel de compétences à acquérir par l apprenant, tant chaque acte éducatif est singulier et spécifique de la cible à atteindre. Toutefois, des référentiels de compétences à acquérir, à adapter au secteur de la Santé au travail, sont mis à dispositions sur le site Internet de l INPES (Institut National de Prévention et d Education pour la Santé) inpes.sante.fr/default.asp. Qu elle revête la forme d aide individualisée ou d actions collectives, l'éducation pour la Santé demeure encadrée par des principes éthiques qu il est toujours utile de rappeler. Ils sont repris et regroupés en sept items par les membres du Conseil national consultatif pour l élaboration des programmes de formation : approche globale de la Santé, équité, impartialité, justice sociale, auto-détermination, participation et responsabilité partagée. Fort du rôle important d information, de sensibilisation et de formation spécifique que nous tenons auprès des entreprises, les SSTI sont des acteurs primordiaux de l éducation pour la Santé, notamment grâce aux différents professionnels impliqués au quotidien. Il convient que nous valorisions tous ces axes de compétences. Formation Afometra sur le Rapport de branche Cette formation permet : --d affiner les notions qui sont utilisées dans la gestion quotidienne des Services, --d exploiter au mieux dans les Services les restitutions du rapport de branche, et ainsi de contribuer à donner de la branche Santé- Travail une image toujours plus lisible. Objectifs : --Maîtrise des notions qui font l objet des rubriques des enquêtes annuelles --Utilisation des restitutions disponibles pour les SSTI (restitution immédiate et rapport de branche). Formateur : Robert TINEL, chargé de mission au Cisme Lieu : AFOMETRA - 10 rue de la Rosière, PARIS Date : 27 mai 2014 Public : Directeurs, DRH, personnel en charge de répondre aux enquêtes 12 Informations Mensuelles Cisme Mars 2014

18 Pesticides et effets sur la Santé Une expertise collective de l Inserm La Direction Générale de la Santé a sollicité l Inserm (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale) pour effectuer un bilan de la littérature scientifique permettant de fournir des arguments sur les risques sanitaires associés à l exposition aux pesticides, en particulier dans le secteur agricole, ainsi que sur les effets d une exposition précoce chez le fœtus et le jeune enfant. Le groupe d experts a structuré son analyse en trois parties : l expologie, l épidémiologie et la toxicologie. La première partie de cette expertise présente les notions générales concernant les pesticides, leurs principales utilisations en France, les sources d exposition, et les problématiques liées aux mesures de l exposition dans les études épidémiologiques. Elle a pour objectif de fournir les clés de compréhension pour la lecture de la seconde partie consacrée à l analyse des données épidémiologiques, étudiant le lien entre la survenue de certaines pathologies et l exposition aux pesticides. Elles concernent, chez l adulte, huit localisations cancéreuses (lymphomes non hodgkiniens, leucémies, myélomes multiples, maladie de Hodgkin, cancer de la prostate, cancer du testicule, mélanomes malins et tumeurs cérébrales), trois pathologies neurodégénératives (maladie de Parkinson, sclérose latérale amyotrophique et maladie d Alzheimer), les troubles cognitifs et anxiodépressifs, ainsi que les effets sur la fonction de reproduction. Sont également abordés les impacts d une exposition aux pesticides sur le déroulement de la grossesse, le développement de l enfant et de certains cancers pédiatriques. A côté des salariés du secteur agricole se tiennent d autres professionnels, issus de SSTI, tels que les personnes en charge de l entretien des voiries et voies ferrées, des espaces communaux, des terrains de sports et de loisirs, de la désinsectisation des locaux, de l hygiène publique ou des soins vétérinaires, les jardiniers et les paysagistes, ou encore les personnes intervenant dans le traitement des bois ou dans la manipulation de bois traités. Dans les autres secteurs professionnels que l agriculture, les phases de risque d exposition aux pesticides sont globalement : le transport, le stockage, la préparation, l épandage, le nettoyage. Les recommandations issues de cette expertise indiquent que le point crucial reste la caractérisation de l exposition aux pesticides chez un individu tout au long de sa vie ou à des périodes critiques (grossesse, enfance), tant d un point de vue qualitatif que quantitatif. Dans la plupart des situations, les personnes ont été exposées à plusieurs substances actives, en même temps ou de manière séquentielle au cours de leur vie, de même qu à de multiples autres facteurs de l environnement liés ou non aux comportements individuels (autres polluants, médicaments, additifs alimentaires ). Peu d informations sont disponibles sur les effets d un mélange de plusieurs substances et ces effets sont difficilement prévisibles. L exposition à de multiples substances actives peut entraîner des effets additifs, synergiques, potentialisateurs ou encore antagonistes. De plus, l exposition à d autres composés (médicaments, résidus de divers polluants ) est susceptible de modifier le métabolisme et les effets des pesticides, ce qui complique l interprétation des effets observés en situation réelle d exposition. Il est à noter que si de nombreux produits ont été retirés du marché, certains dits persistants, tels que les pesticides organochlorés, demeurent présents dans l environnement ou s accumulent dans la chaîne trophique, dont l homme constitue le dernier maillon, et participent à l exposition en "bruit de fond" de la population générale. La synthèse des données actuellement disponibles en épidémiologie comme sur les mécanismes d action de certaines substances actives suggère d engager des actions dans plusieurs directions : améliorer les connaissances sur les expositions actuelles et passées aux pesticides réellement utilisés en France en milieu professionnel agricole et autres ; poursuivre l exploration, dans les populations (professionnelles ou non) concernées par les expositions aux pesticides des effets sur la santé à long terme de certaines substances actives interdites aujourd hui et pour lesquelles des effets sont fortement suspectés ; mettre en place des recherches (complémentaires à celles règlementaires) sur les substances autorisées pour lesquelles des effets sont suggérés en combinant, si possible, les approches épidémiologique et mécanistique ; poursuivre mais aussi engager des études sur les molécules actuellement utilisées en France en prenant en compte l ensemble de leurs caractéristiques (structure chimique, propriétés physico-chimiques, biotransformation et toxicocinétique, mécanismes d action). Une présentation de ces résultats a eu lieu lors de la réunion de la Société Française de Médecine du Travail (SFMT), qui s est tenue à Paris, le 24 janvier dernier, sur le thème : " nouveautés sur les effets sur la santé de l exposition professionnelle aux pesticides ". Pour en savoir plus, consultez l ouvrage Pesticides Effets sur la santé Expertise collective Synthèse et recommandations sur le site Internet de l Inserm : pesticides-effets-sur-la-sante-une-expertise-collective-de-l-inserm et les communications présentées lors de la réunion le 24 janvier 2014 sur le site de la SFMT : pages/news.php. Informations Mensuelles Cisme Mars

19 Plan cancer Cancers d origine professionnelle : favoriser le maintien et le retour dans l emploi L'Etat a présenté, le 4 février, le nouveau Plan cancer Parmi les objectifs : la question du maintien 14 dans l'emploi des patients et la lutte contre les cancers professionnels, notamment par le renforcement de l'articulation entre médecin du travail et médecin traitant. Présenté lors de la journée mondiale contre le cancer, par le Président de la République, en présence notamment de la Ministre des Affaires sociales et de la Santé, le troisième Plan cancer s'organise autour de quatre grands axes : 1. Guérir plus de personnes malades en mettant l'accent sur le dépistage et en garantissant un accès plus égalitaire à une médecine d'excellence, 2. Préserver la continuité et la qualité de la vie, notamment en diminuant l'impact du cancer sur la vie personnelle, 3. Investir dans la prévention et la recherche avec un effort majeur sur la prévention, 4. Optimiser le pilotage et les organisations de la lutte contre les cancers, en clarifiant les rôles des acteurs nationaux et régionaux. afometra FORMATION DPC (Développement Professionnel Continu) AFOMETRA POUR LES INFIRMIERS Ces quatre axes sont déclinés en 17 objectifs opérationnels, dont l'objectif 9 (page 75) "Diminuer l'impact du cancer sur la vie personnelle", qui se veut faire du maintien et du retour dans l'emploi une priorité, et l'objectif 12 (page 97) "Diminuer le nombre de cancers d'origine professionnelle". Ce dernier point liste au sein des actions le renforcement du suivi médical des personnes exposées à des risques de cancers professionnels (action 12.2), notamment par le renforcement des relations entre les médecins traitants et les médecins du travail, "condition importante de l'amélioration du suivi médical des salariés et de nature à favoriser [leur] maintien en emploi". II y est aussi question d améliorer le suivi des expositions professionnelles. L action 12.1, quant à elle, décline le renforcement de la prévention primaire en milieu de travail pour réduire l exposition aux agents cancérogènes. Pour consulter le plan cancer : Les infirmiers intègrent de plus en plus les Services de santé au travail (+ de 700 actuellement recensés). La mission générale et les activités, la formation et l expérience demandées, ont été décrites dans la Convention collective nationale des SSTI, révisée en juin dernier. L Afometra propose de nombreuses formations pour les infirmiers (sur la coopération, les addictions, les RPS ). En 2012, de façon générale, 398 sessions ont été ouvertes hors cycles dont 226 sessions pour les médecins et/ ou infirmier(e)s avec 105 programmes pour les médecins du travail seuls, 95 programmes pour les médecins du travail et infirmier(e)s, 26 programmes pour les infirmier(e)s seuls. Le nombre d HTS est de Sur un nombre de stagiaires de 3 899, on note 51 % de médecins et infirmier(e)s (44 % et 7 % respectivement). L Afometra propose un cycle (maintenant actualisé et dispensé en 154 heures, minimum recommandé par la Convention collective) avec un exercice de fin de cycle présenté devant un jury, qui concerne le plus souvent un entretien infirmier. 5 cycles ont été ouverts en 2012, 10 ont été ouverts en 2013 et au moins 9 seront ouverts en Cet investissement en formation est valorisant de façon collective et individuelle. On note une motivation avec un processus de formation favorisant le désir d apprendre et le développement des compétences. L Afometra, enregistrée OGDPC, vient de recevoir l avis favorable de la commission scientifique des paramédicaux pour dispenser des programmes de DPC pour les infirmiers, DPC obligatoire (décret du 30 décembre 2011). Ces programmes de DPC doivent comme pour les médecins être conformes à une orientation nationale (arrêté de février 2013) ou régionale, comporter une des méthodes et des modalités validées par la HAS et être mis en œuvre par un organisme de DPC enregistré comme l Afometra. Celle-ci délivre l attestation conforme de fin de formation DPC. La préparation du catalogue 2015 L Afometra suit les évolutions juridiques, sociologiques et technologiques de la formation. Son catalogue 2015, en préparation, apportera encore quelques nouveautés et sera prêt pour le congrès de Santé au travail de LILLE début juin 2014.D autres labels sont aussi attendus. Le site est en refonte innovante et la plateforme de modules d e-learning pour les adhérents des SSTI sera en fonctionnement dans un mois. 14 Informations Mensuelles Cisme Mars 2014

20

Le plan national d actions coordonnées

Le plan national d actions coordonnées Le plan national d actions coordonnées 2009 2012 de la branche accidents du travail et maladies professionnelles Trouble musculo-squelettiques (TMS) 1ère cause de maladies professionnelles indemnisées

Plus en détail

EDITO. Pourquoi choisir STL pour les formations?

EDITO. Pourquoi choisir STL pour les formations? FORMATION SST MAC - ID MAC SST Formateur SST CONDUITE ADDICTIVE MAC Formateur SST FORMATIONS Personne compétente Santé sécurité RISQUE ROUTIER / VUL 2015 RPS PREMIERS SECOURS PRAP IBC MAC IBC DAE PRAP

Plus en détail

Circulaire DGT/n 13 du 9 novembre 2012

Circulaire DGT/n 13 du 9 novembre 2012 Circulaire DGT/n 13 du 9 novembre 2012 Relative à la mise en œuvre de la réforme de la médecine du travail et des services de santé au travail Médecins inspecteurs du travail Île de France Textes de référence

Plus en détail

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés.

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés. Introduction Les symptômes du stress (troubles du sommeil, de l appétit, agressivité, épuisement, troubles de la concentration ), touchent un nombre croissant de salariés en France : un salarié sur 6 déclare

Plus en détail

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux Des difficultés à investir le champ des conditions de travail L évolution du monde du travail montre la prégnance des conditions et de l organisation du travail dans le de nouveaux risques. Ces questions

Plus en détail

Plan Santé au travail

Plan Santé au travail Plan Santé au travail 2010-2014 Plan Santé au travail 2010-2014 Ministère du Travail, de la Solidarité et de la Fonction publique introduction De réels progrès ont été accomplis dans notre pays comme

Plus en détail

Cahier des charges pour l appel d offres. février 2015 SOMMAIRE

Cahier des charges pour l appel d offres. février 2015 SOMMAIRE Actions Thématiques 2015 : développer les compétences des travailleurs handicapés, usagers des ESAT bas-normands dans la Branche sanitaire, sociale et médico-sociale privée, à but non lucratif Cahier des

Plus en détail

Préambule. Obligations des employeurs. La Fiche d Entreprise (revisitée) Missions des SSTi*

Préambule. Obligations des employeurs. La Fiche d Entreprise (revisitée) Missions des SSTi* Dr CROUZET 12/10/2012 SMTMP / RESACT Préambule Le chainon manquant Missions des SSTi* La Fiche d Entreprise (revisitée) Obligations des employeurs? Page 6 de la circulaire du Document Unique, du 18 avril

Plus en détail

Prévention de la désinsertion professionnelle et travail en réseau

Prévention de la désinsertion professionnelle et travail en réseau Actes Journées Santé Travail du CISME Tome II 2012 Session 1 : Philosophie du travail en réseau Prévention de la désinsertion professionnelle et travail en réseau Dr Lucette MIGNIEN Médecin du travail

Plus en détail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 21 novembre 2012 à 14 h 30 «Pénibilité. Transition emploi-retraite. Elaboration de cas-types pour les projections.» Document N 6 Document de travail,

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE ÉDITION 2014 Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique OUTILS DE LA GRH

Plus en détail

Santé Travail Lille 2014

Santé Travail Lille 2014 Santé Travail Lille 2014 Premier carrefour d échanges entre les professionnels de santé au travail et le monde des entreprises Du 3 au 6 juin 2014 Lille Grand Palais Lille Grand Palais -1 Bd des Cités

Plus en détail

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé L Exploratoire raconte la «belle histoire» d un territoire engagé à maintenir et accroître le niveau de santé de toute sa population,

Plus en détail

Xavier Bertrand, Ministre du Travail, des Relations Sociales, de la famille et de la Solidarité. Communiqué

Xavier Bertrand, Ministre du Travail, des Relations Sociales, de la famille et de la Solidarité. Communiqué Xavier Bertrand, Ministre du Travail, des Relations Sociales, de la famille et de la Solidarité Communiqué Paris, le 14 janvier 2008 Lancement du site www.travailler-mieux.gouv.fr Le site qui répond à

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Mars 2009

DOSSIER DE PRESSE Mars 2009 DOSSIER DE PRESSE Mars 2009 LE PLAN NATIONAL D ACTIONS COORDONNEES DE PREVENTION de la branche Risques professionnels de l Assurance Maladie 2009 -> 2012 Fiche 1 : Une politique de prévention renforcée

Plus en détail

Newsletter du Pôle. Les activités du dernier trimestre. Septembre 2014 N 2. Le Pôle, petit rappel page 2. Les formations du dernier trimestre page 4

Newsletter du Pôle. Les activités du dernier trimestre. Septembre 2014 N 2. Le Pôle, petit rappel page 2. Les formations du dernier trimestre page 4 Newsletter du Pôle Le Pôle, petit rappel page 2 Les formations du dernier trimestre page 4 Un accompagnement méthodologique page 6 Les activités du dernier trimestre Les activités documentaires page 7

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Programme d actions 2011-2013. Fonds national de prévention

Programme d actions 2011-2013. Fonds national de prévention Programme d actions 2011-2013 Fonds national de prévention 02 Fonds national de prévention - Programme d action 2011-2013 Sommaire Préambule........................................................................................................................................

Plus en détail

Dossier n 14 La connaissance au service de l action. Bulletin mars 2014

Dossier n 14 La connaissance au service de l action. Bulletin mars 2014 Dossier n 14 La connaissance au service de l action Bulletin mars 2014 Sommaire Préambule I Mieux connaître, une aide à la décision II Promouvoir la santé au travail III De la connaissance à l action

Plus en détail

Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales

Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales Colloque régional de prévention des addictions Mardi 31 mars 2015 Clermont-Ferrand Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales Appels à communication Le Pôle de référence

Plus en détail

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France DIRECTION GÉNÉRALE DES RESSOURCES HUMAINES PARIS, LE 25 JANVIER 2010 DIRECTION DES RELATIONS SOCIALES Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France Dans le cadre de sa responsabilité

Plus en détail

EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE

EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE Cette évaluation doit être systématique, quelle que soit l activité de l entreprise, même s il n y a pas d exposition a priori du fait des activités de travail. L'objectif

Plus en détail

LE PLAN D ACTIONS RÉGIONAL POUR LE SECTEUR DE L AGROALIMENTAIRE :

LE PLAN D ACTIONS RÉGIONAL POUR LE SECTEUR DE L AGROALIMENTAIRE : La prévention des risques professionnels et l amélioration des conditions de travail LE PLAN D S RÉGIONAL POUR LE SECTEUR DE L AGROALIMENTAIRE : Un outil au service des entreprises et des salariés Dans

Plus en détail

PLAN DES ACTIONS PREVUES POUR REMEDIER AUX PRINCIPALES DIFFICULTES RELEVEES DANS LE CADRE DE LA CAMPAGNE DE CONTROLE

PLAN DES ACTIONS PREVUES POUR REMEDIER AUX PRINCIPALES DIFFICULTES RELEVEES DANS LE CADRE DE LA CAMPAGNE DE CONTROLE PLAN DES ACTIONS PREVUES POUR REMEDIER AUX PRINCIPALES DIFFICULTES RELEVEES DANS LE CADRE DE LA CAMPAGNE DE CONTROLE Constats réalisés dans le cadre de la campagne de contrôle Les résultats de la campagne

Plus en détail

ACCORD DU 27 NOVEMBRE 2013

ACCORD DU 27 NOVEMBRE 2013 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3364 Convention collective nationale RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS IDCC : 2796. Personnel de direction Brochure

Plus en détail

Démarche de prévention de la pénibilité : Aide à la mise en œuvre

Démarche de prévention de la pénibilité : Aide à la mise en œuvre Démarche de prévention de la pénibilité : Aide à la mise en œuvre dans les TPE-PME T e m p é r a t u r e Produits chimiques Horaires décalés Manutention de la pénibilité dans les TPE-PME 1 Préambule Suite

Plus en détail

Offre de service établissements médico-sociaux ------------ ARS 27 mai2015

Offre de service établissements médico-sociaux ------------ ARS 27 mai2015 Offre de service établissements médico-sociaux ------------ ARS 27 mai2015 Sommaire Branche Assurance AT/MP Axes nationaux prioritaires Présentation Carsat Centre Ouest Rôle et missions Plans d Actions

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement enracinées dans le contexte

Plus en détail

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES Mise en place de démarches d appui conseil «gestion des âges» dans le cadre du contrat de génération CADRAGE Cet appel à propositions a pour objet l identification

Plus en détail

LIGNE MÉTIER RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET BIOTECHNOLOGIE DES SERVICES POUR RÉPONDRE À VOS ENJEUX MÉTIER

LIGNE MÉTIER RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET BIOTECHNOLOGIE DES SERVICES POUR RÉPONDRE À VOS ENJEUX MÉTIER LIGNE MÉTIER RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET BIOTECHNOLOGIE DES SERVICES POUR RÉPONDRE À VOS ENJEUX MÉTIER Le secteur de la Recherche scientifique et de la biotechnologie connaît un fort dynamisme, attesté par

Plus en détail

La prévention au cœur de la gestion du risque professionnel

La prévention au cœur de la gestion du risque professionnel La prévention au cœur de la gestion du risque professionnel 1 Sommaire Notre environnement évolue 3-4 L Assurance maladie-risques professionnels, 5-6 l assureur des risques professionnels La prévention

Plus en détail

Note de synthèse Assurance Maladie. Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011

Note de synthèse Assurance Maladie. Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011 Note de synthèse Assurance Maladie Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011 Au début des années 2000, l Assurance Maladie a commencé à construire puis développer une

Plus en détail

Le risque TMS chez les intervenants à domicile

Le risque TMS chez les intervenants à domicile Le risque TMS chez les intervenants à domicile Quelques chiffres accident est dû aux manutentions manuelles Quelques chiffres + de 85% des maladies professionnelles sont des T.M.S. 5 tableaux de maladies

Plus en détail

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre Avril 2011 La longue expérience de la Mutualité Française dans la mise en œuvre d actions de prévention,

Plus en détail

Photographie statistique des accidents de travail, des accidents de trajet et des maladies professionnelles en France selon le sexe entre 2001 et 2012

Photographie statistique des accidents de travail, des accidents de trajet et des maladies professionnelles en France selon le sexe entre 2001 et 2012 Photographie statistique des accidents de travail, des accidents de trajet et des maladies professionnelles en France selon le sexe entre 2001 et 2012 Des tendances d évolution différenciées pour les femmes

Plus en détail

Offre nationale de formation de l Assurance Maladie Risques Professionnels et de l INRS

Offre nationale de formation de l Assurance Maladie Risques Professionnels et de l INRS Offre nationale de formation de l Assurance Maladie Risques Professionnels et de l INRS Année 2015 Sommaire Organisation et management de la prévention Assurer sa mission de personne désignée compétente

Plus en détail

COMITÉ D HYGIÈNE, DE SÉCURITÉ DES CONDITIONS DE TRAVAIL RÉUNION TRIMESTRIELLE DU 16 MARS 2015 DE L ÉTABLISSEMENT LYONNAIS

COMITÉ D HYGIÈNE, DE SÉCURITÉ DES CONDITIONS DE TRAVAIL RÉUNION TRIMESTRIELLE DU 16 MARS 2015 DE L ÉTABLISSEMENT LYONNAIS COMITÉ D HYGIÈNE, DE SÉCURITÉ DES CONDITIONS DE TRAVAIL RÉUNION TRIMESTRIELLE DU 16 MARS 2015 DE L ÉTABLISSEMENT LYONNAIS Membres du CHSCT présents : Monsieur CHAPON Président du CHSCT Lyonnais Madame

Plus en détail

FICHE DE POSTE «INFIRMIERE INFIRMIER DE SANTE AU TRAVAIL»

FICHE DE POSTE «INFIRMIERE INFIRMIER DE SANTE AU TRAVAIL» FICHE DE POSTE «INFIRMIERE INFIRMIER DE SANTE AU TRAVAIL» Service de santé au travail INTER-ENTREPRISES - Rouen Rédactrices : Stéphanie BREAVOINE et Sandra CASTILLO Infirmières de santé au travail Fiche

Plus en détail

Recours aux entreprises extérieures

Recours aux entreprises extérieures RECOMMANDATION R429 Recommandations adoptées par le Comité technique national de la chimie, du caoutchouc et de la plasturgie le 21 novembre 2006. Cette recommandation annule et remplace la recommandation

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

OFFRE DE FORMATIONS 2014 A DESTINATION DES ENTREPRISES DE LA BRANCHE DU TOURISME SOCIAL ET FAMILIAL ADHÉRENTES A UNIFORMATION

OFFRE DE FORMATIONS 2014 A DESTINATION DES ENTREPRISES DE LA BRANCHE DU TOURISME SOCIAL ET FAMILIAL ADHÉRENTES A UNIFORMATION OFFRE DE FORMATIONS 2014 A DESTINATION DES ENTREPRISES DE LA BRANCHE DU TOURISME SOCIAL ET FAMILIAL ADHÉRENTES A UNIFORMATION FORMATION METHODE HACCP TECHNIQUES DE BASE Uniformation Département Ressources

Plus en détail

Plan Santé au travail

Plan Santé au travail Plan Santé au travail 2005-2009 Plan Santé au travail 2005-2009 Le plan santé au travail est issu d un travail collectif. Il a été élaboré, sous l autorité du Ministre délégué aux relations du travail,

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

LOMBALGIES CHRONIQUES & MALADIES PROFESSIONNELLES

LOMBALGIES CHRONIQUES & MALADIES PROFESSIONNELLES LOMBALGIES CHRONIQUES & MALADIES PROFESSIONNELLES CODE DE LA SÉCURITÉ SOCIALE : «Toute personne salariée ou travaillant à quelque titre ou en quelque lieu que ce soit, pour un ou plusieurs employeurs ou

Plus en détail

Appel d offre - Année 2015 - FORCO OPCA du Commerce et de la Distribution Partenaires des Formations & Inscriptions en Ligne FORCO - FIL

Appel d offre - Année 2015 - FORCO OPCA du Commerce et de la Distribution Partenaires des Formations & Inscriptions en Ligne FORCO - FIL Appel d offre - Année 2015 - FORCO OPCA du Commerce et de la Distribution Partenaires des Formations & Inscriptions en Ligne FORCO - FIL SOMMAIRE OBJET DE L APPEL D OFFRE P. 3 LE CONTEXTE DE L APPEL D

Plus en détail

100 minutes pour la vie

100 minutes pour la vie Dossier de presse 100 minutes pour la vie Campagne de sensibilisation à la prévention des risques des apprentis du BTP Du 3 novembre au 12 décembre 2014 Objectif : sensibiliser 25 000 apprentis sur les

Plus en détail

Edito. Employeurs. Dossier. Sommaire N 34. Cher Adhérent,

Edito. Employeurs. Dossier. Sommaire N 34. Cher Adhérent, Sommaire O c t o b r e 2 0 1 2 Informations Bulletin Employeurs Les documents obligatoires pour l employeur d information de votre service de santé au travail N 34 Edito La réforme de la Santé au Travail,

Plus en détail

Qualité Sécurité Environnement

Qualité Sécurité Environnement Qualité Sécurité Environnement FORMATION AUDIT CONSEIL EXPERTISE >> Catalogue 2014 Nos innovations: e-learning, évaluation des compétences personnalisation Formation Hygiène Alimentaire ISO 9001 : 2008...

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Association régie par les dispositions de la loi du 1 er juillet 1901 SIÈGE SOCIAL ZA LE BOIS ARDENT 50000 SAINT LO ARTICLE 4

REGLEMENT INTERIEUR. Association régie par les dispositions de la loi du 1 er juillet 1901 SIÈGE SOCIAL ZA LE BOIS ARDENT 50000 SAINT LO ARTICLE 4 REGLEMENT INTERIEUR «SERVICE INTERPROFESSIONNEL DE SANTÉ AU TRAVAIL DE LA MANCHE» Association régie par les dispositions de la loi du 1 er juillet 1901 SIÈGE SOCIAL ZA LE BOIS ARDENT 50000 SAINT LO PREAMBULE

Plus en détail

GMS-Santé 2008 La Responsabilité du médecin du travail

GMS-Santé 2008 La Responsabilité du médecin du travail 1 La responsabilité du médecin du travail Les conséquences juridiques d un statut particulier 2 Intervenante Jocelyne CAYRON Docteur en Droit Maitre de Conférence en Droit Privé Responsable de Master Professionnel

Plus en détail

CLUB TMS 23 OCTOBRE 2012

CLUB TMS 23 OCTOBRE 2012 CLUB TMS 23 OCTOBRE 2012 Actualité du Service Prévention Mr Bernard BOUDON, Ingénieur Conseil Régional Carsat LR 9 H 00/9 H 30 - Actualité du service Prévention Mr Bernard BOUDON, Ingénieur Conseil Régional

Plus en détail

Prévenir et gérer l absentéisme

Prévenir et gérer l absentéisme Prévenir et gérer l absentéisme Maroussia Krawec ARACT Ile de France UNION EUROPEENNE Fonds social Le réseau ANACT ARACT(s) ANACT + 26 ARACT L ARACT Île-de-France est une association paritaire avec : Une

Plus en détail

Dossier de presse 15 décembre 2014

Dossier de presse 15 décembre 2014 Santé au travail Accidents du travail et maladies professionnelles : les chiffres en Normandie en 2013 Dossier de presse 15 décembre 2014 Accidents du travail / maladies professionnelles (AT/MP) : la tendance

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015 CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015 Professionnels de l alimentation 06.47.75.88.57 HQSA Consulting contact@hqsafrance.fr Numéro de déclaration de prestataire de formation : SIRET SIRET : 804 : 284 284 420

Plus en détail

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V.

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V. Siège social : 9 bis, rue Armand Chabrier 47400 TONNEINS Tél. : 05.53.64.61.57 Fax : 05.53.64.63.12 e-mail : adestonneins@yahoo.fr Site : www.adesformations.fr Antenne de Bazas 7 chemin Larriou 33430 BAZAS

Plus en détail

Nos solutions formation BTP à destination des services de santé au travail

Nos solutions formation BTP à destination des services de santé au travail Crédits photos OPPBTP / X. Pierre - Fotolia - Getty Nos solutions formation BTP à destination des services de santé au travail Avec le soutien des Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des

Plus en détail

Actions pédagogiques. Sous convention avec le Grand Lyon. Acoucité, le 29 Octobre 2004

Actions pédagogiques. Sous convention avec le Grand Lyon. Acoucité, le 29 Octobre 2004 Education à l Environnement Actions pédagogiques Sous convention avec le Grand Lyon Acoucité, le 29 Octobre 2004 I -Présentation de l association Les nuisances sonores représentent une préoccupation de

Plus en détail

les CABINETS COMPTABLES 25 octobre 2012

les CABINETS COMPTABLES 25 octobre 2012 PAUSE-CAFE les CABINETS COMPTABLES 25 octobre 2012 Plan de la réunion Missions de votre service de santé au travail L élaboration du Document Unique Les risques du métier de comptable Conclusion et échanges

Plus en détail

Ergonomie et Prévention des risques professionnels

Ergonomie et Prévention des risques professionnels Ergonomie et Prévention des risques professionnels Catalogue des formations AVISErgonomique Laurent AVISSE Laurent AVISSE Ergonome Consultant 29, Rue de Montbazon 37 300 JOUE-LES-TOURS Tél : 06 09 44 30

Plus en détail

faits marquants et chiffres clés >> 2010

faits marquants et chiffres clés >> 2010 faits marquants et chiffres clés >> 2010 >> 1 Les comptes de l Assurance Maladie - Risques Professionnels Les recettes et les dépenses en 2010 L évolution des comptes Les cotisations des entreprises La

Plus en détail

PRESENTATION STRATEGIQUE

PRESENTATION STRATEGIQUE Programme «Accidents du travail Maladies professionnelles» 7 PRESENTATION STRATEGIQUE DU PROGRAMME DE QUALITE ET D EFFICIENCE «ACCIDENTS DU TRAVAIL MALADIES PROFESSIONNELLES» La branche «accidents du travail

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Mesurer et prévenir les risques professionnels Liés aux conditions générales de travail, les risques professionnels font peser sur les salariés la menace d une altération de

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Retour d expérience Infirmière Santé Travail en Service SST de la Mutualité Sociale Agricole Nord Pas-de-Calais

Retour d expérience Infirmière Santé Travail en Service SST de la Mutualité Sociale Agricole Nord Pas-de-Calais Entretien Santé Travail Infirmier Retour d expérience Infirmière Santé Travail en Service SST de la Mutualité Sociale Agricole Nord Pas-de-Calais www.msa59-62.fr Journées d Etudes et de Formation 2014

Plus en détail

Un nouvel acteur dans l entreprise

Un nouvel acteur dans l entreprise Mai 2014 Un nouvel acteur dans l entreprise Le salarié compétent en santé-sécurité au travail A quoi sert-il? Quels liens avec les autres acteurs de l entreprise? Quelles compétences? Quels moyens? Chargé

Plus en détail

SANTE ECOLE ENSEIGNANTS

SANTE ECOLE ENSEIGNANTS SANTE ECOLE ENSEIGNANTS Formation des directeurs 13 mai 2014 Nadine Colin, déléguée MGEN SANTE ECOLE ENSEIGNANTS 1. La MGEN, acteur de santé? 2. Eléments de réflexion et de débats 3. Dispositifs et outils

Plus en détail

Les journées de rencontre CNPTP CCN 66 Points clefs Lille, le 14 novembre 2012

Les journées de rencontre CNPTP CCN 66 Points clefs Lille, le 14 novembre 2012 Les journées de rencontre CNPTP CCN 66 Points clefs Lille, le 14 novembre 2012 Lille, le 14 novembre 2012 La CNPTP en bref Ouverture par Jacky Desdoigts, Président de la CNPTP. Les mutations et les risques

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel BTS Management des unités commerciales Eléments principaux de la modification du référentiel Mai 2013 ANNEXE I UNITÉS CONSTITUTIVES DU RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION DU DOMAINE PROFESSIONNEL Unités Compétences

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

Compte rendu du séminaire sur les RPS qui a eu lieu mardi 4 février à la MMSH

Compte rendu du séminaire sur les RPS qui a eu lieu mardi 4 février à la MMSH Compte rendu du séminaire sur les RPS qui a eu lieu mardi 4 février à la MMSH En introduction : référence au site rps.hypotheses.org Un questionnaire anonyme sera mis en ligne d ici peu. Un petit film

Plus en détail

TPE/PME: salarié compétent en prévention des risques professionnels : Transformer une obligation réglementaire en opportunité

TPE/PME: salarié compétent en prévention des risques professionnels : Transformer une obligation réglementaire en opportunité TPE/PME: salarié compétent en prévention des risques professionnels : Transformer une obligation réglementaire en opportunité Objectif de la réunion Connaître et comprendre la nouvelle réglementation Intérêt

Plus en détail

RÉCEPTIONNISTE D'HÔTEL Créée le 31/08/2005 Modifiée le 09/03/2015

RÉCEPTIONNISTE D'HÔTEL Créée le 31/08/2005 Modifiée le 09/03/2015 Fiche métier FMP RÉCEPTIONNISTE D'HÔTEL Créée le 31/08/2005 Modifiée le 09/03/2015 CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES MÉTIERS APPARENTÉS Employé du hall Veilleur de nuit en hôtellerie Concierge en hôtellerie Homme

Plus en détail

Le dossier médical en santé au travail

Le dossier médical en santé au travail RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE Le dossier médical en santé au travail Consensus formalisé ARGUMENTAIRE Janvier 2009 1 Les recommandations et la synthèse des recommandations sont téléchargeables sur

Plus en détail

Note de synthèse 2012

Note de synthèse 2012 ARTISANAT DU BTP - EDITION N 2 NOVEMBRE 2014 Note de synthèse 2012 DANS CE NUMERO 2 ème publication de l Observatoire des formations à la prévention, cette notre présente les principaux chiffres clés de

Plus en détail

Comment initier une démarche globale de prévention des risques professionnels dans le secteur du nettoyage?

Comment initier une démarche globale de prévention des risques professionnels dans le secteur du nettoyage? Comment initier une démarche globale de prévention des risques professionnels dans le secteur du nettoyage? Déroulé de la réunion Introduction - Mme Carole Chion Directrice d Alpes Santé Travail Contexte

Plus en détail

Fonctionnalités HSE PILOT. Groupe QFI www.hse-pilot.com

Fonctionnalités HSE PILOT. Groupe QFI www.hse-pilot.com Fonctionnalités HSE PILOT Groupe QFI www.hse-pilot.com Module produit chimique RECENSEMENT DES PRODUITS Les produits chimiques sont omniprésents dans les entreprises. La gestion qui leur est associée peut

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

PLAN SANTE SECURITE AU TRAVAIL DES EXPLOITANTS AGRICOLES DE LA REGION GUADELOUPE PERIODE : 2011-2015

PLAN SANTE SECURITE AU TRAVAIL DES EXPLOITANTS AGRICOLES DE LA REGION GUADELOUPE PERIODE : 2011-2015 PLAN SANTE SECURITE AU TRAVAIL DES EXPLOITANTS AGRICOLES DE LA REGION GUADELOUPE PERIODE : 2011-2015 PREAMBULE Le Plan Santé Sécurité au Travail (PSST) de la Mutualité Sociale Agricole (MSA) de la Guadeloupe

Plus en détail

OBJECTIF FORMATION ANIMATION QUALITE

OBJECTIF FORMATION ANIMATION QUALITE OBJECTIF FORMATION ANIMATION QUALITE Des animations de qualité pour les enfants 10 Allée du Cortil La Vacherie 74230 THÔNES Téléphone : 04 50 63 10 64 Messagerie : ofaq@aliceadsl.com Formations continues

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-018933 Hôpital Intercommunal Le Raincy-Montfermeil 10 rue du Général Leclerc BP 104 93370 MONTFERMEIL

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-018933 Hôpital Intercommunal Le Raincy-Montfermeil 10 rue du Général Leclerc BP 104 93370 MONTFERMEIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 10 juin 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-018933 Hôpital Intercommunal Le Raincy-Montfermeil 10 rue du Général Leclerc BP 104 93370 MONTFERMEIL Objet : Inspection

Plus en détail

Offre nationale de formation de l Assurance Maladie Risques Professionnels et de l INRS

Offre nationale de formation de l Assurance Maladie Risques Professionnels et de l INRS Offre nationale de formation de l Assurance Maladie Risques Professionnels et de l INRS Année 2016 Sommaire Organisation et management de la prévention Assurer sa mission de salarié désigné compétent en

Plus en détail

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010 Référentiel métier de Directeur(trice) des soins Ce référentiel intègre à la fois le métier Directeur(trice) des soins en établissement et celui de Directeur(trice) des soins en institut de formation paramédicale.

Plus en détail

Assurer la retraite & protéger la santé

Assurer la retraite & protéger la santé Assurer la retraite & protéger la santé La Carsat aux côtés : des salariés, des entreprises et des retraités La Caisse d assurance retraite et de la santé au travail 4 valeurs : service solidarité avenir

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 27/12/2013 Envoi des offres : aurelie.huby@midi-pyrenees.cci.fr Le

Plus en détail

Professionnalisation en FLE

Professionnalisation en FLE Formation continue à distance des professeurs de français langue étrangère Présentation du programme de formation à distance et modalités de diffusion Table des matières 1. Préambule... 4 2. Présentation

Plus en détail

Protocole d accord relatif à la prévention des risques psychosociaux dans la fonction publique

Protocole d accord relatif à la prévention des risques psychosociaux dans la fonction publique Axe 2 Dispositifs d appui à la démarche d évaluation et de prévention des risques psychosociaux dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Plus en détail

Pourquoi un accord? (2E)

Pourquoi un accord? (2E) Pourquoi un accord? (2E) En janvier 2012, toutes les entreprises de 50 à moins de trois cents salariés dont 50% de l effectif est exposé à des facteurs de pénibilité, doivent être couvertes par un accord

Plus en détail

Guide «Prévention des facteurs de pénibilité en lien avec les inaptitudes médicales pour éviter la désinsertion professionnelle

Guide «Prévention des facteurs de pénibilité en lien avec les inaptitudes médicales pour éviter la désinsertion professionnelle Guide «Prévention des facteurs de pénibilité en lien avec les inaptitudes médicales pour éviter la désinsertion professionnelle 33 ème congrès national de santé au travail Lille 2014 Dr Véronique BUEWAERT,

Plus en détail

Solutions pédagogiques interactives Santé, Sécurité & Qualité de Vie au Travail CATALOGUE DVD & USB 2015

Solutions pédagogiques interactives Santé, Sécurité & Qualité de Vie au Travail CATALOGUE DVD & USB 2015 Solutions pédagogiques interactives Santé, Sécurité & Qualité de Vie au Travail CATALOGUE DVD & USB 2015 www. CATALOGUE DVD & USB Solutions pédagogiques interactives Santé, Sécurité & Qualité de Vie au

Plus en détail

Infor HCM Anael Risques Professionnels. Infor HCM. Infor HCM Anael Risques Professionnels

Infor HCM Anael Risques Professionnels. Infor HCM. Infor HCM Anael Risques Professionnels Infor HCM Infor HCM Anael Risques Professionnels Contexte La législation concernant la prévention des risques professionnels s est largement développée ces dernières années. Les règles générales édictées

Plus en détail

PROJET RÉGIONAL 2015-2017. Prévention des risques professionnels et santé au travail

PROJET RÉGIONAL 2015-2017. Prévention des risques professionnels et santé au travail PROJET RÉGIONAL 2015-2017 Prévention des risques professionnels et santé au travail 1 CONTEXTE : PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS En application de l accord, signé le 22 octobre 2013, relatif à la

Plus en détail

Pourquoi un plan d action? (2PA)

Pourquoi un plan d action? (2PA) Pourquoi un plan d action? (2PA) En janvier 2012, toutes les entreprises de 50 à moins de trois cents salariés dont 50% de l effectif est exposé à des facteurs de pénibilité, doivent être couvertes par

Plus en détail

La formation en matière de santé et de sécurité au travail

La formation en matière de santé et de sécurité au travail Guide pratique 6 / 6 MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, MINISTÈRE MINISTÈRE DU BUDGET, DE DU LA BUDGET, FONCTION DES COMPTES DES COMPTES PUBLIQUE PUBLICS, PUBLICS, ET DE LA RÉFORME DE L ETAT DE

Plus en détail

RISQUE CHIMIQUE - CMR

RISQUE CHIMIQUE - CMR Mise à jour le 26/03/2012 AXE n : 1 AMELIORER LA CONNAISSANCE EN SANTE TRAVAIL OBJECTIF n : 2 DEVELOPPER LES OUTILS DE CONNAISSANCE ET DE SUIVI ACTION n : 5 Améliorer la connaissance sur les expositions,

Plus en détail

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE I- PREAMBULE 2 II- CAHIER DES CHARGES 2 II-1-Objectifs /Finalité 2 II-2-Public visé 3 II-3-Durée des parcours 3 II-4-Missions

Plus en détail

L Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires

L Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires L Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires Un dispositif institutionnel pour un contrôle intégré et moderne des produits alimentaires 2015 Qui sommes nous? L Office National de

Plus en détail