Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée."

Transcription

1 Chapitre 7 L Offre et la demande Objectifs Expliquer les déterminants de l offre Expliquer les déterminants de la demande Expliquer l équilibre macroéconomique 1 2 Objectifs (suite) Expliquer les effets des changements de l offre et de la demande s sur la croissance économique, l inflation et les cycles économiques Expliquer la croissance économique du Canada ainsi que l inflation et les cycles économiques à l aide du modèle de l offre et de la demande s Objectif: Expliquer les déterminants de l offre Le modèle de l OFFRE ET DE LA DEMANDE AGRÉGÉES nous aide à mieux comprendre: la croissance du PIB potentiel l inflation les fluctuations du cycle économique 3 4 Principes de l offre La quantité offerte de PIB réel (Y) dépend : 1. de la quantité de main-d œuvre (L) 2. du stock de capital (K) 3. de l état de la technologie (T) La fonction de production décrit comment ces facteurs influencent le PIB réel: Y = F(L, K, T) Principes de l offre À n importe quel moment dans le temps, la quantité de capital et l état de la technologie demeurent inchangés. La population est également fixe alors que la quantité de main-d œuvre peut varier. Des salaires plus bas entraînent de plus grandes quantités de main-d œuvre demandée. Des salaires plus élevés entraînent de plus grandes quantités de main-d œuvre offerte. 5 6

2 Principes de l offre Le taux de salaire d équilibre est le taux de salaire pour lequel la quantité de maind œuvre demandée est égale à la quantité de main-d œuvre offerte. À ce taux de salaire, il y a plein emploi. Même en situation de plein emploi, l activité économique est telle qu il existe des personnes à la recherche d un emploi. Tout comme aussi, il existe des firmes à la recherche de personnes à embaucher. Principes de l offre Le taux de chômage pour lequel l économie est au plein emploi est appelé taux de chômage naturel. Au plein emploi, la quantité offerte de PIB réel est le PIB potentiel. Au cours du cycle économique l emploi fluctue autour du taux de chômage naturel et, le PIB réel fluctue autour du PIB potentiel. 7 8 L offre à long terme L économie est sans cesse bombardée d événements qui éloignent le PIB réel du PIB potentiel (et éloignent le taux de chômage de celui du plein emploi). Le long terme en macroéconomie est une période de temps suffisamment longue pour permettre aux forces favorables au rapprochement du PIB réel et du PIB potentiel de réaliser le plein emploi. L offre à long terme L offre à long terme est la relation entre la quantité offerte de PIB réel et le niveau des prix lorsque, à long terme, le PIB réel équivaut au PIB potentiel. La courbe d offre à long terme est verticale et se situe au PIB potentiel. 9 1 L offre à long terme Niveau des prix (indice implicite du PIB = en 1992) PIB potentiel L offre à long terme Le PIB potentiel est indépendant du niveau des prix. Ainsi, sur la courbe le niveau des prix, le taux de salaire nominal et les autres prix des facteurs doivent nécessairement augmenter (ou diminuer) du même pourcentage. Ceci a pour conséquence que les prix relatifs et le taux de salaire réel demeurent inchangés

3 L offre à court terme Le court terme macroéconomique est la période durant laquelle le PIB réel est soit plus bas, ou soit plus élevé que le PIB potentiel. Ceci s accompagne d un taux de chômage qui est soit supérieur, ou soit inférieur au taux de chômage naturel. 13 L offre à court terme L offre à court terme est la relation entre la quantité offerte de PIB réel et le niveau des prix à court terme, lorsque le salaire nominal, tous les autres prix des facteurs et le PIB potentiel demeurent constants. La courbe d offre à court terme (OACT) a une pente positive et est égale à lorsque le PIB réel équivaut au PIB potentiel. 14 L offre à court terme Niveau des prix PIB réel (indice implicite du PIB) (en milliards de dollars de 1992) a 7 b c 8 d e 15 L offre à court terme Niveau des prix (indice implicite du PIB = en 1992) OACT d e c b a PIB réel inférieur PIB réel supérieur au PIB potentiel au PIB potentiel Les mouvements le long des courbes et OACT Une augmentation du niveau des prix accompagnée d une augmentation équivalente (en pourcentage) du salaire nominal et des autres prix des facteurs fait que les prix relatifs et le salaire réel demeurent inchangés. Le PIB réel demeure constant et équivaut au PIB potentiel. Il y a ainsi déplacement le long de l. 17 Déplacements le long des courbes d offre Niveau des prix (indice implicite du PIB = en 1992) Le niveau des prix et le salaire nominal augmentent d un même pourcentage OACT 18

4 Les mouvements le long des courbes et OACT Lorsque le niveau des prix augmente alors que les salaires et les prix des autres facteurs demeurent inchangés, la quantité offerte de PIB réel s accroît; il y a donc un déplacement le long de l OACT. 19 Déplacements le long des courbes d offre Niveau des prix (indice implicite du PIB = en 1992) Le niveau des prix augmente et le taux de salaire nominal demeure inchangé OACT 2 Les variations de l offre Les variations du niveau des prix entraînent un déplacement le long des courbes d offre. De tels changements ne modifient pas l offre. Il y a déplacement de la courbe d offre lorsque l un des facteurs qui peuvent influer sur la production, mis à part le niveau des prix, subit un changement. Les variations de l offre Lorsque le PIB potentiel change, il y a déplacement à la fois de l offre à court terme et de l offre à long terme. Les trois sources principales à la base du changement du PIB potentiel sont: 1) Les variations du niveau de plein-emploi de la main-d œuvre 2) Les variations dans le stock de capital 3) Le progrès technologique Variation du PIB potentiel Niveau des prix (indice implicite du PIB = en 1992) Augmentation du PIB potentiel OACT OACT 1 Les variations du PIB potentiel Comment le niveau de plein emploi de la main-d œuvre affecte-t-il le PIB potentiel? Le PIB potentiel s accroît lorsque le niveau de plein emploi de la maind œuvre augmente. Les fluctuations de l emploi au cours du cycle économique ne représentent pas des changements du PIB potentiel et ne modifient pas l offre à long terme

5 Les variations du PIB potentiel Comment le stock de capital affecte-t-il le PIB potentiel? Pour une économie prise dans son ensemble, plus élevé est le stock de capital, plus productive sera sa maind œuvre et donc plus élevé sera le PIB potentiel. Le capital comprend le capital humain. Les variations du PIB potentiel Comment les progrès technologiques affectent-ils le PIB potentiel? Les progrès technologiques peuvent augmenter le PIB potentiel, même dans une situation dans laquelle le niveau de la maind œuvre et du stock de capital sont fixes. Ces progrès sont, et de loin, la principale source de l augmentation de la production durant les deux derniers siècles Les variations du salaire nominal et des autres prix des facteurs Les variations du salaire nominal et des autres prix des facteurs modifient la courbe d offre à court terme mais ne modifient pas l offre à long terme. Les variations du salaire nominal affectent l OACT car, pour les entreprises, elles constituent des changements dans les coûts. L n est pas affectée car les variations du salaire nominal s accompagnent d une variation du niveau des prix par un même pourcentage. 27 Niveau des prix (indice implicite du PIB = en 1992) Variation du taux de salaire nominal Hausse du taux de salaire nominal b a 7 8 OACT 1 OACT 28 Objectif: Expliquer les déterminants de la demande La quantité demandée de PIB réel est la somme des valeurs réelles des dépenses de consommation (C), des dépenses d investissement (I), des dépenses gouvernementales (G) et des exportations (X) moins les importations (IM). Y = C + I + G + X IM 29 La demande La quantité demandée de PIB réel est la somme des biens et services finis produits au Canada que les ménages, les entreprises, les gouvernements et les clients étrangers ont l intention d acheter. Les intentions d achat dépendent: Du niveau des prix Des politiques budgétaire et monétaire De l économie mondiale Des anticipations 3

6 La courbe de demande La demande est la relation entre la quantité demandée de PIB réel et le niveau des prix. La demande Niveau des prix PIB réel (indice implicite du PIB) (en milliards de dollars de 1992) a' Toutes choses étant égales par ailleurs, plus le niveau des prix est élevé, plus la quantité demandée de PIB réel est faible. On illustre la demande par un barème de demande et une courbe de demande. b' 85 c' 8 d' 75 e' Niveau des prix (indice implicite du PIB = en 1992) La demande e' d' c' Diminution de la quantité demandée de PIB réel. Augmentation de la quantité demandée de PIB réel. b' a' DA La courbe de demande La courbe de demande a une pente négative pour deux raisons: L effet de richesse Les effets de substitution L Effet de richesse Toutes choses étant égales par ailleurs, lorsque le niveau des prix monte, la richesse réelle diminue. La richesse réelle est le montant des actifs (argent en banque, obligations, actions et autres actifs) que les gens possèdent, mesuré en termes de biens et services que tous ces actifs permettent d acheter. Les gens essaient de rétablir leur richesse en augmentant l épargne et en réduisant la consommation. Il s ensuit une diminution de la quantité demandée de PIB réel. Les effets de substitution Toutes choses étant égales par ailleurs, lorsque le niveau des prix monte, les taux d intérêt montent aussi. Les gens substituent leur consommation future à la consommation présente (c.-à-d. réduisent leurs achats présents) en raison des taux d intérêt plus élevés: il s agit ici d un effet de substitution inter temporelle. Par ailleurs, comme les biens étrangers deviennent plus abordables en raison de coûts plus faibles à l étranger, les consommateurs canadiens vont substituer les biens importés aux biens domestiques

7 Les variations de la demande Toute variation de l un des facteurs qui peuvent influer sur les intentions d achat, mis à part le niveau des prix, entraîne un changement de la demande, soit un déplacement de la courbe de demande. La politique budgétaire et la politique monétaire Le gouvernement se sert de la politique budgétaire pour tenter d influer sur l économie en établissant et en modifiant le montant des impôts, des paiements de transfert et des dépenses gouvernementales. Les principaux facteurs pouvant ainsi déplacer la demande sont : Les politiques budgétaire et monétaire L économie mondiale Les anticipations Les modifications d impôts ou de paiements de transfert affectent le revenu disponible des ménages. Le revenu disponible est le revenu agrégé moins les impôts plus les paiements de transfert La politique budgétaire et la politique monétaire L économie mondiale Une augmentation du revenu disponible entraîne une augmentation de la demande. Le taux de change et les revenus des pays étrangers influent sur la demande. La politique monétaire consiste en des changements des taux d intérêt et de la quantité de monnaie dans l économie. Le taux de change est le montant d une devise étrangère qu on peut acheter avec un dollar canadien. Une augmentation de la quantité de monnaie entraîne une augmentation de la demande. Des taux d intérêt plus faibles entraînent une augmentation de la demande. 39 Lorsque le taux de change monte, la demande diminue. Lorsque les revenus des pays étrangers augmentent, la demande augmente. 4 Les anticipations Les anticipations relatives aux revenus, à l inflation et aux profits futurs influent sur les intentions d achat d aujourd hui. Une augmentation des anticipations quant au revenu futur entraînera une hausse de la demande. Une augmentation du taux d inflation anticipé provoque une augmentation de la demande. Une augmentation des profits anticipés entraîne une augmentation de la demande. 41 Déplacement de la courbe de demande Niveau des prix (indice implicite du PIB = en 1992) Diminution de la demande DA 2 Augmentation de la demande DA DA 1 42

8 Déplacement de la courbe de demande La demande diminue si : La politique budgétaire entraîne une diminution des dépenses gouvernementales, une augmentation des impôts et des taxes, ou une diminution des paiements de transfert. La politique monétaire fait diminuer la masse monétaire et augmenter les taux d intérêt. Le taux de change augmente ou le revenu des pays étrangers diminue. Les anticipations sont à la baisse quant au revenu disponible, à l inflation ou aux profits. Déplacement de la courbe de demande La demande augmente si : La politique budgétaire entraîne une augmentation des dépenses gouvernementales, une diminution des impôts et des taxes, ou une augmentation des paiements de transfert. Le taux de change diminue ou le revenu des pays étrangers augmente. Les anticipations sont à La politique monétaire fait la hausse quant au augmenter la masse monétaire revenu disponible, à et diminuer les taux d intérêt. l inflation ou aux profits Objectif: Expliquer l équilibre macroéconomique Le modèle de la demande et de l offre s vise à expliquer les changements du PIB réel et le niveau des prix. Pour cela il faut combiner l offre et la demande s et déterminer ainsi l équilibre macroéconomique. L équilibre macroéconomique Il y a équilibre macroéconomique à court terme lorsque la quantité demandée de PIB réel est égale à la quantité offerte de PIB réel. L équilibre macroéconomique à court terme est le point d intersection de la courbe DA et de la courbe OACT L équilibre macroéconomique à court terme Niveau des prix (indice implicite du PIB = en 1992) e' d' c' d c b b' a Les entreprises augmentent la production et les prix. Les entreprises réduisent la production et les prix. DA e e' OACT Équilibre macro-économique à court terme 47 L équilibre macroéconomique Lorsqu il y a équilibre macroéconomique à court terme, le salaire nominal est fixe. Il ne s ajuste pas pour permettre l atteinte du plein emploi. Par conséquent, le PIB réel peut être à court terme inférieur, supérieur ou égal au PIB potentiel. À long terme il y a ajustement du salaire nominal. 48

9 L équilibre macroéconomique Il y a équilibre macroéconomique à long terme lorsque le PIB réel est égal au PIB potentiel ou de manière équivalente, lorsque l économie est sur la courbe d offre à long terme. L équilibre macroéconomique à long terme est le point d intersection de la courbe DA et de la courbe. 49 Niveau des prix (indice implicite du PIB = en 1992) L équilibre à long terme Au long terme le salaire nominal s ajuste OACT DA Objectif: Expliquer les effets des changements de l offre et de la demande s sur la croissance économique, l inflation et les cycles économiques Au fil des ans, il y a croissance économique en raison de l augmentation de la maind œuvre, de l accumulation de capital et des progrès technologiques. Ces changements déplacent vers la droite. La croissance économique et l inflation L inflation a lieu au fil des ans, lorsque la courbe de demande augmente à un rythme plus rapide que ne le fait la courbe d offre à long terme. En d autres termes, il y a inflation lorsque le déplacement vers la droite de la courbe de demande est plus élevé que celui de la courbe d offre à long terme Niveau des prix (indice implicite du PIB = en 1992) La croissance à long terme et l inflation Une augmentation de entraîne de la croissance économique Croissance économique 1 8 DA DA 1 Une augmentation de DA supérieure à celle de entraîne de l inflation 53 La croissance économique et l inflation Le principal facteur qui influe à long terme sur la demande est la croissance de la quantité de monnaie. Au cours du cycle économique le PIB réel fluctue autour du PIB potentiel. L inflation fluctue aussi au même moment. 54

10 Les cycles économiques Il y a des cycles économiques parce que la demande et l offre à court terme fluctuent mais les ajustements du salaire nominal ne se font pas assez rapidement pour maintenir le PIB réel au niveau du PIB potentiel. Les cycles économiques L équilibre de chômage est un équilibre macroéconomique à court terme pour lequel le niveau du PIB réel est inférieur à celui du PIB potentiel. Le montant auquel le PIB potentiel dépasse le PIB réel est appelé écart récessionniste Niveau des prix (indice implicite du PIB = en 1992) Équilibre de chômage Écart récessionniste a DA OACT 57 L équilibre à long terme Il y a équilibre à long terme lorsque le PIB réel est égal au PIB potentiel. L équilibre macroéconomique à long terme a lieu lorsque les courbes de demande et d offre à court terme se croisent à l intersection des courbes de demande et d offre à long terme. 58 Équilibre de plein emploi Niveau des prix (indice implicite du PIB = en 1992) Plein emploi OACT 1 b DA L équilibre de suremploi L équilibre de suremploi est un équilibre macroéconomique à court terme pour lequel le niveau du PIB réel est supérieur à celui du PIB potentiel. Le montant auquel le PIB réel dépasse le PIB potentiel est appelé écart inflationniste. 6

11 Équilibre de suremploi Niveau des prix (indice implicite du PIB = en 1992) Écart inflationniste OACT 2 c DA 2 61 Fluctuations du PIB réel Écart récessionniste PIB actuel PIB potentiel a b Plein emploi Écart inflationniste Année c 62 Les variations de la demande Le PIB réel fluctue autour du PIB potentiel, en raison notamment des variations de la demande. Que se passe-t-il lorsque la demande augmente? 63 Effet à court terme d une augmentation de la demande Niveau des prix (indice implicite du PIB = en 1992) OACT DA DA 1 64 Les variations de la demande L économie ne peut pas produire indéfiniment au-delà son potentiel. Alors que le niveau des prix monte, le salaire nominal demeure par contre inchangé. Il y a donc à la fois diminution des salaires réels et augmentation des profits. Les travailleurs demanderont des salaires plus élevés; les entreprises vont satisfaire à leurs exigences. Le nouvel équilibre à long terme a lieu lorsque le salaire nominal augmentera d un même pourcentage que l augmentation du niveau des prix. 65 Effet à long terme d une augmentation de la demande Niveau des prix (indice implicite du PIB = en 1992) OACT 1 OACT DA 1 66

12 Les variations de l offre Le PIB réel fluctue autour du PIB potentiel, en raison notamment des variations de l offre à court terme. Que se passe-t-il en cas d augmentation substantielle, mais temporaire, du prix du pétrole? 67 Une diminution de l offre Niveau des prix (indice implicite du PIB = en 1992) OACT 1 OACT AD Une augmentation du prix du pétrole entraîne une diminution de l offre à court terme. 68 Éléments clés d un cycle économique Indicateurs Indicateurs de la confiance des consommateurs: Contexte général (TC, Taux d intérêt, OM,Solde commerciaux) Confiance des consommateurs Consommation Confiance des entreprises Dépenses d investissement Production Efficacité Niveau des prix taux de chômage (chômage fl confiance consommation ) Indicateurs de la consommation: ventes au détail, mises en chantier Indicateurs de la confiance des entreprises: commandes en carnet, enquêtes sur les investissements Indicateurs de l efficacité: taux d utilisation de la capacité(pib/stock de K): si (>85.5%) il y a surcapacité. On surutilise le capital et devient moins efficace Cycles: Exemple Si confiance des consommateurs Consommation Investissements Production (PIB ) Exemple (suite) Les producteurs se forcent pour répondre à la demande Le coût marginal de production le niveau des prix (L IPC ) : inflation L inflation mine la confiance des consommateurs On engage plus de monde et de capital dans le processus de production même les ressources les moins habiles et adaptées On recommence la boucle mais en descendant D où le cycle 71 72

13 Séries clés du cycle économique Séries clés du cycle économique Taux directeur de la BDC: - en récession: la BDC baisse le taux pour stimuler l économie - En expansion: la BDC hausse le taux pour stimuler l économie Taux de chômage: - en récession: le taux augmente Mises en chantier: - en récession: baissent - En expansion: augmente Faillites d entreprises: - en récession: augmentent - En expansion: baissent Ratio livraisons/stocks: - En expansion: le taux baisse - en récession: baisse - En expansion: augmente Séries clés du cycle économique Croissance du PIB : - en récession: baisse - En expansion: augmente Utilisation de la capacité : (PIB/stock de K) - en récession: baisse (plus efficace) - En expansion: augmente (moins efficace) Inflation: Objectif: Expliquer la croissance économique du Canada, l inflation et les cycles économiques à l aide du modèle OA-DA L économie est continuellement en changement. - en récession: baisse - En expansion: augmente Comment l économie canadienne a-t-elle évolué depuis 1971? La demande et l offre : La croissance économique Le PIB réel a augmenté au fil des ans. Les forces à la base de la croissance économique sont celles qui augmentent le PIB potentiel. Ces forces sont: la croissance de la quantité de main-d œuvre, l accumulation du capital humain et physique et les progrès technologiques. Leur action a été la plus forte au cours des années 6, au milieu des années 8 et à la fin des années

14 L inflation Le niveau des prix a augmenté au fil des ans mais a chuté en La principale force responsable de cette augmentation soutenue du niveau des prix est la tendance de la demande à augmenter à un rythme plus rapide que ne le fait l offre à long terme. Le taux de croissance de la masse monétaire explique la persistance de l inflation. Les cycles économiques Les cycles économiques s expliquent du fait que l augmentation de l offre à court terme, de même que la croissance de la demande, ne suivent pas un rythme stable et fixe L évolution de l économie de 1971 à 1998 Au début des années 7, il y a eu une forte hausse du PIB réel accompagnée d un faible taux d inflation. Vers le milieu des années 7 il y a eu à la fois récession et accélération de l inflation (soit une stagflation). Une série d augmentations importantes du prix du pétrole a d une part diminué OACT (déplacement vers la gauche); d autre part, des augmentations rapides de la masse monétaire ont augmenté DA (déplacement vers la droite). L évolution de l économie de 1971 à 1998 La récession a pu avoir lieu parce que le déplacement de la courbe d offre à court terme vers la gauche s est effectué beaucoup plus rapidement que ne l a été le déplacement de la demande vers la droite. Le reste des années 7 a connu une inflation élevée et une croissance modérée du PIB réel L évolution de l économie de 1971 à 1998 L évolution de l économie de 1971 à 1998 À partir de 198, l inflation était un problème majeur et, la Banque du Canada a pris des mesures vigoureuses pour la réduire. Les taux d intérêt ont augmenté pour atteindre des niveaux sans précédent. La demande diminua. À partir de 1992, l économie sombra dans une profonde récession. De 1983 à 1989, l accumulation de capital et les progrès soutenus de la technologie ont provoqué un déplacement régulier vers la droite (augmentation) de la courbe d offre à long terme. La courbe d offre à court terme a également augmenté. La croissance de la demande a suivi celle de l offre ; ce qui a permis a PIB réel de poursuivre sa croissance et de maintenir le taux d inflation relativement stable

15 L évolution de l économie de 1971 à 1998 Une diminution de la demande a provoqué la récession de En 1992, l économie est entrée dans une nouvelle phase d expansion, toujours présente en Le PIB réel avoisinait le PIB potentiel et l économie était presque au plein emploi. FIN 85 86

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite)

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite) Chapitre 6 Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique 1 Objectifs d apprentissage Faire la distinction entre le stock de capital et de la richesse et le flux de production, de revenu,

Plus en détail

Banque nationale suisse

Banque nationale suisse IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle Combinaison des politiques budgétaires et monétaires 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et

Plus en détail

Examen d Introduction à la Macroéconomie Cours des Prof. Federica Sbergami et Nicolas Maystre Juin 2015

Examen d Introduction à la Macroéconomie Cours des Prof. Federica Sbergami et Nicolas Maystre Juin 2015 Nom: Prénom: N étudiant : A Examen d Introduction à la Macroéconomie Cours des Prof. Federica Sbergami et Nicolas Maystre Juin 2015 Nombre de pages au total: 13 pages + 1 grille réponse Durée de l examen:

Plus en détail

La monnaie, les banques et les taux d intérêt

La monnaie, les banques et les taux d intérêt Chapitre 10 La monnaie, les banques et les taux d intérêt 1 Objectifs Définir ce qu est la monnaie et décrire ses fonctions Expliquer les fonctions économiques des banques canadiennes et des autres intermédiaires

Plus en détail

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Modèle IS/LM Le modèle IS/LM, conçu par John Hicks en 1937, est généralement

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux Points saillants du chapitre Les dépenses totales des régimes consacrées à la santé demeurent stables en moyenne

Plus en détail

MODÈLE D APPLICATION INTERPRÉTATION

MODÈLE D APPLICATION INTERPRÉTATION MODÈLE D APPLICATION INTERPRÉTATION DES INDICATEURS GÉNÉRALE PARTIE 1 NOTIONS THÉORIQUES Section 1 Section 2 Section 3 Section 4 Section 5 Section 6 Section 7 Section 8 Section 9 Section 10 Section 11

Plus en détail

Chapitre V. B.- Le marché des changes. Aspects financiers du CI. Remy K. Katshingu

Chapitre V. B.- Le marché des changes. Aspects financiers du CI. Remy K. Katshingu Chapitre V Aspects financiers du CI B.- Le marché des changes Remy K. Katshingu 1 Plan de cette section 1. Définitions Taux de change Le marché des changes (définition + caractéristiques) 2. Détermination

Plus en détail

Université du Québec en Outaouais

Université du Québec en Outaouais Nom : Numéro d étudiant : Université du Québec en Outaouais Prénom ECN1473 : Analyse macroéconomique Examen intra Date : lundi 21 octobre 2002 Durée : 2h30 (9h00 11h30) Professeur : Dimitri Sanga DIRECTIVES

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte

Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte Chapitre 4 Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte Introduction modèle keynésien : on suppose que les prix sont fixes quand la production augmente, tant que l on ne dépasse pas le revenu

Plus en détail

Rappel mathématique Germain Belzile

Rappel mathématique Germain Belzile Rappel mathématique Germain Belzile Note : à chaque fois qu il est question de taux dans ce texte, il sera exprimé en décimales et non pas en pourcentage. Par exemple, 2 % sera exprimé comme 0,02. 1) Les

Plus en détail

Perspectives économiques du Canada :

Perspectives économiques du Canada : Perspectives économiques du Canada : 2015 une année remplie d incertitude Pedro Antunes Économiste en chef adjoint, Le Conference Board du Canada Le 22 septembre 2015 conferenceboard.ca Perspectives mondiales

Plus en détail

Chapitre V. Balance des paiements & Taux de change. Aspects financiers du CI. R. Katshingu

Chapitre V. Balance des paiements & Taux de change. Aspects financiers du CI. R. Katshingu Chapitre V Aspects financiers du CI Balance des paiements & Taux de change R. Katshingu 1 Objectifs d apprentissage A.- La Balance des paiements (BP) 1. Définition et importance de la BP 2. Composition

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

Incidences financières de la baisse des prix du pétrole. Ottawa, Canada Le 27 janvier 2015 www.pbo-dpb.gc.ca

Incidences financières de la baisse des prix du pétrole. Ottawa, Canada Le 27 janvier 2015 www.pbo-dpb.gc.ca Incidences financières de la baisse des prix du pétrole Ottawa, Canada Le 27 janvier 2015 www.pbo-dpb.gc.ca Le directeur parlementaire du budget (DPB) a pour mandat de présenter au Parlement une analyse

Plus en détail

CHAPITRE 6 LE TOURISME AU CANADA ET SES DIVERSES FACETTES ÉCONOMIQUES 1. Introduction

CHAPITRE 6 LE TOURISME AU CANADA ET SES DIVERSES FACETTES ÉCONOMIQUES 1. Introduction LE TOURISME AU CANADA ET SES DIVERSES FACETTES ÉCONOMIQUES 1 Jacques Delisle et Sylvain Venne, Division des comptes des revenus et dépenses Statistique Canada Introduction Le tourisme touche à plusieurs

Plus en détail

Contenu du chapitre. 1. La demande du marché. L offre et la demande. La notion de Demande. Chapitre 1 D 1

Contenu du chapitre. 1. La demande du marché. L offre et la demande. La notion de Demande. Chapitre 1 D 1 L offre et la Chapitre 1 Contenu du chapitre 1. La du marché 2. L offre du marché 3. L équilibre du marché 4. Application: magnétoscope vs lecteur DVD 2 La notion de Demande 1. La du marché Prix C DEMANDE

Plus en détail

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi.

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Politique budgétaire Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Nous continuons de supposer qu il s agit d une économie fermée mais

Plus en détail

15. Une théorie macroéconomique de l économie

15. Une théorie macroéconomique de l économie 15. Une théorie macroéconomique de l économie S = I + INE Epargne nationale, investissement et investissement net à l étranger en % du PIB aux Etats-Unis Année S I INE 1960 19,4 18,7 0,7 1970 18,4 18,1

Plus en détail

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions L économie ouverte Un modèle de petite économie ouverte V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile Quelques définitions Économie fermée Économie ouverte Exportations et importations Exportations nettes

Plus en détail

14. Les concepts de base d une économie ouverte

14. Les concepts de base d une économie ouverte 14. Les concepts de base d une économie ouverte Jusqu ici, hypothèse simplificatrice d une économie fermée. Economie fermée : économie sans rapport économique avec les autres pays pas d exportations, pas

Plus en détail

13. L inflation, ses causes et ses coûts

13. L inflation, ses causes et ses coûts 13. L inflation, ses causes et ses coûts Qu est-ce que l inflation? - L inflation est une augmentation soutenue du niveau «général» des prix. - L inflation concerne une augmentation durable du niveau moyen

Plus en détail

Examen d Introduction à la Macroéconomie Cours des Prof. Nicolas Maystre et Federica Sbergami, 2013-2014 28 mai 2014

Examen d Introduction à la Macroéconomie Cours des Prof. Nicolas Maystre et Federica Sbergami, 2013-2014 28 mai 2014 Nom: Prénom: N étudiant : Examen d Introduction à la Macroéconomie Cours des Prof. Nicolas Maystre et Federica Sbergami, 2013-2014 28 mai 2014 Nombre de pages au total: 12 pages + 1 grille réponse Durée

Plus en détail

HEC Université de Lausanne Analyse économique : macroéconomie

HEC Université de Lausanne Analyse économique : macroéconomie HEC Université de Lausanne Analyse économique : macroéconomie Prof. Mathias Thoenig et Philippe Andrade Examen de Rattrapage : Session d été 2015 Nom et prénom No matricule No de place Points EX 1 EX 2

Plus en détail

Evaluation de l impact à court terme de l application du " Gentelmen Agreement " sur l économie marocaine

Evaluation de l impact à court terme de l application du  Gentelmen Agreement  sur l économie marocaine Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Evaluation de l impact à court terme de l application du " Gentelmen Agreement " sur l économie marocaine Octobre 1996 Document de travail

Plus en détail

Revue des grandes tendances macroéconomiques pour le secteur de l'assurance au Québec en 2013

Revue des grandes tendances macroéconomiques pour le secteur de l'assurance au Québec en 2013 Revue des grandes tendances macroéconomiques pour le secteur de l'assurance au Québec en 2013 Daniel Denis kpmg.ca L environnement externe ÉCONOMIE CONSOMMATEUR TECHNOLOGIE DÉMOGRAPHIE Secteur de l assurance

Plus en détail

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux En 2013, on prévoit que les dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux atteindront 138,3

Plus en détail

CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE

CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE L idée centrale de Hicks 1 est que l apport théorique essentiel de Keynes réside dans sa théorie de la préférence pour la liquidité donc dans l idée que

Plus en détail

Examen d Introduction à la Macroéconomie. NOM(S) (en majuscules): Prénom(s):

Examen d Introduction à la Macroéconomie. NOM(S) (en majuscules): Prénom(s): Examen d Introduction à la Macroéconomie Cours du Prof. Federica Sbergami, 2010-2011 Juin 2011 Version A NOM(S) (en majuscules):... Prénom(s):... N o d étudiant:... Ces pages constituent un cahier de données

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

1 L équilibre sur le marché des biens et services

1 L équilibre sur le marché des biens et services Modèle IS LM BP IMPORTANT : en aucun cas ce cours ne remplace le cours magistral de M. Gilles Dufrénot, notamment le cours sur les chapitres 4 et 5. Il est destiné à faciliter la comprehension du cours

Plus en détail

macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault

macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault Chapitre 2. L équilibre macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault 1 Introduction 2 3 Réponse donnée par le modèle IS/LM: Cadre considéré comme Keynésien 4 1. Le

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU QUATRIEME TRIMESTRE DE 2013

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU QUATRIEME TRIMESTRE DE 2013 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU QUATRIEME TRIMESTRE DE 2013 L objet de cette note est d analyser les principales tendances financières et monétaires au cours de l année 2013, avec un accent particulier

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

Canada-Inde Profil et perspective

Canada-Inde Profil et perspective Canada-Inde Profil et perspective Mars 2009 0 L Inde et le Canada : un bref profil Vancouver Calgary Montréal Toronto INDE 3 287 263 km² 1,12 milliard 1 181 milliards $US 1 051 $US Source : Fiche d information

Plus en détail

Aux chapitres 14 et 15, nous avons vu

Aux chapitres 14 et 15, nous avons vu Chapitre 16 La monnaie et les marchés des biens et des services Sommaire Xxxxxxxx Les effets des variations monétaires sur le revenu national........ 519 Les effets sur la monnaie des variations sur le

Plus en détail

Document d information n o 6 sur les pensions

Document d information n o 6 sur les pensions Document d information n o 6 sur les pensions Régimes de pension des milieux Partie 6 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition,

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

ÉVOLUTION DES TAUX D INTÉRÊT ET COLLECTE DE L ÉPARGNE

ÉVOLUTION DES TAUX D INTÉRÊT ET COLLECTE DE L ÉPARGNE ÉVOLUTION DES TAUX D INTÉRÊT ET COLLECTE DE L ÉPARGNE Cette étude fait le point sur l incidence que les évolutions récentes de taux d intérêt, dont elle rappelle l ampleur, ont pu avoir ou auront sur la

Plus en détail

Un leadership fort. Un Canada meilleur.

Un leadership fort. Un Canada meilleur. Un leadership fort. Un Canada meilleur. Énoncé économique Le 30 octobre 2007 Note préliminaire Dans la présente publication, les symboles suivants sont utilisés pour représenter des sommes d argent : M$

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée V2.3 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables)

Plus en détail

Sortie du creux conjoncturel avec un PIB potentiel plus faible qu attendu :

Sortie du creux conjoncturel avec un PIB potentiel plus faible qu attendu : Sortie du creux conjoncturel avec un PIB potentiel plus faible qu attendu : un contexte difficile pour faire face au choc du vieillissement de la population 39 e Congrès de l ASDEQ Ottawa 15 mai 2014 François

Plus en détail

La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien

La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien Publication n o 2013-19-F Le 22 avril 2013 Mathieu Frigon Division de l économie, des ressources et des affaires internationales

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 10/19 (F) 16 février 2010 Les notes d'information au public (NIP) s inscrivent dans

Plus en détail

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

Chapitre 5 : Comprendre les taux d'intérêt

Chapitre 5 : Comprendre les taux d'intérêt Chapitre 5 : Comprendre les taux d'intérêt Le taux d'intérêt est un autre nom généralement employé pour désigner le rendement à la maturité d'une obligation. De plus, nous avons aussi discuté du rapport

Plus en détail

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 2 Les simulations

Plus en détail

Concepts abordés. Inflation, désinflation, déflation, stagflation, hyperinflation. Monnaie et financement de l activité économique IPC, IPCH, PCE

Concepts abordés. Inflation, désinflation, déflation, stagflation, hyperinflation. Monnaie et financement de l activité économique IPC, IPCH, PCE 2. Inflation Concepts abordés Inflation, désinflation, déflation, stagflation, hyperinflation Monnaie et financement de l activité économique IPC, IPCH, PCE Effets de l inflation Sources de l inflation

Plus en détail

Comment avoir accès à la valeur de rachat de votre police d assurance vie universelle de RBC Assurances

Comment avoir accès à la valeur de rachat de votre police d assurance vie universelle de RBC Assurances Comment avoir accès à la valeur de rachat de votre police d assurance vie universelle de RBC Assurances Découvrez les avantages et désavantages des trois méthodes vous permettant d avoir accès à vos fonds.

Plus en détail

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du mercredi 26 septembre 2007 à 9 h 30 «Actualisation des projections à long terme : les hypothèses» Document N 04 Document de travail, n engage pas

Plus en détail

Chapitre 2 : Le revenu national

Chapitre 2 : Le revenu national Chapitre 2 : Le revenu national Principes de la macroéconomie - Pascal Belan L1 DU ECE - Année 2012-2013 Introduction Les déterminants de la production Les facteurs de production La fonction de production

Plus en détail

Prévisions économiques 2011. Yanick Desnoyers

Prévisions économiques 2011. Yanick Desnoyers Prévisions économiques 2011 Yanick Desnoyers ÀNOTER ÀVOTRE AGENDA 16 novembre 2010 8 mars 2011 POUR ALLER PLUS LOIN Consultez le dossier complet sur la rémunération à l adresse suivante : www.portailrh.org/previsions

Plus en détail

Commerce électronique et impact économique

Commerce électronique et impact économique Commerce électronique et impact économique 11 juin 2015 En collaboration avec : Croissance des ventes au détail La valeur des ventes au détail 2013 (en milliards) 2014 (en milliards) Total des ventes au

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

4. L élasticité et ses applications

4. L élasticité et ses applications Le chapitre précédent nous a montré que : Demande = fonction {prix (-), revenus (+/-), prix produits comparables (+/-), goûts (+), anticipations (+/-), nombre de consommateurs (+)}. Offre = fonction {prix

Plus en détail

2014-2015. Analyse des états financiers

2014-2015. Analyse des états financiers 2014-2015 Analyse des états financiers Analyse des états financiers Introduction On trouvera une analyse plus poussée des résultats financiers du gouvernement dans le Rapport financier annuel du gouvernement

Plus en détail

Profil. Solutions d investissements guidés par le passif. Gestion de Placements TD INVESTISSEMENTS GUIDÉS PAR LE PASSIF SOLUTION SUR MESURE

Profil. Solutions d investissements guidés par le passif. Gestion de Placements TD INVESTISSEMENTS GUIDÉS PAR LE PASSIF SOLUTION SUR MESURE SOLUTION SUR MESURE Solutions d investissements guidés par le passif Les investissements guidés par le passif : de quoi s agit-il? Les investissements guidés par le passif (IGP) constituent un cadre de

Plus en détail

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements LES FONDS D INVESTISSEMENT La façon la plus accessible de diversifier vos placements Gestion professionnelle, diversification et liquidité De plus en plus de gens prennent conscience de la différence entre

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

La dette des particuliers

La dette des particuliers L EMPLOI ET LE REVENU EN La dette des particuliers Si l économie et la population des États-Unis sont presque dix fois supérieures à celles du, les deux pays comportent plusieurs similitudes. Les deux

Plus en détail

CHAPITRE 1 : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ

CHAPITRE 1 : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ CHAPITRE : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ..Introduction.2. Le point de départ de l analyse micro-économique du consommateur.3. La fonction de demande individuelle.4. Effets

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

MANIFESTE POUR UNE STRATÉGIE QUÉBÉCOISE DE L AGROALIMENTAIRE

MANIFESTE POUR UNE STRATÉGIE QUÉBÉCOISE DE L AGROALIMENTAIRE MANIFESTE POUR UNE STRATÉGIE QUÉBÉCOISE DE L AGROALIMENTAIRE Le 30 novembre 2015 Alors que la demande alimentaire est en forte croissance à l échelle de la planète, propulsée par le développement social

Plus en détail

Assemblée générale du 5 décembre 2013. Le RRUQ. Définition et fonctionnement SPP UQAC

Assemblée générale du 5 décembre 2013. Le RRUQ. Définition et fonctionnement SPP UQAC Assemblée générale du 5 décembre 2013 Le RRUQ Définition et fonctionnement 1 Le RRUQ Le RRUQ est le régime de retraite de l Université du Québec. Tous les professionnels, employés de soutien et professeurs

Plus en détail

LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL :

LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL : LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL : UN PARTENARIAT POUR BÂTIR DES COLLECTIVITÉS PLUS FORTES, PLUS PROSPÈRES ET PLUS DYNAMIQUES Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine

Plus en détail

BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE PREMIÈRE SECTION : VRAI OU FAUX Question 1.1 Si le taux d intérêt canadien augmente, la demande d actifs canadiens diminue. Question 1.2 Si le dollar canadien s

Plus en détail

Les crises des changes dans l étalon or

Les crises des changes dans l étalon or 7 Le système Bretton Woods Les crises des changes dans l étalon or Déficit du compte courant sortie d or - Banque centrale doit offrir l or aux étrangers en échange des billets -Réserves finies pas soutenable

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail

10. L épargne, l investissement et le système financier

10. L épargne, l investissement et le système financier 10. L épargne, l investissement et le système financier 1. Le système financier Un système financier = ensemble des institutions financières qui ont pour objet de mettre en relation les besoins de financement

Plus en détail

LES DANGERS DE LA DEFLATION

LES DANGERS DE LA DEFLATION LES DANGERS DE LA DEFLATION C est une menace pernicieuse car elle semble bénigne après deux générations de lutte contre l inflation. En Amérique, Angleterre et la zone Euro, les banques centrales ont un

Plus en détail

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 L économie canadienne en transition Thèmes pour 2014-15: L environnement économique

Plus en détail

Présentation à l Institut canadien de la retraite et des avantages sociaux. Selon Wikipédia

Présentation à l Institut canadien de la retraite et des avantages sociaux. Selon Wikipédia Évaluation actuarielle du Régime de rentes du Québec au 31 décembre 2012, une œuvre de science-fiction? Présentation à l Institut canadien de la retraite et des avantages sociaux Georges Langis Actuaire

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

Brefs rappels sur le modèle IS-LM et sur la Courbe de Phillips

Brefs rappels sur le modèle IS-LM et sur la Courbe de Phillips Université Paris Ouest Nanterre La Défense Licence 3 Mention Economie U.F.R SEGMI Premier semestre 2009-2010 Dynamique économique: analyse des fluctuations Cours de Valérie Mignon Brefs rappels sur le

Plus en détail

Théorie quantitative de la monnaie. M V = P Y Comment on transige = Le montant de la transaction

Théorie quantitative de la monnaie. M V = P Y Comment on transige = Le montant de la transaction Théorie quantitative de la monnaie Intuitivement c est : M V = P Y Comment on transige = Le montant de la transaction V : vélocité (ou vitesse) de la monnaie : représente le nombre de fois qu un dollar

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Le renouveau de la conception de la politique monétaire : le cas de la Turquie

Le renouveau de la conception de la politique monétaire : le cas de la Turquie Le renouveau de la conception de la politique monétaire : le cas de la Turquie Irem Zeyneloglu * L article présente le nouveau mode d intervention adopté par la Banque centrale turque en 2010 et le compare

Plus en détail

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Je ne caractériserais pas la récente correction du marché comme «une dégringolade». Il semble

Plus en détail

Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire

Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire Préparé pour : Association canadienne des conseillers hypothécaires accrédités Par : Will Dunning économiste en chef de

Plus en détail

La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale

La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale L année 2015, qui s'est amorcée deux semaines auparavant, s avère déjà mouvementée. Le pétrole a poursuivi sa chute brusque

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Parité des pouvoirs d achat : définition, mesure et interprétation

Parité des pouvoirs d achat : définition, mesure et interprétation Parité des pouvoirs d achat : définition, mesure et interprétation Robert Lafrance et Lawrence Schembri, département des Relations internationales Le concept de la parité des pouvoirs d achat a deux applications.

Plus en détail

LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC. Automne

LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC. Automne LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2013 Le point sur la situation économique et financière du québec Automne 2013 NOTE La forme masculine utilisée dans le texte désigne

Plus en détail

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011 Septembre 2011 Faits saillants Selon les données émises par la Chambre immobilière du Grand Montréal, la revente de résidences dans l agglomération de Montréal a atteint les 16 609 transactions en 2010,

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS

FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS PRB 05-107F FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS Alexandre Laurin Division de l économie Le 15 février 2006 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION

Plus en détail

DANS QUELLE MESURE LA CROISSANCE ECONOMIQUE PERMET-ELLE LE DEVELOPPEMENT?

DANS QUELLE MESURE LA CROISSANCE ECONOMIQUE PERMET-ELLE LE DEVELOPPEMENT? DANS QUELLE MESURE LA CROISSANCE ECONOMIQUE PERMET-ELLE LE DEVELOPPEMENT? Notions Celles que vous devez déjà connaître : Liste page 12 du manuel : si vous ne les connaissez pas, il faut reprendre vos cours

Plus en détail

L évolution à long terme des prix des logements : une perspective internationale

L évolution à long terme des prix des logements : une perspective internationale L évolution à long terme des prix des logements : une perspective internationale Association canadienne de science économique des affaires Kingston (Ontario) 25 août 2015 Lawrence Schembri Sous-gouverneur

Plus en détail

Utilisation des REER dans les années 90

Utilisation des REER dans les années 90 Ernest B. Akyeampong Utilisation des REER dans les années 90 Les derniers changements importants apportés à la Loi de l impôt sur le revenu, cette dernière se rapportant aux épargnes-retraite, sont entrés

Plus en détail

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux chocs importants ont affecté le comportement des prix de détail des principaux pays

Plus en détail

Statistique Canada répartit les adultes de ménages en 3 catégories:

Statistique Canada répartit les adultes de ménages en 3 catégories: CHAPITRE 9 : Le chômage et son taux naturel Statistique Canada répartit les adultes de ménages en 3 catégories: - Occupés ou en emploi - En chômage - Inactif Personne est employée si elle a eu un emploi

Plus en détail