Imposition des rentes enrichies (ou sur risques aggravés) non agréées

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Imposition des rentes enrichies (ou sur risques aggravés) non agréées"

Transcription

1 Imposition ds rnts nrichis (ou sur risqus aggravés) non agréés Non sulmnt ls antécédnts médicaux d un prsonn puvnt-ils avoir un incidnc sur son spéranc d vi, mais ctt prsonn put aussi constitur un «risqu aggravé», c qui put s traduir par ds vrsmnts d rnt plus élvés. L présnt numéro d Qustions fiscals trait ds caractéristiqus xclusivs ds «rnts nrichis». Vuillz notr qu il s agit du nom qu la Standard Lif donn à cs rnts t qu d autrs assururs puvnt n utilisr d autrs, comm «rnts sur risqus aggravés», «rnts accélérés», «rnts majorés», tc. I. Espéranc d vi réduit Lorsqu un proposant a un spéranc d vi plus court qu la moynn n raison d maladi ou d invalidité, il dvrait songr à souscrir un rnt sur risqu aggravé. Il st possibl d souscrir c typ d rnt sur un sul têt ou, ncor, sur dux têts (si au moins un ds rntirs présnt un spéranc d vi infériur à la moynn). L assurur a bsoin ds rnsignmnts médicaux afin d évalur ls incidncs sur l spéranc d vi. On xig habitullmnt un rapport médical du médcin traitant du proposant. L srvic d la sélction établira nsuit un «valur d rajustmnt» n s basant sur ls antécédnts médicaux t sur l état d santé du proposant. C rajustmnt st l nombr d annés qui sra ajouté à l âg rél du proposant n vu d établir la soumission d rnt. Il st possibl qu la valur d rajustmnt diffèr d un assurur à l autr. Dans crtains cas, un rntir put fair l objt d un «valur d rajustmnt» aux fins d un soumission d rnt, sans êtr «surprimé» aux fins d un polic d assuranc vi. D plus, un «valur d rajustmnt» n garantit pas l assurabilité d un prsonn lors d la souscription d un polic d assuranc vi. La «valur d rajustmnt» t la «surprim» puvnt uniqumnt êtr établis au cas par cas, un fois l dossir médical xaminé t la gravité du troubl médical détrminé. L assurur xig habitullmnt qu l proposant assum ls frais d l xamn médical. Il s agit d un bon invstissmnt s il n résult ds vrsmnts d rnt plus élvés! Ls consillrs qui pnsnt proposr un rnt sur risqus aggravés dvraint xaminr ls politiqus t méthods miss n plac par l assurur n c qui a trait aux garantis. Crtains assururs établiront uniqumnt ds rnts sur risqus aggravés prévoyant un périod garanti minimum (habitullmnt : 5 ans). Ls consillrs doivnt égalmnt s assurr d bin comprndr c qu il advint au décès du rntir. Cci st d autant plus ssntil lorsqu l rntir présnt un risqu aggravé. Ls rnsignmnts prtinnts figurront dans l contrat. Par xmpl, si un rntir décèd pu après la souscription d un rnt mais avant l début ds vrsmnts, l contrat pourrait prévoir l rmboursmnt ds prims prçus par l assurur, plus un taux d intérêt donné. Ds garantis puvnt aussi êtr offrts par ls assururs. Par xmpl, dans l cas d un rnt sur un sul têt, il put y avoir un option Rmboursmnt capital-vi. Si ctt garanti a été souscrit, un paimnt additionnl sra ffctué si, au momnt du décès, l rntir n a rçu ds vrsmnts d rnt PC F

2 équivalant au prix d souscription d la rnt. Dans un tl cas, l paimnt corrspondra à la différnc ntr la prim vrsé t ls vrsmnts d rnt déjà ffctués. Ls assururs puvnt aussi offrir l option Rnt capital-vi. Ici, n vrtu du contrat, la somm ds vrsmnts d rnt garantis st égal à la prim total vrsé. Dans un cas où l capital constitutif d la rnt srait d $ t ls vrsmnts annuls, d $, l rntir srait assuré d touchr 10 vrsmnts d $ chacun. (Bin ntndu, si l rntir vit plus d 10 ans, ls vrsmnts s poursuivraint.) En cas d décès du rntir avant qu ls 10 vrsmnts soint ffctués, l assurur continurait d ffctur ls vrsmnts ( $ par anné) au bénéficiair désigné, jusqu au vrsmnt intégral ds $. Si aucun bénéficiair n st désigné, la succssion touchra un règlmnt forfaitair pour la périod garanti rstant II. Rnts prscrits VS rnts non prscrits a. Considérations d ordr général L établissmnt d la «valur d rajustmnt» ntraîn un augmntation d la rnt. Toutfois, n plus d dvoir détrminr parmi d autrs choss la garanti approprié à obtnir, l consillr a un autr décision important à prndr, à savoir si la rnt dvrait êtr établi comm prscrit ou non prscrit. Vous trouvrz d plus ampls rnsignmnts à c sujt dans dux numéros d la séri Qustions fiscals, dont clui intitulé Imposition ds rnts prscrits non nrgistrés dont l titulair st un particulir (PC F5998), qui décrit ls conditions à rmplir pour qu un rnt soit admissibl comm rnt prscrit ainsi qu ls règls d imposition qui s appliqunt. En plus ds aspcts fiscaux, l consillr doit s assurr qu un rnt ayant ls caractéristiqus d un rnt prscrit répond aux bsoins du clint. Par xmpl, si l on tint compt du fait qu ls rnts prscrits n puvnt êtr indxés, sont-lls appropriés pour ds clints rlativmnt juns? Un clint plus jun qui présnt un risqu aggravé put avoir un spéranc d vi d qulqus décnnis t il voudra sûrmnt bénéficir d la protction contr l inflation qu offrnt ls rnts indxés. Pour d l information sur ls rnts non prscrits, consultz l documnt Imposition ds rnts non prscrits non nrgistrés (PC F6000). b. Calcul d la tranch La Loi d l impôt sur l rvnu (Canada) comport ds règls très préciss pour c qui st du calcul d la tranch ds rnts. Plusiurs consillrs rcommandnt la souscription d rnts prscrits à lurs clints, car lls bénéficint d taux d imposition préférntils. Chaqu vrsmnt ffctué s compos d un élémnt capital t d un élémnt intérêts. Un fois qu l assurur a calculé ls proportions d capital t d intérêts pour l contrat global, cs proportions s appliqunt à tous ls vrsmnts. Par conséqunt, l rvnu st uniformisé pndant la duré ntièr du contrat, t l rntir put ainsi prévoir l impôt qu il aura à payr. Si l on compar cla à la tranch ds rnts non prscrits, nous constatons qu ctt tranch vari annullmnt. Ell st généralmnt plus élvé au cours ds prmièrs annés t ll diminu (parfois jusqu à zéro) au cours ds annés ultériurs. (Bin ntndu, ll put aussi êtr réduit ou null au cours ds dux prmièrs annés, car l assurur put compnsr ls frais administratifs rliés à l établissmnt d la rnt par la tranch.) Par conséqunt, l rntir vrra l impôt à payr lui êtr avancé. L impôt payabl varira tout comm la tranch vari annullmnt. Toutfois, il y a un autr xignc fiscal dont ls consillrs doivnt tnir compt : c st l âg rél, t 2

3 non l âg majoré qui doit êtr utilisé aux fins du calcul d la tranch d un rnt prscrit. Par conséqunt, dans l cas ds rnts prscrits sur risqus aggravés, la tranch sra toujours supériur tant n dollars qu n pourcntag. L xmpl suivant l démontr bin. Jtons un coup d œil sur qulqus calculs. Dans l xmpl d l annx 1, un homm d 70 ans dispos d $ pour la souscription d un rnt. Pour débutr, supposons qu il n présnt pas d risqus aggravés. Supposons aussi qu slon la tabl d mortalité d la Socity of Actuaris, son spéranc d vi st d 13,76 annés. Par conséqunt, si c clint souscrit un rnt sans périod garanti ntrant n viguur dans un mois, sa rnt mnsull sra d 705 $ (soit un rnt annull d $) 1. Examinons l calcul d la tranch, n supposant qu la rnt st un rnt prscrit. La tranch srait calculé comm suit : Paimnt annul - Prim uniqu Espéranc d vi Donc : $ /13,76 = $. Exprimé n pourcntag, c chiffr corrspond à 14,09 % d la rnt total. Par conséqunt, avc un rnt prscrit, nous savons qu 14,09 % rprésnt la tranch d chaqu vrsmnt d rnt rçu. Si ctt mêm prsonn souscrit plutôt un rnt non prscrit, la tranch varira annullmnt. L assurur calculrait, à la dat d annivrsair du contrat, l montant du fonds accumulé xcédant l prix d bas rajusté du contrat d rnt. L pourcntag d la rnt qui sra inclus dans l rvnu au cours ds cinq prmièrs annés st d 22,82 % (10 annés 30,06 %, 15 annés 29,59 %, 20 annés 27,16 %). Par conséqunt, nous voyons qu dans c cas n particulir, l inclusion du rvnu pour un rnt non prscrit st largmnt supériur à cll d un rnt prscrit. Ainsi donc, si nous dvions choisir l typ d rnt à souscrir n nous basant uniqumnt sur sa tranch, la rnt prscrit srait plus avantagus. Examinons maintnant c qu il arrivrait si l âg d ctt prsonn était majoré d 5 ans. Prmièrmnt, nous constatons qu sa rnt mnsull passrait d 705 $ à 831 $, soit un augmntation d 17,9 %. Jtons ncor un fois un coup d œil sur l calcul d la tranch. Dans l cas d un rnt prscrit, nous calculons ncor un fois la tranch comm suit : Paimnt annul - Prim uniqu Espéranc d vi À prmièr vu, l utilisation d l spéranc d vi réduit put smblr un option intérssant. Toutfois, ls règls fiscals sont très clairs. L spéranc d vi doit êtr fondé sur la tabl d mortalité standard, c st-à-dir la tabl d mortalité 1971 (rnts individulls), publié dans l volum XXIII d Transactions of th Socity of Actuaris 2. Avc c calcul, la tranch augmnt. Il st important d savoir qu il n sra toujours ainsi. La duxièm parti d l équation srt à détrminr l capital qui st rmboursé chaqu anné. Nous prnons la prim d $ t la divisons par l spéranc d vi. Comm il st mntionné plus haut, nous n pouvons pas changr l spéranc d vi. Qu la rnt soit sur risqus aggravés ou non, ctt 1 Aux fins d ct xmpl, nous avons supposé qu la dat d souscription d la rnt était l 18 janvir Voir l sous-alinéa 300(2)(a)(i) d la Loi d l impôt sur l rvnu. 3

4 duxièm parti st calculé comm suit : $/13,76 = $. Toutfois, étant donné qu la rnt annull st passé d $ à $ (ou 17,9 %), lorsqu nous gardons la duxièm parti d l équation intact, nous constatons un augmntation du pourcntag d la rnt annull dvant êtr inclus dans l rvnu (27,15 %). Comparons cla à la tranch qui dvrait êtr incus dans l rvnu si la rnt était non prscrit. Dans notr xmpl, l pourcntag srait d 17,99 % pour ls 5 prmièrs annés (10 annés 23,06 %, 15 annés 21,78 %, 20 annés 18,68 %). Par conséqunt, ici, nous voyons qu l inclusion du rvnu dans l cas d un rnt prscrit srait supériur à cll d un rnt non prscrit. Donc, dans ctt situation n particulir, si nous dvions basr notr décision uniqumnt sur l imposition, la rnt non prscrit smblrait constitur l millur choix. (Ici, on présum qu l clint st disposé à accptr qu la tranch vari chaqu anné). L résultat n st pas toujours l mêm : il vari n fonction d l âg du rntir ainsi qu d l importanc du risqu aggravé. Cs calculs sont ssntils pour pouvoir prndr un décision approprié. Il vaut aussi la pin d songr à c qu il advindrait si l rntir vivait baucoup plus longtmps qu prévu. Avc la rnt prscrit, un fois qu la tranch st détrminé, ll s appliqu la vi durant. Par conséqunt, ll s appliqu mêm lorsqu l rntir vit au-dlà d l spéranc d vi prévu. Toutfois, dans l cas d un rnt non prscrit, la tranch put diminur t êtr d zéro au cours ds annés ultériurs. c. Pourquoi la tranch st important La tranch affct ls rvnus nt t du rntir. Il st important pour l consillr d connaîtr ls rvnus nt t du rntir avant d rcommandr un rnt prscrit ou non prscrit. Un factur qui compliqu qulqu pu la décision st la tranch variabl dans l cas d la rnt non prscrit. L rvnu nt st important, particulièrmnt pour ls contribuabls d 65 ans t plus, car il affct la récupération ds prstations d la Sécurité d la viillss, ainsi qu la disponibilité d crtains crédits d impôt non rmboursabls (x. : l crédit n raison d l âg). (Pour ls prsonns âgés, si ls propositions sur l fractionnmnt du rvnu d rtrait annoncés l 31 octobr 2006 par l gouvrnmnt fédéral sont miss n œuvr, ls coupls pourront put-êtr réduir la récupération ds prstations d la SV t du crédit n raison d l âg 3.) D plus, l rvnu nt st important pour d nombrux autrs calculs (rmboursmnt d TPS, crtains crédits provinciaux, tc.). En outr, un prsonn âgé touchant un rvnu rlativmnt faibl pourrait êtr n msur d compnsr tout impôt à payr par ds crédits d impôt non rmboursabls (crédit prsonnl, crédit n raison d l âg, crédit du conjoint ou du conjoint d fait, crédit pour rvnu d rtrait, tc.) En conséqunc, mêm s il n y a pas d impôt sur l rvnu à payr comm tl, c st l rvnu nt qui influnc grandmnt ls résultats d crtains calculs. Il n faut cpndant pas oublir qu un rnt put tout d mêm êtr préféré à d autrs placmnts garantis (x. : CPG). Grâc à ds concpts comm la rnt garanti, plusiurs prsonns âgés paint moins d impôt sur un bas annull qu ils n l fraint dans l cas ds intérêts d un CPG. Pour obtnir d plus ampls rnsignmnts sur la rnt garanti, vuillz consultr notr documnt d la séri Qustions fiscals intitulé Rnts garantis (PC 6062). 3 Pour un vu d nsmbl ds propositions d fractionnmnt du rvnu d rtrait, vuillz consultr notr bulltin Qustions fiscals sur l sujt (PC F6097). 4

5 III. Sommair Ls rnts sont ds produits financirs soupls qui convinnnt à plusiurs prsonns. Lorsqu n raison d ss antécédnts médicaux, un clint st admissibl à un rnt sur risqus aggravés, l consillr doit discutr d ctt option avc lui. L clint put accptr volontirs d assumr ls frais d un xamn médical s il sait qu cla pourrait donnr liu à un majoration d sa rnt. Bin ntndu, c mêm clint doit aussi comprndr parfaitmnt ls différnts dispositions du contrat d rnt qui portnt sur ls garantis. L présnt documnt n vis qu à fournir ds rnsignmnts d natur général, qui n doivnt pas êtr considérés comm ds consils juridiqus, comptabls, fiscaux ou d placmnt. Ls clints dvraint consultr un consillr profssionnl au sujt d lur situation t ds placmnts. Bin qu ds msurs raisonnabls aint été priss pour assurr l xactitud d cs rnsignmnts à la dat d publication, la t ss sociétés affiliés n font aucun déclaration t n offrnt aucun garanti quant à l xactitud d cs rnsignmnts t lls n assumnt aucun rsponsabilité à l égard d lur fiabilité. 5

6 FAITS Annx 1 Sx : Dat d naissanc : Espéranc d vi : Valur d rajustmnt : Prim : Périod garanti : Dat d règlmnt d la prim : Dat d'ntré n jouissanc d la rnt : Homm L 15 janvir ,76 5 ans $100,000 Aucun L 18 janvir 2007 L 18 févrir 2007 Rnt mnsull Rnt annull (annull) (%) Périod Périod d 5 ans Sans rajustmnt $ 5,862 $ 5,862 $ 41, % $ 9,490 $ 9,490 $ 41, % $ (3,628) $ 5,962 $ 11,824 $ 83, % $ 15,729 $ 25,219 $ 83, % $ (13,395) $ 5,962 $ 17,786 $ 126, % $ 12,123 $ 37,342 $ 126, % $ (19,556) $ 5,962 $ 23,747 $ 168, % $ 8,426 $ 45,767 $ 168, % $ (22,020) Rnt mnsull Rnt annull Périod $ 8,460 $ 8,460 $ Rnt prscrit Périod d 5 ans Périod d 5 ans Risqu aggravé - rajustmnt d 5 ans Rnt prscrit Rnt non prscrit Vrsmnts 1,192 Rnt non prscrit $ 705 $ 705 Périod d 5 ans Vari chaqu anné 14.09% Vari chaqu anné Vrsmnts Vrsmnts $ 831 $ 831 $ Vrsmnts (annull) $ 2,708 Vari chaqu anné (%) 27.15% Vari chaqu anné 9,975 Diff. dans la tranch Diff. dans la tranch $ 13,314 $ 13,314 $ 49, % $ 8,823 $ 8,823 $ 49, % $ 4, $ 13,540 $ 26,854 $ 98, % $ 13,984 $ 22,807 $ 98, % $ 4, $ 13,540 $ 40,393 $ 148, % $ 9,609 $ 32,416 $ 148, % $ 7, $ 13,540 $ 53,933 $ 198, % $ 4,696 $ 37,112 $ 198, % $ 16,821 $ 9,975

A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX. (Adresse civique) 3. Veuillez remplir l'annexe relative aux Sociétés en commandites assurées à la partie E.

A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX. (Adresse civique) 3. Veuillez remplir l'annexe relative aux Sociétés en commandites assurées à la partie E. Chubb du Canada Compagni d Assuranc Montréal Toronto Oakvill Calgary Vancouvr PROPOSITION POLICE POUR DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES Protction d l Actif Capital d Risqu A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX 1. a. Nom

Plus en détail

Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI

Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI Q à su su in L pr (a so (r do n fis A 7 d 1 au ch co s co Il s L p tr d 1 di 3 C pa su 1 2 < Qu st-c qu la prim pour l mploi? La prim pour l mploi st un aid au rtour

Plus en détail

DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP

DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP ADMINISTRATEURS DE BIENS ET AGENTS IMMOBILIERS Compagni Europénn d Garantis t Cautions 128 ru La Boéti 75378 Paris Cdx 08 - Tél. : +33 1 44 43 87 87 Société anonym

Plus en détail

Marche à suivre relative à l annonce pour la rétribution à prix coûtant du courant injecté (RPC)

Marche à suivre relative à l annonce pour la rétribution à prix coûtant du courant injecté (RPC) Pag 1 sur 8 March à suivr rlativ à l annonc pour la rétribution à prix coûtant courant injcté (RPC) Photovoltaïqu Vous trouvrz dans ls pags suivants ls informations dont vous avz bsoin pour annoncr vos

Plus en détail

Découverte Sociale et Patrimoniale

Découverte Sociale et Patrimoniale Découvrt Social t Patrimonial M :... Mm :... Dat :... Origin du contact :... Sommair 1. Vous 3 Votr famill 3 Votr situation matrimonial 4 Votr régim matrimonial 4 Libéralités 4 2. Votr actif 5 Vos garantis

Plus en détail

7. Droit fiscal. Calendrier 2014. 7.1 Actualité fiscale 7.2 Contrôle et contentieux fiscal 7.3 Détermination du résultat fiscal.

7. Droit fiscal. Calendrier 2014. 7.1 Actualité fiscale 7.2 Contrôle et contentieux fiscal 7.3 Détermination du résultat fiscal. 7. Droit fiscal 7.1 Actualité fiscal 7.2 Contrôl t contntiux fiscal 7.3 Détrmination du résultat fiscal 7.4 Facturation : appréhndr ls règls juridiqus t fiscals, t maîtrisr l formalism 7.5 Gstion fiscal

Plus en détail

Contrôle de TP Dictionnaire & Arbres Binaires mercredi 20 mars 2013 durée : 3h 6 pages

Contrôle de TP Dictionnaire & Arbres Binaires mercredi 20 mars 2013 durée : 3h 6 pages IUT ds Pays d l Adour - RT2 Informatiqu - Modul IC2 - Algorithmiqu Avancé Contrôl d TP Dictionnair & Arbrs Binairs mrcrdi 20 mars 2013 duré : 3h 6 pags Ls programms d corrction orthographiqu ont bsoin

Plus en détail

n/a Aucun frais de 18-80 Tel que défini au tablea u des

n/a Aucun frais de 18-80 Tel que défini au tablea u des Compagni La Capital La positiv -Aucun xamn médical n st rquis lors d l adhésion. Il vous suffit d répondr à 4 qustions d admissibilité. L montant d la protction st choisi unité d 2 500 $ avc un maximum

Plus en détail

Exemple de Plan d Assurance Qualité Projet PAQP simplifié

Exemple de Plan d Assurance Qualité Projet PAQP simplifié Exmpl d Plan d Assuranc Qualité Projt PAQP simplifié Vrsion : 1.0 Etat : Prmièr vrsion Rédigé par : Rsponsabl Qualité (RQ) Dat d drnièr mis à jour : 14 mars 2003 Diffusion : Equip Tchniqu, maîtris d œuvr,

Plus en détail

Croissances du parc principal et de la propriété se confondent en Ile-de-France

Croissances du parc principal et de la propriété se confondent en Ile-de-France ILE-DE-FRANCE à la pag à la pag N 382 - Janvir 212 Trritoir Croissancs du parc principal t d la propriété s confondnt n Il-d-Franc La croissanc du nombr d résidncs principals s maintint dpuis 1999 grâc

Plus en détail

Smart TENSTM. Instructions d utilisation

Smart TENSTM. Instructions d utilisation Smart TENS Instructions.qx6 30/10/06 16:16 Pag Smart TENSTM Instructions d utilisation L Smart TENS st un méthod d point pour soulagr la doulur, non médicamntus. C TENS numériqu st un apparil puissant,

Plus en détail

AUDIT. cheque-energie-audi-nov2012.indd 1

AUDIT. cheque-energie-audi-nov2012.indd 1 d d n a m D s i g r n é u chèq AUDIT chqu-nrgi-audi-nov2012.indd 1 15/01/13 08:55 2 mod d'mploi pour qui? 1. Vous êts propriétair occupant d un maison individull situé n Haut-Normandi, construit dpuis

Plus en détail

Exercice 1 :(15 points)

Exercice 1 :(15 points) TE/pé TL Elémnts d corrction du D. n 2 du Vndrdi 2 0ctobr 2012 sans documnt, avc calculatric 1h1min Ercic 1 :(1 points) À l occasion d un fstival culturl, un agnc d voyags propos trois typs d transport

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE LOCATION

DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE LOCATION DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE LOCATION Ls informations donnés nécssairs pour traitr votr candidatur rstront confidntills. Un dossir incomplt n put êtr xaminé. C dossir d candidatur rst soumis à l approbation

Plus en détail

Immobilier à NEW YORK. www.citystone.fr

Immobilier à NEW YORK. www.citystone.fr Immobilir à NEW YORK www.cityston.fr NEW YORK, UNE POSITION UNIQUE Nw York, t plus particulièrmnt sa mythiqu îl d Manhattan, fait parti ds principaux pôls économiqus, culturls t financirs d la planèt.

Plus en détail

Première L DS4 quartiles et diagrammes en boîtes 2009-2010

Première L DS4 quartiles et diagrammes en boîtes 2009-2010 Exrcic 1 : Répartition t disprsion ds salairs Soint ls salairs dans trois ntrpriss A, B t C : 1175 1400 1900 2600 2800 2100 1) Calculr dans chaqu cas l salair moyn t l salair médian 2) Qull st la part

Plus en détail

Garantie des Accidents de la Vie - Protection Juridique des Risques liés à Internet

Garantie des Accidents de la Vie - Protection Juridique des Risques liés à Internet Résrvé à votr intrlocutur AXA Portfuill : CR012764 N Clint : 1 r réalisatur : Matricul : 2 réalisatur : Matricul : Intégr@l Garanti ds Accidnts d la Vi - Protction ds Risqus liés à Intrnt J complèt ms

Plus en détail

Par les délégués des 4 èmes Dans le cadre de la Commission Restauration

Par les délégués des 4 èmes Dans le cadre de la Commission Restauration Info Rsto Mai - Juin 2011 Par ls délégués ds 4 èms Dans l cadr d la Commission Rstauration Editorial Jûnr st dvnu à la mod. En tout cas, mangr très pu l st. Pour simplifir, ls fills n mangnt pas pour «fair

Plus en détail

Fiche interprétative 010 Transfert de travailleurs

Fiche interprétative 010 Transfert de travailleurs Fich intrprétativ 00 Transfrt d travaillurs. Princip. A. Txt d loi. a. Décrt du 9//04 rlatif à l agrémnt t à l octroi d subvntions aux ntrpriss d insrtion. Art. 6. r. L Gouvrnmnt put dérogr à l articl

Plus en détail

TVA et Systèmes d Information. Retour d expérience d entreprise. A3F - 26 mars 2015 Hélène Percie du Sert COFELY INEO

TVA et Systèmes d Information. Retour d expérience d entreprise. A3F - 26 mars 2015 Hélène Percie du Sert COFELY INEO isr la t l t t zon iqur nt TVA t Systèms d Information Rtour d xpérinc d ntrpris A3F - 26 mars 2015 Hélèn Prci du Srt COFELY INEO Pour Sup Ins À p NB. M 30/03/2015 Sommair isr la t l t t zon iqur nt I

Plus en détail

au Point Info Famille

au Point Info Famille Qustion / Répons au Point Info Famill Dossir Vivr un séparation La séparation du coupl st un épruv souvnt longu t difficil pour la famill. C guid vous présnt ls différnts démarchs n fonction d votr situation

Plus en détail

Les allocations aux personnes handicapées

Les allocations aux personnes handicapées Ls allocations aux prsonns handicapés Dans quls scturs d la sécurité social ls prsonns bénéficiant d un allocation aux prsonns handicapés ont-lls aussi un dossir? Donnés du Datawarhous Marché du travail

Plus en détail

Le guide du parraina

Le guide du parraina AGREMENT DU g L guid du parraina nsillr co t r g ra u co n r, Partag rs ls mini-ntrprnu alsac.ntrprndr-pour-apprndr.fr Crér nsmbl Ls 7 étaps d création d la Mini Entrpris-EPA La Mini Entrpris-EPA st un

Plus en détail

MAISON DE LA RATP 54, quai de la Râpée -189, rue de Bercy - 75012 Paris. M Gare de Lyon. M Gare de Lyon

MAISON DE LA RATP 54, quai de la Râpée -189, rue de Bercy - 75012 Paris. M Gare de Lyon. M Gare de Lyon i d r c r m 3 1 0 2 r 9 octob s i a n n o c u? t è b a i d mon MISON D L RP 54, quai d la Râpé -189, ru d Brcy - 75012 Paris M Gar d Lyon È B I D L R U S N N O I C S L M R O D O F N I L D D N URdNlaÉRapé

Plus en détail

Le rôle d évaluation foncière au service d une approche territoriale ciblée : le cas de Montréal

Le rôle d évaluation foncière au service d une approche territoriale ciblée : le cas de Montréal L rôl d évaluation foncièr au srvic d un approch trritorial ciblé : l cas d Montréal Suzann Chantal st économist t consillèr n aménagmnt Stéphan Charbonnau st détntur d un maîtris n étud urbain Ls dux

Plus en détail

Les nouvelles orientations politiques du budget 2015 du Gouvernement prévoient

Les nouvelles orientations politiques du budget 2015 du Gouvernement prévoient GO NEWSLETTER N 1/2015 19 janvir 2015 L «Spurpaak» du Gouvrnmnt t ss réprcussions sur la formation ACTUALITÉ L «Spurpaak» du Gouvrnmnt t ss réprcussions sur la formation Allianc pour la qualification profssionnll

Plus en détail

Une Bretagne plus diplômée que les autres régions de province

Une Bretagne plus diplômée que les autres régions de province Un Brtagn plus diplômé qu ls autrs régions d provinc Ls actifs brtons sont plus diplômés qu ls autrs actifs d provinc. Comm dans ls autrs régions, l st l diplôm l plus fréqunt, mais ls Brtons sont plus

Plus en détail

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013 Enrichissmnt modal du Slctiv Mass Scaling Sylvain GAVOILLE 1 * CSMA 2013 11 Colloqu National n Calcul ds Structurs 13-17 Mai 2013 1 ESI, sylvain.gavoill@si-group.com * Autur corrspondant Résumé En raison

Plus en détail

EFFETS DE COMMERCE CONDITIONS DE VALIDITÉ DES EFFETS DE COMMERCE II MODALITÉS DES EFFETS DE COMMERCE PROPRIÉTAIRES-USAGERS

EFFETS DE COMMERCE CONDITIONS DE VALIDITÉ DES EFFETS DE COMMERCE II MODALITÉS DES EFFETS DE COMMERCE PROPRIÉTAIRES-USAGERS EFFETS DE COMMERCE CHAPITRE 11, PAGE 334 328 EFFETS DE COMMERCE Effts d commrc Exprssion la plus courammnt utilisé pour désignr ls divrs instrumnts d paimnt d un somm d argnt. Ls ffts d commrc sont ds

Plus en détail

10. Informatique / jeux vidéos

10. Informatique / jeux vidéos 10. Informatiqu / jux vidéos 10.1 Ls contrats informatiqus : maîtrisr ls risqus juridiqus 10.2 Typologi t étud ds contrats informatiqus 10.3 Corrspondant CNIL : répondr à vos obligations légals 10.4 La

Plus en détail

Céline Arnold, Michèle Lelièvre*

Céline Arnold, Michèle Lelièvre* Dossir L nivau d vi ds prsonns âgés d 1996 à 2009 : un progrssion moynn n lign avc cll ds prsonns d âg actif, mais ds situations individulls t générationnlls plus contrastés Célin Arnold, Michèl Llièvr*

Plus en détail

Principes d application sectoriels sur la correspondance bancaire

Principes d application sectoriels sur la correspondance bancaire Mars 2013 Princips d application sctorils sur la corrspondanc bancair Documnt d natur xplicativ Ls princips d application sctorils, élaborés par l Autorité d contrôl prudntil (ACP), répondnt à un dmand

Plus en détail

Les hébergements dans les services hospitaliers : une pratique à risques

Les hébergements dans les services hospitaliers : une pratique à risques 6 Dossir Hébrgmnts Ls hébrgmnts d patints dans ds srvics hospitalirs dont n rlèv pas dirctmnt lur pathologi sont rlativmnt fréqunts, n raison d la pénuri d lits dans crtains spécialités. Cs situations

Plus en détail

Comment utiliser une banque en France. c 2014 Fabian M. Suchanek

Comment utiliser une banque en France. c 2014 Fabian M. Suchanek Commnt utilisr un banqu n Franc c 2014 Fabian M. Suchank Créditr votr compt: Étrangr Commnt on mt d l argnt liquid sur son compt bancair à l étrangr : 1. rntrr dans la banqu, attndr son tour 2. donnr l

Plus en détail

Manuel d Approche systémique

Manuel d Approche systémique www.cclt.ca www.ccsa.ca Manul d Approch systémiqu Collaboration Avril 2014 À qui s adrss l présnt dossir? Ls dirigants t ls décidurs ds domains d la toxicomani t ds domains connxs, notammnt ls dircturs

Plus en détail

Vente à distance et e-commerce. n e. m de s

Vente à distance et e-commerce. n e. m de s Vnt à distanc t -commrc t a h c a d s t n m t r Ls compo in A l d s g a n é m d s Edition 2011 rc t d Indu Chambr d Comm stri d l Ain Obsrvat oir du Commrc Vnt à distanc t -commrc énags d l Ain, m s d

Plus en détail

Nous te remercions de nous aider dans ces efforts. STP, utilise un crayon à mine pour répondre à ce questionnaire

Nous te remercions de nous aider dans ces efforts. STP, utilise un crayon à mine pour répondre à ce questionnaire A Nous avons dmandé à ds millirs d élèvs canadins comm toi d répondr à ctt important nquêt, qui prmttra à Santé Canada d miux comprndr la consommation d tabac chz ls juns. Nous t rmrcions d nous aidr dans

Plus en détail

PAR. été 2014. Les Affaires Plus

PAR. été 2014. Les Affaires Plus s, nag un é m t st ds cs é étai n l i n na rb la c Pou r ls fi Et si amill. f gér -têt r sa ntr r s ifi cas onsidé ptit E sign c d m un nd PM ants. f a com? Qu an, n RD pris, mam SA ES a L p TE pa ET CH

Plus en détail

Vu la loi n 17-99 portant code des assurances prom ulguée par le dahir n 1-02-238 du 25 rejeb 1423 (3 octobre 2002), telle qu'elle a été complétée ;

Vu la loi n 17-99 portant code des assurances prom ulguée par le dahir n 1-02-238 du 25 rejeb 1423 (3 octobre 2002), telle qu'elle a été complétée ; Arrêté du ministr s financs t la privatisation n 2241-04 du 14 kaada 1425 rlatif à la présntation s opérations d'assurancs (B.O. n 5292 du 17 févrir 2005). Vu la loi n 17-99 portant co s assurancs prom

Plus en détail

Vous souhaitez rénover votre logement? Les Villes de Lille, Lomme et Hellemmes accompagnent votre projet...

Vous souhaitez rénover votre logement? Les Villes de Lille, Lomme et Hellemmes accompagnent votre projet... Vous souhaitz rénovr votr logmnt? Ls Vills d Lill, Lomm t Hllmms accompagnnt votr projt... EDITION 2008 Sigls Sommair LA DÉMARCHE ET LES TYPES D AIDES...p.4 1. AIDE «SORTIE D INSALUBRITÉ»...p.5 2. AIDE

Plus en détail

Le traitement des expulsions locatives

Le traitement des expulsions locatives L traitmnt ds xpulsions locativs n io nt s til v ré p d t n am m t ai p n nd a m om r ay td m Tr C l ab i u O COMPTE RENDU DU SÉMINAIRE DU 10 SEPTEMBRE 2012 u n io at j n c sti n g ssi A c in d Au ui q

Plus en détail

CHÂTILLON / HAUTS-DE-SEINE LA TRANQUILLITÉ EN PLEIN CŒUR URBAIN

CHÂTILLON / HAUTS-DE-SEINE LA TRANQUILLITÉ EN PLEIN CŒUR URBAIN CHÂTILLON / HAUTS-DE-SEINE LA TRANQUILLITÉ EN PLEIN CŒUR URBAIN Châtillon, LE «PARIS» D UN AVENIR TRANQUILLE Aux ports d la capital s cach un ndroit rmarquabl : la vill d Châtillon, dynamiqu t accuillant,

Plus en détail

«COMBATTRE LES BLEUS» Ce que signifie le programme social des Conservateurs pour les femmes

«COMBATTRE LES BLEUS» Ce que signifie le programme social des Conservateurs pour les femmes «COMBATTRE LES BLEUS» C qu signifi l programm social ds Consrvaturs pour ls fmms La 13 Conférnc national d la condition féminin du CTC Documnt d conférnc L hôtl Crown Plaza Ottawa L hôtl Ottawa Marriott

Plus en détail

assurance vie a changé. Si les fonds en euros (à capital garanti) ont représenté

assurance vie a changé. Si les fonds en euros (à capital garanti) ont représenté A R G E N T DOSSIER VICTOIRES DE L Particulir établit son palmarès d l assuranc vi. Un classmnt qui récompns la gstion financièr t la capacité d innovation ds millurs contrats. Découvrz ls 28 / Octobr

Plus en détail

PACK AFFILIÉ - PREMIUM - COURTIER

PACK AFFILIÉ - PREMIUM - COURTIER PACK AFFILIÉ - PREMIUM - COURTIER Partnrs nd Bo us Marcq- n-b Tourc oin g aroul Ro ub La Mad la Ré pu bl u iq a ix www360courtagfr nu d lin Av Lill Dmand Partn rs ASSURÉ 1 4)4³ %43 )'%- 2%3% s )$% ASSURÉ

Plus en détail

CAHIER DES PROCÉDURES ADMISSION Automne 2015 et Hiver 2016

CAHIER DES PROCÉDURES ADMISSION Automne 2015 et Hiver 2016 CAHIER DES PROCÉDURES ADMISSION Automn 2015 t Hivr 2016 TABLE DES MATIÈRES SECTION 1 : INTRODUCTION ET PARTAGE DES RESPONSABILITÉS... 5 Historiqu du SRAM... 7 L Entnt SRAM-Collègs... 8 L partag ds rsponsabilités

Plus en détail

Une conférence de la communauté Dirigeants de PME-PMI de Grenoble Ecobiz

Une conférence de la communauté Dirigeants de PME-PMI de Grenoble Ecobiz Un conférnc d la communauté Dirigants d PME-PMI d Grnobl Ecobiz Sécurité dans l ntrpris : un obligation d résultat L cadr réglmntair d la sécurité dans l ntrpris tnd à s durcir t à rtnir d plus n plus

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Opération Brioches 2015

DOSSIER DE PRESSE Opération Brioches 2015 Association d Parnts, d Prsonns Handicapés Mntals t d lurs Amis DOSSIER DE PRESSE Opération Briochs 2015 Dossir d prss d l Opération Briochs, Edition 2015 // PRÉSENTATION DE LA MANIFESTATION «L Opération

Plus en détail

Une bourse pour toi? Pose ta candidature!

Une bourse pour toi? Pose ta candidature! Un bours pour toi? Pos ta candidatur! Pour ls bourss d xcllnc du Gala du mérit étudiant 2014 La Fondation du Cégp d Trois-Rivièrs, n collaboration avc la Dirction ds srvics aux étudiants du Cégp d Trois-

Plus en détail

Session poster ECOMM. L auto-partage, chaînon manquant de l offre de mobilité.

Session poster ECOMM. L auto-partage, chaînon manquant de l offre de mobilité. Sssion postr ECOMM Titr : Autur L auto-partag, chaînon manquant d l offr d mobilité. Jan-Baptist Schmidr, Rsponsabl d Franc AutoPartag, résau pour un nouvll mobilité, Dirctur Général d Auto trmnt Strasbourg.

Plus en détail

Demande de prêt PRET ACCESSION AUTRES. Nature du projet. Situation familiale. Action Logement - Les entreprises s engagent avec les salariés

Demande de prêt PRET ACCESSION AUTRES. Nature du projet. Situation familiale. Action Logement - Les entreprises s engagent avec les salariés Dmand d prêt PRET ACCESSION AUTRES Action Logmnt - Ls ntrpriss s ngagnt avc ls salariés Natur du projt Dat d dépôt du dossir Achat Trrain Construction ou Achat logmnt nuf Acquisition sans travaux Autrs

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT. a s s e c o. leo lagrange UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS FAMILIALES. union féminine civique et sociale

LE SURENDETTEMENT. a s s e c o. leo lagrange UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS FAMILIALES. union féminine civique et sociale LE SURENDETTEMENT 1 lo lagrang UNION NATIONALE 2 L'ENDETTEMENT 1984 : 4 ménags sur 10 avaint ds crédits (crédit à la consommation + immobilir) 1997 : 1 ménag sur 2 a un crédit n cours 55 % ds consommaturs

Plus en détail

Transmetteur vocal SD1+

Transmetteur vocal SD1+ MANUEL D UTILISATION ET DE PROGRAMMATION Transmttur vocal SD1+ MANUEL D UTILISATION ET DE PROGRAMMATION Parfait sécurité ds logmnts d habitation, maisons t locaux d ntrpriss C manul d utilisation st particulir

Plus en détail

Solutions industrielles. Des capteurs aux serveurs

Solutions industrielles. Des capteurs aux serveurs Solutions industrills Ds capturs aux srvurs Ds capturs aux srvurs Pour fair fac à la situation économiqu actull, ls ntrpriss t ls usins produisant ds bins manufacturés, du pétrol, du gaz, ds produits alimntairs

Plus en détail

PROJET D ENTREPRISE 2017

PROJET D ENTREPRISE 2017 PROJET D ENTREPRISE 2017 PORTEUR DE PROJETS DEPUIS 1996 IEDV EST MEMBRE DE : Michl Cahn, présidnt SOUTENIR L ÉCONOMIE DE PROXIMITÉ Partant du constat qu la Drôm t l Ardèch ont bsoin d un économi d proximité

Plus en détail

Exemples de questions de sujets d'oraux possibles. Session 2013.

Exemples de questions de sujets d'oraux possibles. Session 2013. Exmpls d qustions d sujts d'oraux possibls. Sssion 0. Complxs. Donnr la ou ls réponss justs. Soit A, B dux points d'affixs rspctivs : a= 5 i 5 t b = i 6 a. Soit n N;. Un argumnt d a n st n b. O appartint

Plus en détail

Projet de soutien CSFP/OFFT case management Formation professionnelle

Projet de soutien CSFP/OFFT case management Formation professionnelle Projt d soutin CSFP/OFFT cas managmnt Formation profssionnll Cas managmnt Formation profssionnll CM FP C documnt st conçu comm un aid pour la mis n plac du cas managmnt Formation profssionnll. Il a un

Plus en détail

Bureau de décision et de révision

Bureau de décision et de révision 2 Burau d décision t d révision 21 Rôl d'audincs 22 Décisions 30 janvir 2014 - Vol 11, n 4 8 21 RÔLES D AUDENCES RÔLE DES AUDENCES N 1 PARTES D Autorité ds marchés financirs (Girard t al) Danil Pharand

Plus en détail

CONDENSATION EN SURFACE ET DANS LA MASSE

CONDENSATION EN SURFACE ET DANS LA MASSE CONDENSATION EN SURFACE ET DANS LA MASSE 1 Rappls sur l air humid L'air ambiant n'st jamais parfaitmnt sc ; il contint toujours un crtain quantité d'au. Air Humid = Air Sc + Vapur d'eau A prssion atmosphériqu,

Plus en détail

Participez au projet novateur e-health des pharmacies

Participez au projet novateur e-health des pharmacies Participz au projt novatur -Halth ds pharmacis my-mdibox - l application médicamnts pour pharmacis t patints avc d nombruss prstations complémntairs V2.00_11_2013 Notr publicité actull : Et voici é t n

Plus en détail

Contrôle aléatoire de l alcoolémie par alcootest

Contrôle aléatoire de l alcoolémie par alcootest www.cclt.ca www.ccsa.ca Sptmbr 2014 Documnt d orintation Contrôl aléatoir d l alcoolémi par alcootst Principals considérations L contrôl aléatoir (obligatoir) d l alcoolémi par alcootst st un option qui

Plus en détail

Série n 3 d Electrocinétique : Régime sinusoïdal forcé

Série n 3 d Electrocinétique : Régime sinusoïdal forcé Séri n 3 d Elctrocinétiqu : Régim sinusoïdal forcé Exrcic n 1 : Résonanc n tnsion d un circuit RLC parallèl 1.\ Détrminr l équation différntill qui régi l évolution d u(t). 2.\ Exprimr l amplitud complx

Plus en détail

Impôts 2012. PLUS ou moins-values

Impôts 2012. PLUS ou moins-values Impôt 2012 PLUS ou moin-values SUR VALEURS MOBILIÈRES ET DROITS SOCIAUX V v ti t à d f co o OP m à l Et L no di (o 20 o C c tit po Po c c or o o ou c l ou d 2 < Vou avz réalié d cion d valur mobilièr t

Plus en détail

Certification des tables après Solvency II Deauville 18 septembre 2009

Certification des tables après Solvency II Deauville 18 septembre 2009 Encomb Crtification ds tabls après Solvncy II Dauvill 18 sptmbr 2009 1 Institut ds Actuairs SACEI Christoph MUGNIER ids Sommair 1 L contxt réglmntair t démographiqu 03 2 L xpérinc AXA Franc 08 r l g 3

Plus en détail

Demande de retraite de réversion

Demande de retraite de réversion Nous somms là pour vous aidr Dmand d rtrait d révrsion Ctt notic a été réalisé pour vous aidr à complétr vos dmand t déclaration d rssourcs. Pour nous contactr : Vous désirz ds informations complémntairs,

Plus en détail

H11, H52, I28, O38, R58, K11, Q1

H11, H52, I28, O38, R58, K11, Q1 Environnmnt institutionnl t dévloppmnt durabl: Éclairag ds concpts Et Etud comparativ ntr trois pays d l Union du Maghrb Arab (Tunisi - Maroc - Algéri) Rana Dallali 1 Résumé : L dévloppmnt durabl st un

Plus en détail

Loisirs et Culture. jeunesse PROGRAMMATION. Session printemps-été 2015 PROGRAMMATION. Danse découverte. Multisports. Danse mix 8-12 ans

Loisirs et Culture. jeunesse PROGRAMMATION. Session printemps-été 2015 PROGRAMMATION. Danse découverte. Multisports. Danse mix 8-12 ans Loisirs t Cultur Sssion printmps-été 201 DANS CE NUMÉRO 1 ds activités printmps-été 201 4 Camp d jour stival Modalités d inscription t soccr 6 Ds nouvlls d votr bibliothèqu Multisports Horairs : 6 à 8

Plus en détail

université jean moulin lyon iii faculté de droit Taxe la FACULTÉ DE

université jean moulin lyon iii faculté de droit Taxe la FACULTÉ DE univrsité jan moulin lyon iii faculté d droit Tax 5 1 0 2 g a s s i t n d Appr r u t c a z n v D nt d m p p lo v é d du DROIT la FACULTÉ DE 8.78.70.45 Info Tax : 04.7.fr yor@univ-lyon3 martin.balz-g Édito

Plus en détail

Quand les voyages forment bien plus que la jeunesse

Quand les voyages forment bien plus que la jeunesse Quand ls voyags formnt bin plus qu la junss Carnt d voyag d un organism communautair junss O u t il d ré fl x io n à l in t n t io n d s in t rv n ants com m u naut a ir s j u n s s d la ré g io n d la

Plus en détail

Olivier GALLAND CNRS-GEMAS

Olivier GALLAND CNRS-GEMAS Olivir GALLAND CNRS-GEMAS INDIVIDUALISATION DES MŒURS ET CHOIX CULTURELS Dans l accès à c qu on appll parfois la «cultur légitim», la démocratisation smbl marqur l pas. Olivir Donnat l rmarquait ncor récmmnt

Plus en détail

PROJET D ENCADREMENT DU PROGRAMME DE SOUTIEN AUX NOUVEAUX ENSEIGNANTS GRÂCE À L UTILISATION EFFICACE DES MÉDIAS SOCIAUX

PROJET D ENCADREMENT DU PROGRAMME DE SOUTIEN AUX NOUVEAUX ENSEIGNANTS GRÂCE À L UTILISATION EFFICACE DES MÉDIAS SOCIAUX PROJET D ENCADREMENT DU PROGRAMME DE SOUTIEN AUX NOUVEAUX ENSEIGNANTS GRÂCE À L UTILISATION EFFICACE DES MÉDIAS SOCIAUX Association canadinn ds profssurs d immrsion Canadian Association of Immrsion Tachrs

Plus en détail

VALIDATION-CERTIFICATION

VALIDATION-CERTIFICATION Formz-vous tout au long d votr vi... FORMATIONS ACCOMPAGNEMENT VALIDATION-CERTIFICATION Spt. 2015 à juin 2016 L OMEP st mmbr actif d l Arofsp, st crtifié cntr d xamn TOEIC (ETS), st labllisé Cntr d bilans

Plus en détail

Croissance, environnement et égalité : 2 livres importants

Croissance, environnement et égalité : 2 livres importants Croissanc, nvironnmnt t égalité : 2 livrs importants Réflxions é... http://cosocpol.blog.lmond.fr/2013/10/21/mda-t-piktty/ 1 sur 6 22/10/2013 10:26 Blog abonné Accédz à tous ls blogs Créz votr blog Réflxions

Plus en détail

Produits à base de cellules souches de pomme

Produits à base de cellules souches de pomme Soins Visag Produits à bas d clluls souchs d pomm NEW! Profssionnal & Rtail Shakr Mask pl-off Shakr Mask cristally (wash-off) Srum Crèm A Full Srvic : Formulation R&D Manufacturing Packaging Soin Visag

Plus en détail

Réunions des délégués

Réunions des délégués Réunions ds délégués Rapport d activité 2012 Prspctivs 2013 Saint Jan d'angly, Saujon, La Rochll, Montliu la Gard,Saint Gnis d Saintong, Saints Novmbr - Décmbr 2012 Programm 1. Rapport d activité 2012

Plus en détail

Fiche technique sur les fenêtres insonorisantes

Fiche technique sur les fenêtres insonorisantes Oic ds ponts t chaussés du canton d Brn Protction contr l bruit routir Ritrstrass 11, 3011 Brn 031 633 35 11 Fich tchniqu Fnêtrs insonorisants Mars 2014 4 édition Fich tchniqu sur ls nêtrs insonorisants

Plus en détail

MINISTERE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI Direction des Affaires Juridiques MARCHES PUBLICS ET ACCORDS-CADRES ACTE D ENGAGEMENT 1

MINISTERE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI Direction des Affaires Juridiques MARCHES PUBLICS ET ACCORDS-CADRES ACTE D ENGAGEMENT 1 MINISTERE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI Dirction ds Affairs Juridiqus Mis à jour 21 octobr 2011 MARCHES PUBLICS ET ACCORDS-CADRES ACTE D ENGAGEMENT 1 DC3 A - Objt d la consultation t d l

Plus en détail

Comment remplir votre Bulletin d Adhésion?

Comment remplir votre Bulletin d Adhésion? Commnt rmplir votr Bulltin d Adhésion? BESOIN D AIDE? Applz Boursorama Banqu au 0 800 09 20 09 N Vrt APPEL GRATUIT DEPUIS UN POSTE FIXE À rtournr à : Boursorama Banqu - Srvic ouvrtur d compt Libr répons

Plus en détail

f n (x) = x n e x. T k

f n (x) = x n e x. T k EXERCICE 3 (7 points) Commun à tous ls candidats Pour tout ntir naturl n supériur ou égal à, on désign par f n la fonction défini sur R par : f n (x) = x n x. On not C n sa courb rprésntativ dans un rpèr

Plus en détail

REGLEMENT FIXANT LA CONTRIBUTION COMMUNALE AUX FRAIS DE TRAITEMENTS DENTAIRES

REGLEMENT FIXANT LA CONTRIBUTION COMMUNALE AUX FRAIS DE TRAITEMENTS DENTAIRES COMMUNE DE BELFAUX REGLEMENT FIXANT LA CONTRIBUTION COMMUNALE AUX FRAIS DE TRAITEMENTS DENTAIRES L'assmblé communal d Blfaux Vu : La loi du 27 sptmbr 1990 sur la prophylaxi t ls soins dntairs; l règlmnt

Plus en détail

Florence Jusot, Myriam Khlat, Thierry Rochereau, Catherine Sermet*

Florence Jusot, Myriam Khlat, Thierry Rochereau, Catherine Sermet* Santé t protction social 7 Un mauvais santé augmnt fortmnt ls risqus d prt d mploi Flonc Jusot, Myriam Khlat, Thirry Rochau, Cathrin Srmt* Un actif ayant un mploi a baucoup plus d risqus d dvnir inactif

Plus en détail

La présente note résume les conclusions et recommandations de l étude et en tire des leçons pour la Banque.

La présente note résume les conclusions et recommandations de l étude et en tire des leçons pour la Banque. Chif Economist Complx Départmnt régional cntr - ORCE Edition n 1 Mars 2013 QUE RETENIR? - La promotion d l invstissmnt privé structurant doit occupr un plac prépondérant dans ls politiqus publiqus - La

Plus en détail

La transformée de Fourier de cette fonction est directe et donne 1 ) T

La transformée de Fourier de cette fonction est directe et donne 1 ) T Efft d l échantillonnag t d la troncation sur l spctr d un signal Ls signaux réls utilisés n physiqu sont d plus n plus souvnt traités d façon numériqu. Pour cla, il st nécssair d échantillonnr l signal.

Plus en détail

Merck Santé animale 16750 ROUTE TRANSCANADIENNE, KIRKLAND, QC, H9H 4M7

Merck Santé animale 16750 ROUTE TRANSCANADIENNE, KIRKLAND, QC, H9H 4M7 6750 ROUTE TRANSCANADIENNE, KIRKLAND, QC, H9H 4M7 Command par téléphon: 54-428-703 Contactz-nous sans frais au: 866-683-7838 Fax: Command par téléphon 888-498-4444 Sit Wb: www.mrck-sant-animal.ca Tous

Plus en détail

Matériau pour greffe MIS Corporation. Al Rights Reserved.

Matériau pour greffe MIS Corporation. Al Rights Reserved. Matériau pour grff MIS Corporation. All Rights Rsrvd. : nal édicaux, ISO 9001 : 2008 atio itifs m rn pos méd int i dis c a u x 9 positifs 3/42 té ls s dis /CE ur r l E. po ou u x U SA t s t appr o p a

Plus en détail

Solution de communication d entreprise Aastra

Solution de communication d entreprise Aastra Solution d communication d ntrpris Aastra Téléphons mobils sur l Aastra 400 dès R.0 Mod d mploi Plats-forms priss n charg: Aastra 45 Aastra 430 Aastra 470 C mod d mploi décrit l intégration ds téléphons

Plus en détail

Fouineur libre HOCHELAGA SE BATTRA CONTRE HOMA... Journal du Comité BAILS. Éditorial. décembre 2005-janvier 2006

Fouineur libre HOCHELAGA SE BATTRA CONTRE HOMA... Journal du Comité BAILS. Éditorial. décembre 2005-janvier 2006 d d décmbr 2005-janvir 2006 Fouinur libr Journal du Comité BAILS Comité d bas pour l action t l information sur l logmnt social d Hochlaga-Maisonnuv Éditorial HOCHELAGA SE BATTRA CONTRE HOMA... d f On

Plus en détail

journée des professionnels de santé APPEL A COMMUNICATIONS DÉCEMBRE

journée des professionnels de santé APPEL A COMMUNICATIONS DÉCEMBRE APPEL A COMMUNICATIONS 12 DÉCEMBRE 2012 PROPOSITIONS DE RÉSUMÉS Ls propositions d résumés doivnt parvnir impérativmnt AU PLUS TARD LE 4 SEPTEMBRE 2012 http://sfr.larhumatologi.fr Vous dvz soumttr vos résumés

Plus en détail

Estimation expérimentale des propriétés acoustiques de surfaces végétalisées : influences de la variabilité spatiale et de la configuration de mesure

Estimation expérimentale des propriétés acoustiques de surfaces végétalisées : influences de la variabilité spatiale et de la configuration de mesure CFA 14 Poitirs 22-25 Avril 14, Poitirs Estimation xpérimntal ds propriétés acoustiqus d surfacs végétalisés : influncs d la variabilité spatial t d la configuration d msur G. Guillaum, B. Gauvrau t P.

Plus en détail

Structures et mécanismes

Structures et mécanismes Structurs t mécanisms Bloc 1 : L rndmnt, c st important Duré : 3 hurs Princips scintifiqus Ls princips scintifiqus s adrssnt aux nsignants t aux nsignants. Il xist six machins simpls, soit l lvir, la

Plus en détail

Je cherche la SECURITE. Je cherche la SECURITE GÉNÉRALITÉS :

Je cherche la SECURITE. Je cherche la SECURITE GÉNÉRALITÉS : Soair du guid. - IMPORTANT - Passag d rou faibl Véhiculs non chaînabl un ATTENTION! Cs pags continnnt ds informations importants. Véhiculs non chaînabl un GÉNÉRALITÉS : CONTRAIREMENT AUX IDÉES REÇUES,

Plus en détail

Les pierres angulaires d un avenir meilleur

Les pierres angulaires d un avenir meilleur Ls pirrs angulairs d un avnir millur XELLA propos plusiurs solutions d murs innovants qui s inscrivnt parfaitmnt dans la tndanc d constructions pu énrgivors t qui sont prêts pour 2020. Photo couvrtur:

Plus en détail

CONCEPT ET PLAN DES STANDS

CONCEPT ET PLAN DES STANDS VOTRE PARTENAIRE EN MARKETING RH ET Womn'sUNIVERSITES Contact-Day Romandi 01 Concpt & Plan ds stands EN RECRUTEMENT DANS LES WOMEN'S CONTACT-DAY ROMANDIE 01 Swiss Tch Cntr, Lausann 11 avril 01 13 h 17

Plus en détail

Commission des services juridiques

Commission des services juridiques Commission ds srvics juridiqus 38 Rapport annul d gstion 2009-2010 L aid juridiqu, un résau au srvic ds gns 38 Rapport annul d gstion 2009-2010 L aid juridiqu, un résau au srvic ds gns Commission ds srvics

Plus en détail

Journée d échanges techniques sur la continuité écologique

Journée d échanges techniques sur la continuité écologique 16 mai 2014 Journé d échangs tchniqus sur la continuité écologiqu Pris n compt d critèrs coûts-bénéfics dans ls étuds d faisabilité Gstion ds ouvrags SOLUTION OPTIMALE POUR LE MILIEU Gstion ds ouvrags

Plus en détail

Projet Tuteuré. Création d'un site Internet

Projet Tuteuré. Création d'un site Internet Projt Tuturé Création d'un sit Intrnt par : Joly Damin (group Eb) Chihaoua Rayan (groupea) Lhomm Clémnt (groupea) Daquin Paul (groupea) Tutur : Virgini Dégardin Anné Scolair 008/009 IUT 'A' départmnt GEII

Plus en détail

AIR SEC, AIR HUMIDE ET AIR SATURE. L'air sec. L'air saturé. 20 La Météorologie 8 e série - n 2 - juin 1993

AIR SEC, AIR HUMIDE ET AIR SATURE. L'air sec. L'air saturé. 20 La Météorologie 8 e série - n 2 - juin 1993 La Météorologi 8 séri - n 2 - juin 199 19 L'HUMIDITE DE L'AIR ; MESURES HYGROMETRIQUES AU SOL Christian Prrin d Brichambaut Société Météorologiqu d Franc, 2 avnu Rapp 7540 Paris Cdx 07 OBSERVATION GENERALITES

Plus en détail

INTRODUCTION. Implication dans les accidents

INTRODUCTION. Implication dans les accidents INTRODUCTION Sur la bonn voi, mais put ncor miux fair Nous avons déjà parcouru un long chmin n matièr d sécurité routièr n Blgiqu. Ls statistiqus révèlnt un fort diminution du nombr d tués sur ls routs.

Plus en détail

Les maisons de santé pluridisciplinaires en Haute-Normandie

Les maisons de santé pluridisciplinaires en Haute-Normandie Ls maisons d santé pluridisciplinairs n Haut-Normandi tiq Guid pra u EDITO Dans 10 ans, l déficit d médcins sra réllmnt problématiqu si l on n y prnd pas gard. D nombrux généralists quinquagénairs n trouvront

Plus en détail

EBAUCHE. Formulaire de rapport sur l application du Protocole GIZC en Méditerranée

EBAUCHE. Formulaire de rapport sur l application du Protocole GIZC en Méditerranée REUNION CONJOINTE DES POINTS FOCAUX DU CAR/PB, CAR/INFO ET CAR/PAP Nic, 11 13 mai 2011 EBAUCHE Formulair d rapport sur l application du Protocol GIZC n Méditrrané PAP/PFN/2011/3 CONTEXTE JURIDIQUE ET

Plus en détail