RISK MANAGEMENT & DUE DILIGENCE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RISK MANAGEMENT & DUE DILIGENCE"

Transcription

1 Compte - rendu rédigé par : Conférence du 29 mai 2007 Jérôme Bondu, Président du Club IES Club Intelligence Economique et Stratégique - AAE IAE de Paris En partenariat avec Lexis Nexis et le Club IE de l AA ESIEE RISK MANAGEMENT & DUE DILIGENCE Jean-Bernard Pinatel Jérôme Cail Présentation des intervenants Jean-Bernard PINATEL est actuellement Président de la FEPIE, Fédération des Professionnels de l IE. Ancien élève de l Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr, docteur en études politiques, il a été notamment membre fondateur du groupe permanent d évaluation des situations au cabinet du SGDN (Secrétaire Général de la Défense Nationale), Chef du SIRPA (Service d Information et de Relations Publiques des Armées) et Général de brigade. Il a poursuivi sa carrière au sein du groupe BULL en tant que Directeur de la communication, puis Délégué général, avant de créer la société de conseil Startem, puis de présider Datops Consulting, jusqu à ce que la société soit rachetée par Lexis Nexis. Il est l auteur de trois ouvrages : Economie des forces (1976), la Guerre civile mondiale (en coll., 1976), les Ombres japonaises (1992). Il a enseigné à l ENA, HEC et au CELSA. Jérôme Cail est responsable News and Business au sein de Lexis Nexis France.

2 Introduction Cette conférence (qui a réuni 80 personnes) est la première d un cycle qui vise à traiter des risques en entreprise. Un second rendez-vous va être organisé le 20 juin 2007 à l IAE de Paris (voir l agenda ). Jean-Bernard Pinatel a présenté en première partie le risque de blanchiment d argent. Il a notamment insisté sur le rôle des gouvernements et des structures internationales créées pour combattre ce crime. Il a rappelé que les lois et règlements sont très précis sur les mesures à prendre par les sociétés privées en matière de lutte contre le blanchiment. Un renforcement de l arsenal judiciaire est prévu, qui va impliquer pour tous les organismes ayant trait au domaine financier le devoir de détecter les personnes politiquement exposées (PEP). Jérôme Cail a présenté un outil d investigation qui sert précisément cet objectif. «Know Your Customer», édité par Lexis Nexis, est un outil d interrogation de bases de données, accessible en ligne, couvrant plus de sources. Une interrogation permet de collecter des informations sur un spectre très large : informations presses, bases de données entreprises, biographies, informations sensibles (condamnation pour blanchiment, listes de terroristes, ) Ce compte rendu reprend en grande partie les présentations des intervenants. Diverses sources ont été utiles pour construire le dossier. Certains paragraphes ont sont directement issus Le blanchiment Un des risques les plus graves pour les entreprises est d être impliqué dans des affaires de blanchiment. Les conséquences, autant en termes réputationnels que financiers, peuvent être fatals à une entreprise. Définition Le blanchiment est l'action de dissimuler la provenance d'argent acquis de manière illégale (détournements de fonds publics, corruption, vols, impôt révolutionnaire, ) afin de le faire apparaître comme provenant d une source légitime et de le réutiliser sans risque. Le blanchiment consiste à combiner un certain nombre d opérations : - le placement : l injection des recettes financières dans le système bancaire, - l empilage : les transferts multiples et mouvements de fonds destinés à en masquer l origine, - l introduction des sommes ainsi blanchies dans les circuits financiers et les activités économiques respectables. «Le volume annuel blanchi dans le monde se situerait selon le FMI entre 500 et milliards de dollars. Ce qui représente de 2 à 5 % du PIB mondial ou est du même ordre de grandeur que le PIB de la France (1.300 milliards d'euros en 1999)» 1. 1 Les Echos 22/05/2007 Page 2

3 Historique Les premières mentions de l expression dans les médias remontent au scandale du Watergate ( ), lorsque, pour financer ses opérations secrètes, l administration Nixon s ingéniait à brouiller les pistes financières. C est en 1982 que l expression fut utilisée pour la première fois dans une procédure judiciaire. En 1998, les attentats contre les ambassades américaines de Nairobi et de Dar es-salaam donnent une nouvelle impulsion à la lutte contre l argent sale. On répète alors que M. Oussama Ben Laden dispose d un «trésor de guerre» de 300 millions de dollars, dont toute une littérature et de nombreux «experts» prétendent dévoiler les «secrets». En 1999, l administration Clinton tente sans succès d introduire des règles connues sous le nom «Know Your Customer» («Connaissez votre client», KYC), qui imposent aux banques déjà tenues de déclarer aux autorités compétentes toutes les transactions suspectes ou inhabituelles une surveillance accrue de leurs clients. Le président démocrate entame également, conjointement avec l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), une offensive destinée à sévir contre les paradis fiscaux. Aussitôt élu, le président George W. Bush sabote cette initiative, et fait savoir que le régime anti blanchiment sera atténué. Quelques mois plus tard, les attentats du 11-Septembre provoquent un virage à 180 degrés. - C est sur ce terrain que la «guerre contre la terreur» débute le 24 septembre 2001, lorsque le président Bush annonce «une frappe sur les fondations financières du réseau planétaire de la terreur». - Un pan entier du Patriot Act (loi antiterroriste) est consacré au blanchiment. Lors d une réunion extraordinaire tenue à Washington, le GAFI, qui avait été jusque-là ignoré par l administration américaine, se voit officiellement chargé d étendre ses prérogatives à la lutte contre le financement du terrorisme. Le blanchiment d argent et financement du terrorisme dispose d un sigle commun AML-CFT (Anti- Money Laundering -Combating the Financing of Terrorism»). La différence entre les deux phénomènes est pourtant fondamentale : - L un est de nature crapuleuse et implique des sommes considérables qu il s agit d insérer dans le système financier légal. - L autre est de nature politique, n engage que des montants insignifiants, et s effectue souvent, en tout cas depuis le 11-Septembre, hors des circuits financiers. Page 3

4 Le Groupe d Action Financière GAFI Présentation Le Groupe d Action Financière sur le blanchiment de capitaux (GAFI 2 ) est créé en 1989 en vue de renforcer à travers le monde la lutte contre l argent sale. L OCDE accueille, depuis juillet 1989, son secrétariat. Le GAFI est une organisation intergouvernementale qui établit des standards, conçoit et promeut des politiques pour combattre le blanchiment et le financement du terrorisme Elle comprend actuellement 33 membres : 31 Etats et deux organisations internationales et plus de 20 observateurs 3. La GAFI a émis 40 recommandations plus 9 recommandations spéciales qui ont été reconnues par la banque mondiale et le fond monétaire international comme standards internationaux pour combattre le blanchiment et le financement du terrorisme. Les 40 recommandations Ces recommandations peuvent êtres classées comme suit : - Concernant les systèmes juridiques : o Champ d'application de l'infraction de blanchiment de capitaux (R. 1 - R. 2) o Mesures provisoires et confiscation (R. 3) - Mesures à prendre par les institutions financières et les entreprises et professions non financières pour lutter contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. o Devoir de vigilance («due diligence») relatif à la clientèle et devoir de conservation des documents (R. 4, R. 5, R. 6, R. 7, R. 8, R. 9, R. 10, R. 11, R. 12). o Déclaration d opérations suspectes et conformité (R. 13, R. 14, R. 15, R. 16). o Autres mesures de dissuasion concernant le blanchiment de capitaux et le financement du o terrorisme (R. 17, R. 18, R. 19, R. 20). Mesures à prendre à l égard des pays qui n appliquent pas ou appliquent insuffisamment les Recommandations du GAFI (R. 21, R. 22). o Réglementation et surveillance (R. 23, R. 24, R. 25) - Mesures institutionnelles et autres mesures nécessaires dans les systèmes de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme o Les autorités compétentes, leurs attributions et leurs ressources (R. 26, R. 27, R. 28, R. 29, R. 30, R. 31, R. 32) o Transparence des personnes morales et constructions juridiques (R. 33, R. 34) o Coopération internationale (R. 35) o Entraide judiciaire et extradition (R. 36, R. 37, R. 38, R. 39) o Autres formes de coopération (R. 40) 2 Le sigle en anglais est FATF - Financial Action Task Force 3 Pays membres : Argentina, Australia, Austria, Belgium, Brazil, Canada, Denmark, European Commission, Finland, France, Germany, Greece, Gulf Co-operation Council, Hong Kong, Iceland, Ireland, Italy, Japan, Kingdom of the Netherlands, Luxembourg, Mexico, New Zealand, Norway, Portugal, Russian Federation, Singapore, South Africa, Spain, Sweden, Switzerland, Turkey, United Kingdom, United States. Observateurs : China, India, Republic of Korea. Page 4

5 La 5 ème recommandation L intervenant s est arrêté sur la recommandation n 5 qui concerne les mesures de vigilance (CDD : The Customer Due Diligence). Cela comporte les actions suivantes : - a) Identifier le client et vérifier son identité au moyen de documents, données et informations de source fiable et indépendante - b) Identifier le bénéficiaire effectif, et prendre des mesures raisonnables pour vérifier cette identité de telle manière que l'institution financière ait une connaissance satisfaisante de l identité du bénéficiaire effectif. Ceci inclut pour les personnes morales et les constructions juridiques, que les institutions financières prennent également des mesures raisonnables pour comprendre la propriété et la structure de contrôle du client - c) Obtenir des informations sur l'objet et la nature envisagée de la relation d affaires - d) Exercer une vigilance constante à l égard de la relation d affaires et assurer un examen attentif des transactions effectuées pendant toute la durée de cette relation d affaires, afin de s'assurer que les transactions effectuées sont cohérentes avec la connaissance qu a l'institution de son client, de ses activités commerciales, de son profil de risque et, lorsque cela est nécessaire, de l'origine des fonds. Cette recommandation implique clairement un devoir de vigilance, d investigation sur chaque nouveau client, ainsi qu une veille périodique sur l ensemble du portefeuille de clients. Dans certaines institutions, relève l intervenant, cela a impliqué le recrutement de plusieurs dizaines d analystes pour conduire les recherches. Les 9 recommandations spéciales Le GAFI a émis 9 recommandations spéciales : - I. Ratification et mise en œuvre des instruments des Nations Unies : Chaque pays devrait prendre les mesures immédiates pour ratifier la Résolution 1373 du Conseil de sécurité des Nations Unies. - II. Incrimination du financement du terrorisme et du blanchiment de capitaux commis dans le cadre des activités terroristes : Chaque pays devrait ériger en infraction pénale le financement du terrorisme, des actes terroristes et des organisations terroristes. - III. Gel et confiscation des biens des terroristes : Chaque pays devraient mettre en œuvre des mesures pour geler sans délai les fonds ou autres biens des terroristes et de ceux qui financent le terrorisme et les organisations terroristes, conformément aux résolutions des Nations Unies relatives à la prévention et la répression du financement des actes terroristes. - IV. Déclaration des transactions suspectes liées au terrorisme : Si les institutions financières suspectent, ou ont des motifs raisonnables de suspecter que des fonds sont liés, associés ou destinés à être utilisés pour le financement du terrorisme, des actes terroristes ou des organisations terroristes, elles devraient être tenues de déclarer rapidement leurs soupçons aux autorités compétentes. - V. Coopération internationale : Chaque pays devrait apporter aux autres pays, sur le fondement d un traité, d un accord ou de tout autre mécanisme relatif à l entraide judiciaire ou à l échange de renseignements, l assistance la plus large possible dans le cadre des enquêtes, investigations ou procédures pénales, civiles ou administratives concernant le financement du terrorisme, des actes terroristes et des organisations terroristes. - VI. Remise de fonds alternative : Chaque pays devrait prendre des mesures afin de s assurer que les personnes physiques ou morales, y compris les agents, qui fournissent un service de transmission de fonds ou de valeurs, y compris la transmission à travers un système ou réseau informel visant le transfert de fonds ou de valeurs, obtiennent une autorisation d exercer ou Page 5

6 s inscrivent sur un registre, et qu elles soient assujetties à toutes les Recommandations du GAFI qui s appliquent aux banques et aux institutions financières non bancaires. - VII. Virements électroniques : Les pays devraient prendre des mesures afin d obliger les institutions financières, y compris les services de remise de fonds, à inclure des renseignements exacts et utiles relatifs au donneur d ordre (nom, adresse et numéro de compte) concernant les transferts de fonds et l envoi des messages qui s y rapportent. Les renseignements devraient accompagner le transfert ou le message qui s y rapporte tout au long de la chaîne de paiement. - VIII. Organismes à but non lucratif : Les pays devraient entreprendre une revue de l adéquation de leurs lois et réglementations relatives aux entités qui peuvent être utilisées afin de financer le terrorisme. Les organismes à but non lucratif étant particulièrement vulnérables, les pays devraient s assurer qu ils ne peuvent pas être utilisés par les organisations terroristes se présentant comme des entités légitimes ; - IX. Les passeurs de fonds : Les pays devraient avoir en place des mesures destinées à détecter les transports physiques transfrontaliers d espèces et instruments au porteur, y compris un système de déclaration ou toute autre obligation de communication. Les PEPs En règle générale, les opérations de blanchiment sont très aisément détectables lors de l étape de placement lorsque les avoirs sont physiquement déposés auprès d une institution financière car ceuxci sont encore proches de l activité criminelle dont ils découlent. Par contre, les obligations de diligence, notamment de connaissance du client (Know your customer), et les principes du GAFI ne sont pas appliqués par une partie des établissements bancaires. Certaines banques proposent même des services préférentiels à leurs clients très fortunés. Elles se prêtent tout particulièrement aux opérations de blanchiment pouvant être réalisées par des personnes politiquement exposées corrompues, lesquelles, selon le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire, sont des personnes qui exercent ou ont exercé d importantes fonctions politiques. Dans sa 3ème directive sur le blanchiment, adoptée en juin 2005, l Union européenne introduit la notion de PEPs (Personnes Politiquement Exposées) qui avait déjà été utilisé au début 2001 (2ème directive) mais jamais définie. La troisième directive s inspire de la législation existante de l UE et reprend dans le droit de l Union européenne la révision des quarante recommandations du GAFI. Une des principales mesures de la directive est d obliger tous les personnes travaillant dans le secteur financier mais aussi les avocats, les notaires, les comptables, les agents immobiliers, les casinos, les fiduciaires et les prestataires de services pour les sociétés à respecter un certain nombre d obligations, lorsque les paiements en espèces dépassent euros : - Etablir et vérifier l identité de leur client et de son ayant droit, et soumettre la relation d affaires avec le client à une surveillance. - Faire état des soupçons de blanchiment d argent ou de financement du terrorisme à la cellule nationale de renseignement financier. - Prendre des mesures adéquates, comme assurer une bonne formation du personnel et instaurer des politiques et procédures internes de prévention appropriées. Cette directive devra être transposée dans la législation des Etats membres de l UE avant décembre 2007, souligne Jean-Bernard Pinatel. Page 6

7 Quelques techniques de blanchiment L intervenant détaille ici 3 techniques, parmi les nombreuses manipulations des trafiquants. Les opérations immobilières L opération classique consiste dans l achat par le blanchisseur de biens pour des montants inférieurs au montant réel du marché en versant la différence en dessous de table. Par la suite, le trafiquant revend le bien en réalisant une plus-value fictive qui rend légitime la rentrée d argent. Ces opérations peuvent être également complexifiées de nombreuses manières par les trafiquants, par exemple en versant l argent liquide sur un compte off shore d un complice. Ce dernier va utiliser cet argent pour nantir un contrat d assurance vie utilisé pour souscrire un crédit servant lui-même à acquérir un bien qui sera ensuite revendu à sa valeur réelle. Le prêt adossé Le prêt adossé est une technique facile à mettre en œuvre et difficilement détectable. - Dans ce cas, l argent à blanchir est déposé dans une banque située dans un paradis fiscal puis viré dans une autre banque «plus respectable». - La somme est alors bloquée sur le compte de cette dernière pour être offerte en garantie à une banque Française qui va consentir un prêt du même montant à un blanchisseur. - L argent prêté peut alors être investit dans n importe quelle activité légale qui permettra de rembourser le prêt contracté par le blanchisseur. A l échéance, la garantie initiale pourra être réutilisée pour un nouveau prêt. - Il existe une variante à cette opération appelée la cession de prêt. Elle consiste à autoriser la cession du prêt par le débiteur à une tierce personne avec l autorisation formelle du créancier. Elle constitue un moyen simple et efficace pour déplacer l argent blanchi Le rachat de sociétés Le LBO 4 est une opération d'acquisition d'une entreprise financée par un fort recours à l'endettement. - Une société holding est constituée qui s'endette pour acheter une entreprise dont les flux de trésorerie disponibles seront régulièrement remontés au niveau de la holding via des dividendes afin de lui permettre de payer les intérêts de sa dette et de la rembourser. - Les blanchisseurs utilisent ce type de montage en créant par exemple une société holding et s associent à un établissement financier qui apportera des fonds permettant d effectuer l acquisition de la société cible. - De fait la réalité est beaucoup plus complexe et les trafiquants ont recours à des sociétés holding en cascade qui leurs permettent d introduire de l argent sale à tous les niveaux. - La France est un pays «favorable» à ce type de montages car les frais financiers, c'est-à-dire les intérêts d emprunt, sont entièrement déductibles du résultat et donc exonérés d impôts. L intervenant relate une mission qu il a eu à mener, où pour le compte d un client il a du rechercher les réels propriétaires d une entreprise. Ses recherches lui ont permis de remonter trois niveaux de holding, mais sans parvenir à la holding de tête, tant les «liens» étaient camouflés. 4 LBO : Leverage buy-out : achat par endettement. Page 7

8 Quelques affaires L affaire CLEARSTREAM Jean-Bernard Pinatel s arrête sur la première affaire Clearstream (la seconde étant plus politique), dont il détaille la chronologie : - 28 février 2001 : Sortie du livre Révélation$ et diffusion le 1er mars du film Les Dissimulateurs sur Canal+ à 22h00. Clearstream a notifié à Canal+ son opposition à la diffusion du reportage, mentionnant qu il porte atteinte à sa réputation. - 9 mai 2001 : les juges Eva Joly, Renaud Van Ruymbeke, Jean de Maillard, Bernard Bertossa et Benoît Dejemeppe signent une tribune dans Le Monde intitulée Les 'boîtes noires' de la mondialisation financière, affirmant qu'«il est temps de prendre la mesure» de l'«impact» du «livre du journaliste Denis Robert et de l'ancien cadre luxembourgeois Ernest Backes Révélation» mai 2001 : la justice du Grand-duché (Luxembourg) ouvre une information judiciaire sur Clearstream mai 2001 : le président de cet organisme financier, André Lussi, est inculpé. Il est «limogé» avec effet immédiat avec deux autres membres du management - Juin 2001 : Perquisition au siège de Clearstream septembre 2001 : Le témoin H., Régis Hemple, ancien vice-président de Clearstream, dépose devant Vincent Peillon et Arnaud Montebourg et raconte comment des milliers de transactions étaient effacées des ordinateurs après avoir été effectuées. - Octobre 2001 : Denis Robert reçoit un troisième listing de comptes de Clearstream - 10 décembre 2001 : La Deutsche Börse Clearing rachète 100 % de Clearstream Ce cas illustre la mise en faute d une structure qui effectuait des transactions suspectes puisque régulièrement effacées. La chronologie des faits, les processus mis en œuvre, montrent la difficulté d intervenir sur ce terrain. L affaire du SENTIER Ce cas fait référence à une affaire de blanchiment qui a été découvert dans le quartier parisien de la confection au préjudice de banques et d'assurances, au milieu des années 90. Les mises en examen sont exemplaires, tant par le nombre que la qualité des personnes impliquées : - La Société générale, la Société marseillaise de crédit, Barclays-France, la Banque nationale du Pakistan sont renvoyées en 2006 devant un tribunal correctionnel par la juge d'instruction du pôle financier de Paris, Xavière Simeoni. - Outre le P-Dg de la Société générale Daniel Bouton, plusieurs cadres de banque sont notamment prévenus de "blanchiment aggravé" pour des faits s'étalant de 1997 à fin Par ailleurs, un ancien procureur adjoint au parquet de Bobigny, Jean-Louis Voirain, qui avait passé huit mois en détention en 2003 avant d'être révoqué, est également renvoyé devant la justice. Au total, 198 personnes avaient été mises en examen dans "Sentier II", dont 32 cadres ou dirigeants d'établissements bancaires pour tout ou partie des infractions de «trafic d'influence, corruption passive, blanchiment aggravé et recel de fonds provenant d'abus de biens». En conclusion, l intervenant évoque un devoir de vigilance imposé par la loi, que toute entreprise va devoir mettre en place. Cela pose le problème de la manière de mener ce travail. L appui d un outil spécialisé Page 8

9 semble indispensable. Celui qui est présenté en seconde parti de conférence est édité par le leader mondial des bases de données, Lexis Nexis. Know Your Customer de Lexis Nexis Présentation de l outil Jérôme Cail a présenté un outil développé à l origine spécifiquement pour les banques, dans une optique de «Due Diligence» et de «Compliance». Néanmoins, la facilité d utilisation et la qualité de la recherche en font un outil qui peut être utilisé par tout professionnel de la recherche d information. Les principales caractéristiques de la solution sont : - Un formulaire de recherche simplifié pour mener une investigation sur une société ou une personne. - L interrogation est transversale sur tous les fonds Lexis Nexis : sources. - L accès est en ASP, les sources sont mises à jour régulièrement de manière transparente pour l utilisateur. - Une lecture facile des résultats, répartis par onglet : news, business, biographie, sanctions L intervenant a présenté 7 cas d utilisation : - Secteur bancaire - Lobbying - Business Development - Ressources humaines - Intelligence Economique - Export - Reputation management Présentation d un cas Sur les 7 cas présentés, nous n en retiendrons qu un dans ce compte rendu. Jérôme Cail présente la situation où l on a à faire une recherche sur une structure pour en connaître le management, les chiffres clés, les antécédents judiciaires (due diligence) Dans la capture d écran ci-jointe : l interrogation porte sur la «Global Relief Foundation». La fenêtre d interrogation permet de renseigner l intitulé de la structure (ou de la personne) et de sélectionner les sources, dates et langues voulues. Page 9

10 Les résultats de l interrogation sur les sources du fond Lexis Nexis sont présentés au travers de 7 onglets : - «News» (capture ci-dessus) : recherche dans sources presse, - «Company Profiles» et «D&B Global Identifiers» : sont deux onglets consacrés aux informations entreprises. Le recoupage des différentes sources (D&B, Worldscope, Hoover, Dafsalien, Cofisem, ) permettra d avoir une vue aussi exhaustive que possible sur l entreprise. - «OFAC» : édite notamment la liste des ««Specially Designated Global Terrorists». On voit sur la capture ci-dessous que cette structure a été listée. Elle n est donc pas recommandable. - «Additionnals sanctions» et «Swiss sanctions» : proposent des informations émanant des agences d Etat, agences fédérales ou organismes internationaux (United Nation, Interpol, FBI, ). Elles contiennent des sanctions formelles et des listes de PEP. L utilisation de ce type de solution, conclue Jérôme Cail, est un moyen de se mettre en conformité avec la loi et de participer à la réduction des trafics financiers qui grèvent l économie mondiale Page 10

Les Recommandations du GAFI

Les Recommandations du GAFI NORMES INTERNATIONALES SUR LA LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME ET DE LA PROLIFÉRATION Les Recommandations du GAFI février 2012 GROUPE D ACTION FINANCIÈRE Le Groupe

Plus en détail

Secret bancaire Lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme au Luxembourg. Catherine BOURIN - ABBL

Secret bancaire Lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme au Luxembourg. Catherine BOURIN - ABBL Conférence «Traduction financière» Secret bancaire Lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme au Luxembourg Catherine BOURIN - ABBL 8 juillet 2010 Qu est-ce que le blanchiment

Plus en détail

PERSONNES POLITIQUEMENT EXPOSÉES Tendances et indicateurs

PERSONNES POLITIQUEMENT EXPOSÉES Tendances et indicateurs Cellule de Traitement des Informations Financières Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1 1060 Bruxelles Tél. : +32 2 533 72 11 Fax : +32 2 533 72 00 E-mail : info@ctif-cfi.be NLtypoPEP version4 Janvier 2012

Plus en détail

Janvier 2012. La notion de blanchiment

Janvier 2012. La notion de blanchiment Cellule de Traitement des Informations Financières Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1 1060 Bruxelles Tél. : +32 2 533 72 11 Fax : +32 2 533 72 00 E-mail : info@ctif-cfi.be NL1156d La lutte contre le blanchiment

Plus en détail

Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies?

Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies? Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies? Chantal CUTAJAR Présidente de l OCTFI Directrice du GRASCO (Université de Strasbourg) La Commission des affaires économiques

Plus en détail

Introduction. 1 Le GAFI est un organisme intergouvernemental qui établit des normes, développe et assure la promotion de

Introduction. 1 Le GAFI est un organisme intergouvernemental qui établit des normes, développe et assure la promotion de *URXSHG DFWLRQILQDQFLqUH VXUOHEODQFKLPHQWGHFDSLWDX[ )LQDQFLDO$FWLRQ7DVN)RUFH RQ0RQH\/DXQGHULQJ /(648$5$17( 5(&200$1'$7,216 MXLQ 7RXVGURLWVUpVHUYpV /HVGHPDQGHVG DXWRULVDWLRQSRXUODUHSURGXFWLRQGHWRXWRXSDUWLHGHFHWWHSXEOLFDWLRQGRLYHQW

Plus en détail

La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme SEPTEMBRE 2015 HORS-SÉRIE LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Ce

Plus en détail

SLOVÉNIE. Rapport de la 4e visite d évaluation Résumé. Lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

SLOVÉNIE. Rapport de la 4e visite d évaluation Résumé. Lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme COMITÉ D EXPERTS SUR L EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DES CAPITAUX ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME (MONEYVAL) MONEYVAL(2010)07 SUMM Rapport de la 4e visite d évaluation Résumé Lutte

Plus en détail

Principes anti-blanchiment de Wolfsberg pour les banques correspondantes

Principes anti-blanchiment de Wolfsberg pour les banques correspondantes Principes anti-blanchiment de Wolfsberg pour les banques correspondantes 1 Préambule Le groupe de Wolfsberg d établissements financiers internationaux 1 s est accordé sur ces Principes qui constituent

Plus en détail

AUX COOPÉRATIVES D ÉPARGNE ET DE CRÉDIT AUX FÉDÉRATIONS DE COOPÉRATIVES D ÉPARGNE ET DE CRÉDIT

AUX COOPÉRATIVES D ÉPARGNE ET DE CRÉDIT AUX FÉDÉRATIONS DE COOPÉRATIVES D ÉPARGNE ET DE CRÉDIT AUX COOPÉRATIVES D ÉPARGNE ET DE CRÉDIT ET AUX FÉDÉRATIONS DE COOPÉRATIVES D ÉPARGNE ET DE CRÉDIT Les présentes lignes directrices résument les principales obligations légales auxquelles sont assujetties

Plus en détail

Fonds monétaire international 2010 Octobre 2010 Rapport du FMI n 10/321

Fonds monétaire international 2010 Octobre 2010 Rapport du FMI n 10/321 Fonds monétaire international 2010 Octobre 2010 Rapport du FMI n 10/321 Union des Comores: Rapport sur l observation des normes et codes Recommandations du GAFI sur la lutte contre le blanchiment de capitaux

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 14 mai 2004 MONEYVAL (2004)7 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

L APPORT DU DISPOSITIF PREVENTIF ANTI-BLANCHIMENT A LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION

L APPORT DU DISPOSITIF PREVENTIF ANTI-BLANCHIMENT A LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION 1 Jean Spreutels Juge à la Cour constitutionnelle Professeur ordinaire à l Université libre de Bruxelles 1 L APPORT DU DISPOSITIF PREVENTIF ANTI-BLANCHIMENT A LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION Transparency

Plus en détail

Les quarante Recommandations du GAFI

Les quarante Recommandations du GAFI Financial Action Task Force Groupe d action financière Normes du GAFI Les quarante Recommandations du GAFI Octobre 2003 (incluant toutes les modifications jusqu'au mois d'octobre 2004) Le GAFI a révisé

Plus en détail

Evaluation du dispositif LBC/FT Manuel à l intention des pays et des évaluateurs

Evaluation du dispositif LBC/FT Manuel à l intention des pays et des évaluateurs Financial Action Task Force Groupe d action financière GAFI Document de référence Evaluation du dispositif LBC/FT Manuel à l intention des pays et des évaluateurs Février 2009 LE GROUPE D ACTION FINANCIERE

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 14 mai 2004 MONEYVAL (2004)6 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

INDICATEURS D OPÉRATIONS DE BLANCHIMENT

INDICATEURS D OPÉRATIONS DE BLANCHIMENT CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11 Fax: 02/533 72 00 E-mail: info@ctif-cfi.be NL1175e Avril 2007 INDICATEURS D OPÉRATIONS

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX BANQUES COMMERCIALES ET AUX BANQUES D ÉPARGNE ET DE LOGEMENT

CIRCULAIRE AUX BANQUES COMMERCIALES ET AUX BANQUES D ÉPARGNE ET DE LOGEMENT CIR. # 99 CIRCULAIRE AUX BANQUES COMMERCIALES ET AUX BANQUES D ÉPARGNE ET DE LOGEMENT En conformité aux articles 2.2.2 à 2.2.6 de la loi du 21 février 2001, relative au blanchiment des avoirs provenant

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC.

POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC. POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC. CONTEXTE : Alcoa Inc. («Alcoa») et sa direction se sont engagés à mener toutes leurs activités dans le monde entier, avec éthique et en conformité

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ; DELIBERATION N 2015-04 DU 28 JANVIER 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

ECOBANK. Trade Financement de l immobilier au Sénégal

ECOBANK. Trade Financement de l immobilier au Sénégal ECOBANK Trade SOMMAIRE Le marché de l immobilier Modes de financement : financement bancaire, fonds propre L offre de crédit immobilier Financement et blanchiment d argent L offre LE MARCHE DE L IMMOBILIER

Plus en détail

Note à Messieurs les : Objet : Lignes directrices sur les mesures de vigilance à l égard de la clientèle

Note à Messieurs les : Objet : Lignes directrices sur les mesures de vigilance à l égard de la clientèle Alger, le 08 février 2015 Note à Messieurs les : - Présidents des Conseils d Administration ; - Présidents Directeurs Généraux ; - Directeurs Généraux ; - Présidents des Directoires ; - Directeur Général

Plus en détail

La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun. Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris

La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun. Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris La volonté affichée au printemps 2013 par le Président de la République d intensifier la

Plus en détail

Douzième Congrès des Nations Unies pour la prévention du crime et la justice pénale

Douzième Congrès des Nations Unies pour la prévention du crime et la justice pénale Nations Unies A/CONF.213/8 Douzième Congrès des Nations Unies pour la prévention du crime et la justice pénale Salvador (Brésil), 12-19 avril 2010 Distr. générale 18 décembre 2009 Français Original: anglais

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-49 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE

DELIBERATION N 2015-49 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DELIBERATION N 2015-49 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR FINALITE

Plus en détail

Septembre 2001. Comment la Suisse lutte contre le blanchiment d argent

Septembre 2001. Comment la Suisse lutte contre le blanchiment d argent Septembre 2001 Comment la Suisse lutte contre le blanchiment d argent Table des matières Page Question Question Question Question Question 1 1 2 2 4 3 5 4 6 5 7 Des capitaux d origine criminelle? Non,

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET CONTRE LE FINANCEMENT DU TERRORISME

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET CONTRE LE FINANCEMENT DU TERRORISME MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 2765 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 183 19 novembre 2004 S o m m a i r e LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET

Plus en détail

LES NOTAIRES ET LA LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME

LES NOTAIRES ET LA LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME Cellule de Traitement des Informations Financières Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1 1060 Bruxelles Tél. : +32 2 533 72 11 Fax : +32 2 533 72 00 E-mail : info@ctif-cfi.be LES NOTAIRES ET LA LUTTE CONTRE

Plus en détail

Modèle de loi sur le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

Modèle de loi sur le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme NATIONS UNIES Office contre la drogue et le crime FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL Modèle de loi sur le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme 1 er décembre 2005 TABLE DES MATIÈRES Introduction

Plus en détail

AUX MAISONS DE TRANSFERT AUX AGENTS DE CHANGE

AUX MAISONS DE TRANSFERT AUX AGENTS DE CHANGE AUX MAISONS DE TRANSFERT ET AUX AGENTS DE CHANGE Les présentes lignes directrices résument les principales obligations légales auxquelles sont assujetties les maisons de transfert et les agents de change,

Plus en détail

Certificat de formation continue en. Compliance Management. janvier à décembre 2012. www.compliance-management.ch

Certificat de formation continue en. Compliance Management. janvier à décembre 2012. www.compliance-management.ch Certificat de formation continue en Compliance Management janvier à décembre 2012 www.compliance-management.ch À l initiative de la Fondation Genève Place Financière, l Université de Genève offre depuis

Plus en détail

Mesures de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. Belgique. Rapport d évaluation mutuelle

Mesures de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. Belgique. Rapport d évaluation mutuelle Mesures de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Belgique Rapport d évaluation mutuelle Avril 2015 Le Groupe d action financière (GAFI) est un organisme intergouvernemental

Plus en détail

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME Sommaire Introduction Cadre législatif et réglementaire applicable Extension de l obligation de déclaration Obligations des professionnels Textes

Plus en détail

La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE

La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE Colloque Protection sociale d entreprise Paris, 26 mars 2010 http://www.irdes.fr/espacerecherche/colloques/protectionsocialeentreprise

Plus en détail

INDICATEURS D OPÉRATIONS DE BLANCHIMENT

INDICATEURS D OPÉRATIONS DE BLANCHIMENT Cellule de Traitement des Informations Financières Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1 1060 Bruxelles Tél. : +32 2 533 72 11 Fax : +32 2 533 72 00 E-mail : info@ctif-cfi.be NL1175f Janvier 2012 INDICATEURS

Plus en détail

Accès des autorités américaines aux données du trafic international des paiements et implications pour la Suisse

Accès des autorités américaines aux données du trafic international des paiements et implications pour la Suisse Le Conseil fédéral A la Commission de gestion du Conseil national (CdG-N) 3003 Berne Berne, le Accès des autorités américaines aux données du trafic international des paiements et implications pour la

Plus en détail

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Nations Unies CTOC/COP/WG.3/2010/1 Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Distr. générale 1 er avril 2011 Français Original: anglais Rapport

Plus en détail

Utilisation du contrôle de qualité

Utilisation du contrôle de qualité Bio-Rad Laboratories Contrôle de qualité Utilisation du contrôle de qualité Les fondements d un haut niveau de soins des patients passent par l amélioration des performances au laboratoire Bio-Rad Laboratories

Plus en détail

RISQUES DE BLANCHIMENT DANS LE SECTEUR DE L IMMOBILIER: TYPOLOGIES Dakar, le 20 JUILLET 009

RISQUES DE BLANCHIMENT DANS LE SECTEUR DE L IMMOBILIER: TYPOLOGIES Dakar, le 20 JUILLET 009 Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières FORUM CENTIF-SECTEUR IMMOBILIER RISQUES DE BLANCHIMENT DANS LE SECTEUR DE L IMMOBILIER: TYPOLOGIES Dakar, le 20 JUILLET 009 Par Mountaga Tall

Plus en détail

Web Analytics. des Visiteurs en Ligne? Raquel de los Santos, Business Consultant Forum emarketing 2012

Web Analytics. des Visiteurs en Ligne? Raquel de los Santos, Business Consultant Forum emarketing 2012 Web Analytics Comment Valoriser la Connaissance des Visiteurs en Ligne? Raquel de los Santos, Business Consultant Forum emarketing 2012 Agenda comscore en Quelques Chiffres Réseaux Sociaux : Etat des lieux

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

Charte de Qualité sur l assurance vie

Charte de Qualité sur l assurance vie Charte de Qualité sur l assurance vie PRÉAMBULE La présente Charte de Qualité sur l assurance vie s'inspire largement de la Charte de Qualité ICMA Private Wealth Management, qui présente les principes

Plus en détail

Que reste-t-il de la French Connection? Thierry Colombié Docteur es sciences économiques (Ehess)

Que reste-t-il de la French Connection? Thierry Colombié Docteur es sciences économiques (Ehess) Que reste-t-il de la French Connection? Thierry Colombié Docteur es sciences économiques (Ehess) Les bases de la French Connection Un trafic d héroïne planétaire (Liban, Pakistan, France, USA) de 1935

Plus en détail

La position d HSBC (traduction Virginie Bordeaux, Le Monde)

La position d HSBC (traduction Virginie Bordeaux, Le Monde) La position d HSBC (traduction Virginie Bordeaux, Le Monde) Présentation générale HSBC Global Private Banking (GPB) et en particulier sa banque privée suisse, HSBC Private Bank Suisse, ont subi une transformation

Plus en détail

EBA/GL/2012/06 22 novembre 2012. Orientations. sur l évaluation de l aptitude des membres de l organe de direction et des titulaires de postes clés

EBA/GL/2012/06 22 novembre 2012. Orientations. sur l évaluation de l aptitude des membres de l organe de direction et des titulaires de postes clés EBA/GL/2012/06 22 novembre 2012 Orientations sur l évaluation de l aptitude des membres de l organe de direction et des titulaires de postes clés Orientations de l ABE sur l évaluation de l aptitude des

Plus en détail

Rapport du GAFI-XII sur les typologies du blanchiment de capitaux (2000-2001)

Rapport du GAFI-XII sur les typologies du blanchiment de capitaux (2000-2001) *URXSHG$FWLRQ)LQDQFLqUH VXUOH%ODQFKLPHQWGH&DSLWDX[ )LQDQFLDO$FWLRQ7DVN)RUFH RQ0RQH\/DXQGHULQJ 5DSSRUWVXUOHVW\SRORJLHVGX EODQFKLPHQWGHFDSLWDX[ *$),;,, HUÃIpYULHUÃ ces structures. Une solution de compromis

Plus en détail

COM (2012) 655 final

COM (2012) 655 final COM (2012) 655 final ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIEME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2012-2013 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 22 novembre 2012 Enregistré à la Présidence du Sénat

Plus en détail

Principes d application sectoriels de l Autorité de contrôle prudentiel relatifs aux virements de fonds

Principes d application sectoriels de l Autorité de contrôle prudentiel relatifs aux virements de fonds Octobre 2010 Principes d application sectoriels de l Autorité de contrôle prudentiel relatifs aux virements de fonds Les principes d application sectoriels, élaborés par l Autorité de contrôle prudentiel

Plus en détail

Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux

Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux PRINCIPAUTÉ DE MONACO Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux RAINIER III PAR LA GRACE DE DIEU PRINCE SOUVERAIN

Plus en détail

Table de matières. Préambule 11 Introduction 13

Table de matières. Préambule 11 Introduction 13 Préambule 11 Introduction 13 1. LA Description juridique 17 Chapitre 1. La législation préventive 18 1.1. La législation nationale 18 1.1.1. Les dispositions légales 18 1.1.2. Les déclarants 20 1.1.3.

Plus en détail

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP)

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Strasbourg, 22 août 2014 CDDH-CORP(2014)10 COMITÉ DIRECTEUR POUR LES DROITS DE L'HOMME (CDDH) GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Projet de recommandation du Comité

Plus en détail

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 25 mai 2005. PROPOSITION DE LOI abrogeant l article 434-7-2 du code

Plus en détail

Point sur la régularisation fiscale des avoirs non déclarés situés à l étranger.

Point sur la régularisation fiscale des avoirs non déclarés situés à l étranger. Olivier HOEBANX Associé BMH Avocats Point sur la régularisation fiscale des avoirs non déclarés situés à l étranger. Introduction Depuis quelques années, de nombreux pays se sont engagés dans des démarches

Plus en détail

Charte de Qualité sur l assurance vie

Charte de Qualité sur l assurance vie Charte de Qualité sur l assurance vie PRÉAMBULE La présente Charte de Qualité sur l assurance vie s'inspire largement de la Charte de Qualité ICMA Private Wealth Management, qui présente les principes

Plus en détail

La Synthèse du Rapport d'evaluation Mutuelle de La République Tunisienne

La Synthèse du Rapport d'evaluation Mutuelle de La République Tunisienne Groupe d'action Financière pour le Moyen Orient et l'afrique du Nord La Synthèse du Rapport d'evaluation Mutuelle de La République Tunisienne De La lutte anti-blanchiment de capitaux et contre le financement

Plus en détail

Service ENX BT Infonet

Service ENX BT Infonet Service ENX BT Infonet Présentation ENX 25 Mai 2005 Paul Lenfant Fabrice Leclerc paul.lenfant@fr.bt.infonet.com fabrice.leclerc@fr.bt.infonet.com AGENDA! BT Infonet! Le service ENX de BT Infonet! Modèle

Plus en détail

dans la poursuite pénale dirigée contre

dans la poursuite pénale dirigée contre N 14 / 2014 pénal. du 13.3.2014. Not. 30673/10/CD Numéro 3284 du registre. La Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg, formée conformément à la loi du 7 mars 1980 sur l'organisation judiciaire,

Plus en détail

Département d État des États-Unis

Département d État des États-Unis Département d État des États-Unis Imprimé par A/GIS/GPS Mai 2012 Outils et procédures élaborés par les États-Unis pour le recouvrement d avoirs : Guide pratique pour la coopération internationale «[N]ous

Plus en détail

Les rendez-vous Risk Advisory La lettre des professionnels du risque et de la finance

Les rendez-vous Risk Advisory La lettre des professionnels du risque et de la finance Risk Advisory Novembre 2014 Les rendez-vous Risk Advisory La lettre des professionnels du risque et de la finance Sommaire FATCA : en quoi les groupes non-financiers sont-ils concernés? 1 Sanctions internationales

Plus en détail

POLITIQUE DE DANAHER CORPORATION EN MATIERE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION

POLITIQUE DE DANAHER CORPORATION EN MATIERE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION POLITIQUE DE DANAHER CORPORATION EN MATIERE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION I. OBJET La corruption est interdite par le droit de presque tous les pays et territoires de la planète. Danaher Corporation («Danaher»)

Plus en détail

Mise en Oeuvre des nouvelles Recommandations du GAFI en Suisse

Mise en Oeuvre des nouvelles Recommandations du GAFI en Suisse Nous maîtrisons les terrains les plus divers mai 2015 Mise en Oeuvre des nouvelles Recommandations du GAFI en Suisse Le délit fiscal qualifié : nouvelle infraction préalable / Conséquences pour les intermédiaires

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1123829L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1123829L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement

Plus en détail

BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS. L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage?

BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS. L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage? BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage? Car c est une impression d orage à venir que laisse la première

Plus en détail

Lignes directrices relatives à la notion de personnes politiquement exposées (PPE)

Lignes directrices relatives à la notion de personnes politiquement exposées (PPE) Janvier 2010 Lignes directrices relatives à la notion de personnes politiquement exposées (PPE) Document de nature explicative (Version actualisée avec mise à jour des dispositions législatives et réglementaires

Plus en détail

La saisie des avoirs criminels : un levier. Département Sécurité

La saisie des avoirs criminels : un levier. Département Sécurité Octobre 2010 (Montréal) La saisie des avoirs criminels : un levier de la lutte contre le trafic de stupéfiants Nacer LALAM Département Sécurité 1 A. La problématique et le contexte Peu de condamnations

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres DIRECTIVE N 04/2007/CM/UEMOA RELATIVE A LA LUTTE CONTRE LE FINANCEMENT DU TERRORISME DANS LES ETATS MEMBRES

Plus en détail

PREVENIR LA CORRUPTION

PREVENIR LA CORRUPTION PREVENIR LA CORRUPTION APPLICATION DE LA CONVENTION DES NATIONS UNIES CONTRE LA CORRUPTION TUNIS SEPTEMBRE 2012 Dr. JEAN PIERRE BUEB EXPERT INTERNATIONAL 1 - QUELLE CORRUPTION? Bien préciser de quoi l

Plus en détail

telle qu elle a été modifiée

telle qu elle a été modifiée Ce texte coordonné a été élaboré par la CSSF à des fins d information ; seuls les textes publiés au Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg font foi. Loi du 12 novembre 2004 relative à la lutte contre

Plus en détail

Case study Méthodologie d enquête et développement d une Great Place To Work

Case study Méthodologie d enquête et développement d une Great Place To Work Case study Méthodologie d enquête et développement d une Great Place To Work Histoire 1991 2002 1998 2011 Réseau Global 3 NORTH AMERICA United States Canada LATIN AMERICA Argentina Bolivia Brazil Central

Plus en détail

COURTIER ET AGENT D ASSURANCE

COURTIER ET AGENT D ASSURANCE COURTIER ET AGENT D ASSURANCE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 4 L'ACTIVITÉ DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 7 LES POINTS

Plus en détail

Déclaration de Wolfsberg sur la surveillance, le filtrage et la recherche

Déclaration de Wolfsberg sur la surveillance, le filtrage et la recherche Déclaration de Wolfsberg sur la surveillance, le filtrage et la recherche 1 Préambule Le groupe de Wolfsberg d établissements financiers («groupe de Wolfsberg») 1 a déjà rédigé les déclarations suivantes

Plus en détail

TRACFIN et la lutte contre le blanchiment d argent

TRACFIN et la lutte contre le blanchiment d argent 2 TRACFIN et la lutte contre le blanchiment d argent PRESENTATION Le G7, lors du sommet de l Arche du 14 au 16 juillet 1989, avait recommandé, sur la base d une proposition française, la création de cellules

Plus en détail

Place financière genevoise : défis et opportunités

Place financière genevoise : défis et opportunités Place financière genevoise : défis et opportunités Edouard Cuendet, Directeur de la Fondation Genève Place Financière Top 20 des places financières globales 1. New-York 2. Londres 3. Hong Kong 4. Singapour

Plus en détail

BANQUE & INNOVATION, 01 OCTOBRE 2015. Me Cathie-Rosalie JOLY Avocat Associé Cabinet Ulys Docteur en droit, thèse sur les paiements en ligne

BANQUE & INNOVATION, 01 OCTOBRE 2015. Me Cathie-Rosalie JOLY Avocat Associé Cabinet Ulys Docteur en droit, thèse sur les paiements en ligne BANQUE & INNOVATION, 01 OCTOBRE 2015 Philippe RIBOULIN Avocat au barreau de Paris philippe.riboulin@ulys.net Me Cathie-Rosalie JOLY Avocat Associé Cabinet Ulys Docteur en droit, thèse sur les paiements

Plus en détail

Forum sur les Institutions, le

Forum sur les Institutions, le LA GUERRE DU DROIT Système juridique, levier de la croissance ou frein? 9 novembre 0-5h00 6h0 Journées d économie de Lyon 0 Bertrand du Marais Forum sur les Institutions, le Conseiller d État, détaché

Plus en détail

Secteur bancaire Enjeux d image

Secteur bancaire Enjeux d image Secteur bancaire Enjeux d image Étude mondiale Luc Durand Président Ipsos, Québec Luc.Durand@ipsos.com Plan de la présentation Sommaire méthodologique Portrait global La surveillance des banques Quand

Plus en détail

Mesures de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme - Belgique

Mesures de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme - Belgique Mesures de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme - Belgique Mesures de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Belgique Rapport d évaluation

Plus en détail

Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel

Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel Avril 2012 Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel Document de nature explicative (Version actualisée avec mise à jour des dispositions législatives et réglementaires

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 5 9 janvier 2013. S o m m a i r e

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 5 9 janvier 2013. S o m m a i r e MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 99 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 5 9 janvier 2013 S o m m a i r e Règlement grand-ducal du 26 décembre

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 194 3 novembre 2010. S o m m a i r e ENTRAIDE JUDICIAIRE INTERNATIONALE EN MATIÈRE PÉNALE

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 194 3 novembre 2010. S o m m a i r e ENTRAIDE JUDICIAIRE INTERNATIONALE EN MATIÈRE PÉNALE MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 3193 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 194 3 novembre 2010 S o m m a i r e ENTRAIDE JUDICIAIRE INTERNATIONALE

Plus en détail

Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010)

Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010) Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010) Frais excessifs, tarification difficilement compréhensible, les litiges entre les banques et leurs clients sont nombreux. Des

Plus en détail

NOTE D INFORMATION RELATIVE A LA DÉTECTION DES OPÉRATIONS DE BLANCHIMENT PAR LE PERSONNEL DES BANQUES

NOTE D INFORMATION RELATIVE A LA DÉTECTION DES OPÉRATIONS DE BLANCHIMENT PAR LE PERSONNEL DES BANQUES CEL VOOR FINANCIELE INFORMATIEVERWERKING Gulden Vlieslaan 55 bus 1-1060 BRUSSEL Tel.: 02/533 72 11 Fax: 02/533 72 00 E-mail: info@ctif-cfi.be NOTE D INFORMATION RELATIVE A LA DÉTECTION DES OPÉRATIONS DE

Plus en détail

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Membre inscrit I. Définitions Loi du 11 mai 2007 relative

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Saine gestion des risques de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Saine gestion des risques de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Saine gestion des risques de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme janvier 2014 Également disponible sur le site de la BRI (www.bis.org). Banque

Plus en détail

Règlement du Commissariat aux Assurances N 13/01 du 23 décembre 2013 relatif à la lutte contre le blanchiment et contre le financement du terrorisme

Règlement du Commissariat aux Assurances N 13/01 du 23 décembre 2013 relatif à la lutte contre le blanchiment et contre le financement du terrorisme Règlement du Commissariat aux Assurances N 13/01 du 23 décembre 2013 relatif à la lutte contre le blanchiment et contre le financement du terrorisme (Mémorial A N 224 du 24 décembre 2013) La Direction

Plus en détail

CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité?

CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité? CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité? Automne 2011 QU EST-CE QU UN CERTIFICAT DE SÉCURITÉ? Créée en 1978, la procédure actuelle trouve son fondement dans la loi sur l immigration

Plus en détail

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1)

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1) Vous êtes victime Introduction Vous avez été victime d une infraction (1). C est un événement traumatisant et vous vous posez sûrement de nombreuses questions : Quels sont mes droits? Que dois-je faire

Plus en détail

1. Procédure. 2. Les faits

1. Procédure. 2. Les faits Avis relatif à la notification en vue d un contrôle préalable reçue du délégué à la protection des données de la Banque européenne d investissement concernant l enregistrement des conversations téléphoniques

Plus en détail

Rapport d'evaluation Mutuelle de La République Tunisienne

Rapport d'evaluation Mutuelle de La République Tunisienne Groupe d'action financière pour le Moyen Orient et l'afrique du Nord Rapport d'evaluation Mutuelle de La République Tunisienne De La lutte anti-blanchiment de capitaux et contre le financement du terrorisme

Plus en détail

Lutte contre le blanchiment des capitaux

Lutte contre le blanchiment des capitaux Lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme - recommandations professionnelles en IARD - 2005 Lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme - recommandations

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1133932L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1133932L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes PROJET DE LOI autorisant l approbation de la convention d entraide judiciaire en matière pénale entre le Gouvernement de la République

Plus en détail

PRÉSENTATION DE FRANÇOIS-MARIE MONNET. Aucun moteur de recherche, interrogé sur le tableau attribué à Jérôme Bosch et intitulé «l escamoteur»

PRÉSENTATION DE FRANÇOIS-MARIE MONNET. Aucun moteur de recherche, interrogé sur le tableau attribué à Jérôme Bosch et intitulé «l escamoteur» PRÉSENTATION DE FRANÇOIS-MARIE MONNET LA TRANSPARENCE EST-ELLE LA SOLUTION POUR RÉTABLIR LA CONFIANCE DANS LA FINANCE? Aucun moteur de recherche, interrogé sur le tableau attribué à Jérôme Bosch et intitulé

Plus en détail

LA RESPONSABILITE FINANCIERE CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT

LA RESPONSABILITE FINANCIERE CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE LA RESPONSABILITE FINANCIERE SOMMAIRE Propos introductifs ------------------------------------------------page

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS. 27 juin 2014 PROPOSITION DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS. 27 juin 2014 PROPOSITION DE LOI Le présent document est établi à titre provisoire. Seule la «Petite loi», publiée ultérieurement, a valeur de texte authentique. ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS 27 juin 2014

Plus en détail

Les leçons du droit comparé Conférence la répression pénale du blanchiment Du 27/05/2011

Les leçons du droit comparé Conférence la répression pénale du blanchiment Du 27/05/2011 Les leçons du droit comparé Conférence la répression pénale du blanchiment Du 27/05/2011 Introduction : Le blanchiment est la réinsertion dans le circuit légal des sommes obtenues de façon illicite. Pour

Plus en détail

L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain

L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain Le 24 avril 2009, le Parlement européen a adopté deux propositions de la Commission

Plus en détail

L'AGENT IMMOBILIER. Attention : les cartes professionnelles déjà délivrées restent valables jusqu à leur date d expiration.

L'AGENT IMMOBILIER. Attention : les cartes professionnelles déjà délivrées restent valables jusqu à leur date d expiration. L'AGENT IMMOBILIER L'agent immobilier est un intermédiaire intervenant dans les opérations d achat, de vente, d échange, de sous-location ou de location de maisons, appartements, fonds de commerce, terrains.

Plus en détail

L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX

L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX Commission Droit & Pratiques du Commerce International SEMINAIRE L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX Sujet de l exposé : Le contrat d externalisation de services & La

Plus en détail

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER 1 LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER La profession d agent immobilier est réglementée par : la loi modifiée n 70-9 du 2 janvier 1970 modifiée par l ordonnance n 2004-634 du 1 er juillet 2004 réglementant

Plus en détail