RISK MANAGEMENT & DUE DILIGENCE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RISK MANAGEMENT & DUE DILIGENCE"

Transcription

1 Compte - rendu rédigé par : Conférence du 29 mai 2007 Jérôme Bondu, Président du Club IES Club Intelligence Economique et Stratégique - AAE IAE de Paris En partenariat avec Lexis Nexis et le Club IE de l AA ESIEE RISK MANAGEMENT & DUE DILIGENCE Jean-Bernard Pinatel Jérôme Cail Présentation des intervenants Jean-Bernard PINATEL est actuellement Président de la FEPIE, Fédération des Professionnels de l IE. Ancien élève de l Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr, docteur en études politiques, il a été notamment membre fondateur du groupe permanent d évaluation des situations au cabinet du SGDN (Secrétaire Général de la Défense Nationale), Chef du SIRPA (Service d Information et de Relations Publiques des Armées) et Général de brigade. Il a poursuivi sa carrière au sein du groupe BULL en tant que Directeur de la communication, puis Délégué général, avant de créer la société de conseil Startem, puis de présider Datops Consulting, jusqu à ce que la société soit rachetée par Lexis Nexis. Il est l auteur de trois ouvrages : Economie des forces (1976), la Guerre civile mondiale (en coll., 1976), les Ombres japonaises (1992). Il a enseigné à l ENA, HEC et au CELSA. Jérôme Cail est responsable News and Business au sein de Lexis Nexis France.

2 Introduction Cette conférence (qui a réuni 80 personnes) est la première d un cycle qui vise à traiter des risques en entreprise. Un second rendez-vous va être organisé le 20 juin 2007 à l IAE de Paris (voir l agenda ). Jean-Bernard Pinatel a présenté en première partie le risque de blanchiment d argent. Il a notamment insisté sur le rôle des gouvernements et des structures internationales créées pour combattre ce crime. Il a rappelé que les lois et règlements sont très précis sur les mesures à prendre par les sociétés privées en matière de lutte contre le blanchiment. Un renforcement de l arsenal judiciaire est prévu, qui va impliquer pour tous les organismes ayant trait au domaine financier le devoir de détecter les personnes politiquement exposées (PEP). Jérôme Cail a présenté un outil d investigation qui sert précisément cet objectif. «Know Your Customer», édité par Lexis Nexis, est un outil d interrogation de bases de données, accessible en ligne, couvrant plus de sources. Une interrogation permet de collecter des informations sur un spectre très large : informations presses, bases de données entreprises, biographies, informations sensibles (condamnation pour blanchiment, listes de terroristes, ) Ce compte rendu reprend en grande partie les présentations des intervenants. Diverses sources ont été utiles pour construire le dossier. Certains paragraphes ont sont directement issus Le blanchiment Un des risques les plus graves pour les entreprises est d être impliqué dans des affaires de blanchiment. Les conséquences, autant en termes réputationnels que financiers, peuvent être fatals à une entreprise. Définition Le blanchiment est l'action de dissimuler la provenance d'argent acquis de manière illégale (détournements de fonds publics, corruption, vols, impôt révolutionnaire, ) afin de le faire apparaître comme provenant d une source légitime et de le réutiliser sans risque. Le blanchiment consiste à combiner un certain nombre d opérations : - le placement : l injection des recettes financières dans le système bancaire, - l empilage : les transferts multiples et mouvements de fonds destinés à en masquer l origine, - l introduction des sommes ainsi blanchies dans les circuits financiers et les activités économiques respectables. «Le volume annuel blanchi dans le monde se situerait selon le FMI entre 500 et milliards de dollars. Ce qui représente de 2 à 5 % du PIB mondial ou est du même ordre de grandeur que le PIB de la France (1.300 milliards d'euros en 1999)» 1. 1 Les Echos 22/05/2007 Page 2

3 Historique Les premières mentions de l expression dans les médias remontent au scandale du Watergate ( ), lorsque, pour financer ses opérations secrètes, l administration Nixon s ingéniait à brouiller les pistes financières. C est en 1982 que l expression fut utilisée pour la première fois dans une procédure judiciaire. En 1998, les attentats contre les ambassades américaines de Nairobi et de Dar es-salaam donnent une nouvelle impulsion à la lutte contre l argent sale. On répète alors que M. Oussama Ben Laden dispose d un «trésor de guerre» de 300 millions de dollars, dont toute une littérature et de nombreux «experts» prétendent dévoiler les «secrets». En 1999, l administration Clinton tente sans succès d introduire des règles connues sous le nom «Know Your Customer» («Connaissez votre client», KYC), qui imposent aux banques déjà tenues de déclarer aux autorités compétentes toutes les transactions suspectes ou inhabituelles une surveillance accrue de leurs clients. Le président démocrate entame également, conjointement avec l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), une offensive destinée à sévir contre les paradis fiscaux. Aussitôt élu, le président George W. Bush sabote cette initiative, et fait savoir que le régime anti blanchiment sera atténué. Quelques mois plus tard, les attentats du 11-Septembre provoquent un virage à 180 degrés. - C est sur ce terrain que la «guerre contre la terreur» débute le 24 septembre 2001, lorsque le président Bush annonce «une frappe sur les fondations financières du réseau planétaire de la terreur». - Un pan entier du Patriot Act (loi antiterroriste) est consacré au blanchiment. Lors d une réunion extraordinaire tenue à Washington, le GAFI, qui avait été jusque-là ignoré par l administration américaine, se voit officiellement chargé d étendre ses prérogatives à la lutte contre le financement du terrorisme. Le blanchiment d argent et financement du terrorisme dispose d un sigle commun AML-CFT (Anti- Money Laundering -Combating the Financing of Terrorism»). La différence entre les deux phénomènes est pourtant fondamentale : - L un est de nature crapuleuse et implique des sommes considérables qu il s agit d insérer dans le système financier légal. - L autre est de nature politique, n engage que des montants insignifiants, et s effectue souvent, en tout cas depuis le 11-Septembre, hors des circuits financiers. Page 3

4 Le Groupe d Action Financière GAFI Présentation Le Groupe d Action Financière sur le blanchiment de capitaux (GAFI 2 ) est créé en 1989 en vue de renforcer à travers le monde la lutte contre l argent sale. L OCDE accueille, depuis juillet 1989, son secrétariat. Le GAFI est une organisation intergouvernementale qui établit des standards, conçoit et promeut des politiques pour combattre le blanchiment et le financement du terrorisme Elle comprend actuellement 33 membres : 31 Etats et deux organisations internationales et plus de 20 observateurs 3. La GAFI a émis 40 recommandations plus 9 recommandations spéciales qui ont été reconnues par la banque mondiale et le fond monétaire international comme standards internationaux pour combattre le blanchiment et le financement du terrorisme. Les 40 recommandations Ces recommandations peuvent êtres classées comme suit : - Concernant les systèmes juridiques : o Champ d'application de l'infraction de blanchiment de capitaux (R. 1 - R. 2) o Mesures provisoires et confiscation (R. 3) - Mesures à prendre par les institutions financières et les entreprises et professions non financières pour lutter contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. o Devoir de vigilance («due diligence») relatif à la clientèle et devoir de conservation des documents (R. 4, R. 5, R. 6, R. 7, R. 8, R. 9, R. 10, R. 11, R. 12). o Déclaration d opérations suspectes et conformité (R. 13, R. 14, R. 15, R. 16). o Autres mesures de dissuasion concernant le blanchiment de capitaux et le financement du o terrorisme (R. 17, R. 18, R. 19, R. 20). Mesures à prendre à l égard des pays qui n appliquent pas ou appliquent insuffisamment les Recommandations du GAFI (R. 21, R. 22). o Réglementation et surveillance (R. 23, R. 24, R. 25) - Mesures institutionnelles et autres mesures nécessaires dans les systèmes de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme o Les autorités compétentes, leurs attributions et leurs ressources (R. 26, R. 27, R. 28, R. 29, R. 30, R. 31, R. 32) o Transparence des personnes morales et constructions juridiques (R. 33, R. 34) o Coopération internationale (R. 35) o Entraide judiciaire et extradition (R. 36, R. 37, R. 38, R. 39) o Autres formes de coopération (R. 40) 2 Le sigle en anglais est FATF - Financial Action Task Force 3 Pays membres : Argentina, Australia, Austria, Belgium, Brazil, Canada, Denmark, European Commission, Finland, France, Germany, Greece, Gulf Co-operation Council, Hong Kong, Iceland, Ireland, Italy, Japan, Kingdom of the Netherlands, Luxembourg, Mexico, New Zealand, Norway, Portugal, Russian Federation, Singapore, South Africa, Spain, Sweden, Switzerland, Turkey, United Kingdom, United States. Observateurs : China, India, Republic of Korea. Page 4

5 La 5 ème recommandation L intervenant s est arrêté sur la recommandation n 5 qui concerne les mesures de vigilance (CDD : The Customer Due Diligence). Cela comporte les actions suivantes : - a) Identifier le client et vérifier son identité au moyen de documents, données et informations de source fiable et indépendante - b) Identifier le bénéficiaire effectif, et prendre des mesures raisonnables pour vérifier cette identité de telle manière que l'institution financière ait une connaissance satisfaisante de l identité du bénéficiaire effectif. Ceci inclut pour les personnes morales et les constructions juridiques, que les institutions financières prennent également des mesures raisonnables pour comprendre la propriété et la structure de contrôle du client - c) Obtenir des informations sur l'objet et la nature envisagée de la relation d affaires - d) Exercer une vigilance constante à l égard de la relation d affaires et assurer un examen attentif des transactions effectuées pendant toute la durée de cette relation d affaires, afin de s'assurer que les transactions effectuées sont cohérentes avec la connaissance qu a l'institution de son client, de ses activités commerciales, de son profil de risque et, lorsque cela est nécessaire, de l'origine des fonds. Cette recommandation implique clairement un devoir de vigilance, d investigation sur chaque nouveau client, ainsi qu une veille périodique sur l ensemble du portefeuille de clients. Dans certaines institutions, relève l intervenant, cela a impliqué le recrutement de plusieurs dizaines d analystes pour conduire les recherches. Les 9 recommandations spéciales Le GAFI a émis 9 recommandations spéciales : - I. Ratification et mise en œuvre des instruments des Nations Unies : Chaque pays devrait prendre les mesures immédiates pour ratifier la Résolution 1373 du Conseil de sécurité des Nations Unies. - II. Incrimination du financement du terrorisme et du blanchiment de capitaux commis dans le cadre des activités terroristes : Chaque pays devrait ériger en infraction pénale le financement du terrorisme, des actes terroristes et des organisations terroristes. - III. Gel et confiscation des biens des terroristes : Chaque pays devraient mettre en œuvre des mesures pour geler sans délai les fonds ou autres biens des terroristes et de ceux qui financent le terrorisme et les organisations terroristes, conformément aux résolutions des Nations Unies relatives à la prévention et la répression du financement des actes terroristes. - IV. Déclaration des transactions suspectes liées au terrorisme : Si les institutions financières suspectent, ou ont des motifs raisonnables de suspecter que des fonds sont liés, associés ou destinés à être utilisés pour le financement du terrorisme, des actes terroristes ou des organisations terroristes, elles devraient être tenues de déclarer rapidement leurs soupçons aux autorités compétentes. - V. Coopération internationale : Chaque pays devrait apporter aux autres pays, sur le fondement d un traité, d un accord ou de tout autre mécanisme relatif à l entraide judiciaire ou à l échange de renseignements, l assistance la plus large possible dans le cadre des enquêtes, investigations ou procédures pénales, civiles ou administratives concernant le financement du terrorisme, des actes terroristes et des organisations terroristes. - VI. Remise de fonds alternative : Chaque pays devrait prendre des mesures afin de s assurer que les personnes physiques ou morales, y compris les agents, qui fournissent un service de transmission de fonds ou de valeurs, y compris la transmission à travers un système ou réseau informel visant le transfert de fonds ou de valeurs, obtiennent une autorisation d exercer ou Page 5

6 s inscrivent sur un registre, et qu elles soient assujetties à toutes les Recommandations du GAFI qui s appliquent aux banques et aux institutions financières non bancaires. - VII. Virements électroniques : Les pays devraient prendre des mesures afin d obliger les institutions financières, y compris les services de remise de fonds, à inclure des renseignements exacts et utiles relatifs au donneur d ordre (nom, adresse et numéro de compte) concernant les transferts de fonds et l envoi des messages qui s y rapportent. Les renseignements devraient accompagner le transfert ou le message qui s y rapporte tout au long de la chaîne de paiement. - VIII. Organismes à but non lucratif : Les pays devraient entreprendre une revue de l adéquation de leurs lois et réglementations relatives aux entités qui peuvent être utilisées afin de financer le terrorisme. Les organismes à but non lucratif étant particulièrement vulnérables, les pays devraient s assurer qu ils ne peuvent pas être utilisés par les organisations terroristes se présentant comme des entités légitimes ; - IX. Les passeurs de fonds : Les pays devraient avoir en place des mesures destinées à détecter les transports physiques transfrontaliers d espèces et instruments au porteur, y compris un système de déclaration ou toute autre obligation de communication. Les PEPs En règle générale, les opérations de blanchiment sont très aisément détectables lors de l étape de placement lorsque les avoirs sont physiquement déposés auprès d une institution financière car ceuxci sont encore proches de l activité criminelle dont ils découlent. Par contre, les obligations de diligence, notamment de connaissance du client (Know your customer), et les principes du GAFI ne sont pas appliqués par une partie des établissements bancaires. Certaines banques proposent même des services préférentiels à leurs clients très fortunés. Elles se prêtent tout particulièrement aux opérations de blanchiment pouvant être réalisées par des personnes politiquement exposées corrompues, lesquelles, selon le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire, sont des personnes qui exercent ou ont exercé d importantes fonctions politiques. Dans sa 3ème directive sur le blanchiment, adoptée en juin 2005, l Union européenne introduit la notion de PEPs (Personnes Politiquement Exposées) qui avait déjà été utilisé au début 2001 (2ème directive) mais jamais définie. La troisième directive s inspire de la législation existante de l UE et reprend dans le droit de l Union européenne la révision des quarante recommandations du GAFI. Une des principales mesures de la directive est d obliger tous les personnes travaillant dans le secteur financier mais aussi les avocats, les notaires, les comptables, les agents immobiliers, les casinos, les fiduciaires et les prestataires de services pour les sociétés à respecter un certain nombre d obligations, lorsque les paiements en espèces dépassent euros : - Etablir et vérifier l identité de leur client et de son ayant droit, et soumettre la relation d affaires avec le client à une surveillance. - Faire état des soupçons de blanchiment d argent ou de financement du terrorisme à la cellule nationale de renseignement financier. - Prendre des mesures adéquates, comme assurer une bonne formation du personnel et instaurer des politiques et procédures internes de prévention appropriées. Cette directive devra être transposée dans la législation des Etats membres de l UE avant décembre 2007, souligne Jean-Bernard Pinatel. Page 6

7 Quelques techniques de blanchiment L intervenant détaille ici 3 techniques, parmi les nombreuses manipulations des trafiquants. Les opérations immobilières L opération classique consiste dans l achat par le blanchisseur de biens pour des montants inférieurs au montant réel du marché en versant la différence en dessous de table. Par la suite, le trafiquant revend le bien en réalisant une plus-value fictive qui rend légitime la rentrée d argent. Ces opérations peuvent être également complexifiées de nombreuses manières par les trafiquants, par exemple en versant l argent liquide sur un compte off shore d un complice. Ce dernier va utiliser cet argent pour nantir un contrat d assurance vie utilisé pour souscrire un crédit servant lui-même à acquérir un bien qui sera ensuite revendu à sa valeur réelle. Le prêt adossé Le prêt adossé est une technique facile à mettre en œuvre et difficilement détectable. - Dans ce cas, l argent à blanchir est déposé dans une banque située dans un paradis fiscal puis viré dans une autre banque «plus respectable». - La somme est alors bloquée sur le compte de cette dernière pour être offerte en garantie à une banque Française qui va consentir un prêt du même montant à un blanchisseur. - L argent prêté peut alors être investit dans n importe quelle activité légale qui permettra de rembourser le prêt contracté par le blanchisseur. A l échéance, la garantie initiale pourra être réutilisée pour un nouveau prêt. - Il existe une variante à cette opération appelée la cession de prêt. Elle consiste à autoriser la cession du prêt par le débiteur à une tierce personne avec l autorisation formelle du créancier. Elle constitue un moyen simple et efficace pour déplacer l argent blanchi Le rachat de sociétés Le LBO 4 est une opération d'acquisition d'une entreprise financée par un fort recours à l'endettement. - Une société holding est constituée qui s'endette pour acheter une entreprise dont les flux de trésorerie disponibles seront régulièrement remontés au niveau de la holding via des dividendes afin de lui permettre de payer les intérêts de sa dette et de la rembourser. - Les blanchisseurs utilisent ce type de montage en créant par exemple une société holding et s associent à un établissement financier qui apportera des fonds permettant d effectuer l acquisition de la société cible. - De fait la réalité est beaucoup plus complexe et les trafiquants ont recours à des sociétés holding en cascade qui leurs permettent d introduire de l argent sale à tous les niveaux. - La France est un pays «favorable» à ce type de montages car les frais financiers, c'est-à-dire les intérêts d emprunt, sont entièrement déductibles du résultat et donc exonérés d impôts. L intervenant relate une mission qu il a eu à mener, où pour le compte d un client il a du rechercher les réels propriétaires d une entreprise. Ses recherches lui ont permis de remonter trois niveaux de holding, mais sans parvenir à la holding de tête, tant les «liens» étaient camouflés. 4 LBO : Leverage buy-out : achat par endettement. Page 7

8 Quelques affaires L affaire CLEARSTREAM Jean-Bernard Pinatel s arrête sur la première affaire Clearstream (la seconde étant plus politique), dont il détaille la chronologie : - 28 février 2001 : Sortie du livre Révélation$ et diffusion le 1er mars du film Les Dissimulateurs sur Canal+ à 22h00. Clearstream a notifié à Canal+ son opposition à la diffusion du reportage, mentionnant qu il porte atteinte à sa réputation. - 9 mai 2001 : les juges Eva Joly, Renaud Van Ruymbeke, Jean de Maillard, Bernard Bertossa et Benoît Dejemeppe signent une tribune dans Le Monde intitulée Les 'boîtes noires' de la mondialisation financière, affirmant qu'«il est temps de prendre la mesure» de l'«impact» du «livre du journaliste Denis Robert et de l'ancien cadre luxembourgeois Ernest Backes Révélation» mai 2001 : la justice du Grand-duché (Luxembourg) ouvre une information judiciaire sur Clearstream mai 2001 : le président de cet organisme financier, André Lussi, est inculpé. Il est «limogé» avec effet immédiat avec deux autres membres du management - Juin 2001 : Perquisition au siège de Clearstream septembre 2001 : Le témoin H., Régis Hemple, ancien vice-président de Clearstream, dépose devant Vincent Peillon et Arnaud Montebourg et raconte comment des milliers de transactions étaient effacées des ordinateurs après avoir été effectuées. - Octobre 2001 : Denis Robert reçoit un troisième listing de comptes de Clearstream - 10 décembre 2001 : La Deutsche Börse Clearing rachète 100 % de Clearstream Ce cas illustre la mise en faute d une structure qui effectuait des transactions suspectes puisque régulièrement effacées. La chronologie des faits, les processus mis en œuvre, montrent la difficulté d intervenir sur ce terrain. L affaire du SENTIER Ce cas fait référence à une affaire de blanchiment qui a été découvert dans le quartier parisien de la confection au préjudice de banques et d'assurances, au milieu des années 90. Les mises en examen sont exemplaires, tant par le nombre que la qualité des personnes impliquées : - La Société générale, la Société marseillaise de crédit, Barclays-France, la Banque nationale du Pakistan sont renvoyées en 2006 devant un tribunal correctionnel par la juge d'instruction du pôle financier de Paris, Xavière Simeoni. - Outre le P-Dg de la Société générale Daniel Bouton, plusieurs cadres de banque sont notamment prévenus de "blanchiment aggravé" pour des faits s'étalant de 1997 à fin Par ailleurs, un ancien procureur adjoint au parquet de Bobigny, Jean-Louis Voirain, qui avait passé huit mois en détention en 2003 avant d'être révoqué, est également renvoyé devant la justice. Au total, 198 personnes avaient été mises en examen dans "Sentier II", dont 32 cadres ou dirigeants d'établissements bancaires pour tout ou partie des infractions de «trafic d'influence, corruption passive, blanchiment aggravé et recel de fonds provenant d'abus de biens». En conclusion, l intervenant évoque un devoir de vigilance imposé par la loi, que toute entreprise va devoir mettre en place. Cela pose le problème de la manière de mener ce travail. L appui d un outil spécialisé Page 8

9 semble indispensable. Celui qui est présenté en seconde parti de conférence est édité par le leader mondial des bases de données, Lexis Nexis. Know Your Customer de Lexis Nexis Présentation de l outil Jérôme Cail a présenté un outil développé à l origine spécifiquement pour les banques, dans une optique de «Due Diligence» et de «Compliance». Néanmoins, la facilité d utilisation et la qualité de la recherche en font un outil qui peut être utilisé par tout professionnel de la recherche d information. Les principales caractéristiques de la solution sont : - Un formulaire de recherche simplifié pour mener une investigation sur une société ou une personne. - L interrogation est transversale sur tous les fonds Lexis Nexis : sources. - L accès est en ASP, les sources sont mises à jour régulièrement de manière transparente pour l utilisateur. - Une lecture facile des résultats, répartis par onglet : news, business, biographie, sanctions L intervenant a présenté 7 cas d utilisation : - Secteur bancaire - Lobbying - Business Development - Ressources humaines - Intelligence Economique - Export - Reputation management Présentation d un cas Sur les 7 cas présentés, nous n en retiendrons qu un dans ce compte rendu. Jérôme Cail présente la situation où l on a à faire une recherche sur une structure pour en connaître le management, les chiffres clés, les antécédents judiciaires (due diligence) Dans la capture d écran ci-jointe : l interrogation porte sur la «Global Relief Foundation». La fenêtre d interrogation permet de renseigner l intitulé de la structure (ou de la personne) et de sélectionner les sources, dates et langues voulues. Page 9

10 Les résultats de l interrogation sur les sources du fond Lexis Nexis sont présentés au travers de 7 onglets : - «News» (capture ci-dessus) : recherche dans sources presse, - «Company Profiles» et «D&B Global Identifiers» : sont deux onglets consacrés aux informations entreprises. Le recoupage des différentes sources (D&B, Worldscope, Hoover, Dafsalien, Cofisem, ) permettra d avoir une vue aussi exhaustive que possible sur l entreprise. - «OFAC» : édite notamment la liste des ««Specially Designated Global Terrorists». On voit sur la capture ci-dessous que cette structure a été listée. Elle n est donc pas recommandable. - «Additionnals sanctions» et «Swiss sanctions» : proposent des informations émanant des agences d Etat, agences fédérales ou organismes internationaux (United Nation, Interpol, FBI, ). Elles contiennent des sanctions formelles et des listes de PEP. L utilisation de ce type de solution, conclue Jérôme Cail, est un moyen de se mettre en conformité avec la loi et de participer à la réduction des trafics financiers qui grèvent l économie mondiale Page 10

La législation relative à la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme

La législation relative à la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme La législation relative à la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme Présentation des obligations professionnelles des métiers du conseil et de la finance 19 mai 2011 Christophe ZEEB

Plus en détail

1. L incrimination du blanchiment de capitaux et l article 505 du Code pénal

1. L incrimination du blanchiment de capitaux et l article 505 du Code pénal TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS CHAPITRE I er. GENÈSE DE LA CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIÈRES A. CONTEXTE INTERNATIONAL ET DROIT COMPARÉ 1. Les premiers textes internationaux 2. Les modélisations

Plus en détail

Certificat de formation continue en. Compliance Management. janvier à décembre 2012. www.compliance-management.ch

Certificat de formation continue en. Compliance Management. janvier à décembre 2012. www.compliance-management.ch Certificat de formation continue en Compliance Management janvier à décembre 2012 www.compliance-management.ch À l initiative de la Fondation Genève Place Financière, l Université de Genève offre depuis

Plus en détail

DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL

DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL 2006, PORTANT DIRECTIVES GENERALES AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT, AUX BANQUES NON RESIDENTES ET A L OFFICE NATIONAL DES

Plus en détail

ANNEXE D. Strasbourg, 4 juillet 2003 (2003)14 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

ANNEXE D. Strasbourg, 4 juillet 2003 (2003)14 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) ANNEXE D Strasbourg, 4 juillet 2003 (2003)14 Res MONEYVAL COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX

Plus en détail

ECOBANK. Trade Financement de l immobilier au Sénégal

ECOBANK. Trade Financement de l immobilier au Sénégal ECOBANK Trade SOMMAIRE Le marché de l immobilier Modes de financement : financement bancaire, fonds propre L offre de crédit immobilier Financement et blanchiment d argent L offre LE MARCHE DE L IMMOBILIER

Plus en détail

Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES»

Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES» Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES» MARDI 15 DÉCEMBRE 2015 --- Evénement présidé par Christiane TAUBIRA, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice et Michel SAPIN,

Plus en détail

(Règles agréées par arrêté ministériel du 7 septembre 2010 applicables à partir du 12 septembre 2010) SOMMAIRE INTRODUCTION 1-3 DÉFINITIONS 4

(Règles agréées par arrêté ministériel du 7 septembre 2010 applicables à partir du 12 septembre 2010) SOMMAIRE INTRODUCTION 1-3 DÉFINITIONS 4 RÈGLES PROFESSIONNELLES RELATIVES AUX OBLIGATIONS DES PROFESSIONNELS DE L EXPERTISE COMPTABLE POUR LA PRÉVENTION DE L UTILISATION DU SYSTÈME FINANCIER AUX FINS DE BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DE FINANCEMENT

Plus en détail

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie DIRECTION GENERALE DES DROITS DE L HOMME ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DIRECTION DES MONITORINGS Strasbourg, 11 juin 2010 Public Greco RC-II (2008) 4F Addendum Deuxième Cycle d Evaluation Addendum au Rapport

Plus en détail

25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE

25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE MJU-25 (2003) 6 25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE Sofia (9-10 octobre 2003) - COOPERATION INTERNATIONALE DANS LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME INTERNATIONAL ET MISE EN OEUVRE DES INSTRUMENTS

Plus en détail

JAPON. Guide pratique pour le recouvrement d avoirs. -Comment retourner les avoirs concernés-

JAPON. Guide pratique pour le recouvrement d avoirs. -Comment retourner les avoirs concernés- JAPON Guide pratique pour le recouvrement d avoirs -Comment retourner les avoirs concernés- Septembre 2012 1/ Vue d ensemble Le Japon peut assister d autres pays ayant fait une demande de retour d avoirs

Plus en détail

PERSONNES POLITIQUEMENT EXPOSÉES Tendances et indicateurs

PERSONNES POLITIQUEMENT EXPOSÉES Tendances et indicateurs Cellule de Traitement des Informations Financières Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1 1060 Bruxelles Tél. : +32 2 533 72 11 Fax : +32 2 533 72 00 E-mail : info@ctif-cfi.be NLtypoPEP version4 Janvier 2012

Plus en détail

Propositions et contributions reçues des gouvernements. Pérou: éléments à inclure dans la Convention des Nations Unies contre la corruption

Propositions et contributions reçues des gouvernements. Pérou: éléments à inclure dans la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies A/AC.261/IPM/11 Assemblée générale Distr.: Générale 12 novembre 2001 Français Original: Espagnol Réunion préparatoire informelle du Comité spécial chargé de négocier une convention contre

Plus en détail

La proposition de règlement sur les informations accompagnant les virements de fond

La proposition de règlement sur les informations accompagnant les virements de fond La proposition de règlement sur les informations accompagnant les virements de fond Hong Van PHAM Le cadre actuel européen dans la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Les Recommandations du GAFI

Les Recommandations du GAFI NORMES INTERNATIONALES SUR LA LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME ET DE LA PROLIFÉRATION Les Recommandations du GAFI février 2012 GROUPE D ACTION FINANCIÈRE Le Groupe

Plus en détail

Principes anti-blanchiment de Wolfsberg pour les banques correspondantes

Principes anti-blanchiment de Wolfsberg pour les banques correspondantes Principes anti-blanchiment de Wolfsberg pour les banques correspondantes 1 Préambule Le groupe de Wolfsberg d établissements financiers internationaux 1 s est accordé sur ces Principes qui constituent

Plus en détail

Recommandations révisées du GAFI: davantage d obligations de diligence pour les intermédiaires financiers?

Recommandations révisées du GAFI: davantage d obligations de diligence pour les intermédiaires financiers? Recommandations révisées du GAFI: davantage d obligations de diligence pour les intermédiaires financiers? Séminaire pour journalistes de SwissBanking, Alexander Karrer, Secrétaire d Etat suppléant Secrétariat

Plus en détail

Note à Messieurs les :

Note à Messieurs les : DIRECTION GENERALE Alger, le 02 septembre 2015 DE L INSPECTION GENERALE Réf./DGIG/N 1039/2015 Note à Messieurs les : - Présidents des Conseils d Administration ; - Présidents Directeurs Généraux ; - Directeurs

Plus en détail

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg La titrisation d actifs est un mécanisme en pleine expansion au Luxembourg, qui consiste à convertir des actifs difficilement commercialisables

Plus en détail

La Société de Participations Financières luxembourgeoise

La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise, communément appelée «SOPARFI», est la société de droit commun luxembourgeoise. Elle est

Plus en détail

Secret bancaire Lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme au Luxembourg. Catherine BOURIN - ABBL

Secret bancaire Lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme au Luxembourg. Catherine BOURIN - ABBL Conférence «Traduction financière» Secret bancaire Lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme au Luxembourg Catherine BOURIN - ABBL 8 juillet 2010 Qu est-ce que le blanchiment

Plus en détail

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION (En application du paragraphe 2 sur la Résolution 1/8 relative

Plus en détail

Charte de Qualité sur l assurance vie

Charte de Qualité sur l assurance vie Charte de Qualité sur l assurance vie PRÉAMBULE La présente Charte de Qualité sur l assurance vie s'inspire largement de la Charte de Qualité ICMA Private Wealth Management, qui présente les principes

Plus en détail

Janvier 2012. La notion de blanchiment

Janvier 2012. La notion de blanchiment Cellule de Traitement des Informations Financières Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1 1060 Bruxelles Tél. : +32 2 533 72 11 Fax : +32 2 533 72 00 E-mail : info@ctif-cfi.be NL1156d La lutte contre le blanchiment

Plus en détail

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Nations Unies CTOC/COP/WG.7/2012/1 Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Distr. générale 14 mars 2012 Français Original: anglais Groupe

Plus en détail

Ordre du jour provisoire annoté et projet d organisation des travaux

Ordre du jour provisoire annoté et projet d organisation des travaux Nations Unies A/AC.260/1 Assemblée générale Distr.: Générale 25 juin 2001 Français Original: Anglais Réunion du Groupe intergouvernemental d experts à composition non limitée chargé d élaborer un projet

Plus en détail

CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME

CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME MAI 2006 LES ARTICLES > ARTICLE 1 ER périmètre et objectifs page 2 > ARTICLE 2 soutien de l esprit d entreprise en favorisant la création ou la reprise d entreprises

Plus en détail

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur l Albanie

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur l Albanie DIRECTION GENERALE DES DROITS DE L HOMME ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DIRECTION DES MONITORINGS Strasbourg, le 8 octobre 2009 Public Greco RC-II (2007) 12F Addendum Deuxième Cycle d Evaluation Addendum au

Plus en détail

Blanchiment d argent: mode d emploi

Blanchiment d argent: mode d emploi Blanchiment d argent: mode d emploi La définition du blanchiment d argent, selon la loi 05.01.2005 relative a la prévention et la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme. C

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 23 septembre 2014 MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le «Régime de pension»)

Plus en détail

5 juin 2013 LES SANCTIONS FINANCIERES INTERNATIONALES

5 juin 2013 LES SANCTIONS FINANCIERES INTERNATIONALES 5 juin 2013 LES SANCTIONS FINANCIERES INTERNATIONALES Qu est est-ce que la DG Trésor? La direction générale du Trésor est au service du ministre pour lui proposer et conduire sous son autorité la politique

Plus en détail

RELATIONS AVEC LES PARTENAIRES COMMERCIAUX

RELATIONS AVEC LES PARTENAIRES COMMERCIAUX RELATIONS AVEC LES PARTENAIRES COMMERCIAUX Politique Groupe Keolis - Mai 2015 - Document à usage interne et externe RE Rappels des principes fondamentaux posés par le GUIDE ETHIQUE DE CONDUITE DES AFFAIRES

Plus en détail

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME Sommaire Introduction Cadre législatif et réglementaire applicable Extension de l obligation de déclaration Obligations des professionnels Textes

Plus en détail

CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11

CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11 CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11 Fax: 02/533 72 00 E-mail: info@ctif-cfi.be NL1156c La lutte contre le blanchiment

Plus en détail

Les Recommandations du GAFI

Les Recommandations du GAFI NORMES INTERNATIONALES SUR LA LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME ET DE LA PROLIFÉRATION Les Recommandations du GAFI février 2012 GROUPE D ACTION FINANCIÈRE Le Groupe

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

Convention des Nations Unies contre la corruption (New York, 31 octobre 2003)

Convention des Nations Unies contre la corruption (New York, 31 octobre 2003) Convention des Nations Unies contre la corruption (New York, 31 octobre 2003) OBJECTIFS La Convention des Nations Unies contre la corruption (la Convention) est la première initiative prise au niveau mondial

Plus en détail

LUTTE CONTRE LA CRIMINALITE ET REGLES D IDENTIFICATION DE LA CLIENTELE

LUTTE CONTRE LA CRIMINALITE ET REGLES D IDENTIFICATION DE LA CLIENTELE LUTTE CONTRE LA CRIMINALITE ET REGLES D IDENTIFICATION DE LA CLIENTELE Punissabilité des entreprises En automne 2001, les Chambres fédérales ont adopté les nouveaux articles 102 et 102a du Code pénal qui

Plus en détail

Lutte contre le blanchiment d argent. et le financement du terrorisme

Lutte contre le blanchiment d argent. et le financement du terrorisme Lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme E-learning: Expert-Comptable Sensibiliser et former l ensemble des collaborateurs à la lutte contre le blanchiment d argent et contre

Plus en détail

Créer un cadre institutionnel favorable à la transparence des systèmes de contrôle

Créer un cadre institutionnel favorable à la transparence des systèmes de contrôle Le Sénat formule des propositions pour lutter plus efficacement contre l'évasion fiscale - Richard Yung, s La commission d'enquête sénatoriale sur le rôle des banques et acteurs financiers dans l'évasion

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/GE.20/2006/13 15 février 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES

Plus en détail

Programme «Renforcer la réforme démocratique dans les pays du voisinage méridional»

Programme «Renforcer la réforme démocratique dans les pays du voisinage méridional» Programme «Renforcer la réforme démocratique dans les pays du voisinage méridional» Projet «Promotion de la bonne gouvernance, lutte contre la corruption et le blanchiment d argent» (SNAC Tunisie) Lancement

Plus en détail

La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent

La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent Tout avocat peut être confronté, dans le cadre de son exercice professionnel, à la question du blanchiment

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 4 juillet 2003 MONEYVAL (2003)6 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 15 4 février 2010. S o m m a i r e

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 15 4 février 2010. S o m m a i r e MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 227 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 15 4 février 2010 S o m m a i r e Règlement grand-ducal du 1 er février

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-49 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE

DELIBERATION N 2015-49 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DELIBERATION N 2015-49 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR FINALITE

Plus en détail

PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION. Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001

PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION. Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001 PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001 DOCUMENT DE BUENOS AIRES SUR LE MÉCANISME DE SUIVI DE LA MISE EN ŒUVRE

Plus en détail

Réclamations de la Clientèle

Réclamations de la Clientèle Réclamations de la Clientèle Fiche processus: Traitement des réclamations de la clientèle Vue d'ensemble Domaine Gestion de fortune et gestion de la société Nom du processus Traitement des réclamations

Plus en détail

Présentation formation anti blanchiment de capitaux

Présentation formation anti blanchiment de capitaux Présentation formation anti blanchiment de capitaux Site Web www.loiblanchiment.be avec teste de connaissance Geert DELRUE 1 Curriculum Vitae Commissaire Judiciaire Police Judiciaire Fédérale Belge 27

Plus en détail

LA LUTTE CONTRE LE FINANCEMENT DU TERRORISME. Par Mohamed Ely Keihell Secrétaire Général de la CANIF. Introduction

LA LUTTE CONTRE LE FINANCEMENT DU TERRORISME. Par Mohamed Ely Keihell Secrétaire Général de la CANIF. Introduction LA LUTTE CONTRE LE FINANCEMENT DU TERRORISME Par Mohamed Ely Keihell Secrétaire Général de la CANIF Introduction Le monde a été secoué ces dernières années par des attaques terroristes sanglantes et destructrices.

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 12 décembre 2003 MONEYVAL (2003)2 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX

Plus en détail

AUX MAISONS DE TRANSFERT AUX AGENTS DE CHANGE

AUX MAISONS DE TRANSFERT AUX AGENTS DE CHANGE AUX MAISONS DE TRANSFERT ET AUX AGENTS DE CHANGE Les présentes lignes directrices résument les principales obligations légales auxquelles sont assujetties les maisons de transfert et les agents de change,

Plus en détail

LES NOTAIRES ET LA LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX

LES NOTAIRES ET LA LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11 Fax: 02/533 72 00 E-mail: info@ctif-cfi.be NL1237b Avril 2006 LES NOTAIRES ET LA

Plus en détail

Résumé formation Lutte contre le blanchiment Lexisnexis du 22 Octobre 2010 Par DUPENT Sébastien

Résumé formation Lutte contre le blanchiment Lexisnexis du 22 Octobre 2010 Par DUPENT Sébastien Résumé formation Lutte contre le blanchiment Lexisnexis du 22 Octobre 2010 Par DUPENT Sébastien Cette formation a eu lieu à Paris sous la direction scientifique de Mme Chantal CUTAJAR professeur affilié

Plus en détail

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Nations Unies CTOC/COP/WG.3/2010/1 Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Distr. générale 1 er avril 2011 Français Original: anglais Rapport

Plus en détail

L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX

L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX Commission Droit & Pratiques du Commerce International SEMINAIRE L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX Sujet de l exposé : Le contrat d externalisation de services & La

Plus en détail

Chapitre III. Incrimination, détection et répression (articles 15-24)

Chapitre III. Incrimination, détection et répression (articles 15-24) Chapitre III. Incrimination, détection et répression (articles 15-24) Chapitre III: Incrimination, détection et répression Infractions obligatoires Corruption d agents publics nationaux (Art. 15) Corruption

Plus en détail

CIRCULAIRE CSSF 11/508

CIRCULAIRE CSSF 11/508 COMMISSION de SURVEILLANCE du SECTEUR FINANCIER Luxembourg, le 15 avril 2011 A toutes les sociétés de gestion de droit luxembourgeois au sens du chapitre 15 de la loi du 17 décembre 2010 concernant les

Plus en détail

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Nations Unies S/RES/1306 (2000) Conseil de sécurité Distr. générale 5 juillet 2000 Résolution 1306 (2000) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

Les garanties et leur sort dans les procédures collectives : cas de synthèse

Les garanties et leur sort dans les procédures collectives : cas de synthèse Les garanties et leur sort dans les procédures collectives : cas de synthèse I - La SAS PLASTICAUTO est une PME dont l activité industrielle se situe dans le secteur économique de la construction automobile.

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-156 DU 12 NOVEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE

DELIBERATION N 2014-156 DU 12 NOVEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DELIBERATION N 2014-156 DU 12 NOVEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

Foire aux questions (FAQ)

Foire aux questions (FAQ) Règlement (CE) n 924/2009 concernant les paiements transfrontaliers dans la Communauté (Règlement concernant l égalité des frais pour les paiements nationaux et transfrontaliers) Foire aux questions (FAQ)

Plus en détail

Table des matières. Contenu du guide 7 Adresses utiles 8

Table des matières. Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Table des matières Présentation du guide 7 Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Chapitre 1 Les retards de paiement en Europe 15 Section I La crise économique et les retards de paiement 15 Section II Cartographie

Plus en détail

ALTER DOMUS France IT S PEOPLE WHO MAKE THE DIFFERENCE

ALTER DOMUS France IT S PEOPLE WHO MAKE THE DIFFERENCE FRANCE ALTER DOMUS Alter Domus est un leader européen dans les Services d Administration de Fonds et les Services Administratifs et Comptables de sociétés. Nous sommes spécialisés dans le service aux véhicules

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008.

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008. Fonds d assistance créé au titre de la partie VII de l Accord aux fins de l application des dispositions de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer du 10 décembre 1982 relatives à la conservation

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO

REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO Ce règlement vient préciser les statuts de l Association tels qu ils ont été votés par l Assemblée Générale Extraordinaire en date du 9 janvier 2014 1. Modalités

Plus en détail

Objet : Rapport de la trésorière : Évaluation du respect de la Politique de gestion des fonds de WCI, inc.

Objet : Rapport de la trésorière : Évaluation du respect de la Politique de gestion des fonds de WCI, inc. NOTE Dest. : Conseil d administration de WCI, inc. Exp. : Mary Nichols, trésorière Date : 18 novembre 2015 Objet : Rapport de la trésorière : Évaluation du respect de la Politique de gestion des fonds

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ; DELIBERATION N 2012-118 DU 16 JUILLET 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DISPOSITIFS D ENREGISTREMENT DES CONVERSATIONS TELEPHONIQUES MIS EN ŒUVRE

Plus en détail

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 PV/04/11 CONSEIL DES GOUVERNEURS Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite OLAF : DÉCISION EN MATIÈRE DE LUTTE CONTRE LA

Plus en détail

La Financial Supervisory Commission de La République de Corée. et la. Commission Bancaire de la République française

La Financial Supervisory Commission de La République de Corée. et la. Commission Bancaire de la République française La Financial Supervisory Commission de La République de Corée et la Commission Bancaire de la République française Considérant le fait que certaines banques et autres établissements financiers constitués

Plus en détail

Conventions bilatérales signées avec des autorités étrangères

Conventions bilatérales signées avec des autorités étrangères Conventions bilatérales signées avec des autorités étrangères Accord de coopération entre la Commission bancaire et Dubai Financial Services Authority Préambule 1. Considérant que certaines banques et

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 703 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 4 juillet 2011 PROPOSITION DE LOI tendant à simplifier le recouvrement des créances alimentaires destinées aux enfants,

Plus en détail

Les travaux de la Commission consultative LCB-FT. Anne-Marie MOULIN, Adjointe au directeur des affaires juridiques

Les travaux de la Commission consultative LCB-FT. Anne-Marie MOULIN, Adjointe au directeur des affaires juridiques Les travaux de la Commission consultative LCB-FT Anne-Marie MOULIN, Adjointe au directeur des affaires juridiques 1 Les compétences de la Commission consultative LCB-FT La Commission consultative LCB-FT

Plus en détail

Déclaration de Wolfsberg sur la surveillance, le filtrage et la recherche

Déclaration de Wolfsberg sur la surveillance, le filtrage et la recherche Déclaration de Wolfsberg sur la surveillance, le filtrage et la recherche 1 Préambule Le groupe de Wolfsberg d établissements financiers («groupe de Wolfsberg») 1 a déjà rédigé les déclarations suivantes

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/66 NOTE COMMUNE N 44/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/66 NOTE COMMUNE N 44/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/08/35 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/66 NOTE COMMUNE N 44/2002 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS La grande majorité des membres du conseil d administration de la Banque seront indépendants au sens de la présente politique. Le

Plus en détail

Note à Messieurs les : Objet : Lignes directrices relatives aux virements électroniques.

Note à Messieurs les : Objet : Lignes directrices relatives aux virements électroniques. DIRECTIONGENERALE DE L INSPECTION GENERALE Réf./DGIG/N 1610/2015 Alger, le 23 décembre2015 Note à Messieurs les : - Présidents des Conseils d Administration ; - Présidents Directeurs Généraux ; - Directeurs

Plus en détail

Lutte contre le blanchiment d argent

Lutte contre le blanchiment d argent Lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme E-learning PSF Sensibiliser et former l ensemble des collaborateurs à la lutte contre le blanchiment d argent et contre le financement

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/WG.2/2014/1 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 11 juin 2014 Français Original: anglais Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

Directives mondiales anti-blanchiment pour les services bancaires privés

Directives mondiales anti-blanchiment pour les services bancaires privés Directives mondiales anti-blanchiment pour les services bancaires privés Principes anti-blanchiment de Wolfsberg 1 () Remerciements Ces banques ont collaboré avec une équipe de Transparency International

Plus en détail

La surveillance Sid Noma Murielle Minougou

La surveillance Sid Noma Murielle Minougou La surveillance Sid Noma Murielle Minougou La lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme, objectif phare de la 3 ème Directive de 2005 transposée en 2009, prévoit un certain nombre d obligations

Plus en détail

Loi du 27 octobre 2010 portant renforcement du cadre légal en matière de lutte contre le blanchiment et contre le financement

Loi du 27 octobre 2010 portant renforcement du cadre légal en matière de lutte contre le blanchiment et contre le financement Nouvelles juridiques a publication of the Luxembourg Bankers Association Novembre 2010 - n 03 Loi du 27 octobre 2010 portant renforcement du cadre légal en matière de lutte contre le blanchiment et contre

Plus en détail

AVIS DU PERSONNEL DE L ACFM ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES EXTÉRIEURES

AVIS DU PERSONNEL DE L ACFM ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES EXTÉRIEURES Personne-ressource : Paige Ward Avocate générale et vice-présidente, Politiques Téléphone : 416 943-5838 Courriel : pward@mfda.ca APA-0040 Le 20 mai 2005 AVIS DU PERSONNEL DE L ACFM ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

CERTIFICATION DES ACTEURS DE MARCHE. Programme détaillé des modules de formation

CERTIFICATION DES ACTEURS DE MARCHE. Programme détaillé des modules de formation CERTIFICATION DES ACTEURS DE MARCHE Programme détaillé des modules de formation Module 1. Cadre institutionnel et réglementaire français et européen I L architecture internationale de la régulation & la

Plus en détail

Les IX Recommandations Spéciales

Les IX Recommandations Spéciales Financial Action Task Force Groupe d action financière Normes du GAFI Les IX Recommandations Spéciales 22 October 2004 1 2010 GAFI/OCDE Recommandations Spéciales du GAFI sur le financement du terrorisme

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme

la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme 30 novembre 2004 la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme Intervention de Jean-Marc MAURY Secrétaire Général adjoint Une définition juridique Art 324-1 du code pénal «Le blanchiment

Plus en détail

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32)

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32) www.coe.int/tcy Strasbourg, 19 février 2013 (projet pour examen) T-CY (2013) 7 F Comité de la Convention sur la Cybercriminalité (T-CY) Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 14 mai 2004 MONEYVAL (2004)7 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

ACCORD entre l Etat et la collectivité territoriale de Saint-Barthélemy concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale

ACCORD entre l Etat et la collectivité territoriale de Saint-Barthélemy concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale 1 ACCORD entre l Etat et la collectivité territoriale de Saint-Barthélemy concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale Le présent accord précise les modalités d application du 2 du

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-55 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT

DELIBERATION N 2014-55 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT DELIBERATION N 2014-55 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR FINALITE

Plus en détail

Lutte contre le blanchiment de capitaux dans les établissements financiers

Lutte contre le blanchiment de capitaux dans les établissements financiers Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières Lutte contre le blanchiment de capitaux dans les établissements financiers Document de sensibilisation CENTIF, 2006 (numéro BSDA: 12702210806)

Plus en détail

---------------------

--------------------- BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L AFRIQUE DE L OUEST SYMPOSIUM DE L ABCA SUR LE THEME «LES BANQUES CENTRALES ET LEUR ROLE DANS LA LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX : COOPERATION ET ECHANCE D EXPERIENCES»

Plus en détail

CPIS ACN 2014. Banque de France DGS - DBDP 1

CPIS ACN 2014. Banque de France DGS - DBDP 1 CPIS ACN 2014 Banque de France DGS - DBDP 1 Points évoqués Objectifs et contenu du CPIS Les limites du CPIS Quelques apports du CPIS sur les interconnections internationales Banque de France DGS - DBDP

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE CARREFOUR EUROPE 6 NOVEMBRE 2013 Présenté par: Équipe internationale, Banque Nationale du Canada 1 Contexte Situation

Plus en détail

Hocine BENISSAD BLANCHIMENT DE CAPITAUX. Aspects economiques et juridiques. C3 ECONOMIC A 49 rue Hericart, 75015 Paris

Hocine BENISSAD BLANCHIMENT DE CAPITAUX. Aspects economiques et juridiques. C3 ECONOMIC A 49 rue Hericart, 75015 Paris Hocine BENISSAD BLANCHIMENT DE CAPITAUX Aspects economiques et juridiques C3 ECONOMIC A 49 rue Hericart, 75015 Paris TABLE DES MATTERES Chapitre 1. Pratiques et canaux de blanchiment 1 I. Generalites 1

Plus en détail