«RUY BLAS» de Victor Hugo

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«RUY BLAS» de Victor Hugo"

Transcription

1 10 rue du Hohwald Strasbourg Tél. : ou Mail : Retrouvez toutes les informations de la Compagnie sur Dossier pédagogique «RUY BLAS» de Victor Hugo Mise en scène : Jacques Bachelier Co-réalisation : Centre culturel Le PréO d Oberhausbergen

2 Ruy Blas Victor Hugo Mise en scène et scénographie : Jacques Bachelier Lumière et régie générale : Xavier Martayan Régisseurs : Xavier Martayan et Raphaël Siefert Distribution Ruy Blas : Don Salluste de Bazan : Don César de Bazan : Don Guritan : Doña Maria de Neubourg : Duchesse d Albuquerque : Casilda : Del Basto et Camporeal : Santa Cruz et Ubilla : Albe et Covadenga : Gudiel et Arias : Priego : Laquais : Duègne : Alcade : Alguazil 1 : Alguazil 2 : Alguazil 3 : Stefane Marques Jacques Bachelier Loïc Guinguand Frédéric Schalck Daphné Proisy Caterina Autelitano Juliette Biry en alternance Alexandre Cantini Yvon Wust Jules Pan Julien Andersch Loïc Guingand Yvon Wust Caterina Autelitano Alexandre Cantini Julien Andersch Yvon Wust Jules Pan Madrid. 169.

3 Quelques repères L auteur : Victor Hugo Création : 8 novembre 1838 au Théâtre de la Renaissance à Paris La distribution : les grands rôles Ruy Blas Don Salluste de Bazan : Don César de Bazan Don Guritan : Doña Maria de Neubourg M. Frédérick Lemaître M. Alexandre Mauzin M. Saint-Firmin M. Féréol M lle Louise Beaudouin Le genre : drame historique, genre intermédiaire entre la tragédie et la comédie et qui ne craint pas de mélanger les deux registres. Le contexte : Victor Hugo écrit du 5 juillet au 11 août 1838 un drame en vers spécialement pour l inauguration du Théâtre de la Renaissance qu il vient de fonder (et dont le directeur et Anténor Joly) avec l appui du duc d Orléans, fils aîné de Louis-Philippe. La pièce : Forme et structure : Pièce en cinq actes chacun portant un titre. Au total, vingtsept scène ( ). Trois personnages principaux et un grand nombre de personnages secondaires, dont le très important don César de Bazan, grand d Espagne caché sous les traits de Zafari. Le lieu et temps : : à Madrid, dans les différentes pièces du palais royal (I,II,III), puis dans la petite chambre d une maison (maison secrète de Salluste) (IV,V). L action se situe sous le règne de Charles II, en mai (I), le 29 juin (II), six mois plus tard, les 29 et 30 décembre (III,IV,V) de l année 169 L imprécision volontaire quant à l année permet à Hugo de faire de sa pièce un concentré des éléments du règne, et non pas simplement la chronique d un moment précis. Personnages : Ruy Blas, laquais du Premier ministre, jeune homme idéaliste, amoureux de la reine ; la reine, jeune femme qui s ennuie et tombe amoureuse de Ruy Blas en qui elle voit un homme providentiel ; don Salluste, grand d Espagne, froid calculateur et sans pitié ; don César de Bazan, noble désargenté qui s est fait bandit (sous le nom de Zafari) mais qui reste fidèle à son code d honneur ; un ensemble de «grands», tous plus corrompus les uns que les autres ; des personnages caricaturaux (don Guritan, la duchesse d Albuquerque, la duègne et un valet) qui apporte une note comique. Intrigue : don Salluste, grand d Espagne et homme de pouvoir, médite dans l ombre une terrible vengeance contre la reine qui l disgracié. Après avoir surpris les confidences amoureuses de Ruy Blas à son ami Zafari (alias Don César de Bazan) et s être débarrassé de celui-ci en le faisant vendre aux barbaresques, il imagine de donner, tout en le tenant à sa merci, son valet comme amant à la reine en le faisant passer pour Don César. L entreprise réussit et Ruy Blas devient Premier ministre et amant (de cœur) de la reine. Mais au moment où le piège va se refermer et le

4 scandale éclater, Ruy Blas se démasque, tue don Salluste et se suicide, alors que la reine l assure de son amour. Enjeux : éclatante illustration de la théorie du drame romantique prôné par Hugo. A côté des passages comiques, le spectateur ne peut que s angoisser de voir un ignoble et machiavélique personnage poursuivre de sa haine deux innocents qui s aiment d un amour aussi impossible que romantique. Mais la pièce n est pas que pathétique. Hugo y met aussi l Histoire et invite à une réflexion politique : le peuple, incarné par Ruy Blas, ne peut-il pas légitimement demander des comptes à ceux qui le gouvernent et l oppressent? Jusqu à quand sa parole sera t-elle muselée. Hugo et Ruy Blas Victor Hugo a un peut plus de 25 ans lorsque, le 5 décembre 1827, il fait son entrée dans l univers du théâtre. Entrée fracassante, s il en est, non pas à cause de Cromwell, la pièce qu il publie alors elle est énorme et injouable mais grâce à sa Préface qui l accompagne. Dans cette Préface, Hugo, qui a vu représenter Shakespeare à Paris cette même année et qui connaît les deux Racine et Shakespeare de Stendhal (1823 et 1825) s en prend à la dramaturgie classique et définit un nouveau genre pour la scène (aujourd hui communément appelé «drame romantique»), dont il analyse et justifie les principes esthétiques : mise en pièce de la règle des trois unités, mélange des genres, liberté dans l expression et le ton, libération de l alexandrin qui s assouplit, refus des modèles. La Préface de Cromwell, véritable manifeste, enthousiasme la jeune génération d écrivains autour de Hugo, dont la plupart sont d ailleurs ses amis, et le pose comme le chef de file d un nouveau théâtre. Les luttes jusqu en 1838 C est sans doute le succès de la pièce d Alexandre Dumas, Henri III et sa cour, premier drame écrit selon les principes de la Préface à être applaudi en février 1829 à la Comédie- Française, qui donne à Hugo l envie de revenir à la création dramatique. Entre-temps, il s est surtout consacré à la poésie. Hugo écrit alors un drame, Marion Delorme, qui, bien qu ayant été reçu par la Comédie-Française, est interdite en juillet 1829 par la censure de Charles X, effarouchée de l image qui est donnée de la royauté en la personne de Louis XIII. Presque aussitôt, à la fin août, Hugo se remet au travail et, en moins d un mois, écrit Hernani. La pièce est accepté par la Comédie-Française le 4 octobre 1829 et la première a lieu le 25 février La soirée s énonçait chaude, elle le fut. Le chahut est tel entre les tenants de la tradition classique et les jeunes romantiques emmenés par Théophile Gauthier et son «gilet rouge» qu on en parle encore aujourd hui comme de «la bataille d Hernani», laquelle, en fait, se prolonge jusqu en juin 1830, durant les trente-cinq représentations suivantes. Mais au total, c est un succès, et le drame romantique gagne là son droit de cité, sans toutefois parvenir à désarmer entièrement ses adversaires. Les années qui suivent sont loin d être un long fleuve tranquille pour Hugo. Si, par ailleurs, il s affirme comme poète avec Les Feuilles d automne (1831) ou Les Voix intérieures (1837), et comme romancier avec, notamment, Notre-Dame de Paris (1831), pour la scène, il n en va pas de même. Globalement, le public «populaire» applaudit, mais Hugo doit constamment faire face à la censure royale, à l hostilité presque générale des critiques de la presse majoritairement conservatrice, à quoi s ajoutent des démêlés avec les théâtres eux-mêmes.

5 La représentation de Marion Delorme dans une version remaniée, à la salle de la Porte Saint- Martin en 1831, sont houleuses. Le roi s amuse, drame en vers dont le héros est le pathétique Triboulet, fou du roi, et qui évoque la cour de François I er, est interdit immédiatement après la première à la Comédie-Française (novembre 1832). Viennent ensuite trois drames en prose : en 1833, Lucrèce Borgia, qui triomphe en février, et Marie Tudor, dont l accueil est plus mitigé (novembre) représentés tous deux à la Porte Saint- Martin ; et Angelo tyran de Padoue qui, malgré les critiques, fait un triomphe à la Comédie- Française. Hugo se brouille avec les deux théâtres habituels et c est ainsi qu il en vient à participer, avec le soutien du duc d Orléans, qui souhaite la création d un second Théâtre-Français, à la fondation du Théâtre de la Renaissance pour l inauguration duquel il écrit un drame en cinq acte et en vers Ruy Blas. Ecriture et création Victor Hugo écrit sa pièce Ruy Blas en quelques semaine du 5 juillet au 11 août Il apporte un soin jaloux aux décors qu il dessine en bonne partie. Il insiste pour qu on ne diminue pas le nombre des places «populaire» et qu on ne supprime pas entre la scène et la salle la rampe quinquets. C est lui qui choisit Frédérick Lemaître pour le rôle de Ruy Blas et qui finit par préféré pour celui de la reine Louise Beaudoin à Juliette Drouet, sa maîtresse. Il tient lui même à expliquer leur rôle aux acteurs et à surveiller leur jeu. En fait, il assure la mise en scène de sa pièce dans les moindre détails. La première a eu lieu le 8 novembre 1838 et est applaudie. Même si au cours des représentation suivantes (surtout la 4 e ), il y a des remous et des sifflets à la fin du troisième acte et durant de quatrième, Ruy Blas est joué une cinquantaine de fois jusqu au 26 mai 1839 et s avère un succès, tant populaire que financier. Seuls, comme cela avait déjà été souvent le cas pour les pièces précédentes de Hugo, les critiques professionnels, pour des raisons politiques ou esthétiques, se montrent virulents. Dès le mois de décembre 1838, Ruy Blas paraît chez l éditeur parisien Delloye. Les sources de Ruy Blas Les sources de la pièce sont extrêmement nombreuses : aussi n en retiendrons-nous que les plus significatives. Les sources historiques Pour évoquer cette Espagne de la seconde moitié du XVII e siècle, Hugo a minutieusement accumulé les informations. Il dispose d abord, quant au lieux, de souvenirs personnels, puisqu il a passé une partie de son enfance en Espagne. Il possède aussi la documentation qu il avait déjà réunie pour Hernani. Hugo s est particulièrement servi de trois textes : L Etat présent de l Espagne par l Abbé Vayrac (1718) pour les renseignements économiques et politiques, Les Mémoires de la Cour d Espagne de Mme d Aulnoy (1690) pour ce qui est des mœurs et des personnages de l entourage de Charles II et enfin Les mémoires secrètes non répertoriées jusqu alors du marquis de Louville (1818) qui peint la décadence de l Espagne (cf tirade de Ruy Blas Acte III,2)

6 Victor Hugo a pris la liberté de faire fusionner dans sa reine trois reines différentes : Marie- Louise d Orléans, première épouse de Charles II, jeune et charmante, Marie-Anne de Neubourg, sa seconde épouse, et Marie-Anne d Autriche, la mère du roi, la seule à avoir eu un favori, un petit gentilhomme, Fernando de Valenzuela. Les sources littéraires L histoire de reines se mourant d ennui sous l étiquette impérieuse se retrouve dans Don Carlos de Schiller, qui raconte le sort malheureux d Elisabeth de Valois contrainte d épouser le roi Philippe II, alors qu elle aime l infant Don Carlos. On retrouve ce même thème dans le drame en prose de Latouche La reine d Espagne (1831) qui met en scène précisément Charles II et Marie-Louise d Orléans. Il semble que l idée du laquais dont le statut social interdit l épanouissement de son intelligence et qui aime au-dessus de sa condition se retrouve dans les Confessions de Jean- Jacques Rousseau. Le thème du valet déguisé permet assurément d établir un lien entre Ruy Blas et la tradition comique italienne mais il associe de façon plus évidente le drame du laquais déguisé en grand d Espagne avec Les Précieuses ridicules (1659) de Molière et avec les intrigues que l on retrouve dans le théâtre de Marivaux : Les Fausses Suivantes (1724), Le Jeu de l amour et du hasard (1730) et dans l Epreuve (1740). Le thème des amours illégitimes des reines a déjà été expérimenté par Victor Hugo, dès 1833, dans Marie Tudor, drame qui met en scène cette reine d Angleterre ( ), épouse de Philippe II d Espagne, qui essaie de sauver son amant, Fabiano Fabiani, aventurier italien accusé injustement d avoir comploté sa mort. On retrouve ce également ce thème dans le drame en cinq actes de Gaillardet Struensee ou le Médecin de la reine (1833). Le héros Struensee, est un médecin d origine populaire qui, à la cour du Danemark, devient l homme de confiance de la reine Caroline, mais aussi son amant. Il essaie de faire rendre gorge aux privilégiés du royaume avant d être exécuté. Nombreuses sont les référence où le maître et les valets s opposent. Il suffit d observer le théâtre de Molière à Beaumarchais : Scapin dans les Fourberies de Scapin de Molière (1671) Sganarelle dans Dom Juan de Molière (1665) Arlequin dans l Île des esclaves de Marivaux (1725) Figaro dans le Mariage de Figaro de Beaumarchais (1784) La vengeance de don Salluste a pu être suggéré à Hugo par celle de la marquise de la Pommeraye dans Jacques Le Fataliste de Diderot. Le caractère démoniaque de don Salluste a pu être inspiré par le premier Faust de Goethe. Hugo a dû être également influencé par les grands noms du Théâtre espagnol : Fernando de Rojas (La Célestine), Caldéron, Lope de Vega. C est ainsi que La vie est un songe (1635), de Caldéron peut avoir laissé sa marque dans la dramaturgie de Ruy Blas par l usage qui y est fait des retournements et des coups de théâtre.

7 Résumé de la pièce Acte I : Don Salluste (le salon des Danaé au palais) Don Salluste est furieux. Lui, grand d Espagne, président redouté du tribunal des alcades, le voilà disgracié par la reine! Sa vengeance sera redoutable! (I,1). Survient son cousin, don César de Bazan, grand seigneur dévoyé, connu par les spadassins qu il fréquente sous le nom de Zafari. Il lui prêtera main forte. Grossière erreur! Un gentilhomme réplique Don César, ne saurait se venger d une femme (I,2). Coup de théâtre. Ruy Blas, laquais de don Salluste, reconnaît Zafari (dont il ignore en revanche le rang). Il confie à son ancien compagnon de bohême son impossible amour pour la reine. Le perfide don Salluste a tout entendu. Il a aussi remarqué une vague ressemblance entre les deux hommes. Un plan machiavélique germe aussitôt dans son esprit. Il fait arrêter don César (I,3). Et voilà Ruy Blas dépouillé de sa livrée de laquais et revêtu du manteau de son maître! Médusé, le jeune homme est poussé par ce dernier dans la galerie où va passer la reine (I,4). Le voici promu don César de Bazan, revenu des Indes, par don Salluste qui le présente ainsi à la cour. Avant son départ le redoutable Salluste intime l ordre à Ruy Blas, en désignant secrètement la reine : «De plaire à cette femme et d être son amant». Acte II : La reine d Espagne (un salon contigu à sa chambre) Quel ennui! L intraitable camerera major s emploie à faire respecter l étiquette et la reine ne peut «ni sortir, ni jouer, ni manger» à sa guise (II,1). Comment ne pas penser alors à la lettre d amour qu un mystérieux jeune homme a déposé sur un banc dans le parc? Laissée seule, la reine que la prière ne peut détourner de sa coupable inclinaison, relit le doux billet (II,2). Voici justement qu arrive une lettre du roi apporté par Ruy Blas : «Madame, il fait grand vent et j ai tué six loups.» Piètres mots d amour dictés de surcroît! Mais cette écriture, n est-ce pas celle du mystérieux inconnu? A divers indices la reine devine en Ruy Blas l auteur du billet (II,3). Mais don Guritan, vieux majordome épris de la souveraine voit du plus mauvais œil l intérêt de la reine pour le nouveau venu. Jaloux, il provoque Ruy Blas en duel (II,4). Avertie par Casilda des intentions de don Guritan, la reine éloigne le gentilhomme importun. En route pour Neubourg, à 600 lieues de Madrid (II,5). Acte III : Ruy Blas (la salle du gouvernement) Grande agitation dans la salle du conseil! Les grands d Espagne commentent à mi-voix la fulgurante ascension de Ruy Blas et son ascendant sur la reine. Pourtant, s étonnent les courtisans tous deux semblent se fuir. Ils abordent ensuite les affaires publiques. Chacun entend tirer de la gestion du royaume de substantiels bénéfices! Le ton monte (III,1). C est alors que Ruy Blas fait irruption dans la salle et lance le très célèbre : «Bon appétit, messieurs, ô ministres intègres!» Suivent de virulents reproches de la part de Ruy Blas qui dénonce la cupidité des conseillers et brosse avec éloquence, le tableau d une Espagne à son déclin (III,2). Dissimulée dans un cabinet secret, la reine a tout entendu. Pleine de gratitude, elle exprime sa reconnaissance au jeune homme et lâche cet aveu : «Reine pour tous, pour vous je ne suis qu une femme» (III,3).

8 Seul, Ruy Blas exulte. Galvanisé par l amour de sa reine, il peut tout entreprendre! (III,4). Félicité de courte durée! Salluste réapparaît et rappelle à Ruy Blas son état de valet. Le malheureux, désespéré, devine enfin les intentions vengeresses de Salluste envers la reine (III,5). Acte IV : Don César (une petite chambre dans la maison de Don Salluste) Comment sauver la reine, se demande Ruy Blas aux abois? Il envoie un page prier don Guritan (revenu de Neubourg) d empêcher la reine de quitter le palais et il sort (IV,1). Coup de théâtre. Don César, fuyant les alguazils, fait une entrée rocambolesque par la cheminée. Toujours plein d entrain et de verve, il troque son manteau éculé contre le manteau que Ruy Blas a laissé, et se met à table (IV,2). Surviennent alors une série de quiproquos. Le laquais envoyé par Salluste remet à don César une somme d argent destinée à Ruy Blas (IV,3). Puis une duègne, envoyée par la reine, vient s assurer que le message reçu est bien celui envoyé par don César (alias Ruy Blas). Le vrai don César, enchanté de sa bonne fortune, ne la dément pas (IV,4). Don Guritan se présente à son tour. Même méprise sur l identité de don César. Le duel qui les oppose est fatal pour le vieillard (IV,5). Le retour de don César fait craindre un instant à don Salluste que son terrible plan n échoue. Croyant l embarrasser, don César lui révèle au contraire par ses propos que rien n est perdu. Il fait alors à nouveau arrêter don César pris pour un imposteur et un voleur (IV,6,7,8). Acte V : Le tigre et le lion (même chambre) Ruy Blas qui croit la reine sauvée, s apprête à s empoisonner? (V,1) Coup de théâtre : la reine arrive. Ruy Blas l engage à se retirer. La reine surprise et déçue s étonne de cet accueil (V,2). Deuxième coup de théâtre. Don Salluste fait irruption dans la chambre et déclare à la reine qu elle est perdue et qu il lui faut abdiquer. Troisième coup de théâtre. Ruy Blas révèle à la reine sa véritable identité : «Je m appelle Ruy Blas et je suis un laquais.» Puis il tue Don Salluste (V,3). Ruy Blas, auquel la reine n a pas pardonné son forfait, se suicide. La reine bouleversée lui accorde alors son pardon en l appelant par son vrai nom (V,4). Ruy Blas un drame romantique On dit souvent que Ruy Blas est le dernier succès du drame romantique et qu il en constitue un exemple achevé. Ruy Blas, en effet, représente une forme aboutie des principales innovations qu a apportées le drame romantique. Un drame qui s inscrit dans l histoire L histoire occupe une large place dans le genre romantique. Sa fonction, comme le précise Hugo dans la Préface de Marie Tudor, est d éduquer le public et de ressusciter un passé susceptible de faire comprendre le présent. Il s agit donc d aller bien au-delà d un conflit de cour ou de diplomatie. Le dramaturge doit restituer toute une époque et le mouvement de toute une société pour faire comprendre le présent ou le passé proche. Avec cet objectif d éducation, il est clair que l on retrouve pas, dans le drame romantique, la même histoire que celle privilégiée dans la tragédie classique, histoire antique, voire légendaire.

9 Ruy Blas s inscrit dans l histoire de l Espagne, vers 1695, à un moment qui voit la fin d une dynastie royale et la décadence de la noblesse. Tout dans Ruy Blas exprime la défaire d un royaume qui a été grand et ne l est plus. L absence du roi dit la vacuité du pouvoir ; l ennui de la reine souligne l immobilisme des valeurs et en quelque sorte l arrêt du temps dans le palais ; les retours clandestins de don Salluste et de son cousin César défient les autorités policière et judiciaire de l Etat, tout comme les incessants méfaits du bandit Matabolos ; quant au destin de Ruy Blas, un laquais devenant en six mois Premier ministre, il montre la tournure de farcesque que peut prendre l accès aux plus hautes dignités dans un royaume en plein déclin. Mais ces stigmates de la décadence se lisent étroitement associé à ce qu il reste des grandeurs passées. Ruy Blas, dans les trois premiers actes, laisse voir une société aristocratique et princière encadrée par de brillantes traditions et bénéficiant de très importantes sources de revenus. La première scène de l acte III rend évident le sentiment de confiance en l avenir de la junte du conseil privé : on se dispute avec énergie les fermes d impôts les plus rentables. Le réalisme historique est encore marqué par la juxtaposition de la vision du palais royal, guindé dans son faste austère, et la vision de Madrid, encanaillée et menaçante. Hugo donne ainsi accès à la «totalité» d une époque, à la «couleur locale» qu il dit indispensable au drame, dans la Préface de Cromwell. A partir de tous ces détails d un passé encore significatif, Ruy Blas invite le public de la monarchie de Juillet à réfléchir sur toutes les fausses grandeurs qui peuvent masquer le profond déclin de la royauté. La contestation des règles Le drame romantique se définit comme une révolution esthétique. Il s agit de la promotion d un nouveau genre théâtral en opposition avec l esthétique classique surtout avec les règles qui la fondent. Les conventions classiques les plus vigoureusement éliminées ont été celles de l unité de lieu et de l unité de temps ; la règle de bienséance a été, elle aussi, mise à mal. Ces rupture ont placé le drame romantique sous le sceau de la liberté. Ruy Blas illustre assurément ce renouvellement dramaturgique, mais avec mesure. Même si le temps du drame représente un petit plus de six mois, il faut remarquer que l action, dans chacun des cinq actes, se rapporte à une journée. Quant aux lieux de l action, on peut les réduire à deux espaces, le palais royal (salon des Danaé, salon de la reine, salle de gouvernent), puis la maison secrète de Salluste. La règle de bienséance, qui interdit la mort sur scène, Hugo semble soucieux de la respecter dans Ruy Blas : les coups d épée qui tuent don Guritan et don Salluste sont donnés en dehors de la scène. Cette modération dans l exclusion des règles classiques est à associer au fait que Ruy Blas est un drame en vers. Hugo prend là quelques distances avec la définition du drame romantique donnée par Stendhal dans Racine et Shakespeare (1823) : «Le romantisme appliqué au genre tragique, c est la tragédie en prose qui dure plusieurs mois et se passe en divers lieux». Le mélange des genres Victor Hugo a fait du mélange des genres une obligation absolue car c est le principe de départ pour instaurer ce qui lui tient le plus à cœur : la fusion du sublime et du grotesque. Cette fusion est omniprésente dans Ruy Blas. Tout peut se lire et se dire en ces termes antithétiques. On peut saisir dans chaque personnage cette dualité contradictoire. Ruy Blas est un laquais qui aspire à la grandeur ; don César a deux noms et deux histoires totalement opposées ; don Salluste a des amours avec une suivante, alors que son laquais fait vibrer le cœur de la reine ; Cette femme jeune, belle et puissante inspire deux passions qui l une et l autre relèvent du grotesque : Ruy Blas est le «ver de terre», don Guritan le «pauvre héron» Tous les registres dans Ruy Blas sont réversibles. Le sublime réquisitoire de Ruy Blas, à la scène 2 de l acte III, devient grotesque à travers les commentaires qu en fait don Salluste, deux scènes plus loin : «Cela sent son pendant et son petit génie / C est un

10 bouffon». Les retournements de situation, si nombreux dans ce drame, déclinent ensemble de la tragédie et celui du mélodrame. L acte IV, aux scènes 2?3?4 et 5 apparaît au premier degré comme une suite de scènes grotesques avec toutes les complications du mélodrame. Mais la scène 7 transforme tout ce méli-mélo en piège tragique pour don César, Ruy Blas et la reine : le constat de don Salluste, «Il n a rien dérangé / Au contraire», le précise clairement. Don César devient involontairement l allié de son bourreau. L acte V maintient la fusion du sublime et du grotesque, dans le pathétique grotesque du cri de la reine, «Grâce», pour sauver don Salluste qui est là pour la perdre. Ruy Blas restitue les principales aspirations du drame romantique, mais sa simplicité s impose dans la géniale antithèse entre le sublime et le grotesque qui sous-tend tous les éléments du drame. Les thèmes de Ruy Blas Ruy Blas se présente comme un ensemble complexe dans lequel les thèmes ne cessent de s imbriquer les uns aux autres jusqu à former un réseau d une extrême densité. La vengeance de don Salluste Cette vengeance est le fil conducteur, le moteur de l intrigue. Celle-ci se développe avec une simplicité, une linéarité et une rigueur implacable. La rancœur initiale de don Salluste résulte d événements antérieurs au début de la pièce Durant l acte I, Salluste cherche quelle pourrait bien être sa vengeance et finit par la trouver : il ne le dit pas explicitement, mais le vers 584 («De plaire à cette femme et d être son amant») montre qu il appliquera la loi du talion. Durant les actes II et III, le thème de la vengeance disparaît en apparence et revient au premier plan à la scène 5 de l acte III,

11 avec le rappel, au moment où tout se noue, du second billet écrit par Ruy Blas. Il repasse au second plan à l acte IV, mais surgit avec le piège tendu à la reine grâce au rendez-vous du premier billet (V,2) et finit par se révéler en plein lumière à la fin de l acte (la résolution). Cette vengeance se caractérise par son côté pervers, diaboliquement machiavélique. Et ruy Blas s en fait à son insu l instrument : plus il affirme son génie politique et acquiert de pouvoir, plus il est aimé de la reine ; plus l amour devient manifeste entre eux, plus ils se fragilent face au chantage de don Salluste et plus ils tomberont de haut, plus le scandale sera grand, plus dure sera la chute. L ensemble fonctionne comme un piège où chaque effort de la victime pour se dégager resserre le nœud coulant qui l étrangle. C est donc ce à quoi Ruy Blas tient le plus, d une part sa passion pour la reine et d autre part son idéal politique qui entraîne la catastrophe. Comme dès lors lutter contre une entreprise funeste dont les victimes elles-mêmes, malgré elles, se trouvent être les agents et les complices. La vengeance répond symétriquement aux griefs de Salluste envers la reine depuis la scène 1 de l acte I. Il le dit clairement aux vers : l abandon du trône, le bannissement, le déshonneur. Comme César qui envisageait de se venger de son cousin en le ridiculisant publiquement par un scandale, Salluste vise surtout à ruiner l image de la reine en révélant ses amours avec un laquais. Il n évoque même pas un instant l adultère : pour lui et pour cette société si imbue de ses préjugés de classe, c est le fait d avoir «dérogé» à son rang qui sera le véritable objet de scandale. La lutte faustienne entre le bien et le mal L intrigue de Ruy Blas doit beaucoup au mythe de Faust. Hugo la bâtit en bonne partie en s inspirant du Premier Faust de Goethe (1808), traduit en français en 1828 par Gérard de Nerval. Il reprend et adapte les principaux éléments constitutifs du thème, mais les inscrit dans une perspective tout à fait autre. Faust passe un marché avec le diable : en échange de son âme (donc de sa damnation éternelle), celui-ci lui procurera tous les plaisirs terrestres : savoir, pouvoir, amour, jeunesse Les similitudes entre Ruy Blas et l histoire de Faust sont évidentes. Les vers 421 («Oh! mon âme au démon! je la vendrais») et 425 («Oui, je me damnerai») alertent sur ce rapprochement. On comprend alors (par une lecture rétrospective de la scène 3 de l acte I) que Ruy Blas, comme Faust, est au départ dans un déséquilibre intellectuel, social et affectif provenant du hiatus entre ses aspirations et la réalité qu il vit. Ensuite quand, par le second billet, Ruy Blas atteste de sa condition de laquais au service de Salluste (I,4), on reconnaît là une transposition du fameux pacte par lequel Faust vend son âme au diable en échange de la jeunesse et du pouvoir. Ruy Blas lui aussi vend son âme mais il ne le sait pas. Salluste, qui dit vouloir le bonheur de Ruy Blas, l introduit à la cour et, même que le diable procure tous les plaisirs du monde à Faust, favorise son ascension. Cette réussite sociale sert la mission de Ruy Blas «de plaire à cette femme et d être son amant» (v 584), de même que Méphistophélès aide Faust à vaincre la pudeur d une Marguerite inaccessible. Enfin, Quand Salluste contrecarre par sa vengeance l amour des deux amants, Ruy Blas, tout comme le Faust de Goethe voyant qu il a perdu Marguerite, se rebelle contre son maître, considérant que le contrat n a été qu imparfaitement rempli. Si l assimilation de Ruy Blas à Faust dès le vers 421 et 425 est évidente, celle de don Salluste au démon l est tout autant. Elle est explicite et continue tout au long de la pièce. Le vrai don César la fait dès le vers 182 (I,2) : «Vous avez toujours eu de l esprit comme un diable» ; il récidive au vers 450 (I,3) ; au vers 1716 où il s écrie : «Je suis chez Belzébuth, ma parole d honneur!» (IV,3) ; aux vers 1790 (IV,4) et 1937 (IV,7). La reine la fait au vers 590 («le mauvais ange»), 604 («bouche de serpent»), 612 («cet effrayant démon»). Ruy Blas la

12 fait aussi au vers 2100 (V,3) dans une exclamation où il déclare que c est Satan qui a ouvert la porte à la reine ; au vers 2172 («Marquis, jusqu à ce jour Satan te protégea») ; au vers 2210 («Le démon ne peut plus être sauvé par l ange!») Enfin Hugo écrit dans sa Note de 1838, à propos du comédien Mauzin (sans toutefois aller jusqu à évoquer la structure de l intrigue comme renvoyant à Faust) : «Don Salluste, c est Satan, amis c est Satan grand d Espagne de première classe ; c est l orgueil du démon sous la fierté du marquis.» A l origine, dans le premier grand Faust théâtral, La Tragique Histoire du docteur Faust (vers 1589) de Christophe Marlowe, l affrontement du diable et de Faust est métaphysique : c est le problème du salut éternel qui est posé. Ensuite chez Goethe avec Marguerite, une histoire d amour qui vient se greffer sur le thème du salut : la révolte de Faust contre le diable résulte d une insatisfaction sentimentale. Dans Ruy Blas, Hugo transpose l opposition sur la plan humain. Aux vers 421 et 425, les termes de «démon» ou de «diable» sont des métaphores qui n ont pas de résonances métaphysique. La question du salut éternel ne se pose plus : l intrigue, pour faustienne qu elle soit, gravite autour des thèmes de l amour, de la morale et du politique. Ruy Blas en écrivant le second billet de la scène 4 de l acte I, n a pas conscience de vendre son âme au diable : il se soumet seulement à l ordre social. Quand il vit son amour avec la reine, il ignore qu il se fait l instrument d une vengeance : il ne découvre la vérité qu au dernier moment. Ainsi si l affrontement de Ruy Blas et Salluste ne se réduit pas à l affrontement entre deux hommes, ce n est pas parce qu il y a une connotation religieuse, mais parce qu il prend la valeur symbolique de la lutte de l innoncence contre le machiavélisme, du bien contre le mal. Par conséquent, dans Ruy Blas, Hugo fait passer le thème de Faust du plan métaphysique au plan éthique. Rien d interdit de voir aussi dans le couple Ruy Blas Salluste, couple pureté-corruption, et cette fois la dimension métaphysique est remplacé par la réflexion politique. Un couple romantique A côté de don Salluste dans le rôle du «méchant», Ruy Blas et la reine attirent à eux la sympathie du spectateur. Ils forment un couple pathétique par l innocence de leur histoire d amour. Chacun en les voyant ne peut que penser comme Ruy Blas : «Oh! l on aurait bien dû / Nous laisser en paix!» (v ). Ils sont terriblement romantiques. Cet amour ne naît pas de la même manière chez les deux amants, même si tous deux offrent dès le départ un terrain favorable, l un à cause de son idéalisme, l autre de son ennui. Chez Ruy Blas Blas, c est une sentiment qui s impose à lui sans qu il puisse se l expliquer. Tout ce qu il peut répondre à César-Zafari, c est : «Comment cette démence en mon cœur s amassa, / Je l ignore.» (v ) ; «Est-ce que je sais, moi!» (v. 421) ;»Je l aime, voilà tout!» (v. 436). «Et depuis, il a dans «la poitrine une hydre aux dents de flammes» (v. 354). Chez la reine, au contraire, l amour est le produit d une maturation. Délaissée par son mari, elle ne voit au début dans les fleur que dépose la nuit le «jeune homme inconnu» qu»un geste de commisération. Elle dira plus tard : «D abord, je t ai vu bon» (III,3, v 1251). Mais les risques pris par celui-ci, sa blessure et la lettre ardente qu il lui a adressée ont vite raison de ses scrupules : «Quand l âme a soif, il faut qu elle se désaltère, / Fût-ce dans du poison!» (v ). Elle s enflamme à son tour pour et «ami dont l ombre (l ) accompagne» et dont elle relit «sans cesse» la lettre, malgré elle. Une fois que tous deux se seront «reconnu» (II,3) à des signes qui ne trompent pas même si ceux-ci restent du domaine du non-dit ils seront parfaitement au clair sur le sentiment qui les unit. Jusqu à la fin de l acte III, d aimer et de se savoir aimés affermit le caractère des deux amants. Encore émerveillé de ce qu il vient de comprendre, Ruy Blas, alors qu il s est évanoui dans la scène précédente, accepte sans broncher le défi en duel de don Guritan (II,4). Six

13 mois plus tard, il est devenu un ministre à la verve sarcastique qui ne se prive pas de donner des leçons aux grands d Espagne dans un réquisitoire impitoyable. Tout cela, comme il le dit peu après à la reine, «Parce que je vous aime!» ; «que pour vous sauver je sauverai le monde!» (v 1211 et 1214). Quant à la reine, elle aussi s est métamorphosée. Elle qui apparaît prisonnière des usages, «pauvre esprit sans flambeau dans un chemin obscur» (v 755), a manœuvré don Guritan dès la scène 5 de l acte II pour sauver Ruy Blas d un duel. Elle qui assistait passivement du «réduit obscur» «au conseil» «où l on vendait l Etat», s est mêlée des affaires publiques en favorisant secrètement durant six mois la carrière de Ruy Blas. Elle a maintenant une opinion politique : il faut «sauver l Etat qui tremble, et retirer du gouffre / Le peuple qui travaille» (v ). La scène 3 de l acte III, où pour la première fois Ruy Blas et la reine se parlent seul à seule, culmine dans l exaltation lyrique, dans l aveu enflammé de leur passion mutuelle, dans l expression hyperbolique de leur dévotion et de leur admiration réciproques. C est de l extase où il se trouve à la scène 4 de l acte III que Ruy Blas tire la force de tenir tête à Salluste pendant une partie de la scène suivante, jusqu au moment où il lui faudra céder devant la pression du grand seigneur qui le tient à sa merci. Cet amour est adultère. Hugo évite l écueil moral qui risquait de choquer le public (la bienséance externe des classiques), d abord en évitant, même dans les propos de Salluste, de le rappeler, ensuite en insistant sur la chasteté et la pureté des relations des deux amants. Cet amour est à la fois dévouement à l autre et confiance en l autre. La reine «appartient» de cœur à Ruy Blas et a «foi dans (s)on honneur pour le (s)ien» (v 1272) et affirme qu elle viendra quand Ruy Blas l appellera, ce qu elle fera à l acte V. Ruy Blas, à la fin du monologue (III,4, v ) exprime exactement la même attitude : il ira jusqu à la mort pour protéger la reine. Mais et c est évidemment la source du pathétique c est que cet amour est impossible. Une double fatalité vient le contrarier. La première est originelle et sociale : «Une fatalité dont on soit ébloui» (v 360) a voulu que le laquais aimât la femme la plus inaccessible qui fût, la reine. Tout est dit dans le vers 798 «ver de terre amoureux d une étoile». La seconde est circonstancielle et dramatique (liée à l action) : la vengeance de Salluste fait clore cet amour, mais c est pour mieux le tuer. Ainsi, pour filer la métaphore, même si le ver de terre, Ruy Blas devient papillon (le faux César), s approche de l étoile et s en fait aimer, Salluste est là pour lui rappeler (III,5 et V,3) qu il n est qu un ver de terre. Le destin on retrouve là, avec cette prescience plus ou moins ressentie de la mort au sein même du bonheur, la dimension mortifère des héros et des amours romantiques s acharne sur les deux amants. Leur histoire est d autant plus belle, d autant plus grande et d autant plus triste L Histoire en question Hugo pose lui même la question de l histoire dans la Préface de Ruy Blas «au point de vue de la philosophie de l histoire, qu elle est le sens du drame?» et il entreprend d expliquer l un des niveaux de lecture possibles de sa pièce. Mais on sent bien qu au-delà de l analyse de l Espagne de la fin du XVII e siècle, il vise un panorama plus vaste. Hugo ne comptait manifestement pas se laisser enfermer dans la simple reconstitution d une époque singulière. Tout montre qu il a cherché à généraliser. L imprécision de la date («169.») en est la première preuve. De même, dans de nombreux cas, alors qu il dispose d une documentation précise, il déforme les noms de lieux et de personnes. Il conçoit ses personnages, non pas comme de simples individualités, mais comme des être représentatifs, emblématiques. Le pouvoir, ici de Charles II, «est une ombre». Salluste et les membres du conseil sont des aristocrates profiteurs, sans souci du bien commun ni civisme élémentaire : «On ne songe plus qu à soi». César, «bonne, brave, loyale et intelligente nature», est l autre partie de la noblesse qui, écœurée de la situation et impuissante à modifier le cour

14 des choses, se réfugie dans le fuite hédoniste, «n ayant plus du gentilhomme que son honneur qu il garde, son nom qu il cache, et son épée qu il montre». Quant au personnage de la reine, Hugo l a délibérément «fabriqué» par la fusion de trois reines : la véritable Maria de Neubourg, qui se mêla des affaires publiques et ne fut guère angélique ; Marie Louise d Orléans, morte en 1689, première épouse de Charles II qui, elle, était douce, et n eut aucun rôle politique ; Marie-Anne d Autriche, veuve de Philippe IV, régente durant la minorité de Charles II, qui confia le pouvoir à son favori Fernando de Valenzuela. De là naît ce personnage de reine-ange, «une pure et lumineuse créature», fantasme d héroïne romantique, presque une madone, qui pourrait apparaître comme un recours, «penchée vers ceux qui sont en dessous d elle par pitié royale et par instinct de femme». A partir de là, Ruy Blas apparaît presque comme une expérience de politique-fiction. «Au moment où la monarchie va s écrouler, (quels) phénomènes peuvent être observés»? D où pourrait venir le salut? Ne faudrait-il pas que, dans une période de déliquescence, se levât une force nouvelle, un génie providentiel, Ruy Blas, personnage imaginaire au nom composite (de l espagnol Ruy, «noble», et Blas, «roturier»), figure christique par certains côtés, qui incarnerait le peuple, qui dirait leur fait aux nobles corrompus et pourrait régénérer la royauté? Oui, mais cela suppose que le temps soient mûrs pour la démocratie Et ils ne le sont pas, semble ajouter Hugo : l échec de Ruy Blas n est d ailleurs pas sans rappeler celui, partiel, de la Révolution française. Ainsi Hugo, de plus en plus soucieux du peuple, pressent la montée en puissance de la force du peuple, «qui a l avenir et qui n a pas le présent». Mais lui-même, à l époque, en 1838, tout démocrate qu il est, croit encore en la monarchie constitutionnelle et ne deviendra républicain qu en 1848 Laissons Hugo conclure : «Tous ces aspects sont justes et vrais, mais aucun d eux n est complet. La vérité absolue n est que dans l ensemble de l œuvre.» Présentation des personnages

15 Propos du metteur en scène : Jacques Bachelier On peut lire Ruy Blas comme un splendide mélodrame : princesse captive, traître au baiserpoignard, héros chevaleresque, picaresques fantoches, intrigues, passions, retournements On y peut voir une parabole politique : royauté décadente et noblesse corrompue ; peuplegénie reconnu par la reine qui en fait son ministre. Le Romantisme n a cessé de régler ses comptes avec la Révolution, Hugo a entrepris d en écrire le mythe. «J ai dans le livre, avec le drame, en prose, en vers, Plaidé pour les petits et pour les misérables.» Quasimodo, Jean Valjean, Ruy Blas sont des héros du peuple et pour le peuple. Le drame hugolien parle au peuple. Et aux enfants. A tous ceux qui aiment qu on leur conte des histoires Ruy Blas, un conte de fées? Le laquais sauvé par l amour de sa reine, Cendrillon à l envers! Un conte initiatique plutôt. Prisonnier des songes, le héros entrevoit en rêve la Fleur de l Idéal, la «fleur bleue d Allemagne». Cette vision le tue et le sauve, car la Reine sauve et tue, ou plutôt tue parce qu elle sauve. Ruy Blas, l histoire d une damnation et d une rédemption, le Faust de Victor Hugo. Et si Hugo était le Dante des temps modernes! Ruy Blas serait alors une figure de l Homme. L Homme englué de matière et de fatalité, tapi hagard au creux du gouffre, qui ne peut détourner son œil du petit morceau du ciel resté ouvert au plafond de l Enfer. Une étoile y scintille, dont il s éprend éperdument. Mais la lumière de l astre offense le démon qui a juré sa perte. Le diable manipule alors son homme-lige, le masque et le démasque, le hisse aux portes du ciel pour aimanter l étoile, puis il les tire tous deux au fond de l abîme. L Ange et la Bête s y affrontent dans un combat cosmique qui prélude la Fin de Satan. Jacques Bachelier août 2010

16 Proposition de travail en classe Question sur l ensemble de la pièce 1) Dans la Préface de Ruy Blas, Hugo explique que «don Salluste serait le Drame, don César la Comédie, Ruy Blas la Tragédie). En vous aidant des définitions du dictionnaire, justifiez cette déclaration. 2) Quelle histoire amoureuse est à l origine de la vengeance de don Salluste? 3) De quel type d homme a besoin don Salluste pour compromettre la reine? 4) Comment s aperçoit-il de l utilité de Ruy Blas pour parvenir à ses fins? 5) Quelles réalités historiques dominent l acte II? 6) Pourquoi et comment la reine tombe-t-elle amoureuse de Ruy Blas? 7) Quelles sont les étapes de cet amour montrées à travers la suite des actes? 8) En quoi les costumes successifs de Ruy Blas accompagnent-ils et racontent-ils l histoire portée par le drame? 9) Sous quel nom Ruy Blas fait-il une ascension sociale et politique exceptionnelle? 10) Quelle fonction ont les titres donnés à chacun des actes? Quelle est la particularité du titre de l acte V 11) Associez comme il convient les lettres et les actions présentées ci-dessous Les lettres a) Lettre signée «César» : acte I, scène 4 b) Lettre signée «Ruy Blas» : acte I, scène 4 c) Lettre sans signature : acte II, scène 2 d) Lettre signée «Carlos» : acte II, scène 3 e) Lettre anonyme : acte III, scène 2 f) Lettre adressée à don Guritan par Ruy Blas, alias don César : acte IV scène 1 Les actions a) Mort de don Guritan b) Arrivée de la reine à la «maison discrète» c) Reconnaissance par la reine du «jeune homme inconnu» d) Défaite de Ruy Blas, Premier ministre, devant Salluste e) La fortune en six mois de Ruy Blas, alias don César f) Vengeance de don Salluste 12) En quoi don César et don Guritan sont-ils à la fois semblables et opposés? 13) Quels dénouements sont proposés par don Salluste dans la scène 3 de l acte V?

17 14) Quelle double image de la monarchie espagnole est présentée au lecteur? 15) Quelle représentation du peuple est donnée dans Ruy Blas? Questions sur l acte 1 Un acte d exposition 1) L acte I commence par une longue didascalie qui donne des informations sur le lieu et le temps de l action. Relevez ces indications spatio-temporelles. 2)L acte I a pour titre «Don Salluste». Faites la liste des personnages principaux présentés dans cet acte et établissez les relations qu ils entretiennent entre eux. Puis, justifiez le choix du titre de l acte. 3) Ce premier acte montre la colère de don Salluste et le désespoir de Ruy Blas. Expliquez les raisons de leurs états d âme et présentez les décisions qu ils prennent pour réagir. La métamorphose de Ruy Blas 4) Ruy Blas apparaît d abord comme un personnage de second plan. Dites pourquoi et analysez ce choix de l auteur. 5) A la scène 3, Ruy Blas revient sur son passé et évoque les raisons de son tourment. Identifiez le registre dominant dans cette scène et faites le portrait de ce héros romantique. tragique. 6) La fin de l acte décrit la métamorphose de Ruy Blas. Identifiez l accessoire qui lui permet de changer d identité et faites la liste des objets qui, dans cet acte, vous semblent destinés à jouer un rôle dans l action. Une esthétique romantique 7) En situant l action de sa pièce en Espagne, Hugo répond au goût des artistes romantiques pour l exotisme. Relevez le vocabulaire et les détails qui permettent de créer une atmosphère proprement espagnole. 8) Les dramaturges romantiques cherchent à rendre le langage des personnages plus naturel. Étudiez la façon dont Hugo disloque l alexandrin aux vers 467 et Analyse de la scène 1 de l acte I, v Montrer comment Hugo parvient à rendre l exposition de Ruy Blas dynamique I. Une exposition traditionnelle a. Dans cette première scène, Hugo présente les personnages principaux de la pièce. Faites la liste des personnages sur scène et indiquez les protagonistes évoqués au cours du dialogue. Observez la répartition de la parole. b. Don Salluste expose d emblée les motifs de sa vengeance en expliquant sa disgrâce. En vous appuyant sur les champs lexicaux, délimitez précisément les deux grands mouvements de son discours.

18 c. Au théâtre, les répliques des personnages s adressent à la fois aux autres personnages de la pièce et aux spectateurs. Dans ce passage, Hugo utilise cette technique (la double énonciation). Analysez le type de répliques employé par don Salluste et identifiez ses différents interlocuteurs. II. Un univers mystérieux et angoissant a. Hugo prend soin de ménager le mystère et l attente. Comment s y prend-il? Étudiez en particulier les métaphores employées par don Salluste pour évoquer son plan. b. Dans cette scène, la tension est forte. Identifiez les éléments qui permettent de la soutenir, dans les actions mais aussi dans le discours de don Salluste. Vous accorderez une attention particulière à la ponctuation et à l usage que fait Hugo de l alexandrin. III. Le drame romantique, une esthétique du mouvement a. Don Salluste a fait l expérience de l inconstance du sort, un thème typiquement baroque. Identifiez les figures de style qu il utilise pour évoquer le caractère brutal de ce retournement de situation. b. Hugo brouille d emblée l identification du genre de sa pièce. Étudiez l origine sociale des personnages, le thème de l action et précisez à quel genre ces éléments se rattachent. Montrez aussi le caractère provocant du premier vers. c. L auteur viole la règle de bienséance, selon laquelle le langage et les actions d un personnage doivent être en adéquation avec son origine sociale. Montrez en quoi le langage et les remarques de don Salluste ont pu choquer les contemporains de Hugo. Questions sur l acte II La reine, un personnage romantique 1) A l origine, le titre de la pièce était La reine s ennuie. Montrez comment ce sentiment propre au héros romantique anime la reine au début de l acte II. 2) Le lyrisme, qui permet l expression approfondie des sentiments, est un registre privilégié dans les oeuvres romantiques. Étudiez l expression du sentiment amoureux de la reine. Montrez comment cet amour naît et comment la reine l exprime. Un acte romanesque 3) L acte II est riche en péripéties. Récapitulez les rebondissements de l action. 4) La scène 3 constitue un sommet dramatique. Analysez les émotions de Ruy Blas et de la reine et montrez comment elles s expriment en étudiant les didascalies. 5) Comme dans l acte I, les objets ont une fonction dramatique. Faites la liste des objets importants et précisez le rôle qu ils jouent dans l action. Un acte tragique et comique 6) Une menace tragique continue à peser sur l action, et ce dès la première scène. Identifiez le personnage qui inspire de la peur à la reine et dites à quel animal il est comparé 7) Don Guritan est un personnage secondaire qui prend de l importance tout au long de cet

19 acte. Relisez les scènes 1, 4 et 5 afin de dresser son portrait. Puis, identifiez le registre auquel sa présence est le plus souvent associée. 8) Casilda et les lavandières contribuent elles aussi à modifier l atmosphère de l acte. Montrez comment leur présence permet de contrebalancer la montée de la tension tragique. Analyse de la scène 2 de l acte II, v Étudier les différentes facettes du personnage de la reine I. Une femme troublée par ses sentiments a. Dans cette scène, la reine est seule et évoque ses sentiments à haute voix. Identifiez le type de discours théâtral qui est utilisé, ainsi que le registre dominant. Puis, présentez les diverses émotions de la reine et montrez comment elles sont liées. b. La reine est troublée. Relevez les éléments qui, dans ses gestes et dans son discours, traduisent son agitation. Vous étudierez notamment les didascalies, les types de phrase employés et les enjambements. c. Le personnage de la reine est rendu très humain par Hugo. Relevez les éléments qui permettent de nuancer la grandeur et la froideur traditionnellement associées aux personnages nobles dans la tragédie. II. Une amoureuse romantique a. La reine tombe amoureuse d un personnage chevaleresque. Soulignez les détails qui contribuent à faire de Ruy Blas son héros. b. L amour de la reine se cristallise à travers plusieurs objets. Identifiez-les. c. L amour est source de souffrance. Relevez les détails et les métaphores qui contribuent à connoter négativement les sentiments amoureux dans ce passage. Expliquez pourquoi l amour entre la reine et Ruy Blas est impossible. III. Une héroïne tragique a. Comme l héroïne racinienne Phèdre, Marie de Neubourg est incapable de maîtriser ses sentiments. Montrez que la reine est victime de ses passions, qu elle ne peut contrôler son amour. B La reine appelle Dieu et la Vierge à son secours. Étudiez la place de la religion dans cette scène. c. La reine se sent menacée par don Salluste. Montrez quelle image elle donne de ce personnage. Dites en quoi don Salluste incarne une transcendance tragique contre laquelle l homme ne peut lutter. Questions sur l acte 3 Un acte politique 1) Au début de l acte III, Hugo offre une image peu flatteuse des dignitaires espagnols. Identifiez leurs défauts ainsi que les registres employés par Hugo pour les critiquer dans les scènes 1 et 2.

20 2) Sous le tableau de l Espagne décadente du XVII e siècle, on peut reconnaître la France de Faites des recherches sur la situation politique de la France à cette époque et montrez la dimension polémique de cet acte. 3) A la fin de la scène 3, la reine s adresse à Ruy Blas et s exclame : «le génie est ta couronne, à toi!» (v. 1275). Analysez la vision de l homme et de la société que cette déclaration sous-tend. Un intermède amoureux 4) A la scène 3, la reine dévoile à Ruy Blas l amour qu elle lui porte. Étudiez les diverses manifestations de cet amour. 5) Les liens unissant la reine à Ruy Blas rappellent certaines caractéristiques de l amour courtois qui anime le chevalier et sa dame. Justifiez cette analyse en étudiant les gestes des personnages et les sentiments qu ils éprouvent 6) Le sentiment de puissance de Ruy Blas tient plus à la réciprocité de son amour qu à sa réussite sociale. Dans les scènes 3 et 4, relevez les citations qui permettent de montrer que, dans l itinéraire de Ruy Blas, le politique n est qu une étape permettant la réalisation amoureuse. Un coup de théâtre tragique 7) L acte III est marqué par un violent coup de théâtre. Indiquez la scène où la situation se renverse, identifiez l agent de ce renversement et dites sur quel objet il s appuie. 8) Hugo joue sur les contrastes pour souligner l importance de ce renversement. A l aide d un tableau, montrez l évolution de Ruy Blas en confrontant les quatre premières scènes de l acte III et la dernière. Vous étudierez son statut social, les comparaisons et les métaphores qui sont employées pour le désigner, son attitude sur scène et la manière dont il s exprime. 9) Ce coup de théâtre est tragique : il marque pour Ruy Blas le passage brusque du bonheur au malheur. Dans la scène 5, identifiez le péché tragique dont est coupable Ruy Blas, montrez quel personnage incarne la fatalité et étudiez les détails inspirant au spectateur de la terreur et de la pitié. Analyse de la scène 2 de l acte III, v Montrer comment Hugo donne au discours de Ruy Blas une portée universelle I. Le tableau d un empire en déclin a L Espagne que décrit Ruy Blas apparaît comme le royaume du crime et de la corruption. En étudiant les images, le rythme et les sonorités des vers, montrez comment Hugo souligne la violence de ce constat. Repérez à quel. b. Le déclin de l Espagne est associé à une agonie. Relevez le champ lexical du deuil et identifiez le registre qui est ainsi introduit. c. Pour souligner la gravité de la situation, Ruy Blas évoque la grandeur passée de l Espagne. Relevez les références faites au Saint-Empire romain germanique et repérez l importance des antithèses dans cet extrait

Correction sujet type bac p224

Correction sujet type bac p224 Correction sujet type bac p224 Tragique : ne peut pas échapper à son destin. Pathétique : inspire la compassion, la pitié du lecteur envers le personnage. Poignant. Méthode : Pour la question, être synthétique,

Plus en détail

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

Méthodologie du dossier. Epreuve d histoire de l art

Méthodologie du dossier. Epreuve d histoire de l art Méthodologie du dossier Epreuve d histoire de l art Fiche d identité de l oeuvre Nature de l oeuvre : Huile sur toile Auteur Eugène Delacroix (1798-1863) Titre : La liberté guidant le peuple : le 28 juillet

Plus en détail

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789)

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) Avant la Révolution*, la France est une monarchie avec à sa tête un monarque, le Roi de France. Lorsque Louis XIII décède en

Plus en détail

L Illusion comique. De Corneille. L œuvre à l examen oral. Par Alain Migé. Petits Classiques Larousse -1- L Illusion comique de Corneille

L Illusion comique. De Corneille. L œuvre à l examen oral. Par Alain Migé. Petits Classiques Larousse -1- L Illusion comique de Corneille L Illusion comique De Corneille L œuvre à l examen oral Par Alain Migé Petits Classiques Larousse -1- L Illusion comique de Corneille PREMIÈRE QUESTION : L ÊTRE ET LE PARAÎTRE Le titre même de L illusion

Plus en détail

Rappels. Prenons par exemple cet extrait : Récit / roman

Rappels. Prenons par exemple cet extrait : Récit / roman Les genres littéraires d un texte (1) Rappels Les genres littéraires sont une classifi cation qui permet de distinguer les textes en fonction de certaines caractéristiques d écriture. Voici les principaux

Plus en détail

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX HISTOIRE DES ARTS CLASSE : 4 ème Période historique : XIXème siècle Moment choisi : le retour à la monarchie ; les Trois Glorieuses Thématique : Arts, Etats et pouvoir (œuvre engagée) Sujet : Comment un

Plus en détail

Souvenir de la nuit du 4 1

Souvenir de la nuit du 4 1 SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : SOUVENIR DE LA NUIT DU 4 1 / 5 Souvenir de la nuit du 4 1 Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges [...] Est-ce que ce n est pas

Plus en détail

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.»

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.» Métonymie : image désuète de l instrument servant à écrire. Représentation traditionnelle et glorieuse du travail de l écrivain. Allusion à une époque révolue. Idée de durée, de permanence. edoublée dans

Plus en détail

Que fait l Église pour le monde?

Que fait l Église pour le monde? Leçon 7 Que fait l Église pour le monde? Dans notre dernière leçon, nous avons vu que les croyants ont des responsabilités vis-à-vis des autres croyants. Tous font partie de la famille de Dieu. Les chrétiens

Plus en détail

programme connect Mars 2015 ICF-Léman

programme connect Mars 2015 ICF-Léman programme connect Mars 2015 ICF-Léman Déroulement des soirées 19:00-19:30 Accueil 19:30-20:00 Repas 20:00-20:05 Fin de repas / nettoyages 20:05-20:15 Annonces / infos 20:15-20:45 Programme vidéo ou étude

Plus en détail

El Tres de Mayo, GOYA

El Tres de Mayo, GOYA Art du visuel / «Arts, ruptures, continuités» Problématique : «Comment l expression du sentiment surgit-elle dans l art au XIX è siècle?» El Tres de Mayo, GOYA Le Tres de Mayo, Francisco Goya, huile sur

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle CONTRE-VALEURS 7 octobre 2014 Les contre-valeurs représentent ce que l on cherche à fuir. Elles nous motivent négativement en ce sens où elles incarnent des situations que nous évitons ou que nous cherchons

Plus en détail

L Association Nous Jouons pour les arts. Présente. Li fhamator. (Création 2009) Adaptation de «scène à Quatre» de Eugène Ionesco

L Association Nous Jouons pour les arts. Présente. Li fhamator. (Création 2009) Adaptation de «scène à Quatre» de Eugène Ionesco L Association Nous Jouons pour les arts Présente Li fhamator (Création 2009) Adaptation de «scène à Quatre» de Eugène Ionesco Une Production «Nous Jouons pour les arts» Mise en scène et dramaturgie : Adil

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

C était la guerre des tranchées

C était la guerre des tranchées C était la guerre des tranchées Jacques Tardi Format 23,2 x 30,5 cm 128 pages C et album consacré, comme son titre l indique, à la vie dans les tranchées pendant la Première Guerre mondiale est constitué

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

Théâtre - Production théâtrale Description de cours

Théâtre - Production théâtrale Description de cours Théâtre - Production théâtrale Description de cours SESSION 1 (TRONC COMMUN) Histoire de l'architecture L objectif du cours est de cerner les principaux styles de l histoire de l architecture. Le contenu

Plus en détail

La liberté guidant le peuple sur les barricades

La liberté guidant le peuple sur les barricades La liberté guidant le peuple sur les barricades Eugène DELACROIX 1830 Une étrange lumière Le soleil brille à travers la fumée de la poudre. Les écrits nous disent que nous sommes en début de matinée et

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

Séance 1 - Classe de 1 ère. Cours - Application Introduction à la typologie et à l analyse des figures de style

Séance 1 - Classe de 1 ère. Cours - Application Introduction à la typologie et à l analyse des figures de style Séance 1 - Classe de 1 ère Cours - Application Introduction à la typologie et à l analyse des figures de style I) Rappel définition d une figure de style A) Définition d une figure de style. - Le langage

Plus en détail

Vers toi Tim Project 2007

Vers toi Tim Project 2007 Vers toi Tu me sondes et me connaît, Tu sais tout de moi, non rien ne t est caché Chaque jour tu éclaires ma vie Tu gardes mes pas, tu me conduis Je veux te louer C est vers toi que je me tourne, Tu m

Plus en détail

Chante le matin. Chansonnier p. 33

Chante le matin. Chansonnier p. 33 de Yves Duteil Chante le matin Chante le matin qui vient te réveiller, Chante le soleil qui vient te réchauffer, Chante le ruisseau dans le creux du rocher, Le cri de l oiseau dans le ciel l été. La, la,

Plus en détail

Sommaire DITES-MOI UN PEU

Sommaire DITES-MOI UN PEU 168 Sommaire L amour....................................page 5 Les superstitions...............................page 13 La gastronomie...............................page 23 L argent....................................page

Plus en détail

QUELQUES MOTS SUR L AUTEURE DANIELLE MALENFANT

QUELQUES MOTS SUR L AUTEURE DANIELLE MALENFANT Activité pédagogique autour du roman, de Danielle Malenfant ISBN 978-2-922976-38-0 ( 2013, Joey Cornu Éditeur) Téléchargeable dans la rubrique Coin des profs sur 1 Activités autour du roman RÉSUMÉ DU

Plus en détail

SÉQUENCE 5 : Contre toute attente : «Roméo et Juliette» de William Shakespeare

SÉQUENCE 5 : Contre toute attente : «Roméo et Juliette» de William Shakespeare SÉQUENCE 5 : Contre toute attente : «Roméo et Juliette» de William Shakespeare Un prologue vient du théâtre antique = première partie d une œuvre littéraire ou dramatique servant à situer les personnages

Plus en détail

Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur

Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur Des souhaits pour une vie des plus prospères et tous les voeux nécessaires pour des saisons extraordinaires! Meilleurs

Plus en détail

I. FAIR-PLAY, D OÙ VIENS-TU? QUI ES-TU?

I. FAIR-PLAY, D OÙ VIENS-TU? QUI ES-TU? I. FAIR-PLAY, D OÙ VIENS-TU? QUI ES-TU? Le fair-play est une notion bien souvent employée à tort et à travers. Associée surtout au vocabulaire sportif, elle s applique aujourd hui à de multiples situations,

Plus en détail

MAISON NATALE DE VICTOR HUGO

MAISON NATALE DE VICTOR HUGO LA MAISON NATALE DE VICTOR HUGO LE PARCOURS GAVROCHE PRÉSENTE 1 LE SAVAIS-TU? Victor Hugo est né au premier étage de cette maison le 26 février 1802. Tu connais peut-être ce grand écrivain par ses romans

Plus en détail

POURQUOI DIEU PERMET-IL LE MAL? Masson Alexis - www.epistheo.com

POURQUOI DIEU PERMET-IL LE MAL? Masson Alexis - www.epistheo.com POURQUOI DIEU PERMET-IL LE MAL? 1 Pourquoi Dieu permet-il le mal? Brève initiation au problème du mal MASSON Alexis Philosophie de la Religion www.epistheo.com 2 Première Partie UN SERIEUX PROBLEME 3 1

Plus en détail

LIRE POUR EXPRIMER. PAGE 1... Toboggan n 402

LIRE POUR EXPRIMER. PAGE 1... Toboggan n 402 RUBRIQUE TobDOC : Bienvenue à Versailles! (P. 8 à 13) DOMAINES D ACTIVITÉ Lecture Découverte du monde : structuration du temps Langue orale Compréhension Vocabulaire Pratiques artistiques et histoire des

Plus en détail

Influencer avec intégrité

Influencer avec intégrité Influencer avec intégrité 1 Les objectifs généraux d une communication. Aider (conseils, directives) Apprendre (acquérir habiletés, connaissance de soi et du monde) Créer des liens (amitiés, formation

Plus en détail

Mais revenons à ces deux textes du sermon sur la montagne dans l évangile de Matthieu.

Mais revenons à ces deux textes du sermon sur la montagne dans l évangile de Matthieu. «AIMER SES ENNEMIS» «Qui veut prendre ta tunique, laisse lui aussi ton manteau». Si quelqu un te force à faire mille pas, fais-en deux mille avec lui». «Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent»

Plus en détail

Richard Abibon. «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée»

Richard Abibon. «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée» Richard Abibon «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée» Cette formule, on la trouve presque telle quelle dans l «Ouverture de ce recueil» qui introduit les «Ecrits» de Lacan.

Plus en détail

Pour travailler avec le film en classe Niveau b1...7. Avant la séance...4 L affiche...4 La bande-annonce...4 Après la séance... 5

Pour travailler avec le film en classe Niveau b1...7. Avant la séance...4 L affiche...4 La bande-annonce...4 Après la séance... 5 Festival Study guide Dossier pédagogique destiné aux adolescents 2014 (Homeland) présente Alliance Française FRENCH FILM FESTIVAL Table des matières Pour travailler avec le film en classe Niveau A2...4

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

Maisons de Victor Hugo. Paris / Guernesey

Maisons de Victor Hugo. Paris / Guernesey Dans l intimité d un écrivain, place des Vosges Ouvrant sur l un des plus beaux sites parisiens, la Place des Vosges, le Maison de Victor Hugo a pour mission de maintenir vivante la mémoire de ce génie,

Plus en détail

Fiche d appréciation littéraire LE CHEVALIER QUI CHERCHAIT SES CHAUSSETTES

Fiche d appréciation littéraire LE CHEVALIER QUI CHERCHAIT SES CHAUSSETTES Fiche d appréciation littéraire LE CHEVALIER QUI CHERCHAIT SES CHAUSSETTES AUTEUR : CHRISTIAN OSTER Christian Oster est né en 1949. Il publie des romans aux éditions de Minuit (dont Mon grand appartement,

Plus en détail

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde de Léonard de Vinci est incontestablement le tableau le plus célèbre. Il est conservé au musée du Louvre à Paris et a

Plus en détail

CHANT AVEC TOI NOUS IRONS AU DÉSERT (G 229)

CHANT AVEC TOI NOUS IRONS AU DÉSERT (G 229) CHANT AVEC TOI NOUS IRONS AU DÉSERT (G 229) 1 Seigneur, avec toi nous irons au désert, Poussés comme toi par l Esprit (bis). Et nous mangerons la parole de Dieu Et nous choisirons notre Dieu Et nous fêterons

Plus en détail

«Toi et moi, on est différent!» Estime de soi au préscolaire

«Toi et moi, on est différent!» Estime de soi au préscolaire Service d animation spirituelle et d engagement communautaire au primaire «Toi et moi, on est différent!» Estime de soi au préscolaire Séquence de 5 rencontres en classe Estime de soi au préscolaire 1

Plus en détail

Lecture analytique 2 Victor Hugo, «Un jour Je vis...», Poème liminaire des Comtemplations, 1856

Lecture analytique 2 Victor Hugo, «Un jour Je vis...», Poème liminaire des Comtemplations, 1856 Un jour je vis, debout au bord des flots mouvants, Passer, gonflant ses voiles, Un rapide navire enveloppé de vents, De vagues et d'étoiles ; Et j'entendis, penché sur l'abîme des cieux, Que l'autre abîme

Plus en détail

LIVRET DE VISITE. Autoportraits du musée d. musée des beaux-arts. place Stanislas

LIVRET DE VISITE. Autoportraits du musée d. musée des beaux-arts. place Stanislas LIVRET DE VISITE musée des beaux-arts de Nancy place Stanislas Autoportraits du musée d Orsay L exposition Au fil du temps Bienvenue au Musée des Beaux-Arts de Nancy! Les tableaux que tu vois ici viennent

Plus en détail

Document : Extrait du livre «Ensemble c est tout» de Anna Gavalda accessible sur le site http://www.ifmadrid.com/gourmands/

Document : Extrait du livre «Ensemble c est tout» de Anna Gavalda accessible sur le site http://www.ifmadrid.com/gourmands/ Fiche pédagogique Document : Extrait du livre «Ensemble c est tout» de Anna Gavalda accessible sur le site http://www.ifmadrid.com/gourmands/ Le public : Adultes Niveaux intermédiaires avancés (B1 et +)

Plus en détail

TOUS MALADES! (Texte de M.-A. Ard) - Le Médecin : -----------------------------------------------------------------------------

TOUS MALADES! (Texte de M.-A. Ard) - Le Médecin : ----------------------------------------------------------------------------- L ATELIER du COQUELICOT 1 «Spectacle marionnettes», juillet 2015 TOUS MALADES! (Texte de M.-A. Ard) Personnages : - Le Médecin : -----------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie,

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie, Prise de Parole de Monsieur Jean-Paul FOURNIER Sénateur du Gard - Maire de Nîmes - Président de Nîmes Métropole Inauguration d une plaque dans le cadre du 450 ème anniversaire de la création de l Eglise

Plus en détail

Pony Production. mise en scène : Stéphanie Marino. Texte et Interprètation : Nicolas Devort. création graphique : Olivier Dentier - od-phi.

Pony Production. mise en scène : Stéphanie Marino. Texte et Interprètation : Nicolas Devort. création graphique : Olivier Dentier - od-phi. création graphique : Olivier Dentier - od-phi.com et Pony Production mise en scène : Stéphanie Marino Texte et Interprètation : Nicolas Devort Résumé Colin fait sa rentrée dans un nouveau collège. Pas

Plus en détail

Saisir les idées dans la phrase

Saisir les idées dans la phrase Leçon LA LECTURE 5 Enrichissement du sens par la subordination 1 EFFICACE Saisir les idées dans la phrase Leçon 5 Enrichissement du sens par la subordination Avertissement La présente leçon illustre comment

Plus en détail

Tétanisés par la spirale de la violence? Non!

Tétanisés par la spirale de la violence? Non! MERCREDI DES CENDRES B Frère Antoine-Emmanuel Jl 2, 12-18 ; Ps 50 2 Co 5, 20 6,2 ; Mt 6, 1-6.16-18 18 février 2015 Sanctuaire du Saint Sacrement, Montréal Tétanisés par la spirale de la violence? Non!

Plus en détail

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir Annie Claude Sortant-Delanoë L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir À sa naissance, l enfant est un organisme dont le cri exprime un besoin. Ce cri n a aucune intention de signification.

Plus en détail

Contact Compagnie : Cie Philippe Person, 22 rue Poncelet. 75017 Paris. cie.philippeperson@yahoo.fr

Contact Compagnie : Cie Philippe Person, 22 rue Poncelet. 75017 Paris. cie.philippeperson@yahoo.fr Relations Presse : Jean-Philippe Rigaud 06 60 64 94 27/ jphirigaud@aol.com Contact Tournée : En votre Compagnie Olivier Talpaert 06 77 32 50 50 / oliviertalpaert@envotrecompagnie.fr Contact Compagnie :

Plus en détail

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Cette révélation est donnée en français à Sulema, une femme née en 1954 au Salvador. Depuis plus de 30 ans, elle vit au Canada avec

Plus en détail

Résister aux tentations et aux accusations

Résister aux tentations et aux accusations Résister aux tentations et aux accusations Jésus est venu détruire toute dette Exode 20.17 «Tu ne convoiteras pas!» Satan structure sa dette et travaille avec la tentation essentiellement à travers les

Plus en détail

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS Je suis une poupée dans une maison de poupée. Un jour j ai quitté mari et enfants, pourquoi? je ne sais plus très bien. À peine le portail s était-il refermé derrière

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

Ne vas pas en enfer!

Ne vas pas en enfer! Ne vas pas en enfer! Une artiste de Corée du Sud emmenée en enfer www.divinerevelations.info/pit En 2009, une jeune artiste de Corée du Sud qui participait à une nuit de prière a été visitée par JésusChrist.

Plus en détail

Nom : Prénom : Date :

Nom : Prénom : Date : J observe le livre dans son ensemble, je le feuillette et je réponds aux 1) Je complète la carte d identité du livre. Titre du livre Nom de l auteur Nom de l illustrateur Editeur Collection Genre 2) Qui

Plus en détail

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie?

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? «En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? Paroles : «En avant les p tits gars». Fragson. 1913.

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

L'ENTREPRISE À L'ŒUVRE

L'ENTREPRISE À L'ŒUVRE L'ENTREPRISE À L'ŒUVRE Rapprocher la culture et le monde du travail en offrant aux salariés une rencontre au quotidien avec l art, tel est le but de L Entreprise à l œuvre, opération organisée sous l égide

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

PRÉFACE. représenter le roi ou la nation? Préface

PRÉFACE. représenter le roi ou la nation? Préface PRÉFACE Avaient-ils le don d ubiquité? Aux origines de ce livre, il y a une constatation qui a suscité la curiosité du chercheur : parmi les représentants de l Angleterre à l étranger, certains appartiennent

Plus en détail

INSTITUT CONFUCIUS DE L UNIVERSITE DE LORRAINE. CONFERENCES DU SEMESTRE 1 Programme 2015-2016. En collaboration avec L Université du Temps Libre

INSTITUT CONFUCIUS DE L UNIVERSITE DE LORRAINE. CONFERENCES DU SEMESTRE 1 Programme 2015-2016. En collaboration avec L Université du Temps Libre METZ - ILE DU SAUCLY : De 14h30 à 16h30, Amphi 3 UFR Lettres et Langues Le 6 novembre 2015 Présentation concises des différentes communautés chinoises sous le Ciel de Paris INSTITUT CONFUCIUS CONFERENCES

Plus en détail

C est du 36, mais ça chausse grand

C est du 36, mais ça chausse grand C est du 36, mais ça chausse grand Nouveau Clown-théâtre Public familial à partir de 8 ans Par la compagnie du BP 7 85 390 MOUILLERON EN PAREDS 02 51 87 56 42 / 06 85 42 99 79 francois.tcv@orange.fr Contact

Plus en détail

Lola. Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin. www.majuscrit.

Lola. Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin. www.majuscrit. Lola Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin www.majuscrit.fr www.majuscrit.fr Marcus Papa Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors

Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors Bruno Pompili Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors Nous avions cru que c était vrai, et que les sculptures de Jean-Pierre Duprey étaient définitivement perdues. Un

Plus en détail

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e 1O e 2O e 3O e La fleur du soleil : 4O e 5O e 6O e Originaire du Pérou et introduite en Europe à la fin du 17e siècle, le tournesol est une plante qui porte merveilleusement son nom puisqu elle se tourne

Plus en détail

Deux exemples de paragraphes, donnés en contre-point l un de l autre :

Deux exemples de paragraphes, donnés en contre-point l un de l autre : Un exemple d utilisation des TICE en classe : Correction de devoir appuyée sur la projection au TBI de paragraphes écrits par les élèves. Outils informatiques utilisés : - ordinateur et scanner à la maison

Plus en détail

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait.

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait. Jeudi 8 mai 2014 Cérémonie patriotique / Parvis de l Hôtel de Ville Discours de Karl Olive, Maire de Poissy, Conseiller général des Yvelines Monsieur le Ministre, Monsieur le Préfet, Madame la Conseillère

Plus en détail

BnF Service d Action pédagogique de la Bibliothèque nationale de France

BnF Service d Action pédagogique de la Bibliothèque nationale de France PARTIE 3 les merveilles de la mer Éternelle source de rêve NIVEAU 2 De même qu on se prend à imaginer une vie dans les étoiles, n existe t-il pas un monde sous-marin peuplé d êtres aux allures humaines?

Plus en détail

Le Baptême de notre enfant

Le Baptême de notre enfant Le Baptême de notre enfant Baptême de notre enfant : Le à l église de Ce même jour, ils ont également reçu le baptême 1 Chers parents, Déroulement de la célébration (p 3-8) 1. Accueil et entrée dans l

Plus en détail

FICHE PÉDAGOGIQUE -Fiche d enseignant-

FICHE PÉDAGOGIQUE -Fiche d enseignant- FICHE PÉDAGOGIQUE -Fiche d enseignant- o Thème : o Objectifs pédagogiques : o Nievau : o Public : o Durée : o Matériel nécessaire : o Source : o Disposition de la classe : travail avec le livre Et si c

Plus en détail

Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant. Texte de la comédie musicale. Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques

Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant. Texte de la comédie musicale. Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant Texte de la comédie musicale Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques Les Serruriers Magiques 2013 2 Sommaire Intentions, adaptations, Droits

Plus en détail

Poèmes. Même si tu perds, persévère. Par Maude-Lanui Baillargeon 2 e secondaire. Même si tu perds Tu n es pas un perdant pour autant Persévère

Poèmes. Même si tu perds, persévère. Par Maude-Lanui Baillargeon 2 e secondaire. Même si tu perds Tu n es pas un perdant pour autant Persévère Poèmes École : Polyvalente de Normandin Commission scolaire : Du Pays des Bleuets Même si tu perds, persévère Par Maude-Lanui Baillargeon Même si tu perds Tu n es pas un perdant pour autant Persévère Ne

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS

LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS A. Armand IGEN lettres avril 2009-1 LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS Cette présentation du programme de français pour les classes de seconde, première, et terminale du

Plus en détail

N 6 Du 30 nov au 6 déc. 2011

N 6 Du 30 nov au 6 déc. 2011 N 6 Du 30 nov au 6 déc. 2011 LA SÉANCE D ACTU DE LA SEMAINE L article choisi de la semaine : Es-tu plutôt roman, BD, conte ou poésie? FICHE ÉLÈVE LES MOTS DE LA SEMAINE ACTIVITE 1 : JE ME RAPPELLE Voici

Plus en détail

VIVRE LA COULEUR DOSSIER PÉDAGOGIQUE. Musée des beaux-arts de Brest

VIVRE LA COULEUR DOSSIER PÉDAGOGIQUE. Musée des beaux-arts de Brest VIVRE LA COULEUR DOSSIER PÉDAGOGIQUE Musée des beaux-arts de Brest 1 Les objectifs : - Comment percevons-nous les couleurs? Quel rôle joue le cerveau? - Comprendre les choix et les procédés de création

Plus en détail

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23.

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. «Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. Pour faire suite au récit des disciples sur le chemin d Emmaüs et pour

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

www.thalesgroup.com GUIDE DE CONDUITE ÉTHIQUE DES AFFAIRES Conflit d Intérêts

www.thalesgroup.com GUIDE DE CONDUITE ÉTHIQUE DES AFFAIRES Conflit d Intérêts www.thalesgroup.com GUIDE DE CONDUITE ÉTHIQUE DES AFFAIRES Conflit d Intérêts Sommaire Préface...p.3 Définition et types de conflit d intérêts...p.4 Comment identifier un conflit d intérêts...p.6 Exemples

Plus en détail

Objectifs (socio-) culturels : découvrir l univers d un dramaturge ; sensibiliser les apprenants à l univers du spectacle vivant.

Objectifs (socio-) culturels : découvrir l univers d un dramaturge ; sensibiliser les apprenants à l univers du spectacle vivant. Scènes de théâtre Thèmes Cinéma, littérature, musique, théâtre Concept Dans cette fiche, vous trouvez des activités autour d une ou plusieurs scènes de théâtre choisies, des pistes d exploitations pédagogiques

Plus en détail

Comment atteindre ses objectifs de façon certaine

Comment atteindre ses objectifs de façon certaine Ressources & Actualisation Le partenaire de votre bien-être et de votre accomplissement Comment atteindre ses objectifs de façon certaine À l attention du lecteur, Ce présent document est protégé par la

Plus en détail

L ABC de la fraude en matière d investissement aux dépens des personnes âgées

L ABC de la fraude en matière d investissement aux dépens des personnes âgées L ABC de la fraude en matière d investissement aux dépens des personnes âgées Guide destiné aux professionnels travaillant auprès des personnes âgées Ensemble, nous pouvons aider les personnes âgées du

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail

Objectif (socio-) linguistique : enrichir le vocabulaire lié à l espace, le lexique lié à l apparence physique.

Objectif (socio-) linguistique : enrichir le vocabulaire lié à l espace, le lexique lié à l apparence physique. Atomic Betty Thème Jeunesse Concept Cette série de dessins animés présente les aventures de Betty, une super héroïne qui sauve la galaxie et ses habitants des pires dangers qui la menacent. Quand la sonnerie

Plus en détail

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Stephen Wang COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Mariage, sacerdoce, vie consacrée, diaconat permanent, célibat «Petits Traités Spirituels» Série III «Bonheur chrétien» éditions des Béatitudes Ava n t-p r o

Plus en détail

Agir avec. Intelligence, assuranceetprudence. 5-6 année Leçon 2

Agir avec. Intelligence, assuranceetprudence. 5-6 année Leçon 2 Agir avec Intelligence, assuranceetprudence 5-6 année Leçon 2 Leçon 2 Relations saines et relations malsaines Objectifs Comprendre qu une relation saine est une relation basée sur le respect de soi-même

Plus en détail

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes Débat et argumentation Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes à travers le partage d expériences «La question se pose de savoir si le lien social ne se constitue que dans la lutte pour la

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

Livret du jeune spectateur

Livret du jeune spectateur Page1 Livret du jeune spectateur NOM : PRENOM : CLASSE : ETABLISSEMENT : PROFESSEUR DATE DE L'OPERA / DU CONCERT : LIEU DE L'OPERA / DU CONCERT : Page2 AVANT D'ALLER AU CONCERT / A L'OPERA : SE PREPARER

Plus en détail

- Je m appelle le Docteur - Docteur qui? - Juste le Docteur. Biographe

- Je m appelle le Docteur - Docteur qui? - Juste le Docteur. Biographe - Je m appelle le Docteur - Docteur qui? - Juste le Docteur Biographe Le Docteur une personne énigmatique à bien des égards. Peu de personne ont pu le voir, l approcher ou même voyager avec lui. Et s il

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. PENTA Editions Des livres qui résonnent

DOSSIER DE PRESSE. PENTA Editions Des livres qui résonnent DOSSIER DE PRESSE En couverture : Ludwig van Beethoven, impression couleur d après une peinture de Johann Baptist Reiter Beethoven-Haus Bonn Partie de violon de quatuor à cordes op. 135 de Ludwig van Beethoven,

Plus en détail

Y A-T-IL COUPLE? Introduction. Pour qu il y ait couple, il faut du temps

Y A-T-IL COUPLE? Introduction. Pour qu il y ait couple, il faut du temps Introduction Y A-T-IL COUPLE? Au fil des siècles et au fil des années, la société se transforme et avec elle, la valeur accordée à la réussite sociale, à la famille mais surtout à l amour. Dans le monde

Plus en détail

Ouvrages de références et objectifs

Ouvrages de références et objectifs Valise pédagogique Ouvrages de références et objectifs MESSAGE IMPORTANT: Prendre le temps de bien lire les histoires et d explorer la valise, ses activités et ce guide. Ouvrages de références Activités

Plus en détail

France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7. Série ES, France métropolitaine, juin 2008

France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7. Série ES, France métropolitaine, juin 2008 France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7 7 SUJET Dissertation Série ES, France métropolitaine, juin 2008 Est-il plus facile de connaître autrui que de se connaître soi-même? LE SUJET COUP de POUCE ANALYSE

Plus en détail

Mon boss ne délègue pas

Mon boss ne délègue pas Situation 3 Mon boss ne délègue pas L importance d une rhétorique soignée Les situations de pur rapport de force Autonomie et contrôle La délégation Explication/justification La situation Pierre, notre

Plus en détail