Critères de détermination de l Etat responsable

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Critères de détermination de l Etat responsable"

Transcription

1 Les grandes lignes du Règlement «Dublin III» Le règlement (UE) n 604/2013 du Parlement européen et du Conseil du 26 juin établit les critères et mécanismes de détermination de l Etat membre responsable de l examen d une demande de protection internationale introduite dans l un des Etats membres par un ressortissant de pays tiers ou un apatride, dit Règlement «Dublin III». Il remplace le règlement n 343/2003 du Conseil du 18 février 2003, dit Règlement «Dublin II». Nous en présentons ici les grandes lignes. Critères de détermination de l Etat responsable Le principe reste inchangé. La demande d asile est examinée par un seul Etat membre. Les critères de détermination de l Etat responsable n ont pas été non plus modifiés. Ils ont cependant été quelque peu aménagés pour tenir compte de l intérêt supérieur de l enfant et du maintien du lien familial. Ces critères de détermination s appliquent dans l ordre dans lequel ils sont présentés ci-dessous. Les mineurs non accompagnés Le nouveau règlement pose, en effet, le principe selon lequel la minorité est, par ordre hiérarchique, le premier critère de détermination de l Etat responsable dont l application est soumise à l intérêt supérieur du mineur non accompagné. L Etat membre responsable de l examen de sa demande étant celui dans lequel un membre de sa famille se trouve légalement, sous réserve de l intérêt du 1

2 mineur non accompagné, le règlement fait obligation aux Etats membres de prendre toutes les mesures nécessaires pour identifier les membres de sa famille, au besoin en faisant appel à une organisation internationale. Une fois un membre de la famille du mineur identifié, qu il soit bénéficiaire ou demandeur d une protection internationale, l Etat membre responsable est celui sur le territoire duquel il se trouve pour autant que ce soit dans l intérêt supérieur de l enfant et le proche puisse s occuper de lui. Lorsque les membres de la famille identifiés résident dans plusieurs Etats membres, l Etat membre est déterminé en fonction de l intérêt supérieur du mineur non accompagné. Le nouveau règlement ne tire cependant pas toutes les conséquences d un arrêt rendu quelques jours plus tôt, avant son adoption, par la Cour de Justice de l Union Européenne, 1 qui avait jugé, à propos des mineurs non accompagnés, outre que l intérêt supérieur de l enfant doit être une considération primordiale, que, lorsqu un mineur non accompagné, dont aucun membre de la famille ne se trouve légalement sur le territoire de l Union européenne, a déposé des demandes d asile dans plus d un État membre, l État membre responsable pour l examiner sera celui où le mineur se trouve, après y avoir déposé une demande. Le maintien du lien familial Le second critère de détermination de l Etat responsable tient compte de la présence d un membre de la famille sur le territoire d un Etat membre. Ainsi, si le nouveau règlement réaffirme le principe selon lequel la présence d un membre de la famille sur le territoire d un Etat membre, qu il soit bénéficiaire d une protection internationale ou simple demandeur, désigne ce dernier comme responsable de la demande d asile, il soumet cette désignation à la condition que les intéressés (c est-à-dire le demandeur et le membre de sa famille) en aient exprimé le souhait par écrit. En outre, afin de préserver l unité de famille, le règlement prévoit que lorsque plusieurs membres d une même famille introduisent une demande de protection internationale dans le même Etat membre, conjointement ou à des dates rapprochées, et que l application des critères conduirait à les séparer, l Etat responsable sera celui chargé de l examen des demandes du plus grand nombre pu, à défaut, celui que les critères désignent comme responsable de l examen de la demande du plus âge d entre eux. Délivrance de titres de séjour ou de visas L Etat qui a délivré au demandeur un titre de séjour ou un visa en cours de validité est responsable de l examen de sa demande d asile. Si le demandeur 1 CJUE, 6 juin 2013, aff. 648/11. 2

3 d asile est titulaire de plusieurs titres de séjour ou visas en cours de validité, la responsabilité de l examen de la demande d asile à l Etat membre qui a délivré le titre de séjour accordant le droit de séjour le plus long ou, en cas de durée de validité identique, à l Etat membre qui a délivré le titre de séjour ou le visa dont l échéance est la plus lointaine. Entrée ou séjour irrégulier L Etat qui a laissé pénétrer un ressortissant d un pays tiers, par voie terrestre, maritime ou aérienne, sur son territoire est responsable de l examen de sa demande d asile. Cependant, sa responsabilité prend fin 12 mois après la date de franchissement irrégulier de la frontière de cet Etat. Si, de ce fait, l Etat membre ne peut plus être tenu pour responsable de la demande d asile ou si les circonstances de l entrée sur le territoire d un des Etats membres ne peuvent être établies et qu il apparait que le demandeur a séjourné sur son territoire pendant au moins cinq mois dans un Etat membre avant d introduire sa demande d asile, cet Etat est responsable de l examen de cette demande. Si le demandeur a séjourné dans plusieurs Etats membres pendant des périodes d au moins cinq mois, l Etat membre du dernier séjour est responsable de l examen de la demande d asile. Exemption de visa et demande d asile en zone de transit international LOrsqu un demandeur d asile entre sur le territoire d un Etat membre dans lequel il est exempté de l obligation de visa, l examen de sa demande d asile incombe à cet Etat membre. En revanche, si sa demande est également présentée dans un autre Etat membre dans lequel il est également exempté de l obligation de visa pour y entrer, cet autre Etat membre est responsable de l examen de sa demande d asile. Si la demande est présentée dans la zone de transit international d un aéroport d un Etat membre, ce dernier est responsable de l examen de la demande. Changement d Etat responsable Cas de défaillance systémique Se faisant l écho de la jurisprudence de la Cour de Justice de l Union Européenne, 2 le nouveau règlement prévoit que lorsqu il y a de sérieuses raisons de croire qu il existe dans un Etat membre désigné comme responsable de l examen de la demande des défaillances systémiques dans la procédure 2 CJUE, 21 déc. 2011, aff. C-411/10 et C-493/10, N.S, rendues à propos de la Grèce. 3

4 d asile et les conditions d accueil des demandeurs d asile susceptibles d entraîner un risque de traitement inhumain ou dégradant au sens de la charte des droits fondamentaux de l Union européenne, l Etat membre saisi de la demande d asile doit poursuivre l examen des critères de détermination afin d établir si un autre Etat membre peut être désigné comme responsable de la demande. A défaut de pouvoir désigner un autre Etat membre, il devient responsable de la demande d asile. Les Etats membres peuvent également renvoyer le demandeur vers un pays sûr au sens de la directive 2013/32/UE, dite directive «Procédures» du 26 juin 2013, s il apparaît que le demandeur y a résidé ou transité. Clause humanitaire Le nouveau règlement, qui fait écho à la jurisprudence de la Cour de Justice de l Union Européenne 3 vise d abord à rapprocher les membres d une même famille dans les hypothèses suivantes : - le demandeur dépend de l assistance d un membre de sa famille (définie comme l enfant, un frère, une sœur, un père ou une mère) résidant un Etat membre, ou - un membre de sa famille (enfant, frères ou sœurs, père ou mère) résidant dans un autre membre dépend de l assistance du demandeur. Ainsi, le nouveau règlement limite l application de la clause aux enfants, frères et sœurs et pères et mères, ce que ne faisait pas le Règlement «Dublin II». Les Etats membres doivent, dans ce cas, laisser généralement ensemble ou rapprocher le demandeur de cet autre membre de la famille, à la triple condition que les liens familiaux aient existé antérieurement dans le pays d origine, que la personne concernée soit capable d assurer cette prise en charge et que tous en aient exprimé le souhait par écrit. Sous réserve que ces conditions soient remplies, l Etat responsable de l examen de la demande d asile est le pays, autre que celui où se trouve le demandeur, dans lequel réside légalement l enfant, le frère ou la sœur ou le père ou la mère, à moins que l état de santé du demandeur ne fasse obstacle à ce que le demandeur soit transféré dans cet Etat. Dans ce cas, l Etat membre responsable est celui dans lequel le demandeur se trouve. Clauses discrétionnaires La clause de sauvegarde prévue par le Règlement «Dublin II» a été conservée en l Etat : chaque Etat membre peut toujours décider d examiner une demande d asile, même si cet examen ne lui incombe pas en vertu des critères de détermination définis dans le règlement. 3 CJUE, 6 nov. 2012, aff. C / 4

5 Le nouveau règlement reprend également la clause de souveraineté du précédent règlement selon laquelle l Etat membre dans lequel une demande d asile est présentée et qui procède à la détermination de l Etat membre responsable, ou l Etat membre responsable lui-même, peut à tout moment, avant qu une première décision soit rendue sur le fond, demander à un autre Etat membre de prendre en charge le demandeur pour rapprocher tout parent pour des motifs humanitaires fondées, notamment sur des motifs familiaux ou culturels, même si cet autre Etat membre n est pas responsable en vertu des critères de détermination définis dans le règlement. Dans ce cas, l Etat auquel est demandée la prise en charge peut accéder à la requête de l Etat membre initialement responsable en vertu des critères de détermination (dans ce cas la responsabilité de l examen de la demande lui est transférée), mais il n en a pas l obligation. Cessation de responsabilité de l Etat responsable Le cas de cessation de responsabilité d un Etat membre a été confirmé par le nouveau règlement qui précise cependant la règle posée par l ancien règlement : ainsi, les obligations de prise en charge ou de reprise en charge de l Etat responsable cessent s il peut établir que le demandeur a volontairement quitté le territoire des Etats membres pendant une durée d au moins trois mois, à moins qu il ne soit titulaire d un titre de séjour en cours de validité délivré par l Etat responsable. Dans ce cas, la demande introduite auprès de l Etat initialement responsable ou auprès d un second Etat après la période d absence est considérée comme une nouvelle demande donnant lieu à une nouvelle détermination de l Etat membre responsable. Le même mécanisme est applicable à la personne qui a quitté le territoire en exécution d une décision de retour ou toute autre mesure d éloignement prise par l Etat responsable. Obligation de l Etat membre responsable en matière de prise ou de reprise en charge Le règlement énumère les cas justifiant la prise en charge, ou la reprise en charge, de la part de l Etat membre désigné comme responsable de l examen de la demande d asile. Cet Etat a l obligation de : - prendre en charge le demandeur qui a introduit une demande dans un autre Etat membre, Dans ce cas, l Etat membre responsable doit examiner la demande d asile. 5

6 - reprendre en charge le demandeur dont la demande est en cours d examen et qui a présenté une demande auprès d un autre Etat membre ou qui se trouve, sans titre de séjour, sur le territoire d un autre Etat membre. Dans ce cas, il doit mener à son terme l examen de la demande introduite avant que le demandeur ne quitte le territoire de cet Etat. - reprendre en charge le demandeur qui a retiré sa demande et a présenté une demande dans un autre Etat membre ou se trouve sur son territoire sans titre de séjour. Dans ce cas, l Etat membre responsable doit veille à ce que le demandeur ait le droit de demander que l examen de sa demande soit mené à terme ou qu il puisse une nouvelle demande d asile. Cette nouvelle demande ne devra pas être considérée comme une demande ultérieure au sens de la directive «Procédures» 2013/32/UE. - reprendre en charge le demandeur dont la demande a été rejetée et qui a présenté une demande auprès d un autre Etat membre ou qui se trouve, sans titre de séjour, sur le territoire d un autre Etat membre. Dans ce cas, l Etat membre responsable veille à ce que le demandeur puisse bénéficier d un recours effectif contre cette décision de rejet au sens de la directive «Procédures» 2013/32/UE. Procédure de prise ou de reprise en charge Prise en charge Le délai de présentation d une demande de prise en charge reste de trois mois, au-delà desquels la responsabilité est transférée à l Etat auprès duquel la demande d asile a été introduite. Toutefois, le délai est réduit à deux mois si la responsabilité de l examen de la demande est établie par les données enregistrées dans le fichier Eurodac. Par ailleurs, l Etat membre peut solliciter une réponse en urgence si la demande d asile a été introduite à la suite d un refus d entrée ou de séjour, d une arrestation pour séjour irrégulier ou la signification d une mesure d éloignement. L Etat requis procède aux vérifications des éléments sur la base desquels sa responsabilité a été établie. Il soit statuer sur la requête dans un délai de deux mois à compter de la réception de la requête. L absence de réponse dans ce délai de deux mois ou, d un mois en cas d urgence, équivaut à l acceptation de la prise en charge du demandeur. 6

7 Reprise en charge Le règlement impose dorénavant que les requêtes aux fins de reprise en charge soient établies dans les mêmes conditions de délai que les requêtes aux fins de prise en charge, sous peine de transfert de responsabilité sur l Etat requérant. Par ailleurs, la reprise en charge ne concerne plus seulement les personnes qui se présentent auprès d un second Etat pour demander une protection, mais également celles qui se trouvent irrégulièrement sur le territoire d un Etat membre sans faire de demande de protection, alors qu une telle demande est en cours d instruction ou a fait l objet d une décision de rejet dans un autre Etat membre. Toutefois, dans ce cas, la procédure de reprise en charge n est, pour l Etat sur le territoire duquel le demandeur se trouve, qu une faculté tant que ce dernier ne présente pas de demande de protection. Lorsqu une personne dont la demande d asile a été rejetée par une décision définitive dans un Etat membre, se trouve sur le territoire d un autre Etat membre sans titre de séjour, ce dernier Etat membre peut soit requérir le premier Etat membre aux fins de reprise en charge de la personne concernée, soit engager une procédure de retour conformément à la directive 2008/115/CE du 16 décembre 2008, dite «Directive retour». Si, au terme du délai de deux mois ou trois mois (selon les informations sur la base desquelles la responsabilité d un autre Etat résulte respectivement du Fichier Eurodac, ou de preuves ou indices), la requête aux fins de prise en charge n a pas été formulée, l Etat membre doit donner au demandeur la possibilité de faire une nouvelle demande de protection. Il devient alors responsable de l examen de cette demande. L Etat requis pour la reprise en charge dispose d un délai d un mois à compter de la date de réception de la requête, réduit à deux semaines si la requête est fondée sur les données du système Eurodac. L absence de réponse à l expiration de ce délai équivaut à une acceptation de la requête et entraîne l obligation de reprendre en charge le demandeur. Transfert du demandeur Placement en rétention Le simple fait que la personne concernée fasse l objet d une décision de transfert ne suffit pas. Il faut que le placement en détention soit fondé sur un risque sérieux de fuite. Cette mesure de placement rétention doit, en outre, être proportionnelle et ne peut être mise en œuvre que si une évaluation individuelle fait apparaître qu aucune autre mesure coercitive ne peut être effectivement appliquée. Elle doit, par ailleurs, être aussi brève que possible et ne pas se 7

8 prolonger au-delà du délai raisonnable pour accomplir les procédures administratives requises avec toute la diligence voulue jusqu à l exécution du transfert. Si le placement en rétention intervient avant la requête de prise ou de reprise en charge auprès de l Etat membre responsable, le délai de présentation de la requête ne peut excéder un mois à compter de l introduction de la demande et l Etat requérant doit solliciter une réponse en urgence. L absence de réponse dans un délai dans les deux semaines après réception de la requête vaut acceptation de la requête par l Etat membre responsable et l obligation pour lui de prendre ou reprendre en charge la personne concernée. Dans tous les cas, le transfert de la personne concernée doit intervenir dès qu il est matériellement possible et, au plus tard, dans un délai de six semaines à compter de l acceptation implicite ou explicite de le requête aux fins de prise ou reprise en charge. Le non respect des délais prescrits par l Etat requérant, tant pout l exécution de la requête que pour l exécution du transfert, entraine mainlevée de la mesure de rétention. Modalités et délais des transferts A l instar du règlement «Dublin II», l Etat requérant doit procéder au transfert dans un délai de six mois à compter de l acceptation implicite ou explicite de l Etat requis. Toutefois, conformément à la jurisprudence Petrossian 4 de la Cour de Justice de l Union Européenne, le point de départ de ce délai peut être fixé à la date du jugement statuant sur le recours en annulation ou en révision contre la décision de transfert si ce recours a été assorti d un effet suspensif. Si le transfert n est pas exécuté dans le délai de six mois, l Etat requis est libéré de son obligation de prise en charge ou de reprise en charge et la responsabilité est transférée à l Etat requérant. Ce délai est toutefois porté à un an au maximum si l Etat requérant n a pas pu procéder au transfert en raison d une emprisonnement de la personne concernée ou à dix-huit mois au maximum si la personne concernée est en fuite. Le coût du transfert est à la charge de l Etat requérant. L Etat procédant au transfert communiquer à l Etat responsable les données adéquates, pertinentes et raisonnables sur la personne transférée aux fins que cet Etat soit en mesure d apporter une assistance suffisante à cette personne, y compris les soins de santé urgents indispensables à la sauvegarde de ses intérêts essentiels. Ceci concerne en particulier les informations se rapportant aux 4 CJCE, 29 janv. 2009, aff. C-19/08 : "L article 20, paragraphes 1, sous d), et 2, du règlement (CE) n 343/2003 du Conseil, du 18 février 2003, (...) doit être interprété en ce sens que, lorsque la législation de l État membre requérant prévoit l effet suspensif d un recours, le délai d exécution du transfert court, non pas déjà à compter de la décision juridictionnelle provisoire suspendant la mise en œuvre de la procédure de transfert, mais seulement à compter de la décision juridictionnelle qui statue sur le bien-fondé de la procédure et qui n est plus susceptible de faire obstacle à cette mise en œuvre". 8

9 personnes handicapées, aux personnes âgées, aux femmes enceintes, aux mineurs, aux personnes ayant été victimes d actes de torture, de viol ou d autres formes graves de violence psychologique, physique ou sexuelle. Si la personne a été transférée par erreur ou si la décision de transfert est annulée après son exécution, l Etat qui a procédé à son transfert doit reprendre l intéressé sans tarder. Garanties Droit à l information Le règlement «Dublin II» n abordait ce droit que de manière succincte. Le nouveau règlement définit avec précision l étendue et la portée de ce droit à l information. Il prévoit, en particulier, que la Commission devra rédiger, pour les demandeurs d asile, une brochure commune ainsi qu une brochure spécifique pour les mineurs non accompagnés. Le nouveau règlement prévoit que les autorités du pays dans lequel est présent le demandeur doivent informer le demandeur de l application du règlement et, notamment : - des objectifs du règlement, des conséquences de la présentation d une autre demande dans un Etat membre différent, ainsi que des conséquences du passage d un Etat membre à un autre pendant les phases au cours desquelles l Etat membre responsable est déterminé et sa demande d asile examinée. - des critères de détermination de l Etat membre responsable, de la hiérarchie de ces critères au cours des différentes étapes de la procédure et de leur durée, - de l objet de l entretien individuel (cf. infra) - des recours susceptibles d être exercés contre la décision de transfert, - du fait que des données personnelles le concernant pourront être échangées entre Etat requérant et Etat requis et du droit d accès et de rectification de ces données. Toutes ces informations devront être données dans une langue comprise par le demandeur ou dont on peut raisonnablement supposer qu il la comprend. Pour cela, la brochure commune et, selon le cas, la brochure spécifique lui sera remise. Si nécessaire, ces informations lui seront également communiqués oralement lors de son entretien individuel. Entretien individuel Le règlement pose le principe d un entretien individuel dont l objectif est de permettre au demandeur de fournir des informations visant à faciliter la détermination de l Etat responsable, en particulier, la présence de membres de sa famille sur le territoire d un Etat membre et de veiller à ce qu il comprenne correctement les informations qui lui sont fournies. 9

10 L entretien a lieu en temps utiles et, en tout état de cause, avant qu une décision de transfert soit prise. Il est mené dans une langue que le demandeur comprend ou dont on peut raisonnablement pense qu il la comprend et dans laquelle il est capable de communiquer. Un résumé de l entretien devra être rédigé contenant les principales informations fournies par le demandeur. L Etat requérant peut se dispenser d accorder un entretien au demandeur si l intéressé a pris la fuite ou s il a fourni par d autres moyens des informations pertinentes avant d avoir reçu les information que l Etat requérant doit lui délivrer en vertu du règlement. L Etat requérant peut toutefois proposer au demandeur de fournir, par d autres moyens qu un entretien, toutes les informations pertinentes qu il pourrait faire valoir afin de déterminer correctement l Etat membre responsable. Recours contre la décision de transfert Lorsque l Etat membre requis accepte, implicitement ou explicitement, la prise ou la reprise en charge d un demandeur, l Etat requérant doit notifier au demandeur ou, s il est représenté, à son avocat, sa décision de le transférer vers l Etat requis. Cette décision doit contenir les informations utiles sur les voies de recours disponibles, y compris sur le droit de demander un effet suspensif, ainsi que sur les délais applicables à l exercice de ces voies de recours et à la mise en œuvre du transfert. L Etat requérant doit accorder au demandeur un droit de recours effectif sous d un recours contre la décision de transfert ou d une révision devant une juridiction. Le demandeur doit disposer d un délai raisonnable pour exercer son recours. Se faisant l écho de la jurisprudence de la Cour de Justice de l Union Européenne 5 le règlement impose, pour ce faire, aux Etats membres d intégrer dans leur législation des dispositions propres à garantir un caractère suspensif au recours au fond, en laissant toutefois aux Etats membres le choix entre trois modalités différentes : - le recours est, de plein droit, suspensif de l exécution de la décision de transfert, le demandeur, - le transfert est automatiquement suspendu pendant un délai raisonnable pendant lequel une juridiction devra statuer sur l octroi du bénéfice du caractère suspensif du recours, 5 CJUE, 29 janv. 2009, aff. C-19/08, Pétrossian, qui a jugé que lorsque la législation d un Etat membre prévoit l effet suspensif d un recours, le délai d exécution du transfert court, non pas déjà à compter de la décision juridictionnelle provisoire suspendant la mise en œuvre de la procédure de transfert, mais seulement à compter de la décision juridictionnelle qui statue sur le bien-fondé de la procédure et qui n est plus susceptible de faire obstacle à cette mise en œuvre. 10

11 - le transfert est automatiquement suspendu durant l examen d une demande, auprès d une juridiction, tendant à l octroi du bénéfice du caractère suspensif. Les Etats membres doivent veiller à ce que le demandeur bénéficie d une assistance linguistique et juridique gratuite lorsqu il ne peut en supporter le coût. 11

Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs

Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs S O M M A I R E Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs Page 1 CHAPITRE I Dispositions générales page 1 CHAPITRE II Organisation et compétence page 1 CHAPITRE III Procédures page 2

Plus en détail

L OQTF ne peut être prise en dehors d une décision de refus ou de retrait qu elle accompagne.

L OQTF ne peut être prise en dehors d une décision de refus ou de retrait qu elle accompagne. Que faire après une OQTF? (OQTF = Obligation de quitter le territoire français) Liste des abréviations ANAEM = Agence nationale pour l accueil des étrangers et des migrations APRF= Arrêté préfectoral de

Plus en détail

Réforme du droit d asile

Réforme du droit d asile LA SEMAINE DU DROIT L APERÇU RAPIDE ÉTRANGERS 903 Réforme du droit d asile À propos de la loi n 2015-925 du 29 juillet 2015 POINTS-CLÉS La loi relative au droit d asile a été publiée au Journal offi ciel

Plus en détail

Gabon. Code de la nationalité

Gabon. Code de la nationalité Code de la nationalité Loi n 37-1998 Art.1.- La présente loi, prise en application des dispositions de l article 47 de la Constitution, porte sur le Code de la nationalité aise. Art.2.- La nationalité

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR Décret n o 2015-1166 du 21 septembre 2015 pris pour l application de la loi n o 2015-925 du 29 juillet 2015 relative à la réforme

Plus en détail

Règlement applicable à la procédure administrative concernant l enregistrement abusif de noms de domaine

Règlement applicable à la procédure administrative concernant l enregistrement abusif de noms de domaine ANNEXE V Règlement applicable à la procédure administrative concernant l enregistrement abusif de noms de domaine Définitions Article premier I. DISPOSITIONS GÉNÉRALES Aux fins du présent règlement, on

Plus en détail

Numéro du rôle : 5864. Arrêt n 39/2015 du 19 mars 2015 A R R E T

Numéro du rôle : 5864. Arrêt n 39/2015 du 19 mars 2015 A R R E T Numéro du rôle : 5864 Arrêt n 39/2015 du 19 mars 2015 A R R E T En cause : les questions préjudicielles relatives à l article 7, 2, 4, de la loi du 12 janvier 2007 sur l'accueil des demandeurs d'asile

Plus en détail

N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 21 mai 2014. TEXTE DE LA COMMISSION DES LOIS CONSTITUTIONNELLES,

Plus en détail

Messieurs les Préfets de région Mesdames et messieurs les Préfets de département Monsieur le Préfet de police

Messieurs les Préfets de région Mesdames et messieurs les Préfets de département Monsieur le Préfet de police Paris, le 19 mars 2007 Le ministre d Etat, ministre de l Intérieur et de l Aménagement du Territoire Le ministre des Affaires Etrangères à Messieurs les Préfets de région Mesdames et messieurs les Préfets

Plus en détail

L EXTRADITION LOI N 71-77 DU 28 DECEMBRE 1971 RELATIVE A L EXTRADITION TITRE PREMIER : LES CONDITIONS DE L EXTRADITION

L EXTRADITION LOI N 71-77 DU 28 DECEMBRE 1971 RELATIVE A L EXTRADITION TITRE PREMIER : LES CONDITIONS DE L EXTRADITION L EXTRADITION LOI N 71-77 DU 28 DECEMBRE 1971 RELATIVE A L EXTRADITION TITRE PREMIER : LES CONDITIONS DE L EXTRADITION Article premier En l absence de traités, les conditions, la procédure et les effets

Plus en détail

AVIS COMPLEMENTAIRE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE

AVIS COMPLEMENTAIRE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE Luxembourg, le 2 avril 2015 Objet : Projet de loi n 6774 portant modification 1) de la loi modifiée du 19 décembre 2008 portant réforme de la formation professionnelle 2) de la loi du 15 juillet 2011 visant

Plus en détail

L agent commercial en Allemagne

L agent commercial en Allemagne 1 L agent commercial en Allemagne Introduction Le statut juridique de l agent commercial («Handelsvertreter») est défini dans le Code de commerce allemand («Handelsgesetzbuch»- HGB) aux Articles 84 à 92c.

Plus en détail

Numéro du rôle : 4946. Arrêt n 65/2011 du 5 mai 2011 A R R E T

Numéro du rôle : 4946. Arrêt n 65/2011 du 5 mai 2011 A R R E T Numéro du rôle : 4946 Arrêt n 65/2011 du 5 mai 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 15 de la loi du 1er mars 1958 relative au statut des officiers de carrière des forces

Plus en détail

Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes.

Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes. Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes. Ziad LATTOUF 1 LZ Pour entrer en Algérie, l étranger doit accomplir quelques formalités. Etre détenteur d'un

Plus en détail

13 Madame S a formé un pourvoi en cassation contre cet arrêt devant le Högsta domstolen (cour suprême).

13 Madame S a formé un pourvoi en cassation contre cet arrêt devant le Högsta domstolen (cour suprême). Isabelle Chaumont Avocate Au Barreau de Lyon Lettre d actualité Mars 2008 DROIT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE DROIT DE LA CONSOMMATION DROIT BANCAIRE RECOUVREMENT DE CREANCES CIVILES ET COMMERCIALES PROCEDURES

Plus en détail

La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage

La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage Source: www.miroirsocial.com Le 15 mai dernier, la Cour de Cassation a rendu un

Plus en détail

Numéro du rôle : 5414. Arrêt n 166/2012 du 20 décembre 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5414. Arrêt n 166/2012 du 20 décembre 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5414 Arrêt n 166/2012 du 20 décembre 2012 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 7bis, combiné avec l article 12bis, 1er, 2, du Code de la nationalité belge,

Plus en détail

Loi du 4 avril 2006 : Renforcement de la prévention et de la répression des violences au sein du couple

Loi du 4 avril 2006 : Renforcement de la prévention et de la répression des violences au sein du couple Loi du 4 avril 2006 : Renforcement de la prévention et de la répression des violences au sein du couple Les principales mesures de la nouvelle loi visent à mieux protéger des violences les femmes, notamment

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE La médiation bancaire est régie par le Code de la consommation (en particulier les articles L. 151-1 à L. 157-2) et le Code monétaire

Plus en détail

REFERE ADMINISTRATIF

REFERE ADMINISTRATIF REFERE ADMINISTRATIF Les procédures de référé permettent d obtenir du juge - plus précisément du «juge des référés» - et dans un délai plus ou moins rapide des mesures provisoires ou conservatoires c est-à-dire

Plus en détail

Procédure d injonction de payer européenne Règlement CE n 1896/2006

Procédure d injonction de payer européenne Règlement CE n 1896/2006 Procédure d injonction de payer européenne Règlement CE n 1896/2006 Note de Synthèse réalisée par le réseau Enterprise Europe Network de la CCI de Lyon Avec le concours de Mademoiselle Camille Brauer Stagiaire

Plus en détail

RÈGLEMENT (CE) No 1898/2006 DE LA COMMISSION. du 14 décembre 2006

RÈGLEMENT (CE) No 1898/2006 DE LA COMMISSION. du 14 décembre 2006 RÈGLEMENT (CE) No 1898/2006 DE LA COMMISSION du 14 décembre 2006 portant modalités d application du règlement (CE) no 510/2006 du Conseil relatif à la protection des indications géographiques et des appellations

Plus en détail

Sont exclus de la procédure de médiation auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE :

Sont exclus de la procédure de médiation auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE : CHARTE DE LA MEDIATION auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE CLIENTELE DES PARTICULIERS Mai 2016 La charte de la médiation du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE est rédigée conformément à la législation

Plus en détail

Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme DECLARATION

Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme DECLARATION 27/04/2011 Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme organisée dans le cadre de la présidence turque du Comité des Ministres du Conseil de l'europe IZMIR, Turquie

Plus en détail

LE POINT SUR LE DROIT INDIVIDUEL A LA FORMATION

LE POINT SUR LE DROIT INDIVIDUEL A LA FORMATION N 62 - FORMATION n 8 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 08 avril 2011 ISSN 1769-4000 L essentiel LE POINT SUR LE DROIT INDIVIDUEL A LA FORMATION Depuis sa création par l accord national interprofessionnel

Plus en détail

Traduction. Article 1 er : Champ d application

Traduction. Article 1 er : Champ d application Loi sur la libre circulation générale des citoyens de l Union (FreizügG/EU), en date du 30 juillet 2004 (publiée au Journal officiel de la République fédérale d Allemagne BGBl. I, p. 1950, 1986), modifiée

Plus en détail

Comores. Conditions d entrée et de séjour des étrangers

Comores. Conditions d entrée et de séjour des étrangers Conditions d entrée et de séjour des étrangers Loi n 88-025 du 29 décembre 1988 [NB - Loi n 88-025 du 29 décembre 1988 portant modification de la loi n 82-026 relative aux conditions d entrée et de séjour

Plus en détail

LOI N 21/95/ADP PORTANT CREATION, ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DES TRIBUNAUX ADMINISTRATIFS

LOI N 21/95/ADP PORTANT CREATION, ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DES TRIBUNAUX ADMINISTRATIFS La loi du 2195 ADP du 16 MAI 1995 LOI N 21/95/ADP PORTANT CREATION, ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DES TRIBUNAUX ADMINISTRATIFS L ASSEMBLEE DES DEPUTES DU PEUPLE Vu la Constitution Vu la résolution n 01/ADP

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011. Banque Populaire Côte d Azur. (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire)

Commentaire. Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011. Banque Populaire Côte d Azur. (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire) Commentaire Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011 Banque Populaire Côte d Azur (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 23 septembre 2011 par le

Plus en détail

Paiements de transfert Chapitre SP 3410. Avril 2011. Bases des conclusions CCSP

Paiements de transfert Chapitre SP 3410. Avril 2011. Bases des conclusions CCSP Paiements de transfert Chapitre SP 3410 Avril 2011 CCSP AVANT-PROPOS La lettre de mise à jour n o 33 du Manuel de comptabilité de l ICCA pour le secteur public, publiée en mars 2011, comprenait le chapitre

Plus en détail

1 of 5 17.04.13 23:37

1 of 5 17.04.13 23:37 N dossier: CCC.2009.147 Autorité: CCC Date 27.01.2010 décision: Publié le: 12.05.2010 Revue juridique: Art. 172ss CC Art. 10 LDIP Art. 62 LDIP Art. 65 LDIP Articles de loi: Titre: Compétence du juge des

Plus en détail

Conditions générales pour l accès enregistré à VZ Portail financier

Conditions générales pour l accès enregistré à VZ Portail financier Conditions générales pour l accès enregistré à VZ Portail financier Les conditions générales (ci-après «CG») régissent la relation entre le contractant et VZ Banque de Dépôt SA, Innere Güterstrasse 2,

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL «ARTICLE 29» SUR LA PROTECTION DES DONNÉES

GROUPE DE TRAVAIL «ARTICLE 29» SUR LA PROTECTION DES DONNÉES GROUPE DE TRAVAIL «ARTICLE 29» SUR LA PROTECTION DES DONNÉES 1271-04-02/08/FR WP 155 rév. 04 Document de travail sur les questions fréquemment posées (FAQ) concernant les règles d entreprise contraignantes

Plus en détail

La rue n est pas un lieu d asile Dix recommandations sur l hébergement des demandeurs d asile.

La rue n est pas un lieu d asile Dix recommandations sur l hébergement des demandeurs d asile. La rue n est pas un lieu d asile Dix recommandations sur l hébergement des demandeurs d asile. Sur le Dispositif National d Accueil 1- Inverser la tendance vers l hébergement d urgence et ré-orienter les

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST La médiation bancaire est régie par le Code de la consommation (en particulier les articles L. 151-1 à L. 157-2) et le Code monétaire et financier

Plus en détail

CONVENTION EUROPÉENNE

CONVENTION EUROPÉENNE CONVENTION EUROPÉENNE sur l exercice des droits des enfants, adoptée à Strasbourg le 25 janvier 1996 3 CONVENTION EUROPÉENNE sur l exercice des droits des enfants PRÉAMBULE Les Etats membres du Conseil

Plus en détail

N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE LETTRE RECTIFICATIVE

N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE LETTRE RECTIFICATIVE N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 26 janvier 2011. LETTRE RECTIFICATIVE au projet de loi (n 2494) relatif

Plus en détail

Le traitement par l ARCEP des réclamations des utilisateurs des services postaux

Le traitement par l ARCEP des réclamations des utilisateurs des services postaux Juillet 2013 Le traitement par l ARCEP des réclamations des utilisateurs des services postaux Le cadre juridique et les modalités de traitement des réclamations 1 Introduction Aux termes de l article L.

Plus en détail

P L ACE ROYAL E 7 1 0 00 BRUXEL L ES

P L ACE ROYAL E 7 1 0 00 BRUXEL L ES LA COUR C ON S T I T U T I O N N E L LE D E B E LG I QU E P L ACE ROYAL E 7 1 0 00 BRUXEL L ES 2014 3 TABLE DES MATIERES 1 1. DE LA COUR D ARBITRAGE À LA COUR CONSTITUTIONNELLE 5 a) Création de la Cour

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-257. Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ;

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-257. Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ; Paris, le 22 octobre 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-257 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

DIRECTIVE RELATIVE AUX SERVICES D APPUI ET DE PROTECTION FOURNIS AUX VICTIMES ET AUX TÉMOINS

DIRECTIVE RELATIVE AUX SERVICES D APPUI ET DE PROTECTION FOURNIS AUX VICTIMES ET AUX TÉMOINS NATIONS UNIES MICT Mécanisme pour les Tribunaux pénaux internationaux 26 juin 2012 Original : FRANÇAIS Anglais DIRECTIVE RELATIVE AUX SERVICES D APPUI ET DE PROTECTION FOURNIS AUX VICTIMES ET AUX TÉMOINS

Plus en détail

Réglementation des loyers des locaux d habitation

Réglementation des loyers des locaux d habitation Réglementation des loyers des locaux d habitation Page 1 S O M M A I R E DECRET N o 146/PG-RM DU 27 SEPTEMBRE 1967 TITRE PREMIER TITRE II Du maintien dans les lieux et du droit de reprise page 3 TITRE

Plus en détail

Circulaire du 12 mars 2015. relative à l application des exceptions au principe «silence vaut acceptation» dans les relations NOR : RDFF1501796C

Circulaire du 12 mars 2015. relative à l application des exceptions au principe «silence vaut acceptation» dans les relations NOR : RDFF1501796C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la décentralisation et de la fonction publique Circulaire du 12 mars 2015 relative à l application des exceptions au principe «silence vaut acceptation» dans les relations

Plus en détail

Accréditation des Bureaux d enregistrement

Accréditation des Bureaux d enregistrement 1 Accréditation des Bureaux d enregistrement Guide Pratique 2 Table des matières I. Préambule... 3 II. La procédure d accréditation... 3 A. Demande d accréditation... 3 B. Examen du dossier... 4 1. Analyse

Plus en détail

TITRE I - DES CONGES

TITRE I - DES CONGES REPOBLIKAN'I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE, DU TRAVAIL ET DES LOIS SOCIALES DECRET N 2004-812 Fixant le régime des congés, des permissions et des autorisations

Plus en détail

DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE

DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE Michel Miné Christine Boudineau Anne Le Nouvel Marie Mercat-Bruns Bruno Silhol DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE, 2010 ISBNÞ: 978-2-212-54678-1 VI. MOBILITÉ DES SALARIÉS 127 Section 2.

Plus en détail

Règles d entreprise visant à légitimer un transfert de données à caractère personnel vers des pays non membres de la communauté européenne.

Règles d entreprise visant à légitimer un transfert de données à caractère personnel vers des pays non membres de la communauté européenne. ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Av. de la porte de Hal, 5-8, B-1060 Bruxelles Tél.: +32(0)2/542.72.00 Email : commission@privacy.fgov.be Fax.: +32(0)2/542.72.12 http://www.privacy.fgov.be/

Plus en détail

CONTENTIEUX DES DECISIONS DE LA CDAPH : TRIBUNAL ADMINISTRATIF, COUR ADMINISTRATIVE D APPEL ET CONSEIL D ETAT

CONTENTIEUX DES DECISIONS DE LA CDAPH : TRIBUNAL ADMINISTRATIF, COUR ADMINISTRATIVE D APPEL ET CONSEIL D ETAT Guide pratique MDPH Partie 3 Fiche n IV-3 CNSA - DGAS Version 1 Décembre 2008 CONTENTIEUX DES DECISIONS DE LA CDAPH : TRIBUNAL ADMINISTRATIF, COUR ADMINISTRATIVE D APPEL ET CONSEIL D ETAT Plan : 1. Quelles

Plus en détail

Convention sur la représentation en matière de vente internationale de marchandises (Genève, 17 février 1983)

Convention sur la représentation en matière de vente internationale de marchandises (Genève, 17 février 1983) Convention sur la représentation en matière de vente internationale de marchandises (Genève, 17 février 1983) LES ETATS PARTIES A LA PRESENTE CONVENTION, DESIRANT établir des dispositions communes concernant

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2015-494 QPC du 16 octobre 2015. Consorts R.

Commentaire. Décision n 2015-494 QPC du 16 octobre 2015. Consorts R. Commentaire Décision n 2015-494 QPC du 16 octobre 2015 Consorts R. (Procédure de restitution, au cours de l information judiciaire, des objets placés sous main de justice) La Cour de cassation a renvoyé

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2012-261 QPC du 22 juin 2012. M. Thierry B. (Consentement au mariage et opposition à mariage)

Commentaire. Décision n 2012-261 QPC du 22 juin 2012. M. Thierry B. (Consentement au mariage et opposition à mariage) Commentaire Décision n 2012-261 QPC du 22 juin 2012 M. Thierry B. (Consentement au mariage et opposition à mariage) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 13 avril 2012 par la première chambre civile

Plus en détail

Le règlement (CE) N 1896/2006 du parlement européen et du conseil du 12 décembre 2006 instituant une procédure européenne d injonction de payer

Le règlement (CE) N 1896/2006 du parlement européen et du conseil du 12 décembre 2006 instituant une procédure européenne d injonction de payer Le règlement (CE) N 1896/2006 du parlement européen et du conseil du 12 décembre 2006 instituant une procédure européenne d injonction de payer Par Michelle POESS, étudiante en droit et Karl H. BELTZ,

Plus en détail

Citation : C. N. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 737 C. N. Commission de l assurance-emploi du Canada

Citation : C. N. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 737 C. N. Commission de l assurance-emploi du Canada [TRADUCTION] Citation : C. N. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 737 Date : Le 15 juin 2015 Numéro de dossier : AD-13-698 DIVISION D APPEL Entre: C. N. Demanderesse et Commission

Plus en détail

FACULTE DE DROIT INSTITUT D ETUDES JUDICIAIRES

FACULTE DE DROIT INSTITUT D ETUDES JUDICIAIRES FACULTE DE DROIT INSTITUT D ETUDES JUDICIAIRES Correction NOTE DE SYNTHESE «Les droits du gardé à vue» Il y a garde à vue dès qu il y a maintien, à la disposition des enquêteurs, d une personne dont la

Plus en détail

Code de bonne conduite administrative pour le personnel de l Agence européenne des produits chimiques

Code de bonne conduite administrative pour le personnel de l Agence européenne des produits chimiques Code de bonne conduite administrative pour le personnel de l Agence européenne des produits chimiques Version consolidée adopté par décision du conseil d administration MB/11/2008 du 14 février 2008 modifié

Plus en détail

Avis de la Chambre des Métiers

Avis de la Chambre des Métiers CdM/21/05/2012 12-38 Amendements gouvernementaux au projet de règlement grand-ducal fixant les critères, la procédure d agrément aux fonctions de médiateur judiciaire et familial et le mode de rémunération

Plus en détail

N o 6103 6 CHAMBRE DES DEPUTES. Session ordinaire 2011-2012 PROJET DE LOI. portant modification des articles 351, 353 et 353-1 du Code pénal * * *

N o 6103 6 CHAMBRE DES DEPUTES. Session ordinaire 2011-2012 PROJET DE LOI. portant modification des articles 351, 353 et 353-1 du Code pénal * * * 30.7.2012 N o 6103 6 CHAMBRE DES DEPUTES Session ordinaire 2011-2012 PROJET DE LOI portant modification des articles 351, 353 et 353-1 du Code pénal SOMMAIRE: page Amendements adoptés par la Commission

Plus en détail

METTRE EN ŒUVRE UNE MESURE D EXÉCUTION FORCÉE

METTRE EN ŒUVRE UNE MESURE D EXÉCUTION FORCÉE Quelles sont les étapes obligées qu un justiciable doit franchir pour pouvoir contraindre un débiteur au paiement de sa dette? Si chaque État européen doit veiller à ce que tout justiciable bénéficie du

Plus en détail

76 Bd de la Villette - 75940 Paris Cedex 19 23 août 2012 PROCEDURE DE REGULARISATION DE PERSONNES MIGRANTES EN SITUATION IRREGULIERE EN FRANCE

76 Bd de la Villette - 75940 Paris Cedex 19 23 août 2012 PROCEDURE DE REGULARISATION DE PERSONNES MIGRANTES EN SITUATION IRREGULIERE EN FRANCE Section Française SF12-C2-12 76 Bd de la Villette - 75940 Paris Cedex 19 23 août 2012 PROCEDURE DE REGULARISATION DE PERSONNES MIGRANTES EN SITUATION IRREGULIERE EN FRANCE COMPTE RENDU DE LA COMMISSION

Plus en détail

LE DROIT DE PRÉFÉRENCE DU PRENEUR À BAIL COMMERCIAL

LE DROIT DE PRÉFÉRENCE DU PRENEUR À BAIL COMMERCIAL LE DROIT DE PRÉFÉRENCE DU PRENEUR À BAIL COMMERCIAL Article juridique publié le 28/01/2015, vu 15581 fois, Auteur : Maître Joan DRAY La loi dite «Pinel» du 18 juin 2014 a introduit, dans l'article L. 145-46-1

Plus en détail

LES DELAIS DE L AVANT PROJET DE DECRET REFORMANT LA PROCEDURE D APPEL AVEC REPRESENTATION OBLIGATOIRE EN MATIERE CIVILE

LES DELAIS DE L AVANT PROJET DE DECRET REFORMANT LA PROCEDURE D APPEL AVEC REPRESENTATION OBLIGATOIRE EN MATIERE CIVILE LES DELAIS DE L AVANT PROJET DE DECRET REFORMANT LA PROCEDURE D APPEL AVEC REPRESENTATION OBLIGATOIRE EN MATIERE CIVILE Le projet de réforme, étudié strictement sous l aspect des délais de procédure, reprend

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT Introduction NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé

Ministère des affaires sociales et de la santé Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau de l exercice, de la déontologie et du développement professionnel continu (RH2) Personne chargée

Plus en détail

Mesdames et messieurs les directeurs des caisses d'assurance retraite et de la santé au travail et des caisses générales de sécurité sociale

Mesdames et messieurs les directeurs des caisses d'assurance retraite et de la santé au travail et des caisses générales de sécurité sociale Circulaire Objet : dont la date d effet est fixée à compter du 1 er janvier 2015 Référence : 2014-65 Date : 23 décembre 2014 Direction juridique et de la réglementation nationale Département réglementation

Plus en détail

Saisine : Ministre de la Justice (19 mai 2015) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE

Saisine : Ministre de la Justice (19 mai 2015) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE Luxembourg, le 30 juin 2015 Objet : Projet de loi n 6820 portant modification: 1) de la loi du 29 mars 2013 relative à l organisation du casier et aux échanges d informations extraites du casier judiciaire

Plus en détail

Le respect de l équilibre entre les parties du procès pénal est, en effet, un des aspects

Le respect de l équilibre entre les parties du procès pénal est, en effet, un des aspects AVIS du 14 octobre 2011 du Contrôleur général des lieux de privation de liberté relatif à l emploi de la visio-conférence à l égard des 1 - Le respect des droits de la défense, au cours d un procès, dans

Plus en détail

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (1 ère section) Décision du 28 juin 2012

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (1 ère section) Décision du 28 juin 2012 Recours 12/08 CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (1 ère section) Décision du 28 juin 2012 Dans l affaire enregistrée sous le n 12-08 ayant pour objet un recours introduit le 29 février 2012 pour

Plus en détail

LES MESURES ADOPTÉES PAR LE PÉROU EN MATIÈRE D EXTRADITION COMME INSTRUMENT DE COOPÉRATION

LES MESURES ADOPTÉES PAR LE PÉROU EN MATIÈRE D EXTRADITION COMME INSTRUMENT DE COOPÉRATION LES MESURES ADOPTÉES PAR LE PÉROU EN MATIÈRE D EXTRADITION COMME INSTRUMENT DE COOPÉRATION NELLY CALDERON N. Bureau du Procureur général République du Pérou L extradition représente un mécanisme de coopération

Plus en détail

LOI SUR L ADOPTION RENFORÇANT LES DROITS DE L ADOPTÉ DANS SA NOUVELLE FAMILLE

LOI SUR L ADOPTION RENFORÇANT LES DROITS DE L ADOPTÉ DANS SA NOUVELLE FAMILLE LOI SUR L ADOPTION RENFORÇANT LES DROITS DE L ADOPTÉ DANS SA NOUVELLE FAMILLE Moniteur No Avril.. DÉCRET DU 4 AVRIL 1974 SUR L ADOPTION RENFORÇANT LES DROITS DE L ADOPTÉ DANS SA NOUVELLE FAMILLE DÉCRET

Plus en détail

Congés payés : comment gérer les imprévus?

Congés payés : comment gérer les imprévus? Congés payés : comment gérer les imprévus? La période des congés payés a d ores et déjà débuté. Les dates de chacun sont arrêtées depuis plusieurs semaines et certains sont déjà partis. Restent les imprévus

Plus en détail

POLITIQUE 5.6 OFFRES PUBLIQUES DE RACHAT DANS LE COURS NORMAL DES ACTIVITÉS

POLITIQUE 5.6 OFFRES PUBLIQUES DE RACHAT DANS LE COURS NORMAL DES ACTIVITÉS POLITIQUE 5.6 OFFRES PUBLIQUES DE RACHAT DANS LE COURS NORMAL DES ACTIVITÉS Champ d application de la politique La présente politique expose la procédure et les politiques de la Bourse applicables aux

Plus en détail

Numéro du rôle : 5446. Arrêt n 91/2013 du 13 juin 2013 A R R E T

Numéro du rôle : 5446. Arrêt n 91/2013 du 13 juin 2013 A R R E T Numéro du rôle : 5446 Arrêt n 91/2013 du 13 juin 2013 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 55, alinéa 3, de l ordonnance de la Région de Bruxelles-Capitale du 5 juin 1997

Plus en détail

DECRET N 60-051 du 9 mars 1960. Article premier. - Le présent décret, pris en application des articles 53, 56, 57, 59 et 63 de la loi n 60-003 du

DECRET N 60-051 du 9 mars 1960. Article premier. - Le présent décret, pris en application des articles 53, 56, 57, 59 et 63 de la loi n 60-003 du DECRET N 60-051 du 9 mars 1960 relatif au régime particulier de certaines positions des fonctionnaires des cadres de l Etat et à certaines modalités de cessation définitive de fonctions. Article premier.

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 10BX00529 Inédit au recueil Lebon 6ème chambre (formation à 3) M. JACQ, président M. Jean-Emmanuel RICHARD, rapporteur M. GOSSELIN, rapporteur public BOULLOCHE,

Plus en détail

MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE

MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE Evoquer le rôle du juge dans une matière transfrontalière suppose que soit préalablement abordée la double question de la compétence

Plus en détail

SCP DELAPORTE, BRIARD, TRICHET ; SCP BARTHELEMY, MATUCHANSKY, VEXLIARD, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP DELAPORTE, BRIARD, TRICHET ; SCP BARTHELEMY, MATUCHANSKY, VEXLIARD, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 16/02/2011 Conseil d État N 329254 Publié au recueil Lebon 5ème et 4ème sous-sections réunies M. Arrighi de Casanova, président M. Xavier de Lesquen, rapporteur Mme Lieber Sophie-Justine, commissaire

Plus en détail

LA DÉCISION DROIT AU SÉJOUR POUR RAISON MÉDICALE LES CINQ CONDITIONS DE LA RÉGULARISATION (ART. L313-11 11 DU CESEDA)

LA DÉCISION DROIT AU SÉJOUR POUR RAISON MÉDICALE LES CINQ CONDITIONS DE LA RÉGULARISATION (ART. L313-11 11 DU CESEDA) L obtention pour raison médicale de la carte de séjour temporaire, mention «vie privée et familiale», est soumise à cinq conditions cumulatives. La décision appartient au préfet après avis du Médecin inspecteur

Plus en détail

Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants

Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants NATIONS UNIES CAT Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants Distr. GÉNÉRALE CAT/C/MUS/Q/3 20 juillet 2009 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CONTRE LA

Plus en détail

N 392809 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 392809 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 392809 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE SOCIÉTÉ ROCHE SAS Ordonnance du 21 septembre 2015 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LE JUGE DES RÉFÉRÉS Vu la procédure suivante : Par une requête

Plus en détail

M. Béraud (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Béraud (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 30/10/2012 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 26 septembre 2012 N de pourvoi: 11-15384 11-21994 Non publié au bulletin Rejet M. Béraud (conseiller le plus ancien faisant fonction

Plus en détail

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (1 ère section) Décision du 15 décembre 2010. la Chambre de recours des Ecoles européennes, composée de

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (1 ère section) Décision du 15 décembre 2010. la Chambre de recours des Ecoles européennes, composée de Recours 10/63 CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (1 ère section) Décision du 15 décembre 2010 Dans l affaire enregistrée au greffe de la Chambre sous le n 10/63, ayant pour objet un recours introduit

Plus en détail

Note explicative de l ETF sur l'application du salaire minimum national au secteur du transport routier: une mesure exigée par la législation de l'ue

Note explicative de l ETF sur l'application du salaire minimum national au secteur du transport routier: une mesure exigée par la législation de l'ue Galerie Agora, Rue du Marché aux Herbes 105, Bte 11 B-1000 Brussels Telephone +32 2 285 46 60 Fax +32 2 280 08 17 Email: etf@etf-europe.org www.etf-europe.org European Transport Workers Federation Fédération

Plus en détail

QUATRIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011)

QUATRIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011) Le Bureau du Procureur The Office of the Prosecutor QUATRIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011) INTRODUCTION

Plus en détail

Numéro du rôle : 2539. Arrêt n 15/2004 du 29 janvier 2004 A R R E T

Numéro du rôle : 2539. Arrêt n 15/2004 du 29 janvier 2004 A R R E T Numéro du rôle : 2539 Arrêt n 15/2004 du 29 janvier 2004 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant les articles 81, alinéas 4 et 8, et 104, alinéas 3 et 7, du Code judiciaire, posée par

Plus en détail

AVENANT DU 6 FÉVRIER 2015

AVENANT DU 6 FÉVRIER 2015 MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective IDCC : 8723. TRAVAUX D AMÉNAGEMENT ET D ENTRETIEN FORESTIERS (Gironde, Landes et Lot-et-Garonne)

Plus en détail

COMMUNICATION DE M. POTOČNIK À LA COMMISSION, EN ACCORD AVEC M. LE VICE-PRÉSIDENT KALLAS

COMMUNICATION DE M. POTOČNIK À LA COMMISSION, EN ACCORD AVEC M. LE VICE-PRÉSIDENT KALLAS COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 15 décembre 2009 SEC(2009) 1720 final COMMUNICATION DE M. POTOČNIK À LA COMMISSION, EN ACCORD AVEC M. LE VICE-PRÉSIDENT KALLAS Simplification du processus de recouvrement

Plus en détail

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l audience ; Après avoir entendu au cours de l audience publique du 24 novembre 2009 :

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l audience ; Après avoir entendu au cours de l audience publique du 24 novembre 2009 : Cour Administrative d Appel de Bordeaux 6 ème chambre (formation à 3) 22 décembre 2009 Rejet Sources : - http://www.legifrance.gouv.fr Références au greffe : - Pourvoi n 08BX02277 Références de publication

Plus en détail

Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Haute-Garonne LA POSITION HORS CADRE

Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Haute-Garonne LA POSITION HORS CADRE Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Haute-Garonne LA POSITION HORS CADRE Octobre 2015 SOMMAIRE Sommaire p. 1 Textes de référence p. 2 Introduction p. 3 I/ Les conditions d octroi

Plus en détail

N 344 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 344 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI N 344 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 7 novembre 2012. PROJET DE LOI ouvrant le mariage aux couples de

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; Avis n 22/2015 du 17 juin 2015

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; Avis n 22/2015 du 17 juin 2015 1/7 Avis n 22/2015 du 17 juin 2015 Objet: Projet d'arrêté royal concernant la gestion du Registre central des testaments et du Registre central des contrats de cohabitation et de mariage (CO-A-2015-029)

Plus en détail

MODALITES D'OBTENTION D'UNE AUTORISATION DE STATIONNEMENT

MODALITES D'OBTENTION D'UNE AUTORISATION DE STATIONNEMENT FICHE N 1 MODALITES D'OBTENTION D'UNE AUTORISATION DE STATIONNEMENT - Code des transports. - Décret n 95-935 du 17 août 1995 modifié REPRISE D UNE ADS A TITRE ONEREUX REPRISE D UNE AUTORISATION NON CESSIBLE

Plus en détail

Trusts internationaux à Chypre

Trusts internationaux à Chypre Trusts internationaux à Chypre Trusts internationaux chypriotes critères de qualification La Loi sur les trusts internationaux de 1992 complète la Loi sur les fiduciaires, elle-même basée sur la Loi britannique

Plus en détail

BOURSE INTERNATIONALE «ENTRANTE» MARIE CURIE

BOURSE INTERNATIONALE «ENTRANTE» MARIE CURIE ANNEXE III DISPOSITIONS PARTICULIÈRES BOURSE INTERNATIONALE «ENTRANTE» MARIE CURIE PHASE DE RETOUR III.1 Définitions Outre les définitions figurant à l'article II.1, les définitions suivantes s'appliquent

Plus en détail

- 137 - TABLEAU COMPARATIF. Texte du projet de loi

- 137 - TABLEAU COMPARATIF. Texte du projet de loi - 137 - TABLEAU COMPARATIF Texte en vigueur Texte du projet de loi Texte élaboré par la commission en vue de l examen en séance publique Loi n 2015-1501 du 20 novembre 2015 prorogeant l application de

Plus en détail

DÉCLARATION. du Président de la Cour européenne des droits de l homme concernant les

DÉCLARATION. du Président de la Cour européenne des droits de l homme concernant les DÉCLARATION du Président de la Cour européenne des droits de l homme concernant les DEMANDES DE MESURES PROVISOIRES (Article 39 du règlement de la Cour) Face à une augmentation alarmante du nombre des

Plus en détail

Retrait d enfants placés

Retrait d enfants placés Page 1 de 10 Retrait d enfants placés Cette section contient les normes et les principes directeurs provinciaux qui régissent le retrait d un enfant du foyer nourricier où il a été placé. Elle s applique

Plus en détail

Licenciement économique

Licenciement économique Licenciement économique Définition légale Constitue un licenciement pour motif économique le licenciement effectué par un employeur pour un ou plusieurs motifs non inhérents à la personne du salarié résultant

Plus en détail

L OBLIGATION D AMÉNAGEMENTS RAISONNABLES DANS LE CADRE DE LA RÉINSERTION PROFESSIONNELLE DES TRAVAILLEURS EN SITUATION DE HANDICAP

L OBLIGATION D AMÉNAGEMENTS RAISONNABLES DANS LE CADRE DE LA RÉINSERTION PROFESSIONNELLE DES TRAVAILLEURS EN SITUATION DE HANDICAP Nos réf : 2015 87 Novembre 2015 RECOMMANDATION L OBLIGATION D AMÉNAGEMENTS RAISONNABLES DANS LE CADRE DE LA RÉINSERTION PROFESSIONNELLE DES TRAVAILLEURS EN SITUATION DE HANDICAP 1. CONSTATS 1.1. Augmentation

Plus en détail

SCP Lyon-Caen, Fabiani et Thiriez, SCP Peignot et Garreau, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Lyon-Caen, Fabiani et Thiriez, SCP Peignot et Garreau, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 17 mars 2010 N de pourvoi: 09-12196 Non publié au bulletin Rejet M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen, Fabiani et Thiriez, SCP Peignot

Plus en détail

Règlement intérieur de l Association des traducteurs et interprètes de l Ontario ASSOCIATION DES TRADUCTEURS ET INTERPRÈTES DE L'ONTARIO

Règlement intérieur de l Association des traducteurs et interprètes de l Ontario ASSOCIATION DES TRADUCTEURS ET INTERPRÈTES DE L'ONTARIO Règlement intérieur de l Association des traducteurs et interprètes de l Ontario Annexe 2 ASSOCIATION DES TRADUCTEURS ET INTERPRÈTES DE L'ONTARIO CODE DE PROCÉDURE DU COMITÉ DE DISCIPLINE Adoptée par l

Plus en détail