Critères de détermination de l Etat responsable

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Critères de détermination de l Etat responsable"

Transcription

1 Les grandes lignes du Règlement «Dublin III» Le règlement (UE) n 604/2013 du Parlement européen et du Conseil du 26 juin établit les critères et mécanismes de détermination de l Etat membre responsable de l examen d une demande de protection internationale introduite dans l un des Etats membres par un ressortissant de pays tiers ou un apatride, dit Règlement «Dublin III». Il remplace le règlement n 343/2003 du Conseil du 18 février 2003, dit Règlement «Dublin II». Nous en présentons ici les grandes lignes. Critères de détermination de l Etat responsable Le principe reste inchangé. La demande d asile est examinée par un seul Etat membre. Les critères de détermination de l Etat responsable n ont pas été non plus modifiés. Ils ont cependant été quelque peu aménagés pour tenir compte de l intérêt supérieur de l enfant et du maintien du lien familial. Ces critères de détermination s appliquent dans l ordre dans lequel ils sont présentés ci-dessous. Les mineurs non accompagnés Le nouveau règlement pose, en effet, le principe selon lequel la minorité est, par ordre hiérarchique, le premier critère de détermination de l Etat responsable dont l application est soumise à l intérêt supérieur du mineur non accompagné. L Etat membre responsable de l examen de sa demande étant celui dans lequel un membre de sa famille se trouve légalement, sous réserve de l intérêt du 1

2 mineur non accompagné, le règlement fait obligation aux Etats membres de prendre toutes les mesures nécessaires pour identifier les membres de sa famille, au besoin en faisant appel à une organisation internationale. Une fois un membre de la famille du mineur identifié, qu il soit bénéficiaire ou demandeur d une protection internationale, l Etat membre responsable est celui sur le territoire duquel il se trouve pour autant que ce soit dans l intérêt supérieur de l enfant et le proche puisse s occuper de lui. Lorsque les membres de la famille identifiés résident dans plusieurs Etats membres, l Etat membre est déterminé en fonction de l intérêt supérieur du mineur non accompagné. Le nouveau règlement ne tire cependant pas toutes les conséquences d un arrêt rendu quelques jours plus tôt, avant son adoption, par la Cour de Justice de l Union Européenne, 1 qui avait jugé, à propos des mineurs non accompagnés, outre que l intérêt supérieur de l enfant doit être une considération primordiale, que, lorsqu un mineur non accompagné, dont aucun membre de la famille ne se trouve légalement sur le territoire de l Union européenne, a déposé des demandes d asile dans plus d un État membre, l État membre responsable pour l examiner sera celui où le mineur se trouve, après y avoir déposé une demande. Le maintien du lien familial Le second critère de détermination de l Etat responsable tient compte de la présence d un membre de la famille sur le territoire d un Etat membre. Ainsi, si le nouveau règlement réaffirme le principe selon lequel la présence d un membre de la famille sur le territoire d un Etat membre, qu il soit bénéficiaire d une protection internationale ou simple demandeur, désigne ce dernier comme responsable de la demande d asile, il soumet cette désignation à la condition que les intéressés (c est-à-dire le demandeur et le membre de sa famille) en aient exprimé le souhait par écrit. En outre, afin de préserver l unité de famille, le règlement prévoit que lorsque plusieurs membres d une même famille introduisent une demande de protection internationale dans le même Etat membre, conjointement ou à des dates rapprochées, et que l application des critères conduirait à les séparer, l Etat responsable sera celui chargé de l examen des demandes du plus grand nombre pu, à défaut, celui que les critères désignent comme responsable de l examen de la demande du plus âge d entre eux. Délivrance de titres de séjour ou de visas L Etat qui a délivré au demandeur un titre de séjour ou un visa en cours de validité est responsable de l examen de sa demande d asile. Si le demandeur 1 CJUE, 6 juin 2013, aff. 648/11. 2

3 d asile est titulaire de plusieurs titres de séjour ou visas en cours de validité, la responsabilité de l examen de la demande d asile à l Etat membre qui a délivré le titre de séjour accordant le droit de séjour le plus long ou, en cas de durée de validité identique, à l Etat membre qui a délivré le titre de séjour ou le visa dont l échéance est la plus lointaine. Entrée ou séjour irrégulier L Etat qui a laissé pénétrer un ressortissant d un pays tiers, par voie terrestre, maritime ou aérienne, sur son territoire est responsable de l examen de sa demande d asile. Cependant, sa responsabilité prend fin 12 mois après la date de franchissement irrégulier de la frontière de cet Etat. Si, de ce fait, l Etat membre ne peut plus être tenu pour responsable de la demande d asile ou si les circonstances de l entrée sur le territoire d un des Etats membres ne peuvent être établies et qu il apparait que le demandeur a séjourné sur son territoire pendant au moins cinq mois dans un Etat membre avant d introduire sa demande d asile, cet Etat est responsable de l examen de cette demande. Si le demandeur a séjourné dans plusieurs Etats membres pendant des périodes d au moins cinq mois, l Etat membre du dernier séjour est responsable de l examen de la demande d asile. Exemption de visa et demande d asile en zone de transit international LOrsqu un demandeur d asile entre sur le territoire d un Etat membre dans lequel il est exempté de l obligation de visa, l examen de sa demande d asile incombe à cet Etat membre. En revanche, si sa demande est également présentée dans un autre Etat membre dans lequel il est également exempté de l obligation de visa pour y entrer, cet autre Etat membre est responsable de l examen de sa demande d asile. Si la demande est présentée dans la zone de transit international d un aéroport d un Etat membre, ce dernier est responsable de l examen de la demande. Changement d Etat responsable Cas de défaillance systémique Se faisant l écho de la jurisprudence de la Cour de Justice de l Union Européenne, 2 le nouveau règlement prévoit que lorsqu il y a de sérieuses raisons de croire qu il existe dans un Etat membre désigné comme responsable de l examen de la demande des défaillances systémiques dans la procédure 2 CJUE, 21 déc. 2011, aff. C-411/10 et C-493/10, N.S, rendues à propos de la Grèce. 3

4 d asile et les conditions d accueil des demandeurs d asile susceptibles d entraîner un risque de traitement inhumain ou dégradant au sens de la charte des droits fondamentaux de l Union européenne, l Etat membre saisi de la demande d asile doit poursuivre l examen des critères de détermination afin d établir si un autre Etat membre peut être désigné comme responsable de la demande. A défaut de pouvoir désigner un autre Etat membre, il devient responsable de la demande d asile. Les Etats membres peuvent également renvoyer le demandeur vers un pays sûr au sens de la directive 2013/32/UE, dite directive «Procédures» du 26 juin 2013, s il apparaît que le demandeur y a résidé ou transité. Clause humanitaire Le nouveau règlement, qui fait écho à la jurisprudence de la Cour de Justice de l Union Européenne 3 vise d abord à rapprocher les membres d une même famille dans les hypothèses suivantes : - le demandeur dépend de l assistance d un membre de sa famille (définie comme l enfant, un frère, une sœur, un père ou une mère) résidant un Etat membre, ou - un membre de sa famille (enfant, frères ou sœurs, père ou mère) résidant dans un autre membre dépend de l assistance du demandeur. Ainsi, le nouveau règlement limite l application de la clause aux enfants, frères et sœurs et pères et mères, ce que ne faisait pas le Règlement «Dublin II». Les Etats membres doivent, dans ce cas, laisser généralement ensemble ou rapprocher le demandeur de cet autre membre de la famille, à la triple condition que les liens familiaux aient existé antérieurement dans le pays d origine, que la personne concernée soit capable d assurer cette prise en charge et que tous en aient exprimé le souhait par écrit. Sous réserve que ces conditions soient remplies, l Etat responsable de l examen de la demande d asile est le pays, autre que celui où se trouve le demandeur, dans lequel réside légalement l enfant, le frère ou la sœur ou le père ou la mère, à moins que l état de santé du demandeur ne fasse obstacle à ce que le demandeur soit transféré dans cet Etat. Dans ce cas, l Etat membre responsable est celui dans lequel le demandeur se trouve. Clauses discrétionnaires La clause de sauvegarde prévue par le Règlement «Dublin II» a été conservée en l Etat : chaque Etat membre peut toujours décider d examiner une demande d asile, même si cet examen ne lui incombe pas en vertu des critères de détermination définis dans le règlement. 3 CJUE, 6 nov. 2012, aff. C / 4

5 Le nouveau règlement reprend également la clause de souveraineté du précédent règlement selon laquelle l Etat membre dans lequel une demande d asile est présentée et qui procède à la détermination de l Etat membre responsable, ou l Etat membre responsable lui-même, peut à tout moment, avant qu une première décision soit rendue sur le fond, demander à un autre Etat membre de prendre en charge le demandeur pour rapprocher tout parent pour des motifs humanitaires fondées, notamment sur des motifs familiaux ou culturels, même si cet autre Etat membre n est pas responsable en vertu des critères de détermination définis dans le règlement. Dans ce cas, l Etat auquel est demandée la prise en charge peut accéder à la requête de l Etat membre initialement responsable en vertu des critères de détermination (dans ce cas la responsabilité de l examen de la demande lui est transférée), mais il n en a pas l obligation. Cessation de responsabilité de l Etat responsable Le cas de cessation de responsabilité d un Etat membre a été confirmé par le nouveau règlement qui précise cependant la règle posée par l ancien règlement : ainsi, les obligations de prise en charge ou de reprise en charge de l Etat responsable cessent s il peut établir que le demandeur a volontairement quitté le territoire des Etats membres pendant une durée d au moins trois mois, à moins qu il ne soit titulaire d un titre de séjour en cours de validité délivré par l Etat responsable. Dans ce cas, la demande introduite auprès de l Etat initialement responsable ou auprès d un second Etat après la période d absence est considérée comme une nouvelle demande donnant lieu à une nouvelle détermination de l Etat membre responsable. Le même mécanisme est applicable à la personne qui a quitté le territoire en exécution d une décision de retour ou toute autre mesure d éloignement prise par l Etat responsable. Obligation de l Etat membre responsable en matière de prise ou de reprise en charge Le règlement énumère les cas justifiant la prise en charge, ou la reprise en charge, de la part de l Etat membre désigné comme responsable de l examen de la demande d asile. Cet Etat a l obligation de : - prendre en charge le demandeur qui a introduit une demande dans un autre Etat membre, Dans ce cas, l Etat membre responsable doit examiner la demande d asile. 5

6 - reprendre en charge le demandeur dont la demande est en cours d examen et qui a présenté une demande auprès d un autre Etat membre ou qui se trouve, sans titre de séjour, sur le territoire d un autre Etat membre. Dans ce cas, il doit mener à son terme l examen de la demande introduite avant que le demandeur ne quitte le territoire de cet Etat. - reprendre en charge le demandeur qui a retiré sa demande et a présenté une demande dans un autre Etat membre ou se trouve sur son territoire sans titre de séjour. Dans ce cas, l Etat membre responsable doit veille à ce que le demandeur ait le droit de demander que l examen de sa demande soit mené à terme ou qu il puisse une nouvelle demande d asile. Cette nouvelle demande ne devra pas être considérée comme une demande ultérieure au sens de la directive «Procédures» 2013/32/UE. - reprendre en charge le demandeur dont la demande a été rejetée et qui a présenté une demande auprès d un autre Etat membre ou qui se trouve, sans titre de séjour, sur le territoire d un autre Etat membre. Dans ce cas, l Etat membre responsable veille à ce que le demandeur puisse bénéficier d un recours effectif contre cette décision de rejet au sens de la directive «Procédures» 2013/32/UE. Procédure de prise ou de reprise en charge Prise en charge Le délai de présentation d une demande de prise en charge reste de trois mois, au-delà desquels la responsabilité est transférée à l Etat auprès duquel la demande d asile a été introduite. Toutefois, le délai est réduit à deux mois si la responsabilité de l examen de la demande est établie par les données enregistrées dans le fichier Eurodac. Par ailleurs, l Etat membre peut solliciter une réponse en urgence si la demande d asile a été introduite à la suite d un refus d entrée ou de séjour, d une arrestation pour séjour irrégulier ou la signification d une mesure d éloignement. L Etat requis procède aux vérifications des éléments sur la base desquels sa responsabilité a été établie. Il soit statuer sur la requête dans un délai de deux mois à compter de la réception de la requête. L absence de réponse dans ce délai de deux mois ou, d un mois en cas d urgence, équivaut à l acceptation de la prise en charge du demandeur. 6

7 Reprise en charge Le règlement impose dorénavant que les requêtes aux fins de reprise en charge soient établies dans les mêmes conditions de délai que les requêtes aux fins de prise en charge, sous peine de transfert de responsabilité sur l Etat requérant. Par ailleurs, la reprise en charge ne concerne plus seulement les personnes qui se présentent auprès d un second Etat pour demander une protection, mais également celles qui se trouvent irrégulièrement sur le territoire d un Etat membre sans faire de demande de protection, alors qu une telle demande est en cours d instruction ou a fait l objet d une décision de rejet dans un autre Etat membre. Toutefois, dans ce cas, la procédure de reprise en charge n est, pour l Etat sur le territoire duquel le demandeur se trouve, qu une faculté tant que ce dernier ne présente pas de demande de protection. Lorsqu une personne dont la demande d asile a été rejetée par une décision définitive dans un Etat membre, se trouve sur le territoire d un autre Etat membre sans titre de séjour, ce dernier Etat membre peut soit requérir le premier Etat membre aux fins de reprise en charge de la personne concernée, soit engager une procédure de retour conformément à la directive 2008/115/CE du 16 décembre 2008, dite «Directive retour». Si, au terme du délai de deux mois ou trois mois (selon les informations sur la base desquelles la responsabilité d un autre Etat résulte respectivement du Fichier Eurodac, ou de preuves ou indices), la requête aux fins de prise en charge n a pas été formulée, l Etat membre doit donner au demandeur la possibilité de faire une nouvelle demande de protection. Il devient alors responsable de l examen de cette demande. L Etat requis pour la reprise en charge dispose d un délai d un mois à compter de la date de réception de la requête, réduit à deux semaines si la requête est fondée sur les données du système Eurodac. L absence de réponse à l expiration de ce délai équivaut à une acceptation de la requête et entraîne l obligation de reprendre en charge le demandeur. Transfert du demandeur Placement en rétention Le simple fait que la personne concernée fasse l objet d une décision de transfert ne suffit pas. Il faut que le placement en détention soit fondé sur un risque sérieux de fuite. Cette mesure de placement rétention doit, en outre, être proportionnelle et ne peut être mise en œuvre que si une évaluation individuelle fait apparaître qu aucune autre mesure coercitive ne peut être effectivement appliquée. Elle doit, par ailleurs, être aussi brève que possible et ne pas se 7

8 prolonger au-delà du délai raisonnable pour accomplir les procédures administratives requises avec toute la diligence voulue jusqu à l exécution du transfert. Si le placement en rétention intervient avant la requête de prise ou de reprise en charge auprès de l Etat membre responsable, le délai de présentation de la requête ne peut excéder un mois à compter de l introduction de la demande et l Etat requérant doit solliciter une réponse en urgence. L absence de réponse dans un délai dans les deux semaines après réception de la requête vaut acceptation de la requête par l Etat membre responsable et l obligation pour lui de prendre ou reprendre en charge la personne concernée. Dans tous les cas, le transfert de la personne concernée doit intervenir dès qu il est matériellement possible et, au plus tard, dans un délai de six semaines à compter de l acceptation implicite ou explicite de le requête aux fins de prise ou reprise en charge. Le non respect des délais prescrits par l Etat requérant, tant pout l exécution de la requête que pour l exécution du transfert, entraine mainlevée de la mesure de rétention. Modalités et délais des transferts A l instar du règlement «Dublin II», l Etat requérant doit procéder au transfert dans un délai de six mois à compter de l acceptation implicite ou explicite de l Etat requis. Toutefois, conformément à la jurisprudence Petrossian 4 de la Cour de Justice de l Union Européenne, le point de départ de ce délai peut être fixé à la date du jugement statuant sur le recours en annulation ou en révision contre la décision de transfert si ce recours a été assorti d un effet suspensif. Si le transfert n est pas exécuté dans le délai de six mois, l Etat requis est libéré de son obligation de prise en charge ou de reprise en charge et la responsabilité est transférée à l Etat requérant. Ce délai est toutefois porté à un an au maximum si l Etat requérant n a pas pu procéder au transfert en raison d une emprisonnement de la personne concernée ou à dix-huit mois au maximum si la personne concernée est en fuite. Le coût du transfert est à la charge de l Etat requérant. L Etat procédant au transfert communiquer à l Etat responsable les données adéquates, pertinentes et raisonnables sur la personne transférée aux fins que cet Etat soit en mesure d apporter une assistance suffisante à cette personne, y compris les soins de santé urgents indispensables à la sauvegarde de ses intérêts essentiels. Ceci concerne en particulier les informations se rapportant aux 4 CJCE, 29 janv. 2009, aff. C-19/08 : "L article 20, paragraphes 1, sous d), et 2, du règlement (CE) n 343/2003 du Conseil, du 18 février 2003, (...) doit être interprété en ce sens que, lorsque la législation de l État membre requérant prévoit l effet suspensif d un recours, le délai d exécution du transfert court, non pas déjà à compter de la décision juridictionnelle provisoire suspendant la mise en œuvre de la procédure de transfert, mais seulement à compter de la décision juridictionnelle qui statue sur le bien-fondé de la procédure et qui n est plus susceptible de faire obstacle à cette mise en œuvre". 8

9 personnes handicapées, aux personnes âgées, aux femmes enceintes, aux mineurs, aux personnes ayant été victimes d actes de torture, de viol ou d autres formes graves de violence psychologique, physique ou sexuelle. Si la personne a été transférée par erreur ou si la décision de transfert est annulée après son exécution, l Etat qui a procédé à son transfert doit reprendre l intéressé sans tarder. Garanties Droit à l information Le règlement «Dublin II» n abordait ce droit que de manière succincte. Le nouveau règlement définit avec précision l étendue et la portée de ce droit à l information. Il prévoit, en particulier, que la Commission devra rédiger, pour les demandeurs d asile, une brochure commune ainsi qu une brochure spécifique pour les mineurs non accompagnés. Le nouveau règlement prévoit que les autorités du pays dans lequel est présent le demandeur doivent informer le demandeur de l application du règlement et, notamment : - des objectifs du règlement, des conséquences de la présentation d une autre demande dans un Etat membre différent, ainsi que des conséquences du passage d un Etat membre à un autre pendant les phases au cours desquelles l Etat membre responsable est déterminé et sa demande d asile examinée. - des critères de détermination de l Etat membre responsable, de la hiérarchie de ces critères au cours des différentes étapes de la procédure et de leur durée, - de l objet de l entretien individuel (cf. infra) - des recours susceptibles d être exercés contre la décision de transfert, - du fait que des données personnelles le concernant pourront être échangées entre Etat requérant et Etat requis et du droit d accès et de rectification de ces données. Toutes ces informations devront être données dans une langue comprise par le demandeur ou dont on peut raisonnablement supposer qu il la comprend. Pour cela, la brochure commune et, selon le cas, la brochure spécifique lui sera remise. Si nécessaire, ces informations lui seront également communiqués oralement lors de son entretien individuel. Entretien individuel Le règlement pose le principe d un entretien individuel dont l objectif est de permettre au demandeur de fournir des informations visant à faciliter la détermination de l Etat responsable, en particulier, la présence de membres de sa famille sur le territoire d un Etat membre et de veiller à ce qu il comprenne correctement les informations qui lui sont fournies. 9

10 L entretien a lieu en temps utiles et, en tout état de cause, avant qu une décision de transfert soit prise. Il est mené dans une langue que le demandeur comprend ou dont on peut raisonnablement pense qu il la comprend et dans laquelle il est capable de communiquer. Un résumé de l entretien devra être rédigé contenant les principales informations fournies par le demandeur. L Etat requérant peut se dispenser d accorder un entretien au demandeur si l intéressé a pris la fuite ou s il a fourni par d autres moyens des informations pertinentes avant d avoir reçu les information que l Etat requérant doit lui délivrer en vertu du règlement. L Etat requérant peut toutefois proposer au demandeur de fournir, par d autres moyens qu un entretien, toutes les informations pertinentes qu il pourrait faire valoir afin de déterminer correctement l Etat membre responsable. Recours contre la décision de transfert Lorsque l Etat membre requis accepte, implicitement ou explicitement, la prise ou la reprise en charge d un demandeur, l Etat requérant doit notifier au demandeur ou, s il est représenté, à son avocat, sa décision de le transférer vers l Etat requis. Cette décision doit contenir les informations utiles sur les voies de recours disponibles, y compris sur le droit de demander un effet suspensif, ainsi que sur les délais applicables à l exercice de ces voies de recours et à la mise en œuvre du transfert. L Etat requérant doit accorder au demandeur un droit de recours effectif sous d un recours contre la décision de transfert ou d une révision devant une juridiction. Le demandeur doit disposer d un délai raisonnable pour exercer son recours. Se faisant l écho de la jurisprudence de la Cour de Justice de l Union Européenne 5 le règlement impose, pour ce faire, aux Etats membres d intégrer dans leur législation des dispositions propres à garantir un caractère suspensif au recours au fond, en laissant toutefois aux Etats membres le choix entre trois modalités différentes : - le recours est, de plein droit, suspensif de l exécution de la décision de transfert, le demandeur, - le transfert est automatiquement suspendu pendant un délai raisonnable pendant lequel une juridiction devra statuer sur l octroi du bénéfice du caractère suspensif du recours, 5 CJUE, 29 janv. 2009, aff. C-19/08, Pétrossian, qui a jugé que lorsque la législation d un Etat membre prévoit l effet suspensif d un recours, le délai d exécution du transfert court, non pas déjà à compter de la décision juridictionnelle provisoire suspendant la mise en œuvre de la procédure de transfert, mais seulement à compter de la décision juridictionnelle qui statue sur le bien-fondé de la procédure et qui n est plus susceptible de faire obstacle à cette mise en œuvre. 10

11 - le transfert est automatiquement suspendu durant l examen d une demande, auprès d une juridiction, tendant à l octroi du bénéfice du caractère suspensif. Les Etats membres doivent veiller à ce que le demandeur bénéficie d une assistance linguistique et juridique gratuite lorsqu il ne peut en supporter le coût. 11

TABLE DES MATIERES. I.2. La mutualisation des empreintes digitales : clef de voûte du système Dublin

TABLE DES MATIERES. I.2. La mutualisation des empreintes digitales : clef de voûte du système Dublin Préface Lorsque les pays de l Union européenne commencent à appliquer, en 1995, le principe d un seul Etat responsable de l examen d une demande d asile, il s agit pour eux de mettre fin à la possibilité

Plus en détail

Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie?

Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie? FR Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie? B Informations pour les demandeurs d une protection internationale dans le cadre d une procédure de Dublin en vertu de l article 4 du Règlement

Plus en détail

ACCÉDER ET SE MAINTENIR EN HÉBERGEMENT D'URGENCE 1. LE DROIT À L'HÉBERGEMENT D'URGENCE, C'EST QUOI?

ACCÉDER ET SE MAINTENIR EN HÉBERGEMENT D'URGENCE 1. LE DROIT À L'HÉBERGEMENT D'URGENCE, C'EST QUOI? ACCÉDER ET SE MAINTENIR EN HÉBERGEMENT D'URGENCE 1. LE DROIT À L'HÉBERGEMENT D'URGENCE, C'EST QUOI? 2. QUELLES DÉMARCHES POUR ACCÉDER OU SE MAINTENIR EN HÉBERGEMENT D URGENCE? 3. EN L'ABSENCE DE PROPOSITION

Plus en détail

III. Nationalité luxembourgeoise par acquisition volontaire

III. Nationalité luxembourgeoise par acquisition volontaire III. Nationalité luxembourgeoise par acquisition volontaire A. La naturalisation La qualité de Luxembourgeois s acquiert par naturalisation. La naturalisation confère à l étranger tous les droits civils

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013. M. Jory Orlando T.

Commentaire. Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013. M. Jory Orlando T. Commentaire Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013 M. Jory Orlando T. (Conditions d attribution d une carte de séjour mention «vie privée et familiale» au conjoint étranger d un ressortissant français)

Plus en détail

MARS 2009. Accès au droit et aide juridictionnelle Notre engagement pour une défense de qualité

MARS 2009. Accès au droit et aide juridictionnelle Notre engagement pour une défense de qualité MARS 2009 Accès au droit et aide juridictionnelle Notre engagement pour une défense de qualité Pratique de l aide juridictionnelle Annexe XIV du réglement intérieur du barreau de Paris L avocat a le devoir

Plus en détail

n 13020725 COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N 13020725 M. A. AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

n 13020725 COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N 13020725 M. A. AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE N 13020725 M. A. Mme Denis-Linton Présidente de la Cour nationale du droit d asile Audience du 28 mars 2014 Lecture du 11 avril 2014 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE

Plus en détail

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Définitions (1) Les définitions qui suivent s appliquent à la présente règle. Champ d application «demande de réparation» Sont comprises parmi les demandes de réparation

Plus en détail

Adaptations d ordonnances en raison de nouveautés en lien avec l acquis de Dublin/Eurodac

Adaptations d ordonnances en raison de nouveautés en lien avec l acquis de Dublin/Eurodac Adaptations d ordonnances en raison de nouveautés en lien avec l acquis de Dublin/Eurodac du Le Conseil fédéral suisse, vu la loi du 16 décembre 2005 sur les étrangers (LEtr) 1, vu les art. 17, al. 6,

Plus en détail

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT)

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT) F OMPI PCT/R/2/4 ORIGINAL : anglais DATE : 31 mai 2002 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT) COMITÉ SUR LA

Plus en détail

Projet de loi sur l immigration. Synthèse des principaux éléments

Projet de loi sur l immigration. Synthèse des principaux éléments 1 Projet de loi sur l immigration présenté en Conseil des ministres le 23 juillet 2014 NOR : INTX1412529L Synthèse des principaux éléments ❶ Titres de séjour Catégories de titres de séjour Le visa de long

Plus en détail

Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises

Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises Objet : Arrêté royal du 4 mai 2007 relatif au permis de conduire, à l aptitude professionnelle et à la formation

Plus en détail

JORF n 0139 du 17 juin 2011. Texte n 1. LOI LOI n 2011-672 du 16 juin 2011 relative à l immigration, à l intégration et à la nationalité (1)

JORF n 0139 du 17 juin 2011. Texte n 1. LOI LOI n 2011-672 du 16 juin 2011 relative à l immigration, à l intégration et à la nationalité (1) Le 29 juin 2011 JORF n 0139 du 17 juin 2011 Texte n 1 LOI LOI n 2011-672 du 16 juin 2011 relative à l immigration, à l intégration et à la nationalité (1) NOR: IOCK1003689L L Assemblée nationale et le

Plus en détail

PARTIE E INSCRIPTIONS AU REGISTRE SECTION 3 LA MARQUE COMMUNAUTAIRE EN TANT QU OBJET DE PROPRIÉTÉ CHAPITRE 2 LICENCES

PARTIE E INSCRIPTIONS AU REGISTRE SECTION 3 LA MARQUE COMMUNAUTAIRE EN TANT QU OBJET DE PROPRIÉTÉ CHAPITRE 2 LICENCES DIRECTIVES RELATIVES À L'EXAMEN PRATIQUÉ À L'OFFICE DE L HARMONISATION DANS LE MARCHÉ INTÉRIEUR (MARQUES, DESSINS ET MODÈLES) SUR LES MARQUES COMMUNAUTAIRES PARTIE E INSCRIPTIONS AU REGISTRE SECTION 3

Plus en détail

Guide pratique pour l application du nouveau règlement Bruxelles II

Guide pratique pour l application du nouveau règlement Bruxelles II Guide pratique pour l application du nouveau règlement Bruxelles II (Règlement du Conseil (CE) n 2201/2003 du 27 novembre 2003 relatif à la compétence, la reconnaissance et l exécution des décisions en

Plus en détail

Traduction. Art. 22 Accueil en provenance de l étranger

Traduction. Art. 22 Accueil en provenance de l étranger Loi relative au séjour des étrangers en Allemagne, en date du 30 juillet 2004 (publiée au Journal officiel de la République fédérale d Allemagne BGBl. I, p. 1950), modifiée en dernier lieu par la loi portant

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION RELATIVE A L INDEMNISATION DE L ALLOCATION SPECIFIQUE DE CHÔMAGE PARTIEL

NOTICE D INFORMATION RELATIVE A L INDEMNISATION DE L ALLOCATION SPECIFIQUE DE CHÔMAGE PARTIEL N 51355#02 NOTICE D INFORMATION RELATIVE A L INDEMNISATION DE L ALLOCATION SPECIFIQUE DE CHÔMAGE PARTIEL I. Objectif Attribuer une allocation destinée à compenser une partie de l indemnisation versée aux

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON N 1208057 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Mme Lareille LM AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Reymond-Kellal Rapporteur

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON N 1208057 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Mme Lareille LM AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Reymond-Kellal Rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON N 1208057 Mme Lareille LM M. Reymond-Kellal Rapporteur M. Stillmunkes Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Lyon (formation

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Versailles N 07VE03227 Inédit au recueil Lebon 4ème Chambre M. BROTONS, président Mme Corinne SIGNERIN-ICRE, rapporteur Mme JARREAU, rapporteur public POULY, avocat(s) lecture

Plus en détail

La protection des représentants du personnel

La protection des représentants du personnel La protection des représentants du personnel Les représentants du personnel bénéficient d une protection dans leur emploi afin de mener à bien leurs missions en lien avec leur mandat. Cette protection

Plus en détail

JORF n 0139 du 17 juin 2011 Texte n 1. LOI LOI n 2011-672 du 16 juin 2011 relative à l immigration, à l intégration et à la nationalité (1)

JORF n 0139 du 17 juin 2011 Texte n 1. LOI LOI n 2011-672 du 16 juin 2011 relative à l immigration, à l intégration et à la nationalité (1) JORF n 0139 du 17 juin 2011 Texte n 1 LOI LOI n 2011-672 du 16 juin 2011 relative à l immigration, à l intégration et à la nationalité (1) NOR: IOCK1003689L L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté,

Plus en détail

INTRODUCTION DE DONNÉES DANS JURIFAST

INTRODUCTION DE DONNÉES DANS JURIFAST INTRODUCTION DE DONNÉES DANS JURIFAST 1. GÉNÉRALITÉS Afin de leur permettre le plus large accès, les documents seront introduits au format pdf, en maintenant dans les options de protection des documents

Plus en détail

Projet de loi n o 72 (2002, chapitre 11)

Projet de loi n o 72 (2002, chapitre 11) DEUXIÈME SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 72 (2002, chapitre 11) Loi modifiant la Loi sur la qualité de l environnement et d autres dispositions législatives relativement à la protection

Plus en détail

CONVENTION DE SECURITE SOCIALE ENTRE LE GOUVERNEMENT DE L ETAT D ISRAEL ET LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE 1

CONVENTION DE SECURITE SOCIALE ENTRE LE GOUVERNEMENT DE L ETAT D ISRAEL ET LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE 1 CONVENTION DE SECURITE SOCIALE ENTRE LE GOUVERNEMENT DE L ETAT D ISRAEL ET LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE 1 Le Gouvernement de l Etat d Israël, et Le Gouvernement de la République Française,

Plus en détail

Vu la requête, enregistrée le 7 août 2014, présentée pour Mme Ali R. [ ], par la SCPA Breillat-Dieumegard-Masson ; Mme R. demande au tribunal :

Vu la requête, enregistrée le 7 août 2014, présentée pour Mme Ali R. [ ], par la SCPA Breillat-Dieumegard-Masson ; Mme R. demande au tribunal : TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE POITIERS KG N 1402316 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Mme Ali R. M. Ellie Rapporteur M. Salvi Rapporteur public AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Poitiers (2 ème chambre)

Plus en détail

L ACCES A LA PROTECTION EST EN DANGER!

L ACCES A LA PROTECTION EST EN DANGER! L ACCES A LA PROTECTION EST EN DANGER! Note d information sur le traitement des personnes renvoyées en Hongrie dans le cadre de la procédure Dublin, décembre 2011 1 RESUME Selon le Comité Helsinki Hongrois,

Plus en détail

CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux. Nos 374524,374554 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. SAS ALLOCAB SOCIÉTÉ VOXTUR et autres AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux. Nos 374524,374554 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. SAS ALLOCAB SOCIÉTÉ VOXTUR et autres AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux Nos 374524,374554 SAS ALLOCAB SOCIÉTÉ VOXTUR et autres Ordonnance du 5 février 2013 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LE JUGE DES RÉFÉRÉS Vu 1, sous

Plus en détail

Vu la requête, enregistrée le 16 mai 2014, présentée pour M. A., domicilié c/o Me D. ;

Vu la requête, enregistrée le 16 mai 2014, présentée pour M. A., domicilié c/o Me D. ; jb COUR ADMINISTRATIVE D'APPEL DE LYON N 14LY01523 ------------------ M. A. M. Le Gars Président M. Besse Rapporteur RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS La Cour administrative d'appel de Lyon

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 28/06/2013 Conseil d État N 365638 ECLI:FR:CEORD:2013:365638.20130214 Inédit au recueil Lebon Juge des référés SPINOSI, avocat(s) lecture du jeudi 14 février 2013 REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE

Plus en détail

Le régime d asile européen commun. Affaires intérieures

Le régime d asile européen commun. Affaires intérieures Le régime d asile européen commun Affaires intérieures Europe Direct est un service destiné à vous aider à trouver des réponses aux questions que vous vous posez sur l Union européenne. Un numéro unique

Plus en détail

Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises

Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises Objet : Arrêté royal du 4 mai 2007 relatif au permis de conduire, à l aptitude professionnelle et à la formation

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 14/05/2013 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 24 avril 2013 N de pourvoi: 12-14377 ECLI:FR:CCASS:2013:C100415 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président),

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 12 février 2015 de présentation des dispositions du décret n 2014-1633 du 26 décembre 2014 modifiant le décret n 2010-434 du 29 avril 2010 relatif à la communication par la voie électronique

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MARSEILLE N 0605319 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. B. A. AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Salvage Rapporteur

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MARSEILLE N 0605319 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. B. A. AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Salvage Rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MARSEILLE N 0605319 M. B. A. M. Salvage Rapporteur Mme Teuly-Desportes Commissaire du gouvernement RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de

Plus en détail

Accord de réadmission entre le Conseil fédéral de la Confédération suisse et le Gouvernement de la Fédération de Russie

Accord de réadmission entre le Conseil fédéral de la Confédération suisse et le Gouvernement de la Fédération de Russie Traduction 1 Accord de réadmission entre le Conseil fédéral de la Confédération suisse et le Gouvernement de la Fédération de Russie 0.142.116.659 Conclu le 21 septembre 2009 Entré en vigueur par échange

Plus en détail

Mohammed BENJABER Chef de la Division de la Coopération Consulaire et Sociale Direction des Affaires Consulaires et sociales Ministère des Affaires

Mohammed BENJABER Chef de la Division de la Coopération Consulaire et Sociale Direction des Affaires Consulaires et sociales Ministère des Affaires Mohammed BENJABER Chef de la Division de la Coopération Consulaire et Sociale Direction des Affaires Consulaires et sociales Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération 16 juin 2015 Décret n

Plus en détail

Les juridictions. A) Les juridictions civiles :

Les juridictions. A) Les juridictions civiles : Les juridictions. Tribunaux = Magistrats Ils ont une compétence d attribution (on ne peut pas s adresser à n importe quel tribunal pour n importe quelle affaire. Le droit privé (ordre judiciaire) de 1

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 350788 Publié au recueil Lebon M. Jacques Arrighi de Casanova, président M. Frédéric Dieu, rapporteur M. Nicolas Boulouis, rapporteur public SCP BORE ET SALVE DE BRUNETON ; CARBONNIER,

Plus en détail

M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président. SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, avocat(s)

M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président. SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, avocat(s) Cour de cassation Chambre sociale Audience publique du 8 juillet 2010 N de pourvoi: 08-45287 Non publié au bulletin Rejet M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président

Plus en détail

Jurisprudence Actualités DROIT DU TRAVAIL

Jurisprudence Actualités DROIT DU TRAVAIL Jurisprudence Actualités DROIT DU TRAVAIL Ø FORFAIT- JOURS : La vérification de la charge de travail du salarié est soumise à l entière responsabilité de l employeur. Doit être annulée une convention individuelle

Plus en détail

Convention sur la réduction des cas d apatridie

Convention sur la réduction des cas d apatridie Convention sur la réduction des cas d apatridie 1961 Faite à New York le 30 août 1961. Entrée en vigueur le 13 décembre 1975. Nations Unies, Recueil des Traités, vol. 989, p. 175. Copyright Nations Unies

Plus en détail

LE POUVOIR DISCIPLINAIRE DE L AUTORITE TERRITORIALE

LE POUVOIR DISCIPLINAIRE DE L AUTORITE TERRITORIALE LE POUVOIR DISCIPLINAIRE DE L AUTORITE TERRITORIALE 1. Rappels règlementaires sur la lettre de d information obligatoire avant toute sanction (sans saisine du conseil de discipline) sanctions du premier

Plus en détail

Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique?

Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique? Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique? Les Matinales IP&T Fabienne Panneau Avocat Counsel 12 mai 2011 Introduction Constat : la recherche d informations sur un serveur informatique

Plus en détail

N 11/00083 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 11/00083 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL DU TRAVAIL DE NOUMÉA N 11/00083 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Présidente : Mme ANDRE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier : Brigitte LAPORTE Jugement du 10 juillet 2012 PARTIES EN CAUSE : DEMANDEUR : M.

Plus en détail

a médiation INTRODUCTION La médiation

a médiation INTRODUCTION La médiation L a médiation INTRODUCTION L objectif de ce guide est de familiariser à la médiation les dirigeants d entreprises et leurs salariés, leurs conseils, les avocats et experts-comptables. Il leur permet ainsi

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 13 juin 2013 N de pourvoi: 12-10260 ECLI:FR:CCASS:2013:C200963 Non publié au bulletin Cassation M. Bizot (conseiller doyen faisant fonction de président),

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE

COMMISSION EUROPÉENNE 2.8.2013 Journal officiel de l Union européenne C 223/1 (Communications) COMMUNICATIONS PROVENANT DES INSTITUTIONS, ORGANES ET ORGANISMES DE L'UNION EUROPÉENNE COMMISSION EUROPÉENNE Lignes directrices

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

Numéro du rôle : 1620. Arrêt n 48/99 du 20 avril 1999 A R R E T

Numéro du rôle : 1620. Arrêt n 48/99 du 20 avril 1999 A R R E T Numéro du rôle : 1620 Arrêt n 48/99 du 20 avril 1999 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative aux articles 17, 1er, alinéas 2 et 4, et 18, antépénultième alinéa, des lois coordonnées sur

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Décret n o 2008-321 du 4 avril 2008 relatif à l examen des caractéristiques génétiques

Plus en détail

N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE

N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LIMOGES if N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE M. S. C/ Ministre de la culture et de la communication et autre Mme Ozenne Rapporteur AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le tribunal administratif

Plus en détail

Statuts et titres de séjour en Belgique CIDJ 8 Décembre 2011

Statuts et titres de séjour en Belgique CIDJ 8 Décembre 2011 Statuts et titres de séjour en Belgique CIDJ 8 Décembre 2011 CIRE Coordination et initiatives pour réfugiés et étrangers Objectif : défendre les droits des demandeurs d'asile, des réfugiés et des étrangers

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/10/2012 Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 07BX02490 Inédit au recueil Lebon 3ème chambre (formation à 3) Mme FLECHER-BOURJOL, président Mme Françoise LEYMONERIE, rapporteur M. VIE, commissaire

Plus en détail

M. ------------------ AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

M. ------------------ AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N 1300371 TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CAEN ------------------ RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. ------------------ AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS DB M. M ondésert juge des référés Le juge des référés, Audience du 20 mars

Plus en détail

PROJET DE LOI. relatif à l immigration, à l intégration et à la nationalité ------

PROJET DE LOI. relatif à l immigration, à l intégration et à la nationalité ------ RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l immigration, de l intégration, de l identité nationale et du développement solidaire NOR : IMIK1003689L/Bleue-1 PROJET DE LOI relatif à l immigration, à l intégration

Plus en détail

N 2725 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 2725 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI N 2725 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 15 avril 2015. PROJET DE LOI autorisant l approbation du protocole

Plus en détail

Direction des Opérations Direction de la réglementation. La phase contentieuse

Direction des Opérations Direction de la réglementation. La phase contentieuse La phase contentieuse Sommaire 1. Recouvrement contentieux : la contrainte 2. Mise à jour des délégations 3. Présentation de la nouvelle application Contentieux dans AUDE 2 Procédure exclusive Conditions

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 REPUBLIQUE FRANCAISE 1 COUR NATIONALE DE LA TARIFICATION SANITAIRE ET SOCIALE Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 Président : M. DURAND-VIEL Rapporteur : Mme WOLF Commissaire du gouvernement : Mme PICARD

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI Le présent document est établi à titre provisoire. Seule la «Petite loi», publiée ultérieurement, a valeur de texte TEXTE ADOPTÉ n 26 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE

Plus en détail

L'exécution des peines correctionnelles

L'exécution des peines correctionnelles L'exécution des peines correctionnelles I) L application des peines Le juge de l application des peines est chargé de déterminer les modalités d exécution des peines prononcées par les juridictions pénales

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION GÉNÉRALE...27. I. L objectif de garantie de la mobilité et des droits fondamentaux dans le

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION GÉNÉRALE...27. I. L objectif de garantie de la mobilité et des droits fondamentaux dans le TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION GÉNÉRALE...27 I. L objectif de garantie de la mobilité et des droits fondamentaux dans le marché intérieur et l espace de liberté, de sécurité et de justice...32 II. L objectif

Plus en détail

L E S R É G I M E S CHANGER D ÉTABLISSEMENT

L E S R É G I M E S CHANGER D ÉTABLISSEMENT 2 Les transferts et changements d affectation CHANGER D ÉTABLISSEMENT Un changement d affectation est une décision de transférer un détenu dans un autre établissement. Le transfert est la conduite de la

Plus en détail

Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale

Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale Chapitre 117 Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale Y. NICOL 1. Introduction Au moment où nous rédigeons ces lignes, la question de l accès aux soins des

Plus en détail

UN NOUVEAU MODE DE RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL A DUREE INDETERMINEE : LA RUPTURE CONVENTIONNELLE

UN NOUVEAU MODE DE RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL A DUREE INDETERMINEE : LA RUPTURE CONVENTIONNELLE UN NOUVEAU MODE DE RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL A DUREE INDETERMINEE : LA RUPTURE CONVENTIONNELLE UN BREF HISTORIQUE EN INTRODUCTION : DE L ANI du 11/01/2008 A LA LOI : L accord national interprofessionnel

Plus en détail

Demande d aide financière

Demande d aide financière Demande d aide financière Fonds d affectation spéciale des Nations Unies devant aider les États en développement, en particulier les pays les moins avancés et les petits insulaires en développement, à

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

C.N.News. n 7 Juillet - août 2008 ACTUALITES LEGALES I. PRESENTATION SOMMAIRE

C.N.News. n 7 Juillet - août 2008 ACTUALITES LEGALES I. PRESENTATION SOMMAIRE C.N.News n 7 Juillet - août 2008 ACTUALITES LEGALES I. PRESENTATION SOMMAIRE Loi de modernisation de l économie n 2008-776 du 4 août 2008 : cette loi ne comporte pas moins de 76 mesures destinées à développer

Plus en détail

Vu la requête, enregistrée le 12 septembre 2011, présentée pour M. I., demeurant ( ), par Me Vinay ; M. I. demande au tribunal :

Vu la requête, enregistrée le 12 septembre 2011, présentée pour M. I., demeurant ( ), par Me Vinay ; M. I. demande au tribunal : TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N 1107554 M. I. M. Gobeill Rapporteur M. Domingo Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Montreuil, (9 ème chambre),

Plus en détail

Numéro du rôle : 5763. Arrêt n 175/2014 du 4 décembre 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5763. Arrêt n 175/2014 du 4 décembre 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5763 Arrêt n 175/2014 du 4 décembre 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 19bis-11, 2, de la loi du 21 novembre 1989 relative à l assurance obligatoire

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Demande de permission d en appeler

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Demande de permission d en appeler [TRADUCTION] Citation : K. U. c. Ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences, 2014 TSSDA 38 N o d appel : AD-13-169 ENTRE : K. U. Demanderesse et Ministre des Ressources humaines

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

LOI SUR L ASILE 2015

LOI SUR L ASILE 2015 1 LOI SUR L ASILE 2015 Loi n 2015-925 du 29 juillet 2015 Publiée au JO 30/07/2015, p. 12977 Voir le texte intégral de la loi sur Légifrance Synthèse des principaux éléments Août 2015 Avant propos La réforme

Plus en détail

PROTOCOLE. Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe. Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice,

PROTOCOLE. Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe. Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice, PROTOCOLE Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice, Le Tribunal de commerce de Paris, représenté par son Président en

Plus en détail

Informations destinées aux requérants d'asile auprès d un aéroport suisse

Informations destinées aux requérants d'asile auprès d un aéroport suisse Informations destinées aux requérants d'asile auprès d un aéroport suisse Vous avez trouvé refuge en Suisse et vous voulez déposer une demande d asile. L Organisation suisse d aide aux réfugiés OSAR a

Plus en détail

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure COUR NATIONALE DE L INCAPACITÉ ET DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure L inopposabilité a pour

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 319103 Mentionné dans les tables du recueil Lebon M. Vigouroux, président Mme Agnès Fontana, rapporteur M. Dacosta Bertrand, commissaire du gouvernement SCP BOULLOCHE ; SCP PEIGNOT, GARREAU,

Plus en détail

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée (JO n 4984 p. 13) L assemblée nationale à délibéré et adopté, Le président de la république promulgue la loi dont la teneur suit

Plus en détail

TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX. Le vice-président, juge des référés

TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX. Le vice-président, juge des référés 27/07 2011 16:36 FAX 0556995879 TRIBUNAL AOMIN BORDEAUX (g) 003/007 N _ TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX bm R ÉPU BLIQ U E FRANÇAISE M. M, Chemin Vice-président Juge des référés Audience du 27 juillet

Plus en détail

La loi n 2008-561 du 17 juin 2008 portant réforme de la prescription en matière civile a été publiée au journal officiel n 0141 du 18 juin 2008.

La loi n 2008-561 du 17 juin 2008 portant réforme de la prescription en matière civile a été publiée au journal officiel n 0141 du 18 juin 2008. CIRCULAIRE 2008-15 -DRE Paris, le 15/12/2008 Objet : Loi n 2008-561 du 17 juin 2008 portant réforme de la prescription en matière civile Madame, Monsieur le Directeur, La loi n 2008-561 du 17 juin 2008

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ

DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 42127/98 présentée par W. A. contre la Suisse La Cour européenne des Droits de l'homme (deuxième section), siégeant en chambre le 12 janvier 1999 en présence

Plus en détail

«Quelques Réflexions sur...»

«Quelques Réflexions sur...» Numéro 14 Mars 2007 «Quelques Réflexions sur...» La Lettre de la Société et N. Sarkozy Le décret du 5 janvier 2007 : les contours du nouveau régime juridique applicable aux autorisations d urbanisme (2

Plus en détail

Base Documentaire du Centre National de Documentation du Trésor public JURISPRUDENCE TRIBUNAL ADMINISTRATIF LYON

Base Documentaire du Centre National de Documentation du Trésor public JURISPRUDENCE TRIBUNAL ADMINISTRATIF LYON JURISPRUDENCE SOURCE JURIDICTION ADMINISTRATIVE N / DATE / PAGE / AUTEUR NATURE Jugement N s TRIBUNAL ADMINISTRATIF LYON AFFAIRE / 0601780 0603484 DATE 30/4/2008 1 ) Mme X., a saisi le tribunal administratif

Plus en détail

Cour européenne des droits de l homme. Questions & Réponses

Cour européenne des droits de l homme. Questions & Réponses Cour européenne des droits de l homme Questions & Réponses Questions & Réponses Qu est-ce que la Cour européenne des droits de l homme? Ces questions et réponses ont été préparées par le Greffe de la Cour.

Plus en détail

Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information

Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information (Questionnaire) 1. Décrivez brièvement le soutien institutionnel administratif de l accès à

Plus en détail

Session des jeunes 2012 15 18 novembre 2012

Session des jeunes 2012 15 18 novembre 2012 Session des jeunes 2012 15 18 novembre 2012 > Dossier Expulsion forcée de requérant-e-s d asile Table des matières 1. Introduction... 3 2. Bases... 3 3. Exécution des décisions de renvoi... 3 4. Rapatriement

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-179 QPC du 29 septembre 2011 Mme Marie-Claude A. (Conseil de discipline des avocats)

Commentaire. Décision n 2011-179 QPC du 29 septembre 2011 Mme Marie-Claude A. (Conseil de discipline des avocats) Commentaire Décision n 2011-179 QPC du 29 septembre 2011 Mme Marie-Claude A. (Conseil de discipline des avocats) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 12 juillet 2011 par la première chambre civile

Plus en détail

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1)

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1) Vous êtes victime Introduction Vous avez été victime d une infraction (1). C est un événement traumatisant et vous vous posez sûrement de nombreuses questions : Quels sont mes droits? Que dois-je faire

Plus en détail

Règlement d INTERPOL sur le traitement des données

Règlement d INTERPOL sur le traitement des données BUREAU DES AFFAIRES JURIDIQUES Règlement d INTERPOL sur le traitement des données [III/IRPD/GA/2011(2014)] REFERENCES 51 ème session de l Assemblée générale, résolution AGN/51/RES/1, portant adoption du

Plus en détail

Aide-mémoire DÉLAIS DE CONGÉ ET DE PROTECTION. I. Généralités. II. Les délais de résiliation. 1. Le délai de congé pendant le temps d essai

Aide-mémoire DÉLAIS DE CONGÉ ET DE PROTECTION. I. Généralités. II. Les délais de résiliation. 1. Le délai de congé pendant le temps d essai Aide-mémoire DÉLAIS DE CONGÉ ET DE PROTECTION I. Généralités Au quotidien, les délais de congé et de protection donnent souvent lieu à des incertitudes. Quand le délai de congé commence-t-il à courir,

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

Droit du travail - Jurisprudence. Contentieux ARTT : revirement de jurisprudence

Droit du travail - Jurisprudence. Contentieux ARTT : revirement de jurisprudence Contentieux ARTT : revirement de jurisprudence Cour de cassation - chambre sociale Audience publique du 24 novembre 2010 N de pourvoi : 08-44181 08-44182 08-44184 08-44185 08-44186 Cassation Dans un arrêt

Plus en détail

CE Cour de Justice, le 14 septembre 1999 * Affaire C-391/97. Frans Gschwind contre Finanzamt Aachen-Außenstadt. Le cadre juridique national

CE Cour de Justice, le 14 septembre 1999 * Affaire C-391/97. Frans Gschwind contre Finanzamt Aachen-Außenstadt. Le cadre juridique national CE Cour de Justice, le 14 septembre 1999 * Affaire C-391/97 Frans Gschwind contre Finanzamt Aachen-Außenstadt 1. Par ordonnance du 27 octobre 1997, parvenue à la Cour le 17 novembre suivant, le Finanzgericht

Plus en détail

Transfert d entreprise

Transfert d entreprise Fiche 81 CLARIFICATION DU CONCEPT À quoi correspond le transfert d entreprise? Le transfert d entreprise désigne une diversité de situations entraînant un changement d employeur. Cela concerne, notamment,

Plus en détail

Outplacement, obligations légales et outil de management (cct n 51 et cct n 82)

Outplacement, obligations légales et outil de management (cct n 51 et cct n 82) Outplacement, obligations légales et outil de management (cct n 51 et cct n 82) INTRODUCTION Il est préférable d éviter un licenciement que de remédier aux conséquences de celuici. Quelle qu en soit la

Plus en détail

2.2 Objet du contrôle Il y a lieu de vérifier les points suivants de manière individuelle ou combinée.

2.2 Objet du contrôle Il y a lieu de vérifier les points suivants de manière individuelle ou combinée. Protection des données; examen périodique des applications informatiques; CONDITIONS GÉNÉRALES (également valables lors de recours à des sociétés d audit) 1 Quiconque souhaite charger une société d audit

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 5 mars 2014 Cassation M. CHARRUAULT, président.

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 5 mars 2014 Cassation M. CHARRUAULT, président. CIV. 1 JL COUR DE CASSATION Audience publique du 5 mars 2014 Cassation M. CHARRUAULT, président Pourvoi n o J 13-14.642 Arrêt n o F-D R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA

Plus en détail

NOTE D ADMINISTRATION N 07/2004

NOTE D ADMINISTRATION N 07/2004 Secrétariat Général La Défense, le 1 er juillet 2014 Direction des Ressources Humaines Direction Siège NOTE D ADMINISTRATION N 07/2004 applicable à l ensemble du personnel lié par un contrat de travail

Plus en détail

Instruction interministérielle

Instruction interministérielle Paris, le 14 Août 2007 La directrice des Archives de France du ministère de la Culture et de la Communication à Mesdames et Messieurs les préfets Archives départementales La directrice de l hospitalisation

Plus en détail

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2 Le tribunal administratif de Paris annule le refus opposé à une candidate de participer aux épreuves d entrée à l Ecole Nationale de la Magistrature au regard de la condition de bonne moralité. Le 3 de

Plus en détail