RIVIERA : les voies d amélioration de la sécurité de l angioplastie coronaire dans le monde réel. Dominique Guedj-Meynier, présidente du CNCF

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RIVIERA : les voies d amélioration de la sécurité de l angioplastie coronaire dans le monde réel. Dominique Guedj-Meynier, présidente du CNCF"

Transcription

1 N 24 Décembre 2006 Attitudes Angor stable : les nouvelles recommandations de la Société européenne de cardiologie (III) Contraception estroprogestative et risque cardiovasculaire Les nouvelles recommandations de l ESC sur la fibrillation atriale : 2006 versus 2001 Registre RIVIERA : les voies d amélioration de la sécurité de l angioplastie coronaire dans le monde réel Interview Dominique Guedj-Meynier, présidente du CNCF Congrès American Heart Association session scientifique 2006 (Chicago) 18 e Congrès du Collège national des cardiologues français (Nantes) Medi Q uid

2 pour le praticien Éditorial DR Rédacteur en chef Nicolas Danchin Comité scientifique Éric Abergel Patrick Attuel Christophe Bauters Romain Cador Jean-Noël Fabiani Jean-François Leclercq Jean-Yves Le Heuzey Jean-Michel Mallion Hugues Milon Jean-Jacques Mourad Hanna Raffoul Simon Weber Comité éditorial Alain Berrebi Didier Blanchard Éric Bruckert Bernard Charbonnel Stéphane Cosson Yves Cottin Laurent Fauchier Pascal Guéret Alain Hagège Yves Juillière Serge Kownator François Luizy Nicolas Meneveau François Philippe Pascal Poncelet Directeur de la publication Yves Nadjari Directeur médical Anne Teyssédou-Mairé Éditeurs Alexandre Nadjari Fabrice Nadjari Secrétaire de rédaction Virginie Condamine Coordination commerciale Muriel Fixot Valérie Renouf Congrès Christine Albessard Christine Salinas Maquette Golden Design Couverture Valérie Mazoué MEDIQUID, 122, rue d Aguesseau, Boulogne-Billancourt Cedex Téléphone : Rédaction : Publicité : Virage L a cardiologie a été le théâtre de progrès considérables au cours des 25 dernières années: antiagrégants plaquettaires, bêtabloquants, statines, inhibiteurs de l'enzyme de conversion ont tour à tour démontré leur puissant effet protecteur pour la prévention secondaire (et dans certains cas également dans la prévention primaire) de la maladie coronaire; en parallèle, les IEC, les bêtabloquants et plus récemment les antagonistes de l'aldostérone ont transformé le pronostic des insuffisants cardiaques. L'hypertension maligne a disparu. Sur le plan interventionnel, le pontage coronaire, puis l'angioplastie et les stents ont révolutionné la prise en charge des patients, y compris au stade aigu de l'infarctus. En rythmologie, les défibrillateurs implantables et les techniques d'ablation ont, eux aussi, bouleversé notre approche, tandis que la resynchronisation a permis une thérapeutique interventionnelle de l'insuffisance cardiaque à la fois originale et remarquablement efficace. Enfin, les valvulopathies n'ont pas échappé au mouvement général : valvuloplastie mitrale, et, tout récemment, implantation percutanée de prothèses aortiques ou réparation de certaines insuffisances mitrales. Au fil de ces années fastes, les cardiologues se sont habitués aux «coups de théâtre» spectaculaires, avec pratiquement à chaque congrès important les résultats de plusieurs grandes études. Grisés par tant d'informations passionnantes, ils en sont venus à considérer qu'il s'agissait là de la norme. Mais les temps changent et après l'euphorie, il faut bien revenir, certes un peu brutalement, à plus de sobriété. La cardiologie est victime de son succès. Dans de nombreuses pathologies chroniques, dont la maladie coronaire est l'exemple, les traitements ont eu une telle efficacité qu'il devient beaucoup plus difficile de démontrer un quelconque effet additionnel pour un nouveau médicament: il faut alors réaliser des études incluant des dizaines de milliers de sujets, suivis pendant de longues années. Pour les entreprises du médicament, dont le seul espoir de profit doit se situer pendant la période, dorénavant trop courte, où la molécule reste brevetée, le pari devient alors particulièrement risqué, même quand les études initiales paraissent très favorables et il ne faut donc pas s'étonner qu'elles abandonnent régulièrement le développement de produits a priori intéressants. Et nous en venons à trouver nos congrès bien pauvres, comme cela a été le cas pour les manifestations récentes de Barcelone et de Chicago. Pourtant, il reste bien du travail à accomplir. Si les traitements ont effectivement considérablement progressé, la morbi-mortalité cardiovasculaire est toujours un problème majeur. Alors, vient la période de la réflexion sur la meilleure façon d'utiliser les ressources thérapeutiques dont nous pouvons disposer. Les études sont sans doute moins spectaculaires, mais non moins importantes. Et, plutôt que de gémir comme l'enfant-roi, le cardiologue devrait continuer de s'enthousiasmer pour l'une des disciplines qui a connu et continue de connaître d'extraordinaires succès et devrait goûter sans honte le plaisir de la maturité de sa discipline. Bref, pour la cardiologie, malgré les apparences, c'est encore Noël! Nicolas Danchin Rédacteur en chef ISSN : Commission paritaire : 0606 T Corlet Imprimeur SA ZI, route de Vire Condé-sur-Noireau, France Prix au numéro : 4,50 3 CONSENSUS CARDIO pour le praticien - N 24 Décembre 2006

3 Sommaire DR Quelle chance! C'est ce que nous devons penser en tant que cardiologues devant notre spécialité qui est exceptionnelle. Nous sommes en prise directe avec la cause n 1 de morbi-mortalité. Le champ d'action couvert est considérable. Tout d'abord en amont notre action de prévention touche au plus profond des comportements de notre société (tabagisme, lutte contre l'obésité, éducation sanitaire ). Nous avons la crédibilité pour le faire. Il nous appartient d'aller encore plus loin dans cette voie qui est parfois ingrate, mais d'une richesse humaine considérable. Nous disposons sur le plan diagnostique d'examens complémentaires de plus en plus performants, d'une thérapeutique constamment en mouvement tant sur le plan pharmacologique que technique et chirurgical. Lorsque nous avons également la chance d'être un observateur privilégié comme nous le sommes à travers notre journal, notre salon et le développement de notre groupe Consensus, c'est une évidence. Je rejoins la conclusion de Nicolas Danchin avec la conscience que nous sommes vraiment favorisés dans cette spécialité où tous les domaines sont en perpétuelle évolution. Surtout nous pouvons être un moteur de santé publique pour améliorer encore les chiffres de morbi-mortalité en animant autour de nous toutes les structures concernées par cette démarche. C'est le sens de la session plénière du vendredi 30 mars 2007 au Salon de Cardiologie Pratique & Consensus* sur le thème : «Cardiologie préventive : l'union fait la force». Faites-nous part de vos réflexions sur le site du journal : Bonnes fêtes de fin d'année. ÉDITORIAL Virage Nicolas Danchin ATTITUDES Angor stable : les nouvelles recommandations de la Société européenne de cardiologie : le traitement (III) Nicolas Danchin Contraception estroprogestative et risque cardiovasculaire Michel Beaufils Les nouvelles recommandations de l'esc sur la fibrillation atriale : 2006 versus Jean-Yves Le Heuzey, Akli Otmani, Xavier Waintraub, Hervé Gorka, Thomas Lavergne et Maurice Pornin REGISTRE RIVIERA : les voies d'amélioration de la sécurité de l'angioplastie coronaire dans le monde réel François Philippe CONGRÈS American Heart Association session scientifique 2006 (Chicago) e Congrès du Collège national des cardiologues français (Nantes) Interview de Dominique Guedj-Meynier (présidente du CNCF) : «La pratique médicale évolue grâce aux observatoires» ACTUALITÉS DU MÉDICAMENT Yves Nadjari Directeur de la publication * Le 12 décembre 2006, cardiologues étaient déjà inscrits à notre salon. En couverture : Alamy Ce numéro comporte un supplément Cardio Guide de 30 pages intitulé les XVII es Journées européennes de la SFC et le programme préliminaire du 23 e Salon Cardiologie Pratique & Consensus 5 CONSENSUS CARDIO pour le praticien - N 24 Décembre 2006

4 Angor stable : les nouvelles recommandations de la Société européenne de cardiologie (III) Nicolas Danchin, Hôpital européen Georges-Pompidou, Paris Attitudes La troisième partie du texte des recommandations fait des propositions pour le traitement de l'angor stable, avec deux objectifs : réduire le risque d'infarctus et de décès et améliorer la symptomatologie. Prise en charge générale Elle nécessite une information soigneuse du patient et de ses proches sur la maladie elle-même, ses causes, son évolution possible et sur les mesures à prendre pour la stabiliser. Traitement de la crise Il faut conseiller au patient d'arrêter l'activité responsable de la crise et d'utiliser des dérivés nitrés d'action immédiate, en le prévenant du risque potentiel d'hypotension. L'utilisation préventive de nitrés avant l'effort peut être encouragée. Enfin, il est nécessaire d'expliquer au patient qu'il faut contacter une structure médicalisée si la crise persiste pendant plus de 10 à 20 min après l'arrêt de l'effort et la prise de nitrés. Modification du mode de vie - Tabac : le tabagisme doit être arrêté, puisque son interruption améliore à la fois les symptômes et le pronostic. Si besoin, il faut adresser le patient dans des structures spécialisées et l'utilisation de dérivés nicotiniques est souvent utile. - Régime et alcool : il faut encourager le passage à un régime méditerranéen (fruits, légumes verts, céréales, laitages écrémés, viande maigre, poisson). Un régime hypocalorique doit être proposé en sus aux patients en surpoids. La consommation modérée d'alcool ne doit pas être découragée. - Oméga-3 : l'étude GISSI-prevenzione a montré un bénéfice d'une supplémentation en oméga-3 après un infarctus, avec une réduction du risque de mort subite. Un apport alimentaire de poisson au moins hebdomadaire peut être recommandé. En revanche, une supplémentation en oméga-3 ne semble pas nécessaire chez les patients stables s'ils ne sont pas à haut risque. - Vitamines et antioxydants : aucun effet bénéfique n'a été démontré. - Hypertension, diabète et autres situations : il est nécessaire de traiter soigneusement les facteurs de risque et maladies associées (hypertension, diabète, syndrome métabolique). Chez les coronariens, le traitement antihypertenseur pourrait être débuté à partir d'un seuil de 130/85 mmhg. - Activité physique : l'exercice physique, qui a des effets bénéfiques sur la tolérance à l'effort, la pression artérielle, le contrôle tensionnel, les lipides et la tolérance glycémique, doit être encouragé, en fonction de chaque cas individuel. La réalisation d'une épreuve d'effort peut guider la mise en route d'un programme de réentraînement à l'effort. - Conduite automobile : la conduite des véhicules légers, mais pas celle des poids lourds ou des transports en commun, est autorisée dans la plupart des pays, chez les patients stables. Il faut éviter un mode de conduite «agressif». - Activité sexuelle : l'activité sexuelle peut déclencher des crises d'angor. Le bon sens recommande de ne pas avoir de rapports sexuels trop éprouvants, sur le plan physique ou émotionnel. L'utilisation de nitrés avant un rapport sexuel peut être utile. Les inhibiteurs de la phosphodiestérase 5 peuvent être prescrits chez les coronariens ayant une dysfonction érectile, s'ils ne sont pas sous dérivés nitrés retard. Il faut avertir les patients de l'interaction entre ces médicaments et les dérivés nitrés. - Activité professionnelle : il est important d'évaluer le retentissement physique et psychologique du travail des patients. D'une manière générale, il faut encourager la poursuite de l'activité professionnelle, au besoin aménagée. Traitement pharmacologique de l'angor stable Médicaments destinés à améliorer le pronostic 1. Traitements antithrombotiques Les antiagrégants sont indiqués en raison de leur rapport bénéfice/risque favorable. L'aspirine à faible dose est le médicament de référence, mais le clopidogrel peut être utilisé dans certains cas. Pour l'aspirine, une dose de 75 à 150 mg/j est recommandée car elle assure un effet protecteur optimal, en minimisant le risque de complications digestives. Il est recommandé d'éviter l'utilisation d'inhibiteurs de la COX-2, qui diminuent la synthèse des prostaglandines et augmentent le risque d'événements vasculaires graves. Si nécessaire, il est recommandé d'associer de faibles doses d'aspirine à la prescription des autres anti-inflammatoires non stéroïdiens ; l'ibuprofène et sans doute aussi le 7 CONSENSUS CARDIO pour le praticien - N 24 Décembre 2006

5 Attitudes naproxène doivent cependant être évités car ils empêchent l'acétylation de COX-1 par l'aspirine. Le clopidogrel peut être proposé comme alternative à l'aspirine chez les patients intolérants à ce médicament ; le risque de complications digestives est un peu plus faible qu'avec l'aspirine. Le dipyridamole n'est pas indiqué en raison de son activité antiagrégante modeste et du risque de vol coronaire. Les anticoagulants oraux ne sont pas indiqués sauf dans certaines situations à risque, en association avec l'aspirine et chez les patients ayant des indications spécifiques telles que l'acfa. 2. Traitements hypolipémiants Les statines doivent être envisagées chez tout patient angineux. Les doses habituelles doivent être celles démontrées efficaces dans les essais randomisés (simvastatine 40 mg, pravastatine 40 mg, atorvastatine 10 mg) ; si la cible de LDL-cholestérol (< 0,96 g/l ou 2,5 mmol/l) n'est pas atteinte avec ces doses, il est licite d'augmenter la posologie en fonction de la tolérance du médicament. En début de traitement, il faut surveiller les enzymes hépatiques. Les fortes doses d'atorvastatine doivent être réservées aux cas à haut risque ; si la cible de LDL n'est pas atteinte avec les statines, ou si la tolérance des fortes doses est mauvaise, l'adjonction d'ézétimibe, qui inhibe l'absorption du cholestérol, est licite, bien qu'il n'y ait pas de démonstration d'efficacité sur les événements cliniques graves. La prescription d'autres hypolipémiants (fibrates, acide nicotinique ) peut être envisagée si les statines ne sont pas tolérées, ou parfois en association avec elles, notamment en cas d'hypertriglycéridémie avec hypohdlémie. Ces associations doivent être discutées au cas par cas et ne se justifient que si persiste un risque cardiovasculaire élevé (mortalité cardiovasculaire > 2% par an) après mise en œuvre de l'ensemble des mesures de prévention. 3. IEC Un traitement par IEC doit être envisagé chez les patients en angor stable avec présence d'une hypertension artérielle, d'un diabète, d'antécédents d'infarctus, d'une insuffisance cardiaque ou d'une dysfonction ventriculaire gauche asymptomatique. Chez les autres patients, le bénéfice potentiel des IEC doit être évalué au regard du coût du traitement et des effets indésirables éventuels. Les médicaments prouvés efficaces dans cette indication doivent alors être utilisés, aux doses évaluées dans les études. 4. Bêtabloquants Les bêtabloquants réduisent le risque de mortalité cardiovasculaire et de récidive d'infarctus de 30% après un infarctus. En revanche, il n'y a pas de preuve de leur efficacité sur la morbi-mortalité (à l'exception de l'effet antiangineux) en dehors du post-infarctus. Par ailleurs, les bêtabloquants sont bénéfiques chez les insuffisants cardiaques. Les bêtabloquants paraissent donc spécifiquement intéressants chez les patients ayant eu un infarctus ou ayant des antécédents d'insuffisance cardiaque. Par extrapolation, on peut les recommander comme traitement antiangineux de première ligne s'il n'y a pas de contre-indication à leur utilisation. 5. Antagonistes calciques Il n'y a pas de preuve d'un effet bénéfique des antagonistes calciques sur la morbi-mortalité des patients coronariens. Les antagonistes bradycardisants constituent néanmoins une alternative au traitement bêtabloquant en cas d'intolérance chez les patients en post-infarctus, sans insuffisance cardiaque. 6. Traitement hormonal substitutif Le traitement hormonal substitutif n'est pas recommandé en routine dans un but de prévention cardiovasculaire. Traitements destinés à améliorer le pronostic chez les coronariens stables Classe I - Aspirine 75 mg chez tous les patients sans contre-indication spécifique (saignements digestifs, intolérance ou allergie à l'aspirine). (Niveau A) - Statines chez tous les coronariens (Niveau A) - IEC chez tous les coronariens avec indication conjointe (hypertension artérielle, diabète, antécédents d'infarctus avec dysfonction VG, insuffisance cardiaque ou dysfonction ventriculaire gauche) (Niveau A) - Bêtabloquants en post-infarctus ou chez les insuffisants cardiaques (Niveau A) Classe IIa - IEC chez tous les angineux avec maladie coronaire (Niveau B) - Clopidogrel chez les patients ne pouvant pas prendre d'aspirine (Niveau B) - Statines à forte dose chez les patients à haut risque (mortalité cardiovasculaire annuelle > 2%) (Niveau B) Classe IIb - Fibrates chez les patients diabétiques ou ayant un syndrome métabolique avec hypertriglycéridémie et niveau de HDL bas (Niveau B) Médicaments destinés à améliorer les symptômes et à réduire l'ischémie 1. Dérivés nitrés d'action immédiate Les nitrés constituent un bon traitement de la crise et peuvent être utilisés de manière «préventive» avant un effort. Il est important d'informer les patients des risques de surdosage et de la marche à suivre en cas de douleur persistant malgré la prise de nitrés. CONSENSUS CARDIO pour le praticien - N 24 Décembre

6 Attitudes 2. Dérivés nitrés retard Les dérivés nitrés retard sont de bons antiangineux, mais le risque d'accoutumance nécessite de respecter des fenêtres thérapeutiques. Ainsi, les patchs doivent être retirés pendant une partie du nycthémère. 3. Bêtabloquants Les bêtabloquants ont une activité anti-ischémique bien documentée. Les médicaments β-1 sélectifs doivent être préférés en raison de leur meilleure tolérance (aténolol, métoprolol, bisoprolol, avec des doses cibles respectives de 100 mg, 200 mg et 10 mg). 4. Antagonistes calciques Il s'agit d'une classe thérapeutique hétérogène, mais dont l'efficacité antiangineuse est bien démontrée. Il faut préférer les formes retard ou à libération prolongée, qui minimisent les fluctuations des concentrations plasmatiques. Les antagonistes calciques sont particulièrement utiles dans l'angor spastique. Les effets anti-ischémiques des antagonistes calciques et des bêtabloquants sont souvent additifs, avec une préférence pour les dihydropyridines dans cette indication spécifique. En revanche, tous les antagonistes calciques sont susceptibles d'aggraver une décompensation cardiaque. L'amlodipine peut cependant être utilisée chez les patients angineux insuffisants cardiaques compensés si les symptômes angineux sont mal contrôlés par ailleurs. En l'absence d'antécédent d'infarctus, le choix entre bêtabloquants et antagonistes calciques repose sur des considérations individuelles de tolérance et d'efficacité. Toutes choses égales par ailleurs, les bêtabloquants doivent être antiangineux de première intention. Les nitrés retard n'ont pas d'avantage particulier par rapport aux bêtabloquants ou aux antagonistes calciques. 5. Activateurs des canaux potassiques Le nicorandil réduit les événements coronaires chez les angineux stables, mais la réduction du risque d'infarctus et de mortalité cardiaque dans l'étude IONA n'était pas significative. Une accoutumance peut exister avec le traitement au long cours par nicorandil, sans qu'il y ait d'accoutumance croisée avec les nitrés. 6. Autres antiangineux Les inhibiteurs du nœud sinusal (ivabradine) ont un effet chronotrope négatif au repos comme à l'effort et ont une activité antiangineuse bien documentée. Ils peuvent être utilisés comme alternative aux bêtabloquants en cas d'intolérance. Les agents métaboliques (trimétazidine et ranolazine) ont une action antiangineuse. Ils peuvent être utilisés en complément des médicaments à action hémodynamique. Leur intérêt pronostique n'est pas démontré. La molsidomine a une action semblable à celle des dérivés nitrés et, aux doses appropriées, elle a un effet antiangineux prouvé. Revascularisation myocardique 1. Pontage coronaire et angioplastie coronaire Le pontage coronaire peut être utilisé à des fins pronostiques ou pour soulager les symptômes. L'effet pronostique favorable est surtout marqué chez les patients à haut risque, essentiellement fonction de l'anatomie coronaire (sténoses du tronc commun, atteinte tritronculaire proximale, atteinte bitronculaire impliquant l'iva proximale); le bénéfice paraît d'autant plus marqué que la fonction ventriculaire gauche est altérée. Par ailleurs, l'amélioration des symptômes par la chirurgie est bien documentée. Sur le plan technique, les meilleurs résultats sont obtenus avec l'utilisation de l'artère mammaire implantée sur l'iva. L'angioplastie coronaire peut être considérée comme une alternative au pontage pour le contrôle des symptômes. Il n'a pas été démontré d'impact sur la survie par rapport au traitement médicamenteux chez les patients stables. Sur le plan technique, l'utilisation de stents, et plus encore de stents actifs, permet de réduire le risque de resténose. La méta-analyse des études randomisées comparant chirurgie et angioplastie montre une meilleure efficacité, en termes de survie et de contrôle des symptômes à long terme, avec la chirurgie chez les patients multitronculaires. En définitive, en dehors des patients à haut risque, pour lesquels la chirurgie a un impact favorable sur la survie, les deux techniques de revascularisation peuvent être envisagées. En règle générale, chez les mono- ou bitronculaires non diabétiques, l'angioplastie est préférée. À l'inverse, la chirurgie est la technique de revascularisation par défaut chez les diabétiques multitronculaires. 2. Indications de revascularisation Habituellement, les patients chez lesquels une coronarographie est indiquée et montre des lésions coronaires sévères sont des candidats potentiels à une revascularisation. En outre, la revascularisation peut être indiquée : - chez les patients mal contrôlés par le traitement antiangineux ; - chez ceux ayant une ischémie myocardique étendue ; - lorsque le risque de l'intervention est considéré comme acceptable ; - si le patient préfère cette option, une fois informé des risques éventuels de ce choix thérapeutique. DR 9 CONSENSUS CARDIO pour le praticien - N 24 Décembre 2006

7 Attitudes Eléments guidant le choix de la technique de revascularisation 1. Risque comparé de morbidité et mortalité de l'intervention. 2. Efficacité pressentie du geste en fonction de considérations anatomiques. 3. Risque de resténose ou d'occlusion de greffon. 4. Degré de revascularisation comparé avec l'angioplastie ou la chirurgie. 5. Statut diabétique. 6. Résultats locaux de l'angioplastie et de la chirurgie. 7. Préférence du patient. Contre-indications à la revascularisation myocardique 1. Patients mono- ou bitronculaires sans sténose de l'iva proximale, asymptomatiques ou paucisymptomatiques, sans traitement médical adéquat et sans ischémie/ viabilité importante sur les tests non invasifs. 2. Sténose intermédiaire (50-70%) ailleurs que sur le tronc commun, sans ischémie documentée. 3. Sténose < 50%. 4. Risque de morbi-mortalité élevé (mortalité > 10-15%) sauf si le risque évolutif est majeur ou la qualité de vie très altérée. Recommandations pour la revascularisation à visée pronostique Classe I 1. Pontage pour les sténoses serrées du tronc commun ou équivalent (sténoses ostiales/proximales de l'iva et de la circonflexe) (Niveau A) 2. Pontage pour les atteintes tritronculaires proximales, en particulier en cas de dysfonction ventriculaire gauche ou d'ischémie réversible précoce ou étendue (Niveau A) 3. Pontage pour les atteintes monotronculaires ou bitronculaires avec atteinte de l'iva proximale avec ischémie réversible lors des tests non invasifs (Niveau A) 4. Pontage pour atteinte coronaire significative avec dysfonction ventriculaire gauche et viabilité démontrée lors des examens non invasifs (Niveau B) Classe IIa 1. Pontage pour atteinte mono- ou bitronculaire sans atteinte de l'iva proximale après arrêt cardiaque ressuscité ou tachycardie ventriculaire soutenue (Niveau B) 2. Pontage pour les diabétiques tritronculaires avec ischémie réversible (Niveau C) 3. Angioplastie ou pontage pour les patients avec ischémie réversible lors des tests non invasifs et épisodes fréquents d'ischémie dans la vie quotidienne (Niveau C) Recommandations pour la revascularisation à visée symptomatique Classe I 1. Pontage pour atteinte multitronculaire «pontable» chez les patients avec symptomatologie modérée à sévère non contrôlée par le traitement médical chez lesquels le risque de l'intervention n'est pas supérieur aux bénéfices attendus (Niveau A) 2. Angioplastie pour atteinte monotronculaire «dilatable» chez les patients avec symptomatologie modérée à sévère non contrôlée par le traitement médical chez lesquels le risque de l'intervention n'est pas supérieur aux bénéfices attendus (Niveau A) 3. Angioplastie pour atteinte multitronculaire avec une anatomie coronaire simple, «dilatable», chez les patients avec symptomatologie modérée à sévère non contrôlée par le traitement médical chez lesquels le risque de l'intervention n'est pas supérieur aux bénéfices attendus (Niveau A) Classe IIa 1. Angioplastie pour atteinte monotronculaire «dilatable» chez les patients peu ou modérément symptomatiques tolérant mal les symptômes, chez lesquels le risque de l'intervention n'est pas supérieur aux bénéfices attendus (Niveau A) 2. Pontage pour atteinte monotronculaire «pontable» chez les patients avec symptomatologie modérée à sévère non contrôlée par le traitement médical chez lesquels le risque de l'intervention n'est pas supérieur aux bénéfices attendus (Niveau A) 3. Pontage pour atteinte multitronculaire «pontable» chez les patients peu ou modérément symptomatiques tolérant mal les symptômes, chez lesquels le risque de l'intervention n'est pas supérieur aux bénéfices attendus (Niveau A) 4. Angioplastie pour atteinte multitronculaire «dilatable» chez les patients peu ou modérément symptomatiques tolérant mal les symptômes, chez lesquels le risque de l'intervention n'est pas supérieur aux bénéfices attendus (Niveau A) Classe IIb 1. Pontage pour atteinte monotronculaire «pontable» chez les patients peu ou modérément symptomatiques tolérant mal les symptômes, chez lesquels le risque de l'intervention n'est pas supérieur aux bénéfices attendus (Niveau B) CONSENSUS CARDIO pour le praticien - N 24 Décembre

8 Attitudes Situations particulières Traitement du syndrome X Le traitement doit essentiellement viser à améliorer les symptômes. Il doit commencer par des nitrés, efficaces chez environ 50% des patients ; les antagonistes calciques ou les bêtabloquants peuvent être utilisés ensuite si les symptômes persistent. Le nicorandil ou la trimétazidine pourraient être utiles. Les IEC et les statines améliorent la fonction endothéliale et leur utilisation doit être envisagée. Différents traitements antalgiques (aminophylline, psychothérapie, électrostimulation, entraînement à l'effort) peuvent être utiles. Recommandations pour le traitement pharmacologique du syndrome X Classe I 1. Nitrés, bêtabloquants, antagonistes calciques seuls ou en association (Niveau B) 2. Statines chez les patients dyslipidémiques (Niveau B) 3. IEC chez les patients hypertendus (Niveau C) Classe IIa 1. Essai d'autres traitements antiangineux, nicorandil ou traitements métaboliques (Niveau C) Classe IIb 1. Aminophylline si la symptomatologie persiste malgré les traitements de classe I (Niveau C) 2. Imipramine pour persistance des symptômes malgré les traitements de classe I (Niveau C) Traitement de l'angor spastique Le traitement repose sur l'utilisation des nitrés et des antagonistes calciques, en plus de la suppression des facteurs de risque comme le tabagisme. Il est généralement nécessaire d'utiliser de fortes doses d'antagonistes calciques et ceux-ci peuvent être associés aux nitrés. Les alphabloquants pourraient être utiles dans certains cas, de même que le nicorandil. Les rémissions spontanées ne sont pas rares (50% des patients) après un traitement administré pendant une année, ce qui invite à diminuer le traitement 6 à 12 mois après l'apparition des premiers signes. En cas d'atteinte coronaire «fixe», les recommandations générales s'appliquent. Angor chez la femme Le diagnostic de maladie coronaire est souvent plus difficile chez la femme, et l'épreuve d'effort comporte un plus fort taux de faux positifs. Une fois le diagnostic établi de manière formelle, les femmes doivent faire l'objet de la même prise en charge thérapeutique que les hommes : les recommandations rappellent à cet égard que les enquêtes de pratique retrouvent régulièrement une moins bonne utilisation des traitements recommandés chez la femme. Angor chez le diabétique Le traitement du diabète nécessite une modification du mode de vie et une utilisation optimale des traitements antidiabétiques. Les antiangineux, les statines, les antiagrégants et la revascularisation myocardique doivent être utilisés comme chez les non-diabétiques. Les IEC sont indiqués. La maladie peut continuer à évoluer malgré l'utilisation de traitements de revascularisation. Populations âgées Chez le sujet âgé, la prise en charge médicamenteuse est plus délicate. Il est important d'évaluer les risques liés à la polymédication, les interactions médicamenteuses et les problèmes d'observance thérapeutique. Angor réfractaire Dans certains cas, l'angor reste rebelle au traitement médical et de revascularisation. Les traitements médicaux doivent être optimisés et utilisés aux doses maximales, généralement conjointement. D'autres techniques de traitement peuvent être envisagées : stimulation neurologique et spinale, anesthésie épidurale, sympathectomie thoracique par endoscopie, blocage du ganglion stellaire, laser transmyocardique, contrepulsion externe, angiogenèse, transplantation cardiaque, agents métaboliques. Pour toute correspondance avec l auteur : Recommandations pour le traitement de l'angor spastique Classe I Antagonistes calciques et nitrés, si nécessaire chez les patients avec coronarographie normale ou montrant seulement des plaques non significatives (Niveau B) 11 CONSENSUS CARDIO pour le praticien - N 24 Décembre 2006

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Points essentiels phase aiguë d IDM : deux priorités (1) éviter la mort subite

Plus en détail

Fibrillation Auriculaire et principes du traitement

Fibrillation Auriculaire et principes du traitement Fibrillation Auriculaire et principes du traitement Pr Patrick Assayag Service de Cardiologie, CHU Bicêtre Faculté de Médecine Paris-Sud Age et Prévalence de la FA Population adulte < 50 ans 0.4% Population

Plus en détail

132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS

132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS 132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS JM Fauvel 2009 Après un infarctus, diverses informations vont être nécessaires à la prise en charge du patient. C est l objet du bilan post infarctus. Il faut

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 janvier 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 janvier 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 04 janvier 2006 TAHOR 10 mg, comprimé pelliculé TAHOR 20 mg, comprimé pelliculé TAHOR 40 mg, comprimé pelliculé TAHOR 80 mg, comprimé pelliculé Laboratoires PFIZER atorvastatine

Plus en détail

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Dr G. Pacouret Unité de Soins Cardiaques Intensifs Hôpital Trousseau, Tours. 45 ème Journées de Formation Médicale Continue

Plus en détail

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine CONGRES American College of Cardiology Mars 2009 F. DIEVART Clinique Villette, PARIS. Les études avec la rosuvastatine (AURORA et les analyses de JUPITER) et l étude ACTIVE A Les données présentées à l

Plus en détail

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. A propos d un cas clinique, sont rappelés: - les caractères cliniques et pronostiques de l IMS chez le diabétique, - la démarche de l identification de

Plus en détail

CardioRanceance. Réseau de santé cardio-vasculaire du secteur sanitaire n 6 de Bretagne

CardioRanceance. Réseau de santé cardio-vasculaire du secteur sanitaire n 6 de Bretagne CardioRanceance Réseau de santé cardio-vasculaire du secteur sanitaire n 6 de Bretagne PROTOCOLE RESEAU : CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECOUVERTE D UNE FIBRILLATION ATRIALE RECENTE Auteurs : Dr Hamonic,

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK.

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. FORGENI 17/09/2009 Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. Recommandation HAS avril 2008 P NAMBOTIN, R BOUSSAGEON, J L MAS, J M ORIOL, B SENEZ

Plus en détail

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Généralités 20% de diabétiques parmi les AVC x 2 à lui seul le risque d AVC Encore plus chez les

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

CHAPITRE 8 Insuffisance cardiaque, par Y. Juillière o DÉFINITIONS ET CLASSIFICATIONS

CHAPITRE 8 Insuffisance cardiaque, par Y. Juillière o DÉFINITIONS ET CLASSIFICATIONS Smmaire CHAPITRE 1 Bilgie et physilgie cardivasculaire et de l hémstase, par J.-J. Mercadier BASES DE LA CARDIOLOGIE MOLÉCULAIRE APPROCHES GÉNÉTIQUES DES MALADIES CARDIOVASCULAIRES DÉVELOPPEMENT DU SYSTÈME

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC)

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Dr Jean-Marie Vailloud Cardiologue libéral/ salarié (CHU/clinique) Pas de lien d'intérêt avec une entreprise pharmaceutique Adhérent à l'association Mieux Prescrire

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

Quel est le profil des patients nouvellement traités par statine?

Quel est le profil des patients nouvellement traités par statine? Quel est le profil des patients nouvellement traités par statine? Les patients nouvellement traités par statine : Dans 40 % des cas ce sont des patients à Source : Enquête IMS pour la Cnamts, 2007. Que

Plus en détail

Pas de conflit d intérêt

Pas de conflit d intérêt Pas de conflit d intérêt Actualités dans la prévention secondaire de l AVC Dr S Debiais, Dr I Bonnaud, Dr D Saudeau Service de Neurologie, CHRU de Tours FMC septembre 2008 AVC : Pourquoi les prévenir?

Plus en détail

STEMI / La Thrombolyse

STEMI / La Thrombolyse ESC STEMI / La Thrombolyse Les thrombolytiques activent la transformation du plasminogène en plasmine. La plasmine exerce une action protéolytique sur la fibrine des caillots mais aussi sur le fibrinogène

Plus en détail

Fiche mémo. Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire. Juillet 2013. Généralités. Critères d éligibilité des méthodes

Fiche mémo. Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire. Juillet 2013. Généralités. Critères d éligibilité des méthodes Fiche mémo Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire Juillet 2013 Cette fiche mémo fait partie d un ensemble de fiches mémo concernant la et complète plusieurs documents sur ce thème produits

Plus en détail

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP 83983 Volume 23 - Novembre 2013 - hors- série 6 Chirurgie ambulatoire en Urologie Cette recommandation de bonne pratique a reçu le label de la HAS. Ce label signifie que cette recommandation de bonne pratique

Plus en détail

Les recommandations 2005 sur la prise en charge des dyslipidémies

Les recommandations 2005 sur la prise en charge des dyslipidémies Endocrino.net Polycopié national Page 1 sur 10 Les recommandations 2005 sur la prise en charge des dyslipidémies Les messages clés 1) Tous les patients qui ont soit une augmentation des triglycérides (>1,50

Plus en détail

Sommaire. Prologue. Préfaces

Sommaire. Prologue. Préfaces Sommaire Prologue Préfaces I. Prendre en charge les urgences cardiovasculaires 1. Principes de gestion de l'urgence cardiologique par le professionnel de santé au travail Rôle du professionnel de santé

Plus en détail

Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé?

Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé? Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé? René Valéro Service Nutrition-Maladies Métaboliques-Endocrinologie Hôpital de la Timone Marseille Incidence maladies cardiovasculaires du sujet âgé

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien Les antiagrégants plaquettaires

Plus en détail

Traitements hypolipémiants et rein. Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09

Traitements hypolipémiants et rein. Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09 Traitements hypolipémiants et rein Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09 Traitements hypolipémiants et rein Traiter pourquoi? Dyslipidémie et pathologies rénales? Pathologie rénale Cholestérol total LDL-c

Plus en détail

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012 Troubles du Rythme Cardiaque Cours DCEM II 7 septembre 2012 L activité électrique cardiaque ECG normal: rythme sinusal Fibrillation atriale Trouble du rythme le plus fréquent Incidence et prévalence en

Plus en détail

Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006

Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006 Point d information mensuel 19 octobre 2007 Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006 En France, 10,5 millions

Plus en détail

Les maladies cardiovasculaires chez la femme. Marie-Hélène LeBlanc, MD, FRCP(C), FACC

Les maladies cardiovasculaires chez la femme. Marie-Hélène LeBlanc, MD, FRCP(C), FACC Les maladies cardiovasculaires chez la femme Marie-Hélène LeBlanc, MD, FRCP(C), FACC Aucun conflit d intérêt à déclarer Objectifs 1. Particularité des différents facteurs de risque CV 2. Présentations

Plus en détail

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux 27 novembre 2013 Nouveaux anti-coagulants oraux : une étude de l Assurance Maladie souligne la dynamique forte de ces nouveaux médicaments et la nécessité d une vigilance accrue dans leur utilisation Les

Plus en détail

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de D O S S I E R Cœur et accidents de la voie publique M. LERECOUVREUX, F. REVEL Hôpital d Instruction des Armées de Percy, CLAMART. Contre-indications cardiovasculaires temporaires ou définitives à la conduite

Plus en détail

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RAPPEL DEFINITIONS Hyperlipidémie g/l mmol/l Triglycérides < 2 < 2.2 Cholestérol Total

Plus en détail

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone -

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone - L'épreuve d'effort Date de création du document : 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Modalités de réalisation... 1 2 Indications...2 3 Contre-indications...3 4 Interprétation... 4 PRÉ-REQUIS

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Contraception. Les recommandations HAS

Contraception. Les recommandations HAS Contraception Les recommandations HAS Recommandations HAS Recommandations pour la pratique clinique : stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme. ANAES, 7 décembre 2004 Laisser les personnes

Plus en détail

LDL cholestérol, CRP et athérosclérose

LDL cholestérol, CRP et athérosclérose LDL cholestérol, CRP et athérosclérose Pierre-louis MICHEL Congrès de l AFLC. Beyrouth 23 26 Novembre 2005. B Qu est-ce que la «C-Reactive Protein» (CRP)? Facteurs de risques in f l am m ato ires LDL

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 décembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 décembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 décembre 2005 CADUET 5 mg/10 mg, comprimé pelliculé Boîte de 28 comprimés pelliculés sous plaquettes thermoformées CIP : 369 304-4 Boîte de 30 comprimés pelliculés

Plus en détail

ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE. Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux

ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE. Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux TA cible < 140/90 mmhg (grade A) Prévenir la variabilité tensionnelle

Plus en détail

Conflits d intérêts 2014

Conflits d intérêts 2014 Conflits d intérêts 2014 Pr Marc RUIVARD Pas de conflit d intérêt direct pour cette conférence Depuis plus d un an, plus aucun conflit d'intérêt direct avec l'industrie. Avant septembre 2013 (< 3000 /an)

Plus en détail

Les recommandations pour la prise en charge du risque coronarien peropératoire en chirurgie non cardiaque

Les recommandations pour la prise en charge du risque coronarien peropératoire en chirurgie non cardiaque CONGRES Société Européenne de Cardiologie Barcelone 2009 F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. Les recommandations pour la prise en charge du risque coronarien peropératoire en chirurgie non cardiaque

Plus en détail

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Absence de conflits d intérêt Sujets âgés: > 75 ans.plutôt 80-85

Plus en détail

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE RECOMMANDATIONS Ce document est une actualisation des Recommandations de Bonne Pratique "Prise en charge des dyslipidémies" publiées par l'afssaps

Plus en détail

6 thèmes abordés. Comment prendre soin de son cœur quand on est une femme?

6 thèmes abordés. Comment prendre soin de son cœur quand on est une femme? Bienvenue! Comment prendre soin de son cœur quand on est une femme? 6 thèmes abordés Le risque cardiovasculaire chez la femme Pourquoi le tabac est l ennemi mortel du cœur Hypertensions artérielles de

Plus en détail

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Ce que l on sait déjà Néphropathie vasculaire évoluant sur le mode chronique 2 types de sténoses de l artère rénale: SAAR (90%) et

Plus en détail

Principales pathologies à risque cardiovasculaire/facteurs de risque cardiovasculaires 1

Principales pathologies à risque cardiovasculaire/facteurs de risque cardiovasculaires 1 Fiche mémo Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire Juillet 2013 Cette fiche mémo fait partie d un ensemble de fiches mémo concernant la contraception et complète plusieurs documents sur ce

Plus en détail

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 12 février 2010

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 12 février 2010 Troubles du Rythme Cardiaque Cours DCEM II 12 février 2010 L activité électrique cardiaque ECG normal: rythme sinusal Fibrillation atriale Trouble du rythme le plus fréquent Incidence et prévalence en

Plus en détail

Pathologies cardiaques et aptitude à la conduite

Pathologies cardiaques et aptitude à la conduite Pathologies cardiaques et aptitude à la conduite Accidents liés à une pathologie cardiaque aigue (mortels et corporels) Pathologie cardiaque ischémique: 15% des accidents liés à une cause médicale Qui

Plus en détail

INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES»

INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES» INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES» v On ne guérit pas ( en général ) d une insuffisance cardiaque, mais on peut la stabiliser longtemps, très longtemps à condition v Le patient insuffisant cardiaque

Plus en détail

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT -

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT - Version n 4 du 07/03/2011 Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude - Protocole n 10 137 01 PROTOCOLE DE RECHERCHE BIOMEDICALE

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE

PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE PLAN : 34 diapositives ASPECTS EPIDEMIOLOGIQUES DEFINITION OBJECTIFS LA PREVENTION PRIMAIRE: 2 diapositives(6 étapes essentielles) LE

Plus en détail

Prévenir... le risque cardiovasculaire

Prévenir... le risque cardiovasculaire Prévenir... le risque cardiovasculaire 10 Les facteurs de risque favorisant les maladies cardiovasculaires Les facteurs que l on ne choisit pas... L âge : le vieillissement contribue à augmenter le risque

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique Sommaire 1. Sémiologie... 1 Auscultation cardiaque... 1 Foyers d auscultation cardiaque... 1 Bruits du cœur... 1 Souffles fonctionnels... 2 Souffles organiques... 2 Souffle cardiaque chez l enfant... 3

Plus en détail

Risque cardiovasculaire sous contrôle

Risque cardiovasculaire sous contrôle beawolf Risque cardiovasculaire sous contrôle Tous concernés! De quoi s'agit-il? Les accidents cardiovasculaires sont dus, le plus souvent, à la formation d un caillot venant boucher une artère du cœur

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 février 2006 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 12 janvier 2001 par arrêté du 20 janvier 2001. TAHOR 20 mg, comprimé

Plus en détail

LA VIE APRES VOTRE INFARCTUS

LA VIE APRES VOTRE INFARCTUS Hôpital Privé d Antony LA VIE APRES VOTRE INFARCTUS Livret d information Hôpital Privé d Antony - OPC/KINE/268 Page 1 sur 5 Intervenants Rédigé par : C.DUPUY M.CERISIER Masseur Kinésithérapeute Masseur

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 février 2006 PRAVADUAL, comprimé Boîte de 30 (CIP : 369873-9) Boîte de 90 (code CIP : 373769-8) Laboratoire BRISTOL MYERS SQUIBB Pravastatine (40 mg/comprimé) + aspirine

Plus en détail

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs Vivre avec une artérite des membres inférieurs Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Module Optionnel MG Module Optionnel MG Pr P. HOFLIGER La prévention Cardio-vasculaire Elle se conçoit à deux niveaux : Prévention primaire : patients sans

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 02 novembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 02 novembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 02 novembre 2005 CRESTOR 5 mg, comprimé pelliculé B/28 ; B/50 ; B/84 Laboratoires ASTRAZENECA rosuvastatine Liste I Date de l'amm : 06 octobre 2005 Motif de la demande

Plus en détail

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque?

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? COLLOQUE DE PRATIQUE CLINIQUE AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? T.-T. PHAM SMIG HUG 18.01.2012 ANTICOAGULANTS DISPONIBLES (ET LES FUTURS...) AVK (Sintrom, Marcoumar, Warfarin )

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

Le Tabac, Mon Cœur et la e-cigarette?

Le Tabac, Mon Cœur et la e-cigarette? Le Tabac, Mon Cœur et la e-cigarette? Pr Alain FURBER Chef de Service de Cardiologie CHU Angers Président régional de la Fédération Française de Cardiologie Les Facteurs de risque essentiels des Maladies

Plus en détail

anticoagulants oraux directs en 2013 2014

anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Plan d actions de l ANSM sur les anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Pradaxa (dabigatran), Xarelto (rivaroxaban) et Eliquis (apixaban) sont de nouveaux anticoagulants oraux directs (AOD), communément

Plus en détail

5. Validité de la méta-analyse

5. Validité de la méta-analyse 5. Validité de la méta-analyse 5.1. Poids de la preuve d une méta-analyse Le poids de la preuve d un résultat scientifique quantifie le degré avec lequel ce résultat s approche de la réalité. Il ne s agit

Plus en détail

Système cardiovasculaire - CV CV111 CV110. aliskirène Rasilez

Système cardiovasculaire - CV CV111 CV110. aliskirène Rasilez aliskirène Rasilez CV111 Pour le traitement de l hypertension artérielle, en association avec au moins un agent antihypertenseur, si échec thérapeutique, intolérance ou contre-indication à un agent de

Plus en détail

Electrophysiologie cardiaque

Electrophysiologie cardiaque Electrophysiologie cardiaque L électrophysiologie concerne autant les indications d implantation d un pacemaker que les thérapies de resynchronisation cardiaque et les implantations de défibrillateur.

Plus en détail

PROJETS DE RECHERCHE EN CARDIOLOGIE

PROJETS DE RECHERCHE EN CARDIOLOGIE PROJETS DE RECHERCHE EN CARDIOLOGIE ANNÉE 2006-2007 B PROJET UT CLIENTÈLE CIBLE MÉDICATION ECG/ ACTIVE (29 S ÉTUDE EN COURS) 14/05/2003 Active W : 02/12/2004 Évaluer si le Clopidogrel plus AAS est supérieur

Plus en détail

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm !"#$ %&'(() RECOMMANDATIONS DE PREAMBULE Janvier 2004 Ces recommandations ont été réalisées et validées par les membres du comité du médicament et des dispositifs médicaux stériles du Centre Hospitalier

Plus en détail

Sommaire. Préface... avant-propos... VII. Sommaire des dossiers et cas cliniques... Sommaire des conférences de consensus...

Sommaire. Préface... avant-propos... VII. Sommaire des dossiers et cas cliniques... Sommaire des conférences de consensus... Sommaire Préface... V avant-propos... VII Sommaire des dossiers et cas cliniques... Sommaire des conférences de consensus... X XI Programme de cardiologie... XII Liste des abréviations autorisées... XIV

Plus en détail

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque?

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? Jean-Philippe BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Mourad DERGUINI Hôpital de Kouba - Alger SAERM, Alger 2015 Le risque

Plus en détail

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille DU de gériatrie Jeudi 20 novembre 2014 FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population générale

Plus en détail

Tachycardie Ce qu il faut faire ou ne pas faire...

Tachycardie Ce qu il faut faire ou ne pas faire... Session Alain Eric Dubart Béthune Diapositive 1 Tachycardie Ce qu il faut faire ou ne pas faire Tachycardie Ce qu il faut faire ou ne pas faire... Dr Dubart, Diapositive 2 INTRODUCTION Tachycardie & -

Plus en détail

CLINIQUE SAINT- GATIEN TOURS HÔPITAL EUROPÉEN GEORGES POMPIDOU PARIS

CLINIQUE SAINT- GATIEN TOURS HÔPITAL EUROPÉEN GEORGES POMPIDOU PARIS CLINIQUE SAINT- GATIEN TOURS HÔPITAL EUROPÉEN GEORGES POMPIDOU PARIS Défini&on angor stable Douleur angineuse de brève durée, déclenchée par l effort ou ses équivalents, calmée par l arrêt de l effort

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

Médicaments de l insuffisance coronaire. Médicaments anti-angineux Médicaments anti-ischémiques

Médicaments de l insuffisance coronaire. Médicaments anti-angineux Médicaments anti-ischémiques Médicaments de l insuffisance coronaire Médicaments anti-angineux Médicaments anti-ischémiques Mécanismes physiopath apports O 2 sténose athéromateuse=angor d effort Spasme = angor de repos Normalement,

Plus en détail

INSUFFISANCE CARDIAQUE. École de sages-femmes L2 Dr Etienne SAVIN CHU Lariboisière 01 43 89 14 66

INSUFFISANCE CARDIAQUE. École de sages-femmes L2 Dr Etienne SAVIN CHU Lariboisière 01 43 89 14 66 INSUFFISANCE CARDIAQUE École de sages-femmes L2 Dr Etienne SAVIN CHU Lariboisière 01 43 89 14 66 I. DÉFINITION L'insuffisance cardiaque (IC) est l incapacité du coeur à assurer, dans les conditions normales,

Plus en détail

Conduite automobile et maladie cardiaque. Présenté par Jean-François Dorval, M.D.

Conduite automobile et maladie cardiaque. Présenté par Jean-François Dorval, M.D. Conduite automobile et maladie cardiaque Présenté par Jean-François Dorval, M.D. Maladie coronarienne Recommandation générales Patients avec maladie coronarienne athérosclérotique Recommandation spécifiques

Plus en détail

Hypertension artérielle (item 130)

Hypertension artérielle (item 130) Cardiologie 17 Référence Hypertension artérielle (item 130) Recommandations de la Société Européenne d Hypertension Artérielle et de la Société Européenne de Cardiologie (2007). Contexte La morbi-mortalité

Plus en détail

I/ Importance du problème

I/ Importance du problème 129 IV FACTEURS DE RISQUE CARDIOVASCULAIRE - PREVENTION SECONDAIRE Pr Jean Ferrières Jan 2002 La prévention secondaire se définit comme la mise en œuvre de modalités pharmacologiques et non pharmacologiques

Plus en détail

ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte

ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte Actualisation avril 2012 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité

Plus en détail

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Lépirudine REFLUDAN o Désirudine

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

: Médicament d alerte élevée

: Médicament d alerte élevée Adultes Enfants Ambulatoire SÉCURITÉ: Courte durée Longue durée TENEURS ET FORMES DISPONIBLES AU CSSSL: Atorvastatine: comprimés de 10 mg, 20 mg, 40 mg et 80 mg Fluvastatine: capsules de 20 mg, 40 mg Fluvastatin

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

Comité du Loiret : - Suivi des jeunes espoirs départementaux

Comité du Loiret : - Suivi des jeunes espoirs départementaux AG2013 CD45 - Intervention du Dr Xavier Halna du Fretay Responsable de la Commission Médical et Santé Recommandations concernant le contenu du bilan cardiovasculaire de la visite de non contre indication

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE TRANSPARENCE 9 mai 2001 METALYSE 10 000 unités, poudre et solvant pour solution injectable Flacon

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 décembre 2004 VOGALENE 5 mg, suppositoire sécable (Boîte de 10) Laboratoires SCHWARZ PHARMA métopimazine Liste II Date de l AMM initiale chez

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 2 février 2005

AVIS DE LA COMMISSION. 2 février 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 2 février 2005 TRANXENE 20 mg, gélule Boîte de 28 TRANXENE 20 mg, gélule Boîte de 50 SANOFI SYNTHELABO FRANCE Clorazépate dipotassique

Plus en détail

INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES

INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES Page 1 de 5 INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES La réalisation d une intervention chirurgicale non cardiaque requiert souvent, chez les patients sous antiagrégant

Plus en détail

Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires?

Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires? Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires? Pr Christian Spaulding duction 2ics ite. Département de cardiologie Hôpital Européen Georges Pompidou,

Plus en détail

Les médicaments au quotidien et les prescriptions

Les médicaments au quotidien et les prescriptions Les médicaments au quotidien et les prescriptions DCI DCI = dénomination commune internationale DCI = nom scientifique du médicament Eviter, si possible et si le médicament fait l objet de plusieurs spécialités,

Plus en détail

Le syndrome coronarien aigu

Le syndrome coronarien aigu C est le nouveau terme qui englobe la notion d angor et d infarctus. Synonymes : Angor, Angine de poitrine, Rhume de poitrine, Infarctus, Attaque, Les artères coronaires : Ce sont les artères nourricières

Plus en détail

Question 4 : Stratégies globales multidisciplinaires concernant la prise en charge du coronarien qui doit être opéré d une chirurgie non cardiaque

Question 4 : Stratégies globales multidisciplinaires concernant la prise en charge du coronarien qui doit être opéré d une chirurgie non cardiaque Question 4 : Stratégies globales multidisciplinaires concernant la prise en charge du coronarien qui doit être opéré d une chirurgie non cardiaque Coordinateurs : J. Machecourt (SFC) - V Piriou (SFAR)

Plus en détail