CAPESA INTERNE (session 2009) Etude littéraire, grammaticale et stylistique de deux textes littéraires d auteurs du XVIème à nos jours RAPPORT DE JURY

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CAPESA INTERNE (session 2009) Etude littéraire, grammaticale et stylistique de deux textes littéraires d auteurs du XVIème à nos jours RAPPORT DE JURY"

Transcription

1 CAPESA INTERNE (session 2009) Etude littéraire, grammaticale et stylistique de deux textes littéraires d auteurs du XVIème à nos jours RAPPORT DE JURY L épreuve écrite d admissibilité au concours interne du CAPES A porte sur deux textes littéraires et est organisée en trois parties : la présentation d une question littéraire mise en jeu dans les deux textes, une question grammaticale (lexique, morphosyntaxe, grammaire de texte ) et une étude stylistique de tout ou partie d un des deux textes. L épreuve dure 5 heures. Les textes proposés à la session 2009 du concours présentaient deux extraits de théâtre : la scène première de la première journée du Soulier de satin ( ) de Paul Claudel et les vers du dénouement (Acte V, scène 5) de L Illusion comique ( ) de Pierre Corneille. L étude littéraire portait sur les enjeux de l illusion théâtrale dans les deux textes. Les réponses attendues par le jury, pour être claires, demandaient une mise en forme synthétique et non un examen linéaire et souvent décousu des textes. Ces enjeux étaient multiples. A titre d exemples, nous en retiendrons trois. Un enjeu esthétique. On ne pouvait rester insensible à l hybridité générique des deux textes. L «étrange monstre» que constitue L Illusion comique multiplie les registres et mêle dans l extrait proposé le tragique, le comique et le tragi-comique. Le Soulier de satin, désigné comme un «drame» et «une action espagnole», offre le spectacle d un martyr présenté dans le registre burlesque, d un bonimenteur de foire dont la péroraison tisse trois paradoxes poétiques et mystiques. A la manière élisabéthaine ou espagnole, le prologue s inscrit dans la tradition impertinente du drame shakespearien ou dans celle, théocentrique, de l auto sacramental caldéronien. Corneille et Claudel lancent des défis esthétiques, le premier en faisant culminer la logique de l hétérogénéité propre à la tragi-comédie, le second en opposant son extravagance aux canons du théâtre naturaliste et aux principes de la tragédie classique. L analyse des extraits pouvait, de ce point de vue, mettre en évidence l esthétique baroque dont relèvent les deux pièces. Un enjeu métathéâtral. Les deux extraits illustrent en pratique, comme le titre de la pièce de Corneille l indique, le principe de l illusion théâtrale. La théâtralité y est exhibée, aussi bien dans la matérialisation de la représentation scénique de l illusion que dans la réflexion dramaturgique et rhétorique à laquelle les personnages se livrent devant les spectateurs. L étude de la mise en abyme scénique pouvait être menée à partir des didascalies externes et internes et des effets d enchâssement (de la pièce-cadre et de la pièce enchâssée dans L Illusion comique, de la citation du Père Jésuite dans le prologue de l annoncier du Soulier de Satin). Elle se devait de privilégier l apologie du théâtre par Corneille, tant dans un souci de réhabilitation sociale que dans l exaltation de son activité lucrative. Chez Claudel, l étude pouvait se centrer sur l ivresse d une distanciation joyeuse exhibant les ficelles du théâtre et transgressant toutes les formes de mimesis et d illusion référentielle. Les didascalies oralisées par l Annoncier disent un réel infigurable : «Fixons, je vous prie, mes frères, les yeux sur ce point de l Océan Atlantique qui est à quelques degrés au-dessus de la Ligne à égale distance de l Ancien et du Nouveau Continent». C est que chez les deux dramaturges l exhibition des procédés théâtraux est secondaire, la magie du théâtre relevant moins de la scène que du verbe. Il fallait absolument analyser dans les textes cette valeur performative de

2 la parole. Pour Alcandre, le théâtre est essentiellement un acte de langage («Leurs vers font leurs combats, leur mort suit leurs paroles», v. 1621) et l Annoncier de Claudel décrit moins les constellations qu il ne les fait surgir à l imagination. La mise en abyme du théâtre porte aussi sur son pouvoir cathartique. Pridamant est une des figures récurrentes du spectateur naïf dans les pièces du XVIIème siècle. Relais du spectateur de L Illusion comique, il est l incarnation sur scène de l illusion théâtrale, qui consiste pour le personnage à «prendre pour vrai ce qui n est que feinte» (v. 1623). Il éprouve terreur et pitié devant «la triste fin d une pièce tragique» (v. 1633). Ainsi tous les éléments de la catharsis sont réunis dans cet extrait. On pouvait cependant montrer les limites de cette incarnation puisque Pridamant est aussi un père qui, dans sa décision de rejoindre son fils dans la mort, résiste à la purgation des passions, interrompant ainsi le processus cathartique. Pridamant doit donc découvrir son statut de spectateur deuxième temps de l extrait proposé pour parvenir au terme de la maïeutique conduite par Alcandre. Dans l extrait du Soulier de satin, le spectateur est moins conduit que chahuté, rabroué par l Annoncier. Les images des «religieuses écroulées» et du Père Jésuite «attaché», si elles entrent dans un dispositif cathartique, c est en cohabitant paradoxalement avec le grandiloquent et l humour l héroï-comique? -, comme si l exubérance et le stéréotype avaient une vertu provocatrice. Avec cet anti-prologue, le spectateur est embarqué dans un chaos énonciatif, fait de ruptures de registres et de tons, sans aucune assurance concernant le lieu, le temps et l intrigue, mais comme préparé de la sorte au caractère déceptif et sublime de la pièce. Avec les dernières phrases du texte, la déconstruction de l illusion, cette désillusion nécessaire, devient, comme chez Corneille, une caution de l illusion même. Un enjeu éthique. Corneille et Claudel proposent tous deux une méditation sur la leçon de vérité que procure l illusion théâtrale. En réactivant des topoï tout d abord, qui servent une interprétation allégorique du propos, Ainsi la roue de la Fortune est-elle convoquée par Alcandre pour mettre les revirements de l existence au service d une rhétorique de la consolation et pour préparer le retournement ironique de la situation dans la suite du texte. Plus profondément, c est le topos du theatrum mundi qui, dans les deux extraits, assimile la vie à un théâtre, que ce soit dans la perspective profane de Corneille pour qui le comédien figure la condition humaine ou dans celle, théologique, de Claudel qui installe son «drame» sur «la scène» du «monde», s inspirant ainsi ouvertement du Grand Théâtre du Monde de Caldern. Les deux extraits constituent aussi des moments de révélation où l illusion prend une valeur heuristique. L Illusion comique présente une révélation progressive du mystère : de l erreur à la vérité, en passant par l incrédulité et l étonnement. Le dispositif de l illusion et sa mise en abyme servent la maïeutique opérée par Alcandre qui débouche non seulement sur l éloge du théâtre, mais aussi sur une allégorie de la vie humaine pacifiée : «Le traître et le trahi, le mort et le vivant / Se trouvent à la fin amis comme devant» (v ). Marc Fumaroli résume la leçon de L Illusion comique en ces termes : «Le théâtre est une école d humanisme et d humour» 1. Vérité humaniste chez Corneille, vérité mystique chez Claudel. Les paroles rapportées du Père Jésuite, données comme texte à dire, participent de la métathéâtralité tout en requalifiant soudain l illusion à laquelle les dernières paroles de l Annoncier nous somment d adhérer. Ces trois dernières propositions introduisent à la vérité poétique et religieuse de l œuvre, cosmique et comique tout à la fois. Corneille, Claudel : du mystère révélé au mystère annoncé. 1 Marc Fumaroli, Héros et orateurs. Rhétorique et dramaturgie cornéliennes, Droz, Coll. «Titre courant»,1996, p. 286.

3 L étude grammaticale ne présentait guère de difficultés. La question de vocabulaire (les mots «scène» dans les deux textes et «équipage» dans L Illusion comique) ne nécessitait pas une étude exhaustive, mais une analyse précise et nuancée en contexte, qui excluait par exemple que l on transforme la scène de L Illusion comique en passerelle de navire! La question de syntaxe (l étude de la phrase complexe dans les vers de L Illusion comique) supposait, pour être traitée avec rigueur, que les candidats définissent clairement les notions de phrase, de propositions, subordonnées et indépendantes, et proposent un classement et une analyse des diverses propositions. Seule la dernière subordonnée de l extrait à étudier (v : «mais non pour s en parer/qu alors que sur la scène il se fait admirer») présentait une difficulté. On peut considérer qu il s agit d une proposition subordonnée complément circonstanciel de temps précédée d un «qu», adverbe uniceptif qui se greffe sur le mouvement négatif «non pour», afin d en excepter le terme qu il introduit. On pouvait gloser ainsi le mouvement : «non pour qu il s en pare excepté/si ce n est lorsque sur la scène il se fait admirer». Le commentaire stylistique portait sur la scène d ouverture du Soulier de satin de Claudel. Le jury attendait que les candidats organisent leur commentaire selon des axes propres à éclairer la nature du texte et ses tonalités. On pouvait ainsi, dans un premier temps, se demander si cette scène répondait aux exigences d une scène d exposition. Aux règles d unité et aux patrons du théâtre classique, Claudel oppose une scène de prologue métamorphique et jubilatoire. A ce titre, le personnage de l Annoncier devait retenir l attention. Héritier du prologue antique, il véhicule comme lui les intentions auctoriales, mais ne dialogue pas, comme le faisait le coryphée, avec les personnages présents à l action, ici le Père Jésuite, qui n appartient pas au même plan énonciatif que lui. Le terme, peu courant, d «annoncier» est emprunté au vocabulaire de la presse et désigne l ouvrier typographe qui met en page les petites annonces d un journal. Volonté de rabaisser le coryphée à un rang trivial ou désir de mettre en scène un personnage polymorphe d annonciateur qui rassemble en lui le personnage parabatique, le chœur épique du drame shakespearien (voir par exemple HenriV) et pourquoi pas une figure de l Ange de l Annonciation? Sans exiger toutes ces références, le jury attendait qu on s interroge sur l emploi incongru de ce terme. Faute de l avoir fait, la dimension parodique du discours a échappé à la plupart des candidats : discordance héroïcomique entre le rang dramaturgique du personnage et l emphase rhétorique de la tirade, dont on soulignera les éléments de dispositio (exorde, narration, péroraison) ; apostrophe burlesque «mes frères» qui assimile le boniment à une homélie et transformation parodique par les impératifs et le ton didactique de la prédication en leçon de géographie puis d anatomie ; introduction dans le discours d adverbes à valeur axiologique («parfaitement», «extrêmement») ou d adverbe d énonciation («des anglais probablement») qui exhibent une subjectivité partiale et envahissante ; redondance généralisée du propos enfin, qui confère à l Annoncier une posture pontifiante et grotesque. De cette redondance participe aussi l ancrage spatio-temporel attendu dans une exposition. A l unicité et aux précisions préconisées par l esthétique classique, Claudel substitue un espace et un temps anamorphosés : dans la didascalie externe, la scène est dilatée aux dimensions du monde, avant de faire l objet d une compression par deux retouches correctives ou épanorthoses qui rendent le lieu et l époque aussi imprécis qu un arrière-pays traité en sfumato par Léonard de Vinci : «de même qu à la distance voulue plusieurs lignes de montagnes séparées ne sont qu un seul horizon». Brouillage des contours et perspective atmosphérique paradoxalement démentis par la perspective linéaire que l annoncier propose

4 au regard du spectateur : «Fixons ( ) les yeux sur ce point de l Océan Atlantique qui est à quelques degrés au-dessous de la Ligne à égale distance de l Ancien et du Nouveau Continent». L unicité du déterminant démonstratif et l imprécision de la relative déterminative semblent conjuguer la netteté d un travelling optique et une mise au point qui abolit à nouveau les contours. L illusion référentielle, un instant convoquée, se transforme en illusion d optique. De fait, c est à une exhibition systématique de l illusion théâtrale que s adonne Claudel. Outrance des procédés de coulisses (trompette, sifflet) qui rappellent l univers du cirque ; inutilité fonctionnelle de la didascalie externe qui ne se matérialise pas après le lever de rideau ; inutilité fonctionnelle du prologue lui-même qui invite à regarder le décor ; dénonciation du caractère artificiel de ce décor en carton-pâte («on a représenté ici») et des accessoires emphatiquement désignés par des adjectifs quantifiants qui en soulignent l excès («énormes girandoles», «gigantesques panoplies») ; allusion aux métiers du spectacle et au travail de mise en scène (le «on» anonyme pouvant désigner les décorateurs et les costumiers) ; insistance burlesque sur les conditions de la représentation («ne toussez pas») ; mise en abyme du caractère conventionnel de la double énonciation théâtrale ( l Annoncier cite et caractérise comme citationnel l énoncé du Père Jésuite) ; dénonciation de l artifice du personnage et de son rôle, au moyen de la figure verbale du polyptote («le voici qui parle. C est lui qui va parler») : voilà pour la vraisemblance. Le désastre d un naufrage un avatar du Radeau de la Méduse?- qui inscrit hyperboliquement dans le texte (énumération de participes passés, démultiplication des déictiques) les vestiges d un acte de piraterie et une propension à s affranchir du théâtre pour verser dans le récit d aventures et l imagerie romanesque ; une hécatombe de missionnaires avec «ces grandes taches de sang», «ces cadavres partout» et l image macabre d un entassement de religieuses «écroulées l une sur l autre» ; le martyre du Père Jésuite enfin, avec ces figures d insistance et ce nouveau polyptote («comme vous voyez» «laisse voir») pour installer le spectateur au comble du voyeurisme : voilà pour la bienséance. Faisant fi de toutes les règles, articulant le burlesque et le macabre, la dénonciation de l illusion et l appel à l imagination, ce prologue fait flamboyer les paradoxes. C est en raison de cette dimension paradoxale et de cette ambivalence, le plus souvent occultées dans les copies, que l on pouvait, dans un second temps, considérer le texte de Claudel comme une invitation d ordre spirituel. Le comique chez Claudel est indissociable de l émotion et de la foi, et l expérience théâtrale constitue une expérience, voire une épreuve spirituelle. C est vrai des personnages, cela l est aussi des spectateurs. D où ce prologue qui rompt la convention de la double énonciation et construit un rapport énonciatif direct entre le personnage de l Annoncier et le public dans la salle. Le coup de sifflet initial invite à un embarquement, à une communion fraternelle («mes frères»). C est dans cette perspective que l on peut interpréter les nombreuses occurrences de première et deuxième personnes (pronoms personnels «je», «me», «vous», adjectif possessif «ma»), les impératifs de la fin du texte, les tournures performatives («je vous prie» à rapprocher de «je vous remercie» adressé à Dieu par le Père Jésuite) ou encore la récurrence des adverbes de lieu («ici», «ici-bas») et la préposition temporelle «voici», dont les valeurs indexicales dessinent un cadre énonciatif de proximité où peut se vivre une communauté de destin. Proximité des hommes entre eux et de cette dérisoire humanité avec le ciel. On comprend alors le refus d installer la scène dans un lieu et un temps circonscrits et la volonté d établir un lien entre le public et le cosmos, entre la partie et le tout. C est l un des sens possibles du geste burlesque de l Annoncier lorsqu il approche sa canne des constellations : «Je pourrais les toucher avec ma canne», comme pour faire se conjoindre macrocosme et microcosme. Avec la didascalie préliminaire, Claudel élevait le

5 spectateur à un point de vue divin : «La scène de ce drame est le monde». L Annoncier, lui, rapproche la terre du ciel dans une juxtaposition quasi oxymorique des contraires : «Autour du ciel. Et ici-bas», les deux dimensions s inscrivant dans un paradigme lexical religieux qui parcourt l ensemble du texte («mes frères», «l Ancien et le Nouveau», «la Croix», «ce groupe de religieuses», «un Père Jésuite» aux allures christiques et en posture de martyr, «Seigneur, je vous remercie»). Ce désir d embrasser la totalité relève d une sorte de catholicité dramaturgique dont la vocation est de porter le regard à contempler tout le visible pour accéder à l invisible. Si Claudel libère le théâtre des «patrons de l art classique français», il ne refuse pas pour autant de puiser dans la tradition rhétorique, qui irrigue cet art, en inscrivant son prologue dans le grand genre de l épidictique. Aussi convenait-il d étudier avec précision l éloge du décor qui se plie en tous points aux lois de l ecphrasis : la caractérisation laudative s appuyant sur les marques du haut degré («parfaitement bien»), les formes de radicalisation (les indéfinis «Toutes», «l un», «l autre»), les hyperboles («énormes», «gigantesques»), la prolifération des déictiques («ces», «ce») en accord avec la nature périodique de la phrase. Il s agit bien de donner à contempler deux tableaux («bien représenté», «en bon ordre», «un peintre qui voudrait représenter») organisés en pendants : d un côté une voûte céleste et de l autre une marine avec naufrage, d un côté donc les Mirabilia Dei, de l autre une scène de martyre, très proche dans sa composition du Martyre de saint Philippe (1639) peint par José de Ribera. De la peinture de méditation en quelque sorte, comme si le visible ne devait retenir qu un temps notre attention. On pouvait aussi penser aux Exercices spirituels de saint Ignace et à ses fameuses compositions de lieu auxquelles le Père jésuite s est sans doute bien souvent adonné. Une façon de reconsidérer la procédure rhétorique : ecphrasis ou hypotypose? les mêmes déictiques qui montrent les éléments du décor désignent tout autant le geste de monstration destiné à faire surgir aux yeux de l imagination des figures absentes. Ainsi de l inventaire des constellations ressortissant davantage de l hymnologie ou de la désignation litanique que de la cartographie céleste. Nouvelle fonction de l Annoncier qui décrit peut-être moins qu il ne crée par le verbe, en faisant apparaître le monde à la pointe de sa canne : Fiat lux! Comme indices de cette performativité créatrice, on pouvait relever la majuscule sur le mot «Ligne», l inversion probable des termes de la comparaison («girandoles» et «panoplies» pouvant être lus comme des comparés et «Grande Ourse, Petite Ourse» comme des comparants), ainsi que le mot «idée», placé au cœur du texte, qui métamorphose la réalité peinte en disegno, à la fois dessein et dessin, et convertit le regard du visible à l invisible. Ce n est pas le moindre paradoxe à vrai dire récurrent dans le théâtre contemporain - que cette transformation d un texte de nature didascalique en poème, et ici en exercice spirituel. Car le firmament importe moins que l action de grâce («Seigneur, je vous remercie»), le martyre que l oblation sacrificielle («de m avoir ainsi attaché»). Ira-t-on jusqu à lire dans la transmission du verbe («Mais c est lui qui va parler») l effacement du poète devant celui qui l inspire et la conversion du poème en prière? Un mystère que la fin de la tirade promeut en principe esthétique. Les candidats ne se sont pas assez intéressés aux trois paradoxes de la péroraison, dernière mise en abyme du texte en ce qu elle présente l art poétique de Claudel et une apologie du mystère. Cette dernière phrase, de rythme ternaire, constitue une ultime provocation : esthétique (le beau relève du mystère), dramaturgique (soutenir le défi de douze heures de représentation), générique (Le Soulier de satin est une pièce comique). Mais surtout elle inscrit mystiquement le drame de Claudel dans le registre de l ironie divine et dans

6 l esthétique des Béatitudes. Nous pourrions dire avec l auteur que ces trois paradoxes font passer «de la beauté [à] l arrière-beauté, cette substance de la beauté qui est le sens» 2. Dans un concours de recrutement de professeurs de lettres, on ne s étonnera pas que le jury fonde son évaluation des copies non seulement sur les qualités de l expression écrite mais aussi sur l étendue et la précision des connaissances grammaticales et littéraires, ainsi que sur les capacités d analyse et de synthèse. Nous ne souhaitons pas transformer ce rapport en exemplier d erreurs et de confusions impardonnables, mais après les quelques axes d étude que nous venons d esquisser, nous sommes en droit d attendre de professeurs en exercice qu ils ne limitent pas leurs analyses à de simples relevés de champs lexicaux conduisant nécessairement à une paraphrase des textes, qu ils ne confondent pas les catégories du récit (point de vue narratif) et celles du théâtre (double énonciation), une phrase et une proposition, une tournure restrictive et une proposition subordonnée conjonctive ou relative, une allégorie et une utopie, le nom du peintre Géricault et la ville biblique de Jéricho, qu enfin, ils dispensent le jury d innovations grammaticales comme «les propositions de coordination», de considérations sur le théâtre de l absurde chez Claudel ou d affirmations péremptoires du type : «Le mot scène vient du latin sciare qui signifie voir». On ne saurait trop conseiller aux candidats de se préparer à l épreuve pour acquérir des connaissances précises, notamment sur les genres littéraires et les registres, sur les notions de rhétorique et de grammaire. Les ouvrages abondent qui concernent ces matières. Signalons sur le genre théâtral deux ouvrages récents : Christian Biet et Christophe Triau, Qu est-ce que le théâtre, Collection «Folio/essais», Gallimard, 2006 et Alexis et Camille de Hillerin, Théâtre : texte et représentation, Collection «Major», PUF, Pour l étude grammaticale, on recommandera Anne-Marie Garagnon et Frédéric Calas, La Phrase complexe, Collection «Ancrages», Hachette, Plus largement, sur les méthodes de l analyse littéraire, on lira avec profit le manuel de Chantal Labre et Patrice Soler, Etudes littéraires, Collection «Quadrige/Manuels», PUF, Enfin la lecture des documents d accompagnement qui explicitent les programmes de français des collèges et des lycées devrait apporter aux candidats des informations précieuses sur des notions encore mal comprises, et probablement mal enseignées, et suggérer bien des pistes de réflexion. 2 Paul Claudel, Œuvres complètes, Gallimard, , XXI, p. 352.

Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2005 05-00037 ISBN 2-550-44268-7

Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2005 05-00037 ISBN 2-550-44268-7 Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2005 05-00037 ISBN 2-550-44268-7 Dépôt légal Bibliothèque nationale du Québec, 2005 TABLE DES MATIÈRES Présentation... 1 1 Conséquences

Plus en détail

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

Stage New Delhi octobre 2012

Stage New Delhi octobre 2012 Stage New Delhi octobre 2012 «L école du socle : donner du sens et des contenus à la continuité pédagogique» Enseignement de la langue française École : BO n 3-19 juin 2008 / BO n 1 du 5 janvier 2012 programmes

Plus en détail

Problématique : Comment Molière est-il parvenu à faire de Dom Juan, personnage hypocrite et libertin un personnage mythique?

Problématique : Comment Molière est-il parvenu à faire de Dom Juan, personnage hypocrite et libertin un personnage mythique? SEQUENCE BAC PROFESSIONNEL Dom Juan ou Le festin de pierre de Molière (1665) Etude du genre théâtral Problématique : Comment Molière est-il parvenu à faire de Dom Juan, personnage hypocrite et libertin

Plus en détail

Titre : Bien identifiable, facile à repérer

Titre : Bien identifiable, facile à repérer TITRE : Pourquoi AUTEUR : Nikolaï Popov RESUME ET INTERET DE L ALBUM : GRILLE D ANALYSE D UN ALBUM EDITEUR : Nord Sud ILLUSTRATEUR : Nikolaï Popov Une gentille grenouille hume en paix une jolie fleur dans

Plus en détail

AbrÉviations utilisées... 7. Transcription... 9. Introduction générale... 11. Première partie «Claudel et le théâtre nô»

AbrÉviations utilisées... 7. Transcription... 9. Introduction générale... 11. Première partie «Claudel et le théâtre nô» Table des matières AbrÉviations utilisées... 7 Transcription... 9 Introduction générale... 11 Première partie «Claudel et le théâtre nô» l HISTOIRE DE LA RÉCEPTION DU NÔ EN OCCIDENT... 31 qu est-ce que

Plus en détail

Absence ou présence erronée d un mot ou d un groupe syntaxique

Absence ou présence erronée d un mot ou d un groupe syntaxique D UN SYNTAXE MOT OU D UN GROUPE SYNTAXIQUE 1 Problèmes fréquents Absence ou présence erronée d un mot ou d un groupe syntaxique Les erreurs d ordre syntaxique contenues dans cet exercice sont multiples

Plus en détail

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 I Christian Gattinoni : travail personnel A Travail plastique L œuvre créatrice de Christian Gattinoni se voit dirigée vers

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

Ressources pour l école élémentaire

Ressources pour l école élémentaire Ressources pour l école élémentaire Français éduscol Progressions pour le cours préparatoire et le cours élémentaire première année Ces documents peuvent être utilisés et modifiés librement dans le cadre

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

Les nouveaux concours de recrutement de professeurs

Les nouveaux concours de recrutement de professeurs Les nouveaux concours de recrutement de professeurs Afin de mieux répondre aux besoins du ministère de l Education Nationale, le processus de recrutement des enseignants est réformé, dans le premier degré

Plus en détail

La production d écrits. Programmation Cycle 3. École des 3 Fontaines Dambenois Stage École 2005

La production d écrits. Programmation Cycle 3. École des 3 Fontaines Dambenois Stage École 2005 La production d écrits Programmation Cycle 3 École des 3 Fontaines Dambenois Stage École 2005 Production d'écrits Programmation Cycle 3 1 Conférence pédagogique / Stage École Trois Fontaines Dambenois,

Plus en détail

Langue Française. Syllabus A1. Description globale du niveau A1 utilisateur élémentaire

Langue Française. Syllabus A1. Description globale du niveau A1 utilisateur élémentaire Langue Française Redatto da Dott.ssa Annie Roncin Syllabus A1 Description globale du niveau A1 utilisateur élémentaire L étudiant peut : -comprendre et utiliser des expressions familières et quotidiennes

Plus en détail

PLAN D ÉTUDES DU THÉÂTRE ENFANTS ET ADOLESCENTS

PLAN D ÉTUDES DU THÉÂTRE ENFANTS ET ADOLESCENTS PLAN D ÉTUDES DU THÉÂTRE ENFANTS ET ADOLESCENTS INTRODUCTION Elaboré en juin 2010, ce plan d études harmonise l enseignement théâtral au sein de la CEGM. Tout en respectant leurs particularités et leurs

Plus en détail

Verbe et domaine du verbe dans les programmes de 2008

Verbe et domaine du verbe dans les programmes de 2008 Verbe et domaine du verbe dans les programmes de 2008 Maternelle Par le récit d événements du passé, par l observation du patrimoine familier (objets conservés dans la famille...), ils apprennent à distinguer

Plus en détail

L Illusion comique. De Corneille. L œuvre à l examen oral. Par Alain Migé. Petits Classiques Larousse -1- L Illusion comique de Corneille

L Illusion comique. De Corneille. L œuvre à l examen oral. Par Alain Migé. Petits Classiques Larousse -1- L Illusion comique de Corneille L Illusion comique De Corneille L œuvre à l examen oral Par Alain Migé Petits Classiques Larousse -1- L Illusion comique de Corneille PREMIÈRE QUESTION : L ÊTRE ET LE PARAÎTRE Le titre même de L illusion

Plus en détail

Chapitre 1. LA PHRASE l analyse logique. I. Les types de phrase

Chapitre 1. LA PHRASE l analyse logique. I. Les types de phrase Chapitre 1 LA PHRASE l analyse logique Toute communication repose sur la production d énoncés dans une langue au choix du locuteur. Cet outil permet de produire des phrases, à l écrit comme à l oral. La

Plus en détail

MAITRISE DU LANGAGE ET DE LA LANGUE FRANCAISE au cycle 2 (programmes 2007)

MAITRISE DU LANGAGE ET DE LA LANGUE FRANCAISE au cycle 2 (programmes 2007) MAITRISE DU LANGAGE ET DE LA LANGUE FRANCAISE au cycle 2 (programmes 2007) Ces tableaux reprennent les compétences des programmes 2007. Ils servent de référentiel commun à tous les enseignants du cycle

Plus en détail

Programmes de Français Baccalauréat Professionnel. Distinguer information, commentaire, prise de position

Programmes de Français Baccalauréat Professionnel. Distinguer information, commentaire, prise de position Programmes de Français Baccalauréat Professionnel Classe de 2 nde Sujet Interrogations Contenus et mise en œuvre Construction de l information Les médias disent-ils la vérité? Comment s assurer du bien

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

Anglais CAHIER- PROGRAMME

Anglais CAHIER- PROGRAMME Anglais CAHIER- PROGRAMME Dans le présent document, le masculin est utilisé sans aucune discrimination et uniquement dans le but d alléger le texte. NOTE : Tous les renseignements contenus dans ce document

Plus en détail

Transcrire un schéma en texte : écrire un texte explicatif, sans en assumer la composition.

Transcrire un schéma en texte : écrire un texte explicatif, sans en assumer la composition. NIVEAU : COLLÈGE - Cycle d'adaptation - 6 e DISCIPLINE(S) : Français CHAMP(S) : Production de texte COMPÉTENCE : Compétences en production MOTS CLÉS : Mettre en page - lisibilité - contraintes matérielles

Plus en détail

COURS DE LANGUE DES SIGNES FRANÇAISE (L.S.F.)

COURS DE LANGUE DES SIGNES FRANÇAISE (L.S.F.) LES COURS PROGRESSIFS À raison de 2 heures par semaine, les lundis, mardis, jeudis ou vendredis, vous avez la possibilité de suivre 2 niveaux (60 heures) dans l année. COURS DE LANGUE DES SIGNES FRANÇAISE

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

I. Le déterminant Il détermine le nom. Le déterminant indique le genre, le

I. Le déterminant Il détermine le nom. Le déterminant indique le genre, le I. Le déterminant Il détermine le nom. Le déterminant indique le genre, le nombre et le degré de détermination du nom. 1. L article le, la, les, l, d, au, aux, du, des, un, une, des, du, de l, de la, des.

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Composition française

Composition française Composition française Écrit Épreuve commune Sujet : «Si donc la valeur du théâtre était dans le grossissement des effets, il fallait les grossir davantage encore, les souligner, les accentuer au maximum.

Plus en détail

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE , chemin de la côte Saint-Antoine Westmount, Québec, HY H7 Téléphone () 96-70 RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE À TRANSMETTRE AU PARENTS Année scolaire 0-0 Document adapté par Tammy

Plus en détail

Langues CIIP 2010 TROISIÈME CYCLE

Langues CIIP 2010 TROISIÈME CYCLE Langues VISÉES PRIORITAIRES Maîtriser la lecture et l écriture et développer la capacité de comprendre et de s exprimer à l oral et à l écrit en français. Découvrir les mécanismes de la langue et de la

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.»

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.» Métonymie : image désuète de l instrument servant à écrire. Représentation traditionnelle et glorieuse du travail de l écrivain. Allusion à une époque révolue. Idée de durée, de permanence. edoublée dans

Plus en détail

Unité centrale de la formation des cadres. Centres régionaux des métiers d éducation et de formation (Crmef)

Unité centrale de la formation des cadres. Centres régionaux des métiers d éducation et de formation (Crmef) Centres régionaux des métiers d éducation et de formation (Crmef) Programme du concours d accès au cycle de préparation à l Agrégation de français 1 1: Introduction générale Les épreuves du concours d

Plus en détail

Littérature au cycle 3. Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26

Littérature au cycle 3. Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26 Littérature au cycle 3 Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26 Littérature et programme 2008 SOCLE COMMUN Compétence 1 : Maîtrise de la langue française lire seul des textes du patrimoine

Plus en détail

Compréhension de la langue

Compréhension de la langue Compréhension de la langue Les petits guides Démarche Compréhension de la langue (CP) permet aux élèves de s interroger sur le sens d un texte, en développant l écoute, la prise de parole et la justification.

Plus en détail

DOSSIER N 3 Le rappel de récit : définition et enjeux

DOSSIER N 3 Le rappel de récit : définition et enjeux DECOUVRIR L ECRIT DOSSIER N 3 Le rappel de récit : définition et enjeux Un rappel de récit est un acte de parole visant à raconter des événements réels ou imaginaires. Il consiste à demander à un élève

Plus en détail

MANUEL DE SURVIE. Vient de paraître. Quel plaisir, quand elle a entendu ses élèves citer de grands auteurs dans les couloirs du collège!

MANUEL DE SURVIE. Vient de paraître. Quel plaisir, quand elle a entendu ses élèves citer de grands auteurs dans les couloirs du collège! MANUEL DE SURVIE IS A Ç N A R F E D R U E S S E F O R DU P DOSSIER DE PRESSE Quel plaisir, quand elle a entendu ses élèves citer de grands auteurs dans les couloirs du collège! «Ce livre est une bouffée

Plus en détail

Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues

Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues REAL2 143504-LLP-1-2008-1-FR-KA2-KA2NW 2010/06/06 Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues Motiver à apprendre et apprendre à motiver Cracovie, Pologne, 18 21 septembre

Plus en détail

série sciences et technologies du management et de la gestion STMG Livret scolaire pour l examen du baccalauréat technologique

série sciences et technologies du management et de la gestion STMG Livret scolaire pour l examen du baccalauréat technologique Livret scolaire pour l examen du baccalauréat technologique arrêté du 6 décembre 2012 série sciences et technologies du management et de la gestion STMG nom de l'élève prénoms date de naissance nom et

Plus en détail

Eléments pour aborder le nom et le groupe nominal

Eléments pour aborder le nom et le groupe nominal Eléments pour aborder le nom et le groupe nominal 1. Rappels des programmes 2008 Rappels des connaissances et compétences que les élèves doivent maîtriser Grammaire : Au cycle 2 : 1. identification du

Plus en détail

Le travail de l Atelier Jade

Le travail de l Atelier Jade Le travail de l Atelier Jade Jacques Devillers Graphiste de l invisible Jacques Devillers naît le 4 septembre 1921 à Amiens dans une famille d architectes. Après une formation en philosophie et un passage

Plus en détail

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement INTRODUCTION : Le constat Le principe d une école destinée à former tous les magistrats

Plus en détail

Olivier BERNEX : Es-tu d accord avec cette remarque : de nombreux peintres construisent une image à partir de la peinture, alors que pour toi l image

Olivier BERNEX : Es-tu d accord avec cette remarque : de nombreux peintres construisent une image à partir de la peinture, alors que pour toi l image Olivier BERNEX : Es-tu d accord avec cette remarque : de nombreux peintres construisent une image à partir de la peinture, alors que pour toi l image construit la peinture? C est-à-dire que devant une

Plus en détail

Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC

Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC Quelques constats et remarques formulés à partir de l examen de trois rapports d activités (juin 2008, avril et juin 2009)

Plus en détail

Mon cirque. Théâtre des Tarabates DOSSIER PÉDAGOGIQUE. Marionnettes, musique et boniments

Mon cirque. Théâtre des Tarabates DOSSIER PÉDAGOGIQUE. Marionnettes, musique et boniments Mon cirque Théâtre des Tarabates Marionnettes, musique et boniments DOSSIER PÉDAGOGIQUE ÉDITO Pourquoi un dossier pédagogique? C'est un outil que nous mettons à votre disposition pour vous donner les éléments

Plus en détail

CM2 LES NOUVEAUX. Outils Français. Guide du maître. Claire Barthomeuf Professeur des écoles Catherine Lahoz Professeur des écoles

CM2 LES NOUVEAUX. Outils Français. Guide du maître. Claire Barthomeuf Professeur des écoles Catherine Lahoz Professeur des écoles LES NOUVEAUX Outils pour le Français CM2 Guide du maître Claire Barthomeuf Professeur des écoles Catherine Lahoz Professeur des écoles sommaire Proposition de programmation... 4 Grammaire La phrase et

Plus en détail

chapitre 1 Décrire la langue

chapitre 1 Décrire la langue chapitre 1 Décrire la langue 1 Du langage à la langue Quelques dé nitions préalables Le langage est cette faculté, que l homme est seul à posséder, de s exprimer par la parole et par l écriture. Elle lui

Plus en détail

Caligula. d Albert Camus. Séquence. Introduction : L intérêt pédagogique SOMMAIRE

Caligula. d Albert Camus. Séquence. Introduction : L intérêt pédagogique SOMMAIRE Séquence Caligula d Albert Camus Fiche pédagogique réalisée par Kim-Lan Delahaye, professeure de Lettres modernes dans les Hauts-de-Seine. SOMMAIRE Séance 1 La scène d exposition p. 2 (classe de Troisième)

Plus en détail

Qu est-ce que la virtualisation?

Qu est-ce que la virtualisation? I Qu est-ce que la virtualisation? L actuel et le virtuel Considérons pour commencer l opposition facile et trompeuse entre réel et virtuel. Dans l usage courant, le mot virtuel s emploie souvent pour

Plus en détail

Lycée français de San Salvador ECHANGER-S EXPRIMER

Lycée français de San Salvador ECHANGER-S EXPRIMER Lycée français de San Salvador ECHANGER-S EXPRIMER Compétences devant être acquise en Objectifs et compétences P1 P3 P5 1. prendre l initiative de poser des questions ou d exprimer son point de vue. Participer

Plus en détail

Déterminants possessifs

Déterminants possessifs POSSESSIFS MATÉRIEL POUR ALLOPHONES 1 Déterminants Déterminants référents Déterminants possessifs Le déterminant possessif indique une relation d appartenance, de possession, de parenté, d origine, etc.,

Plus en détail

A2 Certaines informations ont été comprises mais le relevé est incomplet, conduisant à une compréhension encore lacunaire ou partielle.

A2 Certaines informations ont été comprises mais le relevé est incomplet, conduisant à une compréhension encore lacunaire ou partielle. Annexe Fiche d évaluation et de notation pour la compréhension de l oral (LV1) Situer la prestation du candidat à l un des cinq degrés de réussite et attribuer à cette prestation le nombre de points indiqué

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Vers 2 ans et 6 moins

Vers 2 ans et 6 moins Le développement de l enfant Quelques repères De la naissance à 18 mois : - réagit aux bruits à la naissance - comprend des petites phrases vers 8 mois - - gazouille vers 3 mois - rit aux éclats vers 4

Plus en détail

COMMENT CORRIGER UN TRAVAIL

COMMENT CORRIGER UN TRAVAIL COMMENT CORRIGER UN TRAVAIL La méthode de correction expliquée ici s applique à la correction des erreurs de français signalées dans un texte. L étudiant, à travers la correction de son travail, doit être

Plus en détail

Collège Claude Debussy 18150 La Guerche sur l Aubois

Collège Claude Debussy 18150 La Guerche sur l Aubois Collège Claude Debussy 18150 La Guerche sur l Aubois «Réaliser un dépliant touristique des Enfers» Angélique Voisin (Lettres Modernes) Jean-Pierre Carrel (Histoire) I Caractéristiques de l'activité Disciplines

Plus en détail

IMPRO-SURPRISE. Spectacle professionnel de théâtre en français. Théâtre du Monte-Charge, Pau. Asociación kaleidòs

IMPRO-SURPRISE. Spectacle professionnel de théâtre en français. Théâtre du Monte-Charge, Pau. Asociación kaleidòs IMPRO-SURPRISE Spectacle professionnel de théâtre en français Théâtre du Monte-Charge, Pau Février, 2003 C.A.I., Zaragoza Asociación kaleidòs * Le spectacle Impro-surprise est un spectacle théâtral dont

Plus en détail

PRÉSENTATION DE L EXAMEN

PRÉSENTATION DE L EXAMEN PRÉSENTATION DE L EXAMEN UN NOUVEAU DELF POUR LES SYSTÈMES SCOLAIRES Le DELF scolaire est une version du DELF 1 er degré réservée aux publics en situation scolaire. Il est mis en place à l étranger dans

Plus en détail

RESSOURCEMENT SUR MESURE

RESSOURCEMENT SUR MESURE RESSOURCEMENT SUR MESURE Le Centre Assomption de Lourdes propose d avril à octobre la formule innovante du RESSOURCEMENT SUR MESURE La nouvelle équipe d animation, composée de sœurs et de laïcs, répond

Plus en détail

DEVOIR COMMUN 4ème TEXTE A CONSERVER PENDANT TOUTE LA DUREE DE L EPREUVE DE FRANÇAIS (PREMIERE ET DEUXIEME PARTIES)

DEVOIR COMMUN 4ème TEXTE A CONSERVER PENDANT TOUTE LA DUREE DE L EPREUVE DE FRANÇAIS (PREMIERE ET DEUXIEME PARTIES) ACADEMIE DE NICE Collège VILLENEUVE DEVOIR COMMUN 4ème FRANÇAIS Année 2011 Session : Avril SUJET TEXTE A CONSERVER PENDANT TOUTE LA DUREE DE L EPREUVE DE FRANÇAIS (PREMIERE ET DEUXIEME PARTIES) L USAGE

Plus en détail

ÉPREUVE UNIQUE Enseignement secondaire, 2 e cycle

ÉPREUVE UNIQUE Enseignement secondaire, 2 e cycle ÉPREUVE UNIQUE Enseignement secondaire, 2 e cycle Document d information - Juin 2015 - Août 2015 - Janvier 2016 Français, langue d enseignement 5 e année du secondaire Écriture 132-520 Gouvernement du

Plus en détail

Dictée à l adulte. Animation du 19 décembre 2012

Dictée à l adulte. Animation du 19 décembre 2012 Dictée à l adulte Animation du 19 décembre 2012 Déroulement de l animation Recueil des représentations sur la dictée à l adulte Les Instructions officielles Constat Définition et objectifs Modalités, déclencheurs

Plus en détail

Anglais intensif Préparation au TOEIC

Anglais intensif Préparation au TOEIC ASSOCIATION DE DEVELOPPEMENT DE PROJETS ECOLOGIQUES - ADPE Centre de Formation Professionnelle Association loi 1901 contact@association-adpe.com Programme Pédagogique Anglais intensif Préparation au TOEIC

Plus en détail

MATHÉMATIQUES (options scientifique, économique, technologique et littéraire B/L)

MATHÉMATIQUES (options scientifique, économique, technologique et littéraire B/L) MATHÉMATIQUES (options scientifique, économique, technologique et littéraire B/L) Les épreuves orales de mathématiques concernent les candidats admissibles dans les options scientifique, économique, technologique

Plus en détail

Support de présentation

Support de présentation UNIVERSITÉ D ÉTÉ 20 AOÛT 2010 LOUVAIN-LA-NEUVE Atelier N 1 Une bonne maitrise de la langue, un enjeu du fondamental? Support de présentation utilisé par Christine CAFFIEAUX COMMENT FAIRE UNE BONNE ÉCOLE?

Plus en détail

NOTES À L INTENTION DES INTERVENANTS

NOTES À L INTENTION DES INTERVENANTS Le baptême le début d un cheminement! PARCOURS POUR ACCOMPAGNER LES PARENTS QUI DEMANDENT LE BAPTÊME POUR LEUR ENFANT Service de la catéchèse Archidiocèse de Saint-Boniface PARCOURS POUR ACCOMPAGNER LES

Plus en détail

Avant-propos Le problème de la spécificité du texte dramatique... 7 Genres du dramatique et descriptions linguistiques... 12 Conclusion...

Avant-propos Le problème de la spécificité du texte dramatique... 7 Genres du dramatique et descriptions linguistiques... 12 Conclusion... Table des matières Avant-propos Le problème de la spécificité du texte dramatique... 7 Genres du dramatique et descriptions linguistiques... 12 Conclusion... 41 PREMIÈRE PARTIE Aspects sémio-linguistiques

Plus en détail

TEXTES LIRE ECRIRE. Savoir repérer des effets : Réconter pour décrire ou pour émouvoir Raconter pour faire rêver Raconter pour faire peur

TEXTES LIRE ECRIRE. Savoir repérer des effets : Réconter pour décrire ou pour émouvoir Raconter pour faire rêver Raconter pour faire peur NOUVEAUX PROGRAMMES Objectifs de la classe de 6 e : tableaux récapitulatifs Lecture : Compétences et applications Textes issus de l héritage antique - La Bible - Homère, L Odyssée - Virgile, L Énéide -

Plus en détail

Préparation aux épreuves écrites du CAPES Conseils de rédaction

Préparation aux épreuves écrites du CAPES Conseils de rédaction Préparation aux épreuves écrites du CAPES Conseils de rédaction Claire Debord Le texte qui suit est une libre compilation de plusieurs textes sur le même thème, notamment ceux de Christophe Champetier

Plus en détail

SEQUENCE I : les Récits d'aventures

SEQUENCE I : les Récits d'aventures Cette séquence inaugurale sur les récits d aventures, a été réalisée par Mme Barbara LEPEU, Certifiée de Lettres Modernes, pour ses élèves de 5 ème du Collège Giono à Orange. Elle précède une lecture en

Plus en détail

Reconnaître une phrase. Reconnaître les types de phrase

Reconnaître une phrase. Reconnaître les types de phrase Reconnaître une phrase Une phrase est une suite de mots qui a un sens. Pour avoir un sens, une phrase doit comporter : o un groupe nominal sujet (GNS) qui indique de qui ou de quoi on parle ; o un groupe

Plus en détail

SUBJECT TO MODIFICATIONS ANNOUNCED IN CLASS.

SUBJECT TO MODIFICATIONS ANNOUNCED IN CLASS. SUBJECT TO MODIFICATIONS ANNOUNCED IN CLASS. Unité 1 : Leçon 1 : BONJOUR À TOUS page 6 - De l autre côté de l Atlantique? Ouverture page 10 OBJECTIFS : - APPRENDRE ENSEMBLE. - POUR ÊTRE ACTEUR DANS VOTRE

Plus en détail

Bob Mayer. Écrire un roman et se faire publier

Bob Mayer. Écrire un roman et se faire publier Bob Mayer Écrire un roman et se faire publier, 2008 pour le texte de la présente édition, 2014 pour la nouvelle présentation ISBN : 978-2-212-55815-9 Sommaire INTRODUCTION... 1 Outil n 1. Vous-même...

Plus en détail

BASES DU RAISONNEMENT

BASES DU RAISONNEMENT BASES DU RAISONNEMENT P. Pansu 10 septembre 2006 Rappel du programme officiel Logique, différents types de raisonnement. Ensembles, éléments. Fonctions et applications. Produit, puissances. Union, intersection,

Plus en détail

OPTION CREATION D INTERIEURS

OPTION CREATION D INTERIEURS BACHELIER EN ARTS PLASTIQUES, VISUELS ET DE L ESPACE OPTION CREATION D INTERIEURS Les cours de «bachelor en arts plastiques, visuels et de l espace option création d intérieurs» sont susceptibles de se

Plus en détail

COMMENT TRAVAILLER EFFICACEMENT?

COMMENT TRAVAILLER EFFICACEMENT? COMMENT TRAVAILLER EFFICACEMENT? Afin de vous éviter de vains efforts et pour vous épargner de précieuses heures de travail, voici quelques conseils qui guideront votre préparation. Travailler avec régularité

Plus en détail

1 SOMMAIRE 2 SE PREPARER AUX EPREUVES D ANGLAIS DES EXAMENS ET CONCOURS 3 LA PREPARATION A L ECRIT 4 LA PREPARATION A L ORAL

1 SOMMAIRE 2 SE PREPARER AUX EPREUVES D ANGLAIS DES EXAMENS ET CONCOURS 3 LA PREPARATION A L ECRIT 4 LA PREPARATION A L ORAL 1 SOMMAIRE 2 SE PREPARER AUX EPREUVES D ANGLAIS DES EXAMENS ET CONCOURS 3 LA PREPARATION A L ECRIT 4 LA PREPARATION A L ORAL 2 L ELEAD propose aux étudiants de première et de terminale de mettre à profit

Plus en détail

Guide méthodologique 4

Guide méthodologique 4 N/Réf : X2 217 012 Collection Guides méthodologiques Comment réaliser un travail de recherche Guide méthodologique 4 Louis Gaudreau Conseiller en documentation Centre des médias Septembre 2007 TABLE DES

Plus en détail

«Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie. Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris

«Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie. Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris «Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris OBJECTIFS 1- Niveau et insertion dans la programmation 2-

Plus en détail

mention : Métiers de l Enseignement, de l Éducation et de la Formation / second degré (MEEF) parcours : Lettres Modernes (CAPES)

mention : Métiers de l Enseignement, de l Éducation et de la Formation / second degré (MEEF) parcours : Lettres Modernes (CAPES) mention : Métiers de l Enseignement, de l Éducation et de la Formation / second degré (MEEF) parcours : Lettres Modernes (CAPES) responsable : Jean-Marc Vercruysse - SEMESTRE 1 - ECU 1 : Questions de littérature

Plus en détail

Enseignement tlittérature en terminale L. Réunion du 16 décembre 2013 - CRDP 13h30-16h Géraldine CAMY - IA-IPR

Enseignement tlittérature en terminale L. Réunion du 16 décembre 2013 - CRDP 13h30-16h Géraldine CAMY - IA-IPR Enseignement tlittérature t en terminale L Réunion du 16 décembre 2013 - CRDP 13h30-16h Géraldine CAMY - IA-IPR Déroulement 1. Enseignement, épreuve et évaluation à l examen lexamen 2. Les Mains libres

Plus en détail

Qu est-ce que le TCF?

Qu est-ce que le TCF? Qu est-ce que le TCF? Le Test de Connaissance du Français (TCF ) est un test de niveau linguistique en français, conçu à la demande du ministère de l Éducation nationale, de l Enseignement supérieur et

Plus en détail

Le pouvoir des couleurs. Monochrome. L art contemporain. L art abstrait. Démarche. «Expérience monochrome» Fiche technique

Le pouvoir des couleurs. Monochrome. L art contemporain. L art abstrait. Démarche. «Expérience monochrome» Fiche technique «Expérience monochrome» Fiche technique Monochrome Le pouvoir des couleurs Monochrome (Définition issue du «vocabulaire d Esthétique» d Etienne Souriau) : Qui est d une seule couleur. On ne qualifie guère

Plus en détail

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Un livre illustré Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Résumé de la tâche Domaines généraux de formation Compétences transversales Domaines d apprentissage et compétences

Plus en détail

Objectifs (socio-) culturels : découvrir des œuvres et des auteurs de tous pays ; inciter à la lecture.

Objectifs (socio-) culturels : découvrir des œuvres et des auteurs de tous pays ; inciter à la lecture. Un livre toujours Thèmes Cinéma, littérature, musique, théâtre. Concept Dans «Un livre toujours», comme dans «Un livre un jour», Olivier Barrot présente un livre, en 3 minutes seulement, pour donner aux

Plus en détail

Nous vous recommandons donc fortement de bien étudier les spécifi cités des épreuves que vous souhaitez passer

Nous vous recommandons donc fortement de bien étudier les spécifi cités des épreuves que vous souhaitez passer Nous allons vous présenter une méthode générale pour les épreuves avec dossier. Cette méthode concerne les 5 épreuves suivantes : L épreuve de synthèse de textes de l EDHEC (Concours Admission sur Titre

Plus en détail

BIBLIOGRAPHIE DE REFERENCE

BIBLIOGRAPHIE DE REFERENCE Ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche CAPES EXTERNE DE LETTRES MODERNES BIBLIOGRAPHIE DE REFERENCE EPREUVE DE FRANÇAIS MODERNE Gérard Petit 2006 Bibliographie

Plus en détail

LE FULGURANT PASSAGE DE LA PRESENCE

LE FULGURANT PASSAGE DE LA PRESENCE LE FULGURANT PASSAGE DE LA PRESENCE «et en plus, il faut faire un tableau.» Alberto Giacometti Ecrire sur la peinture pourrait signifier écrire «par-dessus», recouvrir des signes arbitraires de l écriture

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE DE PREMIERE ANNEE

LE RAPPORT DE STAGE DE PREMIERE ANNEE I.U.T Nice Côte d Azur Dépt. T.C. Cannes Année 2008 2009. STAGE PREVU DU 14 au 28 JANVIER 2009 LE RAPPORT DE STAGE DE PREMIERE ANNEE Le stage de première année, d une durée de deux semaines, est l occasion

Plus en détail

Présentation d un film

Présentation d un film Fiches méthodologiques Présentation d un film Introduction : o La Nature de l œuvre : Quoi, quand et où? Type de film, nationalité, réalisateur, date o Contexte de production : Public visé, contexte historique,

Plus en détail

QUESTIONS DE GENRES? Une expérience de l interculturalité en acro-danse

QUESTIONS DE GENRES? Une expérience de l interculturalité en acro-danse «Plus on partage, plus on possède. Voilà le miracle.» Léonard Nimoy QUESTIONS DE GENRES? Avant propos La persistance de stéréotypes liés à la place des femmes et des hommes dans la société se concrétise

Plus en détail

ORGANISER UN LANCEMENT DE LIVRE

ORGANISER UN LANCEMENT DE LIVRE Activités éducatives pour les élèves de 6 à 7 ans ORGANISER UN LANCEMENT DE LIVRE NIVEAU : PRIMAIRE GROUPE D ÂGE : ÉLÈVES DE 6 À 7 ANS SOMMAIRE DE L ACTIVITÉ À la suite d une réflexion faite en classe

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

Diapo 1. Objet de l atelier. Classe visée. Travail en co-disciplinarité (identité et origine académique des IEN)

Diapo 1. Objet de l atelier. Classe visée. Travail en co-disciplinarité (identité et origine académique des IEN) COMMENTAIRE Séminaire national Réforme de la série Gestion-administration Lyon 10 et 11 mai 2012 Vendredi matin Martine DECONINCK (IEN EG), Michèle SENDRE (IEN L), Isabelle VALLOT (IEN EG) Diapo 1. Objet

Plus en détail

Socles de compétences

Socles de compétences Ministère de la Communauté française Administration générale de l Enseignement et de la Recherche scientifique Enseignement fondamental et premier degré de l Enseignement secondaire D/2004/9208/13 D/2010/9208/50

Plus en détail

Une étude du leadership chrétien

Une étude du leadership chrétien Une étude du leadership chrétien DES HOMMES, DES TACHES ET DES BUTS par Billie Davis MANUEL D ETUDE Produit en collaboration avec la redaction de Global University--ICI Spécialiste du développement de

Plus en détail

Les Français et le développement durable

Les Français et le développement durable Les Français et le développement durable Baromètre Louis-Harris Club RmD2 CLUB R m D 2 Luc BALLEROY DGA 01 55 33 20 54 luc.balleroy@lharris.fr NOTE TECHNIQUE Étude réalisée par l Institut Louis-Harris

Plus en détail

Éducatives Familiales

Éducatives Familiales Éducatives Familiales FICHE 6 : UN EXEMPLE, LE JEU DU MEMORY Type de jeu / description Jeu de mémoire (discrimination visuelle) 2 à 4 joueurs Choisir une thématique (Memory de la forêt, des animaux, de

Plus en détail

L échange argumentatif par réseau intranet en classe de Seconde

L échange argumentatif par réseau intranet en classe de Seconde L échange argumentatif par réseau intranet en classe de Seconde Extrait du Mémoire professionnel de Karine BODIN, professeur stagiaire en Lettres, IUFM de Poitou-Charentes, année 2003/2004, sous la direction

Plus en détail

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS Concours concernés : - Concours externe de recrutement de professeurs des écoles - Concours externe spécial de recrutement de professeurs des écoles -

Plus en détail