CAPESA INTERNE (session 2009) Etude littéraire, grammaticale et stylistique de deux textes littéraires d auteurs du XVIème à nos jours RAPPORT DE JURY

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CAPESA INTERNE (session 2009) Etude littéraire, grammaticale et stylistique de deux textes littéraires d auteurs du XVIème à nos jours RAPPORT DE JURY"

Transcription

1 CAPESA INTERNE (session 2009) Etude littéraire, grammaticale et stylistique de deux textes littéraires d auteurs du XVIème à nos jours RAPPORT DE JURY L épreuve écrite d admissibilité au concours interne du CAPES A porte sur deux textes littéraires et est organisée en trois parties : la présentation d une question littéraire mise en jeu dans les deux textes, une question grammaticale (lexique, morphosyntaxe, grammaire de texte ) et une étude stylistique de tout ou partie d un des deux textes. L épreuve dure 5 heures. Les textes proposés à la session 2009 du concours présentaient deux extraits de théâtre : la scène première de la première journée du Soulier de satin ( ) de Paul Claudel et les vers du dénouement (Acte V, scène 5) de L Illusion comique ( ) de Pierre Corneille. L étude littéraire portait sur les enjeux de l illusion théâtrale dans les deux textes. Les réponses attendues par le jury, pour être claires, demandaient une mise en forme synthétique et non un examen linéaire et souvent décousu des textes. Ces enjeux étaient multiples. A titre d exemples, nous en retiendrons trois. Un enjeu esthétique. On ne pouvait rester insensible à l hybridité générique des deux textes. L «étrange monstre» que constitue L Illusion comique multiplie les registres et mêle dans l extrait proposé le tragique, le comique et le tragi-comique. Le Soulier de satin, désigné comme un «drame» et «une action espagnole», offre le spectacle d un martyr présenté dans le registre burlesque, d un bonimenteur de foire dont la péroraison tisse trois paradoxes poétiques et mystiques. A la manière élisabéthaine ou espagnole, le prologue s inscrit dans la tradition impertinente du drame shakespearien ou dans celle, théocentrique, de l auto sacramental caldéronien. Corneille et Claudel lancent des défis esthétiques, le premier en faisant culminer la logique de l hétérogénéité propre à la tragi-comédie, le second en opposant son extravagance aux canons du théâtre naturaliste et aux principes de la tragédie classique. L analyse des extraits pouvait, de ce point de vue, mettre en évidence l esthétique baroque dont relèvent les deux pièces. Un enjeu métathéâtral. Les deux extraits illustrent en pratique, comme le titre de la pièce de Corneille l indique, le principe de l illusion théâtrale. La théâtralité y est exhibée, aussi bien dans la matérialisation de la représentation scénique de l illusion que dans la réflexion dramaturgique et rhétorique à laquelle les personnages se livrent devant les spectateurs. L étude de la mise en abyme scénique pouvait être menée à partir des didascalies externes et internes et des effets d enchâssement (de la pièce-cadre et de la pièce enchâssée dans L Illusion comique, de la citation du Père Jésuite dans le prologue de l annoncier du Soulier de Satin). Elle se devait de privilégier l apologie du théâtre par Corneille, tant dans un souci de réhabilitation sociale que dans l exaltation de son activité lucrative. Chez Claudel, l étude pouvait se centrer sur l ivresse d une distanciation joyeuse exhibant les ficelles du théâtre et transgressant toutes les formes de mimesis et d illusion référentielle. Les didascalies oralisées par l Annoncier disent un réel infigurable : «Fixons, je vous prie, mes frères, les yeux sur ce point de l Océan Atlantique qui est à quelques degrés au-dessus de la Ligne à égale distance de l Ancien et du Nouveau Continent». C est que chez les deux dramaturges l exhibition des procédés théâtraux est secondaire, la magie du théâtre relevant moins de la scène que du verbe. Il fallait absolument analyser dans les textes cette valeur performative de

2 la parole. Pour Alcandre, le théâtre est essentiellement un acte de langage («Leurs vers font leurs combats, leur mort suit leurs paroles», v. 1621) et l Annoncier de Claudel décrit moins les constellations qu il ne les fait surgir à l imagination. La mise en abyme du théâtre porte aussi sur son pouvoir cathartique. Pridamant est une des figures récurrentes du spectateur naïf dans les pièces du XVIIème siècle. Relais du spectateur de L Illusion comique, il est l incarnation sur scène de l illusion théâtrale, qui consiste pour le personnage à «prendre pour vrai ce qui n est que feinte» (v. 1623). Il éprouve terreur et pitié devant «la triste fin d une pièce tragique» (v. 1633). Ainsi tous les éléments de la catharsis sont réunis dans cet extrait. On pouvait cependant montrer les limites de cette incarnation puisque Pridamant est aussi un père qui, dans sa décision de rejoindre son fils dans la mort, résiste à la purgation des passions, interrompant ainsi le processus cathartique. Pridamant doit donc découvrir son statut de spectateur deuxième temps de l extrait proposé pour parvenir au terme de la maïeutique conduite par Alcandre. Dans l extrait du Soulier de satin, le spectateur est moins conduit que chahuté, rabroué par l Annoncier. Les images des «religieuses écroulées» et du Père Jésuite «attaché», si elles entrent dans un dispositif cathartique, c est en cohabitant paradoxalement avec le grandiloquent et l humour l héroï-comique? -, comme si l exubérance et le stéréotype avaient une vertu provocatrice. Avec cet anti-prologue, le spectateur est embarqué dans un chaos énonciatif, fait de ruptures de registres et de tons, sans aucune assurance concernant le lieu, le temps et l intrigue, mais comme préparé de la sorte au caractère déceptif et sublime de la pièce. Avec les dernières phrases du texte, la déconstruction de l illusion, cette désillusion nécessaire, devient, comme chez Corneille, une caution de l illusion même. Un enjeu éthique. Corneille et Claudel proposent tous deux une méditation sur la leçon de vérité que procure l illusion théâtrale. En réactivant des topoï tout d abord, qui servent une interprétation allégorique du propos, Ainsi la roue de la Fortune est-elle convoquée par Alcandre pour mettre les revirements de l existence au service d une rhétorique de la consolation et pour préparer le retournement ironique de la situation dans la suite du texte. Plus profondément, c est le topos du theatrum mundi qui, dans les deux extraits, assimile la vie à un théâtre, que ce soit dans la perspective profane de Corneille pour qui le comédien figure la condition humaine ou dans celle, théologique, de Claudel qui installe son «drame» sur «la scène» du «monde», s inspirant ainsi ouvertement du Grand Théâtre du Monde de Caldern. Les deux extraits constituent aussi des moments de révélation où l illusion prend une valeur heuristique. L Illusion comique présente une révélation progressive du mystère : de l erreur à la vérité, en passant par l incrédulité et l étonnement. Le dispositif de l illusion et sa mise en abyme servent la maïeutique opérée par Alcandre qui débouche non seulement sur l éloge du théâtre, mais aussi sur une allégorie de la vie humaine pacifiée : «Le traître et le trahi, le mort et le vivant / Se trouvent à la fin amis comme devant» (v ). Marc Fumaroli résume la leçon de L Illusion comique en ces termes : «Le théâtre est une école d humanisme et d humour» 1. Vérité humaniste chez Corneille, vérité mystique chez Claudel. Les paroles rapportées du Père Jésuite, données comme texte à dire, participent de la métathéâtralité tout en requalifiant soudain l illusion à laquelle les dernières paroles de l Annoncier nous somment d adhérer. Ces trois dernières propositions introduisent à la vérité poétique et religieuse de l œuvre, cosmique et comique tout à la fois. Corneille, Claudel : du mystère révélé au mystère annoncé. 1 Marc Fumaroli, Héros et orateurs. Rhétorique et dramaturgie cornéliennes, Droz, Coll. «Titre courant»,1996, p. 286.

3 L étude grammaticale ne présentait guère de difficultés. La question de vocabulaire (les mots «scène» dans les deux textes et «équipage» dans L Illusion comique) ne nécessitait pas une étude exhaustive, mais une analyse précise et nuancée en contexte, qui excluait par exemple que l on transforme la scène de L Illusion comique en passerelle de navire! La question de syntaxe (l étude de la phrase complexe dans les vers de L Illusion comique) supposait, pour être traitée avec rigueur, que les candidats définissent clairement les notions de phrase, de propositions, subordonnées et indépendantes, et proposent un classement et une analyse des diverses propositions. Seule la dernière subordonnée de l extrait à étudier (v : «mais non pour s en parer/qu alors que sur la scène il se fait admirer») présentait une difficulté. On peut considérer qu il s agit d une proposition subordonnée complément circonstanciel de temps précédée d un «qu», adverbe uniceptif qui se greffe sur le mouvement négatif «non pour», afin d en excepter le terme qu il introduit. On pouvait gloser ainsi le mouvement : «non pour qu il s en pare excepté/si ce n est lorsque sur la scène il se fait admirer». Le commentaire stylistique portait sur la scène d ouverture du Soulier de satin de Claudel. Le jury attendait que les candidats organisent leur commentaire selon des axes propres à éclairer la nature du texte et ses tonalités. On pouvait ainsi, dans un premier temps, se demander si cette scène répondait aux exigences d une scène d exposition. Aux règles d unité et aux patrons du théâtre classique, Claudel oppose une scène de prologue métamorphique et jubilatoire. A ce titre, le personnage de l Annoncier devait retenir l attention. Héritier du prologue antique, il véhicule comme lui les intentions auctoriales, mais ne dialogue pas, comme le faisait le coryphée, avec les personnages présents à l action, ici le Père Jésuite, qui n appartient pas au même plan énonciatif que lui. Le terme, peu courant, d «annoncier» est emprunté au vocabulaire de la presse et désigne l ouvrier typographe qui met en page les petites annonces d un journal. Volonté de rabaisser le coryphée à un rang trivial ou désir de mettre en scène un personnage polymorphe d annonciateur qui rassemble en lui le personnage parabatique, le chœur épique du drame shakespearien (voir par exemple HenriV) et pourquoi pas une figure de l Ange de l Annonciation? Sans exiger toutes ces références, le jury attendait qu on s interroge sur l emploi incongru de ce terme. Faute de l avoir fait, la dimension parodique du discours a échappé à la plupart des candidats : discordance héroïcomique entre le rang dramaturgique du personnage et l emphase rhétorique de la tirade, dont on soulignera les éléments de dispositio (exorde, narration, péroraison) ; apostrophe burlesque «mes frères» qui assimile le boniment à une homélie et transformation parodique par les impératifs et le ton didactique de la prédication en leçon de géographie puis d anatomie ; introduction dans le discours d adverbes à valeur axiologique («parfaitement», «extrêmement») ou d adverbe d énonciation («des anglais probablement») qui exhibent une subjectivité partiale et envahissante ; redondance généralisée du propos enfin, qui confère à l Annoncier une posture pontifiante et grotesque. De cette redondance participe aussi l ancrage spatio-temporel attendu dans une exposition. A l unicité et aux précisions préconisées par l esthétique classique, Claudel substitue un espace et un temps anamorphosés : dans la didascalie externe, la scène est dilatée aux dimensions du monde, avant de faire l objet d une compression par deux retouches correctives ou épanorthoses qui rendent le lieu et l époque aussi imprécis qu un arrière-pays traité en sfumato par Léonard de Vinci : «de même qu à la distance voulue plusieurs lignes de montagnes séparées ne sont qu un seul horizon». Brouillage des contours et perspective atmosphérique paradoxalement démentis par la perspective linéaire que l annoncier propose

4 au regard du spectateur : «Fixons ( ) les yeux sur ce point de l Océan Atlantique qui est à quelques degrés au-dessous de la Ligne à égale distance de l Ancien et du Nouveau Continent». L unicité du déterminant démonstratif et l imprécision de la relative déterminative semblent conjuguer la netteté d un travelling optique et une mise au point qui abolit à nouveau les contours. L illusion référentielle, un instant convoquée, se transforme en illusion d optique. De fait, c est à une exhibition systématique de l illusion théâtrale que s adonne Claudel. Outrance des procédés de coulisses (trompette, sifflet) qui rappellent l univers du cirque ; inutilité fonctionnelle de la didascalie externe qui ne se matérialise pas après le lever de rideau ; inutilité fonctionnelle du prologue lui-même qui invite à regarder le décor ; dénonciation du caractère artificiel de ce décor en carton-pâte («on a représenté ici») et des accessoires emphatiquement désignés par des adjectifs quantifiants qui en soulignent l excès («énormes girandoles», «gigantesques panoplies») ; allusion aux métiers du spectacle et au travail de mise en scène (le «on» anonyme pouvant désigner les décorateurs et les costumiers) ; insistance burlesque sur les conditions de la représentation («ne toussez pas») ; mise en abyme du caractère conventionnel de la double énonciation théâtrale ( l Annoncier cite et caractérise comme citationnel l énoncé du Père Jésuite) ; dénonciation de l artifice du personnage et de son rôle, au moyen de la figure verbale du polyptote («le voici qui parle. C est lui qui va parler») : voilà pour la vraisemblance. Le désastre d un naufrage un avatar du Radeau de la Méduse?- qui inscrit hyperboliquement dans le texte (énumération de participes passés, démultiplication des déictiques) les vestiges d un acte de piraterie et une propension à s affranchir du théâtre pour verser dans le récit d aventures et l imagerie romanesque ; une hécatombe de missionnaires avec «ces grandes taches de sang», «ces cadavres partout» et l image macabre d un entassement de religieuses «écroulées l une sur l autre» ; le martyre du Père Jésuite enfin, avec ces figures d insistance et ce nouveau polyptote («comme vous voyez» «laisse voir») pour installer le spectateur au comble du voyeurisme : voilà pour la bienséance. Faisant fi de toutes les règles, articulant le burlesque et le macabre, la dénonciation de l illusion et l appel à l imagination, ce prologue fait flamboyer les paradoxes. C est en raison de cette dimension paradoxale et de cette ambivalence, le plus souvent occultées dans les copies, que l on pouvait, dans un second temps, considérer le texte de Claudel comme une invitation d ordre spirituel. Le comique chez Claudel est indissociable de l émotion et de la foi, et l expérience théâtrale constitue une expérience, voire une épreuve spirituelle. C est vrai des personnages, cela l est aussi des spectateurs. D où ce prologue qui rompt la convention de la double énonciation et construit un rapport énonciatif direct entre le personnage de l Annoncier et le public dans la salle. Le coup de sifflet initial invite à un embarquement, à une communion fraternelle («mes frères»). C est dans cette perspective que l on peut interpréter les nombreuses occurrences de première et deuxième personnes (pronoms personnels «je», «me», «vous», adjectif possessif «ma»), les impératifs de la fin du texte, les tournures performatives («je vous prie» à rapprocher de «je vous remercie» adressé à Dieu par le Père Jésuite) ou encore la récurrence des adverbes de lieu («ici», «ici-bas») et la préposition temporelle «voici», dont les valeurs indexicales dessinent un cadre énonciatif de proximité où peut se vivre une communauté de destin. Proximité des hommes entre eux et de cette dérisoire humanité avec le ciel. On comprend alors le refus d installer la scène dans un lieu et un temps circonscrits et la volonté d établir un lien entre le public et le cosmos, entre la partie et le tout. C est l un des sens possibles du geste burlesque de l Annoncier lorsqu il approche sa canne des constellations : «Je pourrais les toucher avec ma canne», comme pour faire se conjoindre macrocosme et microcosme. Avec la didascalie préliminaire, Claudel élevait le

5 spectateur à un point de vue divin : «La scène de ce drame est le monde». L Annoncier, lui, rapproche la terre du ciel dans une juxtaposition quasi oxymorique des contraires : «Autour du ciel. Et ici-bas», les deux dimensions s inscrivant dans un paradigme lexical religieux qui parcourt l ensemble du texte («mes frères», «l Ancien et le Nouveau», «la Croix», «ce groupe de religieuses», «un Père Jésuite» aux allures christiques et en posture de martyr, «Seigneur, je vous remercie»). Ce désir d embrasser la totalité relève d une sorte de catholicité dramaturgique dont la vocation est de porter le regard à contempler tout le visible pour accéder à l invisible. Si Claudel libère le théâtre des «patrons de l art classique français», il ne refuse pas pour autant de puiser dans la tradition rhétorique, qui irrigue cet art, en inscrivant son prologue dans le grand genre de l épidictique. Aussi convenait-il d étudier avec précision l éloge du décor qui se plie en tous points aux lois de l ecphrasis : la caractérisation laudative s appuyant sur les marques du haut degré («parfaitement bien»), les formes de radicalisation (les indéfinis «Toutes», «l un», «l autre»), les hyperboles («énormes», «gigantesques»), la prolifération des déictiques («ces», «ce») en accord avec la nature périodique de la phrase. Il s agit bien de donner à contempler deux tableaux («bien représenté», «en bon ordre», «un peintre qui voudrait représenter») organisés en pendants : d un côté une voûte céleste et de l autre une marine avec naufrage, d un côté donc les Mirabilia Dei, de l autre une scène de martyre, très proche dans sa composition du Martyre de saint Philippe (1639) peint par José de Ribera. De la peinture de méditation en quelque sorte, comme si le visible ne devait retenir qu un temps notre attention. On pouvait aussi penser aux Exercices spirituels de saint Ignace et à ses fameuses compositions de lieu auxquelles le Père jésuite s est sans doute bien souvent adonné. Une façon de reconsidérer la procédure rhétorique : ecphrasis ou hypotypose? les mêmes déictiques qui montrent les éléments du décor désignent tout autant le geste de monstration destiné à faire surgir aux yeux de l imagination des figures absentes. Ainsi de l inventaire des constellations ressortissant davantage de l hymnologie ou de la désignation litanique que de la cartographie céleste. Nouvelle fonction de l Annoncier qui décrit peut-être moins qu il ne crée par le verbe, en faisant apparaître le monde à la pointe de sa canne : Fiat lux! Comme indices de cette performativité créatrice, on pouvait relever la majuscule sur le mot «Ligne», l inversion probable des termes de la comparaison («girandoles» et «panoplies» pouvant être lus comme des comparés et «Grande Ourse, Petite Ourse» comme des comparants), ainsi que le mot «idée», placé au cœur du texte, qui métamorphose la réalité peinte en disegno, à la fois dessein et dessin, et convertit le regard du visible à l invisible. Ce n est pas le moindre paradoxe à vrai dire récurrent dans le théâtre contemporain - que cette transformation d un texte de nature didascalique en poème, et ici en exercice spirituel. Car le firmament importe moins que l action de grâce («Seigneur, je vous remercie»), le martyre que l oblation sacrificielle («de m avoir ainsi attaché»). Ira-t-on jusqu à lire dans la transmission du verbe («Mais c est lui qui va parler») l effacement du poète devant celui qui l inspire et la conversion du poème en prière? Un mystère que la fin de la tirade promeut en principe esthétique. Les candidats ne se sont pas assez intéressés aux trois paradoxes de la péroraison, dernière mise en abyme du texte en ce qu elle présente l art poétique de Claudel et une apologie du mystère. Cette dernière phrase, de rythme ternaire, constitue une ultime provocation : esthétique (le beau relève du mystère), dramaturgique (soutenir le défi de douze heures de représentation), générique (Le Soulier de satin est une pièce comique). Mais surtout elle inscrit mystiquement le drame de Claudel dans le registre de l ironie divine et dans

6 l esthétique des Béatitudes. Nous pourrions dire avec l auteur que ces trois paradoxes font passer «de la beauté [à] l arrière-beauté, cette substance de la beauté qui est le sens» 2. Dans un concours de recrutement de professeurs de lettres, on ne s étonnera pas que le jury fonde son évaluation des copies non seulement sur les qualités de l expression écrite mais aussi sur l étendue et la précision des connaissances grammaticales et littéraires, ainsi que sur les capacités d analyse et de synthèse. Nous ne souhaitons pas transformer ce rapport en exemplier d erreurs et de confusions impardonnables, mais après les quelques axes d étude que nous venons d esquisser, nous sommes en droit d attendre de professeurs en exercice qu ils ne limitent pas leurs analyses à de simples relevés de champs lexicaux conduisant nécessairement à une paraphrase des textes, qu ils ne confondent pas les catégories du récit (point de vue narratif) et celles du théâtre (double énonciation), une phrase et une proposition, une tournure restrictive et une proposition subordonnée conjonctive ou relative, une allégorie et une utopie, le nom du peintre Géricault et la ville biblique de Jéricho, qu enfin, ils dispensent le jury d innovations grammaticales comme «les propositions de coordination», de considérations sur le théâtre de l absurde chez Claudel ou d affirmations péremptoires du type : «Le mot scène vient du latin sciare qui signifie voir». On ne saurait trop conseiller aux candidats de se préparer à l épreuve pour acquérir des connaissances précises, notamment sur les genres littéraires et les registres, sur les notions de rhétorique et de grammaire. Les ouvrages abondent qui concernent ces matières. Signalons sur le genre théâtral deux ouvrages récents : Christian Biet et Christophe Triau, Qu est-ce que le théâtre, Collection «Folio/essais», Gallimard, 2006 et Alexis et Camille de Hillerin, Théâtre : texte et représentation, Collection «Major», PUF, Pour l étude grammaticale, on recommandera Anne-Marie Garagnon et Frédéric Calas, La Phrase complexe, Collection «Ancrages», Hachette, Plus largement, sur les méthodes de l analyse littéraire, on lira avec profit le manuel de Chantal Labre et Patrice Soler, Etudes littéraires, Collection «Quadrige/Manuels», PUF, Enfin la lecture des documents d accompagnement qui explicitent les programmes de français des collèges et des lycées devrait apporter aux candidats des informations précieuses sur des notions encore mal comprises, et probablement mal enseignées, et suggérer bien des pistes de réflexion. 2 Paul Claudel, Œuvres complètes, Gallimard, , XXI, p. 352.

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

L Illusion comique. De Corneille. L œuvre à l examen oral. Par Alain Migé. Petits Classiques Larousse -1- L Illusion comique de Corneille

L Illusion comique. De Corneille. L œuvre à l examen oral. Par Alain Migé. Petits Classiques Larousse -1- L Illusion comique de Corneille L Illusion comique De Corneille L œuvre à l examen oral Par Alain Migé Petits Classiques Larousse -1- L Illusion comique de Corneille PREMIÈRE QUESTION : L ÊTRE ET LE PARAÎTRE Le titre même de L illusion

Plus en détail

Absence ou présence erronée d un mot ou d un groupe syntaxique

Absence ou présence erronée d un mot ou d un groupe syntaxique D UN SYNTAXE MOT OU D UN GROUPE SYNTAXIQUE 1 Problèmes fréquents Absence ou présence erronée d un mot ou d un groupe syntaxique Les erreurs d ordre syntaxique contenues dans cet exercice sont multiples

Plus en détail

Saisir les idées dans la phrase

Saisir les idées dans la phrase Leçon LA LECTURE 5 Enrichissement du sens par la subordination 1 EFFICACE Saisir les idées dans la phrase Leçon 5 Enrichissement du sens par la subordination Avertissement La présente leçon illustre comment

Plus en détail

Souvenir de la nuit du 4 1

Souvenir de la nuit du 4 1 SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : SOUVENIR DE LA NUIT DU 4 1 / 5 Souvenir de la nuit du 4 1 Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges [...] Est-ce que ce n est pas

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Rappels. Prenons par exemple cet extrait : Récit / roman

Rappels. Prenons par exemple cet extrait : Récit / roman Les genres littéraires d un texte (1) Rappels Les genres littéraires sont une classifi cation qui permet de distinguer les textes en fonction de certaines caractéristiques d écriture. Voici les principaux

Plus en détail

I-Le calligramme instaure avec le lecteur une sorte de jeu et modifie de façon significative l acte de lecture

I-Le calligramme instaure avec le lecteur une sorte de jeu et modifie de façon significative l acte de lecture La Cravate et la montre. I-Le calligramme instaure avec le lecteur une sorte de jeu et modifie de façon significative l acte de lecture 1-Amener le lecteur à s interroger Le titre : il associe deux objets

Plus en détail

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23.

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. «Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. Pour faire suite au récit des disciples sur le chemin d Emmaüs et pour

Plus en détail

Rapport du Jury du Concours 2010 Épreuve Pratique d Algorithmique et de Programmation (EPAP)

Rapport du Jury du Concours 2010 Épreuve Pratique d Algorithmique et de Programmation (EPAP) Rapport du Jury du Concours 2010 Épreuve Pratique d Algorithmique et de Programmation (EPAP) Loris Marchal, Guillaume Melquion, Frédéric Tronel 21 juin 2011 Remarques générales à propos de l épreuve Organisation

Plus en détail

SEQUENCE I : les Récits d'aventures

SEQUENCE I : les Récits d'aventures Cette séquence inaugurale sur les récits d aventures, a été réalisée par Mme Barbara LEPEU, Certifiée de Lettres Modernes, pour ses élèves de 5 ème du Collège Giono à Orange. Elle précède une lecture en

Plus en détail

Correction sujet type bac p224

Correction sujet type bac p224 Correction sujet type bac p224 Tragique : ne peut pas échapper à son destin. Pathétique : inspire la compassion, la pitié du lecteur envers le personnage. Poignant. Méthode : Pour la question, être synthétique,

Plus en détail

Anglais intensif Préparation au TOEIC

Anglais intensif Préparation au TOEIC ASSOCIATION DE DEVELOPPEMENT DE PROJETS ECOLOGIQUES - ADPE Centre de Formation Professionnelle Association loi 1901 contact@association-adpe.com Programme Pédagogique Anglais intensif Préparation au TOEIC

Plus en détail

Langue Française. Syllabus A1. Description globale du niveau A1 utilisateur élémentaire

Langue Française. Syllabus A1. Description globale du niveau A1 utilisateur élémentaire Langue Française Redatto da Dott.ssa Annie Roncin Syllabus A1 Description globale du niveau A1 utilisateur élémentaire L étudiant peut : -comprendre et utiliser des expressions familières et quotidiennes

Plus en détail

COMPTE RENDU OU NOTES DE LECTURE SUR LA LITTERATURE ORALE AFRICAINE

COMPTE RENDU OU NOTES DE LECTURE SUR LA LITTERATURE ORALE AFRICAINE 1 COMPTE RENDU OU NOTES DE LECTURE SUR LA LITTERATURE ORALE AFRICAINE Christiane SEYDOU : «Comment définir le genre épique? Un exemple : l épopée africaine» in JASO Journal of the Anthroplogical Society

Plus en détail

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.»

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.» Métonymie : image désuète de l instrument servant à écrire. Représentation traditionnelle et glorieuse du travail de l écrivain. Allusion à une époque révolue. Idée de durée, de permanence. edoublée dans

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Ressources pour le lycée général et technologique Ressources pour la classe de première générale Série littéraire (L) Travaux Personnels Encadrés Thème spécifique Représentations et réalités Ces

Plus en détail

Accompagnement personnalisé 6e

Accompagnement personnalisé 6e éduscol Accompagnement personnalisé 6e Accompagnement personnalisé en 6ème Problème pédagogique : l élève fait des erreurs dans la conjugaison du présent de l indicatif. Compétence 1 : Conjuguer les verbes,

Plus en détail

LES CONJONCTIONS ET LES PRÉPOSITIONS

LES CONJONCTIONS ET LES PRÉPOSITIONS LES CONJONCTIONS ET LES PRÉPOSITIONS En bref Les conjonctions de coordination relient des unités qui ont la même fonction. Les conjonctions de subordination relient une proposition subordonnée à une proposition

Plus en détail

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde de Léonard de Vinci est incontestablement le tableau le plus célèbre. Il est conservé au musée du Louvre à Paris et a

Plus en détail

fiche D AUTOCORRECTION Frimousse, une petite chienne qu'on a adoptée le mois dernier, est intelligente et docile.

fiche D AUTOCORRECTION Frimousse, une petite chienne qu'on a adoptée le mois dernier, est intelligente et docile. fiche D AUTOCORRECTION 3.4 Les accords sont corrects dans chaque groupe du nom. On met souvent sur le dos de l inattention les erreurs d orthographe grammaticale. Bien accorder les mots exige de l observation

Plus en détail

LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS

LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS A. Armand IGEN lettres avril 2009-1 LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS Cette présentation du programme de français pour les classes de seconde, première, et terminale du

Plus en détail

LE DISCOURS RAPPORTÉ

LE DISCOURS RAPPORTÉ LE DISCOURS RAPPORTÉ Le discours rapporté Le discours rapporté direct et indirect On parle de discours rapporté quand une personne rapporte les paroles d une autre personne ou bien ses propres paroles.

Plus en détail

mes m est mets/met mais mets

mes m est mets/met mais mets GRAMMATICAUX DE CATÉGORIES DIFFÉRENTES MES HOMOPHONES M EST METS/MET MAIS METS 1 Homophones grammaticaux de catégories différentes mes m est mets/met mais mets mes : déterminant possessif pluriel, féminin

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Lecture analytique 2 Victor Hugo, «Un jour Je vis...», Poème liminaire des Comtemplations, 1856

Lecture analytique 2 Victor Hugo, «Un jour Je vis...», Poème liminaire des Comtemplations, 1856 Un jour je vis, debout au bord des flots mouvants, Passer, gonflant ses voiles, Un rapide navire enveloppé de vents, De vagues et d'étoiles ; Et j'entendis, penché sur l'abîme des cieux, Que l'autre abîme

Plus en détail

L Annonciation Dialogue pastoral Auteure Ghislaine Rigolt Beaudoin

L Annonciation Dialogue pastoral Auteure Ghislaine Rigolt Beaudoin Catéchèse 1 Apprendre que Dieu parle au fond de notre cœur Découvrir le récit de l Annonciation 1 Accueil et chant Encore un peu de temps de Christiane Gaud et Jean Humenry Activité de bricolage «Comment

Plus en détail

NOTIONS GRAMMATICALES. Émission d un message signé (rencontre avec une personne sourde) 8 Identification (1) Classificateurs

NOTIONS GRAMMATICALES. Émission d un message signé (rencontre avec une personne sourde) 8 Identification (1) Classificateurs Syllabus : cours LSQ 1 Favoriser chez l étudiant des connaissances de base théoriques et pratiques sur la LSQ et la culture sourde. Ces connaissances permettront à l étudiant de pouvoir communiquer dans

Plus en détail

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Stephen Wang COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Mariage, sacerdoce, vie consacrée, diaconat permanent, célibat «Petits Traités Spirituels» Série III «Bonheur chrétien» éditions des Béatitudes Ava n t-p r o

Plus en détail

Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007

Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007 Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007 Quand je pense à ces nouveaux Chefs d établissement qui me disaient récemment avoir

Plus en détail

CAP TERTIAIRE/INDUSTRIEL

CAP TERTIAIRE/INDUSTRIEL Session : 2005 Code : Page : 1/4 CAP TERTIAIRE/INDUSTRIEL Epreuve de Français SESSION 2005 SUJET Ce sujet comporte 4 pages : de la page 1/4 à la page 4/4. Assurez-vous que cet exemplaire est complet. Si

Plus en détail

ATELIER EN ARTS PLASTIQUES

ATELIER EN ARTS PLASTIQUES ACTUALITES Ateliers de sensibilisation artistique à partir de l œuvre de V. Vasarely, encadré par une médiatrice culturelle et une historienne de l art. du 6 au 8 avril 2010 de 14hà16h Public: enfants

Plus en détail

wearethewords Content. Marketing. Performance. hello@wearethewords.com

wearethewords Content. Marketing. Performance. hello@wearethewords.com hello@.com Nous? Des scénaristes, plutôt... Voire des équilibristes. hello@.com Qui sommes-nous? hello@.com Notre méthode hello@.com Ils nous font confiance hello@.com LES DEUX, MON GÉNÉRAL! hello@.com

Plus en détail

Avant-propos Le problème de la spécificité du texte dramatique... 7 Genres du dramatique et descriptions linguistiques... 12 Conclusion...

Avant-propos Le problème de la spécificité du texte dramatique... 7 Genres du dramatique et descriptions linguistiques... 12 Conclusion... Table des matières Avant-propos Le problème de la spécificité du texte dramatique... 7 Genres du dramatique et descriptions linguistiques... 12 Conclusion... 41 PREMIÈRE PARTIE Aspects sémio-linguistiques

Plus en détail

EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE

EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE (Préparation : 5 heures -- Exposé et Questions : 1 heure) Rapport établi par : P.J. BARRE, E. JEAY, D. MARQUIS, P. RAY, A. THIMJO 1. PRESENTATION DE L EPREUVE 1.1.

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe.

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. 4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. Utiliser un document vidéo en classe de langue ce n est pas regarder ensemble la télévision mais le visionner en organisant sa découverte

Plus en détail

La Bonne Âme de Se-Tchouan

La Bonne Âme de Se-Tchouan Saison 2014-2015 Dossier pédagogique La Bonne Âme de Se-Tchouan Bertolt Brecht Mise en scène de Jean Bellorini Compagnie Air de Lune Polo Garat Odessa Dates de représentation : 10 mars 2015 à 20h30 11

Plus en détail

La Chronique des matières premières

La Chronique des matières premières La Chronique des matières premières Céréales, minerais ou pétrole, les ressources naturelles sont au cœur de l économie. Chaque jour de la semaine, Dominique Baillard informe du cours des matières premières

Plus en détail

Mais revenons à ces deux textes du sermon sur la montagne dans l évangile de Matthieu.

Mais revenons à ces deux textes du sermon sur la montagne dans l évangile de Matthieu. «AIMER SES ENNEMIS» «Qui veut prendre ta tunique, laisse lui aussi ton manteau». Si quelqu un te force à faire mille pas, fais-en deux mille avec lui». «Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent»

Plus en détail

Document : Extrait du livre «Ensemble c est tout» de Anna Gavalda accessible sur le site http://www.ifmadrid.com/gourmands/

Document : Extrait du livre «Ensemble c est tout» de Anna Gavalda accessible sur le site http://www.ifmadrid.com/gourmands/ Fiche pédagogique Document : Extrait du livre «Ensemble c est tout» de Anna Gavalda accessible sur le site http://www.ifmadrid.com/gourmands/ Le public : Adultes Niveaux intermédiaires avancés (B1 et +)

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

Objectifs (socio-) culturels : découvrir l univers d un dramaturge ; sensibiliser les apprenants à l univers du spectacle vivant.

Objectifs (socio-) culturels : découvrir l univers d un dramaturge ; sensibiliser les apprenants à l univers du spectacle vivant. Scènes de théâtre Thèmes Cinéma, littérature, musique, théâtre Concept Dans cette fiche, vous trouvez des activités autour d une ou plusieurs scènes de théâtre choisies, des pistes d exploitations pédagogiques

Plus en détail

Déterminants possessifs

Déterminants possessifs POSSESSIFS MATÉRIEL POUR ALLOPHONES 1 Déterminants Déterminants référents Déterminants possessifs Le déterminant possessif indique une relation d appartenance, de possession, de parenté, d origine, etc.,

Plus en détail

Que fait l Église pour le monde?

Que fait l Église pour le monde? Leçon 7 Que fait l Église pour le monde? Dans notre dernière leçon, nous avons vu que les croyants ont des responsabilités vis-à-vis des autres croyants. Tous font partie de la famille de Dieu. Les chrétiens

Plus en détail

I. Le déterminant Il détermine le nom. Le déterminant indique le genre, le

I. Le déterminant Il détermine le nom. Le déterminant indique le genre, le I. Le déterminant Il détermine le nom. Le déterminant indique le genre, le nombre et le degré de détermination du nom. 1. L article le, la, les, l, d, au, aux, du, des, un, une, des, du, de l, de la, des.

Plus en détail

I/ CONSEILS PRATIQUES

I/ CONSEILS PRATIQUES D abord, n oubliez pas que vous n êtes pas un enseignant isolé, mais que vous appartenez à une équipe. N hésitez jamais à demander des idées et des conseils aux autres collègues (linguistes et autres)

Plus en détail

Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français

Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français Badreddine Hamma To cite this version: Badreddine Hamma. Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français. Revue française de linguistique appliquée,

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

LIVRET DU CANDIDAT LES DEUX OPTIONS FACULTATIVES DANSE AU BACCALAURÉAT

LIVRET DU CANDIDAT LES DEUX OPTIONS FACULTATIVES DANSE AU BACCALAURÉAT LIVRET DU CANDIDAT LES DEUX OPTIONS FACULTATIVES DANSE AU BACCALAURÉAT EPS / DANSE ART / DANSE Elèves du lycée Bréquigny à Rennes, Avril 2014 1 Les deux options facultatives danse au BAC Ce livret a été

Plus en détail

Langues vivantes Allemand Anglais Espagnol Italien

Langues vivantes Allemand Anglais Espagnol Italien Langues vivantes Allemand Anglais Espagnol Italien Considérations générales L enseignement des langues vivantes au gymnase donne accès aux cultures et littératures des régions ou pays des langues étudiées.

Plus en détail

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE , chemin de la côte Saint-Antoine Westmount, Québec, HY H7 Téléphone () 96-70 RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE À TRANSMETTRE AU PARENTS Année scolaire 0-0 Document adapté par Tammy

Plus en détail

Les mots des cinq sens

Les mots des cinq sens Activité annuelle n 3 Les mots des cinq sens Créer des phrases, un texte, et découvrir les sens qui sont mis en œuvre à travers les mots. Buts Prendre conscience du lien entre les mots et le sens Développer

Plus en détail

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année PALIER 2 CM2 La maîtrise de la langue française DIRE S'exprimer à l'oral comme à l'écrit dans un vocabulaire approprié

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

Du 6 au 14 août Neuvaine de préparation à la fête de l Assomption

Du 6 au 14 août Neuvaine de préparation à la fête de l Assomption Religieuses de l Assomption 17 rue de l Assomption 75016 Paris France Du 6 au 14 août Neuvaine de préparation à la fête de l Assomption U n c h e m i n d E s p é r a n c e a v e c M a r i e www.assumpta.fr

Plus en détail

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE Programme de la formation Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE o 36 h pour la préparation à l'épreuve écrite de français Cette préparation comprend : - un travail sur la discipline

Plus en détail

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Cette révélation est donnée en français à Sulema, une femme née en 1954 au Salvador. Depuis plus de 30 ans, elle vit au Canada avec

Plus en détail

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS DOCUMENT : 1979. 29489 (1). «L'Actualité. L'union fait la force. Jeu stratégique». Sans éditeur. Vers 1915. PLACE

Plus en détail

Une étude du leadership chrétien

Une étude du leadership chrétien Une étude du leadership chrétien DES HOMMES, DES TACHES ET DES BUTS par Billie Davis MANUEL D ETUDE Produit en collaboration avec la redaction de Global University--ICI Spécialiste du développement de

Plus en détail

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 Résultats aux évaluations nationales CM2 Annexe 1 Résultats de l élève Compétence validée Lire / Ecrire / Vocabulaire / Grammaire / Orthographe /

Plus en détail

Tétanisés par la spirale de la violence? Non!

Tétanisés par la spirale de la violence? Non! MERCREDI DES CENDRES B Frère Antoine-Emmanuel Jl 2, 12-18 ; Ps 50 2 Co 5, 20 6,2 ; Mt 6, 1-6.16-18 18 février 2015 Sanctuaire du Saint Sacrement, Montréal Tétanisés par la spirale de la violence? Non!

Plus en détail

Saisir les nuances des mots

Saisir les nuances des mots Leçon LA LECTURE 2 Mots marquant la progression des idées 1 EFFICACE Saisir les nuances des mots Leçon 2 Mots marquant la progression des idées Avertissement La présente leçon s intéresse à l interprétation

Plus en détail

SÉQUENCE 5 : Contre toute attente : «Roméo et Juliette» de William Shakespeare

SÉQUENCE 5 : Contre toute attente : «Roméo et Juliette» de William Shakespeare SÉQUENCE 5 : Contre toute attente : «Roméo et Juliette» de William Shakespeare Un prologue vient du théâtre antique = première partie d une œuvre littéraire ou dramatique servant à situer les personnages

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Visita ad limina Apostolorum dei Presuli della Conferenza Episcopale del Benin

Visita ad limina Apostolorum dei Presuli della Conferenza Episcopale del Benin N. 0311 Lunedì 27.04.2015 Visita ad limina Apostolorum dei Presuli della Conferenza Episcopale del Benin Il Santo Padre Francesco ha ricevuto questa mattina in Udienza i Vescovi della Conferenza Episcopale

Plus en détail

Diapo 1. Objet de l atelier. Classe visée. Travail en co-disciplinarité (identité et origine académique des IEN)

Diapo 1. Objet de l atelier. Classe visée. Travail en co-disciplinarité (identité et origine académique des IEN) COMMENTAIRE Séminaire national Réforme de la série Gestion-administration Lyon 10 et 11 mai 2012 Vendredi matin Martine DECONINCK (IEN EG), Michèle SENDRE (IEN L), Isabelle VALLOT (IEN EG) Diapo 1. Objet

Plus en détail

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant Les métiers du spectacle vivant Filière : artistique Domaine : art chorégraphique Appellations voisines : artiste chorégraphique Autres métiers du domaine : chorégraphe, maître de ballet, notateur Danseur

Plus en détail

Concours 2008 / 2009 externe et interne réservé d ingénieurs des services culturels et du patrimoine, spécialité «services culturels»

Concours 2008 / 2009 externe et interne réservé d ingénieurs des services culturels et du patrimoine, spécialité «services culturels» Concours 2008 / 2009 externe et interne réservé d ingénieurs des services culturels et du patrimoine, spécialité «services culturels» Le présent rapport a pour objet de donner une appréciation générale

Plus en détail

Epithète. Person a. i!(mouton de vapeur) i! Epithète. et Person a

Epithète. Person a. i!(mouton de vapeur) i! Epithète. et Person a Epithète et Person a Marionnettes habitées et déshabitées. Epithète et Person a i!(mouton de vapeur) i! -Jeux de masque sur, dans, avec, contre le masque! -Corps qui «fait face»! -Personnages échappés

Plus en détail

2 e cycle du secondaire. Théâtre de Quat S6ou9 s, saison 1968-19. pièces détachées

2 e cycle du secondaire. Théâtre de Quat S6ou9 s, saison 1968-19. pièces détachées 2 e cycle du secondaire Théâtre de Quat S6ou9 s, saison 1968-19 pièces détachées pièces détachées michel tremblay, 1969 nombre de personnages dans la pièce 25 (18 femmes et 7 hommes) extraits proposés

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

Tâches d écriture 5f. Ces ressources peuvent servir de déclencheur, de modèle ou tout simplement d inspiration. La recette.

Tâches d écriture 5f. Ces ressources peuvent servir de déclencheur, de modèle ou tout simplement d inspiration. La recette. Tâches d écriture 5f Il est souvent difficile de motiver les élèves à écrire. TFO vous propose d utiliser des émissions, des sites Web et des documents imprimés pour donner un peu de piquant aux activités

Plus en détail

Le système d évaluation par contrat de confiance (EPCC) *

Le système d évaluation par contrat de confiance (EPCC) * André ANTIBI Le système d évaluation par contrat de confiance (EPCC) * * extrait du livre «LES NOTES : LA FIN DU CAUCHEMAR» ou «Comment supprimer la constante macabre» 1 Nous proposons un système d évaluation

Plus en détail

Le Baptême de notre enfant

Le Baptême de notre enfant Le Baptême de notre enfant Baptême de notre enfant : Le à l église de Ce même jour, ils ont également reçu le baptême 1 Chers parents, Déroulement de la célébration (p 3-8) 1. Accueil et entrée dans l

Plus en détail

Créer un mémento grammatical portatif et évolutif pour tablettes et smartphones

Créer un mémento grammatical portatif et évolutif pour tablettes et smartphones Enseigner les Langues et Cultures de l Antiquité avec les TICE http://lettres.ac-dijon.fr TraAM travaux académiques mutualisés, un accompagnement au développement des usages des TIC Créer un mémento grammatical

Plus en détail

B Projet d écriture FLA 10-2. Bande dessinée : La BD, c est pour moi! Cahier de l élève. Nom : PROJETS EN SÉRIE

B Projet d écriture FLA 10-2. Bande dessinée : La BD, c est pour moi! Cahier de l élève. Nom : PROJETS EN SÉRIE B Projet d écriture Bande dessinée : La BD, c est pour moi! FLA 10-2 Cahier de l élève PROJETS EN SÉRIE Il faut réaliser ces projets dans l ordre suivant : A Bain de bulles Lecture B La BD, c est pour

Plus en détail

Théâtre - Production théâtrale Description de cours

Théâtre - Production théâtrale Description de cours Théâtre - Production théâtrale Description de cours SESSION 1 (TRONC COMMUN) Histoire de l'architecture L objectif du cours est de cerner les principaux styles de l histoire de l architecture. Le contenu

Plus en détail

Atelier rédactionnel

Atelier rédactionnel Baccalauréat professionnel Gestion - Administration Atelier rédactionnel Exemples de séances réalisées en première et au début de l année de terminale Joëlle PERRETIER & Patrice VIRIEUX Lycée professionnel

Plus en détail

Lucile Cognard. S identifier à son symptôme

Lucile Cognard. S identifier à son symptôme Lucile Cognard S identifier à son symptôme Dans notre milieu analytique, l expression est connue : «s identifier à son symptôme». D où vient-elle, que recouvre-t-elle? C est la question que je me suis

Plus en détail

Titre : «Ce n est pas parce que je suis un vieux pommier que je donne des vieilles pommes» (Félix Leclerc)

Titre : «Ce n est pas parce que je suis un vieux pommier que je donne des vieilles pommes» (Félix Leclerc) Pâques 5 (B) : 6 mai 2012 Cinquième Dimanche de Pâques : 6 mai 2012 Titre : «Ce n est pas parce que je suis un vieux pommier que je donne des vieilles pommes» (Félix Leclerc) Référence Biblique : 1 ère

Plus en détail

Text Types and Purposes

Text Types and Purposes Text Types and Purposes College and Career Readiness (CCR) Anchor Standard 1: Ecrire une composition avec une idée principale, claire, explicite ou implicite en utilisant des éléments et des arguments

Plus en détail

C est du 36, mais ça chausse grand

C est du 36, mais ça chausse grand C est du 36, mais ça chausse grand Nouveau Clown-théâtre Public familial à partir de 8 ans Par la compagnie du BP 7 85 390 MOUILLERON EN PAREDS 02 51 87 56 42 / 06 85 42 99 79 francois.tcv@orange.fr Contact

Plus en détail

Guide du tuteur. Baccalauréat professionnel. Accueil-Relation Clients et Usagers

Guide du tuteur. Baccalauréat professionnel. Accueil-Relation Clients et Usagers Guide du tuteur Baccalauréat professionnel Accueil-Relation Clients et Usagers Lycée Professionnel Henri Brulle 65 Route de Saint Emilion 33500 Libourne Tél : 05.57.48.12.30 Fax : 05.57.85.11.52 Présentation

Plus en détail

Distinction des questions et des consignes

Distinction des questions et des consignes ET ŒIL DES CONSIGNES (OUTILS D EXPLORATION ET D INTÉGRATION DE LA LECTURE) 1 Questions et consignes Distinction des questions et des consignes Théorie Comment différencier les questions et les consignes

Plus en détail

LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES?

LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES? LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES? INTRODUCTION Depuis quelques années, un certain nombre d évolutions à la fois sociétales et professionnelles nous poussent,

Plus en détail

La série L est revalorisée

La série L est revalorisée La série L est revalorisée «elle devient une série d excellence pour les langues» Option LVE de 3 H = Un enseignement obligatoire de 2H = LV1 ou 2 ou LV3 approfondie education.gouv.fr Bulletin officiel

Plus en détail

1 Objectifs généraux du travail avec la vidéo. A quoi sert le travail sur des documents vidéo en classe de FLE?

1 Objectifs généraux du travail avec la vidéo. A quoi sert le travail sur des documents vidéo en classe de FLE? Module sur l utilisation de la vidéo en classe de français langue étrangère JEAN-MICHEL DUCROT Coordinateur de programmes pédagogiques à Alep-Syrie. Responsable du Centre de Documentation Pédagogique d'alep,

Plus en détail

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction introduction Camus l a joliment formulé : le seul choix qui s offre à nous, aujourd hui, est d être soit un pessimiste qui rit, soit un optimiste qui pleure. L optimiste croit que tout va bien. Dans La

Plus en détail

Livret du jeune spectateur

Livret du jeune spectateur Page1 Livret du jeune spectateur NOM : PRENOM : CLASSE : ETABLISSEMENT : PROFESSEUR DATE DE L'OPERA / DU CONCERT : LIEU DE L'OPERA / DU CONCERT : Page2 AVANT D'ALLER AU CONCERT / A L'OPERA : SE PREPARER

Plus en détail

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE Proposition d aide à la mise en œuvre pédagogique Domaine : SE CULTIVER ET SE DIVERTIR Programme National de pilotage Séminaire «Mise en œuvre pédagogique

Plus en détail

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches Niveau C1 Descripteur global Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches La personne peut : comprendre en détail de longs discours et des échanges complexes

Plus en détail

Écoutez une première fois et répondez en fonction de ce que vous entendez. b) Comment identifie-t-on le chroniqueur?.

Écoutez une première fois et répondez en fonction de ce que vous entendez. b) Comment identifie-t-on le chroniqueur?. Feuille d'activités : Le concours Lépine à la foire de Paris Activité 1 Repérage sonore Écoutez une première fois et répondez en fonction de ce que vous entendez 1) Les sons a) Quels bruits entend-on?

Plus en détail

ÉDITORIAL DE PRÉSENTATION. Anne Übersfeld Université Paris III

ÉDITORIAL DE PRÉSENTATION. Anne Übersfeld Université Paris III ÉDITORIAL DE PRÉSENTATION Anne Übersfeld Université Paris III POÉTIQUE ET PRAGMATIQUE : LE DIALOGUE DE THÉÂTRE La sémiotique du théâtre est une activité difficile. D abord l analyse du récit ne peut s

Plus en détail

Français langue seconde, langue étrangère

Français langue seconde, langue étrangère Français langue 1 Lycée/B1-B2 Accueil La scène française e Depuis les années 1990, les auteurs et les metteurs en scène français s emploient à réinterroger les fondamentaux du théâtre tout en s ouvrant

Plus en détail

César doit mourir. Cesare Deve Morire. de Paolo et Vittorio Taviani

César doit mourir. Cesare Deve Morire. de Paolo et Vittorio Taviani César doit mourir Cesare Deve Morire de Paolo et Vittorio Taviani Un documentaire sur la vie carcérale ou une fiction sur Shakespeare? la création de la pièce de Le film a été récompensé par plusieurs

Plus en détail

Pour toutes questions, vous pouvez envoyer un mail à corinne.cuvinot-peyre@ac-aix-marseille.fr

Pour toutes questions, vous pouvez envoyer un mail à corinne.cuvinot-peyre@ac-aix-marseille.fr Pour toutes questions, vous pouvez envoyer un mail à corinne.cuvinot-peyre@ac-aix-marseille.fr Répartition des enseignements art danse dans l académie Ci-dessous la liste des établissements proposant l

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT

PROJET D ETABLISSEMENT PROJET D ETABLISSEMENT «Amener chacun à une autonomie responsable» INTRODUCTION Dans l esprit du Projet Educatif défini par le Pouvoir Organisateur du Collège Notre-Dame et dans la volonté de respecter

Plus en détail

DISCOURS DIRECT ET INDIRECT

DISCOURS DIRECT ET INDIRECT DISCOURS DIRECT ET INDIRECT Si vous voulez rapporter les paroles de quelqu un, vous pouvez utiliser le discours direct ou le discours indirect (nous n aborderons pas ici le style indirect libre, qui relève

Plus en détail