Compléments CHAPITRE 1

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Compléments CHAPITRE 1"

Transcription

1

2 Compléments CHAPITRE 1 EXERCICE 1 Maîtriser le raisonnement scientifique. Réordonnez les propositions suivantes de manière à reproduire la démarche scientifique qui a permis de caractériser l activité de la cellule pancréatique acineuse. 1. Les tranches de pancréas marquées sont lavées puis placées dans un milieu «froid», à leucine non radioactive. 2. Les grains d argent se localisent dans la partie basale au bout de 7 mn, là où se situe le réticulum granuleux, sur la face cis des dictyosomes au bout de 35 mn, et au niveau des grains de zymogène du pôle apical à compter de 1h3. 3. Les cellules pancréatiques sont marquées au temps zéro par incubation durant 3 mn dans une solution nutritive contenant de la leucine tritiée. 4. Comment sont mobilisés les divers compartiments de la cellule acineuse pancréatique dans la production des protéines enzymatiques destinées à être sécrétées? 5. A divers temps d incubation, des fragments de pancréas sont prélevés, fixés, et des coupes ultra-fines sont réalisées ; elles sont recouvertes d une fine émulsion photographique et conservées à l obscurité une quinzaine de jours avant d être révélées puis observées au MET. 6. Le pancréas est un organe qui secrète un suc protéique constitué d enzymes digestives de type amylase, lipases, protéases et nucléases. 7. La synthèse des protéines enzymatiques mobilise chronologiquement le réticulum granuleux situé sur la face basale, puis les dictyosomes et enfin les grains de zymogène qui se localisent au pôle apical. 6 (observation) 4 (problématique) 3/1/5 (test expérimental) 2 (résultats) 7 (conclusion) EXERCICE 2 Mobiliser des connaissances pour étudier un document: Un professeur de biologie a donné à ses étudiants une culture d'organismes unicellulaires incolores. Les étudiants ont observé que chaque cellule présente un diamètre d environ 1 mm, possède un noyau unique, est de forme rectangulaire et n'éclate pas quand elle est placée dans une solution hypotonique. Quelles propositions sont vérifiées par ces observations? 1. Ces cellules sont eucaryotes. 2. Ce sont des bactéries. 3. Elles ont probablement une matrice extracellulaire (MEC) à l'extérieur de la membrane cellulaire. 4. Ces organismes sont des cellules qui prolifèrent normalement dans l'eau salée. 5. Ce sont des cellules animales. a. 1 et 3 b. 1, 3 et 5 c. 1 et 4 d. 2 et 3 e. 2 et 4 1

3 (a) et (c) Tableau 1.3 p39 EXERCICE 3 Mobiliser des connaissances pour étudier un document: Une cellule produit et sécrète un type donné de protéines. Sélectionnez dans la liste les structures qui sont impliquées dans ces processus et inscrivez les numéros de code dans l'ordre de leur intervention. 1. peroxysome 2. réticulum endoplasmique rugueux partiellement agranulaire 3. membrane plasmique 4. vésicule de sécrétion ( figure 1.19 p 3) : 7, 2, 5, 4, 3. VRAI / FAUX (I) Restituer des connaissances La figure 1 ci-dessous représente une coupe dans une feuille. 5. appareil de Golgi 6. vacuole 7. réticulum endoplasmique rugueux 8. lysosome Figure 1 1. Cette feuille a été prélevée sur un arbre ou sur une plante herbacée de dicotylédone. 2

4 2. Cette figure représente une coupe du mésophylle foliaire. 3. La face ventrale est celle qui reçoit la lumière incidente. 4. L épiderme supérieur ne présente jamais de stomate comme le montre la figure 1 5. La zone notée P contient de la vapeur d'eau et du dioxygène. 6. La zone notée P contient du dioxygène ou du dioxyde de carbone. 7. Le parenchyme lacuneux est situé du côté dorsal. 8. Le parenchyme palissadique assure l essentiel de la photosynthèse. 9. Les cellules représentées sont turgescentes et déterminent ainsi la forme du limbe. 1. La polarité fonctionnelle de l organe repose sur la polarité cellulaire. ( 1.1.2B P 6) 1. Vrai 2. Faux : c est une coupe de limbe foliaire comprenant un mésophylle limité par un épiderme supérieur (ventral) et un épiderme inférieur (dorsal). 3. Vrai 4. Faux: La densité des stomates est plus faible sur la face ventrale mais elle en possède. (Biologie 2éme année, TP 13, b, p 66) 5. Vrai 6. Faux : dioxygène, dioxyde de carbone et vapeur d eau sont toujours présents ; seule leur pression partielle varie au cours d une journée. 7. Vrai 8. Vrai car il est plus riche en chloroplastes et est situé du côté d où provient la lumière. 9. Vrai 1. Faux : les cellules ne sont pas polarisées. VRAI / FAUX (II) Restituer des connaissances 1. Une enveloppe comporte une ou deux membranes. 2. Le cytosquelette participe au flux membranaire au sein d une cellule. 3. Au sein de la mitochondrie, l oxydation phosphorylante est le processus par lequel les électrons issus de l oxydation des glucides ou des acides gras sont cédés à l ATP. 4. La mitochondrie contient un réseau de membranes nommées thylakoïdes. 5. Le réticulum endoplasmique granuleux ou REG est le site de maturation des ribosomes. 6. Les membranes du réticulum sont en continuité avec l enveloppe nucléaire. 7. La synthèse de toute protéine mobilise le réticulum endoplasmique granuleux ou REG. 8. L appareil de Golgi est présent dans toutes les cellules, procaryotes et eucaryotes. 9. L appareil de Golgi est un passage obligatoire pour les protéines sécrétées par les cellules eucaryotes. 1. Le tri des protéines synthétisées au niveau du réticulum granuleux est fondé sur le principe de 3

5 l adressage par étiquetage moléculaire. 11. Les peroxysomes doivent leur nom au fait qu il y a production d eau oxygénée H 2 O 2 en leur sein lors de l oxydation d acides gras. 12. Les chloroplastes des cellules végétales présentent deux compartiments limités par des membranes. 13. La paroi d une cellule végétale a même fonction que la membrane plasmique. 14. On trouve à la limite entre deux cellules végétales contigües, outre les plasmalemmes, une lamelle moyenne et deux parois primaires. 15. Les cytosols de cellules végétales voisines sont en communication par des complexes jonctionnels nommés jonctions communicantes ou jonctions «gap». 16. Les bactéries Gram + sont délimitées par une membrane plasmique doublée extérieurement d une paroi de peptidoglycannes. 17. Les bactéries sont des micro-organismes systématiquement hétérotrophes. 1. Faux- voir 1-2-3c 2. Vrai - - voir Faux - voir Faux -- voir Faux - voir Vrai - voir 1-2-3b QCM (I) 7. Faux- voir Faux - voir Vrai- voir Vrai- voir Vrai- voir Faux - voir Faux- voir Vrai- voir Faux- voir Vrai voir Faux voir Restituer des connaissances Parmi les propositions suivantes, indiquez celle(s) qui est (sont) correcte(s). 1. La cellule acineuse possède : a) une paroi ; b) des mitochondries ; c) un cytosquelette ; d) deux centrosomes. 2. Le cytosquelette est constitué : a) de protéines exclusivement fibreuses ; b) de microtubules à base d actine ; c) de 3 types principaux de protéines d) de microfilaments pleins et de microfilaments creux ou tubulaires e) d éléments de même diamètre. 3. La maturation des protéines destinées à la sécrétion met en jeu : a) les dictyosomes ; b) le réticulum lisse ou REL ; c) le réticulum granulaire ou REG ; d) le cytosquelette. 4. Les protéines permettant l ancrage des vésicules aux microtubules sont : a) la clathrine ; c) la dynéine ; b) la tubuline ; d) la kinésine. 4

6 5. La cellule végétale du parenchyme palissadique est entourée d une paroi dont les caractères sont les suivants : a) elle est rigide, inextensible ; b) elle doit sa rigidité à la pression hydrostatique qu exerce la vacuole en turgescence sur la paroi ; c) elle remplace la membrane plasmique ; d) elle est traversée de fins canalicules appelés desmosomes. 6. Le chloroplaste au stade adulte est un organite compartimenté dont les caractères sont les suivants : a) la membrane interne de l enveloppe forme des replis appelés thylakoïdes ; b) il comporte trois compartiments nommés «espace intermembranaire», «stroma» et «lumen» ; c) les chlorophylles sont contenues dans la membrane interne et dans les membranes des thylakoïdes. 7. La matrice extracellulaire ou MEC des cellules animales et végétales : a) est une production des cellules elles-mêmes ; b) a une composition uniforme chez tous les eucaryotes ; c) est fondamentalement constituée d une association de protéines fibreuses et de polymères glucidiques ; d) est absente au niveau des protoplastes. 8. La sécrétion des grains de zymogène par la cellule acineuse : a) est initiée au niveau du réseau trans-golgien par suite d un tri moléculaire ente protéines destinées à la sécrétion et protéines destinées aux lysosomes ; b) est toujours constitutive ; c) fait intervenir des vésicules à revêtement de clathrine ; d) participe au renouvellement des constituants de la membrane plasmique ; e) est accompagnée d un processus d endocytose ; f) se déroule au pôle basal de la cellule. 9. La membrane plasmique ou plasmalemme : a) est assimilable à une bicouche lipidique ; b) est nommée paroi dans le cas des cellules végétales ; c) présente des molécules protéiques réparties différemment sur ses faces externe et interne. 1. On dit d une cellule qu elle est compartimentée car : a) elle est délimitée par une membrane plasmique ; b) elle possède des espaces intracellulaires limités par des endomembranes ; c) chaque organite définit un seul compartiment ; d) elle possède un cytosol. 11. Une cellule eucaryote est une cellule : a) possédant un nucléoïde ; b) compartimentée ; c) comportant un cytosquelette et réalisant un flux endomembranaire ; d) hétérotrophe. CORRECTIONS QCM 1. b et c voir c et d voir 1-2-4a 3. a, c et d voir c et d voir 1-2-4b 5. b voir b voir a, c et d voir et a, c, d et e voir c voir b voir b et c voir

7 QCM (II) Restituer des connaissances À chaque question, il y a toujours une et une seule bonne réponse. Sélectionnez celle qui convient. 1. Les mitochondries et les chloroplastes ont un certain nombre de points communs d ordres structural et fonctionnel. Parmi ces points communs, on peut retenir : a) la présence d ADN extra-chromosomique ; d) «a» et «c» ; b) l absence de protéines membranaires ; e) «a», «b» et «c». c) la faculté de synthétiser de l ATP ; 2. Le tableau ci-dessous concerne une cellule hépatique, une cellule du parenchyme palissadique de feuille et une cellule bactérienne de type Gram +. Complétez le tableau par des croix lorsque les structures citées sont présentes dans les cellules envisagées. Enveloppe nucléaire Paroi cellulaire Chloroplastes Mitochondries Ribosomes Cellule acineuse du pancréas Cellule du parenchyme palissadique 3. En utilisant les codes chiffrés du dessin, complétez le tableau ci-dessous. Bactérie Gram + Indiquez : A) où a lieu l assemblage des sous unités des ribosomes ; B) où a lieu la glycosylation des protéines et des lipides ; C) les structures où a lieu (voire où débute) la synthèse des protéines codées par l ADN nucléaire ; D) la structure qui permet le trafic vésiculaire dans la cellule ; E) la plus abondante structure dans le cytoplasme des cellules acineuses du pancréas ; F) l organite responsable de l oxydation totale des glucides ou des acides gras ; G) le lieu de synthèse des lipides ; H) l organite absent dans les cellules végétales. CODE 6

8 4. Laquelle des structures suivantes et lequel des processus existent à la fois dans des cellules procaryotes et eucaryotes? I. Enveloppe nucléaire. V. Membrane cellulaire. II. Ribosomes. VI. Réplication de l ADN par des ADN polymérases. III. Gènes à introns. VII. Eléments du cytosquelette. IV. Synthèse d ATP. VIII. Plusieurs chromosomes linéaires. Propositions a) I, II, III et VIII. b) II, IV, VI et VIII. c) I, III, V et VII. d) II, IV, V et VI. e) II, III, VI et VIII. 5. Lesquelles des fonctions suivantes sont effectuées dans le réticulum endoplasmique rugueux (RER) ou granulaire (REG)? I. Addition de glucides aux protéines. IV. Synthèse de protéines membranaires. II. Synthèse de protéines lysosomales. V. Formation de glycérol. III. Addition de glucides aux lipides. Propositions a) I, II et V. b) II, III et IV. c) II, IV et V. d) I, II et IV. e) III, IV et V. 6. Quelle est la fonction du nucléole? a) Importation de protéines cytoplasmiques ; b) Régulation du trafic au niveau des pores nucléaires ; c) Site d assemblage des sous-unités de ribosomes ; d) Stockage de l ADN inactif ; e) Synthèse de protéines nucléaires. CORRECTIONS QCM 1. Réponse d ( 1.2.3c - p 14) 2. Réponse ( 1.2 p 7 & 1.6 p 37) 3. Cellule acineuse du Cellule du parenchyme Bactérie Gram + pancréas palissadique Enveloppe nucléaire X X Paroi cellulaire X X Chloroplastes X Mitochondries X X Ribosomes X X X 4. Réponses A : 7 nucléole ( 1.2.3a p 11) B : 1 appareil de Golgi ( 1.2.3b p 11) C : 4 ribosomes libres ( 1.2.3a p 11) D : 3 cytosquelette ( 1.2.4b p 19) 5. Réponse d ( 1.6.2, tableau 1.3 p 39 & 4) 6. Réponse d ( p 29) 7. Réponse c ( 1.2.3a - p 11). E : 6 - REG ( 1.2.3b figure 1.7 p 13) F : 5 mitochondrie ( 1.2.3c p 15) G : 2 REL ( 1.2.3b figure 1.6 p 13) H : 8 centrosome ( 1.2.4a p 17) 7

9 Compléments CHAPITRE 2 EXERCICE 1 Maîtriser la démarche et le raisonnement scientifique dans l'analyse d'un document: On procède au séquençage d'une protéine. Un extrait de la molécule à analyser est traité par la trypsine, qui catalyse la coupure du polypeptide après un résidu K ou R. Un autre extrait est traité par le bromure de cyanogène qui coupe le peptide après un résidu M. Les fragments issus de ces traitements sont séparés par électrophorèse et séquencés. Ils sont respectivement nommés T-1, T-2...C-1...La séquence de chaque fragment est représentée à l'aide des lettres conventionnelles affectées à chaque acide aminé. Elle commence par son extrémité N-terminale. Les peptides obtenus par la digestion à la trypsine sont : T-1 : GASMALIK T-2 : EGAAYHDFEPIDPR T-3 : DCVHSD T-4 : YLIACGPMTK Les peptides obtenus par digestion au bromure de cyanogène sont: C-1 : EGAAYHDFEPIDPRGASM C-3 : ALIKYLIACGPM C-2 : TKDCVHSD Choisissez parmi les réponses suivante celle qui correspond à la séquence analysée. Les peptides qui se trouvent aux extrémités N- terminale et C-terminale du polypeptide d origine sont respectivement : a. C-1 et C-2. b. T-3 et C-1. Cas a Figure 2.29 page 78 c. C-2 et C-3. d. T-1 et T-4. Maîtriser le raisonnement scientifique : observer, recenser des faits, extraire et organiser des informations, formuler une hypothèse explicative. T2 T1 T4 T3 EGAAYHDFEPIDPR GASMALIK YLIACGPMTK DCVHSD EXERCICE 2 C1 C3 C2 Maîtriser la démarche et le raisonnement scientifique dans l'exposé de connaissances ou l'analyse d'un document: Organiser sa pensée: structurer un exposé On soumet un mélange de trois polypeptides artificiels à une électrophorèse sur un gel horizontal à gradient de ph (une extrémité du gel, attenante à la borne positive, a un ph de 2, l autre extrémité, attenante à la borne négative, a un ph de 11, les valeurs intermédiaires de ph se répartissent sur toute la longueur du gel). On dépose le mélange au milieu du gel, sur la zone de ph = 7. 8

10 Ces polypeptides sont la poly-glycine (pg), la poly-lysine (pk) et le poly-acide aspartique (pd). Les radicaux de la glycine, de la lysine et de l acide aspartique sont respectivement caractérisés par une atome d hydrogène, une fonction amine et une fonction acide carboxylique. À la fin de l électrophorèse, les positions relatives de ces trois polypeptides seront, en partant du plus proche de la borne positive : a. pd-pk-pg b. pk-pg-pd c. pd-pg-pk d. les trois polypeptides migrent vers la borne positive sans être séparés. Construisez un tableau dans lequel vous reportez la caractéristique du radical et le phi de chaque acide aminé utilisé à partir du tableau de la page 76. En utilisant les données de ce tableau, quelle(s) proposition(s) retenez-vous pour pour rendre compte du classement de migration? Cas c Tableau 2.7 pages & TP Glycine (G) Acide aspartique (D) Lysine (K) Radical H CH 2 -COO - + (CH 2 ) 4 -NH 3 phi 6 3 9,7 Le phi se situe autour de 6 pour les acides aminés apolaires comme la glycine, autour de 3 pour les acides aminés anioniques (cas de l acide aspartique) et autour de 1 pour les acides aminés cationiques (cas de la lysine). Le phi étant le ph pour lequel les charges de la molécule s annulent, celle-ci s arrête de migrer pour cette valeur de ph lorsqu elle est placée dans un champ électrique. Le polypeptide pd va donc se rapprocher de l anode (borne positive) où le ph est de 2 tandis que le polypeptide pk va migrer vers la cathode (borne négative) où le ph est de 11. Le polypeptide pg se déplacera légèrement vers l anode où le ph est acide jusqu à la zone de ph6. Ainsi l ordre des polypeptides de la borne positive (anode) vers la borne négative (cathode) sera pd-pg-pk. EXERCICE 3 Maitriser des techniques : lire un graphique Le graphique 1 ci-dessous montre le pourcentage de protides, de lipides et de glucides contenus dans l enveloppe de graines de cinq espèces différentes. (Les autres composants de la graine comme les ions inorganiques ne sont pas mentionnés.) Quelle espèce de graine contient à la fois le plus de lipides, le moins de glucides et le plus de protides? a. Espèce A b. Espèce B c. Espèce C d. Espèce D e. Espèce E f. Aucune. % de masse sèche 9

11 Cas f. La graine B contient le plus de lipides (6%), la graine E contient le plus de protides (35%) et la graine E contient le moins de glucides (5%). Donc aucune graine ne répond aux trois critères à la fois. EXERCICE 4 observer: recenser, extraire et organiser des informations Plusieurs lignées de cellules sécrétrices animales mutantes qui présentent des défauts d addition de glucides aux protéines exportées sont isolées. Chaque mutation n'affecte qu'un seul type de monomère (Tableau 1). En utilisant une protéine aisément purifiable, portant uniquement des oligosides N-liés, des chercheurs ont analysé dans ces cellules mutantes, la nature des oligosides N-liés qui y sont ajoutés. Lignée cellulaire Man GlcNAc Gal NANA Glc Sauvage Mutant A Mutant B Mutant C Mutant D Mutant E Mutant F Mutant G Mutant H Mutant I Man (mannose), GlcNAc (N-acétylglucosamine), Gal (galactose), NANA (acide N-acetylneuraminique ou aacide sialique), Glc (glucose). Les chiffres indiquent le nombre de monomères d oses dans l oligoside. Tableau 1 L'oligoside en cours de synthèse pour le type sauvage comporte d'abord un nombre de monomère Man supérieur à trois. Si la synthèse du polymère consiste en l'addition de monomères, elle peut aussi comporter la soustraction de monomères excédentaires. Sélectionnez les réponses correctes parmi les propositions suivantes : A : Les mutants B,C,D, G et H sont déficients pour des étapes de suppression de monomères B : Les mutants E,F,A et I sont déficients uniquement pour des étapes d addition de monomères C : Tous les mutants sont déficients à la fois pour des suppressions et des additions de monomères D : Au cours de la maturation de la glycoprotéine étudiée, il se produit (plusieurs réponses possibles): i : une diminution du nombre de Man uniquement ii :une diminution du nombre de Man et Glc iii : une augmentation du nombre GlcNac, Gal et NANA E : Le nombre de monomères glucidiques de la glycoprotéine étudiée est plus faible dans la lignée sauvage que dans n importe quelle lignée mutante. F : La comparaison des lignées mutantes permet de reconstituer la séquence des étapes de maturation de la glycoprotéine étudiée. Choisissez la proposition qui correspond à la bonne position des mutants dans la voie de biosynthèse : j : C à H à D à G à I à A à F à B à E jj : C à H à D à G à E à B à F à A à I iii : C à H à Gà D à I à A à F à B à E ( 1.2.3B P 11&12 ET 1.4 PAGE 23) observer: recenser, extraire et organiser des informations A. Vrai La lignée sauvage possède 3 Man alors que les lignées C, D et H en possèdent 9, la lignée G en possède 8 et la lignée B en possède 5 1

12 B. Faux : La lignée E est déficiente aussi pour la suppression des monomères Man car elle en possède 5 alors que le sauvage en possède 3. C. Faux : C est vrai pour les lignées C, H, D, G, E et B. Par contre, les mutant I, A, F sont uniquement déficients pour une addition (NANA pour I, Gal pour A, GlcNac pour F). Donc l affirmation est fausse. D. Réponse : ii et iii E. Faux : C est vrai pour les lignées C, H et D (14, 13 et 11 monomères) mais c est faux pour les lignées D, G, E, B, F, A et I (11, 1, 7, 8, 6, 7 et 9). L affirmation est donc fausse. F. Réponse jj. Les lignées de cellules mutantes et sauvages sont arrangées dans l ordre correspondant aux étapes de formation des oligosaccharides. Le nombre et le type d oses des oligosides N-liés des différents mutants définissent leur position dans la voie de biosynthèse. Lignée cellulaire Man GlcNAc Gal NANA Glc Mutant C Mutant H Mutant D Mutant G Mutant E Mutant B Mutant F Mutant A Mutant I Sauvage VRAI / FAUX Restituer des connaissances Une seule proposition est vraie. Choisissez celle qui convient pour chaque exercice proposé. 1. La liaison au dioxygène (O2) à l hémoglobine (protéine tétramérique) est de type coopérative. Cela signifie que : a) La liaison d une molécule d O2 à une sous-unité d hémoglobine facilite l assemblage avec d autres sous-unités pour former une molécule d hémoglobine complète. b) La liaison d une molécule d O2 à une des sous unités d une molécule d hémoglobine favorise la liaison d autres molécules d O2 avec les autres sous-unités de la même molécule d hémoglobine. c) La liaison d une molécule d O2 à une molécule d hémoglobine favorise la liaison d autres molécules d O2 avec d autres molécules d hémoglobine. d) La liaison d une molécule d O2 avec une sous unité d hémoglobine favorise la liaison d autres molécules d O2 avec cette même sous-unité d hémoglobine. 2. Que ce soit chez les plantes ou les animaux, les réserves intracellulaires de glucides sont généralement constituées de polymères de glucose (amidon, glycogène) et non de monomères, car : a) Le stockage du glucose sous forme monomérique entraînerait une élévation de l osmolarité du cytoplasme au-delà des valeurs compatibles avec la vie cellulaire. b) La forme monomérique du glucose est peu soluble. c) Lorsque leur concentration dépasse un certain seuil, les monomères de glucose polymérisent spontanément dans la cellule. d) La forme monomérique ne peut pas facilement être utilisée comme source d énergie par la cellule. 3. Une substance extraite d'un végétal présente les caractères suivants : elle donne une solution limpide dans l'eau ; cette solution ne réduit pas la liqueur de Fehling à chaud; portée à ébullition en présence d'un acide, la solution qui renferme cette substance réduit la liqueur de Fehling ; elle ne comporte pas de fonction réductrice libre. 11

13 Cette substance est : a) l'amidon. b) un corps gras. c) le glucose. d) une protéine. e) le saccharose. 4. Les molécules qui résultent de l hydrolyse d un dipeptide sont : a) deux oses d) un ose et un aminoacide. b) un aminoacide et un alcool e) deux aminoacides c) un acide carboxylique et une amine 5. Laquelle de ces situations est responsable de la structure secondaire des protéines? a) Interactions hydrophobes d) Liaisons hydrogène b) Liaisons covalentes non polaires e) Liaisons covalentes polaires c) Interactions ioniques 6. La structure générale des acides aminés est la même mais chaque acide aminé diffère par : a) la chaîne latérale d) la fonction cétone b) le groupement aldéhyde. e) la fonction carboxyle. c) la fonction amine 7. Quelle affirmation concernant les propriétés de l'eau et son rôle dans des systèmes biologiques est FAUSSE? a) Dans une molécule d'eau, les atomes hydrogènes sont liés avec l'atome d'oxygène par des liaisons non covalentes. b) La combinaison d interactions hydrophiles et hydrophobes d'une protéine peut influencer la forme de la protéine. c) La solubilité de NaCl dans l'eau est un produit des interactions entre les molécules d'eau et les ions dans le sel. d) L'eau est un liquide à température ambiante à cause des liaisons hydrogènes qui existent entre des molécules individuelles d'eau. e) L ébullition de l'eau à 1 C résulte de la rupture des liaisons entre les atomes d oxygène et d hydrogène. 8. Quel est le résultat de la synthèse d'un triacylglycérol? a) Un acide gras et une molécule de glycérol sont hydrolysés b) Trois molécules d acides gras se combinent avec une molécule de glycérol pour produire une molécule lipidique et trois molécules d'eau. c) Trois molécules d acides gras sont hydrolysées par trois molécules d'eau et une molécule de glycérol pour produire une molécule lipidique. d) Un acide gras et une molécule de glycérol sont condensés. 9. Quelles liaisons chimiques sont considérées les plus faibles, nécessitant le moins d énergie pour les rompre? a) Liaisons ioniques d) Liaisons covalentes b) Liaisons hydrogènes e) Liaisons polaires c) Forces de Van der Waals 1. Quelle déclaration est FAUSSE? a) Les glucides contiennent toujours du carbone, de l'hydrogène et de l'oxygène. b) Les glucides sont des polymères d acides gras c) Les glucides peuvent être utilisés comme une source d'énergie pour les cellules animales et végétales d) La cellulose et l'amidon sont des polyosides. e) La saccharose n est pas un glucide réducteur. 11. Lesquelles parmi ces associations de lipides comportent des composés non construits à partir de glycérol? a) Sphingolipides, éicosanoïdes, Cholestérol b) Phosphatidylcholine, b-carotene c) Triacylglycerides, Phosphatidylcholine,Phosphatidyléthanolamine d) Cholestérol, Phosphatidylcholine,Phosphatidyléthanolamine 12

14 e) Carotenoides, Sphingolipides, terpènes f : Plastoquinone, chlorophylle, prostaglandines Propositions 1 : a,c et f 2 : a, e et f 1. b p a 2.3.3b p a 2.3.3b p e Figure 2.29 p d Figure 2.32 p a Tableau 2.7 p 76 3 : b, d et e 4 : d, e et f 7. a Encart 2.1 p 5 8. b 2.3.2b Figure 2.19 p c Tableau 2.3 p b 2.2 p p et p 7-71 QCM Restituer des connaissances 1. Quels sont les groupements fonctionnels présents dans cette molécule? a) Thiol. b) Amine. c) Acide carboxylique. d) Aldéhyde. e) Hydroxyle. On peut classer cette molécule comme f) une cétone. g) un aldéhyde. h) un acide aminé. 2. Quelles sont les affirmations correctes? Galactose Glucose Lactose a) Galactose et glucose sont des pentoses. b) Galactose et glucose sont des stéréo-isomères. c) Galactose et glucose sont des aldoses. d) Le galactose est un b-d-galactose et le glucose est un a-d-glucose e) La réaction en sens direct (de gauche à droite) nécessite une molécule d eau f) Le lactose est un D-Galactosyl-(1-4) b-d-glucose 13

15 3. La figure 1 regroupe divers types de liaisons susceptibles d'intervenir dans la structure tertiaire d'une protéine. Quel est le choix qui convient parmi les cinq qui sont proposés dans le tableau ci-dessous? Figure 1 Choix 1 Choix 2 Choix 3 Choix 4 Choix 5 Liaison hydrogène Interaction hydrophobe Pont disulfure Liaison ionique b, c, e & f Figure 2.5 p 53 & Tableau 2.7 p b, c, f sont vrais 2.3.3a Figure 2.12 p Choix e p 86 14

16 Compléments CHAPITRE 3 EXERCICE 1 Maîtriser des techniques : lire un graphique Maîtriser le raisonnement scientifique : recenser des faits, des mesures, extraire et organiser des informations, formuler une hypothèse explicative Des cellules animales ont été placées dans une solution aqueuse d ions potassium et sodium. L expérience s est déroulée en deux temps : dans la première manipulation, la solution ne contenait pas de glucose, dans la seconde, on a ajouté 25 mm de glucose. La figure 1 ci-dessous est un graphique qui exprime la variation mesurée des ions potassium et sodium dans la solution en fonction du temps. Figure 1 La proposition qui explique le mieux ce résultat est que : a) la sortie du sodium et l entrée du potassium sont des transports passifs. b) le sodium est excrété de la cellule par transport actif, le potassium y rentre par transport passif c) le glucose pénètre dans les cellules par cotransport avec le potassium d) le sodium quitte les cellules par transport passif, le potassium y rentre par transport actif. e) la membrane plasmique est plus perméable au potassium qu au sodium p.132 La concentration de sodium augmente dans le milieu tandis que celle de potassium diminue. Le sodium est donc excrété tandis que le potassium pénètre dans les cellules. La présence de glucose augmente d un facteur 2 la vitesse d excrétion du sodium alors que la vitesse d entrée du potassium n est pas affectée. Le glucose est un métabolite énergétique des cellules. On peut supposer (1) que son entrée est couplée à la sortie de sodium mais son absence dans la solution n empêche pas la sortie de sodium, ou (2) qu il permet une plus grande production d ATP dont le potentiel d hydrolyse fournit de l énergie permettant une excrétion active du sodium. On peut donc éliminer les propositions a,c et d. Concernant la proposition e, la vitesse de l'efflux de sodium apparaît supérieure à la vitesse d entrée de potassium, laissant supposer une plus grande perméabilité au sodium. La proposition b est en accord avec les résultats consignés sur la figure 1. 15

17 EXERCICE 2 Évaluation des connaissances Maîtriser des techniques Maîtriser le raisonnement scientifique La figure 2 ci-dessous représente deux clichés de la surface membranaire d entérocytes, cellules de l épithélium intestinal, vue sous deux angles différents. La section à l'origine du cliché a est longitudinale, celle du cliché b est transversale. Le segment horizontal situé sous chaque micrographie donne l échelle. Evaluation des connaissances : mobiliser des connaissances pour étudier un document 1) Sélectionner parmi les diverses propositions suivantes celles qui sont correctes en justifiant. 1. Ces images ont été obtenues à l'aide d'un microscope photonique à contraste de phase. 2. Le grossissement utilisé est égal à Les structures observées au pôle apical de ces cellules n ont aucune incidence fonctionnelle. 4. Les irrégularités situées au sommet des structures du cliché a sont des artéfacts de montage. 5. Cette structure permet une optimisation de la surface d échanges conformément à la loi de Fick.,5 mm,1 mm Cliché a Cliché b Figure 2 Clichés d'un secteur d une membrane spécialisée observé en coupe longitudinale (image a) et en section transversale (image b) Maîtriser des techniques : lire une image, utiliser des données chiffrées, maîtriser les ordres de grandeur Maîtriser le raisonnement scientifique : observer, recenser des mesures 2) Proposer un calcul afin d estimer l importance biologique d une telle structure à l échelle de l organe. 3) Discuter votre estimation à l échelle de la membrane apicale. Evaluation des connaissances : mobiliser des connaissances pour étudier un document 1) 1 : Faux : Compte tenu de l échelle, il s agit d électronographies. Le pouvoir séparateur du microscope optique ne permet pas d observer des structures inférieures à,5 mm. TP , Figure TP2.8 p : Vrai: sur le cliché a,5 µm correspondent à 5 cm soit µm soit un grossissement de 1 exactement TP , Figure TP2.8 p. 549 et Figure TP2.17 p 554 et Biologie 2ème année p : Faux : Ces structures sont assimilables à des cylindres qui augmentent la zone de contact entre nutriments et cellules, permettant une meilleure absorption intestinale Figure 3.27 p : Faux : il s agit du glycocalyx, feutrage glycoprotéique dense et épais, appelé aussi manteau cellulaire ou cell-coat. Ce dispositif ralentit la progression du bol alimentaire et il constitue un site de fixation des exoenzymes digestives, permettant aux nutriments de mieux pénétrer dans les entérocytes. TP , Figure TP2.8 p. 549 et d p

18 5 : Vrai : Les microvillosités permettent une augmentation de la surface d échange. La loi de Fick prévoit que le flux augmente lorsque la surface d échanges augmente a p.132. Maîtriser des techniques : lire une image, utiliser des données chiffrées, maîtriser les ordres de grandeur Maîtriser le raisonnement scientifique : observer, recenser des mesures 2) Il s agit de comparer la surface que représentent les microvillosités avec la surface correspondante d une cellule à membrane plasmique «lisse» c est-à-dire dépourvue de microvillosités. Chaque microvillosité correspond approximativement à un cylindre de,1 mm de diamètre et de 1, mm de haut. La surface développée par les côtés du cylindre représente donc la surface supplémentaire. La surface du sommet du cylindre est un disque qui équivaut à la surface de membrane plasmique présente en absence de microvillosité. Le rapport de ces deux surfaces constitue donc l accroissement de surface correspondant à une microvillosité. La surface des côtés du cylindre est donnée par : 2prh, avec r le rayon (,5mm) et h la hauteur (1 mm) de la microvillosité. Le calcul donne,31 mm 2. La surface du haut du cylindre, assimilable à un disque, est donnée par pr 2 soit,79 mm 2. L accroissement de surface par microvillosité est donc de,31mm 2 /,79mm 2 soit un facteur 4. 3) La surface apicale de contact avec la lumière intestinale est augmentée environ 4 fois. Cela est très approximatif car même s'il existe des jonctions serrées, elles laissent passer des molécules et on peut donc considérer que les faces latérales sont aussi en contact avec la lumière. EXERCICE 3 Maîtriser des techniques : lire des images. Maîtriser le raisonnement scientifique : observer, recenser des faits, extraire des informations Mobiliser des connaissances pour étudier un document Les photographies de la Figure 3 ci-dessous représentent des cellules d épiderme d oignon rouge placées dans des solutions aqueuses de NaCl de potentiel osmotique différentes. Il s agit du même fragment d épiderme dont la solution de montage a été changée (voir TP1, 1.1.c figure TP1.3 p 536). La numérotation des clichés correspond à l ordre chronologique des observations réalisées. Choisissez, dans le tableau 1 ci-dessous, l option A, B, C ou D qui associe correctement les conditions expérimentales aux phénomènes observés. dans l hypothèse où la diffusion simple des solutés n intervient pas. Photographie 1 Photographie 2 Figure 3 : Cellules d épiderme d oignons rouge observées au microscope photonique (x 4) 17

19 A B C D Conditions expérimentales Solution hyperosmotique remplacée par une solution hyposmotique Solution hyposmotique remplacée par une solution hypersmotique Solution fortement concentrée en NaCl remplacée par une solution faiblement concentrée en NaCl Solution faiblement concentrée en NaCl remplacée par une solution fortement concentrée en NaCl Photographie 1 Entrée d eau Entrée de NaCl Entrée d eau Entrée de NaCl Entrée d eau Photographie 2 Sortie d eau Entrée de NaCl Sortie d eau mouvement Sortie d eau mouvement mouvement Entrée d eau Sortie d eau mouvement mouvement On entend par «mouvement» qu il n y a aucun flux net, ni entrant ni sortant. Tableau 1 Maîtriser des techniques et le raisonnement encart couleur Figures TP1.11 et TP 1.12 p. 15 Photographie 1 : la vacuole, de teinte rouge pâle, occupe presque tout le volume cellulaire. Le contenu vacuolaire est maximal. Le liseré clair correspond à la paroi et au cytoplasme réduit encadré par le tonoplaste et le plasmalemme (non observables): la cellule est turgescente. Photographie 2 : le plasmalemme est décollé de la paroi sauf en quelques points. La vacuole, de teinte rouge foncé présente un volume moindre pour une même quantité de pigments (anthocyanes) qui y sont donc plus concentrés. La cellule est plasmolysée (plasmolyse en étoile). Mobiliser des connaissances pour étudier un document 3.2.2,p 129 Le NaCl se dissocie en solution en ions Na + et Cl -. La diffusion des solutés étant considérée nulle, cela signifie que les ions Na + et Cl - ne sont pas échangés à travers la paroi, la membrane cellulaire et le tonoplaste.. Seules les options C et D correspondent à cette absence d échange pour les deux photographies. Pour la photographie 1, l eau de la solution est entrée dans la vacuole provoquant la turgescence observée. L osmose ayant lieu dans le sens des potentiels hydriques décroissants, cela signifie que le potentiel hydrique du milieu 1 est élevé par rapport à celui de la vacuole. La solution de montage présente donc un potentiel osmotique élevé du à une faible concentration en NaCl (milieu hyposmotique). Pour la photographie 2, l eau de la solution est sortie de la vacuole provoquant la plasmolyse observée. Cela signifie que le potentiel hydrique du contenu vacuolaire est supérieur à celui du milieu (milieu hyperosmotique) Les photographies correspondant à l ordre chronologique des observations, les cellules sont d abord turgescentes puis plasmolysées. Les conditions expérimentales B et D correspondent à ces observations. Finalement, seule la réponse D permet de rendre compte à la fois des observations réalisées et des conditions expérimentales proposées. EXERCICE 4 Maîtriser la communication graphique, maîtriser la démarche et le raisonnement scientifique dans l'analyse d'un document: D'après un sujet du concours ENS LYON (modifié). Des solutions aqueuses de mannitol sont préparées à des molalités croissantes de,2 à,9 moles. kg -1. La molalité exprime le nombre de moles de solutés par kilogramme de solvant et ce paramètre peut être utilisé à la place d'une concentration exprimée en mol. L -1. Le mannitol est une substance non perméante. Les solutions de mannitol sont contenues dans des tubes numérotés de 1 à 15 comme indiqué dans le tableau 1 cidessous. Les expériences ont lieu à 2 C. (tableau 1). 18

20 Tube n Molalité,2,25,3,35,4,45,5,55,6,65,7,75,8,85,9 Angle de courbure en degré Tableau 2 Des fragments de parenchyme de réserve prélevés dans une betterave sont placés dans les différentes solutions de mannitol pendant 1 heure environ. La rigidité des fragments est évaluée en mesurant leur courbure lorsqu ils sont soumis à une traction de valeur constante appliquée selon le dispositif cicontre. Les mesures de l angle de courbure sont données dans le tableau 2 ci-dessus. 1. Exprimez par un graphique les variations de l angle de courbure en fonction de la molalité de la solution d immersion du fragment de tissu 2. Quel est le fait remarquable mis en évidence par cette représentation? 3. Proposer une explication à l'observation essentielle fournie par ce document. Maîtriser la communication graphique 1. Les axes sont correctement renseignés, l échelle utilisée est indiquée et le graphe est accompagné d un titre signifiant. S agissant d une variation discontinue, les points ne sont pas reliés. Les droites reportées sur le graphe correspondent à deux régressions linéaires qui constituent des droites de tendance. Observer: recenser, extraire et organiser des informations; utiliser des données chiffrées 2. De,2 à,6 moles.kg -1, les valeurs angulaires sont relativement stables autour d une valeur moyenne de 8,5 environ. Au-delà de,65 moles.kg -1, la courbure augmente proportionnellement à l augmentation de la molalité. Proposer une explication en mobilisant ses connaissances 3. La valeur de,65 moles.kg -1 constitue une limite à partir de laquelle les propriétés de résistance mécanique des cellules du parenchyme changent. Au-delà de cette valeur, les cellules ne sont pas suffisamment résistantes pour s opposer à la traction imposée. Les structures cellulaires impliquées dans 19

21 cette résistance sont la paroi et la vacuole. L'augmentation de la concentration de la solution de mannitol conduit à une baisse du potentiel hydrique externe ( a p. 125) qui devient inférieur à celui des cellules du parenchyme. Comme le mannitol est non perméant, seule l eau peut migrer spontanément dans le sens des potentiels hydriques décroissants, des cellules vers la solution de montage. La plasmolyse cellulaire abolit la composante squelettique vacuolaire dite hydrostatique Le tissu, moins rigide, offre une résistance moindre à la traction. Par contre, entre,2 à,6 moles.kg -1, la courbure observée est limitée. Le gradient de potentiel hydrique favorise l entrée d eau par osmose dans les cellules qui sont alors turgescentes. Cet état leur permet de résister à la traction exercée.,65 moles.kg -1 est la concentration correspondant à l'état de plasmolyse limite ( b p. 129) pour laquelle le potentiel hydrostatique vacuolaire est annulé. EXERCICE 5 Maîtriser le raisonnement scientifique dans l'analyse d'un document Utiliser des données chiffrées et mobiliser des connaissances La paramécie est un organisme unicellulaire (alvéolobionte) d eau douce. L observation au microscope photonique montre la présence de deux vacuoles pulsatiles qui fonctionnent de manière rythmique et rejettent constamment de l eau vers l extérieur. Un système de canaux draine le cytoplasme et déverse l eau accumulée dans un réservoir central d'où elle est rejetée dans le milieu de vie. Les deux réservoirs fonctionnent de manière décalée: lorsqu un réservoir est contracté (systole), l autre est dilaté (diastole). Les paramécies sont placées dans cinq solutions préparées à partir d'eau distillée et qui diffèrent par leur concentration en NaCl en % de la masse d'eau. L expérimentateur mesure le temps qui sépare deux systoles successives pour un même réservoir ou entre les deux réservoirs. Le tableau 2 ci-dessous montre les résultats obtenus. Dans les conditions naturelles, la concentration en NaCl de l'eau douce, milieu de vie de la paramécie, est au maximum de,1% Situation expérimentale % de NaCl,25,5,75 1, Temps en secondes 6,2 9,3 18,4 24,8 163 Tableau 3 Rappels de quelques grandeurs physiques pour répondre aux questions 6 et 7. T C = 27 et R = 8,32 * 1-3 kg. MPa. J. mole -1.K -1 Masse atomique du NaCl : 58,5 g. mol -1 Sélectionner parmi les diverses propositions suivantes celles qui sont correctes en les justifiant. 1. La situation 1 constitue un témoin. 2. Le temps séparant deux systoles augmente proportionnellement avec la concentration en NaCl. 3. Le potentiel osmotique de la solution est plus élevé dans la situation 5 que dans la situation La situation 5 correspond à une concentration de 1 g.l -1 de NaCl. 5. Le potentiel osmotique Y o de la solution à,5 % de NaCl est égal à +,43 MPa 6. Le potentiel osmotique Y o de la solution à,5 % de NaCl est égal à -,21 MPa ( 3.2.2B PAGES 127 & 128) observer: recenser et extraire des informations: 1. La paramécie vivant en eau douce, la solution sans NaCl peut constituer un témoin. 2. Les valeurs montrent qu il y a une certaine proportionnalité jusqu à la situation 4. En effet, le gradient de potentiel hydrique assimilable ici au gradient de potentiel osmotique entre l intérieur et l extérieur diminue 2

22 avec les concentrations croissantes en NaCl du milieu extérieur ce qui réduit d autant le flux entrant d eau. Notons toutefois que les nombreux métabolites du cytoplasme de la paramécie génèrent un potentiel osmotique assez faible qui induit l entrée d eau en conséquence. Au-delà de,75% de NaCl, la situation devient critique pour le microorganisme qui réduit son activité pulsatile, évitant ainsi une hypertonicité de son cytosol. Il est probable que cette dernière valeur traduit une concentration létale pour laquelle la cellule est lésée. L affirmation 2 n est donc pas vraie. Mobiliser des connaissances pour étudier un document 3. Non, le potentiel osmotique, opposé de la pression osmotique (Y o = -P = - nrtc), est plus bas. Utiliser des données chiffrées et mobiliser des connaissances 4. L affirmation est vraie car 1g.L -1 correspond à 1/1 e 5. et 6. Affirmations fausses car la pression osmotique P = nrtc = 8, x 3 x (2 x 5/58,5) =,43 MPa. Ainsi le potentiel osmotique Y o vaut,43 MPa. En effet NaCl se dissocie en Na + et Cl - ce qui fait donc 2 fois plus de particules osmotiquement actives. EXERCICE 6 Maîtriser des techniques : lire un graphique Maîtriser le raisonnement scientifique : extraire et organiser des informations, proposer une explication en mobilisant ses connaissances Les aquaporines (AQP) sont des canaux à eau protéiques qui permettent la diffusion accélérée de l eau à travers les membranes. Elles peuvent être intégrées dans des liposomes. On soumet ces protéoliposomes ainsi que des liposomes simples (dépourvus de protéines) à un choc osmotique. On suit la variation de volume de ces vésicules en fonction du temps (Figure 4, graphique 1). Le graphique 2 exprime la vitesse du transport de l eau (LnV) en fonction de l inverse de la température absolue (1/T) exprimée en degré Kelvin (K). Lnv représente le logarithme népérien de la vitesse, exprimée en mm 3.sec -1. 1/T (x 1) : la valeur du rapport est multipliée par 1 3 par souci de simplification de la lecture Graphique 1 Graphique 2 Figure 4 D après Zeidel & coll (1992) Biochemistry 31, , modifiés Indiquez si les propositions suivantes sont correctes ou non en justifiant votre réponse. 1. La solution de montage des liposomes et protéoliposomes est hypo-osmotique. 2. La présence d AQP augmente la quantité totale d eau perdue par les liposomes. 3. La présence d AQP augmente la vitesse du flux d eau d un facteur Quand la température augmente, la vitesse du transport de l eau diminue. 5. La présence d AQP diminue les effets des variations de la température sur les transferts d'eau 21

23 6. La vitesse des transferts d'eau diminue plus fortement en absence d AQP lorsque la température diminue. 7. La baisse de température affecte la vitesse de transport car la membrane tend à se gélifier. observer: recenser et extraire des informations: 1. Faux : Les liposomes et protéoliposomes diminuant de volume, de l eau est donc sortie par osmose. L eau migre spontanément dans le sens des potentiels hydriques décroissants. Le potentiel hydrique de la solution est donc plus faible que celui des liposomes. La composante hydrostatique n'est pas à prendre en compte ici ; le potentiel hydrique est égal au potentiel osmotique. Comme le potentiel osmotique de la solution est inférieur à celui des vésicules, la solution est donc plus concentrée en solutés que la vésicule. Elle est donc hyperosmotique et non hypo-osmotique. ( p.128). 2. Faux : Le graphique 1 montre que, dans les deux cas, le volume diminue de 2%. La présence d AQP n augmente donc pas la quantité d eau perdue mais accélère sa sortie. 3. Faux : Le calcul de la pente montre que les protéoliposomes perdent 2% de leur volume en,5 secondes alors que les liposomes perdent le même volume en,2 secondes environ. La présence d AQP augmente le flux d eau d un facteur 4 (,2 sec//,5 sec). 4. Faux : Quand T augmente, 1/T diminue et dans ce cas la vitesse de transport augmente 5. et 6. Vrai : La pente de la droite est plus forte pour les liposomes que pour les protéoliposomes indiquant que la vitesse de transport diminue plus fortement en absence d AQP lorsque la température diminue (1/T augmente). Maîtriser le raisonnement scientifique : extraire et organiser des informations, proposer une explication en mobilisant ses connaissances 7. Une baisse de température provoque l augmentation de la viscosité de la membrane. Elle tend à se figer et perd sa fluidité, gênant la diffusion des molécules d eau ( 3.1.3c p.122). En effet, la perméabilité d une membrane est sa propriété à se laisser traverser ( 3.2.1a p.125). Il est donc logique de penser que la souplesse membranaire est un facteur influençant la vitesse des transferts. D autre part, une baisse de température diminue l agitation moléculaire, rendant ainsi moins facile le mouvement des molécules d eau à travers la membrane. Toutefois, comme les aquaporines sont transmembranaires et solidaires des deux hémimembranes, on peut penser que la diminution de température affecte moins les fonctions de perméabilité de ces molécules que celles de molécules «moins ancrées», n'appartenant qu'à une hémimembrane.. Ceci expliquerait la moins grande sensibilité des protéoliposomes à la baisse de température. VRAI / FAUX Restituer des connaissances 1. La double couche lipidique est un composant structural fondamental de toutes les membranes cellulaires. 2. Les molécules lipidiques diffusent librement dans le plan de leur hémimembrane mais leur mouvement à travers la double couche nécessite un catalyseur enzymatique 3. La température à laquelle une membrane eucaryote commence à se gélifier est uniquement déterminée par la quantité de cholestérol qu elle contient. 4. L expérience de fusion des cellules humaines et des cellules de souris marquées à l aide d anticorps liés à un fluorochrome met en évidence un déplacement horizontal des lipides membranaires. 5. Plus une membrane est riche en acides gras à fort degré d insaturation, plus la température de gélification de la membrane est élevée. 6. Une baisse de température augmente la viscosité de la membrane. 7. Les membranes cellulaires des cellules animales et végétales peuvent présenter une variabilité de leurs acides gras selon les saisons. 22

24 8. Parmi les propositions suivantes, quelle celle qui est fausse? Durant le processus d exocytose, la face interne de la vésicule s intègre à la face interne de la membrane plasmique. Les cils, flagelles et microtubules sont associés aux mouvements des cellules. Les protéines destinées à être secrétées par la cellule sont généralement synthétisées par des ribosomes liés à des membranes. Le transport actif implique un mouvement de molécules à l encontre de leur gradient de potentiel électrochimique. 9. Les transports cytotiques n existent pas chez les procaryotes 1. La transcytose fait intervenir des molécules de clathrine lors de la formation des vésicules d endocytose. 11. Les transports actifs transmembranaires pour une substance donnée s effectuent toujours contre son gradient de concentration 12. Le processus d exocytose constitutive spontané ne nécessitent pas d énergie métabolique. 13. Les matrices animales et végétales possèdent majoritairement des protéines et des glucides selon des proportions comparables. 14. Les matrices animales sont hydrophiles tandis que les matrices végétales sont hydrophobes 15. La biosynthèse des matrices végétales et animales fait intervenir des O-glycosylations dans l appareil de Golgi 16. La biosynthèse des matrices végétales et animales fait intervenir une étape extracellulaire de clivages et assemblage des constituants 17. Matrices et membranes cellulaires sont liées mécaniquement par l intermédiaire de protéines transmembranaires 1. Vrai: 3.1.2b p Vrai: 3.1.3b p Faux: la longueur des chaînes latérales des acides gras et le nombre de doubles liaisons qu ils possèdent influencent aussi fortement la fluidité membranaire: 3.1.3d p Faux: 3.1.3a p Faux: 3.1.3c p Vrai: 3.1.3c p Vrai : p La proposition a est fausse Figure 3.29 p Vrai Faux Figure 33 p Faux Tableau 3.6 p Faux Du GTP et de l ATP sont indisspensables Figure 3.28 p Faux 3.3 Figure 3.29 p Faux 3.3.1a p. 156 et 3.3.2a p Vrai e Figure 3.38 p. 159 et 3.3.2c Figure 3.42 p Faux Seul le procallagène est clivé dans la matrice animale e Figure 3.38 p. 159 et 3.3.2c Figure 3.42 p Vrai. Il s agit d intégrine pour les matrices animales et des rosettes de cellulose pour les matrices végétales. Les premières jouent un rôle direct tandis que les deuxièmes intervienent indirectement par le biais de la cellulose qu elles synthétisent e Figure 3.38 p. 159 et 3.3.2c Figure 3.42 p

Chapitre 2 : Organisation de la cellule

Chapitre 2 : Organisation de la cellule Partie 1 : notions de biologie cellulaire DAEU- Cours Sciences de la Nature & de la Vie- Marc Cantaloube Chapitre 2 : Organisation de la cellule La cellule est l unité de base des êtres vivants. Il existe

Plus en détail

ULBI 101 Biologie Cellulaire L1. Le Système Membranaire Interne

ULBI 101 Biologie Cellulaire L1. Le Système Membranaire Interne ULBI 101 Biologie Cellulaire L1 Le Système Membranaire Interne De la nécessité d un SMI Le volume augmente comme le cube de la dimension linéaire, alors que la surface n'est augmentée que du carré Une

Plus en détail

Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire ou pluricellulaire)

Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire ou pluricellulaire) 4- Organisation structurale et fonctionnelle des cellules Organismes unicellulaires Organismes pluricellulaires cellule Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire

Plus en détail

Cours biologie cellulaire Licence L1

Cours biologie cellulaire Licence L1 Cours biologie cellulaire Licence L1 Les Limites Cellulaires: Membranes, Glycocalyx et Paroi Frontières, échanges, communication, et adhésion Concepts de biologie cellulaire «Le concept est la totalité

Plus en détail

Professeur Michel SEVE

Professeur Michel SEVE UE2 : Structure générale de la cellule Chapitre 2 : Structure de la cellule Le réticulum endoplasmique Professeur Michel SEVE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous

Plus en détail

Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek

Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek I) Les cellules procaryotes II) Les cellules eucaryotes o 1) Caractéristiques générales des cellules eucaryotes o 2) Organisation des cellules eucaryotes

Plus en détail

Diversité des phénotypes aux différentes échelles macroscopique, cellulaire et moléculaire

Diversité des phénotypes aux différentes échelles macroscopique, cellulaire et moléculaire 1 CHAPITRE I Diversité des phénotypes aux différentes échelles macroscopique, cellulaire et moléculaire 2 Au sein du règne vivant, il existe une grande unité (Acide DesoxyriboNucléique, cellules ) qui

Plus en détail

Au menu aujourd hui. Les éléments chimiques et l eau. http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2.

Au menu aujourd hui. Les éléments chimiques et l eau. http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2. La chimie de la vie Au menu aujourd hui Les éléments chimiques et l eau http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2.jpg Au menu aujourd hui Les éléments chimiques

Plus en détail

Christophe Six. UMR UPMC CNRS 7144 Station Biologique de Roscoff Bureau 354 six@sb-roscoff.fr

Christophe Six. UMR UPMC CNRS 7144 Station Biologique de Roscoff Bureau 354 six@sb-roscoff.fr Structures des membranes biologiques Christophe Six UMR UPMC CNRS 7144 Station Biologique de Roscoff Bureau 354 six@sb-roscoff.fr I. Rappels et généralités 1 / Les grandes fonctions des lipides -Fonction

Plus en détail

1 er sujet : ancre GPI et association aux rafts (64 points)

1 er sujet : ancre GPI et association aux rafts (64 points) Université Joseph Fourier - Grenoble I Année 2007-2008 Epreuve de BIO121 1 ère session mai 2008 Durée : 2 heures Les documents, la calculette et le téléphone portable ne sont pas autorisés. Total des points

Plus en détail

Chapitre 1 Acides aminés Protéines Méthodes d étude

Chapitre 1 Acides aminés Protéines Méthodes d étude Chapitre 1 Acides aminés Protéines Méthodes d étude Q1 - Parmi la liste des acides aminés cités ci-dessous, précisez ceux dont la chaîne latérale peut participer dans une structure peptidique, et à ph

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

La digestion chimique

La digestion chimique SBI3U La digestion chimique Les aliments sont réduits mécaniquement en particules plus petites ils sont soumise à l action de substances chimiques et des enzymes les molécules complexes deviennent des

Plus en détail

TAM 2 au 5 septembre 2014

TAM 2 au 5 septembre 2014 TAM 2 au 5 septembre 2014 Partie 1 Biologie Cellulaire Cellule en anaphase. (oui, c est BEAU, vous allez aimer la bioc!) Le commencement c est la Cellule! La cellule est l unité fondamentale de tous les

Plus en détail

1 But de la manipulation

1 But de la manipulation LA DIGESTION ENZYMATIQUE La digestion consiste essentiellement en une transformation chimique que subissent les aliments ingérés sous l'action d'enzymes sécrétés par les glandes digestives. Ces phénomènes

Plus en détail

Chapitre 1. MILIEU INTERIEUR ET FLUX DE LIQUIDES

Chapitre 1. MILIEU INTERIEUR ET FLUX DE LIQUIDES Chapitre 1. MILIEU INTERIEUR ET FLUX DE LIQUIDES Exercice A :Une faible absorption des acides aminés (anorexie, dénutrition, problème métabolique etc.) ne permet pas à l organisme de renouveler et de conserver

Plus en détail

TP N 3 La composition chimique du vivant

TP N 3 La composition chimique du vivant Thème 1 : La Terre dans l'univers, la vie et l'évolution du vivant : une planète habitée Chapitre II : La nature du vivant TP N 3 La composition chimique du vivant Les conditions qui règnent sur terre

Plus en détail

N Etudiant:: Place : Filière :

N Etudiant:: Place : Filière : UNIVERSITE DE BOURGOGNE UFR SCIENCES DE LA VIE, DE LA TERRE ET DE L ENVIRONNEMENT L2, PHYSIOLOGIE VEGETALE : Examen du 08 janvier 2013 (A) Professeur D. REDECKER, Professeur D. WIPF N Etudiant:: Place

Plus en détail

Correction de l épreuve de Biochimie du 3 ème trimestre. Devoir de synthèse

Correction de l épreuve de Biochimie du 3 ème trimestre. Devoir de synthèse INSTITUT PREPARATIRE AUX ETUDES D INGENIEURS DE SFAX DEPARTEMENT DE PREPARATIN AUX NURS DE BILGIE A.U. : 2011-2012 orrection de l épreuve de Biochimie du 3 ème trimestre Devoir de synthèse Exercice 1 (12

Plus en détail

les protéines et le fonctionnement des cellules

les protéines et le fonctionnement des cellules les protéines et le fonctionnement des cellules marcel.dellanoce@free.fr 1 / 9 marcel.dellanoce@free.fr les protéines et le fonctionnement des cellules 1 assurer la structure et l'organisation des tissus

Plus en détail

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus : implication des voies de signalisation intracellulaire du processus de RVD. Audrey Fouchs Confrontées

Plus en détail

LA DIGESTION I. L APPAREIL DIGESTIF.

LA DIGESTION I. L APPAREIL DIGESTIF. LA DIGESTION Les aliments ingérés ne peuvent être utilisés tels quels par l organisme. Ils doivent être simplifiés par l appareil digestif en nutriments assimilables, et ce au cours de la digestion. Digestion

Plus en détail

L ES E S GLUCIDES. a) Oses Les oses sont de petites molécules de glucides comprenant entre 12 et 24 atomes. Ce sont des molécules non hydrolysables.

L ES E S GLUCIDES. a) Oses Les oses sont de petites molécules de glucides comprenant entre 12 et 24 atomes. Ce sont des molécules non hydrolysables. L ES E S GLUCIDES. Introduction : Source de glucides? Plusieurs aliments d origine différente contiennent des glucides : Sucre, fruits, lait, pain, pâte, riz, légumes secs Rôle? Leur rôle est d apporter

Plus en détail

Annales de Biologie Cellulaire QCM (niveau SVT 1 er année)

Annales de Biologie Cellulaire QCM (niveau SVT 1 er année) Annales de Biologie Cellulaire QCM (niveau SVT 1 er année) Equipe pédagogique Université Bordeaux-1 Didier Morin, Michel Moenner, Sophie North, Gérard Tramu et IJsbrand Kramer Contact : i.kramer@iecb.u-bordeaux.fr

Plus en détail

Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme

Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme Introduction Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme Informatique: - stocker les données - éditer les données - analyser les données (computational

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Ressources pour le lycée général et technologique Ressources pour la classe de première série sciences et technologies de laboratoire Chimie, biochimie, sciences du vivant Thème 2 Évaluation sommative

Plus en détail

Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition

Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition Acide aminé (AA) Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition Isabelle Quinkal INRIA Rhône-Alpes Septembre 2003 Petite molécule dont l enchaînement compose les protéines - on dit qu

Plus en détail

L amélogénèse Dr Cuisinier

L amélogénèse Dr Cuisinier L amélogénèse Dr Cuisinier Lorsque la première couche de dentine est formée l'email se forme. L'amélogénèse est la synthèse et la sécrétion des molécules de la matrice de l'émail, la minéralisation de

Plus en détail

TD La régulation de la glycémie

TD La régulation de la glycémie TD La régulation de la glycémie Comme nous l avons vu dans le chapitre 1, le milieu intérieur subit en permanence des modifications dues à l activité cellulaire ou aux apports extérieurs. Cependant, un

Plus en détail

Du génotype au phénotype, relation avec l environnement

Du génotype au phénotype, relation avec l environnement Du génotype au phénotype, relation avec l environnement Pré-requis (troisième et seconde) : Chaque individu présente les caractères de l'espèce avec des variations qui lui sont propres. C'est le résultat

Plus en détail

LES SUCRES. Exemple : Représentation du glycéraldéhyde (2, 3 dihydroxypropanal)

LES SUCRES. Exemple : Représentation du glycéraldéhyde (2, 3 dihydroxypropanal) LES SUCRES I ) Compléments de Stéréochimie 1) Représentation de Fischer Pour les sucres et les acides aminés, on utilise une autre représentation des molécules dans l'espace : la représentation de Fischer.

Plus en détail

Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes

Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes Comparaison procaryotes/ 2TSbc Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes La majeure partie des connaissances de biologie moléculaire a d'abord débuté par l'étude des phénomènes chez

Plus en détail

PHENOTYPE - GENOTYPE Le phénotype d un individu : - peut être observé uniquement à l échelle moléculaire et à l échelle cellulaire PROTEINES ENZYMES

PHENOTYPE - GENOTYPE Le phénotype d un individu : - peut être observé uniquement à l échelle moléculaire et à l échelle cellulaire PROTEINES ENZYMES REVISIONS DE 1 S. Vous devez indiquer pour chaque proposition si celle-ci est vraie (V) ou fausse (F) en cochant la case correspondante ; une abstention ou une réponse trop peu lisible seront considérées

Plus en détail

Classification : a) Les acides aminés à chaîne aliphatique : Glycine Alanine Valine Leucine Isoleucine

Classification : a) Les acides aminés à chaîne aliphatique : Glycine Alanine Valine Leucine Isoleucine LES PROTEINES Objectifs : - Indiquer la structure des acides aminés et leurs propriétés. - Indiquer la structure de la liaison peptidique. - Différencier structure 1, 2, 3 et 4 des protéines. - Citer les

Plus en détail

THEME N 2 ENJEUX PLANETAIRES CONTEMPORAINS : ENERGIE, SOL Sous thème A : De la lumière solaire aux combustibles fossiles

THEME N 2 ENJEUX PLANETAIRES CONTEMPORAINS : ENERGIE, SOL Sous thème A : De la lumière solaire aux combustibles fossiles THEME N 2 ENJEUX PLANETAIRES CONTEMPORAINS : ENERGIE, SOL Sous thème A : De la lumière solaire aux combustibles fossiles Chap 1 - De la lumière solaire à la matière organique : la photosynthèse L énergie

Plus en détail

Chapitre 2 : Les compartiments liquidiens de l organisme. Professeur Diane GODIN-RIBUOT

Chapitre 2 : Les compartiments liquidiens de l organisme. Professeur Diane GODIN-RIBUOT UE3-2 - Physiologie rénale Chapitre 2 : Les compartiments liquidiens de l organisme Professeur Diane GODIN-RIBUOT Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

- pellicule de fruits qui a un rôle de prévention contre l'évaporation, le développement de moisissures et l'infection par des parasites

- pellicule de fruits qui a un rôle de prévention contre l'évaporation, le développement de moisissures et l'infection par des parasites LES LIPIDES Quelles Sont les Idées Clés? Les lipides sont les huiles et les graisses de la vie courante. Ils sont insolubles dans l eau. Pour les synthétiser, une réaction : l Estérification. Pour les

Plus en détail

Chapitre 12 Digestion

Chapitre 12 Digestion Chapitre 12 Digestion 1. Digestion des glucides 2. Digestion des lipides 3. Digestion des protéines La digestion est la transformation des aliments en molécules capables de passer de la lumière du tube

Plus en détail

Il s'agit d'une proposition de plan, tout autre plan intégrant les idées maîtresses énoncées ci-dessous étant également valable.

Il s'agit d'une proposition de plan, tout autre plan intégrant les idées maîtresses énoncées ci-dessous étant également valable. Rapport concernant le sujet d'écrit de biologie Traiter un sujet de ce type nécessite à la fois : une construction de l'exposé dégageant les idées maîtresses, avec un plan structuré apparent et comportant

Plus en détail

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES CHAITRE 3 LA SYNTHESE DES ROTEINES On sait qu un gène détient dans sa séquence nucléotidique, l information permettant la synthèse d un polypeptide. Ce dernier caractérisé par sa séquence d acides aminés

Plus en détail

Fascicule d'apprentissage BIOLOGIE L'anatomie et la physiologie des cellules BIO-5064-2

Fascicule d'apprentissage BIOLOGIE L'anatomie et la physiologie des cellules BIO-5064-2 Fascicule d'apprentissage BIOLOGIE L'anatomie et la physiologie des cellules BIO-5064-2 Octobre 2004 I Introduction Ce cours de Biologie 5064-2 L'anatomie et la physiologie des cellules d'une durée de

Plus en détail

Correction TP 7 : L organisation de la plante et ses relations avec le milieu

Correction TP 7 : L organisation de la plante et ses relations avec le milieu Correction TP 7 : L organisation de la plante et ses relations avec le milieu (TP multiposte : groupes de 4 élèves qui se répartissent sur les 4 postes une fois chaque poste travaillé, un bilan sera établi

Plus en détail

Les interactions de faible énergie Pierre-Alexis GAUCHARD

Les interactions de faible énergie Pierre-Alexis GAUCHARD Chapitre 5 : Les interactions de faible énergie Pierre-Alexis GAUCHARD UE1 : Chimie Chimie physique Agrégé de chimie, Docteur ès sciences Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble

Plus en détail

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS CONCOURS EXTERNE ÉPREUVES D ADMISSION session 2010 TRAVAUX PRATIQUES DE CONTRE-OPTION DU SECTEUR A CANDIDATS DES SECTEURS B ET C

Plus en détail

UE 2 Biologie cellulaire Endocytose- Exocytose 22/09/2011

UE 2 Biologie cellulaire Endocytose- Exocytose 22/09/2011 UE 2 Biologie cellulaire Endocytose- Exocytose 22/09/2011 Hicham Bouhlal Laboratoire d Immunologie UFR Médecine, Amiens hicham.bouhlal@u- picardie.fr 009/2010 PCEM 1 Biologie Cellulaire P. Lemarchand IntroducKon

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2015 Sous-épreuve écrite de Biotechnologies Coefficient de la sous-épreuve : 4 Ce sujet est

Plus en détail

BIOLOGIE MOLECULAIRE ET EXERCICES

BIOLOGIE MOLECULAIRE ET EXERCICES SCEANCE 4 BIOLOGIE MOLECULAIRE ET EXERCICES LA REPLICATION Nous avons vu lors de la séance précédente de biomol les caractéristiques de l ADN et des différents ARN. Nous allons aujourd hui voir la réplication.

Plus en détail

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 PRATIQUES OENOLOGIQUES SPECIFIQUES AUX VINS AROMATISES, AUX BOISSONS A BASE DE PRODUIT VITIVINICOLE ET AUX BOISSONS A BASE DE VIN L Assemblée Générale CONSIDERANT la résolution

Plus en détail

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques UE7 Cours n 9 C. LAMAZE 24.11.11 Elise GODEAU (partie1) Guillaume MERGENTHALER (partie2) Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques SOMMAIRE : I. L endocytose à récepteurs : la voie des clathrines

Plus en détail

Université du Québec à Montréal

Université du Québec à Montréal RECUEIL D EXERCICES DE BICHIMIE 6. Les acides nucléiques 6.2. Réplication, transcription et traduction P P P CH 2 H N H N N NH NH 2 Université du Québec à Montréal 6.2. Réplication, transcription et traduction

Plus en détail

Ressources pour le lycée technologique

Ressources pour le lycée technologique éduscol Chimie biochimie sciences du vivant Classe de première Ressources pour le lycée technologique Présentation Thème 3 du programme Les systèmes vivants maintiennent leur intégrité et leur identité

Plus en détail

I Un exemple à partir de données anciennes concernant les leucocytes et leur évolution en cas de SIDA. 3 Utilisation des paramètres de fluorescence :

I Un exemple à partir de données anciennes concernant les leucocytes et leur évolution en cas de SIDA. 3 Utilisation des paramètres de fluorescence : Utilisation du logiciel Cytométrie Logiciel libre et gratuit : adresse de téléchargement et notice complète : http://acces.ens-lyon.fr/acces/logiciels/cytometrie/le-logiciel-cytometrie I Un exemple à partir

Plus en détail

La séparation membranaire : comment maintenir la performance des membranes?

La séparation membranaire : comment maintenir la performance des membranes? La séparation membranaire : comment maintenir la performance des membranes? Alfa Arzate, ing., Ph.D. Journées Acéricoles Hiver 2010 OBJECTIF DE LA PRÉSENTATION L objectif premier de cette présentation

Plus en détail

S3-Glycémie et diabète ETUDE DE LA SPECIFICITE DES ENZYMES DIGESTIVES Fiche sujet candidat (1/2) Mise en situation et recherche à mener

S3-Glycémie et diabète ETUDE DE LA SPECIFICITE DES ENZYMES DIGESTIVES Fiche sujet candidat (1/2) Mise en situation et recherche à mener Fiche sujet candidat (1/2) Mise en situation et recherche à mener On trouve des glucides (amidon, glycogène, saccharose) dans de nombreux aliments. Les glycosidases sont des enzymes digestives qui catalysent

Plus en détail

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide La constante d autoprotolyse de l eau, K W, est égale au produit de K a par K b pour un couple acide/base donné : En passant en échelle logarithmique, on voit donc que la somme du pk a et du pk b d un

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

PNV 2009. Travaux dirigés n 1

PNV 2009. Travaux dirigés n 1 PNV 2009 Travaux dirigés n 1 Le maintien du statut hydrique est une contrainte majeure pour la croissance et le développement des plantes terrestres. Ces organismes peuvent en particulier être soumis à

Plus en détail

La spectrophotométrie permet l'étude de solutions colorées dans l'infrarouge (1 100 nm au maximum), dans le visible et dans l'ultraviolet (190 nm).

La spectrophotométrie permet l'étude de solutions colorées dans l'infrarouge (1 100 nm au maximum), dans le visible et dans l'ultraviolet (190 nm). Spectrophotométrie Spectrophotométrie La spectrophotométrie permet l'étude de solutions colorées dans l'infrarouge (1 100 nm au maximum), dans le visible et dans l'ultraviolet (190 nm). Spectre d'absorption

Plus en détail

Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype.

Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype. Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype. Les maladies génétiques comme la drépanocytose ou l'albinisme sont liées à des modifications du génotype des individus

Plus en détail

Le trajet des aliments dans l appareil digestif.

Le trajet des aliments dans l appareil digestif. La digestion. La digestion, c est la transformation des aliments en nutriments assimilables par l organisme. Dans le tube digestif, les aliments subissent une série de dégradations mécaniques et chimiques

Plus en détail

Synthèse et propriétés des savons.

Synthèse et propriétés des savons. Synthèse et propriétés des savons. Objectifs: Réaliser la synthèse d'un savon mise en évidence de quelques propriétés des savons. I Introduction: 1. Présentation des savons: a) Composition des savons.

Plus en détail

LA MITOSE CUEEP - USTL DÉPARTEMENT SCIENCES BAHIJA DELATTRE

LA MITOSE CUEEP - USTL DÉPARTEMENT SCIENCES BAHIJA DELATTRE Biologie LA MITOSE CUEEP - USTL DÉPARTEMENT SCIENCES BAHIJA DELATTRE Février 2006 I. L'INTRODUCTION Chaque cellule d'un organisme supérieur provient de la multiplication d'une cellule préexistante (cellule

Plus en détail

Consensus Scientifique sur. les. Fluorures

Consensus Scientifique sur. les. Fluorures page 1/5 Consensus Scientifique sur Source : IPCS (2002) les Fluorures Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Les aliments et l'eau de boisson contiennent généralement au moins un peu de fluorures. On

Plus en détail

MINISTERE DE L INTERIEUR PREFECTURE DE LA ZONE DE DEFENSE ET DE SECURITE NORD !!!

MINISTERE DE L INTERIEUR PREFECTURE DE LA ZONE DE DEFENSE ET DE SECURITE NORD !!! S.G.A.P de LILLE Direction des ressources humaines Bureau du recrutement MINISTERE DE L INTERIEUR PREFECTURE DE LA ZONE DE DEFENSE ET DE SECURITE NORD Concours déconcentré d Agent Spécialisé de Police

Plus en détail

Bêta-oxydation des acides gras

Bêta-oxydation des acides gras O C N C 2 O C 2 SO 3 O O acide taurocholique O C N C 2 COO O O O acide glycocholique Figure.2 Structure d un sel biliaire formé par conjugaison entre un acide biliaire (ici l acide cholique) soit avec

Plus en détail

Chapitre 14 Les matières colorantes

Chapitre 14 Les matières colorantes Chapitre 14 Les matières colorantes I. Les matières colorées Les espèces chimiques responsables de la couleur sont appelées matières colorées : elles absorbent la lumière visible (domaine de longueur d

Plus en détail

Les méthodes de séparation basées sur l extraction

Les méthodes de séparation basées sur l extraction Les méthodes de séparation basées sur l extraction L extraction liquide - liquide C est l extraction d un soluté S d un solvant A par un solvant B non miscible au premier. Deux paramètres sont importants

Plus en détail

Microbiologie BIOL 3253. Étude de la structure microbienne: microscopie et préparation des échantillons

Microbiologie BIOL 3253. Étude de la structure microbienne: microscopie et préparation des échantillons Microbiologie BIOL 3253 Étude de la structure microbienne: microscopie et préparation des échantillons Les lentilles et la déviation de la lumière Quand un rayon lumineux passe d un milieu à un autre,

Plus en détail

THEME 1 A EXPRESSION, STABILITE ET VARIATION DU PATRIMOINE GENETIQUE

THEME 1 A EXPRESSION, STABILITE ET VARIATION DU PATRIMOINE GENETIQUE THEME 1 A EXPRESSION, STABILITE ET VARIATION DU PATRIMOINE GENETIQUE CHAPITRE 3 L EXPRESSION DU PATRIMOINE GENETIQUE I. LA RELATION GENES-PROTEINES Les protéines interviennent dans le fonctionnement d

Plus en détail

Chap. V : Propriétés physiques et chimiques et tableau périodique. r anion

Chap. V : Propriétés physiques et chimiques et tableau périodique. r anion V.1. Propriétés physiques V.1.a. Le rayon atomique Dans une même colonne quand on change de période n d'une unité, le volume effectif de l atome croît brusquement dans une même colonne r quand n. Au sein

Plus en détail

LA REGULATION DE LA GLYCEMIE

LA REGULATION DE LA GLYCEMIE Le début vous l avez fait avant les vacances cours de ce jours à partir du II Chap8 TS spécialité Thème 3 Restitution des acquis LA REGULATION DE LA GLYCEMIE http://img10.beijing2008.cn/20080824/img214581293.jpg

Plus en détail

Génétique kits. Kit de précipitation de l ADN. Réf : 117 029. Français p 1. Version : 8003

Génétique kits. Kit de précipitation de l ADN. Réf : 117 029. Français p 1. Version : 8003 kits Français p 1 Kit de précipitation de l ADN Version : 8003 1 Composition Quantité nécessaire pour 25 tests. - 25 ml de solution d ADN (de saumon) à 1mg/mL (tampon Tris-HCI 0,010 M, ph 8,0 en présence

Plus en détail

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE CONCOURS EXTERNE Session 2005 TRAVAUX PRATIQUES DE BIOCHIMIE PHYSIOLOGIE ALCOOL ET FOIE L éthanol, psychotrope puissant, est absorbé passivement dans l intestin

Plus en détail

Compléments de Biologie Moléculaire et Cellulaire. 1 année de Licence

Compléments de Biologie Moléculaire et Cellulaire. 1 année de Licence Compléments de Biologie Moléculaire et Cellulaire 1 année de Licence Annexes des cours de biologie moléculaire et cellulaire afin de parfaire leur compréhension. Par Chringel 2011 LA MICROSCOPIE SOMMAIRE

Plus en détail

Le jeune Aurélien CESA 2012 LE JEUNE AURELIEN

Le jeune Aurélien CESA 2012 LE JEUNE AURELIEN Le jeune Aurélien CESA 2012 LE JEUNE AURELIEN 1 LE JEUNE AURELIEN 2 EPIMYSIUM MUSCLE PERIMYSIUM FAISCEAU MUSCULAIRE ENDOMYSIUM FIBRE MUSCULAIRE LE JEUNE AURELIEN 3 SARCOLEMME : Membrane qui entoure la

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

MECANISME MOLECULAIRE DU TRANSPORT NUCLEAIRE

MECANISME MOLECULAIRE DU TRANSPORT NUCLEAIRE MECANISME MOLECULAIRE DU TRANSPORT NUCLEAIRE INTRODUCTION d'après le cours du Dr NEHRBASS L enveloppe nucléaire renferme l ADN et défini le compartiment nucléaire. Elle est formé de 2 membranes concentriques

Plus en détail

Chapitre n 2. Conduction électrique et structure de la matière.

Chapitre n 2. Conduction électrique et structure de la matière. Chapitre n 2 3 Conduction électrique et structure de la matière. T.P.n 1: Les solutions aqueuses sont-elles conductrices? >Objectifs: Tester le caractère conducteur ou isolant de diverses solutions aqueuses.

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos... ix Chapitre 1 Hydrostatique... 1. Chapitre 2 Résistance des matériaux... 31. Chapitre 3 Hydrodynamique... 43.

Table des matières. Avant-propos... ix Chapitre 1 Hydrostatique... 1. Chapitre 2 Résistance des matériaux... 31. Chapitre 3 Hydrodynamique... 43. Avant-propos....................................................................................................... ix Chapitre 1 Hydrostatique.........................................................................

Plus en détail

Structure des molécules

Structure des molécules Niveau : Première S Structure des molécules Activité expérimentale (prof) A. Structure électronique de l'atome 1. Liaisons dans les molécules (rappels de cours) Un atome est caractérisé par son numéro

Plus en détail

FORFOR 2010 LA MISE EN ŒUVRE EXPERIMENTALE DE LA NUTRITION CHEZ LES AUTOTROPHES

FORFOR 2010 LA MISE EN ŒUVRE EXPERIMENTALE DE LA NUTRITION CHEZ LES AUTOTROPHES FORFOR 2010 LA MISE EN ŒUVRE EXPERIMENTALE DE LA NUTRITION CHEZ LES AUTOTROPHES Formatrices : Anne Bauwens et Sandrine Kivits Lecture : Michel Edmond Ghanem www.uclouvain.be/scienceinfuse Scienceinfuse

Plus en détail

Figure 3-4 Fonction du nucléole dans la synthèse des ribosomes.

Figure 3-4 Fonction du nucléole dans la synthèse des ribosomes. III.1.6 Le Nucléole Ce sont des structures fibrillaires sphériques denses du noyau interphasique et prophasique des organismes supérieurs. Les nucléoles qui sont le site de formation des ribosomes fixent

Plus en détail

Fonctions des protéines, bases moléculaires

Fonctions des protéines, bases moléculaires Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie PACES 2014-2015 UE1 Fonctions des protéines, bases moléculaires Pr François COURAUD 1 Introduction. Chapitre 1. Stratégies pour l étude des protéines Chapitre

Plus en détail

Chamtor. La gamme CHAMTOR

Chamtor. La gamme CHAMTOR Chamtor La gamme CHAMTOR GLUCOR, H-MALTOR et FRUCTOR Les sirops de glucose sont obtenus par hydrolyse de l'amidon, polymère de D-glucose (ou dextrose) qui constitue la molécule de réserve des végétaux

Plus en détail

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences de Rabat Laboratoire de Zoologie et de Biologie générale Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Histologie-Embryologie

Plus en détail

Biochimie-réactions cellulaires L2 Biologie-parcours BC et BCB-S3

Biochimie-réactions cellulaires L2 Biologie-parcours BC et BCB-S3 Biochimie-réactions cellulaires L2 Biologie-parcours BC et BCB-S3 Responsables de l UE: James Sturgis (AMU)-Marie-Jeanne Papandréou (P1) Organisation de l UE: 3 parties - COURS 28h 1 ère partie: Protéines

Plus en détail

METABOLISME DES LIPOPROTEINES

METABOLISME DES LIPOPROTEINES 1 Chapitre 19 Pr Claude ZINSOU METABOLISME DES LIPOPROTEINES OBJECTIFS De l enseignant Compléter les connaissances relatives au métabolisme des lipides, dans lequel nous avons insisté sur leur dégradation

Plus en détail

LA SYNTHÈSE DES PROTÉINES

LA SYNTHÈSE DES PROTÉINES LA SYNTHÈSE DES PROTÉINES La transcription Information : dans le noyau (sous forme d'adn) Synthèse des protéines : dans le cytoplasme (au niveau des ribosomes du reticulum endoplasmique) L'ADN ne sort

Plus en détail

DST DE SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE 1) RESTITUTION ORGANISÉE DES CONNAISSANCES (8 PTS)

DST DE SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE 1) RESTITUTION ORGANISÉE DES CONNAISSANCES (8 PTS) 1s_cntsvt_2011_11_16_corrigé.doc 1/6 CLASSE DE 1ère S - DURÉE 3H00 DST DE SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE CALCULATRICES INTERDITES 1) RESTITUTION ORGANISÉE DES CONNAISSANCES (8 PTS) Le cycle cellulaire

Plus en détail

Chapitre 7 : Structure de la cellule Le noyau cellulaire

Chapitre 7 : Structure de la cellule Le noyau cellulaire UE2 : Structure générale de la cellule Chapitre 7 : Structure de la cellule Le noyau cellulaire Professeur Michel SEVE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Lettres: A, T, G, C. Mots: à 3 lettres (codons) Phrase: gène (information pour synthétiser une protéine). Ponctuation

Lettres: A, T, G, C. Mots: à 3 lettres (codons) Phrase: gène (information pour synthétiser une protéine). Ponctuation 2- Les molécules d ADN constituent le génome 2-1 La séquence d ADN représente l information génétique Lettres: A, T, G, C Mots: à 3 lettres (codons) Phrase: gène (information pour synthétiser une protéine).

Plus en détail

Sciences de la vie et de la Terre

Sciences de la vie et de la Terre Sciences de la vie et de la Terre Thème 2 B Enjeux planétaires contemporains - La plante domestiquée Table des matières 1 : La plante cultivée : le Maïs...Erreur! Signet non défini. 2 : Les variétés de

Plus en détail

Les lipides et dérivés

Les lipides et dérivés UE1 : Biochimie Les lipides et dérivés Partie 5 : Digestion, absorption et transport des lipides Partie 6 : Méthodes d analyse Isabelle Hininger-Favier Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier

Plus en détail

Fiche sujet candidat 1/2

Fiche sujet candidat 1/2 Fiche sujet candidat 1/2 Mise en situation et recherche à mener Dans le cytoplasme, la synthèse de protéine constitue l expression de l information génétique contenue dans l ADN. Pour aboutir à cette synthèse

Plus en détail

I- SUIVI SPECTROPHOTOMÉTRIQUE D UNE CINÉTIQUE DE RÉACTION

I- SUIVI SPECTROPHOTOMÉTRIQUE D UNE CINÉTIQUE DE RÉACTION CORRECTION DS n 8 Cinétique et chimie organique I- SUIVI SPECTROPOTOMÉTRIQUE D UNE CINÉTIQUE DE RÉACTION On se propose d étudier la cinétique de la réaction totale entre les ions dichromate Cr 2 O 7 2-

Plus en détail

Chapitre 2 La nature du vivant. 2-1- Le monde inerte et le monde vivant. 2-3- les molécules chimiques constitutives des êtres vivants

Chapitre 2 La nature du vivant. 2-1- Le monde inerte et le monde vivant. 2-3- les molécules chimiques constitutives des êtres vivants Chapitre 2 La nature du vivant Introduction 1- La composition des êtres vivants 2- La biochimie de la vie 2-1- Le monde inerte et le monde vivant 2-2- La richesse en eau du vivant 2-3- les molécules chimiques

Plus en détail

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours Biologie cellulaire Perfectionnement à la culture cellulaire durée : 4 jours ingénieurs, chercheurs et chefs de projet connaissances de base en culture cellulaire ou validation du module «initiation à

Plus en détail

Eléments primordiaux de biologie moléculaire

Eléments primordiaux de biologie moléculaire Eléments primordiaux de biologie moléculaire Pourquoi s intéresser au matériel génétique? Base de l information génétique Tissu Cellule Noyau Organisme entier Lieu où est localisé l ADN Mol d ADN qui est

Plus en détail

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie TECHNIQUES: Principes de la chromatographie 1 Définition La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur les différentes affinités d un ou plusieurs composés à l égard de deux phases

Plus en détail

Information Génétique et hérédité 1- Réplication, mitose, méiose

Information Génétique et hérédité 1- Réplication, mitose, méiose Information Génétique et hérédité 1- Réplication, mitose, méiose REPLICATION DE L ADN et CYCLE CELLULAIRE quantité d'adn 4C 2C G 1 S G 2 M G 1 5 12 15 16 duplication de l'adn mitose temps heures CYCLE

Plus en détail