DEPARTEMENT DE LA COTE-D'OR EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL GÉNÉRAL. 5ème Commission n 8 ~~~~~~~~~~~ Séance du 04 juin 2010 (Matin)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DEPARTEMENT DE LA COTE-D'OR EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL GÉNÉRAL. 5ème Commission n 8 ~~~~~~~~~~~ Séance du 04 juin 2010 (Matin)"

Transcription

1 DEPARTEMENT DE LA COTE-D'OR EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL GÉNÉRAL 5ème Commission n 8 ~~~~~~~~~~~ Séance du 04 juin 2010 (Matin) ~~~~~~~~~~~~ Date de la convocation : 5 mai 2010 PRESIDENT : Monsieur François SAUVADET SECRETAIRE : Monsieur Gilbert MENUT LIEU DE LA REUNION : salle des séances MEMBRES PRESENTS : MM. Joël ABBEY, Michel BACHELARD, Noël BERNARD, Emmanuel BICHOT, Hubert BRIGAND, Louis de BROISSIA, Philippe CHARDON, Mme Emmanuelle COINT, MM. Yves COURTOT, François-Xavier DUGOURD, Mme Martine EAP-DUPIN, MM. Jean ESMONIN, Marc FROT, Pierre GOBBO, Laurent GRANDGUILLAUME, Robert GRIMPRET, Henri JULIEN, Mmes Anne-Catherine LOISIER, Catherine LOUIS, Patrick MOLINOZ, Gabriel MOULIN, Jean-Paul NORET, Marc PATRIAT, Jean-Yves PIAN, Pierre POILLOT, Roland PONSAÂ, Mme Colette POPARD, MM. Pierre-Alexandre PRIVOLT, Jean-Pierre REBOURGEON, Jean-Claude ROBERT, Paul ROBINAT, Ludovic ROCHETTE, Antoine SANZ, Paul TAILLANDIER, Denis THOMAS, Nicolas URBANO, Claude VINOT. MEMBRE EXCUSE : MEMBRES EXCUSES et ayant donné délégation de vote : MM. Roger GANEE à M. Noël BERNARD, Alain HOUPERT à M. François SAUVADET, Michel MAILLOT à M. Jean-Claude ROBERT, Alain MILLOT à M. Jean-Yves PIAN. RAPPORTEUR : Monsieur Ludovic ROCHETTE OBJET DE LA DELIBERATION : UNE AMBITION DE VIE LA CULTURE, "TRAIT D'UNION" DE LA CÔTE-D'OR SCHÉMA DÉPARTEMENTAL D'ACTION CULTURELLE 2010/2014

2 Dans le cadre du programme AmbitionS Côte-d Or adopté en septembre 2008, l Assemblée Départementale s est donné «pour objectif majeur de mettre au service des Côte-d Oriens une culture ouverte à tous, sur tout le territoire, avec une offre de qualité, diversifiée dans les genres et les esthétiques, et qui soit accessible à tous, y compris à ceux qui en sont souvent le plus éloigné». La politique départementale en faveur de la culture s inscrit depuis 2000 dans le cadre de schémas pluri-annuels. Le rapport a pour objet de vous soumettre les axes directeurs du nouveau Schéma départemental d action culturelle 2010/2014 qui visent l objectif premier que nous nous sommes donnés. Deux éléments de contexte, l un national, le second départemental, ont particulièrement présidé à la définition de nouvelles orientations en matière de politique culturelle. - la dimension nationale En 2009, le Ministre de la Culture et de la Communication a présenté les résultats de l enquête sur les pratiques culturelles des Français en comparant ces données avec celles d une enquête de même type conduite en 1997 (ce baromètre décennal existe depuis 1970). Des mutations profondes sont en cours, dues essentiellement à l irruption de la culture de l image qui «a définitivement consacré les écrans comme support privilégié de nos rapports à la culture tout en accentuant la porosité entre culture et distraction, entre le monde de l art et ceux du divertissement et de la communication». Pour autant, et malgré quelques nuances, le constat principal est celui d une stabilité absolue en termes de fréquentation des équipements culturels (bibliothèque, théâtre, cinéma,.) : en 1997, 78 % des Français n ont soit jamais, soit exceptionnellement ou occasionnellement fréquenté un tel lieu, contre 79 % en Ces statistiques doivent nécessairement questionner l ensemble des acteurs publics qui depuis de nombreuses années mettent en œuvre une politique axée sur une plus grande démocratisation de l accès à la culture. A cet égard, deux conceptions s opposent : pour certains, les politiques culturelles publiques ont échoué dans leur objectif de démocratisation ; pour d autres, ces mêmes politiques ont par leur existence même permis de freiner une évolution qui, sinon, aurait pu être problématique pour le devenir du «vivre ensemble» au sein de notre société. En tout état de cause, l élaboration de tout projet culturel se doit de prendre en compte ce faible effet levier constaté sur les publics et invite à une profonde refondation. - le volet départemental La décision d intégrer Arts Vivants 21 au sein des Services Départementaux a reposé d abord sur une logique de complémentarité des moyens. Au-delà de cet objectif qui est partagé par un nombre toujours croissant de Conseils Généraux, il est apparu pertinent de saisir cette occasion pour que cette intégration soit l occasion de repenser la politique culturelle du Département qui arrive à la fin d un cycle décennal (le premier schéma d action culturelle date de 2000).

3 Par la politique conduite depuis une décennie, le Conseil Général a pu se positionner comme un interlocuteur incontournable, compétent et réactif des milieux culturels, ce qu il n était pas forcément auparavant. Le suivi et le déploiement des actions pourraient être effectués de façon plus satisfaisante et efficiente par une écoute accrue des besoins des acteurs du terrain (public, élus, enseignants, ). L intégration d Arts Vivants - de ses personnels et de leurs savoir-faire doit être l occasion d atteindre cet objectif dans un contexte où l efficience et l évaluation de chaque action doivent désormais être de plus en plus fines. Ces deux dimensions nationale et locale ont donc conduit à l élaboration d un nouveau projet culturel, dont les principaux axes directeurs sont ici soumis à votre validation. Le projet s articule autour de deux objectifs principaux : la formation des publics à l art et à la culture (I) ; le Conseil Général partenaire privilégié des milieux culturels et soutien à la création contemporaine (II). 1. LA FORMATION DES PUBLICS À L ART ET À LA CULTURE Pour éviter qu au terme de la prochaine décennie, l enquête sur les pratiques culturelles ne donne des résultats identiques, il convient de mieux cibler les publics sur lesquels un travail de sensibilisation et d éducation à l art et à la culture favorisant la pratique artistique doit être concentré. Pour les identifier, il est apparu que l éducation artistique des jeunes et l accès à la pratique artistique des plus exclus constituent par nature deux enjeux fondamentaux pour tout Conseil Général, qui a par ses compétences des responsabilités fortes auprès de ces publics METTRE LES JEUNES AU CŒUR DE L ART L éducation artistique est au cœur de l enjeu de démocratisation culturelle. Sans cette transmission, le jeune devenu adulte ne disposera ni des repères, ni des ressources suffisantes pour avoir une pratique artistique (jouer dans un orchestre, chanter dans une chorale au répertoire exigeant.) ou culturelle (fréquenter les lieux culturels du spectacle vivant, de la lecture publique, du cinéma, du patrimoine, etc.). Cet enjeu important a d ailleurs été rappelé en L introduction à l histoire de l art dans les programmes pédagogiques et la très récente publication de la Charte nationale sur la dimension éducative et pédagogique des résidences d artistes, en date du 10 mars 2010 expriment cette nouvelle volonté de l État. Face à cet enjeu, et s appuyant sur cette nouvelle dynamique de l Éducation Nationale, le Conseil Général souhaite ainsi : - faire de la résidence d équipes artistiques dans un ou plusieurs établissements scolaires un outil privilégié d action (résidence starter de quelques jours pour impulser une dynamique ou résidence longue de plusieurs mois pour un travail plus en profondeur). En construisant chaque projet avec les établissements scolaires 1 et les ressources culturelles 1 La notion de bassin de formation en tout ou partie - paraît à cet égard pertinente en termes d aménagement culturel du territoire et de collaboration des territoires.

4 locales (un théâtre, un réseau de bibliothèques, un cinéma, ), le Conseil Général créerait ainsi les conditions nécessaires pour permettre aux jeunes d être confrontés à un processus en cours de création artistique (musique, danse, arts numériques,.). Des expériences réalisées en ce sens à CHATILLON-SUR-SEINE démontrent que ce type d action est un succès tant auprès des jeunes que de leurs parents et offrent au Théâtre qui les a initiés l accès à de nouveaux publics. Le Conseil Général pourrait également mobiliser des opérateurs culturels d envergure départementale comme le FRAC, l ABC ou La Vapeur pour enrichir les propositions (accueil de classes, participation à des spectacles et à des expositions,.). Cette nouvelle proposition viendra ainsi compléter et enrichir les dispositifs d école du spectateur d ores et déjà proposés aux collégiens (collège au théâtre, collège au cinéma ). Vous trouverez en annexe au présent rapport un descriptif de ce nouveau dispositif. - organiser au terme de l année scolaire, un évènement d une semaine «Culture et Collèges», au Conseil Général pour donner du relief à ces résidences. Plusieurs centaines d élèves accompagnés de leurs parents et des équipes éducatives seraient ainsi conviés durant une semaine (au sein des jardins et des locaux du Conseil Général) à rencontrer des artistes, expérimenter de nouvelles disciplines artistiques, exprimer leurs talents et découvrir des spectacles. Ce type d événement a priori unique en France apporte au Conseil Général une assise forte tant auprès des élèves que de leurs parents (on sait que l élève est prescripteur quand il a bénéficié de telles actions en cours d année scolaire), impulse des dynamiques locales sur les territoires (entre l équipement culturel et le tissu scolaire, gage de pérennité) et évite enfin d être en concurrence frontale avec les multiples acteurs culturels organisateurs de festivals LA CULTURE AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ Les expériences conduites par le Conseil Général depuis quatre années auprès de personnes en situation de réinsertion sociale ont montré que, par la participation à un projet artistique sur plusieurs mois, une dynamique personnelle (en termes de revalorisation de l image de soi) et collective (en particulier entre travailleurs sociaux et usagers) se crée. Il s agirait ici de capitaliser sur ces expériences et de les élargir à d autres publics : adolescents en rupture, personnes dépendantes... Des actions nouvelles verront le jour comme : - permettre à des jeunes en établissements de faire des stages dans certains lieux culturels : pendant une semaine, ces adolescents encadrés par leurs éducateurs mais accompagnés par des artistes (slameurs, plasticiens, etc.) auraient ainsi la possibilité d ouvrir leurs horizons personnels en trouvant de nouveaux modes d expression. Un partenariat étroit avec l Adosphère est à construire sur ce volet culturel ; - créer pour les animateurs dans les établissements (type EPAHD) un réseau structuré sur la base de formations-actions : outre la possibilité de rompre l isolement réel de ces animateurs, il s agirait ici de les aider à construire des projets interétablissements (avec l aide d équipes artistiques) qui ne soient pas simplement occupationnels. L échange serait également réciproque et les créateurs pourraient ainsi évoquer grâce à leurs rencontres avec les usagers de ces établissements sociaux leur histoire, leur quotidien, leurs désirs et ainsi redonner la voix à ceux que la société évite parfois d écouter et même de voir.

5 Cette priorité à ces deux publics n exclut évidemment pas la continuité des actions en direction des publics traditionnels du Conseil Général (écoles de musique, bibliothèques, pratique en amateurs, ) où il reste de vastes champs à consolider voire à explorer comme le croisement entre disciplines (chant/danse/musique/théâtre.). La compétence légale en faveur des vingt-sept établissements d enseignements artistiques et le projet Voix de Côte-d Or (appel à projet pour les cent vingt chœurs amateurs) seraient dans cette perspective non seulement conservés mais confortés. 2. LE CONSEIL GENERAL, PARTENAIRE PRIVILÉGIÉ DES MILIEUX CULTURELS ET SOUTIEN À LA CREATION CONTEMPORAINE 2.1. FAIRE DE LA CÔTE-D OR UN TERRITOIRE DE CULTURE VIVANTE. Inciter à une culture offerte à tous les publics et en tous lieux, c est pour une collectivité publique aussi accompagner au plus près les équipes artistiques et les professionnels de la culture. Dès lors, le Conseil Général pourrait : - permettre à des équipes artistiques de mieux diffuser leur travail en Côted Or et ainsi d émerger sur la scène régionale, voire nationale et internationale ; - favoriser les échanges entre professionnels de la culture (directeur des affaires culturelles des communes, directeurs d écoles de musique, de théâtre, animateurs culturels des territoires, responsables de cinéma, conservateurs de musées, etc.) pour inciter/dynamiser des projets collectifs ambitieux ; - soutenir la création contemporaine : comme le note le Schéma Départemental d Aménagement et de Développement Durable du Territoire (SDADDT), la Côte-d Or est encore très identifiée à son patrimoine. Il n est pas utile de rappeler ici combien un territoire sans histoire ni mémoire se trouve fortement démuni face aux problématiques du présent. Pour autant, le SDADDT pointe avec justesse que le soutien à la création contemporaine permettrait à la Côte-d Or à l instar de ce que réalisent déjà certains territoires - de bénéficier d une image plus satisfaisante en termes de rayonnement et d attractivité. Tel est notamment le sens du dispositif Prix Jeune Talent Côte-d Or création contemporaine dont la pertinence a été démontrée dès sa première année de mise en œuvre en EN ENDOSSANT POUR LE CONSEIL GÉNÉRAL UN DOUBLE RÔLE D ASSEMBLEUR ET DE CATALYSEUR Comme tout domaine, le monde de la culture est non homogène, traversé de préoccupations divergentes, construit autour de réseaux professionnels divers (par disciplines, esthétiques, affinités personnelles,.), qui ne se croisent pas toujours. Sans évidemment mettre en cause la liberté des équipes artistiques et des programmateurs axiome qui doit demeurer fondateur pour toute stratégie publique dans ce secteur le Conseil Général pourrait avoir un rôle d assembleur et de catalyseur grâce :

6 - au soutien financier que le Conseil Général apporte à de nombreux acteurs culturels : il peut donc, par le biais de ces conventionnements, mobiliser ces acteurs autour d objectifs partagés ; - à son positionnement construit autour d une réelle proximité auprès des territoires tout en pouvant mettre en relation des acteurs d envergure départementale, mutualiser des ressources, et éviter ainsi la dispersion des moyens (et donc rester dans des enveloppes budgétaires raisonnables) tout en assurant le rayonnement le plus large à des projets novateurs. Depuis 2000, le Conseil Général a en effet redynamisé ses actions en faveur du monde de la culture et des Côte-d Oriens. Son soutien aux structures de diffusion, aux compagnies de théâtre, aux ensembles musicaux toutes esthétiques confondues -, aux festivals des plus prestigieux au plus locaux font de lui un acteur incontournable du milieu culturel. Parallèlement, la volonté du Conseil Général de mieux diffuser la culture auprès notamment des jeunes, grâce aux opérations «Collèges au», témoigne de son effort sans cesse renouvelé d apporter les œuvres de l esprit auprès de tous les publics. Il est impossible également de ne pas mentionner l action du Conseil Général en faveur de la Voix. Conduite depuis 2005, tournée vers les amateurs regroupés dans 140 chorales du département, cette action a pu dynamiser ce secteur et le rendre encore plus créatif. La fréquentation du festival Les Enchantés, croissante d année en année, démontre l intérêt renouvelé du public. Assumer ce rôle est rendu possible de plusieurs manières : - grâce à des outils simples comme des newsletters, des journées professionnelles, des stages, des réunions de travail.pour structurer des réseaux d acteurs (écoles de musique ; enseignants,.) : l expérience acquise avec Voix de Côte-d Or (deux cents personnes abonnées à la newsletter) démontre s il en était besoin la plus-value du Conseil Général sur cette mission ; - en réunissant régulièrement les diffuseurs (ABC, TdB, l Abreuvoir, le Théâtre Gaston Bernard, le Théâtre de Beaune.) : il s agirait ici de mieux soutenir la diffusion à l échelle départementale d une création qui aurait fait l objet d un travail important en amont (ex : création d un spectacle construit lors d une résidence scolaire interétablissements.). - pour la création contemporaine, en soutenant par exemple la diffusion de l œuvre primée dans le cadre du Prix Jeunes talents, qui a montré en 2009 toute sa pertinence. La création artistique est au présent ce que le patrimoine est à l histoire : une trace, un témoignage, une source de questionnements. La création telle qu elle doit être soutenue doit proposer une exigence forte sans être pour autant destinée à un public composé de seuls amateurs éclairés. Une attention particulière doit à cet égard être portée à la médiation. Une œuvre a besoin de «passeurs» pour être transmise au public le plus large : c est par exemple tout le sens des résidences en milieu scolaire où l artiste devra assumer le rôle à la fois de créateur et de médiateur aidé en cela par les équipes pédagogiques et les grandes structures culturelles départementales (comme le FRAC pour les arts visuels) ; - en favorisant la transdisciplinarité : la création contemporaine décloisonne de plus en plus les champs artistiques et tente des expérimentations qui peuvent associer musique, danse, arts plastiques, ou danse et patrimoine : en soutenant cet effort de transversalité, le Conseil Général favorise l ouverture du public (jeunes, pratiques amateurs, grand public.) à de nouveaux horizons artistiques et suscite ainsi de nouveaux

7 questionnements, de nouvelles envies, y compris en terme de pratiques. La danse constituerait ainsi un champ artistique «passerelle» dont le fort potentiel pourrait être exploré (lien avec la musique, la performance, le patrimoine, le théâtre, etc.) AVEC DES MOYENS MAÎTRISÉS ET UNE MÉTHODOLOGIE ÉPROUVÉE La mise en œuvre de ce nouveau projet culturel doit se déployer dans un périmètre budgétaire maîtrisé, c est-à-dire à budget strictement constant. L affirmation de priorités et la recherche systématique de partenariats doivent permettre d absorber cette contrainte incontournable. Concernant la méthodologie, celle-ci repose sur trois principes : - une construction partagée avec les partenaires : la concertation en vue de l élaboration de projets est le gage de l appropriation par tous de l action. Ainsi, pour les résidences au sein des établissements scolaires, une concertation étroite avec l Éducation Nationale et le territoire sera gage de réussite du projet ; - le droit à l expérimentation : expérimenter des process, des croisements entre disciplines, des partenariats possibles permettra de vérifier la pertinence des projets et justifiera ou non leur généralisation ; en matière culturelle plus que dans tout autre secteur -, la réussite d un projet nécessite la conjonction de facteurs multiples (l envie commune à tous les acteurs de partager une aventure, un investissement personnel qui dépasse la seule collaboration professionnelle, l exigence artistique comme horizon, le souci constant des publics,...) ; - l évaluation permanente : la durée de quatre années de mise en œuvre du projet ( ) oblige à procéder à l évaluation régulière de manière à ajuster en tant que de besoin les actions de manière à atteindre les objectifs sans attendre L exemple du schéma départemental de tourisme qui a adopté ce principe de l évaluation régulière - est à cet égard pleinement satisfaisant et invite à adopter cette démarche pour la mise en œuvre du projet culturel. Enfin, qu il s agisse des projets en direction des jeunes ou des publics fragiles, ou que les actions portent sur des réseaux professionnels, la dimension de la communication est capitale pour : - mobiliser les publics visés (équipes pédagogiques, animateurs culturels dans des établissements médico-sociaux, ) ; - faire connaître au plus grand nombre les réalisations concrètes initiées ou soutenues par le Conseil Général ; - participer à la structuration des réseaux d artistes et de professionnels de la culture ; A cet égard, le potentiel des nouvelles technologies (Web, réseaux sociaux, newsletter, blogs, ) doit être encore mieux exploité qu il ne l est aujourd hui. Le réseau des Centres Sati 21 constitue également une opportunité forte pour diffuser au plus près des territoires les actions conduites dans le champ culturel.

8 En conclusion, je vous propose d approuver ce nouveau projet culturel qui doit asseoir le positionnement du Conseil Général comme un acteur essentiel de la démocratisation culturelle et un soutien décisif à la création contemporaine. Je vous remercie en outre de me donner votre délégation pour signer tout document nécessaire à l intégration des moyens humains et à la reprise de l actif net de l Association Arts Vivants 21 au sein du Conseil Général que nous avons décidé en décembre 2009, étant précisé que cela constitue une condition de mise en œuvre du projet qui vous est ici présenté. ********** Après avoir recueilli l assentiment de la Commission Jeunesse, Animation Touristique, Sportive et Culturelle et de la Commission Affaires Financières, Générales et Ressources Humaines, le Conseil Général décide à l unanimité d adopter les propositions du Président. Pour extrait conforme Le Président

9 - Annexe - Résidences artistiques au sein des collèges de Côte-d Or La mise en œuvre par le Conseil Général d un dispositif de soutien aux résidences artistiques au sein des collèges de Côte-d Or a pour objectif, en travaillant sur un territoire avec des équipes artistiques locales, de permettre une action autour de la diffusion, la création et l éducation artistiques et culturelles. 1 / La résidence artistique et le volet artistique et culturel du projet d établissement Depuis la rentrée 2009, tout projet d établissement doit comporter un volet artistique et culturel. Il doit «être défini en concertation avec les institutions culturelles et les collectivités locales ; être en cohérence avec les grands axes pédagogiques du projet d établissement ; concerner tous les élèves». Un état des lieux des volets culturels des projets d établissement a été réalisé par le Rectorat. La mise en application de l enseignement de l histoire des arts constitue un autre élément de contexte favorable au développement de l éducation artistique et culturelle. Par sa capacité à fédérer l équipe éducative, à favoriser l ouverture de l établissement sur son environnement culturel, à mettre en relation l élève avec un processus de création artistique, la résidence d artistes peut être envisagée comme un des outils privilégiés pour favoriser le développement de l éducation artistique au sein des collèges de Côte-d Or. La circulaire ministérielle du 5 mars 2010 donne le cadre réglementaire de ce type d intervention pour l Éducation Nationale et le Ministère de la Culture. Le Conseil Général de la Côte-d Or souhaite par ce type d actions répondre aux enjeux de sensibilisation et de formation des jeunes à l art et à la culture, au rééquilibrage de l offre sur son territoire et au soutien à la création artistique. 2 / Objectifs opérationnels Des résidences de création visant l ensemble des disciplines artistiques. Les résidences de création doivent être privilégiées sans que nécessairement l aboutissement de la création intervienne durant le temps de la résidence. Tous les champs de la création artistique contemporaine doivent être concernés. Les artistes travaillant sur le territoire départemental sont à privilégier. Un partenaire culturel associé Un partenaire culturel associé à la démarche (structure de diffusion, établissement d enseignement artistique, bibliothèque, centre d art, cinéma ) permet l ouverture culturelle des élèves en étayant et enrichissant le projet de résidence par des propositions artistiques complémentaires au sein d un parcours culturel. Il favorise l ouverture du projet et de l établissement sur son environnement et aux publics du territoire. La résidence doit, sous l autorité du Chef d établissement, concerner l ensemble de la communauté éducative et tous les élèves de l établissement (histoire des arts, temps de répétition ouverts, petites formes dans différents espaces de l établissement, travail avec les classes ). Des résidences inter-établissements et trans-degré sont à favoriser.

10 3 / Modalités de mise en œuvre des résidences de création Définition du projet Un temps de concertation doit associer l équipe artistique, la communauté éducative, la structure culturelle associée, les Services de l Inspection académique et du Conseil Général selon des modalités restant à définir. La valorisation des projets Une action de communication autour des projets doit être construite afin de valoriser les bonnes pratiques. Elle permettra de mobiliser de nouveaux établissements autour de cette proposition. Deux pistes de collaboration ont été proposées : - en lien avec le projet développé par Radio Cultures Dijon sur l éducation artistique ; - des sites Internet d ores et déjà disponibles, nonobstant les actions que pourrait conduire en propre le Conseil Général. Une réflexion sera conduite sur les modalités d information autour de cette proposition. Modalités de financement Une participation financière de l établissement est requise. La pluralité des financements est le gage de la complémentarité des objectifs de chaque financeur. A cet égard, la DRAC intervient en abondant financièrement le budget des services éducatifs des partenaires culturels ou par le biais des CLEA. Modalités de l évaluation Elles doivent être construites pour vérifier que les objectifs assignés ont été atteints. 4 / Modalités de mise en œuvre du dispositif Mise en œuvre de résidences artistiques à titre expérimental dès la rentrée 2010 Instances de pilotage du dispositif Une instance de pilotage devra être définie. Elle associera les partenaires institutionnels et des partenaires culturels. Calendrier prévisionnel de mise en œuvre - Juin 2010 : identification du (des) établissement(s) susceptible(s) d accueillir une résidence artistique à titre expérimental durant l année scolaire. Le(s) établissement(s) seront choisi(s) par leur forte motivation. - Rentrée 2010 : mise en œuvre deux ou trois résidence(s) artistique(s) dans des collèges. - Janvier-mars 2011 : évaluation d étape des résidences réalisée par les partenaires. - Avril 2011 : présentation du dispositif définitif au Conseil Général et lancement du dispositif en vue de la préparation de l année scolaire 2011/2012.

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent Offre 2013 de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent citoyenneté, culture et action éducative cycle de formation professionnelle restauration

Plus en détail

ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART. Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement. Préambule

ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART. Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement. Préambule ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement Préambule Le rectorat de l académie de Lille et la direction régionale des affaires culturelles du

Plus en détail

7927 Avis de la CPAES sur le projet de construction d'un réseau départemental à hauts débits

7927 Avis de la CPAES sur le projet de construction d'un réseau départemental à hauts débits SESSION DU 10 DECEMBRE 2007 RAPPORT N AME 45 DIRECTION DE L'AMENAGEMENT DES TERRITOIRES DEVELOPPEMENT TERRITORIAL 7927 Avis de la CPAES sur le projet de construction d'un réseau départemental à hauts débits

Plus en détail

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051)

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051) 4.13 Politique culturelle et linguistique (Résolution : CC.2014-051) PRÉAMBULE La nouvelle politique culturelle et linguistique favorise la dimension culturelle comme levier incontournable pour mettre

Plus en détail

PROPOSE Un séminaire. de réflexion sur le thème. Jeudi 8 novembre de 9h à 13h à rodez

PROPOSE Un séminaire. de réflexion sur le thème. Jeudi 8 novembre de 9h à 13h à rodez LA mission départementale de la culture DE l AVEYRON en partenariat avec l OBSERVATOIRE DES POLITIQUES CULTURELLES PROPOSE Un séminaire de réflexion sur le thème LA PARTICIPATION À LA VIE ARTISTIQUE ET

Plus en détail

PROJET D ACTIVITÉ 2015

PROJET D ACTIVITÉ 2015 PROJET D ACTIVITÉ 2015 LA DÉFENSE DES INTÉRÊTS DU SECTEUR LES ENJEUX INSTITUTIONNELS 1. Les partenaires engagés 2. Les partenaires à consolider et développer 3. Les élections départementales et régionales

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Cinéma Cirque Musique Patrimoine Théâtre Architecture Scénographie Arts plastiques

Cinéma Cirque Musique Patrimoine Théâtre Architecture Scénographie Arts plastiques 2014 2016 Cinéma Cirque Musique Patrimoine Théâtre Architecture Scénographie Arts plastiques Arts visuels Musée Lecture Danse Paysage une volonté partagée sur le territoire de la gironde La Direction des

Plus en détail

- DOSSIER RESSOURCE -

- DOSSIER RESSOURCE - COREPS - Groupe de travail n 1 CRÉATION / PRODUCTION / DIFFUSION Réunion n 1-16 décembre 2011 - DRAC de Basse-Normandie - DOSSIER RESSOURCE - Documents en lien avec la réflexion sur la thématique Charte

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 OUVERTURE DU SEMINAIRE : Bernard Amsalem, Vice-président du CNOSF Etat de l avancée des travaux depuis le dernier séminaire Rappel

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 Document créé le 22/02/2011 Direction de l Education RHONE ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 En proposant aux collectivités territoriales de négocier et de signer les Contrats

Plus en détail

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1 Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008 Synthèse de l atelier 1 Comment, dans le cadre du CDIAE, mobiliser les acteurs du territoire pour réaliser un diagnostic, définir les orientations et élaborer

Plus en détail

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016 PLAN D ACTIONS - / Annexe I Chacune des 16 priorités retenues par Cap devant! dans son projet associatif est assortie d une série d objectifs opérationnels. Chaque objectif opérationnel vise un résultat

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif? Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?» Jeudi 21 mars 2013, Maison du sport français (PARIS) Discours

Plus en détail

CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE

CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE INTRODUCTION Les CPE d aujourd hui s interrogent légitimement sur le rôle, sur leur positionnement dans l établissement et sur les relations dans lesquelles

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

Contribution pour le développement de l éducation artistique et culturelle

Contribution pour le développement de l éducation artistique et culturelle Contribution pour le développement de l éducation artistique et culturelle Mener une politique culturelle favorisant l éducation artistique pour les jeunes suppose l inscription de cette action en lien

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service,

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service, Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Le Projet de service, la recherche conjointe de la Qualité et de la Performance Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe

Plus en détail

Instance de Concertation

Instance de Concertation Instance de Concertation PAYS HORTE ET TARDOIRE Jeudi 03 février 2011 Instance de Concertation 03/02/2011 1 Le projet de développement culturel 2009 2010 Oct Nov Déc Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention Les transformations sociales, la territorialisation et la complexité croissante des dispositifs liés aux

Plus en détail

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux Des difficultés à investir le champ des conditions de travail L évolution du monde du travail montre la prégnance des conditions et de l organisation du travail dans le de nouveaux risques. Ces questions

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CONSEIL DES CENTRES DE FORMATION DE MUSICIENS INTERVENANTS (CFMI)

CONTRIBUTION DU CONSEIL DES CENTRES DE FORMATION DE MUSICIENS INTERVENANTS (CFMI) AIX-EN-PROVENCE LILLE LYON ORSAY POITIERS RENNES SÉLESTAT TOULOUSE TOURS CONTRIBUTION DU CONSEIL DES CENTRES DE FORMATION DE MUSICIENS INTERVENANTS (CFMI) le musicien intervenant (MI) dumiste, acteur du

Plus en détail

C O N S U L T A T I O N C H S C T

C O N S U L T A T I O N C H S C T Département Pilotage des Cadres et des Hauts Potentiels Groupe C O N S U L T A T I O N C H S C T M I S E E N Œ UV R E D E R EV U E S D E C A R RI E R E C A D R ES Mise en œuvre de revues de carrière cadres

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Projet culturel amplepuisien 2014-2020

Projet culturel amplepuisien 2014-2020 Projet culturel amplepuisien 2014-2020 «La culture, dans son sens large, est considérée comme l ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs, qui caractérisent une

Plus en détail

Démarche & ses étapes (information) III. Présentation des orientations et des actions du schéma de développement culturel d Alsace Bossue 2014-2016

Démarche & ses étapes (information) III. Présentation des orientations et des actions du schéma de développement culturel d Alsace Bossue 2014-2016 SCHÉMA DE DÉVELOPPEMENT CULTUREL D ALSACE BOSSUE 2014-2016 RESTITUTION AUX ACTEURS MARDI 26 NOVEMBRE 2013 à LORENTZEN DÉROULÉ DE LA SOIRÉE I. Introduction II. Démarche & ses étapes (information) III. Présentation

Plus en détail

GDR des CPE sous la direction de Nathalie Szoc LIVRET DE FORMATION ET DE COMPETENCE CPE

GDR des CPE sous la direction de Nathalie Szoc LIVRET DE FORMATION ET DE COMPETENCE CPE GDR des CPE sous la direction de Nathalie Szoc LIVRET DE FORMATION ET DE COMPETENCE CPE Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Référentiel des compétences professionnelles

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL

RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL Direction de la population âgée et des personnes handicapées Service de la population âgée 3e commission RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL Séance du 9 juillet 2015 OBJET : PRÉVENTION DE LA MALTRAITANCE

Plus en détail

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de la Commission de l UEMOA Ouagadougou, 05 Mars 2015 1

Plus en détail

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Le 24 février 2014 Le 5 juillet 2013, Valérie FOURNEYRON, Ministre chargée des Sports, de la Jeunesse, de l Education Populaire

Plus en détail

Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N 15 Culture pour tous par un maillage et des évènements fédérateurs

Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N 15 Culture pour tous par un maillage et des évènements fédérateurs Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel Agglomération de Nevers, de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N

Plus en détail

Kit d organisation des rencontres académiques

Kit d organisation des rencontres académiques Concertation nationale sur le numérique pour l éducation Kit d organisation des rencontres académiques Ce kit a été réalisé en coopération avec 1 Comment organiser une rencontre au sein de mon académie

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion du Conseil de Gestion du Parc Naturel Marin d Arcachon

«seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion du Conseil de Gestion du Parc Naturel Marin d Arcachon «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion du Conseil de Gestion du Parc Naturel Marin d Arcachon Lundi 23 février 2015 Amiral, Madame le Sénateur, Mesdames, messieurs les maires, Conseillers généraux,

Plus en détail

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention 3 CR 72-12 Budget participatif des lycées Règlement d intervention Préambule : La mise en œuvre du budget participatif des lycées manifeste la volonté de la région de poursuivre la démarche de dialogue

Plus en détail

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers 1 Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan Proposition commune des associations d usagers (document élaboré sur la base de la note publique rédigée par Saïd Acef)

Plus en détail

...... en quelques mots 1

...... en quelques mots 1 ... en quelques mots 1 Un nouveau Projet d'entreprise pourquoi faire? Le Projet d'entreprise 2006-2009 a porté l ambition de faire de l Assurance Maladie un assureur solidaire en santé reconnu en tant

Plus en détail

Ministère des sports. Le ministre des sports

Ministère des sports. Le ministre des sports Ministère des sports Direction des sports Mission sport et développement durable Personnes chargées du dossier : Arnaud JEAN Tél. : 01 40 45 96 74 Mel: arnaud.jean@jeunesse-sports.gouv.fr Fabienne COBLENCE

Plus en détail

entre Le Ministère de l Education Nationale (Académie d Aix-Marseille)

entre Le Ministère de l Education Nationale (Académie d Aix-Marseille) Convention de partenariat entre Le Ministère de l Education Nationale (Académie d Aix-Marseille) et Le Ministère de la Culture et de la Communication ( Direction régionale des affaires culturelles de Provence-Alpes-Côte

Plus en détail

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère délégué aux personnes âgées et à l autonomie Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Réunion

Plus en détail

Convention commune pour le développement du mécénat culturel. Département de l Hérault

Convention commune pour le développement du mécénat culturel. Département de l Hérault Préfecture de la région LR Direction Régionale des Affaires Culturelles Chambre de Commerce et d Industrie de Montpellier Chambre départementale des notaires de l Hérault Convention commune pour le développement

Plus en détail

APPEL A PROJETS PROGRAMME DE PRÉFIGURATION DU PLAN NUMÉRIQUE

APPEL A PROJETS PROGRAMME DE PRÉFIGURATION DU PLAN NUMÉRIQUE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE APPEL A PROJETS PROGRAMME DE PRÉFIGURATION DU PLAN NUMÉRIQUE I. Public cible de l appel à projets Un appel à projets est

Plus en détail

PROGRAMMATION CULTURELLE 2014 ELEMENTS DE CONTEXTE

PROGRAMMATION CULTURELLE 2014 ELEMENTS DE CONTEXTE PROGRAMMATION CULTURELLE 2014 RÉSEAU DES ALLIANCES FRANCAISES EN CHINE : ELEMENTS DE CONTEXTE OBJECTIFS Ce document a pour objectif de structurer la programmation culturelle du réseau des Alliances françaises

Plus en détail

Appel à projets. Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire. Développer la connaissance

Appel à projets. Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire. Développer la connaissance Appel à projets 2011 Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire En partenariat avec le ministère de l Éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative Avec

Plus en détail

Besoins en formation professionnelle?

Besoins en formation professionnelle? Besoins en formation professionnelle? La formation professionnelle continue, c est : La formation est toujours un différentiel : Des compétences mobilisables aujourd hui Formation(s) Des compétences à

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Conduire un projet d organisation Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe 75015 Paris Adresse de correspondance : La

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Les 3 objectifs de la formation 1 - La construction des compétences et des capacités qui relèvent du : cœur de métier ; cadre

Plus en détail

L éthique en E.M.S. Centre de formation spécialisé dans les secteurs médico-social et sanitaire

L éthique en E.M.S. Centre de formation spécialisé dans les secteurs médico-social et sanitaire L éthique en E.M.S. Centre de formation spécialisé dans les secteurs médico-social et sanitaire Pourquoi l éthique et l exigence éthique dans les établissements? La question de l éthique et de la réflexion

Plus en détail

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-direction de la qualité et du fonctionnement des établissements de santé - Bureau E1 Dossier suivi par : Annick Van Herzèle Téléphone

Plus en détail

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE Le monde de la formation est en plein bouleversement,

Plus en détail

Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011

Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011 Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011 2 ème partie : le fonctionnement du groupe L objectif de ce cadre est de faciliter le travail de bilan des groupes de travail.

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Programme de Développement concerté de l Administration Numérique Territoriale

Programme de Développement concerté de l Administration Numérique Territoriale Programme de Développement concerté de l Administration Numérique Territoriale Les 4 principes directeurs 4 principes directeurs pour développer l Administration numérique territoriale a. Une gouvernance

Plus en détail

L immobilier d entreprise artisanale

L immobilier d entreprise artisanale e s c a L immobilier d entreprise artisanale n l B e E n j e u x L i v r S t r a t é g i P r o p o s i t i o n s Ile-de-France Rhône-Alpes Le Livre Blanc de l immobilier d entreprise artisanale Pourquoi?

Plus en détail

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT ACCORD CADRE DE PARTENARIAT Entre L Association pour la formation professionnelle des adultes ( AFPA) 13 place du Général de Gaulle - 93108 Montreuil Cedex Représentée par : Son directeur général, Philippe

Plus en détail

B.P.J.E.P.S. Animation Culturelle

B.P.J.E.P.S. Animation Culturelle Centre de Formation du Théâtre en Miettes LA PRESENTATION DETAILLEE DE LA FORMATION LE PUBLIC Cette formation s'adresse à plusieurs types de candidats : - Des candidats actuellement employés sur des postes

Plus en détail

1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère

1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère Sommaire 1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère 1. Contexte et enjeux du PPE 1.1 Une loi et des orientations départementales 1.2 Les enjeux du PPE 2. La démarche

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

LES BILANS L ESPRIT DANS LEQUEL NOUS TRAVAILLONS NOTRE DEONTOLOGIE. Les bilans sont pluriels dans la mesure où :

LES BILANS L ESPRIT DANS LEQUEL NOUS TRAVAILLONS NOTRE DEONTOLOGIE. Les bilans sont pluriels dans la mesure où : LES BILANS Les bilans sont pluriels dans la mesure où : Ils peuvent Répondre àdes objectifs différents : définir/valider un projet d évolution, retrouver du sens àson parcours, anticiper un changement

Plus en détail

MAISON DE L EMPLOI ET DE LA FORMATION DU BOULONNAIS APPEL A CONSULTATION

MAISON DE L EMPLOI ET DE LA FORMATION DU BOULONNAIS APPEL A CONSULTATION MAISON DE L EMPLOI ET DE LA FORMATION DU BOULONNAIS APPEL A CONSULTATION Mission d appui à l animation et au développement de la Stratégie Orientation Formation Territoriale (S.O.F.T) sur le Bassin d Emploi

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime Contribution écrite de la Caisse d Allocations Familiales de Seine Maritime La loi n 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine fixe les principes de la nouvelle

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

L importance du volet comptable de la loi organique

L importance du volet comptable de la loi organique Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire Journée d études des trésoriers-payeurs-généraux, relative à la nouvelle fonction comptable - 3 octobre 2003 - Mesdames et

Plus en détail

Mobiliser les différents leviers pour la mixité sociale

Mobiliser les différents leviers pour la mixité sociale Mobiliser les différents leviers pour la mixité sociale Mai 2015 La mixité sociale, une ambition réaffirmée à mettre en œuvre localement L objectif de mixité sociale pour lutter contre les effets de spécialisation

Plus en détail

Cahier des charges - cadre. Volet 1 : Contexte et Orientations. Plan académique de la. formation continue. des personnels.

Cahier des charges - cadre. Volet 1 : Contexte et Orientations. Plan académique de la. formation continue. des personnels. Délégation académique à la formation des personnels de l Éducation nationale [Dafpen] Cahier des charges - cadre Volet 1 : Contexte et Orientations ************* Plan académique de la formation continue

Plus en détail

CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 17 novembre 2011

CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 17 novembre 2011 CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 7 novembre 20 «L Association des Maisons de quartier de Reims a pour objet le développement, le

Plus en détail

TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION Organisation du Référentiel d Activités et de Compétences Le référentiel

Plus en détail

Délégation interministérielle à la famille

Délégation interministérielle à la famille Délégation interministérielle à la famille Circulaire Interministérielle DIF/DGAS/DGS/DGESCO/ DGER/DGEFP No 2006-556 du 22 décembre 2006 relative à la mise en place de plates-formes de formation aux métiers

Plus en détail

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis Page 7002-1 1.0 Préambule En 2008, le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport adoptait son Plan d action pour l amélioration du français à l enseignement primaire et à l enseignement secondaire.

Plus en détail

Le projet fédérateur et structurant. Réunion Référents culture 2013

Le projet fédérateur et structurant. Réunion Référents culture 2013 Le projet fédérateur et structurant Réunion Référents culture 2013 Le volet culturel du projet d établissement Il se fonde sur un état des lieux 1- Le profil des élèves de l'établissement (zone géographique,

Plus en détail

Plan Stratégique 2015-2019

Plan Stratégique 2015-2019 Plan Stratégique 2015-2019 En 2015, le Schéma local de développement touristique évolue en Plan stratégique touristique pour la période 2015-2017. Ce document vient répondre aux enjeux de la Marque Qualité

Plus en détail

FORMATIONS ET ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE LYON TROIS DISPOSITIFS

FORMATIONS ET ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE LYON TROIS DISPOSITIFS L ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE L ACADÉMIE DE LYON FORMATIONS ET ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE LYON TROIS DISPOSITIFS ESPACE DE STRUCTURATION DES PRATIQUES ARTISTIQUES

Plus en détail

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action?

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? Sources : Méthodologie de projet / fiches pratiques / comment passer d une idée à sa mise en

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

La gestion durable des eaux au service des habitants des Hauts-de-Seine

La gestion durable des eaux au service des habitants des Hauts-de-Seine La gestion durable des eaux au service des habitants des Hauts-de-Seine Schéma départemental 2005-2020 Le mot du Président Lors de sa réunion du 16 décembre 2005, l Assemblée départementale a approuvé

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Limousin Avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN objectif compétitivité régionale et emploi 2007 2013 Axe 3 «cohésion

Plus en détail

Dispositifs. Évaluation. Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation

Dispositifs. Évaluation. Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation Dispositifs d Évaluation Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation > Innovant : une technologie SaaS simple et adaptable dotée d une interface intuitive

Plus en détail

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici.

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici. Introduction Cet ouvrage a été conçu à partir de sollicitations exprimées par des managers de terrain soucieux de donner une dimension plus opérationnelle à leur management au quotidien. Il rassemble des

Plus en détail

CYCLE MANAGEMENT DE L INET

CYCLE MANAGEMENT DE L INET CYCLE MANAGEMENT DE L INET Conseiller formation : Anne GERARD Contact inscription : Delphine Marcangeli 03 83 19 22 05 Delphine.marcangeli@cnfpt.fr 1 CYCLE MANAGEMENT DE L INET OBJECTIFS DU CYCLE Ce cycle

Plus en détail

Entreprises. Mécénat LOCATION D ESPACES SOIRÉES ÉVÉNEMENTIELLES

Entreprises. Mécénat LOCATION D ESPACES SOIRÉES ÉVÉNEMENTIELLES Entreprises Mécénat LOCATION D ESPACES SOIRÉES ÉVÉNEMENTIELLES chiffres clés 1 1 er millions 110 employeur du spectacle vivant opéra en Limousin budget annuel et 1 orchestre EMPLOIS en limousin équivalents

Plus en détail

Enseignement supérieur Recherche

Enseignement supérieur Recherche Enseignement supérieur Recherche Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 61 CADRE DE DIRECTION EN ÉTABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE RECHERCHE Code : RCH01 Cadre de direction

Plus en détail

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances RAPPORT COMMISSION PERMANENTE DU CONSEIL GENERAL DU 26 MARS 2013 Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances Conformément aux textes en vigueur

Plus en détail

Action SociAle orientations 2015 / 2017

Action SociAle orientations 2015 / 2017 Action Sociale Orientations 2015 / 2017 Action sociale personnes agées Les orientations de la Carsat Centre 2015 / 2017 L action sociale de la Carsat est développée au profit des retraités du régime général

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

COMMISSION DEVELOPPEMENT SOUTENABLE, ENVIRONNEMENT, ENERGIE ET CLIMAT

COMMISSION DEVELOPPEMENT SOUTENABLE, ENVIRONNEMENT, ENERGIE ET CLIMAT COMMISSION DEVELOPPEMENT SOUTENABLE, ENVIRONNEMENT, ENERGIE ET CLIMAT AP - Rapport n 3 3 1/10 3 PROPOSITION ASSEMBLEE PLENIERE 13 DECEMBRE 2013 RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL REGIONAL Intégration de critères

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs

Plus en détail

LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP

LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP Assises de l autonomie 10/06/10 PARIS Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux L Agence

Plus en détail

«La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif»

«La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif» «La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif» Cap Berriat est une association loi 1901. A sa création, en 1964, c est un club Léo Lagrange qui propose des

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE LA FORMATION DES EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS A L I.F.R.A.S.S. La formation des Educateurs de Jeunes Enfants est réalisée conformément à l arrêté du

Plus en détail

22 2011 (CC-20111-110)

22 2011 (CC-20111-110) Politiquee linguistique Adoptée : En vigueur : Amendement : 22 mars 2011 (CC-2011-110) 22 mars 2011 Table des matières 1. PRÉAMBULE... 1 2. CHAMP D APPLICATION... 1 3. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE...

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2015-494

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2015-494 BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2015-494 17 - Comité Local d Aide aux Projets Bisontins «CLAP» Aide Individuelle aux Loisirs par l Echange «A Tire d AILE» - Bilan 2014 et perspectives 2015

Plus en détail