DEPARTEMENT DE LA COTE-D'OR EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL GÉNÉRAL. 5ème Commission n 8 ~~~~~~~~~~~ Séance du 04 juin 2010 (Matin)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DEPARTEMENT DE LA COTE-D'OR EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL GÉNÉRAL. 5ème Commission n 8 ~~~~~~~~~~~ Séance du 04 juin 2010 (Matin)"

Transcription

1 DEPARTEMENT DE LA COTE-D'OR EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL GÉNÉRAL 5ème Commission n 8 ~~~~~~~~~~~ Séance du 04 juin 2010 (Matin) ~~~~~~~~~~~~ Date de la convocation : 5 mai 2010 PRESIDENT : Monsieur François SAUVADET SECRETAIRE : Monsieur Gilbert MENUT LIEU DE LA REUNION : salle des séances MEMBRES PRESENTS : MM. Joël ABBEY, Michel BACHELARD, Noël BERNARD, Emmanuel BICHOT, Hubert BRIGAND, Louis de BROISSIA, Philippe CHARDON, Mme Emmanuelle COINT, MM. Yves COURTOT, François-Xavier DUGOURD, Mme Martine EAP-DUPIN, MM. Jean ESMONIN, Marc FROT, Pierre GOBBO, Laurent GRANDGUILLAUME, Robert GRIMPRET, Henri JULIEN, Mmes Anne-Catherine LOISIER, Catherine LOUIS, Patrick MOLINOZ, Gabriel MOULIN, Jean-Paul NORET, Marc PATRIAT, Jean-Yves PIAN, Pierre POILLOT, Roland PONSAÂ, Mme Colette POPARD, MM. Pierre-Alexandre PRIVOLT, Jean-Pierre REBOURGEON, Jean-Claude ROBERT, Paul ROBINAT, Ludovic ROCHETTE, Antoine SANZ, Paul TAILLANDIER, Denis THOMAS, Nicolas URBANO, Claude VINOT. MEMBRE EXCUSE : MEMBRES EXCUSES et ayant donné délégation de vote : MM. Roger GANEE à M. Noël BERNARD, Alain HOUPERT à M. François SAUVADET, Michel MAILLOT à M. Jean-Claude ROBERT, Alain MILLOT à M. Jean-Yves PIAN. RAPPORTEUR : Monsieur Ludovic ROCHETTE OBJET DE LA DELIBERATION : UNE AMBITION DE VIE LA CULTURE, "TRAIT D'UNION" DE LA CÔTE-D'OR SCHÉMA DÉPARTEMENTAL D'ACTION CULTURELLE 2010/2014

2 Dans le cadre du programme AmbitionS Côte-d Or adopté en septembre 2008, l Assemblée Départementale s est donné «pour objectif majeur de mettre au service des Côte-d Oriens une culture ouverte à tous, sur tout le territoire, avec une offre de qualité, diversifiée dans les genres et les esthétiques, et qui soit accessible à tous, y compris à ceux qui en sont souvent le plus éloigné». La politique départementale en faveur de la culture s inscrit depuis 2000 dans le cadre de schémas pluri-annuels. Le rapport a pour objet de vous soumettre les axes directeurs du nouveau Schéma départemental d action culturelle 2010/2014 qui visent l objectif premier que nous nous sommes donnés. Deux éléments de contexte, l un national, le second départemental, ont particulièrement présidé à la définition de nouvelles orientations en matière de politique culturelle. - la dimension nationale En 2009, le Ministre de la Culture et de la Communication a présenté les résultats de l enquête sur les pratiques culturelles des Français en comparant ces données avec celles d une enquête de même type conduite en 1997 (ce baromètre décennal existe depuis 1970). Des mutations profondes sont en cours, dues essentiellement à l irruption de la culture de l image qui «a définitivement consacré les écrans comme support privilégié de nos rapports à la culture tout en accentuant la porosité entre culture et distraction, entre le monde de l art et ceux du divertissement et de la communication». Pour autant, et malgré quelques nuances, le constat principal est celui d une stabilité absolue en termes de fréquentation des équipements culturels (bibliothèque, théâtre, cinéma,.) : en 1997, 78 % des Français n ont soit jamais, soit exceptionnellement ou occasionnellement fréquenté un tel lieu, contre 79 % en Ces statistiques doivent nécessairement questionner l ensemble des acteurs publics qui depuis de nombreuses années mettent en œuvre une politique axée sur une plus grande démocratisation de l accès à la culture. A cet égard, deux conceptions s opposent : pour certains, les politiques culturelles publiques ont échoué dans leur objectif de démocratisation ; pour d autres, ces mêmes politiques ont par leur existence même permis de freiner une évolution qui, sinon, aurait pu être problématique pour le devenir du «vivre ensemble» au sein de notre société. En tout état de cause, l élaboration de tout projet culturel se doit de prendre en compte ce faible effet levier constaté sur les publics et invite à une profonde refondation. - le volet départemental La décision d intégrer Arts Vivants 21 au sein des Services Départementaux a reposé d abord sur une logique de complémentarité des moyens. Au-delà de cet objectif qui est partagé par un nombre toujours croissant de Conseils Généraux, il est apparu pertinent de saisir cette occasion pour que cette intégration soit l occasion de repenser la politique culturelle du Département qui arrive à la fin d un cycle décennal (le premier schéma d action culturelle date de 2000).

3 Par la politique conduite depuis une décennie, le Conseil Général a pu se positionner comme un interlocuteur incontournable, compétent et réactif des milieux culturels, ce qu il n était pas forcément auparavant. Le suivi et le déploiement des actions pourraient être effectués de façon plus satisfaisante et efficiente par une écoute accrue des besoins des acteurs du terrain (public, élus, enseignants, ). L intégration d Arts Vivants - de ses personnels et de leurs savoir-faire doit être l occasion d atteindre cet objectif dans un contexte où l efficience et l évaluation de chaque action doivent désormais être de plus en plus fines. Ces deux dimensions nationale et locale ont donc conduit à l élaboration d un nouveau projet culturel, dont les principaux axes directeurs sont ici soumis à votre validation. Le projet s articule autour de deux objectifs principaux : la formation des publics à l art et à la culture (I) ; le Conseil Général partenaire privilégié des milieux culturels et soutien à la création contemporaine (II). 1. LA FORMATION DES PUBLICS À L ART ET À LA CULTURE Pour éviter qu au terme de la prochaine décennie, l enquête sur les pratiques culturelles ne donne des résultats identiques, il convient de mieux cibler les publics sur lesquels un travail de sensibilisation et d éducation à l art et à la culture favorisant la pratique artistique doit être concentré. Pour les identifier, il est apparu que l éducation artistique des jeunes et l accès à la pratique artistique des plus exclus constituent par nature deux enjeux fondamentaux pour tout Conseil Général, qui a par ses compétences des responsabilités fortes auprès de ces publics METTRE LES JEUNES AU CŒUR DE L ART L éducation artistique est au cœur de l enjeu de démocratisation culturelle. Sans cette transmission, le jeune devenu adulte ne disposera ni des repères, ni des ressources suffisantes pour avoir une pratique artistique (jouer dans un orchestre, chanter dans une chorale au répertoire exigeant.) ou culturelle (fréquenter les lieux culturels du spectacle vivant, de la lecture publique, du cinéma, du patrimoine, etc.). Cet enjeu important a d ailleurs été rappelé en L introduction à l histoire de l art dans les programmes pédagogiques et la très récente publication de la Charte nationale sur la dimension éducative et pédagogique des résidences d artistes, en date du 10 mars 2010 expriment cette nouvelle volonté de l État. Face à cet enjeu, et s appuyant sur cette nouvelle dynamique de l Éducation Nationale, le Conseil Général souhaite ainsi : - faire de la résidence d équipes artistiques dans un ou plusieurs établissements scolaires un outil privilégié d action (résidence starter de quelques jours pour impulser une dynamique ou résidence longue de plusieurs mois pour un travail plus en profondeur). En construisant chaque projet avec les établissements scolaires 1 et les ressources culturelles 1 La notion de bassin de formation en tout ou partie - paraît à cet égard pertinente en termes d aménagement culturel du territoire et de collaboration des territoires.

4 locales (un théâtre, un réseau de bibliothèques, un cinéma, ), le Conseil Général créerait ainsi les conditions nécessaires pour permettre aux jeunes d être confrontés à un processus en cours de création artistique (musique, danse, arts numériques,.). Des expériences réalisées en ce sens à CHATILLON-SUR-SEINE démontrent que ce type d action est un succès tant auprès des jeunes que de leurs parents et offrent au Théâtre qui les a initiés l accès à de nouveaux publics. Le Conseil Général pourrait également mobiliser des opérateurs culturels d envergure départementale comme le FRAC, l ABC ou La Vapeur pour enrichir les propositions (accueil de classes, participation à des spectacles et à des expositions,.). Cette nouvelle proposition viendra ainsi compléter et enrichir les dispositifs d école du spectateur d ores et déjà proposés aux collégiens (collège au théâtre, collège au cinéma ). Vous trouverez en annexe au présent rapport un descriptif de ce nouveau dispositif. - organiser au terme de l année scolaire, un évènement d une semaine «Culture et Collèges», au Conseil Général pour donner du relief à ces résidences. Plusieurs centaines d élèves accompagnés de leurs parents et des équipes éducatives seraient ainsi conviés durant une semaine (au sein des jardins et des locaux du Conseil Général) à rencontrer des artistes, expérimenter de nouvelles disciplines artistiques, exprimer leurs talents et découvrir des spectacles. Ce type d événement a priori unique en France apporte au Conseil Général une assise forte tant auprès des élèves que de leurs parents (on sait que l élève est prescripteur quand il a bénéficié de telles actions en cours d année scolaire), impulse des dynamiques locales sur les territoires (entre l équipement culturel et le tissu scolaire, gage de pérennité) et évite enfin d être en concurrence frontale avec les multiples acteurs culturels organisateurs de festivals LA CULTURE AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ Les expériences conduites par le Conseil Général depuis quatre années auprès de personnes en situation de réinsertion sociale ont montré que, par la participation à un projet artistique sur plusieurs mois, une dynamique personnelle (en termes de revalorisation de l image de soi) et collective (en particulier entre travailleurs sociaux et usagers) se crée. Il s agirait ici de capitaliser sur ces expériences et de les élargir à d autres publics : adolescents en rupture, personnes dépendantes... Des actions nouvelles verront le jour comme : - permettre à des jeunes en établissements de faire des stages dans certains lieux culturels : pendant une semaine, ces adolescents encadrés par leurs éducateurs mais accompagnés par des artistes (slameurs, plasticiens, etc.) auraient ainsi la possibilité d ouvrir leurs horizons personnels en trouvant de nouveaux modes d expression. Un partenariat étroit avec l Adosphère est à construire sur ce volet culturel ; - créer pour les animateurs dans les établissements (type EPAHD) un réseau structuré sur la base de formations-actions : outre la possibilité de rompre l isolement réel de ces animateurs, il s agirait ici de les aider à construire des projets interétablissements (avec l aide d équipes artistiques) qui ne soient pas simplement occupationnels. L échange serait également réciproque et les créateurs pourraient ainsi évoquer grâce à leurs rencontres avec les usagers de ces établissements sociaux leur histoire, leur quotidien, leurs désirs et ainsi redonner la voix à ceux que la société évite parfois d écouter et même de voir.

5 Cette priorité à ces deux publics n exclut évidemment pas la continuité des actions en direction des publics traditionnels du Conseil Général (écoles de musique, bibliothèques, pratique en amateurs, ) où il reste de vastes champs à consolider voire à explorer comme le croisement entre disciplines (chant/danse/musique/théâtre.). La compétence légale en faveur des vingt-sept établissements d enseignements artistiques et le projet Voix de Côte-d Or (appel à projet pour les cent vingt chœurs amateurs) seraient dans cette perspective non seulement conservés mais confortés. 2. LE CONSEIL GENERAL, PARTENAIRE PRIVILÉGIÉ DES MILIEUX CULTURELS ET SOUTIEN À LA CREATION CONTEMPORAINE 2.1. FAIRE DE LA CÔTE-D OR UN TERRITOIRE DE CULTURE VIVANTE. Inciter à une culture offerte à tous les publics et en tous lieux, c est pour une collectivité publique aussi accompagner au plus près les équipes artistiques et les professionnels de la culture. Dès lors, le Conseil Général pourrait : - permettre à des équipes artistiques de mieux diffuser leur travail en Côted Or et ainsi d émerger sur la scène régionale, voire nationale et internationale ; - favoriser les échanges entre professionnels de la culture (directeur des affaires culturelles des communes, directeurs d écoles de musique, de théâtre, animateurs culturels des territoires, responsables de cinéma, conservateurs de musées, etc.) pour inciter/dynamiser des projets collectifs ambitieux ; - soutenir la création contemporaine : comme le note le Schéma Départemental d Aménagement et de Développement Durable du Territoire (SDADDT), la Côte-d Or est encore très identifiée à son patrimoine. Il n est pas utile de rappeler ici combien un territoire sans histoire ni mémoire se trouve fortement démuni face aux problématiques du présent. Pour autant, le SDADDT pointe avec justesse que le soutien à la création contemporaine permettrait à la Côte-d Or à l instar de ce que réalisent déjà certains territoires - de bénéficier d une image plus satisfaisante en termes de rayonnement et d attractivité. Tel est notamment le sens du dispositif Prix Jeune Talent Côte-d Or création contemporaine dont la pertinence a été démontrée dès sa première année de mise en œuvre en EN ENDOSSANT POUR LE CONSEIL GÉNÉRAL UN DOUBLE RÔLE D ASSEMBLEUR ET DE CATALYSEUR Comme tout domaine, le monde de la culture est non homogène, traversé de préoccupations divergentes, construit autour de réseaux professionnels divers (par disciplines, esthétiques, affinités personnelles,.), qui ne se croisent pas toujours. Sans évidemment mettre en cause la liberté des équipes artistiques et des programmateurs axiome qui doit demeurer fondateur pour toute stratégie publique dans ce secteur le Conseil Général pourrait avoir un rôle d assembleur et de catalyseur grâce :

6 - au soutien financier que le Conseil Général apporte à de nombreux acteurs culturels : il peut donc, par le biais de ces conventionnements, mobiliser ces acteurs autour d objectifs partagés ; - à son positionnement construit autour d une réelle proximité auprès des territoires tout en pouvant mettre en relation des acteurs d envergure départementale, mutualiser des ressources, et éviter ainsi la dispersion des moyens (et donc rester dans des enveloppes budgétaires raisonnables) tout en assurant le rayonnement le plus large à des projets novateurs. Depuis 2000, le Conseil Général a en effet redynamisé ses actions en faveur du monde de la culture et des Côte-d Oriens. Son soutien aux structures de diffusion, aux compagnies de théâtre, aux ensembles musicaux toutes esthétiques confondues -, aux festivals des plus prestigieux au plus locaux font de lui un acteur incontournable du milieu culturel. Parallèlement, la volonté du Conseil Général de mieux diffuser la culture auprès notamment des jeunes, grâce aux opérations «Collèges au», témoigne de son effort sans cesse renouvelé d apporter les œuvres de l esprit auprès de tous les publics. Il est impossible également de ne pas mentionner l action du Conseil Général en faveur de la Voix. Conduite depuis 2005, tournée vers les amateurs regroupés dans 140 chorales du département, cette action a pu dynamiser ce secteur et le rendre encore plus créatif. La fréquentation du festival Les Enchantés, croissante d année en année, démontre l intérêt renouvelé du public. Assumer ce rôle est rendu possible de plusieurs manières : - grâce à des outils simples comme des newsletters, des journées professionnelles, des stages, des réunions de travail.pour structurer des réseaux d acteurs (écoles de musique ; enseignants,.) : l expérience acquise avec Voix de Côte-d Or (deux cents personnes abonnées à la newsletter) démontre s il en était besoin la plus-value du Conseil Général sur cette mission ; - en réunissant régulièrement les diffuseurs (ABC, TdB, l Abreuvoir, le Théâtre Gaston Bernard, le Théâtre de Beaune.) : il s agirait ici de mieux soutenir la diffusion à l échelle départementale d une création qui aurait fait l objet d un travail important en amont (ex : création d un spectacle construit lors d une résidence scolaire interétablissements.). - pour la création contemporaine, en soutenant par exemple la diffusion de l œuvre primée dans le cadre du Prix Jeunes talents, qui a montré en 2009 toute sa pertinence. La création artistique est au présent ce que le patrimoine est à l histoire : une trace, un témoignage, une source de questionnements. La création telle qu elle doit être soutenue doit proposer une exigence forte sans être pour autant destinée à un public composé de seuls amateurs éclairés. Une attention particulière doit à cet égard être portée à la médiation. Une œuvre a besoin de «passeurs» pour être transmise au public le plus large : c est par exemple tout le sens des résidences en milieu scolaire où l artiste devra assumer le rôle à la fois de créateur et de médiateur aidé en cela par les équipes pédagogiques et les grandes structures culturelles départementales (comme le FRAC pour les arts visuels) ; - en favorisant la transdisciplinarité : la création contemporaine décloisonne de plus en plus les champs artistiques et tente des expérimentations qui peuvent associer musique, danse, arts plastiques, ou danse et patrimoine : en soutenant cet effort de transversalité, le Conseil Général favorise l ouverture du public (jeunes, pratiques amateurs, grand public.) à de nouveaux horizons artistiques et suscite ainsi de nouveaux

7 questionnements, de nouvelles envies, y compris en terme de pratiques. La danse constituerait ainsi un champ artistique «passerelle» dont le fort potentiel pourrait être exploré (lien avec la musique, la performance, le patrimoine, le théâtre, etc.) AVEC DES MOYENS MAÎTRISÉS ET UNE MÉTHODOLOGIE ÉPROUVÉE La mise en œuvre de ce nouveau projet culturel doit se déployer dans un périmètre budgétaire maîtrisé, c est-à-dire à budget strictement constant. L affirmation de priorités et la recherche systématique de partenariats doivent permettre d absorber cette contrainte incontournable. Concernant la méthodologie, celle-ci repose sur trois principes : - une construction partagée avec les partenaires : la concertation en vue de l élaboration de projets est le gage de l appropriation par tous de l action. Ainsi, pour les résidences au sein des établissements scolaires, une concertation étroite avec l Éducation Nationale et le territoire sera gage de réussite du projet ; - le droit à l expérimentation : expérimenter des process, des croisements entre disciplines, des partenariats possibles permettra de vérifier la pertinence des projets et justifiera ou non leur généralisation ; en matière culturelle plus que dans tout autre secteur -, la réussite d un projet nécessite la conjonction de facteurs multiples (l envie commune à tous les acteurs de partager une aventure, un investissement personnel qui dépasse la seule collaboration professionnelle, l exigence artistique comme horizon, le souci constant des publics,...) ; - l évaluation permanente : la durée de quatre années de mise en œuvre du projet ( ) oblige à procéder à l évaluation régulière de manière à ajuster en tant que de besoin les actions de manière à atteindre les objectifs sans attendre L exemple du schéma départemental de tourisme qui a adopté ce principe de l évaluation régulière - est à cet égard pleinement satisfaisant et invite à adopter cette démarche pour la mise en œuvre du projet culturel. Enfin, qu il s agisse des projets en direction des jeunes ou des publics fragiles, ou que les actions portent sur des réseaux professionnels, la dimension de la communication est capitale pour : - mobiliser les publics visés (équipes pédagogiques, animateurs culturels dans des établissements médico-sociaux, ) ; - faire connaître au plus grand nombre les réalisations concrètes initiées ou soutenues par le Conseil Général ; - participer à la structuration des réseaux d artistes et de professionnels de la culture ; A cet égard, le potentiel des nouvelles technologies (Web, réseaux sociaux, newsletter, blogs, ) doit être encore mieux exploité qu il ne l est aujourd hui. Le réseau des Centres Sati 21 constitue également une opportunité forte pour diffuser au plus près des territoires les actions conduites dans le champ culturel.

8 En conclusion, je vous propose d approuver ce nouveau projet culturel qui doit asseoir le positionnement du Conseil Général comme un acteur essentiel de la démocratisation culturelle et un soutien décisif à la création contemporaine. Je vous remercie en outre de me donner votre délégation pour signer tout document nécessaire à l intégration des moyens humains et à la reprise de l actif net de l Association Arts Vivants 21 au sein du Conseil Général que nous avons décidé en décembre 2009, étant précisé que cela constitue une condition de mise en œuvre du projet qui vous est ici présenté. ********** Après avoir recueilli l assentiment de la Commission Jeunesse, Animation Touristique, Sportive et Culturelle et de la Commission Affaires Financières, Générales et Ressources Humaines, le Conseil Général décide à l unanimité d adopter les propositions du Président. Pour extrait conforme Le Président

9 - Annexe - Résidences artistiques au sein des collèges de Côte-d Or La mise en œuvre par le Conseil Général d un dispositif de soutien aux résidences artistiques au sein des collèges de Côte-d Or a pour objectif, en travaillant sur un territoire avec des équipes artistiques locales, de permettre une action autour de la diffusion, la création et l éducation artistiques et culturelles. 1 / La résidence artistique et le volet artistique et culturel du projet d établissement Depuis la rentrée 2009, tout projet d établissement doit comporter un volet artistique et culturel. Il doit «être défini en concertation avec les institutions culturelles et les collectivités locales ; être en cohérence avec les grands axes pédagogiques du projet d établissement ; concerner tous les élèves». Un état des lieux des volets culturels des projets d établissement a été réalisé par le Rectorat. La mise en application de l enseignement de l histoire des arts constitue un autre élément de contexte favorable au développement de l éducation artistique et culturelle. Par sa capacité à fédérer l équipe éducative, à favoriser l ouverture de l établissement sur son environnement culturel, à mettre en relation l élève avec un processus de création artistique, la résidence d artistes peut être envisagée comme un des outils privilégiés pour favoriser le développement de l éducation artistique au sein des collèges de Côte-d Or. La circulaire ministérielle du 5 mars 2010 donne le cadre réglementaire de ce type d intervention pour l Éducation Nationale et le Ministère de la Culture. Le Conseil Général de la Côte-d Or souhaite par ce type d actions répondre aux enjeux de sensibilisation et de formation des jeunes à l art et à la culture, au rééquilibrage de l offre sur son territoire et au soutien à la création artistique. 2 / Objectifs opérationnels Des résidences de création visant l ensemble des disciplines artistiques. Les résidences de création doivent être privilégiées sans que nécessairement l aboutissement de la création intervienne durant le temps de la résidence. Tous les champs de la création artistique contemporaine doivent être concernés. Les artistes travaillant sur le territoire départemental sont à privilégier. Un partenaire culturel associé Un partenaire culturel associé à la démarche (structure de diffusion, établissement d enseignement artistique, bibliothèque, centre d art, cinéma ) permet l ouverture culturelle des élèves en étayant et enrichissant le projet de résidence par des propositions artistiques complémentaires au sein d un parcours culturel. Il favorise l ouverture du projet et de l établissement sur son environnement et aux publics du territoire. La résidence doit, sous l autorité du Chef d établissement, concerner l ensemble de la communauté éducative et tous les élèves de l établissement (histoire des arts, temps de répétition ouverts, petites formes dans différents espaces de l établissement, travail avec les classes ). Des résidences inter-établissements et trans-degré sont à favoriser.

10 3 / Modalités de mise en œuvre des résidences de création Définition du projet Un temps de concertation doit associer l équipe artistique, la communauté éducative, la structure culturelle associée, les Services de l Inspection académique et du Conseil Général selon des modalités restant à définir. La valorisation des projets Une action de communication autour des projets doit être construite afin de valoriser les bonnes pratiques. Elle permettra de mobiliser de nouveaux établissements autour de cette proposition. Deux pistes de collaboration ont été proposées : - en lien avec le projet développé par Radio Cultures Dijon sur l éducation artistique ; - des sites Internet d ores et déjà disponibles, nonobstant les actions que pourrait conduire en propre le Conseil Général. Une réflexion sera conduite sur les modalités d information autour de cette proposition. Modalités de financement Une participation financière de l établissement est requise. La pluralité des financements est le gage de la complémentarité des objectifs de chaque financeur. A cet égard, la DRAC intervient en abondant financièrement le budget des services éducatifs des partenaires culturels ou par le biais des CLEA. Modalités de l évaluation Elles doivent être construites pour vérifier que les objectifs assignés ont été atteints. 4 / Modalités de mise en œuvre du dispositif Mise en œuvre de résidences artistiques à titre expérimental dès la rentrée 2010 Instances de pilotage du dispositif Une instance de pilotage devra être définie. Elle associera les partenaires institutionnels et des partenaires culturels. Calendrier prévisionnel de mise en œuvre - Juin 2010 : identification du (des) établissement(s) susceptible(s) d accueillir une résidence artistique à titre expérimental durant l année scolaire. Le(s) établissement(s) seront choisi(s) par leur forte motivation. - Rentrée 2010 : mise en œuvre deux ou trois résidence(s) artistique(s) dans des collèges. - Janvier-mars 2011 : évaluation d étape des résidences réalisée par les partenaires. - Avril 2011 : présentation du dispositif définitif au Conseil Général et lancement du dispositif en vue de la préparation de l année scolaire 2011/2012.

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE)

Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE) Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE) Février 2008 SOMMAIRE Communiqué de presse de synthèse... 3 1. Le Bureau d accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE)........

Plus en détail

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie MARDI Contact presse Ministère de la Culture et de la Communication Délégation à l information et à

Plus en détail

LE 3 e CYCLE DE FORMATION À LA PRATIQUE EN AMATEUR

LE 3 e CYCLE DE FORMATION À LA PRATIQUE EN AMATEUR Schéma d'orientation pédagogique de la musique avril 2008 FICHE PÉDAGOGIQUE A3 LE 3 e CYCLE DE FORMATION À LA PRATIQUE EN AMATEUR Sommaire Introduction I Différents profils d élèves pour différentes situations

Plus en détail

Démarche & ses étapes (information) III. Présentation des orientations et des actions du schéma de développement culturel d Alsace Bossue 2014-2016

Démarche & ses étapes (information) III. Présentation des orientations et des actions du schéma de développement culturel d Alsace Bossue 2014-2016 SCHÉMA DE DÉVELOPPEMENT CULTUREL D ALSACE BOSSUE 2014-2016 RESTITUTION AUX ACTEURS MARDI 26 NOVEMBRE 2013 à LORENTZEN DÉROULÉ DE LA SOIRÉE I. Introduction II. Démarche & ses étapes (information) III. Présentation

Plus en détail

CHANGEMENT D'IDENTITE D'UN THEATRE

CHANGEMENT D'IDENTITE D'UN THEATRE Marianne Bevand marian.bevand@gmail.com tél : 06 18 37 16 66 Master 2 Professionnel de conduite de projets culturels et connaissance des publics Note de synthèse pour le cours de Mr Emmanuel Wallon 18/01/2006

Plus en détail

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse Paris, le 11 décembre 2014 CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP Relevé des conclusions A l occasion de la Conférence nationale du handicap du 11 décembre 2014,

Plus en détail

L association Artd école

L association Artd école L association Artd école Une association loi 1901, créée dans les années 1980, pour promouvoir les disciplines artistiques dans et autour de l école. A l origine, elle a proposé de nombreuses animations

Plus en détail

Culture. Type de subvention : Fonctionnement Aide au projet. Objectifs. Conditions de recevabilité de la demande. Critères d éligibilité de la demande

Culture. Type de subvention : Fonctionnement Aide au projet. Objectifs. Conditions de recevabilité de la demande. Critères d éligibilité de la demande Culture Politique : Arts plastiques et visuels : aide aux artistes professionnels ou en voie de professionnalisation pour la création et la diffusion de leurs oeuvres Type de subvention : Fonctionnement

Plus en détail

Panorama Synthétique. Social et Culturel

Panorama Synthétique. Social et Culturel Panorama Synthétique Social et Culturel Secteur Social Le domaine de l action sociale regroupe l ensemble des politiques, institutions, professionnels, moyens et prestations qui concourent à la cohésion

Plus en détail

Dernière mise à jour le 11/09/15 1

Dernière mise à jour le 11/09/15 1 Libellé de l UE Libellé de l EC CM Résumés Intervenants SEMESTRE 3 UE 1 : Les politiques publiques sociales (6c) Politiques sociales (3c) Evaluation des politiques publiques des secteurs 18 h Par ce cours,

Plus en détail

Le projet fédérateur et structurant. Réunion Référents culture 2013

Le projet fédérateur et structurant. Réunion Référents culture 2013 Le projet fédérateur et structurant Réunion Référents culture 2013 Le volet culturel du projet d établissement Il se fonde sur un état des lieux 1- Le profil des élèves de l'établissement (zone géographique,

Plus en détail

LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014

LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014 LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE Réunion du 28 mars 2014 SOMMAIRE PARTIE 1 : Le Cadre de travail Pourquoi réaliser un Projet d Etablissement? Qu est-ce qu un Projet d Etablissement? Un

Plus en détail

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Entre L Etat, Représenté par le Préfet de région Et Le Conseil régional Nord-Pas de Calais Représenté

Plus en détail

Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13. I Etat des lieux

Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13. I Etat des lieux 1 Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13 I Etat des lieux Le parc d ateliers «publics» loués aux artistes contemporains à Marseille est de : - 10 ateliers

Plus en détail

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 Document créé le 22/02/2011 Direction de l Education RHONE ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 En proposant aux collectivités territoriales de négocier et de signer les Contrats

Plus en détail

La politique éducative et culturelle de l académie Dispositifs domaine musique Actions 2014-2015 Opéra Grand Avignon

La politique éducative et culturelle de l académie Dispositifs domaine musique Actions 2014-2015 Opéra Grand Avignon de l académie Dispositifs domaine musique Actions 2014-2015 Opéra Grand Avignon Dispositifs d actions proposés en 2014-2015 L action choisie dans les dispositifs d actions proposés par l opéra, est développée

Plus en détail

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique I Contexte du métier 1. Définition Les professeurs de musique diplômés d'état sont chargés

Plus en détail

Art et handicap. Atelier de pratique artistique. Thème : l expression corporelle / la danse

Art et handicap. Atelier de pratique artistique. Thème : l expression corporelle / la danse Art et handicap Atelier de pratique artistique Thème : l expression corporelle / la danse Action handicap 1 L ECLA son projet, sa démarche L Espace Clodoaldien de Loisirs et d Animation (ECLA) est une

Plus en détail

Objet : Appel à participation / Festival 2 Pays, Samedi 14 et Dimanche 15 septembre 2013, à Baccarat

Objet : Appel à participation / Festival 2 Pays, Samedi 14 et Dimanche 15 septembre 2013, à Baccarat Objet : Appel à participation / Festival 2 Pays, Samedi 14 et Dimanche 15 septembre 2013, à Baccarat Madame, Monsieur, «Territoires 2 vie, territoires d initiatives» est un projet de coopération lancé

Plus en détail

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS Jean Paul BURKIC I.E.N. LE PORT I LE CADRE REGLEMENTAIRE - Note de service n 83 512 du 13 décembre

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine La plateforme de propositions de la FNASEPH Le Grenelle de la formation et de l accès à la vie sociale des Jeunes Handicapés Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine De la scolarisation aux

Plus en détail

Ministère des sports. Le ministre des sports

Ministère des sports. Le ministre des sports Ministère des sports Direction des sports Mission sport et développement durable Personnes chargées du dossier : Arnaud JEAN Tél. : 01 40 45 96 74 Mel: arnaud.jean@jeunesse-sports.gouv.fr Fabienne COBLENCE

Plus en détail

Rencontre avec Philippe Courard. Secrétaire d'etat à la Politique scientifique

Rencontre avec Philippe Courard. Secrétaire d'etat à la Politique scientifique Rencontre avec Philippe Courard Secrétaire d'etat à la Politique scientifique Il y a presque un an, Philippe Courard devenait Secrétaire d'etat à la Politique scientifique. Le moment idéal pour Science

Plus en détail

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant Les métiers du spectacle vivant Filière : artistique Domaine : art chorégraphique Appellations voisines : artiste chorégraphique Autres métiers du domaine : chorégraphe, maître de ballet, notateur Danseur

Plus en détail

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement point de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement La conduite du changement est une dimension essentielle de tout grand projet de transformation des entreprises.

Plus en détail

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 1 Les partis pris méthodologiques Privilégier la participation active pour une co-production Sont privilégiées les approches et méthodologies

Plus en détail

L Alsace en chiffres. Chant choral 50 000 Ecoles de musique 30 000 Harmonies et ensembles 12 000 Autres ensembles 4 000 Orchestres à l école 1 000

L Alsace en chiffres. Chant choral 50 000 Ecoles de musique 30 000 Harmonies et ensembles 12 000 Autres ensembles 4 000 Orchestres à l école 1 000 L Alsace en chiffres Chant choral 50 000 Ecoles de musique 30 000 Harmonies et ensembles 12 000 Autres ensembles 4 000 Orchestres à l école 1 000 La FSMA et sa convention Existe depuis 2002 Objectifs partagés

Plus en détail

Appel à projets «Culture numérique» Cahier des charges

Appel à projets «Culture numérique» Cahier des charges 1 Contexte Appel à projets «Culture numérique» Cahier des charges L émergence de nouvelles formes d innovation, de médiation et d accès à la culture via l usage croissant des technologies de l information

Plus en détail

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes)

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mobilisation contre le décrochage scolaire Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mercredi 8 janvier 2014 SOMMAIRE Introduction : la Nation mobilisée contre le

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

...... en quelques mots 1

...... en quelques mots 1 ... en quelques mots 1 Un nouveau Projet d'entreprise pourquoi faire? Le Projet d'entreprise 2006-2009 a porté l ambition de faire de l Assurance Maladie un assureur solidaire en santé reconnu en tant

Plus en détail

La prévention et la lutte contre le décrochage scolaire doivent s articuler autour d actions permettant :

La prévention et la lutte contre le décrochage scolaire doivent s articuler autour d actions permettant : Page 1 Axe 2- Renforcer la cohésion sociale et poursuivre l effort de qualification et de professionnalisation de la population active Service instructeur Rectorat Dates agréments CLS 10 juin 2008-1 er

Plus en détail

APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES

APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES Les Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) ont pour objet d offrir aux personnes adultes handicapées un

Plus en détail

Ministère de la Culture et de la Communication

Ministère de la Culture et de la Communication Paris, le 11 juin 2014 Secrétariat général Service de la coordination des politiques culturelles et de l innovation Département de la Recherche, de l Enseignement supérieur et de la Technologie Appel à

Plus en détail

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Laval PAYS-DE- LA-LOIRE VILLE DE LAVAL Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Renouer avec la mémoire pour envisager le futur L action culturelle dans la ville / Culture & Proximité 1 VILLE DE LAVAL

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

Stratégie Régionale. envers les Jeunes. l Artisanat

Stratégie Régionale. envers les Jeunes. l Artisanat Stratégie Régionale de l Artisanat envers les Jeunes Stratégie Régionale de l Artisanat envers les Jeunes La Stratégie Régionale de l Artisanat envers les Jeunes (S.R.A.J.) constitue une offre globale

Plus en détail

Stratégie d investissement responsable

Stratégie d investissement responsable Stratégie d investissement responsable 2 Introduction Dès 2003, le Conseil de surveillance a requis un engagement fort du Fonds de Réserve pour les Retraites dans le domaine de l investissement responsable

Plus en détail

LA LUTTE CONTRE LES DISCRIMINATIONS DANS LES CONTRATS DE VILLE DU LANGUEDOC-ROUSSILLON

LA LUTTE CONTRE LES DISCRIMINATIONS DANS LES CONTRATS DE VILLE DU LANGUEDOC-ROUSSILLON PREFET DE LA REGION LANGUEDOC ROUSSILLON Direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale Pôle Cohésion sociale Territoriale Montpellier, le 19 juin 2015 Dossier suivi par Rodolphe

Plus en détail

ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015?

ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015? ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015? Introduction Tour de table rapide : Établissement, discipline et thème du projet envisagée

Plus en détail

Soutenez l Orchestre des Pays de Savoie et devenez ambassadeur de la musique classique!

Soutenez l Orchestre des Pays de Savoie et devenez ambassadeur de la musique classique! Soutenez l Orchestre des Pays de Savoie et devenez ambassadeur de la musique classique! Patrimoine culturel et humain, la musique classique est un langage universel qui nous rassemble, nous touche et nous

Plus en détail

Au cours du séminaire de clôture seront présentés les livrables suivants :

Au cours du séminaire de clôture seront présentés les livrables suivants : La gouvernance du projet de coopération est assurée par un Comité de Pilotage composé par - Le Président de la Chambre Régionale d Agriculture qui en assure la présidence - Deux représentants élus de chaque

Plus en détail

s engage aux côtés de 6 associations dans le domaine de la solidarité dédiée à l enfance

s engage aux côtés de 6 associations dans le domaine de la solidarité dédiée à l enfance s engage aux côtés de 6 associations dans le domaine de la solidarité dédiée à l enfance L enfance au cœur de nos actions. La Fondation 29 Haussmann a retenu pour thème la lutte contre la rupture du lien

Plus en détail

«LUTTER CONTRE LE HARCÈLEMENT À L ÉCOLE ET CONTRE LE CYBER-HARCÈLEMENT»

«LUTTER CONTRE LE HARCÈLEMENT À L ÉCOLE ET CONTRE LE CYBER-HARCÈLEMENT» «LUTTER CONTRE LE HARCÈLEMENT À L ÉCOLE ET CONTRE LE CYBER-HARCÈLEMENT» Ministère de l Éducation Nationale Protection Judiciaire de la Jeunesse Théâtre Liberté Contact : Betty Le Mellay, Responsable de

Plus en détail

LE VIVAT & LES ENTREPRISES UN DIALOGUE QUI S INVENTE

LE VIVAT & LES ENTREPRISES UN DIALOGUE QUI S INVENTE UN ACTEUR CULTUREL IMPORTANT SUR VOTRE TERRITOIRE, UN PARTENAIRE POUR LES ENTREPRISES, DES ESPACES CONVIVIAUX À LOUER, DES SOIRÉES SPECTACLES LE VIVAT & LES ENTREPRISES UN DIALOGUE QUI S INVENTE CONTACTS

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

Programme de travail académique des inspecteurs 2009-2010 INSPECTION. novembre 2009. Rectorat 3, boulevard de Lesseps Versailles www.ac-versailles.

Programme de travail académique des inspecteurs 2009-2010 INSPECTION. novembre 2009. Rectorat 3, boulevard de Lesseps Versailles www.ac-versailles. novembre 2009 Programme de travail académique des inspecteurs 2009-2010 Rectorat 3, boulevard de Lesseps Versailles www.ac-versailles.fr INSPECTION COMMUNICATION Sommaire Les finalités du Programme de

Plus en détail

Projet partenarial - 1 er volet "Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante"

Projet partenarial - 1 er volet Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante Projet partenarial - 1 er volet "Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante" Projet partenarial, piloté par l'arpe, en co-réalisation avec l'orm -observatoire

Plus en détail

Gestion Participative Territoriale :

Gestion Participative Territoriale : !!" #!#$ # % #% Touiza Solidarité Evaluation ex post et externe Gestion Participative Territoriale : François Durand Consultant ITG Paris Foued Chehat Expert associé 1 Le cadre de l évaluation Le projet

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

Comité de pilotage du système d information de l enseignement supérieur et de la recherche

Comité de pilotage du système d information de l enseignement supérieur et de la recherche Comité de pilotage du système d information de l enseignement supérieur et de la recherche Compte-rendu et relevé de conclusions de la séance du 19 novembre 2009. Sous la co-présidence de M. Eric Piozin,

Plus en détail

Le Comité Départemental 13 de la FNCTA organise le

Le Comité Départemental 13 de la FNCTA organise le Le Comité Départemental 13 de la FNCTA organise le 14 ème Festival de Théâtre Amateur - Marseille 2012 1 L Esprit Fédéral «C est un réflexe naturel de vouloir se rassembler. De l âge des cavernes à la

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Limousin Avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN objectif compétitivité régionale et emploi 2007 2013 Axe 3 «cohésion

Plus en détail

LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE

LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE En 2012, toutes les universités françaises seront autonomes ; elles le seront dans un contexte mondial où leur rôle est à la fois fortement réaffirmé et sujet à de profondes

Plus en détail

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 OUVERTURE DU SEMINAIRE : Bernard Amsalem, Vice-président du CNOSF Etat de l avancée des travaux depuis le dernier séminaire Rappel

Plus en détail

D 4. Handicap COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS

D 4. Handicap COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS D 4 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Les spécificités urbanistiques du territoire vélizien soulignent l enjeu de l accessibilité de la ville aux personnes à mobilité

Plus en détail

Appel à contributions Communications et ateliers

Appel à contributions Communications et ateliers DES CLOWNS ET DES SCIENCES 1ERE EDITION Un colloque pour penser en sciences inverses Du mercredi 20 au samedi 23 juin 2012 Appel à contributions Communications et ateliers La science fait peur tout en

Plus en détail

Copyright Agirc-Arrco Mars 2012. 2 QUESTIONS pour comprendre le Système d Information Retraite Complémentaire (SI-RC)

Copyright Agirc-Arrco Mars 2012. 2 QUESTIONS pour comprendre le Système d Information Retraite Complémentaire (SI-RC) 2 QUESTIONS pour comprendre le Système d Information Retraite Complémentaire (SI-RC) SOMMAIRE (1/3) ENJEUX DE L INFORMATIQUE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE 1. Depuis quand un programme de convergence informatique

Plus en détail

stratégie RTS 2013-2014 TÉLÉVISION RADIO MULTIMÉDIA

stratégie RTS 2013-2014 TÉLÉVISION RADIO MULTIMÉDIA stratégie RTS 2013-2014 TÉLÉVISION RADIO MULTIMÉDIA V Stratégie RTS 2013-2014 ous trouverez dans ce document un résumé de la stratégie RTS pour 2013-2014. Les principaux objectifs qui y figurent seront

Plus en détail

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI PLAN REGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI Lors de son assemblée

Plus en détail

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux Des difficultés à investir le champ des conditions de travail L évolution du monde du travail montre la prégnance des conditions et de l organisation du travail dans le de nouveaux risques. Ces questions

Plus en détail

blgpec : Où en est mon établissement? Sommaire :

blgpec : Où en est mon établissement? Sommaire : 2 Sommaire : INTRODUCTION / PRESENTATION La GPEC, pourquoi?... 3 La GPEC, c est quoi?... 4 La GPEC, comment?... 5 Les objectifs du guide... 6 Comment utiliser ce guide?... 7 LE GUIDE D AUTODIAGNOSTIC Projet

Plus en détail

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 Contacts CCAS - Solidarités Marie-Noëlle GRANDJEAN 03 81 41 21 69 marie-noelle.grandjean@besancon.fr

Plus en détail

Chaire Attractivité et Nouveau Marketing Territorial

Chaire Attractivité et Nouveau Marketing Territorial Chaire Attractivité et Nouveau Marketing Territorial Dossier de presse Contact Chaire : Joël Gayet Mobile : 00 33 6 09 51 15 70 Jgayet.chaire anmt@sciencespo aix.fr Contact Sciences Po Aix : Noëlline Souris

Plus en détail

Contacts. Calendrier de l appel à projets

Contacts. Calendrier de l appel à projets CAHIER DES CHARGES Contacts Département de la Seine-Saint-Denis Direction de la Culture, du Patrimoine, du Sport et des Loisirs Mission «La Culture et l Art au Collège» micaco@cg93.fr / 01 43 93 83 37

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement enracinées dans le contexte

Plus en détail

Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie

Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie Position et propositions d amendements de l UNIOPSS Octobre 2004 Mme Marie-Anne Montchamp, secrétaire d'état aux

Plus en détail

PLAN D ACTION DE LA POLITIQUE CULTURELLE 2010-2013

PLAN D ACTION DE LA POLITIQUE CULTURELLE 2010-2013 ORIENTATION 5.1 Sensibiliser tous les intervenants de l organisation scolaire d une part, les élèves et leur famille d autre part, à l importance de la culture dans la vie. Offrir des activités de sensibilisation

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

Présentation du projet de la médiathèque de Mauguio

Présentation du projet de la médiathèque de Mauguio Présentation du projet de la médiathèque de Mauguio Ce projet nous donne l opportunité de tester des scénarios auxquels nous réfléchissons depuis l ouverture de notre portail en octobre 2008 et la mise

Plus en détail

Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015

Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015 Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015 MAI 2011 1 Sommaire 1. Eléments de contexte... 3 1.1 L économie sociale et solidaire à Lille, Lomme et Hellemmes en quelques chiffres..4

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

Projet Etablissement : Années scolaires 2013/2016

Projet Etablissement : Années scolaires 2013/2016 E.R.E.A. Alain Fournier 99 rue des Blanches Fleurs - BP 20190 21205 BEAUNE Tél : 03 80 22 33 21 Fax : 03 80 22 82 86 Courriel : erea21@ac-dijon.fr Académie de Dijon Date de transmission au rectorat Vie

Plus en détail

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Strasbourg, le 14 novembre 2014. Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Philippe Richert, Président du Conseil Régional d Alsace, Ancien Ministre, a ouvert

Plus en détail

Investir, Épargner et Produire durablement :

Investir, Épargner et Produire durablement : Investir, Épargner et Produire durablement : les territoires relèvent le défi Repères pour l action LES CAHIERS DE L OBSERVATOIRE N 7 Investir, Épargner et Produire durablement : les territoires relèvent

Plus en détail

Parcours professionnel Médiation Culturelle de l Art

Parcours professionnel Médiation Culturelle de l Art UNIVERSITE DE PROVENCE AIX-MARSEILLE I Parcours professionnel Médiation Culturelle de l Art MASTER THEORIE ET PRATIQUE DES ARTS Responsable du diplôme : Michel GUERIN Responsable du parcours Médiation

Plus en détail

Ouverture des deuxièmes Assises de la Prévention des Risques Professionnels dans les Collectivités Territoriales. Parc des Expositions de la Nordev

Ouverture des deuxièmes Assises de la Prévention des Risques Professionnels dans les Collectivités Territoriales. Parc des Expositions de la Nordev Ouverture des deuxièmes Assises de la Prévention des Risques Professionnels dans les Collectivités Territoriales Parc des Expositions de la Nordev Saint Denis Mercredi 13 novembre 2013 Monsieur le Président

Plus en détail

Le Réseau intercommunal des bibliothèques

Le Réseau intercommunal des bibliothèques Réseau intercommunal des bibliothèques APPEL A CANDIDATURE POUR UNE RESIDENCE D AUTEUR Dans la période d octobre 2010 à janvier 2011, la Communauté de communes Vallée de l Hérault accueille un auteur en

Plus en détail

LES NOUVEAUX DISPOSITIFS POUR LE SPECTACLE VIVANT. Votés en avril 2015, en vigueur à partir de septembre 2015

LES NOUVEAUX DISPOSITIFS POUR LE SPECTACLE VIVANT. Votés en avril 2015, en vigueur à partir de septembre 2015 LES NOUVEAUX DISPOSITIFS POUR LE SPECTACLE VIVANT Votés en avril 2015, en vigueur à partir de septembre 2015 Les grands principes de la révision Renforcer les échanges avec le public sur les territoires

Plus en détail

FORMATIONS FILIÈRE CULTURELLE

FORMATIONS FILIÈRE CULTURELLE FORMATIONS FILIÈRE CULTURELLE SAISON 2014-2015 Sommaire PHOTOGRAPHIES : ÉRIC DEGUIN ÉDITO... p.3 LES FORMATIONS Stratégie de communication culturelle... p.4 Action culturelle et relations aux publics...

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

Contacts presse : Académie : Nathalie Champlong - 0696 85 97 70 Medef : Patrick Lecurieux Durival 0696 28 31 07

Contacts presse : Académie : Nathalie Champlong - 0696 85 97 70 Medef : Patrick Lecurieux Durival 0696 28 31 07 Contacts presse : Académie : Nathalie Champlong - 0696 85 97 70 Medef : Patrick Lecurieux Durival 0696 28 31 07 Présentation de la «Semaine Ecole Entreprise» 2 Thème de la semaine 3 Programme de la semaine

Plus en détail

@LON Arts et lettres options numériques

@LON Arts et lettres options numériques Arts et lettres options numériques Contexte et historique : - Commande de la ministre en mars 2010 - Sondage SOM Utilisation des technologies numériques - Consultations dans tout les secteurs 12 rencontres,

Plus en détail

Conférence de Presse jeudi 19 mars 2015 Salon Mondial du Tourisme

Conférence de Presse jeudi 19 mars 2015 Salon Mondial du Tourisme Conférence de Presse jeudi 19 mars 2015 Salon Mondial du Tourisme Sommaire Edito Présentation du Welcome City Lab Le Welcome City Lab: les chiffres Paris&CO La nouvelle promotion de startups L état rentre

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES ELECTIONS DES DELEGUES AU CONSEIL DE VIE LYCEENNE (CVL) Voter pour se faire entendre

GUIDE DE BONNES PRATIQUES ELECTIONS DES DELEGUES AU CONSEIL DE VIE LYCEENNE (CVL) Voter pour se faire entendre Je vote Tu votes Elle vote Il vote Nous votons Vous votez GUIDE DE BONNES PRATIQUES ELECTIONS DES DELEGUES AU CONSEIL DE VIE LYCEENNE (CVL) Voter pour se faire entendre Septembre 2010 Préface Elaboré au

Plus en détail

Contacts. www.mdl-champagneardenne.com. la Ligue de l'enseignem. de votre MDL. Ardennes. Aube. Marne. Haute-Marne

Contacts. www.mdl-champagneardenne.com. la Ligue de l'enseignem. de votre MDL. Ardennes. Aube. Marne. Haute-Marne ... en Junior Asso Vers qui puis-je me renseigner si je veux créer une MDL? - Mon chef d établissement et/ou le référent vie lycéenne de mon établissement. - Délégué(e) académique à la vie lycéenne. -

Plus en détail

18 e. Projet de territoire. Quartier Goutte d or. Délégation à la Politique de la Ville et à l Intégration

18 e. Projet de territoire. Quartier Goutte d or. Délégation à la Politique de la Ville et à l Intégration Projet de territoire Quartier Goutte d or 18 e Depuis plusieurs années, les quartiers populaires parisiens font l objet d une attention particulière. Dans le cadre d un projet global conduit par Gisèle

Plus en détail

Evaluation du cursus «Information et communication» 2009-2010

Evaluation du cursus «Information et communication» 2009-2010 Evaluation du cursus «Information et communication» 2009-2010 RAPPORT FINAL DE SYNTHÈSE Université Libre de Bruxelles (ULB) Comité des experts : M. Pascal LARDELLIER, président, M. Mihai COMAN, M. Frank

Plus en détail

Résidence d écriture à vocation territoriale et de médiation. Appel à candidature

Résidence d écriture à vocation territoriale et de médiation. Appel à candidature Résidence d écriture à vocation territoriale et de médiation Appel à candidature Au printemps 2016, le département de la Sarthe et la Direction Régionale des Affaires culturelles des Pays de la Loire,

Plus en détail

Éditorial. des ministres

Éditorial. des ministres PROJET STRATÉGIQUE Éditorial des ministres Nous avons souhaité fin 2012 que la douane établisse un projet stratégique à horizon 2018 afin qu elle poursuive son processus d évolution... Les principaux secteurs

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014 CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» I.Contexte : Convaincue de l intérêt stratégique de l innovation pour le renforcement de la compétitivité des entreprises, la a lancé un appel

Plus en détail

Cahier des charges. Décembre 2012 MAPA 2013-001. Parc naturel régional du Haut-Jura. Maison du Parc du Haut-Jura. 29, le village 39 310 LAJOUX

Cahier des charges. Décembre 2012 MAPA 2013-001. Parc naturel régional du Haut-Jura. Maison du Parc du Haut-Jura. 29, le village 39 310 LAJOUX Accompagnement dans l élaboration de la stratégie de communication du Parc naturel régional du Haut-Jura Marché de Prestation de Service Marché A Procédure Adaptée MAPA 2013-001 Cahier des charges Décembre

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

Maréchal Ardans-Vilain. Denis. "Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique." Programme. Michel Petiot.

Maréchal Ardans-Vilain. Denis. Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique. Programme. Michel Petiot. Canton Meudon - Chaville élections départementales Denis Cécile Maréchal Ardans-Vilain Alice Carton Michel Petiot Programme "Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique."

Plus en détail