RAPPORT FINAL DES COHORTES DANS LE CADRE DU PROJET BOURSE DU CARBONESCOL ERE PAR STÉPHANIE BÉRUBÉ, D.PS. LE 29 JUIN 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT FINAL DES COHORTES 2013-2014 DANS LE CADRE DU PROJET BOURSE DU CARBONESCOL ERE PAR STÉPHANIE BÉRUBÉ, D.PS. LE 29 JUIN 2014"

Transcription

1 1 RAPPORT FINAL DES COHORTES DANS LE CADRE DU PROJET BOURSE DU CARBONESCOL ERE PAR STÉPHANIE BÉRUBÉ, D.PS. LE 29 JUIN 2014

2 2 Le présent rapport constitue le rapport final des résultats provenant de la passation des quatre questionnaires aux jeunes ayant participé au Projet Bourse du carbone Scol ERE en 2013 et en Les résultats ainsi que les principales conclusions pouvant en être tirés sont présentés en deux sections, c est-à-dire la cohorte 2013 (Questionnaires 1 et 3) ainsi que la cohorte 2014 (Questionnaires 2 et 4). Chacun des questionnaires mesurait des variables sociodémographiques, la sélection et la réalisation des neufs défis ainsi que des variables pouvant influencer l engagement à réaliser les défis. Cohorte des jeunes ayant participé au projet Bourse du carbone Scol ERE en 2013 (Questionnaires 1 et 3) Afin de mesurer l engagement des jeunes et la réalisation des défis, un premier questionnaire (Questionnaire 1) en ligne a été passé aux jeunes à la fin des ateliers, soit en mai Cet échantillon totalisait 309 élèves. Par la suite, afin de vérifier si les jeunes poursuivaient leurs défis après la fin du projet, un second questionnaire leur a été distribué en version papier environ un an plus tard, soit en mars L échantillon totalisait alors 72 élèves. Un bémol doit être soulevé concernant cet échantillon : en raison de la méthode de passation, il a été impossible de vérifier si tous les jeunes de l échantillon avaient bien reçu les ateliers Bourse du carbone Scol ERE à l hiver Comme aucun jeune n a manifesté ne pas avoir participé préalablement, nous avons donc considéré cet échantillon valide et représentatif pour les analyses. Notons également que

3 3 nous n avons pu réaliser d analyses pour le défi d acheter des produits emballés en vrac plutôt qu en portions individuelles puisque le questionnaire 3 n incluait pas ce défi. Le tableau 1 présente la proportion de jeunes ayant réalisé chacun des défis (à l exception de l achat de produits en vrac tel que mentionné précédemment) au moment des ateliers et un an plus tard. Tableau 1 Défis réalisés par les élèves après les ateliers (Temps 1) et un an plus tard (Temps 2) Élèves Défi réalisé Éviter l achat de bouteilles d eau N = 309 pour Temps 1 et 72 pour Temps 2 Temps 1 Temps 2 (Questionnaire 1) (Questionnaire 3) 67 61,1 Privilégier l achat de produits frais locaux 32,4 27,8 Remplacer une portion de viande (production de masse) par semaine pour un substitut 24,3 18,1 À la maison, j abaisse la température de 3 degrés le jour et la nuit 46,3 31,9 Une fois par semaine, je marche ou prends mon vélo plutôt qu utiliser un véhicule à moteur 49,5 41,7

4 4 Défi réalisé Rouler cool en voiture et éteindre le moteur aux arrêts prolongés Je récupère toutes les matières recyclables acceptées par ma municipalité Temps 1 (Questionnaire 1) Temps 2 (Questionnaire 3) 35,3 34,7 42,4 51,4 Je composte à la maison, ou je participe à la collecte de matières organiques de ma municipalité 34,6 43,1 Il est possible de constater une certaine concordance au niveau de la réalisation des défis au Temps 1 et au Temps 2. En effet, pour les deux temps de mesure le défi le plus réalisé est celui d éviter l achat de bouteilles d eau alors que les deux défis les moins réalisés sont de remplacer une portion de viande par un substitut et de privilégier l achat de produits frais locaux. D après les résultats au Tableau 1, la proportion de jeunes ayant réalisé chaque défi est de façon générale légèrement plus élevée au Temps 1 qu au Temps 2, à l exception de deux défis pour lesquels la proportion est plus grande au Temps 2 : récupérer les matières recyclables et composter. Nous pouvons nous questionner à savoir si le Projet Bourse du carbone Scol ERE a favorisé la réalisation de ces deux défis ou si des facteurs externes sont venus en faciliter la réalisation. Toutefois, des analyses khicarré ont été réalisées afin de déterminer si la différence de proportion entre les temps de

5 5 mesure est significative. Les résultats pour ces analyses démontrent qu il n y a pas de différences significatives, sauf pour le défi d abaisser la température de 3 degrés où les jeunes ont significativement moins réalisé ce défi un an après les ateliers. Globalement, ceci signifie que bien qu il y ait généralement un peu moins de jeunes ayant réalisé les défis un an plus tard, nous pouvons affirmer que la réalisation des défis tend à se maintenir dans le temps. Plus précisément, à partir des données du Tableau 1, il est possible d établir, parmi les élèves ayant réalisé les défis lors du projet, le pourcentage d élèves qui maintiennent les défis réalisés un an après la participation au projet Bourse du carbone Scol ERE. Ainsi, 91,19 maintiennent le défi éviter l achat de bouteilles d eau, 85,8 maintiennent le défi privilégier l achat de produits frais locaux, 74,49 poursuivent le défi remplacer une portion de viande par un substitut, 68,9 continuent d abaisser la température de 3 degrés, 84,24 continuent de marcher ou de prendre leur vélo plutôt que d utiliser un véhicule à moteur, 98,3 maintiennent le défi rouler cool en auto et finalement 100 des élèves poursuivent les défis de récupérer les matières recyclables et de composter. Donc, en moyenne, pour tous les défis confondus, 80,37 des jeunes ayant réalisé les défis au moment du projet maintiennent les défis un an plus tard. Par ailleurs, une analyse test t a été réalisée afin de vérifier si le nombre de défis réalisés diffère entre les deux temps de mesure. Cette analyse révèle qu il n y a pas de différences significatives puisque les jeunes au Temps 1 ont réalisé en moyenne 3,72

6 6 défis alors que ceux au Temps 2 en ont réalisé 3,67 en moyenne. Ce résultat appuie l idée que la réalisation des défis tend à se maintenir dans le temps et ce, même après un an. Une analyse test t a également été conduite à partir du nombre de difficultés rencontrées et empêchant la réalisation des défis. Les résultats révèlent encore une fois qu aucune différence significative ne peut être observée. Le nombre moyen de difficultés rencontrées est de 1,12 au Temps 1 alors qu il est de 1,31 au Temps 2. Rappelons un résultat intéressant ressorti au Temps 1 : les jeunes ayant rapporté la difficulté d avoir sélectionné trop de défis ont en fait significativement réalisé plus de défis que ceux ne l ayant pas rapportée. Ceci signifie donc que sélectionner plusieurs défis représente un facilitateur de la réalisation. Nous pouvons émettre l hypothèse que sélectionner un défi constitue une forme d engagement pour le jeune et qu il sent le devoir de s y conformer afin d être cohérent. Enfin, une analyse khi-carré a été réalisée pour le sentiment de responsabilité recodé en variable dichotomique (faible sentiment de responsabilité, fort sentiment de responsabilité). Les résultats montrent qu il n y a pas de différences significatives entre les deux temps de mesure sur le plan du sentiment de responsabilité quant à la protection de l environnement. Bilan des résultats aux deux temps de mesure D abord, rappelons les conclusions tirées du Rapport des données au Questionnaire 1 (Temps 1). Pour les neufs défis, il a été montré que la sélection d un défi

7 7 est en lien avec la réalisation de celui-ci. Autrement dit, plus un défi est sélectionné, plus il est réalisé. Quant aux difficultés rencontrées, le fait d avoir sélectionné trop de défis amène à sélectionner et à réaliser plus de défis. À ce propos, nous avons émis l hypothèse que la sélection d un défi peut représenter une forme d engagement et ainsi favoriser sa réalisation. Par ailleurs, au niveau des quatre dimensions mesurées (attitude, perception de difficulté, intention, influence subjective), le fait de penser qu un défi permet d aider à protéger l environnement, de le trouver facile à réaliser, d avoir l intention de le poursuivre et que les membres de l entourage encouragent la réalisation favorisent la sélection et la réalisation de ce défi. Notons toutefois que l attitude, c est-à-dire le fait de penser qu il est important de protéger l environnement, est la variable ayant le moins d impact sur la sélection et la réalisation des défis. En ce qui concerne les conclusions tirées du Rapport des données au Questionnaire 3 (Temps 2), il ressort que la réalisation d un défi par un élève est en lien avec la réalisation de ce même défi par sa famille. De plus, l opinion de l entourage à l effet que le jeune devrait poser des gestes pour protéger l environnement est reliée à un nombre plus élevé de défis réalisés par le jeune et sa famille. Quant au comparatif des deux temps de mesures, il est possible de constater une cohérence entre les deux temps, c est-à-dire que le défi le plus populaire est celui d éviter l achat de bouteilles d eau et que les deux défis les moins sélectionnés et réalisés sont de remplacer une portion de viande par un substitut et de privilégier l achat de produits frais locaux. Nous pouvons affirmer qu en majorité les jeunes maintiennent la réalisation des

8 8 défis un an plus tard puisque selon le défi, entre 68,9 et 100 des jeunes poursuivent le défi un an plus tard. De plus, il n y a pas de différences entre les temps de mesure quant au nombre de défis sélectionnés ou au nombre de difficultés rencontrées. Cohorte des jeunes ayant participé au projet Bourse du carbone Scol ERE en 2014 (Questionnaires 2 et 4) Afin de mesurer l engagement des jeunes et la réalisation des défis, un premier questionnaire en ligne (Questionnaire 2) a été passé aux jeunes avant le début des ateliers, soit en décembre 2013 janvier Cet échantillon totalisait 482 élèves. Par la suite, afin de vérifier si les ateliers Bourse du carbone Scol ERE ont un effet sur l engagement des jeunes à réaliser des gestes pour protéger l environnement, un second questionnaire leur a été administré en ligne à la fin des ateliers, soit en avril-mai L échantillon totalisait alors 187 élèves. Notons que nous n avons pu réaliser d analyses pour le défi d acheter des produits emballés en vrac puisque le questionnaire 2 n incluait pas ce défi. Le tableau 2 présente la proportion de jeunes se montrant intéressés à réaliser les défis (à l exception de l achat de produits en vrac tel que mentionné précédemment) avant le début de leur participation aux ateliers de la Bourse du carbone Scol ERE et les défis sélectionnés et réalisés par ceux-ci au cours du projet.

9 9 Tableau 2 Intérêt à réaliser les défis (Temps 1) et défis sélectionnés et réalisés (Temps 2) Élèves Défi Éviter l achat de bouteilles d eau N = 482 pour Temps 1 et 187 pour Temps 2 Temps 2 (Questionnaire 4) Sélection Temps 1 (Questionnaire 2) Temps 2 (Questionnaire 4) Réalisation 57,5 76,3 69 Privilégier l achat de produits frais locaux 52,3 62,6 49,7 Remplacer une portion de viande (production de masse) par semaine pour un substitut 31,7 49,2 42,8 À la maison, j abaisse la température de 3 degrés le jour et la nuit 47,3 57,8 50,8 Une fois par semaine, je marche ou prends mon vélo plutôt que d utiliser un véhicule à moteur 65,8 67,9 57,8 Rouler cool en voiture et éteindre le moteur aux arrêts prolongés 44,8 64,7 58,3 Je récupère toutes les matières recyclables acceptées par ma municipalité 77,2 66,3 55,1

10 10 Défi Je composte à la maison, ou je participe à la collecte de matières organiques de ma municipalité Temps 1 (Questionnaire 2) Temps 2 (Questionnaire 4) Sélection Temps 2 (Questionnaire 4) Réalisation 44 55,6 44,9 À partir des résultats du Tableau 2, il est possible de faire des comparaisons entre la proportion de jeunes intéressés à réaliser un défi au Temps 1 et la proportion de jeunes ayant sélectionné ce défi ainsi que la proportion de jeunes ayant réalisé ce défi. D abord, concernant les défis sélectionnés, nous pouvons observer que la proportion de jeunes ayant sélectionné un défi au Temps 2 est plus grande que la proportion de jeunes ayant montré un intérêt envers ce défi au Temps 1 et ce, pour tous les défis à l exception du recyclage. Ceci signifie que les jeunes ont sélectionné plus de défis que ce que l on aurait pu s attendre en fonction de leur intérêt avant le début des ateliers (Temps 1). On peut donc émettre l hypothèse que globalement, les ateliers ont permis aux jeunes d être intéressés à sélectionner plus de défis, ce qui peut être attribuable au fait que les ateliers amènent une meilleure connaissance des défis et les rendent ainsi plus accessibles. Les analyses khi-carré réalisées révèlent que la différence entre les deux temps de mesure est significative pour tous les défis sauf pour le défi de marcher ou de prendre son vélo, étant donné que les proportions sont très similaires au Temps 1 et au Temps 2. En poursuivant l explication des résultats du Tableau 2, concernant les défis réalisés, le profil est plus disparate puisque la proportion de jeunes ayant réalisé un défi

11 11 au Temps 2 peut être plus grande (éviter l achat de bouteilles d eau, remplacer une proportion de viande par un substitut, rouler cool en auto), plus petite (marcher ou prendre son vélo, récupérer les matières recyclables) ou similaire (privilégier l achat de produits frais locaux, abaisser la température de 3 degrés, composter) à la proportion de jeunes s étant montrés intéressés à réaliser ce défi au Temps 1. Selon les analyses khicarré, les différences observées sont toutes significatives, sauf pour les défis dont la proportion de jeunes est similaire aux deux temps de mesure (privilégier l achat de produits frais locaux, abaisser la température de 3 degrés, composter). Soulignons également que les défis de remplacer une portion de viande pour un substitut et de composter représentent les défis suscitant le moins d intérêt chez les jeunes au Temps 1 et étant le moins sélectionnés et réalisés au Temps 2. Par ailleurs, des analyses test t ont été réalisées afin de vérifier si le nombre de défis sélectionnés et réalisés au Temps 2 diffère du nombre de défis suscitant l intérêt des jeunes au Temps 1. Pour les défis sélectionnés, les jeunes ont sélectionné en moyenne significativement plus de défis (5,67 défis) au Temps 2 comparativement au nombre de défis moyen (4,84 défis) pour lesquels ils ont montré un intérêt au Temps 1. Quant aux défis réalisés, aucune différence significative n est observée (Temps 1 = 4,84 défis et Temps 2 = 4,85 défis), ce qui est attribuable aux résultats divergents présentés précédemment.

12 12 Sur le plan des difficultés rencontrées, rappelons un résultat intéressant ressorti au Temps 2 : les jeunes ayant rapporté la difficulté d avoir sélectionné trop de défis ont significativement réalisé plus de défis que ceux ne l ayant pas rapportée. Ceci signifie donc que sélectionner plusieurs défis représente un facilitateur de la réalisation. Ce résultat vient confirmer celui obtenu avec la cohorte de 2013 (Questionnaire 1). Enfin, des analyses khi-carré ont été réalisées pour des variables mesurées aux deux temps de mesure et recodées en variables dichotomiques (ex : faible sentiment de responsabilité, fort sentiment de responsabilité). Ces variables sont l attitude générale, le sentiment de pouvoir et de responsabilité, la communication avec l entourage concernant l environnement ou les ateliers, l intérêt à faire partie d un comité environnemental ainsi que la connaissance des changements climatiques. Les résultats montrent qu il n y a pas de différences significatives entre les deux temps de mesure pour la majorité des variables. Toutefois, une différence significative est notée dans le cas de deux variables : la communication concernant l environnement ou les ateliers et la connaissance des changements climatiques. Plus précisément, les jeunes ont significativement plus échangé avec leurs proches concernant leurs apprentissages dans le cadre du projet Bourse du carbone Scol ERE (62,5 ; Temps 2) comparativement à seulement 19,1 des élèves qui rapportaient parler de protection de l environnement avec leur famille au Temps 1. On peut donc supposer que les ateliers Bourse du carbone Scol ERE ont permis de placer la protection de l environnement au cœur des discussions entre les jeunes et leurs parents, ce qui n était pas le cas auparavant. Quant à la connaissance des changements climatiques, les résultats révèlent que suite à la participation au projet Bourse du carbone

13 13 Scol ERE, les jeunes rapportaient significativement plus savoir ce que sont les changements climatiques (87,2 ; Temps 2) comparativement à 69,7 qui rapportaient avoir cette connaissance au Temps 1. Par conséquent, nous pouvons avancer l idée selon laquelle les ateliers de la Bourse du carbone Scol ERE ont permis aux jeunes d avoir une meilleure connaissance et compréhension des changements climatiques. Bilan des résultats aux deux temps de mesure D abord, rappelons les conclusions tirées du Rapport des données au Questionnaire 2 (Temps 1). Différents facteurs sont identifiés comme étant des aspects favorisant l intérêt des jeunes à réaliser un nombre plus élevé de défis : percevoir les gestes de protection de l environnement comme étant faciles et importants à réaliser; avoir un entourage qui se montre en faveur de la protection de l environnement, avoir un sentiment de responsabilité et de pouvoir quant à la protection de l environnement; échanger ouvertement avec sa famille sur ce qui a trait à l environnement; manifester un intérêt à faire partie d un comité environnemental. En ce qui concerne les conclusions tirées du Rapport des données au Questionnaire 4 (Temps 2), il a été montré que la sélection d un défi est en lien avec la réalisation de celui-ci. Donc, lorsqu un défi est sélectionné par un jeune, il est significativement plus réalisé. Quant aux difficultés rencontrées, le fait d avoir sélectionné trop de défis amène à sélectionner et à réaliser plus de défis. À ce propos, nous avons précédemment émis l hypothèse à l effet que la sélection d un défi peut représenter une forme d engagement et ainsi favoriser sa réalisation. Ce résultat vient

14 14 appuyer le résultat obtenu avec la cohorte de l année 2013 (Questionnaire 1). Par ailleurs, au niveau des quatre dimensions mesurées (attitude, perception de difficulté, intention, influence subjective), le fait de penser qu un défi permet d aider à protéger l environnement, de le trouver facile à réaliser, d avoir l intention de le poursuivre et que les membres de l entourage encouragent la réalisation favorisent la sélection et la réalisation de ce défi. Notons toutefois qu une attitude favorable envers un défi s avère être la variable ayant le moins d impact. Ces résultats rejoignent ceux obtenus pour la cohorte de l année 2013 (Questionnaire 1). Quant au comparatif des deux temps de mesures, il est possible de constater une cohérence entre les deux temps, c est-à-dire que le défi le plus sélectionné et réalisé (Temps 2) est celui d éviter l achat de bouteilles d eau et qu il arrive au 3 e rang au niveau de la proportion de jeunes intéressés à le réaliser (Temps 1). À l inverse, les deux défis suscitant le moins l intérêt et étant les moins sélectionnés et réalisés sont de remplacer une portion de viande par un substitut et de composter. Ces résultats sont cohérents puisque ces trois défis arrivent au même rang au niveau des quatre dimensions prédicatrices, soient l attitude, l influence subjective, la perception de difficulté et l intention de poursuivre le défi. Par ailleurs, il n y a pas de différences entre les temps de mesure lorsque nous comparons le nombre de défis suscitant l intérêt et le nombre de défis réalisés. Par contre, une différence significative ressort pour les défis sélectionnés, c est-à-dire que les jeunes sélectionnent un nombre plus élevé de défis comparativement au nombre de défis qui suscitaient leur intérêt. Enfin, soulignons que suite aux ateliers de la Bourse du carbone Scol ERE, les jeunes ont rapporté avoir une meilleure connaissance

15 15 des changements climatiques et avoir échangé davantage avec leurs proches concernant leurs apprentissages et donc, au sujet de la protection de l environnement. Conclusion générale Au cours de l année 2013 et 2014, quatre questionnaires ont donc été administrés aux deux cohortes de jeunes ayant participé au projet Bourse du carbone Scol ERE. Ces questionnaires visaient à mesurer différentes variables avant et après la participation afin de mieux déterminer si les jeunes s engagent et maintiennent les défis au fils du temps. Nous en venons à la conclusion que les jeunes continuent de réaliser les défis et ce, même un an plus tard. Il semble donc que certains acquis du projet Bourse du carbone Scol ERE persistent au fil du temps. Globalement, soulevons deux résultats éloquents quant à l efficacité des ateliers du projet Bourse du carbone Scol ERE. En considérant tous les questionnaires, 90 des élèves ont réalisé au moins un défi au cours du projet. Ainsi, nous pouvons penser que la participation au projet Bourse du carbone Scol ERE incite les jeunes à poser des gestes afin de protéger l environnement en les invitant à réaliser des défis. De plus, toujours en considérant tous les questionnaires, il est possible de constater que parmi les jeunes ayant sélectionné un défi, 78,64 ont rapporté avoir réellement réalisé ce défi. Autrement dit, le fait de sélectionner un défi semble influencer positivement l élève afin de réaliser ce défi.

16 16 Différents facteurs semblent en lien avec la sélection et la réalisation des défis, notamment l opinion de l entourage à l effet que le jeune devrait réaliser les défis, la perception qu il est facile de réaliser le défi et l intention de poursuivre le défi. La croyance à l effet qu un défi permet d aider à protéger l environnement est parfois en lien avec la sélection et la réalisation de ce défi, mais ce n est pas un automatisme. L attitude envers un défi est donc un facteur ayant moins d impact sur la réalisation de ce défi, ce qui est cohérent avec les résultats dans la littérature à ce sujet. Un autre gain important grâce au projet Bourse du carbone Scol ERE est de favoriser une meilleure connaissance des changements climatiques et de susciter plus d échanges entre le jeune et son entourage concernant la protection de l environnement. À leur tour, ces deux éléments ne peuvent que favoriser l engagement des jeunes à réaliser plus de comportements favorables à l environnement. Un autre aspect favorisant l engagement des jeunes et la réalisation des défis est le fait d avoir sélectionné au préalable les défis. Il semble donc très pertinent d encourager les jeunes à sélectionner des défis, car ce simple geste consiste en une forme d engagement en soi. Les recommandations émanant du présent rapport sont à l effet qu il est important de tenter de renforcer chacune de ces dimensions mentionnées précédemment (influence des proches, facilité, intention à continuer un défi, attitude favorable) afin d encourager la réalisation des défis et de favoriser l engagement. En comparant le défi le plus sélectionné et réalisé (éviter l achat de bouteilles d eau) à celui le moins sélectionné et réalisé (remplacer une portion de viande par un substitut), nous pouvons penser que le premier est un comportement relativement intégré aux habitudes des familles et

17 17 relativement facile à réaliser, alors que le second peut constituer un comportement relativement nouveau pour les familles et donc, plus difficile à réaliser. Pour ce dernier défi, une sensibilisation plus grande des parents et des jeunes serait importante pour parvenir à un réel changement à cet égard. Globalement, l intervention afin d amener les jeunes à s engager à poser des actions concrètes pour l environnement devrait passer par plusieurs canaux de communication, soit directement par l école, mais également par la sensibilisation des proches de l élèves afin que ceux-ci soient plus favorables aux comportements écologiques et aient une influence positive sur leur jeune. En vue d une future évaluation des retombées du Projet Bourse du carbone Scol ERE, voici quelques suggestions. D abord, s il y a deux temps de mesures pour une même cohorte, il serait possible de s assurer de passer les questionnaires aux mêmes jeunes afin de pouvoir pairer les données. Ceci n a pas été effectué dans le cas présent puisque les échantillons étaient différents aux deux temps de mesure de chaque cohorte. De plus, il serait intéressant d obtenir une mesure plus objective des défis réalisés, qui pourrait être par le biais des économies constatées à la Bourse du carbone Scol ERE. Les questionnaires auto-rapportés demeurent une source d information subjective et ont tendance à avoir un biais de désirabilité sociale; les jeunes répondent alors la réponse qui

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Les résultats de l enquête sont analysés d après le nombre de variables explicatives pouvant influencer le comportement,

Plus en détail

POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY

POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY «Penser et agir famille» LES OBJECTIFS 1. Accueillir les familles avec respect et ouverture d esprit dans toutes leurs formes et leurs différences. 2. Stimuler

Plus en détail

Evaluation Agi Son 2005. Agi son 2005. Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées

Evaluation Agi Son 2005. Agi son 2005. Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées Agi son Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées 1 Introduction p. 3 Méthode p.4 1. Le public p.5 A. Caractéristique des personnes interrogées

Plus en détail

RAPPORT DES QUESTIONNAIRES ENTREPRISES ET ETUDIANTS EDITION 2008

RAPPORT DES QUESTIONNAIRES ENTREPRISES ET ETUDIANTS EDITION 2008 RAPPORT DES QUESTIONNAIRES ENTREPRISES ET ETUDIANTS EDITION 2008 Version non définitive um Etudiants Entreprises de l UTC 1 Sommaire Introduction... 4 1. Point de vue des étudiants... 4 1.1. Nombre d étudiants...

Plus en détail

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention À moins d indications contraires, toutes les définitions

Plus en détail

MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION SUR L EAU, L ENVIRONNEMENT, LE DÉVELOPPEMENT DURABLE ET LES GRANDS PARCS

MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION SUR L EAU, L ENVIRONNEMENT, LE DÉVELOPPEMENT DURABLE ET LES GRANDS PARCS MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION SUR L EAU, L ENVIRONNEMENT, LE DÉVELOPPEMENT DURABLE ET LES GRANDS PARCS Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique 484, route 277, Saint-Léon-de-Standon,

Plus en détail

Les moyens mis en place par le SDG pour répondre aux grandes orientations du projet éducatif de l école

Les moyens mis en place par le SDG pour répondre aux grandes orientations du projet éducatif de l école Autonomie d utilisation des outils face à leurs apprentissages. Projets à long terme: couture, papier mâché, cinéma, robotique. à FAVORISER LA RÉUSSITE chez l ensemble des élèves en respectant leurs différences.

Plus en détail

L endettement chez les jeunes Rapport final

L endettement chez les jeunes Rapport final L endettement chez les jeunes Rapport final Résultats du sondage pour le secteur d Alma L école secondaire Séminaire Marie-Reine-du-Clergé ainsi que le Collège d Alma Remis au : Service budgétaire de Lac-

Plus en détail

FINALE DOCUMENT SUR NOVEMBRE 1986

FINALE DOCUMENT SUR NOVEMBRE 1986 FINALE DOCUMENT SUR LA RESPONSABILITÉ CIVILE La Commission de la responsabilité civile a préparé le document ci-joint pour illustrer quelques situations où la responsabilité civile de l actuaire peut être

Plus en détail

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 %

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % 4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % Prévenir le jeu excessif chez les adolescents C est toujours gagnant! Pourquoi ce dépliant? [ ] Le rôle des parents est déterminant dans la prévention du jeu excessif

Plus en détail

Le financement de l apprentissage informel

Le financement de l apprentissage informel Études de cas Financial arrangements in informal apprenticeships: Determinants and effects. Findings from urban Ghana, Working Paper n o 49, ILO, 2007. Financement de l apprentissage informel : zoom sur

Plus en détail

Consultation publique sur le projet de politique québécoise de gestion des matières résiduelles

Consultation publique sur le projet de politique québécoise de gestion des matières résiduelles Consultation publique sur le projet de politique québécoise de gestion des matières résiduelles Mémoire du Regroupement national des conseils régionaux de l environnement du Québec 23 février 2010 Présentation

Plus en détail

Perception des parents ayant un ou des enfants dans les écoles et centres de la Commission scolaire de Kamouraska Rivière-du-Loup

Perception des parents ayant un ou des enfants dans les écoles et centres de la Commission scolaire de Kamouraska Rivière-du-Loup Rapport de sondage Perception des parents ayant un ou des enfants dans les écoles et centres de la Commission scolaire de Kamouraska Rivière-du-Loup Monika Adamczyk et Luc Lombarda - Fotolia.com SONDAGE

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Les Français et les nuisances sonores Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie RB/MCP N 112427 Contacts Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion

Plus en détail

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage?

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Etudes Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Table des matières Introduction...7 Objectif, méthodologie

Plus en détail

Brock. Rapport supérieur

Brock. Rapport supérieur Simplification du processus de demande d aide financière dans les établissementss : Étude de cas à l Université Brock Rapport préparé par Higher Education Strategy Associates et Canadian Education Project

Plus en détail

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009 REMERCIEMENTS AUX PARTENAIRES Cette étude a été réalisée grâce à la participation financière de la Commission des partenaires du marché du travail et du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport.

Plus en détail

Bientôt plus d'1 Français sur 10 client d'une banque en ligne.

Bientôt plus d'1 Français sur 10 client d'une banque en ligne. www.audirep.fr Bientôt plus d'1 Français sur 10 client d'une banque en ligne. Restitution des résultats d une étude menée par internet sur un échantillon de 1 001 personnes représentatives de la population

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Étude des résultats des investisseurs particuliers sur le trading de CFD et de Forex en France

Étude des résultats des investisseurs particuliers sur le trading de CFD et de Forex en France Étude des résultats des investisseurs particuliers sur le trading de CFD et de Forex en France Le 13 octobre 2014 Autorité des marchés financiers 17, place de la Bourse 75082 Paris cedex 02 Tél. : 01 53

Plus en détail

ANNEXE 4. Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information. (Module 3, partie I, section 2.5)

ANNEXE 4. Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information. (Module 3, partie I, section 2.5) ANNEXE 4 Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information (Module 3, partie I, section 2.5) Dans les pages qui suivent, nous présentons neuf méthodes de collecte d information.

Plus en détail

GUIDE DE L ENSEIGNANT

GUIDE DE L ENSEIGNANT Au ménage! GUIDE DE L ENSEIGNANT 2010-2011 -1- Description de la situation d apprentissage Préparation Activité 1 À leur entrée en classe, les élèves découvrent quatre bouteilles sur le bureau de l enseignante

Plus en détail

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Contexte et méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Investissements

Plus en détail

Programme de bourses McGill pour le maintien en poste: Rapport d évaluation

Programme de bourses McGill pour le maintien en poste: Rapport d évaluation Centre de recherche du CHU de Québec Programme de bourses McGill pour le maintien en poste: Rapport d évaluation Projet de formation et maintien en poste des professionnels de la santé Mars 2015 Marie

Plus en détail

Enquête 2013-2014 sur les ressources numériques en bibliothèque publique

Enquête 2013-2014 sur les ressources numériques en bibliothèque publique Enquête 2013-2014 sur les ressources numériques en bibliothèque publique Ministère de la Culture et de la Communication Direction générale des médias et des industries culturelles Service du livre et de

Plus en détail

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Pierre-Yves GOMEZ Professeur EMLYON Directeur de l Institut Français de Gouvernement des Entreprises (IFGE)

Plus en détail

Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance

Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance Ce Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance a été adapté, avec la permission de Quantum Transformation Technologies, de son Governance & Managerial

Plus en détail

Coût des opérations bancaires

Coût des opérations bancaires Bureau de la consommation Coût des opérations bancaires Coût des opérations bancaires On peut obtenir cette publication sur demande en médias substituts. Communiquer avec le Centre de diffusion de l information

Plus en détail

Janvier 2012. La notion de blanchiment

Janvier 2012. La notion de blanchiment Cellule de Traitement des Informations Financières Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1 1060 Bruxelles Tél. : +32 2 533 72 11 Fax : +32 2 533 72 00 E-mail : info@ctif-cfi.be NL1156d La lutte contre le blanchiment

Plus en détail

L État du commerce électronique dans l industrie du sport au Canada

L État du commerce électronique dans l industrie du sport au Canada L État du commerce électronique dans l industrie du sport au Canada Mars 2002 icongo, Inc 740, rue St Maurice, bureau 602 Montréal, (Québec) Canada H3C 1L5 Tél. : 514-866-2664 Télécopieur : 514-866-8404

Plus en détail

Sociologie des joueurs en ligne

Sociologie des joueurs en ligne Mars 2013 Sociologie des joueurs en ligne Enquête ARJEL 2012 Autorité de régulation des jeux en ligne 2 Propos introductifs à l enquête sur la sociologie des joueurs Au-delà de la publication trimestrielle

Plus en détail

L évaluation du transfert des apprentissages suite à un programme de perfectionnement

L évaluation du transfert des apprentissages suite à un programme de perfectionnement L évaluation du transfert des apprentissages suite à un programme de perfectionnement Johann Jacob, M.A.P. et Richard Marceau, Ph. D. Centre de recherche et d expertise en évaluation (CREXE) Colloque annuel

Plus en détail

LES FRANÇAIS, L ÉPARGNE & LA RETRAITE

LES FRANÇAIS, L ÉPARGNE & LA RETRAITE 201 LES FRANÇAIS, L ÉPARGNE & LA RETRAITE Jérôme JAFFRÉ Directeur du Centre d Études et de Connaissances sur l Opinion Publique Jean-Pierre GAILLARD Président du Cercle des Epargnants Philippe CREVEL Secrétaire

Plus en détail

Le rapport des femmes à la beauté

Le rapport des femmes à la beauté 1 Le rapport des femmes à la beauté Etude CSA pour Madame Figaro Rapport d étude octobre 2014 Julie GAILLOT, Directrice de clientèle julie.gaillot@csa.eu / 01 57 00 59 06 Marek KUBISTA Chargé d études

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

RAPPORT SYNTHÈSE. En santé après 50 ans. Évaluation des effets du programme Les médicaments :

RAPPORT SYNTHÈSE. En santé après 50 ans. Évaluation des effets du programme Les médicaments : S A N T É P U B L I Q U E RAPPORT SYNTHÈSE Évaluation des effets du programme Les médicaments : Oui Non Mais! En santé après 50 ans Depuis janvier 1997, la Direction de santé publique s est associée à

Plus en détail

RAPPORT DE RESPONSABILITÉ SOCIALE ET DE DÉVELOPPEMENT DURABLE NOUS SOMMES

RAPPORT DE RESPONSABILITÉ SOCIALE ET DE DÉVELOPPEMENT DURABLE NOUS SOMMES RAPPORT DE RESPONSABILITÉ SOCIALE ET DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2010 NOUS SOMMES NOMBREUX À CROIRE QU'À TITRE D'ASSUREUR DE DOMMAGES NOUS POUVONS FAIRE UNE DIFFÉRENCE EN MATIÈRE DE RESPONSABILITÉ SOCIALE

Plus en détail

La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH

La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH www.lmde.com La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. SIREN 431 791 672. Siège

Plus en détail

information L autonomie résidentielle et financière augmente avec la durée des études, les difficultés financières aussi

information L autonomie résidentielle et financière augmente avec la durée des études, les difficultés financières aussi note d information Enseignement supérieur & Recherche 14.05 JUILLET Un quart des bacheliers 2008 déclarent avoir rencontré des difficultés financières au cours de leur première année d études supérieures.

Plus en détail

Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www. Moteurs de recherche. Médias Sociaux. Web. Mobilité. Assurance automobile

Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www. Moteurs de recherche. Médias Sociaux. Web. Mobilité. Assurance automobile Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www Web Mobilité Médias Sociaux Moteurs de recherche Assurance automobile Votre nouveau terrain de concurrence: l interactivité On parle

Plus en détail

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos»)

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Sommaire Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Novembre 2013 Table des matières 1. CONTEXTE ET OBJECTIFS... 3 2. MÉTHODES DE RECHERCHE...

Plus en détail

1. Contexte. 2. Dresser le bilan : expériences et nouveaux développements

1. Contexte. 2. Dresser le bilan : expériences et nouveaux développements Renforcer la redevabilité mutuelle pour améliorer l efficacité et les résultats en matière de développement pour la santé : accords conclus à Nairobi par les signataires du IHP+ sur la future approche

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

Convergence Grand public professionnelle

Convergence Grand public professionnelle Note de synthèse Convergence Grand public professionnelle Cette note synthétise les réflexions d une des tables rondes des entretiens Télécom de Mars 2006, organisés par Finaki. A cette table étaient à

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture Plan d action de développement durable 2009-2015 Le développement durable, une question de culture Révisé en mars 2013 Note importante Le gouvernement du Québec a autorisé le 29 février 2013 par décret

Plus en détail

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» A l'initiative de Réalisée par Pour le compte de Une étude basée sur un nombre significatif

Plus en détail

Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise*

Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise* INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise* Denis Hamel, statisticien Unité Connaissance-surveillance MISE

Plus en détail

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015 1. Contexte PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015 Dans le passé, on recherchait des superviseurs compétents au plan technique. Ce genre d expertise demeurera toujours

Plus en détail

"La santé des étudiants en 2013"

La santé des étudiants en 2013 1 Dossier de Presse "La santé des étudiants en 2013" 8 ème Enquête Nationale 1999 2013 Enquête Santé MGEL Depuis plus de 60 ans, à l écoute des étudiants 2 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes de

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Re c h e r c h e e t É v a l u a t i o n

Re c h e r c h e e t É v a l u a t i o n Portrait d un processus d intégration D i f f i c u l t é s r e n c o n t r é e s e t r e s s o u r c e s m i s e s à p r o f i t p a r l e s n o u v e a u x a r r i v a n t s a u c o u r s d e s q u a

Plus en détail

Evolution de l équipement technologique des ménages Bretons entre 2008 et 2012 : Chiffres clés Emilie Huiban et Adrien Souquet, OPSIS, M@rsouin.

Evolution de l équipement technologique des ménages Bretons entre 2008 et 2012 : Chiffres clés Emilie Huiban et Adrien Souquet, OPSIS, M@rsouin. Evolution de l équipement technologique des ménages Bretons entre 2008 et 2012 : Chiffres clés Emilie Huiban et Adrien Souquet, OPSIS, M@rsouin. Les principaux points à retenir La fracture numérique de

Plus en détail

La crise économique vue par les salariés français

La crise économique vue par les salariés français La crise économique vue par les salariés français Étude du lien entre la performance sociale et le contexte socioéconomique Baggio, S. et Sutter, P.-E. La présente étude s intéresse au lien entre cette

Plus en détail

QUELLE VISION ONT LES TPE-PME DE L ECONOMIE CIRCULAIRE?

QUELLE VISION ONT LES TPE-PME DE L ECONOMIE CIRCULAIRE? QUELLE VISION ONT LES TPE-PME DE L ECONOMIE CIRCULAIRE? Découvrez les résultats de l enquête de l observatoire FUSION! L Observatoire FUSION, au service de l économie circulaire Le projet FUSION regroupe

Plus en détail

Les conditions de fiabilité des études online

Les conditions de fiabilité des études online Les conditions de fiabilité des études online Le Club Études et Internet Ambitions du «club études et internet»: Engager des programmes de «Research on Research» Diffuser et partager les résultats Identifier

Plus en détail

d évaluation Objectifs Processus d élaboration

d évaluation Objectifs Processus d élaboration Présentation du Programme pancanadien d évaluation Le Programme pancanadien d évaluation (PPCE) représente le plus récent engagement du Conseil des ministres de l Éducation du Canada (CMEC) pour renseigner

Plus en détail

LES CROYANCES LIMITANTES

LES CROYANCES LIMITANTES 1998 Séminaire de Robert DILTS LES CROYANCES LIMITANTES Les 3 domaines les plus courants de croyances limitantes sont ceux qui concernent le manque d espoir (ce n est pas possible), le manque de confiance

Plus en détail

PRDI* : retour d expérience des entreprises un an après

PRDI* : retour d expérience des entreprises un an après Étude Sept. 2012 PRDI* : retour d expérience des entreprises un an après Enquête 2012 *Prestation Régionale de Diffusion de l Innovation financée par Mentions légales : «PRDI : retour d expérience des

Plus en détail

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Conseil régional Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Dans ce tableau, la numérotation est utilisée afin de faciliter le suivi de la présentation. Légende Palier N signifie national R signifie régional

Plus en détail

Chapitre 3 : INFERENCE

Chapitre 3 : INFERENCE Chapitre 3 : INFERENCE 3.1 L ÉCHANTILLONNAGE 3.1.1 Introduction 3.1.2 L échantillonnage aléatoire 3.1.3 Estimation ponctuelle 3.1.4 Distributions d échantillonnage 3.1.5 Intervalles de probabilité L échantillonnage

Plus en détail

9 Septembre 2010. Déclaration de soutien au Pacte Mondial

9 Septembre 2010. Déclaration de soutien au Pacte Mondial 9 Septembre 2010 Déclaration de soutien au Pacte Mondial Les événements de ces dernières années nous apportent la démonstration de la sensibilité de tout modèle de développement, particulièrement dans

Plus en détail

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique Rapport 2014 Table des matières Le rapport 2014... 5 1. Différences salariales générales... 6 1.1 L écart salarial en salaires horaires et annuels...

Plus en détail

Compétences essentielles numériques dans les petites entreprises rurales QUESTIONNAIRE DU SONDAGE PRÉ- FORMATION DES EMPLOYEURS

Compétences essentielles numériques dans les petites entreprises rurales QUESTIONNAIRE DU SONDAGE PRÉ- FORMATION DES EMPLOYEURS 1 Nom de l organisation INTRODUCTION Merci de prendre le temps de participer à ce sondage. Les résultats nous fourniront des données essentielles afin de mesurer l efficacité de la formation. Ces données

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

Etude RSA / IFOP : Nos ados sont-ils vigilants sur Internet?

Etude RSA / IFOP : Nos ados sont-ils vigilants sur Internet? Etude RSA / IFOP : Nos ados sont-ils vigilants sur Internet? Dans le cadre de sa campagne d éducation «Internet, les autres et moi», RSA a commandité une étude qui interroge et compare les perceptions

Plus en détail

5255 Av. Decelles, suite 2030 Montréal (Québec) H3T 2B1 T: 514.592.9301 F: 514.340.6850 info@apstat.com www.apstat.com

5255 Av. Decelles, suite 2030 Montréal (Québec) H3T 2B1 T: 514.592.9301 F: 514.340.6850 info@apstat.com www.apstat.com Application des réseaux de neurones au plan de répartition des risques 5255 Av. Decelles, suite 2030 Montréal (Québec) H3T 2B1 T: 514.592.9301 F: 514.340.6850 info@apstat.com www.apstat.com Copyright c

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Anne LOONES Marie-Odile SIMON Août 2004 Département «Evaluation des Politiques Sociales»

Plus en détail

2004 2014 : un risque a chassé l autre

2004 2014 : un risque a chassé l autre 2004 2014 : un risque a chassé l autre En 10 ans, le profil des conducteurs français a évolué, leur rapport à la conduite aussi. Pour autant le poids des bons et mauvais conducteurs est resté stable, de

Plus en détail

Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est

Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est Section locale 2000 Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est actuellement en vigueur... 3 1997...3

Plus en détail

Sondage web sur la démocratie et la participation citoyenne

Sondage web sur la démocratie et la participation citoyenne Sondage web sur la démocratie et la participation citoyenne Sondage web sur la démocratie et la participation citoyenne Rapport d analyse des résultats Présenté à l'institut du Nouveau Monde 22 mai 2012

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

RAPPORT FINAL. Étude sur la littératie financière chez les jeunes POR # 441-07

RAPPORT FINAL. Étude sur la littératie financière chez les jeunes POR # 441-07 POR # 441-07 RAPPORT FINAL Étude sur la littératie financière chez les jeunes Préparé pour : L Agence de la consommation en matière financière du Canada Date du rapport : Août 2008 This report is also

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION NOVEMBRE 2014 La Fédération québécoise de l'autisme (FQA) est un regroupement

Plus en détail

Bien-être des salariés et performance des magasins entrent-ils dans le même caddie?

Bien-être des salariés et performance des magasins entrent-ils dans le même caddie? 18 2 e semestre 2012/HesaMag #06 Dossier spécial 7/34 Bien-être des salariés et performance des magasins entrent-ils dans le même caddie? La protection du bien-être au travail est un droit des salariés.

Plus en détail

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Dans la perspective de la première conférence franco-allemande sur l énergie qui se tiendra le 2 juillet prochain à Paris 1, il paraît

Plus en détail

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire Guide du programme Juin 2008 Attributs du diplômé de la Colombie-Britannique Au cours de consultations qui se sont échelonnées sur toute une année dans l ensemble de la province, des milliers de citoyens

Plus en détail

Améliorer l organisation et la communication interne à l office de tourisme

Améliorer l organisation et la communication interne à l office de tourisme Les engagements La qualité est devenue une priorité de l'ensemble des acteurs du tourisme ainsi que de l Etat qui s engagent dans différents processus de qualité pour améliorer l'image de la France auprès

Plus en détail

Evaluation de l organisation interne

Evaluation de l organisation interne Module 1 Module Evaluation de l organisation interne Table des matières SECTION 1 Mission et valeurs 34 SECTION 2 Gestion 1 40 SECTION 3 Gestion 2 46 T E A R F U N D 2 0 0 3 33 Module 1 Section 1 Mission

Plus en détail

L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif

L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif Isabelle Cyr, B.sc. Psychologie. B.sc. Service social. T.s. Thérapeute Josée Dostie, B.A. Psychologie. Thérapeute

Plus en détail

4. Résultats et discussion

4. Résultats et discussion 17 4. Résultats et discussion La signification statistique des gains et des pertes bruts annualisés pondérés de superficie forestière et du changement net de superficie forestière a été testée pour les

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE COMMENTAIRE Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE Faits saillants Les ventes de véhicules au Canada ont atteint un sommet

Plus en détail

Les principales méthodes d évaluation

Les principales méthodes d évaluation Attention : Cette fiche n a pas pour objet de fixer administrativement la valeur des biens. Elle ne doit pas être assimilée à une instruction administrative. Elle propose les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire. Rapport présenté à la

Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire. Rapport présenté à la Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire Rapport présenté à la Mars 2008 Tables des matières Contexte et objectifs.... 2 Page Méthodologie.3 Profil des répondants...6 Faits saillants..10

Plus en détail

Une famille, deux pensions

Une famille, deux pensions famille, deux pensions Susan Poulin Au cours du dernier quart de siècle, la proportion de familles composées de deux conjoints mariés ayant tous deux un emploi a augmenté de façon phénoménale. En 1994,

Plus en détail

Étude d impact IBM sur les états frontaliers - Sommaire

Étude d impact IBM sur les états frontaliers - Sommaire Étude d impact IBM sur les états frontaliers - Sommaire Les États-Unis sont le marché touristique international le plus important pour le Canada et l Ontario. Par conséquent, on déploie des efforts importants

Plus en détail

ATELIERS THEMATIQUES COMMERCES UNIONS COMMERCIALES ATELIER CONDUITE DE REUNION DECIDER - CONVAINCRE MOBILISER

ATELIERS THEMATIQUES COMMERCES UNIONS COMMERCIALES ATELIER CONDUITE DE REUNION DECIDER - CONVAINCRE MOBILISER ATELIERS THEMATIQUES COMMERCES UNIONS COMMERCIALES ATELIER CONDUITE DE REUNION DECIDER - CONVAINCRE MOBILISER Siège social 82, bis av. des Mimosas - 64700 HENDAYE Tél. 05 59 85 28 59 - Fax : 05 59 201

Plus en détail

Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique

Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique Préparé par: Rose-Anne Buteau, Inf. Ph D. (c) Sylvie Garand-Rochette, M.Sc.. Monique Thibault,

Plus en détail

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1 LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES L évaluation 360 Feed-back INTRODUCTION Aujourd hui les ressources humaines sont considérées par les entreprises comme un capital. La notion de «capital humain» illustre

Plus en détail

LA CIBLE Ce que nous savons des 9-13 ans

LA CIBLE Ce que nous savons des 9-13 ans FAIREBOUGERLES9-13.org 1 LA CIBLE Ce que nous savons des 9-13 ans TABLE DES MATIÈRES 3 4 5 DONNÉES SOCIO- DÉMOGRAPHIQUES HABITUDES MÉDIATIQUES ET DE CONSOMMATION EN MATIÈRE DE MODE DE VIE PHYSIQUEMENT

Plus en détail

immigration conséquences positives pour les assurances sociales

immigration conséquences positives pour les assurances sociales immigration conséquences positives pour les assurances sociales Fiche d information 4 : Assurances sociales L essentiel en bref : Seuls ceux qui cotisent aux assurances sociales peuvent bénéficier de leurs

Plus en détail

Principaux résultats Edition 2015

Principaux résultats Edition 2015 1 Principaux résultats Edition 2015 by & Introduction 2 La naissance de l idée Avec le constat suivant : Des moments d enchantement? Le quotidien des Français dans leurs interactions avec les enseignes

Plus en détail

Endettement des jeunes adultes

Endettement des jeunes adultes Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS 20 Situation économique et sociale de la population Neuchâtel, Août 2012 Endettement des jeunes adultes Analyses complémentaires

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Évaluation de la Grille d identification des risques psychosociaux en entreprise : l importance des déterminants individuels et organisationnelles. Michel Vézina Carole Chénard JASP 27 novembre 2013 Plan

Plus en détail

Promotion de la vaccination : agir pour maintenir la confiance

Promotion de la vaccination : agir pour maintenir la confiance Promotion de la vaccination : agir pour maintenir la confiance Promotion de la vaccination : agir pour maintenir la confiance Direction des risques biologiques et de la santé au travail Juin 2014 AUTEURES

Plus en détail

Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec

Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec Résumé des résultats et conclusions de la recherche Marie-Ève Maillé, Ph. D. Centre de

Plus en détail

Sondage d opinion sur les livres, les longs métrages, les périodiques canadiens et les œuvres musicales

Sondage d opinion sur les livres, les longs métrages, les périodiques canadiens et les œuvres musicales Sondage d opinion sur les livres, les longs métrages, les périodiques canadiens et les œuvres musicales Sommaire exécutif Préparé pour le ministère du Patrimoine canadien 4 septembre 2012 Date d attribution

Plus en détail

1- Résultats généraux Consommations moyennes pour l ensemble des voitures particulières * Unité : litre/100 km

1- Résultats généraux Consommations moyennes pour l ensemble des voitures particulières * Unité : litre/100 km CONSOMMATIONS DE CARBURANTS DES VOITURES PARTICULIERES EN FRANCE 1988-2005 Direction Générale de l'énergie et des Matières Premières Observatoire de l économie de l énergie et des matières premières Observatoire

Plus en détail

Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011

Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011 Résultats du premier Observatoire des femmes et l assurance Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011 Fiche méthodologique Cible : Hommes et femmes âgés

Plus en détail