2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression."

Transcription

1 Roland CHARNAY, professeur honoraire de mathématiques en IUFM, chercheur associé à l'inrp «Apprentissage des tables : quelques étapes du CE1 au CM2» Roland Charnay pose un certain nombre de points de repères sur une question sur laquelle on peut considérer que l école a parfois tendance à se départir de son rôle en pensant que l apprentissage des tables de multiplication relève de la répétition à la maison et que la vérification en est faite en classe. Ce qu il va montrer c est que cela ne marche pas pour tous les élèves et que la répétition à la maison peut avoir des défauts par rapport à cet apprentissage. Il faut inciter fortement les enseignants à se saisir de la mise en place et de la mémorisation des tables de multiplication. Ce travail appartient à l enseignant, même si parfois travailler parallèlement à la maison peut y aider. Avoir mémorisé un résultat comme 6 X 7 1 ) Première réflexion Avoir mémorisé un résultat comme 6 X 7, qu est-ce que cela veut dire? Il faut se convaincre qu on a mémorisé 6 X 7 que si on est capable de répondre à partir de là, à un certain nombre de questions : De savoir que 6 X 7 et 7 X 6 sont égaux à 42 tous les deux. De savoir que dans 42, il y a 7 X 6. De savoir que dans 42 et il y a 6 X 7. C est cela qui va intervenir dans la division. Si je veux profiter de mes tables de multiplication pour travailler sur la division, il faut avoir mémorisé cela. De savoir que 42 divisé par 6 est égal à 7 ; ou 42 divisé par 7 est égal à 6. En terme de combien de fois? Divisé par? De savoir que 42 se décompose sous la forme 6 fois 7, ou 7 fois 6. Quand j ai 42 sur 49 (42/49) à simplifier qu est-ce qu il faut que je repère? Il faut que je repère que 42 et 49 sont tous les deux dans la table de 7 et que je les décompose sous la forme 7 X 6 et 7 X 7. Roland Charnay ajoute même qu il en a oublié Avoir complètement mémorisé ce résultat, c est être capable de dire que dans 44, c est répondre à la question, combien de fois 6 dans 44? C est cela qui va intervenir dans la simplification des fractions. La connaissance doit porter non seulement sur les résultats qui sont inscrits dans la table, mais doit porter sur tous les nombres compris entre 0 et 100. Pour tous les nombres, je dois être capable de dire combien de fois 6 par exemple dans 38. La maîtrise complète des tables de multiplication ne se limite pas à la connaissance des produits mais c est la connaissance des «Combien de fois?», c est la connaissance des «divisés» et la connaissance des décompositions qui peuvent être produits directement. Autrement dit, cela devrait faire partie des connaissances qui sont devenues des connaissances réflexes lorsque l élève sort de l école primaire. On doit avoir comme objectif à l école primaire que quand un élève arrive en 6 ème et qu il entend «Combien de fois 7 dans 50?», il dise 7 immédiatement sans réfléchir. 1

2 On sait que s il a besoin de réfléchir, cela va handicaper l élève pour un grand nombre d exercices auxquels il va être confronté. Ensuite, par rapport à cet objectif de maîtrise complète des tables de multiplication. On sait aussi qu un certain nombre d élèves va y arriver, que certains vont y arriver assez bien à l école primaire, que d autres vont y arriver moins bien malgré les efforts qui auront été faits par les enseignants. Et qu il appartient au collège de continuer à maintenir ces connaissances et assurer leur maîtrise pour les élèves pour lesquels elle n est pas encore totalement assurée. Pour Roland Charnay, c est un objectif majeur car il considère qu un certain nombre d élèves sont en difficulté en 6 ème dans leurs apprentissages mathématiques parce qu ils passent trop de temps à essayer de reconstituer des résultats qu ils devraient maîtriser par cœur et toute l énergie qu ils mettent à essayer de reconstituer ces résultats, ils ne la mettent pas à s investir sur les apprentissages nouveaux. Un élève de 5 ème qui est sur la fraction 42/49, si on lui demande de simplifier cela, s il ne repère pas immédiatement que ces deux nombres sont dans la table de 7, comment voulez-vous qu il puisse travailler sur la simplification des fractions? Il ne peut pas tout simplement. Il ne peut même pas reconstituer les résultats nécessaires ici puisqu il ne sait pas dans quel type de tables il faut aller chercher le résultat en question. Donc tout cela fait partie des objectifs très importants de l école primaire. 2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression. Avant de rentrer dans la progression elle-même, on peut se donner un certain nombre de points d appui généraux à la mémorisation, à travers des formules qui ont leur limite mais qui peuvent donner des points de repère. 1 ère formule : «On mémorise mieux ce qu on a compris que ce qu on n a pas compris.» Autrement dit, quand on a compris quelque chose, on a plus de facilité à le mémoriser. Dit autrement, la compréhension aide à la mémorisation. Elle aide aussi à retrouver ce qu on a oublié. 2 ème formule : «Il est plus facile de mémoriser un ensemble de résultats qui sont structurés, qui ont du lien entre eux, qu un ensemble de résultats qui sont tous isolés les uns des autres.» Si tous les résultats de la table de multiplication sont des résultats singuliers qui ne sont pas accrochés d une certaine manière avec d autres résultats, la mémorisation sera plus difficile. Un exemple très simple peut être donné. Si je dispose de la connaissance de la commutativité de la multiplication. Si j en connais un, j en connais deux. Je connais 7 X 6 et je connais 6 X 7. Si j ai acquis cela, l économie est de 50%. C est donc considérable sur l effort de mémorisation. Si je connais 7 X 6 et que j ai oublié 7 X 7. Si je suis capable de raisonner sur la différence entre 7 X 6 et 7 X 7 pour retrouver le résultat que je n ai pas, cela est plus facile. 3 ème formule : «Les conditions de la mémorisation influent sur les conditions de la restitution.» Autrement dit, la manière dont on a incité les élèves à mémoriser, dont on les a interrogés va avoir une influence sur la manière dont les élèves vont solliciter leurs résultats. Par exemple, si les élèves n ont appris que la récitation des tables (3 X 1 = 3, 3 X 2 = 6, 3 X 3 = 9, 3 X 4 = 12 etc.) Un certain nombre d élèves va avoir du mal à isoler un résultat de cette liste de résultats. Autrement dit, pour accéder à 3 X 7, ils vont être obligés de repasser par 3 X 1, 3 X 2, On voit que ce n est pas de cela dont on a besoin. On a besoin d un accès direct à chaque résultat. 4 ème formule : «La mémorisation nécessite de l entraînement. Pour mémoriser, il faut répéter, s entraîner.» 2

3 La mémorisation n est pas le seul facteur, même si c est un élément important. Il ne suffit pas de s entraîner pour mémoriser même s il est nécessaire de s entraîner pour mémoriser. Autrement dit, il faut peut-être commencer par autre chose que rabâcher pour mettre en place ses tables de multiplication. Roland Charnay a dégagé un certain nombre de moments qui sont au nombre de 3. Ces moments ne sont pas forcément consécutifs, mais ils vont intervenir sur les zones de la table. La table ne se construit pas toute entière d un seul bloc. a) 1 er moment, c est être capable de reconstruire : de66 = 36 (passage de 6 fois 6 à 7 fois 6) A partir de 6 x 5 = 30 (7 fois 6, c'est 2 fois 6 de plus) Comment reconstruire le résultat de 6 X 7 si je l ai oublié? Première chose, en faisant référence au sens, soit par une simulation en quelque sorte de 6 X 7, en dessinant 6 paquets de 7 objets, en dessinant un rectangle de 7 sur 6 et en m organisant pour compter les objets. - Ou bien de manière plus rapide et plus économique, en comptant 7 fois de 6 en 6, ou en comptant 6 fois de 7 en 7. Le lien entre additions répétées et multiplication est très important à installer, à maintenir chez les élèves. Il faut reconstruire de manière calculatoire, en s appuyant sur des résultats déjà connus. Cela doit être au cœur de l apprentissage sur la multiplication. Apprendre aux élèves à profiter d un résultat pour pouvoir obtenir un autre résultat. Roland Charnay a cité tout à l heure la commutativité, qu il n a pas mentionné ici, mais c est une des armes possibles. Si je connais 6 X 6 = 36, si je veux 7 X 6, on voit que le mot «fois» est important ici car si je veux 7 X 6, je peux me le dire comme «une fois 6» de plus. 6 X 5 et 7 X 6, c est «deux fois 6» de plus. Autrement dit, comment m appuyer sur un résultat que je connais, ou qu on m a donné. Pour en déduire un autre résultat. Et pratiquement ce travail doit commencer du point de vue de Roland Charnay, assez, tôt au CE2 et pouvoir fonctionner dans plusieurs circonstances. b) 2 ème moment, c est installer 7 X 6 dans un répertoire : C est de se dire que les résultats, on est capable de les construire et de les reconstruire, mais que les résultats on aurait intérêt à les stocker. A les stocker en mémoire interne à un certain moment. Peut-être qu une étape c est d abord de les stocker dans un répertoire externe. Par exemple, sur une grande affiche dans la classe, et chaque fois qu un résultat multiplicatif est produit, quel qu il soit, et dans un ordre quelconque, il est inscrit sur le répertoire. On a alors un répertoire qui se complète au jour le jour. Il faut avoir évidemment le droit de l utiliser pour aller y chercher un résultat, pour fabriquer un résultat à partir d un résultat qui y figure. Ce répertoire devient très vite un «foutoir». Quand j y ai installé une trentaine de résultats en vrac, pour retrouver un résultat etc De là naît la nécessité de l organiser. Cela fait apparaître deux choses ; mettre de l ordre dans ce qui existe et faire apparaître ce qui manque. Si j organise, je vais voir par exemple que j ai 2 X 7, 5 X 7, 9 X 7, mais il me manque tous les autres avec 7. D où l idée de compléter le répertoire avec les résultats qui manquent. Ce qui va me permettre d arriver aux tables de multiplication. On peut d ailleurs discuter de la manière dont on organise ces tables : directement sous la forme de table de Pythagore, pas directement sous forme de table de Pythagore? 3

4 Roland Charnay pense que la table de Pythagore est un peu difficile pour certains et donc au CE1, il est plutôt pour une organisation par tables (table de 2, table de 3, table de 4.) de manière linéaire et au CE2 sous une forme de table de Pythagore qui a l avantage de résumer dans un espace restreint toutes les données. Mais cela n est pas forcément facile, par exemple pour décomposer un nombre, ou pour connaître le facteur d un produit connaissant un terme. Il faut repérer les propriétés du répertoire, en particulier la commutativité. Le fait que ça avance de 6 en 6 dans la table de 6. Un autre élément qui semble important pour la mémorisation, c est de donner à l élève la conscience et la lisibilité de ce qu il connaît par cœur et ce qu il lui reste à mémoriser. Ce qu on peut faire c est par exemple de recommander à un élève de colorier dans sa table tout ce qu il sait par cœur. Progressivement va s imager pour l élève ce qu il sait et ce qu il lui reste à apprendre. Cette lisibilité de ce que l élève sait et de ce qu il lui reste à apprendre peut être utile pour savoir sur quoi il doit travailler. C est autre chose pour lui que d apprendre la table de 2 alors qu il la connaît aux trois quarts. Si on a un répertoire, cela veut dire qu il est utile et qu a certains moments on a le droit de l utiliser. Après il faudra s en passer, mais il y a des moments où je vais pouvoir l utiliser pour différentes questions. c) 3 ème moment, c est l entraînement : Roland Charnay répète qu il ne faut pas abuser de la récitation des tables. Ce qui ne veut pas dire qu il faut s en priver. Il pense que de toute façon, les parents ne vont pas s en priver. Il pense que l enseignant doit être attentif à ne pas les faire réciter, mais à interroger les élèves sur les résultats de la table plutôt que sur la récitation des tables pour bien marquer à l élève que ce qu on attend de lui, c est la production de chaque résultat et non pas la production des tables. Il apparaît que pour Roland Charnay, la lisibilité de l enjeu qui lui est assigné est un élément important de l apprentissage. Mettre en évidence ce qui est su et ce qui reste à apprendre par le coloriage. Et dès le départ à la fin du Cycle 2, on dit qu on devrait avoir mémorisé les tables de 2 et de 5. Déjà sur ces tables-là, il faut interroger les élèves sur des produits. 2 fois 7, cela fait combien? Et 7 fois 2 en même temps ; si je connais l une, je connais l autre. Mais aussi interroger l élève sur combien de fois 2 dans 14? Il faut aussi l interroger là-dessus. Comment compléter un produit qui comporte 2 pour avoir 16 etc Il faut que dès le départ l élève sache que non seulement il a à connaître les produits, mais il a à connaître les résultats dérivés des produits en quelque sorte. Et donc il n y a pas un premier moment de la scolarité qui serait dévolu au produit et un autre moment qui serait dévolu au «Combien de fois?». Roland Charnay pense que c est plutôt la difficulté des tables qui doit guider leur mémorisation. Pour chaque table mémorisée, l ensemble des questions doit être posé dès le départ. Privilégier l oral lors des interrogations car la mémorisation des tables est oral. Je parle les nombres quand j apprends les tables! Donc les interrogations écrites qui font intervenir le signe «X», Roland Charnay ne dit pas qu il ne faut pas le faire, mais il faut être vigilant par rapport à cela, car il faut que l élève, lui, oralise de toute façon à ce moment-là pour solliciter son répertoire mental. Utiliser des jeux de calcul. Revenir sur tous les moments précédents tant que les résultats n ont pas été mémorisés. 4

5 Dans quel ordre faut-il apprendre les tables? On peut donner des grandes lignes. Les tables de 2 et 5 à la fin du cycle 2 sont les plus simples. La table de 2, ce sont les doubles, ils sont mémorisés avant même d être traduits sous forme multiplicative. Les tables de 4 et 8 sont ensuite bien placées, car on peut dire que la table de 4 est le double de la table de 2, et celle de 8 le double de la table de 4. On a ainsi une séquence des tables de 2, 4 et 8. Ensuite, il y a une bonne table qui est 9, car la table de 9 peut être facilitée par un certain nombre de remarques du type : «Le chiffre des dizaines avance toujours de 1, alors que le chiffre des unités recule toujours de 1. Ex : 18, 27, 36.» Autre remarque : «Quand je dis 3 X 9? Le résultat pour les dizaines c est 3 moins 1, et pour les unités c est le complément à deux sept. 6 X 9 : dizaine : 5, unité complément à 9, donc X 7 : dizaine 6, unité complément à 9, donc 63. Très souvent les maîtres n ont pas ces remarques pour eux, alors que c est très profitable pour la mémorisation. Après, apprendre les tables de 3 et 6 qui forment un ensemble car 6 est le double de 3. Et la table de 7 alors? Et bien c est fini, il n y a plus rien à apprendre. Il ne reste plus que 7 X 7. C est un carré qui est assez bien mémorisé. Donc, il faut bien se dire que chaque fois qu on apprend une table, il faut dès le CE1, interroger les élèves sur l ensemble des questions que nous venons d évoquer 5

Développer des procédures de reconstruction des résultats et particulièrement :

Développer des procédures de reconstruction des résultats et particulièrement : Pour mémoriser, il faut comprendre le sens des opérations D après les travaux de Jean Luc Bregeon, IUFM d Auvergne http://pagesperso-orange.fr/jean-luc.bregeon/ Mémorisation de la table d addition Savoir

Plus en détail

L approche des nombres en maternelle

L approche des nombres en maternelle L approche des nombres en maternelle I. Du côté théorique et didactique: A. Le nombre ça sert à quoi? a) Les nombres servent à mémoriser les quantités et à construire ainsi des collections ayant le même

Plus en détail

RÉALISER DES EXPLOITS AVEC UN BALLON OU UN RUBAN (GRS)

RÉALISER DES EXPLOITS AVEC UN BALLON OU UN RUBAN (GRS) RÉALISER DES EXPLOITS AVEC UN BALLON OU UN RUBAN (GRS) Claire Pontais, professeure agrégée d EPS, formatrice à l ESPE de Caen-Basse-Normandie responsable de la revue Contre Pied (Centre EPS & Société)

Plus en détail

Un homme de 42 ans, du diagnostic au décès

Un homme de 42 ans, du diagnostic au décès Une mère, parlant à ses enfants : Un homme de 42 ans, du diagnostic au décès Vous savez que papa ne se sent pas très bien et qu il a des problèmes depuis un certain temps. Eh bien, le docteur nous a dit

Plus en détail

2.1 J approfondis ma réflexion

2.1 J approfondis ma réflexion Je sais ce que je veux faire, mais j ai besoin de mieux savoir comment m y prendre. Quelles sont les étapes? Quelles sont les questions à se poser? Qui va pouvoir m aider? 2.1 J approfondis ma réflexion

Plus en détail

Elsa Pelestor répond à nos questions

Elsa Pelestor répond à nos questions Elsa Pelestor répond à nos questions Elsa Pelestor est professeur(e) des écoles à l école Jean Moulin de Cavaillon. Elle est l auteur(e) de l article Premiers pas, premières questions paru dans le n 466

Plus en détail

FICHE DE PRÉPARATION

FICHE DE PRÉPARATION FICHE DE PRÉPARATION Domaine d activité :Mathématiques Titre de la séance : Construction de la table de 6 Séance n 1/ 4 Durée : 30 min Comprendre et reconstruire la table de 6 Évaluation envisagée : Construction

Plus en détail

Présentation. Principes de base

Présentation. Principes de base Présentation «Philou et la chasse aux mots» est un cahier d activités qui vise le développement des habiletés d accès lexical chez les enfants d âge scolaire, principalement pour ceux de maternelle et

Plus en détail

Master 2- numération Numération

Master 2- numération Numération Numération Il s agira toujours de resituer ces apprentissages dans une situation problème à résoudre. Il est nécessaire de commencer et de finir par un exercice facile. Manipulation : - utilisation du

Plus en détail

Toutes ces remarques sont-elles pertinentes?

Toutes ces remarques sont-elles pertinentes? Toutes ces remarques sont-elles pertinentes? Les enseignants stagiaires ont relevé les remarques des professeurs écrites sur les cahiers des élèves pour une période donnée. Nous les avons classées et analysées

Plus en détail

Difficultés liées aux remédiations Commentaires sur les difficultés et les moyens d action proposés

Difficultés liées aux remédiations Commentaires sur les difficultés et les moyens d action proposés Difficultés liées aux remédiations Commentaires sur les difficultés et les moyens d action proposés Des heures de remédiations sont organisées dans tous les établissements et présentes dans toutes les

Plus en détail

CONSTRUCTION DU NOMBRE A L ECOLE MATERNELLE. 2 Ordinalité et cardinalité

CONSTRUCTION DU NOMBRE A L ECOLE MATERNELLE. 2 Ordinalité et cardinalité CONSTRUCTION DU NOMBRE A L ECOLE MATERNELLE 2 Ordinalité et cardinalité Yvonne SEMANAZ Groupe Mathématiques Stage Maternelle - IA 38 janvier 2012 Compétences abordées : Cardinalité = être capable de dire

Plus en détail

Préalables à la soustraction posée

Préalables à la soustraction posée La soustraction Les trois sens de la soustraction Il y a 3 manières de concevoir la soustraction. Il est préférable de les aborder simultanément et non les unes derrière les autres. Le sens «enlever» :

Plus en détail

Les besoins de formation en mathématiques des professeurs des écoles

Les besoins de formation en mathématiques des professeurs des écoles POSITION DE LA SMF SUR LES PROGRAMMES DU CYCLE TERMINAL DU LYCÉE 83 Ceci est la conséquence directe, déjà dénoncée par la SMF, de l horaire réduit à 4 heures en première et d une volonté d harmonisation

Plus en détail

Université de Sherbrooke. Rapport de stage. Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage. Par : Anthony Labelle, stagiaire

Université de Sherbrooke. Rapport de stage. Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage. Par : Anthony Labelle, stagiaire Université de Sherbrooke Rapport de stage Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage Par : Anthony Labelle, stagiaire Laboratoire du Pr Spino Université de Sherbrooke T1 Revu par : Pr Claude Spino

Plus en détail

TÉMOIGNAGES de participantes et de participants dans des groupes d alphabétisation populaire

TÉMOIGNAGES de participantes et de participants dans des groupes d alphabétisation populaire TÉMOIGNAGES de participantes et de participants dans des groupes d alphabétisation populaire Démarche sur l aide financière aux participantes Marie-Lourdes Pas beaucoup d argent pour tout ce qu il faut

Plus en détail

DOSSIER D APPRENTISSAGE

DOSSIER D APPRENTISSAGE Livret 4 NOMBRES ET CALCULS DOSSIER D APPRENTISSAGE ET/OU DE CONSOLIDATION (Deuxième partie) Ordre dans N N9 Le but de ce dossier est de t aider à trouver le plus petit de deux nombres qui te sont donnés.

Plus en détail

DES CREPES POUR CONTEXTE, DANS UNE CLASSE DE CE1

DES CREPES POUR CONTEXTE, DANS UNE CLASSE DE CE1 DES CREPES POUR CONTEXTE, DANS UNE CLASSE DE CE1 Marie-Ange Côte, Ecole Albert Bezançon, Boulogne 92 Mireille Guillou, CPC Boulogne 92 Dominique Valentin A l occasion du Mardi-Gras, nous avons décidé de

Plus en détail

Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012)

Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012) Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012) La semaine des mathématiques a été l occasion de présenter aux élèves des parcours de mathématiciennes

Plus en détail

Fonctionnement des ceintures

Fonctionnement des ceintures Fonctionnement des ceintures Dans la classe tous les enfants portent une ceinture de comportement. Cette ceinture est fictive et matérialisée à la fois par une gommette autocollante apposée sur les étiquettes

Plus en détail

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 PASI Collège Claude Le Lorrain NANCY L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 1. Présentation de l aide aux devoirs pour les 5èmes page 2 2. Enquête menée auprès des élèves de 5 ème page 3 a.

Plus en détail

«Moi je m apprends et j apprends à créer l outil pour moi»

«Moi je m apprends et j apprends à créer l outil pour moi» Jamet Pierre 1Ai Retour de final d Auto-Apprentissage de l année 1Ai : «Moi je m apprends et j apprends à créer l outil pour moi» Introduction J ai pu grâce, au travail effectué en auto-apprentissage de

Plus en détail

S ouvrir aux différences ou s y enfarger

S ouvrir aux différences ou s y enfarger Audet, G. (2006). Voir http://www.recitdepratique.fse.ulaval.ca/ S ouvrir aux différences ou s y enfarger Je suis enseignante à la maternelle depuis trente ans, dont treize ans vécus en milieu défavorisé.

Plus en détail

Réflexivité et Méthode Qualitative : Enquête DAEU / Pré-DAEU. Observatoire de La Vie Etudiante

Réflexivité et Méthode Qualitative : Enquête DAEU / Pré-DAEU. Observatoire de La Vie Etudiante Réflexivité et Méthode Qualitative : Enquête DAEU / Pré-DAEU Observatoire de La Vie Etudiante 1. Présentation 1. Dispositif : DAEU & Pré-DAEU - DAEU : Diplôme d Accès aux Études Universitaires, un équivalent

Plus en détail

Compte-rendu de mission orthophonie/éducation à Bopa, Août 2014

Compte-rendu de mission orthophonie/éducation à Bopa, Août 2014 Compte-rendu de mission orthophonie/éducation à Bopa, Août 2014 Avant tout, je souhaite remercier Ambroise, Agnès et sa famille pour leur accueil, leur gentillesse et leur bienveillance, ainsi que pour

Plus en détail

INTERVIEW D'UN CHERCHEUR PAR DES ELEVES DU CYCLE 3

INTERVIEW D'UN CHERCHEUR PAR DES ELEVES DU CYCLE 3 INTERVIEW D'UN CHERCHEUR PAR DES ELEVES DU CYCLE 3 D'après le travail réalisé en 1996 pour son mémoire professionnel par Fabienne MARILL, professeur d'école. 1 Interview du chercheur par les C.E. 2 de

Plus en détail

Animation pédagogique «La résolution de problèmes au cœur de notre démarche pédagogique en mathématiques au cycle 3»

Animation pédagogique «La résolution de problèmes au cœur de notre démarche pédagogique en mathématiques au cycle 3» Animation pédagogique «La résolution de problèmes au cœur de notre démarche pédagogique en mathématiques au cycle 3» Définition de la notion de problème : 1. Un problème est défini comme une situation

Plus en détail

Qu est ce que la vitesse?

Qu est ce que la vitesse? 34 La vitesse J Actuellement, beaucoup d accidents de la route sont dus à une vitesse mal maîtrisée et mal adaptée qui, dans le cas des cyclomotoristes, résulte souvent du non-respect des distances de

Plus en détail

Comptons avec. Jean-Paul Mercier. Sortons des sentiers battus. APMEP - PLOT n 35

Comptons avec. Jean-Paul Mercier. Sortons des sentiers battus. APMEP - PLOT n 35 Comptons avec et Jean-Paul Mercier L écriture mésopotamienne cunéiforme peut-elle encore nous servir? Deux articles de Jean-Paul Mercier vont tenter de nous en convaincre à travers une expérience qu il

Plus en détail

Points à coordonnées entières sur une droite! La valeur ajoutée du numérique Sommaire

Points à coordonnées entières sur une droite! La valeur ajoutée du numérique Sommaire Points à coordonnées entières sur une droite! La valeur ajoutée du numérique Sommaire 1. Tableau récapitulatif... 2 2. Enoncé et consigne données aux... 3 3. Objectifs et analyse a priori... 3 4. Scénario

Plus en détail

Sommaire de la séquence 1

Sommaire de la séquence 1 Sommaire de la séquence t t t t t t t t t Séance...................................................................................................... Je calcule le produit de deux nombres relatifs.........................................................

Plus en détail

Séance 1 : a/b nombre de part sur -ième

Séance 1 : a/b nombre de part sur -ième CM Les fractions Matière mathématiques Compétence B.0. Nombres et calcul Fractions CM - Nommer les fractions simples et décimales en utilisant le vocabulaire : demi, tiers, quart, dixième, centième. -

Plus en détail

ENTRETIEN D AUTOCONFRONTATION. Entretien entre Christelle (C) et le technicien informatique expert, David (D)

ENTRETIEN D AUTOCONFRONTATION. Entretien entre Christelle (C) et le technicien informatique expert, David (D) ENTRETIEN D AUTOCONFRONTATION Entretien entre Christelle (C) et le technicien informatique expert, David (D) Durée de l entretien : 14mn C : Alors, est-ce que tu peux d abord te présenter et dire en quoi

Plus en détail

DIX DANS UN DORTOIR. Les compléments à 10 en Grande Section : pourquoi? comment?

DIX DANS UN DORTOIR. Les compléments à 10 en Grande Section : pourquoi? comment? DIX DANS UN DORTOIR Les compléments à 10 en Grande Section : pourquoi? comment? Jacqueline Viennot, Ecole Maternelle du Centre, 92 Saint-Cloud Dominique Valentin Introduction Au moment où la tentation

Plus en détail

Les règles de métier et «l Aide en Cours de Stage»

Les règles de métier et «l Aide en Cours de Stage» Les règles de métier et «l Aide en Cours de Stage» Pour en savoir davantage : Bruno, E., Chaliès S., Euzet, J.P., Méard, J. (2007). Les règles de métier à l épreuve de la pratique de classe, l exemple

Plus en détail

LYCEE COMMERCIAL ABDOULAYE NIASSE TRANSCRIPTION DE L ENTRETIEN AVEC L ELEVE N 2

LYCEE COMMERCIAL ABDOULAYE NIASSE TRANSCRIPTION DE L ENTRETIEN AVEC L ELEVE N 2 Réseau Ouest et Centre Africain de Recherche en Education Educational Research Network for West And Central Africa LYCEE COMMERCIAL ABDOULAYE NIASSE TRANSCRIPTION DE L ENTRETIEN AVEC L ELEVE N 2 Légende

Plus en détail

Transcription de la fin du cours d introduction des fonctions affines et linéaires dans une classe de 3 ème d un collège RAR en 2011

Transcription de la fin du cours d introduction des fonctions affines et linéaires dans une classe de 3 ème d un collège RAR en 2011 Transcription de la fin du cours d introduction des fonctions affines et linéaires dans une classe de 3 ème d un collège RAR en 2011 39 14 1. Professeur : Je vais le faire au tableau. Moi je n ai placé

Plus en détail

Trousse d éducation pour adultes du Recensement

Trousse d éducation pour adultes du Recensement Trousse d éducation pour adultes du Recensement de 2016 Activité 2 : Le processus du recensement Aperçu Dans cette activité, les élèves apprendront le processus à suivre pour remplir le questionnaire du

Plus en détail

IMPROMPTU, SCÈNES DU COURS DE FRANÇAIS

IMPROMPTU, SCÈNES DU COURS DE FRANÇAIS Recherches n 50, D une classe à l autre, 2009-1 IMPROMPTU, SCÈNES DU COURS DE FRANÇAIS Marylène Constant IUFM Nord Pas-de-Calais, université d Artois Quentin est élève en première S dans un lycée lillois.

Plus en détail

Créer un Quizz avec Socrative

Créer un Quizz avec Socrative Créer un Quizz avec Socrative 1/ Se rendre sur le site de Socrative. http://www.socrative.com/ et créer un compte professeur 2/ Création de compte très rapide : 3/ Une fois le compte créé, on peut paramétrer

Plus en détail

Les nouveaux programmes de l école primaire. Mathématiques Document d accompagnement. Le Calcul mental

Les nouveaux programmes de l école primaire. Mathématiques Document d accompagnement. Le Calcul mental Les nouveaux programmes de l école primaire Mathématiques Document d accompagnement Le Calcul mental Cycles des apprentissages fondamentaux Cycles des approfondissements Direction de l enseignement scolaire

Plus en détail

Bienvenue à l école Maternelle!

Bienvenue à l école Maternelle! Tu viens d être inscrit(e) à l école maternelle. Ton nom est marqué dans le grand cahier des élèves de l école. Voici des photos de ton école : Bienvenue à l école Maternelle! colle ici ta photo Ecole

Plus en détail

LE CORPS PARLE DE L INTERIEUR

LE CORPS PARLE DE L INTERIEUR FOCUSING: LE CORPS PARLE DE L INTERIEUR Intervention d Eugène Gendlin à la 18eme conférence annuelle Internationale sur les traumatismes. Boston MA June 20-23 2007 Traduit par Brigitte Domas Bonjour, je

Plus en détail

Deux seances De mathematiques en langue etrangere

Deux seances De mathematiques en langue etrangere Deux seances De mathematiques en langue etrangere Rachel BOUTY Irem de Lyon Nous sommes deux professeurs de mathématiques qui enseignons également cette discipline en allemand dans deux lycées de l académie

Plus en détail

Les stratégies de lecture à travailler de façon explicite

Les stratégies de lecture à travailler de façon explicite Les stratégies de lecture à travailler de façon explicite AVANT LA LECTURE 1- SURVOLER LA PAGE COUVERTURE Lire le titre, puis amener l enfant à observer la page couverture tout en l invitant à faire des

Plus en détail

COMMENT ENSEIGNER LE LANGAGE ORAL À L ÉCOLE MATERNELLE? EN PARTICULIER LE VOCABULAIRE

COMMENT ENSEIGNER LE LANGAGE ORAL À L ÉCOLE MATERNELLE? EN PARTICULIER LE VOCABULAIRE COMMENT ENSEIGNER LE LANGAGE ORAL À L ÉCOLE MATERNELLE? EN PARTICULIER LE VOCABULAIRE I. RETOUR SUR LA CONFÉRENCE DE VIVIANE BOUYSSE (le 11 février à Montfort) I.I LANGUE ET LANGAGE À L ÉCOLE 1) Distinguer

Plus en détail

Ecoles primaires en quartier défavorisé: que faire pour surmonter les difficultés?

Ecoles primaires en quartier défavorisé: que faire pour surmonter les difficultés? DOSSIER Echec scolaire Ecoles primaires en quartier défavorisé: que faire pour surmonter les difficultés? Nous avons posé la question à Véronique Grosjean, conseillère pédagogique pour les écoles du réseau

Plus en détail

La rénovation énergétique des bâtiments : les enjeux pour les entreprises et artisans du bâtiment. Intervenants:

La rénovation énergétique des bâtiments : les enjeux pour les entreprises et artisans du bâtiment. Intervenants: La rénovation énergétique des bâtiments : les enjeux pour les entreprises et artisans du bâtiment Débats animés par Denis Cheissoux, journaliste animateur de l émission CO 2 mon amour sur France Inter

Plus en détail

ECOLE FRONT DE TERRE (Ville de DAKAR)

ECOLE FRONT DE TERRE (Ville de DAKAR) ROCARE-TIC SENEGAL ECOLE FRONT DE TERRE (Ville de DAKAR) TRANSCRIPTION DE L ENTRETIEN AVEC L ENSEIGNANT NON TIC N 1 Ce 26/01/05 Légende : En 1 : représente l enseignant non TIC N 1 C 1 : représente le

Plus en détail

«La notion de stratégie d apprentissage»

«La notion de stratégie d apprentissage» fiche pédagogique FDLM N 373 / EXPLOITATION DES PAGES 24-25 PAR PAOLA BERTOCHINI ET EDVIGE COSTANZO «La notion de stratégie d apprentissage» PUBLIC : FUTURS ENSEIGNANTS EN FORMATION INITIALE ET ENSEIGNANTS

Plus en détail

Fiche connaissance ORTHOGRAPHE. Français 2 et 3

Fiche connaissance ORTHOGRAPHE. Français 2 et 3 Fiche connaissance Discipline Cycle ORTHOGRAPHE Français 2 et 3 Enseigner l orthographe 5 principes de base 1 Différencier connaissances et mise en oeuvre L enseignement de l orthographe doit viser à la

Plus en détail

Géométrie de la «boite à chaussures» : un solide simple et des problèmes pouvant s avérer très complexes.

Géométrie de la «boite à chaussures» : un solide simple et des problèmes pouvant s avérer très complexes. 754 ans nos classes PMP éométrie de la «boite à chaussures» : un solide simple et des problèmes pouvant s avérer très complexes. J.-P. Massola et article traite de trois problèmes de distances sur la surface

Plus en détail

1) En quoi ce cours vous donne-t-il une nouvelle compréhension du business en général? et plus largement de la société?

1) En quoi ce cours vous donne-t-il une nouvelle compréhension du business en général? et plus largement de la société? LEARNING-LOG 1) En quoi ce cours vous donne-t-il une nouvelle compréhension du business en général? et plus largement de la société? Raphaëla : Ce cours nous a permis de nous pencher sur un sujet qui est

Plus en détail

Des lapins, des poules et des élèves

Des lapins, des poules et des élèves Activité menée les 4, 5 et 7 janvier 2005 Sujet : Les poules et les lapins Problème 1 : Dans la cour du collège, il y a des poules et des lapins. J ai compté 16 têtes et 44 pattes. Combien y a-t-il de

Plus en détail

Soutien scolaire. Mode d emploi

Soutien scolaire. Mode d emploi Soutien scolaire Mode d emploi Raïssa MALU Madimba KADIMA-NZUJI Soutien scolaire Mode d emploi L Harmattan, 2011 5-7, rue de l Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr

Plus en détail

ELABORER UN PROJET DE GROUPE : UN EXEMPLE DU TYPE NUMERATION AU CE1

ELABORER UN PROJET DE GROUPE : UN EXEMPLE DU TYPE NUMERATION AU CE1 ELABORER UN PROJET DE GROUPE : UN EXEMPLE DU TYPE NUMERATION AU CE1 On propose dans ce document une synthèse des travaux de groupes portant sur la définition d une trame de projet de groupe, à partir de

Plus en détail

«Parmi les décompositions additives d un entier naturel, trouver celle(s) dont le produit des termes est le plus grand.»

«Parmi les décompositions additives d un entier naturel, trouver celle(s) dont le produit des termes est le plus grand.» Recherche d un problème ouvert en classe de seconde Le produit maximum Stéphane Millet Lycée d Andrézieu-Bouthéon «Parmi les décompositions additives d un entier naturel, trouver celle(s) dont le produit

Plus en détail

Présentation du bureau Topinvest internet 2013

Présentation du bureau Topinvest internet 2013 Présentation du bureau Topinvest internet 2013 Le bureau, qu est u est-ce que c est? Le bureau, c est la page d accueil qui s affiche dès que je me connecte sur mon espace Topinvest. Il permet de gérer

Plus en détail

J aime bien la lecture. Quand je prends Taoki, j arrive bien à lire et ma mère elle me gronde même pas! Il faut apprendre tout doucement.

J aime bien la lecture. Quand je prends Taoki, j arrive bien à lire et ma mère elle me gronde même pas! Il faut apprendre tout doucement. J aime bien la lecture. Quand je prends Taoki, j arrive bien à lire et ma mère elle me gronde même pas! Il faut apprendre tout doucement. On réfléchit, on a les mots dans sa tête, on les lit à l école

Plus en détail

Rapport d auto-apprentissage d anglais sur l année 2010/2011

Rapport d auto-apprentissage d anglais sur l année 2010/2011 Juliette Olivier, 1AI (Binôme : Tracy GESINI) Rapport d auto-apprentissage d anglais sur l année 2010/2011 I) Evolution de l auto-apprentissage sur l année Au début de l année, j ai eu du mal à quitter

Plus en détail

Reportage photo. 26 I N 164 mars-avril 2015 I déclic

Reportage photo. 26 I N 164 mars-avril 2015 I déclic 26 I N 164 mars-avril 2015 I déclic Je veux vivre chez moi! Laura, 19 ans, est atteinte d une infirmité motrice cérébrale. Après des années en établissement, elle aimerait vivre seule (avec un peu d aide)

Plus en détail

COMMUNICATION ORALE EN ENTRETIEN. (Notes prises par Danielle Venot lors de la conférence animée par Denis Boutte le 27 mars 2008)

COMMUNICATION ORALE EN ENTRETIEN. (Notes prises par Danielle Venot lors de la conférence animée par Denis Boutte le 27 mars 2008) COMMUNICATION ORALE EN ENTRETIEN (Notes prises par Danielle Venot lors de la conférence animée par Denis Boutte le 27 mars 2008) 1 - Quelques considérations préliminaires sur la recherche d emploi et les

Plus en détail

Voici une situation proposée au cours du mois de novembre à des élèves d un cours préparatoire.

Voici une situation proposée au cours du mois de novembre à des élèves d un cours préparatoire. om Ce fichier D3C, corrigé du fichier D3, présente deux activités autour des apprentissages numériques en Cycle 2, cycle des apprentissages fondamentaux. La première situation problème est une situation

Plus en détail

Tests de l évaluation par compétences en Seconde

Tests de l évaluation par compétences en Seconde Tests de l évaluation par compétences en Seconde 1 Présentation 1.1 La grille de compétences / aptitudes La grille de compétences a été distribuée et explicitée aux élèves le jour de la rentrée à la suite

Plus en détail

1 + 9 9 + 1 4 + 6 6 + 4 5 + 5 2 + 8 8 + 2 3 + 7 7 + 3. Calc Les compléments à 10. Il y a plusieurs manières de décomposer le nombre 10.

1 + 9 9 + 1 4 + 6 6 + 4 5 + 5 2 + 8 8 + 2 3 + 7 7 + 3. Calc Les compléments à 10. Il y a plusieurs manières de décomposer le nombre 10. Calc Les compléments à 10 Il y a plusieurs manières de décomposer le nombre 10. Il faut connaitre ces décompositions par cœur! 1 + 9 9 + 1 5 + 5 4 + 6 6 + 4 2 + 8 8 + 2 10 3 + 7 7 + 3 Calc La table d addition

Plus en détail

Séquence soclée : Evaluation formatrice et mathématiques au Cycle 3

Séquence soclée : Evaluation formatrice et mathématiques au Cycle 3 Séquence soclée : Evaluation formatrice et mathématiques au Cycle 3 Christine BOIDRON-JAMET (CPC Tours Sud) Evelyne RAMEAU (PEMF Claire BEY (CPC Tours Nord) Mission Socle Commun Septembre 2012 Projet d

Plus en détail

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio.

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Mode d emploi du cours audio REUSSIR Tout d abord, félicitations pour l achat de ce cours et pour la décision

Plus en détail

ELECTRICITE au CYCLE 2 et au DEBUT du CYCLE 3

ELECTRICITE au CYCLE 2 et au DEBUT du CYCLE 3 1 ELECTRICITE au CYCLE 2 et au DEBUT du CYCLE 3 A- PROGRESSION CLASSIQUE Allumage d'une ampoule 3,5 V avec la pile plate. Allumage «loin de la pile» (avec des fils) dans le but ultérieur de réaliser un

Plus en détail

Partie 1. Camera raw. 2013 Pearson France Les Ateliers de retouche Photoshop CS6 et CC Serge Ramelli

Partie 1. Camera raw. 2013 Pearson France Les Ateliers de retouche Photoshop CS6 et CC Serge Ramelli Partie 1 Camera raw Camera Raw est une partie de Photoshop qui permet de développer vos photos à la manière des chambres noires de l époque argentique, mais avec beaucoup, mais alors beaucoup plus de facilité.

Plus en détail

Triangles. I - Définition du triangle. II - Somme des angles d un triangle

Triangles. I - Définition du triangle. II - Somme des angles d un triangle Triangles Un chapitre complet sur les triangles. Ne pensez pas que puisqu il n y a qu un mot dans le titre, il sera court, au contraire. Beaucoup de nouvelles notions vont être énoncées dans ce cours sur

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE

GUIDE METHODOLOGIQUE GUIDE METHODOLOGIQUE Comment apprendre une leçon, préparer un exposé, réviser son brevet, préparer les contrôles Parents : comment aider votre enfant dans ses devoirs Collège François PONSARD Vienne Ministère

Plus en détail

Manipuler, jouer pour faire des apprentissages numériques en maternelle

Manipuler, jouer pour faire des apprentissages numériques en maternelle Manipuler, jouer pour faire des apprentissages numériques en maternelle 1 Prévenir l innumérisme à l école BO n 10 du 10 mars 2011 Innumérisme : incapacité à mobiliser les notions élémentaires de mathématiques,

Plus en détail

Es-tu un Athlète en Bonne Santè?

Es-tu un Athlète en Bonne Santè? Es-tu un Athlète en Bonne Santè? Healthy Athletes Ce carnet appartient à Athlètes en Top Forme est un programme Special Olympics qui te permets de faire un bilan de santé GRATUIT pendant les jeux locaux,

Plus en détail

Promoteur : Pierre Arsenault, responsable et gestionnaire du Centre d accès communautaire internet (CACI)

Promoteur : Pierre Arsenault, responsable et gestionnaire du Centre d accès communautaire internet (CACI) Initiative A2 : École La Relève de Saint-Elzéar Promoteur : Pierre Arsenault, responsable et gestionnaire du Centre d accès communautaire internet (CACI) Intervenante : Édith Arsenault, conseillère pédagogique

Plus en détail

NOMBRES & CALCULS Jeux mathématiques pour la liaison CM2-6 e

NOMBRES & CALCULS Jeux mathématiques pour la liaison CM2-6 e NOMBRES & CALCULS Jeux mathématiques pour la liaison CM2-6 e Mise en page, impression, façonnage : Infographie et atelier de reprographie du CDP de Mayotte RÉF. CDP : L-1203025 - Avril 2012 Livret d accompagnement

Plus en détail

Reprendre confiance en soi

Reprendre confiance en soi Reprendre confiance en soi Je pense ne pas avoir le niveau pour m exprimer dans cette langue... J ai un peu honte de faire le premier pas et débuter la conversation... Je n ai pas le courage de m adresser

Plus en détail

Fiche méthode Collège : Comment apprendre une leçon?

Fiche méthode Collège : Comment apprendre une leçon? Fiche méthode Collège : Comment apprendre une leçon? P. Casanova "Mieux vaut tête bien faite que tête bien pleine." (Montaigne) 1. Je me connais bien De quel profil es-tu? (dis-moi qui tu es je te dirai

Plus en détail

LE 18 DÉCEMBRE 1996, 8 élèves hellénistes de première du lycée

LE 18 DÉCEMBRE 1996, 8 élèves hellénistes de première du lycée II. L Antiquité pour quoi? TABLE RONDE AUTOUR D ÉLÈVES HELLÉNISTES ET LATINISTES Yvon LOGÉAT LE 18 DÉCEMBRE 1996, 8 élèves hellénistes de première du lycée Zola (Rennes) et 9 latinistes de terminale du

Plus en détail

Mathématiques Programmes 2008 La soustraction au CE1

Mathématiques Programmes 2008 La soustraction au CE1 Mathématiques Programmes 2008 La soustraction au CE1 Animation pédagogique Présentation Les programmes 2008 placent désormais la mise en place de la technique opératoire de la soustraction au CE1. Ce changement

Plus en détail

Projet album a compter ms

Projet album a compter ms MS Montlivault 2010 2011 Benoit Bourdillon Projet album a compter ms Projet : Création d un album à compter en s appuyant sur l album «l Afrique de Zigomar» de Corentin. On refait le voyage de Zigomar

Plus en détail

Une enquête de l inspecteur Copeland

Une enquête de l inspecteur Copeland Une enquête de l inspecteur Copeland De Mélissa, Nigel et Kenza (5 ème 7) L enquêteur Patrick Copeland, policier à Alès, était tranquillement assis dans son fauteuil en train de regarder «Enquêtes Criminelles»

Plus en détail

PLACE DE LA MATERNELLE DANS L APPRENTISSAGE DU CODE LA DECOUVERTE DU PRINCIPE ALPHABETIQUE

PLACE DE LA MATERNELLE DANS L APPRENTISSAGE DU CODE LA DECOUVERTE DU PRINCIPE ALPHABETIQUE PLACE DE LA MATERNELLE DANS L APPRENTISSAGE DU CODE LA DECOUVERTE DU PRINCIPE ALPHABETIQUE - Quelle est la place de la maternelle dans l apprentissage du code? Autrement dit : - En fonction de leur âge,

Plus en détail

APPROCHES DU HANDBALL MARS 2015 # 1 4 6

APPROCHES DU HANDBALL MARS 2015 # 1 4 6 pactualité 04 actualitép La performance durable, C EST D ABORD L INNOVATION Par Claude ONESTA Sélectionneur de l'équipe de France A Photos : Stéphane Pillaud C'était avant le championnat du Monde au Qatar.

Plus en détail

EVALUATION NIVEAU A1 ANGLAIS

EVALUATION NIVEAU A1 ANGLAIS EVALUATION NIVEAU A1 du cadre Européen Commun de Référence pour les Langues. ANGLAIS Diocèse de NICE 2009 2010 INTRODUCTION Ces évaluations ont été conçues par le groupe des enseignants personnes ressources

Plus en détail

Protocole du NICHD pour les auditions d enfants I. Introduction

Protocole du NICHD pour les auditions d enfants I. Introduction Protocole du NICHD pour les auditions d enfants I. Introduction 1. Bonjour, je m appelle et je suis un(e) policier(ière). (Présentez toute autre personne présente dans la pièce; idéalement, personne d

Plus en détail

Circonscription de Saint Avertin Mission maternelle Mme Gourin, I.E.N Saint Avertin mai 2008 S APPROPRIER LE LANGAGE

Circonscription de Saint Avertin Mission maternelle Mme Gourin, I.E.N Saint Avertin mai 2008 S APPROPRIER LE LANGAGE Circonscription de Saint Avertin Mission maternelle Mme Gourin, I.E.N Saint Avertin mai 2008 S APPROPRIER LE LANGAGE Le langage à l école maternelle et son développement doivent être envisagés sous trois

Plus en détail

Ranger du plus petit au plus grand les nombres jusqu à 10. Comparer deux quantités en utilisant le dénombrement.

Ranger du plus petit au plus grand les nombres jusqu à 10. Comparer deux quantités en utilisant le dénombrement. Tous en maths! CP Unité 3 Objectifs pédaoiques L unité 3 a pour objectif d apprendre aux élèves à comparer deux nombres en comparant les quantités qu ils représentent et en les positionnant dans la comptine

Plus en détail

CALCUL MENTAL CYCLE 3 «L entraînement quotidien au calcul mental permet une connaissance plus approfondie des nombres et une familiarisation avec leurs propriétés.» Programmes de l école primaire 2008

Plus en détail

Université d Aix-Marseille 2015 2016 Licence CUPGE COMPTE-RENDU DU SYSTÈME D INTERROGATIONS ORALES EN CUPGE ORGANISÉ EN 2015-2016.

Université d Aix-Marseille 2015 2016 Licence CUPGE COMPTE-RENDU DU SYSTÈME D INTERROGATIONS ORALES EN CUPGE ORGANISÉ EN 2015-2016. Université d Aix-Marseille 2015 2016 Licence CUPGE COMPTE-RENDU DU SYSTÈME D INTERROGATIONS ORALES EN CUPGE ORGANISÉ EN 2015-2016. PIERRE ARNOUX Comme les deux années précédentes, un système d interrogations

Plus en détail

Activité 1: Feuilleter votre dictionnaire

Activité 1: Feuilleter votre dictionnaire Le verbe anglais_new principes 140x200 lundi11/02/13 13:28 Page357 9. Activités à gogo! Activité 1: Feuilleter votre dictionnaire Pourquoi est-ce important? C est assez simple : aucune base de vocabulaire

Plus en détail

8 Etapes Pour Créer Votre Entreprise Rapidement

8 Etapes Pour Créer Votre Entreprise Rapidement 8 Etapes Pour Créer Votre Entreprise Rapidement Cette fois ci, c est décidé, je crée ma boîte! Moi ce que je veux, c est faire ce que j aime, vivre de ma passion, et avoir du temps à consacrer à ma petite

Plus en détail

Le Portable. Xavier Boissaye

Le Portable. Xavier Boissaye Le Portable Xavier Boissaye L acteur entre en scène s appuyant sur une béquille, la jambe plâtrée. «Quand je pense qu il y en a.» (bruit de portable) L acteur prend son appareil dans sa poche et se tourne

Plus en détail

Cours/TD n 3bis : les boucles

Cours/TD n 3bis : les boucles Cours/TD n 3bis : les boucles Découpons le problème Nous avons plusieurs utilisations des boucles C est précisément ce qui rend difficile leur création. Vu la difficulté, nous allons séparer les différentes

Plus en détail

Mathématique à l école : codage et décodage. l apport des réglettes Cuisenaire

Mathématique à l école : codage et décodage. l apport des réglettes Cuisenaire Mathématique à l école : codage et décodage l apport des réglettes Cuisenaire Jacques Delacour En communication écrite, tout est normalement organisé pour distinguer codage et décodage. D une part on apprend

Plus en détail

Conférence de Roland Charnay CRDP de la Marne IUFM de Champagne Ardenne. Compte rendu : F. EMPRIN

Conférence de Roland Charnay CRDP de la Marne IUFM de Champagne Ardenne. Compte rendu : F. EMPRIN Plan du document Conférence de Roland Charnay CRDP de la Marne IUFM de Champagne Ardenne. Compte rendu : F. EMPRIN I. Quelles sont les difficultés des élèves?... 2 1. Analyse des évaluations nationales

Plus en détail

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V ANNEX V 233 Interviews in Victor Hugo school, June 29, 1999 Premier Groupe S : qu est ce que que vous pouvez me dire quand vous utilisez le enfin l email, le courrier électronique? 1 : euh 2 : c est le

Plus en détail

Les problèmes mathématiques à l école maternelle

Les problèmes mathématiques à l école maternelle Les problèmes mathématiques à l école maternelle I Qu est-ce qu un problème? Définition donnée par Jean Brun, chercheur à l IRDP (Institut de recherche et de documentation pédagogique) de Neuchâtel : "Un

Plus en détail

How-To : Organiser un évènement

How-To : Organiser un évènement How-To : Organiser un évènement Informations générales Ce dossier a pour but de vous donner des astuces pour organiser un évènement. Pas de méthode universelle, c est pour sûr! Ce dossier est principalement

Plus en détail

Numero 35 Septembre-Octobre-Novembre 2008

Numero 35 Septembre-Octobre-Novembre 2008 Numero 35 Septembre-Octobre-Novembre 2008 avoir dire Savoir dire non Le supplément de SOCHAUX Plus Paroles d'enfants Propos extraits de travaux écrits, recueillis dans la classe de cycle trois de Mme Blanot-

Plus en détail

I- Qu'est-ce que la Constante Macabre?

I- Qu'est-ce que la Constante Macabre? De la constante macabre à l évaluation par contrat de confiance Conférence d André ANTIBI le mercredi 28 novembre 2012 I- Qu'est-ce que la Constante Macabre? Situation de science-fiction : Un nouveau professeur

Plus en détail