CONTRIBUTION À L'ÉTUDE DU PHÉNOMÈNE DE LATCHUP INDUIT DANS LES CIRCUITS INTÉGRÉS EMBARQUÉS DANS UN ENVIRONNEMENT RADIATIF SPATIAL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONTRIBUTION À L'ÉTUDE DU PHÉNOMÈNE DE LATCHUP INDUIT DANS LES CIRCUITS INTÉGRÉS EMBARQUÉS DANS UN ENVIRONNEMENT RADIATIF SPATIAL"

Transcription

1 APPLIED PHYSICS CONTRIBUTION À L'ÉTUDE DU PHÉNOMÈNE DE LATCHUP INDUIT DANS LES CIRCUITS INTÉGRÉS EMBARQUÉS DANS UN ENVIRONNEMENT RADIATIF SPATIAL NADJIM MERABTINE, DJAOUIDA SADAOUI, MALEK BENSLAMA Laboratoire Electromagnétisme et Télécommunications, Département d Electronique. Faculté des Sciences de l Ingénieur Université de Constantine, Algérie Received August 4, 2006 Les équipements électroniques fonctionnant en milieux hostiles peuvent subir, outre les défaillances dues au vieillissement normal des composants, des dégradations provoquées par le milieu dans lequel ils sont utilisés. L interaction des particules rencontrées dans un environnement radiatif avec les matériaux constitutifs d un circuit intégré peut induire des défaillances perturbant la fonctionnalité de celui-ci, voire conduisant à sa destruction. L étude des effets des radiations sur les circuits intégrés et en particulier l effet de latchup a donc pour enjeu la fiabilité des systèmes électroniques soumis à une irradiation. L objectif de ce travail sera focalisé sur l étude du phénomène de Latchup induit dans les composants embarqués. Mots-Clés: Radiations ionisantes, ions lourds, Evènements singuliers, SEL (Single Event Latchup). 1. INTRODUCTION Les systèmes embarqués dans l'espace, l'électronique à proximité d'explosions nucléaires ou des faisceaux dans les accélérateurs de particules, les robots d'intervention dans les centrales nucléaires et dans les usines de traitement des déchets nucléaires, sont tous soumis à des radiations. Les rayonnements interagissent avec les matériaux constituant les composants électroniques, provoquant des défauts dont la nature dépend du type de particules présentes dans leur environnement. Les effets des radiations sur les composants électroniques peuvent être diffus, dus le plus souvent à la dose intégrée créée par des particules légères (protons, électrons), ou localisés, dus à des effets singuliers produits par des particules lourdes de forte énergie. Dans son ensemble, cette étude vise, pour un système et un environnement donnés, à déterminer les mécanismes de défaillances possibles, à évaluer leur Rom. Journ. Phys., Vol. 52, Nos. 1 2, P , Bucharest, 2007

2 120 Nadjim Merabtine, Djaouida Sadaoui, Malek Benslama 2 probabilité et, si nécessaire, à proposer des solutions permettant de garantir un certain niveau de fiabilité du système en question. Le test des circuits intégrés est une phase essentielle à chacune de ces étapes. 2. L ENVIRONNEMENT RADIATIF SPATIAL En milieu radiatif, le comportement d un composant électronique dépend notamment de la nature et du flux du rayonnement incident. Le domaine spatial est certainement le plus complexe est le plus contraignant en matière de fiabilité des circuits intégrés. La grande variété des particules et la quasi inaccessibilité des systèmes au cour de leur mission contribuent à faire de la spécification une étape à la fois délicate et cruciale. La complexité de l environnement spatial provient du fait qu il comporte quatre composantes qui interagissent entre elles et avec la magnétosphère de la terre [1]. Les ceintures de radiations : Elles sont constituée de particules chargées légères piégées dans la magnétosphère terrestre. On distingue une ceinture interne et une ceinture externe composées essentiellement de protons et d électrons. Leur énergie est comprise entre quelques dizaines de KeV et plusieurs centaines de MeV, avec des flux localisés dans la ceinture interne atteignant 109 protons/m 2 /s. parmi les particules piégées dans la magnétosphère, des ions lourds faiblement ionisés ont également été découverts. Le rayonnement cosmique : Les rayons cosmiques sont des particules chargées très énergétiques provenant de l extérieur du système solaire. Ils sont principalement constitués de protons, de particules α et de tous les éléments ayant un numéro atomique compris entre 1 et 92. leur flux est très faible mais étant constitué de particules hautement énergétiques (plusieurs centaine de GeV). Ils ont des parcours important dans la matière, ils peuvent traverser les blindages et même les satellites de part en part. Le vent solaire : composé principalement de protons et d électrons de basse énergie (qq KeV). Ces particules ne sont pas susceptibles d induire des perturbations dans les composants embarqués, elles peuvent cependant être à l origine d anomalies de fonctionnement au niveau des systèmes électroniques lorsque des décharges électrostatiques se produisent au niveau des revêtements de contrôle thermique des satellites [2]. Les éruptions solaires: elles peuvent être de deux types. Les éruptions riches en protons qui ont un spectre d énergie pouvant aller jusqu à une centaine de MeV et les éruptions solaires à ions lourds qui ont un spectre en énergie allant de quelques dizaines à quelques centaines de MeV. Si le spectre est moins dur ici que pour les rayons cosmiques, le flux d ions peut être en revanche 100 à 1000 fois plus important.

3 3 Contribution à l étude du phénomène de Latchup INTERACTION PARTICULES SEMICONDUCTEUR Les particules naturelles interagissant avec les circuits intégrés sont essentiellement les photons, les électrons, les protons et les ions lourds. Nous proposons de décrire brièvement la manière dont ces particules agissent sur les matériaux composant les circuits intégrés. A. INTERACTION AVEC LES PARTICULES CHARGÉES Il s agit des protons ; des particules alpha et des ions. Plus les particules ont une masse et une énergie importante, plus elles provoquent de dommages. Les protons s avèrent avoir un pouvoir ionisant insuffisant pour provoquer des effets directs mais ils peuvent produire des interactions nucléaires en interagissant avec les noyaux rencontrés. Les particules chargées (ion et particules alpha) sont les plus dangereuses ; elles sont responsables de SEEs tel que le latch-up et le SEU. B. INTERACTION AVEC LES NEUTRONS Les neutrons ne produisent pas de façon directe des SEEs car ils sont électriquement neutres. Cependant, ils ont des effets indirects importants. Le neutron est une particule ayant une masse, mais pas de charge électrique, il ne peut être décéléré ou arrêté que lors d une collision, des phénomènes différents peuvent survenir ; phénomènes qui ont pour conséquence soit la déformation du réseau matériel avec des atomes qui quittent la maille cristalline, émissions secondaires de rayons ou de particules alpha selon l énergie incidente du neutron [3]. Ce fut seulement en 1992 que les premiers SEEs dus aux neutrons ont été observé dans les mémoires SRAMs. 4. EFFETS DES RADIATIONS SUR LES COMPOSANTS ÉLECTRONIQUES L'exposition des circuits intégrés aux radiations provoque différents phénomènes pouvant entraîner des anomalies dont la gravité dépend du type de rayonnement incident et du type de circuit exposé et sa technologie de conception (bipolaire, CMOS,...). Parmi les radiations, celles ayant une haute énergie peuvent agir sur les atomes ou molécules constituants de la matière des équipements embarqués à bord des véhicules spatiaux [4]. Cette action se manifeste, dans le cas des circuits intégrés, par deux types de phénomènes : effets de dose cumulée dus principalement aux particules légères et événements singuliers provoqués par un dépôt local d'énergie dû à l'ionisation tout au long du parcours d'un ion lourd (création de paires électron-trou).

4 122 Nadjim Merabtine, Djaouida Sadaoui, Malek Benslama 4 A. L EFFET DE DOSE L'effet de dose due aux particules légères faiblement énergétiques est une accumulation de charges au niveau des oxydes et des interfaces dans les composants. Il en résulte des effets tels que la diminution de la mobilité des porteurs et la création d'un champ électrique parasite. Dans le cas de la technologie MOS cela se traduit par des déplacements des tensions de seuil, des courants de fuite et une moins bonne immunité au bruit. Les composants analogiques ne sont pas ou sont peu utilisés en environnement radiatif, car un faible dépôt d'énergie peut modifier sensiblement leur comportement. Ainsi, dans le cas des composants numériques, les effets de dose conduisent à des dérives paramétriques permanentes qui limitent la durée de vie du composant et parfois même du système. Ces effets peuvent être minimisés par blindage (protection par une feuille d'aluminium) et par l'utilisation de technologies appropriées (dites durcies). Dans le cas des équipements spatiaux, on fait en sorte que la durée de vie des composants soit supérieure à la durée de la mission. Les effets de dose ne sont alors pas critiques pour sa réussite. B. LES ÉVÉNEMENTS SINGULIERS Les effets singuliers, regroupés sous le sigle SEP (Single Event Phenomena), correspondent aux phénomènes déclenchés par le passage d'une particule unique. Le plus souvent, il s'agit de particules chargées et fortement énergétiques, telles que des ions lourds ou des protons énergétiques. On peut distinguer deux classes d'effets singuliers, les défauts transitoires ou erreurs logicielles (SEU) et les dégradations permanentes ou erreurs matérielles (SEL). 1) Le phénomène de Single Event Upset (SEU) correspond au changement d'état logique d'un point mémoire suite au passage d'une particule unique. Ce changement accidentel de niveau logique dans une mémoire est réversible (le point mémoire pourra être corrigé par le processus normal d'écriture) et ne conduit pas à la destruction du composant. De manière générale, tout composant électronique possédant des points de mémorisation est sensible au SEU [5]. 2) Le phénomène de Single Event Latchup (SEL) est un bien connu est dû à la mise en conduction involontaire d une succession de jonctions PNPN formant un thyristor parasite entre l alimentation et la masse. Le déclenchement de thyristor parasite provoque un court-circuit entre l alimentation et la masse du circuit intégré qui peut être destructif. Son étude est l'objet de cet article [6]. 5. PHENOMENE DE LATCHUP Un Single Event Latchup' est la mise en conduction d'un thyristor (structure PNPN) parasite présent dans tous les circuits intégrés CMOS [1, 7, 8], comme représenté sur la Fig. 1.

5 5 Contribution à l étude du phénomène de Latchup 123 Fig. 1 Phénomène de latchup dans les circuits intégrés. Une impulsion transitoire de courant produite par l'impact d'une particule lourde peut amorcer la mise en conduction d'un tel thyristor parasite, qui en condition normale est inactif. Le latchup crée un chemin de conduction parasite direct entre la masse et l'alimentation et, par conséquent, cause un échauffement supplémentaire important dans le circuit et entraîne une forte augmentation de la consommation. Le court circuit engendré peut conduire à la destruction du circuit si le courant de l alimentation n est pas contrôlé. Le désamorçage de cet effet passe généralement par une coupure de l alimentation et entraîne donc une réinitialisation du circuit [9]. Le phénomène de latchup joue un rôle très important surtout pour les systèmes spatiaux. L évolution technologique augmente la sensibilité au latchup des futurs circuits intégrés, et le phénomène s avère de plus en plus gênant dans les circuits à faible tension d alimentation et à faible consommation. Parfois, le phénomène de latchup peut entraîner de faible changement de consommation de courant dans les circuits. Alors, les tests logiques ou les tests I DDQ ne peuvent pas les détecter pace que le circuit ne présente pas d erreur ni de fautes détectables dans un test de courant. 6. MOYENS D ACTION FACE AUX EFFETS DES PARTICULES Un moyen de faire face aux risques des radiations consiste à minimiser la probabilité d apparition des effets qui leurs sont dus. Compte tenu de la gravité des effets des ions lourds sur l électronique, des moyens d action face aux radiations s avèrent nécessaires. Nous distinguons les moyens de prévention et les moyens de prévision.

6 124 Nadjim Merabtine, Djaouida Sadaoui, Malek Benslama 6 A. MOYENS DE PRÉVENTION De nombreuses techniques ont été développées pour limiter la sensibilité des composants aux différents effets des radiations ou atténuer l impact des défaillances sur le fonctionnement global d un système. On peut distinguer les techniques de «durcissement» selon le niveau auquel elles interviennent. An niveau initial, les technologies semi-conducteur sur isolant (Silicon On Insolator : SOI) permettent de limiter le volume d interaction particule-semiconducteur, et donc la quantité de charge collectés. Dans le technologies GaAs, la croissance à basse température (Low temperature Ga As : LTGa As) permet de limiter la durée de vie des porteurs générés. Au niveau du dessin des masques (layout), on peut citer notamment les anneaux de garde issu des protections au Latchup, ainsi que les transistors fermés «edgeless». Au niveau circuit, de nombreuses solutions originales ont été proposées, notamment pour le durcissement des cellules mémoires statiques ou dynamiques. Enfin au niveau système, on utilise couramment plusieurs techniques des circuits de surveillances contrôlent le courant d alimentation, ou le flux de données d un processeur («watchdogs») des codes embarqués de détection et de correction d erreurs (Error Detection and Correction Code : EDAC, or Error Correction Code : ECC) permettent dans une certaine mesure, de rétablir des données corrompus [10]. B. MOYENS DE PRÉVISION Tous les moyens de prévention précédemment cités ne permettent pas à priori une immunité totale face aux SEE s et en particulier aux latchups. Un moyen d'assurer un fonctionnement et une durée de vie optimaux à une mission spatiale est, de prendre les précautions maximales de protection. Pour cela, des tests au sol et un calcul de prédiction sont nécessaires. Une fois un composant caractérisé, il est alors possible de l'éliminer s'il est trop sensible ou de prévoir les actions adéquates (watchdog timer, reset périodique,...) afin de diminuer les risques en orbite. Une étude statistique des défaillances induites par les radiations permet, dans une première approche, de dégager des informations quant à la fiabilité d une famille de circuits dans un environnement radiatif déterminé. Cependant, l évaluation prédictive de la fiabilité (i.e. la spécification) d un système nécessite la connaissance des paramètres indicateurs de la sensibilité aux SEE des circuits utilisés. La caractérisation expérimentale a pour objectif de définir et de mesurer ces paramètres.

7 7 Contribution à l étude du phénomène de Latchup 125 Le coût des tests SEL expérimentaux est extrêmement élevé et s ajoute à celui, non négligeable de la fabrication des composants à tester. D ailleurs, les applications commerciales ne peuvent pas se permettre un coût très élevé de conception et de processus technologiques. D autres précautions doivent donc être prises en compte au niveau du système. Il est donc indispensable de pouvoir évaluer la sensibilité d un circuit au système et de décider du niveau de protection nécessaire pour ne pas augmenter le coût du système de façon injustifié. Pour ce faire, des simulations de l impact d une particule énergétique avec des calculs de prédictions sont nécessaires. Une fois qu un circuit ou un composant est caractérisé, il devient possible soit de l éliminer, soit de prévoir les actions adéquates, pour diminuer les risques lorsque ces systèmes fonctionnent dans l espace ou dans des environnements à risques. MOYENS DE SIMULATION DES LATCHUPS La simulation de latchup au sol, appelée aussi «test aux ions lourds» consiste à exposer le circuit à caractériser à un rayonnement qui soit aussi représentatif que possible de celui qu'il rencontrera durant son utilisation finale (mission spatiale). L'évaluation sous ambiance radiative du comportement des circuits intégrés, soulève différents problèmes. Le premier est la reproduction de l'environnement spatial par un faisceau de particules (ions lourds, électrons, protons) similaire à celui rencontré dans l'espace. Il est aussi nécessaire de développer un environnement électronique faisant l'interface entre le circuit sous test et le monde extérieur durant son irradiation et collectant les résultats, il s'agit du système de test. Enfin, une stratégie de test destinée à évaluer la sensibilité du composant doit être développée [11]. Le but de tels tests est d'obtenir une caractérisation de la sensibilité face aux latchup du circuit étudié et cela pour différentes valeurs de LET, afin de déterminer la courbe de section efficace. La mesure de la section efficace est effectuée tout en contrôlant les paramètres d expérience que sont les conditions d irradiation et les paramètres électriques du circuit. Le LET est le seul paramètre de l ion conditionnant la réponse du circuit [12]. On mesure donc la section efficace pour plusieurs valeurs du LET, obtenu en changeant l énergie et le type des ions (ainsi que l angle d incidence)[3]. Les points expérimentaux sont généralement ajustés par une distribution de weibull de la forme : S ( ) ( LET ) 1 Exp( ( LET L ) W ) σ =σ 0 0 La Fig. 2 présente la section efficace de latchup en fonction du LET pour la LCA200K Gate Array.

8 126 Nadjim Merabtine, Djaouida Sadaoui, Malek Benslama 8 Fig. 2 Section efficace de latchup en fonction du LET pour la LCA200K Gate Array. La charge générée par un ion à incidence normale dans un volume de profondeur d est donnée par : Qn = L d (1) Où L est le LET est exprimé en charge par unité de longueur. Dans le cas général d un ion incident avec un angleα, l ion dépose une charge Qθ Q n. Afin d obtenir une forme similaire à (1), on définit le LET effectif : Tel que : Leff n = L cosθ (2) Q = L d (3) eff Ainsi, si l on suppose que la sensibilité d un circuit est uniquement fonction de la quantité de charge générée sur une certaine profondeur, on peut augmenter le LET «vu» par le circuit en l inclinant par rapport au faisceau incident. Cette méthode est fréquemment utilisée pour accroître le nombre de valeurs de LET accessibles sans augmenter le nombre de couples ion-énergie (Zi, Ei) utilisés. Les angles utilisés s étendent couramment jusqu à 60. L utilisation de LETs effectifs pour tracer la courbe σ ( LET ) paraît cependant hasardeuse. D après Koga, [13] cette pratique devrait être proscrite pour des circuits fortement intégrés. Des simulations numériques ont en effet montrés

9 9 Contribution à l étude du phénomène de Latchup 127 que la dépendance du LET seuil en fonction de l angle ne pouvait se résumer à une simple loi en 1 cosθ pour des angles supérieur à 30. Les points obtenus pour des angles trop importants peuvent introduire des discontinuités dans la courbe de section efficace. Ils doivent alors être corrigés via une modélisation avancée, ou être faiblement pondérés lors du processus d exploitation de la courbe. L augmentation avec l angle d incidence de l épaisseur de couches supérieures traversée constitue une source d incertitude supplémentaire associée à l utilisation du LET effectif. Fig. 3 Section efficace de latchup en fonction du LETeffectif pour la 128 Mb Sumsung SDRAM. En dehors de la méthode du LET effectif, l étude de la dépendance angulaire de la sensibilité d un circuit permet une modélisation plus fine des mécanismes de défaillances. CONCLUSION Des radiations sont présentes dans l'environnement spatial et sont dues essentiellement à deux types de particules: les particules lourdes et les particules légères. Elles interagissent avec les composants électroniques embarqués et peuvent conduire, sous certaines conditions, à leurs défaillances fonctionnelles.

10 128 Nadjim Merabtine, Djaouida Sadaoui, Malek Benslama 10 Ces dernières résultent en particulier des effets de la dose cumulée et des effets singuliers des ions lourds et peuvent être catastrophiques sur le système entier, notamment si la partie de l'engin affectée par les particules est vitale (système de contrôle par exemple). D'ou la nécessite d'étudier les différents moyens d'actions, au niveau des composants ou au niveau système, permettant de faire face aux effets des rayonnements. Deux techniques sont utilisées, la prévention et la prévision, la première consiste a minimiser la probabilité d'apparition de ces effets tandis que la seconde consiste à calculer le taux d'erreurs en mission des composants candidats, à partir d'une simulation au sol (test aux ions lourds) et d'un moyen de calcul de prédiction. Les tests aux ions lourds nécessitent de disposer de moyens de simulation de l'environnement radiatif, des systèmes de test permettant d'interfacer le circuit sous test ainsi que des stratégies de test destinées a déterminer sa sensibilité. REFERENCES 1. E. Walter and F. Norman, Combining Single-Event Latchup and Reliability Requirements for Space Vehicles, Proceedings Annual Reliability and Maintainability Symposium, IEEE N. Buchanan, D. M. Guingritch, Proton induced Radiation Effects On a Xilins FPGA and Estimates of SEE in the ATLAS Environment, Center of Subatomic Research University of Alberta, Edmonton, AB, Canada, TRIUMF, Vancouver, BC, Canada, April 24, P. Shaneyfelt, James R. Schwank, and Gerald L. Hash, Neuron- induced LATCHUP in SRAMq at Ground Level, IEEE 3CH st Annual International Reliability Physics Symposium, Dallas, Texas, Dj. Sadaoui, N. Merabtine, A. Benslama, M. Benslama, Effets des Radiations Ionisantes sur les Composants Electroniques Embarqués à bord de Satellites, 1 er Congrès International sur le Génie Electrique Octobre 2004 UFA Sétif, Algérie. 5. D. Binder, E. C. Smith et A. B. Holman, Satellite anomalies from galactic cosmic rays, IEEE Transactions on Nuclear Science, NS-22, N 6, pp , décembre S. Baffreau, Suseptibilite des micros controleurs aux agréssions électromagnétiques, thèse de doctorat en électronique de l Institut Nationale des Sciences appliques de Toulouse P. James Spratt, James C. Pickel, E. Leadon, Steven C. Moss, and D. Stephen, A Single Event Latchup Suppression Technique for COTS CMOS Ics, IEEE, Transactions on Nuclear Science, vol. 50, no. 6, December Dj. Sadaoui, A. Benslama et M. Benslama, Etude de l Aléa Logique (SEU) Induit Dans Les Mémoires SRAM, 3 rd Internationalrnational Conference: Sciences of Electronic, Technologies of Information and Telecommunications March 27 31, 2005 TUNISIA. 9. Fred W. Sexton, Destructive Single-Event Effects in Semiconductor Devices and ICs, IEEE Transactions on Nuclear Science, vol. 50, no. 3, June J. C. Boudenot, L environnement spatial, Ed. Presses Universitaires de France, Collection «Que sais-je?», Octobre S. Buchner I, L. Tran J. Mann I, T. Turflinger, D. McMoitow, A. Campbell, and C. Dozier, Single-Event Eeffects in Resolver-to-Digital Converters, IEEE Transactions on Nuclear Science, vol. 46, no. 6, December E. Normand, Extensions of the FOM Method Proton SEL and Atmospheric Neutron SEU, IEEE Transactions on Nuclear Science, vol. 51, no. 6, December 2004.

11 11 Contribution à l étude du phénomène de Latchup G. Bruguier and J-M. Palau, Single Particle-Induced Latchup, IEEE Transactions on Nuclear Science, vol. 43, no. 2, April, M. S. Gussenhoven et E. G. Mullen, Space Radiation Effects Program: An Overview. 15. R. Koga, Single-Event Effect Ground Test Issues, IEEE Transactions on Nuclear Science, vol. 40, no. 2, 1993, pp IEEE Transactions on Nuclear Science, vol. 43, no. 2, 1996, pp. 661{ M. Huhtinen, F. Faccio, Computational Method to Estimate Single Event Upset Rates in an Accelerator Environment, CERN, CH-1211 Geneva 23, Switzerland, Preprint submitted to Elsevier Preprint 11 October E. Normand, Single-event effects in avionics, IEEE Trans.Nucl. Sci., vol. 43, no. 2, pp , April 1996.

Interactions des rayonnements avec la matière

Interactions des rayonnements avec la matière UE3-1 : Biophysique Chapitre 2 : Interactions des rayonnements avec la matière Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

UNIVERSITE JOSEPH FOURIER. N o attribué par la bibliothèque THÈSE. pour obtenir le grade de DOCTEUR. Spécialité : Micro-Electronique

UNIVERSITE JOSEPH FOURIER. N o attribué par la bibliothèque THÈSE. pour obtenir le grade de DOCTEUR. Spécialité : Micro-Electronique UNIVERSITE JOSEPH FOURIER THÈSE pour obtenir le grade de DOCTEUR Spécialité : Micro-Electronique N o attribué par la bibliothèque _/_/_/_/_/_/_/_/_/_ préparée au laboratoire TIMA dans le cadre de l École

Plus en détail

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012 1 I.Généralités sur les cellules photovoltaïques I.1.Introduction : Les énergies renouvelables sont des énergies à ressource illimitée. Les énergies renouvelables regroupent un certain nombre de filières

Plus en détail

Semi-conducteurs. 1 Montage expérimental. Expérience n 29

Semi-conducteurs. 1 Montage expérimental. Expérience n 29 Expérience n 29 Semi-conducteurs Description Le but de cette expérience est la mesure de l énergie d activation intrinsèque de différents échantillons semiconducteurs. 1 Montage expérimental Liste du matériel

Plus en détail

Convertisseurs statiques d'énergie électrique

Convertisseurs statiques d'énergie électrique Convertisseurs statiques d'énergie électrique I. Pourquoi des convertisseurs d'énergie électrique? L'énergie électrique utilisée dans l'industrie et chez les particuliers provient principalement du réseau

Plus en détail

8/10/10. Les réactions nucléaires

8/10/10. Les réactions nucléaires Les réactions nucléaires En 1900, à Montréal, Rutherford observa un effet curieux, lors de mesures de l'intensité du rayonnement d'une source de thorium [...]. L'intensité n'était pas la même selon que

Plus en détail

Gestion et entretien des Installations Electriques BT

Gestion et entretien des Installations Electriques BT Durée : 5 jours Gestion et entretien des Installations Electriques BT Réf : (TECH.01) ² Connaître les paramètres d une installation basse tension, apprendre les bonnes méthodes de gestion et entretien

Plus en détail

LE COSMODETECTEUR : UN EXEMPLE DE CHAÎNE DE MESURE

LE COSMODETECTEUR : UN EXEMPLE DE CHAÎNE DE MESURE LE COSMODETECTEUR : UN EXEMPLE DE CHAÎNE DE MESURE Enseignement : 1 ère STL Mesures et instrumentation Thème : Instrumentation : Instruments de mesure, chaîne de mesure numérique Notions et contenus :

Plus en détail

Séminaire sur les mémoires émergentes

Séminaire sur les mémoires émergentes Séminaire sur les mémoires émergentes Résultats des Tests radiatifs effectués sur des Fe-RAMs FM18L08 & FM20L08 de RAMTRON Plan de la présentation Présentation des bancs de tests Résultats des Essais radiatifs

Plus en détail

Équivalence masse-énergie

Équivalence masse-énergie CHPITRE 5 NOYUX, MSSE ET ÉNERGIE Équivalence masse-énergie. Équivalence masse-énergie Einstein a montré que la masse constitue une forme d énergie appelée énergie de masse. La relation entre la masse (en

Plus en détail

Origine du courant électrique Constitution d un atome

Origine du courant électrique Constitution d un atome Origine du courant électrique Constitution d un atome Electron - Neutron ORIGINE DU COURANT Proton + ELECTRIQUE MATERIAUX CONDUCTEURS Électrons libres CORPS ISOLANTS ET CORPS CONDUCTEURS L électricité

Plus en détail

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser TP vélocimétrie Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité ATTENTION : le faisceau du Hélium-Néon utilisé dans cette salle est puissant (supérieur à 15 mw). Il est dangereux et peuvent provoquer des

Plus en détail

Capacité Métal-Isolant-Semiconducteur (MIS)

Capacité Métal-Isolant-Semiconducteur (MIS) apacité Métal-solant-Semiconducteur (MS) 1-onstitution Une structure Métal-solant-Semiconducteur (MS) est constituée d'un empilement de trois couches : un substrat semiconducteur sur lequel on a déposé

Plus en détail

Fig. 1 Le détecteur de LHCb. En bas à gauche : schématiquement ; En bas à droite: «Event Display» développé au LAL.

Fig. 1 Le détecteur de LHCb. En bas à gauche : schématiquement ; En bas à droite: «Event Display» développé au LAL. LHCb est l'une des expériences installées sur le LHC. Elle recherche la physique au-delà du Modèle standard en étudiant les mésons Beaux et Charmés. L accent est mis entre autres sur l étude de la violation

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - 1 Suite énoncé des exos du Chapitre 14 : Noyaux-masse-énergie I. Fission nucléaire induite (provoquée)

Plus en détail

INSTITUT POLYTECHNIQUE DE GRENOBLE

INSTITUT POLYTECHNIQUE DE GRENOBLE INSTITUT POLYTECHNIQUE DE GRENOBLE N attribué par la bibliothèque T H E S E pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L Institut polytechnique de Grenoble Spécialité : «MICRO ET NANO ELECTRONIQUE» préparée au

Plus en détail

FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE

FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE Séminaire de Xavier GARBET pour le FIP 06/01/2009 Anthony Perret Michel Woné «La production d'énergie par fusion thermonucléaire contrôlée est un des grands défis scientifiques

Plus en détail

TD 9 Problème à deux corps

TD 9 Problème à deux corps PH1ME2-C Université Paris 7 - Denis Diderot 2012-2013 TD 9 Problème à deux corps 1. Systèmes de deux particules : centre de masse et particule relative. Application à l étude des étoiles doubles Une étoile

Plus en détail

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX T ale S Introduction : Une réaction nucléaire est Une réaction nucléaire provoquée est L'unité de masse atomique est une unité permettant de manipuler aisément

Plus en détail

F. BONTHOUX, R. VINCENT Institut National de Recherche et de Sécurité, Centre de Lorraine, Avenue de Bourgogne, 54501 Vandoeuvre Cedex, France

F. BONTHOUX, R. VINCENT Institut National de Recherche et de Sécurité, Centre de Lorraine, Avenue de Bourgogne, 54501 Vandoeuvre Cedex, France Logiciel d aide à l évaluation du risque chimique F. BONTHOUX, R. VINCENT Institut National de Recherche et de Sécurité, Centre de Lorraine, Avenue de Bourgogne, 54501 Vandoeuvre Cedex, France Introduction

Plus en détail

Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur

Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur PROJET JANUS Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur Contact : alain.gaboriaud@cnes.fr OBJECTIFS Satellites Etudiants

Plus en détail

Les régimes du neutre

Les régimes du neutre Chapitre 1 Les régimes du neutre Dans tout système triphasé Haute ou Basse Tension existent trois tensions simples, mesurées entre chacune des phases et un point commun appelé "point neutre". Physiquement,

Plus en détail

7e Conférence nationale pour vaincre le cancer Coalition Priorité Cancer au Québec

7e Conférence nationale pour vaincre le cancer Coalition Priorité Cancer au Québec 7e Conférence nationale pour vaincre le cancer Coalition Priorité Cancer au Québec De la Station Spatiale à la Salle de Radiothérapie: Dosimétrie MOSFET pour Astronautes et Patients EVARM: From the Space

Plus en détail

LeCroy. Recherche de défauts sur circuits logiques à l aide d oscilloscopes numériques

LeCroy. Recherche de défauts sur circuits logiques à l aide d oscilloscopes numériques LeCroy Recherche de défauts sur circuits logiques à l aide d oscilloscopes numériques Avec la constante évolution industrielle, les ingénieurs d études doivent aujourd hui caractériser en permanence de

Plus en détail

Complément: Sources naturelles de rayonnement

Complément: Sources naturelles de rayonnement Complément: Sources naturelles de rayonnement 1 Notions de dose Dose absorbée en 1 point (D) unité: Jkg -1 ou gray (Gy) valeur moyenne de l énergie impartie (déposée) à la matière par unité de masse à

Plus en détail

Instrumentation électronique

Instrumentation électronique Instrumentation électronique Le cours d électrocinétique donne lieu à de nombreuses études expérimentales : tracé de caractéristiques statique et dynamique de dipôles, étude des régimes transitoire et

Plus en détail

Fiche technique expérimentale 5. Notions sur l acquisition numérique

Fiche technique expérimentale 5. Notions sur l acquisition numérique Fiche technique expérimentale 5 Notions sur l acquisition numérique D.Malka MPSI 2014-2015 Lycée Saint-Exupéry Ce bref guide traite de quelques éléments important sur l acquisition numérique des signaux

Plus en détail

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN Salle de TP de Génie Analytique Ce document résume les principaux aspects de la RMN nécessaires à la réalisation des TP de Génie Analytique de 2ème année d IUT de

Plus en détail

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES CAPTEURS - CHAINES DE MESURES Pierre BONNET Pierre Bonnet Master GSI - Capteurs Chaînes de Mesures 1 Plan du Cours Propriétés générales des capteurs Notion de mesure Notion de capteur: principes, classes,

Plus en détail

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation U t i l i s a t i o n d u n s c i n t i l l a t e u r N a I M e s u r e d e c o e ffi c i e n t s d a t t é n u a t i o n Objectifs : Le but de ce TP est d étudier les performances d un scintillateur pour

Plus en détail

La solution éco performante pour la sécurisation de l alimentation électrique des Datacenters à haut niveau de disponibilité

La solution éco performante pour la sécurisation de l alimentation électrique des Datacenters à haut niveau de disponibilité La solution éco performante pour la sécurisation de l alimentation électrique des Datacenters à haut niveau de disponibilité Alimentation Sans Interruption en liaison avec : Les échanges et besoins en

Plus en détail

CERN EUROPEAN ORGANIZATION FOR NUCLEAR RESEARCH PROTOTYPE "FROID" WCM CTF3 : QUELQUES RESULTATS

CERN EUROPEAN ORGANIZATION FOR NUCLEAR RESEARCH PROTOTYPE FROID WCM CTF3 : QUELQUES RESULTATS CERN EUROPEAN ORGANIZATION FOR NUCLEAR RESEARCH CTF3 Note 041 PS/BD/Note 2002-003 PROTOTYPE "FROID" WCM CTF3 : QUELQUES RESULTATS J. Durand Geneva, Switzerland December 2001 1 I) Introduction La bande

Plus en détail

Décharge électrostatique

Décharge électrostatique Décharge électrostatique F. Rachidi École Polytechnique Fédérale de Lausanne Groupe Compatibilité Électromagnétique Farhad.Rachidi@epfl.ch http://emcwww.epfl.ch 1 Contenu Génération des charges statiques

Plus en détail

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 Lycée Galilée Gennevilliers L'énergie nucléaire : fusion et fission chap. 6 JALLU Laurent I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 II. Équivalence masse-énergie... 3 Bilan de masse de la

Plus en détail

Les Environnements Radiatifs

Les Environnements Radiatifs INTRODUCTION Les composants électroniques sont sensibles à l environnement dans lequel ils évoluent et de nombreux facteurs peuvent être à l origine de leur dysfonctionnement. C est le cas des radiations

Plus en détail

SYSTEMES DE TRANSFERT STATIQUE: CEI 62310, UNE NOUVELLE NORME POUR GARANTIR LES PERFORMANCES ET LA SÉCURITÉ

SYSTEMES DE TRANSFERT STATIQUE: CEI 62310, UNE NOUVELLE NORME POUR GARANTIR LES PERFORMANCES ET LA SÉCURITÉ White Paper 10 2010 SYSTEMES DE TRANSFERT STATIQUE: CEI 62310, UNE NOUVELLE NORME POUR GARANTIR LES PERFORMANCES ET LA SÉCURITÉ MATTEO GRANZIERO, Responsabile comunicazione tecnica, SOCOMEC UPS Avant l

Plus en détail

MONTRANO. Système de surveillance continue pour transformateurs

MONTRANO. Système de surveillance continue pour transformateurs MONTRANO Système de surveillance continue pour transformateurs Surveillance conditionnelle pour transformateurs La connaissance de l'état diélectrique d'uneisolation est fondamentale Un amorçage du diélectrique

Plus en détail

TRIUMF ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES ENTREPRISES CANADIENNES GRÂCE AUX SCIENCES ET À L INNOVATION. Consultations prébudgétaires 2014

TRIUMF ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES ENTREPRISES CANADIENNES GRÂCE AUX SCIENCES ET À L INNOVATION. Consultations prébudgétaires 2014 Canada s national laboratory for particle and nuclear physics Laboratoire national canadien pour la recherche en physique nucléaire et en physique des particules TRIUMF ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES ENTREPRISES

Plus en détail

La diversité du monde et l émergence de la complexité. Jean-Philippe UZAN

La diversité du monde et l émergence de la complexité. Jean-Philippe UZAN La diversité du monde et l émergence de la complexité Jean-Philippe UZAN Nous observons un univers structuré à toutes les échelles. Pourquoi les lois fondamentales de la nature permettent-elles l émergence

Plus en détail

SOMMAIRE : Sommaire page 1. Introduction page 2. L'énergie solaire page 2. Le panneaux solaires thermiques page 3

SOMMAIRE : Sommaire page 1. Introduction page 2. L'énergie solaire page 2. Le panneaux solaires thermiques page 3 SOMMAIRE : Sommaire page 1 Introduction page 2 L'énergie solaire page 2 Le panneaux solaires thermiques page 3 Les panneaux solaires photovoltaïques page 4 Glossaire page 5 Conclusion page 7 Bibliographie

Plus en détail

SURVEILLANCE EN CONTINU ET LIMITATION DES COURANTS RÉSIDUELS DANS LES CENTRES INFORMATIQUES À L AIDE DE SYSTÈMES RCM Livre blanc Révision n 3

SURVEILLANCE EN CONTINU ET LIMITATION DES COURANTS RÉSIDUELS DANS LES CENTRES INFORMATIQUES À L AIDE DE SYSTÈMES RCM Livre blanc Révision n 3 IT Power Solutions SURVEILLANCE EN CONTINU ET LIMITATION DES COURANTS RÉSIDUELS DANS LES CENTRES INFORMATIQUES À L AIDE DE SYSTÈMES RCM Livre blanc Révision n 3 Thomas B. Jones 1 Introduction Présentation

Plus en détail

Introduction. Installation de SPIRAL

Introduction. Installation de SPIRAL JOURNEES ACCELERATEURS Roscoff 20/22 mars 2000 PROJET SPIRAL : LE POINT M.P. Bourgarel, P. Bertrand, C. Barué, D. Bibet, B. Bru, A. Chabert, F. Chautard, M. Di Giacomo, M. Duval,G. Gaubert, S. Gibouin,

Plus en détail

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique Energie nucléaire Quelques éléments de physique Comment produire 1 GW électrique Nucléaire (rendement 33%) Thermique (38%) Hydraulique (85%) Solaire (10%) Vent : 27t d uranium par an : 170 t de fuel par

Plus en détail

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00 1 EIDGENÖSSISCHE TECHNISCHE HOCHSCHULE LAUSANNE POLITECNICO FEDERALE DI LOSANNA SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY LAUSANNE DEPARTEMENT DE MICROTECHNIQUE INSTITUT DE PRODUCTION MICROTECHNIQUE CH - 1015

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

Eléments constitutifs et synthèse des convertisseurs statiques. Convertisseur statique CVS. K à séquences convenables. Source d'entrée S1

Eléments constitutifs et synthèse des convertisseurs statiques. Convertisseur statique CVS. K à séquences convenables. Source d'entrée S1 1 Introduction Un convertisseur statique est un montage utilisant des interrupteurs à semiconducteurs permettant par une commande convenable de ces derniers de régler un transfert d énergie entre une source

Plus en détail

Cédric ALINOT Tél. bureau (514) 396-8800 poste 7736 e-mail : cedric.alinot@etsmtl.ca FORMATION UNIVERSITAIRE

Cédric ALINOT Tél. bureau (514) 396-8800 poste 7736 e-mail : cedric.alinot@etsmtl.ca FORMATION UNIVERSITAIRE Cédric ALINOT Tél. bureau (514) 396-8800 poste 7736 e-mail : cedric.alinot@etsmtl.ca FORMATION UNIVERSITAIRE 1998-2002 - DOCTORAT en Génie, Montréal Québec «Analyse aérodynamique des parcs éoliens immergés

Plus en détail

CEA Centre d'etudes de Saclay, 91 - Gif-sur-Yvette (FR). Direction des Technologies Avancées

CEA Centre d'etudes de Saclay, 91 - Gif-sur-Yvette (FR). Direction des Technologies Avancées COMMISSARIAT A L'ENERGIE ATOMIQUE CENTRÉ D'ETUDES DE SACLAY CEA-CONF- _ 10779 MIST,.., Scn'ice des Bases de Données Spécialisées -H ~- - -~ ~ F91191 GIF SUR YVETTE CEDEX IMAGES PRXESSIIC IN HOSTILE NXLEAR

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Objectifs : Extraire et exploiter des informations sur l'absorption des rayonnements par l'atmosphère terrestre. Connaitre des sources

Plus en détail

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste Présentations GTF Présenté par : Georges NAHAS Organismes : Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) Paris 26 mai 2009 Introduction Le vieillissement des ouvrages de génie civil et plus

Plus en détail

La physique nucléaire et ses applications

La physique nucléaire et ses applications La physique nucléaire et ses applications I. Rappels et compléments sur les noyaux. Sa constitution La représentation symbolique d'un noyau est, dans laquelle : o X est le symbole du noyau et par extension

Plus en détail

Rayonnements dans l univers

Rayonnements dans l univers Terminale S Rayonnements dans l univers Notions et contenu Rayonnements dans l Univers Absorption de rayonnements par l atmosphère terrestre. Etude de documents Compétences exigibles Extraire et exploiter

Plus en détail

Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension

Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension Cyril BUTTAY CEGELY VALEO 30 novembre 2004 Cyril BUTTAY Contribution à la conception

Plus en détail

APPLICATIONS DE L'IMPLANTATION IONIQUE POUR LE BIOMEDICAL

APPLICATIONS DE L'IMPLANTATION IONIQUE POUR LE BIOMEDICAL Ion Beam Services ZI Peynier / Rousset Rue G. Imbert Prolongée 13790 Peynier, France Tel. : +33 4 42 53 89 53 Fax : + 33 4 42 53 89 59 Email : frank.torregrosa@ion-beam-services.fr APPLICATIONS DE L'IMPLANTATION

Plus en détail

Les rayons cosmiques primaires chargés

Les rayons cosmiques primaires chargés Les rayons cosmiques primaires chargés Historique de leur découverte Spectre en énergie Composition: abondance Electrons/positons Muons Antiprotons Processus d accélération Expériences Ballons (BESS) Satellites

Plus en détail

MBR225. Le module a été conçu et réalisé conformément aux normes en vigueur portant sur la sûreté et la fiabilité des installations industrielles.

MBR225. Le module a été conçu et réalisé conformément aux normes en vigueur portant sur la sûreté et la fiabilité des installations industrielles. MBR225 Module de surveillance des chaînes cinématiques Le module est dédié à la surveillance du fonctionnement de machines dont la chaîne cinématique constitue un facteur important de sécurité : treuil,

Plus en détail

NPIH800 GENERATION & RESEAUX. PROTECTION de COURANT TERRE

NPIH800 GENERATION & RESEAUX. PROTECTION de COURANT TERRE GENERATION & RESEAUX PROTECTION de COURANT TERRE NPIH800 assure la protection à maximum de courant terre des réseaux électriques de moyenne et haute tension. Ce relais multifonction surveille les défauts

Plus en détail

Information quantique

Information quantique Information quantique J.M. Raimond LKB, Juin 2009 1 Le XX ème siècle fut celui de la mécanique quantique L exploration du monde microscopique a été la grande aventure scientifique du siècle dernier. La

Plus en détail

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux Revue des Energies Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (2007) 47 52 Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux F. Otmani *, Z. Fekih, N. Ghellai, K. Rahmoun et N.E. Chabane-Sari Unité de Recherche

Plus en détail

Automatisation de la Mesure sur un Stand d Essai pour les Chauffe - Eau Solaires

Automatisation de la Mesure sur un Stand d Essai pour les Chauffe - Eau Solaires Rev. Energ. Ren. : Journées de Thermique (2001) 47-52 Automatisation de la Mesure sur un Stand d Essai pour les Chauffe - Eau Solaires C. Bouden et N. Ghrab-Morcos Laboratoire d Energie Solaire, Ecole

Plus en détail

T101, serveur de temps haute précision

T101, serveur de temps haute précision T101, serveur de temps haute précision T101Compact Serveur de temps NTP/SNTP, horloge GPS de strate 1, avec PoE, et fonctions d entrées/sorties d échantillonnage et de synchronisation. T101Rack 1 Bd d

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Une calculatrice, une règle et du papier quadrillé sont nécessaires au bon fonctionnement

Plus en détail

Optimisation d une fonction de transmission d ordres

Optimisation d une fonction de transmission d ordres Optimisation d une fonction de transmission d ordres pour driver à très haute isolation galvanique. Application aux modules IGBT pour onduleurs multi-niveaux MMC (Multilevel Modular Converters). Sokchea

Plus en détail

Intérêt de la dosimétrie numérique en radioprotection : moyen de substitution ou de consolidation des mesures?

Intérêt de la dosimétrie numérique en radioprotection : moyen de substitution ou de consolidation des mesures? Intérêt de la dosimétrie numérique en radioprotection : moyen de substitution ou de consolidation des mesures? T. Lahaye 1, A. Ferragut 2, Q. Chau 1,JY. Gillot 2 1- Institut de Radioprotection et de Sûreté

Plus en détail

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir?

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? exposé Ateliers de l information Bibliothèque Universitaire, Grenoble Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? Dominique Spehner Institut Fourier et Laboratoire de Physique et

Plus en détail

Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur

Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur Nature de l activité : Réaliser 3 types de productions écrites (réécriture de notes, production d une synthèse de documents, production d une argumentation)

Plus en détail

a. Fusion et énergie de liaison des noyaux b. La barrière Coulombienne c. Effet tunnel & pic de Gamov

a. Fusion et énergie de liaison des noyaux b. La barrière Coulombienne c. Effet tunnel & pic de Gamov V. Les réactions r thermonucléaires 1. Principes a. Fusion et énergie de liaison des noyaux b. La barrière Coulombienne c. Effet tunnel & pic de Gamov 2. Taux de réactions r thermonucléaires a. Les sections

Plus en détail

Le scanning dans OPERA Développements au laboratoire de LYON (IPNL)

Le scanning dans OPERA Développements au laboratoire de LYON (IPNL) Le scanning dans OPERA Développements au laboratoire de LYON (IPNL) Journées Jeunes Chercheurs 2003, La Roche-en-Ardennes - 1/16 - Perrine Royole-Degieux au programme les émulsions nucléaires dans OPERA

Plus en détail

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015 Energie Nucléaire Principes, Applications & Enjeux 6 ème - 2014/2015 Quelques constats Le belge consomme 3 fois plus d énergie que le terrien moyen; (0,56% de la consommation mondiale pour 0,17% de la

Plus en détail

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes).

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes). SUJET DE CONCOURS Sujet Exploitation d une documentation scientifique sur le thème de l énergie 2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D,

Plus en détail

NO-BREAK KS. Système UPS dynamique PRÉSENTATION

NO-BREAK KS. Système UPS dynamique PRÉSENTATION NO-BREAK KS Système UPS dynamique PRÉSENTATION Table des matières Chapitre 1 : Description du système No-Break KS...3 Chapitre 2 : Fonctionnement lorsque le réseau est présent...4 Chapitre 3 : Fonctionnement

Plus en détail

Sont assimilées à un établissement, les installations exploitées par un employeur;

Sont assimilées à un établissement, les installations exploitées par un employeur; Arrêté royal du 4 décembre 2012 concernant les prescriptions minimales de sécurité des installations électriques sur les lieux de travail (M.B. 21.12.2012) Section I er. - Champ d'application et définitions

Plus en détail

ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES

ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES Bertrand GOTTIN Directeurs de thèse: Cornel IOANA et Jocelyn CHANUSSOT 03 Septembre 2010 Problématique liée aux Transitoires

Plus en détail

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE - MANIP 2 - - COÏNCIDENCES ET MESURES DE TEMPS - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE L objectif de cette manipulation est d effectuer une mesure de la vitesse de la lumière sur une «base

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

TP N 57. Déploiement et renouvellement d une constellation de satellites

TP N 57. Déploiement et renouvellement d une constellation de satellites TP N 57 Déploiement et renouvellement d une constellation de satellites L objet de ce TP est d optimiser la stratégie de déploiement et de renouvellement d une constellation de satellites ainsi que les

Plus en détail

Manuel d'utilisation de la maquette

Manuel d'utilisation de la maquette Manuel d'utilisation de la maquette PANNEAU SOLAIRE AUTO-PILOTE Enseignement au lycée Article Code Panneau solaire auto-piloté 14740 Document non contractuel L'énergie solaire L'énergie solaire est l'énergie

Plus en détail

Ecole d'et6 d'optoelectronique

Ecole d'et6 d'optoelectronique Ecole d'et6 d'optoelectronique 36 S. Laval TABLEAU I - Parametres caract&istiques pour les principaux composes ffl-v. Eg energie de bande interdite; Xg longueur d'onde du seuil d'absorption ; m* masse

Plus en détail

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE CP7 MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE 1 ) Relation d'équivalence entre la masse et l'énergie -énergie de liaison 2 ) Une unité d énergie mieux adaptée 3 ) application 4

Plus en détail

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA 3-1 : Physique Chapitre 8 : Le noyau et les réactions nucléaires Professeur Eva PEBAY-PEYROULA Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Finalité du chapitre

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre TP fibres optiques Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 810 nm est puissante (50 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé des yeux, vous

Plus en détail

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION TOUT PUBLIC 1. Source de rayonnements ionisants 2. Les différents rayonnements ionisants et leur capacité à traverser le corps humain 3. Ecran de protection absorbant

Plus en détail

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1re B et C 11 Réactions nucléaires, radioactivité et fission 129 Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1. Définitions a) Nucléides (= noyaux atomiques) Les nucléides renferment les

Plus en détail

Méthode de sureté de fonctionnement pour une maintenance efficace Application à un poste électrique (60/10KV)

Méthode de sureté de fonctionnement pour une maintenance efficace Application à un poste électrique (60/10KV) Quatrième Conférence Internationale sur le Génie Electrique CIGE 10, 03-04 Novembre 2010, Université de Bechar, Algérie Méthode de sureté de fonctionnement pour une maintenance efficace Application à un

Plus en détail

Conception des Systèmes Numériques et Mixtes

Conception des Systèmes Numériques et Mixtes Conception des Systèmes Numériques et Mixtes Daniela Dragomirescu 1,2, Michael Kraemer 1,2, Marie-Line Boy 3, Philippe Bourdeau d Aguerre 3 1 - Université de Toulouse : INSA Toulouse, 135 Av. de Rangueil

Plus en détail

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Connaissances et savoir-faire exigibles : () () (3) () (5) (6) (7) (8) Définir et calculer un défaut de masse et une énergie de liaison. Définir et calculer l énergie

Plus en détail

Health Monitoring pour la Maintenance Prévisionnelle, Modélisation de la Dégradation

Health Monitoring pour la Maintenance Prévisionnelle, Modélisation de la Dégradation Health Monitoring pour la Maintenance Prévisionnelle, Modélisation de la Dégradation Laurent Denis STATXPERT Journée technologique "Solutions de maintenance prévisionnelle adaptées à la production" FIGEAC,

Plus en détail

La Recherche du Point Optimum de Fonctionnement d un Générateur Photovoltaïque en Utilisant les Réseaux NEURO-FLOUS

La Recherche du Point Optimum de Fonctionnement d un Générateur Photovoltaïque en Utilisant les Réseaux NEURO-FLOUS Rev. Energ. Ren. : Chemss 2000 39-44 La Recherche du Point Optimum de Fonctionnement d un Générateur Photovoltaïque en Utilisant les Réseaux NEURO-FLOUS D.K. Mohamed, A. Midoun et F. Safia Département

Plus en détail

Références pour la commande

Références pour la commande avec fonction de détection de défaillance G3PC Détecte les dysfonctionnements des relais statiques utilisés pour la régulation de température des éléments chauffants et émet simultanément des signaux d'alarme.

Plus en détail

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Règlement du concours de janvier 2010 pour le recrutement de septembre 2010 Sommaire Conditions d inscription au concours... page 1 Date du

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

Distribution d électricité et réseaux souterrains

Distribution d électricité et réseaux souterrains Distribution d électricité et réseaux souterrains Cabos 09-2 - 3 octobre 2009 Maceió, Alagoas, Brésil Les réseaux de distribution : un enjeu essentiel Les réseaux de distribution constituent une infrastructure

Plus en détail

PHYSIQUE Discipline fondamentale

PHYSIQUE Discipline fondamentale Examen suisse de maturité Directives 2003-2006 DS.11 Physique DF PHYSIQUE Discipline fondamentale Par l'étude de la physique en discipline fondamentale, le candidat comprend des phénomènes naturels et

Plus en détail

SOLUTIONS DE CONTRÔLE INDUSTRIEL SYSTÈME AVANCÉ DE COMMANDE DU TRAÇAGE ÉLECTRIQUE NGC-30

SOLUTIONS DE CONTRÔLE INDUSTRIEL SYSTÈME AVANCÉ DE COMMANDE DU TRAÇAGE ÉLECTRIQUE NGC-30 SOLUTIONS DE CONTRÔLE INDUSTRIEL SYSTÈME AVANCÉ DE COMMANDE DU TRAÇAGE ÉLECTRIQUE NGC-30 SOLUTIONS DE GESTION THERMIQUE WWW.THERMAL.PENTAIR.COM DIGITRACE NGC-30 Le DigiTrace NGC-30 est un système électronique

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

Superstrat tout Dielectrique Pour le Contrôle de l Ouverture Angulaire d'une Antenne à Double Polarisation

Superstrat tout Dielectrique Pour le Contrôle de l Ouverture Angulaire d'une Antenne à Double Polarisation URSI-France Journées scientifiques 26/27 mars 2013 Superstrat tout Dielectrique Pour le Contrôle de l Ouverture Angulaire d'une Antenne à Double Polarisation All Dielectric Superstrate to Control the Half-Power-BeamWidth

Plus en détail

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation Introduction à la télédétection 3 - Description et orbite d'un satellite d'observation OLIVIER DE JOINVILLE Table des matières I - Description d'un satellite d'observation 5 A. Schéma d'un satellite...5

Plus en détail

ELP 304 : Électronique Numérique. Cours 1 Introduction

ELP 304 : Électronique Numérique. Cours 1 Introduction ELP 304 : Électronique Numérique Cours 1 Introduction Catherine Douillard Dépt Électronique Les systèmes numériques : généralités (I) En électronique numérique, le codage des informations utilise deux

Plus en détail