Docteur Jean-Loup Dervaux. Infections ORL. de l enfant. Un ouvrage paru sous la direction de Jean-Luc Darrigol

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Docteur Jean-Loup Dervaux. Infections ORL. de l enfant. Un ouvrage paru sous la direction de Jean-Luc Darrigol"

Transcription

1 Docteur Jean-Loup Dervaux Infections ORL de l enfant Un ouvrage paru sous la direction de Jean-Luc Darrigol

2 Quel est son problème? Cette première partie va vous remettre en mémoire toutes les données nécessaires à la compréhension de la survenue des infections respiratoires de l enfant et, donc, de la validité des différentes prises en charge. 1. De quoi parlons-nous? Connaissez-vous la différence entre une laryngite, une pharyngite et une rhinopharyngite? Êtes-vous capable de différencier une otite séreuse d une otite microbienne, une bronchite d une bronchiolite? Certes, il n est pas facile de s y repérer dans les dénominations des infections ORL de l enfant. La manière la plus simple de les comprendre et de les retenir est de les relier à leur origine géographique, c est-à-dire de faire une sorte d atlas anatomique de ces infections ORL. À l étage supérieur : nez, arrière-nez, sinus et son annexe, l oreille moyenne. On retrouvera les rhinites microbiennes ou virales du nourrisson ou du nouveauné, les rhinopharyngites fréquentes chez le petit enfant, les rares sinusites du nourrisson ou du petit enfant, les sinusites maxillaires du grand enfant.

3 Au niveau de l annexe : trompe d Eustache et oreille. On retrouvera les otites séreuses, les otites microbiennes aiguës, les rares mastoïdites. À l étage moyen : gorge et larynx. On retrouvera les différentes catégories d angines, pharyngites, amygdalites, les laryngites striduleuses par spasmes laryngés ou laryngites suffocantes par rétrécissement en dessous des cordes vocales. À l étage inférieur : arbre trachéo-bronchique. On retrouvera les bronchites souvent consécutives à une rhinopharyngite, les bronchites asthmatiformes de l enfant allergique, les bronchiolites alvéolaires du nourrisson. Parmi les infections les plus courantes du jeune âge, on peut distinguer : Dénomination Définition Localisation Outre la fièvre Rhinopharyngite Inflammation aiguë des végétations adénoïdes Arrière-nez/ partie haute de la gorge Écoulement nasal, toux grasse de gorge Otite Infection aiguë de l oreille moyenne Trompe d Eustache plus caisse du tympan Douleur +++, gêne auditive Infections ORL de l enfant Pharyngite Angine Inflammation virale du pharynx Infection microbienne du pharynx Diffuse, toute la gorge est touchée Toute la gorge, surtout les amygdales Douleur, rougeur diffuse de la gorge Douleur, amygdales rouges ou blanches 6

4 Laryngite Inflammation/ infection du larynx Cordes vocales, dessous les amygdales Toux sèche, rauque, aboyante Bronchite simple, asthmatiforme Inflammation/ infection/ spasme bronchique Grosses et moyennes bronches Toux grasse, gêne respiratoire, sifflements Bronchiolite alvéolaire Inflammation/ obstruction bronchique Petites bronches terminales Toux sèche quinteuse, sifflements, gêne respiratoire 2. Quelles différences selon le germe? Il s agit le plus souvent d un virus : o l infestation générale de l organisme évolue volontiers par épidémie (grippe) ; o les écoulements du nez ou des oreilles sont non purulents ; o l évolution se fait d un seul tenant avec une convalescence difficile et une période d immunité temporaire ; o il existe une possibilité de surinfection bactérienne et de complications survenant sur terrain fragile. Quel est son problème? 7

5 Il s agit plus rarement d une bactérie : o l infection est individuelle plus qu épidémique, elle est focalisée (nez, gorge, etc.) ; o l écoulement est en général purulent ; o il existe une atteinte de l état général et une possibilité de prolongement ou de récidive précoce ; o enfin, en cas d infection répétée, l individu peut devenir allergique aux microbes proprement dits, c est l allergie microbienne. La sensibilité aux traitements est bien différente : o les virus ne sont pas sensibles aux antibiotiques, qui ne pénètrent pas dans la cellule vivante ; o la bactérie, elle, y est sensible d une manière générale, sauf en cas de résistance à tel antibiotique en particulier. 3. Pourquoi cette fréquence? Deux raisons à cela : l une est morphologique, l autre est fonctionnelle. Infections ORL de l enfant Le champ de bataille est réduit Les voies aériennes de l enfant n ont pas la même morphologie que celles de l adulte, ce d autant plus que l enfant est plus jeune. o À l étage supérieur : -- les fosses nasales sont moins hautes, plus petites, ce qui laisse moins de place et facilite la stagnation du mucus et des germes ; 8

6 -- les sinus : seuls les sinus maxillaires et ethmoïdaux sont présents quasiment dès la naissance, les sinus frontaux n existent que chez le grand enfant. La muqueuse recouvrant ces sinus est très fragile ; les infections sinusiennes toucheront facilement la paroi osseuse du sinus, se transformant en ostéite sinusienne ; -- l arrière-nez est, lui aussi, de petit volume et souvent encombré par un paquet de végétations plus ou moins volumineux. o Au niveau de l oreille : -- la trompe d Eustache est courte et perméable, parfois entourée de végétations, facilitant ainsi l intrusion des germes ; -- la caisse du tympan, volontiers cloisonnée, contient une chaîne des osselets plus volumineuse que chez l adulte, facilitant la rétention du mucus et des germes. Le canal reliant la caisse du tympan à la cavité mastoïdienne est assez étroit, et la cavité osseuse mastoïdienne est, elle aussi, recouverte d une muqueuse fragile aboutissant facilement à une mastoïdite. o Au niveau de l étage moyen : -- le voile du palais et la langue sont relativement proches l un de l autre ; de plus, les amygdales buccales sont assez volumineuses ; -- à l entresol, les amygdales linguales sont, elles aussi, développées, surplombant des cordes vocales irritables et une zone assez étroite située juste en dessous d elles ; Quel est son problème? 9

7 o Au niveau de l étage inférieur : -- les cartilages des voies respiratoires sont relativement mous, se déformant assez facilement ; de plus, les bronchioles sont d un petit diamètre, ce qui facilitera leur obstruction. Infections ORL de l enfant Les petits réagissent différemment L enfant, et surtout le petit enfant et le nourrisson, a des réactions particulières vis-à-vis de la maladie. Ceci est lié au fait que ses défenses immunitaires ne sont pas encore créées, mais aussi que d autres fonctions de l organisme sont encore immatures : o au point de vue digestif : la valve anti-reflux, située entre l estomac et l œsophage et qui empêche les aliments de remonter lors des contractions de l estomac, est encore peu efficace, d où la possibilité, surtout chez le tout-petit très souvent allongé, de reflux de liquide acide qui va remonter haut dans les voies respiratoires jusqu à l arrière-nez, pouvant occasionner bronchites, toux, rhinopharyngites, voire otites ; o au point de vue respiratoire : il existe une immaturité des centres respiratoires ; le nourrisson a facilement tendance à faire des arrêts respiratoires pendant son sommeil ou des spasmes respiratoires liés aux pleurs ou à la chute des sécrétions rhino-pharyngées. Par ailleurs, le petit enfant et le nourrisson n ont pas le réflexe de respirer par la bouche en cas d obstruction nasale. Pour ces deux raisons, une gêne respiratoire nasale aura des conséquences d autant plus importantes que l enfant est plus jeune ; 10

8 o les centres de la thermorégulation, qui assurent la stabilité de notre température interne aux alentours de 37 C, ne sont pas encore bien «calés», ce qui fait que le nourrisson a tendance à faire assez facilement et brutalement des montées ou baisses de température ; o enfin, le système nerveux végétatif du jeune enfant est très réactif, tout particulièrement aux toxines microbiennes ; c est ainsi qu en cas d infection, otite surtout, un jeune nourrisson fera des signes généraux digestifs, vomissements, diarrhées, qui auront facilement tendance à entraîner une déshydratation. D une manière générale, cet état de choses aboutit à créer deux nouvelles, une bonne et une mauvaise : -- la mauvaise : l enfant perd pied assez facilement devant la maladie, son état peut s aggraver apparemment de manière dramatique ; -- la bonne : si on le remet dans des conditions satisfaisantes de guérison, il va reprendre pied très rapidement. Traitement : avant tout ne pas nuire! Ce qui vaut pour la maladie vaut aussi pour le traitement. La grande réactivité du nourrisson et du petit enfant fait qu il faut proscrire les pulvérisations nasales ou de gorge chez le nourrisson avant l âge de deux ans et demi à trois ans, sous peine d entraîner un spasme respiratoire. Dans le même ordre d idées, les huiles essentielles, remèdes très efficaces mais très puissants, doivent être écartées chez le nourrisson et utilisées avec prudence et après conseil avisé chez le petit enfant. Quel est son problème? 11

9 Table des matières Introduction Il est toujours malade!... 3 Quel est son problème? De quoi parlons-nous? Quelles différences selon le germe? Pourquoi cette fréquence? Pourquoi cette diversité? Y a-t-il un terrain favorisant? Choisissez les bonnes solutions! Appliquez la règle d or! Pour les soigner «au naturel» et éviter antibiotiques et opérations La prise en charge médicale Adoptez les médecines douces curatives N abusez pas des antibiotiques Cortisone : uniquement en cas d urgence Sirop contre la toux : choisissez le bon Apprenez à soulager sa douleur Fièvre, chute de poids du tout-petit : gare! Gêne respiratoire, ganglions, pus : réagissez vite! Sachez quand appeler le médecin Acte chirurgical à chaud : acceptez-le s il le faut Épisode aigu : adoptez la bonne attitude La solution chirurgicale Ne faites pas opérer votre enfant trop rapidement Sachez quand et pourquoi enlever les amygdales Végétations : vous pouvez le faire à tout âge Yoyos : plusieurs fois s il le faut Sachez tout sur le drainage des sinus... 45

10 Pour lui éviter ces ennuis (survenue ou récidive) Stimulez ses défenses Adoptez les médecines douces préventives Pensez aussi aux traitements de soutien Immunostimulant ou vaccin : choisissez l arme appropriée Osez le thermalisme infantile Prenez en charge les facteurs favorisants Il est pâlot : surveillez le fer Eczéma-asthme : soupçonnez l allergie Rhinopharyngites répétées : gare au reflux gastrique Méfiez-vous des poussées dentaires Maladie virale ou infantile : redoublez de prudence Construisez-lui un bon terrain organique Assurez-lui une bonne hygiène de vie Choisissez le mode de garde approprié Laissez couler le nez de votre enfant! Ne fumez pas à proximité d un petit Un bon mouchage : le premier des médicaments Lavage de nez : pratiquez-le au quotidien Éloignez les allergènes respiratoires Choisissez le meilleur climat de vacances Sucreries, laitages : surveillez l alimentation Déterminez clairement votre rôle de parent Conclusion Collaborez avec les défenses de votre enfant... 75

Pathologie hivernale chez l enfant. Journée de formation continue Mohammedia 16/o2/12 Pr Benjelloun Dakhama BS Rabat

Pathologie hivernale chez l enfant. Journée de formation continue Mohammedia 16/o2/12 Pr Benjelloun Dakhama BS Rabat Pathologie hivernale chez l enfant Journée de formation continue Mohammedia 16/o2/12 Pr Benjelloun Dakhama BS Rabat Affections respiratoires Mécanisme de défense des voies aériennes Appareil mucociliaire

Plus en détail

L immunothérapie sublinguale. Carnet Patient

L immunothérapie sublinguale. Carnet Patient L immunothérapie sublinguale Carnet Patient Introduction Le traitement des maladies allergiques respiratoires (rhinite, asthme), comprend le contrôle de l environnement, l éviction de l allergène, l utilisation

Plus en détail

L ABC DES PETITES MALADIES DE LA VIE COURANTE pour mieux utiliser les antibiotiques

L ABC DES PETITES MALADIES DE LA VIE COURANTE pour mieux utiliser les antibiotiques D Angine à Vaccin, de Bactéries à Viral : 28 mots pour se préparer à l hiver. Ce guide vous aidera à mieux comprendre les maladies de la vie courante comme le rhume ou la bronchite. Parce que face à ces

Plus en détail

Item ECN.PILLY destiné à la consultation, uniquement à usage personnel et pédagogique. Toute reproduction à usage collective est interdite.

Item ECN.PILLY destiné à la consultation, uniquement à usage personnel et pédagogique. Toute reproduction à usage collective est interdite. Item ECN.PILLY destiné à la consultation, uniquement à usage personnel et pédagogique. Toute reproduction à usage collective est interdite. L ouvrage original couleur E.PILLY.ECN 2016 est disponible en

Plus en détail

Asthme allergique (lié à des causes «extérieures» au patient).

Asthme allergique (lié à des causes «extérieures» au patient). Lexique ALLERGÈNE : Protéine qui provoque la formation d IGE en quantité élevée chez les patients atopiques déclenchant ensuite une réaction allergique. On distingue les allergènes alimentaires ou trophallergènes

Plus en détail

LA BRONCHIOLITE DU NOURRISSON

LA BRONCHIOLITE DU NOURRISSON LA BRONCHIOLITE DU NOURRISSON Conférence du 11 janvier 2006 avec : - Dr Michel RUDELIN, pédiatre en cabinet libéral et attaché au CHRO, - Christophe MILLET, kinésithérapeute en service pédiatrie au CHRO,

Plus en détail

Mon enfant a un œil rouge C est quoi Docteur?

Mon enfant a un œil rouge C est quoi Docteur? Mon enfant a un œil rouge C est quoi Docteur? Son œil est rouge (ou les deux), il coule. Votre enfant a la sensation d avoir un corps étranger dans l œil mais sans douleur vive. Il se frotte les yeux et

Plus en détail

Introduction. obstruction nasale = difficulté à respirer par le nez, ronflement, sinusites répétitives, infections de l oreille, maux de tête.

Introduction. obstruction nasale = difficulté à respirer par le nez, ronflement, sinusites répétitives, infections de l oreille, maux de tête. LA SEPTOPLASTIE Introduction La septoplastie est une opération qui corrige une déviation de la cloison nasale. La cloison nasale, appelée septum, sépare les deux fosses nasales. En avant, le septum est

Plus en détail

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines)

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Auteur : A. Taytard (Mis à jour le 16/12/2007) www.respir.com La démarche diagnostique repose sur l'interrogatoire, l'examen clinique et la pratique d'une radiographie

Plus en détail

Les urgences respiratoires au téléphone «des règles pour bien réguler»

Les urgences respiratoires au téléphone «des règles pour bien réguler» Les urgences respiratoires au téléphone «des règles pour bien réguler» Dr Anna RIBERA CANO Pneumoallergologie pédiatrique SMUR pédiatrique Introduction Motif d appel fréquent 21% appels SMUR pédiatrique

Plus en détail

barotraumatismes Physiologie et Théorie Niveau 2 ASCSB Plongée La physiologie et les barotraumatismes :

barotraumatismes Physiologie et Théorie Niveau 2 ASCSB Plongée La physiologie et les barotraumatismes : Théorie Niveau 2 ASCSB Plongée Physiologie et barotraumatismes La physiologie et les barotraumatismes : Physiologie : L oreille La petite et la grande circulation Les accidents barotraumatiques La surpression

Plus en détail

Faire un rinçage du nez? Rien de plus facile!

Faire un rinçage du nez? Rien de plus facile! Sel Emser 1,475 g disponible en 3 tailles d emballage Faire un rinçage du nez? Rien de plus facile! Sel Emser en sachet pratique d une dose de 1,475 g : usage sûr et adapté à l utilisation avec la douche

Plus en détail

La «Toux de Chenil» Etiologie* Fiche technique n 4

La «Toux de Chenil» Etiologie* Fiche technique n 4 Fiche technique n 4 La «Toux de Chenil» La «Toux de Chenil» est un syndrome* fréquent, souvent rencontré en collectivité ou lors de rassemblements de chiens d origines différentes (chenils, animalerie,

Plus en détail

FENETRE VIII AUTRES PLAINTES ET AFFECTIONS DANS LE DOMAINE OTO-RHINO-LARYNGOLOGIQUE

FENETRE VIII AUTRES PLAINTES ET AFFECTIONS DANS LE DOMAINE OTO-RHINO-LARYNGOLOGIQUE FENETRE VIII AUTRES PLAINTES ET AFFECTIONS DANS LE DOMAINE OTO-RHINO-LARYNGOLOGIQUE Aphtes - Stomatite aphteuse Bouchon de cérumen Bruits auriculaires - Acouphènes Catarrhe tubaire Chéilite Épistaxis Furoncle

Plus en détail

Rachel Frély. Les dermatoses. Dermatoses allergiques, virales, inflammatoires, mycosiques, bactériennes, parasitaires. Les traitements naturels

Rachel Frély. Les dermatoses. Dermatoses allergiques, virales, inflammatoires, mycosiques, bactériennes, parasitaires. Les traitements naturels Rachel Frély Les dermatoses Dermatoses allergiques, virales, inflammatoires, mycosiques, bactériennes, parasitaires Les traitements naturels Un ouvrage paru sous la direction de Jean-Luc Darrigol Les dermatoses

Plus en détail

Item 90 : Infections nasosinusiennes. l'adulte

Item 90 : Infections nasosinusiennes. l'adulte Item 90 : Infections nasosinusiennes de l'enfant et de l'adulte Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer une rhinosinusite aiguë... 1 1. 1 Chez l'adulte...1

Plus en détail

PHARYNGO-AMYGDALITE VIRALE

PHARYNGO-AMYGDALITE VIRALE MALADIES INFECTIEUSES PHARYNGO-AMYGDALITE VIRALE PHARYNGO-AMYGDALITE VIRALE INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition La pharyngo-amygdalite virale consiste en une angine (mal de gorge) causée par différents virus

Plus en détail

LA CHIRURGIE DU REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN

LA CHIRURGIE DU REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN LA CHIRURGIE DU REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN CLINIQUE SAINT-JOSEPH rue de Hesbaye 75 B-4000 Liège Tél. 04 224 81 11 Fax 04 224 87 70 Service de chirurgie digestive Tél. 04 224 89 00-04 224 89 01 de 8h à 18h,

Plus en détail

Question n 1 : Vous travailliez en soins de longue durée et ce matin il vous est proposé de vous vacciner contre la grippe, que faites-vous?

Question n 1 : Vous travailliez en soins de longue durée et ce matin il vous est proposé de vous vacciner contre la grippe, que faites-vous? Question n 1 : Vous travailliez en soins de longue durée et ce matin il vous est proposé de vous vacciner contre la grippe, que faites-vous? Vous refusez à cause des effets secondaires Explications : En

Plus en détail

Ordonnance collective pour initier une antibiothérapie dans le traitement d une pharyngite à streptocoque du groupe A

Ordonnance collective pour initier une antibiothérapie dans le traitement d une pharyngite à streptocoque du groupe A Ordonnance collective pour initier une antibiothérapie dans le traitement d une pharyngite à streptocoque du groupe A RÉFÉRENCE À UN PROTOCOLE : Oui Non Date d entrée en vigueur : Date prévue de révision

Plus en détail

8.6 Polyposes naso-sinusiennes

8.6 Polyposes naso-sinusiennes 8.6 Polyposes naso-sinusiennes Références bibliographiques : -Site de l Institut Français de Chirurgie du Nez et des Sinus. 8.6.1 DEFINITION La polypose nasosinusienne (PNS) est une sinusite chronique

Plus en détail

PATHOLOGIES DE L'OREILLE

PATHOLOGIES DE L'OREILLE ORL PATHOLOGIES DE L'OREILLE I - LES OTITES A - OTITE EXTERNE AIGUË a) Étiologie Germe: staphylocoque Concerne l'oreille externe Inflammation du conduit auditif externe Souvent suite à:. Traumatisme. Furoncle.

Plus en détail

Les effets du milieu aquatique sur le plongeur. Jargeau Abysse Club 2013 / 2014

Les effets du milieu aquatique sur le plongeur. Jargeau Abysse Club 2013 / 2014 Les effets du milieu aquatique sur le plongeur Jargeau Abysse Club 2013 / 2014 1 Plan Rappels : les barotraumatismes : les sinus le yeux (la vision et la lumière) les dents l estomac et intestin les oreilles

Plus en détail

INFORMATION SUR LA HERNIE HIATALE

INFORMATION SUR LA HERNIE HIATALE INFORMATION SUR LA HERNIE HIATALE Objectifs de ce document : Vous expliquer l intervention Vous informer sur les risques de cette chirurgie Répondre aux principales questions que vous pouvez vous poser.

Plus en détail

L OTITE MOYENNE AIGUE

L OTITE MOYENNE AIGUE L OTITE MOYENNE AIGUE I- INTRODUCTION : L otite moyenne aigue (OMA) est l inflammation aigue de la muqueuse des cavités de l oreille moyenne. Il s agit d une affection fréquente, touche 10% des enfants

Plus en détail

Parents Note H1N1 : n o 3

Parents Note H1N1 : n o 3 École secondaire Rosemère et écoles primaires McCaig et Pierre Elliott Trudeau Parents Note H1N1 : n o 3 Destinataires : Tous les parents de l école secondaire Rosemère et des écoles primaires McCaig et

Plus en détail

Durée de la maladie L influenza dure en général de deux à sept jours, mais la toux et la fatigue peuvent persister plus de deux semaines.

Durée de la maladie L influenza dure en général de deux à sept jours, mais la toux et la fatigue peuvent persister plus de deux semaines. INFLUENZA INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition L influenza est une infection virale aiguë saisonnière très contagieuse, qui peut être prévenue annuellement par la vaccination. La maladie est causée par le

Plus en détail

16/ Infections chez l enfant

16/ Infections chez l enfant SEMESTRE 3 UE 2.5.S3 Processus inflammatoires et infectieux 16/ Infections chez l enfant I. Epidémiologie des maladies infectieuses en pédiatrie Mortalité infantile aux USA, 1870-1900 Enfant < 5 ans =

Plus en détail

Combattre les virus. 7 Conseils d hygiène

Combattre les virus. 7 Conseils d hygiène Combattre les virus 7 Conseils d hygiène Afin de vous protéger contre le rhume, la grippe et la gastroentérite, les 7 conseils d hygiène suivants peuvent vous aider à réduire le risque d infection. DG

Plus en détail

Docteur, j ai le nez bouché... Docteur, j ai une sinusite... 18 décembre 2014 : Dr Denis GOUROD ORL / CCF - CMC de la Baie de Morlaix

Docteur, j ai le nez bouché... Docteur, j ai une sinusite... 18 décembre 2014 : Dr Denis GOUROD ORL / CCF - CMC de la Baie de Morlaix Docteur, j ai le nez bouché... Docteur, j ai une sinusite... 18 décembre 2014 : Dr Denis GOUROD ORL / CCF - CMC de la Baie de Morlaix Quelques définitions Dysfonctionnements naso-sinusiens chroniques (DNSC)

Plus en détail

Les urgences ORL chez le sportif en déplacement

Les urgences ORL chez le sportif en déplacement Les urgences ORL chez le sportif en déplacement Docteur Stéphane LIWAREK INSEP Les pathologies ORL ont fortement augmenté au cours de ces dernières années, avec notamment une progression des pathologies

Plus en détail

Vos oreilles en plongée. Siege de l audition et de l équilibre, elles sont fragiles et très sollicitées en plongée

Vos oreilles en plongée. Siege de l audition et de l équilibre, elles sont fragiles et très sollicitées en plongée Vos oreilles en plongée Siege de l audition et de l équilibre, elles sont fragiles et très sollicitées en plongée E.Litzellmann formation GP 2014 Obj: Dans le cadre de votre autonomie et en tant que GP,

Plus en détail

FIEVRE CHEZ L ENFANT Du symptôme a la décision. Dr FERNANE.A Hôpital André Grégoire Montreuil

FIEVRE CHEZ L ENFANT Du symptôme a la décision. Dr FERNANE.A Hôpital André Grégoire Montreuil FIEVRE CHEZ L ENFANT Du symptôme a la décision Dr FERNANE.A Hôpital André Grégoire Montreuil Définition : Fièvre =Température rectale > 38 c (déréglage du point d équilibre thermique au niveau Hypothalamus)

Plus en détail

La bronchiolite pas de panique!

La bronchiolite pas de panique! La bronchiolite pas de panique! Guide à l usage des familles Sommaire P. 2 C est quoi la bronchiolite? Comment se présente la bronchiolite? Que faire? P. 3 A quoi sert la kinésithérapie respiratoire? P.

Plus en détail

1. Qu est-ce que Acetylcysteine EG et dans quel cas est-il utilisé?

1. Qu est-ce que Acetylcysteine EG et dans quel cas est-il utilisé? NOTICE: INFORMATION DE L UTILISATEUR Acetylcysteine EG 200 mg, granulés pour solution buvable Acetylcysteine EG 600 mg, granulés pour solution buvable acétylcystéine Veuillez lire attentivement cette notice

Plus en détail

Première partie Pitchoun nouveau-né Deuxième partie Pitchoun nourrisson

Première partie Pitchoun nouveau-né Deuxième partie Pitchoun nourrisson Sommaire Préface... 11 Préambule... 15 Première partie Pitchoun nouveau-né Introduction... 21 1. La maternité... 23 2. Le retour à la maison... 31 3. Les semaines qui suivent jusqu à la fin du deuxième

Plus en détail

Chirurgie du reflux gastro-oesophagien par laparoscopie

Chirurgie du reflux gastro-oesophagien par laparoscopie Chirurgie du reflux gastro-oesophagien par laparoscopie Vous allez être opéré(e) prochainement de votre maladie de reflux gastro-œsophagien, de votre hernie hiatale par laparoscopie. Ce document est destiné

Plus en détail

BAROTRAUMATISMES N4 PLAN Introduction : barotraumatisme = accident lié à la pression

BAROTRAUMATISMES N4 PLAN Introduction : barotraumatisme = accident lié à la pression - 1 - BAROTRAUMATISMES N4 PLAN Introduction : barotraumatisme = accident lié à la pression I Rappels 1. Mariotte PV=constante 2. mécanisme des barotraumatismes changement rapide de profondeur 3. localisations

Plus en détail

«Au secours. j ai mal à ma voix» Les secrets de Tonton Lorenzo. Mes remèdes de professionnel de la voix pour vous aider à gérer la «crise de voix»

«Au secours. j ai mal à ma voix» Les secrets de Tonton Lorenzo. Mes remèdes de professionnel de la voix pour vous aider à gérer la «crise de voix» «Au secours j ai mal à ma voix» Les secrets de Tonton Lorenzo Mes remèdes de professionnel de la voix pour vous aider à gérer la «crise de voix» www.coaching-voix-off.com Introduction Dans mon métier de

Plus en détail

Varicelle. Cause : Épidémiologie :

Varicelle. Cause : Épidémiologie : Varicelle La varicelle classique sous sa forme de maladie infantile éruptive fréquente, en milieu tempéré, touche plus tardivement l'adulte en milieu tropical où elle est tout aussi caractérisée par sa

Plus en détail

LES BAROTRAUMATISMES

LES BAROTRAUMATISMES LES BAROTRAUMATISMES 1. Généralités: Les barotraumatismes («baro» = pression) sont des accidents liés à la loi de Mariotte qui s exerce au niveau des cavités remplies d air de l organisme. Les variations

Plus en détail

thera Boostez vos défenses immunitaires pour un hiver serein! N 3 L INFORMATION AU SERVICE DE LA NUTRITION octobre 2011

thera Boostez vos défenses immunitaires pour un hiver serein! N 3 L INFORMATION AU SERVICE DE LA NUTRITION octobre 2011 octobre 2011 thera N 3 L INFORMATION AU SERVICE DE LA NUTRITION Boostez vos défenses immunitaires pour un hiver serein! thera Edito Chères clientes, chers clients, L automne est là Le changement de saison

Plus en détail

Explications des réponses

Explications des réponses Explications des réponses Explications des réponses Question 1 : Un vaccin, c est... (information adaptée de l ouvrage Avoir la piqûre pour la santé de votre enfant, 3e édition, page 10) La vaccination

Plus en détail

Théorie Niveau 2. Les barotraumatismes. 2 Démonstration loi physique : «la bouteille en plastique»

Théorie Niveau 2. Les barotraumatismes. 2 Démonstration loi physique : «la bouteille en plastique» Théorie Niveau 2 Les barotraumatismes 1 Principe général Les barotraumatismes sont des accidents qui peuvent survenir lorsque des volumes d air présents dans l'organisme du plongeur subissent la loi de

Plus en détail

THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS

THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS BUT DE LA DEMARCHE : ce référentiel concerne l évaluation de la prise en charge diagnostique et thérapeutique des phlegmons périamygdaliens Définition. Cette collection

Plus en détail

RHUME OU GRIPPE? GRIPPE. Peut-on prévenir la grippe? Les symptômes de la grippe

RHUME OU GRIPPE? GRIPPE. Peut-on prévenir la grippe? Les symptômes de la grippe RHUME OU GRIPPE? Un rhume est généralement causé par une contamination avec un virus. Cette contamination est possible via de petites gouttes de salive mais le plus souvent nous nous contaminons après

Plus en détail

Traitement chirurgical du reflux gastro-œsophagien et de la hernie hiatale

Traitement chirurgical du reflux gastro-œsophagien et de la hernie hiatale Traitement du reflux gastroœsophagien et dela hernie hiatale Chirurgie digestive Traitement chirurgical du reflux gastro-œsophagien et de la hernie hiatale Rédaction : P. Simler Illustration : J. Dasic

Plus en détail

Formation déglutition Groupe hospitalier Broca-La Rochefoucauld-La Collégiale

Formation déglutition Groupe hospitalier Broca-La Rochefoucauld-La Collégiale LA DEGLUTITION I. L ANATOMIE DES ORGANES DE LA DEGLUTITION II. LES ETAPES DE LA DEGLUTITION NORMALE 1. LA PHASE BUCCALE Etape volontaire Formation du bol alimentaire : Mise en bouche Mastication Insalivation

Plus en détail

IMPORTANT VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT

IMPORTANT VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR GRASTEK (Extrait d allergène standardisé, comprimé sublingual de fléole des prés [Phleum pratense], 2 800 UAB) Le présent dépliant constitue la troisième

Plus en détail

Mon enfant est malade

Mon enfant est malade Mon enfant est malade repères pour reconnaître et comprendre la maladie agir et soulager mon enfant savoir quand et où consulter Guide élaboré grâce à la collaboration de médiateurs socioculturels, de

Plus en détail

Enseignement DES Paris 10 Avril 2014 Dr Anne Geoffray a.geoffray@lenval.com IMAGERIE PÉDIATRIQUE ORL

Enseignement DES Paris 10 Avril 2014 Dr Anne Geoffray a.geoffray@lenval.com IMAGERIE PÉDIATRIQUE ORL Enseignement DES Paris 10 Avril 2014 Dr Anne Geoffray a.geoffray@lenval.com IMAGERIE PÉDIATRIQUE ORL Items traités 1. Connaître l anatomie radiologique du cavum, du pharynx, du larynx et des sinus en fonction

Plus en détail

Fabriquez votre crème solaire! Système immunitaire fort, adieu virus! Alimentation naturelle familiale!

Fabriquez votre crème solaire! Système immunitaire fort, adieu virus! Alimentation naturelle familiale! Fabriquez votre crème solaire! Faites un choix éclairé à l'achat de votre crème solaire. Quels sont les ingrédients à bannir ou à favoriser? Quelles sont les solutions alternatives pour protéger votre

Plus en détail

Épidémie de grippe. Définitions... 1. Les premiers symptômes de la grippe pandémique... 2. Incubation :... 2. Comment se protéger!...

Épidémie de grippe. Définitions... 1. Les premiers symptômes de la grippe pandémique... 2. Incubation :... 2. Comment se protéger!... Épidémie de grippe Table des matières Définitions... 1 Les premiers symptômes de la grippe pandémique... 2 Incubation :... 2 Comment se protéger!... 2 Mouchage, éternuements, crachat, toux... 2 Éviter

Plus en détail

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 L arthrose du genou ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 Définition L arthrose est une maladie dégénérative du cartilage articulaire,

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR DUKORAL, suspension et granules effervescents pour suspension buvable. Vaccin contre le choléra (inactivé, buvable) Veuillez lire attentivement l intégralité de cette

Plus en détail

Sémiologie ORL Introduction, anatomie, clinique, pathologies, imagerie. Plan. Anatomie (info)

Sémiologie ORL Introduction, anatomie, clinique, pathologies, imagerie. Plan. Anatomie (info) Sémiologie ORL Introduction, anatomie, clinique, pathologies, imagerie Pharmacie 2 année Dr Sophie Figon, Département de Médecine générale de Lyon Abréviations Info = pour info : ne sera pas demandé à

Plus en détail

Centre de la petite enfance Trois Petits Points

Centre de la petite enfance Trois Petits Points POLITIQUE DE SANTÉ DE L INSTALLATION Centre de la petite enfance Trois Petits Points Ajournée le 5 mai 2015, adoptée le 14 mai 2015 Lors d une séance ordinaire du conseil d administration TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

La rééducation dans la BPCO

La rééducation dans la BPCO DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR et Pathologie respiratoire Rennes: 2009 Coordonnateurs : Pr R Brissot, Pr O. Remy-Neris, Pr F Boyer, Pr B Desrues,

Plus en détail

Cedium chlorhexidini 0,05%, solution pour application cutanée Digluconate de chlorhexidine

Cedium chlorhexidini 0,05%, solution pour application cutanée Digluconate de chlorhexidine Cedium chlorhexidini 0,05%, solution pour application cutanée Digluconate de chlorhexidine Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser ce médicament. Elle contient des informations importantes

Plus en détail

Sinusites : un dossier clinique

Sinusites : un dossier clinique Sinusites : un dossier clinique Pr Christian Chidiac Université Claude Bernard Lyon 1 UFR Lyon Sud Charles Mérieux Maladies Infectieuses et Tropicales HCL GHN Hôpital de la Croix Rousse christian.chidiac@univ-lyon1.fr

Plus en détail

Comment mieux affronter l hiver. Conseils pratiques aux personnes âgées

Comment mieux affronter l hiver. Conseils pratiques aux personnes âgées Comment mieux affronter l hiver Conseils pratiques aux personnes âgées Cet hiver, ne laissons rien au hasard! L hiver est là. Comme avec la canicule cet été, la vulnérabilité des personnes âgées réclame

Plus en détail

Rhumatisme Articulaire Aigu (RAA) et Arthrite Réactionnelle Post-Streptococcique

Rhumatisme Articulaire Aigu (RAA) et Arthrite Réactionnelle Post-Streptococcique www.printo.it/pediatric-rheumatology/fr/intro Rhumatisme Articulaire Aigu (RAA) et Arthrite Réactionnelle Post-Streptococcique Version de 2016 1. LE RHUMATISME ARTICULAIRE AIGU (RAA) 1.1 Qu'est-ce que

Plus en détail

Prévenir... l allergie

Prévenir... l allergie Prévenir... l allergie 26 Serions nous tous des allergiques? NON Les maladies allergiques sont des manifestations anormales de notre corps qui réagit de manière excessive, contre des substances dénommées

Plus en détail

Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement

Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement Comment fonctionne notre respiration? Toutes les cellules de notre corps ont besoin d oxygène. En inspirant, de l air rentre dans les voies

Plus en détail

1/ Renseignements sur la grippe y compris la nouvelle grippe H1N1 à l intention de personnes atteintes de certaines maladies

1/ Renseignements sur la grippe y compris la nouvelle grippe H1N1 à l intention de personnes atteintes de certaines maladies 1/ Renseignements sur la grippe y compris la nouvelle grippe H1N1 à l intention de personnes atteintes de certaines maladies 2/ DÉPARTEMENT DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DES ÉTATS-UNIS Centre pour

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Aciclovir Sandoz 50 mg/1 g crème Aciclovir

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Aciclovir Sandoz 50 mg/1 g crème Aciclovir NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Aciclovir Sandoz 50 mg/1 g crème Aciclovir Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser ce médicament car elle contient des informations importantes pour

Plus en détail

DE L ENFANT TROUBLES CORRECTION VENTILATOIRES LE POINT DE VUE DE L ORL D R GILLES KORB (NANTES) DES 20 -

DE L ENFANT TROUBLES CORRECTION VENTILATOIRES LE POINT DE VUE DE L ORL D R GILLES KORB (NANTES) DES 20 - 20 - CORRECTION DES TROUBLES VENTILATOIRES DE L ENFANT LE POINT DE VUE DE L ORL D R GILLES KORB (NANTES) Article disponible sur le site http://www.uniodf-journal.org ou http://dx.doi.org/10.1051/uniodf/200835020

Plus en détail

²Item 280 : REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN CHEZ LE NOURRISSON, L ENFANT (et chez l adulte*). HERNIE HIATALE

²Item 280 : REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN CHEZ LE NOURRISSON, L ENFANT (et chez l adulte*). HERNIE HIATALE 1 ²Item 280 : REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN CHEZ LE NOURRISSON, L ENFANT (et chez l adulte*). HERNIE HIATALE Objectifs pédagogiques de l ENC - Diagnostiquer un reflux gastro-oesophagien et une hernie hiatale

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION PATIENT GREFFE DE CALVARIA

LETTRE D INFORMATION PATIENT GREFFE DE CALVARIA LETTRE D INFORMATION PATIENT GREFFE DE CALVARIA Cher Patient voici une feuille explicative en rapport avec l intervention chirurgicale dont vous allez bénéficier. Si vous avez la moindre question, n hésitez

Plus en détail

Cellulite cervico-faciale : cellulite (inflammation sévère, diffuse des tissus conjonctifs de la couche dermique et sous-

Cellulite cervico-faciale : cellulite (inflammation sévère, diffuse des tissus conjonctifs de la couche dermique et sous- UE 5.8.S3 - PATHOLOGIES PRÉVALENTES DU SERVICE. Otho-rhino-laryngologie : En urgence : o Trachéotomie : il s agit d une intervention chirurgicale qui consiste à pratiquer une ouverture à la face antérieure

Plus en détail

INTRODUCTION...11 TÉMOIGNAGE D UNE MÈRE...13 CHAPITRE 1 QU EST-CE QUE L ASTHME ET COMMENT LE DIAGNOSTIQUER?...15

INTRODUCTION...11 TÉMOIGNAGE D UNE MÈRE...13 CHAPITRE 1 QU EST-CE QUE L ASTHME ET COMMENT LE DIAGNOSTIQUER?...15 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...11 TÉMOIGNAGE D UNE MÈRE...13 CHAPITRE 1 QU EST-CE QUE L ASTHME ET COMMENT LE DIAGNOSTIQUER?...15 Par Denis Bérubé Une maladie très fréquente...15 Physiopathologie et

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AUX ENFANTS MALADES ET À L EXCLUSION

POLITIQUE RELATIVE AUX ENFANTS MALADES ET À L EXCLUSION CPE LE PETIT TRAIN POLITIQUE RELATIVE AUX ENFANTS MALADES ET À L EXCLUSION Sylvie Guay 12/03/2009 Révision 2013 CPE Le Petit Train inc. Politique relative aux enfants malades et à l exclusion NATURE ET

Plus en détail

Pathologie digestive VIELLISSEMENT DIGESTIF DR A. FRAISSE

Pathologie digestive VIELLISSEMENT DIGESTIF DR A. FRAISSE VIELLISSEMENT DIGESTIF DR A. FRAISSE LES TROUBLES DE DEGLUTITION Les troubles de déglutition augmentent avec l avance en âge mais leur prévalence est très mal connue : -16 % environ des personnes âgées

Plus en détail

Nez bouché, gonflement, mal de tête

Nez bouché, gonflement, mal de tête Nez bouché, gonflement, mal de tête Que peut-on faire quand la tête est complètement bloquée? Soyez soulagé jour et nuit Tout est bloqué là-haut? Nez bouché? Muqueuses gonflées? Et parfois mal de tête?

Plus en détail

Le larynx de l enfant Les Dyspnées Laryngées

Le larynx de l enfant Les Dyspnées Laryngées Le larynx de l enfant Les Dyspnées Laryngées Pr L.Laccourreye Sce ORL-CHU Angers Rappel anatomique Organe impair et médian Rôle dans: Phonation Déglutition Respiration Vascularisation: carotide externe

Plus en détail

Les barotraumatismes

Les barotraumatismes Les barotraumatismes Il y a différents types d accidents qui peuvent arriver en plongée, et il est important de savoir comment les éviter. En premier lieu, nous allons aborder les accidents barotraumatiques

Plus en détail

La douleur au mamelon causée par le Candida albicans

La douleur au mamelon causée par le Candida albicans Le violet de gentiane (une solution de 1% dans l eau) est encore un excellent traitement pour le, bien que nous suggérons aux mères de ne pas l employer seul pour traiter le (muguet, levures) car il a

Plus en détail

Je risque de naîtreî trop tôt? Le livret regroupant l essentiel nouveau né prématuré

Je risque de naîtreî trop tôt? Le livret regroupant l essentiel nouveau né prématuré Je risque de naîtreî trop tôt? Le livret regroupant l essentiel pour accueillir au mieux votre nouveau né prématuré J ai toujours été dans ton ventre maman, mais aujourd hui je vais voir le jour un peu

Plus en détail

Le BOIS Oui, Oui, mais. Salariés. à votre service. Législation. Pour toutes informations complémentaires, vous pouvez : prendre contact avec :

Le BOIS Oui, Oui, mais. Salariés. à votre service. Législation. Pour toutes informations complémentaires, vous pouvez : prendre contact avec : à votre service Pour toutes informations complémentaires, vous pouvez : prendre contact avec : Salariés votre médecin du travail l Inspection du travail la CRAM l OPPBTP consulter les sites : boissecurite.com

Plus en détail

PETITE ENFANCE. Alimentation. du nourrisson & du jeune enfant. ayant un syndrome de Prader-Willi (SPW) www.guide-prader-willi.fr

PETITE ENFANCE. Alimentation. du nourrisson & du jeune enfant. ayant un syndrome de Prader-Willi (SPW) www.guide-prader-willi.fr 3 Alimentation PETITE ENFANCE du nourrisson & du jeune enfant ayant un syndrome de Prader-Willi (SPW) www.guide-prader-willi.fr 2 Un bébé sans réflexe de succion, puis un enfant jamais rassasié L état

Plus en détail

IMPFDIENST. Brochure d information pour les parents et les élèves

IMPFDIENST. Brochure d information pour les parents et les élèves IMPFDIENST Brochure d information pour les parents et les élèves Service des vaccinations Chers parents, chers élèves, Le service des vaccinations effectue des vaccinations à intervalles de deux ans dans

Plus en détail

Reflu l x u g as a t s r t o r -o - eso s phag a ie i n Pr. H.SIBAI

Reflu l x u g as a t s r t o r -o - eso s phag a ie i n Pr. H.SIBAI Reflux gastro-oesophagien Pr. H.SIBAI Oesophage Cardia Estomac R.G.O Introduction Définition : Ensemble des manifestations cliniques secondaires au passage de liquide gastrique dans l œsophage Complication

Plus en détail

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile PLAN A - Facteurs de risque infectieux B - Définition d une neutropénie C - Définition d une neutropénie fébrile La fièvre Critères prédictifs de survenue d un épisode fébrile Etiologie de la fièvre au

Plus en détail

Otites de l enfant. Item et objectifs du CNCI

Otites de l enfant. Item et objectifs du CNCI 34 Otites de l enfant I. POUR BIEN COMPRENDRE II. DIAGNOSTIQUER UNE OTITE III. ARGUMENTER L ATTITUDE THÉRAPEUTIQUE ET PLANIFIER LE SUIVI DE L ENFANT Item et objectifs du CNCI Item 98. Otalgies et otites

Plus en détail

Des pilules contre tous les microbes? Programme pour les garderies

Des pilules contre tous les microbes? Programme pour les garderies Des pilules contre tous les microbes? Programme pour les garderies Partie V. Feuillets d information Février 2011 BONS MICROBES - MAUVAIS MICROBES Les bactéries sont partout et elles forment 60% de la

Plus en détail

La grippe, l asthme et la vaccination

La grippe, l asthme et la vaccination La grippe, l asthme et la vaccination vaccin anti-grippe pris en charge à 100 % pour tous les asthmatiques Qu est-ce que la grippe? La grippe est une maladie infectieuse très contagieuse, d apparition

Plus en détail

Je travaille en EHPAD, j ai 7 bonnes raisons pour me faire vacciner contre la grippe saisonnière

Je travaille en EHPAD, j ai 7 bonnes raisons pour me faire vacciner contre la grippe saisonnière Je travaille en EHPAD, j ai 7 bonnes raisons pour me faire vacciner contre la grippe saisonnière 1. Je veux me protéger efficacement de la grippe La grippe n est pas un simple rhume. Fièvre soudaine, toux

Plus en détail

TENSION MAMMAIRE ET PRÉVENTION DE L ENGORGEMENT

TENSION MAMMAIRE ET PRÉVENTION DE L ENGORGEMENT 1 TENSION MAMMAIRE ET PRÉVENTION DE L ENGORGEMENT 1- DESCRIPTION Le terme de «montée de lait» est souvent interprété par les mères comme le moment à partir duquel elles commencent à avoir du lait dans

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission réexamine la spécialité :

AVIS DE LA COMMISSION. Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission réexamine la spécialité : COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 1 er septembre 2004 Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission réexamine la spécialité

Plus en détail

Guide Pratique du Souffle

Guide Pratique du Souffle Programme d information sur les maladies respiratoires chroniques : asthme, broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO)... Guide Pratique du Souffle Ce guide appartient à : Nom :......... Prénom

Plus en détail

Quelles sont les vaccins et les médicaments disponibles?

Quelles sont les vaccins et les médicaments disponibles? 1 Qu est-ce que le H1N1? Le H1N1, est une grippe qui a commencé au Mexique en Avril 200. C est pour cela qu on l appelle grippe mexicaine, elle a plusieurs symptômes peu dangereux: comme la température

Plus en détail

La grippe & autres infections respiratoires hivernales : tout ce qu il faut savoir!

La grippe & autres infections respiratoires hivernales : tout ce qu il faut savoir! La grippe & autres infections respiratoires hivernales : tout ce qu il faut savoir! Dr Anne Guinard, Cire Midi-Pyrénées Rencontre des représentants des usagers et des professionnels de santé de Midi-Pyrénées

Plus en détail

La fièvre chez l enfant

La fièvre chez l enfant La fièvre chez l enfant Qu est-ce que la fièvre? La fièvre est un état normal de lutte contre l infection. Elle est causée par un virus ou une bactérie. Il est donc normal que votre enfant ait de la fièvre

Plus en détail

3mesures pour retrouver une certaine qualité de vie

3mesures pour retrouver une certaine qualité de vie ALLERGIE AUX POLLENS : 3mesures pour retrouver une certaine qualité de vie u Eviter de trop grandes expositions aux pollens Prudence les jours chauds et ensoleillés (les pollens sont en suspension dans

Plus en détail

Mal de gorge? Toux sèche?

Mal de gorge? Toux sèche? Mal de gorge? Toux sèche? Junior-angin agit et soulage 2 solutions naturelles et efficaces adaptées aux enfants à partir de 1 an L hiver, le temps froid et humide favorise l apparition d infections, de

Plus en détail

La maladie de carré chez le chien. Maladie de carré (chiens, furets ) : sources et espèces cibles. 1.1 Espèces cibles de la maladie de carré

La maladie de carré chez le chien. Maladie de carré (chiens, furets ) : sources et espèces cibles. 1.1 Espèces cibles de la maladie de carré La maladie de carré chez le chien 1 Maladie de carré (chiens, furets ) : sources et espèces cibles 11 Espèces cibles de la maladie de carré 12 Maladie de carré chez le chat 13 Maladie de carré chez l homme

Plus en détail

PARTIE II : Risque infectieux et protection de l organisme. CHAPITRE 1 : L homme dans son environnement microbien.

PARTIE II : Risque infectieux et protection de l organisme. CHAPITRE 1 : L homme dans son environnement microbien. PARTIE II : Risque infectieux et protection de l organisme CHAPITRE 1 : L homme dans son environnement microbien. Grippe, gastro-entérite, angine, otite,...nous sommes régulièrement malades. Quelles sont

Plus en détail

VEUILLEZ LIRE CE DOCUMENT POUR UNE UTILISATION SÉCURITAIRE ET EFFICACE DU MÉDICAMENT. RENSEIGNEMENTS DESTINÉS AUX PATIENTS.

VEUILLEZ LIRE CE DOCUMENT POUR UNE UTILISATION SÉCURITAIRE ET EFFICACE DU MÉDICAMENT. RENSEIGNEMENTS DESTINÉS AUX PATIENTS. VEUILLEZ LIRE CE DOCUMENT POUR UNE UTILISATION SÉCURITAIRE ET EFFICACE DU MÉDICAMENT. RENSEIGNEMENTS DESTINÉS AUX PATIENTS Pr NUCALA MC [nu-ka-la] mépolizumab en poudre lyophilisée pour solution injectable

Plus en détail

Module 7 - Edition 2008 - Item 82 page 1 Copyright CMIT ITEM N 82 : GRIPPE OBJECTIFS TERMINAUX

Module 7 - Edition 2008 - Item 82 page 1 Copyright CMIT ITEM N 82 : GRIPPE OBJECTIFS TERMINAUX Module 7 - Edition 2008 - Item 82 page 1 ITEM N 82 : GRIPPE OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer une grippe II. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient INTRODUCTION - Maladie

Plus en détail

Khaled Menif Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis. http://www.infectiologie.org.tn

Khaled Menif Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis. http://www.infectiologie.org.tn Khaled Menif Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis Introduction(1) L augmentation de la résistance des bactéries aux antibiotiques est inquiétante, et s explique entre

Plus en détail