Comité de Lutte contre les Infections Nosocomiales (CLIN) - Madame Annick CLEMMER, Directeur de la Qualité et de la Certification

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comité de Lutte contre les Infections Nosocomiales (CLIN) - Madame Annick CLEMMER, Directeur de la Qualité et de la Certification"

Transcription

1 CONDUITE À TENIR DEVANT UN RISQUE DE TRANSMISSION DE Référence : PR/HYG/007-A Page 1 sur 26 Date de validation : 05/07/2007 Date de remise à jour : Date de diffusion : 31/10/2007 Edition : 1 ère Objet : Décrire les mesures à mettre en place pour éviter la transmission de l agent responsable de la gale, à d autres patients ou aux membres du personnel. Mots clés : Gale / Maladie à déclaration obligatoire / Signalement / Documents de référence Critères Anaes : SPI 4c Critères HAS : 16g - Recommandations concernant la gestion de la gale dans les établissements de soins et médico-sociaux, CCLIN Sud-Ouest, Avis du Conseil Supérieur d Hygiène Publique de France, relatif à la conduite à tenir devant un cas de gale, juin Conduite à tenir en cas d épidémie de gale en établissement de santé, CCLIN Sud Est, septembre Décret n du 26 juillet 2001 relatif au signalement. - Circulaire n 21 du 22 janvier 2004 relative au signalement des infections nosocomiales et à l information des patients. Rédaction : - Docteur Catherine MARCHAND, Praticien Hospitalier - Docteur Jean-Louis LONGUEFOSSE, Pharmacien Approbation : - Comité de Lutte contre les Infections Nosocomiales (CLIN) Validation : - Madame Annick CLEMMER, Directeur de la Qualité et de la Certification Date d application : 31/10/2007 Annexes jointes : - Eléments d aide à la rédaction d une note de service à l attention du personnel (annexe 1) - Eléments d aide à la rédaction d un communiqué de presse (annexe 2) - Eléments d aide à la rédaction d une note de service à l attention des familles et des proches des patients (annexe 3) Diffusion Pour application : - Unités d hospitalisation - Lieu de vie - MAS de Sainte-Luce - MAS des Anses d Arlets - SURCOUF - Pharmacie - Direction des services économiques - Magasin - Lingerie-relais

2 CONDUITE À TENIR DEVANT UN RISQUE DE TRANSMISSION DE Référence : PR/HYG/007-A Page 2 sur 26 Date de validation : 05/07/2007 Date de remise à jour : Date de diffusion : 31/10/2007 Edition : 1 ère Pour classement : - Direction - Direction du Service des Soins - Direction des Ressources Humaines, de la Qualité et de la Certification - CLIN Indicateurs de suivi :

3 CONDUITE À TENIR DEVANT UN RISQUE DE TRANSMISSION DE Référence : PR/HYG/007-A Page 3 sur 26 Date de validation : 05/07/2007 Date de remise à jour : Date de diffusion : 31/10/2007 Edition : 1 ère I - DEFINITION - La gale est une dermatose parasitaire prurigineuse hautement contagieuse. Elle est due à un acarien qui vit dans l épiderme humain : Sarcoptes scabei variété hominis. La transmission se fait soit par contact direct, soit par le biais de l environnement des patients porteurs (linge, literie), où la survie du sarcopte est possible quelques jours dans les squames de la peau. La dissémination du parasite est favorisée par la vie en collectivité et le non respect des règles d hygiène. La durée de l incubation varie de quelques jours à 1 mois, en moyenne 8 à 15 jours. La Phase d état est caractérisée par : - Le prurit - Les sillons scabieux - Les vésicules perlées - D autres lésions non spécifiques sont possibles. La gale présente 2 formes cliniques : la gale commune et la gale profuse plus contagieuse (ou gale norvégienne). Le diagnostic parasitologique consiste en la mise en évidence des sarcoptes par examen microscopique des prélèvements au niveau des sillons. Un examen parasitologique négatif ne permet pas d éliminer le diagnostic de gale. La gale est une parasitose inscrite au tableau n 76 des maladies professionnelles selon le décret n du 15 février C est une maladie à déclaration obligatoire qui doit faire l objet d une déclaration interne auprès du CLIN (procédure PR/HYG/004-A). II - RESPONSABILITES - Le président du CLIN et/ou l Equipe Opérationnelle d Hygiène : ils coordonnent la gestion du cas ou de l épidémie et sont responsables du signalement auprès de la DSDS et du CCLIN Sud-Ouest. - Le médecin du service concerné : est responsable de la prescription du traitement au patient, de l isolement septique et de sa levée. - Le cadre du service : est chargé du recensement en besoins humains et matériels nécessaires à la prise en charge de la gale.

4 CONDUITE À TENIR DEVANT UN RISQUE DE TRANSMISSION DE Référence : PR/HYG/007-A Page 4 sur 26 Date de validation : 05/07/2007 Date de remise à jour : Date de diffusion : 31/10/2007 Edition : 1 ère - Le pharmacien : est chargé de l évaluation du stock de produits médicamenteux et consommables divers ainsi que de l approvisionnement éventuel. - Les services économiques : sont chargés de l approvisionnement en divers consommables. - La direction générale et la direction des soins : sont responsables de la mise à disposition des moyens humains nécessaires et de la communication en interne et en externe. - La DSDS : aide à la gestion de la crise (facilite l approvisionnement en médicaments et la réquisition de médecins spécialistes, informe les médecins de ville et la population et gère les cas communautaires si dissémination dans la collectivité). - Le CCLIN Sud Ouest : aide à la gestion de la crise (interrogations du CH, conseils)

5 CONDUITE À TENIR DEVANT UN RISQUE DE TRANSMISSION DE Référence : PR/HYG/007-A Page 5 sur 26 Date de validation : 05/07/2007 Date de remise à jour : Date de diffusion : 31/10/2007 Edition : 1 ère III - DESCRIPTION DU PROCESSUS Un cas isolé est un cas de gale certain ou probable Isoler immédiatement le patient atteint Respect des précautions de type «contact» adaptées à la gale (FT n 1) Informer - Le responsable médical du service - Le cadre du service - Le président du CLIN et l équipe opérationnelle d hygiène - La structure d origine et/ou de destination du patient, par écrit - Les différents intervenants auprès du patient : Professionnels de santé, famille et entourage ayant eu un contact cutané prolongé Traiter le patient atteint et son environnement Le traitement est local et /ou général en fonction de la nature du cas (FT n 6) Traiter les sujets contacts ainsi que leur environnement - Si cas communautaire venant d être hospitalisé et immédiatement diagnostiqué : Préconiser le traitement de la famille et son environnement - Si cas d origine inconnue, et diagnostiqué au cours de l hospitalisation : traitement de tous les cas au contact du service. Surveiller - Un cas isolé peut être le point de départ d une épidémie. - L application rigoureuse de mesures d hygiène est un moyen de lutte efficace : maintenir l isolement 48h après la fin du traitement. - Une surveillance est mise en place pour dépister d autres cas (patients ou personnels) dont les signes cliniques auraient pu passer inaperçus. Cette surveillance est coordonnée par l EOH. - Si le cas est communautaire, prévenir la DSDS afin d évaluer le risque de transmission dans la collectivité.

6 CONDUITE À TENIR DEVANT UN RISQUE DE TRANSMISSION DE Référence : PR/HYG/007-A Page 6 sur 26 Date de validation : 05/07/2007 Date de remise à jour : Date de diffusion : 31/10/2007 Edition : 1 ère Une épidémie de gale est déclarée dans un service Médecin Médecin Médecin ou cadre + cadre - Prescription du traitement thérapeutique, de l isolement pour les patients : Respect des précautions «contact» adaptées (FT n 1). Informer l EOH (8664 ou 2863) et/ou le président du CLIN (2939), et leur décrire la situation. - Informer l ensemble du personnel de l unité concernée. - Rassurer le personnel. -Veiller au respect des précautions spécifiques. Examen clinique et/ou interrogatoire des patients et du personnel pour recherche des cas. EOH EOH Information des différentes structures Déplacement dans le service EOH Equipe soignante Fiche A Fiche B La médecine du travail La direction Le pharmacien La DSDS Le biologiste Prélèvements éventuels pour recherche de sarcopte Fiche C Fiche D

7 CONDUITE À TENIR DEVANT UN RISQUE DE TRANSMISSION DE Référence : PR/HYG/007-A Page 7 sur 26 Date de validation : 05/07/2007 Date de remise à jour : Date de diffusion : 31/10/2007 Edition : 1 ère FICHE A ROLE DE L EQUIPE OPERATIONNELLE D HYGIENE (EOH) COORDINATION Immédiatement dès qu elle est informée, l équipe opérationnelle d hygiène (EOH) se déplace dans le ou les services concernés Vérifie si les mesures d hygiène sont bien respectées : précautions «contact», et mise en place correcte des isolements septiques (procédure PR/HYG/006-A). Analyse la situation avec le médecin et le cadre du service : - Description de l événement : date probable de la contamination, hypothèse sur le cas index, date du début de l épidémie, répartition géographique des cas - Première évaluation du nombre de cas certains, probables et contacts parmi les patients et les personnels FT n 2 - Nombre de patients présents dans le ou les services concernés Informe le médecin du travail : Suivi du personnel atteint de gale.

8 CONDUITE À TENIR DEVANT UN RISQUE DE TRANSMISSION DE Référence : PR/HYG/007-A Page 8 sur 26 Date de validation : 05/07/2007 Date de remise à jour : Date de diffusion : 31/10/2007 Edition : 1 ère FICHE B ROLE DE L EQUIPE SOIGNANTE RECUEIL DES DONNEES DANS LES SERVICES Le cadre de santé et le personnel soignant - Recueillir sous forme de liste, les données des patients présents (âge, poids, femme enceinte) Le médecin - Faire le point sur le nombre de patients et le personnel présentant des lésions ou prurit (examen clinique ou interrogatoire) - Rechercher les cas contacts parmi le personnel présent et absent (en récupération, congé, repos), sans oublier les intervenants extérieurs : kiné, ergo, ouvriers, psycho, assistantes sociales, ambulanciers, brancardiers, agents d entretien ou de maintenance - Evaluer l état des housses des matelas et oreillers de tout le service - Etablir la liste en produits nécessaires et préparer la commande en fonction du nombre de patients. FT n 3 - Lister les patients sortis ou en permission, ayant séjourné récemment dans le service - En cas de transfert dans un autre établissement, informer le service receveur - Suspendre si possible les admissions ou ré-admissions ainsi que les sorties Informer les familles et proches (par téléphone, ou lors des visites) annexe 4 Limiter les visites Organiser l information des médecins traitants pour les familles (consignes de traitement )

9 CONDUITE À TENIR DEVANT UN RISQUE DE TRANSMISSION DE Référence : PR/HYG/007-A Page 9 sur 26 Date de validation : 05/07/2007 Date de remise à jour : Date de diffusion : 31/10/2007 Edition : 1 ère FICHE C ROLE DE LA DIRECTION INFORMATION Informe le personnel Informe les services économiques Note de service (voir annexe) Programmation d une réunion extra-ordinaire du CHSCT - le magasin général Le service économique informe : Evalue le stock en consommables et produits nécessaires - la lingerie Evalue le linge disponible (besoins accrus : tenues du personnel, draps, taies d oreillers) Organise l information du prestataire (lavage à plus de 60 C, priorité) - les agents Précautions du personnel du bionettoyage Prend contact avec la DRH et la DSI Coordonnées du personnel absent pour rappel Suspension des arrivées de stagiaires Renfort des équipes Gère la communication avec les médias Communiqué (voir en annexe) FICHE D

10 CONDUITE À TENIR DEVANT UN RISQUE DE TRANSMISSION DE Référence : PR/HYG/007-A Page 10 sur 26 Date de validation : 05/07/2007 Date de remise à jour : Date de diffusion : 31/10/2007 Edition : 1 ère ROLE DU PHARMACIEN - Evalue son stock en produits scabicides et consommables : STROMECTOL, ASCABIOL, A- PAR, SURFANIOS, gants en latex non stériles, gants en vinyl à usage unique, gants de toilette à usage unique, alèses à usage unique. (FT n 3). - S assure que le local d urgence dispose d un kit «gale» et d un kit isolement septique (FT n 3). - S informe sur le stock disponible dans les autres hôpitaux et chez les fournisseurs - Une fois le nombre de personnes à traiter connu, passe les commandes et ne délivre aucun produit jusqu à réception totale. NB : Les traitements ne seront délivrés et administrés que lorsque tous les produits nécessaires seront disponibles, et une date fixée pour le traitement collectif et simultané de tous les cas recensés.

11 Référence : PR/HYG/007-A Page 11 sur 26 FICHE TECHNIQUE N 1 PRECAUTIONS «CONTACT» AU COURS D UNE EPIDEMIE DE Mettre en place l isolement septique selon la Procédure PR/HYG/006-A MESURES SPECIFIQUES SIGNALISATION Identifier clairement les patients atteints Lavage simple systématique dans la chambre après tout contact avec le patient ou les objets contaminés. Inefficacité des solutions hydro-alcooliques sur le sarcopte. HYGIENE DES MAINS Port de gants à UU pour tout contact avec le patient ou les objets contaminés non stériles TENUE Port de surblouse à usage unique à manche longue pour tout contact direct avec le patient (nursing, examens médicaux, kinésithérapie, radio au lit ) LINGE Cf : fiche technique n 4 ENTRETIEN DE L ENVIRONNEMENT Cf : fiche technique n 5 ENTRETIEN DU PETIT MATERIEL Tensiomètres, sangles de lève-malades, attelles, écharpes de maintien Ce matériel sera nettoyé après avoir été placé dans un sac plastique identifié et avoir eu un contact avec un acaricide pendant 3 heures

12 Référence : PR/HYG/007-A Page 12 sur 26 VISITEURS Limiter les visites. Informer les visiteurs des mesures à prendre : - port de surblouse à usage unique - éviter les contacts avec le patient en dehors du visage, - ne pas s asseoir sur le lit ou y déposer des vêtements - ne pas sortir d objet de la chambre - ne pas emporter le linge avant les consignes de l équipe soignante - ne pas utiliser les toilettes de la chambre - se laver les mains en sortant. En cas de gale profuse : proscrire tout contact. DEPLACEMENT DU PATIENT DUREE DE L'ISOLEMENT Précautions à prendre durant la durée du traitement (48 heures) Limiter les sorties (point soumis à l appréciation médicale) Prendre rendez-vous en dernière position pour les examens complémentaires indispensables Prévenir le service receveur et l équipe assurant le transport. Faire suivre une fiche de liaison avec des transmissions précises Envelopper le patient dans un drap 48 heures sur prescription médicale et suivant l'évolution des lésions

13 Référence : PR/HYG/007-A Page 13 sur 26 FICHE TECHNIQUE N 2 DEFINITION DES CAS DE Cas certain : 2 possibilités Cas 1 : Tout sujet présentant un prurit cutané (recrudescence nocturne) associé à des lésions typiques de la gale (sillons), dont le diagnostic clinique a été établi par un médecin. Le diagnostic de certitude est basé sur la présence de sarcoptes dans les prélèvements cutanés. Cas 2 : Tout sujet présentant un prurit cutané avec des lésions atypiques et dont les prélèvements cutanés montrent la présence de sarcoptes Cas probable : tout sujet présentant soit un prurit cutané, soit des lésions hyperkératosiques et qui a été en contact avec une personne dont le diagnostic de gale a été établi par un médecin. Cas contact : tout sujet ayant été en contact cutané prolongé avec une personne dont le diagnostic clinique de gale a été établi par un médecin Gale nosocomiale : elle peut concerner les patients comme les personnels de santé Pour les patients : un délai d 1 semaine minimum après l admission peut faire considérer la gale comme nosocomiale. Pour le personnel : le cas est nosocomial s il existe dans l établissement un cas certain ou probable de gale et s il y a eu possibilité de contact avec ce cas. Cas isolé de gale : un seul cas de gale a été diagnostiqué. L origine de la contamination n a pu être établie. Epidémie de gale : deux cas ou plus ont été diagnostiqués par un médecin, avec atteinte possible des autres patients ou du personnel soignant.

14 Référence : PR/HYG/007-A Page 14 sur 26 FICHE TECHNIQUE N 3 LISTE DES PRODUITS, MATERIELS, CONSOMMABLES NECESSAIRES A LA GESTION DE L EPIDEMIE MAGASIN Savons doux pour le lavage simple des mains Savons doux pour la toilette Essuie mains Gants de ménage en caoutchouc toute taille Housses de matelas et d oreillers Pinceaux SERVICES TECHNIQUES Cartons DASRI PHARMACIE ASCABIOL STROMECTOL APAR SURFANIOS Gants en latex non stériles à usage unique toute taille Gants en vinyl à usage unique toute taille Alèses à usage unique Gants de toilette à usage unique LOCAL D URGENCE 1 Kit «gale» (1 pinceau, 1 savon doux, 1 flacon d ASCABIOL, 1 boîte de 20 cp de STROMECTOL, 1 flacon d A-PAR, 1 boîte de gants vinyl, 1 boîte de gants latex, 1 alèse UU, 1 paquet de 50 gants de toilette UU) 1 Kit de protection «malade en isolement septique» ( 2 surblouses, 2 masques de protection, 2 tabliers, imperméables UU, 2 surchaussures non tissées UU, 2 charlottes UU, 2 sacs rose pour textiles souillés)

15 Référence : PR/HYG/007-A Page 15 sur 26 LINGERIE Draps Taies Tenues professionnelles Chemises en tissu pour les patients Surblouses et tabliers à usage unique Surchaussures Charlottes Masques de protection Sacs roses en pour linge contaminé

16 Référence : PR/HYG/007-A Page 16 sur 26 FICHE TECHNIQUE N 4 LE TRAITEMENT DU LINGE le linge supporte le lavage > à 60 C (draps, alèses, taies, serviettes de toilette, gants de toilette, chemises de malades ) En accord avec la blanchisserie, il convient de mettre en place une procédure permettant d éviter la manipulation du linge contaminé dans la zone de tri. Par exemple : - Recueil du linge en sac hydrosoluble rose en premier emballage, - Mise en double emballage* systématique au seuil de la chambre, - Transport en blanchisserie en respectant le protocole local d évacuation du linge contaminé (procédure PT/LIN/003-B). * Principe du double emballage : Une fois le linge souillé placé dans le premier sac, la personne qui mettra ce sac hydrosoluble dans un deuxième emballage aura pris soin d enlever ses gants et de procéder à un lavage simple des mains au préalable. Cette opération s effectue sur le seuil de la porte de la chambre préservant ainsi l extérieur du sac de tout contact parasitaire. le linge ne supporte pas le lavage à 60 C (linge personnel de résidents, articles non lavables..) Utilisation d un produit acaricide - Vaporiser sur le linge un produit acaricide (type A-PAR ), hors de la présence du patient, - Mettre le linge dans une poche hydrosoluble rose - Fermer la poche hermétiquement, - Noter la date et l heure d application du produit sur la poche, - Laisser en contact le temps préconisé par le fabricant (par exemple 3 heures minimum pour A- PAR ), - Procéder au double emballage : Si l article est lavable, transport en blanchisserie en respectant le protocole local d évacuation du linge contaminé (procédure PT/LIN/003-B). Si l article n est pas lavable, éliminer l excédent de produit par aération ou essuyage,

17 Référence : PR/HYG/007-A Page 17 sur 26 - Dans le cadre d un traitement isolé, il n est pas obligatoire de porter un masque de protection respiratoire spécifique. Cependant pour éviter toute gêne respiratoire, ouvrir les fenêtres des pièces dans lesquelles la pulvérisation est réalisée. - La pulvérisation d A-PAR ne doit pas être effectuée par un sujet asthmatique ou en sa présence.

18 Référence : PR/HYG/007-A Page 18 sur 26 FICHE TECHNIQUE N 5 L ENTRETIEN DE L ENVIRONNEMENT Réaliser un bionettoyage renforcé : (procédure entretien des locaux PR/HYG/003-B) - Chambres et mobiliers, - Locaux communs, - Véhicules de transport, - Salle de kinésithérapie et d ergothérapie, - Bureaux, - Vestiaires Appliquer des mesures de désinfection complémentaires : avec un acaricide type A-PAR A J1 du traitement Après nettoyage Pulvériser : - l intérieur des meubles de stockage de linge - les fauteuils tissus, des rideaux en tissu, les interstices des fauteuils plastiques - la literie (matelas + traversins): Si la literie est complètement houssée : 1. housses en bon état = désinfection de contact avec un détergentdésinfectant type SURFANIOS 2. housses dégradées = de préférence, renouveler le matériel. A défaut, enlever les housses pour les traiter comme le linge et pulvériser la literie (temps de contact 12h pour cette dernière) Désinfecter les oreillers ou traversins sans protection en les enfermant dans une poche plastique avec l acaricide pendant 3 heures avant envoi en blanchisserie. Attendre 3 heures pour réoccuper la chambre en cas de pulvérisation.

19 Référence : PR/HYG/007-A Page 19 sur 26 Précautions - La protection respiratoire du personnel par un masque est fortement recommandée. - La pulvérisation d A-PAR ne doit pas être effectuée par un sujet asthmatique ou en sa présence. - Durant les opérations de nettoyage-désinfection, les patients pourront être rassemblés dans des salles préalablement nettoyées (réfectoire, salle de jeux, patio ) en fonction de leur état. - Aérer les chambres avant réoccupation

20 MODALITES D APPLICATION DU TRAITEMENT CONDUITE A TENIR DEVANT UN RISQUE DE TRANSMISSION DE Référence : PR/HYG/007-A Page 20 sur 26 FICHE TECHNIQUE N 6 TRAITEMENT DES PERSONNES Stratégie thérapeutique lors d une épidémie de gale - Traitement thérapeutique collectif et simultané de l ensemble des patients et personnels du service atteint (FT n 6) - Traitement au sein de l établissement en même temps que le traitement de l environnement (FT n 5) - Orienter les familles des patients vers le médecin traitant - Orienter les familles des personnels vers le médecin traitant, prise en charge possible par l établissement. Traitement local - Gale profuse en complément du traitement général - Femme enceinte - Enfant de moins de 15 kg - Hypersensibilité au STROMECTOL Traitement général - Recommandé si pas de contre indication - STROMECTOL : 200µg/kg en 1 prise (soit 5 comprimés à 3 mg pour un poids compris entre 66 et 79 kg) Le traitement est appliqué sur prescription médicale à Traitement local à l'ascabiol Traitement général au Stromectol J 0 Faire prendre une douche chaude avec un savon doux, rincer, sécher modérément. Appliquer la lotion ASCABIOL avec un pinceau plat sur la totalité de la surface corporelle en évitant visage et cuir chevelu et en insistant sur les lésions, les plis, les mains, sous les ongles coupés courts, l'ombilic, la face antérieure des poignets, derrière les oreilles, la plante des pieds, les parties génitales (en dehors des muqueuses) ; frotter en cas de pilosité importante. En cas de gale profuse, le cuir chevelu et les oreilles seront traités avec un coton imbibé. Le pinceau sera réservé au patient. Administrer le traitement STROMECTOL en comprimé, prescrit en une seule prise après un jeun strict de deux heures, et ensuite laisser à jeun pendant deux heures Faire prendre une douche au savon doux; rincer abondamment ; sécher Mettre du linge propre (vêtements et draps) Changer la literie Traiter l'environnement

21 Référence : PR/HYG/007-A Page 21 sur 26 J 1 J 2 J 8 Laisser sécher puis 2ème couche à passer selon le même protocole Laisser en contact 24 h, (12 h chez l enfant de moins de 2 ans et chez la femme enceinte) y compris sur les mains, renouveler l'application dans la journée si besoin (lavage des mains) Mettre du linge propre (vêtements et draps) Changer la literie Traiter l'environnement Douche uniquement suivie d une application de crème hydratante si besoin Levée de l'isolement sur prescription Soins de nursing habituels Veiller à un suivi régulier des soins d'hygiène corporelle et à l'évolution des lésions Renouveler le traitement sur prescription Jeter les pinceaux après le traitement Soins de nursing habituels Levée de l'isolement sur prescription Veiller à un suivi régulier des soins d'hygiène corporelle et à l'évolution des lésions dans les formes avec de très nombreux parasites, une deuxième dose de STROMECTOL et/ou l association à un traitement topique peuvent être nécessaires dans les 8 à 15 jours pour obtenir la guérison

22 Référence : PR/HYG/007-A Page 22 sur 26 Annexe 1 ELEMENTS NECESSAIRES A LA REDACTION DE LA N O T E D I N F O R M A T I O N A L ATTENTION DU PERSONNEL - Le personnel est informé de l épidémie de gale nosocomiale diagnostiquée ce jour dans l unité. - Organisation de la prise en charge patients/personnels par le personnel médical, en lien avec le CLIN, l EOH et les autorités sanitaires. - Information des familles - Une réunion extraordinaire du CHSCT se tiendra le. - Consultation dermatologique et médecin du travail - Pour toute information, contacter..

23 Référence : PR/HYG/007-A Page 23 sur 26 Annexe 2 ELEMENTS NECESSAIRES A LA REDACTION D UN COMMUNIQUE AUX MEDIAS Nombre de patients et de personnel atteints Date de l apparition des cas Services concernés Mesures prises immédiatement : protection des patients et/ou personnel commande de matériels et de médicaments familles informées Rassurer les familles et le reste de la population

24 Référence : PR/HYG/007-A Page 24 sur 26 Annexe 3 N O T E D I N F O R M A T I O N AUX FAMILLES ET PROCHES DES PATIENTS Des cas de gale viennent d être diagnostiqués dans.de votre hôpital. Afin de faire face à cet épisode et conformément aux recommandations de santé publique, relatives à la gestion de la gale dans les établissements de soins, il a été décidé de procéder aux mesures immédiates suivantes : 1 - Traitement approprié des cas signalés ainsi que de l ensemble des patients et du personnel soignant de Désinfection des chambres et de la literie de. 3 - Traitement spécifique du linge, tant des effets personnels des patients de que des effets communs 4 - Limitation des visites aux patients de.pendant toute la durée du traitement Vous trouverez ci-jointe une fiche explicative sur la maladie et la conduite à tenir. Une cellule de crise a été mise en place. Personnes à contacter : Le médecin de garde L Equipe opérationnelle d hygiène Le Président du CLIN Le cadre de santé Bien que transmissible, la gale est une maladie bénigne pour laquelle il existe un traitement simple et efficace.

25 Référence : PR/HYG/007-A Page 25 sur 26 LA Qu est-ce la gale? La gale est une infestation de la peau par un minuscule parasite, appelé «sarcopte» qui ressemble à un insecte. Comment se transmet la gale? La gale se transmet habituellement par contact direct avec la peau d une personne infestée. Elle se transmet moins souvent par contact indirect, c est-à-dire par l échange de vêtement et de serviette ou en couchant dans le lit d une personne infestée. Une personne peut être gênée de découvrir qu elle a la gale, mais n importe qui peut être infesté et ce n est pas le signe d une mauvaise hygiène personnelle. Quels sont les symptômes? La personne infestée peut n éprouver aucun symptôme pendant 4 à 6 semaines suivant le contact avec le parasite, puis elle commence habituellement à sentir des démangeaisons intenses qui s aggravent souvent la nuit. Une rougeur accompagne les démangeaisons. Elle apparaît le plus souvent sur les plis entre les doigts, l intérieur des poignets et les plis des coudes, la poitrine, les organes génitaux masculins, l abdomen et les fesses. Comment puis-je savoir si j ai la gale? Des démangeaisons persistantes et de plus en plus fortes sont le symptôme courant de la gale. Une rougeur et des démangeaisons peuvent avoir de nombreuses causes, et seul votre médecin pourra dire si vous avez la gale. Comment se traite la gale? Consultez votre médecin pour savoir comment traiter la gale. Le traitement est simple et efficace, à condition de bien respecter les consignes données par votre médecin.

26 Référence : PR/HYG/007-A Page 26 sur 26 Qu en est-il du ménage dans la maison? N oubliez pas de mettre des vêtements propres et de changer la literie après le traitement. Faites bouillir, à plus de 60 C, avec un détergent tous les vêtements, serviettes, linge de cuisine, draps, taies d oreiller. Prévention d une nouvelle infestation Si une personne de votre famille a la gale, il y a de fortes chances que celles vivant sous le même toit l aient aussi même si elles n ont pas encore de symptômes. Pour cette raison, tous les membres du ménage doivent être traités, idéalement en même temps.

GALE gestion d une épidémie. B. HUC Service d Hygiène Hospitalière CH de PAU

GALE gestion d une épidémie. B. HUC Service d Hygiène Hospitalière CH de PAU GALE gestion d une épidémie B. HUC Service d Hygiène Hospitalière CH de PAU 1 Mesures immédiates pour la prise en charge des patients atteints : «isolement contact» Pour les soignants Pas de contact directe

Plus en détail

LA GALE. Réunion du Réseau des HAD SSIAD IDE Libéraux. ARLIN Midi-Pyrénées CCLIN Sud-Ouest

LA GALE. Réunion du Réseau des HAD SSIAD IDE Libéraux. ARLIN Midi-Pyrénées CCLIN Sud-Ouest LA GALE Réunion du Réseau des HAD SSIAD IDE Libéraux ARLIN Midi-Pyrénées CCLIN Sud-Ouest Jeudi 11 juin 2015 LE SARCOPTE DE LA GALE Définition Parasite de l ordre des acariens qui vit dans l épiderme humain

Plus en détail

Gestion du risque lors d épidémies de gale

Gestion du risque lors d épidémies de gale Gestion du risque lors d épidémies de gale l exemple de la maison de retraite du CH Oloron (Pyrénées atlantiques) Benoît HUC Service d Hygiène Hospitalière CH d Oloron Sainte-Marie Benoit.huc@ch-pau.fr

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA GALE. Traitement local par Ascabiol :

TRAITEMENT DE LA GALE. Traitement local par Ascabiol : Logo CHU Clinique Dermatologique Tél 02 40 08 31 16 Fax :02 40 08 31 17 TRAITEMENT DE LA GALE Rédaction : Dr M. Wourch Proposition de schéma thérapeutique dans le cas d une gale Traitement local par Ascabiol

Plus en détail

La gale. 1 Caractéristiques. 1.1 Parasite. 1.2 Transmission. 1.3 Facteurs de risque. 1.4 Incubation

La gale. 1 Caractéristiques. 1.1 Parasite. 1.2 Transmission. 1.3 Facteurs de risque. 1.4 Incubation La gale 1 Caractéristiques La gale est une dermatose parasitaire (maladie de la peau), liée à une contamination par un acarien : Sarcoptes scabiei hominis. La femelle fécondée creuse son sillon dans l

Plus en détail

Isolement "Grippe A" H1N1

Isolement Grippe A H1N1 Isolement "Grippe A" H1N1 Rédigé par: Unité de Prévention des Infections Nosocomiales 'DESP), avec la collaboration des services de Médecine du Travail et de Maladies Infectieuses et Tropicales Validé

Plus en détail

gale - Brochure d information -

gale - Brochure d information - gale La - Brochure d information - Qu est-ce que la gale? La gale est une infection de la peau causée par un parasite. Celui-ci creuse un petit tunnel (sillon) dans la partie superficielle de la peau et

Plus en détail

GALE: ÉPIDÉMIOLOGIE, TRAITEMENT ET PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION CROISÉE

GALE: ÉPIDÉMIOLOGIE, TRAITEMENT ET PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION CROISÉE Hygiène et prévention des infections en EMS Besançon, 12 novembre 2014 GALE: ÉPIDÉMIOLOGIE, TRAITEMENT ET PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION CROISÉE Pr Olivier Chosidow Dr Giao Do-Pham Service de Dermatologie

Plus en détail

scabiei Généralités sur la gale Parasitose cutanée bénigne de transmission interhumaine (tous âges, tous milieux sociaux,

scabiei Généralités sur la gale Parasitose cutanée bénigne de transmission interhumaine (tous âges, tous milieux sociaux, Généralités sur la gale Gale acarienne humaine (gale sarcoptique): recrudescence? Parasitose cutanée bénigne de transmission interhumaine (tous âges, tous milieux sociaux, tous continents) 300 millions

Plus en détail

REFROIDISSEMENT RAPIDE DES ALIMENTS APRES CUISSON

REFROIDISSEMENT RAPIDE DES ALIMENTS APRES CUISSON Référence : PT/RES/015-A Page :Page 1 sur 5 Objet : Maîtriser les dangers microbiologiques lors du refroidissement rapide des aliments après cuisson. Mots clés : Cuisson / HACCP / Préparation chaude /

Plus en détail

Procédure Gestion du linge MCO et EHPAD

Procédure Gestion du linge MCO et EHPAD Procédure Gestion du linge MCO et EHPAD Référence BM :#Référence unique# Ref. Service :#Référence autre##référence client# Version : 02 Centre Hospitalier de Hyères Qualité Nombre de pages : 5 1. OBJET

Plus en détail

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE RISQUES NATURELS RISQUE PANDÉMIQUE.AVRIL 2013 RISQ

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE RISQUES NATURELS RISQUE PANDÉMIQUE.AVRIL 2013 RISQ UES NATURELS UE PANDÉMIQUE UE PANDÉMIQUE INTRODUCTION : Le risque de pandémie grippale H5N1 existe bien qu aucun cas ne soit encore apparu en France. Il convient néanmoins de s y préparer En phase d alerte

Plus en détail

Change d une couche lavable

Change d une couche lavable Change d une couche lavable (à destination des professionnelles de l EAJE) Organisation Attention, les couches lavables nécessitent des changes fréquents, ne pas dépasser 2 h : noter l'heure de change

Plus en détail

HOPITAL DE SOULTZ N :S.PC.A.001.1 SERVICES DESTINATAIRES SERVICE DE SOINS DE SUITE ET DE READAPTATION SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE

HOPITAL DE SOULTZ N :S.PC.A.001.1 SERVICES DESTINATAIRES SERVICE DE SOINS DE SUITE ET DE READAPTATION SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE HOPITAL DE SOULTZ N :S.PC.A.001.1 PROCEDURE D ACCUEIL CLASSEUR 1 : CLASSEUR 2 : CLASSEUR 3 : CLASSEUR 4 : CLASSEUR 5 : CLASSEUR 6 : CLASSEUR 7 : CLASSEUR 8 : CLASSEUR 9 : CLASSEUR 10 : CLASSEUR 11 : SERVICES

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECLARATION DE SIGNES EVOCATEURS DE GRIPPE DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE

CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECLARATION DE SIGNES EVOCATEURS DE GRIPPE DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECLARATION DE SIGNES EVOCATEURS DE GRIPPE DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE Responsabilité de chacun et sensibilisation de tous 1 - Tous les professionnels travaillant au contact

Plus en détail

LA GALE. Dr KOTTLER Diane Assistante spécialiste Service de Dermatologie CH Valence Juin 2014

LA GALE. Dr KOTTLER Diane Assistante spécialiste Service de Dermatologie CH Valence Juin 2014 LA GALE Dr KOTTLER Diane Assistante spécialiste Service de Dermatologie CH Valence Juin 2014 Parasitologie (1) Sarcoptes scabiei var hominis Parasitisme humain obligatoire Durée de vie : 2-3 mois Couche

Plus en détail

Fiche pour les responsables des établissements d hébergement pour personnes âgées

Fiche pour les responsables des établissements d hébergement pour personnes âgées Mesures à mettre en œuvre dans les établissements d hébergement pour personnes âgées en cas de syndrome respiratoire aigu lors d une pandémie de grippe A(H1N1) Fiche pour les responsables des établissements

Plus en détail

Médicaments. cytotoxiques. et soignants. Manipuler avec précaution!

Médicaments. cytotoxiques. et soignants. Manipuler avec précaution! Médicaments cytotoxiques et soignants Manipuler avec précaution! Les médicaments cytotoxiques : de quoi parle-t-on? Les médicaments cytotoxiques sont largement utilisés dans les services d oncologie dans

Plus en détail

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie Premiers secours en équipe L hygiène et asepsie Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados hygiène et asepsie A la fin de cette partie vous serez capable d indiquer : D appliquer les règles

Plus en détail

Gestion d une épidémie de gale. EHPAD Les Minimes

Gestion d une épidémie de gale. EHPAD Les Minimes Gestion d une épidémie de gale EHPAD Les Minimes PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT Etablissement privé composé de deux bâtiments Résidence Dedelay Résidence H.Durand Capacité de 133 lits dont 10 lits pour

Plus en détail

HYGIENE DES MAINS DES PROFESSIONNELS ET DES RESIDENTS

HYGIENE DES MAINS DES PROFESSIONNELS ET DES RESIDENTS 1. OBJECTIF Appliquer une hygiène des mains adaptée à chaque activité, afin d éviter la transmission croisée manuportée des micro-organismes. 2. DOMAINE D APPLICATION L ensemble des professionnels de,

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL SSIAD

LIVRET D ACCUEIL SSIAD Centre Hospitalier LE FAOUET 36, rue des Bergères 56320 LE FAOUET Tél.: 02 97 23 35 18 Standard : 02 97 23 08 99 LIVRET D ACCUEIL SSIAD SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE Page1/8 SOMMAIRE I. Organisation

Plus en détail

PRECAUTIONS STANDARDS

PRECAUTIONS STANDARDS JOURNEE DE FORMATION D AUTOMNE DES CORRESPONDANTS EN HYGIENE HOSPITALIERE PRECAUTIONS STANDARDS Marc PHILIPPO, PH Hygiène Hélène ZANOVELLO, IDE Hygiène 28/10/2014 1 OBJECTIFS Prévention des AES: lors de

Plus en détail

Épidémie de grippe. Définitions... 1. Les premiers symptômes de la grippe pandémique... 2. Incubation :... 2. Comment se protéger!...

Épidémie de grippe. Définitions... 1. Les premiers symptômes de la grippe pandémique... 2. Incubation :... 2. Comment se protéger!... Épidémie de grippe Table des matières Définitions... 1 Les premiers symptômes de la grippe pandémique... 2 Incubation :... 2 Comment se protéger!... 2 Mouchage, éternuements, crachat, toux... 2 Éviter

Plus en détail

Objet : Assurer une bonne hygiène et une bonne conservation des aliments et des médicaments nécessitant une conservation au réfrigérateur.

Objet : Assurer une bonne hygiène et une bonne conservation des aliments et des médicaments nécessitant une conservation au réfrigérateur. Référence : PT/HYG/007-A Page :Page 1 sur 7 Objet : Assurer une bonne hygiène et une bonne conservation des aliments et des médicaments nécessitant une conservation au réfrigérateur. Résumé des modifications

Plus en détail

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par ANNEXE 6 CONVENTION TYPE RELATIVE AUX MODALITES DE COOPERATION ENTRE UN ETABLISSEMENT DE SANTE ET UN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES DANS LE CADRE D UNE FILIERE DE SOINS GERIATRIQUES

Plus en détail

Politique relative aux enfants malades et à l exclusion

Politique relative aux enfants malades et à l exclusion Politique relative aux enfants malades et à l exclusion Politique adoptée par le conseil d administration du CPE les Globules le 4 juin 2013 Révisé et adopté par le CA le 22 mai 2014. Le centre de la petite

Plus en détail

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE Complémentaires d Hygiène CHAPUIS C, Saint Genis Laval Juin 2010 Objectif Les Complémentaires d Hygiène (PCH) ont pour but de faire barrière à la diffusion d un agent

Plus en détail

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE 5, avenue Louis-Blériot 63100 Clermont-Ferrand Tél. 0 820 200 444 Ou 04 73 36 00 37 Fax 04 73 42 98 77 contact@clinidom.fr www.clinidom.fr Finess 63 000 811 8

Plus en détail

LA GESTION DU TRAVAIL ISOLE

LA GESTION DU TRAVAIL ISOLE I. Définition et problématique du travail isolé Dans certaines situations des personnes peuvent se trouver seules à leur poste de travail, sans autre personne dans le service, à l étage, voire dans le

Plus en détail

La Gale. Dr N. Contet-Audonneau. 26/09/2010 Dr N Contet-Audonneau Cours IST

La Gale. Dr N. Contet-Audonneau. 26/09/2010 Dr N Contet-Audonneau Cours IST La Gale Dr N. Contet-Audonneau 1 Définition Dermatose contagieuse due à un acarien Sarcoptes scabiei variété hominis Fréquente Cosmopolite Prurigineuse 2 La gale 300 millions de personnes/an dans le monde

Plus en détail

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES ADMINISTRATIVES

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES ADMINISTRATIVES MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES ADMINISTRATIVES Titre : Politique de visite aux patients hospitalisés Codification : 0 2 4 5 0 0-0 0 0 Niveau d application : Général Responsable : Direction des opérations

Plus en détail

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE GASTRO-ENTERITE AIGUES (GEA)

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE GASTRO-ENTERITE AIGUES (GEA) 1. OBJECTIFS Prévenir la transmission croisée des micro-organismes responsables des GEA par la mise en œuvre de mesures appropriées pour tous les professionnels de l EHPAD. Prévenir le risque épidémique

Plus en détail

Cadenasser pour la vie SENSIBILISATION AU CADENASSAGE

Cadenasser pour la vie SENSIBILISATION AU CADENASSAGE Cadenasser pour la vie SENSIBILISATION AU CADENASSAGE Dans cet ouvrage, les génériques masculins sont utilisés sans discrimination et uniquement pour alléger le texte. Toute reproduction doit être autorisée

Plus en détail

La gale DOSSIER. 2.1. Mesures préventives lors des soins à une personne atteinte

La gale DOSSIER. 2.1. Mesures préventives lors des soins à une personne atteinte Référence Référence : : Version : Date : La gale DOSSIER Sommaire : 1. Ce qu il faut savoir 1.1. Comment se manifeste la gale? 1.2. Comment se traiter? Traitement corporel Traitement du linge et autres

Plus en détail

MARCHE DE PRESTATION. CONTRAT D ENTRETIEN et MAINTENANCE MATERIEL DE LA CUISINE CENTRALE ET DES SATELLITES CCTP

MARCHE DE PRESTATION. CONTRAT D ENTRETIEN et MAINTENANCE MATERIEL DE LA CUISINE CENTRALE ET DES SATELLITES CCTP ARRONDISSEMENT DE BORDEAUX REPUBLIQUE FRANCAISE MAIRIE DE CESTAS Tél. : 05 56 78 13 00 Fax : 05 57 83 59 64 MARCHE DE PRESTATION CONTRAT D ENTRETIEN et MAINTENANCE MATERIEL DE LA CUISINE CENTRALE ET DES

Plus en détail

PROJET DE VIE PROJET DE SOINS RESIDENTS PORTEURS D UNE B.M.R. EN E.H.P.A.D.

PROJET DE VIE PROJET DE SOINS RESIDENTS PORTEURS D UNE B.M.R. EN E.H.P.A.D. PROJET DE VIE PROJET DE SOINS RESIDENTS PORTEURS D UNE B.M.R. EN E.H.P.A.D. DAURIAC MARIE-CHRISTINE INFIRMIERE EQUIPE MOBILE DE GERIATRIE CH AUCH 9 JUIN 2011 Projet de vie / projet de soins Les deux projets,

Plus en détail

Objet : Préciser les techniques s appliquant au lavage hygiénique des mains.

Objet : Préciser les techniques s appliquant au lavage hygiénique des mains. Référence : PT/HYG/002-B Page :Page 1 sur 5 Objet : Préciser les techniques s appliquant au lavage hygiénique des mains. Résumé des modifications intervenues : Le temps de lavage des mains a été diminué.

Plus en détail

METTRE EN PLACE DES PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES

METTRE EN PLACE DES PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES PROCÉDURE METTRE EN PLACE DES PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES PG INF 011 v4 03/2014 1/7 MODIFICATIONS APPORTÉES Application des précautions complémentaires air ou gouttelettes, mars 2013 En cas de transfert

Plus en détail

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire avec des paramédicaux du chu d Amiens La Communication et la Relation d aide: une compétence de l infirmière Situation: mise en place du

Plus en détail

LA GALE. JOURNEE DES CORRESPONDANTS EN HYGIENE 5 décembre 2014. Journée correspondants en. hygiène Lutin 72-05 12 2014

LA GALE. JOURNEE DES CORRESPONDANTS EN HYGIENE 5 décembre 2014. Journée correspondants en. hygiène Lutin 72-05 12 2014 LA GALE JOURNEE DES CORRESPONDANTS EN HYGIENE 5 décembre 2014 1 L agent responsable : Ce parasite est un Acarien : Sarcoptes scabei variété hominis Réservoir de germes : Il s agit d un parasite strict

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L ÉTABLISSEMENT MÉDICAL DE LA TEPPE 26600 TAIN-L HERMITAGE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L ÉTABLISSEMENT MÉDICAL DE LA TEPPE 26600 TAIN-L HERMITAGE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L ÉTABLISSEMENT MÉDICAL DE LA TEPPE 26600 TAIN-L HERMITAGE Septembre 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION DE L ETABLISSEMENT

Plus en détail

POINT SUR LA GALE. (basé sur le rapport du Haut Conseil de la Santé Publique du 9 novembre 2012)

POINT SUR LA GALE. (basé sur le rapport du Haut Conseil de la Santé Publique du 9 novembre 2012) POINT SUR LA GALE (basé sur le rapport du Haut Conseil de la Santé Publique du 9 novembre 2012) Une forte recrudescence de la gale Le HCSP rappelle l augmentation du nombre de cas de gale. L incidence

Plus en détail

MATÉRIEL DE PROTECTION DES CLIENTS INFORMATION DES CLIENTS PRODUITS D USAGE COURANT TRANSPORTS / ENTREPÔTS / PLATEFORMES

MATÉRIEL DE PROTECTION DES CLIENTS INFORMATION DES CLIENTS PRODUITS D USAGE COURANT TRANSPORTS / ENTREPÔTS / PLATEFORMES p.2 INTRODUCTION p.3 MESURE ORGANISATIONNELLE p.3 PERSONNEL DISPOSITIONS JURIDIQUES SOCIALES ET COMMERCIALES INFORMATION DU PERSONNEL MATÉRIEL DE PROTECTION ET HYGIÈNE DU PERSONNEL ORGANISATION GÉNÉRALE

Plus en détail

CONTRAT TYPE PORTANT SUR LES CONDITIONS D INTERVENTION DES MÉDECINS LIBÉRAUX EN ÉTABLISSEMENT D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Entre :

CONTRAT TYPE PORTANT SUR LES CONDITIONS D INTERVENTION DES MÉDECINS LIBÉRAUX EN ÉTABLISSEMENT D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Entre : CONTRAT TYPE PORTANT SUR LES CONDITIONS D INTERVENTION DES MÉDECINS LIBÉRAUX EN ÉTABLISSEMENT D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Entre : L établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes

Plus en détail

Les mesures d isolement. IFSI Charles FOIX / 2011 / UE 2.10 / S.ISSAD

Les mesures d isolement. IFSI Charles FOIX / 2011 / UE 2.10 / S.ISSAD Les mesures d isolement Les mesures d isolement Objectifs Établir des barrières res de niveaux variables afin de limiter ou supprimer la transmission de micro-organismes organismes D un malade à un autre

Plus en détail

Précautions barrière vis à vis de la grippe

Précautions barrière vis à vis de la grippe Précautions barrière vis à vis de la grippe Madame Patricia Lathière en collaboration avec Madame Sophie Steunou 05/12/2006 http://www.grippeaviaire.gouv.fr/ Transmission interhumaine Par l'intermédiaire

Plus en détail

Audit des pratiques d hygiène en établissements médico-sociaux: l expérience de la région Champagne-Ardenne

Audit des pratiques d hygiène en établissements médico-sociaux: l expérience de la région Champagne-Ardenne Audit des pratiques d hygiène en établissements médico-sociaux: l expérience de la région Champagne-Ardenne Véronique Bussy-Malgrange Martine Blassiau Journée interrégionale de formation CClin-Est-Resclin,

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL FOYER D HÉBERGEMENT

LIVRET D ACCUEIL FOYER D HÉBERGEMENT LIVRET D ACCUEIL FOYER D HÉBERGEMENT Ce livret d accueil appartient à : NOM... Prénom... PRÉSENTATION DE L ASSOCIATION L association Thierry Albouy a été créée le 17 octobre 1972. Elle a pour objectif

Plus en détail

REGLEMENTATION DE LA RESTAURATION COLLECTIVE

REGLEMENTATION DE LA RESTAURATION COLLECTIVE REGLEMENTATION DE LA RESTAURATION COLLECTIVE L établissement même s il fait appel à un prestataire extérieur engage sa responsabilité, il doit mettre en œuvre les repas dans des conditions d hygiène et

Plus en détail

Association d Accueil aux Médecins et Personnels de Santé Réfugiés en France (APSR)

Association d Accueil aux Médecins et Personnels de Santé Réfugiés en France (APSR) Association d Accueil aux Médecins et Personnels de Santé Réfugiés en France (APSR) POUVOIR EXERCER LA PROFESSION DE CHIRURGIEN DENTISTE EN FRANCE POUR LES CHIRURGIENS DENTISTES À DIPLOME NON COMMUNAUTAIRE

Plus en détail

Convention d accueil

Convention d accueil Les Coquelicots MmmmMMONTMont Chaussée de Mons 61 B-6150 ANDERLUES Belgique Tél :0032 (0)71 523452 Fax :0032(0)71 523452 Email : hap.anderlues@gmail.com www.directionlaneffe.wix.com/mas-apc Convention

Plus en détail

La bronchiolite pas de panique!

La bronchiolite pas de panique! La bronchiolite pas de panique! Guide à l usage des familles Sommaire P. 2 C est quoi la bronchiolite? Comment se présente la bronchiolite? Que faire? P. 3 A quoi sert la kinésithérapie respiratoire? P.

Plus en détail

GUIDE DES SORTIES ET VOYAGES SCOLAIRES

GUIDE DES SORTIES ET VOYAGES SCOLAIRES Lycée Professionnel Gaston Barré 79010 NIORT Cedex 05 49 28 05 20 GUIDE DES SORTIES ET VOYAGES SCOLAIRES Les sorties et voyages scolaires sont proposés dans le cadre d un projet et sont considérés comme

Plus en détail

Prise en charge de l'opéré Qui fait quoi? b-millat@chu-montpellier.fr Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive (FCVD)

Prise en charge de l'opéré Qui fait quoi? b-millat@chu-montpellier.fr Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive (FCVD) Prise en charge de l'opéré Qui fait quoi? Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive (FCVD) Enquête nationale sur les événements indésirables associés aux soins (ENEIS) Incidence des événements indésirables

Plus en détail

Résultats du Questionnaire concernant les établissements d Hospitalisation A Domicile de la région Nord Pas de Calais.

Résultats du Questionnaire concernant les établissements d Hospitalisation A Domicile de la région Nord Pas de Calais. Résultats du Questionnaire concernant les établissements d Hospitalisation A Domicile de la région Nord Pas de Calais Méthodologie Enquête déclarative faite en février 2010 auprès des IDE hygiéniste et/ou

Plus en détail

REGLEMENT RELATIF AUX FONCTIONS DES AGENTS TERRITORIAUX SPECIALISES DES ECOLES MATERNELLES DE LA VILLE DE BEAUNE

REGLEMENT RELATIF AUX FONCTIONS DES AGENTS TERRITORIAUX SPECIALISES DES ECOLES MATERNELLES DE LA VILLE DE BEAUNE REGLEMENT RELATIF AUX FONCTIONS DES AGENTS TERRITORIAUX SPECIALISES DES ECOLES MATERNELLES DE LA VILLE DE BEAUNE 01/09/1998 I - Définition 1.1 - Raison d être Agents chargés de l assistance au personnel

Plus en détail

Prévention de la transmission des agents infectieux

Prévention de la transmission des agents infectieux PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION CROISÉE DES MICRO-ORGANISMES Précautions standard et complémentaires Elisabeth Laprugne-Garcia CClin Sud-Est 29/04/2015 Prévention de la transmission des agents infectieux

Plus en détail

N/ réf : N mercure : La ministre déléguée à la cohésion sociale et à la parité

N/ réf : N mercure : La ministre déléguée à la cohésion sociale et à la parité Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère de la santé et des solidarités Ministre déléguée à la Cohésion sociale et à la Parité Direction générale de l action sociale Sous-direction

Plus en détail

RÈGLES DE CERTIFICATION

RÈGLES DE CERTIFICATION Revu par : Valide pour : Révision : No. : Estelle MAILLER DNV GL Business Assurance France 19 PSY03 Approuvé par : Date : Replace : Pages : Antoine Thomassin 2015-10-07 18 1 sur 8 RÈGLES DE CERTIFICATION

Plus en détail

Livret d application du Règlement cosmétique. Spécial conseillers et conseillères de vente

Livret d application du Règlement cosmétique. Spécial conseillers et conseillères de vente Livret d application du Règlement cosmétique Spécial conseillers et conseillères de vente Juillet 2013 Le Règlement Cosmétique Présentation Juillet 2013 Fiche n 1 :Règlement cosmétique Présentation Le

Plus en détail

Question n 1 : Vous travailliez en soins de longue durée et ce matin il vous est proposé de vous vacciner contre la grippe, que faites-vous?

Question n 1 : Vous travailliez en soins de longue durée et ce matin il vous est proposé de vous vacciner contre la grippe, que faites-vous? Question n 1 : Vous travailliez en soins de longue durée et ce matin il vous est proposé de vous vacciner contre la grippe, que faites-vous? Vous refusez à cause des effets secondaires Explications : En

Plus en détail

UTILISATION DU TÉLÉCOPIEUR POUR LA TRANSMISSION DES ORDONNANCES

UTILISATION DU TÉLÉCOPIEUR POUR LA TRANSMISSION DES ORDONNANCES UTILISATION DU TÉLÉCOPIEUR POUR LA TRANSMISSION DES ORDONNANCES NORME 2008.01 Direction des services professionnels Présent pour vous NORME 2008.01 Utilisation du télécopieur pour la transmission des ordonnances

Plus en détail

WWW.AIPALS.COM WWW.AIPALS.COM

WWW.AIPALS.COM WWW.AIPALS.COM D O C U M E N T U N I Q U E G U I D E D A I D E D É V A L U A T I O N D E S R I S Q U E S AIPALS 2015 Conception/Mise à jour : AIPALS Santé au Travail / Novembre 2015 Crédits photo : Fotolia, Eric Audras/PhotoAlto

Plus en détail

Quizz Hygiène des mains

Quizz Hygiène des mains Quizz Hygiène des mains Question 1 En dehors des professionnels de santé, l hygiène des mains concerne : 1. le grand public 2. les résidents 3. les visiteurs 4. les intervenants externes 5. les bénévoles

Plus en détail

PLAN DE PREVENTION Principes d élaboration et mise en œuvre. Gestion de la prévention des risques liés à la co-activité en santé au travail

PLAN DE PREVENTION Principes d élaboration et mise en œuvre. Gestion de la prévention des risques liés à la co-activité en santé au travail PLAN DE PREVENTION Principes d élaboration et mise en œuvre Gestion de la prévention des risques liés à la co-activité en santé au travail Sommaire 1. Introduction 2. Le contexte réglementaire 3. Le déroulement

Plus en détail

Information destinée aux patients. Traitement par radiothérapie. Des réponses à vos questions

Information destinée aux patients. Traitement par radiothérapie. Des réponses à vos questions Information destinée aux patients Traitement par radiothérapie Des réponses à vos questions Bienvenue dans le service de radio-oncologie Une radiothérapie vous est prescrite. Celle-ci dure généralement

Plus en détail

JORF n 0303 du 31 décembre 2010. Texte n 91

JORF n 0303 du 31 décembre 2010. Texte n 91 Le 13 octobre 2011 JORF n 0303 du 31 décembre 2010 Texte n 91 ARRETE Arrêté du 30 décembre 2010 fixant les modèles de contrats types devant être signés par les professionnels de santé exerçant à titre

Plus en détail

N 13 LE DOCUMENT UNIQUE

N 13 LE DOCUMENT UNIQUE Fiche Info Prévention & Sécurité N 13 LE DOCUMENT UNIQUE REGLEMENTATION Médecine préventive - Nombreux sont les élus qui ont été contactés par des entreprises privées ou ont entendu parler du «document

Plus en détail

MSSanté, la garantie d échanger en toute confiance. Mieux comprendre. MSSanté FAQ. Février 2014 / V2

MSSanté, la garantie d échanger en toute confiance. Mieux comprendre. MSSanté FAQ. Février 2014 / V2 MSSanté, la garantie d échanger en toute confiance Mieux comprendre MSSanté FAQ Février 2014 / V2 FAQ MSSanté MSSanté, la garantie d échanger en toute confiance sommaire 1. Le Système MSSanté 2 MSSanté

Plus en détail

BROSSAGE DES DENTS CHAPITRE 4 PRATIQUES DE BASE

BROSSAGE DES DENTS CHAPITRE 4 PRATIQUES DE BASE Pour que le brossage des dents devienne une habitude de santé buccodentaire durable, il est important de créer un climat agréable et d encourager les efforts des enfants. Le brossage des dents au moins

Plus en détail

L Hospitalisation à domicile

L Hospitalisation à domicile L Hospitalisation à domicile Centre Hospitalier B.P. 70348 22303 LANNION Cedex 02.96.05.70.15 S O M M A I R E Où SE SITUE L HAD? p 2 QU EST-CE QUE L HAD? p 4 QUEL LIEU D INTERVENTION? p 4 QUE DOIT-ON

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ANNEXES ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS Les référentiels d activités et de compétences du métier de manipulateur d électroradiologie médicale ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

Cedium chlorhexidini 0,05%, solution pour application cutanée Digluconate de chlorhexidine

Cedium chlorhexidini 0,05%, solution pour application cutanée Digluconate de chlorhexidine Cedium chlorhexidini 0,05%, solution pour application cutanée Digluconate de chlorhexidine Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser ce médicament. Elle contient des informations importantes

Plus en détail

Comment jeter vos déchets de soins à risques produits à domicile?

Comment jeter vos déchets de soins à risques produits à domicile? le point sur PRODUITS DE SANTÉ ET DU CORPS HUMAIN > Produits de santé, thérapeutiques et cosmétiques Comment jeter vos déchets de soins à risques produits à domicile? Depuis le 1 er novembre 2011, la distribution

Plus en détail

Comment jeter vos déchets de soins à risques produits à domicile?

Comment jeter vos déchets de soins à risques produits à domicile? PRODUITS DE SANTÉ ET DU CORPS HUMAIN > Produits de santé, thérapeutiques et cosmétiques Comment jeter vos déchets de soins à risques produits à domicile? Depuis le 1 er novembre 2011, la distribution gratuite

Plus en détail

EPIDEMIE DE GALE EN EHPAD

EPIDEMIE DE GALE EN EHPAD EPIDEMIE DE GALE EN EHPAD Dr N. Oiry EHPAD de Bras Long, ENTRE DEUX. PRINOI, 25 avril 2014, EHPAD de BRAS LONG 80 Places. GMP 802. PMP 212. 3 unités distinctes. Unité Pétrel de Barau. Unité protégée. SdB.

Plus en détail

Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux

Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux Est-ce que ça va faire mal? Pour que chaque soin se déroule au mieux Les traitements utiles pour éviter ou diminuer la douleur 72 73 75 De nombreux

Plus en détail

REGLEMENT DE TRAVAIL DES AGENTS TERRITORIAUX SPECIALISES DES ECOLES MATERNELLES

REGLEMENT DE TRAVAIL DES AGENTS TERRITORIAUX SPECIALISES DES ECOLES MATERNELLES REGLEMENT DE TRAVAIL DES AGENTS TERRITORIAUX SPECIALISES DES ECOLES MATERNELLES Article 1 : définition statutaire Les agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (ATSEM) sont chargés de l assistance

Plus en détail

C H M A D. Service d Hospitalisation à Domicile. Centre Hospitalier de Montereau Fault Yonne. 1 bis, rue Victor Hugo B.P. 101. 77875 Montereau Cedex

C H M A D. Service d Hospitalisation à Domicile. Centre Hospitalier de Montereau Fault Yonne. 1 bis, rue Victor Hugo B.P. 101. 77875 Montereau Cedex C H M A D Service d Hospitalisation à Domicile Centre Hospitalier de Montereau Fault Yonne 1 bis, rue Victor Hugo B.P. 101 77875 Montereau Cedex Secrétariat: 01 64 31 67 71 Médecin coordonnateur : 01 64

Plus en détail

Conduite à tenir face à un cas de gale ou à une épidémie de Gale

Conduite à tenir face à un cas de gale ou à une épidémie de Gale Conduite à tenir face à un cas de gale ou à une épidémie de Gale Formation CorrespondantsHygiène 02/04/2015 Marc PHILIPPO, Praticien Hygiéniste, CHU SE et CH FOREZ 02/04/2015 1 Pourquoi une formation Gale?

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE A- LA REGLEMENTATION

LE DOCUMENT UNIQUE A- LA REGLEMENTATION Fédération Autonome de la Fonction Publique Territoriale Cette fiche est consacrée au «Document Unique». Le Document Unique d évaluation des risques professionnels est : le premier outil de gestion des

Plus en détail

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2008 09 38 0274 Catégorie : C* REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Management d équipe(s) autonome(s) I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

Protocole Hémoculture

Protocole Hémoculture Hôpital Local Intercommunal Soultz-Issenheim N : S.PT.S.042.1 Protocole Hémoculture SERVICES DESTINATAIRES CLASSEUR 2 : CLASSEUR 3 : CLASSEUR 4 : CLASSEUR 6 : CLASSEUR 7 : CLASSEUR 11 : SERVICE DE SOINS

Plus en détail

Article 2. relatives à l intervention du masseur-kinésithérapeute libéral dans l EHPAD

Article 2. relatives à l intervention du masseur-kinésithérapeute libéral dans l EHPAD CONTRAT TYPE PORTANT SUR LES CONDITIONS D INTERVENTION DES MASSEURS- KINÉSITHÉRAPEUTES EN ÉTABLISSEMENT D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Entre : L établissement d hébergement pour personnes

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CENTRE DE READAPTATION FONCTIONNELLE DE QUINGEY. Route de Lyon B.P.

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CENTRE DE READAPTATION FONCTIONNELLE DE QUINGEY. Route de Lyon B.P. ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE CENTRE DE READAPTATION FONCTIONNELLE DE QUINGEY Route de Lyon B.P. 5 25440 QUINGEY Juin 2011 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-93 DU 21 OCTOBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU

DELIBERATION N 2015-93 DU 21 OCTOBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU DELIBERATION N 2015-93 DU 21 OCTOBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

Juillet 2012. Bulletin de prévention n 5 - Les troubles musculo squelettiques 00

Juillet 2012. Bulletin de prévention n 5 - Les troubles musculo squelettiques 00 Guide Conventions de mise à disposition des Adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) (anciennement TOS, exerçant dans les lycée et collèges) Juillet 2012 Bulletin de prévention

Plus en détail

par Sophie Delisle Médecine nucléaire Fiche n 11 : La gestion des déchets en médecine nucléaire Fiches de médecine nucléaire n 11-1-

par Sophie Delisle Médecine nucléaire Fiche n 11 : La gestion des déchets en médecine nucléaire Fiches de médecine nucléaire n 11-1- Fiches de médecine nucléaire n 11-1- Médecine nucléaire par Sophie Delisle Fiche n 11 : La gestion des déchets en médecine nucléaire La gestion des déchets hospitaliers respecte une réglementation très

Plus en détail

PLAN BLEU Procédure en cas de forte chaleur

PLAN BLEU Procédure en cas de forte chaleur Hôpital de Soultz N S.PC.K.002.2 PLAN BLEU Procédure en cas de forte chaleur SERVICES DESTINATAIRES CLASSEUR 1 : CLASSEUR 2 : CLASSEUR 3 : CLASSEUR 4 : CLASSEUR 5 : CLASSEUR 6 : CLASSEUR 7 : CLASSEUR 8

Plus en détail

Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale

Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale Février 2009 MESSAGES CLÉS Ces

Plus en détail

REFERENTIEL TECHNIQUE. Intrants. Utilisables en Agriculture Biologique

REFERENTIEL TECHNIQUE. Intrants. Utilisables en Agriculture Biologique Page: 1/10 REFERENTIEL TECHNIQUE Intrants Utilisables en Agriculture Biologique Ce document est la propriété d ECOCERT. Toute reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement écrit d ECOCERT

Plus en détail

ANNEXE I. Charte du patient

ANNEXE I. Charte du patient ANNEXE I Charte du patient Premièrement Principes généraux 1- Toute personne a droit à la protection de sa santé dans les meilleures conditions possibles, sans discrimination en raison de sa religion,

Plus en détail

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG F I C H E P R E V E N T I O N N 1 2 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG DEFINITION STATISTIQUES Chaque année dans les collectivités et établissements publics de la Manche,

Plus en détail

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification.

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification. DIRECTIVES SUR L ÉLABORATION D ACCORDS D ÉQUIVALENCE RELATIFS AUX SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES IMPORTATIONS ET DES EXPORTATIONS ALIMENTAIRES SECTION 1 CHAMP D APPLICATION CAC/GL 34-1999

Plus en détail

Respect des précautions standard

Respect des précautions standard Respect des précautions standard 11 e journée régionale de prévention des infections associées aux soins Jeudi 11 avril 2013 Denis THILLARD Circulaire DGS/DH n 98-249 du 20 avril 1998 : «Des précautions

Plus en détail

LES SOINS D HYGIENE La toilette. Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015

LES SOINS D HYGIENE La toilette. Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015 LES SOINS D HYGIENE La toilette Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015 1 Soin d hygiène quotidienne, Facteur de bien-être physique et moral, La toilette se révèle un moment

Plus en détail

ANNEXE III ETIQUETAGE ET NOTICE

ANNEXE III ETIQUETAGE ET NOTICE ANNEXE III ETIQUETAGE ET NOTICE 1 B. NOTICE 2 Notice : information du de l utilisateur Cetavlex,1mg/g, 5mg/g - crème Bromure de cetrimonium - Chlorhexidine gluconate Veuillez lire attentivement cette notice

Plus en détail

La gale. Dr Nathalie Quiles Tsimaratos Hôpital saint joseph Marseille

La gale. Dr Nathalie Quiles Tsimaratos Hôpital saint joseph Marseille La gale Dr Nathalie Quiles Tsimaratos Hôpital saint joseph Marseille Ectoparasitoses Poux Gale Oxyures Gale Prurit diffus à recrudescence nocturne épargnant le visage souvent un caractère conjugal ou familial

Plus en détail

JOURNÉE HYGIÈNE DES MAINS

JOURNÉE HYGIÈNE DES MAINS 5 ième réunion des Référents en Hygiène des EHPAD et autres Établissements Médico-Sociaux en Aquitaine 9 mars 205 JOURNÉE HYGIÈNE DES MAINS Retour d expérience S. AUGEYROLLE / C. CARRERE / C. ABILY E.H.P.A.D.

Plus en détail