Effets des radiations naturelles sur l électronique au niveau atmosphérique et terrestre p. 23

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Effets des radiations naturelles sur l électronique au niveau atmosphérique et terrestre p. 23"

Transcription

1 N 3 - Mars 2010 Revue de la Société de l Électricité, de l Électronique et des Technologies de l Information et de la Communication ENERGIE, TELECOMMUNICATIONS, SIGNAL, COMPOSANTS, AUTOMATIQUE, INFORMATIQUE FOCUS DOSSIER Effets des radiations naturelles sur l électronique au niveau atmosphérique et terrestre p. 23 Avec l intégration croissante des technologies, la sensibilité des circuits aux radiations naturelles devient un mécanisme-clé dans la fiabilité des systèmes électroniques en fonctionnement, au sol et en vol. Les télécoms et l énergie au service d Haïti p. 10 INDUSTRIE & MARCHÉS La publicité sur Internet résiste à la crise p. 8 Télécoms : toujours plus de Français abonnés aux mobiles p. 9 INNOVATION & RECHERCHE Avec Orange France-Telecom et Alcatel-Lucent, les services innovants se lèvent à l Ouest p. 14 Les travaux de l Inria Lille-Europe s exposent aux industriels p. 15 REPÈRES Méthodes et techniques optiques pour l industrie p. 78 ISSN ARTICLE INVITÉ Le programme Galileo : un enjeu stratégique pour l Europe p. 104

2 ÉDITION / ADMINISTRATION : SEE (Société de l Electricité, de l Electronique et des Technologies de l Information et de la Communication) 17, rue de l Amiral Hamelin Paris Cedex 16 Tél. : DIRECTEUR DE LA PUBLICATION Paul FRIEDEL, Président de la SEE PRÉSIDENT DU COMITÉ DE PUBLICATION Pierre BORNE RÉDACTION Micheline BERTAUX Catherine VANNIER 17, rue de l Amiral Hamelin Paris Cedex 16 Tél. : Fax : Eric Saudemont Tél. : Ont également collaboré à ce numéro : Denys Klein J. Louis Guiraud Philippe Lacomme Michel Lemistre Michel Sirieix Jean-Paul Villepelet ABONNEMENTS Tél. : Fax : Prix de l abonnement en 2010 (coupon d abonnement en page intérieure) : 11 numéros par an (dont un numéro double) France : 165 Euros T.T.C. Etranger (UE) : 165 Euros T.T.C. Etranger (hors UE) : 175 Euros hors T.V.A. Tarif spécial adhérent SEE pour la France : 102 Euros T.T.C. Renseignements : Catherine Vannier ( ) Vente au numéro : Prix du numéro en 2010 France : 18 Euros T.T.C. Etranger (UE) : 18 Euros T.T.C. Etranger (hors UE) : 20 Euros hors T.V.A. PUBLICITÉ AU SUPPORT Tél. : MISE EN PAGES Jean-Claude MALATERRE & J2C Communication IMPRESSION JOUVE MAYENNE Siège social : 11, Bd. de Sébastopol Paris Cedex 1 Tél : Commission paritaire : 1010 G COPYRIGHT La, Organe d expression de la SEE, est née de la fusion de la Revue Générale de l Electricité & de l Onde Electrique. Toute reproduction ou représentation intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit, des pages publiées dans la présente publication, faite sans l autorisation de l éditeur est illicite et constitue une contrefaçon. Seules sont autorisées, d une part les reproductions strictement réservées à l usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective et, d autre part, les analyses et courtes citations justifiées par le caractère scientifique ou d information de l œuvre dans laquelle elles sont incorporées. Toutefois, les copies peuvent être utilisées avec l autorisation de l éditeur. Celle-ci pourra être obtenue auprès du Centre Français du Copyright 20, rue des Grands-Augustins Paris Tél. : Fax : auquel la SEE a donné mandat pour la représenter auprès des utilisateurs (loi du 11 mars art. 40 & 41 et Code Pénal art. 425). Édito DOSSIER Effets des radiations sur l électronique au niveau atmosphérique et terrestre En raison de l intégration technologique toujours plus poussée qui fait dorénavant entrer la microélectronique dans le monde des nanotechnologies, l effet des radiations naturelles sur les composants électroniques ne concerne donc plus uniquement l environnement spatial et ses fortes contraintes : c est maintenant un problème qui peut altérer la fiabilité de l électronique intégrée pour l ensemble des applications aéronautiques et terrestres, c est-à-dire au niveau du sol, là où la contrainte radiative est extrêmement faible mais non nulle. Son origine est à fois externe et interne aux circuits car ces derniers sont non seulement sensibles aux particules énergétiques présentes dans l atmosphère terrestre (principalement les neutrons et protons) mais sont également sensibles aux particules alpha Jean-Luc Leray émises en leur sein par d infimes traces d impuretés radioactives que les fabricants de semi-conducteurs cherchent à éliminer. A travers un panorama très complet rédigé par des spécialistes du domaine, et présenté dans le «Dossier» de la présente édition de la, nous espérons vous convaincre que la problématique des effets des radiations sur l électronique pour les applications au sol est en pleine émergence et qu une véritable communauté technique, largement pluridisciplinaire (des physiciens spécialistes de l environnement aux intégrateurs de systèmes et end-users) est en phase de structuration au niveau national. Le projet de création d un GDR CNRS intitulé «ERRATA» et la tenue des troisièmes journées RADSOL en juin prochain en sont quelques illustrations. Nous ne pouvons conclure cet Edito sans avoir une pensée émue et reconnaissante envers notre collègue et ami Jean-Claude BOUDENOT, décédé le 15 octobre 2008, qui, en qualité de Vice-président du Club CO (Composants) de la SEE et de directeur de la communication scientifique de Thales Research&Technology, s était impliqué avec passion dans cette problématique émergente ainsi que dans l organisation et la promotion des journées RADSOL. Ce dossier lui est dédié. Jean-Luc Autran Jean-Luc LERAY Président du Club Composants Membre Emérite de la SEE Commissariat à l Energie Atomique et aux Energies Alternatives Jean-Luc AUTRAN Membre Senior de la SEE Membre de l Institut Universitaire de France Aix-Marseille Université & CNRS N 3 Mars

3 Dossier présentation Effets des radiations naturelles sur l électronique au niveau atmosphérique et terrestre Jean-Luc LERAY Président du Club Composants (CO) Membre émérite (2006) de la SEE Commissariat à l Energie Atomique et aux Energies Alternatives Jean-Luc Autran Membre Senior (2008) de la SEE Membre de l Institut Universitaire de France Aix-Marseille Université & CNRS Le présent dossier rassemble six articles consacrés aux effets des radiations terrestres et atmosphériques naturelles sur la fiabilité des composants et circuits microélectroniques. Il fait suite aux deux premières journées nationales «RADSOL» organisées par les laboratoires IES-CNRS (Montpellier) et IM2NP-CNRS (Marseille) en 2008 et 2009 à Paris. Ces journées d études ont pour la première fois permis à la communauté nationale industrielle et académique de faire le point sur cette problématique clé de la microélectronique ; elles ont également clairement montré la dynamique qui existe aujourd hui sur ce sujet et l intérêt qu il y a à structurer la communauté française. Pour estimer et prédire au mieux la sensibilité des composants soumis aux particules atmosphériques ou aux impuretés radioactives, il faut pouvoir dimensionner la contrainte et déterminer les causes et mécanismes de défaillances. Les deux premiers articles du dossier intitulés «Effets des radiations naturelles sur l électronique : de la contrainte à la prédiction» et «Contraintes radiatives et associées aux matériaux composants micro et nanoélectroniques» sont signés Frédéric Saigné et Frédéric Wrobel. Ils traitent précisément de ces fondamentaux et proposent un panorama des connaissances à l état de l art dans le domaine. Les deux articles suivants présentent en détails des installations pour l expérimentation, le test et éventuellement la qualification des composants et équipements ; l une en altitude (ASTEP), l autre souterraine (LSM). Jean-Luc Autran, Daniela Munteanu, Sébastien Sauze et leurs collègues de l IM2NP présentent la caractérisation de circuits électroniques soumis au flux naturel de particules atmosphériques dans l article «La plateforme ASTEP du Plateau de Bure. Tests en environnement radiatif naturel de composants et circuits électroniques». Guillaume Warot et Pia Loaiza dans «Mesures de très faibles radioactivité au laboratoire souterrain de Modane» présentent la métrologie et les mesures de très faible radioactivité pour la quantification de la contamination en émetteur alpha des matériaux de la microélectronique. Le cinquième article signé Olivier Flament et Jacques Baggio «Tests accélérés pour la détermination du taux d erreurs induites par les particules uniques pour les applications Mars

4 Dossier présentation terrestres» passe en revue différentes procédures de tests accélérés, complémentaires des expériences en environnement naturel, pour la détermination du taux d erreurs induites par les particules dans les dispositifs et circuits microélectroniques. Dans l article «Effets destructifs par les particules de l environnement naturel dans les composants de puissance», Florent Miller, Nadine Buard et Aurore Luu présentent une nouvelle méthodologie de test complémentaire aux essais sous faisceau de particules. Cette approche est mise en œuvre sur des composants de puissance dont la vulnérabilité aux radiations naturelles est également un problème crucial pour les applications au sol en plein essor (commandes et véhicules électriques notamment). Sommaire Dossier Présentation Par Jean-Luc Leray, Jean-Luc Autran... p Mars 2010

5 Dossier Effets des radiations naturelles sur l électronique au niveau atmostphérique et terrestre La plateforme ASTEP du Plateau de Bure Tests en environnement radiatif naturel de composants et circuits électroniques Mots clés Effets des radiations sur l électronique, Environnement radiatif terrestre naturel, Neutrons atmosphériques, Tests temps réel, Mémoires SRAM Jean-Luc Autran 1, Daniela Munteanu 1, Sébastien Sauze 1, Philippe Roche 2, Gilles Gasiot 2, Joseph Borel 3 Institut Matériaux Microélectronique Nanosciences de Provence (IM2NP, UMR CNRS 6242) Aix-Marseille Université et Centre National de la Recherche Scientifique 1, Groupe Radiations, Recherche et Développement Central, STMicroelectronics-Crolles 2, JB R&D, Saint-Etienne en Dévoluy 3 Cet article présente la plateforme ASTEP ( Altitude Single-event effects Test European Platform ), dédiée à la caractérisation temps réel de composants et circuits électroniques dans l environnement radiatif terrestre naturel. L article présente la problématique des neutrons atmosphériques et les travaux de recherche menés depuis quatre ans sur cette installation située à m d altitude sur le Plateau de Bure, dans le massif du Dévoluy près de Gap. 1. Introduction Depuis que les rayons cosmiques terrestres ont été identifiés comme l une des principales causes d apparition d erreurs dans les circuits intégrés (communément appelés «aléas logiques» ou soft error dans le cas des circuits digitaux), la mesure et la prédiction du taux d aléas logiques (Soft Error Rate ou SER) sont rapidement devenues une préoccupation majeure des études de fiabilité dans ce domaine [1]. Pour les technologies actuelles largement submicroniques, voire déca-nanométriques, l impact de ces rayons cosmiques est devenu si important par rapport aux anciennes générations de circuits que le taux d erreurs induites par ces interactions particules atmosphériques circuit est l un des plus élevé comparativement parlant à tous les autres mécanismes connus de défaillance (électromigration, rupture du diélectrique de grille ou encore NBTI Negative Bias Thermal Instabilities). Différentes approches expérimentales ou par modélisation/simulation sont couramment utilisées pour estimer le taux d erreur des circuits induits par la contrainte radiative naturelle : I) tests accélérés utilisant des sources ou des faisceaux de particules 1 ; II) tests temps réel en environnements naturels ; III) modélisation et simulation numérique au niveau cellule ou circuit (à l aide d outils de type TCAD ou SPICE) ; iv) combinaison de mesures expérimentales et de données de simulation [1-6]. Contrairement aux essais accélérés qui sont relativement faciles à conduire (un seul circuit sous test), peu onéreux (hormis la location du moyen d irradiation, et les frais de transport) et rapides (quelques heures ou journées sont généralement suffisantes pour obtenir des résultats statistique- 1 Voir l article d Olivier Flament et Jacques Baggio dans le présent dossier thématique. L e s s e n t i e l S y n o p s i s La réduction des dimensions des composants microélectroniques et l augmentation de la densité d intégration des circuits qui en découle (suivant la fameuse Loi de Moore) a pour conséquence une augmentation de la sensibilité des circuits à l environnement radiatif terrestre naturel. Reducing the size of microelectronic devices and increasing the integration density of circuits lead (following the famous Moore s law) to an increased sensitivity of circuits to natural terrestrial radiation environment. Such sensitivity to atmospheric particles (mainly neutrons) can Mars

6 Dossier Effets des radiations naturelles sur l électronique au niveau atmostphérique et terrestre Tableau 1. Principales caractéristiques de la plateforme ASTEP du Plateau de Bure. ment représentatifs), les tests en environnement naturel sont nettement plus longs et coûteux car ils nécessitent la mise en œuvre d une grande quantité de circuits exposés au faible flux de particules naturellement présentes dans l atmosphère. On parle alors de tests «temps réel» car la durée d exposition ne peut être raccourcie du fait que l on travaille avec la contrainte radiative réelle (i.e. le flux de particules atmosphériques à la position géographique du test longitude, latitude, altitude) et non pas accélérée. Toutefois, cette approche présente l avantage de donner une estimation du taux SER la plus fiable possible, éliminant la plupart des sources d artefacts, comme par exemple les problèmes liés aux éventuelles fluctuations et inhomogénéités d un faisceau de particules en sortie d accélérateur, les problèmes de dosimétrie à fort flux, ceux liés aux problèmes d alignement de la puce par rapport au faisceau ou encore à la différence entre le spectre énergétique de la source accélérée et celui caractérisant l environnement radiatif atmosphérique naturel. Enfin, les tests temps réel permettent d aborder la mesure du taux SER au niveau d un système complet ne pouvant pas forcément être irradié sous accélérateur (en raison de la taille par exemple). Lorsque ces tests temps réel sont conduits dans un site souterrain protégé du rayonnement cosmique, ils s avèrent être une méthode efficace pour évaluer la contribution au taux SER de la contamination radioactive résiduelle (principalement en émetteurs de particules alpha), des circuits eux-mêmes (matériaux de la puce) ou des boîtiers de packaging. Au contraire, lorsque ces tests sont déployés en altitude pour augmenter le flux de particules (principalement de neutrons, mais aussi des protons et des pions), on peut espérer amplifier la contrainte radiative d un facteur variant de 2 à 15 (suivant l emplacement du site sur Terre) et évaluer ainsi plus rapidement, qu au niveau de la mer, la contribution des particules atmosphériques au taux SER d un circuit donné. Le projet de développer une plateforme de test permanente au niveau européen, à double vocation industrielle et académique et dédiée à la caractérisation temps réel de composants et circuits électroniques dans l environnement radiatif terrestre naturel a été initié par STMicroelectronics et JB R&D en La plateforme ASTEP ( Altitude Single-event effets Test European Platform ) a été créée formellement en 2003 dans le cadre d un programme européen de financement d infrastructures (programme FEDER) et exploitée depuis par le laboratoire L2MP (devenu IM2NP en 2008). Après une phase d installation et d instrumentation du site, la première campagne de tests SER sur des composants de type mémoire SRAM a débuté en mars La plateforme ASTEP La plateforme ASTEP est une installation permanente située sur le désertique Plateau de Bure, dans le massif du Dévoluy, à m. Hébergée par l Institut de Radioastronomie Millimétrique, elle bénéficie d un environnement idéal (2π sr d angle solide sans aucun obstacle) à très faible bruit, notamment électromagnétique. La plateforme est référencée dans le standard industriel mondial JEDEC JESD89A [14] comme l un des principaux sites de recherche de ce domaine associant physique nucléaire, géophysique, métrologie, technologie micro-nanoélectronique, design et test des circuits et des équipements électroniques. Les caractéristiques environnementales principales de la plateforme ASTEP sont récapitulées dans le tableau 1. Les figures 1a et 1b montrent L e s s e n t i e l S y n o p s i s Cette sensibilité aux particules atmosphériques directement (protons) ou indirectement (neutrons) ionisantes peut provoquer des défaillances non destructives (aléas logiques) ou destructives (latchup) dans la plupart des circuits électroniques, notamment les mémoires volatiles de type RAM statique (SRAM), objet d étude des travaux menés depuis 2004 sur la plateforme de test européenne ASTEP du Plateau de Bure. Cet article présente en détail la plateforme ASTEP, son implantation, les instruments (moniteur neutron du Plateau de Bure) et expériences (testeurs de mémoires) actuellement installées sur le Plateau de Bure ainsi qu une synthèse des principaux résultats portant sur la caractérisation de mémoires SRAM fabriquées en technologies 130 nm et 65 nm sur silicium massif. cause non-destructive (soft-errors) or destructive (latchup) failures in most electronic circuits, including volatile static memories (SRAM), object of the research work carried out since 2004 on the European Test Platform ASTEP. This paper presents in details the ASTEP platform, its location, the instruments (neutron monitor of the Plateau de Bure) and the experiences (memory tester) currently installed on the Plateau de Bure. In a second part, we also report a synthesis of the key results concerning the natural radiation sensitivity of SRAM fabricated in 130 nm and 65 nm bulk silicon technologies. 2 Mars 2010

7 La plateforme ASTEP du Plateau de Bure. Tests en environnement radiatif naturel de composants et circuits électroniques une vue générale du plateau de Bure (observatoire de l IRAM) et une vue extérieure du bâtiment ASTEP, respectivement ; l extension du bâtiment (premier étage) a été achevée en juillet 2008 et accueille depuis cette date le Moniteur Neutron du Plateau de Bure (PdBNM, figure 1c). Cet instrument permet de suivre en temps réel (toutes les minutes) le flux moyen de neutrons atmosphériques incident sur les expériences de la plateforme. Il est composé de trois tubes (détecteurs) cylindriques He3 haute pression (2 280 Torr), chacun des trois tubes étant entouré d une gaine coaxiale de polyéthylène haute densité (modérateur de neutrons) et d anneaux de plomb jointifs d épaisseur 25 mm (producteur de neutrons secondaires), le tout situé à l intérieur d un «sarcophage» en polyéthylène d épaisseur 8 cm (modérateur et réflecteur de neutrons). Une chaîne Canberra de détection électronique a été choisie en complément d un module d acquisition Keithley pour interfacer le moniteur neutrons avec le PC de contrôle. La conception et la construction de l instrument ont suivi en tous points les recommandations publiées dans la littérature [15-16] concernant l optimisation de la réponse de l appareil. La figure 2 montre la réponse moyenne du moniteur neutrons (un point par heure) au cours de l année Cette réponse, non corrigée de la pression atmosphérique, donne directement la variation temporelle du flux de neutrons arrivant sur la plateforme ASTEP ; Figure 1. a) Vue d ensemble du Plateau de Bure montrant les installations de l IRAM et le bâtiment ASTEP. b) Vue extérieure du bâtiment ASTEP abritant les expériences de microélectronique au rez-de-chaussée et le moniteur neutron au premier étage. c) Détail du moniteur neutron du Plateau de Bure (PdBNM). Mars

8 Dossier Effets des radiations naturelles sur l électronique au niveau atmostphérique et terrestre Figure 2. Réponse du moniteur neutron enregistrée entre le et le montrant l évolution du flux moyen de neutrons atmosphériques incident sur le Plateau de Bure. Les variations observées sont essentiellement dues aux variations de pression atmosphériques. elle est moyennée par la fonction de réponse de l appareil sur une gamme d énergie allant typiquement de l énergie thermique à quelques dizaines de GeV, mettant en évidence des variations du flux de neutrons au niveau du sol de plus de 30 %, essentiellement induites par les variations de la pression atmosphérique. En effet, lorsque la pression diminue (hauteur moins importante de la colonne d air à la verticale du site), les gerbes de particules atmosphériques se développent à plus basse altitude dans l atmosphère (i.e. plus près du sol) et le flux de neutrons résultant est donc plus important ; à l inverse lorsque la pression atmosphérique est forte, les interactions entre les particules et les molécules de l air sont plus importantes, ce qui conduit à un développement des gerbes à plus haute altitude dans l atmosphère et donc à un flux de neutrons moins important au niveau du sol. Lors de son installation, le moniteur neutron a été utilisé pour déterminer expérimentalement le facteur d accélération (AF) de la plateforme ASTEP, c est-à-dire le coefficient d amplification moyen du flux de neutrons au niveau du Plateau de Bure par rapport au flux de référence au niveau de la mer. Pour mesurer précisément ce facteur d accélération grâce aux deux séries de données obtenues à Marseille et sur ASTEP strictement avec le même appareil, nous avons profité du fait que l appareil a été assemblé et testé à Marseille durant l année , puis transporté et installé sur le Plateau de Bure en juillet La figure 3 montre la réponse barométrique du moniteur neutron, i.e. la variation du taux de comptage en fonction de la pression atmosphérique [17]. La différence de taux de comptage entre les deux nuages de points expérimentaux (~ 700 données horaires, ce qui correspond à un enregistrement sur une durée d un mois) donne directement la valeur du facteur d accélération de la plateforme ASTEP par rapport à Marseille, ici estimée à 6,7. Tenant compte de la latitude, la longitude et les corrections d altitude pour la localisation de Marseille par rapport au niveau de référence, à savoir New York, la valeur finale du facteur d accélération est AF = 6,7 x 0,94 6,3. Cette valeur est très proche de 6,2, le facteur d accélération moyen rapporté dans l annexe A de la norme JEDEC JESD89A [14-18], et proche de 5,9, la valeur donnée par le modèle QARM [19-20], l un des modèles numériques actuellement les plus aboutis de l environnement radiatif atmosphérique. Dans la suite de nos expériences, nous utilisons donc la valeur expérimentale AF = 6,3 comme étant le facteur d accélération du flux naturel de neutrons atmosphériques de la plateforme ASTEP. 3. Les expériences en cours Depuis 2006, des expériences de caractérisation de la tenue aux radiations naturelles de mémoires SRAM ont été continûment réalisées sur la plateforme ASTEP et suivies à distance depuis Marseille grâce à une ligne internet à haut débit. Des expériences complémentaires ont également été conduites à distance au Laboratoire Souterrain de Modane 2 pour évaluer la contamination résiduelle en émetteurs de particules alpha dans ces mêmes composants. Les circuits fabriqués par STMicroelectronics en technologies sur silicium massif 130 nm et 65 nm. Ces procédés de fabrication utilisent des matériaux d encapsulation BEOL (Back-End Of Line) sans boro-phospho-silicates qui éliminent la source principale de 10 B dans les circuits 3 et réduit considérablement l interaction possible entre le 10 B et les neutrons de faible énergie (dans la gamme thermique et en-dessous) [24-26]. Le véhicule de test pour la technologie 130 nm est composé de mémoires SRAM Single Port (SP-SRAM) de 4 Mbit de capacité avec une surface de la cellule mémoire élémentaire de 2,50 μm 2. Une mémoire SP-SRAM correspond à une cellule mémoire standard à transistors 6 conçue avec un transistor 2 Voir l article de Guillaume Warot et Pia Loaiza dans le présent dossier thématique consacré au Laboratoire Souterrain de Modane, le LSM. 3 Voir les articles de Frédéric Saigné et Frédéric Wrobel dans ce dossier. 4 Mars 2010

9 La plateforme ASTEP du Plateau de Bure. Tests en environnement radiatif naturel de composants et circuits électroniques Figure 3. Evolution du taux de comptage du moniteur neutron en fonction de la pression atmosphérique pour Marseille (altitude 124 m) et le Plateau de Bure (altitude m). Le coefficient d amplification du flux de neutrons (également appelé coefficient d accélération pour les expériences d irradiation des circuits) est de 6,7 pour le Plateau de Bure par rapport à Marseille ; il et de 6,3 par rapport à New York (point de référence). d accès sur chaque nœud interne. Ces expériences ont concerné Mbits de capacité mémoire totale. Pour la technologie 65 nm, la puce de test contient 8,5 Mbit de SP-SRAM (surface de la cellule 0,525 μm 2 ). Ainsi, un total de 384 puces (soit plus de 3 Gbits de capacité totale) a été mis en œuvre. Deux équipements de test différents, spécialement conçus pour l étude, ont été élaborés et assemblés par Bertin Technologies (Aix-en-Provence, France) pour les dispositifs 130 nm [10-12] et par iroc Technologies (Grenoble, France) pour les dispositifs 65 nm [13], respectivement. La figure 4 représente une vue générale de ces équipements de test. L équipement de test embarquant les mémoires 130 nm a été successivement installé sur ASTEP au cours de la période [31 mars novembre 2006], puis transporté au LSM et installé le 16 octobre Pour l expérience 65 nm, deux configurations identiques ont été construites ; ces configurations ont été installées sur AS- TEP le 21 janvier 2008 et au LSM le 11 avril Les trois bancs de test fonctionnent sans discontinuer depuis ces dates respectives. Dans la configuration actuelle, chaque système est capable de contrôler plusieurs centaines de circuits (1 280 circuits mémoire pour la technologie 130 nm et 384 circuits pour la 65 nm), en effectuant toutes les opérations requises telles que l écriture/lecture des données dans les circuits, la comparaison des données lues avec les données écrites, l enregistrement des éventuelles erreurs détectées dans le plan mémoire entre les configurations écrite et lue. Un soin tout particulier a été apporté au développement des configurations matérielles et du logiciel de pilotage de ces machines (suivant les spécifications du standard industriel JEDEC JESD89A [14]) afin d être certain que les erreurs détectées proviennent bien des dispositifs en cours de test et non du testeur lui-même [24-28]. L algorithme de test développé permet la détection des événements de type SBU (Single Bit Upset, i.e. changement d état logique d une seule cellule mémoire), MCU (Multiple Cell Upset, i.e. basculement simultané de plusieurs cellules dans le plan mémoire), SEFI (Single-Event Functional Interrupt) et SEL (Single-Event-Latchup 4 ). La consommation de courant sur l ensemble de les lignes d alimentation fournies par le testeur est surveillée en temps réel et enregistrée pendant le test. En cas d événement de type Latchup (verrouillage), le circuit est ainsi immédiatement déconnecté de façon à éviter sa destruction physique. 4. Synthèse des résultats Dans cette dernière partie, nous présentons une synthèse de nos résultats les plus récents obtenus pour la technologie 65 nm. Une comparaison avec les données obtenues pour la technologie 130 nm est également présentée et discutée. Dans la suite et pour des raisons de confidentialité des informations, tous les taux d erreur ont été normalisés par un même facteur arbitraire, choisi inférieur à 3 fois. Le véritable ordre de grandeur pour les données publiées n est donc pas significativement modifié. 4 Le Latch-up est un court-circuit entre deux transistors adjacents, parmi les centaines de millions pouvant constituer une mémoire. Il est provoqué par les électrons et les trous générés dans le silicium par excitation due à l énergie de la particule transférée au silicium lorsqu elle traverse le circuit. Le court-circuit conduit au blocage du composant et donc du système, ou pire encore, à la destruction du composant par fusion du silicium ou des matériaux composant le circuit. Mars

10 Dossier Effets des radiations naturelles sur l électronique au niveau atmostphérique et terrestre Figure 4. Vue d ensemble des bancs d expériences dédiés à la mesure du taux d erreur SER des mémoires fabriquées en technologies 130 nm et 65 nm. Les vues détaillées montrent l architecture interne des testeurs et les cartes (circuits imprimés) sur lesquelles sont montées les circuits à tester. Figure 5. Distribution cumulée en fonction du temps d expérience (exprimé en Mbit h) des erreurs détectées (bit flips) dans les circuits mémoires 65 nm sous test pour les expériences en altitude et souterraine. Les distributions des erreurs simples (Single Bit Upset ou SBU) et multiples (Multiple Cell Upset ou MCU) pour l expérience en altitude sont également représentées. 6 Mars 2010

11 La plateforme ASTEP du Plateau de Bure. Tests en environnement radiatif naturel de composants et circuits électroniques Tableau 2. Synthèse des expériences en altitude et souterraine concernant les mémoires SRAM Single-Port 65 nm testées. La figure 5 montre le nombre cumulé de basculements de points mémoires élémentaires (bit flips) détectés dans SP-SRAM en fonction de la durée de test (exprimée en Mbit heure) à la fois pour les tests en altitude et en souterrain. Etant donné que les deux expériences ont été lancées à des dates différentes, le nombre de Mbit h cumulés en altitude (3, Mbit h) est supérieur à la valeur atteinte dans l expérience en souterrain (2, Mbit h). Une analyse des données résumées dans le tableau 2 montre que pour l expérience en altitude, un total de 57 événements (impliquant 90 basculements de cellule) a été détecté, dont 41 basculements élémentaires de cellules (MBU) et 16 basculements multiples (MCU). Il est important de noter qu aucun SEL ou micro-latchup 5 n a été détecté. Les événements multiples impliquent un total de 49 basculements de cellules qui sont dans tous les cas physiquement adjacentes avec une multiplicité allant de 2 à 7 (cluster de cellules dans les deux directions x et y 5 Un micro-latchup est un courant de conduction parasite entre deux transistors adjacents. L augmentation graduelle de ce courant de fuite au cours du temps peut conduire au déclenchement d un latchup, défini précédemment. du plan mémoire). La répartition de ces MCU est donnée dans la figure 6. Cette contribution des MCU représente 16/57 = 28 % des événements détectés et 49/90 = 54 % du nombre total de basculements de cellule détectés, confirmant par le biais d une expérience en temps réel l importance des mécanismes MCU dans une telle technologie fortement submicronique. Pour l expérience souterraine, seulement 16 événements (impliquant 27 basculements de cellule) ont été enregistrés, correspondant à 11 SBU et 5 MCU (16 basculements de cellule). La fraction de MCU est égale, dans ce cas, à 31 % des événements détectés et 59 % du nombre total de basculements. Dans ce cas également, aucun événement SEL n a été détecté. La cohérence des données expérimentales avec un processus d apparition des erreurs aléatoire a été vérifiée pour l expérience en altitude (le nombre de basculements est statistiquement représentatif) en termes de distribution statistique de basculements 0 1 et 1 0 et la cartographie des erreurs dans le plan mémoire : la fréquence des basculements est proche de 50 % pour chaque transition et les basculements sont distribués aléatoirement dans le plan mémoire, sans effet de Mars

COMMUNIQUE DE PRESSE. Marseille, Crolles, le 9 juillet 2015

COMMUNIQUE DE PRESSE. Marseille, Crolles, le 9 juillet 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE PR N C2783C La société STMicroelectronics et l Institut Matériaux Microélectronique et Nanosciences de Provence - IM2NP (CNRS/Aix-Marseille Université/Université de Toulon/ISEN) créent

Plus en détail

Rayonnements ionisants et Compatibilité Electronique et Nucléaire Effets, mécanismes et ordres de grandeur

Rayonnements ionisants et Compatibilité Electronique et Nucléaire Effets, mécanismes et ordres de grandeur Rayonnements ionisants et Compatibilité Electronique et Nucléaire Effets, mécanismes et ordres de grandeur Jean-Luc Leray Commissariat à l Energie Atomique, CEA Saclay 91191, France jean-luc.leray@cea.fr

Plus en détail

Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension

Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension Cyril BUTTAY CEGELY VALEO 30 novembre 2004 Cyril BUTTAY Contribution à la conception

Plus en détail

Groupe de travail Infrastructures de recherche

Groupe de travail Infrastructures de recherche Groupe de travail Infrastructures de recherche Note sur les particularités des infrastructures pour une recherche dans le numérique Version internet - 30/04/2015 Les plates- formes numériques, outils et

Plus en détail

Etude de la détection de muons. Romain COHET - Alexandre FAURE - Nicolas FOY

Etude de la détection de muons. Romain COHET - Alexandre FAURE - Nicolas FOY Etude de la détection de muons Romain COHET - Alexandre FAURE - Nicolas FOY 7 février 2011 Résumé Ce rapport est issu des mesures et travaux effectués à l Université Montpellier II dans le cadre des travaux

Plus en détail

Intégration de lentilles métalliques dans des capteurs d'images silicium CMOS

Intégration de lentilles métalliques dans des capteurs d'images silicium CMOS Atelier Plasmonique du 5 février 2015, LAAS-CNRS, Toulouse Intégration de lentilles métalliques dans des capteurs d'images silicium CMOS Thomas Lopez 1, Sébastien Massenot 1, Magali Estribeau 1, Pierre

Plus en détail

4. Microscopie électronique à balayage

4. Microscopie électronique à balayage 4. Microscopie électronique à balayage 4.1. Principe de formation des images en MEB 4.2. Mise en œuvre 4.3. Les différents modes d imagerie 4.4. Les différents types de contraste 4.5. Performances 4.5.1.

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

Chapitre 12 Physique quantique

Chapitre 12 Physique quantique DERNIÈRE IMPRESSION LE 29 août 2013 à 13:52 Chapitre 12 Physique quantique Table des matières 1 Les niveaux d énergie 2 1.1 Une énergie quantifiée.......................... 2 1.2 Énergie de rayonnement

Plus en détail

Identification de conditions limites en flux par thermographie infrarouge appliquée à la caractérisation de moyens d essai thermique à haut flux

Identification de conditions limites en flux par thermographie infrarouge appliquée à la caractérisation de moyens d essai thermique à haut flux Identification de conditions limites en flux par thermographie infrarouge appliquée à la caractérisation de moyens d essai thermique à haut flux J.C. BATSALE*, JP LASSERRE**, A. DESCUNS*,**, G. LAMOTHE*,**

Plus en détail

Procédé de détection de gaz par imagerie infrarouge

Procédé de détection de gaz par imagerie infrarouge Procédé de détection de gaz par imagerie infrarouge Après les détecteurs de gaz ponctuels et linéaires, voici un procédé de détection qui donne enfin une image du nuage. 1 Introduction L actualité récente

Plus en détail

S. CALVEZ. Travail réalisé au laboratoire GTL-CNRS Telecom / LOPMD Doctorat commun avec le Georgia Institute of Technology (Atlanta)

S. CALVEZ. Travail réalisé au laboratoire GTL-CNRS Telecom / LOPMD Doctorat commun avec le Georgia Institute of Technology (Atlanta) Laser à fibre pour les télécommunications multiplexées en longueur d onde : Etude de l accordabilité en longueur d onde et de la génération de trains d impulsions multi-longueurs d onde par voie électro-optique

Plus en détail

SIMULATION MONTE CARLO EN MEDECINE NUCLEAIRE, RADIOTHERAPIE- CURIETHERAPIE AVEC UNE PLATEFORME DE SIMULATION GATE BASEE SUR GEANT4

SIMULATION MONTE CARLO EN MEDECINE NUCLEAIRE, RADIOTHERAPIE- CURIETHERAPIE AVEC UNE PLATEFORME DE SIMULATION GATE BASEE SUR GEANT4 SIMULATION MONTE CARLO EN MEDECINE NUCLEAIRE, RADIOTHERAPIE- CURIETHERAPIE AVEC UNE PLATEFORME DE SIMULATION GATE BASEE SUR GEANT4 Berger L. 1, Breton V. 1, Donnarieix D. 1+2, Elbitar Z. 1, Gisclon D.

Plus en détail

Présentation du projet de Master Physique Paris Saclay

Présentation du projet de Master Physique Paris Saclay Présentation du projet de Master Physique Paris Saclay -> School Basic Sciences ; rattachement secondaire :Engineering Etablissements impliqués Thématiques couvertes, liste des M2,mentions voisines Structure

Plus en détail

Sujet de thèse «Mise au point d une Méthodologie efficace de

Sujet de thèse «Mise au point d une Méthodologie efficace de Sujet de thèse «Mise au point d une Méthodologie efficace de modélisation des effets parasites jusqu en onde millimétrique au sein d une carte de tests de circuits larges bandes Application à des circuits

Plus en détail

Technologies SOC (System On Chip) (Système sur une seule puce)

Technologies SOC (System On Chip) (Système sur une seule puce) Technologies SOC (System On Chip) (Système sur une seule puce) Pierre LERAY et Jacques WEISS Équipe de recherche ETSN Supélec Campus de Rennes février, 02 Technologies SoC ; P. Leray, J. Weiss 1 Évolution

Plus en détail

Influence de la géométrie du conducteur sur la température dans un poste sous enveloppe métallique

Influence de la géométrie du conducteur sur la température dans un poste sous enveloppe métallique SYMPOSIUM DE GENIE ELECTRIQUE (SGE 14) : EF-EPF-MGE 2014, 8-10 JUILLET 2014, ENS CACHAN, FRANCE Influence de la géométrie du conducteur sur la dans un poste sous enveloppe métallique Nesrine REBZANI 1,2,3,

Plus en détail

Caractérisation thermique à haute température de films fins par Radiométrie PhotoThermique

Caractérisation thermique à haute température de films fins par Radiométrie PhotoThermique Caractérisation thermique à haute température de films fins par Radiométrie PhotoThermique Andrea CAPPELLA, Vincent SCHICK, Jean-Luc BATTAGLIA, Andrzej KUSIAK 1/27 Plan de l exposé Matériaux caractérisés

Plus en détail

CONTRIBUTION À L'ÉTUDE DU PHÉNOMÈNE DE LATCHUP INDUIT DANS LES CIRCUITS INTÉGRÉS EMBARQUÉS DANS UN ENVIRONNEMENT RADIATIF SPATIAL

CONTRIBUTION À L'ÉTUDE DU PHÉNOMÈNE DE LATCHUP INDUIT DANS LES CIRCUITS INTÉGRÉS EMBARQUÉS DANS UN ENVIRONNEMENT RADIATIF SPATIAL APPLIED PHYSICS CONTRIBUTION À L'ÉTUDE DU PHÉNOMÈNE DE LATCHUP INDUIT DANS LES CIRCUITS INTÉGRÉS EMBARQUÉS DANS UN ENVIRONNEMENT RADIATIF SPATIAL NADJIM MERABTINE, DJAOUIDA SADAOUI, MALEK BENSLAMA Laboratoire

Plus en détail

Rayonnements dans l univers

Rayonnements dans l univers Terminale S Rayonnements dans l univers Notions et contenu Rayonnements dans l Univers Absorption de rayonnements par l atmosphère terrestre. Etude de documents Compétences exigibles Extraire et exploiter

Plus en détail

Caractérisation risation thermique photothermiques périodiques

Caractérisation risation thermique photothermiques périodiques Journée «Contrôle non destructif par voie optique infrarouge : De nouvelles techniques et de nouvelles applications». Salon Mesurexpo, Paris-Expo, Porte de Versailles, Jeudi Caractérisation risation thermique

Plus en détail

Modélisation du panneau solaire hybride «solaire2g»

Modélisation du panneau solaire hybride «solaire2g» Modélisation du panneau solaire hybride «solaire2g» Lucien BLANC 1 1 Institut Universitaire des Systèmes Thermiques Industriels, CNRS/université de Provence Technopôle de Château-Gombert, Marseille Résumé

Plus en détail

Comparaison des effets de canaux courts entre les technologies MOSFET FDSOI et MOSFET bulk

Comparaison des effets de canaux courts entre les technologies MOSFET FDSOI et MOSFET bulk Comparaison des effets de canaux courts entre les technologies MOSFET FDSOI et MOSFET bulk Quentin Rafhay 1, Antoine Cros 3, Irène Pheng 2, Loic Vincent 2, Ahmad Bsiesy 2 1 Grenoble-INP Phelma, 3 parvis

Plus en détail

IRT Nanoelec Présentation générale

IRT Nanoelec Présentation générale I N S T I T U T D E R E C H E R C H E T E C H N O L O G I Q U E IRT Nanoelec Présentation générale 14/10/2014 L IRT Nanoelec 2012-2019 Juin 2014: 18 partenaires fondateurs 8 soutiens institutionnels 400

Plus en détail

GELE5340 Circuits ITGÉ (VLSI) Chapitre 1: Introduction

GELE5340 Circuits ITGÉ (VLSI) Chapitre 1: Introduction GELE5340 Circuits ITGÉ (VLSI) Chapitre 1: Introduction Contenu du cours Introduction aux circuits intégrés Dispositifs CMOS, processus de fabrication. Inverseurs CMOS et portes logiques. Délai de propagation,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE SOCRATE - Janvier 2011

DOSSIER DE PRESSE SOCRATE - Janvier 2011 DOSSIER DE PRESSE SOCRATE - Janvier 2011 EQUIPEX à Perpignan et Font Romeu : un impact scientifique international - L'appel à projet "équipements d'excellence" - Le Laboratoire PROMES-CNRS - SOCRATE :

Plus en détail

L'apport de la simulation numérique 3D pour la CEM : méthodologie & perspectives. Benoît MARTIN Dept. Formation & Ingénierie be.martin@emitech.

L'apport de la simulation numérique 3D pour la CEM : méthodologie & perspectives. Benoît MARTIN Dept. Formation & Ingénierie be.martin@emitech. L'apport de la simulation numérique 3D pour la CEM : méthodologie & perspectives Benoît MARTIN Dept. Formation & Ingénierie be.martin@emitech.fr Cycle en V de développement d un produit Couts Délais Qualité

Plus en détail

Micro-électronique (GIF-4201/GEL-7016)

Micro-électronique (GIF-4201/GEL-7016) Micro-électronique (GIF-4201/GEL-7016) page 1 de 22 Professeur: Benoit Gosselin courriel: benoit.gosselin@gel.ulaval.ca bureau: Pouliot 2114 page web du cours: http://gif4201.gel.ulaval.ca Département

Plus en détail

CONCEPTION ET TEST DE CIs. 3. METHODES ET OUTILS DE CONCEPTION DES CIs

CONCEPTION ET TEST DE CIs. 3. METHODES ET OUTILS DE CONCEPTION DES CIs CONCEPTION ET TEST DE CIs 3. METHODES ET OUTILS DE CONCEPTION DES CIs 3.1 Introduction 3.2 Méthodologies de conception des ASICs 3.3 Conception des Circuits Programmables 3. METHODES ET OUTILS - Introduction

Plus en détail

Conductivité thermique apparente d un milieu granulaire en fonction des contraintes mécaniques

Conductivité thermique apparente d un milieu granulaire en fonction des contraintes mécaniques Conductivité thermique apparente d un milieu granulaire en fonction des contraintes mécaniques Mohamed filali*, Bruno Ladevie**, Fudym** Alain De Ryck**, Olivier * IUT Cherbourg-Manche, Antenne de Saint-Lô

Plus en détail

SOMMAIRE SMART CITIES L EXPERIENCE D HIKOB HIKOB QUI SOMMES NOUS? MISSION 13/01/2014 HIKOB QUI SOMMES NOUS? SMART CITIES ENJEUX

SOMMAIRE SMART CITIES L EXPERIENCE D HIKOB HIKOB QUI SOMMES NOUS? MISSION 13/01/2014 HIKOB QUI SOMMES NOUS? SMART CITIES ENJEUX SOMMAIRE SMART CITIES L EXPERIENCE D HIKOB HIKOB QUI SOMMES NOUS? SMART CITIES ENJEUX SMART CITIES COMPLEXITE SMART CITIES CAS 1 : SMART CITIES CAS 2 : ITS SMART CITIES CAS 3 : VIABILITE HIVERNALE CONCLUSION

Plus en détail

Contexte et objectifs Mesures : résultats préliminaires Conclusion. Projet GammaDosi

Contexte et objectifs Mesures : résultats préliminaires Conclusion. Projet GammaDosi Projet GammaDosi Contrôle de l énergie déposée dans le patient lors d une hadronthérapie 1/12/2013 30/11/2015 É. Testa AG GDR MI2B 2014 Nantes É. Testa Projet GammaDosi 1 / 16 Principe du contrôle de l

Plus en détail

Semi-conducteurs. 1 Montage expérimental. Expérience n 29

Semi-conducteurs. 1 Montage expérimental. Expérience n 29 Expérience n 29 Semi-conducteurs Description Le but de cette expérience est la mesure de l énergie d activation intrinsèque de différents échantillons semiconducteurs. 1 Montage expérimental Liste du matériel

Plus en détail

Rôle des STIC dans les grands enjeux sociétaux, économiques et environnementaux. La Vision d ALLISTENE. 5 janvier 2012 Michel Cosnard

Rôle des STIC dans les grands enjeux sociétaux, économiques et environnementaux. La Vision d ALLISTENE. 5 janvier 2012 Michel Cosnard A Rôle des STIC dans les grands enjeux sociétaux, économiques et environnementaux La Vision d ALLISTENE 5 janvier 2012 Michel Cosnard Missions d Allistene Stratégie de recherche et d innovation Distingue

Plus en détail

Techniques de microscopie pour la caractérisation des propriétés thermiques des matériaux inertes envisagés dans les RCG

Techniques de microscopie pour la caractérisation des propriétés thermiques des matériaux inertes envisagés dans les RCG Techniques de microscopie pour la caractérisation des propriétés thermiques des matériaux inertes envisagés dans les RCG L. David 1, G. Carlot 2, S. Gomès 1, P. Garcia 2, M. Raynaud 1,T. Petit 2 1 INSA-Lyon,

Plus en détail

LE COSMODETECTEUR : UN EXEMPLE DE CHAÎNE DE MESURE

LE COSMODETECTEUR : UN EXEMPLE DE CHAÎNE DE MESURE LE COSMODETECTEUR : UN EXEMPLE DE CHAÎNE DE MESURE Enseignement : 1 ère STL Mesures et instrumentation Thème : Instrumentation : Instruments de mesure, chaîne de mesure numérique Notions et contenus :

Plus en détail

LES DIODES ÉLECTRO- LUMINESCENTES

LES DIODES ÉLECTRO- LUMINESCENTES Roger Cadiergues MémoCad nd43.a LES DIODES ÉLECTRO- LUMINESCENTES SOMMAIRE nd43.1. Les diodes électroluminescentes (LED) nd43.2. Les très basses tension de sécurité (TBTS) nd43.3. Le montage des appareils

Plus en détail

Le cyclotron ARRONAX

Le cyclotron ARRONAX Le cyclotron ARRONAX Un accélérateur pour la recherche en radiochimie et en oncologie à Nantes-Atlantique Séminaire généraliste 20/10/2005 François GAUCHÉ Objectifs du cyclotron La médecine nucléaire Utilise

Plus en détail

Master Electronique Electrotechnique Automatique

Master Electronique Electrotechnique Automatique Master Electronique Electrotechnique Automatique Spécialité Energie et Fiabilité Gilles DESPAUX Directeur des études Arnaud VIRAZEL Responsable 1 er année www.master-eea.univ-montp2.fr Philippe ENRICI

Plus en détail

Sujet de thèse CIFRE

Sujet de thèse CIFRE Sujet de thèse CIFRE Caractérisation, modélisation et fiabilisation du lien multi-fréquentiels appliqué à un système de contrôle d accès «mains libres» Durée Octobre 2011 Octobre 2014 Encadrants Industriels

Plus en détail

Optimisation de la performance. d un processus d usinage à commande numérique

Optimisation de la performance. d un processus d usinage à commande numérique Jacques ALEXIS 20 Novembre 2001 Optimisation de la performance d un processus d usinage à commande numérique 1 Exposé du problème à résoudre L exemple utilisé pour cette présentation a été présenté par

Plus en détail

Les fondements de la directive européenne : de la science à la réglementation pour la sécurité sanitaire.

Les fondements de la directive européenne : de la science à la réglementation pour la sécurité sanitaire. IMEP-LAHC Les fondements de la directive européenne : de la science à la réglementation pour la sécurité sanitaire. Anne Perrin Salon Microwave & RF- CNIT Paris la Défense Session 20 mars 2014 «Expositions

Plus en détail

Les lières. MSc in Electronics and Information Technology Engineering. Ingénieur civil. en informatique. MSc in Architectural Engineering

Les lières. MSc in Electronics and Information Technology Engineering. Ingénieur civil. en informatique. MSc in Architectural Engineering Ingénieur civil Ingénieur civil Les lières MSc in Electronics and Information Technology Engineering MSc in Architectural Engineering MSc in Civil Engineering MSc in Electromechanical Engineering MSc

Plus en détail

TECHNOLOGIE DES CAPTEURS CAPACITIFS MINIATURES SILICON DESIGNS*

TECHNOLOGIE DES CAPTEURS CAPACITIFS MINIATURES SILICON DESIGNS* DES EXPERTS EN MESURES DYNAMIQUES TECHNOLOGIE DES CAPTEURS CAPACITIFS MINIATURES SILICON DESIGNS* RESUME SILICON DESIGNS a développé une technologie d accéléromètre miniature associant le microusinage

Plus en détail

Conception des Systèmes Numériques et Mixtes

Conception des Systèmes Numériques et Mixtes Conception des Systèmes Numériques et Mixtes Daniela Dragomirescu 1,2, Michael Kraemer 1,2, Marie-Line Boy 3, Philippe Bourdeau d Aguerre 3 1 - Université de Toulouse : INSA Toulouse, 135 Av. de Rangueil

Plus en détail

L effacement des consommations électriques résidentielles

L effacement des consommations électriques résidentielles L effacement des consommations électriques résidentielles En résumé - En contribuant à la gestion du système électrique, l effacement des consommations résidentielles présente potentiellement de nombreux

Plus en détail

Production mondiale d énergie

Production mondiale d énergie Chapitre 14: Autres sources d énergie Énergie nucléaire Énergie solaire Énergie géothermale Hydro-électricité Énergie éolienne Production mondiale d énergie 23% 39% 27% Coal Nuclear Hydro Geothermal Petroleum

Plus en détail

Analyse de sûreté des systèmes informatisés : l approche de l IRSN

Analyse de sûreté des systèmes informatisés : l approche de l IRSN 02 Novembre 2009 Analyse de sûreté des systèmes informatisés : l approche de l IRSN 1 ROLE DES SYSTEMES INFORMATISES DANS LES CENTRALES NUCLEAIRES Les centrales nucléaires sont de plus en plus pilotées

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES «Génie Électronique» Session 2012 Épreuve : PHYSIQUE APPLIQUÉE Durée de l'épreuve : 4 heures Coefficient : 5 Dès que le sujet vous est

Plus en détail

Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques. Détection par effet mirage Mesures photothermiques

Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques. Détection par effet mirage Mesures photothermiques 1 Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques 1 Introduction Détection par effet mirage Mesures photothermiques La méthode de détection par effet mirage fait partie de méthodes

Plus en détail

Sonde de surveillance environnementale gamma

Sonde de surveillance environnementale gamma SafePoint RMS : pérennité innovation sureté Caractéristiques Sonde de surveillance environnementale gamma perfectionnée, dotée de deux détecteurs et conçue pour assurer une surveillance sans présence dans

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la voiture 4 roues motrices en phase d accélération?»

PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la voiture 4 roues motrices en phase d accélération?» D après les productions de l équipe du lycée Clément Ader de Dourdan Mme Fabre-Dollé, Mr Dollé et Mr Berthod THÈME SOCIÉTAL Mobilité PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la

Plus en détail

Imagerie infrarouge thermique jusqu au millimétrique

Imagerie infrarouge thermique jusqu au millimétrique Imagerie infrarouge thermique jusqu au millimétrique Fondamentaux des caméras thermiques et évolutions Jacques LONNOY, Sagem Défense Sécurité Sagem est le nom commercial de la société Sagem Défense Sécurité

Plus en détail

Modélisation des propriétés électriques et caractérisation des panneaux photovoltaïques

Modélisation des propriétés électriques et caractérisation des panneaux photovoltaïques Revue des Energies Renouvelables Vol. 12 N 1 (2009) 105 116 Modélisation des propriétés électriques et caractérisation des panneaux photovoltaïques T. Mrabti 1, M. El Ouariachi 1, B. Tidhaf 3 Ka. Kassmi

Plus en détail

N 13 - ÉNERGIE, LE LABORATOIRE DE L'OUTRE-MER

N 13 - ÉNERGIE, LE LABORATOIRE DE L'OUTRE-MER N 13 - ÉNERGIE, LE LABORATOIRE DE L'OUTRE-MER INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES Les smart grids. La problématique des réseaux électriques interconnectés existe depuis longtemps. Elle est loin l époque où une

Plus en détail

ACCÉLÉRER LE DÉVELOPPEMENT DE L ÉNERGIE SOLAIRE PHOTOVOLTAÏQUE PAR L INNOVATION TECHNOLOGIQUE

ACCÉLÉRER LE DÉVELOPPEMENT DE L ÉNERGIE SOLAIRE PHOTOVOLTAÏQUE PAR L INNOVATION TECHNOLOGIQUE ACCÉLÉRER LE DÉVELOPPEMENT DE L ÉNERGIE SOLAIRE PHOTOVOLTAÏQUE PAR L INNOVATION TECHNOLOGIQUE 150 MILLIONS D EUROS DE BUDGET DE LANCEMENT L Institut Photovoltaïque d Île-de-France (IPVF) a pour ambition

Plus en détail

Analyse de situations standards et extrêmes

Analyse de situations standards et extrêmes c h a p i t r e 6 Analyse de situations standards et extrêmes Les situations standards ont été choisies parmi les sites dont la configuration ne crée pas en général d interrogations dans le public : les

Plus en détail

Les conférences INERIS

Les conférences INERIS Les conférences INERIS Forum Risques & Management Environnemental Forum B (Déchets) Forum Industrie Durable Forum Qualité de l Air Forum Biogaz L INERIS vous accueille sur son stand - Hall 3 /F223 Mardi

Plus en détail

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale.

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Morgan DAL 1, Philippe LE MASSON 1, Michel DUMONS 1, Didier LAWRJANIEC 2 1 LIMATB, Université

Plus en détail

1 Introduction générale

1 Introduction générale Expérience n 10 Éléments d optique Domaine: Optique, ondes électromagnétiques Lien avec le cours de Physique Générale: Cette expérience est liée aux chapitres suivants du cours de Physique Générale: -

Plus en détail

Transferts thermiques par conduction

Transferts thermiques par conduction Transferts thermiques par conduction Exercice 1 : Température de contact entre deux corps* On met en contact deux conducteurs thermiques cylindriques, calorifugés sur leurs surfaces latérales. On se place

Plus en détail

LES MÉMOIRES FLASH : ENTRE MÉMOIRE VIVE ET MÉMOIRE DE STOCKAGE. Etienne Nowak 12 mars 2015. Etienne Nowak - 12 mars 2015 - GIS-SPADON

LES MÉMOIRES FLASH : ENTRE MÉMOIRE VIVE ET MÉMOIRE DE STOCKAGE. Etienne Nowak 12 mars 2015. Etienne Nowak - 12 mars 2015 - GIS-SPADON LES MÉMOIRES FLASH : ENTRE MÉMOIRE VIVE ET MÉMOIRE DE STOCKAGE Etienne Nowak 12 mars 2015 PRÉSENTATION ETIENNE NOWAK

Plus en détail

UE 3A. Aspects fonctionnels et méthodes d étude. Dr Tristan Richard. L1 santé année universitaire 2009/10

UE 3A. Aspects fonctionnels et méthodes d étude. Dr Tristan Richard. L1 santé année universitaire 2009/10 UE 3A Organisationdesappareilset appareils et dessystèmes systèmes : Aspects fonctionnels et méthodes d étude Dr Tristan Richard L1 santé année universitaire 2009/10 Rayons X et gamma Rayonnements particulaires

Plus en détail

Rappel des technologies utilisées // Nouvelles technologies. (Synthèse par J.Ph GOURRAUD d une conférence des Dr B.BEUMER et Dr I.

Rappel des technologies utilisées // Nouvelles technologies. (Synthèse par J.Ph GOURRAUD d une conférence des Dr B.BEUMER et Dr I. ANALYSEUR DE SOUFRE TOTAL DANS LES PROCEDES DE CARBURANTS PETROLIERS Caractéristiques Principales Détermination du soufre total par le procédé MWD XRF Etendue de mesure dynamique de 0.6ppm à 3000ppm Temps

Plus en détail

Stockage : capacité, performances

Stockage : capacité, performances Stockage : capacité, performances Intervenant :Thomas Robert C234-4 thomas.robert@telecom-paristech.fr Transparents : Thomas Robert Institut Mines-Télécom Lectures possibles Chapitre 7.2 de : http://ceit.aut.ac.ir/~amirkhani/

Plus en détail

Fiabilité pour les Micro et Nano Systèmes

Fiabilité pour les Micro et Nano Systèmes Fiabilité pour les Micro et Nano Systèmes Trends in Micro Nano 28 octobre 2015 Dr. Olha Sereda Copyright 2015 CSEM Characterization and Quality Assurance Page 1 Fiabilité dans Micro et Nano Systèmes Les

Plus en détail

Simulation physique du frottement latéral à l interface sol-pieu lors du fonçage (cas d une interaction limon acier)

Simulation physique du frottement latéral à l interface sol-pieu lors du fonçage (cas d une interaction limon acier) XI èmes Journées Nationales Génie Côtier Génie Civil Les Sables d Olonne, 22-25 juin 2010 DOI:10.5150/jngcgc.2010.081-O Editions Paralia CFL disponible en ligne http://www.paralia.fr available online Simulation

Plus en détail

Défaillances précoces

Défaillances précoces Dossier Technique Dossier Technique Fiabilité des micro-onduleurs Enphase Récapitulatif L'actuelle génération des micro-onduleurs onduleurs Enphase a un temps moyen entre défaillances (Mean Time Between

Plus en détail

Présentation du projet de ressourcement DEAR. Christophe MULLER christophe.muller@im2np.fr

Présentation du projet de ressourcement DEAR. Christophe MULLER christophe.muller@im2np.fr www.ics star.fr Présentation du projet de ressourcement DEAR Christophe MULLER christophe.muller@im2np.fr www.ics star.fr Quelques mots sur l Institut Carnot STAR Institut Carnot STAR Périmètre scientifique

Plus en détail

NORMES DE TRANSPORT CANADA SUR LES MODULES DE SIGNALISATION A DIODES ELECTROLUMINESCENTES (DEL) DE PASSAGES A NIVEAU RAIL-ROUTE NORMES

NORMES DE TRANSPORT CANADA SUR LES MODULES DE SIGNALISATION A DIODES ELECTROLUMINESCENTES (DEL) DE PASSAGES A NIVEAU RAIL-ROUTE NORMES NORMES DE TRANSPORT CANADA SUR LES MODULES DE SIGNALISATION A DIODES ELECTROLUMINESCENTES (DEL) DE PASSAGES A NIVEAU RAIL-ROUTE NORMES TC E-14 Norme approuvé le 10 octobre 2003 {R-14-2} TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires

Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires Stéphane GIBOUT 1, Erwin FRANQUET 1, William MARÉCHAL 1, Jean-Pierre BÉDÉCARRATS 1, Jean-Pierre DUMAS 1 1 Univ. Pau & Pays Adour, LaTEP-EA

Plus en détail

Séminaire sur les mémoires émergentes

Séminaire sur les mémoires émergentes Séminaire sur les mémoires émergentes Résultats des Tests radiatifs effectués sur des Fe-RAMs FM18L08 & FM20L08 de RAMTRON Plan de la présentation Présentation des bancs de tests Résultats des Essais radiatifs

Plus en détail

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation.

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation. Comment régler la vitesse d un moteur électrique?. Comment régler la vitesse d un moteur à courant continu? Capacités Connaissances Exemples d activités Connaître le modèle équivalent simplifié de l induit

Plus en détail

Métiers d études, recherche & développement dans l industrie

Métiers d études, recherche & développement dans l industrie Les fiches Métiers de l Observatoire du Travail Temporaire Emploi, compétences et trajectoires d intérimaires cadres Métiers d études, recherche & développement dans l industrie R&D Production Ingénieur

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00 1 EIDGENÖSSISCHE TECHNISCHE HOCHSCHULE LAUSANNE POLITECNICO FEDERALE DI LOSANNA SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY LAUSANNE DEPARTEMENT DE MICROTECHNIQUE INSTITUT DE PRODUCTION MICROTECHNIQUE CH - 1015

Plus en détail

Master 1 Physique----Université de Cergy-Pontoise. Effet Kerr EFFET KERR. B. AMANA, Ch. RICHTER et O. HECKMANN

Master 1 Physique----Université de Cergy-Pontoise. Effet Kerr EFFET KERR. B. AMANA, Ch. RICHTER et O. HECKMANN EFFET KERR B. AMANA, Ch. RICHTER et O. HECKMANN 1 I-Théorie de l effet Kerr L effet Kerr (1875) est un phénomène électro-optique de biréfringence artificielle. Certains milieux, ordinairement non-biréfringents,

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

Des performances. Un circuit d essai synthétique pour valider la conception des valves à thyristors CCHT

Des performances. Un circuit d essai synthétique pour valider la conception des valves à thyristors CCHT Des performances Un circuit d essai synthétique pour valider la conception des valves à thyristors CCHT Baoliang Sheng, Hans-Ola Bjarme prouvées Les nouvelles valves à thyristors CCHT d ABB permettent

Plus en détail

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème pour une résistance de chauffe dans un microsystème Bertrand Selva Bertrand.selva@bretagne.ens-cachan.fr 1 Plan de la présentation Présentation des microsystèmes Dimensions caractéristiques, technique

Plus en détail

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS SPECTROSCOPIE RAMAN La spectroscopie Raman est une technique d analyse non destructive, basée sur la détection des photons diffusés inélastiquement suite à l interaction de l échantillon avec un faisceau

Plus en détail

MEMOIRE. Mémoires à Nanocristaux Organisés

MEMOIRE. Mémoires à Nanocristaux Organisés MEMOIRE Mémoires à Nanocristaux Organisés Tâche 4: caractérisation électrique et modélisation des structures mémoire Damien Deleruyelle Pascal Masson Sommaire 1. Etat de l art 2. Objectif général pour

Plus en détail

IL FAUT AUGMENTER LE RENDEMENT DES CELLULES SOLAIRES!

IL FAUT AUGMENTER LE RENDEMENT DES CELLULES SOLAIRES! IL FAUT AUGMENTER LE RENDEMENT DES CELLULES SOLAIRES! Bernard Moine, Antonio Pereira, Amina Bensalah-Ledoux, Christine Martinet. Laboratoire de Physico-Chimie des Matériaux Luminescents UMR 5620 du CNRS,

Plus en détail

GEL 1001 Design I (méthodologie)

GEL 1001 Design I (méthodologie) GEL 1001 Design I (méthodologie) Technique 2 Systèmes embarqués et fiabilité Hiver 2013 Département de génie électrique et de génie informatique Plan Système embarqué Ordinateur et architecture Von Neumann

Plus en détail

France denis.barataud@unilim.fr : correspondant principal

France denis.barataud@unilim.fr : correspondant principal Apprendre à maîtriser des outils de caractérisations de dispositifs microondes à distance grâce au LAB-EN-VI : LABoratoire d ENseignement VIrtuel : Nouvelles expériences pédagogiques expérimentales. Denis

Plus en détail

5/ Fonctionnement du laser

5/ Fonctionnement du laser 5/ Fonctionnement du laser La longueur d onde du laser est de 532 nanomètres (532x10-9 m) soit dans le vert. Le choix de cette longueur d onde n est pas fait au hasard car la matière va interagir avec

Plus en détail

Baccalauréat technologique

Baccalauréat technologique Baccalauréat technologique Épreuve de physique-chimie série STI2D et STL spécialité sciences physiques et chimiques en laboratoire Exemple de sujet Durée 3 heures - coefficient 4 A l exclusion de tout

Plus en détail

STAC. Effet des rayons x émis par les appareils de contrôle des bagages sur les supports photographiques. Rapport

STAC. Effet des rayons x émis par les appareils de contrôle des bagages sur les supports photographiques. Rapport STAC Effet des rayons x émis par les appareils de contrôle des bagages sur les supports photographiques Rapport Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement service

Plus en détail

Méthodes de caractérisation avancée pour l évaluation de la fiabilité des filières GaN

Méthodes de caractérisation avancée pour l évaluation de la fiabilité des filières GaN Méthodes de caractérisation avancée pour l évaluation de la fiabilité des filières GaN Le salon des radiofréquences, des hyperfréquences, du wireless, de la CEM et de la Fibre Optique CNIT - Paris La Défense

Plus en détail

Au programme. Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie. Formation de l image. Introduction

Au programme. Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie. Formation de l image. Introduction Au programme Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie Sébastien Roy Jean-Philippe Tardif Marc-Antoine Drouin Département d Informatique et de recherche opérationnelle Université de Montréal

Plus en détail

Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie

Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie Sébastien Roy Jean-Philippe Tardif Marc-Antoine Drouin Département d Informatique et de recherche opérationnelle Université de Montréal Hiver 2007

Plus en détail

Guide Utilisateur des Techniques Alternatives au Ressuage et à la Magnétoscopie

Guide Utilisateur des Techniques Alternatives au Ressuage et à la Magnétoscopie Guide Utilisateur des Techniques Alternatives au Ressuage et à la Magnétoscopie Fiche thématique A01 Les techniques alternatives au ressuage et à la magnétoscopie Cette fiche liste les techniques qui peuvent

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX Coefficient 8 Durée 4 heures Aucun document autorisé Calculatrice

Plus en détail

PRINCIPES GENERAUX POUR L AFFICHAGE ENVIRONNEMENTAL DES PRODUITS DE CONSOMMATION METHODOLOGIE D'EVALUATION DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX DES LESSIVES

PRINCIPES GENERAUX POUR L AFFICHAGE ENVIRONNEMENTAL DES PRODUITS DE CONSOMMATION METHODOLOGIE D'EVALUATION DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX DES LESSIVES PRINCIPES GENERAUX POUR L AFFICHAGE ENVIRONNEMENTAL DES PRODUITS DE CONSOMMATION METHODOLOGIE D'EVALUATION DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX DES LESSIVES BP X30-323-2 publié en décembre 2012 Coordination technique

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires

Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires Systèmes cellulaires Réseaux cellulaires analogiques de 1ère génération : AMPS (USA), NMT(Scandinavie), TACS (RU)... Réseaux numériques de 2ème

Plus en détail

SIGNAUX ANALOGIQUES ET NUMERIQUES

SIGNAUX ANALOGIQUES ET NUMERIQUES SIGNAUX ANALOGIQUES ET NUMERIQUES 1. ANALOGIQUE OU NUMERIQUE? Un signal est la représentation physique d une information qui est transportée avec ou sans transformation, de la source jusqu au destinataire.

Plus en détail

Chapitre 1 : PROPRIETES GENERALES DES CAPTEURS

Chapitre 1 : PROPRIETES GENERALES DES CAPTEURS ELEC 2811 : Instrumentation et capteurs 2011-2012 Chapitre 1 : PROPRIETES GENERALES DES CAPTEURS 1. INTRODUCTION 2. NOTIONS ET TERMINOLOGIE 2.1. Distinction entre grandeurs et paramètres physiques 2.2.

Plus en détail

Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser»

Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser» Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser» Objectifs : en relation avec le cours sur les ondes, les documents suivants permettent de décrire le fonctionnement d un laser en termes de système

Plus en détail