Cadre proposé pour la phase IV du projet de la règle d imagerie Échange électronique de compensation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cadre proposé pour la phase IV du projet de la règle d imagerie Échange électronique de compensation"

Transcription

1 Cadre proposé pour la phase IV du projet de la règle d imagerie Échange électronique de compensation Janvier 2013

2 SOMMAIRE 3 I. CONTEXTE ET PRÉSENTATION 4 Table des matières II. OBJET 6 III. AVANTAGES ET INCIDENCES DE LA PHASE IV 7 IV. CADRE PROPOSÉ POUR L ÉCHANGE DE COMPENSATION ÉLECTRONIQUE 9 QUESTIONS DE CONSULTATION : 13 V. PROCHAINES ÉTAPES ET MOT DE LA FIN 13 QUESTIONS ET RÉPONSES 15 QUESTIONS GÉNÉRALES 15 QUESTIONS DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES 16 QUESTIONS DES INTERVENANTS ET DES CONSOMMATEURS 17

3 Sommaire Le projet de la règle d imagerie de l Association canadienne des paiements (ACP) est une initiative en quatre phases qui vise la création de nouvelles efficiences dans le processus de compensation des effets de paiement papier et des retours par la technologie de l imagerie. L initiative aidera les institutions financières à tirer parti des possibilités de rationaliser leurs opérations, de réduire leurs coûts et peut-être d offrir à leurs clients une plus vaste gamme de services d imagerie. Le projet en est actuellement à sa dernière phase, la phase IV. La phase IV, l Échange de compensation électronique (ECE), fait fond sur les travaux menés aux phases précédentes, dont l objet était de réaliser de nouveaux gains d efficience dans l environnement de traitement des paiements, par la mise au point d un cadre et de normes qui permettront aux membres de s échanger des effets par voie électronique, en s appuyant sur des règles et des normes de l ACP. À chaque phase du projet d imagerie, les avantages sont plus évidents. Dans la mesure du possible, pour simplifier les règles et le cadre de la phase IV et éviter la complexité qui pourrait être associée à l utilisation simultanée de deux modes d échange de compensation (papier et électronique), on a cherché à refléter l environnement de l échange des effets papier. Dans le monde de l échange des effets papier, les adhérents mettent dans des sacs de courrier les chèques qu ils ont acceptés en dépôt et les expédient à l adhérent destinataire. Dans un monde électronique, ils grouperaient leurs chèques en fichiers, qu ils transmettraient à l adhérent destinataire. Les fichiers électroniques remplacent les sacs de courrier. Les autres processus et procédures du SACR/EBUS qui entourent le règlement, les heures d échange, les délais de retour, la correction des erreurs de compensation, etc., demeurent tous les mêmes, dans la mesure du possible. Étant donné que les incidences de cette proposition se feront surtout sentir sur les institutions financières membres de l ACP, certaines parties du présent document sont de nature hautement technique et opérationnelle. L ACP invite quand même tous les intéressés à commenter le cadre proposé et/ou les questions de consultation contenues dans le présent document de consultation en adressant leurs commentaires écrits à pour le 16 mars Page 3

4 I. Contexte et présentation Le projet de la règle d imagerie est une initiative en quatre phases qui vise la création de nouvelles efficiences dans le processus de compensation des effets de paiement papier et des retours par la technologie de l imagerie. Le projet en est actuellement à sa dernière phase, la phase IV. La phase IV fait fond sur les travaux menés aux phases I, II et III, dont l objet était de réaliser de nouveaux gains d efficience dans l environnement de traitement des paiements, par la mise au point d un cadre et de normes qui permettront aux membres de s échanger des effets par voie électronique. Le projet de la règle d imagerie arrive au moment où l utilisation des chèques au Canada est en régression constante. Pourtant, les Canadiens continuent d émettre un milliard de chèques par an. Il est donc crucial que l Association canadienne des paiements (ACP) réponde aux besoins des utilisateurs du système de paiement et continue d évaluer et d instaurer de nouvelles efficiences dans le cadre existant pour la compensation des effets de paiement papier. Le projet de la règle d imagerie, combiné à d autres priorités stratégiques pour remplacer l utilisation des chèques et écarter les obstacles aux paiements électroniques, s inscrit dans le plan dynamique de l ACP pour répondre aux besoins actuels et futurs des Canadiens en matière de paiements. Phase I Règle d imagerie En décembre 2009, le Conseil d administration de l ACP a approuvé la Règle A10, Images de chèques, et la Norme 012, Norme de sécurité des images, qui sont entrées en vigueur le 1 er juin Dans le cadre de la phase I, la Règle A10 de l ACP fixait les exigences applicables à la saisie et au stockage des images de chèques en dollars canadiens et en dollars américains qui étaient créées après la compensation par un tiré ou son agent de compensation. Il s agissait de permettre aux membres d améliorer leurs services par la technologie de l imagerie et de se prévaloir des dispositions de la Loi sur les lettres de change (LLC) qui concernent l «image officielle». La LLC définit l «image officielle» comme l image (ou l imprimé) d une lettre [de change] créée par la banque ou en son nom en conformité avec les règlements administratifs, règles et normes de l ACP. Selon la LLC, l image officielle peut être utilisée à toutes les fins comme si elle constituait l original de l effet de paiement papier. Il a donc fallu établir certaines exigences et normes techniques pour la création et le stockage des images pour que les membres de l ACP puissent tirer parti de la disposition d équivalence légale que renferme la LLC. Phase II Document de remplacement d effet retourné (DRER) En décembre 2010, le Conseil d administration de l ACP a approuvé des modifications à la Règle A10, avec des modifications corrélatives aux règles du SACR, qui sont entrées en vigueur le 1 er juin Les modifications établissent un cadre qui rend possibles la création et l utilisation de documents de remplacement d effet retourné (DRER) à titre d option pour les retours. Dans la phase II, les membres de l ACP ont l option de créer et d utiliser la technologie Page 4

5 de l imagerie pour le retour de certains effets refusés, ce qui leur donne la possibilité d améliorer certains processus administratifs de leurs fonctions de traitement des effets retournés. Ainsi, la récupération d une image aux fins du retour est presque instantanée et ne nécessite plus de frais de stockage hors emplacement et de récupération. Depuis 2011, trois adhérents ont adopté le DRER pour leurs retours et ont fait état de résultats très favorables en fait de gains d efficience et de réductions de coûts. Phase III Documents de remplacement d effet de compensation (DREC) En mars 2012, le Conseil d administration de l ACP a approuvé des modifications à la Règle A10, avec des modifications corrélatives aux règles du SACR, qui sont entrées en vigueur le 1 er juin Dans une perspective stratégique, la phase III du projet de la règle d imagerie vise à accroître l efficience du système de paiement en permettant aux membres d accélérer la présentation de certains effets (comme les effets de l extérieur de la région) grâce à la transmission des images provenant des succursales/ga aux centres de traitement des données, où les effets peuvent être imprimés comme DREC et compensés comme effets papier envoyés au tiré (voir la Figure A). La phase III donne aussi la possibilité aux entreprises clientes de transmettre les données de dépôt directement à leur institution financière. En outre, le cadre de la phase III prévoit des dispositions permettant l échange d images entre membres, sous réserve d accords bilatéraux. On trouvera plus d information sur la phase III (utilisation des DREC) dans le site Web de l ACP, par le lien «Nouvelles» de la page d accueil. Figure A. Exemple d utilisation de DREC pour les images d effets saisies dans les succursales ou les GA (phase III). Page 5

6 Phase IV Échange électronique de compensation (ECE) La phase III du projet de la règle d imagerie permet déjà de transmettre électroniquement au centre de traitement de l adhérent expéditeur des images des effets reçus en dépôt par les clients, les succursales et les sous-adhérents. À la phase III, il fallait créer des documents de remplacement d effet de compensation au centre de traitement pour ces effets, puisque l échange intermembres demeure un processus à base de papier. Le principal changement qu amènera la mise en œuvre de la phase IV est que le volet «échange intermembres» du processus peut désormais être électronique (c.-à-d. entre adhérents), ce que permettront les règles et les normes de l ACP. L échange bilatéral d images était déjà permis à la phase III, mais il aurait dû reposer sur des accords bilatéraux négociés. Le cadre plus robuste de la phase IV établit des règles et des normes de l industrie pour appuyer l échange d images dans une optique d homogénéité et un cadre juridique clair. Figure B. Périmètre du cadre de la phase IV II. Objet Le présent document situe le contexte des changements proposés à la Règle A10 de l ACP et à la Norme 012 Norme de sécurité des images aux fins de la phase IV. La phase IV nécessitera aussi des modifications corrélatives à plusieurs autres règles de l ACP, et une nouvelle Norme 015 Documents d accompagnement canadiens pour la norme ANSI X , Page 6

7 Spécifications pour l acheminement et les retours. L objet de cette consultation est de recueillir la rétroaction des membres et des intervenants sur les incidences opérationnelles ou autres du nouveau cadre. La nouvelle Norme 015 renferme les spécifications canadiennes pour les divers types d enregistrements et de champs que devront remplir les institutions financières pour s échanger des fichiers. [Elle est disponible sur demande, pour les membres de l ACP seulement (prière d adresser votre demande à III. Avantages et incidences de la phase IV Avantages Occasions LÉchange de compensation électronique (ECE) ou la Phase IV du projet de la règle d imagerie, représentera pour les institutions financières des occasions de rationaliser leurs opérations, réduire leurs coûts et offrir à leurs clients une plus vaste gamme de services d imagerie. Elle fait fond sur les travaux menés aux phases I, II et III par la mise au point d un cadre et de normes qui permettront aux adhérents de s échanger des images d effets par voie électronique, en s appuyant sur des normes de l ACP. À chaque phase du projet d imagerie, les avantages sont plus évidents. Une des questions qui ressortent des discussions sur l échange d images est l effet qu il aura sur la capacité de l institution tirée de détecter les effets frauduleux. S il est vrai que la prise d images au point de dépôt ou au centre de traitement fera perdre certaines caractéristiques de sécurité physique, il reste que la réception de fichiers d images (surtout par comparaison avec les DREC) crée certaines occasions pour les IF de s intéresser à de nouveaux outils avancés de détection de la fraude liée à l imagerie. Souplesse La phase IV du projet de la règle d imagerie est entièrement facultative pour tous les membres. Les membres qui ne souhaitent pas y participer pourront continuer d envoyer et de recevoir des effets papier. Les membres ne sont pas non plus obligés d y participer complètement. Par exemple, ils pourraient choisir d instaurer l ECE par région, ou pour la présentation ou pour les retours seulement. Cela leur donnera beaucoup de marge de manœuvre pour gérer et individualiser leurs mises en œuvre. L agent de compensation qui optera pour l ECE mais dont certains des sous-adhérents ne voudront pas avoir un accès électronique à leurs effets pourra créer des DREC pour ces sous-adhérents, d où plus grande souplesse du modèle de la phase IV. Simplicité Le cadre de la phase IV vise à garder au minimum les changements par rapport à l environnement existant de traitement des effets papier. Ainsi, les heures limites d inclusion, les heures limites d échange régionales et les procédures de règlement sont compatibles avec ceux en place aujourd hui dans l environnement papier, et les procédures entourant la reprise après sinistre reflètent très fidèlement les procédures en place aujourd hui pour les effets de paiement de TAF et d EDI. Page 7

8 Une approche commune La phase III permettait déjà l échange bilatéral d images, mais seulement s il était appuyé par des accords bilatéraux détaillés. Le cadre plus robuste de la phase IV permettra aux membres qui décideront d y participer de compter sur des règles et des normes de l ACP, ce qui leur donnera une plus grande certitude et une plus grande uniformité pour l échange d images. Les adhérents qui choisiront d échanger des effets en mode bilatéral après la mise en œuvre de la phase IV pourront le faire en s appuyant sur un cadre structuré de l ACP, qui prévoit des exigences précises pour la participation, les tests, la création des fichiers, les procédures d échange de fichiers, les retours, la présentation, la reprise après sinistre et la sécurité. Il faut noter que, à l heure actuelle, il n y a pas d échanges d images en vertu d accords bilatéraux, ce qui peut s expliquer en partie par le fait que le cadre plus robuste de la phase IV pour l ECE pointe à l horizon. Efficacité La phase IV a donné aux membres des occasions d étendre la portée de la technologie d imagerie, et de créer ainsi de nouveaux gains d efficience et de réduire davantage l utilisation des échanges d effets papier. La création de DREC pour la compensation et le règlement est une solution efficiente pour traiter du volume plus restreint d effets qui sont acceptés en dépôt à des endroits éloignés et dont le transport jusqu au centre de traitement des adhérents expéditeurs coûte cher et est compliqué. Mais, à grande échelle, il ne serait ni pratique ni faisable de donner des capacités d imagerie à toutes les succursales ou à tous les points de service des entreprises clientes, car cela amènerait la création et l impression de plus de cinq millions de DREC chaque soir à l échelle pays. Avec l ajout de la possibilité d ECE dans le cadre, les membres pourront désormais donner des capacités d imagerie à un plus grand nombre d intervenants à leur réseau de succursales, de GA et de clients, étant donné qu ils n auront à imprimer des DREC que pour les adhérents destinataires qui ne participent pas à l ECE. Figure C. Exemple de mises en œuvre intégrées d ECE et de DREC Page 8

9 Incidences Intervenants et clients Le principal changement associé à la phase IV du projet est que les membres pourront participer électroniquement au processus d échange intermembres. Étant donné que, dans bien des cas, les intervenants et les clients reçoivent déjà des images ou des imprimés d images de leurs chèques payés, les incidences pour les intervenants et les clients sont minimes. Adhérents Pour les membres de l ACP qui ne souhaitent pas envoyer ou recevoir leurs effets par voie électronique, les incidences ne seront que nominales. L exception sera le cas des adhérents qui participent déjà à des accords de partage des services de messagerie pour le transport des effets papier entre succursales, centres de traitement et centres régionaux. À mesure qu augmentera le nombre d adhérents participant à l ECE, les adhérents qui continueront d échanger des effets papier devront supporter une proportion croissante des frais connexes de messageries et du coût unitaire pour le traitement des effets papier. On prévoit que, à mesure qu augmentera le nombre d adhérents qui opteront pour l ECE et abandonneront ainsi leur infrastructure de traitement des effets papier, l argumentaire positif pour inciter les autres membres à les imiter deviendra plus convaincant. Sous-adhérents Dans le cas où un agent de compensation commencera à échanger des effets électroniquement avec un autre adhérent, les sous-adhérents de l agent de compensation pourront opter pour recevoir leurs effets électroniquement (s ils ont la capacité requise), ou sous forme de documents de remplacement d effet de compensation. Les sous-adhérents qui s intéressent à l échange d images devraient consulter leur agent de compensation au sujet de la disponibilité des services d imagerie. On prévoit que, une fois le cadre en place, la plupart des adhérents tiendront à adopter les services d imagerie. Cependant, les sous-adhérents qui seront prêts à passer à l échange intégral d images avant leur agent de compensation pourront encore recourir aux documents de remplacement d effet de compensation pour offrir des services d imagerie à leur clientèle. Tous les membres de l ACP Pour les membres qui adopteront l échange de compensation électronique, il y aura, bien sûr, des coûts de développement de la technologie nécessaire, avec de nombreux changements à leurs processus et procédures internes. Cependant, le caractère entièrement facultatif du cadre de la phase IV permettra aux membres de gérer cette transition conformément à leur stratégie et à leur planification internes. IV. Cadre proposé pour l échange de compensation électronique Pour simplifier les règles et le cadre de la phase IV et éviter la complexité qui pourrait être associée à l utilisation simultanée des effets papier et de l Échange électronique de compensation, on a cherché à refléter l environnement de l échange des effets papier dans toute la mesure du possible. Dès le départ, le raisonnement a été le suivant : dans le monde de l échange des effets papier, les adhérents mettent dans des sacs de courrier les chèques qu ils ont acceptés en dépôt et les expédient à l adhérent destinataire. Dans un monde électronique, ils grouperaient leurs chèques en fichiers, qu ils transmettraient à l adhérent destinataire. Les fichiers électroniques remplacent les sacs de courrier. Les Page 9

10 autres processus et procédures du SACR/EBUS qui entourent le règlement, les délais de retour, la correction des erreurs de compensation, etc. demeurent tous les mêmes, dans la mesure du possible. Certains des détails du projet d échange de compensation électronique sont résumés ci-après : A. Participation (Règle A10 de l ACP, article 28) : Dans le cadre proposé, pour participer à l ECE, l adhérent doit avoir le consentement de l adhérent destinataire avec qui il désire échanger des effets. Les règles de l ACP exigeront que les adhérents informent l ACP de leur intention de commencer à échanger des fichiers d ECE avec un autre adhérent. Les membres seront aussi tenus de procéder à des tests bilatéraux de certains aspects du processus d ECE avant la mise en œuvre. B. Effets admissibles à l échange de compensation électronique (Règle A10 de l ACP, article 7) : Les effets papier en USD et en CAD qui sont admissibles en compensation en vertu des Règles A1 (Règles générales relatives aux effets admissibles en compensation) et K1 (Échange et règlement en bloc d effets papier en dollars U.S.) le seront également à l ECE. Les effets admissibles comprendront les chèques, les traites et les mandats, les débits intermembres, les obligations d épargne du Canada, les mandats du receveur général et divers autres types d effets papier. Les effets suivants ne seront pas admissibles (c est la même chose que pour la phase III du projet d imagerie) : les obligations, débentures et coupons en dollars canadiens, conformément à la Règle H5 (Remboursement, échange et règlement des obligations, débentures et coupons en dollars canadiens), les versements papier; ou les bons du Trésor du gouvernement du Canada, les obligations d épargne du Canada ancien style et leurs coupons, les obligations négociables du gouvernement du Canada ou les «blocs» d intérêts composés mentionnés dans la Règle G3 (Concernant le rachat des effets papier du gouvernement du Canada). Les mandats du receveur général et les obligations d épargne du Canada seront admissibles à l ECE, sauf que, comme pour toute entité destinataire, il faudra obtenir le consentement préalable du receveur général ou de la Banque du Canada de recevoir ces effets sous forme électronique. C. Création de fichiers d ECE (Règle A10 de l ACP, article 30) Format d image en noir et blanc : Les membres qui décideront de participer à l ECE devront obligatoirement fournir au tiré une image en noir et blanc (recto et verso) pour chaque effet qu ils échangent électroniquement. La fourniture d autres formats de segments d image comme les images en échelle de gris pourra se négocier entre les parties à l échange, en dehors du cadre des règles de l ACP. L échange obligatoire en noir et blanc présentera plusieurs avantages, dont une plus grande interopérabilité avec le marché américain et une plus grande souplesse pour ce qui a trait aux solutions de logiciels et de matériel disponibles. Norme ANSI et documents d accompagnement : Le format de fichier qui sera utilisé pour l échange des fichiers de compensation électronique sera l ANSI X , «Spécifications pour l échange électronique des données des chèques et des images». Les documents d accompagnement canadiens pour la présentation et les retours donnent des Page 10

11 indications plus précises au sujet de l utilisation de certains enregistrements et champs à l intérieur du fichier au Canada. Ligne de code seulement : Le cadre de la phase IV couvre le cas où deux membres peuvent avoir accès à une archive partagée ou à un service d archives partagées en permettant l échange d un fichier d ECE de présentation sans l image correspondante. Pour que la présentation ait lieu, l image correspondante doit quand même être mise à la disposition du tiré. Dans le cas des retours, tous les fichiers de retours doivent contenir l image correspondante. Cela couvre les cas où il y a des retours de tierces parties. Figure D Scénario d archive partagée et de retours d une tierce partie D. Échange et règlement Heures régionales d échange : À l heure actuelle, les effets papier s échangent entre adhérents dans chaque région pour une heure limite convenue par chaque association régionale de compensation (ARC). Dans la plupart des cas, cette heure limite est actuellement vers 00 h 30, heure locale, pour les effets canadiens (SACR). Certes, les échanges électroniques pourraient peut-être se faire plus rapidement (plus tôt en soirée) que l échange d effets papier, mais l heure limite régionale actuelle pour les échanges électroniques sera maintenue. Cela est nécessaire pour le cas où les plans de mise en œuvre d un membre ne prévoiraient pas la capacité d imagerie à 100 % de son réseau de succursales dans une région donnée. Il pourrait être nécessaire d attendre l arrivée de certains effets papier au centre de traitement pour la saisie des images avant l échange. Sites nationaux pour l échange régional : Avec l ECE, les membres opteront probablement pour utiliser une même zone centrale au Canada pour l envoi et la réception des fichiers. C est pourquoi on a envisagé un modèle d échange national (semblable au TAF et à l EDI). Cependant, parce que, dans une large mesure, certaines fonctions (comme le report) sont des processus régionaux étroitement liés à l heure d échange finale, il a été convenu qu il faudra séparer les fichiers d ECE par région avant l échange, même s ils sont tous transmis à un même site national. Pour plus de clarté, cela signifie qu un adhérent qui envoie des fichiers d ECE à un autre adhérent là où le site national est à Toronto doit envoyer des fichiers distincts par région. Il doit envoyer le fichier de Vancouver pour 00 h 30, heure de Vancouver, pour respecter les heures limites de report de ces effets et éviter les remises au jour suivant. Page 11

12 Réseau pour la transmission : Il y a deux options pour la transmission des fichiers d ECE entre adhérents. Il y aurait moyen d exploiter le Réseau de services de l ACP (actuellement utilisé pour les transmissions de TAF et d EDI), en attendant que l ACP évalue les besoins de bande passante et de connectivité des adhérents (l ACP a confirmé qu il n y a pas de problèmes avec la variabilité dimensionnelle du RSA, ni de restrictions avec les fournisseurs de services de réseau qui empêcheraient d utiliser le RSA pour la transmission des fichiers d ECE). De même, les adhérents pourraient utiliser une solution de réseau qui leur serait propre, pourvu qu elle réponde aux exigences minimales en matière de redondance, de disponibilité, etc., exposées dans la Règle A10. Accusés de réception et rejets de fichiers : Après l échange des fichiers d ECE, chaque adhérent destinataire sera tenu d envoyer un accusé de réception à l adhérent expéditeur. Cet accusé de réception ne confirmera pas qu il y a eu une validation formelle du fichier ou de son contenu. Cette confirmation n est pas nécessaire dans l environnement papier actuel. Cependant, elle a été vue comme avantageuse dans un monde électronique, car elle donnera à l adhérent expéditeur la possibilité de retransmettre les fichiers, et de vérifier, avant de faire une entrée dans le SACR, que le fichier a bel et bien été reçu par le destinataire. S il se trouve que l adhérent destinataire doit rejeter un fichier d ECE à cause d un problème avec le fichier (p. ex., fichier en double, fichier illisible, fichier mal acheminé), il faudra prévenir l adhérent expéditeur et la livraison SACR pourra être contestée conformément aux procédures existantes exposées dans les règles de l ACP. Règlement : Le processus de création d entrées dans le SACR ou l EBUS demeure essentiellement inchangé, sauf pour la nouvelle exigence qui oblige l adhérent expéditeur à attendre l accusé de réception avant de créer des entrées dans le SACR ou l EBUS. Il y aura des entrées distinctes dans le SACR/EBUS pour les effets électroniques et les effets papier. E. Qu est-ce qui constitue la présentation : Il s est révélé nécessaire, à la phase IV, d indiquer dans les règles de l ACP à quel point précis un effet qui est échangé électroniquement est considéré comme présenté. Cela n était pas nécessaire dans l environnement d échange des effets papier parce que la présentation pour les effets papier est définie dans la Loi sur les lettres de change. Dans un environnement électronique, un effet est présenté lorsqu il est disponible ou accessible dans l archive d un membre. F. Méthodes et échéanciers de retour : Dans la phase IV, peu importe le mode de présentation (physique ou électronique) de l effet, le délai permis pour retourner l effet après sa réception (si l effet a été présenté sur papier) ou après la présentation (si l effet a été présenté électroniquement) demeurera le même. Les méthodes de retour ci-après peuvent être utilisées : 1. Enveloppe de retour d effet contenant l effet original, un imprimé d image 1, ou un DREC) 2. Document de remplacement d effet retourné 3. Échange de compensation électronique Lorsqu un effet est présenté électroniquement, l adhérent expéditeur pourra indiquer dans le fichier même les renseignements d acheminement pour le retour. Cela éliminera le risque 1 Pour les délais de retour prolongés seulement. Page 12

13 d erreur d acheminement des retours. Si ces renseignements ne sont pas dans le fichier, les procédures existantes pour l acheminement des retours selon la Règle A4 (Effets retournés et réacheminés) continueront de s appliquer. Si un effet est retourné électroniquement, il faut inclure dans le fichier de retour une image de l effet retourné. Il importe de souligner que le délai maximal dans lequel le tiré peut enclencher un retour ne sera ni plus court ni plus long dans un environnement électronique que dans l environnement d aujourd hui. Bien que l échange d images puisse abréger le temps total qu un effet peut prendre pour revenir de la succursale de négociation au tiré pour la présentation, le temps dont le tiré dispose pour prendre la décision de payer ou de ne pas payer après la présentation et pour enclencher le retour demeure le même. G. Sécurité des images : Pour la phase IV du projet d imagerie, on a élargi la portée de la Norme de sécurité en y inscrivant des exigences applicables entre le point de saisie d une image et la réception de l image après la transmission. L objectif d ensemble était de veiller à appliquer dans un environnement protégé tous les processus que comportent l ECE pour assurer l intégrité des images pour les besoins des entreprises et les fins juridiques, sans qu ils soient trop prescriptifs et, en définitive, ne limitent les possibilités de développement de nouveaux services d imagerie (comme la saisie des images dans un environnement mobile). Questions de consultation : Les intéressés sont invités à formuler leurs réponses et leurs commentaires sur cette consultation en les articulant sur les questions suivantes : 1. Le cadre proposé répond-il à vos besoins pour l échange de compensation électronique? 2. Le cadre est-il suffisamment souple pour les membres de l Association? 3. L approche de la Phase IV qui vise à bâtir un cadre calqué sur celui développé pour les effets papier est-elle la bonne? 4. Le cadre commun proposé est-il une meilleure alternative à la négociation d accords bilatéraux? 5. Est-ce que la Phase IV permet aux membres de réaliser suffisamment de gains d efficience potentiels? 6. Certains des éléments proposés présentent-ils des problèmes ou des conséquences opérationnelles pour votre organisation? Si oui, veuillez les expliquer. V. Prochaines étapes et mot de la fin Les commentaires qui seront recueillis dans le cadre du présent processus de consultation seront soumis à l examen de l équipe du projet de la règle d imagerie. L équipe modifiera la proposition s il y a lieu Page 13

14 avant de présenter ses recommandations définitives au Conseil d administration de l ACP. Sous réserve de l approbation des recommandations définitives par le Conseil, le cadre entrera en vigueur en septembre On peut soumettre ses commentaires écrits sur ces propositions et/ou sur les questions de consultation contenues dans le présent document d ici le 16 mars 2013 à : Janet Lalonde Gestionnaire, Opérations de paiement Association canadienne des paiements , rue Elgin, Ottawa (Ontario) K2P 2K3 Courriel : Page 14

15 ANNEXE I Questions et réponses Questions générales Qu est-ce qu un fichier d ECE? Selon les Règles de l ACP, le fichier d ECE est «un fichier électronique, créé conformément à la Règle, aux fins de l échange d images entre un adhérent expéditeur et un adhérent destinataire, qui renferme des renseignements électroniques représentant des effets admissibles et qui peut contenir les images correspondantes». Un fichier d ECE est donc un fichier électronique, créé dans un format déterminé, qui renferme des données (p. ex., des renseignements tirés de la ligne de codage magnétique, des renseignements sur l acheminement pour le retour) se rattachant à un certain nombre d effets de paiement. Il peut y avoir jusqu à effets individuels par fichier. Qu est-ce que l échange de compensation électronique (ECE)? Dans les Règles de l ACP, l ECE est «le processus par lequel des effets admissibles, y compris des effets retournés, sont échangés par la transmission et la réception des renseignements électroniques représentant un effet, tels qu ils sont contenus dans un fichier d ECE, là où l image correspondante pour ces renseignements accompagne les renseignements dans le fichier d ECE ou est autrement accessible pour l expéditeur ou le destinataire». Ainsi, l échange de compensation électronique définit l ensemble du processus entourant l échange électronique des effets de paiement entre adhérents. Qui peut participer à l ECE? Les adhérents peuvent s échanger des fichiers d ECE entre eux, moyennant accord préalable, conformément aux conditions régissant la participation selon la Règle A10 de l ACP. Les sous-adhérents peuvent aussi envoyer et recevoir des fichiers d ECE, sous réserve des services d imagerie particuliers offerts par leurs agents de compensation. Quelles sont les règles régissant la destruction et la rétention du document source d origine? Les exigences établies aux phases I à III du projet d imagerie pour la destruction et la rétention des documents sources continueront de s appliquer à la phase IV. Plus particulièrement, le membre qui effectue la saisie d une image aux fins de l échange doit détruire le document source dans les 120 jours civils suivant la date de la création de l image. L avis d effet retourné arrivera-t-il plus vite dans le cadre de la phase IV? Il est possible que le temps passé en transit pour la présentation et pour le retour d effets soit moins long avec la mise en œuvre de l ECE. C est surtout le cas là où les effets sont acceptés en dépôt à des endroits éloignés et transmis électroniquement au centre de traitement de l adhérent expéditeur puis échangés électroniquement avec le centre de traitement de l adhérent destinataire. Cependant, l échéancier pour la décision (p. ex., le délai dont dispose le tiré pour prendre la décision de payer ou de ne pas payer après la présentation/réception de l effet) sera le même, peu importe que l effet soit échangé physiquement ou dans un fichier d ECE.

16 Il faut noter également que la participation à l ECE est facultative pour les institutions financières, si bien qu il pourrait ne pas être possible de savoir au moment du dépôt si un effet sera compensé sous forme de papier, à l aide d un DREC ou dans un fichier d ECE. Questions des institutions financières En tant que sous-adhérent, puis-je continuer de recevoir des effets papier si mon agent de compensation utilise l ECE avec d autres adhérents? Oui. Le cadre de la phase IV permet aux agents de compensation qui reçoivent des effets par voie électronique de la part d autres adhérents de créer des documents de remplacement d effet de compensation (DREC) pour présenter les effets aux sous-adhérents qui ne peuvent accepter un fichier électronique ou qui n ont pas accès aux effets par un service d archives offert par leur agent de compensation. Quelles sont les options du sous-adhérent qui est prêt à passer à l ECE si son agent de compensation n a pas encore adopté l ECE avec d autres adhérents? Les sous-adhérents qui voudraient passer à l échange d images devraient engager des discussions avec leur agent de compensation au sujet de la disponibilité des services d imagerie. Les sous-adhérents qui sont prêts à passer à l échange d images avant leur agent de compensation vont pouvoir utiliser les documents de remplacement d effet de compensation (DREC) pour offrir des services d imagerie à leurs clients. Les correspondants bancaires américains pourront-ils envoyer des fichiers électroniques d effets tirés au Canada et présentés pour dépôt aux États-Unis? Les Règles de l ACP ne traitent pas de la compensation transfrontalière, de sorte que ce service et les détails s y rapportant devraient faire l objet d un accord entre le membre de l ACP et la banque américaine. Cependant, sous réserve des services d imagerie particuliers offerts par une institution financière canadienne, le cadre de la phase IV permettrait au correspondant bancaire américain d envoyer à son correspondant canadien un fichier X9 renfermant des images d effets qui ont été rassemblés aux États-Unis. L institution financière canadienne pourrait utiliser l image du fichier X9 pour créer des DREC pour la compensation et le règlement ou, si le tiré est capable d accepter des fichiers d ECE, échanger électroniquement les effets (avant l échange, le fichier d ECE doit être formaté selon les spécifications canadiennes). Ce type d arrangement pourrait accélérer la présentation des effets qui sont tirés sur des institutions financières canadiennes et recueillis aux États-Unis. Les effets seront-ils présentés plus vite dans la phase IV? Il est très possible que, après la mise en œuvre de l échange de compensation électronique pour les sous-adhérents ou les succursales des adhérents qui se trouvent loin du centre régional de traitement, le délai d expédition de l effet au centre de traitement puis d échange de l effet avec l adhérent destinataire soit plus court. Y aura-t-il des incidences sur les délais de retour dans la phase IV? Il est important de souligner que le délai dans lequel le tiré doit enclencher un retour ne sera ni plus court ni plus long dans l environnement électronique que dans l environnement d aujourd hui. Bien que Page 16

17 l échange d images puisse abréger la durée globale du trajet entre la succursale de négociation et le tiré pour la présentation, le délai dont dispose le tiré pour prendre la décision de payer ou de ne pas payer après la présentation et enclencher le retour demeure le même. Questions des intervenants et des consommateurs Le cadre de la phase IV couvrira-t-il la télésaisie de dépôts d entreprise ou la saisie de dépôts mobiles? Oui. Ce cadre proposé couvre la prestation de ces types de services par votre institution financière. De fait, la télésaisie des dépôts était également possible dans le cadre pour la phase III. Pour la télésaisie des dépôts dans la phase III, les effets de dépôt saisis pour le compte d un membre par une entreprise devaient être transmis à un centre de traitement où le membre devait créer un document de remplacement d effet compensé (DREC) pour présentation à un tiré. Dans la phase IV, les effets de dépôt saisis pour le compte d un membre par une grande entreprise pourraient également être présentés au tiré par voie électronique, là où les deux adhérents auraient convenu de participer à l ECE. La phase IV changera-t-elle quelque chose à l apparence de mes effets payés? Dans la plupart des cas aujourd hui, les clients et les intervenants reçoivent, en ligne ou avec leurs relevés mensuels, soit des images, soit des imprimés d images de leurs effets payés, le cadre de la phase IV n aura pas d autres incidences. Page 17

Proposition liée à l utilisation des débits intermembres Comprend un cadre de travail proposé pour la correction des erreurs de paiement de facture

Proposition liée à l utilisation des débits intermembres Comprend un cadre de travail proposé pour la correction des erreurs de paiement de facture Proposition liée à l utilisation des débits intermembres Comprend un cadre de travail proposé pour la correction des erreurs de paiement de facture juillet 2012 SOMMAIRE 3 I. CONTEXTE ET PRÉSENTATION 6

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE E2

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE E2 ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE E2 ÉCHANGE D EFFETS DE PAIEMENT EN LIGNE ÉLECTRONIQUE AUX FINS DE LA COMPENSATION ET DU RÈGLEMENT 2013 ASSOCIATION CANADIENNE DES

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION LE MANUEL DES RÈGLES DE L ACP INTRODUCTION

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION LE MANUEL DES RÈGLES DE L ACP INTRODUCTION ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION LE MANUEL DES RÈGLES DE L ACP INTRODUCTION 2015 CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION 2015 ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS Cette règle est

Plus en détail

Entreprises: Paiement par chèque

Entreprises: Paiement par chèque Entreprises: Paiement par chèque Avec l évolution de l économie numérique du Canada, de nombreuses entreprises canadiennes examinent leurs processus de paiement, envisageant faire la transition des paiements

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION NORME 012 NORME DE SÉCURITÉ DES IMAGES

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION NORME 012 NORME DE SÉCURITÉ DES IMAGES ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION NORME 012 NORME DE SÉCURITÉ DES IMAGES 2013 ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS 2013 CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION Cette règle est protégée

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE G12

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE G12 ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE G12 PROCÉDURES APPLICABLES AUX EFFETS DE PAIEMENT PAR DÉPÔT` DIRECT DE TRAVAUX PUBLICS ET SERVICES GOUVERNMENTAUX CANADA (TPSGC)

Plus en détail

RETENUE DE FONDS SUR LES CHÈQUES :

RETENUE DE FONDS SUR LES CHÈQUES : Canadian Payments Association Association canadienne des paiements 1212-50 O Connor Ottawa, Ontario K1P 6L2 (613) 238-4173 Fax: (613) 233-3385 RETENUE DE FONDS SUR LES CHÈQUES : Une question de gestion

Plus en détail

Financement mondial IBM Lettre aux directeurs. Solutions IBM prises en charge par Financement mondial IBM

Financement mondial IBM Lettre aux directeurs. Solutions IBM prises en charge par Financement mondial IBM Financement mondial IBM Lettre aux directeurs Solutions IBM prises en charge par Financement mondial IBM Vous connaissez peut-être IBM en tant que fournisseur majeur de solutions technologiques et de solutions

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE B2 PRÉPARATION MANUELLE DES RELEVÉS DE COMPENSATION

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE B2 PRÉPARATION MANUELLE DES RELEVÉS DE COMPENSATION ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE B2 PRÉPARATION MANUELLE DES RELEVÉS DE COMPENSATION 2013 CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION 2013 ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE E3 RÈGLES APPLICABLES AUX OPÉRATIONS D ÉCHANGE DE DONNÉES INFORMATISÉES (EDI)

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE E3 RÈGLES APPLICABLES AUX OPÉRATIONS D ÉCHANGE DE DONNÉES INFORMATISÉES (EDI) ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE E3 RÈGLES APPLICABLES AUX OPÉRATIONS D ÉCHANGE DE DONNÉES INFORMATISÉES (EDI) 2015 CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION 2015 ASSOCIATION

Plus en détail

Obligations à prime du Canada Titres avec certificat (formulaire CPB-15)

Obligations à prime du Canada Titres avec certificat (formulaire CPB-15) Obligations à prime du Canada Titres avec certificat (formulaire CPB-15) Livraison des certificats Table des matières Généralités... 1 Étapes de livraison... 1 Relevés... 1 Sommaire du contrôle du traitement

Plus en détail

DÉBIT PAR LE SYSTÈME AUTOMATISÉ DE COMPENSATION ET DE RÈGLEMENT (SACR)

DÉBIT PAR LE SYSTÈME AUTOMATISÉ DE COMPENSATION ET DE RÈGLEMENT (SACR) DÉBIT PAR LE SYSTÈME AUTOMATISÉ DE COMPENSATION ET DE RÈGLEMENT (SACR) 28 212 23 27 1998 22 1993 1997 1988 1992 1983 1987 Nota: Toutes les références au volume d'effets de paiement sur ces pages sont basées

Plus en détail

QUESTIONS ET RÉPONSES RELATIVES À LA CRÉATION D UN RÉGIME MONDIAL D ASSURANCE AÉRONAUTIQUE POUR LES RISQUES DE GUERRE

QUESTIONS ET RÉPONSES RELATIVES À LA CRÉATION D UN RÉGIME MONDIAL D ASSURANCE AÉRONAUTIQUE POUR LES RISQUES DE GUERRE QUESTIONS ET RÉPONSES RELATIVES À LA CRÉATION D UN RÉGIME MONDIAL D ASSURANCE AÉRONAUTIQUE POUR LES RISQUES DE GUERRE Note. Le présent document a pour objectif de fournir, sous forme de questions et réponses,

Plus en détail

Pour toutes questions concernant votre soumission, veuillez lire cette foire aux questions :

Pour toutes questions concernant votre soumission, veuillez lire cette foire aux questions : Pour toutes questions concernant votre soumission, veuillez lire cette foire aux questions : Qui est The Hunt Group? Avant de soumettre Si votre soumission exige un CUP Si vous avez déjà envoyé votre soumission

Plus en détail

Service de dépôts directs ACH (SDP)

Service de dépôts directs ACH (SDP) Service de dépôts directs ACH (SDP) Association canadienne des paiements Description des fichiers de crédit de format ACP-005 Version 9 Septembre 2013 Banque Royale du Canada 2013 : Tous droits réservés.

Plus en détail

FedEx Ship Manager. Guide de l utilisateur. Solutions de surface FedEx International DirectDistribution. FedEx Transborder Distribution

FedEx Ship Manager. Guide de l utilisateur. Solutions de surface FedEx International DirectDistribution. FedEx Transborder Distribution FedEx Ship Manager MC FedEx Transborder Distribution MD Solutions de surface FedEx International DirectDistribution MD Guide de l utilisateur Table des matières FedEx Transborder Distribution MD Solutions

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE G3 RĖGLES CONCERNANT LE RACHAT DES EFFETS PAPIER DU GOUVERNEMENT DU CANADA

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE G3 RĖGLES CONCERNANT LE RACHAT DES EFFETS PAPIER DU GOUVERNEMENT DU CANADA ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE G3 RĖGLES CONCERNANT LE RACHAT DES EFFETS PAPIER DU GOUVERNEMENT DU CANADA 2013 CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION 2013 ASSOCIATION CANADIENNE

Plus en détail

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa.

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. L interchange Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. Il n y a pas si longtemps, les consommateurs n avaient d autre choix que d utiliser

Plus en détail

Guide pour le traitement des affaires nouvelles d assurance individuelle

Guide pour le traitement des affaires nouvelles d assurance individuelle Guide du processus Guide pour le traitement des affaires nouvelles d assurance individuelle Assurance-vie Assurance contre le risque de maladie grave Assurance invalidité De la soumission de la proposition

Plus en détail

Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada. Document de travail

Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada. Document de travail Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada Document de travail le 27 août 2001 2 Introduction Un certain nombre de mesures

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE B10 REPÉRAGE ET CORRECTION DES ERREURS UTILISATION DE PHOTOCOPIES

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE B10 REPÉRAGE ET CORRECTION DES ERREURS UTILISATION DE PHOTOCOPIES ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE B10 REPÉRAGE ET CORRECTION DES ERREURS ET UTILISATION DE PHOTOCOPIES 2013 ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS 2013 CANADIAN PAYMENTS

Plus en détail

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Introduction 35 FINANCEMENT D ENTREPRISES ET Appels publics à l épargne et placements privés 37 Fusions et acquisitions 41 Par Ian Michael et Benjamin Silver INTRODUCTION Financement d entreprises et fusions

Plus en détail

Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011. Rapport de vérification interne

Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011. Rapport de vérification interne Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011 Rapport de vérification interne Octobre 2011 TABLE DES MATIÈRES 1.0 INTRODUCTION... 3 1.1 CONTEXTE... 3 1.2 ÉVALUATION

Plus en détail

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Introduction Une norme de pratique est une instruction sur le comportement attendu de l actuaire évoluant dans un contexte

Plus en détail

Barème de frais des produits et services

Barème de frais des produits et services Barème de frais des produits et services Le 4 mai 2015 Barème de frais des produits et services Sommaire Comptes bancaires 4 Compte de chèques 4 Compte Mérite 6 Compte Élan 7 Compte Épargne Privilège 8

Plus en détail

Guide pour le traitement des affaires nouvelles d assurance individuelle

Guide pour le traitement des affaires nouvelles d assurance individuelle Guide du processus Guide pour le traitement des affaires nouvelles d assurance individuelle Assurance-vie Assurance contre les maladies graves Assurance invalidité De la soumission de la proposition à

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE H3 CORRECTION D ERREUR DE PAIEMENT DE FACTURE ÉLECTRONIQUE

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE H3 CORRECTION D ERREUR DE PAIEMENT DE FACTURE ÉLECTRONIQUE ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE H3 CORRECTION D ERREUR DE PAIEMENT DE FACTURE ÉLECTRONIQUE 2013 CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION 2013 ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS

Plus en détail

GUIDE DU DEMANDEUR. Projets d initiatives structurantes en technologies efficaces PISTE. Hydro-Québec, vol. 3, n o 1. Septembre 2013 2013G1309F

GUIDE DU DEMANDEUR. Projets d initiatives structurantes en technologies efficaces PISTE. Hydro-Québec, vol. 3, n o 1. Septembre 2013 2013G1309F GUIDE DU DEMANDEUR Projets d initiatives structurantes en technologies efficaces PISTE Hydro-Québec, vol. 3, n o 1 Septembre 2013 2013G1309F Table des matières Avant-propos... 3 Introduction... 4 Section

Plus en détail

Guide du test de l industrie

Guide du test de l industrie Numéro de la version : 2.3 Date de la version : Novembre 2011 Historique des versions du document Version Date Description 1.0 Le 3 septembre 2008 Version initiale 1.0 Le 6 octobre 2008 Version finale

Plus en détail

Bureau du vérificateur général. Vérification du processus de planification des activités du Bureau des objets perdus d OC Transpo.

Bureau du vérificateur général. Vérification du processus de planification des activités du Bureau des objets perdus d OC Transpo. Bureau du vérificateur général Vérification du processus de planification des activités du Bureau des objets perdus d OC Transpo Résumé Déposé devant le Comité de la vérification - le 12 mars 2015 Cette

Plus en détail

Établir les fondements pour les paiements mobiles au point de service Préparé par L ACP Le 10 février 2011

Établir les fondements pour les paiements mobiles au point de service Préparé par L ACP Le 10 février 2011 Amélioration du cadre de l ACP pour les paiements de débit PS sans NIP Établir les fondements pour les paiements mobiles au point de service Préparé par L ACP Le 10 février 2011 Table des matières Copyright

Plus en détail

Projet de modification de la définition d'«ordre dispensé de la mention à découvert»

Projet de modification de la définition d'«ordre dispensé de la mention à découvert» Avis sur les règles Appel à commentaires RUIM Date limite pour les commentaires: le 14 septembre 2015 Destinataires à l interne : Affaires juridiques et conformité Haute direction Institutions Pupitre

Plus en détail

AccèsD Affaires : Service d imagerie des chèques

AccèsD Affaires : Service d imagerie des chèques w00 AccèsD Affaires : L imagerie des chèques Qui est admissible? Sont admissibles à l imagerie des chèques les entreprises ou travailleurs autonomes qui possèdent un ordinateur et une connexion Internet

Plus en détail

Le budget 2014 réserve bien peu de surprises

Le budget 2014 réserve bien peu de surprises Le budget 2014 réserve bien peu de surprises Février 2014 Introduction Le 11 février 2014, le ministre des Finances, Jim Flaherty, a déposé son dixième budget fédéral et celui-ci ne prévoit aucune hausse

Plus en détail

Orientations pour la gestion documentaire des courriels au gouvernement du Québec

Orientations pour la gestion documentaire des courriels au gouvernement du Québec Orientations pour la gestion documentaire des courriels au gouvernement du Québec Janvier 2009 Dépôt légal Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2010 ISBN : 978-2-550-59635-6 Table des matières

Plus en détail

Processus de demande d interprétation de crédit LEED Canada

Processus de demande d interprétation de crédit LEED Canada Processus de demande d interprétation de crédit LEED Canada Pour les projets LEED Canada NC, NE, CI et BE : E&E Version 3, mise à jour le 6 février 2013 Préface Le présent document a été conçu pour fournir

Plus en détail

Le gouvernement fédéral publie la version finale de son règlement sur les pensions

Le gouvernement fédéral publie la version finale de son règlement sur les pensions 2 avril 2015 Le gouvernement fédéral publie la version finale de son règlement sur les pensions L e 25 mars 2015, le gouvernement fédéral a publié son Règlement modifiant certains règlements sur les pensions

Plus en détail

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Financement d entreprise et fusions et acquisitions 27 FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Le Canada est doté de marchés financiers bien développés et très évolués. Les principales sources

Plus en détail

Note de service. Processus officiel d adoption des normes de pratique Date limite pour commentaires : Le 30 avril 2007 Document 207024

Note de service. Processus officiel d adoption des normes de pratique Date limite pour commentaires : Le 30 avril 2007 Document 207024 Note de service À : De : Tous les Fellows, affiliés, associés et correspondants de l Institut canadien des actuaires Geoff Guy, président Conseil des normes actuarielles Date : Le 29 mars 2007 Objet :

Plus en détail

Les paiements de détail : enjeux stratégiques

Les paiements de détail : enjeux stratégiques Les paiements de détail : enjeux stratégiques Sean O Connor L e système de paiement des transactions de détail joue un rôle crucial dans l activité commerciale au Canada. Grosso modo, ce système regroupe

Plus en détail

Projet des affaires électroniques Vérification du système en développement 2004 Réponses de la gestion (plans d action)

Projet des affaires électroniques Vérification du système en développement 2004 Réponses de la gestion (plans d action) Réponses de la gestion préparées par : Christiane Villemure, directrice de l Initiative des En date du : 14 juin 2004 Suivi des évaluations antérieures 3.1 Vérification de suivi de l Initiative des Septembre

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION NORME 012 NORME DE SÉCURITÉ DES IMAGES

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION NORME 012 NORME DE SÉCURITÉ DES IMAGES ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION Annexe II NORME 012 NORME DE SÉCURITÉ DES IMAGES 2010 ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS 2010 CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION Cette règle

Plus en détail

Vérification des procédures en fin d exercice

Vérification des procédures en fin d exercice Vérification des procédures en fin d exercice DIVERSIFICATION DE L ÉCONOMIE DE L OUEST CANADA Direction générale de la vérification et de l évaluation Décembre 2011 Table des matières 1.0 Résumé 1 2.0

Plus en détail

Paiement de factures aux entreprises créancières RBC Guide du client

Paiement de factures aux entreprises créancières RBC Guide du client Paiement de factures aux entreprises créancières RBC Guide du client Dernières mises à jour : aout 2014 Personnel et confidentiel Ce document contient des renseignements confidentiels et exclusifs, ainsi

Plus en détail

a) Objectif b) Contexte c) Vue d ensemble sommaire des lignes directrices

a) Objectif b) Contexte c) Vue d ensemble sommaire des lignes directrices Lignes directrices pour les produits de débit préprovisionnés permis en vertu de la Politique de l ACP sur le règlement indirect INTRODUCTION a) Objectif Conformément à son Plan stratégique 2008-2012,

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION PROCÉDURES À SUIVRE PAR LES ADHÉRENTS

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION PROCÉDURES À SUIVRE PAR LES ADHÉRENTS ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION PROCÉDURES À SUIVRE PAR LES ADHÉRENTS SYSTÈME AUTOMATISÉ DE COMPENSATION ET DE RÈGLEMENT (SACR) BALANCE ET RÈGLEMENT MANUELS EN CAS DE

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS RÈGLE 1 DU STPGV DÉFINITIONS

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS RÈGLE 1 DU STPGV DÉFINITIONS 1P P mars P juin P février ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS RÈGLE 1 DU STPGV DÉFINITIONS STPGV Règle 1, décembre 1998: révisée octobre 2000, le 30 juillet 2001, le 4 octobre 2001, le 19 novembre 2001

Plus en détail

4.08 Taxes sur l essence, sur les carburants et sur le tabac

4.08 Taxes sur l essence, sur les carburants et sur le tabac MINISTÈRE DES FINANCES 4.08 Taxes sur l essence, sur les carburants et sur le tabac (Suivi de la section 3.08 du Rapport annuel 2001) CONTEXTE Pour l exercice 2002-2003, le ministère a perçu un montant

Plus en détail

Chapitre 1 : Vérification des heures supplémentaires

Chapitre 1 : Vérification des heures supplémentaires Chapitre 1 : Vérification des heures supplémentaires Besoin d une gestion plus serrée des heures supplémentaires Ottawa, le 2 mai 2006 La Ville d Ottawa devrait mettre en place une série de mesures dans

Plus en détail

Accélère la transition vers un environnement électronique. Gestion complète et intégrée des documents physiques et électroniques

Accélère la transition vers un environnement électronique. Gestion complète et intégrée des documents physiques et électroniques SOLUTIONS DE GESTION DE DOCUMENTS Accélère la transition vers un environnement électronique Gestion complète et intégrée des documents physiques et électroniques Entreposez, protégez et gérez vos documents

Plus en détail

Vérification des contrats et processus propres au Service du parc automobile. Déposé devant le Comité de la vérification le 12 mars 2015

Vérification des contrats et processus propres au Service du parc automobile. Déposé devant le Comité de la vérification le 12 mars 2015 Bureau du vérificateur général Vérification des contrats et processus propres Résumé Déposé devant le Comité de la vérification le 12 mars 2015 Cette page a été intentionnellement laissée en blanc. Vérification

Plus en détail

Obligations à prime du Canada Titres avec certificat (formulaire CPB-12) Achats avec certificat Table des matières

Obligations à prime du Canada Titres avec certificat (formulaire CPB-12) Achats avec certificat Table des matières Obligations à prime du Canada Titres avec certificat (formulaire CPB-12) Achats avec certificat Table des matières Généralités... 1 Conservation des documents... 1 Types de formulaires de souscription...

Plus en détail

La Corporation Cadillac Fairview Limitée

La Corporation Cadillac Fairview Limitée La Corporation Cadillac Fairview Limitée Plan d accessibilité pluriannuel 2012-2016 Conformément au Règl. de l Ont. 191/11 Y compris les normes d accessibilité pour l information et les communications

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE A3 ENDOSSEMENT ET IDENTIFICATION DES EFFETS PAPIER

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE A3 ENDOSSEMENT ET IDENTIFICATION DES EFFETS PAPIER ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE A3 ENDOSSEMENT ET IDENTIFICATION DES EFFETS PAPIER 2013 ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS 2013 CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION

Plus en détail

Directives du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées - directives pour le soutien de l'emploi

Directives du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées - directives pour le soutien de l'emploi Directives du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées - directives pour le soutien de l'emploi 5.1 Financement du soutien de l emploi Sommaire de la directive Décrire le cadre de financement

Plus en détail

Le monde des paiements Deuxième partie

Le monde des paiements Deuxième partie Le monde des paiements Deuxième partie Par KAREN A. HORCHER, CGA, CFA Le présent article est le deuxième d une série de trois sur le monde des paiements que M me Horcher signe dans le Reper. Cadre général

Plus en détail

Directives destinées aux dépositaires

Directives destinées aux dépositaires Directives destinées aux dépositaires pour évaluer leur conformité avec la Loi sur l accès et la protection en matière de renseignements personnels sur la santé (LAPRPS) Le présent document vise à aider

Plus en détail

Guide au remboursement anticipé du prêt hypothécaire

Guide au remboursement anticipé du prêt hypothécaire Guide au remboursement anticipé du prêt Ce guide vous aidera à prendre connaissance des options de remboursement anticipé qui s offrent à vous et à choisir la solution la mieux adaptée à vos besoins. Comprendre

Plus en détail

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Les répercussions pour le secteur des logiciels et des services infonuagiques Novembre 2014 L International Accounting Standards Board (IASB)

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS - PÉRIODE SUIVANT LA LEVÉE DES RÉGIMES DE PROTECTION (en vigueur à compter du 7 janvier 2011)

FOIRE AUX QUESTIONS - PÉRIODE SUIVANT LA LEVÉE DES RÉGIMES DE PROTECTION (en vigueur à compter du 7 janvier 2011) FOIRE AUX QUESTIONS - PÉRIODE SUIVANT LA LEVÉE DES RÉGIMES DE PROTECTION (en vigueur à compter du 7 janvier 2011) I. QUESTIONS D ORDRE GÉNÉRAL 1. Quand le plan de réorganisation a-t-il été confirmé? Le

Plus en détail

Dans la série «Fonds de roulement» de Deloitte. Mettez votre fonds de roulement au travail! Stratégies d optimisation des comptes fournisseurs

Dans la série «Fonds de roulement» de Deloitte. Mettez votre fonds de roulement au travail! Stratégies d optimisation des comptes fournisseurs Dans la série «Fonds de roulement» de Deloitte Mettez votre fonds de roulement au travail! Stratégies d optimisation des comptes fournisseurs Dans la série «Fonds de roulement» Stratégies d optimisation

Plus en détail

LANCEMENT D UN PROGRAMME DE FORMATION DE NOUVEAUX NÉGOCIATEURS APPEL DE CANDIDATURES

LANCEMENT D UN PROGRAMME DE FORMATION DE NOUVEAUX NÉGOCIATEURS APPEL DE CANDIDATURES Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE 108-15 Le 11 septembre 2015

Plus en détail

Tout sur les chèques Ce que vous devez savoir

Tout sur les chèques Ce que vous devez savoir 03 Tout sur les chèques Ce que vous devez savoir Plusieurs banques au Canada offrent désormais le service de dépôt de chèque mobile. Le Canada dispose de l un des systèmes de compensation des chèques les

Plus en détail

ENSEMBLE DE CRÉDITS POUR LES PROPRIÉTAIRES D UN VÉHICULE TDI DE 2,0 L

ENSEMBLE DE CRÉDITS POUR LES PROPRIÉTAIRES D UN VÉHICULE TDI DE 2,0 L ENSEMBLE DE CRÉDITS POUR LES PROPRIÉTAIRES D UN VÉHICULE TDI DE 2,0 L FAQ À L USAGE DES CONSOMMATEURS Renseignements généraux et critères d admissibilité 1. En quoi consiste l ensemble de crédits pour

Plus en détail

Régime de réinvestissement de dividendes et d achat d actions pour les actionnaires

Régime de réinvestissement de dividendes et d achat d actions pour les actionnaires Notice d offre Régime de réinvestissement de dividendes et d achat d actions pour les actionnaires Septembre 1999 Imprimé au Canada BCE Inc. Notice d offre Actions ordinaires Régime de réinvestissement

Plus en détail

Traitement de Visa Débit

Traitement de Visa Débit Traitement de Visa Débit Information à l intention des marchands sur le traitement des transactions du commerce électronique et des commandes par téléphone Table des matières À propos de ce guide 3 Procédures

Plus en détail

PROJET DE LOI 27 DU NOUVEAU BRUNSWICK LOI SUR L ASSURANCE MÉDICAMENTS SUR ORDONNANCE ET MÉDICAMENTS ONÉREUX

PROJET DE LOI 27 DU NOUVEAU BRUNSWICK LOI SUR L ASSURANCE MÉDICAMENTS SUR ORDONNANCE ET MÉDICAMENTS ONÉREUX Le 16 décembre 2013 PROJET DE LOI 27 DU NOUVEAU BRUNSWICK LOI SUR L ASSURANCE MÉDICAMENTS SUR ORDONNANCE ET MÉDICAMENTS ONÉREUX Le 10 décembre 2013, le projet de loi 27, la Loi sur l assurance médicaments

Plus en détail

Avis sur les règles Avis d approbation/de mise en œuvre. Sommaire

Avis sur les règles Avis d approbation/de mise en œuvre. Sommaire Avis sur les règles Avis d approbation/de mise en œuvre Règles des courtiers membres Personne-ressource : Answerd Ramcharan Chef de l information financière Politique de réglementation des membres 416

Plus en détail

Livret du participant au régime de retraite du personnel enseignant à temps partiel de l Université d Ottawa

Livret du participant au régime de retraite du personnel enseignant à temps partiel de l Université d Ottawa Livret du participant au régime de retraite du personnel enseignant à temps partiel de l Université d Ottawa Numéro de contrat : 34060 Tous les employés de l unité de négociation Ontario Table des matières

Plus en détail

Étude d impact quantitative No 3 Risque de crédit - Instructions

Étude d impact quantitative No 3 Risque de crédit - Instructions Étude d impact quantitative No 3 Risque de crédit - Instructions Nous vous remercions de votre participation à cette étude d impact quantitative (EIQt n o 3), qui a pour but de recueillir de l information

Plus en détail

PROGRAMME DE TRANSPORT. Guide pour remplir la formule de remboursement des frais d essence

PROGRAMME DE TRANSPORT. Guide pour remplir la formule de remboursement des frais d essence PROGRAMME DE TRANSPORT Guide pour remplir la formule de remboursement des frais d essence Pour aider les chauffeurs à soumettre leurs formules de remboursement des frais d essence, ce guide fournit : Une

Plus en détail

Guide du test de l industrie

Guide du test de l industrie Système du Programme canadien pour l épargneinvalidité Numéro de la version : 3.1 Date de la version : Juin 2013 Historique des versions du document Version Date Description 1.0 Le 3 septembre 2008 Version

Plus en détail

Politique réglementaire de radiodiffusion CRTC 2014-473

Politique réglementaire de radiodiffusion CRTC 2014-473 Politique réglementaire de radiodiffusion CRTC 2014-473 Version PDF Référence au processus : 2014-79 Ottawa, le 12 septembre 2014 Modifications à divers règlements Obligations de non-divulgation et de

Plus en détail

Bureau du directeur général des élections

Bureau du directeur général des élections Chapitre 4 Section 4.10 Bureau du directeur général des élections Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2005 Chapitre 4 Section 4.10 Contexte Connu sous

Plus en détail

SERVICES EN LIGNE DES SUBVENTIONS ET CONTRIBUTIONS

SERVICES EN LIGNE DES SUBVENTIONS ET CONTRIBUTIONS SERVICES EN LIGNE DES SUBVENTIONS ET CONTRIBUTIONS GUIDE DE L UTILISATEUR (DEMANDES ET PROJETS) AVRIL 2014 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 4 Le saviez-vous?... 4 Les SELSC comportent trois modules :...

Plus en détail

Tarification. Compte de transaction GÉRER. Compte Travailleurs autonomes ($ CA) Guide des Solutions bancaires aux travailleurs autonomes

Tarification. Compte de transaction GÉRER. Compte Travailleurs autonomes ($ CA) Guide des Solutions bancaires aux travailleurs autonomes GÉRER TARIFICATION 01 Tarification Guide des Solutions bancaires aux travailleurs autonomes En vigueur à compter du 29 juillet 2013 Vous cherchez plus que jamais des services bancaires adaptés à vos besoins

Plus en détail

Services de dépôt et de compensation CDS inc. (la «CDS») Modifications importantes aux Règles de la CDS Institutions financières

Services de dépôt et de compensation CDS inc. (la «CDS») Modifications importantes aux Règles de la CDS Institutions financières Services de dépôt et de compensation CDS inc. (la «CDS») Modifications importantes aux Règles de la CDS Institutions financières L'Autorité des marchés financiers publie le projet, déposé par la CDS, de

Plus en détail

D ACTION L A N. Plan d action. sur les infrastructures essentielles

D ACTION L A N. Plan d action. sur les infrastructures essentielles D ACTION L A N Plan d action sur les infrastructures essentielles Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2009 No de cat. : PS4-66/2009F-PDF ISBN : 978-1-100-90319-4 Imprimé au Canada Table des matières

Plus en détail

Acceptation de Visa Débit par les marchands du commerce électronique. Foire aux questions et schéma de procédé

Acceptation de Visa Débit par les marchands du commerce électronique. Foire aux questions et schéma de procédé Acceptation de Visa Débit par les marchands du commerce électronique Foire aux questions et schéma de procédé Table des matières Visa Débit. La commodité du débit. La sécurité de Visa. 3 La valeur de Visa

Plus en détail

Guide de renouvellement de l adhésion aux options d assurance collective des membres de l APUO En vigueur du 1 er mai 2012 au 31 décembre 2013

Guide de renouvellement de l adhésion aux options d assurance collective des membres de l APUO En vigueur du 1 er mai 2012 au 31 décembre 2013 ASSURANCE-MALADIE COMPLÉMENTAIRE ET ASSURANCE DENTAIRE Avril 2012 Guide de renouvellement de l adhésion aux options d assurance collective des membres de l APUO En vigueur du 1 er mai 2012 au 31 décembre

Plus en détail

Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers.

Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers. GUIDE DE PRÉSENTATION D UNE DEMANDE DE CONSTITUTION D UNE COMPAGNIE D ASSURANCE À CHARTE QUÉBÉCOISE Mars 2008 Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité

Plus en détail

Programme d innovation en matière de bioproduits agricoles (PIBA) Foire aux questions (v. 1)

Programme d innovation en matière de bioproduits agricoles (PIBA) Foire aux questions (v. 1) Programme d innovation en matière de bioproduits agricoles (PIBA) Foire aux questions (v. 1) Table des matières : Comment puis-je obtenir la documentation sur le programme?... 2 Quels types de fonds sont

Plus en détail

NOTES EXPLICATIVES PROPOSITIONS LÉGISLATIVES CONCERNANT LES OPÉRATIONS DE TRANSFERT DE SOCIÉTÉS ÉTRANGÈRES AFFILIÉES. Loi de l impôt sur le revenu

NOTES EXPLICATIVES PROPOSITIONS LÉGISLATIVES CONCERNANT LES OPÉRATIONS DE TRANSFERT DE SOCIÉTÉS ÉTRANGÈRES AFFILIÉES. Loi de l impôt sur le revenu Article 1 NOTES EXPLICATIVES PROPOSITIONS LÉGISLATIVES CONCERNANT LES OPÉRATIONS DE TRANSFERT DE SOCIÉTÉS ÉTRANGÈRES AFFILIÉES Capitalisation restreinte 18(5) Loi de l impôt sur le revenu Le paragraphe

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE H1 DÉBITS PRÉAUTORISÉS (DPA)

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE H1 DÉBITS PRÉAUTORISÉS (DPA) ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE H1 DÉBITS PRÉAUTORISÉS (DPA) 2010 ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS 2010 CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION Cette règle est protégée

Plus en détail

Comprendre les conséquences de la fraude et de l abus sur votre régime d assurance collective

Comprendre les conséquences de la fraude et de l abus sur votre régime d assurance collective ASSURANCE COLLECTIVE Comprendre les conséquences de la fraude et de l abus sur votre régime d assurance collective Travaillons ensemble pour les prévenir La fraude et l abus ont une forte incidence sur

Plus en détail

Prêts investissement et prêts REER Processus de demande sur EASE. Réservé aux conseillers à titre d information

Prêts investissement et prêts REER Processus de demande sur EASE. Réservé aux conseillers à titre d information Prêts investissement et prêts REER Processus de demande sur EASE Réservé aux conseillers à titre d information Processus de demande sur EASE À B2B Banque, nous savons à quel point il est important de fournir

Plus en détail

PROGRAMME INCITATIF POUR LES FIRMES DE NÉGOCIATION POUR COMPTE PROPRE DU QUÉBEC. Termes et conditions et formulaires d inscription

PROGRAMME INCITATIF POUR LES FIRMES DE NÉGOCIATION POUR COMPTE PROPRE DU QUÉBEC. Termes et conditions et formulaires d inscription PROGRAMME INCITATIF POUR LES FIRMES DE NÉGOCIATION POUR COMPTE PROPRE DU QUÉBEC Termes et conditions et formulaires d inscription 1. APERÇU Le programme incitatif pour les firmes de négociation pour compte

Plus en détail

AUTORISATION PRÉALABLE

AUTORISATION PRÉALABLE ADMINISTRATEUR DU RÉGIME PROGRAMME DE MÉDICAMENTS À AUTORISATION PRÉALABLE Protéger la santé des employés et la santé de votre régime d assurance médicaments Guide pour les administrateurs de régimes d

Plus en détail

Accord d Hébergement Web Mutualisé

Accord d Hébergement Web Mutualisé Les Conditions qui suivent s appliquent aux services d hébergement Web mutualisé et aux services associés de Radiant achetés sur le site Web de Radiant ou sur les sites d autres partenaires. D autres services

Plus en détail

Cadres de gestion des marchés et des dépenses de TI

Cadres de gestion des marchés et des dépenses de TI RAPPORT DE VÉRIFICATION Version définitive Cadres de gestion des marchés et des dépenses de TI Numéro de projet : 80590-59 Table des matières Résumé... 2 Introduction... 4 Contexte... 4 Autorisation...

Plus en détail

SERVICE DES PRIX Bourse John-G.-Diefenbaker 2016. 1 re étape Lisez les lignes directrices pour connaître l objet de la bourse, les candidats et

SERVICE DES PRIX Bourse John-G.-Diefenbaker 2016. 1 re étape Lisez les lignes directrices pour connaître l objet de la bourse, les candidats et LIGNES DIRECTRICES ET FORMULAIRE DE MISE EN CANDIDATURE SERVICE DES PRIX Bourse John-G.-Diefenbaker 2016 Veuillez suivre les trois étapes suivantes pour soumettre une candidature à cette bourse : 1 re

Plus en détail

De nouvelles perspectives pour les paiements canadiens

De nouvelles perspectives pour les paiements canadiens De nouvelles perspectives pour les paiements canadiens Initiative ACP de la norme ISO 20022 pour les paiements - Document de consultation Août 2015 MESSAGE DU PRÉSIDENT ET CHEF DE LA DIRECTION L Association

Plus en détail

Sondage sur le climat. scolaire. Guide d utilisation à l attention des administratrices et des administrateurs

Sondage sur le climat. scolaire. Guide d utilisation à l attention des administratrices et des administrateurs Sondage sur le climat scolaire Guide d utilisation à l attention des administratrices et des administrateurs SONDAGE EN LIGNE Table des matières Introduction...2 Instructions étape par étape à l intention

Plus en détail

Mesures visant l impôt sur le revenu des sociétés

Mesures visant l impôt sur le revenu des sociétés Mesures visant l impôt sur le revenu des sociétés Taux d imposition des petites entreprises À l heure actuelle, la déduction accordée aux petites entreprises a pour effet d abaisser à 11 % le taux de l

Plus en détail

GUIDE DE PRÉSENTATION D UNE DEMANDE INITIALE DE PERMIS D ASSUREUR À CHARTE AUTRE QUE QUÉBÉCOISE

GUIDE DE PRÉSENTATION D UNE DEMANDE INITIALE DE PERMIS D ASSUREUR À CHARTE AUTRE QUE QUÉBÉCOISE GUIDE DE PRÉSENTATION D UNE DEMANDE INITIALE DE PERMIS D ASSUREUR À CHARTE AUTRE QUE QUÉBÉCOISE Mars 2008 Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité

Plus en détail

II Simplification et rationalisation OUI NON S.O.

II Simplification et rationalisation OUI NON S.O. Liste de vérification de la Lentille des petites entreprises 1. Nom de l organisme de réglementation responsable : 2. Titre de la proposition de réglementation (doit correspondre au titre du REIR) : 3.

Plus en détail

Formulaire d'opérations automatiques

Formulaire d'opérations automatiques Formulaire d'opérations automatiques Veuillez choisir la ou les options dont vous souhaitez convenir. Le montant total minimum pour chaque transaction automatique est de 100 $ 1 Veuillez préciser le type

Plus en détail

Planificateur de production de publipostage

Planificateur de production de publipostage www.postescanada.ca Postes Canada Planificateur de production de publipostage Des conseils utiles pour vous aider à économiser du temps et à réaliser votre prochaine campagne de publipostage. Utilisez

Plus en détail

Réglementation des jeux de casino

Réglementation des jeux de casino Chapitre 4 Section 4.01 Commission des alcools et des jeux de l Ontario Réglementation des jeux de casino Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.01 du Rapport annuel 2010 Contexte

Plus en détail