Journées Simulation Numérique Quinzième édition. Jeudi 11 juin et Vendredi 12 juin 2009 CAMPUS BOUCICAUT BÂTIMENT 10

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Journées Simulation Numérique Quinzième édition. Jeudi 11 juin et Vendredi 12 juin 2009 CAMPUS BOUCICAUT BÂTIMENT 10"

Transcription

1 Université Pierre et Marie Curie-Paris 6 Université Denis Diderot-Paris 7 Journées Simulation Numérique Quinzième édition Jeudi 11 juin et Vendredi 12 juin 2009 CAMPUS BOUCICAUT 140 rue de Lourmel, Paris BÂTIMENT 10

2 La formule des Journées a été définie en 1995 et n a pratiquement pas changé depuis. Le but était de créer une structure minimaliste mais opérationnelle, permettant à tous, seniors comme thésards, d exposer leurs travaux. Trois principes nous avaient guidés : 1 o une séance posters digne de ce nom, 2 o la non-hiérarchisation des exposés : une demi-heure pour tout le monde, 3 o un appel à contributions aussi large que possible sans conférence invitée afin de limiter les effets de notoriété. Depuis, d année en année, la formule est reconduite car d une part elle semble donner satisfaction et de l autre, sa logistique légère est une condition de sa pérennité. Rappelons, en effet, une fois de plus, que nous dépendons, pour l organisation des Journées, des propositions de contributions de tous les participants. En effet, ce sont les contributions que vous proposez qui en constituent la matière ; sans cela, pas de Journées : merci donc aux participants pour les réponses aux appels que nous avons faits, c est la condition de la poursuite de cette entreprise. La séance d affiches, volontairement longue, a pour but de favoriser les prises de contact et les discussions. Nous souhaitons que chacun puisse trouver le temps de montrer son travail et de voir celui des autres. Nous remercions les universités Pierre et Marie Curie-Paris 6 et Denis Diderot-Paris 7 pour le soutien apporté. Organisation : Ph. Depondt (INSP), F. Finocchi (INSP), M. Hayoun (LSI), J-P. Lemaistre (INSP), J-C.S. Lévy (MPQ). Contact : Ph. Depondt, INSP, Université Pierre et Marie Curie, 140 rue de Lourmel Paris Tel : , Voir notre site Web :http ://www.insp.jussieu.fr/jsnum

3 JEUDI 11 JUIN h00 Accueil et introduction 9h30 BACHELLERIE Damien Etude de la dynamique de formation de l hydrogène moléculaire sur des grains carbonés du milieu interstellaire 10h00 ANTOSHCHENKOVA Ekaterina Modélisation à l échelle atomique de la croissance homoépitaxiale de l oxyde de magnésium. 10h30 ILES Nadia Stabilité thermodynamique des reconstructions de surface de certaines perovskites ABO 3 à partir des calculs ab-initio 11h00 Pause 11h30 CAZADE Pierre-André Confinement d une solution ionique dans une membrane de nanofiltration. 12h00 VALDES Laurent-Charles Effets de mélange dans les verres modèles de Lennard-Jones. 12h30 DEJEUNER 14h00 LEVY Jean-Claude Rigidité atomique des métaux : un paramètre déterminant pour les nanostructures. 14h30 BETRANHANDY Emmanuel Etude ab initio de carbures de bore icosaédriques sous conditions extrêmes. 15h00 WEISSKER Hansi Effets de température et d alliage dans des nanocristaux de semiconducteurs. 15h30 16h00 Présentation orale des affiches SEANCES AFFICHES VENDREDI 12 JUIN h30 BONNAUD Patrick Le gel d un film moléculaire ou électrolytique à la surface d un mésopore. 10h00 ATWI Ali 3D PDF simulations for the dynamics of macromolecular rod like particles in flowing dilute solutions near flat surfaces. 10h30 BRAULT Pascal Diffusion anormale dans les poreux. Etude expérimentale, de modélisation et de simulation. 11h00 Pause 11h30 LENOBLE Laurent Influence des interactions dipolaires sur la susceptibilité alternative d assemblées d agrégats ferromagnétiques. 12h00 COGNET Jean Modélisation mésoscopique et dynamique moléculaire d ADN en épingles à cheveux.

4 Étude de la dynamique de formation de l"hydrogène moléculaire sur des grains carbonés du milieu interstellaire D. Bachellerie Laboratoire des Collisions Atomiques et Moléculaires CNRS UMR 8625 Université Paris-Sud 11 La formation de H 2 dans le milieu interstellaire (MIS), à partir de deux atomes H, est une question essentielle en astrophysique. Cette réaction exothermique est la première étape d"une suite de réactions primordiales pour la physico-chimie. De nombreuses observations spectroscopiques ont permis d identifier la présence de H 2 dans des états rovibrationnellement froid (v 0,1) et en grande quantité. Les processus de recombinaison à 3 corps ne permettent pas d"expliquer cette abondance observée et il est maintenant admis qu il existe une réaction très efficace à la surface de grains de poussières interstellaires. Ces grains sont principalement carbonés et constitués notamment de graphite. Dans les nuages diffus et les régions de photodissociation, le mécanisme de formation est une réaction de catalyse hétérogène de type Eley Rideal, un des atomes étant chimisorbé. Cette réaction n"est cependant pas encore parfaitement comprise. En effet, il est très difficile de réaliser des expériences en laboratoire décrivant correctement les conditions physicochimiques des milieux concernés, ultra-vide et très basse température. Depuis plus de 10 ans des équipes théoriques se sont intéressées aux interactions entre des atomes d"hydrogène et des surfaces de graphite dans des contextes astrophysiques. Ces études ont permis d obtenir 1

5 de nombreuses informations, tel que les puits de chimisorption et de physisorption d un atome d"hydrogène sur le graphite ainsi que des probabilités de réaction pour la formation de H 2 suivant divers mécanismes. Les molécules H 2 obtenues lors de ces études théoriques ont des niveaux vibrationnels très importants (v 8,9) ce qui ne correspond pas aux observations du MIS. Une des hypothèses avancées pour expliquer cette différence est, que les approximations effectuées lors des calculs théoriques ne permettent pas de représenter correctement l"influence de la surface sur la réaction. En effet, les degrés de liberté utilisés dans ces études ont seulement permis de prendre en compte l"intégralité du mouvement des hydrogènes. De récentes études, notamment celles de Morisset et al., ont néanmoins intégré le déplacement d"un atome de carbone de la surface ce qui a permis de mettre en évidence l importance de la surface. Les calculs de Morisset et al. ont aussi démontré que pour certaines énergies, des calculs de dynamique quantique et de dynamique quasi-classique aboutissaient aux mêmes résultats. Pour prendre en compte les degrés de liberté de tous les atomes, nous avons conçu à partir d"un potentiel développé par D.W.Brenner [1], un nouveau potentiel pour modéliser le système graphène-h-h. Ce potentiel de type "Bond-Order" prend en compte l"environnement local de chaque liaison pour décrire l"énergie totale du système. De nombreuses modifications ont été effectuées sur le potentiel initial et des calculs de DFT ont été réalisés afin de correctement paramétrer le nouveau potentiel pour le système graphène-h-h. A l"aide de ce nouveau potentiel multidimensionnel, nous avons réalisé une étude complète de dynamique moléculaire classique de la formation de H 2 sur une surface de graphite lors d"un mécanisme de type Eley-Rideal. Cette étude a dans un premier temps permis de mettre en évidence une nouvelle position pour la chimisorption d"un atome d"hydrogène sur une surface de graphite. Nous avons confirmé par DFT cette nouvelle position. [2] L"étude de dynamique moléculaire a été effectuée pour des énergies de collision d atomes H incidents de 0.015eV à 0.2eV. Nous avons pu en déduire des sections efficaces de réaction et relier directement ces sections à la forme du potentiel. Il a aussi été possible d"obtenir des informations sur l"état rovibrationnel des molécules H 2 formées. En prenant en compte le mouvement de la surface de potentiel, nous obtenons des H 2 dans des états vibrationnels plus froid (v<5,6) que ceux qui étaient obtenus en ne considérant qu un seul atome de carbone. Cela confirme donc notre hypothèse de devoir correctement prendre en compte la surface sur laquelle a lieu la réaction dans les calculs. Références [1] D. W. Brenner, Phys. Rev. B 42, 9458 (1990). [2] D. Bachellerie, M. Sizun, F. Aguillon, D. Teillet-Billy, N. Rougeau, and V. Sidis, Phys.Chem.Chem.Phys 11, 2715 (2009).

6 Modélisation à l'échelle atomique de la croissance homoépitaxiale de l oxyde de magnésium Ekaterina Antoshchenkova (1), Marc Hayoun (1), Fabio Finocchi (2), Grégory Geneste (3) 1 Laboratoire des Solides Irradiés, CEA CNRS UMR 7642 Ecole Polytechnique, Palaiseau Cedex 2 INSP, CNRS UMR 7588, Campus de Boucicaut, 140 rue de Lourmel, Paris 3 Laboratoire SPMS, CNRS UMR 8580, Ecole Centrale Paris, Châtenay-Malabry Les couches minces d'oxydes sont très étudiées en raison de leurs nombreuses applications (catalyse, dispositifs métal-oxyde-semiconducteur, vannes de spin, etc.) ainsi que des propriétés nouvelles auxquelles elles peuvent donner lieu, par exemple la disparition de la ferro-électricité de couches ultra-minces de BaTiO 3 sur substrats para-électriques. Malgré cette richesse de comportements, la maîtrise de leur croissance est encore largement pilotée sur la base de considérations empiriques. Etre à même de simuler de manière réaliste cette croissance représente un défi aux implications technologiques évidentes en termes de contrôle de la fabrication de ces nouveaux dispositifs. Si de nombreux travaux ont été publiés sur les métaux et les semi-conducteurs, en particulier monoatomiques, peu de résultats existent concernant les matériaux binaires en particulier de type oxyde. L'objectif de cette première étape est la simulation réaliste de la croissance de couches d'oxydes métalliques, où MgO représente un matériau prototype. Nous avons choisi de la réaliser en développant un code de Monte Carlo cinétique qui permet d'atteindre des temps et des tailles compatibles avec l expérience. Il s'agit de l'approche de Bortz-Kalos-Lebowitz [1] qui autorise les phénomènes hors d'équilibre et qui présente un pas de temps qui s'adapte automatiquement à l'évolution du système. Le principe général de la méthode est simple à comprendre. À chaque itération, on établit une liste exhaustive des événements i possibles et l'on calcule leur probabilité P i. On utilise alors un nombre pseudo-aléatoire ξ compris entre 0 et 1 et tiré dans une distribution uniforme. La valeur de ce nombre, j 1 P i i=1 j < ξ < P i, permet de choisir l'événement j à réaliser en respectant sa probabilité P j. Et après avoir i=1 mis à jour la liste des événements possibles, on recommence de la même façon à l'itération suivante. Les événements élémentaires et leurs fréquences doivent donc être connus à l'avance, la méthode de Monte Carlo cinétique ne faisant que les utiliser. 0,4 Energie d'activation, ev 0,3 0,2 0,1 0, Distance entre lacunes, Fig. 1. MgO(001) : Energie d activation effective associée à la diffusion des lacunes constituant un défaut de Schottky (lacune Mg + lacune Ox).

7 Le choix des événements élémentaires de la croissance (qui sont des processus thermiquement activés) et des paramètres correspondants (barrières énergétiques notamment) conditionne directement la qualité des simulations. Ces paramètres d'entrée ont été puisés dans des résultats de Dynamique Moléculaire ou de calculs ab initio (DFT-GGA)[2,3]. Nos simulations de surface MgO(001) par DM indiquent que les barrières d'énergie de certains événements varient avec la température. L'énergie d'activation aux températures de K peut atteindre une valeur double de celle obtenue aux températures de K. On observe également des changements des valeurs des énergies d'activation en présence et à proximité des défauts (marches, lacunes) et des centres de nucléation (clusters). Par exemple, deux lacunes de surface constituant un défaut de Schottky diffusent et interagissent fortement à des distances inférieures à 2-3 nm. Les énergies d'activation effectives associées à cette diffusion augmentent avec la distance séparant les deux lacunes (Fig. 1). Le code de Monte Carlo cinétique que nous avons développé a permis de simuler la croissance homoépitaxiale de MgO sur la surface MgO(001) en fonction de la température et de la pression. Les conditions thermodynamiques contrôlent la forme et la taille des clusters qui définissent la rugosité. Il a également été montré que la rugosité diminue et que le taux de remplissage augmente lorsque l'on baisse la pression ou que l'on augmente la température. Nous avons examiné le rôle de la diffusion dans la croissance cristalline et la contribution de chaque mécanisme. Les résultats montrent le nivellement de la surface lorsque tous les mécanismes de diffusion sont pris en compte (Fig. 2). Un modèle plus réaliste est obtenu en faisant varier la probabilité des événements élémentaires en fonction de l'environnement de la molécule qui migre. Finalement, nos simulations confirment que la croissance de MgO se fait couche-par-couche. taux de remplissage, % dêpot seul dêpot + diffusion P = 10-2 Torr T = 1000 K t = s atomes deposés numéro de plan Fig. 2. MgO(001) : Comparaison des taux de remplissage avec et sans diffusion de surface [1] A.B. Bortz, M. H. Kalos, J.L. Lebowitz, J. Comp. Phys. 17 (1975) 10 [2] G. Geneste, J. Morillo, F. Finocchi, Appl. Surf. Sci. 188 (2002) 122. [3] G. Geneste, J. Morillo, F. Finocchi, M. Hayoun,Surface Science 601 (2007)

8 Stabilité thermodynamique des reconstructions de surface de certaines pérovskites ABO 3 à partir des calculs ab-initio N. Iles 1, 2, F. Finocchi 1, K. Driss Khodja 2. 1 Institut des Nano-Sciences de Paris (INSP) Campus Boucicaut, 140 rue de Lourmel, Paris, France. 2 Laboratoire de Physique des Couches Minces et Matériaux pour l Electronique (LPC2ME), Université d Oran Es SENIA, Oran, Algérie. Les pérovskites ternaires de formule chimique ABO 3 ont des propriétés physiques notables, comme la ferroélectricité et la supraconductivité, et sont aussi utilisées dans diverses applications. Leurs surfaces sont généralement complexes, et diverses reconstructions, dont certaines sont accompagnées par la formation de marches, facettes et de nano-domaines [1] ont été observées, en fonction des conditions thermochimiques de croissance, de recuit et de pression partielle en oxygène ainsi que de l orientation de la surface. Parmi ces surfaces, celles de SrTiO 3 sont parmi les plus étudiées, à la fois par des mesures expérimentales et des calculs ab initio. Plusieurs types de reconstructions ont été observées sur la surface (001) de SrTiO 3 [ 2, 3], qui est généralement la plus stable en conditions normales. Le long de la direction [001], la séquence des plans atomiques est de type SrO/TiO 2, ce qui pose naturellement la question de la terminaison de cette surface, selon un de ces plans. Récemment, une étude combinant diffraction rasante de rayons X et calculs ab initio [4] ont révélé que des reconstructions sont terminées par une double couche TiO 2, ce qui n est pas intuitif. Il reste cependant à comprendre les raisons de la stabilité des reconstructions de type double couche (DL) et voir si elles sont en principe possibles pour d autres pérovskites. Dans ce travail, nous comparons la stabilité thermodynamique des surfaces (001) reconstruites (1x1), (2x1) et (2x2) terminées par des doubles couches BO 2 des quatre pérovskites cubiques ABO 3, avec A Sr ou Ba et B Ti ou Zr. Nos calculs ont été réalisés dans le cadre de la théorie de la Fonctionnelle de la Densité, en utilisant l approximation GGA pour le traitement de l échange et la corrélation [5]. Les différentes reconstructions étudiées sont dessinées en Fig.1. L analyse du grand potentiel de surface en fonction des potentiels chimiques des espèces A et O (Fig. 2) montre que les reconstructions DL-(2x2) sont les plus stables pour des environnements faible en Oxygène comparées aux deux autres modèles DL-(1x1) et DL-(2x1), et ceci pour toutes les pérovskites considérées. Toutes les reconstructions de type DL montrent de fortes relaxations vers l extérieur des atomes O en surface qui ne sont pas liés à des cations du plan en dessous. Les contraintes en surface suivant x et y sont minimisées pour les reconstructions DL- (2x2), ce qui est cohérent avec leur stabilité thermodynamique. L examen des charges topologiques de Bader [6] permet d analyser le caractère faiblement polaire de ces surfaces et de montrer la spécificité des reconstructions de type DL-BO 2. En effet, dans le volume, les plans AO sont chargés positivement et les plans BO 2 négativement, ce qui est caractéristique d une séquence polaire. La compensation de la polarité se fait sur les trois derniers plans de surface, moyennant de fortes redistributions des charges pour les surfaces reconstruites de type DL-BO 2. En particulier, les plans BO 2 de surface sont quasi neutres, tandis

9 que la compensation de la polarité à lieu surtout sur la couche BO 2 juste en dessous. Figure 1. Les cellules 2D des divers modèles: (a) la surface terminée BO 2, (b) la surface terminée AO, (c) La reconstruction (1x1) terminée par une double couches BO 2, (d) et (e) les reconstructions (2x1) et (2x2), respectivement. (a) Grand potentiel de surface (J/m 2 ) 4,0 3,5 3,0 2,5 2,0 1,5 1,0 0,5 DL(1x1)TiO2 DL(2x1)TiO2 DL(2x2)TiO 2 DL-BaO BaTiO 3 BaO TiO 2 0,0-5,6-5,4-5,2-5,0-4,8-4,6-4,4-4,2-4,0 µ O (ev) riche en O (b) Grand potentiel de surface (J/m 2 ) 5,0 4,5 4,0 3,5 3,0 2,5 2,0 1,5 1,0 0,5 DL(1x1)TiO2 DL(2x1)TiO2 DL(2x2)TiO 2 DL-SrO TiO 2 SrO 0,0-5,8-5,6-5,4-5,2-5,0-4,8-4,6-4,4-4,2-4,0 µ ο (ev) SrTiO 3 riche en O (c) Grand potentiel de surface (J/m 2 ) 6,0 5,5 5,0 4,5 4,0 3,5 3,0 2,5 2,0 1,5 1,0 0,5 0,0 DL(2x1)ZrO 2 DL(2x2)ZrO 2 DL-BaO DL(1x1)ZrO 2 ZrO 2 BaO BaZrO 3-5,8-5,6-5,4-5,2-5,0-4,8-4,6-4,4-4,2-4,0-3,8 µ ο (ev) riche en O (d) Grand potentiel de surface (J/m 2 ) 6,0 5,5 5,0 4,5 4,0 3,5 3,0 2,5 2,0 1,5 1,0 0,5 0,0 DL(1x1)ZrO 2 DL(2x1)ZrO 2 DL(2x2)ZrO 2 DL-SrO ZrO 2 SrO SrZrO 3-5,8-5,6-5,4-5,2-5,0-4,8-4,6-4,4-4,2-4,0 µ O (ev) riche en O Figure 2. Variations du grand potentiel de surface en fonction du potentiel chimique de l oxygène, le long de la ligne de précipitation de l élément B, pour : (a) BaTiO 3, (b) SrTiO 3, (c) BaZrO 3 et (d) SrZrO 3 Références bibliographiques : [1] H. L. Marsh, D. S. Deak, F. Silly, A. I. Kirkland and M. R. Castell, Nanotechnology 17 (2006) [2] F. Silly, D. T. Newell, M. R. Castell, Surf. Sci. 600 (2006) L219-L223. [3] M. R. Castell, Surf. Sci. 505 (2002) [4] N. Erdman, K. R. Poeppelmeier, M. Astra, O. Warschkow, D. E. Ellis, L. D. Marks, Nature 419 (2002) [5] X. Gonze, et al. Computational Materials Sciences 25 (2002) [6] R. F. W. Bader, Chem. Rev. 1991, 91,

10 Confinement d une solution ionique dans une membrane de nanofiltration P. -A. Cazade 1, D. Dweik 2, B. Coasne 1, F. Henn 1, J. Palmeri 3 1 Institut Charles Gerhardt de Montpellier Université Montpellier II 2 Institut Européen des Membranes Université Montpellier II 3 Laboratoire de Physique Théorique Université Paul Sabatier Les membranes nanoporeuses organiques et inorganiques sont connues pour accélérer la diffusion de certaines espèces ; propriété particulièrement utile en nanofiltration. Ces propriétés sont en partie liées aux effets de confinement qui surviennent au sein des nanopores et qui sont, notamment, à l origine d organisations particulières de l eau confinée [1, 2, 3, 4, 5]. Toutefois, en dépit des études déjà menées sur ces systèmes [6, 7, 8, 9], les mécanismes physiques prédominants à l échelle moléculaire restent à identifier. Dans ce travail, nous présentons une étude par simulation moléculaire d électrolytes aqueux, contenant des sels de type NaX (X = F, Cl, Br, I) à une concentration d environ 1,85 mol.l 1, confinés dans des nanotubes de carbone de diamètres égaux à 1 ou 3 nm. Les nanotubes constituent un système modèle à partir duquel il est possible d étudier les effets liés au confinement, aux charges de surface, à la polarisation et à la taille de l anion. Le système, nanotube+électrolyte, a été simulé à l aide de deux techniques complémentaires. Ainsi, les propriétés thermodynamiques et structurales, telles que les fonctions de corrélations de paire, sont d abord étudiées via la méthode Monte Carlo dans l ensemble Grand Canonique (GCMC). Cette approche qui repose sur la mécanique statistique [10, 11], considère un système ouvert où le nombre de molécules d eau fluctuent. Ceci permet d accéder par une méthode thermodynamique à un système équilibré ayant la concentration recherchée [12]. Les processus de transport (profils de densité, coefficients d auto-diffusion, durée de vie des sphères de solvatation, temps de résidence,...) sont ensuite étudiés à l aide de simulations de Dynamique Moléculaire classique. Cette méthode consiste à intégrer pas à pas les équations de la dynamique de Newton à partir des forces d interactions entre particules, décrites dans le champ de forces [10, 13]. Dans le nanotube de 1 nm de diamètre (Fig. 1), les profils de densité radiale révèlent une très forte organisation de l électrolyte caractérisée par une importante inhomogénéité dont les caractéristiques sont exaltées par l augmentation de la taille de l anion. Dans le nanotube de 3 nm, une organisation similaire est observée près de la surface, tandis qu au centre du pore, l électrolyte adopte une structure proche du «bulk». Les fonctions de corrélation de paire mettent en évidence une plus faible corrélation entre l eau et l anion à mesure que la taille de ce dernier augmente, tandis que celle entre l eau et le sodium devient plus forte. L anion est donc d autant plus exclu des couches d eau qu il est de taille importante. En revanche, le sodium est de mieux en mieux solvaté. Ces comportements ont pour origine l effet «hydrophobe» qui tend à exclure les solutés de taille importante qui perturbent fortement le réseau de liaisons hydrogène de l eau [14].

11 Cette exclusion de l anion affecte aussi le coefficient d autodiffusion (D) des différentes espèces : celui de l anion qui augmente avec sa taille, puisqu il est de moins en moins solvaté, donc plus mobile et celui de l eau qui étant moins impliquée dans les sphères de solvatation des anions, gagne également en mobilité, particulièrement dans la couche au contact de la paroi du pore. Finalement, le calcul de la durée de vie de la première couche de solvatation autour des ions et du temps de séjour d une molécule sur la paroi interne du nanotube fournit des résultats en bon accord avec les interprétations précédentes, puisqu on assiste à leur diminution avec l accroissement de la taille de l anion. Ceci confirme la plus grande mobilité des espèces à mesure que la solubilité de l anion décroit. Fig. 1 Exemple de configuration adoptée par le système au cours de la dynamique dans le nanotube de 1 nm. L eau se repartit en couronne sur la surface interne du pore, puis les ions chlorures (en vert) forment une couche au contact de la pellicule d eau sans pour autant être solvatés, enfin les ions sodium (en bleu) occupent le centre du pore. Références [1] Hummer, G. ; Rasaiah, J. ; Noworyta, J. Nature 2001, 414(6860), [2] Koga, K. ; Gao, G. ; Tanaka, H. ; Zeng, X. Nature 2001, 412(6849), [3] Noon, W. ; Ausman, K. ; Smalley, R. ; Ma, J. Chem. Phys. Lett. 2002, 355(5-6), [4] Kolesnikov, A. ; Zanotti, J. ; Loong, C. ; Thiyagarajan, P. ; Moravsky, A. ; Loutfy, R. ; Burnham, C. Phys. Rev. Lett. 2004, 93(3). [5] Mukherjee, B. ; Maiti, P. K. ; Dasgupta, C. ; Sood, A. ACS Nano 2008, 2(6), [6] Dang, L. J. Phys. Chem. B 2002, 106(40), [7] Chang, T. ; Dang, L. Chem. Rev. 2006, 106(4), [8] Alexiadis, A. ; Kassinos, S. Chem. Rev. 2008, 108(12), [9] Corry, B. J. Phys. Chem. B 2008, 112(5), [10] Allen, M. ; Tildesley, D. Computer Simulation of Liquids; Oxford University Press : Oxford, U.K., [11] Frenkel, D. ; Smit, B. Understanding Molecular Simulation : From Algorithms to Applications; Academic Press : Oxford, [12] Nicholson, D. ; Parsonage, N. Computer Simulation and the Statistical Mechanical Theory of Adsorption; Academic Press : London, [13] Leach, A. Molecular modeling. Principles and applications; Longman : Harlow Essex, UK, [14] Chandler, D. Nature 2005, 437(7059),

12 Effets de mélange dans les verres modèles de Lennard-Jones L.-C. Valdès a, F. Affouard a, M. Descamps a et J. Habasaki b a Laboratoire de Dynamique et Structure des Matériaux Moléculaires, UMR CNRS 8024, Université Lille 1, Villeneuve d'ascq, France b Tokyo Institute of Technology, 4259 Nagatsuta-cho, Yokohama , Japan Introduction. Il est remarquable que la cristallisation isobare des espèces chimiques pures (comme leurs autres transitions de phases, d'ailleurs) ait lieu à une température bien déterminée. Cette situation est, toutefois, extrêmement spécifique car, la transition de phases de mélanges de telles espèces, lors d'un refroidissement isobare, occupe une plage de températures plus ou moins étendue et peut même aboutir à plusieurs phases. Bien plus, l'influence des taux de refroidissement sur la nature des phases obtenues (cf. alliages métalliques) montre que le temps est parfois un paramètre déterminant. Les cas extrêmes de sensibilité aux taux de refroidissement sont fournis par certains oxydes et leurs mélanges. Leur refroidissement agit, en effet, sur la température de transition en repoussant celle-ci vers le bas lorsque le taux de refroidissement diminue. De ces transitions, il résulte, par ailleurs, un solide amorphe, à savoir structurellement proche d'un liquide. Ce liquide sous-refroidi est un verre ; il est dit dans l'état vitreux. A l'évidence, l'origine d'un tel état doit résider dans une diminution de la mobilité des particules du mélange, à même de gêner la formation de l'ordre cristallin plus stable. De fait, la transition vitreuse s'accompagne d'une diminution drastique de la viscosité (plusieurs ordres de grandeur) dans le petit intervalle de températures où apparaît l'état vitreux. La température de 13 transition vitreuse T g est d'ailleurs définie comme celle à laquelle la viscosité atteint 10 poises ou celle à laquelle le temps de relaxation, en corrélation avec T g devient de l'ordre de 100 s. En dépit de nombreux travaux [1,2], on ne possède toujours pas une compréhension complète et satisfaisante de cette augmentation brutale de viscosité, caractéristique de la transition vitreuse. Modèle de Kob-Andersen. L'état vitreux étant ainsi un état hors d'équilibre, les aspects cinétiques ont un rôle primordial et des simulations par Dynamique Moléculaire sont appropriées pour en appréhender le comportement complexe. Toutefois, le refroidissement d'un liquide modèle conduisant toujours avec beaucoup de facilité à une phase cristalline, les études de l'état vitreux par Dynamique Moléculaire ont véritablement pu commencer après qu'ait été prouvée la possibilité de parvenir à un état solide amorphe à l'issue d'une trempe, ce qui fut réalisé avec le liquide modèle formateur de verre de Kob et Andersen [3]. Celui-ci est inspiré par l'alliage Ni 80 P 20 produisant une phase solide amorphe. Les interactions entre particules sont modélisées par un potentiel de type Lennard-Jones 12 6 Vαβ () r = 4ε αβ [( σ αβ r) ( σ αβ r) ] avec α, β = A, B. La géométrie des atomes Ni (particules A) et P (particules B) est exprimée en unités réduites par σ AA = 1, σ BB = et σ AB = Pour traduire la prédominance de la liaison Ni-P responsable de l'apparition de l'état amorphe, on pose ε AA = 1, ε BB = 0. 5 et ε AB = La concentration molaire x A = N A ( N A + N B ) vaut évidemment 0,8 dans ce cas. Calculs et résultats. Comme le choix d'évolutions à volume constant simplifie l'interprétation des résultats (pas de travail échangé et paysage énergétique constant), il a été choisi de simuler des trempes isochores [1]. Chaque calcul consiste à itérer sur pas de temps, typiquement, l'intégration des équations du mouvement des particules présentes dans un volume cubique muni de conditions aux limites périodiques. Pour chacun, on prend N A + N B = 280, une longueur d'arête du cube fixant la densité ρ à 1,2 et une température T imposée. Chaque trempe, simulée par une suite de calculs sur 30 paliers de température, de T = 4 à T = 0. 05, fournit les trajectoires des 280 particules pour 11 valeurs également réparties de x A et les valeurs de T testées. Des visualisations et des investigations par paramètre d'ordre local [4] ont montré

13 une cristallisation, simple pour x A 0. 9, avec présence d'un espace lacunaire pour x A 0. 5 et une transition vitreuse pour 0.6 x A Formation d'une lacune. Des visualisations montrent l'existence d'une lacune de grande taille, unique, manifestement provoquée par la tension induite par ρ imposée et par la taille plus petite des particules aux x A faibles. Bien plus, les variations, en fonction de T, du volume lacunaire et du paramètre d'ordre moyen, indicateur des phases cristallines formées montrent que la formation (brutale) de la lacune précède toujours la transition de phase. La densification consécutive de la formation de la lacune permet vraisemblablement aux particules d'atteindre plus facilement les sites d'un réseau cristallin plus stable. Etats cristallins. Les états cristallins à particules A ou B majoritaires ( x A 1 ou x A 0 ) se présentent sous forme d'agrégats de structure cubique à face centrée (cfc) ou hexagonale compacte (hc) accompagnés de défauts ponctuels d'autant plus nombreux que le mélange est plus riche en particules minoritaires. A x A = 0. 5, on observe un monocristal formé de plans alternés de A et de B (structure de type CsCl). Pour x A < 0. 5, des agrégats possédant les deux types de structure, cfc/hc ou CsCl, coexistent avec des défauts ponctuels et une lacune. Notons que les structures cristallines observées réalisent le minimum d'énergie potentielle d'interaction (cf. [5]). Formation et évolution du verre modèle. Des investigations dans la phase liquide ont été menées pour tenter d'éclaircir les raisons de la transition vitreuse observée pour 0.6 x A En appliquant la méthode de [6] pour détecter les agrégats cristallins et la méthode de [4] pour identifier leur nature, on a mis en évidence des agrégats labiles d'environ 10 particules ayant exclusivement la structure CsCl lorsque x A = 0. 6 et la structure cfc/hc lorsque x A = 0. 7 ou x A = 0.8. La capacité à former l'état vitreux ne résulte, par conséquent, pas ici d'une compétition entre germes de deux types cristallins déjà présents avant solidification. En fait, la référence récente [7] donne un éclairage différent de la question. Ses auteurs rapportent qu'au terme d'un nombre extrêmement grand de pas de calcul, une démixion a pu se produire sous forme d'agrégats cristallins de type cfc/hc et CsCl, dans un modèle de Kob- Andersen. Ils prouvent, ce faisant, que, dans le cas de ce liquide modèle formateur de verre, l'état amorphe est essentiellement transitoire et traduit seulement l'inhibition d'une inévitable cristallisation. Sur la base des valeurs calculées de l'énergie potentielle d'interaction à l'état solide, on a montré que la phase CsCl ( x A = 0. 5 ) est plus stable que le verre (plage 0.6 x A 0. 8 ) luimême plus stable que les phases cfc/hc ( x A = 1). Ainsi, dans la plage 0.6 x A 0. 8 à particules A majoritaires, la structure amorphe doit prédominer avant que ne se forment les agrégats les plus stables, ceux du type CsCl, car les A surnuméraires restent piégés dans l'état amorphe, plus stable. Par ailleurs, la constante de diffusion dans le liquide, à peu près constante pour x A 0. 5, perd progressivement deux décades lorsque 0.5 x A 1. C'est ainsi que les germes cristallins de CsCl se forment à la faveur d'une diffusion fort ralentie et qu'ils libèrent de l'état amorphe des particules A qui, lorsque leurs agrégats sont suffisamment grands, peuvent former des cristaux de type cfc/hc. Références bibliographiques. [1] L.-C. Valdès, F. Affouard, M. Descamps et J. Habasaki, J. Chem. Phys. 130, (2009). [2] P. G. Debenedetti et F. H. Stillinger, Nature 410, 259 (2001). [3] W. Kob et H. C. Andersen, Phys. Rev. E 51, 4626 (1995). [4] J. R. Errington, P. G. Debenedetti et S. Torquano, J. Chem. Phys. 118, 2258 (2003). [5] J. R. Fernandez et P. Harrowell, Phys. Rev. E 67, (2003). [6] S. Auer et D. Frenkel, J. Chem. Phys. 120,3015 (2004). [7] S. Toxvaerd, T. B. Schroeder et J. C. Tyre, e-print arxiv:cond-mat/

14 Rigidité atomique des métaux : un paramètre déterminant pour les nanostructures Jean-Claude Lévy Laboratoire Matériaux et Phénomènes Quantiques, UMR CNRS 7162 Université Paris Diderot, 10 rue Aline Domon et Léonie Suquet, Bat. Condorcet Paris La simulation numérique de nombreuses configurations métalliques peut souvent être réalisée efficacement à partir de potentiels de paires ajustés sur les propriétés élastiques de ces métaux [1]. Comme l'attraction métallique est pratiquement semblable pour tous les métaux, c'est la répulsion qui fait la différence entre les éléments. Cela définit pour chaque métal un paramètre de rigidité atomique R : R = 9vB ε où v est le volume atomique dans la structure métallique, B le module de volume et ε l énergie atomique de cohésion. R est aussi appelé paramètre d'anharmonicité [2] et contrôle la courbure du puits de potentiel local [1]. La présence de couches électroniques périphériques complètes et l'importance du nombre d'électrons par atome donnent lieu à de grandes valeurs de R. Le classement de ces rigidités montre une variation d'un facteur multiplicatif quatre ou cinq entre les plus durs et les plus mous, et on peut distinguer cinq catégories de métaux. Une grande rigidité atomique signifie qu un défaut cristallin est extrêmement coûteux en énergie et donc que les structures de ces métaux et en particulier les nanostructures : agrégats, nanofils, surfaces, sont essentiellement cristallines. A l inverse, pour les métaux mous et leurs alliages, des structures originales : quasicristaux, systèmes amorphes sont fréquentes. Evidences expérimentales et numériques I Les métaux très rigides au niveau atomique, comme le mercure, donnent lieu à des agrégats Hg n qui au-delà de n=13 sont polycristallins [3]. Ces métaux, peu étudiés à cause de leur toxicité, doivent former des nanostructures intéressantes. II Les métaux nobles donnent lieu à des agrégats polycristallins dès de petites tailles. L or donne lieu à des nanofils, avec des nombres magiques pour des tailles extrêmement petites (1/7/14) [4]. Nanofils d or : ligne entourée d une spirale et ligne entourée de deux spirales successives [4]

15 Le platine et l or donnent lieu à des reconstructions de surface organisées d une façon complexe en parties cristallines fcc-hcp, chevrons et labyrinthes [5], façon structurée par l interaction dipolaire élastique. La simulation numérique montre le rôle de la grande rigidité R [6]. Ces métaux n interviennent que peu dans les alliages quasicristallins ou amorphes. III Les métaux rigides présentent des agrégats à symétrie icosaédrique jusqu à des tailles de la centaine d atomes. On suit ci-dessous quelques états les plus stables d agrégats de plomb simulés [7] de taille notée. 95 Une propriété intéressante des métaux rigides est la comparaison avec les métaux usuels comme le fer et le cuivre qui sont plus mous. Ainsi dans le cas de dépôts de faibles quantités de plomb sur cuivre, de nombreuses structures de surface apparaissent et la relaxation des contraintes se produit essentiellement dans le cuivre [1, 8]. IV. Les métaux usuels sont modérément rigides. Ils présentent des agrégats où la symétrie icosaédrique est stable pour des tailles plus grandes que pour les métaux précédents [9], ici avec l exemple des agrégats du cuivre. [9] Mn7 [10] V. Les métaux mous donnent lieu à des agrégats souvent icosaédriques représentés ici par l agrégat de 7 atomes de manganèse qui se trouve être aussi magnétique [10]. Ces métaux mous participent à de très nombreuses structures quasicristallines [11], ce qui témoigne de leur adaptabilité loin des conditions répétitives du cristal 1. A. Ghazali and J.-C.S. Levy, Phys. Lett. A 228, 291(1997); S. Tan et al. Surf. Sci. 369, 360 (1996); Surf. Sci , 15 (1997); 392, 163 (1997). 2. J.H. Rose et al., Phys. Rev. B 29, 2963 (1984); B.-J. Lee et al., Phys. Rev. B. 68, (2003). 3. C. Bréchignac et al., Phys. Rev. Lett. 60, 275 (1988). 4. Y. Kondo and K. Takayanagi, Science 289, 606 (2000). 5. J.V. Barth et al., Phys. Rev. B. 42, 9307 (1990). 6. H. Bulou and C. Goyhenex, Phys. Rev. B. 65, (2002). 7. J.P.K. Doye and S.C. Hendy, Eur. Phys. J. D 22, 99 (2003). 8. J. Henrion and G.E. Rhead, Surf. Sci. 29, 20 (1972); W. Li and G. Vidali, Surf. Sci , 955 (1993); C. Nagl et al., Surf. Sci , 831 (1995); S. Robert et al., Surf. Sci. 350, 136 (1996); F. Bocquet and S. Gauthier, Surf. Sci. 416, 1 (1998). 9. P. Xia-Dong et al., Chin. Phys. B 17, 3329 (2008). 10. M.B. Knickelbein, Phys. Rev. B. 70, (2004). 11. P.J. Lu et al.,phys. Rev. Lett. 87, (2001).

16 ETUDE AB INITIO DE CARBURES DE BORE ICOSAÉDRIQUES SOUS CONDITIONS EXTRÊMES Emmanuel Betranhandy *, Nathalie Vast et Jelena Sjakste Laboratoire des Solides Irradiés, CEA Direction des Sciences de la Matière - CNRS UMR École Polytechnique, Palaiseau, France Auteur correspondant : Téléphone : / Fax : Les carbures de bore constituent une classe de matériaux d intérêt industriel en raison de leurs propriétés mécaniques remarquables, utilisée de manière intensive dans les outils de coupe et d abrasion, au côté du diamant et du nitrure de bore cubique (BN). Cependant, ils ne peuvent servir de matériau de protection car, de manière paradoxale, ils ne peuvent soutenir une onde de choc. Afin de comprendre ce comportement, nous avons étudié l évolution des propriétés physiques sous conditions extrêmes (hautes pressions et températures) à l aide de méthodes théoriques basées sur la théorie de la fonctionnelle de la densité (DFT) [1] et sur la théorie de la perturbation de la fonctionnelle de la densité (DFPT) [2]. Figure 1 : Zone d endommagement d un cristal de carbure de bore B 4 C soumis à contrainte (photographie par microscopie électronique à haute résolution, tirée de [3]). Le carbure de bore à composition riche en carbone (20 % en composition) B 4 C présente une structure atomique consistant principalement en des icosaèdres B 11 C (avec C en site polaire) reliés par des chaînes CBC [4, 5, 6]. Cette structure a pu être déterminée par calcul au sein de la DFT des énergies et de spectres de vibration théoriques, confrontés aux résultats obtenus expérimentalement. De nombreux autres modèles structuraux présentant des concentrations variées en carbone ont également pu être étudiés, et nous ont permis d établir que la plupart de ces phases sont métastables par rapport à B 4 C [7]. Cette métastabilité permet de supposer la présence de ces structures comme défauts ponctuels au sein du cristal réel. Nous avons pu montrer, par introduction de ces défauts dans des super-mailles de carbure de bore B 4 C, que certains de ces défauts (ici des lacunes de bore au sein des chaînes CBC) sont à l origine de modifications structurales se produisant sous pression. On peut en effet constater la présence de transitions de 1 er ordre sur les courbes d équations d état théoriques (P = f(v), cf. figure 2).

17 Figure 2 : variation des volumes théoriques en fonction de la pression et du taux de lacunes pour 8 mailles dans une supermaille. Ces transitions se produisent pour des pressions (variables en fonction du taux de défauts au sein du matériau étudié) en bon accord avec les résultats expérimentaux [8] qui indiquent que le carbure de bore soumis à choc voit ses propriétés modifiées entre 30 et 40 GPa. Les équations d état des carbures de bore à taux de lacune variable étudiés présentent donc deux parties distinctes dans l intervalle de pression qui nous intéresse : une partie basse pression comparable à celle de B 4 C sans défaut, et une partie haute pression (après transition) dont les paramètres déterminés par ajustement à l équation de Murnaghan sont modifiés. Les travaux présentés ont permis de mettre en évidence un nouveau défaut dans les carbures de bore (lacune de bore dans la chaîne) induisant une modification des propriétés physiques du cristal de carbure de bore B 4 C pour des pressions de l ordre de 30 GPa. Cette lacune est de fait à l origine d une diminution brusque du volume lors de la transition qui pourrait occasionner des lignes de fracture dans le cristal réel, et expliquerait la non-tenue aux chocs. Références S. Baroni, S. de Gironcoli, A.D. Corso, and P. Giannozzi, Rev. Mod. Phys. 73, 515 (2001). 3. M. Chen, J. McCauley and K. Hemker, Science 299, 1563 (2003). 4. F. Mauri, N. Vast and C.J. Pickard, Phys. Rev. Lett. 87, (2001). 5. R. Lazzari, N. Vast, J.M. Besson, S. Baroni and A. Dal Corso, Phys. Rev. Lett. 83, 3230 (1999); Ibid 85, 4194 (2000). 6. M. Calandra, N. Vast and F. Mauri, Phys. Rev. B 69, (2004). 7. N. Vast, J. Sjakste and E. Betranhandy, Journal of Physics: Conference Series, under press. 8. T. J. Vogler, W. D. Reinhart, and L. C. Chhabildas, J. Appl. Phys. 95, 4173 (2004).

18 Effets de température et d alliage dans de nanocristaux de semiconducteurs Hans-Christian Weissker 1,2, Ning Ning 1, et Holger Vach 1 1 Laboratoire de Physique des Interfaces et Couches Minces, École Polytechnique. 2 E.T.S.F. France, Palaiseau, France. Dans les nanocristaux de semiconducteur, plusieurs effets portent sur les propriétés électroniques et optiques. En fonction de la méthode de fabrication, les interfaces et la composition changent les propriétés. En outre, les effets de la température, souvant négligés dans les calculs des propriétés optiques, changent également les spectres. La description et la compréhension de ces effets permettent de s approcher d un traitement réaliste de ces systemes. Or, dans le cadre de calculs ab initio, l effort numérique pour la description des questions structurales (relaxation, dynamique moléculaire, détermination des structures de basse énergies...) est prohibitif pour un traitement complet de ces questions. D un autre coté, la combinaison de calculs empiriques ou semi-empiriques pour la détermination des structures avec de calculs ab initio pour la structure électronique et les propriétés optiques [1] permet de traiter de systèmes d intérêt pratique. Une fa con de décrire les effets de la température est la prise en compte directe des vibrations de la maille. La température donnant l énergie cinétique moyenne des atomes, le movement thermique des atomes dans les agrégats peut être décrit par la dynamique moléculaire. Les atomes sont donc considérés commes des points avec une masse et des interactions entre eux. Cette formulation du problème et basée sur les équations classiques de Newton. Le problème consiste de l un coté à intégrer ces équations et de trouver, de cette manière, les trajectoires. D un autre coté, il faut des potentiels d interaction qui décrivent bien la situation physique/chimique. Nous utilisons le code de dynamique moléculaire VE- NUS avec un potentiel empirique d Ohira-Tersoff reoptimisé, ce qui nous permet de traiter aussi des radicaux et des substrats de silicium hydrogéné. Or, l approche de la MD classique ne donne pas d information sur la structure électronique ni sur la réponse optique. Afin de les obtenir, nous utilisons des calculs ab initio. Dans les équations de Kohn et de Sham qui présentent une description du système à plusieurs particules reduite à un problème à un électron qui bouge dans le champ moyenne de tous les autres, les positions des noyeaux sont des paramètres qui rentrent dans le potentiel externe. Comme le mouvement des électrons est bien plus vite que celui des noyeaux, les électrons peuvent être considerés comme dans leur état fondamental à tout moment. (Cela n est rien d autre que l approximation dite de Born et d Oppenheimer.) Nous pouvons donc, pour chaque snapshot à un temps donné de la trajectoire, déterminer la structure électronique et les spectres, par exemple d absorption. Puisque les vibrations des agrégats à des températures pas trop élévées sont des déviations rélativement petites par rapport à la structure d énergie minimale (c est-à-dire sans que des 1

19 Fig. 1: Influence de la température sur les spectres d absorption, calculés dans l approximation de particules indépendantes, pour l agrégat Si 29 H 24. Sauf pour le cas de 0 K, les spectres sont des moyennes sur 100 spectres calculés pour des configurations du système espacées par 20 fs. Le changement du gap HOMO-LUMO, lui aussi moyenné sur 100 snapshots, est donné pour cet agrégat ainsi que pour le plus petit Si 6 H 12. Il est intéressant de noter que le changement des gaps avec la température est linéaire. (H.-Ch. Weissker, N. Ning et H. Vach, en préparation pour publication.) liaisons soient cassées ou formées), on s attends à ce que les spectres, elles aussi, soient toujours similaires à ce que l on trouve sans la prise en compte de la température. Or, les petits changements de la géométrie donnent lieu aux changements des spectres qui, eux, ne sont pas forcement petits. Cela est montré dans la figure [1]. Pour la température 0 K, c esta-dire sans vibration, ont vois des peaks bien définis. Avec la température, ces structures sont de plus en plus élargies, mais aussi décalées en énergie. Ce dernier effet est bien illustré par le changement du gap HOMO-LUMO avec la température. Nous trouvons une forte réduction qui est, en plus, lineaire. Notons que l élargissement des lignes dans les spectres est déjà assez grand même à température ambiante. De ce fait, nous pouvons concluire deux choses. D un coté, cela rends l observation des structures spectrales individuelles, par exemple dans un plasma où des agrégats sont formés, très difficile. D un autre coté, bien utilisé, cette réduction du gap pourra être utilisée afin d augmenter l absorption des cellules solaires, notamment à base de couches minces préparées par dépôt de plasma òu se trouvent de telles structures. Finalement, dans mon exposé, je adresserai aussi l influence de l alliage avec du germanium dans les agrégats de silicium [2]. Références [1] G. Cappellini, H.-Ch. Weissker, D. De Salvador, J. Furthmüller, F. Bechstedt, G. Satta, F. Casula, and L. Colombo, J. Phys. : Condens. Matter 17, 643 (2005). [2] S. Botti, H.-Ch. Weissker, and M.A.L. Marques, Alloying effects on the optical properties of Ge 1 x Si x nanocrystals from TDDFT and comparison with effective-medium theory, Phys. Rev. B 79, (2009) [3] N. Ning, G. Dolgonos, W. Morscheidt, A. Michau, K. Hassouni and H. Vach, Computational Methods in Science and Engineering, 1, (2007).

20 LE GEL D UN FILM MOLECULAIRE OU ELECTROLYTIQUE A LA SURFACE D UN MESOPORE P.BONNAUD 1, R. J.-M. PELLENQ 1, B. COASNE 2 1 Centre Interdisciplinaire des Nanosciences de Marseille, CNRS, UPR 3118 case cedex 9, Marseille, France. 2 Institut Charles Gerhardt Montpellier, CNRS and Université Montpellier 2, France. Le comportement des bétons (mélange de ciment et de granulats) en conditions environnementales reste encore mal compris. En particulier, les processus physiques à l'oeuvre lors de la pénétration de sels ou d'agents agressifs, le comportement au feu ainsi que les cycles gel/dégel restent à être clarifiés. L'étude proposée ici porte sur ce dernier point et se limite à la phase majeure des pâtes de ciment responsable de ses propriétés mécaniques, les silicates de calcium hydratés (ou C-S-H avec C=CaO, S=SiO 2, et H=H 2 O). A l échelle nanométrique, le C-S-H est constitué de feuillets (à la manière des argiles) qui se lient les uns aux autres pour former des briques élémentaires. Ces dernières s assemblent de manière désordonnée pour former un matériau poreux multi-échelle (large distribution de tailles pores couvrant plusieurs ordres de grandeur). Certains de ces pores sont saturés en eau. a) b) c) La répétition des cycles de gel/dégel entraîne une détérioration du matériau cimentaire. On pense instinctivement que ce résultat est dû à l eau qui en Figure 1: Structure des C-S-H: a) feuillets; b) briques élémentaires; c) Assemblage désordonné. condition de gel accroît sa densité. Ainsi, le solide formé applique une contrainte mécanique sur les murs de C-S-H. Toutefois, le comportement au gel de ces matériaux n est pas uniquement régi par la variation de densité de l eau lors de sa solidification. En effet, Beaudoin et MacInnis (CCR, Vol. 4, p , 1974) ont montré qu un échantillon de pâte de ciment saturée par du benzène, qui, au contraire de l eau, se contracte en se solidifiant, continue de se dilater lorsqu il est soumis au froid. Une autre explication peut être donnée par la présence de cristaux de sels croissant au sein de cette porosité. Le transport des ions alimentant ces cristaux est assuré par une couche d eau physisorbée à la surface des pores dont on pense qu elle reste liquide même en dessous du point de gel. On comprend alors l importance de mieux comprendre la thermodynamique et la dynamique de cette couche d eau ou d électrolytique au contact de la surface des pores cimentaires. Pour cela, nous mettons en œuvre plusieurs techniques complémentaires de simulation moléculaire (Monte-Carlo et Dynamique Moléculaire).

Analyse des propriétés de matériaux sous choc par simulations moléculaires (Monte Carlo et dynamique moléculaire)

Analyse des propriétés de matériaux sous choc par simulations moléculaires (Monte Carlo et dynamique moléculaire) Analyse des propriétés de matériaux sous choc par simulations moléculaires (Monte Carlo et dynamique moléculaire) Laurent Soulard CEA-DAM Ile-de-France laurent.soulard@cea.fr 1 Problématique La DAM est

Plus en détail

Equilibre solide-liquide des systèmes binaires

Equilibre solide-liquide des systèmes binaires Equilibre solide-liquide des systèmes binaires I. Introduction La matière présente généralement trois états: solide, liquide et gazeux. Les phases et les structures sous lesquelles peuvent exister les

Plus en détail

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Phase d'initiation de la corrosion vis-à-vis de la - pénétration d'agents

Plus en détail

Les Énergies «Renouvelables» 6juillet2011

Les Énergies «Renouvelables» 6juillet2011 Les Énergies «Renouvelables» 6juillet2011 Introduction Comme son nom l indique, une énergie renouvelable est une énergie utilisant des élèments naturels, renouvelés plus rapidement qu ils ne sont consommés.

Plus en détail

Complément - Chapitre 1 Notions fondamentales

Complément - Chapitre 1 Notions fondamentales Complément - Chapitre 1 Notions fondamentales Configurations électroniques 1.a Cases quantiques La configuration électronique des atomes consiste en la répartition des électrons au sein des différentes

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

la matièr cuivre (II) Donner la 2) Déterminer et Cu 2+ + Correction : ions chlorure. 1) Chlorure de cuivre neutralité CuCl 2. = =

la matièr cuivre (II) Donner la 2) Déterminer et Cu 2+ + Correction : ions chlorure. 1) Chlorure de cuivre neutralité CuCl 2. = = 1) Chlorure de cuivre Le chlorure de cuivre (II) est un composé ionique constitué d'ions chlorure Cl - et d'ions cuivre (II) Cu 2+. Donner la formule statistique de ce composé. Écrire l'équation de sa

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Fabrication et caractérisation électrique d'un capteur de gaz à base de nanofils de silicium suspendus

Fabrication et caractérisation électrique d'un capteur de gaz à base de nanofils de silicium suspendus Fabrication et caractérisation électrique d'un capteur de az à base de nanofils de silicium suspendus A-C. SALAÜN, R. ROGEL, E. JACQUES et L. PICHON anne-claire.salaun@univ-rennes1.fr Groupe Microélectronique,

Plus en détail

Etude de l écoulement d un fluide entre deux plans parallèles munis d obstacles

Etude de l écoulement d un fluide entre deux plans parallèles munis d obstacles ème Congrès Français de Mécanique Bordeaux, 6 au 3 août 3 Etude de l écoulement d un fluide entre deux plans parallèles munis d obstacles. BODIF, F. DNNE,.K. BENKL niversité des Sciences et de la Technologie

Plus en détail

Corrigés du Thème 1 :

Corrigés du Thème 1 : Thème 1 : Corrigés des exercices Page 1 sur 9 Corrigés du Thème 1 : Création : juin 2 003 Dernière modification : juin 2005 Exercice T1_01 : Evaluation de la taille d une molécule d eau Dans 1g ( 1 cm

Plus en détail

Étude par microscopie électronique à haute

Étude par microscopie électronique à haute Sommaire Étude par microscopie électronique à haute résolution d agrégats de CoPt Nils Blanc - GDR Nano-alliages F. Tournus, T. Épicier (Laboratoire MATEIS - CLIME - INSA), V. Dupuis. Laboratoire de physique

Plus en détail

Chapitre 16. Particules identiques en physique quantique

Chapitre 16. Particules identiques en physique quantique Chapitre 16 Particules identiques en physique quantique Addition de N spins ½ Si vous avez changé de canal, tapez: [Ch]-[4]-[1]-[Ch] ou [Go]-[4]-[1]-[Go] Que peut-on dire du spin total d un ensemble de

Plus en détail

Réactions d oxydoréduction

Réactions d oxydoréduction Réactions d oxydoréduction Ce document a pour objectif de présenter de manière synthétique quelques bases concernant les réactions d oxydoréduction et leurs principales applications que sont les piles

Plus en détail

Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière. E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse

Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière. E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse La température, source de «désordre» ou source «d ordre»? Plan Température source de «désordre» Température

Plus en détail

Chapitre VII: Chambres d ionisation

Chapitre VII: Chambres d ionisation Chapitre VII: Chambres d ionisation 1 Types de chambres d ionisation Volume sensible: gaz (la plus souvent de l air mesure directe de l exposition) chambre d ionisation Volume sensible: semiconducteur

Plus en détail

4. Microscopie électronique à balayage

4. Microscopie électronique à balayage 4. Microscopie électronique à balayage 4.1. Principe de formation des images en MEB 4.2. Mise en œuvre 4.3. Les différents modes d imagerie 4.4. Les différents types de contraste 4.5. Performances 4.5.1.

Plus en détail

Semi-conducteurs. 1 Montage expérimental. Expérience n 29

Semi-conducteurs. 1 Montage expérimental. Expérience n 29 Expérience n 29 Semi-conducteurs Description Le but de cette expérience est la mesure de l énergie d activation intrinsèque de différents échantillons semiconducteurs. 1 Montage expérimental Liste du matériel

Plus en détail

CHAPITRE I CONCEPTION DE MICROCAPTEURS DE PRESSION PIEZORESISTIFS A MEMBRANE SILICIUM A HAUTES PERFORMANCES

CHAPITRE I CONCEPTION DE MICROCAPTEURS DE PRESSION PIEZORESISTIFS A MEMBRANE SILICIUM A HAUTES PERFORMANCES 21 CHAPITRE I CONCEPTION DE MICROCAPTEURS DE PRESSION PIEZORESISTIFS A MEMBRANE SILICIUM A HAUTES PERFORMANCES Chapitre I : Conception de microcapteurs de pression piézorésisitifs à membrane silicium à

Plus en détail

Physique Chimie. Utiliser les langages scientifiques à l écrit et à l oral pour interpréter les formules chimiques

Physique Chimie. Utiliser les langages scientifiques à l écrit et à l oral pour interpréter les formules chimiques C est Niveau la représentation 4 ème 2. Document du professeur 1/6 Physique Chimie LES ATOMES POUR COMPRENDRE LA TRANSFORMATION CHIMIQUE Programme Cette séance expérimentale illustre la partie de programme

Plus en détail

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2 PARTIE 3 : Réactions chimiques et milieux biologiques TP 15 La chimie des facteurs cinétiques OBJECTIFS : Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mettre en évidence quelques paramètres influençant

Plus en détail

COURS AVANCÉS EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE DES PLASMAS

COURS AVANCÉS EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE DES PLASMAS COURS AVANCÉS EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE DES PLASMAS Les universités membres de Plasma-Québec mettent à la disposition des étudiants de maîtrise et de doctorat une brochette de neuf cours avancés couvrant

Plus en détail

Chapitre 3 : Liaisons chimiques. GCI 190 - Chimie Hiver 2009

Chapitre 3 : Liaisons chimiques. GCI 190 - Chimie Hiver 2009 Chapitre 3 : Liaisons chimiques GCI 190 - Chimie Hiver 2009 Contenu 1. Liaisons ioniques 2. Liaisons covalentes 3. Liaisons métalliques 4. Liaisons moléculaires 5. Structure de Lewis 6. Électronégativité

Plus en détail

Examen Méthodes spectroscopiques 2

Examen Méthodes spectroscopiques 2 16 décembre 2010 Examen Méthodes spectroscopiques 2 Durée 2 h Calculatrice et tables spectroscopiques (fournies en début d année) autorisées Exercice 1 (3 pts 10min) Il est possible de doser simultanément

Plus en détail

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste Présentations GTF Présenté par : Georges NAHAS Organismes : Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) Paris 26 mai 2009 Introduction Le vieillissement des ouvrages de génie civil et plus

Plus en détail

Enseignement secondaire

Enseignement secondaire Enseignement secondaire Classe de IIIe Chimie 3e classique F - Musique Nombre de leçons: 1.5 Nombre minimal de devoirs: 4 devoirs par an Langue véhiculaire: Français I. Objectifs généraux Le cours de chimie

Plus en détail

Les métamatériaux. Ryan Arseneault Département de physique et d astronomie Université de Moncton, Canada

Les métamatériaux. Ryan Arseneault Département de physique et d astronomie Université de Moncton, Canada Les métamatériaux Ryan Arseneault Département de physique et d astronomie Université de Moncton, Canada La science et la technologie ont une soif insatiable de matériaux meilleurs et plus performants qui

Plus en détail

Transferts thermiques par conduction

Transferts thermiques par conduction Transferts thermiques par conduction Exercice 1 : Température de contact entre deux corps* On met en contact deux conducteurs thermiques cylindriques, calorifugés sur leurs surfaces latérales. On se place

Plus en détail

Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue

Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue F.Z.KETTAF 1, N.H.CHERIET 2, B. BOUCHOUICHA 3 Laboratoire LMSR.Université Djillali Liabès Sidi Bel Abbes- Algérie. 1 fz.kettaf@gmail.com

Plus en détail

Approche sismique par une Lattice Method, code Mka3D.

Approche sismique par une Lattice Method, code Mka3D. Approche sismique par une Lattice Method, code Mka3D. Christian Mariotti, Françoise Le Piver Laboratoire de Détection et de Géophysique CEA/DAM/DASE BP12 91680 Bruyères le Châtel christian.mariotti@cea.fr

Plus en détail

Détermination des fréquences propres d une structure avec paramètres incertains

Détermination des fréquences propres d une structure avec paramètres incertains Détermination des fréquences propres d une structure avec paramètres incertains Etienne ARNOULT Abdelhamid TOUACHE Pascal LARDEUR Université de Technologie de Compiègne Laboratoire Roberval BP 20 529 60

Plus en détail

Chapitre n 2. Conduction électrique et structure de la matière.

Chapitre n 2. Conduction électrique et structure de la matière. Chapitre n 2 3 Conduction électrique et structure de la matière. T.P.n 1: Les solutions aqueuses sont-elles conductrices? >Objectifs: Tester le caractère conducteur ou isolant de diverses solutions aqueuses.

Plus en détail

Le silicium partiellement cristallisé (nano-poly Si)

Le silicium partiellement cristallisé (nano-poly Si) 1 Le silicium partiellement cristallisé (nano-poly Si) Contexte : Limitations du a-si:h Le silicium nanocristallin déposé par plasma La cristallisation en phase solide (silicium poly-cristallin) Le recuit

Plus en détail

Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires

Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires Stéphane GIBOUT 1, Erwin FRANQUET 1, William MARÉCHAL 1, Jean-Pierre BÉDÉCARRATS 1, Jean-Pierre DUMAS 1 1 Univ. Pau & Pays Adour, LaTEP-EA

Plus en détail

Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D

Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D 7 avril 2006 1 Physique du problème : caractéristiques et modèles d un milieu poreux Le cadre physique de notre problème est celui

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

Préparation des échantillons pour l analyse en LC MS

Préparation des échantillons pour l analyse en LC MS Préparation des échantillons pour l analyse en LC MS Grégory Genta Jouve Spectrométrie de masse appliquée aux Substances Naturelles Sommaire Introduction Homogénéisation Les différents types d extraction

Plus en détail

TSC II. Analyse par Courants Thermostimulés. L excellence en analyse thermique et en calorimétrie

TSC II. Analyse par Courants Thermostimulés. L excellence en analyse thermique et en calorimétrie TSC II Analyse par Courants Thermostimulés L excellence en analyse thermique et en calorimétrie 2 TSC1I applications... Introduction Cette méthode particulière d Analyse Thermique utilise la MOBILITE MOLECULAIRE

Plus en détail

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX T ale S Introduction : Une réaction nucléaire est Une réaction nucléaire provoquée est L'unité de masse atomique est une unité permettant de manipuler aisément

Plus en détail

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES INTRODUCTION ET GENERALITES I. INTRODUCTION La décomposition du titre de cette matière laisse deviner qu il doit s agir de l étude du mouvement de l eau dans le sol : - Hydraulique : Etude des écoulements

Plus en détail

DS de Spécialité n o 4 Extraction & identification de la caféine

DS de Spécialité n o 4 Extraction & identification de la caféine DS de Spécialité n o 4 Extraction & identification de la caféine Selon la légende, le café fut remarqué pour la première fois quelques 850 ans avant notre è r e : u n b e r g e r d u Y é m e n n o t a

Plus en détail

CHAPITRE 2 : Structure électronique des molécules

CHAPITRE 2 : Structure électronique des molécules CHAPITRE 2 : Structure électronique des molécules I. La liaison covalente 1) Formation d une liaison covalente Les molécules sont des assemblages d atomes liés par des liaisons chimiques résultant d interactions

Plus en détail

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 PRINCIPAL MODE DE DEGRADATION DANS LE MONDE devant les

Plus en détail

Chapitre II Les semi-conducteurs et les diodes

Chapitre II Les semi-conducteurs et les diodes PHYS-F-314 Electronique Chapitre II Les semi-conducteurs et les diodes G. De Lentdecker & K. Hanson 1 Rappels de la structure atomique Table des matières Semi-conducteurs (intrinsèques et extrinsèques)

Plus en détail

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème pour une résistance de chauffe dans un microsystème Bertrand Selva Bertrand.selva@bretagne.ens-cachan.fr 1 Plan de la présentation Présentation des microsystèmes Dimensions caractéristiques, technique

Plus en détail

MESURE DE LA TEMPERATURE

MESURE DE LA TEMPERATURE 145 T2 MESURE DE LA TEMPERATURE I. INTRODUCTION Dans la majorité des phénomènes physiques, la température joue un rôle prépondérant. Pour la mesurer, les moyens les plus couramment utilisés sont : les

Plus en détail

Document de préparation Examen chapitre 1 et 2

Document de préparation Examen chapitre 1 et 2 Document de préparation Examen chapitre 1 et 2 Qui suis-je? Chapitre 1 et 2 1. Représentation imagée d une vérité inaccessible par les sens. Modèle scientifique 2. Plus petite partie possible de la matière

Plus en détail

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 562 ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 563 TABLE DES MATIÈRES ANNEXE J... 562 POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS

Plus en détail

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE Page 1 / 6 LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE 1) Qu est-ce qu un sensor de pression? Tout type de sensor est composé de 2 éléments distincts : Un corps d épreuve soumit au Paramètre Physique φ à mesurer

Plus en détail

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Page : 17/ 77 III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Le choix d un couple donneur-accepteur dépend de la technique utilisée (FRET, TR- FRET, BRET, etc.) et des molécules disponibles pour ces

Plus en détail

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

Grenats «change couleur» avec le spectre d absorption et les cations 3d responsables de leur particularité

Grenats «change couleur» avec le spectre d absorption et les cations 3d responsables de leur particularité GRENATS «CHANGE COULEUR» Quelques exemples Grenats «change couleur» avec le spectre d absorption et les cations 3d responsables de leur particularité Mécanisme Les grenats «change couleur» sont des grenats

Plus en détail

Chap. V : Propriétés physiques et chimiques et tableau périodique. r anion

Chap. V : Propriétés physiques et chimiques et tableau périodique. r anion V.1. Propriétés physiques V.1.a. Le rayon atomique Dans une même colonne quand on change de période n d'une unité, le volume effectif de l atome croît brusquement dans une même colonne r quand n. Au sein

Plus en détail

Voyage dans le nano monde: Observation des atomes par Microscopie à Effet Tunnel Contact: sophie.guezo@univ rennes1.fr

Voyage dans le nano monde: Observation des atomes par Microscopie à Effet Tunnel Contact: sophie.guezo@univ rennes1.fr Observation des atomes par Microscopie à Effet Tunnel Contact: sophie.guezo@univ rennes1.fr Monoxyde de Carbone sur Platine Galerie IBM Institut de Physique de Rennes: présentation Unité Mixte de Recherche

Plus en détail

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00 1 EIDGENÖSSISCHE TECHNISCHE HOCHSCHULE LAUSANNE POLITECNICO FEDERALE DI LOSANNA SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY LAUSANNE DEPARTEMENT DE MICROTECHNIQUE INSTITUT DE PRODUCTION MICROTECHNIQUE CH - 1015

Plus en détail

Les rencontres scientifiques du vendredi

Les rencontres scientifiques du vendredi Les rencontres scientifiques du vendredi Un élément de l Animation Scientifique de l axe 2 Techniques & Méthodes : Mesurer la taille des Particules Natalia Nicole Rosa Doctorante de l Axe 2 UMR IATE 29

Plus en détail

Enveloppes convexes dans le plan

Enveloppes convexes dans le plan ÉCOLE POLYTECHNIQUE ÉCOLES NORMALES SUPÉRIEURES ÉCOLE SUPÉRIEURE DE PHYSIQUE ET DE CHIMIE INDUSTRIELLES CONCOURS D ADMISSION FILIÈRE MP HORS SPÉCIALITÉ INFO FILIÈRE PC COMPOSITION D INFORMATIQUE B (XECLR)

Plus en détail

Sommaire INTRODUCTION GÉNÉRALE... 5 CHAPITRE I : L ACTIVITÉ ANTICANCÉREUSE DES COMPLEXES DE PLATINE... 8. A Le cisplatine... 8

Sommaire INTRODUCTION GÉNÉRALE... 5 CHAPITRE I : L ACTIVITÉ ANTICANCÉREUSE DES COMPLEXES DE PLATINE... 8. A Le cisplatine... 8 Sommaire INTRODUCTION GÉNÉRALE... 5 CHAPITRE I : L ACTIVITÉ ANTICANCÉREUSE DES COMPLEXES DE PLATINE... 8 A Le cisplatine.... 8 A.I Découverte de l activité anti-tumorale du cisplatine... 8 A.II Activité

Plus en détail

Cours 7. Introduction des composants à semiconducteur

Cours 7. Introduction des composants à semiconducteur Cours 7. Introduction des composants à semiconducteur Par Dimitri galayko Unité d enseignement Élec-info pour master ACSI à l UPMC Octobre-décembre 2005 1 Rappel sur la structure atomique des isolants

Plus en détail

Etude expérimentale des modes d onde de surface piégés

Etude expérimentale des modes d onde de surface piégés Etude expérimentale des modes d onde de surface piégés P. J. COBELLI a, P. PETITJEANS a, A. MAUREL b, V. PAGNEUX b,c a. Laboratoire de Physique et Mécanique des Milieux Hétérogènes, UMR CNRS 7636 Ecole

Plus en détail

LES LIANTS HYDRAULIQUES. Hamdi Boualem ENSSMAL

LES LIANTS HYDRAULIQUES. Hamdi Boualem ENSSMAL LES LIANTS HYDRAULIQUES Hamdi Boualem ENSSMAL Le ciment Le ciment est une matière pulvérulente, formant avec l eau ou avec une solution saline une pâte plastique liante, capable d agglomérer, en durcissant,

Plus en détail

Chimie organique. Débuts de la chimie organique

Chimie organique. Débuts de la chimie organique himie organique Info 8.1 Débuts de la chimie organique i Au début du 19 e siècle, Berzelius distinguait deux domaines de la chimie : la chimie minérale (inorganique) et la chimie organique. La chimie organique

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Analyse abstraite de missions sous PILOT

Analyse abstraite de missions sous PILOT Analyse abstraite de missions sous PILOT Damien Massé EA 3883, Université de Bretagne Occidentale, Brest damien.masse@univ-brest.fr Résumé Nous étudions la possibilité de réaliser un analyseur par interprétation

Plus en détail

Détermination des structures moléculaires Structures et diffraction.

Détermination des structures moléculaires Structures et diffraction. Détermination des structures moléculaires Structures et diffraction. Pr. Richard Welter, Institut de Biologie Moléculaire des Plantes, welter@unitra.fr CONTENU DES ENSEIGNEMENTS 1) Discussion sur la notion

Plus en détail

Diagramme de phases binaire liquide-solide

Diagramme de phases binaire liquide-solide hivebench francoise PROTOCOL ENSCM_S5_INORG Diagramme de phases binaire liquide-solide https://www.hivebench.com/protocols/6885 Created by francoise (user #1271) the Tue 30 June 2015 1. Introduction Diagramme

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

MISE EN FORME DE REVÊTEMENTS CERAMIQUES PAR VOIE SOL-GEL, CONTRÔLE DE LA MICROSTRUCTURE APPLICATION AUX PILES SOFC

MISE EN FORME DE REVÊTEMENTS CERAMIQUES PAR VOIE SOL-GEL, CONTRÔLE DE LA MICROSTRUCTURE APPLICATION AUX PILES SOFC Société Française de Thermique 22/01/2010 Design de matériaux à propriétés radiatives fonctionnalisées : de l angström au millimètre MISE EN FORME DE REVÊTEMENTS CERAMIQUES PAR VOIE SOL-GEL, CONTRÔLE DE

Plus en détail

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE ÉVAPORATION SOUS VIDE 1 I SOMMAIRE I Sommaire... 2 II Évaporation sous vide... 3 III Description de l installation... 5 IV Travail pratique... 6 But du travail... 6 Principe... 6 Matériel... 6 Méthodes...

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

PANNEAUX SOLAIRES IN SITU : ÉNERGIE 2. Réalisation : Noël Faltas Scénario : Alain Lartigue CNDP, 1998 Durée : 02 min 55 s

PANNEAUX SOLAIRES IN SITU : ÉNERGIE 2. Réalisation : Noël Faltas Scénario : Alain Lartigue CNDP, 1998 Durée : 02 min 55 s IN SITU : ÉNERGIE 2 PANNEAUX SOLAIRES Réalisation : Noël Faltas Scénario : Alain Lartigue CNDP, 1998 Durée : 02 min 55 s Ce film montre des applications pratiques des générateurs électriques que sont les

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 I. La source d énergie du Soleil : calcul de son temps de vie. Question

Plus en détail

Éléments de chimie organique Résumé

Éléments de chimie organique Résumé Éléments de chimie organique Résumé Note : e résumé indique quelques éléments qui ont été étudiés en classe. Il est largement insuffisant pour compléter votre étude. Il vous permettra de mieux structurer

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B Chapitre 4 Polarisation du transistor bipolaire à jonction 4.1 Le problème de la polarisation 4.1.1 Introduction Dans le chapitre 3, nous avons analysé un premier exemple de circuit d amplification de

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

Aérodynamique Numérique

Aérodynamique Numérique Aérodynamique Numérique Dominique BLANC Rodolphe GOURSEAU 16 mars 2005 TABLE DES MATIÈRES ii Table des matières Introduction iii 1 Maillage non structuré 1 1.1 Préparation du maillage.....................

Plus en détail

Catégories d'environnement d'exploitation

Catégories d'environnement d'exploitation standard technique note technique Environnement d'exploitation du matériel Liste des mots-clés environnement industriel Objet Cette note donne la définition des catégories d'environnement à travers la

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Interactions des rayonnements avec la matière

Interactions des rayonnements avec la matière UE3-1 : Biophysique Chapitre 2 : Interactions des rayonnements avec la matière Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière II.1. La dilatation thermique Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière Lorsqu on chauffe une substance, on provoque l augmentation de l énergie cinétique des atomes et des molécules, ce qui accroît

Plus en détail

De la seconde à la première S. en sciences-physiques et chimiques

De la seconde à la première S. en sciences-physiques et chimiques De la seconde à la première S en sciences-physiques et chimiques programme pour une transition réussie La seconde La première Les TPE Évaluation diagnostic A vous de jouer Le site Les sciences au lycée

Plus en détail

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses Etude expérimentale sur les interférences lumineuses La lumière est une onde électromagnétique. Deux ondes sont à même d interagir en se sommant. Dans certains cas particuliers, notamment pour deux rayons

Plus en détail

Capacité Métal-Isolant-Semiconducteur (MIS)

Capacité Métal-Isolant-Semiconducteur (MIS) apacité Métal-solant-Semiconducteur (MS) 1-onstitution Une structure Métal-solant-Semiconducteur (MS) est constituée d'un empilement de trois couches : un substrat semiconducteur sur lequel on a déposé

Plus en détail

Population étudiante en médecine vétérinaire : projections

Population étudiante en médecine vétérinaire : projections Population étudiante en médecine vétérinaire : projections Assemblée Générale des étudiants de Louvain 17 juin 2015 1 Avant-propos Depuis quelques semaines, la question de la surpopulation dans les filières

Plus en détail

Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles

Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles Quantiles En statistique, pour toute série numérique de données à valeurs dans un intervalle I, on définit la fonction quantile Q, de [,1] dans

Plus en détail

Chromatographie en phase gazeuse (CPG): Le 8 décembre 2011 Filières SVI S5 et STE Professeur SAALAOUI Ennouamane

Chromatographie en phase gazeuse (CPG): Le 8 décembre 2011 Filières SVI S5 et STE Professeur SAALAOUI Ennouamane Chromatographie en phase gazeuse (CPG): Le 8 décembre 2011 Filières SVI S5 et STE Professeur SAALAOUI Ennouamane Principe Le principe de la séparation par C.P.G. consiste à partager l'échantillon à analyser

Plus en détail

2. L eau Structure et propriétés

2. L eau Structure et propriétés 2. L eau Structure et propriétés Structure simple aux propriétés complexes Comportement physico-chimique anormal comparé à H 2 S (structure voisine) Abondance des liaisons hydrogène Constante des milieux

Plus en détail

Optique : applications Introduction

Optique : applications Introduction Optique : applications Introduction I. Introduction Au premier semestre nous avons abordés l'optique géométrique, nous avons vu les lois de Snell Descartes qui décrivent comment la lumière est réfléchie

Plus en détail

Notice biographique Repères biographiques communs. Grade : Professeur des Universités (PR2 5ème échelon)

Notice biographique Repères biographiques communs. Grade : Professeur des Universités (PR2 5ème échelon) Nom : DEL FATTI Corps : Professeur des universités Notice biographique Repères biographiques communs Prénom : NATALIA Grade : Professeur des Universités (PR2 5ème échelon) Section : 30 Equipe de recherche

Plus en détail

http://voyager.ppm.u-psud.fr/nanophysics.html

http://voyager.ppm.u-psud.fr/nanophysics.html Axe principal: EMQ Axes secondaires : NPIQ, NC Nanosciences Moléculaires http://voyager.ppm.u-psud.fr/nanophysics.html Laboratoire Institut des Sciences Moléculaires d Orsay (ISMO), Bâtiment 210, Université

Plus en détail

Chapitre 11 Bilans thermiques

Chapitre 11 Bilans thermiques DERNIÈRE IMPRESSION LE 30 août 2013 à 15:40 Chapitre 11 Bilans thermiques Table des matières 1 L état macroscopique et microcospique de la matière 2 2 Énergie interne d un système 2 2.1 Définition.................................

Plus en détail

Modélisation du panneau solaire hybride «solaire2g»

Modélisation du panneau solaire hybride «solaire2g» Modélisation du panneau solaire hybride «solaire2g» Lucien BLANC 1 1 Institut Universitaire des Systèmes Thermiques Industriels, CNRS/université de Provence Technopôle de Château-Gombert, Marseille Résumé

Plus en détail

O contient deux atomes d hydrogène et un seul atome d oxygène. Pourquoi?

O contient deux atomes d hydrogène et un seul atome d oxygène. Pourquoi? 1. La molécule d eau L eau est composée d oxygène et d hydrogène. Elle possède des propriétés extraordinaires qui ont permis en particulier le développement de la vie sur la Terre : c est par exemple l

Plus en détail

Qualification métrologique des nouveaux bancs de référence de couple de 5 N metde50n m du LNE

Qualification métrologique des nouveaux bancs de référence de couple de 5 N metde50n m du LNE DOI: 10.1051/rfm/2014007 Qualification métrologique des nouveaux bancs de référence de couple de 5 N metde50n m du LNE Metrological qualification of the new 5 N m and50n m torque standard machines of LNE

Plus en détail

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X INTRODUCTION La conception d'un mécanisme en vue de sa réalisation industrielle comporte plusieurs étapes. Avant d'aboutir à la maquette numérique du produit définitif, il est nécessaire d'effectuer une

Plus en détail

Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant. Présentateur Date

Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant. Présentateur Date Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant Présentateur Date 1 Qu'est-ce que SolidWorks Flow Simulation? SolidWorks Flow Simulation est un logiciel d'analyse des écoulements de fluide et du

Plus en détail

AméliE_CO 2. Denis Roizard. Laboratoire Réactions et Génie des Procédés UPR CNRS 3349 Université de Lorraine Denis.Roizard@ensic.inpl-nancy.

AméliE_CO 2. Denis Roizard. Laboratoire Réactions et Génie des Procédés UPR CNRS 3349 Université de Lorraine Denis.Roizard@ensic.inpl-nancy. Amélioration de l Efficacité énergétique des centrales thermiques intégrant le captage de CO2 assisté par contacteurs AméliE_CO2 Denis Roizard Laboratoire Réactions et Génie des Procédés UPR CNRS 3349

Plus en détail