UNIVERSITE DE PARIS-SUD CENTRE D'ORSAY THESE. presentbe pour obtenir. Le titre de DOCTEUR EN SCIENCE specialitb: Physique des Solides

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UNIVERSITE DE PARIS-SUD CENTRE D'ORSAY THESE. presentbe pour obtenir. Le titre de DOCTEUR EN SCIENCE specialitb: Physique des Solides"

Transcription

1 UNIVERSITE DE PARIS-SUD CENTRE D'ORSAY THESE presentbe pour obtenir Le titre de DOCTEUR EN SCIENCE specialitb: Physique des Solides par Patrick BRUNO Sujet: ANISOTROPIE MAGNETIQUE ET HYSTERESIS DU COBALT A L'ECHELLE DU PLAN ATOMIQUE: THEORIE ET EXPERIENCE soutenue le 22 Juin 1989 devant la Commission d'examen: M. 3. Friedel, Prbsident M. G. Bayreuther, Rapporteur M. F. Gautier, Rapporteur M. J.B. Theeten, Examinateur M. J.P. Renard, Examinateur

2

3 A mes parents, a mes maftres en physique.

4 4 REMERCIEMENTS Je remercie Madame S. Lavai, Directrice de l'institut d'electronique Fondamentale, de m'avoir accueilli dans son laboratoire pour y effectuer cette thpse. Je suis tres reconnaissant d Monsieur le Professeur J. Friedel de 1 'honneur qu'il me fait en acceptant la presidence du jury de cette these; 1 'interet qu'il a temoigne pour mon travail a ete pour moi une grande source d 'encouragement. Je ne saurais exprimer assez ma reconaissance d P. Beauvillain et C. Chappert, qui m'ont guide quotidiennement dans ce travail, d l'aboutissement duquel leur competence scientifique, leur sollicitude, et leur bonne humeur ont tres largement contribue. Les lectures critiques qu'ils ont faites de mon manuscrit m'ont ete d'un grand secours lors de sa redaction. A tous les deux, de tout coeur, un grand merci! J.P. Renard a assume la direction scientifique de ce travail, et m'a ac- cueilli au sein du groupe "Magnetisme" qu'il dirige avec enthousiasme et dynamisme; je le remercie vivement de sa grande disponibilite, de ses encouragements chaleureux, et de passionnantes lecons de physique. Je tiens d remercier les membres du jury de cette these: Monsieur J.B. Theeten, ainsi que Messieurs F. Gautier et G. Bayreuther, qui ont accepte d'en etre les rapporteurs. Ce travail n'aurait pu se faire sans l'active collahoration du groupe "Couches Minces" de 1 'Institut d'optique Theorique et Appliquee, qui a entierement assure 1 'elaboration et la caracterisation structurale des echantillons. J'exprime ma profonde gratitude en particulier d J.P. Chauvineau et C. Narliere, avec qui j'ai eu d'enrichissantes discussions, et d D. Renard, dont j'ai pu apprecier la gentillesse, la disponibilite, et qui a deploye ses talents de pedagogue d m'expliquer les differentes techniques de caracterisation. J'ai realise une partie importante des etudes experimentales d l'llniversite de Regensburg (R.F.A.), dans le laboratoire de G. Bayreuther et G. Lugert; je tiens d leur temoigner ma plus sincere reconnaissance pour 1 'accueil chaleureux et amical qu'ils m'ont reserve, pour leur esprit de cooperation, et pour de nombreux et fructueux echanges de points de vue. Mes debuts en physique theorique ont &te kpaules par J. Seiden, qui m'a prodigue conseils et encouragements, et avec qui j'ai eu des discussions

5 l'en remercie de tout coeur et lui temoigne mon amitie. J'exprime enfin ma reconnaissance d tous ceux qui m'ont aide A progresser dans ce travail: P. Veillet, d qui je dois notamment de precieux conseils en informatique, K. LeDang, qui a realise les mesures de resonance magnetique nucleaire, H. Hurdequint, du Laboratoire de Physique des Solides, pour sa collaboration lors des experiences de resonance ferromagnetique, E. Velu, F. Trigui et C. Dupas, avec qui j'ai eii d'interessantes discussions d propos de leurs mesures de magnetoresistance, M.C. Desjonqudres, D. Spanjaard et G. Treglia, pour de fructueuses discussions sur la theorie de 1 'anisotropie magnetocristalline, R. Megy, pour son devouement, son esprit de camaraderie, et ses talents de photographe, B. Lecuyer et B. Lesquer, dont l'aide efficace dans la realisation des figures m'a permis d'achever (presqiie) d temps ce manuscrit, J. Ferre, qui m'a communique les resultats de ses mesures d'effet Faraday, C. Ouradou et M. Huissier, du service du froid de lli.e.f., pour leur diligence et leur efficacite, ainsi que tous ceux en compagnie de qui j'ai eu plaisir d travailler durant ces trois annees.

6 . 6 SOMMAIRE Avant-propos Chapitre 1: Le magnetisme des films ultraminces: un panorama Caracteristiques structurales et proprietes magnkti- ques: quelques considbrations d'ordre general Quelques rappels sur les proprietes magnetiques fon- damentales des metaux de transition A l'etat massif Interaction d'echange et aimantation spontanee Aimantation a basse temperature. Ondes de spins Anisotropie magnetocristalline Proprietes magnetiques "techniques": domaines, pa- rois, hysteresis Proprietes magnetiques des films metalliques ultra- minces Moment magnetique des films ultraminces, a T=O K Anisotropie magnetique des films ultraminces Interactions dipolaires. Champ dbmagneti- sant Anisotropie magnetocristalline des films ultraminces Variation thermique de l'aimantation spontanbe Proprietes magnetiques "techniques" des films ultraminces PREMIERE PARTIE: ETUDES EXPERIMENTALES Chapitre 2: Preparation et caracterisation structurale des echantillons Prbparation des echantillons Caracterisation structurale Structure du substrat d'or Structure des films Au/Co/Au Microscopie et diffraction electronique en

7 sommaire 7 transmission Diffraction d'electrons de haute energie par reflection sous incidence rasante Structure des films Au/Cu/Co/Cu/Au Chapitre 3: Etudes par resonance magnetique nucleaire et re- sonance ferromagnetique Etude comparee par resonance magnetique nucleaire des films Au/Co/Au et Au/Cu/Co/Cu/Au Etude par resonance ferromagnetique des films AU/CU/CO/CU/AU Principe de la mesure Resultats experimentaux Anisotropie comparee des films Au/Cu/Co/Cu/Au et Au/Co/Au Etude des largeurs de raies Chapitre 4: Magnetometrie a basse temperature des films de cobalt sur or Magnetometrie a SQUID en champ faible. et en champ fort; les differents types de mesures Cycles d'hysteresis Courbes de desaimantation Interpretation de la forte variation du champ coercitif et du champ de d6caimantation aux trks faibles kpaisseurs Propagation de parois dans un milieu inhomoghe Role de la rugosite Chapitre 5: Evolution thermique de l'aimantation et du cycle d'hysteresis des films de cobalt sur or Variation thermique de l'aimantation spontanee et de l'aimantation remanente Etude de la dependance temporelle de l'aimantation Un nouveau type de magnetomktre: le piezomagne- tometre ou magnetometre a gradient alternatif Mise en evidence et etude du trainage magneti- que

8 8 sommaire Analyse et discussion des mesures de trainage magnetique Discussion de la dependance temporelle des cy- cles d'hysteresi~ Discussion generale du comportement magnetique des films de cohalt sur or SECONDE PARTIE: ETUDES THEORIQUES Chapitre 6: Theorie de Neel de l'anisotropie magnetocristal- line de surface Presentation de la thkorie de Neel Generalisation de la theorie de Neel aux systemes hexagonaux Chapitre 7: Couplage spin-orbite et anisotropies magnetiques dans les films ultraminces Le couplage spin-orhite Theorie perturhative de l'anisotropie magnetocris- talline et du moment orbital Calcul de la structure de bandes La methode des liaisons fortes de Slater-Koster Interaction Coulombienne interelectronique et approximation de Hartree-Fock Choix des parametres et resultats Anisotropie magnetocristalline dans des films monoa- tomiques de metaux de transition Importance du champ cristallin Influence du remplissage de la bande de valence Moment orhital dans des films monoatomiques de metaux de transition Arguments qualitatifs en faveur d'une anisotro- pie du moment magnetique Resultats des calculs de moment orbital L'anisotropie du moment magnetique peut-elle etre ohservee expkrimentalement?

9 sommaire 9 Chapitre 8: Anisotropie induite par les deformations inter- faciales Un modele phenomenologique simple des deformations interfaciales Anisotropie due aux deformations interfaciales: un mecanisme d'anisotropie de surface alternatif A celui de Neel Comparaison avec les resultats experimentaux Chapitre 9: Effets de la rugosite sur l'anisotropie magnbti- que des films ultraminces Modelisation de la rugosite Effet de la rugosite sur l'anisotropie dipolaire de forme Effet de la rugosite sur l'anisotropie magnetocris- talline de surface Comparaison avec des resultats experimentaux Conclusion APPENDICES Appendice 1: Deplacements d'une paroi dans un materiau inhomogene et theorie du trainage magnetique Appendice 2: Theorie de Neel du couplage magnetocristallin Appendice 3: Anisotropie magnetocristalline et moment magnetique orbital en theorie des bandes Appendice 4: Effet de la rugosite sur l'anisotropie dipolai- re de forme

10

11 "Se li tuai diti non sono a ta1 nodo sufficienti, non e maraviglia; tanto, per non tentare, 6 fatto sodo!" Dante Alighieri, 1300 La Divina Commedia, Paradiso, Canto XXVIII ANISOTROPIE MAGNETIQUE ET HYSTERESIS DU COBALT A L'ECHELLE DU PLAN ATOMIQUE: THEORIE ET EXPERIENCE

12

13 AVANT-PROPOS Par bien des aspects, la Physique des Solides s'apparente A un "jeu de construction'' extraordinaire: apres avoir passe de nombreuses annees A en elucider les regles (et bien que tout soit loin d'etre compris), les physiciens et les chimistes s'attachent de plus en plus A elaborer des materiaux artificiels possedant des proprietes nouvelles, parfois meme revolutionnaires! Un exemple eclatant de cette tendance est donne par la synthese recente d'oxydes supraconducteurs a haute temperature critique. Parmi les materiaux artificiels nouveaux, les films magnetiques ultraminces, dont l'etude a pris un essor considerable au cours de la derniere decennie, presentent l'aspect fascinant de pouvoir etre prepares plan atomique apres plan atomique, et ce, grace au developpement des techniques d'elaboration et de caracterisation en ultravide. Lorsque l'epaisseur des films est reduite a quelques plans atomiques, les proprietes magnetiques des materiaux peuvent etre considerablement modifiees. En particulier, des effets de surface (ou d'interface) ont ete predits theoriquement: modification du moment magnetique, et surtout, apparition d'une anisotropie magnetique extremement grande, pouvant etre trei superieure a celle des materiaux massifs correspondants. Cette anisotropie tres importante est susceptible d'etre utilisee pour des applications technologiques dans le domaine de l'enregistrement magnetique: en superposant des films magnetiques ultraminces, separes par un mat& riau non magnetique, on peut esperer realiser un materiau artificiel possedant A la fois une aimantation notahle, et les proprietes d'anisotropie des films ultraminces. L'etude experimentale des proprietes magnetiques des films ultraminces est trhs delicate, A cause precisement de leur epaisseur extremement reduite: pour en donner une idee, disons que 0,2 cm3 d'or, etale en couche monoatomique, suffirait a redorer le dome des Invalides! Dans un echantillon de taille usuelle (lcm x Icm), la masse de metal magnetique est de seulement quelques fractions de microgramme; l'etude quantitative du magnetisme a l'echelle du plan atomique necessite l'utilisation d'appareils extremement sensibles, tels les magnetometres A SQIJID.

14 14 avant-propos Cette these presente l'etude experimentale et theorique des propri6tes magnetiques de films ultraminces de cobalt. Je presente dans le chapitre 1 les resultats theoriques et experimentaux deja obtenus dans ce domaine. La suite de ce memoire est divisee en deux parties; la premiere est consacree aux etudes experimentales (chapitres 2 a 51, la seconde aux etudes theoriques(chapitres 6 a 9). Le chapitre 2 decrit la preparation et la caracterisation structurale des echantillons, realisees par le groupe "Couches Minces" de l'institut d'op- tique Theorique et Appliquee (Orsay). Deux types d'echantillons ont ete pre- pares: des films AU/CO/AU, dont l'etude a ete commencee par C. Chappert lors de sa these (1985), ainsi que des films Au/Cu/Co/Cu/Au. Le chapitre 3 presente l'etude par resonance magnetique nucleaire et par resonance ferromagnetique des films Au/Cu/Co/Cu/Au; notamment, l'anisotropie magnetique de l'interface CulCo est comparee a celle de l'interface Au/Co. Les chapitres 4 et 5 sont consacres A l'etude par magnetombtrie des films Au/Co/Au. Nous y mettons en evidence deux phenomenes nouveaux: a basse tem- perature, le champ coercitif augmente considerablement aux tres faibles epaisseurs; a temperature ambiante, il existe un trainage important de I'ai- mantation. L'interpretation de ces phenomenes met l'accent sur le rble pre- ponderant joue par la rugosite interfaciale. Dans le chapitre 6, je presente la theorie de Neel de l'anisotropie ma- gnetique des films ultraminces, puis j'en propose une extension au cas d'un systeme cristallin hexagonal (comme celui du cobalt). Le chapitre 7 etudie, dans le cadre de la theorie des bandes, les effets du couplage spin-orbite dans les films ultraminces: l'anisotropie magnetocristalline, et, pour la premiere fois, le deblocage du moment orbi- tal. Ces calculs predisent un effet jamais encore observe: une anisotropie particulierement importante du moment magnetique. L'anisotropie magnetique induite par les daformations dues au desaccord parametrique important a l'interface entre l'or et le cobalt est etudiee au chapitre 8. Enfin, je prdsente dans le chapitre 9 une etude de l'influence de la ru- gosite interfaciale sur l'anisotropie magnetique des films ultraminces.

15 avant-propos 15 Afin de ne par alourdir la lecture du texte, j'ai rassemble h la fin de ce memoire les calculs les plus penibles. J'ai utilise le systeme d'unites dlectromagnetiques c.g.s., qui est le plus repandu dans le domaine du magnetisme.

16 CHAPITRE 1 LE MAGNETISME DES FILMS METALLIQUES ULTRAMINCES: UN PANORAMA L'objet de ce chapitre est d'introduire les concepts essentiels a l'etude du magnetisme des films ultraminces de metaux de transition, de presenter les questions specifiques soulevees par ces materiaux nouveaux, et de discuter (de facon non exhaustive) les resultats importants deja obtenus dans ce domaine Caracteristiques structurales et proprietes magnbtiques: quelques con- siderations d'ordre ghbral Les caracteristiques structurales des materiaux ferromagnetiques influent considerablement sur leurs proprietes magnetiques. Il est utile d'etablir une classification des proprietes magnetiques en fonction de 1'8chelle des caracteristiques structurales auxquelles elles sont sensibles. Cette classification servira de fil directeur a la discussion ci-dessous. Distinguons trois echelles de grandeurs (les limites proposees ne sont qu'indicatives): (i) B l'echelle microscopique (de 1 A B 100 A ), l'aimantation varie peu en general, et peut etre consideree comme uniforme; (ii) B l'echelle m&oscopique (de 100 A a 100 pm), l'aimantation est uniforme en grandeur, mais pas en direction (presence de domaines et parois) ; (iii) a l'echelle macroscopique (de 100 pm B quelques cm), on peut de nouveau considerer l'aimantation comme uniforme, en effectuant une moyenne sur de nombreux domaines. Cette classification se justifie egalement par le fait que les approches theoriques mises en oeuvre pour l'etude des proprietes magnetiques correspondantes sont fondamentalement tres differentes.

17 chapitre 1 17 Proprietes magnetiques influencees par les caracteristiques structurales A l'echelle microscopique Ce sont celles que l'on qualifie parfois de fondamentales, ou d'intrinseques: l'aimantation spontanee, la temperature de Curie, les constantes d'anisotropie et de magnetostriction, la relation de dispersion des ondes de spin, etc... L'etude theorique de ces proprietes est basee sur la theorie quantique des solides, divers degres de sophistication; les interactions qui entrent en jeu a cette echelle sont essentiellement l'interaction d'echange (due en derniere analyse a l'interaction Coulombienne), et le couplage spin-orbite. La caracteristique de ces interactions est d'etre A courte portee effective (quelques distances interatomiques); c'est la raison pour laquelle les proprietes associees sont sensibles essentiellement A la structure cristalline locale. Proprietes dependant de la structure macroscopique Bien que beaucoup plus faible que l'interaction d'echange, l'interaction magnetique dipolaire, du fait de sa longue portee, devient preponderante a l'echelle macroscopique; elle est responsable des phenomhes d'anisotropie de forme, de champ demagnetisant, etc..., lesquels dependent des caracteristiques geometriques globales de l'echantillon considere, independamment de la microstructure sous-jacente. L'etude theorique de ces problemes fait generalement appel a l'electrodynamique macroscopique de Maxwell. Proprietes magnetiques sensibles a la structure B l'echelle mesoscopique Les proprietes magnetiques dites "techniques" (coercivite, remanence, susceptibilite initiale, etc... ) sont tres sensibles a la structure de l'echantillon A l'echelle mesoscopique (taille des cristaux, distribution des defauts, des tensions internes, etc...). Ces proprietes peuvent, pour un materiau donne, varier par plusieurs ordres de grandeur, en fonction du traitement thermique et mecanique (recuit, trempe, ecrouissage, etc...) subi par l'echantillon. Elles sont associees A la decomposition en domaines, et a l'interaction des parois avec les defauts et inhomogeneit4s lors de leurs deplacements.

18 18 chapitre 1 A l'echelle mesoscopique, les interactions d'echange, dipolaire, et spinorbite (anisotropie magnetocristalline) jouent toutes un role important, aucune d'entre elles n'etant reellement negligeable devant les autres; ce fait, combine au caractere desordonne de la structure mesoscopique, rend les etudes theoriques extremement complexes. Pour cette raison, ces etudes font largement appel a des modeles phenomenologiques Quelques rappels sur les proprietes fondamentales des metaux de transi- tion a l'etat massif Interaction d'echange et aimantation spontanee Afin d'expliquer la propriete de certains metaux de transition (le fer, le cobalt et le nickel) de presenter une aimantation spontanee en l'absence de champ magnetique, en dessous d'une temperature critique appelee temperature de Curie (Tc), Weiss (1907a) a fait l'hypothese de l'existence d'une interaction favorisant l'alignement des moments magnetiques des differents atomes, a laquelle il a donne le nom de champ moleculaire. L'hypothese du champ moleculaire a ainsi permis a Weiss de retrouver l'ensemble des proprietes essentielles des ferromagnetiques (aimantation spontanee, transition de phase vers un etat paramagnetique). La nature de l'interaction responsable du ferromagnetisme a ete revelee par Heisenberg (1928), qui a montre qu'il s'agit d'une interaction d'essence purement quantique (elle provient du principe d'indiscernabilite de Pauli), et de nature Coulombienne (ce qui explique son ordre de grandeur tres superieur a celui des interactions magnetiques dipolaires). Ces travaux ont donne naissance au celebre modele de Heisenberg, dans lequel le Hamiltonien d'interaction s'ecrit: ou la somme est restreinte aux sites i et j premiers voisins, SI et S sont J les spins des sites i et j, et J est l'integrale d'dchange (l'interaction responsable de l'alignement des spins est generalement appelee interaction d 'dchange).

19 chapitre 1 19 Dans les metaux de la premiere serie de transition, le moment magnetique est porte par les electrons 3d. Ces electrons, de caractere itinerant, forment une bande relativement etroite (3 a 5 ev) partiellement remplie, et se recouvrant avec la bande des electrons 4sp, beaucoup plus large. Le modele de Heisenberg considere au contraire les electrons comme localises sur un site atomique, et de ce fait, s'applique mal aux metaux de transition. La theorie du magnetisme itinerant est fort complexe; une revue dea multiples aspects du probleme est presentee par Herring (1966), et plus recemment, par Gautier (1982) et Moriya (1985). On peut neanmoins en donner une idee & l'aide d'un modele simple (Hubbard, 1963), dans lequel le hamiltonien s'ecrit t oh i et j indexent le site atomique, die spin, c et c sont respectivement * des operateurs de creation et d'annihilation, n un operateur nombre d'elec- trons, tl, une integrale de "saut", et Ueff une integrale d'interaction Coulombienne intraatomique effective. Dans l'expression (1-2), le premier terme du second membre correspond au hamiltonien d'electrons sans interac- tion Coulombienne mutuelle (il comprend l'energie cinetique et l'energie po- tentielle d'interaction avec les ions); ce terme conduit a la delocalisation des electrons 3d, et a la creation d'une bande de quelques ev de large. Le second terme decrit l'interaction Coulombienne interelectronique; seul le terme intraatomique (le plus important) a ete conserve; le principe de Pauli interdisant a deux electrons de meme spins d'occuper la meme orbitale, seuls les electrons de spins opposes interagissent dans le hamiltonien de Hubbard (1-2); il apparait immediatement que ce dernier terme favorise la polarisa- tion de spin de la bande 3d (c'est-&-dire le ferromagnetisme), puisqu'il conduit a une energie plus elevee lorsque les Qlectrons sont egalement re- partis entre les deux etats de spin. L'apparition (ou non) du ferromagnetis- me resulte de la competition entre: (i) le gain d'energie d'interaction associe a la polarisation de la bande 3d; (ii) l'accroissement d'knergie cinetique da au transfert d'electrons de la bande 3d& vers la bande 3df; Ceci est exprime par le critere de Stoner qui stipule qu'il y a apparition du ferromagnetisme si

20 20 chapitre 1 oh N(EF) est la densite d'etats par spin au niveau de Fermi, dans l'etat paramagnetique. Les methodes modernes de calcul ab initio de la structure electronique des metaux (Andersen, 19751, basees sur la theorie de la fonctionnelle de la densite locale de spin (Hohenberg et Kohn, 1964; Kohn et Sham, 1965; von Bartb et Hedin, 1972) permettent de predire avec succes nombre de proprietes essentielles de l'etat fondamental des metaux ferromagnetiques, telles que les parametres cristallins, le module de compressibilite, le moment magnetique, etc... (Moruzzi et col., 1978, 1986, 1986; Markus et Moruzzi, 1985) Aimantation & basse tempbrature. Ondes de spins La notion d'onde de spins a ete introduite par Bloch (1930), qui a montre que les excitations de basse energie du hamiltonien de Heisenberg sont des etats dans lesquels le renversement d'un spin est delocalise sur tout le re- -, seau; l'onde de spin est caracterisee par son vecteur d'onde k et son ener- -, gie E(k) = Mk). La relation de dispersion des ondes de spins est ~(k) N kz, de sorte que la densite d'etats des ondes de spins est, & trois dimensions, N(E) N fi. Les ondes de spins (appelees aussi magnons) etant des bosons, la probabilite d'occupation d'un etat excite est donnee par la dis- tribution de Bose-Einstein. La variation d'aimantation &f(t)=m(o)-m(t) due & l'excitation thermique des ondes de spins est alors donnee par La variation en T 3'2 de l'aimantation & basse temperature, connue sous le nom de loi de Bloch, est bien verifiee experimentalement. Divers auteurs ont publies des articles de revue sur les ondes de spins (van Kranendonk et van Vleck, 1958; Walker, 1963; Phillips et Rosenberg, 1966; Keffer, 1966; Akhiezer et col., 1968). La validite pour les ferromagnetiques itinerants du concept d'onde de spins (introduit originalement par Bloch dans le cas des ferromagnetiques &

21 chapitre spins localises) a tout d'abord ete mise en doute. Sur la hase d'une theo- rie macroscopique des ondes de spins, Herring et Kittel (1951) ont montre que l'existence d'etats excites de basse energie (EN i?) resulte de consi- derations de symetrie, independamment du modele microscopique sous-jacent. L'existence des ondes de spins dans les ferromagnetiques itinerants a par la suite ete etablie directement, tant experimentalement par diffusion de neu- trons (Lowde, 1956), que theoriquement (Izuyama et col., 1963) ; par ail- leurs, on peut demontrer (Cyrot, 1970; Capellmann, 1979; Mathon, 1983) l'existence d'un hamiltonien de Heisenherg effectif pour les ferromagneti- ques itinerants Anisotropie magn~tocrietalline On observe experimentalement qu'il est ''plus difficile" d'aimanter un echantillon monocristallin dans certaines directions cristallographiques que dans d'autres; ceci est illustre par la figure 1-1. Cette a~~isotropie niagite- tocristalline traduit l'existence d'un terme d'energie libre dependant de l'orientation de l'aimantation par rapport aux axes cristallins. On peut ecrire l'bnergie d'anisotropie sous la forme d'un developpement en puissances des cosinus directeurs de l'aimantation par rapport au reseau cristallin, ou bien, de facon equivalente sous la forme d'un developpement en harmoniques spheriques; l'experience montre que le developpement est ra- pidement convergent, et qu'un nombre restreint de termes suffit decrire l'energie d'anisotropie. L'expression de l'energie d'anisotropie doit etre compatible avec la symetrie du reseau cristallin; par ailleurs, la symetrie par renversement du temps impose A l'energie d'etre invariante par -, f transformation de M en -M, de sorte que seuls les termes d'ordre pair sont autorises; Birss (1964) presente une discussion tres complete des considera- tions de symetrie. Pour les cristaux cubiques (Fe, Ni), le premier terme non nul est d'ordre 4, et l'energie d'anisotropie s'ecrit: oh al, %, 3 sont les cosinus directeurs de l'aimantation par rapport aux axes cubiques, et KI et K sont les constantes d'anisotropie du materiau. 2

22 2 2 chapitre O O EEH 100 H (oersleds) Figure 1-1: Courbes d'aimantation du fer, du cobalt et du nickel mas- sifs dans differentes directions cristallographiques (d'apres Morrish, 1965) Tableau 1-1 (erg.cm-" )4,.81~10~ (1.12~10~ ~10~ 1 1 Pour les cristaux hexagonaux (Co), le premier terme non nul du developpe- ment est d'ordre 2, et l'expression de l'energie d'anisotropie est: ou 0 et (P sont les angles sph6riques usuels, l'axe polaire etant choisi parallele A l'axe c du cristal. Le tableau 1-1 rassemble les valeurs a. temperature ambiante des constan-

23 chapitre tes d'anisotropie du fer (cc), du cobalt (hc), et du nickel (cfc) (Wahl- farth, 1980). Notion de champ d'anisotropie: On appelle direction de facile aimantation une direction correspondant A un minimum local de l'energie libre; on peut reperer la direction de l'aimantation par de nouvelles coordonnees spheriques, l?' et y', l'axe polaire etant choisi suivant la direction de facile aimantation consideree. Pour de petites valeurs de O', exprimons l'energie d'anisotropie par un developpement en puissances de l?', en nous limitant A l'ordre le plus bas, c'est-a- dire A l'ordre 2; si la direction de facile aimantation est un axe de syme- trie cristalline d'ordre superieur A 2, l'energie d'anisotropie est, A l'or- dre 2, independante de l'angle y', et s'ecrit: A un terme constant prks, cette expression est de la meme forme que l'energie Zeeman due A un champ magnetique applique dans la direction de facile aimantation considerbe: Ceci montre que, aux petits angles, le couple du A l'anisotropie magnkto- cristalline est analogue A celui exerce par un champ magnetique effectif Ha, appele champ d'anisotropie, et valant Il est important de noter que la notion de champ d'anisotropie n'a de sens qu'au voisinage d'une direction de facile aimantation correspondant A un axe de symetrie d'ordre superieur A 2; en effet, pour un axe de symetrie d'ordre 2, le couple de rappel subi par l'aimantation depend de la direction dans laquelle celle-ci s'eloigne de l'axe considere. On peut donc parler de champ d'anisotropie, lorsque la direction de facile aimantation est une di- rection [loo] ou [Ill] d'un reseau cubique, ou l'axe c d'un reseau hexago- nal, mais pas lorsqu'il s'agit d'une direction [Il01 d'un reseau cubique, ou

24 24 chapitre 1 bien situee dans le plan basal d'un reseau hexagonal. Le grand avantage de la notion de champ d'anisotropie est d'exprimer l'anisotropie magnetocristalline en unite de champ magnetique, ce qui nous parait generalement plus concret. Origine physique de l'anisotropie magn6tocristalline: Le hamiltonien de Heisenberg (1-l), comme celui de Hubbard (1-2), est invariant par rotation de la direction de quantification des spins (c'est-adire de la direction de l'aimantation), et ne peut donc pas expliquer l'existence de l'anisotropie magnetocristalline. Pour ce faire, il faut introduire une interaction capable de coupler les spins au reseau cristallin. Le premier mecanisme auquel on peut songer est l'interaction magnetique dipolaire entre les spins; cependant l'anisotropie correspondant a ce mecanisme est environ 1000 fois trop faible pour expliquer les observations experimentales. Depuis les travaux de Bloch et Gentile (1931), et de van Vleck (1931), l'origine physique de l'anisotropie magnetocristalline est attribuee au couplage spin-orbite. La premiere etude theorique de l'anisotropie magnetocristalline des ferromagnetiques itinerants dans le cadre de la theorie des bandes est due a Brooks (1940), qui a utilise la methode semi-empirique des liaisons fortes; il a ete suivi dans la meme voie par d'autres auteurs (Fletcher, 1954; Mori, 1969; Kondorskii et Staube, 1973; Kondorskii, 1914; Mori et col., 1914a,b). Ce n'est que tr& recemment que les puissantes methodes de calcul ab ini- tio de la structure electronique des metaux ont et6 appliquees au calcul de l'anisotropie magnetocristalline des metaux de transition massifs (Fritsche et col., 1981; Daalderop et col., 1988). L'introduction du couplage spin- orbite dans un calcul ab initio necessite en effet l'utilisation de la theo- rie relativiste de Dirac, beaucoup moins maniable. Jusqu'a maintenant, les valeurs d'anisotropie magnetocristalline resultant de ces calculs sont en desaccord avec les resultats experimentaux; ceci est probablement du au fait que, dans les materiaux cubiques, l'energie d'anisotropie est de l'ordre de quelques pev, alors que l'energie totale est de plusieurs ev, ce qui rend les calculs extremement delicats et les resultats incertains.

Une réponse (très) partielle à la deuxième question : Calcul des exposants critiques en champ moyen

Une réponse (très) partielle à la deuxième question : Calcul des exposants critiques en champ moyen Une réponse (très) partielle à la deuxième question : Calcul des exposants critiques en champ moyen Manière heuristique d'introduire l'approximation de champ moyen : on néglige les termes de fluctuations

Plus en détail

La liaison chimique : formation des molécules

La liaison chimique : formation des molécules La liaison chimique : formation des molécules variation de l'énergie potentielle, lorsque l'on fait varier la distance entre 2 atomes d''hydrogène courtes distances : interaction répulsive grandes distances

Plus en détail

SUPRACONDUCTIVITE Louis Dumoulin CSNSM Orsay

SUPRACONDUCTIVITE Louis Dumoulin CSNSM Orsay SUPRACONDUCTIVITE Louis Dumoulin CSNSM Orsay Introduction -Phénomène spectaculaire qui a marqué profondément la Physique des Solides -Une propriété incontournable des très basses Températures -Une place

Plus en détail

Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux

Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux Université Pierre et Marie Curie Master de sciences et technologie Interaction matière-rayonnement Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux Introduction On considère un système atomique

Plus en détail

Plan du chapitre «Milieux magnétiques»

Plan du chapitre «Milieux magnétiques» Plan du chapitre «Milieux magnétiques» 1. Sources microscopiques de l aimantation en régime statique 2. Etude macroscopique de l aimantation en régime statique 3. Aimantation en régime variable 4. Les

Plus en détail

TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique CORRECTION Séance n 3 Semaine du 28/09/2015

TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique CORRECTION Séance n 3 Semaine du 28/09/2015 TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique CORRECTION Séance n 3 Semaine du 28/09/2015 Optique 2 Mariano-Goulart QCM n 1 : A, C A. Vrai. Hz.m -1.s => B. Faux.. C. Vrai. L'équation donnée montre que l onde électrique

Plus en détail

C - LES REACTIONS NUCLEAIRES

C - LES REACTIONS NUCLEAIRES C - LES RECTIONS NUCLEIRES Toute réaction nucléaire met en jeu la transformation spontanée ou provoquée de noyaux atomiques. C - I EQUIVLENCE MSSE ENERGIE I - 1 MISE EN EVIDENCE Les ondes électromagnétiques

Plus en détail

OPTIQUE. 1. Loi de la réflexion. Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident

OPTIQUE. 1. Loi de la réflexion. Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident OPTIQUE Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident AIR rayon réfléchi EAU rayon réfracté A l'interface entre les deux milieux, une partie

Plus en détail

Courant électrique et distributions de courants

Courant électrique et distributions de courants Cours d électromagnétisme Courant électrique et distributions de courants 1 Courant électrique 1.1 Définition du courant électrique On appelle courant électrique tout mouvement d ensemble des particules

Plus en détail

Charge électrique loi de Coulomb

Charge électrique loi de Coulomb Champ électrique champ magnétique Charge électrique loi de Coulomb 1/ répulsion réciproque de deux charges < r 12 > Q 1 Q 2 Les deux charges Q 1 et Q 2 se repoussent mutuellement avec une force F 12 telle

Plus en détail

CHAPITRE 14. CHAMP MAGNETIQUE

CHAPITRE 14. CHAMP MAGNETIQUE CHAPITRE 14. CHAMP MAGNETIQUE 1. Notion de champ Si en un endroit à la surface de la Terre une boussole s'oriente en pointant plus ou moins vers le nord, c'est qu'il existe à l'endroit où elle se trouve,

Plus en détail

Electrocinétique et magnétostatique

Electrocinétique et magnétostatique Chapitre 3 Electrocinétique et magnétostatique 3.1 Electrocinétique - Vecteur densité de courant Un courant électrique correspond à des charges électriques mobiles. On appelle vecteur densité de courant

Plus en détail

Cours de Mécanique du point matériel

Cours de Mécanique du point matériel Cours de Mécanique du point matériel SMPC1 Module 1 : Mécanique 1 Session : Automne 2014 Prof. M. EL BAZ Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 1 : Complément Mathématique SMPC1 Chapitre 1: Rappels

Plus en détail

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec 527-3 (1978-1982-1990-1992) L'Assemblée des radiocommunications de l'uit, considérant a) que la propagation de

Plus en détail

MIROIRS SPHÉRIQUES ET LENTILLES

MIROIRS SPHÉRIQUES ET LENTILLES EXPÉRIENCE 5 MIROIRS SPHÉRIQUES ET LENTILLES I. Introduction et objectifs Les miroirs et les lentilles sont des objets utilisés quotidiennement. Le miroir le plus répandu (et le plus simple) est le miroir

Plus en détail

Master 1 Physique----Université de Cergy-Pontoise. Effet Kerr EFFET KERR. B. AMANA, Ch. RICHTER et O. HECKMANN

Master 1 Physique----Université de Cergy-Pontoise. Effet Kerr EFFET KERR. B. AMANA, Ch. RICHTER et O. HECKMANN EFFET KERR B. AMANA, Ch. RICHTER et O. HECKMANN 1 I-Théorie de l effet Kerr L effet Kerr (1875) est un phénomène électro-optique de biréfringence artificielle. Certains milieux, ordinairement non-biréfringents,

Plus en détail

Différents types de matériaux magnétiques

Différents types de matériaux magnétiques Différents types de matériaux magnétiques Lien entre propriétés microscopiques et macroscopiques Dans un matériau magnétique, chaque atome porte un moment magnétique µ (équivalent microscopique de l aiguille

Plus en détail

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION Nous n étudierons dans ce chapitre que la conduction en régime permanent, c'est-à-dire lorsque l équilibre thermique est atteint ce qui se caractérise par des températures

Plus en détail

...# N # 2 # 1 # N M $ # p p. = C pi

...# N # 2 # 1 # N M $ # p p. = C pi Chapitre X Une application qualitative de la théorie orbitalaire La méthode de Hückel En 1933, Hückel propose une méthode quantique de description de la partie π du nuage électronique des molécules planes

Plus en détail

MESURE DE LA TEMPERATURE

MESURE DE LA TEMPERATURE 145 T2 MESURE DE LA TEMPERATURE I. INTRODUCTION Dans la majorité des phénomènes physiques, la température joue un rôle prépondérant. Pour la mesurer, les moyens les plus couramment utilisés sont : les

Plus en détail

Semi-conducteurs. 1 Montage expérimental. Expérience n 29

Semi-conducteurs. 1 Montage expérimental. Expérience n 29 Expérience n 29 Semi-conducteurs Description Le but de cette expérience est la mesure de l énergie d activation intrinsèque de différents échantillons semiconducteurs. 1 Montage expérimental Liste du matériel

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON J. RHAZI, S. NAAR Groupe de Recherche sur l Auscultation et l Instrumentation Département de génie civil

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

PREMIERE PARTIE CRISTALLOGRAPHIE GEOMETRIQUE

PREMIERE PARTIE CRISTALLOGRAPHIE GEOMETRIQUE 1 PREMIERE PARTIE CRISTALLOGRAPHIE GEOMETRIQUE Cette première partie se divise en cinq chapitres : Le chapitre 1 donne quelques généralités sur l'état cristallin. Le chapitre est consacré aux calculs dans

Plus en détail

CHAPITRE V : Le champ électrique

CHAPITRE V : Le champ électrique CHAPITRE V : Le champ électrique V.1 La notion de champ a été introduite par les physiciens pour tenter d'expliquer comment deux objets peuvent interagir à distance, sans que rien ne les relie. A la fois

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 2 heures (10h-12h)

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 2 heures (10h-12h) DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ CONCOURS BLANC calculatrice: autorisée durée: 2 heures (10h-12h) Sujet Vaisseau spatial... 2 I.Vaisseau spatial dans un champ newtonien... 2 II.Vitesse de libération...3 A.Option

Plus en détail

L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques.

L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques. L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques 1 BUTS DU COURS : se familiariser avec le vocabulaire statistique o variable dépendante, variable indépendante o statistique descriptive,

Plus en détail

Systèmes oscillants Oscillateur harmonique amorti, oscillations libres amorties

Systèmes oscillants Oscillateur harmonique amorti, oscillations libres amorties Systèmes oscillants Oscillateur harmonique amorti, oscillations libres amorties L'objet de cette ressource est l'étude des systèmes physiques, de type mécanique, électrique ou microscopique, se comportant

Plus en détail

Cristaux, tenseurs, élasticité & piézoélectricité

Cristaux, tenseurs, élasticité & piézoélectricité Cristaux, tenseurs, élasticité & piézoélectricité par Vincent Laude Institut FEMTO-ST, département MN2S équipe MINANO «Micro-Instrumentation, NANosciences et Ondes» 32 avenue de l Observatoire F-25044

Plus en détail

- cas d une charge isolée en mouvement et par extension d un ensemble de

- cas d une charge isolée en mouvement et par extension d un ensemble de Notion de courant de particule ; conservation du courant = expression du courant de particules chargées ; charges; j = q k k - cas d une charge isolée en mouvement et par extension d un ensemble de v k

Plus en détail

Texte Agrégation limitée par diffusion interne

Texte Agrégation limitée par diffusion interne Page n 1. Texte Agrégation limitée par diffusion interne 1 Le phénomène observé Un fût de déchets radioactifs est enterré secrètement dans le Cantal. Au bout de quelques années, il devient poreux et laisse

Plus en détail

Electromagnétisme. Chapitre 1 : Champ magnétique

Electromagnétisme. Chapitre 1 : Champ magnétique 2 e BC 1 Champ magnétique 1 Electromagnétisme Le magnétisme se manifeste par exemple lorsqu un aimant attire un clou en fer. C est un phénomène distinct de la gravitation, laquelle est une interaction

Plus en détail

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X INTRODUCTION La conception d'un mécanisme en vue de sa réalisation industrielle comporte plusieurs étapes. Avant d'aboutir à la maquette numérique du produit définitif, il est nécessaire d'effectuer une

Plus en détail

4. Microscopie électronique à balayage

4. Microscopie électronique à balayage 4. Microscopie électronique à balayage 4.1. Principe de formation des images en MEB 4.2. Mise en œuvre 4.3. Les différents modes d imagerie 4.4. Les différents types de contraste 4.5. Performances 4.5.1.

Plus en détail

Optique : applications Introduction

Optique : applications Introduction Optique : applications Introduction I. Introduction Au premier semestre nous avons abordés l'optique géométrique, nous avons vu les lois de Snell Descartes qui décrivent comment la lumière est réfléchie

Plus en détail

Chapitre I PHENOMENE DE FLUORESCENCE ORIGINE ET PROCESSUS. * hυ hυ

Chapitre I PHENOMENE DE FLUORESCENCE ORIGINE ET PROCESSUS. * hυ hυ Rayons Rayons X Ultra-violets Infra-rouges Micro-ondes Ondes radio 1 Chapitre I PHENOMENE DE FLUORESCENCE ORIGINE ET PROCESSUS Définitions * hυ hυ La fluorescence ou luminescence est l émission d énergie

Plus en détail

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique Exercices Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique E. (a) On a 33, 2 0cm et 20 cm. En utilisant l équation 5.2, on obtient 33 0 cm 33 20 cm 858 cm Le chat voit le poisson à 858 cm derrière

Plus en détail

SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dans un barreau élastique

SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dans un barreau élastique Titre : SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dan[...] Date : 09/11/2011 Page : 1/9 SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dans un barreau élastique Résumé On teste les éléments paraxiaux

Plus en détail

Complément - Chapitre 1 Notions fondamentales

Complément - Chapitre 1 Notions fondamentales Complément - Chapitre 1 Notions fondamentales Configurations électroniques 1.a Cases quantiques La configuration électronique des atomes consiste en la répartition des électrons au sein des différentes

Plus en détail

Concours Centrale-Supélec 2005 7/12

Concours Centrale-Supélec 2005 7/12 Problème - type centrale Partie - Couplage des phénomènes de conduction thermique et électrique en régime linéaire. Étude d un réfrigérateur à effet Peltier Le but de cette partie est de montrer que, dans

Plus en détail

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Mécanique...2 I.Mise en équations...2 II.Résolution...4 III.Vérifications...4 IV.Aspects énergétiques...4 Optique...5 I.Interférences

Plus en détail

D U G A Z P A R F A I T M O N O A T O M I Q U E A U X F L U I D E S R E E L S E T A U X P H A S E S C O N D E N S E E S

D U G A Z P A R F A I T M O N O A T O M I Q U E A U X F L U I D E S R E E L S E T A U X P H A S E S C O N D E N S E E S THERMODYNAMIQUE Lycée F.BUISSON PTSI D U G A Z P A R F A I T M O N O A T O M I Q U E A U X F L U I D E S R E E L S E T A U X P H A S E S C O N D E N S E E S Ce chapitre pourrait s appeler du monde moléculaire

Plus en détail

Détermination des structures moléculaires Structures et diffraction.

Détermination des structures moléculaires Structures et diffraction. Détermination des structures moléculaires Structures et diffraction. Pr. Richard Welter, Institut de Biologie Moléculaire des Plantes, welter@unitra.fr CONTENU DES ENSEIGNEMENTS 1) Discussion sur la notion

Plus en détail

Electrodynamique. Moteur monte-charge. Ref : 302 194. Français p 1. Version : 1004

Electrodynamique. Moteur monte-charge. Ref : 302 194. Français p 1. Version : 1004 Français p 1 Version : 1004 1 Description Le monte-charge est constitué des éléments suivants : 1 moteur avec moto-réducteur commandé par un bouton poussoir une poulie solidaire de l'axe du moteur permettant

Plus en détail

Chapitre 4. Travail et puissance. 4.1 Travail d une force. 4.1.1 Définition

Chapitre 4. Travail et puissance. 4.1 Travail d une force. 4.1.1 Définition Chapitre 4 Travail et puissance 4.1 Travail d une force 4.1.1 Définition En physique, le travail est une notion liée aux forces et aux déplacements de leurs points d application. Considérons une force

Plus en détail

Capacité Métal-Isolant-Semiconducteur (MIS)

Capacité Métal-Isolant-Semiconducteur (MIS) apacité Métal-solant-Semiconducteur (MS) 1-onstitution Une structure Métal-solant-Semiconducteur (MS) est constituée d'un empilement de trois couches : un substrat semiconducteur sur lequel on a déposé

Plus en détail

Plan du chapitre «Milieux diélectriques»

Plan du chapitre «Milieux diélectriques» Plan du chapitre «Milieux diélectriques» 1. Sources microscopiques de la polarisation en régime statique 2. Etude macroscopique de la polarisation en régime statique 3. Susceptibilité diélectrique 4. Polarisation

Plus en détail

Exercices, dioptres sphériques et lentilles

Exercices, dioptres sphériques et lentilles 1 exercices, dioptres sphériques et lentilles Exercices, dioptres sphériques et lentilles 1 Lentille demi-boule Considérons une lentille demi-boule de centre O, de sommet S, de rayon R = OS = 5cm, et d'indice

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Corrigés du Thème 1 :

Corrigés du Thème 1 : Thème 1 : Corrigés des exercices Page 1 sur 9 Corrigés du Thème 1 : Création : juin 2 003 Dernière modification : juin 2005 Exercice T1_01 : Evaluation de la taille d une molécule d eau Dans 1g ( 1 cm

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Séance de TP 4 Lentilles minces. Romain BEL 3 janvier 2002

Séance de TP 4 Lentilles minces. Romain BEL 3 janvier 2002 Séance de TP 4 Lentilles minces Romain BEL 3 janvier 2002 1 Table des matières 1 Lentilles minces, stigmatisme, relations de conjugaison 3 1.1 Lentilles minces............................. 3 1.2 L'approximation

Plus en détail

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Pierre Andreoletti IUT d Orléans Laboratoire MAPMO (Bât. de Mathématiques UFR Sciences) - Bureau 126 email: pierre.andreoletti@univ-orleans.fr

Plus en détail

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 2 heures Sujet Lampe à incandescence et bilans thermiques...2 I.Lampe à incandescence en régime permanent...2 A.Détermination de la température

Plus en détail

DESSIN EN PERSPECTIVE.

DESSIN EN PERSPECTIVE. DESSIN EN PERSPECTIVE. Pour représenter le volume d un objet ou d une image dans un plan, on utilise la perspective. C'est l'art de représenter les objets en trois dimensions sur une surface à deux dimensions,

Plus en détail

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes On peut calculer les rentabilités de différentes façons, sous différentes hypothèses. Cette note n a d autre prétention que

Plus en détail

3) Anisotropie magnéto-cristalline

3) Anisotropie magnéto-cristalline 3) Anisotropie magnéto-cristalline Dans un matériaux magnétiquement ordonné, il existe une énergie qui oriente l aimantation (moment magnétique localisés) le long de certains axes cristallographiques définis,

Plus en détail

Chapitre 11 Bilans thermiques

Chapitre 11 Bilans thermiques DERNIÈRE IMPRESSION LE 30 août 2013 à 15:40 Chapitre 11 Bilans thermiques Table des matières 1 L état macroscopique et microcospique de la matière 2 2 Énergie interne d un système 2 2.1 Définition.................................

Plus en détail

Equilibre solide-liquide des systèmes binaires

Equilibre solide-liquide des systèmes binaires Equilibre solide-liquide des systèmes binaires I. Introduction La matière présente généralement trois états: solide, liquide et gazeux. Les phases et les structures sous lesquelles peuvent exister les

Plus en détail

TP Cours Ferromagnétisme - Transformateur

TP Cours Ferromagnétisme - Transformateur TP Cours Ferromagnétisme - Transformateur 1. PROPRIETES DES MILIEUX FERROMAGNETIQUES La réalisation de transformateurs nécessite l utilisation de matériaux fortement aimantables. Ce sont les ferromagnétiques.

Plus en détail

Observation : Le courant induit circule dans le sens opposé.

Observation : Le courant induit circule dans le sens opposé. 2 e BC 3 Induction électromagnétique 21 Chapitre 3: Induction électromagnétique 1. Mise en évidence du phénomène : expériences fondamentales a) Expérience 1 1. Introduisons un aimant dans une bobine connectée

Plus en détail

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Objectifs : Exploiter un spectre infrarouge pour déterminer des groupes caractéristiques Relier un spectre

Plus en détail

3.1 Circulation du champ d une charge ponctuelle A(Γ)

3.1 Circulation du champ d une charge ponctuelle A(Γ) Chapitre 3 Le potentiel électrostatique Le champ électrostatique peut être caractérisé simplement à l aide d une fonction que nous appellerons potentiel électrostatique. Cette fonction scalaire est souvent

Plus en détail

Bureau International des Poids et Mesures. Rapport BIPM-86/4 SUR LES LASERS A CONFIGURATION OPTIMALE. par P. Giacomo

Bureau International des Poids et Mesures. Rapport BIPM-86/4 SUR LES LASERS A CONFIGURATION OPTIMALE. par P. Giacomo Bureau International des Poids et Mesures Rapport BIPM-86/4 SUR LES LASERS A CONFIGURATION OPTIMALE par P. Giacomo Dàns plusieurs articles récents, MM. Le Floch, Lenormand et Le Naour (Rennes) (1) ont

Plus en détail

Préparation à l agrégation 2012/2013. Mots clés : Graphes. Vecteur propre ; matrices stochastiques ; matrices à coefficients positifs.

Préparation à l agrégation 2012/2013. Mots clés : Graphes. Vecteur propre ; matrices stochastiques ; matrices à coefficients positifs. Mots clés : Graphes. Vecteur propre ; matrices stochastiques ; matrices à coefficients positifs. Le jury n exige pas une compréhension exhaustive du texte. Vous êtes laissé(e) libre d organiser votre discussion

Plus en détail

Utilisation des matériaux magnétostrictifs filaires comme capteurs de mesure de champ magnétique

Utilisation des matériaux magnétostrictifs filaires comme capteurs de mesure de champ magnétique Utilisation des matériaux magnétostrictifs filaires comme capteurs de mesure de champ magnétique Eric CRESCENZO 1 Evagelos HRISTOFOROU 2 1) IXTREM 9 rue Edouard Denis Baldus, F-711 CHALON SUR SAONE Tél

Plus en détail

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures U 315 J. 5008 SESSION 2003 Filière MP PHYSIQUE ENS de Paris Durée : 6 heures L usage de calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome, non imprimantes et sans document d accompagnement,

Plus en détail

WTNP128 Essai de fendage par coin du béton sous pression fluide

WTNP128 Essai de fendage par coin du béton sous pression fluide Titre : WTNP128 - Essai de fendage par coin du béton sous [...] Date : 02/03/2011 Page : 1/14 WTNP128 Essai de fendage par coin du béton sous pression fluide Résumé : Le test présenté ici permet de vérifier

Plus en détail

Spectroscopie femtoseconde de nanoparticules bimétalliques

Spectroscopie femtoseconde de nanoparticules bimétalliques Spectroscopie femtoseconde de nanoparticules bimétalliques J. Burgin 1, C. Guillon 1, P. Langot 1 et F. Vallée 1,2 1 - CPMOH, Université Bordeaux 1, 351 cours de la Libération, 33 405 Talence 2 - FNO group,

Plus en détail

Hélium superfluide. Applications aux procédés de Cryogénie. Physique des solides - 22 mai 2006 1

Hélium superfluide. Applications aux procédés de Cryogénie. Physique des solides - 22 mai 2006 1 Hélium superfluide Applications aux procédés de Cryogénie Physique des solides - 22 mai 2006 1 Introduction L Hélium Z = 2. Point de fusion très bas. Chimiquement inerte. Deux isotopes naturels Physique

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

fig 1 - télescope Schmitt-Cassegrain

fig 1 - télescope Schmitt-Cassegrain OPTIQUE GEOMETRIQUE 1 Pour former l'image de la réalité, on utilise un système optique, généralement constitué d'un objectif (système réfractant). Le système optique complet est plus complexe pour certaines

Plus en détail

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B Chapitre 4 Polarisation du transistor bipolaire à jonction 4.1 Le problème de la polarisation 4.1.1 Introduction Dans le chapitre 3, nous avons analysé un premier exemple de circuit d amplification de

Plus en détail

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière.

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière. 31 O1 OPTIQUE GEOMETRIQUE I.- INTRODUCTION L optique est une partie de la physique qui étudie la propagation de la lumière. La lumière visible est une onde électromagnétique (EM) dans le domaine de longueur

Plus en détail

Chapitre 4 - Spectroscopie rotationnelle

Chapitre 4 - Spectroscopie rotationnelle Chapitre 4 - Spectroscopie rotationnelle 5.1 Classification Déterminer à quelle catégorie (sphérique, symétrique, asymétrique) appartiennent ces molécules : a) CH 4, b) CH 3 F, c) CH 3 D, d) SF 6, e) HCN,

Plus en détail

ELASTICITE. l'isotropie du corps considéré: les propriétés élastiques sont les mêmes dans toutes les directions de l'espace;

ELASTICITE. l'isotropie du corps considéré: les propriétés élastiques sont les mêmes dans toutes les directions de l'espace; 7 M1 EASTICITE I.- INTRODUCTION orsqu'un corps est soumis à des contraintes externes, celui-ci subit des déformations qui dépendent de l'intensité de ces contraintes. Si ces dernières sont faibles, on

Plus en détail

Chapitre 12 Physique quantique

Chapitre 12 Physique quantique DERNIÈRE IMPRESSION LE 29 août 2013 à 13:52 Chapitre 12 Physique quantique Table des matières 1 Les niveaux d énergie 2 1.1 Une énergie quantifiée.......................... 2 1.2 Énergie de rayonnement

Plus en détail

Les métamatériaux. Ryan Arseneault Département de physique et d astronomie Université de Moncton, Canada

Les métamatériaux. Ryan Arseneault Département de physique et d astronomie Université de Moncton, Canada Les métamatériaux Ryan Arseneault Département de physique et d astronomie Université de Moncton, Canada La science et la technologie ont une soif insatiable de matériaux meilleurs et plus performants qui

Plus en détail

Eléments de Physique Nucléaire

Eléments de Physique Nucléaire Eléments de Physique Nucléaire 1 SOMMAIRE Chapitre I : Caractéristiques générales du Noyau Chapitre II : Énergie de liaison du Noyau Chapitre III : Transformations radioactives Chapitre IV : Réactions

Plus en détail

Faisceau gaussien. A = a 0 e ikr e i k. 2R (x2 +y 2 )

Faisceau gaussien. A = a 0 e ikr e i k. 2R (x2 +y 2 ) Faisceau gaussien 1 Introduction La forme du faisceau lumineux émis par un laser est particulière, et correspond à un faisceau gaussien, ainsi nommé car l intensité décroît suivant une loi gaussienne lorsqu

Plus en détail

ELECTROTECHNIQUE. Chapitre 5 Bobines couplées magnétiquement Inductances mutuelles. Électromagnétisme. Michel PIOU. Édition: 01/06/2010

ELECTROTECHNIQUE. Chapitre 5 Bobines couplées magnétiquement Inductances mutuelles. Électromagnétisme. Michel PIOU. Édition: 01/06/2010 ELECTROTECHNIQUE Électromagnétisme Michel PIOU Chapitre 5 Bobines couplées magnétiquement Inductances mutuelles Édition: 0/06/00 Extrait de la ressource en ligne MagnElecPro sur le site Internet Table

Plus en détail

S 5 F I) Notion de champ magnétique : 1) Mise en évidence : a) Expérience :

S 5 F I) Notion de champ magnétique : 1) Mise en évidence : a) Expérience : Chapitre 5 : CHAMP MAGNETIQUE S 5 F 1) Mise en évidence : a) Expérience : Des petites aiguilles aimantées montées sur pivots sont disposées près d'un aimant droit. Chaque aiguille constitue un dipôle orienté.

Plus en détail

Discours d'adieu prononcé par M. K.-O. Steffe à l'occasion de la réception donnée par M. Formentini au Personnel de la Banque, le 29. juin 1970.

Discours d'adieu prononcé par M. K.-O. Steffe à l'occasion de la réception donnée par M. Formentini au Personnel de la Banque, le 29. juin 1970. Discours d'adieu prononcé par M. K.-O. Steffe à l'occasion de la réception donnée par M. Formentini au Personnel de la Banque, le 29. juin 1970. Madame Formentini, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs,

Plus en détail

Les cellules photovoltaïques

Les cellules photovoltaïques Le texte qui suit est extrait intégralement du site web suivant: http://e-lee.hei.fr/fr/realisations/energiesrenouvelables/filieresolaire/mppt/mppt/principes.htm 1 Principe Les cellules photovoltaïques

Plus en détail

Electricité. Chapitre 1: Champ électrique

Electricité. Chapitre 1: Champ électrique 2 e BC 1 Champ électrique 1 Electricité L interaction électromagnétique a été évoqué dans la partie «Interactions fondamentales» en énonçant la loi de Coulomb, et en analysant des phénomènes macroscopiques

Plus en détail

A - Méthode Laser Induced Breakdown Spectroscopy (LIBS) τ = 230 ms. Transition laser : λ = 1064 nm

A - Méthode Laser Induced Breakdown Spectroscopy (LIBS) τ = 230 ms. Transition laser : λ = 1064 nm Etude d une peinture flamande de Jan Van Eyck : XV e siècle Les époux Arnolfini 1 434 «Fake or not fake»? Données numériques h = 6,62 10-34 J.s c = 3 10 8 m.s -1 e = 1,60 10-19 C 1 ev= 1,60 10-19 J A -

Plus en détail

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION ) Caractéristiques techniques des supports. L infrastructure d un réseau, la qualité de service offerte,

Plus en détail

3LESLENTILLESMINCES. http://femto-physique.fr/optique_geometrique/opt_c3.php

3LESLENTILLESMINCES. http://femto-physique.fr/optique_geometrique/opt_c3.php 3LESLENTILLESMINCES Cette fiche de cours porte sur les lentilles minces. L approche est essentiellement descriptive et repose sur la maîtrise de la construction des rayons lumineux. Ce chapitre est accessible

Plus en détail

ELECTRICITE STATIQUE. Sommaire. Introduction. 3.1 Loi des charges. Chapitre 3. Chapitre 3

ELECTRICITE STATIQUE. Sommaire. Introduction. 3.1 Loi des charges. Chapitre 3. Chapitre 3 Chapitre 3 ELECTRICITE STATIQUE Sommaire Loi des charges Charge électrostatique Le champ électrique Potentiel et différence de potentiel Déplacement de charges Introduction Dès l'antiquité, les hommes

Plus en détail

ANNEXE 1 BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques

ANNEXE 1 BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques ANNEXE BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques L'enseignement des mathématiques dans les sections de techniciens supérieurs Agencement de l'environnement architectural

Plus en détail

Examen de la maturita bilingue de physique. Corrigé officiel

Examen de la maturita bilingue de physique. Corrigé officiel Examen de la maturita bilingue de physique Session de mai 2013 Corrigé officiel Questions de cours Mécanique I. 1a) Référentiel le cadre par rapport auquel on étudie le mouvement. 1b) Réf. terrestre est

Plus en détail

DEFINITION et PROPRIETES des PRINCIPALES LOIS de PROBABILITES

DEFINITION et PROPRIETES des PRINCIPALES LOIS de PROBABILITES Université Paris1, Licence 00-003, Mme Pradel : Principales lois de Probabilité 1 DEFINITION et PROPRIETES des PRINCIPALES LOIS de PROBABILITES Notations Si la variable aléatoire X suit la loi L, onnoterax

Plus en détail

Étude par microscopie électronique à haute

Étude par microscopie électronique à haute Sommaire Étude par microscopie électronique à haute résolution d agrégats de CoPt Nils Blanc - GDR Nano-alliages F. Tournus, T. Épicier (Laboratoire MATEIS - CLIME - INSA), V. Dupuis. Laboratoire de physique

Plus en détail

Interaction milieux dilués rayonnement Travaux dirigés n 2. Résonance magnétique : approche classique

Interaction milieux dilués rayonnement Travaux dirigés n 2. Résonance magnétique : approche classique PGA & SDUEE Année 008 09 Interaction milieux dilués rayonnement Travaux dirigés n. Résonance magnétique : approche classique Première interprétation classique d une expérience de résonance magnétique On

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE

TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE DÉPARTEMENT DE PHYSIQUE DOSSIER POUR RAPPORT D EXPÉRIENCE Date : 26 mars 2009 Section : Physique Groupe No : 7 Nom : Jérôme Dufour Sascha Jörg Manipulation : F4 - Instrument

Plus en détail

Programme de khôlles

Programme de khôlles Programme de khôlles Semaines 7 et 8 (du 3 au 16 novembre 2014) Les lentilles minces 1. Savoir qu une lentille épaisse est un système centré, formé de deux dioptres sphériques qui délimitent un milieu

Plus en détail

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES A 99 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

Capteurs. Capteur. 1. Position du problème. 2. définitions. s = f(m) 3. Les principes physiques mis en oeuvres

Capteurs. Capteur. 1. Position du problème. 2. définitions. s = f(m) 3. Les principes physiques mis en oeuvres Ce cours est destiné à donner un aperçu : - des possibilités de mesure des grandeurs physiques ; - des principales caractéristiques dont il faut tenir compte lors de l utilisation d un capteur. Bibliographie

Plus en détail