1. Racines antiques du transformisme

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1. Racines antiques du transformisme"

Transcription

1 1. Racines antiques du transformisme Le courant scientifique dominant avant Darwin fut le fixisme dont, en France, Cuvier était le parangon. Mais l évolutionnisme, disons plutôt le transformisme, trouvait ses racines plongées dans l Antiquité grecque. Empédocle d Agrigente, par exemple, trouvait l origine de la vie dans le limon qui - chauffé par un feu intérieur - aurait donné naissance à des fragments hétéroclites des animaux qui s associaient par hasard. Selon ce fort lointain précurseur du darwinisme, parmi les êtres vivants ainsi constitués - à partir de ces fragments initiaux - on pouvait trouver des monstres ou des organismes viables et, bien entendu, seuls les plus aptes comme dirait Darwin, auraient survécu. La conception de l hérédité d un Démocrite semble rappeler l hypothèse de la pangenèse formulée beaucoup plus tard par Darwin : selon ce philosophe la semence des organismes est constituée par une sorte de micro- particules - représentant en miniature les différentes parties des êtres vivants - qui auraient la capacité de migrer vers les organes de reproduction. L école d Hippocrate, le célèbre médecin de l Antiquité était, aussi, partisane de l hypothèse de la pangenèse élaborée par Darwin qui, elle-même, n a plus aujourd hui qu une 15

2 notoriété historique. En constatant - comme plus tard Aristote - le parallélisme du développement de l embryon de poulet et de l être humain, Hippocrate s avère un précurseur lointain de l anatomie comparée qui devait fournir, dans l époque contemporaine, des arguments en faveur de l évolutionnisme. Aristote, le philosophe naturaliste, fit un plaidoyer vibrant et justifié en faveur de l étude de la nature et de ses œuvres : «À vrai dire, certains de ces êtres n offrent pas un aspect agréable ; mais la connaissance du plan de la Nature en eux réserve à ceux qui peuvent saisir les causes, aux philosophes de race, des jouissances inexprimables. En vérité, il serait déraisonnable et absurde que nous trouvions du plaisir à contempler les images de ces êtres, parce que nous y saisissons en même temps le talent du sculpteur et du peintre, et que, les examinant en eux-mêmes, dans leur organisation par la Nature, nous n éprouvions pas une joie plus grande encore de cette contemplation, au moins si nous pouvons saisir l enchaînement des causes». Et au célèbre philosophe que d ajouter : «Il ne faut donc pas céder à une répugnance enfantine et nous détourner de l étude du moindre de ces animaux. En toutes les parties de la Nature, il y a des merveilles ; on dit qu Héraclite, à des visiteurs étrangers qui, l ayant trouvé se chauffant au feu de sa cuisine, hésitaient à entrer, fit cette remarque : «Entrez, il y a des dieux aussi dans la cuisine» - Eh bien, de même, entrons sans dégoût dans l étude de chaque espèce animale : en chacune, il y a de la nature et de la beauté. Ce n est pas le 16

3 hasard, mais la finalité qui règne dans les œuvres de la nature, et à un haut degré ; or, la finalité qui régit la constitution ou la reproduction d un être est précisément ce qui donne lieu à la beauté». Après ce superbe hymne sur l autel des Sciences Naturelles, le Stagirite ne semble guère postuler une rupture entre son Zoon politikon - parangon de l espèce humaine - et les autres êtres vivants, car il devait noter tout de suite : «Et si quelqu un trouvait méprisable l étude des autres animaux, il lui faudrait aussi se mépriser lui-même, car ce n est pas sans avoir à vaincre une grande répugnance qu on peut saisir de quoi se compose le genre Homme, sang, chair, os, veines, et autres parties comme celles-là» 3. Grand classificateur de la nature, Aristote se rend parfaitement compte de la gradation des êtres vivants depuis les plantes vers les animaux dont l homme qui, selon le Stagirite, est le seul qui réaliserait les intentions de la nature ; quant aux autres animaux, eux, ils lui apparaissent comme des nains, des êtres tronqués, mutilés, inachevés Soutenant l immobilité des espèces biologiques, Aristote se rattache, en théorie, au fixisme mais, souvent, il glisse vers le transformisme. Ainsi quand il affirme que les organismes dont 3. Aristote, Traîté sur les parties des animaux, Livre I er, éd. Aubier- Montaigne, 1945, trad. J.-M. Le Blond. 17

4 la constitution n est pas adéquate disparaissent, assertion qui rappelle la sélection naturelle de Darwin postulant la survie des plus aptes. Si Aristote reste le prince des naturalistes Grecs, la plus grande œuvre de l Antiquité romaine est celle de Lucrèce qui, contrairement au Stagirite, partage avec Épicure, la conception d un hasard se trouvant à la base du monde vivant. Aïeul de la génétique, la science de l hérédité, Lucrèce touche à l idée de sélection naturelle, idée centrale du darwinisme : «Mais les animaux auxquels la nature avait refusé tout moyen, soit de vivre libres et par eux- mêmes, soit de nous rendre quelque service pour prix duquel nous accordions à leur race nourriture et sécurité sous notre protection, tous ceux-là sans doute offraient aux autres une proie et un butin sans défense, entravé qu ils étaient tous par les chaînes de leurs destinées, jusqu aux jours où la nature eût achevé l extinction de leur espèce» 4. Par ces mots, Lucrèce s avère un lointain précurseur de la sélection naturelle et artificielle - donc un darwiniste avant la lettre. Il met en évidence même un type de sélection éliminant les monstruosités naturelles : «Tous ces monstres et tous les prodiges de cette sorte que la terre mettait au monde, c est en 4. Lucrèce, De la Nature (De natura rerum), t. II, liv. V, trad. Alfred Ernoult, éd. Les Belles Lettres, 1975, p

5 vain qu elle les créa ; car la nature interdit leur croissance, et ils ne purent toucher à cette fleur de l âge tant désirée, ni trouver de la nourriture, ni s unir par l acte de Venus». Lucrèce fit, également, figure de précurseur en parlant de l origine du langage en des termes que ne désavoueraient point la sociobiologie d aujourd hui ou l éthologie comparée fondées sur le darwinisme : «Enfin, qu y a-t-il là-dedans de si étrange, que le genre humain, en possession de la voix et de la langue, ait désigné suivant ses impressions diverses les objets par des mots divers? Les troupeaux privés de la parole et même les espèces sauvages poussent bien des cris différents, suivant que la crainte, la douleur ou la joie les pénètre, comme il est aisé de s en convaincre par des exemples familiers». L Antiquité gréco-latine semble avoir révélé, à l état embryonnaire, la plupart des hypothèses évolutionnistes développées par la science moderne. Pour autant - «faut-il se risquer jusqu à inférer l existence de certaines structures psychiques spécifiques, innées, de l espèce humaine, permettant une canalisation sélective de la réalité selon leur a priori? De telles structures psychiques a priori qui conditionneraient et feraient possible l agencement a posteriori de la connaissance humaine pourraient-elles s appeler, par exemple, anthropo-psychotypes et rendre également compte, non seulement d une canalisation de la connaissance scientifique ou non de la nature, mais, également, de la persistance dans la mémoire de l humanité des 19

6 archétypes de Jung - à la base des symboles, des rêves et des mythologies - et des archétypes enregistrés par l histoire des religions dont s occupa naguère Mircea Eliade? Sans avoir l outrecuidance de répondre ici, en quelques mots, à de telles interrogations fondamentales, il faut, sans aucun doute, différer certains éventuels éclaircissements jusqu à l élaboration d une biognoséologie qui reste à écrire» Le transformisme à l aube Après la période de traversée du désert du Moyen Âge, le génie de Léonard de Vinci ouvre des nouveaux horizons non seulement en peinture mais, également, en sciences comme, notamment, en paléontologie et anatomie comparée. Ce précurseur du transformisme considère, par exemple, que les fossiles marins trouvés dans les Appennins témoignent des transformations successives de l écorce terrestre et des êtres vivants. Linné - appelé par d aucuns le prince des botanistes fut, sans doute, le plus grand classificateur de tous les temps, celui qui va utiliser avec bonheur la nomenclature binominale ; en donnant, à un être vivant un nom latin composé de la dénomi- 5. Denis Buican, La Révolution de l Evolution, L évolution de l évolutionnisme, PUF, 1989, pp

7 nation du genre suivie par celle de l espèce, Linné assure un vocabulaire international fort précis et indispensable pour son inventaire scientifique de la nature. Perçu d habitude comme un des plus célèbres fixistes à cause, surtout, de sa formule Species tot sunt diversae quot diversas formas ab initio creavit infinitum ens : «il y a tant d espèces diverses que de formes diverses, créées au commencement par l être infini» - Linné admet, comme plus tard Cuvier, un transformisme sui generis. Son propre témoignage est parfaitement éclairant de sa conception : «J ai longtemps nourri le soupçon, et je n ose le présenter que comme une hypothèse, que toutes les espèces d un même genre n ont constitué à l origine qu une même espèce, qui s est diversifiée par voie d hybridation. Il n est pas douteux que ce ne soit là une des grandes préoccupations de l avenir et que de nombreuses expériences ne soient instituées pour convertir cette hypothèse en un axiome établissant que les espèces sont l œuvre du temps.» Suivant ses propres paroles, on constate que ce savant considéré fixiste ouvre la porte vers un transformisme à l intérieur du genre biologique, en stipulant l origine commune de plusieurs espèces apparentées. Il s agit donc d un transformisme que l on pourrait appeler restreint mais qui néanmoins fait de lui un insigne précurseur de l évolutionnisme. 21

8 Buffon, son contemporain, avec qui Linné partage la même année de naissance mit, également, une empreinte durable sur les Sciences naturelles. Même, chose qui peut apparaître bizarre, l Académie des Sciences l accueillit à l âge de vingt-six ans sachant ainsi reconnaître - une fois n est pas coutume - que «la valeur n attend pas le nombre des années» Jeune encore, en 1739, Buffon occupe - le poste d intendant du Jardin du roi, devenu Jardin des plantes, c est-à-dire le poste équivalent aujourd hui à celui du Directeur du Muséum National d Histoire Naturelle. Les êtres vivants - selon Buffon - seraient produits à l origine par génération spontanée en partant de molécules organiques. Le naturaliste - comme plus tard son ancien disciple Lamarck - semble en retard sur son époque scientifique quand il postule, à tort, que la pourriture pourrait engendrer moucherons, cloportes, chenilles, poux voire des tænias Car les controverses de ce temps ne portaient encore que sur la génération spontanée des «animalcules» les plus primitifs se développant dans les infusions. En effet, la génération spontanée, infirmée dans le siècle précédent par les expériences de Francesco Redi, ne devait disparaître du champ scientifique qu après la réfutation de Pasteur. En revanche, Buffon s oppose avec raison à l idée, véhiculée à l époque par Charles Bonnet, concernant la préformation germinale des organismes qui supposerait un «emboîtement» successif des germes dans les bizarres poupées-gigognes dont seraient constitués les éléments reproducteurs. De surcroît cette 22

9 hypothèse hasardée - que Buffon devait réfuter avec bonheur - amenait des querelles interminables entre «ovistes», «spermatistes» et autres «animalculistes» qui soutenaient, souvent en se ridiculisant, que les «homunculus» auraient été «préformés» ou dans les ovules ou dans les spermatozoïdes Mais revenons à la conception transformiste de Buffon et laissons-lui la parole : «Il y a dans la Nature un prototype général dans chaque espèce sur lequel chaque individu est modelé, mais qui semble, en se réalisant, s altérer ou se perfectionner par les circonstances» Le naturaliste constate en continuation qu il se trouve «une variation bizarre en apparence dans la succession des individus, et en même temps une constance qui paraît admirable dans l espèce entière : le premier animal, le premier cheval, par exemple, a été le modèle extérieur et le moule intérieur sur lequel tous les chevaux qui sont nés, tous ceux qui existent et tous ceux qui naîtront ont été formés ; mais ce modèle, dont nous ne connaissons que les copies, a pu s altérer ou se perfectionner en communiquant sa forme et se multipliant» 6. En comparant l âne à un animal qui «paraît n être qu un cheval dégénéré» Buffon touche au transformisme en continuant : «l on pourrait attribuer les légères différences qui se trouvent entre ces deux animaux, à l influence très ancienne 6. Buffon, Histoire naturelle, Le Cheval (1753), éd. Gallimard, 1984, p

10 du climat, de la nourriture, et à la succession fortuite de plusieurs générations de petits chevaux sauvages à demi dégénérés, qui peu à peu auraient encore dégénéré davantage, se seraient ensuite dégradés autant qu il est possible, et auraient à la fin produit à nos yeux une espèce nouvelle et constante, ou plutôt une succession d individus semblables, tous constamment viciés de la même façon, et assez différents des chevaux pour pouvoir être regardés comme formant une autre espèce» 7. Dans les lignes précédentes Buffon se montre transformiste comme dans plusieurs endroits de son œuvre. Ce qui amène Émile Guyénot à écrire noir sur blanc que «ce grand naturaliste peut être considéré non seulement comme un précurseur, mais comme un véritable fondateur de la théorie de l évolution» 8. Plus prudent, Jean Rostand parle du «transformisme limité de Buffon» : «En somme, Buffon ne soupçonne pas que les êtres vivants aient pu se modifier dans le sens d une complexité toujours croissante. Il n entrevoit même pas l hypothèse de l évolution, hypothèse dont il n a d ailleurs nul besoin puisqu il n éprouve aucun embarras à faire naître directement les animaux supérieurs aux dépens des molécules organiques. Aussi, encore qu il ait eu le mérite d exprimer des vues nettement transformistes, ne le considérons-nous pas comme «un 7. Buffon, Histoire naturelle, L Âne (1753), éd. Gallmard, 1984, p Émile Guyénot, Les sciences de la vie aux 17e et 18e siècles. L idée de l évolution. Éd. Albin Michel, 1957, p

11 véritable fondateur de la doctrine de l évolution». En effet, Jean Rostand fait revenir à Lamarck ce grand rôle historique : «pour voir apparaître la grande idée de l engendrement du complexe par le simple, du supérieur à l inférieur, il faudra attendre jusqu à Jean Lamarck» 9. Une question débattue encore dans l histoire des Sciences est si le «transformisme limité» de Buffon résulte d une auto-censure comme l affirme, par exemple, Émile Guyénot : «Mais l œuvre du comte de Buffon, aristocrate de mœurs et d esprit, membre de l Académie des Sciences, s insurgeant contre les idées reçues, sans souci de déchirer la Genèse, ne pouvait être passée sous silence. La Sorbonne s était émue ; Buffon doit publier une rétractation solennelle qu il qualifiait dans l intimité de persiflage. L aventure le rendit prudent.» L aventure fâcheuse à laquelle se réfère Guyénot est la condamnation, lancée par la Sorbonne, de certains points de la «Théorie de la Terre», publiée en 1744, par Buffon, notamment l assertion parlant d un âge de notre planète d environ ans dépassant de loin l âge résulté de l interprétation dogmatique de l époque. Ce qui m amène à dire : «La censure théologique suivie d une éventuelle auto-censure, pourrait expliquer toute une série de réticences manifestées par Buffon à propos de sa propre conception transformiste ; mais il reste fort possible que les tergiversations de son transformisme reflètent, égale- 9. Jean Rostand, Esquisse d une histoire de la biologie, éd. Gallimard, 1945, pp

12 ment, ses propres incertitudes devant l immense tableau vivant brossé par un évolutionnisme généralisé» 10. Il faut, sans doute, dire un mot sur un autre contemporain de Buffon, Diderot qui devint le biologiste de l Encyclopédie et qui décrivit ainsi le flux perpétuel rencontré dans la nature : «tout animal est plus ou moins homme ; toute plante est plus ou moins animale ; tout minéral plus ou moins plante». De telles assertions semblent toucher au transformisme. Parfois même Diderot n est guère loin de la futurologie actuelle quand il souligne non sans humour : «Nous marchons si peu, nous travaillons si peu et nous pensons tant, que je ne désespère pas que l homme ne puisse pas n être qu une tête». Hypothèse malgré tout optimiste car un philosophe non plus pessimiste, mais peut-être plus réaliste, aurait pu craindre que l homme de l avenir ne se métamorphosât, à cause de son parasitisme éventuel, en un gigantesque ventre Malgré l importance insigne des précurseurs du transformisme rencontrés dans le siècle des Lumières - dont le fleuron reste Buffon - il faut noter que le mutationnisme - pourtant marginalisé à l époque - apparaît plus proche de l évolutionnisme d aujourd hui. 10. Denis Buican, L explosion Biologique, Du néant au Sur-être?, éd. de l Espace Européen, 1991, p

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

Le sanctuaire céleste

Le sanctuaire céleste Chapitre 53 Le sanctuaire céleste Deux mille trois cents soirs et matins; puis le sanctuaire sera purifié. Daniel 8:14 (Segond). Ce passage biblique, fondement et clef de voûte de la foi adventiste, était

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS DIDEROT - CONCOURS PACES 2014 EPREUVE d EPISTEMOLOGIE CORRIGE 1

UNIVERSITE PARIS DIDEROT - CONCOURS PACES 2014 EPREUVE d EPISTEMOLOGIE CORRIGE 1 UNIVERSITE PARIS DIDEROT - CONCOURS PACES 2014 EPREUVE d EPISTEMOLOGIE CORRIGE 1 «Plan Prouver d abord le décroissement singulier qu on observe dans la composition de l organisation des animaux [ ], en

Plus en détail

Historique des classifications

Historique des classifications Historique des classifications! La classification phylogénétique en théorie?! Pour nous autres... qu est-ce que ça change?! Comment faire? La science de la classification : la systématique 1) Identification,

Plus en détail

CONDITIONS NÉCESSAIRES ET DÉPENDANCE EXISTENTIELLE

CONDITIONS NÉCESSAIRES ET DÉPENDANCE EXISTENTIELLE CONDITIONS NÉCESSAIRES ET DÉPENDANCE EXISTENTIELLE Introduction Le concept de condition nécessaire est largement utilisé en philosophie, quelquefois explicitement pour définir d autres concepts importants.

Plus en détail

Le Pavé Mosaïque. Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à

Le Pavé Mosaïque. Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à Le Pavé Mosaïque «Mais à quel jeu jouent donc les francs maçons sur cet échiquier dessiné à même le sol du Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à la

Plus en détail

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques...

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Je suis Karine Nivelais je vis en couple, nous avons 40 et 45 ans, et 4 enfants qui ont 14, 12, 11 ans et 6 ans. Pour notre troisième

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.»

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.» Métonymie : image désuète de l instrument servant à écrire. Représentation traditionnelle et glorieuse du travail de l écrivain. Allusion à une époque révolue. Idée de durée, de permanence. edoublée dans

Plus en détail

Physique Chimie. Utiliser les langages scientifiques à l écrit et à l oral pour interpréter les formules chimiques

Physique Chimie. Utiliser les langages scientifiques à l écrit et à l oral pour interpréter les formules chimiques C est Niveau la représentation 4 ème 2. Document du professeur 1/6 Physique Chimie LES ATOMES POUR COMPRENDRE LA TRANSFORMATION CHIMIQUE Programme Cette séance expérimentale illustre la partie de programme

Plus en détail

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET?

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? 61 POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? L école de Pinay est connectée depuis deux ans et demi à l Internet. Cela laisse suffisamment de recul pour une réflexion sur cette pratique. Il convient pour

Plus en détail

Une pseudo-science : 1. Pourquoi l astrologie n est pas une science reconnue?

Une pseudo-science : 1. Pourquoi l astrologie n est pas une science reconnue? Une pseudo-science : 1 Pourquoi l astrologie n est pas une science reconnue? Les revendications des astrologues sont rejetées par la communauté scientifique. Néanmoins, l astrologie est populaire. Même

Plus en détail

LE FULGURANT PASSAGE DE LA PRESENCE

LE FULGURANT PASSAGE DE LA PRESENCE LE FULGURANT PASSAGE DE LA PRESENCE «et en plus, il faut faire un tableau.» Alberto Giacometti Ecrire sur la peinture pourrait signifier écrire «par-dessus», recouvrir des signes arbitraires de l écriture

Plus en détail

On parle beaucoup aujourd hui de

On parle beaucoup aujourd hui de Couverture Noël: une reconnaissante dépendance du Christ Le message de Sa Grâce Rowan Williams, archevêque de Canterbury, pour les lecteurs de 30Jours On parle beaucoup aujourd hui de ceux qui préfèrent

Plus en détail

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la André Vanasse Naïm Kattan André Vanasse est un homme multiple. Ecrivain, professeur, éditeur, directeur de revue. Toutes ses activités sont, certes, consacrées à la littérature. Ecrivain, il est romancier,

Plus en détail

LA SOCIETE POLITIQUE

LA SOCIETE POLITIQUE LA SOCIETE POLITIQUE PLAN : I) L Homme est un Animal social II) Définition de la société politique par les 4 causes III) Le but et la fin de la société politique I) L Homme est un Animal social L expérience

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège LASNIER, Monique. Plan institutionnel d'aide à la réussite et à la persistance.collège

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS IV SORBONNE ECOLE DOCTORALE II Histoire Moderne et Contemporaine

UNIVERSITE PARIS IV SORBONNE ECOLE DOCTORALE II Histoire Moderne et Contemporaine UNIVERSITE PARIS IV SORBONNE ECOLE DOCTORALE II Histoire Moderne et Contemporaine [...][...][...][...][...][...][...][...][...][...] (N d enregistrement attribué par la bibliothèque) THESE pour obtenir

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

Cours de Terminale S - Nombres remarquables dont les nombres premiers. E. Dostal

Cours de Terminale S - Nombres remarquables dont les nombres premiers. E. Dostal Cours de Terminale S - Nombres remarquables dont les nombres premiers E. Dostal juin 2015 Table des matières 2 Nombres remarquables dont les nombres premiers 2 2.1 Introduction............................................

Plus en détail

Psychologie et épistémologie génétique. Fragments d un entretien avec Jean-Blaise Grize

Psychologie et épistémologie génétique. Fragments d un entretien avec Jean-Blaise Grize ISSN 2291-9805 Psychologie et épistémologie génétique Fragments d un entretien avec Jean-Blaise Grize Denis Apothéloz Université de Lorraine & laboratoire ATILF Abstract We introduce here excerpts of an

Plus en détail

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte?

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte? pratiques [comité d entreprise] Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Le comité d entreprise peut exercer un droit d alerte lorsqu il considère que la situation économique

Plus en détail

Une exposition «Nommer et classer le vivant» Des animations scientifiques «A la découverte du vivant» Informations pratiques

Une exposition «Nommer et classer le vivant» Des animations scientifiques «A la découverte du vivant» Informations pratiques «La Leçon de Choses» Une exposition «Nommer et classer le vivant» Des animations scientifiques «A la découverte du vivant» Informations pratiques Les objectifs poursuivis par ces actions sont tout d abord

Plus en détail

Tous semblables et tous différents

Tous semblables et tous différents Chap. 1 Tous semblables et tous différents I. Caractères communs et caractères propres Caractère commun : Caractère normalement possédé par tous les êtres humains. On parle aussi d'attribut humain. Caractère

Plus en détail

PASSERELLES VERS DIEU TRANSCRIPTION DES INTERVENTIONS BIBLIQUES 2/6. www.conceptpasserelles.com

PASSERELLES VERS DIEU TRANSCRIPTION DES INTERVENTIONS BIBLIQUES 2/6. www.conceptpasserelles.com PASSERELLES VERS DIEU TRANSCRIPTION DES INTERVENTIONS BIBLIQUES 2/6 www.conceptpasserelles.com 2 ème Intervention : Dieu, moi, et le sens de la vie 1 Genèse 1.1-4, 26, 28, 31 ; 2.15-17 Bienvenue à chacun

Plus en détail

Propriété réputée des actions d une société par les fiduciaires et les bénéficiaires d une fiducie

Propriété réputée des actions d une société par les fiduciaires et les bénéficiaires d une fiducie Dossier Propriété réputée des actions d une société par les fiduciaires et les bénéficiaires d une fiducie Alexandra Fortin, avocate, LL.M. fisc. L utilisation des fiducies comporte plusieurs avantages

Plus en détail

Claude Delannoy. Exercices C++ en langage. 3 e édition. Groupe Eyrolles, 1997, 1999, 2007, ISBN : 978-2-212-12201-5

Claude Delannoy. Exercices C++ en langage. 3 e édition. Groupe Eyrolles, 1997, 1999, 2007, ISBN : 978-2-212-12201-5 Claude Delannoy Exercices en langage C++ 3 e édition Groupe Eyrolles, 1997, 1999, 2007, ISBN : 978-2-212-12201-5 Chapitre 3 Les fonctions Rappels Généralités Une fonction est un bloc d instructions éventuellement

Plus en détail

L être de la couleur Nicolas Dissez

L être de la couleur Nicolas Dissez L être de la couleur Nicolas Dissez Mon titre, «L être de la couleur», provient de cette assertion pour le moins surprenante de la leçon du 9 mars 1976 du Sinthome : «Dans le sexe, il n y a rien de plus

Plus en détail

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Introduction Rapport explicatif 1. La Conférence de haut niveau sur l avenir

Plus en détail

Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre

Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre Dernier temps fort de notre année autour de : Une Eglise qui prie et qui célèbre.nous vous proposons de

Plus en détail

sommaire Introduction...11

sommaire Introduction...11 Titre partie sommaire Introduction..............................11 Dans un passé lointain «Les fossiles sont les restes d espèces animales et végétales disparues.»...........................17 «Il y a

Plus en détail

Compte-rendu de lecture

Compte-rendu de lecture Compte-rendu de lecture Di Vora Romain Classe de NRC 1 Rappel : Expression (3 points) Utilisez le correcteur orthographique!! Note : 17/20 Aspects bibliographiques (1 point) Titre : Autoportrait de l'auteur

Plus en détail

No 0402. Série Documents de Travail sur la Protection Sociale

No 0402. Série Documents de Travail sur la Protection Sociale No 0402 Série Documents de Travail sur la Protection Sociale Impacts des programmes actifs du marché du travail : Mise à jour des leçons tirées de leurs évaluations, et leur application possible aux pays

Plus en détail

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation.

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation. Avant-propos La vue en perspective correspond bien à une perception humaine de l espace. La représentation d une perspective à l aide de la géométrie traduit, elle, avec précision les phénomènes optiques

Plus en détail

LA GESTION DU TEMPS J-M R. D-BTP

LA GESTION DU TEMPS J-M R. D-BTP LA GESTION DU TEMPS J-M R. D-BTP 2006 1 Décomposition du temps Gestion de son temps Priorité dans l organisation Application Méthode NERAC 2 Décomposition du temps Notre temps se décompose par notre rythme

Plus en détail

Le jugement de Pâris et la pomme Par A. Labarrière 2 2

Le jugement de Pâris et la pomme Par A. Labarrière 2 2 Le jugement de Pâris et la pomme Par A. Labarrière 2 2 I. Origine et Protagonistes Cette légende fut narrée pour la première fois par Homère, un poète grec du 9 e siècle avant J.-C. ayant écrit l Iliade

Plus en détail

Quand 25 savants illustres confessent leur foi en Dieu

Quand 25 savants illustres confessent leur foi en Dieu Quand 25 savants illustres confessent leur foi en Dieu Parmi ces 25 savants, 6 prix Nobel. Tous témoignent que l existence de Dieu peut être reconnue par la science. Johannes Kepler (1571-1630), un des

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Groupes de parole sur l argent (GPA) :

Groupes de parole sur l argent (GPA) : Jean Beaujouan jean.beaujouan@free.fr Tel : 01 42 23 18 58 Groupes de parole sur l argent (GPA) : les enseignements d une expérience 1. Présentation Définition : dans un groupe de parole sur l argent (GPA),

Plus en détail

14éme Edition de la Foire Internationale du Livre et du Matériel Didactique de Dakar (FILDAK 2013)

14éme Edition de la Foire Internationale du Livre et du Matériel Didactique de Dakar (FILDAK 2013) République du Sénégal Un peuple-un But-Une Foi ------- Ministère de la Culture et du Patrimoine 14éme Edition de la Foire Internationale du Livre et du Matériel Didactique de Dakar (FILDAK 2013) COMITE

Plus en détail

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23.

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. «Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. Pour faire suite au récit des disciples sur le chemin d Emmaüs et pour

Plus en détail

BSI Economics La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan

BSI Economics La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan Partie 2: La source de l hyperinflation : un comportement rationnel d un Etat laxiste Résumé : - Il existe un

Plus en détail

SÉMINAIRE «DE HUMANI CORPORIS FABRICA»

SÉMINAIRE «DE HUMANI CORPORIS FABRICA» «DE HUMANI CORPORIS FABRICA» Conférences philosophiques mensuelles sur les relations entre l Être Humain et son corps ECOLE DE MASSORELAXATION TEL : 05.61.32.77.42-06.63.06.38.90 93 RUE SAINT- ROCH, 31400

Plus en détail

Violence en milieu hospitalier Verbalisation autour de la mort

Violence en milieu hospitalier Verbalisation autour de la mort Profession : il y a quelques mois, Christine Malèvre, infirmière diplômée d état, a été condamnée a douze ans de réclusion criminelle pour homicide sur six malades et à l interdiction définitive d exercer

Plus en détail

DISCIPLINES ET DOMAINES D ACTIVITÉ de la discipline

DISCIPLINES ET DOMAINES D ACTIVITÉ de la discipline N 327 TITRE DE L ACTIVITÉ : Le futur bébé dans le ventre maternel DISCIPLINES ET DOMAINES D ACTIVITÉ de la discipline - Sciences expérimentales : le fonctionnement du corps humain - Maîtrise de la langue

Plus en détail

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001)

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001) Analyse des données de santé mentale -, ESCC cycle 1.1 (2000-) Avant-propos Ce document traite des principaux résultats régionaux de l ESCC 1.1 portant sur la santé mentale. Les indicateurs présentés ici

Plus en détail

INTERVIEW DU PRESIDENT DE LA CHAMBRE PROFESSIONNELLE DES EXPERTS TECHNIQUES DJEUHON FREDERIC

INTERVIEW DU PRESIDENT DE LA CHAMBRE PROFESSIONNELLE DES EXPERTS TECHNIQUES DJEUHON FREDERIC INTERVIEW DU PRESIDENT DE LA CHAMBRE PROFESSIONNELLE DES EXPERTS TECHNIQUES DJEUHON FREDERIC 1- Monsieur le président, la notion d expert technique est ambiguë pour le commun des lecteurs. Pouvez-vous

Plus en détail

Hans Christian Andersen. L Ange. Traduit du danois par D. Soldi RÊVER EN DIABLE

Hans Christian Andersen. L Ange. Traduit du danois par D. Soldi RÊVER EN DIABLE Hans Christian Andersen L Ange Traduit du danois par D. Soldi RÊVER EN DIABLE Hans Christian Andersen (1805-1875) portrait (1836) par le peintre danois Constantin Hansen (1804-1880). «CHAQUE FOIS QU UN

Plus en détail

La civilisation du livre

La civilisation du livre Niveau : TCL Année scolaire : 2009/2010 Composition de Français : 2ème Trimestre Durée : 03H00 Texte : La civilisation du livre L homme du XX e siècle hésite rarement entre le livre et la radio. La radio

Plus en détail

SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS ET ENFANTS VULNÉRABLES 16.1 SITUATION DES ENFANTS

SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS ET ENFANTS VULNÉRABLES 16.1 SITUATION DES ENFANTS SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS 16 ET ENFANTS VULNÉRABLES L un des effets les plus dévastateurs de l épidémie de VIH/sida est l augmentation croissante du nombre d orphelins et d enfants rendus vulnérables

Plus en détail

Résumé non nominatif d une décision de sanction administrative en matière de délit d initié (04 04 2006)

Résumé non nominatif d une décision de sanction administrative en matière de délit d initié (04 04 2006) Résumé non nominatif d une décision de sanction administrative en matière de délit d initié (04 04 2006) 1. Exposé des faits Les actions de la société Y sont admises à la négociation sur un marché réglementé

Plus en détail

LA RENAISSANCE SOUS FRANÇOIS 1 er PAR LES IMAGES POULAIN

LA RENAISSANCE SOUS FRANÇOIS 1 er PAR LES IMAGES POULAIN INTRODUCTION C est autour de l œuvre publicitaire d Auguste POULAIN, né à Pontlevoy, à la Ferme des Bordes en 1825 et fondateur de la chocolaterie de Blois, que nous vous invitons à découvrir les grands

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

CHAPITRE 3 MALRAUX : LE CINÉMA COMME LE ROMAN

CHAPITRE 3 MALRAUX : LE CINÉMA COMME LE ROMAN CHAPITRE 3 MALRAUX : LE CINÉMA COMME LE ROMAN Au cours des années trente, ces années tragiques qui précèdent la guerre, Bazin ne s intéresse pas encore au cinéma alors que Malraux se dépense beaucoup pour,

Plus en détail

Tribunal administratif

Tribunal administratif Nations Unies AT/DEC/1158 Tribunal administratif Distr. limitée 30 janvier 2004 Français Original: anglais TRIBUNAL ADMINISTRATIF Jugement n o 1158 Affaire n o 1254 : ARAIM Contre : Le Secrétaire général

Plus en détail

SUITE AFFAIRE+ Guide du logiciel de gestion des compétences Version 2. Créé par : www.rif-innotech.ca

SUITE AFFAIRE+ Guide du logiciel de gestion des compétences Version 2. Créé par : www.rif-innotech.ca SUITE AFFAIRE+ Guide du logiciel de gestion des compétences Version 2 Créé par : www.rif-innotech.ca Le 20 Mars 2012 Table des matières Commencer à utiliser le logiciel... 3 Démarrer le logiciel... 3 Rappeler

Plus en détail

Communication écrite : un adulte sur cinq en situation préoccupante

Communication écrite : un adulte sur cinq en situation préoccupante Direction du Travail, de l Emploi et de la Formation Professionnelle de article déjà publié d la série ins e e part naires Communication écrite : un adulte sur cinq en situation préoccupante compte environ

Plus en détail

RÉALISATION ET INTÉGRATION LE TEST POUR CONTRÔLER LA MASSE GUIDE DE L ÉLÈVE

RÉALISATION ET INTÉGRATION LE TEST POUR CONTRÔLER LA MASSE GUIDE DE L ÉLÈVE RÉALISATION ET INTÉGRATION LE TEST POUR CONTRÔLER LA MASSE GUIDE DE L ÉLÈVE Mise à jour Mars 2014 RÉALISATION LE TEST POUR CONTRÔLER LA MASSE Élaboration d une procédure et expérimentation Avant de commercialiser

Plus en détail

«Le sein n est pas plus sain» et autres observations à première vue troublantes, voire déconcertantes. James Akré, Genève

«Le sein n est pas plus sain» et autres observations à première vue troublantes, voire déconcertantes. James Akré, Genève «Le sein n est pas plus sain» et autres observations à première vue troublantes, voire déconcertantes James Akré, Genève Le but de mon intervention Je pars du postulat que tout le monde ici est déjà convaincu

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

Appendice N Modèle de plan de travail de recherche

Appendice N Modèle de plan de travail de recherche 1 Appendice N Modèle de plan de travail de recherche Par Yannick Queau La théorie des régimes face aux difficultés de la coopération internationale : le cas du régime sur la biodiversité (titre provisoire)

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

Capsules éveil à la lecture

Capsules éveil à la lecture Capsules éveil à la lecture 0 24 mois Dès la naissance, vous savez éveiller votre bébé en lui faisant la lecture. Les mots, l intonation de votre voix et les couleurs vives des images le stimuleront. Le

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir Annie Claude Sortant-Delanoë L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir À sa naissance, l enfant est un organisme dont le cri exprime un besoin. Ce cri n a aucune intention de signification.

Plus en détail

JEANNE D ARC ET LA GUERRE DE CENT ANS

JEANNE D ARC ET LA GUERRE DE CENT ANS JEANNE D ARC ET LA GUERRE DE CENT ANS Cycle et niveau Cycle 3, classe de CM1 Chapitre Le Moyen Age Objectifs Découvrir les conséquences de la rivalité opposant le Roi de France au plus puissant de ces

Plus en détail

Maladie d Alzheimer Que faire?

Maladie d Alzheimer Que faire? Maladie d Alzheimer Que faire? Que faire? Les changements que vous constatez vous rendent probablement inquiet ou anxieux. Maintenant que vous savez que vous avez la maladie d Alzheimer, vous vous préoccupez

Plus en détail

PARTICIPER À UNE VENTE AUX ENCHÈRES D ŒUVRES D ART

PARTICIPER À UNE VENTE AUX ENCHÈRES D ŒUVRES D ART Activités éducatives pour les élèves de 10 à 11 ans PARTICIPER À UNE VENTE AUX ENCHÈRES D ŒUVRES D ART NIVEAU : PRIMAIRE GROUPE D ÂGE : ÉLÈVES DE 10 À 11 ANS SOMMAIRE DE L ACTIVITÉ Les élèves observent

Plus en détail

Yvon CAVELIER. Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants. A l Assaut du ZE-Couillon

Yvon CAVELIER. Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants. A l Assaut du ZE-Couillon Yvon CAVELIER Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants A l Assaut du ZE-Couillon Réservé aux membres du Club Des Turfistes Gagnants Copyright 2010 - Page 1 Table des Matières I - CE QUI A CHANGE DANS

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA

ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA Après ces projets dont notre Président nous permet d espérer la réalisation

Plus en détail

Est-ce que le Père Noël existe vraiment?

Est-ce que le Père Noël existe vraiment? Est-ce que le Père Noël existe vraiment? Le 24 décembre de l an 3000, le Père Noël livrait ses cadeaux de son domicile. Les lutins et les rennes n avaient plus beaucoup de travail depuis que Mère Noël

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Le monde grec selon Homère. La ville dans l Antiquité le monde grec

Le monde grec selon Homère. La ville dans l Antiquité le monde grec Le monde grec selon Homère La ville dans l Antiquité le monde grec Athènes, Acropole, début 20è siècle Le synœcisme Fustel de Coulanges, La cité antique, Librairies hachette, 1929 ( 1864) «La religion

Plus en détail

Les Activités Les Futures Forêts

Les Activités Les Futures Forêts Les Activités Les Futures Forêts MODULE A POURQUOI LES FORÊTS ET LES ARBRES SONT IMPORTANTS Ce module aidera vos jeunes à apprendre pourquoi les arbres et les forêts sont importants pour eux. Il contient

Plus en détail

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Emploi privé- âge- procédure de recrutement-rejet de la candidature sans entretien profil surdimensionné- diplôme- compétences managériales expérience professionnelle

Plus en détail

Erreurs les plus classiques en Bourse. TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM

Erreurs les plus classiques en Bourse. TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM 20 Erreurs les plus classiques en Bourse TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM De ne jours, la Bourse est à la portée de tous, le volume d échange et le nombre

Plus en détail

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes On peut calculer les rentabilités de différentes façons, sous différentes hypothèses. Cette note n a d autre prétention que

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

SÉMINAIRE «DE HUMANI CORPORIS FABRICA»

SÉMINAIRE «DE HUMANI CORPORIS FABRICA» SÉMINAIRE «DE HUMANI CORPORIS FABRICA» Conférences philosophiques mensuelles sur les relations entre l Être Humain et son corps ECOLE DE MASSORELAXATION TEL : 05.61.32.77.42-06.63.06.38.90 93 RUE SAINT-

Plus en détail

L Europe contre la gauche

L Europe contre la gauche GEORGES SARRE Référendum L Europe contre la gauche, 2005 ISBN : 2-7081-3322-5 Introduction DIRE LA VÉRITÉ! Disons-le clairement : la nation française est menacée en tant que projet politique. Les considérations

Plus en détail

Documentation et photothèque Base de donnée de photographies de jardins historiques

Documentation et photothèque Base de donnée de photographies de jardins historiques Documentation et photothèque Base de donnée de photographies de jardins historiques - 1 - Introduction Le but de ce dossier est de présenter la structure d une base de données permettant à une agence photographique

Plus en détail

féminisme et de nuire aux femmes et à leurs intérêts. A partir de l intention de contrer ce danger, un certain nombre d études ont été menées sur le

féminisme et de nuire aux femmes et à leurs intérêts. A partir de l intention de contrer ce danger, un certain nombre d études ont été menées sur le 1. Introduction Cette étude porte sur le sujet des hommes en mouvement 1 en Suisse. Son objectif général est de décrire et de comprendre l affirmation, à la fois identitaire et politique, de ce mouvement,

Plus en détail

Guide du parent accompagnateur. Préparation à la Confirmation. Guide d animation Partie III : Annoncer

Guide du parent accompagnateur. Préparation à la Confirmation. Guide d animation Partie III : Annoncer Guide du parent accompagnateur Préparation à la Confirmation Guide d animation Partie III : Annoncer 2 Partie III : Annoncer (Parents/jeunes à la maison) Semaine #9 : (à la maison) Nous faisons un retour

Plus en détail

Conférence d Oslo. Présentation générale des premières décisions à adopter. par le Comité de suivi de la convention. par Marie-Françoise Glatz

Conférence d Oslo. Présentation générale des premières décisions à adopter. par le Comité de suivi de la convention. par Marie-Françoise Glatz Conférence d Oslo Présentation générale des premières décisions à adopter par le Comité de suivi de la convention par Marie-Françoise Glatz Le Comité de suivi va devoir, dès sa première réunion, travailler

Plus en détail

5 ième partie Comment découvrir et développer nos dons spirituels 1 Corinthiens 12 Pasteur Claude Houde

5 ième partie Comment découvrir et développer nos dons spirituels 1 Corinthiens 12 Pasteur Claude Houde 5 ième partie Comment découvrir et développer nos dons spirituels 1 Corinthiens 12 Pasteur Claude Houde Le Saint-Esprit: le Dieu oublié Éphésiens 1.15-19 (Parole vivante) C est pourquoi moi aussi, ayant

Plus en détail

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 Léa Morabito, Centre d Etudes Européennes, Sciences Po Paris. Manon Réguer-Petit,

Plus en détail

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction introduction Camus l a joliment formulé : le seul choix qui s offre à nous, aujourd hui, est d être soit un pessimiste qui rit, soit un optimiste qui pleure. L optimiste croit que tout va bien. Dans La

Plus en détail

La théorie de l évolution

La théorie de l évolution La théorie de l évolution Les théories de l évolution ~1800 ~1850 ~1970 Lamarck (l idée des caractères acquis) Darwin (la descendance avec modifications par sélection naturelle et la lutte pour l existence)

Plus en détail

UN GENTLEMAN. Édition du groupe «Ebooks libres et gratuits» Maurice Leblanc. Contes du soleil et de la pluie

UN GENTLEMAN. Édition du groupe «Ebooks libres et gratuits» Maurice Leblanc. Contes du soleil et de la pluie Édition du groupe «Ebooks libres et gratuits» Maurice Leblanc UN GENTLEMAN Contes du soleil et de la pluie Journal L Auto 25 juin 1903 Recueil Gueule-Rouge. 80 chevaux Ollendorf, 1904 Table des matières

Plus en détail

Les contraintes de la jurisprudence européenne. Confiance mutuelle et protection des droits fondamentaux dans l ELSJ

Les contraintes de la jurisprudence européenne. Confiance mutuelle et protection des droits fondamentaux dans l ELSJ Les contraintes de la jurisprudence européenne Confiance mutuelle et protection des droits fondamentaux dans l ELSJ Francesco Maiani Plan de l exposé L objet: l arrêt N.S., ses antécédents, ses suites

Plus en détail

Mais cela ne vous suffit peut-être pas et vous souhaitez disposer d une documentation écrite; nous vous avons préparé un dossier ad hoc:

Mais cela ne vous suffit peut-être pas et vous souhaitez disposer d une documentation écrite; nous vous avons préparé un dossier ad hoc: Chère enseignante, cher enseignant, Berne, octobre 2014 Vous prévoyez une excursion avec une visite de l exposition de Chocolat Frey? Vous vous demandez ce que vous pourrez y faire avec vos élèves et ce

Plus en détail

Trouver des alternatives crédibles au modèle excessivement financiarisé de normes comptables

Trouver des alternatives crédibles au modèle excessivement financiarisé de normes comptables Trouver des alternatives crédibles au modèle excessivement financiarisé de normes comptables Entretien publié in Confrontations Europe n 97, Janvier-Mars 2012 1 L Autorité des normes comptables (ANC),

Plus en détail

Il n y a pas de personne sur cette terre qui n ait été un jour percutée de plein fouet par cette phrase terrible : ARRÊTE DE RÊVER!

Il n y a pas de personne sur cette terre qui n ait été un jour percutée de plein fouet par cette phrase terrible : ARRÊTE DE RÊVER! Il n y a pas de personne sur cette terre qui n ait été un jour percutée de plein fouet par cette phrase terrible : ARRÊTE DE RÊVER! Cette phrase est assassine parce qu elle tue le meilleur de nous-même

Plus en détail

Origine et évolution morphologique du cheval

Origine et évolution morphologique du cheval Origine et évolution morphologique du cheval Introduction : L histoire du cheval a commencé au début de l ère tertiaire, il y a 60 millions d années bien avant l apparition de l homme. Des fossiles de

Plus en détail

Le marché de l art avant la Révolution

Le marché de l art avant la Révolution Le marché de l art avant la Révolution Colin JONES L historienne Charlotte Guichard fait revivre la figure de l «amateur d art», personnage essentiel dans la définition du bon goût et la promotion des

Plus en détail