1. Racines antiques du transformisme

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1. Racines antiques du transformisme"

Transcription

1 1. Racines antiques du transformisme Le courant scientifique dominant avant Darwin fut le fixisme dont, en France, Cuvier était le parangon. Mais l évolutionnisme, disons plutôt le transformisme, trouvait ses racines plongées dans l Antiquité grecque. Empédocle d Agrigente, par exemple, trouvait l origine de la vie dans le limon qui - chauffé par un feu intérieur - aurait donné naissance à des fragments hétéroclites des animaux qui s associaient par hasard. Selon ce fort lointain précurseur du darwinisme, parmi les êtres vivants ainsi constitués - à partir de ces fragments initiaux - on pouvait trouver des monstres ou des organismes viables et, bien entendu, seuls les plus aptes comme dirait Darwin, auraient survécu. La conception de l hérédité d un Démocrite semble rappeler l hypothèse de la pangenèse formulée beaucoup plus tard par Darwin : selon ce philosophe la semence des organismes est constituée par une sorte de micro- particules - représentant en miniature les différentes parties des êtres vivants - qui auraient la capacité de migrer vers les organes de reproduction. L école d Hippocrate, le célèbre médecin de l Antiquité était, aussi, partisane de l hypothèse de la pangenèse élaborée par Darwin qui, elle-même, n a plus aujourd hui qu une 15

2 notoriété historique. En constatant - comme plus tard Aristote - le parallélisme du développement de l embryon de poulet et de l être humain, Hippocrate s avère un précurseur lointain de l anatomie comparée qui devait fournir, dans l époque contemporaine, des arguments en faveur de l évolutionnisme. Aristote, le philosophe naturaliste, fit un plaidoyer vibrant et justifié en faveur de l étude de la nature et de ses œuvres : «À vrai dire, certains de ces êtres n offrent pas un aspect agréable ; mais la connaissance du plan de la Nature en eux réserve à ceux qui peuvent saisir les causes, aux philosophes de race, des jouissances inexprimables. En vérité, il serait déraisonnable et absurde que nous trouvions du plaisir à contempler les images de ces êtres, parce que nous y saisissons en même temps le talent du sculpteur et du peintre, et que, les examinant en eux-mêmes, dans leur organisation par la Nature, nous n éprouvions pas une joie plus grande encore de cette contemplation, au moins si nous pouvons saisir l enchaînement des causes». Et au célèbre philosophe que d ajouter : «Il ne faut donc pas céder à une répugnance enfantine et nous détourner de l étude du moindre de ces animaux. En toutes les parties de la Nature, il y a des merveilles ; on dit qu Héraclite, à des visiteurs étrangers qui, l ayant trouvé se chauffant au feu de sa cuisine, hésitaient à entrer, fit cette remarque : «Entrez, il y a des dieux aussi dans la cuisine» - Eh bien, de même, entrons sans dégoût dans l étude de chaque espèce animale : en chacune, il y a de la nature et de la beauté. Ce n est pas le 16

3 hasard, mais la finalité qui règne dans les œuvres de la nature, et à un haut degré ; or, la finalité qui régit la constitution ou la reproduction d un être est précisément ce qui donne lieu à la beauté». Après ce superbe hymne sur l autel des Sciences Naturelles, le Stagirite ne semble guère postuler une rupture entre son Zoon politikon - parangon de l espèce humaine - et les autres êtres vivants, car il devait noter tout de suite : «Et si quelqu un trouvait méprisable l étude des autres animaux, il lui faudrait aussi se mépriser lui-même, car ce n est pas sans avoir à vaincre une grande répugnance qu on peut saisir de quoi se compose le genre Homme, sang, chair, os, veines, et autres parties comme celles-là» 3. Grand classificateur de la nature, Aristote se rend parfaitement compte de la gradation des êtres vivants depuis les plantes vers les animaux dont l homme qui, selon le Stagirite, est le seul qui réaliserait les intentions de la nature ; quant aux autres animaux, eux, ils lui apparaissent comme des nains, des êtres tronqués, mutilés, inachevés Soutenant l immobilité des espèces biologiques, Aristote se rattache, en théorie, au fixisme mais, souvent, il glisse vers le transformisme. Ainsi quand il affirme que les organismes dont 3. Aristote, Traîté sur les parties des animaux, Livre I er, éd. Aubier- Montaigne, 1945, trad. J.-M. Le Blond. 17

4 la constitution n est pas adéquate disparaissent, assertion qui rappelle la sélection naturelle de Darwin postulant la survie des plus aptes. Si Aristote reste le prince des naturalistes Grecs, la plus grande œuvre de l Antiquité romaine est celle de Lucrèce qui, contrairement au Stagirite, partage avec Épicure, la conception d un hasard se trouvant à la base du monde vivant. Aïeul de la génétique, la science de l hérédité, Lucrèce touche à l idée de sélection naturelle, idée centrale du darwinisme : «Mais les animaux auxquels la nature avait refusé tout moyen, soit de vivre libres et par eux- mêmes, soit de nous rendre quelque service pour prix duquel nous accordions à leur race nourriture et sécurité sous notre protection, tous ceux-là sans doute offraient aux autres une proie et un butin sans défense, entravé qu ils étaient tous par les chaînes de leurs destinées, jusqu aux jours où la nature eût achevé l extinction de leur espèce» 4. Par ces mots, Lucrèce s avère un lointain précurseur de la sélection naturelle et artificielle - donc un darwiniste avant la lettre. Il met en évidence même un type de sélection éliminant les monstruosités naturelles : «Tous ces monstres et tous les prodiges de cette sorte que la terre mettait au monde, c est en 4. Lucrèce, De la Nature (De natura rerum), t. II, liv. V, trad. Alfred Ernoult, éd. Les Belles Lettres, 1975, p

5 vain qu elle les créa ; car la nature interdit leur croissance, et ils ne purent toucher à cette fleur de l âge tant désirée, ni trouver de la nourriture, ni s unir par l acte de Venus». Lucrèce fit, également, figure de précurseur en parlant de l origine du langage en des termes que ne désavoueraient point la sociobiologie d aujourd hui ou l éthologie comparée fondées sur le darwinisme : «Enfin, qu y a-t-il là-dedans de si étrange, que le genre humain, en possession de la voix et de la langue, ait désigné suivant ses impressions diverses les objets par des mots divers? Les troupeaux privés de la parole et même les espèces sauvages poussent bien des cris différents, suivant que la crainte, la douleur ou la joie les pénètre, comme il est aisé de s en convaincre par des exemples familiers». L Antiquité gréco-latine semble avoir révélé, à l état embryonnaire, la plupart des hypothèses évolutionnistes développées par la science moderne. Pour autant - «faut-il se risquer jusqu à inférer l existence de certaines structures psychiques spécifiques, innées, de l espèce humaine, permettant une canalisation sélective de la réalité selon leur a priori? De telles structures psychiques a priori qui conditionneraient et feraient possible l agencement a posteriori de la connaissance humaine pourraient-elles s appeler, par exemple, anthropo-psychotypes et rendre également compte, non seulement d une canalisation de la connaissance scientifique ou non de la nature, mais, également, de la persistance dans la mémoire de l humanité des 19

6 archétypes de Jung - à la base des symboles, des rêves et des mythologies - et des archétypes enregistrés par l histoire des religions dont s occupa naguère Mircea Eliade? Sans avoir l outrecuidance de répondre ici, en quelques mots, à de telles interrogations fondamentales, il faut, sans aucun doute, différer certains éventuels éclaircissements jusqu à l élaboration d une biognoséologie qui reste à écrire» Le transformisme à l aube Après la période de traversée du désert du Moyen Âge, le génie de Léonard de Vinci ouvre des nouveaux horizons non seulement en peinture mais, également, en sciences comme, notamment, en paléontologie et anatomie comparée. Ce précurseur du transformisme considère, par exemple, que les fossiles marins trouvés dans les Appennins témoignent des transformations successives de l écorce terrestre et des êtres vivants. Linné - appelé par d aucuns le prince des botanistes fut, sans doute, le plus grand classificateur de tous les temps, celui qui va utiliser avec bonheur la nomenclature binominale ; en donnant, à un être vivant un nom latin composé de la dénomi- 5. Denis Buican, La Révolution de l Evolution, L évolution de l évolutionnisme, PUF, 1989, pp

7 nation du genre suivie par celle de l espèce, Linné assure un vocabulaire international fort précis et indispensable pour son inventaire scientifique de la nature. Perçu d habitude comme un des plus célèbres fixistes à cause, surtout, de sa formule Species tot sunt diversae quot diversas formas ab initio creavit infinitum ens : «il y a tant d espèces diverses que de formes diverses, créées au commencement par l être infini» - Linné admet, comme plus tard Cuvier, un transformisme sui generis. Son propre témoignage est parfaitement éclairant de sa conception : «J ai longtemps nourri le soupçon, et je n ose le présenter que comme une hypothèse, que toutes les espèces d un même genre n ont constitué à l origine qu une même espèce, qui s est diversifiée par voie d hybridation. Il n est pas douteux que ce ne soit là une des grandes préoccupations de l avenir et que de nombreuses expériences ne soient instituées pour convertir cette hypothèse en un axiome établissant que les espèces sont l œuvre du temps.» Suivant ses propres paroles, on constate que ce savant considéré fixiste ouvre la porte vers un transformisme à l intérieur du genre biologique, en stipulant l origine commune de plusieurs espèces apparentées. Il s agit donc d un transformisme que l on pourrait appeler restreint mais qui néanmoins fait de lui un insigne précurseur de l évolutionnisme. 21

8 Buffon, son contemporain, avec qui Linné partage la même année de naissance mit, également, une empreinte durable sur les Sciences naturelles. Même, chose qui peut apparaître bizarre, l Académie des Sciences l accueillit à l âge de vingt-six ans sachant ainsi reconnaître - une fois n est pas coutume - que «la valeur n attend pas le nombre des années» Jeune encore, en 1739, Buffon occupe - le poste d intendant du Jardin du roi, devenu Jardin des plantes, c est-à-dire le poste équivalent aujourd hui à celui du Directeur du Muséum National d Histoire Naturelle. Les êtres vivants - selon Buffon - seraient produits à l origine par génération spontanée en partant de molécules organiques. Le naturaliste - comme plus tard son ancien disciple Lamarck - semble en retard sur son époque scientifique quand il postule, à tort, que la pourriture pourrait engendrer moucherons, cloportes, chenilles, poux voire des tænias Car les controverses de ce temps ne portaient encore que sur la génération spontanée des «animalcules» les plus primitifs se développant dans les infusions. En effet, la génération spontanée, infirmée dans le siècle précédent par les expériences de Francesco Redi, ne devait disparaître du champ scientifique qu après la réfutation de Pasteur. En revanche, Buffon s oppose avec raison à l idée, véhiculée à l époque par Charles Bonnet, concernant la préformation germinale des organismes qui supposerait un «emboîtement» successif des germes dans les bizarres poupées-gigognes dont seraient constitués les éléments reproducteurs. De surcroît cette 22

9 hypothèse hasardée - que Buffon devait réfuter avec bonheur - amenait des querelles interminables entre «ovistes», «spermatistes» et autres «animalculistes» qui soutenaient, souvent en se ridiculisant, que les «homunculus» auraient été «préformés» ou dans les ovules ou dans les spermatozoïdes Mais revenons à la conception transformiste de Buffon et laissons-lui la parole : «Il y a dans la Nature un prototype général dans chaque espèce sur lequel chaque individu est modelé, mais qui semble, en se réalisant, s altérer ou se perfectionner par les circonstances» Le naturaliste constate en continuation qu il se trouve «une variation bizarre en apparence dans la succession des individus, et en même temps une constance qui paraît admirable dans l espèce entière : le premier animal, le premier cheval, par exemple, a été le modèle extérieur et le moule intérieur sur lequel tous les chevaux qui sont nés, tous ceux qui existent et tous ceux qui naîtront ont été formés ; mais ce modèle, dont nous ne connaissons que les copies, a pu s altérer ou se perfectionner en communiquant sa forme et se multipliant» 6. En comparant l âne à un animal qui «paraît n être qu un cheval dégénéré» Buffon touche au transformisme en continuant : «l on pourrait attribuer les légères différences qui se trouvent entre ces deux animaux, à l influence très ancienne 6. Buffon, Histoire naturelle, Le Cheval (1753), éd. Gallimard, 1984, p

10 du climat, de la nourriture, et à la succession fortuite de plusieurs générations de petits chevaux sauvages à demi dégénérés, qui peu à peu auraient encore dégénéré davantage, se seraient ensuite dégradés autant qu il est possible, et auraient à la fin produit à nos yeux une espèce nouvelle et constante, ou plutôt une succession d individus semblables, tous constamment viciés de la même façon, et assez différents des chevaux pour pouvoir être regardés comme formant une autre espèce» 7. Dans les lignes précédentes Buffon se montre transformiste comme dans plusieurs endroits de son œuvre. Ce qui amène Émile Guyénot à écrire noir sur blanc que «ce grand naturaliste peut être considéré non seulement comme un précurseur, mais comme un véritable fondateur de la théorie de l évolution» 8. Plus prudent, Jean Rostand parle du «transformisme limité de Buffon» : «En somme, Buffon ne soupçonne pas que les êtres vivants aient pu se modifier dans le sens d une complexité toujours croissante. Il n entrevoit même pas l hypothèse de l évolution, hypothèse dont il n a d ailleurs nul besoin puisqu il n éprouve aucun embarras à faire naître directement les animaux supérieurs aux dépens des molécules organiques. Aussi, encore qu il ait eu le mérite d exprimer des vues nettement transformistes, ne le considérons-nous pas comme «un 7. Buffon, Histoire naturelle, L Âne (1753), éd. Gallmard, 1984, p Émile Guyénot, Les sciences de la vie aux 17e et 18e siècles. L idée de l évolution. Éd. Albin Michel, 1957, p

11 véritable fondateur de la doctrine de l évolution». En effet, Jean Rostand fait revenir à Lamarck ce grand rôle historique : «pour voir apparaître la grande idée de l engendrement du complexe par le simple, du supérieur à l inférieur, il faudra attendre jusqu à Jean Lamarck» 9. Une question débattue encore dans l histoire des Sciences est si le «transformisme limité» de Buffon résulte d une auto-censure comme l affirme, par exemple, Émile Guyénot : «Mais l œuvre du comte de Buffon, aristocrate de mœurs et d esprit, membre de l Académie des Sciences, s insurgeant contre les idées reçues, sans souci de déchirer la Genèse, ne pouvait être passée sous silence. La Sorbonne s était émue ; Buffon doit publier une rétractation solennelle qu il qualifiait dans l intimité de persiflage. L aventure le rendit prudent.» L aventure fâcheuse à laquelle se réfère Guyénot est la condamnation, lancée par la Sorbonne, de certains points de la «Théorie de la Terre», publiée en 1744, par Buffon, notamment l assertion parlant d un âge de notre planète d environ ans dépassant de loin l âge résulté de l interprétation dogmatique de l époque. Ce qui m amène à dire : «La censure théologique suivie d une éventuelle auto-censure, pourrait expliquer toute une série de réticences manifestées par Buffon à propos de sa propre conception transformiste ; mais il reste fort possible que les tergiversations de son transformisme reflètent, égale- 9. Jean Rostand, Esquisse d une histoire de la biologie, éd. Gallimard, 1945, pp

12 ment, ses propres incertitudes devant l immense tableau vivant brossé par un évolutionnisme généralisé» 10. Il faut, sans doute, dire un mot sur un autre contemporain de Buffon, Diderot qui devint le biologiste de l Encyclopédie et qui décrivit ainsi le flux perpétuel rencontré dans la nature : «tout animal est plus ou moins homme ; toute plante est plus ou moins animale ; tout minéral plus ou moins plante». De telles assertions semblent toucher au transformisme. Parfois même Diderot n est guère loin de la futurologie actuelle quand il souligne non sans humour : «Nous marchons si peu, nous travaillons si peu et nous pensons tant, que je ne désespère pas que l homme ne puisse pas n être qu une tête». Hypothèse malgré tout optimiste car un philosophe non plus pessimiste, mais peut-être plus réaliste, aurait pu craindre que l homme de l avenir ne se métamorphosât, à cause de son parasitisme éventuel, en un gigantesque ventre Malgré l importance insigne des précurseurs du transformisme rencontrés dans le siècle des Lumières - dont le fleuron reste Buffon - il faut noter que le mutationnisme - pourtant marginalisé à l époque - apparaît plus proche de l évolutionnisme d aujourd hui. 10. Denis Buican, L explosion Biologique, Du néant au Sur-être?, éd. de l Espace Européen, 1991, p

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction introduction Camus l a joliment formulé : le seul choix qui s offre à nous, aujourd hui, est d être soit un pessimiste qui rit, soit un optimiste qui pleure. L optimiste croit que tout va bien. Dans La

Plus en détail

Le Pavé Mosaïque. Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à

Le Pavé Mosaïque. Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à Le Pavé Mosaïque «Mais à quel jeu jouent donc les francs maçons sur cet échiquier dessiné à même le sol du Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à la

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

Le jugement de Pâris et la pomme Par A. Labarrière 2 2

Le jugement de Pâris et la pomme Par A. Labarrière 2 2 Le jugement de Pâris et la pomme Par A. Labarrière 2 2 I. Origine et Protagonistes Cette légende fut narrée pour la première fois par Homère, un poète grec du 9 e siècle avant J.-C. ayant écrit l Iliade

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

Tous semblables et tous différents

Tous semblables et tous différents Chap. 1 Tous semblables et tous différents I. Caractères communs et caractères propres Caractère commun : Caractère normalement possédé par tous les êtres humains. On parle aussi d'attribut humain. Caractère

Plus en détail

TESTS D HYPOTHÈSE FONDÉS SUR LE χ². http://fr.wikipedia.org/wiki/eugénisme

TESTS D HYPOTHÈSE FONDÉS SUR LE χ². http://fr.wikipedia.org/wiki/eugénisme TESTS D HYPOTHÈSE FONDÉS SUR LE χ² http://fr.wikipedia.org/wiki/eugénisme Logo du Second International Congress of Eugenics 1921. «Comme un arbre, l eugénisme tire ses constituants de nombreuses sources

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs?

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Problématique : La difficulté lorsque vous vous trouvez face à un tel sujet est de confondre le thème avec le problème du sujet. Ici le thème était

Plus en détail

Rapport candidat. John Sample. 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL

Rapport candidat. John Sample. 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL Introduction 6 juillet 2012 Introduction Toutes les informations contenues dans ce rapport sont confidentielles et uniquement destinées à la personne ayant rempli le questionnaire.

Plus en détail

A vertissement de l auteur

A vertissement de l auteur A vertissement de l auteur Attention, ce livre n est pas à mettre entre toutes mains ; il est strictement déconseillé aux parents sensibles. Merci à Madame Jeanne Van den Brouck 1 qui m a donné l idée

Plus en détail

Boostez votre management!

Boostez votre management! Boostez votre management! MOTIVATION: Mode d Emploi??? Valérie Francisque Coach Co-Actif accréditée CTI France Sondage Ipsos Selon le baromètre du bien-être publié en Avril 2011: 31% seulement des salariés

Plus en détail

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23.

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. «Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. Pour faire suite au récit des disciples sur le chemin d Emmaüs et pour

Plus en détail

Pour un principe matérialiste fort. Jean-Paul Baquiast

Pour un principe matérialiste fort. Jean-Paul Baquiast Pour un principe matérialiste fort Jean-Paul Baquiast Plan détaillé :. Pour un matérialisme fort Le retour en force du dogmatisme religieux Nécessité d un renouvellement du matérialisme Que sont les nouvelles

Plus en détail

Ouvrages de références et objectifs

Ouvrages de références et objectifs Valise pédagogique Ouvrages de références et objectifs MESSAGE IMPORTANT: Prendre le temps de bien lire les histoires et d explorer la valise, ses activités et ce guide. Ouvrages de références Activités

Plus en détail

Quand la peur nous prend, qu est-ce qu elle nous prend? Vivre la crainte, l inquiétude, la panique, l affolement ou la terreur; la peur est

Quand la peur nous prend, qu est-ce qu elle nous prend? Vivre la crainte, l inquiétude, la panique, l affolement ou la terreur; la peur est Quand la peur nous prend, qu est-ce qu elle nous prend? Vivre la crainte, l inquiétude, la panique, l affolement ou la terreur; la peur est une émotion à la fois si commune et si unique que la langue française

Plus en détail

Une pseudo-science : 1. Pourquoi l astrologie n est pas une science reconnue?

Une pseudo-science : 1. Pourquoi l astrologie n est pas une science reconnue? Une pseudo-science : 1 Pourquoi l astrologie n est pas une science reconnue? Les revendications des astrologues sont rejetées par la communauté scientifique. Néanmoins, l astrologie est populaire. Même

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

Lettre à Ménécée. Épicure ([-342] - -270) Traduction de Octave Hamelin (1910) Édition électronique (epub, PDF): Les Échos du Maquis, 2011.

Lettre à Ménécée. Épicure ([-342] - -270) Traduction de Octave Hamelin (1910) Édition électronique (epub, PDF): Les Échos du Maquis, 2011. Lettre à Ménécée Épicure ([-342] - -270) Traduction de Octave Hamelin (1910) Édition électronique (epub, PDF): Les Échos du Maquis, 2011. Note sur cette édition électronique Traduction d Octave Hamelin,

Plus en détail

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde de Léonard de Vinci est incontestablement le tableau le plus célèbre. Il est conservé au musée du Louvre à Paris et a

Plus en détail

Les Français et la nature

Les Français et la nature Les Français et la nature Contact Frédéric Micheau Directeur des études d opinion Directeur de département Tel : 01 78 94 90 00 fmicheau@opinion-way.com http://www.opinion-way.com Mars 2015 1 Méthodologie

Plus en détail

Physique Chimie. Utiliser les langages scientifiques à l écrit et à l oral pour interpréter les formules chimiques

Physique Chimie. Utiliser les langages scientifiques à l écrit et à l oral pour interpréter les formules chimiques C est Niveau la représentation 4 ème 2. Document du professeur 1/6 Physique Chimie LES ATOMES POUR COMPRENDRE LA TRANSFORMATION CHIMIQUE Programme Cette séance expérimentale illustre la partie de programme

Plus en détail

LE VIDE ABSOLU EXISTE-T-IL?

LE VIDE ABSOLU EXISTE-T-IL? Document professeur Niveau : Seconde LE VIDE ABSOLU EXISTE-T-IL? Compétences mises en œuvre : S approprier : extraire l information utile. Communiquer. Principe de l activité : La question posée à la classe

Plus en détail

première S 1S7 Géothermie

première S 1S7 Géothermie FICHE 1 Fiche à destination des enseignants Type d'activité Activité documentaire Notions et contenus du programme de première S Radioactivité naturelle et artificielle. Activité. Lois de conservation

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA

ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA Après ces projets dont notre Président nous permet d espérer la réalisation

Plus en détail

La situation financière des Canadiens

La situation financière des Canadiens La situation financière des Canadiens 1 Approche client Microsoft Advertising Hiver 2015 LA SITUATION FINANCIÈRE DES CANADIENS 2 Des décisions financières difficiles et importantes doivent être prises

Plus en détail

La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople

La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople Considérée comme la huitième merveille du monde, la Basilique Sainte-Sophie se trouve à Istanbul en Turquie. Elle a servi de basilique pendant 916 ans et de

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE ÉCOLE DOCTORALE CONCEPTS ET LANGAGE T H È S E pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE Discipline : LINGUISTIQUE Présentée et soutenue par : Zeina EL HELOU

Plus en détail

L auteure. L illustrateur

L auteure. L illustrateur Nouveauté jeunesse L histoire Dans le centre historique de Milan, Emma, dix ans, habite avec ses parents et son chat dans un immeuble ancien qui renferme un jardin secret. Son souhait le plus cher est

Plus en détail

Que fait l Église pour le monde?

Que fait l Église pour le monde? Leçon 7 Que fait l Église pour le monde? Dans notre dernière leçon, nous avons vu que les croyants ont des responsabilités vis-à-vis des autres croyants. Tous font partie de la famille de Dieu. Les chrétiens

Plus en détail

Introduction à la psychologie du développement

Introduction à la psychologie du développement Introduction à la psychologie du développement Cours 5 Épistémologie génétique et développement de connaissance F. Francis Strayer (Automne 2012) La psychologie du développement Moderne! Epistémologie

Plus en détail

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.»

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.» Métonymie : image désuète de l instrument servant à écrire. Représentation traditionnelle et glorieuse du travail de l écrivain. Allusion à une époque révolue. Idée de durée, de permanence. edoublée dans

Plus en détail

Quelques éléments d histoire des sciences : Quelle physique avant Galilée?

Quelques éléments d histoire des sciences : Quelle physique avant Galilée? Quelques éléments d histoire des sciences : Quelle physique avant Galilée? Thomas Boyer-Kassem (Archives H. Poincaré, UMR 7117 : CNRS & Université de Lorraine) thomas.boyer@univ-lorraine.fr Cours de Préparation

Plus en détail

SOMMAIRE 2. LE «NOUVEAU MONDE INDUSTRIEL ET SOCIÉTAIRE» REPOSE SUR L ASSOCIATION CONCRÈTE DE TOUS LES INDIVIDUS

SOMMAIRE 2. LE «NOUVEAU MONDE INDUSTRIEL ET SOCIÉTAIRE» REPOSE SUR L ASSOCIATION CONCRÈTE DE TOUS LES INDIVIDUS Marxisme, socialisme utopique et Le nouveau monde industriel et sociétaire Fiche 36 CHARLES FOURIER Cet ouvrage, paru en 1845, est à l image de son auteur, en marge de la culture traditionnelle et du pouvoir.

Plus en détail

Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL»

Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL» Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL» La représentation de l activité des entreprises, dans les normes comptables

Plus en détail

Petit conservatoire dans un jardin des Collines du Paradis

Petit conservatoire dans un jardin des Collines du Paradis Petit conservatoire dans un jardin des Collines du Paradis L espace d un an suffit pour constater la richesse et la diversité des populations d insectes qui prospectent dans le moindre carré de jardin.

Plus en détail

DAEU- cours de Sciences de la Nature et de la Vie- Marie Claire Garnier

DAEU- cours de Sciences de la Nature et de la Vie- Marie Claire Garnier Partie 3 : génétique Chapitre 1 : la transmission d un caractère au cours de la reproduction sexuée Rappel : la reproduction sexuée comprend 2 phénomènes fondamentaux successifs : La méiose lors de la

Plus en détail

Delphine Perret / Agence Patricia Lucas 2015 : 50 millions d arbres. déjà plantés!

Delphine Perret / Agence Patricia Lucas 2015 : 50 millions d arbres. déjà plantés! Delphine Perret / Agence Patricia Lucas 2015 : 50 millions d arbres déjà plantés! Objectif atteint : 50 millions d arbres plantés dans 27 pays La Fondation Yves Rocher, née il y a 25 ans d une volonté

Plus en détail

Initiation aux macro-commandes Excel 2007

Initiation aux macro-commandes Excel 2007 -1- Initiation aux macro-commandes Excel 2007 -2- Avertissement Ce document accompagne le cours qui a été conçu spécialement pour les stagiaires des cours de Denis Belot. Le cours a été réalisé en réponse

Plus en détail

Ecole de Coachs de Vie Gestaltistes en Développement des Ressources Personnelles. L a plus belle aventure de l homme, c est sa propre aventure

Ecole de Coachs de Vie Gestaltistes en Développement des Ressources Personnelles. L a plus belle aventure de l homme, c est sa propre aventure Ecole de Coachs de Vie Gestaltistes en Développement des Ressources Personnelles L a plus belle aventure de l homme, c est sa propre aventure Les intervenants Mathé Kaufmann Gestalt-Thérapeute, Superviseure

Plus en détail

Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle

Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle La responsabilité contractuelle est la sanction de l inexécution ou de la mauvaise exécution du contrat. Elle est prévue par l article

Plus en détail

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir Annie Claude Sortant-Delanoë L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir À sa naissance, l enfant est un organisme dont le cri exprime un besoin. Ce cri n a aucune intention de signification.

Plus en détail

Le processus du développement économique

Le processus du développement économique DOUGLASS C. NORTH Prix Nobel d économie Le processus du développement économique Présentation de Claude Ménard Traduit de l anglais par Michel Le Séac h, 2005 ISBN : 2-7081-3397-7 13 Où allons-nous? Le

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail

L intolérance à l incertitude et le trouble d anxiété généralisée

L intolérance à l incertitude et le trouble d anxiété généralisée 1 L intolérance à l incertitude et le trouble d anxiété généralisée Dans notre compréhension actuelle du trouble d anxiété généralisée (TAG), nous estimons que l intolérance à l incertitude joue un rôle

Plus en détail

Transcription médicale: comment faire le bon choix

Transcription médicale: comment faire le bon choix Transcription médicale: comment faire le bon choix La réduction des coûts et l optimisation des investissements sont des préoccupations majeures pour tout entrepreneur qui se respecte. À travers ce document,

Plus en détail

La construction du temps et de. Construction du temps et de l'espace au cycle 2, F. Pollard, CPC Bièvre-Valloire

La construction du temps et de. Construction du temps et de l'espace au cycle 2, F. Pollard, CPC Bièvre-Valloire La construction du temps et de l espace au cycle 2 Rappel de la conférence de Pierre Hess -Démarche de recherche: importance de se poser des questions, de chercher, -Envisager la démarche mentale qui permet

Plus en détail

Chapitre 1. L algorithme génétique

Chapitre 1. L algorithme génétique Chapitre 1 L algorithme génétique L algorithme génétique (AG) est un algorithme de recherche basé sur les mécanismes de la sélection naturelle et de la génétique. Il combine une stratégie de survie des

Plus en détail

PARTIE II : Reproduction sexuée et maintien des espèces dans leur milieu de vie.

PARTIE II : Reproduction sexuée et maintien des espèces dans leur milieu de vie. PARTIE II : Reproduction sexuée et maintien des espèces dans leur milieu de vie. Une île volcanique vient de se former, que se passe-t-il au bout de plusieurs années? Comment font les êtres vivants pour

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 «POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 (V, 20) C est pour Christ que nous sommes en ambassade, puisque c est Dieu qui appelle par nous. Nous vous (le) demandons pour Christ, réconciliez-vous

Plus en détail

Végétaux Exemples d individus

Végétaux Exemples d individus Végétaux Formation Biologie 2011 2012 Végétaux Exemples d individus Végétaux Embranchement Classification Description Reproduction Mode de vie Exemples d individu Végétaux Règne > Etymologie «Végetaux»

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

Suis-je toujours le même?

Suis-je toujours le même? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN Suis-je toujours le même? Introduction Avant de répondre à la question, il faut comme toujours en philosophie bien en comprendre le problème. Le " je suis " fait

Plus en détail

La culture L épreuve du Bac

La culture L épreuve du Bac L épreuve du Bac Synthèse des concepts rencontrés dans les textes... 80 Sujets de dissertation... 81 Méthode d analyse d un sujet de dissertation... 82 Sujet 1 Méthode d analyse d un texte : texte de Freud...

Plus en détail

Comment atteindre ses objectifs de façon certaine

Comment atteindre ses objectifs de façon certaine Ressources & Actualisation Le partenaire de votre bien-être et de votre accomplissement Comment atteindre ses objectifs de façon certaine À l attention du lecteur, Ce présent document est protégé par la

Plus en détail

Les*Mondialisa)ons*:* temporalités*et*histoires*

Les*Mondialisa)ons*:* temporalités*et*histoires* Chris&an)Grataloup) Université)Paris) )Diderot)/)UMR)Géographie

Plus en détail

REER, CELI ou prêt hypothécaire : comment faire le bon choix?

REER, CELI ou prêt hypothécaire : comment faire le bon choix? REER, CELI ou prêt hypothécaire : comment faire le bon choix? Jamie Golombek L épargne est une pratique importante. Elle nous permet de mettre de côté une partie de nos revenus actuels afin d en profiter

Plus en détail

Y A-T-IL COUPLE? Introduction. Pour qu il y ait couple, il faut du temps

Y A-T-IL COUPLE? Introduction. Pour qu il y ait couple, il faut du temps Introduction Y A-T-IL COUPLE? Au fil des siècles et au fil des années, la société se transforme et avec elle, la valeur accordée à la réussite sociale, à la famille mais surtout à l amour. Dans le monde

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Commentaire de la décision n 2007-557 DC du 15 novembre 2007 Loi relative à la maîtrise de l immigration, à l intégration et à l asile Déposé sur le bureau

Plus en détail

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

702 012 956 RCS Nanterre TVA FR 03 702 012 956 Certifiée ISO 9001 par l AFAQ

702 012 956 RCS Nanterre TVA FR 03 702 012 956 Certifiée ISO 9001 par l AFAQ MCC et incertitude 10 mars 2015 Par Christophe Béesau et Christian Leliepvre Avec Altran, Solar Impulse s attaque au défi du tour du monde à l énergie solaire. Depuis 2010, Solar Impulse vole à l énergie

Plus en détail

OFFRES D OPTIONS. DP3 Découverte Professionnelle 3h Langues anciennes SEA Section Européenne Anglais SED Section Européenne Allemand

OFFRES D OPTIONS. DP3 Découverte Professionnelle 3h Langues anciennes SEA Section Européenne Anglais SED Section Européenne Allemand OFFRES D OPTIONS DP3 Découverte Professionnelle 3h Langues anciennes SEA Section Européenne Anglais SED Section Européenne Allemand Option DP3 Qu est-ce que la DP3? La DP3 est une option de Découverte

Plus en détail

LA VERITABLE EGALITE EST-ELLE SOUHAITABLE?

LA VERITABLE EGALITE EST-ELLE SOUHAITABLE? LA VERITABLE EGALITE EST-ELLE SOUHAITABLE? Vincent Aubert, chercheur-associé à Etopia Décembre 2008 www.etopia.be 111111 Page 1 sur 5 La véritable égalité est-elle souhaitable? La façon dont la question

Plus en détail

France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7. Série ES, France métropolitaine, juin 2008

France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7. Série ES, France métropolitaine, juin 2008 France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7 7 SUJET Dissertation Série ES, France métropolitaine, juin 2008 Est-il plus facile de connaître autrui que de se connaître soi-même? LE SUJET COUP de POUCE ANALYSE

Plus en détail

ISSN 2284-3531 Ordine internazionale e diritti umani, (2015), pp. 389-393.

ISSN 2284-3531 Ordine internazionale e diritti umani, (2015), pp. 389-393. OBSERVATOIRE SUR LE CONTENTIEUX EUROPÉEN DES DROITS DE L HOMME N. 2/2015 1. ARRET DU 3 OCTOBRE 2014, JEUNESSE C. PAYS-BAS Faits 1. L affaire concerne le refus des autorités néerlandaises d octroyer à la

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Avis n 5 du 9 février 1998 relatif à la protection des inventions biotechnologiques

Avis n 5 du 9 février 1998 relatif à la protection des inventions biotechnologiques COMITE CONSULTATIF DE BIOETHIQUE Avis n 5 du 9 février 1998 relatif à la protection des inventions biotechnologiques Demande d avis, en date du 22 février 1996, de Monsieur Elio Di Rupo, Vice-Premier Ministre,

Plus en détail

PARTICIPER À UNE VENTE AUX ENCHÈRES D ŒUVRES D ART

PARTICIPER À UNE VENTE AUX ENCHÈRES D ŒUVRES D ART Activités éducatives pour les élèves de 10 à 11 ans PARTICIPER À UNE VENTE AUX ENCHÈRES D ŒUVRES D ART NIVEAU : PRIMAIRE GROUPE D ÂGE : ÉLÈVES DE 10 À 11 ANS SOMMAIRE DE L ACTIVITÉ Les élèves observent

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN JEAN-PIERRE BRUN PROFESSEUR CHAIRE EN GESTION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL UNIVERSITÉ LAVAL http://cgsst.fsa.ulaval.ca Dans quatre

Plus en détail

FICHE N 12 ERREUR SUR LE PRIX DE LA LOCATION

FICHE N 12 ERREUR SUR LE PRIX DE LA LOCATION FICHE N 12 ERREUR SUR LE PRIX DE LA LOCATION Une agence propose à la location un de ses appartements en commettant une erreur en sa défaveur sur le prix (le catalogue comportant également la même erreur).

Plus en détail

Petite histoire de la grande photographie. Victoria NIKOLAEVA

Petite histoire de la grande photographie. Victoria NIKOLAEVA À l occasion du centenaire de la naissance de Robert Doisneau (1912-1994), le «braconnier de l éphémère» Petite histoire de la grande photographie Victoria NIKOLAEVA Pour moi, faire des images, être photographe,

Plus en détail

Retrouver une qualité de vie. Les implants dentaires : la meilleure solution naturelle. Education des patients

Retrouver une qualité de vie. Les implants dentaires : la meilleure solution naturelle. Education des patients Retrouver une qualité de vie. Les implants dentaires : la meilleure solution naturelle. Education des patients Les implants dentaires : la meilleure option de traitement. Qu est-ce qu un implant dentaire?

Plus en détail

LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES?

LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES? LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES? INTRODUCTION Depuis quelques années, un certain nombre d évolutions à la fois sociétales et professionnelles nous poussent,

Plus en détail

l'essence de chaque chose se trouve dans la chose même. matière forme

l'essence de chaque chose se trouve dans la chose même. matière forme que des ombres projetées contre la paroi. C'est le monde de l'existence, sensible, et comme les hommes ne peuvent pas voir autre chose, ils sont dans l'ignorance et pensent que c'est le monde réel. L'un

Plus en détail

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation DEVELOPMENT CENTER Damien xxx Poste cible : Entreprise : Assesseurs Evaluesens : Responsable

Plus en détail

Leçon 5. Systèmes de gestion à recomplétement périodique et stock de sécurité

Leçon 5. Systèmes de gestion à recomplétement périodique et stock de sécurité CANEGE Leçon 5 Systèmes de gestion à recomplétement périodique et stock Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable : dans le cadre des calendriers d approvisionnement à recomplètement

Plus en détail

El Tres de Mayo, GOYA

El Tres de Mayo, GOYA Art du visuel / «Arts, ruptures, continuités» Problématique : «Comment l expression du sentiment surgit-elle dans l art au XIX è siècle?» El Tres de Mayo, GOYA Le Tres de Mayo, Francisco Goya, huile sur

Plus en détail

Toronto (Ontario) Le vendredi 26 octobre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à :

Toronto (Ontario) Le vendredi 26 octobre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à : Allocution présentée par la surintendante Julie Dickson Bureau du surintendant des institutions financières Canada (BSIF) dans le cadre du Colloque des affaires réglementaires du Bureau d assurance du

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. PENTA Editions Des livres qui résonnent

DOSSIER DE PRESSE. PENTA Editions Des livres qui résonnent DOSSIER DE PRESSE En couverture : Ludwig van Beethoven, impression couleur d après une peinture de Johann Baptist Reiter Beethoven-Haus Bonn Partie de violon de quatuor à cordes op. 135 de Ludwig van Beethoven,

Plus en détail

French 3200 Public Examination SECTION A TOTAL VALUE: 25%

French 3200 Public Examination SECTION A TOTAL VALUE: 25% French 3200 Public Examination SECTION A TOTAL VALUE: 25% Tâche 1 5 Vous allez entendre deux fois une série d annonces. Examinez les séries d images cidessous, puis, écoutez bien. Choisissez l image de

Plus en détail

T : +33 1 47 38 55 00 F : +33 1 47 38 55 55 info@cms-bfl.com www.cms-bfl.com Neuilly-sur-Seine, le 14 décembre 2011

T : +33 1 47 38 55 00 F : +33 1 47 38 55 55 info@cms-bfl.com www.cms-bfl.com Neuilly-sur-Seine, le 14 décembre 2011 CMS Bureau Francis Lefebvre 1-3 Villa Emile Bergerat, 92522 Neuilly-sur-Seine Cedex, France T : +33 1 47 38 55 00 F : +33 1 47 38 55 55 info@cms-bfl.com www.cms-bfl.com Neuilly-sur-Seine, le 14 décembre

Plus en détail

La promotion de la pluralité linguistique dans l usage des nouvelles technologies de l information et de la communication

La promotion de la pluralité linguistique dans l usage des nouvelles technologies de l information et de la communication Intervention de M. Khamsing Sayakone, Président de la section Lao de l APF à la 32 ème session de l APF (30juin-3 juillet 2006, Rabat, Maroc) (31 La promotion de la pluralité linguistique dans l usage

Plus en détail

DIEU : CET INCONNU. «29 Terre, terre, terre, écoute la Parole de l Éternel.» (Jérémie 22, 29)

DIEU : CET INCONNU. «29 Terre, terre, terre, écoute la Parole de l Éternel.» (Jérémie 22, 29) DIEU : CET INCONNU Il y a dix-neuf siècles, l apôtre Paul, en parcourant la vielle d Athènes découvrit un autel qui portait une inscription étrange : «23 À un Dieu inconnu!» (Actes 17, 23) De crainte d

Plus en détail

Justice et guerre sont-elles compatibles?

Justice et guerre sont-elles compatibles? Justice et guerre sont-elles compatibles? Il est un élément commun à chacune des époques de l histoire et à l ensemble des sociétés humaines connues jusqu à aujourd hui : la guerre. Selon Sigmund Freud,

Plus en détail

Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux?

Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux? Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux? Synthèse L identité d un régime juridique découle des caractéristiques du sujet qu il couvre et non du seul fait que l entité ait la personnalité

Plus en détail

Bâtir des séances pédagogiques visant à développer l intériorité dans la classe.

Bâtir des séances pédagogiques visant à développer l intériorité dans la classe. BOUVET Rachel ANIMATION PASTORALE mars 2004 DENAIS Mélisa GOUGER Anne-Sophie Bâtir des séances pédagogiques visant à développer l intériorité dans la classe. Introduction : Nous avons choisi ce thème car

Plus en détail

La crise économique vue par les salariés français

La crise économique vue par les salariés français La crise économique vue par les salariés français Étude du lien entre la performance sociale et le contexte socioéconomique Baggio, S. et Sutter, P.-E. La présente étude s intéresse au lien entre cette

Plus en détail

Le TBI, véritable outil pour une médiation cognitive en maternelle

Le TBI, véritable outil pour une médiation cognitive en maternelle Le TBI, véritable outil pour une médiation cognitive en maternelle Comme nous le témoignent les recherches sur le tableau blanc interactif (TBI), The interactive whiteboard revolution: Teaching with IWBs

Plus en détail

Technique de la peinture

Technique de la peinture Supports pédagogiques: Fiches de travail n 1, 2 et 4 (lycée), fiche de travail n 3 (école primaire et collège). ENSEIGNANT E : Michel Haider (retable de Hohenlandenberg), Triptyque de la Crucifixion, panneau

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE DES PAYSAGES VITICOLES

PROTECTION JURIDIQUE DES PAYSAGES VITICOLES PROTECTION JURIDIQUE DES PAYSAGES VITICOLES Dorothée FRANJUS Comité National des Interprofessions des Vins à Appellation d Origine Contrôlée (C.N.I.V.) 12, Rue Sainte Anne 75001 PARIS Tèl : 01 53 29 92

Plus en détail

Vers toi Tim Project 2007

Vers toi Tim Project 2007 Vers toi Tu me sondes et me connaît, Tu sais tout de moi, non rien ne t est caché Chaque jour tu éclaires ma vie Tu gardes mes pas, tu me conduis Je veux te louer C est vers toi que je me tourne, Tu m

Plus en détail

Recommandez Sunrise. Un partenaire de confiance.

Recommandez Sunrise. Un partenaire de confiance. Recommandez Sunrise Un partenaire de confiance. Soins de longue durée et soins pour personnes semi-autonomes Soins pour personnes souffrant de l Alzheimer ou éprouvant des troubles de la mémoire Soins

Plus en détail

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes Débat et argumentation Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes à travers le partage d expériences «La question se pose de savoir si le lien social ne se constitue que dans la lutte pour la

Plus en détail

BAROMÈTRE EUROPÉEN DU RAPPORT AUX PAIEMENTS

BAROMÈTRE EUROPÉEN DU RAPPORT AUX PAIEMENTS BAROMÈTRE EUROPÉEN DU RAPPORT AUX PAIEMENTS @ 02/03 BERNARD NOËL Directeur général de Crédit Agricole Cards & Payments Toute période de mutations conjugue des avancées décisives avec des facteurs d incertitude.

Plus en détail

Erreurs les plus classiques en Bourse. TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM

Erreurs les plus classiques en Bourse. TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM 20 Erreurs les plus classiques en Bourse TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM De ne jours, la Bourse est à la portée de tous, le volume d échange et le nombre

Plus en détail