Caractéristiques qualitatives des cours Grundtvig au cours de la phase préparatoire, de la phase de développement, d implémentation et de suivi.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Caractéristiques qualitatives des cours Grundtvig au cours de la phase préparatoire, de la phase de développement, d implémentation et de suivi."

Transcription

1 Caractéristiques qualitatives des cours Grundtvig au cours de la phase préparatoire, de la phase de développement, d implémentation et de suivi. Octobre 2011 Jaap van Lakerveld Joost de Zoete Ce projet a été financé avec le soutien de la Commission européenne. Cette publication (communication) n'engage que son auteur et la Commission n'est pas responsable de l'usage qui pourrait être fait des informations qui y sont contenues. 1

2 Table des matières 1. L outil de contrôle de qualité des cours Grundtvig élaboré par GINCO 2. Le développement de l outil 3. Les cours Grundtvig 4. La formation des adultes et l apprentissage 5. Grilles de qualité 6. pour la phase préparatoire 6.1 Conditions de base et planification stratégique 6.2 Diffusion et marketing 6.3 Analyse des besoins 6.4 Détermination des objectifs 6.5 Conception du cours 6.6 Élaboration de l environnement d apprentissage et des matériaux/supports 6.7 Gestion et organisation 6.8 Enseignement, entraînement, éducation 6.9 Facilitation sociale 6.10 Estimation, monitoring et évaluation 6.11 Réseautage / soutien / valorisation / ancrage 6.12 Feed-back politique 7. Développement du cours 7.1 Conditions de base et planification stratégique 7.2 Diffusion et marketing 7.3 Analyse des besoins 7.4 Détermination des objectifs 7.5 Conception du cours 7.6 Élaboration de l environnement d apprentissage et des matériaux/supports 7.7 Gestion et organisation 7.8 Enseignement, entraînement, éducation 7.9 Facilitation sociale 7.10 Estimation, monitoring et évaluation 7.11 Réseautage / soutien / valorisation / ancrage 7.12 Feed-back politique 8. Mise en œuvre du cours 8.1 Conditions de base et planification stratégique 8.2 Diffusion et marketing 8.3 Analyse des besoins 8.4 Définition des objectifs 8.5 Conception du cours 8.6 Élaboration de l environnement d apprentissage et des matériaux/supports 8.7 Gestion et organisation 8.8 Enseignement, entraînement, éducation 8.9 Facilitation sociale 8.10 Estimation, monitoring et évaluation 8.11 Réseautage / soutien / valorisation / ancrage 2

3 8.12 Feed-back politique 9. Suivi post-formation 9.1 Conditions de base et planification stratégique 9.2 Diffusion et marketing 9.3 Analyse des besoins 9.4 Détermination des objectifs 9.5 Conception du cours 9.6 Élaboration de l environnement d apprentissage et des matériaux/supports 9.7 Gestion et organisation 9.8 Enseignement, entraînement, éducation 9.9 Facilitation sociale 9.10 Estimation, monitoring et évaluation 9.11 Réseautage / soutien / valorisation / ancrage 9.12 Feed-back politique 10. Épilogue 3

4 1. L outil de contrôle de qualité des cours Grundtvig élaboré par GINCO GINCO est un réseau d organisateurs de cours Grundtvig. Un des objectifs de ce réseau est de fournir aux éducateurs d adultes des outils leur permettant d organiser plus facilement des cours internationaux Grundtvig de haute qualité. Le présent document est l un de ces outils. L outil de contrôle de qualité des cours Grundtvig est le résultat d une exploration continue au sein du réseau Grundtvig des caractéristiques et des exigences assurant le succès des cours Grundtvig. Cet outil doit être considéré comme une source d inspiration et non comme un ensemble de prescriptions. Nous l avons voulu exhaustif tout en étant conscients qu à ce jour, nous n avons pas encore atteint ce but. Nous avons voulu en faire une source d inspiration pour ceux qui sont engagés dans des cours Grundtvig, tels que : les décideurs les organisateurs de cours les développeurs de cours ou les éducateurs/formateurs Il est possible d en extraire ou d en dériver des idées permettant de veiller à/contrôler/assurer la qualité des cours et des programmes et d en assurer la reconnaissance. 2. Le développement de l outil Cet outil est le résultat d un processus initié à l automne Lors des rencontres du réseau GINCO, les membres ont beaucoup discuté de la qualité des cours, des bonnes/mauvaises pratiques auxquelles ils avaient assisté ou dont ils avaient entendu parler. Ils ont ainsi élaboré une liste des éléments à retenir ou à éviter lors de l organisation de cours Grundtvig. Cette discussion fut résumée dans un document provisoire, présenté au groupe lors des rencontres ultérieures, pendant lesquelles les participants furent invités à compléter la liste en y ajoutant des éléments de qualité. Nous avons ensuite transformé la liste originale en une grille beaucoup plus systématique, basée sur des fondements théoriques. Cette grille vous sera présentée dans le présent document. Finalement, la grille a été transformée en un outil facile à utiliser en cliquant sur les divers éléments repris dans les grilles ou dans la table des matières. 3. Les cours Grundtvig L outil se concentre sur les cours Grundtvig. Les cours Grundtvig sont des cours organisés dans le contexte de l éducation et de l apprentissage des adultes. Ils sont parfois issus de projets, ou sont repris dans la base de données des cours Grundtvig sans pour autant être le résultat d un projet antérieur. Tous les cours Grundtvig sont internationaux, tant du point de vue des participants que de celui des formateurs. Les cours ont une durée minimale de cinq jours et comprennent un programme éducatif, ainsi que des activités socio-culturelles organisées en complément du programme. 4. L éducation et l apprentissage des adultes Cet outil de contrôle de qualité, ainsi que la façon dont il est élaboré, repose sur des théories concernant l éducation des adultes et plus particulièrement sur les théories de l éducation basée sur 4

5 l acquisition de compétences. L apprentissage basé sur l acquisition de compétences requiert d autres approches que l approche traditionnelle de l enseignement. L apprentissage axé sur l acquisition de compétences a lieu dans des milieux d apprentissage riches et motivants, permettant aux apprenants de s engager dans des processus d apprentissage significatifs. Les éléments distinctifs principaux de cette approche peuvent être résumés comme suit : Contextes significatifs Afin de générer un apprentissage, il faut des contextes significatifs dans lesquels les apprenants découvriront de façon naturelle la pertinence et le sens des compétences à acquérir. Apprentissage multidisciplinaire Les compétences sont des concepts holistiques regroupant des connaissances, des attitudes et des aptitudes, ce qui signifie que l approche éducative doit elle aussi être intégrée et holistique. Apprentissage constructif L apprentissage est un processus par lequel nous construisons notre propre connaissance en interaction avec notre environnement, plutôt qu un processus où nous absorbons les connaissances que d autres essaient de nous transmettre. Lorsqu il est centré sur l élaboration de modèles, de produits, de directives, de rapports ou autres résultats tangibles, l apprentissage devient facilement et naturellement constructiviste. Apprentissage social, coopératif, interactif Les apprenants développent et construisent leurs propres connaissances et cherchent des moyens de profiter au maximum l un de l autre au cours de leur parcours d apprentissage. C est là l essence du constructivisme social. La coopération et l interaction sont tant des domaines que des véhicules d apprentissage. Apprentissage actif Les processus d apprentissage ouvert requièrent un apprentissage actif, par opposition à un apprentissage réceptif. Cela implique que la façon d acquérir des connaissances ou des compétences n est pas un simple processus d information, mais que cela requiert toujours une approche active orientée vers la découverte. Apprentissage réflectif L apprentissage basé sur l acquisition de compétences nécessite que l accent soit mis sur les processus d apprentissage. En réfléchissant à leurs propres besoins, motivation, approche, progrès, résultats etc., les apprenants développent des compétences d apprentissage. Il s agit de la compétence «apprendre à apprendre». Apprentissage personnel L apprentissage axé sur l acquisition de compétences est un processus par lequel un individu se construit un propre capital de connaissances et de compétences. Pour cet individu, les connaissances 5

6 ne prennent tout leur sens que si la personne en question parvient à s y identifier. Dans le domaine de l éducation, cela implique que les apprenants doivent être capables de s identifier aux contextes, aux personnes, aux intérêts inclus dans les domaines d apprentissage. 5. Grilles de qualité Quatre phases L outil de contrôle de qualité Grundtvig se présente comme une grille. L axe horizontal de ladite grille comprend les quatre phases de l organisation d un cours : 1. Les activités précédant le cours : il s agit des activités et des conditions préalables aux cours, c est-à-dire toutes les choses requises bien avant de savoir quel type de cours sera dispensé (un catalogue, un cadre général, des normes de qualité, une adresse où l on peut obtenir des informations). Il s agit essentiellement d une série d activités à réaliser par les décideurs/les facilitateurs à un niveau macro. Ceux-ci créent, gèrent et adaptent le cadre qui permettra aux organisateurs de cours de lancer leurs initiatives. 2. Le développement du cours : les activités visant au développement d un certain cours. C est la phase de développement du curriculum/de construction du cours. Ces activités sont la responsabilité des développeurs, qui souvent sont aussi les formateurs. 3. La mise en œuvre du cours : il s agit de la phase dans laquelle le cours développé est proposé, présenté et mis en œuvre. Cette phase inclut tant l aspect formation que l intégration sociale du programme dans la semaine de cours. L implémentation tombe sous la responsabilité des formateurs. 4. Le suivi : une série d activités qui peuvent être prévues dans la période après le cours, lorsque les participants sont rentrés chez eux. C est la phase dans laquelle on entretient les contacts, où l implémentation et le transfert des résultats d apprentissage sont surveillés et où de nouvelles collaborations pourraient naître. Ce type d activités tombe soit sous la responsabilité des formateurs, soit des représentants de l organisation qui propose le cours, qui est généralement aussi l organisation qui dirige. Douze domaines d action Sur l axe vertical, vous retrouverez les groupes d activités que les organisateurs de cours tendent à intégrer, de façon à proposer une offre de formation cohérente. Alors que la première dimension de la grille est axée sur les différentes étapes, cette seconde dimension reprend les démarches à suivre par les professionnels pour préparer, développer et proposer un cours cohérent de bonne qualité. Nous avons fait la distinction entre : a. Conditions de base et stratégie b. Diffusion et marketing c. Évaluation des besoins d. Définition des objectifs e. Conception du cours f. Élaboration du matériel éducatif/ des supports g. Gestion et organisation h. Enseignement, formation et éducation 6

7 i. Facilitation sociale j. Évaluation et suivi k. Réseautage, durabilité, valorisation, intégration l. Feedback politique Les outils regroupent les douze domaines d activités dans chacune des quatre phases du cours. Cette grille représente la structure de l outil. Nous nous attarderons successivement aux quatre phases et chaque chapitre suivra une même ligne, respectant les domaines mentionnés dans la colonne de gauche de la grille. (PC) Pré-cours 1. Conditions de base et stratégie PC qualité 1 2. Diffusion et marketing PC qualité 2 3. É/analyse des besoins PC qualité 3 4. Définition des objectifs PC qualité 4 5. Conception du cours PC qualité 5 6. Élaboration du milieu d apprentissage et du matériel éducatif/des supports PC qualité 6 7. Gestion et organisation PC qualité 7 8. Enseignement, formation et éducation PC qualité 8 9. Facilitation sociale PC qualité Évaluation et suivi PC qualité Réseautage, durabilité, valorisation, intégration PC qualité Feed-back politique PC qualité 12 (DC) Développement du cours DC qualité 1 DC qualité 2 DC qualité 3 DC qualité 4 DC qualité 5 DC qualité 6 DC qualité 7 DC qualité 8 DC qualité 9 DC qualité 10 DC qualité 11 DC qualité 12 (IC) Implémentation du cours IC qualité 1 IC qualité 2 IC qualité 3 IC qualité 4 IC qualité 5 IC qualité 6 IC qualité 7 IC qualité 8 IC qualité 9 IC qualité 10 IC qualité 11 IC qualité 12 (SU) Suivi postformation SU qualité 1 SU qualité 2 SU qualité 3 SU qualité 4 SU qualité 5 SU qualité 6 SU qualité 7 SU qualité 8 SU qualité 9 SU qualité 10 SU qualité 11 SU qualité 12 7

8 Chaque phase de développement présente une liste des normes qualitatives pour chacun des domaines d activités. L outil est donc composé de normes qualitatives pour chacun des domaines d activités dans chacune des quatre phases de développement du cours. Les énoncés sur la qualité ont tous une structure similaire. Une brève description clarifie la pertinence de l élément et est suivie d une action qui pourrait être entreprise pour développer cet aspect qualitatif. Les processus décrits à l intérieur des deux dimensions de la grille ne sont pas chronologiques. Il y a une certaine logique, mais dans la réalité les processus décrits seront caractérisés par de nombreuses boucles et répétitions. Ceux-ci sont nécessaires et contribuent à la qualité des cours. Les différentes phases peuvent être considérées comme un cycle de planification. Après avoir créé un ensemble de conditions de base pour les futurs cours dans la phase préparatoire, nous passerons à la phase de développement du cours. Ce processus de développement sera suivi de la mise en œuvre du cours au moment de son implémentation. Ce matériel servira à son tour aux politiciens et aux facilitateurs, telles que les agences nationales, pour l optimisation des conditions de base, ce qui permettra la création de nouvelles initiatives et applications et ainsi de suite. Figure Phase pré-cours Phase de suivi phase de développement phase d implémentation Le cycle de planification, de développement, d implémentation et de suivi des cours Grundtvig Accès à l outil Cet outil est disponible sur le site web de GINCO. Il peut soit être imprimé ou utilisé comme document, soit être utilisé comme outil web. Si vous optez pour la version web, vous pourrez cliquer soit sur la table des matières, soit sur les grilles correspondant à chacune des quatre phases, pour obtenir instantanément un aperçu des critères de qualité pertinents pour la phase ou le type d activités que vous avez sélectionné. 8

9 6. avant le cours Conditions de base et stratégie Diffusion et marketing Évaluation /analyse des besoins Définition des objectifs Conception du cours Élaboration du milieu d apprentissage et du matériel éducatif/des supports Gestion et organisation Enseignement, formation et éducation Facilitation sociale Évaluation et suivi Réseautage, durabilité, valorisation, intégration Feed-back politique Avant le cours 1. Cadre de référence des compétences pour l apprentissage tout au long de la vie chez l adulte 2. Base de données qualitative et accessible pour le cours 3. Points forts et motivation du cours 4. Planification du travail des développeurs/du personnel 5. Identification des tâches/rôles du personnel, 6. Répartition des tâches/rôles du personnel 7. Formats et modèles 8. Plan d (auto)évaluation 1 (Base de données qualitative et accessible pour le cours) 9. Diffusion et/ou marketing 10. Évaluation générale des besoins 11. Environnement d apprentissage électronique 12. Information et communication 13. Promotion de la motivation initiale 14. Gestion des attentes (Formats et modèles) 15. Choix guidés (Évaluation générale des besoins) 16. Procédure d admission et de sélection 17. Évaluation spécifique des besoins (Choix guidés) 18. Définition des objectifs individuels 19. Assignation initiale 20. Description/sommaire du cours (formats et modèles) (Description/sommaire du cours) 21. Cadre/lieu attrayants 22. Qualités du personnel 23. Nombre et composition du personnel (Description/sommaire du cours) 24. Plan de suivi et d évaluation (Plan d (auto)évaluation 1) 25. Engagement au niveau organisationnel /contextuel 26. Feed-back concernant la diffusion et le marketing 9

10 Les éléments mentionnés ci-dessous s inscrivent dans la phase où aucune préparation de cours n est encore entamée. C est la phase où sont créées les conditions nécessaires permettant aux développeurs de réfléchir aux types de cours qu ils pourraient développer et aux conditions dans lesquelles ils auront à travailler. Dans un premier temps, la liste réfère aux problèmes de qualité qui tombent sous la responsabilité des politiciens ou des facilitateurs, pour ensuite passer progressivement aux activités préparatoires des organisateurs/développeurs de cours. 6.1 Conditions de base et stratégie 1. Cadre de référence des compétences pour l apprentissage tout au long de la vie chez l adulte Les développeurs de cours ont besoin d un cadre de référence où les compétences des apprenants adultes sont reprises dans un modèle générique, indiquant les classes et les niveaux qui pourraient avoir une place dans l éducation et l apprentissage des adultes. Un cours de bonne qualité renvoie toujours à un tel cadre de référence et indique clairement dans quelle mesure et comment le cours s intègre au système. 2. Base de données qualitative et accessible Tout d abord, une description intégrale du cours doit être disponible et accessible via une base de données. Celle-ci devrait être suffisamment élaborée, sans être pour autant exagérée. Il convient d éviter le double emploi et d assurer une structure claire en introduisant un menu, une feuille de route permettant aux utilisateurs de s orienter facilement. 3. Points forts et motivation du cours Le cours proposé offre aux participants des avantages réels, qui doivent dès lors leur être présentés clairement. Il est possible de donner des exemples en termes d accroissement des compétences, d élargissement du réseau, d expériences transculturelles, de certification, d outils, de matériel etc. 4. Planification du travail des développeurs/du personnel Toute coopération internationale requiert une planification efficace et bien coordonnée. Le personnel développe ou élabore le cours à partir du schéma présenté dans la base de données. Ils établissent un calendrier en commençant par la dernière étape, c est-à-dire le moment où le cours doit être prêt pour le lancement. Cette planification servira de base à toutes les actions futures. 5. Identification des tâches/rôles du personnel Il est nécessaire d identifier les tâches et les rôles et de les répartir selon certaines catégories : l organisation, l accommodation, l hébergement, la rédaction, l utilisation de l informatique, l évaluation, la budgétisation, le rapportage et la comptabilité. 6. Répartition des tâches/rôles du personnel Les tâches et les rôles doivent être clairement répartis, en utilisant l expertise de chacun au bon endroit et, dans la mesure du possible, en tenant compte de la fonction exécutive accordée à chacun. Les tâches seront attribuées en fonction des compétences requises. 7. Formats et modèles 10

11 Les cours sont généralement pris en charge par des groupes de formateurs originaires d organisations très diverses et issus de contextes différents. Pourtant, le cours doit donner une impression d unité. C est pourquoi il convient d utiliser des formats et des modèles, permettant de créer cette identité et cette unicité. 8. Plan d (auto)évaluation 1 A cette phase préparatoire du cours, il convient d ajouter aussi une esquisse du plan d évaluation de cette première phase, ainsi que de la phase suivante, la phase de développement du cours. La première partie doit être spécifique et peut être effectuée à ce moment précis ; la seconde partie se composera d un plan d évaluation du processus de développement du cours (phase 2). 6.2 Diffusion et marketing 9. Diffusion et/ou marketing Les cours proposés devront bien entendu atteindre le groupe cible. Le but n est pas tant d avoir suffisamment de participants, sinon d attirer ceux qui conviennent. C est pourquoi la diffusion/le marketing devront être abordés de façon stratégique et systématique. Cette activité démarre déjà à un stade précoce et nécessite un plan spécifique. 10. Évaluation générale des besoins Chaque cours devrait être basé sur une analyse générale des besoins. Cela implique que l offre est toujours issue d un besoin qui a été constaté auprès des groupes cibles potentiels. A cet effet, il est possible de réaliser une enquête au sein d un groupe test. 11. Environnement d apprentissage électronique L environnement d apprentissage électronique offre la meilleure garantie pour transformer le processus d apprentissage visé en un processus durable. En effet, il sert la familiarisation, l information, le partage d expériences, l accès à l expertise, aux sources et aux données. C est pourquoi le contact informatique doit être promu et encouragé dès le départ. 12. Information et communication Dans la phase précédant le cours, les participants devront recevoir toutes les informations relatives au cours et avoir l opportunité de contacter tant le fournisseur de cours que les autres participants, ce qui les encouragera à former une communauté virtuelle bien avant le début du cours. D une part, ceci devrait renforcer l esprit d équipe, mais cela facilitera aussi l évaluation des besoins et permettra de mieux accorder les attentes de chacun des participants. 13. Promotion de la motivation initiale Un bon processus d apprentissage bénéficie largement de la motivation initiale. Une bonne information/communication au sujet du cours proposé, ainsi que la qualité du matériel peuvent aider les participants à se faire une idée de la pertinence, l attractivité, la faisabilité et les avantages éventuels du cours. 11

12 14. Gestion des attentes Les attentes des participants peuvent varier, ce qui ne peut être que partiellement changé. Toutefois, elles peuvent être rendues transparentes et gérées jusqu à un certain point. Le fait de connaître les attentes et les besoins des autres à l avance pourrait rendre plus réalistes les attentes de chacun des participants et pourrait aussi enrichir les attentes individuelles des postulants. 6.3 Évaluation des besoins 15. Choix guidés Le processus de choix d un cours exige conseils et commentaires. Ces commentaires doivent être intégrés à la sélection du cours et au processus d inscription des participants potentiels. Certains choix devront être contrôlés et commentés si nécessaire. Ce premier élément permettra au participant de transformer sa présence au cours en un succès. 16. Procédure d admission et de sélection Comme nous l avons dit plus haut, le principal défi est d attirer les participants appropriés, ceux qui appartiennent au groupe cible, qui sont motivés, capables de mener à bien l expérience, ceux qui en ont le plus besoin etc. C est pourquoi, il est bon de prévoir une procédure d admission. Le fait de satisfaire aux critères de participation tend à rehausser le niveau de motivation des participants éventuels. La procédure d admission doit être efficace, transparente et motivante. 17. Évaluation spécifique des besoins Les différences s intensifient avec l âge. C est pourquoi dans l éducation des adultes, plus que partout ailleurs, il est essentiel d être attentif à ces différences et aux besoins spécifiques de chacun des apprenants. Ce n est qu en analysant et en reconnaissant ces besoins qu on finit par comprendre comment atteindre les gens. 6.4 Définition des objectifs 18. Définition des objectifs individuels Si l enseignement tombe sous la responsabilité de l enseignant/formateur, l apprentissage de son côté est l affaire des participants. Ils devront se fixer des objectifs et être aidés dans la réalisation de ceux-ci. Sans objectifs individuels, le processus d apprentissage aura moins de chance d être assimilé. 19. Assignation initiale Les participants pourraient être encouragés à se préparer avant le début du cours, ou au moins avant la première rencontre. A cet effet, un travail initial sera donné à l avance, ayant pour but de lancer le processus de groupe et d apprentissage, afin de garantir un excellent départ dès la première rencontre du groupe. 6.5 Conception du cours 20. Description/sommaire du cours 12

13 Dans la phase de marketing, la description du cours fonctionne comme une sorte de mise en bouche. Il faudra donc développer une description attrayante, qui permette une adaptation ultérieure aux besoins identifiés lors de l analyse. Elle devra contenir tant le programme principal que les activités culturelles et sociales prévues. 6.6 Élaboration du milieu d apprentissage et du matériel éducatif/des supports Dans cette phase pré-cours, il n y a aucun développement effectif de l environnement d apprentissage, ni de matériel ou de supports. 6.7 Gestion et organisation 21. Cadre/lieu attrayants Il vaut mieux que le lieu et le cadre soient attrayants aux yeux du groupe cible. Cela se rapporte non seulement à la qualité du lieu/cadre en soi, mais également aux frais qui y sont relatés. Les frais doivent être raisonnables et transparents. Les conditions et les procédures à suivre pour l inscription et pour l obtention de subventions doivent être explicites et simples. 6.8 Enseignement, formation et éducation 22. Qualités du personnel Pour avoir un bon cours, il est important de pouvoir faire appel à une bonne équipe. Etant donné que les cours durent généralement plus longtemps et sont parfois organisés dans des endroits retirés, il est important de tenir compte du fait que le personnel aura plusieurs rôles/tâches à remplir : à la fois hôte, formateur, catalyseur, guide, expert, conseiller, modérateur, coach, moniteur, évaluateur etc. Un bon personnel devra satisfaire plusieurs normes. Ces rôles seront explicités plus loin. 23. Nombre de membres du personnel et composition Le nombre de membres du personnel et la variété des rôles et des tâches attribués aux éducateurs/formateurs nécessite un grand nombre de personnes. Mieux vaut répartir les tâches suivant les rôles qui y sont reliés: expert, observateur, aide, inspirateur, modèle etc. Le nombre de membres du personnel doit être en équilibre par rapport au nombre de participants. 6.9 Facilitation sociale A ce niveau, aucune activité n est requise en-dehors de la composition du cours Évaluation et suivi 24. Plan de suivi et d évaluation Pour pouvoir donner du commentaire sensé ou améliorer vos cours ou la politique sous-jacente, il est nécessaire de bien guider et évaluer non seulement la qualité du cours, mais aussi les progrès des participants. Il serait bon d établir un plan à cet effet Réseautage, durabilité, valorisation, intégration 25. Engagement au niveau organisationnel/contextuel 13

14 Les participants sont issus de différents milieux (travail, famille, communauté, amis etc.), qui auront tous une influence sur le processus d apprentissage ou seront influencés par celui-ci. C est pourquoi il est primordial de viser l engagement contextuel dès le stade préliminaire. Les personnes à domicile pourraient au bout du compte être celles qui seront affectées. Le processus gagnera en qualité si elles en sont informées à temps Feedback politique 26. Feedback concernant la diffusion et le marketing L aperçu des résultats de la phase initiale (marketing, analyse des besoins etc.) représente une information importante pour les décideurs politiques. Cela leur donne une idée de la diffusion des programmes et des accents dévoilés lors de la phase d analyse des besoins. Une telle information est utile pour les politiciens, et les actions mises à jour au niveau politique peuvent également être utiles dans l autre sens. 14

15 7. Développement du cours Conditions de base et stratégie Diffusion et marketing Évaluation /analyse des besoins Définition des objectifs Conception du cours Élaboration du milieu d apprentissage et du matériel éducatif/des supports Gestion et organisation Enseignement, formation et éducation Avant le cours 1. Directives pour les développeurs de cours 2. Helpdesk pour les développeurs 3. Rencontres préparatoires 4. Plate-forme électronique pour les développeurs 5. Aperçu de l offre de cours 6. Reconnaissance des expériences antérieures 7. Identification des besoins (Reconnaissance des expériences antérieures) 8. Buts du cours 9. Objectifs du cours 10. Domaines d apprentissage 11. Conception cohérente du cours 12. Offre flexible 13. Productivité 14. Méthodes et activités variées 15. Apprentissage sensoriel multiple 16. Apprentissage contextuel 17. Apprendre à apprendre 18. Plan d action 19. La diversité comme atout 20. Un contenu de qualité 21. Apprendre par l action 22. Opportunités de personnalisation/identification 23. Utilisation active de l environnement électronique 24. Promotion de l usage des media (apprentissage sensoriel multiple) 25. Composition du groupe (la diversité comme atout) 26. Groupes linguistiques uniformes ou mixtes 27. Apprentissage social interactif 28. Team building 29. Motivation tout au long du processus 30. Arrangements chambre/lieu/cadre 31. Préparation de l aspect hygiénique du cours (composition du groupe) (la diversité comme atout) (groupes linguistiques uniformes ou mixtes) (Qualité du contenu) (Apprendre par l action) (Opportunités de personnalisation/identification) 32. Émancipation 33. Participation active 15

16 Facilitation sociale Évaluation et suivi Réseautage, durabilité, valorisation, intégration Feed-back politique (team building) (Motivation tout au long du processus) 1. Activités sociales/culturelles significatives (apprendre à apprendre) 2. (auto)monitoring (plan d action) 3. Effectuer une (auto-)évaluation 1 4. Plan d auto-évaluation 2 5. Préparer la continuité 6. Commentaires des utilisateurs/développeurs (directives, helpdesk, plate-forme) Les éléments mentionnés ci-dessous s inscrivent dans la phase de développement du cours Grundtvig. Lors de cette phase, les personnes responsables du cours se chargeront de l organisation et élaboreront le programme et le matériel nécessaire. 7.1 Conditions de base et stratégie 1. Directives pour les développeurs de cours Les bons cours pourraient recourir à des directives centrales pour les développeurs de cours. Cela évite de devoir réinventer la poudre. Le réseau GINCO est un exemple d une initiative dans ce sens. 2. Helpdesk pour les développeurs Les directives pour les développeurs de cours sont utiles, mais très souvent insuffisantes. Un support en temps réel offert via un helpdesk ou un site web reprenant des questions fréquentes peut avoir une influence positive sur le bon développement du cours. Ici aussi, GINCO offre un exemple d un tel support. 3. Rencontres préparatoires Afin de pouvoir garantir une offre cohérente de haute qualité, les développeurs, qui sont souvent aussi les éducateurs potentiels, se rencontrent avant le lancement du cours. Une visite préparatoire renforce la qualité et la cohérence du cours en création. 4. Plate-forme électronique pour les développeurs Pour les développeurs de cours, une coopération avec d autres développeurs «compétents», par le biais d un réseau, pourrait augmenter l inspiration et ainsi rehausser le niveau de qualité du cours. Les véritables rencontres pourraient s avérer trop coûteuses, mais des rencontres online sont une solution acceptable. Un tel type de communication pourrait aisément être facilité par le biais d une plateforme électronique européenne Grundtvig. 7.2 Diffusion et marketing 5. Aperçu de l offre 16

17 Il n y a pas que les cours individuels qui doivent être cohérents ; toutes les offres de Grundtvig doivent répondre à un certain degré d exhaustivité et de cohérence. Cela exige une bonne communication et une information à tous les niveaux. Au niveau de l action Grundtvig, il serait utile qu une telle communication/information soit facilitée, par exemple, par le biais d un bulletin, d un blog ou tout autre moyen de communication. Un bon cours tend à couvrir des idées et des priorités en tous genres, mais aussi à s inscrire dans l offre de cours générale proposée par Grundtvig. 7.3 Évaluation /analyse des besoins 6. Reconnaissance des expériences antérieures Les apprenants adultes ressentent le besoin d être reconnus pour l expérience et l expertise acquises antérieurement. Il faut donc réfléchir aux moyens de réaliser un inventaire de leurs origines et essayer de voir comment utiliser l énorme variété qui en découle. Au sein de GINCO, la validation des acquis et des expériences antérieures est un but en soi et certains instruments sont mis à la disposition à cet effet. 7. Identification/analyse des besoins Il est important d identifier les besoins de chacun dès le départ et d en tenir compte. Il faut par ailleurs tenir compte que de nouveaux besoins pourraient apparaître durant le cours et donc prévoir comment ceux-ci pourront être pris en compte. Dans un premier temps, il faudra rendre les besoins explicites, pour ensuite pouvoir en discuter et finalement décider de les prendre ou non en considération. 7.4 Définition des objectifs 8. Buts du cours Un bon cours a de bons objectifs, couvrant les intentions et les résultats escomptés du cours. Les buts doivent être basés sur un diagnostic correct des besoins, que ce soient des besoins individuels, sociaux ou générés par la société. Il est important de formuler ces objectifs de façon à inspirer et à motiver ceux qui les liront. 9. Objectifs du cours Les objectifs doivent être explicités en termes SMART (spécifique, mesurable, accessible, réaliste, temporellement défini) de façon à engendrer une planification centrée des processus d apprentissage. Les activités de formation sont au centre de l attention. Une fois les objectifs et les buts fixés, l étape suivante consiste à identifier les processus d apprentissage qui permettront aux apprenants d atteindre ces objectifs. Ce n est qu après cela que nous pourrons nous pencher sur la question de l élaboration et de l organisation du cours, en vue de la réalisation des objectifs. 7.5 Conception du cours 10. Domaines d apprentissage Des résultats peuvent être obtenus dans divers domaines, que nous pouvons résumer comme suit : résultats se relatant à une certaine matière, résolution de problèmes, communication, réflexion, 17

18 autorégulation en ce qui concerne la motivation, l émotion et les sentiments. Un cours équilibré propose un mélange de tous ces domaines. 11. Conception cohérente du cours Il n existe pas de conception idéale d un cours. Le cours doit être créé en tenant compte des besoins des apprenants, des objectifs à atteindre, du contenu à intégrer, des processus sociaux que l on veut promouvoir etc. Voici certaines approches qui pourraient être envisagées : la formation professionnelle, une conception axée sur les processus, une conception axée sur une matière particulière, une conception axée sur l action sociale, une conception axée sur l expression culturelle, une conception axée sur l émancipation etc. Un cours n est que très rarement basé sur une seule des possibilités ci-dessus, mais en combine généralement deux ou trois. 12. Offre flexible Un bon cours pour adultes prévoit généralement un certain nombre d options, ainsi qu un certain degré d autodétermination et d autonomie. Ceci requiert une flexibilité qu il vaut mieux déjà prévoir lors de la préparation du programme. 13. Productivité Les processus d apprentissage ayant un rendement tangible, ou tout au moins visible, ont un effet motivant, du fait de leur résultat apparent. Pensons par exemple à la réalisation d une série de photos, de directives, un manuel, un plan d action, un objet d art etc. Un produit concret a pour effet de visualiser l effet du processus d apprentissage et d en faire une activité rémunératrice, ce qui assure un résultat plus durable. 14. Méthodes et activités variées Un motivateur très connu est la variété, la diversité. Il faut éviter l ennui en proposant une variété d activités mélangeant méthodes et outils. Cela s applique d autant plus à l éducation des adultes dans Grundtvig, que la méthodologie en-soi donne de bons exemples aux apprenants, qu ils pourraient eux-mêmes appliquer plus tard, dans leur propre apprentissage/enseignement. 15. L apprentissage sensoriel multiple Les apprenants ont divers sens et des apprenants différents ont aussi des styles différents. C est pourquoi il est bon de viser une grande variété, afin d exciter plusieurs sens. L apprentissage sensoriel multiple renforce l absorption par la mémoire. 16. L apprentissage contextuel L apprentissage contextuel peut être intégré au cours partout où cela semble possible et efficace. Cela facilite le transfert de ce qui a été appris à la pratique réelle dans le futur. 17. Apprendre à apprendre Les cours Grundtvig renforcent et supportent les apprenants dans le développement de métacompétences. C est pourquoi il faut réfléchir au processus d apprentissage en soi, afin de l optimiser. Il est important d introduire de tels moments de réflexion pendant le programme. 18

19 18. Plan d action Comme les cours sont censés avoir un impact, il est préférable que le plan d action en fasse partie intégrante et qu il soit intégré au programme. Un plan d action élaboré de façon optimale augmente les chances de le voir effectivement mis en pratique. 7.6 Élaboration du milieu d apprentissage et du matériel éducatif/des supports 19. La diversité comme atout Les cours européens regroupent toujours un public très divers. Un bon cours Grundtvig se servira de cette diversité comme d un atout incomparable, tâchera de l expliciter et par-là d enrichir le programme du cours en question. 20. Un contenu de qualité Le contenu doit être disponible, accessible, à jour et de bonne qualité. Durant la phase de développement, il est donc à recommander de prévoir une évaluation par les pairs au sein des développeurs et autres experts, lors de l élaboration du curriculum. 21. Apprendre par l action Les apprenants adultes apprennent plus/mieux lorsqu on les défie à être constructifs. Réaliser une mission, exécuter une tâche, résumer des observations, créer du matériel etc. sont des manières plus efficaces d apprendre - et sont aussi reconnues comme telles que la simple absorption de contenu. Nous vous conseillons dès lors de prévoir des activités productives. 22. Opportunités de personnalisation/identification Les connaissances ou les compétences personnalisées ont tendance à éveiller un intérêt plus profond. Les connaissances personnalisées, auxquelles contribuent les individus, sont considérées comme plus significatives. Pour cela, il est important de trouver des moyens d inclure au programme des approches narratives personnalisées. La possibilité de s identifier à quelqu un favorise les processus d apprentissage et leurs applications pratiques. 23. Utilisation active de l environnement électronique Les cours Grundtvig sont souvent ancrés dans un processus plus large d apprentissage dans un environnement électronique. Afin de favoriser les processus d apprentissage au-delà des journées de rencontre effectives, il est à recommander d intégrer aussi l utilisation de l environnement électronique dans les rencontres face à face. Ainsi, les participants seront habitués à être en ligne et à utiliser l environnement électronique, ce qui les incitera plus facilement à continuer dans cette voie par la suite. 24. Promotion de l usage des media Un bon cours Grundtvig se bat contre le fossé numérique qui caractérise notre société et proposera dès lors un grand éventail de media avancés. 19

20 7.7 Gestion et organisation 25. Composition du groupe Il faut attacher une attention toute particulière à la composition du groupe. Lorsque le contenu est essentiellement séquentiel, il est impossible de travailler avec des groupes mixtes ; lorsque l ordre du contenu est arbitraire, les groupes mixtes peuvent être efficaces. Dans un premier temps, la composition des groupes peut être aléatoire ; plus tard, il est bon d autoriser les participants à se regrouper selon le niveau partagé, les intérêts, les intentions communes ou l attirance mutuelle. 26. Groupes linguistiques uniformes ou mixtes Les participants doivent rencontrer des collègues d autres pays. Toutefois, il arrive qu après un certain temps, la frustration de ne pas savoir exprimer ce que l on veut grandisse. C est pourquoi il vaut mieux alterner les groupes linguistiques mixtes et les groupes unilingues ou regroupant des langues similaires. Cela permet de limiter les frustrations et d encourager une entre-aide au niveau de la compréhension et de l expression. 27. Apprentissage social interactif Les processus d apprentissage bénéficient de l intégration au programme de possibilités de partager des expériences, des perceptions et des impressions. Ainsi, les apprenants se servent de la communication mutuelle pour contrôler et valider leur compréhension du contenu. Cela doit donc être organisé ou encouragé. 28. Team building Le processus principal est l apprentissage ; l esprit d équipe pourrait soutenir ce processus. Il faut donc faire en sorte que l ambiance du groupe augmente la qualité du vécu. Il s ensuit qu il ne suffit pas de planifier les processus d apprentissage, mais qu il faut aussi attacher beaucoup d importance à l ambiance au sein du groupe. Cela ne signifie pas toutefois qu il faille surcharger le programme d activités visant le team building. Quelques moments de détente, l occasion de se rencontrer et de discuter etc. feront parfaitement l affaire. 29. Motivation tout au long du processus La motivation est le moteur du processus d apprentissage. S il semble évident que la motivation est présente au début, elle demande toutefois à être entretenue et, lorsqu elle est approchée de manière adéquate, elle pourra même se développer au-delà du niveau initial. Les mots-clés qui permettront de maintenir la motivation ou de la porter à un niveau plus élevé sont considération, respect, soutien, appréciation, reconnaissance et intérêt. 30. Arrangements chambre/lieu/cadre Dès la phase préparatoire, il est essentiel d anticiper les exigences auxquelles il faudra répondre lors de l organisation du cours. Des locaux spacieux offrant les conditions de travail nécessaires ainsi qu une certaine liberté quant à la disposition, un environnement s accordant avec le thème du cours etc. sont quelques points à ne pas perdre de vue. 31. Préparation de l aspect hygiénique du cours 20

ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ

ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ 2 GUIDE POUR LA MOBILITÉ ECVET «Le système européen de crédits d apprentissage pour l enseignement et la formation professionnels (ECVET) est un cadre technique pour le transfert,

Plus en détail

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS Frédéric Crépin MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS, 2004. ISBN : 2-7081-3140-0 5 Chapitre 1 idées reçues sur les managers et le management au quotidien Idée reçue n 1 : managers et salariés doivent avoir les

Plus en détail

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP.

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. MOBILIS PERFORMA PRÉSENTE LE PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN, UNE FORMATION ÉLABORÉE

Plus en détail

EDU 1030. présentation du cours

EDU 1030. présentation du cours Design pédagogique en formation d adultes présentation du cours PRÉSENTATION DU COURS Introduction Le cours est une introduction au design pédagogique en formation d adultes. C est par la mise en pratique

Plus en détail

GUIDE POUR L ETABLISSEMENT D UN PEL

GUIDE POUR L ETABLISSEMENT D UN PEL GUIDE POUR L ETABLISSEMENT D UN PEL 1 Guide pour l établissement d un PEL Qu est-ce que le Portfolio européen des langues? Le PEL est un instrument permettant aux personnes qui étudient ou ont étudié

Plus en détail

CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES. Synthèse de quelques éléments d observation

CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES. Synthèse de quelques éléments d observation CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES Synthèse de quelques éléments d observation Marc Thiébaud Septembre 2002 Remarque préliminaire Cette synthèse

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES

L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES Questions et éléments de réponse Principales références dans les encadrements ministériels Questions Éléments de réponse 1) L

Plus en détail

PREMIÈRE SECTION. Sensibilisation à la démarche d apprentissage. La préparation (1 er temps)

PREMIÈRE SECTION. Sensibilisation à la démarche d apprentissage. La préparation (1 er temps) PREMIÈRE SECTION Sensibilisation à la démarche d apprentissage La préparation (1 er temps) Motivation à l apprentissage Activation des connaissances antérieures Exploration de l objet d apprentissage La

Plus en détail

Description détaillée

Description détaillée FORMATION DES COACHS PROFESSIONNELS L engagement de tout son être Description détaillée À qui s adresse ce programme La Formation des coachs professionnels (FCP) s adresse aux personnes qui désirent :

Plus en détail

Domaines de consultation bso

Domaines de consultation bso Domaines de consultation bso Supervision Compétences-clé Conseil en organisation Coaching La supervision, le conseil en organisation et le coaching sont des domaines de consultation professionnels adaptés

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

DOSSIERS PÉDAGOGIQUES

DOSSIERS PÉDAGOGIQUES DOSSIERS PÉDAGOGIQUES Les dossiers pédagogiques comprennent des outils pour faciliter la tâche d enseignement d un professeur. 1. PLANIFICATION PÉDAGOGIQUE Yvon Brunet, inf., M. Éd. Ce dossier pédagogique

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Affaires et commerce Comptabilité (première partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Affaires et commerce Comptabilité (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Affaires et commerce Comptabilité (première partie) Annexe D Règlement sur les qualifications requises pour enseigner Mai 2005 (Révisée

Plus en détail

Guide No.2 de la Recommandation Rec (2009).. du Comité des Ministres aux États membres sur la démocratie électronique

Guide No.2 de la Recommandation Rec (2009).. du Comité des Ministres aux États membres sur la démocratie électronique DIRECTION GENERALE DES AFFAIRES POLITIQUES DIRECTION DES INSTITUTIONS DEMOCRATIQUES Projet «BONNE GOUVERNANCE DANS LA SOCIETE DE L INFORMATION» CAHDE (2009) 2F Strasbourg, 20 janvier 2009 Guide No.2 de

Plus en détail

Charte «Éducation au Développement Durable» (EDD)

Charte «Éducation au Développement Durable» (EDD) Charte «Éducation au Développement Durable» (EDD) Le Cercle de c oopération des organisations non g ouvernementales de développement La Plateforme éducation à l environnement et au développement durable

Plus en détail

Administration de la Justice

Administration de la Justice Programme MATRA Sud pour les Pays Arabes - Soutenir la transition démocratique dans le monde Arabe 2 semaines de formation sur le thème Administration de la Justice Pour un total de 25 fonctionnaires en

Plus en détail

MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire

MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire Université Saint-Joseph Faculté des Sciences de l Éducation MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire 2014 2015 Faculté des Sciences de l Education, mis à jour 26 novembre 2014 TABLE

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

Groupe d experts sur les sciences humaines

Groupe d experts sur les sciences humaines Groupe d experts sur les sciences humaines Rapport Le rôle accru des sciences humaines dans le 7 e programme-cadre Le 7 e programme-cadre (7 e PC) marque une nouvelle étape de l inclusion des sciences

Plus en détail

PLAN D ACTION MINISTÉRIEL POUR L ANALYSE COMPARATIVE ENTRE LES SEXES

PLAN D ACTION MINISTÉRIEL POUR L ANALYSE COMPARATIVE ENTRE LES SEXES PLAN D ACTION MINISTÉRIEL POUR L ANALYSE COMPARATIVE ENTRE LES SEXES EN RÉPONSE AUX CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS CONTENUES DANS LE CHAPITRE 1 «L ANALYSE COMPARATIVE ENTRE LES SEXES» DU RAPPORT DU PRINTEMPS

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage LE RAPPORT DE STAGE Le rapport de stage a pour objet de présenter des faits et des réflexions sur un stage d apprentissage qui, généralement, s est déroulé dans le cadre d un programme de formation professionnelle.

Plus en détail

Supervision, coaching ou APP? 1 Les pratiques d accompagnement formateur se multiplient

Supervision, coaching ou APP? 1 Les pratiques d accompagnement formateur se multiplient Supervision, coaching ou APP? 1 Les pratiques d accompagnement formateur se multiplient Marc Thiébaud Dans de nombreux champs d activités professionnelles, on observe un développement important de pratiques

Plus en détail

PETITS COURS D ESPAGNOL DES AFFAIRES POUR ÉTRANGERS

PETITS COURS D ESPAGNOL DES AFFAIRES POUR ÉTRANGERS PROPOSITION ACADÉMIQUE PROGRAMMES OUVERTS OU FERMÉS PETITS COURS D ESPAGNOL DES AFFAIRES POUR ÉTRANGERS JUSTIFICATION: Pourquoi améliorer votre niveau d espagnol dans le domaine des affaires? L apprentissage

Plus en détail

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Annexe La Conférence générale de l Organisation internationale du Travail, convoquée à Genève par le Conseil d administration du

Plus en détail

Négociation et réflexion dans la formation d enseignant

Négociation et réflexion dans la formation d enseignant PESTALOZZI TRAINING RESOURCES L utilisation des médias sociaux pour la participation démocratique (SOCMED) Négociation et réflexion dans la formation d enseignant par Auteur : Andrea Fischer - Hongrie

Plus en détail

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR :

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR : MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : Direction des ressources humaines OBJET : Formation et développement des ressources humaines (excluant le personnel cadre) NUMÉRO : DRH-006 EN VIGUEUR :

Plus en détail

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe Révisé en décembre 2012 Objectif du guide L objectif du guide est de vous aider, votre

Plus en détail

Management development et mobilité

Management development et mobilité Daniel Held : Management development et mobilité Paru dans : Persorama, no 4, 1996 sous le titre «Devoir apprendre en permanence». Résumé Le Management development connaît aujourd hui des remises en question

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

Plate-forme pédagogique

Plate-forme pédagogique Plate-forme pédagogique Le programme éducatif «Accueillir la petite enfance» En tant que CPE, nous appliquons le programme éducatif du ministère «Accueillir la petite enfance». Ce programme a pour but

Plus en détail

Blog dans l enseignement des langues vivantes (BLOGS)

Blog dans l enseignement des langues vivantes (BLOGS) Blog dans l enseignement des langues vivantes (BLOGS) Une plate-forme d'écriture coopérative en ligne pour l'apprentissage des langues Description de projet Mise à jour le 29 novembre 2006 Coordinateur:

Plus en détail

Profil de leadership des gestionnaires

Profil de leadership des gestionnaires Profil de leadership des gestionnaires Apprentissage et développement Chambre des communes Quelques notions pour faciliter la consultation du Profil. INTRODUCTION DÉFINITIONS Profil de compétences : Liste

Plus en détail

Piloter un Curriculum:

Piloter un Curriculum: G U I D E T E C H N I Q U E D E X E C U T I O N N 3, I - T E C H Piloter un Curriculum: Evaluer l Efficacité d une Nouvelle Formation Les Guides Techniques d Exécution d I-TECH consistent en une série

Plus en détail

Module 6 Enseigner et apprendre l EBM lors d un audit clinique

Module 6 Enseigner et apprendre l EBM lors d un audit clinique Module 6 Enseigner et apprendre l EBM lors d un audit clinique Bienvenue au Module 6 du cours EBM formation des formateurs. Dans ce module, vous apprendrez comment traduire un audit clinique en question

Plus en détail

Réguler son enseignement : Pourquoi? Comment?

Réguler son enseignement : Pourquoi? Comment? Mon enseignement, je l évalue, il évolue Réguler son enseignement : Pourquoi? Comment? Lucie Mottier Lopez Université de Genève 13 mai 2013 IFRES, Liège lucie.mottier@unige.ch 1 Plan Un cadre pour penser

Plus en détail

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec MON PORTRAIT Ce portrait, obtenu à partir du questionnaire en ligne, permet de structurer l échange avec le jeune en vue de planifier les actions à entreprendre. Il procure à celui-ci un bilan de ses réponses

Plus en détail

Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail

Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail Introduction Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail En devenant une notion clé de la gestion des ressources humaines, le concept de compétence a progressivement élargi

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

Cadre de compétences de la FAO

Cadre de compétences de la FAO Cadre de compétences de la FAO Cadre de compétences de la FAO La FAO remercie le Secrétariat de l ONUSIDA qui a bien voulu lui permettre de réutiliser, et d adapter, si nécessaire, le texte explicatif

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

Table des matières. MODULE 1 Évaluation de vos talents d entrepreneur

Table des matières. MODULE 1 Évaluation de vos talents d entrepreneur Table des matières MODULE 1 Introduction. 2 Résultats visés 3 Notes à l intention du formateur. 3 Compétences en gestion. 4 Habiletés financières... 5 Compétences en marketing. 6 Compétences personnelles.

Plus en détail

La supervision des stagiaires. Dans le cadre du programme de stage du baccalauréat spécialisé et de la maîtrise en criminologie.

La supervision des stagiaires. Dans le cadre du programme de stage du baccalauréat spécialisé et de la maîtrise en criminologie. La supervision des stagiaires Dans le cadre du programme de stage du baccalauréat spécialisé et de la maîtrise en criminologie. Coordonnatrices de stage Joanne Cardinal 120 Université/University(14002)

Plus en détail

LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014

LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014 LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014 Carol Campbell, Ann Lieberman et Anna Yashkina avec Nathalie Carrier, Sofya Malik et Jacqueline

Plus en détail

La gestion de projet

La gestion de projet K E K σ C D C C O N S U L T A N T S rue Hugi 3 CH 2502 Biel Bienne Tél: +41 32 325 19 25 Fax: +41 32 325 19 29 e-mail: kessler@kek.ch www.kek.ch La gestion de projet Sommaire 1 Le concept de «projet» 1

Plus en détail

1. Glossaire Attestation fédérale professionnelle (AFP) BDEFA 2 Branche de formation et d examen Branche et entreprise

1. Glossaire Attestation fédérale professionnelle (AFP) BDEFA 2 Branche de formation et d examen Branche et entreprise 1. Glossaire Attestation fédérale professionnelle (AFP) La personne qui a réussi la procédure de qualification au terme de sa formation d assistant de bureau reçoit l attestation fédérale de formation

Plus en détail

Gestion des clusters : guide pratique

Gestion des clusters : guide pratique Outils d action Gestion des clusters : guide pratique Cluster management? A practical guide, Part A: Overview, GTZ, décembre 2007. Même à l époque où les économies étaient encore largement centrées sur

Plus en détail

Planifier & Organiser

Planifier & Organiser Planifier & Organiser Introduction Cette introduction (en ligne) vous propose un bref aperçu des tâches principales à prendre en compte lorsque vous planifiez & organisez votre projet européen. L introduction

Plus en détail

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude:

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude: RÉSUMÉ Contexte de l étude Le 4 septembre 2003, le Parlement européen a adopté une résolution contenant des recommandations à la Commission sur les langues européennes régionales et moins répandues les

Plus en détail

Intégrer les technologies dans l enseignement et l apprentissage: la vision de l UNIL. > 26 mars 2012 <

Intégrer les technologies dans l enseignement et l apprentissage: la vision de l UNIL. > 26 mars 2012 < Intégrer les technologies dans l enseignement et l apprentissage: la vision de l UNIL > 26 mars 2012 < Table des matières Intégrer les technologies dans l enseignement et l apprentissage: la vision de

Plus en détail

FORMATION DE COACH FORMATEUR CERTIFIÉ PARCOURS COMPLET

FORMATION DE COACH FORMATEUR CERTIFIÉ PARCOURS COMPLET FORMATION DE COACH FORMATEUR CERTIFIÉ PARCOURS COMPLET Les publics ciblés : Toute personne souhaitant intégrer le métier de coach et de formateur auprès des particuliers (coaching de vie), dans les Entreprises

Plus en détail

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE European University Association Association Européenne de l'université Copyright 2008 par l Association Européenne de l Université

Plus en détail

ANGLAIS, LANGUE SECONDE

ANGLAIS, LANGUE SECONDE ANGLAIS, LANGUE SECONDE PRÉSECONDAIRE ANG-P005-2 ANG-P006-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MARS 1999 Quebec ANGLAIS, LANGUE SECONDE PRÉSECONDAIRE ANG-P005-2 ANG-P006-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MARS

Plus en détail

Se Série d apprentissages en ligne LGMA-ACAM automne 2012

Se Série d apprentissages en ligne LGMA-ACAM automne 2012 Planification en 10 étapes faciles pour une participation citoyenne réussie Jeudi 11 et vendredi 12 octobre Le service à la clientèle dans le secteur publicr Mardi 16 et mercredi 17 octobre Introduction

Plus en détail

Normes des programmes d enseignement infirmier (2013)

Normes des programmes d enseignement infirmier (2013) Normes des programmes d enseignement infirmier (2013) Introduction Le College of Registered Nurses of Manitoba a le pouvoir légal d approuver les programmes d enseignement infirmier menant à l inscription

Plus en détail

Compte rendu. Ouvrage recensé : par Caroline Bourque

Compte rendu. Ouvrage recensé : par Caroline Bourque Compte rendu Ouvrage recensé : Potvin, C., Power, T.M. et Ronchi, A. (dir.) (2014). La formation en ligne : les conseillers et ingénieurs pédagogiques. 20 études de cas. Laval : Presses de l Université

Plus en détail

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire Guide du programme Juin 2008 Attributs du diplômé de la Colombie-Britannique Au cours de consultations qui se sont échelonnées sur toute une année dans l ensemble de la province, des milliers de citoyens

Plus en détail

Description du projet. La visée

Description du projet. La visée Description du projet La visée «Dans une conjoncture économique difficile et incertaine, dans un environnement de travail sans cesse évolutif, devant des risques répétés de perte d emploi,, celui qui pourra

Plus en détail

Comment tirer avantage des médias sociaux dans votre entreprise?

Comment tirer avantage des médias sociaux dans votre entreprise? De simple divertissement à instrument polyvalent Comment tirer avantage des médias sociaux dans votre entreprise? SOMMAIRE 2 De simple divertissement à instrument polyvalent 2 Dix astuces pour que votre

Plus en détail

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015)

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) Normes (2015) Critères (2011-2015) Critères (2006-2011) 1. SYSTÈME DE GESTION DE LA QUALITÉ DES PROGRAMMES 6.

Plus en détail

Le Réseau Conseil Interdisciplinaire du Québec. Formations offertes 14 en établissement

Le Réseau Conseil Interdisciplinaire du Québec. Formations offertes 14 en établissement Le Réseau Conseil Interdisciplinaire du Québec Formations offertes 14 en établissement Le Réseau conseil Interdisciplinaire du Québec Le Réseau conseil a été créé en 1994. Il se distingue des firmes habituelles

Plus en détail

Faire parvenir les documents suivants à l agent de soutien du programme

Faire parvenir les documents suivants à l agent de soutien du programme Reconnaissances des acquis Crédits d équivalence et exemptions Prendre note : Il n y a aucun frais associés au processus d évaluation du dossier Tous les participants au programme doivent obtenir des crédits

Plus en détail

EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS

EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS Ce document présente la procédure d évaluation des services centraux de l UNIL

Plus en détail

DYNAMISER SON MANAGEMENT D ÉQUIPE

DYNAMISER SON MANAGEMENT D ÉQUIPE 1 2 3 4 Développer sa posture managériale : s affirmer dans tous les rôles de manager Définition du rôle et fonction du manager : donner du sens, épauler, accompagner, écouter... Encadrer plus efficacement

Plus en détail

L Approche CPA 6 - Communication

L Approche CPA 6 - Communication L Approche CPA 6 - Communication La présente fiche d information porte sur la communication, qui, comme le montre le diagramme ci-dessous, constitue le dernier volet de l Approche CPA. Pour avoir un aperçu

Plus en détail

Guide de l évaluateur pour les bourses de recherche des IRSC

Guide de l évaluateur pour les bourses de recherche des IRSC Guide de l évaluateur pour les bourses de recherche des IRSC Juin 2015 Table des matières INTRODUCTION... 3 ÉVALUATION PAR LES PAIRS AUX IRSC... 3 RÉSUMÉ DU PROCESSUS D ÉVALUATION PAR LES PAIRS... 3 PHASE

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

CONCLUSIONS DU FORUM DES JEUNES

CONCLUSIONS DU FORUM DES JEUNES 38 e session, Paris 2015 38 C 38 C/19 1 er novembre 2015 Original anglais Point 4.5 de l ordre du jour provisoire CONCLUSIONS DU FORUM DES JEUNES Du 26 au 28 octobre 2015, environ 500 jeunes femmes et

Plus en détail

4 e escale : Évaluation (ou bilan)

4 e escale : Évaluation (ou bilan) 4 e escale : Évaluation (ou bilan) Dernière escale avant d arriver à bon port : l évaluation! Cette étape peut paraître bien anodine en terme d impact sur votre action (puisque celle-ci est déjà passée!),

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D EDUCATEUR DE JEUNES ENFANTS 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

Classes virtuelles : Un nouvel avantage concurrentiel pour les organismes de formation professionnelle. Rédigé par. Contact : didierb@akuter.

Classes virtuelles : Un nouvel avantage concurrentiel pour les organismes de formation professionnelle. Rédigé par. Contact : didierb@akuter. Classes virtuelles : Un nouvel avantage concurrentiel pour les organismes de formation professionnelle Rédigé par Didier Bourgeot Président du groupe Akuter Technologies Contact : didierb@akuter.com Révisé

Plus en détail

Le coaching vise à aider les gens à donner. le meilleur d eux-mêmes. Les bons coachs. sont toujours désireux de rehausser les

Le coaching vise à aider les gens à donner. le meilleur d eux-mêmes. Les bons coachs. sont toujours désireux de rehausser les LE COACHING PERFORMANT : UNE VUE D'ENSEMBLE Le coaching vise à aider les gens à donner le meilleur d eux-mêmes. Les bons coachs sont toujours désireux de rehausser les qualités des gens qu ils encadrent

Plus en détail

Admissibilité de la demande OUI NON. 1. A-t-on reçu la demande au plus tard à la date et à l heure de clôture du présent AP?

Admissibilité de la demande OUI NON. 1. A-t-on reçu la demande au plus tard à la date et à l heure de clôture du présent AP? 6.. Grille d évaluation de Connexion compétences GRILLE D ÉVALUATION NATIONALE RELATIVE À LA STRATÉGIE EMPLOI JEUNESSE (SEJ) PROGRAMME CONNEXION COMPÉTENCES (Annexe 6A) CFP-Ontario-111-GTA/SL-1 Demandeur

Plus en détail

Le coaching : mode passagère ou stratégie de développement durable?

Le coaching : mode passagère ou stratégie de développement durable? Le coaching : mode passagère ou stratégie de développement durable? Psychologie Québec a demandé à M me Jacqueline Codsi, psychologue à la Banque Nationale, de répondre aux questions le plus fréquemment

Plus en détail

Projet des affaires électroniques Vérification du système en développement 2004 Réponses de la gestion (plans d action)

Projet des affaires électroniques Vérification du système en développement 2004 Réponses de la gestion (plans d action) Réponses de la gestion préparées par : Christiane Villemure, directrice de l Initiative des En date du : 14 juin 2004 Suivi des évaluations antérieures 3.1 Vérification de suivi de l Initiative des Septembre

Plus en détail

UQAM Les stages du baccalauréat en communications / relations publiques (7031)

UQAM Les stages du baccalauréat en communications / relations publiques (7031) UQAM Les stages du baccalauréat en communications / relations publiques (7031) Stage1 : COM6050 Superviseure : (Préalable : 45 crédits complétés) Note : pour réaliser un plan de communication dans le cadre

Plus en détail

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE Formation des Chefs d Etablissement d Affectation Management adaptatif et délégations Support participants SOMMAIRE La formation dans son contexte p.3 Les facteurs

Plus en détail

SURF MOODLE PILAR PAGÉS VALLEJO. CAMPUS VERTICAL www.campusvertical.es info@campusvertical.es

SURF MOODLE PILAR PAGÉS VALLEJO. CAMPUS VERTICAL www.campusvertical.es info@campusvertical.es INFORMATIONS GENERALES TITRE DE LA MEILLEURE PRATIQUE TITRES ET QUALIFICATIONS DE L AUTEUR SURF MOODLE PILAR PAGÉS VALLEJO PROFESSEUR DANS LE DOMAINE DES TECHNOLOGIES MASTER EN TECHNOLOGIES EDUCATIVES

Plus en détail

PROGRAMMES DE FORMATION À L'APPRENTISSAGE DU VÉLO POUR ADULTE

PROGRAMMES DE FORMATION À L'APPRENTISSAGE DU VÉLO POUR ADULTE Promotion Give Cycling a Push PROMOTION / FORMATION et PROGRAMMES PROGRAMMES DE FORMATION À L'APPRENTISSAGE DU VÉLO POUR ADULTE Vue d ensemble Bon nombre d adultes seraient ravis de se déplacer en vélo

Plus en détail

L évaluation des compétences chez l apprenant. pratiques, méthodes et fondements

L évaluation des compétences chez l apprenant. pratiques, méthodes et fondements L évaluation des compétences chez l apprenant pratiques, méthodes et fondements Chapitre 10 Comment évaluer des compétences en classe d histoire? g Mathieu Bouhon, Catherine Dambroise et Jean-Louis Jadoulle

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2006 PFA/ICTS POUR INFORMATION. Système intégré d information sur les ressources (IRIS) Introduction

Conseil d administration Genève, novembre 2006 PFA/ICTS POUR INFORMATION. Système intégré d information sur les ressources (IRIS) Introduction BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.297/PFA/ICTS/2 297 e session Conseil d administration Genève, novembre 2006 Sous-comité des technologies de l'information et de la communication PFA/ICTS POUR INFORMATION

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

PRINCIPES APPLICABLES À DES ORGANES COMMUNS AGISSANT EFFICACEMENT POUR LA COOPÉRATION RELATIVE AUX EAUX TRANSFRONTIÈRES

PRINCIPES APPLICABLES À DES ORGANES COMMUNS AGISSANT EFFICACEMENT POUR LA COOPÉRATION RELATIVE AUX EAUX TRANSFRONTIÈRES Convention sur la protection et l utilisation des cours d eau transfrontières et des lacs internationaux WG.1/2015/INF.2 Groupe de travail de la gestion intégrée des ressources en eau Dixième réunion Genève,

Plus en détail

LA GESTION BUDGETAIRE

LA GESTION BUDGETAIRE LA GESTION BUDGETAIRE Table des matières Généralités...3 Définition...3 L élaboration d un budget...3 La gestion budgétaire avec BOB Software...4 Mode de fonctionnement...5 Paramétrage...5 Création de

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES Table des matières 1. Finalité et objectifs de la Politique...4 2. Principes...5 3. L évaluation des programmes...6 3.1 Déroulement de l

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Définition Le terme organisation dans le contexte d un modèle de gestion de la qualité est utilisé pour indiquer

Plus en détail

canada Guide d implémentation de la politique de rémunération Juillet 2009

canada Guide d implémentation de la politique de rémunération Juillet 2009 canada Guide d implémentation de la politique de rémunération Juillet 2009 TABLE DES MATIÈRES IMPLÉMENTATION DE LA POLITIQUE DE RÉMUNÉRATIONS: PRISE EN CHARGE, RESPONSABILITÉ ET DIRECTIONS Introduction

Plus en détail

Evaluation de l organisation interne

Evaluation de l organisation interne Module 1 Module Evaluation de l organisation interne Table des matières SECTION 1 Mission et valeurs 34 SECTION 2 Gestion 1 40 SECTION 3 Gestion 2 46 T E A R F U N D 2 0 0 3 33 Module 1 Section 1 Mission

Plus en détail

Association suisse des services d aide et de soins à domicile

Association suisse des services d aide et de soins à domicile Association suisse des services d aide et de soins à domicile Concept qualité pour l aide et les soins à domicile dans le cadre de l introduction d une gestion de la qualité institutionnalisée dans les

Plus en détail

Planifier mon texte narratif

Planifier mon texte narratif Stratégies 1.1.4 Je cherche et je note des idées pour construire mon histoire, l intrigue, les personnages. 1.1.6 Je discute de mon plan avec d autres élèves ou avec mon enseignant. J utilise Padlet pour

Plus en détail

UN PLAN D ACTION POUR L AVENIR LE RÔLE DE L AIIT DANS LA RÉALISATION D UNE INSPECTION RENFORCÉE ET PROFESSIONNELLE PARTOUT DANS LE MONDE

UN PLAN D ACTION POUR L AVENIR LE RÔLE DE L AIIT DANS LA RÉALISATION D UNE INSPECTION RENFORCÉE ET PROFESSIONNELLE PARTOUT DANS LE MONDE 3 UN PLAN D ACTION POUR L AVENIR LE RÔLE DE L AIIT DANS LA RÉALISATION D UNE INSPECTION RENFORCÉE ET PROFESSIONNELLE PARTOUT DANS LE MONDE Proposition de Michele Patterson, Présidente, juin 2008 Introduction

Plus en détail

Cours Informatique de base INF-B101-2. Alphabétisation

Cours Informatique de base INF-B101-2. Alphabétisation Cours Informatique de base INF-B101-2 Alphabétisation Présentation du cours Informatique de base «La curiosité mène à tout : parfois à écouter aux portes, parfois à découvrir l'amérique.» José Maria Eça

Plus en détail

Utiliser une analyse de compétences pour développer une offre de formation Un guide à l intention des éducateurs et des formateurs

Utiliser une analyse de compétences pour développer une offre de formation Un guide à l intention des éducateurs et des formateurs Utiliser une analyse de compétences pour développer une offre de formation Un guide à l intention des éducateurs et des formateurs Utiliser une analyse de compétences pour développer une offre de formation

Plus en détail

setup news financement Soutien aux projets syndicaux européens

setup news financement Soutien aux projets syndicaux européens setup news financement Soutien aux projets syndicaux européens Bulletin d information de l ETUI sur les opportunités de financements européens pour les syndicats N 23 février 2014 Le nouveau programme

Plus en détail