Un «saltimbanque» méconnu

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Un «saltimbanque» méconnu"

Transcription

1 ENVOI PUBLICATION CANADIENNE LE MAGAZINE DES PROFESSIONNELS MEMBRES DE LA CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES VOL. 9, NO. 6 NOVEMBRE DÉCEMBRE 2008 Un «saltimbanque» méconnu Le gestionnaire des risques et assurances Élections 2009 à la ChAD

2 pub_agent_chad_04_08:mise en page 1 7/21/08 8:23 AM Page 1 CONSEIL D ADMINISTRATION PRÉSIDENT DU CONSEIL Serge Lyras, C.d A.A., FPAA VICE-PRÉSIDENT DU CONSEIL Bernard Drouin, agent en assurance de dommages ADMINISTRATEURS Diane Beaudry, CA, ICD.D Maryse Crête, PAA Alain Giroux, CRM Lise Guimond, PAA Donald Mercier, FPAA André Michaud, B.A.A., C.d A.A. Michel Talbot, FPAA Danielle Thibodeau, C.d A.Ass. Jacques Yelle, C.d A.A. André Yergeau, FPAA LES RESPONSABLES DE SERVICES PRÉSIDENCE ET DIRECTION GÉNÉRALE Maya Raic, présidente-directrice générale AFFAIRES INSTITUTIONNELLES ET CONFORMITÉ DES PRATIQUES M e Jannick Desforges, directrice COMMUNICATIONS ET AFFAIRES PUBLIQUES Isabelle Perreault, directrice DISCIPLINE Véronique Smith, secrétaire SERVICES ADMINISTRATIFS ET GESTION DES OPÉRATIONS DE LA FORMATION CONTINUE Jocelin Pilon, directeur BUREAU DU SYNDIC Carole Chauvin, syndic PRODUCTION ÉDITION Isabelle Perreault RÉDACTEUR EN CHEF Luc Belhumeur COORDINATION Carine Lévesque GRAPHISME CRI agence TRADUCTION Wendy Green Bettina Karpel POUR NOUS JOINDRE La ChADPresse est publiée six fois par année. TIRAGE Plus de exemplaires ABONNEMENT 35 $ pour 1 an (taxes non incluses) La Chambre de l assurance de dommages 999, boul. de Maisonneuve Ouest, bureau 1200 Montréal (Québec) H3A 3L4 Tél. : ou Téléc. : SITE INTERNET COURRIER ÉLECTRONIQUE La ChADPresse est publiée par la Chambre de l assurance de dommages. Dépôt légal : Bibliothèque nationale du Québec Bibliothèque nationale du Canada N.-B. : La forme masculine désigne aussi bien les femmes que les hommes. PLUS DE LIBERTÉ PLUS DE $$$ LIBERTÉ : ce mot fait rêver. Courtier ou agent, réalisez votre rêve de liberté professionnelle en joignant le réseau des agents affiliés de La Capitale assurances générales. CRÉEZ VOTRE PROPRE AGENCE + un développement des affaires selon votre rythme + un revenu moyen de $ après 3 ans : % de la rémunération en nouvelles affaires - Surcommissionnement la 1 re année OBTENEZ LE SOUTIEN NÉCESSAIRE + des produits innovateurs tels qu Assurances VR solutions MD et notre nouveau Programme d assurance Jeune famille MC + un soutien au démarrage d entreprise + un soutien marketing au développement des affaires CANDIDATURE CONFIDENTIELLE Pour discussion, appelez maintenant : Monsieur Marcel Leclerc, directeur du réseau au L A S S U R A N C E D E N AV O I R P L U S CABINET EN ASSURANCE DE DOMMAGES

3 SOMMAIRE DANS VOTRE DISCIPLINE UN «SALTIMBANQUE» MÉCONNU 4 NOUS AVONS LA RÉPONSE! 7 ACTUALITÉ ET DOSSIERS DE LA ChAD ÉLECTIONS 2009 À LA ChAD 8 10 ans déjà! 8 CONCOURS QUELQUES ARPENTS DE ChAD MOIS APRÈS MOIS 9 gouvernance : LES DEVOIRS ET RESPONSABILITÉS DES ADMINISTRATEURS 10 Ici et là dans VOTRE industrie La Chad était présente 11 QUELQUE 200 INVITÉS AUX 30 ANS DU GAA 11 NOUVEAU PRÉSIDENT AU RCCAQ 11 XX 4 DISCIPLINE 12 3 la coalition et la relève 14 Développement professionnel 15 La Chronique Syndic LA NÉGLIGENCE PROFESSIONNELLE ET UNE TENUE DE DOSSIER-CLIENT DÉFAILLANTE 7 PARLONS JURISPRUDENCE DÉFENDRE OU NE PAS DÉFENDRE : VOILÀ LA QUESTION! La Chambre de l assurance de dommages vous souhaite de très joyeuses fêtes et une belle année Écrivez-nous! La ChADPresse est le magazine des professionnels membres de la Chambre de l assurance de dommages. Vous avez des commentaires? Des suggestions? Écrivez-nous à

4 DANS VOTRE DISCIPLINE AGENTS COURTIERS EXPERTS EN SINISTRE Un «saltimbanque» méconnu au sein du Cirque du Soleil Le Gestionnaire des risques et assurances Véritable fleuron québécois de l émerveillement, le Cirque du Soleil est réputé pour ses nombreux saltimbanques et autres spécialistes de la haute voltige. Mais derrière les feux de la rampe, d autres «saltimbanques» s assurent que tous les filets sont bien en place pour éviter les incidents. Michel Rodrigue est l un de ceux-là. Mais le filet dont il a la responsabilité est particulier : il s agit de la gestion des risques et assurances. En octobre dernier, M. Rodrigue présentait une conférence fascinante devant des étudiants et des professionnels de l industrie, dans le cadre d un événement organisé par le Centre en valorisation des compétences et de la carrière en collaboration avec la Chaire d assurance et de services financiers de l Université Laval. M. Rodrigue a abordé son cheminement de carrière, ses fonctions au Cirque du Soleil ainsi que les défis et enjeux de la profession de gestionnaire du risque. À cette occasion, La ChADPresse l a rencontré pour en connaître davantage sur son rôle au sein de cette multinationale qu est le Cirque du Soleil. Identifier les risques et dangers d un cirque au rayonnement international Depuis près d un an, M. Rodrigue s occupe de la gestion des risques et du portefeuille des assurances de la multinationale du divertissement. Il assiste la haute direction et les nombreux départements du Cirque du Soleil afin de mettre en place la meilleure approche pour gérer les risques fortuits (accident, incendie, vol, etc.) de même que les dangers liés à des décisions stratégiques (lancement de nouveaux spectacles, projets d investissement, etc.). Michel Rodrigue Bachelier en actuariat de l Université Laval en 1986, Michel Rodrigue cumule plus de vingt ans d expérience dans le secteur des assurances et de la gestion des risques, dont dix à des postes de direction au sein de multinationales. Il y a neuf mois, M. Rodrigue s est joint au Cirque du Soleil à titre de vice-président adjoint, gestion des risques et assurances. Photo : Véronique Vial. Costume: Eiko Ishioka 2002 Cirque du Soleil.

5 DANS VOTRE DISCIPLINE AGENTS COURTIERS EXPERTS EN SINISTRE «En ligne de mire, il s agit de réduire les impacts financiers et de saisir les opportunités de tous les événements aléatoires qui pourraient survenir tout en étant créatif dans mon approche», ajoute Michel Rodrigue. En fait, il est l interlocuteur à l'égard des entreprises d assurances. Il négocie ainsi avec des courtiers ou assureurs pour mettre au point les garanties spécifiques aux opérations du Cirque et pour trouver les meilleurs tarifs. «Par exemple, pour les spectacles présentés au Japon, les lois du pays font en sorte que les assureurs étrangers ne peuvent nous couvrir, explique M. Rodrigue. Je dois donc structurer avec nos partenaires le programme d assurances afin de répondre aux exigences locales tout en m assurant de la capacité des assureurs locaux de bien couvrir nos opérations.» Pour ce gestionnaire, la gestion du risque ne se fait ni seul ni en silo. C est un travail d équipe dont il assume une part du leadership. Son but? Sensibiliser les directions au contrôle des risques et leur donner les éléments d information nécessaires pour les soutenir dans leurs décisions d affaires. Dans un premier temps, son travail s effectue avec la collaboration des responsables des divers secteurs de l entreprise. Ensemble, ils traquent, identifient, catégorisent et regroupent les risques inhérents aux différentes opérations de l entreprise, pour ensuite donner priorité aux plus importants. En plus de ce rôle d identification, Michel Rodrigue agit aussi en matière de traitement de certains risques. Il peut, par exemple, proposer l implantation de mesures de prévention pour assurer la santé des employés, la protection des actifs et la sécurité des visiteurs ou l ajout d une clause dans un contrat commercial pour éviter une éventuelle contestation d ordre juridique. Une gestion des risques en évolution Les activités du Cirque du Soleil évoluent rapidement, et il en va autant de la gestion des risques, considérant la complexité de l entreprise : employés sur 4 continents et dans une vingtaine de pays, 10 millions de spectateurs en 2008, produits dérivés et développement d activités d affaires dérivées de ses spectacles, etc. Mais malgré cette complexité et sa toute récente expérience au sein du Cirque du Soleil, M. Rodrigue s en sort plutôt bien : «La gestion des risques est une partie instinctive et innée du processus décisionnel de tout entrepreneur. Mais au cours des dernières années, les nouvelles règles de gouvernance d entreprise ont fait en sorte que la gestion des risques est devenue une partie intégrante de ce processus. En ce sens, une fois les risques répertoriés, on se doit aussi d en formaliser et structurer leur gestion», soutient-il. Mission, valeurs et enjeux : des outils importants Pour assister les dirigeants de l entreprise, il importe d être dans l ambiance du travail, de bien connaître l entreprise, sa mission, ses valeurs, ses enjeux ainsi que les facteurs internes et externes qui peuvent influencer l atteinte de ses objectifs. C est ce que Michel Rodrigue a fait jusqu ici. Et c est ce qui lui a permis de constater que des éléments tels que la crainte de perdre le sens de la créativité de même que les dommages à notre image et à notre réputation constituent des enjeux de taille dont il doit tenir compte dans la gestion du risque du Cirque. Ainsi, il est tenu soutenir les différents départements sans pour autant nuire à leur créativité et à leur innovation. «En considérant la mission même du Cirque du Soleil, si l un des enjeux identifiés est la crainte de perdre la créativité, cette information représente un guide très important à considérer dans mes interventions auprès des gestionnaires de l entreprise, pour la mise en place d un programme de gestion des risques, qu il s agisse d assurance ou de toute autre méthode de traitement des risques», conclut ici le gestionnaire. La suite de l article, dans la prochaine édition de La ChADPresse janvier février Le Cirque du Soleil en bref Parti de Baie-St-Paul en 1984 avec l intention de conquérir le monde en réinventant le cirque, le Cirque du Soleil est aujourd hui un fleuron québécois de divertissement artistique reconnu autour du globe. Depuis 24 ans, le Cirque du Soleil a entraîné dans son rêve près de 80 millions de spectateurs, dans plus de 250 villes réparties sur 5 continents. L entreprise, dont le siège social international est établi à Montréal, présente simultanément 17 spectacles dans le monde en La mission Invoquer l imaginaire, provoquer les sens et évoquer l émotion des gens autour du monde. Statistiques générales En 1984, 73 personnes travaillaient pour le Cirque du Soleil. Aujourd hui, l entreprise compte près de employés dans le monde entier dont plus de artistes. Le siège social international, établi à Montréal, compte à lui seul employés. L âge moyen des employés est de 35 ans. Depuis 1984, les spectacles de tournée du Cirque du Soleil ont visité près de 250 villes dans le monde. Près de 80 millions de personnes ont vu un spectacle du Cirque du Soleil depuis En 2008, plus de 10 millions de personnes verront un spectacle du Cirque du Soleil. Depuis 1992, le Cirque du Soleil ne reçoit plus aucune subvention gouvernementale ou privée pour ses opérations. Source : Le Cirque du Soleil 5

6 Cabinet en assurance de dommages et services financiers Bâtissez votre cabinet AssurExperts Profitez de la forte notoriété AssurExperts. Commissions 100 %, boni, renouvellements Pourquoi se limiter à un seul assureur quand les courtiers AssurExperts obtiennent un taux de fermeture supérieur à 50 %. «Je suis maintenant co-propriétaire avec AssurExperts de mon cabinet et j en suis fier» Gilles Boisvert Pont-Rouge Envoyez votre CV à CHEZ NOUS, CHACUN A UN RÔLE À JOUER OFFREZ-VOUS UNE CARRIÈRE D EXPERT CHEZ DESJARDINS Soucieux d offrir un service de qualité à ses assurés ainsi qu un environnement de travail agréable à ses employés, Desjardins Groupe d assurances générales accroît son nombre d experts en sinistre. VOTRE RÔLE : CONTRIBUER À LA SATISFACTION DE NOTRE CLIENTÈLE En cas de réclamation auto, habitation ou entreprise, nos clients méritent toute votre attention. Découvrez votre rôle sur macarriere.dgag.ca, section Carrière. VOTRE CHANCE : PLUSIEURS POSTES À COMBLER RAPIDEMENT Nous recherchons des détenteurs d un permis de l AMF désireux de se joindre à nos équipes d experts en sinistre de Lévis et de Montréal. VOTRE ENVIRONNEMENT : UN MILIEU DE TRAVAIL STIMULANT Nous offrons une rémunération globale parmi les meilleures de l industrie, des conditions de travail favorisant un équilibre entre la vie personnelle et professionnelle ainsi que de réelles possibilités de faire progresser votre carrière. Postulez en ligne sur macarriere.dgag.ca

7 DANS VOTRE DISCIPLINE AGENTS COURTIERS EXPERTS EN SINISTRE Nous avons la réponse! Depuis maintenant trois ans, le site Web du Système de rapport de plaintes (SRP) de l Autorité des marchés financiers vous permet de déclarer, deux fois par année, les plaintes reçues de vos clients. Janvier arrive à grands pas. N oubliez pas que pour la période du 1 er juillet au 31 décembre 2008, vous devez transmettre votre déclaration de plaintes entre le 1 er et le 30 janvier 2009, par le biais du SRP, à l adresse suivante : https://www.srp-crs.ca/. Certains d entre vous s interrogent sur des aspects de cette déclaration. Nous vous offrons les réponses aux questions que vous nous avez le plus fréquemment posées. 1. Quelle est la définition d une plainte? Une plainte peut se définir par les trois éléments suivants : a) un reproche à l endroit de l entreprise; b) le signalement d un préjudice potentiel ou réel qu aurait subi ou pourrait subir un client; ou c) une demande de mesure correctrice. Si l insatisfaction du client persiste après que la plainte eut été traitée par une personne compétente au sein de votre entreprise, il s agit d une plainte qu il faut déclarer au rapport de plaintes. D autres moyens doivent alors être mis en place pour résoudre le problème que soulève cette plainte : une médiation ou une conciliation entre les parties, par exemple. 2. Que faire si vous n avez pas reçu de plaintes? Vous devez tout de même transmettre une déclaration indiquant que vous n avez pas reçu de plaintes en répondant «Non» à la question «Plaintes à déclarer?» qui se trouve à la rubrique «Détail d une déclaration», du SRP. 3. Dans le secteur de l assurance de dommages, les plaintes formulées par des tiers doivent-elles être rapportées? Seules les plaintes de titulaires de police et d autres personnes réputées «assurées» par la compagnie doivent être rapportées. Cela s explique par le fait que la personne qui réclame des dommages-intérêts à une compagnie d assurances, ou à la personne assurée en vertu du contrat (assurance de responsabilité par exemple), ou aux deux, n est pas partie au contrat et, par conséquent, n est pas automatiquement couverte. 4. De quelle façon l entreprise devrait-elle appliquer la définition d une plainte en matière de règlement de sinistres? L entreprise doit se référer à la définition de la plainte afin de déterminer si une plainte portant sur une réclamation devrait être déclarée. À cet effet, une plainte doit être déclarée si elle est traitée par une personne d un niveau hiérarchique supérieur à celui de la personne compétente pour prendre ce genre de décision. En matière de règlement de sinistres, l expert en sinistre est celui qui prend généralement les décisions courantes concernant les insatisfactions qui surviennent dans le processus de règlement du sinistre. Dans certaines entreprises, il est possible que l expert en sinistre doive obtenir l approbation finale de son superviseur. Le cas échéant, si l insatisfaction ne peut être réglée au niveau hiérarchique de la personne ayant donné l autorisation finale, il s agit alors d une plainte qui doit être déclarée. Pour toute question relative au Système de rapport de plaintes, n hésitez pas à communiquer avec le Centre de renseignements de l Autorité des marchés financiers. Québec : Montréal : Autres régions : Prochaine déclaration de plaintes au SRP : entre le 1 er et le 30 janvier

8 ACTUALITÉ ET DOSSIERS DE LA ChAD 8 + Élections 2009 à la ChAD Selon le Règlement intérieur de la Chambre de l'assurance de dommages (ChAD), trois (3) postes d administrateurs seront à pourvoir dans des élections au printemps Il s agit d un mandat d une durée de trois ans. En 2009, ces élections permettront d élire : un courtier de la région B (Mauricie, Nord-du-Québec, Chaudière-Appalaches, Lanaudière et Centre-du-Québec) un courtier de la région C (Estrie et Montérégie) un expert en sinistre à l emploi de l assureur pour l ensemble du territoire du Québec Les membres du conseil d administration de la ChAD détermineront la date des élections lors du conseil d administration du 26 novembre À surveiller sur le site de la ChAD Puisque c est l adresse de résidence qui détermine la région électorale pour voter ou se porter candidat, il est très important de vous assurer de mettre à jour votre adresse en communiquant avec l Autorité des marchés financiers. Voici les coordonnées : Québec Place de la Cité, tour Cominar 2640, boulevard Laurier, bureau 400 Sainte-Foy (Québec) G1V 5C1 Tél. : Montréal 800, Square Victoria, 22 e étage C.P. 246, tour de la Bourse Montréal (Québec) H4Z 1G3 Tél. : Les membres concernés recevront donc à leur adresse de résidence les documents se rattachant aux élections. Pour les résidents hors Québec, l adresse retenue est la place d affaires au Québec. Notez que chaque administrateur du conseil d administration s engage à toujours agir avec diligence et loyauté. Lorsqu'il donne des conseils ou prend une décision au nom de la ChAD, il se doit de faire passer l'intérêt de l organisme avant celui de son groupe professionnel, qu'il soit agent, courtier ou expert en sinistre. 10 ans déjà! C est le commentaire des membres lorsque nous leur mentionnons que la ChAD souhaite, en 2009, souligner ses réalisations et accomplissements depuis Pour ce faire, la direction générale et les membres du conseil d administration de la Chambre de l assurance de dommages vous convient à la célébration des dix ans de la ChAD qui se tiendra à Montréal et à Québec à l occasion de cocktails «5 à 7». À votre agenda! Montréal Le jeudi 29 janvier 2009 Centre Mont-Royal Foyer Mont-Royal II 2200, rue Mansfield Québec Le mardi 3 février 2009 Musée national des beaux-arts du Québec Parc des Champs-de-Bataille Un peu d histoire En 2009, pour souligner les dix ans de la ChAD, vous retrouverez à chaque édition de La ChADPresse une nouvelle chronique «10 ans déjà!». Il sera notamment question des réalisations et accomplissements de la ChAD vus par les acteurs et intervenants de l industrie de l assurance de dommages. Cette chronique, nous le souhaitons, sera une belle leçon d histoire pour les plus jeunes et une parcelle de mémoire pour les autres. Bref, un incontournable. Surtout pour ceux qui veulent en savoir toujours plus sur la ChAD. Pour vous inscrire, visitez le site Internet et cliquez sur le logo ChAD 10 ans. RSVP au plus tard le 16 janvier 2009.

9 ACTUALITÉ ET DOSSIERS DE LA ChAD Consultez le site Internet de la Chambre! Les informations concernant les élections seront mises à jour sur le site Internet de la ChAD à l adresse suivante : et ce, dès janvier Le conseil d administration de la Chambre de l assurance de dommages est composé de treize membres conformément à la Loi sur la distribution de produits et services financiers. Parmi les treize membres, deux administrateurs sont nommés par le ministre des Finances pour représenter le public. Pour les onze autres postes électifs, cinq régions électorales ont été déterminées pour les courtiers. Pour les agents et les experts en sinistre, le Québec constitue une seule et même région électorale. régions ADMINISTRATIVES 01 Bas-Saint-Laurent 02 Saguenay Lac-Saint-Jean 03 Capitale-Nationale 04 Mauricie 05 Estrie 06 Montréal 07 Outaouais 08 Abitibi-Témiscamingue 09 Côte-Nord 10 Nord-du-Québec 11 Gaspésie Îles-de-la-Madeleine 12 Chaudière-Appalaches 13 Laval 14 Lanaudière 15 Laurentides 16 Montérégie 17 Centre-du-Québec 9 Concours Quelques arpents de ChAD mois après mois Mise en ligne 1 er janvier 2009 Désirant faire des rappels sur les notions de déontologie, de la conformité des pratiques et sur son rôle et sa mission tout au long de l année, la ChAD vous a fait parvenir avec La ChADPresse, édition novembre décembre 2008, un calendrier Participez au concours S inspirant du jeu-questionnaire Quelques arpents de ChAD, ce calendrier vous propose une question à chaque mois. Pour connaître la réponse, visitez le site répondez à la question et inscrivez-vous au concours en remplissant le formulaire de participation. À chaque mois, vous courez la chance de gagner l un des trois prix de 50 $ chacun en argent. Le concours s adresse aux membres de la ChAD seulement. Accumulez vos chances Participez à chaque mois et accumulez ainsi vos chances de remporter un des grands prix de l année. En effet, en janvier 2010, un tirage aura lieu parmi toutes les participations accumulées au cours de l année. À gagner : un des quatre prix de 250 $ chacun en argent. Augmentez vos chances de gagner Lancez un défi à vos confrères membres de la ChAD et invitez-les à participer au concours. Pour chaque confrère qui s inscrira pour une première fois au concours, vous obtiendrez une participation additionnelle pour le mois en cours et pour le tirage des grands prix en janvier Bonne chance!

10 ACTUALITÉ ET DOSSIERS DE LA ChAD Gouvernance : les devoirs et responsabilités des administrateurs 10 Qu ont en commun la faillite de la compagnie américaine Enron, en 2001, et celle de Worldcom, l année suivante? Toutes deux ont mené au resserrement des règles de gouvernance des organisations, petites et grandes. «Désormais, tout conseil d administration doit rencontrer deux grandes responsabilités», selon Guy Morneau, haut fonctionnaire de carrière agissant aujourd hui comme administrateur invité à l École nationale d administration publique (ENAP). D abord la responsabilité de pilotage stratégique de l organisation qui demeure la même qu auparavant. «Il s agit notamment d approuver la vision stratégique ainsi qu un plan d action, d allouer les ressources dans le cadre d un plan budgétaire, d assurer un suivi des plans et de rendre des comptes en fonction des résultats atteints», indique M. Morneau. Mais un nouveau volet de responsabilité s est ajouté, depuis ce qu il est convenu d appeler le «scandale Enron». «Il s agit de la responsabilité de surveillance effective de la gestion. Ce qui signifie qu il faut s assurer, via les travaux des différents comités, que tous les grands enjeux de gestion sont correctement adressés, suivis, mesurés et évalués», poursuit M. Guy Morneau. En somme, un conseil d administration doit désormais être en mesure de témoigner de la bonne gestion de l organisation. Les devoirs de l administrateur Dans ce contexte, l administrateur a, entre autres, le devoir d agir de façon responsable, diligente et prudente. «Concrètement, ceci signifie qu il faut être présent et participer aux réunions, s informer pour mieux comprendre le secteur d activité de l organisation, et prendre des décisions dans un délai raisonnable», poursuit le spécialiste de la gestion publique. Un autre devoir primordial est l obligation de surveillance. «L administrateur doit être en mesure de dire ce qu on fait, mais aussi de s assurer que la direction fait ce qu on a dit», indique M. Guy Morneau. En ce sens, si l administrateur n est pas soumis à l obligation de résultat, il est tenu de s assurer que les processus décisionnels soient transparents. «Si vous n avez pas posé de question sur la gestion des risques, en tant qu administrateur, vous pourriez engager votre responsabilité», illustre M. Morneau. C est pourquoi tout administrateur a aussi le devoir d agir de bonne foi pour prendre la meilleure décision dans le meilleur intérêt à moyen et long terme de l organisation. «La recette parfaite pour ne pas faire avancer un conseil d administration est de considérer sa nomination comme un titre honorifique, pour faire des relations publiques ou, pire, pour obtenir un avantage pour son entreprise, ajoute l administrateur invité de l ENAP. Ce n est pas là la raison d être de la gouvernance d une organisation.» Enfin, bien que l expérience et le jugement soient essentiels pour devenir un bon administrateur, il est nul besoin de posséder un doctorat. «Il faut à la fois avoir la volonté de partager une vision commune et de savoir écouter les autres, afin de s assurer que les éléments sont cohérents les uns par rapport aux autres», conclut M. Guy Morneau. Expert en sinistres La Compagnie d'inspection & d'assurance Chaudière & Machinerie du Canada (BI&I) est chef de file en matière de souscription spécialisée et des compétences techniques nécessaires pour l'assurance des chaudières, machines et équipements électriques. Responsabilités: Travailler comme enquêteur(e)-régleur(e) à l'aide des rapports d'investigation complétés par nos inspecteurs et effectuer comme expert en sinistres des investigations au téléphone; Négocier le règlement des pertes avec nos clients et leur fournir un service exceptionnel. Exigences: Une bonne compréhension des polices d'assurances Bris des équipements et biens Un diplôme d'études collégiales ou universitaires 4 années d'expérience reliées à l'industrie Un certificat PAA ou être en voie de l obtenir Un certificat de l AMF Une habilité de négociation et un sens du service à la clientèle supérieur Une habilité de communication verbale et écrite (bilingue) Pouvoir travailler individuellement et en équipe Pouvoir utiliser Microsoft Office (Word et Excel) Veuillez faire parvenir votre CV, en français et en anglais et une lettre référant au poste no CAWS à

11 ICI ET LÀ DANS VOTRE INDUSTRIE Lors du Congrès de l assurance et de l investissement, quelques étudiants présents au nouveau stand de la ChAD ont mis leurs connaissances à l épreuve en jouant à Quelques arpents de ChAD. Photo : Réjean Meloche. Quelques courtiers en assurance de dommages assistant à l un des trois ateliers : Soyez prêt en cas de pandémie! Quoi faire et comment le faire?. Le 30 e anniversaire du GAA La Chad était présente En novembre, la Chambre de l assurance de dommages (ChAD) était présente aux deux congrès de l industrie de l assurance de dommages. En effet, le vendredi 7 novembre, la ChAD a inauguré son tout nouveau stand au Congrès de l assurance et de l investissement qui a eu lieu au Palais des congrès, à Montréal. Du 12 au 14 novembre, la ChAD était dans la région de Charlevoix pour participer au 35 e Congrès du Regroupement des cabinets de courtage d'assurance du Québec (RCCAQ) réunissant courtiers, assureurs et partenaires. À cette occasion, Denis Moisan, courtier en assurance de dommages et inspecteur à la ChAD, a donné une formation de 2 UFC sur les inspections intitulée : Votre cabinet est inspecté. Qu est-ce que cela veut dire?. Tandis que M e Nadine Martin, avocate aux affaires institutionnelles et responsable de la conformité des pratiques, a présenté trois ateliers d une heure sur le nouveau guide pour l élaboration d un plan de continuité des activités (PCA). Notez que le guide est disponible sur le site de la ChAD au dans la portion «Membres», section «Ma pratique professionnelle», sous l onglet «Outils et meilleures pratiques» en cliquant sur «Plan de continuité des activités (PCA)». 2 Quelque 200 invités aux 30 ans du GAA Une soirée haute en couleurs avait lieu, le 30 octobre dernier, afin de souligner le 30 e anniversaire du Groupement des assureurs automobiles (GAA). Pour l occasion, quelque 200 invités s étaient donné rendez-vous dans l univers complètement déjanté du 7 e Ciel du Cirque du Soleil. Contorsionnistes, amuseurs publics, chanteuse et danseuse du feu ont su rendre cet événement inoubliable. Une vidéo souvenir a également été projetée : les convives ont pu revivre le parcours du GAA à travers les témoignages de plusieurs de ses artisans d hier à aujourd hui. De plus, un livret souvenir a été remis à tous les invités. Enfin, cette soirée a été le prétexte pour des retrouvailles entre «anciens» du GAA et de l industrie et pour des échanges entres les différents acteurs actuels du milieu. Nouveau président au RCCAQ l occasion du congrès du RCCAQ, les membres ont élu en À assemblée générale annuelle M. Mario Lanouette comme président du RCCAQ. Les nominations au sein du conseil exécutif sont : M. Lanouette, président en exercice, Mme Louise Mathieu, présidente élue, M. Jean-François Desmarais, secrétairetrésorier, MM. Michel Duciaume et Daniel Babineau, directeurs, et Mme Karine Beaudoin, présidente sortante. 11

12 DISCIPLINE RÉSUMÉS DE DÉCISIONS DISCIPLINAIRES 12 Syndic de la Chambre de l assurance de dommages, plaignant ; c. Monsieur Guy Dulude, C.d A.A. (Montréal) Courtier en assurance de dommages, intimé CERTIFICAT N O PLAINTE N O (C) LES FAITS REPROCHÉS Pour une période d environ deux ans et demi, M. Guy Dulude, courtier en assurance de dommages, a accepté d être rattaché au cabinet Les Gestionnaires d assurance de risques spéciaux inc. sans véritablement y exercer ses activités professionnelles. Ce faisant, M. Dulude a permis à ce cabinet de s inscrire auprès du Bureau des services financiers, maintenant l Autorité des marchés financiers, et ainsi agir en assurance de dommages, alors que dans les faits aucun employé de ce cabinet n était représentant dans cette discipline (chef 1). PLAINTE AMENDÉE La plainte amendée comporte un chef. Il lui est reproché d avoir fait défaut de s assurer que luimême, ses mandataires et ses employés respectent les dispositions de la Loi sur la distribution de produits et services financiers et celles de ses règlements (chef 1). DÉCISION Le 30 juillet 2008, à la suite d un plaidoyer de culpabilité, le comité de discipline a déclaré l intimé coupable du chef 1 de la plainte amendée. SANCTION Le 30 juillet 2008, le comité de discipline a imposé à l intimé une amende de $ et le paiement des frais et déboursés. COMITÉ DE DISCIPLINE M e Daniel M. Fabien, président suppléant M. Luc Bellefeuille, C.d A.A. courtier en assurance de dommages, membre M. Philippe Legault, C.d A.Ass. courtier en assurance de dommages, membre Syndic de la Chambre de l assurance de dommages, plaignant ; c. Monsieur Gaston Vézina, C.d A.Ass. (Trois-Rivières) Courtier en assurance de dommages, intimé CERTIFICAT N O PLAINTE N O (C) LES FAITS REPROCHÉS L assuré a contracté une police d assurance pour son immeuble par l intermédiaire du cabinet Assurexperts G. Vézina & Fils. L assuré a été servi autant par M. Gaston Vézina, courtier en assurance de dommages et dirigeant du cabinet, que par M. Jean Vézina, courtier en assurance de dommages. Lors de la préparation de la proposition d assurance, MM. Vézina auraient fait défaut de recueillir auprès de l assuré les renseignements nécessaires leur permettant de bien identifier ses besoins et, ainsi, de lui proposer le produit d assurance lui convenant le mieux (chef 2). En complétant la proposition d assurance, MM. Vézina auraient omis d inscrire certains faits importants, dont la présence d un chauffage d appoint. Les éléments du risque décrits à la proposition ne reflétant pas la réalité et surtout ne rencontrant pas les normes de souscription de l assureur, ce dernier a annulé ab initio le contrat d assurance et a nié couverture à la suite d un sinistre (chef 1). Enfin, lors du renouvellement de la police d assurance, MM. Vézina n auraient toujours pas pris les moyens requis afin que la garantie offerte réponde aux besoins de leur client (chef 3). PLAINTE La plainte comporte trois chefs. Il lui est reproché d avoir manqué de compétence et de professionnalisme (chef 1), d avoir fait défaut de recueillir les renseignements nécessaires lui permettant d identifier les besoins de l assuré (chef 2) et d avoir fait défaut de prendre les moyens requis pour que la garantie offerte réponde aux besoins de l assuré (chef 3). DÉCISION Le 29 septembre 2008, à la suite d un plaidoyer de culpabilité, le comité de discipline a déclaré l intimé coupable des trois chefs de la plainte. SANCTION Le 29 septembre 2008, le comité de discipline a imposé à l intimé des amendes totalisant $, une réprimande et le paiement des frais et déboursés. COMITÉ DE DISCIPLINE M e Patrick de Niverville, président Mme Francine Tousignant, C.d A.Ass. courtier en assurance de dommages, membre M. Philippe Legault, C.d A.Ass. courtier en assurance de dommages, membre Syndic de la Chambre de l assurance de dommages, plaignant ; c. Monsieur Jean Vézina (Trois-Rivières) Courtier en assurance de dommages, intimé CERTIFICAT N O PLAINTE N O (C) LES FAITS REPROCHÉS L assuré a contracté une police d assurance pour son immeuble par l intermédiaire du cabinet Assurexperts G. Vézina & Fils. L assuré a été servi autant par M. Gaston Vézina, courtier en assurance de dommages et dirigeant du cabinet, que par M. Jean Vézina, courtier en assurance de dommages. Lors de la préparation de la proposition d assurance, MM. Vézina auraient fait défaut de recueillir auprès de l assuré les renseignements nécessaires leur permettant de bien identifier ses besoins et, ainsi, de lui proposer le produit d assurance lui convenant le mieux (chef 2). En complétant la proposition d assurance, MM. Vézina auraient omis d inscrire certains faits importants, dont la présence d un chauffage d appoint. Les éléments du risque décrits à la proposition ne reflétant pas la réalité et surtout ne rencontrant pas les normes de souscription de l assureur, ce dernier a annulé ab initio le contrat d assurance et a nié couverture à la suite d un sinistre (chef 1). Enfin, lors du renouvellement de la police d assurance, MM. Vézina n auraient toujours pas pris les moyens requis afin que la garantie offerte réponde aux besoins de leur client (chef 3). PLAINTE La plainte comporte trois chefs. Il lui est reproché d avoir manqué de compétence et de professionnalisme (chef 1), d avoir fait défaut de recueillir les renseignements nécessaires lui permettant d identifier les besoins de l assuré (chef 2) et d avoir fait défaut de prendre les moyens requis pour que la garantie offerte réponde aux besoins de l assuré (chef 3). DÉCISION Le 29 septembre 2008, à la suite d un plaidoyer de culpabilité, le comité de discipline a déclaré l intimé coupable des trois chefs de la plainte. SANCTION Le 29 septembre 2008, le comité de discipline a imposé à l intimé des amendes totalisant $, une réprimande et le paiement des frais et déboursés. COMITÉ DE DISCIPLINE M e Patrick de Niverville, président Mme Francine Tousignant, C.d A.Ass. courtier en assurance de dommages, membre M. Philippe Legault, C.d A.Ass. courtier en assurance de dommages, membre Syndic de la Chambre de l assurance de dommages, plaignant ; c. Monsieur Tansen Oberoi, C.d A.Ass. (Montréal) Courtier en assurance de dommages, intimé CERTIFICAT N O PLAINTE N O (C) LES FAITS REPROCHÉS Pour une période d un peu plus de trois ans, M. Tansen Oberoi, courtier en assurance de dommages, a accepté d être rattaché au cabinet Les Gestionnaires d assurance de risques spéciaux inc. sans véritablement y exercer ses activités professionnelles. Ce faisant, M. Oberoi a permis à ce cabinet de s inscrire auprès du Bureau des services financiers, maintenant l Autorité des marchés financiers, et ainsi agir en assurance de dommages, alors que dans les faits aucun employé de ce cabinet n était représentant dans cette discipline (chef 1). PLAINTE La plainte comporte un chef. Il lui est reproché d avoir fait défaut de s assurer que lui-même, ses mandataires et ses employés respectent les dispositions de la Loi sur la distribution de produits et services financiers et celles de ses règlements (chef 1). DÉCISION EN ARRÊT DES PROCÉDURES Le 29 septembre 2008, le comité de discipline a ordonné l arrêt des procédures dans ce dossier pour cause de décès de l intimé et a rejeté la plainte, le tout sans frais. COMITÉ DE DISCIPLINE M e Daniel M. Fabien, président-suppléant M. Luc Bellefeuille, C.d A.A. courtier en assurance de dommages, membre M. Philippe Legault, C.d A.Ass. courtier en assurance de dommages, membre

COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES

COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES N : 2013-06-01(C) DATE : 14 janvier 2014 LE COMITÉ : M e Daniel M. Fabien, avocat M. Luc Bellefeuille, C.d A.A., courtier

Plus en détail

QUELQUES ARPENTS DE ChAD NOUVELLE ÉDITION NOUVEAUX DÉFIS

QUELQUES ARPENTS DE ChAD NOUVELLE ÉDITION NOUVEAUX DÉFIS ENVOI PUBLICATION CANADIENNE 40062480 LE MAGAZINE DES PROFESSIONNELS MEMBRES DE LA CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES VOL. 9, NO. 5 SEPTEMBRE OCTOBRE 2008 QUELQUES ARPENTS DE ChAD NOUVELLE ÉDITION NOUVEAUX

Plus en détail

Formation continue obligatoire

Formation continue obligatoire Formation continue obligatoire POLITIQUE (Organismes) Version décembre 2010 S E R V I C E D U D É V E L O P P E M E N T P R O F E S S I O N N E L Table des matières Section 1 : Information générale 3 1.

Plus en détail

CINQ ANS ET PRESQUE MILLE INSPECTIONS PLUS TARD

CINQ ANS ET PRESQUE MILLE INSPECTIONS PLUS TARD ENVOI PUBLICATION CANADIENNE 40062480 LE MAGAZINE DES PROFESSIONNELS MEMBRES DE LA CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES VOL. 11, N O 3 MAI JUIN 2010 D O S S I E R S P É C I A L Inspection des cabinets CINQ

Plus en détail

Qui était le «gardien» du véhicule? VOL. 10, NO. 2 MARS AVRIL 2009 LE MAGAZINE DES PROFESSIONNELS MEMBRES DE LA CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES

Qui était le «gardien» du véhicule? VOL. 10, NO. 2 MARS AVRIL 2009 LE MAGAZINE DES PROFESSIONNELS MEMBRES DE LA CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES ENVOI PUBLICATION CANADIENNE 40062480 LE MAGAZINE DES PROFESSIONNELS MEMBRES DE LA CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES VOL. 10, NO. 2 MARS AVRIL 2009 Qui était le «gardien» du véhicule? Résultats des élections

Plus en détail

RÉSULTATS DU SONDAGE BESOINS DE FORMATION : ASSURANCE DES ENTREPRISES

RÉSULTATS DU SONDAGE BESOINS DE FORMATION : ASSURANCE DES ENTREPRISES RÉSULTATS DU SONDAGE BESOINS DE FORMATION : ASSURANCE DES ENTREPRISES TABLE DES MATIÈRES PRÉSENTATION... 3 PROFIL DES RÉPONDANTS... 4 PROVENANCE DES FORMATIONS... 5 SATISFACTION À L ÉGARD DE LA FORMATION...

Plus en détail

un rempart pour l'industrie de l'assurance IARD

un rempart pour l'industrie de l'assurance IARD ENVOI PUBLICATION CANADIENNE 40062480 LE MAGAZINE DES PROFESSIONNELS MEMBRES DE LA CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES VOL. 10, NO. 3 MAI JUIN 2009 DOSSIER SPÉCIAL LA RÉASSURANCE : un rempart pour l'industrie

Plus en détail

Vous êtes membre. Être membre de la Chambre de la sécurité financière, c est être bien encadré. En tant qu organisme

Vous êtes membre. Être membre de la Chambre de la sécurité financière, c est être bien encadré. En tant qu organisme Vous êtes membre Être membre de la Chambre de la sécurité financière, c est être bien encadré. En tant qu organisme d autoréglementation, la Chambre est là pour protéger le public, mais aussi pour contribuer

Plus en détail

Mise à jour Licence de gestionnaire de salle

Mise à jour Licence de gestionnaire de salle Mise à jour Licence de gestionnaire de salle Veuillez indiquer votre numéro de dossier attribué par la Régie 13- Veuillez remplir le tableau suivant et le retourner avec le formulaire dûment rempli et

Plus en détail

LE CONSEIL DE DISCIPLINE DE L ORDRE DES INGÉNIEURS DU QUÉBEC

LE CONSEIL DE DISCIPLINE DE L ORDRE DES INGÉNIEURS DU QUÉBEC LE CONSEIL DE DISCIPLINE DE L ORDRE DES INGÉNIEURS DU QUÉBEC CANADA PROVINCE DE QUÉBEC N o : 22-08-0367 DATE : Le 20 juillet 2009 LE CONSEIL : M e SERGE VERMETTE Président suppléant M. GHISLAIN BÉGIN,

Plus en détail

PROFIL DES COMPÉTENCES AGENT EN ASSURANCE DE DOMMAGES COURTIER EN ASSURANCE DE DOMMAGES EXPERTS EN SINISTRE GESTIONNAIRE

PROFIL DES COMPÉTENCES AGENT EN ASSURANCE DE DOMMAGES COURTIER EN ASSURANCE DE DOMMAGES EXPERTS EN SINISTRE GESTIONNAIRE PROFIL DES COMPÉTENCES AGENT EN ASSURANCE DE DOMMAGES COURTIER EN ASSURANCE DE DOMMAGES EXPERTS EN SINISTRE GESTIONNAIRE Juillet 2010 ADMINISTRATION... 4 MANAGEMENT... 4 Initiation à l organisation...

Plus en détail

COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES

COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES N : 2013-03-01(C) DATE : 17 février 2014 LE COMITÉ : M e Daniel M. Fabien M. Marc-Henri Germain, C.d A.A., A.V.A., courtier

Plus en détail

régie par l Autorité des marchés financiers

régie par l Autorité des marchés financiers Exercer une profession régie par l Autorité des marchés financiers Sommaire n Attributions et conditions pour exercer 1 une profession régie par l AMF n Obtention du certificat de représentant 2 n Assurance

Plus en détail

Guide. Règles sur les cartes professionnelles et les autres représentations. Pour communiquer avec votre clientèle dans le respect de vos obligations

Guide. Règles sur les cartes professionnelles et les autres représentations. Pour communiquer avec votre clientèle dans le respect de vos obligations Guide Règles sur les cartes professionnelles et les autres représentations Pour communiquer avec votre clientèle dans le respect de vos obligations Ce guide remplace celui intitulé Les Règles pour les

Plus en détail

Demande de licence. de bingo en salle seul. Guide. Formulaire de demande de licence. Annexe A Déclaration annuelle de l organisme

Demande de licence. de bingo en salle seul. Guide. Formulaire de demande de licence. Annexe A Déclaration annuelle de l organisme Demande de licence de bingo en salle seul Guide Formulaire de demande de licence Annexe A Déclaration annuelle de l organisme Annexe A.1 Déclaration annuelle des personnes liées à l organisme Annexe B

Plus en détail

DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : 2007-09-07 APPROUVÉ PAR : Conseil d administration. Plan de continuité des activités

DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : 2007-09-07 APPROUVÉ PAR : Conseil d administration. Plan de continuité des activités POLITIQUE DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : APPROUVÉ PAR : 2007-09-07 Conseil d administration DERNIÈRE MISE À JOUR : f 2014-09 DATE D ABROGATION : AAAA-MM-JJ Plan de continuité des activités

Plus en détail

problèmes et solutions...

problèmes et solutions... Julien Arsenault Regard sur la sous-assurance Assurance habitation mythes, Pour plusieurs individus, l achat d une police d assurance habitation peut sembler superflu pour diverses raisons. Que ce soit

Plus en détail

Projet de loi n o 25 (2003, chapitre 21) Loi sur les agences de développement de réseaux locaux de services de santé et de services sociaux

Projet de loi n o 25 (2003, chapitre 21) Loi sur les agences de développement de réseaux locaux de services de santé et de services sociaux PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 25 (2003, chapitre 21) Loi sur les agences de développement de et de services sociaux Présenté le 11 novembre 2003 Principe adopté le 10 décembre

Plus en détail

ON A SIGNALÉ LA SITUATION DE VOTRE ENFANT AU DPJ LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE

ON A SIGNALÉ LA SITUATION DE VOTRE ENFANT AU DPJ LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE ON A SIGNALÉ LA SITUATION DE VOTRE ENFANT AU DPJ LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE CETTE BROCHURE A ÉTÉ RÉALISÉE SOUS LA SUPERVISION DU SERVICE DES JEUNES ET DES FAMILLES DU MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET

Plus en détail

Contenu du profil de compétences. Le profil de compétences des gestionnaires immobiliers membres de l Ordre des évaluateurs agréés du Québec

Contenu du profil de compétences. Le profil de compétences des gestionnaires immobiliers membres de l Ordre des évaluateurs agréés du Québec Le profil de compétences des gestionnaires immobiliers membres de l Ordre des évaluateurs agréés du Québec Près de 15 % des membres de l Ordre des évaluateurs agréés du Québec pratiquent en gestion immobilière,

Plus en détail

Tous les intéressés qui effectuent des opérations d assurance RC professionnelle (secteur des services financiers) au Québec

Tous les intéressés qui effectuent des opérations d assurance RC professionnelle (secteur des services financiers) au Québec bulletin Canadien Date 2014-06-05 Destinataires Référence Tous les intéressés qui effectuent des opérations d assurance RC professionnelle (secteur des services financiers) au Québec RE-14-008 Objet Pièce

Plus en détail

Pour éviter les écueils. Évaluation du coût de reconstruction Ne laissez pas de fausses impressions VOL. 9, NO. 3 MAI JUIN 2008

Pour éviter les écueils. Évaluation du coût de reconstruction Ne laissez pas de fausses impressions VOL. 9, NO. 3 MAI JUIN 2008 ENVOI PUBLICATION CANADIENNE 40062480 LE MAGAZINE DES PROFESSIONNELS MEMBRES DE LA CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES VOL. 9, NO. 3 MAI JUIN 2008 Évaluation du coût de reconstruction Ne laissez pas de

Plus en détail

Procès-verbal du conseil d agglomération de la Ville de Mont-Tremblant

Procès-verbal du conseil d agglomération de la Ville de Mont-Tremblant 0420 SÉANCE ORDINAIRE du conseil d agglomération, sous la présidence du maire, tenue le à 19 h 45, à l hôtel de ville situé au 1145, rue de Saint-Jovite et à laquelle sont présents les membres suivants

Plus en détail

Une carrière. à la hauteur de vos talents. Optez pour une carrière en assurance de dommages Prosdelassurance.ca

Une carrière. à la hauteur de vos talents. Optez pour une carrière en assurance de dommages Prosdelassurance.ca Une carrière à la hauteur de vos talents. Optez pour une carrière en assurance de dommages Prosdelassurance.ca Explorez toutes les possibilités L ASSURANCE DE DOMMAGES, C EST... Assurance automobile Assurance

Plus en détail

Pour bien démarrer votre entreprise en plomberie et chauffage

Pour bien démarrer votre entreprise en plomberie et chauffage Pour bien démarrer votre entreprise en plomberie et chauffage TABLE DES MATIÈRES Démarrer votre entreprise.................................................................................... 3 Choisir

Plus en détail

SOMMAIRE : COMITÉ SPÉCIAL ASSURANCE DE LA COPROPRIÉTÉ

SOMMAIRE : COMITÉ SPÉCIAL ASSURANCE DE LA COPROPRIÉTÉ SOMMAIRE : COMITÉ SPÉCIAL ASSURANCE DE LA COPROPRIÉTÉ TABLE DES MATIÈRES Présentation...3 Méthodologie...3 Aperçu de certaines problématiques relevées...4 Conclusion...6 Chambre de l assurance de dommages

Plus en détail

Guide d utilisation de la signature officielle de la Société de l assurance automobile par les mandataires

Guide d utilisation de la signature officielle de la Société de l assurance automobile par les mandataires Guide d utilisation de la signature officielle de la Société de l assurance automobile par les mandataires La trousse d identification des mandataires La Société de l assurance automobile du Québec (SAAQ)

Plus en détail

Sondage sur la satisfaction des personnes ayant reçu une réponse du Commissaire aux services à la suite d une plainte transmise par courriel

Sondage sur la satisfaction des personnes ayant reçu une réponse du Commissaire aux services à la suite d une plainte transmise par courriel 2010 Sondage sur la satisfaction des personnes ayant reçu une réponse du Commissaire aux services à la suite d une plainte transmise par courriel Service des statistiques et des sondages Rédaction Collaboration

Plus en détail

PROGRAMME SOUTIEN AU TRAITEMENT DES ARCHIVES Demande d aide financière 2011-2012

PROGRAMME SOUTIEN AU TRAITEMENT DES ARCHIVES Demande d aide financière 2011-2012 PROGRAMME SOUTIEN AU TRAITEMENT DES ARCHIVES Demande d aide financière 2011-2012 Organisme demandeur Veuillez inscrire le nom exact de l organisme, tel que celui-ci est enregistré auprès de l Inspecteur

Plus en détail

UN PAS DE PLUS POUR LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR

UN PAS DE PLUS POUR LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR ENVOI PUBLICATION CANADIENNE 40062480 LE MAGAZINE DES PROFESSIONNELS MEMBRES DE LA CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES VOL. 13, N O 1 JANVIER FÉVRIER 2012 UNE NOUVELLE LOI MODIFIE LA GOUVERNANCE DE LA ChAD

Plus en détail

DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : 2013-12-10 APPROUVÉ PAR : Conseil d administration

DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : 2013-12-10 APPROUVÉ PAR : Conseil d administration POLITIQUE DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : APPROUVÉ PAR : 2013-12-10 Conseil d administration DERNIÈRE MISE À JOUR : f 2013-12-10 DATE D ABROGATION : AAAA-MM-JJ Politique de gestion des

Plus en détail

Les enquêtes spéciales : une stratégie à déployer avec professionnalisme. Sondage sur la FCO VOL. 10, NO. 4 JUILLET AOÛT 2009

Les enquêtes spéciales : une stratégie à déployer avec professionnalisme. Sondage sur la FCO VOL. 10, NO. 4 JUILLET AOÛT 2009 ENVOI PUBLICATION CANADIENNE 40062480 LE MAGAZINE DES PROFESSIONNELS MEMBRES DE LA CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES VOL. 10, NO. 4 JUILLET AOÛT 2009 Dossier spécial Les enquêtes spéciales : une stratégie

Plus en détail

M. Michel Patry, Président M. Réjean Lamontagne, Administrateur M. Michel Turner, Administrateur M. Jean-François Carrier, Directeur général

M. Michel Patry, Président M. Réjean Lamontagne, Administrateur M. Michel Turner, Administrateur M. Jean-François Carrier, Directeur général PROCÈS-VERBAL de l assemblée ordinaire de la Société de transport de Lévis, tenue au 2175, chemin du Fleuve à Lévis, le jeudi vingt-six (26) février deux mille quinze à 19h30. SONT PRÉSENTS : SONT ABSENTS

Plus en détail

Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers.

Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers. GUIDE DE PRÉSENTATION D UNE DEMANDE DE CONSTITUTION D UNE COMPAGNIE D ASSURANCE À CHARTE QUÉBÉCOISE Mars 2008 Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité

Plus en détail

POLITIQUE SUR L ACCÈS AUX DOCUMENTS ET LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS DE L ORDRE DES ARCHITECTES DU QUÉBEC

POLITIQUE SUR L ACCÈS AUX DOCUMENTS ET LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS DE L ORDRE DES ARCHITECTES DU QUÉBEC POLITIQUE SUR L ACCÈS AUX DOCUMENTS ET LA PROTECTION DES PERSONNELS DE L ORDRE DES ARCHITECTES DU QUÉBEC ADOPTÉ PAR LE COMITÉ EXÉCUTIF LE 28 AOÛT 2014 Table des matières 3 1. Introduction 3 2. Champs d

Plus en détail

COMPTE RENDU. 35 e rencontre Comité de planification et de coordination BIM-FGA

COMPTE RENDU. 35 e rencontre Comité de planification et de coordination BIM-FGA COMPTE RENDU 35 e rencontre Comité de planification et de coordination Sont présents : Tenue le jeudi 30 septembre 2010, à 9 h 15 à la Société GRICS 5100, rue Sherbrooke Est, salle 3,40, Montréal M me

Plus en détail

un produit Deux modes de distribution, FPQ n o 5 : Assurance de remplacement CE QU IL FAUT SAVOIR La pratique du représentant en assurance de dommages

un produit Deux modes de distribution, FPQ n o 5 : Assurance de remplacement CE QU IL FAUT SAVOIR La pratique du représentant en assurance de dommages ENVOI PUBLICATION CANADIENNE 40062480 LE MAGAZINE DES PROFESSIONNELS MEMBRES DE LA CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES VOL. 11, N O 6 NOVEMBRE DÉCEMBRE 2010 INSCRIVEZ-VOUS! Mercredi 6 avril 2011 Programme

Plus en détail

RÔLES DE LA CONFORMITÉ ET DE LA SURVEILLANCE

RÔLES DE LA CONFORMITÉ ET DE LA SURVEILLANCE Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE Le 30 novembre 2006 AVIS

Plus en détail

La boîte à outils en quelques clics! Exclusif Sondage de la ChAD. À l intérieur : calendrier 2010! VOL. 1, NO. NOVEMBRE DÉCEMBRE 2009

La boîte à outils en quelques clics! Exclusif Sondage de la ChAD. À l intérieur : calendrier 2010! VOL. 1, NO. NOVEMBRE DÉCEMBRE 2009 ENVOI PUBLICATION CANADIENNE 40062480 LE MAGAZINE DES PROFESSIONNELS MEMBRES DE LA CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES VOL. 1, NO. NOVEMBRE DÉCEMBRE 2009 La boîte à outils en quelques clics! Exclusif Sondage

Plus en détail

G u i d e. Les règles pour les représentations, les bannières ou les cartes professionnelles

G u i d e. Les règles pour les représentations, les bannières ou les cartes professionnelles G u i d e Les règles pour les représentations, les bannières ou les cartes professionnelles I - INTRODUCTION À la suite de l entrée en vigueur de la Loi sur la distribution de produits et services financiers

Plus en détail

DEMANDE DE CERTIFICAT DE REPRÉSENTANT

DEMANDE DE CERTIFICAT DE REPRÉSENTANT DEMANDE DE CERTIFICAT DE REPRÉSENTANT Services en ligne Au lieu de remplir ce formulaire, vous pouvez maintenant faire votre demande en utilisant les services en ligne accessibles sur notre site Web au

Plus en détail

ChADPRESSE AVIS DE SCRUTIN

ChADPRESSE AVIS DE SCRUTIN MANCHETTES La ChAD www.chad.ca Page 2 Syndic/Discipline Pages 4, 7 Section Actualité et Dossiers ChAD Page 8 Section Coalition/Relève Fiches à conserver Fiche Parlons jurisprudence Liste des activités

Plus en détail

Monsieur Michel Guy, conseiller siège no.5

Monsieur Michel Guy, conseiller siège no.5 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE LA VALLÉE-DE-LA-GATINEAU MUNICIPALITÉ DE DÉLÉAGE PROCÈS-VERBAL de la séance ordinaire du conseil de la Municipalité de Déléage, présidée par Monsieur le Maire Bernard Cayen

Plus en détail

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers entre assureurs de dommages et carrossiers Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers Novembre 2006 entre assureurs de dommages et carrossiers 2 PRÉAMBULE Le Groupement des assureurs automobiles

Plus en détail

Activités entrepreneuriales. Professionnel et Collégial

Activités entrepreneuriales. Professionnel et Collégial Activités entrepreneuriales entrepreneuriales Activités Professionnel et Collégial Activités entrepreneuriales offertes aux : Centre de formation générale des adultes Centre de formation professionnelle

Plus en détail

LE RôLE ET LEs services du syndic

LE RôLE ET LEs services du syndic Le Rôle et les services du syndic La présente brochure a pour seul objectif de donner de l information sur le rôle et les services du syndic de l Ordre des comptables agréés du Québec. Elle ne vise pas

Plus en détail

Demandeur. Entreprise DÉCISION

Demandeur. Entreprise DÉCISION Dossier : 02 11 60 Date : 20031218 Commissaire : M e Michel Laporte X Demandeur c. SSQ, GROUPE FINANCIER Entreprise DÉCISION L'OBJET DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE [1] Le demandeur conteste la décision

Plus en détail

DÉCLARATION D INTENTION

DÉCLARATION D INTENTION Association pour le Développement de la Recherche et de l Innovation du Québec Réseau Conseil en Technologie et en Innovation TROUSSE DU CONSEILLER PRIVÉ (version à jour au 19 janvier 2015) DÉCLARATION

Plus en détail

10 ans déjà! La gestion de risques et les PME VOL. 10, NO. 1 JANVIER FÉVRIER 2009

10 ans déjà! La gestion de risques et les PME VOL. 10, NO. 1 JANVIER FÉVRIER 2009 ENVOI PUBLICATION CANADIENNE 40062480 LE MAGAZINE DES PROFESSIONNELS MEMBRES DE LA CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES VOL. 10, NO. 1 JANVIER FÉVRIER 2009 10 ans déjà! La gestion de risques et les PME CONSEIL

Plus en détail

Procès-verbal de la séance régulière du 4 décembre 2014

Procès-verbal de la séance régulière du 4 décembre 2014 Procès-verbal de la séance régulière du 4 décembre 2014 CONSEIL INTERMUNICIPAL DE TRANSPORT DE LA PRESQU ÎLE Procès-verbal de la séance publique tenue par le Conseil intermunicipal de transport de la Presqu

Plus en détail

Conseil d administration 2015-2016. M e Gilles Rancourt, CRIA. Julie Moreau, CRHA. Anca Florina Neagu, CRHA

Conseil d administration 2015-2016. M e Gilles Rancourt, CRIA. Julie Moreau, CRHA. Anca Florina Neagu, CRHA Bas-Saint-Laurent, Saguenay Lac-St-Jean, Capitale-Nationale, Côte-Nord, Nord du Québec, Gaspésie Îles-de-la-Madeleine, Chaudière-Appalaches M e Gilles Rancourt, CRIA Avocat Norton Rose Fulbright Canada

Plus en détail

GUIDE Demande de permis d agent de voyages

GUIDE Demande de permis d agent de voyages Avis à tous les requérants de permis Veuillez prendre note qu aucun permis de l ne vous sera délivré tant que l immatriculation de votre entreprise ne sera pas officiellement inscrite dans les registres

Plus en détail

Politique de formation continue

Politique de formation continue Politique de formation continue Adoptée le 31 mars 2006 Table des matières Introduction 3 Contexte 3 Engagements d Arrimage (principes directeurs) 4 Objectifs 5 Clientèle visée et champs de formation 6

Plus en détail

L'Association des Étudiant(e)s Infirmier(ère)s du Canada

L'Association des Étudiant(e)s Infirmier(ère)s du Canada L'Association des Étudiant(e)s Infirmier(ère)s du Canada Documents constitutifs Dans le présent document, les termes utilisés au masculin incluent le féminin et inversement. Comité sur l informatique Diffuser

Plus en détail

RÈGLEMENTS DE L INSTITUT DES BIENS IMMOBILIERS DU CANADA MODIFIÉS EN SEPTEMBRE 2015. Version finale datée du 21 septembre 2015

RÈGLEMENTS DE L INSTITUT DES BIENS IMMOBILIERS DU CANADA MODIFIÉS EN SEPTEMBRE 2015. Version finale datée du 21 septembre 2015 RÈGLEMENTS DE L INSTITUT DES BIENS IMMOBILIERS DU CANADA MODIFIÉS EN SEPTEMBRE 2015 Version finale datée du 21 septembre 2015 ARTICLE I NOM Le nom de la société sera l «Institut des biens immobiliers du

Plus en détail

LE TITRE FAIT LA DIFFÉRENCE L Ordre et le MICC : un partenariat profitable!

LE TITRE FAIT LA DIFFÉRENCE L Ordre et le MICC : un partenariat profitable! Volume 2, numéro 3 Mai 2012 LE TITRE FAIT LA DIFFÉRENCE L Ordre et le MICC : un partenariat profitable! Par Caroline Soulas, chef marketing, Ordre des conseillers en ressources humaines agréés. Le ministère

Plus en détail

Portrait statistique de la population de représentant en épargne collective au Québec

Portrait statistique de la population de représentant en épargne collective au Québec Portrait statistique de la population de représentant en épargne collective au Québec Par Alexandre Moïse 1 Marie Hélène Noiseux 2 1-Alexandre Moïse, B.Gest., M.Sc.A., Chercheur à l'université du Québec

Plus en détail

Saguenay - Lac-Saint-Jean ANNÉE SCOLAIRE 2011-2012

Saguenay - Lac-Saint-Jean ANNÉE SCOLAIRE 2011-2012 Saguenay - Lac-Saint-Jean ANNÉE SCOLAIRE 2011-2012 Préparé par le comité régional du développement de Jeunes Entreprises - Jean-Michel Gobeil, agent de sensibilisation à l entrepreneuriat jeunesse - Chrystelle

Plus en détail

Gestion Réclamations

Gestion Réclamations Présentation de notre ENTREPRISE Gestion Réclamations Des GRAVEL DAVID ROULEAU & ASS. INC Cabinet d expertise en règlement de sinistres 4030 St-Ambroise, bureau 323, Montréal, Qc H4C 2C7 Tél : 514.846.6667

Plus en détail

EXPERTISE EN RÈGLEMENT DE SINISTRES

EXPERTISE EN RÈGLEMENT DE SINISTRES EXPERTISE EN RÈGLEMENT DE SINISTRES PARTAGE DES RÔLES ET RESPONSABILITÉS chad.c a (Août 2009) E EXPERTISE EN RÈGLEMENT DE SINISTRES : PARTAGE DES RÔLES ET RESPONSABILITÉS L'expert en sinistre est la personne

Plus en détail

Mémoire. Projet de loi nº 86. Juillet 2005

Mémoire. Projet de loi nº 86. Juillet 2005 Mémoire Projet de loi nº 86 Juillet 2005 Loi modifiant la Loi sur l accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels et d autres dispositions législatives Présenté

Plus en détail

Gestion Réclamations

Gestion Réclamations Présentation de notre ENTREPRISE Gestion Réclamations Des GRAVEL DAVID ROULEAU & ASS. INC Cabinet d expertise en règlement de sinistres 4030 St-Ambroise, bureau 323, Montréal, Qc H4C 2C7 Tél : 514.846.6667

Plus en détail

CONSEIL DE DISCIPLINE

CONSEIL DE DISCIPLINE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC CONSEIL DE DISCIPLINE Ordre des ergothérapeutes du Québec N : 17-09-00022 DATE : 28 janvier 2011 LE CONSEIL : M e SIMON VENNE, avocat Président MME CHRISTIANE JOLICOEUR Membre

Plus en détail

LES DISPENSES DE PROSPECTUS

LES DISPENSES DE PROSPECTUS LES DISPENSES DE PROSPECTUS 1 2 Qu est-ce qu une dispense de prospectus? 4 Pourquoi se prévaloir d une dispense? 4 7 Les conditions qu un émetteur doit remplir pour se prévaloir d une dispense de prospectus

Plus en détail

Politique de gouvernance. Association des diplômés de l Université Laval

Politique de gouvernance. Association des diplômés de l Université Laval Politique de gouvernance Association des diplômés de l Université Laval Adoptée en décembre 2011 et modifiée en mars 2014 - Page 1 Table des matières 1. Objectifs de la politique de gouvernance... 3 2.

Plus en détail

Q1 Quel est votre sexe?

Q1 Quel est votre sexe? Q1 Quel est votre sexe? Répondues : 458 Ignorées : 0 Homme Femme Homme Femme 18,56% 85 81,44% 373 Total 458 1 / 11 Q2 Quel est votre âge? Répondues : 458 Ignorées : 0 18-24 ans 25-34 ans 35-44 ans 45-54

Plus en détail

Guide sur le perfectionnement et le développement professionnel ACEP

Guide sur le perfectionnement et le développement professionnel ACEP Guide sur le perfectionnement et le développement professionnel ACEP Table des matières Chapitre I : Énoncé de principes : 1. Préambule. 3 2. Programme de perfectionnement et de développement carrière...

Plus en détail

CONCOURS «Du bonheur dans votre frigo!» RÈGLEMENTS

CONCOURS «Du bonheur dans votre frigo!» RÈGLEMENTS CONCOURS «Du bonheur dans votre frigo!» RÈGLEMENTS 1. Description et durée du concours Le concours de l Assurance prêt, «Du bonheur dans votre frigo!» est organisé par Desjardins Assurances (1) et se déroule

Plus en détail

Montréal, le 23 novembre 2009 PAR XPRESSPOST «MJ 025 371 435» PAR COURRIEL

Montréal, le 23 novembre 2009 PAR XPRESSPOST «MJ 025 371 435» PAR COURRIEL Montréal, le 23 novembre 2009 PAR XPRESSPOST «MJ 025 371 435» PAR COURRIEL Maître Anne-Marie Beaudoin Secrétaire de l Autorité Autorité des marchés financiers 800, square Victoria, 22 e étage C.P. 246,

Plus en détail

COMITÉ EXÉCUTIF 9 septembre 2015

COMITÉ EXÉCUTIF 9 septembre 2015 Procès-verbal de la 202 e assemblée ordinaire du comité exécutif du Cégep régional de Lanaudière tenue le mercredi 9 septembre 2015, à 16 h 30, sous la présidence de M. Marcel Côté, directeur général.

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE

CODE DE DÉONTOLOGIE DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE CODE DE DÉONTOLOGIE DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE Loi sur la distribution de produits et services financiers (1998, c. 37, a. 313, 1 er al., par. 1 ) Section 1 Dispositions générales 1. Le présent

Plus en détail

Montréal, le 29 janvier 2010. Aux Clubs cyclistes De Vélo Québec Association. Objet : Assurance responsabilité civile 2010.

Montréal, le 29 janvier 2010. Aux Clubs cyclistes De Vélo Québec Association. Objet : Assurance responsabilité civile 2010. Montréal, le 29 janvier 2010 Aux Clubs cyclistes De Vélo Québec Association Objet : Assurance responsabilité civile 2010 Bonjour, Vélo Québec Association offre la possibilité aux clubs cyclistes de profiter

Plus en détail

Le régime d examen des plaintes en santé et services sociaux

Le régime d examen des plaintes en santé et services sociaux Le régime d examen des plaintes en santé et services sociaux Office des personnes handicapées du Québec Un peu d histoire Dans les années 70, la plupart des personnes handicapées vivaient en institution.

Plus en détail

Restaurant Brands International Inc. Conseil d administration Lignes directrices sur la gouvernance. Adoptées le 11 décembre 2014

Restaurant Brands International Inc. Conseil d administration Lignes directrices sur la gouvernance. Adoptées le 11 décembre 2014 Restaurant Brands International Inc. Conseil d administration Lignes directrices sur la gouvernance Adoptées le 11 décembre 2014 Le conseil d administration (le «conseil») de Restaurant Brands International

Plus en détail

RÈGLEMENT 32. Règlement du conseil d administration du Centre hospitalier affilié universitaire de Québec. concernant

RÈGLEMENT 32. Règlement du conseil d administration du Centre hospitalier affilié universitaire de Québec. concernant RÈGLEMENT 32 Règlement du conseil d administration du Centre hospitalier affilié universitaire de Québec concernant La procédure d examen des plaintes des usagers Règlement adopté par le conseil d administration,

Plus en détail

Alerte audit et certification

Alerte audit et certification Alerte audit et certification AUDIT DES COMPTES D UN CANDIDAT À UNE ÉLECTION FÉDÉRALE AOÛT 2015 Modèle de lettre de mission d audit, modèle de lettre d acceptation et modèle de rapport de l auditeur indépendant

Plus en détail

GUIDE DE PRÉSENTATION D UNE DEMANDE INITIALE DE PERMIS D ASSUREUR À CHARTE AUTRE QUE QUÉBÉCOISE

GUIDE DE PRÉSENTATION D UNE DEMANDE INITIALE DE PERMIS D ASSUREUR À CHARTE AUTRE QUE QUÉBÉCOISE GUIDE DE PRÉSENTATION D UNE DEMANDE INITIALE DE PERMIS D ASSUREUR À CHARTE AUTRE QUE QUÉBÉCOISE Mars 2008 Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE DES REPRÉSENTANTS EN ASSURANCE DE DOMMAGES

CODE DE DÉONTOLOGIE DES REPRÉSENTANTS EN ASSURANCE DE DOMMAGES (1998, c. 37, a. 313, 1 er al., par. 1 ) Section I Dispositions générales 1. Les dispositions du présent code visent à favoriser la protection du public et la pratique intègre et compétente des activités

Plus en détail

DELISLE, Johanne, DSPQR par intérim HALLÉ, Régis, DRFMI PAQUET, Jocelyne

DELISLE, Johanne, DSPQR par intérim HALLÉ, Régis, DRFMI PAQUET, Jocelyne Procès-verbal de la quatre-vingt-dix-huitième séance ordinaire du conseil d administration du Centre de réadaptation en déficience intellectuelle et en troubles envahissants du développement de Chaudière-Appalaches,

Plus en détail

b) La liste de vos anciens noms pour les 5 dernières années (avec explications) Si non applicable, veuillez cocher

b) La liste de vos anciens noms pour les 5 dernières années (avec explications) Si non applicable, veuillez cocher PROPOSITION D ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE POUR LES CABINETS, LES REPRÉSENTANTS AUTONOMES, LES REPRÉSENTANTS AGISSANT POUR LE COMPTE D UN CABINET SANS Y ÊTRE EMPLOYÉS ET LES SOCIÉTÉS AUTONOMES

Plus en détail

Guide de participation aux 14 es Olympiades québécoises des métiers et des technologies (4 au 7 mai 2016)

Guide de participation aux 14 es Olympiades québécoises des métiers et des technologies (4 au 7 mai 2016) Guide de participation aux 14 es Olympiades québécoises des métiers et des technologies (4 au 7 mai 2016) à l intention des centres de formation professionnelle Document révisé le 19 mars 2015 Introduction

Plus en détail

Après avoir dûment constaté le quorum, M. Mario Racette, maire, déclare la présente séance ouverte.

Après avoir dûment constaté le quorum, M. Mario Racette, maire, déclare la présente séance ouverte. PROVINCE DE QUÉBEC M.R.C. DE MONTCALM MUNICIPALITÉ DE SAINT-ROCH-OUEST Procès-verbal de la séance ordinaire du Conseil municipal de Saint-Roch-Ouest tenue le mardi 11 août 2015 à l endroit désigné par

Plus en détail

COMMISSION DES INSTITUTIONS

COMMISSION DES INSTITUTIONS COMMISSION DES INSTITUTIONS MANDAT : ÉTUDE DU RAPPORT «PROPOSITIONS DE MODIFICATIONS À LA LOI SUR LA TRANSPARENCE ET L ÉTHIQUE EN MATIÈRE DE LOBBYISME ALLOCUTION DU COMMISSAIRE AU LOBBYISME DU QUÉBEC 17

Plus en détail

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous NOTRE Code d éthique S engager dans le respect de tous Notre Code d éthique S engager dans le respect de tous Le présent code d éthique a été adopté par le conseil d administration du Centre de santé et

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 3. Admission, sélection et inscription des étudiantes et étudiants. Table des matières

RÈGLEMENT NUMÉRO 3. Admission, sélection et inscription des étudiantes et étudiants. Table des matières RÈGLEMENT NUMÉRO 3 Admission, sélection et inscription des étudiantes et étudiants Table des matières Table des matières... 1 Article 1 - Champ d application... 2 Article 2 - Définitions... 2 Article 3

Plus en détail

ASSOCIATION DES TECHNICIENS EN ÉVALUATION FONCIÈRE DU QUÉBEC RAPPORT ANNUEL 2007-2008

ASSOCIATION DES TECHNICIENS EN ÉVALUATION FONCIÈRE DU QUÉBEC RAPPORT ANNUEL 2007-2008 ASSOCIATION DES TECHNICIENS EN ÉVALUATION FONCIÈRE DU QUÉBEC RAPPORT ANNUEL 2007-2008 Au service des techniciens en évaluation depuis 1983 CONSEIL D ADMINISTRATION Le conseil d administration de l'atefq

Plus en détail

INTERNET COMME SOURCE D INFORMATION AU QUÉBEC VOLUME 4 NUMÉRO 6 AVEC LA COLLABORATION DE

INTERNET COMME SOURCE D INFORMATION AU QUÉBEC VOLUME 4 NUMÉRO 6 AVEC LA COLLABORATION DE INTERNET COMME SOURCE D INFORMATION AU QUÉBEC VOLUME 4 NUMÉRO 6 AVEC LA COLLABORATION DE 2 2013, CEFRIO NETendances INTERNET COMME SOURCE D INFORMATION AU QUÉBEC TABLE DES MATIÈRES FAITS SAILLANTS... 5

Plus en détail

Épargnez-vous bien des formalités

Épargnez-vous bien des formalités -------------------------------------------------------- --------------------------------------- ----------------------------------------------------------------- ------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

SOCIÉTÉ DE TRANSPORT DE SHERBROOKE

SOCIÉTÉ DE TRANSPORT DE SHERBROOKE 10 SOCIÉTÉ DE TRANSPORT DE SHERBROOKE ASSEMBLÉE ORDINAIRE TENUE AU CENTRE ADMINISTRATIF DE LA SOCIÉTÉ LE 14 OCTOBRE 2015 À 16 H 5 PROCÈS-VERBAL 15-08 Sont présents : M. Bruno Vachon Président Mme Danielle

Plus en détail

EMPLOI. CDC Longueuil COURSIER EMPLOI 04/05/2010 page 1 sur 7 ÉCHÉANCIER. Date limite pour faire parvenir vos informations à insérer dans le Coursier

EMPLOI. CDC Longueuil COURSIER EMPLOI 04/05/2010 page 1 sur 7 ÉCHÉANCIER. Date limite pour faire parvenir vos informations à insérer dans le Coursier EMPLOI ÉCHÉANCIER Date limite pour faire parvenir vos informations à insérer dans le Coursier Avant midi (12h00) le jeudi de chaque semaine Date limite pour faire parvenir vos informations à insérer dans

Plus en détail

Chapitre 5. Déontologie des représentants en assurance de dommages

Chapitre 5. Déontologie des représentants en assurance de dommages Chapitre 5 Déontologie des représentants en assurance de dommages 5.1 Le maintien de la discipline C est la Chambre d assurance de dommages (Chad) qui est chargée de faire respecter la discipline. Une

Plus en détail

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-HONORÉ-DE-SHENLEY. Sont présents à cette séance :

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-HONORÉ-DE-SHENLEY. Sont présents à cette séance : CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-HONORÉ-DE-SHENLEY Procès-verbal de la séance ordinaire du conseil de la Municipalité de Saint-Honoré-de-Shenley tenue à la salle municipale de Saint- Honoré-de-Shenley

Plus en détail

PROCÈS-VERBAL DU CONSEIL D ÉTABLISSEMENT du Centre de formation professionnelle Qualitech Le 26 novembre 2013

PROCÈS-VERBAL DU CONSEIL D ÉTABLISSEMENT du Centre de formation professionnelle Qualitech Le 26 novembre 2013 Conseil d établissement PROCÈS-VERBAL DU CONSEIL D ÉTABLISSEMENT du Centre de formation professionnelle Qualitech Le 26 novembre 2013 Procès-verbal de la réunion du conseil d établissement du Centre de

Plus en détail

AVIS DE VACANCE DE POSTE : CHARGÉ DE COMMUNICATION PRINCIPAL NO.VA/NPCA/15/16

AVIS DE VACANCE DE POSTE : CHARGÉ DE COMMUNICATION PRINCIPAL NO.VA/NPCA/15/16 AVIS DE VACANCE DE POSTE : CHARGÉ DE COMMUNICATION PRINCIPAL NO.VA/NPCA/15/16 L Union africaine (UA) créée en tant qu organe continental panafricain unique en son genre, est chargée de conduire le processus

Plus en détail

GROUPE GIROUX MÉNARD. Roger Giroux, CPA, CA Associé fondateur. Éric Laprés, CPA, CA Associé fondateur. Josée Charbonneau, CPA, CA Associée fondatrice

GROUPE GIROUX MÉNARD. Roger Giroux, CPA, CA Associé fondateur. Éric Laprés, CPA, CA Associé fondateur. Josée Charbonneau, CPA, CA Associée fondatrice GROUPE GIROUX MÉNARD Le Groupe Giroux Ménard vous offre des services en certification, en fiscalité et en financement ainsi que des services-conseils. La firme peut également vous conseiller en matière

Plus en détail

Guide d information à la mobilité étudiante. Programme d enrichissement de la formation par des séjours de mobilité étudiante

Guide d information à la mobilité étudiante. Programme d enrichissement de la formation par des séjours de mobilité étudiante Guide d information à la mobilité étudiante Programme d enrichissement de la formation par des séjours de mobilité étudiante 2013-2014 TABLE DES MATIÈRES Ouverture sur le monde... 3 Présentation du document...

Plus en détail